Téléchargez les textes des invités.

Téléchargez les textes des invités.
20 nov > 2 déc 2012
UN FESTIVAL DES IDÉES
Live aux Subsistances
Changement de climat : que faut-il changer ?
Mardi 20 novembre | 19h
Jacques Comby/ France
Jean-Baptiste Fressoz / France
Hervé Kempf / France
Rencontre animée par :
Michel Lussault
Géographe à l’Université de Lyon
(École normale supérieure de Lyon)
Les Subsistances - 8 bis Quai Saint-Vincent 69001 Lyon
Réservations auprès des Subsistances - 04 78 39 10 02 - www.les-subs.com
www.festival-modedemploi.net
Avec :
Jacques Comby, professeur de géographie, est président de l’Université Jean Moulin Lyon 3. Spécialiste de la climatologie et du risque, il participe à des réseaux de recherches locaux et nationaux. Il est l’auteur d’une centaine d’articles, dont nombre ont
paru dans des revues internationales (Atmospheric, Research, Advances in Geoscience,
World Climate of Survey...).
Jean-Baptiste Fressoz, historien des sciences, des techniques et de l’environnement,
enseigne à l’Imperial College (Londres). Dans L’ Apocalypse joyeuse, il retrace une histoire politique du risque technologique et de sa régulation, revenant sur les controverses
toujours soigneusement écartées que le progrès ne peut manquer de soulever.
> L’ Apocalypse joyeuse, une histoire du risque technologique (Seuil, 2012)
Hervé Kempf a publié la trilogie Comment les riches détruisent la planète, Pour sauver
la planète, sortez du capitalisme et L’ Oligarchie ça suffit, vive la démocratie (Seuil) : dans
ces “long-sellers” traduits en plusieurs langues, il montre comment crise écologique,
crise sociale et déclin de la démocratie sont indissociables. Il est par ailleurs un des
journalistes français d’environnement les plus réputés.
> L’ Oligarchie ça suffit, vive la démocratie (Seuil, 2011)
Animé par :
Michel Lussault, géographe à L’ENS Lyon, préside le pôle de recherche et d’enseignement supérieur de l’Université de Lyon et dirige l’Institut Français d’Éducation. Dans tous
ses travaux, il rappelle l’importance de la prise en compte de l’espace social et des spatialités pour l’analyse et la compréhension des sociétés contemporaines. Il se focalise en
particulier sur les questions liées à la mondialisation urbaine. Il vient de coordonner avec
le philosophe Thierry Paquot le numéro 63 de la revue Hermès, consacré aux « Murs et
frontières » (CNRS éditions, sept 2012).
2
> L’ Avènement du monde. Essai sur l’habitation humaine de la terre (à paraître mars 2013, Seuil)
Jean-Baptiste
Fressoz
Changement de
climat : que faut-il
changer ?
Question immense à laquelle je tenterai de
répondre en creux : changement de climat,
de quoi héritons-nous ? De quelle histoire
de la modernité devons-nous nous armer
pour penser de manière plus pertinente
la crise environnementale contemporaine
dont le changement climatique représente
l’aboutissement?
Une première possibilité, qui n’est pas celle
que je propose, est d’en proposer des récits philosophiques grandioses en retraçant
ses origines dans notre être au monde. Nos maux écologiques constitueraient
l’héritage de la modernité elle-même : la science grecque tout d’abord qui conçoit la
nature comme soumise à des lois extérieures aux intentions divines ou humaines ; le
christianisme ensuite qui invente la singularité de l’homme au sein d’une création qu’il
doit aménager ; la révolution scientifique enfin qui substitue à une vision organiciste
de la nature, celle d’une matière inerte soumise à des lois mécaniques. Je renvoie ici
entre autres aux travaux de Lynn White, de Carolyn Merchant, de Bruno Latour ou de
Philippe Descola. La « parenthèse moderne » se refermerait de nos jours seulement,
lorsqu’après trois siècles de modernisme frénétique transformant le monde et
ignorant l’environnement, survient enfin la crise climatique contemporaine. On dit
alors de la modernité qu’elle est devenue réflexive, c’est-à-dire qu’elle questionne
dorénavant sa propre dynamique.
Ce type de récit présente au moins trois problèmes. Le premier, politique, c’est que
remettant tout en cause, il ne s’attaque à rien : changer de cosmologie, répudier la
modernité, rompre avec les distinctions nature/politique, tout cela est extrêmement
passionnant, mais peu envisageable dans le temps qui nous est imparti pour changer
radicalement notre rapport à l’environnement. En prétendant dévoiler les sources
profondes du mal, le grand récit philosophique est à la fois intellectuellement fascinant
et politiquement inoffensif. Les catégories anthropologiques qu’il mobilise demeurent
en dehors de toute prise politique et occultent des phénomènes qui nous ont, à coup
sûr, conduit au bord de l’abîme : la multiplication des hommes et des choses à partir
du XIXe siècle, et donc le biopouvoir et le capitalisme industriel. Si l’on veut parvenir à
constituer une société écologique, il faut veiller à ne pas se tromper d’ennemi et donc
à ne pas confondre la logique de la crise climatique avec celle de la modernité.
Son deuxième défaut est historique. À mesure que les historiens s’intéressent à ces
questions, ils découvrent que la modernité n’a jamais été univoque dans sa vision
mécaniciste du monde et dans son projet de maîtrise technique. Apparaissent au
contraire des cosmologies variées où la maîtrise de la nature n’impliquait pas son
mépris mais, au contraire, la compréhension de ses lois et la volonté de s’y soumettre
pour agir efficacement et durablement.
Par exemple, le XIXe siècle est marqué par des inquiétudes très fortes quant à la rupture
métabolique entre ville et campagne : l’urbanisation, c’est-à-dire la concentration
des hommes et de leurs excréments, empêchait le retour à la terre des substances
minérales indispensables à sa fertilité. Tous les grands penseurs matérialistes, de
Liebig à Marx, ainsi que les agronomes, les hygiénistes et les chimistes mettaient en
garde à la fois contre l’épuisement des sols et la pollution urbaine. Dans le troisième
3 Retrouvez les textes des invités dès demain sur www.festival-modedemploi.net
volume du Capital, Marx critiquait les conséquences environnementales des grands
domaines vides d’hommes de l’agriculture capitaliste qui rompaient les circulations
matérielles entre société et nature. Selon Marx, il n’y avait pas « d’arrachement »
possible vis-à-vis de la nature : quels que soient les modes de production, la société
demeurait dans la dépendance d’un régime métabolique historiquement déterminé,
la particularité du métabolisme capitaliste étant son caractère insoutenable.
Prenons l’exemple du climat et du changement climatique. De la fin du XVIIIe jusqu’au
milieu du XIXe siècle, les sociétés européennes sont traversées par un immense doute
climatique lié à la déforestation. Les arbres, par les échanges qu’ils entretiennent
avec l’atmosphère, tempèrent les climats, assèchent les lieux humides et humidifient
les lieux secs ; ils préviennent en outre l’érosion et les inondations. La déforestation
est interprétée comme une rupture dans l’ordre naturel et/ou providentiel équilibrant
les cycles de matière entre terre et atmosphère. Dans la première moitié du XIXe
siècle, les accidents climatiques et les inondations sont systématiquement rapportés
à l’action humaine. En France, on accuse la Révolution, la vente des bois nationaux et
l’exploitation à courte vue des forêts par une bourgeoisie nouvelle. En Angleterre, c’est
le problème des enclosures qui est débattu dans l’idiome climatique : la multiplication
des haies et des herbages, en augmentant « la surface d’évaporation », a rendu le
climat anglais encore plus humide et froid.
Deux remarques. Premièrement la déforestation entraîne des conséquences globales
et irréversibles affectant l’équilibre des flux de matière sur le globe. Par exemple, les
hivers terribles des années 1817-1819 sont attribués à la croissance de la calotte
glacière elle-même causée par la déforestation et l’augmentation de l’humidité dans
l’atmosphère. Deuxièmement, ces théories ne sont ni ignorées ni marginales : dans
les années 1820, de nombreux savants à travers l’Europe étudient la question du
changement climatique; en 1821 le ministre de l’intérieur lance une enquête nationale
et en 1836 une commission parlementaire sur le changement climatique est créée.
Aux XVIIIe et XIXe siècles, la question du changement climatique est d’autant plus
grave que selon la médecine et l’anthropologie de l’époque, le climat et donc son
changement affectent les santés et même la forme des corps. Les sociétés évoluent
en rapport avec les enveloppes climatiques qu’elles façonnent. Le climat fait la somme
de toutes les transformations environnementales possibles ; l’action technique
réverbère dans le climat qui modifie en retour les constitutions humaines. Le climat
devient le lieu épistémique où se pensent les conséquences de l’agir technique sur
l’environnement : ce qui détermine les santés et les organisations sociales ne relève
plus seulement de la position sur le globe, mais des choses banales (l’atmosphère,
les forêts, les formes urbaines etc.) sur lesquelles on peut agir en bien comme en
mal.
Il faut donc prendre en compte ce fait étrange et dérangeant que la destruction moderne
des environnements ne s’est pas faite comme si la nature ne comptait pas, mais au
contraire dans un monde où régnaient des théories climatiques qui faisaient des
choses environnantes les productrices mêmes de l’humain. Les sociétés passées n’ont
pas massivement altéré leurs environnements par inadvertance, ni sans considérer,
parfois avec effroi, les conséquences de leurs décisions. Le changement climatique
contemporain (qui ne l’est pas tant que ça quand on sait que ses causes sont élucidées
à la fin du XIXe siècle et que son étude précise remonte aux années 1950) et plus
généralement la crise environnementale font suite, non pas à une sorte de modernisme
aveugle ignorant l’environnement, mais, bien au contraire, à deux siècles de réflexions
et d’inquiétudes quant à l’altération humaine du climat et de la nature.
4 Retrouvez les textes des invités dès demain sur www.festival-modedemploi.net
Ce point n’est pas simplement historique. Il est crucial de l’avoir en tête pour nous
garder d’une vision par trop optimiste du contemporain, nous garder d’un sentiment
de satisfaction à la fois trompeur et naïf. Ce qui m’amène au troisième défaut du
grand récit mentionné en introduction. Ce que je vise par « optimisme naïf », ce sont
les théories postmodernes qui affirment que nous serions entrés depuis peu dans
une nouvelle ère de précaution, de réflexivité, de conscience environnementale. Ces
théories fabriquent une série d’oppositions factices servant à faire valoir la nouveauté
radicale de notre situation : modernité et post-modernité (ou modernité réflexive),
société du progrès et société du risque. Or si l’histoire n’a aucune leçon à donner,
il me semble qu’elle peut aider à nous déprendre de l’illusion délétère que nous
serions la première génération à prendre en compte les risques technologiques
et environnementaux, que nous serions enfin sortis d’une frénésie moderniste
pour entrer dans l’ère de la précaution. Finalement le plus dérangeant est que nos
ancêtres ont détruit les environnements en toute connaissance de cause. En ce sens,
les échecs successifs des sommets de Copenhague, de Cancun et de Rio+20, ou la
ruée actuelle sur les gaz de schistes ne sont absolument pas des accidents.
5 Retrouvez les textes des invités dès demain sur www.festival-modedemploi.net
Hervé
Kempf
Au XIXe siècle, le mouvement ouvrier était
animé par une espérance révolutionnaire :
Changement de
l’exploitation capitaliste était terrible, mais
la conviction était forte que si l’on organisait
climat : que faut-il
autrement la société, notamment en renversant
changer ?
l’injustice de classes, un « avenir radieux »
était possible. Conjuguée avec une vision
optimiste du développement de la science et
de la technique — vision que le mouvement
socialiste partageait avec la bourgeoisie —, cette anticipation d’une société idéale
nourrissait un sentiment utopique largement partagé, dont quelques marqueurs sont
les noms de Saint-Simon et Fourier, ou le mouvement coopératif.
La situation dans laquelle nous sommes au XXIe siècle est inverse. Malgré la dureté
des temps pour beaucoup des habitants de cette terre, la situation matérielle est
globalement meilleure qu’elle ne l’était au XIXe, mais en revanche la vision de
l’avenir est beaucoup moins optimiste. La perspective essentielle devient d’éviter la
catastrophe écologique.
Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas rêver. Mais que les conditions du rêve sont
totalement différentes. Nous ne visons pas un état parfait futur de l’humanité, mais le
maintien des conditions permettant de rendre possible la préparation d’un état parfait
futur.
L’autre aspect de la situation est que le risque autoritaire ne découle pas des dérives
du mouvement progressiste entraîné par la recherche de son idéal, mais de la dérive
du parti conservateur qui abandonne progressivement l’idéal et même les formes de
la démocratie qui ont accompagné le développement du capitalisme au XIXe siècle. Il
y a là aussi une inversion du paradigme par rapport au XXe siècle.
Vous me pardonnerez d’indiquer que l’analyse détaillée de cette évolution de l’idéologie
capitaliste est menée dans L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie1.
Je relèverai juste ici, dans la dérive autoritaire du capitalisme qui vise à répondre aux
tensions écologiques et sociales croissantes, trois aspects :
1 - la politique toujours plus « sécuritaire » engagée depuis le 11 septembre 2001 au
nom de la lutte contre le terrorisme ;
2 - la stratégie du choc qui est à l’œuvre. Comme l’explique Naomi Klein dans son
ouvrage éponyme2, face à une situation de crise et de faiblesse de la société, le
capitalisme ne va pas chercher à remédier aux maux de celle-ci, mais au contraire
profiter de sa plus faible résistance pour précipiter le programme de libéralisation
économique et de privatisation maximum.
3 – le détournement de la colère et du malaise des classes populaires et des classes
moyennes vers l’étranger, en stimulant les réflexes xénophobes et les politiques de
rivalités nationales.
Il y a donc, outre le risque écologique, un risque dont il faut se prémunir : celui que le
système oligarchique réponde aux difficultés du présent en se crispant et en dérivant
1. Hervé Kempf, L’oligarchie ça suffit, vive la démocratie, Seuil, 2011.
2. Naomi Klein, La stratégie du choc, Actes Sud, 2010.
6 Retrouvez les textes des invités dès demain sur www.festival-modedemploi.net
vers la voie dictatoriale.
Un troisième phénomène s’impose à la nouvelle vision de l’avenir qui se forme en ce
début de siècle. Depuis une trentaine d’années, un grand nombre de pays du Sud ont
émergé économiquement. Avec la Chine et l’Inde au premier rang, ces pays ont connu
une croissance très rapide. Ce que cela signifie, c’est que nous commençons à vivre
le resserrement de l’écart extraordinaire des richesses qu’a creusé le monde depuis
deux siècles.
Ce resserrement ne pourra pas se faire seulement par un relèvement du bas. En
raison des limites écologiques, tous les habitants de la planète ne pourront pas vivre
comme un États-Unien, ni comme un Européen ou un Japonais. La réduction de l’écart
des richesses devra s’opérer par un abaissement important du haut. La politique de
la biosphère indique ainsi une direction à contre-courant du discours dominant : les
Occidentaux doivent réduire leur consommation matérielle et leur consommation
d’énergie, afin de laisser une marge d’augmentation à leurs compagnons de planète.
L’appauvrissement matériel est le nouvel horizon de la politique occidentale.
Que faut-il changer ?
Le terme de « transition » — définissant la transformation de nos sociétés pour les
adapter à la crise écologique — vient d’un mouvement né à Totnes, en Angleterre, en
20063, et qui s’est intitulé, précisément, « ville en transition ». Il s’agit de s’organiser
en communauté pour mettre en œuvre la transition vers une économie sobre.
Cela comporte un “plan de descente énergétique”, la baisse de la consommation
d’énergie étant la priorité pour s’adapter aux conditions nouvelles. Le moyen, outre
la sobriété matérielle, en est de relocaliser au maximum les activités : il ne s’agit
pas d’être totalement autonome, mais de limiter la dépendance aux importations
lointaines.
Le principe qui inspire la démarche est qu’elle ne considère pas que la crise
écologique concerne, et donc peut être rejetée vers, les générations futures,
mais affirme qu’elle est déjà là, et qu’on n’échappera pas à plusieurs de ses
conséquences, même s’il est vital de la limiter. Autrement dit, la transition ne définit
pas un « avenir », radieux ou non, mais une pratique à mettre en œuvre tout de
suite. Il n’y pas vraiment de « programme de transition », parce que la transition
elle-même est le programme !
Ce qu’exprime le mouvement des villes en transition, c’est le désir d’action, de
changement, ou simplement, prosaïquement, d’adaptation à des conditions
économiques de plus en plus précaires, désir animé par l’idée que c’est aux « gens
d’en bas » de bouger, qu’on ne peut pas s’en remettre à l’État.
Que cela soit sous la forme organisée (mais très minoritaire) des villes en transition
ou autres groupes (par exemple, ceux qui mettent en œuvre les monnaies
complémentaires), ou sous la forme beaucoup plus répandue de pratiques
quotidiennes — telles que colocations, échanges d’appartements, covoiturages, prêts,
échanges de services —, le désir d’action commune et locale est patent, et souvent
efficace. Une valeur essentielle en est la recherche d’autonomie.
Cependant, puisque la diversité des initiatives locales ne fait pas disparaître le cadre
macro-politique — et les dispositifs de pouvoirs qui y sont attachés —, il est nécessaire
de « programmer » des facilitations étatiques de ces initiatives. Deux exemples : l’État
subventionne massivement les entreprises, une partie de cette somme pourrait
3. Rob Hopkins, Manuel de transition, coéd. Silence et Ecosociété, 2010.
7 Retrouvez les textes des invités dès demain sur www.festival-modedemploi.net
être orientée vers le soutien aux entreprises coopératives pour en stimuler le
développement déjà important ; de même, le montage de projets coopératifs pour les
énergies renouvelables est paralysé par la réglementation financière française, à la
différence de ce qui se passe au Danemark ou en Allemagne.
Si le mouvement d’« en bas » est indispensable, la société ne peut pas à elle seule,
spontanément, hors institutions, se réorienter. Des cadres généraux doivent être
fixés, et renvoient donc clairement à la formule plus traditionnelle du « programme ».
Il devrait suivre trois axes :
- reprise du contrôle des marchés financiers et de la création monétaire ;
- réduction drastique des inégalités ;
- politique économique centrée sur l’écologie d’une part, sur les biens collectifs de
l’autre.
On ne saurait oublier, dans ce qu’il faut changer, l’enjeu culturel, qui est immense et
insuffisamment considéré.
Trente ans d’idéologie individualiste, de déni de l’action collective et de glorification
du marché ont durablement imprégné la conscience commune. Il y a dans les têtes
comme dans les pratiques une mutation profonde à accomplir.
Une difficulté politique concrète est l’emprise médiatique et publicitaire exercée par
le système oligarchique sur les représentations communes. De ce point de vue, il est
indispensable d’intégrer au « programme de transition » des dispositions spécifiques
et radicales sur la limitation de la publicité, sur l’indépendance capitalistique des
médias, sur le contenu des programmes télévisuels. Il s’agit, comme l’écrit Tim
Jackson, de « démanteler la culture du consumérisme »4.
Autre problème, celui de sortir du dogme de la « croissance ». C’est un enjeu crucial,
dans la mesure où ce concept détermine très largement les politiques économiques.
Il ne s’agit même pas de penser ce que serait la croissance zéro, mais de récuser
le concept même de « croissance du PIB ». Ce travail a beaucoup avancé, grâce au
mouvement de la décroissance, d’une part, et aussi en raison du fait qu’il devient de
plus en plus évident que le lien entre croissance et emploi n’est pas assuré.
Enfin, une difficulté « civilisationnelle » est de faire accepter l’idée que les pays
occidentaux doivent s’appauvrir matériellement et donc s’affaiblir relativement aux
pays tiers qu’ils ont pris l’habitude de dominer de loin pendant deux siècles. Cela
suppose notamment de valoriser largement les biens communs — éducation, santé,
loisirs — et les satisfactions relationnelles — « moins de biens, plus de liens ». L’enjeu
est de faire transition d’un système de valeurs à un autre.
4. Tim Jackson, Prospérité sans croissance, éd. De Boeck, 2010, p. 182.
8 Retrouvez les textes des invités dès demain sur www.festival-modedemploi.net
Le spectacle pour prolonger le débat...
This Clement World
Cynthia Hopkins (USA)
Création théâtre-musique
Mise en scène : D.J. Mendel. Scénographie : Jeff Sugg
DU MARDI 20 AU VENDREDI 23 NOVEMBRE MAR 21H / MER, JEU, VEN 19H30
AUX SUBSISTANCES
1 h10 environ
15 € / 12 € / 7.50 € (carte Subs)
Comment témoigner d’un monde que l’on sent
physiquement en voie de disparition ? Cynthia
Hopkins a participé à l’expédition scientifique
Cape Farewell dans l’océan Arctique. Sur ce
bateau, parti faire l’état des lieux des impacts
du changement climatique sur les pôles, elle
a créé des personnages, écrit des chansons
et des textes. This Clement World est un
spectacle constitué d’un film documentaire
avec musique live infusé de fictions étranges
et de chansons folk : de manière infiniment
personnelle, Cynthia Hopkins nous adresse un
avis de disparition prochaine et quelques notes
sur nos dépendances à la modernité.
Cynthia Hopkins, auteur, compositrice, multi-instrumentiste, vidéaste et performeuse américaine, crée des
spectacles multidisciplinaires qui entremêlent fiction et réalité. Elle a créé quatre performances multimédias
largement reconnues aux États-Unis et en Europe, et primées à plusieurs reprises. Lauréate notamment des
prix Alpert pour le théâtre en 2007 et d’une bourse du Guggenheim en 2010, Cynthia Hopkins a également
produit huit albums avec son groupe Gloria Deluxe.
Conçu par : Cynthia Hopkins. Scénographie : Jeff Sugg. Mise en scène : D.J Mendel. Administration : Carly McCollow.
Régie : Tom Fruin.
Coproduction : Les Subsistances / Lyon, St. Ann’s Warehouse et Walker Art Center. Avec le soutien de : Jerome Foundation,
MAP Fund. Producteurs : Adam et Diane Max, Cape Farewell, et Warren Habib. Producteurs associés : Nathaniel Read et
John Hodgman. Avec les donations de : Eleanor Alper, Jony Perez. Soutien à la résidence : Acadia Summer Arts Program,
Mount Tremper Arts, Yaddo, Brown University et The MacDowell Colony. L’expédition en arctique a été financée par Cape
Farewell et la Conférence par Columbia’s Earth Institute et Tipping Point.
9
Ne manquez pas les prochains
rendez-vous Mode d’emploi
Questions d’écologie
Éthique environnementale : eux et nous ?
VENDREDI 30 NOVEMBRE | 18H30 - 20H30 | HÔTEL DE RÉGION (LYON)
Gratuit sur réservation
Avec:
Émilie Hache (philosophe / France)
Jean-Baptiste Jeangène Vilmer (philosophe et juriste / France)
Andri Snær Magnason (écrivain et documentariste / Islande)
Animé par :
Stéphane Déligeorges (journaliste, France Culture)
Maya Wolfe-Robinson (journaliste, The Guardian)
Relations inédites aux animaux et aux végétaux, demandes de reconnaissance particulières,
émergence de droits spécifiques : les distinctions forgées par la modernité occidentale (nature/
culture, humain/non humain...) sont aujourd’hui bouleversées. En modifiant l’éthique et la
conception de l’humain, cette mutation nous amène à repenser nos manières de faire société.
Changement climatique,
épuisement des ressources :
comment habiter la planète de demain ?
VENDREDI 30 NOVEMBRE | 21H - 23H | HÔTEL DE RÉGION (LYON)
Gratuit sur réservation
Avec:
Nnimmo Bassey (fondateur de l’ONG « Les Amis de la Terre » / Nigéria)
Corine Pelluchon (philosophe / France)
Harald Welzer (psychosociologue / Allemagne)
Animé par :
Stéphane Foucart (journaliste, Le Monde)
Adam Vaughan (journaliste, The Guardian)
L’humanité connaît depuis quelques années une double contrainte inouïe : le jeu combiné du
changement climatique imparable et de la prise de conscience de la limite des ressources naturelles
impose d’adapter notre habitation planétaire, à toutes les échelles. comment freiner la course en
avant en matière d’usage des ressources énergétiques, environnementales et financières ?
10
Une semaine de spectacles aux
Subsistances
Bruno Meyssat / Théâtres du Shaman (FR)
15%
Théâtre
DU MER. 21 AU VEN. 23 NOV. / 21H
AUX SUBSISTANCES
1 h20 | 15 € / 12 € / 7.50 € (carte Subs)
15% : c’est le pourcentage minimum de retour sur fonds propres qu’attendent les
fonds de pension entrant dans le capital d’une entreprise. En deçà, on licencie ; audessus on redistribue aux actionnaires. Bruno Meyssat a rencontré des économistes,
s’est immergé à Wall Street, a lu avec ses comédiens les textes de sociologues, traders
ou économistes qui fondent la pensée économique d’aujourd’hui. Avec des corps, des
paroles et des objets, ils abordent au plateau le rapport économique, qui génère autant
sinon plus d’affects et de passions que bien d’autres sujets. Comme les guerres dans
les pièces shakespeariennes, la pensée économique offre donc un formidable point de
départ pour entrevoir dans toute sa crudité notre condition humaine.
Conception et réalisation : Bruno Meyssat. Avec : Gaël Baron, Pierre-Yves Boutrand, Charles Chemin, Elisabeth Doll, Frédéric Leidgens,
Jean-Jacques Simonian, Jean-Christophe Vermot-Gauchy. Scénographie : Bruno Meyssat et Pierre-Yves Boutrand. Lumière et régie
générale : Franck Besson. Régie plateau et construction : Pierre-Yves Boutrand, Laurent Driss, Damien Schahmanèche et Thierry
Varenne. Univers sonore : Patrick Portella et David Moccelin. Musiques : F. Zappa, G.ligetti, Alan Vega, J.Hassel, A.Pärt… Les Voix de :
J.Paulson, G.W.Bush, A.Greenspan. Costumes : Robin Chemin. Assistants : Véronique Mailliard et Arnaud Chevalier. Production : Éric
Favre. Administration de Théâtres du Shaman : Emmanuelle Moreau.
Production : Théâtres du Shaman. Coproduction : Festival d’Avignon, Espace Malraux - Scène nationale de Chambéry et de la Savoie,
Théâtre Nanterre-Amandiers Centre dramatique national, Comédie de Saint-Étienne - Centre dramatique national, Scène nationale de
Sète et du Bassin de Thau. Collaborations : Les Subsistances / Lyon. Le Théâtre des Quartiers d’Ivry Centre dramatique national du Valde-Marne, le GMEM - Centre national de création musicale de Marseille, l’Institut français, la Région Rhône-Alpes / Fiacre international
et l’Ambassade de France aux États-Unis. Soutiens : l’Adami aide le Festival d’Avignon à s’engager sur des coproductions. La compagnie
Théâtres du Shaman est conventionnée par la DRAC Rhône-Alpes et la Région Rhône- Alpes et subventionnée par la Ville de Lyon.
Pascale Henry / Cie Les voisins du dessous (FR)
Alice au pays des mer(d)veilles
Création / Performance théâtre
MER. 21 NOV. / 20H
AUX SUBSISTANCES
30 min | 5€
La crise : une longue chute, comme Alice tombant sans fin dans l’antre de la Terre. Un
infini violent, vertigineux. puis, un équilibre que l’on tente de trouver. Pascale Henry, metteur
en scène, répond ici à la commande du réseau A Space for Live Art qui regroupe sept
structures européennes autour de l’art de la performance. Elle crée aux Subsistances une
forme courte après avoir observé à Zagreb ce que les croates ont à nous dire de la crise.
Quant à sa performance, elle inspirera certainement celle de deux artistes madrilènes par
la suite.
Avec : Marie-Sohna Condé, Pascale Henry et la complicité de Mélissa Von Vépy. Vidéo : Florent Tarrieux.
Régie générale : Wilfrid Haberey. Administration : Danièle Arditi.
Production : Les Subsistances / Lyon, Compagnie Les voisins du dessous. La compagnie Les voisins du dessous est conventionnée par
le Ministère de la Culture et de la Communication (DRAC Rhône-Alpes) et le Conseil régional Rhône-Alpes. Elle est subventionnée par le
Conseil général de l’Isère et la Ville de Grenoble au titre de l’aide à la création et à la diffusion.
11
Antonia Baehr
Beginning with the Abecedarium Bestiarium
Performance
SAM. 24 NOV. / 17H15 | DIM. 25 NOV. / 17H30
AUX SUBSISTANCES
35 min environ | 5 €
« Quinze amis m’ont écrit quinze courtes partitions autour d’un animal disparu de
leur choix qui les représente ou avec lequel ils éprouvent une affinité. L’animal disparu
symbolise “l‘ Autre”, celui effacé par le nombre, la norme. Trop gros pour se reproduire,
trop lent, trop voyant. Emblématique de l’étrange, du bizarre, du pervers et de l’inadapté.
cela nous projette dans la mélancolie, le rêve et la fantaisie et en même temps nous
raconte comme une métaphore notre rapport à notre environnement. C’est une voix
émanant du monde des morts, distillant un regard sombre et plein d’humour. » A. Baehr
Antonia Baehr travaille sur l’identité, sa transmission, sa construction. La performeuse
Queer tourne pour nous quelques pages de son bestiaire vivant, elle nous parle des humains autant que de ces
animaux qui s’éteignent faute d’adaptation.
Antonia Baehr (Allemagne) est chorégraphe, performeuse et réalisatrice. Elle vit et travaille à Berlin. Parmi ses
productions : Un après-midi (2003), Larry Peacock (2005), ou Merci (2006) avec Valérie Castan. Elle a joué Nom d’une
pipe (2006) avec Lindy Annis et Rire (2008) aux Subsistances.
Olivier Normand
Récital
(étape de travail)
Performance
SAM. 24 NOV. / 19H15 | DIM. 25 NOV. / 16H
AUX SUBSISTANCES
30 min environ | 5 €
« A 16 ans, je découvre la voix du contre-ténor Andreas Scholl. Je décide que c’est ma
voix, que c’est comme ça que je veux chanter. Confusément, je sens que cette voix me
dit quelque chose de mon homosexualité, que je commence à appréhender à cette
même époque. L’avis de mon premier professeur de chant est encourageant : je peux
décider d’être contre-ténor plutôt que baryton, si je le souhaite. D’une certaine manière,
la question de mon orientation sexuelle est redoublée par celle de mon orientation
vocale, et à l’époque mes choix sont clairs. Durant les années qui suivent, je rencontre
plusieurs professeurs qui se positionnent variablement par rapport à ce timbre. Certains
m’encouragent dans la voix choisie, d’autres refusent catégoriquement : « Vous êtes un
mâle, il faut chanter avec votre voix de mâle ». Certains m’assurent une carrière conséquente, pour peu que je choisisse
une voix et que je renonce à l’autre. Mais j’ai refusé de choisir, je n’ai pas fait carrière dans le chant lyrique, je suis devenu
danseur. » O. Normand
Danseur et chorégraphe, Olivier Normand (France) entre dans la danse contemporaine après un parcours universitaire
en Lettres Modernes (ENS). Formé au Centre Chorégraphique National de Montpellier et à l’Abbaye de Royaumont,
il est interprète, entre autres, pour Mathilde Monnier, Alain Buffard, Fanny de Chaillé, et participe aux activités de
l’Encyclopédie de la parole. En tant que chorégraphe, il co-signe une première pièce en 2010, ICI (avec Mylène Benoit)
et crée son premier solo, L’Artificier, en 2011.
Conception : Olivier Normand. Interprétation : Armelle Dousset & Olivier Normand. Lumière : Sylvie Mélis. Administration : Marc
Pérennès. Production : Echelle 1/1. Coproduction : Les Subsistances / Lyon
12
Jeanne Mordoj
La poème
Performance
SAM. 24 NOV. / 19H | DIM. 25 NOV. / 16H45
AUX SUBSISTANCES
35 min environ | 5 €
« Célébrer le vivant, le féminin, le ventre, la voix joyeusement, avec étrangeté, grande
féminité et bestialité. » Jeanne Mordoj est une féministe obstinée. Pas une furie en
bataille, plutôt une mutine inébranlable qui vit en lisière travaillant durant des années sur
les femmes à barbe, s’extasiant devant les pourritures organiques qu’elle collectionnait
ou accumulant de vieilles poupées de chiffon. On l’a connue ventriloque, jongleuse
contorsionniste et on la sait aussi résolument sorcière que fée.
Artiste de cirque, collectionneuse, bricoleuse ou exploratrice, Jeanne Mordoj a travaillé
avec le Cirque Bidon, Jérôme Thomas, le Trio Maracassé, la compagnie La Salamandre,
Cahin Caha... Avec les solos, elle aborde sa poétique propre et de façon plus intime, ses interrogations autour de la
féminité et du sens. Eloge du poil, mis en scène par Pierre Meunier, a joué aux Subsistances en 2007 et tourne dans
le monde entier. En 2010, avec Adieu Poupée, mis en scène par Julie Denisse, texte de François Cerventes, il y a la
nécessité de couper radicalement avec le cirque, d’aborder la parole et de fabriquer ses objets compagnons.
Merformance créée et interprétée par : Jeanne Mordoj. Création sonore : Isabelle Surel. Regard extérieur : Julie Denisse.
Production : Cie Bal – Jeanne Mordoj. Coproduction : Les Subsistances / Lyon. La Cie Bal est conventionnée par la Ville de
Besançon et le Conseil Régional de Franche Comté.
Allio-Weber
Prim’Holstein + Fin de l’origine du monde
Performance
Diptyque
SAM. 24 NOV. / 18H15 & 21H15 | DIM. 25 NOV. / 15H15 & 18H15
AUX SUBSISTANCES
30 min environ | 5 €
Eléonore Weber et Patricia Allio, deux femmes metteurs en scène et auteurs, se sont engagées dans une alliance
de travail intitulée Symptôme et proposition : nom et objet d’une alliance artistique où elles privilégient une voix
commune. La question de la construction de l’identité sociale ou sexuelle est l’un des éléments structurants de leur
travail. Ici, elles proposent aux spectateurs deux performances. L’une qui tente d’inventer une approche singulière de
la question animale et l’autre sur l’identité sexuelle. Ce diptyque sans acteur et sans son fait réagir de concert à des
questionnements intimes. Une étrange expérience de collectif alors que se joue intérieurement pour chacun les plus
personnels des ajustements.
Allio/Weber vs Weber/Allio : Après un parcours individuel, Eléonore Weber et Patricia Allio se sont associées.
Chacune metteur en scène et auteur, elles ont créé Un inconvénient mineur sur l’échelle des valeurs en 2008/2009,
Premier monde en 2011, Prim’holstein en 2012 et dernièrement Night replay, film documentaire pour Arte.
13
Esmeray
Le Panier de la sorcière
Performance-cabaret + Ben/O, un film de Güldem Durmaz
SAM. 24 NOV. / 21H | DIM. 25 NOV. / 19H
AUX SUBSISTANCES
1h40 | 5 €
Esmeray est une figure des nuits stambouliotes, transsexuelle militante. Née homme
en Anatolie, dans un petit village kurde non loin de Kars, elle est devenue femme à
Istanbul, où elle vit actuellement. Esmeray a écrit son autobiographie, retraçant sa
quête de « la femme à l’intérieur d’elle-même ». Elle en fait un cabaret plein d’humour,
de verve et de sensibilité... Entre harangue et confession, une revigorante leçon de vie.
À travers le personnage de l’artiste transsexuelle Esmeray, Güldem Durmaz s’intéresse
aux rapports entre apparence extérieure et images de soi. Ben/O est une sorte
d’expérience d’auto-filature où Esmeray est filmée déambulant dans la nuit d’Istanbul,
son territoire, puis refilmée sur les mêmes trajets dans le costume de l’homme qu’elle était il y a vingt ans. L’écran
divisé en deux comme une exploration de la personnalité divisée.
Artiste, actrice — notamment dans des pièces de Dario Fo —, Esmeray est aussi une militante qui revendique
activement le droit pour les transgenres de Turquie de travailler dans d’autres secteurs que l’industrie du sexe.
Scénario / réalisation : Güldem Durmaz. Caméra : Piet Eekman. Son : Gilles Benardeau. Montage : Simon Backès. Avec : Esmeray.
Produit par : Güldem Durmaz / Yakamoz. Avec le soutien de la Communauté française de Belgique – Commission Film Expérimental.
+++ rendez-vous autour de la création : samedi 24 novembre / 15h. En écho à sa performance, atelier cuisine avec
Esmeray (gratuit sur réservation).
Mickaël Salvi
Mon ami a vu une pièce de théâtre à la télé et il trouve ça plus vivant
qu’un film
Performance
SAM. 24 NOV. / 17H30 | DIM. 25 NOV. / 17H30
AUX SUBSISTANCES
30 min environ | 5 €
D’un onolithe de l’espace apparaît une créature “Dalienne”, mix parfait entre une Diva de la pop culture et un film
d’auteur. Loin des caprices de Mariah Carey, elle est là où on ne l’attend pas. cette performance est née de la
fascination de Mickaël Salvi pour les stars et l’Odyssée de l’espace. Ce jeune performer, issu de l’École nationale
supérieure des beaux-arts de Lyon, conduit le spectateur dans un univers bizarre et colorisé, hybridation aboutie de la
performance et du cinéma. Ses expérimentations, à l’origine présentées sous forme de vidéo, ont doucement glissé
vers une pratique live et performative, teintée de culture queer et kitsch.
14 Retrouvez les textes des invités dès demain sur www.festival-modedemploi.net
vez
rou
Ret ités de i
nv
lo
les i d’emp
e
n
d
Mo Régio es
en
Alp
neô
h
R
L’Influence des enjeux
économiques sur l’environnement
Jeudi 29 novembre | 15h | Centre Culturel
Louis Aragon (Oyonnax)
Le Centre Culturel Louis Aragon invite
l’écrivain et documentariste Andri
Snær Magnason (Islande). Rencontre
autour d’extraits du film «Dreamland» (A.
Magnason, 2010).
88 cours Verdun - 1100 Oyonnax
Tél : 04 74 81 96 81
Espace librairie
La librairie du Tramway
92 Rue Moncey - Lyon 3ème
Tél : 04 78 14 52 27
www.lalibrairiedutramway.com
Dédicaces
> Après chaque rencontre, les écrivains
vous attendent à l’espace librairie de
Mode d’emploi, situé à l’accueil des
Subsistances.
Crédits photos : David Venier / Emmanuelle Marchadour / Hermance Triay / D.R. / Paula Court /
Michel Cavalca / Voisins du dessous / Angela Anderson / D.R. / D.R. / D.R.
101.1 - 99.8
15
Retrouvez les invités de Mode d’emploi en direct dans les émissions de France Inter
> SERVICE PUBLIC
de Guillaume Erner
du lundi au vendredi de 10h à 11h
> ON VA TOUS Y PASSER !
de Frédéric Lopez et Yann Chouquet
du lundi au vendredi de 11h à 12h30
(programmation en cours)
Le supplément des
Inrockuptibles
consacré à
Mode d’emploi
Disponible en kiosque et sur
les différents lieux du festival
Prolongez le débat, postez vos commentaires sur
www.villavoice.fr
Le Blog
de la Villa Gillet
en parteneriat avec Rue89Lyon et le master journalisme de l’IEP
Retrouvez-y aussi :
les articles des lycéens de l’Académie de Lyon,
les réponses des invités du festival,
des chroniques, reportages et interviews des étudiants rhône-alpins...
Les partenaires de Mode d’emploi :
Ce festival est soutenu par la Délégation Générale à la Langue Française et aux Langues de France.
Les partenaires des Subsistances :
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising