Diaporama du TD

Diaporama du TD
Épistémographie et Espaces de
Travail Mathématique :
va-t-on vers une synthèse
ou une complémentarité ?
Jean-Philippe Drouhard
Université de Buenos Aires
jpdrouhard@ccpems.exactas.uba.ar
Plan de l'exposé
Brève présentation de l'Épistémographie (« É »)
Schéma des ETM
Points communs et différences
Possibles apports ETM←→É
Vers l'Analyse Épistémographique (« Æ »)
Conclusion et apports pour la didactique des
mathématiques et des sciences
2
1.1. Origines de l'Épistémographie
●
1.1.1. Qu'y a-t-il de spécifique aux mathématiques
dans le Débat Scientifique ?
Ou dans le Dispositif CESAME ?
(cf. le thème « Collectif »)
–
nécessité, apodicticité
–
Wittgenstein
→Règles du Jeu mathématique (caractéristiques des
paradigmes et sous-paradigmes) :
–
Tiers exclu
–
Règle graduée (Géom. I) ou non graduée (Géom. II)
–
…
3
1.1. Origines de l'Épistémographie
●
●
●
1.1.2. Statut des savoirs propres à l'algèbre
élémentaire
Peut-on imaginer une situation fondamentale
associée au fait de savoir que les expressions
dénotent et que cette dénotation est invariante
par transformation licite ?
Peut-on amener les élèves à construire des
savoirs (au moins en partie) culturels ?
→ Langage, syntaxe et sémantique
→ Savoirs Sémiolinguistiques
4
1.1. Origines de l'Épistémographie
●
●
●
1.1.3. Travail au sein du groupe CESAME (triple approche,
connaissances locales) :
–
nature des objets mathématiques ?
–
Objets particuliers/généraux
–
Nécessité épistémique.
L. Wittgenstein, M. Caveing, A. Sfard, P. Ernest, R.
Hersch, …, I. Bloch
Refus du réductionnisme
–
formalisme/nominalisme (« texte du savoir »)
–
Pratiques/gestes
→ Savoirs notionnels (relations entre objets)
5
1.1. Origines de l'Épistémographie
●
1.1.4. L'épistémographie vintage : le modèle
des Ordres des Connaissances
–
Connaissances d'Ordre I : notionnelles
–
Connaissances d'Ordre II : sémiolinguistiques et Règles
du Jeu
–
Connaissances d'Ordre III : identification (effet Rain
Man)
6
1.1. Origines de l'Épistémographie
●
1.1.5. Transposition Didactique (puis plus tard,
TAD) : importance de la « praxis ».
→ Savoirs Instrumentaux (« posologie » et
« mode d'emploi » des instruments)
7
1.1. Origines de l'Épistémographie
●
1.1.6. La modélisation (extra- et intramathématique) fait-elle partie des
mathématiques ? Où situer le discours ? le
contrat didactique ?
→ Analyse en Couches de l'activité
mathématique
8
1.2. But de l'Épistémographie
●
Décrire ce qu'il faut savoir pour faire des
mathématiques (resp. la partie scientifique
des différentes disciplines)
9
1.3. Cinq couches
d'analyse de l'activité
Objets et Opérations
Discours et Raisonnement
Modélisation et Mathématisation
Contrat Didactique
Contrat Pédagogique
O&O
D&R
M&M
CD
CP
10
●
●
●
Dans ce qui suit nous allons nous centrer sur la
description des savoirs mobilisés
essentiellement dans la couche la plus
profonde, celle des Objets et des Opérations
(« O&O »), celle qui correspond aux
transformations sémiotiques (Duval).
C'est la couche où l'on décrit ce qu'il faut savoir
pour faire du « calcul littéral » par exemple.
On parlera indifféremment de « savoirs » ou de
« connaissances »
11
<considérations_optionnelles>
12
La nature des savoirs
●
●
●
●
Partagés au sein d'une communauté (Hersch)
–
Fait culturel, communauté de pratiques et de langue
–
virus
Régis par des règles du jeu (Wittgenstein)
–
Ex : géométrie à la règle non graduée et au compas
–
Tiers exclus…
Transmis de génération en génération (Dawkins)
–
Espèce : gènes
–
Culture : mèmes (Dawkins)
Pour les maths : détermination de Thurston
13
</considérations_optionnelles>
14
1.4. dimensions des savoirs
●
●
3 dimensions principales
–
Sémio-linguistique
–
Notionelle
–
Instrumentale
Pourquoi des dimensions ?
–
Indissociabilité, irréductibilité et complémentarité
15
1.4.1. Savoirs sémio-linguistiques
●
Savoirs relatifs aux Systèmes de
Représentation Sémiotiques des objets
mathématiques
–
Langages (naturel, symbolique…)
–
Systèmes sémiotiques non langagiers
(graphiques…)
16
1.4.1.1. Savoirs linguistiques
●
Les différentes tailles de l'objet
–
●
Mot, phrase, discours, texte, conversation…
Les différents niveaux d'analyse
–
Mot et phrase : morphologique, syntaxique,
sémantique, pragmatique…
–
Grammaire de texte
–
Analyse de discours
–
Analyse conversationnelle, unités…
–
Argumentation
17
1.4.1.2. Savoirs sémiotiques
●
●
Registres de représentation sémiotique (Duval)
–
Trois critères pour avoir un Registre
–
Transformations et Conversion
–
Contenu de représentation…
Sémiotique (Peirce)
–
Nature (triadique) du signe (objet, representamen,
interprétant)
–
Typologie des signes (icône, indice, symbole…)
–
Chaîne in(dé)finie de la semiosis
18
1.4.2. Savoirs Instrumentaux
●
●
Les savoirs instrumentaux sont ceux qui sont
liés à une intention d'opérer dans une
modalité de l'ordre du possible, impossible,
difficile, facile, utile etc.
Exemple : pour faire la somme de deux
fractions on a intérêt à les simplifier d'abord.
19
1.4.3. Savoirs Notionnels
●
●
●
Les savoirs notionnels portent sur les
relations, exprimables en termes strictement
mathématiques, entre objets également
exprimables en termes strictement
mathématiques.
Les savoirs notionnels s'expriment sans
aucune mention d'intention quelle qu'elle soit.
Exemple : 17 est un nombre premier.
20
1.5. Représentation schématique
de l'Épistémographie
RÈGLES
DU
JEU
Les Objets
● Sont représentés d'une certaine façon
● Servent à faire quelque chose
● Sont reliés aux autres objets
● En respectant les règles du jeu
21
Visualisation
Preuve
Construction
Plan cognitif
Représentamen
Plan épistémographique
Personnel, Idoine ou de Référence
2. Représentation schématique
des ETM
Référentiel
Artefact
22
3.1. Analogies
Références : Brousseau, Duval, Peirce…
É
ETM
●
Paradigmes
●
(Sous-)paradigmes
●
Triplet :
●
Triplet :
–
–
–
RepresentamenVisualisation
–
Sémiolinguistique
–
Instrumental
–
Notionnel
Artefacts-Construction
RéférentielPreuve
23
3.2. différences (non triviales)
ETM
É
●
Origine : géométrie
●
Origine : algèbre
●
Travail
●
Savoirs
●
Mathématique
●
Scientifiques
24
4. Points forts des ETM
par rapport à l'É
●
●
●
Le concept de Travail en relation aux Théories
de l'Activité (plus précis que « faire des
mathématiques »)
La distinction entre les plans épistémique et
cognitif, qui permet un usage plus direct en
didactique
La distinction de Référence/Idoine/Personnel
25
5. Travail collaboratif É-ETM en
cours :
●
les Instruments Sémiotiques
26
5. possibles apports de l'É aux ETM
●
●
Les catégories des ETG (par ex. visualisation,
construction, preuve) sont naturelles et pertinentes
pour la géométrie ; mais pour passer des ETG aux
ETM, il serait intéressant de redéfinir et sans doute
de renommer les catégories en question pour qu'elles
soient plus générales, en particulier lorsque du calcul
symbolique est en jeu.
Les « entrées » pensées comme des dimensions
plutôt que des catégories faisant partition.
●
L'analyse en couches du Travail Mathématique
●
Les Règles du Jeu
27
6. Analyse Épistémographique (« Æ »)
La prise en compte de certains aspects des
ETM permet de résoudre certaines difficultés
ou lacunes de l'É. →l'Æ.
I
SL
N
RÈGLES
DU
JEU
Plan cognitif
RÈGLES
DU
JEU
Plan épistémographique
Personnel, Idoine ou de Référence
●
28
7. Conclusion
●
ETM et Æ doivent rester distincts et
complémentaires –
parce qu'une hybridation engendrerait une usine à
gaz inutilisable.
–
Parce qu'il faut se défier de la tentation de faire la
Théorie du Grand Tout.
–
Parce que selon ce qui est visé on a plutôt besoin
d'analyser le travail, ou les savoirs, ou les deux
(ou ni l'un ni les autres, mais bon, dans ce cas là,
tant pis !)
29
8. Perspective
●
●
●
Vers un cadre théorique léger pour les recherches
sur les mathématiques pour les élèves à besoins
particuliers (en français : « élèves en situation de
handicap », en suisse (et en ancien français) :
« éducation spécialisée », en québécois :
« orthodidactique ») à base d'ETM et d'Æ.
Métaphore des espaces de travail aménagés
Adapter les outils et les systèmes de
représentation sémiotique au lieu de négocier à la
baisse les savoirs notionnels visés.
30
I
SL
N
RÈGLES
DU
JEU
Plan cognitif
RÈGLES
DU
JEU
Personnel, Idoine ou de Référence
Merci !
Plan épistémographique
jpdrouhard@ccpems.exactas.uba.ar
31
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising