Télécharger - Université du Québec à Rimouski

Télécharger  - Université du Québec à Rimouski
U IVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI
TÉMOINS n'UNE GÉNÉRATION :
LES EFFETS DE RÉEL DANS TROIS ROMANS QUÉBÉCO IS CONTEMPORAINS
MÉMOIRE
PRÉSENTÉ À
L 'U IVERSITÉ DU Q UÉBEC À RIMO USKI
comme exigence partielle
du programme de
Maîtrise en études littéraires
par:
KELLlE- ANNE SAMUEL
JUIN
2008
UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI
Service de la bibliothèque
Avertissement
La diffusion de ce mémoire ou de cette thèse se fait dans le respect des droits de son
auteur, qui a signé le formulaire « Autorisation de reproduire et de diffuser un rapport,
un mémoire ou une thèse ». En signant ce formulaire, l’auteur concède à l’Université du
Québec à Rimouski une licence non exclusive d’utilisation et de publication de la totalité
ou d’une partie importante de son travail de recherche pour des fins pédagogiques et non
commerciales. Plus précisément, l’auteur autorise l’Université du Québec à Rimouski à
reproduire, diffuser, prêter, distribuer ou vendre des copies de son travail de recherche à
des fins non commerciales sur quelque support que ce soit, y compris l’Internet. Cette
licence et cette autorisation n’entraînent pas une renonciation de la part de l’auteur à ses
droits moraux ni à ses droits de propriété intellectuelle. Sauf entente contraire, l’auteur
conserve la liberté de diffuser et de commercialiser ou non ce travail dont il possède un
exemplaire.
Remerciements
Je tiens tout d'abord à remercier ma directrice, Madame Frances Fortier, pour le temps
qu'elle m'a accordé, pour ses commentaires toujours justes et constructifs, ainsi que pour
sa façon de rendre tout plus simple.
Merci également à France Bérubé, celle qui écoute, qui conseille, et qui est constamment
prête à tout pour nous rendre la tâche plus facile.
Merci finalement à Daniel, Carmen et Jean-David qui m'ont incitée à persévérer et qui
ont toujours approuvé mes choix.
Un merci tout spécial à Martin et Myriam qui ont su en rire avec moi ...
TABLE DES MATIÈRES
INTRODUCTION
CHAPITRE
1 : LE SOUCI DU DIRE-VRAI
UNE VIE SANS ARTIFICE
UN LANGAGE « AUTHENTlQUE »
LA STYLISATION DU RÉ EL
UNE FAUSSE VRAISEMBLANCE
UNE BANALISATION SYSTÉMATIQUE
CONCLUSION
CHAPITRE II: LE FAIRE-SEMBLANT DES PERSONNAGES
ANNIE BRIÈRE, UNE NARRATRICE EN CHAIR ET EN OS ?
DIFFÉRENTES CLASSES DE PERSONNAGES, DE LA SIMPLE FIGURATlON À LA
CARICATURE
LES STÉRÉOTYPES
LE MONDE DE L'ÉDITION: UNE STRUCTURE FERMÉE
LE PROCÉDÉ DE LA FICHE SIGNALÉTlQUE
UN RENVERSEMENT SPECTACULAIRE: LA NARRATRICE DEVIENT L'AUTEURE
CONCLUSION
CHAPITRE III : LA CARTOGRAPHIE DU RÉEL
NIKOLSKI, UN ROMAN DE L'ESPACE
NIKOLSKJ, UNE VILLE ENTRE RÉALITÉ GÉOGRAPHIQUE ET FICTION LITTÉRAIRE
UN EFFET DE MIROIR: ENTRE RÉALITÉ ET FICTION
LE STATUT DE LA VILLE DE MONTRÉAL DANSNIKOLSKI
CROISEMENTS SINGULIERS, RENCONTRES ANONYMES
NIKOLSKI, UN ROMAN DE L'ERRANCE
LES VOYAGES DANS LES LIVRES DU NARRATEUR-PERSONNAGE
LES QUÊTES DE JOYCE
NOAH: LE PIÈGE DE LA CIRCULARITÉ
LES FRONTIÈRES LING UISTIQUES DANS NIKOLSKI
REGARDS DES PERSONN AGES SUR LA VILLE DE MONTRÉAL
CONCLUSION
1
12
13
16
20
22
25
31
33
36
39
41
46
51
58
64
66
70
72
77
81
83
86
88
90
93
98
100
102
CONCLUSION
104
ANNEXES
114
ANNEXE 1 : LES PERSONNAGES DANS SCRAPBOOK
ANNEXE II : LES LIEUX DANS NIKOLSKI
ANNEXE III: DÉSIGNATlONS DANS LA VILLE DE MONTRÉAL
115
117
121
INTRODUCTION
L'écrivain porte le réel à portée de main.
De voix. D'œil.
Philippe Dufour
Le plaisir du récit, l'expression du sujet et la confrontation avec le réel caractérisent, au
dire de Baetens et Viart (1999), le roman contemporain. Pour une large part de la
production romanesque, la lisibilité redevient un enjeu de l'écriture, un moyen de rendre
compte au plus près de la réalité. De plus en plus de jeunes romanciers se tournent vers
l'écriture du quotidien, où la vie d'un protagoniste est décrite du début à la fin du roman,
sans qu'il n'y ait de véritable intrigue, outre la description détaillée de ce quotidien. À cet
égard, Jacques Poirier, dans « Vers une cartographie du roman contemporain », explique
que
[c]ette littérature, [il a] choisi de la désigner comme une écriture du
« pas grand-chose» ou du « presque rien ». Mais pareille
dénomination dissimule une ambiguïté, car il y a loin d'une écriture du
« presque rien» évoquant sur le mode du neutre une réalité essentielle,
à une écriture du « pas grand-chose », reflétant dans sa médiocrité
même la pauvreté de l'existence. Distance entre une écrihlre en miroir
et une écriture en écart, qui toutes deux renvoient du monde une image
en creux. Où nous verrons qu ' il y a du vrai dans ce mot de Camille
Laurens: «Rien n'est pas rien, tout le monde le sait. Évidemment,
direz-vous, ce n 'est pas grand-chose non plus ; mais il suffit parfois
d'un tout petit rien ». (2002 : 6)
Des romanciers québécoi s ont atteint une certaine reconnaissance critique en prenant
précisément comme point de départ ce «pas grand chose». L'Avaleur de sable l de
1 Stéphane Bourguignon, L'Avaleur de sable, Montréal, Éditions Québec Amérique, co ll. « Littérature
d'Amérique », 1993 , 240 p.
2
Stéphane Bourguignon, tout comme Scrapbaak2 de Nadine Bismuth et Nikalski 3 de
4
Nicolas Dickner , en sont des exemples. Ces trois romans présentent les questionnements
d'une génération en témoignant du quotidien des personnages. Chacune des œuvres vise à
rendre compte d'une réalité contemporaine en créant, de diverses façons, un effet de réel ,
tout en s'écartant des procédés les plus couramment utilisés par les auteurs
contemporains, soit la fragmentation du récit et l'éclatement de l'histoire. Leur désir de
proposer la narration d'une histoire est un indice de leur volonté de se démarquer de la
littérature plus savante, di te du soupçon, pour revenir à un souci de représenter une
certaine manière de vivre, sans passer par les artifices de l' esthétisation. Dans cette
perspective, chacun des romans retenus apparaît, pour reprendre une expression de
Dominique Vi art, comme un «sismographe culturel et social» (1999 : 149) :
Le roman présente un «reflet» de la société, non seulement parce qu'il
veut en être le «miroir» comme dans les esthétiques réalistes, mais
surtout parce que la production romanesque d'une époque donnée
correspond à un état des mœurs, de la culture et des préoccupations de
cette époque. (1999 : 149)
Ce dés ir de rendre compte du réel, de le donner à voir à travers un texte de fiction fait
écho à ce courant du XIX e siècle appelé le réalisme. S'agit-il pour autant, pour les trois
romanciers retenus, d'en reconduire sans réserve les postulats et les procédés ? La
réfl ex ion de Philippe Dufour, dans son ouvrage Le réalisme, que je reprends
ICI
librement, permet de mesurer l'écart qui sépare leur écriture de l'esthétique réaliste en
s'attardant à quelques jalons majeurs:
Nadine Bismuth, Scrapbook, Montréal, Boréa l, 2004, 394 p.
Nico las Dickner, Nikolski, Qu ébec, Alto, 2005 , 326 p.
4 Désormais, j ' utiliserai, entre pare nthèses, les abréviations AS, S et N, suivies de la page pour citer ces
romans .
2
3
3
C'est peut-être en 1826, dans un article du Mercure français du XIX
siècle, que perce son sens esthétique: « Cette doctrine littéraire qui gagne
tous les jours du terrain et qui conduirait à une fidèle imitation, non pas
des chefs-d'œuvre de l'art, mais des originaux que nous offre la nature,
pourrait très bien s'appeler le réalisme : ce serait suivant quelques
apparences, la littérature dominante du XIX e siècle, la littérature du vrai. »
(Dufour, 1998: 2)
Le réalisme est une fenêtre sur la réalité, sur le « vrai monde ». On veut peindre le réel
dans les romans, on veut l' Y transposer, imiter la réalité. À l'origine, en littérature, on ne
parlait pas de réalisme, on disait plutôt que les auteurs imitaient la «vraie VIe »,
renvoyant ainsi à la mimésis :
La mimésis, certes, est aux fondements de la littérature. Mais le réalisme
reproche à cette imitation d'avoir été sélective, d 'avoir idéalisé le réel. Les
détracteurs du réalisme revendiquent pour leur part cette idéalisation
comme la vocation de l'art. Ils retraduisent la formule aristotélicienne:
«L'art imite la nature» en «L'art imite la belle nature ». À quoi le
réalisme oppose la maxime romantique: «Tout ce qui est dans la nature
est dans l'art », y compris le laid, y compris l'ordinaire. (Dufour: 64)
Au cours des siècles qui ont précédé le XIX
e
,
les auteurs avaient ce même SOUCI
d'imitation, de figurer le réel dans les écrits. Par contre, il importait surtout de rendre
agréables à la fois le récit et la société, ce qui entraînait une prédilection pour la
représentation de la haute société dans les textes littéraires: le roi était bon et la nature
était belle. Le réalisme, pour sa part, entend plutôt dépeindre une autre facette de la
réalité, celle du quotidien, de la vie banale, que ce soit beau ou pas, et dans laquelle le
monde ouvrier a sa place. Cette vision du monde se veut objective, mais « [p]ar [le]
regard [qu ' il jette sur le monde], l'écrivain proclame son indépendance. Il n 'entend pas
qu'on lui dicte sa vision du réel. Il ne veut pas peindre le bourgeois comme Porbus
peignait Henri IV. Son an n'est pas un art de commande. La caricature est la vision
hyperbolique de cet axiome: le réalisme refuse l'idéalisation. » (Dufour : 68-69) Les
4
romanciers réalistes s'inscrivent dans leur temps, car la société dans laquelle ils vivent
change, évolue. Ils ont décidé de créer une rupture avec l'histoire du passé, pour écrire
l'instant présent, le réel de maintenant. Pour atteindre leur objectif, ces romanciers
mettent en scène des personnages bien ancrés et définis selon les problématiques du XIX c
siècle:
Les mutations de la société suscitent naturellement de nouvelles figures
romanesques. De plus, cette société mobile entraîne une transformation de
la notion même de personnage. Il ne revêt plus une identité stable (le
caractère classique), il est façonné par le temps. [ ... ] Le réalisme dresse
l'acte de décès de l' aristocratie et parallèlement va enregistrer la naissance
d'un nouveau groupe social. Le misérable entre en littérature, pendant que
le monde ouvrier se développe en même temps que les villes et la
révolution industrielle, dès 1840. [ ... ] Le casseur de pierre vaut un prince.
Le réalisme prend le misérable au sérieux et de ce fait rompt avec
l'esthétique classique qui au nom du bon goût [ ... ] avait censuré la réalité
humble et quotidienne ou l'avait confinée dans les genres comiques.
(Dufour: 27-32)
Le courant réaliste s'impose grâce à son renouveau, à son désir de modernité dans la
description, dans la narration, dans le récit, ce dernier étant tout à coup fortement marqué
par l'Histoire contemporaine. Alors qu'auparavant, les textes littéraires mettaient l'accent
sur l'individu, sur l'homme dans un univers égocentrique, le réalisme le représente au
sein d'une société influencée par son temps. La notion d'Histoire est importante dans la
littérature réaliste au XIX e siècle, puisque l'anecdote du roman est située dans le
contemporain de l'auteur et non plus dans l'histoire classique de la France. Les
personnages peuvent donc être présentés en tant qu'individus prenant part à une société.
«Dans la littérature réaliste, l'Histoire n'est pas un simple arrière-plan fondateur de la
vraisemblance, créateur de l'illusion référentielle : elle est en son centre. Le roman de
l'individu est un roman de l'individu dans l'Histoire. La sphère privée est contaminée par
5
l'espace public. » (Dufour : 19) Des personnages stéréotypés sont créés pour mettre au
jour les différentes facettes de la société du temps. Le roman ne raconte plus l'histoire
d 'un seul personnage qui vit un éventail de péripéties, mais plutôt son histoire dans le
monde, ses relations avec les autres, son statut dans la société, son rôle, son rang. En
s' informant à la source, en puisant l'essence de son roman à même la société, le
romancier réaliste donne l' impression d'être au plus près de la réalité. En outre, le roman
réaliste prétend être un document scientifique sur le monde, sur la société. Les
romanciers ne visent pas seulement à imiter le réel, ils veulent le comprendre, le
questionner, en montrer les revers.
Le roman réaliste ne s'affiche pas comme tel, mais il fait jouer la notion du réalisme dans
la structure même de l' intrigue. Le lecteur n'est pas nécessairement conscient des
procédés pour arriver à l' effet de réel, puisque les romans réalistes tendent vers une
illusion de transparence. Il s'agit de l'un des principes majeurs du réalisme, qui consiste à
cacher les structures qui régissent le roman, à masquer les divers procédés, afin que le
lecteur ait l' impression de j eter un regard sur le monde réel, sans manipulation. Alors que
l'effet de réel vise à créer l'illusion de la réalité dans la lecture, dans la fiction, la
transparence, pour sa part, efface toute trace des procédés utilisés pour y arriver. Philippe
Hamon, dans «Un discours contraint» (1982), un article consacré au réalisme, met
précisément l' accent sur l' illusion de transparence, comme le montre Dubois dans son
commentaire:
[C]omment la littérature arrive-t-elle à nous faire croire qu'elle copie la
réalité? Hamon part du postulat que le texte réaliste se définit avant tout
comme volonté très pédagogique de transmettre une infom1ation lisible et
cohérente, visant à l' élimination de toute obscurité. Ce texte va ainsi faire
6
porter son effort sur ce qui manifeste une transparence, lève diversement
les ambiguïtés du discours et en gomme les marques de production. Il va
parallèlement soutenir l'information qu'il livre par des procédés de
redondance et par une mise en scène travestie de la communication
(présence de substituts de l'auteur en texte). À partir de quoi Hamon
choisit de dresser un premier catalogue non systématique de ce que l'on
pourrait appeler les grandes figures génératrices du récit réaliste. Il
mentionne notamm ent l'inscription rétrospective et prédictive du récit, la
motivation psychologique, l'indexation sur une histoire parallèle ou tout
simplement sur l'Histoire, la motivation des noms propres, la recherche
d'une monosémie des termes et des unités de récit, une volonté
d'exhaustivité, privilégiant détail, description, etc. (Dubois, 2000: 37)
Philippe Hamon, dans son article, dresse une liste de quinze procédés dits réalistes. Les
pages qui suivent présentent un résumé de cet article visant à mettre en lumière les
procédés essentiels de cette esthétique. Il est à noter qu'Hamon insiste sur l' importance
de la lisibilité, ou de la transparence des textes réalistes. Le texte doit être facile à lire,
facile à comprendre, et les informations manquant à la bonne compréhension du lecteur
doivent être rapidement données. L'un des procédés utilisés pour atteindre cette lisibilité
est « l'histoire parallèle: le récit est embrayé sur une méga (extra) Histoire qui, en
filigrane, le double, l'éclaire, le prédétermine, et crée chez le lecteur des lignes de frayag e
de moindre résistance, de prévisibilités, un système d'attentes,
en renvoyant
implicitement ou explicitement [ ... ] à un texte déjà écrit qu ' il connaît. » (Hamon : 136)
En d'autres mots, il s'agit de créer un univers connu du lecteur, afin qu'il puisse ancrer sa
lecture dans du déjà-vu, ce qui accroît l'illusion de réel. C'est pour la même raison que
les prolepses et les analepses sont utilisées dans les textes réalistes pour permettre des
redondances ainsi qu'une prévisibilité de son contenu. Le lecteur doit être en terrain
connu.
7
La vraisemblance des personnages, notamment par l'entremise de leurs noms propres ou
de leurs surnoms, est un autre élément majeur du réalisme. Philippe Hamon explique que
« la motivation systématique des noms propres et des surnoms des lieux et des
personnages [ . . . ] [c ]onstitue [ . . .] un important facteur de lisibilité du texte [ ... ]. Le
discours réaliste jouera [ .. . ] sur la connotation d'un contenu social [ ... ]. Des procédés
d'explication
divers
peuvent venir
renforcer
dans
le
récit
cette
transparence
onomastique ». (137- 138) Le fait que les personnages et les lieux soient nommés rend le
récit plus convaincant, et pennet de véhiculer de l'information sur l 'histoire. La
transmission du savoir et des informations peut aussi passer par l'intermédiaire des
personnages eux-mêmes. En effet, le récit réaliste vise la simplicité. Philippe Hamon écrit
que
le texte réaliste est un texte « pressé» [ . . .]. On pourrait donc dire que le
discours réaliste a horreur du vide informatif, et qu'il refusera les procédés
dilatoires en général: rien de plus étranger au discours réaliste que toute
intrigue « à suspense », ou « déceptive », que toute disposition structurale
« en partition », « en tresse », etc., et que toute structure à « ellipses» qui
sauterait un maillon nécessaire à la cohésion logique globale du discours.
(160-161)
Cette écriture doit être transparente, c'est-à-dire sans mystère, sans ambiguïté, tout en
étant très sérieuse, sans être trop savante, puisqu'elle perdrait de sa vraisemblance auprès
du lecteur. Pour y arriver, le roman réaliste mettra en scène des personnages dont les
métiers sont savants, ou des protagonistes qui connaissent bien les autres individus. Ces
personnages pourront prendre le relais du narrateur afin de transmettre l'information que
ce dernier n'est pas à même de savoir. Par exemple, un médecin pourra partager ses
connaissances sur une amputation, un banquier pourra expliquer les fluctuations de la
bourse, ou encore, un conteur de ragots informera le lecteur d'un potin concernant tel
8
personnage. Plusieurs personnages véhiculeront l'information nécessaire chacun leur
tour, afin que les savoirs ne soient pas centrés sur un seul personnage, et ce, toujours dans
le but de rendre le récit le plus vraisemblable possible. À cet égard, le héros, facilement
identifiable parmi les autres personnages, ne sera pas un héros égal à ceux que l'on
retrouve dans les romans d 'aventure. «[S]i l'auteur met trop l'accent, différentiellement
sur un personnage héros, le risque est grand de provoquer aussi une "déflation" de
l' illusion réaliste et de réintroduire le romanesque, l' héroïque et le merveilleux comme
genres. » (Hamon: 153-154) Voilà pourquoi il est importe, en réalisme, de toujours
calculer ce qui doit être dit ou pas, afin de créer un effet de réel, auquel le lecteur va
adhérer.
Pour bien recréer l'illusion de la réalité, un dernier procédé, probablement le plus
fréquemment utilisé, est la description. Comme on l'a mentionné plus haut, le réalisme
est un roman de formation , un roman de savoirs.
[L]' auteur «réaliste » (comme le pédagogue) est en possession d'un
certain savoir [ ... ], qu'il juge exhaustif et qu'il distribuera (par exemple)
sous la forme de descriptions. [ ... ] Contrairement au discours du
scientifique qui met souvent en notes en bas de page, en bibliographie de
fin de volume, en citations explicites, des références destinées à
authentifier son dire, le texte réaliste les intègre dans son corps même sous
forme de scénarios et de personnages types. (Hamon: 139-141)
Puisque l'auteur réaliste veut rendre son écriture transparente, il doit décrire tout ce qu'il
vo it, tout ce qui se trouve dans les lieux qu'il décrit. Ainsi, il devra faire l'inventaire du
magasin où le personnage entre, décrire le fleuve de la ville où celui-ci erre, l' horloge sur
le mur du salon où il prend le thé, la sorte de thé. Pour que le réalisme soit une fenêtre sur
le monde, le narrateur doit décrire ce que l'on y aperçoit, dans les moindres détails . «De
9
la narration à la description, tout est prétexte à détailler », dit Jacques Dubois (88). La
vraisemblance et le réel prennent justement forme dans l'addition des détails, puisque mis
ensemble ils nous offrent un monde complet, sans ambiguïté.
L'objectif de cette courte synthèse des propositions de théoriciens contemporains n'était
pas de renouveler ce qui a pu être dit sur le réalisme, ni d'examiner en profondeur les
différences entre réel et réalisme, entre réalisme et vraisemblance. Il s'agissait
simplement d'esquisser les caractéristiques du réalisme du
xrx e siècle, puisqu'il
s'avère
être le moment où il est apparu en littérature, alors qu'un grand nombre d'écrivains ont
adhéré à l'école réaliste. Le réalisme a-t-il survécu au passage du temps? Peut-être.
Cependant, comme l'écrit Jacques Dubois:
Certains soutiendront que le réalisme se survit très bien au-delà de cette
limite et que notre époque voit paraître sans trêve des romans qui disent la
quotidienneté de l'existence, la routine du temps, la prégnance des
déterminismes. À quoi l'on répondra deux choses. La première est que le
roman réaliste, s'il demeure, n'est plus en prise sur l'Histoire comme a pu
l'être son prédécesseur. La seconde est qu ' aujourd'hui le roman de
création ne peut plus se satisfaire du seul modèle réaliste. (2000, 9-10)
C'est donc dire que de nos jours, il n'est plus possible de parler de réalisme pur, mais
plutôt d'un «nouveau» réalisme, dont il s'agira ici de dégager les contours. Un réalisme
qui se rapproche, à plusieurs points de vue, du réalisme du XIX e siècle, mais qui s'en
détache en raison des changements d'époque, des systèmes sociaux et des valeurs
esthétiques.
C'est ce nouveau réalisme qui sera étudié dans trois œuvres québécoises contemporaines
bien accueillies par la critique, à partir de trois perspectives distinctes. Dans un premier
10
chapitre, il sera question du langage dans le roman L 'Avaleur de sable de Stéphane
Bourguignon ; il s'agira d' examiner comment la manipulation du langage dans le roman
parvient à imiter le réel. Aurélien Boivin a écrit, à propos de L'Avaleur de sable :
La plupart des critiques ont été unanimes pour louer le style de Stéphane
Bourguignon qui, il faut le dire, maîtrise l'écriture avec un talent certain.
Ses nombreux jeux de mots, son humour, son ironie aussi ne laissent pas
le lecteur indifférent. Bourguignon, professeur à l'École nationale de
l 'humour, fait la preuve, selon Richard Dubois, que l 'humour québécois
est exportable, car le jeune romancier «parle comme nous: en Images
[ ... ], enjab [ ... ], en monosyllabes » ... (2002, 92)
Stéphane Bourguignon a donc pu rendre compte de la réalité par son écriture qui, nous le
pressentons déjà, se rapproche de l'oralité québécoise par l'utilisation d'un narrateur
« je ». C'est donc sous cet angle que L'Avaleur de sable sera analysé, en prêtant attention
à la «langue parlée» du narrateur, qui entraîne un effet de réel axé sur le plan de
l'expression orale.
Valérie Lessard, dans un m1icle consacré à Scrapbook dans le journal Le Droit, a écrit
que « Nadine Bismuth manie une plume, savoureuse, comme d'autres un pinceau. [ .. .]
[E]n tant que lecteur, on se laisse prendre au jeu du chat et de la souris auquel elle nous
convie allégrement, puisqu 'il n'est pas toujours simple de faire la part entre ce qui est
vrai et ce qui est faux , entre la fiction et la réalité ». (A16) Nadine Bismuth, dans son
roman, réussit à rendre réel ce qui ne l'est pas. L'étude de Scrapbook, au second chapitre,
s'attardera aux personnages de ce roman, qui bien ancrés dans un univers référentiel, se
présentent eux aussi comme des sujets de référence au réel. C'est à partir de l' étude de
Vincent Jouve, «La saisie du personnage », dans laquelle il a élaboré une méthode de
perception du personnage, que se fera l'analyse des personnages de Scrapbook.
11
Finalement, dans un dernier chapitre, il sera question des lieux dans le roman de Nicolas
Dickner, Nikolski. Nikolski est également le nom d'une île qui existe vraiment, en
Alaska. Il s'agira d'examiner les différentes façons de mettre en place les lieux dans le
roman, afin de faire ressortir le parallèle entre la réalité et la fiction, selon les perceptions
ou représentations des protagonistes. Il importera aussi d'étudier les déplacements des
personnages ainsi que des objets dans ce roman qui ne semble pas avoir de frontières.
Michel Biron écrit:
Nikolski, premier roman de Nicolas Dickner, a reçu un accueil cntlque
enthousiaste dès sa sortie au début de 2005. [ ... ]L'écriture de Nicolas
Dickner rappelle, par bien des côtés, celle de Jacques Poulin [ ... ].Mais
cette imitation n'enlève rien à la singularité du roman de Nicolas Dickner,
qui fait du miméti sme une sorte de postulat général, à la fois d'ordre moral
et esthétique. Nikolski, en outre, se laisse envahir par tout ce qui
l'environne, peu importe qu'il s'agisse de fiction ou de réalité. Il s'agit de
coller au monde des signes, mais en même temps d'ouvrir ce monde à des
univers de sens inattendus, notamment par le télescopage du passé et du
présent. La description des objets et des lieux devient une aventure en soi,
un voyage dans le temps et dans l'espace. Tout fait signe, tout est soluble
dans l'écriture romanesque. (2005, 143-145)
Comme l'écrit Michel Biron, il ya un enjeu de mimétisme chez Nicolas Dickner, alors
que la saisie du lieu vient fonder l'effet de réel; j'approfondirai cette question en prêtant
attention, entre autres, aux procédés de représentation du lieu.
L'enjeu de ce mémoire, rappelons-le, n'est pas de prouver que les trois romans à l'étude
ressortissent à l'esthétique réaliste, mais plutôt de montrer comment l'écriture
contemporaine réussit à « faire illusion », à faire croire qu 'elle parle du réel.
12
CHAPITRE I
LE SOUCI DU DIRE-VRAI
« Le style est la réponse
esthétique au vide du réel ))
Philippe Dufour
L'étude de L'Avaleur de sable (1993), premier roman de Stéphane Bourguignon, vise à
illustrer l'un des aspects du «retour au récit» en littérature québécoise contemporaine.
En s'écartant délibérément des procédés les plus couramment utilisés par les auteurs dits
littéraires, soit la fragmentation du récit, l'éclatement de l 'histoire ou la problématisation
de l'autorité narrative, l'écriture de Stéphane Bourguignon semble revendiquer une
posture singulière, où le récit linéaire, sans détour temporel, pem1et de mieux rendre
compte du quotidien que tous les artifices de l' esthétisation. Cette façon de faire rappelle
à certains égards celle des auteurs réalistes du XIX e siècle, qui visaient à raconter une
histoire qui soit le plus réaliste, le plus vraisemblable possible. À ce propos, Ian Watt
écrit que «[cJe qui est ressenti souvent comme l'absence de forme du roman, comparé,
disons, à la tragédie ou à l'ode, vient probablement de ceci: la pauvreté des conventions
formelles du roman serait le prix qu'il doit payer pour son réalisme. » (Watt, 1982 : 17)
L'indéniable prétention de réalisme, chez Bourguignon, lui vaut une celiaine
reconnaissance critique, et semble rejoindre les attentes d'un lectorat féru d'histoires
concrètes qui se passent ici et qui mettent en scène des personnages de la vie courante.
D'ailleurs, le récit s'ouvre sur ces mots: « C'est vrai », ce qui met en place la volonté de
rendre justice à la réalité. L'objectif de cette étude est de vérifier dans quelle mesure le
«retour au récit », dans le roman de Bourguignon, propose une ré-interprétation du
réalisme, et ce, à partir de la question du langage utilisé dans l'œuvre.
13
Une vie sans artifice
L'A valeur de sable raconte le quotidien de Julien, personnage et narrateur, sur une
période d'environ un an et demi. Le récit au «je» relate les différentes rencontres de
Julien au fur et à mesure qu 'elles se produisent. Le roman commence alors qu ' il est en
deuil d 'une femme, Florence, et se poursuit avec la rencontre de nouveaux amis qui lui
redonnent tranquillement goût à la vie. L'Avaleur de sable, bien qu'il ne soit pas présenté
sous cette forme , donne l'impression d'un journal quotidien, en raison de la narration au
«je» et de l'évolution lente de l'histoire, lenteur engendrée par la description d'un
quotidien banal. Julien habite un appartement de Montréal avec son ami Pierrot. Tous
deux chômeurs, ils vivent au jour le jour, sans se chercher d'emploi. Leur cohabitation
semble leur plaire, jusqu'au jour où ils rencontrent Sonia, dont Pierrot devient amoureux.
Après quelques semaines à peine de fréquentation, Pierrot emménage chez Sonia, laissant
Julien seul. Ce dernier, n 'ayant pas vraiment d'autres amis et les circonstances voulant
qu'il perde ses prestations d'assurance-emploi en même temps, déprime. C'est à ce
moment qu ' il fera la rencontre de Pépé, un vieil homme qui tient un kiosque dans un
marché extérieur et qui l'engage à travailler pour lui à la vente de fruits et de légumes.
C'est à cet endroit qu'il fera la rencontre d'Annie dont il devient amoureux. Bien que
dans les premiers temps leur relation soit difficile, ils deviennent bientôt inséparables.
Annie fera la rencontre de Pierrot et Sonia, dont elle se fera vite complice pour en faire
voir de
toutes
les
couleurs
à son amoureux. S'enchaînent ainsi séparations,
réconciliations, maternité, bonheur et tristesse. Personnage emblématique de la
génération X, Julien est désabusé de la vie, de la société, et c 'est ce qu ' il tente de faire
14
comprendre à son narrataire tout au long du roman. Ce même personnage reviendra dans
le deuxième roman de Stéphane Bourguignon, Le principe du Geyser (1996). L'histoire
se déroule quelques années plus tard, alors que Julien et Annie ont un jeune garçon
ensemble. La plupart des personnages de L'Avaleur de sable seront présents dans la suite,
mals l'action est davantage centrée sur Julien, toujours narrateur. En effet, ce dernier,
parti seul en vacances, devra lutter contre la tentation d'aller rejoindre sa séduisante
voisine de chaletS.
D'entrée de jeu, L'Avaleur de sable semble obéir à un schéma simple: le temps du roman
est linéaire, suivant le cours des évènements, sans manipulation temporelle. Pas de sauts
dans le futur, pas de retours en arrière, tout évolue sans ambiguïté . La syntaxe du récit
induit, à elle seule, l'effet de lisibilité recherché. Les phrases reflètent plus souvent
qu'autrement le discours oral, ou encore le discours du diariste ou discours intérieur. La
narration au «je» peut porter à confusion et laisser croire à une forn1e d'autofiction, mais
il n 'en est rien, le «je» représentant Julien étant fictif, créé pour véhiculer un discours.
Bien que la forme du roman ne reprenne pas les marqueurs génériques du journal de bord
5 Stéphane Bourguignon a également écrit deux autres romans, dans lesquels les personnages de L'Avaleur
de sable ne reviennent pas. Le premier, Un peu de fatigue (2002), raconte la vie d ' un homme en crise de la
quarantaine, que le lecteur suivra dans sa déchéance, probablement due à une dépression. La narration, tout
d 'abord prise en charge par le persolmage principal, sera ensuite transférée à différents personnages du
roman. Ainsi, le « je » narratif ne renvoie pas toujours au même personnage au fur et à mesure que la
lecture avance. Par contre, le contenu reste sensiblement le même que dans les deux premiers romans de
Bourguignon, c'est-à-dire que les personnages sont décrits dans leur quotidien, dans leur moment de
fragilité, dans leur solitude. Le thème de la solitude revient également dans le dernier roman de
Bourguignon, Sonde ton cœur, Laurie Rivers (2006). Ce roman qui se distingue des autres par sa narration
à la troisième personne, raconte toujours le quotidien, mais cette fois de plusieurs personnages, et surtout
féminins. Stéphane Bourguignon est aussi scénariste pour des téléséries . Il a scénarisé La vie, la vie (2001),
un succès à Radio-Canada, où est décrite la vie d'un groupe d 'amis. Il a aussi écrit les scénarios de Tout sur
moi (2006), une comédie qui s' in spire de la vie de la comédienne Macha Limonchik, où il fabrique un
épisode à partir d' un fait véridique. Tous ces romans et téléséries sont des succès puisque Stéphane
Bourguignon arrive à créer des personnages stéréotypés dans des situations pour le moins banales, auxquels
les lecteurs peuvent s'identifier. Ils se reconnaissent à la lechlre des romans ou à la vue des épisodes
télévisés.
15
ou du journal intime, comme par exemple les dates en début de paragraphes, le narrateur,
Julien, parle un peu comme il le ferait dans un journal intime, en s'y confiant, s'y posant
des questions, y trouvant des réponses. Par exemple, après que son nouvel employeur lui
a avoué qu'il n'était pas en position de demander quoi que ce soit à Julien, ce dernier
enchaîne sur le mode narratif:
Effectivement, certains jours, je pars d'ici avec vingt dollars en poche
alors que le lendemain je peux en tirer soixante. Seulement, je ne sais pas
pourquoi, mais j'ai le goût de donner le maximum pour cet homme. Ça
fait des années que je n'ai pas croisé quelqu'un qui ne sent pas le besoin
d'étaler toutes ses connaissances, de raconter tout ce qu'il vécu, tout ce
qu'il a compris. Ce qu'on attend d'un individu, c'est de pouvoir s'asseoir
en silence avec lui, de lever le bras une fois de temps en temps pour porter
une bouteille à nos lèvres et de regarder tranquillement passer les filles. Si
on ne peut pas faire ça, on n'a pas compris le sens de la vie. Alors quand
vous tombez sur quelqu'un qui pense enfin comme vous, il faut être aux
petits soins avec. (AS: 82)
Le narrateur s'adresse ici à quelqu'un, se confie, sans qu'il Y ait de véritable destinataire,
selon la formule du journal intime où le diariste écrit à quelqu'un, peut-être à lui-même
qui se relira un jour. L'introduction du discours avec un adverbe qui vient corroborer les
dires de Pépé, son patron, suggère la présence d'un interlocuteur encore renforcée par la
leçon qui suit, une morale sur les rencontres et les personnalités, morale qu'il doit
nécessairement adresser à un destinataire. L'écriture au «je» permet d'éviter l' effet de
distance que la troisième personne crée, c'est-à-dire que l'écriture est plus familière, à
l' image de la langue orale.
16
Un langage « authentique»
La narration au «je» est également un procédé utilisé dans le roman pour inciter à croire
à l' authenticité des personnages. Croyance tout d ' abord engendrée par la participation à
laquelle le narrateur convi e son destinataire, en lui fai sant lire les propos qui s'adressent
directement à lui, croyance ensuite générée par les propos du narrateur dont les
sentiments ne sont pas interprétés par un quelconque narrateur omniscient, mais livrés au
fur et à mesure que l ' hi stoire se déroule, sous le coup de l' impulsion, et selon
l' autocensure de celui qui les vit, comme ils le seraient dans la réalité. Ce procédé permet
de créer un style de prose proche de la langue parlée, c'est-à-dire plus vulgaire, moins
poétique. À ce propos, Ian Watt, en parlant du réalisme du
xrxe siècle, écrit que:
le genre lui-même fonctionne plus par représentation exhaustive que par
concentration élégante. Fait qui expliquerait sans doute à la fois pourquoi
le roman est le genre le plus facile à traduire, pourquoi de nombreux
romanciers indubitablement grands, de Richardson et Balzac à Hardy et
Dostoïevski, écrivent souvent avec gaucherie, et parfois avec une foncière
vulgarité ; et pourquoi le roman a moins besoin de commentaires
historiques et littéraires - ses conventions formelles le forcent à fournir ses
propres annotations. (Watt, 1982 : 39)
Dans cette perspective, L 'A valeur de sable s'éloigne en effet, par sa linéarité et sa
« gaucherie », de ce que le milieu universitaire considère comme étant « littéraire ». Par
exemple, la citation retenue de L 'Avaleur de sable montre que le discours mime la langue
orale; la dernière phrase, agrammaticale, renvoie à un anglicisme courant.
Un autre procédé visant la représentation du réel est le récit du quotidien, comme le
narrateur le vit, au rythme où il le vit, c'est-à-dire au jour le jour. Tout le récit semble
construit dans un présent immédiat, comme s' il s'écrivait au fur et à mesure que les idées
se forment dans la tête du narrateur-personnage.
17
Certains romans contemporains, dit Marie-Pascale Huglo (2006), offrent une syntaxe plus
lourde, où, « [s]ans aller jusqu'à l'illisibilité, la phrase fait obstacle à la transparence du
sens, elle demande au lecteur un effort soutenu: la compréhension élémentaire bute sur
les mots. » (Huglo, 2006 : 131) Rien de tel dans L'Avaleur de sable, où la lecture se fait
plus rapidement, puisque tout est limpide. En plus d'une syntaxe simple, les
comparaisons sont faciles à saisir, sans complexité:
C'est une fin d'après-midi paisible, tout va pour le mieux et le moral est à
son plus haut. C'est du solide, j'ai l'impression de marcher sur une journée
en béton, tout va être parfait. De toute façon, ce matin en ouvrant les yeux,
je me suis juré d'oublier toutes les épées de Damoclès qui planent audessus de nos têtes. Naturellement, c'est plus facile à dire qu'à faire, mais
dans l'ensemble j'y arrive. C'est comme de demander à un amputé de
penser à la jambe qui lui reste et non à celle qu'on vient de lui scier. Mais
j'y arrive. (AS: 145-146)
La syntaxe est claire, les propos également, rien n'est difficile à saisir dans cette
réflexion. Le narrateur s'amuse même à reformuler les expressions utilisées dans le
langage de tous les jours. Ainsi, l'expression bien connue «marcher sur des œufs », qui
illustre la fragilité d'une situation, se transforme ici en «marcher sur une journée en
béton », donc une journée solide, qui ne peut se briser, qui ne peut se dérober sous ses
pieds. Le style d'écriture se tient au plus près du langage parlé, de la sonorité des mots,
des expressions toutes faites. Pour renforcer l'effet de réel, ces expressions sont d'ailleurs
souvent présentées avec des modifications qui n'en changent pas le sens. Par exemple, le
narrateur se plaint en ces termes: « Depuis mon lever que cette maudite pluie nous tombe
dessus [ ... ] et ça se met à tomber comme des poteaux de téléphone» (AS: 37).
L'expression exacte serait plutôt «tomber comme des cordes ». Le texte comporte
plusieurs jeux de mots de la sorte, comme «on dirait une sorte de grosse machine à
18
conneries programmée pour écœurer. » (AS: 16), «Et ça palpite là-dedans comme un
cœur de lionne quand la gazelle agonise sous sa patte. » (AS: 16), « On a beau connaître
quelqu'un comme le fond de son nez» (AS: 18), «on dirait un banc de harengs qui
tournent en rond dans leur pot de marinade» (AS: 20), «rire à ventre déboutonné»
(AS: 153), etc. Il en va ainsi pour l'ensemble du roman, où le narrateur transpose des
expressions familières pour en créer d'autres.
Le fait que le narrateur s' exprime comme il le ferait à l'oral renvoie à une forme de
monologue, au sens où Julien organise son discours de telle façon qu'il paraisse spontané,
non réfléchi. La spontanéité justifie donc le fait que les expressions soient réinventées,
que la syntaxe ne soit pas conforme aux règles établies à l'écrit. Toutefois, le monologue
n'est motivé par aucun élément, ou public, qu'il prenne la forme d'un lecteur du journal
intime ou d 'un quelconque personnage qui écouterait le récit de Julien. Peut-on affirmer
pour autant que le discours relève de la mimésis formelle, au sens où l'entend Glowinski :
Le récit à la première personne relève de la mimésis formelle: c'est une
imitation, par le moyen d'une forme donnée, d'autres modes de discours
littéraires, paralittéraires et extralittéraires, ainsi que, selon un procédé
relativement commun, du langage ordinaire. La mimésis formelle fait fond
sur des formes d'expression socialement déterminées, et en général
profondément ancrées dans une culture donnée. Nous avons donc affaire à
un certain type de stylisation. C'est la raison pour laquelle on ne peut
parler de mimésis formelle que lorsque se manifeste une certaine tension,
un certain jeu entre différents modes d'expression; par exemple,
lorsqu'un roman fait usage des règles structurelles qui appartiennent au
Journal [sic] intime. Il n'y a pas de mimésis formelle lorsqu'un récit donné
se borne à manifester les structures inhérentes au genre même ou à la
convention stylistique dont il relève, par exemple, lorsqu'un sonnet met en
œuvre les règles contraignantes du sonnet classique. Dans ce cas,
l'indispensable tension n'existe pas; le phénomène de mimésis formelle
ne se produit pas. C 'est cette tension qui constitue le critère fondamental
de la mimésis formelle. (Glowinski, 1987 : 500)
19
Cette tension semble exister dans la construction de la narration de L'A valeur de sable.
Rien n'indique que la narration au «je» soit justifiée par une structure particulière
nécessitant la première personne. Le monologue non motivé de Julien est plutôt un
simple procédé visant à construire un discours plus près de la langue parlée, afin de
rendre compte d'une mimésis de la réalité par le langage. Pour ce faire, le narrateur doit,
à travers le discours qu ' il tient, s'adresser à un destinataire, ou plus particulièrement à un
interlocuteur. Puisque la forme suppose la présence d'un interlocuteur - fut-il non
précisé, c'est-à-dire abstrait, et ne renvoyer à aucune entité dans le roman - , ce dernier
doit être construit par le discours lui-même. Ainsi, le narrateur, en s'adressant à
quelqu'un, sans pour autant le nommer, met en scène un interlocuteur qui ne fait
qu 'écouter le récit, comme dans cet extrait, au début de la troisième partie du roman,
alors que Pépé vient de partir et qu'Annie et Julien se retrouvent seuls à la campagne:
Drôle de temps. Comme si le vieux avait embarqué dans ses bagages tous
les fronts froids de la région. Remarquez, l'Afrique, elle peut s'en envoyer
des vents du nord; si les éléphants battent des oreilles, c'est sûrement pas
pour se les réchauffer. En tout cas, pour l'instant, nous, on ne peut pas se
plaindre; déjà le 22 décembre et il n'y a pas plus de deux centimètres de
neige de tombé. J'imagine qu'en ville les crottes de chiens arrivent à peine
à se garder congelées. (AS: 127)
Julien s'exprime ici en usant du vocabulaire simple et vulgaire de la langue ordinaire,
c'est-à-dire non soutenue, il s'adresse nécessairement à un interlocuteur, allant même
jusqu'à l'interpeller d'un « Remarquez ». Grâce à des mots de la sorte, à des adresses
directes à un personnage qui n'en est pas un, à un autre qui ne fait pas partie du texte, le
narrateur construit son interlocuteur, ce qui a pour effet en quelque sorte de motiver son
discours, puisqu'il vise à informer quelqu'un.
20
La stylisation du réel
Le fait que ce destinataire ne soit jamais nommé, que ce soit par la présence de
marqueurs génériques du journal intime ou par une mise en contexte qui validerait le
monologue de Julien, permet de se questionner sur les raisons de cette mise en œuvre. Il
s'agit en fait d 'un procédé pour raconter le quotidien. Puisque les péripéties sont rares
dans L 'Avaleur de sable, J'action se déroule principalement à travers les mots, le langage
du texte. Certains, comme lan Watt, diront qu ' un effet de lenteur est produit en raison de
cette écriture qui devient l'action au lieu de la décrire:
la description détaillée des préoccupations de la vie quotidienne, telle
qu'on la trouve dans le roman, est liée à son emprise sur la dimension
temporelle: T.H. Green a remarqué qu'une grande partie de la vie
humaine avait tendance à échapper à la représentation littéraire, ne seraitce qu'en vertu de sa lenteur; le lien étroit entre le roman et la texture de la
vie quotidienne dépend directement de l'usage d'une échelle temporelle
infiniment mieux graduée que celle dont on se servait dans les récits
précédents. (Watt, 1982 : 29)
Dans Je roman de Stéphane Bourguignon, comme dans ceux de l'époque réaliste, un effet
de lenteur se dégage de la description du quotidien. Évidemment, l'absence de péripéties
rocambolesques, d 'aventures et de merveilleux entraîne un style narratif plus lent.
Puisque les actions sont moins extravagantes, il y a davantage de place pour la banalité
du quotidien, qui s'écrit par le biais de la description. Chaque journée ressemble à la
précédente, et la routine s'installe. C'est ce qui se produit dans la vie du narrateur de
L'Avaleur de sable. Un passage du roman apparaît emblématique de la platitude du
quotidien du narrateur :
J'ai compté deux cent quatre-vingts tuiles sur le plancher de la cuisine,
quarante-neuf mètres de boiseries dans la maison et huit cent quarante
grains de maïs dans une boîte de trois cent quarante et un millilitres.
21
Le facteur passe à onze heures quarante-huit, avec plus ou moins neuf
minutes de retard. Quand le mercure indique vingt degrés, il met son
bermuda. J'imagine qu'à vingt-cinq, il est à poil en dessous.
Lundi dernier, mille quatre cent cinquante-deux automobiles ont emprunté
ma rue entre neuf heures et vingt et une heures, il y a cinquante-neuf mille
définitions dans l'édition mille neuf cent quatre-vingt-sept du Petit Robert
et la poussière met quatre-vingt-neuf heures pour former un minou sous
mon lit. Pierrot est parti depuis cent quatre-vingt-douze heures et dix-sept
minutes . Je m ' ennuie. (AS: 61)
« [L]'écriture réaliste a quelque chose de compu lsif », dit Jacques Dubois (2000 : 70).
Julien s'ennuie et veut que son sentiment soit partagé. Son univers est vide d 'évènements
comme de sens. Puisque l'action n' est pas très présente dans L 'A valeur de sable, toute
l' intrigue est dans le langage. Le personnage ne vit pas à toute allure un épisode rempli
d 'aventures, mais il parle, il raconte son quotidien, il commente les évènements qui
surviennent. L'extrait précité, lourd de sa dimension ironique, vise à tourner en dérision
le vide dans la vie de Julien, comme dans le roman. En raison du manque d' action, du
manque d'évènements intéressants pour l' évolution du roman, le narrateur, qui n'a rien à
dire, puisqu'il reste enfermé dans son appartement sans voir personne, se voit forcé de
dire ce qu ' il fait, c' est-à-dire tourner en rond en cherchant quoi faire. C'est donc ainsi
qu ' il se retrouve à discourir sur ses réflexions sans intérêt pour quiconque \' écoute. Le
choix d'écrire les nombres en lettres plutôt qu'en chiffres est un moyen de ralentir le
rythme de lecture, afin d'accentuer l'illusion de lourdeur et d'insister sur la plate banalité
de la routine du personnage principal. À la lecture de cet exposé chiffré, il est possible de
voir que malgré l'illusion de réel, l'ironie permet de créer une certaine distance face à la
réalité. C'est donc dire que malgré l'illusion de transparence qui apparaît dans ce
passage, la volonté de styliser le réel est mise en évidence par l' écriture, le langage
22
utilisé. Dans cet exemple, l'effet de confidence est amplifié dans le but de pointer le
manque extrême de profondeur dans la vie de Julien.
Une fausse vraisemblance
Selon Philippe Dufour, « [IJe réalisme se veut représentation du quotidien, au plus près
du vécu, en puisant dans les choses vues, sans omettre le banal - qui est la vérité de la
vie. » (Dufour, 1998 : 1) Poussé par un désir de vraisemblance, le roman multipliera les
détails du récit, afin de créer un univers plus complet, au risque de produire un effet de
platitude ou de banalité en raison de la redondance quotidienne des faits et gestes des
protagonistes. Le narrateur, dans le cas de L'Avaleur de sable, exprime lui-même la
banalité de sa vie, notamment dans l' extrait qui suit, à la suite d' un appel de son meilleur
ami, Pierrot, dont il n 'a pas eu de nouvelles depuis un mois, c' est-à-dire depuis qu ' il a
emménagé avec Sonia, sa nouvelle petite amie:
Ciao !, Pierrot, on se reverra un de ces jours. Quand tous tes beaux projets
auront foiré, quand t'auras laissé Sonia, quand j'aurai perdu ma job. On se
retrouvera une fois de plus et on reprendra notre histoire où on l' a laissée,
en essayant de se convaincre qu'on n'est pas réellement fichus , que tout
est encore possible. En attendant, demain je donnerai tout ce que j'ai au
travail, comme ça demain soir, je pourrai rentrer l'esprit tranquille, il ne
me restera qu' à descendre quelques bières pour m'assommer
complètement. Et après-demain je retournerai travailler et après-demain
soir, je m ' enverrai d' autres bières. Et dans une semaine pareil. Jusqu 'à ce
qu ' il se passe quelque chose d'intéressant dans ma câlice de vie. (AS: 80)
Dans le but de prouver que sa vie n'a plus vraiment de sens depuis le départ de
son ami, Julien, dans une lancée pessimiste, poursuit son discours à Pierrot alors
qu ' il n'est plus au bout du fil, pour lui dire à quel point ils se retrouveront au
même point dans quelques temps, alors que Pierrot n'aura plus d'amie et que luimême n' aura plus son emploi. Plutôt que de créer de l'action grâce au langage,
23
Julien fait ici l'inverse, en renversant tout ce qui pourrait tenir lieu d'action, en
réduisant son quotidien à une routine plus que banale, où travail et bières prennent
tout l'espace.
Pour Julien, le fait de réduire les personnages de la sorte, de les rendre plus
vulnérables en raison de l'absence de l'un, du manque de volonté ou d'ambition
d'un autre est une façon de représenter le monde de manière la plus réaliste qui
soit. Toujours selon lan Watt,
[l]es diverses caractéristiques techniques du roman [ ... ] semblent toutes
contribuer à servir l' objectif commun au romancier et au philosophe - la
production de ce qui prétend être un compte rendu authentique de la
véritable expérience des individus. Cet objectif [implique des] ruptures
avec la tradition de la fiction [ .. .]. La plus importante peut-être - faire que
le style de prose rende un son de parfaite authenticité - est elle aussi
étroitement liée à l'un des points méthodologiques distinctifs du réalisme
philosophique. (Watt, 1982 : 35)
Pour arriver à rendre compte de l'expérience d'individus par l'écriture, il ne suffit pas
d 'un style de prose particulier, il faut travailler à la fois sur le style et sur
l'individualisation des personnages. Puisque l'action est rare dans L'Avaleur de sable, les
personnages, par leurs propos, racontent une histoire qui se justifie par eux, par ce qu'ils
vivent et disent de leur quotidien. C'est donc uniquement à travers le discours qu ' ils
tiennent que L'Avaleur de sable présente l'individualité des personnages.
Autrement, les personnages ne sont pas clairement individualisés, puisqu'ils n'ont pas de
nom de famille, pas d'adresse, les lieux où ils se trouvent n'étant jamais nommés. Bien
que les personnages aient chacun leur vie, chacun une volonté de faire, ils ne sont pas des
individus distincts comme le seraient des personnes réelles. Le seul personnage important
24
dont le nom de famille est donné dans le roman est Pierre-Paul Landry, et c'est parce que
Julien se présente au magas in général pour récupérer le colis de cet homme qu ' il doit le
nommer en entier. D ' ailleurs, le nom complet de Pépé n'est utilisé qu'à un autre moment
du roman, et c'est à la toute fin, lors de son mariage, où les noms sont obligatoirement
complets durant la cérémonie. Les autres personnages dont le nom de famille est donné
en entier dans le roman sont rares, et peu importants, sauf peut-être Azalée Toussaint, la
nouvelle femme de Pépé, dont le patronyme est aussi révélé à la seule occasion du
manage.
Les personnages de L 'Avaleur de sable sont présentés sous la forme de généralités. Par
exemple, les lieux qu'ils habitent ne sont jamais nommés. Bien qu'il soit possible de
distinguer la ville de Montréal par l'allusion au métro et au côté urbain, elle n'est jamais
clairement nommée. De plus, Julien et Pierrot habitent un appartement dans la ville, près
d'un marché extérieur, dont l'adresse civique est 6377, mais dont le nom de la rue n 'est
jamais indiqué, en aucun cas. Il en va de même pour l'endroit où travaille Julien, le
marché extérieur, dans lequel il est possible de reconnaître le marché J ean-Talon, mais ce
n'est que supposition. Et il en va ainsi pour tout, que ce soit le village d'où vient Pépé ou
le bar où ils se rencontrent. Les personnages sont donc présentés dans un décor tout à fait
réaliste, mais presque uniquement constitué de généralités. L'absence de noms de lieu, de
noms de famille, permet de créer un flou qui permet au lecteur d'adhérer à l' histoire, aux
personnages, et ainsi de s'identifier à eux. Malgré le fait que les personnages soient si peu
caractérisés, c'est-à-dire qu ' ils peuvent vivent n' importe où, qu'ils ne rencontrent pas de
personnalités connues, qu'ils ne fassent jamais référence à des évènements majeurs ou
25
historiques, un effet de réel se dégage du récit. Les personnages n'ont pas beaucoup de
passé, ne racontent pas leur enfance, leurs liens familiaux, ils ne prennent jamais de
rendez-vous chez qui que ce soit, mais c'est précisément ce qui leur permet d'être en
quelque sorte n'importe qui. L'imprécision des personnages ne leur enlève pas
l'impression de réalisme, au contraire, ils sont tout à fait réalistes, mais le stéréotype et la
banalité qu'ils dégagent les rendent plus « vrais ».
Une banalisation systématique
Julien et ses amis sont des personnages banals, c'est-à-dire qu'ils n'ont pas de passé
historique ou mythologique, ni dans la réalité, ni dans le roman. De plus, ils sont souvent
typiques 6 , ce qui ne leur enlève rien de leur banalité, bien au contraire. Puisqu'ils sont
typiques, ils ne sont pas marginaux, ils sont comme ce que tout le monde s'imagine d'une
telle ou telle personne. « Parce qu'il ne faut pas se le cacher, nous on n'a rien de spécial,
on est comme un vernissage: tu fais le tour vite et après faut que tu boives un litre de vin
si tu veux réussir à t'arracher un sourire. » (AS: 31) Le narrateur prétend une deuxième
fois qu'il n'a rien d'extraordinaire, alors que son amoureuse et lui reçoivent de la visite:
« Ça va faire du bien à tout le monde de se changer les idées. Surtout à Annie. Après tout,
je ne suis qu'un type moyen, et avec les types moyens, tout devient banal en un rien de
temps. » (AS: 129) Julien est le stéréotype parfait du jeune homme de la fin vingtaine,
chômeur, sans ambition, qui a un don pour les histoires compliquées. Plusieurs autres
personnages du roman sont très stéréotypés. D'un côté, l'employeur de Julien, Pépé, le
vieux campagnard qui conduit une camionnette et qui boit de la bière toute la journée, et
Et ceci, bien que le narrateur affirme le contraire en parlant de Sonia : « Il y a des filles , comme ça, qui
vous pulvérisent un stéréotype dans le temps de le dire. C'est ce qui me fait croire qu ' elle et Annie ont des
chances de bien s' entendre. » (AS: 129)
6
26
les deux vieilles femmes du magasin général «en chaise berçante» qui boivent leur
alcool après déjeuner. De l'autre, Sonia, la femme fonceuse, en super forme, qui sait se
battre, comme elle sait danser ; et l'ancien amoureux d'Annie, un policier qui arrête
Julien et profite de sa supériorité pour l'interroger sur Annie. Le lecteur n'est jamais
surpris par les traits des personnages tellement ils sont «déjà vus ». Le procédé
d'individualisation des persOlmages, s'il ne réinvente rien, permet tout de même de
justifier son objectif, soit de rendre les personnages le plus réaliste possible, et ainsi
s'insister sur la banalité de leur quotidien, sur l'aspect routinier et commun de l'univers
diégétique du roman.
Une autre façon de reproduire le côté ordinaire de la réalité, de rendre compte de la plate
banalité, est de recourir au registre vulgaire de la langue orale. Par exemple, dès la
première page, Julien affirme: « le temps était venu de me grouiller le cul» (AS: 15), et
plus loin, alors qu'il explique qu'à la fin décembre, il ne fait pas encore froid, il lance:
«J'imagine qu'en ville les crottes de chiens arrivent à peine à se garder congelées» (AS:
127). Par contre, en voulant utiliser des expressions pour vulgariser le roman, le style,
pour rendre les propos plus réels, l'effet contraire se produit quand il yen a trop. Parfois,
Julien utilise des expressions ou des mots plus vulgaires plutôt que d'utiliser le tenne
exact, ce qui donne des résultats comme ceci: « C'est l'euphorie, ça se tape le jambon, ça
cherche son souffle, le récupère en saccades et repart de plus belle» (AS : 153) et «Une
forte odeur de litière vient balayer mes trous de nez» (AS: 67). À un autre moment du
récit, Julien dit, alors qu'il voyage en camionnette et se dirige vers la campagne: «Après
quelques kilomètres, la tête d'Annie est venue choir sur mon épaule et on a passé une
27
heure comme ça à se faire masser la viande des fesses et à se meurtrir la chair des
épaules» (AS: 107). L'effet de réel recherché n'est pas atteint, parce que les propos sont
à la fois littéraires (choir, meurtrir) et vulgaires (viande des fesses), il n'y a pas de juste
milieu dans cet exemple. À l' image du réalisme du XIX e siècle, le langage est ici utilisé
pour créer un effet de réel, mais la tendance à exagérer le style afin de faire dans l'ironie
renverse cet effet de réel. Philippe Dufour, dans son ouvrage consacré au réalisme,
explique les deux visions du langage pour les écrivains de l'époque:
Le réalisme est une littérature inquiète du langage. De toutes les façons. Il
ya ceux, étranges écrivains, qui le jugent de trop. L'écriture est la trahison
du réel. Elle laisse le goût amer d'une approximation. L 'œuvre a mauvaise
conscience. Se piquant de savoir, la littérature réaliste est embarrassée du
signifiant. L'écrivain voudrait réduire le langage à sa plus simple
expression. [ . .. ] Il Y a au contraire ceux qui assument la part du langage, la
revendiquent même. Loin de se lamenter sur un miroir déformant, ils
estiment que c'est justement cette distorsion qui donne à voir le réel, le
donne à comprendre. Le langage est un révélateur. [ ... ] À ces écrivains les
tourments du style. Eux ne cherchent pas le langage ordinaire, ils le
fuiraient plutôt, craignant qu'il ne contamine leur œuvre, sûre alors d'être
commune, sans vision originale, sans intérêt, fausse même sans doute, car
plus d'un parmi ces écrivains soupçonne le parler ordinaire d'être porteur
des mensonges de l'Histoire contemporaine, d'être corrodé par les idées
reçues du temps. L'écriture doit se déprendre de la parole. (Dufour, 1998 :
157-158)
L'Avaleur de sable ne semble relever d'aucun de ces cas de figures. Stéphane
Bourguignon ne veut pas taire le langage, au contraire, il s'y accroche, créant même un
personnage pour narrer l' histoire, afin d'inscrire la communication au sein même de la
narration, notamment par la construction d'un interlocuteur à même les propos du
narrateur. De cette façon, l'écriture prétend rendre justice à la réalité, en traduisant en
paroles l'absence même d'action. D' un autre côté, le roman ne recourt pas à un langage
extraordinaire, le narrateur n'offre pas un style de prose particulier, et l'écriture
n 'apparaît pas comme une forme de distorsion du réel. Au contraire, elle prétend en être
28
le reflet. Stéphane Bourguignon ne tente pas de produire une harmonie quand il écrit, il
veut tout simplement montrer le monde tel qu'il est, et c'est pourquoi il utilise un
personnage-narrateur, qui parle plus qu'il ne narre, qui raconte, qui se confie au lecteur,
bien plus qu'il ne cherche le moyen d'exprimer une vision de l'écriture. Au contraire, le
fait que le personnage s'exprime lui-même permet ici à l'auteur de se dégager d'une
entreprise stylistique trop élaborée, afin de ne pas brimer l'authentique spontanéité du
narrateur-personnage, Julien . L'effet de confidence n'en est que renforcé. Par contre, aux
rares moments où l'auteur a voulu s'écarter de ce principe, l'effet de réel est perturbé,
comme en témoigne l'examen comparé de ces deux extraits:
l. C' est vrai que depuis le départ de Florence je n'ai pas fait grand-chose,
c'est vrai que je n'ai pas remué le petit doigt plus souvent qu'il le faut. Par
contre, aujourd'hui, c'est fini tout ça, je le jure, bien fini. D'ailleurs, ce
soir c'était une exception, rien à voir avec elle, je voulais juste quelques
heures à moi, une simple poignée de minutes, un minable grain dans le
grand sablier de l'éternité. Ce n'était pas beaucoup demander.
Rosemary 's Baby repassait à la télé et il restait suffisamment de bières
dans le Frigidaire pour me catapulter gentiment dans les bras de Morphée.
(AS: 15)
2. Je m'approche d'elle jusqu'à ce que son ventre et ses seins viennent
s'appuyer contre moi. Mes mains partent en promenade sur ses fesses et
mon nez va creuser un petit terrier dans son cou. Finalement, oui je le
veux, Annie. Plus que tout au monde, quitte à y laisser ma peau, quitte à
me perdre en toi, oui je le veux. Je veux aussi cette petite bête qui va voir
le jour, je veux qu ' elle m'invente des histoires à dormir debout, je veux
qu'elle déchire ma vie comme un grincement de craie dans un silence de
cathédrale. Je veux nous voir vieillir sous ce maudit ciel bleu. Et je veux
vivre comme un fou, comme un défoncé, je veux manger de la vie comme
de la vache enragée. Et je veux dévorer du temps, tu m'entends, dévorer
du temps comme un avaleur de sable, planté debout, gueule ouverte, sous
le trou du grand sablier de l'éternité. (AS: 239-240)
Le premier extrait constitue l'incipit du roman, le second, la clausule. En dépit de l' effet
de boucle, il faut avant tout noter que dans ces deux extraits, la communication est
différente entre le narrateur et son destinataire. Dans l'extrait l, l'écriture se rapproche de
29
la langue orale, c'est un reflet de la réalité. D'emblée, le narrateur affirme: « c'est vrai »,
ce qui permet de croire qu'il veut créer un lien avec un interlocuteur, en lui avouant ses
torts, puis il jure, un peu comme dans la vie on jure pour enlever tout doute à notre
interlocuteur. De plus, il y a les références à ce qui se passe dans son univers, un film,
nommé, qui joue à la « télé », ainsi que l'utilisation du mot « Frigidaire », pour parler de
réfrigérateur, ce qui est courant au Québec, dans la langue de tous les jours. L'extrait 2,
inversement, se rapproche davantage d'un langage poétique, loin de la langue orale. Il y a
un ton plus cérémonieux à partir du moment où il répète «oui je le veux », alors qu 'un
changement d'interlocuteur s'opère. S'ensuit une envolée qui se veut plus fantasmatique,
en langage figuré. Il y a d' ailleurs la reprise de l'incipit, avec le « grain de sable », le
« grand sablier de l'éternité », mais sur un autre ton, c'est-à-dire plus rêveur, moins terreà-terre et déprimé comme dans le premier, plus lyrique, moins vraisemblable. En fait, le
roman s'ouvre sur Julien qui se retrouve seul à la suite du départ de Florence, morte huit
mois plus tôt, il se sent seul, il ne veut plus rien savoir de l'amour, puisque tout finit
toujours par aller mal, et se rabat sur son amitié avec Pierrot, son colocataire.
Malheureusement, ce dernier le laisse également tomber pour une fille, et Julien se
retrouve seul au monde, sans ami, sans collègue de travail, puisque sans emploi. Il tente
d' apprivoiser sa solitude en racontant son histoire à quelqu'un, en s'adressant à une autre
personne, une personne qu ' il s'invente, un interlocuteur, comme s'il combattait son mal
de vivre par la narration. Par contre, à la toute fin du roman, il semble se laisser aller, il
veut bien accepter Annie dans sa vie, et qui plus est avec son bébé. Le changement de
narrataire se fait donc dans les dernières phrases du roman, où il s'adresse à Annie, où il
lui dit qu' il la veut dans sa vie. Et puisque le narrateur n'a plus besoin de relater sa vie, de
30
se confier à un inconnu, ou bien à un interlocuteur qu'il s'invente, le roman prend fin,
n'ayant plus de raison d'être. Du reste, il est important de noter que la distance de ton
entre l'incipit et la clausule n'est pas une représentation d'une évolution de ton dans le
roman. En fait, la clausule est un cas isolé dans le roman, le ton étant en général
beaucoup plus près du réel, d'une réalité orale, renforcée par le discours d'un narrateur
qui s'exprime au «je ».
Cette narration au «je », dans L'Avaleur de sable, a certes permis de créer un langage
plus impulsif, afin de se rapprocher encore davantage de la langue parlée. Ce procédé fait
en sorte qu'une authenticité construite est au cœur de l'écriture du roman, comme dans
cet extrait où Julien tente d'échapper à des hommes qui lui en veulent et qui le
poursuivent en voiture: «Je fonce dans la ruelle comme un sanglier qui vient de
comprendre par où on al' intention de lui enfoncer la broche. Ils n'auront pas à filer un
train d' enfer bien longtemps pour réussir à me rattraper. Je prends quand même le temps
de ramasser une petite barre de fer qui traîne par terre. » (AS: 73) Le personnage, en plus
d'employer des propos vulgaires, décrit l'action au moment où elle se déroule, la
description engendre l'action, puisque cette dernière ne vise pas à représenter les lieux,
l'ambiance, les couleurs, mais bien l'action. Le narrateur s'exprime comme il réagit, sans
réflexion, dans le feu de l'action, donc la spontanéité, ici, reflète l'authenticité, mais dans
un contexte construit. Les propos se présentent sous la forme d'une fausse spontanéité
d'un narrateur qui crée un discours en courant.
31
Dans cet extrait, comme dans tout le roman, un «je» témoigne faussement de ce qui
arrive, permet de mettre en scène une réalité que tout le monde connaît. Bien que le «je»
soit fictif et que le témoignage soit un faux témoignage, puisque ce n'est pas l'auteur qui
raconte sa propre histoire, ce n'est même pas une autofiction, c'est une pure fiction, tout a
l'air vrai. Toute l'action se déroule faussement au fur et à mesure que la narration
raconte. L'Avaleur de sable est un roman motivé, au sens de Genette, puisque le narrateur
veut faire croire à la réalité de son histoire. Rien n'indique la fiction dans l'œuvre. «La
motivation est donc l'apparence et l'alibi causaliste que se donne la détermination
finaliste qui est la règle de la fiction: le parce que chargé de faire oublier le pour qui ? et donc de naturaliser, ou de réaliser (au sens de : faire passer pour réelle) la fiction en
dissimulant ce qu'elle a de concerté, comme dit Valincour, c'est-à-dire d'artificiel: bref,
de fictif. » (Genette, 1969 : 97) En d'autres mots, L'Avaleur de sable est une œuvre
motivée par le fait qu'elle passe pour réelle, vraisemblable, en cachant tout ce qui
pourrait laisser croire à une fiction. L'utilisation du «je» fictif, donné pour vrai, qui
s'adresse à un narrataire construit par son discours est un bon moyen pour mettre en place
le discours motivé du roman.
Conclusion
En conclusion, je dirais que l'œuvre de Stéphane Bourguignon, L'Avaleur de sable,
s'approche du roman réaliste. Il en manifeste plusieurs caractéristiques, que ce soit par
l'ambition de créer un effet de réel ou encore de décrire le quotidien d'un personnage,
malgré la banalité de la chose. Le premier roman de Bourguignon ne peut toutefois pas
être considéré comme réaliste à part entière, parce qu'il relève d'autres enjeux. L'illusion
32
de la transparence est créée de différentes façons, à commencer par une structure
temporelle simple, où le genre du journal de bord semble privilégié; ce procédé relève
sans doute d'un certain voyeurisme, le désir de s'infiltrer dans la vie des autres étant
peut-être à l'origine de ce style d'écriture et de cet engouement pour les romans à la
première personne. Bien que le quotidien semble banal, le tout reste fluide , puisque le
lecteur avance dans l' histoire au même rythme que le personnage principal. La simplicité
se reflète aussi dans l'absence de discours savants, ce qui est contraire au désir des
écrivains réalistes. Pour eux, un roman était un ouvrage qui devait se présenter comme
sérieux, voire savant. Par contre, dans L'Avaleur de sable, le savoir est souvent tourné en
ridicule. Peu d' inforn1ations sérieuses sont véhiculées dans le roman, ce qui permet un
effet de transparence, puisque le lecteur est toujours en terrain connu, il est rarement pris
de court. En ce qui concerne le discours, le récit est toujours présenté du même point de
vue, celui du narrateur-personnage, Julien. La narration, permettant une relation
privilégiée entre le narrateur et son destinataire, agit également sur la prose de l'auteur.
Cette prose est en plusieurs points opposée à celle des romanciers réalistes, ne serait-ce
que par l'absence de transition entre la vulgarité et le côté plus poétique de l' écriture de
Stéphane Bourguignon. Pour terminer, je me permets donc d'avancer que le récit de
Stéphane Bourguignon, bien qu ' il le laisse supposer à première vue, n'est pas une œuvre
réaliste, mais qu'il vise néanmoins à rendre compte du réel: peut-être s'agit-il ici d 'un
nouveau réalisme, porté par un désir de faire croire à une transcription de la réalité, qui
masque ses procédés sous une « fausse» familiarité avec le lecteur.
33
CHAPITRE II
LE FAIRE-SEMBLANT DES PERSONNAGES
[LJe roman s 'est intéressé, plus que toute
autre forme littéraire, à l 'évolution des
personnages dans le cours du temps.
Jacques Dubois
Le premIer roman de Nadine Bismuth, Scrapbook (2004), semble, à première vue,
s'inscrire lui aussi dans cette tendance du retour au récit. Alors que L'Avaleur de sable
propose un réalisme basé sur le souci d'un langage vrai, proche de la langue parlée,
Scrapbook présente plutôt un univers réaliste qui prend sens grâce à la vraisemblance des
personnages.
Vincent Jouve, dans le chapitre sur « la saisie du personnage» de son ouvrage L 'ejJet-
personnage (1992), identifie différents aspects à considérer dans un roman afin de
«[percevoir le] personnage comme réalité textuelle» (Jouve, 1992: 56). Il s'agira donc
ici d 'étudier le personnage dans le roman, d'examiner comment il est présenté, décrit,
donné à voir, en cherchant à saisir les mécanismes qui créent l'illusion référentielle.
Selon Vincent Jouve, « [i]l n'est pas de roman sans personnage: l'intrigue n'existe que
pour et par eux. » (Jouve, 1992 : 58) De ce point de vue, le personnage est au centre du
roman. Cette position lui confère donc un statut privilégié dans l'intrigue, puisque tout
passe par le personnage, c'est-à-dire qu'il est le lien entre tous les éléments du récit,
explique Jouve :
34
Lorsque des personnages n'existent qu'à l'intérieur de l'uni vers narratif
[... J, ils sont perçus, on le sait, à travers les liens - inévitablement
signifiants - qui les unissent aux autres éléments du récit. Ce sont ces
relations, définies plus haut comme "structuralement nécessaires", qui
expliquent leur exemplarité aux yeux du lecteur. [ ... J Le roman se
présente au lecteur comme le lieu d'une "essentialisation" de la personne
[ ... ]. [LJ'intrigue romanesque est, constitutivement, un conflit de
personnes. Supportant le poids et la responsabilité du drame, les
personnages se donnent à saisir comme "êtres". Le roman inverse ainsi les
rapports de l'individu et du monde en faisait du premier la cause du
second. (Jouve, 1992 : 60-61)
Il en va ainsi dans Scrapbook de Nadine Bismuth, où les personnages forment une
constellation autour de la narratrice. Si, comme le propose Lucie Joubert (2007), le roman
est vraiment une parodie d 'autofiction, les personnages, notamment la narratrice, doivent
être au cœur du récit, d'autant plus que la narration du roman est au «je ». La narratrice,
Annie Brière, une jeune femme de vingt-trois ans, en est le personnage principal. Elle
raconte sa vie sur une période qui s'étend sur environ deux ans, et son récit concerne plus
particulièrement les relations qu'elle entretient avec les gens qui traversent son existence.
Comme l'indique le titre du roman, son histoire prend la forme d'un scrapbook7 . Annie
Brière écrit:
ne s'était-il pas déroulé des tas de choses dans ma vie ? [ ... J En
contemplant ainsi mon scrapbook, je me suis imaginé tous les souvenirs,
toutes les petites coupures d'existence que j'aurais pu y colliger moimême si le loisir m'en avait été donné. Il s'est produit un éclair dans ma
tête à travers lequel j'ai aperçu une espèce de roman de forme hybride,
dépourvu de centre de gravité. (S : 378)
7 Le scrapbook n'a pas ici la forme habituelle du scrapbook qui devient de plus en plus populaire dan s notre
société, c'est-à-dire avec plusieurs photos et selon un montage fait de bricolages et de descriptions très
brèves. Dans le cas du roman, pour les besoins de la cause, il s'agit de descriptions, mais très détaillées, qui
donnent parfois l'illusion de photos, tellement l' image que l'on conçoit est nette. De plus, il ya un chapitre
entier où la narration n 'est pas traditionnelle. Il s'agit des échanges de courriels d'Annie. Le point de vue
de la narration est par contre toujours le même, celui d'Annie. Ce sont les courriels qu'elle reçoit et qu'elle
enVOle.
35
Ce scrapbook où tout se mêle, les styles comme les relations, où les rencontres se
succèdent et les scènes se multiplient, met en scène au total pas moins de quarante-six 8
personnages qui traversent l'univers de Brière. Dans la majorité des cas, les liens qui
unissent les personnages entre eux semblent rejoindre une réalité contemporaine, celle
des rapports amoureux, ou plus précisément, l'impossibilité de ces rapports amoureux. En
effet, les personnages sont dans l'incapacité de créer des liens durables entre eux. Le
mensonge, la complexité de leurs vies, leur carrière, leurs ambitions, tout contribue à
éloigner les personnages.
L'univers diégétique de Scrapbook repose entièrement sur la narratrice, sur les liens qui
se tissent entre les personnages; il n'y a pas d'intrigue autre que celle de la vie de la
narratrice et de ses connaissances. Selon Jouve, «[ e]n raison des nombreuses
déterminations qui pèsent sur lui, le personnage est saisi comme un absolu. [ ... ] Le
personnage de roman, singularisé par un statut narratif, se situe sur un plan supérieur. »
(Jouve, 1992 : 62-63) En d'autres mots, le personnage de roman est présenté comme une
personne, mais une personne qui, en raison du fait qu'elle fasse partie d'une narration,
qu'elle soit au cœur de tout ce qui se produit, serait plus qu'une personne ; elle devient un
personnage par le simple fait que dans le cadre du récit, elle n ' est plus un individu dans le
monde, mais l'individu autour duquel tourne le monde. «Le traitement narratif du
personnage a pour but de le constituer en objet remarquable, c ' est-à-dire en centre
d'intérêt privilégié. » (Jouve, 1992: 63) Voilà pourquoi il est difficile d'analyser un
Ces personnages figurent en mmexe I, sous forme de liste. Pour chaque personnage, un bref aperçu de qui
ils sont est présenté dans le but de comprendre leurs liens avec la narratrice du roman, Annie Brière.
8
36
personnage, de le comprendre en tant qu'individu, puisqu'il ne l'est pas, il est plus
qu'une personne, même s'il est présenté comme tel.
Le personnage romanesque n'est ni complètement «réel» (c'est une
création), ni complètement irréel [ .. .]. Il s'affirme comme une «réalité
duelle» au sens où Thomas Pavel parle de «structure duelle ». Le
personnage de roman est saisi à travers la mise en relation du monde réel
(univers primaire) et d'un monde de «faire-semblant» (univers
secondaire). (Jouve, 1992 : 64-65)
Dans la perspective qui est la mienne, soit l'interrogation des procédés du réalisme
contemporain, je me propose ici de saisir la limite entre le réel et la fiction, c'est-à-dire ce
qui sépare le personnage de la personne, et de voir jusqu'à quel point il est possible au
lecteur de s'identifier au personnage. Pour ce faire, les pistes d'analyse suggérées par
Vincent Jouve seront utilisées, et j'examinerai précisément les frontières entre
représentation et réalité, la distance entre le personnage et le lecteur, les dimensions du
personnage, ainsi que son incomplétude dans le récit.
Dans le cadre du roman de Nadine Bismuth, puisqu ' il est question de quarante-six
personnages, et que plusieurs d'entre eux ne sont mentionnés qu' une seule fois, l'analyse
se limitera à quelques personnages seulement.
Annie Brière, une narratrice en chair et en os ?
Annie Brière, dès les premières pages du récit, se décrit physiquement sous les traits
d 'une jolie jeune femme:
Certes, je ne suis pas un laideron. Mais mes cent dix-huit livres réparties
assez correctement dans mes cinq pieds et quatre pouces, mes cheveux
brun clair, mes yeux brun-vert, mon nez retroussé, ma bouche rose en
forme de cœur, mes dents maintenant parfaites, mon jean bleu, mon
chandail de laine noir, mon Kanuk beige dézippé pourvu d'un capuchon
37
au col de fourrure, tout ça mis ensemble n'avait pas eu l'air de présenter
quoi que ce soit de menaçant pour ma congénère, car après que son regard,
en un éclair, eut saisi chaque élément de ma physionomie, Marion Gould
m'avait fait la bise et m'avait invitée à entrer sur un ton tout ce qu'il ya de
plus jovial. (S : 18)
Cette brève description de la narratrice donne un aperçu de son allure physique. Par
contre, pour l'analyse du personnage, il nous faut tenir compte de l'ensemble du texte, et
non seulement les informations qui s'appliquent spécifiquement au personnage.
À la lecture de Scrapbook, il est possible de mettre en lumière, comme l'a fait Lucie
Joubert, la dimension parodique de l'autofiction. « Cet univers ludique ne donne le beau
rôle à personne mais, puisque la narration s'effectue au féminin, c'est de cet angle qu' i1
est observé. » (Joubert, 2007 : 85) De ce point de vue, il faudra diviser les personnages en
deux, d'un côté les hommes, de l'autre les femmes et leurs stéréotypes. Du moment où
Annie Brière devient un stéréotype féminin, en raison de la dénonciation que l' étiquette
« parodie» impose, elle devient un modèle probable et non pas possible (personnage
individualisé), dans la réalité du lecteur. La représentation de la nature fictionnelle du
personnage est au premier plan dissimulée, puisque « le personnage se confond avec la
figure du narrateur» (Jouve, 1992: 67). Par contre, si l'on prend en considération la
présentation du stéréotype, la reconnaissance de la nature fictionnelle deviendrait
implicite. En effet, comme le montre Joubert, « Annie, gaffeuse, tend des pièges qui ne se
referment que sur elle, se fixe des objectifs inaccessibles et se prend symboliquement au
jeu de la fiction, comme le montre la séquence où, dans un moment d'intimité, elle
confond la réalité et les textes des gars lus dans les cours de création (S, 129) » (Joubert,
2007 : 86).
38
Il Y a donc peu de frontières entre le personnage d'Annie Brière et le lecteur, si on lit le
roman au premier degré; toutefois, même si un plus grand écart apparaît à la lecture de la
parodie, la distance entre le monde fictionnel et le lecteur demeure minimale. En effet,
l'histoire se déroule à Montréal, entre les années 1990 et 2000. Annie fréquente une
université connue, habite le Plateau. Elle a une vie d'étudiante, une famille présentée au
lecteur, avec les qualités et les défauts de chacun d'eux. Annie Brière est un être presque
palpable, puisqu'elle a un nom complet, un âge, une date d'anniversaire, un métier, elle a
même une allergie connue: les cerises. Chaque détail contribue à rendre Annie Brière
plus vraie, plus vivante. La densité référentielle du personnage narrateur est à son
maximum dans Scrapbook, puisque c'est un être complet. Toutefois, Annie est loin de
l' héroïne traditionnelle, ses défauts et ses faiblesses se multipliant au cours du récit. C' est
une des raisons pour lesquelles la distance entre le monde fictionnel du personnage et la
réalité du lecteur est si mince.
Le simple fait que l' écriture de Nadine Bismuth soit transparente, c'est-à-dire simplifiée à
son maximum, sans prétention littéraire affichée, permet une meilleure lisibilité au récit.
Annie Brière et son entourage sont, par ce procédé, plus saisissables pour le lecteur.
L' unique point de vue de la narratrice-personnage est un élément important de la saisie
du personnage. La trame narrative ainsi dénuée de focalisations diverses permet une seule
vision des personnages, celle d'Annie. Elle seule construit les ponts entre les
personnages, ce qui crée un effet de réel qui se voit renforcé par la mention de quarantesix personnages dans le roman. Il y a un souci d'imiter le monde réel, et le roman réussit
39
à se constituer comme un monde à part entière. Comme il en était fait mention plus haut,
le personnage d'Annie a un nom complet, un statut d'étudiante 9 , un âge, des sentiments.
Cela s'étend à la plupart des personnages, à tout le moins les plus importants dans la vie
de la narratrice. Même les prénoms des parents d'Annie, qui semblent tout bonnement
s'appeler papa et maman, sont mentionnés au cours du récit, pour un plus grand effet de
réalité.
Différentes classes de personnages, de la simple figuration à la caricature
Alors que la narratrice, Annie Brière, est un être complet, dont on connait autant le
portrait physique que le profil psychologique, plusieurs personnages n'ont, au contraire,
que des rôles spécifiques à jouer, dans le but de rendre plus convaincant, plus
vraisemblable, le récit. Quelques-uns sont des « figurants» dans Scrapbook, qui viennent
rendre plus vivants les lieux dans lesquels se construit l'intrigue. À titre d'exemple, il ya
les voisins d'Annie, dont les noms ne sont jamais cités, tout ce que le lecteur sait d'eux
est leur profession (pharmaciens) et le fait qu'ils soient un couple. Il est aussi question de
Ginette Labbé, comptable, que Sophie Blanchet présente à Annie lors de sa première
visite aux Éditions Duffroy, en passant près du photocopieur. Ces personnages n'ont pas
de passé, pas de futur, n'ont pas d'identité, mis à part un nom et une profession. Ils n'ont
aucune importance dans la vie d'Annie, n'influencent en rien le cours du récit, ni de près,
ni de loin. Ensuite, il y a les personnages qui ne jouent que des rôles utilitaires dans le
récit. Par exemple, Christian Duffroy, propriétaire de la maison d'édition qui publie
Annie. Elle ne le rencontre jamais personnellement, mais il compte dans sa vie puisqu ' il
Annie Brière est étudiante dans une w1iversité réelle, avec sa spécificité anglophone. Les courriels sont
d ' ailleurs écrits en anglais quand il est question de la bibliothèque ou des bourses.
9
40
publie son livre. Outre ce fait, il est aussi à l'origine des complications de communication
1o
entre Laurent et elle . Il a donc un rôle à jouer, mais toujours indirectement. Il ya aussi
Kim Lacasse, qu'Annie encouragera à s'inscrire en création littéraire. Kim tombera
amoureuse du professeur d'Annie, Bernard Samson, qui perdra, en raison de cette
relation, son statut de professeur pour aller travailler aux éditions Duffroy. Il y a les
personnages dont on ne décrit que le comportement en société, comme par exemple
Martine Khouri qui personnifie la rivale d'Annie ll . Celle-ci sera décrite de manière plutôt
ironique, puisqu'elle représente celle que toutes détestent:
Martine Khouri était une fille maigre au nez pointu. Ses cheveux, jamais
séparés sur le même côté, étaient d'un noir réglisse, raides et lisses. Elle
portait toujours des chandails qui lui boudinaient la poitrine - laquelle
poitrine n'était pourtant pas d'un volume plus extraordinaire que la
mienne. Mais, qu'on le veuille ou non, ça attirait les regards. Ce matin-là,
elle serrait contre ses seins les trois copies de son mémoire de maîtrise.
Celui-ci s'intitulait La Juvénile. Il s'agissait d'un recueil de nouvelles où,
dans une langue aux accents populistes truffée de métaphores à cinq sous,
il était question de masturbation, de prostitution, des clubs échangistes, du
piercing des parties génitales et autres obscénités érotico-racoleuses. (S :
29-30)
Toute la dimension subjective est à retenir dans cette description. Subjectivité qui désigne
sans doute l'écriture parodique du roman, qui vient stéréotyper les personnages.
Si l'on admet la thèse de Lucie Joubert (2007), qui lit Scrapbook comme une parodie
d'autofiction, il devient alors important de prendre en compte la dimension parfois
caricaturale des personnages. Ainsi, d'un côté Léonie, la sœur de la narratrice, qui aura
10 Laurent, l'amant d ' Annie, est correcteur d'épreuves aux éditions Duffroy. Marié, il ne peut l'appeler ou
lui écrire que du travail. Annie, pour sa part, ne peut pas le rejoindre par téléphone, puisque Christian
Duffroy a instauré une loi qui interdit toute relation intime entre les employés et les auteurs. Puisque la
réceptionniste entretient justement une relation privilégiée avec son patron, elle risque de tout lui dire et de
compromettre la relation entre Laurent et Annie.
Il Martine Khouri, elle aussi étudiante en création littéraire, snobe le mémoire d'Annie, elle s' étorll1e : « Tu
veux dire qu'un éditeur va publier ton . . . ton genre de ro .. . roman cucul de banlieusards, là ? » (S : 32)
41
une liaison extraconjugale pendant près d'un an et qUI y met un terme voyant que
l'homme devient amoureux d'elle alors qu'elle ne partage pas les mêmes sentiments. De
l' autre, la même Léonie, une actrice ratée, qui fréquente un «producteur de spots
publicitaires et de vidéoclips» dans l'espoir de lancer sa carrière, mais qui finit par se
décourager, puisque sa manœuvre ne porte pas fruit. Deux visions s'affrontent donc chez
Léonie Brière : le personnage « paisible », réelle sœur de la narratrice; et le personnage
type de la jeune fille ambitieuse qui poursuit ses rêves de célébrité de toutes les façons
possibles. Annie laisse d'ailleurs planer le doute quand elle décrit sa sœur :
En théorie, ma sœur possédait encore bien des atouts . Pas une ride ni un
seul bouton sur sa peau qu 'elle entretenait à grands coups de produits Lise
Watier. Une chevelure resplendissante aux reflets mordorés . Une taille
fine qui n'avait rien à craindre du mystérieux postulat tout le monde a l 'air
gros à l'écran. Mais par-dessus tout, était-ce un hasard si, après trois
années passées à l'École des Hautes Études Commerciales, Léonie avait
décroché un poste de coordonnatrice chez Montage Mondial, une boîte de
postproduction cinématographique et télévisuelle? (S : 25)
Alors que la description physique laisse entrevoir une jeune femme sûre d' elle,
l'interrogation, le commentaire à propos de l'emploi qu'elle occupe, permet au lecteur de
se questionner sur la véritable motivation de Léonie dans son choix d'entreprise.
Les stéréotypes
Léonie n'est pas le seul personnage féminin présenté par la caricature. Que l'on pense à
la mère de Léonie et d' Annie, bourgeoise type. Suzanne Brière (est-ce un hasard si elle a
le même patronyme que son mari ?), après avoir travaillé un peu en enseignement, a
ouvert une école de diction. «Ici, qu ' il soit permis d' expliquer que, si [leur] mère a
baptisé sa première fille Léonie, et deux ans plus tard, sa seconde fille Annie, ce n ' était
pas par étourderie, mais parce qu'elle voulait obliger tout le monde à bien articuler dans
42
sa maison, et pas juste au sous-sol, où étaient situés Les Beaux Mots, son école de
diction. » (S : 41) La maman de bonne famille sera scandalisée de constater qu ' il «y a
onze "crisse", huit "ostie", treize "fuck" et deux "tabarnak" » (S : 92) dans le roman de sa
fille. Tout aussi ambitieuse sur le plan professionnel que Léonie, elle talonne sa famille
pour avoir d'une part plus de clients, et d'autre part des rôles publicitaires pour ses élèves
des Beaux Mots.
En plus du stéréotype de la bourgeoise, celui de la secrétaire de direction est aUSSi
exploré. Murielle Vienne, engagée aux éditions Duffroy parce qu'elle est la femme du
directeur du Conseil des m1s et des lettres du Québec, Didier Vienne (décidément, pour
les noms de famille !), se révèle froide et sans délicatesse. Comble du stéréotype, cette
secrétaire entretient une relation intime avec le grand patron, Christian Duffroy.
Et les stéréotypes s'enchaînent dans le roman. D'un côté, Sophie Blanchet, directrice
littéraire des éditions Duffroy, femme de carrière, amoureuse de l'écrivain alcoolique
Marcel Francoeur. De l'autre, Kim Lacasse, jeune fille d'un riche propriétaire d ' une
usine de fromage, dont la carrière de danseuse est interrompue par un accident de ski.
Elle se tourne vers l'écriture de poèmes cuculs, et devient amoureuse d'un professeur
beaucoup plus vieux qu'elle, qui laissera sa femme pour elle. Il ne faut pas non plus
oublier Josée, avocate qui , après une dépression majeure, part en voyage sur un voilier,
pour revenir ouvrir « le premier centre-conseil spécialisé en vastu living à Montréal ».
(S : 368)
43
Les personnages féminins sont presque tous présentés par le biais de la caricature, ce qui
met de l'avant le penchant parodique du roman dit autofictif. Le stéréotype surdétermine
les personnages, qui ne semblent pas si intéressants si l'on coupe la dimension
« parodique» présentée justement par le biais du stéréotype. Il en va de même du côté
des personnages masculins , dont il importe de brosser le tableau.
De tous les personnages masculins dans l'univers du roman, je ne retiendrai que les trois
amants d'Annie, ainsi qu'Hubert Lacasse, personnage important de Scrapbook,
également étudiant au profil création de la maîtrise en littérature, et qui représente le
macho sans aucun scrupule. Annie le décrit en ces termes à sa sœur dès le début du
roman:
[L] 'héritier de l'empire fromager, qui me court après depuis la première
année de bac, mais si tu le voyais ! Contrairement à Gougeon, Lacasse a lu
les œuvres complètes de Hemingway. En fait, il va jusqu'à l'imiter dans
son roman. Mais ça ne change rien à l'affaire, il m'énerve. Il a une si
grande gueule qu'il fait des exposés oraux de trois quarts d'heure même si
le prof a écrit en caractères gras surlignés dans son plan de cours qu'il ne
faut pas excéder dix minutes. Il est chiant, et un peu crado. [ . . . ] Lacasse se
gèle toujours la fraise, il fréquente les beer bash et il couche avec toutes
les filles du département, avec la Khouri, par exemple, c'est certain, et
toutes les autres. CS : 39-40)
Mal pnse, Annie fera appel à Hubert Lacasse afin de rendre jaloux son ex-copam
Laurent. Par contre, fidèle à lui-même, Hubert lui fait faux bond, compromettant du
même coup la relation amoureuse qu'elle développe avec Samuel.
Il y a aussi les trois amants de la narratrice. Tout d'abord, Benoît Gougeon, journaliste
sportif qui sera le premier amant d'Annie, et ce, pendant deux ans. Benoît adore le sport
44
et sa voiture. Chaque fois qu'il est question de la visite de Benoît chez Annie, la
narratrice fait allusion à la voiture de son amant:
Tout absorbée dans la rédaction de mon roman, je ne passais pas beaucoup
d'heures à penser à Benoît Gougeon. Il m'appelait beaucoup plus souvent
que je ne le faisais moi-même. À quelques reprises, j ' étais allée chez lui,
dans son con do de Pointe-Claire équipé d'un garage chauffé. Mais, en
règle générale, je préférais que ce soit lui qui vienne chez moi. Car comme
nous l'avions découvert en lisant les pancartes qui bordaient ma rue, un
permis de stationnement était nécessaire après huit heures du matin, de
sorte que Benoît Gougeon n'avait pas le choix de me quitter de bonne
heure, ce qui avait pour effet de ne pas bouleverser ma journée de travail.
(S : 37-38)
Cet extrait résume avec humour la relation qui les unit.
Vient ensuite la rencontre avec Laurent Viau, correcteur d'épreuves aux éditions Duffroy.
La narratrice, après avoir passé la nuit en sa compagnie, découvre qu'il est marié et père
d ' un enfant. S'ensuit la difficile relation entre un homme et sa maîtresse, en cachette de
sa femme. Maîtresse chez qui il passe deux soirs par semaine, utilisant l'alibi de
l' entraînement à la piscine. Le couple traversera des hauts et des bas, en raison de la
situation délicate que le mariage de Laurent entraîne. Ce dernier jouera le rôle de
l' homme qui a une famille, et qui ne peut céder aux caprices de sa maîtresse. Le passage
d'un courriel destiné à Léonie, où Annie excuse son amant pour la conduite qu'il a eue
envers elle deux jours plus tôt, reprend une scène éculée :
Il est tellement gentil: il avait apporté des fleurs, des panini au thon et des
chaussons aux cerises (il avait oublié que je suis allergique, mais c'est pas
grave). Pour le reste, on a décidé qu'on louerait des films moins longs la
prochaine fois (c'est vrai que celui d'avant-hier durait plus de deux heures
!). Et puis ce n'est pas comme s'il n'était pas prêt à faire des efforts : il
m'a dit qu'il songeait à s'acheter un téléphone cellulaire pour que je puisse
l'appeler quand ça me tente. (S : 152)
45
Dans cet extrait, on saisit le profil de Laurent. Réalisant qu'il a offensé son amie, il se
précipite chez elle pour se faire pardonner, mais il n'a pas la délicatesse de se souvenir
qu'elle a une allergie, de plus, il dit qu'il « songe» à s'acheter un cellulaire pour qu'ils
puissent se contacter plus facilement, mais le fait est qu'il ne mettra pas son plan en
action. Il est le portrait type de l'homme qui a peur de l'engagement, et qui garde toujours
la femme à distance, mais en lui faisant des promesses qu'il ne tient pas, afin qu'elle ne
s'éloigne pas trop.
Finalement apparaît Samuel Chalifoux, le troisième amant d'Annie. Ce personnage est
moins présenté sous forme de caricature, c'est plutôt la situation relative à Annie qui est
caricaturée. La première fois qu'Annie le rencontre, elle le décrit ainsi: «un garçon au
visage osseux, à la peau claire et aux cheveux bruns bouclés. Il portait des lunettes à
monture large et argentée, un jean, un T-shirt noir et des baskets grossièrement lacées. Je
ne lui donnais pas plus de vingt-six ou vingt-sept ans. » (S: 190) D'une apparence
somme toute assez classique, Samuel est créatif publicitaire. Puisque son personnage est
« ordinaire», il faut plutôt étudier le contexte qui l'amène à fréquenter Annie. Leur
première rencontre se déroule alors qu'Annie passe chez lui récupérer la chaîne que sa
sœur Léonie a perdue à l'époque où elle fréquentait Pierre. Samuel en veut à Annie parce
qu'il croit qu'il s ' agit de celle qui a brisé le cœur de son ami. La deuxième fois qu'ils se
voient, c'est encore à l'appartement de Samuel où Annie va se réfugier après avoir reçu
des appels obscènes, vengeance de la femme de Laurent. Annie habitera chez lui quelque
temps, puis en fera son amant afin d'oublier Laurent, ou plutôt de le rendre jaloux. Prise
au jeu, elle devient ensuite amoureuse de lui. Ce portrait n'est que le résumé d'une
46
histoire beaucoup plus complexe. Bien que le personnage de Samuel ne soit pas
caricaturé, la situation qu'il vit avec Annie l'est.
La comparaison des personnages permet de constater que la caricature est plus évidente
en ce qui a trait aux personnages féminins que masculins. Il est tout de même important
de redire que la subjectivité de la narratrice, Annie, est à prendre en compte dans cette
comparaison. Lucie Joubert montre bien l'ambiguïté de Scrapbook à cet égard, en
soulignant le mince écart entre la parodie et le roman ludique.
Ainsi, la parodie littéraire, qui constitue en quelque sorte l'aboutissement
d'un continuum entre une réalité que l'on veut redéfinir et l'image qu'on
en donne à lire, cautionne peut-être, dans le cas de Scrapbook, une
stigmatisation des comportements des filles pour les renverser: le risque
bien sûr pour le lecteur est de ne pas investir de sa conscience critique
l'espace entre le texte (le point) de départ et celui d'arrivée. Scrapbook
passerait alors au rang de parodie au roman ludique: le rire toujours
présent, mais la dénonciation en moins. (Joubert, 2007 : 87)
Dans un cas comme dans l'autre, le stéréotype, par sa prégnance, sollicite le réel.
Le monde de l'édition: une structure fermée
Une autre façon de faire ressortir les stéréotypes est de créer des cercles fermés dans le
roman. Par exemple, dans Scrapbook, le monde de l'édition représente l'une des boucles
qui se construisent autour de la narratrice. Ce procédé permet une meilleure cohésion
entre les divers personnages, et ce faisant, de créer l'illusion de réel dans l'univers
romanesque. Dans le cas d'Annie Brière, étudiante en création à la maîtrise, l'univers
choisi est celui du monde de l'édition. La maison d'édition Duffroy est ainsi investie
d'une double fonction: la première étant de permettre à la narratrice de se faire publier,
puisque « [d]ans le petit paysage littéraire québécois, Duffroy était considérée comme
47
une grande maison d'édition» (S : 14) ; la deuxième, celle de justifier un nouveau réseau
d'amis ou de contacts. C'est son professeur et directeur de maîtrise, Bernard Samson, qui
l' introduit dans le milieu. Ce dernier, lors d'un cocktail, précise à Annie: «Je t'ai déjà dit
que j'avais fait mon cours classique avec lui [Christian Duffroy] ? » (S : 114). Annie ne
sera pas la seule à connaître le monde de l'édition grâce à Bernard, puisque c'est
également le cas de Marion Gould, une ancienne étudiante du professeur, maintenant sa
compagne de vie, qui est illustratrice chez Duffroy.
Ainsi donc commence l'aventure d' Annie dans le monde de l'édition. Elle recevra l'appel
de Mme Vienne, la secrétaire, afin de prendre rendez-vous dans le but de rencontrer la
directrice littéraire de la maison, Sophie Blanchet. Cette dernière, bien qu'elle ne soit pas
un personnage principal dans le roman, constitue tout de même un personnage important
dans l'univers de l' édition. C'est avec elle que la narratrice aura son premier contact dans
la maison, et elle reviendra à quelques reprises dans le parcours d'Annie.
Vient ensuite la rencontre avec le correcteur d'épreuves des éditions Duffroy, Laurent
Viau, le premier amour d'Annie. Celui-ci, afin de la séduire, procède à une lecture
attentive de son roman. Ils passent donc beaucoup de temps ensemble, à corriger les
différentes tournures de phrases un peu cahoteuses et à modérer les excès adverbiaux de
l'écrivaine. Ils se rencontreront plus tard, à un cocktail donné par les éditions Duffroy,
pour célébrer la rentrée littéraire de l'automne. C'est à ce moment que leur liaison débute.
Annie rencontrera, lors de cette soirée, diverses personnalités du monde de l'édition, ces
mêmes personnalités que son amant lui décrira et commentera lors des trois mois qui vont
48
suivre. Ces personnages, avec tous les liens qui les unissent, constituent un réseau en luimême. C'est dire que si le roman s'était développé autour de l'univers fictionnel de cette
maison d'édition seulement, il aurait été complet. C'est pourquoi il semble important de
reconstituer ici les différents liens qu'il est possible de tisser entre les personnages.
Tout d'abord, le directeur, Monsieur Duffroy, qui représente le pouvoir dans la maison.
Lorsqu'il avait fondé sa maison d'édition il y avait de cela plus de vingt
ans, M. Duffroy, redoutant le spectre de l'endogamie qui planait sur tous
les milieux de travail et qui en minait la productivité, avait émis à ses
employés l'interdiction d'entretenir des relations affectives les uns avec
les autres. «Ne chiez pas là où vous mangez », tel était son adage. CS :
137)
Or, lui-même entretient une relation secrète avec sa secrétaire mariée. Il accepte
également la relation de Sophie Blanchet avec l'écrivain Marcel Jolicoeur, puisque c' est
lui-même qui l'a invitée à joindre son entreprise. «[1]1 lui avait proposé un marché.
Ainsi , à la seule condition qu'elle convainque Marcel Jolicoeur de signer un contrat le
liant aux éditions Duffroy pour la publication de son second roman, Sophie Blanchet
serait la bienvenue au sein du comité éditorial de la maison. » CS : 139) À la présentation
de ces quelques personnages, il est possible de déceler les multiples relations amoureuses
qui se forment dans le roman, ainsi que dans la maison d'édition, malgré l'interdiction.
C'est l'un des procédés de la parodie utilisée par l'auteure de Scrapbook. En poursuivant
la description de cet univers qu'est la maison d'édition Duffroy, il faut constater que ce
n'est qu'un début: le cercle de contacts que se fait Annie ne se limite pas aux gens de la
maison d'édition, mais à des personnages qui ont un lien avec le personnel de M.
Du ffroy. Ainsi, en raison de sa relation avec Laurent, Annie rencontrera Geneviève, la
49
femme de celui-ci, lors d'un cocktail littéraire. De plus, elle ira habiter chez Samuel pour
fuir un pervers qui l'appelle à la maison, pervers engagé par Geneviève. Voilà un bel
exemple de liens qui se tissent autour du monde de l'édition. Il y a également Bernard
Samson qui, en conséquence de son congédiement de l'université, prendra la place de
Sophie Blanchet dans la maison d'édition. « C'est lui que le vieux a embauché le mois
dernier pour remplacer Sophie Blanchet à la direction littéraire. » CS : 320) De plus, « à la
suite des pressions de Bernard, le vieux Duffroy avait mis le placard à balais sous
l'escalier à la disposition de Kim Lacasse I2 .» (S: 384) C'est à la suite de cette
information que le lecteur apprend qu'une énième liaison s' est formée entre les murs de
la maison d'édition, celle de Laurent Viau 13 avec la nouvelle directrice artistique. La
clôture des intrigues mises en place en ce qui concerne ce milieu fermé est complète. En
d'autres mots, alors que le roman a un début et une fin, il en va de même pour le récit qui
tourne autour de la maison d'édition. Par exemple, le cas de Marcel Jolicoeur, l'écrivain
alcoolique qui tarde à présenter le manuscrit de son deuxième roman, celui pour lequel
M. Duffroy a engagé Sophie Blanchet, est réglé. À la toute fin de Scrapbook, alors
qu'Annie Brière rend visite à Laurent, elle nous informe de la sortie du livre en question.
[J]e suis tombée face à face avec une affiche cartonnée grandeur nature de
Marcel Jolicoeur qui tenait debout toute seule. « La Longue Lame, par
l'auteur controversé de Bras de fer », lisait-on sous la photo du principal
intéressé qui, les bras croisés sur sa chemise à carreaux, dévisageait le
quidam comme s'il était prêt à le mordre. (S : 382)
Le monde de l'édition constitue donc un monde en soi, composé d'un début et d'une fin.
12
13
Bernard entretient une relation avec la jeune Kim Lacasse, une étudiante à lui.
Cela se produit à la toute fin du roman, alors qu'Annie Brière forme un couple avec Samuel Chalifoux.
50
Même s'il s'investit dans un roman plus grand, un statut d'intrigue romanesque à part
entière peut lui être conféré; ce qui permet de reprendre les propos de Vincent Jouve,
« l'intrigue romanesque est, constitutivement, un conflit de personnes» (Jouve, 1992 :
61), comme le montre le schéma actantiel regroupant les personnages gravitant autour de
la maison d'édition et qui permet de comprendre le rôle des personnages les plus
importants dans le micro-récit ainsi créé. Le sujet sera Annie Brière, la narratrice de
l'histoire, et l'objet, Laurent Viau, puisque l'intrigue principale du récit de l'édition est
sans conteste le fait qu'Annie tente d'entretenir une relation amoureuse avec le jeune
homme. Les adjuvants seraient sans doute Sophie Blanchet qui les présente, et qui les fait
travailler ensemble. De plus, elle sera le principal alibi de Laurent auprès de sa femme,
quand il lui dit qu ' il va nager avec la directrice littéraire. Les opposants dans ce récit
seront pour leur part plus nombreux, à commencer par Laurent lui-même qui n ' est pas
disponible et qui rend parfois les situations plus compliquées qu'elles ne le sont. Ensuite
vient M. Duffroy, qui interdit toute relation intime dans son entreprise, ainsi que Mme
Vienne, la secrétaire qui « filtre» les appels entrants de la maison d'édition. Et si l'on
agrandit le cercle de l'édition à la femme de Laurent et à son fils, ils apparaissent comme
des opposants à la quête d'Annie qui désire une relation stable avec son correcteur
d'épreuves. Annie serait à la fois la destinataire et la destinatrice, à qui profite cette
relation. Cette démonstration simple du schéma actantiel est une façon de montrer que le
monde de l'édition est un monde autonome en ce qui a trait à la composition du récit. Il
permet d' affirmer avec Jouve, qu' «il n'est pas de roman sans personnages: l'intrigue
n'existe que pour et par eux» (Jouve, 1992 : 58).
51
Le procédé de la fiche signalétique
Dans Scrapbook, le persOlU1age semble n'exister que par son image. Comme le montre
Vincent Jouve, qui reprend Philippe Hamon et son texte intitulé «Pour un statut
sémiologique du personnage », « si le personnage est bel et bien un "acteur", il a aussi un
nom et un portrait, c'est-à-dire un "être"» (Jouve, 1997: 56). Ces portraits, souvent
détaillés, participent de la facture réaliste du récit.
Annie Brière fait figure d'autorité narrative dans le roman. C'est elle qui installe le cadre
narratif et qui gère l'ensemble des personnages. Puisque toutes les informations
véhiculées dans le roman proviennent d' Annie, rien ne lui échappe. Elle a le contrôle des
différentes voies que prend le récit, ainsi que sur ce qui est dit ou pas. Elle présente, de
manière appuyée, les différents personnages, à commencer par elle-même. Elle décrit les
gens qui l'entourent soit à sa sœur, soit à son destinataire. Elle veut donner à voir son
univers, le monde dans lequel elle évolue, pour que ce soit le plus concret et réel possible.
Elle se décrit donc physiquement, au «je », à ce qui semble être le lecteur de son
« scrapbook ». La description qu'elle fait d'elle-même, après s'être nommée, ressemble,
on l'a vu, à une fiche signalétique: couleur des yeux, des cheveux, grandeur, poids,
habillement. Il s'agit d' un procédé permettant d'instaurer un cadre référentiel aisément
reconnaissable. Cette description survient au tout début du roman, alors qu'elle veut
justifier la réaction de Marion Gould à son égard, lorsqu'elle lui rend visite. Parfois la
description est une explication, d'autres fois, c'est une façon de caractériser un
personnage, son âge, son lien avec la narratrice. Pour comprendre un peu plus le
52
fonctionnement de la description des personnages dans le roman, il importe d'en
examiner de près quelques exemples.
Vient tout d'abord la description de Bernard, le premier personnage important du roman.
C'est le professeur d'Annie, son directeur de mémoire et celui qui l'encourage à publier
son roman. «Bernard avait la cinquantaine avancée, mais c'était encore un fort bel
homme. Cheveux noirs grisonnants, peau claire, nez noble, yeux gris en amande et
sourcils en broussaille. » (S : 13) Encore une fois, la description physique du personnage
ressemble à une fiche complétée par la narratrice: l'âge, les cheveux, le teint, les yeux.
On comprend que Bernard Samson est un homme séduisant, mais qu'il est trop vieux
pour Annie. En quelques mots, il est donc possible de faire le portrait d'un homme qui
vieillit, mais qui demeure séduisant, ce qui justifie le fait qu'il s'intéresse aux femmes
plus jeunes que lui.
Sophie Blanchet a droit à une description physique qui ressemble beaucoup à celle de
Bernard Samson. Il faut préciser que ce dernier la remplacera à la direction littéraire aux
éditions Duffroy, à la fin du roman. Annie la présente sous cet angle: «C'était une fort
belle femme de tout au plus quarante ans . Ses cheveux noirs lustrés étaient tordus en un
chignon. Son visage anguleux, d'une symétrie parfaite, était illuminé par de grands yeux
bleu cobalt. » (S : 55) Les deux descriptions ne contiennent pas seulement les mêmes
informations, elles sont aussi présentées de la même façon, avec les mêmes mots, une
formulation homologue. Toutefois, Sophie, peut-être en raison de son sexe, a droit à un
élément descriptif de plus que Bernard, celui de l'habit. « Avant que Sophie Blanchet ne
53
prenne place derrière son bureau qui était enfoui sous des piles d'autres manuscrits, des
tas de dossiers, des livres et des tasses de café, j'ai remarqué que sa jupe était encore plus
courte que la mienne et j'ai cessé de tirer sur celle-ci comme une demeurée. » (S : 55) Il
s'agit d'un procédé pour insister sur la dimension sympathique du personnage, qui met la
jeune fille à l'aise dans le milieu de l'édition. Effectivement, Annie, afin de faire bonne
impression à son premier rendez-vous aux éditions Duffroy, a tenu à revêtir ses plus
beaux atours :
Mardi matin, bien que le mercure du thermomètre suspendu au poteau du
balcon arrière de mes voisins ait indiqué - 22°C, j'ai revêtu ma plus courte
jupe noire et mon chandail de laine angora rouge. Au lieu de mes
bottillons à lacets, j ' ai chaussé mes bottes de cuir beige, celles qui ne sont
pas doublées mais qui montent jusqu'aux genoux. Afin de ne pas attirer
l'attention sur mes cheveux, fort malmenés par le froid et l'utilisation
quotidienne du séchoir, je les ai attachés à la base de ma nuque à l'aide
d'une barrette. Au dernier moment, je me suis observée dans la psyché de
ma chambre et j'ai eu un doute. Mon Kanuk beige était presque aussi long
que ma jupe, de sOlie qu'on aurait dit que je ne portais rien sous mon
manteau. (S : 52)
Selon Jouve, « [l]e portrait vestimentaire (la référence à l'habit) renseigne non seulement
sur l'origine sociale et culturelle du personnage, mais aussi sur sa relation au paraître. »
(J ouve, 1997 : 58) Dans l'extrait tiré de Scrapbook, il est clair qu'Annie a voulu paraître à
son meilleur, mais qu'elle regrette ensuite d'en avoir trop fait. Le fait qu ' elle s'habille de
la sorte, c'est-à-dire un peu court et provocant, laisse supposer que c'est une jeune femme
à l'aise avec son corps, mais son hésitation provoque un doute dans l'esprit du lecteur. De
plus, le fait qu'elle parle encore une fois de son Kanuk beige (elle en parlait lorsqu'elle
s'est présentée la première fois), permet de juger de l'importance de ce détail. Cette
marque de manteau renvoie à une connotation de richesse. La réputation de cette marque
n'est plus à faire, et le lecteur est à même de croire qu'Annie ne se contente pas de moins,
54
d'autant plus qu'elle a les moyens de le payer, en raison de la pension que lui fournit son
père, dentiste.
La narratrice accorde beaucoup d'importance à son apparence physique ainsi qu'à celle
des personnages qui sont souvent saisis par le biais du paraître. C' est entre autres le cas
des personnages de Bernard et de Sophie, qui sont détaillés selon leur âge et leur beauté.
Par conséquent, leurs descriptions étant davantage axées sur leur aspect physique, une
superficialité ressort des personnages du roman, ce qui permet de les catégoriser, selon
les détails qu'en donne la narratrice, et d' ainsi dégager une tendance selon l'importance
qu 'elle accorde aux divers personnages.
Alors que certains personnages, comme Bernard Samson et Sophie Blanchet, ont droit à
des descriptions succinctes, que d'autres ont droit à encore moins ou pas du tout, Annie,
selon l'usage, accorde beaucoup plus d' importance aux personnages qui prendront plus
de place dans sa vie. Ainsi, la hiérarchisation entre ses amants sera visible dès leur
description. Par exemple, Benoît Gougeon, son premier amant pour qui elle n 'éprouve
pas de réel amour, sera très brièvement présenté : « Petites fesses molles. Poitrine pileuse.
Menton veule» (S : 34), tels sont les mots utilisés par la narratrice pour décrire le jeune
homme, alors qu ' elle le regarde se rhabiller un soir. Il en est autrement pour Laurent
Viau, le premier homme qu ' Annie aime dans le roman. Dans ce cas, la description se fait
en plusieurs étapes et ce portrait évolue. Lors de leur première rencontre, il ne fait pas
tellement bonne impression à la jeune romancière:
Il portait un cartable de vinyle noir en bandoulière par-dessus son manteau
de ski rouge. Au sommet de sa tête tout emmitouflée dans un épais foulard
55
de laine kaki, quelques longues mèches de cheveux bruns s'échappaient
dans tous les sens. CS : 53)
Puis quelques pages plus loin, alors qu'ils sont présentés par Sophie Blanchet, à
l'intérieur du bureau:
Le garçon s' est tourné vers moi. Les traits de son visage étaient tirés, ses
joues couvertes d'une barbe de deux ou trois jours et ses yeux, de la même
couleur que le foulard kaki qu'il portait encore autour du cou, étaient
engourdis et gonflés comme ceux d'une grenouille. CS : 58)
Et quelques semaines plus tard, elle revoit le même personnage pour la correction de son
roman. Elle l'observe d' abord dans un café, puis une trentaine de minutes après, elle le
revoit au bureau. Le portrait se précise alors qu ' elle vient d'apprendre qu ' il la trouve
mignonne :
Il portait le même manteau de ski rouge, le même foulard kaki et le même
cartable de vinyle noir en bandoulière. Cependant, ses yeux de grenouille
enrhumée avaient désenflé et ses cheveux, qui m'avaient paru si en
désordre la première fois , étaient attachés en queue de cheval sur sa nuque.
Sa démarche me semblait plus solide, son dos moins voûté. [ .. . ] Je jouais
nerveusement avec la fermeture éclair de mon manteau lorsque Laurent
Viau est apparu, descendant l' escalier de chêne qui dominait la pièce. Sa
chemise grise ondulait juste au-dessus de la ceinture de son jean noir.
C'était la première fois que je le voyais sans son foulard kaki et j ' ai
remarqué que ses épaules étaient rondes et plus costaudes que je ne le
soupçonnais. (S : 75-77)
Il est possible de voir une évolution dans la pensée de la narratrice, puisqu ' elle ne
l'évalue pas de la même façon d'une fois à l' autre. Des éléments reviennent: le foulard,
les yeux, le cartable de vinyle, les longs cheveux. Ce procédé permet de replonger dans le
même univers créé pour le personnage une première fois , d'assurer sa dimension
référentielle, et de comparer les deux versions des descriptions. Il faut de plus noter le fait
que la description ne ressemble pas à celles des autres personnages vus plus haut, et
s' éloigne de l'aspect strictement signalétique, mais relève plutôt d' un regard plus
56
subjectif. Il faut aussi considérer la longueur et la multiplicité des regards d'Annie Brière
sur ce personnage, qui prend ainsi beaucoup d'importance dans le récit.
Il en va de même pour Samuel Chalifoux, le deuxième amoureux du personnage
principal. Le fait que Samuel soit le deuxième, et qu'il remplace en quelque sorte Laurent
dans la vie d'Annie explique peut-être la description un peu moins élogieuse. Il est aussi
à noter que la description est plus longue que la plupart des autres dans le roman, sans
toutefois dépasser celle de Laurent Viau, en longueur et en nombre. Voici donc comment
Annie Brière voit Samuel Chalifoux la première fois: «[L]a porte s'est ouverte sur un
garçon au visage osseux, à la peau claire et aux cheveux bruns bouclés. Il portait des
lunettes à monture large et argentée, un jean, un T-shirt noir et des baskets grossièrement
lacées. Je ne lui donnais pas plus de vingt-six ou vingt-sept ans. » (S : 190) Encore une
fois très fichée, la description pointe le teint, les cheveux, les yeux, l 'habillement très
simple et neutre. Mais plus loin, alors qu'elle apprend à le connaître :
Après avoir jeté son repas à la poubelle, Samuel est allé s'asseoir sur le
canapé qui me faisait face. Il a retiré ses lunettes et il s' est massé les
tempes en soupirant très fort. Son geste avait quelque chose de théâtral.
Ses jambes étaient maigres et ses bras aussi. Son teint était presque aussi
laiteux que la neige que je voyais tomber par rafales à travers les fenêtres
derrière lui. [ . .. ] Ses yeux étaient bruns comme des marrons, et peut-être à
cause d 'un effet optique dû aux verres de ses lunettes, ils étaient aussi
ronds que ceux d'un personnage de bande dessinée japonaise. (S : 193195)
Toujours près de la structure de la fiche, cette façon de décrire s'en détache tout de
même, notamment par le ton qui s'éloigne de l'énumération. La description frôle la
caricature, puisqu'il est décrit comme «théâtral », avec des yeux ronds comme «ceux
d ' un personnage de bande dessinée japonaise ». Elle donne l'impression de ne pas le
57
prendre au sérieux, et c'est en grande partie le thème de leur relation amoureuse, le
manque de sérieux d'Annie à s'impliquer, puisqu'elle le considère comme un
« pansement» en attendant Laurent. À l'instar de ses amants, certains personnages
féminins prennent aussi beaucoup d'importance dans la description, que l'on pense à sa
sœur Léonie, dont on a déjà fait la présentation, ou Martine Khouri, de qui Annie parle
périodiquement, mais toujours négativement. On pourrait dire que les personnages les
plus importants pour Annie Brière sont ceux qui ont droit à des descriptions plus
imposantes. Par exemple, Laurent et Samuel, pour qui Annie a éprouvé plus de
sentiments, sont ceux dont les descriptions sont les plus volumineuses, et les plus
différentes des autres personnages. De plus, ces descriptions se font en plusieurs étapes,
alors que les autres personnages sont présentés dans un premier temps, lors de la
rencontre, et on parle peu de leur aspect par la suite.
Tout, dans la présentation des personnages de Scrapbook, se veut réaliste. On tente de
créer un effet de réel tout ce qu'il y a de plus vraisemblable par l' entremise d'une
panoplie de personnages qui tournent autour de plusieurs axes, des cercles refermés sur
eux-mêmes, qui se construisent à même le récit, et prennent fin avec lui. Des personnages
autonomes côtoient des personnages plus investis, plus étudiés, ou d'autres qui ne sont
que des silhouettes, pour rendre la représentation plus vraisemblable. Au gré des
stéréotypes masculins et féminins, le lecteur prend plaisir à s'identifier aux personnages
ou à les garder à distance, surtout ceux que la narratrice déteste. Parce qu ' il faut se
rappeler que c'est à travers les yeux d' Annie Brière, ses pensées, ses lectures que le
lecteur apprend à découvrir et à connaître l'univers des personnages, et tout ce qui les
58
entoure. La focalisation du roman passe par le regard qu'elle porte sur les autres
personnages et sur les divers évènements qui surviennent dans sa vie, dans celle de sa
famille et de ses amis . La mise en place du décor dans lequel circulent les personnages
est aussi un point important pour l'installation d'un effet réaliste. La densité référentielle
n'en est que renforcée, puisque le roman se suffit à lui-même pour créer un monde
complet dans lequel évoluent les personnages. Des personnages aux prénoms et noms de
famille complets, avec des âges, des couleurs de cheveux différents, des styles
vestimentaires différents et qui changent d'une scène à l'autre, voilà qui permet de créer
des êtres individualisés pour peupler le récit. Tout tend à rendre le roman le plus réaliste
possible, les personnages plus vraisemblables, d' autant plus que le lecteur suit le parcours
de la narratrice, elle-même un personnage qui découvre en même temps que lui comment
s'effectuent les transitions du roman, de sa vie en fait.
Un renversement spectaculaire: la narratrice devient l'auteure
Scrapbook, on l'a vu, met le personnage d'Annie Brière au cœur du récit et des
évènements. La mise en place de ce personnage qui se veut réaliste et vraisemblable afin
de se prévaloir de l'étiquette d'autofiction passe par l'abolition de la distance qui la
sépare du lecteur et par sa densité référentielle.
Dans un premier temps, le personnage d'Annie Brière est perçu comme probable, en tant
qu'écrivaine type du récit, et son statut de personnage de fiction est dissimulé, en raison
du fait qu'elle est narratrice du roman, et du même coup, qu'elle se confond avec
l'auteure, d'autant plus qu'elle se présente comme telle à la fin de l'histoire. « Son
59
caractère fictionnel, conformément aux lois du récit réaliste, est soigneusement gommé. »
(Jouve, 1992 : 247)
Selon Jouve, trois éléments sont à considérer en ce qui a trait à la distance du personnage
par rapport au lecteur, soit la distance objective, la tonalité et la lisibilité. La distance
objective renvoie à la culture qui lie le lecteur au personnage. Dans le cas d'Annie Brière,
on peut parler de proximité culturelle, puisqu'il s'agit d'une jeune étudiante ambitieuse,
qui cherche la réussite sur tous les plans, qu'il s'agisse de publier son roman ou de vivre
l'amour. Le personnage est donc «séparé du lecteur contemporain par une distance
minimale », dirait Jouve (1992: 247). Le ton familier du roman, écrit au «je» et
simplifié par la forme du scrapbook, minimise l'écart entre le lecteur et Annie Brière.
Cette dernière s'adresse entre autres à un destinataire inconnu, un «"lecteur implicite"
[qui] renvoie à la somme des instructions du roman sur la façon dont il doit être lu»
(Jouve, 1992: 19). Ce procédé, notamment dans la forme que privilégie ce roman,
l'autofiction, est un moyen efficace pour faire entrer le lecteur dans le jeu de la
confidence. Comme le roman se veut le plus réaliste possible, dans sa forme et dans son
contenu, la narratrice doit informer le lecteur de tout ce qui se passe, même de ce qu'elle
ignore, auquel cas elle fait appel à la confession d'un autre personnage afin de passer
l' information de façon détournée. La narratrice apprend les révélations en même temps
que le lecteur, ce qui les rapproche, puisqu'ils partagent tout, même les découvertes et les
surprises. Le lecteur s'identifie ainsi à la narratrice.
60
Annie Brière relève d'une densité référentielle maximale, selon les critères de Jouve:
Un personnage est d'autant plus "dense" qu'il se déduit des structures
romanesques. L'intégration à une orchestration narrative simple
(désencombrée d'intrigues annexes et secondaires) vient renforcer cette
impression. Enfin, si le mode diégétique l'emporte sur le mode mimétique
dans la présentation du personnage et si son "faire" est surdéterminé par
une finalité narrative aisément décelable, on atteint une "densité"
maximale. (Jouve, 1992 : 70)
Effectivement, le personnage d'Annie Brière ne prend forme que dans le roman et est
autonome dans celui-ci. Ce personnage se construit de lui-même au fur et à mesure que
l'histoire avance. Dès les premières pages, la narratrice se présente: « moi, Annie
Brière» (S : 13), puis elle nous offre sa vie en confidence, sur le mode diégétique. En
plus de construire le roman, elle y prend place, le roman ne tournant qu'autour d'elle.
Elle est au cœur du roman.
Par ailleurs, Annie Brière est un personnage complet, et ce, grâce aux procédés
mimétiques, en raison de son nom complet, de son âge, de son appartement, et ainsi de
suite. C'est aussi un être complexe, c'est-à-dire investi de sentiments, de paradoxes,
d'incertitudes, de questionnements, qu'elle partage avec le lecteur qui n'a d'autres choix
que de les ressentir. La construction du personnage d'Annie ne se borne pas qu'à ses états
d'âme, mais aussi à ses études au doctorat, où elle changera trois fois d'idée quant à son
sujet de thèse. C'est un exemple parmi d'autres que le personnage d'Annie est, comme le
dit Vincent Jouve (1992), compensé, c'est-à-dire complet, autonome dans le roman, et
représentatif de la réalité.
61
Une autofiction donc, celle d'Annie Brière. Pour qu'il ait auto fiction dans un roman, il
faut que le pacte de lecture soit mis en place afin de créer un lien entre le narrateur et son
destinataire. C'est ce que fait Annie Brière, mais à la toute fin de son roman. Plutôt que
d'installer d'emblée les règles du jeu, de présenter le roman comme une fiction, c'est
l' inverse qui se produit. Annie Brière raconte d'abord sa vie, en mettant en place les
personnages, en les laissant évoluer dans un monde qu ' elle rend réaliste et vraisemblable.
C'est ainsi qu'à la fin du roman, alors que le lecteur croit à ces personnages, Annie Brière
détruit toute l'illusion référentielle et réaliste qui s'est installée au fil de la lecture. Alors
qu ' elle rend visite à sa mère, elle trouve sur la table de la cuisine un scrapbook identifié à
son nom dans lequel sa mère a collé, à la première page, la critique littéraire de son
roman, parue dans le journal. Et c' est alors que lui vient l' idée d'écrire un roman sous la
forme d' un scrapbook, où tous les genres pourraient se mélanger, et dans lequel elle
pourrait relater sa vie depuis la parution de son roman jusqu'à aujourd'hui, c'est-à-dire
alors qu'elle s'apprête à recevoir la bourse du Conseil des arts et des lettres du Québec
pour La Baie des soupirs , son deuxième roman. Et s' ensuit le résumé de tous les
personnages que l'on pourrait retrouver dans ce roman, et c'est ainsi que le lecteur
découvre que ce scrapbook est en fait le Scrapbook qu'il est en train de lire, qu'il tient
entre ses mains. Il s'agit d'un résumé très épuré du roman, un survol de tous les
personnages, avec le principal lieu qui les unit dans le roman de Nadine Bismuth:
Dans le Scrapbook d 'Annie Brière, tout le monde mènerait donc sa vie de
façon fort imparfaite. Au sein de cette galerie humaine tissée de confusion,
les actrices ratées coucheraient avec des producteurs dans l' espoir de
lancer leur carrière ; les producteurs s' amouracheraient des actrices ratées,
ou bien ils frauderaient les institutions, mais quoi qu'il en soit, ils
termineraient leur course sous les cocotiers ; les correcteurs d ' épreuves
briseraient le cœur des jeunes romancières, puis ils leur reviendraient,
mais trop tard ; les jeunes romancières répondraient à des appels cochons
62
pour récupérer leur correcteur d'épreuves, tout ça pour aboutir dans le loft
des créatifs publicitaires [ ... ]. (S : 378-379)
Et ainsi de suite pour tout le roman. «L'image-personnage, [dit Jouve] , s'avère prise
entre le référentiel (elle renvoie à une extériorité) et le discursif (elle est construite par le
discours). Elle se développe donc par rapport à ces deux axes selon des modalités très
variables d'un roman à l'autre. » (Jouve, 1992 : 50) Dans le cas de Scrapbook, l' illusion
référentielle tient la route jusqu 'à la toute fin, alors que le lecteur apprend que le roman
qu ' il vient de lire est en fait le fantasme de la narratrice. Il s'agit donc d'une mise en
abyme du roman dans le roman, qui multiplie les clins-d'oeil: « Celui-ci contenait
environ deux cent feuilles de quatre couleurs pastel différentes, lesquelles découpaient la
tranche du cahier en autant de parties» (S : 377) renvoie à l'aspect matériel de l'ouvrage,
tout comme cette évocation: « ''J'Il bury my souf in a scrapbook", chantait Leonard
Cohen dans une des chansons du More Best Of que Samuel m'avait offert et que nous
avions tant et tant écouté à une certaine époque. Bon sang, ai-je réfléchi, voilà même une
citation parfaite pour que je la mette en exergue! » (S : 379). Et c'est exactement ce qui
se produit, puisque cette citation est en exergue du roman de Nadine Bismuth. Vincent
Jouve explique:
L'illusion référentielle joue également des effets de perspective. Il s'agit,
pour l'auteur, de définir, au sein même du texte, une dimension
proprement fictionnelle au regard de laquelle les personnages semblent
vrais: c'est «l'effet-repoussoir». Lorsqu'un narrateur raconte une
histoire, par exemple, il s'exclut du même coup d'un univers fictif dont il
est la source: il devient « réel ». Sur ce procédé jouent tous les romans où
les personnages sont eux-mêmes des lecteurs de romans : cette référence,
au niveau diégétique, à l'œuvre de fiction, permet à la narration de se
donner comme un métalangage distinct du langage littéraire, donc
authentique. (Jouve, 1992 : 118)
63
Il s'agit sans doute du pacte de lecture qUI vient normalement avec le genre de
l' autofiction. De cette façon, la narratrice, Annie Brière, devient plus réelle en regard des
autres personnages qui le sont un peu moins, en raison de leur caractère fictionnel. Par
contre, dans le cas du roman ici étudié, il faut spécifier que le roman pose ses
personnages comme vrais tout au long de l 'histoire, les faisant interagir entre eux, leur
attribuant des noms complets, des spécificités physiques, avant de détruire, tout d'un
coup, l'illusion patiemment construite.
Pourtant, un peu plus tôt dans le récit, alors qu'Annie vient de s'installer chez Samuel, ce
dernier annonce lui-même ce qui s'en vient. « Une amoureuse innocente, un séducteur, sa
femme folle et un pervers sexuel, avait énuméré Samuel. Ça ferait un excellent roman,
non? » (S : 226) Ce clin d'œil peu subtil à ce que le lecteur découvrira plus tard passe
néanmoins inaperçu en raison du statut d'écrivaine d'Annie, accentuant ainsi la portée du
stéréotype d'écrivaine mis en évidence par le roman. De la même façon, le fait que ce soit
Samuel, créateur publicitaire, qui dévoile cette information n'est peut-être pas un hasard:
son métier est de concevoir des phrases, des jeux de mots, des images accrocheuses, dans
le but de vendre un produit, ou d'amener les gens à le découvrir. C'est exactement ce qui
résulte de son intervention dans le cours du roman.
Outre le fait qu'Annie dévoile au lecteur que l'univers construit est en fait un roman dans
le roman, elle précise aussi, à propos de la forme du scrapbook :
Cette esthétique littéraire, inédite il va s'en dire, aurait privilégié le
naturel : costumes, maquillage, accessoires et effets spéciaux auraient été
proscrits au profit du vrai, de l'authentique. Et les personnages auraient
tous été interprétés par des amateurs de la plus pure espèce, car ainsi que
64
l'avait déjà dit un grand écrivain dont le nom m'échappait, chacun de nous
ne traversait-il pas la vie comme un acteur propulsé dans une pièce de
théâtre qu'il n'avait jamais eu le temps de répéter au préalable, ou quelque
chose du genre? (S : 378)
Ce commentaire joue un rôle métadiscursif et insiste de manière paradoxale sur l'enjeu
réaliste du roman: les personnages ont tout ce qu'il faut pour avoir l'air le plus
authentique possible, même si ce ne sont que des personnages.
Celui qui renseigne, ici, c'est le narrateur: «dans la mesure où le
narrateur se pose comme source de l'histoire qu'il raconte, il fait figure
non seulement d"'auteur" mais aussi d'autorité. Puisque c'est sa voix qui
nous informe des actions des personnages et des circonstances où celles-ci
ont lieu, et puisque nous devons considérer - en vertu du pacte formel qui,
dans le roman réaliste, lie le destinateur de l 'histoire au destinataire - que
cette voix raconte du "vrai", il en résulte un effet de glissement qui fait
que nous acceptons comme "vrai" non seulement ce que le narrateur nous
dit des actions et des circonstances de l'univers diégétique, mais aussi tout
ce qu'il énonce comme jugement ou comme interprétation. Le narrateur
devient ainsi non seulement source de l' histoire mais aussi interprète
ultime du sens de celle-ci. »(Jouve, 1992 : 203)
C'est peut-être pourquoi le lecteur accepte cette déconstruction de la réalité, de l'effet de
réalité, puisque la narratrice a un pouvoir sur celui-ci. De plus, son statut d'auteure lui
confère un pouvoir privilégié, celui d'inventer des histoires, de jouer avec le réel et le
vraisemblable, puisque justement elle travaille avec la fiction.
Conclusion
En conclusion, je dirais que le roman de Nadine Bismuth, Scrapbook, s'inscrit dans un
nouveau courant réaliste. Le roman présente, à première vue, les ambitions et la forme du
texte réaliste, d'ailleurs, le désir d'écrire une œuvre qui se veut représentative de la réalité
contemporaine est l'un des objectifs visés. L'illusion référentielle engendrée par le réseau
de personnages s'avère efficace: les personnages sont complets et permettent
65
l'instauration d'un monde autonome qui prend forme dans et par le récit. Par contre, la
présentation des personnages de Scrapbook s'éloigne de ce qui se faisait dans les romans
réalistes. Entre autres choses, la dimension ironique présente dans le roman de Nadine
Bismuth permet de marquer la principale rupture avec le genre réaliste, alors qu 'à
l'époque, les procédés visant à créer l'effet de réel étaient cachés, gommés par le texte, ils
sont plutôt mis de l'avant dans Scrapbook afin de montrer que, malgré la vraisemblance
des personnages, ils sont bien issus de l'imaginaire de la narratrice. À vouloir trop les
faire passer pour réels, les personnages deviennent un simple résultat d' une imitation. La
narration au «je» est également un élément qui crée une distance entre Scrapbook et les
e
romans réalistes du XIX siècle. La narration homodiégétique qui était aussi employée
dans L 'Avaleur de sable, semble permettre une approche plus familière avec le lecteur.
Dans le cas de Scrapbook, elle permet d' ailleurs un revirement en fin de roman, en ce qui
concerne les personnages. En fait, le pacte de lecture qui, selon les normes du roman
réaliste, doit se trouver en début de roman, est ici présenté à la toute fin, créant un effet
de surprise et dévoilant du même coup le procédé qui vise à mettre le lecteur en
confiance. L'utilisation du « je» renvoyant au personnage principal de l'histoire permet
également de porter un regard plutôt subjectif sur la société en dénonçant plusieurs
stéréotypes. Bien que le roman de Nadine Bismuth soit, à première vue, très proche de
ceux du siècle réaliste, notamment en ce qui concerne le désir de rendre compte du réel
par l'écriture, il en va autrement en ce qui a trait à la dimension ironique du récit. Parodie
d'autofiction, Scrapbook contraint à se dissocier des romans réalistes, et à renvoyer à ce
e
qui semble être un nouveau réalisme, inspiré du XIX siècle, et qui cherche précisément à
en déconstruire les assises .
66
CHAPITRE III
LA CARTOGRAPHIE DU RÉEL
L'espace en toutes lettres : l'espace
comme lieu réel, physique, appelé aussi
géographique ; l 'espace comme lieu du
déplacement,
du
mouvement
vers
l 'ailleurs, l 'autre ou l 'inconnu ; l 'espace
comme traversée des frontières par
l 'écriture ou la lecture.
Rachel Bouvet et Basma El Omari
Le dernier roman à l' étude, Nikolski, se présente, à l'image des deux romans précédents,
comme un témoignage de la réalité d'une génération. Le langage proche de l'oralité était,
nous l' avons vu, l'un des procédés qui engendraient le réalisme dans L'A valeur de sable
de Stéphane Bourguignon. Le réalisme a aussi été présenté par la mise en place de tout un
réseau de personnages dans Scrapbook de Nadine Bismuth. Dans les deux cas, un regard
critique était porté sur les personnages, sur leur façon de vivre, et il en va de même dans
Nikolski de Nicolas Dickner. Dans ce roman, le vecteur privilégié du réalisme est la
présentation des lieux, d ' autant plus que Nikolski témoigne de personnages appartenant à
une génération de voyageurs. J'ai pris connaissance de l' approche géocritique de
Bertrand Westphal, qui sous-tendra mon analyse de Nikolski.
Nikolski est un roman formé de trois récits ayant chacun leur propre narrateur. Un récit au
« je » qui promet de raconter son histoire, celle d'un bouquiniste anonyme, car « [s]on
nom n'a pas d' importance » (N: 9), dont la mère vient de mourir et qui déménage en
appartement dans la Petite-Italie à Montréal. Puisque c'est ce récit qui ouvre le roman, on
s' attend à ce que ce personnage connaisse l'histoire à venir. Il affirme d'ailleurs: « Mais
67
toute cette histoire, puisqu'il me faut la raconter, a commencé avec le compas Nikolski »
(N : Il). On comprendra que son père, Jonas Doucet, qu'il n'ajamais connu, lui a envoyé
ce fameux compas, une sorte de boussole qui pointe vers une île du Pacifique, Nikolski,
d'où il a posté le colis. Ce personnage travaille depuis toujours dans une bouquinerie de
la rue Saint-Laurent.
La deuxième histoire, racontée par un narrateur omniscient, est celle de Noah, un jeune
homme né «à un endroit qui, sur les cartes routières, semblait occuper le centre
géographique exact du Canada» (N: 35-36), et qui a grandi dans les Prairies
canadiennes, à bord du Grandpa (une stationwagon Bonneville 1966 beige). Il voyage
pendant dix-huit ans avec sa mère Sarah qui tourne en rond depuis une vingtaine
d'années, c' est-à-dire qu'elle voyage à l'intérieur des terres, entre l' Alberta et l'Ontario,
sans jamais dépasser leurs frontières, ni à l'est ni à l' ouest. Noah décide de déménager
sur l'Île de Montréal pour entrer à l'université. Noah est lui aussi le fils de Jonas Doucet,
un homme à qui Sarah a fait traverser le pays. Le jeune homme cesse d'avoir des
nouvelles de celui-ci à l'âge de cinq ans, alors que Jonas lui envoie une carte postale de
Nikolski. À Montréal, il rencontre Maelo, son colocataire, ainsi que Arizna, une jeune
femme avec qui il a une liaison. Il étudie l'anthropologie à l'université sous la tutelle de
Thomas St-Laurent qui s'intéresse aux déchets.
Il y a finalement l'histoire de Joyce, une jeune femme de la Côte-Nord qui se dirige vers
la métropole elle aussi. Ce dernier récit est également raconté par un narrateur
omniscient. Joyce, native de Tête-à-Ia-Baleine, est la nièce de Jonas Doucet, qu'elle n'a
68
jamais connu. Les membres de sa famille sont des descendants de pirates. Elle décide, à
Montréal, de devenir pirate à son tour, mais une pirate moderne. Après avoir trouvé un
emploi dans une poissonnerie, celle de MaeJo, elle se met à l'action et pirate des
ordinateurs et des cartes de crédit.
Le propos du roman est donc le cheminement de chacun des trois personnages à la suite
de leur déménagement. Alors que la construction du texte crée une attente, soit celle que
leurs univers finissent par se croiser au cours du roman et qu'ainsi les personnages se
reconnaissent, rien de tel ne survient. Les personnages traversent, l'espace d'un instant, le
récit d'un autre personnage, mais sans jamais s'y attarder. Alors qu'on pourrait s'attendre
à les voir se reconnaître, pour qu'enfin le lien entre les trois histoires soit mis en
évidence, il n'en est rien. Même l'évocation de Jonas Doucet, qui fait pourtant partie de
l'imaginaire des trois personnages principaux, ou encore le Livre à trois têtes l4 , n'auront
pas de véritables incidences sur la tournure des évènements ou sur la conclusion du récit.
On a parfois l'impression de nager dans une multitude d'informations qui ne concernent
en rien l'évolution du roman. Nikalski demeure un roman constitué de trois récits
parallèles qui, malgré les liens qui peuvent être faits entre eux, n'offre pas de conclusion
qui les réunit.
Même si le narrateur au «je» semble parfois gérer l'ensemble du récit, il n'en est rien.
Même lui, malgré le fait qu'il raconte une histoire, qu'il y intervient, ne fait pas plus les
14 Livre qui n 'est pas sans rappeler le roman où trois personnages évoluent dans trois récits différents. Voici
comment le bouquiniste décrit le livre quand il l'a entre les mains: « Cet énigmatique bouquin rassemble,
sous l'anonymat d'une même reliure - ou de ce qu'il en reste - , trois destins jadis éparpillés d' une
bibliothèque à l'autre, voire d'un dépotoir à l' autre . Reste à savoir quel esprit tordu aura songé à opérer une
telle fusion, et dans quel but. » (N : 175)
69
liens entre les trois récits qu'un autre personnage. Par exemple, à un moment où il
reprend la narration du récit, il ouvre ainsi le chapitre: «Je réapparais brièvement dans
cette histoire le lundi 3 septembre 1994 en après-midi. La précision est futile et mon
intervention passera inaperçue, éclipsée par l'orage d'équinoxe qui s'abat sur Montréal
avec trois semaines d'avance. » (N: 167) En fait, la personne la plus apte à combler les
espaces libres est sans doute le lecteur. Par contre, malgré les nombreux hasards dans le
roman, malgré le manque de cohésion entre les récits, le roman reste vraisemblable et
réaliste.
Contrairement à Scrapbook, de Nadine Bismuth, il y a beaucoup moins de personnages
dans Niko/ski, et ils sont moins bien décrits physiquement et psychologiquement. Malgré
tout, il est possible de déceler un certain réalisme dans le roman, et les notions
géographiques y sont pour quelque chose. Le roman ne comporte aucune description
physionomique des personnages, pas de description de vêtement non plus, mis à part
1'« imperméable aux coutures noircies» (N : 259), par lequel on reconnait Joyce quand
elle passe à la bouquinerie que tient le narrateur-personnage. Alors que les personnages
n' ont pas autre chose qu 'un prénom et un nom (et précisons que le personnage-narrateur
n ' en a pas) comme référence identitaire, ils ont tous un ancrage dans les lieux du roman.
Les personnages sont si bien situés dans l'espace qu'un équilibre entre l' imaginaire et le
réalisme est possible. Quoique le roman, en comparaison avec Scrapbook, ne soit pas
ancré dans une illusion référentielle aussi forte du côté des personnages, il en va
autrement en ce qui a trait aux lieux géographiques et utopiques (ou littéraires), dans
lesquels évoluent les personnages.
70
Nikolski, un roman de l'espace
Nikolski est un roman de voyage, un roman d'errance, où les personnages fuient leur vie
pour découvrir d'autres façons de vivre; où des villes comme Nikolski et Tête-à-IaBaleine deviennent importantes, parce que de là partent les origines des personnages ; où
Montréal est, comme dans la réalité, la ville vers où tous les jeunes émigrent pour
découvrir le monde adulte.
Les lieux ont effectivement beaucoup d'importance dans Nikolski, ou à tout le moins dans
l'univers des personnages, dans leur vie. Que l'on pense au narrateur homodiégétique qui
tient à préciser : « Peut-être faut-il souligner que je ne travaille pas dans un institut de
géographie ou dans un magasin de globes terrestres? » (N: 21), d'autant plus qu ' il
collectionne les livres de voyage, comme sa mère le faisait avant lui. Pour Noah aussi, la
notion de la géographie est importante, puisqu ' il a grandi en parcourant les Prairies, en se
promenant d'une ville à l' autre, d'un village à l'autre, sans jamais s'installer où que ce
soit. Du moment où il s'installera à un endroit fixe, Montréal en l'occurrence, ce sera
pour y étudier l' archéologie, et ce, dans le but de faire une maîtrise dont le sujet est « une
étude comparative entre le développement du système routier et l' expansion des
dépotoirs au cours des années 70 » (N : 136). En ce qui a trait au personnage de Joyce, le
voyage est moins présent dans sa vie, mais le désir d'être ailleurs l'est. Comme toute sa
famille, elle quitte, ou plutôt s'enfuit, de son village natal , Tête-à-Ia-Baleine, pour
découvrir un nouveau monde ; sa famille s'y était établie après la déportation des
Acadiens, une famille, donc, qui a aussi fait de la route, par la force des choses. Avant de
71
quitter son village, elle va souvent voir son grand-père qui habite dans un chalet où sont
affichées plusieurs cartes postales de son oncle qui a fait le tour du monde à bon nombre
de reprises.
Aux yeux des trois jeunes gens, Jonas Doucet, grand voyageur, est un homme important.
C'est surtout vrai pour les deux hommes, dont ils sont les fils. Ils auront, chacun de leur
côté, entretenu une correspondance plus ou moins régulière avec leur père (ou leur
géniteur) durant une partie de leur jeunesse. Noah traçait le parcours de son père sur une
carte de l'ouest du Canada, afin d'établir où envoyer les prochaines lettres. Les fils de
Jonas Doucet auront une certaine fixation pour le village de Nikolski situé dans l'océan
Pacifique, puisque c'est à la fois de cet endroit que Jonas envoie sa dernière lettre à son
fils Noah, alors qu'il a cinq ans, et qu'il expédie un cadeau à son autre fils, le
bouquiniste:
Il ne s'agissait pas d'une boussole à proprement parler, mais plutôt d'un
compas de marine miniature composé d'une sphère de plastique
transparente remplie d'un liquide clair dans lequel flottait une seconde
sphère aimantée et graduée. [ ... ] Après de fastidieux calculs, j'arrivai à
une déclinaison de 34° à l'ouest du nord. En suivant cette direction, on
traversait l'île de Montréal, l'Abitibi et le Témiscamingue, l' Ontario, les
prairies, la Colombie-Britannique, l'archipel Prince of Wales, la pointe
sud de l'Alaska, un bout de l'océan Pacifique nord et les îles Aléoutiennes,
où l'on tombait finalement sur l'île Umnak - et plus précisément sur
Nikolski, un minuscule village habité par 36 personnes, 5 000 moutons et
un nombre indéterminé de chiens. (N : 18-20)
Cet extrait montre bien la méticulosité avec laquelle la géographie est traitée dans le
roman, ce qui contribue à son réalisme.
72
Bertrand Westphal s'est intéressé à la géographie et aux lieux dans la littérature. Il a
publié quelques textes sur le sujet, dont un article intitulé «Pour une approche
géocritique des textes» (2005). Dans cet article, il explique ce qu'il appelle la
géocritique, une approche visant l'étude des lieux et l'interprétation des espaces humains
dans les œuvres littéraires. Mon étude des lieux, dans Nikalski, s'appuiera à l'occasion
sur ce texte. Selon Westphal, « [t]out espace se déploie à la fois dans la durée et dans
l'instant, et comme il est riche en virtualités, il s'ouvre sinon sur plusieurs durées, du
moins sur une pluralité d'instants concomitants» (2005 : 7).
En annexe à ce mémoire on trouve une liste des lieux du roman qui constituera le point
de départ de l'analyse
I5
.
Pour commencer, puisque c'est le titre du roman et que deux des
personnages, soit Noah et le narrateur au «je », se sont construit une image de cette ville,
Nikolski sera étudiée dans le but de faire ressortir l'importance qu'elle a dans
l'imaginaire des personnages. De plus, il sera intéressant de voir que le rapprochement
entre les personnages se fait, concrètement, plus par les lieux que par les liens familiaux.
Nikolski, une ville entre réalité géographique et fiction littéraire
Le titre du roman, Nikalski, renvoie au nom d'un village situé dans l'océan Pacifique, au
sud de l'Alaska. Le roman est basé sur l 'histoire de trois jeunes personnes unies par un
seul et même homme, Jonas Doucet, dont ils ont eu les dernières nouvelles alors qu'il
était de passage à Nikolski. C'est donc à partir d'une histoire fictive qu 'est présenté
IS Une liste des lieux a été relevée dans le roman de Nicolas Dickner et placée en annexe II à la fin du
mémoire.
73
Nikolski, un très petit village peu connu. Elio Vittorini dans Conversation en Sicile
(1948) affirme que
[le] contexte modifie le statut littéraire d'une ville: dans un ouvrage de
géographie toute nomination de ville est tenue pour faisant référence à une
organisation architecturale, politique et économique, alors qu'une ville
« réelle» citée dans un ouvrage de fiction devient imaginaire. (Vittorini,
1948 : 39)
A priori, malgré toutes les précisions que donnent les différents personnages en ce qui
concerne le village, on est à même de croire que Nikolski est issu de l'imaginaire de
l'auteur. La poésie et la musicalité du mot contribuent à cette croyance. Il faut aussi noter
que Nikolski n'est pas un endroit connu de la plupart des gens, ni dans la réalité ni en
littérature. Tout participe donc, à première vue, à construire le mythe de Nikolski, ville
.
..
ImaglllaIre.
Par contre, en vérifiant dans un atlas, il est possible de situer le village sur une carte
géographique, à l'endroit exact où le localise Nicolas Dickner dans son roman, aux ÉtatsUnis, en Alaska. Les coordonnées géographiques du village sont 53,15 N et 168,22 W.
Même s'il s' agit d'un village bien réel et malgré le fait que la localisation du village soit
précise, le côté mythique de Nikolski demeure tout de même très présent dans le roman.
Aucune description physique n' en est offerte, ce qui s'explique peut-être par le fait
qu'aucun des trois personnages principaux n'y soit allé, seul Jonas Doucet y ayant déjà
séjourné. Alors que Noah se construit toute une histoire en ce qui concerne la durée du
séjour de Jonas dans ce village, le narrateur «je» en parle un peu moins, puisqu ' il
connaît la vérité à ce propos. Joyce, pour sa part, n'aura jamais d'obsession pour
74
Nikolski, pour la simple raison qu'elle ne saura jamais que son oncle, Jonas Doucet, s' y
est déjà arrêté.
Peu d'informations sont fournies par le roman en ce qui concerne Nikolski. Bien sûr, la
localisation géographique du village est donnée avec une précision et une exactitude
surprenante par les deux fils de Noah, puisqu'ils se sont intéressés de près aux cartes
géographiques et routières . Le bouquiniste, en racontant l'histoire de son compas, sème
quelques indices quant à Nikolski. Le compas Nikolski est une espèce de boussole qui
pointe, non pas vers le nord magnétique, comme elle devrait le faire, mais bien vers
Nikolski, un village à l'extrémité des îles Aléoutiennes. « Le compas Nikolski repose sur
le plancher, près du sac de couchage, toujours pointé 34° à l'ouest du nord. » (N : 25) Le
narrateur confie:
Il arrive certes que le champ magnétique de la planète subisse des
distorsions locales et que le nord ne paraisse plus tout à fait à sa place. Les
causes possibles de telles anomalies sont nombreuses: un gisement de fer
dans la cave, la tuyauterie de la salle de bain du voisin d' en haut, l'épave
d'un transatlantique enfouie sous l'asphalte de la rue Saint-Laurent.
Malheureusement, aucune de ces théories ne tient la route, puisque mon
compas pointe à gauche du nord peu importe l'endroit où je le consulte.
Ce constat entraîne deux questions embêtantes :
Quelle est la cause de cette anomalie magnétique?
Vers où (diable) ce compas pointe-t-il ? (N : 19)
C' est ainsi que se profile l'obsession du bouquiniste pour Nikolski, c'est-à-dire à travers
le problème, ou plutôt l' anomalie de son compas qui pointe obstinément à 34° du nord
magnétique, qu'il devrait pourtant indiquer. À propos de Nikolski, il précise un fait
étonnant: « Nikolski, un minuscule village habité par 36 personnes, 5 000 moutons et un
75
nombre indéterminé de chiens» (N : 20). Il s'agit peut-être d'une information à laquelle
il tient, puisqu'il répètera presque les mêmes mots à Joyce, alors qu'elle est chez lui:
« - Alors ton père vivait à Nikolski ... , fait-elle en examinant la carte. Tu parles d'un trou.
- Trente-six habitants, cinq milles moutons et une petite usine de conserves de crabe. »
(N : 281)
Malgré l'idée péjorative que semble se faire le personnage du village de Nikolski, les
informations sont encore une fois vérifiables. Entre 1989 et 1999, il Y a en effet environ
36 personnes dans le village de Nikolski 16, et leur principale source de subsistance est
l'élevage et les produits de la mer. Il est donc intéressant de constater qu'un si petit
village, et ce, dans la fiction comme dans la réalité, peut prendre autant d'importance
dans le roman de Nicolas Dickner. La description de Nikolski en ce qui a trait à ses
situations géographique et démographique est tout à fait exacte. Il en va de même
concernant la présence d'une base militaire dans le village: «Pendant la guerre froide,
l'armée américaine a installé une soixantaine de bases radars dans l'Arctique. Le front
partait du Groenland, coupait la toundra en deux et se terminait à Nikolski. Ça s'appelait
la Distant Early Warning Line. » (N: 282) Et plus tard, le narrateur précise, en se
remémorant des faits survenus en 1977 : «La US Air Force venait de désaffecter la base
de Nikolski. » (N : 283) En consultant des documents sur le village de Nikolski, il est
possible de confirmer ces informations, à savoir que l'US Air Force a bel et bien construit
une station de communication dans la municipalité de Nikolski et qu'elle fut abandonnée
en 1977 17 . Aussi invraisemblable que ça puisse l'être, Nikolski est un véritable village
16 Ces informations sont données dans sur le site Internet de l'Alaska Division ofCommunity and Regional
Affairs, dont le nom de la page est Alaska Community Database Community Information Summaries (CIS) .
17 « By the mid 1950 's the U.S. Air Force had constructed an airs trip and a White Alice communication site
near the community. The site providedjobs for residents, improved communications, and introduced air
76
dont la population compte trente-six personnes en 1989, et où s'est installée une base
militaire servant à la transmission de communication. Il ne s'agit donc pas d'une ville
sortie de l'imaginaire de l'auteur, mais d'une ville réelle, à l'identité vérifiable. La réalité
sert tout de même bien la fiction de Nikalski dans ce cas-ci, puisqu'elle est à l'image du
roman où les invraisemblances se succèdent, mais dans un contexte tout à fait réaliste.
Dans le cas de Noah, la fiction surpasse la réalité. Les faits sont moins vérifiables,
empêtrés dans tout le mystère qu'il forge autour de Nikolski. Pour ce personnage,
Nikolski est une ville un peu moins concrète, un peu plus imaginaire que pour le
bouquiniste, peut-être en raison du fait qu'il ne connait pas toute la vérité au sujet de son
père, Jonas Doucet. Pour lui, « [s]ans doute s'était-il amouraché d'une Aléoute et
travaillait-il à se refaire une nouvelle vie en biffant toutes les tentatives antérieures. Noah
imaginait un troupeau de demi-frères et de demi-sœurs aux yeux bridés, petits sédentaires
crottés qui auraient monopolisé l'attention de son père. » (N: 44) Pour Noah, Nikolski
représente la sédentarisation de son père, une ville lointaine qui renferme toute l'énigme
de celui-ci:
L'ouest? Il était percé de toutes parts, transparent et graisseux comme les
cartes routières de la boîte à gants. L'ouest, c'était son père, homme
lointain et mystérieux qui habitait avec une tribu d' Aléoutes sur une île
perdue de la mer de Béring, se nourrissait de saumon cru et chauffait sa
yourte avec des bouses de mouton séchées - modèle paternel peu édifiant.
(N: 47)
Pour Noah, Nikolski n'est pas tant un lieu géographique que le village où est disparu son
père, d'où il a arrêté de lui donner des nouvelles. Le lieu est moins décrit que les résultats
transportation. The White Alice site was operated by ReA Alascom until it was abandoned in 1977. »
Aleutians West Coastal Resource Service Area (2002), p. 2. Le Distant Early Waming (DEW) dont il est
question dans le roman de Nicolas Dickner est une division du White Alice.
77
de l'imagination du jeune garçon face au silence de son père. Nikolski n'est plus ici un
village réel, mais plutôt un endroit où il n'ira jamais, dont il n'entend jamais parler, un
lieu qui n' existe que sur les cartes qu'il a consultées pour le situer parmi des quadrants,
afin de mettre un x sur ce lieu comme il le fait sur les autres villes. Nikolski, dans le récit
de Noah, s'éloigne du réalisme que les détails et les précisions du narrateur «je» avaient
contribué à mettre en place, nous plongeant dans l'univers fictif du roman et du
personnage.
Un effet de miroir: entre réalité et fiction
Malgré le réalisme dont est empreint Nikalski, les nombreux hasards qui y surviennent
entraînent un certain doute quant à la vraisemblance des faits. La rencontre du
bouquiniste et de Joyce en est un bon exemple, d'autant plus que jamais, malgré le fait
qu ' ils parlent du père du jeune homme, ils ne découvriront qu 'ils sont cousins, qu'ils ont
un lien de parenté par les Doucet. C'est également le hasard qui fait que les deux
protagonistes s'intéressent à des lieux qui sont identiques :
- Tu vois ? Nikolski se trouve sur l'île Umnak, en plein milieu des
Aléoutiennes - l'archipel en forme de colonne vertébrale.
- De colonne vertébrale ?, rétorque Joyce en reniflant le fond de son verre.
J'ai toujours trouvé que les Aléoutiennes ressemblaient aux Antilles.
Tiens? J'ouvre un guide de la République Dominicaine et juxtapose la
carte des Antilles à celle des Aléoutiennes. On dirait exactement le même
archipel, auquel une main facétieuse aurait imprimé une rotation de 90°.
(N : 281)
On apprendra plus tard que Joyce s'exile en République Dominicaine afin de fuir les
policiers. Le lien est frappant: les deux archipels sont identiques, mais dans un angle
différent. Même si les deux personnages n'apprendront jamais les liens de parenté qui les
78
unissent, ils auront créé une similitude entre leurs deux mondes: des terres identiques.
Joyce, que rien ne rattache à Nikolski, qui ne sait pas où le village se situe lorsqu'elle
rend visite au bouquiniste à son appartement, réussit tout de même à provoquer le destin,
en rapprochant les Aléoutiennes (où se situe Nikolski) des Antilles (où se situe la
République Dominicaine).
Nikalski offre quelques rapprochements de la sorte, où les situations et les lieux se
juxtaposent ou se superposent les uns aux autres. Un effet de miroir est ainsi créé dans le
roman, les endroits renvoyant à d'autres, dans des contextes toujours très significatifs.
Par exemple, Noah, en regardant la carte géographique qui se retrouve dans l'unicum (le
Livre à trois têtes), constate que « [l]a carte de la Saskatchewan ressemblait à un négatif
des Caraïbes: pour chaque île, un lac, et des océans de graminées en guise de mer. » (N :
38) Or, la Saskatchewan représente la vie qu ' il connait depuis toujours, dans les terres, en
compagnie de sa mère, bref, son univers réel. Les Caraïbes, à l'inverse, représentent
l'inconnu, un monde où il n'a jamais mis les pieds, un univers fait d'eau, où les gens se
promènent en bateau, un endroit où il ne connaît personne, mais qui rappelle son père, par
son attachement à la mer, ainsi que par le fait que c'est lui qui lui a en quelque sorte légué
le livre. Plus tard, Noah ira d' ailleurs vivre quelques années au Venezuela, qui se trouve à
proximité de la mer des Caraïbes. Il y a donc un jeu de miroir et de projection dans ce
passage au premier abord insignifiant.
Cette juxtaposition entre le réel et le symbolique, l'imaginaire, est également perceptible
dans un autre extrait tiré de Nikalski :
79
Elle s'apprête à battre en retraite lorsqu'un détail la pétrifie: vu
sous un certain angle, la tête du camionneur - visage émacié, barbiche,
calvitie avancée -lui rappelle quelqu'un. Mais qui? Ses souvenirs défilent
comme un tourniquet de cartes de bibliothèque. Vingtième siècle.
Personnages politiques. Russie. Révolution. Barbiche.
Joyce se souvient soudain, avec une précision irréelle, de l' endroit
où elle a vu ce visage pour la première fois : sur une carte postale de
l' oncle Jonas! [00 ']
Médusée, Joyce fixe le faciès severe du camionneur. Aucune
méprise possible: il s' agit de Vladimir Lenine égaré dans le stationnement
d'un relais routier de Sept-Îles, à six heures moins quart du matin.
L' anachronisme la fait sourire. » (N : 78-79)
Cette fois, il s'agit de Joyce qui, au moment de sa fuite vers Montréal, fera un bout de
chemin à bord d'un camion, dont le conducteur lui rappelle l'image d'une carte postale
envoyée par l'oncle Jonas à son grand-père. Dans ce passage, Joyce est consciente du fait
que les deux hommes ne font pas qu'un, que le camionneur n' est pas issu du personnage
sur la carte postale, en raison de l'anachronisme qui rend la chose impossible. Deux
lieux, soit la Russie et Sept-Îles, au Canada, deux époques, et malgré tout, Joyce persiste
à affirmer qu'il n'y a aucune méprise possible sur la personne, avant de détruire d'un
sourire ce qu'elle offrait comme une certitude.
Ce procédé, systématique, permet d' allier le réel et le symbolique qui se côtoient dans le
roman. Alors que Noah voyage à travers la Saskatchewan depuis qu'il est tout petit et que
Joyce est en présence d'un camionneur, les deux personnages comparent leur situation à
un autre lieu, à une autre époque, à un ailleurs impossible, trop loin pour être réel. Dans
le premier cas, celui de Noah, il s'agit d'un lieu tiré d'un livre, une carte de la mer des
Caraïbes qu'il a trouvée dans le Livre à trois têtes, l'univers imaginaire dans lequel il se
80
plonge pour rêver. Joyce, pour sa part, tire sa rêverie d'une carte postale qui représente
aussi un ailleurs, celui de Jonas Doucet qui a beaucoup voyagé et qui n'a sans doute
même pas rencontré l 'homme dont la photo figure sur la carte postale. Voilà donc
comment le croisement entre le réel et l'imaginaire s'effectue dans Nika/ski.
La géocritique selon Bernard Westphal examine davantage les lieux plus connus, plus
populaires, qui reviennent d'un livre à l'autre, et dont la représentation diffère, tant du
point de vue de la description des lieux que par leur statut par rapport à d'autres villes.
Dans le cas de Nika/ski, les principales villes sont Montréal et Nikolski. Montréal est bien
entendu une ville connue dans la réalité, mais dans le roman elle n'est pas énormément
décrite. Elle est plutôt représentée par ce qu'elle symbolise pour les personnages qui s'y
réfugient. Nikolski est pour sa part très peu connu, et mise à part sa situation
géographique, on ne connait rien de cette ville, sauf peut-être que c'est le lieu où est
disparu Jonas Doucet. Les villes dans Nika/ski n' en sont pas moins importantes. Tout le
roman tourne autour des lieux, qu'ils soient représentés par des villes, des océans, des
espaces, des cartes postales, des livres, des voyages, des déplacements, ou par
l'imaginaire des personnages. Les trois récits du roman y prennent ancrage. C'est
probablement le lien, mis à part Jonas Doucet, qui unit les trois personnages. Le roman
prend tout son sens dans la multitude des lieux qui sont nommés, comparés, rêvés et
désirés.
81
Le statut de la ville de Montréal dans Nikolski
La ville importante de Nikalski est sans doute Montréal, puisqu'il s'agit du point de
rencontre des personnages, c'est l'endroit vers où ils convergent tous dès le début du
roman. Alors que Noah et Joyce s'y rendent, le bouquiniste, qui est déjà en banlieue,
déménage au centre-ville. Dans Nikalski, contrairement à L'Avaleur de sable de Stéphane
Bourguignon ou Scrapbaak de Nadine Bismuth, la ville de Montréal où se déroule la
majeure partie des récits est donnée à voir. Il n'est pas possible de reconnaître les lieux de
Montréal grâce à des descriptions détaillées, par contre, les lieux sont nombreux et
nommés d'emblée pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté quant à l'identification de la ville de
Montréal. Le roman en entier est construit de la sorte, et insiste constamment sur
l'importance que prennent les lieux et les coïncidences dans les récits. Les rues de
Montréal dans lesquelles les personnages déambulent sont clairement identifiées, les
boulevards, les stations de métro ainsi que les marchés sont nommés l8. Bien que
Montréal soit une ville réelle et présentée comme telle dans le roman, elle n'en devient
pas moins fictive dans le contexte, puisque les personnages eux-mêmes lui confèrent un
statut imaginaire, en une sorte d'illustration des propos de Westphal, qui précise que
« [1]' espace transposé en littérature influe sur la représentation de l'espace dit réel
(référentiel), sur cet espace-souche dont il activera certaines virtualités ignorées jusquelà, ou ré-orientera la lecture. » (Westphal, 2005 : 6) Les personnages, habitant la Petite
Italie, tout près du marché Jean-Talon, même s'ils sont dans des lieux vérifiables
géographiquement, les rendent fictifs grâce aux histoires qu'ils leur attribuent ou à
l'aventure qu'ils y vivent. Le bouquiniste dit qu'il déménage dans un « nouvel
18 Une liste des désignations de la ville de Montréal a été relevée dans le roman de Nicolas Dickner et
placée en annexe III à la fin du mémoire.
82
appartement de la Petite Italie, juste en face de la statue du vieux Dante Alighieri» (N :
25). Maelo, à la fois le colocataire de Noah et le patron de Joyce, vient de San Pedro de
Macoris. Il reconstitue l'ambiance de ce lieu à Montréal, ce qui a pour conséquence de
créer un deuxième San Pedro de Macoris :
La première se situe sur la côte sud-est de la République Dominicaine, par
18 degrés de latitude nord et 69 degrés de longitude est. La seconde
occupe la rive est du boulevard Saint-Laurent, à Montréal, dans un
périmètre délimité à l'ouest par la rue Christophe-Colomb, au nord par une
ligne imaginaire traversant le métro de Castelnau, et au sud par l'épicerie
Colmado Real, sise rue Saint-Zotique. (N : 103)
Ce passage est un bon exemple de la superposition de l'imaginaire et du réel dans la
description des lieux. Joyce débarque à Montréal à la station de métro Jean-Talon et elle
habite rue Mozart. Noah déambule dans la rue Saint-Laurent et poste ses lettres près du
parc Dante. La bouquinerie du troisième personnage se trouve rue Saint-Laurent.
Évidemment, ils habitent le même quartier, se promènent dans les mêmes endroits, se
croisent parfois, et c'est possible de le savoir justement parce que les lieux sont si bien
nommés.
À l'inverse, d'autres lieux sont suggérés sans jamais être nommés. Ainsi, Noah étudie
dans une université de la ville de Montréal, sans autre précision. Même chose pour Joyce
qui va à la pêche dans les divers conteneurs d'entreprises à la recherche d'ordinateurs ou
de cartes d'identité. Bien qu'il s'agisse souvent de grosses entreprises, d'autant plus que
Thomas Saint-Laurent, un professeur de l'université où étudie Noah, l'a orientée vers le
quartier des affaires, près de la Bourse entre autres, jamais il n'est question du nom de
l'entreprise qu'elle «visite ». D'ailleurs, ce non-dit ne nuit pas à la lecture, ni au fait de
vérifier si l'histoire se déroule à Montréal, puisqu'il n'y a pas de doute là-dessus.
83
Montréal, dans Nikalski, est littéralement le cœur de l'intrigue, le lieu vers où tous
convergent, le lieu de tous les possiblesl 9 .
Croisements singuliers, rencontres anonymes
La singularité de Nikalski tient, pour une bonne part, au fait que les personnages se
croisent sans jamais se reconnaître. Seul le lecteur, qui a accès aux trois récits, est à
même de constater qu'ils sont physiquement dans le même lieu en même temps ou qu'ils
l'ont traversé à un moment ou l'autre. Parfois les personnages se rencontrent à l'intérieur
de la ville de Montréal, dans des endroits bien précis, d'autres fois à l'extérieur de cette
ville. Dans un premier temps, on peut distinguer les rencontres en temps réel entre les
personnages, comme lorsque Joyce, qui ne le connaît pas, croise Noah dans une rue de
Montréal:
Un type approche à toute vitesse au guidon d'un vélo de livraison, l'air
plus intéressé par l'architecture environnante que par sa trajectoire. Il
saute la chaîne de trottoir, frôle les sacs de vidanges, évite Joyce de
justesse et retombe dans la rue. Elle regarde ce véhicule de l'âge de bronze
s'éloigner, puis disparaître dans une ruelle. (N : 112)
Le lecteur, qui a reconnu le vélo, sait qu'il s'agit de Noah. Puis une dizaine d'années plus
tard, ils se rencontrent à nouveau, cette fois à l'étranger, à l'aéroport de Newark où ils
sont en transit, Noah pour revenir à Montréal, Joyce pour s'en éloigner: ils échangeront
des sourires sans se reconnaître, alors que le lecteur sait qu'ils sont de la même famille et
qu'ils ont un bon ami en commun, soit Mae1o. Le plus étonnant, c'est qu'alors qu'ils ont
19 C'est tout à fait l' inverse d' un roman comme L 'Avaleur de sable dans lequel il est possible de reconnaître
Montréal, en raison des métros (que les personnages ne prennent jamais), du marché en plein-air où
travaille le personnage principal, qui n'est jamais nommé, mais qu'il est possible de reconnaître comme
étant le marché Jean-Talon. Dans Scrapbaak, alors que la ville est aussi très bien identifiée, elle a moins
d' importance que dans Nikalski, elle n'est pas au centre de l'intrigue, car il aurait été possible de situer
l'action du roman dans une autre grande ville et le roman n'en aurait pas été modifié.
84
passé autant de temps si près l'un de l'autre, dans le même quartier, à fréquenter le même
homme à tous les jours, ils ne feront connaissance que l'espace de quelques minutes dans
un aéroport des États-Unis où tous deux ne sont que de passage le temps d'une
correspondance.
La rencontre de Joyce avec le bouquiniste est tout aussi énigmatique. Celui-ci évoque les
visites de la jeune fille à la librairie: «Je reconnais tout de suite l'imperméable aux
coutures noircies et le vieux sac de marin bleu usé: il s'agit d'une habituée. Elle retire
son capuchon et, d'une main nerveuse, ébouriffe ses cheveux taillés courts. Je la salue
d'un petit geste. Elle me répond avec un sourire. » (N: 167-168) Pendant plusieurs
années, le bouquiniste n'a droit qu'à un bonjour discret, sans pouvoir entrer en contact
avec Joyce. La veille du départ de la jeune fille, celle-ci accepte de se rendre chez le
jeune homme, sans même qu'elle lui dise son nom, afin de lui emprunter un livre de
voyage. À l'occasion de cette rencontre à l'appartement du narrateur «je », elle prend
connaissance de l'histoire du père de ce dernier, puis du livre à trois têtes. Après quelques
verres, sans dire au revoir, elle quitte pour l'aéroport.
Finalement, Noah rencontre aussi le bouquiniste, une seule fois par contre, à la librairie,
lors de son retour à Montréal, alors que l'autre s'apprête à partir à son tour. Noah lui
remettra, à l'occasion de cette brève rencontre, une pièce manquante de l'unicum: la
carte des Caraïbes qui avait été déchirée « il y a plusieurs années de cela ... » (N : 322)
85
Dans un deuxième temps, il y a ces rencontres qui n'en sont pas, dans des lieux où les
personnages se retrouvent, mais à des moments différents. Dans cette perspective, dit
Westphal, « [L]e territoire apparaît bien comme " un tenir-ensemble d' éléments
hétérogènes", qu ' il conviendra d'observer dans leur mouvance. Deleuze et Guattari
dissocient espace et fixité, par là même ils posent (implicitement) l'accent sur le lien
entre temporalité et espace. » (Westphal, 1995 : 3) Par exemple, Tête-à-la-Baleine, où a
habité Joyce pendant toute son enfance, est observé par Noah lors d'un stage en
archéologie : « Au fond de la baie scintillent la poignée d'ampoules électriques de Tête-àla-Baleine. » (N : 181) Noah ne va pas à l' endroit où est né son père, mais il en est tout
près, il est également à proximité de l' endroit où a vécu Joyce, comme à Montréal où il
habi te tout aussi près d'elle. La poissonnerie est un autre lieu où ils ne se rencontrent pas,
mais qui est un lien entre eux. C'est là qu'appelle Noah alors qu ' il veut visiter
l'appartement qu'il habitera avec Maelo, le propriétaire de la poissonnerie où travaille
Joyce : « Après trois coups, une jeune femme répond. Elle a une voix nerveuse, un drôle
d' accent. Noah demande Maelo. » (N : 92) La voix est celle de Joyce qui vient d'être
embauchée par Maelo. Et finalement, il yale sud, l'Amérique latine, où la jeune femme
s' enfuit, alors que Noah en revient, en fuite justement. Bien que les personnages aient des
points de vue divers des lieux dont il est question, il s'avère impossible d'étudier les
différences de représentation ou de vision entre les personnages pour un même lieu, pour
la simple raison qu ' ils n' habitent pas les mêmes lieux. L'un y habite, l'autre le voit de
loin: leurs angles de vue divergent et les différents narrateurs n'élaborent pas de la même
façon sur les lieux.
86
En ce qui a trait à Noah et au bouquiniste, un lieu de rencontre imaginaire serait Nikolski,
où les deux jeunes hommes ont perdu leur père. Même si ni l'un ni l'autre n'y a jamais
mis les pieds, le lieu fait partie de leur imaginaire ; il pourrait s'agir d'un point de
rencontre dans une conversation, au moment où ils se croisent enfin. Toutefois, Noah est
probablement l'un des seuls personnages qui ne demande pas au bouquiniste ce qu'il
porte au cou, puisque ce dernier a brisé le compas à peine quelque temps auparavant:
«Je ne mesure pas encore ce qui se passe, ce qui va se passer. Je regarde le compas
tomber au ralenti. Le boîtier éclate avec un craquement de plastique. La sphère centrale,
libérée de son écrin, rebondit sur le plancher, passe entre les pieds de Joyce, traverse le
salon en indiquant toutes les directions à la fois et roule dans la bouche d'aération qui bée
au milieu de la place. » (N : 268-269) Ils n'auront donc jamais l'occasion de s'en parler et
ainsi de découvrir la vérité.
Nikolski, un roman de l'errance
Les personnages dans Nikalski sont tous des voyageurs, ou laissent savoir qu'ils le seront.
Que ce soit de petits ou de grands voyages, ils quittent, fuient, vont rejoindre des amis,
partent à l'aventure ou en voyage, bref, ils font du chemin. Un roman de la route? Un
roman de la quête identitaire ? Nika/ski rappelle les romans qui, à l'image des œuvres de
Jack Kerouac ou de Jacques Poulin, s'inscrivent dans le courant des romans de la route,
mettant en scène des personnages poussés par un désir de prendre le large, une soif de
liberté. En effet, les récits de Nika/ski traversent le pays, les frontières. Toutefois, à
l'opposé des romans dits de la route, les personnages ne sont pas investis d'un désir de
retrouver quelqu'un ou quelque chose. Par exemple, alors que plusieurs indices dans le
87
roman laissent crOIre que Jonas Doucet ou sa sœur pourraient éventuellement être
recherchés par leurs enfants, rien de tel ne se produit. Après une mise en place d'éléments
ou d ' informations qui pourraient conduire à une recherche, puisqu ' il y a un
questionnement tangible de la part des personnages face au destin de leurs parents, les
trois personnages principaux passent à autre chose. Pamela V. Sing (2006), dans
« Errances, identités et écritures. Marguerite-A Primeau et Nancy Huston », décrit en ces
termes le voyage identitaire :
Le voyage identitaire est un concept littéraire qui repose sur l' idée d'une
identité toujours en train d' acquérir de l'altérité. Comme les déplacements
exécutés dans un tel esprit ne peuvent que bouleverser les rapports à un
ici-maintenant familier, ils participent à une économie de l' incertitude,
signalant ainsi le caractère bel et bien postmodeme de l'univers
représenté. Plutôt que de privilégier un territoire particulier en tant que
Lieu, écrit avec une majuscule, avec tous les préceptes, croyances et
valeurs qu'un espace ainsi privilégié pourrait prôner et voudrait maintenir,
l'écriture naît ici dans la pensée de la possibilité de partager un espace
sans frontières fix es, et se déploie dans le but de concevoir et de vivre
dans ce que Édouard Glissant définit comme « une pensée de l'errance ».
(Sing, 2006 : 243)
C ' est ce qui se produit dans Nikalski, autant sur le plan géographique, pUIsque les
personnages voyagent sans avoir de frontière, que sur le plan personnel, puisque dès
qu ' ils commencent à se fi xer des buts, des objectifs, les narrateurs de chacun des récits
bifurquent vers une autre histoire, et leurs interrogations sont laissées en suspens : il n ' y a
donc jamais de dénouement. Les personnages ne font pas non plus de travail sur euxmêmes, c'est-à-dire que malgré leurs déplacements, malgré le fait qu'ils se retrouvent
chacun seul au monde, ils n'effectuent pas de réflexion sur eux-mêmes. Pour mieux saisir
cet aspect, il convient d'examiner chacun des parcours des personnages principaux des
88
trois récits qUI s'enchevêtrent dans Nikalski en faisant ressortir leur volonté d'être
ailleurs.
Les voyages dans les livres du narrateur-personnage
Le narrateur «je» est le personnage du roman qui a le mOInS voyagé. Lorsqu'il
déménage au centre-ville de Montréal, il ne part pas de loin, il quitte simplement la
banlieue. Sa mère l'a conçu à Vancouver, puis est revenue s'installer au Québec alors
qu 'elle était enceinte, moment à partir duquel elle s' est sédentarisée pour, ironiquement,
devenir agente de voyage :
Tu as beaucoup voyagé, fait-elle [Joyce] sans quitter la bibliothèque des
yeux.
Moi? Jamais mis les pieds hors de Montréal. Mon plus grand périple, ç'a
été de partir de Châteauguay.
-
Pourquoi tant de guides, alors?
Ma mère les collectionnait. Après sa mort, j'ai continué la collection.
Ta mère voyageait?
Non. C'était d'ailleurs assez curieux, vu qu'elle travaillait dans une agence
de voyages. Elle aurait pu faire le tour du monde gratuitement, mais elle
préférait passer l'été au fond de la cour, les pieds dans la barboteuse de
plastique, avec des piles de bouquins. Je crois qu'elle avait fini par
préférer les guides de voyage eux-mêmes. (N : 264-265)
Le narrateur reproduit donc ce que sa mère a toujours fait, en collectionnant les livres, les
cartes du monde, les cartes postales de son père, la boussole Nikolski. Il ne part pas,
continuant à travailler à la même bouquinerie où il est depuis toujours, et regardant les
gens de son entourage partir, ses amis quitter la région. Il entretient toutefois son désir
d'être ailleurs, de voir autre chose, et à la fin du roman, il déclare qu'il a enfin envie de
89
tout quitter, de partir à l'aventure. Après avoir rencontré Joyce et appris qu'elle avait
quitté la région pour un certain temps, sans qu'elle revienne le voir à la bouquinerie, il
décide d'en faire autant: «Il est grand temps de quitter l'attraction gravitationnelle des
livres. Je partirai sans guide de voyage, sans encyclopédie, sans prospectus, sans
phrasebaak, sans horaire ni carte routière. » (N : 317) Ainsi, ce qui a été le plus important
dans sa vie, autant au travail qu'à la maison, les livres, ne feront pas partie de son voyage.
Il part sans repère géographique, sans repère de sa vie d'avant, sans souvenir matériel:
« Parfois je regarde les étagères en soupirant. La librairie me manquera sans doute un peu
- mais il importe davantage de trouver mon propre destin, ma petite providence à moi. »
(N : 317) Le projet du narrateur «je» se profile donc en quête identitaire. Son père et sa
mère sont maintenant morts, après avoir accompli leur destinée qui fut de fuir chacun leur
famille, leur lieu de naissance, leur vie: «Ma mère avait pris la route de Vancouver à
dix-neuf ans, considérant qu'une rupture familiale digne de ce nom se jaugeait au
kilométrage et que la sienne méritait de se mesurer en continent. » (N : 14) Quant à Jonas
Doucet, son père, il a fait plusieurs fois le tour du monde, sans jamais revenir à Tête-à-IaBaleine, son lieu d' origine. Le jeune homme considère qu'il a droit lui aussi à un voyage,
afin de découvrir qui il est. C'est sur cette note que le roman se termine, sur une
proposition de voyage, sur l'affirmation qu'il partira. Le départ ne sera pas entrepris à
l' intérieur de Nikalski. On pourrait y voir un reflet du roman, dans lequel le récit du
bouquiniste n'est que propositions, suppositions, où le rôle de ce narrateur «je» n ' est
jamais élucidé, son autorité restant vague, un peu comme son voyage. C'est en effet le
seul personnage qui reste à Montréal alors qu'il n'a aucun ancrage dans cette ville. Il dit
lui-même que ceux qu'il a connus sont partis:
90
Je travaille ici depuis maintenant quatre ans, une période qui tend à
paraître passablement plus longue qu'en réalité. Entre-temps, j ' ai quitté
mes études, ma mère est morte et mes rares amis d 'enfance se sont
volatilisés. L'un d'entre eux a déguerpi en Amérique centrale au volant
d ' un vieux Chrysler et on ne l'a jamais revu. Un deuxième étudie la
biologie marine dans une université norvégienne. Aucune nouvelle de lui.
Quant aux autres, ils sont tout simplement disparus, avalés par le cours des
choses. (N : 21)
Et à la fin du roman, c'est un peu ce qu ' il souhaite lui aussi, «être avalé par le cours des
choses ».
L' effet de réel, dans le récit du narrateur «je », se construit à partir de l'insistance sur les
cartes, les livres, ainsi que la boussole Nikolski que son père lui a envoyée.
Les quêtes de Joyce
La volonté d'être ailleurs est plus perceptible chez Joyce. Elle aUSSI veut sUIvre le
parcours de sa mère et ainsi quitter Tête-à-Ia-Baleine. Après avoir cru pendant plusieurs
années que sa mère était morte étouffée avec une tête de capIan, son grand-père lui révèle
enfin la vérité:
Lyzandre Doucet avoua finalement que cette histoire de tête de capIan
camouflait un scandale que personne n' avait jamais osé lui révéler: sa
mère avait imité le reste de la famille Doucet. Elle était partie quelques
mois après la naissance de Joyce, sans crier gare et sans raison claire. Elle
avait pris le bateau vers l'ouest, mais personne ne savait pour quelle
destination exactement. Certains prétendaient qu'elle était allée à
Montréal, voire aux États-Unis. (N : 68)
C'est donc ainsi qu ' elle s' enfuit elle aussi, sans laisser d'indices, à la recherche de sa
mère. Elle quitte son père et ses oncles et tantes pour Montréal. Son désir est de retrouver
sa mère. Effectivement, dès son arrivée à Montréal, elle cherche le moyen d'entrer en
contact avec cette dernière :
91
Par où commencer ? Elle regarde autour d'elle, repère une cabine
téléphonique. Elle pousse la porte et soupèse l'annuaire. Elle sent une
vague inquiétude l'envahir: aurait-elle sous-estimé la population de
Montréal ? Ses doigts font défiler les pages à toute vitesse. Dombrowski,
Dompierre, Donati .. . Doucet. Le nom de sa mère n'est pas là - pas même
une Doucet F. 20
L'annuaire de Montréal est aussi désert que le cimetière de Tête-à-IaBaleine.
Joyce sort de la cabine téléphonique en chancelant, l'estomac crispé.
L'objectif de sa fugue ne lui semble plus aussi clair que ce matin. Le soleil
baisse peu à peu au bout du boulevard. Il fera bientôt nuit et elle se sent
soudainement très, très seule. (N : 82)
Contrairement au déroulement auquel on pourrait s'attendre, à partir du moment où elle
se retrouve enfin à Montréal, alors qu'elle s'est rapprochée de sa mère, son objectif
change. Quelque temps à peine après s'être installée, après avoir trouvé un emploi, elle a
un nouveau but, celui de devenir pirate, comme ses ancêtres, et très probablement sa
mère.
Joyce a donc quitté Tête-à-Ia-Baleine pour découvrir d'autres horizons, pour quitter ce
milieu fermé où elle vivait trop étroitement avec sa famille. Par contre, en arrivant à
Montréal, elle se vautre encore une fois dans le monde solitaire de son appartement. Elle
sort le jour pour aller travailler à la poissonnerie où elle rencontre des gens, mais le soir,
elle ne se consacre pas à retrouver sa mère, comme elle le laissait supposer avant de
fuguer. Elle part plutôt à la recherche d' ordinateurs dans les poubelles, dans le but de
faire du piratage informatique.
Armée de manuels d' instructions et d'un tournevis étoilé, elle dissèque les
carcasses, récupère les meilleurs organes et les greffe dans une seule
machine. Privée des appareils nécessaires pour vérifier l'état de santé de
Ainsi, Leslie Lynn Doucette, que l' on croyait être la mère de la jeune fille, ne l'est vraisemblablement
pas.
20
92
chaque pièce, elle doit procéder par essaIS et erreurs - beaucoup,
beaucoup d'erreurs . [ .. . ]
N'importe qui aurait tout abandonné depuis longtemps. Pas Joyce.
Lorsqu'elle se sent flancher, elle regarde l'entrefilet sur Leslie Lynn
Doucette punaisé au mur, petit évangile de 43 lignes. Elle se répète qu ' elle
ne doit pas douter, qu'elle n'a pas le droit de douter. La foi est une chose
éphémère : on commence par se poser des questions anodines et puis
bientôt on perd le contrôle, on remet tout en cause - les privations, les
nuits blanches, les aïeux légendaires, les souvenirs, l'espoir, les raisons
d'être. (N: 130-131)
Elle s'investit totalement dans son nouveau passe-temps. Elle ne profite pas tellement de
Montréal, elle sort à peine, si ce n'est pour trouver du matériel informatique dans les
dépotoirs la nuit, et des manuels d'informatique à la bouquinerie le jour, lorsqu'elle ne
travaille pas à la poissonnerie.
Afin de ne pas douter de ses origines, des raisons qui ont causé son départ de son village
natal, elle s'investit tellement qu'elle devient une pirate (informatique) comme sa mère,
comme ses ancêtres eux aussi pirates. Pour cette raison, elle devra passer inaperçue dans
la société, se cacher derrière plusieurs identités: «Aucun de ces messages ne s'adresse à
elle - depuis dix ans, elle n ' a reçu aucun courrier à son nom. Jamais de Chère Joyce, de
Mlle Doucette ou de Salut Jo ! La piraterie exige l'anonymat le plus complet et Joyce
s'est toujours réfugiée derrière l'une ou l'autre des fausses identités repêchées dans les
poubelles. » (N : 239)
Puis vient le jour où elle doit fuir à nouveau, une autre fugue en quelque sorte. Cette fois,
elle avertit son patron, Maelo, qui lui trouve un refuge auprès de sa grand-mère, en
République Dominicaine. Alors qu ' elle doit quitter la ville rapidement parce qu' elle s' est
93
fait repérer, elle passe une dernière fois à la librairie pour acheter cette fois des livres de
voyage. C'est à ce moment que le narrateur «je» l'invite à venir chercher un livre chez
lui. Sans plus de politesse, elle le quitte dans la nuit, emportant avec elle un livre de
voyage. Ensuite, elle rencontrera Noah dans un aéroport, lors d'une correspondance.
Au début du roman, Joyce tente un rapprochement géographique de sa mère en quittant
sa famille de Tête-à-Ia-Baleine pour Montréal. Sitôt arrivée, son objectif se transforme, et
son rapprochement se fait plutôt idéologique, puisqu'elle se lance dans la piraterie. Ce
nouveau mode de vie l'éloigne de la possibilité de rencontrer sa mère un jour, puisqu'elle
devra quitter la ville où sa mère habite peut-être, pour un endroit beaucoup plus éloigné,
dans le secret. Joyce erre autant physiquement que psychologiquement, car en plus de
voyager, elle ne sait pas ce qu'elle veut atteindre.
L'effet de réel autour de Joyce passe par l'omniprésence de l'informatique et l'idée de
recyclage, de récupération.
Noah: le piège de la circularité
Noah, pour sa part, déménage aussi à quelques reprises . À l'inverse des deux autres, il
veut quitter l'errance pour enfin se sédentariser. Après avoir vécu pendant environ vingt
ans dans une roulotte avec sa mère dans les plaines canadiennes, Noah décide de partir
étudier à Montréal où il n'ajamais mis les pieds. Il vit dans l'errance depuis toujours, n'a
jamais connu ce qu'était s'installer à un endroit fixe, et il ne semble pas apprécier cette
vie de bohème plus qu'il ne faut:
94
Il ne partageait pas le Glorieux Imaginaire Routier Nord-Américain. De
son point de vue, la route n'était rien qu'un étroit nulle-part, bordé à
bâbord et tribord par le monde réel - endroit fascinant, inaccessible et
inimaginable. La route n'avait surtout rien à voir avec l ' Aventure, la
Liberté ou l'Absence de Devoirs d'Algèbre. (N : 46)
À l'inverse des deux autres personnages, Noah voit un avenir dans la sédentarité, un
« endroit fascinant» où il pourra enfin apprendre à se connaître. Il quitte donc ce qu'il
connaît, c'est-à-dire les routes, pour des études universitaires, et ce, dans une ville
francophone, Montréal. De Montréal, il enverra des lettres à sa mère: «Noah entre au
bureau de poste, l' air insouciant, en faisant danser dans sa paume les quelques sous qui
lui serviront à acheter un timbre. Dans l'autre main il tient l'enveloppe aux miracles,
ornée du nom de sa mère, de l'adresse de la poste restante de Fertile, Manitoba, et d'une
adresse de retour - rassurant point fixe dans l'univers . » (N: 107) Pour Noah, l'adresse
de retour semble plus importante que l'adresse d'envoi, car elle symbolise ce qu'il désire
depuis longtemps, la sédentarité. Alors qu'il commence à se sentir chez lui à Montréal,
Noah rencontre une jeune fille du nom d'Arizna avec qui il se lie d'amitié. Il remarquera,
la première fois qu'ils se parleront: «Cinq accents sont enchevêtrés dans ces six mots :
le ton hautain de la bourgeoisie de Caracas, la diphtongaison de Montréal, la précipitation
de Madrid, l'intonation nasale de New York et quelques traces d'un récent séjour à
Chiapas. Mais d'où vient-elle? ! »(N : 147-148) Arizna, à l'image de Noah, a beaucoup
voyagé et son passé n'est pas clair. Ils deviendront amants, jusqu'au jour où Arizna quitte
Montréal sans laisser de trace. Noah poursuit donc sa maîtrise, se rendant faire un stage
sur l'île Stevenson, avec Thomas Saint-Laurent, son directeur. C'est à ce moment qu 'il
est le plus proche de l'île où son père est né, puisque d'où il se trouve il voit Tête-à-laBaleine tout près. Sitôt qu'il revient à son appartement dans la Petite Italie, il reçoit un
95
appel téléphonique. Il s'agit d' Arizna qui est de passage à Montréal et qui désire le
rencontrer. À cette occasion, il rencontre Simon, le fils d' Arizna, avec qui il part en coup
de vent pour le Venezuela :
Tout s'est déroulé si vite qu'il a tout juste eu le temps de déballer les
bagages de l'île Stevenson: il a lavé ses vêtements en catastrophe, secoué
les particules de lichen qui tapissaient le fond du sac, jeté les bouteilles de
DEET et de lotion solaire à moitié vides. En harcelant les fonctionnaires , il
a obtenu son passeport en 48 heures, à prix prohibitif. Le temps lui
manquait pour recevoir la kyrielle d'injections recommandées, mais
Arizna - qui qualifiait les vaccins de «foutaises de gringos» - disait qu ' il
pourrait toujours se les faire administrer à Caracas s'il y tenait vraiment.
(N : 216)
C'est donc ainsi que Noah quitte Montréal pour un nouvel endroit, avec Arizna et le fils
de celle-ci. Il ne part pas par choix de voyager, mais plutôt pour suivre la femme qu'il
aime, et l'enfant qu ' il croit être le sien.
Alors qu 'à Montréal, sa situation était claire, c'est-à-dire qu'il était étudiant au deuxième
cycle à l'université, au Venezuela, c' est différent : «La vie de Noah sur cette île se
résume en somme à raconter des histoires: le soir il invente des fables évolutives sur
Charles Darwin, et le jour il prétend se trouver à Margarita afin de réaliser une thèse de
doctorat sur les Garifunas. » (N : 233) En fait, rien n'est plus faux. Il n'a besoin que d'un
prétexte pour expliquer sa présence au Venezuela, auprès de Simon. Chaque jour, il se
rend voir un ami avec qui il joue aux cartes et partage son secret. Il est chez Arizna pour
profiter de son fils, et en plus, il lui est impossible de réaliser une thèse de doctorat à
partir d'archives, parce que « la plupart des documents intéressants avaient flambé en
1816 lors de la Guerre d' indépendance. Des archives originelles il ne subsiste aujourd 'hui
que des liasses de registres généalogiques où s'entremêlent fondations d'églises,
96
naufrages anonymes et relevés de cadastre, tout cela cordé pêle-mêle dans une trentaine
de boîtes de carton» (N : 252). Il est intéressant de constater que Noah a besoin d'un
prétexte pour vivre à Margarita, n'osant pas dire la vérité, parce qu ' il a peur d'être obligé
de partir, lui qui préfère la stabilité aux voyages. Il a besoin d'expliquer ses départs, ses
déplacements, contrairement aux deux autres personnages qui fuient sans explication,
sans rendre de comptes à leur famille. Noah, malgré ses déplacements, garde contact avec
sa mère, lui donne toujours une adresse de retour fixe .
Arizna a elle aussi ses secrets. En fait, sa vie au complet est un mystère pour Noah. Alors
qu ' elle est à Montréal, elle se déclare étudiante dans une université qui , selon les
investigations de Noah, n 'existe pas: «Intrigué par le mystérieux Instituto Indigenista
Autonomo, Noah pousse la recherche. Il fouille les catalogues de la bibliothèque, ratisse
Internet, questionne Thomas Saint-Laurent - en vain. On ne mentionne nulle part cette
énigmatique institution. Noah croirait qu'il s'agit d'une université bidon. » (N : 152) Puis
elle quitte précipitamment Montréal sans explication. Au Venezuela, sa situation
d' emploi n ' est pas clarifiée. Son grand-père, avec qui elle vit depuis que ses parents sont
morts, semble un homme politique. C'est d'ailleurs à la suite d 'un quelconque évènement
entourant la vie mystérieuse du grand-père que Noah devra quitter le Venezuela avec
Simon, en laissant Arizna derrière eux, pour revenir en sécurité à Montréal. Alors que le
grand-père d' Arizna a disparu, trois mandats d' arrêt sont délivrés contre lui, «un de la
police de Caracas, une de la police de Miami et un autre d' Interpol. » (N : 288) Arizna
explique:
Trêve diplomatique. Mon grand-père travaillait pour les services
consulaires sous Carlos Andrés Pérez, alors il n' a aucun appui dans le
97
gouvernement actuel. Mais attend, ce n'est pas tout: comme il était
l'actionnaire principal des éditions Tortuga, la police menace de
perquisitionner nos bureaux, de saisir le matériel informatique et de geler
les comptes bancaires. Ils pourraient aussi bien te retirer ton visa, vu que
tu es notre invité - et rien ne garantit qu'ils ne vont pas aussi me mettre en
garde à vue, au cas où je cacherais quelque chose. [ .. . ] Alors voilà, j'ai un
service à te demander. l'aimerais que tu ailles passer Noël à Montréal
avec Simon, le temps que ça se tasse. (N : 289)
Noah quitte donc une fois encore sa sédentarité le plus rapidement possible. Il fuit le
danger. Alors que les lieux et les voyages du roman sont si bien décrits, les évènements et
les liens qui en découlent sont parfois plus mystérieux. Entre Noah et Arizna, tout est dit
à demi-mot, il y a une volonté de ne pas laisser de piste claire.
Lors de la première rencontre entre les deux jeunes gens, les paroles de Noah à l'intention
d'Arizna seront: «Alors, sur quoi tu travailles? » (N: 147), et elle répondra: « Sur les
relocalisations dans l'Extrême Arctique» (N : 147). Les relocalisations, voilà exactement
ce dont il est question dans la vie de Noah, d'autant plus que c'est un peu à cause de sa
rencontre avec Arizna, et ce, deux fois plutôt qu 'une. À la fin du roman, le parcours de
Noah est donc Montréal-Venezuela-Montréal. Ce trajet relève de l'ironie, puisque Noah
cherchait à fuir la mobilité, l'errance, pour enfin se fixer à quelque part, en l'occurrence
Montréal. Il ne voulait plus effectuer le parcours circulaire que sa mère répète sans cesse,
chaque année, à l'intérieur des terres canadiennes: « Sarah pilotait, Noah grandissait, et
leur roulotte semblait toujours frappée par une malédiction circulaire. » (N : 45) Pourtant,
c'est exactement la route qu ' il emprunte, celle de la circularité, parce que lui aussi tourne
en rond, malgré sa volonté. Après avoir passé toute son enfance dans les terres, loin des
océans dont sa mère ne veut pas s'approcher, Noah voyagera d'île en île. Lors de l'envoi
d'une lettre de Noah à sa mère, le narrateur explique que celui-ci note les lieux d'où ils
98
envoient ses lettres d'un x sur une carte routière: « En reliant chronologiquement chacun
de ces x avec une longue ligne, on pourrait reproduire le voyage qui, entre 1989 et 1999,
l' a conduit de la Saskatchewan jusqu'à l'île de Montréal, de l'île de Montréal jusqu'à
l'île Stevenson et de l'île Stevenson jusqu'à l'île Margarita, le tout superposé (avec la
distorsion que cela implique) au tracé de la rivière Souris, à l'éparpillement de Saskatoon
et aux réserves chipeweyans. » (N : 287)
Dans le parcours de Noah, la réalité est illustrée notamment par le biais de la
cartographie. Ses déplacements dans le réel peuvent se dédoubler sur une carte routière
sur laquelle il note ses voyages. Il y inscrit non seulement ses propres déplacements, mais
également ceux de sa mère et de son père. Les voyages de Noah se concrétisent toujours
par un support matériel que sont la carte routière ou la carte postale.
Les frontières linguistiques dans Nikolski
À la lumière de ce parcours, il faut noter un détail dont il n'est presque jamais question
dans ce roman d'errance, soit la question de la langue. Noah a d ' abord connu les
provinces anglophones du Canada, puis il a déménagé au Québec, y a habité avec un
hispanophone, pour ensuite aller passer quelques années au Venezuela, et ce, sans jamais
que le problème de la langue ne soit soulevé dans le roman. Il n'est jamais question de la
frontière linguistique anglais-français, puisque Noah n'a jamais eu de véritables relations
d'amitié au cours de son enfance, n'ayant donc jamais eu à communiquer en anglais. Il
est un peu plus question de la frontière linguistique en espagnol lors de son séjour au
99
Venezuela. Noah y rencontre un homme, Bernardo, qui devient son ami au Venezuela.
« Noah corrige le français de Bernardo, qui corrige l'espagnol de Noah. » (N : 252)
Bien que le problème ne soit jamais mis de l'avant, il y a inévitablement des frontières
linguistiques à traverser dans Nikolski, que ce soit Joyce qui travaille dans une
poissonnerie où plusieurs hispanophones vont faire leur marché ou Noah qui déménage
sans cesse d'un lieu à un autre. Par contre, il n'est presque jamais question de cette
frontière, et malgré tout, le roman n'en est pas moins réaliste. Bien que son étude porte
sur Une ville lointaine de Maurice Henrie, il est possible d'appliquer à Nikolski les
propos de François Paré qui écrit que l'œuvre
n'offre pas tant une réflexion sur la traversée des frontières géographiques
ou linguistiques, comme on pourrait s'y attendre, qu'une exploration des
concepts de migration et de distance. « Roman de la nord-américanité »,
pour reprendre le paradigme proposé par Jean-François Côté, cette œuvre
[ ... ] interroge ainsi l'espace homogène et sans fissure de l'Amérique
comme lieu d'où irradie une épuisante circularité eschatologique. (Paré,
2006: 177)
Cecla explique peut-être la circularité du parcours de Noah, à la fois avec sa mère et avec
Arizna, c'est-à-dire que les frontières linguistiques ne sont pas un obstacle aux
déménagements. D'ailleurs, seul le passeport dont il fait la demande pour se diriger vers
le Venezuela rappelle les frontières géographiques pour Noah. D'abord, il a traversé les
frontières des provinces plusieurs fois par année lors de son enfance. Ensuite, le voyage
Montréal-Venezuela-Montréal ne semble pas problématique pour lui, d'autant plus que
tout se fait si rapidement. Le périple de Jonas Doucet est également un exemple de
l'absence des frontières géographiques dans le roman, ce dernier bouclant le tour du
monde plusieurs fois, à bord des bateaux, sans faire référence à la difficulté de
100
communiquer ou de changer de pays tout le temps. Il est à noter que le père de Noah, tout
comme sa mère et lui-même, est pris dans une boucle, une circularité infinie.
Regards des personnages sur la ville de Montréal
En terminant, il ne faut également pas passer sous silence le fait que les trois personnages
ont une fascination pour les cartes routières et géographiques ou, à tout le moins, que
celles-ci ont une signification dans leur vie. Par contre, ils n'utiliseront pas tous ce moyen
pour percevoir les lieux. En d'autres mots, les personnages ont une façon bien à eux de
rendre compte des lieux qu'ils habitent. Pour en faire la démonstration et comparer leur
vision d'un endroit, il s'agira de prendre la ville de Montréal, puisque c'est le lieu où ils
ont tous vécu en même temps. La vision de Noah correspond à la manière dont il a
toujours vu le monde, c'est-à-dire cartographié comme une carte routière:
Au guidon du vélo, il construit une vue aérienne du territoire - places,
ruelles, murs, graffitis, cours d'école, escaliers, bazars et casse-croûte tandis que, en discutant avec les clients, il espionne les accents, les
vêtements, les traits morphologiques, les odeurs de cuisine et les bribes de
musique. Additionnés l'un à l'autre, les deux inventaires composent une
carte complexe du quartier, à la fois physique et culturelle. (N : 115)
Maintenant qu'il peut parler avec les gens, échanger avec eux, sa vision d'un quartier
change, ce qui l'amène à cartographier en trois dimensions, ce que sa vie de bohème ne
lui permettait pas. Dans le cas de Joyce, la vision de la ville de Montréal se fait plutôt
sous la forme d'un horaire et d'un ordinateur. Voici son organisation:
Le centre-ville tient au complet dans son cerveau, soigneusement découpé
en quadrants, zones et sous-secteurs. On ne pêche pas n'importe quoi,
n'importe où, n'importe quand. La composition des déchets change non
seulement d'une ruelle à l'autre, mais également selon les jours de la
semaine, les saisons, les fluctuations de la bourse, la politique extérieure
américaine.
101
Pour Joyce, tout cela s'organise en une carte complexe. Sous la surface
migrent d'imposantes masses d'information: correspondances, mots de
passe, organigrammes, coupons de caisse, copies carbone, agendas remplis
de noms et de numéros de téléphone, sans oublier les disques durs,
disquettes, rubans magnétiques et disques compacts. Toute cette
information alimente les opérations de précision qu'elle effectue ensuite ironie suprême - sur des ordinateurs rescapés des mêmes ordures. (N:
207)
C'est ainsi que Montréal devient une source d'informations importantes pour la piraterie
de Joyce. Le narrateur «je », puisqu'il vient de Montréal, ne fait pas vraiment de
description de la ville. Par contre, quand il décrit un endroit, c'est toujours à travers les
livres. Il affirme donc que le compas Nikolski pointe vers l'étagère des Bob Morane et
découvre de nouveaux endroits en lisant le National Geographie. Quand il décrit la
librairie où il travaille, il explique en ces mots:
Chaque étagère supporte trois épaisseurs de livres et les planchers
disparaissent sous des douzaines de boîtes de carton entre lesquelles
serpentent d'étroits sentiers aménagés pour la circulation des clients. Le
moindre interstice est mis à profit: sous le percolateur, entre les meubles
et les murs, à l'intérieur du réservoir de la toilette, sous l'escalier, et
jusque dans l'exiguïté poussiéreuse de l'entretoit. Notre système de
classement est parsemé de microclimats, de frontières invisibles, de
strates, de dépotoirs, d'enfers désordonnés, de vastes plaines sans points
de repères apparents - complexe cartographie qui repose essentiellement
sur la mémoire visuelle, une faculté sans laquelle on ne dure pas
longtemps dans le métier. (N : 22)
Les personnages ont donc chacun leur façon de cartographier les choses, précisément
selon leurs intérêts, leur passion, leur passé. Il faut aussi noter que les trois personnages
mettent leur passion pour la cartographie au service leur quotidien. C'est dire à quel point
l'espace prend toute son importance dans leur vie, tout comme dans le roman.
102
Conclusion
En conclusion, je dirais que la question de l'espace, dans Nikalski, permet d' inscrire
l'œuvre dans un courant réaliste. La précision des lieux, qu'elle soit géographique ou
historique, entraîne ici un effet de réel. Contrairement aux deux premiers romans étudiés,
celui-ci ne se présente pas comme réaliste, puisque les histoires qui y sont présentées sont
souvent insolites parce qu 'exagérées. De plus, les personnages ne renvoient à aucun
stéréotype, si ce n'est celui d'une génération en mouvement.
L' invraisemblance des personnages et de leurs aventures est vite atténuée par la
vraisemblance des lieux. Le fait que les lieux renvoient à des référents géographiques
réels assure une base solide au roman. Les nombreux hasards qui traversent le roman,
même s' ils nous entraînent parfois vers une dimension plus invraisemblable de l'histoire,
permettent de rendre compte de la dimension imaginaire des lieux. Afin de créer un effet
de vraisemblance, le procédé qui consiste à comparer deux lieux, l'un réel, l'autre
imaginaire ou symbolique, permet de créer une distance, afin que l' on croie davantage à
la réalité des lieux et à l'effet de transparence du roman. Cette façon de faire est loin des
procédés réalistes du XIXe siècle. Voilà pourquoi il n'est pas possible de parler de roman
réaliste pour désigner Nikalski, mais bien d'un roman qui renouvelle les procédés
d'illusion romanesque.
Le fait de présenter trois personnages et de leur conférer à chacun un passé et des
souvenirs, qu'ils soient matériels ou en pensées, correspond à la réalité des voyages,
comme le montrent Benoît Melançon et Pierre Popovic :
103
Quand il s'agit de partir - de passer ailleurs -, on emporte toujours une
ville avec soi, non dans sa globalité, non dans sa réalité, mais sous la
forme d'un bagage lacunaire, vite bouclé, dans lequel on a jeté, juste avant
le départ, des bribes de textes et des souvenirs d'angles, des vues
imprenables et des courbes de rues, des formes d'habitat, et des façons de
vivre, des fragments de rumeur et des reliefs d'images fugaces. (Mélançon
et Popovic, 1994 : 9)
C'est le résultat de ce « bagage lacunaire» qui est présenté tout au long du roman, à
travers les trois récits, au gré des départs précipités des personnages.
Le symbole de la réalité imaginée qui traverse le roman est le Livre à trois têtes. Ce livre,
sorte de mise en abyme du roman, emmagasine tous les souvenirs, toutes les cartes et les
récits de grands voyageurs. C'est en quelque sorte la valise qui transporte les
découvertes, les héritages, les désirs. Ce même Livre à trois têtes passe d'un personnage à
l'autre, les faisant tous rêver. L'unicum est aussi le symbole de la circularité, puisque son
trajet fait le tour du monde, avant de se retrouver entre les mains de Noah; par la suite, il
fera le tour des trois récits pour revenir à Noah qui, plutôt que de le récupérer, le
complètera d'une carte géographique.
104
CONCLUSION
Alors que, nous l'avons vu, L 'A valeur de sable, Scrapbook, et Nikolski s'éloignent du
réalisme tel que défini pour désigner le courant du XIX e siècle, il n'en demeure pas
moins qu'une réalité bien concrète se dégage des trois romans québécois. Cette réalité est
celle de la solitude, de l'isolement, du désir de voyager, de découvrir l' amour et de le
vivre, autant de réalités qui témoignent du quotidien parfois banal de toute une génération
de jeunes adultes.
Les effets de réel utilisés pour créer l'illusion d'un témoignage par les personnages
traversent l'ensemble des romans travaillés dans ce mémoire, notamment grâce à
l'emploi d'un narrateur «je» qui raconte son quotidien. Ce dernier, pour motiver son
discours et justifier le récit, recourt à la construction d'un destinataire. La présence d'un
interlocuteur permet d'expliquer l'omniprésence de la représentation de soi dans les trois
romans. Ce désir de parler de soi, de raconter le quotidien semble une formule appréciée
du lecteur, particulièrement en raison de la connivence qui s'installe entre le narrateur et
son confident.
Outre l'effet de réel qu'engendre la narration au «Je », plusieurs autres procédés
permettent de dire la réalité dans les œuvres littéraires. L'écriture, par sa proximité à la
langue parlée, dans Scrapbook et L 'A valeur de sable, contribue à rendre compte de la
réalité des personnages. L'absence de discours savant ainsi que l'évocation d'un
quotidien avec la banalité qui en résulte sont autant de facteurs qui permettent de
105
représenter la réalité. Le recours à la reconstitution d'un échange de courriels, dans
Scrapbook, est aussi une façon de rapprocher le texte de la vie courante, notamment en
adaptant l'écriture de ces messages électroniques à celle qui est utilisée dans la réalité. Il
y a un indéniable souci de faire vrai, d'imiter le style et la langue normalement utilisés
par les internautes.
À l'image de ceux de Scrapbook, les personnages de L'Avaleur de sable et de Nikolski
sont représentatifs d'une génération, en évoquant la réalité de leur quotidien; génération
pour qui l'isolement et la solitude font partie de la vie courante. Bien qu ' entourés
d'autres personnages, les protagonistes de Nikolski sont confrontés à la solitude, à leurs
peurs et à leurs rêves qu'ils n'osent partager. Leur désir de parcourir le monde, de
changer de vie sans pour autant y prendre plaisir évoque également le témoignage de la
génération des jeunes adultes qui doivent affronter la vie. Il en va de même dans
L 'Avaleur de sable où le personnage principal et narrateur, Julien, doit affronter le vide
de son existence, la banalité de sa vie. C'est d'ailleurs à la lumière du roman
emblématique de Douglas Coupland, Génération X (1993), que la plupart des critiques
étudient, décrivent et présentent les personnages de Stéphane Bourguignon. C'est donc la
représentation de cette génération que Bourguignon veut rendre vraie, et puisque c' est
principalement cet aspect qui retient l'attention des critiques, on peut affirmer que
l'auteur a su bien illustrer la génération X dans son œuvre.
Le troisième des procédés qui permet l'effet réaliste dans les trois romans québécois est
la représentation des lieux qui, bien que différente d'une œuvre à l'autre, réussit à faire
106
croire aux lieux visités par les personnages. Montréal, lieu commun des trois romans, est
donné à voir de diverses façons: alors que dans Scrapbook, la métropole est nommée,
elle se laisse deviner dans L 'Avaleur de sable. La ville où se déroule l'action, dans ce
dernier roman, n'est jamais nommée, les rues, les commerces, tout y est anonyme, mais
elle n'en est pas moins réaliste, puisque s'en dégage une illusion de ville concrète dans
laquelle les personnages se déplacent, travaillent et habitent. Dans Nikolski, à l'inverse, la
ville est nommée, sans être donnée à voir autrement. Il s'agit d'autant de procédés pour
arriver au même résultat, celui de témoigner du réel.
Nous l'avons vu, le nouveau réalisme, dans la littérature contemporaine, et plus
précisément dans les romans étudiés dans le cadre de ce mémoire, n'a pas pour objectif
d'imiter le réalisme du XIX e siècle, mais plutôt de marquer une distance avec celui-ci.
Dans les œuvres de Bourguignon, de Bismuth et de Dickner, l'écriture du quotidien se
veut le témoignage d'une génération, par la représentation de ce qui la caractérise: le
langage, les personnages et les lieux. « Ce n'est jamais, en effet, le "réel" que l'on atteint
dans un texte, mais une rationalisation, une textualisation du réel, une reconstruction a
posteriori encodée dans et par le texte, qui n'a pas d'ancrage, et qui est entraînée dans la
circularité sans clôture des « interprétants », des clichés, des copies ou des stéréotypes de
la culture» (Hamon, 1982, p. 129). Et c'est ainsi que les trois romans représentent, par
l'écriture, des éléments de la réalité, en tentant de faire vrai, tout en prenant une distance
critique avec la réalité.
107
Dans L'Avaleur de sable, le dire-vrai du narrateur à la première personne est gage d'un
effet de réel. Alors que règle générale ce sont principalement les personnages qui sont
étudiés dans l'œuvre de Bourguignon, notamment la représentation d'une génération, le
langage est tout aussi valable pour arriver à la création d'une illusion de réel. L'effet
produit par l'allusion aux formules du journal de bord renforce le réalisme. De plus,
l'absence de transition entre l'écriture vulgaire qui constitue la majeure partie de l'œuvre,
et les envolées plus lyriques, qui sont plus rares dans le roman, est également un procédé
efficace pour rendre compte d'une réalité, celle d'une génération qui se met à nu, qui se
dévoile au lecteur, sans pudeur.
Le faire-semblant des personnages de Nadine Bismuth, dans Scrapbook, est tout aussi
représentatif d'une réalité contemporaine. La création d'un réseau de personnages qui
forment un monde autonome à l'intérieur du roman crée l'illusion de réel qui caractérise
l' œuvre. Les personnages forment un monde en soi, un cercle fermé qui se construit tout
au long du roman, et dénoncent plusieurs stéréotypes. C'est par cette dénonciation, ainsi
que par la dimension ironique du roman que l'œuvre se dissocie du courant réaliste du
XIXe siècle, et ce, pour en rire. Cette prise de distance permet au narrateur de prévenir
son interlocuteur que son récit ainsi que ses personnages sont faux, construits par un effet
de réel, mais qu'ils sont malgré tout très réalistes.
Finalement, la carto-graphie du réel, dans Nikolski, est un autre moyen pour faire adhérer
le lecteur au réalisme du récit. Les référents géographiques réels constituent une base
solide du roman. Les personnages qui voyagent de lieux en lieux, ou qui parfois ne font
108
que les évoquer, les présentent toujours comme réalistes. Dans le roman de Dickner, il ya
aussi cette idée de représenter la génération en mouvement, la génération du voyage.
D'ailleurs, la réalité des voyages est mise en place par la construction du roman en trois
récits qui alternent, se chevauchent et font voir trois personnages possédant chacun une
vie propre, avec un passé et des souvenirs. Cette façon de présenter les personnages
oblige le lecteur à voyager d'un récit à l'autre et à reconstruire leur itinéraire, afin de
réussir à combler les informations manquantes et ainsi lier les trois récits. Nikalski est
aussi un roman de réalités imaginées, où les cartes postales, le Livre à trois têtes ainsi que
l'île de Nikolski ne sont pas concrets pour les personnages, parce qu'ils évoquent des
réalités trop éloignées de leur vie.
En somme, le retour au récit, aux histoires concrètes, sans artifice, chez les trois
romanciers québécois, pose le doigt sur une nouvelle forme d'écriture qui intéresse un
vaste lectorat à en juger par les nombreux exemplaires vendus. La mise à nu des
personnages, la prose simple ainsi que la description du quotidien semblent attirer
plusieurs lecteurs qui désirent se divertir et se reconnaître dans l'univers du roman. C'est
exactement ce qu'offrent L'Avaleur de sable, Scrapbaak et Nikalski par la représentation
et l'interprétation qu'ils proposent d'une génération de la ville de Montréal, des
personnages qui affrontent la banalité d'un quotidien fidèle à celui des lecteurs.
109
BIBLIOGRAPHIE
Œuvres de fiction à l'étude
BISMUTH, Nadine (2004), Scrapbook, Montréal, Boréal, 394 p.
BOURGUIGNON, Stéphane (1993), L'Avaleur de sable, Montréal, Éditions Québec
Amérique, coll. « Littérature d'Amérique », 240 p.
DICKNER, Nicolas (2005), Nikolski, Québec, Alto, 326 p.
Autres œuvres des auteurs à l'étude
BISMUTH, Nadine (1999), Les gens fidèles ne font pas les nouvelles, Montréal, Boréal.
BOURGUIGNON, Stéphane (1996), Le Principe du geyser, Montréal, Éditions Québec
Amérique, coll. « QA compact ».
BOURGUIGNON, Stéphane (2006), Sonde ton cœur, Laurie Rivers, Montréal, Éditions
Québec Amérique.
BOURGUIGNON, Stéphane (2002), Un peu de fatigue, Montréal, Éditions Québec
Amérique, coll. « Littérature d'Amérique ».
BOURGUIGNON, Stéphane (2001), La vie la vie, Montréal, Radio-Canada.
BOURGUIGNON, Stéphane (2006), Tout sur moi, Montréal, Radio-Canada.
DICKNER, Nicolas (2000), L'encyclopédie du petit cercle - nouvelles, Québec, L'instant
même.
Articles traitant des œuvres à l'étude
BIRON, Michel (2005), «De la compassion comme valeur romanesque», Voix et
Images, n091, p. 139-146.
110
BOIVIN, Aurélien (2002), «L'Avaleur de sable ou le goût de (re)vivre », Québec
francais, 127, p. 90-92.
JOUBERT, Lucie (2007), «Mélange des discours et «confusion des accents: De
Madeleine Ferron à Nadine Bismuth et Guillaume Vigneault », dans Lori ST-MARTIN et
Isabelle BOISCLAIR, Voix et images: Féminin/Masculin. Jeux et transformations, vol.
32, n02 (95), p. 77-90.
LESSARD, Valérie (2004), « La vérité entre les lignes », dans Le Droit, Arts et culture,
16 octobre 2004, p. A16.
Site Internet et texte sur la ville de Nikolski
Alaska Division of Community and Regional Affairs, Alaska Community Database
Community Intermation Summaries (CIS) , [en ligne], http://www.commerce.state.ak.us.
page consultée le 29 janvier 2008.
Aleutians West Coastal Resource Service Area, Volume II, Resource Inventory and
Analysis PHD, August 15 , 2002.
Ouvrages, articles, textes sur le réalisme
BAETENS, Jan et Dominique VIART (1999), «États du roman contemporain »,
Écritures contemporaines 2, Paris-Caen, Lettres Modernes Minard.
BOUCHY, Florence, «Réalisme et romanesque contemporain », dans le séminaire
Doctorant-e-s / Post-doctorant-e-s. De la didactique à la dialectique. Nouvelles
perspectives théoriques pour l'étude des formes narratives au XXe [sic] siècle.
CAS SAC, Michel (dir.) (2004), Littérature et cinéma néoréalistes. Réalisme, Réel et
Représentation, Paris, L'Harmattan.
DAUNAIS, Isabelle (2002), Frontière du roman. Le personnage réaliste et ses fictions,
Montréal, PUM, coll. «Espace littéraire ».
DUBOIS, Jacques (2000), Les romanciers du réel: De Balzac à Simenon, Paris, Éditions
du Seuil.
DUFOUR, Philippe (1998), Le réalisme, PUF, coll. 1er cycle.
III
GENGEMBRE, Gérard (2004), Le réalisme et le naturalisme, Pocket classiques.
HAMON, Philippe (1977), «Pour un statut sémiologique du personnage », dans Poétique
du récit, Seuils, coll. « Points », p. 115-180.
HAMON, Philippe (1985), «Thème et effet de réel », Poétique, nO 64, novembre 1985.
HAMON, Philippe (1982), «Un discours contraint », dans Gérard GENETTE et Tzvetan
TODOROV, Littérature et réalité, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Points essais », p. 119181.
HUGLO, Marie-Pascale (2006), «L'art d'enchaîner: la fluidité dans le récit
contemporain », Protée, « Actualités du récit. Pratiques, théories, modèles », vol. 34, nOs
2-3, p. 127-137.
JOUVE, Vincent (1997), La poétique du roman, Paris, SEDES, coll. « Campus Lettres ».
JOUVE, Vincent (1992), «La saisie du personnage », L'effet-personnage dans le roman,
Paris, PUF, coll. écriture, p. 56-75.
JOUVE, Vincent et Alain PAGÈS (2005), Les lieux du réalisme : Pour Philippe Hamon,
Paris, Éditions L'improviste 1 Presses Sorbonne Nouvelle.
POIRIER, Jacques, «Vers une cartographie du roman contemporain », dans Marc
DAMBRE (dir.), Cahier du centre de recherche « Études sur le roman du second demisiècle », nO 1, mai 2002.
WATT, lan (1982), «Réalisme et forme romanesque », dans Gérard GENETTE et
Tzvetan TODOROV, Littérature et réalité, Paris, Seuil, coll. « Points », p. 11-46.
WETHERlLL, Peter Michael (1992), «Zola et l'effondrement du réalisme », Lettres
romanes, vol. 46, n03, p. 185-199.
Ouvrages et articles sur les voyages ou la géocritique
BOUVET, Rachel, CARPENTIER André et Daniel CHARTIER (sous la dir.) (2006),
Nomades, voyageurs, explorateurs, déambulateurs: les modalités du parcours dans la
littérature, Paris, L'Harmattan.
BOUVET, Rachel et Basma EL OMARl (sous la dir.) (2003), L'espace en toutes lettres,
Québec, Éditions Nota bene.
112
DOYON-GOSSELIN, Benoît et Jean MORENCY (2004), «Le monde de Moncton,
Moncton ville du monde. L'inscription de la ville dans les romans récents de France
Daigle » dans Voix et images, vol. XXIX, nO 3 (87), p. 69-83.
MELANÇON, Benoît et Pierre POPOVIC (1994), Montréal 1642-1992: Le grand
passage, Montréal, XYZ éditeur, coll. Théorie et Littérature.
MORENCY, Jean, Jeanette den TOONDER, Jaap LINTVELT (2006), Romans de la
route et voyages identitaires, Québec, Éditions Nota bene, collection Terre américaine.
NEPVEU, Pierre (1998), Intérieurs du nouveau monde: Essais sur les littératures du
Québec et des Amériques, Montréal, éditions Boréal, collection papiers collés.
VITTORINI, Elio (1948), Conversation en Sicile, Paris, Gallimard.
PARÉ, François (2006), «Une ville lointaine de Maurice Henrie ou le chemin des
disparus », dans MORENCY, Jean, Jeanette den TOONDER, Jaap LINTVELT, Romans
de la route et voyages identitaires, Québec, Éditions Nota bene, collection Terre
américaine, p. 175-189.
SING, Pamela V. (2006), «Errances, identités et écritures. Marguerite-A. Primeau et
Nancy Huston », dans MORENCY, Jean, Jeanette den TOONDER, Jaap LINTVELT,
Romans de la route et voyages identitaires, Québec, Éditions Nota bene, collection Terre
américaine, p. 239-266.
WESTPHAL, Bertrand (2005), Pour une approche géocritique des textes, Vox Poética,
[en ligne], http://vox-poetica.org/sflgc/biblio/gcr.html, consulté le 4 décembre 2007.
[Article publié dans La Géocritique mode d'emploi, Limoges, PULIM, coll. «Espaces
Humains », 2000, p. 9-40.]
Réflexions sur la littérature contemporaine
BLANCKEMAN, Bruno (2002), Les fictions singulières: étude sur le roman français
contemporain, Paris, Prétexte éditeur.
BLANCKEMAN, Bruno et Jean-Christophe MILLOIS (2004), Le roman français
aujourd'hui: transformations, perceptions, mythologies, Paris, Prétexte éditeur.
BURGER, Peter (1994), La prose de la modernité, Paris, Klincksieck.
CHARLES, Michel (1998), «Le sens du détail », Poétique, nO 116, p. 387-424.
113
CHÉNETIER, Marc (1989), Au-delà du soupçon. La nouvelle fiction américaine de 1960
à nos jours, Paris, Seuil.
GENETTE, Gérard (1969), Figures II, Paris, Éditions du Seuil, coll. « Tel Quel ».
GLOWINSKI, Michal (1987), « Sur le roman à la première personne », dans Poétique, nO
72.
HUGLO, Marie-Pascale (1997), Métamorphoses de l'insignifiant, Montréal, Balzac-Le
Griot.
JENSEN, Merete Stistrup (2000), Les voix entre guillemets, Odense, Odense University
Press.
MERCIER, Andrée (1999), « Écrire la vie. Représentation de l'écriture dans le récit
québécois contemporains », Québec Studies, n028 (automne-hiver), p. 107-120.
MONTALBETTI, Christine (dir.) (2001), Lafiction, Paris, Flammarion.
RABATÉ, Dominique (1991), Vers une littérature de l 'épuisement, Paris, José Corti.
RN ARA, René (2000), La langue du récit. Introduction à la narratologie énonciative,
Paris, L' Harmattan, coll. « Sémantiques ».
SHERINGHAM, Michael (2004), « Le romanesque du quotidien », dans DECLERCQ,
Gilles et Michel MURAT, Le romanesque, Presses de la Sorbonne Nouvelle, p. 255-265 .
VIART, Dominique (dir.) (1998), Écritures contemporaines 1. Mémoires du récit, ParisCaen, Lettres modernes, coll. « Revue des Lettres modernes ».
VIART, Dominique (1999), Le roman français au XXe siècle, Paris, Hachette Supérieur.
VIART, Dominique et Bruno VERCIER (2005), La littérature française au présent.
Héritage, modernité, mutations, Paris, Bordas.
114
ANNEXES
115
ANNEXEI
LES PERSONNAGES DANSSCRAPBOOK
1-Bernard Samson (55 ans) : Professeur et directeur de maîtrise d'Annie Brière
2-Noiraud (chat noir) : Offert par Bernard à Marion
3-Marion Gould (37 ans) : Femme de Bernard au début du roman
4-Annie Brière (23 ans) : Narratrice et personnage principal du roman
5-Johanne Dubois: Directrice du département de langue et littérature françaises
6-Léonie Brière (25 ans) : Sœur d'Annie
7-Guillaume Demers (25 ans) : Technicien pour un studio de télévision, amoureux de
Léonie
8-M. Lagacé: Propriétaire d'Annie
9-Voisins pharmaciens: Un couple, voisins d'Annie
10-BenoÎt Gougeon : Journaliste sportif pour The Gazette, premier amant d'Annie
ll-Pierre Fillion : Producteur de spots publicitaires et de vidéoclips, amant de Léonie
12-Martine Khouri : Étudiante en études littéraires, rivale d'Annie
13-Papa Réjean Brière: Père d'Annie et Léonie, dentiste
14-Maman Suzanne Brière: Mère d'Annie et Léonie, propriétaire d ' une école de
diction
15-Hubert Lacasse: Étudiant en études littéraires, il tente de séduire Annie
16-Jean-Charles Lacasse: Père de Hubert et Kim. Propriétaire d'une usine de fromage.
17-Christian Duffroy : Éditeur d'Annie
18-Murielle Vienne: Secrétaire des éditions Duffroy.
19-Didier Vienne: Directeur du Conseil des arts et des lettres du Québec
20-Sophie Blanchet : Directrice littéraire des éditions Duffroy
21-Héloïse Joanette : Directrice artistique (pas importante)
22-Ginette Labbé : Comptable éditions Duffroy (pas importante)
23-Steve Jodoin: Responsable du service de l'expédition aux éditions Duffroy (pas
important)
24-Laurent Viau (30 ans) : Correcteur d'épreuves aux éditions Duffroy, premIer
amoureux d'Annie
25-Marcel Jolicoeur : Auteur
116
26-Mrs Kerry: Proprio du chalet à Cape Cod
27-Hervé Udon : Chroniqueur littéraire pour La Presse
28-Geneviève : Femme de Laurent
29-Jules Viau: Fils de Laurent et Geneviève
30-Gérard Morin: Professeur agrégé, département de langue et littérature françaises ,
université McGill
31-Bibiane Lemay : Étudiante en études littéraires (pas importante)
32-Kim Lacasse: Demi-sœur d'Hubert
33-Jocelyn Monette : Compagnie Kangourou Films
34-Nicole Monette : Femme de Jocelyn Monette
35-Samuel Chalifoux : Créateur publicitaire, deuxième amoureux d'Annie
36-Traiteur italien qui fait des appels obscènes
37-Maude : ex-copine de Samuel, mannequin en Allemagne
38-Josée : Femme de Pierre
39-Antonin : Fils de Léonie et Guillaume
40-Mme Fallu: Réceptionniste à la clinique dentaire du père d'Annie
41-Mme Dufour: Assistante dentaire
42-Sylvie Blais: Ancienne maîtresse de Guillaume
43-Tarek: Jeune Français d'origine marocaine
44-Hélène Lemay : Chargée de cours qui sous-loue l'appartement d'Annie
45-Michel Lacasse: Oncle d'Hubert qui a un pied à terre à Paris
46-Daphnée : Ambulancière
117
ANNEXE II
LES LIEUX DANS NIKOLSKI
Il Y a plusieurs dizaines de noms de lieux dans Nikalski, que ce soit des villages, des
villes, des pays, des océans, ou tout simplement des bâtiments. Les recenser s'avère une
aventure périlleuse, d'autant plus que plusieurs occurrences ne reviennent qu'une seule
fois dans le roman et n'ont pas vraiment d'importance. Je propose à tout le moins de
relever ceux qui ont un minimum d'importance, pour le simple fait que quelqu'un y ait
habité ou que quelque chose y ait séjourné. Les numéros entre parenthèses renvoient à la
page dans Nikalski.
1- Vancouver (14)
2- Bungalow à Saint-Isidore Junction, à deux pas de Châteauguay qui est devenu la
couronne sud de Montréal (16)
3- Sud Alaska - Yukon - Anchorage -les Aléoutiennes (16)
4- Quincaillerie de Anchorage d'où vient la boussole (17)
5- Librairie (18) - S.W. Garn inc., une bouquinerie (21)
6- Étagère des Bob Morane (18)
7- Nord magnétique à 4238 km en ligne droite - l'île Ellef Ringmes, caillou perdu
dans l'immense Archipel de la Reine Elizabeth (18)
8- Rue Saint-Laurent (21)
9- Encyclopédie Lavoisier (23)
10- Appartement de la Petite Italie, juste en face de la statue du vieux Dante Alighieri
Ge) (25)
118
11- Roulotte (27) - «Grandpa était un stationwagon Bonneville 1966 beige, plus
large que longue» (34)
12- Sasketchewan, Manitoba, Alberta (29)
13- Réserve, près du portage la Praire (Sarah Riel) (29)
14- « entre les Rocheuses et l'Ontario» (29)
15-« le père de Noah, quant à lui, était ongmaue des lointaines côtes de
l'Atlantique» (30)
16-« Tête-à-la-Baleine, village isolé du golfe du Saint-Laurent où aucune route ne se
rendait» (31)
17- Cabane minuscule (famille Doucet) (31)
18- Port de Montréal (31)
19- Québec (province) (32)
20- «Manitoba, quelque part entre Boissevain et Whitewater, près de la ligne de
chemin de fer » (35) [naissance de Noah]
21- Cartes routières (36)
22- Livre difforme oublié par Jonas (37) Le Livre sans visage (38)
23- Alaska (39)
24- Bureaux de poste (41)
25- Nikolski (42)
26- Montréal [Noah] (48)
27- Cartes marines (54)
28- Maison du père de Joyce (56)
29-« Lyzandre Doucet habitait seul dans une maison branlante, bâtie sur la grève, à
quelques kilomètres du village» (58)
30- Île Providence [deux îles] : au nord de l'île Hispaniola, dans les Caraïbes [repaires
des pirates] (63)
119
31- Cimetière de Tête-à-Ia-Baleine (67)
32- Sept-Îles (70)
33- Chicago (76)
34- Montréal [Joyce] (79)
35- Station de métro Jean-Talon (82)
36- Marché Jean-Talon (83)
37- Poissonnerie Shanahan (84)
38- 1Yz de Joyce (87) - appartement 34 (88)
39- Rue Sainte-Catherine (91)
40- 4Yz Petite Italie, appartement de Noah avec Maelo (92)
41- Petite chambre de Noah (94)
42- République Dominicaine [pays natal de Maelo] (100)
43- San Pedro de Macoris (103)
44- Épicerie où Noah travaille come livreur (109)
45- Conteneur à déchets (118, 121)
46- Université (133)
47- Bureau de Thomas Saint-Laurent (136)
48- Ruelles de Montréal et ses ordures (135)
49- Cinquième étage de la bibliothèque: Sciences navales, récits de voyages et
serpents de mer (143) - Table d' acajou en plein milieu de l'étage (144)
50- Caracas, Venezuela (151) [Arizna]
51- L' enfer: section des livres inclassables dans librairie (169)
52- Île rocailleuse et glaciale où travaille Noah (181)
120
53- Îles Stevenson (182)
54- Bunker sur cette île (184)
55- Site d'enfouissement Miron, à Ville Saint-Michel (199)
56- Île Margarité, Venezuela (210)
57-New York (222)
58- Newark (aéroport de) (302)
121
ANNEXE III
DÉSIGNATIONS DE LA VILLE DE MONTRÉAL
La ville de Montréal est facilement reconnaissable, puisque les différents commerces,
infrastructures, rues de la ville de Montréal sont nommés. En voici des exemples, suivis
du numéro de page où ces désignations sont faites.
1. Bungalow: Saint-Isidore Junction (16)
2. deux pas de Chateauguay (16)
3. librairie : rue Saint-Laurent (21)
4. Nouvel appartement de la Petite Italie, juste en face de la statue du vieux Dante
Alighieri (25)
5. Port de Montréal (32)
6. Station de métro Jean-Talon (82)
7. Deux coins de rue plus loin : marché Jean-Talon (82)
8. Poissonnerie Shanahan (84)
9. Rue Sainte-Catherine (91)
10. Mile-End, Hochelaga, Longueuil (92)
Il. 4Yz : Petite Italie (93)
12. La rive est du boulevard Saint-Laurent, à Montréal, dans un périmètre délimité à
l'ouest par la rue Christophe-Colomb, au nord par une ligne imaginaire traversant le
métro de Castelnau, et au sud par l'épicerie Colmado Real, sise rue Saint-Zotique. (103)
13 . Aéroport de Mirabel (l03)
14. Rue Dante (109)
15. Avenue de Gaspé (110)
16. Marché Jean-Talon, l'église Saint-Zotique (115)
122
17. Statue du vieux Dante Alighieri (115)
18. Quartier des affaires: La Bourse, IBM, Place Bonaventure (119)
19. Coin de la rue Maisonneuve (121)
20. Station de métro Guy-Concordia (121)
21. Près du Parc Dante (126)
22. Université (133)
23. Site d'enfouissement Miron, à ville Saint-Michel (199)
24. Station Berri-UQAM (238)
25. Rue Mozart (297)
26. Rue Cas grain (297)
27. Coin Mozart et Casgrain (297)
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising