DossPress-2011-OK-32 pages copie.indd

DossPress-2011-OK-32 pages copie.indd
2011
Illustration Xavier Gorce
Chauffage au bois labellisé
Flamme Verte, la garantie de l’économie et de l’écologie
1
V
2
S
3
D
4
L
Historique récent de Flamme Verte
et du chauffage au bois domestique
direction générale
de l’Urbanisme
de l’Habitat et
de la Construction
5
M
6
M
7
J
8
V
Flamme Verte intègre la Réglementation Thermique
en vigueur en juin 2009
RÉGLEMENTATION
THERMIQUE 2005
Les appareils de chauffage au bois ont intégré la RT 2005 pour les constructions neuves.
Désormais cette technologie est reconnue comme un véritable moyen de chauffage et
DES BÂTIMENTS CONFORTABLES ET PERFORMANTS
peut être prise en compte dans le calcul économique et énergétique lors de la construc-
9
S
10
D
11
L
12
M
13
M
14
J
15
V
16
S
et performant. Pour les primo-acquéreurs, le taux de crédit d’impôt s’élève à 22 %.
17
D
L’étiquetage de performance environnementale
18
L
19
M
tion et ce d’autant plus si les appareils répondent aux exigences de Flamme Verte.
20
M
21
J
22
V
Cette avancée s’est confirmée le 26 octobre 2010 avec la parution du décret relatif
aux caractéristiques thermiques et à la performance énergétique des constructions.
€
Le chauffage au bois intégrera ainsi la prochaine Réglementation Thermique, la RT 2012.
Le crédit d’impôt
En 2011, les pouvoirs publics ont confirmé leur volonté de favoriser le renouvellement
des appareils de chauffage au bois anciens, beaucoup moins performants et beaucoup
plus polluants que les appareils labellisés Flamme Verte : un crédit d’impôt de 36 % est
accordé aux particuliers qui remplacent leur ancien appareil par un équipement moderne
'0%77)()4)6*361%2')
) 2 : - 6 3 2 2 ) 1 ) 2 8% 0 )
%TTEVIMPHIGPEWWIqXSMPIW
GSRJSVQIkPEGLEVXIUYEPMXq*PEQQI:IVXI
Depuis janvier 2010, les nouveaux appareils Flamme Verte bénéficient d’une nouvelle
étiquette. Celle-ci classe les appareils en 5 catégories en fonction de leurs performances
énergétique et environnementale (rendement et émissions de CO). Plus les performances
sont élevées, plus l’étiquette affiche d’étoiles. Pour être labellisés Flamme Verte, les appareils doivent afficher 3, 4, ou 5 étoiles.
'IXETTEVIMPHSMXsXVIMRWXEPPqTEVYRTVSJIWWMSRRIPWIPSRPIWVrKPIWHI
P´EVXIXGSRJSVQqQIRXEY\VrKPIWXIGLRMUYIWVETTIPqIWHERWPERSXMGI
9RIFSRRIYXMPMWEXMSRHIGIXETTEVIMP
EPMQIRXqEYFSMWGSRXVMFYIkqGSRSQMWIV
P´qRIVKMIkVqHYMVIPIWqQMWWMSRWHIKE^
kIJJIXHIWIVVIIXkTVqWIVZIVRSXVI
IRZMVSRRIQIRX
[[[¾EQQIZIVXISVK
L’échéancier Flamme Verte
Depuis le 1er janvier 2011, le classement Flamme Verte de performance environnementale
23
S
24
D
À compter du 1er janvier 2012, seuls les appareils affichant 4 ou 5 étoiles seront labellisés
25
L
Flamme Verte.
26
M
appareils dotés de 5 étoiles.
27
M
28
J
29
V
30
S
31
D
%ZIGPIGSRGSYVWHIP´%()1)
des appareils prend en compte les émissions de poussières. Ce critère intègre désormais
la classe 5 étoiles.
2
À compter du 1er janvier 2015, le label Flamme Verte ne sera plus accordé qu’aux seuls
Évolution de charte Flamme Verte ‘’chaudières domestiques’’
Le label distinguant la partie « chaudières domestiques » de la partie « appareils indépendants », les évolutions se font aussi distinctement. Ainsi, depuis 2011, les chaudières
labellisées sont désormais aussi munies d’une étiquette de performance Flamme Verte à
étoiles.
De nombreux fabricants d’équipements de chauffage
au bois sont engagés, auprès d’UNICLIMA, du Syndicat des
énergies renouvelables et de l’ADEME, dans la lutte contre
le changement climatique.
Ils participent à cet enjeu, en proposant, sous le label
Flamme Verte, des équipements contemporains, économes et
performants, moins consommateurs de bois et peu polluants.
S OM M A I R E
Ces qualités constituent les principaux atouts de Flamme Verte
et permettront de développer davantage encore le chauffage au
bois dans notre pays.
Depuis 2005, la France confirme son engagement dans la
promotion du bois énergie, en accordant un crédit d’impôt
à tous les appareils labellisés Flamme Verte.
Objectifs du Grenelle de l’environnement
pour le chauffage au bois domestique
4
Flamme Verte au service des utilisateurs
et de la protection de l’environnement
6
- Ce que Flamme Verte veut dire
- Certita
- Évolution des performances
La protection de l’environnement
I - Lutte contre les gaz à effet de serre
II - Alliance de la performance énergétique
et de la réduction des émissions polluantes
III - Nouvel étiquetage
IV - Valorisation énergétique et préservation de la forêt
Flamme Verte : au service de la qualité de l’air
I - Combustion du bois et émissions de particules
II - OUI aux foyers fermés, NON aux cheminées ouvertes
III - Les garanties apportées par Flamme Verte
IV - Les bonnes pratiques au service de la qualité de l’air
6
6
7
8
8
8
9
10
11
11
11
12
14
Prélèvements de contrôle Flamme Verte
15
Les bénéfices du label Flamme Verte pour les utilisateurs
16
I - Des mesure financières toujours incitatives
II - Le bois : un combustible compétitif pour chauffer son logement
III - Les appareils indépendants
IV - Les chaudières
Choix, installation et entretien
I - Où trouver un appareil Flamme Verte ?
II - Installer
III - Entretenir son installation
IV - De quel bois se chauffer ?
16
18
20
22
24
24
25
25
26
Recherche et développement
28
Les signataires Flamme Verte
30
3
“
De l’utilité d’un label Flamme Verte...
Jean-Louis BAL
Président du Syndicat des énergies renouvelables
© Jean Chiscano
« Le label Flamme Verte, créé en 2000 à l’initiative de
l’ADEME et des fabricants d’appareils de chauffage
au bois domestique, poursuit son développement
avec près d’une soixantaine de signataires de la charte de qualité.
Flamme Verte est logiquement devenue la référence en matière de
chauffage au bois domestique.
Le Grenelle de l’environnement a préconisé un développement
massif du parc des appareils de chauffage au bois, de six millions
en 2006 à neuf millions d’ici à 2020, et l’installation d’équipements
performants, sur les plans énergétiques et environnementaux. Cette
préconisation s’est traduite dans la loi de finances rectificative 2010
dans laquelle le gouvernement et le parlement encouragent les appareils performants et ont pris des mesures favorisant les appareils
labellisés Flamme Verte. De leur côté, les signataires de la charte
Flamme Verte poursuivent leurs efforts pour améliorer toujours davantage les performances environnementales et énergétiques de
leurs équipements et pour donner aux particuliers l’information la
plus claire : ainsi, depuis janvier 2010, tous les appareils Flamme
Verte font l’objet d’un nouvel étiquetage précisant leurs performances à la fois écologiques et énergétiques. Les émissions de particules, également au cœur des préoccupations des industriels, ont
intégré en 2011, les classes de performances environnementales
Flamme Verte. »
Objectifs du Grenelle
de l’environnement pour le
chauffage au bois domestique
Consommation
annuelle
de bois énergie
pour le chauffage
domestique :
2006
2020
5,75 millions
de logements
7,4 Mtep
9 millions
de logements
7,4 Mtep
Source : Rapport final du Comité opérationnel n°10
Grenelle et chauffage au bois domestique
Le Grenelle de l’environnement prévoit une augmentation de
plus de trois millions du nombre de logements chauffés au
bois, à consommation de combustible égale. Ceci s’explique
simplement par les avancées technologiques qu’a connues la
filière bois énergie. En effet, les appareils de conception moderne sont plus performants pour une consommation de bois
moindre. De plus, ces chiffres intègrent le renouvellement de
près de quatre millions d’appareils du parc ancien. Ces deux
éléments permettront à la France de disposer d’un parc d’ap-
Pierre-Louis FRANÇOIS
Président d’UNICLIMA
pareils de chauffage au bois moderne, performant et respectueux de l’environnement.
Biomasse + Solaire : la solution 100 % EnR
Jean-Christophe POUET
« Les fabricants continuent d’investir et de développer des chaudières bois toujours plus performantes bien que ce
marché soit fortement tributaire du prix des énergies traditionnelles. Pourquoi ?
Parce que les chaudières bois assurent la totalité des besoins en
chauffage et en eau chaude pendant la saison de chauffe.
Parce qu’elles présentent les meilleures performances énergétiques
et le plus faible niveau d’émissions de tous les appareils utilisant le
bois combustible.
Parce qu’elles peuvent être associées à du solaire thermique et
offrent ainsi une couverture 100 % EnR.
À travers leur engagement aux côtés de l’ADEME dans le label Flamme Verte, les fabricants de chaudières bois démontrent leur volonté
collective d’améliorer en permanence la performance énergétique
de leurs produits et de limiter leurs émissions.
Dans cet esprit, les partenaires ont déjà décidé d’aligner les critères du label Flamme Verte pour les chaudières sur les classes de
rendement et d’émission plus strictes qui figureront dans la norme
NF EN 303-5, qualifiant les produits, en cours d’évolution. »
4
Chef du service Bioressources de l’ADEME
Performance et pragmatisme du label
Flamme Verte.
« Depuis plusieurs années avec le label Flamme Verte,
l’ADEME, les pouvoirs publics et les constructeurs
d’appareils de chauffage au bois ont la volonté de faire progresser
à la fois les performances énergétiques et environnementales des
équipements et aussi développer ce marché :
- améliorer la performance des modes de chauffage au bois, c’est
réduire les consommations de bois, faire des économies, simplifier les manipulations et fortement diminuer la pollution de l’air ;
- développer le marché, c’est augmenter l’activité économique,
créer des emplois, entretenir la forêt et les paysages tout en
contribuant à l’objectif français de lutte contre le changement climatique.
Notre souhait est de poursuivre activement ce partenariat autour
de Flamme Verte mais aussi au travers d’un soutien à la recherche
et l’innovation. »
Le marché en 2010
ront pour ce secteur en 2012. La filière bois dans sa globalité, où
Dans un contexte économique difficile, le marché des appareils
le savoir-faire français est très important, comporte un gisement
de chauffage au bois, soutenu par un crédit d’impôt de 36 %, n’a
potentiel qui pourrait dépasser les 100 000 emplois en 2020 si
subi qu’un léger retrait. 465 000 appareils de chauffage au bois
les objectifs que notre pays s’est fixés – augmenter de 50 % la
ont été vendus en 2010.
chaleur de source renouvelable – sont atteints.
Pour la seconde année consécutive, les ventes de poêles ont dépassé celles des inserts : 259 000 poêles vendus (56 %) contre
Chiffres clés
180 000 inserts (39 %). Le nombre de chaudières vendues, en revanche, est en baisse de 17 % avec 17 000 pièces vendues pour
l La France est le premier utilisateur européen de bois énergie,
la même année.
essentiellement grâce au chauffage domestique qui représente
Le marché des appareils de chauffage au bois a vocation à se
une consommation annuelle de 7,4
développer dans les logements neufs, grâce à l’apparition d’ap-
équivalent pétrole). Plus de
pareils de basse puissance pour répondre à l’arrivée des loge-
équipés d’un appareil de chauffage au bois. L’âge moyen du parc
ments peu énergivores.
est de 15 ans.
Mtep (millions de tonnes
7 millions de ménages sont
Rappelons que les cheminées ouvertes ne sont pas considérées
comme des appareils de chauffage. En effet, leur rendement
l Le bois est utilisé avant tout comme appoint. En effet, la
énergétique est très faible : inférieur à 10 %, quand celui des ap-
consommation moyenne est de 8 stères par an pour les posses-
pareils Flamme Verte s’élève au minimum à 70 %.
seurs d’un appareil indépendant qui l’utilisent comme source
principale de chauffage et de seulement
4 stères pour un
Un renouvellement du parc encouragé par
les pouvoirs publics
consommation annuelle est de l’ordre de 2,5 tonnes. Le proprié-
Le renouvellement des appareils anciens est une priorité. C’est
taire d’une chaudière à bois consomme 12 à 16 stères de bois
pourquoi le crédit d’impôt est plus favorable (36 % en 2011) en cas
par an, selon le volume à chauffer.
usage d’appoint. Dans le cas d’un poêle à granulés, la
de remplacement d’un appareil ancien que lorsqu’il s’agit de l’acquisition d’un premier équipement de chauffage au bois (22 %).
l Le bois consommé en appoint représente
90 % de la
consommation domestique française.
38 000 emplois en 2012
Pour la seule filière de fabrication, commercialisation et installa-
l La récolte, la transformation et l’utilisation du bois comme
tion d’appareils indépendants de chauffage au bois domestique
énergie sont des facteurs puissants de développement de l’em-
(inserts, poêles, foyers fermés), le nombre d’emplois équivalent
ploi, notamment en zone rurale. La filière représente près de
temps plein s’élève à près de 30 000. 38 000 personnes travaille-
60 000 emplois.
Équivalences énergétiques :
1 000 kWh
⇔ 3/4 de stère ⇔ 220 kg de granulés ⇔ 100 litres de fioul ⇔ 0,08 tep
5
© René Brisach
Flamme Verte au service
et de la protection de l’e
Ce que Flamme Verte veut dire
Le label Flamme Verte a été élaboré par l’ADEME et des fabricants
conformité à une norme en vigueur,
d’appareils domestiques pour promouvoir l’utilisation du bois et des
le respect du seuil minimum de
appareils de chauffage au bois performants dont la conception répond
rendement et du seuil maximum du
à une charte de qualité exigeante en termes de rendement énergétique
taux de polluants. Ces critères évoluent
et d’émissions polluantes. Ce label, géré par le Syndicat des énergies
régulièrement pour perfectionner
renouvelables et sous le couvert de l’ADEME, concerne les appareils
le parc d’appareils de chauffage
domestiques de chauffage au bois : inserts, foyers fermés, poêles, cui-
au bois français. Depuis 2010, sur
sinières et chaudières. Il s’inscrit dans le programme bois énergie de
tous les appareils indépendants
l’ADEME, soutenu par les pouvoirs publics pour promouvoir cette éner-
labellisés Flamme Verte, une étiquette
gie et répondre ainsi aux objectifs du Grenelle de l’environnement : 23 %
précise la classe de performance
d’énergie de source renouvelable dans notre consommation en 2020.
Association pour la certification des
équipements Industriels et appareils
domestiques de chauffage, refroidissement, conditionnement et traitement d’air.
Créée en juillet 2009, CERTITA est une société consacrée à la
certification dans le domaine du génie climatique et de l’aéraulique
du bâtiment.
Filiale commune de l’ATITA, du CETIAT, du CSTB et du LNE,
CERTITA SAS s’appuie sur la synergie des compétences de ses
fondateurs pour proposer une offre complète de certification
sous forme de marques et de labels reconnus. CERTITA délivre
ainsi en particulier les marques NF sous mandatement d’AFNOR
Certification et CSTBat sous licence du CSTB, et a repris la gestion
des listes d’appareils labellisés Flamme verte.
La société, organisme indépendant et impartial, gère l’ensemble
du processus de certification : essais, audits et évaluations,
pour un très large éventail d’équipements aussi bien dans le
domaine du chauffage et de la réfrigération que de la ventilation
et du solaire thermique, ce qui en fait un guichet unique de
6
L’obtention du label sous-entend la
environnementale de l’équipement.
certification du génie climatique.
Afin de garantir la véracité des caractéristiques — un rendement
minimum, des émissions (CO, COV et poussières) maximum
et le type de combustion (traditionnelle ou inversée) qu’ils
communiquent pour l’obtention du label Flamme Verte — les
fabricants d’appareils de chauffage au bois domestique adhérant à
Flamme Verte sont signataires d’une charte qualité d’engagement
avec CERTITA. L’ensemble des signataires de cette charte
s’engage notamment à déterminer et communiquer les valeurs et
caractéristiques des matériels qu’ils choisissent d’intégrer à la base
Flamme Verte en se conformant aux normes et réglementation en
vigueur, ainsi qu’aux règles techniques énoncées par le Comité
de pilotage Flamme Verte. Les signataires doivent également
s’assurer que les données communiquées sont conformes
aux données de la base Flamme Verte et qu’elles sont à jour
vis-à-vis des modifications de leurs gammes et modèles. Tous
les appareils font l’objet d’un audit documentaire, réalisé par
CERTITA qui vérifie l’exactitude des annonces des fabricants. La
liste des appareils à bois indépendants labellisés est contrôlée
tous les trimestres par cet organisme.
des utilisateurs
environnement
Les appareils Flamme Verte évoluent vers les meilleures performances inscrites dans
les normes européennes. Ainsi, aujourd’hui, le rendement énergétique minimum pour
les appareils de chauffage au bois indépendants est de 70 % et de 80 % pour les chaudières.
ÉVOLUTION DES PERFORMANCES DES APPAREILS INDÉPENDANTS LABELLISÉS FLAMME VERTE
APPAREILS INDÉPENDANTS
2004
2005
2006
2007
2008
2009
Rendement
60 %
65 %
65 %
70 %
70 %
70 %
2010
70 %
2011
70 %
CLASSE DE PERFORMANCE
E N V I R O N N E M E N TA L E
Appareil de classe 4 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
Taux de monoxyde de carbone
maximum*
1%
0,8 %
0,6 %
0,6 %
0,5 %
0,3 %
0,3 %
CLASSE DE PERFORMANCE
E N V I R O N N E M E N TA L E
Appareil de classe 4 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
Appareil de classe 3 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
Appareil de classe 3 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
Cet appareil doit être installé par un professionnel selon les règles de
l’art et conformément aux règles techniques rappelées dans la notice.
0,3 %
Une bonne utilisation de cet appareil
alimenté au bois contribue à économiser
l’énergie, à réduire les émissions de gaz
à effet de serre et à préserver notre
environnement.
Avec le concours de l’ADEME
Cet appareil doit être installé par un professionnel selon les règles de
l’art et conformément aux règles techniques rappelées dans la notice.
Une bonne utilisation de cet appareil
alimenté au bois contribue à économiser
l’énergie, à réduire les émissions de gaz
à effet de serre et à préserver notre
environnement.
Avec le concours de l’ADEME
125 à 13 % d’O2
Taux de poussières**
* Pourcentage du volume des fumées
ÉVOLUTION DES PERFORMANCES DES CHAUDIÈRES LABELLISÉES FLAMME VERTE
Rendement (%)
Chaudières
2010
Manuelles
Pn ≤ 50 kW
50 < Pn ≤ 70 kW
Automatiques
Pn ≤ 50 kW
50 < Pn ≤ 70 kW
≥ 80
2011
≥ 80
2010
CLASSE DE PERFORMANCE
E N V I R O N N E M E N TA L E
Appareil de classe 4 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
Appareil de classe 3 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
Cet appareil doit être installé par un professionnel selon les règles de
l’art et conformément aux règles techniques rappelées dans la notice.
≥ 85
≥ 85
Taux de monoxyde
de carbone*
Une bonne utilisation de cet appareil
alimenté au bois contribue à économiser
l’énergie, à réduire les émissions de gaz
à effet de serre et à préserver notre
environnement.
Avec le concours de l’ADEME
5 000
2 500
2011
5 000
2 500
3 000
3 000
2 500
2 500
Taux de COV
(Composés Organiques
Volatiles)*
2010
CLASSE DE PERFORMANCE
E N V I R O N N E M E N TA L E
Appareil de classe 4 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
Appareil de classe 3 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
Cet appareil doit être installé par un professionnel selon les règles de
l’art et conformément aux règles techniques rappelées dans la notice.
Une bonne utilisation de cet appareil
alimenté au bois contribue à économiser
l’énergie, à réduire les émissions de gaz
à effet de serre et à préserver notre
environnement.
Avec le concours de l’ADEME
150
100
2011
150
100
100
80
80
2010
CLASSE DE PERFORMANCE
E N V I R O N N E M E N TA L E
Appareil de classe 4 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
100
Taux de poussières**
150
2011
150
à 10 % d’O2 à 10 % d’O2
Appareil de classe 3 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
Cet appareil doit être installé par un professionnel selon les règles de
l’art et conformément aux règles techniques rappelées dans la notice.
Une bonne utilisation de cet appareil
alimenté au bois contribue à économiser
l’énergie, à réduire les émissions de gaz
à effet de serre et à préserver notre
environnement.
Avec le concours de l’ADEME
CLASSE DE PERFORMANCE
E N V I R O N N E M E N TA L E
Appareil de classe 4 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
Appareil de classe 3 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
150
150
à 10 % d’O2 à 10 % d’O2
Cet appareil doit être installé par un professionnel selon les règles de
l’art et conformément aux règles techniques rappelées dans la notice.
Une bonne utilisation de cet appareil
alimenté au bois contribue à économiser
l’énergie, à réduire les émissions de gaz
à effet de serre et à préserver notre
environnement.
Avec le concours de l’ADEME
* Valeurs d’émission exprimées en parties par million (ppm)
** Valeur exprimée en milligrammes par mètre cube (mg/m3)
CAS PARTICULIERS
Les appareils indépendants
Flamme Verte ont un rendement
supérieur à :
- 70 % pour les appareils à bûches ;
- 75 % pour les poêles de masse ;
- 85 % pour les appareils à granulés.
Cela conduit à une économie de bois
substantielle.
Leurs émissions de poussières
sont inférieures à 125 mg/m3
Le rendement énergétique :
qu’est-ce que c’est ?
Pour les appareils indépendants
à granulés,
les émissions de monoxyde de carbone (CO) sont inférieures à 0,04 %.
Pour les chaudières manuelles
(combustible : bûches), le rendement
dépasse 80 %.
Pour les chaudières automatiques
(combustible : granulés de bois ou
plaquettes), le rendement dépasse
85 %.
C’est le rapport entre la
quantité d’énergie restituée
et la quantité d’énergie
consommée.
Plus le rendement est élevé,
plus l’installation optimise le
combustible utilisé.
Le passage d’un rendement
de 50 % à 70 % permet
d’économiser près de 30 %
de bois.
7
La protection de l’environnement
avantages pour la gestion durable de nos forêts, l’indépendance
énergétique de notre pays et la sauvegarde de notre planète.
Le bois est une énergie renouvelable et constitue, à ce titre, l’un
des points de passage incontournables pour une politique de
ÉVOLUTION DES ÉMISSIONS POLLUANTES
ET DU RENDEMENT MINIMAL EXIGÉ
1,2
72
1
CLASSE DE PERFORMANCE
E N V I R O N N E M E N TA L E
0,8
Appareil de classe 4 étoiles
conforme à la charte qualité FlammeVerte
68
66
0,6
Cet appareil doit être installé par un professionnel selon les règles de
l’art et conformément aux règles techniques rappelées dans la notice.
Une bonne utilisation de cet appareil
alimenté au bois contribue à économiser
l’énergie, à réduire les émissions de gaz
à effet de serre et à préserver notre
environnement.
0,4
0,2
0
2004
70
Avec le concours de l’ADEME
64
62
60
58
2005
2006
2007
2008
2009
Rendement minimal en %
L’utilisation du bois comme combustible présente de multiples
II - Flamme Verte :
l’alliance de la
performance énergétique
et de la réduction des
émissions polluantes
Taux de CO dans le volume des fumées (en %)
I - La lutte contre
les gaz à effet de serre
2010
Années
développement durable. L’utilisation du bois répond à des préoccupations d’ordre à la fois éthique et économique. Tant que le
Si le chauffage au bois est un moyen de lutte contre les émis-
volume de bois prélevé ne dépasse pas l’accroissement naturel
sions de gaz à effet de serre, il peut se révéler source de pol-
de la forêt, la ressource est préservée. Utiliser le bois épargne
lution atmosphérique lorsque les conditions d’une combustion
la consommation de combustibles fossiles, tels que le gaz, le
optimale ne sont pas réunies. Il est donc nécessaire de brûler
fioul ou le charbon, dont les réserves s’épuisent et dont les mé-
du bois sec, non souillé de produits chimiques, et d’utiliser un
faits sur l’environnement sont aujourd’hui démontrés et admis
appareil Flamme Verte. Les critères d’éligibilité Flamme Verte
par tous. Certes, en brûlant, le bois rejette du gaz carbonique
imposent un taux maximal de CO dans le volume des fumées
(CO2) dans l’atmosphère, mais il ne rejette que la quantité qu’il a
(exprimé en % des fumées à 13 % d’O2) et un rendement éner-
absorbée pour sa croissance. Ce gaz carbonique rejeté est alors
gétique minimal (exprimé en %). Flamme Verte, qui poursuit une
absorbé par une jeune pousse. Cette transmission cyclique de
démarche d’amélioration continue, établit des critères de plus
carbone entre la biosphère et l’atmosphère s’appelle le cycle du
en plus sévères. Ainsi, depuis le 1er janvier 2011, les classes de
carbone. En outre, si l’on ne brûle pas la matière ligneuse, elle
performances environnementales des appareils intègrent le cri-
pourrit en forêt et se décompose, sous l’effet des micro-organis-
tère « émissions de poussières ».
mes, en CO2 et méthane, gaz à effet de serre moins connu mais
plus puissant encore.
8
1%2')
)4)6*362 8 % 0 )
(
)
7
7
%
0
'
22)1)
)2:-63
SMPIW
III - Un nouvel étiquetage
pour mieux informer
les consommateurs
qX
IGPEWWI
%TTEVIMPH
PEQQI:IVXI
GLEVXIUYEPMXq*
GSRJSVQIkPE
HI
PSRPIWVrKPIW
SJIWWMSRRIPWI
XMGI
XEPPqTEVYRTV
IWHERWPERS
MRW
IPq
VI
ETT
sX
WV
SMX
YI
'IXETTEVIMPH QIRXEY\VrKPIWXIGLRMU
Qq
P´EVXIXGSRJSV
XETTEVIMP
MPMWEXMSRHIGI
WIV
9RIFSRRIYX
YIkqGSRSQM
FSMWGSRXVMF
EPMQIRXqEY
MSRWHIKE^
MWW
qQ
IW
qHYMVIP
I
SXV
VR
P´qRIVKMIkV
VZI
IIXkTVqWI
kIJJIXHIWIVV
RX
IRZMVSRRIQI
er
Depuis le 1 janvier 2010, un nouvel étiquetage pour identifier
les équipements les plus performants sur les plans énergétiques
VK
QIZIVXIS
[[[¾EQ
P´%()1)
RGSYVWHI
S
G
I
P
G
I
Z
%
et environnementaux a été mis en place. Cette démarche s’inscrit
dans les efforts des fabricants d’appareils de chauffage au bois
pour proposer des équipements performants, en phase avec les
objectifs du Grenelle Environnement.
Avec ce nouvel étiquetage, les fabricants d’appareils indépen-
Les fabricants d’appareils indépendants de chauffage au bois,
dants de chauffage au bois, regroupés sous la bannière Flam-
signataires de la charte Flamme Verte, apposent une étiquette
me Verte, souhaitent poursuivre la dynamique d’amélioration
de performance environnementale sur leurs appareils. Cette éti-
constante de leurs produits. Ce système de classes de perfor-
quette classe les appareils en cinq catégories, à la manière des
mance à étoiles est également applicable, depuis 2011, aux
étoiles pour les hôtels. Plus la performance globale de l’appareil
chaudières domestiques labellisées Flamme Verte.
est importante, plus le nombre d’étoiles affiché sur l’étiquette
Les performances énergétiques et environnementales des appa-
est élevé, avec un maximum de 5 étoiles. Pour être labellisés
reils de chauffage au bois Flamme Verte sont contrôlées dans
Flamme Verte, les appareils doivent afficher 3, 4 ou 5 étoiles.
des laboratoires européens notifiés selon des protocoles de
Le nombre d’étoiles associé à chaque appareil est établi sur la
tests décrits par les normes en vigueur (normes européennes ou
base de trois critères : le rendement énergétique de l’équipe-
françaises).
ment, le monoxyde de carbone (CO) émis dans l’atmosphère
et un critère relatif aux émissions de poussières, dans un souci
d’amélioration des matériels et de la préservation de la qualité
de l’air.
Les exigences requises iront croissant
dans les cinq années à venir :
´ Depuis le 1er janvier 2011, le critère « poussières »
´ À compter du 1er janvier 2012, seuls les appareils
affichant 4 ou 5 étoiles seront labellisés Flamme Verte ;
´ À compter du 1er janvier 2015, le label Flamme Verte
ne sera plus accordé qu’aux seuls appareils dotés
de 5 étoiles.
© LERMAB
intègre la classification Flamme Verte ;
Les performances énergétiques et environnementales des appareils
de chauffage au bois Flamme Verte sont contrôlées dans des laboratoires selon les protocoles de tests décrits par les normes en vigueur
(normes européennes ou normes françaises).
9
IV- Valorisation énergétique et préservation de la forêt
La forêt couvre plus de 28 % de la surface du territoire. Elle a
S’ils n’étaient pas utilisés à cette fin, ils seraient de toute façon
connu une croissance continue pendant 150 ans, qui s’est sta-
évacués ou brûlés sur place pour entretenir le domaine forestier.
bilisée en 2008, principalement du fait de l’urbanisation. Néan-
Leur valorisation énergétique est donc particulièrement oppor-
moins, la déprise agricole se poursuit qui laisse parfois des mas-
tune.
sifs à l’abandon. Mal entretenue, la forêt se fragilise et devient la
Même si la forêt a stabilisé sa croissance en 2009, la récolte
proie d’incendies, d’où l’importance d’une bonne gestion de ses
annuelle de bois est inférieure à la production biologique de la
espaces par le ramassage des résidus.
forêt. On ne récolte que 60 % environ de ce qui pousse chaque
En France, l’utilisation importante du bois comme source d’éner-
année, soit 59 millions de mètres cubes par an.
gie contribue au bon entretien des forêts. En effet, les résidus,
aussi appelés rémanents, sont utilisés pour alimenter les appareils de chauffage au bois.
Taux de boisement
par département
Source : IFN - campagnes 2005 à 2009
Taux de boisement
moins de 15 %
entre 15 et 25 %
entre 25 et 35 %
entre 35 et 45 %
plus de 45 %
10
Flamme Verte au service
de la qualité de l’air
En favorisant l’utilisation d’appareils performants au plan énergétique et environnemental le label Flamme Verte est une source d’amélioration de la qualité de l’air
depuis plus de 10 ans. C’est particulièrement vrai en matière d’émissions de particules,
ces poussières émises dans les fumées lors de la combustion du bois.
I- Combustion
du bois et émissions
de particules
II- OUI aux foyers fermés,
NON aux cheminées
ouvertes
• Toute combustion réalisée dans de mauvaises conditions est
Sur un plan énergétique, un feu dans une cheminée ouverte
émettrice de polluants. Ce principe, vrai pour les énergies fos-
traditionnelle présente des performances très faibles : le rende-
siles, l’est également pour le bois : un feu de bois mal conduit
ment est de l’ordre de 10 %, ce qui signifie que 90 % de l’énergie
et mal maîtrisé, avec du bois de mauvaise qualité, peut émettre
émise lors de la combustion du bois part dans le conduit d’éva-
des matières microscopiques dans l’atmosphère que l’on nom-
cuation des fumées et se perd dans l’atmosphère. Sur le plan
me particules (poussières fines). Ces particules peuvent être de
des émissions de particules, ce faible rendement énergétique
différentes tailles. On distingue généralement deux catégories,
est synonyme de mauvaise combustion ce qui favorise de fortes
les PM 10 (taille inférieure ou égale à 10 micromètres, ou μm) et
émissions de particules.
les PM 2,5, plus fines (taille inférieure à 2,5 micromètres).
A l’inverse, l’utilisation d’un foyer fermé (insert, poêle, et a for-
• Si les particules les plus grosses sont arrêtées puis éliminées
tiori une chaudière bois) optimise la combustion grâce à une ré-
au niveau du nez et des voies respiratoires supérieures, les par-
gulation des arrivées d’air et au brûlage des gaz de combustion
ticules fines peuvent pénétrer dans les poumons et provoquer
lors du fonctionnement de l’appareil.
des cas d’asthme ou des infections des voies respiratoires. Il
est donc important d’avoir une exposition limitée aux particules
dont les sources d’émissions peuvent être multiples (transport,
industrie, agriculture, combustion…) et se cumuler.
•
En ce qui concerne le chauffage au bois, quelques principes
simples permettent de limiter de manière efficace les émissions
de particules :
u Privilégier systématiquement un foyer fermé (insert, poêle)
ou une chaudière bois
u Choisir un appareil de chauffage au bois labellisé Flamme Verte
u Utiliser un combustible sec et de qualité et entretenir
son appareil
Foyer ouvert : faibles performances
et chaleur perdue dans l’atmosphère
Foyers fermés : bonnes performances
et chaleur diffusée dans la pièce de vie
11
u L’utilisation d’un foyer fermé multiplie par 7 le rendement
u Dans la situation la plus favorable (foyer fermé très perfor-
énergétique de l’installation et réduit massivement les émis-
mant/foyer ouvert très polluant), la différence va de 1 à 160 !
sions de particules.
Les bonnes performances des foyers fermés sont confirmées par
u Les poêles et les foyers fermés modernes sont issus d’un dé-
des mesures scientifiques qui montrent que :
veloppement industriel long et précis qui respecte la combinai-
• Un foyer ouvert émet entre 1 500 et 5 000 mg/Nm3 de particu-
son des quatre paramètres suivants :
les fines ;
- La température à l’intérieur du foyer, à optimiser avec l’arrivée
• Un foyer fermé moderne et performant émet en moyenne entre
d’air ou les matériaux par exemple ;
40 et 125 mg/Nm3 à 13 % O2.
- La teneur en oxygène, c’est-à-dire le bon niveau d’air nécessaire à la combustion, « ni trop, ni pas assez » ;
- Le temps de séjour des gaz dans le foyer pour permettre les
réactions chimiques favorisant la combustion ;
- Le mélange d’air dans le foyer (turbulence) qui optimise la
combustion.
III - Les garanties apportées
par Flamme Verte
Privilégier un foyer fermé à une cheminée ouverte ne suffit pas pour
optimiser son mode de chauffage. Des disparités de rendement et
u Un foyer fermé émet en moyenne 30 fois moins de particules
d’émissions existent en effet au sein même des foyers fermés : les
qu’une cheminée ouverte
poêles ou les inserts conçus avant 2000 présentent un rendement
médiocre (40-50 %) par rapport aux appareils mis aujourd’hui sur
le marché et labellisés Flamme Verte (rendement ≥ 70 %).
Avec Flamme Verte, je divise par 30 mes émissions de particules
12
u Un appareil ancien émet beaucoup plus de particules qu’un
• Une dynamique constante d’amélioration : en 2015, seuls les
appareil moderne.
appareils pouvant répondre aux critères exigés pour la classe
5 étoiles pourront être labellisés Flamme Verte. Sachant que
• Acheter un appareil labellisé Flamme Verte offre la garantie
80 % des appareils proposés sur le marché français sont labelli-
d’un rendement ≥ 70 % et d’émissions de particules inférieures
sés Flamme Verte, la qualité générale des équipements commer-
à 125 mg/Nm3, soit 4 fois moins qu’un appareil fabriqué à la fin
cialisés sera donc excellente.
des années quatre-vingt-dix.
Flamme Verte 5 étoiles :
émissions de poussières des appareils labellisés en 2011
• Au sein des appareils labellisés Flamme Verte, un étiquetage
formants sur le plan énergétique et environnemental. Depuis le
1er janvier 2011, un critère spécifique aux poussières est exigé
pour les appareils Flamme Verte 5 étoiles, en complément des
critères historiques relatifs au rendement et aux émissions de
monoxyde carbone (CO). Un appareil 5 étoiles présente la ga-
Émissions de particules en mg/Nm3
à étoiles permet de sélectionner les équipements les plus per90
80
70
60
50
40
30
5 étoiles émet 10 fois moins de particules qu’un appareil fabriqué avant l’an 2000.
1376
1321
1266
1211
1156
1101
991
1046
936
881
826
771
715
661
606
551
496
441
385
331
276
221
0
166
moyenne proche de 50 mg/Nm3. Un appareil Flamme Verte
111
10
1
rantie d’émettre moins de 80 mg/Nm3 de particules, avec une
56
20
Nombre d’équipements référencés 5 étoiles
Les valeurs d’émissions de poussières sont exprimées en
mg/Nm3, à 13 % d’O2 et sont calculées à partir d’une formule de
Valeurs d’émissions de particules
selon le type d’appareils
1 500 - 5 000
d’appareils en fonctionnement en France produit des effets. Les
émissions de particules par le chauffage au bois ont été plus que
500
divisées par deux depuis 1990.
Appareil FV 4 étoiles
80 - 125
Appareil FV 5 étoiles
40 - 80
Évolution des émissions de TSP*
dues à la combustion du bois dans le secteur tertiaire (mg)
300 000
250 000
200 000
150 000
01
20
02
20
03
20
04
20
05
20
06
20
07
20
00
99
20
19
98
19
97
19
96
19
95
19
94
93
19
0
19
Source : Évaluation prospective 2020 - 2050
de la qualité de l’air en France
ENERGIES DEMAIN - ADEME – Novembre 2009
92
50 000
19
* TSP = total suspended particulates
91
100 000
19
Foyer fermé ancien
(fabriqué avant l’an 2000)
• Des résultats déjà perceptibles : la modernisation du parc
90
Cheminée ouverte
Volume d’émission de particules
en mg/Nm3 (fourchettes)
19
Type d’équipements
corrélation avec les émissions de monoxyde de carbone.
13
IV- Les bonnes pratiques
au service de la qualité
de l’air
bles émissions de particules sont conditionnées, pour des poêles
et cheminées fermées, aux bonnes pratiques suivantes :
- Allumer le bois par le dessus, dans l’appareil à froid, si cela
correspond aux indications du fabricant ;
- Utiliser une briquette d’allumage à haut pouvoir calorifique et
des petits bouts de bois pour initier le feu ;
nement d’un appareil de chauffage au bois.
- Commencer l’opération en laissant ouverts tous les clapets
© CTBA
Quelques gestes simples sont indispensables au bon fonction-
d’arrivée d’air du poêle ou de la cheminée,
La qualité du combustible utilisé est primor-
- Lorsque le feu a bien pris, réduire l’afflux d’air en commençant
diale, en particulier son taux d’humidité, car
par le bas (si l’appareil est équipé d’une arrivée d’air basse) ;
il est indispensable de faire brûler du com-
- Ajuster la température en réduisant l’afflux d’air sur le devant
bustible le plus sec possible. Le brûlage de
(configuration la plus courante pour les vieux appareils) ou sur
bûches qui n’ont pas été convenablement
le dessus de la vitre dans la porte (appareils modernes) jusqu’à
séchées peut générer une quantité d’énergie près de deux fois
obtention de la chaleur voulue ;
inférieure à celle libérée par un combustible sec. Le même effet
- Ne pas étouffer le feu en fermant trop le ou les régulateurs de
se produit sur les émissions de polluants – dont les particules
tirage (si manque d’air, la combustion est mauvaise).
– qui augmentent avec le taux d’humidité du bois. Lorsque le
Enfin, l’installation de l’appareil
peuvent facilement être multipliées par 10 par rapport à l’utili-
dans les règles de l’art est un
sation de bois sec.
point crucial pour la sécurité et
Deux solutions s’offrent alors à l’utilisateur pour bien faire :
l’optimisation de son fonctionne-
- Stocker ses bûches de bois, par ailleurs correctement entre-
ment. Flamme Verte recomman-
posées, dans un lieu sec et ventilé ;
de donc vivement de faire appel
- S’approvisionner auprès d’un producteur engagé dans une
à un professionnel ayant suivi
démarche qualité, telle que France Bois Bûches, DIN+, ÖNORM
une formation le qualifiant pour son activité.
ou NF Biocombustibles solides. Cette dernière prend en compte
Pour favoriser cette démarche, depuis janvier 2010, l’appella-
d’ailleurs les autres combustibles bois que sont les granulés et
tion Qualibois permet d’identifier facilement des installateurs
les briquettes.
d’appareils indépendants ayant passé avec succès un examen
© LORFLAM
taux d’humidité dépasse les 20 %, les émissions de particules
portant sur leurs connaissances en matière de règles de l’art de
l’installation.
son importance pour limiter les
Pour les chaudières domestiques, le dispositif existe depuis
émissions de particules. Il convient
2007.
de se référer attentivement à la
© TULIKIVI
La conduite du feu a également
notice d’utilisation de chaque appareil. Sauf contre-indication
dans le mode d’emploi, une bonne qualité de chauffage et de fai-
14
Se référer aux pages 26 et 27 pour des informations complémentaires
Prélèvements de contrôle
Flamme Verte
Principe
Depuis 2010, les signataires de la charte Flamme Verte appareils indépendants se sont imposé des prélèvements de contrôle
aléatoires. Désormais, tous les trois ans, les signataires se voient
prélever un appareil au hasard parmi les listes Flamme Verte.
Celui-ci est envoyé à un laboratoire notifié et indépendant
(comme pour l’essai initial) qui va vérifier que ses performances restent conformes à celles annoncées au départ.
Si les performances obtenues ne permettent plus à l’appareil de
conserver sa classe, celui-ci se voit déclassé et éventuellement
sorti des listes Flamme Verte.
En cas de meilleures performances qu’à l’initial, l’appareil peut
se voir surclassé.
Prélèvements 2010
La première série de contrôles effectuée en 2010 a donné les
résultats suivants :
- 11 appareils prélevés et testés ;
- 10 essais positifs, soit 91 % ;
- 2 appareils gagnent une étoile, passant de la classe 4 à 5 ;
- 1 appareil perd une étoile et descend en classe 4.
du dispositif Flamme Verte. Les résultats des contrôles 2011,
concernant 15 appareils, seront communiqués dans le courant
du printemps 2012.
© S.MEYER, CTIF
Ces premiers résultats attestent du bon fonctionnement
15
Les bénéfices
du label Flamme Verte
pour les utilisateurs
I - Des mesures
financières toujours
incitatives
• Le crédit d’impôt*
La loi de finances 2011 établit à 36 % le crédit d’impôt applicable aux appareils domestiques de chauffage au bois (poêles, in-
Conditions d’application du crédit d’impôt
Il concerne tous les logements : anciens, neufs ou devant être
construits avant le 31 décembre 2011. Le plafond des dépenses
éligibles au crédit d’impôt est fixé à 8 000 euros pour une personne
seule et à 16 000 euros pour un couple marié, auxquels peuvent
s’ajouter 400 euros par personne à charge.
En cas de remplacement d’un appareil ancien, qui permet un crédit d’impôt de 36 %, la facture de l’installateur devra mentionner
la reprise de l’appareil en vue de sa destruction. Un document
justificatif CERFA, complété par le particulier, l’installateur et le
recycleur, pourra être demandé par l’administration fiscale.
serts, cuisinières, chaudières) quand ils remplacent un appareil
ancien de même nature alors que le taux est de 22 % pour une
primo-acquisition.
Cette mesure, importante tant du point de vue environnemental
qu’économique, permet de répondre aux objectifs du Grenelle
de l’environnement et de maintenir la vitalité de la filière industrielle du chauffage au bois.
Cette incitation fiscale permet de soutenir la modernisation in-
L’évolution des critères d’éligibilité
Depuis le 1er janvier 2010, les critères d’éligibilité au crédit d’impôt sont identiques à ceux exigés pour l’obtention du label Flamme
Verte.
Les appareils indépendants éligibles doivent justifier d’un rendement énergétique supérieur ou égal à 70 % et un taux de CO inférieur ou égal à 0,3 % selon les protocoles des normes en vigueur.
Le rendement minimum imposé pour les chaudières manuelles (à
bûches) est de 80 % et de 85 % pour les chaudières automatiques
(à granulés de bois ou à plaquettes).
dispensable du parc français d’appareils indépendants de chauffage au bois. En effet, la majorité des appareils, installée avant
Exemple : installation d’un poêle à bois Flamme Verte
dans une maison individuelle
2000, est peu performante d’un point de vue énergétique et
Cas d’une
primo-acquisition
environnemental. Les exigences du label Flamme Verte servent
de référence à l’établissement des critères d’éligibilité au crédit
d’impôt. On estime à 36 % le nombre de cas de remplacement
Coût de l’opération
(installation + poêle)
2 500 € TTC
d’appareils depuis la mise en place du crédit d’impôt à taux dif-
Dont coût
de l’équipement
2 000 € TTC
férenciés en 2010.
Le crédit d’impôt ne prend en compte que le coût de l’équipement de
chauffage
Taux de crédit d’impôt
Montant
du crédit d’impôt
Coût net de l’opération
pour l’usager
* Le crédit d’impôt sous cette forme est valable jusqu’au 31 décembre 2011.
De nouvelles dispositions pourraient être adoptées.
16
Cas de renouvellement
d’un ancien appareil à
bois ou autre biomasse
22 %
36 %
2 000 € x 22 % =
440 € TTC
2 000 € x 36 % =
720 € TTC
2 060 € TTC
1 780 € TTC
Le crédit d’impôt s’applique aux équipements installés dans
• Une TVA réduite à 5,5 %
l’habitation principale du locataire, propriétaire occupant, occu-
L’abaissement du taux de la TVA de 19,6 % à 5,5 % concerne tou-
pant à titre gratuit ou propriétaire bailleur. Il est accordé quel
tes les personnes qui font installer un équipement de chauffage
que soit le niveau d’imposition de l’usager. Si celui-ci n’est pas
au bois – pose et matériel inclus – dans leur logement s’il est
imposable, l’aide financière lui sera versée par l’administration
achevé depuis plus de deux ans : locataires, propriétaires occu-
fiscale sous forme de chèque ou de virement.
pants, occupants à titre gratuit, propriétaires bailleurs. Il concer-
La démarche administrative est très simple : il suffit de remplir
ne les dépenses liées à la main-d’œuvre, aux matières premiè-
une ligne sur sa déclaration d’impôt et de joindre une copie de la
res et fournitures nécessaires à la réalisation des travaux. Ces
facture ou de l’attestation correspondante. Les usagers qui rem-
travaux doivent être réalisés par une entreprise qui fournit les
plissent leur déclaration par internet sont dispensés de l’envoi
équipements, les installe et les facture. Le taux de TVA réduite à
de la facture. Ils doivent, toutefois, être en mesure de la présen-
5,5 % est cumulable avec le crédit d’impôt.
ter sur demande de l’administration.
• Flamme Verte : l’aide financière de l’ANAH,
• L’éco-PTZ
Agence Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat
L’éco-prêt à taux zéro, est un prêt à taux zéro accordé dans le
Les appareils Flamme Verte peuvent bénéficier de cette aide.
cadre de travaux visant à améliorer les performances énergéti-
Elle est destinée aux propriétaires occupants (sous conditions
ques de votre habitation. Pour pouvoir prétendre à l’obtention
de ressources) ou bailleurs (selon un barème fixé). www.anah.fr
de l’éco-PTZ, le propriétaire devra faire réaliser un « bouquet
de travaux » liés à l’amélioration énergétique du bâtiment, s’il a
été construit avant le 1er janvier 1990. Le « bouquet de travaux »
comprendra à minima deux travaux parmi les six types proposés,
tels que l’isolation performante des fenêtres et portes donnant
sur l’extérieur ou l’installation d’un chauffage utilisant les énergies renouvelables.
© BRISACH
Plus d’informations sur www.eco-ptz-travaux.fr.
17
II - Le bois : un combustible compétitif
pour chauffer son logement
Face à la montée
constante des prix du
fioul et du gaz,
le bois est déjà et
sera chaque année un
combustible de plus en
plus compétitif.
Comparatif des prix d’achat des énergies pour le particulier
en centimes d’euro
par kWh PCI*
Fioul domestique
Gaz naturel
2005
5,9
4,4
2,8
2006
6,5
5,3
2,8
2007
6,5
5,4
3,1
2008
8,9
5,9
3,1
2009
5,8
5,8
3,0
* kilowattheure entrée appareil
Source : Ministère de l’Écologie, du Développement Durable,
des Transports et du Logement
Prix moyen de l’énergie
18
ÉLECTRICITÉ - Simple tarif, puissance souscrite
= 6 kVA, consommation 1 700 kWh, région parisienne
16
GAZ PROPANE - Prix moyen de 100 kWh PCI
en vrac (PCI 12,88 kWh/kg), Livraison ‹2 tonnes
€/100 kWh PCI
14
12
GAZ NATUREL - Tarif B0 Consommation annuelle type
de 2 326 kWh PCS, région parisienne
10
FIOUL DOMESTIQUE - (FOD), livraison de 2 000 à
5 000 l (tarif C), moyenne France entière
8
6
GAZ NATUREL - Tarif B1 Consommation annuelle type
de 23 260 kWh PCS, région parisienne
4
BOIS BÛCHE - Moyenne France entière
2
0
jan. 05
Bois
Bois bûche coupé en 50 cm
PLAQUETTES forestières ou bocagères
jan. 06
jan. 07
jan. 08
jan. 09
jan. 10
jan. 11
Source : Direction Générale de l’Énergie et du Climat
18
Un mode de chauffage économique
Exemples de calcul du temps de retour sur investissement
Évaluation foyer fermé
Évaluation chaudière bois/chaudière fioul moderne
Hypothèse : maison de 120 m2 plain-pied, datant de plus de
2 ans et avec des besoins de chauffage estimés à 15 000 kWh/an,
remplacement d’un appareil ancien.
Besoin annuel
15 000 kWh
Rendement moyen chaudière fioul
103 %
Rendement minimum d’une chaudière
manuelle Flamme Verte
80 %
Achat d’une chaudière à bois de bûches avec
un ballon de stockage d’énergie de 1 000 litres
éligible au crédit d’impôt
4 145 €
1 280 €
Pose hors habillage
(TVA à 5,5 % car logement
de plus de 2 ans)
530 €
Prix du bois
Installation
(TVA à 5,5 % car la maison a plus de 2 ans)
2 426 €
60 € le stère
Achat d’une chaudière à fioul
3 292 €
Ramonage
90 €/an
Installation
(TVA à 5,5 % car la maison a plus de 2 ans)
1 793 €
Couverture des besoins
de chauffage par le bois
60 %
Prix du stère de bois conditionné en 50 cm
60 €
Quantité de bois consommé
12 stères
Coût du chauffage au bois
675 €
Quantité de fioul consommé
1 456 litres
Coût du chauffage au fioul
1 347 €
Entretien et ramonage
120 €
Couverture des besoins de chauffage
par le bois
100 %
Temps de retour sur
investissement
2 ans
Économie annuelle comparée
à un chauffage tout électrique
886 €
Prix indiqués TTC
Le surcoût de l’installation bois est amorti en 3 ans
Économie annuelle réalisée
comparée à un chauffage au fioul
672 €
© STUDIO GARNIER
Prix indiqués TTC
© Buderus
Achat d’un foyer fermé de 14 kW
avec un rendement de 77 %
éligible au crédit d’impôt
19
III - Les appareils indépendants
L’installation d’un insert
multiplie par plus de 5
le rendement d’un foyer ouvert.
• Inserts
Les inserts, comme leur nom l’indique, sont conçus pour être insérés dans une structure existante qui est l’âtre d’un foyer de
maçonnerie traditionnel. Le principe est le même que celui d’un
foyer fermé mais la cheminée n’a pas été préfabriquée autour du
système de combustion. Un conduit adapté est installé dans la
cheminée maçonnée existante pour évacuer la fumée à l’extérieur. L’installation d’un insert multiplie par plus de 5 le rendement d’un foyer ouvert.
Le rendement des inserts modernes se situe entre 70 et 80 % avec
© CHAZELLES
une autonomie de 10 à 12 heures. Les appareils de conception ancienne ont, quant à eux, un rendement de l’ordre de 30 à 50 %.
• Foyers fermés
Alors que les cheminées ouvertes sont avant tout décoratives et
inefficaces en termes de performances énergétiques (rendement
inférieur à 10 %), les foyers fermés, quant à eux, font partie des
systèmes de combustion du bois les plus performants, au même
niveau que les inserts et poêles à bûches, pour ce qui est du
chauffage au bois domestique. Ils sont munis d’un système de
combustion de pointe, de portes hermétiques en vitrocéramique
et d’un échangeur de chaleur.
80 %, avec une autonomie de 10 à 12 heures. Les appareils de
conception ancienne ont, quant à eux, un rendement de l’ordre
de 30 à 50 %.
© STUDIO GARNIER -
Le rendement des foyers fermés modernes se situe entre 70 et
Les normes NF EN 13229, NF EN 13240, NF EN 15250, NF EN 12815 et NF EN 14785, qui définissent les exigences et méthodes
d’essai des appareils indépendants, ont fait l’objet d’une révision au niveau européen. La sortie des nouveaux textes est
prévue pour début 2012.
20
• Poêles
Ces appareils ne sont pas contenus dans un habillage de cheminée. Lors de l’installation d’un poêle, il est important de le placer judicieusement afin que la répartition de la chaleur générée
soit optimisée et minimise ainsi les consommations de chauffage des autres systèmes de l’habitation. Les poêles à bois sont
munis d’arrivées d’air primaire et secondaire, d’une vitre, d’une
évacuation de fumées et de chambres de combustion primaire
et secondaire.
Le rendement des poêles modernes se situe entre 70 et 85 %
© INVICTA
avec une autonomie de 5 à 12 heures et plus. Les appareils de
conception ancienne ont, quant à eux, un rendement de l’ordre
de 40 à 50 %.
• Poêles et inserts à granulés
Cette technologie possède l’avantage de gérer l’alimentation de
l’appareil de manière automatisée grâce à un système électronique et un petit silo intégrés à l’appareil. Ils peuvent également
être programmables. Les granulés, fabriqués à base de sciure de
bois comprimée, possède un pouvoir calorifique élevé qui dimi-
© PALAZZETTI
nue leur encombrement de stockage.
• Les cuisinières
La cuisinière à bois est un appareil de chauffage pourvu d’un
système de cuisson.
© GODIN
Les cuisinières constituent des appareils de chauffage à part entière et sont, par conséquent, éligibles au crédit d’impôt, tout
comme les autres appareils de combustion du bois.
21
IV - Les chaudières
Une chaudière est un appareil de chauffage pouvant être employé pour de l’habitat
domestique, collectif ou pour une utilisation dans le chauffage industriel.
Elle permet de produire et de stocker de la chaleur dans un fluide (généralement
de l’eau) puis de la restituer au bâtiment via un réseau de conduits.
• Les différents combustibles
Les combustibles généralement utilisés sont :
Le bois bûche
Le granulé de bois
(« pellet » en anglais)
Certaines chaudières peuvent être
alimentées par du bois déchiqueté.
Cette technique est moins utilisée
en chauffage domestique individuel.
• Les différentes technologies
Les chaudières à chargement manuel
Le combustible utilisé est le bois de bûches.
Les innovations technologiques apportées à ces produits, ces dernières années, ont permis une amélioration significative des performances de ces chaudières :
- produits fonctionnant en tirage forcé ;
- combustion inversée améliorant les performance ;
- amélioration de la régulation de l’air nécessaire à la combustion ;
L’augmentation du volume de chargement a amélioré l’autonomie
© UNICAL
et le confort de l’utilisateur.
22
Le combustible utilisé est principalement le granulé de bois.
• L’hydro-accumulation :
autonomie et meilleure gestion des besoins
Les plaquettes (déchiquetées) peuvent également être utili-
Il est fortement conseillé d’utiliser un ballon de stockage
sées sur certains modèles.
d’énergie sur son installation de chauffage (ballon tampon).
Ces chaudières obtiennent des performances plus importan-
Il a pour objectif :
tes car elles gèrent l’approvisionnement en combustibles au
- d’absorber la surpuissance de la chaudière lorsqu’elle n’est
Les chaudières à chargement automatique
moyen d’une vis d’alimentation selon les besoins.
pas nécessaire ;
L’autonomie, plus importante dépend de la taille du silo de
- de réguler la combustion ;
stockage de granulés.
- d’augmenter l’autonomie ;
Les performances sont meilleures que celles des appareils à
- de maintenir à son plus haut niveau le rendement de combus-
chargement manuel. Le label Flamme Verte est plus exigeant
tion et de limiter les émissions.
pour ces produits du fait de l’utilisation d’un combustible diffé-
La mise en place d’un bal-
rent et mieux maîtrisable.
lon de stockage d’énergie permet de chauffer
selon les besoins réels et
la production de chaleur
de sa distribution.
© ÖKOFEN
de rendre indépendante
Certaines chaudières à granulés de bois disposent d’une capacité en eau très importante et peuvent éviter la mise en place
© FRÖLING
© FRÖLING
d’un ballon de stockage sous conditions.
Réglementation appliquée aux chaudières
Les chaudières répondent à des standards exigeants.
Pour celles dont la puissance utile est inférieure à 300 kW,
la norme NF EN 303-5 (publication des textes révisés fin
2011) définit des classes selon leur niveau de rendement
et d’émissions. A noter qu’une chaudière est considérée
à usage domestique jusqu’à 70 kW.
23
© INVICTA
Choix, installation
I - Où trouver un
appareil Flamme Verte ?
• Comment identifier un produit labellisé
Flamme Verte ?
Tous les appareils labellisés Flamme Verte sont reconnaissables
rappelant les performances de l’appareil. Plus la performance
au logo apposé sur le produit. Ils sont disponibles en grande
globale de l’appareil est importante, plus le nombre d’étoiles
surface, dans les magasins spécialisés et chez les revendeurs.
affiché sur l’étiquette est
La liste de ces appareils peut être communiquée par les Espa-
élevé, avec un maximum
ces Info-Energie mis en place par l’ADEME, n° Azur (prix d’un
de 5 étoiles.
appel local) : 0810 060 050.
Pour être labellisés Flam-
Cette liste est également consultable sur le site :
me Verte, les appareils
www.flammeverte.org
doivent afficher 3, 4 ou 5
Les produits labellisés Flamme Verte possèdent une étiquette
'0%77)()4)6*361
%2')
)2:-6322)1
) 2 8% 0 )
' 0%
) 2 :77)()4
)
-63
2 2 6*361%
)1)
2 8 %2')
0)
%TTEVIMPHIGPEWWIq
XSMPIW
GSRJSVQIkPEGLEVXIUYEPMXq
*PEQQI:IVXI
'IXETTEVIMPHSMXsXVIMRW
XEPPqTEVYRTVSJIWWMSRRIP WIPSRPIWVr
P´EVXIXGSRJSVQqQIRXEY
KPIWHI
\VrKPIWXIGLRMUYIWVETTI
PqIWHERWPERSXMGI
%T
'TEVI IG
GSR 0MPH
Ik% PEWWIqXS
)JSVQ
MPI
2 PE:GLE7VXI7UYEPMX)
q*PEQ W
- 6 (QI):IVXI4
3 2 )6
2 ) *36
[[[¾EQQIZIVXISV
'IXE K
TT
1 ) 1%
P´EVXI EVIMPHSMXsX
XGSRJSV
VI
QqQI MRWXEPPqTEV
2 8 2'
RXEY\
%ZIGPIGSRGSYVWHIP
YRTV
VrKPI
%T
´%()
WXIGL SJIWWMSRRI TE
1)
PWIPSR
RMU
% 0 )
9RIF
GS
YI
WVETT
PIWVrKP
RJSV VIMPH
SR
IPqIW
QI
IG
EPMQIR RIYXMPMWEXM
HERWPE IWHI
)
k
PE
Xq
SR
9RIFSRRIYXMPMWEXMSRHI
GIXETTEVIMP
EPMQIRXqEYFSMWGSRXVMF
YIkqGSRSQMWIV
P´qRIVKMIkVqHYMVIPIWqQ
MWWMSRWHIKE^
kIJJIXHIWIVVIIXkTVqW
IVZIVRSXVI
IRZMVSRRIQIRX
étoiles.
HIGI
P´qRIVK EYFSMWG
XETT
SR
MIkV
qHYMVIP XVMFYIkqGS EVIMP
kIJJI
XH
IRZMVSR IWIVVIIXk IWqQMWWMSR RSQMWIV
WH
TVqWI
RIQI
RX
VZIVR IKE^
kIJJ VKMIk FSMWG MSRH
I
IRZM IXHIW VqHYMV SRXVMF GIXET
I
Y
VSR
I
T
RIQ VVIIX PIWqQ IkqGS EVIMP
kTVq MWWM
IRX
RS
WIVZ SRWH QMWIV
[¾
IVR IKE^
SXV
EQ
I Le nombre d’étoiles associé
[[
%Z
IG
PI
4XD
GULL
QG
G
sur la base de deux critères : le
I
VXI
%ZIG
XGS IMPHSMX
RJS
PIGS
VQq sXVIM
RWX
RG
Q
9RI SYVWH IRXEY EPPqTEV
IP´%\VrKPIW YRTVS
EPMQ FSRR
I
()XI1
JI
P´qR IRXqE YXMPMWEX
GL)
RMU WWMSR
Y
I
4XDG
ULLQGG
à chaque appareil est établi
PEG
LEVX WWI
IUY qXS
EPMXq
MP
*PE IW
QQ
I:I
VXI
RSXMG
SXVI
[[[
¾EQ
QIZ 'IX
IV ETT
P´E XI
S
EVVK
RI
VET PWIPS
TIPq RPI
IWH WVr
ERW KPIW
H
PER
SXMGI I
YIW
QI
ZIV
XIS
VK
GSR
GSY
VW
HI
P´%
()
1)
rendement énergétique de l’équipement,
le monoxyde de carbone (CO) émis dans l’atmosphère
et, depuis le 1er janvier 2011, un critère relatif aux émissions de
© DEVILLE
poussières, dans un souci d’amélioration constante des maté-
• Le prix moyen d’un appareil Flamme Verte
• Inserts et foyers fermés : de 1 000 à 4 000 €
• Poêles à bois : de 600 à 6 000 €
• Chaudières : de 5 000 à 15 000 €
• Cuisinières : de 1 500 à 4 000 €
24
riels et de la préservation de la qualité de l’air.
Cette étiquette, apposée sur chaque appareil labellisé
Flamme Verte, permet d’identifier un appareil à hautes
performances environnementales :
- haut rendement ;
- faibles émissions de monoxyde de carbone ;
- faibles émissions de particules fines (poussières).
© FLAM
et entretien
II - Installer
Un bon équipement peut s’avérer décevant s’il est mal installé
III - Entretenir
son installation
ou mal utilisé. Pour la satisfaction et la sécurité de l’utilisateur,
• Entretien des appareils
l’installation doit être conçue et réalisée par un professionnel.
Les inserts, foyers fermés et poêles nécessitent, comme tous
La qualité du tirage est primordiale pour le bon fonctionnement
les appareils de chauffage, quelques opérations légères, mais
et dépend du raccordement et des caractéristiques du conduit.
régulières : décendrage, nettoyage de la vitre, de l’intérieur de
Au moment de l’installation de l’appareil, l’installateur doit véri-
la hotte et des grilles d’air chaud, vérification périodique de l’ap-
fier son état et le rénover si nécessaire.
pareil. Cet entretien est facile et ne nécessite pas l’intervention
d’un professionnel. En revanche, un décret en date du 9 juin
2009, rend obligatoire un entretien annuel des chaudières dont
L’installation est possible dans toutes les maisons
neuves
Depuis septembre 2006, le conduit d’évacuation de fumées
est obligatoire lors de la construction d’une maison chauffée à
l’électricité.
Les appareils indépendants sont pris en compte
dans la réglementation thermique 2005
En outre, depuis l’arrêté du 9 juin 2009 (Titre V), les appareils
indépendants ont intégré la réglementation thermique 2005
pour les constructions neuves. Depuis, cette technologie
d’appareils est reconnue comme un véritable moyen de chauffage
et peut être prise en compte dans un calcul économique
et énergétique lors de la construction à condition que les
performances des appareils répondent aux exigences du label
Flamme Verte. Les maîtres d’ouvrage, constructeurs de maisons
individuelles, peuvent prendre en compte, dans le calcul de la
performance thermique des bâtiments neufs, les performances
des appareils de chauffage au bois indépendants. Les logements
concernés sont ceux qui disposent d’une bonne isolation
thermique. Cette mesure permet une meilleure pénétration de
ces appareils dans le marché des maisons individuelles neuves.
la puissance nominale est comprise en 4 et 400 kW. Cela ne
concerne pas les poêles, inserts et cuisinières.
Plus d’informations sur http://www.service-public.fr
• Faire ramoner le conduit de fumée
Le ramonage des conduits de fumée est obligatoire deux fois
par an. Il est important de demander toujours un certificat de ramonage. Un ramonage chimique ne remplace pas un ramonage
mécanique.
Depuis 2007, l’association Qualit’ENR
délivre des appellations « Qualibois » pour
les installateurs d’appareils de chauffage
au bois domestique compétents. Environ 1 500 installateurs sont
agréés Qualibois millésime 2011.
Pour plus d’information : www.qualibois.org
25
IV - De quel bois se chauffer ?
• Les essences de bois
Elles sont classées en deux grandes familles selon leur densité :
• Faire sécher son bois dans les meilleures
conditions, c’est facile
- les feuillus durs (Chêne, Hêtre, Frêne, Charme, Noyer, frui-
Sous un abri ou sous une bâche en laissant les côtés ouverts
tiers…) ;
- les résineux et feuillus tendres (Épicéa, Sapin, Pin, Mélèze,
Peuplier, Saule…).
Les feuillus durs sont les plus appréciés pour le chauffage
Temps de séchage optimal pour obtenir
un bois sec à 20 % d’humidité
33 cm en quartiers
15 mois
33 cm en rondins
17 mois
Stère en quartiers
de 1 m
18 mois
Stère en rondins
de 1 m
+ de 24 mois
Sous abri bûches
domestique, à l’exception du châtaignier qui éclate en brûlant.
Les feuillus tendres et les résineux brûlent plus vite.
À l’air libre
• Le taux d’humidité du bois
C’est un critère essentiel car il intervient directement sur le
contenu énergétique. Entre un bois sec prêt à l’emploi (moins
Il existe des solutions très faciles à mettre en place pour stocker
de 20 % d’humidité rapportée à la masse brute) et un bois fraî-
du bois dans un espace réduit et dans les meilleures conditions :
chement coupé (45 % d’humidité rapportée à la masse brute),
Toit rigide
en pente
l’énergie restituée est divisée par deux !
Côté pluie
protégé
Le bois de chauffage, fraîchement abattu, conditionné en un
mètre, doit être stocké au minimum deux ans pour obtenir une
combustion optimale. Coupé, fendu et conservé sous abri dans
Ventilation mauvaise
du bois, voire nulle
un endroit bien ventilé, le bois sèche plus vite et ce délai est
ramené à un an. Mal stocké, le bois se dégrade rapidement.
Rangement « tout de long », bûches
rangées côte à côte, ne permet pas
une bonne ventilation du bois, tout
au contraire
Bonne disposition des
bûches, bien protégées
et bien aérées
Il existe également un mode de chargement optimal du foyer :
Pouvoir Calorifique Inférieur en kJ/kg
Cendres
LE BOIS HUMIDE :
UN COMBUSTIBLE CONTRE PERFORMANT
20 000
18 000
16 000
14 000
12 000
10 000
8 000
6 000
4 000
2 000
0
PCI des feuillus
Chargement
insuffisant et à plat,
feu difficile
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
Chargement d’un
trop grand nombre de
bûches.
Risque de feu intense
avec du bois sec
Chargement
pour un feu
longue durée
100
Humidité sur brut (%)
La combustion de bois humide est déconseillée. En effet, la
combustion d’un bois « vert » libère de nombreuses substances
polluantes et fournit environ deux fois moins d’énergie qu’un
bois sec. Les appareils n’atteindront pas leur puissance nominale avec du bois frais. Le matériel s’encrassera et risquera de
se détériorer.
26
Bon chargement en
hauteur, avec un
nombre de bûches
suffisant
Les entreprises certifiées
NF Bois de chauffage
Elles garantissent le groupe d’essences, la
longueur, le niveau d’humidité et la quantité livrée en stères.
Plus d’informations sur le site :
www.nfboisdechauffage.org
Lit de
braises
recouvert
aux 3/4 de
cendres
• L’unité de mesure pour l’achat du bois :
le stère
Le bois de chauffage est généralement vendu au volume et la
principale unité de mesure est le stère. Attention ! Un stère de
bois coupé en un mètre occupe un volume supérieur (un mètre
cube) à un stère coupé en 0,33 mètre (0,7 mètre cube). Mais on
vend aussi le bois au mètre cube. Acheter le bois au poids est
moins judicieux car le bois humide chauffe moins bien que le
bois sec, il est aussi beaucoup plus lourd !
• Le granulé de bois
Il peut être utilisé dans des chaudières spécifiques, chaudières
automatiques à granulés, ou dans des poêles dits à granulés.
Le granulé, ou pellet en anglais, est un combustible fabriqué
© ÖKOFEN
à partir de sciure de bois compactée à haute pression (plus
de 100 bars). Son pouvoir calorifique est de l’ordre de 4,7 kilowattheures par kilogramme. Ce combustible permet une alimentation automatique du foyer de l’appareil. L’autonomie de
fonctionnement dépend de la taille du silo ou du réservoir de
l’appareil.
En attendant une harmonisation européenne, il est impératif de
s’orienter vers un choix de granulés de qualité. Les pays avantgardistes sur ce marché, comme l’Allemagne, la Suisse ou encore l’Autriche, ont des normes qui caractérisent la qualité de
ce combustible.
Certains producteurs français, de leur côté, ont signé une char-
© FONTE FLAMME
te de qualité qui reprend les exigences de la norme allemande.
Depuis 2010, les anciennes dénominations « NF Bois
de chauffage » et « NF Granulés biocombustibles »
sont regroupées au sein de la marque NF Biocombustibles solides. Des travaux sont également en cours pour l’intégration des briquettes et plaquettes de bois dans ce référentiel
de marque.
La marque NF Biocombustibles solides est la garantie, pour l’utilisateur, de s’approvisionner en combustible de qualité qui permettra un fonctionnement optimal de son installation de chauffage.
27
© LERMAB
Recherche et
Pour soutenir l’innovation et répondre à l’enjeu de développer conjointement le chauffage
domestique au bois et l’améliorer de la qualité de l’air, l’ADEME anime, oriente et finance
des programmes structurés de recherche et développement sur la production d’énergie
renouvelable et propre à partir de biomasse.
L’objectif de ce thème est de développer ou optimiser1 des
Développement d’appareils ou couples appareil et conduit à très
produits ou des procédés liés à la production d’énergie2 à
faibles émissions de particules fines, développement de systè-
partir de biomasse permettant d’améliorer significativement et
mes de traitement secondaire de poussières fines (PM2.5) indé-
simultanément les performances environnementales (émissions
pendants ou intégrés aux appareils de chauffage.
atmosphériques) et énergétiques (rendement). Les produits
ou procédés, depuis la préparation du combustible biomasse
• Amélioration de la qualité du combustible
jusqu’à la gestion des résidus de combustion, seront en usage
La qualité du combustible influe sur les performances énergé-
dans les secteurs domestiques, collectifs et industriels. Tous les
tiques, environnementales et économiques de l’installation à
polluants dans l’air et l’eau sont ciblés, notamment pour l’air :
biomasse. Cela passe entre autre par le tri, la préparation de la
les particules, les NOx et les HAP.
biomasse et le stockage.
Développement de systèmes de stockage de bois facilitant le
Pour répondre aux exigences du PNSE2 d’une part et du
séchage.
Plan d’Action National en faveur des énergies renouvelables
d’autre part, les axes de recherche dans le secteur domesti-
• Amélioration des performances énergétiques
que sont :
Développement d’appareils à faibles puissances et étanches
adaptés aux bâtiments à très faibles consommations énergéti-
• Réduction des émissions de particules fines
ques, développement de systèmes couplant chaleur biomasse
Les produits et procédés devront réduire significativement les
et ventilation maîtrisée pour une meilleure performance globale
poussières fines, tout en conservant une haute performance
du logement, optimisation de la courbe de charge des appareils
énergétique.
(rendement à mi-charge et nominal).
1
2
28
L’optimisation est l’amélioration de systèmes existants ou l’adaptation à la France de produits ou procédés étrangers.
La production d’énergie comprend la production de chaleur et la cogénération
© ATELIER FRANCE TURBO
Développement
Depuis le lancement du programme en 2005, 12 projets de re-
lisant la biomasse – Partenaires : INERIS (Coordinateur), CHA-
cherche dans le secteur domestique ont ainsi été sélectionnés.
ZELLES, AXIS-INTEGRAL FIRE, ENERGIE 79, SUPRA, POUJOULAT,
Ces projets ont mobilisé un investissement significatif de la part
APP SA, EIFER, CITEPA, CTIF, LERMAB, LMSPC,LCME.
des partenaires industriels et des laboratoires universitaires,
Ce dernier projet a permis l’élaboration d’une méthode de me-
avec un montant total de 4,1 millions d’euros, dont 1,9 qui a été
sure pour déterminer les fractions solide et condensable des
pris en charge par l’ADEME. Ils ont permis des collaborations de
particules totales (TSP) émises par les appareils de chauffage
très haute qualité entre laboratoires de recherche publics, pri-
domestique utilisant de la biomasse. La méthode, basée sur la
vés, centres techniques et équipementiers (principalement des
combinaison de DIN+ et EN TS 15439 : 2006, utilise le prélève-
PME), avec des valorisations reconnues auprès de la commu-
ment de la fraction condensable grâce à plusieurs barboteurs.
nauté scientifique internationale et des innovations industrielles
À ce jour, la méthode allemande/autrichienne DIN+ est communé-
disponibles aujourd’hui commercialement.
ment utilisée. Simple d’utilisation, elle présente néanmoins l’inconvénient de permettre uniquement la détermination de la frac-
Depuis 2008, deux consortiums complémentaires travaillent sur
tion solide de l’aérosol. Avec cette nouvelle méthode, la prise en
la problématique de la réduction des émissions polluantes et
compte de la partie condensable des poussières en supplément
l’évaluation de nouvelles technologies de filtration :
de la partie solide permet une meilleure approche de la contribution de la combustion biomasse aux particules de l’air ambiant.
• Projet « ReduPo Bois »
Évaluation de solutions de réduction des émissions polluantes
Par ailleurs, d’autres projets ont émergé depuis, dont l’un retenu
(gazeuses et particulaires) d’appareils de chauffage résidentiels
en 2009, vise à concevoir un conduit innovant de fumées, étan-
alimentés à la biomasse – Partenaires : CSTB (Coordinateur), LGRE,
che, concentrique à triple paroi pour appareils de chauffage au
TEN, D2I/INVICTA, FONDIS, LORFLAM.
bois bûche.
• Projet « Peren’Bois »
Évaluation technico-économique des performances énergétiques
et environnementales des meilleures techniques disponibles de
réduction des émissions de poussières fines et des composés
organiques pour les appareils de combustion domestiques uti-
29
Les signataires ‘appareils indépendants’
ATELIERS FRANCE TURBO
04 75 84 76 19
[email protected]
ATRYA
03 88 80 29 29
[email protected]
ADI (FOCUS)
04 67 55 01 93
[email protected]
DEVILLE
03 24 56 83 83
[email protected]
DOVRE FRANCE
04 90 53 60 82
[email protected]
AXIS INTÉGRAL FIRE
04 79 81 10 50
[email protected]
EDILKAMIN
[email protected]
BARBAS
0031 497 3392 01/03
[email protected]
FLAM
0032 1168 2338
[email protected]flam.be
BH INDUSTRIE / D2I
03 24 52 69 00
[email protected]
BODART ET GONNAY
0032 4 2399393
[email protected]
BRISACH SAS
04 94 56 67 00
[email protected]
BRONPI
00 34 957 502 750
[email protected]
CAMINETTI MONTEGRAPPA
+39 0424 800 500
[email protected]
CAMINOS
03 87 32 05 82
[email protected]
30
CHEMINÉES
RICHARD LE DROFF
03 88 95 12 00
[email protected]
FONDIS
03 89 37 75 00
[email protected]
FONTE FLAMME
04 73 91 02 07
[email protected]flamme.com
GEMINOX
08 25 122 120
[email protected]
GODIN
03 23 05 70 00
[email protected]
HASE
03 89 21 57 70
[email protected]
INVICTA
03 24 27 71 71
[email protected]
CDK INTERNATIONAL
POLYFLAM SYSTEM
03 44 40 90 43
[email protected]flam.com
JOTUL
04 72 52 22 40
[email protected]
CHEMINÉES DE CHAZELLES
04 45 23 50 50
[email protected]
LINCAR
05 49 32 18 77
[email protected]
CHEMINÉES PHILIPPE
03 21 61 70 70
[email protected]
LORFLAM
02 97 81 08 54
[email protected]flam.com
MCZ
+39 0434 599 599
[email protected]
NIBE FOYERS FRANCE
04 37 23 57 50
[email protected]
f
OLIGER
03 87 07 90 26
[email protected]
PALAZZETTI LELIO SPA
0039 434 922 922
[email protected]
PANADERO DENIA SL
0034 967 480 061
[email protected]
S.A.S PIROS
04 90 71 66 00
[email protected]
RAIS
01 45 35 23 15
[email protected]
SEGUIN-DUTERIEZ
04 70 56 16 00
[email protected]ées-seguin.com
STAUB FONDERIE
03 28 43 43 32
[email protected]
SUPRA
03 88 95 12 00
[email protected]
THERMIC DISTRIBUTION
EUROPE
03 24 36 64 00
[email protected]
RAVELLI
0039 030 743 9741
[email protected]
TULIKIVI
01 40 21 25 65
[email protected]fi
TURBO FONTE
05 57 26 39 60
[email protected]
RÜEGG CHEMINÉE
03 88 54 10 60
[email protected]
Les signataires ‘chaudières domestiques’
ATRYA
03 88 80 29 29
[email protected]
SILÈNE
05 49 06 06 60
[email protected]
ATLANTIC FRANCO BELGE
01 46 83 60 00
[email protected]
SOLAR FOCUS
CTC FRANCE
03 89 57 67 57
[email protected]
SELF CLIMAT MORVAN
[email protected]
01 60 05 18 53
[email protected]
FROLING SARL
03 88 90 29 79
[email protected]
UNICAL FRANCE
04 72 26 81 00
HS FRANCE SA
03 88 49 27 57
www.hsfrance.com
[email protected]
VIESSMANN FRANCE
ÖKOFEN
04 79 65 01 71
[email protected]
SB THERMIQUE
04 74 90 43 08
[email protected]
0 825 825 025
www.viessmann.fr
ZAEGEL HELD
03 88 49 97 29
[email protected]
31
Contact presse : Françoise jouet
Responsable Flamme Verte : Noël Le Mauff
Tél. : 01 48 78 05 60
fl[email protected]
Conception et rédaction : Françoise Jouet Consultants
Maquette : François Clément - Pavillon Haut
Impression : ACI - Imprimerie certifiée Imprim’Vert
La marque Imprim’Vert atteste que l’imprimeur n’utilise pas
de produits toxiques, sécurise le stockage des produits et déchets
dangereux et organise leur collecte et leur traitement dans des
filières spécialisées.
Imprimé avec des encres végétales sur papier certifié PEFC
(bois issu de forêts gérées durablement et de sources contrôlées).
Flamme Verte
c
/o Syndicat des énergies renouvelables
13-15, rue de la Baume – 75008 Paris
Tél. : 01 48 78 05 60
Télécopie : 01 48 78 09 07
www.flammeverte.org
L’énergie est notre avenir, économisons-la !
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement