I 1. - Bruxelles Pour Tous

I 1. - Bruxelles Pour Tous
Un espace public pour tous
Notre ville-région doit offrir à tous ses habitants, jeunes ou âgés, valides ou
handicapés, les meilleures conditions pour s'épanouir. Cela passe notamment, en
matière d'urbanisme et d'aménagement du territoire, par une meilleure prise en
compte des problèmes d'accessibilité des personnes handicapées ou à mobilité
réduite.
Si Bruxelles est une région jeune, la seule en Belgique dont l'âge moyen de la
population a diminué, elle est aussi la région qui compte la plus grande
proportion de personnes de plus de 80 ans. Et l'espérance de vie continue,
heureusement, d'augmenter.
Environ 10% de la population est handicapée, et 40% pourrait être considérée,
de façon permanente ou temporaire, à mobilité réduite. Trop peu de lieux
publics leur sont encore à ce jour réellement accessibles.
Notre urbanisme et nos aménagements doivent donc être repensés à partir de ces
usagers faibles et raisonnablement adaptés. Il y va du projet de cohésion sociale
que nous défendons pour notre région.
Notre Règlement régional d'Urbanisme a été révisé en ce sens en 2006. Un
Vademecum des personnes à mobilité réduite dans l'espace public a également
été publié par l'Administration de l'Equipement et des Déplacements.
Il reste à traduire dans les faits cette volonté de prendre pleinement en compte
les usagers faibles et leurs spécificités. L'accessibilité à tous n'est ni un luxe ni
un détail ou un simple vœux. Elle doit être une dimension fondamentale d'un
urbanisme soucieux de ne pas exclure une partie de la population de l'espace
public. Ce cycle de formation est une contribution de plus pour favoriser la
sensibilisation à cette question et l'implémentation de la règlementation.
Je suis bien consciente que les problèmes à solutionner pour garantir cette
accessibilité peuvent être nombreux.
Je ne doute pas que vous aurez à cœur de mobiliser toute votre créativité pour
tenter de les résoudre l'un après l'autre.
Françoise Dupuis,
Secrétaire d'Etat à l'Urbanisme
Sommaire
0. Introduction ..................................................................................................... 5
1.Objet de la formation ...................................................................................... 5
2.Contenu de la formation (« méthodologie », structure des modules)............. 6
I. Définitions & philosophie globale ..................................................................... 8
1.La personne handicapée.................................................................................. 8
2.L’environnement, facteur de handicap ........................................................... 8
3.La personne à mobilité réduite........................................................................ 9
4.La notion d’accessibilité ................................................................................. 9
5.Les aménagements raisonnables................................................................... 11
II. Le cadre légal et les recommandations techniques en Région de BruxellesCapitale................................................................................................................ 13
1.Le Règlement régional d’urbanisme (RRU)................................................. 13
2.L’application de la législation ...................................................................... 13
3.Les recommandations techniques ................................................................ 14
III. Les besoins spécifiques des personnes à mobilité réduite ............................ 17
1.Les personnes en situation de handicap moteur ........................................... 17
2.Les personnes atteintes d’une déficience visuelle ........................................ 19
3.Les personnes atteintes d’une déficience auditive........................................ 28
4.Les personnes atteintes d’une déficience intellectuelle ............................... 29
IV. Espaces d’intégration : études de cas et relevé de bonnes pratiques ............ 33
1.Bâtiments ouverts au public. ........................................................................ 33
a. Le Juste Lipse .......................................................................................... 34
b. L’hôtel communal de Forest ................................................................... 36
c. Les Espaces verts..................................................................................... 39
d. Le logement modulable ou adaptable .................................................... 39
f. Infrastructures sportives........................................................................... 47
2. La rénovation du complexe sportif Terdelt pour la pratique du tennis en
chaise roulante ................................................................................................ 49
V. Espaces publics (espace-rue).......................................................................... 59
1.- Principes........................................................................................................ 59
2.- La mise en oeuvre d'un réseau.................................................................... 60
3.- Le mobilier urbain ...................................................................................... 66
VI. Moyens de transports .................................................................................... 71
1. L’accessibilité des transports publics (bus, trams, métro, minibus)............ 71
2. Le transport individuel ................................................................................ 76
VII. Information et communication ................................................................... 78
VIII. Mise en situation : exemples de bonnes et mauvaises pratiques............... 80
1. Sur le terrain ................................................................................................... 80
IX. Conclusion ................................................................................................... 94
Bibliographie ...................................................................................................... 95
0. Introduction
1. Objet de la formation
« L’idée d’adaptation a un sens riche, dans la mesure où elle nous
oriente vers la souplesse et la plasticité organisationnelle de la vie, c’està-dire son aptitude à répondre aux défis, contraintes, manques,
difficultés, périls, hasards extérieurs. » Edgar MORIN, La Méthode T2,
« La vie de la vie »
Comment garantir la mise en conformité de l’accessibilité et la continuité
de la chaîne de déplacements pour tous ? Comment définir les
dispositifs transversaux à mettre en place pour améliorer l’accessibilité
durable et raisonnable aux personnes à mobilité réduite dans les
différents secteurs, tels que : le cadre bâti, les services, les transports, la
voirie, …? Autant de questions de plus en plus fréquentes que nous
avons abordées à travers une formation destinée aux fonctionnaires
communaux et régionaux en Région de Bruxelles – Capitale.
Bien que la Direction Générale de l’Urbanisme de l'Administration de
Aménagement du Territoire et du Logement soit consciente des
multiples questions qui se posent dans le cadre d’application de la
législation et de la qualité de finition lors de la construction de nouvelles
bâtisses ou rénovations, il est clair que, la problématique de
l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite reste souvent mal connue
ou ignorée par les concepteurs de projets, les architectes ou urbanistes,
les fonctionnaires qui délivrent les permis d’urbanisme. Le droit à la
mobilité et par extrapolation l’accessibilité pour tous, sont à la clé de la
formation du personnel communal et régional mis en place par l'asbl
AMT Concept avec le soutien du Ministère de l’Urbanisme et du
Logement de la Région Bruxelles-Capitale. Cette initiative du cabinet de
Madame la Ministre Françoise Dupuis montre bien la volonté de mettre
en avant une politique active en faveur de l’accessibilité pour tous.
L’objectif est de sensibiliser les aménageurs, les pouvoirs locaux et un
public plus large aux difficultés d’autonomie des personnes à mobilité
réduite, tout en offrant une série d’éléments à prendre en compte pour
l’élaboration de solutions appropriées.
La sensibilisation accrue des responsables régionaux et communaux et
des agents de l’urbanisme doit permettre aux projets d’adaptation ou de
mise en conformité des bâtiments publics et voiries de se concrétiser et
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
4
de tenir compte des difficultés d’accessibilité pour les personnes à
mobilité réduite (PMR dans la suite du texte).
Les questions relatives à la mobilité des PMR ne sont pas chose simple
pour les gestionnaires de l’espace public. Il est évident qu’il faut prendre
le temps de comprendre la philosophie globale du concept d’accessibilité
aux PMR, la différence entre les situations de handicap et leurs
conséquences dans la conception des aménagements. Par ailleurs, une
formation technique est également indispensable pour savoir comment
assumer la prise en charge des équipements depuis la conception
jusqu’à la réalisation pratique sur chantier.
2 Contenu de la formation
(« méthodologie », structure des modules)
Les modules ont été conçus pour aider à la réflexion et à la prise en
compte de nombreuses thématiques et des nombreux acteurs qui
concourent à l’accessibilité des espaces et bâtiments ouverts au public
et à usage public. Il s'agit ici de ne pas se limiter à des recommandations
générales mais bien de voir comment il est possible d'adapter ces
principes à des cas concrets existants.
Les engagements en faveur de la formation postulent également qu’un
volet explicitant des exemples concrets de réalisation et de mise en
situation sur le terrain pour trouver un équilibre entre la théorie et la
pratique, soit :
- Pré-requis théoriques : handicap et environnement, PMR,
accessibilité, aménagements raisonnables
- Définition des besoins spécifiques des différentes catégories
de PMR au travers d’exposés relatant des expériences
vécues
- Sensibilisation « active » aux besoins des PMR par le biais
de mises en situation dans la ville
- Recommandations techniques illustrées par des études de
cas et des visites de terrain présentant de multiples
exemples de bonne ou de mauvaise pratique
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
5
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
6
I. Définitions & philosophie globale
1. La personne handicapée
La personne handicapée est une personne atteinte d’un handicap
résultant d’une déficience, visible ou non, répertoriée dans l’une des
quatre grandes familles généralement identifiées : motrice, auditive,
visuelle et intellectuelle, cette dernière regroupant déficience cognitive et
psychique.
2. L’environnement, facteur de handicap
Une personne handicapée dans un aménagement accessible est une
personne valide;
une personne valide dans un aménagement non accessible est une
personne handicapée
Louis-Pierre Grosbois, « Handicap et construction »
Au-delà de sa définition médicale, le handicap doit également être
envisagé comme le résultat d’une interaction entre une diminution
physiologique propre à un individu et l’environnement, au sens le plus
large, dans lequel celui-ci doit évoluer.
De ce point de vue, on est amené à considérer que le handicap apparaît
lorsque il y inadéquation entre la personne et son environnement,
notamment bâti. Autrement dit, l’aménagement des espaces crée ou, a
contrario, supprime le handicap, qu’il soit de mobilité, comme dans le
cas d’une personne en fauteuil roulant ou d’un piéton appareillé, ou de
perception dans le cas d’une personne aveugle ou d’une personne qui
perd le sens de l’ouïe ainsi que des personnes qui ont des difficultés de
communication que ce soit l’ouille ou la parole.
On le constate, cette approche permet d’élargir le débat en remplaçant le
handicap de quelques-uns par la notion plus dynamique de « handicap
de situation ». Cette notion s’applique à une part infiniment plus
importante de la population, couramment désignée sous le vocable de
personnes à mobilité réduite (PMR).
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
7
3. La personne à mobilité réduite
La notion de « personne à mobilité réduite » se veut plus large que celle
de « personne handicapée »: elle englobe l'ensemble des usagers
éprouvant une quelconque difficulté à se mouvoir « normalement ».
Plusieurs facteurs sont susceptibles de réduire durablement ou
provisoirement la mobilité des personnes, c'est-à-dire leur capacité à se
déplacer dans un environnement donné. Il existe de ce fait différentes
catégories de personnes à mobilité réduite, qui doivent toutes être prises
en compte dans les politiques d’accessibilité:
- les personnes en chaise roulante (manuelle ou motorisée)
autonomes ou accompagnées
- les personnes avec une déficience auditive, visuelle ou cognitive
les personnes âgées, qui tendent à cumuler plusieurs déficiences
- les enfants, dont les besoins et comportements sont spécifiques et
qui peuvent de ce fait être placés en situation de handicap
- les personnes désavantagées par leur taille ou leur poids,
fréquemment en situation de handicap bien que ne souffrant
d’aucune déficience à proprement parler
- les piétons appareillés (déambulateurs, cannes, béquilles, orthèses,
etc.)
- les femmes enceintes
- les accidentés en convalescence
- les personnes atteintes d’affections non visibles (arthrose,
insuffisances cardiaques ou respiratoires, maladies nerveuses, etc.)
- les piétons « encombrés » (poussette ou landau, bagages, caddie,
diable, etc.)
4. La notion d’accessibilité
L’accessibilité désigne la possibilité pour l’ensemble de la population, et
plus particulièrement pour les personnes à mobilité réduite, d’effectuer
les actions suivantes avec un maximum d’autonomie, de sécurité et de
confort: accéder à un espace ou à une infrastructure donnée, y circuler
horizontalement et verticalement et utiliser de manière effective les
fonctions ou équipements qu’ils abritent, ce qui implique également de
pouvoir communiquer et se repérer dans l’espace.
- accessibilité de l’environnement physique
- accessibilité « cognitive et relationnelle »
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
8
Qu’il s’agisse de barrières architecturales ou plus simplement de
préjugés, les obstacles environnementaux ont des effets discriminatoires
et engendrent, à des degrés divers, la dépendance et l’isolement des
personnes en situation de handicap. Travailler à l’accessibilité d’un lieu
public, c’est non seulement garantir la sécurité et le confort de tous, mais
aussi prévenir les situations de handicap pour les PMR et oeuvrer à
l’autonomie et à l’insertion des personnes handicapées. L’essence
même de toute politique d’accessibilité est de permettre à tous de
participer pleinement à la vie de la collectivité.
Dans cette perspective, il est primordial que tout projet architectural ou
urbanistique tienne compte de la diversité des besoins des personnes à
mobilité réduite afin d’offrir des conditions d’accès qui bénéficient au plus
grand nombre.
Dans le cas de nouvelles constructions ou de rénovations d’envergure,
les mesures d’accessibilité doivent être prises dès la conception du
projet et faire l’objet à chaque étape de sa réalisation d’un suivi et d’un
contrôle rigoureux. Soulignons que de tels aménagements n’entraînent
aucun coût supplémentaire.
Pour améliorer les conditions d’accès à un bâtiment ou à un espace
existant, il convient de procéder par phases: analyse de la situation
existante et diagnostic, formulation de recommandations et de
propositions, concrétisation du projet, suivi et contrôle du chantier. Les
surcoûts que peuvent parfois engendrer des aménagements dits « de
correction » doivent être intégrés dans une vision comptable plus globale
qui tienne compte des économies réalisées par la réinsertion
professionnelle ou sociale.
Les aspects liés à la gestion des lieux à vocation publique, notamment
l’entretien des infrastructures et de leurs équipements, ne peuvent en
aucun cas être négligés, sous peine de réduire à néant les bénéfices des
aménagements réalisés.
Comme le montrent les études de cas présentées au cours de ce cycle
de formation, la clé du succès de toute politique d’accessibilité réside
dans la recherche de compromis entre les besoins, parfois conflictuels,
des PMR et les contraintes environnementales, architecturales ou
financières. Mettre au point des solutions raisonnables et profitables à
tous, telle est la mission des acteurs concernés de près ou de loin par le
défi de l’accessibilité.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
9
5. Les aménagements raisonnables
Les aménagements satisfaisant aux exigences de l‘accessibilité
physique de l’environnement urbain sont semblables à ceux qui
répondent à la diversité des besoins des usagers dans les différentes
actions à envisager pour se mouvoir, pour voir, pour entendre,
comprendre ou communiquer. Sans oublier qu’en répondant aux
questions d’accessibilité aux PMR, on améliore le confort, la sécurité et
la qualité de vie pour tous. Une série de petits aménagements inscrits
dans une politique globale d’accessibilité peuvent simplifier la mobilité
pour tous y compris pour ceux qui en étaient exclus. Les personnes en
situation de handicap se retrouvent souvent exclues socialement et
professionnellement.
En septembre dernier, un protocole entre l’Etat fédéral, la Communauté
flamande, la Communauté française, la Communauté germanophone, la
Région wallonne, la Région de Bruxelles-Capitale, la Commission
communautaire commune et la Commission communautaire française
en faveur des personnes en situation de handicap a été publié au
moniteur belge. Ce protocole relatif aux aménagements raisonnables en
Belgique en vertu de la loi du 25 février 2003 tendant à lutter contre la
discrimination et modifiant la loi du 15 février 1993 créant un centre pour
l'égalité des chances et de lutte contre le racisme détermine que toute
personne dont la participation à la vie sociale et professionnelle est
limitée ou entravée, est considérée comme une personne en situation de
handicap. Il vise donc une inclusion sociale et professionnelle des
personnes en situation de handicap qui se réalise entre autres par la
mise en œuvre d'aménagements raisonnables, c'est à dire toutes les
mesures concrètes nécessaires susceptibles de contribuer de manière
raisonnable à ce que les personnes en situation de handicap ne soient
pas lésées par des facteurs environnementaux.
Il y a plusieurs aménagements possibles ; les aménagements matériels
comme par exemple l'adaptation du poste de travail ou architecturale,
accessibilité pour les fauteuils roulants; les aménagements nonmatériels comme par exemple l'emploi d'une langue simplifiée,
l'accompagnement d'une personne aveugle ; les aménagements
collectifs comme par exemple les adaptations d'infrastructures sportives
et culturelles, l'installation d'ascenseurs dans les gares et stations de
métro; les aménagements individuels comme par exemple un écran
adapté, téléphone adapté, clavier et sanitaires pour un travailleur
présentant un handicap.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
10
Les aménagements raisonnables doivent répondre à certains critères ;
efficacité, égalité, autonomie et sécurité. Efficace parce que
l'aménagement doit apporter une amélioration concrète, égale parce qu'il
doit permettre une utilisation égale des facilités et services, autonome
parce qu'il doit permettre aux utilisateurs de faire des choses sans l'aide
de tiers et sécurisant parce qu'il doit assurer la sécurité de la personne
en situation de handicap.
Il y a aussi des indicateurs dont la liste n'est pas limitative qui indiquent
si un aménagement est bien raisonnable, il s'agit de l'impact financier,
l'impact organisationnel, la fréquence et la durée prévues de l'utilisation
de l'aménagement,
l'impact sur l'environnement et les autres utilisateurs ainsi que l'impact
qualitatif sur la vie des personnes intéressées.
Enfin, selon la loi du 25 février 2003 l'absence d'aménagements
raisonnables pour les personnes en situation de handicap constitue un
acte de discrimination. Ils sont indispensables également pour des
raisons de sécurité. Rappelons que les personnes en situation de
handicap ont le droit de bénéficier des mesures visant à améliorer leur
autonomie, leur intégration sociale et professionnelle et la participation à
la vie de la communauté. De plus, la directive européenne 200/78/CE du
27 novembre 2000 précise en son article 5 que le fait de ne pas prévoir
des aménagements raisonnables viole le principe de l'égalité de
traitement à l'égard des personnes en situation de handicap. Ce principe
est soutenu par différents textes de loi au niveau belge, européen et
même mondial.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
11
II. Le cadre légal et les recommandations techniques en
Région de Bruxelles-Capitale
1. Le Règlement régional d’urbanisme (RRU)
Les nombreuses initiatives qui ont vu le jour au cours des dernières
années ont permis de sensibiliser les acteurs responsables de
l’environnement et du cadre bâti en Région de Bruxelles-Capitale à la
problématique de l’accessibilité des lieux publics. Des progrès
appréciables ont eu lieu sur le plan de la réflexion et de sa concrétisation
dans les textes légaux, les plans d’affections du sol, les plans de
développement ou encore les politiques de mobilité.
En Région de Bruxelles-Capitale, les normes techniques d’accessibilité
des bâtiments et de la voirie aux PMR sont régies respectivement par
les titres IV (Accessibilité des bâtiments par les personnes à mobilité
réduite) et VII (La voirie, ses accès et ses abords) du Règlement
Régional d’Urbanisme (RRU), qui vient de subir de substantiels
remaniements.
La version révisée de ce RRU, adoptée par le Gouvernement régional le
21 novembre 2006 et publiée au MB le 19 décembre 2006, offre de
nombreuses avancées. Elle permet ainsi une prise en compte plus
étendue des handicaps sensoriels tels que la surdité et la cécité. En
outre, les définitions ont été complétées et le champ d’application élargi
à d’autres sphères de la vie quotidienne. Le texte a également été
amélioré sur les questions du cheminement des piétons et des PMR.
2. L’application de la législation
Les services d’urbanisme se montrent aujourd’hui de plus en plus
vigilants quant au respect des normes d’accessibilité en vigueur lors de
la délivrance des permis d'urbanisme. Toutefois, outre la diversité et la
complexité des situations, que le RRU ne suffit évidemment pas à
couvrir et auxquelles il est généralement peu préparé, le personnel des
services concernés rencontre plusieurs difficultés dans l’exercice de sa
mission.
Premièrement, en dépit du fait que le RRU s’applique pleinement aux
actes et travaux mineurs, la dispense de permis dont ceux-ci bénéficient
rend difficile, pour ne pas dire impossible, le contrôle du respect des
dispositions légales dans les projets privés non subsidiés.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
12
Deuxièmement, la mise en accessibilité de bâtiments anciens, qui
peuvent être classés, pose un nombre considérable de questions,
notamment juridiques et architecturales, qui complexifient la recherche
d’une réponse appropriée et exigent davantage de réflexion et de
compromis.
Il arrive enfin fréquemment que des aménagements prévus et validés
par l’octroi d’un permis ne voient jamais le jour ou encore se révèlent
inadaptés, faute de cahier des charges suffisamment détaillé ou de suivi
des chantiers. Il est donc essentiel que les services d’urbanisme
disposent des moyens humains et techniques nécessaires pour mener à
bien les politiques d’accessibilité.
Différentes mesures permettent de pallier ces difficultés, comme par
exemple la mise en place de structures pluridisciplinaires de concertation
et de codécision, composées notamment de représentants des instances
et associations concernées et de citoyens avertis, handicapés ou non.
3. Les recommandations techniques
En dehors du cadre réglementaire fixé par le RRU, de nombreuses
références et recommandations techniques existent en Belgique ou à
l'étranger. Spécifiquement à la Région de Bruxelles-Capitale et en ce qui
concerne les aménagements de voiries, il faut mentionner le
Vademecum des personnes à mobilité réduite dans l'espace public,
élaboré et publié par l'Administration de l'Equipement et des
Déplacements (AED) en janvier 2006.
Cet outil destiné aux bureaux d'études, aux gestionnaires de voirie et au
public intéressé est le fruit d'une collaboration transversale entre
l'administration régionale et divers intervenants impliqués dans la
mobilité des PMR (associations spécifiques, STIB; etc.) Illustré par de
nombreux cas concrets, il synthétise la réglementation en vigueur et
l'expérience de terrain.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
13
Traversée piétonne avec dalles de vigilance et lignes guides.
Source : Vademecum, AED, MRBC)
Après avoir redéfini le concept de PMR et après les avoir resitué au sein
de la population (30 à 35%), le Vademecum dresse l'inventaire des
textes officiels ou de référence dans le cadre d'un aménagement en
voirie : le plan Iris des Déplacements, le Code de la Route, le Code du
gestionnaire, le Cahier général des charges des travaux 2000, les actes
des Etats généraux de la Sécurité routière, et évidemment le RRU, plus
particulièrement le titre 7 relatif à "la voirie, ses accès et ses abords".
Entre les principes théoriques énoncés par ces documents et la
réalisation pratique sur le terrain de nombreux problèmes subsistent et le
Vade-mecum s'attache à les expliciter. Publié avant la nouvelle version
du RRU, il montre également les limites de l'ancienne version du RRU.
.
Chaussée de Haecht un cheminement régional cohérent et continu
Photo : AMT Cconcept
Le Vade-mecum tente ensuite d'expliquer les mécanismes qui soustendent la mobilité des PMR. Il dresse l'inventaire des besoins
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
14
spécifiques en fonction du type de handicap. Les besoins des
malentendants, clairement identifiés et peu contraignants sont faciles à
mettre en œuvre. Les besoins des personnes en chaise roulante, sont
eux aussi parfaitement identifiés et facile à expliquer. Dans la pratique ils
ne restent néanmoins pas toujours correctement réalisés. Mais c'est
surtout sur les besoins des aveugles et des malvoyants que le Vademecum s'attarde. L'implantation des lignes-guides au carrefour par
exemple est sujet à bien des interrogations. Le Vade-mecum illustre au
travers de cas concrets des situations où les carrefours ne sont pas à
90°, où les trottoirs n'ont pas les dimensions standard requises, etc.
Photo : AMT Concept
Dalles de changement de direction en caoutchouc
Pour conclure, il préconise d'intégrer la problématique des PMR dès la
conception, au même titre que les autres problématiques et il énonce les
10 commandements d'un bon projet. Il rappelle toutefois que c'est le bon
sens qui doit guider tout aménagement : il vaut mieux parfois ne rien
faire plutôt que de réaliser un mauvais aménagement, voire un
aménagement dangereux.
Rue de la Loi, Traversée piétonne de plain-pied
Photo : AMT Concept
PINTO, David, AED, « Le Vade-mecum des personnes à mobilité réduite
dans
l’espace public », Module 4 du 25 juin 2007
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
15
III. Les besoins spécifiques des personnes
à mobilité réduite
1. Les personnes en situation de handicap moteur
Qui sont-elles ? Quels sont leurs besoins ?
Il est utile pour bien cerner cette vaste catégorie de PMR de distinguer
parmi eux trois sous-groupes dont les besoins, bien que similaires,
diffèrent à certains égards:
- Les personnes se déplaçant seules en fauteuil roulant, les
personnes de petite taille, les enfants
- Les personnes en fauteuil roulant accompagnées, les personnes qui
se déplacent en manœuvrant une poussette, un caddie, un diable,
une valise, un déambulateur
- Les personnes qui marchent difficilement (vieillesse, obésité,
problèmes d’équilibre, affections respiratoires ou cardiaques,
arthrose, rhumatismes, grossesse, transport d’un colis, utilisation de
béquilles ou d’une canne, etc.)
Quelques sont les dispositions de la chaîne de déplacement importantes
à respecter en amont
- dévers limité à 1% ou 2% maximum
- largeur de libre passage suffisante, au moins 1,50 m de large
- revêtement de sol adéquat (non meublé, non glissants et sans
obstacles)
- voie d’accès, au moins 1,20 m de large
- traversées adaptées
- dégagement visuel au droit des traversées
- transport en commun et arrêts adaptés
- stationnement adapté
- mobilier adapté (hauteur, espace libre pour les jambes) et placé en
retrait des cheminements ou encastrés dans les façades
- rampes d’accès avec des pentes douces permettant le déplacement en
toute autonomie ; équipées d’une double main-courante de 0,75 m et 1
m du sol avec un espace libre entre les 2 mains-courantes d’au moins
1,20
- une entrée de plain-pied, ou à défaut, un ressaut biseauté à 30% ;
toute marche est proscrite
- largeur de passage libre de portes d’accès 0,95 m et portes intérieures,
0,85 m
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
16
- résistance des portes de 3 kilos (30 N) maximum avec verrouillage de
6 secondes minimum et comportant un marquage contrasté
- au moins un ascenseur adapté aux personnes à mobilité réduite d’une
cabine de 1,40 m de profondeur et 1,40 m de largeur
- chaque niveau ayant des sanitaires disposant d'au moins un wc
accessible
- aire de rotation suffisante (portes, ascenseurs, changements de
direction
- mobilier et équipements, locaux sanitaires, etc.), au moins 1,50 m hors
débattement des portes sans obstacles saillants du type : radiateurs,
tablettes, dévidoirs d’incendie
- au moins un téléphone disposant de commandes à hauteurs adaptées
et accessibles
- au moins un guichet adapté et équipé d’une tablette dont le rebord
inférieur et 0,75 m du sol et la face supérieure est située à 0,80 mm ou
0,85 m avec une profondeur de 0,60 m et un espace libre sous la
tablette
- dispositif pour les changements de niveaux (rampes, aires de repos,
escaliers, ascenseurs, élévateurs) avec signalisation au sol, couleurs
contrastées et information optimale
- au moins une toilette est adaptée, plus une supplémentaire par tranche
de 20 Superficie minimale au sol 1,50 m x 1,50 m avec une aire de
rotation de 1,50 m
Photo : AMT Concept
Le critère d’encombrement et de mobilité du fauteuil roulant doit être pris
comme norme minimale des aménagements. Toutefois, il convient
d’augmenter l’espace disponible pour tenir compte des dimensions
anthropométriques du deuxième groupe de PMR décrit ci-dessus.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
17
2. Les personnes atteintes d’une déficience visuelle
Les personnes aveugles et malvoyantes
Qui sont-elles ?
Les personnes qui ont une cécité complète ou absence totale de vision
se déplacent seules ou accompagnées ou avec un chien d’assistance.
Leur canne blanche leur permet de repérer les obstacles et de
s’orienter. Afin de compenser la perception du sens visuel, elles
développent très fort les trois autres sens : tactile, auditif et olfactif. Les
informations sonores et tactiles sont des points de repère indispensables
pour se déplacer. A la différence de ce que l’on observe dans les pays
en voie de développement, la cécité est en net recul dans nos sociétés :
on peut expliquer ce phénomène par les progrès de la médecine bien
sûr mais aussi par l’amélioration de notre alimentation, plus équilibrée et
moins carencée en vitamine A.
La malvoyance ou la basse vision
Par contre pour les personnes malvoyantes dont la cécité n’est pas
complète, il est encore possible de se déplacer en utilisant au maximum
leurs possibilités visuelles restantes à l’aide d’un marquage différencié,
de couleurs contrastées, une luminosité et un éclairage approprié ou par
le grossissement des caractères des panneaux d’information au public.
Il s’agit d'une personne qui voit mal suite à une maladie, un accident,
une dégénérescence liée à l’âge ou atteinte d’une pathologie
spécifique. Le défaut visuel ne peut pas être corrigé.
Cette malvoyance peut se présenter de différentes manières : perte de
vision centrale, périphérique, faible acuité visuelle, vision avec taches
etc. De même deux malvoyants atteints d’une même pathologie peuvent
réagir différemment selon les circonstances. C’est ainsi, par exemple,
qu’en situation d’éblouissement ou au contraire d’obscurité, le
malvoyant peut se retrouver dans les mêmes conditions qu’une
personne aveugle.
Les malvoyances sont peu connues du public bien qu’elles concernent
une part de population plus importante que les personnes aveugles.
Trop souvent, Il y a méprise incompréhension : par exemple, certains
malvoyants sont capables de lire un journal ou un livre dans les
transports en commun mais en descendant de ceux-ci doivent déplier
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
18
leur canne pour retrouver leurs repères pour circuler en toute sécurité et
autonomie
Contrairement à la cécité, les malvoyances sont en constante
augmentation dans les pays occidentaux. La cause principale semble
imputable au vieillissement de la population (et notamment la
Dégénérescence Maculaire Liée à l'Age ou DMLA (voir ci-dessous, le
paragraphe consacré aux différentes pathologies).
Les malvoyances sont, nous l’avons vu, peu identifiables du grand
public. Les personnes malvoyantes souffrent de ce manque de
reconnaissance ; Elles peuvent même parfois être qualifiées de
« tricheuses » par des personnes ignorant leur handicap.
Il existe différents types de malvoyance :
— atteinte de la vision centrale,
— atteinte de la vision périphérique,
— absence de vision colorée, de perception des contrastes, de relief ou
de vision nocturne,...
Il n'y a pas deux visions identiques chez les personnes malvoyantes.
Certaines peuvent lire, mais utilisent une canne blanche pour se
déplacer, d'autres utilisent une aide optique (monoculaire, jumelles,
loupe, télé agrandisseur...) pour avoir accès à l'information, mais se
déplacent aisément. Toute personne perdant la vue se retrouve
confrontée à un nouveau monde, inconnu et angoissant dans un premier
temps. Cette situation est trop souvent vécue dans l’isolement
Quelques pathologies entraînant une malvoyance
Photo : ONA
Cette prise de vue illustre ce que voit une personne bénéficiant d’un
champ visuel optimal (10/10èmes). Vous apercevrez ensuite la même
route telle que vue par des personnes souffrant de diverses affectations.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
19
Dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA) :
Photo : ONA
Il s’agit une affection touchant plus souvent les personnes âgées.
Comme son nom l'indique, dans la DMLA, c'est la macula de l’œil qui est
atteinte. La macula est un tissu sensible à la lumière qui tapisse le fond
de l’œil et qui est située au centre de la rétine. La macula assure la
vision centrale et la perception de détails précis qui nous permet de
reconnaître un visage, de lire ou de regarder la télévision. Une lésion de
macula peut résulter en une perte grave ou totale de la vue.
Elle entraîne une perte progressive et définitive de la vision centrale
(scotome central). Elle empêche ainsi de lire, de conduire ou de regarder
la télévision. C'est la première cause de cécité chez les personnes
âgées de plus de 50 ans.
On estime que dans les pays développés, la DMLA touche 2 à 3 % de la
population.
Rétinopathie diabétique
Photo : ONA
La rétinopathie diabétique est l'affection oculaire la plus grave associée
au diabète.
Avec le temps, le diabète finit par modifier la structure de la rétine,
membrane photosensible tapissant le fond de l’œil. À mesure que la
maladie progresse, de petits vaisseaux sanguins commencent à se
former sur la rétine. Ces vaisseaux peuvent exsuder des liquides ou
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
20
commencer à saigner ; cette affection peut mener à la cécité si elle n'est
pas soignée.
Rétinopathie Pigmentaire
Photo : ONA
Il s'agit d'une affection héréditaire grave, qui ne touche généralement
que quelques individus d'une même famille. Son apparition clinique se
fait le plus souvent entre la dixième et la vingtième année de la vie.
En raison d’une amputation progressive du champ périphérique, les
personnes atteintes de cette affectation éprouvent de plus en plus de
mal à se déplacer dans une ville car ils cognent tout ce qui est par terre,
ne voient pas les trottoirs, les poubelles… Quand on leur tend la main, ils
ne la voient pas, et il faut la mettre au niveau de leurs yeux pour qu'ils se
rendent compte du geste. Ces altérations du champ visuel sont très
handicapantes. Ils peuvent avoir 10/10ème à chaque oeil et pourtant ils
sont très gênés dans la vie courante.
La cataracte
Photo : ONA
La cataracte se caractérise par une opacification du cristallin entraînant
une baisse de vue. L'âge constitue la cause de l'immense majorité des
cataractes, en raison du vieillissement naturel du cristallin. Dans certains
cas exceptionnels, elle peut-être congénitale, due alors à des anomalies
génétiques ou à des maladies contractées par la mère durant la
grossesse. D'évolution généralement lentement progressive, elle est la
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
21
cause d'une baisse de vision de plus en plus gênante. Au début, la
personne est gênée par une sensibilité anormale à la lumière
(photophobie), surtout marquée sous forte lumière (éblouissement au
soleil ou lors de la conduite de nuit) pouvant s'accompagner de
larmoiement réflexe. Progressivement, la baisse de vision devient de
plus en plus pénible et entrave les gestes les plus courants de la vie, ce
qui entraîne l'indication d'une intervention chirurgicale.
Le recours à l'intervention chirurgicale est le seul traitement
envisageable.
Le glaucome
Photo : ONA
En détruisant lentement les fibres du nerf optique, le glaucome peut
conduire à la perte totale et définitive de la vision. La gravité de la
maladie tient à son caractère insidieux, sournois et pendant longtemps
silencieux : hormis l’éventualité du glaucome aigu, le glaucome n’est pas
douloureux, la vision n’est pas voilée et celle des petits détails qui
correspond à notre acuité visuelle centrale est conservée jusqu’à un
stade très avancé de la maladie. C’est le champ visuel, c’est-à-dire notre
vision panoramique, qui va se trouver très lentement et progressivement
entaché de zones moins sensibles qui vont augmenter et confluer au fil
du temps, confrontant à ce moment seulement, la personne qui en est
atteinte à un handicap sévère.
Les pertes liées au glaucome sont irréversibles mais la vision peut être
sauvée si celui-ci est détecté suffisamment précocement. Le glaucome
chronique est une maladie assez fréquente (1 à 2% de la population),
touchant surtout les adultes après l'âge de 40 ans, mais pouvant
également survenir chez l'enfant ou l'adulte jeune. Les causes exactes
du glaucome ne sont pas encore parfaitement connues. Il existe des
facteurs génétiques certains (la descendance de patients glaucomateux
risque plus de la développer par la suite). Parmi les facteurs de risque,
l'existence d'une pression trop élevée dans l'œil est de loin la plus
fréquente et la plus importante.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
22
Rappelons aussi que, suite aux modifications de la législation qui régit
l’utilisation de la canne en 2006, il n’est plus nécessaire de demander
l’autorisation à l’administration communale de pouvoir circuler sur la voie
publique avec une canne blanche. Cette canne est délivrée par les
associations pour personnes aveugles et malvoyantes aux personnes
aveugles mais également aux personnes gravement malvoyantes dont
l’incapacité visuelle est de 60 % ou sur prescription d’un ophtalmologue
spécialisé en réadaptation fonctionnelle.
Quels sont leurs besoins ?
La complexité croissante de la vie urbaine rend la ville moderne encore
plus difficile à pratiquer pour les personnes aveugles et malvoyantes.
Quelle est la réalité actuelle de l’accessibilité à la voirie, aux transports
et aux lieux ouverts au public ? Comment améliorer les déplacements
urbains en toute sécurité ?
Chaussée de la Hulpe. Traversée très difficile pour les personnes aveugles
Photo : AMT Concept
Les différentes expériences du vécu dans l’espace urbain des personnes
avec une déficience visuelle, permettent de faire le point quant aux
difficultés rencontrées dans la vie de tous les jours par les personnes
aveugles et malvoyantes et de mieux cerner leurs demandes et leurs
besoins. Pour n’importe quel piéton, se déplacer en ville est un
processus complexe, et enchaîne toute une série logique d‘orientation,
d’identification qui intègrent la chaîne de déplacement, les différentes
interactions avec l‘environnement, l’accès à l’information et à la
communication. Les composantes de cette chaîne de déplacement dans
sa conception architecturale et urbanistique privilégient le visuel au
détriment des éléments d’orientation et de repérage des personnes
aveugles et malvoyantes. Quelques progrès ont été faits ces dernières
années en matière d’aménagement de la voirie, information sonore dans
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
23
les traversées piétonnes, signalisation au sol (dalles pododactiles, dalles
de guidance, de vigilance et de changement de direction), mais les
efforts restent assez limités et discontinus. Bien qu’à certains endroits
l’agencement des dalles d’orientation et de guidance ne respecte pas les
normes non plus et constitue un danger supplémentaire dans leurs
déplacements. Dans les aménagements, on doit impérativement tenir
compte du fait que les personnes déficientes visuelles raisonnent
spatialement et se repèrent avec des lignes droites, et non des courbes.
Principes de base des aménagements et des lignes de conduite à
respecter :
Place Pavillon, Schaerbeek. Photo : AMT Concept
- ligne guide (dalles striées)
- zone de vigilance (dalles à protubérances)
- dalle d’informations souples
Les obstacles sur le trottoir pour les personnes aveugles sont multiples
Photo : AMT Concept
Notons aussi que, la prise en considération des aménagements
extérieurs en voirie ou à l’intérieur des bâtiments, met en exergue les
multiples difficultés rencontrées dans l’espace public, les boîtes aux
lettres saillantes, les panneaux publicitaires, les poteaux de signalisation,
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
24
les potelets, les bancs, les œuvres d’art suspendues, les objets saillants
dans les pointeuses, la mauvaise signalisation des travaux, les feux
sonores avec un signal non-unifié, les reflets dus à la brillance du sol,
l’environnement bruyant, le stationnement illicite, qui créent des
obstacles dangereux à leur mobilité. La notion de cheminement révèle
aussi des lacunes dans certains types d’aménagement urbain, à l’image
des ronds-points, très appréciés par les personnes en chaise roulante,
mais qui constituent par contre une entrave importante pour les
personnes déficientes visuelles. Sans oublier que, la problématique de
couleur de contraste reste trop souvent ignorée encore.
Photo : AMT Concept
Lignes guides (bordures de trottoir)
L’idéal serait d’unifier ces principes d’aménagement et de les prévoir
dans les plans de réaménagement de la voie publique, des transports ou
des lieux publics.
Il est primordial aussi de sensibiliser efficacement les travailleurs en
contact potentiel avec des personnes déficientes visuelles (chauffeurs
transports en commun, personnel d’accueil, agents publics,…) et les
personnes responsables des aménagements de la voie et des bâtiments
publics. Les personnes sensibilisées doivent impérativement être mises
en situation pout avoir réellement conscience des réalités vécues par les
personnes déficientes visuelles.
Dans le domaine des transports en commun,
des progrès considérables ont été accomplis
pour les personnes aveugles et malvoyantes.
Bien que le processus est complexe et très
lent, il faut reconnaître que le guidage
directionnel mis en place bénéficie à un
public très large. A l’heure actuelle, 70
stations de métro à Bruxelles sont équipées de dispositifs pour les
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
25
personnes aveugles malvoyantes (signalisation en Braille, annonces
sonores, dalles de repérage et de guidance).
Signalisation adéquates Photo : AMT Concept
Signalisation au sol des stations de métro à Bruxelles
La ligne de bus 71 a été aménagée à titre expérimental : 90% des
arrêts de bus, la voirie environnante, ses accès et ses abords,… Les
dalles de repérage et d’orientation avec des lignes blanches de
vigilance, ont été ainsi placées et font l’objet d’une application
progressive dans tous les arrêts de bus ou de trams.
Malgré ces
avancées positives, il arrive quelquefois que les orientations constantes
d’innovation, d’image et d’esthétique de la STIB, ne sont pas toujours
compatibles avec l’accessibilité aux PMR. L’absence de contrastes de
couleurs ou sonores, la couleur grise à l’intérieur et à l’extérieur du
nouveau matériel roulant STIB (tram et bus) qui se fond dans la masse
de la couleur grise du sol et de l’environnement urbain, la suppression
des signaux sonores annonçant l’arrivée du tramway et le fait que les
moteurs sont plus silencieux pose des énormes difficultés aux personnes
malvoyantes et aveugles.
Jeanne-Françoise CRAHAY, et Roselyne BORGHMANS, (ONA),
« L’accessibilité pour les personnes déficientes visuelles », Module 4,
séance du 25 juin
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
26
3. Les personnes atteintes d’une déficience auditive
Qui sont-elles ? Quels sont leurs besoins ?
Les causes de surdité sont très nombreuses: génétique, séquelles de
maladies (oreillons, méningite) ou d’accidents (plongée, traumatismes
crâniens, etc.), médicaments inadaptés, vieillesse, exposition fréquente
et/ou prolongée au bruit, etc. Il existe différents degrés de déficience
auditive et la perception des sons et de la parole varie donc d’un individu
à l’autre, de même que sa faculté à s’exprimer oralement.
Les personnes atteintes d’une déficience auditive sont confrontées à des
problèmes de compréhension du langage oral et d’expression. Les
obstacles qui entravent leurs déplacements et leur vie sociale sont
multiples: parlophones, inadaptation des téléphones, notamment
d’urgence dans les ascenseurs, absence d’alarme visuelle en cas
d’incendie, communications par haut-parleur, méconnaissance de la
langue des signes, etc.
Les spécificités du mode de communication des sourds et des
malentendants, qui s’exprime grâce à la langue des signes et pratiquent
la lecture labiale, doivent être prises en compte dans la conception et la
gestion de lieux ouverts au public ou de logements. De manière
générale, pour se repérer dans l’espace et communiquer, les personnes
malentendantes et sourdes ont besoin d’aménagements qui leur
permettent d’utiliser de manière optimale le sens de la vue pour
compenser leur déficience auditive.
- Lumière et éclairage: le manque de lumière, les reflets du soleil et
les contre-jours gênent ou empêchent la lecture labiale et
l’interprétation de la gestuelle et des signes.
- Acoustique: la réverbération des sons due à une trop faible
utilisation d’isolants acoustiques, le bruit de fonds généré par
certains appareils (climatiseurs, frigos, photocopieuses, etc.) sont
également des éléments nuisibles à supprimer
- Communication visuelle: informations claires et simples,
signalisation continue dans l’espace, doublage systématique des
annonces et alarmes sonores
- Installation de systèmes d’amplification des sons dans les
téléphones, les salles de conférence ou de gymnastique (boucles
magnétiques)
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
27
L’habitat des personnes sourdes ou malentendantes nécessite lui aussi
quelques adaptions. Sonnerie de la porte d’entrée, du téléphone ou du
réveil, alarme incendie, babyphone ou réveil : tous les signaux sonores
doivent être doublés ou remplacés par des signaux lumineux ou des
vibrations. Le téléphone fixe et le parlophone cèdent la place au fax et
au vidéophone.
Les progrès de la technologie (GSM, boucles magnétiques, domotique,
informatique, webcams, etc.) contribuent chaque jour à améliorer
l’autonomie, le confort et la sécurité des personnes sourdes et
malentendantes.
Comme il n’y a pas d’indice physique visible de la déficience auditive, la
première réaction de la plupart des « entendants » face à une personne
sourde ou malentendante est de trouver leur interlocuteur « bizarre ».
Pour s’adresser à une personne sourde, il faut respecter quelques règles
simples:
- Attirer son attention par un contact visuel ou tactile (taper sur
son épaule, faire clignoter la lumière, frapper sur le sol ou sur la
table, etc.)
- se placer directement face à elle en évitant contre-jours et
reflets
- s’exprimer de manière claire et concise sans hacher ses
phrases et en reformulant ses phrases si nécessaire
- Ecrire, mimer, apprendre quelques rudiments de la langue des
signes!
ADNET, M.(FFSB), « Le quotidien des
malentendantes », Module 1, du 18 avril 2007
personnes
sourdes
et
4. Les personnes atteintes d’une déficience intellectuelle
a) Qui sont-elles ? Quels sont leurs besoins ?
Les enfants et les personnes présentant des difficultés de
compréhension, de communication, de faible contrôle de l’affectivité ou
de décision en raison par exemple de troubles cognitifs, maladies
génétiques ou chromosomiques, d’un accident ou de maladies graves ou
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
28
tout simplement d’une méconnaissance de la langue, ils ont des besoins
identiques à ceux des personnes handicapées mentales.
Photo : Afrahm
b) Aménager l’environnement
déplacements
en
fonction
de
la
chaîne
de
Les aménagements réalisés pour rendre un espace accessible aux
personnes atteintes d’un handicap physique ou sensoriel sont tous de
nature à améliorer l’accueil de cette catégorie de PMR. Aménager
l’environnement en fonction de la chaîne de déplacement (accéder,
circuler, utiliser).
Dessin : Afrahm
Pour aborder ces questions, il faut faire une double lecture du concept
d’accessibilité
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
29
- accessibilité dite « physique »
- accessibilité « cognitive et relationnelle »
Pour se mettre en situation, imaginez-vous perdu dans une grande ville
comme Londres ou Paris Et pourtant, vous devez y évoluer, participer.
A ces fins et à votre rythme, vous vous créez vos propres repères, vous
vous appropriez l’environnement, les informations écrites et l’espace
construit à votre manière.
c) L’accessibilité d’un bâtiment (public) ou d’une administration.
Repérer son entrée principale et pénétrer à l’intérieur
L’entrée principale doit être un signifiant visuel de la façade. Une
situation de grande difficulté intellectuelle peut être aggravée
lorsque le bâtiment présente plusieurs portes identiques alors que
seulement l’une d’entre elles donne accès au hall principal. Il est
utile de mentionner par un pictogramme l’entrée principale.
Favoriser l’accès au bâtiment des personnes qui connaissent des
difficultés d’ordre intellectuel, c’est éviter tout encombrement du
trajet de façon à ne pas générer de troubles du comportement. S’il
est impossible d’éviter l’installation d’un système de contrôle
d’accès, il est souhaitable que ce dernier soit simple à utiliser et à
comprendre (« mode d’emploi imagé »). Associer le son à l’image
de l’interlocuteur est le moyen le plus simple pour répondre à un
besoin de mise en confiance et d’éviter les situations de grand
stress et de problèmes de mémoire.
Circuler dans le bâtiment
L’accès à l’information à l’intérieur du bâtiment relève de sa qualité
visuelle (architecture et décoration). La personne connaissant des
difficultés intellectuelles fait davantage confiance à sa
représentation de l’espace qu’à l’information écrite ou aux
panneaux. Elle se repère aux volumes, aux couleurs, en bas
(descendre), en haut (monter). Le plus grand ennemi en la matière
demeure l’uniformité des lieux. Le dernier recours sera de faire
appel à l’information humaine. Les personnes ayant des difficultés
intellectuelles craignent parfois de prendre l’ascenseur ou les
escalators, l’escalier de secours ne doit donc pas être négligé et
être indiqué.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
30
Signalétique:
L’image (photo ou interprétation réaliste) est le seul outil de
communication qui est compris dans son sens vrai. Lors de la
programmation du lot signalétique, il est important de se référer à des
symboles qui sont connus et enregistrés par tout le monde. Le fléchage
doit être continu
Accéder et participer aux services offerts par la ressource
Grâce à des informations simples d’ordre visuel (exemples :
formulaires et brochures simplifiés…) et au soutien humain
(notamment pouvoir prendre une décision), la personne
handicapée mentale devrait pouvoir obtenir et comprendre toute
information pertinente (par exemple, les formulaires à remplir, le
règlement du service, ses heures d’ouverture et, de manière plus
générale, l’offre de services de la ressource, afin de pouvoir faire
un choix parmi les activités proposées). D’une manière générale,
pour les amener à participer aux activités développées sur le site, il
faut stimuler leur attention (visuelle, auditive et tactile)
Sortir du bâtiment
A nouveau, il s’agit de développer une signalisation visuelle, voire
sonore et tactile pour identifier rapidement la porte de sortie de
d’éviter les systèmes complexes sur le trajet de la sortie.
OLEFFE, Catherine, (AFRAHM), « Accueillir des personnes avec une
déficience intellectuelle dans une administration », Module 1 du 26
mars 2007
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
31
IV. Espaces d’intégration : études de cas et relevé de
bonnes pratiques
1 Bâtiments ouverts au public.
La prise en compte de la notion de « bâtiment ouvert au public »
comprend toute une série de lieux de vie fondamentaux pour toute la
population : les infrastructures administratives, touristiques, sportives,
culturelles, de logement, de culte ou de loisirs, les bâtiments publics et
privés.
Tout le monde doit être en mesure d’utiliser les lieux ouverts au
public en toute autonomie sans aucun obstacle. Et pourtant, pour un
nombre considérable de PMR sont confrontées à l’inaccessibilité des
espaces publics. C’est un fait récurrent dans plusieurs bâtiments, une
personne en fauteuil roulant ou une maman avec un landau vont se
trouver bloqués par le seuil des marches à l’entrée d’un commerce ou
d’une administration. Sans oublier que, même si l’entrée est accessible,
il n’existe aucune garantie que la circulation horizontale ou verticale soit
assurée à l’intérieur.
L’ouverture de l’espace public à tous dans nos sociétés modernes
exige une réflexion globale active de l’accessibilité qui tient compte de
la chaîne de déplacement des PMR. Participer à la vie sociale, culturelle,
économique et urbaine implique un projet global d’amélioration de
l’environnement bâti qui tient compte de l’accessibilité pour tous. Nous
reprenons ici quelques réflexions théoriques d’accessibilité durable ainsi
que des exemples de bonnes pratiques intéressants pour l’avenir.
a. Le Juste Lipse
Le Juste Lipse, qui abrite le siège du Conseil de l’Union
européenne à Bruxelles, a été construit de 1989 à 1995 dans le respect
des normes d’accessibilité aux personnes à mobilité réduite, fixées à
l’époque par l’A.R. du 9 mai 1977.
Or, ce texte de loi présentait de nombreux défauts et omissions,
tant au niveau des normes techniques qu’au niveau de l’application de la
législation. Le bâtiment fraîchement sorti de terre ne tarde dès lors pas à
se révéler inaccessible et impraticable.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
32
Entrée rue de la Loi. Photo : Roger MOENS
Suite à une analyse de la situation existante, des mesures de mise
en accessibilité sont prises dans une recherche de conformité avec le
Règlement régional d’urbanisme entré en vigueur en 1999. Toutefois, il
n’a pas été toujours possible de respecter ces normes dans leur
intégralité en raison de contraintes structurelles. Dans tous les cas de
figure, des solutions d’aménagement raisonnable ont pu être trouvées.
Cour intérieure d’accès rue de la Loi. Photo : Roger MOENS
Une attention particulière a été portée aux voies d’accès (sécurité
et confort des rampes), aux ascenseurs, aux équipements sanitaires
(commande d’ouverture des portes à distance, ouverture vers l’extérieur,
hauteur des miroirs) et aux emplacements de parking réservés
(signalisation). Les équipements publics, telles les boîtes aux lettres, ont
été placés à une hauteur adéquate.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
33
Porte à glissière
Photos : Roger MOENS
Porte de WC automatique
WC
Une fois les phases de diagnostic et de conception terminées, il
convient de suivre pas à pas les chantiers afin de détecter les éventuels
problèmes en temps opportun. De même, des procédures de contrôle et
d’évaluation doivent être mises en place pour vérifier les conditions
d’accès, de circulation et
d’utilisation des équipements. Lors de
travaux, il faut veiller à mettre en place une chaîne de déplacement
accessible aux PMR.
Rampe d’accès modifiée du côté de la rue Froissart
Photo : Roger MOENS
MOENS, Roger, « L’accessibilité du Juste Lipse aux PMR: adaptions
aménagements raisonnables et gestion du bâtiment », Module 2 du 18
avril 2007
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
34
b. L’hôtel communal de Forest
En août 2004, la Commune de Forest désigne l’Association
Momentanée COOPARCH-ORIGIN pour effectuer une mission de
restauration et de rénovation de l’Hôtel Communal de Forest, un
bâtiment classé datant de 1937, construit dans le style Art Déco par
l’architecte Jean-Baptiste Dewin.
Photo : COOPARCH-ORIGIN
Cette mission comprend notamment la mise en conformité du bâtiment
du point de vue de l’accessibilité pour les PMR.
a Description de la situation existante
Un visiteur à mobilité réduite se déplaçant en chaise roulante ne peut
accéder en toute autonomie aux différents services publics de l’Hôtel
Communal. De même, un employé communal dont la mobilité est
réduite de manière temporaire ou définitive ne peut atteindre son
poste de travail sans l’aide d’un tiers.
Actuellement, la personne handicapée désirant se rendre dans un
service situé au rez-de-chaussée doit se présenter à l’entrée rue du
Curé et solliciter une aide au moyen de la sonnette disposée à cet
effet à droite de la porte d’entrée. La personne de la réception fait
alors appel à deux portefaix qui transportent la personne vers le
service demandé (8 marches à franchir pour le service de l’Etat civil, 4
de plus pour la salle des guichets). L’employé du service sollicité peut
aussi se déplacer et recevoir le visiteur dans un « coin » du hall, face à
l’accueil. Ces solutions s’avèrent peu fonctionnelles et tendent à isoler
ces personnes et à « handicaper » leurs rapports à la vie quotidienne.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
35
L’accès à la salle des Mariages est tout aussi « périlleux », que ce soit
par l’entrée officielle de la chaussée de Bruxelles ou par l’entrée rue
du Curé (12 marches à franchir dans les 2 cas).
L’accès à l’étage (bureaux des Echevins et Bourgmestre) est tout à fait
impossible pour une personne en chaise roulante, l’ascenseur existant
étant trop exigu.
Enfin, il n’existe pas de WC adapté aux PMR dans l’Hôtel Communal.
D’une manière générale, le problème d’accès ne se pose pas que
pour les personnes se déplaçant en chaise roulante. La situation est
actuellement tout aussi problématique pour les usagers dont la
mobilité peut être réduite de manière temporaire ou définitive.
a Objectifs généraux
La proposition d’aménagement formulée par CCOPARCH-ORIGIN
s’articule autour des objectifs suivants:
- permettre à tous les visiteurs, ainsi qu’à tous les employés,
d’accéder à un maximum de fonctions de manière
autonome, sécurisante et confortable
- apporter une réponse adéquate par rapport aux multiples
différences de niveaux (12 niveaux différents rien qu’au rezde-chaussée)
- créer un espace d’accueil PMR convivial (les guichets
existants présentent une hauteur trop importante mais
participent à la qualité patrimoniale du lieu)
- prendre en compte l’aspect patrimonial du bien classé dans
sa totalité
- rechercher au maximum la conformité avec les prescriptions
du titre IV du RRU
- respecter les normes européennes en matière d’ascenseur
a Propositions d’aménagement
Plusieurs propositions d’aménagement ont été examinées en
considérant les différentes entrées extérieures et les implantations
intérieures (éviter de modifier la perception du lieu). Toutefois, celles-ci
n’étaient pas satisfaisantes d’un point de vue patrimonial ou/et d’un
point de vue technique.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
36
La proposition finalement retenue prévoit l’intégration d’un plan incliné
situé le long de la rue du Curé, l’adaptation (le renouvellement) de la
cage d’escalier principal menant vers la salle des Guichets et
l’implantation d’un nouvel ascenseur « conforme ».
L’accessibilité aux principaux services (salles de prestige, bureaux de
l’Etat Civil, bureaux des Bourgmestre et Echevins, etc) est obtenue en
adaptant les niveaux des différents locaux de service:
- le niveau de l’entrée correspondra à celui de la cage d’escalier
(rabaissé)
- l’ascenseur permettra de rejoindre le niveau du vestibule
(rehaussé) pour atteindre les bureaux de l’état civil et la salle des
mariages
- l’ascenseur permettra d’accéder au premier étage (tous les
locaux)
L’accès au Grand Hall public (guichets) n’a pas été pas retenu car les
différences de niveaux sont trop importantes à franchir et les tablettes
des guichets sont trop hautes pour une personne en chaise roulante.
Ces personnes seront reçues dans les bureaux de l’Etat Civil
disposant de tables autour de laquelle le personnel de la Maison
Communale peut répondre de manière conviviale aux demandes des
personnes à mobilité réduite.
Source : COOPARCH :ORIGIN
L’intégration d’un WC pour personnes handicapées est également
prévue moyennant certaines adaptations des niveaux de sol.
MAIRY, Cécile et OLEFFE, Anne, (COOPARCH-ORIGIN), « La
rénovation de
l’hôtel communal de Forest », Module 3 du 21 mai 2007
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
37
c. Les Espaces verts.
a) Description de la situation existante
Bruxelles, cité verte est une des villes qui compte le plus d’espaces
verts par habitant (30 m2 en moyenne). Parmi ces pôles d’attractivité,
on peut énumérer 1.700 ha de foret, 600 ha de parcs communaux et
400 ha de parcs régionaux et 125 ha de réserves naturelles. Tous ces
pôles constituent des lieux de rencontre, de délassement et de pratique
sportive pour les familles, les jeunes, les enfants et les aînés. Mise à
part quelques aménagements ponctuels (plaines des jeux adaptés, piste
de santé aux personnes à mobilité réduite d’Osseghem ou le Parc Roi
Baudouin), il est évident que les citoyens handicapés n’ont pas encore
beaucoup de possibilités de choisir un espace vert ou une promenade à
proximité de chez eux. Et pourtant, l’accessibilité aux PMR est un enjeu
important dans la prise en compte de la « mobilité pour tous »
L’inaccessibilité et les inadaptations de cet environnement vert
empêchent les personnes à mobilité réduite de bénéficier de tout le
potentiel des différents pôles d’intérêt proposé et de s’intégrer d’une
manière active et créative. Pour participer aux différentes activités du
patrimoine vert bruxellois, l’usager doit pouvoir se déplacer librement
d’un point à l’autre, accéder, circuler, utiliser tous les centres
d’attractivité des lieux (sites historiques ou fragiles, lieux de biodiversité)
et pouvoir pratiquer toutes les activités (plaines des jeux, pistes de
sante, sports…).
a) Objectifs pour l’avenir
Les aménagements satisfaisant aux exigences de l‘accessibilité
physique de l’environnement urbain sont semblables à ceux qui
répondent à la diversité des besoins des usagers dans les différentes
actions à envisager pour se mouvoir, pour voir, pour entendre,
comprendre ou communiquer.
Sans oublier qu’en répondant aux
questions d’accessibilité aux PMR, on améliore le confort, la sécurité et
la qualité de vie pour tous. Une série de petits aménagements inscrits
dans une politique globale d’accessibilité peuvent simplifier la mobilité
pour tous y compris pour ceux qui en étaient exclus.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
38
Photo : AMT Concept
Les aménagements satisfaisant aux exigences de l‘accessibilité
physique de l’environnement urbain sont semblables à ceux qui
répondent à la diversité des besoins des usagers dans les différentes
actions à envisager pour se mouvoir, pour voir, pour entendre,
comprendre ou communiquer. Sans oublier qu’en répondant aux
questions d’accessibilité aux PMR, on améliore le confort, la sécurité et
la qualité de vie pour tous. Une série de petits aménagements inscrits
dans une politique globale d’accessibilité peuvent simplifier la mobilité
pour tous y compris pour ceux qui en étaient exclus.
a) Propositions d’amélioration
L’accessibilité pour les citoyens handicapés, est une revendication de
base à la liberté et l’autonomie.
Pour pallier les carences dans les
espaces verts, plusieurs pistes sont possibles. Le partenariat et la
transversalité entre les administrations communales et régionales, la
plupart du temps gestionnaires des sites, avec le milieu associatif, au fait
des attentes et des exigences des PMR, nous paraît fondamentale pour
apporter des solutions concrètes et raisonnables. En effet, si on peut
résoudre la planéité du sol, l’agencement d’un parking à proximité,
améliorer la signalisation ou supprimer certains obstacles, il n’est pas
toujours possible de tout rendre accessible (topographie, lieux de
biodiversité, sites classés, sites fragiles…). Pour ce faire, il est toujours
recommandé de faire un état des lieux, un diagnostic PMR et des
propositions concrètes d’aménagement.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
39
Photo : AMT Concept
Partant de cette problématique concrète d’accessibilité, on peut
progresser par étape en focalisant l’attention successivement sur la
complémentarité entre les aménagements PMR et l’amélioration de la
qualité de vie pour tous. A l‘heure où la volonté est largement affirmée
de favoriser l’accès des PMR à toutes les dimensions de la vie sociale
avec un maximum d’autonomie possible, la plus-value des espaces
verts accessibles à tous peut aussi constituer un atout touristique
majeur et devenir une vitrine verte pour la cité.
Parc d’Osseghem : piste de santé PMR, Photo AMT Concept
Pour atteindre ces différents objectifs, il s’agit de mettre en place un
processus de co-élaboration entre les différents acteurs. C’est aussi
l’occasion d’impliquer les citoyens et le milieu associatif dans une
démarche participative. Il faut dans un premier temps conscientiser les
différents partenaires et intervenants. Il faut également les informer,
leur apporter une expertise pour qu’ils puissent à l’avenir intégrer
directement les bons réflexes PMR. Il faut encore instaurer un système
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
40
de veille ou de vigilance car rien n’est jamais figé et certains
aménagements peuvent mal évoluer.
Afin de permettre un accès optimal pour tous à court, moyen et à long
terme, il convient donc de :
- Concevoir tous les nouveaux aménagements dans les espaces verts
de manière à ce qu’ils répondent aux mieux aux besoins de tous les
visiteurs sans exclusion, qu’il s’agisse des entrées, places de parking
réservés et trottoirs, des voiries, du revêtement du sol, des infrastructures,
bâtiments, activités, jeux,…
- Réhabiliter certains parcs qui vieillissent, et correspondent de moins en
moins aux besoins des utilisateurs
- Créer des itinéraires et des liaisons en boucle pour faciliter l’accès aux
piétons et PMR avec les quartiers qui entourent les espaces verts. En
effet, certains chemins trop escarpés ou lieux historiques ou fragiles ne
pourront sans doute jamais être rendus accessibles en autonomie totale.
Ce sera la dépendance de l’aide d’un tiers. Mais il est tout à fait possible
de concevoir dans les espaces verts des itinéraires en boucle (afin de
pouvoir se promener sans devoir rebrousser chemin), qui serait
accessible en autonomie totale pour tout type de handicap.
- L’ensemble d’itinéraires en faveur des PMR ne peut être séparé du reste
de la circulation, mais doit faire partie intégrante de tout espace public
- Identifier les différentes
progressivement
lacunes
et
supprimer
les
barrières
- Assurer l’entretien des espaces vert pour éviter que les aménagements
ne se dégradent et dans la même optique et avec les mêmes principes
que ceux qui ont prévalu lors de la conception. Valoriser le rôle social,
ludique et culturel des espaces verts
- Développer la biodiversité urbaine
- Dans cette optique et vu le caractère particulièrement important des
enjeux de l’accessibilité des espaces verts, tant du point de vue du bienêtre psychologique ou social (détente, calme et repos) et urbanistique,
que du point de vue du programme des travaux à réaliser, il parait
essentiel que les autorités communales et régionales mettent un place un
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
41
dispositif de contrôle et de suivi en partenariat avec les associations
qualifiées et compétentes dans le domaine de l’accessibilité.
- Développer un référentiel de critères techniques minimaux pour
l’aménagement des espaces verts qui répondent au mieux aux besoins
de tout type de handicap de situation
- Instaurer une communication ciblée, renseignant les promenades et les
parcs accessibles, le degré de difficultés de certains parcours, les
services adjacents, intégrer dans le site une signalisation adaptée et
fonctionnelle.
GEREZ, Miguel, MOENS, Roger, « L’accessibilité des espaces verts et des
lieux de culture et de loisirs », Module 4 du 21 mai
d. Le logement modulable ou adaptable
Un concept d’avenir durable
a Quelques définitions
Un logement accessible permet aux personnes à mobilité réduite, y
compris celles qui sont en fauteuil roulant, dans les conditions normales
de fonctionnement, d’accéder physiquement en tout point aux espaces
extérieurs du bâtiment, de pénétrer, de circuler et de sortir du logement
dans des conditions minimales d’utilisation.
Un logement modulable ou adaptable est un logement utilisable par
des personnes en fauteuil roulant, grâce à des travaux simples, ne
touchant ni aux structures, ni aux gaines et réseaux communs des
bâtiments et sans diminuer le nombre de pièces principales.
Rampe d’’accès logements sociaux Schaerbeek, Photo: AMT Concept
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
42
Dès le départ de sa conception, les logements accessibles, modulables
ou adaptables suppriment toutes les barrières architecturales trop
lourdes à transformer. Cela implique le respect des normes d’accès, de
circulation et d’utilisation extérieure et intérieure des différents lieux de
vie : parking, rampes, hauteur des boîtes aux lettres, largeur des portes,
largeur des couloirs, suppression des obstacles (seuils, marches,
ressauts), cloisons et mobilier amovibles (modifiables), possibilité de
modifier l’agencement et l’équipement des pièces d’eau (cuisine, wc,
salle de bains), amélioration des revêtements du sol, installation de
mains-courantes, barres d’appui, poignés / poignées de rappel de
portes, modification de la hauteur des systèmes de commande des
installations électriques, d’eau, de gaz, modifications des volets et
fenêtres , accès aux jardins et terrasses.
Un logement adapté est un logement transformé en fonction des
besoins de la personne. Les travaux d’adaptation et d’accessibilité au
logement concernent essentiellement le traitement des cheminements
extérieurs et parties communes de l’immeuble et l’adaptation des
équipements du logement.
a L’alternative :
adaptable
le
logement
modulable
ou
L’idée d’autonomie et de maintien à domicile des personnes à mobilité
réduite progresse lentement, peut-on dire pour autant que l’ensemble
des éléments existe afin que toute personne puisse effectuer le libre
choix de son habitat ? Les solutions alternatives ne font pas légion.
Depuis une trentaine d’années plusieurs expériences pilotes visant à
intégrer les PMR par le logement adapté ont vu le jour à Bruxelles, en
Flandre et en Wallonie. Actuellement, les concepteurs de projets et les
responsables des logements sociaux favorisent la construction d’un
nombre réduit de logements adaptés dans les constructions neuves ou
lors d’une rénovation.
Malgré tous les aspects positifs de cette démarche volontariste, cette
expérience montre ses limites en termes de choix et de gestion de la
mobilité des locataires en situation de handicap. En effet, les logements
adaptés sont trop souvent situés au rez-de-chaussée des immeubles
parce qu’il n’y a pas d’accès aux étages. Donc, aucune possibilité de
fréquenter ou d’établir des liens égaux avec ses voisins. D’autre part, ils
s’adressent à un collectif toujours limité pour lequel, il est obligatoire de
se déplacer en chaise roulante et respecter les règles d’accès aux
logements sociaux.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
43
Dans une optique d’accessibilité durable, le concept de logement
modulable ou adaptable s’impose de plus en plus comme une
alternative pointue puisqu’il offre plus de liberté de choix de son habitat
aux personnes en situation de handicap. En effet, il s’agit d’un espace
de vie plus ouvert qui permet d’intégrer la dimension sociale d’une
population plus large de locataires en situation de handicap grâce à des
travaux simples, ne touchant pas aux structures ni gaines et réseaux
communs des bâtiments.
La Commune d’Evere inclut les PMR dans la rénovation ou
la construction de nouveaux logements, Photo : AMT Concept
Ce nouveau concept se présente comme une alternative très efficace
pour intégrer le handicap ou l’arrivée de la dépendance quelque soit le
moment où celle-ci survient.
Ce concept novateur propose avant tout une nouvelle façon d’aménager
l’espace de vie afin de rendre les lieux accessibles à toutes les
catégories de la population sans exclusion. Construire pour tous
implique aussi de prévoir l’accessibilité globale de l’environnement
extérieur (cf : voir le concept d’accessibilité) et du logement pour que
chaque personne puisse évoluer et se déployer en toute autonomie avec
ses choix de vie culturelle, sociale, professionnelle ou familiale quelque
soit le type de handicap, son âge ou son degré d’autonomie. Que ce soit
dans le logement social ou privé, l’enjeu est fondamental pour les
familles dont un de ses membres est en situation de handicap ou peut le
devenir temporairement ou définitivement.
Les questions qui structurent les inadéquations entre la demande et
l’offre du logement pour tous se situent dans un contexte politique et
économique difficile et bien précis. La crise actuelle du logement pour
tous révèle les besoins de plus en plus importants pour les personnes en
situation de handicap.
Dès lors, il s’agit de mettre en place des
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
44
dispositifs pour une accessibilité durable à l’appui des réalisations
expérimentales novatrices. Le débat des concepteurs, urbanistes et
architectes devrait se focaliser activement autour d’un concept novateur
avec un avenir réaliste et efficace.
Cependant, il nous semble essentiel de définir en amont des critères
d’accessibilité au logement avec les associations compétentes et
expertes en la matière.
En ce sens, la Région Wallonne a approuvé
récemment une note d’orientation qui vise à mettre sur pied un
référentiel de base en matière des critères d’accessibilité.
Tout un
panel représentatif des personnes à mobilité réduite a été mobilisé pour
aboutir à un projet commun d’accessibilité.
Désormais, la
problématique du handicap de situation, fait partie des politiques
transversales (cf. CAWAB).
Ce même groupement associatif réfléchit à l’heure actuelle à la création
d’un label pour le logement modulable ou adaptable avec des critères
techniques de qualité et validés par tous les acteurs du terrain.
A priori, il faudrait s‘inspirer de ce projet pour définir les référentiels de
base en Région de Bruxelles – Capitale, tels que :
- la recherche des critères minimaux pour développer la construction
de ce nouveau type de logement et d’évaluer qualitativement
l’accessibilité
- des critères techniques qui répondent aux besoins de tout type de
handicap de situation
- ces critères devraient être validés par un collectif d’associations
expertes et compétentes en la matière
GEREZ, Miguel, « L’adaptabilité du logement pour tous – Un concept
d’avenir… »,
Module 3 du 18 avril 2007
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
45
f. Infrastructures sportives
a Sport et handicap
Le sport a de nombreuses vertus, dont celle de permettre aux personnes
handicapées de mettre en valeur leurs potentialités au lieu d’exposer
leurs limites. Accessibles aux personnes à mobilité réduite (PMR), les
infrastructures sportives constituent des lieux d’intégration par
excellence.
De plus en plus de personnes handicapées pratiquent une activité
sportive. Elles disposent d’une palette extrêmement variée de disciplines
parmi lesquelles faire leur choix, qu’elles soient individuelles ou
collectives, de loisir ou de compétition, de salle ou de plein air.
Les sports pour personnes handicapés sont fédérés depuis plusieurs
années. De nombreuses compétitions sont dès lors organisées aux
niveaux régional, national, international et olympique. Les sportifs sont
regroupés en catégories selon le type et la gravité de leur handicap. Le
but est de faire concourir ensemble des athlètes ayant des aptitudes
fonctionnelles comparables.
Dans une infrastructure sportive comme dans tout bâtiment ou lieu
ouvert au public visé par le titre IV du Règlement régional d’urbanisme
(RRU), il est essentiel de respecter les trois principes fondamentaux de
l’accessibilité, en tenant compte des besoins spécifiques de tous
(personnes en fauteuil roulant, piétons appareillés ou « encombrés »,
personnes aveugles ou malvoyantes, personnes malentendantes ou
sourdes, personnes atteintes d’une déficience mentale, etc.)
• Accéder:
- Information et orientation: parkings, voie d’accès principale
- Cheminement en voirie (critères identiques à ceux prévus pour
les voies piétonnes dans le titre VII du RRU)
- Parking: emplacements réservés PMR, stationnement éclair,
hauteur des bornes à ticket/barrières, vidéophone si nécessaire
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
46
Photo : AMT Concept
- Voie d’accès principale: pentes, rampes et escaliers
Photo : AMT Concept
Salle Omnisports Chevalier Albert Tricot, Photo : AMT Concept
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
47
- Portes d’entrée, sas
Source : Sports England, Londres, 2002
• Circuler:
- Circuler horizontalement: portes intérieures, couloirs, sas,
dégagements (objets saillants en retrait, par exemple panneaux
d’affichage, angles biseautés ou arrondis aux changements de
direction)
- Circuler verticalement: escaliers/marches, ascenseurs,
élévateurs, rampes
- Information et orientation
-
Source : Sports England, Londres, 2002
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
48
• Utiliser:
- Information et orientation: « lisible » par tous (communication
simple et claire, doublage sonore, inscriptions en reliefs et
braille, contraste de couleurs, guidage tactile, etc.)
- Équipements publics: téléphone, clavier, boîte à lettres, etc.
- Guichets
- Sanitaires
Source : Sports England, Londres, 2002
- Cafeteria
- Tribunes / gradins
Place réservée, Photo : AMT Concept
A cette triade, il convient d’ajouter la notion de « pratiquer », plus
spécifique aux installations sportives, qui concerne les équipements
tels que douches, vestiaires, casiers, salles, surfaces de jeu, etc. Un
espace « premiers soins » adapté doit également être prévu.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
49
Source : Sports England, Londres, 2002
Une attention particulière doit être apportée aux revêtements de sol,
que ce soit en voirie, à l’intérieur des bâtiments ou dans les salles de
sport. Ils doivent impérativement être non meubles et antidérapant.
Source : Sports England, Londres, 2002
Les aspects liés à la gestion du bâtiment ne peuvent en aucun cas
être négligés: contrôle des cheminements, entretien des
équipements, formation adéquate du personnel, politique de
communication, plan d’évacuation d’urgence, etc.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
50
Source : Sports England, Londres, 2002
Retenons, à titre d’exemple la gestion de l’accessibilité des piscines,
rendue primordiale de par le fait que la natation constitue, outre une
discipline sportive ou une activité récréative appréciée de tous, un
véritable art thérapeutique.
Convalescents, personnes âgées,
femmes enceintes ou accompagnées d’enfants en bas âge ne
peuvent qu’apprécier les cheminements simples et dénués
d’obstacles prévus pour le passage des personnes en fauteuil roulant.
Source : INFRASPORTS Région Wallonne (voir bibliographie)
Aux alentours du bassin, il faut accorder une attention plus
particulière aux points suivants :
- risques de glissade sur sol mouillé: installation de mains courantes
le long des cheminements
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
51
Source : INFRASPORTS Région Wallonne (voir bibliographie)
- pédiluves: une rampe d’aspersion pour pied (qui arrose également
les pneus de fauteuils roulants) permet une circulation commune à
tous les publics. A défaut, les pédiluves doivent pouvoir être
contournés ou recouverts par un plancher amovible d’une largeur
supérieure à celle d’un fauteuil roulant.
Source : INFRASPORTS Région Wallonne (voir bibliographie)
- accès au bassin: concevoir ou équiper chaque bassin pour
permettre l’accès à l’eau d’une manière aussi autonome et discrète
que possible.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
52
Source : INFRASPORTS Région Wallonne (voir bibliographie)
GEREZ, Miguel, « L’accessibilité des infrastructures sportives »,
Module3 du 21 mai 2007
2. La rénovation du complexe sportif Terdelt pour la pratique
du tennis en chaise roulante
Source : Commune de Schaerbeek, Service Sports
2.1
Le projet de rénovation du complexe sportif Terdelt est mené en
partenariat avec la commune de Schaerbeek, propriétaire des
lieux, AMT Concept asbl, initiateur du projet et Symetry, le
bureau d’architecture. Il bénéficie d’un co-financement à hauteur
de 55%, en provenance de la COCOF (secteur « Sports et
infrastructures sportives).
a) Objectifs du projet
Le projet poursuit un double objectif : amélioration de l’accessibilité et
de la mobilité et renforcement de la qualité du cadre de vie.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
53
a) Situation existante
L’analyse de la situation existante a permis de relever des déficiences
importantes en matière d’accessibilité:
pas de stationnement réservé
revêtement en pavé impraticable pour piétons et PMR
manque de liaisons cohérentes et accessibles
bordures et marches (accès à la taverne et aux terrains de tennis
et d’athlétisme)
z WC inaccessible et inadapté à revoir
z dégradations des passages piétons
z
z
z
z
2.1
Propositions d’aménagements
équipements :
intérieurs,
extérieurs
et
a Accéder, circuler, utiliser, pratiquer
- emplacements réservés aux PMR à proximité des accès du
complexe
Parallèlement aux études, 2 emplacements ont été réalisés mais ils
ne sont pas conformes dans leurs dimensions. Le projet prévoit de
réaliser 2 nouveaux emplacements conformes, de supprimer la
bordure de 10cm et de rejoindre un chemin adapté.
- remplacement du revêtement du chemin d’accès principal
La proposition initiale, qui consistait à réaliser une bande de confort
en klinkers de 1,50 m de largeur jusqu’à l’entrée des terrains et de
la bulle 1 a dû être abandonnée en raison de difficultés techniques
(raccords avec les pavés existants).
A la demande de la commune, on envisagea alors l’asphaltage
complet de la voirie. Cependant, outre le fait qu’elle aurait quelque
peu dénaturé la caractère du site et aurait permis aux véhicules
motorisés d’y circuler, cette solution s’avéra également trop
onéreuse (remplacement des bordures et avaloirs)
La solution finalement retenue prévoit la création d’une bande de
confort sur les abords latéraux et d’une traversée de la voirie par
un casse-vitesse de niveau avec les trottoirs.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
54
Source : SYMETRY, Denis DEJEMEPE, 2007
- aménager une rampe pour accéder à la bulle 1
- réaménager l’accès à la bulle 3
La différence de niveau par rapport à l’éloignement nécessite
d’allonger le trajet de la rampe pour respecter les 5% de pente et
garder le confort maximum pour les utilisateurs. Cette rampe risque
cependant d’être abandonnée car la bande de confort ne peut être
réalisée aisément entre l’accès à la bulle 1 et l’accès à la bulle 2.
- réaliser plusieurs abaissements de bordure ou relever le chemin à
certains passages stratégiques
a Pratiquer du sport et utiliser les équipements
- prévoir des solutions d’aménagement de WC, douches et
vestiaires accessibles aux PMR
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
55
Source : SYMETRY, Denis DEJEMEPE ; 2007
L’aménagement des vestiaires existants n’a pas été retenu car il
nécessitait des travaux trop importants : rampes d’accès pour
supprimer la marche, élargissement de la porte d’entrée avec
modification du linteau et des maçonneries, aménagements
intérieurs pour mise en conformité avec le RRU, construction d’une
douche et d’un WC accessibles etc. Ceci aurait eu comme résultat
la suppression d’un vestiaire actuellement utilisé par les personnes
valides.
Il a donc été décidé de construire un nouveau bâtiment répondant
aux dispositions du RRU. Celui-ci sera composé d’un local abritant
une toilette, deux douches et un vestiaire accessibles aux PMR,
d’un local de rangement pour la cafétéria et d’une toilette publique
accessible aux PMR.
Une rampe d’accès devrait permettre une liaison continue et
cohérente entre les terrains de tennis ouverts et couverts, la
taverne et ses différents équipements.
- aménager l’entrée de la taverne: rampe pour franchir le seuil de
12cm
- aménager l’accès aux bulles
L’accès à la bulle 1 se fera de plain-pied depuis le nouveau
vestiaire. A l’intérieur de la bulle, une rampe reliera les deux terrains
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
56
de tennis. L’accès à la bulle 2 est prévu de plain-pied avec la rampe
projetée. Cet aménagement est cependant remis en question
comme expliqué précédemment.
- créer l’accès aux terrains extérieurs et au stade
L’accès aux terrains extérieurs 4 et 5 est de plain-pied via le cassevitesse prévu. La porte située dans le grillage sera déplacée pour
s’ouvrir sur la zone de trottoir située le long du trottoir. Cet
aménagement permettra également l’accès de plain-pied à la plaine
du stade pour la pratique de l’athlétisme.
- prévoir une signalisation conforme pour tout type de situation de
handicap
DEJEMEPPE,, Denis, « La rénovation du complexe sportif Terdelt pour la
pratique du tennis en chaise roulante », Module3 du 21 mai 2007
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
57
V. Espaces publics (espace-rue)
I 1.- Principes
L’espace est souvent encombré !
Photo : AMT Concept
Idéalement, l'accessibilité complète en voirie et dans la rue pour les
usagers faibles comprend la liberté de circuler en toute autonomie et
d'effectuer dans cet espace un certain nombre d'actions,
notamment:
- Parvenir jusqu’à l'entrée des principaux bâtiments et lieux
d’activités en disposant d'un espace cohérent et continu et aussi
d'un stationnement à proximité ou d'un pôle de transport en
commun performant pour éviter toute fatigue supplémentaire ;
- Se repérer dans la rue, y compris la possibilité de lire ou
d'interpréter l'ensemble de la signalisation extérieure (visuelle,
sonore ou tactile) permettant de prévoir tout changement de
direction, d’être avisé des dangers d’une traversée piétonne ou
d’un chantier en cours ;
- Se déplacer dans la rue en toute sécurité avec une largeur de
passage optimale, des revêtements de sol antidérapants, des
aires de repos dans les pentes trop longues, des abaissements
de bordures comprenant des dalles d’éveil à la vigilance et de
repérage ;
- Pouvoir utiliser tous les équipements et mobiliers qui
correspondent aux besoins concrets de tous les citoyens (WC
public, guichets, téléphone, information,…)
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
58
-
Le poteau d’éclairage réduit l’espace de passage, Filet d’eau profond et bordure inadaptée
Photos : AMT Concept
Le cheminement en rue doit donc offrir un certain nombre de
garanties à l'usager faible mais aussi à tout piéton en général. Les
principes qui doivent prévaloir dans l'élaboration d'un projet sont :
- Continuité : garantir la continuité du parcours
- Connexion : relier les différents pôles d’intérêt entre eux
- Visibilité : créer des itinéraires préférentiels
- Sécurité : assurer la sécurité des usagers « faibles »
- Confort : concevoir des itinéraires directs, faciles et conviviaux
- Accessibilité : viser l’autonomie complète (sans dépendance, ni
aide de tiers).
-
Stationnement sauvage, passage piéton encombré et étroit avec un devers inadapté
Photos : AMT Concept
2.- La mise en œuvre d'un réseau
La mise en œuvre de ces principes n'est pas aisée à l'échelle
d'une commune, encore moins d'une région. A l'exemple de ce qui se fait
à l'étranger, la réalisation d'un parcours test, d'un itinéraire limité en
superficie, reliant entre eux des pôles d'intérêt par un cheminement
continu, permet de concrétiser rapidement un projet, en fonction des
budgets et des moyens disponibles. A terme, en additionnant plusieurs
boucles qui se jouxtent, il est possible de constituer un réseau maillé
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
59
permettant progressivement un accès aux PMR à tous les sites d’intérêt
situés sur un territoire donné.
Pratiquement, différentes étapes sont nécessaires pour faire aboutir
cette démarche. Celles-ci doivent toutes intégrer des
préoccupations relatives à l'accessibilité des PMR, depuis la
décision de principe jusqu'à l'entretien et au suivi en passant par la
conception et la mise en œuvre.
Dans un premier temps, il convient de choisir les pôles à relier, de
déterminer le ou les itinéraires et enfin de valider le parcours. En ce
qui concerne le choix des pôles d'intérêt, certains paramètres
doivent être pris en compte : regroupement important de PMR
(logements adaptés, centre de soins, d’enseignement, associations
ou entreprises de travail adapté, équipements particuliers, etc.),
principaux lieux d’activités et pôles d’intérêt (administration,
commerces, loisirs, sport, culture, enseignement,…) + équipements
en voirie (téléphone, sanisette, etc.), densité et flux de circulation,
offre de transports publics (arrêts de bus, stations de métro ou RER,
gares ferroviaires) et privé (taxis, parkings adaptés).
Stationnement réservé
Photos : AMT Concept
Plain-pied avec dalles de vigilance et de guidance
En matière d'aménagements raisonnables, il faut également veiller à
ne pas être trop ambitieux dans le choix du parcours. Un rayon
limité à 2,5 km (2 km de longueur), une topographie favorable (pas
de pente trop forte), le fait de n'adapter qu'un seul côté de la voirie
(un seul trottoir), l'exclusion de barrières infranchissables (escalier,
autoroute, cours d'eau, etc.) constituent une garantie de bonne fin
pour un premier essai.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
60
Lignes de guidance, traversée piétonne, îlot central de plain-pied
Photos : AMT Concept
La conception du projet demande ensuite de développer une
expertise basée sur les prescriptions des règlements et
recommandations en vigueur (RRU, Vade-mecum, etc.). A partir
d’un relevé précis de la situation de terrain et d’un diagnostic
systématique, il s'agit d'identifier les conflits et de proposer des
solutions concrètes. Les critères principaux du cheminement piéton
qui sont pris en compte pour poser un diagnostic en matière de
praticabilité pour les PMR et qui permettent de dresser une grille
d’analyse sont :
- le cheminement = espace laissé libre pour le passage des
piétons
- les traversées piétonnes = endroit où les piétons sont amenés à
circuler sur la chaussée
- les arrêts de transport en commun
- la signalisation et les marquages spécifiques aux PMR (dalles
non-voyants, parkings handicapés, etc.)
- l'accessibilité aux équipements en voirie et aux immeubles.
Clermont-Ferrand, France. Un tramway de plain-pied pour tous
Photo : AMT Concept
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
61
Clermont-Ferrand, France. Un tramway de plain-pied pour tous
Photo : AMT Concept
L'expérience montre que les dégradations du cheminement
constituent une source importante de problèmes pour les PMR.
L'état du revêtement, qui est fonction de l’âge, de l’entretien, des
interventions successives, est un facteur déterminant pour le confort
des piétons. En outre, les dégradations ponctuelles les plus
fréquentes sont souvent dues à des usages inappropriés (entrées
carrossables, stationnements illicites, revêtements inadéquats,
chantiers, etc.)
En terme de diagnostic, peu ou pas de dispositifs PMR existent
(sauf aménagements récents) et c'est les traversées piétonnes qui
sont les plus problématiques (bordures, raccord, pente). Les
obstacles sont nombreux dans le cheminement et la largeur n'est
pas toujours conforme au RRU. Si les adaptations des arrêts de
transports en commun sont en cours, les équipements en voirie
(téléphones, sanisettes, etc.) restent généralement inaccessibles.
Peu à peu, les commerçants s’intéressent à la clientèle PMR
Photos : Fabienne SAELMACKERS
En ce qui concerne la mise en œuvre, il convient de garder à
l'esprit une approche opérationnelle des travaux. L'identification des
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
62
gestionnaires (publics, régionaux ou communaux, parfois privés
dans le cas des équipements de type téléphones, distributeurs,
guichets, etc.) et des possibilités de financement constitue un
préalable indispensable. L'évaluation de la faisabilité amène aussi à
certains arbitrages. Ainsi, une gradation dans le type d’intervention
(adaptation ou réfection totale) peut être préconisée. Une distinction
doit être faite entre les interventions urgentes (accidentogènes), les
adaptations faciles (déplacer du mobilier) et les interventions plus
globales (projet complet de réaménagement). Un plan
d’investissement à court, moyen et long terme doit être établi et tenir
compte des autres opportunités de travaux (par exemple des projets
de mobilité qui existeraient par ailleurs). Un aménagement
raisonnable privilégie des solutions qui peuvent être mises en
œuvre dans le cadre d'un entretien courant. Par contre, un nouvel
aménagement permet une intervention
plus en profondeur
Barcelone, hôtels et commerces attentifs aux touristes PMR
Photo : AMT Concept
Pour garantir la bonne marche et le suivi des chantiers, des clauses
techniques spécifiques et des détails doivent être intégrés dans les
cahiers des charges, les finitions insatisfaisantes sont
systématiquement refusées, éventuellement les accords et/ou
conventions avec les régies intervenant en voirie sont revues ou
précisées.
Enfin, le suivi des opérations déjà réalisées constitue à lui seul un
enjeu majeur. Il faut veiller à un entretien régulier, assurer le plus
rapidement possible les petites réparations, instaurer une campagne
de vigilance (via un suivi des plaintes et des observatoires). En
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
63
matière d'information et de communication, il faut développer un
réflexe PMR chez tous les intervenants (concepteur, administration,
gestionnaire, régie, entrepreneurs, etc.), réaliser des campagnes
auprès des riverains (habitants, commerçants, automobilistes)
visant à rationaliser l’usage du trottoir et à éviter son encombrement
(folio, parcours test, contravention stationnement) et enfin signaler
clairement les parcours PMR et dispositifs annexes (bornes
interactives, dalles guides au sol, folio d'information). Au niveau de
la planification, il fait prévoir les extensions du réseau de chemins
piétonniers, s'intégrer si possible dans les plans communaux de
mobilité, les plans zones 30, etc. Enfin, il convient surtout de mettre
au point et d'instaurer des procédures qui permettent une prise en
compte systématique et "naturelle" de la problématique des PMR
dans les aménagements; par exemple élaborer une méthodologie
(grille) d’analyse systématique, réaliser un examen systématique
dans la délivrance des permis d'urbanisme, centraliser l’implantation
et la gestion de tout type de mobilier, préciser les règlements
existants ou en instaurer de nouveaux (la commune d'Evere qui
prend en charge les frais d’adaptation des rampes d’accès PMR
devant les commerces et professions libérales à concurrence de 50
à 60 % des montants), faire appliquer des critères PMR minimum
pour les équipements en voirie (téléphone, boîte aux lettres, WC,
distributeur, etc.). Dans ce cadre, la mise au point, lors de la
conception, d'outils de gestion, de supports cartographiques et de
bases de données associées pour planifier les travaux, assurer le
suivi, gérer les mises à jour, les plaintes, etc. constitue un
investissement.
Barcelone : priorité aux piétons et PMR dans l’espace public.
Photo : AMT Concept
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
64
3.- Le mobilier urbain
Dans l'espace public, les éléments de mobilier urbain sont
nombreux et peuvent avoir de multiples fonctions. Ils sont
indispensables quand ils contribuent au bon déroulement de la
circulation comme les feux et panneaux de signalisation routière ou
les poteaux d'éclairage. Les téléphones publics, les boîtes aux
lettres, les sanisettes, les poubelles, les abris des transports publics
jouent sans conteste un rôle de service à la collectivité. Enfin, le
mobilier d'agrément, tels les bancs publics, les jeux, sculptures ou
fontaines
apportent
détente,
confort
et
contribuent
à
l'embellissement des lieux.
Si l'accès à certains éléments de mobilier, comme une œuvre d'art
urbain, constitue un facteur indéniable d'intégration, il est par contre
obligatoire lorsqu'il s'agit d'utiliser le bouton poussoir d'un feu de
signalisation placé devant une traversée protégée. En ce qui
concerne le mobilier de service, le bon sens prescrit d'en adapter un
certain nombre, essentiellement sur base de critères de
fréquentation et la proximité d'autres équipements dans
l'environnement direct.
Mobilier urbain, à la fois inaccessible et dangereux pour les personnes aveugles
Photos : AMT Concept
Le choix d'un mobilier est souvent guidé par de nombreux objectifs.
Il doit être beau, intégré à l'environnement dans lequel il s'implante,
discret ou emblématique, résistant, facile d'entretien, etc. En matière
d'accessibilité aux PMR, deux règles doivent être respectées. La
première concerne la conception initiale et les qualités
intrinsèques du mobilier et la seconde concerne son implantation
dans l'espace public.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
65
Les sanisettes accessibles sont rares
Photos : Fabienne SAELMACKERS
Ainsi, un mobilier urbain performant au niveau de l'accessibilité
des PMR sera :
- Visible (couleurs, bandes ou éléments plus clairs pour attirer
l'attention)
- Accessible (au moins un équipement accessible au PMR, si
plusieurs sont
mis à disposition) ;
Les boîtes aux lettrés accessibles son rares
Photos : AMT Concept
Un espace de repos soucieux de tous
Il disposera d'une aire de dégagement suffisante, à savoir :
- Une aire de repos (90 x 150 cm)
- Une aire d'approche ou de rotation (diamètre 150 cm)
- Si nécessaire, une hauteur de préhension de maximum 80 cm
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
66
Distributeur de billet inaccessible
Photos : AMT Concept
Information digitale inaccessible
Il sera conçu à la fois pour les fauteuils roulants (= le moins
d'emprise possible au sol et espace libre sous l'équipement) et pour
les malvoyants (= être détectable suffisamment tôt avec une canne
et donc éviter les porte-à-faux et les saillies de plus de 20 cm).
L'apparente contradiction entre ces deux derniers points pourra être
levée au moyen de quelques petites astuces, à décliner selon les
cas :
- Le munir d'un socle de même largeur voire plus large
- Le prolonger jusqu'au sol
- L'encastrer dans le plan de la façade
- Placer des dalles de vigilance à l'approche du pied du mobilier
- Matérialiser l'emprise au sol par un changement de matériaux
contrastés en couleur et en texture (ex : petits pavés rugueux
dans dalles de béton claires).
Un agencement du mobilier urbain attentif aux piétons et PMR.
Photo : AMT Concept
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
67
En ce qui concerne les malentendants, le mobilier ne doit pas avoir,
à priori, de caractéristiques particulières. Par contre, il faudra veiller
à pallier la perte d'audition par une signalisation accrue ou adaptée
(panneau d'affichage à la place d'un haut-parleur, etc.)
L'implantation du mobilier est également primordiale. Elle doit
absolument éviter l'encombrement de l'espace. Les principes
suivants seront recherchés :
- Positionner le mobilier en dehors du cheminement direct (soit
dans une zone de dégagement, soit en retrait dans le plan de la
façade, soit le long de la bordure avec la voirie, compte tenu du
fait que la façade constitue une ligne guide naturelle pour les
malvoyants)
- Regrouper le mobilier (plusieurs fonctions au même endroit ou
utiliser un mobilier polyvalent)
- Réduire les implantations au sol (ancrer le mobilier dans les
façades - éclairage, signalisation - ou prévoir un seul support
pour plusieurs fonctions, panneaux)
- Ne pas entraver la visibilité (notamment au droit des traversées
piétonnes, conformément à l'article 24 §1 du titre 7 du RRU)
- Garantir un passage libre de 1,50 m minimum (réduit à 1,20 m si
le mobilier a une largeur de max. 50 cm conformément à l'article
4 du titre 7 du RRU)
- Garantir une hauteur libre de 2,20 m minimum
.
Barcelone, des cabines téléphoniques pour tous
Photo : AMT Concept
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
68
Chaque mobilier est spécifique et il présente, au niveau des PMR,
des contraintes qui lui sont propres. Ainsi, les bancs publics seront
préférentiellement choisis avec des dossiers et des accoudoirs qui
serviront d'appui et avec une surface assise pas trop creuse. Mais
en règle générale, le respect des critères cités ci-avant constitue
une bonne base de référence. Une attention particulière sera
également portée aux éléments de mobiliers occasionnels, comme
les étalages ou les petites publicités mobiles placés à l'extérieur,
devant les vitrines.
Des sanisettes pour tous, c’est possible
Photo : Fabienne SAELMACKERS
SAELMACKERS, Fabienne, « Les principes du cheminement PMR en rue
et un mobilier urbain adapté », Module 4 du 25 juin 2007.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
69
I. Moyens de transports
1. L’accessibilité des transports publics (bus, trams, métro,
minibus)
Il est primordial que les transports publics soient aussi accessibles que
possible à l'ensemble de la population. Les mesures générales prises
par la STIB au niveau de l'infrastructure de ses arrêts pour garantir une
accessibilité fait partie intégrante du Plan PMR de la STIB. Différentes
situations ont été abordées lors de la formation (extension de trottoirs,
embarcadères) ainsi que les dispositifs de guidance spécifique pour les
mal ou non-voyants.
Photo : STIB
La mise en place d’un réseau bruxellois de transport public, qu’il soit
routier ou ferré, accessible pour tout type d’usager, progresse de plus
en plus. En ce sens, la philosophie d’un matériel roulant respectueux
de la chaîne de déplacement en autonomie totale (sans assistance et
sans l’aide d’un tiers) est mise en avant.
Extension de trottoir nécessaire
Photos : STIB
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
70
Idéalement, la chaîne de déplacement doit prendre en considération les
éléments prépondérants suivants :
tous les accès (aux arrêts de bus-tram), aux quais des rames de métro,
au matériel roulant doivent être de plain-pied et des pentes acceptables
dans les différents cas de figure doivent être présentes.
- le cheminement doit être dégagé sans obstacles au sol ou
objets saillants ou suspendus
Cheminement piéton
Photo : STIB
- l’information doit être multiforme :
- visuelle (écrit, caractères et symboles)
- auditive
- tactile (main ou pied)
- les véhicules doivent être adaptés
Places PMR dans les véhicules
Dessin : STIB
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
71
C’est en 1978 que la STIB a démarré sa politique d’accessibilité avec
l’expérience – pilote du service de minibus porte-porte. L’évolution s’est
poursuivie lentement avec la mise en place en 2002 du premier
ascenseur accessible dans la station de métro Maelbeek. L'année 2005
a vu la ligne 71 aménagée pour les PMR à titre expérimental avec un
système de rampe pivotante dont 90% des arrêts de bus, la voirie
environnante, ses accès et ses abords. Peu à peu les stations de métro
sont équipées d’ascenseurs, de dispositifs de marquage au sol, de
lignes de vigilance le long des quais, de panneaux signalétiques en
forme de relief et d’informations en Braille, des annonces vocales
systématiques dans tous les arrêts Des annonces visuelles et vocales
des arrêts et des terminus sont installées dans 80% des rames de métro.
Toutes ces expériences ont permis d’évaluer le degré de confort et de
sécurité des usagers PMR.
Encombrement des arrêts. Dégager les obstacles.
Photo : STIB
Désormais, l’accessibilité doit être conçue dès le départ que ce soit lors
de l’achat du nouveau matériel roulant adapté aux besoins des PMR ou
lors de projets de construction ou de rénovation des stations de métro,
des arrêts de bus ou de tram, de la voirie.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
72
Guidance pour les personnes aveugles et malvoyantes dans les arrêts.
Photo : STIB
Notons à titre d’exemple quelques indications concernant les achats
récents du matériel roulant:
- 588 bus à plancher-bas et 158 en commande avec rampe
d’accès
- 311 Tram dont 51 T2000 à plancher bas
- 68 T3000 et T4000 avec rampe d’accès
- 90 rames de métro dont 15 commandes du type « boas »
Signalisation optimale.
Photos : STIB
Lignes de trams pilote accessibles pour tous.
Prochainement, trois lignes pilotes de tram (23, 24 et 25) de la Grande
Ceinture seront aménagées pour le confort et la sécurité de tous. Les
trams du type T3000 et T4000 seront équipés de rampes rétractables
automatiques à la deuxième porte
et d’un espace aménagé à l’intérieur.
Malgré un bilan et une évolution
progressive positive, il est clair qu’un long chemin reste à parcourir.
Pour combler les lacunes qui subsistent, la STIB poursuit l’expérience
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
73
porte-à-porte avec 18 minibus qui desservent une clientèle de 500 PMR.
Dans l’attente d’une solution technique qui leur permette d’accéder de
plain-pied du quai à la rame de métro, la STIB propose aux personnes
en chaise roulante un agent d’accompagnement en possession d’une
rampe amovible pour accéder à la rame de métro. Pour développer
tous ces projets, la STIB mène aussi une politique active de formation et
de sensibilisation des chauffeurs (minibus, ligne de bus 71, tram).
Rampes d’accès rétractables dans les bus articulés
Photo : STIB
Notons aussi qu’à l’avenir, il faudra développer une collaboration
transversale entre les différentes compétences de la STIB (matériel
roulant et zone tramway), la Région (voirie, espace public et métro), les
communes et le milieu associatif.
Concept d’aménagement idéal des arrêts. Schéma directeur STIB.
Maud, STERNOTTE, « Les aménagements des arrêts de transports en
commun », Module 4 25 juin 2007
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
74
1 Le transport individuel
2.1
Transport individuel (stationnement)
Malgré les efforts de la Région et de la STIB pour rendre accessibles les
transports publics, il est évident qu’il faudra encore beaucoup de temps
pour tout aménager. La voiture reste le moyen de déplacement idéal
pour les personnes à mobilité réduite qui ont la possibilité de conduire ou
de se faire conduire. Pour beaucoup de personnes handicapées,
l’automobile n’est pas un luxe mais une nécessité. Mais le nombre de
véhicules ne cesse de croître et il est de plus en plus difficile de se
déplacer et de trouver un parking à proximité du lieu où elles doivent se
rendre. Par ailleurs, les emplacements réservés sont trop rares et trop
souvent occupés par des personnes qui ne possèdent pas la carte PMR.
Cette carte permet un stationnement de durée illimitée sur les
emplacements réservés. Le nombre de ces emplacements devrait être
revu à la hausse de façon à combler les lacunes actuelles.
Parkings à proximité de l'entrée de l'administration communale d'Evere.
Photo : AMT Concept
Créer des emplacements réservés en suffisance et bien conçus, c’est-àdire qui leur permettent d’entrer et sortir aisément de leur véhicule, c’est
permettre aux personnes handicapées de mener une vie active. Ces
emplacements doivent être situés à proximité de tous les lieux ouverts
au public (centres commerciaux, lieux de culture, de sport,
administrations, espaces verts…). A leurs abords, il faut prévoir une
circulation aisée, sans obstacles, avec une signalisation claire. Notons
que plusieurs communes bruxelloises mènent une politique active de
création d’emplacements réservés marqués du symbole international :
figurant en blanc, sur fond réfléchissant bleu, la silhouette d’une
personne en chaise roulante.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
75
Le Règlement Régional d’Urbanisme prévoit au moins deux
emplacements de stationnement réservés aux véhicules utilisés par les
personnes à mobilité réduite et au moins un emplacement
supplémentaire de ce type par tranche de 50 emplacements. (Chapitre
III : Normes relatives aux accès aux parkings - article 7, 1er. Alinéa, Titre
IV (Accessibilité des bâtiments aux personnes à mobilité réduite) du
Règlement Régional d’Urbanisme
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
76
I. Information et communication
Rappelons aussi que l’environnement provoque donc, un handicap de
mobilité pour les personnes qui se déplacent en fauteuil roulant ou avec
cannes ou prothèses et un handicap sensoriel pour les personnes qui
se déplacent sans vision ou sans audition ou avec une déficience
intellectuelle.
C’est pourquoi la mise en place des informations visuelles simples
doublées des messages sonores, pictogrammes, plans de ville et
panneaux, adaptés à tous un éclairage intensif dans un lieu stratégique,
des jeux de miroirs amplifiant l'angle de vision, le choix de caractères et
leur dimension, la mise en place d’un numéro de fax, la connaissance
du langage des signes dans les administrations, le placement de dalles
de repérage et de guidance, l'installation de boucle magnétique dans les
parois des salles de réunion, supports de communication (menus, listes
de tarifs, brochures d’information, répertoires/guides locaux et régionaux
des services.) etc, peuvent faciliter les déplacements des personnes
avec des déficiences auditives, visuelles ou intellectuelles.
Il est clair qu’il faut traiter les barrières urbanistiques et architecturales,
ainsi que l’accès à l’information et à la communication, mais il faut aussi
s’intéresser aux barrières comportementales. En effet toutes ces
questions constituent des obstacles infranchissables qui empêchent les
personnes atteintes d’un handicap de situation de se déplacer dans la
ville, voire de réaliser des gestes simples de la vie quotidienne (faire ses
courses, aller au cinéma ou au restaurant,…), d’obtenir une information
et de pouvoir ainsi mener une vie active et autonome. En somme, être
reconnu comme un citoyen à part entière et être placé à l’actif de la
société. « Changer le regard des autres et voire les citoyens à mobilité
réduite comme des touristes, comme des électeurs en puissance,
comme des personnes qui payent aussi des impôts, avec des droits et
devoirs comme tout autre citoyen, … »
« Une ville pour tous – pour une Wallonie accessible », Ministère des
Affaires Sociales et de la Santé de la Région Wallonne, 1996, Namur, 68
p.
Enfin, pour faciliter le contact avec une personne atteinte d'une
déficience qui demande une information ou qui se présente à un guichet
pour une demande précise, voici quelques conseils qui vous seront
utiles.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
77
Faites preuve de bons sens et d'empathie. La personne handicapée est
un client à part entière, traitez-la comme telle, parlez lentement,
calmement et simplement et gardez le contact regard. Mettez-la en
confiance en l'invitant à prendre un siège. Soyez bref et posez des
questions directes et concrètes. Décrivez, désignez ou montrez un objet
(passeport, ticket, portefeuille) si nécessaire, épelez, mimez, soyez
créatif. Laissez aussi l'espace et le temps à la personne handicapée
même si cela prend du temps.
Remplissez éventuellement un formulaire à sa place tout en respectant
la personne et veuillez surtout à ne pas donner de remarques et ignorez
les éventuelles remarques des autres gens présents.
L’approche « analytique » vaut aussi bien pour l’écriture, la lecture que
l’exécution de tâches. Par exemple, pour les chiffres, il ne faudrait pas
dire « cent deux », mais épellera « un », « zéro », « deux ». Les cartes
avec des pictogrammes sont très utiles; la personne handicapée pourrait
ainsi désigner avec une image ce dont elle a besoin.
Si vous devez réorienter la personne handicapée vers une autre
personne, prévenez cette dernière du handicap de la personne et
accompagnez-la lentement jusqu'à la personne.
Prenez soin de donner vos coordonnées à la personne handicapée de
sorte qu'elle puisse vous appeler en cas de problèmes. Veuillez à la
raccompagner vers la sortie.
(Cfr. : OLEFFE, Catherine, (AFRAHM), « Accueillir des personnes
avec une déficience intellectuelle dans une administration », Module 1
du 26 mars 2007)
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
78
I. Mise en situation : exemples de bonnes et mauvaises
pratiques
I 1. Sur le terrain
Lors de nos trois premiers modules de formation, l’après-midi a été
consacrée à une mise en situation destinée à sensibiliser les participants
à la formation aux difficultés que peuvent rencontrer les PMR dans leurs
déplacements. Fauteuils roulants, cannes blanches, masques et
écouteurs ont été mis à la disposition des participants.
Les Modules 1 et 2 ont permis d’expérimenter et d’effectuer la mise en
situation des participants sur le terrain entre la Gare du Nord (CCN) et la
Place Rogier. Le Module 3, l’expérience a été développée le long de la
rue de la Loi au moyen d’une visite guidée à la découverte de
l’accessibilité de la voirie et des bâtiments récents.
La dernière journée (Module 4) ce fut l’occasion de montrer un exemple
de bonnes pratiques à la commune d’Evere.
La première journée (Module 1) fut consacrée à une mise en situation
des différentes déficiences et handicaps qui en découlent. A travers un
déplacement de la Gare du Nord à la place Rogier, les différentes
personnes présentes ont pu avoir un ressenti des difficultés rencontrées
que ce soit par un malvoyant, par une personne en chaise roulante ou
encore déficiente auditive lors d’un déplacement dans le paysage urbain.
Nous avons pris comme point de départ, le centre administratif de la
Région Bruxelles - Capitale, le CCN, un bâtiment public dont la couleur
dominante est le gris, cette
uniformité empêche les personnes
malvoyantes de se repérer dans leurs déplacements. Les couleurs
contrastées et les points de repère sont quasiment inexistants (lignes
guides, dalles de vigilance, plans en relief,..). Sans oublier le problème
de la résonance dans le grand hall d’accès qui
donne l’impression d’un énorme aquarium
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
79
Photo : AMT Concept
Nous nous sommes ensuite déplacés le long de la rue du Progrès en
simulant trois situations à savoir déficience physique, auditive et
visuelle. Nous avons bien sur fait tourné le matériel pour permettre aux
différentes personnes présentes de vivre ces trois cas de figure. Un des
obstacles rencontrés fut la traversé de la chaussée en quittant la gare du
nord. Bien sur nous avions déjà fait face à d’autres obstacles tels que la
pente à la sortie de la gare, le mauvais état des pavés qui rendent le
déplacement en chaises roulantes plus difficile, ainsi qu'un nombre
important de poteaux de signalisation ou d’objets saillants que tout mal
voyant risque de percuter à tout instant. Il ne s’agissait pas ici de faire
une gradation des différents handicaps mais il ressort des réflexions : un
grand déséquilibre au niveau de l’orientation ainsi que dans certains cas,
une panique des personnes mises en situation de cécité, ces personnes
étant pourtant guidées par un accompagnateur dans la plupart des cas
et donc n’étaient pas livrées à elles-mêmes. La découverte du lot
quotidien des obstacles rencontrés dans l’espace urbain par les PMR,
est aussi une occasion de se mettre dans la peau de l’autre et dans son
vécu avec les mêmes incertitudes, les mêmes angoisses.
Début de notre circuit allant de la gare du nord à la place Rogier
Photo : AMT Concept
Les personnes à mobilité réduite sont souvent confrontées à toute un
série d’obstacles matériels qui les empêchent de trouver leur chemin
dans l’espace urbain. Les difficultés sont multiples et très souvent liées
à un manque d’information ou de signalisations tactiles, sonores ou
visuelles simples pour s’orienter et/ou pour identifier son cheminement à
l’extérieur ou à l‘intérieur d’un bâtiment par exemple ou dans la voirie.
Une signalisation claire et simple aurait pu nous aider par exemple
lorsque nous nous sommes dirigés vers la porte qui indiquait en grand
caractères « INFO » pour venir devant une marche qui nous empêchait
l'entrée.
Quelqu’un nous a vu de l’intérieur et nous signalé qu’il faut entrer par le
bâtiment à côté. Un panneau fléché avec le symbole international aurait
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
80
été plus à propos. L’entrée PMR du Service Public Fédéral (SPF) de la
Mobilité se trouve à proximité de l’entrée principale et le symbole
accessibilité y est présent, une fois à l’intérieur du grand hall très bien
éclairée par la baie vitrée, la façade offre peu d’indications contrastées
pour les personnes avec une déficience visuelle. Peu d’informations
visuelles et nous nous dirigeons vers l’accès de l’INFO.
Malheureusement, nous butons sur un ressaut droit de 2 cm, impossible
à franchir sans aide et nous découvrons aussi une belle pente très
douce à l’intérieur du magasin menant vers l’entrée que nous n’avions
pas pu franchir à l‘arrivée. Ce petit circuit de découverte n’est pas un
relevé exhaustif de l’accessibilité, nous avons retenu quelques-uns sur
base du vécu personnel de chaque participant.
Plus loin, un
commerçant avait aussi fait l'effort de placer un accès de plain-pied
mais avec une marche à l’intérieur. Cet exemple nous montre aussi que
la bonne volonté ne suffit pas à résoudre les difficultés quotidiennes des
PMR. Bien entendu, la plupart des constructions sont très récentes et
nous interpellent. Il est clair que lorsqu’il s’agit de bâtiments anciens, il
est toujours possible d’apporter des corrections ou trouver des
compromis avec des solutions techniques souvent très simples qui
peuvent être bénéfiques à l’ensemble de la population. Cela demande
aussi un échange avec le milieu associatif compétent et familiarisé
avec toutes ces questions.
Voici un exemple de bonne pratique donnant accès à un bâtiment situé
rue du Progrès.
Exemple de bonne pratique (signalisation et porte de plain-pied).
Photo : AMT Concept
Il en va de même pour les personnes qui ont pris place dans les chaises
roulantes dans le but d’expérimenter ; les difficultés sont le plus souvent
dues aux ressauts des trottoirs, aux marches et autres petits obstacles
auxquels les valides ne prêtent pas attention. Nous avons rencontré la
plupart du temps des endroits bien éclairés et spacieux mais les accès
par portes tournantes sont dangereux pour les personnes malvoyantes.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
81
Une autre difficulté rencontrée le plus souvent par les personnes mal
voyantes sont le manque d’information ou de signalisations simples pour
s’orienter et/ou pour identifier leur cheminement à l’extérieur ou à
l‘intérieur d’un bâtiment par exemple.
.
On peut voir ici que le simple petit ressaut de 2 cm droit peut rendre l’accès à ce service d’information
impossible pour beaucoup de PMR
Photo : AMT Concept
Nous avons aussi rencontré des gestes tels que cette petite rampe d’accès qui
malheureusement donne sur une marche extérieure.
Photo : AMT Concept
Pour la deuxième journée (Module 2), le parcours démarre à la Place
Rogier, longe le boulevard du Jardin botanique puis le boulevard Albert II
pour se terminer en face de la Gare du Nord. Au cours de l’itinéraire, une
attention particulière est portée aux conditions d’accès des bâtiments
ouverts au public (restaurants, agences bancaires, hôtels, commerces)
et aux problèmes de voiries (revêtement de sol, bordures, traversées
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
82
piétonnes, terrasses, etc.). Voici un résumé de leurs expériences et des
constatations qui en découlent:
Rue de la Loi. Immeuble de bureau accessible.
Photo : AMT Concept
- Distributeurs de billets : la résistance trop forte de la porte d’entrée
contraint la personne en fauteuil roulant à solliciter une aide extérieure.
Une fois à l’intérieur, force est de constater que le guichet automatique,
placé trop en hauteur, est complètement inaccessible.
Rue de la Loi. Bâtiment administratif inaccessible.
Photo : AMT Concept
- Hôtels, centre de conférences, bâtiments de bureaux :
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
83
Rue de la Loi. Plan incliné antidérapant
Photo : AMT Concept
Les hôtels testés présentaient généralement un bon niveau
d’accessibilité : accès de plain-pied, largeur de passage des portes
suffisante, boutons d’appel placés le plus souvent à une hauteur
adéquate. Un établissement hôtelier de la place Rogier dispose même
d’une porte tournante équipée d’un bouton de commande permettant de
ralentir le rythme de rotation au passage de personnes à mobilité
réduite.
Quelques points négatifs ont cependant été mis en lumière :
- Hauteur du comptoir d’accueil
- Portes d’entrée : apparence peu accueillante de porte de sécurité
et manque de confort (par exemple absence de lisse horizontale)
- Nombre de chambres PMR très limité
- Supermarché :
La porte d’entrée accessible aux PMR est bloquée par des charrettes.
Pour pénétrer dans le magasin, il faut compter sur la disponibilité et le
bon vouloir du personnel ou des clients. Une fois à l’intérieur, les
obstacles se multiplient: encombrement des allées empêchant l’accès
aux articles dans les rayons, relative étroitesse du passage aux caisses.
- Voirie :
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
84
-
Rue de la Loi. Bordure de trottoir inadaptée
-
Photo : AMT Concept
- Trottoirs et traversées : bordures, filet d’eau, caniveaux et
déclivités engendrent des difficultés de franchissement
- Guidage tactile pour les personnes aveugles et malvoyantes :
En cas de déficience visuelle, la signalisation inadapté peut être
déstabilisatrice, la mise en place en voirie d’un guidage tactile de
qualité et de bornes en relief facilite grandement les déplacements.
La perte totale de repères que les participants mis en situation de
cécité ont expérimentés leur a permis de prendre conscience de la
nécessité de ce type d’aménagements.
Exemple de bonne pratique trop rarement observé : dalles d’éveil à la
vigilance aux traversées. L’éclairage public inadapté (éblouissement,
ombres, zone obscures…), peut gêner les personnes ayant des
problèmes visuels, de troubles sensoriels.
Photo : AMT Concept
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
85
- Encombrement des voies de passage : stationnement gênant ou
irrégulier
- Le mobilier urbain mal placé (poubelles, horodateurs, poteaux de
signalisation, bacs avec des plantes, panneaux publicitaires,…)
entraînant des gênes dans la circulation piétonne
Stationnement non autorisé. Photo AMT Concept
A la fin de la troisième journée (Module 3), nous avons visité la rue de la
Loi qui a fait l’objet d’un aménagement de grande envergure depuis
2003. Les participants ont cependant pu constater que la situation était
encore loin d’être idéale pour les PMR. Les quelques photos reproduites
ci-dessous en témoignent. Les principaux points faibles restent l’accès
aux bâtiments, ainsi que le cheminement en voirie.
Les participants ont cependant pu constater que la situation était encore
loin d’être idéale pour les PMR. Les quelques photos reproduites cidessous en témoignent. Les principaux points faibles restent l’accès aux
bâtiments, ainsi que les traversées.
Le parcours démarre à l’arrêt du métro Arts et Loi, nous avons réalisé
un aller-retour jusqu’au Berlaymont pour avoir un aperçu des deux côtés
de la rue de la Loi. Au cours de l’itinéraire, une attention particulière est
portée aux conditions d’accès des bâtiments ouverts au public
(restaurants, agences bancaires, commerces) et aux problèmes de
voiries (revêtement de sol, bordures, traversées piétonnes, terrasses,
etc.). Voici un résumé de leurs expériences et des constatations qui en
découlent:
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
86
Une marche empêche l’accès.
Photo : AMT Concept
- Centres de conférences, bâtiments de bureaux:
Guichet trop haut.
Photo : Roger MOENS
- Marches aux entrées de 80 % d’édifices
- Portes d’entrée : apparence peu accueillante de porte de sécurité
et manque de confort (par exemple absence de lisse horizontale)
- Distributeurs de billets : inadaptés aux PMR
- Hauteur des guichets d’accueil
- Quelques exemples de bonnes pratiques à l’entrée de certains
bâtiments (bureaux restaurant) : rampes antidérapantes, sonnettes
adaptées pour tous, portes d’entrée, couleurs contrastées,…
- Circulation extérieure : discontinuité en voirie
- Trottoirs en ligne droite exemplaires
- Les traversées : délai trop court des feux
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
piétons, bordures
87
inadaptées filet d’eau, caniveaux et déclivités engendrent des
difficultés de franchissement
- Guidage sonore et tactile pour les personnes aveugles et
malvoyantes : feux rouges sonores, dalles pododactiles d’éveil à la
vigilance dans les traversées et dalles de guidance tout le long de
la rue de la Loi
Seule contradiction les bandes rouges de cyclistes peuvent se
trouver empiètent sur dalles d’éveil à la vigilance aux traversées
- L’éclairage public inadapté (éblouissement, ombres, zone
obscures…), peut gêner les personnes ayant des problèmes
visuels, des troubles sensoriels
- mobilier urbain mal placé (poubelles, poteaux de signalisation,
entraînant des gênes dans la circulation piétonne
2. Un exemple de politique communale d’intégration : Evere
La commune d’Evere mène une politique volontariste pour rendre son
entité plus accessible aux PMR. De nombreux aménagements ont été
réalisés à l’entrée des commerces, des bâtiments publics ou en voirie
(zones 30, réaménagement des rues, emplacements de parking
réservés, WC publics accessibles, etc.).
C’est pourquoi la dernière visite guidée (Module 4) fut consacré à la
commune d’Evere.
Place de la Paix, boucherie Langhendries, rénovation accessible pour tous.
Photo : AMT Concept
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
88
Espace Toots, Salle de conférences et spectacles accessible
Photo : Fabienne SAELMACKERS
L’une des réalisations les plus remarquables d’Evere est la mise en
oeuvre d’un réseau piétonnier sécurisé communal. Cette boucle
piétonne a été conçue pour permettre de relier, par un cheminement
continu, confortable et sécurisant, divers pôles d’intérêts commerciaux,
culturels ou administratifs situés dans un périmètre de 2,5km.
L’élaboration de cette boucle a donné lieu à une évaluation de
l’accessibilité de chacun des bâtiments situés sur le circuit. Des fiches
ont été réalisées et diffusés auprès des commerçants et des professions
libérales pour leur rappeler les dispositions du règlement communal et
leur suggérer quelques solutions d’aménagements. L’opération est un
véritable succès et la création d’une seconde boucle piétonne est en
projet.
Voirie communale. Evere Photo : AMT Concept
En outre, la politique d’accessibilité à Evere est menée en étroite
concertation avec des représentants de la société civile, réunis au sein
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
89
du Conseil consultatif de la mobilité douce. Crée en juin 2003, ce
conseil a pour rôle d’émettre des avis et de faire des propositions dans
toutes les matières relatives à la mobilité douce (plans d’aménagement
de voirie, itinéraires cyclables, accessibilité PMR, etc.). Il se compose de
l’échevin de la mobilité, de cinq conseillers communaux, de
fonctionnaires communaux, de représentants du monde associatif ou de
tout citoyen d'Evere justifiant d'un intérêt pour la mobilité douce. Les
membres sont consultés à chaque étape de la vie des projets.
Pour encourager les initiatives privées, la commune prend partiellement
à sa charge la construction d’une rampe d’accès pour personnes à
mobilité réduite (PMR) devant des commerces et des bâtiments utilisés
pour l’exercice d’une profession libérale ou par une asbl.
Les autorités communales s’efforcent également de donner l’exemple en
matière de logement. Des appartements de la régie foncière communale
ont ainsi été adaptés aux besoins des PMR.
Logement réaménagé par la Régie communale d’Evere
Photo : Fabienne SAELMACKERS
Pour que le projet soit non seulement l’expression d’une politique, mais
aussi celle des besoins et des attentes de la population, il faut que tous
les partenaires soient impliqués dans sa mise en œuvre.
L’aménagement, aussi bon soit-il techniquement et esthétiquement, sera
moins facilement accepté s’il n’a pas fait l’objet d’une consultation et
d’une participation préalable, auprès des résidents et des utilisateurs.
La pleine participation des personnes handicapées en tant que citoyens
actifs, autonomes et responsables dépend d’une démarche individuelle
volontaire, mais aussi de l’attitude développée par les responsables
politiques. Pour cela, l’ensemble de la structure de la ville ou de la
commune doit nécessairement évoluer et les différents services
travailler, non plus parallèlement, mais conjointement.
Un diagnostic précis des espaces extérieurs doit être établi. A partir de
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
90
cet état des lieux, des propositions concrètes peuvent être élaborées et
des décisions prises par les élus locaux sur la vocation de ces espaces.
Librairie récemment rénovée à la Place de la Paix.
Photo : Fabienne SAELMACKERS
Les besoins et les spécificités de chaque type d’intervenant
consommateur d’espace doivent être identifiés et revus dans le cadre du
projet. Il est indispensable que les habitants soient informés des objectifs
poursuivis, qu’ils comprennent la démarche des concepteurs, qu’ils
évaluent la pertinence des propositions. Une bonne communication doit
être élaborée auprès des services administratifs de la ville ou de la
commune, pour que le projet devienne le leur, et auprès des habitants
qui occupent les espaces, pour qu’ils se les approprient.
La commune étant la première structure administrative rencontrée par le
citadin, un «conseil consultatif des personnes handicapées» semble être
une structure représentative apte à fournir des avis pertinents et à
déterminer des objectifs à atteindre.
Le partenariat avec les associations de personnes handicapées est
également essentiel. Elles connaissent les problèmes posés par les
barrières architecturales et sociales et peuvent conseiller et
expérimenter de nouvelles solutions. Pour une politique en faveur des
personnes à mobilité réduite (PMR).
L’exemple d’Evere montre que l’intégration est possible, quelles que
soient les difficultés techniques rencontrées. La poursuite de cette
politique d’intégration transversale a permis de créer une véritable
dynamique au sein des services communaux et des bureaux d’études.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
91
Sanisettes accessibles à tous
Photo : Fabienne SAELMACKERS
PCM (Plan Communal de Mobilité)
Programme d’accessibilité : boucles piétonnes
Structures de concertation
Réalisation par phases
Information & Sensibilisation
Rôle d’exemple
NOEL, Catherine, « Politique communale et réalisations favorables aux
personnes à mobilité réduite a Evere », Module 4 du 18 avril 2007
Visite de terrain de la commune d’Evere le 25 juin 2007
I IX. Conclusion
En améliorant le cadre de vie des habitants, les décideurs politiques
construisent la vitrine de leur ville, reflétant ainsi son identité et son
ouverture à la différence...
A Bruxelles, des normes légales imposent de prévoir l’accessibilité des
lieux publics. Mais leur application n'est pas facile et souvent la
réalisation concrète sur le terrain laisse à désirer. Il est primordial
d’accroître la sensibilisation des fonctionnaires régionaux et communaux
ainsi que les auteurs de projet à une meilleure accessibilité et un
meilleur usage des espaces et bâtiments pour les personnes à mobilité
réduite. Il faut rappeler sans cesse que ces efforts bénéficient à tous et
pas uniquement aux personnes handicapées. La mobilité réduite
concerne le père ou la mère qui pousse le landau de son enfant, le
livreur qui utilise un « diable », le sportif malchanceux qui s’est cassé la
jambe...
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
92
Au-delà d'imposer le respect des obligations réglementaires, les
responsables d’administrations publiques (communales ou régionales)
ont aussi une mission de sensibilisation et d’incitation qui doit très
largement dépasser le cadre légal. Leur démarche doit s’inscrire dans
une planification active de l’accessibilité pour faciliter l’autonomie des
personnes atteintes d’une déficience physique motrice, sensorielle,
intellectuelle ou psychique aux lieux publics, aux transports, information,
sport,…
A l’heure actuelle, on estime qu’environ 80 % des bâtiments ouverts au
public en Région de Bruxelles-Capitale ne sont pas accessible aux
personnes en situation de handicap. Bien que dans certains cas cela
s’explique par la date de construction de ces bâtiments. Certes, des
efforts conséquents ont été faits en la matière, mais le non-respect du
cadre légal dans les nouvelles bâtisses constitue encore une
discrimination importante à l’intégration sociale des citoyens en situation
de handicap.
Notons que la problématique de l’accessibilité est une matière complexe,
trop souvent ignorée ou mal connue, qui demande un travail de longue
haleine et un suivi régulier. Pourtant, le respect du cadre légal et
l’amélioration progressive de l’accessibilité s’avère nécessaire quand on
sait que 10 % de la population est handicapée et que 40% de la
population peut être considérée comme PMR de façon permanente ou
temporaire.
Cela force chaque intervenant à reconsidérer les espaces publics et de
se doter d’instruments qui rendent les déplacements quotidiens
équitables, sans discrimination. A travers les formations présentées ici,
nous avons traitée plusieurs éléments clés de l’accessibilité, mais il est
évident que ce type d’initiatives devrait se renouveler régulièrement pour
développer une nouvelle culture de gestion des espaces publics pour
tous, sans aucune exclusion.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
93
I Bibliographie
Des espaces d’intégration pour tous :
« Accès et Accessibilité à la Ville », Actes 2006, Université d’Eté « Ville
et Transports », CUST (Université Blaise Pascal), ENSACF(Ecole
Nationale d’Architecture de Clermont-Ferrand), POLIS, SMTC (Syndicat
Mixte des Transports en Commun), Clermont-Ferrand, 2006, 164 p. ,
www.uee-clermont.eu
GROSBOIS, (L.P.), « Handicap et Construction », Editions Le Moniteur,
331 p., Paris, juin 1996
DIESCHT, (A.), GEREZ, (M.), GROSBOIS, (L.-P.), « L'accessibilité des
bâtiments de la Commission des Communautés Européennes »,
Bruxelles-Paris, 164 p.
décembre 1992
Travail collectif : Fondation Roi Baudouin, « Les personnes à mobilité
réduite dans la ville », Bruxelles, 1983, 93 p.
« Une ville pour tous – pour une Wallonie accessible », Ministère des
Affaires Sociales et de la Santé de la Région Wallonne, 1996, Namur, 68
p.
RENARD,(M.), « Les sourds dans la ville. Surdité et accessibilité »,
ARDDS Editions, 1999, 479 p.
Habitat au quotidien:
« Handicap et Habitat », CNRH, Paris, juillet 2000, p. 96
Travail Collectif, « Un logement pour tous », Ministère des Affaires
Sociales et de la Santé de la Région Wallonne, 1998, Namur, 77 p.
http:///www.logementpmr.be
Sport pour tous:
“Access for Disabled People: Design Guidance Note,” Sport England,
Londres, 2002, http://www.sportengland.org/disabled.pdf
« Sports & Handicap ». L’accessibilité des infrastructures sportives en
Région de Bruxelles-Capitale, Commission communautaire française,
Sports
et
Infrastructures
sportives,
septembre
2007
http://www.cocof.irisnet.be/site/fr/sport
Infrasports : « Construire pour le sport : les personnes à mobilité
réduite », fiche technique réalisée par le Ministère de la Région
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
94
wallonne, Direction générale des pouvoirs locaux, Infrastructures
sportives: http://pouvoirslocaux.wallonie.be/jahia/Jahia/pid/140
POLIDORO (A.), « La sécurité une valeur sûre: pour une pratique
sécuritaire dans les sports et les loisirs pour les personnes
handicapées », Québec, Association québécoise de loisir pour
personnes handicapées et son réseau régional, 1993,
119 p.
« L’activité physique et la déficience visuelle, » Association sportive des
aveugles
du
Québec,
2006,
http://www.sportsaveugles.qc.ca/asaq/publications.php
Fédération Française Handisports: http://www.handisport.org
Des voiries plus accessibles ;
« Vade-mecum des personnes à mobilité réduite dans l’espace public,
Administration de l’Equipement et des Déplacements, 2006,
http://www.voiries.irisnet.be/rbxl_medias/pmr%20FR1.pdf
AMT Concept –Tekno Solutions(Association Momentanée), Boucles
piétonnes :
Evere :http://www.teknosolutions.com/_download/_pmr/008298_report.pdf
Watermael-Boitsfort :
http://www.tekno-solutions.com/_download/_pmr/008315_report.pdf
Travail collectif, ANLH, AHD & GIHP Aquitaine, Accessibilité des voiries,
un espace public pour tous, 1999,
http://www.anlh.be/accessvoirie/index.html
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
95
Culture et handicap :
« Bruxelles pour tous: guide touristique pour les voyageurs à mobilité
réduite », AMT Concept asbl, Bruxelles, Editions Parcours, 2005, 127 p.
http://www.bruxellespourtous.be/
« guide pratique d’accessibilité », Ministère français de la culture et de
la communication http://www.culture.gouv.fr/handicap/pdf/guide.pdf
Guide Français de Tourisme: http://www.tourisme.handicap.org
Transports plus accessibles :
« Guide des transports bruxellois pour les personnes à mobilité réduite,
http://www.pmr.be
http://stib.irisnet.be
« L’accessibilité des transports en commun aux personnes handicapées
sur la Région de Bruxelles-Capitale, Association socialiste de la
personne handicapée, 2006,
http://www.asph.be/ASPH/Analyses-etetudes/Analyses2006/mobilite-transports-commun-bruxelleshandicap.htm
Sites à visiter :
Association Francophone d’Aide aux Handicapés mentaux :
http://www.afrahm.be
Centre pour l’Egalité des Chances : www.diversite..be
Collectif Accessibilité Wallonie – Bruxelles : http://www.cawab.be
Confédération belge pour la promotion des personnes aveugles et
malvoyantes
CBPAM : http://www.cbpam.be
Fédération francophone des sourds de Belgique : http://www.ffsb.be
Ministère de la Région Bruxelles – Capitale : http://www.rru.irisnet.be
Organisation Nationale des Aveugles : http://ona.be
http://anysurfer.be
Passe-Muraille : http://www.passe-muraille..be
Plain-Pied : contact@plain-pied.com
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
96
Remerciements - Réalisation
Nous tenons à remercier toutes les personnes qui nous ont aidées à réaliser cette
publication et plus particulièrement :
Pour leur aide financière
Le Gouvernement de la Région Bruxelles-Capitale, Secrétaire d’Etat de l’Urbanisme
l’Aménagement du Territoire et du Logement,
de
Françoise DUPUIS, Ministre
Pour leur aimable collaboration lors de formations
Albert GOFFART, Directeur, Direction Générale de l’Urbanisme de l'Administration
de l’Aménagement du Territoire et du Logement, en Région de Bruxelles Capitale
Marceline THOLET
Christine COLLIN
Thérèse LEFRANQ
Rose GAROFALO
Providence LIGOTTI
Monique LALOUX
Gérard MUYLE, TEKNO
Claudine VERSTRAETEN, Echevine de l'Action sociale à Uccle
Martine VANVLIET
Les participants aux exposés :
M. ADNET, Fédération Francophone des Sourds de Belgique
DEJEMEPPE, Denis, SYMETRY
Jeanne-Françoise CRAHAY et Roselyne BORGHMANS, Œuvre nationale des
Aveugles
Philippe HARMEGNIES Passe-Muraille
Catherine NOEL, Conseillère en mobilité, Commune d’Evere
Cécile MAIRY et Anne OLEFFE, COOPARCH-ORIGIN
Roger MOENS, Conseiller en Prévention
OLEFFE, Catherine, Association Francophone d’Aide aux Handicapés mentaux
David PINTO, ingénieur ir, AED – Direction des Projets et Travaux d'Aménagement
en voiries
Fabienne SAELMACKERS, Architecte, Urbaniste, TEKNO
Maud STERNOTTE, ingénieur ir, STIB
A la réalisation
Cette publication a été réalisée par l'asbl AMT Concept (Accès et Mobilité pour Tous).
Direction du projet : Miguel GEREZ
Rédaction : Fabienne SAELMACKERS Miguel GEREZ
Conception graphique : André MOONS, Séraphine sprl
Secrétariat : Eléonore NAZARYAN
Photos : AED, AFRHAM, COOPARCH-ORIGIN, Catherine NOEL, Miguel GEREZ,
Roger MOENS, ONA, Fabienne SAELMACKERS, STIB, SYMETRY
© AMT Concept, Bruxelles, 2008. Toute reproduction, même partielle, d'un extrait
quelconque de ce document, par quelque procédé que ce soit est interdite sans autorisation
écrite de l'éditeur.
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
97
AMT concept : HANDICAP ET ACCESSIBILITE DURABLE…
98
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising