A la Recherche de l`identité perdue, à la lumière de La

A la Recherche de l`identité perdue, à la lumière de La
Adriana Iorgulescu
A la Recherche de l’identité perdue,
à la lumière de La Boutique obscure
de Georges Perec
Tome 1
2
2
2
Je souhaite tout d’abord exprimer ma plus profonde gratitude à
M. Pierre Masson, Professeur émérite à l’Université de Nantes, qui a
dirigé cette recherche de doctorat, pour ses conseils, sa patience, sa
disponibilité et ses encouragements, prodigués tout au long de ces sept
années de travail.
J’adresse mes remerciements aux membres du jury pour l’intérêt porté à
cette étude : M. Philippe Forest, Professeur à l’Université de Nantes,
M. Bruno Gelas, Professeur émérite à l’Université Lyon 2 et Mme Christelle
Reggiani, Professeur à l’Université Ch. De Gaulle – Lille 3.
Ma reconnaissance va de même à Mme Ela Bienenfeld et à sa nièce
pour m’avoir accordé l’accès à la consultation des manuscrits et des
microfilms de La Boutique obscure de Georges Perec et pour m’avoir
permis la reproduction de quelques paragraphes de ce matériel dans mon
étude.
Je remercie Mlle Marie Bonnot, la secrétaire de la Bibliothèque de
l’Arsenal, pour avoir mis à ma disposition nombre d’ouvrages sur Georges
Perec. Je désire remercier chaleureusement Mme Paulette Perec pour son
amabilité d’avoir répondu à mes différentes questions concernant la vie et
l’œuvre de son feu mari, Georges Perec.
Une pensée sincère va à Mme Yvonne Goga, professeur à l’Université
de Lettres Babes-Bolyai de Cluj-Napoca, pour avoir été la première à
m’ouvrir les portes du fantastique univers perecquien.
J’adresse un merci particulier à mes amies Linda Onu et Laura Hetel
pour leur relecture minutieuse du manuscrit, leurs conseils avisés, leur
soutien indéfectible et leur foi dans l’aboutissement de ce travail.
Ma vive reconnaissance va également à Patrice Armas et Bogdan
Alexandu Marinescu, qui ont contribué à cette recherche par leurs
informations et leurs conseils, mais aussi par leur soutien précieux et leur
confiance.
A tous ceux qui, de près ou de loin, ont suivi et accompagné cette thèse,
j’adresse mes plus sincères remerciements.
Enfin, je tiens à remercier tout particulièrement ma famille, en spécial
ma mère Doina, pour ses vifs encouragements, sa patience infinie et sa
présence heureuse dans ma vie, sans laquelle ce travail ne serait pas ce
qu’il est.
2
3
4
2
A ma mère et à la mémoire de ma grand-mère.
2
5
6
2
Abréviations
Œuvres de Georges Perec
2
B. O.
r. n°
CTC
=
=
=
EC
EE
JMS
JSN
PC
PTI
QPV
REI
RR
UCA
UHQD
VME
W
CGP
CR
=
=
=
=
=
=
=
=
=
=
=
=
=
=
=
DS
=
GP
GPVM
IR
ISR
IVR
MO
PDML
=
=
=
=
=
=
=
PGP
=
La Boutique obscure
rêve numéro
« Cher, très cher, admirable et charmant ami ».
Correspondance Georges Perec et Jacques Lederer
Entretiens et conférences
Espèces d’espaces
Je me souviens
Je suis né
Penser/ Classer
Petit traité invitant à la découverte de l’art subtil du go
Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour
Récits d’Ellis Island : Histoires d’errance et d’espoir
Romans et récits
Un cabinet d’amateur
Un homme qui dort
La Vie mode d’emploi
W ou le Souvenir d’enfance
Cahiers Georges Perec
Conter les rêves, La narration de l’expérience onirique
dans les œuvres de la modernité
Dictionnaire des symboles : Mythes, rêves, coutumes,
gestes, formes, figures, couleurs, nombres
Georges Perec
Georges Perec, Une vie dans les mots
L’Interprétation des rêves
Images et symboles du rêve
L’Incertitude qui vient des rêves
La Mémoire et l’oblique
Les Parties de domino chez Monsieur Lefèvre,
Perec avec Freud, Perec contre Freud
Portrait(s) Georges Perec
7
8
2
Introduction
Signe, symbole, imaginaire
Je n’ai pas de souvenirs d’enfance.
Georges Perec,
W ou le Souvenir d’enfance
L’interprétation des rêves est la voie royale qui
mène à la connaissance de l’inconscient de la vie
psychique.
Sigmund Freud,
L’Interprétation des rêves
I. Problématique
Dans l’article intitulé « Une difficulté de la psychanalyse »1 publié en
1917, Sigmund Freud remarque que l’homme, être narcissique par
définition, doit subir, au cours de son évolution, trois types d’humiliation :
cosmologique, biologique et psychologique. Il est confronté à la première
humiliation lors de la découverte de Copernic, lorsqu’il doit admettre que
la Terre n’est pas le centre de l’Univers. Il subit la deuxième blessure
narcissique lorsqu’il accepte, avec Darwin, que son ascendance n’est point
divine, mais animale. Enfin, il supporte une troisième humiliation lorsqu’il
doit reconnaître qu’il n’est même pas le maître de ses propres pensées et
qu’il y a une partie de son psychisme, appelée « l’inconscient », dont le
contenu et le fonctionnement lui échappent, inéluctablement.
1
Sigmund Freud, Une difficulté de la psychanalyse, 1917, republié in Essais de
psychanalyse appliquée, trad. Marie Bonaparte et E. Marty, Paris, Gallimard, 1933.
2
9
Même si la tâche d’explorer l’inconscient s’avère difficile, elle exerce
une fascination sur l’être humain qui, dans son processus évolutif, lui
accorde de plus en plus d’attention, ce qui lui permet une meilleure
connaissance et compréhension de soi-même et de ses actes. Le sujet de
notre recherche, Georges Perec, ressent, à son tour, cette fascination, qui se
manifeste à travers trois approches complémentaires : à travers ses séances
psychanalytiques, menées à trois périodes distinctes de sa vie ; à travers ses
créations littéraires, qui l’aident à sublimer sa douleur, ainsi qu’à sonder
plus profondément son « soi » ; et, enfin, à travers la transcription et la
publication de ses rêves dans La Boutique obscure1. Si la première
approche est de nature psychanalytique et la deuxième de nature littéraire,
nous saisissons dans la troisième sa nature duale, composée à la croisée des
deux premières approches.
La première assertion qui nous sert de pierre angulaire dans notre travail
appartient à Georges Perec : « Je n’ai pas de souvenirs d’enfance.2
« Comment expliquer cette amnésie infantile et surtout est-elle justifiée ?
Orphelin de père à l’âge de quatre ans et de mère à l’âge de six ans, Perec
est, en raison de ses origines juives, une des innombrables victimes du
régime nazi. En subissant dans son enfance les événements traumatiques
de la mort des parents et de la guerre, il en éradique ultérieurement le
souvenir. Cependant, cette omission défensive n’est qu’apparente : son
inconscient en garde, pourtant, les traces. Cette partie de son cerveau a
enregistré les épisodes de son enfance, période décisive dans la formation
de sa personnalité d’adulte. Par conséquent, afin de combler ce blanc de sa
vie, Perec descend aux tréfonds de son inconscient, en empruntant « la voie
royale » ouverte par ses rêves.
Le corpus principal de notre thèse est La Boutique obscure, recueil de
124 rêves dans lesquels nous voyons, tout comme Perec, une voie possible
qui mène à l’exploration de son inconscient. Dans nos recherches, nous
nous appuyons, dans ce sens, sur le postulat de Sigmund Freud, mis en
exergue de notre introduction. En effet, l’inconscient ne s’exprime pas
clairement dans l’espace onirique ; on l’y retrouve déguisé, voilé, et
seulement une interprétation pertinente du rêve, en observant son travail de
formation, nous permettra d’accéder à sa vérité.
1
L’édition citée par nous tout au long de cette étude : Georges Perec, La Boutique
obscure, 124 rêves, Paris, Denoël, 1993.
2
Georges Perec, W, Paris, Gallimard, coll. L’Imaginaire, 2007, p. 13.
10
2
Dans Introduction à la psychanalyse, Freud souligne que les souvenirs
infantiles ne sont jamais oubliés, mais refoulés par l’adulte au niveau de
l’inconscient. C’est la raison pour laquelle il propose l’exploration des rêves
comme sources primaires de révélation des souvenirs d’enfance latents :
Dans les traitements psychanalytiques on se trouve toujours dans la nécessité
de combler les lacunes que présentent les souvenirs infantiles, et, dans la mesure
où le traitement donne des résultats à peu près satisfaisants, c’est-à-dire dans un
très grand nombre de cas, on réussit à évoquer le contenu des années d’enfance
couvert par l’oubli. Les impressions reconstituées n’ont, en réalité, jamais été
oubliées : elles sont seulement restées inaccessibles, latentes, refoulées dans la
région de l’inconscient. Mais il arrive aussi qu’elles émergent spontanément de
l’inconscient, et cela souvent à l’occasion des rêves. Il apparaît alors que la vie de
rêve sait trouver l’accès à des événements infantiles latents.1
Les assertions du psychanalyste sont étayées par celles du philosophe.
La même idée émerge de la réflexion de Henri Bergson qui saisit la
différence entre les souvenirs conscients, qu’on peut facilement évoquer, et
les souvenirs inconscients, piégés dans l’espace flou de l’inconscient. Les
souvenirs, ces « fantômes invisibles », s’activent dans une « danse
macabre » lorsque l’hégémonie de la conscience s’efface. D’après
Bergson, cette relâche de l’esprit se produit naturellement dans l’espace
onirique lorsque la censure de la raison est amortie, voire annihilée :
Derrière les souvenirs qui viennent se poser ainsi sur notre occupation
présente et se révéler au moyen d’elle, il y en a d’autres, des milliers et des
milliers d’autres, en bas, au-dessous de la scène illuminée par la conscience.
Oui, je crois que notre vie passée est là, conservée jusque dans ses moindres
détails, et que nous n’oublions rien, et que tout ce que nous avons perçu, pensé,
voulu depuis le premier éveil de notre conscience, persiste indéfiniment. Mais
les souvenirs que ma mémoire conserve ainsi sans ses plus obscures
profondeurs y sont à l’état de fantômes invisibles. Ils aspirent peut-être à la
lumière : ils n’essaient pourtant pas d’y remonter ; ils savent que c’est
impossible, et que moi, être vivant et agissant, j’ai autre chose à faire que de
m’occuper d’eux. Mais supposez qu’à un moment donné je me désintéresse de
la situation présente, de l’action pressante. Supposez, en d’autres termes, que je
m’endorme. Alors ces souvenirs immobiles, sentant que je viens d’écarter
l’obstacle, de soulever la trappe qui les maintenait dans le sous-sol de la
conscience, se mettent en mouvement. Ils se lèvent, ils s’agitent, ils exécutent,
dans la nuit de l’inconscient, une immense danse macabre. Et, tous ensemble,
ils courent à la porte qui vient de s’entrouvrir.2 (a. s.)
1
Sigmund Freud, Introduction à la psychanalyse, Paris, Petite bibliothèque Payot, 1965,
p. 186.
2
Henri Bergson, L’Énergie spirituelle, Paris, Essais et Conférences, Alcan, 1919, pp. 9596.
2
11
Notre analyse du matériel onirique fourni par Perec vise à explorer les
zones obscures de son inconscient et implicitement à révéler ses souvenirs
enfouis. En perdant ses parents, Perec perd, en même temps, ses racines et
tout l’héritage dont un enfant est doté à sa naissance : sa culture, sa langue,
sa religion, sa tradition, sa foi. La perte des parents correspond à une perte
identitaire, tout comme l’absence des souvenirs d’enfance génère une
absence de repères. Par conséquent, récupérer ses souvenirs d’enfance,
grâce à l’investigation de ses rêves, représente une méthode salutaire dans
la reconstruction de son identité.
Dans notre interprétation des songes de La Boutique obscure, nous
développons le fil de nos argumentations dans le champ littéraire, en nous
servant des instruments de la psychanalyse. Par conséquent, nous avons
intégré dans notre thèse un glossaire traitant des termes psychanalytiques
afin d’en faciliter la lecture.
Dans le contexte psychanalytique, nous nous proposons d’appliquer
principalement les normes de la méthode psychologique analytique mise
au point par C. G. Jung, méthode visant à aider l’homme à renouer avec
ses propres racines, c’est-à-dire avec son inconscient. L’application des
théories jungiennes dans notre travail est motivée principalement par sa
méthode inédite d’interprétation des rêves. Sans renier les apports de
Sigmund Freud, son mentor, Jung se propose de dépasser ce qu’il
considère comme une fixation dogmatique sur la théorie de la libido. Après
sa rupture d’avec Freud, Jung développe sa propre voie, en étendant ses
recherches en psychanalyse à des horizons beaucoup plus larges que ceux
admis par ses contemporains : le mysticisme, l’alchimie, la religion,
l’anthropologie, la mythologie, la philosophie, la sociologie, l’art et la
littérature. Cette vision éclectique lui a permis de développer une méthode
d’interprétation des rêves axée sur l’analyse des « symboles », de
l’« inconscient collectif » et de l’« archétype », concepts innovateurs que
nous allons exploiter notamment dans la deuxième partie de notre
recherche. Dans ce contexte, nous allons nous servir dans nos analyses des
rêves perecquiens des ouvrages de Tristan-Frédéric Moir, psychanalyste et
psychothérapeute onirologue d’obédience jungienne.
Par ailleurs, notre travail serait incomplet si nous ignorions les ouvrages
spécialisés de J.-B. Pontalis, l’analyste de Perec pendant quatre ans. A
travers ses œuvres Entre le Rêve et la douleur et Perdre de vue se profile,
de manière voilée, le portrait de Perec, exposé du point de vue de son
analyste en tant que sujet de la cure. On note aussi que J.-B. Pontalis avait
subi une analyse avec Jacques Lacan dont il a été le disciple pendant
quelques années et dont il publie un compte-rendu des séminaires. Jacques
Lacan, adepte, dans ses pratiques analytiques, d’un retour à Freud, est
12
2
l’auteur du concept d’« anneaux borroméens », que nous allons appliquer
comme méthode de travail dans notre étude. De même, J.-B. Pontalis est
l’auteur, avec J. Laplanche, du Vocabulaire de psychanalyse, qui
représente un moyen pour ses auteurs de présenter la majorité des concepts
et théories véhiculés par S. Freud.
En somme, C. G. Jung, Jacques Lacan et J.-B. Pontalis représentent
trois personnalités marquantes dans le domaine psychanalytique, auxquels
nous allons emprunter plusieurs concepts et théories afin de les appliquer
dans notre étude. Etant donné que ces trois noms sont inextricablement liés
à celui du fondateur de la psychanalyse, Sigmund Freud, nous allons
étudier aussi certaines notions-clés véhiculées par celui-ci, comme « le
complexe d’Œdipe », les trois instances « ça-moi-surmoi », la « libido », le
« contenu manifeste » et le « contenu latent », que nous allons mettre en
rapport avec les rêves de Georges Perec. En partant de la théorie de Freud
mise en exergue de cette étude et en passant par les trois autres
psychanalystes ci-dessus cités, nous allons boucler la boucle. Car, malgré
les divergences d’opinions qui se créent entre les diverses écoles qu’ils ont
développées, ils projettent tous des visions complémentaires, convergeant
sur l’importance de l’inconscient et de son exploration.
Dans le contexte littéraire, en revanche, nous allons confronter les idées
dégagées de La Boutique obscure avec les idées véhiculées par les autres
œuvres perecquiennes. Par ailleurs, nous allons introduire dans notre
travail une troisième dimension, biographique. Dans ce sens, nous allons
consulter notamment les ouvrages des perecologues David Bellos, Marcel
Bénabou, Claude Burgelin, Bernard Magné et Christelle Reggiani. En
somme, nous allons créer des rapprochements, des passerelles et des
télescopages entre les trois domaines proposés – psychanalytique, littéraire
et biographique – dont les perspectives s’éclairent réciproquement.
Perec saisit également, dans l’entretien accordé à Jean-Marie le Sidaner,
le réseau qui se crée entre ces trois sphères ontologiques :
a) je suis écrivain ; je fais donc des rêves d’écrivain dans lesquels les choses
écrites (par moi, mais pas seulement par moi) interviennent comme éléments de
ma vie réelle ;
b) Sfax est en même temps une ville où j’ai vécu 8 mois et celle où Jérôme
et Sylvie s’exilèrent un an ; la rue de Quatrefages est à la fois une rue où j’ai
vécu six ans (au n°5 et celle où vivent Jérôme et Sylvie (au n°7, qui n’existe
pas) ;
c) les rêves incorporent des éléments venus de ma vie réelle et de mon
travail d’écriture ; un peu de la même façon, j’encrypte dans mes textes (et, je
le crois bien, dans tous) des éléments autobiographiques ;
2
13
d) d’une façon peut-être plus élaborée, je crois qu’il s’agit de relier entre eux
mes différents livres, de fabriquer un réseau où chaque livre incorpore un ou
plusieurs éléments venus d’un livre antérieur (ou même postérieur : d’une livre
encore en projet ou en chantier) ; ces autoréférences commencent à apparaître
dans La Disparition (qui commence comme une traduction sans E de Un homme
qui dort) elles se développent plus ou moins sciemment dans La Boutique
obscure, Espèces d’espaces, W, et sont beaucoup plus manifestes dans La Vie
mode d’emploi qui utilise des éléments venus de presque tous mes autres textes.1
La problématique de notre recherche repose sur l’idée de cette triple
interférence évoquée par Perec ci-dessus : sa vie est indissociable de son
œuvre et les deux se reflètent dans son inconscient. Notre étude vise à
démontrer que les rêves décrits dans La Boutique obscure révèlent des
fragments de l’inconscient du rêveur et que leur interprétation mène à une
meilleure compréhension de sa personnalité et de son identité.
La prolificité créative de Perec et la complexité de son œuvre engagent
une multitude d’interprétations. Malgré la prolifération d’études critiques
sur l’œuvre de Perec, notre recherche occupe une place à part, car elle
couvre un secteur ignoré jusqu’à présent. Il s’agit d’une approche
analytique des songes de La Boutique obscure, sans insister sur l’approche
rhétorique, déjà abordée par la critique. La section suivante met en
évidence l’authenticité de notre démarche.
II. Originalité du sujet
Regorgeant d’énigmes et de messages ésotériques, flous et ambivalents,
La Boutique obscure a été, de manière générale, ignorée par la critique. Les
chercheurs qui l’ont mentionnée dans leurs ouvrages ont écarté d’emblée la
possibilité de lui accorder une étude privilégiée, notamment pour deux
raisons. La première concerne justement l’opacité du texte onirique, facteur
qui a découragé plus d’un chercheur de s’adonner à la tâche ardue de
décrypter son message. La deuxième raison vise son absence de sens tout
court, les rêves étant envisagés exclusivement sous leur aspect formel,
rhétorique. Dans ce cas, les rêves ont été perçus comme un imbroglio
absolu, impossible à déchiffrer.
Claude Burgelin, par exemple, se heurte à l’obscurité du livre, qu’il
perçoit comme un des livres les plus abstrus de Perec :
Pourquoi avoir encouru en thésaurisant ces rêves un pareil risque d’échec
puisque l’ouvrage demeure pour nous boutique obscure, bouteille à la mer sans
1
Georges Perec, entretien pris par Jean-Marie le Sidaner, in « L’Arc », n° 76, Aix-enProvence, reproduit in « Le Cabinet d’Amateur », N°2 /automne 1993, p.4-5.
14
2
message déchiffrable et reste jusqu’à présent, me semble-t-il, le plus opaque, le
plus fermé de ses livres ?1
Cependant, le critique saisit la multitude de valences contenues dans
cette œuvre, en signalant son importance inestimable dans la
compréhension du personnage Georges Perec. L’ensemble de ses créations
délivre, éminemment, un message chiffré. Le message dégagé par La
Boutique obscure est particulièrement considéré par Burgelin comme le
plus hermétique, en raison du travail du rêve. Il intrigue le lecteur par la
complexité et l’ambiguïté des processus mis en marche, par
l’inconsistance, la viabilité ou l’authenticité des personnages ou bien par
l’invraisemblance ou la véridicité des histoires oniriques évoquées :
Ce livre sur ces traversées de passager de la nuit est le plus inapprivoisable
de ses textes. On serait tenté de le rejeter discrètement dans l’ombre d’où il
vient ou dans la marge où il s’inscrit. Il représente pourtant une pièce majeure
du dispositif perecquien. L’essentiel de l’œuvre de Perec se présente comme un
immense message crypté. La littérature – à commencer par Dumas et Verne –
lui a fourni quelques modèles. Mais une inspiration majeure vient de la
boutique obscure. Il me semble que, dans l’œuvre de Perec, la mise en scène et
en mots prend sans relâche appui sur ces jeux de condensation, déplacements,
superpositions, travestissements qui viennent chaque nuit fabriquer nos rêves.
D’où cet aspect toujours limpide et mystérieux, familier et fuyant, au bord de
l’évidence et marqué d’énigmatique des personnages, histoires, références,
traces, décors de l’univers perecquien.2
D’autres critiques, comme Roger-Yves Roche, Daiana Dula-Manoury
ou Jean-Daniel Gollut, se sont penchés surtout sur l’analyse textuelle et
narrative de l’ouvrage, laissant dans l’ombre son analyse thématique.
R.-Y. Roche, par exemple, identifie ces songes à des « embryons de
récits » et caractérise La Boutique obscure d’« objet non identifiable »,
d’énigme dont seul l’auteur détient la clé. Il invite, en dernière instance, le
lecteur à dénouer les fils qui relient cette matière onirique amorphe :
Et voilà bien, encore un, une sorte d’objet non identifiable, une alchimie de
signes et d’images dont l’auteur seul semblerait posséder la formule. Un livre
de l’entre-deux, encore un. Une suite d’images qu’on aurait la peine de relier
entre eux, encore une fois. C’est ainsi qu’il appartient au lecteur, en dernier
ressort, de donner consistance à cette matière peu commune, pour prendre ces
rêves pour ce qu’ils ne sont pas tout à fait, c’est-à-dire des embryons de récits.3
1
Claude Burgelin, PDML, Paris, Circé, 1996, p.70.
Ibidem, p.71.
3
Roger-Yves Roche, Photofictions, Perec, Modiano, Duras, Goldschmidt, Barthes,
Villeneuve d’Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, Coll. Objet, 2009, p. 57.
2
2
15
Dans la même optique, Daiana Dula-Manoury saisit le caractère
rhétorique du texte onirique, privilégiant sa simple lecture, au détriment de
son interprétation. Cependant, étant donné la présence des
« autobiographèmes » parsemés par Perec dans la matière onirique de
La Boutique obscure, leur identification et leur analyse s’imposent d’ellesmêmes :
Il en va de même pour l’écriture du rêve chez Georges Perec, dont La
Boutique obscure se présente au lecteur tel un véritable laboratoire du
fragmentaire. Les 124 rêves qui y figurent devront être non pas interprétés (bien
que l’expérience analytique, omniprésente, nous y convie), mais uniquement
lus. L’exercice peut s’avérer difficile lorsqu’il faut s’en tenir aux faits textuels
et aux consignes auctoriales préalables aux récits. Mais, grâce à la dynamique
déployée par l’emploi du fragment, nous pourrions saisir plusieurs
autobiographèmes perecquiens, sortes de traits caractéristiques identifiables
dans l’ensemble de l’œuvre.1
J.-D. Gollut se propose à son tour d’étudier dans Conter les rêves des
aspects formels mis en scène dans le discours onirique des écrivains des
deux derniers siècles, dont Georges Perec. On évoque, ci-dessous,
quelques-unes des interrogations qui l’ont préoccupé dans son étude :
Comment le rêve est-il raconté ? Comment le réveillé s’y prend-il pour
relater ce vécu étrange et bien peu de nature à se laisser verser dans les formes
du langage clair ? […] Comment, dans ces conditions, le récit de rêve parvientil à s’élaborer ? Quels aménagements doit-il apporter pour son compte aux
règles d’une narrativité canonique ? Sur quel contrat de prise en charge et de
communication le sujet narrateur est-il censé s’engager ?2
Par ailleurs, J.-B. Pontalis, l’analyste de Perec, bute, de même, sur
l’aspect formel du recueil onirique de son patient. Déçu par la « parole
facile », privée de substance affective de ce « faiseur de rêves », Pontalis
refuse de prendre en considération l’interprétation des rêves de
La Boutique obscure :
Je m’aperçus au bout d’un certain temps que je n’étais pas « preneur » de
ses rêves. […] Si je n’étais pas preneur, c’est que les rêves ne prenaient pas
corps, s’inséraient tout naturellement dans une parole facile, […] sans
expression d’affects.3
Enfin, Perec lui-même se montre réticent en ce qui concerne l’apport
sémantique et analytique de ses rêves. A force de s’adonner au processus
1
Daiana Dula-Manoury, Queneau, Perec, Butor, Blanchot : éminences du rêve en fiction,
Paris, L’Harmattan, 2004, p. 12.
2
J.-D. Gollut, CR, Paris, José Corti, 1993, quatrième de couverture.
3
J.-B. Pontalis, Entre le rêve et la douleur, Paris, Gallimard, 1977, p. 236.
16
2
de transcription de ses songes, ceux-ci perdent, dans son opinion, de leur
valeur affective, l’éloignant davantage de la voie royale pointée par Freud
et implicitement d’une meilleure connaissance de soi-même, ainsi qu’il
l’affirme dans l’incipit de La Boutique obscure :
De ces rêves trop rêvés, trop relus, trop écrits, que pouvais-je désormais
attendre, sinon de les faire devenir textes, gerbe de textes déposée en offrande
aux portes de cette « voie royale » qu’il me reste à parcourir les yeux ouverts ?
Cependant, malgré les avis consensuels des critiques, de son analyste J.B. Pontalis et de Perec lui-même sur les deux aspects révélés, nous allons
relever le défi, en entamant notre recherche dans une direction inédite,
visant notamment le décodage des rêves de La Boutique obscure, sans pour
autant ignorer ou tomber dans le piège dressé par l’esthétique du discours
narratif.
Par ailleurs, l’originalité de notre recherche réside aussi dans le choix de
la méthode appliquée, ainsi que nous allons l’illustrer dans ce qui suit.
III. Description de la méthode
La méthode appliquée dans notre étude s’inspire de la classification de
Perec, concernant sa propre méthode de travail, visant quatre interrogations
complémentaires : sociologique, autobiographique, ludique et romanesque.
Dans l’article Notes sur ce que je cherche, l’écrivain explique la portée de
ces quatre horizons de travail, dont l’exploitation multiple converge
indéniablement vers une connaissance de soi :
La première de ces interrogations peut être qualifiée de « sociologique » :
comment regarder le quotidien ; elle est au départ de textes comme Les Choses,
Espèces d’espaces, Tentative de description de quelques lieux parisiens, et du
travail accompli avec l’équipe de « Cause commune » autour de Jean
Duvignaud et de Paul Virilio ; la seconde est d’ordre autobiographique : W ou
le Souvenir d’enfance, La Boutique obscure, Je me souviens, Lieux où j’ai
dormi, etc. ; la troisième, ludique, renvoie à mon goût pour les contraintes, les
prouesses, les « gammes », à tous les travaux dont les recherches de l’OuLiPo
m’ont donné l’idée et les moyens : palindromes, lipogrammes, pangrammes,
anagrammes, isogrammes, acrostiches, mots croisés, etc. ; la quatrième, enfin,
concerne le romanesque, le goût des histoires et des péripéties, l’envie d’écrire
des livres qui se dévorent à plat ventre sur son lit ; La Vie mode d’emploi en est
l’exemple type.1
Notre recherche, organisée de manière triptyque, reprendra le schéma
du travail perecquien, réorganisé en trois directions. La perspective
1
Georges Perec, Notes sur ce que je cherche, in PC, Paris, Seuil, Coll. La Librairie du
XXIe siècle, p. 9-10.
2
17
autobiographique sera analysée essentiellement dans la première partie de
cette étude ; les perspectives sociologique et romanesque seront traitées
conjointement, dans la deuxième partie ; enfin, la perspective ludique sera
considérée principalement dans la troisième partie.
Cette organisation tripartite renvoie au schéma lacanien du « nœud
borroméen » ou des « anneaux borroméens »,1 axé sur les trois cibles : le
Réel, le Symbolique et l’Imaginaire. La particularité de ces anneaux
consiste dans le fait que lorsqu’on en rompt un, les deux autres se
détachent automatiquement. Cette spécificité caractérise aussi l’œuvre
perecquien, dans lequel les quatre champs énumérés se présentent
intimement liés. Ils constituent un ensemble homogène, entrelacé par une
multiplicité de connexions dont on ne peut pas enlever ou ignorer un aspect
sans nuire à la cohérence et à la compréhension globale de l’œuvre.
Analysons de plus près ce schéma des anneaux borroméens et la
manière dont nous comptons l’appliquer dans notre recherche. La première
partie de notre thèse, intitulée À l’Epoque du Juif errant/ Sous le Signe de
la Mort, de l’Art et du Vide, correspond au premier anneau borroméen, du
Réel, et envisage une approche autobiographique. On se situe au niveau du
premier segment sur l’échelle de l’analyse onirique dressée par Jung,
comprenant le Signe, le Symbole et la Métaphore. On avance sur la
coordonnée temporelle (Chronos), à l’époque de la deuxième guerre
mondiale, et l’on est confronté aux problèmes de la Shoah et à la judéité de
Georges Perec. Cet aspect se développe éminemment sous l’apanage de la
Mort (Thanatos), de l’Art (Apollon) et du Vide (Chaos).
La deuxième partie, intitulée Habiter les espaces perecquiens/
Symbolique des Lieux, des Choses et des Personnages, se rattache au
deuxième anneau, du Symbole, et appréhende simultanément une approche
sociologique et romanesque. On aborde une analyse onirique basée sur le
Symbole, toujours dans l’acception jungienne. On se déplace sur la
coordonnée spatiale (Topos) et on travaille principalement avec les
instruments de la Psychanalyse. Cet aspect se déploie dans la sphère de
l’Amour (Eros) et de l’Ame (Psyché).
Enfin, la troisième partie – Création ludique de l’univers imaginaire/ La
Métaphore du Jeu – visant le troisième anneau, de l’Imaginaire, aborde une
approche ludique, qui s’appuie sur l’exploration de la Métaphore. On avance
sur la coordonnée spatio-temporelle (Chronotope) et on interroge les
techniques d’écriture avancées dans le cadre de l’Oulipo. Cet aspect prend
contour dans l’aire de la Forme (Rhétoriké) et de la Connaissance (Logos).
1
V. Annexe n° 1. Les Anneaux borroméens, p. 265.
18
2
Au demeurant, on précise que dans notre travail, nous allons nous prêter à
trois types d’interprétation. La première concerne l’appréhension du songe
dans son intégralité, tandis que la deuxième traite des fragments de rêves, en
fonction des symboles centraux qui y sont développés. Si le premier type
d’analyse est envisageable dans le cas des rêves homogènes, sujets à une
certaine fluidité et logique unitaires, le deuxième type d’analyse est
spécifique aux rêves incohérents, qui manquent de consistance et de
connexion entre leurs diverses séquences, qui se présentent de manière
tordue, morcelée ou compactée. Sigmund Freud a exprimé dans un style très
plastique ce deuxième genre de procédé interprétatif :
Or, l’essentiel de ce procédé est que le travail d’interprétation porte, non pas
sur la totalité du rêve, mais sur chaque fragment pris en lui-même du contenu
du rêve, comme si le rêve était un conglomérat dans lequel chaque petit
morceau de pierre exige un traitement particulier.1
Par ailleurs, fidèle à un troisième type d’interprétation, nous allons
considérer les 124 rêves de La Boutique obscure dans leur ensemble, de
manière intégrale. Conformément toujours aux théories freudiennes, un
songe ne doit pas être interprété indépendamment des autres, de manière
isolée. En analysant toute une série de songes produits par le même rêveur,
nous avons plus de chances de saisir son message et d’élucider ses zones
d’ombre, en raison de la jonction existant entre les rêves :
A la question de savoir si chaque rêve peut être amené à l’interprétation, il
faut répondre non. […] Bien fréquemment, un rêve qui suit immédiatement
permet d’assurer et de mener plus loin l’interprétation supposée pour le
premier. Toute une série de rêves s’étendant sur des semaines ou des mois
reposent souvent sur un sol commun et doivent alors être soumis à
l’interprétation dans leur interrelation. Des rêves qui se suivent, on peut souvent
remarquer que l’un prend pour centre ce qui dans le suivant n’est indiqué qu’à
la périphérie, et inversement, de sorte que les deux se complètent l’un l’autre
pour l’interprétation aussi.2
C. G. Jung adhère au même type d’analyse sérielle, censée projeter une
vision d’ensemble plus exacte sur la valeur et la problématique des rêves.
Certains aspects qui risquent de passer inaperçus dans certains rêves sont
développés dans d’autres, ou bien certaines fausses pistes d’interprétation
sont plus faciles à éluder, lorsqu’elles ne sont pas reprises dans d’autres
songes. Ainsi, lors de sa vingt-quatrième conférence traitant de l’analyse
du rêve, donnée en 1929, Jung saisit l’importance d’une analyse onirique
1
2
2
Sigmund Freud, IR, op. cit., p. 134.
Ibidem, p. 577.
19
sérielle, suivant le « mouvement spiralé » qui traverse une série de rêves
produits par la même personne :
Chacun de ces rêves semble être une entité psychologique dont la
signification peut ne pas se révéler d’emblée. Ce sont de petits drames, chacun
avec son préambule, sa situation dramatique, sa catastrophe et son dénouement
et, cependant, avec un aspect statique. Toutefois, si nous prenons une série de
rêves, nous découvrons qu’il y a un mouvement, un mouvement circulaire ou
plutôt en forme de spirale. Mais, plus important, une série de rêves nous donne
un sentiment beaucoup plus fort de certitude et de sécurité en sachant qu’une
hypothèse peut être corrigée si elle s’avérait fausse ou au contraire confirmée
par les rêves qui suivent.1
Dans cet esprit, nous allons procéder à l’interprétation de la série de 124
rêves produits par Perec sur une période de quatre ans, de mai 1968 à août
1972. Nous allons repérer leur mouvement sinueux, en écartant certains
thèmes et symboles qui manquent de consistance ou de viabilité et en nous
concentrant sur ceux qui reviennent constamment dans la substance
onirique. Une fois notre méthode de travail mise au point, nous allons
dresser le plan de notre thèse, expliqué plus en détail dans ce qui suit.
IV. Plan de la thèse
Le concept de la recherche du temps perdu, développé par Marcel
Proust, se métamorphose chez Perec sous un autre aspect, plus complexe et
plus problématique encore, car il mise sur la recherche de l’identité perdue.
Une fois qu’on a avancé sur l’axe temporel, est-il possible de faire marche
arrière et d’habiter à nouveau l’espace révolu de l’enfance ? Nous allons
dénicher toutes les preuves éventuelles glissées dans La Boutique obscure
afin de parvenir à répondre à cette question.
Dans la première partie de notre étude, axée sur l’autobiographie de
Perec, nous allons développer trois points moteurs, visant successivement
l’autobiographie du réel, de l’inconscient et de l’imaginaire. Ce choix
1
C. G. Jung, L’Analyse des rêves, Notes du séminaire de 1928-1930, vol. II, Paris, Albin
Michel, 2006, p. 11. Jung étudie plusieurs cas d’analyses oniriques sérielles, dont on cite
deux exemples : les cas de ses patients « Miss Miller » (exposé dans Métamorphoses de
l’âme et ses symboles) et du physicien Wolfgang Pauli (exposé dans Psychologie et
alchimie). Le principe directeur qui régit ces séries de rêves, d’après Jung, est le désir
l’individuation, comprenant un désir inconscient de centralité et de totalité manifesté par
ses patients. Dans notre analyse des rêves perecquiens, nous nous proposons de mettre en
lumière ce même principe d’individuation.
20
2
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising