La brochure d`information

La brochure d`information
Lycéens et apprentis
au cinéma ‒
Editorial
Le dispositif Lycéens et apprentis au cinéma
mis en place par la Région Île-de-France en
partenariat avec le Centre National de la Cinématographie, la Direction Régionale des Affaires
Culturelles, l’Éducation Nationale et le réseau de
salles de cinéma d’art et d’essai, permet aux lycéens
et apprentis de découvrir ou de redécouvrir des
grands classiques, des films d’auteurs, et de se familiariser avec un cinéma qui privilégie la diversité
culturelle.
Lycéens et apprentis au cinéma ne cesse de progresser :
en ‒,   élèves des Académies de
Créteil, Paris et Versailles y ont participé et 
enseignants ont bénéficié des sessions de formation.
Pour l’année scolaire ‒, le dispositif
propose aux lycéens et apprentis quatre films issus
de la liste nationale : L’Aurore de F.W. Murnau,
Pickpocket de Robert Bresson, Bled Number One de
RabahAmeur-Zaïmeche,The Host de Bong Joon-Ho,
et un film régional : « Cœurs » de Alain Resnais,
un film d’un cinéaste majeur dont la Région
Île-de-France avait aidé la production.
Le rôle de la Région est de soutenir le cinéma
et tout particulièrement le cinéma indépendant,
un cinéma qui ne trouve pas toujours facilement
des moyens de financer ses projets.Depuis , date
de la création du Fonds de soutien aux industries
techniques cinématographiques et audiovisuelles
de la Région Île-de-France, près de  œuvres
ont été aidées. Parallèlement, la Commission du film
a œuvré pour renforcer l’attractivité de la Région
comme lieu de tournage et de production.Toutes
ces actions font déjà de la Région Île-de-France
la première collectivité territoriale à soutenir
le cinéma et l’audiovisuel.
La Région Île-de-France soutient également toutes
les manifestations qui renforcent la diversité
culturelle et favorise la création comme par exemple
les festivals.
2
La toute récente Palme d’or décernée par Sean
Penn au film de Laurent Cantet Entre les murs nous
a fait chaud au cœur. Outre le fait que c’est un
grand film : un juste portrait de « l’école telle
qu’elle est » pour reprendre les mots de François
Bégaudeau (auteur du roman dont est tiré le scénario
et acteur principal), c’est aussi un film soutenu
financièrement par la Région Île-de-France.
Et lorsque le film sortira,ce sera aussi l’occasion pour
les jeunes franciliens de découvrir sur grand écran
le meilleur du cinéma. Cantet, Ameur-Zaïmeche,
Bong, Murnau, Bresson, Resnais : le cinéma n’est
pas une affaire d’égoïstes, les coups de « Cœurs »
sont faits pour être partagés.
Jean-Paul Huchon
Président du conseil régional d’Île-de-France
Francis Parny
Vice-président chargé de la culture
et des nouvelles technologies de l’information
et de la communication
Conseil régional d’Île-de-France
 rue Barbet-de-Jouy .  Paris
Tél      . www.iledefrance.fr
Le comité de pilotage composé d’élus du
Conseil régional, de représentants des partenaires
institutionnels du dispositif, d’enseignants,
d’exploitants de salle de cinéma et de parents
d'élèves choisit quatre films sur la liste nationale
du Centre national de la cinématographie.
Le cinquième film est proposé uniquement en
région Île-de-France. À partir des cinq films
proposés, les enseignants peuvent composer leur
propre programmation en abordant diverses
formes et écritures cinématographiques à travers
des œuvres et des auteurs qui ont marqué
le cinéma ou sont représentatifs de la production
contemporaine.
La programmation
‒, e année
Films issus de la liste nationale :
L’Aurore de Friedrich Wilhelm Murnau (Etats-Unis, )
Pickpocket de Robert Bresson (France, )
Bled Number One de Rabah Ameur-Zaïmeche (France/Algérie, )
The Host de Bong Joon-Ho (Corée du Sud, )
Film régional : Cœurs de Alain Resnais (France, )
L’ensemble de cette programmation est présenté dans les pages suivantes par Émile Breton.
Émile Breton, né le  février , à Alès (Gard). Journaliste depuis  : La Voix de la Patrie
(Montpellier), La Marseillaise (Marseille) ; rédacteur en chef adjoint du mensuel La Nouvelle Critique,
responsable de la rédaction à l’hebdomadaire Révolution, collaborateur de diverses revues (Cinéma, Bref).
Publications : remise à jour des dictionnaires du cinéma et des cinéastes de Georges Sadoul ;
Femmes d’images, éditions Messidor et trois livres sur les banlieues. Participation à des ouvrages collectifs :
Allons z’enfants au cinéma ! (Les Enfants de cinéma), Dictionnaire du cinéma mondial (chapitre Hongrie),
Dictionnaire des cinéastes et Eyal Sivan, un cinema di un’altra Israele, tous trois en Italie. Actuellement,
critique de cinéma, chroniqueur à L’Humanité.
3
Très loin derrière,
en contrebas, des passants, vus à travers la verrière de
la gare surplombant la ville, circulent sur un trottoir,
de l’autre côté d’une rue où passent des
automobiles. Le train démarre, sort du champ
à gauche. La fumée dissipée, apparaît le trottoir
le plus proche de la gare, que masquait le train.
Dans ce seul premier plan,et sa profondeur de champ,
les petits personnages les plus éloignés aussi nets que
l’énorme locomotive, se lit la jubilation de Murnau,
appelé à Hollywood après les succès de ses films
allemands, de disposer du gigantisme des studios
américains, capables de mettre l’industrie au service
d’un rêve de cinéaste. Mais il ne s’agit pas que de
moyens matériels. Ce premier plan est suivi de deux
autres, la locomotive filant à travers la campagne et
un bord de mer où dans la même image se côtoient
des baigneuses et un paquebot.
Un train stationne en gare.
L’Aurore
C’est bien du monde contemporain au tournage
qu’il va être question, un monde où la vitesse
des déplacements (on le pensait déjà) abolit
les anciennes distances, spatiales aussi bien que
sociales. Non sans ravages sur les individus.Tel est
le sujet du film. L’histoire est simple, pour ne pas
dire simplette, avec son exaltation de l’amour
conjugal et sa mise en garde contre les « mauvaises
femmes » : une femme de la ville, en vacances,
entreprend la conquête d’un jeune fermier et tente
de le persuader de se débarrasser de sa femme pour
vivre avec elle à la ville. Murnau, parce que d’entrée
avec ces trois plans successifs de ville, de campagne
et de lieu de vacances, relevant proprement du
cinéma fantastique a clairement montré qu’il n’avait
pas l’intention de raconter une « histoire vraie »
avec les moyens traditionnels du récit naturaliste,
l’a transfigurée. Ainsi, pour ne prendre que deux
exemples, à la première rencontre de la « mauvaise
femme » et du fermier dans la nuit, apparaissent en
surimpression, sur la lande où ils s’étreignent,
les danseurs frénétiques d’un club de jazz vers
lequel elle voudrait l’entraîner. Et à l’inverse, lorsque
le mari et la femme, en ville, se sont enfin retrouvés,
c’est une forêt accueillante qui s’ouvre pour eux
en plein milieu des embouteillages de la grande cité.
Un tramway aussi réel que sorti d’un rêve a fait
le lien entre les deux univers. C’est qu’alors le film
devait parler autrement qu’en paroles. Et s’il y eut
jubilation certaine pour Murnau à s’exprimer ainsi,
le bonheur du spectateur n’est pas moins grand,
car il doit être attentif à tout ce qui doit lui « parler ».
Il devra noter que les éclairages sur le visage
de la « mauvaise femme » lui donnent un masque
figé aux yeux noirs, alors que la lumière nimbe
de douceur les traits de la paysanne. Ou encore
qu’aucun des trois trajets en barque rythmant le film
n’est identique à l’autre, corps du rameur crispé sur
les avirons pour le premier, fureur de l’étrave
fendant l’eau au second, douceur de la navigation
à la voile (avant la tempête) pour le troisième.
Et suivre les métamorphoses dans le film de cette
botte de roseaux destinée à camoufler un meurtre
et qui aura un tout autre usage. On pourrait citer
bien d’autres exemples, mais il ne faut pas oublier
l’humour jaillissant au cœur même de la tragédie.
De la course du cochon fantôme porté sur le vin
rouge au gandin rajustant l’épaulette de son
élégante compagne, les signes n’en manquent pas.
Mais eux aussi font sens : ils disent la joie de vivre
d’un couple retrouvé.
L’Aurore (Sunrise) de Friedrich Wilhelm Murnau
Etats-Unis, 1927, noir et blanc, muet, 1h46
Avec George O’Brien, Janet Gaynor, Margaret Livingston,
Friedrich Wilhelm Murnau…
5
D’abord noter que Pickpocket est un précieux
document sur le Paris de la fin des années
cinquante. Paris, ses tramways à plateforme
arrière derrière lesquels on court, le métro et
ses poinçonneurs, le hall de la gare de Lyon proche
encore des gares de province où des hommes en
complet gris cravate se précipitent vers des guichets
Pickpocket
juste assez encombrés pour que la promiscuité
subie permette de plonger la main entre une veste
et un gilet où se cache un portefeuille. Paris
des bistrots aussi où un commissaire de police
va boire son Picon-citron et l’hippodrome
de Longchamp où l’on affiche à la main
les résultats des courses. Bresson met en effet
à décrire ces lieux le même soin qu’à montrer
les différentes façons de soulager son prochain
d’un sac, de quelques billets ou, plus délicat,
d’une montre. En solo, par équipes de deux ou
de trois, c’est toujours un travail en souplesse
pour lequel il faut s’exercer : assouplir ses doigts,
négliger le pouce pour faire de l’index et
du majeur une pince, se servir d’un journal plié.
Partir du fait que Pickpocket peut être lu comme
un document n’est évidemment pas le réduire
à cela. Dans un des indispensables petits textes
(indispensables en ce sens que quiconque veut
mieux voir un film de Bresson doit les lire et les
relire) de ses Notes sur le cinématographe (Gallimard,
1975) Bresson évoque, dans son style télégraphique, « la parlure visible des corps, des objets,
des maisons, des rues, des arbres, des champs. »
Et c’est bien visiblement ici, cette « parlure » qui
l’intéresse, pas le documentaire sur un moment
de la vie parisienne. Ce qu’il veut qu’on voie,
et qu’il montre d’entrée, ce sont les écailles
de misère d’un escalier montant à la chambre
de bonne fermée par un seul crochet de Michel,
l’étudiant qui sera le pickpocket du film. Car cette
chambre dénuée du moindre meuble qui pourrait
signifier que son occupant a quelque souci
des apparences, dit tout de suite que vit là un être
6
à part. Son jeu du chat et de la souris avec
le commissaire, ange gardien ou démon tentateur,
le confirmera : c’est du côté de Dostoïevski,
du surhomme de Nietzsche qu’il se place. Il ne se
veut pas voleur ordinaire. Il y a, et jusque dans son
visage anguleux, fermé, du moine-soldat en lui.
Il pratique ses exercices de tire-laine comme
d’autres leurs prières et mortifications quotidiennes.
Une ascèse. Et la force du film vient de l’ancrage,
dans le Paris contemporain au tournage, de
la quête d’absolu d’un personnage tendu, tension
lisible dans le moindre de ses gestes, vers
l’accomplissement de ce qu’il pense être son destin.
C’est pourquoi les gestes du pickpocket sont
décrits avec la plus extrême précision.
Il ne s’agit pas de dire, comme aurait fait un autre
cinéaste, que Michel est un pickpocket, mais
de le montrer au travail. Car la patience seule de
l’apprentissage heure après heure, dans la solitude
de la chambre, face à un veston suspendu à
un cintre, des séances de flippers déliant les doigts,
peut conduire à la virtuosité d’un ballet de mains
gare de Lyon. Là, l’exécutant est enfin assez sûr
de lui pour glisser dans la poche d’un inconnu
le portefeuille qu’il vient de voler pour le récupérer
dans le wagon où il a suivi l’involontaire complice.
Que cette quête ait été une quête mystique,
le dernier plan le dit assez, où Michel s’est enfin
trouvé. Mais il y a plus : il faut voir aussi, dans
ce film, une image du cinéma rêvé par Bresson
« Ton film, écrit-il dans ses Notes, qu’on y sente
l’âme et le cœur, mais qu’il soit fait comme
un travail des mains. »
Pickpocket de Robert Bresson
France, 1959, noir et blanc, 1h15
Avec Martin Lassalle, Marika Green, Pierre Leymarie,
Pierre Etaix…
Il y a une apparente continuité narrative
entre les deux premiers films de Rabah
Wesh Wesh, qu’est-ce qui
se passe ? (2002) et Bled Number One (2006).
Une continuité paradoxale, notée dès le titre
du second, avec son « Number One », puisque dans
le premier, le protagoniste retrouve, après avoir été
expulsé de France en Kabylie à sa sortie de prison,
la banlieue parisienne de son adolescence,
transformée dans l’intervalle de cet exil et que
le deuxième évoque son séjour en Algérie. Cela
dit sur le même ton de la chronique familière,
le personnage central étant dans les deux cas joué
par Rabah Ameur-Zaïmeche lui-même. Mais là
n’est pas l’essentiel : du premier film au second,
le regard sur le monde, décalé, change. Ainsi
le héros de Bled Number One est perdu en Algérie,
débarquant en taxi dans son village comme
il l’avait été dans WeshWesh apercevant de la route
les tours de sa cité.
Ameur-Zaïmeche,
Bled
Number One
Il retrouve ses amis de jeunesse, les packs de bière,
les longues conversations sur la terrasse, où
il devient « Kamel la France », héros d’aventures
au-delà des mers, mais lorsque, dans la paix
d’une campagne sèche, sous les oliviers on égorge
un jeune taureau, sang giclant, souffle rauque
de la trachée ouverte, pour le sacrifice de la Zerda,
il ne sait pas que les hommes et les femmes
doivent manger leur part séparément et se joint
à la procession des femmes. Les « barbus »
le choquent, pour qui le jeu de dominos est
invention du diable et molestent ceux qui
se livrent comme à ce passe-temps immémorial
et qui menacent d’égorger le fournisseur de bière,
boisson interdite qu’ils répandent au sol. Il ne
comprend pas davantage que se forme au village
un groupe d’autodéfense. « Il faudra l’éduquer »
dit un de ses amis.Voilà pour la chronique.
Avec l’arrivée d’un personnage féminin, Louisa,
le film bascule. Elle aussi revient au village mais
dans de toutes autres conditions. Mariée à la ville,
elle a fui son mari qui veut l’empêcher de chanter.
Elle trouve refuge dans la maison maternelle mais
aucune compréhension. Sa mère, qui la dit folle
parce qu’elle ne veut plus de son mari, fait venir
le taleb pour la guérir des djinns. Il lui commande
de faire sept fois le tour de la mosquée et de
se baigner à la mer dans sept vagues successives.
Elle est la honte du village. Si son mari enfin vient
la retrouver, c’est pour la frapper encore et
la chasser. Une vie de chien.Ainsi se retrouve-t-elle
en hôpital psychiatrique à Constantine, emmenée
par des passants qui l’ont empoignée sur
la rambarde du pont surplombant les gorges
de l’oued Rummel.
Tant qu’elle était restée au village, Kamel avait été
son ange gardien, transformant l’exorcisme par
les vagues, aux pieds d’un cargo échoué, éclat
rouge du minium écaillé sur le gris rouillé de
la ferraille, en baignade sensuelle, habits mouillés
plaqués au corps, et les sept tours autour de
la mosquée en galopade joyeuse. Après quoi,
adossée à l’un des piliers du porche, Kamel
allongé à ses côtés sur un coude, elle avait chanté
pour la première fois. C’est un plan fixe d’une très
grande beauté, vision bucolique à contre-jour sur
un ciel clair. Mais même là elle ne sourit pas.
On ne la verra se détendre de bonheur que
lorsque, à l’hôpital psychiatrique, elle chante pour
les pensionnaires : elle leur donne de la beauté,
son chant. À ce moment-là, moment de grâce,
Louisa, jusqu’alors dans l’ombre de Kamel, passe
au premier plan. Elle est le double du cinéaste,
lui qui a fait ce film pour dire aux autres
la douceur d’une colline au pays sous le ciel bleu,
le tremblé des feuilles d’olivier. La beauté
du monde, la folie du monde. Le cinéma.
Bled Number One de Rabah Ameur-Zaïmeche
France, 2006, couleur, 1h42
Avec Rabah Ameur-Zaïmeche, Meriem Serbah,
Abel Jafri, Ramzy Bedia…
9
La créature qui sort de la rivière Han, un jour
d’été où les habitants de Séoul sont venus chercher
un peu de fraîcheur sur les berges est peut-être
bien une descendante de Godzilla, le monstre né
en 1954 de l’imagination d’un cinéaste japonais,
Hondo. Mais Godzilla, monstre des temps où
le péril atomique faisait trembler le monde était
sorti de la terre, où il dormait à la faveur
d’une explosion de la bombe H. Alors qu’à
cette créature-là, aussi pataude que lui et indifférente
comme lui aux humains qui se trouvent sous
ses pattes, fourmis qu’on écrase sans même les voir,
on a donné pour l’exploitation internationale avec
l’accord du réalisateur coréen Bong Joon-Ho,
le nom de Host. Et c’est bien d’un hôte qu’il s’agit,
The Host
comme un cancer est l’hôte de l’organisme aux
dépens duquel il prolifère. Il faut voir en effet
The Host comme le film de genre qu’il est, et monté
selon les règles présidant à ce genre « monstre »,
avec massacres d’innocents, horreur de la bête
visqueuse sortie des eaux, antique Léviathan
à la gueule pleine de dents et aux multiples mâchoires
articulées comme les engrenages d’un broyeur,
mais aussi comme un révélateur de la société.
Au centre du film, une famille de petites gens,
le père, Park Hee-Bong, tenant un snack au bord
de la rivière, une fille championne de tir à l’arc,
deux fils dont l’aîné pas très futé, Park Gong-Du,
gamin attardé qui a pourtant déjà une fille
d’une douzaine d’années,Yun-Seo. Leur quotidien
est scrupuleusement décrit, entre confection
de plats de nouilles ou crevettes grillées et bavardages
avec les promeneurs du dimanche, instants arrachés
à la télévision retransmettant un championnat
de tir à l’arc où la fille de la maison sera battue.
Et soudain, la catastrophe, la bête, courses folles,
hurlements et son lourd piétinement auquel rien
ne résiste, voitures ou enfants. Quand elle replonge
dans le fleuve, elle enserre, dans sa longue queue
préhensile, la petite Yun-Seo, à la rage impuissante
de son père. Peu après, la sonnerie d’un téléphone
10
portable (on est moderne et le cinéaste ne manque
pas d’humour, ce qui ne peut nuire dans ce genre
de film) apprendra qu’elle est en vie, on ne sait où.
Commence la quête qui est généralement
le moteur de ce type de films, relançant à chaque
étape le suspens. Mais la force du film est ici la mise
en avant de la famille qui mobilise toutes
ses ressources, l’astuce de la fillette prisonnière
du monstre, les inventions de son père bien moins
endormi qu’on l’aurait cru et l’adresse de la tireuse
à l’arc. Face à cette détermination familiale, le vieux
chef de famille succombant dans la lutte, éclate
l’incurie des autorités. Mesures prises à contretemps,
mise sous surveillance policière des parents
de la fillette, ces petits boutiquiers qui prétendent
délivrer à eux seuls la ville, tout ce qui est mis
en place ne fait qu’accroître la panique.Cette morale
est peut-être un peu rudimentaire. Il n’empêche :
l’avancée du film, entre manga et dramaturgie
classique, montre bien que cette créature sortie
d’on ne sait où, agit comme le révélateur des maux
d’un monde passablement malade. Double sens
que note le réalisateur dans un entretien : « Mon seul
principe, dit-il, est de faire des films que j’aimerais
voir en tant que spectateur. » Mais il ajoute :
« J’ai cherché à ancrer l’histoire dans le contexte
concret de la société coréenne. »
The Host de Bong Joon-Ho
Corée du Sud, 2006, couleur, 1h59
Avec Song Kang-Ho, Byun Hee-Bong, Park Hae-Il,
Bae Doo-Na, Ko A-Sung…
Quiproquos, rencontres inattendues, personnages au comportement étrange, ce pourrait
être une comédie bien enlevée. Et la première
séquence, discussion entre un agent immobilier
et une cliente dans un grand appartement vide,
au cours de laquelle chacun s’efforce de ne pas
répondre aux arguments de l’autre, semble aller
dans cette direction du non-sens, très britannique,
puisque le film comme Smoking/No Smoking
(1993), est adapté d’une pièce de Alan Ayckboum.
Mais il y a la neige. La neige qu’on a vu tomber
à l’extérieur lorsque la cliente exigeante a ouvert
la fenêtre, ce qui est normal, mais qui envahit
l’écran et l’appartement à la fin de la séquence,
ce qui l’est beaucoup moins.
On peut dès lors se poser quelques questions,
d’autant que cette neige, on la retrouvera, à deux
exceptions près, tout au long du film, séparant
une séquence de la suivante. Neige, cœurs glacés ?
Pourquoi pas, d’autant que, dans l’intimité
d’un moment de confidence, Lionel parlant
de son père, sénile et insupportable à Charlotte,
l’employée passablement déjantée de l’agence
immobilière accessoirement garde-malade,
cette neige sort de son rôle d’agent de liaison,
si l’on peut dire. Elle s’abat, lourde, collant aux
vêtements dans l’appartement bien calfeutré,
poudrant la table de cuisine et le buffet désuet,
givrant les mains de l’homme et de la femme
se joignant. En très gros plan. Mais il y a plus.
Tout au long de cette ronde où, comme dans
le film de Max Ophüls de ce nom, on passe
d’un personnage à l’autre en une chaîne de
rencontres, cette neige obsédante comme un hiver
qui n’en finit pas devient le marqueur du film.
C’est la solitude de chacun qu’elle souligne.
Comme si ces êtres englués dans la banalité
du quotidien, aspirant à une autre vie, perdaient
les traces de ceux qu’ils cherchaient dans la neige
qui recouvre tout.
De même dans les principaux décors, appartement
vide, blanc cru des murs, caissons baroques
du plafond, bar et les pastels vert et rose
de ses parements, agence immobilière, froide
de son mobilier fonctionnel, où la caméra a tout
loisir de se déplacer avec une élégante aisance,
il y a toujours un rideau plus ou moins
transparent, ou la claire-voie d’une cloison, pour
séparer les familiers du lieu. Et c’est une autre
façon de dire ces solitudes et l’infranchissable
dans la proximité même. Ainsi, par exemple,
de ce moment où Thierry, le chef de l’agence
immobilière et Charlotte, son employée, à qui
la veille il a « manqué de respect » sont vus de dos,
chacun à son bureau et à un bout de l’écran
à égale distance d’un rideau de fins rubans
de plastique, vu de champ. C’est cet obstacle
Cœurs
d’abord à peine visible pour le spectateur et
qu’un déplacement de la caméra révèlera qu’ils
devront franchir pour se parler. Il est donc clair que,
de ce qu’on aurait pu croire une comédie de plus
sur les difficultés de communication, la mise
en scène de Alain Resnais, au sens le plus large,
fait une œuvre dense sur le pathétique de
la solitude en un monde froid. Cela va de l’usage
de la neige comme élément structurant
au placement des comédiens dans le décor,
à la mise en évidence de détails comme
le flamboiement d’une fleur artificielle sur
le corsage d’une jeune femme se rendant
à un rendez-vous par petites annonces ou au jeu
de circulation d’une cassette vidéo pour donner
sens à de pauvres vies. À la fin, une caméra
surplombante filme en contre-plongée chacun
de ces solitaires.
Cœurs de Alain Resnais
France, 2006, couleur, 2h05
Avec Sabine Azéma, Isabelle Carré, Laura Morante,
Pierre Arditi, André Dussollier, Isabelle Carré,
Claude Rich, Lambert Wilson…
13
Mode d’emploi
Le public concerné
Le dispositif s’adresse à tous les élèves des lycées,
publics et privés sous contrat d’association, d’enseignement général et technologique, professionnel, agricole (BTS inclus), et de niveaux ,  et
 des Centres de Formation d’Apprentis (CFA)
d’Île-de-France.
Les inscriptions
Les dates limites d’inscription sont le  septembre
 pour les lycées de l’académie de Paris, le
 septembre  pour les lycées des académies
de Créteil etVersailles et le  octobre  pour les
CFA de toutes les académies. Les dossiers d’inscription sont adressés par les rectorats à tous les
proviseurs de lycée et par la DDEEFP à tous les
directeurs de CFA. Afin de favoriser la mise en
place du dispositif dans les lycées et la qualité de la
démarche pédagogique,le dispositif doit être inscrit
dans le projet culturel de l’établissement et le
proviseur permet aux enseignants de participer aux
journées de formation prévues par l’opération.
De même, il est souhaitable que la participation
des formateurs aux journées de formation soit
facilitée par les directions des CFA.
En s’inscrivant, les enseignants :
• choisissent les films. La programmation ‒
 comporte cinq films, parmi lesquels les
lycées et les CFA sélectionneront au minimum
trois films. Les projections destinées aux élèves
seront organisées sur le temps scolaire ;
• s’engagent auprès de la coordination régionale
et de leur salle de cinéma partenaire à assister avec
toutes les classes inscrites à la projection de tous
les films choisis par l’équipe pédagogique ;
• désignent un enseignant–coordinateur au
sein de l’établissement. Il est l’interlocuteur
privilégié de la coordination régionale et du rectorat
(DAAC) tout au long de l’année :
– il transmet les documents, recueille et diffuse
les informations dans son établissement,
– il est consulté pour la mise en place des calendriers de projections,
14
– il fait part des suggestions et d’éventuelles
difficultés,
– il transmet les propositions d’action culturelle à
ses collègues inscrits.
Les formations
La formation des enseignants sur les films programmés et plus généralement sur le cinéma
constitue la clé de voûte de l’opération. Elle est
conçue et organisée par la coordination régionale,
en partenariat avec les DAAC (Délégations Académiques à l’Education Artistique et à l’Action
Culturelle) des rectorats.
Les formations, inscrites au Plan Académique
de Formation (PAF), sont destinées :
– aux professeurs des lycées publics d’enseignement
général, technologique, professionnel ou agricole ;
– aux professeurs des lycées privés sous contrat
d’association ;
– aux formateurs de CFA ;
– aux équipes des salles de cinéma.
> Académie de Créteil
Une journée de projection des films du programme, accompagnée par un intervenant.
Au choix :
– lundi  octobre ,
– mardi  octobre ,
– jeudi  octobre .
Lieu Espace 1789
‒, rue Alexandre Bachelet .  Saint-Ouen.
Formation autour des films en trois sessions de
même contenu :
–  et  octobre ,
–  et  octobre .
Lieu Espace 
‒, rue Alexandre Bachelet .  Saint-Ouen.
–  et  octobre .
Lieu Espace Jean Vilar
, rue Paul Signac .  Arcueil
Une formation thématique à public restreint :
–  et  mars .
> Académie de Paris
Cinq journées de formation réparties en deux
modules différents :
– Projection et étude des films :,  et  oct.,
– Formation thématique :  et  mars .
Lieu Cinéma Le Denfert
, place Denfert-Rochereau .  Paris.
Ces formations sont à public désigné. Les convocations sont établies à partir des demandes de chaque
lycée, formulées dans le dossier d’inscription :
il n’y a pas lieu de s’y inscrire par le biais du PAF.
> Académie de Versailles
Une journée de projection des films du programme, accompagnée par un intervenant.
Au choix :
– lundi  octobre ,
– mardi  octobre ,
– jeudi  octobre .
Lieu Espace 
‒, rue Alexandre Bachelet .  Saint-Ouen.
Formation autour des films en trois sessions de
même contenu :
–  et  octobre ,
–  et  novembre ,
–  et  novembre .
Lieu Espace Jean Vilar
, rue Paul Signac .  Arcueil
Une formation thématique à public restreint :
–  et  mars .
– en périphérie parisienne, la circulation des
copies est établie par l’ACRIF. La date des séances
est fixée par le cinéma partenaire, en collaboration avec l’enseignant–coordinateur de chaque
établissement ;
– à Paris, la circulation des copies pour chaque film
est établie par les CIP, qui fixent le calendrier des
séances en partenariat avec l’enseignant–coordinateur
du dispositif au sein de chaque établissement et en
concertation avec le cinéma choisi.
La coordination prend en charge les frais de transport des copies depuis la dernière salle inscrite au
planning de circulation jusqu’au stock des distributeurs. Le transport des copies de salle en salle est
assumé par les cinémas. Les salles de cinéma partenaires du dispositif ont la possibilité de proposer
trois séances supplémentaires par film au maximum (sous réserve de la circulation pré-établie par
la coordination), ouvertes à tous les publics, aux tarifs habituels de la salle.
Les documents pédagogiques
Le dossier enseignant
Lors des journées de formation, chaque enseignant
reçoit les dossiers pédagogiques des films édités
avec le soutien du Ministère de la Culture et de la
Communication (Centre National de la Cinématographie).
Ce dossier est complémentaire de la formation,
il est conçu pour permettre aux enseignants de
travailler sur les films avec leurs élèves et ainsi de les
préparer à la projection.
Le rôle des salles de cinéma
Les salles de cinéma jouent un rôle essentiel dans
la réussite de cette action. Chaque cinéma partenaire s’engage à garantir une qualité optimale
lors des séances :
– accueil des élèves et enseignants (soit par la
personne responsable du jeune public, soit par un
membre de l’équipe du cinéma) ;
– respect du format de projection, et du réglage
image et son ;
– l’effectif ne doit pas excéder  élèves par
séance ;
La fiche élève
Chaque élève reçoit un document spécifique de
quatre pages comportant synopsis, fiche technique
et artistique, ainsi que quelques éléments d’analyse
du film, distribué par les enseignants.
Les dossiers enseignants et fiches élèves sont téléchargeables sur le site www.lyceensaucinema.org
Mot de passe livrets
Le dossier enseignant et la fiche élève de Cœurs
seront téléchargeables fin septembre , sur les
sites de l’ACRIF et des CIP.
15
L’action culturelle
L’accompagnement des films
Toutes les classes inscrites au dispositif peuvent
bénéficier d’un accompagnement des films par des
professionnels du cinéma (critiques, réalisateurs,
scénaristes, monteurs...). De septembre  à juin
,   élèves d’Île-de-France ont bénéficié
de  interventions.
Les projets artistiques
La coordination régionale est un interlocuteur
attentif et un partenaire potentiel pour l’élaboration de Projets Artistiques et Culturels.
Les festivals
L’immersion dans un festival est pour les élèves un
temps fort de découverte de films et de rencontres
(cinéastes, techniciens, équipe du festival). Les projets
de participation à un festival de cinéma sont élaborés en concertation entre l’enseignant–coordinateur,
la coordination régionale et le festival.
Temps d’images
Du  au  octobre 
à la Ferme du Buisson à Noisiel
www.tempsdimages.org
Festival du cinéma européen
Organisé par Cinessonne
Du  au  octobre  en Essonne
www.cinessonne.com/festival.php
Festival Européen des  écrans
Du  au  novembre  à Paris
www.festival-4ecrans.eu
Rencontres cinématographiques
de la Seine-Saint-Denis
Du  au  novembre 
www.cinemas93.org/rencontre.php
Festival International du Film
d’Environnement
Du  au  novembre  à Paris
www.festivalenvironnement.com
Songes d’une nuit DV
Rencontres internationales du film d’auteur
en numérique, organisé par Altermédia
Du  au  décembre 
www.altermedia.org
Côté court
Festival international de films courts
au Ciné  à Pantin.
Du  au  juin 
www.cotecourt.org
Les structures culturelles
Tout au long de l’année, des projets spécifiques
seront proposés avec nos partenaires :
Cinémas , Cinessonne, Cinéma Public,
Écrans VO, Périphérie, …
Carte Partenariat Culturel
L’ACRIF et les CIP proposent aux lycéens
et aux apprentis inscrits dans le dispositif
une carte offrant un tarif réduit, pendant un an,
dans leurs salles de cinéma respectives.
Les modalités financières
Image par image
Festival de cinéma d’animation en Val-d’Oise,
organisé par Ecrans VO
Du  février au er mars 
www.valdoise.fr/content/content144938.html
Festival À hauteur d’enfant
Du  au  février 
au cinéma Les  marches à Sevran
www.cine39marches.fr
Le prix des places est fixé à , € par élève et
par séance (gratuité pour les enseignants et les
accompagnateurs). Les transports restent à la
charge des établissements. Néanmoins, la coordination régionale, après analyse des besoins éventuels de transport des établissements les plus
éloignés de la salle de cinéma, pourra prendre en
charge ces frais (le plafond pour l’ensemble des
départements franciliens étant fixé à % des élèves
inscrits).
Festival Intérieur Jour
Du  octobre au  novembre 
au cinéma Les Toiles à Saint-Gratien
Cinéma du réel
Festival International du film documentaire
Du  au  mars 
au Centre Georges Pompidou à Paris
www.cinereel.org
Les Ecrans documentaires
Films documentaires du monde entier
Du  octobre au  novembre 
à l’Espace Jean Vilar à Arcueil
www.lesecransdocumentaires.org
Festival International de Films de Femmes
Du  au  mars 
à la Maison des Arts de Créteil
www.filmsdefemmes.com
Bibliothèque du film (BiFi)
 rue de Bercy .  Paris
     . http://www.bifi.fr
Le Mois du film documentaire en Île-de-France
André S. Labarthe, cinéaste
Novembre 
www.acrif.org et www.moisdudoc.com
Théâtres au cinéma
Du  mars au  avril 
au Magic Cinéma à Bobigny
www.magic-cinema.fr
Bibliothèque André Malraux
 boulevard Raspail .  Paris
    
http://www.bibliotheques.paris.fr
16
Bibliothèque Nationale de France
Quai François Mauriac .  Paris
     . http://www.bnf.fr
Centre de ressources documentaires
du Centre National de la Cinématographie
 rue Boissière .  Paris
    
http://www.cnc.fr (rubriques Images
de la culture et Documentation)
Centre National de Documentation
Pédagogique
 rue d’Ulm .  Paris cedex 
     . http://www.cndp.fr
Sites internet
ABC – Le France de Saint-Etienne
www.abc-lefrance.com
L’espace vidéo des enseignants et des élèves
www.lesite.fr
Ouvrir le cinéma
http://ouvrir.le.cinema.free.fr
Site des enseignements de cinéma
Le quai des images
www.ac-nancy-metz.fr/cinemav
Les lieux ressources
Ateliers Diffusion Audiovisuelle (ADAV)
 rue des Envierges .  Paris
     . Fax     
http://www.adav-assoc.com
17
Coordination régionale
Contacts
Coordination régionale :
DAAC :
ACRIF – Association des Cinémas
de Recherche d’Île-de-France
(pour les académies de Créteil et Versailles)
 rue de Châteaudun .  Paris
     . Fax     
contact@acrif.org . www.acrif.org
Déléguée générale Hélène Jimenez
Coordination Laurence Deloire,
Natacha Juniot et Nicolas Chaudagne
Académie de Créteil
Déléguée académique Brigitte Vaucher
Conseillère pour le cinéma Monique
Radochévitch
     . Fax     
monique.radochevitch@ac-creteil.fr
CIP – Cinémas Indépendants Parisiens
(pour l’académie de Paris)
 rue Saint-Martin .  Paris
     . Fax     
contact@cinep.org . www.cinep.org
Déléguée générale Françoise Bévérini
Coordination Anne Bargain et
Isabelle Laboulbène
Partenaires institutionnels :
Région Île-de-France
Chargé de mission cinéma Olivier Bruand
     . Fax     
olivier.bruand@iledefrance.fr
Chef du Service apprentissage Olivier Leray
Chargée du suivi des dispositifs culturels
des apprentis Hatoumoussa Konaré
     . Fax     
hatoumoussa.konare@iledefrance.fr
Centre National
de la Cinématographie / Service de
la diffusion culturelle Elise Veillard
     . Fax     
elise.veillard@cnc.fr
DRAC Île-de-France
Chargé du cinéma Daniel Poignant
     . Fax     
daniel.poignant@culture.gouv.fr
18
Académie de Paris
Délégué académique Jean-Marie Touratier
Chargée du cinéma Nathalie Berthon
     . Fax     
nathalie.berthon@ac-paris.fr
Académie de Versailles
Délégué académique Alain Moget
Chargée du cinéma Marie-Christine Brun-Bach
     . Fax     
marie-christine.brun-bach@ac-versailles.fr
Direction régionale de l’Agriculture
et de la Forêt
Déléguée aux affaires culturelles
du Service régional de formation et
de développement Pascale Zyto
     . Fax     
pascale.zyto@educagri.fr
La Région Île-de-France a confié la coordination régionale au groupement solidaire
ACRIF – CIP, attributaire du marché public. Elle est chargée de la mise en œuvre
du dispositif : suivi technique, calendrier des projections, impression des documents
pédagogiques, organisation des stages de formation, choix des intervenants, mise
en place d’actions culturelles complémentaires.
L’Association des Cinémas de Recherche d’Île-de-France (ACRIF), créée en  par des
programmateurs de salles de cinéma de la région parisienne, regroupe actuellement  cinémas
Art & Essai et Recherche ( écrans).Autant de villes, autant de situations spécifiques et une
ambition commune : faire connaître des lieux de cinéma qui proposent aux publics un travail singulier
de programmation et d’animation.
L’association a pour objectif :
– d’être un lieu de réflexion qui permet aux équipes des salles de mettre en commun leurs expériences,
d’échanger sur leurs pratiques et d’explorer de nouvelles pistes de travail,
– de soutenir et favoriser la promotion de films qui, par leur aspect novateur et leur distribution plus
fragile économiquement, éprouvent davantage de difficultés pour rencontrer un public,
– de travailler à l’élargissement et à la formation des publics et des équipes.
À ce titre, l’ACRIF est soutenue par la DRAC Île-de-France qui l’a notamment chargée depuis 
de la coordination du Mois du film documentaire en Île-de-France.
 rue de Châteaudun .  Paris
Tél      . Fax      . contact@acrif.org . www.acrif.org
L’association Cinémas Indépendants Parisiens (CIP), créée en , regroupe
 salles Art & Essai et Recherche ( écrans), indépendantes et parisiennes.
En  ans, elle a élaboré différentes activités destinées au public scolaire : les Rendez-vous des CIP qui
participent d'une même volonté : permettre au jeune public une approche du cinéma, en considérant
ce qu’il représente réellement pour les enfants et les adolescents d'aujourd'hui ainsi que la place qu'il
occupe dans le monde des images.
Depuis sept ans, cette expérience trouve son prolongement hors du temps scolaire avec L’Enfance de
l’art-cinéma qui vise à donner aux jeunes spectateurs la même liberté de choix que leurs aînés. Leur
montrer d'autres images – mondes, pensées– pour éveiller une curiosité et leur donner envie d'aller voir
ailleurs, au-delà des tendances et des goûts dominants.
L’association est chargée également des opérations nationales initiées conjointement par le Ministère de
la Culture et de la Communication et le Ministère de l'Education Nationale – Collège au Cinéma, Lycéens
et apprentis au Cinéma en Île-de-France, options cinéma et audiovisuel, Projets Artistiques et Culturels.
 rue Saint-Martin .  Paris
Tél      . Fax      . contact@cinep.org . www.cinep.org
19
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising