2008-02 Montreal Campus (français)

2008-02 Montreal Campus (français)
Rencontre avec le groupe Les Doux Cactus
Les Nippons de Rosemont
Claudie Gravel
A mi-chemin entre Nashville et Kyoto, Japanese Country est le nom
donné au tout premier album des Doux Cactus. Un groupe rock montréalais
qui a un goût de bière tablette assaisonnée de sauce wasabi.
€ projet des Doux
Cactus est ambitieux.
Les membres du band
chantent en japonais
sur des mélodies country, fun-
ky et jazzées. Malgré l'exo-
tisme de leurs chansons, ils
sont tous des Québécois «de
souche». Lors de leur rencon-
tre avec Montréal Campus,
par un début d'après-midi,
les quatre habitants du quar-
tier Rosemont attendent à la
taverne aux Verres stérilisés
avec leurs grosses bières,
prêts pour la partie de hockey
qui commencera peu après
l'entrevue.
La formation est née d'une
blague qui s'est tranquille-
ment transformée en aven-
ture sérieuse, À leurs débuts,
Les Doux Cactus enchai-
naient des reprises de succès
country, comme des chan-
sons de Johnny Cash. Lors
d'une soirée bien arrosée, le
chanteur et contrebassiste,
Vincent Hamel, a demandé à
une de ses amies japonaises
de traduire un de ses textes.
La pièce est un hymne aux
Verres stérilisés, où le groupe
a donne plusieurs presta-
tions. La version québécoise
va comme suit: 1! y a des gens
dans la vie qui sonr seuls,
comme ici aux verres siériles.
C’est pour eur qu'on chante
du country en japonais. Il y
en a qui boivent pour oublier,
il y en a qui jouent tout leur
argent. C’est pour eur qu'on
chante du country en japo-
nais. De ces quelques phrases
est nee la chanson Japanese
Country, qui fut un succes
instantané en spectacle. Aprés
cette expérience concluante.
le groupe a eu l’idée de tra-
duire tous ses textes.
Depuis le lancement de leur
premier aibum, en juin 2007,
les membres des Doux Cactus
ont piqué la curiosité des
grands médias. Le guitariste
et chanteur, Charles Hamel,
denieure étonné de l'intéret
suscité par leur projet. «On
ne sait pas trop ou tout cela
nous mene. Notre histoire est
partie d'une petite niaiserie.»
A cette blague se sont ajoutés
plusieurs événements inna-
tendus. La CBC a diffusé un
reportage dédié à leur musi-
que, ils ont été invités a Belle
les Doux Cactus jouent du coun
«Verres stérilisés».
её Вит.
Au pays du Soleil levant
Par une multitude de hasards
et de rencontres, les mélo-
dies des Doux Cactus se sont
rendues jusqu'au Japon. Le
tout premier vidéoclip de la
formation présente le groupe
en prestation sous l'autoroute
40. Ils sont accompagnés par
une mascotte verte en for-
me d'énorme cactus. Grâce
à cette vidéo, diffusée sur
YouTube, la communauté ja-
ponaise de Montreal a pu de-
couvrir ce phenomene farfelu
et offrir aux musiciens quel-
ques précieux contacts avec
des médias nippons. La pièce
Aiwa Jinseida a été diffusée
sur les ondes de Hiroshima
FM, une radio influcnie au
Japon. Vincent Hamel se ré-
jouit de toutes ces rencontres.
«C'est bizarre, on na pas eu
de grand éclat. Une personne
nous amène à une autre et on
est toujours surpris de l'effet
que ca engendre.»
Les Doux Cactus ont leur
agent au pays des samou-
raïs, Bob Leenaers. C'est lui
qui a réalisé leur vidéoclip,
Mon Noël à Tokyo, égale-
ment disponible sur Youtube.
Tourné dans la capitale, le
clip raconte Fhistoire d'un
jeune homme qui tente de
séduire sa très jolie copine
japonaise de manière piutôt
maladroife. Durant cette es-
capade au Japon, les cactus
BLOND
CEE
try, chantent en japonais et boivent de la bière à la taverne aux
cocasses ont profité de la si-
tuation pour faire quelques
prestations à Tokyo. Selon le
guitariste et chanteur Jérôme
St-Jean, il est possible de dé-
celer quelques différences en-
tre les spectateurs québécois
et japonais. «lls sont un peu
plus réservés que nous. Les
gens nous écoutent, ils sont
concentrés. Ils vont attendre
une pause pour aller aux toi-
lettes. Leur sens du civisme
est assez spectaculaire.»
La facette inusitée des Doux
Cactus est une source de
curiosité qui peut sembler
éphémère. L'humilité et l’op-
timisme régnent toutefois au
sein du groupe. Ses membres
jouent de la musique pour
le plaisir et si l'expérience
fonctionne au Québec, ils
en seront ravis. [Is n'ont pas
d'idées de grandeur pour la
province, leurs projets étant
destinés en grande partie au
du Soleil levant. «On
vise majontairement le pu-
pays
blic japonais et nos démar-
ches actuelles vont dans ce
sens-lá, dit Charles Hamel.
On est en pourparlers avec
distribue
notre album dans les mai-
sons de «disques japonaises.
Notre band arrive lá avec de
noire sérant qui
la musique er du sang neuf,
j& ne vois pas pourquoi ça ne
marcherait pas.»
Mode d'emploi
Bien que les sonorités de lan-
gue nipponne puissent seni-
bler complexes. les paroles
des Doux Cactus racontent de
petites histoires bien simples.
lls chantent réellement en
japonais, sans toutefois mas-
quer leur charmant accent
québécois. Aucun membre
du groupe ne maitrise la lan-
gue, mais tous comprennent
les textes de leurs chansons.
Vincent Hamel avoue avoir
tenté d'apprendre le japo-
nais. «On s'est inscrits à un
cours à l'UQAM. On pensait
pouvoir y assister en tant
qu'étudiants libres. On s'est
fait mettre dehors parce qu'il
failait payer.»
Quelques étapes sont à sui-
vre pour créer une chanson.
Premièrement, Vincent Hamel
écrit les paroles en français.
Ensuite, Jérôme St-Jean les
traduit en anglais et, finale-
ment, leur amie. Kiko, fima-
lise le tout avec sa traduction
en japonais. En dernier lieu,
la mélodie est composée. Le
chanteur et contrebassiste
s'occupe des arrangements
finaux. «On ne fait pas de la
musique à texte. I] faut être
capable de faire correspon-
tre les accents toniques de
la langue avec notre musi-
que. Cesi un travail d'essais
el d'erreurs. Notre principale
couleur, c'est qu'on fait de №
musique de party!»
Après Fentrevue, les gars
ont réserve unc petite pres-
tation surprise aux quel-
ques habitués de la taverne
aux Verres stérilisés, lis ont
confrance en leur musique
ei n'ont pas peur de dé-
ranger. Pour découvrir ce
phénomène = excentrique,
rendez-vous sur Youtube.
Arigató! «©
MONTREAL CAMPUS / MONTREAL / FEVRIER 2008
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising