du charnel au charnier

du charnel au charnier
Du Charnel au Charnier. À propos de «L’invention du Peuple juif» de Schlomo
Sand
15 Février 2010 Par Marcel Detienne / Édition : Bookclub
À l'occasion de sa parution en poche, l'anthropologue Marcel Detienne revient
sur le livre de Schlomo Sand, dans le contexte d'un certain débat sur l'identité
nationale.
« La France, c'est charnel » / (Un présidentiable dans la France de 2007)
J'ai rencontré l'homme et le livre, venus d'Israël, alors que je cherchais à réunir
des historiens et des anthropologues pour « dénationaliser les histoires
nationales », en Europe, et partout - en Inde, au Japon, en Grèce moderne - où
ce genre d'histoire a poussé comme chiendent. Un peu plus tôt, entre les Hautes
Études à la Sorbonne et l'Université de recherche de Johns Hopkins, j'avais
apprécié la « singularité » de l'autochtonie, à la fois en Grèce ancienne et dans la
France de Barrès, ainsi que les manières de « fonder » et les si nombreuses
façons de « coloniser ». Coloniser, ainsi qu'on a pris l'habitude de le dire depuis
Rome dans l'Italie ancienne et, par extrapolation facile, pour les dizaines de
petits villages-cités de la Grèce ancienne qui s'en vont sur la mer chercher des
terres et commercer dans le Far West de la Sicile ou des plages de la Mer
Noire. Il me semblait intéressant de mettre en regard et, bientôt, en
perspective, les pratiques de la fondation-colonisation et celles, rituelles,
mythologiques, idéologiques de groupes qui s'affirmaient « nés de la terre où ils
se trouvaient », se croyaient racinés de longue date, propriétaires
« Aborigènes », entre l'Australie, l'Athènes de Périclès, la Padanie du Nord de
l'Italie, le Pays des Juifs de « souche » ou des Hongrois nés de leur Terre
Matrie et Patrie.
Pour « dénationaliser les histoires nationales » d'hier - elles ne sont jamais
antérieures à notre XIXe siècle -, le mode d'emploi semblait assez simple : se
demander « comment être autochtone ? », c'est-à-dire comparativement en
plusieurs endroits dans l'espace et le temps ; chercher à savoir ce que voulait
dire « fonder », faire un trou, en forme, par exemple de « socle originel » ou de
souche, avec des racines plus ou moins fortes et profondes. Une enquête à
plusieurs, nécessairement critique, permettait de se poser la question : comment
peut-on être, comment en vient-on à se croire, à se faire croire qu'on est né de
la terre même où l'on est né, en pensant que naître là confère, au dire de
géniteurs qui en savent peut-être davantage, un privilège du sang, le bénéfice
d'une riche ancestralité, ou, mieux encore, la grâce d'appartenir à un Peuple Élu.
Pour moi, sans doute aucun, l'enquête de Shlomo Sand posait de telles questions
1
avec force, elle s'adressait directement aux Historiens et Anthropologues
contemporains, en Europe comme aux États-Unis d'Amérique. J'y étais d'autant
plus attentif que mon Professorship à Johns Hopkins depuis 1991 se voulait
« comparatiste » à l'enseigne d'« Anthropology and Classics ». J'avais entrepris
entre les deux centres d'Advanced Studies - Paris/Hopkins - reliés entre eux
par un enseignement conjoint, de mettre en perspective les dits Grecs de
l'Antiquité avec d'autres sociétés, qu'elles soient anciennes, archaïques ou
contemporaines. En ma qualité d'helléniste et d'historien de la philosophie, je
savais ce que signifiait la Grèce au cœur de l'Occident : qu'on la créditait d'avoir
reçu la révélation de la Démocratie à nous destinée, qu'elle avait seule découvert
la Philosophie avec la Vérité, qu'elle avait conçu en son sein la Cité des Vrais
Autochtones et des premiers missionnaires de la Civilisation. D'évidence il
convenait de se demander comment quelques « Athéniens » avaient inventé
l'« Autochtonie », dans un petit village-cité où s'étaient rassemblés des individus
venus d'un peu partout, là comme ailleurs ; comment un beau jour - et nous
savons à peu près dans quelle conjoncture - ils s'étaient mis à dire, puis à
répéter rituellement par la voix de certains orateurs, leurs « faiseurs
d'opinion », qu'ils étaient, eux et les leurs, nés de la Terre d'Attique où ils
étaient présentement, et que cette terre-là, elle avait donné au monde la
Civilisation ; comment, enfin, dans les campagnes des alliés d'Athènes, chacun
devait savoir que les enfants de la Terre attique, une fois morts pour elle,
rentraient dans le ventre de la Patrie-Matrie d'où ils étaient merveilleusement
nés, ainsi que les Oliviers sacrés d'Athènes dans une mythologie si locale.
Certains des Orateurs en oraison funèbre pensaient, au plus fort de leur
singularité incomparable, qu'il convenait d'ajouter : « de tout temps, nous
sommes purs de tout élément étranger ». Ce qui était fort apprécié non
seulement des étrangers, conviés à ces cérémonies, mais de tous ceux dits « les
habitants d'à côté », métèques, en grec, ou parèques, eux aussi présents.
Barrès, Vichy, l'Extrême Droite dressaient le Front National contre
l'Immigration en réclamant la préférence pour les vrais Français, et multipliant
les références à la grande Histoire, celle de l'Identité de la France, une histoire
de légitimité préparant le grand œuvre collectif des historiens du « temps
national retrouvé », celle des Lieux de Mémoire, ainsi que la saluait le médiéviste
Jacques Le Goff, dans Le Monde du 5 février 1993.
2002 s'impatientait : nous allions voir des Académiciens, sous Coupole, se
féliciter chaleureusement d'avoir été ramenés vers le « mystère de l'Identité
Nationale ». À droite comme à gauche, pour les présidentiables piaffant, il
n'était question que de crise : crise de notre identité culturelle, crise de notre
identité historique, crise de notre identité nationale. Aux armes, citoyens ! Dans
2
l'émotion générale, la mobilisation allait reprendre de plus belle. Il n'était pas
facile de mettre en place des aspects contrastés d'une singularité dite
« nationale ». Faire savoir, par exemple, qu'un Ministère de l'Identité culturelle
avait été inauguré, quinze ou vingt ans auparavant, en Italie du Nord, en Padanie :
un Ministère avec ses historiens, des ethnologues, un anthropologue physique
formé aux techniques de l'ADN, et le tout sur carte d'identité. C'était bien
avant qu'un petit présidentiable lance l'idée qui parut alors très française, d'un
beau et grand Ministère, où serait logé le « Mystère de l'identité nationale ».
Ethnologues, historiens, sociologues, qui sont assurément soucieux du présent et
de ses obsessions patrimoniales autant que nationales, s'accordent à reconnaître
la nécessité de réfléchir sur les « histoires nationales » : comment les mettre en
perspective, analyser comparativement les agencements de leurs composants,
chercher par delà les homologies de surface ce qui donne de l'efficience à tant
de mythologies-mythidéologies nationales, hier et aujourd'hui. Avec ses
historiens tournés vers ce qu'ils appellent le « mystère de l'identité nationale »,
la France, en Europe, semble offrir un laboratoire de qualité pour expérimenter
dans un champ de représentations collectives qui concernent également d'autres
continents : l'Inde hindouiste, le Japon autochtone, l'Amérique du Sud des NéoIndiens, les Autochtones des Peuples Autochtones, reconnus aujourd'hui dans
« leurs droits » par l'ONU. Qu'est-ce, en effet, qu'un Autochtone aujourd'hui ?
Y a-t-il des Palestiniens, des Valaques, des Basques ou des Noirs de Baltimore
parmi les 1200 Peuples Autochtones de la Déclaration du 29 juin 2006 ?
L'invitation d'un chercheur israélien dans l'espace des Hautes Études en
Sciences Sociales doit certainement contribuer à une réflexion comparative sur
les identités qui se disent « nationales ». Dans une intéressante Préface à une
Histoire de la France qu'ils codirigeaient en 1999, deux historiens, André
Burguière et Jacques Revel faisaient observer que « ce qui singularise peut-être
les Français [...] dans leur façon de présenter leur histoire nationale, c'est leur
refus de la trouver singulière ».
En effet, pour percevoir la singularité d'une histoire ou d'une personne, il suffit
de faire deux pas de côté, de découvrir d'autres « singularités » d'Europe ou
d'ailleurs, et de commencer à se mettre en perspective, comme y invite en
l'occurrence un historien israélien qui fait savoir au passage qu'il y a dans son
pays deux départements d'histoire, l'un réservé à la seule histoire d'Israël et
du Peuple Juif et l'autre à l'histoire générale, et que, par conséquent un
historien « en général » comme Shlomo Sand n'a pas le droit d'écrire un livre
comme L'Invention du Peuple juif.
3
Sur quoi porte l'interrogation et la critique de la dite « Invention »? Très
précisément sur ce qui est écrit dans la Déclaration d'indépendance de l'État
d'Israël, 1948 : « La Terre d'Israël est le lieu où naquit le peuple juif. C'est là
que se forma son caractère spirituel, religieux et national. C'est là qu'il réalisa
son indépendance, créa une culture d'une portée à la fois nationale et universelle
et fit don de la Bible éternelle au monde entier ». Il suffirait de remplacer « la
Terre d'Israël » par « la Terre de France », et de mettre « français » au lieu de
« juif », ainsi que « Liberté, égalité, fraternité » au lieu de « Bible » pour
obtenir la Déclaration d'Excellence d'une France, comme celle proclamée par un
Braudel d'Académie en son Identité de la France. Un Peuple Élu, une Terre
promise, un enseignement d'histoire, des morts-victimes par millions, une Terre
Sainte avec ses Lieux Saints, le mystère d'une Nation en son Élection, un ÉtatNation, naturellement propriétaire de la terre d'Israël, autant d'entrées
possibles pour se, pour nous poser des questions comme celles énoncées au
début : que signifie être autochtone ? que veut dire fonder autant que
coloniser ? Tandis que d'autres surgissent immédiatement : si un Ministère de
l'Intérieur se trouve aux mains de « Religieux », qui donc imaginerait de créer en
Israël un Ministère de l'« Immigration et de l'Identité Nationale ? Qu'est-ce
qu'être Israélien en suivant la réflexion comparative de Patrick Weil « Qu'estce qu'être Français ? » Par exemple, pour un Algérien d'avant ou d'après
l'Indépendance de l'Algérie ? Qu'est-ce qu'une carte d'identité israélienne où
l'on peut lire « pas claire » pour « nationalité » ? Qu'est-ce qu'une sousenveloppe « religieuse » ou « ethnico-religieuse » dans une société comme
l'Amérique du Nord où le recensement, à défaut d'État-civil fédéral, offre plus
de soixante catégories possibles de mélange racial, sans introduire une carte
d'identité « obligatoire » sur le modèle de la française depuis le régime de
Vichy ? À nouveau, comment une nation juive se métamorphose-t-elle en nation
israélienne ? Comment un Peuple de « Français de souche » va-t-il devenir partie
prenante d'une « Nation » européenne, sans frontières internes ?
Lorsqu'un présidentiable en République se dresse pour clamer « la France, c'est
charnel », il ne fait, me semble-t-il, que prendre rang dans une tradition
nationale dont les pages les plus fortes ont été écrites et prononcées par
Maurice Barrès à la fin du XIXe siècle, en consonance avec ses contemporains,
les collaborateurs de Lavisse, Ernest, en grand et en petit pour la Communale. Il
était alors urgent, se disait-on, de fonder la « conscience française » sur les
vraies réalités, les morts et la terre de France, avec une histoire si singulière
qu'elle en était unique.
Le cri, « la France, c'est charnel », s'élève en 2007 : le discours, celui de Caen,
pour les dévots. L'Extrême Droite s'est dite choquée de l'entendre sortir de la
4
bouche d'un Français raciné de fraîche date, ainsi que Barrès le disait de
Monsieur Zola.
D'évidence, c'était « osé ». Le Ministère de l'Intérieur le sait, l'identité
nationale ne se reconnaît ni dans le cri d'un présidentiable, ni dans les larmes de
l'évocation pour un Sacre royal à l'ancienne. Identifier, les services de police et
de médecine légale l'ont appris avant l'apparition des techniques sophistiquées
des années d'occupation, c'est choisir un certain nombre de traits, détachables
d'un corps physique et consignés sur un carnet signalétique individuel,
soigneusement « archivé ».
Aux empreintes digitales de Galton et de Bertillon, les experts du Pentagone ont
ajouté le scan biométrique de l'œil pour reconnaître avec « certitude » chaque
individu en tant qu'il est et doit être unique. Rappelons-le : les techniques
policières et de Médecine légale sont destinées en priorité aux « étrangers », à
celles et à ceux qui pourraient menacer la sécurité des natifs, des indigènes, de
tous ceux qui se pensent du crû et s'imaginent être « autochtones ». L'identité
se fabrique en carte, elle se fait en papiers administratifs dans l'attente d'une
puce électronique pour un futur encore plus sécurisé, vraisemblablement. Le
reste est secondaire, autant que tertiaire : il se monnaie en « c'est charnel », ou
dans « la France, c'est un miracle », une Personne, ou pour d'autres, en une
odeur, un parfum, un visage. Toutefois, mettre en circulation du « charnel »
comme si c'était un doublon du « spirituel », c'est déjà oublier, pour ne pas les
avoir connues, les retombées d'un sang pur, hier, dans l'Allemagne nazie, et son
union, proclamée primordiale et indissoluble, avec la Terre germanique, son
espace vital, son historicité indo-aryenne, son ancrage dans la vraie historialité
de ses penseurs sans peur et sans reproche.
Les mythologiques du national sont les vivaces de l'imaginaire dans les provinces
de l'Europe, comme la Hongrie postsoviétique (souvent méconnue en France), une
Hongrie qui n'en finit pas de ré-enterrer ses morts dans la Terre-Maison de la
Patrie-Matrie, ou encore davantage, dans la France de ses Extrêmes qui métisse
le spirituel avec le charnel, rend un culte à la Personne-Nation, celle qui naît de
sa propre histoire et aime à s'incarner en Fille aînée de l'Église, sans s'inquiéter
des affinités sémantiques de son « charnel » avec carnassier, carnivore, et - les
Pères de l'Église le savent -, avec charogne, charnier. Les charniers des carnages
identitaires.
Marcel Detienne
Source TERRA : clic
5
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising