?OVAIRE - World Health Organization

?OVAIRE - World Health Organization
UNITED NATIONS
NATIONS UNIES
WORLD HEALTH
ORGANIZATION
ORGANISATION MONDIALE
DE LA SANTÉ
CONSEIL EXECUTIF
EB5/Min/6 R e v . l
27 niars - l f 5 0
Cinquième Session
ORIGIîaL : ANGLAIS
FROCSS-VERBiiL DZ L , SIXIEME SEANCE
P a l a i s des Nations, Genève
Jeudi, 19 j a n v i e r 1950> à 14 heures 30
?OVAIRE
.1,
.2.
.Organisation administrative e x i s t a n t actuellement au S e c r é t a r i a t de
•l.'OMS dans l e domaine des s t a t i s t i q u e s ( s a n i t a i r e s , épidémiologiques,
médicales e t démographiques)
Développement des s e r v i c e s nationaux de santé publique, notamment des
s e r v i c e s de s t a t i s t i q u e s (Point proposé par l e Gouvernement b r é s i l i e n )
3« ‘ Fièvre jaune
:
: : . v ..;;
4,
Peste
5»
Alimentation e t Nutrition
6.
Proposition tendant à i n s c r i r e à 1 ' o r d r e du jour l a question de l a
r é p a r t i t i o n géographique du personnel
Ш Ш п / в - Rev.I
Page 2
>
..>,•}
I'
г/ ,
Ч ••
• •,
• Ч i. ••‘ t : i ‘
••
¿
:
‘ ••
., • .
SIXIME SEANCE
...... ’
..
.
,
Jeudi, 19 janvier 1950s à 14 heures 30
Membres présents j
Désignés par
S i r Arcot MUDALIAR, Président
Inde
Dr H. S. GEAR
Union Sud-Airicaine
Dr Ji А/ HOJER
‘‘
. ’ _...-
- , .
.
‘
Suède
'''''
Etats-Unis d'iunsrique
Dr H. HÏDE
Professeur J, PARISOT
France
‘‘
Dr G. H. de PAULA SOUZA
Brésil
Dr A. STAMPAR
ïougoslavle
.
Dr E. ТОК
Turquie
Dr A, VILLARAMA.
Philippines
Dr J. ZOZAÏA.
Mexique
Représentants d'autres organisations
NATIONS UNIES
OAA
M. L. GROS ‘
•
UNESCO
Dr J. M. :I4TSKÏ
Dr Irina M., ZHUKÛVA
Secrétaire : Dr Brock CHISHpLM
Directeur général
*
•I*
ORGANISATION ADMINISTRATIVE EXISTANT ACTUELLEMENT AU SECRETARIAT DE L'OiviS DANS
LE DOMINE DES STATISTIQUES (SANITAIRES, EPIDfîMIOLOGIQUES, INDICALES ET DEMOGRAPHIQUES) : P e i n t 23 de l ' o r d r e du jour (Document EB5/76)
Le Conseil prend
2.
note du document EB5/76.
DEVELOPPEMENT DES SERVICES NATIONAUX DE SANTE PUBLIQUE, NOTAMMENT DES SERVICES
STATISTIQUES (Point proposé par l e Gouvernenent b r é s i l i e n ) : Point 26
de 1 ' ordre- du jour (Document EB5/8I) �
Le Dr de PAUM SOUZA a t t i r e l ' a t t e n t i o n sur l e f a i t que l e document dont
i l s ' a g i t - EB5/S1 一 dc.it être examiné en r e l a t i o n avec l e document EB5/76. I l souligne 1 1 importance de l ' e x i s t e n c e de services nationaux de santé publique bien organisés, qui constituent nécessairement l a seule base s a t i s f a i s a n t e pour un service
• •• '
-
.
•
•
.
international de santé publique. Les services de s t a t i s t i q u e s ne doivent pas être
envisagés uniquement d'une manière statique, comme étant l'enregistrement et 1 ( analyse
de f a i t s . I l faut leur donner un dynamisme spécial et l e s maintenir v i v a n t s .
•
‘
.
.
‘ • •
•
;
•
工1 y a l i e u d'attacher une attention p a r t i c u l i è r e à l a nécessité d 1 é t a b l i r
••
贅
des comparaisons non seulement entre l e s d i f f é r e n t s pays, mais également à l ' i n t é rieur des pays, entre l e s régions 'présentant des caractères analogues; des s t a t i s t i ques pertinentes doivent être é t a b l i e s pour chaque région ayant un caractère p a r t i c u l i e r . La Division de S t a t i s t i q u e dû S e c r é t a r i a t devrait être en mesure- de fournir
aux gouvernements des renseignements sur l e s méthodes s c i e n t i f i q u e s à suivre pour r e c u e i l l i r l e s données• Le Dr de Paula Souza désirerait^ à cette occasion, souligner
l r importance de l a Division de S t a t i s t i q u e de
Le Dr PASCUA, Chef de l a Division de S t a t i s t i q u e de
f a i t . observer
que l,on doit s * attendre à ce que l a q u a l i t é des s t a t i s t i q u e s varie suivant l e s pays #
•
• .
,
-
La réunion des données s t a t i s t i q u e s nécessaires dépend^ à l a f o i s , de
organisation
Rev.l
•
générale de l a san^é p u b l i é e e t dë l ' o r g a n i s a t i o n p o l i t i q u e de l a région i n t é 作 s . 广,:
.• ; ....Л :.'.:..‘..
. : ‘., . ‘ . ‘ .
...
. ‘ ‘ •‘
‘.
.. ;
sée.
Les comités bationaux de s t a t i s t i q u e s s a n i t a i r e s mentionnés par l e Dr de Paula
accomplissent un t r a v a i l extrêmement u t i l e , e t l e s manuels de s t a t i s t i ^ e e
SoUza
seront également d'une
8 голае
u t i l i t é pour l ' ë t a b l i s s e m e n t des comparaisons.
Le
Comité d ' e x p e r t s des S t a t i s t i q u e s semitaires a recommandé que l e s pays publient c e r talneS
f0Unii8
Uni193
Le
Sont
dignes
docmient
études
de
f o i
.
Des
r e c t i f i c a t i o n s commencent d é j à à parvenir du Eoyaume-
Présenté par l e Dr de Paula Souza p o u r r a i t p e u t - ê t r e f i g u r e r panai
soumettre à l a Troisième Assemblée Mondiale de l a Santé.
à
Le
b l é e
de déterminer dcrns quelle mesure l e s renseignements
indications
PSESIDENT
d® l a
Mondiale
s i g n a l e que l t o r d r e du jour p r o v i s o i r e de l a Troisième Assem-
Santá
comprend l a question des s t a t i s t i q u e s s a n i t a i r e s e t suggè-
r e que l a note du Dr de Paula Souza s o i t i n c l u s e dans l a documentation.
Le Dr HÏDE c r a i n t que l a p a r t i e du document concernant " l a c r é a t i o n ,
le
développement e t l ' a m é l i o r a t i o n de s e r v i c e s nationaux de santé publique" n ' a i t pas
retenu s u m s a r n e n t l ' a t t e n t i o n .
I l y a encore ил grcmd nombre de pays où i l
PaS
Publique complets, e t l ' a t t e n t i o n de l'Assemblée
de
Services
mtionûTJX
de
n»existe
d e . l a Santé d o i t ê t r e a t t i r é e sur ce f a i t .
Le
A I D E N T reconnaît q u ' i l importe d ' a t t i r e r l ' a t t e n t i o n de l'Assemblée
de l a Sonté sur l e s deux aspects de l a question t r a i t é e dans l e document.
Le
D r VILLAEAMA
estime
l e genre de s t a t i s t i q u e s demandé d o i t ê t r e pré-
c i s é t r è s clairement aux gouvernements.
Le PRESIDENT répond que Г о п a besoin de données portant sur l e s f a i t s ;
dmis l e s rubriques proposées e t approuvées à l a seance du matin, on'a ménagé una
place t r è s importante aux s t a t i s t i q u e s de toute nature.
“
•
Le Dr de PAULA SOUZA f a i t remarquer que l e document porte sur l a nécess i t é j à l a f o i s de créer e t de développer l e s s e r v i c e s nationaux de santé publique,
e t sur l'importance qui s ' a t t a c h e à obtenir des s t a t i s t i q u e s dignes de f o i .
Les
conditions premières d'un s e r v i c e i n t e r n a t i o n a l de santé publique sont 1 ' i n s t i t u t i o n de s e r v i c e s nationaux de santé publique e t l ' é t a b l i s s e m e n t de s t ¿ t i s t i q u e s .
H e s t décidé qu'en soumettant l e document à l'Assemblée Mondiale de l a
Santé, l e Conseil a t t i r e r a l ' a t t e n t i o n sur l e s deux aspects de l a question.
3.
FIEVEE JAUNE ï Points 33.2 ç t 38.2,2 de 1»ordre du Jotir (Document EB5/I6)
Le p r o j e t ' d e r é s o l u t i o n contenu dans l e document EB5/I6 e s t adopté,
4.
PESTE Î Pointa 38,3 e t 3 8 . З Д de l ' o r d r e du jour (Document EB5/56)
Le PRESIDENT donne l e c t u r e des recc»unendations '1 e t 2 de l a page 1 du
document EB5/56.
Le Dr de PAULA SOUZA rend hcanmage à l a valeur théorique e t pratique du
•
rapport.
•
.
.
I l présente l e s observations suivantes au s u j e t du rapport du Comité
d ' e x p e r t s de l a Peste
(WH0/Plague/l3):
Paragraphe 4.1^ p.4 s I I f a u r a i t l i e u , à son a v i s , de remplacer l a troisième l i g n e
par " D é f i n i t i o n d'une zône enzootique de p e s t e " .
Paragraphe 6, p . 7
í
I I d é s i r e r a i t v o i r i n d u r o dans ce paragraphe quelques
renseignements sur l e s méthodes p r a t i q u e s .
Paragraphe 6 . 1 х)л p . - 7 i l l n ' e s t pas c e r t a i n que l ' i n d i c e pulicidieri s o i t s c i e n t i f i q u e ment e x a c t .
Subdivision i ) de l a page 8 :
Y a - t i l une r a i s o n v a l a b l e pour f i x e r un rayon de
200 mètres 1
Paragraphe 6.2,
p. 8
I l aimerait a v o i r des renseignements complémentaires
au s u j e t de 1 1 a f f i r m a t i o n selon l a q u e l l e " l a p é r i o de a c t u e l l e de s i x mois, généralement appliquée,
é t a i t beauçoup trop longue".
Paragraphe
p. 8
I l estime que 1 1 emploi du composé 1080 e s t recommandé parce q u ' i l produit un e f f e t continu.
Paragraphe 6Л}
p. 9
I l peut confirmer que, dans son pays, on a const a t é que l e s sacs da j u t e t r a n s p o r t a i e n t des puces.
En ce qui concerne " l e schéma d'un programme de l u t t e contre l a peste"
(WHO/Plague/ll), l e Dr de Pailla Souza déclare qv^il d é s i r e recommander^ a f i n q u e l l e
s o i t étendue à d 1 a u t r e s t r a v a i l a d m i n i s t r a t i f s , l a formule indiquée à l'Appendice 2
pour déterminer l l e f f e c t i f
personnel ou l e nombre de Jours nécessaires povr l e
traitement d'une région.
Le Dr EAE; suppléant du Dr Mackenzie; s i g n a l e qu'à l a page 8 du document
WH0/Plague/l3, i l y a une erreur au s u j e t du " C o l o n i a l I n s e c t i c i d e s Committee", qui
n ! e s t pas 1 1 organisme approprié pour entreprendre l e s études dont i l s 1 a g i t , mais
ce n^est l à , bien entendu, qa^ym point de d é t a i l sans grande importance.
I l est
heureux de constater que l ! o n s 1 e f f o r c e r a de r e c u e i l l i r des renseignements complémentaires avant d'envoyer гше équipe en Afrique•
Le Dr BRADY; c o n s e i l l e r du Dr Hyde, souligne l a grande u t i l i t é du rapport.
I l aimerait avoir quelques renseignements complémentaires sur l e s points suivants
QUI sont t r a i t é s dans l e document WH0/Plague/l3
Paragraphe 5.2 '
Au s u j e t du traitement prophylactique par 3 g, de
sulfadiazine ou de sulfamirazine.
Paragraphe 6 . 1 i )
f»n)nejo.oBipr©nd pas t r è s bien à-quoi d o i t
�
appliqué l e DDT à 5
iii)
I l 梦 a u r a i t l i e u dé mentionrer égalernsnt i c i
l e s denrées alimentaires.
iv):
'
IDser&it
u t i l e de s p é c i f i e r
l e type de v e h í -
culo.
Paragraphe
6.2
L ' a f f i r m a t i o n selon l a q u e l l e l a période de 6 mois
généralement appliquée e s t trop longue devrait pêtre
accompagnée - d ' e x p l i c a t i o n s .
Paragraphe 6.5
On ne comprend pas pourquoi, s i l e composé 1080
o f f r e une "méthode simple et facilement u t i l i s a b l e "
on doit continuer, dons l a pratique, à se s e r v i r de
composés cyanurés.
Toutes l e s mesures mentionnées devraient être expliquées de façon plus dét a i l l é e , a f i n que l e s intentions des auteurs soient parfaitement c l a i r e s dans chaque
CO.S •
•
«
Le Dr GEAE estime q u ' i l f a u t t e n i r compte de deux points pour décider s i l e
rapport d o i t être publié sous sa tome
actuelle.
I l semble, d'après l e paragraphe 3,
page 2, du document WHO/Plague/l? que l ' i n t e n t i o n s o i t de constituer une s e u l e équipe
perraanente de l u t t e contre l a peste pour opérer dans tous l e s pays ;
position doit f a i r e
une t e l l e pro-
objet d'un examen t r è s approfondi de l a part du Conseil.
En outrej on s a i t que l e composé 1080 est un agent de dératisàtion très e'ffioace;
mais que, df autre part, c^est un produit extrêmement dangereux qui pourrait avoir
des e f f e t s désastreiax s * i l é t a i t u t i l i s é par des personnes non compétentes.
Le Dr VAÜCEL, c o n s e i l l e r du Professeur Parisot> se r é f è r e au paragraphe
5.2 de l a page 7 du document WHO/Plague/13; où i l est d i t s
t!Le
Comité reconmande
également de procéder au traitement chimioprophylactique de l a population exposée
aux risques d ! épidemio de peste bubonique.“
Сопте l e traitement en question doit
s 1 appliquer à l a population d ! une région sous-évaluée, cela suppose quelques d i f ficultés.
vivant;
Par contre, on peut employer l a méthodç de l a vaccination avec un vaccin
avant de reconnanàer 1 '.usage de traitements chimioprophylaotiques, i l se-
r a i t bon de mettre en balance l a méthode de l a vaccination.
Le Dr KPJJL, SûcrôtoriGt, répond au Dr de î^cula Souza sur l e s points suivants
Paragraphe ilvl, p. ^ :
i
On a employé l e mot "endéralcité" à l a place du
mot
fTen200tique,f
parce que l e Comité d'experts a
décidé que ce dernier terne pourrait l i m i t e r l e s
régions à c e l l e s où l a maladie n ' a f f e c t e que l e s
rongeurs, à l 1 exclusion de Г homme.
Paragraphe 6 . 1 i ) , p_7 :
L*indice ptilicidien i n f é r i e u r à 2 repose sur l e
f a i t que c*est 1а Ъазе normale pour l e s besoins
dont i l
s'agit.
Subdivision i ) p. 8 î
Avec 1丨enploi de r o d e n t i c i d e s modernes, I l
serait
p o s s i b l e de r é d u i r e ce rayon, à condition q u ' i l y
a i t eu une d é s i n f e s t a t i o n e f f i c a c e .
La гесошигш-
dation e s t fondée sur l ' e f f i c a c i t é nettement prouvée
des
r o d e n t i c i d e s e t i n s e c t i c i d e s modernes em-
ployés sous une s u r v e i l l a n c e convenable.
Paragraphe 6.3, p. 8 :
Bien que l ' o n possède c e r t a i n s renseignements, on
a estimé q u ' i l s n ' é t a i e n t pas encore s u f f i s a n t s pour
j u s t i f i e r , à ce s u j e t , .une recoiamandation p r é c i s e .
I l a été
suggéré que des recherches, complémentaires
é t a i e n t n é c e s s a i r e s e t que, dans 1 1 i n t e r v a l l e ,
У 賺 i t H e u de s ' e n
il
t e n i r à la méthode a c t u e l l e
des composés cyanures.
Paragraphe 6Л,
p. 9 :
On s a i t de façon c e r t a i n e que l a peste a é t é t r a n s portée dans des sacs de jute;des c u i r s ©t des peaux,
etc
v e t l e Comité a d é s i r é f o r n u l e r une recomman-
dation p r é c i s é permettant d ' é v i t e r ce danger.
Les
renseignements que l ' o n possède ne sont pas encore
s u f f i s a n t s , e t on estime que l e s recherches doivent
se poursuivre dans ce domaine.
En ce qui concerne l a p u b l i c a t i o n du rapport, l ' i n t e n t i o n é t a i t , au cas où
l e rapport s e r a i t approuvé, que l e s annexes s o i e n t publiées en mène temps que l e
rapport, étant donné que l e s annexes indiquent l e s máthodes adoptées par l e Conité
a ' e x p e r t s e t que certaines des néthodes йе l a b o r a t o i r e , pour l ' é t a b l i s s e m e n t du
d i a g n o s t i c , ont été empruntées au deuxièae doctœient.
En réponse au Dr Brady^ l e Dr Еду.1 indique q u ' i l s e r a i t t r è s p o s s i b l e ,
si
l e Conseil l e d é s i r e , de développer, dans une annexe d i s t i n c t e , l e paragraphe 6 de
l a page T -"Suppression àes r é s e r v o i r s de v i r u s e t des agents vecteurs de l a peste
d 卿 l e s ports maritimes et l e s aéroportá'.
Une t e l l e annexe pourrait souligner l e s
dangers du composé 1080 e t indiquer l e mode d'emploi de ce produit.
Quant aux observations du Dr Gear, au s u j e t de 1'équipe permanented© l u t t e
contre l a peste; l ' i n t e n t i o n du. Comité é t a i t que c e t t e équipe a i t un caractère plus
permanent que c e l l e s qui t r a v a i l l e n t actuellement sur l e t e r r a i n , étant donné que
l ' é p i d e m l o l o g i e de l a peste exige que l e s travaux e n t r e p r i s , dans une zone particul i è r e ^ soient poursuivis pendant plus d'une année.
L'équipe qui s e r a i t chargée des
opérations pourrait t r a v a i l l e r également dans une autre région e t continuer, pendant
une période de ^ à 5 ans, sa s u r v e i l l a n c e au moyen de rapports ou de v i s i t e s périodlques,
La n é c e s s i t é d'une t e l l e s u r v e i l l a n c e e t l e f a i t q u J i l n ' e x i s t e qu'un t r è s
p e t i t nombre d'experts hautement s p é c i a l i s a s dans ce doiaalne ont obligé l e Gonité
d'experts à recomander l a c o n s t i t u t i o n d'une seule équipe qui se déplacerait d'une
région à l ' a u t r e .
ЕВ5/Ш.П/6 R e v . l
Page 1 1
Le Dr mCCHIAVELLO, fonctionnaire charge des p l a n s , Bureau r é g i o n a l de l a
Méditerrenóc o r i e n t a l e , déclare que l e Goinitó d>experts de U Peste
0
estim6
que l ' i n d i c e p u l i c i d i e n e f f e c t i f i n f é r i e u r à deux donne toute s é c u r i t é pour l e
contrôle antipesteux périodique mais ne présente pas grande . u t i l i t é pour l e s
tra-
vaux permanents e t c ' e s t pourquoi on s ' e f f o r c e , en ce moment, de remplacer c e t
indice par quelque chose de plus p r é c i s j on. n'esiime pas dispose砀 dans l ' e m p l o i
du nouvel indice proposé,d'une expérience s u f f i s a n t e e t l ' o n a, pour c e t t e raison,
.maintenu l ' a n c i e n indice provisoirement. L»expérience mondiale a montré que
indice
e f f e c t i f rat-puce i n f é r i e u r à cinq ne présente pas de dangeff,'toutefois, a f i n de
b é n é f i c i e r d'une s é c u r i t é t o t a l e , on a é t a b l i l ' i n d i c e de moins de deux
puces par r a t ; c e t indice se fonde sur l ' e ^ e r i e n c e pratique de v i n g t années.
Quant à l a question de -l'emploi e x c l u s i f du DDT 5 % en poudre, l ' o r a t e u r
déclare que l ' o n procède de c e t t e manière en raison de l ' e x p é r i e n c e i n s u f f i s a n t e que
1,on
a
de
l ' e m p l o i des autres i n s e c t i c i d e s e t quel,on estime préférable de s»en
t e n i r à l a pratique a c t u e l l e tant que l e s nouveaux i n s e c t i c i d e s dont l e nombre
s ' a c c r o î t c o n s t a t e n t n'auront pas été conplètement éprouvés»
En réponse à l a question du Dr Vaucel concernant l a valeur de l a v a c c i n a tion
Pour
l a
l u t t c
contre l e s épidémies de p e s t e , ' i l signale que l e paragraphe 4 , 5 ,
page 13j de l'Appendice du document TO0/Plague/13, donne quelques informations sur
ce p o i n t ; le paragraphe 5 . 2 , page 7, mentionne que l e Comité recommande de procéder
au traitement chimio-prophylactique au cours des épidémies; l a vaccination e s t .
naturellement, de peu de valeur pendant ces épidémies.
En ce qui concerne l e s observations du Dr Gear sur l a nature dangereuse
du 1080, l e paragraphe 4 . 2 . 1 , page 1 2 , d é c l a r e s «C'est l l u n des poisons l e s p l u s
puissants e t qui provoque un empoisonnement «en chaîne". On ne l u i connaît a c t u e l l e ment aucun antidote; aussi e s t - i l nécessaire de prendre des précautions rigoureuses
quand on l ' u t i l i s e e t sa manipulation e x i g e - t - e l l e un personnel expérimente.»
Ce composé e s t r&coxnmandá parce que quarante années d ' é x p é r i e n c e , dans l'Amérique du
Sud, ont démontré que l e s autres méthodes sont dénuées de v a l e u r . De m e i l l e u r e s
-г-'
..
.
conditions d ' e x i s t e n c e ont plus f a i t pour l a l u t t e contre l a peste que l a p l u p a r t
des mesures adoptées auparavant,mais
l ' u t i l i s a t i o n du 1080 a radicalement modifié
l a s i t u a t i o n e t l ' o n a obtenu d e s ' r é s u l t a t s e x t r a o r d i n a i r e s ; i l a été prouvé, au
-
-
Pérou également, que c e t t e méthode de l u t t é contre l a peste é t a i t l a m e i l l e u r e •
Le Dr MACKENZIE penas que deux des p o i n t s soulevée dans l e rapport pourraieivfc comporter de graves conséquences en ce qui concerne l e s règlements r e l a t i f s
à l a quarantaine e t aux aéronefs ! l e paragraphe 6 . 1 ( i i i ) e t l e paragraphe
(lii)
f
des mesures supplémentaires reccanmandées sous l a mémo rubrique (pages 7 e t 8 du
document WHO/Plague/13). S i l e C o n s e i l appuie c e s recommandations, l e s gouvernements
pourraient s ' e s t i m e r fondés à demander que l ' o n se conforme aux conditions mentionnées.
En outre, ces d é c l a r a t i o n s sont en opposition d i r e c t e avec l e s conclusions
du Comité d ' e x p e r t s de l ' E p l d c m l o l o g i e i n t e r n a t i o n a l e e t de l a Quarantaine;
•a recoainandêi dans son p r o j e t de règlement international,
celui-ci
a r t i c l e 32 (lSI10/Epid/29,
page 13) ce qui s u i t t «sous réserve des me suites s p é c i a l e s qui peuvent ê t r e imposées
aux provenances de c i r c o n s c r i p t i o n s i n f e c t é e s , l e s marchandises en t r a n s i t ne peu'
•
•
•
v^rb ê t r e n i prohibées à l ' e n t r é e n i retenues aux f r o n t i è r e s t e r r e s t r e s , maritimes
ou aériennes" e t i l a , de c e t t e f a ç o n , l a i s s é l a r e s p o n s a b i l i t é de l a d é c i s i o n aux
pays inçiortateurs. Le même Comité d 1 e v e r t s , après a v o i r examinó si i l e s t u t i l e
d ' i n s p e c t e r l e s aéronçfg avant l e u r départ, a , en outre, i n c l u s l e s d i s p o s i t i o n s
i .
s u i v a n t e s dans, l e t e x t e de l ' a r t i c l e 42 (6) (Junóme p r o j e t de règlement
"L'autorité
s a n i t a i r e peut,..d^ns des cas e x c e p t i o n n e l s , appliquer l a d é r a t i s a t i o n , , s ' i l y a q u e l • •
*
-•
‘ *
ques raisons de soupçonner l a présence de rongeurs à bord e t s i V opération гИа раз
EB5/Min/6 R e v . l
Page# 13
été e f f e c t u é e au départ" 0 Le Dr Mackenzie f a i t remarquer qi^une inspection e f f e c t u é e
dans tous l e s cas- s e r a i t souvent i n u t i l e e t pourrait r e t a r d e r considérablement
’
.
aéronefí
I l propose qu.e l e Conseil ne f a s s e pas siennes l e s recommandations du
rapport e t se contente d^en prendre a c t e • .
Le Dr ViJJCEL^ c o n s e i l l e r du Dr P a r i s o t , accepte l ' e x p l i c a t i o n du
_
«
Dr Macchiavello r e l a t i v e à l a vaccination e t pense que l a s i t u a t i o n s e r a i t absolument c l a i r e s i i T on m o d i f i a i t légèrement l a rédaction da t e x t e f r a n ç a i s du documenta
Le PRESIDENT, se référant aux observations du Dr Mackenzie, pense q u ' i l
incombe aux Comités d 1 experts de formuler des conclusions s c i e n t i f i q u e s exactes, mais
que l e Conseil Exécutif d o i t indiquer nettement que ces conclusions constituent un
idéaJ e t qu' i l r^est pas toujours possible de l e s .mettre en oeuvre immédiatement«
Le Dr GEAR, tout en mentionnant combien i l a apprécié l e s données du rapport e t de ses appendice s 5 pense qu^il incombe au Conseil Exécutif de f a i r e en sorte
que l a teneur de ces documents s o i t présentée de façon que l e s administrations s a n i t a i r e s nationales en comprennent facilement l e sens» I l propose donc de renvoyer l e
rapport au Comité d f e x p e r t s de l a Reste, en reconnaissant son importance, e t en suggé
rant q u 1 i l l u i s o i t donné une nouvelle rédaction permettant à I 1 Organisation de l e
considérer comme propre à ê t r e i r t i l i s é par l e s gouvernements• Les modifications dev r a i e n t porter particulièrement sur l£rs points soulevés par l e Dr Brady (paragraphe
6 . 1 de ШО/Plague/13) e t sur l a recommandation visant à 1 ! emploi du composé 1080; en
dépit du f a i t qu{un avertissement r e l a t i f à l ' e m p l o i de ce composé f i g u r e dans l r a p 4
pendice, on conrt, l e risque que cet appendice c o i t ncgligé®
Ьа question de l ' é q u i p e de l u t t e contre l a pesto, qui e s t envisagée, con;-
:
:
cerne l a p o l i t i q u e générale de l ' O r g a n i s a t i o n à
.
•
•
égard des mesures sur l e terrain»
Le Dr Gear n ' e s t pas convaincu q u ' i l s o i t opportun que l e s équipes retournent dans vai
pays donné, à des dates régulières•• i l pourrait t t r e préférable de développer l ' i n d é pexidance des a u t o r i t é s intéressées e t l a r e s p o n s a b i l i t é , qui leur incombe, de fo^ner
l e u r s propres e x p e r t s .
Les documents é t a b l i s par l e Dr Castro e t l e Dr Macchiavello contiennent
d'importantes informations techniques e t l ' o n pourrait f o r t bien l e s reproduire dans
l’ime des publications de Inorganisation.
Le PRESIDENT f a i t remarquer, pour défendre l e s rapports des comités d ' e x p e r t s en général, q u ' i l s sont rédigés à L'intention, des s p é c i a l i s t e s des administra.
•
“
liions s a n i t a i r e s nationales e t non pas du grand p u b l i c .
Le S e c r é t a r i a t e s t disposé à présenter un mémorandum expliquant plus совьplètement l a s i t u a t i o n e t l e Conseil pourrait souhaiter examiner ce mómorandun avant
de prendre une décision»
Le Dr HYDE, appuyé par Xe Br MACKENZIE, propose que l e Conseil examine ce
*
mémorandum avant d ' a r r i v e r à une déGision.
Décision ; Le Conseil Exécutif décide que l e S e c r é t a r i a t é t a b l i r a un mémorandum
visant l e s points soulevés au cours des débats e t indiquant nettement dans
q u e l l , mesure l e Conseil e s t - p r ê t à f a i r e siennes l e s données du rapport du
. . . . C o m i t é d'experts de l a Peste «
5.
ALBîENTATION ET NUTRITION :Points 41, 4 1 . 1 , 41,2 e t 41.3 de l'Ordre du jour
(Documents EB5/17 et Add.l)
Comité mixte Qkk/(M3 d'experts de
Alimentation e t de l a Nutrition^
Rapport sur l e s travaux de l a première soasion^
“ —
… .
Le Dr CLEMENTS, Section de
) •
Alimentation e t de l a Nutrition, Rappelle que
t r o i s réunions de l a Commission consultative permaïiente de l a Nutrition, de l f Organisation pour 1 1 /alimentation e t pour l ' A g r i c u l t u r e , ont eu l i e u , e t que UOMS a étá
représentée à l a dernière de ces réunions qui s 1 e s t tenue, en décembre 1948, à
‘Washington# Les rapports r e l a t i f s aux travaux de ces sessions concernaient l e s a s pects généraux de l a question e t le Comité mixte, en consequence, n f a pas estimé
nécessaire d f exprimer à nouveau ces principes, sauf dans l a mesure où i l s concernent
l e s points d'exécution e t l e s deux ou t r o i s s u j e t s empressement renvoyés au Comité
par l a Deuxième Assemblée de l a Santé»
Le Conseil pourrait souhaiter examiner deux de ces points qui sont mentionnes dans l a l e t t r e de communication du rapport i 1) l a f a b r i c a t i o n de vitamines synthétiques dans l e s pays insuffisamment développés e t 2) l 1 établissement de commissions nationales mixtes OAâ/OMS de
alimentation e t de l a nutrition•
Le PRESIDENT invite M» LATSKY, représentant de l'Organisation da' 1 A i m a n t a tion et> de l ' A g r i c u l t u r e , à f a i r e une déclaration devant l e Conseil.
Мф LÂTSKÏircprégenbantde V ОАЛ, déclare que la récente Сспйхшое cël» Oganisâtâm pour
lKlimentaticn ëb3Agricult\ire, après avoir étudié l e rapport soumis à l a session, a
approuvó l e s mesures prises en vue de coordonner l e s a c t i v i t é s , rentrant dans l e
domaine de 1 1 alimentation e t de, ln nutrition, qui ont ctc entreprises par l e s deux
Organisations; e l l e a s juliano à nouveau l e besoin de poursuivre cette collaboration,
e t , tout en n1 ignorant nullement que tous l e s programmes pratiques d'alimentation
e t de n u t r i t i o n présentent des aspects qui i n t é r e s s e n t l e s deux Organisations, e l l e
1�'
a estime q u ' i l convient d 1 é v i t e r l e chevauchement des a c t i v i t é s o t de d é f i n i r l e s
a t t r i b u t i o n s . La Conférence a „présumé que 1>Organisation Mondiale de l a Santé f o u r n i r a i t des a v i s techniques, dans, l e domaine de l ' a l i m e n t a t i o n e t de l a n u t r i t i o n , p a r t i c u l i è r e m e n t en со qui concerne Xa sant¿ e t l e s s e r v i c e s s a n i t a i r e s , , tandis que
l ' O r g a n i s a t i o n pour l ' A l i m e n t a t i o n e t l ' A g r i c u l t u r e s * i n t é r e s s e r a i t p a r t i c u l i è r e m e n t
â l a production, à l a d i s t r i b u t i o n e t à l a consommation des produits a l i m e n t a i r e s 本
iSn ce qui concerne l e s commissions n a t i o n a l e s mixtes OAA/OMS, dont b»établissement e s t proposé, l a conférence a pensé que " l e s progrès l e s plus rapides s e ront r é a l i s é s lorsque t o u t e s l e s a c t i v i t é s n a t i o n a l e s , concei'uant l ' a l i m e n t a t i o n e t
l a n u t r i t i o n , seront coordonnées e t l o r s q u ' o n s ' a p p u i e r a entièrement sur l e s connaissances e t l ' e x p é r i e n c e des e v e r t s de l ' a l i m e n t a t i o n e t de l a n u t r i t i o n ,
dispo-
n i b l e s dans l e u r propre p a y s " . M. Latsky souligne que, d*après l ' e x p é r i e n c e q u 1 i l a
acquise en Europe, au cours des t r o i s dernières années, on a besoin de membres du
corps médical, a i n s i que d'agronomes e t d'économistes, en vue du développement do
l ' a l i m e n t a t i o n e t de l a n u t r i t i o n d'un pays b t que l a présence d'un représentant de
l'CïvIS, au s e i n des commissions n a t i o n a l e s , e s t t r è s s o u h a i t a b l e .
Le Dr STAJiîPAR se déclare s a t i s f a i t des a c t i v i t é s communes OM/OMS dans l e
chanp de l ' a l i m e n t a t i o n e t d û l a mïbrition mais a t t i r e l ' a t t e n t i o n sur l e s aspects plus
vasttf3
du
problème. Les administrations s a n i t a i r e s n a t i o n a l e s tendent, encore, à
adopter une vue n é g a t i v e , p l u t S t que p o s i t i v e , de c e t t e question e t sa bornent à
examiner l e s p r o d u i t s alimentaires du p o i n t de vue hygiénique p l u t ô t qu'à l e s examiner
sous l ' a n g l e p l u s l a r g e de l l a g r i c u l t u r e e t à i n s t i t u e r des recherches s c i e n t i f i q u e s
sur l ' a l i m e n t a t i o n e t l a n u t r i t i o n .
L'orateur e s t particulièrement frappé de l a recommœdation du Comité, selon
l a q u e l l e l e s administrations nationales devraient ê;tre aidées à former l e u r s propres
e a v e r t s , en matière d 1 alimentation e t de n u t r i t i o n . Par l a c r é a t i o n d ' i n s t i t u t i o n s ..
de formation p r o f e s s i o n n e l l e , on c o n t r i b u e r a i t largement à j e t e r l e s bases d'une
.
étude s c i e n t i f i q u e du problème de l ' a l i m e n t a t i o n et de l a nutrition»
*
�
‘‘
be Dr roJARRIC de l a RIVIERE, suppléant du Professeur P a r i s o t , demande,.
-
-
‘
e
_
*
à propos de l a s e c t i o n 9 du rapport (goitre endémique) s i l e s gouvernements ont
envoyé des réponses
à l a l e t t r e c i r c u l a i r e qui l e u r a été adressée,
LG PRESIDENT
s 1 i n t é r e s s e à l l a f f e c t i o n dénommée ” toas h i or kor ft y v i s é e à l a
•
. “
•
.
s e c t i o n XI du rapport e t q u ' i l c r o i t etre uno cirrhose i n f a n t i l e du f o i e , qu^on,rencontre chez l e s enfants d'un à quatre ans, même dans l e s f a m i l l e s où l ' a l i m e n t a t i o n
e s t l a m e i l l e u r e . I l e s t p a r t i c u l i è r a n e n t souhaitable d ' é t u d i e r c e t t e maladie'en
raison de l a haute m o r t a l i t é qui en e s t le. conséquence e
Le Dr MCîra-ZIE se f é l i c i t e , de voir ‘ se ï ^ n i f e s t e r l a collaboration OAA/OMS.
11
est:bne
4ue
l a
s e c t i o n XVI (Evaluation de l ' é t a t de n u t r i t i o n ) devrait ê t r e parti一 .
. c u l i s rement' développée «
I l n ' e s t pas .entièrement s a t i s f a i t , • cependant, de l a section XIV (Fabricat i o n de vitamines synthétiques dans l e s pays insuffisamment‘développés) e t de l a
r é s o l u t i o n qui. en constitue- l a conclusion; I l n ' e s t pas de la'compétence de l î O r g a n i sation " d ' a i d e r " l e s gouvernements à é t a b l i r une nouvelle industrie' - mesure qui
comporte des conséqiienqes d'ordre économique. L'Organisation pourrait donner des a v i s
aux gouvernements, mais e l l e d o i t so garder de p r ê t e r son nom à toute e x p l o i t a t i o n
commerciale des p o s s i b i l i t é s des vitamines synthétiques.
.
Le Dr Mackenzie demande, en outre, s i
étude des besoins physiologiques
en c a l o r i e s e t en éléments n u t r i t i f s ( s e c t i o n XV du rapport) sera e n t r e p r i s e par
l'Orpaiiisatiori pour l ' A l i m e n t a t i o n e t H g r i c u T b u r e seule ou en c o l l a b o r a t i o n avec
1»0MS,
,
IeÛ-LATSKÏ répond que
étude se poursuivra sous l e s auspices de l»OAA qui
a é t a b l i , i l y a deux ans, un ccmité à c e t t e f i n ; un représentant de l'OMS a a s s i s t é
avuç réunions récentes de ce ecraitê.
Le Dr GEAR demande que l ' o n modifie l e paragraphe 1 ) du p r o j e t de r é s o l u t i o n de l a page 1 du document ЕБ5/17» Les reccsnmandations du Comité, malgré l e u r
importance, n ' o n t pas assez d'ampleur pour ê t r e p r i s e s comme "base des programmes
de l^CMS dans l e domaine de l ' a l i m e n t a t i o n e t de l a n u t r i t i o n " , ear e l l e s ne v i s e n t
pas c e r t a i n s s u j e t s t e l s que l e régime a l i m e n t a i r e , l 1 a l i m e n t a t i o n s c o l a i r e , l e s subventions aux a g r i c u l t e u r s e t aux conscromatetirs, l a déshydratation des produits a l i mentaires, l e s b a r r i è r e s douanières e t autres f a c t e u r s p e r t i n e n t s •
I l appuie l e s observations du Dr Mackenzie sur' l a f a b r i c a t i o n des vitamines
synthétiques e t e s t heureux de noter que l e rapport i n s i s t e sur l e f a i t qu'une bonne
n u t r i t i o n se fonde sur un régime n a t u r e l .
Le Dr Gear conteste qu»il a i t été conforme â une bonne procédure d'examiner,
comme l ' a f a i t l e Comité, l e programme du Dii?ecteur'général, :pour 1951,en matière
d ' a l i m e n t a t i o n e t de n u t r i t i o n ( s e c t i o n VII du rapport), a l o r s que l e programme de
1951 n ' é t a i t pas encore venu an discussion devant l e Conseil E x é c u t i f .
Le Dr CLEMENTS déclare que l e s gouvernements ont f a i t parvenir près de
cinquante réponses
sur l e -sujet du g o i t r e endémique e t q u ' i l e s t procédé, en ce
moment, à 1 ' é l a b o r a t i o n d^un rapport incorporant ces réponses. Ealhéureusêment,
i
EB5/Min/6 ИвуД
Page 19
c e l l e s - c i renferment peu d> informations u t i l e s en ce qui concerne l a troisième
question, à savoir
e f f i c a c i t é des mesures appliquées 0 L f Organisation e s p é r a i t que
ce questionnaire m e t t r a i t en lumière un traitement du g o i t r e convenant à des p a r t i e s
du globe où l e s coutumes l o c a l e s i n t e r d i s e n t 1 ? emploi du s e l
iodée
La cirrhose i n f a n t i l e du f o i e e s t bien l e nkwashiorkor" e t l e Comité s ' e s t
déclaré
incompétent pour introduire un nouveau terme ç Cette maladie e s t moins
uné a f f e c t i o n qu ! un groupe de syndromes v a r i a n t d'\m. pays à
autre e t l e Comité
considère q u ' e l l e constitue l a d é f i c i e n c e n u t r i t i v e l a plus grave dans l e s régions
t r o p i c a l e s « L r Organisation a prévu, dans son programme de 1950, un expert>-conseil
chargé d ! entreprendre des travaux, vers l a f i n de 1950, dans l e s pays peu développés
e t e l l e a envisagé que l e s s e r v i c e s de cet expert pourraient ê t r e prolongés dans l e
cadre du programme d ; a s s i s t a n c e technique 0
Quant à l a question de l a f a b r i c a t i o n des vitamines synthétiques, on a v i s é
à* o f f r i r des s e r v i c e s du même type que ceux qui ont été f o u r n i s par Inorganisation
dans l e cas de l a f a b r i c a t i o n de l a p é n i c i l l i n e » Les Membres de l f 0MS e t de l a
Commission Economique pour l 1 Europe ont a s s i s t é h . l a réunion du Comité de 1 ! A l i m e n t a t i o n e t de l a N u t r i t i o n a f i n de donner des a v i s sur l e s méthodes s u i v i e s , par l e s
deux Organisations^ en ce qui .concerne l e s demandes d f aide dans l a f a b r i c a t i o n de l a
p é n i c i l l i n e émanant de gouvernements�Le Comité estime que l 1 O r g a n i s a t i o n d o i t ê t r e
en mesure de f o u r n i r des avis^ sur l e -plan- technique,, aux gouvernements qui souhaiter a i e n t f a b r i q u e r des vitamines synthétiques, mais que l a d é c i s i o n d e v r a i t ê t r e p r i s e
par l e pays lui-même D
En ce qui concerne 1 f étude des besoins physiologiques en c a l o r i e s e t eu
éléments n u t r i t i f s ,
Organisation de
Alimentation e t de l^Agriculture e s t f i n a n -
cièrement responsable, de l a . convocation du Comité,tout сомае l a r e s p o n s a b i l i t é
de l a convocation d'un comité de l ' é t a t de n u t r i t i o n incomberait à l ' O r g a n i s a t i o n
Mondiale de l a Santé. Toutefois, ces organisations collaboreront dans ces deux
problèmes»
Le Dr Clements souligne que l e s points mentionnés par l e Dr Gear, comme ne
f i g u r a n t pas dans l e rapport, relèvent d ' a u t r e s organisations : l e s obstacles au
согзиегсс n ' i n t é r e s s e n t pas l'OMS, l a f a b r i c a t i o n des produits alimentaires appartient
au dcœiaine de l ' O r g a n i s a t i o n pour l'Alimentation e t l ' A g r i c u l t u r e e t i l a été convenu,
tacitement, que l 1 a l i m e n t a t i o n s c o l a i r e dépendrait, également, de cette dernière
4
Organisation. Ces principes généraux se sont trouvés renforcés du f a i t que l a D i v i sion de l a Nutrition de l'OAA a un budget considérablement plus important que c e l u i
de Xa Section de l'C^IS qui s ' i n t é r e s s e à l a même questionî ces principes sont également conformes au récent exposé du Directeur général sur l a s i t u a t i o n financière«
V o r a t e u r assure au Dr Gear q u ' i l e s t confoime à l ' u s a g e que l e s comités
d ' e x p e r t s étudient l e s programmes p r o v i s o i r e s du Directeur général s i l ' o n estime
q u T i l s n'auront pas l ' o c c a s i o n de l e f a i r e ultérieurement; or, l e Comité en question
a été constitué de façon à ne se réunir qu'um f o i s ,
6.
PROPOSITION TENDANT A L'INSCRIPTION A L'ORDRE DU JOUR DE LA QUESTION DE LA
REPARTITION GEOGRAPHIQUE DU PERSONNEL
Le Dr ŒAR, en tant que Président du Comité permanent des Questions admi~
n i s t r a t i v e s e t f i n a n c i è r e s , mentionne que son Comité a examiné l a question de l a
dotation de l ' O r g a n i s a t i o n en personnel e t a abouti à l a conclusion que l a r é p a r t i t i o n
géographique e s t un domaine qui dépasse l e mandat du Comité, Cette question sera donc
soxraise, en vue d'un examen, au Conseil E x é c u t i f , siégeant en séance p l é n i è r e .
La séance est levée à 18 heures 30,
UNITED NATIONS
WORLD HEALTH
ORGANIZATION
ORGANISATION MONDIALE
DE LA SANTÉ
CONSEIL EXECUTIF
EB5/Min/6
19 j a n v i e r 1950
Cinquième Session
0RIGINA.L : ANGLAIS
PROCES-VERBAL PROVISOIRE DE LA SIXIEME SEANCE
P a l a i s des Nations, Genève
Jeudi, 19 .janvier 1950, à 14 heures 30
TABLE DES MATIERES
Organisation administrative e x i s t a n t actuellement au S e c r é t a r i a t de
l^OMS dans l e domaine des s t a t i s t i q u e s ( s a n i t a i r e s , épidémiologiques,
medicales e t démographiques)
2,
Développement des s e r v i c e s nationaux de santé publique, notamment des
s e r v i c e s de s t a t i s t i q u e s (Point proposé par l e Gouvernement b r é s i l i e n )
3«
Fièvre jaune
4«
Peste
5.
Alimentation e t Nutrition
6.
Proposition tendant'à i n s c r i r e à l ' o r d r e du jour l a question de l a
r é p a r t i t i o n géographique du personnel
Note
:
r e c t i f i c a t i o n s au présent p r o c è s - v e r b a l p r o v i s o i r e devront ê t r e
adressées, par é c r i t , à Mr Richards, Bureau 102, dans l e s 48 heures
qui^suivront l a d i s t r i b u t i o n du document ou l e plus t o t p o s s i b l e
après ce d é l a i .
Les
EB5/Min/6
Page. 2 .:
SIXIEME SEANCE
Jeudi, 19 janvier 1950, à 14 heures 30
Présents :
' • - . . . . .
.
、
. . . . ; ,
.
S i r Arcot MUDALIAR, Président
• • • • •
••
Dr H. S. GEAE
....
. .
Inde
»
Union Sud-Africaine
Dr J. A." HOJER
Suède
Dr H. HYDE
.....
Professeur J, PARISOT
Etats-Unis d'Amérique
« ‘
France
Dr G. H. de PAULA SOUZA
Brésil
Dr-A. STAMPAR..
•
. ' .
•: •
- . '
• - •
•
.
•‘
^
•
.
Yougoslavie
-
...
“ .
•
. .
Dr E. ТОК
Turquie .
' D r A. VILMRAMâ
'
Philippines
�
•
Dr J, ZOZAYA
Mexique
Représentants d'autres organisations
NATIONS UNIES
«
• .
....
...
.
•
' " ..
;
'. •.
• ••
M. L. GROS
OAA
Dr-J. M. LATSKY
UNESCO
Dr Irina M. ZHUKOVA
Secrétaire
Dr Brock CHISHOLM
Directeur général
..
ORGANISATION ADMINISTRATIVE EXISTANT ACTUELLEMENT AU SSCHETARIAT DE Ь'ОШ DANS
L+E DOMAINE DES STATISTIQUES (SANITAIRES, SPIDElWlOLOGIQUES, MEDICALES ET DEMOGRAPHIQUES) (EB5/76) s Point 23 de l ' o r d r e du jour
’
Le Conseil prend
note du document,
2八 DEVELOPPEMENT DES SERVICES NATIONAUX DE SAME PUBLIEE, WOTAMNT DES SERVICES
STATISTIQUES (Point proposé par l e Gouvsrnc-rEnt b r é s i l i e n )
(EB.5/8I) j Point 26
de 1 ' o r d r e du jour
' •
•
•
•
,
••
'•
. . . .
•
Le Dr de PAUU SOUZA a t t i r e l ' a t t e n t i o n sur l e f a i t que l e document dont
i l s ' a g i t - EB5/81 - d o i t etre examiné en r e l a t i o n avec l e document EB5/76. I l sou—
l i g n e l'importance de l ' e x i s t e n c e . . d e s e r v i c e s nationaux de santé publique bien organisés, qui constituent nécessairement l a seule base s a t i s f a i s a n t e pour un s e r v i c e
i n t e r n a t i o n a l de santé publique.. Les sernrices de s t a t i s t i q u e s ne doivent pas ê t r e
envisagés uniquement d'une manière s t a t i q u e , comme étant l ' e n r e g i s t r e m e n t et l ' a n a l y s e
de f a i t s . I l f a u t l e u r donner un dynamisme s p é c i a l et l e s maintenir v i v a n t s .
工1 y a l i e u d i a t t a c h e r une a t t e n t i o n p a r t i c u l i è r e â l a n é c e s s i t é d ' é t a b l i r
des comparaisons non seulerœnt entre l e s d i f f é r e n t s pays, ma^s également à l t i n t é r i e u r des pays, entre l e s régions présentant des caractères analogues, des s t a t i s t i ques
Pertinentes doivent ê t r e é t a b l i e s pour' chaque région ayant u n ' c a r a c t è r e p a r t i -
culier
-
La
D i v i s i o n de S t a t i s t i q u a du S e c r é t a r i a t d e v r a i t • ê t r e , en'mesure de f o u r n i r
ашс gouvernements des renseignements sur les*méthodes s c i e n t i f i q u e s à suivre pour r e c u e i l l i r
les
A n n é e s . Le Dr de Paula Souza d é s i r e r a i t , à c e t t e occasion, souligner
l ' i n p o r t a n c e de l a D i v i s i o n de S t a t i s t i q u e de
‘‘
� …
Le Dr PASCUA, Chef de l a D i v i s i o n dë S t a t i s t i q u e de 1 ' 0 Ш , f a i t observer
que l ' o n d o i t s ' a t t e n d r e à ce que la. q u a l i t é des s t a t i s t i q u e s v a r i e suivant l e s pays.
La réunion des données s t a t i s t i q u e s nécessaires dépend,, à l a f o i s , de 1>organisation
générale de l a santé publique et de l ' o r g a n i s a t i o n p o l i t i q u e de l a région i n t é r e s se.
Les comités nationaux de s t a t i s t i q u e s s a n i t a i r e s mentionnés par l e Dr de Paula
Souza accomplissent un t r a v a i l extrêmement u t i l e , et l e s manuels de s t a t i s t i q u e s
seront également d'une grande u t i l i t é pour l ' é t a b l i s s e m e n t des comparaisons.
Le
Comité d'experts des S t a t i s t i q u e s s a n i t a i r e s a recommandé que l e s pays publient certaines indications permettant de déterminer dans quelle mesure l e s renseignements
fournis sont dignes de f o i .
Uni.
Des r e c t i f i c a t i o n s commencent d é j à à parvenir du Eoyaume-
Le document présenté par l e Dr de Paula Souza pourrait peut-être f i g u r e r parmi
l e s études à soumettre à l a Troisième Assemblée Mondiale de l a Santé.
Le PRESIDENT signale que 1 1 ordre du jour provisoire de l a Troisième Assemblée Mondiale de l a Santé comprend l a question, des s t a t i s t i q u e s s a n i t a i r e s et suggère que l a note du Dr de PauXa Souza s o i t incluse dans l a documentation..
Le Dr HYDE craint que l a p a r t i e du document concernant " l a création, l e
développement e t l ' a m é l i o r a t i o n de services nationaux de santé publique" n ' a i t pas
retenu suffisamment l ' a t t e n t i o n .
I l y a encore Щ1 grand nombre de pays où i l n*existe
pas de services nationaux de santé publique complets, e t l ' a t t e n t i o n de 1>Assemblée
de l a Santé doit ê t r e a t t i r é e sur ce f a i t .
Le PRESIDENT reconnaît q u ' i l importe d ' a t t i r e r l ' a t t e n t i o n de l'Assemblée
<
de l a Santé sur les., deux, aspects de l a question t r a i t é e dans l e document.
Le Dr VILLAEAMA estime que l e genre de s t a t i s t i q u e s demandé doit ê t r e préc i s é t r è s clairement aux gouvernements.
Le PRESIDENT répond que l ' o n a besoin de données portant sur l e s f a i t s ;
dans l e s rubriques proposées et approuvées à l a séance du matin, on a ménagé une
place t r è s importante aux s t a t i s t i q u e s de-toute nature.
Le
site-»
et
a l a
sur
Dr de PAULA SOUZA f a i t remarquer que l e document porte sur l a néces-
f o i s
de
créer e t de développer l e s s e r v i c e s nationaux de santé publique,
l'importance qui s ' a t t a c h e à obtenir des s t a t i s t i q u e s dignes de f o i .
Les
conditions premières d'un service i n t e r n a t i o n a l de santé publique sont l ' é t a b l i s s e ment de s e r v i c e s nationaux de santé publique e t 1 1 obtention de s t a t i s t i q u e s .
I l e s t décidé qu'en soumettant l e document à l'Assemblée Mondiale de l a
Santé, l e Conseil a t t i r e r a l ' a t t e n t i o n sur l e s deux aspects do l a question.
3-
FIEVRE JAUNE (ЕВ5Д6) : Points 38.2 e t 38.2.2 de l ' o r d r e du jour
La
4.
résolution contenue 'dans le.document EB5/16 e s t adoptée,
PESTE (EB5/56) : Points 38.3 et 38.3.1 de l ' o r d r e du jour
Le
PRESIDENT donne l e c t u r e des recommendations 1 et. 2 de l a page 1 du
document EB5/56.
Le
rapport.
Dr de PAULA SOUZA rend hommage à l a valeur théorique e t pratique du
I l présente l e s observations suivantes au s u j e t du rapport du Comité
d'experts de l a Peste (WH0/Plague/l3):
Paragraphe 4 . 1 , p.4
I I y a u r a i t l i e u , a son a v i s , de remplacer l a troisième l i g n e
par "Définition d'une zone enzootique de p e s t e " .
Paragraphe 6, p . 7
I I d é s i r e r a i t v o i r inclure dans ce paragraphe quelques
renseignements sur l e s méthodes pratiques.
Paragraphe 6 , 1 i ) , p.7 I I n ' e s t pas certain que l ' i n d i c e p u l i c i d i e n s o i t s c i e n t i f i q u e ment exact.
Subdivision i ) de l a page 8
Y a - t i l une r a i s o n v a l a b l e pour f i x e r un rayon de
200 mètres ?
Paragraphe 6.2; p. 8
I l aimerait avoir des renseignements complémentaires
au s u j e t de 1 1 a f f i r m a t i o n selon l a q u e l l e "la. période a c t u e l l e de s i x mois, généralement appliquée,
é t a i t beaucoup trop longue"•
Paragraphe 6.J; p, 8
I l estime que 1 1 emploi du composé 1080 e s t recommandé parce q u ! i l produit un e f f e t continu.
Paragraphe 6 Л , p. 9
I l peut confirmer que, dans son pays, on a const a t é .que l e s sacs de j.ute t r a n s p o r t a i e n t des puces •
En ce qui concerne " l e schéma d'un programme de l u t t e contre l a peste"
(WHO/Plague/ll); l e Dr de Paula Souza déclare q u f i l désire recommander, a f i n q u e l l e
s o i t étendue à d ! a u t r e s travaux admixiis七:ratifs,,la formule indiquée à l'Appendice 2
pour déterminer l ' e f f e c t i f d l un personnel ou l e nombre de jours n é c e s s a i r e s pour l e
traitement d ! une région.
Le Dr EAE, suppléant du Dr Mackenzie; signale qu1 à -la page 8 du document
WH0/Plcigue/l5, i l y a une erreur au s u j e t du "Colonial I n s e c t i c i d e s Committee”, qui
n ' e s t pas 1 ! organisme approprié pour entreprendre l e s études dont i l s 1 a g i t ^ mais
ce n^est l à , bien entendu; qu l un point de d é t a i l sans grande importance.
I l est
heureux de constater que l ! o n s 1 e f f o r c e r a de r e c u e i l l i r des renseignements complé• *“
mentaires avant d'envoyer une équipe en A f r i q u e .
> "
•
,
Le Dr BEADY^ suppléant du Dr Hyde, souligne l a grande u t i l i t é du rapport.
I l aimerait avoir quelques renseignements complémentaires sur l e s points suivants
EB5/Min/6
Page 7
qui sont t r a i t é s dans l e document WHO/Plague/13 î
Paragraphe 5-2
. A u
s u j e t du traitement prophylactique par 3 g , de
s u l f a d i a z i n e ou de s u l f a m i r a z i n e .
Paragraphe 6 . 1
(1 )
如)nejc.onprend ; pas t r è s b i e n à quoi d o i t ' 旣 料 �
appliqué l e DDT à 5
(iii)
I l f a u r a i t l i e u dé mentionner égaleimnt i c i
w 二
l e s denrées a l i m e n t a i r e s .
(iv)
IDseï-ait
u t i l e de s p é c i f i e r
l e type de véhi修
culo.
Paragraphe 6.2
L ' a f f i r m a t i o n selon l a q u e l l e l a période de 6 mois
généralement appliquée e s t trop longue d e v r a i t pêtre
accompagnée d ' e x p l i c a t i o n s .
Paragraphe 6.3
On ne comprend pas pourquoi, s i l e composé 108О
o f f r e une "méthode simple e t facilement u t i l i s a b l e "
on d o i t continuer, dans l a p r a t i q u e , à se s e r v i r de
composés cyanures,
Toutes
l e s
mesures
mentionnées devraient ê t r e expliquées de façon plus dé-
t a i l l é e , a f i n que l e s i n t e n t i o n s des auteurs s o i e n t parfaitement c l a i r e s dans chaque
cas.
Le Dr GEAB estime qu«il f a u t t e n i r compte de deux points pour d é c i d e r s i l e
rapport d o i t ê t r e publié sous sa forme a c t u e l l e .
I l semble,d'après l e paragraphe
page 2, du document WHO/Plague/13 que l ' i n t e n t i o n s o i t de c o n s t i t u e r une s e t a e équipe
permanente de l u t t e contre l a peste pour opérer dans tous l e s pays;
une t e l l e pro-
position doit f a i r e l ' o b j e t d^un examen t r è s approfondi de l a part du Conseil.
En outre, on s a i t que l e composé 1080 est un agent de dératisation très e f f i c a c e ,
mais que, d'autre p a r � c ^ e s tun produit extrêraeinent dmagere^c qui pourrait avoir
des e f f e t s désastreux s ¡ i l é t a i t u t i l i s é par des personnes non compétentes.
Le Dr VAITCEL; c o n s e i l l e r . du Professeur. Parisot, se r é f è r e au paragraphs ,
5.2 de l a page .7 áu document WHO/Plague/lJ, où i l est d i t :
"Le Comité reconmande
également de procéder au traitenent chimiopropbylactique de l a population exposée
aux risques d^épidémie de peste bubonique."
Corme l e traitement en question doit
s'appliquer à l a population d'une région sous-évoluée, cela suppose, p i q u e s d i f ficultés.
viYant
r a i t
Par contre,, on peut employer In. ncSthode de l a vaccination avec un vaccin
; - avant de reconmander
usage de traitenents chimioprpphylactiques, i l se-
bon de mettre en balance l a méthode de l a vaccino-tion.
Le Dr 'KAUL répond au Dr de Paula Souza sur l e s points suivants S
,
P a r a g r a p h e p .
i
On a employé l e mot "endénicité" à l a place du
mo七 ”enzcxyfciciue" parce que l e Comité d'experts a
• •
‘
d
é
c
i
d
e
que ce dernier terme pourrait l i m i t e r l e s
régions" à c e l l e s où l a maladie n ' a f f e c t e que l e s
.rongeurs; à 11 exclusion de l'honme.
Paragraphe 6 . 1 , p. 7
.
b ^ ^ d i c , p u l i c i a i e n i n f é r i e u r à 2 reposa sur l e
f a i t que c ' e s t l a base normale pour l e s besoins
dont i l
s'agit.
Subdivision i ) p. 8
Avec 1 1 eriploi de rodent i с ides modernes ^ i l s e r a i t
possible de‘réduire ce rayon; à condition q u l i l y
a i t eu une dé s infe s t a t i on e f f i c a c e .
La recomman-
dation est fondée sur I n e f f i c a c i t é nettement prouvée des rodenticides et insecticides modernes employés sous Ш1е surveillance convenable,
Paragraphe 6.5,
8
Bien que l^on possède certains renseignements^ on
a estime qu T ils i^étaieirb pas encore s u f f i s a n t s pour
j u s t i f i e r , à ce sujet; une гeсoramandation précise.
I l a été suggéré que des recherches complémentaire s
étaient nécessaires et que, dons l 1 i n t e r v a l l e ^
y avait l i e u de s 1 en
il
t e n i r à l a méthode actuelle
des composés cyanures.
Paragraphe вЛ ? p, 9
On s a i t de façon certaine que l a peste a été transportée dans des sacs de jute,des cuirs et des peaux;
e t c . et l e Comité a désiré formuler une гесосшшлdation précise permettant d*éviter ce danger•
Les
renseignements que l ! o n possède ne sont pas encore
s u f f i s a n t s et on estime que l e s recherches doivent
se poursuivre dans ce domaine.
En ce qui concerne l a publication du rapport; 1^ intention était; au cas où
l e rapport s e r a i t approuvé; que l e s annexes soient publiées en même temps que l e
rapport, étant donné que l e s annexes indiquent l e s méthodes adoptées par l e Coaitá
d'experts et que certaines des méthodes de laboratoire, pour l'établissement du
diagnostic, ont été empruntées au deuxièao document.
En réponse au Dr Brady / l e Dr Kaul indique q u ' i l s e r a i t t r e s possible,
si
l e Conseil l e désire, de développer; dans une annexe d i s t i n c t e , l e paragraphe 6 de
l a page 7 一 Suppression des réservoirs de virus et des agents vecteurs de l a peste
dans l e s ports maritimes et l e s aéroports.
Une t e l l e annexe pourrait souligner l e s
dangers du compose 1080 e t indiquer l e mode d«emploi de ce produit.
Quant aux observations du Dr Gear, au s u j e t de l'équipe permanentede l u t t e
contre l a peste, 1«intention du Comité é t a i t que cette équipe a i t un caractère plus
permanent que c e l l e s qui t r a v a i l l e n t actuellement sur l e terrain; étant donné que
l«épidémlologie de l a peste exige que l e s travaux entrepris^ dans une zone particul i è r e ) soient poursuivis pendant plus d'une année.
L ! équipe qui s e r a i t chargée des
opérations pourrait t r a v a i l l e r également dans une autre région et continuer; pendant
une période de 4 à 5 ans, sa surveillance au noyen de rapports ou de v i s i t e s périodiques . L a nécessité d'une t e l l e surveillance et l e f a i t q u ' i l n<existe qu'un très
p e t i t nombre d'experts hautement s p é c i a l i s é s dans ce domaine ont obligé l e Comité
d'experts à recommander l a constitution d'une seule équipe qui se déplacerait d'une
région à 1丨autre.
Ье Dr MiiCOilAVELLO déclare que l e Comité d'experts de l a Peste a estimé
que l ' i n d i c e pulicidien e f f e c t i f i n f é r i e u r à deux donne toute sécurité pour l e
•
、
.
•
.
contrôle antipesteux périodique mais ne présente pas grands u t i l i t é ppur l e s t r a ..
.
. . .
'
va.ux permanents e t c ' e s t pourquoi on s
‘
•
!efforce,
.
en ce moment, de remr lacer cet
*
,.
indice par quelque chose de plus précis; on n^stime pas dispose!) d<- as l'emploi
du nouvel indice propos6,d'une expérience s u f f i s a n t e e t l ' o n a, povг c � t t er.'?i.3on;
maintenu
ancien indice provisoirement,, L'expérience mondiale a montré que l ' i n d i c e
e f f e c t i f rat-puce i n f é r i e u r à cinq ne présente pas de danger t^Ae-fois, a f i n de
b é n é f i c i e r ' d ' u n e s é c u r i t é t o t a l e , on a ' é t a b l i 1 ' i n d i c o de moins de úí^xk
puces par r a t ; cet indice se fonde sur 1'expérience pratique da .?lngt annoes.
Quant à l a question de l'emploi e x c l u s i f du DDT '5 % en poudre,
orateiu
dóc^aro que l ' o n procède de cette manière en raison de l'expérience insufiis&i.丄te que
l!on
a
de l'emploi des autres i n s e c t i c i d e s et que l ' o n estime préférable de s'en
•UulLit à l a pratique actuelle tant que l e s nouveaux
insect•丄cides dont le nombre
s ! a c c r o î t constamment n'auront pas étó complétemerit éprouvés a
'
En réponse à l a question du Dr Vaucel concernant l a valeur do la raocinatiori
P°ur
l a
l u t t e contre l e s épidémies de peste^ i l signale que l e paragraphe 4,5:
I)ñSe 1.3i de l'Appendice du document \IH0/Plague/l3, donne quelques informations sur
ce point; le paragraphe 5.2, page 7, mentionne que l e Comité recommande de proceder
‘r-u 'braitement chimio-prophylactique au uuurs des épidémies; l a vaccination e s t ,
•
naturellement, de peu de: valour pendant ces epidémies»
En ce qui concerne l e s observations du Dr Gear sur l a nature dangereuse
"lu
108°î
le
paragraphe 4 „ 2 , 1 / page 12, dé'clarë ;: "C'est
un des poisons les plus .
puissants e t qui provoque un empoisonnement «en chaîne";. On ne l u i connaît a^�七uellc^
inen.& aucun antidote; aussi e s t - i ï nécessaire de prendre des précautions rigoureuseз
quand, on 1: utilise e t sa manipulation e x i g e - t - o l l e un personnel ехрбгшепсс,"
Ce composé e s t recommandé parce que quarante années d ' e x p é r i e n c e , dans l'Amérique du
Sud, ont démontré que l e s autres méthodes sont dénuées de v a l e u r . De m e i l l e u r e s
conditions d t e x i s t e n c e ont plus f a i t pour l a l u t t e contre l a peste que l a p l u p a r t
des mesures adoptées auparavant,mais
l t u t i l i s a t i o n du 1080 a radicalement modifié
l a s i t u a t i o n e t 1彳сш a obtenu des r é s u l t a t s e x t r a o r d i n a i r e s ; i l a été prouvé, au
Pérou également, que c e t t e méthode de l u t t e contre l a peste é t a i t l a meilleure»
Le Dr MACKENZIE pense que deux des points soulevés dans l e rapport pour'aient
C0mp0rter
de
g r a v e s conséquences en ce qui concerne l e s règlements r e l a t i f s
à l a quarantaine e t aux aéronefs : l e paragraphe 6 . 1 ( i i i ) e t l e paragraphe
(iii)
des mesures supplémentaires recommandées sous l a mtme rubrique (pages 7 e t 8 du
document
TOOMague/l3).
S i l e C o n s e i l appuie ces recon.nandations, l e s gouvernements
pourraient s ' e s t i m e r fondés à demander que l ' o n se confome aux conditions men—
tionnées*
En outre, ces d é c l a r a t i o n s sont en opposition d i r e c t e avec l e s conclusions
du Comité dtexperts de l'Epidômiologie i n t e r n a t i o n a l e e t de l a Quarantaine;
S
reCOinmandê,dans
Pr°Jet
son
de
règlement i n t e r n a t i o n a l ,
celui-ci
a r t i c l e 32 (WiO/Epid/29,
page 13) ce qui s u i t : «sous résenre des mesures s p é c i a l e s qui peuvent t t r e imposées
aux provenances de c i r c o n s c r i p t i o n s i n f e c t é e s , l e s marchandises en t r a n s i t ne peuVent
§ t r e
ni
Pr
°hibées
à
l t e n t r é e
ni
^ t e n u e s aux f r o n t i è r e s t e r r e s t r e s , n.ariti^es
ou aériennes" e t i l a , de c e t t e façon, l a i s s é l a r e s p o n s a b i l i t é de l a décision aux
PayS
d
^
^
0
'ÍnSPeCter
SU±VanteS
6
^
l6S
danS
'
3
Le
m®me
aéronefs
le
t6Xte
d ' e x p e r t s , après a v o i r examiné s ' i l e s t u t i l e
avant
de
1 , a r t i c l Ê
départ,
a , en outre, i n c l u s l e s d i s p o s i t i o n s
42 (6) du róme p r o j e t de règlement : " L 丨 a u t o r i t 5
s a n i t a i r e peut, dans des cas e x c e p t i o n n e l s , appliquer l a d é r a t i s a t i o n , d i l
qUeS
raiS
°nS
de
S
°U^onner
l a
y
a
q u e l
de rongeurs à bord e t s i H o p é r a t i o n n^a pas
.
étó e f f e c t u é e au départ" e Le Dr Mackenzie f a i t remarquer qu'une i n s p e c t i o n e f f e c t u é e
dans tous l e s c a s , s e r a i t souvent i n u t i l e e t p o u r r a i t r e t a r d e r considérablement
l'aéronef.
I l propose que l e C o n s e i l ne f a s s e pas siénnes l e s recommandations du
rapport e t se contente d'en prendre a c t e 0
.
Le Dr VAÜCEL, c o n s e i l l e r ' d u Dr P a r i s ot, accepte l ' e x p H c a t i o n du
Dr Macchiavello r e l a t i v e à l a v a c c i n a t i o n e t pense que l a s i t u a t i o n s e r a i t absolument c l a i r e s i l^on m o d i f i a i t légèrement' l a rédaction da t^rte f r a n ç a i s du docimont.
Le PRESIDENT^ se r é f é r a n t aux observations du Dr Mackenzie, pense q u ' i l
incombe aux Comités d>experts de formuler des conclusions s c i e n t i f i q u e s e x a c t e s , ir!ais
q - uo l e
C o n s e i l Exécutif d o i t indiquer nettement que ces conclusions c o n s t i t u e n t uii
i d é a l e t q u ' i l n^est pas toujours p o s s i b l e de l e s mettre en oeuvre immédiatementc
Le Dr GEAR, tout en mentionnant combien i l a apprécié l e s données du rapport e t de sas appendices, pense q u ' i l incombe au Conseil E x é c u t i f de f a i r e en sorte
que l a teneur de cas documents s o i : présentée de façon que l e s administrations s a n i t a i r e s n a t i o n a l e s en comprennent f a c i l e m e n t ' l e s e n s . I l propose donc de renvoyer l e
rapport au Comité d ' e x p e r t s de l a T..es.fce,en reconnaissant son importance, e t en
rant
suggé-
q ^ î i l l u i s o i t donné une nouvelle rédaction permettant à l ' O r g a n i s a t i o n de l e
considérer corroie propre à Ûtre u t i l i s é par l e s gouvernements. Les m o d i f i c a t i o n s dev r a i e n t p o r t e r particulièrement sur l e s p o i n t s soulevés par l e Dr Brady (paragraphe
6 , 1
de
WHO/Plague/13) e t sur l a recommandation v i s a n t à
emploi du composé ЮШ; en
d é p i t du f a i t qu丨un avertissement r e l a t i f à 1 ' e m p l o i de oe composé f i g u r e dans l'ap™
*
pendice, on court l e risque que c e t appendice s o i t néglige»
‘
La question de
équipe de l u t t e contre l a p e s t e , qui e s t envisagée, con-
cerne l a p o l i t i q u e générale de l ' O r g a n i s a t i o n à l f é g a r d des mesures sur l e t e r r a i n »
�
Le Dr Gear n f e s t pas convaincu q u ! i l s o i t opportun que l e s équipes retournent dans un
pays donné, à des dates r é g u l i è r e s ; i l p o u r r a i t ê t r e p r é f é r a b l e de développer l ' i n d é pendance des a u t o r i t é s i n t é r e s s é e s e t l a r e s p o n s a b i l i t é , qui l e u r incombe, de former
l e u r s prcpres e v e r t s •
Les documents é t a b l i s par l e Dr Castro e t l e Dr Macchiavello contiennent
(^importantes informations techniques e t l ^ n p o u r r a i t f o r t bien l e s reproduire dans
l^une des p u b l i c a t i o n s de l ! O r g a n i s a t i o n t
Le PRESIDENT f a i t remarquer, pour défendre l e s rapports des comités d ^ x p e r t s en g é n é r a l , q u a i l s sont rédigés à l ' i n t e n t i o n des s p é c i a l i s t e s des acteiinistrat i o n s s a n i t a i r e s nationales e t non pas du grand p u b l i c •
Le S e c r é t a r i a t e s t disposé à présenter un mémorandum expliquant plus complètement l a s i t u a t i o n e t l e Conseil p o u r r a i t souhaiter examiner ce mémorandum avant
de prendre une d é c i s i o n .
Le Dr HYDE, appuyé par l e Dr MACKENZIE, propose que l e Conseil examine ce
mémorandum avant d ! a r r i v e r à une d é c i s i o n .
Décision : Le Conseil E x é c u t i f décide que l e S e c r é t a r i a t é t a b l i r a un mémorandum
v i s a n t l e s points soulevés au cours des débats e t indiquant, nettemerrb, dans
quelle mesure l e C o n s e i l e s t p r ê t à f a i r e siennes l e s données du rapport du
Comité d*experts de l a P e s t e •
5»
ALBffiNTATION ET.NUTRITION (Points 41, 4 1 . 1 , 41.2 e t 41,3 de l'Ordre du jour),
(EB5/17 e t EB5/17 Add„l)
.
Comité mixte OAA/OMS d'experts dé, l'Alimentation e t de l a Nutrition,,
Rapport sur l e s travaux de l a session tenue à Genève du 24 au 28 octobre .1949»
Le Dr CLEMENTS, Section de l'Alimentation e t de l a Nutrition, rappelle que
t r o i s réunions' de l a Commission consultative permanente de l a Nutrition, de l ' O r g a n i sation pour l 1 Alimentation e t pour l ' A g r i c u l t u r e , ont eu l i e u , e t que 1 '0Ь5Б .a. été
•
représentée à l a dernière de ces réunions qui s f e s t tenue, en décembre 1948, à
i
j
Washington4 Les rapports r e l a t i f s aux travaux de ces sessions concernaient l e s a s pects généraux de l a question e t l e С omite mixte, en consequence^ n T a pas estimé
nécessaire d î exprimer à nouveau ces p r i n c i p e s , sauf dans l a mesure où i l s concernent
l e s points d 1 exécution e t l e s deux ou t r o i s s u j e t s expressément renvoyés au Comité
par l a Deuxième Assemblée de l a Santé»
Le Conseil pourrait souhaiter examiner deux de ces points qui sont mentionnés dans l a l e t t r e de communication du rapport i 1 ) l a f a b r i c a t i o i i de vitamines synthétiques dans l e s pays insuffisamment développés e t 2) 1'établissement de commissions nationales mixtes OAA/OMS de 1'alimentation e t de l a nutrition^
•
,
-
«
?
Le PRESIDENT i n v i t e M�LATSKY,représentant de l ' O r g a n i s a t i o n de IUlimenta'
“4
tion e t d e A g r i e u l t u r e ^ à f a i r e une déclaration devant l e Conseil®
,
LâTSKY déclare que l a récente Conférence de 1'Organisation pour 1 ^ A l i mentation e t
Agriculture, après avoir étudié l e rapport soumis à l a session^ a
approuve l e s mesures p r i s e s en vue de coordonner l e s a c t i v i t é s , rentrant dans l e
domaine de 1 ? alimentation e t de l a nutrition^ qui ont été entreprises par l e s deux
Organisations; e l l e a souligné à nouveau l e besoin de poursuivre c e t t e collaboration,
et, tout en n s ignorant nullement que tous l e s programmes pratiques
alimentation
e t de n u t r i t i o n présentent des aspects qui. i n t é r e s s e n t l e s deux Organisations; e l l e
“
a estimé q u ' i l convient d 1 é v i t e r l e chevauchement des a c t i v i t é s e t de d é f i n i r l e s
a t t r i b u t i o n s , La Conférence a présumé que 1,.Organisation Mondiale de l a Santé f o u r n i r a i t des a v i s techniques, dans le domaine de l ' a l i m e n t a t i o n e t de l a n u t r i t i o n , particulièrement. en ее qui concerne l a santé e t l e s s e r v i c e s s a n i t a i r e s , tandis que
Inorganisation pour l'Alimentation e t l ' A g r i c u l t u r e s ' i n t é r e s s e r a i t particulièrement
â l a production, à l a d i s t r i b u t i o n et à l a cons cramation des produits alimentaires*
En ce qui concerne l e s commissions nationales mixtes OAA/OMS, dont
éta-
blissement e s t proposé, l a conférence a pensé que " l e s progrès l e s plus rapides s e ront r é a l i s é s lorsque toutes l e s a c t i v i t é s n a t i o n a l e s , concernant l ' a l i m e n t a t i o n e t
l a n u t r i t i o n , seront coordonnées e t lorsqu'on s'appuiera entièrement sur l e s connaissances e t l ' e x p é r i e n c e des experts de l ' a l i m e n t a t i o n e t de l a n u t r i t i o n , disponibles dans leur propre p a y s " . M. Latsky souligne que, d 1 après l ' e ^ é r i e n c e q u ' i l a
acquise en Europe, au cours des t r o i s dernières années, on a besoin de.membres du
corps médical, a i n s i que d'agronomes e t d'économistes, en vue du développement de
l r a l i m e n t a t i o n e t de l a n u t r i t i o n d'un pays e t que l a présence d'un représentant de
l'CMS, au sein des commissions n a t i o n a l e s , e s t t r è s souhaitable.
Le Dr STAMPAR se déelare s a t i s f a i t des a c t i v i t é s communes OAA/OMS dans l e
chanç» de l ' a l i m e n t a t i o n et d© l a n ^ r i t i o n mais a t t i r e l ' a t t e n t i o n sur l e s aspects plus
vastes du problème, Les administrations s a n i t a i r e s nationales tendent-, encore, à
t..,:�г— vue négative, plutôt que p o s i t i v e , de cette question e t se bornent à
examiner l e s produits alimentaires du point de vue hygiénique p l u t ô t qu'à l e s examiner
sous 1>angle plus large de l ' a g r i c u l t u r e e t à i n s t i t u e r des recherches s c i e n t i f i q u e s
sur l ' a l i m e n t a t i o n e t l a n u t r i t i o n .
EB5/Min/6
Page 17
‘
•
> ..
L'orateur e s t particulièrement frappé de l a recommandation du Comité, selon
l a q u e l l e l e s administrations nationales devraient ^tre aidées a former leurg propres
expertsi en matière d » a l i m e n t a t i o i e t de n u t r i t i o n . Par l a création d ' i n s t i t u t i o n s
de formation p r o f e s s i o n n e l l e , on' contribuerait largement à, j'eter l e s bases d'une
étude s c i e n t i f i q u e du problème de l ' a l i m e n t a t i o n e t de l a n u t r i t i o n ,
、:
Dr DUJARRIC de l a RIVIERE, suppléant du Professeur Pari'sot, demande,
• f • - ._ .
Le
â propos de l a section 9 du rapport (goitre endémique) s i l e s gouvernements ont
envoyé des réponses, à l a l e t t r e c i r c u l a i r e qîii l e u r a été adressée,
'.
be PRESIDENT s 1 i n t é r e s s e à l ' a f f e c t i o n dénommée "kwashiorkor», v i s é e â l a
section XI du rapport e t q u ' i l c r o i t être une cirrhose i n f a n t i l e du f o i e , qu丨on rencontre chez l e s enfants d'un à quatre ans, mtme dans l e s f a m i l l e s ¿ù l ' a l i m e n t a t i o n
.
*
^
s s t l a m e i l l e u r e . I l e s t particulièrement souhaitable d ' é t u d i e r cette maladie en
• '•
:
• - •
•
,
• ,
raison de l à hanté mortalité � u il'accompagne.
Le Dr MACKENZIE se f é l i c i t e des manifestations de l a collaboration OAA/CMS,
I l estime que l a section XVI (Evaluation de l ' é t a t de nutrition) devrait être
parti-
culièrement .développée.
‘
;
•
' ' •
.
..
_
,
•
I l n ' e s t pas entièrement s a t i s f a i t , cependant, de l a section XIV ( f a b r i c a t i o n de vitamines synthétiques dans l e s pays insuffisamment développés) e t de l a
résolution qui en constitue l a conclusion. I l n ' e s t pas de l a conçétence de P O r g a n i s.Tbion «d'aider» l e s gouvernements à é t a b l i r une nouvelle industrie - mesure qui
comporte des conséquences d'ordre économique. L'Organisation pourrait donner des a v i s
aux gouvernements, mais e l l e doit se garder de p r ê t e r son nom à toute e x p l o i t a t i o n
commerciale des p o s s i b i l i t é s des vitamines synthétiques.
EB5/Min/6
Page 18
.
Le Dr Mackenzie demande, en outre, s i l ' é t u d e des besoins physiologiques
.
en c a l o r i e s e t en éléments n u t r i t i f s (section' XV du rapport) sera e n t r e p r i s e par
l ' O r g a n i s a t i o n pour l ' A l i m e n t a t i o n e t l ' A g r i c u l t u r e seule 011 en c o l l a b o r a t i o n avec
,
. . . .
:
. .
• •
• • , . .
〜 ,
l'OMS."
M身 IATSKY répond que l ' é t u d e se..poursuivra sous l e s auspices de l'OAA qui
a é t a b l i , ' i l y a deux ans, un comité à c e t t e f i n ; un représentant de l'CMS a a s s i s t é
aux réunions récentes de ce comité.
Le Dr GEAR demandé que l ' o n modifie l e paragraphe 1 ) du p r o j e t de r é s o l u t i o n de l a page 1 du document EB5/17. Les recommandations du Comité, malgré l e u r
import ал c e , n ' o n t pas assez d'ampleur pour ê t r e p r i s e s comme "base des programes
de l'OMS dans l e domaine de l ' a l i m e n t a t i o n e t de l a n u t r i t i o n " , car e l l e s ne v i s e n t
pas c e r t a i n s s u j e t s t e l s que l e régime a l i m e n t a i r e , l 1 a l i m e n t a t i o n s c o l a i r e , l e s subventions aux a g r i c u l t e u r s e t aux conscramateurs, la' déshydratation des produits
ali-
mentaires, l e s b a r r i è r e s douanières e t autres f a c t e u r s p e r t i n e n t s *
I l appuie .les observations du Dr Mackenzie sur l a f a b r i c a t i o n des vitamines
synthétiques e t e s t heureux do noter que l e rapport i n s i s t e sur l e . f a i t qu'une, bonne
n u t r i t i o n se fonde sur un régime n a t u r e l ,
.
Le Dr Gear conteste q u ' i l a i t été conforme à une bonne procédure d'examiner,
.
-
. -
-
. • •
"
coarno l«a f a i t , l e Comité, l e programme du Directeur, g é n é r a l , pour 1 9 5 1 , en matière
d»alimentation e t de n u t r i t i o n ( s e c t i o n VII du r a p p o r t ) , a l o r s que l e progransne de
.
•
• »
1951 n ' é t a i t pas encore venu en d i s c u s s i o n devant l e Conseil Exécutif;
" -
* ;
.
4
,
.
Le Dr .CLEMENTS déclare qtte l e s gouvernements ont f a i t p a r v e n i r près de
cinquante réponses, sur l e s u j e t du g o i t r e endémique e t q u ' i l e s t procédé, en ce
*
4
‘ .-
'
.
moment, à l ' é l a b o r a t i o n .d'un rapport incorporant ces réponses. Malheureusement,.
EB5A í i n / 6
Page 19
c e l l e s - c i e n f e r m e n t peu d ' i n f o m a t i o n s u t i l e s en ce qui concerne l a troisième
question,
à s a v o i r l ' e f f i c a c i t é des mesures a p p l i q u é e s . L'Organisation e s p é r a i t ,ue
ce duestionnaire m e t t r a i t en W è r e
g iobe
du
où l e s coutumes l o c a l e s i n t e r d i s e n t l ' e m p l o i du s e l i o d é .
La
cirrhoS
e
infantile du f o i , est bien le «kwashi-prkor" et le Comité s ' e s t
incompétent pour i n t r o d u i r e un nouveau terme, Cette maladie e s t moins
déclaré
脚
un traitement du g o i t r e convenant à des p a r t i e s
a f f e c t i o n qu.un groupe de syndromes v a r i a n t d'un pays à l ' a u t r e e t l e Comitó
considère q u ' e l l e c o n s t i t u e l a d é f i c i e n c e n u t r i t i v e l a plus grave dans l e s r é g i o n ,
tropi
oales.
Organisation a prévu, dans son programe de 1950, un e x p e r t ^ o n e e i l
chargé d t e n t r e p r e n d r e
des
•
travaux, vers l a f i n de 1950, dans l e s pays peu développés
e t e l l e a envisagé que l e s s e r v i c e s de c e t expert pourraient ê t r e prolongés dans l e
cadre du programme d»assistance
Quant
technique,
à l a question de l a f a b r i c a t i o n des vitamines synthétiques, on a v i s é
à o f f r i r des s e r v i c e s du même type que ceux qui ont été f o u r n i s par l t O r g a n i s a t i o n
dans
l e cas de l a f a b r i c a t i o n de l a p é n i c i l l i n e . I^s Membres de l'OMS e t de l a
Connnission Economique pour l'Europe ont a s s i s t é à l a réunion du C c i t ê de l ' A l i m e n t a t i o n e t de l a N u t r i t i o n a f i n de donner des a v i s sur l e s méthodes s u i v i e s , par l e s
deux Organisations, en ce qui concerne l e s d i n d e s d ' a i d e dans l a f a b r i c a t i o n de l a
p é n i c i l l i n e émanant de gouvernements. Le Comité e s t 她
e n m e sure
raient
q u e
l'Organisation doit être
de f o u r n i r des a v i s , sur l e plan technique, aux gouvernements qui 輯 h a i t e ”
f a b r i q u e r des vitamines synthétiques, mais que l a d é c i s i o n d e v r a i t ê t r e p r i s e
par l e pays lui-même •
En ce qui concerne l ' é t u d e des besoins physiologiques en c a l o r i e s et on
éléments n u t r i t i f s , l ' O r g a n i s a t i o n de l ' A l i m e n t a t i o n e t da l ' A g r i c u l t u r e e s t f i n a n cièrement responsable de l a convocation du Comité, t o u t comme l a r e s p o n S a b i l i t é
de . l a convocation d'un comité de l ' é t a t de n u t r i t i o n incomberait à l ' O r g a n i s a t i o n
Mondiale de l a Santé» T o u t e f o i s , ces organisations c o l l a b o r e r o n t dans ces deux
-
*
,
problèmes»
Le Dr Clements souligne que l e s points mentionnés par l e Dr Gear, comme ne
f i g u r a n t pas dans l e rapport, r e l è v e n t d ' a u t r e s organisations : l e s o b s t a c l e s au
coînmerce n ' i n t é r e s s e n t pas 1 ¡ 0MS, l a f a b r i c a t i o n des produits alimentaires ^nr-bi.ont
au domaine de l ' O r g a n i s a t i o n pour l ' A l i m e n t a t i o n e t l ' A g r i c u l t u r e e t il
a été convenu,
tacitement, que l ' a l i j i i e n t a t i o n s c o l a i r e dépendrait, également, de c e t to dsrniere
Organisation. Ces p r i n c i p e s généraux se sont trouvés renforcés du f a i t que l a D i v i s i o n de l a N u t r i t i o n de l'OAA a un budget considérablement p l u s important que c a l u i
de l a Section de l^MS qui s s i n t é r e s s e à l a même question,? ces p r i n c i p e s sont é g a l e ment conformes au récent exposé du Directeur général sur l a s i t u a t i o n f i n a n c i è r e B
�
L ' o r a t e u r assure au Dr Gear q u ' i l e s t conforme à 1¡usage que l o s сomitas
d î e x p e r t s étudient l e s programmes p r o v i s o i r e s du Directeur général s i X»on estime
q u ? i l s n 1 auront pas l ' o c c a s i o n de l e f a i r e ultérieurement; or, l e Сomitó en question
a été c o n s t i t u é de façon à ne se réunir qu'une f o i s �
6 � PROPOSITION TENDANT A L^INSCRIPTION A L!ORDRE DU JOUR DE LA QUESTION DE TA
REPARTITION GEOGRAPHIQUE DU PERSO丽EL
‘ •
� .
•
.
•
Le Dr ŒARy en t a n t que Président.du Comité permanent des Questions admin i s t r a t i v e s e t f i n a n c i è r e s , mentionne que son Comité a examiné l a question de l a
•
»
,
.
.
“
dotation de l ' O r g a n i s a t i o n en personnel e t a abouti à l a conclusion que l a r é p a r t i t i o n
géographique e s t un domaine qui dépasse l e mandat du Comité, Cette question sera donc
soumise, en vue d'un examen, au Conseil E x é c u t i f , siégeant en séance plênière»
La séance e s t levée à 18 heures 305
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising