Fousdetheatre

Fousdetheatre
 11 mars, 2015 / par Thomas Baudeau
Après Echenoz,
Anne-Marie Lazarini porte Perec sur les
planches…
Assurément, les écrits non théâtraux inspirent joliment la metteur
en scène présidant à la destinée des Athévains. Après la transposition de l’exquis
“Ravel“ d’Echenoz tout en jazz et bleu Klein, à propos duquel nous n’avions tari
d’éloges et qui lui valut fort justement le prix Laurent Terzieff 2013 du Syndicat de la
Critique (meilleur spectacle privé), voici qu’elle donne “dramatiquement“ corps aux
“Espèces d’Espaces“ de Georges Perec. Un drôle d’inventaire poétique, tendre,
doux, taquin, nostalgique et mélancolique de nos
lieux de vie que le célèbre membre de l’Oulipo,
auteur de “Je Me Souviens“, établit avec une rigueur
très subtilement débridée et digressive en 1974.
Aussi malicieuse, originale et séduisante que le livre,
la proposition est à découvrir sans faute jusqu’au 26
avril.
“Décrire l’espace“ donc. Du plus modeste, comme
celui d’une feuille de papier, à l’infiniment grand. L’univers. Le définir. Lui attribuer
une sorte de mode d’emploi. Le commenter. Y rattacher ses souvenirs, ses envies,
ses appréhensions. Le lit, la chambre, l’appartement, l’immeuble, la rue, le quartier,
la ville, la campagne, les pays, le monde. “Vivre, c’est passer d’un espace à l’autre
en essayant le plus possible de ne pas se cogner“. “Banalités“, “petites pensées
placides“, “travaux pratiques“… Observer l’activité des occupants d’un immeuble,
inventer une pièce qui n’aurait aucune fonction, lister les endroits où on a dormi.
Déménager. Emménager. Privilégier la dispersion plutôt que de vivre dans un lieu
unique. Et finalement constater que “l’espace fond comme le sable coule entre les
doigts“…
Partant de cet admirable patchwork littéraire, par ailleurs saisissant reflet des usages
de l’homme moderne, Anne-Marie Lazarini invente un réjouissant et délicat bric-àbrac
théâtral
pour
trois
acteurs-narrateursacadémiciens en herbe se mouvant au cœur d’une
scénographie évolutive, pleine de surprises,
généreusement accessoirisée (non sans humour…).
Interactivité du récit avec des projections-illustrations
en fond de scène et sur le sol, objets tombant des
cintres, maquettes explicatives… Simplicité et
créativité de l’entreprise convainquent sans réserve.
Enthousiasment. Andréa Retz-Rouyet, Stéphanie
Lanier et Michel Ouimet (Ravel, c’était lui) se révèlent
impeccables et nous embarquent avec délice, sensibilité, et intelligence dans leur
singulière mission spatiale.
Allez-y !
Photos Marion Duhamel
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising