Téléchargement FDR

Téléchargement FDR
-1-
Fiche descriptive sur les zones humides
Ramsar (FDR)
Catégories approuvées dans la recommandation 4.7 modifiée par la résolution V111.13 de la Conférence des Parties contractantes
Notes aux rédacteurs :
1. La FDR doit être remplie conformément à la Note explicative et le mode d’emploi pour remplir la Fiche d’information sur
les zones humides Ramsar. Les rédacteurs sont vivement invités à lire le mode d’emploi avant de remplir la FDR.
2. La FDR remplie (et la ou les carte (s) qui l’accompagne (nt) doit être remise au Bureau Ramsar. Les rédacteurs sont
instamment priés de fournir une copie électronique (MS Word) de la FDR et, si possible, des copies numériques des cartes.
___________________________________________________________________________
1. Nom et adresse du rédacteur de la FDR :
Dr Magloir-Désiré MOUNGANGA
Géomorphologue, Chercheur au Centre National de la Recherche Scientifique et
Technologique (CENAREST)
B.P. 10 961 Libreville /Tel : (241) 52 69 73 / 73 47 19
Email : moungang@nomade.fr
Mr Côme NDJOKOUNDA
Spécialiste en Evaluation Environnementale, Chargé d’études à la Direction Générale de
l’Environnement et de la Protection de la Nature (DGEPN)
B.P. 3903 Libreville / Tel (241) 72.27.00
E-mail : mambeleg2@yahoo.fr
__________________________________
2. Date à laquelle la FDR a été remplie ou mise à jour :
usage interne seulement
Remplie le vendredi 20 janvier 2006
_________________________ ___________________
3. Pays : Gabon
___________________________________
4. Nom du site Ramsar : Petit Loango
Date d’inscription
No Référence du site
___________________________________________________________________________
5. Carte du site incluse :
Voir annexe III de la note explicative et mode d’emploi pour des orientations précises sur la fourniture de cartes appropriées.
a) copie imprimée (nécessaire pour inscription du site sur la liste de Ramsar) : oui
b) format numérique (électronique) (optionnel) : oui
________________________________________________________________________________________________________________
6. Coordonnées géographiques (latitude/longitude) :
02° 07’ 25’’ – 02° 28’ 30’’ Sud
09° 29’ 00’’ – 09° 44’ 20’’ Est
__________________________________ ____
7. Localisation générale :
Indiquer dans quelle partie du pays et dans quelles grandes régions administratives elle se trouve ainsi que la localisation de la grande
ville la plus proche.
1
-2-
Le site de Petit Loango est situé au sud-ouest du Gabon, dans la province de l’Ogooué
Maritime. Il se trouve à cheval entre le Département d’Etimboué au nord et celui de Ndougou
au sud. Dans le même ordre d’idée, il est compris entre deux cantons : le canton Lagunes pour
le Département d’Etimboué, et le canton Lagune pour le Département de Ndougou (précisons
que les deux cantons [Lagunes et Lagune] appartiennent à deux départements différents).
Deux localités d’importance secondaire encerclent ce site, il s’agit de la ville d’Omboué
(1229 habitants) au nord, à près de 70 km, et la ville de Gamba (7205 habitants) au sud, à près
de 50 km. Par contre la plus grande ville, Port-Gentil (80 000 habitants), se trouve au nord du
site, à près de 180 km.
_______________________________________________________________________________________________________________
8. Elévation : (moyenne et/ ou max. & min.)
Le site de Petit Loango est situé dans le bassin sédimentaire côtier, dans ce qui est
appelé localement la plaine côtière gabonaise, comprenant de petites collines où les altitudes
dépassent difficilement les 100 mètres. Les moyennes généralement mesurées situent la
topographie autour de 25 à 30 mètres.
_______________________________________________________________________________________________________________
9. Superficie :
La superficie du site de « Petit Loango » est de 480 000 ha. Ce site comprend la
réserve de faune du Petit Loango (50 000 ha), le domaine de chasse d’Iguéla (180 000 ha) et
le domaine de chasse de Ngové-Ndogo (250 000 ha).
_______________________________________________________________________________________________________________
10. Brève description :
Bref paragraphe résumant les principales caractéristiques écologiques et l’importance de la zone humide.
Le site de Petit Loango appartient au complexe lagunaire d’Iguéla ; mais il est défini
localement comme faisant partie du bassin versant du Rembo Eshira-Iguéla. Il se caractérise
par une profusion de plans d’eau, permanents et temporaires commandées par deux grands
systèmes hydrologiques, la lagune Iguéla, et les trois principales rivières qui l’alimentent : le
Rembo Rabi, le Rembo Ngové et le Rembo Eshira.
Le site de Petit Loango est constitué d’une association de plaines et collines
forestières ; grossièrement, le milieu est faiblement ondulé et parsemé d’îlots de savane et de
nombreux marais et marécages. C’est la partie terminale du vaste bassin sédimentaire côtier
gabonais, situé sur la côte sud gabonaise, la côte d’accumulation sédimentaire. Le point le
plus saillant sur la bordure littorale, le cap Milango, culmine à moins de 30 m de hauteur. Le
site de Petit Loango comprend un environnement favorable au développement des espèces
vulnérables telles que les éléphants de forêt.
11. Critères Ramsar :
Encercler ou souligner chaque Critère justifiant l’inscription de ce site Ramsar. Voir annexe II de la Note explicative et mode d’emploi
pour les Critères et les orientations sur leur application (adoptés dans la résolution VII.11).
1 .
2
.
3
.
4
.
5
.
6
.
7
.
8
_______________________________________________________________________________________________________________
12. Justification des Critères mentionnés dans la rubrique 11 ci-dessus :
Justifier chaque Critère l’un après l’autre, en indiquant clairement à quel Critère s’applique la justification (voir annexe II pour des
orientations sur les formes acceptables de justification)
Critère 2 : L’éléphant (Loxodonta africana, VU) étant une espèce partiellement protégée au
Gabon (Décret n° 189/PR/MEFCR du 04 mars 1987 relatif à la protection de la faune, et le
2
-3décret n° 678/PR/MEFE du 28 juillet 1994 complétant le décret n° 189/PR/MEFCR du 04
mars 1987 relatif à la protection de la faune), il va de soi que sa niche écologique doit être
préservée de manière à assurer son développement optimum. Le Lamantin (Trichechus
senegalensis, VU), le Gorille (Gorilla Gorilla gorilla, EN), l’Hippopotame (Hippopotamus
amphibius, VU), le Céphalophe bleu (Cephalophus monticola, CITES App. II), le Céphalophe
à dos jaune (Cephalophus sylvicultor, CITES App. II) et le Chimpanzé (Pan troglodytes, EN)
se trouvent également au site. Les tortues luths (Dermochelys coriacea, CR), les tortues vertes
(Chelonia mydas, EN) et les tortues imbriquées (Eretmochelys imbricata, CR) utilisent le site
comme lieu de ponte.
Critère 3 : Le site héberge une abondante variété d’espèces représentée par 82 espèces de
reptiles, 75 espèces d’amphibiens, plus de 84 espèces de poissons, 15 espèces de chauvesouris et un peu plus de 455 espèces recensées d’oiseaux. Par ailleurs, on sait que l’éléphant
est le principal essaimeur de nombreuses espèces végétales telles que le Moabi (Baillonella
toxisperma), l’Andok (Irvingia gabonensis), le Douka (Mimusops africana), l’Ozouga
(Saccoglottis gabonensis). De même, certaines espèces telles que le Lamantin (Trichechus
senegalensis) et le Pangolin géant (Manis gigantea), sont des animaux intégralement protégés
au Gabon (confère les décrets 189 et 678) et vivent également dans cet environnement.
Critère 4 : le site Petit Loango représente une niche écologique importante pour le
développement des éléphants de forêt (Loxodonta africana) à cause de l’abondance des forêts
de rôniers (Borassus aethiopum), très prisés par ces animaux. De plus, les associations
végétales qui se développent autour du complexe des forêts littorales concourent à la
prolifération des grands mammifères, les éléphants (Loxodonta africana) et buffles de forêt
(Syncerus caffer) en particulier, mais aussi le Gorille (Gorilla gorilla) le Chimpanzé (Pan
troglodytes). Par ailleurs, le long des bancs de sable du littoral viennent nicher des
populations de sternes, notamment les sternes naines (Sterna albifrons), les sternes caugek
(Sterna sandvicensis), les sternes royales (Sterna maxima), et les sternes hansel (Sterna
nilotica). D’autre part, un oiseau souvent rencontré sur le littoral est aussi le goéland brun
(Larus fuscus). Les plages sont aussi des lieux privilégiés de ponte des tortues marines.
______________________________________________________________________________________________________________
13. Biogéographie (information requise lorsque les Critères 1 et/ ou 3 et/ ou certains points du Critère 2 s’appliquent au site à
inscrire). Nommer la région biogéographique où se trouve le site Ramsar et indiquer le système de régionalisation biogéographique appliqué
a) région biogéographique :
Le site se trouve dans la partie sud de la région écologique à l’Ouest de la côte
équatoriale (Southern West Coastal Equatorial Ecoregion)
b) système de régionalisation biogéographique (citer la référence) :
WWF : Freshwater Ecoregions of Africa
14. Caractéristiques physiques du site :
Décrire, le cas échéant, la géologie, la géomorphologie ; les origines- naturelles ou artificielles ; l’hydrologie ; le type de sol ; la qualité de
l’eau ; la profondeur et la permanence de l’eau ; les fluctuations du niveau de l’eau ; les variations dues aux marées ; la zone en aval ; le
climat général ; etc.
Cet environnement de Petit Loango semble être le résultat soit d’un ennoyage issu des
phases transgressives et régressives qui se sont succédé durant le quaternaire récent, soit le
résultat d’une tectonique cassante plus ancienne, provenant de la séparation des continents
africain et américain, ayant abouti à la formation d’une baie, laquelle se serait
3
-4progressivement refermée au cours du quaternaire récent pour lui donner la morphologie
actuelle.
C’est un complexe naturel dominé par les plaines d’inondation, et où les terrains
s’élèvent peu, sans atteindre de grandes hauteurs ; on peut ainsi observer des imbrications de
cuvettes et de collines dont les principales dénivellations sont orientées vers la lagune.
Le régime hydrologique est associé au rythme des saisons climatiques, avec des pics qui
interviennent en octobre-novembre et mars-avril.
Sur le plan de la pluviométrie, les données moyennes annuelles oscillent entre 1800 et
2500 mm d’eau. Les températures moyennes annuelles oscillent entre 25 et 27 °C. Le
domaine climatique est de type sub-équatorial, avec un régime de type lagunien caractérisé
par une exposition du milieu aux diverses fluctuations atmosphériques issues du déplacement
des centres d’action. Il pleut en moyenne huit mois sur douze (d’octobre à mai).
Sur le plan géologique, le milieu est représenté par sept séries sédimentaires, allant de
l’Albien (Secondaire) au Plio-Pléistocène (limite entre le Tertiaire et le Quaternaire). Ces
séries mettent en évidence deux grandes tendances sédimentaires caractérisées, la première,
par des dépôts marins, représentés en grande partie par des calcaires, des grès fins et/ou
grossiers, de quelques intercalations de faunes marines, de marnes, de sables et d’argiles
marines. Quant à la seconde tendance, elle est caractérisée par le développement de dépôts
continentaux, comprenant une association de sables, d’argiles et de graviers, la série des
cirques d’âge Plio-pléistocène, et de grès.
La nature du substratum permet de comprendre que les sols sont pour l’essentiel
composés de sables et d’argiles ; par contre dans les dépressions, l’hydromorphie est quasi
présente. L’eau n’est permanente que le long des cours d’eau et dans les dépressions
hydromorphiques, à cause de la présence des argiles. Par contre, l’eau est temporaire là où les
sables sont abondants, à cause de leur forte capacité d’absorption. En effet, lorsqu’une pluie
arrose le milieu, il peut se passer deux à trois jours avant que le sable absorbe toute la quantité
d’eau précipitée. Le long des cours d’eau, les fluctuations du niveau de l’eau n’interviennent
que lorsqu’une pluie s’est déclarée ; en moyenne, les niveaux varient entre 50 cm et 1 mètre
hauteur. L’exception est faite pendant les pics d’octobre-novembre et mars-avril où les lits des
cours d’eau débordent tellement que les niveaux peuvent facilement dépasser 1,5 m voire 2 m,
créant ainsi des lits d’inondation qui vont au-delà de 200 m par rapport au lit principal.
15. Caractéristiques physiques du bassin versant
Décrire la superficie, les caractéristiques géologiques et géomorphologiques générales, les types de sol principaux et les principales formes
d’utilisation des sols, et le climat (y compris le type climatique).
Le système hydrologique de Petit Loango est centré sur la lagune Iguéla, zone
terminale des trois rivières : Rembo Rabi, Rembo Ngové et Rembo Eshira. Elles prennent
naissance dans les contreforts du Mayombe, avec pour sous bassement la série du
Cénomanien à Sénonien (Crétacé supérieur), composée d’argiles plus des grès et surmonté de
sables, et une série terminale comprenant la série Néogène (Tertiaire) caractérisée par des
argiles associées aux grès. Le Rembo Ngové, provient des collines Igoumbi, situées au sud-est
de la lagune ; après un parcours de plus d’une soixantaine de kilomètres vers le sud-ouest, vire
pratiquement à angle droit pour prendre une orientation nord-ouest. Dans cette direction, elle
reçoit un affluent important, le Rembo Eshira, et s’écoule calmement le long d’une plaine
marécageuse, avant de rejoindre la lagune Iguéla. Quant au Rembo Rabi, il a une direction
unique, la rivière coule vers l’ouest. Dans son cours supérieur, elle longe sur près d’une
quarantaine de kilomètres les collines les plus septentrionales des massifs du Mayombe.
Après ce parcours dans les hauteurs, le Rembo Rabi traverse les plaines de Konga et de
4
-5Koumouloundou, avant de se jeter dans la lagune Iguéla. Ce milieu est régi par un climat
équatorial de transition du sud-ouest et du littoral centre atlantique ; le sous-climat est de type
lagunien. C’est une zone d’influence qui déborde largement dans la région des lagunes
gabonaises, et qui s’étire jusqu’au delta de l’Ogooué (principal fleuve du pays). La proximité
de la mer en fait une région très pluvieuse (1800 à 2500mm par an). Les caractéristiques
géologiques et géomorphologiques correspondent à ceux indiqués au point 15.
16. Valeurs hydrologiques :
Décrire les fonctions et valeurs de la zone humide du point de vue de la recharge de l’eau souterraine, de la maîtrise des crues, du captage des
sédiments, de la stabilisation des rives ; etc.
Site remarquable presque encore intacte, compte tenu de la très faible emprise
humaine dans cet environnement, Petit Loango est un refuge pour les espèces dont la
ressource en eau est primordiale : oiseaux, poissons, mais aussi les petits et grands
mammifères. L’eau est présente partout, et le système dans son ensemble régule le plan d’eau
du bassin lagunaire. D’autre part, la maîtrise et la régulation des crues sont assurées par les
nombreuses dépressions qui capturent la surcharge d’eau après les précipitations saisonnières.
Le captage des sédiments est facilité par la pente relativement faible autour et dans le milieu
lagunaire (on se trouve ici dans un profil d’équilibre, horizontal, qui ne favorise pas le
déplacement des sédiments vers la mer). Cette situation entraine la formation, quasiment tous
les trois ans, d’un îlot dans le plan d’eau lagunaire. La végétation, associée à la déviation
presque saisonnière des chenaux d’évacuation des eaux, entrainent le maintien et la stabilité
des berges, tant au niveau de la lagune que sur les rives des rivières associées.
17. Types de zones humides :
a) présence :
Encercler ou souligner les codes correspondant aux types de zones humides du « système de classification des types de zones
humides » Ramsar présents dans le site Ramsar. Les descriptions des codes correspondants aux types de zones humides figurent dans
l’annexe I à la Note explicative et mode d’emploi.
Marine/côtière : A . B . C . D . E . F . G . H . I . J . K . Zk (a)
Continental: L . M . N . O . P . Q . R . Sp . Ss . Tp . Ts . U . Va . Vt . W . Xf . Xp . Y . Zg
. Zk (b)
Artificielle : 1 . 2 . 3 . 4 . 5 . 6 . 7 . 8 . 9 . Zk (c)
b) dominance :
Enumérer les types de zones humides identifiés sous a) ci-dessus par ordre de dominance ( par superficie) dans le site Ramsar, en
commençant par le type de zone humide qui a la plus grande superficie.
F ; A ; E ; H ; J ; K ; M ; Xf ; N . O . P ; I.
18. Caractéristiques écologiques générales :
Préciser la description, s’il y a lieu, des principaux habitats, types de végétation, communautés végétales et animales présents dans le
site Ramsar
Ce site comprend trois types d’habitat favorable au développement de la végétation, tels
que identifiés pour Setté-Cama (noter que les 18, 19 et 20 correspondent aux mêmes
caractéristiques que Setté-Cama), à savoir :
5
-6o la mosaïque forêt-savane, caractéristique des milieux de refuge, et les forêts inondées
des cuvettes alluviales qui représentent des zones d’alimentation des grands
mammifères, notamment les éléphants (Loxodonta africana), les buffles (Syncerus
caffer), les hippopotames (Hippopotamus amphibius) et deux espèces de Céphalophes,
à savoir le Céphalophe bleu (Cephalophus monticola) et le Céphalophe à dos jaune
(Cephalophus sylvicultor) ;
o les mangroves des ceintures lagunaires, ou abondent les hippopotames (Hippopotamus
amphibius), les poissons, dont les principales espèces sont représentées par le Tarpon
(Tarpon atlanticus), la Carangue (Caranx hippos), le Rouge (Lutjanus dentatus), le
Mulet (Liza falcipinnis), la Bécune (Sphyraena afra), le Capitaine (Polydactylus
quadrifilis). Ces milieux constituent aussi des refuges pour les oiseaux d’eau tels que
les grandes Aigrettes (Egretta alba), les Spatules d’Afrique (Platalea alba), et les
Pélicans gris (Pelecanus rufescens).
o les plages qui sont des lieux privilégiés de ponte des tortues marines, notamment les
tortues luths (Dermochelys coriacea), les plus répandues, les tortues vertes (Chelonia
mydas) et les tortues imbriquées (Eretmochelys imbricata).
19. Flore remarquable :
Fournir des informations supplémentaires sur des espèces particulières et les raisons et les raisons pour lesquelles elles sont remarquables (en
complétant si nécessaire l’information fournie au point 12. Justifier l’application des critères en indiquant, par exemple, les espèces/
communautés qui sont uniques, rares, en danger ou importantes du point de vue biogéographique, etc. Ne pas ajouter ici la liste taxonomique
des espèces présents – cette liste peut être fournie en tant qu’information complémentaire à la FDR..
Sur le plan floristique, une étude récente menée par la Fondation Smithsonian a relevé
l’existence de plus de 7532 arbres répartis dans 374 espèces. Les espèces dominantes sont
représentées par les familles des Fabaceae et des Euphorbiaceae typiques des forêts du bassin
du Congo.
Sur le site, la forêt de transition (le terme est employé ici pour qualifier les eaux
saumâtres) représentée ici par la mangrove, est répartie en cinq grandes espèces : deux
palétuviers rouges de la famille des Rhizophoracées (Rhizophora racemosa et Rhizophora
harrisonii), le palétuvier blanc de la famille des avicenniacées (Avicennia nitida), le
palétuvier gris (Conocarpus erectus) et le petit palétuvier blanc (Laguncularia racemosa),
tous deux de la famille des combrétacées. Entre ces formations inféodées aux saumâtres et la
forêt de terre ferme, se développe généralement des palmeraies à faux palmiers dattiers, les
Phoenix reclinata.
Quant à la forêt de terre ferme, elle est en grande partie représentée par l’Okoumé
(Aucoumea klaineana), l’Ozouga (Saccoglottis gabonensis), l’Alep (Desbordesia
glaucescens), l’Ozigo (Dacryodes buettneri), le Mubala (Pentaclethra macrophylla), le Tali
(Erythrophleum ivorense), le Moabi (Baillonella toxisperma), l’Andok (Irvingia gabonensis),
le Douka (Mimusops africana). Les formations secondaires comprennent généralement le
Parasolier (Musanga cecropioides), l’Ahinebé (Anthocleista schweinfurthii), l’Ilomba
(Pycnanthus angolensis).
20. Faune remarquable :
Fournir des informations supplémentaires sur des espèces particulières et les raisons et les raisons pour lesquelles elles sont remarquables (en
complétant si nécessaire l’information fournie au point 12. Justifier l’application des critères en indiquant, par exemple, les espèces/
communautés qui sont uniques, rares, en danger ou importantes du point de vue biogéographique, etc., en fournissant des données de
recensement. Ne pas ajouter ici la liste taxonomique des espèces présents – cette liste peut être fournie en tant qu’information
complémentaire à la FDR..
Quant à la faune, elle comprend une abondante variété d’espèces représentée par 82
espèces de reptiles (22 espèces de lézards, 3 espèces de crocodiles, 46 espèces de serpents, 11
6
-7de tortues), 75 espèces d’amphibiens (recensement réalisé grâce à une étude’ récente menée
par la Fondation Smithsonian). Le caractère remarquable de cette région est le dénombrement
de 15 espèces de chauve-souris dans un espace aussi réduit, pour les petits mammifères, et un
peu plus de 42 grands mammifères dont l’éléphant, le buffles et l’antilope cheval. La faune
aquatique a vu le dénombrement de plus de 84 espèces de poissons dont deux de la famille
des Mormyridae jamais décrites jusqu’ici. Parmi les poissons les plus souvent pêchés, on peut
citer le Tarpon (Tarpon atlanticus), la Carangue (Caranx hippos), le Rouge (Lutjanus
dentatus), le Mulet (Liza falcipinnis), la Bécune (Sphyraena afra), le Capitaine (Polydactylus
quadrifilis). Les oiseaux représentent un peu plus de 455 espèces recensées, principalement
les espèces des forêts tels que Souimanga à tête verte (Cyanomitra verticalis), Souimanga
carmélite (Chalcomitra fuliginosa), Souimanga à gorge bleue (Chalcomitra rubescens),
Tourtelette demoiselle (Turtur brehmeri), Tourtelette tambourette (Turtur tympanistria),
Vautour à flancs roux (Accipiter castanilius), quelques petits oiseaux d'eau de type Martin
pêcheur à ventre blanc (Alcedo leucogaster), Martin pêcheur à poitrine bleue (Halcyon
malimbica) Martin pêcheur à tête rousse (Ceyx lecontei). A cela il faut ajouter le perroquet
jaco (Psittacus erithacus), notre emblème national, appelé aussi le gris du Gabon.
21. Valeurs sociales et culturelles :
Par exemple production halieutique, forestière importance religieuse, sites archéologiques, relations sociales avec la zone humide, etc. Etablir
la distinction entre l’importance historique/archéologique/religieuse et les valeurs socio économiques actuelles.
Pour l’instant, ce site est utilisé comme réserve de faune, et ce statut confère une
exploitation rationnelle tant du point de vue de la ressource que de celui du milieu. Seules les
populations locales ont un droit d’usage dans le cadre des besoins de subsistance ; de plus
l’exploitation de ce milieu par les communautés locales inféodées est relativement marginale,
la population dépasse à peine 100 habitants, tous les villages confondus. Aussi, les valeurs
culturelles n'ont pas été définies par celles-ci.
22. Régime foncier/propriété :
a) dans le site Ramsar :
Dans le site de Petit Loango, le régime foncier est celui qui régi l’ensemble du
territoire. En effet, l’Etat est propriétaire de toutes les terres ; il accorde cependant un droit
d’usage coutumier aux communautés locales qui utilisent et exploitent le sol. Cette disposition
est contenue dans le décret n°192/PR/MEPCR, du 04 mars 1987 réglementant l’exercice des
droits d’usages coutumiers. Ce texte est appuyé par la loi n°16/2001, du 31 décembre 2001,
portant code forestier en République Gabonaise.
b) dans la région voisine :
Les dispositions citées ci-dessus concernent également les régions voisines au site de
Petit Loango. Par ailleurs, Petit Loango fait parti de l’Aire d’Exploitation Rationnelle de
Faune de Setté-Cama qui comprend en son sein deux réserves de faune de Petit Loango
notamment, et de la Plaine Ouanga, et trois domaines de chasse d’Iguéla, de Ngové-Ndogo, et
de Setté-Cama.
23. Occupation actuelle des sols (y compris l’eau)
a)
dans le site Ramsar :
7
-8Dans le site, l’occupation du sol est relativement marginale ; on compte
approximativement entre 0,1 à 0,2 habitant au km². Le caractère marginal de cette occupation
confère à ce site un véritable potentiel en matière de conservation, dans la mesure où son
exploitation n'est effective qu'à travers le bassin versant environnant.
b) dans la région voisine / le bassin versant
Dans la région, on compte deux principaux pôles de concentration humaine : le village
de Nchongorovié, situé sur la rive droite de la lagune Iguéla, et le village de Petit Loango où
se situe aujourd’hui le complexe touristique dénommé Opération Loango. A ces deux pôles,
on peut ajouter le complexe touristique de Gavilo situé à l’embouchure de la lagune Iguéla.
24. Facteurs (passés, présents ou potentiels) défavorables affectant les caractéristiques écologiques
du site, notamment les changements dans l’utilisation des sols (y compris l’ea u) et les projets de
développement :
a)
dans le site Ramsar :
Les permis de campagne sismique et d'exploration (et en cas de découverte,
l'exploitation) accordés aux sociétés pétrolières peuvent constituer une menace pour la
conservation des valeurs écologiques du milieu.
b)
dans la région voisine
Dans le voisinage du site, on peut indiquer la forte présence de la société
d’exploitation pétrolière Shell Gabon qui exploite depuis plus de 50 ans des gisements de
pétrole autour du complexe d’aires protégées de Gamba. Le forage d'exploitation de Rabi
Kounga est situé à plus de trente (30) km du site de Petit Loango.
25. Mesures de conservation en vigueur :
Enumérer la catégorie et le statut juridique des aires protégées au plan national,y compris les relations aux limites du site Ramsar ; les
pratiques de gestion ; mentionner s’il existe un plan de gestion approuvé officiellement et s’il est appliqué.
Le site de Petit Loango bénéficie du statut d’aire d’exploitation rationnelle de faune,
d’après l’arrêté n° 1571/SF-CHPP, du 29 décembre 1966, portant classement de l’aire
d’exploitation rationnelle de faune de Setté Cama. Plus spécifiquement, Petit Loango est
reconnu dans cette aire comme une réserve de faune.
La compagnie Shell Gabon a mis en place, depuis plus d’une dizaine d’années, un
programme consacré à la valorisation du complexe, et des mesures pour la conservation. Les
plus importantes de ces mesures constituent l’interdiction totale de la pratique de la chasse par
les employés, le respect des normes Hygiène-Sécurité-Environnement (HSE) qui obligent les
employés à respecter scrupuleusement les consignes de la loi n° 16/93 du 26 août 1993
relative à la protection et à l’amélioration de l’environnement, ainsi que du décret n° 539 du
15 juillet 2005 relatif aux études d’impacts sur l’environnement qui abroge le décret n° 405
ancien.
26. Mesures de conservation proposées mais pas encore appliquées :
Par exemple, un plan de gestion en préparation ; une proposition officielle de création d’une aire légalement protégée, etc.
Le site de Petit Loango fait désormais partie du parc national de Loango. Même si son
statut actuel lui confère cette prérogative, et même si la loi de création de ce parc a déjà été
promulguée, l’opérationnalité de ce son nouveau statut est encore relativement floue et
ambiguë. Le seul projet inscrit dans ce site concerne la création du parc national de Loango,
8
-9avec deux entités distinctes : le parc de Loango Nord (avec un conservateur à Iguéla), et le
parc de Loango sud (avec un conservateur à Setté-Cama). Une fois le statut de ce parc sera
clairement défini (notamment une délimitation qui correspond aux contraintes du milieu
[inclusion du bassin versant tout entier, avec sa continuité morphologique]), nous pensons que
la gestion pourrait être beaucoup plus facilitée. De plus, les responsabilités des conservateurs
et des chefs de cantonnement des Eaux et Forêts devraient être clairement expliquées aux
populations, de manière à ce que chaque groupe puisse comprendre le rôle des uns et des
autres. Pour l'instant, aucun plan d'aménagement n'a officiellement été proposé.
27. Recherche scientifique en cours et équipements :
Par exemple, expliquer les projets de recherche en cours, y compris la surveillance de la diversité biologique ; indiquer s’il existe une station
de recherche de terrain, etc.
Les recherches en cours dans ce site concernent principalement :
- sur terre : les grands mammifères, éléphants et gorilles ;
- en mer : les baleines à bosse et les tortues marines; ces dernières viennent régulièrement
(entre octobre et mars pour déposer les œufs sur les plages).
Les résultats de ces recherches ont souvent du mal à être mis à la disposition du
public. Une partie essentielle de ces travaux sont réalisées par l'ONG internationale Wildlife
Conservation Society (WCS), notamment sur la génétique des baleines à bosses, dans le cadre
de la conservation de ces espèces menacées d'extinction. Par ailleurs des travaux sur le
comptage des traces et des nids, et sur le bagage des tortues marines viennent compléter les
initiatives qui sont entreprises par le WCS et le WWF dans la région. Par ailleurs, la fondation
Shell qui appuie les travaux de la Smithsonian Institut, développe depuis plus de cinq ans un
vaste programme d'inventaire de la faune et de la flore du complexe de Gamba.
28. Activités actuelles relatives à la communication, à l’éducation et à la sensibilisation
du public (CESP), relatives au site ou bénéfique au site :
Par exemple, centre d’accueil de visiteurs, tours d’observation et sentiers nature, brochures d’information, infrastructures d’accueil pour les
écoles, etc.
Une ONG, IBONGA, financée par la WWF, organise de façon saisonnière des
manifestations dans ce sens : conférences publiques dans les écoles de la localité de Gamba,
excursions dans le parc avec les élèves, campings, etc.
29. Loisirs et tourisme actuel :
Indiquer si la zone humide est utilisée à des fins de loisirs et / ou tourisme ; mentionner le type, la fréquence et le nombre de visiteurs.
-
Comme indiqué au n° 23, ce site compte deux complexes touristiques :
le complexe dénommé Opération Loango dont les attractions principales sont la pêche
sportive, la découverte d’animaux caractéristiques, les ballades en forêt et savane ;
le complexe touristique de Gavilo, au bord de la lagune Iguéla, dont les attractions
sont les safaris-aventures, à pied ou en 4X4, les promenades le long de la lagune, la
pêche sportive.
Le site est généralement fréquenté par des touristes essentiellement étrangers.
30. Juridiction :
Indiquer la juridiction territoriale, par exemple état/ région et fonctionnelle/ sectorielle, par exemple ministère de l’agriculture/ ministère de
l’environnement, etc.
9
- 10 Aujourd’hui, avec la création en janvier 2006 du Ministère en charge des parcs
nationaux, ce site est sous la juridiction du Ministère de l’Economie Forestière, des Eaux, de
la Pêche, chargé des Parcs Nationaux.
31. Autorité de gestion :
Fournir le nom et l’adresse du bureau, de l’organisme, de l’organisation directement responsable de la gestion de la zone humide. Dans la
mesure du possible, fournir aussi le nom du poste et/ ou de la personne ou des personnes responsables pour la zone humide.
Ce site a toujours été sous juridiction du Ministère cité ci-dessus ; la Direction
Générale des Eaux et Forêts, le service concerné est la Direction de la faune et de la Chasse
(DFC).
Mais aujourd'hui, avec la prise en compte des nouveaux parcs nationaux, l'autorité de
gestion est composée des deux conservateurs de Loango Nord et Sud, sous la supervision du
Conseil National des Parcs Nationaux (CNPN).
Les coordonnées sont les suivantes:
Présidence de la République
Conseil National des Parcs Nationaux
B.P. 546 Libreville ; Tel (241) 44 54 89 / 44 55 05
32. Références bibliographiques :
Références scientifiques et techniques seulement. Si un système de régionalisation biogéographique est appliqué ( voir 13 ci-dessus), veuillez
indiquer la référence complète de ce système.
10
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising