Le diagnostic territorial (1999)

Le diagnostic territorial (1999)
Pays Pyrénées-Méditerranée
DIAGNOSTIC
Et
ANALYSE STRATEGIQUE
SEGESA pour le CIDEV
Juillet 1999
Attention
: Version
de travail du
– Document
provisoire
SEGESA
: Etude
de préfiguration
Pays Pyrénées-Méditerranée
mai 1999
-1-
⇒ Evolution de la dynamique intercommunale vers le projet de territoire
calendrier des réunions organisées par le CIDEV dans le cadre du PAYS
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
mai 1999
-2-
SOMMAIRE :
INTRODUCTION.........................................................................................................................................................5
I - POSITIONNEMENT DU TERRITOIRE ............................................................. 7
1- QUELLE COHÉSION GÉOGRAPHIQUE ? ......................................................................................................................7
- Un territoire contrasté ..............................................................................................................................................7
2- QUELLE COMMUNAUTÉ D'INTÉRÊTS HISTORIQUES ET ÉCONOMIQUES?..................................................................8
- les solidarités historiques .........................................................................................................................................8
- Les principales structures institutionnelles associées au projet .............................................................................10
3- QUELLES RELATIONS À L'EXTÉRIEUR ? ..................................................................................................................12
- Place dans les échanges internationaux et dans l'Arc méditerranéen ....................................................................12
- Vers une requalification de la notion de frontière ..................................................................................................12
II - LES DIAGNOSTICS THEMATIQUES ............................................................. 14
1 - ANALYSE DU SYSTEME PRODUCTIF : LA COMPÉTITIVITÉ DU TERRITOIRE ...............................................14
11- STRUCTURATION DE L'AGRICULTURE ET DES IAA...............................................................................................14
- Evolution des structures de production ..................................................................................................................14
- Les principales productions....................................................................................................................................15
- Le circuit coopératif et les IAA ...............................................................................................................................16
12- LA PÊCHE ET LES CONSERVERIES ..........................................................................................................................17
- L'activité pêche .......................................................................................................................................................17
- Les pêcheries et conserveries d'anchois .................................................................................................................17
13- LES INDUSTRIES ET LES PME ................................................................................................................................18
- Caractérisation de la diversité des pôles économiques ..........................................................................................18
- Tendances d'évolution des zones d'activités ...........................................................................................................18
- Les principaux établissements et les tendances d'évolution (industrie, PME/PMI)................................................19
- Les activités en émergence : le pôle plastique........................................................................................................21
14 - PLACE DE LA RECHERCHE ET DE L'INNOVATION .................................................................................................22
- Qualification du territoire par la recherche scientifique et l'expérimentation .......................................................22
15- LE TOURISME .........................................................................................................................................................23
- Une infrastructure littorale support d'une activité touristique considérable..........................................................23
- Le tourisme balnéaire et les ports de plaisance......................................................................................................24
- Le tourisme vert ......................................................................................................................................................26
- Des stations thermales du Vallespir aux pôles santé de la Côte Vermeille ............................................................26
2- COHESION ET DYNAMIQUE SOCIALE : LE TERRITOIRE EN TERME DE RESSOURCE HUMAINE ..................28
21- LA DYNAMIQUE DÉMOGRAPHIQUE ........................................................................................................................28
- Evolutions démographiques....................................................................................................................................28
- Qualification des mouvements migratoires.............................................................................................................28
22- L'EMPLOI ET LA FORMATION.................................................................................................................................31
- Répartition et structuration de l'emploi ..................................................................................................................31
- Evolution de l'emploi dans les différentes filières...................................................................................................33
- Tendance d'évolution de l'emploi touristique .........................................................................................................34
- Le chômage.............................................................................................................................................................35
- Orientations vers une restructuration de l'action pour l'emploi : MLI (mission locale d'insertion) et ANPE........36
- Formation et politiques spécifiques en direction de l'emploi .................................................................................36
- Emploi saisonnier ...................................................................................................................................................36
23 - LES PROBLÈMES SOCIAUX .....................................................................................................................................38
- Le chômage de longue durée ..................................................................................................................................38
- Les personnes âgées ...............................................................................................................................................38
- L'accueil des migrants ............................................................................................................................................39
24 - LA RÉPARTITION DES SERVICES PUBLICS .............................................................................................................39
- Territorialisation des services publics (cf: schéma départemental): rôle des pôles urbains dans la distribution des
services publics.........................................................................................................................................................39
- L'amélioration de l'efficacité du service public (domaines éducation (écoles, cantines, garderies), santé, culture,
sport….) ....................................................................................................................................................................40
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
mai 1999
-3-
collèges et répartition des effectifs (collèges à options…) ........................................................................................40
à compléter… ............................................................................................................................................................40
- L'organisation des services : examen du niveau d'enrichissement du territoire en services d'équipements
collectifs ....................................................................................................................................................................40
25 - PLACE DES INITIATIVES CULTURELLES.................................................................................................................40
- Les sites inscrits et classés......................................................................................................................................40
- Les lieux culturels (musées, manifestations…) .......................................................................................................41
- La jeune création aujourd'hui.................................................................................................................................41
3- DU PATRIMOINE NATUREL AU CADRE DE VIE : L'ATTRACTIVITÉ DU TERRITOIRE.................................42
31 - LE PATRIMOINE NATUREL DES ZONES CLASSÉES .................................................................................................42
- Les ZNIEFF et autres réserves ou protections .......................................................................................................42
- Les réserves naturelles............................................................................................................................................43
32- LA GESTION DES RESSOURCES NATURELLES FACE AUX RISQUES MAJEURS .........................................................44
- Forêt et plan de lutte contre les incendies ..............................................................................................................44
- Eau et gestion de la ressource (qualité de l'eau d'alimentation et de baignade)....................................................44
- Eau et maîtrise des risques inondations (ouvrages de protection et entretien des berges) ....................................45
- Le volet des risques naturels : plan de prévention des risques naturels prévisibles (PPR) pour communes Argelès
- le Boulou - Cerbère - Collioure - Port-Vendres - StJean Pla de Corts. .................................................................45
33- ELÉMENTS DE LA PLANIFICATION FONCIÈRE........................................................................................................47
- les schémas directeurs d'urbanisme et les POS ......................................................................................................47
34 - LA CULTURE DES PAYSAGES..................................................................................................................................48
- Une identité paysagère ...........................................................................................................................................48
35 - L'ATTRACTIVITÉ DU TERRITOIRE .........................................................................................................................48
- Une position stratégique dans les flux ....................................................................................................................48
III - LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL .................................................................. 50
1- LES RÉSEAUX ET LES DYNAMIQUES URBAINES ........................................................................................................50
- Les priorités d'amélioration des désertes routières et ferroviaires et de jonction des pôles urbains .....................50
- Les schémas de desserte routière et de répartition des flux saisonniers.................................................................50
- Le positionnement des zones industrielles et des pôles touristiques .......................................................................53
2 - MODALITÉS DU TRANSPORT ET POINTS DE REDISTRIBUTION DU TRAFIC...............................................................53
- L'articulation des pôles d'échanges de l'économie au territoire (Port-Vendres, Le Boulou-StCharles) ................53
- Mise en relation des modalités de transports avec les plates formes d'échanges économiques (terrestre et
maritime)...................................................................................................................................................................54
- Les modalités du trafic terrestre international (rail-route) et de l'activité portuaire .............................................54
3 - LES LIENS TRANSFRONTALIERS DE PROXIMITÉ .....................................................................................................55
- A propos des liaisons portuaires de proximité........................................................................................................55
- La continuité transfrontalière des programmes d'aménagement............................................................................55
IV - ELEMENTS DE SRATEGIE ............................................................................ 57
1 - ATOUTS / FAIBLESSES DU SYSTÈME PRODUCTIF .....................................................................................................57
2 - ATOUTS / FAIBLESSES DES DYNAMIQUES SOCIALES ...............................................................................................58
3 - ATOUTS / FAIBLESSES DES DYNAMIQUES SPATIALES DU TERRITOIRE ...................................................................59
4 - SYNTHESE GENERALE ATOUTS / FAIBLESSES .................................................................................................60
ELÉMENTS DE PROSPECTIVE TERRITORIALE ..................................................................................................61
THÈMES RETENUS POUR LA CHARTE DE DEVELOPPEMENT ............................................................................62
BIBLIOGRAPHIE UTILISEE ..................................................................................................................................63
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
mai 1999
-4-
INTRODUCTION
L'espace décrit par le projet de Pays Pyrénées-Méditerranée se constitue dans un périmètre
élargi autour du Bassin d'Emploi de Céret animé depuis 1991 par un Comité de Bassin (CIDEV).
Ce territoire administré par 6 cantons (les 5 cantons de l'arrondissement de Céret - 40 communes,
66.670 habitants) auxquels se joint aujourd'hui le canton de Thuir ( 17 communes, 18.096
habitants) mobilise aujourd'hui les intérêts intercommunaux à la dimension des 57 communes
suivantes :
Albère (L'), Amélie-les-Bains-Palalda, Argelès-sur-Mer, Arles-sur-Tech, Banyuls-dels-Aspres,
Banyuls-sur-Mer, Bastide (La), Boulou (Le), Brouilla, Caixas, Calmeilles, Camélas, Castelnou,
Cerbère, Céret, Cluses (Les), Collioure, Corsavy, Coustouges, Fourques, Lamanère, Laroque-desAlbères, Llauro, Llupia, Maureillas-las-Illas, Montbolo, Montesquieu, Montferrer, Oms, Palau-delVidre, Passa, Perthus (Le), Ponteilla, Port-Vendres, Prats-de-Mollo-la-Preste, Reynès, Saint-André,
Saint-Génis-des-Fontaines, Saint-Jean-Lasseille, Saint-Jean-Pla-de-Corts, Saint-Laurent-de-Cerdans,
Saint-Marsal, Sainte-Colombe-de-la-Commanderie, Serralongue, Sorède, Taillet, Taulis, Tech (Le),
Terrats, Thuir, Tordère, Tresserre, Trouillas, Villelongue-dels-Monts, Villemolaque, Vivès.
Dans cette configuration, le territoire de Pays regroupe 84.766 habitants au recensement de
1999 qui qualifie ce territoire de lieu attractif pour une frange marquée de population.
L'orientation actuelle de cette communauté de vallée ouverte sur le littoral se caractérise par une
dynamique de développement local centré sur une alternative à l'attraction de Perpignan. Ainsi
l'enjeu du développement réside dans la structuration d'une entité autonome et non dans celle
d'un territoire périphérique. En effet, le maillage du territoire par un ensemble de petites villes de
plus de 2.000 habitants (10 principales dont la plupart sont en croissance démographique)
démontre la cohésion et le rôle particulier de ce territoire qui engage aujourd'hui son
développement sur une solidarité territoriale entre littoral et arrière-pays.
Ce document traite des besoins d'aménagement (c'est à dire des relations fixes au territoire
comme les éléments du service public, les infrastructures…) pour aborder ensuite l'opportunité
du développement de projets (c'est à dire l'organisation socio-économique des communautés
humaines). L'ensemble de ce diagnostic est le préambule à l'élaboration d'une CHARTE DE
TERRITOIRE qui doit conduire, après concertation des élus, à la définition d'éléments de
stratégie territoriale pour la mise en œuvre, avec l'ensemble des acteurs, d'un PROJET DE
TERRITOIRE à la dimension du PAYS.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
mai 1999
-5-
⇒ carte de présentation du territoire (relief et limites cantonnales)
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
mai 1999
-6-
I - POSITIONNEMENT DU TERRITOIRE
Ce n'est pas l'accent sur les différences ou les particularités des éléments de structuration du
territoire qui sera retenu dans ce chapitre, mais les permanences, les similitudes et aussi les
problèmes récurrents à l'échelle de ce territoire qui en font un espace pertinent dans la conduite
des politiques à venir.
Quelle cohésion géographique ?
- Un territoire contrasté
L'insertion de ce territoire dans des logiques de politiques de "Massif Pyrénéen" est source à la
fois de cohérence et de contraste entre la zone littorale rocheuse de la Côte Vermeille de
Collioure à Cerbère et les hautes vallées des Albères, des Aspres et du Haut Vallespir. Ainsi le
relief et sa forte déclivité sont une caractéristique principale de la zone qui offre en conséquence
à l'urbanisation les franges littorales et les fonds de vallées appuyés par ailleurs par des zones
plus ouvertes vers la plaine du Roussillon et la mer. L'existence de ces bassins versants
nombreux et très prononcés induit de fait des risques constants d'inondation et de fortes érosions
qui ont gravement marqué l'histoire de ce pays.
Ainsi, ce territoire contrasté par les variations d'altitudes peut également se prévaloir d'une
contiguïté entre mer et montagne qui offre un patrimoine naturel remarquable au regard de la
diversité de l'étagement de la végétation. Trois entités naturelles se différencient autour d'une
vallée ouverte sur les contreforts des massifs des Albères et des Aspres au seuil de la plaine du
Roussillon. Les toponymes s'accordent à décrire des similitudes qui rapprochent ces territoires
géographiques : Aspres et Vallespir (Valle Asperii) ont une même étymologie issue de la
configuration d'un relief abrupt. Ces zones à fortes similitudes trouvent d'ailleurs aujourd'hui leur
territoires de piémont liés à des Communautés de communes qui transcendent déjà les
appartenances cantonales.
-
Albères : la zone pyrénéenne des Albères se différencie en fait par deux entités
géographiques : l'une est la région des vallées ouvertes vers la mer et accessibles depuis
la côte d'Argelès à Cerbère. L'autre est celle des vallées orientées vers le Vallespir que
l'on peut atteindre à partir des localités d'Argelès au Boulou ou au Perthus. Leur altitude
et leur morphologie sont identiques à la différence de leur climat et végétation. Ouverte
aux influences méditerranéennes, la zone côtière abrupte et ravinée est le domaine de la
vigne et des terroirs d'appellation jusqu'à moyenne altitude. La zone de l'intérieur est plus
fraîche et plus arrosée, elle est taillée de gorges et de vallées où l'eau est présente avec
une relative abondance et permet le maintien d'un habitat dispersé.
-
Vallespir : "Valle Asperii" vallée d'un relief particulièrement vigoureux, est celle du
cours du Tech. En 30 km à vol d'oiseau on passe de 120m d'altitude au-dessous de Céret à
2507 m au Roc Colom où le Tech prend sa source. Ainsi l'étagement de la végétation
donne une valeur et une ressource particulière à ce territoire: les forêts de chênes liège et
chênes vert cèdent peu à peu la place aux châtaigniers dont les plantations se sont
multipliées à la fin du XIXe siècle. Dans les étages supérieurs le hêtre est dominant et
voisine avec les plantations de résineux effectuées par l'Etat dans le cadre du maintien des
sols (politique forestière de montagne) après notamment les inondations de 1940.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
mai 1999
-7-
-
Aspres : hautes collines schisteuses situées entre le Vallespir et le Conflent, limitées par
les sillons de la Têt et du Tech, elles forment les zones viticoles des côtes du Roussillon
en zone piémont du Canigou. Cette zone d'interférences est géographiquement un espace
d'articulation entre des vallées étroites de piémont et la plaine du Roussillon.
2- Quelle communauté d'intérêts historiques et économiques?
- les solidarités historiques
Ce territoire n'est pas un espace replié sur lui-même mais un espace géographiquement ouvert
sur des relations portuaires et doté d'une forte perméabilité de ses frontières terrestres. Même si
l'Histoire a souvent profondément redéfini les flux d'échanges au gré des options politiques
(blocus économique et culturel de la période franquiste) et longtemps scindé les deux versants
d'une même communauté d'intérêts catalans, les enjeux d'aujourd'hui sont d'un autre ordre et
s'appuient sur les capacités internes du territoire à structurer son propre développement. Celui-ci
ne repose pas tant sur la désaffection du modèle balnéaire classique dont le pouvoir attractif
persiste (l'évolution statistique nationale marque pourtant une réorientation au profit des littoraux
aquitains), mais sur l'adoption d'une diversification des formes de développement pour que se
mette en place une gestion plus équilibrée des espaces et des ressources économiques qui sont
aujourd'hui en concurrence.
En effet, ce territoire de "Pays" est un espace de convergence et d'attraction de population (+
10.3% sur l'ensemble du territoire - données population 99), lieu d'équilibre instable entre une
urbanisation littorale en croissance liée au secteur touristique (transformation des zones
balnéaires en petites villes) et un besoin général de requalification des économies plus
traditionnelles liées pour une part à l'agriculture et à la pêche.
Les enjeux du "Pays" sont sûrement ici dans une compétition pour le sol (qui est rare) mais aussi
pour l'eau (gestion de toutes ses contraintes : quantité, potabilité, assainissement, qualité de
baignade….), pour l'emploi et les investissements. La compétition tourne généralement à
l'avantage du tourisme "perturbateur" des équilibres socio-économiques traditionnels, fauteur de
crise des activités préexistantes fragiles (pêche, agriculture…) mais aussi fournisseur de
nouvelles ressources sûrement mal réparties dans le temps (saisonnalité très courte) comme sur
l'ensemble du territoire. L'inégalité du développement territorial est là, due à un effet littoral très
présent et source de la problématique principale du diagnostic proposé.
Mais l'affirmation de la place du tourisme doit être nuancée au sein d'un tissu économique qui est
par ailleurs largement diversifié et qui contribue à l'attractivité du territoire autour des pôles de
recherche (laboratoire Arago en biologie marine, recherche et développement dans le liège, sur
la vinification…), de la valorisation de la filière pêche par une réhabilitation de l'espace de criée
et des investissements du port de commerce de Port-Vendres, des nouvelles structures de
commercialisation et de nouveaux produits issus de la viticulture… une structuration culturelle
forte par un travail d'appropriation des références locales mais aussi de créations modernes et
contemporaines…
Les solidarités fonctionnelles du territoire reposent sur des pôles de services et de travail :
aucune petite ville n'a une grande autonomie mais une complémentarité forte joue dans les
fonctions de chacune et forme ainsi une mise en réseau à la dimension du territoire. Les trajets
domicile-travail sont souvent profitables à la zone par rapport à l'attraction de Perpignan à
l'exemple de Thuir .
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
mai 1999
-8-
⇒ carte des attractions travail-service - DATAR -
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
mai 1999
-9-
- Les principales structures institutionnelles associées au projet
Le territoire Pyrénées-Méditerranée se décrit aussi dans la représentation de structures
institutionnelles nombreuses qui marquent une organisation infra-territoriale forte par une
animation soutenue de leur programme.
Les compétences détaillées de chaque structure intercommunale active sur le territoire peuvent
être trouvées dans la partie annexe de l'étude. L'essentiel des structures recensées couvre des
domaines distincts de l'aménagement du territoire, souvent de façon sectorielle, et la multiplicité
des différents domaines d'intervention de ces structures interroge déjà sur leur coopération au
sein même du "Pays". La formation historique de ces intercommunalités souligne d'autre part
une forte tradition de coopération qui s'exerce aujourd'hui dans un espace renouvelé et non
encore appréhendé en terme de territoire pertinent de développement (mise à part l'action
sectorielle très récente du SIVU du Tech sur l'ensemble des communes du cours du fleuve).
Les Chartes présentent sur le territoire
-
La Charte du Haut et Moyen Vallespir
La Charte du port de Port-Vendres
La structure de développement qui fédère le projet de PAYS
- Le Comité de Bassin d'Emploi: Comité Intercommunal de Développement du Vallespir
(CIDEV), regroupe 28 communes depuis 1991.
Les Communautés de Communes
- Communauté de Communes du Vallespir (4 communes : Céret, Maureillas, Reynès,
Saint Jean Pla de Corts) (siège social à Céret)
- Communauté de Communes des Aspres (17 communes) (siège social à Thuir)
Les SIVOM
- le SIVOM d'Argelès
- le SIVOM des Albères ( Argelès, Laroque, Palau, Saint-André, Saint-Génis-des-Fontaines,
Sorède, Villelongue, Alenya, Corneilla, Elne, Montescot, Ortaffa, Thesa, Villeneuve de la
Raho) (siège social à Argelès)
- le SIVOM du Haut-Vallespir ( Prats-de-Mollo, Saint-Laurent-de-Cerdans, Coustouges,
Serralongue, Lamanère, Le Tech) (siège social à Prats-de-Mollo)
- le SIVOM du Moyen-Vallespir ( Amélie les Bains, Arles-sur-Tech, La Bastide, Corsavy,
Montbolo, Montferrer, Saint-Marsal, Taulis) (siège social à Amélie)
Les SIVU
- SI pour l'Aménagement et la gestion du Tech (30 communes sur le parcours du Tech)
(siège social à Céret)
- SI Sauvegarde et Développement du Massif des Albères (L'Albère, Argelès, Le Boulou,
Les Cluses, Collioure, Laroque, Maureillas-las-Illas, Montesquieu, le Perthus, Saint-André,
Saint-Génis-des-Fontaines, Sorède, Villelongue-dels-Monts) (siège social à Argelès)
- SI Défense incendie moyenne vallée du Tech (Banyuls des Aspres, le Boulou,
Montesquieu, Saint-Jean-Lasseille, Tresserre) (siège social au Boulou)
- SI Défence contre les eaux des Albères ( Argelès, Laroque, Palau, StAndré, StGénis,
Montesquieu, Villelongue) ( siège social à Palau del Vidre)
- Le Groupement Touristique Européen (GTE) :
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 10
( siège social à Laroque des Albères)
Les DISTRICTS:
- District de la Côte Vermeille (Banyuls, Cerbère, Collioure, Port-Vendres)
(siège social à Banyuls)
les SYNDICATS MIXTES
- Syndicat Mixte Autoport du Boulou (Département P.O, CCI des PO, le Boulou, SaintJean)
- SEM de la zone portuaire d'Argelès (CCI des PO, Argelès)
- SEM du port de Port-Vendres
⇒ Carte des EPCI
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 11
3- Quelles relations à l'extérieur ?
- Place dans les échanges internationaux et dans l'Arc méditerranéen
La particularité intrinsèque de ce territoire est certainement sa relation à la frontière qui s'opère
ici sur les deux registres de "frontière terrestre" et de "frontière maritime". En effet si la première
notion est communément vécue et transcendée dans une appartenance culturelle catalane
(Barcelone est à 150 km), la deuxième est certainement moins présente hors circuits
professionnels de la mer (délimitation des zones de pêche avec accords internationaux) mais
marquée par une fermeture de liaisons avec l'abandon des lignes maritimes vers Alger et
l'Afrique du Nord. Ce territoire révèle des articulations multiples qui se jouent tant au niveau
européen que mondial par la croissance d'un trafic routier international au col du Perthus et
ferroviaire à la gare de Cerbère, et des échanges internationaux maritimes (Port-Vendres),
utilisant la généralisation des conteneurs et les possibilités d'une standardisation des transports
(pourtant peu utilisée à ce jour en multi-modal).
Ainsi, au-delà de la "mer territoriale" qui borde le littoral (zone dont la largeur a longtemps été
de 3 milles marins et qui est aujourd'hui de 12 soit 22,2 km), la frontière maritime est
potentiellement sujette à d'autres types de relations avec un plus grand nombre d'Etats comme en
atteste l'origine des navires de commerce ou de croisière de Port-Vendres. La position
stratégique de "frontière marine" pose d'autres types d'enjeux et des potentialités d'ouvertures
commerciales d'un autre ordre que les potentialités frontalières du Perthus. Nous verrons
comment s'articulent pour le territoire ces ouvertures sur les échanges internationaux et quels
avantages est en mesure aujourd'hui d'en tirer le "Pays".
D'autres passages comme le col d'Ares à 1513m d'altitude, la route de Coustouges ou le col de
Banyuls sont des points d'articulation importants dans une communication de proximité avec les
zones catalanes de Garrotxa et Alt Empordà vers le pôle économique de Girona.
De cette "géopolitique" très prégnante, se dégage une symétrie territoriale entre versants français
et espagnols dans les types d'implantations de l'habitat et dans les stratégies économiques de
développement entre Collioure/Cadaquès (patrimoine artistique), Argelès/Rosas (tourisme
balnéaire), Figueres/Céret (musée d'art moderne), La-Jonquera/Le-Boulou (plate-forme
d'échanges), Thuir/Ripoll (centres de services et commerces), Prats-de-Mollo/Campredon
(problématiques montagne). Cette configuration donne aux problèmes transfrontaliers une
connotation particulière : la dimension économique des situations parallèles qui sont évoquées,
souligne la présence de moteurs économiques distincts que sont Girona et Perpignan auxquels
viennent s'ajouter Barcelone et Montpellier (avec le port de Sète).
Même si l'Europe s'installe, la frontière est aujourd'hui devenue économique, et les
investissements catalans en Catalogne ont creusé la différence. Le constat en matière de
développement, senti de façon intuitive par les acteurs du Pays Pyrénées-Méditerranée dans une
"distance" prise avec Perpignan, est que l'avenir se joue ailleurs, que le marché est de plus en
plus barcelonais et que le territoire à gérer est transfrontalier : le marché s'oriente vers une
alliance commerciale avec la Catalogne …
- Vers une requalification de la notion de frontière
Dans cette approche économique, si le Perthus espagnol attire des flux d'une clientèle française
vers ses espaces de concentration marchande, les flux de visiteurs barcelonais donnent les
prémisses d'une fréquentation qui se fait beaucoup plus par les cols adjacents : le versant
espagnol est une zone dont la population est aussi mieux répartie en altitude que celle du versant
nord. Les liens de "voisinage" initient déjà des échanges culturels alors que les rapprochements
économiques entre les bassins d'emplois du Alt Empordan et de Garrotxa avec ceux des AspresVallespir et Albères se concertent aujourd'hui sur l'impulsion d'une véritable dynamique de
développement qui préserve et renforce cette identité commune (Création d’un Centre de
Ressources pour le Développement Transfrontalier).
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 12
Ainsi, cette notion d'identité qui émerge en cette fin de siècle, devient un élément fort du
développement en affirmant une possible valorisation individuelle et collective. Cette notion
identitaire tient également une part active dans les choix d'établissement de nouvelles
populations et un attrait de plus en plus valorisé dans les prestations de produits touristiques
initiant à une approche culturelle.
En effet, la notion de frontière n'est plus a appréhender en terme de limite de marché et de
concurrence mais devient une incitation à privilégier les échanges, à former des réseaux dans le
domaine économique du tourisme ou dans celui de l'enseignement universitaire afin qu'un
brassage des initiatives donne naissance à une nouvelle territorialité.
⇒ carte des territoires frontaliers
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 13
II - LES DIAGNOSTICS THEMATIQUES
Cette partie regroupe à travers une analyse sectorielle des problématiques complémentaires
allant de l'analyse du système productif à la dynamique sociale en prenant en compte son
inscription et son interaction avec le territoire. Trois chapitres forment ainsi la partie
centrale de ce diagnostic.
1 - ANALYSE DU SYSTEME PRODUCTIF : la compétitivité du
territoire
11- Structuration de l'agriculture et des IAA
- Evolution des structures de production
Si l'on regarde l'évolution des installations agricoles aidées entre 1988 et 97 (10 ans de DJA)
deux zones se distinguent franchement et se calquent aussi sur des choix de productions
différentes entre une dominante viticole (Thuir, Céret, Argelès, Côte-Vermeille) et une zone
montagne de "reconquête" par l'élevage (Prats-de-Mollo, Arles). Cette différenciation fait
ressortir une représentation plus forte du secteur agricole dans les hautes vallées (tranche 1015% du secteur actif) légèrement moindre mais très significative d'une activité soutenue pour les
zones viticoles des côtes du Roussillon (tranche 7-10%) et inférieure à 7% des actifs sur les
zones de déprises situées principalement en piémont.
Si la restructuration de la viticulture enregistre le renouvellement de la profession par une
population de jeunes de façon plus marquante que dans les hautes vallées (80 DJA en 10 ans sur
le canton de Thuir - secteur agricole très fort 10-15% des actifs), le phénomène est
principalement dû à une prépondérance de transmissions familiales. Les installations hors cadre
familial sont plutôt le fait des zones de reconquête de l'activité agricole avec des efforts soutenus
en matière de diversification en produits de qualité. La structuration de l'offre à l'exemple du
"Rosée des Pyrénées" en filière viande, la relance d'une activité fromagère ainsi que
l'organisation de marchés fermiers - Castelnou, Port-Vendres - atteste la présence d'un
dynamisme et d'une reconnaissance de qualité par les professionnels.
Les données de 96 (MSA.PO) pour les AOC Banyuls-Collioure (4 communes) font état de 472
exploitations dont 41% sont inférieure ou égale à 1 ha. A ces chiffres doivent être ajoutés les
double-actifs non inscrits MSA qui représentent une population importante pour ce vignoble.
D'une façon générale les surfaces plantées sont en baisse malgré les plans de relance du vignoble
: reprise du vieux vignoble, vigne conduite en pare-feu (chantier en 1997 portant sur 65 ha).
En matière de structuration du foncier, les zones viticoles n'apparaissent pas avec les mêmes
potentialités si l'on compare les "Côtes du Roussillon" avec les AOC de la Côte Vermeille. Si
des opérations de remembrement se sont opérées dans la plaine du Roussillon, le parcellaire de la
côte reste très fragmenté à cause de la rareté des terrains et de la spécificité des versants dans
l'exposition de la vigne (nécessité de terroirs différenciés et complémentaires). Ce phénomène de
fragmentation du parcellaire doit être associé à une présence très forte de double activité souvent
très attachée à la valeur patrimoniale des terrains. D'autre part, le foncier de montagne ne suit pas
cette logique de répartition des terrains et bénéficie souvent de la dispersion de l'habitat et donc
d'un parcellaire relativement homogène mais trop souvent exigu.
En matière de reconversion de la production, aucune alternative n'est aujourd'hui donnée aux
surfaces d'arrachage de la vigne. Bien que des études soient entreprises sur les potentialités de
l'olivier rien de conséquent n'est aujourd'hui en œuvre. Les projets d'hydraulique Rhône
/Barcelone perturbent les options entre cultures sèches et possibilités d'irrigation, facteur d'un
redéploiement des cultures maraîchères et fruitières.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 14
- Les principales productions
La viticulture est une composante économique forte dont la structuration en AOC peut être
appréhendée à la dimension même du territoire d'étude. Cette production est d'autre part un
marqueur culturel essentiel du façonnement en mosaïque des paysages. Le rythme longitudinal
de l'étagement donné par les cultures en terrasse (Crus Banyuls et Collioure) est parcouru par les
stries obliques des canaux des eaux de ruissellement. Cet ensemble rude soutenu en pierres
schisteuses, structure les versants littoraux jusqu'au bord même des falaises. D'un autre côté, les
vignobles des Côtes du Roussillon sont conduits en grande culture homogène et se différencient
aussi en terrasses aux abords des Aspres.
La culture des fruitiers (abricot, pêche…) est à inscrire dans un ensemble plus vaste et ne marque
d'ailleurs que ponctuellement le paysage surtout dans la zone de piémont des Aspres. Pourtant, la
culture de la cerise, particulièrement adaptée au climat, reste la vitrine emblématique des
productions primeurs malgré un recul sensible des surfaces cultivées.
⇒ carte des aires d'appellation : AOC vigne, AOC fruits (abricot)…
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 15
La structuration historique du vignoble est un atout économique primordial pour le territoire
malgré la crise actuelle des vins doux naturels. Les vins doux naturels de Banyuls : la
production de ce cru original reconnu AOC en 1936, s'étend sur quatre communes: Collioure,
Port-Vendres, Banyuls et Cerbère. Dès 1971, les rouges et rosés de Collioure diversifient la
première appellation : AOC Collioure rouge en 1971, AOC Collioure rosé en 1991.
En 1950, création du Groupement Intercoopératif du Cru Banyuls (GICB) : centralisation des
ventes avec apport partiel de 8 coopératives. Changement de raison sociale du GICB qui devient
en 1993 le Groupement Interproducteurs Collioure-Banyuls (GICB) qui regroupe 1028
coopérateurs pour 4000 tonnes de raisins soit 30.000 hl sur plusieurs appellations et couleurs
(9.000.000 cols/an). Elle commercialise aujourd'hui 65% de la production de Banyuls (Grand
Cru, rouge, rosé, blanc) et 85% de Collioure (rouge, rosé). Aujourd'hui 95 salariés sont rattachés
au siège social. Indépendamment de cette structure, certains producteurs ayant des surfaces
conséquentes ont choisi une commercialisation directe à l'exemple du domaine de la Rectorie,….
La validation par le Conseil d'Administration du Plan Vinicole 1998-2007 vise l'amélioration
d'une plus grande qualité des produits (normes ISO 9002). Depuis janvier 98, le service
coopérateur est rattaché à la direction technique afin de renforcer la cohérence entre les actions
engagées sur le vignoble et les besoins commerciaux à satisfaire.
Les démarches engagées à ce jour vers une maîtrise optimale de la vinification (politique
d'investissement dans les chais, plan de formation en oenologie…) se tournent aujourd'hui vers
la maîtrise de la qualité du raisin. Ceci demande une conduite pédagogique en viticulture auprès
des producteurs. Ce suivi à la parcelle à partir des données CVI (casier viticole informatisé)
concerne bien sûr la nature de l'encépagement et pourrait être aussi utilisé dans le suivi des dates
optimales de récolte du raisin (suivi de l'optimum maturité). La structure d'un groupement
d'employeurs pourrait être dans cette démarche partie prenante de l'organisation globale des
vendanges.
- Le circuit coopératif et les IAA
Le secteur de l'agriculture et particulièrement le secteur agro-alimentaire s'inscrit dans une
compétition économique mondiale (fruits et légumes et vins…). Un réseau de distribution
important en fruits et légumes (Ille-Fruit à Thuir…) ainsi que des structures de transformation et
de négoce dotent ce territoire d'atouts économiques importants qui soutiennent un emploi
qualifié dans les domaines industriel et tertiaire.
Ainsi, les caves de BYRRH (115 salariés), gérées par la famille Violet jusqu'en 1961 date du
rachat par CUSENIER, la cave fait partie du groupe Pernod-Ricard depuis 1977. Elle produit 20
millions de bouteilles par an d'apéritifs aromatisés (Byrrh, Dubonnet, Cinzano, Américano,
Ambassadeur) ou à base de vins doux naturels (Vabé, Bartissol). Les moyens de contrôle des
produits sont assurés par la COFRAC, laboratoire en recherche et développement intégré à la
structure.
La visite des caves (5 hectares de bâtiments, 800 foudres et chaîne d'embouteillage) est la base
d'une commercialisation directe de la production. Avec 140.000 visiteurs/an ce site de tourisme
industriel est une des plus forte fréquentation du département (cf partie tourisme).
Les caves coopératives de village sont bien représentées et tendent à des regroupements pour une
maîtrise de la qualité et des marchés. Cette démarche est très présente pour l'AOC Côtes du
Roussillon. Pour les crus Banyuls et Collioure, les filiales de négoce du GICB se positionnent
sur des objectifs commerciaux spécifiques : la SIVIR partenaire de la grande distribution (vins
doux naturels : Banyuls, Muscat, Rivesaltes, Maury), le CELLIER DES TEMPLIERS pour la
vente aux particuliers et depuis 1998 la Cave de l'Abbé ROUS vers les cavistes, hôtels et
restauration. Le service expédition du GICB a une capacité d'envoi de 5000 colis pour le Cellier
des Templiers et 9000 colis pour la SIVIR grande distribution. La SARL Cellier des Templiers
Belgique commercialise Banyuls et Collioure au Luxembourg, Pays-Bas et Belgique.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 16
L'ETOILE sur Banyuls. Fondée en 1921 elle est la plus ancienne cave du Cru Banyuls. Le
circuit de vente aux particuliers est l'unique axe de commercialisation de l'entreprise. La
superficie totale des propriétés adhérentes est de 152 ha (146 ha en Banyuls, 6 ha en Collioure).
12- La pêche et les conserveries
- L'activité pêche
En parallèle de ses activités de commerce international, Port-Vendres concentre l'essentiel de
l'activité pêche de la Cote Vermeille (220 emplois dans le seul secteur de la pêche, 36 bateaux
adhérents à l'Organisation des Producteurs dont 11 thoniers) et enregistre aujourd'hui de
nouvelles adhésions de professionnels malgré la réduction de la flotte chalutière en 1998 (2 à
Port-Vendres et 5 à Port-La-Nouvelle). Sa situation stratégique dans la chaîne des ports de la
Méditerranée permet l'accueil de Thoniers pour un déchargement en cours de campagne, "point
de débarquement à toute la flotte des thoniers du quartier (de Cerbère à Gruissan) et à la majorité
des voisins sétois quand la ressource est proche"(Charte de développement de la place portuaire
de Port-Vendres) ce qui confère au site un atout d'importance. Cet avantage concurrentiel a été
renforcé par un plan d'adaptation aux normes européennes et a vu la réhabilitation de l'espace de
la criée (zone technique pêche de l'anse Gerbal et projet d'extension). La force commerciale de
cette organisation issue d'un travail partenarial entre producteurs et mareyeurs, s'oriente
aujourd'hui à 40% vers Barcelone. Complétant ces infrastructures de commerce (coopérative des
pêcheurs, PROQUAPORT…), un programme de remise à niveau de certains quais est en cours
avec démolition d'appontements aujourd'hui inopérants ce qui permettrait d'accueillir sur le quai
du Fanal des unités de pêche devenues plus importantes.
Mais l'activité pêche, en crise de ressource, demande aujourd'hui à être soutenue (extension
géographique des aires de pêche, transmission reprise de l'activité, rénovation de la flotte…).
Ainsi les plans de restructuration de la flotte des chalutiers s'orientent vers des espèces
pélagiques (1er quartier de la Méditerranée avec 6000 tonnes de sardines) bien que la saisonnalité
de cette pêche (120 jours/an) rende difficile la rentabilité de l'outil de production. Ainsi, malgré
la reconnaissance de poissons de qualité, les apports stagnent bien qu'une relance s'opère dans la
valorisation par le marché du "poisson bleu". Cette orientation principalement "anchois" initie
aujourd'hui une politique coopérative de relance pour la construction d'une nouvelle génération
de "lamparos".
Un autre type de pêche est plutôt affilié aux "petits métiers" qui se fait principalement de façon
traditionnelle par des pêcheries littorales (à l'intérieur des 3 milles). Cette pêche artisanale est
marquée par une activité saisonnière et une vente directe à quai.
- Les pêcheries et conserveries d'anchois
Ce savoir-faire artisanal autour d'une conservation d'anchois sel/huile et préparations dérivées est
encore la base économique d'unités de transformation de PME/PMI. Les conserveries d'anchois,
produit identitaire typique des ports de la Côte Vermeille, sont confrontées aujourd'hui à une
concurrence marocaine sur ce produit traditionnel. La production souffre des aléas d'une pêche
de proximité qui s'oriente de plus en plus vers des zones d'approvisionnement extérieures, ce
malgré la tentative d'un zonage d'appellation IGP (Indication Géographique Protégée) pour les
anchois de Collioure.
Ainsi avec des stratégies commerciales différentes (marchés de proximité ou exportation), les
entreprises DESCLAUX ANCHOIS - création en 1929 (13 salariés, 3.000 m² de bâtiment) et
ROQUE - création en 1878 (31 salariés, 500 m² de bâtiment + 675 m² ZA Cap Dourats)
produisent 200 à 250 tonnes d'anchois par an. Des activités annexes d'exposition, de visites sur la
transmission de ce savoir-faire local sont l'occasion d'une vente directe aux particuliers.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 17
Les sites de production sont généralement sur place même s'ils se démultiplient dans le cas
particulier de DESCLAUX entre Port-Vendres et Saint-Laurent-de-la-Salanque. D'autre part, les
marchés sont essentiellement nationaux et se concentrent sur le pourtour de la Méditerranée
entre grossistes, restaurants et particuliers. Une diversification agro-alimentaire des produits,
hors anchois au sel et à l'huile, semble aujourd'hui indispensable afin de renouveler un savoirfaire traditionnel.
13- Les industries et les PME
-
Caractérisation de la diversité des pôles économiques
En marge de l'influence urbaine de Perpignan, la caractéristique principale du territoire est la
répartition des bassins économiques avec une spécialisation marquée des secteurs d'emplois de
chaque petite ville. Ainsi, l'analyse du positionnement de chacune d'elle fait ressortir une
dépendance plus ou moins accrue par rapport au potentiel économique ou de services de la ville
voisine. Autrement dit, si le pôle de Thuir apparaît comme relativement autonome dans une
micro-région industrielle centrée à la fois sur un arrière pays et sur un bassin de clientèle vers la
plaine du Roussillon, la zone de Céret concentre les services du secteur public tout en composant
aussi avec des zones de trafic international à l'exemple du tourisme.
La coexistence de ces différents bassins économiques peut être caractérisée à un niveau plus
local : Thuir et le Boulou apparaissent en dehors de toute logique d'hébergements touristiques, à
l'opposé de ce schéma, Argelès se constitue sur cette seule ressource, mais aucun bourg à
l'exception de Port-Vendres (un itinéraire de délestage a été nécessaire au trafic du port…) ne
fait aujourd'hui la synthèse de ces deux économies entre tourisme saisonnier et zone industrielle
pérenne. Pour le Vallespir, le pôle administratif de Céret bien qu'en offrant l'exception du Musée
d'Art Moderne n'est pas un pôle de diffusion du tourisme, alors que le canton d'Arles/Tech
bénéficie d'une économie plus intégrée entre la proximité du thermalisme et l'industrie locale.
Mais le territoire appartient aussi à des logiques de flux internationaux et donc à une certaine
dépendance vis à vis de l'extérieur (tourisme et flux de marchandises) autour des sites de
Cerbère, du Boulou (distriport) et de Port-Vendres (port maritime) qui présentent des ancrages
industriels, de dimension internationale, structurants pour le territoire.
-
Tendances d'évolution des zones d'activités
Dans un premier temps, l'emprise de l'économie sur le territoire joue à plusieurs niveaux : si l'on
considère le fonctionnement des plates formes d'échange, éléments potentiellement structurant du
territoire à l'exemple de Port-Vendres, Cerbère et le distriport du Boulou on constate aujourd'hui
une appartenance à des logiques le plus souvent extérieures au territoire (logiques d'axe
autoroutier ou MIN de Perpignan) sans que celui-ci puisse y trouver un appui direct. Il paraît
important aujourd'hui que dans une dimension de "Pays" ces zones de commerce et d'échanges
trouvent une affectation complémentaire plus en lien avec l'économie locale : les services rendus
par de telles infrastructures doivent trouver des formes d'interdépendance dans un rapport plus
étroit au territoire local et être ainsi génératrices d'impacts directs sur la création d'entreprises et
d'emplois. La nouvelle dimension du territoire doit aider à rassembler les initiatives locales en
faveur d'un lien plus étroit avec ces infrastructures.
Dans une autre perspective, l'ancrage local d'importantes unités de production apparaît très
dépendante de décisions extérieures au territoire. En effet l'usine d'ARJOWIGGINS n'est qu'un
des 40 sites mondiaux de cette multinationale qui pérennise son implantation à Amélie grâce aux
apports des politiques de soutien menées par le département (actions sociales, actions technique
de mise aux normes…) mais qui génère peu de tissu de sous-traitance au niveau local.
Aussi, des actions de complémentarité avec le tissu économique local (pourquoi pas une action
culturelle entre fabrication de papier et manifestation artistique avec participation du Musée d'Art
Moderne de Céret ?…) doit impliquer plus directement l'entreprise dans un rôle dynamique de
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 18
structuration d'échanges locaux. Ce lien est aussi à créer avec les entreprises du liège (accords
avec coopératives viticoles locales) car même si les unités du liège sont bien représentées à Céret
grâce à leur fondation familiale, leur poids économique est largement tourné vers l'Espagne et
surtout le Portugal (on constate en effet que les effectifs salariés sont multipliés par 10 dans ces
régions là). Une diversification des produits s'impose pour l'ensemble des secteurs "traditionnels"
de l'économie impliquant une mutation des savoir-faire à l'exemple du liège (isolation, sandales
de plage….), de l'anchois (alternative à trouver aux seules productions d'anchois au sel…), action
qui viendrait enrichir en terme de gamme et de produit l'assise économique locale.
D'une façon générale en matière d'implantation d'entreprises, l'extension des zones d'activités
repose plus sur des offres foncières favorisant une délocalisation des entreprises régionales, que
sur une recherche de qualification et de mise en synergie des différents métiers. L'opportunité de
marchés de proximité est majoritairement le mobile déterminant des choix implantations
d'entreprises dans les métiers dominant du BTP même si localement les collectivités ont fait des
efforts de diversification (ateliers relais) vers l'implantation de nouveaux savoir-faire qui demeure
aujourd'hui une activité insuffisante.
Nous constatons d'autre part que l'intégration territoriale des entreprises est peu prise en compte y
compris dans la structuration des systèmes économiques traditionnels à l'exemple du liège.
L'organisation de réels systèmes de ressources autour des entreprises (type Plate-Forme
d'Initiative Locale) est à promouvoir afin que puisse exister un véritable appui logistique aux
entreprises (niveau de coopération, culture de réseaux, formation des salariés, services
partageables, etc….) qui offre ainsi un véritable environnement économique au tissu productif des
PME-PMI.
-
Les principaux établissements et les tendances d'évolution (industrie, PME/PMI)
Industrie du papier
ARJO WIGGINS APPLETON (300 salariés sur canton d'Arles), papetier franco-britanique
après fusion opérée en 1990 entre le groupe anglais Wiggins Teape Appleton et le français
Arjomari-Prioux, cette fusion (premier actionnaire Saint Louis 41% du capital) a donné
naissance au premier papetier de la CEE. En 1995, cession de la filiale espagnole CEASA de
production de pâte à papier (recentrage sur production de papier et non de pâte). Fondée en 1911
l'unité de Palalda à Amélie est aujourd'hui centrée sur une production de papier à usage médical
ou hospitalier, papier d’édition à haute valeur ajoutée sur des marchés français pour 30% et 70%
dans la distribution spécialisée en Europe et Amérique (exportation dans 110 pays).
Le refus en 94-95 par l’actionnaire majoritaire d’une orientation vers l’amont de la production
(conception intégrée avec production de pâte) ne peut être considéré dès 96 comme un atout avec
la flambée des cours de la pâte à papier. D'où l'idée d'un recentrage du site d'Amélie auprès des
producteurs de pâte à papier de StGaudens. La restructuration de l’outil de production en 1996
s'est alors orientée vers la suppression de 750 emplois sur 3 ans dans les usines européennes,
dont les filiales Crèvecoeur et Sainte-Marie à Jouy-sur-Morin et Boissy le Chatel en Seine et
Marne. Quarante sites de production sont aujourd'hui répartis dans le monde.
Synergie et appel à sous-traitance sont effectifs dans le domaine du transport pour
l'acheminement de la pâte de bois (origine Suède, Brésil ... suivant les cours et l'arrivage), avec
des sous-traitants à l'exemple du génie civil pour entretien de l'usine. L'utilisation du site du
Boulou comme aire de stockage est d'un avantage certain car le site d'Amélie est à l'étroit dans la
vallée du Tech. D'autre part en matière de mise aux normes, des investissements conjoints
(industrie/collectivités) ont permis l'installation d'une centrale d'épuration mise en service en
1993.
Le recrutement est essentiellement local sauf pour le personnel d'encadrement. La formation à de
nouvelles taches données en interne par l'entreprise, contribue au maintien et à l'évolution du
savoir-faire local par rapport à ce type d'activité.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 19
Industrie du liège et bouchon
Le liège, écorce aux propriétés exceptionnelles est produite par le chêne-liège qui pousse
spontanément sur des milliers d'hectares de massifs des Albères et des Aspres. Son exploitation
fût massive jusqu'aux années 50. Ensuite la concurrence en terme de matière première de
l'Espagne et du Portugal a entraîné l'abandon des suberaies alors que les industries locales se
maintenaient. Aujourd'hui, une récente hausse de la demande relance la pratique d'une
exploitation locale encouragée par les industriels et les collectivités locales soucieux de retrouver
prés de leur usines du Boulou ou de Céret une matière première qui permettrait d'intégrée la
filière vers l'amont. Cette remise en exploitation de la suberaie est une œuvre de longue haleine
qui demande une série d'opérations particulières. Cette ressource représente un enjeu important
par la plus value générée par un tissu local de PME/PMI constituant un pôle de compétence
certain. Ce pôle est d'ailleurs appuyé par les compétences en expérimentation-recherche de
l'Institut Méditerranéen du Liège (IML) et l'Université du liège.
L'industrie du liège représentée localement (Céret, le Boulou…) au niveau PME/PMI par les Ets
PAYROT (16 salariés, 3.300m² de bâtiments, fabrication de bouchon pour champagne (30%) et
vins pétillants), TRESCASE (49 salariés, 3.564 m² de bâtiment, fabrication pour vins
tranquilles), PENINSULIEGE (6 salariés, 1.000 m² de bâtiment, fabrication bouchon pour vins
tranquilles) ainsi que SABATE (165 salariés, 13.000 m² de bâtiment, fabrication de bouchon
pour champagne et vins fins) ont toutes des stratégie tournées vers des sites de production au
Portugal (usine de 280 salariés à Montijo pour PAIROT, 150 salariés pour TRESCASES, 70
salariés à Montijo pour PENINSULIEGE, nombreuses filiales pour SABATE : Espagne, USA,
Roumanie…). L'assise locale de ces entreprises tient le plus souvent à l'origine familiale des
dirigeants.
Les Ets SABATE accèdent à un niveau international (cotation en bourse) : c'est un secteur en
expansion et en croissance axé sur une recherche en développement qui a vu le dépôt de
plusieurs brevets (produit ALTEC et procédé SBN). L'entreprise SABATE confirme son
évolution, due surtout au développement des exportations qui pèsent aujourd'hui 73% de
l'activité du groupe. L'entreprise a acquis récemment la société suisse SUBER comptant sur une
progression de l'activité de 50% en 1999 en ouvrant une branche d'activité vers le bâtiment
(isolation liège).
Mais à côté de ces unités importantes, subsistent des entreprises artisanales ancrées sur des
marchés de proximité d'unités d'embouteillage de caves coopératives et privées, ou d'une
clientèle moins rapprochée à l'exemple d'ABEL SA (12 salariés, 2.000m² de bâtiment) dont 95%
de la clientèle se situe dans l'Est de la France entre négociants, propriétaires/domaines et
coopératives.
la filière bois
La ressource bois est riche dans sa diversité au regard de l'étagement de la végétation qui couvre
60% du territoire et représente à ce titre un atout économique d'importance. Dans les Albères, les
essences naturelles dominantes sont le chêne vert, le chêne liège (industrie du bouchon), le
micocoulier (les fouets de Sorède) et le hêtre. Les forêts du Vallespir résultent plus de l'action
humaine et sont constituées de plantations de châtaigniers, dont une action de restructuration est
aujourd'hui en cours (problématique phytosanitaire et organisation de l'exploitation de la forêt
privée), mais qui restent en compétition avec des reboisements en résineux réalisés dans le cadre
de la restauration des terrains en montagne. Ces ressources présentent aujourd'hui un volume
significatif et qualitatif mais leur exploitation reste difficile dans une déclivité très prononcée des
terrains.
Si les entreprises de débardage sont présentes au sein de la filière, par contre la valeur ajoutée de
la transformation est faible. Peut être la concurrence d'une menuiserie industrielle ou
l'importation de produits espagnols fait chuter la représentation des entreprises de sciage et de
façonnage au niveau local. Pourtant le créneau apparaît comme compétitif comme l'atteste le
développement d'entreprise telle que la COFOPYR sur la Z.I Espace Tech-Ulrich à Céret.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 20
Le BTP
C'est un secteur important (forte zone de constructions individuelles et marchés publics) avec des
profils d'entreprises très différents composés d'un petit artisanat ancré sur une clientèle locale
(d'opportunité ou fidélisée) et d'une frange de PME/PMI (15% des entreprises) génératrice
d'emplois plus qualifiés, qui participe aussi plus facilement à une certaine flexibilité dans l'offre
géographique des marchés.
Les facteurs de localisation de chacune de ces unités sont liés aux stratégies d'accès vers les
bassins de clientèle du Roussillon, ce qui explique une plus forte concentration de ces métiers
dans l'axe Thuir - StGenis avec les Ets COLAS (25 salariés), la SEP(14 salariés), Ets
NAVARRO (46 salariés) et COLMENERO (10 salariés). La concurrence espagnole est
présente plutôt dans le domaine des finitions (carrelage…) qu'en matière de gros œuvre, alors
que le marché apparaît plus préservé dès que l'on aborde le Vallespir avec ses unités artisanales
plus petites souvent de transmission familiale.
Le savoir faire local s'est davantage construit sur une transmission des pratiques que sur une
qualification affirmée, ainsi pour des travaux "pointus" comme la restauration des sites
historiques, le marché ne trouve pas de preneur local et doit s'ouvrir à des entreprises qualifiées
extérieures à la zone.
La logistique transport
Les stratégies mises en œuvre dans l'économie des transports sont différemment ancrées dans le
territoire. Si l'on considère le distriport du Boulou (stockage et redistribution de marchandises
industrielles), sa logique économique est celle de l'axe autoroutier de l'A9 , vecteur d'une entité
économique autonome ayant peu de répercussion en terme de localisation d'entreprises de
transport au niveau local. Les entreprises présentes sont celles des grands groupes internationaux
comme NORTRANS, SA PHILIPPE REY (12 salariés, 50 à Perpignan, autres sites de
production à Cavaillon, Montauban, Rungis, Rouen, Valence, Moissac, Barcelone) ainsi qu'une
vingtaine d'entreprises d'affrètement générant 180 emplois. Les logiques internationales
appartiennent à une autre dimension que celle du Pays Pyrénées-Méditerranée comme le
démontrent ponctuellement l'utilisation de la zone de stockage par le groupe ARJOMARI. De
plus, la stratégie en matière de transport des groupes internationaux étant la réduction
systématique des coûts, l'activité de la plate forme ne peut générer de grosses valeurs ajoutées si
son activité principale repose sur une mise à disposition d'un espace relais pour les affrètements
longue distance.
D'autre part, dans les mêmes logiques de distribution, des entreprises ancrée dans la production
agricole locale comme ILLE FRUIT à Thuir (40 salariés permanents + appel à saisonniers) sont
porteuses d'un développement et d'un service direct ancrés sur des ressources locales.
- Les activités en émergence : le pôle plastique
Un pôle plastique (résines usinables et de coulée) est intéressant à citer car il introduit de
nouvelles compétences au niveau local. De plus il tend à fonctionner en synergie entre les
entreprises de la zone industrielle d'Oulrich à Céret. Ainsi, les Ets APP SASPLAS (15 salariés,
1 234 m² de bâtiment, moulage plastique pour secteur de l'automobile) et PRECIMODEL,
montage d'un atelier-relais en recherche et développement (3 salariés, 120 m² de bâtiment,
conception de prototypes pour modelage) fonctionnent en complémentarité sur certains produits.
Dans les mêmes métiers, les Ets CORAL France à StAndré (6 salariés, 1.000m² de bâtiment,
équipement en polyester et piscines) sont aussi un des points de diversification important des
savoir-faire locaux.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 21
14 - Place de la recherche et de l'innovation
- Qualification du territoire par la recherche scientifique et l'expérimentation
le laboratoire Arago
Dépendant de l'Université de Paris, fondé en 1887 par Henri de Lacaze-Duthiers, le laboratoire
ARAGO dirige une équipe de recherche sur l'étude biologique marine et constitue l'un des
quatre observatoires océanographiques de l'INSU/CNRS. Son site est aussi connu pour
l'implantation d'un aquarium marin qui en fait un des lieu le plus visité de la côte (40 aquariums,
60.000 visiteurs/an) et un centre d'information incontournable pour le public scolaire local. Ce
laboratoire marin se diversifie par un Centre d'Ecologie Terrestre au Mas de la Serre situé aussi
sur la commune de Banyuls.
Les surfaces bâties sont affectées à la recherche et à l'enseignement (centre de documentation,
bibliothèque, salle de conférences de 80 places)) avec un pôle de services en hébergement (90
lits) et restauration pour étudiants. L'équipement du centre inclut des navires de recherche. Le
centre est en cours de réhabilitation et d'agrandissement (salle de conférence…). En terme
d'emploi, il réuni aujourd'hui un total de 123 permanents dont les fonctions se répartissent entre :
- enseignant-chercheur UPMC et Ecole Pratique des Hautes Etudes (13)
- chercheurs CNRS (26)
- ingénieurs, personnel administratif, techniciens (50)
- doctorants (20)
Une convention signée en 1996 avec la Généralitat de Catalunya a créé sur la base d'une
collaboration traditionnelle en matière de recherche le Laboratoire Européen Associé (LEA),
fédérant ainsi le CNRS/CSIC avec l'Institut des Sciences de la Mer de Barcelone et de
Perpignan. Ce LEA crée un pôle régional franco-espagnol déterminant dans l'Europe des
Sciences de la Mer (potentiel logistique de 300 chercheurs, ingénieurs et enseignants) et qui
occasionne aujourd'hui l'agrandissement du centre de recherche de Banyuls (salle de
documentation et ampli).
Actuellement le laboratoire conduit l'étude "Flux Tech" qui vise à répertorier les sources de
pollutions bactériologiques sur le fleuve Tech. A terme, le pôle de compétences du laboratoire
ARAGO représente pour le territoire une caution scientifique de premier ordre qui pourrait être
mise à profit dans la conception et la réalisation du projet du Parc Marin sur le site de Paulilles.
Recherche et développement sur le liège
L'Institut Méditerranéen de recherche sur le liège, établi au col de Llauro, apporte à la filière un
appui scientifique en ce qui concerne notamment le suivi d'une restructuration de la forêt du
chêne liège au niveau du territoire. Sa mission est en conséquence aujourd'hui ancrée dans la
sauvegarde de l'étage forestier du chêne liège qui est par ailleurs une zone à haut risque
d'incendie.
Ce projet de remise en exploitation de la suberaie est une œuvre de longue haleine qui demande
une série d'opérations particulières. Cette ressource représente un enjeu important par la plus
value générée par un tissu local de PME/PMI constituant un pôle de compétence certain. Ce pôle
est d'ailleurs appuyé par les compétences en expérimentation-recherche de l'Université du liège
associé à l'Institut Méditerranéen du Liège.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 22
15 - Le tourisme
- Une infrastructure littorale support d'une activité touristique considérable
Le territoire bénéficie d'un potentiel touristique de première importance qui s'appuie d'abord sur
le littoral et sa forte capacité d'attraction et d'accueil, mais également sur l'arrière pays et sa
tradition thermale. Argelès/mer totalise 90.000 lits et 1/6 du chiffre d'affaire du Département
(1/3 si nous extrapolons à l'ensemble du littoral avec la Côte Vermeille).
Il faut différencier les sites d'hébergement (capacités hôtelières et places de camping) des lieux
ponctuels de visite ou de fréquentation à la journée qui sont généralement peu porteurs
d'infrastructures et générateurs d'emplois. C'est le cas particulier de Thuir qui malgré une
excellente fréquentation des caves de Byrrh (138.000 visiteurs/1998) ne fixe sur son canton
quasi aucun séjour touristique. Ainsi, ce potentiel économique au cœur même de Thuir ne se
diffuse que très peu au sein du commerce local (hébergement, restauration…). Dans le même
esprit, malgré la notoriété du Musée d'Art de Céret (près de 50.000 visiteurs en 1998), la ville
présente un sous-équipement en établissements touristiques avec une carence marquée en
hébergement hôtelier.
D'une façon évidente, le site d'Argelès détient les capacités d'accueil les plus importantes (4.500
appartements pour 20.000 lits, 69 sites de camping pour 12.000 emplacements) même si
ponctuellement d'autres lieux d'hébergement sont générés par les stations thermales comme
Amélie-les-Bains ou Prats-de-Mollo. D'autre part, le niveau de prestations et le standing des
hébergements reflètent les stratégies des politiques touristiques mises en œuvre. Elles sont
orientées aussi par les enjeux de l'urbanisme c'est à dire les choix d'affectation des terrains
d'aménagement. Ainsi l'option camping sur-représentée sur le canton d'Argelès (forte
disponibilités de landes sableuses) n'est pas celle mise en œuvre sur la Côte Vermeille où
l'hébergement hôtelier de qualité est largement majoritaire (37 hôtels homologués). D'autre part,
la réhabilitation de l'immobilier touristique est une nécessité avancée par les acteurs du
développement de la Côte Vermeille (Argelès et la plage Nord).
⇒ carte des capacités d'accueil
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 23
Ainsi se perçoit un gradient de la pression touristique du littoral vers l'arrière pays et jusqu'aux
zones du haut Vallespir. La fonction touristique de cet arrière pays s'apparente plus aujourd'hui à
une diffusion touristique à la journée (proposition de circuits) qu'à une sédentarisation d'une
clientèle potentielle par des offres de séjours. Dans ces zones, l'économie touristique, pourtant
génératrice de quelques installations (chambres d'hôtes - fermes auberge…) ne constitue pas
encore une alternative au déclin continu de l'activité agricole et aux mutations des petites
industries comme celles de Saint-Laurent-de-Cerdans. Pourtant, l'évolution vers de nouvelles
références de ces produits traditionnels comme le tissage catalan auquel peut être ajouté
aujourd'hui des lieux créateurs de cuisine typée (la Coste de Dalt…) sont révélateurs d'un
changement d'orientation de ces secteurs vers le suivi d'une clientèle ciblée.
- Le tourisme balnéaire et les ports de plaisance
Economie fortement concentrée dans l'espace (zone littorale) et dans le temps (période estivale),
la fréquentation touristique connaît depuis quelques années un palier de développement dû à la
concurrence de destinations plus lointaine à des prix de revient équivalents. Localement, des
efforts de requalification touristique ont été orientés, notamment vers la mise en valeur d'espaces
de qualité par la préservation d'un patrimoine naturel exceptionnel. Ceci amorce aujourd'hui une
relance vers des formules plus typées de l'économie touristique mais cet engagement demande
souvent une réorientation massive des conceptions touristiques passées, lesquelles stigmatisent
encore le paysage de la côte.
Ainsi, à côté de ces mouvements de transformation lente, la qualification des hébergements
touristiques entre côte sableuse et rocheuse induit toujours un positionnement différentiel des
infrastructures touristiques du littoral entre camping et hôtellerie. A côté d'un tourisme de masse,
existent des unités hôtelières typées qui se démarquent des critères standards et contribuent à
fidéliser une clientèle d'une autre exigence. Ces sites majoritairement localisés sur la côte
rocheuse bénéficient d'une notoriété plus largement ancrée dans l'histoire culturelle du pays à
l'exemple de Collioure et Banyuls.
D'une façon générale, l'affluence touristique estivale qui multiplie par trois les populations
résidentes, accroît ponctuellement les besoins de services à la population qui ne fonctionnent
ensuite que dans une optique basse de gestion des mois creux (gestion de l'espace et des flux,
parkings, problèmes environnementaux des pollutions, etc…). Ainsi au regard du taux
d'occupation, la surcapacité des hébergements répondant aux besoins estivaux en font des
espaces vacants dans la période de l'inter-saison ce qui questionne sur la rentabilité d'un
développement à long terme (notamment dans les oppositions de gestion avec un locatif à l'année
pour les populations résidentes). D'autre part, les problèmes de logement des saisonniers est un
problème crucial de ces zones littorales, problème qui s'ajoute à l'instabilité et la précarité de
l'emploi.
Pourtant, une diversification est recherchée dans l'attrait sur une période plus longue des ports de
plaisance. Les anneaux disponibles sur cette partie du territoire sont en offre croissante :
agrandissement du port d'Argelès, amélioration projetée de Banyuls (300 anneaux actuellement)
et projet sur Cerbère (concurrencé par la création pour 1999 de 300 anneaux à Port-Bou).. Cette
stratégie de valorisation des sites portuaires par une extension vers une clientèle de plaisance
n'est pas une orientation partagée par tous les acteurs du développement. Des choix
concurrentiels sont par exemple opérés sur Port-Vendres vers le commerce et la pêche ou sur
Collioure pour des activités culturelles ( bien que ce port offre 100 anneaux à l'année dans un site
classé ZPPAUP).
Mais ces capacités de plaisance représentent peu par rapport aux 24 ports régionaux dont trois
des plus importants de la Méditerranée : Port-Camargue (4 300 anneaux), Cap-d'Agde (2 334) et
Saint-Cyprien (2 200). Cette donnée joue bien sûr pour la qualité des services offerts aux usagers
en matière de réparation et vente de matériel nautique et ne contribue pas aujourd'hui à la
création d'un pôle significatif et compétitif en services.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 24
Par contre, Port-Vendres a un potentiel certain a exploiter en matière de transit de passagers pour
croisières dont l'activité a commencé en 1996. D'ailleurs, la darse de plaisance du port peut
accueillir jusqu'à 260 bateaux de 4 à 50 m de long. Elle est la dernière escale française où des
services de ravitaillement en fuel, réparations et informations maritimes sont assurées, ainsi que
l'hivernage à sec ou à flot et le gardiennage des bateaux. Les facteurs limitants de ce potentiel
sont peut être à trouver dans les disponibilités en hébergements de qualité au regard des
prestations accordées à cette clientèle.
⇒ tableau des hébergements touristiques
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 25
- Le tourisme vert
Ce secteur d'activité présente une alternative au tourisme balnéaire en terme de complémentarité
d'espace et valorise aussi par le biais de prestations de type "ferme auberge", "gîte", "chambre
d'hôte", la notoriété du patrimoine architectural des mas catalans. Ce type d'hébergement, quasiabsent de la côte rocheuse, est présent de façon ponctuelle sur la zone de piémont et dans les
hautes vallées (Sorède, Reynès, Saint-Laurent-de-Cerdans, Prats-de-Mollo…).
Ainsi, la dispersion de ce type d'offre touristique sur la zone montagne permet de plus en plus
l'élaboration de circuits de randonnées en moyenne montagne. Ainsi, le balisage de sentiers et
l'édition de cartes de randonnée pédestre (gorges et canyons, chemins d'altitude…) ont contribué
à ouvrir un espace de moyenne montagne aux randonneurs et à proposer aussi aux familles des
prestations de portage par ânes : quelques fermes proposent ce type de service pour des durées à
la carte (Ferme aux ânes de Corsavy, sentiers à thèmes etc. …).
- Des stations thermales du Vallespir aux pôles santé de la Côte Vermeille
Les 3 sites du thermalisme présents dans le Vallespir sont gérés par la "Chaîne Thermale du
Soleil", seul opérateur actuel de cette activité qui compte les sites du Boulou, d’Amélie-lesBains et de La Preste. Le thermalisme représente une activité essentielle dans l'économie du
Vallespir avec un fort potentiel de clientèle : 35.500 curistes en 96 pour 18.000 accompagnants.
La clientèle est à 62% féminine et majoritairement axée sur les +60 ans (54%). La part des
moins de 20 ans n'est que de 9% (étude BIPE).
L'activité thermale est soutenue activement par l'adoption de nouveaux agréments pour les
thermes du Boulou et de la Preste. Mais cette activité trop exclusivement orientée sur des
prestations de santé est largement dépendante des politiques de financement de la sécurité
sociale. Il n'est pas difficile d'imaginer qu'à terme ce mode de fonctionnement sera mis en cause
dans le cadre d'une économie de budget. Aussi, le thermalisme doit se préparer à de nouvelles
perspectives, il doit se moderniser, se diversifier, chercher aussi d'autres marchés.
A ce jour, l'organisation de services compétents et complémentaires dans les domaines de
prévention de la santé et de remise en forme (indépendant de la notion de soins) n'est pas faite
alors que les politiques publiques s'orientent vers une notion plus large de "capital santé" à
laquelle le thermalisme peut contribuer. Cette nouvelle orientation sur le thème de la santé serait
pourtant susceptible d'impulser un fonctionnement différent de la ressource thermale et
d'augmenter ainsi les services et la qualification locale de l'emploi. Cette composante thermale
autour du thème de la remise en forme pourrait impulser à la fois l'attrait du site pour de
nouvelles populations résidentes et induire des qualifications renouvelées pour le territoire (cette
mutation est déjà en cours sur d'autres territoires).
Ce thème peut également être étendu à l'ensemble des établissements et activités paramédicales
et particulièrement dans le secteur de la réadaptation fonctionnelle très présent sur le territoire de
la Côte Vermeille. Le recensement des centres paramédicaux dénote d'ailleurs une forte densité
de cet équipement sur les communes de la côte :
- Etablissement thermal "Air-Mer-Soleil" à Collioure (120 à 150 personnes)
- Institut médico-éducatif de la Mauresque à Port-Vendres (55 personnes)
- Centre Thalacap de Banyuls
- Centre Héliomarin de Banyuls (300 personnes)
- Centre Bouffard Vercelli Cerbere au Cap Peyrefite (190 personnes)
- Etc. …
Il semble important que des actions de développement soient proposées afin de construire une
synergie entre les différentes prestations et "composantes santé" du territoire à l'exemple du
centre "Air-Mer-Soleil" à Collioure qui est à la fois établissement thermal de thalassothérapie et
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 26
centre de rééducation fonctionnelle (120 à 150 employés). Un fonctionnement en synergie sur
l'ensemble des établissements doit être envisagé afin que se crée un "pôle de compétences" à la
dimension du territoire qui soit également source de valorisation et de qualification de main
d'œuvre dans ce domaine.
⇒ carte des emplois santé
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 27
2- COHESION ET DYNAMIQUE SOCIALE : le territoire en
terme de ressource humaine
21- La dynamique démographique
- Evolutions démographiques
En matière de mouvement de population (variation 1990-99), le territoire s'inscrit dans des
mouvements contraires entre une dépopulation qui se poursuit lentement pour les zones du haut
Vallespir comme à Saint-Laurent-de-Cerdans (-18,20%), Prats-de-Mollo (-2,00%) et Arles-surTech (-4,83%) alors que des gains conséquents s'enregistrent sur les villes littorales notamment
sur Argelès (+26,17%), Laroque des Albères (+26,59%), Port-Vendres (+9,52%), Collioure
(+1.36%). L'ensemble de ces données doit bien sûr être relativisé par rapport au poids réel en
nombre d'habitants que soulignent ces chiffres : les gains sont de 1880 personnes pour Argelès
alors que pour un même pourcentage ils sont 400 sur Laroque des Albères.
Ainsi à côté de pôles très nettement différenciés géographiquement (littoral / hautes-vallées), une
stagnation des effectifs désigne les zones intermédiaires malgré un bon niveau de services bien
réparti sur le territoire. C'est ici principalement le cas de Céret qui voit ses effectifs inchangés
bien qu'il se soit opéré structurellement des apports de nouvelle population. Autre particularité,
le bourg-centre de Thuir gagne de la population (+9,33%) alors que dans le même temps des flux
domicile-travail qui n'existaient pas en 90 apparaissent sur ce territoire avec une influence
résidentielle de plus en plus prononcée de Perpignan.
La fixation de cette population se fait majoritairement de façon autonome par accession à la
propriété (sans que l'on puisse réellement parler d'accueil de nouvelle population) et initiée
d'autre part très faiblement par le fonctionnement d'une politique locative à l'échelle des villages
ou des cantons. Cette évolution démographique se traduit par le développement de zones
résidentielles qui engendre une urbanisation souvent d'opportunité. La desserte des zones
construites est ainsi conditionnée par les axes routiers existants. L'urbanisme est généralement
abordé en tant que contrainte et non comme un moyen de valorisation à long terme de l'espace
bâti à l'exception de quelques sites remarquables comme Collioure ou Castelnou…
- Qualification des mouvements migratoires
Il est difficile de donner une appréciation qualitative sur ce phénomène qui demande une
investigation précise sur le territoire. D'une façon générale, les apports de population générateurs
de nouveaux métiers se concentrent pour une part importante, dans l'économie touristique, et
aussi par la reconquête d'un espace agricole intermédiaire avec des ateliers de diversification de
produits agricoles (taux de DJA significatif malgré une concurrence très forte du marché des
résidences secondaires), ou dans des cas d'investissements plus lourds, vers les métiers de
l'hébergement en gîte ou en chambre d'hôtes.
En matière de commerce les transmissions-reprises sont généralement le fait d'apports
migratoires qui réactivent les savoir-faire locaux (boulangeries, pâtisserie…..) ainsi que les
métiers de la restauration.
On peut noter l'absence de structure d'accueil et de prospective d'installation pour des microentreprises qui pourrait être un créneau porteur d'une dynamisation et d'un enrichissement des
secteurs représentés au niveau local (créneaux techniques de l'informatique, etc. …).
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 28
⇒ carte densité population
⇒ carte dynamique population (évolution comparée 90/99)
⇒ carte indice de vieillissement
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 29
⇒ Evolution de la population des communes (données INSEE-CIDEV)
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 30
22- L'emploi et la formation
-
Répartition et structuration de l'emploi
Les bourgs centres
Secteurs d'activité
Port-Vendres
Argelès
Thuir
Céret
Arles/Tech
Prats-de-Mollo
Commerce
Tourisme
Industrie
Services
Agriculture
Commerce
Tourisme
Industrie
Services
Agriculture
Commerce
Tourisme
Industrie
Services
Agriculture
Commerce
Tourisme
Industrie
Services
Agriculture
Commerce
Tourisme
Industrie
Services
Agriculture
Commerce
Tourisme
Industrie
Services
Agriculture
% d'établissements
% de salariés
40,5
27,6
5,7
24,9
1,3
40,7
24,1
9,3
25
0,7
47,6
9,3
16,1
22,7
4,3
42,7
14,4
14,1
26,1
2,8
47,5
20,2
6,6
25,1
0,6
37
22,8
13,4
18,9
7,9
31,3
15,8
14,3
37,6
1,1
37,5
26,1
16,6
19,1
0,7
24
1,5
55
14,5
5
23,4
9,1
32,9
32,4
2,1
20,6
17
41,6
20,9
0
11
17,4
34,4
36,2
0,9
Données 97 CCI de Céret
La base du découpage par "bassin d'emploi" des données de l'INSEE, en matière de structuration
de l'économie et de l'emploi, est l'arrondissement de Céret qui ne permet de fait qu'une approche
partielle du territoire (les données du canton de Thuir appartenant au bassin d'emploi de
Perpignan). Pour construire une vision globale, des agrégations de données ont pu être faites par
le biais de la CCI de Céret afin de nuancer les seules observations faites à la dimension de
l'arrondissement. Une harmonisation des données au niveau du Pays est à construire avec
l'ensemble des services de l'Etat intervenant sur ce territoire.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 31
- L'emploi selon 3 grands secteurs d'activités (chiffres 90)
⇒ 3 cartes industrie - agriculture - tertiaire
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 32
Une des caractéristiques principales du bassin d'emploi de Céret et du secteur de Thuir relevée
d'après les données de l'INSEE 97, est une résistance plus marquée à l'érosion du stock
d'entreprises par rapport aux territoires voisins de Prades et Perpignan. En effet, avec un taux de
création d'entreprises de 19,1% le territoire maintien un potentiel économique avec une évolution
de l'emploi marquée vers les services (ménages-entreprises…) qui se vérifie également sur
Thuir. Cette évolution vers le tertiaire, et particulièrement la croissance marquée des services
aux ménages (création d'entreprises en hausse sans érosion du stock initial), s'accompagne du
maintien d'un potentiel industriel (hors BTP) significatif générateur d'un fort taux d'emplois
salariés ( Thuir : 16% dans le secteur industriel pour 55% des salariés, Arles : 6,6% d'entreprises
industrielles pour 41% d'emploi salarié). Dans ce potentiel industriel les IAA ont une croissance
modérée qui ne les positionnent pas en secteur particulièrement porteur malgré un bassin
agricole porteur (stagnation du stock et du taux de création d'entreprises).
D'autre part, les fonctions de services que jouent les petites villes du territoire sont alimentées
par un tissu dense de commerces très présent à Thuir et Arles/Tech (47% des établissements),
Céret, Argelès, Port-Vendres (40% des établissements) dont l'implantation repose aussi sur
l'apport d'une clientèle touristique. Malgré un effritement constant en nombre, le taux de création
de commerces est un des plus important (27%) après celui des hôtels-cafés-restaurants (31% en
97). Ce tissu de commerces est soutenu par des politiques de valorisation de l'activité type
ORAC ou OMPCA qui sont aujourd'hui des dossiers en cours (opération façade commerciale).
-
Evolution de l'emploi dans les différentes filières
L'héritage industriel pourtant peu significatif en nombre d'entreprises (5% du stock
d'entreprises), l'est de façon incontestable en terme d'emplois salariés dans les domaines du
papier et du liège en particulier et concerne de grosses unités de production souvent leader sur
leur marché (Ets SABATE…). A côté de ces unités, le secteur PME/PMI présente un "turn-over"
relativement marqué (hors IAA et secteur de la construction) souligné par un taux de création
d'entreprises de 15% en 1997 sans évolution structurelle ce qui dénote une stabilité des marchés.
Le secteur des IAA semble atteindre une vitesse de croisière y compris dans les zones agricoles
les plus productives (surtout viticulture) mais aussi autour des produits traditionnels comme les
conserveries d'anchois sur la Côte Vermeille. Les priorités de gestion sont aujourd'hui pour ce
secteur beaucoup plus dirigées vers une adaptation des produits au marché (masse critique et
qualité produit) que vers des perspectives de diversification des choix.
La construction est un secteur bien représenté (15% du stock d'entreprises) avec un taux de
création stable (10% / an depuis 1992). Les unités vont rarement au-delà de 10 salariés et la
croissance généralisée du bâti donne à l'activité un caractère diffus dans son implantation malgré
quelques situations spécifiques plus proches des bassins de clientèles de Perpignan. Ce secteur
totalise aujourd'hui 1400 emplois dont les villes les plus bénéficiaires sont Argelès, Céret et
Thuir.
Les entreprises de transports sont peu représentées sur la zone malgré des infrastructures lourdes
de trafic international comme le Boulou et Port-Vendres. Les taux de création d'entreprises ont
été significatifs durant la période de reconversion des métiers liés à l'autoport du Boulou (19931995, taux de création 15 à 13%) mais sont seulement de 6% en 97.
Au même titre que les hôtels-cafés-restaurants, le secteur du commerce enregistre les taux de
création d'établissements les plus forts (26 et 30%) alors que dans le même temps le stock ne
progresse pas. C'est ici l'évidence d'opérations commerciales à court terme qui sont fortement
liées à la saisonnalité de l'activité et aux changements de gérance.
Par contre la mutation significative en terme de qualification de l'emplois est faite dans le secteur
des services avec une progression très nette des services aux ménages. Le secteur tertiaire est
largement pourvoyeur d'emplois salariés (26% d'établissements pour 33% de l'emploi salarié sur
Céret - situation de ville administrative - 19% pour 36% à Prats-de-Mollo). Les services aux
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 33
entreprises évoluent moins vite que les services aux ménages et constituent la part à renforcer
dans le tissu économique.
- Tendance d'évolution de l'emploi touristique
La tendance enregistrée dans le domaine de la restauration (grand nombre d'établissements mais
peu de salariés) peut être interprétée différemment suivant que l'on inclut la possibilité d'emplois
non déclarés ou pas. Si l'on s'en tient aux chiffres stricto sensu, le secteur apparaît peu générateur
d'emploi et l'analyse qui en découle identifie plutôt une dimension de revenu complémentaire et
saisonnier (caravane à frites) qu'un professionnalisme s'attachant les services de salariés. Mais
peut être plus proche d'une réalité, cette activité est souvent le fait d'une économie d'opportunité
et de subsistance (pizza, restauration rapide…) qui met à jour un secteur difficile à évaluer parce
qu'il répond le plus souvent à des ajustements issus de fluctuations de la fréquentation touristique
et donc s'adapte au marché par une grande flexibilité de l'emploi souvent non déclaré.
Il demeure de fait des situations d'emplois précaires dans le secteur de la restauration, éléments
par contre absent du secteur de l'hébergement hôtelier. Cet état de fait très localisé sur le littoral
l'est beaucoup moins dès que l'on aborde l'arrière-pays et la montagne.
Ainsi de 2 à 8 fois supérieurs à celui de l'arrière pays, le niveau d'équipement du littoral
(Argelès, Port-Vendres) génère beaucoup d'emplois saisonniers dont il serait intéressant de
connaître les motivations (job estival pour étudiant, appoint financier local…) et l'origine
géographique (origine urbaine ou plus locale…) afin de structurer dans une pérennisation de
l'emploi les relations d'offre et de demande au niveau du territoire.
Il semble toutefois que des réponses à cette précarité de l'emploi saisonnier aient été données
notamment dans le secteur du thermalisme (Amélie-les-Bains) ou des activités de formation sont
mises en place durant l'intersaison afin de qualifier et pérenniser ainsi l'emploi pour la saison
suivante. Cette formule est à développer dans d'autres secteurs du tourisme où une hausse des
niveaux de qualification est indispensable à de nouvelles orientations du tourisme.
⇒ carte sur l'emploi touristique
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 34
-
Le chômage
Le découpage de l'action de l'ANPE à l'arrondissement de Céret n'a pu fournir qu'une approche
partielle du territoire. Les données relatives à l'emploi pour le secteur de Thuir n'ont pu être
données à la dimension du canton car elles sont agrégées au bassin d'emploi de Perpignan.
L'analyse reste donc partielle avant qu'une coordination différente entre les antennes ANPE
couvre l'ensemble du territoire Pays.
Données - ANPE 1999 - du chômage par âge par bassin d'emploi
(évolution février 98-99)
âge
Perpignan
Nbre
Evolution
Céret
Nbre
98-99
< 25
25 -49
> 50
Total
Prades
Evolution
Nbre
98 - 99
Département P.O
Evolution
Nbre
98 - 99
Evolution
98 - 99
2 942
- 5,3
402
- 17,4
243
-20,3
3 587
-8
15 016
21,5
2 489
- 14,4
1 291
- 13
18 796
- 6,2
3 202
0,4
572
- 5,2
264
2,3
4 038
- 0,2
21 160
14,7
3 463
- 13,4
1 798
- 12,6
26 421
- 5,7
Une extrapolation à l'ensemble du territoire comprenant le canton de Thuir donne un chiffre
approximatif de 4.400 chômeurs (soit + 27% du chiffre initial donné par l'ANPE de
l'arrondissement de Céret ).
Ces chiffres démontrent une régression très marquée du chômage qui doit être attribué aux
politiques actives menées par l'ANPE : les actions emploi jeune (< 25 ans) dont l'effet est
significatif (-17,4), les actions d'insertion professionnelle de chômeurs longue durée
(convocation systématique des chômeurs de + de 2 ans ) qui a porté des résultats (-14,4), mais
aussi des actions vers les chômeurs de plus de 50 ans par le biais des Contrats Emploi Consolidé
qui est un résultat qui démarque des actions spécifiques menées sur le territoire. Bien sûr la prise
en compte du canton de Thuir doit changer le sens de ces résultats si l'on regarde l'évolution du
secteur de Perpignan. Thuir est une petite ville fortement marquée par l'industrie et le commerce
et peu pourvoyeuse d'emplois tertiaires donc plutôt en crise au niveau de l'emploi.
Si l'on considère les populations touchées par le chômage, les femmes de 25-49 ans sont en
nombre plus élevé (exemple du chômage de 1 à 2 ans 2342 femmes / 2032 hommes) mais aussi
plus nombreuses en terme de durée du chômage (1 à 3 ans et +). D'une façon globale et d'après
les chiffres de février 99 sur l'ensemble du département des P.O, le taux de chômage féminin est
de 15 à 26% supérieur principalement dans les tranches d'âge de 25 à 49 ans et est supérieur à
20% pour un chômage longue durée (tranche < 25 ans et 25 - 49 ans).
Si l'on approche les professions touchées par le chômage, aucune donnée disponible ne permet
une vision précise au niveau du territoire. Seules des données globales peuvent permettre une
extrapolation partielle du phénomène. La part la plus importante des demandes d'emploi
concerne le secteur tertiaire dominant ou les offres ne sont pas à la hauteur des demandes
(secteur des employés qualifiés et non qualifiés). Un recul au niveau départemental du secteur
industriel est également sensible, dans la part importante des demandeurs d'emploi, que tiennent
les ouvriers qualifiés.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 35
Données - ANPE 1999 - du chômage selon le niveau de qualification ( département)
Demande emploi en fin de mois (DEFM)
CATEGORIE 1
Manœuvres
Ouvriers spécialisés
Ouvriers qualifiés
Employés non qualifiés
Employés qualifiés
techniciens, agent de maîtrise
Cadres
Demandes non précisées
449
1 810
4 195
4 053
13 373
1 366
949
226
TOTAL
26 421
- Orientations vers une restructuration de l'action pour l'emploi : MLI (mission locale
d'insertion) et ANPE
L'ANPE de Céret est une des vingt agences locales retenues pour tester des modes d'organisation
nouveaux dans le cadre Agence 2000. De 6 agents en 1991, la structure emploie aujourd'hui 15
personnes (+3 en 1998) pour un volume de 2 665 offres (année 1998) qui se répartissent 56%
Cote Vermeille, 44% Vallespir (chiffres ANPE). L'organisation de l'agence dans de nouveaux
locaux (500 m²) devrait s'opérer prochainement et mettre ainsi à disposition du public un outil
moderne de services (aide à la construction de CV et orientation …).
Des "Point Emploi" sont proposés à Argelès et à Thuir (dépend de Perpignan) autour des services
complémentaires départementaux (MLI) avec la participation des mairies pour la mise à
disposition de locaux (minitel emploi en prévision à Arles/Tech).
-
Formation et politiques spécifiques en direction de l'emploi
La politique des "Emplois Jeunes" conçue comme une aide apportée à l'émergence de nouveaux
services est très active sur le territoire et totalise aujourd'hui près de 270 postes créés
(arrondissement de Céret et Thuir). Cette intervention a pour première conséquence une
structuration plus forte du tissu associatif dans le domaine marqué de l'environnement (30% des
postes) et du milieu culturel. Une initiative est à souligner pour l'arrondissement de Céret dans la
création d'un poste de coordination pour une synergie inter-association (140 associations pour 45
emplois jeunes sur Céret). Cette politique marque ainsi l'émergence de nouvelles qualifications
d'emploi et vient conforter l'essor du secteur des services.
Se dégage là le rôle d'insertion et d'emploi du tissu associatif. Emplois de proximité, services aux
personnes, dynamique culturelle et environnement relèvent d'abord du tissu associatif. Avec les
collectivités locales, il est le support, par définition, des emplois jeunes c'est à dire des filières
émergentes et des activités nouvelles. Ces enjeux majeurs en matière d'emplois invitent à agir en
direction de ce secteur associatif et de soutenir des actions qui peuvent être :
- la professionnalisation des salariés et bénévoles
- l'action sur le projet associatif et sa mutation vers l'économie marchande
- la consolidation des postes
-
Emploi saisonnier
Les activités dominantes génèrent des emplois saisonniers dans une grande proportion. C'est le
cas de l'agriculture (taille, vendanges, ramassage des fruits et légumes…) et de l'activité
touristique. Cette dernière, en raison de son importance, engendre des variations en terme
d'emplois dans pratiquement tous les secteurs économiques (services marchands : restauration,
hôtellerie; services non marchands du secteur public et associatif). Mais ceci concerne aussi le
thermalisme et même l'industrie pour les entreprises à forte flexibilité d'emploi.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 36
Exemple de variation du nombre de chômeurs (période 98- offre A)
Données ANPE Céret
mois
Janvier
Juillet
Décembre
Nb chômeurs
4 132
2 772
(-33%)
3 690
Exemple de variation de l'offre d'emploi (période 98)
Données ANPE Céret
Janvier
Février
Mars
151
232
424
Avril
428
Mai
237
Juin
Juillet
310
255
Août
218
Septembre
Octobre
Novembre
décembre
165
91
77
75
Cette flexibilité de l'emploi visible dans les deux tableaux ci-joints démontre d'une part
l'absorption d'une masse de chômeurs par l'activité touristique d'été mais aussi la saisonnalité des
offres d'emplois pour les industries du liège (mars-avril). D'autres démonstrations pourraient être
faites dans d'autres secteurs de l'économie qui débouchent sur le même constat de la précarité de
l'emploi et des pratiques économiques qui s'y rapportent.
D'autre part, et de façon indépendante aux précédentes considérations, si le marché du travail est
caractérisé par la précarité, celle-ci n'est peut être pas entièrement générée par l'aspect saisonnier
de certaines activités. Elle est aussi la résultante d'une non coordination de la formation d'une
part et des groupements d'employeurs d'autre part (aucun organisme de coordination de la
pluriactivité n'existe au niveau local) qui se conjuguent avec une attractivité du territoire qui
dépasse les capacités locales d'absorption de la main d'œuvre.
Il paraît indispensable au territoire, qui figure au niveau national parmi les taux de chômage les
plus importants, de poursuivre, à travers les politiques d'Etat conduites par l'ANPE, les actions
d'absorption du chômage (insertion par l'économique) mais aussi de structurer la pluriactivité à
l'échelle du territoire afin de développer autour de cette action une sensibilisation auprès des
mairies qui pourraient être le relais de ces opérations.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 37
23 - Les problèmes sociaux
- Le chômage de longue durée
Données ANPE 99
Février 99
Taux
EVOLUTION
Sur 1 mois
Sur 1 ans
Perpignan
9 077
36
- 0,5
3,9
Céret
1 088
31,4
- 1,5
- 4,2
Prades
610
33,9
1,4
18,9
Département P.O
10 775
40,8
- 0,5
3,6
Le chôme longue durée touche surtout la tranche d'âge 25 - 49 ans (72% des effectifs) avec une
prédominance de 1 à 2 ans de chômage. Le chômage longue durée est plus accentué pour les
femmes de 14 à 23% de plus dans les tranches d'âge moins de 25 ans et 25 - 49 ans, la parité se
rétablit au delà des 50 ans… L'évolution de ce chômage est en progression générale pour les
jeunes, particulièrement pour les jeunes femmes de moins de 25 ans (+ 27,8%). Ces chiffres sont
des données départementales alors que le bassin d'emplois de Céret ne semble pas suivre la
même tendance d'évolution de l'emplois mais est inclus tout de même dans un contexte difficile.
Données 99 pour le département des P.O
ANPE Céret
DEFM Cat.1
1 à 2 ans
2 à 3 ans
3 ans et +
TOTAL
Hommes < 25
Femmes < 25
Hommes 25 - 49
Femmes 25 - 49
Hommes 50 et +
Femmes 50 et +
249
310
2 032
2 342
516
480
55
56
819
1 009
312
264
17
20
737
841
335
381
321
386
3 588
4 192
1 163
1 125
TOTAL
5 929
2 515
2 331
10 775
EVOLUTION
Sur 1 mois
-3
1,5
- 1,4
0,6
- 1,7
- 0,8
Sur 1 ans
16,3
27,8
1
2,6
5,9
3
- 0,5
3,5
- Les personnes âgées
Notre analyse suit les conclusions et la synthèse faite dans le cadre du Schéma Gérontologique
des Pyrénées Orientales par la mission PAPH. Le découpage de l'étude n'est pas à la dimension
du territoire et une approche conjointe doit être faite entre les bassins gérontologiques du
“ Vallespir Côte-Vermeille ” et celui des “ Aspres Riberal ” qui englobe donc la vallée de la Têt.
D'une façon générale et si l'on suit les recensements de l'étude, deux tendances d'évolution en
matière de ressources et de niveaux de vie des personnes âgées qualifie ce territoire. Tout
d'abord et pour la zone de Thuir, une forte présence du régime agricole donne un niveau de
pension minimum à une partie de la population, 56% de retraités du régime général sont
également non imposables. Par ailleurs, pour le bassin Vallespir et Cote Vermeille, la proportion
s'inverse en faveur d'une représentation plus forte de retraités au régime général et agricole
largement imposable (Taux le plus fort du département). Cette constatation n'est pas une surprise
en soi quand on sait l'attractivité des littoraux pour les personnes en villégiature.
En ce qui concerne la vie des personnes âgées à domicile, le versement de l'allocation logement
à caractère social reste faible sur l'ensemble du territoire (3,2% des personnes âgées de + 60 ans
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 38
sur Thuir, 4,3% pour le bassin Vallespir Côte-Vermeille). Par contre, la part de l'aide sociale
(aide ménagère…) se répartie suivant les caractéristiques de revenus des populations décrites
précédemment. En terme d'offre sanitaire et médico-sociale, le territoire présente une faible
densité de professionnels de santé (médecins, infirmiers…) excepté autour du bassin thermal
d'Amélie-les-Bains. Cette caractéristique est à prendre en compte dans les niveaux d'offres de
services aux personnes et semble même en contradiction avec la présence importante
d'établissements de santé et remise en forme sur cette zone.
-
L'accueil des migrants
L'analyse des mouvements de population a identifié certaines caractéristiques des réalités de vie
en matière d'emploi (saisonnalité, précarité…), de logements (locatif insuffisant… ) et de
services touchant les populations nouvellement installées. Ces premières constatations qui
demandent une investigation plus fine sur le territoire, soulignent l'absence de véritable politique
d'accueil et d'intégration de ces mouvements migratoires qui assurent pourtant pour une grande
part le renouvellement des classes d'âge et le maintien des populations (zone piémont et haute
montagne).
Mais une des conséquences aussi à cette attractivité est une forme de sélectivité dans les
politiques d'accès à l'habitat. En effet, l'afflux de population est rarement accompagné d'une
véritable politique d'accueil par les municipalités notamment en matière de disponibilité locative
de l'habitat très concurrencé par les contrats courts des locations saisonnières. Ainsi, ce
dynamisme, porté par un solde migratoire considérable (+10 à 12%), demande de nouvelles
orientations qui sont une donnée majeure dans la conduite des politiques à venir dans les OPAH
et PLH. Ainsi, bien qu'il existe des volontés et des actions isolées de la part de certaines
communes c'est aussi le constat qu'une politique d'accueil ne peut être efficace qu'à la dimension
des intercommunalités susceptibles d'apporter de nouvelles bases du développement par des
actions d'intégration économique et sociale.
24 – La répartition des services publics
-
Territorialisation des services publics (cf. : schéma départemental): rôle des pôles
urbains dans la distribution des services publics
Les services à la population sont une ressource bien répartie sur le territoire et les niveaux
d'équipement sont généralement gérés en intercommunalité. Ainsi les collèges publics, les
restaurants scolaires primaires, les équipements sportifs et socio-éducatifs sont gérés par des
S.I.S.T des cantons d'Argelès, Port-Vendres, Arles sur Tech et Céret.
Le maillage des petites villes qui composent le territoire fait que les services sont relativement
bien répartis. L'offre est assez complète, et l'ensemble des services sont dans une proximité
relative même si l'irrégularité de la distribution à domicile du courrier devient un phénomène
sensible pour certaines zones du territoire (Aspres, haut Vallespir).
En terme de relais pour l'emploi, le développement d'un partenariat avec les mairies devrait se
mettre en place dans le cadre de la politique Agence 2000 menée par l'ANPE. Les offres
d'emplois pourraient être consultées en temps réel et être ainsi moins sélectives en terme d'accès
aux services (Cantons de Prats-de-Mollo, Arles-sur-Tech et de la Côte-Vermeille). La définition
d’une véritable politique de transport en commun à l’échelle du territoire orientée vers la
satisfaction des besoins des utilisateurs compléterait cette gamme de service au public.
A compléter….
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 39
-
L'amélioration de l'efficacité du service public (domaines éducation (écoles,
cantines, garderies), santé, culture, sport….)
Lycées et répartition des effectifs (collèges à options…)
à compléter…
-
L'organisation des services : examen du niveau d'enrichissement du territoire en
services d'équipements collectifs
A compléter….
25 - place des initiatives culturelles
- Les sites inscrits et classés
Le positionnement stratégique ancien de la région au sein du bassin méditerranéen a contribué a
un enrichissement constant des modes architecturaux. Ces données historiques constituent
aujourd'hui un gisement incontournable (à l'exemple de la richesse en art baroque) et un atout
majeur de développement pour cette zone rurale.
La répartition géographique très dense de ces sites, dont l'assise elle-même relèvent de plusieurs
époques de l'occupation humaine, constitue autant d'éléments de référence dont la force est celle
d'être un patrimoine intégré culturellement. Ces sites sont avant tout des marqueurs identitaires
pour la population elle-même et constituent ainsi une forme de lien au territoire.
⇒ insérer liste des monuments et des retables baroques
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 40
-
les lieux culturels (musées, manifestations…)
Créé en 1952, le Musée d'Art Moderne de Céret s'est doté d'un nouvel essor depuis les années
1990 dans la volonté d'une conduite à long terme de son développement. Les programmes mis en
œuvre couvrent deux volets indissociables dans la gestion du musée :
- un inventaire et un travail historique de mise à jour et d'ancrage des références artistiques
attachées à ces lieux (période du Fauvisme avec Collioure, Cubisme et collages pour Céret,
recherche et archivage…)
- une prospection sur l'art moderne et contemporain dans le but de "nourrir" le fond culturel
par un travail sur l'art vivant.
L'impact d'une pareille ressource au niveau du territoire est directement chiffrable par le nombre
d'entrées et leurs retombées sur le commerce (60.000 en progression constante) mais aussi en
terme d'outil du développement dans les échanges culturels qu'il suscite soit en prise directe avec
la Catalogne, soit dans un rayonnement plus élargi à la Méditerranée.
Le long terme devrait voir émerger un centre de ressource et de création artistique (travail en
résidence) ouvert sur la recherche (ouverture vers la publication). Pour donner cet ampleur au
lieu, les préoccupations actuelles sont celles d'un enrichissement du fond (dations Michaux et
Restany…) par la poursuite de l'achat de nouvelles collections avec une volonté constamment
présente d'une pédagogie culturelle en direction de la population locale notamment vers les
jeunes.
- La jeune création aujourd'hui
A côté des sites "phare" porteurs de références et de manifestations internationales (montage
d'une exposition Soutine par le Musée d'Art Moderne, "Les Méditerranéennes" festival national
de musique à Céret….), la création vivante s'exprime autour de diverses associations comme
"Passerelle", ALDECA à Saint-Génis-des-Fontaines ou "Art Fantaisie" sur Thuir. Elles
apparaissent comme un lien social très présent pour les communes du territoire.
L'organisation des milieux culturels est particulièrement prégnante sur le territoire et soutient une
création vivante à la fois identitaire et ouverte sur des références contemporaines Ce lien
territorial proposé par ces spectacles vivants (souvent intégrés à la vie locale) donne à la culture
sa place dans le développement. Ces initiatives qui contribuent au maillage de proximité des
équipements culturels ont les capacités de s'inscrire dans un cadre territorial plus large et motiver
ainsi des échanges dans un cadre transfrontalier (qualification de certains lieux marqueurs avec
programmation transfrontalière, relais de transmissions des médias catalans..)..
L'existence d'un tissu associatif structuré est un des points forts du territoire. Cette pratique
sociale se retrouve à tous les stades de l'organisation de la vie publique et reste un facteur
d'intégration important pour les nouvelles populations.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 41
3- DU PATRIMOINE NATUREL AU CADRE DE VIE :
l'attractivité du territoire
31 - Le patrimoine naturel des zones classées
Les politiques récentes de sauvegarde des zones naturelles concourent à une logique de
rééquilibrage progressif vers un "tourisme de nature" où les zones de montagne du Vallespir
présentent des atouts significatifs. Mais sur le littoral, ces retouches modestes et souvent
emblématiques se produisent dans un contexte général d'investissements lourds d'infrastructures
touristiques. Mais ponctuellement certaines politiques communales conjointement au
Conservatoire du Littoral se positionnent sur la sauvegarde de quelques espaces de la bande
littorale et donnent les prémisses d'une volonté de gestion intégrant des espaces naturels :
exemple des projets du site de l'anse de Paulilles sur la commune de Port-Vendres et du Mas
Larrieu sur Argelès.
- Les ZNIEFF et autres réserves ou protections
La protection du patrimoine naturel a suscité l'élaboration d'un zonage d'intérêt écologique
faunistique et floristique où les sites sont nombreux sur ce territoire. Les ZNIEFF, bases de la
directive HABITAT dans la définition de la politique NATURA 2000, sont des zones de
recensement et de classement de certaines espèces rares (le Desman des Pyrénées, l'Euprocte, le
Lynx…), d'insectes ( Zygène Rhadamanthe…) que les modifications brutales du milieu (gestion
forestière, qualité des eaux…) tendraient à voir disparaître.
Aujourd'hui, la connaissance et la délimitation de ces milieux environnementaux orientent les
modes d'exploitation classiques vers une prise en compte plus intégrée des différents enjeux. Ces
nouvelles pratiques apparaissent par exemple pour l'exploitation forestière des massifs du
Vallespir.
De nombreux milieux sont signalés : la châtaigneraie de Prats-de-Mollo (43 ha), la Baga de
Bordellat (360 ha), la vallée de la Muga (143 ha), le Roc de France (49 ha), le bassin de
Coustouges (496 ha), la forêt de StMarsal et de la Bastide (790 ha) et à une autre échelle
géographique le massif du Canigou (25 650 ha)
Certains cours d'eau ou sites plus limités ont été recensés au titre des ZNIEFF comme la vallée
du Mondony (20 ha), les grottes de la Preste (2 ha), le col de la Descargue (17 ha), la rivière de
Coumelade (38 ha), le ravin du Pas d'Avet (219 ha), la Fou en amont du mas Nadal (38 ha) et les
gorges de la Fou (41 ha).
D'autre part, le territoire de la Côte Vermeille est entièrement couvert (17.850 ha) par une Zone
d'Importance Communautaire pour les Oiseaux (ZICO) et partiellement couvert par 13 ZNIEFF :
- Sur Collioure : forêt de chênes liège des Albères (5176 ha), forêt de Valmy (432 ha),
falaises du Racou (24 ha).
- Sur Port-Vendres : crêtes de Madeloc (220 ha), Falaises de la Côte Vermeille (22 ha), col
de Mig (14 ha), le cap Béar (156 ha).
- Sur Banyuls : falaises de Banyuls à Cerbère (148 ha), falaises du cap de l'Oullestrel (44
ha), forêt communale (304 ha), réserve marine Cerbère et Banyuls (650 ha, herbier de
posidonies, corail rouge, grande gorgone, Mérou…).
- Sur Cerbère : falaises du cap Cerbère (18 ha), forêt domaniale (425 ha).
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 42
- Les réserves naturelles
La réserve naturelle du Mas Larrieu
Crée en 1984 la réserve s'étend sur 145 ha à l'embouchure du Tech sur les communes d'Elne et
d'Argelès. Elle présente donc une façade littorale appartenant au domaine public maritime. Sa
morphologie est constituée d'une large plage aux dunes mobiles colonisées par une flore
particulière, une roselière dense occupe de larges espaces sur les rives du Tech suivie d'une forêt
riveraine (42 espèces ligneuses) qui constitue la richesse botanique et faunistique (période de
migration) principale de la réserve.
La réserve naturelle de la Massane
Créée en 1954 et agrandie en 1973, elle couvre sur 300 hectares le massif des Albères à 5 km de
la mer entre 600 et 1150 m d'altitude. Elle est accessible du littoral ou de l'intérieur et propose
aux randonneurs la découverte de sentiers botaniques jusqu'au site des Couloumates. Le versant
espagnol des Albères propose une continuité de protection avec le "Paradge Natural d'Intérès
Nacional de l'Albera" déclaré en 1986 qui couvre 3 428 hectares répartis en deux zones.
La réserve naturelle de Prats-de-Mollo
Créée en 1986 elle s'étend sur 2 400 hectares (1 524 de domaniaux) depuis le pic du Costabonne
jusqu'au Pla Guilhem décrivant ainsi un cirque sur les versants du Canigou. Elle constitue avec
les réserves contiguës de Py et de Mantet un ensemble élargi de 9 000 hectares qui s'étagent
entre 1300 et 2250 m d'altitude. Des choix de gestion entre dynamique naturelle (pin à crochets)
et pression de l'élevage dans le maintien d'un milieu ouvert animent les différents intérêts en
jeux.
L'office du tourisme et le centre d'animation de Prats-de-Mollo et de la Preste proposent des
mois d'avril à octobre des conférences en image (suivies de débats sur la gestion de
l'environnement), des randonnées à la carte (1 ou plusieurs jours) ainsi que l'accueil de scolaires
sur la base de la découverte et de la gestion de la réserve (édition d'un programme annuel).
Le site classé du Canigou
Zone de 8 250 hectares autour du Canigou, son intérêt réside, en dehors de l'aspect purement
scientifique de sa protection, dans la position géographique occupée par le sommet (2784m) qui
en fait un des symbole de l'identité catalane.
Le contrôle de la fréquentation des flux de voitures sur les routes pastorales (fermeture du tracé
routier La-Preste vers pla Guilhem) est un élément structurant pour ce territoire qui s'est doté,
parallèlement à cette mesure de protection, d'une organisation soutenue en matière d'accueil et de
prise en charge touristique (programme de randonnées au départ de La Preste et signalétique de
sentiers de randonnée) qui est générateur d'emplois d'accompagnateur en montagne.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 43
32- La gestion des ressources naturelles face aux risques majeurs
- Forêt et plan de lutte contre les incendies
La ressource bois est riche de sa diversité (massifs contrastés des Albères et du Vallespir) au
regard de l'étagement de la végétation (du littoral à 2700m). Si le Chêne vert, chêne liège et hêtre
sont les essences naturelles dominantes des Albères, les forêts du Vallespir sont dues à l'action
humaine de plantations de châtaigneraies ou des reboisements RTM en résineux.
Aujourd'hui, associée a la forte déclivité du relief, la discontinuité de l'entretien des zones
boisées (zones arbustive méditerranéenne des zones de piémont) est un risque généralisé sur
l'ensemble du territoire en matière d'incendie. Ce risque s'est traduit dans les faits notamment par
l'incendie dévastateur des Aspres en 1976 brûlant 17.000 hectares (de Vinça jusqu'à Céret) et a
suscité un ensemble de mesures de protection par la mise en place de pare-feu à caractère
souvent transfrontalier (S.I des Albères depuis 1988, S.I Défense Incendie moyenne vallée du
Tech…).
L'ensemble du dispositif de pare-feu tant versant espagnol que français a fait l'objet d'une édition
de cartes géographiques pour une visualisation d'ensemble des accès de secours (cartes au
1/25.000° , n°2449, 2450, 2549).
Les opérations de prévention suscitent une importante logistique (pistes DFCI,
débroussaillement, aménagements pastoraux …) menées en concertation avec les services de la
DDAF et fait l'objet d'un suivi par des programmes européens de type INTERREG. Ces mesures
demandent à être élargies notamment sur les déprises foncières laissées par les arrachages de
vignes ainsi que sur la gestion des propriétés consécutive à l'achat de résidences secondaires.
- Eau et gestion de la ressource (qualité de l'eau d'alimentation et de baignade)
Le tarissement de certaines sources pendant la période estivale est un événement de plus en plus
répété qui souligne d'une part une carence dans la surveillance quantitative des ressources et
d'autre part un besoin d'interconnexion de réseaux pour sécuriser l'apport a chacun des foyers ou
activités économiques.
Pour le territoire, le Tech assure l'essentiel des apports d'eau par l'existence de nombreux forages
le long de son cours mais aussi par la présence d'un "drain" qui vient alimenter une partie de la
Côte Vermeille. A ce sujet le rapport CLAULIN a donné un aperçu de la situation en
alimentation en eau potable des communes du littoral qui est une préoccupation majeure en
terme de gestion de ressources. A ce propos le Département conduit une étude sur un Schéma
Directeur d'Alimentation en Eau en basse vallée du Tech.
L'emplacement et les modes d'alimentation relevés pour des différents forages posent la
nécessité d'un contrôle qualité au niveau de l'ensemble du bassin versant : c'est bien sûr une
priorité du "Contrat de Rivière" du SIVU du Tech qui développe une stratégie d'objectifs à cet
effet (niveau de qualité 1B sur le Tech et ses affluents, 1A pour les affluents du Bas Vallespir
sauf la Rome, qualité AEP pour les eaux souterraines …). La gestion de la qualité rivière est
aussi pensée dans ses incidences littorales en matière de qualité d'eau de baignade (plage et
estuaire).
C'est une gestion collective de l'eau par une approche plus intégrée des milieux aquatiques
comme de la satisfaction des usagers qui est en cours de réflexion sur le territoire au sein des
SIVU du Tech et du Réart. Les animations soutenues par secteurs géographiques ainsi que les
interventions scolaires pour une présentation de la démarche d'aménagement sont autant
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 44
d'éléments de réflexion sur le long terme qui place le territoire à un degré important de
responsabilité.
- Eau et maîtrise des risques inondations (ouvrages de protection et entretien des
berges)
L'existence de bassins versants nombreux et très prononcés est la raison majeure et
systématiquement signalée des risques d'inondation des zones de piémont. Les cours d'eau
présents sur le territoire (Baillaury, Massane, Tech, Réart, Canterrane…) se distinguent par leur
bassin versant à forte déclivité (vecteur de la puissance de l'eau) et leur régime irrégulier (et
torrentiel) calqué sur les aléas climatiques à la fois méditerranéens et montagnards de cette zone.
Si ces rivières ne présentent pas toutes un débit constant d'eau (assèchement estival pour
certaines d'entre elles) les risques de crues, d'érosion et de charriage sont des éléments communs
qui demandent des mesures, souvent urgentes, de prévention pour une maîtrise du ruissellement.
Ces enjeux de sécurité traités actuellement dans les limites géographiques de bassins versant
(SIVU du Tech, SIVU du Réart) pourraient l'être de façon plus concertée dans le but commun
d'une prévention des risques sur un littoral à urbanisation forte. L'absence d'un SAGE ne permet
pas actuellement une gestion particulière de ces risques naturels à l'échelle du territoire alors que
celui-ci paraît pertinent en matière de similitudes hydrographiques et de réponses techniques
communes (ouvrages, stabilisation des berges par l'entretien de la végétation, plan de
secours….). Cette cohérence face aux principaux financeurs (DIREN, Agence de l'Eau, Conseil
Général) pourrait être renforcée.
- Le volet des risques naturels : plan de prévention des risques naturels prévisibles
(PPR) pour communes Argelès - le Boulou - Cerbère - Collioure - Port-Vendres StJean Pla de Corts.
Les facteurs d'érosion s’exerçant naturellement sur les zones littorales à l'exemple de la plage du
Racou à Argelès posent à terme le problème du maintien et de l'utilisation de ces espaces
touristiques à des fins balnéaires ou de construction. En effet cette plage reçoit annuellement des
apports de sable qui viennent compenser l'érosion de la bande littorale : on ne peut que
s'interroger sur la pérennisation des pratiques artificielles de cet ensablement visant à maintenir
en état d'utilisation cette plage renommée.
Il en va de même des terrains soumis à érosion ou à débordement (zone inondable) sur les bords
du Tech, qui demandent que des mesures spécifiques soient prises afin de sécuriser
l'implantation des constructions et des campings qui en jouxtent les berges. C'est ici une des
options de travail que poursuit le SIVU du Tech dont l'expérience en la matière pourrait être
transférée sur des espaces voisins aux problématiques similaires.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 45
⇒ carte de synthèse SIVU du TECH
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 46
33- Eléments de la planification foncière
Bien que l'appréhension de l'urbanisation se pose de façon globale, la frange littorale retiendra
dans un premier temps notre analyse. Après être longtemps apparu comme un espace
éminemment désirable, symbole par excellence du temps de vacance, le littoral est surtout depuis
une décennie, en prise à des enjeux de migration de population qui engendre une forte pression
des demandes d'urbanisation et d'ouverture de terrains à la construction.
Mais l'analyse qui domine ce phénomène d'urbanisation, tant dans le contenu des politiques en
œuvre que dans le contenu objectif des réalisations, est celle de la déploration (perte
irrémédiable des qualités intrinsèques qui a pu construire l'attractivité originelle du territoire).
Peut être assiste-t-on aujourd'hui aux prémisses d'une reconquête de la qualité des espaces de vie
à partir de principes nouveaux et alternatifs comme celui du développement durable ou d'une
gestion intégrée des différentes activités, c'est ici un des sujet central de l'organisation du "Pays".
D'ailleurs, même si ces préoccupations s'expriment aujourd'hui y compris dans les zones du
territoire encore peu urbanisées, on relève que dans le panorama complexe d'enjeux, d'arbitrages
et d'interventions, le tourisme est rarement seul en cause. C'est précisément l'entrecroisement des
usages, des activités et des équipements qui avive les difficultés et justifie aujourd'hui des
décisions globales, véritablement intégrées notamment en matière de conception de l'urbanisme
et de la circulation liant le littoral à l'arrière pays.
- les schémas directeurs d'urbanisme et les POS
Ainsi, les seuils de saturation actuels en matière d'utilisation routière dénotent d'un manque
d'accompagnement en temps réel des phénomènes d'appropriation en cours mais aussi du
difficile ajustement des infrastructures aux demandes saisonnières (encombrement notoire dans
la traversée des villages littoraux). Il s'agit d'une part des fréquentations ponctuelles et massives
d'une circulation du tourisme et d'autre part de la pression de la construction (résidentiel et périurbain) liée à l'attractivité du territoire, qui portent déjà atteinte ensembles aux possibilités
actuelles des réseaux de communication. Il s'agit bien d'un entrecroisement des usages
auxquelles les infrastructures actuelles n'ont pas encore répondu qui demeure pourtant un enjeu
primordial dans la communication entre le littoral et l'arrière pays.
Les schémas directeurs d'urbanisme constituent autant d'outils de réflexion sur le long terme qu'il
serait judicieux d'adopter sur l'ensemble du territoire. Le travail en cours sur la Côte Vermeille
(Schéma d'urbanisme de la Côte Vermeille 1999) constitue aujourd'hui un exemple de mise en
cohérence sur des échelles pluricommunales littorales qui demande à être confronté aux
problématiques extérieures c'est à dire transfrontalière et d'arrière pays, terrestre et maritime.
La lecture du tableau ci-dessous illustre toutefois une réelle prise de conscience de l’importance
de la gestion prévisionnelle des sols sur le territoire du Pays Pyrénées-Méditerranée. En effet,
alors que seulement 57.4% des communes de la Région Languedoc-Roussillon étaient dotées
d’un plan d’occupation des sols en 1998, ce taux s’élève à 82.5% au sein du Pays, le département
des Pyrénées-Orientales se situant quant à lui à un niveau intermédiaire (74.3%).
L’analyse spatiale de la répartition de ces communes fait apparaître une forte corrélation entre
l’établissement des POS et la pression démographique qui s’exerce inégalement sur le territoire.
Toutes les communes des cantons du littoral et du canton de Thuir (sauf une) sont dotées de cet
outil. Celui ci fait défaut dans des zones localisées du Vallespir (3 communes du canton de Pratsde-Mollo, 3 du canton de Arles sur Tech et 3 du canton de Céret) qui se situe toutefois à plus de
10 points au dessus de la moyenne régionale (67.9 Contre 57.4).
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 47
Communes dotées d'un Plan d'Occupation des Sols
Nombre de
communes
Taux de
couverture
Région Languedoc-Roussillon
887
57.41%
Département des Pyrénées-Orientales
168
74.34%
Pays Pyrénées-Méditerranée
47
82.46%
Sources : INSEE, Zonage de l'action publique en Languedoc-Roussillon, Mars 1999 - Synthèse CIDEV 2000
34 - La culture des paysages
- Une identité paysagère
Au même titre que l'urbanisme, les paysage sont des marqueurs culturels dont la prégnance
entretient pour l'habitant (et le visiteur) un lien au territoire. Jusqu'à présent, les aires
d'appellation d'origine contrôlée se sont maintenues grâce à la forte valeur ajoutée de leurs
productions, faisant ainsi face à l'alternative de la vente des terrains en lots à construire (le recul
des terres agricoles est largement significatif d'une concurrence de la construction). Le
parcellaire viticole pourtant dispersé pour chaque exploitation a maintenu ainsi une cohésion et
une emprise sur le paysage. Une action de labellisation des terrasses du terroir viticole de
Banyuls et Collioure dans le cadre de la procédure "Reconquète des paysages" (1992) a soutenu
cette spécificité en lien étroit avec les activités économiques qui la modèlent. Aujourd'hui, la
forte pression foncière qui s'exerce en matière de bâti et la crise récente des vins doux naturels
jouent pour une réaffectation des terrains vers l'urbanisation au risque d'une perte d'identité et
d'une banalisation des paysages.
L'identité territoriale qui s'exprime notamment dans la restructuration des vignobles de Collioure
et Banyuls doit être soutenue dans le long terme dans l'esprit de préservation d'un patrimoine
vivant. Ainsi donnant la continuité au "Paratge Natural de l'Albéra" par le col de Banyuls, un
projet de classement de la vallée de la Baillaury est en préparation. Ce site a demandé son
classement au titre de l'UNESCO.
Dans une considération plus globale, il est intéressant de voir comment cette expérience
initialement de portée très "géographique" (qui n'engage qu'une vallée) s'intègre de façon plus
élargie dans une identité plus vaste. Un tel projet peut s'inscrire à plusieurs niveaux de réflexion,
soit dans un esprit de préservation, soit dans une volonté professionnelle d'affirmer une prise en
compte (et une rentabilité) d'un patrimoine vivant. Les contrats territoriaux d'exploitation (CTE)
de l'agriculture pourraient servir ici à l'affirmation des zones AOC viticoles.
35 - L'attractivité du territoire
- Une position stratégique dans les flux
Ce territoire est un espace géographiquement ouvert sur un système d'infrastructures et de
relations routières, ferroviaires et portuaires. Passage obligé entre la France et l'Espagne sur la
façade méditerranéenne, il dispose en fait d'une bonne perméabilité de sa frontière terrestre, ce
qui lui permet d'occuper une position stratégique dans les flux de personnes et le transit de
marchandises. Ces flux importants sont en augmentation constante sur la période 1985-1997,
particulièrement pour le mode routier à la fois dans le transport de voyageurs (de 12.000 à
20.000 véhicules/jour) et dans le transit de marchandises (de 2.000 à 7.000 poids lourds/jour).
Viennent s'y ajouter les transports par voie maritime.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 48
D'autre part et de façon plus interne au territoire, si les fonctions multiples que doivent jouer les
infrastructures routières (liaisons domicile-travail, tourisme, flux à longue distance…) rendent
aujourd'hui le réseau souvent saturé, des alternatives à la route font l'objet d'étude : ainsi, il
pourrait être fait un meilleur usage de la ligne ferroviaire Perpignan-Côte Vermeille dans le
cadre des flux touristiques - la gare d'Argelès qui accueille aujourd'hui 111.000 voyageurs par
an pourrait être mieux utilisée. Enfin, le secteur offre de grandes possibilités d'options dans le
transport multimodal, ce qui justifie la volonté de Cerbère de renforcer son potentiel comme
plate-forme de ce type.
⇒ Evolution des flux en véhicule/jour sur la côte catalane
chiffres DRE 98
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 49
III - LE DIAGNOSTIC TERRITORIAL
1- Les réseaux et les dynamiques urbaines
- Les priorités d'amélioration des désertes routières et ferroviaires et de jonction des
pôles urbains
Le volet routier du XI°Plan a vu l'achèvement de la déviation de Collioure/Port-Vendres servant
principalement à un désenclavement du port (le flux principal a été divisé par 2 ouvrant ainsi la
voie à un trafic plus fluide dans le lien Port-Vendres/StCharles).
Pour la période à venir et sans qu'il soit donné un ordre de priorité particulier, les projets routiers
qui sont en cours d'examen pour une inscription au XII°Plan concernent l'aménagement de la
côte Vermeille (tronçon RN114 Port-Vendres/Banyuls et aménagements qualitatifs entre
Banyuls et Cerbère) ainsi que la déviation de la RN9 au Boulou.
La poursuite de l'aménagement de la RN 114 est aujourd'hui conditionnée par l'approbation du
schéma directeur de la Côte Vermeille mais l'estimation provisoire du tronçon Port-Vendres
/Banyuls demandant le percement d'un tunnel est de 75 MF. La section suivante Banyuls/Cerbère
qui doit pallier la baisse de fréquence du trafic ferroviaire voyageur est une autre condition
nécessaire au désenclavement et éviter le risque de "péninsularisation" est estimée à 22 MF.
D'autre part l'opération de déviation du Boulou sur la RN9 (la durée des travaux est évaluée à 4
ans) est compatible avec une réalisation complète du Plan pour un montant estimé de 110 MF.
A côté des prévisions en équipements routiers les carences actuelles du système ferroviaire en
terme de fréquence des désertes voyageurs est un problème actuellement en débat dans les liens
Perpignan-Argelès qui doit être étendu à l'ensemble de la côte vers Cerbère.
- Les schémas de desserte routière et de répartition des flux saisonniers
D'une façon générale le territoire doit faire à deux types de flux qui s'entrecroisent de façon
saisonnière :
- ceux générés par une croissance urbaine littorale dont les répercutions en terme de flux
de services sont sensibles autour du pôle administratif de Céret, et partiellement dans un
transit domicile-travail notamment vers Perpignan.
- ceux liés à l'afflux touristique et à l'entrecroisement des usages entre les divers pôles
d'attraction (Argelès, Côte Vermeille, Le Perthus…) qui viennent se superposer aux flux
précédents.
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 50
⇒ carte du trafic moyen journalier 1997- carte chiffrage comparé été/annuel
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 51
⇒ carte du trafic international 1997 - DRE
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 52
-
le positionnement des zones industrielles et des pôles touristiques
Aujourd'hui, l'attractivité en matière de fixation d'entreprises joue beaucoup plus par une
délocalisation de proximité sur des métiers traditionnels (desserrement des zones de Perpignan)
que par de véritables implantations économiques sur de nouveaux métiers qui s'opèrent soit par
changement de région soit par création d'entreprises. D'autre part, en matière d'accueil aux
entreprises, l'offre locale fonctionne en quelque sorte sur le même type que l'habitat par une mise
à disposition du foncier sans que des offres de services supplémentaires soient proposées à
l'entrepreneur (facilité du logement de ses salariés par exemple…). Ainsi, par l'absence de
proposition d'ancrage en matière de services (au sens large), les choix d'implantations récentes
sur le territoire sont surtout le fait du secteur du bâtiment qui est centré sur un bassin de clientèle
en pleine expansion sans apparition de forme innovante en matière de secteur économique.
Ainsi le manque actuel de qualification des zones industrielles ne permet pas une mise en
synergie des différents métiers et les démarches économiques reposent plus sur l'opportunité de
marchés de proximité que sur les interrelations d'entreprises au niveau des savoir-faire. Cette
constatation peut être développée également dans le domaine touristique où l'offre territoriale
globale est absente des propositions de séjours.
En terme de répartition géographique, on note l'absence d'une coexistence économique entre
zones touristiques et industrielles qui induit de fait un développement bipôlaire entre la côte et
l'arrière pays. Cette exclusion des fonctions entre tourisme et industrie PME/PMI n'est pas en
tout point vérifiable. En effet, de part son statut, Port-Vendres semble réaliser cette mixité
économique à l'exemple également de Banyuls et son centre de recherche, mais la côte offre peu
de terrains pour ZI (concurrence forte avec immobilier). Aussi les projets d'extension de ZI
appartiennent à l'arrière pays - ZI Oulrich à Céret et ZI de Thuir - souvent situées à proximité des
dessertes autoroutières elles se soustraient un peu plus au trafic touristique estival. Des projets de
création de ZI sont aujourd'hui à l'étude et semblent s'orienter vers des industries de pointe
comme à StGénis.
2 - modalités du transport et points de redistribution du trafic
- L'articulation des pôles d'échanges de l'économie au territoire (Port-Vendres, Le
Boulou-StCharles)
L'acteur principal du site de Port-Vendres est le Comptoir Languedocien de Transit et de
Manutention -CLTM- (44 dockers permanents et volant occasionnel de 50 à 60 personnes) filiale
du holding financier H.M dont les activités concernent la logistique des transports. Au sein du
groupe le CLTM de Port-Vendres (avec Port-la-Nouvelle) constitue la composante maritime,
alors que Chartering Transport Services (CTS) et COTAC agissent dans les secteurs terrestre et
aérien. Par ailleurs les postes à quai sont desservis par une voie ferrée, permettant des
manutentions directes wagon-bord.
Complémentaire des zones de transbordement du port, l'importance de la voie rapide qui met
Port-Vendres à 20mn du MIN de StCharles (contournement de Collioure et Port-Vendres par
RN114) ouvre ainsi le port vers des zones de chalandises plus directes. D'autre part, les
importations portuaires permettent au MIN de StCharles de diversifier les marchandises traitées
en mobilisant des flux extra-communautaires. Pour le distriport du Boulou des complémentarités
n'existent pas aujourd'hui y compris sur d'autres produits que fruits et légumes.
A la fois dans le cadre d'une meilleure stratégie régionale mais aussi d'une complémentarité
renforcée au niveau du territoire Pyrénées-Méditerranée, les futurs axes de développement sont
à promouvoir non seulement au niveau des outils de transbordement des marchandises ou de
liaison interport mais aussi dans "l'ancrage" même de ces ports sur les plates formes d'échange
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 53
pour une synergie complète entre les trois modes de transport. La liaison renforcée Le-Boulou Port-Vendres doit garantir au distriport une stratégie de niveau mondial et pourrait constituer à
terme une annexe spécialisée du port de Barcelone.
- Mise en relation des modalités de transports avec les plates formes d'échanges
économiques (terrestre et maritime)
Ce territoire occupe une position stratégique, c'est un espace géographiquement ouvert sur un
système d'infrastructures et de relations routières, ferroviaires et portuaires. Passage obligé entre
la France et l'Espagne sur la façade méditerranéenne, il dispose en fait d'une bonne perméabilité
de sa frontière terrestre, ce qui lui permet d'occuper une position stratégique dans les flux de
personnes et le transit de marchandises. Ces flux importants sont en augmentation constante sur
la période 1985-1997, particulièrement pour le mode routier à la fois dans le transport de
voyageurs (de 12.000 à 20.000 véhicules/jour) et dans le transit de marchandises (de 2.000 à
7.000 poids lourds/jour). Viennent s'y ajouter les transports par voie maritime.
D'autre part et de façon plus interne au territoire, si les fonctions multiples que doivent jouer les
infrastructures routières (liaisons domicile-travail, tourisme, flux à longue distance…) rendent
aujourd'hui le réseau souvent saturé, des alternatives à la route font l'objet d'étude : ainsi, il
pourrait être fait un meilleur usage de la ligne ferroviaire Perpignan-Côte Vermeille dans le
cadre des flux touristiques - la gare d'Argelès qui accueille aujourd'hui 111.000 voyageurs par an
pourrait être mieux utilisée. Enfin, le secteur offre de grandes possibilités d'options dans le
transport multimodal, ce qui justifie la volonté de Cerbère de renforcer son potentiel comme
plate-forme de ce type.
- les modalités du trafic terrestre international (rail-route) et de l'activité portuaire
Dans un trafic en expansion, c'est d'abord le choix autoroutier (A9 via le Perthus) puis l'option
future d'une synergie ferroviaire (TGV méditerranée en utilisation mixte sur la liaison FigueresPerpignan prévu pour 2005) qui sont projetés pour subvenir aux besoins d'une augmentation
constante en volume et en nombre des flux de marchandises et de circulation des personnes. Ces
infrastructures TGV positionneraient Perpignan à 50mn de Barcelone et à 1h40mn de Toulouse.
En parallèle au développement routier et ferroviaire et malgré la prospective engagée sur "l'Arc
Méditerranéen", le maillage des ports méditerranéens par des possibilités de désertes ponctuelles
n'est pas pris en compte dans le débat sur les échanges transnationaux européens. L'essor
maritime dont se dote, entre autres, aujourd'hui Marseille a comme conséquence immédiate des
parts de marché pris à Port-Vendres. Dans les flux internationnaux, les moyens d'investissement
de chaque port dépendent de leur position stratégique qui conditionne leur rayonnement.
Pourtant, l'option du cabotage international avec des navires rouliers (transport de camions avec
remorques) se concrétise aujourd'hui par une logique de ligne régulière entre les ports de
Barcelone et Gênes sans que d'autres options soient envisagées pour d'autres ports stratégiques.
D'une façon générale, le choix routier dominant (transport de proximité et longue distance)
conditionne de fait l'équipement même des plate-formes à l'exemple des flux de marchandises
qui ne sont évacuées qu'à hauteur de 5 à 10% par le rail dans le cas de Port-Vendres (le
désenclavement du port est un choix routier).
D'autre part en matière de flux, l'analyse territoriale montre que les fonctions attribuées aux
plate-formes d'échanges relèvent d'une logique d'appui au MIN StCharles de Perpignan comme
le souligne l'apport en produits exotiques du port fruitier de Port-Vendres ou à l'inverse l'absence
d'ancrage du site du distriport du Boulou dans une logique portuaire. Cette plate-forme apparaît
comme un site annexe au MIN de Perpignan par une ligne ferroviaire qui lui assure une liaison
constante avec ce marché. Ainsi, une perspective de développement pour le distriport tient dans
une véritable insertion dans ce réseau d'échanges et passe sûrement par une requalification du
site au delà des prestations actuelles de simple stockage de marchandises. Cette synergie qu'il est
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 54
souhaitable de voir se mettre en place contribuerait aussi à équilibrer le site en nouvelles
prestations par rapport à son homologue espagnol (vaste zone de trafic sur la Jonquera).
Pourtant, les volumes traités font de Port-Vendres le 4ème port fruitier français, en grande partie
grâce à l'importation et la manutention de la banane (aucune mûrisserie sur place). Alors qu'en
1993 le port traitait divers trafics comme la farine entre autre, il est aujourd'hui engagé sur la
voie d'une spécialisation dans le traitement de denrées périssables. Une restructuration
économique est en cours (Conseil Général et CCI) par une extension des surfaces de chambres
froides (1200 m² de hangar climatisé (+8°) et 7800m² de hangar réfrigéré à 0°) qui permet
actuellement d'entreposer près de 7000 palettes permettant d'accueillir un accroissement du
trafic. Les importations en provenance du Cameroun (un cargo de banane par semaine), du
Maroc (agrumes et primeurs), d'Afrique du sud (oranges) et ponctuellement de Chypre et
d'Egypte totalisent un volume approchant 230.000 tonnes. La part des importations est ici
majoritaire comme dans l'ensemble des ports régionaux où elle représente 77% du trafic. A
l'export, Port-Vendres est le premier port en France exportateur de pommes de table (8000
tonnes / an).
3 - Les liens transfrontaliers de proximité
- A propos des liaisons portuaires de proximité
le terme de "proximité" pour des liaisons maritimes appartient à une autre dimension que celle
des transports route et concerne les relations inter- ports sur le pourtour méditerranéen et au
niveau mondial. Pourtant, la proximité géographique du port de Barcelone peu également induire
pour Port-Vendres une vocation de complémentarité et de spécialisation. Globalement, les
liaisons concernent le trafic marchand international des fruits et légumes et aussi une partie de la
pêche (Port-Vendres servant de quai de débarquement aux thonniers sétois…). Mais les liaisons
maritimes entrent dans des logiques lourdes de transport (500 tonnes) centrée sur une logistique
de conteneurs (ou palettes) et ceci pour un déchargement total de la cargaison (les navires ne
laissent jamais une partie mais tout de leur chargement). Les navires sont le plus souvent affrétés
pour un retour à vide bien que du matériel agricole transite à l'exportation vers les pays africains.
Le site stratégique de Port-Vendres bien que concurrencé par Marseille se justifie pleinement
dans le trafic avec le Maghreb car en évitant le transit camion par Gibraltar et la péninsule
ibérique il offre un débouché direct vers le MIN de Perpignan et la possibilité d'expéditions
ferroviaire. Le Maroc est un pays tourné vers le transport maritime qui est largement pratiqué
dans l'Atlantique vers le port de Dieppe. Dans une logique plus internationale, le trafic avec
l'hémisphère sud pour des fruits de contre saison apparaît comme un marché potentiel. Au port
lui-même de se positionner sur ce type de trafic.
Un autre type de liaison inter-port pourrait se mettre en œuvre dans un schéma européen d'une
logique de transports combinés pour une meilleure synergie rail-route-mer. Peut être PortVendres a-t-il un avenir de cabotage international en Méditerranée avec les navires rouliers (déjà
en place dans les liens Barcelone-Gênes).
- La continuité transfrontalière des programmes d'aménagement
La continuité des zones frontalières s'exprime par le développement de programmes spécifiques
qui touchent à différents domaines d'intervention. Ces domaines font l'objet d'une analyse
spécifique au sein des différents chapitre de cette étude. Ne sont ici nommés que les principales
intervention conjointes aux deux versants .
-sur la protection des sites naturels
⇒ ZICO , ZNIEFF des Albères
⇒ continuité des zones protégées marines
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 55
- sur la gestion des incendies de fôret
⇒ continuité frontalières des protections (pistes d'accès…)
⇒ gestion de la foret (liège, culture d'oliviers…)
- sur les politiques culturelles
⇒ place de la culture catalane (NTCI)
⇒ calendrier transfrontalier des festivités
- sur les passages et les cols transfrontaliers
⇒ routes transfrontalières (Coustouges, col des Ares, etc….)
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 56
IV - ELEMENTS DE SRATEGIE
1 - Atouts / faiblesses du système productif
forces
Agriculture
et
pêche
Agro-alimentaire
Forêt/bois
Industries
Tourisme
Artisanat
Commerce
Services
Recherche
faiblesses
Enjeux
Structuration forte de la
Parcellaire souvent difficile
profession (viticulture…)
Nombreux produits
Volumes
souvent
trop
labellisés (viande et fruits)
faibles (cerise,abricot…)
Labellisation en poissons
bleus
Déficit de la ressource
Bonne intégration avec Très
fort
l'amont
concurrence
Réseau performant de la
recherche
interne
aux
entreprises
niveau
Développer une qualité globale et
une traçabilité des produits
Développer la multifonctionnalité
(notion de services..) de
l'agriculture et sa diversification
Donner une valeur ajoutée aux
produits de la pêche
de Renouveler les références de
certains produits
Poursuivre les exigences de
qualité et le lien au territoire
Poursuivre la valorisation
économique de la filière pêche
Consistance et diversité de Morcellement de la forêt
la ressource
privée
Exploitation difficile de la
ressource
Faiblesse des industries de
la filière bois
Maintenir la diversité végétale
(liège, micocoulier…)
Présence de grands groupes Décisions souvent externes
et de filières fortes (liège…) au territoire
Manque d'un tissu de soustraitance
Tissu relativement
Aucune mise en commun de
diversifié d'entreprises
services partageables
Fort potentiel d'attraction Economie fortement
et d'accueil
concentrée dans l'espace
Non coordination de l'offre
Diversité des offres
entre littoral et arrière-pays
Potentialité d'une offre
mer/montagne
Manque de qualification
des stations touristiques
Présence
significative
d'établissements de santé
Encourager la coopération interentreprises et la mise en commun
de services
Engager une lutte phytosanitaire
pour le châtaignier
Accentuer l'ancrage des filières
au territoire
Redistribuer des flux touristiques
littoral/arrière pays
Développer l'offre des
hébergements diffus
Requalifier des sites et améliorer
la qualité de l'accueil touristique
Lier les pôles du thermalisme et
de la remise en forme
Forte densité d'entreprises Faible niveau de formation
artisanales
Bonne représentation de
Vieillissement du tissu
produits typés
artisanat/commerce
Bonne
couverture
du
territoire en matière de
services
Améliorer la transmission des
savoir-faire et la reprise de
l'activité
Développer les produits de
l'artisanat traditionnel
Répartir les services en fonction
des nouvelles donnes sur la
population
Présence de centres de
recherche internationaux
Développer les liens de la
recherche au territoire
Innovation
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 57
2 - Atouts / faiblesses des dynamiques sociales
forces
faiblesses
Forte dynamique
démographique
Ressources
humaines
Emploi et
formation
Dynamique mal évaluée
Améliorer l'accueil des nouveaux
dans l'accompagnement des arrivants
installations
Forte représentation
population jeune
de
Améliorer l'offre en services
Croissance démographique d'éducation (spécialisation des
inégalement répartie
lycées…)
Offre croissante de l'emploi
tertiaire
Caractérisation du marché
du travail par la précarité
Emploi industriel
significatif
Ressources
humaines
Accompagner et élargir la
insuffisamment qualifiées
création de micro-entreprises par
la formation
Forte présence d'emplois Professionnaliser l'emploi
saisonniers
Dynamique forte
construction
Le logement
Enjeux
de
Ouvrir les choix de formations
Structurer la pluriactivité
la Manque d'anticipation sur Initier des politiques communales
les besoins de logements volontaristes pour le logement
locatifs
locatif
Forte
qualité
de
l'environnement et des sites Besoins
satisfaits
locatifs
non Inciter les propriétaires vers un
marché du locatif à l'année
Concurrence forte entre
locatif saisonnier et location
pérenne
Présence d'un musée d'art
moderne à Céret
Initiatives
culturelles et
patrimoine
Accentuer l'insertion du musée
dans le secteur de l'éducation
(lycée thématique…)
Manque d'appui pour une
Un réseau culturel support "pépinière" d'artistes
d'une politique active
Affirmer l'identité culturelle
catalane par des politiques
transfrontalières
Grande richesse "in situ"
Intégrer
la
dimension
du patrimoine
contemporaine dans le référentiel
culturel et identitaire local
Fort chômage féminin
Les problèmes
sociaux
Politiques sociales actives
Insuffisance de logements
sociaux
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
Développer une mise en synergie
des
différentes
politiques
d'insertion
Proposer des lieux d'accueil aux
populations en situation précaire
et SDF
mai 1999
- 58
3 - Atouts / faiblesses des dynamiques spatiales du territoire
forces
Positionnement
du territoire dans
les flux
Les plates formes
d'échanges de
l'économie au
territoire
faiblesses
Une position stratégique
dans les flux économiques
internationaux et trafic en
expansion
Enjeux
Développement en baisse Mieux
répartir
les
flux
du transport maritime
touristiques en diversifiant l'offre
du territoire
de maillage entre les
Passage transfrontalier de Peu
première importance (col différentes infrastructures
du Perthus…)
Contribuer au développement
d'une stratégie d'échanges de
niveau
mondial
(fruits
et
légumes…)
Projets
d'infrastructures
lourdes pour transport
(plate-forme
d'échanges,
TGV…)
Présence
d'éléments Peu de spécialisation des Renforcer l'attractivité des pôles
structurants en terme de pôles d'échanges
économiques et d'échanges du
plates-formes économiques
territoire
(port maritime, plate-forme
routière et ferroviaire …)
en compte l'ensemble
Peu de complémentarité Prendre
des modalités de transport
entre
zones
d'activités
Contiguité avec le MIN économiques terrestre et (synergie rail-route-port)
StCharles
zones portuaires
Peu de synergie avec le Développer une complémentarité
MIN
et un appui économique avec
StCharles
Les dynamiques
urbaines
Le maillage des
centres urbains
Paysages et
espaces naturels
Forte
croissance
l'urbanisation
Une
urbanisation
de insuffisamment maîtrisée
Mettre
en
cohérence
les
documents
des
différentes
Développement
d'une communes
urbanisation
de
"carrefour"
Réseau équilibré de petites Confusion de maillage entre Améliorer les liaisons internes au
villes
urbanisation et desserte territoire et notamment celles des
routière
pôles
Patrimoine
remarquable
des paysages
et
naturel Fragilité du milieu naturel
diversité
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
Intégrer la dimension paysagère
et la protection des espaces les
plus sensibles
Réaliser des actions communes
dans le domaine transfrontalier
mai 1999
- 59
4 - SYNTHESE GENERALE Atouts / faiblesses
Principales
forces
Productions de qualité et
labellisation forte (filière
vigne…)
Un tissu d'entreprises
diversifiées
Système
productif
Représentation forte des
établissements de santé
Présence d'un potentiel
significatif en recherche et
développement
Dynamiques
sociales
Principales
faiblesses
Intégration à développer
entre agriculture et agroalimentaire (références
produits…)
Isolement
retombées
industries
Promouvoir la qualité des produits issus
des terroirs et des savoir-faire locaux
et
faible
locales
des Mettre en place une structure d'appui
aux initiatives économiques
Trop faible synergie entre
la recherche et le niveau
local
Prospecter pour l'implantation de
nouvelles entreprises
Promouvoir un pôle "santé/remise en
forme"
Potentiel touristique
majeur concentré sur la
bande littorale
Peu de complémentarité Redistribuer les flux touristiques sur
dans l'offre touristique l'ensemble du territoire
entre littoral et arrière pays
Potentiel majeur d'un
bassin de clientèle
barcelonaise
Manque de culture en
réseau au niveau
transfrontalier
Forte dynamique
démographique
Ressources humaines
insuffisamment qualifiées
Faiblesse des revenus et
situation de précarité de
l'emploi (saisonalité…)
Insuffisance de logements
sociaux et concurrence
entre locatif saisonnier et à
l'année
Un réseau culturel support
d'une politique active
Forte solidarité des zones
de montagne
Une position stratégique
dans les flux
Dynamiques
spatiales du
territoire
Enjeux majeurs
Construction pavillonnaire
en croissance
Un réseau équilibré de
petites villes
Un patrimoine naturel
remarquable
Développer
et
diversifier
des
coopérations régulières et les actions de
développement
entre
institutions
similaires des deux côtés de la frontière
Ouvrir les choix de formation
Structurer la pluriactivité
Initier des politiques volontaristes de
logements locatifs
Intégrer la dimension contemporaine
dans le référentiel culturel et identitaire
local
Accentuation de la déprise Eviter l'abandon d'enclaves
démographique en zone (zone montagne…)
montagne
Inégalité du développement
territorial
rurales
Articuler le développement des pôles et
des territoires
Forte
disparités
territoriales entre petites
villes et communes rurales
Une
urbanisation
insuffisamment maîtrisée
Un milieu naturel fragile
Adapter les documents d'urbanisme sur
l'ensemble du territoire
Intégrer la dimension paysagère et la
protection des espaces les plus sensibles
Mieux gérer les ressources en eau
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 60
Eléments de PROSPECTIVE TERRITORIALE
⇒ les 4 schémas
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 61
Thèmes retenus pour la CHARTE DE DEVELOPPEMENT
LES ATOUTS
. Une position stratégique dans les flux
. Un patrimoine naturel remarquable
. Un potentiel agricole important et de qualité
. Un réseau équilibré de petites villes
. un patrimoine culturel support d'une politique active
. Un tissu d'entreprises diversifié
. Une présence significative en recherche et développement
. Une attractivité du territoire qui se confirme
LES FAIBLESSES
. Une urbanisation insuffisamment maîtrisée
. Un milieu naturel fragile
. Isolement et faible retombées locales des industries
. Un marché du travail caractérisé par la précarité
. Des activités traditionnelles menacées
. Une inégalité du développement territorial
. Insuffisante coopération entre les structures de développement
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 62
BIBLIOGRAPHIE UTILISEE
• Les bases de données
-
base de données du CIDEV
base de données CCI et Chambre des Métiers et de l'artisanat des P.O
fiches par entreprises - base CCI des P.O
base INSEE de l'Inventaire Communal 1999
Chiffres ANPE sur emploi 1999
bases SEGESA
• Documents relatifs aux Schéma d'aménagement et de développement
-
Stratégie de l'Etat en Languedoc-Roussillon - Préfecture de Région - janvier 1999 - 30 p
Languedoc-Roussillon 2006 - Préfecture de Région - janvier 1999 - 186 p
Contribution régionale au schéma national à l'horizon 2015 - Préfecture de Région - dec 1995 20 p
Document introductif au Schéma Régional d'Aménagement et de développement du Territoire
(SRADT) - Région Languedoc-Roussillon - nov 1998 - 32 p
Rapport Spécial sur l'activité des services de l'Etat - Préfecture des P.O - 1997 - 2 volumes 150 p
Les compétences des EPCI du territoire - mars 1998 - Préfecture des PO
• Documents CIDEV :
-
Réponse à l'appel à projet DATAR en faveur des Pays Emergeants mars 1999 - 60 p
Bilan d'activités 1997 et programme prévisionnel 1998 - 140 p
Dossier de candidature "Pays d'Expérimentation" juin 1995 - 50 p
Dossier Programme d'Initiative Communautaire Leader II GAL Albères-Vallespir
mars 1995 - 70 p
Dossier de presse régulièrement alimenté par le CIDEV (400 articles)
• Documents sur l'urbanisme et infrastructures routières
-
Port-Vendres : schéma de restructuration du port - CAUE des PO. 1997 - 100 p
Schéma Directeur de la Côte Vermeille - CITADIA CONSEIL - mars 1999 - 87 p
Plan de gestion du "Domaine de Paulilles" IARE - 1998 - 75 p
Port-Vendres - Eléments pour un Schéma Directeur - Aout 1996 - 10 p
Monographie sur l'habitat; Communauté de Communes des Aspres - Cabinet DIAGNOSTIC
Plein Sud Entreprises Avril 1999 - 160 p
Observatoire des Trafics au travers des Pyrénées - DRE Aquitaine Midi-Pyrénées LanguedocRoussillon - avril 1999 - 64 p
Réseau Routier National et Départemental - DDE - 1997 - cartes de traffic
Le TGV Languedoc-Roussillon - SNCF - mars 1999
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 63
• Documents sur l'économie
-
Regards sur l'économie des PO - Observatoire Economique des PO - 1998 - 60 p
Créations d'entreprises de 1987 à 1997 - Repères INSEE- nov 1998-15 p
Baromètre économique des experts comptables- document 1998 Nouveaux Services, Nouveaux emplois - Services DDTEFP des PO - 1998
Etude des comportements d'achats des ménages des PO. CCI - Décembre 1996 - 83 p
Politique globale de communication en Vallespir - Cabinet DE VISU - juillet 1993 - 60 p
Mémoire C.Piquemal - Tourisme et patrimoine dans l'arrière pays catalan - nov 1995 - 85p
Charte de Développement de la place portuaire de Port-Vendres - Géode/CATRAM - mai11999
- 40 p
Le tourisme en Languedoc-Roussillon - Repères INSEE - mai 1999 n°11 - 10 p
Horizon Viticole - IECV - n° 2 - mars 1999 L'Institut Européen de Conjoncture Viti-Vinicole - IECV - 1999 Journal du FASEA : Quel avenir pour la forêt méditerranéenne ? Fev 1999 -
• Documents sur l'environnement
-
L'eau , guide pratique et réalisations en Languedoc-Roussillon - Hôtel de Région - 1998 - 200 p
Contrat de rivière TECH Bassin Rhone Méditerranée Corse - SAGE Mode d'Emploi - mars 1997
Réserve Naturelle Marine de Cerbère-Banyuls - rapport d'activités 1998 - 15 p
Rapport d'activités de l'Observatoire Océanographique de Banyuls - Laboratoire Arago Le Vallespir , Caractères écologiques L.Thouvenot 1994 - 230 p
Languedoc-Roussillon et sa forêt-Région/Conservatoire de la forêt méditerranéenne- 1998
SEGESA : Etude de préfiguration du Pays Pyrénées-Méditerranée
-
mai 1999
- 64
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising