Préface de monsieur le Doyen de l`Inspection générale en Histoire

Préface de monsieur le Doyen de l`Inspection générale en Histoire
 a Erre
Dorel-E
АО
Photo : €
Scolaires à fa déconne
ai
of
ге du patrimoine
GUIDE PEDAGOGIQUE
SOMMAIRE
Préface de Monsieur le Doyen de l’Inspection générale en Histoire-Géographie
* Le patrimoine au quotidien et ses implications pédagogiques
E в
+
La cohérence de l'enseignement de l’Histoire-Géographie
de l’école élémentaire au lycée
a
+
Comment exploiter les ressources du patrimoine
Des programmations intégrant l'utilisation du patrimoine
Conclusion : Une démarche transférable
PREFACE
A
UNE DEMARCHE EXEMPLAIRE
M usées, églises, rues et maisons, vitraux, tableaux, métiers anciens de la bonneterie, mais aussi
archives et ressources documentaires : toutes les traces encore visibles du passé d’une ville sont ici
patiemment répertoriées. Ce travail est d’abord l’inventaire d’un patrimoine urbain. Il recense tous les
signes du passé qui s’entremélent dans l’espace de la ville et qui disent les modes de vie, la foi, le travail
quotidien, mais aussi les créations des hommes qui, génération après génération, ont fait Troyes et y ont
vécu. Le patrimoine donne son identité à la ville, il donne sens à son présent.
Encore faut-il que ces multiples signes deviennent visibles, et donc sensibles à tous. C’est là que la
démarche adoptée par les auteurs de ce travail est exemplaire. L'objectif giobal est de permettre aux élèves,
qui traversent quotidiennement l’espace urbain sans toujours le percevoir, de reconnaître ce patrimoine, qui
est le leur par naissance ou par adoption, et donc de se l’approprier. Mais, pour que le patrimoine devienne
familier aux élèves, il doit pénétrer dans le quotidien de la classe. Pour cela, ce travail met systématiquement
en rapport les programmes d histoire, depuis l’école primaire jusqu’au lycée, et les éléments du patrimoine
qui peuvent, non pas en être une “illustration” ou un complément récréatif, mais partie intégrante. Les
éléments relevant de l’histoire dite “culturelle” s’insèrent en effet dans un corpus de connaissances au même
titre que les événements de l’histoire politique, économique ou sociale, auxquels, d’ailleurs, ils renvoient en
permanence.
Inventaire, ce travail est aussi mode d'emploi : il propose des guides d’enquêtes, des parcours urbains. Il
montre comment insérer les approches culturelles dans les objectifs d’ensemble d’une année
d'enseignement. Pour la première fois sans doute, il démontre la possibilité d’une continuité de l’école
primaire au lycée.
Ce projet a été lancé il y a deux ans. Une équipe d'enseignants patiente et passionnée, coordonnée par
Madame Gracia Dorel-Ferré, LP.R.-LA. d’histoire de l’académie, et par Monsieur Jean-Louis Humbert,
professeur agrégé dans un collège, a inventorié, ouvert des voies et expérimenté les approches. Chacun
dorénavant peut être juge du résultat et, dans sa ville, s’inspirer de cette démarche. Le patrimoine, s’il
s’installe dans ie quotidien des enseignants, pénétrera naturellement le quotidien de la classe. Ainsi seront
enrichis et confortés les objectifs fondamentaux de l’enseignement de l’histoire : la perception du temps et
de la solidarité des générations, l'apprentissage de l'observation, de la description et de la mise en relation
des éléments qui constituent une civilisation. Aider les élèves à s'approprier le patrimoine de leur ville, c’est
enfin construire une identité culturelle qui peut être la base forte des solidarités aujourd’hui si
problématiques. Ce travail, on le voit, n’est pas étranger aux grands problèmes de notre temps.
Le Doyen
de l'Inspection Générale
en Histoire-Géographie,
Dominique BORNE
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising