K - Esp@don

K - Esp@don
Chapitre 2:
Les causes de la croissance: le
modèle de Solow
1.
2.
3.
4.
1
B. Poirine
Les hypothèses
Le modèle de Solow sans progrès technique
Le modèle avec progrès technique
Les prédictions du modèle
03/02/2014
I. Les hypothèses
du modèle de Solow
Robert Solow, économiste américain, articles parus en 1956 et 1957
Lire le Chapitre 3 de Easterly: la surprise de Solow
2
B. Poirine
03/02/2014
La fonction de production
 Y = F(A, K,N,R,H)
 A= Etat de la technique, des connaissances
 K = capital physique
 N = travail (nbre d’ emplois ou heures de L)
 R = ressources naturelles
 H = capital humain (éducation, expérience)
 Pour simplifier on laisse de côté R et H
3
B. Poirine
03/02/2014
1. Hypothèse des Rendements
d’échelle constants
 Doubler ou tripler l’échelle de production => double ou
triple la production
 Une économie « fusionnée » avec une autre identique =>
deux fois plus de facteurs utilisés (K,N) produira deux fois
plus
 Multiplier par x la qté de tous les facteurs => on obtient x
fois plus de produit
 F(x.K, x.N…) = xF(K,N,….)
4
B. Poirine
03/02/2014
Production et capital
S’il y a des rendements d’échelle constants, on peut
réécrire ainsi la relation entre production et capital par
travailleur :
Yt
 Kt   Kt 
 f    F

N  N   N ,1
On suppose de plus que:
- N est constant
- il n’y a pas de progrès technique : la fonction
de production f ne change pas au cours du temps
5
Macroéconomie
Olivier Blanchard et Daniel
Cohen
2. Hypothèse des rendements
factoriels décroissants
 Hausse d’un facteur sans changer la qté des autres facteurs
=> efficacité décroissante
 Pool de secrétaires
Q
6
Q
2 secrétaires utilisant…
B. Poirine
1
Ordinateurs (K)
2
3
2 ordinateurs utilisés par…
Secrétaires( L)
1
2
3
03/02/2014
Y/N et K/N: efficacité décroissante du
K par travailleur
 Rendements constants => Y/N = F(K/N,N/N) = F(K/N,1)
Y/N Production par secrétaire: rendement décroissant du K/N
Ex: ordinateurs par
secrétaire (K/N)
ordinateurs par
secrétaire
0
7
B. Poirine
1
2
3
K/N
03/02/2014
Production et investissement
Pour obtenir une relation entre production et investissement,
on fait trois hypothèses simplificatrices :
 On suppose que l’économie est fermée : X = M = 0
 On ignore également le rôle du gouvernement : G=T=0.
Sous ces deux hypothèses, on a :
Y = C + I => S =Y - C = I
 On suppose que l’épargne privée S est proportionnelle au revenu :
S = sY
s est le taux d’épargne, compris entre 0 et 1.
En combinant ces relations, on obtient :
It = sYt
L’investissement est proportionnel à la production. Plus la production est
élevée, plus l’investissement est important.
8
II . Le modèle de Solow
Lire O.Blanchard-D.Cohen: Macroéconomie chap 4
Note mathématique utile pour la suite:
Si A croît de 3% par an et B de 2% par an
A*B croît de: (1,03*1,02) – 1 = 0,0506 ≈ 5% /an (3%+2%)
A/B croît de (1,03/1,02) – 1 = 0,0098 ≈ 1% /an (3%-2%)
L’approximation est valable pour les petits pourcentages
9
B. Poirine
03/02/2014
La hausse de K/N peut-elle donner
une croissance durable ?
Y/N production par travailleur
Y1/N
A1.F(K/N,1)
Ao.F(K/N,1)
Yo/N
Le progrès technique Ao=> A1
augmente Y/N pour K/N donné
1.
La hausse du capital par travailleur K/N ne peut pas
donner une croissance indéfinie de Y/N (ex:nbre de binettes
par agriculteur, nombre de truelles par maçon)
2. Seul le progrès technique (A) permet une croissance durable
sur le long terme (si A augmente avec K/N)
0
10
B. Poirine
k=K/N= capital/travailleur
03/02/2014
Investissement et accumulation du capital
L’évolution du stock de capital est donnée par la relation :
Kt+1 = (1 - d) Kt + It
d est le taux de dépréciation du capital pdt la période.
En combinant cette relation et la relation entre production
et investissement (It = sYt ), on obtient une relation entre
production et accumulation du capital :
Kt+1 = (1 - d) Kt + sYt
On divise par N:
ou encore :
11
Kt  1
Kt
Yt
 (1  d )
s
N
N
N
Kt  1 Kt
Yt
Kt

 s d
N
N
N
N
Evolution dynamique du capital et de la production
Yt
 Kt 
 f 
 N
N
Kt  1 Kt
Yt
Kt

 s d
N
N
N
N
Le produit détermine
l’accumulation du capital.
 Le stock de capital
détermine le produit.
En combinant ces deux relations, on obtient la relation
d’évolution du capital :
Kt  1 Kt
Kt
 Kt 

=
sf  

d


N
N
N
N
Évolution du capital par
tête entre t et t+1
12
=
Investissement
de l’année t
-
dépréciation de
l’année t
Capital(stock) et investissement (flux):
Métaphore de la baignoire
13
K/N: stock de capital (=
volume d’eau en litres)
Epargne = Invt : s.Y/N = I/N
= Achat de K nouveau (flux)
= débit du robinet qui coule
dans la baignoire (litres/heure)
Dépréciation du capital
δ(K/N)
= Débit du trou au fond (flux
en L/heure)
Si sY/N = δ(K/N) :
Etat stationnaire: le volume
d’eau K/N reste constant ds la
baignoire
B. Poirine
sf(K/N)
δ(K/N)
Le volume d’eau (K/N)
augmente
Si le débit du robinet (sY/N)
03/02/2014
Dépasse le débit du trou (δK/N)
Sans progrès technique l’économie
tend vers un « état stationnaire »
 En l’absence de progrès
technique, l’économie tend
vers un état stationnaire du
capital par tête K/N et du
produit par tête Y/N
(croissance zéro)
 L’épargne de chaque période
sY suffit juste à compenser la
dépréciation annuelle du
capital δK, donc le K reste
constant (le volume d’eau ne
change pas ds la baignoire)
 sF(K/N) = δ(K/N)
14
B. Poirine
 Cet état stationnaire de K/N
dépend:
 Positivement du tx d’épargne
s ( débit du robinet)
 Négativement du taux de
dépréciation du K : δ (débit du
trou d’évacuation)
 Négativement du tx de
croissance de N (Gn) qui
diminue le K par tête K/N:
c’est « l’évaporation » de l’eau
dans la baignoire).
03/02/2014
L’effet d’une variation du taux
d’épargne sur l’état stationnaire
Une hausse du taux d’épargne de s0 à S1
permet d’atteindre un plus haut niveau de
K/tête K1/N , donc de produit/tête
Y1/N=>Le pays qui épargne plus atteint
un état stationnaire plus élevé, toutes
choses égales par ailleurs…
15
B. Poirine
03/02/2014
L’effet du taux d’épargne sur la
croissance du produit par tête
 un taux d’épargne plus élevé permet d’atteindre un produit par tête plus élevé à l’état
stationnaire
 Dès que l’investissement excède la dépréciation du K, le débit du robinet > celui du trou, le niveau
de l’eau s’élève : le K/N augmente, donc le produit par tête Y/N aussi.
 Mais une fois atteint le nouvel état stationnaire Y1/N la croissance de Y/N s’arrête => la
croissance obtenue par la hausse du taux d’ épargne n’est pas indéfinie
Produit
par tête
Ici hausse
du taux
d’épargne
=> Un taux d’épargne + élevé ne donne
pas un tx de croissance indéfiniment + élevé
Y1*/N
Yo*/N
16
B. Poirine
0
Avec s1>so
Avec so
temps
03/02/2014
III. Solow avec progrès technique
Maintenant on fait varier A
17
B. Poirine
03/02/2014
Introduction du progrès technique
 Sans progrès technique, on arrive à un état stationnaire pour une
pop° donnée => pas de croissance indéfinie par la hausse du K/tête
puisqu’on arrive à un nouveau « plateau » stationnaire
 Pour les pays « en retard » (sous leur état stationnaire), rattraper
le niveau de K/N des pays plus avancés peut permettre d’obtenir une
croissance rapide, donc de rattraper leur retard (« convergence »:
ils épargnent plus, augmentent A, K/N et H/N, et rattrapent les
pays plus avancés: HK, SGP, la Chine…)
 Mais les pays où l’état de la technique et du capital/tête est déjà
élevé (riches) ne peuvent connaître de croissance de Y/N
que s’il y a du progrès technique (hausse de A)
18
B. Poirine
03/02/2014
Le progrès technique a plusieurs
dimensions
 produire des biens en plus grande quantité avec un même niveau
de capital et de travail (meilleures semences agricoles)
 produire des produits de meilleure qualité pour le même coût
(ordinateurs, voitures, TV)
 créer de nouveaux produits plus efficaces pour satisfaire le
même besoin (machine à laver le linge ou la vaisselle, lecteurs
DVD, système d’exploitation Windows)
 produire une plus grande variété de biens (plus de choix: la
voiture personnalisable)
 Il peut permettre de produire plus efficacement par une
réorganisation du travail (Ford, Toyota, le travail en réseau en
entreprise grâce à internet).
19
B. Poirine
03/02/2014
Introduction du progrès technique dans
la fonction de production
 Y= F (K,N,A)
 Hypothèse 1: Y = F (K, AN) : le progrès technique démultiplie la
force de travail de l’homme (moissonneuse) : ex un doublement
de A permet de produire 2 fois plus par travailleur (le PT agit
comme des « travailleurs clones »)
 AN= « travailleurs effectifs » (travailleurs réels + clones) Si A =
2 chaque travailleur voit sa force de travail doublée, comme si un clone avait
été créé qui travaillait « gratuitement » avec lui.
 Hypothèse 2: Rendements d’échelle constants:
xY = F (xK,xAN)
 Y/AN = produit par « travailleur effectif »
20
Y
 K 
 F
,1
B. Poirine
AN
 AN 
Y
 K 
 f

AN
 AN 
Changement
de variable:
y = Y/AN
k= K/AN
y03/02/2014
= f(k)
Hyp 3: Rendement factoriel décroissant du
K par travailleur effectif
I
sY
 K 

 sf 

 I = S = sY <=>
AN AN
 AN 
Y/AN= y
y = Y/AN
k= K/AN
y = f(k)
y=f(k)
La production par travailleur
effectif dépend du K/travailleur
effectif
21
B. Poirine
K/AN = k
03/02/2014
Capital(K/AN) et investissement
(sY/AN): Métaphore de la baignoire
K/AN stock de capital par
travailleur effectif =
Invt : s.(Y/AN) = I/AN
= Achat de K/AN (flux)
= débit du robinet qui coule
dans la baignoire (litres/heure)
Fuite de K/AN : par
dépréciation δK, par hausse de
A et par hausse de N:
(δ + Ga + Gn) (K/AN)
Si s(Y/AN) = I/AN
(δ + Ga + Gn) (K/AN) :
Etat stationnaire: le volume
Poirine
22
d’eau B.reste
constant
s(Y/AN)
Fuite: (δ + Ga + Gn )(K/AN)
Le volume d’eau K/AN augmente
Si le débit du robinet s(Y/AN)
Dépasse le débit du trou 03/02/2014
(δ + Ga + Gn) (K/AN)
Croissance équilibrée
 Le sentier de croissance
équilibrée est atteint lorsque:
 l’investissement courant par
𝑌
𝐴𝑁
travailleur efficace:𝑠
𝐾
𝑠𝑓( )
𝐴𝑁
=
est égal à:
 L’investissement nécessaire
pour maintenir constant le
capital par travailleur efficace
𝛿 + 𝐺𝑎 + 𝐺𝑛
23
B. Poirine
𝐾
𝐴𝑁
03/02/2014
La croissance équilibrée (à taux
constant) avec progrès technique
 L’équivalent de l’état stationnaire : la croissance à taux constant ou
« sentier de croissance équilibrée »
 le taux de croissance de Y est constant lorsque Y/AN et
K/AN sont constants d’une période à l’autre (le niveau de
l’eau ne change pas dans la baignoire)
 rendement d’échelle constant => les facteurs K et AN augmentent au même
taux => K /AN constant => K augmente au même rythme que AN
 Si la croissance de K > celle de AN alors K/AN augmente et il y a
rendement décroissant du K => croissance de moins en moins rapide de
Y/AN
 <=> croissance de K (GK) et de Y(GY) = croissance de AN
 <=> GK = GAN = GA + GN
24
Note:
tx de croissance de AB = tx de croissance de A + Tx de croissance de B
B. Poirine
03/02/2014
Approximativement vrai pour de petits pourcentages
La croissance équilibrée
(croissance à taux constant)
 (Y/AN) constant => Tx
GA + GN
croissance de Y =
 Le tx de croissance du produit = tx croissance
progrès technique + tx croissance population
 => A LT (croissance équilibrée) le tx de
croissance est indépendant du taux
d’épargne
 le produit par têteY/N croît au tx de croissance de Y (GA
+ GN) moins celui de N(GN) => au taux GA
 taux de croissance du produit par tête =
25
Note:
de croissance
croissance de A/B
tx de croissance
de A - Tx de croissance de B)
tauxtxde
du= progrès
technique
B.Approximativement
Poirine
vrai pour de petits pourcentages annuels
03/02/2014
Le sentier de croissance équilibrée
Les caractéristiques du sentier de croissance équilibrée
Variable
Taux de
croissance
1. Capital par travailleur effectif K/AN
0%
2. Production par travailleur effectif Y/AN
0%
3. Capital par travailleur K/N = (K/AN)*A
gA
4. Production par travailleur Y/N = (Y/AN) * A
gA
5. Travail N
gN
6. Capital K
gA + gN
7. Production Y = (Y/AN) * (AN)
gA + gN
26
Macroéconomie
Olivier Blanchard et Daniel
Cohen
IV. Les prédictions du modèle
Lire chapitre 3 Easterly
27
B. Poirine
03/02/2014
A long terme dans les pays industriels avancés, le
progrès technique détermine la croissance du
produit par tête
Taux de croissance de la production par habitant et taux de
progrès technique dans quatre pays riches, 1950-2003
Croissance de la production par
habitant (%)
28
Taux de progrès technique (%)
1950-1973
(1)
1973-2003
(2)
Variation
(3)
1950-1973
(4)
1973-2003
(5)
Variation
(6)
France
4.8
2.0
-2.8
5.3
1.6
-3.7
Japon
7.1
2.0
-5.1
7.0
1.3
-5.7
Royaume-Uni
3.4
1.7
-1.7
3.7
1.8
-1.9
Etats-Unis
2.7
1.3
-1.4
2.9
1.4
-1.5
Moyenne
4.5
1.7
-2.8
4.7
1.5
-3.2
• Rattrapage des USA par l’Europe et le Japon après la guerre (50-73)
= Rattrapage du K/tête et progrès technique plus rapide (imitation des méthodes US)
• Ralentissement de la croissance après 1973 = ralentissement du taux de progrès
technique
B. Poirine
03/02/2014
Rattrapage du sentier de croissance
équilibrée:L’exemple de l’après-guerre
B*
29
B. Poirine
•
En 1945, la France avait souffert de très
lourdes pertes, le stock de capital en 1945
était 30% plus faible qu’avant la guerre. Elle
était en B (sous-capitalisée) avec AC>AD:
•
Invest courant > Invt nécessaire…
•
=> Hausse de K/AN
•
le pays est passé de B en B*: il a connu une
croissance accélérée de la production : 9,6%
par an entre 1946 et 1950
•
Une fois en B* la croissance s’est ralentie à
environ 4-5%/an (rythme du progrès
technique + croissance du facteur L).
•
Progrès technique rapide car on copiait les
innovations américaines
•
=> européens et japonais ont connu une
croissance plus rapide que les USA
(rattrapage de la productivité américaine)
03/02/2014
Illustration: Les « miracles » allemands
et japonais après la guerre
 Les deux pays vaincus après 1945 ont subi des destructions
massives de capital.
 Les 2 pays sortent de la guerre dans un état de pauvreté extrême.
 Le PIB/hab s’accroît de 1948 à 1972
 De 8,2% par an au Japon
 De 5,7% par an en Allemagne
 Contre 2,2% aux USA
 Causes:
 Sous capitalisés au départ => Convergence vers leur sentier de croissance
équilibrée de LT
 Imitation du modèle américain => rattrapage du niveau technologique US
=> Ga croît + vite qu’aux USA (cf tableau diapo 19).
30
B. Poirine
03/02/2014
L’effet d’une variation du taux d’épargne: hausse
de la production par travailleur effectif
31
B. Poirine
03/02/2014
Effet d’une hausse du taux
d’épargne
Production Y (échelle logarithmique*)
B
s = s 1 > s0
A
s = s0
La hausse du taux d’épargne
en A provoque une croissance plus
rapide de la production, jusqu’à
ce que soit atteint le nouveau
sentier de croissance équilibré en B
La croissance de Y reprend alors
au taux égal à GA + GN
* Sur une échelle logarithmique la croissance à taux
constant (exponentielle) devient une droite
32
B. Poirine
temps
03/02/2014
Taux d’épargne (1993) et taux de
croissance (1980-93)
 Ainsi, malgré de faibles revenus, les
chinois épargnent en 1993 40% du PNB,
les singapouriens 47%, les coréens 36%,
les thaïlandais 36%, alors que les français
sont à 20%, les américains du nord à 15%,
et les “pays les moins avancés” (pour la
plupart des pays africains) sont à 5%.
 Les quatre premiers pays ont depuis 1980
un taux de croissance du PIB par habitant
de 6 à 8% par an de 1980 à 1993, alors
que la France est à 1,6% par an, et les
“pays les moins avancés” à 0,5% par an.
 => Les pays émergents d’Asie, sous-capitalisés
au départ, « convergent » vers les pays
industriels occidentaux, conformément au
modèle de Solow.
03/02/2014
B. Poirine
Chine
Corée du sud
Thailande
Singapour
Hong Kong
Indoné sie
Ma la isie
Japon
Espagne
Roy aum e Uni
Italie
RFA
Belgique
Eta ts Unis
P ay s-Ba s
Australie
Franc e
Cana da
Suède
Nelle Zé la nde
Tx de
croissa nce
annue l du
P NB pa r
Epargne
ha b.1980- intérieure
93
% du P NB
8,2
40
8,2
35
6,4
36
6,1
47
5,4
31
4,2
31
3,5
38
3,4
33
2,7
19
2,3
14
2,1
20
2,1
22
1,9
23
1,7
15
1,7
24
1,6
19
1,6
20
1,4
18
1,3
17
33 24
0,7
Taux d’épargne (1993) et taux de
croissance (1980-93)
90
80
70
Taux d’épargne
taux d'investissem ent en % du PIB
60
50
40
30
20
10
0
34
B. Poirine
-10
-5
0
5
10
03/02/2014
Taux de croissance annuel du PNB
taux de croissance annuel m oyen (80-94)
Taux d’épargne (1993) et taux de
croissance (1980-93)
Taux d'épargne en % du PNB en 93
50
SGP
45
Chine
40
Malaisie
Thailande
35
Corée
Indonésie HK
30
« Dragons » et pays émergents d’Asie
25
F
20
USA
RU
15
10
Vieux pays industriels
5
0
35
B. Poirine
0
2
4
6
8
10
Taux de croissance annuel 80-93 du PNB/hab
03/02/2014
Investir plus permet une croissance
plus forte
(a) croissance 1960- 1991
South Korea
Singapore
Japan
Israel
Canada
Brazil
West Germany
Mexico
United Kingdom
Nigeria
United States
India
Bangladesh
Chile
Rwanda
0
South Korea
Singapore
Japan
Israel
Canada
Brazil
West Germany
Mexico
United Kingdom
Nigeria
United States
India
Bangladesh
Chile
Rwanda
1
Figure 24-1
36
(b) Investissement 1960-1991
B. Poirine
2
3
4
5 6 7
croissance (%)
0
10
20
30
40
Investissement (% du PIB)
03/02/2014
Chap 3. Convergence des
économies et capital humain
La convergence des économies se
vérifie-t-elle ?
D’après Solow, des économies sous-dotées en capital tendent à
converger vers celles qui sont déjà à leur état stationnaire, toutes
choses égales par ailleurs.
Convergence des p. industrialisés
Convergence des pays de l’OCDE
(organisation de coopération et de
développement économique)
Absence de convergence dans le
monde 1960-1990
Convergence conditionnelle (19601990)
 On calcule pour chaque
économie la déviation
par rapport à son état
stationnaire calculé en
1960 (si le signe est
négatif, c’est que
l’économie est sousdotée en capital au
départ)
 On vérifie que le taux
de croissance ultérieur
dépend de cette
déviation, pour toutes
les économies du monde
La convergence des économies se
vérifie-t-elle ?

ne se vérifie pas pour les pays africains (sauf
l’Afrique du Sud), dont le retard technologique et
en capital humain est important, et pour certains
pays d’ Am du Sud, comme l’Argentine, qui a
décliné au XX° siècle (problème d’institutions que
nous verrons plus loin)

Pb: la convergence n’est valable que pour des
économies semblables au niveau des autres
variables que le capital physique: même capital
humain, mêmes institutions, même niveau
technologique. C’est loin d’être le cas en réalité

Ex de la Chine: avant 1978 elle refusait de s’ouvrir
aux investissement étrangers, puis elle s’est
ouverte largement (d’abord aux investissements
chinois de Hong Kong, Singapour et Taiwan, puis
aux multinationales européennes et américaines).


Elle s’est alors mise à « converger » (croissance
très rapide)
Ex des ex-pays communistes d’Europe de l’Est
(coupés des échanges avec l’Ouest jusqu’en 1990).
Ils convergent vers les pays d’Europe de l’Ouest
depuis

Pb: l’état stationnaire peut être très faible si le
niveau technologique reste très bas, par exemple si
le niveau d’éducation est si faible que les nouvelles
technologies ne peuvent être assimilées, en
particulier si les incitations à acquérir de
l’éducation n’existent pas
 si les institutions entravent le développement de la
libre entreprise et de la concurrence, ce qui
empêche l’adoption d’innovations
 la productivité est plus faible dans les pays
protectionnistes ou dans les secteurs protégés
de la concurrence internationale,
 l’innovation est nulle dans les éco planifiées
sans aucun secteur privé
 si les transferts de technologie sont entravés par
des restrictions décourageant l’investissement
étranger, ou décourageant la libre entreprise.

VI. Introduction du capital humain
dans le modèle (Mankiw)
Introduction du capital humain
dans le modèle de Solow
 Supposons maintenant que la production est réalisée en
combinant le capital physique avec le capital humain, H
suivant une fonction Cobb-Douglas
 Y = Ka (AH)1−a
(1)
 où A représente un progrès technique renforçant le travail. A
croît au taux exogène g.
L’introduction du capital humain
 Les travailleurs de cette économie peuvent augmenter leur
qualification en choisissant de consacrer du temps à leur éducation
au lieu de travailler. Soit u la fraction du temps d’un individu
réservée à l’éducation (1-u) étant consacré à la production. Si la
population est donnée par Nt
 Le travail de base utilisé dans la production est
Lt = (1−u)Nt .
 L’éducation transforme le travail de base en travail qualifié selon la
relation
 Ht = e yu · Lt
(2) (Si u augmente d’un an, H augmente de
y%) (proche de 10%)
L’introduction du capital humain
 Sur le sentier de croissance équilibré, on a
Où y = Y/L, h= H/L, A= niveau technologique, sK = taux d’épargne
n= taux de croissance de N, d= taux de dépréciation du K, g = tx
de croissance du progrès technique
le capital humain par travailleur h, et le niveau technique A,
augmentent la productivité du L à l’état stationnaire => le niveau
d’éducation explique une partie des différences de y*
 On peut utiliser ce modèle pour expliquer les différences de
produit par tête entre les nations (Hall et Jones 1999)
Produit par travailleur: Explication des différences
Le modèle de Hall
et Jones (1999)
Expliquer les
Différences:
France/USA
France/URSS
Chine/USA
Conclusions du modèle augmenté
du capital humain (Hall et Jones)
 Les différences d’intensité capitalistique K/L et de capital humain
H/L n’expliquent qu’une faible partie des différences de produit
par tête observées
 Les différences proviennent essentiellement de la productivité
globale des facteurs, donc du niveau technologique A
 ex de la Chine: si elle avait eu en 1988 la même productivité
globale A, la Chine aurait eu un produit par tête égal à 50% de
celui des USA, contre 6% en réalité
 Conclusion: la course au développement est essentiellement une
course au progrès technique: rattraper le niveau technologique du
peloton de tête...
Le « rattrapage » :mode d’emploi
 Si la technologie est en retard en A, il peut « copier » B (transfert




50
de technologie: le TGV en Corée du sud, Peugeot en Chine).
En « copiant », A peut obtenir un tx de progrès technique Ga plus
élevé qu’en B (qui ne peut copier sur personne mais doit innover)
Si le K/tête est plus bas en A, il peut l’augmenter plus vite qu’en
B par un effort d’épargne supérieur pendant la phase de
« rattrapage » (Chine s=40%)
Si le capital humain est trop bas, il faut consacrer plus d’effort à
l’éducation en % du PIB.
Mais une fois le rattrapage effectué (même K/AN), un tx
d’épargne plus élevé n’apporte plus de croissance supplémentaire
(ex: le Japon depuis 1990)
B. Poirine
03/02/2014
Taux de croissance démographique
et revenu/hab
51
B. Poirine
03/02/2014
Conclusion
 A long terme seul le taux de croissance du progrès technique
détermine le tx de croissance du produit par tête
 Ceci explique le rattrapage (partiel) des USA par les pays européens et le Japon après
1945 : ils ont « copié » les méthodes US
 La hausse accélérée du capital/travailleur et l’acquisition de savoir
technologique (et de K humain par l’éducation) sont les deux
moyens de « rattraper » un retard initial de produit par tête
 Un taux d’épargne élevé, et un effort d’investissement en R&D et
en éducation, permettent de rattraper plus vite le niveau de
produit par tête des pays plus avancés, et d’élever le produit par
tête de l’état stationnaire lorsqu’il est atteint.
52
B. Poirine
03/02/2014
FIN
53
B. Poirine
03/02/2014
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising