Téléchargement FDR - Ramsar Sites Information Service

Téléchargement FDR - Ramsar Sites Information Service
Fiche descriptive sur les zones humides
Ramsar (FDR)
Catégories approuvées dans la Recommandation 4.7modifiée par la Résolution VIII.13 de la Conférence des Parties contractantes
Note aux rédacteurs:
1. La FDR doit être remplie conformément à la Note explicative et mode d’emploi pour remplir la Fiche d’information sur les
zones humides Ramsar ci-jointe. Les rédacteurs sont vivement invités à lire le mode d’emploi avant de remplir la FDR.
2. La FDR remplie (et la ou les carte(s) qui l’accompagne(nt)) doit être remise au Bureau Ramsar. Les rédacteurs
sont instamment priés de fournir une copie électronique (MS Word) de la FDR et, si possible, des copies
numériques des cartes.
1. Nom et adresse du rédacteur de la FDR:
Elhadji Maman Saadou,
Inspecteur Général des Services du MH/E/LCD
Cel. : 92 81 65
USAGE INTERNE SEULEMENT
J M A
Date d’inscription
Numéro de référence du site
2. Date à laquelle la FDR a été remplie ou mise à jour: 10/04/2004
3. Pays: NIGER
4. Nom du site Ramsar: Dallol Bosso
5. Carte du site incluse:
Voir annexe III de la Note explicative et mode d’emploi pour des orientations précises sur la fourniture de cartes appropriées.
a) copie imprimée (nécessaire pour inscription du site sur la Liste de Ramsar): oui ⊗-ou- non
b) format numérique (électronique) (optionnel): oui ⊗ -ou- non
6. Coordonnées géographiques (latitude/longitude): 13°56'342’’ Nord et 2°98'258’’ Est
7. Localisation générale:
Indiquer dans quelle partie du pays et dans quelle(s) grande(s) région(s) administrative(s) elle se trouve ainsi que la localisation de
la grande ville la plus proche.
Le Dallol Bosso est situé dans la région de Dosso, Département de Boboye. Il traverse le
Département du Nord au Sud. Birni N’Gaouré, Chef lieu du Département est implanté en
plein Dallol. Sa superficie est de 750 000 ha et la population est estimée à 325 006
habitants (situation de 2001, SAP Boboye).
8. Élévation: (moyenne et/ou max. & min.)
212 m
9. Superficie: (en hectares)
376.162 ha
10. Brève description:
Bref paragraphe résumant les principales caractéristiques écologiques et l’importance de la zone humide.
Le Dallol Bosso est une ancienne vallée d’un affluent du Niger fossilisé. Ce cours d’eau,
aujourd’hui inactif, prend naissance à partir du réseau des Koris drainant le Sud-Ouest de
l’Aïr et le Talak.
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 2
Dans la région de Tamesna le réseau forme l’Azaouagh, cours d’eau à écoulements
épisodiques dont les traces marquent un passage en territoire Malien avant de revenir au
Niger par le Nord Filingué.
A quelques kilomètres de la frontière Malienne l’Azaouagh rejoint le koris Azar sur la vallée
proprement dite du Dallol Bosso et plus loin, aux environs de Balleyara se joint la branche
Ouest venant de Bani-Bangou dite Kori principal.
Le Dallol Bosso est une zone dépressionnaire longue de 775 km, mais son cours moyen est
discontinu sur des distances de 30 à 125 km.
Son cours inférieur (375 km) est par contre continu, avec un lit sur fond sableux.
La présence d’un aquifère le plus souvent sub-affleurant, entraîne l’apparition ponctuelle de
nombreuses mares pérennes, plaçant cet écosystème à un rang de choix dans le système
agraire du pays.
Les sols sont sableux et/ou hydromorphes, l’aquifère est riche en sels minéraux.
11. Critères Ramsar:
Encercler ou souligner chaque Critère justifiant l’inscription de ce site Ramsar. Voir annexe II de la Note explicative et mode d’emploi
pour les Critères et les orientations sur leur application (adoptés dans la Résolution VII.11).
1
2
3
Critère qui caractérise le mieux le site :
4
7
8
3
12. Justification des Critères mentionnés dans la rubrique 11 ci-dessus:
Justifier chaque Critère l’un après l’autre, en indiquant clairement à quel Critère s’applique la justification (voir annexe II pour des
orientations sur les formes acceptables de justification).
Critère 1 : Le site est un exemple représentatif de la région parce qu’il contient une
végétation particulière composée de Parinari macrophylla (Parc), Acacia albida, Detarium
microcarpum, Borassus aethiopum, Hyphaenae thebaica, Vitellaria paradoxa, Parkia
africana.
La présence d’un aquifère le plus souvent sub-affleurant, entraîne l’apparition ponctuelles de
nombreuses mares pérennes, plaçant ces écosystèmes à un rang de choix dans un
système agraire du pays et du Sahel tout entier.
Critère 2: Le site abrite les girafes (Giraffa camelopardalis), la seule population viable de
l’Afrique de l’Ouest.
On y rencontre des Parcs à Parinari macrophylla menacé de disparition ainsi que
d’Hyphaenae thebaica et le parc à Acacia albida.
le Ficus gnaphalocarpa qui est une espèce très raréfiée, le peuplement d’Hyphaenae
theibaica qui était autrefois dense, mais se trouve aujourd’hui menacé du fait de multiples
pressions (prélèvement généralisé des feuilles limitant la photosynthèse et des fruits verts
compromettant la régénération naturelle ainsi que du bois pour le service).
Critère 3 : Le site satisfait le critère parce qu’il abrite la population des girafes, le parc à
Parinari macrophylla et le parc à gao (Acacia albida) de manière importante pour le maintien
de la diversité biologique de la région.
L’avifaune est très présente autour des mares, et elle est sans aucun doute la plus
remarquable. On rencontre généralement les espèces suivantes :
Vanneau armé (Vanellus spinosus), Héron mélanocephale (Ardea melanocephala), Héron
garde bœuf (Bubulcus ibis), cigogne d’abdim (Ciconia abdimii), sarcelle d’été (Anas
querquedula), poule d’eau (Gallinula chloropus), héron crabier (Ardeola ralloides), cormoran
(Phalacrocorax africanus), dendrocygne veuf (Dendrocygna viduata), jacana (Actophilornis
africana), canard casqué (Sarkidiornis melanotos). La faune ichyque est présente dans le
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 3
Dallol Bosso, les espèces de poissons rencontrées sont : Clarias spp, Sarotherodon
galilaeus, Parachama obscura, Protopterus annectens, Polypterus spp, Heterotis niloticus et
Gymnarchus niloticus.
De toutes ces espèces précitées, les plus abondantes sont Sarotherodon galilaeus et
Clarias spp.
Critère 4 : Le site remplit ce critère parce qu’il abrite des espèces végétales et/ou animales
à un stade critique de leur cycle de vie et leur sert de refuge dans des conditions difficiles.
Par exemple, le site abrite et sert de refuge à la seule population des girafes ( Giraffa
camelopardalis) de l’Afrique de l’Ouest.
Critère 7 : Le site abrite une proportion importante d’espèces de poissons à différents
stades du cycle de vie. Ces espèces qu’on rencontre dans le Dallol sont : Clarias spp,
Saratherodon galilaeus, Parachanna obscura, Protopterus annectens, Polypterus spp,
Heterotis niloticus et Gymnarchus niloticus.
La migration de certaines espèces de poissons pendant la saison hivernale de la zone du
Dallol vers le fleuve Niger, contribue sans aucun doute à enrichir la diversité biologique
mondiale. De ce fait, le site remplit le critère 7.
Critère 8 : Le chapelet des mares qui se forment sur le Dallol Bosso représente une zone
par excellence d’alimentation, d’alevinage et de frayère de plusieurs espèces de poissons
dont les plus importantes sont : Clarias spp, Heterotis niloticus, Parachamna obscura.
Pendant la saison des pluies certaines espèces opèrent des mouvements migratoires
lorsque les mares se connectent entre elles.
13. Biogéographie (information requise lorsque les Critères 1 et/ou 3 et/ou certains points du Critère 2
s’appliquent au site à inscrire):
Nommer la région biogéographique où se trouve le site Ramsar et indiquer le système de régionalisation biogéographique
appliqué.
a) région biogéographique:
C’est un site du groupe A de la Convention Rams contenant des types de zones humides
représentatifs car il est caractérisé par la présence d’un aquifère le plus souvent subaffleurant, qui entraîne l’apparition ponctuelles de nombreuses mares pérennes, plaçant ces
écosystèmes à un rang de choix dans un système agraire du pays et du Sahel tout entier.
b) système de régionalisation biogéographique (citer la référence):
Le site appartient au bassin versant du Fleuve Niger qui a été définit par la Commission du
Fleuve Niger (CFN) créée en 1980 à Faranah en Guinée, à l’issue du sommet des Chefs
d’Etat et de Gouvernement. Cette organisation inter gouvernementale devient Autorité du
Bassin du Niger (ABN) dont le siège est à Niamey -Niger).
14. Caractéristiques physiques du site:
Décrire, le cas échéant, la géologie, la géomorphologie; les origines - naturelles ou artificielles; l’hydrologie; le type de sol; la
qualité de l’eau; la profondeur et la permanence de l’eau; les fluctuations du niveau de l’eau; les variations dues aux marées; la
zone en aval; le climat général; etc.
Le Dallol Bosso a été creusé au début du quaternaire dans les séries argilo-gréseuses
supérieures du continental Terminal.
Il a été ensuite remblayé par des dépôts alluviaux et éoliens essentiellement sableux.
Les formations du continental Terminal sont séparées des grès et argiles du continental
Intercalaire sous-jacents par les marnes, calcaires et argiles du paléocène et du crétacé
Terminal.
Le Dallol Bosso est une ancienne vallée d’un affluent du Niger, aujourd’hui inactif. Cette
vallée est entaillée dans un plateau dont la limite est marquée par des escarpements raides,
formés de cuirasses épaisses avec toutefois des variantes régionales.
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 4
Le fond de la vallée est une étendue à peu près plane, en pente longitudinale, quasi nulle.
Entre le plateau et le fond du Dallol, existe un glacis intermédiaire de pente très douce.
Localement, le Dallol est obstrué par divers dépôts sableux formant de petites terrasses.
Entre les terrasses sableuses, les eaux ont tracé des chenaux remplis d’éléments fins.
L’importance des dépressions argileuses croît du Nord au Sud du Dallol.
Le Dallol Bosso est d’origine naturelle où la recharge annuelle varie entre 91 et 280 mm
selon les zones du Dallol et suivant un gradient Nord-Sud. Le potentiel hydrique des eaux de
surface est de l’ordre de 200 millions de m3 environ.
La nappe phréatique dans le Dallol est peu profonde et située entre 2 et 10 m et même
affleurante dans la partie Sud.
Les sols de la vallée du Dallol appartiennent pour l’essentiel au groupe des sols ferrugineux
tropicaux sur terrasses. Cependant on distingue les grands types suivants :
- les sols de la vallée plus ou moins lourds, riches en argile, en limon et en matière
organique ;
- les sols sableux, d’origine alluviale et de faible teneur en argile et en limon ;
- et, les sols hydromorphes, riches en matière organiques.
La qualité des eaux souterraines dans le Dallol a été évaluée par le biais de la conductivité
électrique, mesurée sur le terrain, et qui est fonction de la minéralisation totale.
La méthode utilisée pour la classification des eaux est celle du laboratoire de Riverside , elle
est fondée sur la conductivité et sur le taux d’absorption du sodium ou SAR obtenu à partir
de la formule suivante :
SAR =
Na_______
√ ½ (Ca + Mg)
Na +
SAR =
__________________________
√ ½ (Ca++ + Mg++
Na+, Ca++ et Mg++ sont exprimés en miliéquivalents.
Les nappes phréatiques dans la vallée du Dallol sont peu minéralisées, avec des
conductivités inférieures à 250 microsiennes et des valeurs SAR comprises entre 0,5 et 4,
ce qui les rangent dans la catégorie C1 et S1 des eaux qualifiées d’excellences pour
l’irrigation sur la plupart des sols.
Les eaux de nappes captives sont généralement plus minéralisées que les eaux de la nappe
phréatique, les conductivités dépassent toujours 600 microsiennes.
Tandis que les nappes du continental Terminal présentent des conductivités comprises
entre 1400 et 1800 microsiennes, ce qui les classe dans la catégorie des eaux
moyennement minéralisées admissibles pour l’irrigation de plantes tolérantes au sel sur des
sols bien drainés.
La vallée du Dallol Bosso présente un chapelet de plusieurs mares permanentes pendant la
saison sèche. En hivernage, ces mares ont tendance à se connecter entre elles. En général
la nappe phréatique se situe entre 0 et 10 mètres.
Le bassin versant a une superficie approximative de 22 km2. Il est relativement étroit en
forme de triangle, assez encaissé vers le Nord (8 x 5 km). Un Kori dit principal débouche
dans la vallée pour atteindre finalement le Dallol Bosso sur sa bordure occidentale.
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 5
La grande extension du Dallol Bosso en latitude implique des variations climatiques
sensibles.
Le climat est Soudanien à l’extrémité Sud (780 mm à Gaya), Sahélien dans la partie
Centrale (500 mm à Birni N’Gaouré) et Sub-désertique à proximité de la frontière du Mali
(300 mm à Filingué).
Les régimes pluviométriques sont caractérisées par :
- des écarts annuels importants, mais un nombre de jour de pluie stable sauf en année
sèche ;
- des occurrences de sécheresses de plus en plus rapprochées dans la dernière
décennie ;
- des variations locales très importantes ;
- des pluies très concentrées entre juillet et août, ce qui paradoxalement peut amener des
excès d’eau pendant la période végétative ;
- des pluies en général de forte intensité ;
- une pluviométrie n’autorisant que des cultures à cycle végétatif court (90 jours) et des
semis très précoces sans labour.
Les températures annuelles moyennes minima et maxima sont élevées (22,5°C et 36,4°C).
Les maxima sont les plus élevés en avril et mai ( > 40° C) et les plus faibles en août,
pendant l’hivernage.
Les minima sont les faibles en décembre, janvier et février, période durant laquelle
l’amplitude thermique journalière peut atteindre 18°C.
L’évaporation est élevée (2485 mm).
Au niveau du Dallol Bosso, on peut distinguer quatre (4) saisons dans l’année à savoir :
- une saison sèche tempérée du 15 novembre au 15 mars avec un fort contraste de
température entre le jour et la nuit, une humidité faible, un ensoleillement élevé et un fort
vent dominant du secteur Nord-Est : l’Harmattan ;
- une saison chaude du 15 mars au 15 juin, quelques précipitations isolées maintiennent
une humidité plus élevée ;
- une saison humide ou hivernage du 15 juin au 15 septembre. Les précipitations
prennent la forme d’averses intenses isolées, accompagnées de vents violents du
secteur Sud-Ouest (vent de mousson) en provenance du golfe de Guinée. Les
températures sont relativement tempérées, avec un faible contraste entre le jour et la
nuit ;
- une saison chaude et humide du 15 septembre au 15 novembre. Les précipitations sont
faibles mais l’humidité relative demeure forte.
Plus on se situe au Nord plus la saison sèche prend de l’importance par rapport aux autres
sections du Dallol.
15. Caractéristiques physiques du bassin versant:
Décrire la superficie, les caractéristiques géologiques et géomorphologiques générales, les types de sols principaux et les
principales formes d’utilisation des sols, et le climat (y compris le type climatique).
En plein cœur de l’Afrique de l’Ouest, le bassin du fleuve Niger concerne 10 pays.
Le cours principal du Niger, avec une longueur de 4.200 km est le 3ème d’Afrique et le 9ème
du Monde.
Il couvre une superficie de 2.100.000 km², avec une partie active de 1.900.000 km² repartie
sur 9 pays : La Guinée (4,6%), la Côte d’Ivoire (1,2%), le Mali (30,3%), le Niger (23,8%), le
Burkina Faso (3,9%), le Bénin (2,5%), le Cameroun (4,4%), le Tchad (1,0%) et le Nigéria
(28,3%).
Le climat du Bassin versant se caractérise par 4 zones climatiques distinctes :
- la zone Guinéenne (humide à très humide) ;
- la zone Soudano guinéenne (semi humide) ;
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 6
- la zone Sahélienne (semi aride) et ;
- la zone Sub-désertique (aride).
Ces différentes zones sont caractérisées par l’alternance d’une saison des pluies centrée
sur le mois d’Août qui dur 2 à 3 mois au Nord, 6 à 8 mois au Sud et d’une saison sèche
marquée par l’harmattan.
16. Valeurs hydrologiques:
Décrire les fonctions et valeurs de la zone humide du point de vue de la recharge de l’eau souterraine, de la maîtrise des crues, du
captage des sédiments, de la stabilisation des rives; etc.
Les ressources en eau de surface sont difficilement mobilisables et temporaires. Par
contre les eaux souterraines sont abondantes.
Le Dallol Bosso est caractérisé par trois (3) grandes formations aquifères qui sont :
a) le continental Intercalaire dont l’épaisseur est comprise entre 50 et 100 m environ.
Cette nappe captive est située sous les argiles du crétacé et du paléocène. Elle est
jaillissante dans toute la partie centrale du Dallol, mais son exploitation nécessite des
ouvrages d’au moins 500 m de profondeur.
b) Le continental Terminal qui est une série argilo-gréseuse édifiée sur les argiles du
paléocène ou le socle, qui recèle trois (3) nappes superposées :
- la nappe captive profonde, parfois artésienne qui peut être exploitée par des forages de
250 à 300 m de profondeur ;
- la nappe captive moyenne dont le toit est situé entre 75 et 100 m de profondeur ;
- la nappe phréatique, en continuité hydraulique au sud de Filingué avec la nappe
alluvions quaternaires.
c) Le quaternaire dont l’épaisseur des formations alluviales peut dépasser 30 m. Cette
nappe est la seule ressource en eau renouvelable du Dallol Sud.
Le Dallol Bosso a un potentiel en eau total de 200 millions de m3. L’évaporation totale
dans la zone du Dallol a été estimée à 48 960 000 m3, les besoins en eau de la
population à 2 802 139 m3, les besoins du cheptel à 1 980 473 m3 et les besoins en
irrigation estimés à 6 500 000 m3.
17. Types de zones humides
a) présence:
Encercler ou souligner les codes correspondants aux types de zones humides du «Système de classification des types de zones
humides» Ramsar présents dans le site Ramsar. Les descriptions des codes correspondants aux types de zones humides figurent
dans l’annexe I à la Note explicative et mode d’emploi.
N
Tp
b) dominance:
Énumérer les types de zones humides identifiés sous a) ci-dessus par ordre de dominance (par superficie) dans le site Ramsar, en
commençant par le type de zone humide qui a la plus grande superficie.
18. Caractéristiques écologiques générales:
Préciser la description, s’il y a lieu, des principaux habitats, types de végétation, communautés végétales et animales présents dans
le site Ramsar.
Les principales essences forestières caractéristiques du Dallol Bosso sont : Borassus
aethiopum, Hyphaenae theibaica, Detarium microcarpum, Parkia africana, Acacia albida,
Ficus gnaphalocarpa, Acacia senegal, Parinari macrophylla, etc…
Parmi les espèces herbacées, on peut citer les suivantes : Andropogon gayanus, Eragrostis
tremula, Aristida sp, Zornia glochidiata, etc…
Les principaux écosystèmes de la zone humide sont : les parcs à Acacia albida et à Parinari
macrophylla et les zones marécageuses/inondables.
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 7
Les espèces introduites dans la zone sont le Prosopis sp et l’Eucalyptus sp, et les espèces
envahissantes sont le Sida cordifolia et le Prosopis sp.
Dans la zone du Dallol, 80 à 90 % de l’alimentation du bétail sont assurés à partir de la
végétation. Les principales espèces appetées en saison de pluie sont des herbacées tandis
qu’en période de soudure la végétation ligneuse constitue presque la seule source
d’alimentation du bétail. Ainsi le parc à Gao subit une forte pression au point où son
existence est menacée. Les fruits d’Hyphaenae theibaica et de Parinari macrophylla font
l’objet de prélèvements incontrôlés à des fins d’alimentation humaine et commerciale. Il en
est de même pour les feuilles d’Hyphaenae theibaica qui constituent la base essentielle de
l’artisanat dans la zone.
19. Flore remarquable:
Fournir des informations supplémentaires sur des espèces particulières et les raisons pour lesquelles elles sont remarquables (en
complétant si nécessaire l’information fournie au point 12. Justifier l’application des Critères en indiquant, par exemple, les
espèces/communautés qui sont uniques, rares, en danger ou importantes du point de vue biogéographique, etc. Ne pas ajouter ici de
liste taxonomique des espèces présentes – cette liste peut être fournie en tant qu’information complémentaire à la FDR.
Le parc à Acacia albida « Gao » est un peuplement naturel particulier, jouant un important
rôle dans l’agroforesterie en général (y compris le pastoralisme).
Le parc a Parinari macrophylla est aussi un autre peuplement naturel, rarement rencontré au
Niger. Son rôle dans l’alimentation humaine est indéniable.
Comme autres plantes remarquables, on peut mentionner les suivantes : Le peuplement de
Borassus aethiopum se réduit suite aux coupes pour le bois de service destiné à la
commercialisation.
L’Andropogon gayanus se distingue par sa valeur socio-économique ; l’Eragrostis tremula
est un excellent pâturage, utilisé aussi comme chaume.
L’espèce Imperata cylindrica est une herbacée inféodée aux endroits humides, aujourd’hui
menacée d’extinction. Il est hautement apprécié pour la confection des toitures.
Enfin le Parkia africana, Vitellaria paradoxa, Détarium microcarpum, essences
soudaniennes à valeur économique certaine autrefois assez représentatifs sont aujourd’hui
présentes à faible densité dans le Dallol Bosso.
20. Faune remarquable:
Fournir des informations supplémentaires sur des espèces particulières et les raisons pour lesquelles elles sont remarquables (en
complétant si nécessaire l’information fournie au point 12. Justifier l’application des Critères en indiquant, par exemple, les
espèces/communautés qui sont uniques, rares, en danger ou importantes du point de vue biogéographique, etc., en fournissant
des données de recensement. Ne pas ajouter ici de liste taxonomique des espèces présentes – Cette liste peut être fournie en tant qu’information
complémentaire à la FDR.
Les mammifères sauvages sont pratiquement absents à cause de la forte densité humaine
(66 habitants au km2), cependant les dernières girafes (Giraffa camelopardalis) d’Afrique de
l’Ouest habitent le Dallol Bosso, et beaucoup de gazelles sp vivent des écoulements
laminaires des cours d’eau fossiles de la zone.
Toutes ces espèces ont été observées en juillet 2002 sur des sites susceptibles d’en
accueillir plus en nombre et en diversité (exemple : à la mare de Garou, il a été dénombré 6
644 individus de 18 espèces en 2001). Selon les populations rencontrées la relative
absence d’oiseaux se justifie actuellement par le fait que le moment où la mission de terrain
s’est déroulée ne correspond pas à la période de migration des oiseaux et que des points
d’eau prennent naissance un peu partout, même sur les plateaux en cette période
d’hivernage.
21. Valeurs sociales et culturelles:
Par exemple, production halieutique, foresterie, importance religieuse, sites archéologiques, relations sociales avec la zone
humide, etc. Établir la distinction entre l’importance historique/archéologique/religieuse et les valeurs socio-économiques
actuelles.
Le Dallol Bosso est fréquenté par de nombreux touristes, notamment étrangers à cause de la
présence des girafes (Giraffa camelopardalis). Les populations s’adonnent à des activités
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 8
d’extraction du natron.
Le Dallol a été aussi une zone d’intervention du programme d’éducation environnementale.
Les différents projets ayant intervenu dans la zone ont chacun essayé de développer un
volet de recherche appliquée. Environ 74 % des terres cultivables sont emblavées pour une
production d’environ 56 000 Tonnes de mil, 13 000 Tonnes de sorgho et 24 000 Tonnes de
niébé auxquels il convient d’ajouter des quantités assez appréciables de riz, manioc, patate
douce, pomme de terre, etc.. produites dans la zone.
Le Dallol satisfait le besoin en pâturage de 180 043 UBT (Unité de Bétail Tropical) de la
région de Boboye ; soit 172 646 têtes de bovins, 86 624 têtes d’ovins, 96 427 têtes de
Caprins, 2 186 têtes de Camelins, 8 320 têtes d’Asins et 8 123 têtes d’Equins. A cela,
il faut ajouter les transhumants qui séjournent dans le Dallol pendant la période de
juillet-août. Cela accroît la pression sur les ressources pastorales et exacerbe les
relations déjà conflictuelles entre les agriculteurs et les éleveurs.
Avec un taux de couverture hydraulique de 36,2 % dans la région et 31,25 % pour le milieu
semi-urbain, l’essentiel des besoins en eau des populations est satisfait à partir des puits
traditionnels ou modernes. Cependant, certains villages de plus de 1 000 habitants
possèdent des forages donc de l’eau souterraine satisfaisante.
Les besoins agricoles et pastoraux sont couverts en partie par ces puits mais également par
les mares. Les points d’eau permanents et semi-permanents du Dallol permettent la
production de 10 kg/jour/pêcheur de poisson, autoconsommé et commercialisé. Ces
différentes valeurs sont compatibles avec le maintien du processus naturel de la zone
humide si et seulement si les activités y afférentes sont conduites rationnellement, c’est-àdire de manière à convaincre les populations que la zone humide constitue un réel potentiel
pour elles qu’il convient de préserver.
Cependant, l’extraction du natron se présente à priori comme une activité incompatible avec
le maintien du processus à cause de son caractère dévastateur du milieu.
22. Régime foncier/propriété:
La maîtrise de la terre, propriété et utilisation, se repose sur le principe de la reconnaissance
des droits au premier défricheur, à sa descendance et de leur confirmation par l’usage, soit
l’exploitation sans autre interruption que celle de la jachère.
Les chefs de village et les chefs de canton assurent l’exercice de ces droits, chacun à leur
niveau. Ainsi, ils ont le pouvoir d’attribuer les terres libres, mais ils peuvent aussi le faire
mettre en culture au profit de la collectivité ou à leur propre profit avec la participation de la
population aux travaux.
Le patrimoine familial relève du chef de la famille qui constitue une unité de production. Il
décide de l’usage, de la répartition entre les membres de la famille, de la mise en jachère,
de l’abandon, du prêt et de la transmission.
Aussi bien sur le site que dans les terroirs voisins, le régime foncier ne présente aucune
particularité. L’accès aux ressources ; eaux, sols, produits forestiers et pâturage, est régi par
la législation nationale (code rural, loi sur la pêche, loi sur la chasse et la protection de la
faune, code forestier et régime coutumier).
L’acquisition des terres se fait par héritage, achat, prêt,… dans le respect de la
réglementation en vigueur.
23. Occupation actuelle des sols (y compris l’eau):
a) Les principales activités humaines menées dans le site sont les cultures irriguées, le
jardinage, l’élevage, la foresterie, la pêche et l’extraction du natron.
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 9
b) Dans les environs, les principales activités exercées sont : l’agriculture, l’élevage,
l’artisanat et le petit commerce.
La population de boboye est d’environ 325 006 habitants (source SAP Boboye), répartie
par sexe entre 162 656 femmes et 162 350 hommes.
La population rurale est répartie en sédentaires (310 098 hts), Nomades (5 577 hts), et
Urbaines (9 832 hts). La densité est de l’ordre de 66hts/km2 avec un taux annuel
d’accroissement de 3,6.
Cette population est composée majoritairement des djerma (72,4 %) mais aussi des
peuhs sédentarisés (26,5 %) et quelques haoussa (1,1 %).
Les principales activités de cette population sont l’agriculture et l’élevage qui se
pratiquent sur presque la totalité des terres exploitables.
La pêche, la foresterie, l’artisanat, le petit commerce et l’extraction du natron sont
considérées comme des activités secondaires mais qui procurent de revenu substantiels
à la population.
La vallée est essentiellement agricole. Les aires de pâturages sont situées en général
sur les plateaux où il n’existe pratiquement pas de points d’eau permanents ou même
semi-permanents. Les animaux sont abreuvés dans la vallée qu’ils accèdent par le biais
des couloirs de passage et cela ne se passe pas sans problème. Après la récolte les
champs sont libérés et les résidus agricoles exploités par les éleveurs suivant le
système de pacage.
24. Facteurs (passés, présents ou potentiels) défavorables affectant les caractéristiques
écologiques du site, notamment les changements dans l’utilisation des sols (y compris l’eau) et
les projets de développement:
a) La zone du Dallol est en proie à l’érosion hydrique et éolienne qui provoque un
ensablement considérable de la vallée.
A l’instar des autres pays Sahéliens, le Niger connaît de plus en plus des saisons
pluvieuses aléatoires. En cas de mauvaises saisons, la nappe phréatique est mal ou pas
rechargée, ce qui peut provoquer un assèchement en certains endroits.
L’utilisation d’intrants agricoles ou zootechniques n’atteint pas le niveau pouvant
constituer une source de pollution de la zone humide.
Le surpâturage est très perceptible dans le Dallol à cause de l’insuffisance des aires de
pâturage et de la concentration d’animaux (autochtones et transhumants) qui sont à
l’origine d’une pratique malsaine de pâturage aérien.
La surexploitation des terres cultivables à provoqué un appauvrissement des sols et une
extension des cultures sur des terres à vocation non agricole.
L’extraction du natron nécessite d’énormes quantités de biomasse, ce qui implique des
prélèvements considérables sur la végétation.
L’espèce d’Eucalyptus sp est introduite pour sa vitesse de croissance, son bois et son
efficacité comme brise vent. Alors que le Prosopis sp est également introduit pour sa
croissance rapide et pour le rôle de protection qu’il peut jouer comme étant une haie
vive.
25. Mesures de conservation en vigueur:
Énumérer la catégorie et le statut juridique des aires protégées au plan national, y compris les relations aux limites du site Ramsar;
les pratiques de gestion; mentionner s’il existe un plan de gestion approuvé officiellement et s’il est appliqué.
La zone humide est située dans la réserve de biosphère de la région du W du Niger qui
inclut la zone de prédilection des girafes. Elle avoisine aussi la réserve partielle de faune de
Dosso (306 000 ha) qui est malheureusement très dégradée. Elle se jette dans la zone
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 10
humide du Moyen Niger II et fait frontière avec celle du Parc W du Niger. Les mesures de
conservation en vigueur sont :
- code rural
- code forestier
- loi sur la chasse
- loi sur la pêche
- loi cadre sur l’environnement.
Suivant le mode d’occupation des sols et le régime foncier, les communautés locales
participent aux actions de développement envisagés sur le site considéré d’abord comme
leur propriété. Le processus de décentralisation en cours au Niger encourage l’implication et
la responsabilisation des populations dans toutes actions de développement les concernant.
26. Mesures de conservation proposées mais pas encore appliquées:
Par exemple, un plan de gestion en préparation; une proposition officielle de création d’une aire légalement protégée, etc.
Les propositions des mesures de gestion faites dans le cadre du schéma directeur
d’aménagement de l’Arrondissement sont : maîtrise des eaux de surface, aménagement anti
érosifs, mobilisation des eaux souterraines, aménagement des parcs agroforestiers,
délimitation et matérialisation des couloirs de passage et aires de pâturage, développement
de petites pêcheries et promotion de l’apiculture.
27. Recherche scientifique en cours et équipements:
Par exemple, expliquer les projets de recherche en cours, y compris la surveillance de la diversité biologique; indiquer s’il existe
une station de recherche de terrain, etc.
L’Institut National de Recherche Agronomique du Niger (INRAN) est assez présent dans la
zone, en particulier dans le secteur de l’élevage (station de Toukounous), de cultures
vivrières pluviales près de Birni N’Gaouré (station de Kalalaté), de cultures fruitières (projet
Gaya, recherche sur le palmier-dattier à Baleyara). Des itinéraires techniques adaptés :
fertilisation du mil et du niébé, variétés, densités de semis ont été mis au point dans la zone
Nord (Projet INRAN-Tapis est à Chikhal). Cette institution a également collaboré avec les
différents projets de développement intervenus dans la zone. Il faut également signaler que
le Ministère en charge de la recherche agricole tente d’instituer la programmation d’un volet
recherche pour tout projet de grande envergure et quelle que soit sa zone d’intervention.
28. Activités actuelles relatives à la communication, à l’éducation et à la sensibilisation du public
(CESP) relatives au site ou bénéfiques au site:
Par exemple, centre d’accueil de visiteurs, tours d’observation et sentiers nature, brochures d’information, infrastructures
d’accueil pour les écoles, etc.
Il n’existe aucun programme d’éducation à la conservation de la zone humide. Cependant,
les services techniques de l’environnement de la zone sensibilisent généralement les
populations lors des cérémonies d’empoissonnement de ces zones humides. Mais
également, les campagnes de dénombrements annuels des oiseaux d’eau exécutés par la
Direction de la Faune, de la Pêche et de la Pisciculture ont permis d’amorcer une
sensibilisation des populations à la conservation.
29. Loisirs et tourisme actuels:
Indiquer si la zone humide est utilisée à des fins de loisirs et/ou tourisme; mentionner le type, la fréquence et le nombre de
visiteurs.
La zone humide est visitée par des touristes nationaux et étrangers pour les girafes.
Il existe un centre touristique à Kannaré mais non encore fonctionnel.
C’est un tourisme de vision qui dure toute l’année et draine plusieurs visiteurs.
30. Juridiction:
Indiquer la juridiction territoriale, par exemple état/région et fonctionnelle/sectorielle, par exemple ministère de
l’Agriculture/ministère de l’Environnement, etc.
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 11
a) l’autorité publique qui a la juridiction territoriale sur la zone humide est l’Etat, qui a fait
délégation de pouvoir à la région et à la collectivité territoriale de Boboye et de
Fillingué.
b) L’autorité qui a la juridiction fonctionnelle en vue de la conservation est le Ministère
de l’Hydraulique, de l’Environnement et de la Lutte Contre la Désertification à travers
ses services décentralisés.
31. Autorité de gestion:
Fournir le nom et l’adresse du bureau, de l’organisme, de l’organisation directement responsable de la gestion de la zone humide.
Dans la mesure du possible, fournir aussi le mon du poste et/ou de la personne ou des personnes responsables pour la zone
humide.
Abdou Malam Issa, Chef Division Faune et Chasse de la Direction de la Faune, de la Pêche
et de la Pisciculture ; BP. : 721 ; Tel : 73 40 69 Niamey-Niger.
32. Références bibliographiques:
Références scientifiques et techniques seulement. Si un système de régionalisation biogéographique est appliqué (voir 13 cidessus), veuillez indiquer la référence complète de ce système.
1. Bernard Cloutier ; Reinée Pelletier ; Robert Saint-Arnaud, mai 1986, projet
d’aménagement agricole dans le Dallol Bosso Nord, Département de Dosso,
République du Niger, Tome I Etude de base.
2. Bernard Cloutier ; Reinée Pelletier ; Robert Saint-Arnaud, mai 1986, projet
d’aménagement agricole dans le Dallol Bosso Nord, Département de Dosso,
République du Niger, Tome II – Annexes
3. BRGM, 1987, Schéma directeur d’aménagement hydraulique du Dallol Bosso, étude
préalable 1, évaluation des ressources en eau, factibilité hydrogéologique.
4. BRGM, 1987, schéma directeur d’aménagement hydraulique du Dallol Bosso,
évaluation financière pour la réalisation de 15 petits périmètres irrigués.
5. BRGM, 1987, schéma directeur d’aménagement hydraulique du Dallol Bosso,
synthèse ;
6. Dominique Conrault, JMDCV, le bassin versant de Samadey, programme Hapex
Sahel.
7. Equipe du PURNKO, 1999, Plan d’Aménagement de la zone de transition de la
réserve de biosphère du W : Zone girafe, éléments de diagnostic.
8. Idrissa Abdoulaye et Aliou Kouré, juillet 2001, « Etude sur la situation de référence
de l’irrigation privée au Niger, version provisoire ;
9. Isabelle Ciofolo et Yvonnick le pendu, 1998, les Girafes du Niger, de l’analyse
éthologique au développement local, projet n° EOF/NE 95 01 B7 6200, pages 8-10 ;
10. Maxime Monfort, 1996, reconstitution géologique des aquifères du continental
Terminal dans la région de Niamey stage de maîtrise sciences de l’environnement ;
11. Mullie ; Salifou ; Brouwer ; Kounou, 1993 « les zones humides du Niger et leur
importance pour les oiseaux ;
12. Rapport d’activités 1990, février 1991, Direction Départemental Dosso ;
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 12
13. Rapport annuel d’activités 95, DDE Dosso ;
14. République du Niger, Département de Dosso, octobre 1997, étude sur le bilan
diagnostic de l’Environnement pour un développement durable, Dosso, Pages 148 ;
15. RH. Hughes et J.S. Hughes, 1992, Répertoire des zones humides d’Afrique, pages
375 ;
16. Service Plan Boboye, SAE Boboye, SARA-Boboye, SADA Boboye, SAH
Boboye (Communications personnelles, juillet 2002).
17. Yveline Poncet, 1974, la sécheresse en Afrique Sahélienne « une étude microrégionale en RN dans la région des Dallols ;
Veuillez renvoyer à l’adresse suivante: Bureau de la Convention de Ramsar, rue Mauverney 28, CH-1196 Gland,
Suisse
Téléphone: +41 22 999 0170 • Télécopie: +41 22 999 0169 • Courriel: ramsar@ramsar.org
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 13
ANNEXE I : LISTE DES POINTS D’EAU VISITES LORS DE LA MISSION DU TERRAIN
Noms de
sites
Doalaga
Fabidji
Belandé
Garou
Tinoma
Djambéré
Niambé
Niauwaré
Bongo Tawaï
Diney Zougou
Tadé
Chapelet
Kabé-KaléléKatamba
Coordonnées
Espèces observées
Géographiques
le nombre entre parenthèse
N 13° 01 '416’’
Poule d’eau (Gallinula chloropus) (4)
E 02° 85’ 708
Héron garde bœuf (Bubulcus ibis) (15)
Altitude : 195 m
N 12° 90’ 631’’
E 02° 87’ 138’’
Altitude : 194 m
Vanneau armé (Hoplopterus spinosus)
(3)
Héron mélanocephale (Ardea
melanocephala) (1)
Héron garde bœuf (Bubulcus ibis) (20)
Cigogne d’abdim (Ciconia abdimii) (2)
N 12° 74’ 417’’
E 02° 87’ 687’’
Altitude : 193 m
N 13° 15’ 020’’
E 02° 93’ 043’’
Altitude : 199 m
N 13° 43’ 152’’
E 02° 95’ 660’’
Altitude : 260 m
N 13° 56’ 342’’
E 02° 98’ 258’’
Altitude : 109 m
N 13° 70’ 035’’
E 02° 96’ 987’’
Altitude : 223 m
Végétation aquatique composée
de Roseaux.
Le pic d’arrivage des oiseaux se
situe après la récolte selon la
population
Extraction du natron
Présence de sarcelle d’été selon
la population.
Présence de sarcelle d’été selon
la population.
Le site a fait l’objet de
dénombrement des oiseaux
d’eau édition 2001 (voir annexe
II)
Asséché
N 13° 21’ 458’’
E 02° 87’ 151’’
Altitude : 199 m
N 13° 35’ 738’’
E 02° 87’ 711’’
Altitude : 207 m
N 13° 27’ 917’’
E 02° 87’ 738’’
Altitude : 205 m
N 13° 86’ 744’’
E 02° 85’ 153’’
Altitude : 205 m
Observations
Mare empoissonnée
Végétation aquatique :
Roseaux.
Pas de disponibilité des
statistiques de pêche
Zone marécageuse
Héron crabier (Ardeola ralloides) (1)
Dendrocygne veuf (Dendrocygna
viduata) (2)
Cygogne d’abdim (Ciconia abdimii ) (5)
Canard casqué (Sarkidiornis
melanotos) (8)
Plan d’eau entièrement couvert
de roseaux, ce qui constitue un
habitat pour les poules d’eau et
sultane.
Zone marécageuse
Héron garde bœuf (Bubulcus ibis) (4)
Cigogne d’abdim (Ciconia abdimii) (3)
Végétation aquatique importante
Présence de roseaux qui
constitue un habitat de
prédilection pour les poules.
Le pic d’arrivage des oiseaux
d’eau est après la récolte
(janvier) selon les populations
Dendrocygne veuf (Dendrocygna
viduata) (205)
Héron crabier(Ardeola ralloides) (3)
Héron garde bœuf (Bubulcus ibis) (11)
Jacana Actophilornis africana) (47)
Héron melanocephale (Ardea
melanocephala) (1)
Vanneau armé (Vanelluss spinosus)
(40)
Fiche descriptive sur les zones humides Ramsar, page 14
ANNEXE II : Liste des espèces d’oiseaux dénombrés sur le site de Garou en 2001
N° d’ordre
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
Total
Espèces
Héron cendré (Ardea cinerea)
Héron melanocephale (Ardea melanocephala)
Héron pourpré (Ardea purpurea)
Grande Aigrette (Casmeroduis albus)
Héron garde bœuf (Bubulcus ibis)
Aigrette garzette (Egretta garzella)
Crabier chevelu (Ardeda ralloides)
Bihoreau gris (Nycticorax nycticorax)
Jacana à poitrine dorée (Actophilornis africana
Dendrocygne fauve (Dendrocygna bicolor)
Dendrocygne veuf (Dendrocygna viduata)
Poule d’eau (Gallinula chloropus)
Poule sultane (Porphyrio porphyrio)
Vanneau éperonné (Vanellus spinosus)
Chevalier culblanc (Tringa ochropus)
Chevalier gambette (Tringa totanus)
Chevalier sylvain (Tringa glareola)
Chevalier combattant (Philomachus pugnax)
Nombre
136
15
17
18
276
255
130
19
77
527
42
27
8
257
62
6
527
87
6 644
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising