l`absentéisme pour maladie chez les fonctionnaires fédéraux 2008

l`absentéisme pour maladie chez les fonctionnaires fédéraux 2008
L’ABSENTÉISME
POUR MALADIE
CHEZ LES
FONCTIONNAIRES
FÉDÉRAUX
2008 - 2009
1
© Fotolia.com
Mashe
FotoliaI
Melking
Jonathan
Melisback
Droits de propriété intellectuelle
Les informations transmises ne peuvent être reproduites que dans des publications et des
présentations non-commerciales, s’il est satisfait aux deux conditions suivantes :
1. l’envoi d’une notification écrite préalable à l’adresse absenteisme@health.fgov.be, en
mentionnant les informations qui sont reproduites et le support sur lequel est effectuée la
reproduction et
2. la mention de la source suivante lors de la reproduction : © Medex
2
Table des matières
1. Introduction................................................................................... 3
2. Collecte des données....................................................................... 7
2.1. Données d’absentéisme................................................................ 7
2.2. Causes médicales de l’absentéisme................................................ 7
2.3. Résultats du contrôle.................................................................... 8
3. Chiffres d’absentéisme..................................................................... 9
3.1. Chiffres d’absentéisme en 2008 et 2009 et leur définition.................. 9
3.2. Un taux moyen d’absentéisme pour maladie dans l’administration
fédérale de 6,63 % en 2009.........................................................11
3.3. Analyse détaillée de l’absentéisme pour maladie dans l’administration
fédérale en 2008 - 2009..............................................................14
4. Analyse des données relatives à l’absentéisme...................................17
4.1. Analyse descriptive.....................................................................17
4.1.1. Aspects liés aux périodes d’absentéisme pour maladie..............17
4.1.1.1. Répartition du nombre d’absences par jour.......................17
4.1.1.2. Répartition du nombre de nouvelles notifications de
maladie par jour............................................................18
4.1.1.3. Durée de l’absence selon le jour de début.........................19
4.1.1.4. Répartition de l’absence d’une journée sur la semaine de
travail..........................................................................20
4.1.2. Analyse plus détaillée du travailleur absent..............................22
4.1.2.1. Absentéisme pour maladie selon l’âge et le sexe................22
4.1.2.2. Le phénomène de pensionite existe-t-il ?..........................24
4.1.2.3. L’Absentéisme pour maladie selon le statut et le niveau......26
4.1.2.4. L’Absentéisme pour maladie selon le domicile du travailleur.27
4.2. Analyse de régression..................................................................28
5. Causes médicales de l’absentéisme pour maladie...............................29
5.1. Analyse descriptive.....................................................................30
5.1.1. L’Absentéisme pour maladie selon le groupe de diagnostic.........30
5.1.2. Effets saisonniers selon le groupe de diagnostic.......................33
5.2. Analyse de régression par groupe de diagnostic..............................35
6. Résultats du contrôle......................................................................37
6.1. Missions de contrôle....................................................................37
6.2. Absences justifiées ?....................................................................40
7. Conclusion....................................................................................45
8. Annexes.......................................................................................47
Ont contribué à la réalisation de cette publication
Bollaerts Kaat
Cabo Pascal
Coekelberghs Anne
De Decker Eduard
Fransis Ria Gabrys Jean-Paul
Leemans Roland
Smeets Ben
Stadsbader Coralie
Dr. Van Dromme Sibille
Institut scientifique de la Santé Publique (ISP)
Administration de l’expertise médicale (Medex)
SPF Personnel et Organisation
Administration de l’expertise médicale (Medex)
Administration de l’expertise médicale (Medex)
Administration de l’expertise médicale (Medex)
Administration de l’expertise médicale (Medex)
SPF Personnel et Organisation
Administration de l’expertise médicale (Medex)
Administration de l’expertise médicale (Medex)
1
2
1.Introduction
L’absentéisme pour maladie chez les fonctionnaires fédéraux n’a encore fait
l’objet d’aucune étude approfondie vu qu’aucune donnée chiffrée n’avait
jusqu’à présent été collectée et analysée de manière cohérente sur le sujet.
L’Administration de l’expertise médicale (Medex) est donc fière de pouvoir
pour la première fois aborder cette matière complexe. Pour relever ce défi,
nous avons pu compter sur le partenariat de l’Institut scientifique de la Santé
Publique (ISP) qui a apporté le soutien scientifique nécessaire pour permettre
une approche intégrale de la question.
Cette analyse a été possible grâce au lancement en 2006 du projet
absentéisme pour maladie auprès de l’administration fédérale, avec le
soutien des Ministres de la Fonction publique et de la Santé publique. Ce
vaste projet transversal a été une vraie réussite grâce à l’implication de
toutes les administrations fédérales, et en particulier d’un certain nombre
d’administrations qui ont participé au projet pilote et qui n’ont pas ménagé
leurs efforts pour élaborer une méthode de travail optimale qui a permis de
collecter une foule d’informations d’une manière uniforme. Ces administrations
pilotes méritent donc une mention spéciale pour leur implication : le SPF Santé
publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement (SPF SPSCAE), le
SPF Personnel et Organisation (SPF P&O), le SPF Intérieur, l’Office national de
l’Emploi (ONEM) et l’Office national des Pensions (ONP).
Le projet absentéisme pour maladie poursuivait trois objectifs :
I. le développement d’un système de contrôle de l’absentéisme
II. la mise en oeuvre de contrôles médicaux des absences pour maladie
III.le développement d’un système de gestion de l’absentéisme.
I. Le développement d’un système de contrôle de l’absentéisme
Avant 2006, les administrations fédérales les plus dynamiques
collectaient déjà des données sur l’absentéisme, mais chacune selon
leur propre méthode - au demeurant louable - et sans véritable
fondement scientifique.
L’une des premières mesures consistait à instaurer une définition du
concept d’absentéisme pour maladie qui serait utilisé par toutes les
administrations fédérales et permettrait un benchmarking avec d’autres
secteurs.
3
L’absentéisme pour maladie est défini comme suit par l’administration
fédérale :
Toutes les absences pour maladie ou accident survenues
dans le cadre de la vie privée, couvertes ou non
par un certificat médical, tant pour un jour que
pour plusieurs jours, justifiées ou non.
Les absences pour maladie concernent tous les collaborateurs fédéraux,
tant contractuels que statutaires. Elles n’englobent pas les absences
dues à un accident du travail ou à une maladie professionnelle.
Même les absences en raison d’autres dispositions statutaires ou
réglementaires, comme le congé de circonstances, le congé pour soins
palliatifs, le congé de maternité, … ne sont pas considérées comme de
l’absentéisme pour maladie.
Sur la base de cette définition commune, toutes les administrations
fédérales ont pu codifier de manière uniforme les absences de leur
personnel.
Une application Web unique, développée par le service d’encadrement
ICT du SPF SPSCAE, a été mise à la disposition de toutes les
administrations. Cette application permet d’encoder les données
personnelles des fonctionnaires par administration et d’enregistrer
quotidiennement les absences pour cause de maladie.
Parallèlement à cette application, plusieurs réglementations légales
effectives1 ont défini la manière dont le personnel doit notifier auprès
de l’employeur et de Medex leurs absences pour cause de maladie.
II. La mise en oeuvre de contrôles médicaux en cas de maladie
L’administration fédérale procédait déjà avant 2006 à des contrôles
médicaux des absences pour maladie mais ils n’étaient toutefois pas
adaptés par manque de moyens.
Depuis octobre 2006, un réseau externe de près de 150 médecinscontrôleurs est chargé d’effectuer des contrôles systématiques, sous la
surveillance de Medex.
Pour l’instant, les contrôles portent sur 30% des malades qui sont
absents une journée et sur 20% des malades absents plusieurs jours.
Ce chiffre est calculé chaque jour pour chaque administration. Celui qui
s’absente plusieurs jours est également pris en compte tant qu’il n’est
pas contrôlé.
Les contrôles sont réalisés en partie sur une base aléatoire (at random),
en partie sur la base du facteur de «Bradford»2 et en partie à la
demande de l’employeur.
1
2
4
AR du 17/01/2007 modifiant diverses dispositions réglementaires relatives au contrôle des absences pour
maladie des membres du personnel des administrations de l’État et relatives aux congés et absences accordés
aux membres du personnel des administrations de l’État (MB 19/2/2007)
Le facteur de “Bradford” = [nombre total de jours de maladie d’un membre du personnel x (la fréquence)2]
III. La mise en place d’une gestion de l’absentéisme
Les facteurs tant individuels qu’organisationnels et sociaux jouent un
rôle dans l’absentéisme pour maladie et chaque administration peut
agir de manière préventive sur ces causes grâce à la mise en place
d’une politique RH solide.
Le SPF P&O a mis à disposition toute une série d’outils qui peuvent
soutenir la politique de lutte contre l’absentéisme pour maladie: des
formations pour le management de ligne, une brochure destinée au
management de ligne , des best practices, des enquêtes de satisfaction,
des calendriers d’absence, …
Grâce aux réalisations de ce projet, il a pour la première fois été possible de
travailler avec des données chiffrées collectées.
Cette publication a pour but de présenter une première analyse des
chiffres d’absentéisme des fonctionnaires fédéraux pour 2008 et 2009. Par
ailleurs, grâce aux idées qu’elle va dégager, elle servira d’approche pour de
nouveaux projets qui peuvent conduire à une gestion encore plus efficace de
l’absentéisme pour maladie dans les administrations fédérales.
5
6
2.Collecte des données
Contrairement à d’autres études sur l’absentéisme pour maladie, cette étude
ne se base pas sur des échantillons représentatifs mais sur la base de données
du nouveau système de contrôle des absences pour maladie qui a été mis en
place en octobre 2006 par les administrations publiques fédérales. Dans le
courant de l’année 2007, ces services publics ont été progressivement intégrés
de manière à pouvoir, dès 2008, disposer, pour l’ensemble des administrations
fédérales, de données cohérentes sur l’absentéisme pour maladie. Cette
publication se concentre donc sur l’absentéisme pour maladie en 2008 et 2009.
2.1.Données d’absentéisme
Les données d’absentéisme sont basées sur les notifications de maladie qui
sont enregistrées par les administrations fédérales dans l’application Web
Absentéisme.
Les chiffres d’absentéisme (voir chapitre 3) se réfèrent aux administrations de
la fonction publique fédérale. Il s’agit de 59 administrations, dont 13 SPF,
1 ministère, 4 SPP, 12 institutions scientifiques, 13 organismes d’intérêt
public, 15 institutions publiques de sécurité sociale et le Conseil d’Etat3.
Seules les données des administrations qui ont validé leurs données du
personnel en 2009 (voir annexe 1) sont prises en compte pour les analyses
des absences (voir chapitre 4). Pour avoir des données chiffrées fiables, il est
en effet nécessaire de disposer de données actuelles sur les arrivées et les
départs, le régime de travail, le statut, … C’est la raison pour laquelle Medex a
demandé aux employeurs de vérifier et de valider ces données.
Des informations plus détaillées sur les conventions qui ont dû être prises à
des fins statistiques sont reprises à l’annexe 2.
2.2.Causes médicales de l’absentéisme
Pour étudier les causes de l’absentéisme pour maladie (chapitre 5), on a
exploité l’atout particulier dont bénéficie Medex, à savoir la description de la
cause médicale de l’absence par le médecin traitant. La position de Medex
est particulière ici vu que cette administration est habilitée à consulter le
diagnostic4. Le traitement des certificats médicaux est effectué par tous
les fonctionnaires de Medex. Les données médicales sont bien entendu
3
4
Pour plus d’informations: SPF Personnel et Organisation.
Article 61 de l’Arrêté Royal du 19 novembre 1998 modifié par l’AR du 17 janvier 2007 et l’approbation du Conseil
National de l’Ordre des Médecins
7
traitées dans le respect du secret médical et ne sont en aucune manière
communiquées à l’administration du travailleur. Le Manager de la Qualité
Médicale Absentéisme assure un contrôle très strict à cet égard.
D’autres études doivent, par la force des choses, se limiter aux données
provenant d’enquêtes de santé ou des médecins-contrôleurs eux-mêmes.
Elles courent ainsi le risque d’être considérées comme trop subjectives par les
personnes concernées. L’établissement d’un diagnostic ne fait d’ailleurs pas
partie de la mission d’un médecin-contrôleur.
Pour respecter le secret médical, les données sont rendues anonymes en
vue de leur traitement. Les caractéristiques personnelles du fonctionnaire
(sexe, âge, niveau, statut, …) sont par contre mentionnées. L’anonymat reste
toutefois garanti en raison du nombre élevé de certificats.
Les différents codes de diagnostic sont regroupés en 6 grandes catégories :
Maladies cardiovasculaires ou pathologies du système cardiovasculaire
Grippe ou influenza
Affections respiratoires ou maladies de l’appareil respiratoire
Affections gastro-intestinales ou maladies de l’appareil digestif
Problèmes liés à l’appareil locomoteur ou troubles locomoteurs
Maladies liées au stress
2.3.Résultats du contrôle
Les données qui sont encodées par les médecins-contrôleurs sont analysées
pour les résultats du contrôle (chapitre 6). Il s’agit donc ici des résultats pour
l’ensemble de l’administration fédérale.
8
3. Chiffres d’absentéisme
3.1.Chiffres d’absentéisme en 2008 et 2009 et leur
définition
Ces chiffres d’absentéisme portent sur la totalité des administrations de la
fonction publique fédérale (voir 2.1).
Pour plus de clarté, nous donnons également ci-après une définition pour
chaque chiffre d’absentéisme.
Il faut en effet veiller à ne pas comparer entre eux des chiffres d’absentéisme
provenant de sources différentes. Pour pouvoir les comparer, il faut être certain
que chaque personne utilise les mêmes critères pour un même terme.
TERMES
DEFINITIONS
2008
2009
Le nombre total de collaborateurs
Nombre
d’absents pour uniques qui étaient en activité
pendant au moins une journée au
maladie
cours de la période considérée et
61 521
65 376
Nombre de
notifications
de maladie
Le nombre de nouvelles périodes
de maladie entamées d’un ou de
plusieurs jours.
Une absence qui a commencé en
2008 et s’est poursuivie en 2009
n’est donc pas prise en compte dans
le nombre de notifications de maladie
en 2009.
148 334
159 340
Nombre
de jours
d’absence
pour maladie
Le nombre de jours ouvrables non
prestés dans la période considérée,
et également d’absences qui
ont commencé avant la période
considérée.
Le nombre de jours d’absence des
collaborateurs à temps partiel est
calculé au prorata : le nombre de
jours d’absence est donc pondéré en
fonction des prestations. Si quelqu’un
travaille à mi-temps, le nombre de
jours d’absence sera également
divisé par deux.
1 288 245,06
1 329 331,62
Nombre
d’absences
d’une journée
% d’absences
d’une journée
Nombre d’absences dont la durée est
limitée à 1 journée.
55 842
59 131
Nombre d’absences d’1 journée
x 100 divisé par le nombre de
notifications de maladie.
37,65%
37,11%
avec au moins un jour d’absence
pour maladie.
9
Nombre
d’absences de
> 1 journée
% d’absences
de > 1 journée
Nombre d’absences dont la durée
s’élève à plusieurs jours.
92 492
100 209
Nombre d’absences de plusieurs
jours x 100 divisé par le nombre de
notifications de maladie.
62,35%
62,89%
% d’absents
pour maladie
Nombre moyen des travailleurs
qui ont au moins 1 jour d’absence
pendant la période considérée x
100 divisé par le nombre moyen de
travailleurs au cours de la même
période.
Durée
moyenne par
absence
Nombre de jours d’absence pendant
la période considérée divisé par le
nombre notifications de maladie au
cours de la même période.
Pour 2008,
69,52%
nous n’avons
pu calculer
ces données
étant donné
que nous ne
Nombre de jours d’absence x 100
Taux
6,63%
divisé
par
le
produit
du
nombre
d’ETP
disposions
d’absentéisme
et du nombre de jours à prester pour pas de
pour maladie
un ETP.
données
Nombre de notifications de maladie
Fréquence
1,8
précises
pendant
la
période
considérée
moyenne
concernant
divisé par le nombre moyen de
les effectifs
collaborateurs pendant la période
en personnel.
considérée.
8,68
8,34
Également utile à savoir :
L’année civile 2008 comptait 262 jours ouvrables à prester pour un ETP
Nombre de jours
ouvrables à prester [ 366 – (52 samedis + 52 dimanches)].
L’année civile 2009 comptait 261 jours ouvrables à prester pour un ETP
pour un ETP
[ 365 – (52 samedis + 52 dimanches)].
Les jours fériés, de pont et de vacances sont donc bien pris en compte, mais
pas les samedis et dimanches
10
3.2. Un taux moyen d’absentéisme pour maladie
dans l’administration fédérale de 6,63 % en
2009
Le taux d’absentéisme pour maladie est différent pour chaque
administration. Nous constatons ainsi que dans certaines administrations,
près de 9% des jours ouvrables n’ont pas été prestés pour cause de maladie
tandis que dans d’autres administrations, ce chiffre était inférieur à 1%.
Chaque employeur peut, via l’application Web Absentéisme (Page d’accueil
> Rapports d’absentéisme > Aperçu de l’absentéisme pour maladie) créer des
rapports pour sa propre administration et pour l’ensemble des administrations
qui ont validé leurs données sur le personnel5.
Les rapports fournissent les résultats de sa propre administration, comme
mentionnés ci-dessus, pour une période que l’on peut déterminer soi-même.
Ces résultats sont par ailleurs répartis selon différents critères : sexe, âge,
niveau de statut, province, …
Il est également possible de croiser différents critères (maximum 3). On peut
ainsi par exemple comparer l’absentéisme pour maladie des hommes et des
femmes par niveau et par catégorie d’âge.
Vu que chaque employeur peut comparer ses résultats avec la moyenne des
administrations fédérales, il peut tirer ses propres conclusions et mettre en
place une politique adéquate.
5
Il est possible de consulter à cet effet le mode d’emploi qui est accessible sur la page d’accueil de l’application.
11
Et comparé à d’autres secteurs ?
La question d’une comparaison avec le secteur privé s’impose inévitablement.
Les clichés selon lesquels les fonctionnaires se portent plus souvent malades
sont-ils confirmés ?
En Belgique, ce sont les chiffres de Securex et de SD Worx qui sont les
références les plus utilisées.
Selon le White Paper de Securex6 le secteur privé a connu en 2009 un taux
moyen d’absentéisme de 5,58%. Il faut toutefois encore faire ici une distinction
entre les ouvriers (7,53%) et les employés (4,01%).
La durée moyenne d’une absence s’élevait à 11,65 jours ouvrables et la
fréquence à 1,18.
Avec un taux moyen d’absentéisme pour maladie de 6,63%, l’absentéisme est
plus élevé dans les administrations fédérales que dans le secteur privé.
Les fonctionnaires se portent en moyenne plus souvent malades (1,8 par
rapport à 1,18 dans le secteur privé), mais pour des périodes plus courtes en
moyenne (8,34 par rapport à 11,65 dans le secteur privé).
Nous avons déjà indiqué que le taux d’absentéisme peut fortement varier d’une
administration à l’autre.
Sur la base des chiffres qui précèdent, on ne peut donc tout simplement
pas affirmer que le fonctionnaire est plus souvent absent. Une composition
différente des effectifs (sexe, âge, niveau, …), une autre réglementation de
travail ou une autre méthode de calcul des données chiffrées peuvent aussi
fortement influencer les résultats.
Une comparaison avec d’autres secteurs publics est peut-être plus
intéressante.
L’absentéisme pour maladie dans les administrations fédérales est proche de
celle des services de la Communauté flamande : un taux d’absentéisme de
6,34%, une durée moyenne de maladie de 9,46 jours et une fréquence de
notification de 2,537.
Une comparaison avec l’étranger est tout aussi utile mais la législation sociale
peut également être très différente.
Le Bureau Central de Statistique des Pays-Bas indique que l’absentéisme pour
maladie est resté quasiment stable depuis 2004 (introduction de la loi sur
l’allongement de l’obligation de paiement du salaire en cas de maladie) et qu’il
y a eu en 2009 un taux d’absentéisme moyen de 4,3% de jours ouvrables. Le
bureau a enregistré 5,6% d’absentéisme dans le secteur de ‘l’administration
publique’8.
SD Worx9 se limite à l’absentéisme pour maladie de courte durée (=
absence pour maladie de moins d’un mois) dans le secteur privé, Securex
6
7
8
9
12
© White Paper Securex sur l’absentéisme dans le secteur privé – Benchmarking Belgique 2009
Info: Gijs Martens, Conseiller, Autorité flamande, Département Affaires administratives
© CBS-StatLine
© SD Worx
aussi mentionne des taux d’absentéisme du même type. C’est la raison pour
laquelle, à titre de comparaison avec l’administration fédérale, nous avons
calculé le taux d’absentéisme pour les absences qui ne durent pas plus d’un
mois.
SD Worx
Securex
Administration
fédérale
2008
2,40%
2,19%
2,36%
2009
2,45%
2,26%
2,51%
*
*
Taux d’absentéisme théorique, estimé à l’aide des données du personnel de 2009
Tableau 1: Taux d’absentéisme de courte durée (< 1 mois)
L’absentéisme de courte durée dans l’administration fédérale est comparable
aux chiffres de SD Worx, mais dépasse les chiffres de Securex et connaît une
plus forte hausse en 2009 qu’en 2008 dans l’administration fédérale.
13
3.3.Analyse détaillée de l’absentéisme pour maladie
dans l’administration fédérale en 2008 - 2009
Lorsque nous examinons l’absentéisme des administrations qui ont validé leurs
données du personnel en 200910, nous arrivons aux constatations suivantes.
La figure 1 montre qu’en 2008 tout comme en 2009, l’absentéisme d’un jour
représente près de 40% de toutes les déclarations d’absence pour cause
de maladie.
Près de 60% des absences durent plus d’une journée mais pas plus de 30
jours.
3% seulement des notifications de maladie concernent une absence de plus
de 30 jours.
On ne constate pratiquement aucun changement de comportement entre 2008
et 2009 en ce qui concerne les pourcentages des absences d’une journée.
On observe par contre une augmentation des absences de plusieurs jours
inférieures à un mois et une diminution des absences de longue durée de plus
d’un mois.
Figure 1: Répartition de la durée des absences en 2008 et 2009
10
14
Pour les administrations qui ont validé leurs données du personnel en 2009, voir annexe 1
La figure 2 représente les travailleurs fréquemment absents. Par analogie
avec d’autres publications sur l’absentéisme pour maladie, on entend par là
des travailleurs qui sont absents au moins trois fois par année civile.
La figure 2 révèle une augmentation en 2009 à l’exception des travailleurs qui
ne sont pas absents ou qui le sont une fois par an. Cela signifie donc aussi que
le nombre de travailleurs souvent absents a augmenté.
Figure 2: % de travailleurs qui se portent malades 0, 1, 2, 3, 4 ou ≥ 5 fois pendant l’année
La figure 3 montre que parmi les travailleurs qui étaient fréquemment absents
en 2009, un peu moins de 60% étaient aussi fréquemment absents en 2008.
87,9% des travailleurs qui se sont portés rarement malades en 2008 ont eu le
même comportement en 2009. Cela ne révèle toutefois rien sur le fait que les
absences soient justifiées ou non.
Lors des contrôles, l’accent est avant tout mis sur les travailleurs qui sont
souvent absents en utilisant le facteur dit de «Bradford» lors de la définition
des missions de contrôle. Un travailleur fréquemment absent a donc plus de
chance de recevoir la visite d’un médecin-contrôleur.
Figure 3: Travailleurs fréquemment absents en 2008 et 2009
15
Les figures 4 et 5 montrent que pendant la période estivale, la durée
moyenne des absences est plus longue alors que le nombre de
notifications de maladie diminue.
Un nombre de notifications de maladie plus grand en 2009 qu’en 2008,
combiné à une durée d’absence moyenne plus courte donne un taux
d’absentéisme de 6,41% en 200811 et de 6,63% en 2009.
Durée moyenne par absence
jan
fév
mars avr
mai
juin
juil
août sep
oct
nov
déc
Figure 4: Répartition de la durée moyenne de l’absentéisme pour maladie sur tout l’année
Notifications d’absence par mois
jan
fév
mars avr
mai
juin
juil
août sep
oct
nov
Figure 5: Répartition des notifications d’absence sur toute l’année
11
16
Taux d’absentéisme théorique, estimé à l’aide des données du personnel de 2009
déc
4. Analyse des données relatives à
l’absentéisme
Les analyses suivantes portent sur les administrations qui ont validé leurs
données du personnel en 2009 (voir annexe 1) et pas sur la totalité des
effectifs :
• Pour le SPF justice, les données du personnel pour les entités de la
Direction des Établissements pénitentiaires n’ont été validées qu’en mai
2010 (voir chapitre 2). Les effectifs pour les maisons de justice n’ont
pas encore pu être validés. Les membres du personnel de l’entité Ordre
judiciaire I pour les magistrats12 du SPF Justice n’ont pas été repris dans
cette publication.
• L’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique n’a validé ses
données qu’au 1er avril de sorte qu’il n’a donc pas non plus été pris en
considération pour l’étude.
• L’Institut royal météorologique de Belgique, les Musée royaux des
Beaux-Arts de Belgique et l’Office national d’allocations familiales pour
travailleurs salariés sont encore occupés à retirer des personnes qui ne
sont (plus) employées dans leur organisation et ils n’ont par conséquent
pas encore pu valider leurs données.
• En attendant l’implémentation d’e-HR, les Archives de l’État et les
Archives de l’État dans les provinces n’ont pas voulu participer à
l’amélioration de leurs données du personnel dans notre application.
4.1. Analyse descriptive
Nous allons tout d’abord examiner dans cette section les facteurs liés aux
périodes d’absentéisme pour maladie. Nous analyserons ensuite l’absentéisme
pour maladie sur la base des caractéristiques personnelles des travailleurs
absents.
4.1.1.
Aspects liés aux périodes d’absentéisme pour maladie
4.1.1.1.
Répartition du nombre d’absences par jour
La répartition de l’absentéisme pour maladie sur l’année est fort similaire pour
2008 et 2009.
Au cours du premier trimestre de 2009, le nombre quotidien d’absences
est toutefois nettement plus élevé qu’au cours du même trimestre en
2008. Cela peut être en partie dû à une épidémie de grippe plus virulente, à
l’agitation autour de la pandémie de la grippe mexicaine et au conseil donné
de rester à la maison au moindre symptôme grippal afin d’éviter d’autres
contaminations. Il y a toutefois aussi une explication statistique. Les absences
12
Les magistrats ont un autre statut, en vertu duquel leurs absences ne sont pas enregistrées dans le système de
contrôle de l’absentéisme pour maladie de Medex.
17
qui ont commencé fin 2008 apparaissent aussi début 2009. Par contre, pour
le début de l’année 2008, les absences qui ont débuté fin 2007 n’ont pas
été reprises dans la base de données. Cela explique donc aussi en partie la
différence entre les deux années.
Figure 6: Répartition du nombre quotidien d’absences sur l’année en 2008 et 2009
4.1.1.2.
Répartition du nombre de nouvelles notifications de maladie par
jour
Pendant la période du 15 mai au 15 septembre, nous constatons un creux
dans la courbe du nombre de nouvelles notifications de maladie. Cela peut
s’expliquer par le fait qu’il y a eu moins de maladies infectieuses.
La poursuite de cette tendance à la baisse en juillet et en août peut s’expliquer
par la période de vacances.
Ce phénomène est encore plus marqué pendant la période entre Noël et
Nouvel An car une grande majorité des administrations fédérales prévoit alors
une période de congés collectifs.
Globalement, il y a sur toute l’année un plus grand nombre de notifications
de maladie en 2009 qu’en 2008.
Figure 7: Répartition du nombre de nouvelles notifications de maladie par jour sur l’année
18
4.1.1.3.
Durée de l’absence selon le jour de début
Les lundis ont généralement un score élevé, tant en 2008 qu’en 2009, en
ce qui concerne le nombre de notifications de maladie (voir figure 8). Cela
s’explique en partie par l’effet de cumul des travailleurs qui sont tombés
malades pendant le week-end et qui ne déclarent leur absence que le premier
jour ouvrable suivant (un lundi).
Figure 8: Jour de début des notifications de maladie en 2008 et 2009
2008
2009
average
40.000
30.000
20.000
10.000
0
Number of new absences
50.000
La majorité des absences d’une journée le lundi (voir figure 9) comprend aussi
le dernier jour
de maladie pour des maladies de deux ou trois jours qui ont
4 4 14 1
4 2 58 0
débuté pendant
le week-end.
4 10 19
L’effet du blue Monday13 ne serait évidemment peut-être pas totalement
étranger au fait que ce jour
3 2 16 2 enregistre un score élevé pour les absences d’une
3 0 776
29390
journée.
2les
4 10 3 2 3absences
Le vendredi enregistre aussi un score2 2 513élevé
pour
d’une journée.
53 6 ,5
2 2 9 70
2 2 19 6 ,5
2 18 8 0
On observe ici aussi un certain effet de cumul. Ces absences couvrent en effet
1559 0 16 2 3 7jours,
159 13 ,5
les affections avec une période de convalescence de deux à trois
de
sorte que l’on peut retourner travailler le lundi.
Monday
Tuesday
Wednesday
Thursday
Friday
Figure 9: Durée de l’absence pour maladie en fonction de la durée de l’absence et du jour de début pour la
période 2008 - 2009
13
C’est ce que l’on appelle la nostalgie du lundi après un week-end où l’on a moins envie de recommencer à
travailler.
19
Les tableaux de l’annexe 3 mettent en évidence le fait que le nombre de
jours d’absentéisme pour maladie est lié au jour de début. Une absence
de 5 jours débute généralement un lundi et une absence de 4 jours un mardi.
Une absence de trois jours commence la plupart du temps un mercredi et une
absence de deux jours, un jeudi. Seule l’absence d’une seule journée survient
généralement un lundi, le vendredi étant le deuxième jour de début le plus
courant.
Le comportement du prestataire de soins semble également jouer un
rôle ici. Les médecins n’ont pas vraiment de durée fixe pour la période de
convalescence liée à une affection déterminée et parallèlement aux facteurs
médicaux, les facteurs psychosociaux influencent aussi leur comportement en
matière de prescription. La plupart du temps, ils préfèrent que le travailleur
termine la semaine à la maison plutôt que de lui faire reprendre le travail un
vendredi, par exemple.
4.1.1.4.
Répartition de l’absence d’une journée sur la semaine de travail
Il est étonnant de constater que le lundi, ce sont surtout les travailleurs de
niveau B, suivis par ceux des niveaux C et D, qui se portent malades pour
un jour et que les travailleurs de niveau A représentent la plus petite part des
absences d’une journée le lundi.
Pour les absences d’une journée le vendredi, nous avons une image
totalement différente car ce sont surtout les travailleurs de niveau A qui se
portent malades, suivis par ceux des niveaux B, C et D.
Le mercredi est le jour qui comptabilise le moins grand nombre d’absences
d’une journée.
Notre base de données ne dispose malheureusement pas des horaires de
travail concrets de chaque travailleur. Par conséquent, il n’est pas possible de
vérifier par jour combien de personnes sont réellement attendues sur le lieu de
travail et quel pourcentage d’entre elles s’est porté malade.
Lors de l’analyse de l’absentéisme d’une journée (voir les calendriers à
l’annexe 4), on vérifie également s’il existe certains jours d’absence privilégiés.
Y a-t-il certains jours consécutifs à des jours fériés, des vacances scolaires, …
qui entraînent un absentéisme pour maladie anormalement élevé ?
Vu la répartition du nombre d’absences d’une journée sur les jours ouvrables
et sur l’année, pour déterminer quels sont les jours privilégiés, il faut comparer
le nombre de notifications de maladie d’un jour bien précis avec le nombre de
notifications de maladie le même jour, une semaine et deux semaines plus tôt
et une semaine et deux semaines plus tard14.
14
20
Pour vérifier s’il y a eu un absentéisme pour maladie anormalement élevé le mardi 24/02/2009 par exemple,
une comparaison est faite avec le nombre de notifications de maladie les mardis 10/02, 17/02, 03/03 et 10/03.
Il existe effectivement quelques jours privilégiés, mais il semble qu’il s’agisse
plutôt de jours aléatoires. Il n’a pas été possible de trouver une explication
précise pour ces jours d’absence. Cela vaut également pour les absences de
plusieurs jours (voir calendriers à l’annexe 4).
Figure 10: Absences d’une journée en 2008 sur la base des notifications de maladie subdivisées par
niveau
Figure 11: Absences d’une journée en 2009 sur la base des notifications de maladie subdivisées par niveau
21
4.1.2.
Analyse plus détaillée du travailleur absent
4.1.2.1.
Absentéisme pour maladie selon l’âge et le sexe
La fréquence du nombre d’absences pour cause de maladie est la plus
élevée dans la tranche d’âge des 26-35 ans et ce, aussi bien en 2008 qu’en
2009.
Il s’agit de la tranche d’âge des personnes qui ont de jeunes enfants. Nous
ne voulons toutefois pas prétendre ici que l’»absentéisme noir» (absence non
justifiée) est plus élevé ici pour s’occuper des enfants, par exemple. Il est
tout à fait possible que dans des familles avec de jeunes enfants, les maladies
infectieuses soient plus courantes ou qu’en raison des soins constants et du
manque éventuel de sommeil, les parents soient plus sensibles à toutes sortes
de maladies. Une étude plus profonde pourrait y donner une réponse définitive.
En 2008 et 2009, les travailleuses sont plus fréquemment absentes que
leurs collègues masculins et ce, quelle que soit la tranche d’âge.
Figure 12: Fréquence du nombre d’absences par tranche d’âge et par sexe en 2008
Figure 13: Fréquence du nombre d’absences par tranche d’âge et par sexe en 2009
22
Le taux d’absentéisme pour maladie augmente aussi avec l’âge. Cette
tendance est observée aussi bien en 2008 qu’en 2009.
Il est frappant de constater qu’en 2008, le taux d’absentéisme pour maladie
chez les femmes à partir de 56 ans est inférieur à celui des hommes du
même âge tandis que ce rapport est à l’avantage des hommes dans toutes les
autres catégories d’âge.
En 2009, nous voyons que cet effet se limite aux femmes de la tranche d’âge
entre 56 et 60 ans.
Figure 14: Taux d’absentéisme pour maladie en 2008 par âge et par sexe
Figure 15: Taux d’absentéisme pour maladie en 2009 par âge et par sexe
23
La fréquence d’absentéisme présente en outre une tendance à la baisse
avec l’âge, à l’exception de la catégorie d’âge des moins de vingt ans.
La durée moyenne des absences augmente cependant aussi avec l’âge.
Figure16: Fréquence des notifications de maladie par catégorie d’âge
Figure 17: Durée moyenne des absences par catégorie d’âge
4.1.2.2.
Le phénomène de pensionite existe-t-il ?
Le cliché veut que les fonctionnaires statutaires économisent leurs jours de
maladie pendant leur carrière afin de pouvoir, en fin de carrière, rester à la
maison pendant une longue période pour cause de maladie, tout en conservant
leur salaire.
Une partie des travailleurs utilise la possibilité de partir à la retraite anticipée à
l’âge de 60 ans. Il est donc intéressant d’analyser plus en détail l’évolution de
l’absentéisme pour maladie au cours des cinq années qui précèdent le départ
à la retraite. De cette manière, il est possible de vérifier si cette image du
fonctionnaire statutaire reflète effectivement la réalité.
Les figures 18 et 19 montrent qu’entre 55 et 60 ans, il y a chaque année
une légère augmentation de la fréquence des absences. Après 60 ans, la
24
fréquence diminue à nouveau.
Le taux d’absentéisme pour maladie augmente aussi chaque année entre 55
et 60 ans. Cette augmentation est encore plus marquée en 2008 qu’en 2009.
Après 60 ans, ce taux diminue pour augmenter ensuite de nouveau avant la
mise à la pension à 65 ans (figures 20 et 21).
Cela pourrait en effet prouver que les travailleurs de plus de 55 ans
commencent à épuiser leur capital de jours maladie au fur et à mesure qu’ils
approchent de l’âge de la pension. Cette hypothèse nécessiterait une étude
complémentaire.
Figure 18: Nombre d’absences par âge
( >55 ans) et par sexe en 2008
Figure 19: Nombre d’absences par âge
( >55 ans) et par sexe en 2009
Figure 20: Taux d’absentéisme pour maladie par
âge ( >55 ans) et par sexe en 2008
Figure 21: Taux d’absentéisme pour maladie par
âge ( >55 ans) et par sexe en 2009
En 2009, sur la base des pourcentages d’absentéisme pour maladie, la
pensionite apparaît comme clairement moins marquée. Attendons de voir
comment ce phénomène continuera à évoluer au cours des prochaines années.
Il n’est pas impensable que la crise financière réduise les perspectives de
pouvoir partir à la retraite à 60 ans et que de ce fait, la pensionite au cours de
la période qui précède la date de la pension se déplace vers une tranche d’âge
plus élevée.
Les travailleurs qui continuent à travailler après soixante ans sont moins
souvent et moins longtemps absents que les travailleurs qui sont quelques
25
années plus jeunes. Celui qui choisit de continuer à travailler après 60 ans est
apparemment très motivé et en bonne santé.
4.1.2.3.
L’Absentéisme pour maladie selon le statut et le niveau
Le nombre de notifications de maladie par an et le taux d’absentéisme pour
maladie diminuent selon les niveaux hiérarchiques. Les travailleurs de niveau
A se portent le moins souvent malades et reprennent plus rapidement le
travail. Tant en 2008 qu’en 2009, les travailleurs contractuels de niveau C
sont les plus souvent absents.
Les taux d’absentéisme pour maladie montrent que tant les collaborateurs
statutaires que contractuels de niveau C sont ceux qui s’absentent le plus.
Le cliché selon lequel les travailleurs statutaires profiteraient plus de leurs
avantages statutaires est infirmé par les tableaux 22 à 25 inclus. Les taux
d’absentéisme pour maladie pour les deux statuts sont quasiment
identiques.
Les stagiaires sont en moyenne aussi souvent malades que leurs collègues
statutaires et contractuels, mais la durée moyenne de leurs absences est plus
courte. Il faudrait examiner le rôle éventuel de la réglementation qui stipule,
qu’à partir d’un certain nombre de jours de maladie pendant le stage, la
période de stage est automatiquement prolongée.
26
Figure 22: nombre moyen de périodes de
maladie par personne, selon le statut et le
niveau pour l’année 2008
Figure 23: Nombre moyen de périodes de
maladie par personne, selon le statut et le
niveau pour l’année 2009
Figure 24: Taux d’absentéisme pour maladie par
niveau et statut pour 2008
Figure 25: Taux d’absentéisme pour maladie par
niveau et statut pour 2009
4.1.2.4.
L’Absentéisme pour maladie selon le domicile du travailleur
Les fonctionnaires qui habitent dans les provinces de Flandre occidentale,
d’Anvers, du Limbourg et du Luxembourg sont les moins souvent malades.
C’est le cas en 2008 et 2009.
En ce qui concerne le taux d’absentéisme pour maladie, la Flandre
occidentale obtient le score le plus bas et la province de Hainaut le
score le plus haut.
Ces statistiques ne tiennent compte que du domicile du travailleur concerné
et ne reflètent pas la distance entre le lieu de travail et le domicile. La base
de données ne fournit aucune information indiquant si un travailleur doit se
déplacer vers un service central à Bruxelles ou vers un lieu plus proche de son
domicile.
Figure 26: Fréquence des absences selon le
domicile du travailleur en 2008
Figure 27: Fréquence des absences selon le
domicile du travailleur en 2009
Figure 28: Taux d’absentéisme pour maladie
selon le domicile du travailleur en 2008
Figure 29: Taux d’absentéisme pour maladie
selon le domicile du travailleur en 2009
27
4.2.Analyse de régression
Dans toutes les discussions précédentes, on a comparé des chiffres provenant
de groupes différents, sans tenir compte de la taille et de la composition des
populations concernées.
Pour y remédier, on a procédé à une «Robust Poisson Regression» pour le
nombre de jours d’absence comme variable indépendante, tant pour 2008 que
pour 2009.
Lorsque nous comparons, dans notre description générale, l’absentéisme des
hommes par rapport aux femmes ou des travailleurs statutaires par rapport
aux contractuels par exemple, nous comparons des populations différentes
en termes de composition d’âge, de niveau, ... Nous utilisons ce type de
régression pour pouvoir comparer de telles populations différentes. Il ne
s’agit pas en effet ici d’un échantillon mais d’un comptage réel de tous les
événements et c’est pourquoi une régression logistique n’a pas sa place ici.
Les résultats de cette analyse nous révèlent ce qui suit
(voir tableau annexe 5):
• Tant en 2008 qu’en 2009, les hommes sont nettement moins
absents que les femmes.
• L’absence au travail diminue au fur et à mesure que le niveau
augmente. Ce phénomène est constaté pour chaque caractéristique
personnelle (sexe, âge, …). Ce constat est valable pour 2008 et 2009.
• Plus les travailleurs sont âgés, plus ils sont souvent absents au
travail, à l’exception des plus de 60 ans. Ce groupe est moins absent que
les 55 à 60 ans.
28
5. Causes médicales de l’absentéisme
pour maladie
Cette analyse a été réalisée sur la base des données provenant des diagnostics
qui figurent sur les certificats médicaux envoyés à Medex. Dans ces données
apparaissent donc uniquement les travailleurs qui se sont portés malades au
moins une fois au cours de l’année. Les travailleurs sans absence n’entrent pas
dans cette population. C’est la raison pour laquelle il n’est plus question dans
cette analyse de taux d’absentéisme pour maladie.
Les pourcentages d’absentéisme qui figurent dans ce volet de notre étude
portent sur le nombre de jours d’absentéisme pour maladie en raison d’un
sous-groupe de diagnostic spécifique par rapport au nombre total de jours
d’absence.
De tous les codes de diagnostic mentionnés sur les certificats médicaux, nous
avons retenu 6 grands sous-groupes et l’apparition de ces sous-groupes a été
étudiée à part. Il s’agit des sous-groupes suivants :
- Maladies cardiovasculaires ou pathologies du système cardiovasculaire
On retrouve notamment dans ce groupe l’hypertension, les pathologies
valvulaires, les infarctus, les troubles du rythme cardiaque.
- Affections gastro-intestinales ou maladies de l’appareil digestif comme
l’ulcère à l’estomac, les pathologies du foie et des voies biliaires, l’hépatite
et les tumeurs de ces organes.
- Influenza ou grippe: les diagnostics de grippe et d’infection virale sont
repris dans ce sous-groupe.
- Troubles locomoteurs ou affections de l’appareil locomoteur Ce groupe
comprend des absences suite à des accidents survenus dans le cadre
de la vie privée : contusions, entorses, fractures, mais aussi affections
rhumatismales, arthrose, …
- Affections respiratoires. Il s’agit d’affections du système respiratoire et
d’affections dans la région du nez, de la gorge et des oreilles : infections
des voies respiratoires, sinusite, asthme et les différentes tumeurs de ces
organes.
- Les maladies liées au stress peuvent apparaître sous des formes
très diverses. On a retenu les affections suivantes : dépression, burn
out, neurasthénie, lumbago et maux de dos pour lesquels l’imagerie
médicale (RX, scan, NMR) n’a révélé aucune anomalie anatomique15. Ce
type d’absentéisme peut aussi bien être mis en relation avec la situation
professionnelle qu’avec la vie privée. Les données ne font aucune distinction
à cet égard.
15
Cette subdivision des maladies liées au stress a été réalisée par analogie avec une étude du Dr. Luc Swinnen
publiée, en collaboration avec l’Institut national de recherche sur les conditions de travail, dans le livre “Stress
et Travail”.
29
5.1.Analyse descriptive
5.1.1.
L’Absentéisme pour maladie selon le groupe de diagnostic
La figure 30 montre que le nombre de notifications de maladie pour des
pathologies liées au stress est le plus élevé parmi les absences, suivi par
les affectations respiratoires. A la troisième place, on retrouve les maladies
de l’appareil locomoteur. C’est le cas aussi bien pour 2008 que 2009.
Dans le secteur privé, l’absentéisme pour maladie serait surtout causé par des
troubles locomoteurs, suivis par des affections respiratoires16.
Figure 30: Pourcentage des différents sous-groupes de diagnostic dans le nombre total des notifications de
maladie
Cependant on ne peut pas en conclure que les administrations fédérales
représentent un environnement de travail stressant. Toute une série d’autres
facteurs, comme les profils des travailleurs, peuvent influencer ces résultats.
Selon le Dr. Luc Swinnen, consultant en gestion du stress, pour toute la
population belge, 35% seulement de l’absentéisme lié au stress auraient un
rapport avec la situation professionnelle et 65% avec la vie privée.
16
30
© Securex, White Paper sur l’absentéisme en Belgique 2007
En partant du nombre total de jours d’absence et pas du nombre de
notifications de maladie, l’absentéisme pour cause de maladies liées au
stress semble aussi atteindre un record absolu. En deuxième position arrivent
les troubles locomoteurs. Ces constatations sont identiques pour 2008 et
2009.
Figure 31: Proportion des différents sous-groupes de diagnostic dans le nombre total des jours d’absence
pour maladie
La figure 32 se base sur les notifications de maladie dans la période 20082009 par groupe de diagnostic selon le sexe. Il y a peu de différence entre
les hommes et les femmes en ce qui concerne les maladies liées au stress.
Dans le cas des maladies liées au stress, les hommes se portent plus souvent
malades mais le nombre de jours de maladie est identique pour les deux
groupes.
Les hommes ont un score légèrement inférieur en termes de jours
d’absence pour cause de problèmes respiratoires, d’affections de l’appareil
locomoteur et de grippe, mais ils ont un score plus élevé pour les maladies
cardiovasculaires et les problèmes gastro-intestinaux (figure 33).
Figure 32: Pourcentage des différents sousgroupes de diagnostic dans le nombre total des
notifications de maladie par sexe
Figure 33: Pourcentage des différents sousgroupes de diagnostic dans le nombre total des
jours d’absence pour maladie par sexe
31
En partant de la répartition des notifications de maladie selon l’âge
et en les répartissant en fonction des catégories de diagnostics, on peut
constater qu’au delà de 40 ans, ceux définis à la catégorie stress sont les
plus importants. Pour les plus de 50 ans, viennent ensuite les problèmes
locomoteurs. Chez ces ainés, ces 2 groupes de diagnostics représentent
d’ailleurs près de 50% des raisons médicales invoquées.
Chez les plus jeunes, les catégories des maladies respiratoires et de
l’Influenza dominent, représentant même 50% des motifs des déclarations
d’absences des moins de 30 ans. Cette tranche d’âge est également fortement
touchée par les problèmes gastro-intestinaux alors que pour les 31 – 40 ans,
c’est le stress qui vient ensuite. Par contre, les ennuis locomoteurs sont peu
importants pour les moins de 40 ans
Soulignons aussi que dans la tranche d’âge 41 – 50 ans, en dehors du stress,
la répartition des diagnostics dans les catégories est plus homogène.
Enfin, il faut constater la faible part des maladies cardio-vasculaires, même si
elle représente 10 % des certificats des personnes de plus de 60 ans.
Figure 34: Proportion des différents sous-groupes de diagnostic dans le nombre total des notifications de
maladie par tranche d’âge
Dans la répartition du nombre de jours d’absence par tranche d’âge et
par groupe de diagnostic, on observe les mêmes tendances mais en notant
l’accentuation des conséquences des maladies liées au stress et, dans une
moindre mesure, au système locomoteur. Excepté pour les moins de 30 ans,
ces deux catégories représentent largement plus de 50 % des jours d’absence,
allant même au-delà des 65 % pour les 2 tranches situées entre 41 – 60 ans.
A l’inverse, on constate que les maladies respiratoires et l’influenza ont moins
de conséquences en termes de jours d’absence.
32
Figure 35: Pourcentage des différents sous-groupes de diagnostic dans le nombre total des jours d’absence
pour maladie par tranche d’âge
5.1.2. Effets saisonniers selon le groupe de diagnostic
Les notifications de maladie pour cause de maladies cardiovasculaires
suivent une tendance très similaire en 2008 et 2009. Le nombre de
notifications de maladie quotidiennes reste relativement constant sur
l’ensemble de l’année. On constate toutefois un creux pendant les vacances
d’été, avec une diminution importante du nombre total de notifications de
maladie.
Pour les affections gastro-intestinales également, on assiste à une
évolution très similaire pour 2008 et 2009, avec une courbe atteignant son
maximum fin de l’automne, début de l’hiver.
La saison de la grippe est caractérisée par un pic au printemps et à
l’automne.
L’apparition des pics peut, d’une année à l’autre, varier de quelques semaines.
La hauteur du pic dépend de la virulence de la maladie ou de la pathogénicité
du virus en circulation qui mute chaque année.
En 2008 et 2009, le nombre de notifications de maladie pou cause de troubles
de l’appareil locomoteur reste relativement constant sur toute l’année.
On observe une baisse pendant les vacances d’été, avec une diminution du
nombre total de notifications de maladie.
La survenance des absences pour cause d’affections respiratoires est
quelque peu comparable à l’évolution de la saison de la grippe, bien que le pic
du printemps et de l’automne soit un peu plus réparti tout au long de la saison.
A partir de mars jusqu’à octobre, on observe une diminution des absences
pour cause d’affections respiratoires. Cette diminution coïncide surtout avec
la diminution des maladies infectieuses en circulation. La saison du pollen
qui commence au printemps et se poursuit pendant toute la période estivale
semble avoir peu d’effet sur ce groupe d’absences.
33
Pour le groupe des maladies liées au stress, on constate un nombre très
constant de notifications de maladie sur toute l’année. Tout comme pour les
autres groupes de diagnostic, on constate une légère diminution du nombre
de notifications de maladie pendant la période des vacances d’été. Il ne
s’agit apparemment pas vraiment d’un effet saisonnier alors que l’on pourrait
s’attendre à recevoir davantage de notifications de maladie pendant l’hiver
quand les jours sont plus courts et plus sombres.
34
Figure 36: Nombre quotidien de notifications
de maladie pour cause d’affections
cardiovasculaires
Figure 37: Nombre quotidien de notifications
de maladie pour cause d’affections gastrointestinales
Figure 38: Nombre quotidien de notifications de
maladie pour cause de grippe
Figure 39: Nombre quotidien de notifications de
maladie pour cause de troubles locomoteurs
Figure 40: Nombre quotidien de notifications de
maladie pour cause d’affections respiratoires
Figure 41: Nombre quotidien de notifications de
maladie pour cause de maladies liées au stress
5.2.Analyse de régression par groupe de
diagnostic
Tout comme pour l’analyse générale de l’absentéisme pour maladie, une
analyse de régression a été appliquée à l’absentéisme pour maladie par groupe
de diagnostic (voir tableau 6).
Tant en 2008 qu’en 2009, on constate plus d’absentéisme pour cause
d’affections cardiovasculaires chez les hommes que chez les femmes.
Il y a moins d’absences aux niveaux supérieurs et on n’observe aucune
différence significative dans le comportement des travailleurs statutaires ou
contractuels.
L’absentéisme causé par ces affections augmente avec l’âge et double à partir
de l’âge de 45 ans environ.
Pour les affections gastro-intestinales, il n’y a pas de différence évidente
entre l’absentéisme chez les hommes et chez les femmes, ou entre les
travailleurs contractuels ou statutaires. L’absentéisme pour maladie croît de
manière continue en fonction de l’âge.
L’absentéisme pour cause de grippe ne révèle, sur les deux années étudiées,
aucune différence en fonction du sexe, du statut ou du niveau des travailleurs.
En 2008 et 2009, on observe toutefois un absentéisme nettement plus élevé
dans la tranche d’âge au-dessus de 55 ans.
En ce qui concerne l’absentéisme pour cause de troubles de l’appareil
locomoteur, on ne constate en 2008 et 2009 aucune différence évidente entre
les hommes et les femmes. Plus le niveau du travailleur est élevé, moins les
absences sont importantes. En 2008, on observe une différence significative
entre les travailleurs contractuels et statutaires. Ce n’est pas le cas en 2009.
On constate pour les deux années que plus les travailleurs sont âgés, plus
l’absentéisme augmente.
En 2008, suite aux affections respiratoires le taux d’absentéisme était
nettement inférieur chez les hommes que chez les femmes. En 2009, il n’y
avait pas de différence significative entre les deux sexes. Plus le niveau du
fonctionnaire est bas, plus ce type d’absentéisme augmente en 2008. Cela
n’est pas valable pour les chiffres d’absentéisme de 2009. Pour les deux
années, on ne constate pratiquement aucune différence entre les contractuels
et les statutaires, mais on observe un absentéisme croissant avec l’âge,
surtout pour les tranches d’âge de plus de 45 ans.
Pour les maladies liées au stress, il n’y a pas, en 2008 et 2009, de
différence évidente entre l’absentéisme chez les hommes et les femmes, ainsi
qu’entre les travailleurs contractuels ou statutaires. Toutefois, plus le travailleur
est âgé, plus on assiste à une augmentation significative de l’absentéisme pour
maladie à cause du stress.
35
36
6.Résultats du contrôle
6.1.Missions de contrôle
I.
Politique en matière de contrôle
Les contrôles des absences sont un des piliers de la politique de gestion des
absences. Par administration fédérale, 30% des absences d’un jour et 20% des
absences de plusieurs jours font l’objet d’un contrôle (voir 1. Introduction).
Entre octobre 2006 et juin 2008, l’employeur ne pouvait demander lui-même
que la moitié des contrôles, le reste des contrôles étant choisi de façon
totalement aléatoire par le système de contrôle de l’absentéisme.
Depuis juin 2008, le facteur de Bradford a été mis en place en tant que
critère principal pour déterminer les personnes à contrôler. Le facteur de
Bradford est une formule qui calcule l’impact de l’absentéisme pour maladie
sur le fonctionnement d’un service, mettant l’accent sur la fréquence des
absences. Ce facteur part du principe que des absences répétées de plus
courte durée perturbent davantage le bon fonctionnement d’un service qu’une
seule absence de longue durée.
Une personne absente un jour donné et dont le facteur de Bradford est un des
plus élevés parmi les absents de son administration à ce moment-là aura plus
de chance d’être contrôlée.
Depuis juin 2008, par administration, 60% du nombre des contrôles reposent
sur le facteur de Bradford, l’employeur peut lui-même en demander 10%
maximum et le reste des contrôles est déterminé de façon aléatoire.
Depuis l’introduction du facteur de Bradford, seuls 4% des contrôles sont
demandés par l’employeur.
Un quart des administrations n’a même, jusqu’à présent, demandé aucun
contrôle.
II. Missions de contrôle effectuées
En 2008 et 2009, 64 807 et 67 332 missions ont respectivement été
acceptées par les médecins-contrôleurs. Les missions de contrôle qui sont
confiées aux médecins-contrôleurs ne sont pas toutes effectivement réalisées.
Cela peut se produire pour des raisons pratiques comme le manque de temps,
le fait que le fonctionnaire qui doit être contrôlé est un patient du médecin, … .
Même quand une mission est acceptée, il se peut qu’elle ne soit pas exécutée :
- le médecin-contrôleur n’arrive pas à les effectuer (dans les délais),
par exemple parce que sa tournée dure plus longtemps que prévu ou
parce qu’il est appelé pour une urgence,...
- le fonctionnaire a rendu le contrôle impossible
- l’adresse où le contrôle doit être effectué est erronée
- le fonctionnaire qui n’a pas pu être contrôlé à son domicile par le
médecin-contrôleur ne donne pas suite à la convocation pour un
contrôle au cabinet du médecin
37
Ainsi, 58 794 ou 90,7% (en 2008) et 61 116 ou 90,8 % (en 2009) des
contrôles enregistrés ont donné lieu à un véritable jugement quant à la
justification ou non d’une absence.
III. Contrôles au domicile et au cabinet du médecin-contrôleur
Dans 75% en moyenne des missions de contrôles effectuées, le
médecin-contrôleur a pu effectuer le contrôle au domicile de la personne
concernée, tant en 2008 qu’en 2009.
Le graphique ci-dessous montre que les médecins-contrôleurs trouvent plus
souvent les fonctionnaires à leur domicile en hiver qu’en été.
Figure 42 : Pourcentage des contrôles qui ont pu être effectués à l’adresse du fonctionnaire
Quand le médecin-contrôleur ne peut pas rencontrer la personne à contrôler à
son domicile, celle-ci est invitée à se rendre au cabinet du médecin.
Sur les personnes qui ont été convoquées, 32 % en 2008 et 35,5 %
en 2009 ne se sont pas présentés pour un contrôle au cabinet du médecin.
Cela signifie dès lors que pour respectivement 8,32 % et 8,16 % des missions
de contrôle acceptées par le médecin, il est impossible de déterminer si
l’absence était ou non justifiée.
Convoqué
au cabinet
Ne s’est pas
présenté
%
2008
15.291
4.897
32,0%
2009
15.475
5.497
35,5%
Tableau 2 : Suite donnée à une convocation pour un contrôle au cabinet
38
IV. Fonctionnaires qui ne se présentent pas au cabinet
La moitié des fonctionnaires qui n’ont pas donné suite à la convocation pour
un contrôle au cabinet du médecin ne prennent même pas la peine de prendre
contact avec le médecin-contrôleur pour s’excuser.
Excusé
%
Non excusé
%
2008
2.311
47,2%
2.586
52,8%
2009
2.761
50,2%
2.736
49,8%
Tableau 3 : Réaction des fonctionnaires qui ne se présentent pas au cabinet
Il reste donc encore une tâche importante à accomplir pour l’employeur car
dans ce cas, il doit intervenir vis-à-vis des travailleurs concernés s’il ne veut
pas mettre à mal la crédibilité du système de contrôle.
Ceux qui contactent le médecin-contrôleur invoquent les raisons suivantes
pour ne pas avoir pu répondre à la convocation.
Figures 43a & 43b : Raisons invoquées pour ne pas se présenter au cabinet du médecin-contrôleur
Quand le fonctionnaire invoque des raisons médicales pour ne pas se déplacer
au cabinet du médecin-contrôleur, le diagnostic figurant sur le certificat du
médecin traitant ne justifie ce cas de force majeure que dans seulement 22%
des cas.
Dans 13 % des cas, le diagnostic ne permet pas d’émettre un jugement.
Dans 65 % des cas, on pourrait attendre de la personne concernée qu’elle
puisse quand même se présenter.
39
6.2.Absences justifiées ?
Sur les 58 794 (en 2008) et 61 116 (en
2009) absences que le médecin-contrôleur
a pu véritablement évaluer, 97% semblent
justifiées. La durée de l’absence a été écourtée
dans un peu plus de 2% des cas et dans 0,4%
des cas, l’absence n’a pas été justifiée. En
2008, 1 595 fonctionnaires ont donc été remis
anticipativement au travail et 1 529 en 2009.
Résultat OK
Raccourci
Pas OK
Total
2008
2009
57 199
59 587
1 375
1 299
220
230
58 794
61 116
Figures 44a & 44b : Résultats des contrôles
Par rapport à ce pourcentage relativement peu élevé d’absences injustifiées,
il faut attirer l’attention sur l’effet dissuasif du système de contrôle. Il faut
également y ajouter le pourcentage de fonctionnaires qui ne peuvent pas
justifier le fait qu’ils n’ont pas donné suite à la convocation pour un contrôle
au cabinet du médecin-contrôleur17
17
40
Voir Tableau 3, page 39.
Le plus haut pourcentage d’absences injustifiées, tant pour l’année 2008
que pour l’année 2009, se situe au mois de juin.
Mois 2008
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Tot.
OK
97,0%
97,4%
97,6%
97,4%
97,7%
96,5%
97,0%
97,3%
97,2%
97,0%
97,8%
97,5%
97,3% Écourté
2,4%
2,0%
2,0%
2,1%
2,1%
3,1%
2,7%
2,3%
2,6%
2,7%
1,8%
2,3%
2,3%
Pas OK
0,6%
0,5%
0,4%
0,5%
0,2%
0,4%
0,3%
0,4%
0,3%
0,3%
0,4%
0,3%
0,4%
Total
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
Maand 2009
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
Tot.
OK
97,4%
97,5%
97,5%
97,9%
97,8%
97,0%
97,4%
97,3%
97,3%
97,7%
97,8%
97,5%
97,5% Écourté
2,3%
2,1%
2,1%
1,8%
2,0%
2,5%
2,3%
2,3%
2,2%
2,0%
1,8%
2,0%
2,1%
Pas OK
0,3%
0,4%
0,3%
0,3%
0,2%
0,6%
0,3%
0,4%
0,5%
0,4%
0,4%
0,5%
0,4%
Total
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
100%
Tableaux 4a & 4b: Résultats des contrôles par mois en 2008 et 2009
Quand on examine l’origine de la mission de contrôle - la mission a-t-elle été
générée sur la base du facteur de Bradford, au hasard (at random) ou à la
demande de l’employeur ? -, on constate des différences significatives18.
Une absence contrôlée sur la base d’une demande de l’employeur (ad
hoc) a été moins souvent justifiée et le fonctionnaire a été moins souvent
trouvé à la maison lors du passage du médecin-contrôleur. Ces fonctionnaires
ont également moins souvent donné suite à la convocation pour un contrôle au
cabinet du médecin-contrôleur.
Peut-on en déduire que l’employeur a souvent une intuition quant aux abus
éventuels ?
2008
Origine
OK
Ad hoc
3.165
2009
NotOK
Total
OK
NotOK
Total
3.327
96,2% 126
3,8%
3.291
Bradford 18.934
97,3% 518
2,7%
Random
35.100
97,4% 951
Total
57.199
97,3% 1.595
96,8% 111
3,2%
3.438
19.452 38.762
97,6% 940
2,4%
39.702 2,6%
36.051 17.498
97,3% 478
2,7%
17.976 2,7%
58.794 59.587
97,5% 1.529
2,5%
61.116 Tableau 5 : Résultat des contrôles selon l’origine de la mission de contrôle initiale en 2008 et 2009
18
On n’a fait qu’une seule distinction entre les absences qui étaient justifiées (OK) et celles qui étaient injustifiées
et qui ont été écourtées (Not OK). Les résultats concernant les absences d’un jour ainsi que celles de plusieurs
jours ont été examinés ensemble.
Il faut tenir compte du fait que le facteur de Bradford n’a été introduit qu’en juin 2008 comme critère pour
déterminer des missions de contrôle. Les colonnes de droite avec les chiffres relatifs (%) sont dès lors plus
nuancées que les colonnes de gauche qui contiennent les valeurs absolues.
41
2008
Contrôle
au
domicile
Origine
2009
Pas de
suivi à la
convocation
Contrôle au
cabinet
Contrôle au
domicile
Origine
Contrôle au
cabinet
Pas de
suivi à la
convocation
Ad hoc
66,65%
28,39%
4,96%
Ad hoc
67,23%
26,91%
5,86%
Bradford
72,26%
24,02%
3,72%
Bradford
72,83%
22,21%
4,97%
Random
74,34%
22,15%
3,52%
Random
75,25%
21,09%
3,65%
Total
73,19%
23,14%
3,67%
Total
73,20%
22,16%
4,64%
Tableau 6 : Lieu où le contrôle a été effectué selon l’origine de la mission de contrôle initiale en 2008 et 2009
Les résultats peuvent aussi être répartis en fonction de la durée des
absences: un jour ou plusieurs jours (> 1). Les contrôles qui sont effectués le
premier jour d’une absence qui dure finalement plusieurs jours sont repris dans
les absences de plusieurs jours. Il ressort ici que les absences de plusieurs
jours ont été déclarées un peu plus souvent comme étant injustifiées.
2008
1
%
>1
%
2009
1
%
>1
%
OK
9.307
97,81% 47.892
97,19% OK
11.846
98,01%
47.741 97,37% NotOK
208
2,19%
1.387
2,81%
NotOK
241
1,99%
1.288
Total
9.515
100%
49.279
100%
Total
12.087
100%
49.029 100%
2,63%
Tableau 7 : Résultat des contrôles selon la durée en 2008 et 2009
Dans les résultats de contrôle des absences d’une journée, on peut encore faire
une distinction entre les absences avec ou sans remise d’un certificat médical.
Il est frappant de constater que d’un point de vue relatif, les absences d’une
journée qui ne sont pas couvertes par un certificat seront plus souvent
justifiées que celles pour lesquelles un certificat a été remis.
2008
2009
Resultat
Avec certificat
Sans certificat
Avec certificat
Sans certificat
OK
2038
97,93%
3711 98,23%
2651
98,33%
4576
98,41%
43
2,07%
67
45
1,67%
74
1,59%
Total
2081
100%
3778 100%
2696
100%
4650
100%
NotOK
1,77%
Tableau 8 : Les résultats de contrôle des absences avec ou sans certificat en 2008 et 2009
42
On constate également une différence en fonction du sexe du fonctionnaire
fédéral.
Les absences d’un jour (avec ou sans certificat) des hommes sont moins
justifiées que celles des femmes. Cette différence était davantage marquée
en 2008.
2008
2009 Resultat
F
M
F
M
OK
98,5%
97,0%
98,4%
98,2%
NotOK
1,5%
3,0%
1,6%
1,8%
OK
98,8%
97,3%
98,5%
98,2%
NotOK
1,2%
2,7%
1,5%
1,8%
Avec certificat
Sans certificat
Tableau 9 : Les résultats du contrôle des absences avec ou sans certificat selon le sexe en 2008 et 2009
On peut également faire une distinction sur la base du niveau du fonctionnaire.
Il ressort ici que les absences d’un jour des collaborateurs de niveau D sont
plus souvent injustifiées. Cette différence se marque surtout en 2009.
2008
Sans certificat
NotOK OK
2009 Avec certificat
Niveau
NotOK OK
Sans certificat
NotOK OK
Niveau
Avec certificat
NotOK OK
A
1,4%
98,6%
1,3%
98,7%
A
1,9%
98,1%
1,3%
98,7%
B
2,3%
97,7%
1,8%
98,2%
B
1,3%
98,7%
0,9%
99,1%
C
2,0%
98,0%
1,6%
98,4%
C
1,3%
98,7%
1,2%
98,8%
D
2,1%
97,9%
2,2%
97,8%
D
2,2%
97,8%
2,6%
97,4%
Total
2,0%
98,0%
1,8%
98,2%
Total
1,7%
98,3%
1,6%
98,4%
Tableau 10 : Les résultats de contrôle des absences avec ou sans certificat par niveau en 2008 et 2009
43
44
7.Conclusion
Ce fut un véritable exploit de rassembler les données du personnel de toutes
les administrations fédérales dans une base de données unique et d’amener
les administrations à enregistrer les absences de leur personnel de façon
uniforme. Sans le rôle moteur joué par les administrations pilotes, ce projet
n’aurait jamais abouti.
Cette première analyse n’a pas corroboré la thèse de l’énorme absentéisme
pour cause de maladie que l’on prête à l’ensemble des fonctionnaires. Il est
vrai que l’absentéisme moyen (6,63 %) est plus élevé que dans le secteur
privé, mais on constate de grandes différences en fonction de l’administration
(de 1 % à 9 % d’absentéisme).
Il faut d’ailleurs se montrer prudent avec les comparaisons car il est possible
que l’on ait utilisé des définitions ou des méthodes de calcul différentes. De
plus, on ne peut pas perdre de vue que les caractéristiques spécifiques (âge,
sexe, niveau, statut, ...) des différentes populations peuvent influencer les
résultats.
En ce qui concerne les données relatives à l’absentéisme, les constatations
suivantes sautent aux yeux :
- On observe une augmentation de l’absentéisme pour maladie en 2009
(6,63 %) par rapport à 2008 (6,41 %).
- 60 % des travailleurs fréquemment absents en 2009 l’étaient déjà en 2008.
- Entre le 15 mai et le 15 septembre, on enregistre moins de notifications de
maladie que pendant la période hivernale.
- Le lundi et le vendredi sont deux journées qui atteignent des scores élevés
en termes de notifications d’absence d’un jour, mais le week-end pourrait
être une explication à ce phénomène.
- La durée d’une absence est souvent influencée par le jour de la semaine
où commence l’absence car de nombreux certificats médicaux sont délivrés
jusqu’à la fin de la semaine.
- L’absentéisme pour maladie chez les femmes est plus important que chez
leurs collègues masculins.
- On constate une augmentation de l’absentéisme au fur et à mesure que
l’âge augmente.
- Plus le niveau du travailleur est élevé, moins le nombre de jours de maladie
est important.
- On ne constate aucune différence significative dans le taux d’absentéisme
pour maladie chez les travailleurs contractuels et les travailleurs statutaires.
45
Les résultats des contrôles ont également été examinés de près :
- Un tiers des fonctionnaires contrôlés qui ont été convoqués pour un contrôle
au cabinet du médecin-contrôleur ne s’y présentent pas. La moitié d’entre
eux n’invoquent aucune raison.
- 2,5 % des absences contrôlées sont injustifiées.
- Les absences des hommes sont en moyenne plus souvent injustifiées
(2,7 %) que celles des femmes (1,5 %).
- C’est dans le cas des contrôles demandés par l’employeur que l’absence
est la plus souvent injustifiée, que le fonctionnaire se trouve le moins
souvent à la maison lors du contrôle et qu’il donne moins souvent suite à la
convocation pour un contrôle au cabinet du médecin.
Ces premières constatations nous invitent à effectuer d’autres analyses plus
détaillées :
- La pensionite existe-t-elle ?
- Quel est le coût de l’absentéisme ?
- Dans quelle mesure les maladies liées à la catégorie stress qui,
apparemment, sont la cause la plus fréquente des absences, sont dues aux
circonstances du travail ?
- …
Medex continuera dès lors à récolter des données, à affiner ses analyses et
à les transmettre à l’employeur fédéral afin de l’encourager à appliquer une
politique plus intensive en matière d’absentéisme et à obtenir ainsi un service
public fédéral plus efficace.
46
8.Annexes
Annexe 1: Administrations qui ont
validé leurs données du personnel
en 2009
Nom
Institut d’Aéronomie Spatiale de Belgique
Bureau d’Intervention et de Restitution belge
Bureau de Normalisation
Office Central d’Action sociale et Culturelle du ministère de la Défense
Office de Contrôle des Mutualités
Office de Sécurité sociale d’outre-mer
Agence Fédérale pour la Sécurité de la Chaîne Alimentaire
Agence Fédéral des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS)
Bureau fédéral du Plan
SPF Intérieur
SPF Budget et Contrôle de gestion
SPF Affaires étrangères, Commerce extérieur et Coopération au Développement
SPF Economie, PME, Classes moyennes et Energie
SPF Finances
SPF Technologie de l’Information et de la Communication
SPF Chancellerie du Premier Ministre
SPF Mobilité et Transport
SPF Personnel et Organisation
SPF Sécurité sociale
SPF Santé publique, Sécurité de la Chaîne alimentaire et Environnement
SPF Emploi, Travail et Concertation sociale
Fonds des Accidents du travail
Fonds des Maladies professionnelles
Caisse de Secours et de Prévoyance en faveur des marins
Caisse Auxiliaire de Paiement des Allocations de Chômage
Caisse Auxiliaire d’Assurance Maladie-Invalidité
Institut pour l’égalité des femmes et des hommes
Institut royal du Patrimoine artistique
Musée royal de l’Afrique centrale
Bibliothèque royale de Belgique - Albert I
Observatoire royal de Belgique
Banque-Carrefour de la Sécurité Sociale
Ministère de la Défense nationale
Institut Géographique national
Institut National des Invalides de guerre, Anciens combattants et Victimes de
guerre
Jardin Botanique national de Belgique
Service des Pensions des Services publics
SPP Développement durable
SPP Intégration sociale, Lutte contre la pauvreté et Economie sociale
SPP Politique scientifique
Pool des Marins de la Marine marchande
Conseil d’Etat
47
Régie des Bâtiments
Office national de l’Emploi
Office national des Vacances Annuelles
Office national des Pensions
Office national de Sécurité sociale
Office nationale de Sécurité sociale des Administrations Provinciales et Locales
Institut national d’Assurance Maladie-Invalidité
Institut national d’Assurances sociales pour Travailleurs indépendants
Centre d’Etudes et de Documentation Guerre et Sociétés contemporaines
SPF Jusrice (Administration Centrale et Ordre Judiciaire II)
Autres administrations qui ont été prises en compte pour le calcul des chiffres
de l’absentéisme, mais dont l’absentéisme n’a pas été pris en compte dans les
analyses de l’absentéisme et de ses causes médicales :
Institut royal des Sciences naturelles de Belgique
Institut royal du Patrimoine artistique
Institut royal Météorologique de Belgique
Musées royaux d’Art et d’Histoire
Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique
SPP Développement durable
Office national d’Allocations familiales pour Travailleurs salariés
L’absentéisme des entités que sont les Institutions Pénitentiaires, les Maisons
de Justice et l’Ordre Judiciaire I pour les magistrats du SPF Justice n’a pas non
plus été pris en compte pour les analyses.
48
Annexe 2 : Conventions statistiques
• Certaines caractéristiques des fonctionnaires peuvent changer (âge, statut,
niveau, domicile, administration) :
- en ce qui concerne le niveau, le statut et l’administration, il a été tenu
compte des données les plus récentes de 2009
- l’âge a été déterminé au 30 juin de l’année considérée.
• Plusieurs périodes d’absentéisme qui se suivent avec une interruption de 2
jours maximum ont été considérées comme une seule absence.
• Par exemple : la période d’absence (A) du 10 au 21 janvier 2008 inclus et la
période d’absence (B) du 24 au 30 janvier 2008 inclus ont été considérées
comme une seule absence du 10 au 30 janvier inclus. Si l’absence B avait
commencé le 25 janvier, on aurait pris en compte 2 absences distinctes.
• Pour le calcul de la durée des absences en 2008, on n’a pas pu tenir compte
d’une partie des absences qui avaient déjà commencé en 2007. La situation
est identique pour les absences de 2009 qui se sont prolongées en 2010 et
pour lesquelles la partie 2010 n’était pas encore connue.
• Dans le deuxième ensemble de données qui contient les informations
relatives à tous les certificats médicaux, les travailleurs qui ne se sont pas
portés malades pendant la période considérée, n’entrent pas en ligne de
compte.
• Chaque certificat a été pris en compte séparément. Les certificats successifs
n’ont donc pas été regroupés, comme cela a été le cas pour l’analyse des
absences.
49
Annexe 3 : Premier jour des absences
limitées à 1 semaine
Nombre de
certificats
Jour
Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche
Total
Durée en jours calendrier
2009
1
2
3
4
5
6
7
Totaal
4189
5597
9405
2671
15686
622
2180
40350
3930
4671
3111
12161
398
946
564
25781
3274
2894
11905
360
933
447
646
20459
3643
14011
294
820
738
942
1083
21531
6070
259
493
923
1028
1083
479
10335
177
380
357
658
1268
311
5426
8577
142
189
170
209
87
332
74
1203
21425
28001
25735
17802
20138
4683
10452
128236
Tableau a : Nombre de certificats médicaux regroupés par jour de début et durée en 2008
%
2008
Durée en jours calendrier
Jour
Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche
Total
1
2
3
4
5
6
7
Totaal
10%
14%
23%
7%
39%
2%
5%
100%
15%
18%
12%
47%
2%
4%
2%
100%
16%
14%
58%
2%
5%
2%
3%
100%
17%
65%
1%
4%
3%
4%
5%
100%
59%
3%
5%
9%
10%
10%
5%
100%
2%
4%
4%
8%
15%
4%
63%
100%
12%
16%
14%
17%
7%
28%
6%
100%
17%
22%
20%
14%
16%
4%
8%
100%
Tableau b : Répartition des absences de plusieurs jours limitées à 1 semaine en 2008 classées selon le jour
de début et la durée
Nombre de
certificats
Jour
Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche
Total
2009
Durée en jours calendrier
1
2
3
4
5
6
7
Totaal
4390
6172
9245
3412
17023
747
2298
43287
4300
4563
3688
13390
514
1121
543
28119
3216
3029
11905
381
964
451
670
20616
3852
14108
330
866
862
1071
1150
22239
6262
297
575
906
1230
1115
602
10987
212
392
413
746
1230
456
5373
8822
164
198
188
213
105
340
102
1310
22396
28759
26344
19914
21928
5301
10738
135380
Tableau c : Nombre de certificats médicaux regroupés par jour de début et durée en 2009
50
%
Jour
Lundi
Mardi
Mercredi
Jeudi
Vendredi
Samedi
Dimanche
Total
2009
Durée en jours calendrier 1
2
3
4
5
6
7
Totaal
10%
14%
21%
8%
39%
2%
5%
100%
15%
16%
13%
48%
2%
4%
2%
100%
16%
15%
58%
2%
5%
2%
3%
100%
17%
63%
1%
4%
4%
5%
5%
100%
57%
3%
5%
8%
11%
10%
5%
100%
2%
4%
5%
8%
14%
5%
61%
100%
13%
15%
14%
16%
8%
26%
8%
100%
17%
21%
19%
15%
16%
4%
8%
100%
Tableau d : Répartition des absences de plusieurs jours limitées à 1 semaine en 2009 classées selon le jour
de début et la durée
51
Annexe 4 : Calendriers pour
2008 et 2009 avec le nombre de
notifications de maladie par jour
Chaque cellule du tableau contient deux chiffres : à gauche la date, à droite le
nombre de notifications de maladie enregistrées pour ce jour spécifique.
Pour chaque jour ouvrable en 2008 et 2009, on a calculé la différence entre
le nombre de notifications de maladie enregistrées et le « résultat théorique »
de ce que l’on peut attendre en moyenne sur 5 semaines pour ce jour de la
semaine.
Le résultat théorique pour un jour donné a été obtenu en calculant la moyenne
des deux résultats enregistrés pour le même type de jour (lundi, mardi, ...) qui
précédaient et suivaient ce jour.
Le résultat théorique pour le jour J = (somme du nombre de notifications de maladie
pour les jours J-7, J-14, J+7 et J+14)/4.
Quand le résultat enregistré était supérieur au résultat théorique :
• les jours appartenant aux 10% enregistrant la plus grande différence ont
été marqués en rouge
• les jours appartenant aux 15% suivants sont marqués en orange.
On a ainsi marqué au total 25% des jours de chaque année.
Quand le résultat enregistré était inférieur au résultat théorique, les jours
appartenant aux 25% présentant la plus petite différence ont été marqués en
bleu.
Les week-ends et les jours fériés ont été marqués en gris et les vacances
scolaires ont été hachurées.
52
Tableau e : Calendrier des notifications d’absences d’1 jour en 2008
53
Tableau f : Calendrier des notifications d’absences d’1 jour en 2009
54
Tableau g : Calendrier des notifications d’absences de plusieurs jours en 2008
Tableau h : Calendrier des notifications d’absences de plusieurs jours en 2009
Annexe 5 : Tableau de régression
par groupe de diagnostic
Tableau XX. Résultats (RR= risque relatif, 95%CI = 95% intervalle de confiance, p-value) de
l’analyse “Robust Poisson Regression” avec le « nombre de jours d’absence » comme variable
dépendante, 2008.
RR
0.84
0.45
0.69
0.86
0.97
0.89
1.60
1.68
1.85
2.88
2.40
Homme vs. femme
NivA vs. nivD
NivB vs. nivD
NivC vs. nivD
Contract vs. Stat
Stag vs. Stat
]25a,35a] vs. <=25a
]35a,45a] vs. <=25a
]45a,55a] vs. <=25a
]55a,60a] vs. <=25a
>60a vs. <=25a
Exp(stat)
0.8906
0.1205
0.05
0.6831
95%CI
[0.79; 0.89]
[0.44; 0.54]
[0.63; 0.77]
0.83; 0.89]
[0.91; 1.04]
[0.68; 1.16]
[1.21; 2.11]
[1.28; 2.19]
[1.44; 2.37]
[2.21; 3.75]
[1.72; 3.35]
p-value
<0.0001
<0.0001
<0.0001
<0.0001
0.4470
0.3916
0.0010
0.0002
<0.0001
<0.0001
<0.0001
1.1610
Tableau XX. Résultats (RR= risque relatif, 95%CI = 95% intervalle de confiance, p-value) de
l’analyse “Robust Poisson Regression” avec le “nombre de jours d’absence » comme variable
dépendante, 2009.
Homme vs. femme
NivA vs. nivD
NivB vs. nivD
NivC vs. nivD
Contract vs. Stat
Stag vs. Stat
]25a,35a] vs. <=25a
]35a,45a] vs. <=25a
]45a,55a] vs. <=25a
]55a,60a] vs. <=25a
>60a vs. <=25a
RR
0.84
0.50
0.72
0.89
0.98
0.71
1.39
1.45
1.60
2.38
2.17
95%CI
[0.79; 0.90]
[0.45; 0.56]
[0.67; 0.77]
[0.85; 0.92]
[0.93; 1.04]
[1.25; 1.59]
[1.21; 1.59]
[1.26; 1.67]
[1.40; 1.84]
[1.98; 2.85]
[1.50; 3.15]
p-value
<0.0001
<0.0001
<0.0001
<0.0001
0.5595
<0.0001
<0.0001
<0.0001
<0.0001
<0.0001
<0.0001
Annexe 6: Tableaux de régression
par groupe de diagnostic
58
Absences
Cardio-vasculaires
RR
95%CI
p-value
2008
Homme vs femme
1,4589
1,1798
1,8040
0,0005
NivA vs nivD
0,8316
0,6889
1,0039
0,0549
nivB vs nivD
0,9175
0,8150
1,0329
0,1542
nivC vs nivD
0,9127
0,7566
1,1011
0,3400
Contract vs Stat
1,0258
0,0898
1,2178
0,7711
Stag vs Stat
0,9075
0,7303
1,1278
0,3813
]25j, 35] vs. <=25j
1,4497
1,1545
1,8205
0,0014
]35j, 45j] vs. <=25j
1,9374
1,5978
2,3492
<.0001
]45j, 55j] vs, <=25j
3,0164
2,5858
3,5188
<.0001
55j, 60j] vs. <=25j
3,4703
2,7159
4,4342
<.0001
Gastro-intestinales
RR
95%CI
p-value
2008
Homme vs femme
1,1398
1,0454
1,2426
0,0030
NivA vs nivD
0,8142
0,6887
0,9625
0,0161
nivB vs nivD
0,9459
0,8385
1,0669
0,3650
nivC vs nivD
1,0323
0,9159
1,1635
0,6026
Contract vs Stat
1,1482
1,0418
1,2654
0,0053
Stag vs Stat
0,9452
0,8182
1,0920
0,4443
]25j, 35] vs. <=25j
1,0644
0,9758
1,1610
0,1592
]35j, 45j] vs. <=25j
1,3482
1,1809
1,5392
<.0001
]45j, 55j] vs, <=25j
2,1325
1,7884
2,5429
<.0001
55j, 60j] vs. <=25j
2,8454
2,0571
3,9358
<.0001
Respiratoires
RR
95%CI
p-value
2008
Homme vs femme
1,0989
1,0539
1,1458
<.0001
NivA vs nivD
0,7328
0,6800
0,7896
<.0001
nivB vs nivD
0,8525
0,8134
0,8934
<.0001
nivC vs nivD
0,8824
0,8396
0,9273
<.0001
Contract vs Stat
1,0748
1,0123
1,1412
0,0183
Stag vs Stat
1,1239
0,9864
1,2806
0,0793
]25j, 35] vs. <=25j
1,0231
0,9868
1,0607
0,2153
]35j, 45j] vs. <=25j
1,0982
1,0413
1,1583
0,0006
]45j, 55j] vs, <=25j
1,5417
1,4315
1,6603
<0.0001
55j, 60j] vs. <=25j
2,0319
1,6592
2,4883
<0.0001
Influenza
RR
95%CI
p-value
2008
Homme vs femme
1,0013
0,9752
1,0280
0,9254
NivA vs nivD
0,8398
0,8120
0,8685
<.0001
nivB vs nivD
0,9006
0,8685
0,9339
<.0001
nivC vs nivD
0,9313
0,9033
0,9602
<.0001
Contract vs Stat
1,0891
1,0409
1,1396
0,0002
Stag vs Stat
1,0372
0,9092
1,1832
0,5866
]25j, 35] vs. <=25j
0,9745
0,9350
1,0156
0,2200
]35j, 45j] vs. <=25j
0,9809
0,9298
1,0348
0,4805
]45j, 55j] vs, <=25j
1,0697
1,0076
1,1356
0,0272
55j, 60j] vs. <=25j
1,2447
1,1272
1,3744
<.0001
locomotrices
RR
95%CI
p-value
2008
Homme vs femme
0,9630
0,8820
1,0514
0,3997
NivA vs nivD
0,7790
0,6862
0,8843
0,0001
nivB vs nivD
0,9248
0,7985
1,0710
0,2964
nivC vs nivD
0,9074
0,8517
0,9668
0,0026
Contract vs Stat
1,2002
1,0956
1,3148
<.0001
Stag vs Stat
2,0261
1,0466
3,9223
0,0362
]25j, 35] vs. <=25j
1,3354
1,1727
1,5203
<.0001
]35j, 45j] vs. <=25j
1,5333
1,3543
1,7358
<.0001
]45j, 55j] vs, <=25j
2,2335
2,0341
2,4526
<.0001
55j, 60j] vs. <=25j
2,7086
2,2328
3,2856
<.0001
stress
RR
95%CI
p-value
2008
Homme vs femme
1,1235
1,0028
1,2588
0,0447
NivA vs nivD
1,0952
0,8679
1,3821
0,0443
nivB vs nivD
1,0855
0,9055
1,3014
0,3751
nivC vs nivD
1,0393
0,9371
1,1526
0,4658
Contract vs Stat
1,0767
0,9873
1,1743
0,0948
Stag vs Stat
1,3189
0,7601
2,2885
0,3249
]25j, 35] vs. <=25j
1,2815
1,0656
1,5411
0,0084
]35j, 45j] vs. <=25j
1,4739
1,2201
1,7805
<.0001
]45j, 55j] vs, <=25j
2,2761
1,9525
2,6533
<.0001
55j, 60j] vs. <=25j
2,2606
1,7748
2,8795
<.0001
59
60
Cardio-vasculaires
RR
95%CI
p-value
2009
Homme vs femme
1,5653
1,2978
1,8880
<.0001
NivA vs nivD
0,7752
0,5815
1,0335
0,0827
nivB vs nivD
1,0264
0,8494
1,2402
0,7874
nivC vs nivD
0,8880
0,7729
1,0202
0,0933
Contract vs Stat
1,0075
0,8167
1,2429
0,9447
Stag vs Stat
0,8435
0,5514
1,2905
0,4328
]25j, 35] vs. <=25j
1,4102
1,2053
1,6498
<.0001
]35j, 45j] vs. <=25j
1,6286
1,4247
1,8617
<.0001
]45j, 55j] vs, <=25j
2,7765
2,4162
3,1906
<.0001
55j, 60j] vs. <=25j
3,5182
2,9337
4,2190
<.0001
gastro-intestinales
RR
95%CI
p-value
2009
Homme vs femme
1,1450
1,0312
1,2712
0,0112
NivA vs nivD
0,8238
0,6897
0,9841
0,0326
nivB vs nivD
0,9798
0,8596
1,1168
0,7598
nivC vs nivD
0,9189
0,7901
1,0687
0,2723
Contract vs Stat
1,0906
0,9920
1,1991
0,0729
Stag vs Stat
0,9740
0,8079
1,1743
0,7823
]25j, 35] vs. <=25j
1,1059
0,9510
1,2859
0,1911
]35j, 45j] vs. <=25j
1,3539
1,1370
1,6121
0,0007
]45j, 55j] vs, <=25j
2,0448
1,8346
2,2790
<.0001
55j, 60j] vs. <=25j
2,4125
1,7629
3,3014
<.0001
Respiratoire
RR
95%CI
p-value
2009
Homme vs femme
1,0588
1,0100
1,1099
0,0176
NivA vs nivD
0,8285
0,7349
0,9341
0,0021
nivB vs nivD
0,9450
0,8888
1,0047
0,0705
nivC vs nivD
0,8787
0,8413
0,9179
<.0001
Contract vs Stat
1,1115
1,0379
1,1904
0,0025
Stag vs Stat
1,1528
0,9936
1,3374
0,0608
]25j, 35] vs. <=25j
1,0062
0,9527
1,0626
0,8254
]35j, 45j] vs. <=25j
1,1283
1,0695
1,1903
<.0001
]45j, 55j] vs, <=25j
1,4396
1,3530
1,5317
<.0001
55j, 60j] vs. <=25j
2,1025
1,7117
2,5824
<.0001
Influenza
RR
95%CI
p-value
2009
Homme vs femme
0,9806
0,9531
1,0090
0,1786
NivA vs nivD
0,8700
0,8306
0,9113
<.0001
nivB vs nivD
0,9466
0,9128
0,9816
0,0031
nivC vs nivD
0,9756
0,9366
1,0162
0,2345
Contract vs Stat
1,1303
1,0793
1,1836
<.0001
Stag vs Stat
1,1204
0,9850
1,2746
0,0837
]25j, 35] vs. <=25j
1,0018
0,9709
1,0336
0,9107
]35j, 45j] vs. <=25j
0,9777
0,9459
1,0105
0,1803
]45j, 55j] vs, <=25j
1,0600
1,0165
1,1054
0,0064
55j, 60j] vs. <=25j
1,3028
1,1511
1,4745
<.0001
Locomotor
RR
95%CI
p-value
2009
Homme vs femme
0,9559
0,8860
1,0314
0,2453
NivA vs nivD
0,7230
0,6594
0,7928
<.0001
nivB vs nivD
0,8405
0,7089
0,9966
0,0456
nivC vs nivD
0,9127
0,8233
1,0117
0,0821
Contract vs Stat
1,1699
1,0514
1,3017
0,0040
Stag vs Stat
1,1025
0,7994
1,5205
0,5519
]25j, 35] vs. <=25j
1,3095
1,1909
1,4399
<.0001
]35j, 45j] vs. <=25j
1,6674
1,4964
1,8579
<.0001
]45j, 55j] vs, <=25j
2,2056
2,0288
2,3978
<.0001
55j, 60j] vs. <=25j
2,7324
2,3594
3,1645
<.0001
stress
RR
95%CI
p-value
2009
Homme vs femme
1,0656
0,9957
1,1404
0,0663
NivA vs nivD
1,0454
0,8603
1,2704
0,6551
nivB vs nivD
1,0335
0,7961
1,3416
0,8048
nivC vs nivD
0,9621
0,8030
1,1526
0,6748
Contract vs Stat
0,9814
0,8647
1,1139
0,7716
Stag vs Stat
0,8995
0,5933
1,3636
0,6177
]25j, 35] vs. <=25j
1,1619
1,0081
1,3392
0,0384
]35j, 45j] vs. <=25j
1,4178
1,2082
1,6639
<.0001
]45j, 55j] vs, <=25j
2,0274
1,6527
2,4870
<.0001
55j, 60j] vs. <=25j
2,0660
1,5553
2,7444
<.0001
61
Conception graphique : Thierry Sauvenière
Ed. Resp. : Dr. Dirk Cuypers, Place Victor Horta 40 Bte 10, 1060 - Bruxelles
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising