III. Sujet traité: sujet 1 - Devoir-de

III. Sujet traité: sujet 1 - Devoir-de
Sujet 6: « Notre littérature, la plus aristocratique d'Europe, for-
mée par le goût de la Cour de Paris n'est jamais parvenue véritablement jusqu'aux masses. A part quelques fables de La Fontaine
restées dans la mémoire des enfants (et que les adultes considèrent comme enfantines), aucune de ses œuvres maîtresses n'a
pu devenir vraiment populaire. Nous touchons là un point vulnérable de notre culture. Elle est puissante, hardie, elle a poussé
la technique littéraire jusqu'à ses extrêmes limites, mais par là
même, elle demande une initiation et reste le privilège d'un public
restreint. »
Jean Schlumberger.
Que pensez-vous de ce jugement d'un critique français
contemporain?
III. Sujet traité: sujet 1
Recherches préliminaires sur le sujet 1
La phrase est oimple et courte : il faudra donc l'expliquer minutieusement.
Cette phrase ressemble un peu à un commandement catégorique: l'on
<loit ainsi instaurer une discussion.
Elle est, enfin, assez abstraite : il faudra l'illustrer. Constituez-vous, avant
de rédiger, une petite somme d'exemples de livres confirmant ou infirmant la phrase du libellé.
1. Introduction (en 3 points)
a) Du général au particulier
Evoquez les divers moyens employés pour inciter les gens à lire : les conseils de l'école, des amis, des parents, les bibliothèques, les bibliobus,
les émissions et les revues littéraires, les concours des éditeurs et, assurément, la publicité.
h) Introduire le rnjet
C'est ainsi qu'une campagne publicitaire nationale affirme : « Un livre
et tu vis plus fort. »
c) Suggérez le plan
Une telle formule pfremptoire demande explication avant discussion.
II. Développement
A. EXPLICATION
1) Mini-introduction (suggérant les subdivisions)
Un slogan publicitaire est toujours minutieusement pesé dans son libellé.
Une explication littérale s'impose donc.
2) Développement
a) « un livre» : le singulier et l'article indéfini suffisent à exprimer
l'extraordinaire liberté de choix que propose la lecture, liberté accrue par
la facilité d'accès au livre qui reste peu. onéreux (pensons à nouveau aux
bibliothèques). La lecture: rien à perdre, tout à gagner.
h) « et tu » : ce pronom personnel a deux fonctions. Il établit une relation de cause à effet entre la lecture et la fin du slogan ; il crée par ailleurs
entre le livre et l'interlocuteur (tu) un rapport privilégié dépourvu de barrière intellectuelle. Le livre devient le confident, comme dirait Musset :
« un ami qu'on aborde, avec lequel on cause. Moitié lui répondant et moitié l'écoutant ».
c) «tu vis plus fort »:qualitatif et quantitatif sont en jeu. Le livre nous
éclaire psychologiquement sur nous-mêmes et sur notre rapport aux hommes ; il élargit nos connaissances et accroît l'intensité de notre vie.
N.B. : Ne poussez pas plus loin cette partie explicative, car vous risqueriez d'empiéter sur votre discussion.
3) Conclusion partielle
Une formule tentante par sa simplicité (notez son côté« vente d'un produit miracle ») et efficace par ses termes impératifs.
Transition : nous ne sommes pas encore sous l'emprise de Big Brother
(G. Orwell, 1984); un slogan peut se discuter.
B. DISCUSSION
1) Mini-introduction
Tout texte publicitaire repose sur des données réelles et raisonnées ; mais
sans être publiphobe, l'on peut être « publi-juge ».
2) Développement
a) la thèse
• Tu vis plus fort
Dans le domaine du savoir
- savoir pratique : enrichissement de notre style, de notre vocabulaire ;
- savoir encyclopédique : le livre élargit à l'infini le champ de nos
connaissances ;
- savoir psychologique: les biographies, l'analyse des rouages sentimentaux (ex: l'amour chez Racine, Stendhal ou Mme de La Fayette);
- savoir historique: livres consacrés à !'Histoire (Georges Duby) ou livres
historiques romancés (des « Chouans » à Jeanne Bourin);
- savoir philosophique : de Montaigne à Pascal ;
- savoir religieux : livres sacrés (La Bible, le Coran), livres de mystiques (Saint Jean de la Croix, Sainte Thérèse d'Avila).
• Tu vis une ou plusieurs vies
- L'identification fréquente aux personnages qui se prêtent à être des
héros-types : les d' Artagnan, les Maigret, le~ J~an V al~ean ...
- La vie « multipliée » : grâce à leurs autolnogr~phies, nous sommes
tour à tour, Montaigne, J.-J. Rousseau, Chateaubnand.
• La force des trois « A »
Vivre plus fort, c'est accéder à bon marché (le prix d'un livre de poche) à:
- l'Amour : les Mémoires de Casanova ;
- l'Argent: Rastignac ou les héros de « la Curée » ;
- !'Aventure: les livres d'exploration, d'expéditions; le romanesque,
l'espionnage, la science-fiction, etc.
Rappel : pour éviter le devoir catalogue, analysez certains de ces exemples. Le système du plan détaillé ne nous y autorise pas toujours.
Transition : l'on peut vivre plus fort mais dangereusement; la lecture
aussi nous y conduit.
h) Une antithèse paradoxale : un livre et tu meurs
- Une lecture qui engourdit
Elle devient une drogue assoupissante ; l'on réclame sa« dose »de romans
policiers, de romans d'amour.
- Une lecture qui écarte de la vie réelle
Ainsi la littérature l'emporte sur la réalité; l'on se fait une fausse idée
de soi-même et d'autrui.
Expliquez ce qu'est le bovarysme.
La vague des collections dites « sentimentales » (Harlequin, Turquoise,
Delly) ne va-t-elle pas dans ce sens?
- Une littérature qui prône la destruction, la corruption
Immoralité dans une époque donnée; danger de suivre, au pied de la
lettre, les conseils de Baudelaire pour échapper au Spleen : le vin, le satanisme, la mort; danger d'appliquer « l'acte gratuit » de Gide ou d'illustrer tragiquement, comme Violette Nozière, le fameux« Famille, je vous
hais'"
Appel à la pornographie : de Sade à l'Enfer de la Bibliothèque nationale.
Appel au meurtre par le suicide(« Suicide, mode d'emploi": des recettes pour se suicider), par le génocide (« Mein Kampf" d'Hitler).
Appel à la révolte, dans tous les domaines et selon son éthique : révolte
religieuse (le Testament de l'abbé Meslier, virulent pamphlet écrit durant
la Révolution française), révolte politique violente (des manuels de guerilla de Che Guevara aux conseils pratiques des anarchistes).
3) Conclusion partielle
Flaubert le prétendait déjà:« Lire, c'est vivre plus fort», mais parfois
à quel prix!
ID. Conclusion (en 3 points)
a) Reprise des conclusions partielles
. U~ ~o~~eil qui se ,r~vèle avoir eu une certai~~ i~fluence par sa formulation · a ~ ep?que? d ailleurs, le support pubhcitaue en était particulièreme~t s01gne, pmsque chaque artiste pour illustrer ce slogan vantait les
mé.n~es d'un livre .. Conseil judicieux? Cela dépend, nous l'avons vu, de
qm ht et de ce qm est lu.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising