Texte intégral PDF (98 ko)

Texte intégral PDF (98 ko)
Article
« Les avatars numériques de l'encyclopédisme »
Dominique Ducard
Protée, vol. 32, n° 2, 2004, p. 29-36.
Pour citer cet article, utiliser l'information suivante :
URI: http://id.erudit.org/iderudit/011170ar
DOI: 10.7202/011170ar
Note : les règles d'écriture des références bibliographiques peuvent varier selon les différents domaines du savoir.
Ce document est protégé par la loi sur le droit d'auteur. L'utilisation des services d'Érudit (y compris la reproduction) est assujettie à sa politique
d'utilisation que vous pouvez consulter à l'URI https://apropos.erudit.org/fr/usagers/politique-dutilisation/
Érudit est un consortium interuniversitaire sans but lucratif composé de l'Université de Montréal, l'Université Laval et l'Université du Québec à
Montréal. Il a pour mission la promotion et la valorisation de la recherche. Érudit offre des services d'édition numérique de documents
scientifiques depuis 1998.
Pour communiquer avec les responsables d'Érudit : info@erudit.org
Document téléchargé le 16 novembre 2015 08:54
LES AVATARS 1 NUMÉRIQUES
DE L’ENCYCLOPÉDISME
D OMINIQUE D UCARD
En 1979, le philosophe François Dagognet publiait un ouvrage intitulé Mémoire
pour l’avenir. Vers une méthodologie de l’informatique. Il y procédait, à partir d’études
allant de la naissance des écritures à la muséographie en passant par les
formalismes scientifiques, à un examen de ce qu’il considérait comme une
nouvelle discipline définie par une trilogie d’opérations: recueillir (ou ramasser,
recenser), conserver, exploiter (ou traiter, transformer). En décrivant et analysant
la formation et la fonction des systèmes de notation symbolique, des procédures
de classification et des techniques de codage, il mettait l’accent sur la
transformation des savoirs et la métamorphose de la «mémoire matérielle» de la
culture. Je citerai un extrait de la conclusion de cet essai qui, vingt-cinq ans plus
tard, prend une signification plus vive.
En somme, notre Essai plaide en faveur d’une intense et immense «mémoire culturelle» qui
aujourd’hui déborde le circuit de la tradition «Livre, bibliothèques, interprétations», qui se dépose
dans des réseaux de communication à la fois chargés, mais rapides et illimités. Extension et
compréhension ne se séparent plus. Nombre, vitesse et précision tombent, arrivent ensemble. Or, ce
«stockage», mieux ce «Thésaurus» (le trésor) non seulement nous sauve de l’amnésie (il n’est plus
possible de rassembler les savoirs, et encore moins de contrôler le flot des publications et des écritures
indispensables) non seulement permet donc aux individus comme aux Nations d’avancer (on sait
l’importance sans précédent des Institutions documentaires qui assurent l’autonomie, la suprématie,
sans lesquelles ni la recherche en général ni la liberté politique ne demeurent possibles) – mais surtout
cette «Mise en mémoire» s’opère par le biais d’équipements matériels informatiques.
(Dagognet, 1979: 129)
En appliquant cette réflexion au «trésor» qu’est une encyclopédie électronique, je
voudrais montrer, par quelques remarques, que l’hypermnésie matérielle de la
mémoire externe et artificielle s’accompagne d’un certain nombre d’oublis et de
disparitions, historiographiques et symboliques, dans la pratique des textes. Mon
propos s’étaye d’un enseignement de méthodologie de la recherche documentaire
et de la lecture-écriture, à l’aide des technologies informatiques, et vise notamment
à contrer les effets que je vais signaler 2. Je ferai s’entrecroiser la description du
29
P R O T É E • volume
32 numéro 2
dispositif structurel et fonctionnel, des commentaires
issus de l’observation des usages et la lecture
interprétative de discours où se dessinent des
représentations communes.
La trilogie des opérations qui définit, selon
Dagognet, ces «super-outils» d’une «méta-intelligence
extérieure concrétisée», aujourd’hui disponible dans
le monde virtuel de la communication et de la
transmission – si l’on s’accorde avec Régis Debray
pour dire que la première se fait dans l’espace et la
seconde dans le temps –, correspond à ce qu’est,
depuis ses origines, la démarche encyclopédique, qui
visait à rassembler et à recenser, à classer et à
ordonner par une codification systématique, à rendre
accessible et à diffuser les documents de la
connaissance (latin documentum: ce qui sert à
instruire; au XIIe siècle: enseignement). Cette
entreprise est liée à l’histoire culturelle et politique des
bibliothèques et à l’activité des hommes du savoir,
investis de la mission d’organiser et de mettre en
forme les connaissances nécessaires à la formation et à
l’éducation. Le livre des livres qu’est une encyclopédie
est le produit historique de l’intense travail de gloses,
de compilation, de réduction et de contraction,
d’indexation et de catalogage qui a été engendré par la
collecte, toujours plus ample au cours de l’évolution
des savoirs, des écrits 3. Si l’on a coutume de présenter
comme les premières formes d’encyclopédie les listes
établies en Mésopotamie ancienne (dès la fin du IVe
siècle ACN) à des fins mnémotechniques, notamment
pour faciliter les apprentissages des scribes –
catalogues de noms et répertoires de signes alignés en
colonnes et distribués selon des critères formels,
sémantiques ou en référence aux usages de ce qu’ils
désignent –, les grandes sommes du savoir ont été
conçues selon des systèmes de représentation du
monde (religieux, humaniste, scientifique). Avec
l’avènement de la figure du savant moderne et le souci
de développer la connaissance pour elle-même, en la
dégageant de sa subordination à l’ordre divin ou à
l’hégémonie de l’autorité politique, l’encyclopédie est
devenue, selon la définition qu’en donne le
lexicographe A. Rey:
volume 32 numéro 2 • P R O T É E
[…] un discours fondamentalement didactique, discours qui
peut être suivi, et alors soumis à une organisation interne
souvent hiérarchique, ou bien tronçonné, et alors ordonné selon
des critères sémantiques ou formels, ce discours étant destiné à
procurer, à l’intérieur d’une culture et à l’intention d’une
catégorie d’utilisateurs, un ensemble d’informations lié à un
univers de textes et proposant une image (ou des images
compatibles) d’un corpus de connaissances, concernant les
choses et/ou le langage qui en parle; ce discours, enfin assume la
forme matérielle d’un livre ou d’une série homogène de livres,
mais peut se concevoir sous la forme d’une banque de données
consultable. (Rey, 1982: 9)
Ainsi, sous-tendue par une organisation raisonnée des
connaissances, l’encyclopédie se présente
généralement comme un discours discontinu et dont
les unités de nomenclature renvoient à une structure
méthodique et hiérarchisée de notions. Les entrées
servent de descripteurs, analogues à ceux des langages
documentaires, et sont liées à des classifications de
domaines et des réseaux de concepts. L’encyclopédie
est aussi, conformément à l’étymologie grecque
(egkyklios paideia: instruction embrassant tout le cycle
du savoir), un auxiliaire didactique pour l’éducation à
la circulation dans l’univers des représentations de la
connaissance humaine.
Pour évoquer les changements induits par les
technologies informatiques sur la consultation et la
manipulation des documents (en me limitant aux
textes), je prendrai le cas particulier de la version
électronique d’une grande encyclopédie de référence
en France, que j’examinerai en décrivant sa
présentation et son mode de fonctionnement:
l’Encyclopædia Universalis (désormais EU), héritière
affirmée de la tradition qu’inaugura le siècle des
Lumières. On trouve ainsi en exergue dans tous les
volumes de l’Universalis cette citation de Diderot:
Je distingue deux moyens de cultiver les sciences: l’un
d’augmenter la masse des connaissances par des découvertes; et
c’est ainsi qu’on mérite le nom d’inventeur; l’autre de rapprocher
les découvertes et de les ordonner entre elles, afin que plus
d’hommes soient éclairés, et que chacun participe, selon sa
portée, à la lumière de son siècle [...]. (Diderot, 1986: 43)
30
Le texte encyclopédique, souvent considéré comme un
simple véhicule d’informations, est de ceux qui
subissent, avec une pratique documentaire liée à des
usages scolaires et universitaires, de nombreux avatars
du fait de sa conversion en numérique. Je voudrais
signaler ici quelques conséquences de ce changement
d’état, où les procédures d’utilisation sont liées à la
configuration matérielle et fonctionnelle de l’objet, en
quatre caractères significatifs.
subtilité renvoie ici à ce qu’Illich imagine «comme les
signaux d’un vaisseau fantôme», dont l’évanescence à
l’écran est, selon lui, la métaphore de la déperdition
de la culture du texte livresque et la réduction du sens
à l’information.
LA FRAGMENTATION
Le dictionnaire, de langue ou encyclopédique, est
le modèle type de ce que Daniel Oster 4 nomme les
«œuvres fragmentaires par définition», distinctes de
celles où le fragment s’interprète selon une visée
philosophique ou esthétique. L’ouvrage
encyclopédique est, comme le définissait A. Rey, de
l’ordre du discours discontinu, fractionné en unités
dont l’assemblage donne l’image d’un savoir global,
général ou spécialisé. Au cours de l’histoire, les grands
projets encyclopédiques ont été confrontés au choix
de l’organisation thématique ou alphabétique. Les
encyclopédistes et philosophes des Lumières
adoptèrent, pour des raisons pratiques (sans négliger
le jeu de détournement de la censure que cela
permettait) mais aussi en référence à la «raison
graphique» (J. Goody), l’ordre arbitraire de l’alphabet
pour présenter les éléments du «système des
connaissances humaines» dans leur Dictionnaire
raisonné des sciences, des arts et des métiers (1er volume
paru en 1751). L’EU a suivi, avec d’autres, ce principe.
L’agencement alphabétique des articles défait
l’architecture conceptuelle de la totalité encyclopédique
que les renvois recomposent partiellement en reliant
des unités en sous-ensembles, selon des paramètres de
cohérence disciplinaire, thématique ou notionnelle.
L’encyclopédie publiée par Diderot et d’Alembert
avait son image de l’ensemble du savoir dans la
figuration, empruntée à Francis Bacon (Novum
Organum, 1620), d’une arborescence des champs de
l’intellect sous la faculté hégémonique de
l’entendement subdivisée en mémoire, raison et
imagination. L’EU a, dans sa version livresque, son
Thésaurus de notions dans lequel sont indexés tous les
articles du Corpus. Ce thésaurus-index, qui propose
plus de 50000 entrées organisées alphabétiquement,
est le produit du système d’indexation qui regroupe et
L’ABSTRACTION
Dans un essai sur les mutations de l’écrit, Ivan
Illich (1991) s’inquiétait de voir, avec l’informatique,
apparaître pour disparaître aussi vite un fantôme de
texte détaché de la culture du livre. La technique de
l’imprimerie par caractères mobiles avait déjà dissocié
l’image du texte, reproduit mécaniquement, de la
forme matérielle de la page écrite et enluminée de la
copie manuscrite, en mettant l’ouvrage sous le régime
des éditions successives. L’histoire de la philologie est
ainsi liée à l’étude formelle et comparative des textes
attachés à des supports identifiables et authentifiables.
La numérisation en mode texte (à distinguer de la
numérisation en mode image dans un projet
d’archivage) conduit à toutes les modifications
possibles de l’apparence iconographique (mise en
page, architecture visuelle) au gré des transports et des
feuilles de style créés par l’utilisateur (la mise en forme
après l’exportation d’un document en traitement de
texte est d’ailleurs recommandée dans la notice de
l’EU, signalant de ce fait le passage obligé d’un espace
textuel à l’autre: de la page-écran à la page imprimée).
C’est en ce sens que l’on a pu parler de
«dématérialisation» pour désigner ce processus
d’abstraction, permis par le code, qui n’est pas sans
incidence sur les effets d’interprétation. Pensons par
exemple à la valeur sémantique de la division en
paragraphes et à la sémiotisation des alinéas ou
d’autres signes que l’on ne peut plus appeler
typographiques. La numérisation joue ainsi un rôle
d’abstracteur, ce terme évoquant l’abstracteur de
quintessence qu’est l’alchimiste extrayant la partie la
plus subtile d’un corps physique, à ceci près que la
31
P R O T É E • volume
32 numéro 2
l’ouvrage 6. Cette ambition a été revue pour donner lieu
à quinze «tableaux de relations», sortes d’«archipels de
concepts», qui sont des graphes fléchés (selon trois
modalités et quatre types de relations) 7 à vocation
heuristique, des diagrammes de possibles voies d’accès
à des cheminements complexes pour un lecteur curieux
et imaginatif. On peut douter du fonctionnement
effectif d’un tel modèle épistémologique, adressé à un
lecteur idéal, mais on retient le souci d’une méthode à
suivre et l’invitation à une navigation qui se souvienne
de la dynamique conceptuelle qui est sous-jacente à la
«texture du savoir» et qui est à prendre, selon
l’intention des auteurs, non comme la représentation
figurative d’une «géographie mentale» mais avec «pour
seule fin l’“activation” des données qui l’informent et
qu’elle informe» 8.
Aujourd’hui, la méthodologie obéit aux lois du
calcul automatique ou est soumise au fait de
l’homonymie (ou plus précisément l’homographie: le
terme utilisé pour la requête pouvant correspondre à
des notions diverses et hétérogènes), avec un
«parasitage» évident mais aussi, il est vrai, des
occasions de découvertes inédites. La figure parcellaire
de l’encyclopédie se double ainsi de la figure du
maillage d’une totalité, désormais impossible à
appréhender. Il faudrait ajouter, à ce fonctionnement
générique, le positionnement du texte sur un bloc
découpé au gré de la présence d’un terme quand on
interroge en plein texte, et compter, dans une pratique
de montage, avec l’intense activité d’extraction et de
recombinaison, par un assemblage aménagé des
morceaux ou par une recomposition plus élaborée.
Les utilisateurs se trouvent alors à réinventer
librement le geste des compilateurs, celui des auteurs
de recueils de lieux communs de la Renaissance,
analogues à des «bibliothèques portables», ou encore
celui des écrivains qui se constituaient, avec des
cahiers où ils recopiaient des extraits d’œuvres lues,
des sortes de «bibliothèques manuscrites» 9.
distribue les références auxquelles renvoient les motsclés. S’y ajoute un ensemble de notices qui répondent
à des questions du type «Qu’est-ce que...?» et qui
constituent autant d’articles d’un dictionnaire interne.
Cette structuration analytique commande la
méthode de requête, en passant par le thesaurus-index
dans les versions électroniques, mais elle est cachée et
ignorée du lecteur, d’autant plus qu’elle peut être
maintenant doublée d’une extension sur Internet par
couplage de moteurs de recherche. Le choix explicite
entre une requête par l’index et une requête en texte
intégral (détection de la chaîne de caractères) pouvait
initier, dans les premières versions, le lecteur à la
logique interne. Cette option est maintenant
neutralisée – les résultats s’affichent selon les deux
modes combinés – et l’alternative est de procéder en
recherche simple (de fait par l’index) ou avancé, c’està-dire avec les opérateurs booléens (et, ou, sauf, près
de), donc en plein texte. La possibilité de convoquer
une série de corrélats à partir d’un article, de mener
une investigation dans les guides de lecture, qui
proposent des répertoires de concepts par discipline,
l’affichage d’un sommaire par grands domaines du
savoir signalé aujourd’hui sur la page d’accueil comme
«l’arbre Universalis» (classification hiérarchisée par
arborescence) 5, ne contrebalancent pas le sentiment
d’une poursuite aléatoire et sans fin d’adjonctions, de
mises en correspondances ou de liaisons
supplémentaires. Le caractère tout à la fois «déceptif»
et inchoatif de toute requête est amplifié par la
disparition de l’instrument de classification, des
repères que sont dans les volumes les synthèses,
schémas et tableaux de relations – même s’il subsiste,
dans certaines versions informatiques, quelques
graphes conceptuels malcommodes –, que les
concepteurs élaboraient dans l’esprit utopique d’une
totalité fictive mais pensable.
C’est ainsi que, dans la première édition de l’EU
(1968), était évoqué ce souhait de donner en
complément à l’index, soumis à la «loi de linéarité» par
des «enchaînements de renvois successifs ou en série»,
quelque deux cents tableaux synoptiques permettant de
reconstituer «les fils dont a été tissée la matière» de
volume 32 numéro 2 • P R O T É E
L’HOMOGÉNÉISATION
Comme la réduction par fragmentation,
l’homogénéisation est un processus qui produit du
32
mélange par disparition de caractères différentiels et
spécifiques. La numérisation et les modalités
fonctionnelles de consultation entraînent des
effacements qui relèvent d’ordres distincts, mais qui
tendent tous à uniformiser les textes et à abolir la
stratification des niveaux sémiotiques. Ainsi, dans la
publication classique, la distribution des articles dans
des volumes appartenant pour les uns au Corpus, pour
les autres aux Thésaurus-index ou encore au Symposium
(depuis 1980, avec un volume sur Les Savoirs et un
autre sur Les Enjeux) dépend de règles génériques
constitutives. C’est ainsi que les notices déjà signalées
correspondent à des définitions ou à des explications
devant servir à lever les difficultés liées à une
terminologie spécialisée, à introduire un sujet ou à
donner une information complète sur un point précis.
Les articles du Corpus sont la substance même de
l’ouvrage et sont conçus, majoritairement, comme de
petits essais censés faire un état des lieux de la
connaissance acquise sur le sujet traité par un
spécialiste du domaine. Ils étaient accompagnés, dans
les premières éditions, de textes courts, rédigés et
signés par des auteurs dont le point de vue divergeait
de celui de l’auteur principal. Une icône de deux
épées croisées signifiait le débat engagé et soulignait
l’aspect problématique de la connaissance. Les textes
réunis dans les deux volumes du Symposium
concernant LesEnjeux (1990) sont écrits par «quelquesuns des meilleurs esprits de notre temps», nous
indique Jacques Bersani, qui fut longtemps directeur
de la publication. Il définit ainsi l’objectif de ces essais
majeurs répartis en huit grands chapitres :
En une sorte de «table ronde», de «banquet» à la mode
platonicienne, l’Encyclopédie procède à son propre examen.
Après l’exposé du savoir, la critique du savoir. Après le savoir
constitué, le savoir se constituant. (Extrait de «Au lecteur»)
(ibid.). Si l’actualisation permanente est un atout de la
version en ligne (par la mise à disposition d’articles
inédits), la partie critique et les parutions annuelles
n’ont pas été associées au contenu de la version
informatisée (en ligne ou sur cédérom) et tous les
autres textes s’affichent à un seul niveau de requête,
sans spécification, en tant que références.
La confusion produite par la décision de
reconduire, sans changement, ce que l’on considère
comme de grands textes, notamment à la suite de la
disparition de leurs auteurs (par exemple l’article
«Théorie du texte» de Roland Barthes, de 1973),
d’une édition à l’autre sans mention de la date de
publication initiale, est accrue par l’absence
d’indications historiques, sauf à dire que la référence
est celle de telle version (le cédérom en est à sa
neuvième au rythme maintenant régulier d’une
version par année) ou que la page a été consultée tel
jour sur la Toile. L’historicité culturelle est ainsi
recouverte par la périodicité du marché de l’édition
électronique et le calendrier des accès au réseau.
J’inclurai dans l’homogénéisation un autre effet
induit par l’interface. L’utilisateur a la possibilité
d’afficher les sources bibliographiques d’un article et
les nom et titre de son auteur dans une fenêtre, mais
ces indications ne sont plus intégrées dans le
document lui-même, de sorte que l’impression ou
l’exportation véhiculent du texte anonyme. Ce
phénomène élémentaire participe à l’effacement de
l’autorité de la signature. La tendance, chez les
utilisateurs, est à la reprise de passages dans leur
littéralité ou presque, en citation ou non, sans
mention de l’origine énonciative. Le nivellement, par
juxtaposition des boutons ou sélection dans un menu
déroulant, et l’élimination du paratexte ramènent les
textes d’auteurs, à côté des articles de rédacteurs, au
seul plan de l’information et de la documentation. On
pourrait dire que l’impersonnalité de l’énonciation,
gage d’objectivité de formulations transportables et
répétables, participe d’un genre garant en lui-même de
la vérité et dont l’autorité est en quelque sorte
autonyme. Ceci vaut en effet pour les dictionnaires, de
langue ou encyclopédique, mais il faut rappeler que
Il faut également mentionner la parution annuelle
d’un Universalia qui dresse un bilan de l’actualité
culturelle, économique, politique et scientifique et la
publication, à l’occasion de la révision complète de
l’édition, du Supplément, «sorte de microcosme où se
reflète le macrocosme qu’est l’Encyclopædia Universalis»
33
P R O T É E • volume
32 numéro 2
l’histoire de l’encyclopédisme contemporain, de
tradition nationale, s’est fondée sur une politique de
grands auteurs: les savants du temps présent.
disciplinaires, thématiques, chronologiques,
géographiques, techniques (entretiens audio, vidéos,
animations), ou par des types de documents (article,
photo, dessin, extrait musical, tableau, carte, etc.),
génériques (genres littéraires, picturaux, musicaux,
etc.), nominatifs (noms propres, titres). À l’intérieur
de chaque monde, la sélection des entrées est fondée
sur des répertoires et des classifications. Chaque unité
de découpage est à la croisée de plusieurs autres, de
nature variable, qui se mêlent et interfèrent par
différentes connexions. La variété sémiotique des
documents et la disparité des critères, avec la
possibilité de prendre un sujet par plusieurs points,
composent l’image de la mosaïque. L’édition
informatique conduit à l’accomplissement technique
de la parcellisation et de la contiguïté par une
juxtaposition que la culture du lecteur doit motiver.
L’écriture d’une encyclopédie électronique
entièrement nouvelle impliquerait, comme l’affirme
un responsable de la Britannica, que l’on veille à la
cohérence des articles entre eux, qui d’«entités
autonomes» deviennent «membres d’une famille» à
l’intérieur du corpus qui en est le contexte général 12.
Les grands projets d’encyclopédies générales ont
été confrontés à cette nécessité de contrer
l’accumulation et l’addition par la mise en relation.
Souci manifesté lors du lancement, en 1933, de
l’entreprise éditoriale de L’Encyclopédie française,
dirigée par l’historien Lucien Febvre. Dans son appel,
l’initiateur du projet, alors ministre de l’Éducation
nationale, déclare:
Nous ne voulons pratiquer ni l’érudition quantitative pour les
besoins d’une mnémotechnie universelle, ni cette sorte de
compilation qui consiste, selon le dire de Montesquieu, à
plaquer, dans un ensemble, des lambeaux d’ouvrages «comme
des pièces de gazon dans un parterre».
LA JUXTAPOSITION
Le rêve des encyclopédistes est de créer un
enchaînement des connaissances par un ordre
méthodique qui donne sens à l’inévitable variété de
l’inventaire. Revenons encore à la grande
encyclopédie de Diderot et d’Alembert et au discours
préliminaire où ce dernier avertit que «Le système
général des sciences et des arts est une espèce de
labyrinthe, de chemin tortueux où l’esprit s’engage
sans trop connaître la route qu’il doit tenir» (Pons,
dans Diderot, 1986: 111). La progression d’un objet
de connaissance à un autre y est décrite comme une
exploration où se succèdent les avancées et les reculs,
avec des détours et des écarts, en allant d’espérance en
désespoir d’aboutir complètement, pour un esprit qui
[...] fait sur chacun de ces objets, à différents intervalles et
comme par secousses, une suite d’opérations dont la discontinuité
est un effet nécessaire de la génération même de ses idées. (Ibid.)
L’idéal de l’encyclopédiste est alors de placer le
philosophe «au-dessus de ce vaste labyrinthe dans un
point de vue fort élevé», d’où il puisse voir les unités
et les ensembles, discerner les rapports et les chemins
de traverse comme sur «une espèce de mappemonde».
Sans le surplomb philosophique, il reste encore
aujourd’hui, à en croire les témoignages d’auteurs, la
découverte qui, pour l’un, «fait du parcours des pages
une véritable aventure intellectuelle […] entre la
conscience aiguë de mon ignorance et l’éblouissement
produit par des paysages qui s’ouvrent sans cesse» 10,
ou, pour un autre, la satisfaction de l’exploration d’un
secteur associée à «l’attente diffuse d’un
enrichissement à venir» qui le transforme en «Sisyphe
heureux» 11.
Au-delà du style publicitaire de ces formules, l’on
retrouve cette idée centrale, qui régit les modes de
consultation et de circulation dans l’EU, de «parcours
du savoir», présentés comme autant de voies d’accès à
des mondes définis par des catégories diverses:
volume 32 numéro 2 • P R O T É E
Et il ajoute ensuite: «Ce qui importe, c’est la liaison
permanente, l’esprit qui règle ses propres
avancements» 13. L’autre question, attenante à celle-ci,
est celle de la signification de l’acte du lecteur et aussi
de l’interprétation du «tour d’horizon», selon
l’expression de L. Febvre, auquel conduit un parcours
34
encyclopédique. Tout, dans la conception, depuis le
plan annoncé jusqu’aux modalités de publication en
cahiers, en passant par des consignes de rédaction ou
la forme didactique des articles, visait alors à
maintenir un point de vue que l’on peut qualifier
d’épistémologique et dont la devise était «Faire
connaître? Non. Faire comprendre ». Cette encyclopédie
«problématique» voulait être une œuvre
d’enseignement, non de «renseignements», et trouver
sa place dans l’histoire de ces livres qui sont, dit encore
L. Febvre, les «reposoirs de l’humaine inquiétude».
Histoire qui va, selon le panorama sommaire que fait
l’auteur, des «siècles des certitudes divines» au «temps
des certitudes laïques», puis à «l’ère des certitudes
sommaires», et se termine par une aspiration à une
«savante incertitude» 14. Raymond Queneau reprendra
le mot d’ordre quand il sera amené, en 1954, à diriger
l’encyclopédie thématique de la collection de La
Pléiade. Son vœu le plus cher: «apprendre à
apprendre», c’est-à-dire «savoir ignorer, ne pas refuser
la nouveauté, ne pas s’opposer à la recherche» 15.
Ces appels historiques ont-ils aujourd’hui des
chances d’être entendus par les éditeurs et l’utopie qui
les soutient peut-elle faire réfléchir les concepteurs?
L’évolution de l’Encyclopædia Universalis, depuis sa
première édition électronique en 1995, qui n’était
qu’une numérisation des volumes du Corpus, couplée
avec les fonctionnalités de la recherche informatisée
(sans images, cartes ou graphiques), jusqu’à la
version 9 en 2003, orientée par un modèle de la
multiplicité des accès, de la collection et d’un maillage
toujours plus serré, montre une face bifide, entre
l’idéal livresque des premiers temps et, avec
l’assistance d’une technologie performante, les sirènes
toujours plus séduisantes du multimédia. La figure du
lecteur, tout aussi idéal, a changé de visage. L’écrivain
Gilles Quinsat, s’inquiétant des conséquences de «la
circulation mondialisée des signes à l’intérieur d’une
mémoire elle-même muable» (Quinsat, 1998: 990), se
demande si le lecteur à venir n’aura pas les traits de
l’homme sans qualités:
Il n’est rien qu’il considère comme ferme, aucune personne,
aucun ordre; parce que nos connaissances peuvent se modifier
chaque jour, il ne croit à aucune liaison, et chaque chose ne
garde sa valeur que jusqu’au prochain acte de la création,
comme un visage auquel on parle et qui s’altère avec les mots.
(Musil, 1973: 231)
La fiction ne peut tenir lieu de réflexion, mais elle
peut l’éveiller dans sa mise en scène du sens. Elle nous
indique, dans la relation spéculaire que le lecteur
établit avec ce nouveau miroir du monde présenté par
la fée informatique, qu’il faut introduire une
pédagogie, une façon de voir – la sémiotique y aurait
peut-être son mot à dire –, pour cultiver cette
intelligence (inter-legere) des rapports qui prépare une
conscience plus réfléchie et plus critique. Il s’agirait,
comme le suggère un critique optimiste, de
l’«invention d’une éloquence relative des surfaces»
(Longuet, 1998: 1101), pour apprendre à circuler dans
un espace aux ressources infinies, qui peut tenir
autant du cabinet de curiosités que de l’exposition
universelle.
N OTES
1. Le dictionnaire nous dit que ce mot vient du sanskrit avatârat :
« descente », et qu’outre son acception de « métamorphose,
transformation », il signifie, par contresens, « mésaventure, malheur ».
2. Cet enseignement de « Méthodologie des textes et documents » est
proposé à des étudiants de DEUG d’une Faculté des lettres et sciences
humaines. Le descriptif en est le suivant : « Initiation méthodique à la
consultation et à l’exploration de bases textuelles informatisées
(procédures de recherche, lecture sélective, classement et traitement des
documents) afin de constituer un dossier préparatoire à la rédaction
d’un texte informé. Apprentissage de l’utilisation du traitement de
texte et des assistants à l’écriture (correcteurs et dictionnaires) comme
une aide au processus de rédaction ». On pourra se reporter pour plus
de précisions à Ducard, 2001 : 181-193.
3. Ainsi, nous dit C. Jacob à propos de la bibliothèque d’Alexandrie,
« la tentation encyclopédique créée par la bibliothèque tend à réifier les
contenus du savoir et à les rendre mobiles, traductibles,
interchangeables, indépendamment même des textes originaux et des
auteurs qui les produisent. La circulation, la diffusion des énoncés et
des savoirs, puis leur réemploi et leur transformation dans de nouveaux
écrits sont l’une des figures majeures du travail intellectuel à
Alexandrie : travail de recyclage, en circuit fermé, dont la logique même
a pu contribuer à l’oubli et à l’atomisation de la totalité » (dans Baratin
et Jacob, 1996 : 75).
35
P R O T É E • volume
32 numéro 2
R ÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES
BARATIN, M. et C. JACOB (dir.) [1996] : Le Pouvoir de bibliothèques. La
Mémoire des livres en Occident, Paris, Albin Michel.
BARTHES, R. [1973] : « Théorie du texte », dans Encyclopædia Universalis.
BERSANI, J. [1990] : « Au lecteur », Symposium. Les Enjeux, dans
Encyclopædia Universalis.
DAGOGNET, F. [1979] : Mémoire pour l’avenir. Vers une méthodologie de
l’informatique, Paris, Vrin.
DEBRAY, R. [1991] : Cours de médiologie générale, Paris, Gallimard.
DÉCULOT, É. (dir.) [2003] : Lire, copier, écrire. Les bibliothèques manuscrites
et leurs usages au XVIIIe siècle, Paris, CNRS.
DIDEROT et d’ALEMBERT [1986] : Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des
sciences des arts et des métiers, textes choisis et établis par A. Pons, Paris,
Flammarion.
DUCARD, D. [2001] : « La Machine à lire et le scriptorium électronique »,
Spirale, no 28 (« Nouveaux outils, nouvelles écritures, nouvelles
lectures »), 181-193.
Encyclopædia Universalis [1968, 1980, 1989, 2002], Paris, Encyclopædia
Universalis France S. A.
GOODY, J. [1979] : La Raison graphique. La Domestication de la pensée
sauvage, Paris, Minuit.
ILLICH, I. [1991] : Du lisible au visible : la naissance du texte, Paris, Le Cerf.
LONGUET, P. [1998] : « Surfaces intelligentes : les encyclopédies
multimédia », Critique, no 608-609 (« Dicomania ou la folie des
dictionnaires »), 1095-1105.
MONZIE, A. de, L. FEBVRE et G. BERGER [1937-] : Encyclopédie française,
Paris, Société de gestion de l’Encyclopédie française.
MUSIL, R. [1973] : L’Homme sans qualités, Paris, Le Livre de poche.
QUENEAU, R. [1963] : Bords. Mathématiciens, précurseurs, encyclopédistes,
Paris, Hermann.
QUINSAT, G. [1998] : « De la mappemonde au Web : vers un texte “ sans
qualités ” ? », Critique, no 608-609 (« Dicomania ou la folie des
dictionnaires »), 981-991.
REY, A. [1982] : Encyclopédies et Dictionnaires, Paris, P.U.F., coll. « Que
sais–je ? ».
RIVIÈRE, P. [1999] : « Encyclopédies multimédias », Manière de voir, no 46
(« Le Monde diplomatique »), juillet-août
4. Voir « Fragment (littérature) », Encyclopædia Universalis, 2002.
5. « L’arbre Universalis » se compose de 21 thèmes généraux ou
grandes branches et 6 000 sous-thèmes ou petites branches. Exemples,
donnés par l’éditeur, de choix par embranchement :
– Économie et gestion A Relations économiques internationales A
Systèmes monétaires A Système monétaire international A Change :
le système monétaire européen ;
– Littératures A Genres littéraires A Genres dramatiques en
Occident A Genres dramatiques au Moyen Âge A Théâtre
élizabethain ;
– Physique A Mécanique A Mécanique des fluides A
Aérodynamique A Vol animal.
6. Voir « Tableaux de relations », Organum, vol. 17, Encyclopædia
Universalis (1968 : 595-625).
7. Les modalités sont déterminées par les façons d’appréhender les
concepts, selon la fonction et le contexte. Elles sont au nombre de
trois : formelle, opératoire, objectale. Les quatre relations sont des
relations d’implication, d’implication réciproque, de relation indicielle,
de méthode. La typologie des relations est expliquée dans la notice qui
sert de mode d’emploi pour la lecture et l’utilisation des tableaux.
8. Ibid. : 595.
9. A. Blair définit ainsi le genre de ces « bibliothèques portables » que
sont les recueils de lieux communs : « Employés dans des sens multiples,
notamment en rhétorique et dans la topique aristotélicienne pour
désigner l’amplification oratoire ou les différents chefs d’arguments, les
“ lieux communs ” désignent ainsi à la Renaissance les rubriques sous
lesquelles on classe dans un recueil toutes sortes de citations,
d’informations ou d’anecdotes mémorables relevées au fil des lectures
ou d’observations personnelles. Stockées de façon à ce qu’on puisse les
retrouver, les données ainsi accumulées sont prêtes à servir dans
différents types de composition – lettre, oraisons, cours, publications
en tout genre » (dans Baratin et Jacob, 1996 : 87). Sur les « bibliothèques
manuscrites », on se reportera à l’ouvrage collectif dirigé par Déculot
(2003).
10. P. Léna, membre de l’Institut, professeur à l’Université de Paris
VII–Denis Diderot, dans le parcours « Auteurs » de la version 8 de
l’Encyclopædia Universalis, 2002.
11. M. Izard, directeur de recherche émérite au CNRS (ibid.).
12. Voir P. Rivière (1999).
13. A. de Monzie, « Pour une encyclopédie française », préf. à
l’Encyclopédie française (1937 : 5-9).
14. L. Febvre, « Enseignement et documentation », chap. II, section C,
t. XVIII, La Civilisation écrite, Encyclopédie française (1937).
15. R. Queneau, prospectus publicitaire pour l’Encyclopédie de la
Pléiade, paru en 1956 (chez Gallimard), et reproduit dans Queneau
(1963 : 85-111).
volume 32 numéro 2 • P R O T É E
36
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising