Quel avenir pour les lentilles intraoculaires phaques ? - LASIK

Quel avenir pour les lentilles intraoculaires phaques ? - LASIK
1
D. CHONG-SIT
Clinique de la Vision, PARIS.
Quel avenir pour les lentilles
intraoculaires phaques?
st-ce la fin des lentilles intraoculaires phaques (LIOP) ?
Telle est la question à laquelle
cet article se proposera d’apporter
quelques éléments de réponse en évoquant leur histoire passée et leurs indications actuelles.
E
A nos chers disparus…
Question excessive : oui et non. Au vu du petit séisme qu’ont
constitué début 2007 les alertes de l’AFSSAPS sur la nécessaire surveillance renforcée de tous les yeux implantés avec
des LIOP de chambre antérieure et le “retrait” des implants à
support angulaire GBR/Vivarte (et New Life) par la société
Zeiss-Ioltech et de l’implant Icare par la société Cornéal.
La société française et le monde de la santé en particulier sont
toujours sous le coup de l’affaire (pourtant assez ancienne)
dite “du sang contaminé” ; conséquence de cela, le “principe
de précaution” et de réelles retombées au quotidien pour les
ophtalmologistes français avec par exemple :
– des pratiques de stérilisation au plus haut niveau de sécurité
indiqué par l’AFSSAPS dans son Guide des Bonnes Pratiques
pour la désinfection des dispositifs médicaux contre les
ATNC de mars 2001 et leur corollaire : le “fameux” questionnaire “prion” concernant la transmission de la maladie de
Creutzfeld-Jacob,
– des modifications considérables depuis 2005 des indications d’angiographies consécutives aux mises en garde de
l’AFSSAPS sur les risques allergiques liés à la fluorescéine
injectable.
Si les mesures semblent parfois momentanément peu proportionnées aux risques réels, il n’en demeure pas moins que ces
“recommandations” ont souvent un effet d’électrochoc et
c’est à ce prix que nos pratiques, qu’on le veuille ou non, progressent vers une sécurité toujours optimisée.
Dans ce contexte, et compte tenu de la lourde responsabilité
potentielle au long cours, nombre de “chirurgiens réfractifs
français” se posent effectivement la question non pas de l’efficacité des LIO phaques, mais de la pertinence actuelle de
leur usage.
❚ ❚ “UNE BREVE HISTOIRE DU TEMPS”…
DES IMPLANTS PHAQUES
1. – La préhistoire
La chirurgie des fortes myopies à la fin des années 80 a dû
beaucoup au développement des implants phaques de
chambre antérieure à une époque ou épikératoplastie et kératomileusis étaient les techniques concurrentes [1], des chirurgies dont la “lourdeur technique”, les résultats et les complications peuvent faire frémir ceux qui ne connaissent de la
chirurgie réfractive que le Lasik dans sa version la plus
moderne et la plus sécurisée.
Au début des années 90, deux types d’implant étaient principalement disponibles en Europe :
– les implants en PMMA à fixation angulaire de G. Baïkoff :
leur efficacité remarquable rendait alors acceptables les complications (telles que halos et déformations pupillaires) survenant dans 30 à 50 % des cas,
– en 1991, les implants à fixation irienne (également en
PMMA), développés par Worst et Fechner [2] depuis 1986,
étaient déjà présents dans leurs secondes versions (dessin de
l’optique convexe/concave).
La surveillance endothéliale était déjà au cœur des préoccupations et les premières kératoplasties transfixiantes nécessaires ! Pour autant, en 1992, D.P. Choyce [3] concluait à la
supériorité de l’implant ZB5M (Domilens).
Edition Spéciale • Avril 2008 • CLV
Quel avenir pour les lentilles intraoculaires phaques ?
2
Les LIOP de chambre postérieure n’étaient pas en reste et
S. Fyodorov développa en 1986 le premier ancêtre des implants
phaques de CP : sa structure en téflon et silicone à fixation
pupillaire fut responsable de nombreuses complications à type
de cataractes, réactions inflammatoires et de pertes cellulaires.
Son usage fut arrêté en 1990. Les implants de 2e génération réalisés en silicone purifiée étaient des navettes à fixation dans le
sulcus ; un taux de cataracte sous-capsulaire antérieure proche
de 50 % avant 4 ans a justifié leur disparition.
2. – L’âge d’or (fig. 1)
A partir de 1997, nous entrons dans l’ère moderne des
implants phaques. La chirurgie réfractive est alors dominée
par le laser Excimer et le Lasik cherche encore ses limites
minimales et maximales. La chirurgie de la cataracte est déjà
phacoréfractive et réalisée sous anesthésie topique.
La révolution des LIOP vient alors de la chambre postérieure
puisque les laboratoires Staar proposent le premier implant
phaque souple permettant une chirurgie non astigmatogène.
Dérivé des implants de 2e génération, l’Implantable Contact
Lens (ICL) est positionné dans le sulcus et réalisé en collamer. R. Zaldivar [4] est responsable de son développement
international et J.L. Arné lui donne ses premières lettres de
noblesse en France.
Seules quelques craintes sur l’apparition d’éventuels glaucomes pigmentaires (non confirmées par la suite) et des
doutes sur les risques de survenue de cataracte tempèrent
alors l’enthousiasme pour ce nouveau produit. Rien ne s’oppose alors au développement des indications des implants
phaques qui trouvent naturellement leurs limites inférieures
vers -12 D (au-delà de celles du Lasik, en fonction des pratiques de chaque chirurgien).
Les implants à fixation irienne fabriqués aux Pays-Bas par Ophtec bénéficient également d’évolution positive et voient, malgré
une augmentation de diamètre de l’optique (à 6 mm pour les corrections, jusqu’à −15 D), une augmentation de la sécurité cornéenne par l’élargissement de l’espace de sécurité entre implant
et endothélium. Cet implant distribué en France en 1997 par
Cristalens a un essor remarquable à partir de l’année 1999; le
développement européen est mené par C. Budo [5], et ce sont
F. Malecaze et T. Xuan-Hoang qui en sont les grands artisans en
France. La précision réfractive (peut-être supérieure à celle de
l’ICL), l’avantage d’une seule taille d’implant (jamais trop
grand, ni trop petit!) et un coût moindre (liés à l’ancienneté de
l’implant et à la facilité de la fabrication des implants PMMA)
Edition Spéciale • Avril 2008 • CLV
Fig. 1 : Principaux LIO phaques myopiques en 2006.
vont lui assurer en France un succès mérité. L’implant deviendra
le premier implant européen validé par la FDA (les nécessités du
marché américain justifiant l’abandon du nom initial faisant référence à son créateur J. Worst et la nouvelle appellation Artisan).
En 2001, le choix s’élargit encore avec la mise à disposition sur
le marché européen et français de deux nouveaux implants:
● En chambre postérieure, le Phakic Réfractive Lens ou PRL,
navette en silicone de 3e génération, développé par Medénium
et commercialisé par Ciba Surgical, allie une excellente précision réfractive (la meilleure à mon avis, d’autant que les gains
de ligne d’acuité sont également exceptionnels !) avec l’avantage très important de n’avoir qu’une seule taille (en réalité
deux dont une destinée principalement au marché asiatique).
En chambre antérieure, G. Baïkoff présente l’ultime évolution de ses implants à fixation angulaire, le Vivarte (co-distribué par Ioltech en France sous le nom de GBR), qui semble
avoir tous les atouts :
– il s’agit du 1er implant phaque souple ; en acrylique hydrophile, l’optique est censée être virtuellement moins agressive
pour l’endothélium cornéen (notamment en cas de contact
peropératoire),
– ce tripode est étudié pour réduire les appuis angulaires et
limiter les déformations iriennes,
– il ne nécessite pas d’iridectomie périphérique, et est sans
risque de blocage pupillaire,
– et “cerise sur le gâteau” : une version presbytie (New Life)
en faisait le premier implant phaque multifocal (la chirurgie
de la presbytie au laser n’en était alors qu’à ses premiers balbutiements).
●
3
Quel avenir pour les lentilles intraoculaires phaques ?
Laboratoire
Matériau
Artisan/VerySize
Artiflex/VeryFlex
GBR
Ophtec/AMO
Ophtec/AMO
Zeiss-Ioltech
PMMA
Polysiloxane-PMMA
Flexizone
Navette “Claw”
Navette “Claw”
Dur
Souple
Pliage
–
Injectable
1
Icare
ICL
Corneal
Staar
PRL
Zeiss-Ioltech
2
Acrylique 26 %
Collamer
Tripode
Monobloc
Navette
Navette
Souple
Souple
Souple
Souple
+
+
+
+
+
–
+
–
+
+
+
Indice réfraction
1,49
1,43
1,47
NC
1,45
1,46
Situation
CA
CA
CA
CA
CP
CP
Clipage irien
Angulaire
Angulaire
Sulcus
Précristallinien
5,5
5,75
5,5
5
Forme
Optique
Fixation
Clipage irien
3
Z.O. en mm
Longueur en mm
Dioptries-IOL5
Incrément (Dpt)
Variantes
5 ou 6
4
4
6
Silicone
8,5
8,5
12 à 13
12 à 13,5
11,5 à 13,5
10,8 ou 11,3
−3 à −23.5
−2 à −14.5
−7 à −22
−5 à −20
−3 à −1
−3 à −20
0,5
0,5
0,5
0,25
0,5
0,5
Hyperm/torique
–
Presbytie
–
Hyperm/torique
Hypermétropie
1 Acrylique dur et souple (optique souple et haptiques rigides avec extrémités souples). 2 Polymère HEMA/Collagène (de porc, environ 0,1 %). 3 Il existe un ratio
de 1,25 entre la taille de la zone optique entre les chambres antérieure et postérieure (1 mm Z.O. en CAnt. correspond environ à 1,25 mm au niveau de la pupille). 4 Artisan : zone optique de 6 mm jusqu’à −15.5 D et de 5 mm jusqu’à −23.5 D, les autres implants ont également une diminution de la zone optique en fonction de l’amétropie. 5 Les amétropies corrigées sont différentes des puissances des implants, fonction des paramètres oculaires et de l’emplacement en chambres
antérieure ou postérieure.
Tableau I : Tableau comparatif des implants phaques myopiques (les implants bleutés ont été retirés).
Un dernier implant phaque français à support angulaire, dessiné par P. Sourdille, fut disponible en 2003 : l’Icare, de Cornéal. Malgré quatre points d’appui souples sensés absorber
les pressions, l’Icare n’a pas permis d’éviter complètement
les déformations pupillaires spécifiques à cette famille
d’implant.
3. – L’ère moderne
Enfin, le développement de l’imagerie du segment antérieur
mise au service des implants permettra d’analyser les
chambres antérieure et postérieure et de mieux comprendre
les rapports anatomiques des LIOP avec celles-ci.
Ce sont 7 cas de pertes cellulaires survenues 2-3 ans après la
pose d’implant New Life (et Vivarte-Presbytie) déclarés en
mars 2006 et ayant nécessité explantations ± kératoplasties
qui ont mis le feu aux poudres.
Cet âge d’or s’est concrétisé par une large place faite aux sessions sur les implants phaques dans les congrès ainsi que dans
la littérature [6] et par une volonté de tous les laboratoires
d’avoir leur LIOP, une quasi-disparition officielle des indications de chirurgie du cristallin clair avant 50 ans et une remise
en question des indications du Lasik dans la chirurgie des
myopies moyennes. Le brillant article de F. Malecaze en 2002
[7] fait alors référence et il semble acquis que la qualité de
vision après implantation (Artisan dans l’article) est meilleure
que celle obtenue après Lasik pour des myopies entre 8 et
12 dioptries. Actuellement, la version moderne du Lasik avec
découpe au laser femtoseconde et traitement asphérique ou
aberrométrique rend probablement moins pertinente la
conclusion de l’article.
Peu de chirurgiens s’étonneront de ces incidents, tant on a toujours su (consciemment ou non) que de mettre un quelconque
implant dans la chambre antérieure avait un risque endothélial
certain. J.L. Alió rapporte ainsi 24 cas d’explantation d’implant
à support angulaire [9]. L’honnêteté impose de dire que la microscopie spéculaire annuelle de surveillance prescrite par les chirurgiens étant malheureusement difficile à imposer aux patients
à moyen et long termes, la prise en charge de certains cas se faisant souvent avec retard. Aucune reprise commerciale ne semble
d’actualité (malgré les études de cas en cours) et plus de 1 an
après, cette suspension “provisoire” semble bien être définitive.
Comme rappelé en préambule, l’ensemble des implants
phaques à support angulaire a été retiré en 2007 du marché
français ou pour le moins leur “commercialisation a été temporairement suspendue” [8] (tableau I).
Autre conséquence en France : la surveillance de tous les
implants phaques de chambre antérieure doit être réalisée tous
Edition Spéciale • Avril 2008 • CLV
4
Quel avenir pour les lentilles intraoculaires phaques ?
4. – Leurs indications découlent naturellement des
limites et/ou des contre-indications du Lasik
>>> Fortes amétropies myopiques et hypermétropiques
Fig. 2 : Implants phaques postopératoires.
Il s’agit bien entendu de la principale indication. Les limites
et les indications chirurgicales sont fonction des préférences
et de l’expérience des chirurgiens. Il existe un certain consensus (en France) sur l’usage systématique des implants
phaques au-delà de -12 D en cas de myopie et de +6 D en cas
d’hypermétropie. Leur emploi privilégié à partir de -10 et
+5 D est par ailleurs courant. L’intervention s’adresse à des
yeux sains, dont l’amétropie est stable (stabilité parfois relative en cas de très forte myopie). L’amblyopie relative n’est
pas une contre-indication ; au contraire, puisqu’un gain d’une
à plusieurs lignes d’acuité visuelle est bien plus fréquent
après implantation phaque qu’après chirurgie cornéenne.
>>> Pachymétrie faible
Si pour de nombreux auteurs une épaisseur cornéenne inférieure à 480 μ contre-indique le Lasik, une vigilance particulière est nécessaire en deçà de 500 μ. Les indications du Lasik
en cas de cornée “fine” peuvent parfois être élargies, en tenant
compte des nouvelles technologies que sont les découpes du
capot par les lasers femtoseconde (en particulier Intralase FS :
choix de l’épaisseur du capot à 10 μ près, à partir de 90 μ) [10].
Mais, aucune économie tissulaire réalisée par réduction de la
taille de la zone optique ne doit se faire au détriment de la qualité de vision, on doit ainsi parfois proposer en cas de myopie
moyenne une implantation plutôt qu’une chirurgie cornéenne.
Fig. 3 : Planche chirurgicale PRL : anesthésie sous-ténonienne, insertion du
PRL à la pince, dépliage de l’optique, ablation du viscoélastique, obtention
d’un myosis avant IP.
>>> Anomalies cornéennes topographiques et antécédentes de chirurgie cornéenne
les 6 mois, y compris pour les implants à fixation irienne (type
Artisan) et ceux-ci ne doivent plus être utilisés pour des myopies < −5 D (indications rares de toutes façon !). Plus étonnant, au niveau international : la commercialisation prévue de
l’AcrySof phaque de chambre antérieure à support angulaire
a été reportée sine die ! (il n’y aura pas selon Alcon France de
“sortie mondiale” sans distribution sur le marché français !).
Le kératocône est bien évidemment une contre-indication
absolue à la réalisation d’une chirurgie réfractive cornéenne
classique au laser. Par précaution, le 2e œil d’un patient ayant
un kératocône doit être considéré comme à risque. La
recherche de kératocône dit “fruste” est délicate et nécessite
une grande rigueur dans l’analyse topographique (Orbscan+++). En cas d’antécédents de chirurgie cornéenne (parfois multiple), le traitement de l’amétropie résiduelle pourra
parfois faire préférer une chirurgie sur œil phaque pour des
amétropies modérées (myopie post-kératoplastie transfixiante par exemple). Les implants phaques toriques (Artisan/Verysize et ICL) trouveront sûrement dans ce dernier cas
(assez rare !) d’excellentes indications, si un fort astigmatisme est associé à l’amétropie sphérique.
En pratique: ne sont plus disponibles que les implants phaques de
chambre postérieure et les implants à fixation irienne (fig. 2 et 3):
– ICL (myopique, hypermétropique et torique),
– PRL (myopique, hypermétropique),
– Artisan et Verysize (myopique, hypermétropique et torique),
– Artiflex et Veryflex (myopique).
Edition Spéciale • Avril 2008 • CLV
5
Quel avenir pour les lentilles intraoculaires phaques ?
5. – Des complications sont possibles ; ne seront
évoquées ici que les plus emblématiques
>>> La cataracte
Les cataractes nucléaires sont particulières aux forts myopes et
surviennent indifféremment en cas d’implantation antérieure ou
postérieure. La cataracte traumatique peropératoire est exceptionnelle (chez le fort myope). La survenue d’opacité sous-capsulaire
antérieure est assez spécifique des implants situés en chambre
postérieure (2 à 10 %). En dehors des manipulations peropératoires proches du cristallin, elle peut certainement s’expliquer par
un contact plus ou moins permanent (au centre ou en périphérie)
en cas d’implant trop petit ou intermittent ne survenant peut-être
que lors de l’accommodation. Le calcul de l’implant ne pose pas
de problème spécifique, contrairement à celui réalisé chez les
patients opérés de chirurgie réfractive cornéenne. La gestion de la
cataracte est plus simple en cas d’implant souple, puisque l’ablation de l’implant (le plus souvent aisée) se fera au travers d’une
petite incision qui ne fuira pas lors de la phacoémulsification.
>>> Endothélium cornéen et microscopie spéculaire
Le contrôle préopératoire est nécessaire pour tous les types
d’implant (> 2 500 cell. avant 45 ans). La surveillance annuelle
doit être poursuivie au long cours (les contrôles biannuels de la
microscopie spéculaire sont impératifs) pour les différents types
d’implant de chambre antérieure. Elle est facultative pour les
implants situés dans la chambre postérieure, car en dehors de
manipulations peropératoires inadaptées ou d’hypertonies
majeures prolongées, il n’y a pas de risque de perte cellulaire
liée à l’implant lui-même. Pendant longtemps, un doute a persisté sur la survenue de pertes cellulaires continues après
implantation en chambre antérieure des implants type Artisan.
La géométrie de l’implant et sa taille unique sont certainement
des facteurs de sécurité vis-à-vis de l’endothélium cornéen.
Mais le clipage à l’iris spécifique de cet implant et la “learning
curve” qui en découle sont probablement responsables des interrogations suscitées car une fixation insuffisante (parfois responsable de décrochage intempestif ou d’un “tilt”) ou un décentrement partiel rendront ces implants beaucoup moins inoffensifs!
Son bon usage est donc comme son nom l’indique, particulièrement “chirurgien-dépendant”.
>>> Luxation d’implant dans le vitré
Cette complication dont la fréquence est exceptionnelle (estimation personnelle de 0,1 à 0,5 %) n’a jamais été décrite en
France. Elle concerne le seul PRL qui par principe n’est pas
fixe en CP (l’hydrophobie de la silicone et la “petite taille” de
l’implant en sont responsables). Des cas survenus en Espagne
et en Italie principalement concerneraient des très forts
myopes dont la zonule auraient été “cisaillée” par le bord de
l’implant. A minima, certains cas de déplacement secondaire
± subluxation ont été également publiés.
❚ ❚ CONCLUSION
Compte tenu de leur large champ d’action et de l’excellence
de leurs résultats, l’avenir des implants phaques n’est pas
réellement menacé. Probablement rares seront les chirurgiens
qui arrêteront les techniques d’implantation, mais certains
semblent mettre en stand-by leurs indications, le temps de
redéfinir leurs choix thérapeutiques. Un probable essor des
implants de CP est à prévoir, car les chirurgiens qui ont dû
changer d’implant préfèrent se ré-orienter loin de la cornée (au
risque de se rapprocher du cristallin !). Une certaine morosité
dans ce domaine est néanmoins sensible, avec pour simple
preuve le peu de communication concernant les implants
phaques lors de la prochaine SAFIR 2008 (2 seulement),
contrastant avec le programme des années antérieures où une
cession complète leur était consacrée. Par ailleurs, si un
manque de “dynamisme” des laboratoires et de leurs services
de “recherche et développement” se fait sentir dans les années
à venir, il y aura probablement un déclin de ces techniques
additives comparé au développement continu des techniques
soustractives au laser.
■
Remerciements à Nathalie Gratteau (documentaliste).
Bibliographie
1. COLIN J, et al. The surgical treatment of high myopia : comparison of epikeratoplasty, keratomileusis and minus power anterior chamber lenses.
Refract Corneal Surg, 1990 ; 6 : 245-51.
2. FECHNER PU et al. Worst-Fechner biconcave minus power phakic iris-claw
lens. J Refract Surg, 1999 ; 15 : 93-105.
3. CHOYCE DP. The correction of high myopia. Refract Corneal Surg, 1992 ;
8 : 242-5.
4. ZALDIVAR R et al. Laser in situ keratomileusis for myopia from −5.50 to −
11.50 diopters with astigmatism. J Refract Surg, 1998 ; 14 : 19-25.
5. BUDO C et al. Multicenter study of the Artisan phakic intraocular lens.
J Cataract Refract Surg. 2000 ; 26 : 1 163-71.
6. CHONG-SIT D. Les implants phaques : Actualités 2003 et coup d’œil sur
l’avenir. Les Cahiers d’Ophtalmologie, 2003 ; 48 : 23-5.
7. MALECAZE FJ et al. A randomised paired eye comparison of two techniques
for treating moderately high myopia : LASIK and artisan phakic lens. Ophthalmology, 2002 ; 109 : 1 622-30.
8. STRUXIANO V. Unité matériovigilance des implants et des consommables –
AFSSAPS. Lentilles intraoculaires faces de chambres antérieures. Vigilances
(Bulletin d’information de l’AFSSAPS), n° 35, février 2007.
9. ALIO JL et al. Angle-supported anterior chamber phakic intraocular lens
explantation causes and outcome. Ophthalmology, 2006 ; 113 : 2 213-20.
10. CHONG-SIT D. Découpe d’un volet cornéen au laser femtoseconde IntraLase : mode d’emploi. Les Cahiers d’Ophtalmologie, 2006 ; 98 : 45-50.
Edition Spéciale • Avril 2008 • CLV
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising