Aventures de Marie- Alice N°9 - Bessenay

Aventures de Marie- Alice N°9 - Bessenay
Les aventures de Marie Alice
ANTINEA
PRODUCTION
Sommaire
•
E D I T I O N N ° 9 G R A C I O S A L A G R A C I E U S E
L A N Z A R O T E L A M A U D I T E
Promenade
à Graciosa
•
L’arrivée à
Arrecif
•
La loi de
Chapitre 9
Murphy
•
La visite de
l’île
•
La recherche
du groupe
froid
•
•
. Promenade
à
Graciosa
Ce début de séjour à
Lanzarote se décline avec
problèmes sur problèmes.
La fin du séjour à
Graciosa a été un
émerveillement accru de
jour en jour. Une location
de vélo nous a permis de
visiter un coin de l’île que
nous ne connaissions pas.
C’est ainsi que nous
avons pu découvrir une
merveilleuse plage de
sable blanc avec de l’eau
turquoise au Nord est de
l’île, la playa de las
conchas. De cet endroit
nous avions une vue
privilégié sur les petits
îlots nord de l’archipel des
Canaris classé réserve
naturelle de la biosphère
l’isla de montana clara et
le petit rocher de « el
roquete ». La longue
Los arcos
houle de l’atlantique vient
se briser sur cette plage
ou certain îliens viennent
s’essayer au surf.
Plus loin à l’extrême nord
La playa de las conchas
de l’île la cote est une
véritable dentelle de lave.
C’est là que nous
découvrons « los arcos »,
des arcs de pierre où la
mer vient s’engouffrer.
Après cet intermède de
beauté naturelle assez
exceptionnelle, il faut
payer pour mériter cette
nature sauvage. Comme
si s’était pour se protéger
des foules de touristes, le
chemin devient une piste
de sable ou il est
pratiquement impossible de
pédaler. C’est ainsi que
nous poussons nos VTT
sur environ 1 km sous le
soleil ardent pour retrouver
un chemin plus praticable.
Maintenant il s’agit de
grimper les 2KM de cote au
flanc du volcan afin de
retrouver la dernière
descente qui nous
ramènera au petit port de la
Caleta del Sebo l’unique
port de Graciosa.
Après 10 jours d’escale il
est temps d’aller voir plus
loin ce qui s’y passe ! Nous
décidons avec Joël et
Mendi, le bateau copain
d’aller planter la pioche à
Arrecif le port principal de
Lanzarote.
Les chemins parcourus en VTT
PAGE
2
20 ans de rêve pour 18 mois de
voyage suite
•
L’arrivée à
Arrecif
Le clocher de
Téguise
Ce fameux bureau se
trouve à 40 minutes à
pieds au port de
commerce. Après
multiples demandes de
renseignements, la
traversée de terrain
vague et d’une zone
industrielle glauque,
nous finissons par
nous cogner contre la
porte de cette unique
administration qui doit
nous délivrer le sésame
pour être en règle. .
Les arbres exotiques
de Téguise
Nous larguons les
amarres le dimanche
matin avec une petite
brise de nord ouest qui
va nous permettre de
faire ces 28 miles au
spi.
Arrecif est la principale
ville de Lanzarote. Le front
de mer est composé de
trois bassins portuaires. Le
premier est réservé au
bateau de gros tonnage.
Le second est un port de
pêche ou il existe un club
nautique qui n’apprécie
pas spécialement les
bateaux de passages. De
plus pour rentrer dans se
port il faut zigzaguer entre
les épaves et aller mouiller
dans un bassin peu
engageant. Nous
choisissons le dernier
mouillage qui en fait n’est
pas un port mais une
grande digue qui nous
abrite des vents dominants
(nord et ouest).
Ce bassin est situé entre
la barre de récifs et la
digue. L’endroit est équipé
de corps morts. Nous
pouvons prendre une
bouée munie d’un solide
bout amarré à un bloc de
béton. Le mouillage me
semble sécurisant.
Pour la petite histoire
Arrecif veux dire récif et
croyez-moi ici c’est le cas.
Il vaut mieux étudier la
carte et ouvrir l’œil lorsque
l’on veut faire escale ici.
A dix sept heures nos
bateaux sont solidement
ancrés et nous plongeons
pour vérifier l’état des
coffres qui sont mis à
disposition des
plaisanciers de passage.
Le soir nous décidons de
faire une première
reconnaissance de la ville.
LES
Nous partons tous les
quatre en annexe et nous
nous aventurons dans le
passage sous les ponts
qui nous mène à une
petite lagune en plein
centre ville embelli par les
barques de pêcheur à
couleur vives. La ville n’a
pas un cachet
exceptionnel mais
cependant quelques
battisse de style espagnol
se remarque.
L’exploration du
dimanche soir est assez
brève tout étant fermé.
Nous nous donnons
rendez-vous le lendemain
matin avec l’autre
équipage à 9 heures pour
les différentes taches qui
nous incombent. Pour ma
part j’ai lu sur un guide
nautique qu’il existe un
spécialiste des panneaux
solaires dans cette ville,
aussi j’en profite pour en
acquérir un nouveau afin
de palier mon manque
d’énergie. Joël me motive
pour faire notre entrée
administrative aux
Canaries. C’est vrai que
cela fait à présent douze
jours que nous sommes
de nouveau en
communauté
européenne. Venant du
Maroc nous devrions
pointer aux douanes.
Théoriquement cette
formalité en tant que
citoyen européen n’est
pas indispensable. Mais
nous aurons besoin de
demander une attestation
de sortie des îles
Canaries pour pouvoir
faire notre entrée à notre
prochaine étape au Cap
vert. Alors, comment faire
une sortie si nous n’avons
pas fait d’entrée. Les filles
s’occupent de
l’intendance de la
cambuse et nous filons
AVENTURES
DE
MARIE
ALICE
vers le bureau de la
police du port.
Ce fameux bureau se
trouve à 40 minutes à
pieds au port de
commerce. Après
multiples demandes de
renseignements, la
traversée de terrain
vague et d’une zone
industrielle glauque,
nous finissons par nous
cogner contre la porte
de cette unique
administration qui doit
nous délivrer le sésame
pour être en règle.
Malheureusement un
papier indiquant l’horaire
de bureau affiché sur la
porte verrouillé nous
indique un numéro de
téléphone à appeler en
cas d’absence. Le
capitaine du port dans le
bureau d’à coté nous
affirme que les policiers
vont revenir. Après une
heure d’attente nous
tentons le numéro de
téléphone où un
répondeur nous invite à
laisser un message.
Décidément comme
j’avais souvent entendu
dire en Afrique « Il te
faut la patiente » A midi
et demi je persuade Joël
de partir et de revenir le
lendemain. Finalement
nous allons au bureau
central d’où dépend
cette brigade spéciale.
Là, un des
fonctionnaires arrive par
joindre les lascars qui
nous donnent rendezvous le lendemain matin
EDITION
•
N°9
GRACIOSA
GRACIEUSE
PAGE
3
L’arrivée à Arrecif suite
devant l’office du tourisme à 9
heures. Nous repassons devant la
boutique de panneaux solaires et je
repars avec un de 75 watts dans son
carton d’emballage. C’est avec
seulement 2heures de retard que
nous rejoignons les filles à l’annexe.
Notre explication sur les difficultés à
joindre l’administration à finit par les
calmer.L’installation du nouveau
•
LA
panneau solaire fait
immédiatement remonté l’aiguille
du voltmètre, notre faiblesse
d’énergie devrait être résolue.
C’est seulement le soir à 18
heures que nous redescendons à
terre pour compléter nos achats
aux différents shipchandlers afin
de renouveler ce que nous avons
perdu ou cassé durant ces
dernières semaines. Un apéritif
réparateur et un repas salvateur
terminent cette journée bien
remplie. Demain une autre
journée nous attend avec un
programme bien garni. Nous
n’avons pas eut besoin du petit
clapot pour nous bercer.
Peu après neuf heure c’est
extinction des feux
La loi de Murphy
C’est le lendemain matin que
nous avons pu vérifier
l’exactitude de la loi de Murphy
ou pour ceux qui ne connaisse
pas la loi de l’emmerdement
maximum. Pour commencer je ne
trouve plus mon acte de
francisation. C’est le document
attestant que le bateau est
français et nous appartient. Après
avoir mis le bateau sans dessus
dessous je me rends à l’évidence
de la perte de ce précieux
document. Nous partons donc au
rendez-vous avec la police du
port sans ce papier.
Heureusement que ces
fonctionnaire décontractés se
sont intéressé seulement à nos
passeport nous faisant seulement
remplir un imprimé pour les
caractéristique du bateau sans
les vérifier. Il faut à présent faire
la démarche auprès de
l‘administration française pour
demander un duplicata.
En France rien n’est simple. C’est
donc deux administrations
différentes qui délivrent ce
fameux acte de francisation, le
bureau des douanes et les
affaires maritimes. Après avoir
téléphoner au second pour
demander la procédure à suivre
pour refaire ces papiers on
m’oriente sur les premiers. Le
bureau des douanes de Nice ou
est immatriculé mon bateau
m’explique que c’est le bureau de
Cannes qui a enregistré le
dossier aussi il s’empresse de me
donner un nouveau numéro de
téléphone.
C’est assez fabuleux ce dernier bureau
laisse un message sur son répondeur
donnant des horaires d’ouverture de neuf
heure à midi et de quatorze heure à quinze
heures du lundi au vendredi. Mais le plus
extraordinaire est que la permanence
téléphonique n’est assurée que les lundis
mercredis et vendredis matins (Vive les 35
heures !) Nous téléphonerons donc demain
matin lorsque ces braves gens voudront
bien répondre.
Comme je le disais plus haut un problème
n’arrivant jamais seul je m’aperçoit en
rentrant au bateau que le frigo ne
fonctionne plus ! Décidément c’est la
guigne. Nous partons en quête d’un
frigoriste. Heureusement Joël parle
couramment l’espagnol et après une
recherche astreignante nous dégottons un
technicien qui veut bien monter dans notre
annexe avec son matériel et sa recharge de
gaz pour examiner le frigo. La recharge de
gaz n’a malheureusement prolongée
l’agonie de l’appareil d’une journée. Après
réexamen et quelques euros en moins le
verdict tombe c’est le groupe qui est mort.
Alors traitons les problèmes dans l’ordre
d’abord l’acte de francisation ensuite le
frigo.
Le mercredi matin moment privilégié de
réception téléphonique des douanes de
Cannes, je m’enquiers d’appeler la belle
administration française. Prenant bien soin
d’appeler 30 minutes après la dite ouverture
des bureau afin de laisser le temps a ces
chers douaniers de prendre leurs cafés, je
tombe sur le message de la veille qui
m’explique que la permanence
téléphonique est ouverte les lundis
mercredis et vendredis matins. Nous
sommes mercredi matin dans les horaires
d’ouverture alors que faire ? Ce n’est pas
ma lecture de Kafka faites il y a longtemps
qui m’apporte une solution.
Aussi j’entreprends de
rappeler Nice pour demander
le mode d’emploi. Imaginez
cela loin de chez soi au prix
des communications
internationales ? Ma
correspondante de Nice au
demeurant fort sympathique
compatie, perplexe sur la
possibilité de joindre ses
collègues.
Finalement elle me donne une
liste de téléphone interne et
me souhaite bon courage.
Apres multiples essais avec
toujours les longues et mêmes
explications, je finis par joindre
quelqu’un qui me passe le
bureau « plaisance ». J’ai
l’impression d’être dans un
monde virtuel.
Apres avoir ré expliqué pour la
Nm fois la même histoire je
m’entends répondre je ne
comprends pas !
Extraordinaire non ?
L’exposition prolongée aux
langues étrangères m’aurait
elle fait perdre le Français ?
Au bout d’un certain temps le
préposé finit par se connecter
et comprends ce que je lui dis.
Facile non ? Moi perdre
papier ! Moi demander
renouvellement, toi me dire
comment faire !Et là dans ce
qui pourrait être une perle d’un
vidéo gag l’individu dans un
effort intellectuel certain me
répond :
Mais pourquoi vous avez
perdu vos papiers !
PAGE
20 ans de rêve pour 18 mois de
voyage suite
4
•
El golfo
Il nous reste plus qu’à
prier pour espérer que
La loi de Murphy suite
Bref j’obtiens non sans
mal après moult
réponses à des
questions hors sujet la
procédure à suivre pour
renouveler ce précieux
document.
Heureusement j’ai un
contact fait sur Internet
aux Canaries qui me
laisse son adresse postale
pour me faire renvoyer ces
documents.
Avant de partir j’avais pris
soin de scanner tous ces
Maintenant comme
disent les british : wait
papiers, attestations,
passeports et autre
papiers officiels. J’ai donc
pu imprimer la copie de
cet acte de francisation
que j’ai joint avec nos
photos d’identité ainsi
qu’une lettre explicative
pour tout envoyer à notre
Einstein des douanes
Française.
Il nous reste plus qu’à
prier pour espérer que les
renouvellements ne se
font pas seulement que
les années bissextiles.
and see.
L’avenir nous dira si il
est sous de meilleurs
cieux.
les renouvellements ne
se font pas seulement
que les années
bissextiles.
La route au milieu
des coulées de laves
•
La visite de l’île
Nous n’allons pas gâcher
notre voyage pour ces
problèmes contrariant.
Aussi comme il était prévu,
nous louons une voiture
pour visiter l’île et
compléter nos courses. La
difficulté ici est de trouver
de l’eau. Ce bien de
consommation dont nous
n’avons pas conscience
chez nous est quelque
chose de rare et cher ici.
Impossible de trouver des
robinets où nous pourrions
remplir nos jerricans. Nous
profitons des haltes aux
stations services pour
négocier le remplissage de
nos bidons d’eau. Ces
taches basiques terminées
nous pouvons nous diriger
vers notre itinéraire
touristique. L’île est assez
petite et une journée suffit
amplement pour voir les
curiosités principales.
Nous nous arrêtons à
Téguise notre première
halte. Ce petit bourg était
l’ancienne capitale de l’île
à l’époque des premiers
habitants les Guanches.
LES
AVENTURES
Cela ne nous laissera pas
un souvenir inoubliable.
Seul la petite église et les
arbres exotiques
probablement endémique
de l’île bordant la place se
trouvant devant sont
intéressants. Nous
continuons par la visite du
parc national du
Timanfaya. C’est un site
volcanique de 5000
hectares un des plus
récent de la planète. Ici
tout est organisé pour les
touristes. Un péage à
l’entrée du parc est
implanté pour nous
soulager de 8 euros par
personne. Ensuite nous
sommes dirigé vers un
parking où un bus nous
attend pour nous faire
visiter le site. Il serpente
sur une petite route à sens
unique qui tourne autour
des champs de lave et des
différents cônes
volcaniques. Même si
nous n’apprécions pas
vraiment les excursions de
tourisme de masse, il faut
reconnaître que cette
DE
MARIE
ALICE
organisation a le mérite de
nous faire découvrir
l’essentiel du site. Geyser,
feu instantané de buisson
et cuisine sur la chaleur du
volcan sont au
programme. Le tout est
couronné de vues
d’immenses champs de
lave se prolongeant
jusqu’à la mer. Le noir de
la lave et le dégradé du
bleu clair du ciel au bleu
marine de la mer en
passant par la blancheur
éblouissante des maisons
nous offre un spectacle
admirable. Nous filons à
présent vers « El Golfo »
C’est une petite baie
typique bordée d’une
lagune vert émeraude.
Nous nous arrêterons
ensuite à Yaiza pour
trouver un restaurant.
Comme Téguise ce petit
bourg n’est pas d’un
cachet exceptionnel mais
nous trouvons malgré tout
un restaurant ou nous
pouvons nous arrêter.
PAGE
20 ans de rêve pour 18 mois de
voyage suite
5
•
Au programme de
l’après-midi il nous reste
la fameuse vallée de la
Geria ou se fait le vin de
l’île. Les vignes sont
plantées au milieu de
petits murets en arcs de
cercle fabriqués en pierre
de lave. C’est sans doute
pour les protéger du vent
et ainsi conserver
l’humidité. Ces petits
murets ont été construits à
perte de vue dans cette
vallée. La dernière halte
sera consacrée au musée
du vin qui sent l’attrape
Le geyser
Le progrès
technique nous a
apporté tout se
confort, alors
pourquoi s’en
priver ?
Personnellement je
les appelle des
«intégristes
voileux». Notre ami
les appelle les
talibans de la voile.
La visite de l’île suite
•
touriste à plein nez.
Nous nous arrêterons
seulement au hall
d’entrée car 3 euros
pour voir des tonneaux
et goûter une coupelle
d’un vin local nous
semble un peu exagéré.
Nous aurions aimé
acheter du vin local mais
pour le prix de l’entrée
nous aurions pu au moins
en goûter 2 ou trois pour
se faire une idée. Enfin
c’est leur façon de voir les
choses, la notre a été de
faire demi tour. Nous
La culture de la vigne
rentrons sur Arrecif et
nous profitons du
véhicule pour faire le
complément de course
dans un hypermarché
aux portes de la ville.
Encore une journée bien
remplie riche de
découvertes.
La recherche du groupe froid
Le lendemain je pars en
quête d’un nouveau groupe
froid. Malheureusement
aucun magasin
d’accastillage de la ville ne
possède cet article. Après
plusieurs recherches sur
Internet Joël trouve mon
bonheur à Las Palmas.
Nous seront obligé de
patienter deux semaines
sans frigo. Même si
Moitessier à bercé mes
rêves de voyage je ne suis
pas tout à fait prêt à
partager son mode de vie.
C’est vrai que le froid a
bord, l’eau chaude, la
lumière, l’électronique, la
musique et tous nos mode
de communications sont
des attributs bien
sympathiques. Nous
croisons certains
équipages qui sans doute
par manque de moyens
naviguent ainsi. Sans
aucun jugement sur ce
mode de voyage nous ne
sommes pas prêts à vivre
cela. Le progrès technique
LES
AVENTURES
nous a apporté tout se
confort, alors pourquoi
s’en priver ?
Personnellement je les
appelle des «intégristes
voileux». Notre ami les
appelle les talibans de la
voile. Bref ne soyons pas
médisants chacun voit
midi à sa porte.
Apres tous ces
bricolages et réparations
je vais enfin avoir du
temps pour moi !
Et pendant ce temps il y
en a qui pense que l’on
s’amuse !! On ne croirait
pas mais Car on n ele
croirait pas mais c’est du
boulot. Mais que ferait on
sans cela ? Peut être
s’ennuierait on ?
Les deux jours d’escale
qui me reste seront
réservés à la découverte
et les photos de la ville
ainsi que la mise à jour
de mon carnet de
voyage. Internet à ce
coté magique qui permet
DE
MARIE
ALICE
de faire partager à
ceux qui sont resté à
terre nos craintes, nos
états d’âmes et nos
émotions. Ce soir
nous allons nous faire
un restaurant où nous
allons essayer de
négocier deux
jerricans de 20 litres
d’eau. Notre prochaine
étape sera le
mouillage de
Papagayo. Le nom
déjà nous fait rêver de
plus les instructions
nautiques nous
promette une baie
déserte du bout du
monde alors je vous
raconterais cela avec
la suite.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising