Vivre le CNAS n°29

Vivre le CNAS n°29
Vivre le CNAS
LETTRE AUX DÉLÉGUÉS ÉLUS DES COLLECTIVITÉS ET ORGANISMES ADHÉRENTS
Spécial 47e Congrès
À LA UNE
ASSEMBLÉE GÉNÉRALE
Accompagnons
les réformes
S’adapter et innover
DÉCEMBRE 2014 - N° 29
Chers délégués élus du CNAS,
Suite au renouvellement de nos instances,
ce congrès d’installation était l’occasion
rêvée pour réaffirmer nos objectifs et
notre détermination à faire réussir l’action
sociale dans les collectivités. Je vous
remercie chaleureusement d’être venus
aussi nombreux échanger sur les enjeux
qui nous attendent, à savoir personnaliser
la relation aux bénéficiaires, garantir
la qualité et l’accessibilité de l’offre,
développer l’implantation du CNAS, le tout
dans un esprit d’innovation.
Dans cette période de flou, d’attentisme
et même de relative déconsidération du
service public local, les acteurs territoriaux
ont besoin de signes de reconnaissance.
Le CNAS dispose d’un atout formidable.
La composition strictement paritaire
de ses instances peut contribuer, à son
échelle, au dialogue entre élus et agents.
Nous nous devons de les accompagner
dans la conduite des réformes en cours.
Ensemble, nous y parviendrons !
René Régnault
Président du CNAS
Maire honoraire de St-Samson-sur-Rance (22)
Sénateur honoraire
REPÈRES
19 755
adhérents
651 587
agents bénéficiaires
89 délégations
263 délégués représentant 87 délégations départementales sur 89 ont participé au
congrès du CNAS les 13 et 14 novembre 2014 à Paris.
Ils étaient 263 délégués à avoir pris le chemin de la capitale les 13 et
14 novembre derniers pour le congrès annuel du CNAS, organisé juste après
le renouvellement de ses instances. « Je me félicite du nombre record de
participants venus se prononcer sur la vie de l’association : ses finances,
son offre de prestations, ses orientations stratégiques », s’est exprimé le
président du CNAS, René Régnault, à l’ouverture de la séance plénière.
Au cours de ces travaux, l’assemblée générale des délégués a voté à la quasiunanimité les rapports d’activité et de gestion qui lui étaient soumis pour
l’année 2013. Ce bilan positif a été l’occasion pour le président de rebondir sur
les perspectives du nouveau mandat dans son rapport moral d’orientation
pour 2015. Il a rappelé la nécessité de s’adapter et d’innover dans une logique
de conduite du changement, en prenant en compte l’évolution numérique
pour améliorer l’offre et les services mais aussi la réforme territoriale en
cours, grand sujet des débats du congrès. « Cette réforme est inévitable, elle
conduira à un bouleversement des territoires et des métiers qu’il nous faut
anticiper pour préparer l’avenir et en faire bénéficier les adhérents ».
Le bilan d’étape de Défi 2015, présenté en séance,
a permis de faire le point sur la mobilisation des
moyens techniques, financiers et humains mis à la
disposition des délégués au nombre de 40 000 élus
et agents. « Le CNAS tire sa force de ce vaste réseau
renouvelé et légitimé par le scrutin du 7 octobre, en
ordre de marche pour la réussite de notre action », a
conclu René Régnault.
(Chiffres au 23 décembre 2014)
www.cnas.fr
Directeur de la publication : René Régnault
Siège social : Bâtiment Galaxie - 10 bis parc Ariane 1
CS 30406 - 78284 Guyancourt Cedex
Tél. : 01 30 48 09 09 / Fax : 01 30 48 06 23
Spécial 47e Congrès
TABLE RONDE
Comprendre la réforme territoriale
Stéphane Grolleau, sociologue, Philippe Laurent, maire de Sceaux,
Jean Dumonteil, journaliste, Sabine Régis, DRH du Grand Tarbes et
Jean-Charles de Belly, DGS du Chardon Lorrain (de g. à dr.)
Depuis plusieurs mois, l’examen des réformes du territoire
administratif français suscite intérêt et débat mais aussi
inquiétudes auprès des élus comme des agents du service
public local.
Dans quel but ces réformes sont-elles menées ? Quelles
conséquences auraient les transferts de compétences
ou les fusions sur les métiers et les agents ? Autant de
questions posées à l’occasion d’une table ronde animée
par Jean Dumonteil, journaliste, directeur de La Lettre
du Secteur Public. Philippe Laurent, maire de Sceaux et
président du conseil supérieur de la fonction publique
territoriale, dénonce « l’amalgame fait entre réforme des
collectivités et restrictions budgétaires qui suspecte à
tort le service public local d’être dispendieux alors qu’il
a su grandir en compétences pendant ces 30 années de
décentralisation ». Entachée de cette « faute originelle », la
réforme pécherait également par manque de concertation,
illustrant l’absence de culture du dialogue et de la négociation
dans la démarche de l’État.
L’idée est partagée par le sociologue Jérôme Grolleau, pour
qui les réformes devraient être « l’occasion pour les élus et
les agents de repenser les façons de travailler ensemble
pour redonner du sens au service public local, notion trop
souvent évacuée des débats actuels. »
« Il n’est de réussite possible que si communes et
intercommunalités travaillent main dans la main », illustre
Jean-Charles de Belly, directeur général des services de
la communauté de communes du Chardon Lorrain. « La
mutualisation des services peut contribuer à la réussite des
projets et au renforcement du sentiment d’appartenance
des agents aux nouveaux territoires ». Au sein des 39
communes de l’EPCI, le logiciel de paye, les équipements
techniques, la formation ou encore les marchés publics ont
été mutualisés. « Il faut du temps et de la pédagogie pour
que se forge le sentiment d’appartenance », renchérit Sabine
Régis, DRH du Grand Tarbes, communauté d’agglomération
qui s’est récemment agrandie de 12 nouvelles communes.
Plus que jamais, le bloc communal,
formé du duo communeintercommunalité, se constitue en
ensemble indissociable.
« La composition strictement paritaire de ses instances permet
de faire du CNAS un acteur du
dialogue entre élus et agents », a
déclaré René Régnault en conclu- Philippe Laurent : « La réforme
territoriale tombe mal. »
sion des échanges.
DÉFI 2015 : POINT D’ÉTAPE
Savoir se développer
« En 22 mois, notre projet associatif
Défi 2015 a permis d’accomplir de
grandes avancées, en particulier
l’amélioration de nos services, la
conquête de nouvelles adhésions et la
consolidation du réseau d’adhérents
existants », déclare à l’assemblée
Didier Laville, vice-président du
CNAS. En 2014, l’arrivée de nouveaux délégués à la suite
des élections municipales a été l’occasion d’innover dans
les outils qui faciliteront leurs missions : création d’un kit
d’information et d’une carte de délégué élu, diffusion d’une
vidéo pédagogique. De plus, un kit du bureau départemental
a été conçu comme un mode d’emploi à destination des
délégations.
L’effort de numérisation porte ses fruits
L’espace personnel qui est dédié aux délégués sur le site
www.cnas.fr a connu un réel succès d’utilisation en 2014
puisqu’en 6 mois, d’avril à octobre, plus de 10 % d’entre
eux s’y sont inscrits. Ils n’étaient que 9,2 % à l’avoir fait au
cours des 3 années précédentes. Pour les accompagner
dans leurs missions, la commission « Développement
fidélisation » a été créée. Sa capacité d’étude et d’analyse,
aux côtés de la commission « Prestations, loisirs et
culture », permettra d’ajuster la croissance de l’association
au plus près des besoins des organismes adhérents et des
agents bénéficiaires. Parmi les objectifs de cette dernière,
il s’agira entre autres de poursuivre l’amélioration de l’offre
de prestations en l’élargissant aux ménages qui ne les
sollicitent pas ou bien trop peu : jeunes, ménages sans
enfant, ménages en difficulté financière, agents d’outremer.
Ces évolutions ne sauraient se faire sans le soin apporté à
la qualité de service, étape franchie le 14 janvier 2014 par la
certification du label ISO 9001. Autre preuve de performance,
la numérisation permettra d’ici au 1er semestre 2015 de
généraliser les aides en ligne pour une utilisation plus
souple des prestations.
« Au-delà des résultats obtenus, nous devons poursuivre
nos efforts par une meilleure couverture du territoire
français en délégations départementales. Leur présence
facilite les nouvelles adhésions et le suivi des organismes
déjà affiliés », conclut Didier Laville. En 2014, le CNAS a
accueilli 3 nouvelles délégations (Alpes-Maritimes, Hérault,
Haut-Rhin).
Spécial 47e Congrès
ATELIERS
Doter les délégués de moyens d’action
René Régnault et Didier Laville,
"Développement et fidélisation".
président
de
la
commission
Trois ateliers présentaient aux délégués les moyens mis
récemment à leur disposition pour l’accomplissement de
leurs missions. Ces rendez-vous d’information ont aussi
constitué des moments d’échanges et d’appropriation
des outils numériques qui rendent leur action locale plus
efficace.
Un premier atelier a abordé la thématique du développement
et de la fidélisation des adhérents et bénéficiaires. Il était
animé par René Régnault et Didier Laville, président de la
commission « Développement fidélisation ».
Une logique de prospection
« Les métiers territoriaux ont changé. En quoi pouvonsnous accompagner ce changement ? », lance le président
en guise d’introduction. Ce dernier se traduit notamment
par l’accroissement du nombre d’organismes « satellites »
qui assurent le service public local. La récente réforme
des statuts du CNAS permet désormais aux organismes
financés ou représentés à plus de 50 % par des collectivités
locales, d’adhérer. « En s’adressant aux différents
domaines de l’action publique, nous avons affaire à un vrai
gisement d’adhérents potentiels », poursuit-il. Toutefois,
l’enjeu actuel est d’accompagner la réforme territoriale
qui risque de modifier les types d’adhésions. « De plus en
plus d’établissements intercommunaux nous rejoignent,
signe que le CNAS accompagne la recomposition des
territoires », explique Didier Laville, « notre mission est de
travailler dans une logique de prospection avec l’appui des
antennes régionales »
Interrogés sur leur expérience de terrain, les délégués ont
abordé la question de la cotisation dont le coût effectif
n’est pas toujours mesurable par les collectivités. « Les
élus veulent savoir combien elle leur coûtera dans leurs
prévisions budgétaires et quel retour leurs agents en
obtiendront, leur analyse devient plus comptable que
sociale », déclare l’un des participants. « Il faudra aboutir
à de nouvelles modalités de calcul et d’application de la
cotisation, ce sera d’ailleurs l’un des chantiers de cette
commission », a répondu le président.
L’utilisation des prestations a été aussi au cœur des
discussions de l’atelier. Un effort sera fait en direction
des publics qui les consomment peu. Il est, par exemple,
question de se rapprocher des agents travaillant loin du
siège de leur collectivité (voirie, établissements scolaires...)
afin qu’ils soient mieux tenus informés de l’offre, lors de
réunions thématisées.
Des délégations autonomes et responsables
Un second atelier, co-animé par Jacques Legrand et Hervé
Baccou, vice-présidents du CNAS, présentait les outils
techniques et financiers dont disposent les délégués. sur
l’espace internet qui leur est dédié : agenda, publications,
guide des offres locales, argumentaires destinés aux publics
cibles (retraités, ménages avec ou sans enfant, membres
de COS...). Chaque délégué peut prendre connaissance
de la consommation des prestations de sa collectivité
et de la typologie de leurs utilisateurs. « Cette mine
d’informations permet de rendre compte aux adhérents
de leur investissement dans l’action sociale », explique
Jacques Legrand. Les délégations peuvent aussi trouver
dans cet espace tous les instruments comptables pour la
gestion de leur budget. Hervé
Baccou insiste sur la nécessité
de maîtriser leurs comptes
par l’instauration d’un plafond
budgétaire proportionné à sa
taille (nombre d’adhérents
etc.). À titre exceptionnel, une
dotation complémentaire peut
Hervé Baccou et Jacques Legrand,
être sollicitée sur justification respectivement présidents des
en cours d’année. « Tous ces commissions "Administration
outils font de votre délégation générale" et "Communication et
une structure autonome et information"
responsable », déclare-t-il.
Des bénéficiaires également connectés
En s’étendant à toutes les activités du CNAS, la
numérisation permet aux bénéficiaires d’accéder plus
aisément aux prestations. Le troisième atelier, co-animé
par Jean-Christophe Desné et Alain Dalmas, vice-président
et secrétaire général du CNAS, a permis aux délégués de
s’approprier le site internet à travers la présentation de
l’offre. Les délégués ont aussi été tenus informés du projet
de déploiement en ligne de la quasi-totalité des aides d’ici
2015 qui incitera les bénéficiaires à accéder aux prestations
via leur espace personnel. « Une avancée qui prévoit à terme
le développement des applications sur smartphones »,
annonce Jean-Christophe Desné.
Confrontés quotidiennement aux questions des
bénéficiaires, les délégués ont signalé les difficultés qu’ils
rencontrent, par exemple, la perte des droits aux prestations
pendant les congés parentaux,
sachant qu’ils ne sont pas
rémunérés, ou encore les frais
prélevés sur l’encaissement des
Coupons Sport et des chèques
Actobi. Également évoquée,
une participation du CNAS sur Jean-Christophe Desné et
les cartes de chasse pourra Alain Dalmas, président et
être étudiée par la commission vice-président de la commission
« Prestations, loisirs et culture » "Prestations, loisirs et culture"
en 2015.
Spécial 47e Congrès
TÉMOIGNAGE
MÉDAILLES
« Un congrès instructif »
Dites 33
Pascal Saguet, tout nouveau président
de la délégation de la Marne, se rendait
pour la première fois à un congrès du
CNAS. Rencontre avec un homme qui,
derrière sa discrétion, sait se montrer
ouvert aux changements.
Quelles
sont
vos
premières
impressions sur le congrès ?
Il m’a permis de rencontrer de
nombreux adhérents au CNAS, élus comme agents, venus
de tous les coins de France, dont beaucoup découvraient
comme moi cette grande manifestation. J’ai pu constater
que le congrès a été très bien préparé et scrupuleusement
organisé, plus de 260 personnes à accueillir, à nourrir et à
héberger, chapeau !
Quels moments forts avez-vous vécus ?
La présentation du CNAS et des objectifs à venir, l’élection
des membres de la commission de contrôle, de surcroit via
le vote électronique - une autre première pour moi - avec
proclamation immédiate des résultats. J’ai apprécié le
dialogue direct possible avec le président René Régnault, au
cours de ces deux journées. L’atelier relatif aux prestations
et au fonctionnement des délégations départementales
ainsi que la table ronde sur la réforme territoriale m’ont
beaucoup apporté. Ces deux journées furent bien remplies,
bien agréables, très instructives et ludiques !
Quel est votre parcours au CNAS ?
Ma structure a adhéré au CNAS en 2006. Je suis rentré
au bureau de la délégation lors de l’assemblée générale
suivante. En 2008, je suis devenu secrétaire de la délégation.
Aux élections municipales de mars 2014, la présidente
Catherine Guebels n’a pas souhaité se représenter et a dû
mettre un terme à ses fonctions au sein du CNAS. Suite aux
élections internes du 7 octobre, j’ai eu la grande satisfaction
d’être élu à l’unanimité président de la délégation de la
Marne.
Vos objectifs pour ce nouveau mandat ?
Je me réjouis de pouvoir réunir l’ensemble des membres
du bureau de la délégation pour faire progresser l’action
sociale dans les collectivités de notre département. Je veux
encourager de nouvelles adhésions en faisant connaître
le CNAS, notamment par la tenue d’un stand au carrefour
des élus de Champagne-Ardenne les vendredi 28 et samedi
29 août 2015. Mon rôle est d’être à la disposition des élus et
agents à tout moment.
J’aurais également à cœur de fidéliser et d’être à l’écoute
de nos structures adhérentes qui sont plus de 230 dans
la Marne. Je suis bien conscient des perspectives de
baisse des dotations de l’Etat, mais je lutterai pour que les
collectivités n’économisent pas sur l’action sociale offerte à
leurs agents et veillerai à ce que ces derniers s’en servent.
Je suis aidé en cela par le directeur de l’antenne régionale
Nord-Est, Francis Macquart, et de toute son équipe pour
mener à bien ses missions.
Propos recueillis par Hervé Le Dain
Non, ils ne sont pas malades, juste partis rejoindre d’autres aventures
que celle du CNAS. Le
président Régnault a tenu
à saluer l’engagement de
33 administrateurs sortants en leur remettant
une médaille. « C’est une
belle marque de reconnaissance du parcours
accompli qui récompense un travail militant que j’ai engagé en 1969 », confie Emile Vignacourt, ancien premier
vice-président. Monique Quatravaux, ex-présidente du CRO
Sud-Ouest, se réjouit « des liens exceptionnels de travail et
d’amitié tissés avec des élus et des agents qui partagent
en commun des valeurs de générosité et de solidarité ».
Le congrès a également été l’occasion d’honorer la
mémoire des regrettés Marcel Constant, membre
fondateur, et Joseph Pélécha, administrateur du Sud-Est,
tous deux disparus en 2014.
BIENVENUE
aux nouveaux adhérents
parmi lesquels :
Communes de Surba (09), Loulay (17), Thorey-surOuche (21), Saint-Martin-du-Tilleul (27), CastetArrouy (32), Saint-Hilaire-La-Croix (63), Saint-Yan (71) •
Communautés de communes Barr-Bernstein (67), du Pays
Chablisien (89), • MDPH 44 (44) • Office du tourisme de
Wimereux (62) • Syndicat mixte du SCOT du Biterrois (34)
• Syndicat interdépartemental du Sage de la Nonette (60)
Retrouvez la liste exhaustive des adhésions de l’ année sur
l’ espace personnel Délégué de www.cnas.fr.
VOTRE AGENDA
ÉVÉNEMENTS CNAS
Du 9 au 19 mars
Comités régionaux d’orientation
Mardi 10 mars
Conseil d’administration
ÉVÉNEMENTS
PARTENAIRES
27 janvier à BoulogneBillancourt (92)
Les Matinées d’actualité :
La FPT face aux réformes
territoriales (La Gazette
des communes)
Du 13 au 17 avril
Assemblées départementales
Si vous souhaitez partager une information
ou une expérience en rapport avec
l’action sociale du CNAS, contactez Hervé Le Dain : Tél. : 01 30 48 26 50 / E-mail : hledain@cnas.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising