Le festin de Babette / Gabriel Axel.

Le festin de Babette / Gabriel Axel.
Le festin de Babette / Gabriel Axel. - Fox Pathé Europa, 1987
Un soir d’orage de 1871, Babette débarque sur
la côte danoise. Elle fuit Paris et la répression
qui s’abat sur la Commune. Dans un petit village
du Jutland, elle frappe à la porte de Filippa et
Martine, deux vieilles demoiselles filles de
pasteur. Babette trouve à s’y employer comme
servante. Elle s’intègre au pays, son seul lien
avec la France étant un billet de loterie qu’elle
rejoue tous les ans. Un beau jour, elle gagne le
gros lot. Avec l’argent, elle va offrir aux habitants
du village un repas à sa façon…
KPM
DVD
AXE
K
Lorsque le rideau s’ouvre sur le dîner, nous
somme plongés au cœur de la comédie humaine,
ces quinze minutes que les acteurs s’accaparent
deviennent une authentique pièce de théâtre,
subtilement truffée d’humour, qui, au-delà de
réjouir nos papilles gustatives, nous fait sourire.
Somptueusement mise en scène - là se trouve
le zeste de Bergman - l’œuvre s’accomplit par
elle-même, spectacle vivant d’une symbiose
parfaite de tous les ingrédients : lumière, décor
et interprétation.
Un film à regarder avec le ventre plein ou en
ayant pris soin de se préparer un en-cas.
L’homme qui rétrécit / Jack Arnold. - Universal Pictures Vidéo, 2012
L’Homme qui rétrécit (The Incredible Shrinking Man)
est un film américain réalisé par Jack Arnold, sorti en
1957.
En 2009, le film est rentré dans le National Film Registry
pour conservation à la Bibliothèque du Congrès aux
États-Unis.
Lors d’un week-end en bateau avec sa femme, Scott Carey
traverse un nuage radioactif qui, adjoint à un précédent jet
de pesticides, bouleverse sa structure moléculaire, provoq
uant sa diminution progressive ! Après une série de tests,
la science avoue son impuissance à enrayer l’inexorable
processus. Harcelé par les médias, Carey se terre dans
sa maison, de la taille d’un enfant, puis d’une poupée,
puis d’un soldat de plomb. Tandis que sa femme le croit
dévoré par son chat, commence pour Carey, dans la cave
transformée en territoire préhistorique, une nouvelle
existence rythmée par la quête de la nourriture et la lutte
pour la survie. Au terme d’un combat acharné contre une
araignée, Carey se fond littéralement dans l’univers et
le plan final, superposant poussières et galaxies, anticipe
de dix ans l’épilogue de "2001, l’odyssée de l’espace"
(Stanley Kubrick)
KPM
DVD
F
ARN
H
Un chef-d’œuvre du cinéma fantastique qui accroche
encore le spectateur 55 ans après sa sortie ! Un peu lent
à démarrer, il prend un rythme haletant et bluffe par ses
effets spéciaux qui ne doivent rien au numérique ! Un
scénario bien ficelé, une angoisse communicative devant
ce nouvel univers, une compassion qui nous saisit devant
des situations quotidiennes… terrifiantes ! Et pas de
happy end, pas d’antidote miracle pour film nunuche.
Du grand art dans le genre.
Juste un peu de bois et d’acier / Chabouté. - Vents d’Ouest, 2012
KPM
BD
CHA
L’histoire d’un banc, un simple banc public qui voit défiler les gens à travers
les heures, les jours, les saisons, les années... Ceux qui passent, qui s’arrêtent,
d’autres qui reviennent, certains qui attendent... Le banc devient un havre,
un îlot, un refuge, une scène... Un ballet d’anonymes et d’habitués évoluant
dans une chorégraphie savamment orchestrée ou les petites futilités, les
situations rocambolesques et les rencontres surprenantes donnent naissance
à un récit drôle et singulier. Chabouté tisse avec brio une histoire où plane la
magie d’un Tati, agrémentée d’un soupçon de Chaplin, quelques miettes du
mime Marceau et d’une pincée de Keaton ... 330 pages d’une aventure dont
le héros est un banc, un simple banc public... Juste un peu de bois et d’acier...
Peu de dessinateurs savent comme Chabouté raconter et rendre palpitant ce
qui se passe quand il ne se passe rien. Les "vraies gens " qui l’inspirent depuis
toujours (lire Tout seul, 2008), on les rencontre cette fois autour d’un banc,
dans un square qui est comme la scène d’un petit théâtre en plein air, avec des
vieux, des jeunes, la plupart seuls, qui sont là pour un court moment de répit,
d’attente, de lecture, de vide, qui se côtoient sans se voir ou en faisant mine
de, sans rien espérer de plus que de "tuer le temps". Des silhouettes qui peu
à peu s’animent, deviennent des personnages, à mesure qu’ils apparaissent,
disparaissent et repassent au fil des pages. Et que le temps passe.
Car c’est la décisive originalité de cette ronde rien moins que statique : on
voit, littéralement, défiler les jours, les mois, les saisons, tandis que s’installe
cette impalpable dimension où, dans un mélange subtil de mélancolie douce
et de cocasserie incongrue, le "rien" de ces moments suspendus fourmille
en fait d’infimes détails, futiles ou touchants, à partir desquels le lecteur a
tout loisir d’imaginer l’existence de chacun. Chabouté réussit à se glisser
dans les interstices de ces existences anonymes pour débrider une humanité
profonde, loin des conventions et des approximations du jeu social...
Un peu de bois et d’acier devient ainsi un très beau film en noir et blanc sur
la vie mode d’emploi, découpé, monté et rythmé au plan près, où l’auteur a
osé prendre le temps de "laisser de la place aux silences". Ce "film" muet,
sans la moindre ligne de dialogue, est irrésistiblement parlant.
Les petits ruisseaux / Rabaté. - Futuropolis, 2006
Deux petits vieux, Emile et Edmond, tuent le temps à la pêche, au bistrot ou au marché.
Emile est veuf et croît tout savoir d’Edmond, mais petit à petit ce dernier va entrouvrir la
porte de son jardin secret, sa passion pour la peinture nue et ses rendez-vous galants via une
agence. A la mort soudaine de son ami, Emile va vouloir retrouver la maison de son enfance
et il va surtout retrouver son appétit sexuel et élargir ses perspectives sur la vie.
CLT
BD
RAB
Un dessin sensible parvenant à illustrer des scènes amoureuses entre vieux avec pudeur et
justesse, tout en plongeant le lecteur dans un cadre campagnard plein de quiétude.
Rabaté ne va pas seulement se contenter d’aborder le sujet original, délicat et tabou qu’est
la sexualité du troisième âge, il va également nous livrer une chronique villageoise pleine
d’humour.
D’abord il va nous emmener dans le monde du troisième âge que l’on connaît, celui de la
solitude et de l’enchaînement de petites tâches quotidiennes qui rythment la vie paisible et
monotone des sexagénaires. Puis Rabaté va lentement nous ouvrir le jardin secret des vieux
en abordant leurs désirs sexuels de façon intelligente et sensible et en alternant sérieux et
humour. Plus que l’histoire touchante et le sujet original, c’est également l’authenticité du
cadre et des personnages qui font la réussite de cet album.
Il y a surtout Emile, qui à la mort de son ami Edmond va prendre conscience que sa vie
n’est pas totalement derrière lui. On s’identifie totalement à Emile, Emile c’est nos parents,
Emile c’est nous dans plusieurs années et Emile c’est surtout un type vachement attachant
qui finit par nous enlever un peu de cette peur de vieillir, car si vieillir c’est devenir comme
Emile, alors il y a de quoi être optimiste puisque la vie nous réservera encore assez de
surprises, juste avant de quitter cette planète.
Mais il y a aussi cette ambiance de terroir légère et drôle, ce cadre campagnard avec ses
personnages de comptoir qui respirent l’authenticité, l’harmonie et les rituels d’une petite
communauté villageoise.
Et finalement il y a Rabaté qui mélange le cadre, les personnages et son sujet pour nous
produire un petit chef-d’œuvre. Il construit un pont entre cette période où le viagra était
encore tabou et l’éventualité d’un monde où l’on trouvera normal de voir un septuagénaire
feuilleter un magazine de cul un pétard à la main. Il nous livre un message d’espoir sur une
vieillesse que l’on craignait sans avenir à la porte de la mort.
Il nous livre une belle leçon de vie de 94 pages et un autre regard sur les vieux, un regard
plein d’optimisme, de justesse, d’humour et de tendresse. Vive le troisième âge !
Le petit Cirque / Fred. - Dargaud, 1997
Léopold, sa femme Carmen et leur fils sont des
saltimbanques. Ils voyagent avec leur roulotte, donnant
de-ci de-là leur spectacle.
Sauf que chez Fred rien n’est normal… Carmen se
retrouve à tirer la roulotte, à se faire ferrer… Léopold
dompte des fleurs sauvages ou essaie d’attraper des
funambules migrateurs… et lorsque c’est le printemps
et qu’on roule les routes pour les nettoyer, la roulotte
chemine sur de longues robes de mariée.
Les premières pages donnent le ton : la caravane croise
des chevaux-clowns que les forains s’empressent de
capturer pour les faire rentrer dans leur troupe. A cette
espèce en voie d’apparition - du jamais vu ! - s’ajoute
une galerie de personnages loufoques qui contribue à
rendre l’histoire passionnante. On rencontre dans le
désordre : une plante carnivore géante, un arbre à violon
(dont les fruits ne sont pas mûrs), un homme-obus, des
funambules migrateurs et une main immense et vivante
(le fameux Manu-Manu des aventures de Philémon)
MHG
BD
FRE
Le Petit Cirque fut d’abord publié dans les pages de
la revue Hara-Kiri, puis repris en album en 1973. Ce
titre résume tout l’art de Fred : poétique, surréaliste,
mélancolique, cruel et tendre tout à la fois.
Complètement absurdes dans leurs idées, ces histoires
courtes en deux pages sont assez délirantes. Illustrées
par le graphisme si typique de Fred, mais ici en un noir
et blanc à l’encre de Chine assez superbe.
La part des anges / Ken Loach. - France télévisions distribution, 2012
A Glasgow, Robbie, tout jeune père de famille, est
constamment rattrapé par son passé de délinquant. Il
croise la route de Rhino, Albert et la jeune Mo lorsque,
comme eux, il échappe de justesse à la prison mais
écope d’une peine de TIG (travail d’intérêt général).
Henri, l’éducateur qu’on leur a assigné, devient alors
leur nouveau mentor en les initiant secrètement…
à l’art du whisky ! De distilleries en séances de
dégustation huppées, Robbie se découvre un réel
talent de dégustateur, bientôt capable d’identifier
les cuvées les plus exceptionnelles, les plus chères.
Avec ses trois compères, Robbie va-t-il se contenter
de transformer ce don en arnaque - une étape de plus
dans sa vie de petits délits et de violence ? Ou en
avenir nouveau, plein de promesses ? Seuls les anges
le savent…
MG
DVD
F
LAO
Une histoire de pieds-nickelés made in England
savoureuse et très réussie, menée de main de maître par
le réalisateur Ken Loach : celle d’un jeune délinquant
de Glasgow condamné à un travail d’intérêt général,
qui, au contact de l’éducateur, va trouver un sens à
sa vie en partageant sa passion du whisky et en se
lançant avec trois comparses dans une lucrative
arnaque de bouteilles. Si ce long métrage (plus léger
que ses films habituels) fait rire, l’engagement du
cinéaste, en décrivant avec justesse la violence et la
pauvreté actuelles, est toujours bien présent.
Ken Loach réussit encore une fois à nous entraîner
dans une histoire prenante. Le scénario est un vrai
bonheur, assuré par d’excellents acteurs !
Kill all enemies / Melvin Burgess. - Gallimard Jeunesse, 2012
Le dernier roman du romancier anglais, spécialiste
des émotions adolescentes fortes (Billy Elliot,
Junk…) porte ici un regard sans concession sur un
système qui exclut trop vite et condamne sans appel.
Comme le raconte l’auteur en postface, ce roman est
issu d’une commande (non aboutie) d’une chaîne
de télévision pour un documentaire. L’auteur a
rencontré pas mal d’adolescents en détresse, ce qui
donne à ce livre beaucoup de réalisme et un style
d’écriture assez rude mais bien écrit.
On suit en alternance trois adolescents de 15 ans
qui ont en commun leur mal de vivre et un gros
problème d’autorité : Billie, une fille qui se bagarre
souvent, Chris qui ne travaille pas à l’école, Rob qui
est victime de harcèlement par les collégiens à cause
de son physique.
Ils se retrouvent dans le même centre de réinsertion.
Si ces adolescents au style différent, déclarent la
guerre à la terre entière, c’est certainement pour la
même raison : attirer l’attention sur une injustice
dont ils sont prisonniers.
AM
JR BUR
Ado
Malgré tous les travers que provoquent ces
adolescents, l’auteur montre que, sous leur carapace,
se cache une extrême sensibilité et une profonde
générosité qui font d’eux des héros attachants, qu’on
ne peut quitter au fil des pages, et qu’on aimerait
aider pour qu’enfin ils s’en sortent.
Boss. Saison 1 / Gus Van Sant. - Metropolitan filmexport, 2013
Une série crée par Farhad Safinia.
Produite par Gus Van Sant (metteur en scène
majeur de sujets américains sensibles, qui a
également réalisé l’épisode pilote), cette série
nous invite à découvrir les coulisses de la
politique américaine à travers le portrait du Maire
de Chicago, un certain Tom Kane (interprété
avec maestria par Kelsey Grammer).
Ce personnage aussi fascinant qu’inquiétant
apprend qu’il est atteint d’une maladie
dégénérative et va devoir continuer à gérer les
affaires de sa ville sans rien dire, ou presque, à
son entourage familial et professionnel.
TM
F
VAN
B1
Très librement inspiré du Roi Lear de William
Shakespeare, "Boss" se révèle au fil des
épisodes comme une flamboyante tragédie
contemporaine.
Cruauté,
corruption
et
chantage, laissent finalement apparaître une
fragilité inattendue chez tous les protagonistes
de cette première saison. Comme souvent avec
les récentes séries US, on retrouve une direction
artistique particulièrement soignée (la musique,
par exemple, en harmonie idéale avec le climat
trouble qui règne sur la ville, ses dirigeants et
habitants).
L’été de Giacomo / Alesandro Comodin. - Survivance, 2012
Un film de Alessandro Comodin
"Au départ, c’est un documentaire sur Giacomo
et puis, au fil du tournage qui a duré deux ans,
c’est devenu un film avec Giacomo. Giacomo
est un copain, c’est le petit frère de mon meilleur
ami en Italie et il est sourd depuis peu après sa
naissance."
Cette rapide présentation du film par son
réalisateur, est peut-être la meilleure introduction
et invitation à voir ce premier long métrage
à l’évidente sincérité. Alessandro Comodin,
loin des scénarios trop parfaits et riches en
rebondissements dramatiques, se contente ici
de capter quelques jours et lumières d’été, et
d’accompagner ses personnages. Cette simplicité
non dénuée d’exigence (le metteur en scène
cite "Les Métamorphoses" d’Ovide ou Pasolini
comme influence), fait de "L’été de Giacomo"
une précieuse découverte de festivals aventureux
(le film a été récompensé à Locarno et Belfort)
mais également une échappée émouvante à
recommander au plus grand nombre.
TM
F
COM
E
MAPUCHE / Caryl Ferey. - Gallimard, 2012. - (Série noire)
En Argentine, Jana, sculptrice, est issue du peuple indigène Mapuche, longtemps
persécuté, privé de ses terres. Elle a dû se prostituer pour survivre durant la crise
financière de 2001-2002. Elle ne doit plus rien à personne, vit dans son atelier en
banlieue de Buenos Aires.
Rubén Calderon a survécu à l’enfer des geôles clandestines de l’Ecole
de Mécanique de la Marine, où sont morts sa sœur et son père.
Devenu détective, il recherche les enfants de disparus adoptés lors de la dictature
militaire de Videla, et travaille en lien avec les mères de la Place de Mai à Buenos
Aires, qui réclament la vérité sur la disparition de leurs maris et enfants, ainsi que la
justice contre leurs bourreaux.
La découverte d’un corps mutilé de Luz, dans le port de la Boca (Buenos Aires), un
travesti qui se prostituait sur les docks avec Paula, l’amie de Jana va provoquer la
rencontre de la sculptrice et du détective.
Ils se lancent à la poursuite des tueurs qui ont également enlevé la fille d’un homme
d’affaires proche des pouvoirs politiques. Luz et Maria Victoria ont été vues ensemble
juste avant le meurtre. Quels liens les unissaient ? Pourquoi les tuer ?
Rubén et Jana vont le découvrir et se replonger dans leur passé, affronter leurs
fantômes, mener une lutte armée sans merci contre leurs bourreaux... et réapprendre à
faire confiance et à aimer...
Violence, corruption, tortures et dictature forment la toile de fond de ce policier
haletant. On tremble pour les héros et on déteste les "méchants".
"Magnifique duo de combattants, dans un roman incarné, documenté et sensuel. Une
épopée lyrique, portée par une magnifique colère" (Télérama n°3260)
FM
Corpus
FERE
M
Caryl Ferey (41 ans) vit à Paris, il est l’auteur de deux autres romans déjà reconnus :
"Haka et Utu" (situé en Nouvelle Zélande) et "Zulu" (situé en Afrique du Sud).
"Zulu" a été primé 10 fois et traduit en 10 langues. Sur fond d’enquête, l’auteur dresse le
portrait du pays, dans lequel la violence et le sida sont les parts les plus apparentes. Le
héros a échappé à la milice dans sa jeunesse, il est devenu chef de la police criminelle et
mène une enquête sur la mort d’une jeune fille droguée (drogue inconnue)... l’apartheid
a disparu du pays mais les vieux démons sont toujours omniprésents.
Tu as changé ma vie / Abdel SELLOU. - Michel Lafon, 2012
"J’ai sonné à la porte de Philippe Pozzo di Borgo pour lui demander un autographe. On
était en 1994, il n’était pas encore le seul héros tétraplégique de l’histoire du cinéma, juste
un employeur potentiel. Je voulais sa signature pour toucher mon chômage. Il a préféré me
donner du boulot, tant pis pour moi.
Tant mieux. J’avais vingt ans et quelques, j’étais un petit voyou, je sortais de prison, je ne
savais rien faire de mes dix doigts et je ne pensais qu’à m’amuser. J’ai trouvé en lui un
jouet grandeur nature. Il était désespéré, il n’avait plus rien à perdre, on a tenté le diable
ensemble. Il m’a ouvert les yeux sur un monde que je croyais détester, le monde de ceux
qui ont tout. Je l’ai invité dans le mien où l’on ne possède rien… On n’était pas faits pour
s’entendre. On a fini par s’aimer.
Le film "Intouchables" s’est inspiré de nous. Il ne raconte pourtant qu’une infime partie de
notre histoire et pas du tout qui je suis. Peut-être un type bien, dans le fond. Peut-être pas.
Tout ce qui est sûr, c’est qu’avec moi, on se marre."
Et c’est vrai qu’on se marre en lisant ce livre au ton franc et juste. Parfois on rit jaune, et
parfois on a la larme à l’œil. Mais comme Abdel, son livre ne laisse pas indifférent.
Une belle leçon d’humanité, de solidarité, de générosité et de partage !
Si vous avez aimé le film "Intouchables", lisez ce livre et vous découvrirez la vie de "Driss"
avant sa rencontre avec l’homme qui a changé sa vie (la première moitié du livre se passe
avant le début de l’histoire racontée dans le film).
PE
362.4
SEL
"Je me suis mis au service de Philippe Pozzo di Borgo parce que j’étais jeune, jeune et con,
parce que je voulais rouler dans de belles bagnoles, voyager en première classe, dormir
dans les châteaux, pincer le cul des bourgeoises et me marrer de leurs petits cris offusqués.
Je ne regrette rien. Ni mes motivations d’hier, ni celui que je suis encore. Mais j’ai pris
conscience d’une chose en racontant ma vie dans ce livre : c’est que j’ai fini de grandir
auprès de Monsieur Pozzo, avec un grand M et un grand P et tout en grand, de l’espoir à
l’appétit de vivre en passant par le cœur. Voilà que je deviens lyrique à mon tour, comme
l’art abstrait…
Il m’a offert son fauteuil à pousser comme une béquille sur laquelle m’appuyer. Je m’en
sers encore aujourd’hui."
Un été avec Coo / Keiichi Hara. - Kaze, 2009
Koichi, petit écolier en quatrième année de primaire, découvre une
pierre bien étrange dans le lit asséché d’une rivière et la rapporte
à la maison. Alors qu’il décide de laver ce précieux trophée, un
étrange animal en sort. Surprise, c’est un kappa, un esprit de l’eau
appartenant aux mythes japonais...
En racontant l’été que Coo le kappa passe en compagnie de
la famille de Koîchi, "Un été avec Coo" arrive à installer une
ambiance toute nostalgique : on sait dès cette rencontre hors du
commun que l’appel de sa propre nature conduira Coo à vouloir
retrouver les siens. Sa présence au milieu du Japon d’aujourd’hui
ne tardera d’ailleurs pas à causer une certaine pression sur la
famille : les rumeurs de quartier se transforment bientôt en hordes
de journalistes et de fans. La crainte de Coo vis-à-vis des humains
se trouve fondée - d’autant qu’ils sont responsables de la mort
de son père, mais il aura appris grâce à Koîchi et sa famille que,
poussés par l’amitié et le sens de la famille, ces êtres sont capables
de beaucoup de sacrifices pour son bonheur.
L’animation reste assez simple, l’histoire progresse à petits pas, ce
qui n’empêche pas "Un été avec Coo" d’être un film très fort en
émotions, qui parlera aux enfants, à partir de 10 ans, comme aux
adultes.
EM
F
HAR
E
Bugsy Malone / Alan Parker. - TF1 Vidéo, 2002
Dans le New York des années 20, Fat Sam règne en
maître sur le cabaret "Le Grand Schlem" jusqu’au
jour où Dan le Dandy et son gang débarquent armés
du "Splurge Gun", mitraillette lanceuse de crème. Fat
Sam, aidé de la charmante danseuse Tallulah, va faire
appel aux services de Bugsy Malone afin de récupérer
sa place de boss. Arriveront-ils à renverser Dan le
Dandy ?
Une parodie de films de gangsters entièrement jouée
par des enfants. Les mitrailleuses sont donc remplacées
par des canons à petits suisses et tartes à la crème, les
voitures sont à pédales (ce qui donne d’incroyables
courses poursuites !) et le "special on the rocks" ne
désigne pas un bon vieux whisky pur sur glace mais
une grenadine (que l’on distille clandestinement !).
Au-delà de ces petites trouvailles, Bugsy Malone
est très bien joué, par de jeunes acteurs (dont Jodie
Foster alors âgée de 13 ans) qui prennent visiblement
beaucoup de plaisir à se mettre dans la peau des
adultes. La parodie tient par ailleurs vraiment la
longueur, et les quelques passages musicaux sont
savoureux et s’intègrent parfaitement au film.
EM
F
PAR
B
L’oubli est la ruse du diable / Max Gallo. - Paris : XO, 2012
"Ma machine à écrire était posée sur une caisse. Je m’asseyais à
même le sol, jambes écartées, serrant la caisse entre mes cuisses.
Dans le cône de la lumière que diffusait l’abat-jour d’opaline
verte, je ne voyais plus que le clavier, mes doigts et ces phrases
qui, alignées, régulières, me semblaient dictées par une voix qui
naissait dans ma poitrine et emplissait ma bouche d’une salive
âcre.
Ces mots, collés l’un à l’autre, allaient devenir des essais, des
livres. Je le savais, je le voulais, c’était ça mon vrai destin.
Ma première vie n’était qu’une apparence. Un jour, je n’aurais
plus à donner le change, à apprendre à faire fonctionner une
fraiseuse, à ajuster une queue d’aronde, à subir les sarcasmes
d’un professeur d’atelier qui m’accusait de n’être qu’un bon à
rien, un flemmard, un prétentieux qui avec ses grands airs n’était
même pas capable de limer en tenant son outil à quarante-cinq
degrés.
Je serais libre."
Max Gallo se livre à travers cette autobiographie exceptionnelle
qui se lit comme un roman.
SB
Corpus
GALL
O
Il trouve le ton juste pour raconter ses failles et ses blessures. De
ses origines d’immigré italien, ses prétentions de devenir autre
chose qu’un ouvrier, sa passion pour l’écriture, son engagement
politique et tant d’autres choses.
Tout cela fait un livre passionnant.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising