[Télécharger version texte] - - 3,79 Mo

[Télécharger version texte] - - 3,79 Mo
Loire
magazine
24 h avec…
Allo PMI Loire
SPORTS
La Semaine
des As
SANTÉ
La rougeole
de retour
Portrait
Patrick Swirc
Photographe
des stars
dossier
I Économie
La Loire dynamique ! I
n° 91 janvier - Février 2012
www.loire.fr
Sommaire
Dossier 15-22
Économie
La Loire dynamique !
Dans un contexte
économique
compliqué, la Loire
résiste. L’économie
ligérienne a su
évoluer et se
moderniser
pour entrer de
plain-pied dans
le 21e siècle. Une
reconversion à laquelle le Conseil
général participe activement...
Avec ce magazine
4 - 7
En bref et en images
Le Conseil général de la Loire…
8 - 9
24 heures avec…
Allo PMI Loire : Les infirmières
puéricultrices répondent aux parents
10 - 14 Actualités
•B
udget
2012
Rester optimiste et volontaire
•L
a
rougeole est de retour…
À vos vaccins !
•L
yon
Part-Dieu
une nouvelle voie entre en gare
23
Sports
Les as du basket-ball s’affrontent
à Roanne
SUPPLÉMENT DE LOIRE MAGAZINE
Fabrice Devésa
Le 22 février
à La Grand-Croix
24-25 Reportage
Festival des Arts
Burlesques
Du 19 au 25 février
à Saint-Étienne
2
Sortir
DAPHNÉ
© Claude Gassian
LE 2 FÉVRIER À MONTBRISON
L’agenda des sorties de votre département
n° 91 – janvier-Février 2012
www.loire.fr
Votre agenda
des sorties
Directeur de la publication : Bernard Bonne, Président du Conseil général
de la Loire • Rédactrice en chef : Carine Bar • Crédits photos : Frédéric
Chambert, Fabrice Roure, Elodie Pilon, Patrick Swirc, Communauté de communes
des Montagnes du Forez, ADRT Loire 42, Gilles Lebois, Marie Salzert, Thierry Béguin,
Auriana Beauté-FFME • Rédaction : direction de la Communication • Conception,
réalisation :
agence@spherepublique.com • Impression : Imaye Graphic
• Diffusion : La Poste • Tirage : 330 000 ex. • Dépôt légal : 1er trimestre 2012
• Conseil général de la Loire : Hôtel du Département, 2, rue Charles de Gaulle
42022 Saint-Étienne Cedex 1
Site internet : www.loire.fr
Tél : 04 77 48 42 42
Le papier utilisé pour ce magazine est issu de
forêts certifiées PEFC et gérées durablement.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
Slalom des neiges dans la Loire
26
Interview
Anouck Jaubert place haut la barre
27 À vos papilles
Une femme, un produit, une recette
28 - 29 Expression des élus
30 - 31 Portrait
Patrick Swirc
Photographe des stars
Éditorial
Meilleurs vœux 2012
Bernard Bonne,
Président du Conseil général
de la Loire
L
e dynamisme de la Loire, c’est celui de nos concitoyens. C’est celui
de notre main-d’œuvre qui a une réputation ancienne de haute
qualification et de disponibilité.
Le dynamisme de notre département, c’est aussi notre volonté de
conforter la compétitivité de ses territoires en faisant aboutir les dossiers
autoroutiers et du TVG desservant Roanne.
Nous subissons la crise comme les autres collectivités. Mais notre tissu
d’entreprises petites et moyennes résiste et la Loire se bat dans nombre de
secteurs porteurs d’avenir : optique, design, médical ou encore numérique.
Nous aménageons des zones d’activités bénéficiant du très haut débit.
Nous soutenons le commerce, l’artisanat et les entreprises, quelles que
soient leurs tailles, par les fonds d’aide.
Nos actions vont dans le bon sens et nous en voyons les effets tant en terme
d’attractivité globale de notre département qu’en terme de cohésion sociale.
Dès aujourd’hui d’ailleurs, de grandes entreprises annoncent leur intention
de s’implanter dans la Loire.
C’est un encouragement pour nous à poursuivre notre action dans un esprit
positif.
A tous et à chacun, je souhaite une Bonne Année 2012.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
3
En bref et en images
Une rubrique de Sophie Tardy
En images
Cérémonie de la Toussaint
1er novembre 2011
Les personnalités civiles et militaires,
dont Georges Ziegler, Vice-Président
du Conseil général, rendent hommage
aux morts pour la France devant la
stèle du Souvenir Français du cimetière
du Crêt de Roch à Saint-Étienne.
Concours « La Ferme et ses abords »
Les plus belles fermes récompensées
Le Conseil général soutient les agriculteurs
pour mieux insérer les fermes et leurs
abords dans le paysage ligérien. En 2011, il
a consacré 76 054 euros pour reprendre les
enduits des maisons d’habitation, des bâtiments d’élevage, les peintures des toitures,
les chemins et la plantation des abords…
Un seul objectif : rendre la Loire plus belle.
Joël Épinat, Conseiller général délégué
à l’Agriculture, et Jean Gilbert, Conseiller
général délégué à l’Environnement,
ont remis les prix du concours,
le 16 novembre au Moulin des Massons
à Saint-Bonnet-le-Courreau.
Pour connaître le palmarès complet :
www.loire.fr/abordsdeferme
L
4
Une station d’épuration et un
commerce multiservices à Nandax
19 novembre 2011
Avant de visiter le commerce « Loire
Multiservices » de Nandax, Bernard
Fournier, Sénateur de la Loire, Gérard
Marc, Maire de Nandax, Yves Nicolin,
Député de la Loire et Michel Chartier,
Vice-Président du Conseil général,
inaugurent la station d’épuration.
e GAEC du Haut-Forez de
Christophe Meunier et son épouse a
remporté le 1er prix du concours 2011
« La Ferme et ses abords ». Avec ce
concours, le Conseil général veut valoriser
les agriculteurs et leurs exploitations,
pour leur intégration paysagère et les
soins apportés aux abords de leurs fermes.
Le développement durable entre également en compte, avec des critères tels
que la gestion de l’eau, l’utilisation du
bois, les économies d’énergie… Cette 14e
édition a récompensé les fermes de l’arrondissement de Montbrison. Quatorze
exploitants ont participé, sept ont été
primés. À la clé : des chèques voyages ou
des bons d’achat végétaux.
Le GAEC du Haut-Forez, 1er prix,
se situe à Essertines en Châtelneuf.
Sport
Le tennis féminin à l’honneur
à Andrézieux-Bouthéon
Installation de l’ADSEA 42 quartier
du Creux à Saint-Chamond
22 novembre 2011
Solange Berlier, Vice-Présidente
chargée de l’Enfance, et Hervé
Reynaud, Vice-Président et Conseiller
général du canton, inaugurent
les nouveaux locaux de l’Association
de Sauvegarde de l’Enfance à l’Adulte.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
D
u 21 au 29 janvier 2012,
Andrézieux accueille le 2e Open
GDF SUEZ 42. La première édition de ce tournoi international féminin,
en janvier 2011, fut un véritable succès.
Plus de 6 000 spectateurs sont venus
encourager les joueuses qui ont offert
tout au long de la semaine un spectacle
sportif de grande qualité. À l’image de
l’intense finale qui a vu s’imposer en
trois sets Mona Barthe face à Stéphanie
Vogt. Cette deuxième édition se veut très
prometteuse et Justine Henin, l’ancienne
numéro un mondiale, devrait même venir
encourager, le temps d’une journée, les
jeunes joueuses internationales…
Le Conseil général, partenaire de l’événement, vous donne rendez-vous sur
son stand, au cœur du village. Venez
nombreux participer à ce tournoi qui allie
sport de haut niveau et convivialité !
Plus d’infos : www.opengdfsuez42.fr
ou 06 98 70 59 62.
En images
Lancement du concours « Loire Webdesign »
Entreprises de la Loire, inscrivez-vous !
L
a Chambre de commerce et d’industrie territoriale
Saint-Étienne/Montbrison, soutenue par le Conseil
général, lance le premier concours « Loire Webdesign ».
Ouvert à toutes les entreprises ligériennes, il récompense les meilleurs sites internet de la Loire. Objectifs :
stimuler la qualité, l’innovation et la performance des sites web,
notamment en rapprochant les entreprises et les designers.
Le site web de votre entreprise a été réalisé par des professionnels ? Vous êtes une agence de communication, un designer
et vous réalisez des sites web pour le compte d’entreprises ?
Participez au concours ! Vous avez jusqu’au 29 février pour
adresser votre candidature.
Dix sites finalistes seront retenus en mars. Au printemps,
quatre prix seront remis au cours d’une soirée : le prix du site
vitrine, le prix du site marchand, le prix spécial du jury et le
prix coup de cœur, décerné par les internautes.
Plus d’infos sur www.loire-webdesign.com
loireweb design 371x908_CG.ai 06/12/2011 18:01:15
LA CCIT LANCE
LE CONCOURS
LOIRE WEBDESIGN
POUR RÉCOMPENSER
LES MEILLEURS
SITES WEB
DU TERRITOIRE.
Pour participer, rendez-vous sur
En partenariat avec :
Démolition de la tour Plein ciel
à Montreynaud
24 novembre 2011
Gilles Artigues, Vice-Président chargé
des Politiques urbaines, s’apprête à
assister à la destruction de la tour
Plein ciel. Cette démolition s’inscrit
dans le programme de rénovation
urbaine de Saint-Étienne Sud-Est,
Montreynaud, Crêt de Roch et
Tarentaize-Beaubrun-Séverine.
Participation du Conseil général :
7,4 millions d’euros.
Les jeunes Ambassadeurs
La Loire voyage aux États-Unis
N
ous vous en avons
déjà parlé (Loire
Ma g a z i n e 8 2 ) ,
Yolanda Albuquerque, étudiante brésilienne à l’École
des Mines de Saint-Étienne,
a remporté le concours 2010
des Jeunes Ambassadeurs
pour son projet de développement de la biologie
synthétique entre le Brésil
et la France. Son équipe
UNICAMP-EMSE, composée de quatre étudiants
de l’École des Mines de
Saint-Étienne et de quatre
étudiants brésiliens, ne s’est
pas arrêtée là. Après une
Les jeunes ambassadeurs ont fièrement
médaille d’or remportée en
représenté la Loire à Indianapolis.
octobre 2011 à Indianapolis,
elle a participé à la finale mondiale de étudiants étrangers dans le tissu écol’IGEM, concours de biologie synthéti- nomique, culturel et institutionnel de
que organisé par le MIT (Massachusetts la région Rhône-Alpes. Tous les grands
Institute of Technology), les 5, 6 et 7 acteurs institutionnels sont fédérés,
dont le Conseil général de la Loire.
novembre derniers à Boston.
L’objectif principal de cette initiative :
Pour un rayonnement international dynamiser le rayonnement de Lyon,
Rappelons que le programme Jeunes Saint-Étienne et Grenoble dans le
Ambassadeurs accueille et intègre des monde. Mission accomplie !
Rénovation de la Maison
de la Culture à Firminy
25 novembre 2011
Jean-François Barnier, Vice-Président et
Conseiller général du canton, participe
à la présentation des travaux de
rénovation de la toiture, des intérieurs
et des façades de la Maison de la
Culture, construite par Le Corbusier.
La Rosée du Pilat, nouvelle pomme
25 novembre 2011
La coopérative des Balcons du Mont
Pilat lance officiellement la Rosée du
Pilat, nouvelle pomme croquante,
juteuse et légèrement acidulée,
en présence de Georges Bonnard,
Conseiller général du canton et Dino
Cinieri, Député.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
5
En bref et en images
Une rubrique de Sophie Tardy
En images
A45
« Les conditions sont remplies »
P
Une nouvelle crèche
à Bellegarde-en-Forez
26 novembre 2011
Paul Salen, Député et 1er Vice-Président
du Conseil général, inaugure la microcrèche L’Arche des Pitchous. Le Conseil
général a attribué une subvention de
9 000 euros à l’association Familles
Rurales de Bellegarde, gestionnaire de
la structure.
6
Les Trophées des associations de la Loire
26 novembre 2011
Paul Salen, Député et 1er Vice-Président
du Conseil général, remet un chèque
à l’association Soleignol, lors de la
cérémonie organisée par l’Union des
Associations de Saint-Étienne et de la
Loire à l’Hippodrome de Saint-Galmier.
Une crèche à l’Hôpital privé de la Loire
29 novembre 2011
Solange Berlier, Vice-Présidente
chargée de l’Enfance, inaugure la
crèche les Frimousses stéphanoises,
située dans le quartier BeaulieuMontchovet-La Marandinière, à
Saint-Étienne. Le Conseil général a
soutenu financièrement la structure à
hauteur de 60 000 euros.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
our permettre la construction de l’A45 entre
Saint-Étienne et Lyon, le
Conseil général de la Loire et
Saint-Étienne Métropole s’engagent financièrement. Lors
de la réunion sur l’A45, organisée par le Préfet de la région
Rhône-Alpes le 14 novembre,
ils ont annoncé prendre en
charge, à égalité avec l’État,
une subvention d’équilibre.
Le Président de la République
avait demandé aux collectivités locales de s’engager, c’est
chose faite. « Les conditions sont
remplies, a expliqué le Président
Bonne. Je ne vois pas pourquoi
on ne pourrait pas lancer l’appel
d’offres. » Le Président reconnaît
le problème de l’arrivée de cette
autoroute à Lyon : « Une fois
l’appel d’offres lancé et pendant que
les entreprises plancheront, nous
étudierons l’arrivée sur Lyon. »
Bernard Bonne présente aux journalistes
le tracé de l’A45.
Commerce en milieu rural
Cinq nouveaux commerces labellisés
« Loire Multiservices »
C
ordelle, Épercieux-Saint-Paul, Sainte-FoySaint-Sulpice, Saint-Maurice-en-Gourgois
et Saint-Sixte ont désormais leur commerce
labellisé « Loire Multiservices ». Ce qui porte à 31 le
nombre de multiservices dans la Loire. Avec ce label,
le Conseil général de la Loire soutient les derniers
commerces, dans les petites communes de moins de
2 000 habitants, qui proposent notamment des produits
alimentaires de base. Un service essentiel pour leurs habitants,
jouant très souvent un rôle de lien social.
Cette démarche « Loire Multiservices », basée sur un partenariat avec les communes,
l’État et les chambres consulaires, comprend deux types d’aides : l’aide à l’immobilier
et l’accompagnement des multiservices (soutenu par l’Europe) notamment grâce à
des outils de communication. En contrepartie, les commerces labellisés s’engagent
à respecter une charte qualité fondée sur l’accueil, les aménagements et l’offre de
produits et services.
Une nouveauté en 2012 : quatre stands réalisés par le Conseil général en partenariat avec
le Feder (Fonds Européen de Développement Régional) circuleront dans les commerces
Loire multiservices. Objectif : valoriser des produits et des recettes préparées par trois
restaurateurs labellisés.
Sécurité routière
« Fais-toi voir, même dans le noir »
En images
L
’hiver est là et la nuit tombe très vite ! Le Conseil
général, soucieux de la sécurité des collégiens,
distribue un brassard rétroréfléchissant à tous
les élèves de 6e. Il leur permet ainsi d’être visibles des
automobilistes lorsqu’ils rentrent chez eux à pied.
La visibilité des enfants, c’est aussi le thème de la
25e campagne de l’ANATEEP, Association Nationale
pour les Transports Éducatifs de l’Enseignement Public,
avec le slogan « Fais-toi voir, même dans le noir ». Depuis
15 ans, elle assure des séances de sensibilisation aux
dangers de la route dans les collèges de la Loire. L’objectif
est de permettre aux élèves de 6e de mieux percevoir les
dangers et d’adopter les bons comportements.
En 2011-2012, une quarantaine d’établissements scolaires vont bénéficier des campagnes de sensibilisation à
la sécurité du Conseil général.
Salon Parc des expositions
Des idées
pour la maison
V
ous avez en projet de construire,
rénover une
maison ? Vous êtes à
la recherche d’idées de
décoration ? Du 2 au
4 mars, le 3e Salon de
l’habitat, des énergies
renouvelables, de la
décoration, de l’équipement de la maison et du jardin répond
à toutes vos questions.
Plus de 120 professionnels seront
présents pour permettre aux visiteurs
de trouver des idées novatrices pour
équiper, rénover, construire, ou embellir leur intérieur comme leur extérieur.
Nouveautés pour cette 3e édition :
un îlot « bois habitat » et un espace
immobilier.
Rendez-vous au Parc des expositions
à Saint-Étienne. Entrée : 5 euros
(accès à trois salons : « Des idées
pour la maison », « Des plaisirs
gourmands » et « Du camping-car »).
Pour toute entrée achetée, une entrée
offerte. Plus d’infos : www.acm-com.fr,
rubrique « salon ».
La Ministre Roselyne BachelotNarquin à Saint-Étienne
5 décembre 2011
Le Président Bernard Bonne et Claude
Bourdelle, Vice-Président du Conseil
général, accompagnent la Ministre des
Solidarités et de la Cohésion sociale,
au 5e colloque « Défi Autonomie »
organisé au Centre de Congrès.
Énergies renouvelables
2011 vue
du SIEL
L
e Syndicat
Intercommunal
d’Énergies de la
Loire (SIEL) fait
le point sur les énergies renouvelables,
au soir de 2011. Avec 33 chaufferies bois
publiques financées, le SIEL est un acteur
majeur du développement du bois énergie. Au total, il a installé 13 mégawatts
de chaufferies bois dans la Loire, ce qui
permet d’économiser 11 000 tonnes de
CO2 chaque année ! Du fait de la baisse
du tarif d’achat d’électricité, l’installation
de photovoltaïque ne connaît plus le
même essor qu’auparavant. Cependant,
la Loire compte 32 centrales solaires
photovoltaïques, soit une surface de
capteurs de 7 000 m2.
En 2012, le SIEL souhaite valoriser les
chauffe-eau solaires, pour assurer une
partie des besoins en eau chaude des
établissements d’accueil, de piscines
ou encore de crèches. Le SIEL accompagne les communes de la Loire pour
atteindre un seul but : les économies
d’énergie avant tout !
Le simulateur de conduite Cassiopée
à Saint-Étienne
7 décembre 2011
Hervé Reynaud, Vice-Président du Conseil
général chargé des Transports et Georges
Bonnard, Conseiller général, essayent le
simulateur de conduite de car, place Jean
Jaurès. Un outil de formation à la gestion
des situations à risque et à l’écoconduite.
Création de la Fondation de
l’Université Jean Monnet
8 décembre 2011
Laurent Wauquiez, Ministre de
l’Enseignement supérieur et de
la recherche et Georges Ziegler,
Vice-Président chargé de l’Économie,
inaugurent la Fondation dont le but
est de favoriser le rayonnement de
l’Université, soutenir la promotion de la
recherche et développer la vie culturelle
et étudiante.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
7
24 heures avec…
Allo PMI Loire : Les infirmières
puéricultrices répondent aux parents
Valérie Rizzotti et Aurélie Deloy sont infirmières puéricultrices au Conseil général de la Loire. Avec leurs
47 collègues, elles se relaient sur le numéro unique Allo PMI Loire pour répondre aux questions des
parents d’enfants âgés de 0 à 6 ans. Sommeil, alimentation, modes de garde, santé… et tant d’autres !
Aurélie (à gauche), Valérie (à droite) et leurs collègues assurent chacune onze permanences par an.
8
V
alérie est infirmière puéricultrice à
Villars, Aurélie à Saint-Chamond.
Chaque jour, elles rencontrent
des parents et leurs jeunes enfants à leur
domicile et assurent des consultations sur
les lieux de PMI, Protection Maternelle et
Infantile, du Conseil général. Aujourd’hui,
chacune consacre une demi-journée à la
permanence téléphonique Allo PMI Loire.
Valérie répond aux parents de 9 heures
à 13 heures et Aurélie prend le relais de
13 heures à 17 heures.
8 h 55 Une écoute attentive
La secrétaire responsable du central d’Allo
PMI Loire bascule la ligne sur le poste de
Valérie, à Villars. « Je suis à mon bureau,
mais je dois me consacrer entièrement à la
permanence téléphonique, explique Valérie.
Mon interlocuteur doit sentir que je suis
disponible et à son écoute. »
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
9 h 10 « Allo PMI Loire,
bonjour ! »
Valérie reçoit son premier appel : c’est une
jeune maman inquiète. Depuis qu’elle est
sortie de la maternité, son enfant pleure
beaucoup. L’infirmière puéricultrice
l’écoute et lui pose plusieurs questions
ciblées, pour s’assurer que le bébé n’est
pas malade. « Souvent, les mamans ont peur
de mal faire les choses. Mais la plupart du
temps, elles ont juste besoin d’un avis objectif
qui leur confirme qu’elles ont les bons gestes
avec leur enfant. » Valérie rassure la jeune
femme.
9 h 22 Recueil des
informations
Une fois qu’elle a raccroché, Valérie
remplit une fiche d’informations. Elle
indique notamment l’heure de l’appel
et son motif, la personne au bout du fil
(parents, grands-parents, etc.), l’âge de
l’enfant, la réponse apportée… « C’est
complètement anonyme », souligne Valérie.
Automatiquement, la durée de l’appel
est enregistrée. Un indicateur précieux.
« Souvent, on nous appelle avec une question
précise, mais qui cache de nombreuses autres
appréhensions. Lorsqu’un appel dure plus
longtemps, cela peut nous alerter… »
11 h 20 Un soutien
individualisé
Valérie consulte la liste des infirmières
puéricultrices par secteur géographique.
« Je recherche l’infirmière qui s’occupe de la
commune de Fraisses, explique Valérie. Je
viens de proposer un rendez-vous à une jeune
maman. » Lorsqu’un parent semble en difficulté, une infirmière puéricultrice peut
se rendre à son domicile. Valérie adresse
un mail à sa collègue et à son médecin
Bien donner le bain ...
nt...
Éveil de l’enfa
...
nutrition
Conseils en
référent. Ils prendront rapidement contact
avec la jeune femme.
13 h Journée non-stop
Valérie a terminé sa permanence ; la
ligne est basculée sur le poste d’Aurélie,
à Saint-Chamond. C’est elle qui répond
aux appels cet après-midi. « Souvent, ce
sont les mamans qui nous appellent. Mais
il peut arriver que ce soient des papas… »
nuance Aurélie.
13 h 45 Des difficultés pour
allaiter
Aurélie est en ligne avec une maman
qui a du mal à allaiter son bébé. Elle la
redirige vers Ref’lait, l’une des associations
qui accompagnent et soutiennent les
parents dans l’allaitement de leur enfant.
« Pour répondre au mieux, nous disposons
des coordonnées de toutes les associations,
Modes de gard
es... Allo PMI
Loire vous info
rme !
organismes et professionnels que nous pouvons
recommander, en fonction des situations.
Nous utilisons également les pages Enfance
et Famille du site www.loire.fr », explique
Aurélie.
15 h 50 Et la sucette ?
« Mon enfant a trois ans et il prend toujours
sa sucette. Que dois-je faire ? » Cette maman
interroge Aurélie qui ne va pas lui apporter
une réponse tranchée. « Nous n’avons pas
la science infuse ! Souvent les parents ont déjà
la solution, mais ils ne l’ont pas exprimée. »
L’infirmière va plutôt l’aider à poser ses
idées et à faire son jugement elle-même.
17 h Mission accomplie !
La permanence touche à sa fin. Aurélie
remplit sa dernière fiche. « Ce recueil
des informations est important. Cela nous
permet de définir avec plus de précisions les
demandes des parents. » Et ainsi d’améliorer
le service en leur répondant au plus juste.
Aurélie conclut cette journée : « Souvent,
les parents nous disent qu’ils ont bien fait
d’appeler, qu’ils sont rassurés. Avec Allo PMI
Loire, j’ai vraiment le sentiment d’être utile. »
La satisfaction du devoir accompli ! n
Sophie Tardy
Allo PMI Loire
répond à vos questions
Allo PMI Loire vous propose une
écoute et un soutien individualisé.
Du lundi au vendredi, de 9 h à 17 h,
les infirmières puéricultrices du
Conseil général vous répondent
et vous informent sur des sujets
tels que la naissance, la santé, les
besoins, les modes de garde, le
développement, l’éveil, le rythme
de votre enfant.
Plus d’infos : www.loire.fr/pmi
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
9
Actualités
8 BUDGET 2012
Rester optimiste et volontaire
Avec 726,2 millions d’euros de budget pour l’année 2012, le Conseil général souhaite
rester optimiste et volontaire. Quasi identique à l’année précédente, ce budget appelle
à toujours plus de rigueur dans la gestion des dépenses publiques départementales.
Consciente des enjeux pour le territoire et ses habitants, l’Assemblée départementale
concentre ses efforts sur ses compétences obligatoires. Elle consacre près de 57 % du
budget global à la solidarité et à l’action sociale.
Catherine Dessagne
10
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
11
*Les charges générales s’élèvent à 77,6 M€, soit 10,7% du budget du Conseil général.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
Actualités
8 SANTÉ
La rougeole est de retour…
à vos vaccins !
En pleine recrudescence ces dernières années, la rougeole touche non seulement les enfants mais aussi
les jeunes adultes. Une solution pour la neutraliser : la vaccination en deux doses pour les personnes de
1 à 31 ans. Elle peut être réalisée dans les centres de Protection Maternelle et Infantile (PMI) et les centres
de vaccination du Conseil général.
L
’épidémie de rougeole s’intensifie
depuis 2008. En 2011, le phénomène
s’est accéléré. « En un an, autant de
cas de rougeole ont été déclarés que les dix
années précédentes réunies », nous informe
Dominique Lavaire, médecin du Conseil
général. La cause : bon nombre de malades
n’étaient pas vaccinés ou n’avaient pas
procédé aux deux injections requises pour
être bien immunisés contre la rougeole.
Vaccination : mode d’emploi.
Une vaccination en deux doses
12
Le vaccin contre la rougeole est
généralement bien toléré et efficace.
Un bon moyen pour se défendre et protéger
aussi son entourage : la vaccination. « Pour
être efficace, elle doit se faire en deux temps :
une première injection à 12 mois, ou 9 mois si
l’enfant vit en collectivité, et une seconde entre 13
et 24 mois », explique le Docteur Lavaire. Pour
les retardataires ou les oublis, des vaccins de
rattrapage existent (voir mémo page 13).
Un acte facile avec les centres de
vaccination et la PMI
Pas besoin d’ordonnance pour vous faire
vacciner. « Vous pouvez vous rendre directement dans un centre de PMI pour les enfants
de moins de 6 ans, sinon dans les centres de
vaccination. Un carnet vaccinal est créé à
la première visite. Lorsqu’un rappel doit être
fait, un courrier est adressé au patient pour
l’alerter », ajoute-t-elle.
Le Conseil général sur le pied de
guerre
L’épidémie de rougeole est au centre des
préoccupations du Conseil général qui
consacre 330 000 euros à la vaccination.
Une enveloppe qui permet de fournir
notamment les doses de sérum aux
centres de PMI et de vaccination. n
Véronique Bailly
© NatUlrich
ROUGEOLE : UN VIRUS à LA LOUPE
Une maladie pas si inoffensive
Les symptômes les plus courants de la rougeole : forte fièvre,
toux, conjonctivite et éruption cutanée. Souvent considérée
comme bénigne, elle peut avoir des conséquences graves :
pneumonie, encéphalite… Des complications qui mènent
à de nombreuses hospitalisations.
Une affection qui touche aussi les adultes
Même si la rougeole est désignée comme une maladie
infantile, elle sévit à n’importe quel âge, notamment chez les
adolescents et jeunes adultes. En 2010, plus de la moitié des
malades avait plus de 14 ans.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
La rougeole est une infection virale très
contagieuse qui se transmet par l’air : toux,
éternuements, mains non lavées régulièrement.
MÉMO
Calendrier vaccinal
Quel vaccin, à quel âge, combien de rappels ? Ces questions reviennent
fréquemment dans les cabinets de consultation. C’est pourquoi un calendrier
vaccinal est publié annuellement par le Haut Conseil de la Santé Publique,
avec la liste des vaccins recommandés, ainsi que l’âge préconisé, pour être
protégé au mieux.
Un retard ou un oubli de vaccin n’est pas irrémédiable. Il suffit de reprendre ce
programme au stade où il a été interrompu et de compléter la vaccination en
fonction de l’âge et du nombre de doses manquantes.
Renseignez-vous auprès des centres de vaccination.
Vos centres de vaccination
dans la Loire
•Saint-Étienne
6, rue Francis-Garnier
04 77 48 64 40
•Roanne
31-33, rue Alexandre-Raffin
04 77 23 24 17
•Montbrison
11, rue Fernand-Léger
04 77 58 21 54
•Andrézieux-Bouthéon
7, rue Rabelais
04 77 36 78 99
•La Ricamarie
18, avenue de la Libération
04 77 57 30 21
•Firminy
4, place de la Plantée
04 77 10 11 20
•Le Chambon-Feugerolles
2, boulevard d’Auvergne
04 77 10 18 20
•Saint-Chamond
31, rue de la République
04 77 29 27 27
•Rive-de-Gier
7B, avenue Maréchal-Juin
04 77 83 01 30
La vaccination en chiffres •En 1 an, 17 800
Vaccination contre la grippe saisonnière : c’est maintenant !
Vous avez peut-être été
destinataire d’un bon envoyé par
votre Caisse d’Assurance Maladie
(CPAM) vous invitant à vous faire
vacciner contre la grippe ? C’est le
cas des assurés de plus de 65 ans
et de ceux atteints de maladies
chroniques telles que l’asthme, les
maladies rénales ou le diabète.
Muni de ce bon, vous pouvez vous
rendre chez votre pharmacien
pour retirer le vaccin et aller vous
faire vacciner dans un centre de
vaccination du Conseil général.
vaccins ont été
réalisés par les
médecins
du Conseil général,
dont 16 000 dans
les centres PMI.
•416 cas de rougeole
ont été répertoriés
jusqu’à mi-avril 2011 contre 51 en
2010 et 13 en 2009 dans la Loire.
des personnes ayant eu la
•82 %
rougeole en 2010 n’étaient pas
vaccinées et 13 % n’avaient reçu
qu’une dose de vaccin.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
13
Actualités
8 TRANSPORTS
Hervé
REYNAUD
Lyon Part-Dieu
Vice-Président
chargé des
Transports
Une nouvelle voie
entre en gare
Après dix mois de travaux, la voie K de la gare de Lyon Part-Dieu vient d’être
mise en service. Ce 11e quai présente un double intérêt pour les Ligériens : temps
de trajets réduits et trains plus nombreux vers la capitale des Gaules.
Loire Magazine : La sécurité
des voyageurs a été au cœur
des travaux de la voie K ?
Hervé Reynaud : Ce chantier a été
conduit sans fermer la gare ni gêner
la circulation : un véritable défi !
Loire Magazine : Les
répercussions sont-elles
importantes pour les
voyageurs ligériens ?
Hervé Reynaud : Leur trajet est
réduit de 5 minutes alors qu’aucun
gain de temps n’avait été constaté
depuis dix ans. De plus, de nouveaux
horaires ont été mis en place avec
des trains supplémentaires*.
2 millions de voyageurs sont attendus sur la voie K en 2012.
14
S
aint-Étienne-Lyon en 41 minutes
de moyenne au lieu de 47, c’est
possible grâce à la voie K, mise
sur les rails le 11 décembre en gare
de Part-Dieu. Auparavant dédié aux
trains de marchandises, ce quai reçoit
désormais les voyageurs en provenance
ou à destination de la Loire. Objectif : faire
face à l’engorgement de la gare lyonnaise
et augmenter le trafic de 10 % en heure de
pointe. Un chantier soutenu à hauteur de
1 million d’euros par le Conseil général.
Un train peut en cacher un autre
Autre nouveauté, trois aller-retours directs
sont proposés entre Lyon et Saint-Étienne.
Et ce n’est pas tout : la voie K accueille
aussi des trains en direction des gares de
province. Parmi eux, le dernier né, le TGV
Rhin-Rhône, qui permet de rallier l’Alsace
depuis Lyon en 3 h 40 au lieu de 4 h 45.
Côté SNCF, les paris vont bon train sur les
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
futures cadences : un Lyon-Saint-Étienne
en 35 minutes est envisagé pour 2017…
Qu’il est loin le 19e siècle et ses 2 h 30
pour rejoindre le Rhône en locomotive
à vapeur ! n
Émilie Couturier
Loire Magazine : Ces
changements auront-ils une
incidence sur l’économie
ligérienne ?
Hervé Reynaud : La ligne Lyon-SaintÉtienne est une des plus fréquentées
de province : 15 000 voyageurs par jour
dont les 2/3 transitent par Part-Dieu. Il
s’agit de la 1re gare de correspondance
d’Europe, l’intérêt économique est donc
conséquent pour la Loire.
* Plus d’informations sur www.horaires2012-sncf.com
Le saviez-vous ?
Une ligne historique
Construite de 1826 à 1832 par Marc
Seguin, la ligne Lyon-Saint-Étienne a
eu longtemps pour terminus LyonPerrache. Le confort des premiers
wagons, tirés par des chevaux, était
spartiate. Selon certaines sources,
des courroies en cuir assuraient
l’ouverture des fenêtres et les sièges
étaient recouverts de draps… avant
d’être transformés en vêtements
par les passagers !
En chiffres
La voie K, ce sont :
•10 mois de travaux.
•150 ouvriers.
000 m3 de béton, 240 tonnes
•1 d’acier et 2 000 boulons.
 mètres de long pour près de
•400
8 mètres de large.
accès au quai : 2 escaliers,
•6
1 ascenseur, 2 escalators et 1 rampe.
I Économie
La Loire dynamique ! I
15
Malgré des épisodes douloureux par le passé et un contexte économique à nouveau
très difficile, la Loire résiste. Si notre territoire reste profondément industriel,
l’économie
ligérienne
a su évoluer
et
se moderniser
pour
entrer
de
plain-pied dans
Ensemble,
construisons
un
avenir
durable
pour
la
Loire !
e
le 21 siècle. Une reconversion à laquelle le Conseil général a activement participé,
en s’engageant aux côtés des entreprises sur le chemin de l’innovation.
Bernard
BONNE
Président
du Conseil
général de
la Loire
« Nous sommes
présents dans des
secteurs d’avenir… »
Loire Magazine : L’économie
ne fait pas partie de vos
compétences obligatoires.
Pourquoi investir dans ce
domaine ?
Bernard Bonne : L’économie, c’est
le moteur de la société : il ne peut pas
y avoir de solidarité sans création de
richesse… Compétence obligatoire
ou pas, on ne peut pas faire l’impasse
sur ce secteur essentiel pour l’avenir
des Ligériens.
Loire Magazine : Quelle est
la situation aujourd’hui de
l’économie ligérienne ?
16
Bernard Bonne : La crise est là
et certaines branches perdent des
emplois. Mais nous sommes présents
dans des secteurs d’avenir. Les
entreprises peuvent s’appuyer ici sur
une main-d’œuvre qualifiée, disponible,
et un fort potentiel de formation.
Loire Magazine : Les grands
projets liés au transport
peuvent booster l’économie
locale, non ?
Bernard Bonne : C’est évident !
L’A89 arrive dans la Loire. Nous luttons
pour que l’A45 entre Saint-Étienne et
Lyon se fasse et se fasse rapidement.
Notre autre combat est lié au passage
du futur TGV Paris-Lyon par Roanne.
Avec un territoire bien desservi, nous
attirerons encore plus d’entreprises…
et donc d’emplois !
Repères
L’économie de
la Loire :
• 73 000 emplois dans le secteur
secondaire (dont 54 000
emplois dans l’industrie) et 115
500 emplois dans le tertiaire.
• 2 900 entreprises industrielles.
• 14 000 entreprises de services.
L’implication du
Conseil général :
La Loire, un
département leader :
• 1er département français dans les
• Soutien au commerce et à
textiles à usage médical et sportif.
• 2e en France dans l’habillement et
la confection.
• 3
e
en France dans les industries
mécaniques.
(chiffres 2010)
• Aides à l’immobilier : 5,3 millions
d’euros de subventions attribuées à
55 entreprises.
• Aides aux investissements
543 000 euros de
subventions attribuées à 18 PME.
matériels :
l’artisanat :
193 projets
accompagnés représentant
1,25 million d’euros de
subventions.
• Budget alloué aux actions
collectives innovantes :
1,5 million d’euros.
Chiffres : Conseil général de la Loire, Adel 42.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
La Loire dynamique !
Dossier
Le Conseil général sur tous les fronts
Parce qu’il est indispensable à l’attractivité et à l’avenir de notre territoire, le Conseil général
s’engage pour soutenir le développement économique de la Loire. Un soutien multiforme…
A
ujourd’hui encore, la Loire reste
un département où l’industrie est
importante : elle représente 1/3 des
emplois, pèse 30 % du PIB local et plus
de 50 % de la valeur ajoutée. À lui seul,
le secteur de la mécanique compte plus
de 20 000 salariés. Mais loin de l’image
vieillissante d’un secteur en déclin, l’industrie ligérienne a su au fil des décennies
s’adapter et rebondir.
L’industrie prédominante
Une dynamique que le Conseil général
de la Loire a soutenue en s’impliquant
depuis de longues années en faveur du
développement économique du territoire
et en plaçant l’innovation au cœur de sa
stratégie de soutien aux entreprises.
Quatre grands types d’actions
pour les entreprises
L’action du Conseil général dans le
domaine économique prend quatre formes principales :
• La mise en place d’infrastructures.
Objectifs : offrir de bonnes conditions
de travail aux entreprises qui se
développent et chercher à en attirer
de nouvelles. Depuis 2003, le Conseil
général aménage ainsi, en collaboration
avec d’autres collectivités, des « Zones
d’Activités d’Intérêt National » (ZAIN),
capables d’accueillir de grands projets
économiques.
Côté infrastructures, une bonne
desserte autoroutière et ferroviaire du
département est essentielle. Le Conseil
général s’implique ainsi dans les grands
projets, comme le futur TGV Lyon-Paris,
qui pourrait passer par Roanne (voir
pages 18-19).
• Le développement du numérique. La
Loire a été l’un des premiers départements à réaliser l’importance de l’équipement numérique : aujourd’hui, toutes
En 2010, le Conseil général a versé 5,3 millions
d’euros à 55 entreprises dans le cadre de
leurs investissements immobiliers.
les grandes zones d’activités permettent
d’accéder au très haut débit. Objectif :
faciliter les échanges.
• Des aides aux investissements des entreprises. De la PME au groupe, les entreprises
de la Loire peuvent bénéficier d’un soutien
par le biais de plusieurs fonds d’aide. Le
FADDEL, Fonds d’Aide au Développement
Durable de l’Emploi dans la Loire, apporte
des subventions pour les investissements
immobiliers. Le FADDEL a été réorganisé
en 2010 pour favoriser notamment les
investissements créateurs d’emplois
dans la Loire. Depuis 2009, il est complété par le FADDEM, Fonds d’Aide au
Développement Durable des Entreprises
et à leur Modernisation, qui concerne
les entreprises de moins de 250 salariés
investissant dans de nouveaux matériels.
• Des soutiens aux groupements d’entreprises. Outre les aides directes, le
Conseil général mène aussi des actions
collectives pour développer le travail
en réseau et favoriser l’innovation (voir
page 20).
Des aides spécifiques au
commerce et à l’artisanat
Le Conseil général apporte par ailleurs
son soutien au commerce et à l’artisanat,
en étroite relation avec les Chambres de
commerce et d’industrie territoriales et les
Chambres de métiers et de l’artisanat. Des
subventions sont accordées pour la modernisation des commerces (investissements
matériels immobiliers). Et depuis 2006,
le programme « Loire Multiservices » est
spécifiquement dédié au maintien du dernier commerce en milieu rural. Soutenu
par le FEDER (fonds européens), il prévoit
des démarches collectives et un label pour
récompenser les commerces dynamiques
et de qualité. On compte une trentaine de
lauréats dans la Loire. n
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
17
Jean-Bernard
Devernois
Président
de la Chambre
de Commerce
et d’Industrie
Territoriale
du Roannais
Loire Magazine : Que
changerait l’arrivée du TGV
à Roanne ?
Jean-Bernard Devernois : Tout !
Aujourd’hui, Roanne est une ville
de 30 000 habitants, qui gouverne
un bassin d’emplois de 220 000
personnes. En réalité, elle constitue
la porte d’entrée « ouest » de Lyon.
Demain, nous voulons qu’elle soit
en mesure d’accueillir des cadres
nouveaux, des entreprises nouvelles,
de préparer des zones industrielles,
du logement locatif de qualité…
Tout cela se fera bien plus facilement
avec le TGV !
18
Loire Magazine : Combien
d’entreprises sont concernées ?
Jean-Bernard Devernois : Il y
a 6 000 entreprises dans la région
roannaise.Toutes n’ont pas les mêmes
attentes, mais le succès de la réunion
du 13 octobre prouve qu’il y a un réel
intérêt au projet. Je crois vraiment que
dans 20 ans, il y aura les villes « avec »
et les villes « sans » TGV.
Loire Magazine : Êtes-vous
confiant sur un arrêt à
Roanne ?
Jean-Bernard Devernois : Parmi
les tracés proposés, seules les variantes
« sud » offrent une aussi bonne liaison
Clermont-Lyon que Clermont-Paris. Or,
il y a cinq fois plus d’échanges entre
l’Auvergne et la région Rhône-Alpes
qu’entre l’Auvergne et Paris… Je suis
confiant, à condition que le projet
trouve sa rentabilité.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
TGV Roanne : une
chance pour la Loire
Des infrastructures performantes, adaptées, un territoire bien
desservi… Cela joue un rôle clé dans le dynamisme économique.
C’est pourquoi le Conseil général se mobilise actuellement en
faveur du passage, par Roanne, du futur TGV Paris-Lyon.
R
oanne-Paris en 1 h 30, Roanne-Lyon
en 30 minutes… Ce rêve pourrait
bien devenir un jour réalité. Le
projet de ligne à grande vitesse Paris
–­Orléans–Clermont‑Ferrand–Lyon est en
effet entré dans la phase du débat public
(voir aussi Loire Magazine n°90).
Le Conseil général mobilisé
Né en 2007, ce projet a pour objectif de
désengorger l’actuelle liaison Paris-Lyon
et d’offrir une meilleure accessibilité des
territoires du centre de la France. Quatre
scénarios sont à l’étude. Pour trois d’entre
eux, deux alternatives sont proposées :
passer par Roanne ou Mâcon. Comme
pour l’A89 et l’A45, le Conseil général
s’est engagé dès le début en faveur de ce
projet structurant.
Facteur d’attraction des entreprises
Outre l’intérêt en terme de mobilité pour
les Ligériens, le TGV représente un atout
majeur de développement économique et
un argument déterminant pour que les
entreprises s’implantent dans la Loire.
Au-delà du bassin roannais, il offrirait
à la région toute entière une connexion
au réseau ferroviaire européen de grande
vitesse, une ouverture sur la façade
atlantique et une connexion directe aux
aéroports de Lyon et Paris. Lancé le 3 octobre dernier, le débat public se poursuit
jusqu’au 31 janvier. Ce débat est l’occasion
de défendre les intérêts de notre département dans un véritable projet d’avenir. La
réalisation de la future ligne est prévue
pour 2025. Prochaine étape : Saint-Étienne,
le 12 janvier à 19 h, salle Jeanne d’Arc. n
Vous pouvez également donner votre avis sur le site internet interactif :
www.debatpublic-lgv-pocl.org.
Jacques
Chirat
PDG Imprimerie
Chirat
Le TGV à Roanne, c’est essentiel
pour l’Imprimerie Chirat !
« 50 % de nos clients sont à Paris
et en région parisienne. Ce sont des
éditeurs, des entreprises du privé ou du
public qui viennent toutes les semaines à
l’usine pour contrôler leurs documents…
Aujourd’hui, ils viennent en TGV à Lyon
et mettent ensuite 1 h 30 pour rejoindre
l’imprimerie.
C’est important aussi pour nos chargés
de clientèle. Avec le TGV à Roanne, on
réduit toutes les distances, on gagne du
temps, de l’énergie, du confort. Avoir le
TGV à Roanne, c’est un enjeu important
pour le développement de toute notre
région, y compris pour le Forez qui est
aux portes de Roanne. »
La Loire dynamique !
Pascal
Verrière
Président de
Pramac France et
Directeur général
de Pramac Group
Dossier
Didier
Rocher
Directeur des
Transports Cognard
(Europe-Asie-Moyen-
Jean-Yves
Daval
Directeur
financier
de Révillon
Chocolatier
Orient-Afrique)
« Pramac est un groupe international
qui fabrique des groupes électrogènes,
des appareils de manutention, des
panneaux solaires photovoltaïques
et des mini-éoliennes.
Notre filiale française est implantée
à Saint-Nizier-sous-Charlieu. La
plupart des décideurs de nos grands
clients nationaux se trouvent en
région parisienne, et nous avons
en permanence des équipes
commerciales qui font l’allerretour entre Roanne et Paris.
Actuellement, il faut au minimum 3 h
en prenant le TGV à Lyon, Mâcon ou
éventuellement au Creusot. Sinon,
c’est 4 h 30 en voiture. Il est certain
que si l’on pouvait optimiser ces
temps de trajets, nous gagnerions
beaucoup en efficacité. »
« Notre siège se trouve à Riorges, mais
nous avons un bureau à Lille, où je
me rends régulièrement, et des agents
aussi sur Paris, où nous avons une forte
activité de distribution et des clients
importants à voir.
Pour l’instant, il est presque impossible
d’organiser les déplacements sur
une seule journée. C’est encore plus
compliqué lorsque des clients étrangers
viennent nous voir, notamment d’Asie.
Nous sommes obligés de les covoiturer
jusqu’à Lyon.
Par ailleurs, pour avoir résidé dans
la région de Valence, j’ai pu mesurer
combien l’arrivée du TGV dynamise un
secteur géographique. L’économie locale
en profiterait. »
« Après l’ouverture de l’A89, le
TGV représenterait une étape
supplémentaire dans le désenclavement
de Roanne.
Pour nous, Paris/Lyon est un axe
privilégié, car c’est là que sont
concentrés nos principaux clients, mais
aussi les agences de publicité par
exemple. Il ne faut pas négliger non
plus le rapprochement avec Lyon, où
nous avons également de nombreux
partenaires.
Malgré les outils technologiques, comme
la visioconférence, il y a encore – et
heureusement – des moments où la
rencontre physique est indispensable.
Par ailleurs, nous avons parfois des
difficultés à attirer certains talents
et certaines compétences, dans des
domaines comme le marketing. Là
aussi, le TGV offrirait de nouvelles
perspectives. »
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
19
Innover pour être compétitif
La force d’une économie repose avant tout sur le dynamisme de ses acteurs. Pour développer les
échanges et l’innovation dans les entreprises, le Conseil général a lancé le programme « Innovation
et compétitivité ».
D
ans la Loire, plusieurs grands
groupes ont disparu, mais l’économie peut s’appuyer sur un réseau
très dense d’entreprises leaders dans leur
domaine : HEF dans le traitement de
surface, Thales Angénieux dans l’optique,
Clextral dans les machines d’extrusion
pour l’agroalimentaire… Optique, technologies médicales, design, filière numérique, notre territoire est très présent sur de
nombreux marchés porteurs d’avenir.
Optique, technologies médicales,
design, numérique…
20
Conscient que l’innovation est désormais
le facteur clé de la compétitivité, le Conseil
général a mis en place une politique d’accompagnement des PME-PMI pour les
amener à travailler collectivement. Cette
volonté a permis la création de réseaux de
grappes d’entreprises.
Les grappes d’entreprises sont des ensembles de petites entreprises regroupées sur
un territoire, appartenant souvent à la
même filière, mobilisées par une ambition
et une stratégie communes. Le Conseil
général intervient dans l’animation de ces
grappes et soutient également des projets
d’innovation qu’elles mettent en œuvre.
Certaines grappes, reconnues comme les
plus innovantes, ont été labellisées par
l’État. La Loire en dénombre sept *, ce
qui la classe au premier rang français de
grappes labellisées. Une belle reconnaissance de notre dynamisme.
Des pôles de compétitivité
Le Conseil général participe aussi à des
projets nationaux, comme les pôles de
compétitivité ou les « investissements d’avenir » (voir l’encadré). Lancés en 2005, les
« pôles de compétitivité » ont pour objectif
d’encourager le regroupement d’entreprises,
d’universités et de centres de recherche. La
Loire est partie prenante dans plusieurs
pôles, comme ViaMéca (filière mécanique),
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
Comme 85 autres entreprises, Cardial (photo) adhère au Pôle des
Technologies Médicales de la Loire. Un pôle qui représente quelque
840 millions d’euros de chiffre d’affaires dans l’industrie de la santé. Techtera (textile technique) et Minalogic
(micro, nanotechnologies et systèmes embarqués). Grâce à ces efforts pour structurer les
filières et mutualiser les moyens, la Loire se
retrouve en pointe dans plusieurs secteurs.
Elle peut, par ailleurs, s’appuyer sur un fort
potentiel en matière d’enseignement et de
recherche, avec plusieurs écoles prestigieuses
comme Télécom Saint-Étienne ou l’École
des Mines de Saint-Étienne, mais aussi par
exemple la présence du CETIM, le Centre
Technique des Industries Mécaniques, qui a
implanté dans la Loire l’un de ses trois centres
français. n
* Mécaloire, Numélink, le Pôle des Technologies
Médicales, le Collectif Designers +, Logistique 42, le Pôle
Agroalimentaire Loire et Sporaltec.
3 projets retenus au titre
des « investissements d’avenir »
En 2009, le gouvernement a lancé le
programme « Investissements d’avenir »,
pour favoriser le développement
d’infrastructures de recherche et
d’innovation.Trois projets ont été
retenus dans la Loire : deux au titre
des « équipements d’excellence »,
Manutech pour l’ingénierie des
surfaces, et IVTV pour l’Ingénierie
du Vivant et des Tissus Vivants, qui
travaille sur le vieillissement des
cellules. Le troisième est le projet de
campus industriel porté par l’ISTP,
l’Institut Supérieur des Techniques
et de la Performance, dédié à la
formation par alternance.
La Loire dynamique !
Dossier
Ils investissent dans la Loire
Plusieurs grandes entreprises ont récemment annoncé leur future implantation dans notre
département. Une bonne nouvelle pour l’économie ligérienne.
Jeudi 3 novembre, Soprano annonce son arrivée dans la Loire. De gauche à droite, le Sous-Préfet
Joël Mathurin, le Maire de Balbigny Jean-Marc Régny, le Président Bernard Bonne, le PDG de
Soprano Industry Christian Moreau et le Vice-Président chargé de l’Économie Georges Ziegler.
A
l’heure où certains délocalisent
leur activité, la Loire parvient à
attirer de nouvelles entreprises.
Trois exemples récents illustrent la vitalité
de l’économie ligérienne.
Soprano à Balbigny
Société iséroise spécialisée dans la
production d’énergie, Soprano Industry
a officialisé son intention de s’installer
à Balbigny qui bénéficiera de l’A89 fin
2012. Le projet allie la mécanique et
l’électronique, dans le cadre d’une filière
en plein essor : la cogénération et la pile à
combustible. Il devrait permettre de créer
de nombreux emplois, emplois directs et
emplois chez les sous-traitants. Un choix
qui s’explique notamment par la proximité
de l’A89 et la présence d’un bassin de
sous-traitance mécanique et tôlerie de très
grande dimension.
Unilin sur la zone des Plaines
Située sur les communes de SaintMarcellin, Bonson et Sury-le-Comtal, dans
le Forez, la zone d’activités des Plaines
a quant à elle séduit la société belge
Unilin, qui a annoncé un investissement
de 22 millions d’euros pour construire
une nouvelle unité de production de
plaques isolantes en polyuréthane. Leader
européen sur le marché des éléments de
toitures isolants (Trilatte) et des systèmes
de toitures préfabriqués, le groupe Unilin
emploie 3 700 personnes sur 17 sites de
production en Europe, aux États-Unis et
en Asie. L’usine de production ligérienne
devrait employer à terme 50 personnes.
Une unité de finition des carrés
Hermès dans le Roannais
Sous-traitant de la prestigieuse marque, la
société MSI va investir 1 350 m2 de locaux
laissés vacants par TBM soierie à SaintSymphorien-de-Lay pour installer une
unité de fabrication à façon de produits
textiles haut de gamme. Le projet prévoit
la création de 50 emplois sur trois ans,
à partir de janvier 2012. Cette nouvelle
unité sera spécialisée dans une partie des
finitions des carrés de soie Hermès, le
« roulottage » des ourlets, actuellement
réalisées à Madagascar. Cette implantation
conforte la place de Saint-Symphoriende-Lay et de son canton dans l’activité
du textile et renforce le tissu de belles
entreprises présentes dans ce secteur. n
Le rôle de l’ADEL 42
L’Agence du Développement
Économique de la Loire est
financée par le Conseil général
et agréée par le Préfet de région.
L’ADEL 42 est présidée par
Georges Ziegler,Vice-Président du
Conseil général. Elle agit pour le
développement et la valorisation
du territoire, la prospection,
l’accueil, l’accompagnement et le
développement des entreprises,
l’information et la promotion des
entreprises ligériennes.
Plus d’infos sur www.adel42.com
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
21
Paroles d’entrepreneurs
Ils ont choisi la Loire pour créer leur entreprise. Témoignages.
Fabien
Chossonnery
Stéphane
CholleT
PDG de One by One
22
Patrice
Cassard
Responsable du site
« Moulin des Grandes
Terres » à SaintGermain-Laval
« Originaire de la campagne roannaise
et ayant passé toute mon enfance à la
ferme, j’aspirais à un retour à la terre
sans renier 15 ans d’expérience dans
le commerce international. J’ai décidé
de combiner les deux : One by One
commercialise depuis septembre des
produits du terroir à l’export.
« Les Moulins Joseph Nicot, en
Saône-et-Loire, ont souhaité ouvrir un
établissement secondaire dans la Loire :
Moulin des Grandes Terres a commencé
son activité début 2011. Nous livrons de
la farine à des artisans boulangers, dans
la Loire, en Haute-Loire, dans l’Allier et le
Puy-de-Dôme.
La Loire est riche de plaisirs gourmands,
mais ils sont peu connus à l’étranger.
Quand on parle des « vins de Loire »
par exemple, tout le monde pense
« vins de Pays de la Loire » ce qui n’est
pas la même chose. Mon objectif est de
promouvoir nos produits.
À l’heure de la mondialisation,
nous avons souhaité au contraire nous
rapprocher de nos clients ! Nous avons
aussi installé un fournil de démonstration
et de formation pour nos clients et
leurs ouvriers. Pour nous, la proximité
est importante. En plus, une partie du
personnel avait des attaches dans la
région. Je suis moi-même Ligérien.
Pour l’instant, je suis seul employé, mais
j’espère un développement suffisant
pour embaucher des Ligériens. »
Nous avons été très bien accueillis et nous
avons bénéficié d’une aide du Conseil
général dans le cadre du FADDEL. »
Fondateur de
www.archiduchesse.
com
« Je suis ligérien d’adoption : j’ai suivi
ma compagne à Saint-Étienne, et en
2003, j’ai créé La Fraise, une boutique
en ligne de tee-shirts originaux, que j’ai
revendue en 2006.
Puis j’ai monté www.archiduchesse.com,
qui commercialise des chaussettes
100 % françaises et compte déjà plus
de 12 000 clients sur le net.
Grâce au succès de La Fraise, je crois
avoir contribué à faire connaître SaintÉtienne autour de moi et je serai le
président du jury de la première édition
du concours « Loire Webdesign » * qui
récompensera le meilleur site internet
d’une entreprise ligérienne. La Loire est
le 2e département français, après le
Rhône, où est créé un tel concours. »
(*)
Lancé par la CCIT de St-Étienne/Montbrison, en
partenariat avec le Conseil général de la Loire.
www.loire-webdesign.com
Le saviez-vous ?
Un soutien aux associations
Le Conseil général apporte son soutien
aux associations qui accompagnent les
créateurs et repreneurs d’entreprises,
comme Loire Initiative. Créée en 1996,
cette structure finance environ 300 projets
par an et dispose d’outils financiers sous
forme de prêts à taux zéro, de garanties
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
de prêts ou de subventions, en
complément d’un financement bancaire
classique. Déjà présente à Roanne et SaintÉtienne, Loire Initiative vient d’ouvrir trois
nouvelles permanences à Montbrison,
Boën et Saint-Galmier.
www.loire-initiative.fr
Sports
Les as du basket-ball
s’affrontent à Roanne
Du 16 au 19 février prochain, la Halle Vacheresse accueille la 10e édition
de la Semaine des As. Cette compétition réunit les meilleures équipes
du championnat de France de Pro A. C’est la première fois que Roanne
organise cette compétition. Et la Halle Vacheresse nouvelle version
n’est certainement pas étrangère à cela…
C
’est l’un des objectifs de la Chorale
cette saison : gagner la Semaine
des As, sur son parquet, devant
ses supporters. Une compétition à laquelle
l’équipe roannaise a déjà participé cinq fois
et dont elle a remporté le titre en 2007, lors
de sa première participation à Nancy.
l’avenir au plus haut niveau du club. Première
récompense, la Ligue de basket lui confie
l’organisation de cette compétition. Une
victoire de la Chorale et la fête serait totale…
Venez soutenir votre équipe ! n
Sophie Tardy
Les huit meilleures équipes
françaises
Le 21 janvier, à l’issue des matchs aller du
championnat de Pro A, nous connaîtrons
les huit équipes qui se mesureront lors de
la Semaine des As. Roanne recevant la compétition, les Choraliens sont d’ores et déjà
qualifiés. Reste à attendre le tirage au sort
prévu fin janvier pour savoir qui la Chorale
affrontera lors des quarts de finale.
La Semaine des as
•Calendrier
- Jeudi 16 et vendredi 17 février :
quarts de finale, à 18 h et 20 h 30.
- Samedi 18 février :
demi-finales, à 18 h et 20 h 30.
- Dimanche 19 février :
finale à 18 h 45.
•Vous pouvez acheter vos billets :
- au siège de la Chorale,
Halle Vacheresse à Roanne,
- sur www.semainedesas.com,
- dans les points de vente habituels.
Premier
Vice-Président
chargé des
Sports
« La Chorale doit
atteindre une nouvelle
dimension sportive et
économique »
Loire Magazine : Pourquoi
le Conseil général a-t-il
soutenu financièrement
l’agrandissement de la Halle
Vacheresse ?
Paul Salen : L’organisation de la
Semaine des As à Roanne est la
preuve que ce projet est bénéfique
pour le club, bien sûr, et pour toute la
Loire. C’est pourquoi le Conseil général
a consacré 500 000 euros à ce projet.
Loire Magazine : Le Conseil
général est d’ailleurs
partenaire de la Chorale…
Quatre jours de fête à la Halle
Vacheresse
Grâce à cette nouvelle infrastructure, dont la
capacité est portée à 5 000 personnes, Roanne
peut désormais accueillir des compétitions
d’envergure. Une condition essentielle pour
Paul SALEN
André Barrett, joueur américain, évolue
à Roanne depuis le début de la saison.
Remportez vos places
pour soutenir la Chorale !
Le Conseil général, partenaire
de la Semaine des As, vous offre
la possibilité de gagner vos places
pour la finale.
Rendez-vous au dos du supplément
Sortir de votre magazine…
Paul Salen : Grâce à ses bons
résultats depuis plusieurs années,
le club porte haut les couleurs de
la Loire. C’est un excellent vecteur
de communication. Il faut l’aider à
atteindre une nouvelle dimension
sportive et économique.
Loire Magazine : …et partenaire
du monde sportif en général !
Paul Salen : Nous soutenons tous
les sports, de la pratique amateur
au monde professionnel. Notre
département est parmi les meilleurs.
La vitalité du basket dans la Loire en
est le meilleur exemple !
Plus d’infos
www.semainedesas.com
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
23
Reportage
Slalom des neiges dans la Loire
L’hiver, les vacances, la neige… Besoin de bouger ? Envie de prendre de l’altitude ? Enfilez gants,
écharpe, bonnet et partez skier à deux pas de chez vous ! La Loire compte trois sites de glisse
entre chaumières, forêts et prairies à perte de vue : Chalmazel, le Col de la Loge et le Haut-Pilat.
Skiez, les pistes sont à vos pieds !
I
l n’est pas nécessaire de se rendre à
Tignes pour s’offrir un moment de
plaisir sur des pistes enneigées… Ça
glisse aussi dans la Loire. « Dans les trois
stations ligériennes, on peut pratiquer les
sports de glisse, louer les équipements, acheter, être conseillé… skier en toute sécurité »,
garantit Jean-François Gibert, Directeur
du Tourisme du Conseil général.
L’embarras du choix à Chalmazel
24
Ski de piste, ski de fond, handiski,
snowboard, raquettes, espace enfants…
Du débutant au skieur expérimenté, la
station de Chalmazel propose un large
choix d’activités. Elle abrite également une
École du Ski Français. Pour les personnes
ayant un handicap moteur ou visuel désireuses de skier, tout est prévu. Pour une
neige assurée, cette station de moyenne
montagne alimente ses pistes en neige
de culture en cas de météo capricieuse.
Bref, la station de Chalmazel a tout pour
plaire...
À une heure de Saint-Étienne et de Roanne,
la plus haute station de la Loire vous accueille
l’hiver, de décembre à fin mars.
Nouveau ! Une aire d’accueil pour les campingcars est désormais au pied des pistes.
Plus d’informations : Station de Chalmazel
au 04 77 24 83 11 ou www.loire-chalmazel.fr.
Avec Skitil et le Conseil général, achetez vos forfaits de ski à bord de la Ligne 112 et économisez
2 euros !
L’esprit balade du Haut-Pilat…
À vingt minutes de Saint-Étienne, la zone
nordique du Haut-Pilat est réputée pour
son côté familial. En hiver, les balades
à pied sont remplacées par celles à ski,
amusantes et conviviales. Ski de fond,
raquettes, espace luges… Les familles
viennent nombreuses. Les enfants, eux,
se réjouissent avec le ludoski (1) ou le
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
snowtubing (2) (unique dans la Loire),
et disposent de l’espace luges… C’est
également la station des professionnels :
Elisabeth Coupat, ancienne skieuse
internationale de ski nordique, s’entraîne
régulièrement sur les pistes du Bessat.
La zone nordique du Haut-Pilat regroupe
trois domaines : Le Bessat, Saint-Régis-du-Coin
et Burdignes.
Plus d’informations : Communauté de
communes des Monts du Pilat au 04 77 20 43 93.
… Et sportif du Col de la Loge
Entre le plateau des Hautes-Chaumes et
les forêts, le départ des pistes du Col de
la Loge se situe à 1 250 mètres d’altitude.
Cet espace nordique dispose d’un grand
chalet avec hébergement, bar, restauration et location de matériel. Ski de fond,
raquettes, skating (3)… Nature, le Col de la
Loge attire une clientèle plus sportive due
à la pratique du skating, plus intense et
physique que les autres formes de ski.
L’espace nordique du Haut-Forez/Col de la Loge
regroupe les communes de Saint-Jean-la-Vêtre,
La Chamba et La Chambonie.
Plus d’informations : Communauté de
communes des Montagnes du Haut-Forez
au 04 77 24 70 12. n
Peggy Chabanole
TÉMOIGNAGES
Col de
la Loge
Ils skient dans la Loire ! Professionnels ou
amateurs de glisse, des Ligériens se confient...
Chalmazel
Haut-Pilat
Bruno Coassy
Alice Mayet
Maire d’une commune
des Monts du Lyonnais
Lycéenne à Saint-Étienne
« Des pistes variées.
De la neige garantie »
« En général, l’hiver,
je passe une à deux
journées par semaine
à Chalmazel avec mes
enfants. Je les emmène
également pour les
fêtes de fin d’année.
En plus de l’aspect sportif, je leur fais
prendre un bol d’air frais, à deux pas
de chez nous. La station a une bonne
installation et nous avons une grande
variété de pistes. Souvent, on y mange et le
site est particulièrement agréable. Enfin,
la station a un avantage non négligeable :
nous avons de la neige garantie ! »
Sous les bois, à 1 640 mètres d’altitude,
le soleil, la neige... La station de Chalmazel :
un rêve d’hiver.
11 veillées nordiques
prévues en 2012
Cet hiver, 11 veillées nordiques en
raquettes sont organisées au cœur
des espaces nordiques du Forez, de
Chalmazel et du Pilat. Ces soirées
sont suivies d’un repas dans une
auberge ligérienne.
Plus d’informations :
Loire réservation au 04 77 59 96 66
ludoski : ski de fond ludique en zig-zag.
snowtubing : glisse sur bouée.
(3)
skating : technique dite du « pas de patineur » dont le
style au niveau des jambes peut s’apparenter au roller ou
au patin à glace.
(1)
(2)
« La balade sans les
inconvénients de la
marche ! »
« Depuis une dizaine
d’années, je skie au
moins une journée
en famille dans le
Haut-Pilat. Le ski
nordique, pour moi,
c’est faire une balade
sans les inconvénients et la morosité de la
marche ! C’est, en plus, pratiquer un sport
complet tout en profitant de la beauté du
cadre. Nous louons les équipements sur
place. Nous y pique-niquons… Et nous
profitons de la neige. »
Olivier Melin
Daniel Péone
Directeur des Sports du Conseil
général. Ancien moniteur de ski
Retraité, Noirétable
« Le plaisir de skier
à proximité »
« La saison d’hiver,
c’est sacré ! L’été, on
court, l’hiver, on skie !
Je pratique régulièrement le ski de fond à
l’espace nordique du
Haut-Pilat. C’est
un lieu où l’on rencontre beaucoup de
monde, l’ambiance y est familiale et
financièrement, c’est accessible. C’est
aussi un bel endroit. Il m’arrive parfois
d’aller skier à Chalmazel… Le ski de fond,
c’est le plaisir de l’effort. Le ski de piste,
c’est le goût de la sensation de liberté et de
la vitesse. J’aime pratiquer les deux. »
« Du ski, tous les jours »
« J’aime et je pratique autant le ski de
fond que le skating.
Les sensations sont
totalement différentes. Je vais à l’espace
nordique du Col de
la Loge. Quand il y
a de la neige, je m’y
rends même tous les jours ! En général,
mon épouse m’accompagne. Parfois,
on se retrouve sur le site entre amis. Le
personnel est sympathique et les pistes
sont très bien entretenues. Et le paysage !
Après être resté un moment sous les bois,
on se retrouve sur les Hautes-Chaumes…
C’est magnifique. »
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
25
Interview
Anouck Jaubert place haut la barre
C’était sa première participation à un mondial. En juillet dernier, Anouck Jaubert a remporté la troisième
place aux championnats du monde juniors d’escalade de vitesse. Avec ses dix-huit printemps tout juste,
la grimpeuse ligérienne ne finit pas de monter en grade… Rencontre.
Anouck Jaubert fait partie du Club Escapilade qui compte 300 licenciés.
Loire Magazine : Décrocher la troisième
place à un mondial, c’est merveilleux… ?
Anouck Jaubert : Honnêtement, je pensais
obtenir une meilleure place. J’ai senti que
j’avais loupé le passage final. Mais après
réflexion, j’étais très heureuse. Et puis, c’est
tellement plaisant d’escalader avec des gens
du monde entier.
26
Loire Magazine : Comment s’est passée
votre qualification ?
Anouck Jaubert : Juste avant le mondial,
j’ai remporté la deuxième place en coupe
d’Europe de vitesse cadettes à Édimbourg.
Puis, tout est allé vite… Lors d’un stage, j’ai
été qualifiée pour la coupe du monde.
Loire Magazine : Qu’est-ce qui vous
a amenée à pratiquer ce sport original ?
Anouck Jaubert : Enfant, je faisais de l’escalade avec mes parents. À 11 ans, j’ai voulu
faire de cette discipline mon activité sportive.
Tout d’abord, par le biais de l’UNSS (Union
Nationale du Sport Scolaire). Ensuite, j’ai
intégré mon club de toujours : le Club
Escapilade, à Saint-Étienne.
Loire Magazine : Pourquoi la vitesse ?
Anouck Jaubert : Je faisais surtout du bloc.
J’ai débuté la vitesse lorsque j’ai rejoint le
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
pôle de Voiron dans l’Isère, en mars 2011.
Cette spécialisation m’a comblée. Repousser
mes limites en luttant contre la pesanteur
est un véritable plaisir.
En savoir plus
Loire Magazine : Où vous entraînez-vous ?
Anouck Jaubert : Je m’entraîne environ trois
heures chaque jour, à Voiron, Grenoble ou à
Échirolles. Lorsque je reviens dans la Loire,
je vais au gymnase Saint-Louis. Étudiante,
je jongle entre sport de haut niveau et mes
études STAPS, Sciences et Techniques des
Activités Physiques et Sportives.
•1987 : date de la fondation.
•16 clubs.
•1 530 licenciés.
•2 athlètes de niveau international :
La Fédération Française
de la Montagne et de
l’Escalade de la Loire (FFME) :
Anouck Jaubert : escalade de vitesse
et Thomas Caleyron : escalade de bloc.
Plus d’informations au 04 77 59 56 76.
Loire Magazine : Vous préparez les prochains
championnats. Un commentaire ?
Anouck Jaubert : J’espère décrocher la
première place pour les championnats du
monde juniors qui auront lieu en août !
Et peut-être me retrouver sur le podium
à Bercy pour les championnats seniors en
septembre… J’ai, quoi qu’il en soit, l’esprit
combatif.
Loire Magazine : Une idée de profession ?
Anouck Jaubert : Professeur d’éducation
physique et sportive. Ou pourquoi pas…
entraîneur ? n
Propos recueillis par Peggy Chabanole
Le Trophée de la Performance,
décerné au meilleur athlète ligérien
toutes disciplines confondues, a été
attribué à Anouck Jaubert en octobre
2011. Ci-dessus, aux côtés de Paul
Salen, Député de la Loire, 1er VicePrésident du Conseil général.
À vos papilles
Une rubrique d’Émilie Couturier
8 Une femme
8 UN produit
Rosanne Fabbio
Opération escargots
Une coquille remplie
de saveurs
«L
U
’envie de changer.» C’est
ce qui a fait « franchir
le pas » à Rosanne
Fabbio, éleveuse d’escargots
à Saint-Maurice-en-Gourgois.
« Ce métier m’attirait énormément, notamment du point de
vue culinaire. Je souhaitais aussi
travailler à l’extérieur et avoir du
temps pour mes enfants. » Après
une formation en 2001, cette
ancienne secrétaire-comptable
de 46 ans a décidé de « s’occuper
de ces petites bêtes qui ne parlent
pas mais demandent beaucoup d’attention ». Elle en élève 120 000
par an avec son mari apiculteur.
Elle produit également un hectare
et demi de petits fruits : cassis,
groseilles, mûres, myrtilles et
framboises qu’elle transforme
en confitures et sorbets. n
Pour 4 personnes
Temps de
préparation :
10 min
Temps
de cuisson total :
50 min
Ingrédients
500 g de potimarron
20 cl de crème
20 cl de bouillon de
volaille
sel
1/3 de cuillère à café
de fève de Tonka râpée
4 tranches de 100 g
de foie gras frais
quelques cubes
de pain grillé
Tomates, vinaigre, beurre
persillé : pour Rosanne Fabbio
« tout s’accommode avec
l’escargot ».
ne chair tendre,
un goût fin en
bouche et une
texture moelleuse, voilà
comment Rosanne Fabbio
décrit ses escargots. Elle
élève essentiellement des
« gros gris » biologiques
à la saveur subtile : un
potager est consacré à
Oméga 3, minéraux, vitamines, viande maigre…
leur nourriture et des
les escargots sont bons pour la santé.
pommes et des poires
leur sont réservées. Des traditionnels beurrés en passant
par les quiches, terrines ou bocaux, elle propose mille et une
façons de les déguster et prodigue volontiers ses conseils
culinaires. Cette saison, la météo a été idéale, « une bonne
année à escargots » ! Les amateurs devraient être ravis… n
En savoir plus
Sabonnaire
42240 Saint-Maurice-en-Gourgois
Tél. : 04 77 50 37 08 - www.saveurs-du-haut-forez.fr
8 Cuisinez comme un grand chef !
Velouté de potimarron à la fève de Tonka
et sa tranche de foie gras poêlé
par
La préparation :
Restaurant
Le Bougainvillier
1. Dans une casserole, mettre le
potimarron (bien lavé mais pas
épluché) tranché en cubes, la
crème, le bouillon de volaille et une
pincée de sel à feux doux. Cuire
pendant environ 45 min. Remuer
de temps en temps.
Gérard
Charbonnier
à Saint-Galmier
2. Quand le potimarron s’écrase
entre les doigts, mixer très
finement.
3. Vérifier l’assaisonnement en sel.
Ajouter la fève de Tonka au dernier
moment sur le velouté. Mixer de
nouveau.
4. Poêler le foie gras sur les deux
faces quelques secondes.
5. Au moment du dressage, mettre
le velouté à chauffer sur feu doux.
Passer le foie gras poêlé au four
à 160°C pendant 3 min. Mettre le
velouté dans une assiette creuse
et le foie gras au centre. Prévoir
quelques petits cubes de pain grillé
sur le dessus.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
27
Expression des élus
28
Groupe Union pour la Loire
GROUPE INDÉPENDANCE ET DÉMOCRATIE
Depuis quelques semaines les réunions se succèdent au sein de
l’institution pour déterminer les priorités à fixer ou comment réaliser
un budget ambitieux tout en restant responsable.
La gauche, elle, passe son temps à tapoter nerveusement sur sa
calculatrice idéologique. Elle manipule les chiffres des orientations
budgétaires 2012 dans tous les sens, à l’envers et de travers. La gauche
calcule, laissons-la à ses occupations ! Pendant ce temps, vos élus de
la majorité départementale sont au travail.
Davantage de solidarité :
Animés par une ambition solidaire au service des Ligériens, nous
nous attachons à donner aux jeunes et aux familles les conditions de
la réussite. Si nous maitrisons nos dépenses de fonctionnement, nous
renforcerons nos efforts en direction de la solidarité. En 2012, ce seront
ainsi plus de 410 M€ qui seront consacrés aux quatre grandes missions
Enfance et Famille, Insertion, Autonomie et Logement social.
Davantage de cohésion :
Alors que la gauche hurle et gesticule, alors qu’elle propage à travers la
Loire les pires rumeurs, elle souffre d’un grave problème de mémoire.
Elle annonce que les communes sont délaissées, oublie-t-elle la
politique contractuelle territoriale que nous avons mis en place qui
nous permet de nous adresser à tous les élus de ce département.
Pour chaque contrat signé, ce sont en moyenne 300 € par habitant
qui sont investis ! C’est rappelons plus de 49 M€ pour Saint-Étienne
Métropole, c’est également 11M€ pour le Grand Roanne. Et c’est bien
connu, ces grandes agglomérations sont à droite !
Davantage d’attractivité :
Dépensant nos propres domaines de compétences, nous voulons
également accompagner les grands projets d’aménagements du
département en nous mobilisant pour l’A45. Dans la Loire, les élus
de toutes tendances confondues savent s’entendre sur l’intérêt général
mais en Rhône-Alpes, on n’entend plus les élus socialistes. C’est le
sauve qui peut face au risque Vert qui pourrait mettre en minorité
les élus socialistes, seule vraie raison, pas glorieuse d’ailleurs. Ainsi
par pure solidarité idéologique, la gauche préfère se taire. Est-il plus
légitime de donner la priorité à la construction de l’A45 ou à l’installation
des services régionaux dans un immeuble design sur les quais du
Rhône pour 175 M€ ?
Et quand l’opposition nous reproche notre gouvernance, elle sombre
dans le ridicule. Il est désolant de constater que l’opposition s’enferme
dans une caricature la rendant amnésique de son propre fonctionnement
quant elle est dans l’exécutif. Gouvernance socialiste en Rhône-Alpes :
quasiment aucun représentant de l’opposition n’a été désigné pour siéger
dans les lycées publics. Au conseil général de la Loire, chaque élu est le
représentant titulaire dans les collèges de son canton ! En ce qui concerne
les magazines départementaux comme par exemple en Seine et Marne,
la mention et les coordonnées des élus de droite ont tout simplement
disparu ! Dans Saintémag, silence radio et écran noir, aucune photos et
noms des élus de l’opposition ! Nous constatons une fois de plus que les
postures et les préjugés de l’opposition socialiste continuent à l’emporter
sur l’analyse et le raisonnement. Un peu d’honnêteté intellectuelle
serait la bienvenue. Dans un contexte économique et social difficile, la
majorité, loin des effets de manche pré-électorale, a choisit de préparer
un budget qui protège et rassemble les Ligériens plutôt que de les diviser
et les laisser sur le bord du chemin. Elle le fait certes avec ses moyens,
mais, au moins, elle le fait honnêtement et sérieusement.
La réalisation des bâtiments neufs à faible consommation
d’énergie connaît un certain succès auprès du public et le mouvement est désormais en route grâce à la nouvelle réglementation
thermique 2012. Les collectivités locales n’ont d’ailleurs pas
attendu cette réglementation pour réaliser des bâtiments «basse
consommation». Nous en comptons désormais plusieurs sur
notre département dont le collège de Veauche réalisé par le
Conseil général.
Solange Berlier, Présidente du groupe Union pour la Loire,
Le groupe Union pour la Loire, le groupe de la droite, du centre
et indépendants
www.unionpourlaloire.fr
Gilles Artigues, Jean-François Barnier, Bernard Bonne, Huguette
Burelier, Paul Celle, André Cellier, Michel Chartier, Jean-Paul
Defaye, Joël Epinat, Alain Laurendon, Iwan Mayet, Henry Nigay,
Bernard Philibert, Hervé Reynaud, Paul Salen, Georges Ziegler.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
Mais la construction de bâtiment neuf ne représente chaque
année que 1% du bâti. Il faut donc des objectifs ambitieux de
rénovations des bâtiments anciens si nous voulons vraiment
baisser de 20% la consommation d’énergie d’ici 2020. Cela
devrait se traduire par la rénovation de 400 000 logements par an
en rythme de croisière, aidée par des mesures d’accompagnement
de l’État (crédit d’impôt, TVA réduite, éco prêt à taux zéro).
Mais la rénovation énergétique des bâtiments plébiscitée lors du
Grenelle de l’Environnement peine à décoller malgré la volonté
affichée des collectivités locales dans les Plans Climat Energie.
Il faut dire que les difficultés ne manquent pas. Intervenir sur
le bâti est onéreux.
Certains bâtiments à caractère patrimonial ne peuvent pas
techniquement et économiquement être rénovés. Enfin, il est
politiquement plus facile de mobiliser 68 millions sur le territoire
pour agrandir aujourd’hui le stade Geoffroy Guichard, que 5
millions pour un programme de rénovation thermique dont
les résultats ne sont pas visibles sur la durée du mandat. Il est
toujours difficile de mobiliser pour le long terme. Pourtant, si
rien n’est fait pour relever les défis de l’avenir, les crises, elles,
arrivent toujours à leur terme.
La rénovation du bâti ancien nécessite donc une vraie volonté
politique d’économiser l’énergie. Elle ne peut que s’inscrire sur
du long terme. Elle exige pour être mise en oeuvre de définir
des priorités et de réaliser un plan d’action départemental et de
mobilisation budgétaire pour les 10 années à venir.
Dans l’attente d’une telle mobilisation, notre assemblée se doit
d’être exemplaire et engager les premières rénovations dès 2012.
Les besoins sont importants. La consommation d’énergie dans
les collèges et les bâtiments du conseil général coûte aujourd’hui
près de 6 millions d’Euros au département.
Enfin, il faudra aussi poursuivre la mobilisation des utilisateurs.
L’expérience du trophée européen l’a montré, les agents par des
comportements économes peuvent réduire la consommation
de 10 à 16 %.
Malgré la crise financière, il faut économiser l’énergie pour que le
développement durable ne soit pas seulement la formule creuse
d’un marketing politique aux projets incertains.
Les conseillers généraux : Jean-Paul Blanchard (Chazellessur-Lyon), Georges Bonnard (Pélussin), Claude Bourdelle
(Noirétable), Jean-Claude Charvin (Rive de Gier),
Jean Gilbert (Saint-Genest-Malifaux)
Tél. : 04 77 48 40 76
Courriel : élusidcg42@free.fr
Groupe Gauche Citoyenne – Front de Gauche
Groupe de la gauche démocrate et socialiste
Lors des élections sénatoriales, le résultat fut sans appel avec
un basculement du Sénat à gauche, qualifié d’historique par
l’ensemble des commentateurs.
En établissant le budget départemental pour 2012, l’exécutif a
souhaité que tout un chacun « s’adapte ». Ménages, associations,
communes… sont appelés à renoncer à certains services ou
soutiens du Conseil général.
L’investissement est en forte diminution, notamment sur la
voirie ou les collèges. Tant pis pour les entreprises qui auront à
souffrir de cette baisse de la commande publique, tant pis pour
les usagers des routes qui seront un peu moins en sécurité, tant
pis pour la détérioration de l’environnement scolaire…
Les services départementaux sont pressurés d’une manière toute
comptable : l’augmentation zéro de la masse salariale signifie
la suppression de remplacements, des renforts saisonniers, de
certains postes même. Tant pis pour la réactivité du service au
public, tant pis pour la dégradation des conditions de travail.
Mais il est un domaine où la baisse n’est que cosmétique : -0,9 % :
de 1 707 000 en 2011 à 1 692 470 euros en 2012. S’agit-il de
dépenses contraintes ? S’agit-il d’une politique fondamentale
pour les habitants de la Loire ? Non, de la communication.
L’exécutif se vante d’être parvenu à cette baisse bien qu’il ait
intégré dans ce budget l’achat de places de matchs de professionnels. Pour être vraiment transparent, il aurait dû y faire aussi
apparaître le « contrat de sponsoring » avec l’ASSE qui avait coûté
550 000 euros au contribuable départemental en 2011. Mais, la
barre des 2 millions aurait été franchie…
Jusqu’ici les baisses ont surtout consisté en une réduction de
l’aide matérielle aux associations : tee-shirts et divers petits lots
aux couleurs du Conseil général.
Pour ce qui est de la communication pure, celle dont la mission
est devenue « la valorisation du rôle de son Président, des élus
et des services de l’institution », on entre dans le domaine des
dépenses sacralisées.
Et de la communication à la propagande, il n’y a qu’un pas. Vite
franchi par la majorité départementale. Dès lors qu’il n’a pas
la carte au bon parti, l’élu du canton ou même le représentant
d’une collectivité partenaire est écarté des conférences de presse,
effacé des photos…
La palme est sans conteste à accorder à la publication bi-mensuelle qui mériterait d’être rebaptisée « Bonne Magazine » en
l’honneur du Président qui ne supporte pas d’en tourner deux
pages sans s’y voir en photo.
En cette période de restrictions tous azimuts, il n’est envisagé
aucune réflexion sur cette publication fort coûteuse : 762 000 euros
par an (127 000 euros par numéro). Sa conception, confiée à une
agence parisienne, coûte 120 000 euros qui pourraient être économisés si elle était réalisée par nos services. Une évaluation de
l’intérêt pour la population et un retour aux missions antérieures :
« Faire connaître les compétences », « les actions innovantes »
et « Promouvoir les atouts du département », seraient fortement
souhaitables.
La droite UMP ne pensait pas subir une telle humiliation.
Les élus locaux, au-delà des sensibilités de gauche, ont exprimé
leur ras le bol de voir leur collectivité asphyxiée par les choix
politiques du Gouvernement.
A l’occasion de la dernière session budgétaire, nous avons
dénoncé l’attitude de la majorité de droite du Conseil Général
en matière de fiscalité. En effet, malgré l’engagement qu’elle
avait pris de ne pas augmenter la pression fiscale des ménages,
celle-ci vient de passer la Taxe d’Aménagement à 2,5 % alors que
la taxe précédente était à 1 %.
Cette décision va pénaliser les personnes qui vont se lancer dans
une construction. Notre proposition d’exonérer les bénéficiaires
du prêt à taux zéro a été rejetée.
D’autre part, le choix de conditionner le taux des aides aux
communes à la pression fiscale exercée sur les ménages va se
traduire, pour certaines, par des diminutions substantielles.
Nous connaissons hélas les conséquences économiques et
sociales d’une telle décision à un moment où les entreprises et
la population ligériennes sont dans la difficulté.
Sur ce point précis, nous avons souhaité qu’une réflexion globale
soit menée sur l’ensemble du fonctionnement du Conseil Général
afin qu’il puisse assumer ses propres compétences : social, voiries, transport, éducation,... et ses engagements pris envers les
communes et intercommunalités. Cette demande a été rejetée.
Enfin, en matière de politique sportive, culturelle et sociale,
le Président Bonne et la majorité départementale ont, malgré
notre demande incisive, refusé d’honorer la totalité des aides
accordées jusqu’alors aux associations et malgré leurs besoins
toujours grandissants.
Nous constatons une fois encore les conséquences désastreuses
de la politique gouvernementale relayée par la majorité départementale et que nous dénonçons depuis plusieurs années.
Nous devons porter le débat sur la place publique, afin de mettre
l’Etat devant ses responsabilités et dénoncer sa volonté de mettre
à genoux les collectivités.
René Lapallus, Marc Petit, Serge Vray
Tél. : 04 77 48 42 86
Fax : 04 77 48 42 87
Courriel : groupe.pc@cg42.fr
Le Président Jean-Claude Bertrand et ses collègues :
René-André Barret, Jean Bartholin, Arlette Bernard,
Christine Cauet, Liliane Faure, Joseph Ferrara,
Alain Guillemant, Bernard Jayol, Régis Juanico,
Marc Lassablière, Lucien Moullier, Florent Pigeon,
Fabienne Stalars, Jean-Claude Tissot.
Courriel : groupe-ps@cg42.fr
Site internet : www.loireagauche.fr
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
29
Portrait
Autoportrait noir et blanc.
« La couleur gomme les émotions… Le noir et
blanc est plus direct », commente Patrick Swirc.
30
Clint Eastwood, George
Clooney ou encore Diane
Kruger… Aucune célébrité
n’échappe à son objectif. Le
Stéphanois Patrick Swirc est
le photographe des stars du
cinéma, de la musique et des
hommes politiques. Chaque
année, Libération, Le Monde,
Elle, Télérama… font appel à
son œil capteur de vedettes
au festival de Cannes. Zoom
sur un as du huitième art.
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
Patrick Swirc,
photographe des stars
«I
l venait d’avoir 18 ans… » Et sa
première prise de vue professionnelle fut pour Dalida :
« J’étais terrifié », se souvient-il. Depuis, le
photographe a acquis de l’expérience…
De Dalida à Gainsbourg
Authentique et discret, Patrick Swirc
préfère rester derrière son objectif : « Je
déteste les soirées mondaines. Je suis un
peu sauvage ! » Portraitiste, il fige les
émotions des stars du showbiz pour
les magazines. Après Dalida, tout s’est
enchaîné : « Mes photos lui ont plu. Des
liens se sont tissés et une confiance s’est
créée. » Il continue avec l’emblématique
Serge Gainsbourg. Puis, avec des célébrités du monde entier : « Contrairement aux
a priori, les célébrités sont moins pénibles
que les personnes comme vous et moi. Les
gens qui ne sont pas connus sont beaucoup
plus préoccupés par leur image. »
Le modèle Deneuve
… à la haute-couture version
Jean-Paul Gaultier
Les vedettes défilent, mais Patrick Swirc n’a
toujours eu qu’une seule idole : « Catherine
Deneuve. Elle est mon icône. Adolescent,
j’allais voir ses films au cinéma l’Eden à
Saint-Étienne. J’apportais mon appareil
photo. C’était interdit mais je voulais trop
la photographier. Alors, je le cachais sous mon
écharpe de l’ASSE ! » Les années passent
et Patrick conte son histoire à l’actrice
dans une lettre… « Un matin, le téléphone
a sonné. C’était elle ! Elle me dit simplement :
" Vous êtes libre lundi prochain ? " Ce jour-là,
je suis tombé dans mes chaussures ! » Depuis,
la charismatique comédienne est restée
fidèle au travail de Patrick.
Toujours côté look, Patrick s’allie à JeanPaul Gaultier en 2000. Le célèbre couturier
aux rayures marines, rhabille l’information
en stylisant le journal Libération. « JeanPaul Gaultier m’a demandé de photographier
ses créations de mode en papier journal. Il
a habillé une trentaine de journalistes, en
plus de lui-même », raconte le photographe.
« Nous avons travaillé trois jours entiers.
C’est un créateur extraordinaire ! Et c’était
si simple de faire de la photo avec lui…» Pour
Patrick, objectif relooking réussi : « Avec ce
créateur, il ne suffisait que d’un " clic "…»
En passant par Geoffroy Guichard
Cannes et le septième art
À Cannes, une foule d’objectifs se bousculent sur la Croisette… Parmi les centaines
de photographes présents, un authentique
portraitiste de renom. Acclimaté aux
célébrités, Patrick Swirc fixe le temps
du festival en un flot d’images. « Chaque
année, différents magazines me demandent
de me rendre sur place », explique Patrick.
« La plupart du temps, j’ai rendez-vous avec
les comédiens à leur hôtel. Il n’y a rien d’exceptionnel ! », termine-t-il avec modestie.
Quand la discrète « patte » du huitième
art s’unit au septième…
De la mode version voyage…
Bien qu’essentiellement portraitiste de
stars, Patrick Swirc est aussi photographe
de mode. Activité qu’il estime « accessoire »,
Portrait de l’acteur Benoît
Poelvoorde par Patrick Swirc.
Patrick en a toutefois « besoin comme du
reste. Je puise dans chacune de ses variantes
et une énergie se forme. » Patrick s’amuse
avec son art : « J’aime faire de la mise en
scène. Je joue avec les lieux, les décors et les
gens. » La mode l’embarque à travers les
quatre coins du monde : « Je pars sans cesse
à l’étranger. Dernièrement, je suis revenu
de Californie et le lendemain je repartais
déjà pour l’Afrique ! » Il prend des clichés
partout où il déambule « Ce sont mes
portraits de voyages… »
« J‘ai commencé à aimer la photographie
pendant la guerre du Vietnam ! », se souvient Patrick Swirc. Il souhaitait devenir :
« reporter de guerre ! » La guerre terminée,
« je me suis dit zut ! je ne verrai plus de
photos ! ». Le portraitiste des stars a finalement fait ses premiers pas à l’âge de 13
ans : « Avec un copain, j’allais photographier
les châteaux dans la Loire. Puis sont venus
mes premiers portraits : Rocheteau, Revelli,
Larqué, Janvion…
À l’époque, les policiers me faisaient entrer sur
le terrain de Geoffroy Guichard. » Depuis,
Patrick ne part jamais sans son appareil
photo : « Ce serait partir en laissant une
moitié de moi. » Y’a pas photo ! n
Peggy Chabanole
31
Soyons curieux
Dans la série
« clic-clac »…
•Quel personnage aurait-il
•À quoi ressemble son studio
•Quel est son cliché préféré ?
photo ? « Je n’en ai pas ! »
•Qu’a-t-il toujours sur lui ?
« Mon appareil photo et mon sale
caractère ! »
•Combien d’appareils a-t-il ?
« J’ai une trentaine de boîtiers : de la
chambre en bois au numérique. »
•Une préférence ? « J’adore les
appareils photo et je n’ai pas d’attache
particulière.Toutefois, contrairement
aux numériques, je trouve que les
appareils anciens ont du caractère. »
aimé être ? « Dennis Hopper, le
photographe dans Apocalypse Now. »
« Celui qui a fait le tour du monde : le
portrait de Clint Eastwood. »
•Qui aimerait-il photographier ?
« Mikhaïl Gorbatchev. »
•Quelle est sa plus belle
expérience ? « Ma journée avec
une petite fille trisomique. Je faisais un
reportage à l’occasion de la sortie du film
Le huitième jour pour le magazine Elle.
Elle m’a emmenée dans son univers…
C’était féérique. »
•S’il n’avait pas été
photographe… ? « Je serais sur un
bateau. Enfant, avant de vouloir faire
reporter de guerre, je voulais faire une
école de mousse ! »
Dans la série privée…
•Ville ou campagne ? « Campagne !
Quand j’habitais Unieux, j’aimais partir
pendant des heures et traverser les
champs. »
•Un lieu ? « Le plateau de la Danse, à
Saint-Victor-sur-Loire. »
•Revient-il dans la Loire ? « Oui,
mon père y vit toujours. Mais qu’est-ce
que ça s’est construit ! »
Loire Magazine n n° 91 - Janvier - Février 2012
s
e
l
l
e
B
s
e
d
s
u
o
V
z
e
d
n
e
Le R
h
c
t
a
de M
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising