Rapport de contre-visite de la maison d`arrêt de Reims

Rapport de contre-visite de la maison d`arrêt de Reims
RAPPORT DE VISITE: Maison d’arrêt de Reims (51)
Maison d’arrêt
de Reims
(Marne)
Rapport de visite
7 au 9 février 2012
2
Contrôleurs :
-
Dominique LEGRAND, chef de mission ;
-
Thierry LANDAIS ;
-
Isabelle LE BOURGEOIS ;
-
Cédric de TORCY.
En application de la loi du 30 octobre 2007 qui a institué le Contrôleur général des lieux
de privation de liberté, quatre contrôleurs ont effectué une visite de la maison d’arrêt de
Reims du 7 au 9 février 2012.
Cet établissement avait fait l’objet d’une première visite du 2 au 4 décembre 2008.
Le rapport de constat issu de la deuxième visite a été adressé au chef d’établissement qui
a fait connaître ses observations par courrier daté du 22 novembre 2012. Le présent rapport
de visite a intégré celles-ci.
Compte tenu des observations formulées, il n’est pas démontré que, contrairement aux
vœux du contrôle général, le rapport de constat ait été transmis par le chef d’établissement
au service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP), non plus qu’à l’ensemble des
partenaires institutionnels.
1
LES CONDITIONS DE LA VISITE
1.1 Les circonstances
Les contrôleurs sont arrivés à la maison d’arrêt le mardi 7 février 2012 à 10h ; ils ont
quitté l’établissement le jeudi 9 février à 16h30. Ils ont effectué une visite de nuit le 8 février,
entre 21h et 22h30.
Conformément à la demande qui lui avait été adressée, le chef d’établissement a réuni les
personnes exerçant des responsabilités au sein de la maison d’arrêt. La mission a débuté par
une rencontre avec, outre le directeur de l’établissement, la directrice départementale du
service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP), la directrice de l’ensemble des services
de milieu ouvert de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) en région Champagne
Ardennes et celle de l’unité de Reims, dont dépend la maison d’arrêt, le responsable local de
l’enseignement et la psychologue attachée à l’unité de consultations et de soins ambulatoires
(UCSA)1.
Les personnes détenues et leur famille ainsi que les personnels avaient été préalablement
avisés de la visite des contrôleurs au moyen d’affiches.
1
Désormais appelée unité sanitaire.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
3
Le chef de cabinet de la sous-préfecture de Reims et le procureur de la République du
tribunal de grande instance ont été avisés téléphoniquement par les contrôleurs dès le début
de la mission.
Les contrôleurs ont circulé au sein de la maison d’arrêt en toute liberté.
D’emblée, ils ont été largement sollicités par les personnels de surveillance qui, tous
grades confondus, se sont plaints de leurs conditions de travail. Aucune demande n’a été
formulée par les personnes détenues ; les entretiens avec celles-ci ont eu lieu spontanément
tout au long de la mission. Les contrôleurs ont aussi rencontré des représentants syndicaux
ainsi que de nombreux professionnels des services œuvrant au sein de l’établissement,
notamment de l’UCSA, de l’unité locale d’enseignement (ULE), du SPIP et de la PJJ. Ils ont eu
des entretiens - téléphoniques ou en face à face - avec le procureur de la République, un juge
de l’application des peines, un juge des enfants, le bâtonnier de l’ordre des avocats et un
avocat pénaliste, un aumônier, un visiteur de prison, des conseillers de la Mission locale pour
l’emploi et un travailleur social de l’association Le Mars, qui intervient dans le cadre des
placements extérieurs.
L’accès aux documents sollicités s’est parfois avéré laborieux.
L’établissement avait fait l’objet d’une visite d’audit de la part de l’inspection des services
pénitentiaires ; son rapport, en date du 4 novembre 2009, a été remis aux contrôleurs.
Le rapport d’activité 2010 n’a pas donné lieu à convocation du conseil d’évaluation de
l’établissement.
Après avoir recueilli des renseignements de sources variées, les contrôleurs ont invité le
directeur à s’exprimer sur ses méthodes de gestion et les difficultés rencontrées.
Une réunion finale a permis de lui restituer, en présence de son adjoint, les principaux
constats opérés.
1.2 Les motifs de la contre-visite
Le rapport issu de la première visite avait donné lieu à de multiples observations
auxquelles ont répondu d’une part le garde des sceaux, ministre de la justice et des libertés,
d’autre part le ministre de la santé et des sports. Après le rappel de ces observations, il
conviendra d’évoquer brièvement la situation de l’établissement à l’époque du premier
contrôle avant de présenter la situation actuelle.
1.2.1 Les observations issues de la précédente visite
Au-delà du constat chiffré – surpopulation pénale et sous-effectif du personnel – le
précédent rapport mettait en exergue les points suivants :
-
épuisement, isolement et insatisfaction des personnels de surveillance, engendrant
des tensions avec les personnes détenues ;
-
absence de coordination et de dialogue entre la direction, le personnel de
surveillance et le SPIP ;
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
4
-
mauvaises conditions de vie des personnes détenues au regard notamment de
l’aménagement des cellules (pare-vue obstruant la lumière dans certaines cellules,
mobilier insuffisant, mauvais état des sanitaires…) ;
-
caractère aléatoire de la procédure « arrivants » et du processus d’affectation ;
-
insuffisance de travail et d’activités ; incertitude des critères d’affectation ;
insuffisance d’encadrement au sport ; faible place de l’enseignement ;
-
caractère inapproprié de l’aménagement des locaux (parloirs n’assurant pas
l’intimité, commission de discipline dans un couloir, absence du bureau en détention
pour le responsable local d’enseignement – RLE –) ;
-
insuffisance des soins psychiatriques ; uniformité de la réponse médicale en matière
de soins somatiques ; difficulté d’accès à certains type de régimes et de soins ; délais
d’attente pour les interventions chirurgicales ;
-
difficultés en matière d’accès au droit.
Lors de la deuxième visite, les contrôleurs se sont attachés à relever les évolutions
intervenues dans les divers aspects de la vie carcérale ayant donné lieu à des observations à
l’issue du premier contrôle. Ils se sont également intéressés à certains éléments auxquels la
loi pénitentiaire intervenue depuis la première visite accorde désormais une importance
accrue (notamment l’ordre intérieur et la préparation de la sortie).
1.2.2 La situation au jour de la première visite
Le 2 novembre 2008 la maison d’arrêt comptait 238 personnes sous écrou, dont seize
sous surveillance électronique et six en placement extérieur.
Les 216 personnes hébergées au sein de l’établissement étaient ainsi réparties :
-
184 au quartier des hommes qui comptait 178 lits répartis en 54 cellules pour une
capacité théorique de 104 places, soit un taux d’occupation de 177 % ;
-
25 au quartier de semi-liberté qui comptait 42 lits – et autant de places théoriques –
répartis en 21 cellules, soit un taux d’occupation de 59 % ;
-
7 au quartier des mineurs - 5 mineurs et 2 jeunes majeurs -, qui comptait 16 lits
répartis en 8 cellules, pour une capacité théorique de 10 places, soit un taux
d’occupation de 70 %.
Quant aux effectifs des personnels pénitentiaires de la maison d’arrêt, non compris les
agents du SPIP, la situation était la suivante :
-
3 officiers : le chef d’établissement, son adjoint et le chef de détention ;
-
8 premiers surveillants ;
-
47 surveillants ;
-
deux agents administratifs ;
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
5
-
un agent technique.
Le précédent rapport faisait état de l’absence de remplacement de trois fonctionnaires
après leur départ et de l’indisponibilité de trois autres pour raisons de santé.
1.2.3 La situation au jour de la deuxième visite
Selon les données relevées au greffe le 7 février 2012, la maison d’arrêt comptait 248
personnes sous écrou dont 25 sous surveillance électronique et 8 en placement extérieur.
Les 215 personnes hébergées au sein de l’établissement étaient ainsi réparties :
-
176 au quartier des hommes, désormais réparties en 53 cellules au lieu de 52 en
raison de l’affectation de l’une d’elles à la protection d’urgence, soit un taux
d’occupation de 170 % ;
-
36 au quartier de semi-liberté, soit un taux d’occupation de 86 % ;
-
6 au quartier mineurs, soit un taux d’occupation de 60 %.
La maison d’arrêt est équipée de 177 couchages pour une capacité théorique de 104
places.
Le 8 février 2012, troisième jour de la visite, tous les lits étaient occupés et neuf
personnes dormaient sur un matelas posé à même le sol :
Cellules avec
2
,
3
ou 4
Total
cellules
Nombre de
lits
Nombre de
personnes
détenues
lits
Nombre de
matelas au
sol
1er étage
0
1
5
6
23
20
0
2ème étage
2
14
6
22
70
75
5
3ème étage
5
10
10
25
80
84
4
Total
7
25
21
53
173
179
9
Au regard des personnels pénitentiaires, non compris les agents du SPIP, l’effectif
théorique était le suivant :
-
3 officiers : le directeur, son adjoint et un chef de détention ;
-
2 majors ;
-
6 premiers surveillants ;
-
48 surveillants ;
-
3 agents administratifs ;
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
6
-
2 agents techniques.
Au total, deux postes de premier surveillant ont été remplacés par deux postes de
majors et l’établissement s’est vu théoriquement doté d’un surveillant, d’un agent technique
et d’un agent administratif supplémentaires. En pratique, la situation apparaît moins
favorable en raison notamment de postes non pourvus, d’absences et de demandes de
mutation. La situation sera plus précisément décrite et analysée ci-dessous (cf.2.1.1).
2
L’EVOLUTION AU REGARD DES OBSERVATIONS ISSUES DU PREMIER CONTROLE
Les observations effectuées à la suite de la première visite ont été classées en deux
catégories : celles qui relèvent du cadre institutionnel – situation du personnel, relations
institutionnelles, gestion de la surpopulation pénale – et celles qui relèvent du quotidien des
personnes détenues : conditions d’accueil et cadre de vie matériel, activités, droits, santé,
enseignement, relations avec l’extérieur, préparation de la sortie.
2.1 Le cadre institutionnel
En tête des conclusions rédigées pour le rapport de visite de novembre 2008 figurait le
constat suivant : « Un grand nombre de fonctionnaires ont manifesté le besoin d’exprimer
spontanément aux contrôleurs leur épuisement et leur tension. Ils éprouvent un sentiment de
solitude sur le terrain. Ils déplorent le sous-effectif des personnels pénitentiaires et la
surpopulation pénale qui les contraignent à passer successivement d’un poste à l’autre. Tout
est traité dans l’urgence sans aucune possibilité de régler les choses en profondeur et, en
particulier, de dialoguer avec les détenus. »
Au-delà de la stricte question des effectifs est donc posée celle, plus large, de la gestion
de l’établissement. Le premier rapport faisait notamment état, à propos des relations entre la
direction de la maison d’arrêt, les personnels de surveillance et les personnels du SPIP, d’une
absence de concertation et de dialogue pouvant aller jusqu’à l’élaboration de documents
contradictoires et l’absence de réponse aux besoins des personnes détenues.
Seront abordés successivement la situation des personnels, les relations institutionnelles
et la gestion de la surpopulation pénale.
2.1.1 La situation des personnels
Comme lors de la précédente visite, les contrôleurs ont sans cesse été sollicités par
l’ensemble des personnels de surveillance (surveillants et gradés) qui souhaitaient témoigner
de leurs conditions de travail et des difficultés auxquelles ils étaient confrontés. Comme en
2008, le personnel est apparu épuisé et excédé.
Les contrôleurs se sont attachés à tenter d’en cerner les causes, notamment à partir des
réponses apportées par le garde des sceaux à propos de la gestion des ressources humaines et
du taux d’occupation élevé de l’établissement.
Sur la gestion des ressources humaines, il avait été indiqué que :
• les effectifs en personnel de surveillance étaient « complets (46 agents) » ;
• le rythme de travail avait « retrouvé une certaine sérénité, avec la baisse de près de 400
heures supplémentaires en 2009 » ;
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
7
• l’établissement avait connu une absence importante de personnels notamment pour
raisons médicales.
Concernant les effectifs, la situation au jour de la visite est la suivante :
Soixante-et-un personnels agents sont inscrits dans les effectifs du personnel de la
maison d’arrêt de Reims à la date du 9 février 2012.
Le chef d’établissement est en principe assisté d’un adjoint et d’un chef de détention. En
pratique, l’adjoint présent lors de la visite de 2008 a quitté l’établissement en février 2011.
Son successeur est resté six mois, quittant à son tour l’établissement en août 2011 ; il a été
remplacé en novembre par un officier qui, ayant demandé aussitôt sa mutation, serait sur le
point de l’obtenir.
Le chef de détention est en arrêt de maladie depuis la mi-janvier 2012.
L’un des deux postes de major, celui en charge de la sécurité, est vacant depuis fin février
2011 suite à une affectation auprès de l’administration centrale.
Les premiers surveillants, au nombre théorique de six, sont en réalité cinq : l’un d’eux a
été muté en 2011 et son remplacement serait prévu pour le mois de mars 2012.
S’agissant des deux postes théoriques d’agent technique, l’un est occupé par un cuisinier,
l’autre, affecté à la maintenance, est inoccupé depuis mai 2010 ; le remplacement serait prévu
pour septembre 2012 ; dans l’attente, le poste a été confié à un surveillant.
Sur trois postes théoriques d’agents administratifs deux sont pourvus, occupés chacun
par des personnes travaillant à 80%. Le troisième est vacant depuis avril 2011.
Les surveillants - trois brigadiers, treize surveillants principaux et trente-deux surveillants,
tous titulaires - sont au nombre total de quarante-huit, ainsi répartis :
-
dix en poste fixe : deux au greffe, un au secrétariat de direction, un à l’économat, un
à la buanderie et cantine, un à l’UCSA, un à la maintenance, un chauffeur également
en charge de l’acheminement du courrier et de la surveillance électronique, un
moniteur de sport, un polyvalent ;
-
douze affectés en trois brigades dédiées : une brigade de cinq agents au quartier de
semi-liberté, une de quatre au quartier des mineurs, prévus pour être également en
charge des arrivants, et une de deux à la « porte B », chargée de l’accès à la
détention, du vestiaire et des parloirs ;
-
vingt-six en six équipes, affectés à la détention du quartier des hommes ou chargés
du contrôle de l’accès à l’établissement (« porte A »).
En pratique les personnels fonctionnent à flux tendus et toute absence, qu’il s’agisse de
congés annuels ou de maladie, a pour conséquence une désorganisation du service. Il n’est
pas rare que deux surveillants assurent l’accueil des familles, le contrôle de la sécurité et la
surveillance du parloir. De même, il arrive régulièrement que le surveillant en charge du
quartier de semi-liberté assure, de jour, une extraction ou soit appelé à renforcer l’équipe du
parloir. Plus largement, chaque surveillant est conduit, de manière plus ou moins régulière et
parfois imprévue, à assurer un remplacement qui s’ajoute à son poste.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
8
Dans sa réponse au rapport de constat, le directeur fait valoir :
-
que le fonctionnement des parloirs est assuré par « un agent attaché à la
surveillance du parloir, un agent attaché au contrôle du linge et un agent attaché à
l’accueil des familles (agent du QSL) » ; il précise « qu’en cas d’absence imprévue et
plus particulièrement le week-end, l’agent attaché au contrôle du linge peut se
retrouver à effectuer l’accueil des familles » ;
-
que l’organisation du QSL résulte d’une optimisation des ressources humaines,
d’autant plus justifiée que le CSL accueille seulement quatre ou cinq personnes ; le
directeur souligne qu’en cas d’absence du surveillant, les personnes hébergées au
CSL sont directement reliées, via l’interphone, à la porte A, alors que celles qui sont
en promenade sont, de fait, sous la surveillance d’un autre agent ;
-
qu’aucun agent de détention n’assure de remplacement s’ajoutant à son poste.
Concernant les heures supplémentaires, les informations transmises par l’établissement
font état d’une augmentation régulière : 8 867 heures en 2009, 8 987 heures en 2010 (+ 1,4%,
en raison essentiellement de vacances de postes2) et 9 409 heures en 2011 (+ 4,7 %)3. Malgré
une récente et légère diminution des heures supplémentaires résultant d’une réorganisation
du service de nuit, de nombreux surveillants entendus se sont plaints d’un volume encore
trop important ; dans le même temps, d’autres agents ont regretté de s’être vus priver sans
concertation d’un volant d’heures supplémentaires constitutif de ressources intégrées dans
leurs prévisions budgétaires. En tout état de cause, les échanges avec les contrôleurs ne
reflétaient nullement la « sérénité retrouvée » évoquée par le garde des sceaux. La direction
interrégionale a toutefois salué le travail réalisé par l’établissement s’agissant de
« l’équilibrage entre les agents (ceux qui ont des heures perdues ou ceux qui ont le moins
d’heures supplémentaires) et la répartition de la charge de travail ».
Dans sa réponse au rapport de constat, le directeur :
-
évalue les heures supplémentaires « entre cinquante-deux et cinquante-huit heures
par agent et par trimestre, malgré une réorganisation du service de nuit qui a fait
passer les équipes de trois à quatre agents », précisant que « cette modification,
sans apport de personnel, entrainera une augmentation des heures supplémentaires
et non une diminution comme souligné dans le rapport. Les contrôleurs confirment
une diminution réelle des heures supplémentaires, l’augmentation du service de
nuit résultant non pas d’une création de poste supplémentaire mais de la
réorganisation en janvier 2012 du service des agents affectés au quartier de semiliberté (cf. infra § 2.2.8.4) ;
2
Calculé à partir du plan d’objectifs prioritaires de la structure (POPS) pour l’année 2011 signé par le directeur
interrégional des services pénitentiaires Centre-Est Dijon et le chef d’établissement de la maison d’arrêt de Reims, le
15 mai 2011.
3
Source : Etat des résultats collectifs 2010 et 2011 (groupe : heures supplémentaires et heures perdues) relevés sur
le logiciel Origine.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
9
-
apporte des éléments d’informations pour l’année 2012, précisant que les heures
supplémentaires « varient entre 52 et 58 par agent et par trimestre ». Les
contrôleurs font observer que le ratio des heures supplémentaires par agent ne leur
avait pas été communiqué pour l’exercice 2011, malgré leur demande pour les
obtenir ;
-
précise qu’un rapport de service SD2 de la DAP en date d’août 2011 met en
exergue la bonne gestion des ressources humaines et l’équilibre des heures
supplémentaires, malgré un effectif théorique reconnu insuffisant.
Concernant l’absentéisme, le nombre des congés de maladie ordinaire a effectivement
diminué dans des proportions importantes entre 2008 (1 448 jours d’absence), 2009 (945
jours, soit une baisse de 34,8 %) et 2010 (640 jours, soit une baisse de 32,3 % par rapport à
2009 et de 55,9 % par rapport à 2008). En revanche, en 2011, le nombre de jours de congé
pour maladie est passé à 914 jours, soit une augmentation de 42,8 % par rapport à 2010.4
Dans sa réponse écrite, le directeur conteste les chiffres retenus par les contrôleurs,
estimant à 877 jours au lieu de 914 le nombre de jours d’absentéisme. Il précise « la totalité
de ce chiffre n’a pas été généré que sur l’établissement, en effet, Origine annonce un chiffre
global sur l’année civile qui ne tient pas compte des dates de prise de fonction des agents
mutés ». Il conclut « nous sommes loin d’une augmentation de 42,80% ».
Si l’on veut bien prendre en compte la pertinence du chiffre de 877 jours de congés de
maladie ordinaire – jours qualifiés par le chef d’établissement « d’absentéisme » –, leur
augmentation en 2011 par rapport à l’année précédente est de 37,03 %, ce qui reste un taux
particulièrement élevé et préoccupant.
Par ailleurs, afin d’appréhender un éventuel désir des personnels de quitter
l’établissement, il a été procédé à un examen des demandes de mutation en cours. Au 9
février 2012, sur les soixante-et-un agents qui constituent l’effectif de la maison d’arrêt, vingtneuf personnes (47,5 %) demandent leur mutation (vingt-cinq) ou, l’ayant obtenue, attendent
de rejoindre leur nouvelle affectation (quatre). Pour expliquer ce fort pourcentage, il a été
indiqué que, pour de nombreux agents, l’affectation à Reims constituait un « tremplin » dans
la région avant de rejoindre un poste correspondant à leur choix géographique prioritaire,
principalement les établissements pénitentiaires de Laon, Charleville-Mézières et Châlons-enChampagne.
En raison des conditions de travail trouvées en arrivant à Reims, un bon nombre d’agents,
pourtant originaires de la région, ont cependant évoqué auprès des contrôleurs leur propre
souhait de quitter l’établissement, malgré l’éloignement de leur domicile qui résulterait d’une
telle mutation. D’autres ont fait remarquer que la maison d’arrêt de Reims présentaient
toutes les caractéristiques – petite structure avec une quarantaine de poste de surveillants,
dans une grande agglomération située à moins de 150 km de Paris – d’un établissement
« attractif » pour le personnel donc en principe difficile à obtenir par mutation, les agents
installés y restant a priori jusqu’au terme de leur carrière.
4
Source : Rapport d’activité de l’année 2010 et statistiques Origine pour l’année 2011.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
10
2.1.2 Les relations institutionnelles
2.1.2.1 Les relations entre la direction et le personnel
Les conclusions du rapport issu du premier contrôle ont mis en exergue « la solitude »
d’un grand nombre de fonctionnaires (conclusion numéro 1). A plusieurs reprises le corps du
rapport mentionne l’insuffisance et l’imprécision des règles et l’incompréhension qui en
résulte tant chez les surveillants que chez les personnes détenues. Dans sa conclusion numéro
9, le rapport indique : « les critères d’inscription aux activités ne sont pas clairement définis.
Les détenus ne comprennent pas les procédures d’accès. Cette situation suscite des rancœurs.
L’incompréhension des personnes détenues et l’impression d’arbitraire sont manifestes. Les
surveillants, qui le confirment, sont en difficultés pour annoncer les annulations des activités
sans en avoir eux mêmes les motifs. Une utilisation du logiciel spécifique GIDE permettrait
d’éviter ces situations ». Il est également écrit dans le chapitre 3.11.2.1 relatif au parloir :
« Une visite dure trente minutes. Les prolongations de durée ne sont pas prévues dans le
règlement intérieur ; elles restent exceptionnelles et ne sont pas liées, selon nos
interlocuteurs, à la rareté des parloirs ou à l’éloignement de la famille. Dans sa réponse, la
direction indique que ces prolongations sont réglées par une note de service diffusée à toutes
les personnes placées sous main de justice et appliquées selon les disponibilités des places.»
Lors de cette deuxième visite, il est apparu aux contrôleurs que ce qui, lors du premier
contrôle, pouvait être considéré comme une incompréhension des personnels s’était muée
en conflit ouvert avec le directeur et en contestation de toute autorité.
La volonté du personnel d’exprimer clairement son désaccord avec la direction s’est
manifestée tout au long de la visite, à travers notamment les reproches suivants :
-
absence de notes de service actualisées ;
-
organisation défaillante : plusieurs surveillants se sont plaints d’avoir été avertis
tardivement d’un changement de service ; l’un dit avoir appris, alors qu’il s’apprêtait
à reprendre son poste après un repos à domicile, que ce repos avait été prolongé ;
-
mauvaises conditions matérielles : ont notamment été évoqués le mauvais état de la
salle de repos et du matériel de contrôle situé porte A (absence de fonction
« zoom » sur l’écran de contrôle des cours de promenade, insuffisance de celui de la
porte d’entrée, défaillance de l’interphone reliant la porte au quartier disciplinaire) ;
-
manque de considération pour le personnel : les surveillants voient dans l’absence
de réponse – plus réellement dans le retard de réponse – apportée aux incidents
qu’ils signalent, un manque de considération pour leur parole et leur travail ; plus
largement, ils estiment que le chef d’établissement « n’écoute pas », « ne délègue
pas » et « impose sans négocier » ;
-
immixtion dans la vie privée : à titre d’exemple, un membre du personnel s’est plaint
de ce que, à propos d’une discussion autour des dates de congés, le directeur vérifie
l’existence d’une réservation en s’adressant directement à l’hôtel ;
-
trop grande proximité avec les personnes détenues : dans son appréciation des
incidents, il est reproché au directeur de privilégier systématiquement la parole des
personnes détenues et d’ôter ainsi toute crédibilité à l’intervention des agents ; au-
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
11
delà, le chef d’établissement est décrit comme « sévère avec le personnel et social
avec les détenus » ; certains ont très mal vécu le fait qu’à Noël des croissants
auraient été offerts aux personnes détenues et pas au personnel.
En réponse à ces reproches, le chef d’établissement :
-
produit différentes notes régissant la vie en détention ;
-
revendique la qualité de ses relations avec les personnes détenues qui lui écrivent
pour le remercier de son soutien ou pour dénoncer l’attitude inadaptée de certains
surveillants.
A propos des personnels il dénonce :
-
un nombre important de surveillants en grandes difficultés personnelles : plusieurs
ont fait l’objet d’évaluations négatives dans leur précédent poste, certains auraient
fait l’objet de procédures de police, d’autres de condamnations pénales avant ou
depuis leur arrivée à la maison d’arrêt5 ;
-
un recours facile à l’arrêt maladie, qu’il s’applique à combattre par des demandes de
contrôle dont certains s’avèreraient positifs ;
-
une opposition syndicale systématique qui s’est notamment traduite par des tracts
mettant en cause les personnes - tracts auxquels il a répondu par un dépôt de
plainte (abandonné depuis lors) - et par l’interpellation, par une organisation
syndicale, de la direction interrégionale des services pénitentiaires (DISP) sur le
même mode.
Plus largement, le directeur fait valoir la présence active à ses côtés d’une bonne partie
du personnel, notamment dans le cadre de la labellisation du processus arrivants.
S’agissant du cadre normatif, le chef d’établissement a produit aux contrôleurs des notes
de service qui, bien que parfois stéréotypées, existent néanmoins. Par ailleurs, le rapport
précité de l’inspection pénitentiaire avait conclu en 2009 que les fiches de poste existaient
mais qu’elles étaient « très souvent méconnues par l’ensemble du personnel ». En outre, le
rapport du comité technique paritaire local (CTPL) du 8 février 2011 montre que la séance a
été consacrée à un exposé des règles issues du décret du 20 décembre 2010 pris en
application de la loi pénitentiaire.
S’agissant des défaillances de matériel de contrôle évoquées, elles étaient réelles au jour
de la visite ; la salle de repos, en revanche, est apparue correcte (une pièce de six mètres
carrés munie d’un fauteuil avec repose pieds, d’un four à micro-ondes et d’une télévision ;
une douche et des WC sont séparés).
5
La presse locale s’est effectivement fait l’écho, le 26 janvier 2012, de la condamnation d’un surveillant à une peine
de six mois d’emprisonnement avec sursis pour avoir commis des violences à l’égard d’un mineur incarcéré. Le
parquet a confirmé l’existence de cette condamnation, isolée.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
12
S’agissant des relations avec le personnel, les rapports du CTPL de l’année 20116
montrent que les oppositions se cristallisent autour de la question des heures
supplémentaires, de la répartition des postes entre le quartier disciplinaire et la détention des
hommes, de l’absence de transfèrement en réponse à des agressions du personnel.
Le chef d’établissement a remis aux contrôleurs un courrier daté du 13 décembre 2011,
adressé par une organisation syndicale à la DISP et la réponse de celle-ci en date du 29
décembre 2011. Outre des questions de sécurité, le syndicat alerte l’administration à propos
de « l’acharnement du chef d’établissement, s’obstinant à vouloir modifier de force le service
des personnels sans respecter un quelconque dialogue social constructif ». L’administration
répond que ses experts sont intervenus dans la modification du service en vue de « stabiliser
le passage à quatre surveillants en service de nuit » et, observant que les organisations
syndicales qui y avaient été invitées n’ont pas transmis de propositions de service après la
réunion du CTP du 28 octobre 2011, conclut que le dialogue social « semble avoir été
respecté ».
Il est apparu aux contrôleurs que les personnels affectés à des quartiers spécifiques –
quartiers des mineurs et de semi-liberté – ne faisaient pas mention des mêmes difficultés que
leurs collègues dans leurs rapports avec la direction, déclarant pour la plupart : « il décide
mais il demande notre avis ».
S’agissant des relations entretenues par la direction avec les personnes détenues, le
rapport d’inspection les avait qualifiées « d’excellentes », précisant : « cette relation directe
avec la population pénale, remarquable et rare à notre époque, complique parfois le
positionnement du personnel, notamment des gradés ».
Au-delà des qualités et compétences des uns et des autres sur lesquelles il n’appartient
pas aux contrôleurs de se prononcer, il est évident que le dialogue social est en réalité rompu.
Dans sa réponse écrite au rapport de constat, le directeur :
-
fait valoir qu’il a rédigé soixante notes de service en 2010, soixante-trois en 2011 et
quatre-vingt au 22 novembre 2012 ;
-
déclare que, devant de plus en plus souvent faire face à des absences et reprises de
travail non signalées par les agents, il n’a d’autre solution que de rappeler, parfois en
dernière minute, des agents au repos ;
-
conteste s’être jamais immiscé dans la vie privée des agents en s’adressant
directement à l’hôtel pour vérifier l’existence d’une réservation ; à ce sujet, il précise
avoir demandé un justificatif à un agent qui, bénéficiant de deux repos
hebdomadaires à la veille de cinq jours de congés a refusé de revenir un week-end
pour pallier une absence imprévue, alléguant d’une réservation d’hôtel alors que
son impossibilité avait pour conséquence la suppression du seul jour de repos
hebdomadaire de l’autre agent « disponible » ; le directeur précise que l’agent
initialement sollicité a fourni, vingt-quatre heures plus tard, un justificatif de
réservation au nom de ses beaux-parents ;
6
Il s’en est tenu quatre, les 8 février, 12 juillet, 27 septembre – en présence de deux experts « DIOS » de
l’administration pénitentiaire – et 28 octobre 2011.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
13
-
proteste contre les allégations du personnel selon lesquelles les personnes détenues
se verraient offrir des croissants à Noël à l’inverse des surveillants précisant que,
depuis 2006, les agents de service les nuits des 24 et 31 décembre bénéficient d’un
pain surprise et d’un gâteau alors que ceux qui sont de service les 25 et 31 décembre
reçoivent des croissants ; le directeur précise tenir les factures à disposition ;
-
qualifie le dialogue social de « difficile avec une organisation syndicale, (…) », mais
« loin d’être rompu » ; il précise que l’opposition syndicale s’est traduite par six
tracts en 2010 et quatre en 2011 ; il dit avoir déposé plainte une fois, en 2010, « à
l’encontre d’un secrétaire régional [d’une organisation syndicale] suite à la
production d’un document diffamatoire et discriminatoire intitulé ‘la RECAP’ qui
paraissait chaque mois sur la DISP » ; il joint une coupure de journal et deux tracts
d’une autre organisation démontrant selon lui « que ce climat n’est entretenu que
par un groupuscule d’agents [de la première organisation] » qui, pour certains, ont
quitté l’établissement, laissant place à « un discours plus constructif ».
2.1.2.2 Les relations avec le SPIP
Le premier rapport de visite faisait état, à propos des relations entre la direction, les
personnels de surveillance et ceux du SPIP, d’une absence de concertation et de dialogue
pouvant aller jusqu’à l’élaboration de documents contradictoires et l’absence de réponse aux
besoins des personnes détenues.
Ainsi, à propos du règlement intérieur et du livret d’accueil, il était écrit dans le chapitre
3.11.1 du rapport initial : « ces deux documents, qui font partiellement double emploi, ont été
rédigés et sont tenus à jour indépendamment et sans concertation, l’un par le SPIP, l’autre par
la direction de l’établissement ; ils sont incohérents, incomplets et contradictoires… ». Dans le
même chapitre, il était indiqué : « Un livret d’accueil est tenu à jour par l’équipe locale du
SPIP, qui dit en tirer des exemplaires à la demande du surveillant de la porte, chargé de
l’accueil de l’arrivant. Selon le SPIP, aucune demande de nouveaux exemplaires n’a été faite
depuis près de six mois. Le surveillant de la porte n’a pas de livret d’accueil à mettre à
disposition des contrôleurs ».
Il était également mentionné, dans le chapitre 3.2 du rapport initial : « Le détenu arrivant
qui manque de vêtements peut se manifester auprès du ‘service central du vêtement’, cette
association locale est présente tous les jeudis après-midi. Les autres jours, la distribution n’est
pas assurée, les vêtements étant entreposés dans un local fermé à clé. Selon la direction, en
dehors de la présence de l’association, la distribution est assurée par le SPIP qui est en
possession des clés de l’armoire. Pour sa part, le SPIP indique que ce travail ne relève pas de
sa compétence et que les surveillants seraient disposés à s’en charger.»
Dans sa réponse au Contrôleur général des lieux de privation de liberté, le garde des
sceaux avait indiqué qu’un travail partenarial s’était mis en place entre personnels de
surveillance et CPIP (conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation) à travers leur
présence aux réunions de la commission pluridisciplinaire unique (CPU) et des commissions
d’application des peines (CAP).
Des entretiens que les contrôleurs ont pu avoir avec diverses catégories de personnels, il
apparaît que les relations se sont globalement améliorées en ce qui concerne les rapports du
SPIP avec la direction. Bien que les questions soient encore souvent abordées « dans un
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
14
couloir et sans avoir été formalisées », engendrant parfois des incompréhensions, « les choses
peuvent se dire ».
La question de la remise de vêtements aux arrivants a été réglée : en dehors de la
présence de l’association, il a été convenu que le surveillant des vestiaires était chargé
d’accéder à l’armoire où sont stockés les vêtements. Il ne semble pas que cette décision ait
provoqué de conflit.
Les CPIP ont rédigé un nouveau guide arrivant en tenant compte des remarques émanant
du chef d’établissement, qui en a approuvé le contenu. Au jour de la visite le document était
en attente de labellisation7.
Un membre du SPIP assiste aux CPU et aux CAP ; en revanche, selon les CPIP rencontrés,
les surveillants ne participent à aucune de ces instances. Le directeur, dans sa réponse écrite,
fait valoir que « un surveillant de l’équipe arrivant a assisté systématiquement à toutes les
CPU en 2012 ; quatre surveillants ont participé à une CAP malheureusement, leur présence
est moins régulière suite à des problèmes de ressources inhérentes au service ».
Au sein du SPIP, il se dit qu’il reste cependant difficile de faire reconnaître sa place par les
surveillants : ces derniers auraient longtemps dit aux conseillères qu’elles n’étaient pas
habilitées à rédiger des comptes-rendus d’incidents sur GIDE et elles ne se seraient autorisées
à user de cette possibilité que dans le courant du dernier trimestre 2011. Le directeur fait
valoir pour sa part, que les CPIP ont accès à GIDE depuis 2009.
Dans le même registre, les conseillères se sont émues que les mineurs puissent les
insulter sans que cela ne provoque de réactions de la part des surveillants : « je me suis dit, s’il
m’insulte devant un surveillant, c’est qu’il sait pouvoir le faire ».
Plus généralement, les CPIP font état d’un manque de distance : « ici, surveillants et
détenus se taquinent et se tutoient » et d’un défaut de cadre : « on pense qu’ils ont baissé les
bras ; les gars sortent à moitié à poil de la douche, une serviette autour des reins ; ils
s’attardent dans le couloir, ça fume, ça parle avec la cour ; les portes et grilles intermédiaires
ne sont pas toujours fermées… ». Ce dernier point a effectivement été observé par les
contrôleurs lors de la visite objet de ce rapport.
Dans un autre registre, le SPIP se situe dans une dynamique qui l’éloigne du travail social
au sens traditionnel du terme et regrette d’être régulièrement sollicité par l’administration
pour effectuer diverses démarches qu’il estime ne pas relever de sa compétence : recherche
d’un numéro de téléphone dans la fouille d’un détenu, recueil de signature en vue de
l’établissement d’un certificat de concubinage, recueil de documents permettant un virement
bancaire du compte personnel vers le compte nominatif, remise d’un nécessaire de
correspondance ou remise à la famille d’un objet venant de la fouille… A l’occasion du surcroît
de travail engendré par la circulaire du 8 novembre 2011 relative au diagnostic à visée
criminologique (DAVC), les CPIP ont demandé à leur direction de les décharger officiellement
de ces tâches. Au jour de la visite, la question devait être prochainement abordée avec le
directeur de l’établissement.
7
Les contrôleurs n’ont pas pu apprécier la cohérence entre ce guide et le règlement intérieur : ce dernier document,
en cours d’actualisation, n’est plus accessible ; le SPIP a dit ne pas être associé à sa réécriture.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
15
Au-delà de la répartition des rôles, qu’ils souhaiteraient voir clarifiée, les membres du
SPIP estiment que certains surveillants acceptent mal leur intervention, vivant leur venue en
détention comme un surcroît de travail inutile. Certains ont fait état auprès des contrôleurs
de ce qu’ils considèrent comme une obstruction délibérée. Cette méconnaissance des rôles de
chacun génère des temps d’attente suffisamment longs pour que les CPIP aient pris pour
habitude de se munir d’une clé lorsqu’ils se rendent en détention8 ; ces derniers, qui n’ont pas
d’alarme, ont indiqué devoir parfois se rendre dans les étages pour faire quérir une personne
détenue que nul surveillant n’avait appelée ou au contraire être surpris par l’arrivée
impromptue d’une personne qu’ils n’attendaient pas. Le rapport du comité technique
paritaire local du 12 juillet 2011 fait état d’un problème comparable rencontré par l’UCSA.
D’autres intervenants au contraire, notamment des partenaires extérieurs, ont dit être
correctement reçus par des surveillants qui respectaient leur travail et leur facilitaient la
tâche.
2.1.2.3 Les relations avec la PJJ
Le service de la protection judiciaire de la jeunesse (PJJ) est présent au sein du quartier
des mineurs. La direction de ce service se félicite de la qualité des relations entretenues avec
le directeur de la maison d’arrêt, décrit comme particulièrement attentif aux conditions de
détention des mineurs et aux relations avec leurs familles, qu’il reçoit systématiquement dans
les quinze jours de l’incarcération du mineur, en présence de l’équipe qui en a la charge9.
Les surveillants du quartier – quatre personnes dédiées à une brigade, recrutées en
fonction de « leur profil » – et les éducateurs de la PJJ louent également la qualité de leurs
relations, basées sur la confiance et la complémentarité. Ensemble, ils ont élaboré un guide
arrivant mineurs où chaque chapitre – accueil, cellule, santé, enseignements, parloirs… – est
abordé sous l’angle des droits et devoirs.
Le directeur les réunit une fois par semaine pour faire le point sur la situation de chaque
mineur. Par ailleurs, une fois par mois à l’issue de la CAP mineurs – présidée alternativement
par un des trois juges des enfants – une réunion « fil rouge » permet d’aborder avec tous les
partenaires la situation de chaque jeune.
Il n’existe pas de relations entre le SPIP et la PJJ, notamment au moment du passage à la
majorité.
2.1.3 La gestion de la sur-occupation
Au jour du contrôle, la maison d’arrêt comptait 116 personnes condamnées en détention
(y compris les mineurs et les semi-libres) ainsi réparties :
• moins de six mois d’emprisonnement : 44 ;
• entre six mois et un an d’emprisonnement : 44 ;
• entre un an et trois ans d’emprisonnement : 23 ;
8
Il a été indiqué aux contrôleurs, au lendemain de la visite, que la direction du SPIP avait décidé de mettre fin à
cette pratique.
9
Surveillant, éducateur, enseignant, psychologue.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
16
• entre trois ans et cinq ans d’emprisonnement : 1 ;
• entre cinq ans et dix ans d’emprisonnement : 2 ;
• entre dix et trente ans de réclusion criminelle : 2.
Cellule du quartier des hommes
Afin de limiter la sur-occupation du quartier des hommes, l’établissement compte sur le
transfèrement des personnes condamnées par la voie de la procédure d’orientation en
établissements pour peine ou par celle du « désencombrement », mesure décidée par la
direction interrégionale vers d’autres maisons d’arrêt de son ressort.
2.1.3.1 L’orientation
Les contrôleurs ont noté l’ouverture, par le greffe de la maison d’arrêt, d’un dossier
d’orientation pour chaque personne condamnée majeure dont le reliquat de peine est
supérieur à neuf mois d’emprisonnement. Ce seuil – très en deçà du seuil légal des deux
années de reliquat de peine – a été fixé par la direction interrégionale dans une « charte des
transferts en affectation » dont la dernière mise à jour date du 12 décembre 2011. Il en a été
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
17
ainsi afin de soumettre davantage de dossiers de personnes condamnées à la commission
interrégionale d’orientation (CIO) qui se réunit deux fois par mois. Concernant les mineurs
condamnés, les dossiers sont ouverts lorsque le reliquat de peine est supérieur à trois mois.
Le greffe assure le suivi des dossiers d’orientation de l’ouverture jusqu’au transfèrement
de la personne. L’examen du cahier de suivi montre que les différents services de
l’établissement sont diligents pour la phase d’instruction, de même que le juge de
l’application des peines et le parquet auxquels les dossiers d’orientation sont transmis pour
avis. Au moment du contrôle, cinquante-neuf personnes détenues à la maison d’arrêt de
Reims avaient un dossier d’orientation en cours.
La décision d’affectation en attente de transfèrement depuis le plus longtemps datait du
30 juin 2011, soit depuis presque huit mois ; elle concernait une personne en fin de peine en
2017, dont le dossier d’orientation avait été ouvert en février 2011 et transmis à la direction
interrégionale en avril suivant. Il a été indiqué que le délai moyen d’attente pour rejoindre cet
établissement – le centre de détention de Liancourt (Oise) – était de vingt-cinq mois après la
décision d’affectation, ce qui donne une perspective pour cette personne d’un départ… en
juillet 2014.
Les contrôleurs ont examiné la situation des trois autres personnes condamnées aux
peines les plus longues : la première affectée en janvier 2012 avait un transfèrement prévu
dans les jours suivants ; un projet d’aménagement de peine était en cours pour la deuxième ;
après s’être désistée d’un pourvoi en cassation initialement formé, la troisième était en
attente de la décision de la cour de cassation prenant acte de ce désistement, préalable
nécessaire à la transmission d’un dossier d’orientation à la direction interrégionale. De
manière opportune, le greffe avait procédé à l’instruction du dossier d’orientation de façon à
pouvoir le transmettre dès réception de la pièce judiciaire manquante.
Selon la charte évoquée plus haut, lorsque le transfèrement d’une personne affectée est
possible, les services de la direction interrégionale contactent la maison d’arrêt et le SPIP
« afin de connaître s’il existe des obstacles s’opposant au transfert ». Des critères définissent
les personnes « insusceptibles d’être transférées » liés à des démarches d’insertion en cours
(par exemple, un examen scolaire en préparation), à la situation médicale, à une situation
personnelle ou familiale spécifique et à des mesures d’aménagement de peine : permission de
sortir programmée, démarches en vue d’un projet « sérieux » d’insertion, audience fixée par
le tribunal pour l’examen d’une requête en aménagement de peine.
Cette politique régionale d’orientation des condamnés a permis en 2011 le transfèrement
en établissements pour peine de quatre-vingt-cinq personnes qui ont été affectées, pour la
plupart, en centre de détention, essentiellement à Villenauxe-la-Grande (Aube) et à
Montmédy (Meuse).
2.1.3.2 Le désencombrement
La seconde voie pour maîtriser la sur-occupation de l’établissement est celle du
transfèrement par désencombrement en direction d’autres maisons d’arrêt de la direction
interrégionale.
Comme pour l’orientation, une « charte des transferts en désencombrement » a été
définie par la DISP. « Au regard du taux d’encombrement de l’établissement (seuil critique
atteint) et des perspectives (libérations, affectations programmées…) », l’établissement ou la
DISP prend l’initiative d’organiser un transfèrement. Le « seuil critique » mentionné par la
charte n’est pas défini.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
18
Un dossier de demande de désencombrement analogue au dossier d’orientation est
constitué.
Les critères du désencombrement sont les suivants : reliquat de peine compris entre six et
neuf mois10, absence de formation en cours, d’examen scolaire en préparation ou de
permission de sortir programmée, priorité aux personnes « isolées ou ayant peu de visite »,
absence de suivi psychologique ou de prise en charge somatique ne pouvant être poursuivie
dans un autre établissement, absence d’incidents disciplinaires majeurs ou répétés. Le
transfert n’est pas envisagé si un projet « sérieux » d’insertion est en cours, a fortiori
lorsqu’une audience judiciaire est programmée pour un aménagement de peine.
La charte prévoit que l’information doit être donnée à la personne « le jour de son départ
au plus tard » ; le transfèrement doit concerner un maximum de cinq personnes ; les
transfèrements vers le même établissement d’accueil doivent être espacés d’au moins deux
semaines.
En 2011, il a été procédé à onze transfèrements de désencombrement pour un total de
trente-sept personnes. Sept transferts concernant vingt-six personnes ont eu lieu dans les
cinq premiers mois de l’année, principalement en direction des maisons d’arrêt de Châlonsen-Champagne, Auxerre et Charleville-Mézières ; aucun transfert n’a été organisé entre le 18
juillet et le 24 novembre ; lors de ce dernier transfert qui concernait quatre personnes, la
direction interrégionale a ordonné le retour, cinq jours plus tard, de trois d’entre elles pour
non respect des dispositions de la charte par la maison d’arrêt de Reims qui a dû aller les
rechercher à Châlons-en-Champagne.
Il a été indiqué aux contrôleurs qu’un nombre important de personnes condamnées
formaient des demandes d’aménagement de peine afin de ne pas être ainsi transférées.
L’administration ne recourt pas à la procédure du désencombrement pour des personnes
ayant vocation à quitter l’établissement dans le cadre de l’orientation et qui pourraient
attendre cette échéance dans une autre maison d’arrêt. Par ailleurs, les magistrats de Reims
ne placent pas directement en détention à Châlons-en-Champagne, qui ne connaîtrait pas la
même situation de sur-occupation11, notamment les personnes condamnées dans le cadre de
la comparution immédiate.
Au moment du contrôle, aucun condamné n’exécutait sa peine dans le cadre de la
surveillance électronique de fin de peine (SEFIP). Selon les informations recueillies, depuis la
création de ce dispositif par la loi, le procureur de la République n’y aurait eu recours qu’à une
seule reprise, le SEFIP n’étant pas exploité comme un outil de régulation de la sur-occupation
de la maison d’arrêt.
10
Le reliquat inférieur à six mois est possible si la personne n’est pas concernée par une mesure de surveillance
électronique de fin de peine (SEFIP).
11
Cet établissement a été visité par le contrôle général en mai 2011.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
19
2.2 La vie quotidienne des personnes détenues
2.2.1 L’arrivée et l’affectation
Le rapport de la précédente visite avait mis en exergue certains dysfonctionnements dans
le processus « arrivants » ; il était notamment relevé que les nouveaux n’étaient pas
systématiquement placés dans la cellule affectée à cet effet et que les critères d’affectation notamment la séparation entre prévenus et condamnés - n’étaient pas respectés (conclusion
n° 3).
Dans sa réponse datée du 10 mai 2010, le garde des sceaux soulignait l’amélioration du
processus, notamment grâce à la création, en 2009, d’un livret d’accueil et à la création d’une
deuxième cellule dédiée. Il évoquait une procédure de labellisation de l’accueil arrivants,
programmée pour 2011.
2.2.1.1 La procédure « arrivants »
Au moment de la visite des contrôleurs, le processus de labellisation de prise en charge
des arrivants était sur le point de s’achever ; l’établissement mettait au point les derniers
détails en prévision d’un audit privé attendu le 20 février 2012.
A cet effet, plusieurs mesures ont été prises depuis la précédente visite des contrôleurs :
arrivant ;
un des trois parloirs avocats a été supprimé pour créer une salle d’attente
une cabine d’une superficie d’1 m² a été aménagée en local de fouille ; elle est
dotée d’un banc, d’un tapis en plastique, de patères et d’une porte ;
l’ensemble du paquetage est remis à l’arrivant dans un caisson en plastique avec
couvercle ;
le dépôt d’effets personnels à la fouille fait l’objet d’un reçu dont un exemplaire
est remis à l’arrivant ;
un ensemble de sous-vêtements neufs – chaussettes, T-shirt, caleçon – lui est en
principe systématiquement remis ;
en cas d’arrivée tardive, un repas chaud est proposé, composé de barquettes à
réchauffer au four à micro-ondes.
Livret d’accueil. Chaque arrivant se voit remettre un exemplaire du livret réalisé par la
direction centrale de l’administration pénitentiaire intitulé « Je suis en détention » 4ème
édition, ainsi qu’une note d’information sur les activités (« musique, journal interne, peinture,
Génépi [théâtre, langue] »). Il a été présenté aux contrôleurs un document en projet intitulé
« Guide arrivant édition 2012», non encore distribué.
Les prévenus et les condamnés qui sont encore sous délai d’appel ne sont pas autorisés à
passer un coup de téléphone au moment de leur mise sous écrou. Il a été dit aux contrôleurs
que les conseillers du SPIP pouvaient prendre des messages pour informer des proches.
Selon les informations données aux contrôleurs au moment de leur visite, il n’est pas
prévu de cantine pour les arrivants. Dans sa réponse au rapport de constat, le directeur a
écrit : « les arrivants ont dans leur caisse un bon de cantine arrivant ; les personnes écrouées
avec moins de dix euros se voient en outre remettre un bon de cantine spécial indigent
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
20
comprenant les produits basiques (tabac, briquet, Ricoré, pâte à tartiner etc..) livrés dans les
vingt-quatre heures, hors week-end ».
Comme il a été indiqué plus haut, chaque nouvel arrivant reçoit en principe une paire de
chaussettes, un caleçon et un T-shirt. Les contrôleurs ont rencontré une personne présente au
quartier des arrivants depuis cinq jours, qui n’avait reçu pour tout linge propre qu’une paire
de chaussettes, le matin même.
Le quartier des arrivants est composé de trois cellules réaménagées, dont une au
quartier des mineurs.
Située au rez-de-chaussée au premier étage, chacune des deux cellules du quartier des
hommes majeurs, fraîchement repeinte, est équipée d’une douche fermée avec un rideau
tout neuf et comporte quatre lits superposés deux à deux, une table, quatre tabourets, une
armoire, un téléviseur, une poubelle et, depuis une semaine avant l’arrivée des contrôleurs,
une bouilloire. L’ensemble des équipements est neuf.
Les contrôleurs ont constaté que l’eau de la douche était froide. Dans sa réponse écrite,
le directeur précise que « le codétenu de cette cellule – 115 – avait fermé la vanne d’eau
chaude ».
La fenêtre est obturée par une feuille de métal déployé qui laisse la lumière entrer dans la
pièce.
Tout arrivant est placé en surveillance spéciale pendant quinze jours ; en particulier, les
quatre rondes de la nuit donnent lieu à un contrôle de la cellule par l’œilleton.
Un emploi du temps des arrivants a été affiché sur la porte de chacune des deux cellules :
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
21
Matin
Vendredi
Ap-midi
Matin
Samedi
Ap-midi
Dimanche
Matin
Ap-midi
Matin
Lundi
Ap-midi
Matin
Mardi
Ap-midi
Matin
Mercredi
Ap-midi
Matin
Jeudi
Ap-midi
Heures
Activités
Audiences
08h30-09h30
10h45-11h15
13h00-14h00
Promenades
Bibliothèque
Promenades
Direction, gradés, SPIP, UCSA, RLE, vestiaire
Direction, gradés, SPIP, UCSA, RLE, vestiaire
08h30-09h30
10h45-11h15
13h15-17h05
Promenades
Bibliothèque
Parloirs
08h30-09h30
Promenades
08h30-09h30
10h45-11h15
13h00-14h00
13h45-16h55
Promenades
Bibliothèque
Promenades
Parloirs
08h30-09h30
10h45-11h15
13h00-14h00
Promenades
Bibliothèque
Promenades
08h30-09h30
10h45-11h15
13h00-14h00
13h45-16h55
Promenades
Bibliothèque
Promenades
Parloirs
08h30-09h30
10h45-11h15
Promenades
Bibliothèque
Affectation
en cellule
Direction, gradés, UCSA
Gradés
Direction, gradés, UCSA
Gradés
Direction, gradés, SPIP, UCSA, RLE, vestiaire
Direction, gradés, SPIP, UCSA, RLE, vestiaire
Direction, gradés, SPIP, UCSA, RLE, vestiaire
Direction, gradés, SPIP, UCSA, RLE, vestiaire
Direction, gradés, SPIP, UCSA, RLE, vestiaire
Direction, gradés, SPIP, UCSA, RLE, vestiaire
Direction, gradés, SPIP, UCSA, RLE, vestiaire,
commission pluridisciplinaire unique (CPU)
Direction, gradés, SPIP, UCSA, RLE, vestiaire,
commission pluridisciplinaire unique (CPU)
Il est précisé au bas du tableau : « Votre affectation en cellule peut être décalée d’une
semaine suivant le jour de votre arrivée à l’établissement ».
En principe, tout arrivant est placé au quartier des arrivants, son affectation en détention
étant décidée lors de la commission pluridisciplinaire unique (CPU) hebdomadaire, qui se
tient chaque jeudi.
Les contrôleurs ont examiné les comptes rendus des dernières CPU ; cinq commissions
ont été organisées en septembre 2011, une en octobre, quatre en novembre et trois en
décembre, soit treize commissions en dix-sept semaines. Y participaient un membre de
l’encadrement, un membre du SPIP, un médecin, un infirmier, un enseignant et un membre
du centre d’aide et de soins aux toxicomanes (CAST) ; les cas les plus anciens concernaient des
personnes arrivées depuis neuf jours.
Au moment de la visite des contrôleurs, la durée du passage au quartier des arrivants
dépendait essentiellement du flux d’arrivants. Régulièrement, un arrivant quitte ce quartier
pour être placé sans délai dans une cellule dont tous les lits sont occupés, avec un matelas
posé à même le sol.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
22
Les contrôleurs ont examiné la situation des soixante-sept derniers arrivants du
quartier des hommes majeurs :
deux ont été directement placés en cellules sans passer par le quartier des
arrivants ;
huit ont été placés le jour de leur arrivée sans passer une nuit au quartier des
arrivants ;
-
dix-sept ont passé une nuit au quartier des arrivants ;
-
quinze y ont passé deux nuits ;
-
six y ont passé trois nuits ;
-
cinq y ont passé quatre nuits ;
-
trois y ont passé cinq nuits ;
-
six y ont passé six nuits ;
-
un y a passé huit nuits ;
-
un y a passé neuf nuits ;
trois étaient toujours au quartier des arrivants, respectivement depuis six, sept et
quinze jours.
Il est donc constaté que durant cette période, allant du 15 novembre 2011 au 6 février
2012, soixante-deux arrivants sur soixante-sept ont quitté ce quartier moins d’une semaine
après leur écrou, les trois quarts étant restés moins de trois jours.
Le directeur fait valoir à ce sujet que le nombre important des arrivants conduit à une
durée maximum de séjour de quatre jours. Il fait également valoir d’autres observations sur le
sujet, reportées dans le chapitre relatif au SPIP (cf. infra 2.2.8.1).
2.2.1.2 Critères d’affectation
Les critères d’affectation suivants sont respectés « dans la mesure où la surpopulation le
permet » :
-
séparation entre prévenus (deuxième étage) et condamnés (troisième étage) ;
-
séparation des fumeurs et non-fumeurs ;
-
mise à l’écart des « jeunes majeurs », âgés de moins de 21 ans, voire, si possible,
moins de 25 ans ;
-
mise à l’écart des « vulnérables » ou personnes dites « spécifiques » : il s’agit
essentiellement des personnes incarcérées pour affaires de mœurs ;
-
regroupement des travailleurs dans quatre cellules du premier étage : trois cellules
avec quatre lits et une avec trois lits.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
23
Au moment de la visite des contrôleurs la moitié des cellules du deuxième étage était
occupée à la fois par des prévenus et des condamnés. Dans sa réponse écrite, le directeur fait
valoir que, accueillant deux fois plus de condamnés que de prévenus, l’établissement n’a pas
la capacité d’héberger tous les condamnés au troisième étage ; pour éviter des matelas au sol,
le choix a été fait de laisser les prévenus devenus condamnés dans leur cellule, jusqu’à ce
qu’une place se libère ; au jour de la réponse – 22 novembre 2012 – la situation concernait
sept cellules.
Le logiciel GIDE contient un mode de classement appelé CCR (Consignes comportement
régime) permettant de répertorier les personnes par critères.
Au moment de la visite des contrôleurs, les critères et nombres de personnes concernées
par les CCR sont les suivants : « agressif » (2), « mesure de sûreté » (1), « préparatif
d’évasion » (1), « première incarcération » (32), « suivi médical » (49), « alcoolique
anonyme » (18), « tentative de suicide » (6), « automutilation » (2), « agression sur
codétenu » (4), « trouble du comportement » (3), « déjà incarcéré » (97), « dépressif » (10),
« toxicomane » (15), « mise en surveillance spécifique » (53), « ne pas mettre en cellule seul »
(1), « mineur » (3), « homonyme » (2), « courrier à transmettre au juge d’instruction » (6),
« médiatique » (1), « fumeur » (137), « non-fumeur » (22), « escorte n°2 » (3), « escorte n°3 »
(2), « à séparer de » (28), « régime sans porc » (80), « régime végétarien » (4), « régime
diabétique » (1), « régime » (2), « régime sans poisson » (3).
Certains critères affichent des nombres de personnes concernées qui sont manifestement
non fiables :
il est indiqué 32 personnes en première incarcération et 97 déjà incarcérées pour
une population carcérale de près de 180 personnes ;
-
la liste mentionne trois mineurs alors qu’ils sont six placés sous écrou ;
137 personnes sont déclarées fumeurs et 22 non-fumeurs, soit un total inférieur
au nombre de personnes incarcérées.
2.2.2 Les conditions matérielles de vie
Elles concernent les locaux, la restauration, la cantine et les ressources des personnes
détenues.
2.2.2.1 Les locaux
Concernant les locaux, les contrôleurs avaient relevé, à l’issue du précédent rapport, que
l’installation de pare-vue aux fenêtres du 3ème étage, côté rue Battesti, empêchait la lumière
naturelle d’éclairer les cellules et interdisait à ses occupants toute vision du ciel.
Dans sa réponse aux observations, le garde des sceaux indiquait : « la direction de
l’administration pénitentiaire ayant défini en 2009 une nouvelle norme de caillebotis afin de
favoriser un apport optimal de lumière dans la cellule, les études techniques relatives au
remplacement des anciens caillebotis de la maison d’arrêt de Reims seront réalisées en 2010,
pour une mise en œuvre en 2011 ».
Au jour de la visite – février 2012 – les fenêtres concernées comportaient toujours une
quadruple obturation : des barreaux, du métal déployé, un caillebotis et des volets pare-vue.
La lumière pénètre très difficilement.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
24
Dans sa réponse écrite, le directeur indique qu’il s’agit non d’une quadruple mais d’une
triple obturation par barreaux, caillebottis et volets pare-vue, précisant que la majorité des
cellules n’étaient pourvues que d’une double obturation par barreaudage et caillebottis.
Fenêtre équipée d’une quadruple obturation
Le directeur précise que, « depuis septembre 2012, tous les pares-vues présents côté rue
Battesti ont été retirés ».
Concernant l’équipement des cellules, le rapport issu de la première visite avait souligné
leur piètre qualité – mobilier manquant ou défectueux – et le coût élevé de la location des
téléviseurs et réfrigérateurs (16 € par mois et par personne) ; il avait plus particulièrement
relevé la nécessité de doter les cellules de plaques chauffantes au lieu et place des pastilles
susceptibles de provoquer des réactions allergiques.
Le garde des sceaux a fait valoir qu’une visite de la sous-commission départementale de
sécurité, intervenue en janvier 2010, avait estimé que la présence de nombreuses multiprises
électriques, notamment dans les cellules, constituaient un risque que les plaques chauffantes
augmenterait.
De fait, les plaques électriques étaient toujours interdites d’emploi dans les cellules au
jour de la visite. Les pastilles en vente à la cantine étaient peu utilisées ; on trouve de
nombreuses « chauffes » bricolées avec une mèche trempant dans de l’huile.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
25
Chauffe artisanale
Les seules rallonges électriques disponibles à la cantine sont des prises multiples avec un
câble d’1 m de long ; parfois on trouve dans des cellules des montages faits de plusieurs
rallonges branchées en série et courant par terre voire pendantes depuis une prise murale
située en hauteur.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
26
Branchement électrique
Nombre de murs sont dans un état de dégradation important.
Humidité murale
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
27
Dans sa réponse écrite, le directeur précise que deux murs de cellule et une salle de
douche avaient été endommagés suite à une fuite de toiture, dommages auxquels il a été
remédié depuis la visite grâce au remplacement de l’adjoint technique, absent depuis 2010 ; il
ajoute qu’un programme de rénovation interne de l’ensemble des cellules va être mis en
place.
Les contrôleurs ont fait le point des tabourets, placards et oreillers dans l’ensemble des
cellules du troisième étage. Considérant que toute personne détenue doit pouvoir disposer
d’un oreiller, un tabouret et, hormis celles placées momentanément sur un matelas au sol, un
placard, il manquait quarante-et-un oreillers – près de la moitié –, dix tabourets et vingtquatre placards – pratiquement un par cellule. Deux tables avaient un pied cassé ou
manquant ; elles étaient bloquées en glissant deux pieds solides entre le mur et le tuyau
faisant office de radiateur.
Dans sa réponse écrite, le directeur fait valoir :
-
que le manque d’oreillers et de tabourets a été comblé depuis la visite des
contrôleurs ;
-
que l’inadéquation entre le nombre de lits et celui des placards résulte de l’ajout de
lits depuis une dizaine d’années afin de répondre à la surpopulation et éviter les
matelas au sol ; il précise que la dimension des cellules ne permet pas de poser
davantage de placards.
Chaque cellule dispose d’un téléviseur et la plupart des cellules ont un réfrigérateur. Le
coût de la location, partagé entre les occupants de la cellule, est de huit euros pour chaque
appareil.
Dans le cadre de la lutte contre le suicide, une cellule qui comportait quatre lits a été
condamnée pour être transformée en « cellule de protection d’urgence » (CProU) destinée à
recevoir pendant quelques heures une personne présentant des risques importants de
suicide. Au moment de la visite des contrôleurs, elle était en cours de validation. Elle
comporte notamment une caméra de télésurveillance dont l’écran est situé dans le poste de
la porte d’entrée. La personne qui y est placée fait l’objet d’une fouille intégrale et lui sont
retirés « ses effets personnels ainsi que tout objet ou substance au moyen duquel la personne
détenue pourrait mettre en danger sa propre intégrité ».
La CProU aurait déjà été utilisée deux fois pendant quelques heures. Il a été dit aux
contrôleurs que consigne avait été donnée au surveillant du poste de la porte d’entrée de
garder les yeux fixés sur l’écran en permanence.
2.2.2.2 La restauration
Concernant la restauration, il avait été relevé que l’organisation de la distribution des
repas ne permettait pas d’assurer des repas chauds dans toute la détention.
Le garde des sceaux avait répondu que les repas étaient acheminés par des norvégiennes
assurant une conservation correcte des températures.
Au jour de la visite, il a été constaté que, les repas étant apportés dans de grands plats
dont certains ne comportaient pas de couvercle, les derniers servis mangeaient froid. Afin
d’éviter que ce soient toujours les mêmes, la distribution se fait dans un sens à midi et dans
l’autre le soir.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
28
Les auxiliaires chargés de distribuer le repas ont expliqué aux contrôleurs qu’en l’absence
de plaques chauffantes, ils étaient contraints de manger froid.
Dans sa réponse au rapport de constat, le directeur conteste ce dernier élément,
affirmant que les assiettes des auxiliaires en charge de la distribution des repas sont gardées
au chaud dans les cuisines et récupérées par les intéressés à l’issue de leur travail.
2.2.2.3 La cantine
La cantine avait fait l’objet d’une remarque positive à l’issue de la première visite,
s’agissant de la mise au point d’un dispositif de gestion permettant de modifier les prix et le
contenu des bons d’une semaine sur l’autre, en fonction des disponibilités.
Selon les indications fournies aux contrôleurs lors de la deuxième visite, les produits de la
cantine sont revendus avec une marge de 2 % à l’exception des tabacs et magazines, vendus à
prix coûtant.
2.2.2.4 Les ressources financières
Durant l’année 2011, les recettes sur les comptes nominatifs ont été réparties de la façon
suivante :
-
Total
Mandats
210 249,68 €
Virements bancaires
50 059,12 €
Dépôts (liberté, permission, transfert,…)
55 280,97 €
Travail
41 731,77 €
Pension retraite
327,82 €
Pourcentage
70,9 %
15,0 %
11,4 %
« Aide indigence Art. 31 »
5 900,00 €
1,6 %
« Recettes diverses »
1 920,36 €
0,5 %
Dons
1 419,00 €
0,4 %
883,61 €
0,2 %
367 772,33 €
100 %
« Recettes exceptionnelles »
Total
-
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
29
Sur la même période, les dépenses sur les comptes nominatifs ont été les suivantes :
-
Total
Cantines
Pourcentage
270 390,24 €
Achats extérieurs
66,5 %
3 566,21 €
Départs (liberté, permission, transfert, …)
72 397,37 €
17,6 %
« Dépenses diverses »
40 555,04 €
9,8 %
Téléphone
19 391,38 €
3,2 %
Mandats
5 462,13 €
1,3 %
Parties civiles
1 065,00 €
0,3 %
485,76 €
0,1 %
Amende pénale
90,00 €
(ε)
Vaguemestre
89,54 €
(ε)
Saisie au profit du Trésor
Total
413 492,67 €
100 %
-
Au 7 février 2012, selon la « liste du pécule des détenus » telle qu’elle apparaissait dans
le logiciel GIDE, l’état du pécule des personnes détenues hébergées en zone de détention –
c'est-à-dire hors placement sous surveillance électronique (PSE), chantier extérieur et semiliberté (QSL) –, dans ses trois composantes, était le suivant :
-
Disponible
Montant la plus faible
Montant le plus
important
Part
disponible
Nombre de
détenus
Libération
Parties civiles
Total
0€
0€
0€
0€
569,91 €
722,32 €
1 284,24 €
2 064,49 €
0€
0,01
à 50 €
50,01 à
100 €
100,01 à
500 €
500,01 à
1 000 €
Plus de
1 000 €
6
101
35
47
2
0
3%
53 %
18 %
25 %
1%
0%
-
Ce jour-là, 107 personnes, soit plus de la moitié de la population carcérale, disposaient
de 50 euros ou moins, c'est-à-dire qu’elles étaient susceptibles d’être considérées comme
personnes dépourvues de ressources.
2.2.3 Les activités
2.2.3.1 Le travail et la formation professionnelle
Le premier rapport soulignait l’insuffisance du travail et l’absence de formation
professionnelle. Au moment de la première visite, seuls 18% de la population pénale
bénéficiait d’un poste de travail (quatorze en cellules et vingt au service général).
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
30
Dans son courrier daté du 10 mai 2010, le ministre de la justice a répondu qu’une zone
d’atelier était en construction et serait opérationnelle en juin 2010 et qu’une formation
« HACCP » venait de débuter.
Concernant le travail. Au moment de la visite des contrôleurs, il n’y avait pas de travail en
cellule. La zone atelier évoquée par le ministre n’était pas opérationnelle mais en cours de
finition et « devait être prête à recevoir jusqu’à douze travailleurs avant la fin du mois de
février 2012 ».
Un « gérant des ateliers » a été recruté début 2012. Dans un premier temps, il est chargé
de prospecter auprès des entreprises de la région sans être rémunéré ; une fois qu’il aura
trouvé du travail à confier aux personnes détenues, il en assurera l’organisation et se verra
verser un salaire proportionnel à la production. « La recherche commerciale est rendue
difficile par les avantages offerts aux entreprises qui font travailler les CAT12 dans le cadre des
dispositions de soutien aux travailleurs handicapés ».
Il a été indiqué aux contrôleurs que « le développement de l’activité au sein des ateliers
n’ouvrait pas droit à l’ouverture d’un poste supplémentaire de personnel surveillant pour
assurer la garde des opérateurs de l’atelier [car], dans l’organigramme théorique des
premiers surveillants, la fonction de premier surveillant atelier est déjà comptabilisée ».
Dans sa réponse écrite, le directeur indique qu’il n’a jamais été prévu qu’un premier
surveillant prenne en charge les ateliers, ce poste étant, au jour de sa réponse, occupé par un
surveillant.
Le nombre d’heures indiqué sur la fiche de paie est sans rapport avec l’activité réelle, les
travailleurs du service général étant tous rémunérés à la journée.
Concernant la formation professionnelle, au jour de la visite, une formation en hygiène
alimentaire du type HACCP (hazard analysis critical control point), non rémunérée, était
effectivement dispensée à toutes les personnes détenues travaillant en cuisine et assurant la
distribution des repas ainsi qu’aux buandiers et à quelques volontaires.
En 2011, trois sessions ont été organisées pour des groupes de douze personnes sous la
direction du technicien chargé de la cuisine.
En janvier 2012, dix-neuf personnes occupaient des postes de service général. Selon
l’examen de leur fiche de paie, la situation peut être ainsi présentée :
12
CAT : Centres d’aide par le travail, devenus « établissements et services d’aide par le travail » (ESAT)
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
31
Nombre
Salaire net
janvier
Nombre
d’heures
Nombre
de jours
Salaire
horaire
1
194,81
168
21
1,16
9,28
1
127,05
80
10
1,59
12,71
1
211,75
200
25
1,06
8,47
2
211,75
200
25
1
84,70
80
10
1
245,63
168
21
1,46
11,70
1
127,05
80
10
1,59
12,71
1
238,98
168
21
1,42
11,38
2
1
84,70
80
10
1,06
8,47
3
1
177,87
168
21
1,06
8,47
3
1
211,75
200
25
1,06
8,47
1
1
347,27
200
25
1,74
13,89
143,99
136
17
1,06
8,47
Auxi QSL
1
177,87
168
21
1,06
8,47
3
Chef cuisine
1
380,75
200
25
1,90
15,23
1
Auxi maintenance
2
238,98
168
21
1,42
11,38
2
Auxi bâtiment administratif
1
177,87
168
21
1,06
8,47
3
Poste
Aide auxi d’étage
Auxi d’étage
Bibliothécaire
Buandier
Auxi Greffe-Parloir
Cuisinier
1,06
Salaire
journalier
Classe
3
8,47
3
8,47
3
3
2.2.3.2 Les activités sportives et culturelles
A propos de l’ensemble de ces activités, le premier rapport soulignait une absence de
définition des critères d’accès, générant un sentiment d’arbitraire.
Le garde des sceaux, ministre de la justice a répondu que l’utilisation du logiciel GIDE
permettait désormais aux détenus de s’inscrire aux activités et d’y accéder par ordre
d’ancienneté, sauf profil particulier exigeant une priorité ; s’agissant des activités ponctuelles,
il a été indiqué que les listes étaient arrêtées en concertation avec le SPIP.
Concernant le sport, il était en outre observé dans le premier rapport que le poste de
moniteur de sport n’était pas pourvu, qu’un éducateur sportif intervenait de manière
insuffisante et que les personnes détenues pratiquaient la musculation sans encadrement,
dans une salle munie d’appareils en état précaire.
Le ministre a répondu que le poste de moniteur sportif serait pourvu en juin 2010.
Au moment du contrôle, quatre espaces étaient utilisés pour permettre aux personnes
détenues de sortir à l’air libre, indifféremment pour s’aérer ou pour faire du sport : la cour des
majeurs, la cour des mineurs, le terrain de sport et la cour du quartier de semi-liberté. Au
milieu de ces quatre cours, un agent assure la surveillance depuis une guérite ; quelques
caméras permettent de visualiser les « angles morts ».
Au moment de la visite, le moniteur de sport était en congé de maladie et des séances de
sport avaient lieu sans moniteur.
Les personnes détenues étaient enfermées dans la salle de musculation sans
surveillance ; cette salle est équipée de quatorze appareils en bon état ainsi que d’une barre
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
32
fixe, une échelle de gymnastique, un miroir de 8 m de côté, un urinoir et un lavabo donnant
de l’eau froide.
Selon les indications portées dans le projet de « Guide arrivant », « les plannings de la
salle et du terrain sont affichés à chaque étage ». Au moment de la visite des contrôleurs,
aucun planning n’était affiché à aucun étage.
Le directeur a remis aux contrôleurs plusieurs articles de presse – parus entre mai 2010,
et octobre 2011 – relatant l’intervention d’un club de basket et d’une association de régates
au sein de la maison d’arrêt et à l’extérieur, notamment pour préparer les personnes
détenues volontaires au Téléthon13.
Concernant les activités culturelles, l’établissement dispose d’une salle d’activités unique
située au deuxième étage. Elle n’est pas ouverte les lundis et mercredis après-midi, « le
personnel de surveillance n’étant pas disponible en raison des parloirs ».
Tout au long de l’année 2011, quelques activités ont été proposées par le SPIP :
journal interne : le jeudi de 16h à 17h15 ; sept participants en moyenne pour une
capacité de douze ;
de cinq ;
musique : le lundi de 9h à 10h ; quatre participants en moyenne pour une capacité
peinture : le vendredi de 9h à 11h pour le 2ème étage et le mardi de 13h45 à
15h45 pour le 3ème étage ; cinq participants en moyenne pour une capacité de deux fois
douze ;
initiation au théâtre : le mercredi de 9h à 10h30 avec un bénévole du GENEPI
(groupement étudiant national d’enseignement aux personnes incarcérées) ;
initiation langue : les mardis et jeudis de 15h à 16h avec un bénévole du GENEPI
(anglais, espagnol, allemand).
Dans sa réponse écrite, le directeur explique que l’organisation d’activité les lundis et
mercredis après-midi n’est pas compatible avec les parloirs qui en perturberaient le
fonctionnement par des entrées et sorties permanentes.
Des activités ponctuelles ont également été organisées :
-
« Autour du livre » : trois ateliers ; sept participants pour une capacité de quinze ;
-
« Composition florale » : cinq ateliers ; dix participants pour une capacité de vingt ;
-
« Hip hop » : quatre stages ; six participants pour une capacité de douze ;
-
Secourisme : un stage ; sept participants pour une capacité de dix ;
-
« Graffiti » : un stage ; six participants pour une capacité de sept ;
cinq.
Concerts : trois concerts ; trente-cinq participants pour une capacité de soixante-
13
Pendant plusieurs semaines, un entraîneur de l’association « les régates rémoises » vient à la maison
d’arrêt pour entraîner les détenus volontaires, grâce à des appareils prêtés par l’association.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
33
Le SPIP participe au fonctionnement de la bibliothèque, en collaboration avec la
médiathèque de Reims, partenaire via une convention signée le 6 juillet 2009. Il est indiqué
que 2 322 ouvrages ont été empruntés en 2010. Le SPIP abonne la bibliothèque aux revues
Géo, le Nouvel Observateur, France football, Sciences et vie et Rebondir.
Dans le cadre de l’éducation à la santé, un spectacle ayant pour thème la violence a été
monté par l’association « Fenêtre sur clown » ; il a été donné devant vingt personnes
détenues et suivi d’un échange. Par ailleurs, vingt séances de yoga ont été suivies par quatre à
cinq personnes.
Dans son bilan annuel, le SPIP indique :
« 2011 a vu une baisse de fréquentation des activités quelle qu’en soit la nature. Cette
baisse reste difficilement explicable. Toutefois certains éléments peuvent être notés :
l’information en détention quant aux activités a été modifiée et s’effectue par
voie d’affichage. Cette nouvelle procédure suppose que les détenus effectuent une démarche
volontaire afin de s’inscrire et prennent l’habitude de lire les affiches ;
le personnel de surveillance semble de plus en plus réticent à la mise en place
d’activités socio-éducatives, indiquant qu’elles représentent un surcroît de travail en termes
de gestion des mouvements en détention ;
l’absence de référent en détention reste problématique et fait reposer le bon
déroulement des activités sur le SPIP uniquement ;
-
la difficulté pour les détenus d’opérer un choix ».
Le directeur a remis aux contrôleurs des articles de presse, parus entre septembre 2010
et juillet 2011, relatant une sortie culturelle à Colombey-les-deux-Eglises ainsi qu’une sortie
« éco-citoyenne au lac du Der durant laquelle les personnes détenues ont nettoyé une zone
naturelle, sous le contrôle de l’office national de la chasse et de la faune sauvage ».
2.2.3.3 La promenade
Les contrôleurs ont examiné le cahier tenu par le surveillant de la guérite qui surplombe
les cours de promenade : entre le 8 janvier et le 8 février 2012, des séances de sport étaient
organisées une à deux fois par semaine le matin et autant l’après-midi, soit trois à quatre
séances par semaine ; durant les week-ends, une séance était organisée le matin et l’aprèsmidi. Deux séances de promenade étaient organisées le matin et l’après-midi ainsi qu’une à
deux séances par jour pour les mineurs.
Tous les jours entre 13h et 14h, la cour de promenade des majeurs est réservée aux
détenus vulnérables et aux auxiliaires ; les arrivants disposent de la cour des mineurs ; durant
ce créneau horaire, les travailleurs du service général peuvent également faire du sport en
salle de musculation les lundis, mercredis, jeudis et sur le terrain extérieur les mardis et
vendredis.
Le cahier du surveillant indiquait onze projections d’objets par-dessus les murs d’enceinte
dans les cours de promenade entre le 14 décembre 2011 et le 8 février 2012 c’est à dire en
cinquante-sept jours, soit plus d’une projection par semaine.
2.2.3.4 Les activités au quartier des mineurs
Le précédent rapport soulignait le peu d’activités organisées au quartier des mineurs. Le
ministre de la justice a fait valoir « qu’une réelle dynamique s’était instaurée » depuis lors
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
34
grâce à des partenariats avec divers clubs sportifs (Reims Champagne Basket et le Comité
régional olympique et sportif) et avec les bénévoles du Groupement étudiant national
d’enseignement aux personnes incarcérées (Genepi), permettant aux mineurs – et aux jeunes
majeurs maintenus au quartier des mineurs – la participation régulière à des activités variées
(sport et « découverte du monde » le samedi, jeux de société le jeudi et, lors des vacances
scolaires, magie, jonglage, contes).
En pratique, les mineurs font du sport deux fois par semaine, le mercredi après-midi avec
un surveillant et le vendredi après-midi avec un intervenant extérieur ; certains surveillants
organisent des séances de sport le week-end. Il est à noter que les surveillants du quartier
mineurs sont manifestement impliqués dans les activités : « on les incite, on est avec eux, on
observe leurs relations, leur comportement… ».
L’éducateur de la PJJ organise en principe une activité cuisine ou arts plastiques le mardi
après-midi ; en pratique, « ça varie avec l’appétence de l’éducateur »… ce qui, au moment du
contrôle, se concrétisait par une activité le mardi toutes les deux à trois semaines. Pendant les
vacances scolaires, la PJJ organise des activités – jonglage, magie, jeu d’échecs – confiées à un
intervenant extérieur. L’éducateur est présent et, déchargé de la mise en œuvre de l’activité,
il peut « recadrer une tête brûlée, repérer le gamin qui va mal… ». Il a été indiqué aux
contrôleurs que « ces activités allaient disparaître, faute de crédits ».
Au moment du contrôle, l’un des mineurs refusait les activités, hormis l’école, par « peur
des autres » a-t-il été indiqué.
On ajoutera également que le maintien des jeunes majeurs au quartier des mineurs,
souligné comme un point positif lors du précédent rapport, semble constituer une pratique
très exceptionnelle. Le directeur indique que ce maintien suppose une demande écrite de
l’intéressé qui, souvent, préfère intégrer le quartier des majeurs pour bénéficier d’autres
activités et pourvoir fumer.
2.2.3.5 L’enseignement
Le précédent rapport avait relevé que le responsable local d’enseignement (RLE) ne
disposait pas d’un bureau en détention et s’interrogeait sur la place de l’enseignement au sein
de l’établissement. Le dispositif concerne essentiellement les mineurs.
2.2.3.5.1 Organisation de la scolarité au quartier des mineurs
Sensiblement analogue à celle qui était en place lors du précédent contrôle, cette
organisation ne distingue pas la situation des mineurs de moins de seize ans pour qui la
scolarité est obligatoire.
Les mineurs sont scolarisés dans le cadre de deux groupes composés chacun de trois
personnes au moment du contrôle. L’emploi du temps prévoit pour les mineurs des heures
d’enseignement tous les matins du lundi au vendredi (français, mathématiques,
histoire/géographie, vie sociale et professionnelle, informatique, sécurité routière) et d’autres
activités trois après-midi par semaine :
-
activités individualisées le lundi sauf en cas d’accueil des arrivants ;
-
bilans individuels, préparation de l’attestation scolaire de sécurité routière (ASSR) et
du brevet d’informatique et d’Internet (B2i), le mercredi ;
-
activités culturelles ou artistiques, le vendredi.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
35
Selon l’emploi du temps fourni, les mineurs inscrits au premier ou au deuxième groupe
reçoivent respectivement 5 heures 30 minutes et 6 heures 15 minutes de cours par semaine,
auxquelles s’ajoutent 2 heures 30 minutes d’activités individualisées. Chaque mineur est donc
pris en charge par l’unité locale d’enseignement pendant 8 heures ou 8 heures 45 minutes,
avec une heure en plus s’il est concerné par l’ASSR et le B2i. Lorsque cela est possible en cas
de faible effectif au quartier des mineurs, ces derniers peuvent être scolarisés sur les créneaux
horaires des deux groupes pour un total de 15 heures 15 minutes. A l’inverse, le lundi aprèsmidi étant un jour de visite, le temps d’enseignement peut donc être réduit en conséquence si
le mineur se rend aux parloirs.
Pour le second semestre de 2011, dix-huit mineurs ont été scolarisés.
Les mineurs ne sont jamais scolarisés avec les majeurs.
Les cours sont dispensés par trois personnes. Deux enseignants masculins du premier
degré exerçant à temps plein – dont un est le responsable local de l’enseignement depuis la
rentrée scolaire 2010/2011 – effectuent 7 heures 50 minutes de service par semaine au
quartier des mineurs et respectivement 14 heures 50 minutes et 10 heures 50 minutes auprès
des adultes. Depuis le précédent contrôle, une professeure des écoles en retraite a rejoint
l’unité locale d’enseignement et assure une vacation de 2 heures 50 minutes par semaine au
quartier des mineurs et de 4 heures 50 minutes auprès des adultes.
Le rapport semestriel d’enseignement de fin 2011 fait état de « jeunes motivés et assidus
en classe ».
La salle de classe du quartier des mineurs est spacieuse et permet un travail dans une
atmosphère paisible. Les enseignants bénéficient de toilettes à proximité, ce qui n’est pas le
cas au quartier des hommes. La salle de classe est équipée en moyens informatiques dont un
appareil est en panne depuis octobre 2011. Le tableau blanc interactif, dernièrement installé,
l’a été dans la salle de classe du quartier des hommes.
Le RLE participe à la réunion « mineurs » organisée chaque lundi matin.
2.2.3.5.2 Conditions de travail du RLE
La conclusion n° 11 du rapport de visite de novembre 2008 indiquait que le responsable
local de l’enseignement ne disposait pas d’un bureau en détention. Dans sa réponse, le garde
des sceaux informait qu’un bureau lui avait été attribué.
Ce bureau se situe à l’intérieur de la salle de classe au deuxième étage du quartier des
hommes. Le RLE le partage avec l’assistante de formation recrutée par l’administration
pénitentiaire pour le repérage de l’illettrisme, présente chaque matin. Si le local est équipé de
deux meubles de bureau, il n’existe en revanche qu’un seul poste informatique permettant la
connexion au réseau (GIDE et CEL), ce qui ne permet pas aux deux personnes de travailler
simultanément dans le bureau. Cette difficulté risque de s’accentuer avec la reprise de
l’activité du canal vidéo interne, annoncée par le chef d’établissement lors de la réunion de
présentation de la mission à l’arrivée des contrôleurs.
Dans sa réponse écrite, le directeur fait valoir que l’assistante de formation exerce sa
mission dans le bureau d’audience du premier étage et ne partage pas son bureau avec le RLE.
Sous réserve de confirmation, il est pris acte d’un tel changement positif d’organisation,
survenu toutefois après la visite des contrôleurs.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
36
2.2.4 Les droits des personnes détenues
Le précédent rapport notait qu’aucun livret d’accueil n’était remis aux arrivants, faute de
coordination entre la direction de l’établissement et le SPIP. Il dénonçait également un
dysfonctionnement de la permanence des avocats, certaines personnes détenues s’étant
plaintes que leurs demandes n’aient pas été transmises à l’ordre.
Le ministre de la justice a répondu qu’un livret d’accueil avait été créé « depuis le second
trimestre 2009 ».
En réalité, au jour de la deuxième visite, seuls étaient distribués le livret édité par la
direction centrale de l’administration pénitentiaire, plus haut cité, ainsi qu’une note
d’information sur les activités accessibles au sein de l’établissement (« musique, journal
interne, peinture, GENEPI [théâtre, langue] »).
Le « guide arrivant » attendait d’être validé pour être remis.
Ce document, dont le directeur indique qu’il a été élaboré par le SPIP en lien avec la
direction et la détention, est rédigé dans un langage simple et renseigne concrètement la
personne détenue sur son quotidien à la maison d’arrêt et sur ses droits :
-
informations relatives au processus qui s’engage à l’arrivée : notion d’écrou, carte
d’identité interne, vestiaire, conditions d’affectation… ;
-
hygiène, restauration et cantine, fonctionnement du compte nominatif (paquetage,
nettoyage de la literie, gestion du linge avec la famille, douche, modalités de
distribution des repas et bons de cantine …)
-
activités : modalités d’inscription travail, culture, enseignement… ;
-
culte : information sur la libre pratique d’une religion, la possibilité de rencontrer un
aumônier catholique, protestant ou musulman ;
-
relations avec l’extérieur (renseignements concernant l’usage du téléphone, les
permis de visite – le guide indique précisément les pièces à fournir et à qui
s’adresser selon la situation pénale -, la correspondance…) ;
-
santé : informations relatives aux soins possibles sur place (infirmiers, dentaires,
psychologiques ou psychiatriques) et à l’extérieur ; suivi des addictions ;
-
application des peines, permissions de sortir et aménagements de peine (rôle du JAP
et de la CAP, modalités de saisine) ;
-
SPIP : rôle et modalités d’intervention ;
-
services d’aide (comment contacter Pôle emploi, l’écrivain public, le Médiateur de la
République14, un visiteur de prison, la ligne téléphonique Croix-Rouge écoute,
« l’avocat-conseil » ; à ce sujet, il est indiqué que des avocats tiennent une
14
Aujourd’hui Défenseur des droits. Il est ainsi dénommé dans le document.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
37
permanence chaque jeudi à la maison d’arrêt pour conseiller sur les problèmes
juridiques autres que l’affaire ayant conduit en détention ; toute demande de
rencontre est à adresser au chef de détention ) ;
-
adresses utiles (notamment TGI, cour d’appel, ordre des avocats, et Contrôleur
général des lieux de privation de liberté) ; il est indiqué à ce propos, dans la rubrique
correspondance, que le courrier est soumis à la censure de l’administration ou du
juge d’instruction, excepté pour les correspondances adressées « à votre avocat, aux
autorités judiciaires et administratives »).
Les contrôleurs ont rencontré le bâtonnier de l’ordre des avocats ainsi qu’un avocat
intervenant régulièrement au sein de l’établissement. Les avocats n’assurent pas
nécessairement une présence physique au sein de l’établissement pour les permanences. Il a
été indiqué que rares étaient les demandes formulées par les personnes détenues : lors de ses
trois dernières permanences, l’avocat rencontré n’avait pas été sollicité. Aucune difficulté n’a
été soulevée, le bâtonnier a loué l’obligeance du greffe et s’est félicité des bonnes relations
entretenues avec la direction. Les personnes détenues – qui ne se sont plaintes de rien – ne se
sont pas plaintes non plus de difficulté relative à l’accès au droit.
Selon les renseignements recueillis, elles adressent en pratique leur demande au greffe,
via le chef de détention, puis le greffe transmet à l’avocat de permanence qui apprécie la suite
à donner ; ces demandes ne sont pas enregistrées.
2.2.5 La santé
Une recommandation du précédent rapport stipulait : « Les détenus ont un accès facile à
l’unité de consultations et de soins ambulatoires (UCSA) mais l’uniformité de la réponse
médicale est soulignée par les détenus ».
En ce qui concerne l’uniformité de la réponse médicale, le ministère de la santé avait
répondu le 11 septembre 2009 : « ce constat n’apporte pas d’observations ni de
recommandations générales dans la mesure où il doit être rappelé que la relation entre le
patient et le médecin dans le cadre d’une consultation médicale est personnelle et
confidentielle ».
Lors de la visite, cette question n’a été soulignée par aucune des personnes détenues
interrogées par les contrôleurs. En revanche, il a été rapporté et constaté que l’infirmière
était systématiquement présente lors de la consultation médicale.
L’accès à l’UCSA reste facile, les patients étant vus à leur demande dans un délai
maximum de 24 heures, en semaine.
Un protocole entre le CHU et la maison d’arrêt datant de la création de l’UCSA en 1994
était en vigueur jusqu’au 20 décembre 2011 date à laquelle a été établi un protocole entre
l’ARS, le directeur interrégional, le directeur du CHU de Reims et le directeur de la MA de
Reims. Il précise les modalités d’intervention et d’organisation du CHU de Reims au sein de la
MA. Il prévoit, également, un protocole complémentaire relatif aux prestations
psychiatriques.
Ainsi, les missions de l’UCSA, définies en référence au code de la santé publique, se
déclinent ainsi : « l’établissement de santé est chargé de dispenser, au sein de l’établissement
pénitentiaire, les soins aux personnes détenues, de participer à l’accueil et au traitement des
urgences et de coordonner les actions de prévention et d’éducation pour la santé. »
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
38
L’établissement de santé assure l’ensemble des prestations ambulatoires relevant de la
médecine générale, les soins dentaires, les consultations spécialisées et de psychiatrie. Il
organise les hospitalisations, effectue les examens tels que radiologiques ou de laboratoire.
Trois étapes sont prises en compte :
l’arrivée de la personne détenue ; il est effectué un bilan de santé systématique
avec un bilan des addictions (alcool, stupéfiants, tabac) ; une prise en charge adaptée peut
être alors être proposée ;
-
en cours de détention (soins définis plus haut) ;
à la sortie de l’établissement pénitentiaire ; « dans le mois précédent la libération,
une visite médicale est systématiquement proposée à chaque personne condamnée. Le suivi
médical du patient est préparé par l’équipe hospitalière dans le cadre du parcours de soins
coordonnés ».
2.2.5.1 L’organisation de l’UCSA et ses locaux
L’équipe de l’UCSA est composée comme en 2009 de :
-
un médecin généraliste pour 0,60 ETP ;
-
trois infirmiers (dont une femme) pour 3 ETP ;
-
un cadre de santé à 0,10 ETP travaillant au CHU ;
-
une secrétaire médicale à 0,50 ETP ;
-
un préparateur en pharmacie à 0,10 ETP ;
-
un manipulateur radio une demi- journée par semaine.
Trois dentistes (contre deux en 2009) sont présents à raison de quatre vacations par
semaine de trois heures chacune le mardi et le vendredi. Ils sont aidés par une assistante
dentaire à 0, 40 ETP. Ils ont effectué 656 actes en 2011 portant essentiellement sur les soins ;
huit patients sont vus chaque jour de consultation, en moyenne. Très peu de prothèses sont
faites. « Leur coût est élevé et le temps moyen d’incarcération ne le permet pas. » Aux jours de
la visite, il est dit que le carnet de rendez-vous est plein jusqu’à fin mars 2012 et que seize
patients-détenus figurent sur la liste d’attente du dentiste.
Un manipulateur radio vient une fois par semaine. L’UCSA dispose maintenant d’une
radio numérique. Les données sont transférées sur le CHU pour l'interprétation. Une radio des
poumons est systématiquement faite aux personnes détenues arrivantes si elles n’en n’ont
pas eue dans les deux ans précédents.
Les horaires d’ouverture de l’UCSA sont :
-
du lundi au vendredi, de 7h30 à 18h30 (de 7h à 18h30 en 2009) ;
les samedis, dimanches et jours fériés de 7h30 à 12h et de 15h20 à 18h (de 7h30 à
12h10 puis de 15h30 à 18h30 en 2009).
Les locaux sont inchangés dans leur disposition.
La porte d’entrée de l’UCSA se ferme de l’intérieur par une targette et de l’extérieur à
l’aide d’une clé que seuls les membres de l’UCSA possèdent. Un double existe ; il a été indiqué
aux contrôleurs qu’il était situé au niveau de la direction, mais « en cas d’incident à l’intérieur,
l’intervention des agents est rendue très difficile » ce qui suscite une inquiétude.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
39
Dans sa réponse écrite, le directeur précise que le double des clés est déposé au greffe et
non dans les locaux de la direction ; il indique qu’en cas d’incident, les officiers et les gradés
ont accès à la boîte sécurisée où les clés sont entreposées.
Les déchets de l’UCSA sont désormais stockés dans un box situé sous l’escalier menant à
la détention. La clé est en possession de l’UCSA.
2.2.5.2 L’activité
Consultations
2009
2010
Médecin généraliste
3 695
3 440
Dentiste
689
619
Psychiatre
258
233
Psychologue
886
679
Soins infirmiers
3 320
Malgré plusieurs demandes, les chiffres de 2011 n’ont pas été communiqués.
Du 1er janvier au 7 février 2012, le nombre total d’actes à l’UCSA est de 775 et concerne les
rubriques suivantes :
Soins infirmiers
147
Médecin
216
Psychiatre
39
Psychologue
114
Groupe de parole
3
Addictologie
12
Prélèvements sanguins
40
Radiographies
48
Dentiste
85
Association CAST15
52
19
Association ANPAA16
Les consultations spécialisées sont effectuées soit au CHU de Reims soit au sein d’un
autre établissement.
15
Centre d’aide et de soins aux toxicomanes.
16
Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
40
La question de l’ophtalmologie est traitée en consultation au CHU ; l’UCSA, ensuite et si
besoin est, commande des lunettes au service des armées à Bordeaux ; il a été rapporté à ce
sujet : « ce sont des lunettes, type lunettes de combat Il n’y a aucun verre progressif ou à
double foyer possible. »
En 2010 il y a eu 96 consultations en ophtalmologie, 70 en cardiologie, 157 en
rhumatologie, 364 en ORL, 243 en gastrologie et 46 en pneumologie.
2.2.5.3 Les autres questions de santé soulevées lors du rapport de 2009
Le sevrage tabagique
Une recommandation du précédent rapport disait : « Le sevrage tabagique est possible à
l’UCSA mais ne respecte pas les préconisations du guide méthodologique de la prise en charge
sanitaire des personnes détenues ».
La réponse du ministère de la santé précisait : « la distribution des substituts nicotiniques
est contrôlée par le médecin de l’UCSA qui vérifie la bonne utilisation des patchs prescrits. Ils
sont délivrés gratuitement aux personnes détenues qui s’engagent dans un processus de
sevrage tabagique médicalement contrôlé. S’il s’avère qu’il est fait commerce de patchs, non
dans le but d’arrêter le tabagisme, mais dans celui de réduire la consommation de cigarettes
dont le prix augmente, leur gratuité est refusée. Cette disposition essentiellement à visée
éducative, ne s’applique toutefois pas aux mineurs et aux indigents, pour lesquels la gratuité
est toujours assurée ».
Les contrôleurs ont pu constater qu’en dépit de cette réponse du Ministère, il n’existait
aucune procédure permettant de distinguer les motivations des personnes souhaitant réduire
ou arrêter leur consommation de tabac.
Aux jours de la visite, plusieurs propositions sont faites aux personnes détenues qui
souhaitent arrêter de fumer. Un atelier d’aide au sevrage tabagique a lieu régulièrement,
animé par une psychologue du Centre d’Alcoologie Consultation de Tabacologie (CACT) et
assistée par un infirmier de l’UCSA. Cet atelier est destiné à aider les patients-détenus à
effectuer une démarche motivée. Une réunion était programmée le 6 mars 2012 sans que l’on
sache s’il y avait ou non des inscrits.
Les régimes alimentaires
Selon une recommandation du précédent rapport : « les régimes diabétiques sont
impossibles à obtenir ». Le ministère de la santé avait répondu que « le médecin de l’UCSA
précise à ce sujet que les régimes sans sel, sans gluten ou pour personnes diabétiques sont
pris en compte par l’établissement pénitentiaire dans la mesure où ils sont médicalement
prescrits ».
Le rapport d’activité de l’UCSA pour 2010 souligne : « la seule difficulté de prise en charge
thérapeutique concerne les diabétiques insulino-requérants, compte tenu des difficultés
d’équilibre du diabète (tenir compte du manque d’activité, les repas mis dans une petite plage
horaire et l’absence de souplesse des régimes) ».
Le médecin interrogé lors de la visite précise que, depuis qu’un cuisinier est affecté à
l’établissement, les régimes sont un peu mieux pris en compte. Toutefois, il ne peut y avoir de
régimes en tant que tels. Pour les personnes diabétiques, par exemple, il est rajouté un pain
de seigle à leur alimentation. Aux jours de la visite cette mesure concernait une seule
personne.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
41
« Des cas de maladies de Crohn sont constatés de façon plus importante ces derniers
temps », remarque le médecin, « ce qui nous a amenés à mettre en place des régimes sans
résidus ». Aux jours de la visite, deux personnes étaient concernées.
Les hospitalisations
Une recommandation du précédent rapport indiquait : « les hospitalisations se font à
l’UHSI de Nancy depuis 2008. Il faut noter que des difficultés existent vis-à-vis du nombre
d’extractions à réaliser avant d’y procéder à une intervention chirurgicale programmée ».
La réponse du ministère de la santé était, en septembre 2009 : « le rapport pointe les
multiples extractions à réaliser avant de procéder à une intervention chirurgicale. La question
du nombre des extractions vers l’UHSI de Nancy a été examinée lors d’une réunion spécifique
organisée en février 2009 par le médecin de l’UCSA avec la participation de l’UHSI et des
médecins des UCSA de la région ; elle a permis de mettre en place un certain nombre
d’aménagements pour limiter les extractions, sans pour autant alourdir les durées
d’hospitalisation ».
Durant la visite, il a été rapporté que les hospitalisations de plus de 48 heures ou
réclamant la proximité d’un plateau technique très spécialisé se faisaient à l’UHSI de Nancy et
que les difficultés avec les hospitalisations à cette UHSI perduraient. Il a également été
rapporté : « les hospitalisations sont assez contraignantes notamment en interdisant tout
tabac ce qui fait renoncer quelques personnes détenues ».
En cas d’hospitalisation d’urgence ou de très courte durée, la personne détenue est
adressée normalement au CHU de Reims, dans la chambre sécurisée prévue à cet effet.
Le suivi de l’UCSA en quartier de semi-liberté
Il avait été noté dans le rapport précédent que l’UCSA effectuait le suivi médical des
personnes détenues placés au quartier de semi-liberté et que cette bonne pratique pourrait
être généralisée.
Le suivi médical reste toujours en place concernant le QSL.
2.2.5.4 La prise en charge psychologique et psychiatrique
Une recommandation du précédent rapport indiquait que : « le temps imparti pour
effectuer les soins psychiatriques est insuffisant. Il est nécessaire de le renforcer en créant un
poste d’infirmière ».
Le ministère de la santé, avait répondu en 2009 : « l’ARH a choisi pour l’instant de doubler
le temps de psychologue qui est passé, en 2005 de 0,50 à 1 ETP ».
Aux jours de la visite, l’équipe est composée de :
-
un médecin psychiatre à 0,20 ETP
-
un ETP de psychologue
-
0,10 ETP d’infirmier du SMPR intervenant pour les groupes de parole.
La prise en charge psychologique
La présence de la psychologue est identique à celle de 2008. En pratique, elle n’est sur le
site que le lundi, mardi et jeudi toute la journée ainsi que le vendredi matin. Durant ses
congés personne ne la remplace. Son travail consiste en des entretiens individuels dont le
rythme est variable et en des groupes de paroles.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
42
Les personnes mineures sont systématiquement rencontrées à l’arrivée ainsi que les
auteurs d’infractions sexuelles. Aux jours de la visite, trois personnes étaient vues une fois par
semaine et vingt-et-une étaient sur liste d’attente. « Si la personne détenue n’écrit qu’une fois
elle a des risques de ne pas avoir de rendez-vous ; aucune réponse n’est donnée à leurs lettres,
ils doivent réécrire s’ils veulent vraiment un rendez-vous. De plus, il y a une grande difficulté
pour faire venir en temps et en heure les patients ».
Au jour de la visite, la demande la plus ancienne et encore non traitée remontait à trois
mois.
Au début de 2010 un groupe de parole a démarré et se tient le mardi après-midi. Le
groupe est prévu avec les mêmes personnes pour six à douze séances selon la réactivité du
groupe et sa composition. Il est co-animé par une infirmière du SMPR de Châlons-enChampagne.
A sa réponse écrite, le directeur a joint un document – non daté – élaboré par la
psychologue, d’où il résulte notamment que son temps de présence – identique à ce qui est
indiqué plus haut – est supérieur à ce qu’il était en 2008. La psychologue précise avoir réalisé
« 889 actes en 2011, représentant une file active de 180 patients dont 32 mineurs ». S’agissant
des groupes de parole, il est indiqué que 14 détenus ont bénéficié de cette prise en charge
« cette année ». Les priorités sont définies comme suit : les arrivants, les urgences, les suivis
réguliers en psychothérapie, les groupes de paroles.
La prise en charge psychiatrique
Ainsi que le définit le protocole cité ci-dessus, la prise en charge psychiatrique est
organisée par l’EPSM de la Marne. Le médecin psychiatre responsable du pôle psychiatrie du
CH de Reims Nord ainsi que du SMPR de Châlons-en-Champagne est celui qui intervient à la
maison d’arrêt. Une coopération avec l’Unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) de
Nancy sera recherchée dès lors que celle-ci sera ouverte.
Les personnes détenues sont prises en charge de deux façons différentes :
-
en entretiens individuels ;
-
en groupe de parole.
Le psychiatre est présent à la maison d’arrêt le mardi après-midi et une autre demijournée si nécessaire. Le reste du temps, en cas d’urgence, il est joignable et peut se déplacer.
Il rencontre systématiquement tous les mineurs incarcérés et ceux qui en font la
demande ou qui lui sont adressés par d’autres intervenants.
La prise en charge des addictions
A la CPU, les personnes ayant des problèmes d’addiction sont repérées et plusieurs offres
leur sont faites pour une prise en charge dans le cadre suivant :
journée ;
l’association d’aide et de soins aux toxicomanes (CAST), présente le lundi toute la
l’association nationale de prévention en alcoologie et addictologie (ANPAA),
présente trois matinées par semaine et un lundi soir de 18h à 20h tous les quinze jours en
faveur des personnes en semi-liberté ;
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
43
des ateliers tabac : cinq ateliers ont été organisés par le CAST en 2009 pour
cinquante-et-un inscrits et vingt-sept participants, et cinq en 2010 pour soixante-quatre
inscrits et vingt-quatre participants.
2.2.6 Les relations avec l’extérieur
2.2.6.1 Les parloirs
Il avait été noté dans le précédent rapport : « la conception des parloirs comportant
douze places réparties dans de petits boxes ouverts se faisant face deux par deux et séparés
par une allée centrale n’offre ni intimité ni confidentialité ».
La réponse du ministère de la justice en date du 10 mai 2010 était ainsi libellée : « la salle
des parloirs est désormais sectorisée par des séparations en plexiglas, ce qui représente le
seul aménagement réalisable dans cet espace contraint pour améliorer le respect de
l’intimité. »
Lors de la visite, il a été constaté effectivement la présence des séparations en plexiglas.
Cette disposition existait déjà depuis plusieurs années et, notamment, lors de la précédente
visite des contrôleurs.
En conséquence, les parloirs, dont la conception est identique à celle décrite plus haut,
sont toujours aussi peu intimes et le niveau sonore de la salle, lorsque tous les boxes sont
pleins est très élevé. De plus, il faut souligner que les deux boxes situés à gauche et à droite
de l’allée centrale juste à l’entrée des parloirs ne sont encadrés par la séparation plexiglas que
du côté donnant vers la salle. L’agent chargé de la surveillance est stationné à moins d’un
mètre des personnes. Cette disposition empêche toute intimité de geste comme de parole.
Il existe également un parloir hygiaphone qui « est très rarement utilisé. »
Les contrôleurs ont pu constater que « les meilleures places » étant celles du fond, les
familles se précipitaient à l’ouverture pour les prendre. « Cela est source de grandes tensions
certains jours », a-t-il été rapporté tant par les familles que par les agents.
Le règlement autorise trois personnes à rendre visite en même temps à la personne
détenue, ce qui pourrait conduire à la présence simultanée de quarante-huit personnes dans
un espace de 46m².
Les parloirs, d’une durée de trente minutes, ont lieu le lundi, mercredi et samedi, comme
en 2009, mais avec des horaires légèrement modifiés : de 13h45 à 16h55 - au lieu de 14h à
17h10 - en semaine et de 13h15 à 17h - au lieu de 13h30 à 17h20 - le samedi. Des parloirs
prolongés (deux fois trente minutes) peuvent être demandés mais il est rapporté que ceux-ci
sont rares ; aucun chiffre n’a été fourni. Selon les témoignages recueillis, ces parloirs
prolongés ne sont pas attribués en fonction de la « rareté des parloirs ou de l’éloignement de
la famille », comme constaté en 2009.
Dans sa réponse écrite, le directeur indique « priorité sera bien sûr donnée selon
l’éloignement de la famille ou la fréquence des parloirs ». Il précise qu’au 22 octobre 2012,
285 parloirs doubles ont été accordés dont trois le 8 février 2012, jour de la visite. Il indique
que ces parloirs doubles sont accordés par les gradés et officiers et consignés dans un cahier
situé dans le bureau du premier surveillant.
La prise de rendez-vous du premier parloir s’effectue uniquement par téléphone auprès
du service des parloirs, qui est dans les faits l’agent de la porte B. Les rendez vous suivants
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
44
peuvent également être pris au moyen de la borne électronique qui, auparavant installée
dans l’entrée, a été déplacée en salle d’attente des visiteurs.
Les contrôleurs ont suivi des familles lors de parloirs le mercredi de la visite. Ils se sont
rendus d’abord au siège de l’association Saphir, situé en face de la maison d’arrêt.
L’association est hébergée dans une maison qui met à disposition des familles deux pièces
communicantes de 16m², une cuisine, un WC adapté aux personnes à mobilité réduite, avec
table à langer, un jardin avec un petit toboggan en plastique. Les deux pièces d’accueil sont
équipées de fauteuils, petites tables et chaises et de nombreux jouets pour les enfants.
L’association est ouverte tous les jours de parloirs de 12h30 à 16h30 ou 17h. Une trentaine de
bénévoles assurent l’accueil, l’écoute, l’orientation des familles et offrent boissons, confiseries
et gâteaux. Il est rapporté aux contrôleurs que près de 4 000 personnes sont passée par
l’association en 2011.
Le mercredi de la visite, les contrôleurs ont suivi quelques familles. Comme pour chaque
jour de parloir, cinq tours sont prévus : de 13h45 à 14h15, de 14h25 à 14h55, de 15h05 à
15h35, de 15h45 à 16h15 et de 16h25 à 16h55. Aucun parloir double n’était programmé ce
jour-là. De treize à seize personnes étaient inscrites suivant les tours.
Les contrôleurs ont suivi les familles depuis leur attente au siège de l’association Saphir et
ont constaté qu’elles y étaient très bien accueillies, que beaucoup étaient des habituées et
semblaient parfaitement en confiance. Certaines ont même, devant tout le monde et sans
aucune gêne, emballé des hamburgers manifestement destinés au parloir. Ces personnes ont
dit que « cela se faisait très souvent et que bien d’autres choses entraient aussi sans
problème ».
Les familles doivent être devant la maison d’arrêt une vingtaine de minutes avant l’heure
de leur parloir. Il n’existe à cet endroit aucune possibilité de s’abriter des intempéries. Pour
celui de 15h05, les contrôleurs ont attendu devant la porte avec les familles qui se
rassemblaient. Toutes ont parlé de retards fréquents au fur et à mesure de l’avancée dans
l’après-midi.
Ce jour-là, l’agent du quartier de semi-liberté est allé dans le sas entre la porte A et la
cour d’honneur, où il a vérifié que les personnes étaient bien inscrites sur la liste établie par la
maison d’arrêt. Ces personnes se sont présentées à la porte B où elles sont passées sous le
portique de détection. Leur permis de visite était visé par l’agent de la porte B. Leur était
ensuite remise la clé d’un casier situé à l’extérieur, et dans lequel les personnes étaient
invitées à déposer leurs sacs. Il est rapporté que les poussettes restent dehors et qu’il n’est
pas prévu d’abri en cas de pluie. Les manteaux, et autres vêtements chauds et amples ne sont
pas retirés. Les contrôleurs ont pu constater que l’ensemble de la procédure ne prenait que
quelques minutes.
Les visiteurs attendaient ensuite dans une salle située juste à l’entrée de la porte B, face
au greffe. Cette salle d’attente est équipée d’une table, de quelques chaises, de bancs, d’un
WC et d’une borne pour la prise de rendez-vous des parloirs. Un panneau mural indique les
coordonnées de l’association Saphir et celles de l’association réflexion action prison et justice
(ARAPEJ) et fournit deux notes, l’une de 1996 sur l’accès aux parloirs et les contrôles, l’autre
de 1997 sur la lutte contre l’introduction de produits stupéfiants en milieu carcéral. Sont
affichés, enfin, les articles D. 277 et D. 278 du code de procédure pénale fixant les conditions
d’accès dans les établissements pénitentiaires.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
45
Le parloir précédent terminé, les familles qui sortent et celles qui entrent se croisent alors
dans cette salle ; « cela a de nombreux inconvénients, notamment en termes de sécurité, mais
nous n’avons pas d’autres possibilités » est-il rapporté par quelques agents et gradés.
Les contrôleurs ont donc assisté à ce croisement des visiteurs et ont pu observer une
certaine confusion. Les personnes désireuses de prendre les meilleurs boxes entraient en
forçant le passage. Puis, les contrôleurs ont assisté aux dernières minutes du parloir et ont
constaté le niveau sonore élevé. C’est le premier surveillant qui est venu annoncer la fin du
parloir et les personnes détenues ont été invitées à quitter les lieux une par une tandis que les
visiteurs restaient dans le parloir le temps de la fouille des personnes détenues. Les
contrôleurs présents ont constaté que la communication s’établissait alors entre les visiteurs
et les personnes détenues, via l’interstice de la porte donnant sur le couloir qui mène de la
zone de fouille à la détention. Elles communiquaient sans gêne en présence du personnel
pénitentiaire sans que cela semble poser le moindre problème. Des visiteurs demandaient,
par exemple si « c’était passé » » et « on » leur répondait que oui.
Les personnes détenues arrivent de détention en passant par une porte située à l’avant
des parloirs et repartent par le fond, là où se trouvent les cabines de fouille. Celles-ci sont au
nombre de six, se faisant face trois par trois. Elles sont équipées de rideaux qui, d’après ce qui
a été rapporté, sont apparus quelques jours avant l’arrivée des contrôleurs.
Il avait été noté dans le rapport issu de la précédente visite : « le dispositif permettant
d’apporter des vêtements aux détenus n’ayant pas encore de parloirs est très rigide en raison
du règlement mais aussi de la charge de travail du portier ».
Il est rapporté par plusieurs familles et par des agents, y compris des gradés, que les
visiteurs munis ou non de permis de visite pouvaient désormais apporter les jours de parloir
des vêtements, des baskets et d’autres objets comme des CD ou des livres. Le dispositif
semble avoir été allégé sans qu’aucune note de service ne fixe quoi que ce soit en la matière,
ce qui ne permet pas d’en assurer une application objective.
Le directeur, dans sa réponse écrite, fait valoir une note de service de 2008,
« réactualisée depuis », d’où il résulte que les familles ne disposant pas de permis de visite
peuvent apporter du linge ou autres objets comme CD audio ou livres, les apports de linge
étant limités aux mardis, jeudis et vendredis après-midi (et non les jours de parloirs).
2.2.6.2 Le téléphone
Il n’existait pas d’accès au téléphone lors de la première visite ; le rapport mentionnait
qu’une installation était prévue, suscitant des inquiétudes parmi les personnels et un certain
nombre de détenus, qui disaient craindre une augmentation de la violence et du racket.
Depuis lors, la loi pénitentiaire a conduit à l’installation de plusieurs postes :
-
un par étage de détention ;
-
trois dans la cour de promenade des majeurs ;
-
un dans le sas entre le quartier mineur et la salle de musculation ;
-
un dans la cour de promenade du quartier disciplinaire.
Les numéros de téléphone demandés par la personne détenue condamnée sont entrés à
l’aide du système du concessionnaire du téléphone (la firme SAGI) par le chef de détention ou
par le gradé puis les codes d’accès personnels ainsi que le mot de passe sont donnés par le
greffe.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
46
La liste des personnes prévenues qui sont autorisées à téléphoner est « impossible à
obtenir ». Interrogés, ni le greffe, ni le gradé ne savaient comment l’obtenir aux jours de la
visite.
A côté de chaque téléphone est affiché un mode d’emploi, les tarifications et la liste des
organismes pouvant être appelés sans restriction.
Un cahier « rendez-vous point phone détention » est présent à chaque étage dans le
bureau du surveillant. Ce cahier permet d’inscrire, chaque semaine, le nom de ceux qui sont
autorisés à téléphoner et l’heure à laquelle ils peuvent le faire.
Les mineurs ont accès au téléphone de 8h à 11h et de 14h à 17h, mais il est rapporté qu’il
y a très peu de demandes par manque d’argent.
Il est également rapporté que dans les faits, compte tenu du manque de personnel,
aucune communication téléphonique n’était écoutée.
2.2.6.3 Les cultes
Le précédent rapport soulignait l’absence d’aumônier musulman intervenant sur le site.
Depuis, un aumônier est présent le vendredi de 13h30 à 15h30 pour animer un temps de
prière collective. Durant le ramadan, des produits alimentaires peuvent être fournis par cet
aumônier. Une note de service en date du 24 juin 2011 précise : « les personnes détenues
désirant pratiquer le jeûne du ramadan doivent se signaler à l’aide d’un imprimé dûment
signé. Ainsi durant le ramadan de la nourriture supplémentaire est distribuée à midi pour
compléter le repas du soir et le petit déjeuner. Une cantine exceptionnelle permet d’acheter
des produits hallal ».
2.2.7 L’ordre intérieur
2.2.7.1 La commission de discipline
Comme en 2008, la commission de discipline continue à se réunir « dans un couloir dont
l’accès », précise le garde des sceaux dans sa réponse du 10 mai 2010, « est fermé pendant la
tenue de la réunion, se transformant ainsi en salle de commission. »
Le même constat avait pourtant été fait en novembre 2009 par l’inspection des services
pénitentiaires qui recommandait de « créer une pièce réservée à la commission de
discipline », considérant que cette situation ne pouvait perdurer « en raison de l’absence de
confidentialité indispensable à la sérénité des débats. »
L’établissement s’est mis aux normes s’agissant de la présence d’un assesseur extérieur
qui siège dorénavant en commission de discipline, conformément aux dispositions de la loi
pénitentiaire. Datées des 13 juin, 17 juin et 12 juillet 2012, trois notes de service, affichées
dans le couloir où se tient la commission, comportent les noms de dix-huit assesseurs
désignés par le président du tribunal de grande instance de Reims et leur situation
professionnelle : éducateur spécialisé, professeur de droit, comptable, retraité…
Le régime du quartier disciplinaire est défini dans une note de service et une note à
l’attention de la population pénale, les deux en date du 29 mars 2011. Leur contenu est
conforme aux dispositions de la loi pénitentiaire et à son décret d’application. Il est
notamment précisé que la personne bénéficie en cellule disciplinaire d’un poste de radio
pendant la journée et la nuit. Le premier surveillant dispose d’un stock de piles dans son
bureau.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
47
Lors de leurs échanges avec les membres du personnel, les contrôleurs ont entendu à
maintes reprises une mise en cause de l’action disciplinaire conduite par la direction à qui,
globalement, il est reproché de ne pas donner de suite aux comptes-rendus d’incident rédigés
par les surveillants.
Les contrôleurs constatent qu’avec deux réunions hebdomadaires de la commission de
discipline (le lundi et le vendredi) et 452 procédures disciplinaires traitées en 2011, l’activité
disciplinaire de la maison d’arrêt est soutenue.
Faute de statistique présentée sur place pour 2011, celle de 2010 indique 106 sanctions
de cellule disciplinaire et 25 mesures de confinement en cellule ordinaire (dont 88 avec
sursis), la commission ayant prononcé par ailleurs 30 avertissements et 31 relaxes.
Dans ses observations, le directeur a produit les éléments suivants pour l’exercice 2011 :
181 sanctions de cellule disciplinaire et 168 de confinement ont été prononcées. Il précise
que, au jour de son écrit – 22 novembre 2012 –, 341 dossiers ont été soumis à la commission.
Un tel flux de procédures à traiter provoque un engorgement de la commission de
discipline et entraîne des retards très importants dans le traitement des incidents.
Ainsi, au moment du contrôle, le logiciel GIDE comptabilisait quatre-vingt-neuf
procédures en attente d’une programmation en commission de discipline alors que les
enquêtes étaient terminées et que des poursuites avaient été décidées par le chef
d’établissement. Les faits en cause remontaient à plusieurs semaines, voire à plusieurs mois,
notamment un incident – un refus de rentrer en cellule – mis en poursuite le 27 septembre
2011, soit presque cinq mois plus tôt.
L’examen du rôle de la commission de discipline pour les incidents traités dans la semaine
précédant le contrôle confirme l’existence d’un délai important entre la date des faits et celle
de la comparution de leurs auteurs. Hormis deux incidents ayant donné lieu à un placement
en prévention en cellule disciplinaire et obligeant à une comparution à bref délai, les quatre
autres procédures portaient sur des faits commis entre le 9 et le 30 novembre 2011. Même
s’il a été indiqué que ce délai constituait « un net progrès par rapport à la situation
antérieure », la situation est cependant très mal perçue par le personnel qui a le sentiment
que les incidents ne sont pas traités avec suffisamment de rapidité pour réaffirmer son
autorité et avoir une portée dissuasive.
Il est fréquent que, dans ce délai, la même personne commette de nouvelles infractions
disciplinaires qui viennent alimenter le stock des affaires en cours, sauf en cas de placement
préventif au quartier disciplinaire. Les surveillants considèrent que l’absence de traitement
rapide d’un incident par l’administration est de nature à entretenir la personne détenue dans
un sentiment d’impunité et à encourager cette dernière dans la transgression. Le seuil de
tolérance se restreint alors chez les agents avec le risque d’une escalade d’incidents et d’une
exaspération croissante.
Pour illustrer cet état d’esprit, il a été souvent fait référence à l’incident du 14 juin 2011 à
la suite duquel un surveillant a été condamné à six mois d’emprisonnement avec sursis par le
tribunal correctionnel de Reims pour avoir « corrigé un détenu », comme le titrait le quotidien
local, L’Union, dans son édition du 26 janvier 2012.
Les surveillants qui ont spontanément évoqué cette affaire, considèrent que la réaction
de leur collègue s’explique par une succession d’incidents restés sans réponse de la part de
l’administration, provoquant une exaspération de l’agent jusqu’à la perte de sa maîtrise.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
48
L’examen du logiciel GIDE fait apparaître pour la victime – mineure – l’existence de quatorze
comptes-rendus d’incident relevant de faits commis entre le 16 mai et le 14 juin 2011, avec
une mention « sans suite » inscrite pour douze d’entre eux. Ces derniers incidents
concernaient notamment un refus de changer de cellule, quatre insultes ou menaces, deux
dégradations matérielles, des tapages. La direction estime pour sa part qu’il s’est agi, « de la
part d’un agent syndiqué », de montrer qu’il détenait l’autorité.
Dans sa réponse au rapport de constat, le directeur fait valoir que le nombre de dossiers
soumis à la commission contredit les propos des agents. S’agissant de l’exemple du mineur
cité plus haut, il précise, d’une part, que l’action disciplinaire à l’égard d’un mineur est gérée
de manière pluridisciplinaire, d’autre part, que les comptes rendus d’incidents ont été
majoritairement rédigés par des agents n’appartenant pas au quartier mineur, « mettant en
exergue lors de réunions pluridisciplinaires un conflit ouvert entre l’équipe mineurs et une
organisation syndicale ».
Le procureur de la République a fait savoir qu’il n’était pas habituellement saisi de
plaintes pour des faits de violences reprochés aux surveillants.
2.2.7.2 Les fouilles et leur traçabilité
Depuis juin 2011, tous les trois mois, le chef d’établissement signe et diffuse une note de
service qui, visant la loi pénitentiaire du 24 novembre 2009 et le décret d’application du 23
décembre 2010, renouvelle invariablement les mêmes consignes relatives à l’utilisation de
moyens de contrôle et au recours à des fouilles intégrales avec mise à nu de la personne. Au
moment du contrôle, ces dispositions étaient définies dans une note datée du 14 novembre
2011, valable pour une période de trois mois, soit jusqu’au 14 février 2012.
Malgré la loi qui dispose que leur nature et leur fréquence doivent être strictement
adaptées, les fouilles sont fondées sur des éléments de contexte qui sont repris constamment
d’une note à l’autre : « la structure ancienne de la maison d’arrêt de Reims, les flux d’entrants
et de sortants, les difficultés à sectoriser les zones de la détention et la composition de la
population pénale ». La note vise également des « incidents générés quotidiennement » sans
en préciser le nombre et la nature, hormis « la multiplicité des découvertes d’objets
stupéfiants et de téléphones portables » face auxquelles « le contrôle technique par le
portique de détection des masses métalliques à la porte d’entrée principale apparaît comme
insuffisant ».
La note indique qu’ « il apparaît donc nécessaire et proportionné de procéder » à une
fouille par palpation sur les personnes détenues dans les cas suivants :
• avant et après chaque entretien avec une personne extérieure à l’administration
pénitentiaire (par exemple, un avocat ou un visiteur de prison), à l’exception de celles
intervenant régulièrement à la maison d’arrêt (personnels de l’UCSA, l’éducation
nationale, la PJJ et les forces de l’ordre) ;
• à l’entrée des parloirs dans le cadre des visites ;
• lors des départs en liberté, permission de sortir, semi-liberté, placement extérieur ;
• lors du départ d’un mouvement de sport et de promenade ;
• lors du départ et au retour d’un mouvement vers la salle polyvalente (activité, office
religieux, concert), les locaux de l’UCSA, la cuisine, la buanderie, la cantine ;
• au retour du travail, pour les personnes en charge des « corvées extérieures » et des
« travaux » avec en plus un contrôle par détecteur manuel ou portique de détection.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
49
Il est également « nécessaire et proportionné » de pratiquer une fouille intégrale dans les
situations suivantes :
• lors de la sortie des parloirs après une visite avec la famille ou un proche ;
• lors de toute entrée à l’établissement. Il apparaît toutefois que cette disposition n’est pas
appliquée à l’égard des personnes en semi-liberté au moment du retour à
l’établissement ;
• lors des départs en extraction et en transfert ;
• « si nécessaire », lors de la réintégration du sport ou des promenades, en plus du contrôle
par détecteur manuel ;
• lors d’un placement au quartier disciplinaire ;
• lors d’un placement en cellule d’attente avant comparution devant la commission de
discipline ;
• concomitamment à la fouille de la cellule de la ou des personnes qui y sont hébergées. La
note justifie cette mesure par le taux d’occupation de l’établissement qui contraint les
personnes à l’encellulement collectif, « ce qui nécessite d’éviter le retour d’éléments
prohibés ou dangereux dans une cellule, au risque d’entraîner des conséquences
fâcheuses pour le co-cellulaire. »
2.2.8 La préparation à la sortie
2.2.8.1 Le service pénitentiaire d’insertion et de probation
Les difficultés soulevées dans le précédent rapport à propos du SPIP ont été abordées
dans le chapitre relatif aux relations institutionnelles (cf.2.1.2.2) ; son rôle en matière
d’organisation d’activités culturelles et d’éducation à la santé a été abordé dans le chapitre ad
hoc (cf.2.2.3.2). Le service ne sera abordé ici qu’à travers son organisation et son rôle en
matière d’insertion.
L’antenne de la maison d’arrêt compte cinq conseillères pour 3,4 ETP et une secrétaire
travaillant à 80%. Le chef de service est responsable à la fois du milieu fermé et du milieu
ouvert, dont il indique qu’il lui prend l’essentiel de son temps. Il organise mensuellement une
réunion de service à la maison d’arrêt et participe occasionnellement aux commissions
d’application des peines (CAP). Pour assurer la cohérence avec leurs collègues du milieu
ouvert, les CPIP participent chaque quinzaine aux réunions de service regroupant l’ensemble
des professionnels du service.
Les CPIP évoquent un quadruple rôle :
-
rencontre systématique des arrivants dans les 48 heures de l’incarcération
(délivrance d’informations relatives à la vie en incarcération et aux droits des
détenus ; recherche d’informations sur le cursus scolaire et incitation à la
scolarisation) ; les CPIP participent à la CPU « arrivants » ; ils expriment clairement
leur scepticisme à propos de la labellisation en cours : « c’est risible, vu les locaux, le
nombre d’arrivées, le manque de surveillants, il n’y aura pas vraiment
d’observation » ;
-
maintien du lien avec la famille (le SPIP dit contacter systématiquement la famille
par téléphone et lui délivrer les renseignements utiles (permis de visite, mandats,
linge…) ;
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
50
-
aménagement de peine (« on en parle lors de la première rencontre ; ils ont
tendance à présenter des requêtes tout de suite, nous on préfère les orienter vers un
bilan de compétence, une rencontre avec le conseiller de pôle-emploi pour proposer
un “vrai projet’’ au juge de l’application des peines, ‘’qui n’aime pas les bracelets et
préfère la semi-liberté’’ ») ;
-
organisation d’activités et « prescriptions » à l’égard des partenaires (chacun s’est vu
affecter un rôle spécifique dans les relations avec les partenaires : culture, emploi…).
Au scepticisme affiché par les CPIP à propos de la procédure arrivant, le directeur
répond :
-
que la CPIP référente en cette matière était absente lors du passage des
contrôleurs ;
-
que la maison d’arrêt a bien été labellisée, avec la mise en exergue de points forts :
appropriation de la démarche par tous les acteurs (notamment présence de l’UCSA
aux comités de pilotage), participation des personnes détenues à la mise en
conformité du quartier arrivant, formation des acteurs en un temps très court,
création de livrets innovants présentés sous la forme « droits et devoirs » ;
-
que l’observation des personnes placées au quartier arrivants sont quotidiennes et
partagées chaque semaine en CPU ;
-
que l’ensemble reflète l’investissement d’un collectif dynamique et volontaire.
En pratique, les CPIP « proposent des choses à l’arrivée, mais ne revoient pas
nécessairement les personnes qui ne le demandent pas » ; ils les orientent vers des partenaires
et, « au moment du départ, si c’est possible », font « un point17 ».
Concernant l’insertion, le rapport d’activité 2010 communiqué par la direction du SPIP fait
état d’un « partenariat dynamique et de qualité avec des organismes de formation et des
entreprises d’insertion ».
Les prescriptions des CPIP ont conduit à 168 entretiens de personnes détenues avec un
agent de pôle-emploi, 102 avec un agent de la mission locale, douze bilans de compétence
avec un organisme spécialisé. Trente-neuf détenus ont participé à un forum emploi-formation
organisé au sein de l’établissement, qui leur a permis de rencontrer diverses associations et
entreprises d’insertion et de formation et des entreprises d’intérim.
Le SPIP organise également des actions en matière de santé (notamment trois sessions de
secourisme concernant trente détenus, intervention des alcooliques anonymes une fois par
mois, mise en place de trois ateliers « santé-alimentation »).
Le SPIP coordonne l’intervention des visiteurs de prison, qu’il rencontre une fois par
trimestre, et celles du Genepi, qui a organisé trente séances en 2010 sur les thèmes « revue
de presse » et « connaissance du monde ».
17
Les fiches de poste prévoient la rédaction d’un « rapport circonstancié pour tous les éligibles à la procédure
simplifiée d’aménagement de peines (PSAP) et au SEFIP.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
51
Invités à s’exprimer sur la mise en place du DAVC, les conseillers disent que « ça
commence à se mettre en place tout doucement, notamment à travers l’entrée du premier
entretien dans le logiciel «APPI ». Ils expriment une certaine méfiance et soulèvent des
questions d’ordre éthique : “commencer par définir une personne par sa situation pénale, c’est
gênant” ; “c’est un étiquetage réducteur”, “tout dépend du regard de celui qui le lit et de la
manière dont il s’en sert”. Ils évoquent aussi des difficultés d’utilisation : “ beaucoup de
rubriques se recoupent, par exemple le rapport aux faits, à la condamnation, à la loi” ».
Le rapport d’activité communiqué par la direction du SPIP concerne l’année 2010.
2.2.8.2 La protection judiciaire de la jeunesse
Quatre éducateurs interviennent théoriquement au quartier des mineurs, représentant
trois ETP ; en pratique au jour du contrôle, ils étaient trois, représentant deux ETP. En
principe, un éducateur est présent au sein de la maison d’arrêt chaque jour de la semaine, du
lundi au vendredi, de 9h30 à 11H 30 et de 14h à 17h18. Une permanence téléphonique est
assurée le samedi matin et les jours fériés ; l’éducateur se déplace en cas d’incarcération d’un
jeune durant cette période. Afin qu’il ne soit pas absorbé par les logiques pénitentiaires, il a
été décidé que chaque éducateur intervenant au sein de l’établissement se verrait en outre
confier des mesures de milieu ouvert, contribuerait aux permanences éducatives et aux
missions d’investigation.
Au jour du contrôle, six jeunes étaient incarcérés dont trois en détention provisoire. Le
plus jeune était âgé de 16 ans et quatre mois, le plus âgé allait être majeur le 21 février 2012.
La présence éducative se traduit par des entretiens individuels avec les jeunes (travail sur
le passage à l’acte, la prise en compte de la victime, le projet de sortie), le lien avec la famille,
l’organisation de l’emploi du temps du mineur en relation avec les services scolaires et de
santé, un contact avec un avocat en cas de passage en commission de discipline, une
transmission des informations d’une part à l’éducateur intervenant dans le cadre d’une
mesure de milieu ouvert – qui en pratique préexiste à l’incarcération et lui survit – et le juge
des enfants.
Beaucoup de mineurs incarcérés ont déjà eu l’occasion de rencontrer un psychologue,
voire un psychiatre, dans le cadre des mesures éducatives antérieures. En prison, malgré une
rencontre systématique avec la psychologue de l’établissement lors de l’arrivée, les mineurs
ne sont pas demandeurs de soins psychologiques ; les psychologues de la PJJ ne se déplacent
pas dans l’établissement.
La préparation de la sortie s’organise en principe en binôme avec l’éducateur de milieu
ouvert. Selon les renseignements recueillis, le lien avec la formation et l’emploi resterait
théorique, s’agissant pour l’essentiel d’une inscription à la mission locale et, éventuellement,
de la mise en place d’un suivi en addictologie ; 80% des mineurs incarcérés retournent
purement et simplement dans leur famille.
18
En pratique, il arrive aussi qu’un éducateur soit conduit à intervenir en milieu ouvert sur ces horaires. A 11h, au
moment de la présence des contrôleurs lors de l’un des jours de visite, il n’y avait aucun éducateur dans
l’établissement.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
52
L’aménagement de peine est peu pratiqué. La raison invoquée en est que l’incarcération
est réellement utilisée en dernier ressort ; lorsqu’elle est prononcée, elle est en général de
courte durée et entièrement exécutée.
2.2.8.3 La politique d’aménagement des peines.
Les contrôleurs se sont entretenus avec un vice-président chargé de l’application des
peines, qui leur a remis les derniers rapports d’activité ; celui de l’année 2011 n’avait pas
encore été établi19. Les éléments qui suivent sont issus des échanges avec le juge de
l’application des peines (JAP) et de l’examen des documents transmis par lui.
Les personnes détenues à la maison d’arrêt de Reims, souvent condamnées à de courtes
peines éventuellement cumulées, se situent pour la plupart d’emblée ou très vite dans le délai
autorisant le dépôt d’une requête en aménagement de peine. Hors les cas où l’expertise est
obligatoire ou les cas où elle a été sollicitée par le parquet, le délai de quatre mois imposé
pour traiter la requête, est respecté. Le bracelet électronique est considéré comme une
mesure délicate à manier, réservée aux personnes psychiquement structurées ; il est
considéré que la semi-liberté est également, pour le détenu, difficile à respecter dans la durée
et si elle doit se prolonger au-delà de quelques mois, la libération conditionnelle lui est
souvent préférée. Les surveillances électroniques de fin de peine (SEFIP) sont très rares ; il n’y
en avait aucune à la maison d’arrêt lors de la visite.
Un protocole associant l’application des peines, le parquet, le SPIP, la maison d’arrêt et
l’association « Le Mars » a été signé le 14 septembre 2009, ayant pour objectif de permettre
aux personnes détenues en fin de peine pour lesquelles aucun aménagement n’a pu se mettre
en place, de bénéficier, six semaines avant la date prévisible de libération, d’un placement
extérieur avec le soutien actif des services et association signataires. Le protocole détermine
une méthodologie précise, qui va du repérage des personnes aux moyens de la prise en
charge. Le juge estime que le dispositif n’a pas pris l’ampleur souhaitée (dix-neuf personnes
en ont bénéficié en 201020 et moins de dix en 2011). Il regrette que la proximité d’une
libération soit souvent l’occasion - tardive - de faire le point sur la situation pénale d’une
personne, conduisant à mettre à exécution d’anciennes peines au moment même où
l’intéressé répond aux conditions d’un aménagement.
La difficulté d’obtenir des expertises à bref délai d’une part et les appels du parquet à
l’encontre des décisions accordant une permission de sortir aux personnes condamnées à de
longues peines affectées à Reims en semi-liberté probatoire d’autre part, ont pour effet qu’un
certain nombre de personnes terminent leur peine sans aménagement, ou, bien que
travaillant quotidiennement à l’extérieur, ne bénéficient pas de permission de sortir.
Le juge regrette enfin qu’aucune organisation efficace ne permette de récupérer, au
profit de l’application des peines, les expertises ordonnées par la juridiction correctionnelle.
19
Des chiffres ont été communiqués pour l’année 2011 ; ils rendent compte d’une activité juridictionnelle globale
(nombre de saisines, de décisions…) et ne permettent pas d’individualiser les mesures.
20
A noter que le SPIP a transmis des chiffres différents : dans son rapport élaboré en vue du conseil d’évaluation, il
fait état de 23 bénéficiaires de ce dispositif, en 2010.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
53
S’agissant des conditions de détention, les incidents portés à la connaissance du JAP
concernent le plus souvent l’introduction de produits illicites (résine de cannabis et
téléphones portables) ainsi que des insultes aux surveillants et des dégradations diverses.
Le JAP est immédiatement avisé de tout retard au quartier de semi-liberté et il a prévu, et
fait connaître à ses partenaires, une échelle de réponses graduées dont la menace est
précisée dans le jugement ordonnant la mesure.
D’une manière générale, le magistrat souhaite conserver à ses décisions le caractère de
mesure individuelle et se refuse à faire de l’aménagement de peines un outil de régulation de
la surpopulation pénale. Lorsque son avis est recueilli en vue d’un transfèrement il s’y déclare
favorable, sauf si une CAP ou un débat est fixé ou s’il a connaissance d’un projet sérieux
d’aménagement.
S’agissant des relations avec le SPIP, les rapports d’activités comportent un certain
nombre de notes à l’adresse de l’antenne rémoise, traitant notamment du dépôt des
requêtes, des pièces exigées, des diligences à effectuer, du contenu des rapports, de la
gestion des incidents. Un protocole a été conclu le 22 mars 2010 entre la juridiction de
l’application des peines du TGI de Reims, la DISP Centre Est-Dijon et le SPIP de la Marne,
permettant une transmission dématérialisée de certains dossiers.
Les CPIP sont considérés par le JAP comme consciencieux et compétents en ce qui
concerne l’examen des cas individuels ; le service est décrit comme plus frileux en termes de
projets innovants, il est rarement à l’origine d’une proposition d’aménagement de peines ; il a
été difficile de lui faire admettre l’intérêt d’une délégation en matière de modifications
d’horaires d’entrée et de sortie pour les personnes admises en semi-liberté. C’est désormais
chose faite.
Les mesures relatives à l’aménagement des peines se répartissent comme suit :
Mesures prononcées
2008
2009
2010
Semi-liberté
136
153
128
PSE
74
51
65
Placement extérieur
21
27
16 +19 PEDISP21
Libération conditionnelle
22
17
10
Les refus d’aménagement et révocations de mesures s’établissent comme suit :
21
Mesures prononcées
2008
2009
2010
Refus d’aménagement
59
96
114
Retrait de PSE, PE et SL
14
28
22
Révocation de LC
2
6
2
PEDISP : placement extérieur dispositif d’insertion pour les sortants de prison.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
54
En matière de permission de sortir, la situation est la suivante :
2008
2009
2010
Permissions de sortir
accordées
349
383
379
Permissions de sortir
refusées
191
235
231
Le magistrat précise que le taux d’appel est « important » - 136 en 201122 - ; selon lui, les
appels sont très majoritairement le fait de la personne condamnée qui s’est vu refuser un
aménagement ; la cour confirme ce type de décision et, quand l’appel émane du parquet
contre une décision d’aménagement, l’infirme le plus souvent.
2.2.8.4 La semi-liberté
Concernant le quartier de semi-liberté (QSL), le rapport de visite indiquait en 2008 un
taux d’occupation de seulement 59 %. Le 9 février 2012, pour quarante-deux places (vingt-etune chambres à deux lits), trente-six personnes y étaient affectées, soit un taux d’occupation
du quartier de 85 %. Cinq personnes étaient en recherche d’emploi. Toutes les personnes
rencontrées ont signalé que le QSL était en permanence utilisé à hauteur de sa capacité
d’hébergement, élément également souligné par le juge de l’application des peines.
La principale modification survenue depuis 2008 concerne l’organisation du service des
agents affectés au quartier de semi-liberté. Depuis janvier 2012, cinq surveillants dédiés
effectuent par roulement des services en douze heures entre 7h et 19h et entre 19h et 7h. Un
surveillant est donc présent au QSL, sept jours sur sept, nuit et jour, portant l’effectif total du
service de nuit de la maison d’arrêt à quatre agents.
Le bureau du rez-de-chaussée est équipé de six écrans de contrôle visualisant les
différents couloirs et la salle d’activité. Deux ronde à l’œilleton sont effectuées. Chaque
chambre est reliée par interphone au bureau du surveillant, un renvoi s’effectuant aussi au
niveau de la porte d’entrée principale.
Les heures de départ et de retour sont restées inchangées (6h et 21h) et ne semblent
poser aucune difficulté dans la mesure où les semi-libres peuvent ainsi travailler le jour ou la
nuit, en semaine ou le week-end.
La possibilité de stationner un véhicule à deux roues dans l’enceinte de la maison d’arrêt,
près de l’entrée du QSL, est appréciée des semi-libres.
Comme il a déjà été précisé, le retour au QSL donne lieu à un passage sous le portique de
détection des masses métalliques et, le cas échéant, à une fouille par palpation. Il n’est
procédé à une fouille intégrale qu’en cas de déclenchement répété du portique de détection
ou d’impossible localisation de l’objet suspect malgré l’utilisation d’un détecteur manuel.
Les semi-libres ne disposent pas de la clef de leur chambre. Les portes des chambres sont
ouvertes par le surveillant à 6h (à 7h, le week-end et les jours fériés) en même temps que les
22
Les documents fournis ne permettent pas de déduire un taux d’appel. Il apparaît cependant que plus de 1500
décisions ont été prises en 2011 concernant le seul milieu fermé.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
55
salles de douche. Les portes des chambres sont refermées lorsque le ou les occupants sont à
l’extérieur.
Lors de l’arrivée en semi-liberté, il n’est pas remis un document d’information sur le
fonctionnement du quartier. En revanche, les panneaux d’affichage contiennent de
nombreuses informations récentes, notamment les dates des prochaines commissions
d’application des peines.
Les personnes entendues ont déploré les créneaux restrictifs d’accès à la salle d’activité
(les après-midi du samedi et du dimanche), d’autant que s’y trouve le seul four à micro-ondes
disponible au quartier, mieux adapté au réchauffage des aliments que les plaques chauffantes
dont sont équipées les chambres.
En revanche, l’accès à la cour de promenade s’effectue tous les jours, à la demande.
Comme cela avait été souligné positivement en 2008, l’UCSA continue d’effectuer le suivi
médical des semi-libres, les surveillants étant chargés de remettre des piluliers de
médicaments aux personnes sous traitement, notamment de substitution.
Les semi-libres doivent déposer leur téléphone personnel dans leur casier à l’entrée du
quartier. Aucun « point phone » n’a été installé lors de la mise en place de la téléphonie pour
la population pénale. En cas de besoin, un semi-libre est autorisé à utiliser son téléphone au
rez-de-chaussée en présence du surveillant.
Les semi-libres sont responsables du bon état de leur chambre et des douches.
L’entretien des parties communes est assuré par une personne classée au service général qui
est hébergé au quartier principal. Le quartier est propre, de même que les chambres des
personnes avec lesquelles les contrôleurs ont pu échanger, à la différence d’une chambre
inoccupée qui était particulièrement sale.
Contrairement à 2008, les contrôleurs n’ont entendu aucune plainte à l’encontre du SPIP
qui ne répondrait pas aux demandes écrites (conclusion 26). Aucun conseiller n’est référent
pour le QSL et chaque semi-libre continue d’être suivi par le même agent. Il a été signalé la
présence régulière de CPIP le soir au quartier de semi-liberté.
Depuis le départ en 2011 d’un des deux majors, il n’existe plus de gradé spécifiquement
responsable du QSL et donc d’interlocuteur privilégié, notamment pour l’équipe des
surveillants.
Les incidents sont signalés par le surveillant en poste sans délai, notamment tout retard
supérieur à dix minutes, selon les informations recueillies.
3
CONCLUSION
La maison d’arrêt de Reims est un établissement en difficulté : elle demeure sur-occupée
et elle est sous-administrée.
Son directeur se considère comme seul à porter les projets et la politique de
l’administration pénitentiaire et tenu d’agir sans le secours de personnels décrits comme
largement défaillants.
Les adjoints de direction se succèdent.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
56
Les personnels, présentés en 2008 comme épuisés et isolés, paraissent avoir abandonné
toute velléité de faire appliquer le règlement au profit d’une fronde déclarée : le conflit avec
la direction est ouvert et la contestation de son autorité n’est pas dissimulée.
Dans ces conditions, le dialogue social – que la direction dit ne pas vouloir confondre avec
l’autogestion – est inexistant.
Des « alliances » de mauvais aloi se nouent, de part et d’autre, avec les personnes
détenues.
Il en résulte pour ces personnes détenues une forme de « confort », malgré l’inconfort
évident des lieux ; la maison d’arrêt demeure sur-occupée mais les intéressés ne demandent
pas leur transfèrement ; contrairement au déroulement des contrôles au sein d’autres
établissements, aucune personne détenue n’a souhaité rencontrer un contrôleur ; aucun de
ceux rencontrés à la demande des contrôleurs ne s’est plaint de ses conditions de détention.
Les contrôleurs ont pu constater, notamment à travers le fonctionnement des parloirs, que la
démission quasi généralisée du personnel pouvait être source de « bénéfices secondaires ».
Une telle situation apparaît potentiellement dangereuse.
Dans sa réponse au rapport de constat, le directeur :
-
conteste l’existence « d’alliances de mauvais aloi » et le terme de « démission quasi
généralisée » ; il estime que l’action disciplinaire en vigueur (452 dossiers en 2011 et
341 en novembre 2012) ainsi que la saisie de produits stupéfiants (plus de 900g en
2011) et de téléphones portables ((112 en 2011) témoignent du professionnalisme
et du sérieux d’une majorité du personnel ;
-
estime que le « confort » ressenti par les personnes détenues « peut s’expliquer
naturellement par le contexte économique actuel où tout le monde n’a pas
forcément les moyens matériels et financiers de rendre visite à un proche de
manière régulière, c'est-à-dire trois fois par semaine dans les centres de détention
de Villenauxe-la-Grande, Saint-Mihiel ou même la maison d’arrêt de Châlons-enChampagne ».
S’il est probable, et d’ailleurs habituel, que les « opposants » se soient exprimés plus
fortement que les autres, il n’en demeure pas moins que les contrôleurs ont objectivement
constaté des difficultés d’ordre divers, dont les plus importantes sont reprises à travers les
observations ci-dessous. Il apparaît également – et les tracts communiqués par le chef
d’établissement en même temps que sa réponse au rapport de constat en témoignent – que
le climat social reste particulièrement tendu, que l’action du directeur apparaît contestée par
une partie du personnel, que la confiance n’est pas au rendez-vous et que la prise en charge
des personnes détenues s’en trouve manifestement entravée.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
57
OBSERVATIONS
A l’issue de la deuxième visite de la maison d’arrêt de Reims, les contrôleurs formulent les
observations suivantes :
Observation n° 1 : Entre décembre 2008 et février 2012, période s’étant écoulée entre
les deux visites du Contrôle général, le taux d’occupation du quartier des
hommes est resté quasiment inchangé, de l’ordre de 170 %. Il en résulte
des conditions de détention dégradées, notamment pour les personnes
contraintes de dormir sur un matelas posé à même le sol, qui étaient au
nombre de neuf lors de la seconde visite (cf. § 1.2.2 et 3).
Observation n° 2 : Les efforts pour enrayer la sur-occupation chronique de la maison
d’arrêt sont consistants – 122 personnes orientées en centre de détention
ou transférées en « désencombrement » vers d’autres maisons d’arrêt en
2011 – et réalisés dans le respect de « chartes » définies par la direction
interrégionale de Dijon.
L’insuffisance de ces mesures devrait toutefois conduire à explorer deux
autres pistes d’amélioration :
- le placement direct en détention à la maison d’arrêt de Châlons-enChampagne de personnes condamnées, notamment dans le cadre de la
comparution immédiate ;
- le développement de la surveillance électronique de fin de peine
(SEFIP), mesure peu utilisée jusqu’au moment du contrôle (cf. § 2.1.3).
Observation n° 3 : Comme en 2008, le personnel est apparu épuisé et excédé, loin de
la « sérénité retrouvée » évoquée par le garde des sceaux en 2010. Le chef
d’établissement est mis en cause dans un contexte où il se retrouve, de
fait, seul à assurer le commandement (cf. § 3).
Deux indicateurs de l’état d’esprit du personnel apparaissent
particulièrement préoccupants :
- l’augmentation sensible – supérieure à 35 % – du nombre de congés de
maladie entre 2010 et 2011 ;
- la proportion considérable d’agents – quasiment la moitié – qui
demandent leur mutation, alors que la maison d’arrêt de Reims
présente toutes les caractéristiques d’un établissement attractif
(structure de dimension humaine et située au sein d’une grande
agglomération) et donc en principe difficile à obtenir par voie de
mutation (cf. § 2.1.1).
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
58
Observation n° 4 : Même si les rapports du SPIP avec la direction semblent s’être
améliorés depuis la précédente visite, les propos recueillis par les
contrôleurs montrent que surveillants et CPIP travaillent les uns à côté des
autres sans réelle concertation ni complémentarité, en tous cas dans une
forme d’incompréhension par chacun de la façon dont l’autre exerce sa
mission. Les tensions existent, pouvant aller jusqu’à l’obstruction et au
discrédit. Les détenus en pâtissent nécessairement, ainsi qu’il a été
indiqué à propos, notamment, des activités (cf. §2.1.2.2, §2.2.3.2 et
§2.2.8.1)
Il est indispensable que les directions interviennent afin, d’une part,
d’interroger chaque service sur la pertinence de ses actions et méthodes
et, d’autre part, d’œuvrer en faveur d’une meilleure communication.
Observation n° 5 : Les listes CCR ne sont manifestement pas tenues à jour. Cette
lacune est constatée par les contrôleurs dans la majorité des
établissements visités. Ce système de répertoire perd par conséquent tout
intérêt (Cf. § 2.2.1).
Observation n° 6 : Les conditions d’hébergement demeurent précaires : humidité
suintant sur les murs, luminosité insuffisante, manque de mobilier et
mobilier cassé, manque d’oreillers, chauffes artisanales. Par ailleurs, le
matériel et la méthode de distribution des repas n’apparaissent pas de
nature à permettre à chacun de bénéficier de repas chauds (cf. §2.2.2.1
et2.2.2.2).
Observation n° 7 : La mise en œuvre de la procédure arrivant mériterait d’être
améliorée : trop de personnes détenues ne passent pas par le quartier
arrivant ou y restent un temps insuffisant pour prétendre à une réelle
observation. Sous réserve qu’il soit effectivement remis – ce qui n’était
pas le cas au moment de la visite – le guide arrivant est un bon outil, clair
et complet (cf. §2.2.1.1).
Observation n° 8 : Le travail et la formation professionnelle concernent un nombre
trop réduit de personnes détenues. La zone « atelier », dont le ministre
disait qu’elle devait être opérationnelle en juin 2010, ne l’était toujours
pas au moment de la visite ; le directeur, dans sa réponse écrite au
rapport de constat ne l’évoquant pas, il est à craindre que cette zone n’ait
pas encore vu le jour en novembre 2012, date de sa réponse (cf. §2.2.3.1).
Observation n° 9 : Les activités sont peu nombreuses et leur organisation laisse à
désirer : pas de planning de la salle de sport, nombre réduit de personnes
venant aux activités mises en place par le SPIP. Ce constat interroge le
mode d’information des personnes détenues, la coopération des
surveillants, voire la pertinence des actions entreprises. La remarque vaut
d’autant plus pour le quartier des mineurs où les contrôleurs n’ont pas
trouvé trace de « la dynamique » évoquée par le ministre mais bien plutôt
un vide, comblé ou non selon les dispositions de l’éducateur présent (cf.
§2.2.3.2 et 2.2.3.4).
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
59
Observation n° 10 : Le responsable local de l’enseignement dispose dorénavant d’un
bureau en détention et participe à la réunion de suivi des mineurs. Il
conviendrait que le temps d’enseignement – d’une durée hebdomadaire
de l’ordre de 15 heures – ne soit pas diminué de moitié en fonction de
l’effectif des mineurs présents. Une réflexion devrait être conduite afin
d’envisager, le cas échéant, la scolarisation de mineurs avec des majeurs
(cf. § 2.2.3.4).
Observation n° 11 : Les observations formulées en 2008 à propos des parloirs
demeurent totalement d’actualité : leur conception ne permet aucune
intimité ni confidentialité ; le niveau sonore des conversations est tel qu’il
est difficile de parler de rencontre véritable.
Les contrôleurs ont, en outre, observé que l’organisation était à ce point
défaillante que l’introduction de produits illicites était très aisément
envisageable (cf. §2.2.6.1).
Observation n° 12 : L’offre de soins s’est améliorée depuis la dernière visite : les
régimes sont mieux pris en compte, des propositions sont faites aux
personnes qui souhaitent un sevrage tabagique. Le personnel de l’unité
sanitaire estime que les hospitalisations supérieures à 48 heures
continuent de poser problème, notamment en raison du nombre
d’examens préalablement exigés (cf. §2.2.5).
Observation n° 13 : La rencontre systématique avec les parents des mineurs incarcérés,
la mise place d’une équipe de surveillance dédiée, l’organisation de
réunions périodiques permettant à toutes les personnes concernées
d’évoquer régulièrement la situation des mineurs incarcérés doivent être
soulignées comme de bonnes pratiques (cf. §2.1.2.3).
Néanmoins, les contrôleurs n’ont pas vu, concrétisés sur le terrain, les
résultats de cette prétendue dynamique : faiblesse et aléa d’heures de
classe, peu d’activités, pas d’action de nature à favoriser les droits de la
défense ou l’exercice de la citoyenneté, pas de concertation entre PJJ et
SPIP lors du passage à la majorité. La marge de progrès apparaît très
importante (cf. 2.2.3.4, 2.2.3.5.1 et 2.2.8.2).
Observation n° 14 : La commission de discipline continue à se réunir dans des
conditions ne respectant pas la confidentialité des débats. Il conviendrait
de prendre en compte la préconisation faite aussi par l’inspection des
services pénitentiaires, recommandant la création d’une véritable salle de
commission de discipline (cf. § 2.2.7.1).
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
60
Observation n° 15 : Les délais entre la commission des infractions et la comparution
devant l’instance disciplinaire sont excessivement longs. Il en résulte chez
le personnel un sentiment de désaveu de son autorité et le
développement d’une forme d’impunité parmi la population pénale.
L’analyse des évènements ayant précédé à l’incident de juin 2011 – qui a
donné lieu à la condamnation judiciaire d’un surveillant – mériterait d’être
faite afin de ne pas reproduire un scénario identique (cf. § 2.2.7.1).
Observation n° 16 : À l’issue d’une visite d’un proche, les personnes détenues sont
soumises à une fouille intégrale de manière systématique, en vertu d’une
note de service du chef d’établissement visant des éléments de contexte
invariables. Il conviendrait de s’interroger sur la légalité de cette note au
regard des dispositions de l’article 57 de la loi du 24 novembre 2009
pénitentiaire et de l’article R.57-7-79 du code de procédure pénale
(cf. § 2.2.7.2).
Observation n° 17 : Des progrès ont été constatés, s’agissant du taux d’occupation du
quartier de semi-liberté qui est passé, entre les deux visites, de 59 % en
décembre 2008 à 85 % en février 2012 (cf. § 2.2.8.4).
Observation n° 18 : Le fonctionnement du quartier de semi-liberté (QSL) s’est amélioré,
notamment grâce à l’implication des cinq surveillants dédiés qui y
assurent une présence permanente : le quartier est bien entretenu ; la
possibilité est donnée de stationner un véhicule à deux roues dans
l’enceinte de la maison d’arrêt ; la fouille intégrale n’est pas systématique
lors de la réintégration ; l’unité sanitaire continue d’effectuer le suivi
médical des semi-libres, ce qui est loin d’être le cas partout.
Il conviendrait cependant de poursuivre en cette voie par les actions
suivantes :
- remettre à chaque arrivant un document d’information sur le
fonctionnement du quartier ;
- étendre le week-end l’accès à la salle d’activité où se trouve le seul four
à micro-ondes du quartier ;
- compte tenu de l’implantation du QSL dans un bâtiment indépendant
du reste de la détention et de l’absence d’un point phone en son sein,
autoriser les personnes à conserver leur téléphone personnel,
conformément à l’avis du contrôle général publié au Journal officiel23
(cf. § 2.2.8.4).
23
Avis du Contrôleur général des lieux de privation de liberté du 26 septembre 2012 relatif à la mise en
œuvre du régime de semi-liberté, publié au JORF le 23 octobre 2012.
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
61
Table des matières
1 Les conditions de la visite ...................................................................................... 2
1.1
Les circonstances .................................................................................................................................... 2
1.2
Les motifs de la contre-visite .............................................................................................................. 3
1.2.1
Les observations issues de la précédente visite .................................................................................. 3
1.2.2
La situation au jour de la première visite ............................................................................................... 4
1.2.3
La situation au jour de la deuxième visite .............................................................................................. 5
2 L’évolution au regard des observations issues du premier contrôle ........................ 6
2.1
Le cadre institutionnel .......................................................................................................................... 6
2.1.1
La situation des personnels .......................................................................................................................... 6
2.1.2
Les relations institutionnelles .................................................................................................................. 10
2.1.3
La gestion de la sur-occupation ............................................................................................................... 15
2.2
La vie quotidienne des personnes détenues ............................................................................... 19
2.2.1
L’arrivée et l’affectation .............................................................................................................................. 19
2.2.2
Les conditions matérielles de vie ............................................................................................................ 23
2.2.3
Les activités ...................................................................................................................................................... 29
2.2.4
Les droits des personnes détenues ........................................................................................................ 36
2.2.5
La santé .............................................................................................................................................................. 37
2.2.6
Les relations avec l’extérieur .................................................................................................................... 43
2.2.7
L’ordre intérieur ............................................................................................................................................ 46
2.2.8
La préparation à la sortie ........................................................................................................................... 49
3 Conclusion .......................................................................................................... 55
Observations……………………………………………………………………………………………….. 59
Rapport de visite bis
Maison d’arrêt de Reims
février 2012
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising