Santé - Environnement : Ce que peuvent faire les

Santé - Environnement : Ce que peuvent faire les
Cahier d’expériences girondines n°2
Conseil Départemental des Agenda 21 locaux en Gironde
Santé - Environnement :
Ce que peuvent faire
les collectivités
En lien avec
En partenariat avec
SOMMAIRE
Pourquoi ce cahier : prendre conscience, échanger, réagir…
4
1. Contexte et enjeux de la Santé Environnementale
6
2. Pourquoi les collectivités ont un rôle à jouer ?
12
3. Engagements de collectivités et d’acteurs : Comment agir ? 3.1. Mobilisation et participation de tous à la santé environnementale
3.2. Prendre en compte la qualité de l’air dans la construction des bâtiments
3.3. Nettoyage des espaces intérieurs
3. 4. Rendre les Enfants - Acteurs
3.5. Gestion des espaces verts publics et aménagements urbains
3.6. L'Urbanisme
3. 7. Alimentation
3. 8. Achats responsables
15
Annexes 79
16
31
37
45
50
65
68
73
Annexe 1. Table des acteurs, témoignages et thèmes clés
Annexe 2. Contexte législatif et réglementaire
Annexe 3. Présentation de l’Association HSEN
Annexe 4. Planète 21 - Spécial nettoyage écologique (newsletter de l’Agenda 21 de la
Gironde Janvier 2010)
Annexe 5. Questionnaire d’évaluation du cahier
Ce document est une construction collective.
Les attendus et la forme de ce 2ème «cahier d’expériences girondines» ont été définis lors des ateliers
du Conseil Départemental des Agenda 21 locaux et précisés en groupe de travail dédié, au cours du 1er
semestre 2010.
La coordination du travail et la collecte des expériences ont été assurées par l’Association Habitat Santé
Environnement (HSEN). La mise en page finale du document a été assurée par la Mission Agenda 21 du
Conseil Général. Le contenu des fiches relève de chaque acteur rédacteur. Les crédits photos sont des
collectivités, HSEN et CG33. Les dessins sont d’Arnaut GARCIA Association Multimediarte et Président de
l’Association Française des designers.
Toutes les collectivités du CDA21 ont été sollicitées pour contribuer à ce panorama, ainsi que les
partenaires de l’association HSEN. Ce document est évolutif et s’enrichira rapidement des expériences
d’acteurs qui, pour une raison ou une autre, n’apparaissent pas dans cette 1ère version.
Un grand merci à tous les acteurs qui ont bien voulu témoigner dans ce cahier et apporter leur pierre à ce
nouveau chantier passionnant et inquiétant à la fois. Un grand merci en particulier à Isabelle, Ragnar et
Gaël, Arnault GARCIA, l’imprimerie départementale et la Mission Agenda 21 du CG33.
3
Pourquoi ce cahier : prendre conscience, échanger,
réagir…
Aujourd’hui, les facteurs de détérioration sanitaire sont nombreux : pollution atmosphérique, nuisances sonores,
stress, eau, épuisement des ressources naturelles, dégradation des écosystèmes et accroissement des inégalités … Le
constat est unanime pour affirmer que nous ne pouvons plus maintenir notre mode de développement actuel, ce qui
représente une source de défis majeurs au maintien et à l’amélioration de la santé et du bien être de tous.
Il est nécessaire de comprendre les voies complexes par lesquelles ces facteurs environnementaux peuvent influer
sur bon nombre de déterminants de la santé : qualité de l’air extérieur ou intérieur, alimentation, espaces intérieurs,
bruits ... L’usage de matériaux polluants peut entraîner des difficultés d’attention, des allergies, une modification de
comportements, des troubles sociaux. Toutes ces répercussions, individuellement ou combinées, peuvent influencer
l’état de santé d’un individu.
Les informations scientifiques requises pour faire face à ces risques doivent être partagées pour prendre les mesures
d’adaptation adéquates. Il est donc essentiel de réaliser des unions de compétences entre les acteurs pour aboutir à de
vraies collaborations et mettre en place des démarches pour protéger les personnes vulnérables de la société.
Les retours d‘expériences décrits dans ce cahier pourront donc se révéler utiles pour ceux qui souhaitent examiner les
possibilités existantes, mobiliser les acteurs et concrétiser le changement.
A la suite du Grenelle Environnement, le Plan National Santé Environnement 2 met la thématique au cœur de
l’actualité nationale et en fait une des préoccupations majeures de santé publique reconnue par la loi (avec le cancer, la
violence, les comportements à risque et conduites addictives, la qualité de la vie des personnes atteintes de maladies
chroniques, les maladies rares).
Un nouveau cahier d’expériences : à quoi bon ?
Ce cahier d’expériences vise à mettre à la portée de tous, les déclinaisons de la Santé Environnementale dans différents
secteurs. Il a pour but de favoriser une large diffusion des initiatives et des bonnes pratiques auprès des acteurs
girondins – collectivités, entreprises, associations et de favoriser les contacts formels et informels entre acteurs, de
mutualiser les données et démultiplier les actions aux échelles départementale, communale et locale afin de faciliter la
mise en œuvre des projets.
Il ne prétend pas être une liste exhaustive ou une Encyclopédie des projets possibles, mais un guide pratique
d’application dans un format facile à comprendre et à utiliser. Ce cahier présente des initiatives, des portraits, des
témoignages et des informations pratiques pour donner envie d’agir et trouver les leviers. Il peut constituer un point de
départ de prise de conscience, pour identifier les axes de progrès et savoir comment démarrer.
Vous pouvez vous servir de ce cahier de votre propre initiative et lancer votre projet mais aussi contacter d’autres
acteurs pour discuter de leur expérience afin de progresser dans votre propre projet. Que ce cahier soit source de
réflexion et d’inspiration, qu’il vous donne envie de concrétiser des actions à votre échelle !!!
Ghandi a dit : « Soyez le changement que vous voulez voir dans ce monde ». Prenons la responsabilité du changement
en donnant l’exemple !
Bonne lecture et bonnes actions !
4
Mode d’emploi
Comment est-il
organisé ?
A qui s’adresse
t-il ?
Avec qui a-t-il
été élaboré ?
Cinq parties :
1. Contexte et enjeux de la santé environnementale
2. Pourquoi les collectivités ont un rôle à jouer ?
3. Engagements de collectivités et d’acteurs : comment agir ?
4. Témoignages d’acteurs et retours de terrain
A tous : Élus, techniciens, citoyens, associatifs, entreprises…
Le Conseil Départemental des Agenda 21 de Gironde (CDA21) est un réseau réunissant plus de 60
collectivités et des acteurs du monde institutionnel, économique, de la recherche, des associations,
de l’éducation… Depuis 2005, ce réseau travaille sur les questions de mise en œuvre locale du
développement durable, échange les expériences, mutualise. Fort d’un Agenda 21 de réseau validé
en 2008, le CDA21 capitalise aujourd’hui les expériences de ses membres, à travers une collection
« Les cahiers d’expériences girondines ». Ce document en est le nouvel acte !
L’Association Habitat Santé Environnement (HSEN) mène des actions situées au carrefour
des questions sur la santé, l’environnement et le développement, soutenues par un réseau
scientifique pluridisciplinaire international et menées en Gironde par le Dr Weissmann, docteur en
Phytopathologie, spécialisé en Environnement durable et le Dr Farbos, docteur en Génétique et
Biologie moléculaire, spécialisé en Santé Environnementale. Dans ce contexte, HSEN a pour mission
la mise en oeuvre de la santé environnementale afin que les acteurs puissent s’approprier leur
environnement, en jouir de façon responsable et transmettre un patrimoine sain aux générations
futures. Le CDA21 lui a confié la rédaction de ce cahier d’expériences girondines.
Un groupe de travail s’est mis en place fin 2009 pour élaborer la structure du présent cahier
(collectivités en Agenda 21, Directions du Conseil Général, DRASS, Dr JM Segretin). Les pilotes
du PRSE aquitain en ont validé le contenu sur les éléments le concernant. La Mission Agenda 21
du Conseil Général a assuré l’assemblage des contributions et la production de ce 2ème cahier
d’expériences girondines.
Par où
commencer ?
Comment
l’utiliser ?
Et maintenant à
vous de jouer!
Ce cahier est orienté vers l’action et les pratiques. Il comporte une série de fiches décrivant les
expériences mises en place (stratégies, succès, freins rencontrés, contacts…). Vous trouverez
également des éléments généraux, concepts et outils de la santé environnementale, ainsi qu’une
liste de ressources sur Internet pour approfondir et en savoir davantage.
Les actions sont organisées par thématique, avec la possibilité de chercher par type de structure (code
couleur) ou mot clé, ou nom dans l’index. Chaque chapitre est précédé par une fiche démontrant le lien
entre la thématique et la santé environnementale et se termine avec une partie « témoignages » des
acteurs engagés. N’hésitez pas à écrire sur les pages de ce livre et à l’annoter. Il est destiné à devenir un
outil de travail.
Vous étofferez vos connaissances au fil de la lecture et vous découvrirez la magie d’Agir. N’oubliez
pas que c’est en forgeant que l’on devient forgeron !
Lorsque vous vivrez l’un de ces moments magiques, n’hésitez pas à nous écrire afin que nous
puissions nous aussi nous réjouir de vos avancées et les partager avec tous les acteurs motivés de
Gironde !
5
1. Contexte et enjeux de la Santé Environnementale
1.1. C’est quoi « La santé environnementale » ?
La santé est un
"processus qui confère
aux populations les
moyens de réaliser
leurs ambitions et
de satisfaire leurs
besoins, mais aussi
d’évoluer avec
le milieu ou de
s’adapter à celui-ci".
Cette définition a introduit un lien évident entre la santé et l’environnement pris au sens
large. Plus tard, naquit le concept de santé environnementale : «Elle recouvre les aspects de la
santé humaine, y compris la qualité de la vie, qui sont déterminés par les facteurs physiques,
biologiques, sociaux et psychosociaux de l’environnement» (OMS, 1993).
Aujourd’hui, la santé se définit avant tout par une valeur positive : « la santé est un état de bienêtre physique, mental et social complet et non seulement l’absence de maladies ou d’infirmité
» (OMS, 2006, p1). La santé constitue donc une ressource essentielle de la qualité de la vie,
au même titre que l’accès au travail, à l’éducation, à un logement décent... Il est maintenant
largement admis que la santé, à tous les stades de la vie, est régie par des interactions complexes
entre les facteurs sociaux et économiques, le milieu physique et les caractéristiques et
comportements des individus.
OMS – 1986 Hippocrate déjà... Est-ce bien nouveau ?
Hippocrate (v. 460 - 377 av. J.-C.) ne jugeait pas d’une partie du corps sans connaître le tout,
lui-même indissociable de son milieu : « Pour approfondir la médecine, il faut considérer d’abord
les saisons, connaître la qualité des eaux, des vents, étudier les divers états du sol et le genre de
vie des habitants « (D’après «Airs, eaux, lieux», in Hippocrate - De l’art médical, Le livre de poche
6
« L’environnement agit quotidiennement sur notre santé par le biais du milieu qui nous entoure:
eau, air ou sol. L’espérance de vie des urbains est plus longue que celle des ruraux, mais en
même temps, l’urbanisation et la multiplication des substances, souvent d’origine chimique
et disséminées dans le milieu, comportent de nouveaux risques. Pesticides, oxydes d’azote,
particules fines peuvent être à l’origine de dysfonctionnement du système respiratoire, de cancer,
d’allergie ou de mortalité prématurée. L’environnement devient un enjeu de santé publique, d’où
l’apparition d’un nouveau concept : la santé environnementale […] »..
Extrait du rapport du groupe 3. du Grenelle Environnement « Instaurer un environnement respectueux de la santé».
On s’est aussi aperçu que les facteurs environnementaux, notamment chimiques, peuvent modifier
l’expression des gènes ! Cela peut favoriser les maladies métaboliques, c’est le phénomène dit
épigénétique qui laisse une empreinte pouvant se transmettre d’une génération à l’autre.
Aujourd’hui, nous distinguons trois facteurs déterminants de notre état de santé.
Nous sommes tous « livrés » avec une certaine prédisposition génétique, et à certains moments
de notre vie (personnes âgées, enfants, femmes enceintes …), nous sommes plus fragiles mais
nous n’avons pas beaucoup d’influence sur ces facteurs. Nous pouvons agir sur notre exposition
environnementale et donc influencer les conditions de notre état de santé.
Risque accidentel
versus
risque chronique?
Bien que la notion de risques majeurs et accidentels et d’expositions ponctuelles à des fortes
doses de polluants soit bien établie dans notre esprit et au sein des activités, la notion de risque
chronique est plus récemment devenue un des enjeux majeurs de la santé environnementale.
Les risques chroniques – auxquels ce guide apporte des réponses concrètes - concernent
l’exposition répétée ou quotidienne à de faibles doses de polluants chimiques, biologiques
ou physiques. Or, les impacts sur la santé humaine et la dégradation de l’environnement sont
pour certains scientifiquement validés, pour d’autres suffisamment documentés pour mériter
une action visant à en réduire les risques, pour les derniers enfin soupçonnés, voire encore
inconnus, mais potentiellement et suffisamment graves pour exiger une vigilance soutenue.
7
1.2. Quels sont les enjeux sanitaires et environnementaux ?
" Les êtres
humains ont droit
à une vie saine
et productive
en harmonie
avec la nature"
Sur le tableau de bord d’une voiture, des voyants d’alarme nous informent des problèmes : dès lors
nous pouvons soit aller chez le garagiste, soit changer notre « style de conduite ». Aujourd’hui, les
voyants d’alarme planétaires nous informent des constats inquiétants sur un plan sanitaire, social,
environnemental et économique, mais nous n’avons pas l’option du garagiste pour la planète. Il
nous faut donc changer notre « style de conduite » pour répondre aux enjeux planétaires tout en
gardant un œil sur les voyants d’alarme qui nous informent et nous facilitent la conduite.
(Déclaration de Rio,
1992)
Nous ne pourrons répondre aux enjeux que collectivement, d’où le rôle des collectivités, ce qui
implique la participation de chaque individu. Tout individu est capable d’apporter sa contribution
et un simple changement de comportement peut avoir des effets notables, dès lors qu’il entre en
résonance dans le cadre d’une dynamique de changement qui mobilise tous les acteurs.
A Ottawa en 1986 est apparue une perspective sociale novatrice de la santé. Alors qu’avant, la
santé était définie par l’absence de maladie et le silence des organes, le concept actuel dépasse
les modes de vie sains pour viser le plein épanouissement de chacun.
Conforter
la santé en
améliorant ses
déterminants,
c’est agir en
faveur du
développement
durable et
inversement.
8
Promouvoir la santé et répondre aux objectifs du développement durable permet de répondre
aux mêmes buts : donner à chaque être humain des chances accrues de mener une vie saine et
épanouie, mais également assurer des perspectives valorisantes à la survie collective. La santé
des populations est en effet une condition majeure de l’efficacité du développement et de la
cohésion sociale dans son ensemble. Préserver la biodiversité et lutter contre la pollution des
pesticides contribuent à une alimentation saine, variée et équilibrée pour une meilleure santé. Le
changement climatique est également lié à la propagation des maladies. Réduire les Gaz à effet
de serre (GES) et les consommations énergétiques concourt à préserver la santé des populations.
La déstabilisation du pilier social du développement durable et l’explosion des inégalités
pourraient à la fois mettre à mal les progrès de la santé et la viabilité du développement. La santé
de l’homme et celle de son écosystème sont inévitablement interdépendantes, car nous sommes
en interaction permanente avec notre monde.
Au niveau national, la lutte contre les inégalités environnementales est une priorité :
- Inégalités de sensibilité aux agents pathogènes en fonction de l’âge : les enfants sont les plus
sensibles, il convient donc de les protéger, ainsi que les femmes enceintes et les personnes âgées
- Inégalités de sensibilité aux agents pathogènes en fonction de l’état de santé particulier de
chacun : personnes sensibles aux allergies, asthme, cancer…
- Inégalités liées au contexte socio-économique : habitat indigne…
- Inégalités géographiques liées à l’inhomogénéité des altérations de l’environnement sur le
territoire.
Ces priorités inscrites au Plan National Santé Environnement 2 (PNSE 2) visent les populations les
plus sensibles et les domaines où l’on peut agir, coopérer et mutualiser pour faire sens dans une
dynamique collective.
Téléchargeable sur http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/PNSE2.pdf
1.3. Un principe majeur : le principe de précaution
"Face à
l’urgence,
6 principes
fondateurs
peuvent être
posés
* Le principe de précaution
* Le principe de substitution
* La prise en compte explicite de la politique environnementale en tant que composante d’une
politique de santé
* Le lien fort entre santé environnementale et santé de l’écosystème
* La nécessité d’une gouvernance et d’une démocratie participative,
* Le principe du pollueur-payeur. »
(Rapport du groupe 3 du Grenelle Environnement « Instaurer un environnement respectueux de la santé»)
Le principe de précaution est un principe majeur et un outil essentiel dans le domaine de la santé
environnementale dû à la grande complexité des paramètres et des données et compréhension
scientifiques qui sont souvent encore fragmentaires dans ce domaine.
Il repose sur deux notions de base :
- Prendre des précautions et être conscients des risques sanitaires et environnementaux
- Agir pour éviter des dommages même dans l’absence d’un certaineté scientifique vis-à-vis de la
probabilité, la magnitude ou la cause de ce dommage
9
Quelques définitions internationales
Sommet de la
terre, Rio
1992
Conférence
internationale
à Wingspread
Wisconsin en
Janvier 1998
La Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement proclame
27 principes, dont le principe 15 définit le principe de précaution : « Pour protéger
l’environnement, des mesures de précaution doivent être largement appliquées par les
Etats selon leurs capacités. En cas de risque de dommages graves ou irréversibles, l’absence
de certitude scientifique absolue ne doit pas servir de prétexte pour remettre à plus tard
l’adoption de mesures effectives visant à prévenir la dégradation de l’environnement ».
“Si une activité pose une menace à l’environnement ou à la santé humaine, des mesures de
précaution doivent être prises, même si certaines relations « cause-and-effect » ne sont pas
complètement établies scientifiquement ». (43 Hileman, B. 1998. Precautionary Principle, Chemical and
Engineering News, February 9, pp. 16-18.).
Cette définition est aujourd’hui un principe établi dans la gouvernance environnementale, ancré
dans la loi et dans les outils de management sur une échelle internationale, régionale et locale.
Le principe de précaution régit les politiques de l’environnement dans le monde. L’Union
Européenne l’applique aux politiques de sécurité sanitaire. En France, le principe de précaution
est inscrit dans la Constitution en 2005 par le biais de l’article 5 de la Charte de l’environnement.
C’est aussi un outil de management des risques, mais son application en pratique n’est pas
toujours aisé, puisqu’il apporte une promesse de sécurité certes, mais celle-ci s’oppose à la
capacité de la société de prendre des risques.
1.4. Un enjeu majeur en santé environnement : la pollution chimique
L’utilisation
rationnelle
des produits
chimiques
... est une réponse opérationnelle aux enjeux de la santé environnement :
- dans la gestion des espaces extérieurs et intérieurs,
- dans le choix des matériaux de construction,
- dans le développement des méthodes alternatives,
- dans la mobilisation des acteurs.
Les actions conduites intègrent ainsi les dimensions sanitaire (réduction de l’exposition aux
produits nocifs), sociale (amélioration du confort), économique (soutien de l’industrie verte)
et environnementale (réduction des rejets chimiques et de la pollution locale, diminution des
risques écologiques, diminution des émissions de gaz à effet de serre, etc.).
Aujourd’hui, il
serait difficile
de concevoir
un monde sans
produit chimique
Dans l’Union Européenne, pas moins de 30 000 substances sont sur le marché. Elles sont libérées
et se retrouvent dans l’environnement :
- au cours des opérations de productions industrielles,
- lors de l’usage et de l’usure des biens de consommation,
- lors de l’élimination des déchets,
- ou lors de la gestion des espaces extérieurs ou intérieurs.
Les molécules chimiques ont envahi tous les compartiments environnementaux : nappes
phréatiques et cours d’eau, atmosphère, sols, océans, zones arctiques mais aussi le corps humain.
Au plan environnemental, nous assistons à une pollution accrue des ressources (eau douce, sols...)
et à l’effondrement de la biodiversité.
En 2004, dans le rapport DetoX Campaign, WWF rend compte des résultats d’analyses de sang
qui révèlent la contamination du corps humain par des molécules chimiques, dont certaines sont
susceptibles d’exercer des effets toxiques à long terme dont les CMR (Cancérigènes, Mutagènes,
Reprotoxiques, perturbations hormonales, allergies...) (voir http://www.panda.org/eu). Certaines
molécules chimiques peuvent également subir des dégradations chimiques ou photochimiques
et participer ainsi au mécanisme réactionnel atmosphérique en produisant des aérosols et des
polluants secondaires tels que l’ozone.
10
L’enjeu est donc de taille : plus que jamais nous devons gérer l’environnement et la santé comme
une ressource précieuse, que nous devons protéger.
REACH,
qu’est ce
que c’est ?
Registration, Evaluation,
Authorisation of
chemicals
«Le règlement n°1907/2006 du Parlement européen et du Conseil du 18 décembre 2006
concernant l’enregistrement, l’évaluation et l’autorisation des substances chimiques (dit règlement
REACH) est entré en vigueur le 1er juin 2007. Il va permettre dans les 10 prochaines années de
recueillir un grand nombre d’informations sur les propriétés des substances chimiques produites
ou importées pour tous les autres usages. Et même s’il apparaît comme un règlement complexe,
imposant des obligations aux industriels, il constitue un outil fondamental pour les industriels, les
pouvoirs publics et la société civile, pour améliorer à long terme le bien-être de la population en
termes de santé et d’environnement.
La mise en œuvre de REACH représente 3 enjeux majeurs :
- Combler le déficit de connaissance sur les risques environnementaux et sanitaires des
substances chimiques, et en particulier les plus anciennes introduites sur le marché européen
avant 1981 et sur lesquelles nous avons très peu d’information. Le règlement REACH permettra
d’obtenir des informations sur les risques de plus de 30 000 substances en onze ans.
- Confier la responsabilité de l’évaluation et de la gestion des risques des substances aux
entreprises productrices et importatrices et non plus aux autorités administratives. C’est le
« renversement de la charge de la preuve ».
- Favoriser une politique d’innovation et de substitution des substances les plus dangereuses,
via notamment la procédure d’autorisation.
Le règlement REACH met en place 4 procédures essentielles : l’enregistrement , l’évaluation,
l’autorisation , la restriction.
Il crée également une Agence européenne des produits chimiques (ECHA selon l’acronyme anglais
European Chemicals Agency) en charge des aspects techniques et administratifs du dispositif.
La circulation de l’information tout au long de la chaîne d’approvisionnement (amont - aval)
permet à tous les acteurs (fabricants, importateurs, distributeurs, utilisateurs en aval) d’assumer
leurs responsabilités en matière de gestion des risques liés aux substances.»
D’après le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de la Mer.
11
2. Pourquoi les collectivités ont un rôle à jouer ?
2.1. Exemplarité et incitation
Faire émerger
l’intelligence
collective
Les collectivités sont devenues un lieu d’expérience privilégié : on peut adapter les structures
urbaines mais aussi mobiliser, sensibiliser et faire naître l’intelligence collective. La collectivité
locale est dans le quotidien des habitants en entretenant une relation directe avec tous les
acteurs du territoire, de l’école jusqu’aux entreprises et aux bailleurs sociaux. Elle est donc en
position d’impulser, de soutenir des initiatives et de mettre en cohérence une politique durable sur
l’ensemble du territoire.
Les actions de promotion de la santé et du développement durable trouvent un avantage mutuel
à être mises en œuvre conjointement sur les mêmes territoires. De ce fait, les plans locaux,
chartes, référentiels et autres outils se rapportant à différents domaines comme l’urbanisme, les
transports, les bâtiments publics, la gestion des espaces intérieurs, la gestion de l’habitat insalubre,
le développement économique, la gestion des espaces verts, la culture, la cohésion sociale
devraient explicitement intégrer la dimension durable et donc, la santé environnementale.
Par exemple l’urbanisme durable peut s’appuyer sur les outils existants : schéma de cohérence
territoriale (SCOT), plan local d’urbanisme (PLU), le programme de déplacement urbain (PDU),
marchés publics, ou plan climat...
L’Agenda 21
permet
d’intégrer
pleinement ces
enjeux
Et enfin, la collectivité peut réunir ces engagements et formaliser une stratégie locale de
développement durable à travers un Agenda 21 local, projet territorial qui
permet d’intégrer pleinement les principes de la santé environnementale.
Les Agenda 21 locaux mobilisant toutes les parties prenantes d’un territoire,
un travail particulier peut être impulsé avec les représentants des secteurs
polluants, localement et dans une perspective collective d’amélioration
continue (agriculture, industrie, transports...).
De plus, les collectivités peuvent mobiliser en interne des acteurs pour mener des actions en
santé environnementale.
- des acteurs sur la santé et la sécurité des agents au travail : les médecins de travail, les
comités d’hygiène et de sécurité (CHS), les comités techniques paritaires… L’analyse des risques
professionnels auxquels sont exposés les agents, des enquêtes à l’occasion de tout accident de
service ou de maladie professionnelle, et la proposition d’amélioration font partie de leur champs
de compétences. Ces instances peuvent donc être mobilisées davantage au sein de la collectivité
pour prendre en compte autant les risques chroniques que les risque majeurs et accidentels.
- un acteur : « le chargé de mission Agenda 21 », en charge d’élaborer et de suivre l’Agenda 21. Il
peut entreprendre un important travail de concertation des acteurs. Avoir un pilote au cœur de la
coordination et du suivi du projet est un élément clef de la réussite.
12
" Le coût pour
la collectivité des
pathologies
d’origine
environnementale
n’est pas négligeable".
« Dans le cadre d’un travail effectué à la demande du ministère de la santé, un groupe d’étude
coordonné par l’Afsset a tenté d’évaluer le coût pour l’Assurance Maladie de certaines pathologies
liées à la pollution :
- En extrapolant les dépenses estimées pour l’année 1999 à l’année 2006, et en estimant comprise
entre 10 % et 35 % la part de l’asthme attribuable à l’environnement, le coût de traitement de
l’asthme imputable à la pollution extérieure non biologique a été évalué à un montant compris
entre 0,2 et 0,8 milliards euros pour 2006.
- Pour le cancer, sous l’hypothèse d’une fraction attribuable à l’environnement estimée entre 1%
et 5 %, le coût lié aux facteurs environnementaux a été évalué entre 0,1 et 0,5 milliards d’euros
par an pour la prise en charge des soins, et entre 0,005 et 1,2 milliards d’euros pour la perte de
production.
Ces estimations sont à accueillir avec beaucoup de précaution du fait des approximations qui ont
été faites. Néanmoins, elles donnent un ordre de grandeur des dépenses afférentes.
Les études d’impact lors de la préparation du règlement REACH faisaient état d’une diminution
possible de 10 % des maladies causées par les substances chimiques (4 500 décès annuels par cancer),
soit de 0,1 % de l’ensemble des maladies. La réduction des dépenses de santé induite par l’application de
ce règlement est ainsi estimée à 50 milliards d’euros dans l’Union européenne sur 30 ans ».
(PNSE 2. Ministère du développement durable, de la santé, de la recherche et du travail 2009-2013).
Zoom sur : Le Plan National Santé Environnement 2 (PNSE)
Santé
Environnement
2 Plan national 2009 >2013
Le Plan National Santé Environnement (PNSE) définit les priorités
d’action pour réduire l’impact sanitaire de l’environnement. Il s’articule
avec les autres plans de santé publique et ceux qui sont destinés
à protéger l’environnement, en s’intéressant prioritairement à ses
répercussions sur l’homme.
e
'HVDFWLRQVFRQFUqWHVSRXUODSUpYHQWLRQ
GHVULVTXHVVDQLWDLUHVOLpVjO·HQYLURQQHPHQW
Le PNSE 2 2009-2013 porte sur les inégalités environnementales.
Il propose un axe fort à travers la réduction des inégalités
environnementales liées aux personnes (âges, sexes, héritage
génétique, sociologie), aux situations de surexpositions et de multiexpositions, à l’exposition précoce des enfants, in utero et dans les
premiers âges de la vie.
Le PNSE-2 comporte douze mesures phares :
0,1,67Ê5(
'(/
e&2/2*,('(/
e1(5*,(
'8'e9(/233(0(17'85$%/(
(7'(/$0(5
0,1,67Ê5('(/$6$17e
(7'(6632576
0,1,67Ê5(
'(/
(16(,*1(0(17 683e5,(85
(7'(/$5(&+(5&+(
0,1,67Ê5('875$9$,/
'(65(/$7,21662&,$/(6
'(/$)$0,//('(/$62/,'$5,7e
(7'(/$9,//(
1. Réduire de 30% les concentrations dans l’air ambiant en particules
fines d’ici 2015 et les émissions dans l’air et dans l’eau de 6 substances toxiques d’ici 2013 ;
2. Mettre en place un étiquetage sanitaire des produits de construction, de décoration ainsi que des
produits les plus émetteurs de substances dans l’air intérieur des bâtiments, et rendre obligatoire
l’utilisation des produits et matériaux les moins émissifs dans les écoles et crèches ;
3. Favoriser les mobilités douces pour diminuer à la fois l’impact environnemental des transports et
développer l’activité physique, qui est un élément essentiel en matière de santé ;
4. Assurer la protection des aires d’alimentation des 500 captages d’eau les plus menacés ;
5. Améliorer la connaissance et réduire les risques liés aux rejets de médicaments de
l’environnement, en engageant dès le mois de juillet 2009 les travaux en vue de l’élaboration d’un
plan d’action national, en installant le comité de suivi et de pilotage de ce plan ;
6. Mettre en place dès 2010 un programme de biosurveillance sanitaire de la population ;
7. Expérimenter un dispositif de traçabilité des expositions professionnelles dans 4 régions ;
8. Renforcer le contrôle des substances, préparations et articles mis sur le marché en France,
notamment sur les produits destinés aux enfants ;
9. Réduire l’exposition aux substances préoccupantes dans l’habitat et les bâtiments accueillant des
enfants : une expérimentation de surveillance de la qualité de l’air dans 300 crèches et écoles (20092011) ;
10. Développer des conseillers « Habitat santé », pouvant se rendre au domicile des personnes ;
11. Poursuivre le programme de lutte contre l’habitat indigne (obj 20 000 logements traités par an) ;
12. Identifier et gérer les « points noirs environnementaux » (zones susceptibles de présenter une
surexposition à des substances toxiques).
Assorti de mesures financières, le PNSE est décliné au niveau régional par le Plan Régional Santé
Environnement – PRSE. Elaboré en concertation avec les services de l’Etat, les collectivités et les
acteurs professionnels, il sera publié mi-2010. Toute l’info sur : http://prse.aquitaine.free.fr
13
2.2. Pour commencer, comment s’y prendre ?
La santé est
un élément
transversal
La traduction en actions de la réglementation ou du Plan National Santé Environnement, entraîne
une logique co-disciplinaire pour prendre en compte aussi bien les facteurs d’ordre socioéconomique qu’environnemental ou culturel.
La santé est un élément transversal d’une politique locale cohérente ; de ce fait, il est important de
décloisonner et de dépasser les clivages sectoriels, en prenant en compte la dimension santé dans
toutes les politiques publiques.
Il n’y a pas toujours besoin d’outils spécifiques, il s’agit plutôt de mesurer comment les projets
peuvent intégrer les enjeux de la santé environnementale. Il est nécessaire de recenser les outils
existants et de s’appuyer sur ces dispositifs qui tiennent compte des particularités socio-culturelles.
Il faut s’inviter à remettre en question nos façons de travailler : les habitudes sont des actions du
quotidien qui deviennent des comportements inconscients. Voir les choses d’un autre angle peut
s’avérer utile et c’est seulement en décidant consciemment que l’on peut s’autoriser
«LA transversalité». Cela suppose une observation sans a priori pour ne pas ‘’s’asseoir’’ sur des acquis,
cette approche peut se révéler déstabilisante, elle doit donc être bien cadrée.
A l’échelle locale, il ne s’agira pas d’imposer des normes ou des solutions définitives … mais
au contraire, de solliciter la réflexion au sein des équipes, de répondre à la peur de chacun et
d’accompagner les acteurs dans le changement. Le point d’appui pour initier et accompagner la
démarche est un dispositif existant ou à créer permettant la transversalité ou la participation. Bien
évidemment, il ne suffit pas de comprendre pour changer, on ne change que dans l’action ! Et c’est
presque toujours par des choses simples que le changement arrive doucement, et ce qui parait
aujourd’hui une goutte d’eau pourra mener demain à un véritable fleuve.
2.3. … Ensuite, créons une ambiance propice aux changements
Convivialité,
écoute sans
culpabilité...
pour aborder le
changement
Une ambiance conviviale, positive, non-culpabilisante, et sécurisante (sans jugement), dans laquelle les
acteurs découvrent les enjeux, le « pourquoi agir », apprennent à s’écouter et à exprimer leur point de
vue et finalement à dépasser la « peur du changement ». Les informations apportées doivent être de
bonne qualité et scientifiquement validées. Concrètement, cette façon de faire a permis à des agents,
formés au travail, de s’approprier la démarche à titre personnel en mettant en place les actions chez
eux au quotidien avant même d’avoir changé dans la partie professionnelle. Il est difficile d’imposer de
nouvelles habitudes. La responsabilité individuelle est, dans une équipe, un facteur plus cohésif que
l’obéissance et un garant du succès de la démarche.
Prenez note des petits changements positifs et quand vous sentez poindre le découragement,
contactez d’autres acteurs pour savoir comment garder une attitude raisonnablement optimiste, et
n’oubliez pas les trois mots clés : « Réfléchir, agir et s’améliorer ». Une régression ne signifie pas que vous
revenez à la case départ ! Rome ne s’est pas faite en un jour !!
14
3. Engagements de collectivités et d’acteurs : Comment agir ?
Des solutions à la
portée de tous
… ET ce n’est pas
toujours plus cher
… Et on peut les
mettre en place
rapidement.
Chaque action est une façon de répondre aux enjeux globaux du développement durable,
et plus particulièrement aux enjeux du Plan National Santé Environnement (PNSE 2) pour
préserver la santé, améliorer la qualité de l’environnement, informer le public.
Ce recueil d’expériences reprend quelques uns des thèmes des 12 actions prioritaires du
Plan National Santé Environnement 2, notamment celles qui concernent l’exposition aux
substances chimiques, physiques et biologiques. Mais toutes les thématiques ne sont pas
abordées (risques émergents et ondes, bruit, logement indigne et insalubrité, agriculture…).
Chaque thématique est détaillée et illustrée par des témoignages d’expériences.
Il est évident que chaque action demande un investissement nouveau pour la collectivité,
mais elle en récoltera des résultats concrets et mesurables. En plus des effets positifs sur la
santé et souvent sur le budget, nous observons également une satisfaction des acteurs, une
meilleure ambiance et effet moteur au sein des équipes.
Retroussons donc nos manches et lançons-nous !
15
3.1. Mobilisation et participation de tous
à la santé environnementale
Contexte
Le plus grand défi est celui de communiquer et de faire comprendre le besoin de travailler ensemble
à un but commun. Compte tenu de la diversité de la population et des fonctions des communautés
professionnelles, il n’est pas facile de rallier tous les acteurs à une même cause. Bien communiquer est
essentiel, car le concept Santé Environnementale n‘est pas familier...
Le saviez-vous ? Pour cela, il est nécessaire de mettre en place les outils et méthodes de travail qui permettront la
transparence, la démocratie, l’expression et la participation de tous, pour produire un projet de vie et de
développement du territoire, de donner à la population les moyens d’être informée et de participer au
projet.
La participation des acteurs est un des éléments moteurs du changement de comportement. La place
laissée aux acteurs varie d’un projet à l’autre. Parfois, les acteurs ont été associés dès l’élaboration du
projet, voire ont participé la définition du plan d’action.
Comment agir ?
Les modes de communication, d’information et de participation des acteurs peuvent être variés :
- Diffusion d’informations, outils de communication, conférences de sensibilisation.
- Concertation avec les habitants ou les acteurs institutionnels, politiques, techniques ...
- Co-construction d’outils promouvant d’autres comportements : collégiens dans la réalisation d’un
outil de sensibilisation ; Familles Pilotes pour la diffusion des bonnes pratiques : des rencontres, ni
trop formelles ni institutionnelles, afin de permettre à chacun de développer ses initiatives tout en
bénéficiant d’une assistance scientifique pour formaliser des projets.
Varier les modes de participation à des échelles différentes permet de mieux répondre aux besoins
réels. Toutefois, la participation ne se décrète pas. Elle est l’expression d’une volonté politique. Encore
faut-il pouvoir surmonter les facteurs de blocage et faire confiance à l’intelligence collective !
L’Agenda 21 local est le projet intégrateur qui permet de poser la question de la prise en compte de
la santé environnementale dans les actes de la collectivité, d’expliquer et d’associer pour changer
ensemble de manière transversale…
Ce qu’en dit
le PNSE
L’information des acteurs aux enjeux de la santé environnement est traitée dans chaque thématique
du Plan National Santé Environnement, et en particulier Fiche 16 – 4 actions. Elle vise notamment les
professionnels de santé, l’enseignement supérieur et technique, les jeunes et le développement d’outils
d’information dont l’impact est à mesurer.
D’autres actions du PNSE comportent des volets « communication ou formation » :
- formation des professionnels du bâtiment à la qualité de l’air intérieur (action 8),
- l’information dans tous les établissements publics ou recevant du public vulnérable (actions 9 et 19),
- information du public et des collectivités sur le caractère allergisant de certaines espèces végétales
(action 22),
- information à destination du grand public, des femmes enceintes et des professionnels de la santé
sur les risques potentiels liés à l’utilisation de certaines substances chimiques reprotoxiques et aux
perturbateurs endocriniens (action 18).
Les travaux préparatoires sur le Plan Régional Santé Environnement – Aquitaine,
ont souligné l’importance de la communication, de l’information et de la formation
sur la Santé Environnement et cette thématique a fait l’objet d’un atelier spécifique.
Il s’est intéressé aussi bien aux leviers pour toucher le grand public, qu’au public
professionnel (médecin, enseignants / responsables d’équipements scolaires…).
16
Témoignages
Information du public
Informer et mobiliser des agents du Conseil Général de la Gironde
Démarche participative dans la gestion des risques à Bassens
Sensibiliser et mobiliser le designers avec l’Association Française des Designers
Mobiliser autour du développement durable et de la santé avec le Rotary Club de Gradignan
Conférence et outil multimédia avec l’Union Régionale des Médecins Libéraux d’Aquitaine
Co-construction de projets en faveur de la santé environnement
Elaboration du Plan Local de Santé de la Ville de Mérignac
Les Familles Pilotes de la Communauté de Communes de l’Estuaire
Sensibilisation aux bonnes pratiques des aides à domicile - CDC du Canton de Villandraut
Formations des prestataires de gîtes sur le PNR des Landes de Gascogne /Pays de Landes de Gascogne
Intégration de la santé environnementale dans l’Agenda 21
Comment agir et pourquoi : Lancement de l’Agenda 21 de la CDC de Coutras
La Santé environnementale dans l’Agenda 21 de Bordeaux
17
La Santé environnementale dans l’Agenda 21 :
sensibilisation des agents
Fiche identité : 6200 Agents, 35 Directions, Agenda 21
de la Gironde lancé en 2004 et adoption du 1er programme d’actions 2007-2008, dont une action dédiée à
la santé environnementale.
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Julie Chabaud, Responsable de la Mission
Agenda 21, Conseil Général de la Gironde,
Tél : 05.56.99.67.64.
Agenda21Gironde@cg33.fr - http://www.gironde.fr/cg33/
jcms/c_10023/l-agenda-21-de-la-gironde
Employeur de plus de 6000 agents départementaux, gestionnaire de près d’un million de m² de
bâtiments publics le Conseil Général devait agir et s’améliorer pour réduire son « empreinte chimique »
dans le cadre de l’Agenda 21.
Dès 2007, des actions de sensibilisation internes sont menées pour faciliter le passage à l’entretien
écologique de locaux du site de Mériadeck (produits écolabellisés et microfibres) :
- 80 agents d’entretien ont bénéficié d’une
formation–action à deux reprises.
- 3 conférences sur la santé environnement.
- Newsletter de l’Agenda 21 dédiée.
- Création d’outils de communication pour
la généralisation du recours aux produits
écologiques pour l’entretien de tous les locaux
du Département pour tous les agents de la
collectivité.
Partenaires et prestataires
Prestataires : Association Habitat Santé
Environnement ;
Collèges et éducation nationale
Liens avec
autres
actions de
DD
Résultats
obtenus
18
Les critères environnementaux et sanitaires doivent être diffusés dans toutes les opérations de
construction et de réhabilitation et notamment dans le choix des matériaux de décoration et d’ameublement.
L’acte II de l’Agenda 21 propose plusieurs actions en faveur de la santé environnementale (généralisation du nettoyage écologique ; sensibilisation des aides à domicile ; entretien raisonné des abords des
routes départementales ; intégration de critères développement durable dans les achats et suivi...).
Bilan financier :
- Nettoyage écologique des locaux de Mériadeck : coût de formation
des 80 agents d’entretien sur 3 ans et conseil pour l’aménagement de
l’Immeuble Gironde (20.000 €) ;
- Produits d’entretien : - 50% (= 9.000 €) sur les 6 premiers mois ;
- Achat de mobiliers NF environnement à coût constant.
Démarche participative dans la gestion
des risques : le Comité de veille
Fiche d’identité : 6705 habitants, 1027 hectares dont
2 zones distinctes : une zone industrialo-portuaire (60%
du territoire), une zone d’habitat (23%) et d’espaces verts
(17%) ; Lancement de l’Agenda 21 en 2005 ; Participation au
Grand Projet de Villes des Hauts de Garonne
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Céline Respaud – Services techniques
Mairie de Bassens - Tel : 05.57.80.81.57
http://www.ville-bassens.fr
Au fil des années la commune s’est dotée d’un tissu industriel qui a contribué à son développement
économique et social. Cette zone, qui s’étend sur 600 ha est composée d’entreprises diverses (dépôt
de carburant – usines d’incinération - stockage divers /bois, céréales – traitement de graines végétales
– de déchets industriels et hospitaliers – silos - chimie - etc ..., ainsi que la logistique). Certaines de ces
entreprises peuvent engendrer des pollutions ou des nuisances, deux sont classées SEVESO
« seuil bas » et trois SEVESO « seuil haut ». La présence de ces sites nécessite, au-delà des contrôles
réglementaires, l’information des populations aux côtés des élus : c’est l’objet du comité de veille.
Le comité de veille, constitué en 2001 est composé d’élus, de membres de la société civile, des
associations, des représentants des services municipaux. Ce dispositif novateur et proche tend à
exercer une vigilance constructive sur les questions de sécurité et d’environnement dans la zone
industrialo-portuaire, sur 2 secteurs particuliers :
- La pollution et les nuisances portant atteinte à l’environnement et au cadre de vie (pollution de l’air,
odeurs, bruits, rejets des eaux des usines, circulation des camions, problèmes de transport de matières
dangereuses, etc.)
- La sécurité concernant l’utilisation de matières dangereuses dans la fabrication des produits (process),
le stockage…
Le comité organise des visites régulières d’entreprises et intervient auprès d’elles au moment des
incidents signalés. Un maillage étroit sur la commune permet de situer en temps réel les différentes
pollutions et nuisances détectées par les habitants ou les services par le biais de fiches types
(disponibles à l’accueil de la Mairie), en donnant tous les paramètres nécessaires à leur identification
(jour, heure, nature de la pollution, direction des vents, etc…). Ces éléments sont ensuite analysés
par les services techniques et le groupe de travail, aidés par les organismes habilités à traiter ces
problèmes. Les résultats de ces analyses sont transmis au Maire pour une intervention auprès des
entreprises identifiées afin de trouver une
solution satisfaisante. Cette tâche est souvent
confiée au directeur de la protection civile.
Il n’est pas question pour le comité de se
substituer, ni aux services de l’Etat ni au rôle du
responsable d’entreprise, mais de contribuer à
assurer dans la transparence, la qualité de vie
et la sécurité de tous.
Partenaires et prestataires : Services
déconcentrés de l’Etat, CUB, SDIS, AIRAQ …
19
Liens avec
autres
actions de
DD
Le travail du comité de veille s’intègre dans le travail S3PI présidé par le Maire (Secrétariat Permanent
pour la Prévention des Pollutions industrielles sur la Presqu’île d’Ambès). De plus, il convient de souligner la présence d’un représentant au sein du CLIC (Comité Local d’Information et de Concertation) permettant la concertation et la participation des différentes parties prenantes - notamment les riverains- à
la prévention des risques d’accidents.
Le comité de veille vient compléter des dispositifs de contrôle de l’environnement : le service communal d’hygiène et de santé, la Direction urbaine de la Protection civile, la surveillance de l’air (AIRAQ),
le contrôle du pollen (station de captage des pollens), la régulation du peuplement animal, la veille
environnementale etc... A cela s’accompagnent des documents réglementaires tels les Plans Particuliers
d’Intervention. La diffusion d’un document d’information communal sur les risques majeurs (DICRIM)
s’accompagne d’une Etude des Risques Sanitaires, dont la CUB assure la maîtrise d’ouvrage, s’inscrivant
dans une démarche de santé publique et ayant pour objectif d’évaluer les risques sanitaires liés aux
rejets des émissions atmosphériques des industries soumises à autorisation de la presqu’île d’Ambès et
des activités du Grand Port Maritime de Bordeaux.
Résultats
obtenus
Dialogue entre les entreprises, la population et la municipalité ;
Reconnaissance de la structure par les instances administratives régionales et échanges ; Modification
des installations dans certaines entreprises pour réduire les nuisances sonores et olfactives ;
Meilleure transparence sur les questions liées à l’environnement industriel de la commune.
Critères d’évaluation
Nombre d’incidents signalés ;
Nombre d’interventions auprès des entreprises ;
En 2009 : 9 visites d’entreprises et 2 inspections découlant de plaintes.
Bilan financier:
Pas de budget ; temps des agents et des bénévoles à l’étude des fiches
Témoignage
20
Jean DORNIAS - Elu adjoint Urbanisme, cadre de vie et environnement
« Depuis sa création, le comité de veille a su s’imposer comme une structure nécessaire
au développement des conditions de cohabitation de la population avec la zone
industrielle. Il a permis, par la nature de sa composition, de créer des contacts
particuliers avec un certain nombre d’entreprises sensibles aux problèmes de pollution.
Ces contacts ont contribué à avoir la connaissance du suivi en interne, des contrôles
permanents liés à la sécurité et à la pollution et de confronter ces informations à
l’analyse des fiches transmises au comité de veille.
Le travail effectué a été significatif dans la recherche et le traitement des nuisances
olfactives qui conditionnent la qualité de vie sur la commune : nuisances qui jusque-là
n’étaient pas suffisamment prises en compte.
Ce qui est important, c’est que le comité de veille soit officiellement reconnu non
seulement par les entreprises mais aussi par les différentes instances administratives de
la région. »
Sensibiliser et mobiliser les
designers dans une démarche de
design responsable
Fiche d’identité : L’alliance française des designers accompagne ses
membres dans l’exercice de leur activité et informe sur la profession
via un site et une lettre mensuelle sur l’actualité du design, les
problématiques rencontrées par les professionnels, les concours,
appels d’offres…
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Arnault Garcia, Président ;
Tél. : 01 42 71 55 85
http://www.alliance-francaise-des-designers.org/
blog/2009/11/16/ECODESIGN-2009.html
L’impact d’un produit sur l’environnement est définit à 80% lors de la conception. Une démarche
d’éco-design, prend en compte la dimension environnementale en l’intégrant à toutes les étapes du
développement d’un produit au delà du simple respect de la réglementation.
Pour répondre aux questions de santé environnementale, il s’agit de développer des produits et
services qui respectent la santé des usagers de la fabrication, dés l’utilisation et jusqu’à la fin de
vie du produit, par exemple en privilégiant des matériaux « sains ». Intégrer la santé dans le métier
du design, c’est répondre aux enjeux sanitaires d’aujourd’hui, et en même temps aux attentes des
consommateurs et du marché, favorisant ainsi la promotion et la valorisation de notre métier et de
l’AFD.
- Organisation de conférences-débats : « Design et Santé - les impacts
sanitaires dans les processus et les pratiques des métiers du design »
- Rédaction d’une Charte du design responsable et du design durable en
coopération avec d’autres organisations professionnelles en Europe - la
dimension sanitaire du design en sera un élément fort
- Diffusion de l’information sur notre site Internet et les sites partenaires,
et notre newsletter
- Valorisation et communication de la démarche auprès de nos clients
actuels et futurs.
Le métier du design lui même est interdisciplinaire. En même temps il
s’agit de répondre aux attentes sociales et économiques.
21
Mobiliser autour du développement durable
et de la santé
Fiche d’identité : Rotary Club de
Gradignan en Bordelais, 18 adhérents
Pourquoi
agir ?
Contacts :
151, Rue Saint François Xavier, 33170 GRADIGNAN
Courriel : contact@rotary-gradignan.com
Site Internet : http://www.rotary-gradignan.com/
Le Rotary club est une des plus grandes associations caritatives dans le monde avec pour statut de
« servir l’intérêt général » et d’apporter un service humanitaire dans les collectivités, sur les lieux de
travail et à travers le monde. Une mise en cohérence avec la politique de développement durable de
la commune, engagée en Agenda 21, permettra de développer des synergies. La santé durable sera
un excellent outil de promotion permettant de faire connaître les actions du club.
Comment
agir ?
Sensibilisation des adhérents à travers des dîners conférences, des séances d’échanges, d’une soirée
ludique et pédagogique autour du Trivial Pursuit ouvert au public en vue de financer nos actions de
services.
Résultats
obtenus
Toute l’équipe est sensibilisée à la santé environnementale, au développement durable et a intégré
l’intérêt de « l’outil Agenda 21 ». D’autres actions de sensibilisation, jeux (Trivial Pursuit) sont
programmées. Des actions de terrain en lien avec cette thématique seront certainement soutenues.
Le club envisage la mise en place d’un Agenda 21, pour planifier des actions répondant à l’ensemble
des enjeux du développement durable et à la santé environnementale, et d’avoir un rôle pilote.
Bilan financier : Ces actions s’intégrent dans l’activité habituelle et n’engendrent pas des coûts
supplémentaires.
22
Sensibilisation des médecins
à la pollution de l’air intérieur
Fiche identité : Union Régionale des Médecins Libéraux
d’Aquitaine (URMLA) est constituée d’une assemblée
de soixante membres élus (généralistes et spécialistes)
réprésentant 6 500 médecins libéraux en exercice en
Aquitaine.
Contacts : Dr Joël Ohayon, président de la Commission
santé et Environnement - aquitaine@urmla.org
http://www.urmla.org/
Pourquoi
agir ?
L’URLMA s’intéresse aux aspects contextuels de la santé pour évaluer :
- les besoins sanitaires, les pratiques collectives des médecins et des professions de santé,
- les besoins thérapeutiques en intervenant sur la formation des professionnels et l’information des
usagers par exemple ;
Une Commission Santé & Environnement mobilise le monde médical et des décideurs sur les questions
sanitaires.
Comment
agir ?
La transversalité est cruciale face aux problématiques de la pollution de l’air intérieur. L’action visait
avant tout à réunir des médecins, des experts et des spécialistes de la santé environnementale, mais
aussi des architectes, des intervenants professionnels et des décideurs publics au sein d’un colloque
dédié à la santé environnement : une journée d’information sur le thème de l’air intérieur « La maison
de tous les dangers » s’adressant au monde médical et aux décideurs.
Médecins, experts, spécialistes de la santé environnementale, architectes et intervenants
professionnels ont tiré la sonnette d’alarme et fait le point sur les connaissances et les alternatives
développées dans le monde pour retrouver des habitats sains.
Résultats
obtenus
- Réalisation d’un DVD de formation interactive
« Pollution : à l’intérieur, c’est pire » réalisée par les
médecins et les laboratoires UCB Allergies,
- Une centaine de médecins aquitains sensibilisés.
- Synthèse du colloque sur http://www.urmla.org/
index.php?article5082
Bilan financier
Pas de coût supplémentaire, intégré aux missions de
l’association.
Liens avec
d’autres
actions de
DD
La suite ?
- Continuer à sensibiliser, informer, échanger entre
médecins, organiser des journées d’information
dans d’autres départements d’Aquitaine afin de
poursuivre la sensibilisation des populations des
médecins et des élus à et dans l’idée d’une « Union
de Compétences » autour de projets ;
- Consacrer une soirée à ce thème de la pollution
de l’air intérieur pendant les rencontres-débats de
l’URMLA « les Jeudis de la Santé ».
23
Elaboration du Plan Local de Santé
Axe Santé – Environnement
Fiche d’identité : Commune de la Communauté
Urbaine de Bordeaux ; 2ème ville de Gironde avec
66388 habitants
Contacts : Mme LEAO, Ajointe au maire déléguée à la santé et
au handicap, Melle DUPRAT, chargée de mission Santé, Hôtel de
ville, 60 avenue du Mal de Lattre de Tassigny 33705 Merignac tél :
05.56.55.66.10. ; agenda21@merignac.com - www.ville-merignac33.fr
Pourquoi
agir ?
Lancé en mars 2008, le Plan Local de Santé vise à développer 3 grands axes : la santé- environnement ;
la santé- hygiène de vie ; la santé – développement social.
Comment
agir ?
Depuis 2008, la ville est en dynamique autour de la question de la santé environnementale, avec le
lancement d’un état des lieux sur les projets et actions menés en vue d’intégrer les préoccupations en
matière de Santé Environnement au Plan Local de Santé Publique plus global.
Les objectifs généraux sont d’offrir un cadre de vie, un environnement et des conditions favorables à
un « mieux être » des Mérignacais, de coordonner des actions de promotion de la santé sur la ville, de
permettre une visibilité des projets portés par les acteurs, d’informer les Mérignacais sur la richesse de
l’offre de soins, de favoriser les actions de promotion de la santé vers des publics ciblés.
Etapes clés :
- Réunion publique sur les questions de santé : près de 200 personnes assistent à la présentation de
la démarche du plan local de santé publique (10 décembre 2009).
- Expérimentation d’un « Atelier Santé Ville », dans le cadre du Contrat Urbain de Cohésion
Sociale, (quartier du Burck), pour un éclairage spécifique sur une zone de copropriété et d’habitat
dégradé dans le cadre d’un projet de réhabilitation ; un axe émerge : la qualité de l’air intérieur. La ville
propose d’accompagner une expérience d’accompagnement sur cette thématique. La qualité de l’air
intérieur pourra être abordée avec les habitants et des gestes simples vont pouvoir être proposés dans
un premier temps. Plus tard un projet de mise en place d’un Point Info Santé devrait voir le jour puis
son articulation avec un atelier de petits bricolages.
- Mobilisation du Point Info Energie, géré par la
CLCV : accompagnement des particuliers sur les
questions d’économie d’énergie dans l’habitat et conseil
pour la prévention et l’éducation à des gestes simples
favorisant une meilleure qualité de vie dans l’habitat.
- Forum de l’Agenda 21 : présence de la Mission Santé
de la ville (janvier 2010).
- Mise en place d’un Comité de Suivi du Plan Local
de santé : élus, représentants d’institutions (santé,
éducation nationale…), professionnels de santé,
associations ; services municipaux, associations
(patients...).
- Groupe de travail au sein des travaux participatifs sur l’Agenda 21 de Mérignac.
Partenaires : Institutions à l’œuvre dans le cadre du PRSE 2, services municipaux, professionnels socio
éducatifs, professionnels de santé, associations et association spécialisée : HSEN.
Résultats
obtenus
Cette action est lancée en décembre 2009. La ville, via l’axe santé environnement, souhaite mettre en
œuvre d’autres actions qui seront définies par les dispositifs de concertation et qui seront inscrites au
Plan Local de Santé Publique de la ville.
Bilan financier
Pour l’instant aucun budget n’est alloué en propre à cette action.
24
Les Familles Pilotes de l’Estuaire
Fiche d’identité : Communauté de Communes de l’Estuaire
11 communes, 12 000 habitants ;
Collectivité rurale, située en Haute Gironde (canton de Saint
Ciers sur Gironde)
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Céline CABON
Tél : 05.57.42.61.99.
celine.cabon@cc-estuaire.fr
http://www.cc-estuaire.fr
L’opération famille pilote est une action de proximité qui vise à impliquer les habitants en les
sensibilisant sur les enjeux en santé environnementale et les solutions qui existent, à partir de
l’expérience de quelques « familles pilotes » pour développer des modes de consommation plus
responsables. Ces familles vont ensuite parler à d’autres familles sur la santé environnementale. Ce
projet « expérimental » s’intègre dans le programme d’actions de l’Agenda 21 de la Communauté de
Communes de l’Estuaire (CCE) qui comprend un axe intitulé « Favoriser les bonnes pratiques ».
Sept familles volontaires ont été retenues pour
participer à cette opération, programmée sur 6 mois.
Les familles se retrouvent une fois par mois, chez l’une
d’entre elles en compagnie de l’association HSEN
et de la CCE et abordent différentes thématiques
en lien avec la santé : matériaux de construction et
d’isolation, produits d’entretien, produits cosmétiques,
alimentation…
Une première séance a permis de se connaître et
de découvrir la problématique à travers la lecture
d’articles scientifiques, d’échanges avec un expert en
santé environnementale.
La formulation des objectifs de l’opération vise à
définir les engagements des familles. Le choix d’une
thématique par séance et par famille permet d’aborder
par exemple, les matériaux de construction, décoration
et aménagement, produits de nettoyage, cosmétiques,
alimentation saine et durable, électricité…
Partenaire : Association Habitat Santé Environnement
Liens avec
autres
actions de
DD
Résultats
obtenus
Une sensibilisation sur la santé environnementale est également mise en place depuis 2008 pour les
assistantes maternelles, le personnel de la CCE, les agents techniques des communes et les élus du
territoire. Cette sensibilisation couvre des thématiques suivant les publics :
- nettoyage écologique (diagnostic des pratiques, critères d’achats…) ;
- entretien des espaces verts en partenariat avec les communes du canton dans le cadre des Agenda
21 partagés et élaboration d’un plan de gestion différenciée communautaire ;
- démarche cartable sain et formation de formateurs (6 écoles, 12 classes).
Pour que l’opération soit réussie, il faut que l’expérience de ces familles puisse être transmise au reste
de la population du canton. La CCE réalisera un film d’une quinzaine de minutes pour présenter cette
opération (soirées débats ou autres évènements).
Budget : 1800 € (6 mois de mobilisation)
25
Témoignages
Famille Dormval, famille pilote Estuaire : «Nous sommes nous-mêmes déjà sensibilisés et
nous avions le souhait de faire circuler l’information. Mais nous n’avons pas la science infuse !
Donc l’objectif était à la fois d’apporter notre expérience et d’obtenir des renseignements, en
échangeant.»
François, famille pilotes Estuaire : « J’ai pris connaissance de l’opération « Familles pilotes » en
lisant le journal de la communauté des communes, et ça me semblait assez intéressant et utile
de participer à ce groupe de réflexion. J’avais conscience que nous avions tous des habitudes
de vie qui ne sont pas forcément très pertinentes d’un point de vue environnemental et surtout
d’un point de vue santé. J’avais quelques idées, mais je n’avais pas d’informations précises qui
pouvaient guider mes choix. Je n’avais pas vraiment fait l’effort de chercher, mais depuis que
j’ai des enfants, par contre, je me soucie beaucoup plus de la santé. Le but était vraiment de
faire le point aussi avec ma femme sur ce qu’on peut améliorer dans notre vie pour s’assurer
une bonne santé et ne pas trop ingérer ou respirer de substances nocives. Ce que j’en tire, c’est
que ce n’est pas évident de toujours faire de bons choix quand on achète des produits. Il y a
énormément de choses à prendre en compte et on se pose toujours la question, est-ce que
ça vaut le coup compte tenu de la complexité. Ce que je retire vraiment : faisons les choses à
notre niveau comme on peut le faire, mais ça peut être assez stimulant et intéressant de faire
un effort, deux efforts… puis un autre, et partager ça avec la famille, les amis, et collectivement.
J’ai apprécié la convivialité autour de ces réunions, j’ai découvert des gens. J’ai appris des
choses, aussi de la part des
participants. C’est vrai, ça
serait assez intéressant de
continuer cette expérience.
Un groupe comme celui-la
peut éventuellement être
force de propositions par
exemple pour l’Agenda 21
ou d’initiatives d’actions. Il
pourrait être sympathique
de continuer ce groupe de
réflexion dans ce cadre-là. ».
26
Sensibilisation aux bonnes pratiques
des aides à domicile
Fiche d’identité : Communauté de Communes du
Canton de Villandraut ; 4000 habitants, 8 communes
Contacts : CDC de Villandraut – DGS Olivier Senthiles,
Hôtel de Ville 33730 – Villandraut ; Tél : 05 56 25 85 55 ;
accueil@cc-villandraut.fr ; http://www.cc-villandraut.fr/
Pourquoi
agir ?
Faire prendre conscience et identifier les principaux polluants, leur source et leur impact sur la santé
ainsi que connaître les alternatives pour changer les comportements.
Comment
agir ?
Dans le cadre de son Agenda 21, la CDC de Villandraut a souhaité sensibiliser les acteurs de l’aide à
domicile autour d’un guide de bonnes pratiques mutuelles. Quatre rencontres des aides à domicile et
de leurs bénéficiaires ont été animées par l’Association Habitat Santé Environnement.
Les thèmes de ces rencontres :
- Concilier notre consommation domestique avec le respect de l’environnement et de notre santé :
impacts des produits d’entretien sur la santé, tri des déchets, changements des comportements en
devenant un éco consommateur,
- Optimiser notre confort et notre sécurité à la maison avec des moyens simples : préservation de l’autonomie, détecteur de fumée, stockage de produits chimiques, économies d’énergies...
- Conserver notre capital santé en équilibrant notre alimentation
Un document écrit a été remis à chaque participant : règlement intérieur, règlement de fonctionnement, guide de bonnes pratiques.
Dans l’optique de maintenir les personnes âgées chez elles, un transports spécifique a été mis en place
sur le territoire. Il vient les prendre le matin et les ramène chez elles, ce qui leur permet de suivre des
activités de loisirs ou de participer à ces séances d’information.
Partenaires : Pays des Landes de Gascogne ; Europe - Leader + ; Habitat Santé Environnement
Résultats
obtenus
4 journées de formations ;
30 employés communaux formés et 43 personnes cibles associées.
27
Formations des prestataires
de gîtes
Fiche d’identité : Le Pays des Landes de Gascogne est le
plus grand pays d’Aquitaine, il s’étend sur un vaste territoire
de 4 800 km², soit la taille moyenne d’un département. Il
est caractérisé par un vaste espace naturel : le Parc Naturel
Régional des Landes de Gascogne.
Contacts : Béatrice Renaud, Parc Naturel des Landes de
Gascogne ; info@parc-landes-de-gascogne.fr
http://www.parc-landes-de-gascogne.fr/
Et Isaline Bouix, Pays des Landes de Gascogne ;
contact@pays-landesdegascogne.org
http://www.pays-landesdegascogne.org/
Pourquoi
agir ?
Utiliser des produits sains et respectueux de l’environnement : connaître l’existant, identifier les
principaux polluants, leur source et leur impact sur la santé, connaître les alternatives.
Comment
agir ?
2 journées de formations à destination des prestataires en hébergement touristique :
Contenu de la 1ère journée : la Santé-environnement, c’est quoi ? Ce que font les pays voisins pour
préserver l’environnement et protéger la santé
- Identification et impact des polluants chimiques nocifs dans les usages ponctuels et réguliers
- Pourquoi et comment nettoyer en respectant notre santé et l’environnement : savoir élaborer un plan
de nettoyage, les avantages de nouveaux comportements
- Les alternatives : les labels, les recettes maisons, produits et techniques alternatives, où acheter ces
produits, l’aménagement des pièces pour faciliter l’entretien
- Comment dépolluer l’air intérieur grâce aux végétaux
- Comment nettoyer une chambre pour des personnes allergiques et asthmatiques.
Contenu de la 2ème journée : ce qu’on peut faire dans un gîte.
- Impacts des produits phytosanitaires sur la santé et l’environnement
- Les bonnes pratiques d’utilisation des produits phytosanitaires
- Gérer durablement l’espace : Méthodes de désherbage alternatives à titre préventif et à titre curatif
Entretien d’une pelouse écologique ; Elaborer un plan de désherbage pour le jardin
- Gestion des déchets organiques par compostage.
- Garantir un cadre et des conditions de vie de qualité
- Gestion des piscines : impacts des produits de traitement sur la santé et l’environnement, produits
alternatifs.
- Comment aménager un jardin pour des personnes allergiques & asthmatiques.
Partenaires : Association Habitat santé environnement ; Europe (Leader +), PNR Landes de Gascogne,
Pays des Landes de Gascogne.
Résultats
obtenus
28
2007 - 2008 : 18 journées de formations ; 30 prestataires
Sur le thème spécifique de l’éco-gestion : 4 journées de formation
Comment agir au quotidien et pourquoi ?
Le lancement de l’Agenda 21
Fiche d’identité : Communauté de
Communes de Coutras 13 communes, près
de 20.000 habitants, 14 agents,
lancement de l’Agenda 21 en 2009.
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Bastien Lecron, Chargé de mission Agenda 21
Tél : 05.57.69.33.88.,
ot@pays-de-coutras.com ;
http://www.pays-de-coutras.com
Les objectifs sont d’amener élus et agents (communauté de communes et communes qui la
composent) à une prise de conscience de la situation environnementale et sanitaire d’aujourd’hui et
de donner envie de changer les comportements au quotidien. Cette prise de conscience est une phase
de sensibilisation à l’élaboration de l’Agenda 21 communautaire : l’entrée ‘Santé’ doit permettre de
mobiliser plus largement sur l’élaboration du projet territorial de développement durable.
Une conférence de sensibilisation à destination des élus et une autre à destination des agents, des
communes membres de la CDC, a été proposée. Elle a été suivie de quatre ateliers thématiques qui ont
comme point commun une approche santé/environnement :
- Etablissement d’un premier plan d’action interne aux services de la CDC ; Prise de conscience du rôle
de chacun dans la démarche Agenda 21.
- Ateliers sur les achats éco-responsables.
- Atelier sur la gestion écologique des espaces verts.
- Atelier avec les acteurs de la petite enfance (RAM, crèches, ATSEM).
Dans le cadre de ces ateliers, une méthodologie à destination des agents et des élus sera proposée afin
de permettre la mise en place de petits plans d’actions.
Partenaires :
Habitat Santé Environnement, les communes de la CDC, les différents services de la CDC, les crèches, le
Relais Assistantes Maternelles.
Résultats
obtenus
Les ateliers ont eu lieu durant l’hiver 2009/2010 et ont permis un échange de savoir et de pratiques
entre le bureau d’étude HSEN et les agents mais également entre les agents eux-mêmes. Il est
également indispensable de définir les priorités en fonction des moyens disponibles, des impacts
attendus, des compétences de la collectivité et des relations de partenariat établies entre les acteurs
locaux.
29
La Santé environnementale dans l’Agenda 21
Fiche d’identité : Ville de Bordeaux
238 000 habitants, Agenda 21 depuis décembre 2008 ;
Plan Climat en cours.
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Mairie de Bordeaux, Patrick FAUCHER,
Directeur DD ;
p.faucher@mairie-bordeaux.fr - www.bordeaux.fr
Capitale régionale de niveau européen, Bordeaux a mis en œuvre en décembre 2008 un Agenda
21. Décliné en 7 thèmes, ce document aborde la Santé dans le 3ème « Agir pour un environnement
respectueux de la santé ».
A ce thème correspondent 3 objectifs, 4 actions et 21 indicateurs.
Les mesures s’appliquent en interne dans les services et au bénéfice des habitants au travers
notamment :
- la surveillance des champs électromagnétiques,
- la lutte contre l’habitat insalubre (Projet Social n°3),
- l’analyse et le suivi de la qualité de l’air,
- la diminution de l’usage des produits phytosanitaires,
- la promotion des modes alternatifs de transport (Plan Eco-mobilité).
En juillet 2010, la Ville de Bordeaux ouvrira sur le quai Richelieu la Maison Eco-citoyenne, dont l’objectif
est de recevoir le public et informer en permanence, notamment sur les actions de prévention qui
touchent à la santé.
Partenaires et prestataires:
AIRAQ, CUB, CG33, opérateurs de téléphonie, …..
Liens avec
autres
actions de
DD
Résultats
obtenus
30
Toutes les actions destinées à agir pour un environnement respectueux de la santé sont développées
et appliquées via les plans stratégiques de certaines directions de la Ville telles le Projet Social n°3 ou le
Plan Eco-mobilité.
- 1600 t d’équivalent CO2 économisées en 2009 grâce aux modes de transport alternatifs.
- 99,2% de réduction de l’usage des désherbants dans les parcs et jardins municipaux.
- Recensement des antennes de téléphonie et lancement d’une campagne d’information.
- Campagne d’information et de formation sur la réhabilitation des logements.
- Mise en ligne de données sur la qualité de l’air en ligne.
- Réalisation de diagnostics sur la qualité de l’air intérieur dans une école et une crèche.
3.2. Prendre en compte la qualité de l’air
dans la construction
Contexte
En 2000, l’Organisation Mondiale de la santé (OMS) a effectué un relevé des effets connus
de la pollution de l’air intérieur dans le cadre d’un groupe de travail portant sur les droits des
occupants à un air intérieur de qualité. Parmi ces effets, on peut en retenir les points suivants :
allergies, infections respiratoires, atteintes neurologiques, cancers et troubles de la reproduction,
affections aspécifiques et réduction du bien être.
D’ailleurs des études ont montré que les performances des élèves, par exemple, sont affectées par
un taux de renouvellement d’air faible ou en cas de concentration de CO2 trop élevée. Dans les
écoles, l’étanchéité des bâtiments a été renforcée, et il est parfois impossible d’ouvrir simplement
une fenêtre pour aérer. Pourtant, la ventilation des lieux publics, hôpitaux, écoles est strictement
règlementée.
Les substances chimiques présentes dans les bâtiments proviennent de multiples sources :
- des matériaux de construction et de décoration, de l’équipement, de revêtement, tels les sols en
PVC,
- des fournitures de bureau,
- des produits à usage professionnel et des produits d’entretien (voir produits de nettoyage,
désinfectants, biocides...), des sprays désodorisants, des appareils d’assainissement…
- des équipements émanant des polluants comme les imprimantes, les télécopieurs,
photocopieurs dans des locaux mal ou peu ventilés, car ils peuvent augmenter les problèmes liés
à l’asthme.
Il existe également des polluants biologiques (moisissures, micro-organismes, pollens) qui
se développent dans les moquettes, les revêtements muraux, les matériaux d’isolation, les
systèmes de climatisation… et les polluants physiques (poussière, fibres). Certaines substances se
volatilisent dans l’air ambiant et peuvent ainsi porter atteinte à la santé des occupants.
Zoom : La Loi Grenelle 1
...demande de soumettre les produits « ayant pour objet ou pour effet d’émettre des substances
dans l’air ambiant à un étiquetage obligatoire à partir du 1er janvier 2012 » (article 40 - Loi du 3
août 2009).
Depuis, « l’Afsset propose un dispositif d’étiquetage des matériaux de construction et des produits
de décoration en vue d’améliorer la qualité de l’air intérieur. Dans ce but, elle a publié un protocole
permettant de qualifier les émissions et d’identifier les matériaux et produits « faiblement émissifs ».
Les polluants pris en compte par l’Afsset sont les composés organiques volatils (hydrocarbures,
alcools, aldéhydes, …) qui contribuent à la dégradation de la qualité de l’air intérieur. L’Afsset a
ainsi retenu 165 composés principaux susceptibles d’être émis par les produits de construction et
de décoration et d’entraîner des effets sur la santé (…).
Le CSTB et l‘Institut technologique Forêt Cellulose Bois-construction Ameublement (FCBA) ont
testé pour le compte de l’Afsset 34 produits de construction et de décoration et, selon les catégories, entre un tiers et la moitié des produits ont satisfait à ces exigences.
L’Afsset complètera ultérieurement ce protocole pour l’étendre aux produits d’ameublement et de
consommation (produits d’entretien, désodorisants, encens etc.).
Enfin, l’Afsset précise que cette démarche d’étiquetage permettrait une réduction à la source des
polluants, ce qui est une priorité. Pour être pleinement efficace sur la qualité de l’air intérieur,
elle doit cependant être complétée par un effort sur les dispositions constructives (ventilation,
ouvrants) et sur les comportements (aérer chaque jour son logement, même l’hiver).»
(Association Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement et du Travail, AFSSET - Communiqué de presse du
29/10/2009).
31
Le saviez-vous ?
L’Observatoire de la qualité de l’air intérieur, créé en 2001, a montré que, pour tous les polluants
mesurés, les teneurs sont beaucoup plus élevées à l’intérieur des logements qu’à l’extérieur. Elles
dépassent même parfois les valeurs maximales recommandées par l’Organisation Mondiale de la
Santé.
Les actions visent à aboutir à un projet de construction de haute qualité sanitaire et
environnementale. Ces actions doivent être innovantes et mener à un décloisonnement des
disciplines (transversalité), à une collaboration des professionnels de l’habitat, de la santé et de
l’environnement et bénéficient d’une approche intégrée et pluridisciplinaire. Cela représente
une véritable union de compétences et se concrétise par un esprit d’innovation en matière de
construction afin d’obtenir l’optimum et de dépasser le caractère réducteur des normes
Comment se rend-on compte que l’air intérieur est pollué ?
On ne le voit – ou ne le sent – pas forcément. Dans certains cas, les occupants finissent par présenter
un ensemble de symptômes appelé Sick Building Syndrom, « syndrome du bâtiment malsain » :
irritation des muqueuses nasales et oculaires, toux, oppression thoracique, fatigue et maux de tête.
Comment agir?
- Diminuer et substituer à ces substances des alternatives moins polluantes tout en impliquant les
utilisateurs pour leur faire valoir les avantages à changer les pratiques.
- Renouveler l’air : les relations entre ventilation et santé des occupants sont évidentes car cela
permet de « diluer » la pollution intérieure. Le bâtiment doit être surventilé pendant plusieurs
semaines lorsqu’on a introduit des éléments sources de pollution (peinture, mobilier neuf, décapage
des sols, traitement anti-insectes...)
- Prévoir des dispositifs d’aération, de ventilation et d’acoustique adaptés au bâtiment et
contrôler leur efficacité lors de la réception de nouveaux bâtiments et régulièrement en phase
d’usage.
Il existe plusieurs moyens pour ventiler un espace. Les grilles d’aération mises en œuvre sur les
fenêtres ou au-dessus permettent de faire entrer de l’air sain. L’entrée d’air s’opère par l’intégration
d’une grille fixe, d’une grille auto-réglable qui fait circuler l’air en continu ou d’une grille
hygroréglable qui module l’entrée d’air selon l’humidité. Pour répondre aux contraintes liées à la
réglementation acoustique, les fabricants équipent les grilles de capot «acoustique», c’est-à-dire
rempli de mousse isolante permettant de retenir une partie du bruit extérieur tout en laissant passer
l’air.
Pour répondre aux exigences de la règlementation thermique, certains s’orientent vers la
ventilation double flux. «Ce système permet de limiter les pertes de chaleur inhérentes à la
ventilation : il récupère la chaleur de l’air vicié extrait de la maison et l’utilise pour réchauffer l’air neuf
filtré venant de l’extérieur. Un ventilateur pulse cet air neuf préchauffé dans les pièces principales par
le biais de bouches d’insufflation. Cet équipement est plus coûteux qu’une VMC simple-flux, mais il
permet des économies de chauffage importantes :
• en récupérant jusqu’à 70 % (90 % dans les systèmes haute performance) de l’énergie contenue dans
l’air vicié extrait ;
• en profitant de la chaleur dégagée par la cuisson ou la toilette».
Principe de la ventilation double flux
32
Source : ADEME
Ce qu’en dit
le PNSE
Parmi les mesures phares du PNSE 2, plusieurs se rapportent explicitement à la qualité de l’air
intérieur :
- mettre en place un étiquetage sanitaire des produits de construction, de décoration ainsi que des
produits les plus émetteurs de substances dans l’air intérieur des bâtiments, et rendre obligatoire
l’utilisation des produits et matériaux les moins émissifs dans les écoles et crèches (mesure 2).
- suivre la qualité de l’air dans 300 écoles en cours (2009-2011), dont l’objectif est de suivre quelques
polluants connus ; un programme autre vise à identifier les établissements sensibles construits sur
des sites potentiellement pollués (mesure 9, action 19 )
- mieux connaître et limiter les sources de pollution à l’intérieur des bâtiments (action 7)
- construire sainement par la limitation des sources dans le bâti et la maîtrise des installations
d’aération, de ventilation et de climatisation (action 8)
- mieux gérer la qualité de l’air intérieur dans les lieux publics (action 9)
- réduire les expositions à l’amiante (action 10).
Des actions spécifiques sont destinées à la protection de la santé et de l’environnement des enfants
(actions 17 à 21) comme par exemple :
- réduire l’exposition des enfants et des femmes enceintes ou en âge de procréer aux substances les
plus dangereuses (action 17)
- mieux gérer les risques liés aux reprotoxiques et aux perturbateurs endocriniens (action 18)
- réduire les expositions dans les bâtiments accueillant des enfants (action 19)
- améliorer la prise en compte de la sensibilité particulière des enfants, des femmes enceintes ou en
âge de procréer dans l’expertise des risques (action 20).
Enfin, d’autres actions portent plus spécifiquement sur la protection de la santé des personnes
vulnérables (action 22 à 24), ou sur la lutte contre l’habitat indigne (actions 25 à 27).
Dans les travaux préparatoires au PRSE, un atelier dédié à l’habitat et à l’air intérieur a mis en exergue
les problèmes relatifs à l’habitat indigne et insalubre, et à la connaissance de la qualité de l’air des
locaux publics, en particulier ceux accueillant les enfants. La formation des agents publics en charge
de la gestion de ces locaux ou en interface avec les populations est identifiée comme un levier
d’action, tout comme le développement de conseillers en santé-environnement. Le vaste sujet de
l’habitat indigne, qui traite l’exposition des occupants des habitations « à des risques manifestes
pouvant porter atteinte à leur sécurité physique ou à leur santé » n’est pas développé dans ce cahier.
Témoignages
Evaluer et assurer une bonne qualité de l’air intérieur dans les bâtiments existants et en construction
à Mérignac
L’accompagnement à l’agrandissement du Centre de Formation des Métiers de la CdC de l’Estuaire
Intégration de critères pour la construction du Pôle Petite Enfance de la CdC du Vallon d’Artolie
Quelques sources de pollution intérieure dans l’habitat (Source OQAI)
Source : OQAI
33
Evaluer et assurer une bonne qualité
de l’air intérieur dans les bâtiments
existants et en construction
Fiche d’identité : Ville de Mérignac, 66000
habitants, près de 20 établissements accueillant
les enfants (structures de garde petites enfances,
écoles). Lancement de l’Agenda 21 en 2003
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contact : Mairie de mérignac ; M. Miaud, Directeur des services , M.
Gayou, Directeur des Finances - Tél. 05 56 55 66 00
contact@merignac.com - http://www.ville-merignac33.fr
La ville de Mérignac a engagé une démarche « Plan Santé municipal ». Assurer une bonne qualité de
l’air intérieur aux usagers des bâtiments existants et aux usagers des bâtiments futurs fait partie des
enjeux sanitaires. Deux objectifs concrets à poursuivre:
- Prendre au sérieux l’inconfort ressenti par certaines personnes dans certains bâtiments existants et
agir en éliminant les éventuelles sources de pollution intérieure
- Réduire l’utilisation des matériaux potentiellement émissifs lors des constructions des nouveaux
bâtiments et choisir des aménagements qui limitent le recours aux produits chimiques lors de la gestion
ultérieure des locaux.
Le but étant de vérifier le lien entre d’éventuels problèmes d’inconfort ou de santé et la présence de
polluants dans l’environnement intérieur, une expertise sur la qualité de l’air des locaux visait
à dépister les pollutions intérieures
provenant du bâtiment, des aménagements
ou du comportement des usagers et d’estimer
le risque d’exposition des occupants aux
polluants.
Cette action a permis d’informer, de
sensibiliser sur les substances polluantes,
leurs sources, leurs effets sur la santé, le
comportement des occupants et les signes visà-vis desquels il faut être attentif. Le but ultime
étant toujours d’améliorer la qualité de l’air
intérieur grâce à des conseils de prévention et
d’éviction.
Par exemple, cette démarche va au delà de la démarche HQE engagée pour la construction de la
crèche de Burck. Le projet a été soumis à une évaluation complémentaire pour avoir une vision
plus spécifique de l’aspect sanitaire. Elle a permis d’ouvrir et d’approfondir certaines pistes de travail
pour pouvoir garantir un air intérieur encore plus sain. Les acteurs du projet de construction ont été
accompagnés sur le choix des matériaux de construction, de décoration, de plantation (en éliminant les
plantes allergisantes) mais aussi le choix des fournitures, de l’ameublement et des jouets.
Liens avec
autres
actions de
DD
34
Intégrer la notion qualité de l’air intérieur dans des projets de construction et dans la gestion des
bâtiments existants, nécessite un travail transversal. Plusieurs services ont été mobilisés pour trouver
des solutions adaptées.
Chacune des notions environnementales, économiques et sociales est à considérer pour évaluer la
priorité et la faisabilité des actions. La transversalité donne la cohérence à ces actions.
L’accompagnement à l’agrandissement du
Centre de Formation des Métiers
Fiche d’identité : 11 communes, 12 000 habitants ; Le Centre de
Formation Multi métiers (CFM) est un outil de formation construit et
géré par la Communauté des Communes ; pour le public jeune et adulte,
il propose des formations en apprentissage (bâtiment, agriculture,
commerce et industrie du CAP au BTS), et organise, avec des organismes
de formation partenaires, des formations sur mesure adaptées aux
besoins locaux.
Contact : Céline CABON, chargée de mission
Agenda 21 - celine.cabon@cc-estuaire.fr ;
Centre de Formation Multimétiers de la Haute
Gironde, 3, le grand verger, 33860 Reignac,
Tél : 05 57 42 66 22 - cfm@cc-estuaire.fr
http://www.cc-estuaire.fr
Pourquoi
agir ?
Investir aujourd’hui dans la formation pour
renforcer demain l’insertion professionnelle des
jeunes de la Haute Gironde, c’est le pari pris par
les élus de la Communauté de Communes de
l’Estuaire qui ont décidé d’agrandir le Centre de
Formation Multimétiers. Ce projet ambitieux
de plus de 3 000 000 € verra passer la surface
nette du CFM de 1051 m² à 2961 m². Une
extension fortement inscrite dans la démarche de
développement durable.
Comment
agir ?
Rencontre, au lancement du projet, des architectes
et de spécialistes en Santé Environnement.
Thèmes abordés à partir du projet d’extension du CFM
présenté par les architectes : type de ventilation, emplacement des bouches d’aération, ouverture des
fenêtres, tapis d’entrée, local poubelle, végétation du patio, revêtement au sol, matériau des cloisons,
décoration des salles, parking, conditions de nettoyage des vitres…
Partenaires
HSEN (sensibilisation) cabinet Polyrythmic (architectes)
Exemples de préconisations
Postes
Prévu dans le
projet
Type de ventilation
Double flux
Préconisations
Pourquoi ?
Attention consommation d’électricité
plus importante
Filtres du système de
ventilation
Filtres pollen
Les positions des bouches
d’aération dans les salles
Sortie d’air en haut, et entrée
d’air en bas des portes
Qualité de l’air de la salle
informatique
Sur-ventilation de la salle
Nettoyage extérieur
des vitres
Accessibilité facile aux vitres
Diminuer les risques au travail
Parking
Nids d’abeille
Sol perméable, Non salissant
Décoration intérieure
des salles
liteaux de bois
fixés sur les
murs
Matériau des cloisons
intérieures
BA 13 ou
fermacell
Plaque fermacell
Matériau des cloisons
intérieures
OSB
Choisir du bois classe E1
Pollen relâché par les plantes de la
toiture végétalisée
Meilleur renouvellement
intérieur
de
l’air
Emissions de composés bromés
contenu dans les ordinateurs
(toxiques)
Difficile à nettoyer ; Travail des agents
Accumulation de poussières ;
pénibles ; Gène pour les personnes
Solution : Aspiration centralisée
allergiques
Matériau sain, participe à la qualité
acoustique de la salle ; accepte le
badigeon de chaux
Eviter
les
formaldéhyde
émanations
de
35
Intégration de critères environnementaux
pour le Pôle Petite Enfance
Fiche d’identité : 8579 habitants ; Agenda 21 Contact : CDC du Vallon de l’Artolie, Lucie Henriot, chargée de mission
Agenda 21, 05 56 72 56 50, agenda21@cc-artolie.fr - www.cc-artolie.fr
lancé en 2005.
Pourquoi
agir ?
En 2005, la Communauté de Communes du Vallon de l’Artolie a choisi d’intégrer des critères
environnementaux dans le projet et en particulier concernant le respect de la santé des enfants et du
personnel, la protection de l’environnement, l’intégration paysagère, les économies d’énergie et de flux.
Comment
agir ?
Il s’agissait de sensibiliser l’équipe d’architectes retenue à la Santé Environnementale et de
construire collectivement des réponses adaptées au projet et à son état d’avancement.
Les actions ont concerné :
- Le système de chauffage (géothermie de surface)
- Les murs du bâtiment (briques isolantes monomur de 37,50cm d’épaisseur) évitent l’emploi de
doublage et d’isolants muraux. Ces briques permettent également par la densité les conforts d’hiver et
d’été par échanges thermiques
- Les enduits (chaux naturelle)
- La toiture : le système de couverture végétale
comprend plusieurs avantages et qualités
techniques et esthétiques : changement
de couleur de la couverture en fonction
des saisons, absorption d’une partie des
gaz polluants, amélioration de l’isolation
thermique et phonique, protection contre
les chocs thermiques, surface absorbante
en remplacement de la surface minéralisée
actuelle, etc... Ces plantes grasses pousseront
sur un tapis auto drainant.
Avec l’adhésion des décideurs et des architectes, la mise en œuvre a été facilitée. Il était initialement
prévu d’intégrer un isolant écologique au niveau de la toiture. Cette action n’a pu être réalisée en raison
de l’absence de classement au feu du matériau choisi (laine de mouton).
Partenaires et prestataires :
Marc Gauthier- Piou Lacoste - Architectes associés ; Services de la communauté de communes et de la
commune de Paillet ; Association Habitat Santé Environnement
Liens avec
autres
actions de
DD
Résultats
obtenus
36
Mise en œuvre de l’opération « bâtiment en pleine santé » pour réduire l’utilisation de produits
d’entretien chimiques dans l’ensemble des locaux de la Communauté de Communes et plus
particulièrement dans les bâtiments accueillant des enfants (CLSH, multi-accueil, Secteur ados). Cette
opération avait pour objectif d’améliorer la qualité de l’air intérieur et de préserver la santé des enfants.
Le projet a eu pour conséquence de mener une action de sensibilisation des acteurs en charge de la
gestion et de l’entretien du bâtiment à la prise en compte de la qualité de l’air intérieur pilotée par
HSEN.
3.3. Nettoyage des espaces intérieurs
Contexte
Le nettoyage des locaux peut être une source de pollution chimique. Les produits que l’on utilise
habituellement en collectivité ne sont ni trop toxiques ni trop dangereux pour l’environnement,
mais ils comportent des risques.
Tout produit de nettoyage/ d’entretien charge l’environnement de deux manières très différentes :
- une partie du produit parvient dans l’air (solvant, parfum), les composants en suspension dans l’air
peuvent entraver la santé du personnel d’entretien et des utilisateurs des locaux,
- l’autre partie est évacuée par les eaux usées et rejoint les cours d’eau, les océans…
Par exemple, les composés organiques volatiles (COV) englobent des familles de produits très
variées et présentent des effets divers sur la santé comme des irritations de la peau et des voies
respiratoires, des nausées, des maux de tête. Des composés, comme le benzène, sont classés
cancérigènes, d’autres sont suspectés d’atteintes de la reproduction. Le formaldéhyde est un
irritant des voies respiratoires et il est classé cancérogène certain chez l’homme par le CIRC (Centre
International de Recherche sur le Cancer).
L’entretien régulier des locaux et des équipements permet de prévenir le développement des microorganismes, sans oublier une aération régulière des locaux pour réguler l’humidité et éviter ainsi
l’effet « thermos » (condensation qui peuvent favoriser les moisissures).
Les pesticides sont des polluants chimiques fréquents dans l’air intérieur, soit par usage direct à
l’intérieur des habitations (produits pour les plantes intérieures, produits anti-insectes pour les
animaux, produits contre les insectes volants), soit par « importation » depuis les abords extérieurs,
collant aux chaussures, soit par dégagement par plusieurs objets présents dans les locaux qui ont
subi un traitement chimique biocide (canapé, tapis, objet en bois..). De nombreux pesticides se
dégradent moins vite à la maison que dans l’environnement extérieur car ils sont protégés de la
lumière solaire, de la pluie et de la plupart des actions microbiennes. Ils ont tendance à adhérer aux
tapis ou aux surfaces rugueuses et l’aspiration n’en élimine qu’une faible partie, disperse le reste
dans l’atmosphère où ils peuvent rester en suspension pendant des heures.
A cause de leur poids plus faible et de l’absorption plus importante de poussières (comportement
spécifique, «quatre pattes », objets à la bouche), les enfants courent un risque supérieur à celui
des adultes lorsqu’ils sont confrontés à des substances toxiques présentes dans les poussières des
locaux.
Le saviez-vous ?
Un nettoyage respectueux de la santé et de l’environnement ne signifie pas moins de propreté
et d’hygiène, mais il implique plutôt de choisir le produit et la meilleure technique pour chaque
situation afin de réduire la consommation et l’exposition aux produits chimiques nocifs. Il demande
une réflexion au moment de l’achat des produits et matériels nécessaires à l’entretien des locaux,
ainsi qu’une grande concertation avec les agents d’entretien qui mettront en œuvre les techniques
de nettoyage.
Ainsi, et la pratique le montre, cette action permet d’atteindre non seulement un haut niveau
d’entretien, mais de plus, de concilier budget, environnement et santé.
Comment agir ?
- Choisir des produits de nettoyage chimiquement aussi peu agressifs que possible en inscrivant
des critères environnementaux dans la rédaction du marché des produits d’entretien (spécificités
techniques et évaluation des offres : critères liés à la toxicité de certaines molécules chimiques en
référence aux écolabels existants...).
- Mieux planifier l’assortiment des produits, contrôler leur consommation et introduire des méthodes
alternatives.
- Aérer chaque jour les locaux.
- Former les agents d’entretien, les premiers concernés par l’application des produits, leur
changement et l’évolution des techniques de nettoyage : une condition préalable incontournable.
- Informer les utilisateurs réguliers des locaux est également un incontournable : avant, pendant et
après : communiquer pour faciliter les changements de techniques d’entretien car « le nettoyage
classique a des odeurs que le nettoyage écologique a peu ! ».
Certaines substances chimiques présentes à l’extérieur peuvent également se retrouver à l’intérieur
des locaux : c’est le cas des pesticides par exemple, qui sont généralement utilisés pour l’entretien
des espaces verts (voir thématique 3).
37
Ce qu’en dit
le PNSE
Le PNSE2 ne cible pas particulièrement la thématique de l’entretien des locaux et du nettoyage mais
préconise quelques éléments :
- incitation au nettoyage à sec avec des dispositifs moins émetteurs de perchloréthylène (action 5)
- réduction des apports de certaines substances dans le milieu aquatique de la part des particuliers
et des collectivités en limitant les rejets de pesticides et en interdisant les phosphates dans tous les
produits lessiviels (action 29).
Néanmoins l’impact sur la qualité de l’air, de l’eau et la santé de certains produits (nettoyants,
désodorisants, décapants, cires et émulsions, désinfectants et d’autres biocides, insecticides) sont en
partie dûs à des substances qui sont spécifiquement visées par les actions PNSE2 :
- améliorer les connaissances sur les expositions aux pesticides - phytosanitaires et biocides (action 6).
- mieux connaître, limiter et gérer la qualité de l’air et les sources de pollution (actions 7 à 10) y compris
les substances (géno)toxiques, infectants ou allergisants à effets pathogènes
- réduction des rejets de six substances toxiques dans l’air et dans l’eau (action 5), y compris le benzène
et l’arsenic
- réduction de l’exposition aux substances ayant un effet cancérigène mutagène ou reprotoxique (CMR)
en milieux de travail en développant des actions de substitution de substances toxiques en milieu de
travail et favorisant le développement de procédés alternatifs (action 11)
- protéger la santé et l’environnement des enfants (fiche 6) en réduisant l’exposition à des substances
dangereuses (action 17), des substances reprotoxiques et des perturbateurs endocriniens (action 18) y
compris dans les bâtiments accueillants des enfants (action 19).
Dans les travaux préparatoires au PRSE, la question de l’entretien des locaux
intérieurs est posée à travers la formation des agents chargés de la gestion des
bâtiments publics ou en interface avec les populations et l’information sur les plantes
décoratives peu allergisantes.
Témoignages
38
Diagnostic partagé et plan de gestion sur l’utilisation des produits chimiques à la Ville de Cenon
Nettoyage écologique des locaux des bâtiments publics de la CDC de l’Estuaire
Nettoyage écologique et formation des agents d’entretien - Conseil Général de la Gironde
La Santé Environnementale dans les collèges girondins - Conseil Général de la Gironde
Prestations de nettoyage saines et écologiques du CAT de Bègles (ADPEI)
Diagnostic partagé et plan de gestion
sur l’utilisation des produits chimiques
Fiche d’identité : Ville de la rive droite de la Communauté
Urbaine de Bordeaux, 567 hectares (2,8 km/2 km) et
compte 23 448 habitants. 434 associations animent la vie
locale.
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Résultats
obtenus
Contact : Marie-Christine Boutheau, Adjointe à l’Environnement
Corinne Courrèges, Chef de projet Agenda 21
Florence CHARLOT, Responsable Achat
corinne.courreges@ville-cenon.fr - http://www.ville-cenon.fr
- Pour réduire l’utilisation des produits chimiques par les services municipaux
- Pour sensibiliser les agents municipaux aux atteintes à la santé de ces produits
- Pour changer les pratiques en interne
3 phases :
1. Sensibilisation et production d’un diagnostic partagé avec les agents d’entretien et les agents du
service environnement
2. Proposition de plans de gestion pour l’entretien des bâtiments communaux et pour l’entretien des
espaces publics
3. Passation d’un marché public de produits d’entretien écologiques.
- Prise de conscience de l’impact des produits chimiques sur la santé
- Modification des pratiques d’entretien des bâtiments communaux
- Mise en place d’un groupe de travail de suivi sur l’utilisation des produits d’entretien
Bilan financier
Actuellement, la ville n’a pas suffisamment de recul pour évaluer le bilan financier de l’action.
39
Nettoyage écologique des bâtiments publics
Fiche d’identité : CDC de l’Estuaire 11 communes, 12000
habitants. Collectivité rurale située en Haute Gironde
(canton de Saint Ciers sur Gironde). Lancement de
l’Agenda 21 en 2005.
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contact : Céline CABON, chargée de mission Agenda 21 celine.cabon@cc-estuaire.fr ; http://www.cc-estuaire.fr
Dans le cadre de l’Agenda 21, la Communauté de Communes de
l’Estuaire a choisi de favoriser les bonnes pratiques par l’exemplarité.
Ainsi, depuis 2007 les pratiques internes de la collectivité ont été
revues : suivi des dépenses énergétiques, mise en place du tri des
déchets, recours aux achats responsables et entretien des bâtiments
intérieurs. Pour une meilleure prise en compte de la qualité de l’air
intérieur, la CCE a donc choisi de modifier ses pratiques d’entretien
des bâtiments.
En 2008, un diagnostic complet des produits d’entretien utilisés par la CCE a été réalisé par HSEN, avec
en parallèle une sensibilisation des élus et des agents sur les questions de santé et de qualité de l’air
intérieur, liées à l’utilisation des produits d’entretien. Ce travail a ensuite permis à la CCE de redéfinir ses
besoins réels en matière de produits et de matériels et de faire évoluer ses pratiques, pour une meilleure
prise en compte de la santé des agents et du public. Puis, la CCE a mis en place un marché responsable
pour les produits d’entretien des bâtiments, commun à l’ensemble des services.
Cette démarche a permis à la CCE de s’orienter vers un nettoyage plus écologique de ses bâtiments et
d’uniformiser les protocoles d’entretien pour tous les bâtiments communautaires.
Partenaires et prestataires
Achats de microfibres chez LEGOFF et achats de produits principalement à base d’huiles essentielles
chez PURODOR.
Liens avec
d’autres actions
de DD
Résultats
obtenus
La démarche est en cours sur l’entretien des espaces verts et la limitation de l’usage des produits
phytosanitaires par la CCE et les communes du canton.
Fin 2009, un marché global à l’ensemble des services a été lancé pour du matériel et des produits
d’entretien plus écologiques (microfibres, produits à base d’huiles essentielles ou produits écolabellisés). L’accompagnement de la démarche par HSEN a surtout permis à la CCE de bénéficier d’une
véritable caution scientifique pour évaluer la composition chimique des produits d’entretien et leur
impact sur la santé et sur l’environnement.
Bilan financier
Les éventuelles économies réalisées pourront être évaluées à l’issue d’une première année d’utilisation du nouveau matériel et des produits, soit à la fin de l’année 2010.
Marché annuel pour le matériel : 3900 € HT et
pour les produits : 2200 € HT
Geneviève DUFOUR, agent d’entretien à la CCE
utilise les nouveaux produits et les microfibres.
« C’est plus pratique car on n’a plus besoin de se
baisser. Le chariot est à la bonne hauteur et avec
l’utilisation des microfibres c’est impeccable ! On
a moins de manipulations avec les microfibres
qu’avant avec le balai et la serpillière. En plus, on
gagne un petit peu de temps car la microfibre se
manie mieux que le balai. Et puis pour laver les
produits sont bien. Par contre, c’est difficile d’aller
avec la microfibre partout pour le balayage, car
elle est large mais on s’adapte. »
40
Un groupe de travail composé d’un agent par service s’est réuni régulièrement
pour relayer ensuite la démarche auprès des différents services de la CCE.
Nettoyage écologique et formation des
agents d’entretien
Fiche d’identité : près de 2200 agents répartis dans 7 tours
de bureaux ; 80 agents d’entretien ; un nouveau bâtiment :
Immeuble Gironde
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contact : Direction du patrimoine - Service Logistique Pascale Guay (05.56.99.33.33.) - p.guay@cg33.fr
http://www.cg33.fr/cg33/jcms/c_10023/l-agenda-21-dela-gironde
Dès 2007, la question de la santé environnementale fait l’objet d’une action de l’Agenda 21. Elle
vise d’abord à s’assurer de la qualité de l’air dans les locaux. L’entretien des locaux est donc l’entrée
privilégiée.
1er semestre 2007 : validation des objectifs et des modalités d’actions : lancement d’un marché
d’accompagnement au diagnostic et à l’élaboration d’un plan d’actions – santé au travail, avec le
Cabinet médical et le Service Hygiène et Sécurité, la Direction du patrimoine et le Responsable des
agents d’entretien, le Service de la commande publique, la Mission Agenda 21.
2ème semestre 2007 : diagnostic-action et formation in situ des 80 agents d’entretien ;
Conférence de sensibilisation des « agents utilisateurs des locaux » ; test des nouvelles méthodes
d’entretien auprès de 3 agents d’entretien volontaires (produits végétaux, microfibres).
1er semestre 2008 : généralisation des méthodes aux 80 agents, changement et réduction du nombre
de produits d’entretien disponibles, achat des microfibres (même fournisseur), calage avec le service de
la lingerie pour leur entretien.
2ème semestre 2008 : bilan de la satisfaction des agents d’entretien, accompagnement aux choix des
revêtements intérieurs et application des méthodes pour le nouvel
immeuble Gironde ; conférence de sensibilisation pour les « agents
utilisateurs des locaux » et exposition ; référence aux écolabels pour
l’achat du nouveau mobilier.
1er trimestre 2010 : attribution du marché pour les produits d’entretien
(3 ans) : un lot réservé aux produits écologiques (référence aux
écolabels officiels) ; publication de la newsletter de l’Agenda 21 sur le
nettoyage écologique ; préparation des fiches techniques d’utilisation
des produits pour les agents d’entretien.
Le temps de présentation du contexte, des objectifs de Santé-Environnement et l’accompagnement au
diagnostic des pratiques et des produits des agents d’entretien ont été des facteurs importants pour
créer « une demande collective » de changement. Le temps de « test » avec quelques agents volontaires
a permis d’amorcer le changement et d’ajuster la gestion des équipes d’entretien et l’achat de matériel.
La communication vers le public est essentielle, pour rassurer sur l’efficacité des produits et techniques,
malgré le changement d’odeur : il y a encore des résistances sur ce point et il est essentiel de rappeler
les objectifs et de rassurer … de manière récurrente. Le suivi par le cabinet de médecine préventive est
nécessaire, gage de crédibilité qui permet aussi de suivre les risques de « déplacement de pathologie ».
Liens avec
autres actions
de DD
Résultats
obtenus
Le changement des techniques d’entretien a été accompagné d’une réflexion sur l’achat du mobilier de
bureau, des fournitures, des revêtements intérieurs, du rôle des plantes intérieures. L’entrée par la Santé
permet de mener des actions globales de développement durable, autrement.
La réduction du nombre de produits d’entretien disponibles pour les agents (de 150 à 15 produits)
permet de réduire les coûts. La satisfaction des agents d’entretien
et des usagers est variable, car les produits écologiques sont perçus
comme moins efficaces que des produits plus abrasifs et leur odeur plus
discrète interroge. Globalement, les médecins ont constaté une baisse
significative des allergies, irritations cutanées ou respiratoires chez les
agents d’entretien. La généralisation des produits écologiques est en
cours pour tous les locaux du Conseil Général (1 million de m²).
Bilan financier
Le budget consacré à l’achat de produits a été réduit de 50%, mais il a
été nécessaire d’investir dans le nouveau matériel (microfibres …).
41
La Santé environnementale dans les
collèges girondins
Fiche d’identité : 711 000 m² de surfaces, 56 600 collégiens,
1200 agents adjoints techniques des établissements
d’enseignement (ATEE), dotation de fonctionnement de 13
M € (2008), 20 collèges en Agenda 21
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contact : Anne François, Direction des collèges, Esplanade
Charles de Gaulle, 33074 Bordeaux cedex
Tél : 05.56.99.33.33. – a.francois@cg33.fr
http://www.cg33.fr/cg33/jcms/c_10023/l-agenda-21-dela-gironde
Le Conseil Général gère les bâtiments des collèges publics :
construction, réhabilitation, entretien … Le 1er janvier
2008, il devient l’employeur des 800 agents techniques ou
ouvriers spécialisés. Il soutient les collèges dans des projets
pédagogiques ou démarches globales de développement
durable (Agenda 21…). L’exemplarité et la qualité de vie
dans les collèges sont les motivations ...
2007 : test sur le collège de Cadillac : diagnostic participatif
sur les techniques d’entretien des espaces intérieurs et extérieurs : recensement types de revêtements,
modalités de stockage des produits, proposition et validation d’un plan de gestion intégrant les
fréquences d’entretien, critères d’achat des produits, formation aux nouvelles techniques, journée de
suivi après un trimestre de mise en oeuvre.
2008-2009 : test sur 6 nouveaux collèges (Talence, Mérignac, Ste Foy la Grande, Podensac, Blaye, Bourg
- 9 jours d’accompagnement par collège). L’objectif est de finaliser une méthode pour toucher tous les
collèges.
Le pilotage participatif du projet, depuis la réunion de lancement à la restitution du plan de gestion
et l’évaluation, est le facteur clé pour la réussite du projet. La Formation - Action, au plus proche du
terrain est un facteur d’adhésion des agents d’entretien qui ont la responsabilité de la propreté et de
l’hygiène des locaux, sous la « haute surveillance » des utilisateurs des locaux. L’implication des parties
prenantes est une condition de réussite (principal, gestionnaire, agents techniques, enseignants,
parents d’élèves…) dès le début du projet, pour partager ensemble les enjeux de santé.
Resituer le contexte de la pollution chimique en préalable, ses effets sur l’environnement et
surtout sur la santé des utilisateurs des produits et ceux qui fréquentent les locaux permet d’aborder le
changement des pratiques. C’est le « pourquoi il faut impulser le changement » et le « pour qui ».
L’efficacité des produits écologiques (résultats hygiène) est une question récurrente, sur laquelle
il faut revenir, du point de vue des agents d’entretien et des utilisateurs des locaux (disparition de
l’odeur des produits...).
Le temps est autant facteur de frein que de réussite : temps de comprendre le contexte, de faire évoluer
les pratiques, de donner envie ! … Et ne pas s’impatienter si les actions mettent le temps à démarrer !
Le suivi et l’accompagnement des agents et des collèges une fois la formation mise en oeuvre pour
répondre aux questions pratiques et faire en sorte que l’action se pérennise sur le long terme et ne
retombe pas «aux oubliettes» à la moindre difficulté.
Partenaires et prestataires
Association Habitat Santé Environnement, Education Nationale,
CNFPT, Directions du Conseil Général (Direction des collèges,
DRH, Mission Agenda 21).
Résultats
obtenus
42
7 collèges passés au nettoyage écologique et à la gestion
raisonnée des espaces extérieurs, travaux sur l’alimentation
dans les cantines...
Volonté de généraliser progressivement à tous les collèges,
en partant avec les collèges volontaires et en associant toujours la
Direction du collège et les agents d’entretien, dans le cadre d’un
partenariat avec le CNFPT.
Bilan financier
Coût d’un « Diagnostic action et plan de gestion » (9 jours sur site
et préparation) : 6.000 €
Prestations de nettoyage
sain et écologique
Fiche d’identité : ESAT de Bègles, Parc de Mussonville,
Structure d’aide au travail ; 7 ateliers de travail ;
Certifié ISO 9001 depuis 2002
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contact : Isabelle Barde,
98, rue Alexis Labro 33130 BÈGLES
Tél. 05 56 49 40 07
esat.begles@adapei33.com
L’établissement d’aide par la travail gère 7 ateliers (Restaurant
avec une caféteria ouverte au public, Espaces Verts, Blanchisserie,
Propreté et nettoyage, Sous-traitance, Brin-D’Azur, Couture). Pour
chacun, l’ESAT s’est fixé comme objectif d’améliorer les pratiques
en interne en intégrant l’aspect développement et santé durables
au sein de nos équipes et, dans chaque atelier, de favoriser le
changement de comportement des équipes, pour proposer des
prestations durables à nos clients.
1. Sensibilisation des responsables, des moniteurs d’équipes
techniques et ses agents
2. Diagnostic participatif sur le terrain concernant les pratiques du
CAT (nettoyage, désherbage)
3. Lancement d’un marché global sur les produits d’entretien et le
matériel de nettoyage
Puis réalisation d’outils de communication : posters sur
engagement sociétal, économique et environnemental du CAT
Bègles, expliquant la démarche du nettoyage sain et du nettoyage
des locaux ; film à l’occasion du 10 ans d’existence du CAT Bègles,
consacrant une grande partie à la démarche sanitaire et environnementale de la structure.
Résultats
obtenus
Valorisation de la démarche et sensibilisation des clients - collectivités, entreprises (hôtels, centres
commerciaux …) Exemple : Suite à l’action, notre équipe assure le nettoyage du service de
développement durable de la mairie de Bordeaux ; Généralisation des bonnes pratiques aux autres sites
de l’ADAPEI de Gironde ; Adoption d’un outil de gestion du développement durable, type Agenda 21
Bilan financier
30% d’économies sur les produits intérieurs
Témoignages
Valérie Chadelaud, Monitrice propreté
« Nous avons mis en place le nettoyage écologique suite à des formations
que nous avons eues au sein de l’ESAT. On utilise la microfibre, les lavettes
pour les surfaces, les franges de balayage et les franges de lavage. On n’utilise
aucun produit, donc on préserve notre santé, mais aussi l’environnement. C’est
efficace, puisqu’il n’y a plus poussière qui se redépose »
Hamza China, Equipe propreté « … on met du vinaigre …et après on lave les
vitres avec la raclette »
Annie Patou, Agent de Salle « Avec le développement durable, on essaie
de mettre en place le nettoyage sans produits nocifs pour la santé et pour
l’environnement »
43
Nettoyage écologique et marché public
Fiche d’identité : Université Michel de Montaigne
Bordeaux 3, sur un des plus grands campus d’Europe
(Pessac Gradignan Talence) avec 235 hectares, acteur
économique et culturel majeur : 15200 étudiants
inscrits en 2009, 646 enseignants et chercheurs, 498
personnels administratifs, 74711 m de bâtiments
Contact : Domaine Universitaire, 19 esplanade des Antilles, 33607
Pessac Cedex, Tél : +33 (0)557 12 44 44,
http://www.u-bordeaux3.fr
Véronique Capseta Palleja, Responsable Marchés publics,
Tel : 05 57 12 47 19, Veronique.Capseta-Palleja@u-bordeaux3.fr
Pourquoi
agir ?
Dans le cadre du renouvellement du marché produit d’entretien, l’Université Michel de MontaigneBordeaux 3 a souhaité introduire des critères de développement durable dans les CCTP dans le but
de limiter l’impact des produits sur la santé et l’environnement (composition chimique et déchets
générés), mais aussi de réduire les quantités utilisées. Les conditions de travail de nos agents évoluent
positivement et leur apportent satisfaction. Il semble important d’extrapoler la démarche d’achats des
produits à une démarche plus globale, comprenant une sensibilisation et une communication auprès
de tous les acteurs.
Comment
agir ?
- Sensibilisation des agents et des gestionnaires
- Etat des lieux participatif, recensement des méthodes de nettoyage et des produits
- Communication sur le terrain avec les usagers
- Définition des besoins avec les acteurs
- Définition des critères sanitaires et environnementaux à intégrer dans le cahier des charges
- Rédaction des CCTP en conséquence
Des séances d’essai sur le terrain pour montrer le fonctionnement et l’efficacité des nouveaux produits
et méthodes ont été réalisées pour convaincre les agents du changement.
Une conférence auprès de l’ensemble des acteurs de l’Université a été organisée conjointement avec les
responsables de l’Agenda 21 de Bordeaux III, afin d’informer sur la démarche.
Partenaire : Association Habitat Santé Environnement
44
Résultats
obtenus
L’introduction de critères sanitaires
et environnementaux est effective.
En parallèle, la réduction significative
du nombre de produits utilisés,
l’introduction de techniques de
nettoyage alternatives aux produits
chimiques, notamment la microfibre, est
en cours. A la suite, une conférence a été
organisée à l’institut EGID (Bordeaux 3).
Bilan
financier
Les investissements
supplémentaires (microfibres et
produits à base végétale) doivent être
compensés par une meilleure maîtrise
des dosages, par un nettoyage à l’eau avec les microfibres, par un assortiment de produits réduit
correspondant au besoin réel.
Liens avec
d’autres
actions de
DD
Le lien entre la démarche de nettoyage écologique et la démarche Agenda 21 - en cours depuis 2008 - a
été établie dès le début.
D’autres actions en cours ou envisagées dans le cadre de l’Agenda 21 sont diverses : gestion de l’énergie,
biodiversité sur le campus, achats responsables, gestion de l’eau, plan de déplacements du personnel et
des étudiants, référentiel campus durable des universités françaises et Plan Vert.
3. 4. Rendre les Enfants - Acteurs
Contexte
« L’organisme des enfants étant en plein développement, ceux-ci sont particulièrement vulnérables
aux agressions extérieures. En effet, la susceptibilité aux produits toxiques est importante à certaines
périodes du développement (« la période d’exposition fait le poison ») et l’impact de cette exposition
précoce à l’échelle de la vie entière peut conduire à des déficits fonctionnels, à des maladies
chroniques et à l’émergence de pathologies à plus long terme tels que les cancers. Il convient donc
de protéger les enfants et les femmes enceintes ou en âge de procréer des expositions précoces aux
produits chimiques. Cette protection doit commencer dès la conception, l’exposition du foetus via la
mère pouvant correspondre à un niveau d’exposition très important rapporté au poids du fœtus ».
(PNSE 2 Fiche 6).
Suite à l’étude de la qualité de l’air dans les écoles réalisée par le Réseau Recherche Santé
Environnement Intérieur (RSEIN), il a été démontré que l’atmosphère confinée des salles de classe
favorise de fortes concentrations de polluants dans l’air inhalé par les enfants. Les polluants, comme
le formaldéhyde contenu dans le mobilier et les bois agglomérés et les composants organiques
volatils, comme les hydrocarbures chlorés (feutres, colles, effaceurs...) sont connus pour leur grande
toxicité. Réunis par le RSEIN et l’Observatoire de la Qualité de l’Air Intérieur, les acteurs de ces
études assurent que l’air vicié respiré par les élèves favoriserait des états de somnolence, de perte
d’attention, mais aussi des allergies et de l’asthme. Victimes de cette pollution latente, certains
élèves souffriraient du syndrome des bâtiments malsains (SBM) ou « sick building syndrome » dont
les symptômes les plus fréquents sont des maux de tête, des vertiges ou des nausées.
Le saviez-vous ?
Les solvants toxiques les plus répandus dans le matériel scolaire sont le xylène et le toluène. On
peut les retrouver dans les colles, les surligneurs fluo, les feutres à tableau blanc et les correcteurs.
Les impacts sur la santé sont des maux de tête, des irritations de la peau et voies respiratoires, voire
même des cancers.
Les métaux lourds tels que le cadmium, le plomb, le mercure ou le chrome sont principalement
utilisés comme colorants. Quand les enfants grignotent un crayon vernis et coloré ou lèchent leur
marqueur pour qu’il fonctionne à nouveau, il y a un risque de contact chronique avec les molécules
chimiques.
Le conservateur le plus répandu est le formaldéhyde. On peut le trouver dans les feutres, les
peintures et les colles. Volatil et classé parmi les cancérigènes probables, ce composé chimique
atteint surtout le système respiratoire et les muqueuses : irritations du nez et de la gorge, asthme…
Ces produits peuvent atteindre l’environnement lors de leur élimination si les filières de traitement
ou de valorisation ne sont pas adaptées…
Comment agir?
Le renouvellement de l’air permet de diminuer ces concentrations par un phénomène de dilution.
Il est donc important de veiller à ce
que le renouvellement de l’air soit
suffisant (voir fiche bâtiment sain).
Il peut s’effectuer par le système
de ventilation mais aussi et surtout
par l’ouverture des fenêtres. Il est
donc important de sensibiliser les
enseignants à cette pratique.
L’achat du matériel scolaire est
une manière de contribuer au
développement durable de notre
société qui dépend de chacun d’entre
nous. Car éviter d’acheter des gadgets
voués à la poubelle, c’est autant
de matières premières, d’énergie
(dépensée lors de la production
et du transport au point de vente)
et de pollution (engendrée lors de
l’élimination en tant que déchets) qui
ne seront pas portées sur la facture
environnementale de la planète.
45
Le Cartable sain est une action à construire avec les enfants dont l’objectif est d’étudier le matériel
scolaire quotidien. A partir de ce qu’ils ont dans leur trousse, cartable, les enfants découvrent
la problématique via une phase d’observation, une phase de questionnement et une leçon de
vocabulaire. La démarche se conclut par la rédaction d’une lettre de bonnes résolutions et une liste
type de fournitures. L’enfant la présentera à ses parents afin d’assurer un suivi de l’activité jusque
dans le magasin et initier ainsi un réel changement de comportement qui aura des chances de
durer dans le temps.
Ce qu’en dit
le PNSE
Plusieurs actions du PNSE positionnent explicitement la santé des enfants comme une priorité. La
fiche 6 « protéger la santé et l’environnement des enfants » préconise ainsi de :
- Réduire l’exposition des enfants et des femmes enceintes ou en âge de procréer aux substances les
plus dangereuses (Action 17).
- Mieux gérer les risques liés aux reprotoxiques et aux perturbateurs endocriniens (Action 18).
- Réduire les expositions dans les bâtiments accueillant des enfants (Action 19).
- Améliorer la prise en compte de la sensibilité particulière des enfants, des femmes enceintes ou en
âge de procréer dans l’expertise des risques (Action 20).
Le PNSE2 vise également à éduquer les jeunes aux risques sanitaires environnementaux (action 57) :
- En éduquant les enfants du secteur primaire et secondaire.
- En insérant la thématique dans les programmes de formation des professionnels de l’éducation
nationale comme une dimension transversale à des disciplines existantes.
- En encourageant la valorisation des bonnes pratiques d’éducation à la santé environnement travail
menées dans les établissements scolaires.
Le PNSE2 vise enfin à développer des outils d’information en santé environnement travail (action
58) :
- En renforçant la mise à disposition d’informations scientifiquement validées.
- En renforçant l’animation scientifique nationale par la programmation de rencontres nationales
régulières ouvertes au grand public.
- En renouvelant l’expérience d’une fête de la science dédiée au thème santé environnement.
Dans les travaux préparatoires au Plan Régional Santé Environnement, le groupe sur
l’Education et l’information s’est beaucoup interrogé sur la manière d’en parler. Les
outils de communication classiques (plaquettes…) ne semblant pas nécessairement
adaptés. D’autres outils seront développés (mallette pédagogique, portail
internet…)
Témoignages
Les ALSH de la CDC de Captieux-Grignols
Le Cartable Sain avec la Commission
Développement Durable du Conseil général des
Jeunes
Recenser, prévenir et limiter
les risques sanitaires environnementaux
dans les bâtiments accueillant des enfants
Guide à l'usage
des collectivités territoriales
46
Téléchargeable sur http://www.logement.gouv.fr/IMG/pdf/Guidefinal_v100707.pdf
Agir dans les centres d’accueil
jeunesse et sport
Fiche d’identité : ALSH de Grignols : maison de l’enfance «
Papapillon », un directeur, une directrice adjointe, 2 animateurs
(16 à 24 enfants âgés de 3 à 6 ans et 12 à 60 enfants de 7 à 17
ans) ; ALSH de Captieux : maison de l’enfance « Lilibellule », un
directeur, deux animatrices (8 à 24 enfants âgés de 3 à 6 ans et 12
à 36 enfants de 7 à 17 ans)
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Grignols : Frédéric Birac - Tél. : 05.56.25.35.51.
maisondelenfance33690@orange.fr ;
Captieux : Cyril Capes, Tél : 05.56.65.37.16
maisondelenfancecaptieux@orange.fr ;
http://www.cc-captieux-grignols.fr/
Le concept du développement durable et de la santé
environnementale repose sur une appropriation
de la démarche à l’échelle locale par les acteurs les
mettant en position d’agir. Les centres aérés (ALSH)
ont un rôle à jouer dans la transmission des pratiques
respectueuses de la santé et l’environnement aux
habitants et aux générations futures. Pour autant, il
semblait nécessaire de se former pour acquérir des
compétences plus spécifiques. Les connaissances
acquises peuvent aider à modifier les pratiques
internes pour offrir un lieu d’accueil avec un
environnement sain aux enfants.
Des séances de sensibilisation étalées sur 4 mois.
1. Réunion des 6 animateurs des deux structures : sensibilisation au développement durable et à la
santé environnementale et discussion sur le rôle des animateurs dans la mise en place des actions au
sein de leurs structures et avec les enfants.
2. Réunion de chaque structure pour un diagnostic détaillé de l’établissement et des pratiques
permettant une prise de conscience de pistes d’amélioration possibles dans leur structure et à leur
échelle.
3. Formulation des objectifs en fonction du diagnostic du site et sélection des actions. Chaque structure
choisit ses actions en fonction de l’importance, de la volonté et de l’intérêt pédagogique, de la
possibilité d’inclure les enfants dans la démarche ; Définition opérationnelle des actions…
Les thématiques traitées
- Qualité de l’air intérieur : aération et renouvellement de l’air, produits de nettoyage et de bricolage,
fournitures et cartable sain, plantes dépolluantes, classes en plein air,
- Alimentation,
- Biodiversité et espaces verts : désherbage
chimique et alternatives, abris à insectes
et nichoirs, plantation des plantes vivaces,
couvre sols, purins, compostage,
- Construction et décoration : meubles et
peintures, mobilité, liens intergénérationnels.
Les actions réalisées avec les enfants
- Tri sélectif avec les enfants, recyclage ;
matériaux récupérés pour les ateliers d’arts
plastiques ;
- Construction d’une douche solaire avec les
enfants ;
- Charte écocitoyenne : arrêt de verres jetables,
verres réutilisables ...
- Plantation d’arbres avec la maison de retraite
et les enfants.
47
Résultats
obtenus
Témoignage des animateurs de Captieux et Grignols pendant une réunion avec des acteurs des
centres sociaux pour les inciter à suivre la démarche ; Ecriture d’une charte de développement durable
– création d’un Agenda 21 en cours – le premier pour une telle structure ; Actions concrètes en cours,
collaboration pour un travail commun avec la Communauté de Communes.
Bilan financier
Coût de l’intervention d’une association, financement européen dans le cadre de LEADER.
Liens avec
autres actions
de DD
Témoignages
Le travail sur les intérêts d’actions d’un point de vue sanitaire et personnel a permis d’ouvrir le débat
à la globalité des thématiques de développement durable et les transcrire en projets et actions
concrètes.
Les deux ALSH sont pilotes en Gironde et pourront témoigner et aider à diffuser des actions
concrètes inscrites à l’Agenda 21 de la Communauté de Communes et auprès d’autres structures
équivalentes.
Fabienne, agent d’animation, ALSH Captieux : « Protéger encore plus notre planète est important,
mais l’aspect santé à été nouveau pour moi. Je ne savais pas par exemple qu’il y’a d’autres solutions
plus saines concernant le choix des fournitures de bureaux comme des surligneurs. J’ai donc appris
qu’en reliant plusieurs choses on peut arriver à protéger notre santé et en plus avec des petites actions
simples et à notre niveau. »
Karin et Freddo, animateurs, ALSH Grignols : « La formation a mis le doigt sur des choses
importantes de façon très concrète avec des propositions d’actions très claires. Puisque nous avons
déjà engagé des projets avec les enfants pour « apprendre en faisant » - création d’un jardin et d’un
potager, fabrication des affiches sur les économies d’énergie et de l’eau - il nous semblait intéressant
de faire une passerelle transversale vers la thématique santé et d’en diversifier nos actions. Nous avons
évolué là-dessus, et notamment en ce qui concerne la qualité de l’air intérieur. C’est possible d’agir à la
maison et au travail »
48
Guide pour un cartable respectueux de
la santé et de l’environnement
Fiche d’identité : Le Conseil Général des Jeunes est créé en 1989 avec l’Education Nationale. Il compte environ 120 jeunes
(un représentant par collège et Maisons Familiales et Rurales), organisés en 6 groupes, dont un dédié au développement
durable. C’est un outil de rassemblement des collégiens et d’apprentissage de la citoyenneté, qui mène des actions concrètes,
susceptibles d’améliorer la vie quotidienne des collégiens girondins. « Toute personne a le droit de prendre part à la direction
des affaires de son pays, soit directement, soit par l’intermédiaire de représentants librement choisis » article 21 de la
Déclaration universelle des droits de l’Homme.
Contact : Betty Collins, Direction de la Jeunesse et de la Citoyenneté, Conseil Général de la Gironde - 05.56.99.65.36. b.collins@cg33.fr, j.bosredon@cg33.fr (Mission Agenda 21) - www.gironde.fr
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Les groupes du Conseil Général des Jeunes ont pour mission, chaque
année, de réaliser un projet collectif. Cette année, les jeunes élus du
groupe développement durable ont travaillé sur la consommation
responsable. L’idée est de proposer un guide d’achat aux élèves, parents
d’élèves et dirigeants d’établissements scolaires, pour des fournitures
scolaires respectueuses de l’environnement et de la santé.
Plusieurs phases :
1. Intervention théorique d’un spécialiste pour sensibiliser les membres
de la commission à la santé environnementale et à la consommation
responsable : quelle est la composition d’un cartable « classique », quels
polluants sont présents, quels matériaux éviter, quels logos certifient le
respect de l’environnement et du droit du travail …
2. Séance de mise en pratique dans un grand magasin : les élus partent
avec une liste de courses et doivent constituer un cartable « le plus sain possible » (classeurs, papier,
règles, stylos…). Les cartables constitués sont ensuite examinés par le spécialiste.
3. Création d’un outil virtuel pour constituer un cartable sain : un site Internet dans lequel sont proposés
des « points clefs », pour acheter des fournitures « plus saines » et responsables.
Partenaires
Jeunes Conseillers Généraux (20 collégiens) ; DJEC, Mission Agenda 21, Education Nationale, HSEN,
Arnault Garcia (Graphiste)
Liens avec
d’autres actions de DD
Budget
Ce guide d’achat virtuel pourrait être adossé à une charte d’engagement qui sera ensuite proposée
au sein des établissements scolaires (éducation au développement durable, achats respectueux de
l’environnement, dans le cadre par exemple des Comité d’Education à la santé et à la citoyenneté de
chaque collège, dispositif pour la prévention)… Mais le travail de la commission n’est pas terminé et
sera rendu le 26 mai 2010, en séance plénière du CGJ, ouverte au public !
Accompagnement scientifique (1200 €)
Conception de l’outil Internet (1890 €)
Publication de l’outil en juin 2010 et diffusion.
49
3.5. Gestion des espaces verts / publics et aménagements urbains
Contexte
Depuis une dizaine d’années, la pollution de l’eau par les produits chimiques constitue une
préoccupation majeure. Il est clairement montré une pollution des eaux de drainage, des eaux
de rivières et des nappes. Le suivi de la qualité de l’eau de surface et les études de transferts de
produits phytosanitaires en milieu urbain montrent que, sur les zones vulnérables, l’application
de produits phytosanitaires est susceptible d’engendrer des pollutions avec des impacts sur notre
santé.
En zone non agricole, où sommes-nous exposés aux pesticides ? Sur les pelouses, parcs publics,
cours d’écoles, trottoirs, aires de jeu et des accotements sont pulvérisés des pesticides. En intérieur,
des pesticides sont employés pour lutter contre les puces, et d’autres parasites dans les maisons, les
écoles, les bureaux… augmentant l’exposition si le bâtiment est mal aéré (voir bâtiment sain).
«Il existe une évidence suffisante pour que l’on puisse suggérer que le niveau et l’évolution
des problèmes causés par les pesticides soient sérieux et en croissance, en particulier en
ce qui concerne la contamination des eaux souterraines, des aliments et l’accumulation de
certains pesticides au niveau des plantes et des animaux. Nous n’avons encore qu’une maigre
compréhension des effets de faibles quantités de polluants qui s’accumulent dans le corps humain
et en conséquence il est nécessaire de protéger par priorité les groupes vulnérables tels que les
enfants et les personnes âgées».
[Communiqué de presse de la commission européenne relative au 6ème Programme d’Action pour l’environnement]
Nombreux sont les exemples de plantations paysagères dont la réussite est relative (plants qui
nécessitent l’usage de produits phytosanitaires...). Il est indispensable d’avoir, dès la conception
du projet de plantation, une réflexion sur la durabilité, de s’interroger sur la charge d’entretien, la
périodicité de celui-ci, les outils nécessaires, l’impact sur la santé et l’environnement etc...
Le saviez-vous ?
Pour illustrer l’impact des pesticides et autres de produits chimiques sur la santé, prenons l’exemple des enfants.
Ils sont au contact des produits chimiques notamment :
- pendant la grossesse : Il a été établi un lien entre les femmes qui avaient un taux élevé de PCB
(PolyChloroBiphényles - produits chimiques chlorés liquides et solides interdits mais persistants)
dans le lait maternel et leurs bébés qui présentaient un développement mental et physique en
dessous de la moyenne. Le développement du cerveau des bébés, exposés à des substances
chimiques toxiques provenant de l’environnement, comme les BPC et se retrouvant dans le sang ou
le lait maternel, peut être affecté avant et après la naissance. (Recherche du Dr Gerhard Winneke et de son
équipe de l’Université Heinrich-Heine, de Düsseldorf, Allemagne, journal médical «The Lancet »).
- pendant la petite enfance : les enfants seraient beaucoup plus vulnérables parce que, toutes
proportions gardées, ils y sont plus confrontés. Ils boivent plus de jus, mangent plus de fruits,
portent les jouets à la bouche, jouent au ras du sol à l’extérieur. Ils sont aussi en pleine croissance
et leurs systèmes nerveux et glandulaire n’ont pas atteint leur maturité. (Rapport du National Academy of
Sciences 1993).
- dans leur assiette : chaque jour, les enfants mangent des aliments qui contiennent encore des
résidus de pesticides. Les aliments susceptibles de contenir le plus de pesticides sont les pêches, les
pommes, les nectarines, les poires et le Popcorn. Dans les aliments pour bébé, les poires, les pêches
et les jus de pommes sont les plus touchés. (D’après les recherches du Dr. Herbert L. Needleman, professeur de
pédiatrie et de psychologie de l’Université de Pittsburgh).
- dans la cour d’école : pour contrôler la
végétation spontanée, des traitements
herbicides sont réalisés dans la cour
d’école. Les enfants peuvent alors être
exposés aux molécules chimiques, ce qui
peut entraîner des risques sanitaires. Il est
important de respecter le délai minimum
après une application phytosanitaire avant
de retourner sur les lieux pulvérisés et il
est même préférable de s’orienter vers des
techniques alternatives.
50
Comment agir ?
Grâce à un changement de méthodes d’entretien des espaces verts et extérieurs de la collectivité,
conjugué à une utilisation croissante des techniques alternatives, il est possible de réduire
significativement l’utilisation des produits chimiques. Il s’agit aussi de sensibiliser et d’informer les
acteurs et d’apporter des moyens et des outils concrets pour gérer le territoire de façon durable.
« Ma pelouse est envahie de pissenlits» ! L’apparition de mauvaises herbes dont le développement
est favorisé par un sol compacté, comme le pissenlit est un bon indice de la qualité des sols. Un
sol compacté n’est pas favorable, et peut entraîner un manque d’air au niveau des racines et un
espace restreint pour le développement de ces dernières. Les risques d’invasion diminuent avec
l’amélioration de la structure du sol, type aération, apport de compost, tontes plus hautes afin de
conserver l’humidité.
Gestion différenciée ou optimisée des espaces publics
C’est l’outil de préférence pour passer d’un entretien intensif nécessitant l’usage de produits
phytosanitaires à une gestion plus raisonnable. Contrairement à la gestion « classique » basée
en grande partie sur les pesticides, la gestion différenciée ne propose pas une seule solution
miracle, mais l’utilisation conjointe d’alternatives différentes. Chaque espace sera géré avec la
méthode la plus adaptée. Les espaces verts et publics seront répartis en zone en fonction de
leur aménagement, leur usage et leurs attentes qualitatives. Chaque acteur choisit le nombre de «
classes » et les ajuste au fur et à mesure. Quatre classes sont souvent distinguées : zones à prestige
à entretien intensif (chimique et tonte), jardins et massifs, zones périphériques (tontes espacées et
acceptation de la nature), puis zones naturelles (entretien faible).
La gestion différenciée permet de franchir des étapes nécessaires pour arriver à l’objectif
zéro phytosanitaire à long terme. Bien maîtrisée, elle ne génère pas plus de travail, mais une
réorganisation du travail, une redistribution et une optimisation des tâches avec, à moyen terme
(trois ou quatre ans) moins d’intervention et une réduction des coûts.
La mise en place d’un entretien adapté à chaque espace permet de réaliser des économies et
de gagner du temps. Ces gains peuvent ensuite être réaffectés pour l’utilisation de nouvelles
techniques comme la lutte biologique (lâchés de coccinelles contre les pucerons...). Cependant, il
faut penser à un certain investissement matériel et en formation. Au départ, chaque technicien doit
être formé pour savoir ce qu’il doit utiliser et comment, aussi pour expliquer aux habitants ce qu’il
fait et pourquoi.
Il faut trouver un compromis pour l’apparence afin que les habitants n’aient pas le sentiment
d’abandon. Cela veut dire que l’on pourra laisser une parcelle enherbée si les personnes résidentes
aux alentours n’en trouvent aucune gêne. L’aspect de la ville devient plus vert, plus naturel, et les
habitants s’habituent progressivement à un entretien moins systématique.
Cette démarche demande une volonté d’expérimentation et d’adaptation. Une campagne de
communication basée sur un vrai échange avec les habitants est indispensable pour faire accepter
les nouveaux modes d’entretien, mais aussi pour les inciter à réduire eux aussi l’utilisation des
pesticides.
Méthodes alternatives d’entretien des plantes à l’intérieur des bâtiments
Les plantes intérieures peuvent amener de nombreux bénéfices, dont la purification de l’air
(absorption de certains polluants, humidification et bien être psychologique…).
Mais l’utilisation des produits de traitement (pesticides, lustrants ..) représente une source de
pollution et l’exposition directe des occupants à des produits neurotoxiques ou potentiellement
cancérogènes. Selon une étude française publiée dans le journal « Occupational and Environmental
Medicine » les risques de développer une tumeur de cerveau seraient significativement plus élevés
chez les personnes qui traitent en intérieur.
Heureusement des alternatives aux produits chimiques existent : piège à insectes collants de
couleurs, insectes prédateurs comme la coccinelle, ou dernier recours : pesticides moins nocifs à
base de pyréthrine naturelle (non synergisée) …
Pour les autres traitements anti-puces, anti-fourmis, préférez les appâts aux produits à pulvériser.
51
Ce qu’en dit
le PNSE
Le PNSE2 vise la réduction des expositions de la population aux pesticides en prolongement de l’action
11 du premier PNSE, qui a conduit à la création de l’Observatoire des résidus de pesticides (ORP) et à la
publication du plan Ecophyto 2018.
En complément, le PNSE2 vise :
- A réduire des substances toxiques dans l’air et dans l’eau (Fiche 2), notamment en améliorant les
connaissances sur les expositions aux pesticides (Action 6).
- A protéger la population des contaminations environnementales (Fiche 9), notamment en réduisant
les apports de certaines substances dans le milieu aquatique (Action 29) y compris les pesticides venant
de l’usage par les particuliers et des collectivités.
- A lutter contre les points noirs environnementaux (Fiche 10), notamment en réhabilitant ou gérant les
zones contaminées, y compris les pesticides, notamment en outre-mer (Action 35).
- A renforcer la recherche (fiche 14) sur les liens potentiels entre l’exposition des travailleurs à des
produits pesticides et les cancers ainsi que les maladies neuro-dégénératives.
La thématique répond également aux enjeux de protection de la santé et de l’environnement des
personnes vulnérables du fait de leur état de santé (Fiche 7) notamment concernant la prévention des
allergies (exposition aux pollens, lutte contre l’ambroisie).
Dans les travaux préliminaires du PRSE, il a été question :
- de l’usage non professionnel des pesticides,
- de la connaissance de leur impact sur la santé des riverains d’espaces agricoles, et
notamment des enfants, du devenir des emballages,
- de la meilleure connaissance des actions de réduction entreprises en Région.
- de la sensibilisation du grand public et des collectivités pour prévenir la plantation
d’espèces allergisantes (ambroisie...).
Témoignages
Entretien des espaces publics
Réduction du désherbage chimique des trottoirs - Blanquefort
50 % de réduction des herbicides grâce à une pulvérisation optimisée et protection des agents - Haux
Ville en pleine santé - Barsac
Ville en pleine santé - Portets
Entretien des espaces verts
Eco-certification des principaux parcs de la Ville de Mérignac - Mérignac
Prestations de gestion différenciée des espaces verts – ESAT de Bègles ADAPEI
Gestion différenciée des abords de la voirie départementale - Conseil Général de la Gironde
Objectif Zéro pesticide – Pessac
Entretien des espaces scolaires
Amélioration des pratiques environnementales pour la santé - Ville de Bernos-Beaulac
Sensibilisation aux risques des phytosanitaires des agents techniques et des élus - CdC Captieux Grignols
52
Réduction du désherbage chimique
des trottoirs
Fiche d’identité : 15.000 habitants, lancement de l’Agenda 21 en
2005. Espaces verts : 42 hectares d’espaces verts dont 35 ha de gazon,
5 ha de plans d’eau, 1 350 m² de massifs de fleurs et 2,5 hectares de
massifs d’arbustes. Viennent s’ajouter 15 hectares de trottoirs en grave
et 7 hectares de trottoirs en enrobé. Service espaces verts : quarantaine
d’agents. Ville 3 fleurs au concours des villes et villages fleuris.
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Virginie LANNES, chargée
de mission développement durable et
citoyenneté ;
virginie.lannes@ville-blanquefort.fr
05 56 95 57 86 - www.ville-blanquefort.fr et
http://infos.blanquefort.net/blog/agenda/
L’opération Toute la ville se met sur son 21, animations autour de l’Agenda 21 d’octobre 2008 à octobre
2009, a permis de lancer plusieurs expérimentations et de tester la réaction des habitants. Deux
expérimentations concernaient le service des espaces verts : l’espacement des tontes des pelouses
dans les lotissements (de 18 à 2-3 tontes par an) et le remplacement du désherbage chimique des
trottoirs par du désherbage manuel. L’objectif est de limiter la pollution chimique générée par la Mairie,
d’informer / sensibiliser les habitants et d’inciter à faire de même dans leurs jardins.
- Arrêt total du désherbage chimique des trottoirs en enrobé (7 hectares) et remplacement par un
désherbage manuel : recrutement de 2 agents saisonniers de juin à septembre 2009 et de 4 agents
saisonniers de mai à octobre 2010.
- Poursuite du traitement antigerminatif sur
les trottoirs en grave (février), puis passage à 2
traitements de retouche au lieu de 3.
- Coût des moyens humains supplémentaires
compensé par la réduction des dépenses liées à
la tonte des espaces verts dans les lotissements
(prestation extérieure).
- Semis de fleurs colorées dispersés le long des
clôtures pour ne pas donner l’impression de trottoirs
abandonnés...
- Changement de pratiques précédé d’un écolo-café
(novembre 2008), avec intervention de l’association
HSEN sur les impacts des produits chimiques sur la santé, puis 3 réunions dans les quartiers (janvier à
février 2009).
- Depuis large communication (magazine municipal, newsletter, articles dans Sud-Ouest).
Partenaires et prestataires : Service espaces verts. HSEN pour la sensibilisation (écolo-café en 2008).
Résultats
obtenus
- Changement radical de l’esthétique des trottoirs : herbes sauvages dès la 1ère année.
- De très vives réactions négatives ont été exprimées par certains habitants tout au long de la première
année : « ville sale », certains quartiers se sentaient « abandonnés », craintes pour le maintien de la
3ème fleur, etc. D’autres personnes, plus sensibilisées au développement durable, ont manifesté (mais
plus rarement…) leur satisfaction.
- Décision de poursuivre cette politique, avec un effort supplémentaire en information / sensibilisation
des habitants (panneaux d’information sur les
sites concernés ; petits panneaux sur certains
trottoirs, visibles en toute occasion).
- Réflexion sur l’utilisation des produits
phytosanitaires sur les terrains de sport, et
espacement des tontes des pelouses dans les
lotissements, dans les sous-bois, dans les parcs
municipaux, etc…
Santé environnementale et préservation de la
diversité écologique en ville relèvent de la même
logique et de l’intervention d’acteurs communs.
53
50 % de réduction des herbicides
et protection des agents
Fiche d’identité : Ville de Haux, Commune du
créonnais, 749 habitants
Pourquoi
agir ?
Améliorer les pratiques d’utilisation des pesticides en intégrant l’aspect développement et santé
durabled au sein des pratiques ;
Favoriser le changement de comportement des agents
Comment
agir ?
Sensibilisation des élus et des agents de l’impact des produits sur la santé et sur les écosystèmes.
Diagnostic participatif sur le terrain concernant les pratiques de désherbage en 2005.
Calcul des surfaces à désherber et calcul de la quantité nécessaire d’herbicide.
Résultats
obtenus
Dès 2005, diminution des herbicides de 50% et protection des agents :
- utilisation de vêtements imperméables et adaptés, et masques à cartouche filtrante,
- stockage des cartouches filtrantes dans une boîte hermétique,
- douche sur le lieu de travail après la pulvérisation.
- dosage des produits selon la surface à traiter,
- étalonnage des pulvérisateurs et changement régulier des buses.
- traitements localisés.
Liens avec
autres
actions de
DD
54
Contacts : Bernard LE GOREC, Maire de HAUX et Président
de la Communauté de Communes du Créonnais ; Yohann
DEVILLERS, conseiller municipal en charge du développement
durable ; 05.56.23.05.22. ; www.mairie.haux33.fr
Un volet important est mis sur l’action éducative de ce projet. Des séances « Cartable Sain » ont été
réalisées auprès des écoliers pour informer et sensibiliser enseignants et parents.
- Zéro phytosanitaire dans la cour de l’école et adhésion de l’école au projet Eco-école.
- Suppression du recours aux pesticides sur les trottoirs du bourg et sensibilisation des enfants
et adultes à la présence et la conservation éventuelle des petites plantes sauvages urbaines.
Les habitants ont remarqué les vêtements de protection portés par les agents au cours des
pulvérisations, ce qui suscité des remarques vis à vis de la nocivité de ces produits..
- Rôle pilote au sein de la Communauté de Communes qui a lancé un Agenda 21 local
Ville en pleine santé
Fiche d’identité : Barsac, 2001 habitants,
Canton de Podensac
Contacts : Philippe MEYNARD, Maire ; Dominique CAVAILLOLS,
Maire adjoint délégué au patrimoine et au personnel ;
Anne-Marie PENEAU, Maire adjointe déléguée à l’environnement ;
23 place Paul Doumer - 33720 Barsac Tel : 05 56 27 43 00 Courriel : mairie@barsac.fr - http://www.barsac.fr
Pourquoi
agir ?
La facilité d’utilisation des désherbants était ancrée dans l’esprit des élus et du personnel communal.
Pour autant, la mairie a dans un premier temps décidé de ne plus utiliser des pesticides dans l’entretien
des espaces verts et publics. Dès 2006 : suppression de l’utilisation des pesticides et fongicides dans
l’entretien des espaces verts et espaces publics, rationalisation de l’utilisation des produits dans
l’entretien des bâtiments publics.
Comment
agir ?
- Développement de l’entretien manuels des espaces publics : trottoirs et allées, nouveaux espaces
verts, systématisation du paillage, permettre à l’herbe de pousser dans un maximum d’espaces,
entretien par rotofil et tondeuse, semis de fleurs sauvages le long des murs.
- Actions de communication et participation aux Semaine sans Pesticides et Semaine du
Développement Durable, animations avec le tissu associatif local, etc… ex : opération « larves de
coccinelles », distribution de graines de fleurs sauvages, participant à la prise de conscience suivante :
arrêt des pesticides, réinstallation progressive de l’écosystème (insectes/nourriture).
- Intégration du Bio au restaurant scolaire et apéritifs et buffets bio lors des manifestations publiques.
Partenaires : Habitat Santé Environnement ; Bioservice.
Ressources: Les supports de communication municipaux ont été mis à contribution (site Internet
www.barsac.fr , journaux municipaux et journaux lumineux) et des documents ont été distribués dans
les boîtes aux lettres pour chacune des opérations auxquelles les habitants ont été associés.
Résultats
obtenus
«La population a énormément participé aux différentes opérations. Nous voyons maintenant dans le
village l’apparition de fleurs sauvages, de jardins plus sauvages et tenant compte de l’environnement.
Le personnel technique a intégré de nouvelles méthodes de travail, et le personnel des écoles tient
compte des contraintes liées à l’utilisation des produits.
La mairie a intégré que tout aménagement doit désormais tenir compte du respect de l’environnement :
rationaliser l’arrosage (choix des essences et des espèces), privilégier les matières absorbantes, recyclage
lors de la taille des arbres par transformation en copaux pour renouveler le paillage au pied des
plantations, etc…
En prolongement, d’autres projets dont certains sont en cours de concrétisation : remplacement des
menuiseries (économies d’énergie), isolation des bâtiments, coupures de l’éclairage public entre 1h et
5h du matin, remplacement dans les bâtiments de toutes les ampoules par des Leds (économies : 80%)».
Philippe MEYNARD
Bilan
financier
Il n’y a pas à proprement parler d’économie réalisée, mais une redistribution des budgets. Les économies
ont été réinvesties dans l’aménagement du cadre de vie, l’achat de matériels adaptés aux nouvelles
techniques de travail. Mais c’est aussi un investissement sur l’avenir, pour la santé des générations futures
et des générations actuelles. Et çà, ça n’a pas de prix !
55
PORTETS ET LE PROGRAMME
" VILLE EN PLEINE SANTé "
Fiche d'identité : 2 146 habitants ; Canton de Podensac Contact : Marie- France THÉRON, maire de Portets
Telephone : 0556671775 - contact@mairie-portets.fr
http://www.mairie-portets.fr
Extrait des «Infos Municipales de mars/avril 2006»
«Trémières et ceanothus pour habiller les murs et lutter contre les mauvaises herbes
L’entretien des espaces verts prend des couleurs vives
La commune a entamé en 2005 une collaboration avec l’association Habitat-Santé-Environnement. But : avec l’aide de ses
deux représentants scientifiques en Gironde, les docteurs Farbos et Weissmann, mettre en œuvre un programme « Ville
en pleine santé ». Il s’agit de mieux contrôler l’utilisation de produits courants mais « agressifs » tant pour le nettoyage
des bâtiments communaux que pour l’entretien des espaces verts. Ces produits, banalisés, ont un effet sur la santé et
l’environnement qu’on est loin de soupçonner.
Nettoyage
Le travail est largement engagé. Les deux scientifiques ont commencé par établir un état des lieux et des pratiques. Le
bilan est « plutôt bien », témoigne Caroline Dulugat, conseillère municipale chargée des produits d’entretien. Le dicton
dit que « le mieux est l’ennemi du bien. » Il s’applique au nettoyage. « On lavait trop », poursuit Mme Dulugat. Il n’est pas
toujours nécessaire d’utiliser du désinfectant… Les pratiques ont été changées. Plus d’aérosols pour désodoriser mais des
huiles essentielles qu’on vaporise ou dont on enduit des mèches de coton. On utilise des produits qui agressent moins la
peau pour nettoyer les bureaux des enfants aux écoles. Finalement, des « produits plus simples » qui s’avèrent de plus être
moins coûteux.
Désherbage
La démarche est la même en ce qui concerne les espaces verts. Les désherbants sont délicats à utiliser. Il faut une météo
adaptée. En traitant les mauvaises herbes, il arrive qu’on traite aussi... les fleurs des riverains ! Et ce sont des produits assez
nocifs…
Un nouveau programme est donc mis à l’essai. Il consiste à opter pour des plantes couvre-sols qui empêcheront d’ellesmêmes les mauvaises herbes de pousser. Il faudra évidemment un peu de temps... La municipalité demande de la
patience, le but étant de marier à terme propreté « naturelle » et fleurissement.
Certaines espèces ont été sélectionnées et plus de 300 plants commandés.»
Chers Portésiens,
ENTRETIEN DES ESPACES VERTS ET PUBLICS
Tract distribué en juin 2006
« Nous vous remercions à l’avance de votre patience »
Je comprends que certains d’entre vous se plaignent d’un entretien qui n’est plus aussi impeccable qu’avant. Je m’en
excuse mais vous savez que nous avons pris une décision : ne plus utiliser de désherbant pour l’entretien des espaces
verts et publics. Trois raisons importantes nous mobilisent :
- les désherbants coûtent chers,
- on ne peut les utiliser que sous certaines conditions météo,
- ils sont dangereux pour la santé.
Nous participons au programme « Ville en Pleine Santé ». Des roses trémières et des couvre-sols qui étouffent les
mauvaises herbes ont commencé à être plantés. Des rotofils ont été achetés.
Nous ne négligeons pas l’entretien, bien sûr ! Soucieux de développement durable, nous avons simplement changé
de méthode. Il faut s’y habituer. Faire preuve d’un peu de patience. Laisser le temps aux plantes de pousser… et aux
employés communaux de s’adapter !
C’est pour la santé de tous, la préservation de l’environnement et une commune encore plus fleurie donc encore plus
accueillante.
56
MARIE-FRANCE THERON, MAIRE DE PORTETS
Eco-certification
des parcs urbains
Fiche d’identité : 2003, Mérignac a été la première ville de
Gironde à se doter d’un Agenda 21 local (reconnu en 2007
par le MEEDDM). Toujours en lien avec cette démarche,
d’importantes économies d’eau ont été réalisées (- 20 %
depuis 2003).
Pourquoi
agir ?
Contacts : M. Miaud, Directeur des services ,
M. Gayou, Directeur des Finances
Hôtel de ville, 60, Av. du Maréchal de Lattre de Tassigny,
33705 Mérignac Cedex - Tél. 05 56 55 66 00 ;
Courriel : contact@merignac.com
http://www.ville-merignac33.fr
Mérignac est la première ville du grand Sud-Ouest à se lancer dans
une démarche d’éco-certification de ses parcs. La mise en œuvre
d’une gestion différenciée des espaces verts est une des actions
concrètes de l’Agenda 21 local (action 8).
Le référentiel valorisant les pratiques écologiques de gestion des
espaces verts (label EVE) développé par Ecocert s’appuie sur un
cahier des charges global constitué d’une dizaine de points. Le
label est décerné pour une durée d’un an, renouvelable via un
audit de contrôle.
Un espace vert écologique se doit d’économiser, de récupérer, de protéger la ressource en eau et la
qualité de son sol. Nul herbicide ou produit phytosanitaire de synthèse n’y sont utilisés : les engrais
sont avant tout organiques. Ce type d’espace augmente ainsi la biodiversité, tolère la flore spontanée et
permet la corrélation entre biodiversité végétale et biodiversité animale. S’y impose donc un suivi précis
de la faune et de la flore. Les déchets doivent être réduits, recyclés, valorisés, compostés, la qualité
de l’air préservée, le bruit diminué, la consommation d’énergie réduite. Un «EVE» est doté d’un plan
paysager. De plus, il est prévu de développer une signalétique spécifique dans les parcs afin d’instaurer
une démarche d’information active et pédagogique auprès du public. Le label valorise les compétences
des jardiniers tout en contribuant à faire évoluer leur métier et permet ainsi d’améliorer la santé
environnementale de tous.
Comment
agir ?
- 2ème semestre 2008 : Attribution à la SAS Ecocert France du marché relatif à l’évaluation de la
gestion écologique des différents espaces verts de la Ville.
- Février 2009 : Pré-audit de 6 espaces verts par un consultant d’Ecocert : Bois du Burck (38 ha), Parc du
Château (24 ha), Parc de Bourran (18 ha), Parc du Vivier (9ha), Parc du Luchey (5 ha), Parc de Tenet (2 ha).
- Mars à juin 2009 : Mise en œuvre des recommandations de l’auditeur par les services municipaux.
- Juillet 2009 : Audit par Ecocert des 6 parcs avec application des critères d’évaluation du référentiel du
label EVE.
- 30 septembre 2009 : Restitution des résultats et validation officielle de l’attribution du label EVE aux
parcs suivi d’un plan de communication.
Critères du label EVE : eau (suivi des consommations), sol (analyse et suivi
de la qualité), biodiversité (inventaire des espèces, respect des habitats),
paysage (plan de gestion, signalétique), déchets (recyclage, valorisation du
compostage), air (surveillance de la qualité avec AIRAQ, utilisation de véhicules
électriques), bruit (systèmes anti-bruit, suivi des niveaux sonores), énergie
(plan d’économies d’énergie), matériels, matériaux et produits (origines, suivi
des produits d’entretien et des consommations), aspects sociaux et humains
(supports d’information, plan de formation des agents).
Création d’un Comité de suivi au sein des services municipaux (chefs d’équipes du Centre Technique
de l’Environnement). L’ensemble des agents des espaces verts (soit 90 personnes) a été associé à la
démarche tout au long du processus d’audit. Ainsi lors des visites de l’auditeur d’Ecocert dans les parcs,
le responsable du site était présent avec le Comité de suivi. Des échanges sur les caractéristiques du
parc audité et les pratiques des équipes de jardiniers ont été enrichissants pour tous.
D’autre part, différents services municipaux, dont le Développement Durable, ont été consultés sur des
points particuliers au cours des audits.
57
Résultats
obtenus
Six parcs de la Ville sont « éco certifiés ». Ce label est un outil de management pour le Centre
Technique de l’Environnement en charge de la gestion des espaces verts. C’est aussi un outil
concret d’évaluation et nécessaire pour développer une stratégie d’amélioration continue dans la
gestion écologique des parcs et espaces verts de la Ville.
A la suite du pré-audit par Ecocert en février 2009, il a été réalisé un bilan des consommations
d’intrants (eau, produits phytosanitaires, etc.) et une note sur un plan de désherbage applicable à
partir de mai 2009 (objectif : fin du désherbage chimique sauf occasionnellement et si dérogation
délivrée par Ecocert). Aujourd’hui, les équipes n’utilisent plus aucun désherbant chimique pour
l’entretien des parcs de la ville. Le désherbage thermique et des engrais naturels les ont remplacés.
Un système de double poubelles pour le tri sélectif est opérationnel dans les parcs audités.
Il également prévu pour 2010 d’auditer 2 nouveaux espaces verts avec la volonté d’obtenir le label
EVE : le Parc de Beaudésert et la Ferme de découverte.
Bilan financier
Le coût global de l’opération est 32596 €. Il comporte les dépenses liées aux audits dans les
parcs (7635 € TTC pour le parc de Bourran, 5747 € pour le bois du Burck ainsi que pour les
parcs du Château et du Vivier, 3860 € pour les parcs du Luchey et de Tenet) et la mise en place
des recommandations pour l’obtention du label EVE dont le chiffrage est toujours en cours
(notamment pour l’installation de double poubelles dans les parcs, le développement d’un plan de
formation des agents, les supports de communication, etc.).
58
Prestations de Gestion différenciée des
espaces verts sans produits phytosanitaires
Fiche d’identité : ESAT de Bègles, Parc de Mussonville
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Résultats
obtenus
Témoignages
Contacts : Pierre Gaulin, Moniteur espaces verts
98, rue Alexis Labro 33130 BÈGLES - Tél. 05 56 49 40 07
esat.begles@adapei33.com
L’établissement d’aide par le travail gère 7 ateliers (Restaurant avec une caféteria ouvert au public,
Espaces Verts, Blanchisserie, Propreté et nettoyage, Sous-traitance, Brin-D’Azur, Couture). Pour
chacun, il s’est fixé comme objectif d’améliorer les pratiques en interne en intégrant l’aspect
développement et santé durables au sein de nos ateliers et équipes et dans chaque atelier, de
favoriser le changement de comportement de équipes, pour proposer des prestations durables à
nos clients.
Sensibilisation des responsables, des moniteurs d’équipes techniques et des agents.
Diagnostic participatif sur le terrain concernant les pratiques du CAT (nettoyage, désherbage).
Valorisation de la démarche et sensibilisation des clients - collectivités, entreprises (hôtels, centre
commerciaux …).
Généralisation des bonnes pratiques aux autres sites de l’ADAPEI de Gironde. Adoption d’un outil de
gestion du développement durable, type Agenda 21.
Pierre Gaulin, Moniteur espaces verts : « Je pense que notre
premier souci, en tant que jardinier, est de profiter du milieu dans
lequel on se trouve, de pouvoir apprécier la nature, sans utiliser
de produits chimiques… Donc on cherche à couvrir au maximum
le sol pour avoir le moins de travail… Des plantes couvre sols,
décoratives, nous permettent de ne pas trop avoir à désherber …
pendant que les plantes poussent, nous avons mis des végétaux
broyés, qui limitent la repousse des mauvaises herbes, amènent
une certaine fraîcheur, évitent l’arrosage. En utilisant moins de
produits, on protège ceux qui travaillent, les animaux peuvent se
promener dans nos jardins sans risque…. De plus, on travaille la
diversité : nombreux plants, retour des petites abeilles, ça permet
beaucoup de floraisons et les insectes apprécient aussi.
Tout ça permet de retrouver un meilleur équilibre entre l’homme et son environnement. Et les
clients qui viennent manger au restaurant, ont une vision plus agréable de ce cadre. »
Jeune de l’équipe espaces verts « On broie des branches et on les utilise pour pailler les massifs,
pour ne pas que l’herbe pousse et éviter le désherbage ».
59
Gestion différenciée des abords
de la voirie départementale
Fiche d’identité : 6 487 km de routes dont 5150 en rase
campagne et 304 kilomètres de pistes cyclables, 1800 ouvrages
d’art, plus de 500 agents répartis dans 6 centres routiers
départementaux, renouvellement de 8 à 9 % des surfaces de
chaussées par an (environ 550 km).
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Conseil Général de la Gironde
Direction des Infrastructures - Jean Paul Couffinhal
j.p.couffinhal@cg33.fr, 05.56.33.99.99.
www.gironde.fr
Le Conseil Général est en charge de la gestion de près de 6500 kilomètres de linéaire routier. Pour lutter
contre les herbes indésirables qui ne peuvent être fauchées par des moyens mécaniques (autour des
supports de panneaux et de glissières, certains îlots anciens…) le Conseil Général utilise des herbicides
chimiques. Les quantités mises en œuvre diminuent ces dernières années. D’autres solutions palliatives
sont utilisées comme le désherbage mécanique. Depuis 2007, les abords des pistes cyclables ne sont
plus désherbés.
Dans l’Agenda 21 de la Gironde, la Direction des Infrastructures
propose différentes actions :
- Entretien des dépendances vertes : d’ici 2012, l’objectif est de limiter
l’utilisation de désherbant à 100 litres pour l’ensemble des voies
départementales. En 2009, 100 km de RD sont traités par des solutions
de remplacement (plaques anti-herbes en matériaux recyclés, plantes
couvre sol, fauchage manuel), notamment à proximité des habitations
/ zones urbaines, les passages étant limités à 1 par an. En 2012 l’objectif
est de généraliser ces techniques à 5000 km de RD.
- Traitement des eaux de plateforme : créer des ouvrages de
confinement équipés de dispositifs de dépollution avant rejet dans le milieu naturel. Dans un 1er temps,
une classification des routes selon les risques, permettra de définir une politique globale, pour atteindre
l’objectif de 100% des nouvelles opérations équipées en 2012.
- Dispositifs spécifiques faune : expérimenter des dispositifs de protection des espèces (projets neufs
et routes existantes). Une première action expérimentale sur 2 sites consiste à mettre en place des
passerelles flottantes sous des ouvrages sensibles suivie d’une évaluation de l’efficacité du dispositif.
Une seconde action consiste à répertorier les ouvrages les plus sensibles et pouvant être équipés. A
l’issue de l’expérimentation, la diffusion progressive sera envisagée.
- Nouvelle politique de fauchage des accotements des routes est une opération indispensable pour
la sécurité des usagers. L’action vise à optimiser les interventions pour offrir une sécurité maximum
en fonction des moyens disponibles, et mieux prendre en compte la biodiversité (périodes de
reproduction des végétaux et des animaux…).
- Jachères florales le long des routes départementales pour réduire
le fauchage le long des pistes cyclables et des routes départementales,
plus particulièrement dans les zones où le fauchage ne peut pas être
réalisé mécaniquement. L’objectif est d’expérimenter la technique sur
500 km en 2010, pour atteindre 2000 km en 2012.
- Préservation des zones humides : la réglementation impose aux
maîtres d’ouvrage la compensation des surfaces impactées. Il s’agira
donc de mettre en œuvre des actions de restitution, en cohérence avec
le Schéma Départemental des zones humides. D’ici 2012, 100% des
opérations concernées devront proposer des mesures de restitution (2%
en 2009). Une opération test se déroulera à Coutras dès 2010.
60
Communication et formation : En passant à un entretien espacé et à la suppression des
phytosanitaires sur les abords des pistes cyclables, une communication spécifique a été mise
en place le long des voies (panneaux explicatifs), qui a été vandalisée, parallèlement à un
mécontentement des usagers. La communication avec les propriétaires riverains, les élus des
communes concernées est essentielle au démarrage des projets.
La formation des agents départementaux est également une nécessité car ces techniques,
plus coûteuses en main d’œuvre, demandent aussi des conditions de sécurité particulières et
un dialogue avec les usagers et riverains.
Transversalité de l’approche : Pour mener ces actions, la Direction des Infrastructures
s’appuie sur les Directions ayant compétence dans les domaines de l’environnement, de la
biodiversité, de la réduction de l’usage des phytosanitaires, de l’eau … Ainsi, la Direction
de l’environnement (bureau des espaces naturels, Mission paysage…), de l’aménagement
du territoire (service de la gestion de l’espace), de la communication ou du système
d’information, ainsi que la Mission Agenda 21 sont associées.
Vers une planification de l’entretien : Dans le cadre de l’Agenda 21, la Direction des
Infrastructures travaille à l’acquisition d’un logiciel de suivi de l’activité d’entretien
et d’exploitation des routes, afin de rendre compte, de programmer et de suivre les
interventions.
Partenaires et prestataires
INRA, bureaux d’études, autres départements (échanges), ONEMA, police de l’eau, DIREN,
CETE, Entreprises de travaux publics, Chambre d’Agriculture.
Résultats
obtenus
Bilan financier
Le budget de toutes ces actions s’élève à environ 2,5 millions d’euros, (dont 2 M pour le
traitement des eaux de plateforme). Globalement, le changement des pratiques d’entretien ne
génère pas de coût spécifique. Il conviendra en revanche de bien suivre les coûts évités par le
moindre achat de produits phytosanitaires.
61
Objectif Zéro pesticide
Fiche d’identité : 58069 habitants ; membre
de la Communauté urbaine de Bordeaux
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Service Espaces verts et Environnement –
Direction Aménagement et Cadre de vie ; Mairie de Pessac,
Place de le 5ème république - 33 604 Pessac - 05 57 26 26 90
Loic.mallet@mairie-pessac.fr - www.mairie-pessac.fr
Après un diagnostic partagé, la commune a arrêté sa stratégie locale de développement durable et a
décidé d’agir sur 3 axes majeurs : Exemplarité, responsabilité, solidarité.
Parmi les 64 mesures prioritaires, le service espaces verts en pilote 12. Elles portent sur : la réduction et
la valorisation des déchets, la préservation des ressources en eau, la préservation et le développement
de l’identité de Pessac ville nature, ville jardin, le développement d’un cadre de vie sain, la transmission
des bonnes pratiques auprès du grand public. A ces actions s’ajoute la participation active du service
espaces verts à la politique d’insertion professionnelle de la ville.
2004 : Réorganisation du service espaces verts et intégration de pratiques en faveur du DD (gestion
différenciée des espaces verts, plan de formation, lutte biologique intégrée, paillage organique).
2005 : Recrutement d’un responsable du secteur DD. Mise en place de groupes de travail techniques.
2006 : Intégration du DD dans la gestion du parc de machines motorisées. Création d’une équipe de
surveillance des parcs et forêts en contrat d’insertion. Valorisation des déchets d’élagage en broyats.
2007 : Suivi des compteurs d’arrosage. Intégration de la clause sociale dans tous les marchés publics
(marché d’insertion pour l’entretien des espaces naturels). Etude pour la mise en oeuvre d’un plan
de gestion du bois. Pratiques réduisant les intrants chimiques. Réduction des déchets. Participation
à l’aménagement d’un jardin partagé. Récupération des eaux de pluies. Valorisation du patrimoine
arboré.
2008 : Diagnostic des pratiques de gestion différenciée et proposition d’évolution. Enquêtes auprès
des usagers des parcs et du personnel. Intégration d’une clause environnementale dans les marchés
de traitement de déchets et d’entretien d’espaces verts. Etude d’un marché d’entretien d’espaces verts
effectué par des travailleurs déficients intellectuels. Mobilisation des entreprises Pessacaises pour la
replantation de 1000 arbres sur un site incendié. Etude de certification d’espaces verts écologiques.
Etude de projet de service intégrant tous les principes du développement durable.
Partenaires : La démarche mobilise également écoles, associations, centres sociaux, syndicats
de quartier, riverains... La concertation des habitants est systématisée pour tous les projets
d’aménagements paysagers et d’espaces verts.
Résultats
obtenus
Liens avec
d’autres
actions de
DD
62
Réduction de 90% de l’utilisation de produits phytosanitaires pour l’entretien des espaces verts.
Toutes les actions mises en oeuvre sont en cours d’évaluation, et un bilan global est en cours de
formalisation, avec la mise en place d’un tableau de bord des pratiques de développement durable du
service, composé au total de 57 agents tous formés aux pratiques respectueuses de l’environnement (30
formations économies d’eau, gestion différenciée, paillage...).
Cependant, dans l’attente de cette évaluation globale, différents indicateurs peuvent témoigner de
l’engagement et la mobilisation du service vers des pratiques de développement durable :
Contribution du service Espaces verts à l’insertion, la cohésion sociale et l’Education au développement
durable, la préservation de la biodiversité, les ressources naturelles
Restauration collective : Adoption en Conseil Municipal d’une charte qualité comprenant des objectifs
vers un développement durable (proximité, saisonnalité, bio...).
Projet de jardins partagés : Élaboration concertée d’une charte pessacaise des jardins partagés (avec
des critères environnementaux).
Formation des agents et engagement d’une sensibilisation des habitants et d’une signalétique
« Objectif Zéro pesticide ».
Acquisition de nouveaux désherbeurs alternatifs pour la voirie et les terrains de sport.
Développement des actions de sensibilisation des établissements scolaires.
Création d’un prix spécial DD au concours municipal des maisons et balcons fleuris.
Réflexions pour le développement de nouveaux jardins partagés.
Espaces scolaires :
Amélioration des pratiques
Fiche d’identité : Commune rurale,
1 125 habitants, 3 690 hectares (Entre 2
Mers)
Contacts : Jean Paul MERIC Maire adjoint Chargé de l’environnement,
Philippe Courbe Maire, mairie.bernos.beaulac@wanadoo.fr http://www.bernos-beaulac.fr ;
Ecole primaire de Bernos-Beaulac : directeur : Pascal Calderon
ce.0330413V@ac.bordeaux.fr
Pourquoi
agir ?
La commune est implantée au bord d’une rivière , le Ciron, dont elle a tiré une source de développement
économique. Cette rivière est classée en zone Natura 2000, et est un point d’attraction touristique
et résidentiel. La commune possède un groupe scolaire de 115 enfants (doté d’une cuisine centrale
servant des repas aux communes avoisinantes), un stade et terrains de tennis, un foyer polyvalent, une
bibliothèque, un centre multimédia intercommunal, un gîte de groupe de 31 lits… Ces équipements sont
entourés d’espaces publics entretenus de façon classique, c’est-à-dire avec force désherbage, tonte et
produits de désinfection… (les techniques de désherbage s’apparentaient davantage à de l’arrosage…).
Le Conseil municipal, voulant s’engager dans une démarche de développement durable, a souhaité
travailler sur ces pratiques et y associer la population.
Objectifs :
- Réfléchir de façon critique aux pratiques d’entretien des équipements et espaces verts
- Améliorer les pratiques en intégrant l’aspect développement et santé durables en interne
- Favoriser le changement de comportement des agents
- Avoir un rôle exemplaire auprès des écoliers
- Diffuser la démarche auprès de la population.
Comment
agir ?
La démarche s’est déclinée en 5 volets dont certains sont réalisés, d’autres en cours :
- Formation-action pour analyser les pratiques existantes, établir un diagnostic partagé avec le
personnel, les élus, le réseau associatif, les enseignants, définir un plan d’actions collectif de bonnes
pratiques autour des produits d’entretien et de nettoyage et des produits phytosanitaires et matériel de
pulvérisation
- Mobilisation de la population au travers de soirées-débat, sensibilisation des enfants et parents sur le
« cartable sain » (animation hors temps scolaire)
- Valorisation locale de la biomasse des espaces verts publics et privés par le broyage, les mulchs, les
nouvelles techniques du Bois Raméal Fragmenté (BRF), le compostage à domicile…
- Expérimentation de modes de gestion des espaces publics : mise en pâturage, plantation de vergers
collectifs de quartier, enherbement des surfaces traditionnellement désherbées, développement des
couvre-sols, jachères fleuries et mellifères…
-2 journées de mobilisation par an sur des chantiers écocitoyens d’amélioration du cadre de
vie (plantation d’arbres fruitiers, mise en pâturage, compostage, greffages d’arbres fruitiers de
conservatoire…).
Résultats
obtenus
- En impliquant une pluralité d’acteurs tant dans la réflexion que dans l’action, la Commune a la volonté
d’intégrer le développement durable comme un principe de son action publique. Ce projet est innovant
sur plusieurs aspects : dimension participative et intergénérationnelle, expérimentation de modes
de gestion et de valorisation des espaces verts et naturels, expérimentation d’un service de broyagecompostage…
- Très forte réduction de l’utilisation des produits phytosanitaires au niveau de la voirie et des espaces
verts
- Utilisation de 20 litres de produits soit 80% environ
d’économie (2000 € environ)
- Zéro phytosanitaire dans la cour d’école
- Enherbement de trottoirs.
Partenaires
Pays des Landes de Gascogne (Agenda 21), Europe
(programme Leader), Habitat Santé Environnement
Liens avec
d’autres
actions de
DD
Orientation vers un nettoyage sain et écologique des
locaux de la commune et de l’école : produits à base
végétale ou écolabellisés, microfibres, vinaigre, vapeur ...
63
Sensibiliser aux risques
des produits phytosanitaires
Fiche d’identité : Communauté de Communes de
Captieux/Grignols ;
2 cantons et 16 communes ; 5 269 habitants en 2007
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : 56, allée St Michel 33 690 Grignols ;
Tél : 05 56 25 50 53 - cdccaptieux-grignols@orange.fr
http://cc-captieux-grignols.fr
Agir pour la protection de l’environnement en expérimentant de nouvelles pratiques plus
respectueuses de l’homme.
La Communauté de Communes a mis en place des actions de sensibilisation/formation aux bonnes
pratiques avec l’association Habitat Santé Environnement. Elle a sensibilisé les élus et les agents
techniques sur l’usage des produits phytosanitaires et les solutions alternatives moins nocives pour
l’environnement et l’homme notamment la technique de la fauche tardive.
Plusieurs actions sont initiées :
- Recensement des produits utilisés, la fréquence d’usage, les précautions d’emploi prises par les agents
techniques sur l’ensemble des communes.
- Sensibilisation de l’ensemble des élus aux risques auxquels sont exposés les agents utilisateurs et aux
économies possibles si d’autres comportements plus respectueux de l’environnement étaient mis en
œuvre.
- Incitation des agents des communes à la mise en place de pratiques alternatives.
Résultats
obtenus
Partenaires
64
- Conférence de sensibilisation auprès des élus lors du Conseil Communautaire
- 2 journées de formation des agents techniques avec une commune pilote (Grignols) : au total 23
agents et élus formés et 15 communes concernées
- Diagnostic restitué et plan d’action pour une gestion plus durable des espaces verts proposé.
Pays des Landes de Gascogne ; Europe (Leader +) ; Habitat Santé Environnement.
3.6. L’Urbanisme
Contexte
« En ville, il fait plus chaud, la nuit est moins fraîche, la qualité de l’air est moins bonne qu’à la campagne,
on se déplace difficilement vue la place laissée à la voiture, il y a toujours du bruit… ».
Les liens entre l’urbanisme et la santé sont complexes. Les facteurs sanitaires sont connus, mais
avant un aménagement, les acteurs de la santé environnementale ne sont pas consultés et la
thématique est rarement prise en compte. Or, si l’aménagement urbain devrait devenir l’instrument
d’une modernisation écologique, actuellement les risques de santé ne sont pris en compte
qu’exceptionnellement.
Le bruit : « Comme l’indique le rapport du comité opérationnel du Grenelle Environnement, le bruit
est considéré par la population française comme la première nuisance au domicile, dont les transports
seraient la source principale ». D’après L’agenda santé - Lyon métropole n°10 - juin 2008 / supplément
La température : « On a pu constater, lors de l’épisode de canicule de l’année 2003, combien ces
agglomérations sont vulnérables à certains effets du climat. L’Institut de veille sanitaire (InVS, 2004) a
ainsi mis en évidence des écarts importants de mortalité à domicile de personnes âgées à l’intérieur des
zones urbaines étudiées, écarts attribuables notamment à des différences de température à proximité
immédiate des habitations. » D’après L’agenda santé - Lyon métropole n°10 - juin 2008 / supplément
Les espaces verts : La surface d’espaces verts est un des critères de la qualité de vie en ville. Ils ont
un rôle récréatif, et de plus en plus on leur reconnaît un rôle pour le bien être des habitants (leur vue
repose l’esprit !), en plus du rôle de « rafraîchissement et de purification de l’air ».
Les aménagements urbains : la fréquentation des espaces publics par les habitants dépend de leur
convivialité.
Le
saviez-vous
?
« Les aménagements d’une ville sont à même d’agir sur la santé des citoyens aussi bien
positivement que négativement » (Danzon OMS, Urbanisme et Santé). La planification urbaine, la
conception des espaces publics, les politiques de déplacement et de l’habitat, les infrastructures et
équipements urbains peuvent avoir des effets sur les multiples déterminants de la santé : ils influent
sur la capacité à favoriser des activités physiques, l’accès à un logement de qualité, la qualité de l’air,
la réduction des nuisances sonores, la qualité de l’eau, la qualité des sols, la mixité d’usage des sols.
Nouvel élément à prendre en compte : les impacts du changement climatique : « En ce qui
concerne les impacts sur la santé, une augmentation des décès, en surnombre l’été durant les jours
les plus chauds, est à craindre. Une diminution de ceux liés aux grands froids en hiver devrait en
même temps se produire. Les fortes chaleurs exigeront une surveillance accrue des personnes
âgées, des fins de grossesse ou de la sécurité alimentaire et de la chaîne du froid. Les allergies aux
pollens suivront sans doute la remontée vers le nord de certaines plantes ». D’après L’Agenda santé - Lyon
métropole n°10 - juin 2008 / supplément.
Comment agir?
La prise en compte des aspects de santé environnement nécessite une union de compétence entre les
différents acteurs dont des acteurs Santé Environnement pour approcher la complexité de manière
transversale et intégrée.
Différentes entrées permettent d’intégrer la santé environnementale.
L’implantation des bâtiments suppose une cartographie des sources de pollutions, afin d’éviter
d’implanter des équipements destinés aux personnes fragiles (crèches, écoles ou maison de retraites)
dans les zones polluées.
Des aménagements pour l’accueil de la biodiversité et pour capter la pollution. La fonction
des végétaux ne doit pas être uniquement décorative. Il est possible de leur attribuer diverses
fonctions : filtre à pollution, brise-vent protecteur de lieu de vie, rétention de sol, accueil de faune
sauvage (abeilles, oiseaux, auxiliaires des cultures...). Ces aménagements, ne doivent pas impliquer
l’usage de produits phytosanitaires lors de la gestion ultérieure.
Pour rafraîchir la ville, la présence de végétation, d’espaces verts et pourquoi pas de forêts
urbaines semble incontournable. Jardins, paysages, patrimoines, qualité de l’air, modes de vie…
peuvent être valorisés, créer un équilibre avec la ville compacte, et rendre un certain nombre de
« services urbains » à l’échelle de l’agglomération.
La préservation de zones « vertes » ou à vocation agricole dans les documents d’urbanisme (trame,
Périmètres de Protection des Espaces Agricoles et Naturels Périurbains...)
65
La déclinaison de la trame verte et bleue dans les documents d’urbanisme et de planification peut
s’appliquer à :
- la végétation des bords de routes, lien indispensable entre des milieux naturels morcelés. Elle
recrée un réseau facilitant la migration ou le déplacement d’espèces animales et végétales : cet
«effet corridor» peut avoir des bénéfices majeurs pour tous, dont la biodiversité, la qualité de l’air,
l’investissement local et, ultimement l’intérêt des gens pour vivre dans un quartier verdoyant
- la mixité d’usage des sols vise à reconstituer une offre maraîchère aux portes de la ville (valorisation
des espaces naturels et réduction des temps de transports, donc les émissions de gaz à effet de serre
- la perméabilité des sols (filtration naturelle de l’eau et rétention)...
La proximité des commerces, des arrêts de bus, des aires de jeux, d’un parcours santé, d’un parcours
Pédibus ou d’une piste cyclable pour aller à l’école à pied peuvent également agir en faveur de la santé
physique. Les avantages de la bicyclette sont connus : exercice physique et rapidité en font un moyen
de transport idéal en ville. Le développement des pistes cyclables et l’installation des V3, vélos en libre
service sur la CUB, ont déjà convaincu.
La création d’espaces verts, voire de forêts urbaines, participe à réduire la température de l’air extérieur
Ce qu’en dit
le PNSE
Le PNSE 2 aborde notamment deux éléments qui participent à la qualité de vie en ville : le bruit et les
transports. Trois actions se rapportent à la diminution de l’impact du bruit :
- Intégrer la lutte contre le bruit dans une approche globale (qualité acoustique des bâtiments,
concentrer les moyens d’intervention sur des zones homogènes type OPAH) ...
- Renforcer la police du bruit, notamment la formation des agents des collectivités à la lutte contre les
bruits de voisinage.
- Se doter d’outils permettant d’appréhender l’impact sanitaire du bruit notamment dans les
agglomérations, selon les initiatives locales et d’après un cahier des charges des observatoires.
Quatre actions se rapportent au lien santé - transport :
- Prendre en compte l’impact des différents modes de transport sur la santé.
- Favoriser les transports actifs et les mobilités douces.
- Réduire les nuisances liées au bruit généré par les transports.
- Améliorer la santé et le confort des usagers et des travailleurs des transports.
Dans les travaux concertés d’élaboration du Plan Régional Santé Environnement, les pistes de travail
évoquées collectivement ont notamment concerné l’observation de la pollution due aux transports,
l’encouragement des enfants à se rendre à l’école en mode doux, le recensement et la promotion des
Plans de Déplacements d’Entreprises.
66
Témoignages
La Communauté Urbaine du Grand Lyon : Le programme AMICA
Ce programme vise à identifier de « bonnes » mesures d’adaptation, qui combineront baisse des
émissions et baisse de la vulnérabilité locale. Il permettra donc de renforcer le volet adaptation du
plan climat du Grand Lyon. L’objectif central est de mettre au point une politique locale qui réponde
au changement climatique de manière intégrée, en alliant des mesures de court et de long terme, de
précaution et de réponse aux impacts, et créant le cadre d’un développement local durable dans le
temps.
On peut déjà mentionner par exemple des mesures comme les toitures végétalisées, qui peuvent à la
fois renforcer l’isolation, donc baisser les émissions de CO2, mais aussi limiter la surchauffe des toits,
par évaporation des végétaux, et écrêter les orages en retenant l’eau de pluie sur
les toitures ; d’autres mesures existent, comme un rafraîchissement des bâtiments
sans climatisation, une protection solaire par des stores et casquettes extérieures,
un urbanisme pensé pour limiter les déplacements et qui réduit donc à la fois
émissions de CO2 des voitures et pics d’ozone, etc ...
http://www.millenaire3.com/uploads/tx_ressm3/agenda_sante_10.pdf
Le levier du foncier en Gironde
Dans le cadre de l’acte 2 de l’Agenda 21 de la Gironde, le Conseil Général souhaite impulser et
accompagner la création d’outils tels que l’Observatoire du Foncier, l’Etablissement Public Foncier
Local et les Périmètres de Protection des Espaces Agricoles et Naturels Périurbains (PPEANP)
permettant une mutualisation des moyens des collectivités girondines dédiées aux actions foncières
et à la faisabilité opérationnelle de leurs politiques publiques.
Le « PPEANP » est un outil de protection des terrains naturels et agricoles périurbains « sous tension ».
Des secteurs à enjeux ont été identifiés à partir d’une étude confiée à l’Agence d’Urbanisme sous
maîtrise d’ouvrage départementale, pour à terme, définir des périmètres d’intervention après avis des
collectivités concernées et de la Chambre d’Agriculture puis élaborer des programmes de protection
et de valorisation de ces espaces.
Ces programmes d’action permettent de préserver des espaces à fort potentiel agro-environnemental
menacés par l’urbanisation, telles que les zones d’appellation viticole, les zones maraîchères, fruitières
et d’élevage situées en milieu périurbain. Un des moyens d’action peut être l’acquisition de terrains
par voie de préemption. Le Conseil Général entend pérenniser voire implanter des activités agricoles
dans ces secteurs sensibles en facilitant l’accès au foncier des exploitants et des porteurs de projet.
Il les incite à concrétiser leurs initiatives au travers de sa politique agricole et forestière,
notamment en privilégiant les pratiques durables, le développement de l’agriculture
biologique et toutes les formes de commercialisation en circuits courts.
En s’appuyant sur ces outils, le CG 33 apporte conseils et expertise foncière aux territoires
infra-départementaux pour les accompagner dans la mise en œuvre de leurs projets
d’aménagement et de développement.
0IJSRGMIVEYWIVZMGI
H«YRHqZIPSTTIQIRX
WSPMHEMVI
)RWIQFPIQIXXSRWIR¥YZVIYRI
TSPMXMUYIH«EQqREKIQIRXHYVEFPI
HYXIVVMXSMVI
Téléchargeable sur : http://www.cg33.fr/cg33/
upload/docs/application/pdf/2010-03/plaquette.pdf
67
3. 7. Alimentation
Contexte
« L’alimentation est notre premier médicament ». La campagne nationale du Plan National Nutrition
Santé (PNNS) recommande de « manger 5 fruits et légumes par jour ». Un objectif de 20 % de produits
biologiques, à l’horizon 2012, dans la restauration collective publique y compris les cantines scolaires, a
même été fixé (circulaire du 2 Mai 2008 relative à l’exemplarité de l’Etat en matière d’utilisation de produits
issus de l’agriculture biologique dans la restauration collective – Grenelle de l’environnement). La part de
la surface agricole consacrée à l’agriculture biologique doit atteindre 20 % d’ici 2020.
Le Plan Cancer, aussi, vise à promouvoir des actions de prévention sur les liens entre l’alimentation,
l’activité physique et les cancers (mesure 11) : « Le rôle des facteurs nutritionnels comme facteurs de
protection ou de risque des cancers est de mieux en mieux connu comme l’atteste la publication du
dernier rapport du WCRF/AICR « Food, Nutrition, Physical Activity, and the Prevention of Cancer : a Global
Perspective » en novembre 2007. Ce dernier, considéré comme un document de référence internationale,
a ré-évalué les niveaux de preuve des relations entre la nutrition et le risque de cancers. Il montre ainsi que
certains facteurs comme l’activité physique, la consommation de fruits et légumes et l’allaitement peuvent
réduire le risque de cancers. D’autres, en revanche, peuvent augmenter le risque de leur apparition; c’est
le cas du surpoids et de l’obésité, des boissons alcoolisées, des viandes rouges, de la charcuterie ou encore du sel. »
Le saviezvous ?
Des actions sur l’alimentation peuvent avoir un effet indirect ou direct sur notre santé, mais pas que:
l’empreinte carbone des menus, la pêche des espèces de poisson menacés, les produits frais, les produits
moins raffinés, le jardinage ne sont que quelques exemples.
Les champs d’action sur la santé de l’écosystème et de l’homme dans ce domaine sont très divers et ne se
résument pas à l’introduction d’un alimentation biologique.
Zoom sur : le Plan National Nutrition et Santé
De nombreux experts et les pouvoirs publics ont mis en place depuis
2001, avec la participation de tous les ministères et institutions concernés,
le Programme National Nutrition-Santé (PNNS) dont le but est, grâce à
l’alimentation et l’activité physique, d’améliorer l’état de santé de la population
vivant en France. Dans le cadre du PNNS, la nutrition concerne aussi bien les
apports (l’alimentation) que les dépenses énergétiques (l’activité physique).
Afin de créer un environnement favorable à l’appropriation des
recommandations, les villes, communautés de villes et départements ont, en
tant qu’échelon de proximité, un rôle décisif dans la mise en place de cette
politique nutritionnelle : des légumes de la cantine scolaire à la baby gym de
la crèche en passant par les cours de cuisine à la PMI ou l’aménagement des
espaces verts en parcours sportifs, les villes proposent un cadre de vie qui va
exposer les individus et les familles aux recommandations de santé publique.
Pour aider les collectivités locales dans cette démarche, le PNNS a mis en place
un réseau des villes et départements actifs, qui leur permet de bénéficier des
outils et méthodes pour faire du PNNS un principe de vie citoyen.
De nombreuses collectivités ont mis en place des actions originales. N’hésitez
pas à vous inspirer de cas concrets pour nourrir votre propre réflexion et bâtir
votre plan d’actions locales.
d’après www.mangerbouger.fr, le site de la nutrition santé et plaisir Toute l’information sur http://www.villeactivepnns.fr/
Programme
national
nutrition
santé
et municipalités
CHARTE
Villes
actives
du PNNS
La municipalité signataire adhère à la présente
charte et s’engage :
Article 1 >
à devenir un acteur actif du PNNS en mettant en œuvre,
promouvant et soutenant toute action qui contribue à l’atteinte
des objectifs du PNNS ;
Article 2 >
à mettre en œuvre, chaque année, au moins une action
Article 3 >
à veiller à ce que, pour toutes les actions mentionnées dans
l’article 2 et menées dans le cadre de la collectivité locale, soient
utilisées exclusivement les recommandations issues des référentiels
du PNNS ou des documents porteurs du logo du PNNS, à veiller
à ce que toute action nutritionnelle impliquant la collectivité n’aille
pas à l’encontre des repères de consommation du PNNS ;
Article 4 >
à nommer un référent « actions municipales du PNNS »
Article 5 >
à afficher le logo « Ville-active du Programme national
nutrition santé » de façon explicite sur les documents afférents
à cette action ;
issue de la liste proposée par le PNNS ou innovante et conforme
au PNNS ;
qui mentionnera et rendra compte, annuellement, à la Direction
régionale des affaires sanitaires et sociales, des actions mises
en place durant l’année et prévues pour l’année suivante ;
Article 6 > Le Programme national nutrition santé fournira, au niveau régional
ou national le cadre, les outils et les conseils utiles
à la mise en œuvre des actions.
Xavier Bertrand
Ministre de la Santé
et des Solidarités
68
Jacques Pélissard
Maire de la ville de :
Président de l’Association
des Maires de France
Comment
agir ?
Pour une cuisine gourmande axée vers la santé et le respect de l’environnement...
- Consommer davantage de fruits, de légumes, de grains entiers, de protéines végétales, avec plus de
noix, de graines, de légumineuses, de tofu pour les protéines végétales et moins de protéines animales et
de gras saturés
- Apprendre à reconnaître les labels fiables (labels de l’agriculture biologique, du commerce équitable,
d’une pêche durable ...)
- Offrir des menus adaptés à tous les enfants pour permettre à ceux souffrant d’allergies alimentaires
de profiter sans crainte du même service à coté de leurs copains. Cette action permet d’anticiper dès
aujourd’hui l’augmentation des allergies alimentaires parmi les enfants. Il s’agit d’éviter des substances
qui créent des désordres physiologiques dans notre corps. Ce sont les produits chimiques employés dans
l’agriculture ou des additifs alimentaires (colorants, conservateurs, etc.) ont des effets imparfaitement
maîtrisés.
- Limiter l’usage des plastiques alimentaires : certains plastiques contiennent du bisphénol A et/ou
des phtalates (un assouplissant), reconnus perturbateurs endocriniens. Ces molécules, non produites par
l’organisme, miment l’action d’hormones et peuvent entraîner divers troubles ou maladies : infertilité,
diabète, maladies cardiovasculaires, cancers et même certains troubles du comportement. Certains
biberons contenant du bisphénol A peuvent être utilisés sur la commune, il faut alors sensibiliser les employés de
la crèche, les assistantes maternelles et les parents sur ces risques
- Mettre en place des ateliers « cuisine » pour les enfants pour apprendre des habitudes alimentaires et
favoriser une alimentation respectueuse de la physiologie de l’organisme
- Penser aussi aux seniors pour qu’ils apprennent à adapter l’alimentation à leurs besoins spécifiques, et
aux familles en difficulté pour savoir comment manger sainement avec un budget limité
- Agir pour le climat, en réduisant l’empreinte carbone des menus de la cantine. Diminuer son empreinte
écologique, c’est aussi savoir manger des légumes au bon endroit et au bon moment : choisir des produits
de saison, frais et éviter des produits lointains au profit de ceux de proximité...
- Inciter à la production de fruits et légumes sur la commune, si possible des cultures biologiques, en
créant des jardins de quartiers et en incitant les agriculteurs biologiques ou des AMAPS à s’installer (lien
avec l’urbanisme).
Ce qu’en
dit le
PNSE
Le PNSE ne prévoit pas d’actions particulières sur l’alimentation, mais des actions auront un effet indirect
et amèneront à une alimentation moins contaminée par les produits chimiques, notamment par une
réduction des produits phytosanitaires. Il vise notamment à :
-Réduire les expositions responsables de pathologies à fort impact sur la santé y compris l’exposition à
travers l’alimentation
-Evaluer les contributions respectives des différentes voies d’exposition aux pesticides (air, eau de boisson,
aliments) par l’ORP.
Dans les travaux préparatoires au Plan Régional Santé Environnement, un groupe de travail dédié a
évoqué la présence de résidus de pesticides dans les aliments (fruits, légumes, vins), et les micro polluants
(poissons et PCB, Champignons et métaux lourds).
Témoignages
Cantine scolaire municipale engagée à Paillet
Le buffet de Mussonville – Table saine de Bègles (ADAPEI)
Nouvelles pratiques au collège de la Réole
http://www.civam.org/IMG/pdf/GUIDE_RC_BD_N2010_1.pdf
Une Cantine scolaire
municipale engagée
Fiche d’identité : Commune de Paillet ; 1100 habitants,
membre de la Communauté de Communes du Vallon de
l’Artolie en Agenda 21 depuis 2005
Contacts : Emmanuel Corcket ; Lucie Henriot (Agenda
21 CdC Vallon de l’Artolie) ; Mairie de Paillet : 7 place
Gambetta - 33550 PAILLET, 05 56 72 14 57
www.mairie-paillet.fr
Pourquoi
agir ?
Assurer aux élèves de l’école une alimentation saine et de qualité.
Contribuer à structurer une agriculture paysanne, de proximité,
respectueuse de l’environnement et des producteurs.
Comment
agir ?
- Introduire les produits alimentaires issus d’agriculture biologique et/ou
de producteurs locaux à haute qualité environnementale.
- Démarche progressive (ajout de 5% d’aliments biologiques et/ou locaux
par trimestre depuis début 2009), en associant les élèves, les cantinières
municipales et les enseignants avec le soutien des élus municipaux et des
parents d’élèves.
- Appui de l’AMAP de l’Artolie pour faire travailler des producteurs locaux.
Partenaires et prestataires
- Producteurs locaux de produits laitiers de chèvre, de légumes
biologiques.
- Boulangerie biologique.
- AMAP de l’Artolie, Association des Jardins de l’Artolie.
Résultats
obtenus
En mars 2010 : 20% d’aliments biologiques et/ou locaux : pain, produits laitiers, viande, céréales, œufs,
féculents...
- Approvisionnement parfois irrégulier du fait du manque de structuration et d’offre de la filière agricole
- Excellente adhésion des différents acteurs locaux
- Sensibilisation des enfants à l’agriculture biologique et paysanne
- Visite d’un producteur laitier caprin fournissant la classe de maternelle
- Coordination avec la cantine scolaire de Lestiac pour l’approvisionnement en pain au levain fabriqué à
partir de farines biologiques
- Repas 100% bio prévu pour fêter la première année de l’action
- Elargissement programmé au niveau d’autres communes de la Communauté de Communes du Vallon
de l’Artolie grâce à l’Agenda 21 communautaire.
Bilan financier
- En 2009, passage progressif à 5%, 10% puis 15% d’aliments biologiques et/ou locaux.
- Les achats alimentaires représentent 20% du coût total du budget communal de cantine environ.
- Le surcoût approximatif lié au passage au bio et/ou local est évalué à 20% du coût des aliments.
70
Nouvelles pratiques au service de restauration
du Collège de La Réole
Fiche d’identité : En 2008, l’établissement s’engage
dans une démarche citoyenne de progrès et met en place
des partenariats.
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : COLLEGE PAUL ESQUINANCE
Service gestion 33190 LA REOLE
Tél : 05 56 61 11 40 - http://cpelareole.free.fr/
Dans le cadre de l’Agenda 21 du collège, 3 axes sont choisis :
Axe 1 : favoriser la santé des élèves et des personnels en améliorant la qualité de l’air au collège ;
Axe 2 : encourager une alimentation équilibrée , «raccourcir » les circuits de distribution des denrées
alimentaires et améliorer la qualité de certains produits.
Axe 3 : participer au tri des déchets
Au service de restauration : introduction de légumes issus de l’agriculture biologique dans les entrées
(producteur local), d’œufs « bio », d’un yaourt « bio » par mois, de viande française trois fois sur quatre
en moyenne.
Avec les collégiens : deux actions en 2009
* opération petit déjeuner : Un petit déjeuner copieux très varié et équilibré a été offert à tous les
élèves de 6ème le mardi 17 mars à 8h30. Au menu : oeufs de caille – jambon blanc – tomates cerises
- fruits frais et fruits secs – compotes – céréales – salades de fruits – lait au chocolat – pains spéciaux –
beurre et confitures
* animation Cap Sciences : Un self
virtuel a été présenté par l’association
Cap Sciences de Bordeaux , à tous les
élèves de 5ème , les 17 et 20 mars 09 .
Chacun a dû composer un plateau repas
à partir de cartes « entrées, plats de
résistance, accompagnements, desserts
et boissons ». A la caisse, la lecture des
codes barres inscrits derrière les cartes
a permis de calculer, pour chacun,
l’équilibre nutritionnel de son plateau.
L’analyse des résultats s’est faite avec un
animateur, en lien avec le programme de
SVT étudié en classe.
D’après le site internet du collège :
http://cpelareole.free.fr/
Partenaires: Habitat Santé Environnement
Résultats
obtenus
Il n’est pas évident que les élèves soient sensibles à ces choix même s’ils en sont informés mais la
volonté est de servir des denrées alimentaires de meilleure qualité et de réduire les circuits de
distribution. Ces choix pour l’année 2009 ont impliqué
une dépense supplémentaire tout juste à la hauteur des
crédits ouverts. Les membres du conseil d’administration
informés de ces pratiques ont souhaité que ces actions
soient reconduites même si les crédits nécessaires devaient
être plus importants. Les différentes actions menées vont
être reconduites en 2010 et d’autres fournisseurs locaux
sont recherchés.
Bilan financier
Le coût du repas lors de l’introduction de l’un ou l’autre
de ces produits est supérieur au crédit moyen ouvert mais
la périodicité retenue permet de rester dans la limite du
crédit global disponible.
71
"LE BUFFET DE MUSSONVILLE TABLE SAINE"
Restaurant d’entreprise ouvert au public
Fiche identité: ESAT de Bègles, Parc de Musonville ; Structure
d’aide au travail ; Certifié ISO9001 depuis 2002 ; 7 ateliers : Restaurant
avec une caféteria ouverte au public, Espace Verts, Blanchisserie,
Propreté et nettoyage, Sous-traitance, Brin-D’Azur, Couture
Contacts : Isabelle Barde
98, rue Alexis Labro 33130 BÈGLES
Tél. 05 56 49 40 07
esat.begles@adapei33.com
Pourquoi
agir ?
Sensibiliser les moniteurs des ateliers et leurs équipes par le diagnostic de
l’atelier cuisine afin de :
- Améliorer les pratiques en interne en intégrant l’aspect développement
et santé durables dans chaque atelier
- Favoriser le changement de comportement des équipes
- Offrir aux convives une prestation de qualité, saine, les sensibiliser à
l’alimentation - santé.
- Offrir à la commune de Bègles une restauration saine.
Comment
agir ?
Le travail s’est organisé autour de l’alimentation durable à la cafétéria :
Equilibre alimentaire, produits locaux et frais, création d’un jardin de fraises
… Des sensibilisations et formations-actions sont mises en place au sein
de l’établissement depuis 2008 auprès des salariés, une communication au
sein du restaurant est affichée.
Résultats
obtenus
Un vif intérêt a été remarqué de la part des clients et des usagers du restaurant. Il reste encore à
sensibiliser les personnes sur un changement profond des habitudes alimentaires, avec des formations/
actions, des dégustations...
Témoignages
Isabelle Barde, Chef de projet restauration : « un grand chapitre est de penser à
nos achats … des achats raisonnés plus de produits bio, et des produits locaux … »
Marie-Pierre Nasse, Animatrice de formation : « On a planté des fraises avec
l’équipe de la STP et les jeunes, des plants de salades, de tomates et de poivrons à partir de graines
que nous avons mises à germer dans la serre. On n’utilise plus de produit chimique. On a demandé
au groupe de la STP qui partait faire de l’équitation de ramener du fumier, qui enrichit la terre... On va
réaliser de petites barquettes de fraises qui seront vendues au personnel
de l’ESAT. On a associé l’équipe de restauration qui trie les déchets de
légumes, les œufs et le marc de café dans une poubelle spéciale, que
va chercher l’équipe de la STP deux fois par semaine, pour alimenter le
compost. »
72
3. 8. Les Achats responsables
Contexte
Depuis 2004, le code des marchés publics autorise l’intégration de critères environnementaux. Depuis
2006, il intègre explicitement le développement durable. Les objectifs de développement durable
deviennent des éléments à prendre en compte autant dans la détermination des besoins à satisfaire
(art. 5) que dans les conditions d’exécution d’un marché (art. 14).
Un Plan national d’actions pour des achats publics durables a été adopté en mars 2007. Il donne des
éléments de connaissance, fixe des objectifs généraux et des objectifs sectoriels. Il couvre une période
de trois ans (2007-2009) et fera l’objet d’une révision au terme de cette période.
Dans le cadre du Grenelle Environnement, la circulaire du 3 décembre 2008 sur l’exemplarité de l’Etat au
regard du développement durable, instaure l’élaboration d’un Plan Administration Exemplaire basé sur
vingt actions communes dont une grande partie porte sur les achats durables.
Les achats publics durables connaissent actuellement une forte dynamique de développement.
L’impulsion est donnée, les outils mis à la disposition des acheteurs existent, les principaux sont
présentés ci-dessous. En se rapprochant notamment d’un réseau existant dans sa région ou à proximité,
un acheteur trouvera tous les éléments d’information nécessaires afin de démarrer la démarche, il
trouvera des contacts utiles et pourra bénéficier de l’expérience d’acheteurs expérimentés».
[ADEME, http://www.ademe.fr Rubrique collectivité / ecoresponsabilité / achats responsables ]
Le saviez-vous ?
Si tous les produits de consommation ont des impacts sur l’environnement, certains d’entre eux sont
plus respectueux de l’environnement tout en conservant leurs qualités. On appelle éco-produits ces
produits qui entraînent moins d’impacts, tout au long de leur cycle de vie (production, distribution,
utilisation, fin de vie) et conservent leurs performances lors de l’utilisation.
Pour identifier les éco-produits, il est possible de se référer aux écolabels officiels mis en place par les
pouvoirs publics. Ces écolabels garantissent à la fois la qualité d’usage du produit et ses caractéristiques
écologiques. En France, on trouve principalement le label NF Environnement et l’écolabel européen.
Les écolabels sont attribués à des produits suivant une approche multicritère (consommation de
matière première et d’énergie, production de déchets, émission dans l’eau et dans l’air) qui prend en
compte l’ensemble du cycle de vie du produit (depuis l’extraction des matières premières jusqu’à la fin
de vie du produit, en passant par son utilisation).
[ADEME, http://www.ademe.fr Rubrique collectivité / ecoresponsabilité / achats responsables ]
73
La prise en compte de l’environnement est :
-Multi-étapes : prise en compte de toutes les étapes du cycle de vie du produit (depuis l’extraction
des matières premières jusqu’à la fin de vie du produit, en passant par la fabrication, la distribution,
l’utilisation).
- et Multicritères : prise en compte de l’ensemble des impacts environnementaux générés (matières
premières, énergie, préservation de la biodiversité, pollution de l’eau, de l’air, des sols, déchets, bruit…).
Dans un marché public, il est possible de faire référence à un écolabel, à condition de ne pas l’exiger,
mais plutôt de se référer à ses caractéristiques techniques, dont environnementales.
Près de 50 produits et services sont couverts par l’écolabel et notamment :
- Ameublement (Mobilier de bureau, Mobilier d’éducation, Mobilier de collectivité)
- Bricolage (Revêtements sols durs ; Peintures et vernis d’intérieur ; Peintures et vernis d’extérieur ;
Peintures, vernis et produits connexes ; Colorants universels ; Colles pour revêtements de sol ; Profilés de
décoration et d’aménagement)
- Jardinage (Amendements pour sols, Milieux de culture, Composteurs individuels de jardin)
- Papeterie / Papier (Papier à copier et papier graphique ; Enveloppes et pochettes postales ; Cahiers ;
Carnets ; Copies ; Feuillets mobiles ; Blocs ; Agendas ; Colles de papeterie ; Instruments d’écriture)
- Produits d’entretien (Liquides vaisselle ; Détergents textiles ; Détergents pour lave vaisselle ; Nettoyants
universels et nettoyants pour sanitaires ; Produits de nettoyage)
- Produits d’hygiène (Savons, shampooings et après-shampooings)
- Produits à usage professionnel (Produits de signalisation horizontale ; Absorbants tous liquides
utilisables sur sols ; Blocs d’éclairage de sécurité)
Vie domestique (Ampoules électriques ; Papier hygiénique, papier cuisine et autres produits en papier ;
Absorbant à usage domestique ; Auxiliaires mécaniques de lavage ; Filtres à café ; Sacs sortie de caisse ;
Sacs poubelles ; Sacs pour la collecte et la précollecte de déchets ; Sacs cabas)
Quel rapport avec la Santé Environnementale ?
Les caractéristiques environnementales des produits écolabellisés prennent en compte la qualité
sanitaire et notamment sont exempts des composés chimiques nocifs.
Par exemple, le label NF Environnement pour les cahiers exige :
- la réduction de la consommation d’énergie et des émissions dans l’air et l’eau lors de la fabrication des
cahiers, des carnets, des blocs, des couvertures et des intercalaires
- la réduction des substances dangereuses utilisées pour les encres, les colles, les agents de nettoyage et
les solutions de mouillage lors de l’impression.
… évitant ainsi l’émanation de substances nocives dans l’air, dans la phase de production et d’utilisation
des cahiers.
Autre exemple, les critères environnementaux de l’écolabel européen pour les nettoyants universels et
nettoyants pour sanitaires visent en particulier :
- A limiter la quantité d’ingrédients nocifs, en réduisant la quantité de détergent utilisée et en réduisant
les déchets d’emballage,
- A limiter ou prévenir les risques pour la santé ou l’environnement liés à l’utilisation des substances
dangereuses,
- A promouvoir la
diffusion d’informations
qui permettront au
consommateur d’utiliser le
produit avec efficacité et
MINI-GUIDE
en réduisant au maximum
DES LABELS
son incidence sur
DE LA CONSOMMATION
RESPONSABLE
l’environnement.
www.mescoursespourlaplanete.com
74
Comment agir ? L’achat public responsable fait l’objet de nombreuses publications et de réseaux de collectivités.
En région Aquitaine, le Conseil Régional et l’ADEME animent le Réseau Aquitain des Achats
Responsables (RAA), qui apporte conseils techniques, recense et met à dispositions des acheteurs
de nombreux outils, notamment ceux élaborés par le Groupement Permanent d’Etudes des Marchés
Publics sur le Développement Durable (Ministère des finances).
Pour un achat public responsable, il convient avant tout de bien s’interroger sur les besoins
de la collectivité : faire un état des lieux des pratiques actuelles et une évaluation des besoins
réels. Il est aussi nécessaire de se renseigner sur l’état du marché avant toute action (existence
d’écolabels, exemple de marchés, vérifier l’état de la concurrence …), voire d’identifier la faisabilité
budgétaire avant le lancement de la consultation. L’élaboration du cahier des charges doit
permettre d’identifier des critères environnementaux et sanitaires (imposés ou recommandés) en
santé environnementale, d’élaborer une grille d’analyse des offres dans laquelle les critères santé
environnement sont apparents…
Des ressources sont disponibles dans la partie bibliographie de ce cahier.
Ce qu’en dit
le PNSE
Le PNSE 2 n’envisage pas directement les achats responsables, mais vise plutôt la réglementation de
l’usage de substances préoccupantes. Ainsi, certaines thématiques traitées aboutiront à l’évolution
des politiques d’achats, pour restreindre et limiter l’exposition à certaines substances (ex : COV,
aldéhydes...). L’étiquetage obligatoire des matériaux de construction et de décoration sur leur
contenu en Composés Organiques Volatils, permettra une information des acheteurs (action 7 et 8).
Le PNSE2 vise également la mise en place des mesures concernant la qualité de l’air et d’information
(actions 9 et 19), dans le but de former les acteurs et d’anticiper les risques (action 46). Ces actions
montrent l’importance de la contribution des achats publiques dans la prise en compte de la santé
environnementale : faire des choix éclairés, appliquer le principe de précaution ou encore anticiper
les futures réglementations.
Témoignages
Intégrer la santé environnementale au niveau des achats publics - Pays du Cœur Entre Deux Mers
Intégration des critères santé –environnement dans l’achat de produits d’entretien - Ville de Blanquefort
Zoom sur : La plate-forme électronique "Commande Publique et
développement durable"
Elle permet le recueil et la recherche de contacts et de documents :
- elle vise à faciliter le développement des achats publics durables.
- on peut y effectuer des recherches en fonction des types d’achats, de considérations
environnementales ou sociales, de types de documents ou de structures publiques à
l’origine de ces initiatives...
- on y trouve des guides, des éléments réglementaires et des dossiers de consultation
(exemple de cahier des charges, de cahier des clauses particulières, règlement de
consultation …).
Certaines fonctions sont réservées aux
acheteurs publics inscrits. L’inscription
prend 2 minutes …
http://www.achatsresponsables-bdd.
75
Intégrer la santé environnementale
dans les achats publics
Fiche d’identité : 7 Communautés de Communes ; 71
communes ; près de 86 000 habitants ; 533 km2 ; densité :
161 habitants au km (Gironde 136 hab / km)
Pourquoi
agir ?
Comment
agir ?
Contacts : Olivier Châtain, Chargé de mission
Développement Durable - 05-56-23-95-17 ;
ochatain@coeurentre2mers.com
http://www.coeurentre2mers.com/
L’objectif est de former un réseau d’échange d’expériences et de compétences au sein des élus du Pays,
pour faciliter l’identification des produits, des labels, accompagner à la rédaction du cahier des charges
et grouper les commandes pour faire baisser les coûts des fournitures.
Dans un premier temps, un groupement de commandes pourrait être créé à la rentrée 2010, avec
les communes volontaires du Pays, pour fournir aux écoles qui le souhaitent une gamme de matériel
scolaire « de rentrée » respectueux de la santé et de l’environnement.
L’opération s’accompagnera d’une campagne de sensibilisation en milieu scolaire (modalités à
déterminer).
Un groupe de travail composé d’élus a démarré en octobre et suscite une grande réactivité de la part
de ses membres.
Nov-Déc 2009 : Partage d’expériences des membres du groupe, recherche d’expériences extérieures.
Janv-Fev 2010 : formation des élus sur l’achat responsable (les labels, les produits, le CMP).
Mars-Avril 2010 : appel à participation auprès des mairies et écoles du Pays.
En janvier 2010, le projet est retenu à l’appel à projet du Réseau Aquitain des Achats responsables
(ADEME – Région Aquitaine) et bénéficiera d’un appui juridique pour le passage à l’acte.
Partenaires :
Syndicat mixte du Pays Cœur Entre 2 Mers ; Collectivités volontaires du Pays (10 membres du groupe
de travail pour le moment) ; Réseau Aquitain des Achats Responsables
Résultats
obtenus
Les indicateurs d’évaluation envisagés (en construction) :
- nombre de collectivités et d’écoles impliquées dans le projet ;
- nombre de lots et de références produits commandés ;
- nombre d’élèves bénéficiaires.
www.achatsresponsables.com/aquitaine
Lettre n°11 Mars/Avr. 2010
« Changeons nos comportements » ! Le thème retenu pour la semaine du développement durable (du 1 er
au 07 avril 2010) souligne les pouvoirs et responsabilités des individus et organisations publiques/privées
dans les processus de réponse aux enjeux sociaux et environnementaux actuels. Sur ces questions, les
DFKDWVVHVRQWLPSRVpVFRPPHXQOHYLHUG·DFWLRQHIILFDFH ! A ce titre, la table ronde du 23 mars dernier
eQ PDUJH GH O·H[SRVLWLRQ © &RQVRP·$WWLWXGH ª GH &DS· Sciences-Bordeaux, D pWp O·RFFDVLRQ SRXU Ges
membres du RAA de partager leurs expériences et rappeler le rôle clé des acheteurs publics !
VIE DU RESEAU AQUITAIN
BREVE
8ème journée régionale du RAA OHVJURXSHPHQWVGHFRPPDQGHjO¶KRQQHXU !
Le 08 juin 2010 se dérouleront à Bordeaux les 8ème rencontres du RAA sur le thème « groupements de commandes et
mutualisation des achats : YHFWHXUV GH SROLWLTXHV G·DFKDWV SXEOLFV UHVSRQVDEOHV » ? La rationalisation des moyens
met les groupements de commandes sur le devant de la scène et offre O·RFFDVLRQGH FDUWRJUDSKLHU VHVDFKDts ou de
recenser précisément ses besoins. AXWDQW G·RSSRUWXQLWpV propices à la réalisation G·Dchats plus responsables ! Avec
pour REMHFWLI G·HQULFKLU FHV UHQFRQWUHV SDU GHV UHWRXUV G·H[SpULHQFHV QRXV VRPPHV HQ UHFKHUFKH GH WpPRLQV TXL
souhaiteUDLHQWV·LQYHVWLU« Merci de nous contacter ! contact-raa@achatsresponsables-aquitaine.fr
Commencez à échanger via le forum en ligne à votre disposition sur http://info.marchespublics-aquitaine.org
ForPXODLUHVG·LQVFULSWLRQet programme bientôt en ligne sur : www.achatsresponsables.com/aquitaine >>
BREVE
Appel à projets 2009/10 du RAA O¶DFFRPSDJQHPHQWFRPPHQFH !
Motivées par les leçons tirées du 1er appel à projet du RAA (2006), une journée « interstructures » GHODQFHPHQWV·HVWWHQXHOHMDQYLHUDILQGHUHJURXSHU les acteurs retenus pour
O·« accompagnement méthodologiqXH j OD PLVH HQ SODFH G·XQH SROLWLTXH G·DFKDWV
responsables ». $ SUpVHQW GpPDUUH OD SKDVH G·DFFRPSDJQHPHQW TXL V·pWHQGUD MXVTX·j ILQ
DYDQWXQSDUWDJHGHVUpVXOWDWVDYHFO·HQVHPEOHGHVPHPEUHVGXUpVHDXFRXUDQW«
76
Marché écoresponsable de produits
d’entretien ménagers à Blanquefort
Fiche d’identité : 15.000 habitants Agenda 21
depuis 2007.
Contact : Virginie LANNES, chargée de mission développement durable et citoyenneté - 05 56 95 57 86
Mairie - BP 20117 – 33294 Blanquefort
virginie.lannes@ville-blanquefort.fr
www.ville-blanquefort.fr
Blog Agenda 21 : http://infos.blanquefort.net/blog/
Pourquoi
agir ?
Le marché de produits d’entretien ménager de la commune arrivant à son terme, le service entretien
ménager et restauration a souhaité y intégrer des critères de développement durable afin d’être en
cohérence avec l’Agenda 21 municipal. La motivation était également liée à la santé des agents du
service et à celle des utilisateurs des bâtiments entretenus.
Comment
agir ?
La mission Agenda 21 a accompagné le service entretien ménager dans son projet. Elle l’a mis en
relation avec l’association HSEN qui, grâce à un contrat de prestation, a pu aider le service à monter son
cahier des charges et tous les documents administratifs nécessaires au lancement du marché (étape
finalisée en septembre 2009) : achat de microfibres pour diminuer l’utilisation de produits, achat de
produits écolabellisés pour remplacer certains produits plus traditionnels, etc.
Partenaires et prestataires : HSEN
Liens avec
autres actions
de DD
Résultats
obtenus
Information des utilisateurs des bureaux, crèches, écoles, etc. aux nouvelles pratiques d’entretien et à
leur objectif de préservation de la santé et incitation à faire de même à la maison.
Lien avec la constitution d’un réseau d’éco-ambassadeurs (agents municipaux volontaires pour réfléchir
à l’éco-exemplarité de la mairie en matière de transports, de consommation de papier, de déchets,
etc) : le service entretien ménager dispose par exemple de 5 éco-ambassadeurs motivés et formés au
développement durable dans toutes ses dimensions.
Le marché n’a pas encore été lancé à ce jour. En effet, l’estimation réalisée par le service du montant
du marché, suite à l’intégration de critères éco-responsables (microfibres en particulier), a dépassé le
budget prévisionnel.
Le non-aboutissement de la démarche à ce jour s’explique principalement par le fait que la démarche
« logique » n’a pas été respectée : pour des raisons de délais, il a été décidé de remettre à plus tard
l’analyse des pratiques d’entretien actuelles. Ainsi, le marché a
été monté en fonction des quantités actuelles de produits utilisés
alors qu’une analyse préalable et un changement des pratiques
auraient pu aboutir à les réduire et ainsi compenser les surcoûts
liés à certains produits par des réductions de quantité.
Un autre élément à prendre en compte obligatoirement dans les
calculs tient également à l’achat de microfibres : la constitution
d’un stock grève le budget de départ alors qu’elles seront
utilisées, si de bonne qualité, pendant plusieurs années.
77
Annexes
Annexe 1. Tables des témoignages
Annexe 2. Ressources pour en savoir davantage
Annexe 3. Contexte législatif et réglementaire
Annexe 4. Présentation de l’Association HSEN
Annexe 5. Planète 21 - Spécial nettoyage écologique - newsletter de l’Agenda 21 de la Gironde - Janvier 2010
Annexe 6. Questionnaire d’évaluation du Cahier d’expérience : Dites
nous ce que vous en pensez ...
79
Acteurs
Thème
Titre de l’action
Page
Barsac
Entretien des espaces publics
Ville en pleine santé
55
Bassens
Information du public
Démarche participative dans la gestion des risques
19 Bernos-Beaulac
Entretien des espaces scolaires
Amélioration des pratiques environnementales
63
Blanquefort
Entretien des espaces publics
Réduction du désherbage chimique des trottoirs
53 Blanquefort
Achats responsables
Intégration des critères santé –environnement
dans l’achat de produits d’entretien
77 Bordeaux
Intégration de la santé dans l’Agenda 21
La Santé environnementale dans l’Agenda 21
30
Cenon
Nettoyage des espaces intérieurs
Diagnostic partagé et plan de gestion
sur l’utilisation des produits chimiques
39 Haux
Entretien des espaces publics
50 % de réduction des herbicides
et protection des agent
54 Mérignac
Intégration de la santé dans l’Agenda 21
Elaboration du Plan Local de Santé
24 Mérignac
Qualité de l’air dans la construction
de bâtiments
Evaluer et assurer une bonne qualité de l’air intérieur dans
les bâtiments existants et en construction
34 Mérignac
Entretien des espaces verts
Eco-certification des principaux parcs
57 Paillet
Alimentation
Cantine scolaire municipale engagée
70 Pessac
Entretien des espaces verts
Objectif Zéro pesticide
62
Portets
Entretien des espaces publics
Ville en pleine santé
56 CDC de Captieux-Grignols
Rendre des Enfants - Acteurs
Les ALSH
47
CDC de Coutras
Intégration de la santé dans l’Agenda 21
Comment agir et pourquoi : Lancement de l’Agenda 21
29 CDC Estuaire
Information du public
Les Familles Pilotes
25
CdC de l’Estuaire
Qualité de l’air dans la construction
de bâtiments
Accompagnement à l’agrandissement
du Centre de Formation des Métiers
35 CDC de l’Estuaire
Nettoyage des espaces intérieurs
Nettoyage écologique des locaux des bâtiments publics
40 CDC du Canton de Villandraut
Information du public
Sensibilisation aux bonnes pratiques
des aides à domicile
27
CdC du Vallon d’Artolie
Qualité de l’air dans la construction
de bâtiments
Critères pour la construction du Pôle Petite Enfance
36
Pays du Cœur Entre Deux Mers
Achats responsables
Intégration de la santé environnementale
dans les achats publics
76 PNR et Pays des Landes de G.
Information du public
Formations des prestataires de gîtes
28 C. Urbaine du Grand Lyon
Urbanisme/Aménagement
Le programme AMICA
67 Conseil Général de la Gironde
Information du public
Informer et mobiliser des agents
18 Conseil Général de la Gironde
Nettoyage des espaces intérieurs
Nettoyage écologique et formation des agents
41 Conseil Général de la Gironde
Nettoyage des espaces intérieurs
La Santé Environnementale dans les collèges
42 Conseil Général de la Gironde
Rendre des Enfants - Acteurs
Le Cartable Sain avec la Commission DD du CG jeunes
49
Conseil Général de la Gironde
Entretien des espaces verts
Gestion différenciée des abords de la voirie
60 Conseil Général de la Gironde
Urbanisme/Aménagement
Le levier du foncier en Gironde
67 ESAT de Bègles ADAPEI
Nettoyage des espaces intérieurs
Prestations de nettoyage saines et écologiques
43 ESAT de Bègles ADAPEI
Entretien des espaces verts
Prestations de gestion différenciée des espaces verts
59
ESAT de Bègles ADAPEI
Alimentation
Le buffet de Mussonville – Table saine
72 Asso Française des Designers
Information du public
Sensibiliser et mobiliser le designers
21
Rotary Club de Gradignan
Information du public
Mobiliser autour du DD et de la santé
22 Union Régionale des Médecins
Libéraux d’Aquitaine
Information du public
Conférence et outil multimédia
23 Annexe 2. Ressources pour en savoir davantage
Réglementation et plans d’actions
Le code de la santé publique - http://www.legifrance.gouv.fr/
Loi sur l’air et l’utilisation rationelle de l’énergie - http://www.drire.gouv.fr/national/environnement/loi-air.html
Loi relative à la lutte contre le bruit - http://legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000179257
La loi Solidarité et Renouvellement Urbains - SRU http://www.urbanisme.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_
rubrique=98
Le Grenelle de l’environnement - http://www.legrenelle-environnement.gouv.fr/
Plan National Nutrition et Santé - PNNS - http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/programme-national-nutrition-sante-2006-2010.
html
Plan National Santé Environnement – PNSE2 http://www.ecologie.gouv.fr/DEUXIEME-PLAN-NATIONAL-SANTE.html
Les douze mesures phares du PNSE 2 - http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-12-mesures-phares-du-PNSE2.html
Plan Régional Santé Environnement – PRSE - http://prse.aquitaine.free.fr/
Plan Santé au travail - PST1: http://www.environnement.gouv.fr/IMG/pdf/le_plan_national_sante_au_travail_cle05c7a7.pdf
PST2 : http://www.travail-solidarite.gouv.fr/actualite-presse,42/dossiers-de-presse,46/plan-sante-au-travail-2010-2014,11031.html
Plan Ecophyto 2018 - http://agriculture.gouv.fr/sections/magazine/focus/phyto-2018-plan-pour
Le Plan Cancer : Plan Cancer 2003-2007 http://www.sante.gouv.fr/htm/dossiers/cancer/index2.htm
Plan Cancer 2009-2013 http://www.sante-jeunesse-sports.gouv.fr/plan-cancer-2009-2013.html
Plan de protection de l’Atmosphère - PPA - http://www.drire.gouv.fr/national/environnement/ppa.html
Plan Régional pour la Qualité de l'Air en Aquitaine - PRQA - http://www.drire.gouv.fr/aquitaine/environnement/prqa/air_prqa.html
Plan de prévention du bruit - PPBE - http://www.ecologie.gouv.fr/Les-plans-de-prevention-du-bruit.html
Plan de Ville durable - http://www.urbanisme.developpement-durable.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=372
REACH - http://www.ecologie.gouv.fr/-REACH-.html
Les Agendas 21 locaux
Conseil Général de la Gironde : http://www.cg33.fr/cg33/jcms/c_10023/l-agenda-21-de-la-gironde
Ministère de l’Ecologie, de l’energie, du développement durable et de la Pèche - http://www.ecologie.gouv.fr/-Agendas-21-locaux-.html
Comité 21 - Les Agendas 21 en France : http://www.agenda21france.org/
Oganisations nationales et internationales
Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail - AFSSET - http://www.afsset.fr
Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie - ADEME - http://www2.ademe.fr
Agence nationale de l’habitat - ANAH - Lutte contre l’habitat indigne : http://www.anah.fr/lanah/les-missions/habitat-indigne/
Centre d’information et de documentation sur le bruit - CIDB - http://www.bruit.fr
Association Santé - Environnement - France - http://www.asef-asso.fr/
Associations Santé - Environnement - Belgique - http://www.sante-environnement.be/
Centre Scientifique et Technique du bâtiment - http://www.cstb.fr/
Fédération des associations agréées de Surveillance de la Qualité de l’air - http://www.atmo-france.org/fr/
Institut national de prévention et d’éducation pour la santé - http://www.inpes.sante.fr/
Institut national de recherche et de sécurité pour la protection des accidents du travail et des maladies professionnelles - INRS
http://www.inrs.fr
Institut de veille sanitaire - InVS - http://www.invs.sante.fr/
Institut National de l’Environnement Industriel et des Risques - INERIS - http://www.ineris.fr/
Ministère de la Santé - http://www.sante-sports.gouv.fr/
Ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer - http://www.developpement-durable.gouv.fr/
Observatoire de la qualité de l’air intérieur - OQAI - http://www.air-interieur.org/oqai.aspx
Observatoire des pesticides - http://www.observatoire-pesticides.gouv.fr/
Organisation mondiale pour la santé - OMS - http://www.who.int/fr/
Substitution CMR - http://www.substitution-cmr.fr/
Portail Santé - Environnement - travail - http://www.sante-environnement-travail.fr/
Pôle national de lutte contre l’habitat indigne - Meeddad - http://www.habitatindigne.logement.gouv.fr/
Organismes régionaux et départementaux
Directions régionale et départementale des affaires sanitaires et sociales - DRASS DDASS - http://aquitaine.sante.gouv.fr
Les Directions Régionales de l’industrie, de la Recherche et de l’environnement - DRIRE - http://www.drire.gouv.fr/
Plan de déplacement urbain de la CUB - http://www.lacub.com/projets/03_pdu.shtm
Conseil Général de la Gironde - CDA21 - http://www.gironde.fr/cg33/jcms/c_10023/l-agenda-21-de-la-gironde
Conseil Régional d’Aquitaine - http://aquitaine.fr/
Plan Climat Régional - http://aquitaine.fr/politiques-regionales/developpement-durable/plan-climat-aquitain.html
Réseau de Surveillance de la Qualité de l’Air en Aquitaine - Airaq - http://www.airaq.asso.fr/
Habitat Santé Environnement – HSEN, Association spécialisé en santé environnementale - http://www.hsen.org
Annexe 3. Contexte législatif et réglementaire
La prise en compte de la santé environnementale par les outils législatif et réglementaires n’est pas nouvelle,
mais ces outils sont actualisés et complémentés au fur et à mesure de l’évolution des connaissances scientifiques
et des moyens technologiques. Ces outils réglementaires reflètent notre état de connaissance de la santé
environnementale, mais il y a un délai avant la transposition des nouvelles connaissances dans les textes
réglementaires. Le principe de précaution s’applique spécialement dans ce cas. Comme par exemple, les valeurs
seuil réglementaires vis à vis de la qualité de l’air intérieur constitue actuellement un « vide réglementaire », mais ces
valeurs seuil sont en cours de définition et seront publiées prochainement.
Voici une liste non exhaustive de quelques textes réglementaires concernant la santé environnementale. Pour un
bon usage de ces textes, soyez conscient de leur utilité et leur limite et rappelez-vous que la responsabilisation de
l’individu est une clé du succès dans la mise en place des actions concrètes sur le terrain.
... Sur la santé
Code de la
santé publique
Livre III
Le livre III est consacré à la santé et l’environnement, qui précise notamment qu’un « plan national
de prévention des risques pour la santé liés à l’environnement est élaboré tous les cinq ans. Ce
plan prend notamment en compte les effets sur la santé des agents chimiques, biologiques et
physiques présents dans les différents milieux de vie, y compris le milieu de travail, ainsi que ceux des
événements météorologiques extrêmes ». Article L1311-6 Créé par Loi n°2004-806 du 9 août 2004
Loi
Grenelle 1
Plan
National Santé
Publique
Les Articles 19 à 39 sont relatifs à la Lutte contre les risques sanitaires liés à l’environnement : plan
national, surveillance épidémiologique en entreprise, protection de la qualité sanitaire des eaux
potables et lutte contre le saturnisme. Il annonce le Plan National Santé Environnement.
Plan National
Nutrition et
Santé – PNNS
La mise en place d’une politique nutritionnelle est une priorité de santé publique. Le rôle joué par la
nutrition comme facteur de protection ou de risque des pathologies les plus répandues en France est
de mieux en mieux compris, qu’il s’agisse du cancer, des maladies cardiovasculaires de l’obésité, de
l’ostéoporose ou du diabète . Même si la nutrition n’est pas le seul déterminant de ces pathologies, c’est
un facteur sur lequel il est possible d’intervenir, collectivement et individuellement. En 2009 le PNNS 2 a
été lancé pour 5 ans.
Titre III : prévention des risques pour l’environnement et la santé.
La loi Grenelle I a été votée cette année. Fruit d’une concertation élargie, elle décline la santé
environnementale en reprenant les propositions du groupe dédié « Instaurer un environnement
respectueux de la santé » ; plusieurs articles font référence à notre environnement chimique et au
principe de prévention. Extraits :
Article 29 : Principes: précaution, substitution, participation, pollueur-payeur, Élaboration d’un 2ième
plan santé environnement en 2008 de façon concertée pour la période 2009-2012 (…)
Article 30 : Renforcements des contrôles de l’État sur les utilisations des substances chimiques (...)
Article 31 (santé au travail): Renforcement du suivi de l’exposition professionnelle aux substances
préoccupantes (…)
Article 32 : Plan de réduction des particules, Air intérieur : étiquetage obligatoire des produits de
construction et de décoration et interdiction des substances classées CMR 1 et CMR 2 (cancérigènes,
mutagènes, reprotoxiques) (…)
Article 33 : Lutte contre pollutions sonores et lumineuses. Incitation à la mise en place d’observatoire du
bruit dans les grandes agglomérations, Résorption (…) des points noirs de bruits les plus préoccupants
pour la santé (…)
Article 34 : L’utilisation des substances nanoparticulaires fera l’objet d’un débat public. Leur fabrication,
importation et mise sur le marché précédées d’une déclaration obligatoire préalable, Élaboration d’une
méthodologie d’évaluation de leurs risques et de leurs bénéfices. Amélioration de l’information des
salariés, Plan national d’adaptation au changement climatique (…)
Article 38 (déchets) : Objectif : réduire de 15% d’ici 2012 les déchets destinés à l’enfouissement ou à
l’incinération. Objectifs nationaux : Réduire la production d’ordures ménagères, Augmenter le taux de
recyclage matière et organique
Le Plan
Santé au travail
–PST2
Le deuxième Plan Santé au travail 2010-2014 à pour objectif de :
- diminuer les expositions aux risques d’accidents du travail et de maladies professionnelles
- développer une politique de prévention active des risques professionnels, comme les risques
chimique CMR (cancérogènes mutagènes reprotoxiques = exposition à des substances toxiques
entraînant un changement du génome et par conséquent des risques de cancers, ou ayant un
impact sur la fertilité et la reproduction), et neurotoxique, les troubles musculo-squelettiques et les
risques psychosociaux.
Le PST2 vise à instaurer une politique de prévention active avec une attention particulière
portée aux catégories de travailleurs les plus fragiles (jeunes, seniors, saisonniers…). Un volet
communication sensibilisation en fait partie également.
Le Plan Cancer
Le Plan Cancer Plan Cancer 2003-2007, fait référence à l’influence de l’environnement : « De très
nombreux cancers peuvent être évités en limitant les agressions contre nos organismes. Celles-ci
sont la conséquence de nos comportements : fumer, boire à l’excès, exposer un jeune enfant au
soleil sans protection, ne pas manger assez de fruits et légumes. Elles résultent également de notre
environnement : subir le tabagisme passif, côtoyer des matières cancérigènes dans son travail,
respirer un air pollué par des agents potentiellement cancérigènes… »
Le Plan Cancer prévoit de renforcer la lutte contre les cancers professionnels et environnementaux
(mesures 13 à 14) et de promouvoir des attitudes favorables à la santé (mesure 15 à 20). Le plan vise
également à améliorer le dispositif de connaissance des effets cancérigènes des agents polluants
présents dans l’environnement.
Le Plan Cancer 2009-2013, vise à caractériser des facteurs individuels, comportementaux et
les risques environnementaux (mesure 3). Il vise à prévenir le risque cancérogène en milieu
professionnel (mesure 12) et à contribuer à rendre l’environnement favorable à l’adoption et
au maintien d’une activité physique régulière, d’une alimentation saine pour tous les publics et
particulièrement les personnes atteintes de cancer ou à risque (mesure 11).
Le Plan
National Santé
Environnement 2
(PNSE)
Il définit les priorités d’action pour réduire l’impact sanitaire de l’environnement. Il s’articule avec les
autres plans de santé publique et ceux qui sont destinés à protéger l’environnement, en s’intéressant
prioritairement à ses répercussions sur l’homme.
Le PNSE 2 2009-2013 porte sur les inégalités environnementales. Il propose un axe fort à travers la
réduction des inégalités environnementales liées aux personnes (ages, sexes, héritage génétique,
sociologie), aux situations de surexpositions et de multi-expositions, à l’exposition précoce des
enfants, in utero et dans les premiers âges de la vie.
Le PNSE 2. comporte douze mesures phares :
1. Réduire de 30% les concentrations dans l’air ambiant en particules fines d’ici 2015 et les émissions
dans l’air et dans l’eau de 6 substances toxiques d’ici 2013
2. Mettre en place un étiquetage sanitaire des produits de construction, de décoration ainsi que des
produits les plus émetteurs de substances dans l’air intérieur des bâtiments, et rendre obligatoire
l’utilisation des produits et matériaux les moins émissifs dans les écoles et crèches ;
3. Favoriser les mobilités douces pour diminuer à la fois l’impact environnemental des transports et
développer l’activité physique, qui est un élément essentiel en matière de santé ;
4. Assurer la protection des aires d’alimentation des 500 captages d’eau les plus menacés ;
5. Améliorer la connaissance et réduire les risques liés aux rejets de médicaments dans
l’environnement, en engageant dès le mois de juillet 2009 les travaux en vue de l’élaboration d’un
plan d’action national, en installant le comité de suivi et de pilotage de ce plan ;
6. Mettre en place dès 2010 un programme de biosurveillance sanitaire de la population ;
7. Expérimenter un dispositif de traçabilité des expositions professionnelles dans 4 régions ;
8. Renforcer le contrôle des substances, préparation et articles mis sur le marché en France,
notamment sur les produits destinés aux enfants ;
9. Réduire l’exposition aux substances préoccupantes dans l’habitat et les bâtiments accueillant des
enfants : une expérimentation de surveillance de la qualité de l’air dans 300 crèches et écoles (20092011)
10. Développer des conseillers « Habitat santé », pouvant se rendre au domicile des personnes
11. Poursuivre le programme de lutte contre l’habitat indigne (obj 20 000 logements traités par an)
12. Identifier et gérer les « points noirs environnementaux » (zones susceptibles de présenter une
surexposition à des substances toxiques)
Assorti de mesures financières, le PNSE est décliné au niveau régional par le Plan Régional Santé
Environnement – PRSE. Elaboré en concertation avec les services de l’Etat ; les collectivités et les
acteurs professionnels concernés, le Plan Régional Santé Environnement devrait être publié mi-2010.
Plus d’info sur : http://prse.aquitaine.free.fr
... Sur la mise sur le marché et l’utilisation des substances chimiques
REACH
- Registration,
Evaluation,
Authorisation of
chemicals
Directives
communautaires
98/8/CE et
91/414
Les Biocides et la directive 98/8/CE concernent la mise sur le marché des pesticides à usage nonagricole, désinfectants, produits d’hygiène humaine et vétérinaire, eaux de boisson, les produits
de protection (du bois, des conteneurs, de fluides industriels…), les produits antiparasitaires
(rodenticides, insecticides ménagers, répulsifs…), les autres produits (protection des aliments,
antisalissures, fluides d’embaumement, lutte contre des vertébrés…). Les Pesticides et la Directive
91/414 concernent la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques et l ‘évaluation des
substances actives entrant dans la composition des pesticides.
Plan
Ecophyto 2018
« Le plan Ecophyto 2018, mis en place par le ministère de l’agriculture et de la pêche à la suite
du Grenelle de l’environnement et à la demande du Président de la République, vise à réduire de
50 % l’usage des produits phytosanitaires en agriculture, à l’horizon 2018, si possible. Il s’agit à la
fois de réduire l’usage de ces produits et de limiter l’impact de ceux qui resteront indispensables
pour protéger les cultures des parasites, des mauvaises herbes et des maladies ». Le plan Ecophyto
2018 prévoit également des actions spécifiques pour réduire et sécuriser l’usage des produits
phytosanitaires dans les espaces non-agricoles.
Ce programme européen a pour objet de renforcer les connaissances sur les effets éventuels des
substances chimiques sur la santé et l’environnement, et permettre une meilleure gestion des
risques liés à leur production et leur utilisation éventuelles.
« REACH est un règlement, et donc un texte qui s’applique de manière identique sans transposition
dans chaque état membre […]. REACH, adopté en 2006, permet de recenser les substances
chimiques produites ou importées et commercialisées en Europe. Et même s’il apparaît comme un
règlement complexe imposant des obligations aux industriels, il constitue un outil fondamental,
pour les industriels, les pouvoirs publics et la société civile, pour améliorer à long terme le bienêtre de la population en termes de santé et d’environnement. Les coûts de mise en oeuvre du
système par les entreprises apparaissent ainsi bien inférieurs aux bénéfices sanitaires attendus
de l’application du règlement. Les études d’impact réalisées par la Commission européenne
préalablement à l’adoption du règlement avaient ainsi estimé comme bénéfices à terme une
diminution de 2 000 à 4 000 décès par cancer par an, au niveau européen et une réduction des
dépenses de santé publique qui pourrait aller jusqu’à 50 milliards d’euros sur 30 ans ».
... Sur la mise sur l’air et le climat
Loi sur l’air
et l’utilisation
rationnelle de
l’énergie
Elle est codifiée dans le code de l’environnement, vise à rationaliser l’utilisation de l’énergie et à
définir une politique publique intégrant l’air en matière de développement urbain.
Il instaure « Le droit de respirer un air qui ne nuise pas à sa santé est reconnu à chacun ».
La loi rend obligatoire : la surveillance de la qualité de l’air assurée par l’Etat, la définition
d’objectifs de qualité, l’information du public. La loi sur l’air prescrit l’élaboration d’un Plan
Régional de la Qualité de l’Air (PRQA), qui prend en compte les domaines qualité de l’air, émissions
atmosphériques, santé, transport, environnement, des Plans de Protection de l’Atmosphère (PPA)
pour des agglomérations de plus de 250 000 habitants, d’un Plan de Déplacement Urbain (PDU)
pour les agglomérations de plus de 100.000 habitants.
Le Plan
Climat National
Le plan climat National publié en 2004, vise à répondre et à se préparer aux impacts de changement
climatique, qui posent des risques déjà perceptibles sur le patrimoine naturel et sur l’économie.
Il vise plus particulièrement à respecter les objectifs de réduction des Emissions de Gaz à effet de
Serre (GES) fixés dans le cadre du protocole de Kyoto.
Le plan Climat est décliné au niveau local par des plans d’actions territoriaux (plan climat régional,
départemental, communal) qui donnent les villes des moyens d’agir concrètement contre le
changement climatique sur leur territoire et a leur échelle. Dans la loi Grenelle 1, l’article précise que
l’’État incitera les communes de plus de 50 000 habitants à se doter d’un plan climat-énergie avant
2012, suscitera la définition dans chaque région d’un schéma régional des énergies renouvelables,
préparera un Plan national d’adaptation climatique pour les différents secteurs d’activité d’ici à
2011.
Les risques pour la santé liés au climat vont devenir un enjeu majeur dans les années à venir
: multiplication des événements extrêmes (période de grands froids, canicules), phénomène
météorologique extrème et risques naturels (orage, pluie, sécheresse), modification de la
végétation et arrivée d’une végétation «exogène » (augmentation du pollen, des spores),
détérioration de la qualité de l’air(ozone et poussière), contamination des aliments et de l’eau (suite
à des fortes pluies, changement des milieux marins), transmission des maladies infectieuses par des
insectes, tiques et animaux, appauvrissement de la couche d’ozone stratosphérique, adaptation de
l’habitat et matériaux de construction et d’isolation.
... Sur le bruit
La loi
bruit
La loi bruit, codifiée dans le code de la santé publique, dans le code de l’environnement, dans le code
civil, dans le code général des collectivités territoriales et dans le code pénal, vise à mettre en place
des mesures de prévention des émissions sonores.
Il réglemente certaines activités bruyantes, fixe des normes pour l’urbanisme et la construction
au voisinage des infrastructures de transports, instaure des mesures de protection des riverains
des aérodromes, simplifie la constatation des infractions, renforce les modalités de contrôle
et de surveillance ainsi que les sanctions judiciaires et administratives pour l’application de la
réglementation.
A l’échelle départementale on y trouve des pôles de compétence bruit, représenté par le Service
Santé Environnement de la DDASS.
La Directive
Européenne
2002/49/CE
La directive sur l’évaluation et la gestion du bruit dans l’environnement vient en complément
d’autres réglementations et dispositifs, et instaure la réalisation des cartes de bruits et des plans de
prévention de bruit pour les grandes agglomérations dans une première étape, et les plus petites
dans une seconde. Ils comprennent des actions de réduction de bruit (urbanisme, trafic, aéroport
…), mais aussi un volet communication et pédagogique vers le public et les scolaires.
La loi
Solidarité et
Renouvellement
Urbains (SRU)
La loi SRU donne des objectifs de réduction des nuisances sonores et de prévention des pollutions
de toute nature. Il constitue un outil pour les collectivités locales s’intégrant dans les projets
d’aménagement et de développement durable du P.L.U.
Lois et
règlements
concernant la
lutte contre
l’habitat indigne
Des disposition touchant l’habitat insalubre figurent dans de nombreuses lois qui touchent à des
domaines divers. La loi de MObilisation pour le Logement et la Lutte contre l’Exclusion, dite «loi
MOLLE», publiée au Journal Officiel du 27 mars 2009 est une des lois récentes qui contribuent plus
précisément à la lutte contre l’habitat indigne.
Plan ville durable
... Autres
Le plan ville durable lancé en 2008, a pour but de favoriser l’émergence d’une nouvelle façon de
concevoir, construire, faire évoluer et gérer la ville par la mise en valeur d’opérations exemplaires
d’aménagement, et en suscitant de nouvelles réalisationspar les collectivités et les acteurs de la
ville.
L’Association Habitat Santé Environnement (HSEN)
Habitat Santé Environnement (HSEN) mène des actions situées au carrefour des questions
sur la santé, l’environnement et le développement, soutenues par un réseau scientifique
pluridisciplinaire international et menées en Gironde par Dr Weissmann, docteur en
Phytopathologie, spécialisé en Environnement durable et Dr Farbos, docteur en Génétique et
Biologie moléculaire, spécialisé en Santé environnementale.
Les objectifs et les missions de Habitat Santé Environnement
Ayant pour but d’améliorer la qualité de l’environnement et des milieux de vie et la mise oeuvre du développement durable
des collectivités, les actions de Habitat Santé Environnement sont présentées à travers 4 objectifs :
- Inciter les collectivités territoriales à mettre en place une démarche Agenda 21 local et mener des programmes en lien
avec leurs propres engagements
- Eduquer les différents acteurs au développement durable (élus, responsables. agents, professionnels, habitants, écoliers....)
- Mettre en action des politiques durables (conseil et assistance aux collectivités et à ses partenaires)
- Montrer l’exemple auprès des habitants afin qu’ils deviennent des éco-citoyens
L’impulsion des élus est déterminante pour mettre en place ces démarches, mais ils ne peuvent rien faire si les habitants,
écoliers, citoyens et consommateurs restent absents de la prise de conscience de la nécessité et de la mise en oeuvre
concrète de ces démarches.
L’agenda 21 est beaucoup plus qu’un outil territorial, c’est un projet politique qui doit être partagé par tous les acteurs du
territoire. Ces acteurs doivent travailler sur la base d’un diagnostic partagé (sur quels territoires vivons-nous, quelles sont
ses contraintes, ses risques ?), sur la base de valeurs partagées (que nous voulons nous transmettre à nos enfants, quel
avenir voulons-nous construire ?) et sur la base de plans d’actions qui fixent les objectifs concrets (calendriers, moyens,
indicateurs d’évaluation).
Dans ce contexte, HSEN constitue :
- un outil d’aide à la décision des collectivités pour qu’ils fassent des choix raisonnés et mettent en oeuvre les actions
nécessaires à une meilleure gestion environnementale et à la préservation de la santé humaine.
- un centre d’informations et de formations pour le développement durable et la démonstration et l’application de
nouvelles solutions techniques,
- un lieu d’échange de réflexions et d’expériences internationales entre des scientifiques, des professionnels de la santé, des
professionnels de l’habitat et de l’environnement pour une union des compétences
- un relais des données scientifiques publiées au niveau international et des actions concrètes qui ont déjà fait leurs preuves
dans les pays pilotes
L’association constitue par conséquent pour les collectivités et les partenaires concernés, un véritable moteur d’une
politique environnementale et de développement durable d’un territoire.
Allemagne
Suède
Norvège
Réseau scientifique
international
Suisse
Canada
Ragnar Weissmann, expert suédois
Notre concept
Docteur en phytopathologie
spécialisé en écotoxicologie
et environnement durable
Une union de compétence :
Isabelle Farbos
Docteur en Génétique et
Biologie Moléculaire
Spécialisée en santé durable
Union de compétences
Une vision globale
Acteurs Espaces verts
Elus
Acteurs Habitat
Acteurs Tourisme
Il s’agit de créer un environnement
favorable aux échanges, où les
scientifiques et professionnels ne
sont plus isolés dans leur domaine :
une association pluridisciplinaire
avec un réseau scientifique
international qui permet de s’ouvrir
à d’autres idées et à de nouvelles
techniques.
Acteurs
Aménagement urbain
La mise en place d’une
démarche globale durable qui
vise notamment à sensibiliser
l’ensemble des différents acteurs
pour les réunir et les mobiliser
autour du même objectif.
Des actions concrètes
Donner aux collectivités, aux
professionnels ou aux particuliers
les moyens et les outils nécessaires
à une gestion durable de leurs
espaces grâce à des programmes
d’actions : ville, bâtiments,
construction et écoles «en pleine
santé».
Cahier d’expériences «Santé Environnement : Ce que peuvent faire les collectivités »
Annexe 6. Evaluation du cahier
Ce cahier, construit à partir de l’expérience des acteurs girondins, vise à donner envie et à faciliter
le passage à l’acte en faveur de la santé environnement dans le quotidien des collectivités.
Nous souhaitons aussi avoir votre retour, mieux savoir comment il a pu faciliter vos actions, vos
remarques et propositions...
Ce retour est indispensable pour faire évoluer cet outil et mieux l’adapter aux attentes.
Nom de la structure :
Nom du correspondant :
Coordonnées mail : et tél :
1/ Appréciation globale du Cahier Santé-Environnement
1.Tout à fait satisfait 2. Plutôt satisfait 3.Peu satisfait 4.Pas du tout satisfait
1 2 3 4 Commentaires
Organisation générale
Qualité du contenu
Volume
Convivialité
Réponses aux attentes
Equilibre entre apports théoriques et
pratiques
Clarté et accessibilité du contenu
Valorisation d’expériences
Contacts
Accessibilité (téléchargement)
Mode de diffusion (numérique)
2/ Le contenu du guide répond-il à vos attentes pour mettre en place votre projet?
1.Tout à fait satisfait 2. Plutôt satisfait 3.Peu satisfait 4.Pas du tout satisfait
Commentaires :
3/ Dans votre structure, avez-vous mis en place des actions « santé – environnement » ?
4/ Aviez-vous connaissance du Conseil départemental des Agenda 21 locaux en Gironde ?
5/ Aviez-vous connaissance du Plan Régional Santé Environnement ?
A renvoyer à la Mission Agenda 21 du Conseil Général 33 – Agenda21Gironde@cg33.fr – Fax : 05.56.99.67.91.
Conseil Départemental des Agenda 21 de Gironde
PANORAMA DES AGENDAS 21 EN GIRONDE
Collectivités dont l'Agenda 21 est reconnu
par le MEEDDM Agenda 21 local de france :
- Conseil Général de la Gironde
- Mérignac
- Pessac
- Pays Cœur Entre deux Mers
- Pays des Landes de Gascogne
- Communauté de communes de l'Estuaire
CDC DE L'ESTUAIRE - CANTON DE SAI NT-CIERS-SUR-GI RONDE
HOUR TIN
CDC DU CANTON DE BLAYE
PAYS
HAUTE GIRONDE
PAYS
MEDOC
CDC DU CANTON DE BO URG SUR G IRO NDE
CDC DU PAYS DE CO UTRAS.
CDC DU CUBZAG UAIS
PAR EMPU YR E
CDC DU CANTON DE F RONSAC
AMBAR ES-ET-LA GR AVE
SAINT-AUBIN -DE -MEDOC
PAYS
LIBOURNAIS
BLAN QUEFORT
LE TAIL LAN -MED OC
SAINT-MED ARD -EN- JALL ES
LE PORGE
MARTIGNAS -SUR -JAL LE
BASSEN S
CAR BON-BL AN C
PAYS
EYSINES
LORM ON T
LE HA IL LAN
LE BOUS CAT
COEUR-ENTREARTIGU ES-P RES- BORD EAUX
CEN ON
BORD EAUX
DEUX-MERS
MERIGN AC
FL OIR AC
BRAN NE
TALE NC E
PESSAC
CUB
BEGLES
VIL LE NAVE-D 'ORN ON
CDC DU CREONNAIS
CDC DU PAYS DE PELLEG RUE
PAYS
BASSIN D'ARCACHON
VAL DE L'EYRE
CDC DU VALLON DE L'ARTO LI E
CDC DU PAYS DE SAUVETERRE-DE-G UYENNE
CDC DE MONTESQ UIEU
GU JAN -MESTR AS
CDC DU REOLAI S
SALL ES
PAYS
LANDES DE GASCOGNE
BAZAS
CDC DU CANTON DE VILLANDRAUT
LEGENDE
Communes en Agenda 21
CDC DE CAPTIEUX - GRI GNO LS
Communautés de communes en Agenda 21
Pays / Communauté Urbaine de Bordeaux en Agenda 21
Agendas 21 scolaires (collèges, lycées, écoles) 2007 - 2008
Manifestations responsables 2008 - 2009
Trophées Agenda 21 2007 - 2008
0
3,75
7,5
15 Kilomètres
So urce : IGN Geo fl a - Bd Ca rto - CRIT
Réal isatio n : CG33A2 1-CRIT_acr_0 810 09
Contacts : Conseil Général de la Gironde - Mission Agenda 21
Esplanade Charles de Gaulle
33074 Bordeaux Cedex
http://www.gironde.fr/cg33/jcms/c_11817/le-reseau-des-agenda-21-girondins
Tel : 05-56-99-67-64
Mél : agenda21gironde@cg33.fr
Conseil Général de la Gironde, DGSD Mission Agenda 21
Imprimerie Départementale
Crédit photos : Habitat Santé Environnement, Alliance française des designers, Rotary club de Gradignan, URMLA, Mérignac, CdC Estuaire, CdC Villandraut, Pays des Landes de Gascogne, PNR des Landes de Gascogne, CdC du Pays de Coutras, Bordeaux, CdC Vallon de l’Artolie, Cenon, ESAT de Bègles, Université Michel de Montaigne, CdC
Captieux Grignols, Blanquefort, Haux, Barsac, Portets, Pessac, Bernos Beaulac, Paillet, Collège de la Réole, Pays Coeur entre deux mers, Conseil général de la Gironde)
Avril 2010
Le Centre d’impression départemental est titulaire de la Marque Imprim’vert
Ce document est imprimé sur du papier à base de fibres vierges issues de forêts labellisées FSC.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising