Cap Agro Automne 2009 - Chambres d`Agriculture de Bretagne

Cap Agro Automne 2009 - Chambres d`Agriculture de Bretagne
Automne 2009
Octobre 2009
synagri.com
Vie du pôle
L'approche globale
de la conduite des cultures
Brèves . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4/5
Kerguéhennec (56) : vers des systèmes de cultures innovants . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6/7
Station des Cormiers (35) : tassement des sols, réduire la charge à l'essieu . . . . 8/9
Actualités
La crise économique touche tous
les secteurs. Elle n’épargne pas
l’agriculture. Toutes les productions agricoles bretonnes voient
leurs prix tirés par le bas. Dans
ce contexte, il devient impératif
de bien gérer son exploitation.
Dans le domaine de la conduite des cultures, cela
passe désormais par l’approche globale. Au lieu
de raisonner un à un chaque poste comme le
choix variétal, le travail du sol, la fertilisation, la
protection de la culture… d’une manière indépendante, il devient indispensable de raisonner la
conduite des cultures d’une manière globale et
cohérente au fil de l’itinéraire. En effet tous les
postes de la conduite s’influencent entre eux.
La Bretagne compte 450 000 ha de céréales à
paille, soit le quart de sa SAU. Nous venons de
vivre une campagne caractérisée par des records
de récolte, y compris chez nous. Mais nous avons
aussi subi trois étés défavorables au niveau du climat, contrariant fortement les conditions de la
moisson sur la majeure partie de la région. Tous
ces éléments ne peuvent qu’inciter à la fois à la
prudence mais aussi à l’ouverture et à l’innovation. C’est pour toutes ces raisons que nous orientons délibérément nos travaux vers l’approche
globale que nous restituons dans les publications
Cap Agro.
Bonne lecture.
Pierre DANIEL
Président du pôle Agronomie Productions Végétales des
Chambres d’agriculture de Bretagne.
Sol et vie : le thème de la campagne 2009 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10/11
Grenelle de l'environnement :
quelques pistes pour réduire l'usage des phytosanitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12/13/14/15
Mes P@rcelles : les nouveautés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 16
Économie
Marché des céréales : des signes baissiers à court terme . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Bilan de santé de la PAC : en tenir compte pour votre assolement 2010 . . . . . 18/19
Les coûts de production des fourrages . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20/21
Généralisation des bandes enherbées en bord de cours d'eau . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 22
Agronomie
Bulletin de santé du végétal :
un outil pour assurer la protection des cultures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
Reliquats azotés : à faire entre deux cultures de printemps . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
Que devient l'azote piégé par les CIPAN ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 25
A la découverte de l’Agro Bio
Fertilité des sols : rôle des matières organiques et des légumineuses
......
26/27
Énergie
La haie, source d'énergie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 28/29
Le Miscanthus : une culture adaptée à la Bretagne ? . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 30
Céréales
Désherbage du blé : raisonner à l'échelle de la parcelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 31
Mélange céréaliers : 2009, année très favorable . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 32/33
Fertilisation azotée des céréales : revoir le fractionnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 34
Colza
Les points clés de l'itinéraire technique du colza
...............................
35/36/37
Herbe
Association RGA-TB : ne pas se tromper lors du choix des variétés . . . . . . . . . . 38/39
Désherbage de la luzerne . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 40/41
Agrobio
Partenaires associés du Pôle agro :
Arvalis Institut du végétal,
Bretagne Contrôle Laitier
Conduite du colza grain en agrobiologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 42/43
Dossier
Vu au SIMA . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 44/50
Responsable de la publication : Louis Jestin - Conception : Louis Le Roux
Rédacteurs : Pôle Agro PV : Jean-Yves Cosnier, Didier Debroize, Bertrand Decoopman, Pierre Demeuré, Michel Falchier, Jean Luc Giteau, Jean Grall, Annie
Guillermou, Daniel Hanocq, Pierre Havard, Djilali Heddadj, Louis Jestin, Louis Le Roux, Claire Marceau, Benoît Nézet ; Pôle herbivore : Jean-Marc Seuret ;
Chambres d'agriculture de Bretagne : Alix Deléglise, Patrick Edeline, Gwénola Floch-Penn, Olivier Manceau, Julie Rio ; Bretagne Contrôle Laitier : Cécile
Jade, Séverine Tessier ; Arvalis Institut du Végétal : Sabine Battegay ; Cemagref : François Thirion ; Stagiaire : Camille Gaigneux, Alexandre Havard.
Photo : Chambres d'agriculture de Bretagne, Cetiom, SRAL.
Mise en page : TerrA ; Impression : Corlet roto - 53 Ambrière les Vallées.
Prix : gratuit pour les agriculteurs bretons
Contact : Stéphanie vétal Tel 02 98 52 49 11, rabzh@finistere.chambagri.fr
Financement : Chambres d’agriculture de Bretagne, Conseil Régional de Bretagne, Etat, Europe
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
3
Vie du pôle
2 900 micro-parcelles
d’essai
Vie du pôle
Un projet Ecophyto
2018 spécifique à la Bretagne
"2 900 micro-parcelles"
L’édition « Printemps 2009 » de Cap Agro est parue en février 2009
et a été diffusée auprès de 30 000 agriculteurs bretons
par deux canaux, en supplément de TERRA dans trois
départements (22,35,56) et aux adhérents des comités
de développement dans le Finistère. La revue présente les
dernières références connues et confirmées par nos essais
en stations expérimentales et en réseaux et par les références bretonnes de nos partenaires. Ces références
recouvrent tous les postes clés de la conduite des cultures au printemps.
■ Cap Agro variétés céréales Bretagne
Cette publication est le fruit de la collaboration d’ARVALIS
Institut du Végétal et du pôle Agronomie Productions
Végétales des Chambres d’Agriculture de Bretagne sur les
variétés de céréales. Il a été diffusé avec le TERRA du
18 septembre 2009. Ce « Cap Agro variétés céréales
Bretagne » présente les résultats obtenus pour les variétés expérimentées en 2009 en Bretagne tant en blé
qu’en orge et triticale.
■ Fiche technique
« Du bon usage du glyphosate »
Cette fiche technique a été réalisée en collaboration avec
ARVALIS et Coop de France Ouest. Elle a pour objectif de
donner aux agriculteurs le mode d’emploi du glyphosate
dans une optique d’un usage raisonné dans le respect
de la réglementation, évitant en particulier les excès et
l’utilisation systématique.
■ Dossier « glyphosate »
Ce dossier complémentaire à la fiche technique (cf ci-dessus) a été voulu par les responsables professionnels des
Chambres d’agriculture de Bretagne. Il apporte des précisions sur différents aspects : le mode d’action du glyphosate, les marges de progrès dans son utilisation, la
tendance positive de la qualité des eaux bretonnes. De
plus, quatre responsables professionnels apportent
leurs témoignages sur l’utilisation des phytos.
Pour se procurer ces documents,
s'adresser à votre antenne locale Chambre d'agriculture.
4
■ Le guide pratique « Les techniques
culturales sans labour en Bretagne »
➜➜➜➜ LES PUBLICATIONS 2009
DU PÔLE AGRONOMIE
PRODUCTIONS VÉGÉTALES
■ Cap agro Printemps 2009
➜➜➜➜ LES PUBLICATIONS 2009
DU PÔLE AGRONOMIE
PRODUCTIONS VÉGÉTALES
La protection de la culture devra être abordée de
manière globale qui repositionne la protection chimique.
2900 micro parcelles
pour être représentatif de la Bretagne.
160 parcelles d’essai, 2 900 micro-parcelles, tels sont les
indicateurs 2009 de l’activité « recherche appliquée » du
pôle agro PV. Ce dispositif est réparti sur les quatre
départements bretons de manière à coller le plus possible aux conditions pédo-climatiques de chaque zone
de notre région. C’est à partir des références acquises au
travers de ce dispositif que nous élaborons les messages
contenus dans nos publications. Nous remercions vivement les agriculteurs qui mettent leurs parcelles à disposition.
Contact : Louis Jestin 02 98 52 49 12
Succès du forum
agrofutur 2009 « sol et vie »
Le forum agrofutur 2009 qui s’est tenu le 27 janvier
2009 à Pontivy a été un succès, tant par la participation
(près de 500 personnes) que par le nombre des interventions (17) et leur qualité. Des débats et des exposés
très complets ont été présentés par des intervenants
très professionnels, dans une ambiance sereine avec
une bonne écoute et des échanges constructifs sur un
sujet qui suscite de nombreuses questions chez les agriculteurs. Une dizaine de partenaires a participé au
forum :ARVALIS Institut du Végétal, l’INRA,Agrocampus,
l’Université de Rennes 1, le service statistique de la
DRAF, les coopératives, les CUMA, les CER de Bretagne
ainsi que l’association BASE.
Contacts : Louis Jestin 02 98 52 49 12
Djilali Heddadj 02 97 46 22 41
Le forum s'est achevé sur une table ronde
avec les meilleurs experts du travail du sol.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Le projet « Ecophyto 2018 » représente le volet phytosanitaire du Grenelle de l’Environnement. L’objectif est
de réduire de 50 % le recours aux produits phytosanitaires, si possible, à échéance de 2018. Dans un tel
contexte, marqué en plus par un retrait conséquent de
molécules du marché, les Chambres d’agriculture de
Bretagne ont pris l’initiative d’élaborer un projet-cadre
« recherche/développement/formation », « Moins de
risque phyto pour la Bretagne ». L’option retenue est de
partir des acquis obtenus en Bretagne sur ce sujet et
de co-construire ce programme avec des partenaires : les
coopératives et les négociants, principaux prescripteurs
de produits phytos et les organismes techniques compétents sur le sujet : ARVALIS Institut du Végétal, l’INRA,
le CETIOM… L’état d’esprit est de mettre en place un
projet basé sur des indicateurs définis au départ et des
actions visant à les améliorer. Les rencontres avec les partenaires ont démarré en 2009. Fin 2009, un séminaire
sur ce thème finalisera le projet qui débutera effectivement en 2010.
Contacts : Louis Jestin 02 98 52 49 12
Olivier Manceau 02 96 79 21 73
Journée technique
légume d’industrie
Une journée technique organisée
en collaboration
avec l’UNILET et
l’UOPLI (Union
des OP Légume
Journée légume industrie
Industrie) a rasà Kerguéhennec.
semblé plus de
100 participants le jeudi 10 septembre sur la station
de Kerguehennec (56). Le public : les producteurs de
légumes d’industrie bretons et les techniciens spécialisés des Organisations de Producteurs a pu découvrir
les résultats des essais réalisés sur la station. Deux thèmes ont été présentés : les techniques alternatives au
désherbage chimique du haricot et la protection fongicide des légumes. Cette journée était une deuxième
édition : elle a encore connu un succès lié au fait qu’il
faut trouver des solutions concrètes au retrait des molécules pour traiter les légumes
Contact : Alain Cottais 02 97 60 44 16
Ce guide pratique a été réalisé pour l’opération « sol
et vie ». Il a été présenté en avant-première au forum
agrofutur le 27 janvier 2009 à Pontivy. Ce guide présente
l’éventail des techniques du travail du sol, du labour au
semis direct. Il explicite chaque technique. Il donne les
conditions pour réussir le « sans labour ».
■ Un dossier « sans labour »
Ce dossier est paru dans le TERRA du 31 janvier
2009. Il présente des interviews des principaux
intervenants du forum agrofutur du 27 janvier
2009. De ce fait, il passe en revue les différents
aspects à prendre en compte pour le travail du
sol : l’agronomie, l’environnement, le temps de
travail, la qualité des produits, l’économie… aspects
qui ont été présentés en détail lors du forum.
■ Un DVD « Sol et Vie,
le travail du sol en question »
Ce DVD regroupe toutes les références que le pôle
a rassemblées pour l’opération « sol et vie », à savoir
quatre films, le document du forum agrofutur du
27 janvier 2009, le guide pratique « les techniques
culturales sans labour ». Ce DVD est destiné prioritairement aux conseillers et aux enseignants. Il permet
une utilisation à la carte : par thématique, on a accès
facilement à différents supports : film, diaporama,
guide pratique…
■ Un dossier « couverts végétaux »
Ce dossier est paru dans le TERRA du 3 juillet 2009. Il
présente l’éventail des espèces, une trentaine, avec leurs
principales caractéristiques techniques. L’implantation
des couverts végétaux amène de nombreux avantages au
niveau agronomie, environnement, biodiversité et production de fourrage. De plus le 4e programme d’action
directive nitrate impose la généralisation des couverts
pendant l’hiver en Bretagne.
■ Un dossier « colza »
Ce dossier est paru dans le TERRA du 10 juillet 2009. Il
présente les références 2009 adaptées à la Bretagne
pour le colza. Il a été réalisé en collaboration avec le
CETIOM. Il passe en revue les variétés, l’implantation et
les opérations à réaliser en automne
Pour se procurer ces documents,
s'adresser à votre antenne locale Chambre d'agriculture.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
5
Vie du pôle
Kerguéhennec
BIGNAN (56)
Station Expérimentale
Agronomie Productions
Végétales
48 ha de cultures
conventionnelles
- maïs, céréales, colza, pois, jachère
- légumes d’industrie
- cultures nouvelles : lin, chanvre…
6 ha en agro-biologie
- maïs, céréales, colza, pois...
Essais
- Fertilisation phospho-potassique
- Techniques Sans Labour (T. S. L.)
en conventionnel et en agrobio
- Transferts de produits phytos
- Itinéraires techniques
- Cultures énergétiques.
Contact :
Alain COTTAIS, 02 97 60 44 16
L'
agriculture a permis d’atteindre
e
au XX siècle des objectifs de
sécurité alimentaire. Ses modes
de production intensifs ont largement eu
recours aux intrants pour améliorer les rendements des cultures. Cela a eu une conséquence sur l’environnement qui est devenu
une préoccupation sociétale majeure. Les
Vers des systèmes de cultures innovants
Le système raisonné qui est aujourd’hui la référence,
fruit de nombreux travaux conduits par la recherche
appliquée, doit évoluer progressivement vers le système
dit « intégré » moins dépendant des intrants afin pouvoir
répondre à terme aux objectifs du Grenelle de
l’environnement. C’est dans cette perspective qu’un essai
pluriannuel est en cours de mise en place à la station
expérimentale de Kerguéhennec (56).
programmes successifs de reconquête de la
qualité de l’eau ont permis d’importantes
évolutions des pratiques agricoles depuis
une dizaine d’années en raisonnant l’apport d’intrants de manière à limiter les risques pour l’environnement. Plus récemment, en 2007, et pour aller au-delà de
ces évolutions, les pouvoirs publics se sont
engagées lors du Grenelle de l’environnement à encourager la mise en œuvre de
pratiques permettant de réduire de manière
drastique le recours aux produits phytosanitaires. Pour y parvenir, il sera nécessaire de faire évoluer les pratiques vers
une production dite intégrée qui inclue
des modifications profondes dans la
conduite des systèmes : le choix des rotations, l’utilisation de variétés plus tolérantes aux maladies et aux ravageurs, les
associations variétales, le recours aux
solutions alternatives de désherbage…
La construction d'un tel système obéit à
un certain nombre de principes (Fig.1).
En fait, il ne s’agit plus d’une approche
segmentée mais d’une approche globale
à l’échelle du système qui doit permettre
de produire suffisamment tout en permettant de réduire le recours aux traitements.
C’est dans cette perspective qu’un nouvel
essai est en cours de mise en place à la
station de Kerguéhennec (56).
Fig. 1 - Les 9 principes de la mise en œuvre de systèmes intégrés (P. Viaux, 1999)
Gestion adaptée
des bords
de champs
Un travail
du sol
moins intensif
Répartition des
cultures dans l'espace
/ Risques sanitaires
et environnementaux
Rallongement
des rotations /
Diversité des cultures
Mixité des systèmes /
Valorisation
des engrais de ferme
6
Vie du pôle
Des objectifs
de rendements
moyens
Des variétés
résistantes
aux maladies
Les
systèmes
de culture
intégrés
Des doses d'azote
ajustées
au "plus juste"
Protection
phytosanitaire
comme "un recours"
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Une expérimentation
à Kerguéhennec
L’expérimentation est basée sur une étude
comparative globale entre un système de
culture raisonné correspondant aux pratiques actuelles et un système intégré
visant à réduire le niveau des intrants
tout en ne dégradant pas le revenu
des agriculteurs. L’étude engagée en
amont de l’essai a consisté à procéder à une évaluation globale a priori
à la fois du système raisonné qui
servira de témoin de référence
mais aussi de 6 prototypes, définis
à dire d’experts, pour le système
intégré. Cette évaluation a eu pour
objectif d’identifier celui d’entre
eux qui permet d’atteindre les meilleures performances. Elle a été réalisée à partir d’un outil multicritère
qui prend en compte les 3 piliers de la
durabilité (l’économie, le social et l’environnement) ; il s’agit de MASC, mis au
point par l’INRA et qui a fait l’objet, à
l’occasion de cette étude d’une adaptation au contexte régional.
L’évaluation du système raisonné a mis
en évidence une durabilité moyenne à
cause de performances environnementales qualifiées elles-mêmes de moyennes.
Quant aux systèmes intégrés, quel que
soit le prototype évalué, leur durabilité
est élevée, grâce à des performances environnementales nettement améliorées,
sans pour autant que la durabilité économique ne soit affectée de manière
significative.
Cette amélioration de la durabilité environnementale est essentiellement liée à :
- l’allongement de la rotation (au-delà de
trois années) et la diversification des
cultures (ex. fig.2)
- la baisse du niveau de fertilisation azotée consécutive à une diminution des
objectifs de rendements ;
- la réduction du recours aux herbicides
grâce aux techniques alternatives de
désherbage ;
- la diminution de la protection fongicide
sur céréales du fait de la modification
globale de l’itinéraire cultural et des
choix variétaux.
Fig. 2
Une diversité
de cultures
pour construire
une rotation
longue
et équilibrée
L’expérimentation qui démarrera au printemps 2010 permettra de mettre à
l’épreuve le système intégré et d’en faire
une évaluation a posteriori pour pouvoir
apporter les améliorations nécessaires.
Ce dispositif devra permettre de fournir
aux agriculteurs des références innovantes pour améliorer la durabilité des systèmes de culture mais aussi de servir de
support d’échanges entre techniciens et
agriculteurs pour faire évoluer les pratiques.
Deux autres études
pour les systèmes
d’élevage
- Une étude sur la durabilité des systèmes de production laitière :
Les travaux porteront sur l’identification
des solutions de réduction des différentes
émissions polluantes afin de maintenir
voire d’améliorer la durabilité globale des
exploitations laitières. Les études seront
conduites à la station expérimentale de
Trévarez (29) et sur un réseau de 10 fermes de démonstration à l’échelle de la
Bretagne.
- Une étude comparative sur 2 systèmes
d’élevage porcin, l’un sur caillebotis et
l’autre sur paille a conduit à la mise en
place d’un essai complémentaire pour le
volet agronomique à la station expérimentale de Crécom (22). Cet essai, en
cours de mise en place, vise à évaluer
l’impact des types de déjections produites
par les systèmes d’élevage au travers de
critères économiques, environnementaux
et sociaux. Trois types de systèmes de cultures seront étudiés : un système tout
lisier, un système tout fumier et un système mixte.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Djilali HEDDADJ
Pôle Agro PV
7
Vie du pôle
Les Cormiers
St Aubin des
Cormiers (35)
Station Expérimentale
Agro-machinisme
Bancs d’essai d'épandage
- Epandage de fumiers
- Epandage de lisiers
Essais énergie
- TTCR
- Consommation de fuel
Essais-terrain "matériel"
- Techniques alternatives
de désherbage
- Diverses adaptations
sur matériel existant
Réalisation de prototypes
Vie du pôle
Tassement des sols : réduire la charge à l'essieu
L'état des sols se dégrade sous l’effet du matériel de plus
en plus lourd. Le tassement des sols est l'une des causes
importantes de la perte de fertilité. Cet article présente
l'évolution des machines et les moyens de limiter
le tassement.
➜ Tassement des roues : deux cas concrets
Source : Tasc *
Illustration 1
Illustration 2
1990 - 2 essieux
2010 - 1 essieu
Contact : Pierre HAVARD– 02 99 39 72 91
Capacité en m3
N. d'essieux
Pneumatiques
Charge réelle à l'essieu en t
Pression de gonflage en bars
L
e trafic des matériels sur le sol agricole génère du tassement. La densité apparente du sol augmente
par la réduction de porosité. Dans un sol
tassé, l'eau et l'air circulent difficilement,
les racines ont moins d'accès aux nutriments dont elles ont besoin. Le potentiel de
production est donc réduit. De plus, le
tassement des sols accentue fortement la
production de protoxyde d'azote (N2O),
400 fois plus impactant que le dioxyde de
carbone (CO2) sur l'effet de serre.
Les sols à dominante limoneuse, très majoritaires en Bretagne, sont excessivement
sensibles au tassement. Leur structure est
fragile. Il est reconnu que l'action de matériels de préparation de sol animés par la
prise de force tels que les rotalabours ou les
herses rotatives affine les agrégats. La
grande puissance disponible sur les tracteurs permet des interventions facilitées
avec un temps d'intervention réduit. Le risque de surtravail apparaît. L'augmentation
des profondeurs de travail depuis 50 ans
provoque progressivement une dilution de
la matière organique en surface.
8
L'ensemble de ces éléments porte atteinte
à la structure et à la capacité des sols à
réagir aux tassements.
La période de sensibilité maximale se situe
en hiver ou sortie d'hiver alors que la
teneur en eau est importante. Le graphique
ci-contre montre l'effet de la pression d'interface (pression moyenne de contact) sur
la densité apparente d'un sol limoneux
dans les 30 premiers centimètres (résultat
de simulation Compsoil*). Plus la densité
est forte, plus la porosité est réduite.
Depuis 20 ans, la généralisation des pneus
larges (improprement appelés "basse pression ") sur les épandeurs et tonnes à lisier,
a limité la production d'ornières. Le marquage limité du sol par ces pneus "semble" autoriser à rentrer plus rapidement
dans les parcelles au moment des premiers
épandages. Le sol, s'il montre moins les
stigmates des dégâts, souffre durablement
et en profondeur, dès lors que le délai mini-
mal de ressuyage n'est pas respecté. Ce
tassement superficiel peut être en partie
résorbé par le travail du sol. Mais on
constate toujours une zone de tassement
juste en dessous de la profondeur de travail. Il est conseillé de n'utiliser que des
véhicules dont la pression d'interface est
inférieure ou égale à 100 kPa (1bar) sur
les parcelles humides en hiver.
Tassement profond :
limiter la charge
à l'essieu
On doit différencier le tassement profond
et le tassement superficiel. Lors du passage d'un engin, les contraintes de pression
se propagent dans le sol d'autant plus profondément que la charge à l'essieu est
forte. Aussi, en conditions humides, alors
que le marquage du sol peut paraître limité
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
11
1
28LR26
13
3
Surface de contact/pneu en cm2
1794
5629
Pression d'interface en kpa (bar)
Risque de compactage sévère
167 (1.7)
115 (1.2)
31
44
Pression supérieure à 0,85 bar jusqu'à... en cm
Réalisation de l'empreinte
La pression d'interface : c'est la charge supportée par le pneu divisée par la surface de contact
au sol. Lors des essais d'épandeurs, chaque roue est pesée en charge. La roue est posée sur un
bac à sable. L'empreinte est mesurée par analyse d'image et la pression d'interface calculée. La
pression d'interface est différente de la pression de gonflage, par exemple 1,7 bars de pression
moyenne sur le sol pour une pression de gonflage de 3 bars.
10
2
15R22.5
6
3
si la pression d'interface n'est pas excessive, la perte de porosité en profondeur
(au-delà de la profondeur de travail du sol)
est importante et non résorbable. Dans ce
type de sol, il convient de ne pas excéder
0,85 bar dans l'horizon non travaillé. Pour
tenter de réparer les effets croissants du
tassement, les fissurateurs se sont développés ces dernières années. Ils travaillent
rarement au-delà de 40 cm, ce qui ne suffit pas pour reprendre les sols tassés en
profondeur.
Il y a 20 ans, une tonne à lisier de 10 m3
(Illustration 1) était portée par deux essieux.
La charge par essieu était de l'ordre de
6 t. Les pneus routiers (exemple 15R22.5)
étaient encore couramment utilisés. Les
pressions de gonflage pouvaient être élevées. La forte pression d'interface, générait plus de tassement superficiel. La crainte
des ornières limitait le risque d'épandre
trop tôt. La charge à l'essieu, réduite, limitait les risques de tassement profond.
L'arrivée des pneus larges était un réel
progrès, limitant le tassement superficiel.
Aujourd'hui, avec des tonnes à lisier de
11 m3 sur un seul essieu (illustration 2) ou
de 20 m3 sur deux essieux, il est fréquent
de trouver des essieux chargés de plus de
13 t. Leurs roues de grand diamètre sont
moins exigeantes en traction et les ornières moins marquées. Mais la propagation
des contraintes liées à de telles charges
réduit la porosité beaucoup plus profondément (jusqu'à 1 mètre sur le graphique). Le
risque de compactage sévère s'étend
jusqu'à 44 cm dans ce cas contre 31 cm
dans la situation de 1990.
ques lors de l'achat). Dans notre région,
les opérations à risque sont les traitements
avec les gros pulvérisateurs portés, la
récolte tardive de maïs grain et surtout les
épandages de fin d'hiver. Il faut également
limiter la profondeur du labour qui dilue
la matière organique et choisir des couverts inter-cultures dont les racines sont
dotées d'une forte capacité de fissuration.
Pierre HAVARD,
Bertrand DECOOPMAN,
Pôle Agro PV
François THIRION,
Cemagref Montoldre.
Des risques plus
élevés pour certaines
opérations
Lors des interventions au champ en conditions humides, il est impératif d'attendre un
meilleur ressuyage des sols et d'employer
des matériels dont la masse à l'essieu est
comprise entre 6 et 10 t au maximum
(choix du train roulant et des pneumati-
* Des logiciels permettent de simuler le
comportement du sol. Le graphique est
issu de Compsoil (Scottish Agricultural
College), Les illustrations 1 et 2 ont été
produites par le logiciel Tasc (Art, Suisse).
Le programme écodefi
Ecodefi est un programme de recherche conduit sous la direction du Cemagref.
Il vise à créer des outils d'éco-conception de matériels d'épandage, destinés aux
bureaux d'études de constructeurs. Eco-conception veut dire concevoir des
matériels en limitant les impacts à l'environnement pendant leurs 3 phases
de vie : fabrication, utilisation et élimination. La station des Cormiers est impliquée pour les matériels d'épandage de liquides.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
9
Actualités
Actualités
Sol et Vie, le thème de la campagne 2009
Tout au long du premier semestre 2009, les Chambres d’agriculture de Bretagne vous
ont proposé un ensemble d’opérations orientées vers le socle de toute l’agronomie :
votre sol.
M
ettre le « travail du sol en
question » comme le propose
Sol et Vie est un enjeu de taille
car il est nécessaire de répondre à beaucoup de questions… Pour cela, les professionnels des Chambres d’agriculture de
Bretagne ont souhaité organiser un forum
le 27 janvier 2009 afin de faire un état
des lieux de toutes les connaissances sur
le sujet avec les meilleurs experts français et le témoignage d’agriculteurs pointus.
Des fermes ouvertes
Un forum régional
"agrofutur"
Ce forum a regroupé 460 agriculteurs
et techniciens à Pontivy. Une première
étape a permis de présenter une analyse quantitative et qualitative des techniques culturales sans labour en
Bretagne. Une fois ce panorama réalisé,
les chercheurs ont présenté l’état des
connaissances concernant l’impact des
TCSL sur les sols (structures de sol, biologie des sols, circulation de l’eau…)
ainsi que sur l’environnement (azote,
phytos, gaz à effet de serre…). Ce bilan
technique des techniques culturales sans
labour alternant présentation de résultats
scientifiques et témoignages d’agricul-
tion des techniciens et des enseignants
regroupe tous les sujets réalisés pour
cette campagne,
- 2 documents sur l’utilisation du glyphosate, l’un présentant des témoignages d’élus des Chambres d’agriculture et l’autre des éléments pratiques.
L’ensemble de ces documents est disponible auprès de votre Chambre d’agriculture.
L'observation du profil de sol pour apprécier l'effet du non labour,
ici à Chateauneuf du Faou (29) .
teurs a ensuite été complété par une
approche économique présentant l’impact sur les charges de structure des
exploitations bretonnes.
La conclusion du forum a donné lieu à une
table ronde composée d’experts :
Frédérique THOMAS (Base), Djilali HEDDADJ (Pôle Agro des Chambres de
Bretagne), Jérôme LABREUCHE (Arvalis),
Olivier COR (Coopagri Bretagne).
Dans le cadre de l’opération, les Chambres
d’Agriculture de Bretagne ont produit des
supports pratiques à destination des agriculteurs, de leurs techniciens et des élèves
des écoles d’agriculture.
Des documents
de référence
- Un guide pratique agriculteurs
« Techniques culturales sans labour» présentant l’ensemble des éléments techniques et économiques sur les différentes techniques de travail du sol,
- un CD Rom « Sol et Vie » à destina-
Mais évidemment, parler du sol dans
une salle ou sur du papier n’est pas suffisant… C’est la raison pour laquelle un
campagne de portes ouvertes a été organisée dans l’ensemble des départements
bretons avec pour objectif de montrer
la mise en œuvre des TCSL chez ceux
qui savent faire. 10 portes ouvertes on
été organisées sur l’ensemble de la
Bretagne en mai-juin 2009 et ont
regroupé 750 participants particulièrement intéressés par le travail du sol.
Nous tenons à remercier et à féliciter ici
tous les exploitants qui nous ont reçu
pour leur motivation et leur niveau de
compétence, chacun d’entre eux a
échangé sur son savoir faire avec les visiteurs en s’appuyant sur des parcelles de
démonstration mises en place sur son
exploitation.
En fonction des attentes des participants,
des suites seront données à certaines portes ouvertes (nouvelles visites à l’automne,
transmission des résultats des parcelles
de démonstration, mise en place de plateformes de comparaison de différents couverts végétaux…).
Sol et Vie, les conclusions en quelques mots
1 ➜ Etat des lieux des TCSL en Bretagne
Selon l’enquête du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche de 2006, avec
21 % de surfaces non labourées la Bretagne est en retrait par rapport à la
moyenne française (33 % des surfaces non labourées). Mais c’est surtout la
répartition entre cultures qui est différente avec moins de 20 % des blés non
labourés en Bretagne contre 40 % pour le reste de la France alors que pour
le maïs, la tendance est inverse avec 23 % non labourés en Bretagne contre
16 % pour le reste du pays.
On constate également que la surface des exploitations en non labour est plus
importante (98 ha de SAU contre 56 ha pour la moyenne régionale). La principale motivation est au départ le gain de temps (2/3 des enquêtés) mais
après plusieurs années les approches agronomie et sol semblent devenir un
facteur de motivation de plus en plus important. Toutes choses égales par ailleurs le gain de temps en non labour est avéré d’autant plus que l’on utilise
du matériel spécifique.
2 ➜ Impact des TCSL sur le sol
La synthèse des travaux de recherche menés par l’INRA et les Chambres
d’Agriculture montre les effets variés du non labour sur les propriétés du
sol. Globalement l’arrêt du labour rend les sols plus stables mais également
plus compacts et moins perméables. De façon très concrète on peut retenir
qu’il n’y a pas de différences entre labour et TCSL sur l’infiltration et les
réserves en eau du sol et que le non labour améliore notablement la portance
des sols. D’autre part, le non labour va limiter la circulation de l’air donc le
réchauffement des sols ce qui nécessitera d’anticiper les apports de déjections
notamment. Enfin l’arrêt du labour a un effet positif sur la biologie des sols
et les populations de lombriciens au même niveau qu’un apport régulier de
déjections.
3 ➜ TCSL et environnement
L’opération Sol et Vie a permis de faire un point exhaustif sur les effets du non
labour sur l’environnement.
Tout d’abord sur les transferts phytos, s’il existe de légères différences entre
labour et non labour, elles ne se traduisent pas par des différences significatives de transferts de produits.
Pour le Phosphore, le bilan est mitigé car les TCSL limitent les transferts par
ruissellement mais augmentent les transferts par drainage.
Pour l’azote, le type de travail du sol n’induit quasiment pas de différences de
minéralisation et il n’y a pas de différences en terme de transfert d’azote.
Concernant l’énergie, les économies de fioul sont conséquentes avec de 20 à
40 l/ha d’économies. Sur le volet « effet de serre » les éléments sont encore insuffisants pour conclure définitivement car si le non labour permet de stocker de
la Matière Organique, il augmente également les émissions de N2O.
Avec plus de 1 200 participants, le succès de Sol et Vie confirme l’intérêt que
les agriculteurs bretons portent aux techniques de travail du sol. Nous vous donnons rendez vous en 2010 pour la nouvelle campagne d’année des Chambres
d’agriculture de Bretagne !
Débat avec les experts du travail du sol lors du forum "Sol et vie".
10
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Olivier MANCEAU
Chambres d'agriculture
de Bretagne
Le couvert végétal, un maillon indispensable dans les rotations sans labour.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
11
Actualités
Actualités
Grenelle de l’environnement
Quelques pistes pour réduire l’usage des produits phytosanitaires
La réduction de la consommation de phytosanitaires de 50 % n’est pas seulement
une opération mathématique. Elle doit mettre en œuvre des techniques complexes
faisant appel à toutes les connaissances agronomiques
et à une approche globale du système de culture.
Depuis le grenelle de l’environnement, le plan de réduction des produits
phytosanitaires, baptisé écophyto 2018, prend forme tout au moins dans les textes
et les axes prioritaires à mettre en œuvre. Les premières MAE (Mesures
Agro-Environnementales) proposées en 2008 dans ce cadre permettent déjà de mesurer
les enjeux et de préciser les leviers permettant de tendre vers cet objectif.
Quelques rappels :
l’indicateur IFT
L’indicateur retenu au niveau de l’exploitation pour mesurer les évolutions de
consommation de produits phytosanitaires est l’IFT (Indicateur de Fréquence de
Traitements). Il s’agit du nombre de doses
homologuées utilisées sur une parcelle
pendant une année culturale entière. Ces
IFT parcellaires sont ensuite agrégés au
niveau de l’exploitation pour calculer un
IFT moyen de chaque exploitation.
IFT = nombre de doses
homologuées apportées par ha
au cours d’une campagne
➜ pour chaque traitement :
(Dose appliquée)
(Dose homologuée)
Ex : OPUS 0,5 l/ha (dose homologuée
1 l/ha) = 0,5/1,0 = 0,5
FIRST 0,5l/ha (dose homologuée
2 l/ha) = 0,5/2,0 = 0,25
Pour chaque culture, un IFT de référence
régional a été défini (tableau ci-contre).
Cet indicateur sert en particulier à calculer
l’IFT de référence du territoire (bassin versant sur lequel sont proposées les MAE),
mais en aucun cas il ne sert de comparaison pour l’agriculteur puisque les objectifs de réduction ne se font pas culture par
culture mais de manière globale pour le
système d’exploitation. Cet indicateur nous
permet tout de même d’évaluer les progrès possibles pour chacune des cultures
dans un objectif de réduction de l’usage
des produits phytosanitaires.
12
Tableau des IFT de référence de la région Bretagne
IFT
herbicides
IFT
hors herbicides
Blé tendre
Orge
1,49
1,51
2,91
2,36
Colza
Pomme de terre
1,94
2,48
4,98
15,79
Maïs
Prairie temporaire
1,66
0
-
Les traitements phytosanitaires sont
classés en deux catégories :
- d’une part les désherbants de toutes les
cultures (sans oublier les traitements en
inter-culture : destruction de vivaces ou
de couverts végétaux) mais également
des prairies temporaires à l’exclusion
des prairies permanentes et des prairies
temporaires de plus de 5 ans,
- d’autre part tous les autres traitements
hormis les désherbants (fongicides,
insecticides, régulateurs) sont globalisés dans la deuxième catégorie : ne sont
pris en compte que les cultures « de
vente » à l’exclusion du maïs et du tournesol.
Plusieurs moyens
d’action
Il est bien clair que la réduction des produits phytosanitaires doit faire appel à
plusieurs niveaux d’interventions. Il ne
s’agit pas simplement de diminuer les
doses de chacune des applications mais
d’une approche globale de l’itinéraire
technique et du système de production.
1 ➜ Intervenir au niveau
des rotations et des assolements
Certaines cultures sont peu gourmandes
en produits de traitements. Leur présence
dans un assolement permet de diminuer
significativement l’IFT de l’exploitation.
Ainsi les prairies temporaires, non seulement, consomment peu de produits mais
permettent également de diminuer le
stock semencier des mauvaises herbes
pour les années suivantes . Les stratégies
de désherbage sont alors généralement
plus faciles à mettre en œuvre les années
suivantes, à moindre coût et avec des
quantités plus faibles.
Sur un autre plan, l’alternance de cultures
de printemps et de cultures d’hiver génère
des inter-cultures suffisamment longues
pour permettre des interventions mécaniques (déchaumages et faux-semis) permettant de faire lever et de détruire une
partie des mauvaises herbes. Toutes ces
mauvaises herbes détruites pendant l’interculture ne seront plus à gérer dans la culture. Le déchaumage a également un effet
significatif sur les populations de limaces et
certaines maladies (piétins, fusariose…).
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Moutarde roulée
La mise en place de couverts végétaux
denses permet également d’éviter tout
salissement de la parcelle par étouffement des mauvaises herbes. Si, de plus, il
est sensible au gel (moutarde, phacélie,
nyger, sarrazin…) la nature fera tout le
travail. Éventuellement, un simple roulage permettra d’accélérer le processus
de destruction.
Le roulage est une opportunité pour favoriser la destruction des couverts propres
(sans adventices) et gélifs. Des températures négatives, le jour de l’opération,
sont nécessaires pour assurer, à la fois,
une destruction totale du couvert et la
portance du matériel. Cette intervention
a un faible coût (15 €/ha pour un rouleau
Cambridge en 8 mètres) et se réalise rapidement (3 ha / heure).
2 ➜ Intervenir au niveau
des itinéraires techniques
Les conduites à bas niveaux d’intrants
ont été expérimentées en Bretagne sur
blé. Les résultats, déjà publiés dans les
derniers numéros de Cap Agro, montrent
une division par deux de la quantité de
produits utilisée.
Toutes les interventions d’une conduite
de blé sont liées entre elles : choix variétal,
densité de semis, régulation, protection
fongicide, fertilisation azotée… C’est en
réfléchissant sur ces interactions que les
conduites de céréales à bas niveaux d’intrants ont été mises au point. La base est
le choix d’une variété rustique, tolérante
Moutarde non roulée
aux maladies, supportant une carence
azotée précoce et à bonne teneur en protéines. La dose de semis est réduite de
40 % par rapport à une densité classique et l’apport d’azote au tallage du blé
est supprimé. Ceci conduit à un peuplement moins dense, avec moins de concurrence entre les tiges donc un risque de
verse moindre qui justifie l’absence de
régulateur. La végétation moins luxuriante
diminue aussi le risque maladies, permettant l’emploi d’un fongicide unique à la
dernière feuille du blé, si l’année climatique le permet. Malgré une dose d’azote
réduite, le rendement est préservé ou faiblement réduit, grâce à un nombre de
grains par épi et un poids de mille grains
plus élevés qui compensent un nombre
d’épis plus faible.
Conduite
Depuis 2003, les Chambres d’agriculture,
l’INRA et ARVALIS-Institut du végétal
comparent cette conduite à bas intrants
avec une conduite classique (densité normale, 1 régulateur, 2 fongicides, 3 apports
d’azote) dans des conditions de sol et de
climat variées (Bretagne, Normandie, Ille
de France, Centre etc.). Les résultats montrent que l’itinéraire économe en intrants
est performant économiquement. Sur les
26 essais suivis en 2006 par exemple,
l’itinéraire économe permet de dégager en
moyenne 56 €/ha de marge de plus que
la conduite classique, plus consommatrice d’intrants, pour un prix payé au producteur de 100 €/t. La réduction des
charges compense donc largement la
perte de rendement constatée sur l’itinéraire économe (5 q/ha en moyenne de
moins en 2006 que sur l’itinéraire classique). Il faudrait un prix du blé de
200 €/t pour que les marges des deux
conduites soient identiques.
Ces résultats en faveur des conduites économes du blé ne doivent pas faire oublier
que celles-ci doivent être adaptées à l’année et à la région, et non devenir des
recettes toutes faites. Dans certains
milieux, l’impasse d’azote au tallage ne
doit pas être systématique ; de même, en
régions très arrosées et en année favorable aux maladies comme en 2007 et
2008, le programme fongicide doit être
adapté.
Raisonnée
ITK 2
À bas niveau d’intrants
ITK 3
Densité de semis
Visant 220
à 250 pieds levés
130 à 150 pieds levées
(- 40 %)
Azote
Grille des bilans
fractionné
en trois passages
Grille des bilans
moins 30 unités
Désherbage
Fongicide
Régulateur
IFT hors herbicide
(suppression de l’apport tallage)
Adapté à la flore présente
2 ou 3 passages
1 ou 2 passage(s)
Cycocel CL
aucun
2,0 à 2,7
0,5 à 1,2
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
13
Actualités
3 ➜ Intervenir au niveau du choix
des produits et de la mise en œuvre
de leur application
Pour les désherbants de post-levée et les
fongicides les conditions d’application
sont capitales pour l’efficacité et la sélectivité. L’hygrométrie (humidité de l’air) est
le critère essentiel du bon fonctionnement des produits phytosanitaires. Il est
souhaitable qu’elle soit supérieure à 60 %
afin d’assurer une bonne pénétration du
produit dans la feuille, que ce soit la feuille
de mauvaise herbe pour une destruction
ou la feuille de la culture avec des fongicides qui assureront une bonne protection contre les maladies.
Quand on suit l’évolution de l’hygrométrie (Graphique 1 - Rennes) au cours de la
journée, on s’aperçoit que celle ci est maxi-
male pendant la nuit. Elle va décroître régulièrement dès le lever du jour pour passer
en dessous des 60 % dès 10 heures du
matin. Il faut ensuite attendre 21 h 00 pour
retrouver un niveau supérieur à 60 %.
Quand on se rapproche de la côte
(Graphique 2 - Saint Méloir des Ondes),
l’effet de la mer se faisant sentir, les variations sont nettement plus faibles au cours
de la journée. On notera en particulier
que l’hygrométrie reste plus longtemps
le matin au-dessus des 60 %, mais que le
soir il faut attendre la même heure qu’à
Rennes avant de retrouver des conditions
satisfaisantes.
Les désherbants de prélevée sont des produits à action racinaire dont le fonctionnement est indépendant des conditions
atmosphériques. Le bon résultat d’efficacité
Actualités
des applications de prélevée est déterminé
par les conditions d’humidité du sol au
moment de l’application ou dans les jours
qui suivent immédiatement l’application :
une pluie de 10 mm avant ou après le traitement est souhaitable pour assurer le
positionnement du produit dans le sol. Ces
conditions sont garantes d’un bon fonctionnement des produits, évitant ainsi des
rattrapages inutiles. Mais elles ne permettront pas pour autant d’en réduire la dose.
Seuls les désherbants de post levée permettent des réductions de doses à la
condition de traiter sur de jeunes mauvaises herbes. Cela peut dans certains cas
et pour certaines cultures poser des problèmes quand il n’existe pas de solutions
alternatives aux traitements de prélevée :
c’est par exemple le cas du colza.
Graphique 1 et 2 - Evolution de l’hygrométrie en cours de journée
pendant les mois de mai et juin
Zone de
traitement
favorable
Zone de traitement défavorable
Zone de traitement
favorable
Zone de traitement défavorable
Zone de
traitement
favorable
Zone de traitement
favorable
Traiter de préférence le matin avant 10h ou le soir après 21h. Entre 10 h et 21 h vérifier l’hygrométrie avec un appareil.
14
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Les principaux leviers
culture par culture
1 ➜ Céréales
En désherbage du blé le passage à des
produits contenant du iodosulfuron et du
mésosulfuron est un passage obligatoire.
Ces produits permettent de lutter contre
l’ensemble des graminées, y compris les
vivaces ainsi que sur un grand nombre de
dicotylédones. Ils s’utilisent toujours avec
de l’huile.
ARCHIPEL
Les fongicides : moins il y a de maladies,
moins il faut traiter. Suivant les secteurs
pédoclimatiques on peut prévoir un IFT
fongicide de 0,75 à 1 : pratiquement cela
correspond à un passage à 0,75 ou 2 passages à 0,5. Pour cela il est préférable de :
- choisir des variétés « rustiques »,
- supprimer l’apport d’azote tallage,
- utiliser des produits préformulés et non
pas des mélanges de produits ou des
bidons associatifs,
- utiliser des produits performants.
+ FIRST
IFT
0,8 l
0,6 à 0,8
150 gr + huile
Peu utile
0,6
200 à 250 g + huile
Pas utile
0,8 à 1
50 à 100 g + huile
Ce changement de stratégie permet ainsi
une réduction de l’ordre de 50 % de l’IFT
désherbage du blé par rapport à des stratégies à base d’isoproturon.
Ces produits étant strictement foliaires, ils
ne sont utilisés que quand les adventices
sont toutes levées, c’est à dire qu’on ne
pourra commencer à les utiliser qu’à la fin
du tallage pour les flores les plus simples et
encore plus tard pour de la folle avoine ou
du gaillet. Il peut être judicieux dans ce
cas de réaliser un antidicot précoce pour
limiter le développement des dicotylédones
dès le stade 3 feuilles du blé, puis de gérer
au cas par cas la lutte antigraminées ainsi
que les levées de printemps (ex : FIRST
0,5 l au stade 3 feuilles puis ARCHIPEL
150 g + huile = 0,85 IFT).
L’isoproturon n’a jamais été homologué
sur le triticale, par contre ARCHIPEL,
ATLANTIS le sont. On utilisera donc
avantageusement les même stratégies
que sur blé.
ARCHIPEL,ATLANTIS ne sont pas sélectifs
de l’orge et de toute façon pas homologués : il n’existe pas de solution chimique
de remplacement qui permette de diminuer l’IFT par rapport à un programme :
isoproturon + antidicot classique.
Le régulateur quand il est utilisé pèse pour
un IFT de 1 : sa suppression permet des
marges de manœuvre pour les traitements
fongicides qui doivent être en priorité 1.
Pour cela, il faudra choisir une variété tolérante à la verse, ne pas semer trop dense
(objectif 150 à 200 pieds sortie hiver) et
supprimer l’apport d’azote au tallage dans
la plupart des situations.
Il s’agit d’une conduite à bas niveau d’intrants telle que nous l’avons décrite précédemment.
2 ➜ Maïs
La présence de plantes sarclées ou tout
au moins « sarclables » est une possibilité de pouvoir diminuer très sensiblement
l’IFT de l’exploitation. Le désherbage mécanique et particulièrement le binage permet de baisser significativement l’IFT.
Un traitement en post levée puis un binage
= 0,6 à 0,8 IFT.
Le désherbage mixte permet d’aller encore
plus loin puisque lors du seul passage avec
application de produit, on ne traite que le
rang du maïs soit un tiers de la surface de
la parcelle.
Désherbage mixte puis binage = 0,22 à
0,30 IFT.
3 ➜ Colza
Tous les désherbants de base du colza ont
une action racinaire : cela signifie que toute
réduction de dose se traduira inévitablement par une perte de persistance d’action, au risque de voir les adventices se
développer avant que le colza ne couvre le
sol. Seuls les anti-graminées de ratrappage
permettent des diminutions notoires. Pour
se passer des antigraminées, la gestion de
l’interculture est essentielle. Un déchaumage sitôt la récolte permet de faire lever
les repousses de céréales qui seront détruites mécaniquement par le labour ou les
préparations superficielles avant le semis.
Pour les autres traitements, le Colza bénéficie dans notre région d’une histoire relativement récente et d’un parasitisme limité.
Au niveau des maladies il faut privilégier le
traitement sclérotinia à la chute des pétales. Le problème du phoma doit se gérer
par le choix d’une variété résistante.
Le suivi des parasites du colza permet
ensuite de positionner au mieux les insecticides : en particulier les méligèthes, souvent impressionnantes en nombre, arrivent
généralement en début de floraison et ne
sont plus nuisibles. Il est possible de semer
quelques graines de colza très précoce
dans la parcelle pour attirer les méligèthes
sur ces plants et protéger le reste de la
culture.
Privilégier en priorité la surveillance des
altises à l’automne, du charançon des siliques à la floraison et du puceron cendré
qui est souvent cantonné sur les bordures
des parcelles.
Michel FALCHIER
Pôle Agro PV
Le binage du maïs permet une baisse significative de l’IFT.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
15
Actualités
Économie
Mes P@rcelles : les nouveautés
Marché des céréales
Depuis fin 2008, Mes P@rcelles est ouvert sur le portail « Agranet. fr ».
Ce logiciel de gestion agronomique simple et complet permet de travailler sur le web,
avec le pocket et en lien avec votre technicien conseil.
Plusieurs nouveautés seront accessibles pour la prochaine campagne.
Des signes baissiers à court terme
M
es P@rcelles est proposé conjointement par les Chambres
d’agriculture et les Contrôles
Laitiers de Bretagne. Près de 270 agriculteurs bretons s’y sont abonnés depuis le
lancement.
«R
Un abonnement
à la carte
Trois types d’abonnement sont proposés
à des tarifs différents, ce qui permet de ne
payer que ce dont on a besoin.
L’abonnement
« expert » désormais
accessible
L’abonnement « expert » (colonne de
droite du tableau) s’adresse prioritairement aux agriculteurs qui ont l’habitude
de réaliser eux-mêmes l’intégralité des
enregistrements. Cette option comprend
l’intégralité des services nécessaires pour
une bonne gestion agronomique tant au
niveau technique que réglementaire : la
cartographie, l’assolement, le cahier de
fertilisation, le registre phyto, le plan de
fumure azote, phosphore, potasse,
les divers indicateurs, et un module
économique.
Une cartographie plus
rapide et plus fluide
Mes P@rcelles s’est beaucoup amélioré
sur la partie « cartographie ». L’accès aux
différents écrans du module cartographie
est très rapide et l’on passe rapidement
d’un écran à un autre.
Phytos : beaucoup
de nouveautés
intéressantes
Durant l’année 2009 le volet phytosanitaire de Mes P@rcelles s’est beaucoup
16
Dans un contexte de crise des productions animales, les signaux en provenance
des marchés des céréales sont à surveiller pour anticiper les éventuelles hausses
de prix des matières premières sur fond de risque de pénurie dans l'approvisionnement
en soja destiné à l'alimentation animale.
La cartographie permet d'accèder rapidement aux informations de la parcelle.
enrichi.Tout d’abord l’inventaire phyto est
réactualisé chaque semaine. Dans le
contexte actuel marqué par le retrait de
molécules, cette fonction est très importante. En permanence, on connaît les produits autorisés. Il existe même un système
d’alerte quand on utilise un produit non
autorisé sur une culture ou quand on
dépasse la dose autorisée. De plus on peut
visualiser la fiche de chaque produit. La
particularité est la clarté de ces fiches tant
sur l’aspect technique (dose homologuée)
que réglementaire.
De plus, un module « mélange phyto »
permet de tester en direct si le mélange
de produits phytos qu’on envisage est
autorisé.
Ces modules sont en en lien permanent
avec les sites nationaux spécialisés dans
les produits phyto : agricommand, e-phy,
ARVALIS… et ils s’adressent à tous les
agriculteurs qui s’abonnent à Mes P@rcelles, quelque soit l’abonnement.
Louis JESTIN - Pôle Agro PV
Cécile JADE, Séverine TESSIER
Contrôles Laitiers de Bretagne
Mes P@rcelles
très bien évalué
par l’Institut
de l’Elevage sur
les points suivants :
➜ Registre phyto conforme avec
la conditionnalité PAC
➜ Plan de fumure prévisionnel
conforme avec la directive
nitrate (arrêté 1er août 2005)
➜ Cahier fertilisation conforme
avec directive nitrate (arrêté
1er août 2005)
➜ Cahier d’épandage conforme
avec la réglementation
Installations Classées (arrêté
16 mars 2008)
➜ Apport fertilisant conforme
avec PHAE2 (Prime Herbagère
AgroEnvironnementale)
➜ Conclusion générale : logiciel
très complet ayant une très
bonne prise en main.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
ecord » pourrait être le
qualificatif le plus approprié pour la campagne
2008/09 : d’une part pour la récolte mondiale de blé jamais égalée à 687 Mt (millions de tonnes), et d’autre part pour le
niveau de ses échanges et des stocks
engrangés. Plus particulièrement pour l’UE
(Union Européenne) et la France, la campagne 2008/09 permet de réaffirmer leur
vocation exportatrice. La France aura décidément effectué un parcours d’exportation exceptionnel avec plus de 9,75 Mt
exportées vers les Pays Tiers alors que l’UE
devient le 2e exportateur mondial de blé
derrière les Etats-Unis. Cette campagne
aura également été marquée par une forte
proportion de blés fourragers.
Modération des prix
et volatilité à durée
de vie limitée ?
La campagne 2008/09 se sera caractérisée par une chute impressionnante des
prix qui reste malgré tout à des niveaux
supérieurs de ceux enregistrés avant 2007.
Avec la récolte mondiale de blé estimée à
654 Mt le marché 2009/10, reposant sur
des disponibilités suffisantes pour faire
face à la demande, fonctionne au ralenti.
Côté français, le stock de report « officiel »
est plus conséquent que l’année dernière
et les stocks en ferme sont probablement
abondants. L’exportation devra alors jouer
son rôle d’équilibreur. D’autant plus qu’il ne
faudra pas compter sur le marché intérieur
pour augmenter les débouchés : les productions d’aliments du bétail poursuivent
actuellement leur baisse.
Ainsi, avec ces volumes mondiaux de blé et
d’orge importants, les perspectives de prix
ne sont pas des plus optimistes et le retour
des investisseurs financiers sur les marchés de la plupart des matières premières
crée de la volatilité. L’autorité américaine de
régulation des marchés de matières premières (CFTC) tente d’ailleurs de mettre
en place des moyens de lutte contre la
spéculation sur les marchés des matières
premières en imposant des limites aux opérateurs. Bien plus que les fondamentaux
baissiers, les facteurs extérieurs comme
l’évolution de la crise économique, le prix
du pétrole et les valeurs boursières pourront bouleverser l’évolution des prix des
matières premières agricoles dans les mois
à venir.
Une baisse actuelle
des cours à relativiser
d’après le FAPRI
Pour la campagne 2009/10 aux Etats-Unis,
le FAPRI (Food and Agricultural Policy
Research Institute) anticipe une baisse sensible du prix à la production du blé (-26 %),
du maïs (-14 %) et du soja (-6 %) par rapport à la campagne précédente mais à des
niveaux nettement supérieurs à ceux
d’avant 2007/2008. Selon eux, l’explication
viendrait de l’augmentation globale des
volumes produits et de la diminution du
prix du pétrole, réduisant à la fois les coûts
de production des cultures et la demande
de biocarburants. Cette baisse du prix du
pétrole restera à être démontrée compte
tenu des prévisions à court ou moyen
terme sur ses disponibilités. A échéance
5 ans, les cours des grandes cultures
devraient se raffermir dans l’hypothèse
d’une reprise de la croissance mondiale.
Julie RIO
CRA Bretagne
Service Veille, Études et Prospective
Graphique 1 : des prix sur le marché à terme
sensibles aux facteurs extérieurs
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
17
Économie
Économie
Bilan de santé de la PAC : en tenir compte pour votre assolement 2010
18 % des aides directes (couplées et découplées) seront réattribuées, à partir de 2010,
sur d’autres bases que celles des références historiques individuelles. Les modalités
d’accès à ces aides et les nouvelles règles de la conditionnalité sont désormais connues.
2010.
Evolution des DPU
à partir de 2010
1 - Le découplage des aides se poursuit
selon deux modalités, dès 2010, d’une part
le découplage total des aides grandes cultures, prime à la brebis et prime à l’abattage et d’autre part le découplage partiel
de 25 % de la PMTVA (prime vache allaitante). - Une partie des montants issus du
découplage est réattribuée sur la base historique. Le solde est redistribué vers de
nouveaux objectifs, sous forme de DPU :
l’herbe, les légumes de plein champ, les
pommes de terre de consommation et les
céréales valorisées par les élevages.
2 - La période de référence retenue sera
la meilleure année 2005-2008 pour l’exploitation, sauf pour l’attribution des DPU
herbe, effectuée sur la référence 2008.
3 - Les changements de structure, investissements et installations survenues après
la période de référence devraient être pris
en compte au travers de mesures spécifiques. A noter aussi que l’ensemble des
plafonds d’aide s’entendent avec la transparence GAEC.
4 – Montant des découplages ciblés :
Précisons que la surface de référence retenue pour ce soutien à herbe correspond à
la surface 2008 en herbe productive (landes, parcours, prairies permanentes, prairies
temporaires et - en discussion - plantes
fourragères annuelles). La dotation herbe
sera incorporée dans les DPU existants de
l’exploitation. De manière à garantir le
maintien des surfaces en herbe ayant servi
à l’attribution des DPU aux surfaces en
herbe, des aménagements ont été faits
dans le dispositif français de bonnes conditions agro-environnementales (domaine
BCAE de la conditionnalité) dès 2010 :
- les « vraies » prairies permanentes (PP)
doivent être maintenues en surface et en
localisation, sauf circonstances exceptionnelles (travaux superficiels autorisés). Une
souplesse sera introduite en cas d’installation.
- les prairies temporaires de plus de 5 ans
(PT+5) peuvent entrer dans les rotations
mais réimplantées (1 ha pour 1 ha).
- la surface en prairies temporaires de
moins de 5 ans (PT) doit être conservée à
hauteur de 70 % minimum de la surface
de référence.
Découplage ciblé vers les surfaces
en maïs valorisées par les élevages
Référence : toutes les surfaces
en maïs, dans la limite de 15 ha.
Montant : environ 20 €/ha
Découplage ciblé vers les surfaces
de légumes et de pommes de terre
Référence: surface en légumes de
plein champ, plafonnée par la surface libre de DPU.
Montant : 100 € /ha au maximum
De nouvelles aides
couplées dès 2010
Il importe de bien comprendre que ces
« nouvelles » aides couplées sont financées par le prélèvement (de 5 % maximum) sur l’ensemble des aides couplées
et découplées de l’exploitation.
En plus des aides végétales et animales
listées ci-contre, sont également créés une
assurance-récolte (taux de subvention de
65 % avec une franchise de 25 % pour
toutes les cultures) et un fond sanitaire,
Zoom sur les productions végétales
➜ Aide supplémentaire
aux protéagineux
Montant : estimé à 150 €/ha en 2010,
puis 125 €/ha en 2011 et 100 €/ha en
2012. Le montant précis dépendra du
nombre d’hectares effectivement cultivés
(car l’enveloppe allouée, 40 millions d’€,
est fixe). Le montant ne sera donc connu
qu’en fin de campagne. L’aide se cumule
aux 55,57 €/ha déjà existants.
Critères d’éligibilité : les espèces éligibles
sont les pois, les féveroles, les lupins doux
et les nouvelles surfaces en légumineuses
fourragères. Les semis doivent être réalisés avant le 31 mai.
➜ Aide à la diversité
des assolements
Montant : 25 €/ha de sole cultivée, uniquement en 2010 et sous réserve de l’accord de Bruxelles.
Critères d’éligibilité : les exploitants éligibles
doivent (mesure annuelle) :
- Consacrer au moins 70 % de leur surface agricole utile (SAU) aux céréales et
aux oléoprotéatineux.
- Implanter en 2010, au moins 4 cultures
différentes. Chacune doit représenter au
moins 5 % de la sole cultivée.
- Respecter les conditions suivantes : présence au minimum d’une culture d’oléagineux ou de protéagineux représentant au
Découplage ciblé vers les surface en herbe (montants de la dotation herbe)
Chargement
50 premiers ha
A partir du 51e ha
> 0,8 UGB/ha
80 €/ha
35 €/ha
Compris entre 0,5 et 0,8 UGB/ha
50 €/ha
20 €/ha
< 0,5 UGB/ha
18
Plafonnement des surfaces pour ramener
le taux de chargement à 0,5 UGB/ha et plafonnement à 50 ha, rémunéré à 50 €/ha.
Les agriculteurs intéressés devront choisir
en 2010 entre l'aide à la diversité
de l'assolement et la MAE rotationnelle.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
2 010
2011
55,57€/ha
55,57€/ha
55,57€/ha
Incorporation dans les DPU
[150 €/ha]
[125 €/ha]
[100 €/ha]
Aide supplémentaire
destiné à la prévention des risques sanitaires et à leur indemnisation.
2012
2013
Diversification des assolements
25 €/ha
MAE rotationnelle (5 ans)
32 €/ha
32 €/ha
32 €/ha
32 €/ha
150 €/tête (*)
150 €/tête
150 €/tête
150 €/tête
Maintien en AB
Conversion en AB
200 €/tête
Viande bovine
Veau sous la mère
[20-25 €/tête]
Primes ovines et caprines
Légende :
[20-25 €/tête] [20-25 €/tête]
Aides restant couplées
[20-25 €/tête]
Nouvelles aide couplées
Source : d’après APCA- Ne sont exposées que les mesures qui concernent la Bretagne
NB : montants prévisionnels car liés à des quantités maximum garanties.
P. Cronenberger
A
u moment de décider de l'assolement, passons en revue les nouvelles dispositions de la PAC
Protéagineux
2009
moins 5 % de la sole cultivée. La culture la
plus représentée couvre moins de 45 % de
la sole cultivée ; les trois cultures les plus
représentées (quelles qu’elles soient)
couvrent moins de 90 % de la sole
cultivée ; pas de cumul possible avec la
MAE rotationnelle.
➜ MAE rotationnelle
(contrat sur 5 ans)
Montant : environ 32 €/ha pendant 5 ans.
Critères d’éligibilité :
- Consacrer au moins 60 % de leur surface agricole utile (SAU) aux céréales et
oléoprotéatineux.
- Reprise dans ses grandes lignes du cahier
des charges actuel : sur la surface engagée, présence d’un minimum de trois cultures éligibles différentes au cours des cinq
ans. En cas de successions culturales comprenant une prairie temporaire, ce minimum est ramené à 2. La part des trois cultures les plus représentées est inférieure
ou égale à 90 % de la sole cultivée. En
2010, la part de la culture majoritaire doit
être inférieure ou égale à 50 % de la sole
cultivée (sous réserve du feu vert de
Bruxelles) ; non-retour d’une même culture éligible deux années successives sur la
même parcelle.
➜ Aide au maintien
de l’agriculture biologique
Les montants unitaires de l’aide à l’hectare sont variables selon 4 catégories :
- Maraîchage et arboriculture : 590 €/ha ;
- Cultures légumières de plein champ,
viticulture et plantes à parfums aromatiques et médicinales (PPAM) : 150 €/ha.
- Cultures annuelles et prairies temporaires : 100 €/ha
- Prairies permanentes et temporaires à
longue rotation, châtaigneraies : 80 €/ha.
Bénéficiaires : les exploitants disposant de
parcelles conduites dans le respect du
cahier des charges de l’agriculture biologique l’année de la demande d’aide, qui ne
bénéficient pas d'un engagement MAE
(mesure agri-environnementale) en cours,
pour le maintien de l’agriculture bio.
Renforcement
de la modulation
et conditionnalité
des aides
En 2010, le taux de modulation des aides
passe à 8 % (contre 7 % en 2009) et cette
retenue supplémentaire servira à financer
la politique de développement rural, y compris les nouveau défis (climatique, énergie, eau, biodiversité, restructuration du
secteur laitier).
Les règles de conditionnalité des aides évoluent également en 2010, en particulier
dans le domaine des BCAE : les « bandes
tampons le long des cours d’eau » se généralisent et devront border tous les cours
d’eau sans exception, sans plafonnement
à 3 %. La norme « respect des procédures
d’autorisation de prélèvements d’eau en
cas d’irrigation » s’étend à toutes les cultures irriguées, aidées ou non. Une nouvelle norme fait son entrée : le « maintien
des particularités topographiques ». Elle
correspond, en 2010, à l’obligation de
consacrer 1 % de la surface agricole utile
de chaque exploitation à des éléments
fixes du paysage (haies, bandes tampons ;
bordures de champs, murets, jachères…).
Gwénola FLOC’H PENN
Réseau Economique Régional
Chambres d'agriculture
de Bretagne
PAC 2010 : que retenir ?
➜ Le découplage total des aides au
grandes cultures est effectif : ces
aides servent pour partie à augmenter le niveau des DPU de l’exploitation et l’autre partie sera
orientée vers de nouveaux objectifs ciblés sur l’herbe, les surfaces
en maïs valorisé par les élevages,
les légumes et les pommes de
terre.
➜ Les protéagineux reçoivent une
aide spécifique dès 2010 pendant
3 ans.
➜ Il y a une incitation à diversifier
ses assolements par une aide spécifique. Cette aide n’est pas cumulable avec la MAE rotationnelle
➜ Les bandes enherbées le long des
cours d’eau sont obligatoires pour
tous les cours d’eau et pour tous
les producteurs. Il n’y a plus de
plafonnement à 3 % de la SCOP.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
19
Économie
Économie
Les coûts de production des fourrages
Dans un contexte tendu, les systèmes fourragers se doivent d’être plus que jamais
robustes et parfaitement optimisés. Le coût de production complet des fourrages
permet d’identifier les forces et faiblesses des cultures fourragères,
et d’améliorer sa productivité.
analyse des coûts de production est une première approche des coûts de production
du produit vendu lait ou viande. Le coût
de production, qui correspond à la somme
des charges engagées divisée par le rendement, est en effet un indicateur pertinent pour évaluer sa technicité.
L'
Les charges de mécanisation sont calculées à partir d’un amortissement technique qui est basé sur des notions obsolescence et d’usure et qui tient compte
des heures d’utilisation du matériel. La
main d’œuvre familiale et salariée est
rémunérée. On considère que 100 % des
terres sont en fermage.
Connaître son coût
de production
en fourrage
Ce coût de production, ainsi calculé,
rémunère tous les facteurs de production et permet d’identifier les leviers
d’amélioration technique.
La méthode utilisée par ARVALIS-Institut
du Végétal, via l’outil Compéti-Lis®,
consiste à une évaluation des coûts de
production complets prenant en compte
les coûts d’intrants, de mécanisation et
de main d’œuvre associés à chaque opération technique ainsi que le fermage et
les autres charges fixes.
Analyser le coût
de production
pour identifier
les facteurs limitants
Ce type d’analyse sur maïs fourrage permet de mettre en lumière les itinéraires
techniques qui ne sont pas adaptés au
potentiel des cultures. On peut ainsi
identifier certaines incohérences, et améliorer sa compétitivité : soit en augmentant son rendement, soit en adaptant
ses charges. A titre d’exemple, CompétiLis®, lors d’une analyse comparée d’un
groupe d’éleveurs issus d’une même
zone géographique, a pu mettre en évidence des différences de presque 6 tonnes de matières sèches pour un même
coût de production, et des différences
de 230 euros/ha en intrants toujours à
coût de production égal.
Concernant les prairies, cette analyse
permet en général de mettre l’accent sur
une mauvaise valorisation de l’herbe
offerte. Dans les prairies pâturées, l’herbe
est parfois exploitée à seulement 60 %
de son potentiel. Cette perte se traduit
bien sûr par une augmentation de son
coût de production.
Figure 1 - Calcul du coût de production
Foncier tout fermage
Foncier
€/t ou €/tMS ou brute
Autres charges fixes
• Assurances, divers frais
ACF
Coût complet
MO
Pérennité de l'exploitation
Méca
Tous les facteurs
de production
sont pris en compte
dans le coût complet
• Rémunération des capitaux propres
• Salaires charges sociales
• "MSA exploitant"
• Rémunération de la MO familiale
• Amortissement technique
• Entretien réparations, fuel
• Travaux par tiers
• Frais financiers
• Autres intrants, fournitures
• Engrais, amendements
Intrants
• Produits phytosanitaires
• Semences
20
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Figure 2 - En fonction du rendement valorisé au pâturage par les animaux,
le coût de production varie entre 79 et 116 euros/tMS.
Travailler à partir
d’une ferme type
Afin de travailler à l’échelle d’une exploitation, et d’étudier les adaptations des
systèmes fourragers à différents contextes, Arvalis identifie par grande région
des fermes type. Ces fermes types servent de référentiel pour les analyses
technico-économiques.
Les travaux engagés permettent d’analyser les systèmes les plus compétitifs
face à différents scénarios prospectifs,
comme par exemple l’évolution du prix
du lait, les variations du prix des céréales ou la libéralisation des quotas.
Sabine BATTEGAY
ARVALIS - Institut du végétal
Figure 3 - Description de la ferme type Lait Ouest
Pour l’Ouest, en partenariat avec
l’Institut de l’Elevage, une ferme type a
été décrite.
L’Institut de l’Elevage a apporté sa contribution et son expertise sur les aspects
zootechniques.
Les caractéristiques techniques concernant les potentiels maïs fourrage et les
potentiels herbe ont été inspirés du cas
type laitier N° 9 du réseau d’élevage
Chambres d’agriculture - Institut de
l’Elevage, détaillé dans le document
« Vivre du lait en Basse-Normandie ».
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
21
Économie
Agronomie
Généralisation des bandes
enherbées en bord de cours d'eau
Les arrêtés directive nitrates de juillet 2009 systématisent la mise en place
de bandes enherbées en bordure de cours d’eau. Avec l’obligation de maintien des
praires permanentes obligatoire depuis 1996 en bordure de ruisseau, c’est désormais
une trame continue qui témoigne dans le paysage de l’implication des agriculteurs
dans la protection du réseau hydrographique breton.
L
a directive nitrates est un cadre
opportuniste de généralisation des
bandes enherbées.
Le filtre vert
de la protection
des cours d'eau
Les bandes enherbées sont d’abord efficaces contre les phénomènes de ruissellement et d’érosion des terres (phosphore,
produits phytosanitaires, et matières organiques ou bactériologiques). Cette efficacité dépend de la largeur et de la nature
du couvert, au regard de la longueur et de
l’importance de la pente de la parcelle
en amont.
Les cours d’eau concernés sont ceux figurant en trait bleu continu et ceux en pointillé sur la carte IGN au 1/25 000 la plus
récente, à défaut d’arrêté préfectoral spécifique, comme par exemple dans le
marais de Dol.
Bande obligatoire
de 5 m minimum,
là où il n’y en a
pas déjà
d’engrais et de produits phytosanitaires,
avec possibilités limitées de traitements
plant par plant des adventices indésirables ; Fauche ou pâturage sont possibles, et
même obligatoires au moins une fois entre
le 1er janvier et le 31 juillet. Ces bandes
restent éligibles au statut de gel PAC, avec
ses propres règles de gestion. De même
en cas de contrat MAE, le cahier des charges continue de s’appliquer.
Une nouveauté, l’autorisation individuelle
à obtenir de la DDAF pour les retourner !
Des dérogations
d’épandage
en parcelle amont
Les bandes enherbées permettent une
dérogation aux distances d’épandage
pour les lisiers et fumiers. Mais cette possibilité n’est offerte que si la largeur est
d’au moins 10 m. Il faut donc la prendre
en compte pour optimiser l’épandage des
déjections animales.
Pour les produits phytos à ZNT inférieure
à 100 m, une dérogation est possible mais
la largeur minimale exigée est de 5 m. Il
faut que le pulvérisateur soit équipé de
buses spécifiques limitant la dérive, dont
la liste est fixée par arrêté national.
A noter que ce n’est que depuis cette
année que les cours d’eau de référence
sont les mêmes pour les produits phytosanitaires et pour les fertilisants !
Et demain ?
Il conviendra de déclarer progressivement
en "prairies permanentes" ces bandes
enherbées dans le cadre de sa déclaration de surfaces.
Il faut s’attendre à ce que les règles gestion évoluent en 2010, avec en particulier
l’introduction d’une période d’interdiction de broyage et une limitation d’espèces invasives et interdiction explicite du
miscanthus.
Par ailleurs, ces bandes enherbées seront
reconnues comme élément de biodiversité
pour la conditionnalité et le dispositif de
certification HVE.
Patrick ÉDELINE
Réseau environnement
Chambres d'agriculture
de Bretagne
La directive nitrates de 2009 systématise la
règle introduite par la conditionnalité PAC
en 2003.Attention, l’interdiction de retourner une prairie temporaire à moins de 10 m
d’un cours d’eau est maintenue (sauf hors
ZAC en Morbihan).
Le cadre de
la conditionnalité
comme règles
de gestion
C’est l’arrêté annuel "jachères et BCAE"
qui fait référence : interdictions d’usage
22
Bandes enherbées, une généralisation par la directive nitrates qui concrétise
la participation agricole aux trames vertes et bleues du Grenelle de l’environnement.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Bulletin de Santé du Végétal
Un outil pour assurer
la protection des cultures
La circulaire du 3 mars 2009 a confié le pilotage de la surveillance biologique du territoire
aux Chambres Régionales d’agriculture. L’année 2009 sera consacrée à la mise en place de ce
nouveau dispositif qui regroupe toute la profession agricole. L’objectif : éditer régulièrement
un bulletin réactif, avec des informations fiables au plus proche des agriculteurs.
L
es « avertissements agricoles » de
la DRAAF-SRPV vont donc laisser
place aux « bulletins de santé du
végétal » à destination des agriculteurs et
des techniciens.
Rendre compte
des observations
et donner les clefs
de décisions
La surveillance biologique du territoire a
pour objectifs de détecter précocement les
organismes nuisibles pouvant avoir un
impact sur les rendements ou la qualité
des cultures, garantir l’absence de certains
organismes pour l’exportation notamment,
établir l’état phytosanitaire du territoire
pour raisonner les itinéraires techniques.
La surveillance biologique du territoire est
un des grands axes d’Ecophyto 2 018 et
doit permettre à terme une réduction de
l’utilisation des produits phytosanitaires.
Afin de garantir ces objectifs le réseau de
surveillance doit concerner toute la
Bretagne, le maximum de filières et doit
se baser sur des protocoles harmonisés.
Le produit de ces observations sera l’édition
régulière d’un bulletin de santé du végétal
qui synthétise les observations des maladies et ravageurs des cultures. La Bretagne
a fait le choix d’éditer des bulletins pour
4 filières : grandes cultures, légumes (frais,
industries, et pomme de terre), arboriculture
et enfin les zones non agricoles.
Les bulletins de santé doivent donner aux
agriculteurs des clés et des outils pour les
inciter à observer leurs parcelles et prendre
L'observation du colza se déroule sur deux périodes, à l'automne et au printemps.
les décisions adaptées. Pour les conseillers, les bulletins permettent de conforter
leur propres observations et d’obtenir des
modèles prévisionnels d’évolutions du risque maladie.
Une organisation
régionale nouvelle
Depuis juillet 2009, une nouvelle organisation s’est mise en place. Elle mutualise les
compétences des différentes structures du
monde agricole. L’organisation se base
donc sur : un comité régional qui regroupe
des représentants de différentes structures (Chambres d’agriculture, DRAAF,ARVALIS - Institut du végétal, CETIOM, Coop de
France Ouest, Négoce Ouest, UNILET,
CERAFEL, UOPLI, IFPC). Il est chargé de
définir les grandes orientations du réseau.
Des comités opérationnels, constitués des
techniciens de ces différentes structures,
sont chargés d’organiser concrètement le
réseau (choix des cultures suivies, répartition des observations, protocoles…). Enfin
des observateurs visitent régulièrement les
parcelles et remontent les données aux
animateurs de chaque filière. Un animateur inter-filière et les animateurs par filière
accompagnés d’un comité de relecture
assurent quant à eux l’édition des bulletins.
La nouvelle version du bulletin de santé
du végétal est prévue début 2010. En
attendant, les observations continuent et
un bulletin provisoire sera édité cet
automne pour le colza et le blé. Le travail
des différents comités s’attachera à la
recherche de nouveaux observateurs, à
une diffusion plus large du bulletin et à
un contenu au plus proche des agriculteurs.
Alix DELEGLISE
Animatrice du réseau
Chambres d'agriculture
de Bretagne
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
23
Agronomie
Reliquats azotés : à faire entre
deux cultures de printemps
Pendant plusieurs années un réseau de mesure de reliquats a été mis en place sur le sud
de la Bretagne afin d’évaluer les stocks d’azote minéral disponibles dans le sol avant
les semis de haricots. Ce réseau montre tout l'intérêt des analyses effectuées juste avant
une culture de haricot ou de maïs, lorsqu'une autre culture de printemps la précède.
L
e raisonnement de la fertilisation
azotée des grandes cultures de
printemps se fait selon la méthode
du bilan. Celle-ci permet d’évaluer les différentes sources d’azote provenant de la
minéralisation du sol qui viennent s’ajouter au « stock départ » que constitue le
reliquat « sortie d’hiver » (RSH) que l’on
mesure dans le sol vers la mi-février.
Pour les haricots qui sont souvent semés en
deuxième culture vers le début juin, cette
notion de reliquat « sortie d’hiver » n’a
plus aucun sens compte tenu des importants flux d’azote qui ont pu être mis en jeu
sur une première culture (épinard par
exemple), semée dès le mois de mars. La
grille de raisonnement de la dose d’azote
sur le haricot a donc été bâtie sur la base
d’un reliquat « pré-semis » (RPS) et non
plus un reliquat « sortie d’hiver ».
Des situations
très contrastées
Suite aux 3 ans de mesures de reliquats
« pré-semis » (RPS) avant haricot nous
avons pu évaluer le niveau de RPS probable en fonction des principales situations agronomiques rencontrées, mais il
reste certains cas comme après une culture d’épinards notamment où la grande
variabilité observée ne permet pas une
prévision fiable sans mesure. Que la culture soit un haricot ou un maïs, dans les
deux cas, une mesure de reliquat est très
utile.
L’importance
du prélèvement
Que le dosage soit fait par un laboratoire
ou par dosage rapide, l’important est le
prélèvement. L’échantillon peut être prélevé et analysé par un laboratoire, mais
cela implique des délais souvent supérieurs à la durée d’une interculture courte
à cette saison (souvent moins d’une
semaine).
Le dosage peut également être pratiqué
par une méthode rapide, à l’aide du
« Nitracheck » notamment. On peut ainsi
Cumul de jours normalisés sur le cycle d'un maïs
à la ferme de Kerlavic (1995 - 2007)
(source ARVALIS)
obtenir le résultat le jour même du prélèvement avec une précision largement suffisante si on pratique avec suffisamment
de soin.
Par contre, dans tous les cas, le prélèvement détermine complètement la validité
du résultat obtenu. La méthode la plus
sûre est de choisir une zone d’environ
2000 m2 représentative des pratiques de
fertilisation habituelles et d’y pratiquer
une quinzaine de carottages sur au moins
2 horizons de 30 cm dans 2 seaux différents. Il faut ensuite homogénéiser de
façon parfaite chacun des 2 prélèvements.
Modifier la lecture
de la grille azote
Pour un reliquat « pré-semis », il faut
adapter la lecture de la grille « azote »
Si une mesure de reliquat est faite avant
le semis d’un maïs, on va considérer ce
résultat comme le stock « départ » du
bilan de l’azote pour le maïs.
Cependant le temps de minéralisation
restant avant la fin de l’absorption
d’azote par le maïs est largement raccourcie par rapport à une ouverture du
bilan en sortie d’hiver, c’est à dire vers la
mi février.
Le graphique ci-contre nous montre que
les termes concernant la minéralisation
de l’humus, les arrière-effets des déjections et l’effet d’une ancienne destruction de pâture, doivent être affectés d’un
coefficient de 80 ou 70 % selon la date
de semis du maïs entre fin avril et fin
mai.
Daniel HANOCQ
Pôle Agro PV
24
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Agronomie
Que devient l’azote piégé
par les CIPAN ?
Les couverts végétaux
implantés après les récoltes
d’été diminuent très
efficacement les fuites
d’azote hivernales vers les
nappes phréatiques. Il faut
considérer que cet azote
représente un capital que
l’on garde dans le sol plutôt
que de le gaspiller.
U
ne expérimentation en place
depuis 1995 à la ferme de
Kerlavic (29) permet aujourd’hui
de mieux connaître comment ce capital
peut fructifier.
Les couverts de RGI implantés 1 an sur 2
entre un blé et un maïs peuvent produire
un peu plus de 2 t de matière sèche entre
la moisson du blé et leur destruction, soit
6 mois environ de la fin de l’été à la fin
de l’hiver. Cette biomasse peut, bien
entendu, être pâturée fournissant ainsi un
complément fourrager intéressant, mais
aussi être enfouie tout simplement à la fin
du mois de février. Dans les 2 cas, on
obtient la restitution au sol de la quasitotalité de l’azote piégé. Ces résultats présentent le cas d’un couvert enfouis sans
être pâturé.
100 unités
recapitalisées
tous les 2 ans
Un RGI derrière une céréale diminue l’azote
Rappelons que la précocité de
l’implantation est tout à fait
essentielle quant à l’efficacité
du couvert car il faut environ
70 jours pour que le RGI ait
absorbé les 2/3 de sa consommation totale d’azote, le maximum n’étant atteint qu’au
bout de 150 j. On comprend
bien que le drainage commençant en général vers la mi-octobre derrière un blé, le semis du
RGI doit se faire dès le début
septembre pour être efficace.
disponible dans le sol en hiver presque
2 fois plus qu’on en trouve dans ses parties
aériennes. Au moment de sa destruction
(début février) un RGI ayant subit l’hiver
a déjà restitué une partie de ses feuilles
au sol. De plus, son système racinaire est
abondant et contient au moins 25 % de
l’absorption totale d’azote. Par ailleurs,
des phénomènes de réorganisation importants existent sous un couvert de graminées qui peuvent représenter 25 uN / ha.
sans piège, on mesure des suppléments
de minéralisation liés à l’enfouissement
régulier du RGI. Ces suppléments de minéralisation ne correspondent pas toujours
à des diminutions possible de fertilisation
car nous avons vu que le reliquat « sortie
d’hiver » est systématiquement diminué
d’environ 20 uN/ha avant maïs. On note
une réduction de la fertilisation de 12 unités/ha pour le blé et de 16 unités N/ha
pour le maïs.
Au final, la diminution des fuites d’azote
correspondent à l’absorption totale d’azote.
Le reliquat « sortie d’hiver » est également
plus faible de plus de 20uN/ha après RGI.
La quantité d’azote recapitalisée tous les
2 ans dans ce système céréalier avec CIPAN
est donc évaluée donc à 100 uN/ha.
2/3 de l’azote
réorganisé par le RGI
En moyenne sur 12 ans on retrouve les
2/3 de l’azote réorganisé par le RGI. En
calculant un bilan comparé de l’azote entre
les parcelles avec piège et les parcelles
Incidence du couvert végétal - Kerlavic 1995/2007
Moyennes sur 12 ans
Situation
Nombre Stockage
Suppléments
Effet
Impact
dans
jours
d'azote de minéralisation sur sur fertilisation
la succession culturale
normalisés uN/ha
uN/ha
RSH
nécessaire
• Interculture Blé-RGI-Mais
120
98
14
• Maïs
155
35
-19
-16
• Interculture Maïs-Blé
71
3
• Blé
102
12
0,5
-12
Total sur 2 ans
448
98
63
-18
-28
Dispositif expérimental de Kerlavic.
Même si 12 ans paraît être une longue
période, cela ne représente encore que 6
enfouissements de RGI et sur le très long
terme, on peut supposer que les suppléments de minéralisation deviennent équivalents au stockage d’azote.Toutefois, l’impact sur la fertilisation ne peut être au
maximum que de 55 % du stockage
d’azote sur 2 ans et de 75 % des fuites
d’azote que l’on a évité.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Daniel HANOCQ
Pôle Agro PV
25
A la découverte de l'agrobiologie
Fertilité des sols
Rôle des matières organiques et des légumineuses
Le sol est au centre du système de cultures en agriculture biologique. Son potentiel
de production est étroitement lié à sa teneur en carbone et sa disponibilité en azote.
Des apports réguliers de matières organiques améliorent son fonctionnement. Dans
les systèmes spécialisés, disposant de peu de déjections, les légumineuses permettent
en partie de compenser le manque d’azote.
A
près deux campagnes culturales
marquées par l’augmentation des
charges approvisionnement et/ou
la baisse des prix de vente, « tendre vers
l’autonomie en intrants » est une stratégie
adoptée par de nombreux producteurs, y
compris en système conventionnel. Hormis
les postes « traitements phytosanitaires» et
« semences », qui nécessitent respectivement une révision de l’itinéraire technique
(date de semis, choix variétal, dose de
semis) ou du système de culture (gestion de
l’interculture, rotation) et une récolte en
conditions sèches plus un triage, le poste
« Engrais » peut être allégé grâce aux
apports de déjections produites sur l’exploitation et une rotation équilibrée intégrant notamment les légumineuses.
Systèmes
d’exploitation et
dépendance à l’azote
Le paysage agricole breton est façonné
par divers systèmes de productions (bovins
lait et viande, porcs, volailles, ovins, caprins,
grandes cultures, prairies, légumes…) qui
jouent de façon directe (présence ou
absence de déjection animale) et indirecte
(rotation plus ou moins diversifiée) un rôle
essentiel dans la fertilité des sols. Les systèmes sans élevage, parfois très spécialisés,
sont souvent caractérisés par des rotations
plus courtes et une présence très faible de
cultures fourragères dans la sole. Ces systèmes sont les moins autonomes en éléments nutritifs et les plus exposés en terme
de dépendance économique.
Valeur fertilisante des
produits organiques
La composition des différents fertilisants
a aussi un impact sur la fertilité des sols :
➜ composts
Ces produits apportent peu d’azote minéral la première année. Ils contiennent
essentiellement de l’azote sous forme organique, qui se minéralise lentement. Ils interviennent plutôt comme amendement que
fertilisant, entretenant le pool de matières organiques stables du sol, mais ne suffisent pas à eux seuls à assurer la fertilisation d’une culture.
➜ produits organiques frais
(fumiers, fientes, lisier)
Comparaison d’engrais verts : dispositif de Pleumeur Gautier.
26
Comme ils contiennent une fraction plus
importante en azote minéral, ces produits
libèrent l’azote plus rapidement. Ils interviennent également sur le fonctionnement
du sol à moyen terme (structure, réserve
en eau, capacité d’échange cationique,
activité microbienne…). La synthèse d’un
essai longue durée mis en place en 1984
à la station expérimentale de Crécom dans
les Côtes d’Armor (système conventionnel) et comparant une fertilisation organique à base de fumier de bovins à une
fertilisation minérale montre, en moyenne
sur 20 ans, une augmentation de la productivité en système organique (+ 1,1 tMS
en maïs), avec un potentiel de minéralisation amélioré (+ 24 %) dû à une augmentation du taux de carbone (Cabaret et al.,
2007).
➜ produits organiques
du commerce
Parmi les produits du commerce, on
retrouve les engrais et les amendements
organiques classés dans l’une ou l’autre
des deux catégories en fonction de leur
composition (% N, C/N, fractions biochimiques). Les engrais organiques libèrent
l’azote organique très rapidement sous
forme minérale. Ils améliorent la fertilité
chimique du sol. Par contre, ils interviennent
très peu sur la fertilité physique et biologique, contrairement aux composts et produits frais.
En 2008, 55 essais comparaient un apport
de 60 unités d’azote (engrais organique
du commerce) à un témoin non fertilisé,
sur différents parcelles conduites en système grandes cultures biologiques sur le
territoire national. Les résultats mettent
en évidence une augmentation du rendement de 6 q/ha seulement et de 0,5 % du
taux protéique (Billy L., 2008). Compte
tenu du prix de ces produits, l’apport est
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Production de biomasse importante des
mélanges (ex. : pois - avoine - vesce - féverole).
discutable quant à sa rentabilité. Dans ce
cas, mieux vaut s’orienter vers l’introduction
de légumineuses dans la rotation.
Les légumineuses,
une source d’azote
à reconsidérer
➜ en culture principale
L’intérêt agronomique des légumineuses
n’est plus à démontrer : piégeage de
l’azote atmosphérique et restitution à la
culture suivante, structuration du sol…
Néanmoins, leur productivité et rentabilité en culture pure est discutable, ce qui
explique que leur surface a été divisée par
un facteur 4 à 5 ces 15 dernières années.
Le contexte les remet au goût du jour : un
plan de relance avec des aides annoncées
vise à faire remonter les surfaces de
165 000 ha à 400 000 ha d’ici à 2012
pour l’approvisionnement des filières animales en substitution au soja. Des avancées scientifiques et techniques permettent également d’en tirer un meilleur profit. Si les légumineuses sont difficiles à
conduire techniquement en culture pure, il
est possible de les associer à d’autres espèces, en mélanges. La conduite est alors
simplifiée, avec des besoins azotés et une
pression des maladies moindres, mais également une couverture du sol et une valeur
alimentaire supérieures.
➜ en interculture
Une autre solution revient à considérer la
légumineuse non plus comme une culture
principale mais comme un couvert, également appelé engrais vert, intercalé entre
deux cultures. Des expérimentations sont
menées depuis plusieurs années sur le sujet
par C.Porteneuve (CTIFL) à la station légumière de Pleumeur Gautier dans les Côtes
d’Armor. Ils mettent en évidence la production d’un surplus de minéralisation
oscillant entre 45 et 95 kg N/ha, selon les
engrais verts, comme indiqué dans le graphique. Un autre essai conduit dans la
Drôme a également montré que la vesce,
la luzerne et le mélilot restituaient une
quantité d’azote équivalente à 10 t/ha de
compost de fumier de volailles au maïs
implanté derrière.Attention néanmoins au
choix des couverts et à leur destruction :
certaines espèces comme la vesce ou la
lentille peuvent devenir des adventices
pour les cultures suivantes.
Les légumineuses à petites graines (trèfle
blanc, luzerne, minette) peuvent être
implantées à la volée sous couvert de
céréales au stade fin tallage, suivi d’un
passage de herse étrille. Pour les espèces à
grosses graines (pois, féverole…), le semis
interviendra après la récolte de la céréale.
Améliorer la fertilité des sols, c’est avant
tout équilibrer la rotation et les apports
en cellulose (via les céréales et le maïs) et
en sucres solubles ou matières azotées (via
les graminées prairiales, les crucifères et
légumineuses). En exploitations spécialisées « Grandes Cultures », viser un tiers
de l’assolement avec des légumineuses
doit permettre de pérenniser son système
tant agronomiquement qu’économiquement… Cependant, à ce jour, les légumineuses (seules ou en mélanges) ne sont
pas autorisées en tant que CIPAN en
Bretagne. Elles le sont par contre en tant
que dérobée.
Jean-Luc GITEAU
Pôle Agro PV
Surplus de minéralisation lié à l'enfouissement d'engrais verts (Pleumeur Gautier, 2004)
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
27
Énergie
Énergie
Plaquette d’information
La haie : source d’énergie
Pour plus de renseignement, le Pôle
Agronomie Productions Végétales
en lien avec les quatre Chambres
d’agriculture de Bretagne va réaliser
une plaquette d’information sur les
coûts de production et les éléments
de gestion des haies . Disponible
vers la fin de l’année 2009.
La haie, élément fondamental du paysage, productrice de biodiversité et barrière contre
l’érosion a aussi un rôle de production d’énergie qu’il convient de mieux valoriser.
Pour être broyées les branches doivent être rangées.
Gestion d’une haie
à des fins énergétiques,
principaux principes :
Outre la production d'énergie, la haie produit de la biodiversité et apporte aux animaux un abri très appréciable.
E
n 1996, on comptait environ
250 000 km de bordures de parcelle dotées d’un élément de
bocage (haie et talus) en Bretagne. Si on
enlève les haies arbustives, les talus et
les haies d’ornement, la Bretagne dispose
d’environ 100 000 km de haies arborées
(taillis et futaies) à bon potentiel pour la
production de bois.
Énergie : un potentiel
sous-valorisé !
Le bois d’entretien du bocage peut être
valorisé sous forme bois bûche bien sûr,
mais aussi de « plaquettes » obtenues
par déchiquetage et brûlées dans des
chaufferies automatiques collectives ou
individuelles.
Nous avons mis en commun les références de productivités des haies à bon potentiel, obtenues dans les départements bretons et en basse Normandie. La productivité de ces haies, régulièrement valorisées,
est comprise entre 1 et 2 MAP (Mètre cube
apparent de plaquettes) pour 100 mètres
linéraires et par an. Même si l’ensemble
de ces haies avec un bon rendement n’est
Quelques repères
• PCI : Pouvoir Calorifique Inférieur = Energie disponible à la combustion.
• 1 MAP humide = 0,85 MAP sec (à 25 % d’humidité)
• 1 tonne de plaquettes humides = 3 MAP humide
• 1 m3 de bois massif = 2,70 MAP sec (foisonnement)
• 1 stère de bois = 0,55 m3 de bois massif
• 4 MAP sec = 1 tonne de bois sec
• PCI plaquette sèche : 3,3 KWh/kg
• 1 l de fuel = 2,7 kg de plaquettes sèches.
28
pas forcément exploitable, le potentiel des
haies bretonnes serait proche de 1 à
1,5 million de MAP/an (250 à 400 000 t de
bois) soit l’équivalent de 3000 à 4000 millions de litres de fuel par an.
Or actuellement les haies ne sont pas suffisamment valorisées (production de
bûches et brûlage des branchages, taille
au lamier…) et les arrachages dans certains secteurs continuent. Il est évident
que l’agriculture bretonne sera à la recherche d’énergie dans les prochaines années
et qu’il est dommage de ne pas s’y intéresser dès aujourd'hui.
Le bois doit être récolté dans le cadre
d’une gestion durable permettant le
renouvellement de la ressource, la continuité de l’approvisionnement et le maintien des fonctions du bocage.
Les Chambres d’agriculture et des structures locales proposent des plans de gestion qui prennent en compte tous ces
aspects.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
• compléter les trouées par la plantation de jeunes plants,
• compter sur un rythme d’exploitation du bois tous les 10 à 20 ans,
• préférer la tronçonneuse au
lamier,
• gérer en taillis ou taillis sous futaie
pour de bon résultats.
• renouveller les arbres âgés de haut
jet
Un nouveau marché
à conquérir
La filière bois-plaquette-énergie est en
plein développement actuellement. Notre
région compte plus de 130 chaudières
collectives et (ou) industrielles de forte
puissance et près de 250 chaudières
domestiques et agricoles. Trois à quatre
kilomètres de haies sur une exploitation
permettent de chauffer la maison familiale. Cette filière bois-plaquette va
consommer en 2010 près de 150 000 t
de bois et sa progression est régulière.
Actuellement les chaufferies collectives
sont en grande partie approvisionnées
par du bois « déchet » (produits connexes
de scieries, bois de palettes et de plus en
plus de déchets verts) et du bois forestier. On compte plusieurs plates-formes
d’approvisionnement régionales et de plus
en plus de plates-formes locales (lieu de
stockage et de séchage) où les agriculteurs et utilisateurs peuvent livrer leurs
plaquettes mais aussi s’approvisionner.
Les plaquettes sèches sont vendues (prix
départ plate-forme) entre 20 €/t pour les
provenances déchets utilisées dans les
chaudières de forte puissance et 90 à
100 €/t (voie sèche) pour les provenances
bois bocage. Ce prix dépend surtout de
l’humidité du bois mais aussi de la taille de
la plaquette, de sa régularité et de l’absence de queue de déchiquetage.
Cette énergie est actuellement moins
chère que l’ensemble des énergies fossiles.
(Pour plus de références sur ce marché,
contacter l’association AILE)
Le coût de production départ du champ
varie de 60 à 120 €/t de bois sec pour les
provenances bocage. Dans ce coût sont
comptés le temps de travail de l’agriculteur (notamment pour l’exploitation du
bois) et le coût de prestation du broyage
par entreprise ou CUMA. Le transport et
le stockage de ces plaquettes ne sont pas
comptabilisés.
Bertrand DECOOPMAN
Pôle Agro PV
Le petit bois non valorisable en bûche peut représenter plus de 40 % du tonnage coupé.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
29
Énergie
Le Miscanthus : une culture
adaptée à la Bretagne ?
Pour répondre à cette question, le Pôle agronomie des Chambres d’agriculture
de Bretagne a travaillé depuis 2005 à la recherche de références. Cette recherche
s’est effectuée dans le cadre du réseau national REGIX, formé par des structures
comme ARVALIS, l’INRA… et en lien avec des coopératives régionales comme la
COOPEDOM et Le Gouessant.
U
ne fiche technique a été publiée
en avril 2009. Dans ce 4 pages,
les principaux éléments de la culture sont abordés. Elle est disponible dans
toutes les Chambres d’agriculture de
Bretagne.
La culture
C’est une graminée originaire d’Asie qui,
pour le clone utilisé à des fins énergétiques, se multiplie exclusivement par plantation de rhizomes. Il n’a donc aucun pouvoir invasif.
Il s’implante au printemps avec des planteuses spécifiques.
La plante est pérenne (15 années de production environ). Elle mesure plus de 3 m
de haut.
La production de matière sèche qui dépend
de la qualité du sol, est d’environ 13 à 17 t
/ ha / an à partir de la 3e ou 5e année. La
fertilisation à prévoir est faible. Surveiller
principalement la potasse. Il n’y a pas de
maladie connue. Il peut être attaqué par la
pyrale du maïs et le taupin à l’implantation.
combustion dans des chaudières spécifiques. Il peut être aussi passé dans une
filière et transformé en pellet (bouchon)
pour une vente comme combustible à
poële pour des particuliers.
Mais il peut aussi être valorisé en litière
(sa paille broyée a un pouvoir absorbant 2
à 3 fois plus élevé qu’une céréale). D’autres
débouchés potentiels existent mais sont
peu développés à ce jour (matériaux d’emballage…). La production pour une vente
de plants est à développer.
Intérêt
économique ?
Le coût d’implantation (à amortir sur
15 ans) est de 3 500 €/ha.
Les charges variables sont constituées
essentiellement par les charges de récolte
(350 à 430 € / ha). Pour un prix de vente
de 55 €/t départ, la marge brute est de
230 à 360 €/ ha sans les DPU. Les prix
d’achat (souvent sous contrat) peuvent
s’élaborer à partir de produits « sur pied »
ou « rendu ».
Le Miscanthus, en valorisation dans un
circuit court, a un très bon rapport : énergie consommée / énergie produite (1/30
voir 1/40).
Un avenir
en Bretagne ?
Cette culture peut se développer sur des
parcelles à faible potentiel ou éloignées de
l’exploitation. Elle a sa place, mais son
développement sera limité par la
demande de terre qui doit, en Bretagne,
rester majoritairement consacrée à une
production alimentaire.
La récolte
Il se récolte principalement en fin d’hiver
quand le taux de MS des tiges est suffisamment élevé (85 % environ).
Pour une récolte en vrac, le chantier est le
même que pour un ensilage de maïs mais
l’ensileuse doit avoir un bec rotatif.
Pour une récolte en balle, (intérêt si transport) l’ensileuse doit être modifiée afin que
le produit soit moins broyé et tombe en
andain au sol. Il est repris par la suite par
une presse classique.
se
Pour en savoir plus sur le miscanthus,
référer à la fiche technique disponible
ure.
dans toutes les Chambres d’agricult
Bertrand DECOOPMAN
Pôle agro PV
30
Alors que le désherbage pouvait, il n’y a pas si longtemps encore se raisonner à la culture,
on parle maintenant de plus en plus d’une gestion des mauvaises herbes intégrée au système
cultural qui englobe la rotation, le travail du sol et les contraintes environnementales.
Dans ce contexte, il faut raisonner à la parcelle.
P
armi les espèces présentes, il faut
faire un choix et viser les plus nuisibles (gaillets, folle avoine, matricaire, rumex et chardons). Les espèces de
petite taille le sont beaucoup moins (pensées, séneçon, pâturin, véroniques). Le
choix se fera aussi en fonction des rotations futures. Il est judicieux de supprimer
le rumex dans un blé avant l’implantation
d’un RGA-TB. Enfin, il faut se préoccuper
des espèces les plus présentes.
Doses réduites
sur de jeunes
mauvaises herbes
Deux principes de base du désherbage
militent en faveur d’un désherbage précoce : plus les mauvaises herbes sont jeunes plus elles sont faciles à détruire et plus
on les détruit tôt, moins elles ont le temps
de développer une concurrence vis à vis
de la culture en place.
Les stratégies classiques de désherbage
précoce utilisent des produits à base d’isoproturon et de DFF (ou bifénox) 50 à 60
jours après le semis. Elles permettent, de
contrôler à faible dose les dicotylédones
au stade cotylédon à premières feuilles
(DFF), de détruire et de contrôler les levées
de pâturin qui ne sont pas encore achevées (Isoproturon).
Cependant de nombreux produits récents
(HUSSAR OF, ARCHIPEL, ATLANTIS) ont
une action uniquement foliaire et nécessitent que toutes les mauvaises herbes soient
levées. D’où la difficulté à caler de manière
optimale la date d’intervention. Un compromis semble pourtant se préciser début
février à condition d’avoir les conditions
favorables pour intervenir. Il peut donc être
judicieux dans certains cas de désherber
précocement les dicotylédones et de traiter
plus tardivement les graminées en fonction de leur dynamique de levée
Tenir compte
de l'environnement
de la parcelle
L’isoproturon reste utilisable dans les parcelles non drainées pour la campagne
céréalière prochaine à sa dose d’homologation. Cependant dans le cadre de chartes phytosanitaires des bassins versants et
dans le cadre de mesures agro environnementales, l’usage de l’isoproturon fait l’objet de restrictions d’usages.
Sans isoproturon, ce sont les produits à
base de iodosulfuron (HUSSAR OF,ARCHIPEL, ATLANTIS) qui sont les plus perfor-
Désherbage du blé : efficacité de quelques produits sur adventices de 2 à 4 feuilles
Mauvaises herbes présentes
Les débouchés
Actuellement le miscanthus planté en
Bretagne est valorisé principalement en
Céréales
Désherbage du blé : raisonner
à l’échelle de la parcelle
Rhizomes prêt à planter
Culture en fleur à l’automne.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Produits commerciaux
• Isoproturon 1 000 g
• FOXPRO D+ 0,5 l
• KALAO 1 l
• FIRST 0,5 l
• QUARTZ 1 l + Huile
• CARAT 0,5 l
• LAZERIL 1 l
• HUSSAR OF 0,6 l + Huile
• ARCHIPEL 100 g + Huile
• ATLANTIS 150 g + Huile
Pâturin Véroniques Mouron Séneçon Fumeterre
++
+
+++
+
++
++
+++
+
++
++
++
++
++
+
+++
++
+++
+
++
++
+
+
++
+
++
++
+++
++
+
+++
++
+
+++
++
+
Le gaillet très nuisible, est reconnaissable avec ses gros
cotylédons échancrés. Il est en progression dans les céréales.
mants sur pâturin, et au doses signalées
dans le tableau, les plus réguliers.
Michel FALCHIER
Pôle Agro PV
Quelques nouveautés en 2009
Le pyroxsulame, matière active anti-graminée développée seule (ABAK ou QUASAR)
ou en association avec du florasulam
(OCTOGON ou RADAR), ces produits sont
très proches de l’ARCHIPEL ou de
l’ATLANTIS. Cependant leur efficacité
moyenne sur pâturin annuel reste un
sérieux handicap dans notre région.
La béflubétamide, nouvelle matière active
anti-dicotylédones proche du DFF. Elle est
commercialisée avec de l’isoproturon sous le
nom de HERBAFLEX. Son spectre se rapproche de celui d’un QUARTZ GT à dose identique.
ARBALETTE est une nouvelle spécialité associant bromoxynil, ioxynil et DFF comme le
FIRST ou le CHAMOIS.
HAUBAN associant de l’isoxaben et du florasulam est un produit de prélevée ou de
post levée très précoce (1-2 feuilles du blé)
pouvant être associé à du PROWL 400 ou
du DEFI. Ce produit est très sensible aux
conditions d’humidité du sol au moment
de l’application.
(+++ très efficace ; ++ correct ; + moyen)
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
31
Céréales
Céréales
Mélanges céréaliers
Un rendement moyen
de 10,7 t de MS/ha
2009, année très favorable
Les bonnes conditions de végétation de
cette année se traduisent par des rendements de l’ordre de 11 t de MS par ha
soit 1 t de mieux que l’année passée.
D’autre part, les variations d’une parcelle
à l’autre sont relativement importantes :
de 8 à 12,8 t de MS/ha pour les mélanges
sans azote et de 10 à 14,2 t de MS/ha
pour ceux avec azote.
Sur l’ensemble des parcelles le pois contribue majoritairement à ce rendement
(52 %). Viennent ensuite le triticale
(32 %), l’avoine (9 %) et la vesce (7 %).
Ces proportions sont différentes de celles
observées lors de la campagne passée où
le rendement était essentiellement lié au
triticale.
Les associations céréales-légumineuses permettent de produire un ensilage, riche
en matières azotées, stable face aux aléas climatiques et économe en intrants. Elles
présentent une forte capacité d’étouffement des adventices. Un apport d’azote permet
de diminuer le risque de verse.
E
n 2009, pour la 3e année consécutive, un réseau de 10 parcelles de mélanges céréaliers destinés à l’ensilage a été suivi sur l’ensemble de la Bretagne. L’objectif est de valider les résultats obtenus les années précédentes concernant le potentiel de rendement de ces cultures et l’intérêt d’un
apport d'azote. Le réseau mis en place
cette année respecte donc le même protocole que lors des deux années d’expérimentations précédentes. Les évaluations portent sur le comportement des
mélanges face aux adventices, aux ravageurs, aux maladies et à la verse. Les
parcelles, composées d’un mélange
témoin semé au sein du mélange de
l’agriculteur, ont donc été réparties sur
les 4 départements bretons. Dans ce
mélange témoin deux zones sont comparées : une zone azotée avec 50 unités
d’azotes apportées au mois de mars et
l’autre ne recevant aucune fertilisation
minérale.
Des conditions
d’implantation
difficiles
Les proportions du mélange témoin sont
les mêmes que celles des années précédentes. Seules les variétés de triticale et de
vesce diffèrent. Ces dernières ont été choisies pour leur résistance aux maladies et
Composition du mélange témoin
Espèce
Variété
PMG
Kg/ha
Densité de semis (grains/m2)
Triticale
Bellac
45
99
220
Avoine
Charming
32
25
80
Pois
Assas
169
29
17
Vesce
Idice
69
5,5
8
à la verse. Malgré des conditions de semis
difficiles et un début d’année assez froid,
les mélanges se sont bien développés et
les légumineuses étaient bien présentes à
la sortie de l’hiver.
Une bonne maîtrise
des adventices
Les conditions plus favorables du mois de
mars ont permis aux mélanges de rester compétitifs face à des pressions d’adventices fortes sur certaines parcelles,
notamment, sur celles en non-labour.
Les mélanges ont alors démontré leur
pouvoir étouffant, même sur des adventices bien développées, puisque aucune
parcelle récoltée ne contenait plus de
1 % d’adventices. Seules quelques matricaires et ray grass ont été répertoriés en
quantités notables lors de la récolte.
La pression maladie est restée faible à
moyenne cette année, sur l’ensemble de
la région, les mélanges sont restés relativement sains.
Rendement des associations sur le réseau
Une MAT de 12,8 %
en moyenne
Le taux de matière azotée totale (MAT)
contenue dans le mélange est le même
que lors de la saison 2007. Avec 12,8 %
de MAT les mélanges se trouvent au
niveau d’un ray grass italien et sont supérieurs aux résultats du maïs. Mais là
encore cette valeur varie en fonction des
parcelles et notamment de la part de
légumineuses au sein du mélange. Le pois
apporte en moyenne 90 % de la MAT sur
les parcelles. Alors que les céréales, qui
représentent 40 % du mélange, ne participent qu’à 10 % dans la fourniture en
MAT.
Un apport d’azote
pour maîtriser
la verse
En 2009, la verse n’a touché que quelques parcelles du réseau. Elle a toujours
été tardive, notamment, dans le Morbihan
ou de fortes pluies ont fait verser le
mélange au mois de juin. Cette verse est
cependant favorisée par un taux important de légumineuse au sein du mélange.
Ainsi, pour prévenir ce risque, la densité
de semis du pois et de la vesce ne doit
pas dépasser 10 % du mélange. De
même, lors du comptage à la sortie de
l’hiver les légumineuses ne doivent pas
représenter plus de 65 % du mélange.
Au dessus de cette valeur, la verse est
quasi systématique. Un apport d’azote
32
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Des légumineuses bien présentes.
au mois de mars permet de modifier les
proportions du mélange et de limiter le
risque de verse. Il favorise notamment la
montaison des talles de céréales et favorise le rôle de tuteur de celles-ci.
Un apport d’azote
pour augmenter
le rendement
L’apport de 50 unités d’azote au mois
de mars permet un gain de rendement
de 1,5 t/ha de matière sèche par rapport
aux témoins non-azotés. Ce gain de production est essentiellement dû aux céréales qui profitent au mieux de l’azote disponible. Cette amélioration de rendement permet au mélange de rivaliser avec
le maïs en termes de productivité. Cet
apport renforce également la tenue de
tige du mélange. Toutefois, la baisse de la
proportion de légumineuses au sein du
mélange entraîne une diminution de la
teneur en MAT de ce dernier. La teneur en
MAT baisse de 3,5 points en moyenne
dans les parcelles fertilisées et se rapproche ainsi de celle observée pour le
maïs. L’intérêt d’une fertilisation du
mélange va donc dépendre principalement de l’objectif recherché par l’agriculteur : augmenter le rendement de la
culture ou produire un ensilage riche en
matières azotés. Il peut également être
déterminé par le contexte pédoclimatique lié à sa parcelle.
Les résultats obtenus cette année confirment ceux observés lors des deux années
précédentes.
Claire MARCEAU,
Pôle agro PV
Alexandre HAVARD,
stagiaire
Valeurs alimentaires du mélange
UFL
PDIN
PDIE
0,83 (0,77 - 0,88)
75 (65 - 83)
80 (74 - 85)
Maïs ensilage*
0,93
44
68
Ensilage de pois**
0,89
91
74
Ensilage de blé**
0,64
60
60
0,73 (0,65 - 0,77)
68 (57 - 84)
74 ( 68 - 81)
Méteil 2008
Méteil 2007
* Analyses Bretagne ** INRA 2007
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
33
Céréales
Fertilisation azotée des céréales :
revoir le fractionnement
La campagne passée a réservé bien des surprises : des prix élevés de l'azote, proches de
500 € la tonne, et un prix de vente des céréales à la récolte en forte chute, autour de
10 € le quintal. Quelle attitude tenir face à ces variations de coût et de prix de vente ?
Colza
Les points clés de l'itinéraire
technique du colza
Avec 10 quintaux de plus que les années précédentes, les rendements du colza
de 40 à 45 quintaux ont été favorisés par des conditions climatiques et sanitaires
favorables aux différents stades de la culture. Ces résultats sont encourageants pour
les nouveaux producteurs qui ont choisi le colza pour diversifier l’assolement de leur
exploitation.
A
près une implantation réussie, la
maîtrise de la fertilisation azotée,
une surveillance de l’arrivée des
insectes ravageurs sur la parcelle et un
traitement fongicide préventif contre le
sclérotinia, sont indispensables pour la
réussite de la culture.
Fertilisation azotée
ajustée par la
méthode de la pesée
(début février)
40 unités d’azote apportées au stade 2 noeuds permettent d’augmenter le taux protéique de 0,5 point.
34
a juste dose ne doit pas entraîner
de carence majeure. Le rendement
des céréales est très sensible au
manque d'azote. L'azote doit permettre
au produit d'atteindre une bonne quantité
et une bonne qualité marchande et ne
doit pas induire de pollution de l'air ou
de l'eau.
Il est impératif que les besoins d’azote
des céréales soient couverts par des
apports pour obtenir le rendement optimal. Le principe est à appliquer dans toutes les parcelles un calcul de la dose au
moyen de la méthode des bilans pour le
plan prévisionnel de fumure.
L
che de la surface. Le tallage se produit
par l'énergie interceptée par la plantule.
Proche de la surface, elle sort rapidement
et elle peut absorber cette énergie en
quantité plus importante que dans le cas
d'un grain mis en profondeur. L'azote sert
à alimenter les talles formées. Par ailleurs,
en Bretagne, pendant les 4 mois d'hiver,
de novembre à mars, les sols fournissent
40 à 50 kg d'azote par hectare. Ceci a
été mesuré dans un réseau de parcelles
mis en place en collaboration avec l'INRA.
C'est pour cela que l'impasse d'azote au
tallage est possible dans beaucoup de
situations, certaines années.
L’apport tallage,
à raisonner
Besoins importants
au stade épi 1 cm
L’apport au tallage doit se raisonner en
fonction de l’importance du reliquat sortie hiver. Il faut savoir que le tallage est
davantage favorisé par un semis à la
bonne date, avant le 10 novembre, et pro-
Le second stade clé est constitué par
l'azote nécessaire au stade "Epi 1 cm",
c'est à dire quand la céréale se redresse.
L'azote, à ce stade, est essentiel et indispensable. Les talles formées ont un
besoin d'azote conséquent au moment
du décollage de l'épi. De ce fait, l'apport
est à réaliser 8-10 jours avant ce stade.
Celui-ci est variable chaque année en
fonction des conditions climatiques du
début de printemps (dans notre région,
du 10 mars au 10 avril selon le secteur et
la variété). Sur la dose calculée pour cet
apport, il est possible de garder 30-40 kg
d'azote qui seront épandus au stade 2
nœuds, le rendement peut être faiblement amélioré. Mais surtout, le taux de
protéines des grains sera plus élevé si les
conditions climatiques sont favorables,
pas trop chaud au moment du remplissage du grain. Un gain de 0,5 point est
souvent constaté.
La variabilité de l’azote absorbé sortie
hiver par le colza est importante, de 20 à
200 kg/ha. Pour les années 2006, 2007 et
2008, la valeur moyenne est de 104 unités d’azote absorbées/ha sortie hiver en
Bretagne, Basse-Normandie et Pays de la
Loire et 56 unités en France.
La méthode d’ajustement de la dose
d’azote minéral de printemps par pesée
progresse lentement dans les régions d’élevage de l’Ouest de la France, selon l’enquête 2007-2008 du CETIOM sur l’évolution des pratiques culturales en colza.
La méthode visuelle d’évaluation de l’azote
absorbé en sortie d’hiver n’est pas assez
précise si l’on veut ajuster la fertilisation
azotée de sortie hiver. La méthode par
pesée, simple à mettre en œuvre, est précise lorsque l’endroit prélevé dans la parcelle est bien représentatif. Cette méthode
gagne à être connue et développée.
Les pesées de matière verte se pratiquent
début février en Bretagne.
1 - Choisir une zone homogène de la parcelle, représentative du type de sol,
de la topographie et du comportement de la végétation.
2 - Couper au couteau au niveau du sol
toutes les plantes de colza sur 2 à 4
placettes de 1 m2 (ou 4 à 8 placettes
de 0,25 m2) selon l’hétérogénéité de la
culture.
3 - Peser, l’azote absorbé = 65 x le poids
frais pesé en kg/m2.
4 - Pour connaître la dose d’azote minéral à apporter sortie hiver, utiliser soit
la réglette azote COLZA du CETIOM,
soit les grilles de calcul de la fertilisation azotée du colza.
L'azote est indispensable à la croissance
des plantes et pour les céréales, le calcul
de la juste dose permet d'atteindre le rendement potentiel.
Jean GRALL
Pôle Agro PV
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
La pesée du colza à la sortie de l'hiver, le meilleur moyen d'évaluer l'azote
déjà consommé par le colza.
En cas de colza très développé avant l’hiver, la double pesée (entrée et sortie hiver)
peut être réalisée pour tenir compte de la
perte de feuilles en hiver et de la croissance.
Lorsque la dose d’azote minéral à apporter est faible, ce qui est fréquent avec des
apports de fumier ou lisier avant le semis,
l’apport minéral sera réalisé début mars
pour favoriser la phase de fructification.
Insectes : les
identifier et traiter
en fonction des seuils
Dans
une
démarche de
réduction des
IFT (Indice de
Fréquence de
Traitement), la
réduction de
l’emploi des
insecticides est
le deuxième
poste où il faudra
agir, après la suppression du régulateur. Les dégâts
dûs aux insectes
sont moins importants sur des cultures saines et
vigoureuses, ce qui
est, souvent le cas
en Bretagne. Cette
particularité va
nous permettre de
réduire l’utilisation
des insecticides. De plus, les capacités de
compensation des plantes de colza sont
importantes, surtout lorsque la culture
est saine, vigoureuse et pas trop dense.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
35
Colza
Pièger les insectes avec la cuvette jaune
Le piége standard à utiliser est une cuvette jaune remplie d’un litre d’eau
additionné de mouillant par exemple un produit à vaisselle. Placer le piège à
l’intérieur de la parcelle de colza à 10 m du bord, du côté d’un champ en colza
l’année précédente, dans un endroit se réchauffant rapidement, légèrement
à l’abri du vent.
Régler la hauteur du piège afin qu’il reste toujours à la limite du haut de la
végétation.
On peut se procurer directement des pièges chez :
➜ Mino Gaillard SNDG - Z.I. La Plaine - BP 25 - 01580 IZERMORE
Tél. : 04 74 76 99 27 - fax. : 04 74 76 99 51
➜ NEODIS Département SIGNE-NATURE - 64, rue Léon Beauchamp
BP 5 - 59 932 LA CHAPELLE D’ARMENTIERES Cédex
adv@neodis-signenature.com
Tél. : 03 20 48 42 48 – fax. : 03 20 48 42 30
Se renseigner aussi auprès des techniciens cultures
Colza
Les dégâts observés
et les seuils
d’intervention
➜ Les grosses altises
ou altises d’hiver
Les larves de grosses altises.
On observe dans les pétioles des feuilles
des galeries ouvertes ou fermées avec
présence de larves ou de sciure. Les larves aux extrémités noires ou marron,
sont munies de pattes, elles peuvent
migrer vers le cœur de la plante. Ne pas
les confondre avec la larve du charançon du bourgeon terminal qui n’a pas
de pattes.
Surveiller les parcelles en coupant longitudinalement les pétioles de colza, une
fois par mois au stade rosette de la montaison. Prévenir les passages de larves
dans l’axe des plantes par un traitement
lorsque 7 pieds sur 10 comportent au
moins une galerie.
➜ Le charançon de la tige
du colza
A la montaison, on observe une déformation au niveau d’une ou de plusieurs piqûres, parfois suivie d’un éclatement de la
tige qui est aplatie et souvent coudée.
Le charançon de la tige du colza.
Surveiller chaque semaine les parcelles
dès la mi-janvier jusqu’à la montaison
en plaçant le piège à insectes (cuvette
jaune) au sommet de la végétation.
Traiter dans les 8 jours qui suivent l’arrivée des insectes pour empêcher les
femelles de pondre.
Les méligèthes.
36
➜ Les méligèthes
Pour s’alimenter ou pondre, les méligèthes perforent les boutons floraux du
colza entraînant l’avortement des boutons qui se dessèchent ensuite. Lorsque la
floraison est commencée les méligèthes
ne sont plus nuisibles mais deviennent
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
très utiles à la pollinisation des fleurs de
colza.
Il faut savoir attendre ! Sur colza sain
et vigoureux, au stade boutons accolés,
le seuil d’intervention est de 3 méligèthes par plante, il est de 6 à 9 méligèthes
par plante au stade boutons séparés. Ne
plus traiter lorsque la floraison est bien
engagée. Les méligèthes résistent à la
plupart des pyréthrinoïdes dans le GrandOuest.
Préserver les auxiliaires
Le colza attire également de nombreux
autres petits animaux, qui viennent
s’abriter dans le couvert, voire se nourrir sans occasionner de dégâts aux plantes : araignées, syrphes, coccinelles, orius,
chrysopes, carabes prédateurs, mouches
prédatrices, hyménoptères parasitoïdes,
vers de terre, acariens, oiseaux, nématodes, cantharides, abeilles, bourdons,…
Yannick Ballanger du CETIOM rappelle
« Tout traitement insecticide non justifié
n’est pas seulement inutile, il est aussi
néfaste pour des quantités d’espèces le
plus souvent utiles. Il met également en
péril la pérennité des outils chimiques
encore disponibles ».
Maladies :
traitement préventif
contre le sclérotinia
➜ Le phoma
Le phoma est une maladie particulièrement redoutée contre laquelle les solutions chimiques de traitements sont onéreuses et pas toujours efficaces. Cette
maladie provoque des nécroses au collet
et génère des pertes de rendement pouvant atteindre 50 % sur les variétés sensibles. Le choix d’une variété très peu
sensible est la solution actuelle retenue
pour protéger le colza vis à vis du
Phoma.
➜ Le sclérotinia
En l’absence, aujourd’hui, d’un outil d’évaluation du risque sclérotinia à la parcelle,
un traitement préventif sera réalisé.
Le phoma se caractérise par des picnides noirs sur les tâches des feuilles et des nécroses
au collet. Le choix variétal doit privilégier les variétés très peu sensibles (TPS).
La lutte contre le sclérotinia passe par une intervention fongicide préventive
à la chute des premiers pétales.
Ce sont les pétales contaminés par les
spores du champignon qui vont transmettre la maladie à la plante, de ce fait,
les applications fongicides trop précoces (avant floraison) ou trop tardives (fin
floraison) protègent mal en situation à
risque. Les applications décalées sont
souvent la cause de rendements décevants (année 2007).
La protection fongicide sclérotinia devra
être appliquée à la chute des premiers
pétales, c’est à dire au stade G1, un
stade est atteint lorsque 50 % des plantes sont à ce stade. Veiller à favoriser au
mieux la pénétration du produit (par une
pression et/ou un mouillage suffisant)
pour protéger les feuilles basses, qui
Bien nettoyer l'intérieur du pulvérisateur
avant d'appliquer le fongicide du colza
Chaque année de nombreux accidents de végétation sont observés après les désherbages du blé, pour éviter cela, il est nécessaire d’utiliser un nettoyant pour
pulvérisateur avant le traitement fongicide du colza.
peuvent porter un grand nombre de
pétales contaminants.
Pour une protection efficace vis à vis du
sclérotinia, les résultats 2007 et 2008
des essais fongicides du CETIOM permettent de conseiller les produits suivants : PICTOR Pro à 0,4 kg/ha, JOAO à
0,5 l/ha ou PICTOR Pro à 0,25 kg/ha +
SUNORG Pro à 0,4 l/ha
Annie GUILLERMOU
Pôle Agro PV
Retournement
d'une culture de colza
Lorsque la question se pose, attendre la sortie de l’hiver pour voir
comment les plus petits colza auront
résisté au froid et au gel. A ce
moment là, si on observe 10
pieds/m 2 en sols profonds (15
pieds/m2 en sols plus superficiels)
bien répartis, il vaut mieux conserver la culture.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
37
Herbe
Herbe
Associations RGA -TB : ne pas se tromper lors du choix des variétés
L’association ray-grass anglais – trèfle blanc présente de nombreux atouts : économie
d’azote minéral, souplesse d’exploitation, performances animales… Sa réussite réside
dans l’équilibre entre les espèces. Le choix des variétés constitue la première étape
de la gestion de cet équilibre.
L
e ray-grass anglais est la base de
la prairie pâturée en Bretagne.
Son association avec du trèfle
blanc constitue un atout majeur dans la
maîtrise du coût alimentaire. Bien adaptée aux sols sains et profonds, et à une
pluviométrie régulière, elle convient parfaitement au pâturage par les vaches laitières. Le choix des combinaisons variétales est déterminant dans le maintien
de l’équilibre entre les deux espèces. C’est
pourquoi 2 essais sont implantés et suivis
à la ferme expérimentale de Trévarez (29),
afin de conseiller les éleveurs sur les nouvelles variétés inscrites au catalogue officiel. L’un des deux, suivi depuis 2007,
apporte des premiers éléments sur les
nouvelles variétés.
Viser 40 à 50% de trèfle blanc en été.
Les critères de choix
du ray-grass anglais
Le ray-grass anglais (RGA) est une graminée avec une bonne valeur énergétique,
appétante, facile à conduire en pâturage,
à condition de choisir des variétés adaptées. Outre le rendement, plusieurs critères
permettent de caractériser les différentes
variétés de RGA. Pour celles inscrites au
Catalogue Français, des informations sont
obtenues à partir des essais réalisés pour
l’inscription. Ces dernières sont publiées
par le GNIS et par la revue Semences et
Progrès.Voici les principaux critères à prendre en compte pour faire vos choix.
38
Tout d’abord, la ploïdie : variétés diploïdes ou variétés tétraploïdes (2 ou 4 exemplaires de chaque chromosome). Ensuite, la
date d’épiaison : le stade « épiaison » se
définit lorsque 50 % des épis apparaissent hors de la gaine.A ce stade, la valeur
alimentaire est diminuée et chute très rapidement au-delà. Plus une variété est précoce, plus elle monte à tige et épie tôt au
printemps. La souplesse d’exploitation en
découle. En effet, elle se définit par le nombre de jours séparant le départ en végétation de la date d’épiaison. Autrement
dit, elle correspond à la durée pendant
laquelle on peut exploiter une herbe de
valeur optimale au printemps. Un autre
critère à prendre en compte est la remontaison. Il s’agit de l’aptitude d’une espèce
à redonner des épis après une coupe au
stade épis 10 cm. Il faut donc choisir des
espèces le moins remontantes possible
pour faciliter le pâturage.
Enfin, la résistance aux maladies. C’est un
critère important car les maladies peuvent
affecter le rendement et la pérennité de
la prairie. L’attention doit porter en particulier sur les rouilles qui se développent en fin
d’été début d’automne.
Concrètement, pour une prairie essentiellement pâturée, il faut préférer les variétés d’épiaison tardive ou très tardive qui
restent plus longtemps feuillues au printemps, et sont également moins remontantes en été. Pour une prairie pérenne, il
est intéressant d’associer des variétés tétraploïdes et diploïdes. Les tétraploïdes sont
mieux consommées, moins remontantes
et moins sensibles aux maladies. Mais leur
plus faible capacité de tallage entraîne une
plus grande sensibilité au piétinement et à
l’envahissement par les adventices.
Inversement, on peut préférer une variété
diploïde seule pour une parcelle régulièrement fauchée, en raison d’une teneur en
eau plus faible. Une fois ces critères déterminés, il faut prendre en compte ceux qui
vont jouer sur la qualité de l’herbe : la
résistance aux rouilles élevée, une remon-
taison faible. Les tableaux 1 et 2 vous présentent quelques variétés tardives à très
tardives.
Des variétés de trèfle
plus ou moins
agressives
Le trèfle blanc est une excellente légumineuse pour la pâture. Outre une économie importante sur la fertilisation azotée,
il améliore l’appétence, les valeurs énergétique, azotée et minérale de l’herbe.
Les variétés de trèfle blanc diffèrent essentiellement par leur agressivité. Celle-ci est
déterminée par la taille des feuilles, mais
aussi par le nombre de points végétatifs
sur les stolons. Les variétés agressives se
caractérisent ainsi par des feuilles de grandes tailles, de longs pétioles et une plus
grande vitesse d’allongement. Les trèfles à
feuilles moyennes et petites disposent de
davantage de points végétatifs au mètre de
stolons, avec une bonne aptitude à couvrir le sol.
Faire les bons
mariages RGA –TB
Afin de mieux connaître les nouvelles variétés et en particulier l’agressivité des trèfles, un essai combinant 10 variétés de
RGA et 7 variétés de trèfle blanc est
implanté à Trévarez depuis septembre 2006
sur trois répétitions. Des estimations des
taux de trèfle sont réalisées avant chaque
pâturage des vaches laitières : les moyennes des deux premières années sont renseignées dans le tableau 3. Ces résultats font
ressortir que certaines combinaisons
obtiennent un meilleur équilibre. Les variétés de trèfle qui obtiennent les meilleurs
taux de trèfle sont sans surprise Demand et
Klondike, mais aussi Merida qui n’est pourtant pas classé dans les variétés à grandes feuilles, mais qui a une très bonne
pérennité. Ces résultats nous permettent
d’actualiser le classement des trèfles
(schéma ci-contre).
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Tableau 1 : extrait de variétés de ray-grass anglais diploïdes tardives à très tardives
inscrites au catalogue français (en gras, les variétés testées à Trévarez)
Variété
(année d’inscription)
Date
d’épiaison
Souplesse
d’exploitation
Remontaison
Resistance
aux rouilles
Représentant
commercial
06/06
08/06
08/06
08/06
12/06
14/06
61
64
65
65
71
64
3.1
3.2
2.9
2.7
2.2
1.5
4.5
4.5
5.9
4.7
6.3
4.3
Jouffray-Drillaud
RAGT
RAGT
LG
Carneau
Barenbrug
PORTIA (01)
BRITAL (00)
KERVAL (00)
OHIO (90)
CARIGNON (05)
BARLATAN (90)
Source : Semences et progrès n°142 – sept 2009 (données GEVES – CTPS)
Tableau 2 : extrait de variétés de ray-grass anglais tétraploïdes tardives à très tardives
inscrites au catalogue français (en gras, les variétés testées à Trévarez)
Variété
(année d’inscription)
Date
d’épiaison
Souplesse
d’exploitation
Remontaison
Resistance
aux rouilles
Représentant
commercial
02/06
01/06
06/06
07/06
08/06
08/06
10/06
10/06
11/06
11/06
60
57
59
59
69
65
67
69
67
66
3.9
4.2
3.6
3.6
3.5
2
2.9
3.5
3.3
2.9
5.7
7.3
4.8
6.9
7
6.2
7.2
5.8
5.0
6.9
Barenbrug
Carneau
Advanta seeds
RAGT
Carneau
LG
Carneau
Jouffray-Drillaud
(DLF-Trifolium)
RAGT
BARCELTIC (01)
BOCAGE (97)
CHEOPS (93)
GWENDAL (98)
CAROSSE (03)
FORTIUS (01)
SPLENDID (05)
CRESUSS (06)
BELCAMPO (94)
ACTUAL (06)
Source : Semences et progrès n°142 – sept 2009 (données GEVES – CTPS)
Il faut veiller à réaliser les bons mariages de
variétés de RGA- TB afin d’atteindre l’objectif de 40 à 50 % de trèfle en été : l’utilisation de variétés de trèfle blanc agressives peut aboutir à un envahissement de
la parcelle si la graminée ne présente pas
une force de concurrence suffisante : dans
les situations favorables au trèfle, 3 kg de
trèfle au semis suffisent. A l’inverse, une
variété de trèfle peu agressive peut disparaître si la graminée est trop concurrentielle ou si le terrain est peu propice au
trèfle blanc : dans ce cas, il est préférable
de semer 4 kg de trèfle agressif. Pour obtenir plus facilement un bon taux de trèfle
dans la prairie, il faut surtout éviter les
combinaisons extrêmes comme l’association entre un RGA tardif diploïde et un trè-
fle blanc à petite feuille.A l’opposé, réunir
un RGA tétraploïde très tardif avec un trèfle blanc à grande feuille peut aboutir à
un étouffement de la graminée. Comme
pour le ray-grass, les mélange de types de
trèfles sont possibles et permettent de profiter de la complémentarité de chaque
variété.
Le bon choix des variétés de ray-grass
anglais et de trèfle permet à l’association
de partir sur de bonnes bases. Ensuite une
conduite adaptée de la prairie et du pâturage permettra de garder une prairie productive le plus longtemps possible.
Jean Marc SEURET
Pôle herbivores
➜ Agressivité du trèfle et force de concurrence
du ray-grass anglais
Echelle
+
Ray-grass anglais
d'agressivité
Trèfle blanc
ARAN
OLWEN
ALICE
Tardif
diploïde
Trèfles
agressifs
DEMAND
KLONDIKE
Tardif
tétraploïde
MERWI
ABERDAI
MILTON
MENNA *
MERIDA
DONNA
ALBERTA
Trèfles
moyennement
agressifs
Très tardif
tétraploïde
MILO
SUSI
HUIA
RIVENDEL
Trèfles
peu agressifs
Classement issu de la synthèse des suivis d’essais –
Chambres d’agriculture de Bretagne
* Comportement agressif en sol séchant
Tableau 3 : moyenne des taux de trèfle blanc (%) – Essai Trévarez (Traon Bras) 2007- 2008
2007
2008
2007- 2008
Alice
Barlanca
Crescendo
Demand
Aberdai
Klondike
Merida
31
25
28
34
32
33
24
32
28
36
41
38
30
28
29
34
38
36
37
40
39
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
39
Herbe
Herbe
Désherbage de la luzerne
Pour des cultures mineures telles que la luzerne, le désherbage chimique est un casse-tête.
Les techniques de désherbage mécanique semblent pouvoir apporter des réponses
complémentaires.
A
uparavant, la culture de la luzerne
et plus particulièrement son désherbage étaient relativement faciles du fait de l’utilisation d’herbicides à
base de Paraquat (GRAMOXONE®) ou
d’Hexazinone (VELPAR®) pendant l’arrêt
végétatif hivernal de la luzerne. Ces herbicides défoliants à large spectre permettaient de conserver une culture propre.
Dans le contexte du plan de réduction des
produits phytosanitaires ces produits ont
été respectivement interdits en avril 2006
et janvier 2007 du fait de leur toxicité.
Dans le cadre du plan ECOPHYTO 2018
et les nouvelles conditions d’homologation des produits phytosanitaires, il semble
peu probable que les firmes se penchent
sur le cas de la luzerne qui est une culture
que l’on peu qualifier d’orpheline avec ses
1,5 % de la SAU française. Cette absence
de solution a amené à une réflexion sur
la mise au point de techniques alternatives
aux traitements chimiques, notamment le
désherbage mécanique.
Trois adventices
principales
Une enquête réalisée auprès de producteurs de luzerne nous fait apparaître que
leur préoccupation se porte essentiellement sur 3 espèces : le pâturin, le rumex et
le mouron. Cependant les observations
faites dans les parcelles nous montrent
que le nombre d’espèces pouvant poser
problème est un peu plus large. On y trouve
aussi le laiteron des champs et la véronique
de Perse.
Calendrier des possibilités de désherbage chimique
Basagran,Stratos
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Août
Septembre
Janvier
Février
Mars
Avril
Dar 60 jours
Désherbage possible
Désherbage impossible
Juillet
Novembre Décembre
Embutone, Legurame
Octobre
Novembre Décembre
Janvier
Février
Mars
Avril
Dar 150 jours
Quelques solutions
chimiques avec
un spectre limité
Quatre produits commerciaux sont principalement utilisés actuellement, 2 anti-dicotylédones (EMBUTONE et BASAGRAN SG)
2 anti-graminées (STRATOS Ultra et LEGURAME), auxquels on peut rajouter
l’ASULOX pour limiter le développement
des Rumex.
L’EMBUTONE (Matière active : 2,4 DB)
est un herbicide anti-dicotylédone de postlevée pour jeune luzerne. Cet herbicide est
surtout utilisé sur les repousses de colza.
Le BASAGRAN SG (bentazone) est un
herbicide de contact efficace en post levée
contre les dicotylédones annuelles telles
que les capselles, les chénopodes, ou le
mouron. La meilleure efficacité est obtenue avec des traitements sur jeunes adventices (cotylédons à 4 feuilles). Un temps
doux et humide ainsi qu’une forte luminosité favorisent l’activité du produit.
Le STRATOS ULTRA (cycloxydime) est un
herbicide systémique qui agit contre les
graminées. Il est notamment efficace contre
les graminées estivales mais aussi de printemps en particulier la folle-avoine, le vulpin et le ray-grass. Il est surtout utilisé
contre les repousses de céréales. Son efficacité demeure insuffisante contre le pâturin.
Le LEGURAME (Carbétamide) est un antigraminée racinaire et foliaire qui a également une légère action sur les dicotylédones. Légère action sur véronique et mouron
à forte dose mais la meilleure efficacité
constatée est sur le pâturin et les repousses de céréales.
Cf. le calendrier des possibilités
de désherbage ci-dessus.
Des solutions de désherbage chimique en
luzerne existent donc. Cependant, des DAR
(délai avant récolte) élevées et des spectres
d’efficacité trop peu étendus limitent l’efficacité du désherbage. La période pendant laquelle les agriculteurs peuvent intervenir semble très courte et nécessite des
conditions météorologiques clémentes. De
même, les périodes de désherbage coïncident avec les périodes de semis des
Mouron
Pâturin
Rumex
Véronique
des champs
Repousses Repousses
de colza
de céréales
EMBUTONE
BASAGRAN SG
60 jours
STRATOS ULTRA
60 jours
LEGURAME
150 jours
ASULOX
28 jours
Moyen
Véronique
5
Mouron
Poids luzerne kg/m2
3,13
3
38,8
2,00
1
0,52
0
Herse étrille
Témoin
Vibroculteur
la herse étrille et du vibroculteur sur différentes adventices.
La houe rotative est un matériel de
désherbage non sélectif qui passe sur et
entre le rang de la culture. Tout comme
pour la herse étrille, la houe ne permet
pas une bonne efficacité sur sols tassés.
Les cuillères font des impacts sur le sol
et n’ont aucune efficacité sur les adventices. Cet outil n’a pas vraiment apporté
satisfaction.
La herse rotative nécessite un sol très
plat ce qui n’est pas toujours le cas sur
une luzerne, le travail n’est donc pas régulier et uniforme. Du point de vue de l’efficacité, l’effet sur les adventices est encourageant (touffes de pâturin arrachées) mais
les dégâts occasionnés sur la luzerne sont
trop importants. La perte de rendement
engendrée est donc prévisible.
La bineuse donne de très bon résultats
sur des cultures dites « sarclées » mais
n’est pas applicable à la luzerne de part
son mode de semis en ligne très rapproché.
57,8
34,8
25
23,9
20
10
Légu/h.étrille
Au final, seuls la herse étrille et le vibroculteur ont apporté des réponses satisfaisantes tant sur le plan de l’efficacité que sur le
plan de la sélectivité.
Même si le rendement total est du même
ordre de grandeur dans toutes les modalités (4 kg/m2), la part d’adventices ou de
luzerne est quant à elle très variable. Le
vibroculteur et l’association d’un passage
d’anti-graminée en début d’hiver avec un
passage de herse étrille en mars donnent
les meilleurs résultats en matière de désherbage et de rendement luzerne. De bons
rendements apparents en première coupe
ne veulent plus dire grand-chose. Lorsque
les adventices font plus de la moitié de la
production totale on ne peut pas s’en satisfaire. En deuxième coupe, 40 jours plus
tard, les dicotylédones auront quasiment
disparues et nous auront des luzernes très
propres.Tout l’enjeu du désherbage repose
donc sur la reprise de végétation en fin
d’hiver jusqu’à la 1re coupe.
0
Véronique
Mouron
Cardamine
Legurame
Le désherbage mécanique, un complément
aux applications chimiques pour la luzerne.
6,5
Pâturin
2,17
1,11
0,92
69
30
3,25
3,01
2,05
2
Herse étrille
Vibroculteur
40
4,18
2,54
72,2
60
Poids total kg/m2
3,77
80
Efficacité
de l'outil (%)
Laiteron
4,12
4,05
Efficacité du désherbage mécanique sur la luzerne (2009)
70
Cardamine
Poids adventices kg/m2
4,58
4
Le désherbage mécanique semble pouvoir
répondre à cette situation, ou tout au
moins, apporter des réponses complémentaires au désherbage chimique.Aussi, nous
avons testé quelques outils afin de préciser
leurs conditions d’utilisation.
La herse étrille est utilisée en règle générale sur des sols qui sont fraîchement préparés et qui ne sont en aucun cas tassés.
En culture de luzerne la pluie qui tombe
tout l’hiver tasse fortement le sol. Ce phénomène de tassement est accentué par
les passages répétés des engins agricoles
lors de la récolte. Les dents de la herse ne
pénètrent pas dans le sol et l’efficacité du
désherbage est donc moins bonne. Malgré
tout, nous avons constaté une bonne efficacité sur dicotylédones mais aussi sur les
débris de luzerne de l’année précédente.
Lors de l’essai désherbage, la herse a montré ses qualités mais aussi ses limites.
Le vibroculteur, bien que pouvant paraître trop agressif en désherbage, le « vibro »
a montré des résultats encourageants.
Malgré l’agressivité réelle de cet outil, très
peu de pieds de luzerne ont été arrachés.
L’effet sur les adventices est visuellement
très important avec un déchaussement de
touffes de pâturin ainsi que des laiterons.
Le graphique nous montre l’efficacité de
150 jours
Efficace
40
Délai avant
récolte (DAR)
Pâturin
Part des adventices et de la luzerne dans la récolte
Désherbage
mécanique : herse
étrille et vibroculteur
satisfaisants
50
Spectre d’efficacité des différents herbicides
Laiteron
céréales d’hiver. Dès lors, les parcelles de
luzerne se trouvent parfois en fin d’hiver
dans des situations de salissement très
délicates.
Laiteron
Michel FALCHIER
Camille GAIGNEUX
Pôle Agro PV
Insuffisant ou nul
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
41
Agro bio
Agro bio
Conduite du colza grain en agrobiologie
Au cours des 4 dernières années, une série d’expérimentations a été menée
par les Chambres d’agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire pour identifier
les principaux facteurs de variabilité des rendements du colza en système
agrobiologique. Parmi les différents facteurs étudiés, la qualité du semis et la fertilisation
occupent une place prépondérante.
D
ivers atouts expliquent la présence du colza dans l’assolement
des exploitations bretonnes : culture dont le semis est décalé dans le temps,
appartenant à une autre famille de plantes
cultivées, structurante pour le sol, valorisant les éléments fertilisants en fin d’année,
offrant de multiples débouchés…
Rotation :
4 ans entre 2 colza
Le colza est généralement placé derrière
une céréale. De par ses besoins importants
en azote en démarrage de végétation, cette
culture peut également venir après une
prairie voire un protéagineux.
Un délai de 4 ans est recommandé entre
deux crucifères pour limiter les risques de
maladies (phoma, sclerotinia, hernie).
Semis :
du 25/08 au 5/09
Les résultats d’un essai conduit en 2008 à
Dinéault (Finistère) ont mis en évidence
qu’un semis précoce, réalisé fin août/début
septembre n’améliore pas systématiquement le rendement. Par contre, il permet
un démarrage et une couverture rapide
du sol limitant le salissement des parcelles. Par ailleurs, les semis intervenant après
le 15 septembre entraînent un développement insuffisant du colza et une sensibilité plus marquée aux ravageurs (altises, tenthrèdes) à l’automne, provoquant
des pertes de pieds plus importantes
durant l’hiver.
La densité de semis peut être modulée
en fonction de la date de semis. En
conventionnel (cf. Cetiom), l’objectif à
la levée est de 20 pieds/m 2 pour les
hybrides restaurés semés fin août (30
pieds/m2 pour les lignées) et 30 pieds/m2
pour les hybrides semés plus tardivement (40 pieds/m 2 pour les lignées).
Compte tenu des pertes à la levée observées en système biologique, cet objectif correspond à une densité de semis
comprise entre 2,5 (semis précoces) et
4 kg/ha (semis plus tardif, en conditions
plus difficiles).
Dans les parcelles à rotations courtes, où la
fourniture en azote est limitée et le risque
de salissement plus important, l’écartement de semis peut être doublé ou triplé et
atteindre 30 à 50 cm, afin de pouvoir biner
(pratique utilisée en région Pays de la
Loire). Dans ce cas, le semis est réalisé avec
un semoir à céréales en fermant des sorties,
ou avec un semoir monograine muni de
disques spécifiques au colza. En 2006
et 2008, la station expérimentale de
Kerguéhennec (Morbihan) a testé cet équipement et observé une meilleure régularité
sur le rang et moins de pertes à la levée.
Variétés :
intérêt des hybrides
La réussite du colza passe aussi par le choix
d’une variété adaptée, peu sensible aux
maladies (phoma…) et à l’élongation
automnale (cf. évaluations variétales sur
le site www.cetiom.fr et dans le Terra 176
Rendement aux normes et teneur en huile de différentes variétés de colza
paru le 10 juillet 2009). Parmi les variétés
étudiées en 2009 (cf. figure ; évaluation
en bandes de 600 m2), les hybrides Palace
et Anaconda se différencient par leur aptitude à couvrir le sol et leur productivité,
malgré une densité de semis inférieure
(2,5 kg/ha ou 50 grains/m 2 contre
3,5 kg/ha ou 70 grains/m2 pour les lignées).
Ovation, Beluga et Loreley confirment leurs
bons résultats obtenus en 2008.
La Chambre d’agriculture des Pays de la
Loire a également testé un mélange de
3 variétés, en 2009. Sa productivité n’est
pas significativement supérieure à celle
des variétés qui le composent. Par contre,
il permet de lutter contre les méligèthes
au printemps, en cas d’attaques faibles à
modérées (composition : 10 % d’une
variété précoce dans le mélange).
Fertilisation :
étape capitale
à l’implantation
La capacité du colza à mobiliser l’azote à
l’automne est importante et peut atteindre
200 kg dans les situations les plus favorables. Selon la nature du précédent cultural,
un apport de 50 à 80 kg d’azote organique
efficace à l’implantation de la culture, sous
forme de produits à minéralisation rapide
(fientes, fumier peu pailleux, lisier) est souvent suffisant. Outre l’azote, ce type de
produits apporte le phosphore, la potasse
et le soufre dont le colza a besoin.
A la sortie de l’hiver, une pesée de plantes
permet d’évaluer la quantité d’azote absorbée et de calculer la quantité supplémentaire à apporter. En système biologique, la
rentabilité d’un apport au printemps n’est
pas démontrée, surtout en cas de recours
à des produits organiques du commerce, le
gain de rendement étant la plupart du
temps faible (+ 1,1 q/ha, résultats 2008).
Maladies
Dans les parcelles où se succèdent des cultures sensibles comme le colza et les légumineuses, le Sclérotinia peut générer des
pertes importantes estimées parfois à plus
de 10 q/ha. Dans ces situations, le Contans
WG peut être utilisé (produit autorisé en
AB). Par contre, s’il a montré des résultats
satisfaisants en conditions contrôlées, son
efficacité au champ n’est pas systématique. Il demande parfois à être réutilisé plusieurs fois, ce qui suppose plusieurs cycles
rotationnels, pour être pleinement efficace.
Pour limiter la pression des maladies, certains producteurs utilisent des « activateurs de croissance » ou éliciteurs (à base
de jus d’algues,…). Certains produits ont
fait l’objet d’expérimentation sur blé tendre mais n’ont pas prouvé une réelle efficacité sur la campagne 2008-2009.
Désherbage :
impasse possible
si démarrage rapide
s’affranchir de toute intervention mécanique en culture. En situations moins favorables (parcelles froides, pH faible…), un
passage de herse étrille peut intervenir à
partir du stade 4-5 feuilles. Pour les semis
réalisés avec un écartement supérieur à
30 cm, la bineuse peut être utilisée au
même stade et jusqu’au début montaison.
La réalisation de faux-semis avant l’implantation de la culture et après sa récolte
limite les repousses du précédent d’une
part, et celles du colza dans la culture suivante, surtout lorsque l’égrenage a été
important.
Récolte
A la récolte, l’humidité de la graine de
colza doit être inférieure à 9 % (en conditions climatiques favorables) pour faciliter
le pressage et obtenir une bonne qualité
nutritive des huiles et tourteaux. La surveillance est donc de mise à cette période
car des maladies sur siliques (ex : mycosphaerella) peuvent accélérer le processus
de dessèchement et générer des pertes
importantes par égrenage.
Aujourd’hui, faute de marché, le débouché de la graine de colza est principalement réservé à l’éleveur soucieux d’améliorer son indépendance protéique (en autoconsommation).
Jean-Luc GITEAU
Benoît NEZET
Pôle Agro PV
Un démarrage rapide du colza permet de
Itinéraire du colza et périodes clefs (en rouge)
Juillet
Août
Apport
Récolte
de MO, labour,
du
précédent travail du sol
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Janvier
Février
Mars
Avril
Semis
Faux
semis
Herse
étrille
en
prélevée
Mai
Juin
Juillet
Récolte
Herse étrille
Binage
Apport
de MO
Binage
(Dinéault, 2009)
42
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
43
Vu au SIMA
Épandeurs à lisier : du nouveau
en remplissage et vidange
Les épandeurs de lisier, ou tonnes à lisier, ont évolué considérablement au cours
de cette dernière décennie. Le volume est multiplié par deux voire trois, les trains
de roues sont imposants, l’électrique ou l’électronique associée à l’hydraulique gère
les fonctions de la machine. Mais parlons d’une autre évolution :
le mode de remplissage et de vidange de la cuve.
D
eux types d’épandeur à lisier se
retrouvent en concurrence,
l'épandeur traditionnel équipée
d’un compresseur et l'épandeur plus
récent muni de turbines.
- Épandeur traditionnel
Les épandeurs traditionnels sont équipés
d’un compresseur d’air qui assure la fonction de remplissage en produisant le vide
dans la cuve puis assure la fonction de
vidange en produisant une pression d’air
dans la cuve. Ce mode de fonctionnement impose une construction de l'épandeur qui soit capable de résister à la pression et à la dépression. Les marques
construisent les épandeurs en respectant
« la directive pression » afin d’assurer
une utilisation en toute sécurité.
- Épandeur équipé de turbines
Depuis quelques années des constructeurs proposent des épandeurs de lisier,
sans compresseur, désormais équipés de
deux turbines centrifuges. La première,
placée en bout de bras tourelle, assure le
remplissage, la seconde assure la vidange.
Cette dernière est le plus souvent montée
à l’avant de la cuve pour des commodités
d’entraînement direct par la prise de force.
Une canalisation extérieure alimente en
lisier le dispositif d’épandage.
Des contraintes
spécifiques
Les machines traditionnelles sont simples
de construction. Le lisier ne passe pas
dans la pompe. La technologie mise
en œuvre est facile d’utilisation et d’entretien. Les besoins en débit d’huile de la
part du tracteur sont modestes et sont
compatibles avec nos tracteurs parfois
anciens. Les machines à turbine ont une
apparence générale plus complexe.
L’entraînement des turbines exige des
besoins en débit d’huile hydraulique uniquement compatible avec les tracteurs
récents de forte puissance. La turbine
est une famille de pompe qui n’est pas
auto-amorçante. La turbine doit être plongée dans le lisier, ce qui n’est pas toujours possible. C’est le cas de certains
stockages en lagune et de fosses sous
bâitment où l’approche interdit l’utilisation du bras tourelle de remplissage. Ces
nouveaux épandeurs paraissent repousser
les limites de la capacité de pompage de
lisier difficile et réduire les bouchages
dans les pendillards et les enfouisseurs.
Mais cet avantage ne comblera pas l’absence totale de préparation des lisiers par
brassage.
L’épandeur à turbines est généralement
vendu avec la technologie du DPA (Débit
Proportionnel à l’Avancement), mais cette
technologie est également disponible sur
les machines traditionnelles bien que peu
courante. Les performances de remplissage sont souvent favorables à la machine
à turbines mais un épandeur traditionnel
bien entretenue a également des performances élevées.
Quel épandeur
de lisier choisir ?
Des constructeurs européens ont fait le
choix d’un principe technologique parce
que la réglementation de leur pays relative à la préservation de l’environnement
est beaucoup plus stricte qu’en France. Il
en découle un type de machine. Mais une
nouvelle technologie n’est pas là pour
balayer systématiquement la précédente.
La réflexion ne doit donc pas éliminer a
priori l’épandeur traditionnel. Chaque
type d’épandeur a ses avantages mais
aucun des deux ne répondra à l’ensemble
des exigences liées au chantier d’épandage.
Technologies récentes ou traditionnelles, elles répondent à des besoins
complémentaires. Ici turbine en bout de bras de pompage.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Jean-Yves COSNIER
Pôle Agro PV
45
Vu au SIMA
Vu au SIMA
Le monde virtuel
pour construire un tracteur
Peu d’évolution
au niveau des bineuses
Comment construire un tracteur en utilisant les technologies futuristes ?
Massey Ferguson nous l'a démontré sur son stand.
Désherber mécaniquement constitue une des possibilités pour répondre à l’obligation
de réduction des phytos et coller au plan Ecophyto 2018. Pourtant les évolutions au
niveau des bineuses sont peu nombreuses.
L
e démonstrateur assis sur un siège
est équipé de petits capteurs sur
les poignets et sur le corps. Il porte
un casque qui lui donne une allure très
futuriste. Ce que voit le démonstrateur
casqué est retransmis sur un écran. Sur
celui-ci, apparaissent les parties du tracteur devant lesquelles il se trouve. Et pourtant le tableau de bord, les boutons, les
leviers de commandes vus par le démonstrateur n’existent pas. Devant son siège il
n’y a rien.
On entre dans le monde virtuel : le
démonstrateur se penche, il se contorsionne. Maintenant il regarde sous le
tableau de bord. Il voit très précisément la
forme des objets. Puis il se penche encore.
Il regarde la gaine électrique qui passe
entre les capots du tracteur et le moteur.
Il vérifie que la gaine ne touche pas des
parties chaudes, qu’elle n’est pas coincée par des tubulures hydrauliques. Tout
ceci est restitué sur l'écran.
Un puissant
ordinateur et
de nombreux dessins
Visualiser
la pièce dans
son environnement
Cette technologie fait penser aux jeux
électroniques ou à tous ces effets spéciaux utilisés dans les films auxquels nous
sommes maintenant habitués.
Il s’agit d’une part, à travers les multiples
capteurs posés sur le corps du démonstrateur de repérer la position de chaque partie de son corps dans l’espace. D’autre
part, à chaque instant, ces positions sont
placées dans l’environnement virtuel qui
a été créé et dessiné auparavant. Chaque
pièce du tracteur, dans son dessin le plus
fin, est stockée dans une base de données. L’ordinateur fait le reste. Le programme replace à chaque instant la position des bras, de la tête en fonction de
leur mouvement dans cet énorme dessin
multicouche.
Vous avez une idée de réalisation que
vous voulez construire, le réflexe immédiat
est de prendre un crayon et de coucher
sur papier, voire dans le creux de sa main,
les contours de l’objet à construire. C’est
la première étape, également importante
dans le monde virtuel. La deuxième étape
est la construction. Mais la première version de l’objet construit est rarement la
bonne. Il faut modifier, adapter, allonger,
renforcer. Plusieurs versions sont nécessaires avant la construction définitive.
L’intérêt des approches virtuelles est l’utilisation des multiples dessins avec les
moyens informatiques de visualisation
qui vous donnent l’illusion d’une perception réelle. Si une pièce est trop longue, on
ne prend pas la scie à métaux, on modifie seulement le dessin sur l’informatique. Un logiciel travaille pour intégrer le
nouvel objet par rapport aux objets voisins. Une éventuelle erreur de dimensionnement est repérée immédiatement. La
compilation de l’ensemble faite, on
obtient le nouvel objet dans son environnement.
L
a structure générale des bineuses n’a pas évolué. Quel que soit
le constructeur, les éléments sont
toujours disposés sur un parallélogramme
et ceux-ci sont contrôlés en hauteur par
une roue de jauge. Le nombre de dents
varie suivant l’écartement des rangs de
cultures de 1 à 5 dents. La forme et la
largeur des dents sont très nombreuses
avec une majorité de machine équipées
avec la patte d’oie de 150 mm.
En légumes et en betteraves la lame
Lelièvre permet un sarclage très près du
rang.
Le système à double poutre est très
intéressant lorsque l’on doit modifier régulièrement l’écartement entre élément. Les
systèmes d’autopilotage se démocratisent. Il s’agit de diriger la bineuse en
fonction de repères (trace ou rangs) afin
de s’affranchir des écarts de conduite que
peut occasionner l’opérateur. Le suivi
d’une trace réalisée au semis est une possibilité qui a fait ses preuves, mais trouve
ses limites lorsque le semis est réalisé par
un tiers. Le guidage par caméra commence à percer malgré le surcoût important (+10 000 €). Le procédé est
Les doigts Kress sont autoanimés, leur souplesse permet de ne pas abîmer
la culture en place.
aujourd’hui au point et procure une
bonne précision de travail.
Une bineuse
à l'avant du tracteur
Au lieu d’investir dans des systèmes aussi
coûteux il est possible de se tourner vers
le binage poussé, c’est à dire installé à
l’avant du tracteur. Cela permet une
bonne vision du travail réalisé et de pou-
Une accélération
de la création
On peut refaire, modifier, ajouter, améliorer à l’infini la réalisation en virtuel sans
intervenir sur le réel. Des tests de nouvelles formes auprès de futurs utilisateurs
sont possibles avec modification significative de l’ergonomie, des couleurs. On
construit moins de prototypes. On ne
dépend plus des ateliers. Le temps gagné
peut être considérable.
De plus en plus de fonctions sont installées sous un capot très compact.
46
Jean-Yves COSNIER
Pôle Agro PV
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
voir se corriger plus facilement.
Aujourd’hui beaucoup de tracteurs achetés sont équipés de relevage avant. Peu de
constructeurs proposent les machines
poussées, moins chères que les classiques. Le binage des céréales et du colza
est moins connu et il existe peu de machines disponibles. Pour y arriver il faudra
revoir l’écartement entre lignes (20 à
30 cm), (ce qui peut être considéré
comme un retour en arrière) et la facilité
de réglage entre rangs.
Les doigts Kress sont disponibles chez
la plupart des constructeurs de bineuse
à des tarifs très variables (de 650 à +
de 1 000 € par rang).
Cet équipement très onéreux permet de
désherber le rang. Il nécessite toutefois
une grande rigueur au niveau des réglages pour éviter les dégâts sur la culture.
L’intervention doit être très précoce
(stade plantule de l’adventice) pour une
bonne efficacité.
La bineuse à céréales n’a qu’une seule dent par rang.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Pierre DEMEURE
Pôle Agro PV
47
Vu au SIMA
Vu au SIMA
Les boîtiers de commande
perdent leurs boutons
Depuis plus de 25 ans nous utilisons des commandes électriques puis électroniques
pour commander les fonctions de plus en plus nombreuses des machines agricoles.
Aujourd'hui, les boîtiers qui sont parfois plus petits, ont plus de fonctions et
d'informations
I
l y a plus de vingt ans que les premiers boîtiers apparaissent sur le
marché notamment sur les pulvérisateurs. Les fonctions de commande permettaient de plier et déplier les rampes,
couper l’alimentation totale de la rampe
ou de quelques tronçons de rampes. Les
informations affichées sont essentiellement le débit, parfois la vitesse d’avancement et quelques autres paramètres rentrés
par l’opérateur : largeur de rampe, diamètre de la roue sur laquelle est monté le
capteur de vitesse d’avancement.
Les premières générations de boîtier :
une convivialité perfectible
ordinateur. Sa capacité de calcul est décuplée et permet des fonctions d’affichage
sophistiquées. Les bus tendent à s’implanter également sur les machines agricoles
attelées et bientôt ils pourront discuter
avec le bus du tracteur.
Les nouvelles
versions de boîtiers
La puissance de calcul de ces nouveaux
boîtiers augmente le nombre de fonctions
possibles. Les nombreux menus proposent plusieurs fonctionnalités. Aide aux
réglages : les machines nécessitent de
plus en plus de finesse dans les réglages,
l’ordinateur de bord vous propose les
réglages optimum dans les conditions du
moment voire réalise ces réglages.
Aide à la maintenance de la
machine : vous n’avez plus besoin du
livret papier, le plan d’entretien est stocké.
Des messages d’alerte vous préconisent
les actions à mettre en œuvre.
Aide à la conduite : en temps réel vous
lisez à l’écran les informations relatives
à votre chantier (temps, surface, rendement, statistique).
Aide au traitement de l’information : toutes vos données peuvent être
stockées sur des supports type carte flash
et peuvent ainsi être exportées vers le
bureau. Le transfert des données pourra
également se faire vers le bureau par les
liens bluetooth, wi-fi ou encore à l’aide
du réseau de téléphonie mobile, de
l’internet.
L’évolution de ces ordinateurs de bord
progresse de jour en jour. Dès à présent,
un seul terminal dans la cabine du tracteur est capable de piloter le tracteur mais
aussi les machines attelées compatibles
ISO Bus.
Jean-Yves COSNIER
Pôle Agro PV
Les évolutions visibles
La taille des écrans utilisés est aujourd’hui
plus grande, ils sont en couleur, parfois
tactiles. Ces évolutions technologiques
effectives dans les domaines de l’informatique grand public et dans l’informatique
industrielle arrivent sur les machines agricoles. Celles-ci étant plus abordables financièrement.
Aujourd’hui nous avons tous entendu parlé
de bus CAN ou ISO-Bus, parfois nous l’utilisons y compris sans le savoir. Le bus est un
réseau informatique souvent utilisé sur nos
tracteurs pour gérer les nombreuses informations nécessaires au fonctionnement
du moteur, parfois de la boîte de vitesse, du
relevage hydraulique. Ces bus simplifient les
câblages électriques. Le calculateur, partie invisible du système, est un véritable
48
Une moisson
de données à valoriser
Les demandes de données sont grandissantes. Aujourd’hui, tout peut être mesuré :
surface travaillée par heure, par jour, rendement horaire, rendement journalier...
Les nouveaux équipements accompagnés d'internet offrent des nouvelles possibilités.
L'
enregistrement de données
nécessite des moyens de collecte de la donnée. C’est le
rôle des capteurs placés sur chaque
organe. Puis le système doit faire des calculs, parfois des moyennes sur les données acquises, enfin il sera nécessaire de
stocker ces données.
Équipement
nécessaire
Plusieurs modes de stockage des données sont possibles, localement par l’intermédiaire de mémoire sur des supports
tels que carte flash, clés USB. Une autre
méthode consiste à stocker les données
sur un serveur distant. Dans ce cas les
données sont expédiées par paquet vers
ce serveur par le réseau de téléphonie
mobile (GSM, GPRS).
Gestion de
« flottes » : exemple
de suivi d’un parc
de moissonneuse
Des constructeurs de moissonneuse batteuse proposent des services web permettant de stocker et d’analyser les données.
Un simple explorateur web permet de
visualiser les données de chez soi, sous
Les écrans en couleur et tactiles offrent des possibilités nouvelles.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Vos données de travail sont accessibles
automatiquement sur votre ordinateur
de bureau pour analyse.
Les systèmes électroniques embarqués offrent de nouvelles et nombreuses possibilités.
forme de graphiques, de tableaux. La
visualisation permet également de situer
la machine dans la parcelle où elle travaille.
L’information en provenance des nombreux
capteurs est véhiculée par le bus CAN. Un
collecteur de données stocke temporairement les données puis les expédie en
continu ou par pas de temps de quelques
minutes vers le serveur. Ce serveur, unique, est situé chez le constructeur ou chez
un hébergeur quelconque. La confidentialité est bien sûr un engagement de l’hébergeur comme pour tout site.
Les données reçues sont immédiatement
analysées et mises en forme. Un classement des données permet de distinguer :
- des données élémentaires : régime du
batteur, du ventilateur, des secoueurs,
de la vis de retour d’otons, réglage de
l’écartement du batteur et contre-batteur, hauteur de coupe ;
- des données calculées : débit instantané, rendement de la récolte, surface
travaillée ;
- des données d’analyse de campagne :
heures de fonctionnement, surface travaillée avec ou sans broyeur de paille,
distance parcourue, consommation de
carburant.
La localisation par GPS complète l’information et permet d’affiner la logistique
des propriétaires de parc de plusieurs
machines couvrant des grandes zones de
travail. Le chef d’entreprise connaît la
position de ces machines. Il guide les
conducteurs de machines dans la recherche de parcelle par une reconnaissance
préalable.
L’accès à ces services est possible par le
biais d’abonnements.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Jean-Yves COSNIER
Pôle Agro PV
49
Vu au SIMA
Quelques innovations du Sima 2009
Un lamier à disque unique, des adaptations pour les tracteurs de faible puissance,
une identification de la consommation des tracteurs, un nettoyage automatique
du pulvérisateur, une meilleure précision de la pulvérisation…
Voici un panel de quelques innovations repérées au SIMA 2009.
Elagage : un lamier
à disque unique
Le lamier peut être adapté sur un
télescopique. (Photo d'un double lamier).
Coupéco propose un lamier à disque unique permettant une coupe des branches
au plus près du tronc facilitant ainsi l'entretien de la haie bocagère et permettant une bonne valorisation de sa productivité. Ce lamier (avec des diamètres
de coupe entre 300 et 450 mm) est
adaptable sur différents matériels comme
des chariots télescopiques et nécessite
un débit hydraulique d'environ 80 l/min.
Un levier de commande spécifique facilite
son utilisation selon différents angles
pour prendre en compte les différentes
configurations des arbres. Le coût varie
selon les équipements et le montage à
réaliser sur le porteur entre 15 000 € et
60 000 €. L'intérêt principal est de pouvoir mécaniser l'entretien des haies avec
un rendement intéressant sans avoir
besoin de nacelle. Il permet en outre de
réutiliser un matériel comme le chariot
télescopique déjà présent dans les exploitations , les Cuma et les ETA.
Tracteur : évolution
sur les faibles puissances
Des évolutions contrastées apparaissent
sur les tracteurs de faible puissance. D'un
coté, on voit apparaître des transmissions continues naguère réservées aux
50
fortes puissance. Deutz Fahr la propose
à partir de 60 CV pour un surcoût d'environ 6 000 €. Il est important de pouvoir bénéficier de telles technologies sans
pour cela être obligé d'acheter des tracteurs de forte puissance. D'un autre coté,
les tracteurs de faible puissance font parfois un retour en arrière avec des versions dépouillées d'électronique embarquée. Les constructeurs pensent que certaines utilisations continues des tracteurs (comme par exemple le tracteur
attelé en continu à la dessileuse) ne
nécessite pas d'équipement de gestion
avancée.
adaptation aux pulvérisateurs portés de
faible capacité laisse encore à désirer.
Pulvérisation :
le variosélect de Lechler
Tracteur : classification
de la consommation
de carburant
Le système comporte 4 buses différentes.
Le Cemagref a présenté le dispositif de
classification des tracteurs qui devrait être
opérationnel courant 2009 ou début
2010. Il consiste à appliquer aux tracteurs neufs les étiquettes de A à F concernant leur consommation de carburant
(comme pour l'électroménager). Il est
basé sur les essais Ocde et sur la prise en
compte des usages des tracteurs. Il se
veut donc représentatif de l'usage réel
des tracteurs. C'est un dispositif basé sur
le volontariat des constructeurs.
Pulvérisation :
généralisation
des systèmes d’assistance
au nettoyage
Un gros travail a été fait par les constructeurs pour faciliter les pratiques de rinçage au niveau des pulvérisateurs.
Plusieurs systèmes permettent d'automatiser ces opérations en assurant une
fin de pulvérisation avec un volume restant en cuve très limité. Associé le plus
souvent à l'ordinateur de bord, leur
Ce système présenté par Lechler permet
de varier les vitesses d'avancement et/ou
les volumes de bouillie appliquées très
facilement sans dégrader la qualité de
pulvérisation. Il se compose d'un porte
buse comportant 4 buses différentes
pouvant être mises en action indépendamment les unes des autres par une
commande pneumatique. La commande
est automatisée à l'aide de l'ordinateur
de bord qui regarde la vitesse d'avancement et la consigne de volume de
bouillie et ajuste en permanence les
buses utilisées pour rester dans la
gamme de pression adaptée aux buses
utilisées. Le système permet donc d'appliquer des modulations de volume de
bouillie et donc de dose dans le cadre
de l'agriculture de précision par exemple.
En liaison avec le GPS, il pourrait automatiser l'utilisation de buses adaptées
aux ZNT selon la réglementation en
vigueur. Le système devrait apparaître
dans les offres des constructeurs de pulvérisateur dans les mois à venir.
Didier DEBROIZE
Pôle Agro PV
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d’agriculture de Bretagne - Cap Agro Automne 2009
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising