journal avril2003

journal avril2003
Avril 2003
Volume 1, numéro 3
Nikan
Sujets
spéciaux
• L’assemblée
générale 2003
• Mohawk Nation
Sports
• Le réseautage
Sommaire
Une participation
accrue
1
Atelier d’information
sur l’équité
salariale
2
Une histoire
de réussite
3
Le réseautage :
une mission
quotidienne
4
La culture, outil de
développement
économique
5
Événements
à venir
6
Une participation accrue !
La Commission de développement économique des Premières Nations du Québec et
du Labrador (CDEPNQL) a tenu avec succès
une consultation auprès de ses membres, le
19 février 2003, à Montréal. La participation
aux activités de la CDEPNQL s’accroît rapidement. En tout, 58 % des agents et des
représentants de développement économique
membres de la CDEPNQL ont répondu au
questionnaire transmis aux communautés
autochtones et aux villages inuits du Québec et
du Labrador. Un peu plus
de 50 % d’entre eux ont
participé à la rencontre
pour préparer le calendrier
de formation à venir pour
l’année 2003-2004.
économique. Il s’agit ainsi pour les agents et
les représentants d’une priorité incontournable pour leur permettre de répondre aux
besoins de leur clientèle.
C’est donc pour répondre à cette priorité
que la CDEPNQL organise une formation le
17 juin 2003, à Québec au coût de 50 $.
Les frais de déplacements des agents et des
représentants de développement économique
La CDEPNQL travaille activement à l’élaboration de
la formation pour les agents
Les agents et les représentants ont participé en grand nombre à la journée de
et les représentants de consultation pour la préparation de la formation de la CDEPNQL.
développement économique des communautés autochtones et des sont par contre remboursés par la CDEPNQL.
villages inuits avec l’aide des professionnels Une salle sera réservée pour la formation
de l’École nationale d’administration publique offerte en anglais et une autre pour la for(ENAP). Pour s’assurer d’offrir une forma- mation en français, tel que demandé par les
tion à la mesure des attentes de ses mem- agents et les représentants de développement
bres, la CDEPNQL devait connaître leurs économique. La CDEPNQL fera parvenir l’inbesoins et leurs préoccupations. La partici- formation nécessaire à ses membres à la fin
pation était donc un élément indispensable d’avril 2003.
à la réussite de cette rencontre.
La prochaine formation concernera donc la
Lors de cette consultation, il est apparu veille stratégique et l’analyse de l’environévident aux agents et aux représentants que nement. La seconde formation se tiendra à
la première partie de la formation devait la fin du mois d’octobre 2003, en respect
concerner la relation entre l’agent de déve- avec le calendrier d’activités automnales des
loppement économique et les membres de sa nations membres de la CDEPNQL. Elle
communauté. En effet, près de 60 % des traitera de la seconde priorité déterminée
répondants ont avoué qu’il était difficile de par ses membres, soit les agents et les outils
créer des événements et des activités pour de gestion : politiques, lois, gestion de prosensibiliser la population au développement jets, leadership et travail d’équipe.
Photo : Robert Monderie
FIRST NATIONS OF QUEBEC AND LABRADOR ECONOMIC DEVELOPMENT COMMISSION (FNQLEDC)
COMMISSION DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE DES PREMIÈRES NATIONS DU QUÉBEC ET DU LABRADOR (CDEPNQL)
La voie des ODEC
Atelier d’information sur l’équité salariale
Collaboration spéciale de Ève Lapointe - CEPN
L’entrée en vigueur de la Loi sur l’équité
salariale, qui a pour objet de corriger les
écarts salariaux dus à la discrimination
systémique fondée sur le sexe, soulève
une panoplie d’interrogations sur les
Premières Nations, tant au niveau fédéral
que provincial.
décidé de regrouper les représentants de
chaque communauté afin de les informer
de l’application de cette loi et d’éclairer les
responsables lors de la prise de décision. Ils
se sont assuré que la meilleure information
possible soit disponible dans le cadre de
cette séance.
Lors de l’assemblée générale du Conseil en
Éducation des Premières Nations (CEPN),
ce dernier a reçu le mandat d’organiser une
session d’information concernant la Loi sur
l’équité salariale. Le CEPN, l’Assemblée des
Premières Nations du Québec et du
Labrador, la Commission de développement économique des Premières Nations
du Québec et du Labrador et la Commission des ressources humaines des
Premières Nations du Québec ont donc
L’atelier d’information sur l’équité salariale a
eu lieu le 20 février dernier à Montréal, au
Holiday Inn Select, et s’est déroulé sous la
présidence de monsieur Gordon Oke.
Soixante quinze personnes provenant de
différentes communautés et représentant
plusieurs secteurs d’emploi ont répondu à
l’invitation. Les gouvernements fédéral et
provincial ont présenté tour à tour leur
exposé, expliquant à l’assemblée les caractéristiques et la problématique de la Loi sur
Assemblée générale
annuelle 2003
La Commission de développement
économique des Premières Nations
du Québec et du Labrador (CDEPNQL)
tiendra son assemblée générale
annuelle, le 18 juin 2003, à l’Hôtel
Gouverneur de Sainte-Foy.
L'Hôtel Gouverneur de Sainte-Foy
est avantageusement situé à
proximité du pont Pierre-Laporte,
à quelques minutes du Vieux-Québec
et à 10 km de l'aéroport.
3030, boulevard Laurier, Sainte-Foy
(Québec) Canada G1V 2M5
Téléphone : 1-888-910-1111
Pour obtenir de l’information sur
l’assemblée générale annuelle ou
pour y assister, veuillez communiquer
avec madame Lorraine Rhéaume
de la CDEPNQL.
Tél. : (418) 842-5020
Téléc. : (418) 842-2660
lrheaume@apnql-afnql.com
l’équité salariale. Les participants ont eu
l’occasion de poser leurs questions et ont
aussi reçu une pochette d’information.
Nous vous transmettons les coordonnées
des organismes qui se feront un plaisir de
répondre à vos demandes.
Commission de l’équité salariale Québec
Service de renseignements
Québec et sa région : (418) 528-8765
De partout au Québec : 1-888-528-8765
Site Internet : www.ces.gouv.qc.ca
Développement des
ressources humaines Canada
Direction du travail
Tél. : 1-877-592-7653
Site Internet :
www.qc.hrdc-drhc.gc.ca/travail
Qu’en pensez-vous ?
Rentabiliser la trappe et la chasse…
Les produits de chasse et de pêche représentent un volume d’achat
important, tant pour les trappeurs autochtones que pour les communautés. Souvent, les produits transitent par des entreprises locales de
villages avoisinant et, en bout de ligne, les prix sont élevés.
Comme chaque communauté n’achète pas un assez gros volume de
ces produits, il est impossible d’obtenir des prix compétitifs des
vendeurs locaux.
Remédier au problème :
La mise sur pied d’une coopérative régionale pourrait remédier au
problème. La coopérative est une société fondée sur le principe de la
coopération selon lequel chaque membre contribue à l’organisation
et partage les profits.
La coopérative pourrait acheter, au cours d’une année, un très gros
nombre d’articles de chasse et de trappe à un même grossiste et vendre ces articles à un prix compétitif aux communautés et aux membres des communautés inscrits à la coopérative.
Une telle coopérative permettrait de faire épargner considérablement
les consommateurs des communautés et assurerait à travers une partie des ristournes aux membres communautaires, un support financier à la croissance des activités traditionnelles.
Si vous avez des commentaires concernant cette idée, veuillez les
communiquer à monsieur Pierre Bastien à l’adresse célectronique
suivante : pbastien@apnql-afnql.com ou au (418) 842-5020
2
Nikan
La voie des ODEC
Une histoire de réussite
Mohawk Nation Sports
En février 2002, le dossier de Cheryl Delaronde, une jeune femme d’une
trentaine d’années, a été assignée à Erica Delisle, conseillère aux services
d’affaires. Madame Delisle travaille au Kahnawake Economic Development
Commission « Tewatohni’saktha » depuis quelques années. Cette commission,
mise sur pied par le Conseil de bande de Kahnawake en 1999, emploie
28 personnes et offre un éventail de services impressionnants : séminaires
et programmes de formation pour les promoteurs, consultation pour les
petites entreprises, fonds de démarrage et de marketing, services pour les
jeunes et les étudiants, etc.
Erica Delisle, travaillant dans la section
du service à la petite entreprise de la
commission, le Small Business Services
(SBS), a été enthousiasmée par ce nouveau projet. « Cheryl était très confiante
et semblait bien organisée », a témoigné
madame Delisle. La promotrice avait
rédigé son plan d’affaires tel qu’elle
l’avait appris dans ses cours avec la commission. Elle avait aussi réalisé les
recherches auprès de plusieurs soumissionnaires pour connaître les prix des
marchandises. Madame Delisle a ainsi
développé les prévisions budgétaires de
l’entreprise pour trois ans et, entraînée
par la motivation de Cheryl, est allée
chercher avec elle les fonds en marketing, essentiels à l’achat et au démarrage
de Mohawk Nation Sports.
D’après Erica Delisle, Cheryl était sur la
bonne voie. Les services du magasin de
sport ont été entièrement modifiés et
un plus vaste choix de marchandises a
été offert aux clients. Dans ses locaux,
Mohawk Nation Sports a beaucoup plus
que des bâtons pour la crosse. Ce magasin possède du matériel pour les métallurgistes mohawks (les fameux ironworkers), pour les travailleurs de la construction, pour les amateurs de hockey,
etc. « Je ne pouvais me limiter au marché
estival avec la crosse, je devais prolonger
mes activités pour m’assurer un revenu
toute l’année », a fait savoir Cheryl.
À peine quatre mois après le début du
travail réalisé avec Erica Delisle du SBS,
en mai 2002, Mohawk Nation Sports a
ouvert ses portes. « J’avais certaines
craintes, mais j’ai travaillé très fort pour
faire connaître mes nouveaux produits »,
a raconté l’entrepreneure. D’après elle, le
suivi de Erica Delisle lui a permis d’atteindre ses objectifs en très peu de
temps. « C’était excellent ! Elle m’a offert
les informations dont j’avais besoin et
m’a indiqué plusieurs solutions pour le
financement et le marketing », a renchéri
Cheryl.
Erica Delisle assure le suivi auprès de
madame Delaronde, mais doit aussi
répondre aux divers besoins des promoteurs à tous les jours. « Je reçois en
moyenne une dizaine d’appels téléphoniques par jour pour différentes
3
Nikan
La voie des ODEC
Photo : Mohawk Nation Sports
Quand elle a eu recours aux services de
madame Delisle, la promotrice, Cheryl
Delaronde, avait déjà complété une formation en démarrage d’entreprise de
douze semaines offerte par la Kahnawake Economic Development Commission. « J’ai toujours voulu démarrer mon
entreprise, mais je ne croyais pas que le
sport serait ma voie ; j’ai une formation
en graphisme et en design, a expliqué
Cheryl. J’ai tout de même suivi le cours
d’entrepreneuriat avec la Kahnawake
Economic Development Commission avant
l’âge de 30 ans, ce qui me permettait de
bénéficier de certains avantages et de
cette expertise », a-t-elle spécifié. Ce n’est
que quelque temps plus tard qu’elle s’est
vu offrir l’opportunité tant attendue.
Alors qu’elle était gérante d’un magasin
d’articles de sport de la crosse à Kahnawake, le propriétaire a décidé de se
départir de son commerce. « J’ai donc
tenté ma chance pour lui acheter le
magasin », a-t-elle expliqué.
Cheryl Delaronde, propriétaire du magasin Mohawk
Nation Sports à Kahnawake.
demandes : Que dois-je faire pour enregistrer mon entreprise ? Est-ce que vous
pouvez me trouver des sources de financement ? », raconte-t-elle captivée. Madame
Delisle poursuit son travail auprès des
entrepreneurs qu’elle a aidés et s’assure
que tout va bien. « Je leur téléphone et
parfois je vais les voir pour m’assurer
que ces entrepreneurs connaissent bien
toute la variété de services que nous
pouvons leur offrir à la commission », a
expliqué madame Delisle.
Aujourd’hui, Cheryl prévoit déjà l’ouverture de la saison de la crosse et des powwow. Elle a fait ses commandes de
marchandises, tant auprès de distributeurs éloignés que des artisans locaux.
« Les ceintures en cuir des métallurgistes,
certains outils pour la construction et les
bâtons de la crosse sont en partie réalisés
par des artisans locaux comme Robert
"Buzzard" Jacobs », lance-t-elle, fière des
partenariats qu’elle a su développer. En
affaires, surtout dans le monde du sport,
il y a des hauts et des bas. Bientôt, pour
Cheryl, ce sera la haute saison. Il ne reste
qu’à attendre le beau temps pour que
l’entraînement de la crosse recommence.
Le réseautage :
une mission quotidienne
Par Caroline Nepton Hotte
Bâtir un réseau de contacts et de personnes-ressources est parfois hasardeux, surtout
lorsque l’on collabore avec des gens de différentes cultures et qui parlent une langue
différente de la nôtre. Cette réalité, présente dans la vie des agents et des représentants de
développement économique des communautés autochtones et des villages inuits, n’est
pas sans solution. Selon Lise Cardinal, spécialiste en relation en entreprise, auteure des
ouvrages Comment bâtir un réseau de contacts solide et de Réseautage d’affaires :
Mode d’emploi, publiés aux Éditions de la Fondation de l’entrepreneurship, plus d’un
individu vit le stress des premiers contacts. « Nul n’est à l’abris de l’anxiété que provoque
la nécessité de circuler dans un milieu étranger. En 1984, une étude du New York Times
portant sur l’anxiété sociale, rapportait que la plus grande peur de la majorité des gens
consiste à entrer dans une pièce remplie d’étrangers. »
Cette réalité est semblable pour les
agents et les représentants de développement économique. En effet, plus de 60 %
des agents ont affirmé avoir éprouvé une
certaine difficulté quant à la circulation
de l’information sur leurs services autant
à l’intérieur qu’à l’extérieur de la communauté. « Il est difficile de se faire connaître
par tous les intervenants en développement économique de la région. Nous
avons dû nous impliquer à plusieurs
tables », ont affirmé certains agents.
S’impliquer, oui, mais auprès des personnes qui nous aideront à atteindre
nos objectifs et que nous pourrons
aider à notre tour. Échanges, services
rendus et partage sont au rendez-vous.
Chaque jour, l’agent doit composer ainsi
avec son réseau de connaissances pour
atteindre un objectif. Cet objectif doit
être défini dans un plan stratégique de la
communauté et doit être partagé avec les
organismes provinciaux et nationaux afin
que ces derniers puissent intervenir en
harmonie avec les initiatives locales et
que le « maillage » s’effectue.
Pour Richard Kistabish, impliqué depuis
plusieurs années dans le milieu autochtone
et siégeant au conseil d’administration de la
Fondation de guérison autochtone, ces
changements que nous réalisons tous les
jours doivent être motivés par une mission
précise et vertueuse. « J’ai animé plusieurs
conférences sur le démarrage d’organismes
au cours de ma carrière et je vois tou-
jours les mêmes difficultés. Les gens ne
se remettent pas assez en question », confie t-il. En réalité, selon lui, chaque
matin, l’agent devrait se demander ce
qu’il est en train de réaliser. « Si on ne sait
pas où on s’en va, à quoi bon le faire ? »
Le discours de monsieur Kistabish est
sincère et rempli d’espoir. « Cela fait
vingt-cinq ans que je travaille au démarrage d’organismes et j’entends toujours
parler d’autonomie gouvernementale,
comment cela se fait-il ? Les intervenants
doivent se concerter et se définir une
mission qui leur procurera des solutions
alors qu’ils n’en trouvent plus », témoigne
monsieur Kistabish.
Des règles à suivre :
Une fois les priorités établies, le réseautage
devient un outil. Pour bâtir un réseau efficace, il existe plusieurs méthodes : écrire la
liste de nos connaissances, respecter les
autres, se souvenir des noms des personnes
(quitte à prendre des notes) être sincère et
varier ses activités quotidiennes (cours de
danses, conférences, chambres de commerce, réunions de parents), etc. Ces méthodes sont simples, prennent du temps,
mais permettent à plus d’un d’obtenir des
résultats.
Manon Lamontagne, de la nation métisse,
consultante en affaires autochtones a mentionné en entrevue que la plus grande difficulté qu’elle a dû surmonter était la peur
de parler en public. Ayant comme langue
4
Nikan
La voie des ODEC
maternelle l’anglais, Manon Lamontagne a
su prendre sa place au Québec, tantôt
en s’impliquant dans le milieu des
femmes autochtones du Québec, tantôt
au sein des centres d’amitié autochtones.
Elle nous a confié certaines de ses suggestions : « Il ne faut pas avoir peur de
parler aux autres, car la vérité est que
nous sommes les experts dans nos
régions. Nous sommes les personnesclés », explique-t-elle. Pour elle, il n’existe
ainsi pas de solution miracle. Il suffit de
s’intéresser aux autres et de partager ses
idées, ses préoccupations et ne pas
hésiter à demander de l’aide. « Même si
nous faisons de petits changements
locaux, nous construisons nos sociétés.
Si nous assistons à des réunions et, l’air
d’écouter, nous ne passons aucun commentaire, nous sommes les seuls perdants », a-t-elle ajouté. Les solutions ne
sont jamais bien loin et sans doute un
ami, un cousin ou un parent peut nous
référer à quelqu’un d’autre et ainsi de
suite.
Le réseautage, nommé aussi networking,
peut donc nous aider dans bien des
situations. Le réseau agit un peu comme
un filet de sécurité que nous devons tisser
peu à peu, au fil du temps et des rencontres. Rien ne sert d’attendre d’avoir un
besoin urgent ou d’être dans une difficulté
quelconque pour réseauter. Comme le souligne Lise Cardinal, « La personne-clé que
l’on espère joindre ne se trouve jamais
qu’au bout d’une chaîne de quatre ou cinq
personnes tout au plus ! »
Pour obtenir plus d’information sur
le réseautage et surtout découvrir de
nouveaux outils, nous vous invitons à
visiter ces sites Internet.
www.leadership.gc.ca
www.lisecardinal.com
(en français seulement)
La culture, outil de
développement économique
Collaboration spéciale : André Dudemaine
Innu de Mashteuiatsh, l’auteur est notamment directeur culturel du festival Présence autochtone à
Montréal, principale activité de Terres en vues, société pour la diffusion de la culture autochtone.
De plus, les activités culturelles ont des
répercussions indirectes sur plusieurs autres
secteurs ; ainsi la personne qui se déplace
au centre-ville de Montréal, de même que
dans une communauté, pour une sortie
culturelle va aussi dépenser dans le dépanneur, dans le restaurant, pour le stationnement, à l’hôtel (s’il s’agit d’un touriste), à
la station d’essence, etc. Ainsi, une étude a
pu évaluer les retombées de la dernière
édition de Présence autochtone 2002 sur
l’économie québécoise dans son ensemble :
9,4 millions de dollars.
Par contre, la culture ne peut être ramenée
à de simples calculs mathématiques. Le
développement culturel (ceci est particulièrement vrai pour les Premières
Nations) appuie le développement de la
société dans son ensemble. La création
d’un sentiment de fierté et d’appartenance
a un effet positif sur la santé des collectivités. La vitalité de nos cultures est le premier moteur de l’intérêt touristique que
nous suscitons à l’étranger. Beaucoup de
compétences que l’on trouve dans nos
milieux (notamment en santé et en éducation) y sont attirées par la curiosité que suscite la différence culturelle. Les droits
ancestraux qui sont désormais au centre de
nos revendications trouvent leur fondement
dans le fait que nous appartenons à des
cultures dont l’existence plonge au plus
loin de l’occupation humaine en Amérique et que cette filiation doit être maintenue et développée.
Dans plusieurs communautés, on se soucie
du maintien de la langue et des traditions ;
la sauvegarde du patrimoine (y compris
dans la préservation de sites et de paysages) est aussi une préoccupation chez
ceux qui poursuivent l’occupation de nos
territoires traditionnels.
Photo : Terres en vues
Bref aucune planification du développement économique ne saurait faire abstraction de la culture et de ses effets positifs.
Pour les Premières Nations, il s’agit d’une
question cruciale et plusieurs interventions
sont nécessaires pour maintenir et vitaliser
ce secteur.
André Dudemaine, directeur culturel
de Terres en vues
Toutes ces actions appartiennent à l’univers
culturel, mais leurs répercussions décisives
dans le cadre de l’économie doivent être
prises en compte par tous ceux qui
œuvrent au développement de nos nations.
Deux poids, deux mesures
(Cause Tawich)
Saviez-vous que les corporations appartenant aux Premières Nations dans la province de
Québec doivent payer de l’impôt sur le revenu au ministère du Revenu du Québec, tandis
qu’ils sont exemptés du paiement de l’impôt à l’Agence des douanes et du Revenu du
Canada ?
Fiscalité des affaires
La culture a un impact économique direct
important. De nombreuses études ont
démontré les effets des investissements
dans ce secteur, particulièrement en terme
de création d’emploi et de perception de
taxes diverses. Les entreprises culturelles
bénéficient pour cette raison d’appuis gouvernementaux sous plusieurs formes (subventions, prêts, allègements fiscaux, aide à
l’exportation, etc.).
En effet, en 1994, la Cour canadienne de l’impôt a déterminé, dans la cause de Otineka
Development Corporation et 72902 Manitoba Limited c. Sa Majesté la Reine qu’une bande
(une Première Nation) qui exerce des pouvoirs d’administration autonome et qui fournit les
types de services habituellement offerts par des municipalités peut être considérée comme
une municipalité canadienne aux fins de l’impôt sur le revenu. L’alinéa 149 (1) (c) de la Loi
de l’impôt sur le revenu du Canada prévoit une exemption fiscale pour les municipalités
canadiennes. En vertu de l’alinéa 149 (1) (d.5), aucun impôt n’est payable sous la partie I
sur le revenu taxable d’une corporation, commission ou association appartenant à une
municipalité.
Dans la cause de « Corporation de développement Tawich c. le sous-ministre du Revenu du
Québec » (la corporation Tawich est une corporation appartenant à la Première Nation crie
de Wemindji), la Cour d’appel du Québec a rendu un jugement, le 8 mai 2000. Celui-ci est
contraire au jugement rendu par la Cour canadienne de l’impôt dans la cause Otineka mentionnée ci-dessus. La Cour d’appel du Québec ne reconnaît pas, aux fins de la Loi sur l’impôt du Québec, qu’une Première Nation peut être considérée comme une municipalité.
En juillet 2000, les avocats pour la Corporation de développement Tawich, avec l’appui du
Grand Conseil des Cris (Eeyou Istchee), ont déposé une requête en appel à la Cour suprême
du Canada afin de tenter de renverser la décision rendue par la Cour d’appel du Québec.
Par contre, après avoir conclu l’entente de « La Paix des Braves », le Grand Conseil des Cris
(Eeyou Istchee) a retiré la requête d’appel devant la Cour suprême du Canada, entraînant
la conséquence énoncée ci-dessus.
Pour plus de détails sur les conséquences de la cause Tawich, veuillez communiquer avec
M. Michael Benedict, conseiller fiscal pour le Secrétariat de l’Assemblée des Premières
Nations du Québec et du Labrador au numéro (819) 294-6190.
5
Nikan
La voie des ODEC
Événements
à venir
Commission de
développement économique
des Premières Nations du
Québec et du Labrador
250, Place Michel-Laveau,
bureau 202
Wendake (Québec) G0A 4V0
Téléphone :
(418) 842-5020
Télécopieur :
(418) 842-2660
Courriel
cnepton@apnql-afnql.com
Avril et mai 2003
Institut de développement
durable des Premières
Nations du Québec et du
Labrador met sur pied une
formation destinées aux communautés autochtones sur :
• L’implication des communautés dans le cadre de
la Loi sur les forêts;
• les mesures
d’harmonisation;
• la gestion
communautaire;
• le processus d’évaluation
environnementale
autochtone.
Tous les gestionnaires
autochtones en environnement, les consultants et
plus particulièrement les
personnes impliquées en
milieu forestier sont invités à
y participer en grand nombre.
Lieu : Gaspésie, Abitibi,
Côte-Nord et Québec
Ce bulletin est publié
quatre fois l’an par le service
d’information de la CDEPNQL
Toute distribution de
ce document est interdite
sans l’autorisation écrite
de la CDEPNQL.
Pour connaître la date et
l’endroit où se tiendra la
formation, communiquez
avec Michel Mongeon au
(418) 842-5020 ou par
couriel à :
mmongeon@apnql-afnql.com
Le 25 avril 2003
Colloque :
Les droits des autochtones :
Réalité et mythes
Université Laval
Amphithéâtre Hydro-Québec
Pavillon Alphonse-Desjardins
Québec
Pour inscription :
melanie.gagnon@fss.ulaval.ca
Les 26 et 27 avril 2003
Le Salon national
de la franchise et des
opportunités d’affaires
de Montréal
Palais des Congrès
de Montréal
201, rue Viger Ouest
Montréal
Sujet des mini-conférences :
• L’achat d’une franchise;
• Les 28 avantages et les
4 inconvénients de
s’incorporer.
Entrée : 10,00 $
Information :
www.quebec-franchise.qc.ca
Les 5 et 6 mai 2003
Conférence de Insight
Forum sur les stratégies
de gestion financière
autochtone
Hôtel Loews le Concorde
Québec
Sujets :
• Stratégies de gestion
efficace;
• Options financières
pour les structures
organisationnelles;
• Normes et méthodes de
comptabilité;
• Exigences en matière de
rapport financier;
• Technique de préparation
à une vérification des
états financiers.
Pour information :
1-888-777-1707.
Frais d’inscription :
Conférence 1 305,00 $ +
taxes = 1 604,60 $
Du 20 au 23 mai 2003
Conférence nationale
de l’AEIA
Association interprovinciale
sur l’emploi des
autochtones inc.
Centre de conférences
du gouvernement
2, rue Rideau
Ontario (Ottawa)
Pour plus d’information :
June Spence :
(613) 992-0765
www.iane.ca
Les 28, 29 et 30 mai 2003
Congrès annuel
mobilisation 2003
Association des centres
locaux de développement
du Québec (ACLDQ)
Pour connaître les orientations des centres locaux de
développement (CLD)
et participer aux grands
débats qui peuvent enfin
mettre les Premières
Nations et les Inuits au sein
des priorités des CLD.
Lieu : Centre des congrès
de Québec
Veuillez communiquez avec
l’ACLDQ pour obtenir plus
d’information sur les politiques d’inscriptions au
(418) 524-0893
www.acldq.qc.ca
ou au bureau de la
CDEPNQL : (418) 842-5020.
Le 13 juin 2003
Tournoi de golf de
l’Assemblée des Premières
Nations du Québec et du
Labrador
et de ses commissions
régionales
au Château Mont SainteAnne, parcours St-Férréol.
500, boulevard Beau-Pré,
Beaupré, Québec
Golf, voiturette et souper :
100,00 $
Pour information :
Diane McGregor
(418) 842-5020
diane.mcgregor@
apnql-afnql.com
www.ulaval.ca/fd/
colloque.html
6
Nikan
La voie des ODEC
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Related manuals

Download PDF

advertising