Quand l`emballage rencontre le marketing.

Quand l`emballage rencontre le marketing.
Le packaging des produits de grande consommation
alimentaire et son influence sur l’acte d’achat :
Quand l’emballage rencontre le marketing.
Par Morgane DEBOUTIN
Sous la direction de Mme Anne-Sophie Bariety
Mémoire de Master 1 : communication globale
Centre d’Études Supérieures Alternées en Communication
Remerciements
Quelle belle aventure ce mémoire !
Des mois de recherches, de questionnements, d’investigations… Et de très belles personnes
qui m’ont aidée dans mon entreprise.
Je tiens tout d’abord à remercier ma tutrice Anne-Sophie Bariety pour son aide précieuse. Ses
conseils avisés, son temps donné et ses encouragements non feints.
Je souhaite également remercier tout particulièrement les professionnels qui ont pris le temps
de répondre à mes questions avec beaucoup de pédagogie : Julie Bresson-Darras et Aurélie
Fossoux, toutes deux chefs de projet Monoprix au sein de l’agence Rosapark.
Sans oublier mes camarades qui n’ont pas hésité à me faire part d’informations pouvant étayer
mon propos.
Mais aussi toutes les généreuses personnes qui ont pris le temps de remplir mon
questionnaire.
Et bien sûr, mes fabuleux relecteurs : Mélissa, Bernie et Maddy.
2
Avant-propos
Laideur n.f
Caractère de ce qui est laid.
Dans « La laideur se vend mal », Raymond Loewy un « esthéticien industriel » et
graphiste Français, nous disait déjà en 1952 que les produits laids ne pouvaient pas se vendre.
Il y a déjà plus de cinquante ans, les premières bases du design packaging étaient jetées et les
règles de marketing pour les emballages commençaient à être établies.
Alors cela veut-il dire que le moche n’existe pas en la matière ? Et bien, dire qu’il n’y
a que de beaux packagings serait extrêmement subjectif et porterait à débats. Évidemment,
comme dirait l’autre : « tous les goûts sont dans la nature » donc ce qui compte en matière de
packaging finalement c’est de charmer le consommateur de tout horizon car l’histoire du
packaging, c’est avant tout une affaire de séduction. Séduire l’œil, porte de l’esprit du
consommateur, pour toucher son cœur et installer la marque dans sa tête. En un mot comme
en cent, le but ici est de provoquer le coup de foudre visuel.
Je vous souhaite d’avance une très bonne lecture chers lecteurs ! J’espère que ces
quelques modestes pages égayeront votre journée — ou soirée pour les plus nocturnes d’entre
vous.
3
Sommaire
Remerciements
page 2
Avant-propos
page 3
Introduction
pages 5-6
I – Le packaging et son histoire : les grandes lignes des origines à nos jours
1- Mission fonctionnelle
page 7
2- Mission informative
pages 7-8
3- Mission esthétique
page 8
4- Mission marketing
pages 8-9
Problématique & hypothèses
pages 10-11
II – Le packaging vecteur de sens : analyse sémiotique
page 12
1- Du support publicitaire à l’objet collector
pages 12-14
2- Un miroir de la marque
pages 15-18
3- Monoprix, le cas d’école
pages 19-22
III – Le packaging et le comportement consommateur
1- La rencontre entre le packaging et le consommateur
pages 23-24
2- La relation entre le packaging et le consommateur
pages 24-25
3- Les grandes tendances alimentaires 2013
pages 25-30
IV – Le packaging de demain : prospectives et recommandations
1- Packagings intelligents et interactifs
pages 31-32
2- Edible packaging, l’emballage 100% naturel
pages 32-34
3- Unlabelling, le minimalisme poussé à son paroxysme
pages 34-35
4- Recommandations
pages 35-37
Validation des hypothèses & conclusion
pages 38-41
Bibliographie
pages 42-46
Contacts
page 47
4
Introduction
Aller faire les courses est une corvée pour la plupart des gens. Pour moi, c’est la même
excitation que le matin de Noël.
Telle une enfant dans un magasin de jouets, j’explore les rayonnages avec beaucoup
d’intérêt : « Tiens, c’est quoi cette nouvelle marque ? », « Oh, le papier d’emballage de ce
produit à changer1 ! », « Mais pourquoi ont-ils modifié leur packaging ? » … Autant de
questions qui se bousculent aux détours des allées.
Et quand, en 2010, Monoprix — enseigne déjà tout particulièrement affectionnée pour sa
large gamme de produits sélectionnés avec soin — lance sa campagne de mots « Non au
quotidien quotidien » c’est le coup-de-foudre ! Vous m’auriez vu découvrant les premières
affiches : « Ce matin ouvrez les yeux sur quelque chose de beau » ou « Pourquoi se farcir de
banales tomates ? », une vraie enfant bouche-bée devant sa première Barbie.
C’est donc parce qu’étant moi-même un sujet sensible au packaging que j’ai décidé de
me pencher plus amplement sur la question pour mon mémoire. Allant au Monoprix comme
un enfant à Disneyland, le sujet s’est imposé de lui-même. C’est vrai ça, comment un petit
objet comme celui-ci peut avoir un pouvoir aussi fort ? Et par extension, que serait une
marque sans son packaging ? Comment identifier clairement un Babybel sans son filet et sa
cire rouge, vecteurs de sens si emblématiques ?
Le packaging semble donc être un élément majeur dans le paysage de la consommation
alimentaire. Nombreux sont d’ailleurs les consommateurs à affirmer qu’ils sont sensibles à cet
objet. À cet égard, à la question2 « À vos yeux, le packaging a-t-il une importance ? », une
personne me répondait : « Le packaging a une importance dans la décision d’achat. Il me
permet d’atteindre un premier palier de satisfaction lorsque je réalise un achat. » Il semblerait
donc que l’emballage d’un produit soit un acteur à part entière qui conditionne l’acte d’achat.
Mais ne brûlons pas les étapes, nous verrons ce point un peu plus tard dans ce travail.
1
Cette exclamation m’est venue il y a quelqu’un mois quand j’ai découvert avec effroi que
l’emballage des Schokobons avait été modifié. Ce n’était plus le même plastique, plus le même
touché. Bref, une page qui se tournait dans mes souvenirs d’enfance.
2
Issue de mon questionnaire, disponible en annexe pages 6 à 13
5
Ce mémoire tentera d’établir un état des lieux sur le sujet, de la genèse de l’objet
jusqu’à ses prospectives.
J’aborderai donc dans une première partie l’histoire du packaging de la préhistoire à nos jours
avec une explication de ses différentes missions.
Puis, dans une deuxième partie, je mettrai en lumière le caractère sémiologique de l’objet
avec des cas de marques dont un particulièrement développé : Monoprix.
Je m’intéresserai ensuite, dans une troisième partie, aux consommateurs, leur comportement
d’achat et leur relation au packaging.
Et enfin, dans une quatrième et ultime partie, j’établirai des prospectives sur le packaging de
demain et donnerai mes recommandations.
6
I – Le packaging et son histoire : les grandes lignes des origines à nos jours
1- Mission fonctionnelle
Avant même que le packaging soit tel qu’on le connaît aujourd’hui, rappelons que
c’était nos mains qui occupaient ce rôle. Très vite, l’homme préhistorique a su se
servir de son environnement, et plus particulièrement de la nature, pour commencer à
créer ses propres contenus. Enrouler dans des peaux de bête ou des feuilles, tailler
dans le bois ou dans la pierre… Toutes les matières étaient susceptibles de servir cet
usage. Puis vint, avec la découverte du feu, un nouveau tournant pour les techniques
de conditionnement : la terre cuite.
Plus tard, à l’Antiquité, elle sera utilisée notamment pour modeler des amphores qui
servaient à transporter le vin. Puis encore un peu plus tard, le verre et la porcelaine
entreront dans les composantes des contenants.
Au XIXe siècle, Nicolas Appert révolutionne le conditionnement grâce à une
invention majeure : la conserve3. C’est alors le fer blanc qui devient très vite la
référence mondiale en matière de conservation. Aujourd’hui encore, la conserve fait
partie du paysage industriel agroalimentaire aux côtés des bocaux en verre et autres
boîtes en carton.
Le « packaging » avait alors jusqu’ici un rôle purement fonctionnel : protéger,
conserver et transporter des denrées alimentaires.
2- Mission informative
C’est grâce à la révolution industrielle que le packaging connaît un nouvel essor.
La grande distribution est née et le packaging commence à y occuper une place de
choix. Dans les années soixante, les supermarchés et hypermarchés en libre service se
3
À noter que la boite en fer blanc à vue le jour au XVIIIe siècle mais qu'elle a été mondialement
utilisée un siècle plus tard – sources : Emballages magazine juin/juillet 2012.
7
développent et c’est dans le département de l’Essonne (91), et plus précisément dans la
ville d’Athis-Mons, que naît la toute première enseigne en 1971 : Euromarché –
devenu Carrefour en 1991. Les industriels accordent alors aux marquages des
conditionnements et emballages de plus en plus d’importance.
Le packaging n’est donc plus seulement une protection et un moyen de transports des
aliments mais bel et bien un support qui se revêt d’une dimension informative.
3- Mission esthétique
C’est au XIXe siècle que les industriels prennent conscience que l’emballage peut
à la fois avoir un rôle fonctionnel et également esthétique.
Et c’est notamment après la seconde guerre mondiale et grâce à « l’esthéticien
industriel » Raymond Loewy que la dimension design du packaging commence à faire
son chemin. Celui-ci s’est rendu compte que l’esthétique pouvait être un vrai argument
commercial pour contrecarrer les effets de la crise de 1929. Il développe et défend
cette idée dans son ouvrage éponyme : « La laideur se vend mal ». Depuis, les
marques redoublent d’inventivité pour proposer des emballages toujours plus
esthétiques et innovants.
4- Mission marketing
Dans les années cinquante, nous assistons à la création des premières techniques
de marketing. Les grands groupes agroalimentaires se développant à toute vitesse, les
industriels souhaitent se démarquer de leurs concurrents et connaître leur marché et
leurs consommateurs. Les fabricants sont alors en train de prendre peu à peu
conscience que la marque, et sa valeur aux yeux des consommateurs, est un élément
primordial pour vendre.
Se mettent alors en place des codes graphiques pour chaque secteur alimentaire. Si
nous prenons l’exemple du lait, le rouge représente le lait entier, le bleu le demi-
8
écrémé et le vert l’écrémé – idem pour les crèmes fraîches ou liquides. Ainsi que des
codes pratiques qui définissent un bon packaging tels que la règle des trois I : Impact
(puissance et simplicité), Information (hiérarchie des messages, évidence et
cohérence) et Innovation (avantage concurrentiel)4.
Aujourd’hui, le packaging, loin de sa fonction purement pratique de contenant pour
conserver/ déplacer une denrée d’un point A à un point B, est devenu un media à part
entière.
Pour conclure, voici un schéma résumé de mon propos qui récapitule toutes les étapes
du packaging de la préhistoire à 2020 :
source : Packaging, toutes les étapes du concept au consommateur, Jean-Jacques Urvoy et
Sophie Sanchez – Éditions Eyrolles 2007
4
Propos de Alain Sivan président de TBWA WorldHealth France dans Le packaging des produits de
grandes consommations, Éric Singler, éditions Dunod 2006 9
Problématique & hypothèses
Mes lectures ainsi que mes premières recherches, m’ont amenée à établir la
problématique suivante : dans une société en prise à des considérations écologiques de plus en
plus fortes, quelle légitimité aura le packaging demain ?
C’est donc nourrie de cette problématique et de questionnements personnels que j’ai
dégagé les hypothèses suivantes :
Le packaging fait partie intégrante de la stratégie des entreprises
Véritable vendeur silencieux des rayonnages, le packaging ne serait pas qu’un simple
emballage parmi tant d’autres mais occuperait un rôle majeur dans la stratégie globale des
marques.
Le packaging est le lien entre l’entreprise et le consommateur
Au-delà de son aspect « vitrine », le packaging endosserait le rôle, comme je le disais dans la
première hypothèse, de vendeur déshumanisé au service du client.
Le packaging est la vitrine de l’entreprise et de son discours
L’emballage ne serait pas seulement là pour faire « joli », il serait doté d’une mission
informative et chargé de retranscrire l’image d’une marque.
Le produit est un media à part entière
Dernier maillon de la chaine communicationnelle, le packaging pourrait être considéré
comme media du fait qu’il soit un support vecteur de message(s) textuel(s) et iconique(s).
10
Le packaging tend à disparaître totalement des rayonnages
En effet, si la société est portée par des préoccupations environnementales, l’emballage —
considéré comme objet polluant par excellence — devrait décliner au fil des années jusqu’à
s’éclipser intégralement des rayonnages de nos supermarchés.
Alors, afin de (in)valider mes hypothèses, j’ai mis en place un processus de recherches
en plusieurs étapes.
J’ai tout d’abord commencé par m’imprégner de sources secondaires que sont les diverses
études, infographies et autres présentations élaborées par des chercheurs, des chargés
d’études, des marques elles-mêmes…
Puis, dans un second temps, il m’a semblé inévitable de créer des sources primaires par le
biais d’un questionnaire administré à une cible donnée ainsi que des entretiens menés avec
des professionnels ayant une expertise sur mon sujet.
Bien sûr, cela ne s’annonce pas une mince affaire car, pour prendre un exemple, une étude de
terrain pour être pertinente doit s’appuyer sur un nombre conséquent de réponses, ce qui n’est
pas toujours facile à mener à terme.
Enfin, j’ai également mis en place un processus de Google Alerts afin d’être au courant de
manière journalière des actualités sur mon sujet. Un outil de veille précieux en somme.
11
II – Le packaging vecteur de sens : analyse sémiologique
En 1964, Roland Barthes, nous parlait de la sémiologie, en citant son fondateur
Ferdinand de Saussure, en ces termes5 :
Le mot […] date de Saussure : « On peut concevoir une science qui étudie la vie des
signes au sein de la vie sociale... ; nous la nommerons sémiologie. » Prospectivement
— puisqu'elle n'est pas encore constituée — la sémiologie a donc pour objet tout
système de signes, quelle qu'en soit la substance, quelles qu'en soient les limites : les
images, les gestes, les sons mélodiques, les objets et les complexes de ces substances
que l'on retrouve dans des rites, des protocoles ou des spectacles constituent, sinon
des « langages », du moins des systèmes de signification.
Jean-Marie Floch, dans son œuvre « Sémiotique, marketing et communication. Sous les
signes, les stratégies. » nous donne cette définition de la sémiologie appliquée à la
communication :
[…] la sémiologie (ou sémiotique) est d’abord une relation concrète au sens, une
attention portée à tout ce qui a du sens ; ce peut être un texte bien sûr mais ce peut
être n’importe quelle autre manifestation signifiante : un logo, un film, un
comportement… Cette formule dit encore que les « objets de sens » — comme on dit
— sont les seules réalités dont s’occupe et veut s’occuper la sémiologie. Ils constituent
le point de départ et le point d’ancrage de sa pratique : la sémiologie ne cherche pas à
rendre compte des réalités mathématiques, physiques, idéelles ou autres. Par contre,
le contexte dans lequel s’inscrivent ou apparaissent les objets de sens — le fameux
« contexte de communication » — sera pris en considération… à partir du moment où
il est lui-même abordé comme un objet de sens, comme un « texte ».
Nous pouvons alors définir le packaging comme un ensemble de messages à la fois
linguistiques et iconiques, faisant de cet objet un véritable vecteur de sens.
5
Roland Barthes, Présentation, Persée, collection « Communications, volume 4 », 1964, 3 pages
(extrait des pages 1 à 3).
12
1- Du support publicitaire à l’objet collector
Nous l’avons donc compris, la vocation du packaging de nos jours est d’être le
support du message d’une marque. Véritable vendeur silencieux des rayonnages
surpeuplés des hyper et supermarchés, le packaging fait sa réclame discrètement.
Media oui donc, mais pas que.
La première marque qui s’est engouffrée dans la brèche artistique, c’est Evian et ses
bouteilles en verre Millenium lancées pour le passage à l’an 2000. Puis, face au succès
rencontré par la collection, chaque année la marque d’eau minérale a pris l’habitude de
créer un nouveau contenant collector. Puis très vite, d’autres marques ont suivi. On se
rappellera notamment de Coca-Cola et de ses collaborations avec de célèbres stylistes
tels que Karl Lagerfeld, Jean-Paul Gaultier, Sonia Rykiel ou encore Marc Jacobs…
Les marques créent ainsi une attente vis-à-vis du consommateur, créant de manière
régulière des collections en séries limitées.
Ces packagings événementiels sont même devenus objets de convoitise, prisés telles
des pièces rares. Il s’est donc tout naturellement développé sur les sites de revente en
ligne (eBay ou Leboncoin par exemple), un commerce du packaging. Les internautes
n’hésitent d’ailleurs pas à revendre à prix d’or des packagings édités en séries limitées
qui rencontrent une vraie demande.
Et, au-delà du simple aspect événementiel, certains packagings sont élevés au rang
d’objet d’Art. Véritable vecteur de créativité pour les artistes, designers et graphistes,
le packaging inspire. S’inscrivant dans la mouvance de l’Art Contemporain, le
packaging trouve aujourd’hui sa place à part entière dans les galeries, musées et
expositions. À ce titre, une galerie intégralement dédiée à l’Art du design packaging a
ouvert ses portes en 2008. La Design Pack Gallery s’est installée au croisement de
hauts points culturels, entre les musées du Louvre, des Arts et Métiers et de la
Bibliothèque Nationale. La création de cette galerie a été impulsée par une agence de
design packaging P’Référence – dont les bureaux sont situés à l’étage du dessus – et
son président Fabrice Peltier.
13
Cliquez sur l’image pour accéder au site
L’idée ici était de changer la vision que le grand public a de l’emballage, à savoir rien
d’autre qu’un déchet ménager, en prouvant que le packaging peut être une œuvre
d’art. « La galerie accueillera en permanence des expositions thématiques et créera des
événements sur tout ce qui gravite autour de l’univers de la création des emballages.
La galerie proposera également régulièrement des conférences et des événements,
pour le grand public et pour les professionnels6. » explique Fabrice Peltier. Mais ce
n’est pas tout, la galerie propose également un espace boutique pour se procurer des
ouvrages sur le sujet ou repartir avec un packaging « d’exception » voire une œuvre
packaging pour soi ou pour offrir.
Aussi, nous pouvons citer en exemple le Musée des Arts et Métiers (Paris IIIe) qui
accueille depuis le 15 mai 2012, l’exposition Emballages alimentaires : l’innovation
est dans la boîte !.
Cliquez sur l’image pour accéder au site
Cette manifestation a même une vocation qui va au-delà de la simple notion artistique
de l’objet puisqu’elle se défend clairement d’un caractère écologique. Définitivement
ludique, voire même pensée pour sensibiliser les enfants, l’exposition retrace les
procédés de fabrication, les matériaux qui entrent dans la composition des packs et
6
Citation extraite du magazine Emballage Digest novembre 2008
14
énumère les bons gestes en matière de recyclage d’emballages. Preuve que le
packaging peut être éco-citoyen.
2- Un miroir de la marque
Le packaging se doit de marquer l’esprit du consommateur car en libre-service, il
est le dernier élément de la communication d’une marque. Et quand il remplit sa
mission et qu’il est automatiquement reconnu par le plus grand nombre, le packaging
devient un repère pour le consommateur.
Coca-Cola, du bonheur en cannettes
Que serait cette célébrissime marque de soda sans son vecteur de sens qu’est son
packaging rouge et blanc si reconnaissable ; sans cesse copié, jamais égalé ?
Mais Coca-Cola ce n’est pas qu’un packaging. Ce sont aussi des valeurs et notamment
une, pilier de leur communication : le partage, qui a toujours été présent dans l’ADN
de la marque. Dans une société où la consommation collaborative est en plein essor et
le partage une grande tendance actuelle, Coca-Cola s’insère avec ses packagings sur
ce créneau pour créer du lien avec et entre ses consommateurs.
La marque se positionne depuis quelques années comme un vecteur de bonheur, un
créateur de moments Coca-Cola. Et, ses deux dernières campagnes de 2013 illustrent
une nouvelle fois parfaitement ce message et prouvent la force du packaging.
15
Cliquez sur l’image pour voir la vidéo
Première vague : les prénoms
La marque a remplacé son nom par les 150 prénoms les plus portés en France ainsi
que par des mentions, telles que « un(e) ami(e) », parce qu’un Coca-Cola c’est bien
mais un Coca-Cola partagé c’est encore mieux. La marque a même été jusqu’à créer
un site dédié à l’opération : www.partagezuncocacola.fr, qui permet aux
consommateurs à la fois de voir si leur prénom a été édité ou au besoin de créer leur
propre canette en choisissant le prénom et le produit (Coca-Cola normal, light ou
zéro). Dans l’idée et si on se réfère à la signature de la marque « Ouvre un Coca-Cola,
ouvre du bonheur », Coca-Cola propose donc de s’offrir ou d’offrir à un(e) ami(e) une
dose de bonheur sous la forme d’une canette brandée7.
Cliquez sur l’image pour voir la vidéo
7
Comprendre « marquée » du nom de la marque
16
Deuxième vague : la canette à twister
Puis la marque a proposé de twister sa canette pour en faire 2 minis – la canette prend
donc une nouvelle dimension dans la matérialisation du bonheur à partager.
Le soda est donc une petite dose de bonheur que la marque invite à partager à deux.
Leonardo O’Grady, directeur IMC Coca-Cola ASEAN dit d’ailleurs à ce propos :
« […] La Sharing Can Coca-Cola s’inscrit au cœur de l’héritage de la marque fondée
sur l’optimisme et le partage depuis 170 ans8. » Alors même si pour des raisons
logistiques la sharing can ne sera pas commercialisée, Coca-Cola a une nouvelle fois
réussi à donner une nouvelle dimension à sa canette si emblématique : le packaging à
partager. Le principe n’est pas nouveau en soi, des packagings à partager à deux
existent déjà mais cela n’a jamais été fait pour des canettes. C’est donc une révolution
de rupture sur ce marché si normé, Coca-Cola démontre ainsi encore une fois sa
volonté d’innover et de partager ses valeurs avec le consommateur. Preuve que le
packaging est bel et bien un miroir de la marque.
Danone, la marque qui fait pots neufs
En matière de packaging, il me semble également inévitable de citer la récente refonte
des pots de yaourts Danone. Exemple de l’importance du design packaging s’il en est,
cette harmonisation de l’offre vient faire grand bruit au rayon de l’ultra frais. En effet,
c’est la première fois qu’une marque de ce secteur met clairement le packaging au
cœur de sa communication avec une accroche qui n’est pas passé inaperçue :
« Nouveaux pots Danone. Aussi beaux que bons. Même pour les yeux, c’est un
régal. » accompagnant une campagne print et TV.
8
Source : cbnews.fr juin 2013
17
Cliquez sur l’image pour voir la vidéo
La marque a donné comme nom de code à ce projet, sur lequel ses équipes travaillent
depuis trois ans, « K.I.S.S » pour « Keep It Simple and Safe9 ». Danone, géant de
l’agro-alimentaire, a souhaité revenir à l’essentiel, aux basiques en redessinant ses pots
de yaourts comme ils l’étaient aux premiers pas de la marque : ronds à la base avec le
plastique succédant au verre de l’époque. Chaque marque fille a, de surcroît, sa
couleur dédiée : violet pour les Taillefine, vert pour les Activia ou encore orange pour
les Danacol, rendant ainsi les produits facilement reconnaissables par rapport aux
concurrents dans les linéaires.
Mais qui dit retour aux essentiels de la marque ne veut pas dire has been, bien au
contraire ! Danone a voulu de cette manière donner un coup de fouet à son image, la
rajeunir, tout en véhiculant l’image d’une marque iconique et innovante.
Oui mais pas que. La marque a aussi répondu à un problème d’ordre majeur :
l’aérodynamisme de la cuillerée10. Effectivement, dans les anciens pots carrés, il était
difficile d’atteindre correctement le fond pour déguster son yaourt jusqu’à la dernière
bouchée. Se mettait alors en place une valse de coups de cuillère intempestifs qui en
énervait plus d’un. La marque a donc fait d’une pierre deux coups, à la fois en
rajeunissant sa marque et la rendant plus attractive dans les rayonnages ainsi qu’en
réglant un problème de taille qui tenait à cœur aux français.
9
Dans l’idée, la marque souhaitait proposer un produit à la fois simple et sûr.
10
Oui, il n’y a pas de petits problèmes, uniquement de grandes solutions.
18
3- Monoprix, le cas d’école
Créateur de sourires dans un monde morose
Monoprix est la marque du quotidien, leader des city-markets, qui a toujours mis un
point d’honneur à proposer à ses clients des produits de qualité. Et, face à une
concurrence toujours plus accrues des hyper et supermarchés qui proposent à des prix
attractifs des produits du quotidien et un délaissement de sa marque-enseigne M car
trop transparente, Monoprix a voulu donner de la visibilité à cette gamme et la rendre
plus désirable que les autres produits de ses linéaires.
Et, ce genre de produits de MDD (Marques De Distributeurs) n'implique
habituellement pas d'engagement de la part du consommateur. Coutumièrement, les
marques de grandes distribution n’accordent pas de crédit à leurs marques-enseignes
et ne font pas de la créativité leur cheval de bataille. Monoprix a réussi le pari
d’inverser ce mécanisme avec une communication pleine d’humour et d’intelligence
qui a permis d’exprimer l’état d’esprit de la marque sur fond de pop art – avec un clin
d’œil à la figure du genre : Andy Warhol. Revival des années soixante, époque où le
consumérisme était roi.
Monoprix a voulu prendre la parole en utilisant une campagne publicitaire qui revêt la
forme d’un manifeste qui prône ses valeurs. Telles des affiches politiques, des
bannières porteuses d’ambitions, les créations (aussi bien affiches que packagings)
sont empreintes d’un esprit militant et habillées de bandes horizontales sur lesquelles
on pose des mots11. Caroline Puons-Paitre, responsable du management de la relation
client Monoprix, disait à ce propos : « Le groupe n’est pas seulement un distributeur :
la logique de marque est essentielle. […] Monoprix est un marchand qui rassemble
autour de sa vision de marque et souhaite rendre accessible des produits et services
désirables et attractifs. Cette volonté de démocratiser le beau et le bon fait partie de la
marque12. » et Charlotte David, directrice générale de l’ex Havas City, de compléter :
11
Propos issus de mon interview de Julie Bresson-Darras, en annexe pages 3 à 5
12
Source : Monoprix, de la proximité à la proximité relationnelle – l’Atelier Le Hub de La Poste 2011
19
« L’esprit dans l’ADN de la marque, Monoprix a toujours parlé à l’intelligence des
clients. C’est un clin d’œil qui fait sourire et renforce la proximité relationnelle13. »
L’expérience consommateur qui fait du quotidien quelque chose d’unique
La promesse de Monoprix est claire : réveiller le quotidien des Français et casser la
routine des courses alimentaires à travers une campagne de mots pour la refonte de ses
plus de 2000 références de produits de tous les jours qui constituent son cœur de
marché. Et le choix de cette gamme n’est pas dû au hasard : c’est celle qui constitue le
plus de ventes en volume et qui détient le plus fort attachement client14. Un choix
résolument stratégique en somme.
Au-delà du plan medias incluant entre autres, des medias tels qu’une sur-couverture
du journal Libération, de l’affichage 4x3 et billboard, de la guerilla marketing, la
création d’une page Facebook dédiée ou encore tout un dispositif digital, les nouveaux
packagings de la gamme Monoprix se positionnent comme des medias à part entière et
viennent soutenir le discours de la marque. Un principe qui n’avait encore jamais été
mis en avant en France d’habitude plutôt répandu dans les pays anglo-saxons15. La
marque fait grand bruit dans le secteur alimentaire, une révolution se met en marche,
comme la marque le souhaitait.
13
Source : Monoprix, de la proximité à la proximité relationnelle – l’Atelier Le Hub de La Poste 2011
14
Propos issus de mon interview de Julie Bresson-Darras, en annexe pages 3 à 5
15
Seul la marque Michel & Augustin avait tenté ce pari auparavant mais rien de comparable d’un
point de vue d’échelle entre la PME et le géant Monoprix.
20
Du bon, du beau, peu cher et stylé
C’est un vent de fraîcheur qu’apporte Monoprix dans ses linéaires, une vraie
disruption dans un secteur aux codes pourtant bien ancrés. À l’inverse de ses
précédents emballages sans valeurs, complètement transparents dans les rayonnages
du supermarché, ces nouveaux packagings sont pêchus. Ils jouent sur la typographie et
les couleurs, le tout sur un ton audacieux pour des emballages résolument
différenciant. L’idée maîtresse était de provoquer l’étonnement en faisant parler les
packagings, leur donner une mission : porter l’ambition de la marque. Exit les
photographies non contractuelles et peu ragoûtantes des produits, jugées trop cheap et
peu glamour. Il s’agit ici d’interpeler le consommateur avec des jeux de mots pointus
pour provoquer l’amusement ainsi qu’un visuel qui détonne pour provoquer la
surprise. Monoprix souhaitait ainsi créer une affinité avec le consommateur et
renforcer son adhésion à la marque. Lors de notre interview, Julie Bresson-Darras m’a
d’ailleurs confié : « Nous voulions créer le sourire et provoquer une révolution dans
les conditionnements alimentaires insipides ! Nous avons cherché à rendre ces
nouveaux packaging à la fois simples, impactant, clairs et impertinents […] ».
Le produit ambassadeur durable de la marque
Et ce n’est pas prêt de s’arrêter ! Aurélie Fossoux16 me confiait à propos de la toute
récente refonte de l’identité de la marque Monoprix : « […] cette refonte de l’identité
de la marque n’implique en aucun cas un abandon des packagings rayés, bien au
contraire ! Il n’est absolument pas question de faire table rase de tout ce qui a été mis
en place depuis 2 ans, que ce soit en termes de positionnement ou de graphisme. Nous
sommes vraiment dans une logique de continuité de la précédente campagne, on
enfonce juste le clou.» Et Rémi Babinet, président de l’ex Havas City aujourd’hui
Rosapark, nous apprend d’ailleurs qu’un « pool de dix rédacteurs travaillent en
permanence sur les accroches Monoprix17 ». Les produits Monoprix n’ont donc pas
16
Voir l’interview croisée de Aurélie Fossoux et Julie Bresson-Darras en annexe pages 3 à 5
17
Source : magazine Stratégie Juin/Juillet 2011
21
fini de nous raconter leur histoire, la consommation n’a pas fini d’être un
divertissement et ce pour notre plus grand plaisir !
Ce cas de marque est une parfaite illustration de la force de l’esthétique en marketing.
Raymond Loewy aurait sûrement adoré cette campagne !
22
III – Le packaging et le comportement consommateur
1- La rencontre entre le packaging et le consommateur
Un consommateur qui rencontre un packaging c’est avant tout une histoire de sens.
Un design qui attire l’œil, une matière agréable au touché voire même à l’ouïe et
pourquoi pas un parfum qui ravit l’odorat. Autant de facteurs qui provoquent le désir,
déclenchent la prise en main et, dans l’absolu, l’achat.
À un moment de mon travail, je me suis demandée si le choix du produit, et par
extension du packaging, rentrait dans un rituel d’achat. C’est alors que je me suis
dirigée d’un pas décidé et curieux vers le supermarché le plus proche – un Monoprix
si je veux être précise – et que j’ai discrètement observé les consommateurs évoluer
entre les linéaires.
Et je peux donc affirmer que oui, dans la majorité des cas, le consommateur se livre à
une danse particulière lors de son processus de choix.
Tout d’abord, l’individu s’approche du rayonnage et le jauge dans son ensemble,
passant en revue l’intégralité des références présentes en rayon ; voyant une masse
uniforme et colorée. Puis, il se dirige naturellement vers le packaging qui lui donne le
plus envie, qui lui crie de le prendre en mains – souvent grâce à un design disruptif
(très coloré, ayant une forme atypique…) ou une marque connue, car la notoriété joue
un rôle majeur dans le choix du produit. Le consommateur regarde, en détail, sous
toutes les coutures, lit les instructions si le cœur lui en dit et jette un nouveau coup
d’œil global au rayon tout en gardant le produit en main18. Alors son œil peut aller se
poser sur un produit concurrent et lui faire reposer le premier packaging. Ici, deux
comportements sont alors possibles : le consommateur suit sa première intuition et
reprend le précédent produit ou il repart avec le deuxième voire même un troisième
s’il a l’âme versatile.
Le packaging a donc une triple mission. Il doit dans un premier temps, attirer le
consommateur grâce à un design impactant, puis finir de le séduire par un packaging
captivant et enfin emporter l’adhésion du consommateur pour finir dans son panier de
18
À noter qu’un produit qui est pris en main à tout de même 75% de chance d’être acheté – source :
Que sais-je ? Le Packaging
23
courses. Dans une société saturée de codes et régie par la vitesse, le packaging se doit
donc de développer des capacités de reconnaissance et de préférence fortes pour attirer
et fidéliser un consommateur sur-sollicité par les différents acteurs du marché. Et
sachant qu’un consommateur passe en moyenne 40 minutes dans un supermarché et
que le processus de choix de la marque excède rarement une minute en moyenne19, le
packaging se doit donc de développer également une identité visuelle forte et
facilement identifiable dans les rayonnages.
Mais attention, pour espérer devenir une référence, installer la marque dans l’esprit du
consommateur et provoquer le ré-achat, la mission du packaging ne prend pas fin une
fois passée la caisse du supermarché. Le produit doit continuer son rôle de séducteur
et ne pas décevoir le client à l’utilisation.
2- La relation entre le packaging et le consommateur
Le packaging fait partie intégrante du paysage des consommateurs. De la boîte de
céréales, au tube de dentifrice en passant par la conserve de haricots verts, les
packagings peuplent notre environnement quotidien. Et aujourd’hui, la principale
qualité demandée au packaging c’est la praticité. Dans une société où les modes de vie
sont multiples et tous très différents, le packaging doit s’adapter aux besoins de
chacun. La valeur « famille » n’est plus la référence, chaque individu à plusieurs vies
dans une vie. Les rayonnages ont donc vu fleurir des conditionnements de tous
formats allant du traditionnel pack familial aux doses individuelles en passant par les
packs nomades pour les consommateurs aux modes de vie déstructurés, laissant de
moins en moins de place aux repas dits traditionnels assis autour d’une table.
Et cette praticité revêt bien des formes aux yeux du consommateur : un format gourde
pour une compote ou un yaourt, une boîte élégante pour transporter les protections
hygiéniques de ces dames ou un système ingénieux de fils pour presser son sachet de
thé infusé.
Et, dans ce domaine du pratique, c’est l’ouverture facile qui arrive en tête – enfin
quand elle l’est vraiment car nombre de packagings arborent fièrement cette
19 Source : Que sais-je ? Le Packaging
24
appellation alléchante et peu tiennent vraiment leur promesse de facilité. L’ouverture
facile est donc un critère de poids qui peut faire pencher le choix du consommateur
vers un produit plutôt qu’un autre.
Le packaging est également, au-delà d’un contenant, un vrai repère pour le
consommateur. Même si la marque vient à changer de nom, le consommateur peut ne
pas s’en rendre compte si le design du packaging ne change pas. En effet, par habitude
de la forme, des couleurs… et donc par automatisme de l’acte achat, le consommateur
peut ne même pas se rendre compte que sa marque habituelle a évolué. Nous pouvons
alors dire que l’automatisation de l’acte d’achat amène la fidélité de l’acheteur. Le
consommateur met alors en place des heuristiques qui lui permettent de faire des choix
simples et rapides pour ne pas perdre de temps lors de ses achats.
Une marque nouvelle qui voudrait s’imposer sur le secteur hyper concurrentiel des
produits peu impliquant – tels que l’eau, le papier toilette ou les mouchoirs – devra
dépasser son rôle de simple vitrine de la marque pour ré-impliquer le consommateur
dans l’acte d’achat. Et ce, afin de susciter des réactions émotionnelles même pour ces
produits de prime abord purement rationnels et espérer se faire une place,
potentiellement de choix, dans l’esprit de l’acheteur.
Le packaging a donc pour vocation de réunir tous les consommateurs autour d’un
univers de marque commun. Le client se projette dans l’histoire d’un produit, d’une
marque et trouve ses raisons à son achat. La marque crée un lien de complicité avec le
consommateur en tentant de développer avec lui une connivence, de toucher ses
émotions.
3- Les grandes tendances alimentaires 2013
Le secteur alimentaire, et ses packagings, n’échappent pas aux tendances qui
dominent les marchés. Voici une revue des grandes tendances de 2013 et leur
explication.
25
Le green ou la naturalité
Dans le domaine des emballages, et notamment dans le secteur alimentaire, l’écologie
reste une préoccupation forte. Le packaging étant responsable d’une part importante
des déchets ménagers, et donc vecteur majeur de pollution20, les marques s’efforcent
de mettre en place des procédés d’éco-conception et des politiques de recyclage de
leur(s) produit(s). Mais le green n’est pas simplement une tendance, cela va bien audelà. Delphine Cadoche, directrice générale consumer branding de l’agence Dragon
Rouge, nous explique : « Le green est devenu un pré-requis incontournable. Ce
mouvement (du green, du bio, de l’équitable, du recyclable) est parti du militantisme,
mais s’émancipe fortement aujourd’hui et doit désormais être à la fois moderne, drôle,
beau, bon, etc21. »
Cette tendance du green ne veut donc pas dire packagings moralisateurs et
culpabilisants. Mais bel et bien objet qui se renouvelle et prend conscience de son
environnement en devenant éco-responsable et donc citoyen. En somme, des produits
à la fois utile mais aussi design.
Exemples de packagings éco-responsables.
Certaines marques vont même jusqu’à recycler elles-mêmes leurs propres packagings
pour leur donner une seconde vie. C’est notamment le cas de Coca-Cola, qui a réutilisé
ses canettes et bouteilles en plastique pour leur redonner vie sous la forme de chaises.
Cette initiative a été saluée par le prix du design durable en 2010.
20
Nous utilisons et jetons près de cinq packagings par jour et par personne – source sondage TNS
Sofres 2008
21
Citation extraite de l’article « Le packaging emballe l’alimentaire » CB News avril 2013
26
Cliquez sur l’image pour accéder au site
Le made in France ou le retour aux origines
L’appartenance à un terroir occupe aujourd’hui une place de choix sur le facing des
packagings. Nous voyons donc fleurir dans les rayons des made in France et autres
appellations de régions diverses. Les marques sont fières de brandir comme étendard
leur origine 100% française, vecteur de valeurs fortes telles que l’authenticité et le
savoir-faire. Cette appellation est également synonyme de qualité pour les
consommateurs, en réaction aux produits controversés made in China. La fabrication
française rassure le client, il est plus à même de faire confiance à la marque si elle
affirme qu’elle est d’industrie 100% française.
Tisanes glacées IN/FUSION made in France
Desserts aux fruits Charles et Alice 100% français
Cliquez sur l’image des tisanes pour voir le site qui vaut le détour !
Le drapeau tricolore est alors un gage de qualité pour les marques, une preuve de
transparence et de traçabilité de leur production et bien évidemment une marque de
leur engagement sociétal puisqu’elles font travailler la France et les français.
27
En sus, de cette manière les marques essaient de renforcer la proximité avec leurs
consommateurs. Béatrice Mariotti, vice-présidente de l’agence Carré Noir, nous dit à
ce propos : « Les marques ont besoin de (re)créer du lien avec les consommateurs. Et
c’est ce qu’elles font quand elles revendiquent leurs origines22. »
Le home made ou la « bricole » maison
Le fait maison dans l’alimentaire est en plein essor et les packagings se sont habillés
pour l’occasion. Nombre de produits proposent aux consommateurs de « mettre la
main à la pâte » – parfois même littéralement dans le cas des préparations de pâtes à
pizza ou à gâteaux. La participation du consommateur est un élément de poids à
prendre en considération dans sa stratégie. En effet, selon une étude TNS Sofres, pour
82% des français, les produits auxquels l’origine géographique confère un caractère
unique/ inimitable sont un axe d’innovation intéressant 23 . Et Laurence Bethines,
responsable du département tendances innovations chez Team Créatifs, nous apprend
d’ailleurs : « Les marques proposent désormais des produits alimentaires qui
permettent à la fois aux consommateurs de gagner du temps et d’avoir le sentiment de
cuisiner et de réaliser des produits faits maison24. »
Les bases de boissons Cocktail me
Les préparations pour gâteaux, pionnier du genre
22
Citation extraite de l’article « Le packaging emballe l’alimentaire » CB News avril 2013
23
Source : étude TNS Sofres pour le SIAL 2012 « Innovation alimentaire – Tendances et analyse
croisée offre et demande »
24
Citation extraite de l’article « Le packaging emballe l’alimentaire » CB News avril 2013
28
La customisation ou le boom de l’individualisme
Portée par une motivation clairement hédoniste, voire même égocentrique, la
personnalisation des produits s’étend également au secteur alimentaire. Les
consommateurs sont des êtres paradoxaux qui aiment s’identifier à un groupe et s’y
intégrer, tout en s’en démarquant en son sein. Delphine Cadoche de renchérir : « Les
marques doivent désormais créer des produits qui répondent aux exigences
d’égocentrisme de leurs consommateurs, tout en inventant des produits qu’ils peuvent
partager et consommer en groupe en restant différents et uniques25. »
Les M&M’s à customiser en ligne
Et bien sur, les canettes de Coca-Cola également en ligne
Less is more ou le minimalisme
En réaction aux packagings riches de contenus divers, tels que ceux proposés par
Michel & Augustin ou Ben & Jerry’s, qui usent du dessin pour habiller leurs
packagings, les marques veulent désormais faire preuve de sobriété.
L’idée ici est de (re)donner un élément d’identité distinctif aux marques – un ou des
signes différenciant : pictogramme(s), logo, couleur(s)… De cette manière, le
consommateur saura reconnaître et définir une marque ainsi qu’identifier clairement
un univers très rapidement grâce à ces éléments appelés key visuals. De la sorte, les
marques souhaitent tendre à devenir iconiques, reconnaissables parmi toutes grâce à
un design impactant parce qu’épuré et allant à l’essentiel.
25
Citation extraite de l’article « Le packaging emballe l’alimentaire » CB News avril 2013
29
La pâte à tartiner de la MDD Casino
Le lait du challenger Lait d’ici
Comme on peut le voir dans les rayonnages, ce sont plus les MDD ou les challengers
qui osent lancer des packagings « dépouillés26 » car le choix du minimalisme ne se fait
pas à la légère. Il faut abandonner/ retravailler des codes graphiques, supprimer des
informations et se recentrer sur le minimum, tout en en disant le maximum. Les
marques leaders y réfléchissent donc à deux fois puisque retravailler son identité –
d’autant si les consommateurs sont déjà clients – comporte des risques majeurs dont
un possible abandon de la marque car le consommateur ne la reconnaitrait plus ou ne
serait pas conquis pas le nouveau design.
Cette tendance trouve son apogée dans une autre tendance que nous verrons un peu
plus tard : le unlabelling.
26
Nous utiliserons ce terme avec précaution car un packaging minimaliste est le fruit, contrairement à
ce qu’on pourrait penser, d’une grande réflexion et non une création faite à la va-vite, qui consisterait
simplement à supprimer des éléments au hasard.
30
IV – Le packaging de demain : prospectives et recommandations
1- Packagings intelligents et interactifs
La
R&D
(comprendre
Recherche
et
Développement)
en
matière
de
conditionnement est sans cesse en ébullition. Secteur porteur s’il en est, l’emballage
alimentaire motive les industriels à toujours plus innover. Que ce soit les procédés de
fabrication ou les matériaux qui composent le conditionnement, le packaging est de
plus en plus performant et dépasse clairement aujourd’hui la simple fonction
protectrice. Faire qu’un produit se conserve plus longtemps, informer le
consommateur sur l’état de fraîcheur d’une denrée ou simplement sa qualité et/ou sa
traçabilité, sont autant d’avancées technologiques et scientifiques dans le domaine de
l’emballage alimentaire.
Nous pouvons alors aisément parler de conditionnements actifs voire même
intelligents car améliorés, boostés avec des nanotechnologies révolutionnaires.
Nous voyons donc se développer de plus en plus d’entreprises dédiées à ses
innovations packagesques. Un des acteurs remarquables de ce secteur est Ripe Sense.
Le concept : une pastille placée sur l’opercule de la barquette de fruits ou de légumes
change de couleurs en fonction de la maturité du fruit27. Passant du rouge, pour un
fruit ferme encore « vert », au jaune pour un fruit juteux à déguster sans attendre.
Cliquez sur l’image pour accéder au site
Mais il existe aussi des marques emblématiques qui décident de prendre également
part à l’essor de ces technologies. À ce titre, nous pouvons par exemple citer La Veuve
27
Ripe en anglais signifiant « mûr »
31
Clicquot et son tout nouvel emballage, à base de pomme de terre, baptisé « Naturally
Clicquot ». Mais que vient faire la patate là-dedans me direz vous ? Et bien c’est très
simple. La pomme de terre est faite d’amidon, composant qui peut être transformé en
biomatériau. Et les biomatériaux ont des propriétés spécifiques et notamment celle
d’être isotherme. De cette manière, la marque créée un emballage à la fois léger et
résistant, biodégradable et recyclable.
Cliquez sur l’image pour voir la vidéo
Ainsi la marque innove et réduit dans le même temps son impact environnemental. En
résumé, un packaging à la fois beau, pratique et éco-responsable.
2- Edible packaging, l’emballage 100% naturel
Né en 2009 de la collaboration entre un professeur d’Havard, David Edwards, et
un designer français, François Azambourg, l’emballage comestible est porté par leur
société Franco-américaine Wikicell.
Le principe : enrober les aliments tels que yaourts, fromages, cocktails ou glaces dans
une coque rigide comestible faite à partir de végétaux. Cet emballage alimentaire
comestible permet donc de protéger le contenu tout en supprimant les emballages
superflus, tels que plastique ou carton. De plus, la coque, au-delà de son aspect
protecteur, peut apporter une valeur gustative supplémentaire. En effet, étant
comestible comme son contenu, la coque peut aisément être aromatisée. Là encore, ce
32
sont des biomatériaux qui permettent cette avancée : la bagasse (fibre de la canne à
sucre) et l’algue qui composent la membrane et le suremballage28 des produits.
Cette innovation se base sur une logique naturelle, partant du principe que la nature,
elle, n’a pas besoin de packaging. La coque, qui possède ses propres valeurs
nutritionnelles, enveloppe donc l’aliment comme la nature le fait déjà avec la peau ou
l’écorce des fruits et légumes ou la coquille des œufs par exemple. L’enveloppe peut
donc tout à fait être lavée et dégustée sans danger pour la santé.
Depuis 2013, les plus curieux peuvent aller tester ces aliments d’un genre nouveau au
Wikibar29.
Cliquez sur l’image pour voir la vidéo
Cette révolution agro-alimentaire se veut une réponse à la problématique du recyclage
des emballages qui composent 32% des déchets ménagers30.
De plus, ce conditionnement permettrait de réduire les transmissions d’éléments
toxiques contenus dans les emballages plastiques, tel que le Bisphénol A par exemple.
Toutefois, malgré le caractère louable de l’initiative, cette invention soulève des
questionnements. Nous pouvons alors nous demander comment une telle innovation
de rupture va être accueillie par les français ? Comment réussir à changer les
comportements et habitudes alimentaires si marqués et ancrés en France ? Le produit
risquerait en effet de se heurter à des barrières psychologiques de taille : le fait
d’ingérer un emballage, qui plus est à l’aspect gluant et humide, et les questions que
cela soulève d’un point de vue sanitaire (comestibilité des composantes etc). Et, au 28
Oui, il existe en effet un suremballage pour ces emballages comestibles qui lui en revanche ne se
mange pas. Paradoxal, n’est-ce pas ?
29
4 rue du Bouloi Paris 1er
30
Source : ecocitoyens.ademe.fr
33
delà des préoccupations comportementales et hygiéniques, le produit est prévu
uniquement pour de petites quantités, se focalisant donc sur une dégustation
individualiste ou événementielle – petites bouchées entre amis pour un apéritif par
exemple.
Cette invention n’est pas sans rappeler la vaisselle comestible constituée d’agar-agar
développée par… David Edwards et François Azambourg, encore une fois31 !
Cette démarche du tout comestible va, elle aussi, dans le sens d’une tendance phare à
venir : le Unlabelling.
3- Unlabelling, le minimalisme poussé à son paroxysme
C’est en réaction à une mouvance minimaliste que la tendance du unlabelling32 fait
son chemin.
Mise en lumière sur le site web Trendhunter.com, le unlabelling prône un certain
retour à l’essentiel, aux basiques. Dans l’idée, la tendance s’inscrit dans la doctrine
« less is more33 » qui affirme qu’il n’y a nul besoin de noyer le produit et donc son
packaging ainsi que la marque et donc son logo, sous une masse de signes. L’idée est
alors d’épurer à son maximum pour faire de l’ultra simplicité une source d’inspiration
pour les marques et « soulager » les consommateurs las d’être trop sollicités.
Cliquez sur l’image pour voir la vidéo
31
Source : http://www.lexpress.fr/styles/design/quand-la-vaisselle-se-mange_954733.html
32
Comprendre « dé-étiquetage » en anglais
33
Expression utilisée dans de multiples domaines tels que l’architecture, le design etc pour prôner la
force du minimalisme.
34
Ainsi, cette tendance viendrait prendre le contre-pied de la surinformation voire même
de l’ « infobésité » que subissent la majorité des packagings. Fini les emballages
chargés, lourds, indigestes… bref une vraie « agglutination de symboles » pour
reprendre un terme que Roland Barthes utilise dans Rhétorique de l’image en 1964. Le
consommateur serait libéré des trop nombreuses informations visuelles qui viennent
encombrer son champ de vision.
4- Recommandations
Après toutes ces recherches et analyses, il est temps de nous demander ce qu’il va
advenir du packaging et ce que l’on pourrait en faire dans les années à venir.
Je vais tenter dans cette partie de répondre à ma problématique, énoncée en tout début
de ce travail, qui était la suivante : dans une société en prise à des considérations
écologiques de plus en plus fortes, quelle place le packaging a-t-il aujourd’hui et
quelle légitimité aura-t-il demain ?
Nous avons déjà vu tout au long de ce mémoire, quelle était la place du packaging
aujourd’hui. Nous allons donc nous intéresser ici à son devenir. Il convient pour cela
de s’intéresser aux futures tendances, de tenter de sentir par où le vent va tourner,
notamment en termes de comportement consommateur, d’habitudes alimentaires et de
design.
Comme nous avons pu le voir, grâce aux points précédents sur les prospectives
relatives au packaging et la réflexion générale de ce travail, je peux affirmer que le
packaging tend donc à être citoyen et éco-responsable tout en étant esthétique.
Se dégagent alors deux courants futurs qui influenceront les designs packagings que
voici expliqués ci-dessous.
La nouvelle sophistication
Le packaging veut être beau mais pas futile. Cette tendance joint donc l’utile à
l’agréable et repense intégralement les codes du secteur agro-alimentaire en terme
d’emballage. Fini les bouteilles en verre ou en plastique, l’eau sera contenue dans des
35
briques opaques, les olives seront en tubes à défaut de bocaux en verre et ainsi de
suite. Mais attention, cette tendance n’est pas la panacée d’hipsters qui veulent
consommer beautiful et différent. Non, le cœur de ce mouvement c’est surtout l’écoresponsabilité de ces nouveaux conditionnements. En effet, les packagings sont en
carton biodégradable plutôt qu’en plastique pour un environnement préservé et un
plaisir des yeux.
Le packaging évoluera donc vers quelque chose de toujours plus esthétique avec des
préoccupations environnementales fortes et donc une conscience citoyenne clairement
affichée. Il conviendrait donc dans les années à venir, voire même dès à présent, de
repenser les codes des packagings alimentaires et d’axer la communication des
marques autour d’un respect de l’environnement malin et esthétique. Une écocitoyenneté qui, à contre-courant de ce qui se fait à l’heure actuelle, ne serait plus
moralisatrice et accusatrice. Des conditionnements d’un nouveau genre qui pourrait
prendre exemple sur la marque Aquapax, précurseur en la matière :
La marque d’eau minérale naturelle Aquapax et son packaging en carton 100% biodégradable, inédit
sur le segment des eaux minérales du marché français.
La nourriture alternative
Les habitudes de consommation et les comportements alimentaires vont évoluer vers
deux tendances : la living & raw food et le food-building.
La première tendance, qui concerne les habitudes alimentaires, est le contre-pied des
produits manufacturés et industriels. Pour la living & raw food, il est ici à la fois
36
question de produits bruts, non transformés : racines, eau de coco, fruits et légumes
100% bio ou même produits par le consommateur lui-même, etc. Mais aussi des
nouveaux aliments, d’un genre encore peu ou pas exploré dans notre pays : les
insectes, la macro nourriture tels que les ferments lactiques, les vins biodynamiques,
les graines germées, etc.
Ces aliments, pour le moment encore marginaux, tendent à se développer sous peu.
C’est pourquoi le packaging devra s’adapter à ces évolutions et rendre attractifs ces
produits qui peuvent être rebutants de prime abord. En effet, culturellement, il semble
pour le moment difficile de vendre des sauterelles et autres larves vivantes au rayon
frais entre le jambon et les lardons. Le packaging devra donc revêtir un rôle éducatif et
ludique pour participer à l’éducation/la rééducation alimentaire des consommateurs
français.
La seconde tendance, elle, modifierait les comportements alimentaires. Le foodbuilding consiste à créer sa propre nourriture en assemblant et recréant sur le modèle
de ce que fait la nature. Alimenté par d’autres tendances comme le home made, le
constructivisme alimentaire rassure le consommateur en lui permettant de contrôler ce
qu’il consomme. Il crée le contenu et le contenant comme il l’entend et déguste le tout.
Ainsi, les préoccupations écologiques et sanitaires se voudraient maitrisées par le
consommateur lui-même. Comme nous l’avons vu un peu plus haut, c’est sur cette
tendance que des entreprises avant-gardistes, comme Wikicell par exemple, tentent de
surfer avec leurs emballages comestibles potentiellement constructibles par les
consommateurs.
37
Validation des hypothèses
Dans cette ultime partie, je reviendrai sur mes hypothèses et tenterai soit de les valider
soit de les invalider.
Le packaging fait partie intégrante de la stratégie des entreprises
+
Le packaging est la vitrine de l’entreprise et de son discours
Ici, il semble que nous soyons face à une double évidence, c’est pourquoi j’ai choisi de
finalement réunir ces deux hypothèses ensemble. Oui, le packaging fait partie à 100% de la
stratégie des marques. Il est un élément clé de leur discours et un miroir fidèle de leur image,
de leur positionnement et de leurs valeurs. Sans lui, les marques ne seraient que des produits
nus, dénués de sens — si ce n’est simplement leur sens primaire : ceci est une pomme VS ceci
est une pomme Gala ou encore ceci est un sablé VS ceci est un petit sablé rond et bon de
Michel & Augustin avec du beurre un peu salé. Le packaging est donc un vêtement
indispensable du produit pour lui donner sens dans le contexte d’une marque, pour en faire un
porte-étendard de son image et de ses valeurs.
Le packaging est le lien entre l’entreprise et le consommateur
Jadis, il y avait des vendeurs présents dans les rayons pour guider et informer les
consommateurs sur les produits qu’ils avaient en face d’eux. Désormais, c’est bel et bien le
packaging qui officie dans ce rôle. Tout en étant paradoxalement silencieux, le packaging
parvient à faire passer des messages, ceux de la marque qu’il représente, aux consommateurs.
Il est donc le dernier contact de la marque avec son public. Et certaines enseignes n’hésitent
pas à utiliser cet ultime espace pour prendre la parole de manière encore plus directe. Je pense
notamment aux packaging Michel & Augustin où les deux PDG emblématiques — Michel de
Rovira et Augustin Paluel-Marmont — s’adressent directement aux consommateurs et
instaure le dialogue à force de : « Notre secret pour voir la vie en rose ? 1/ Mangez peu ; 2/ De
tout ; 3/ Buvez de l’eau ; 4/ Dandinez-vous. C’est tout ! ». Le packaging est donc le dernier
support d’expression de la marque qui pourra continuer à exister au-delà du supermarché en
38
entrant et s’installant en dehors du lieu de vente dans le quotidien des consommateurs et se
faisant adopter par les français.
Le produit est un media à part entière
Une marque a beau faire des campagnes de communication pluri-medias (type 360 avec TV,
affichage, radio, street marketing, etc.), si elle n’a pas pris le temps de soigner son packaging,
c’est toute une partie de son socle communicationnel qui manque. Étant la touche finale de
toutes campagnes de communication pour un produit de grande consommation alimentaire, il
est alors impensable de faire l’impasse sur cet objet dans sa stratégie de marque.
C’était d’ailleurs clairement un des partis pris de Monoprix, Philippe Thobie, directeur du
marketing et de la marque Monoprix, confiait au magazine CB News en avril dernier : « Il
faut prendre le parti de faire du produit un véritable média. »
Le packaging tend à disparaître totalement des rayonnages
Force est de constater que les réfractaires du packaging, sous couverts de préoccupations
écologiques, sont nombreux. Et, les marques au fur et à mesure des années ont bien compris
que pour éviter toute levée de boucliers de ces consommateurs, il valait mieux marcher dans
leur sens à grand renfort de packaging éco-responsables biodégradables et donc respectueux
de l’environnement. Mais ce n’est pas pour autant que le packaging va déserter les
rayonnages. Non, il va s’adapter aux évolutions des modes de vie, des habitudes alimentaires
et des tendances de consommation mais en aucun cas disparaître. Le packaging n’est pas
seulement un déchet ménager dénué de d’intérêt, c’est aussi et surtout un vecteur de sens qui
véhicule des messages de marques et informe les consommateurs sur diverses choses
primordiales :
contenu,
composants,
date
nutritionnelles…
39
limite
de
consommation,
informations
Conclusion
Je me suis, tout au long de ce mémoire, alimentée de sources secondaires toutes plus
intéressantes les unes que les autres afin de tenter de répondre à ma problématique et de
valider ou non mes hypothèses. J’ai alors mis le pied à l’étrier avec Que sais-je ? Le
packaging qui m’a très vite emmenée vers le blog du théoricien du packaging s’il en est :
Jean-Jacques Urvoy, tout en faisant des détours vers des magazines papiers passionnants tels
que CB News ou Stratégie.
Bien sûr, qui dit sources secondaires, dit sources primaires. Me voilà donc partie pour
élaborer un questionnaire afin de mener ma propre étude de terrain qui m’aidera à étayer mon
propos et idéalement éclairer ma réflexion. C’est donc pleine de bonne volonté que j’ai créé et
administré mon questionnaire. Mais la réalité de ma démarche fut cruelle et les résultats
escomptés bien loin de mes espérances. En effet, outre une pertinence de mes questions
parfois discutables, j’ai du faire face à un évident manque de réponses. Vingt-quatre
seulement, quand on sait qu’une étude pour être pertinente et cohérente compte ses
participants par centaines, c’est un bien maigre résultat. Mais je n’ai pas pour autant baissé les
bras et j’ai tenté avec mes autres moyens de mener ce travail aussi loin que possible avec
détermination.
J’ai donc parfois essuyé certains échecs, dus notamment à des maladresses de ma part,
mais cela m’a permis de rebondir pour repartir d’un meilleur pied. J’ai pris beaucoup de
plaisir à effectuer mes nombreuses recherches, à en apprendre davantage sur ce sujet passion
et à mener à bien ce travail comme je le souhaitais. Et, j’ai eu beaucoup de chance d’avoir
l’opportunité de m’entretenir avec deux professionnelles — qui ont travaillé sur les
packagings de la marque Monoprix — pour mon interview.
Ce mémoire m’aura permis d’éclairer un sujet qui me tenait à cœur depuis un long
moment en en explorant une majorité des aspects. Je peux aujourd’hui apporter des éléments
de réponse pour tenter de répondre au mieux à ma problématique qui était : dans une société
en prise à des considérations écologiques de plus en plus fortes, quelle légitimité aura le
packaging demain ?
40
Mon but dans ce travail était de prendre le contre-pied des détracteurs du packaging —
ceux qui pensent que ce n’est qu’un déchet inutile qui pollue plus qu’il ne sert et qui en font le
symbole par excellence de la société de surconsommation — en montrant que l’emballage
peut aussi être éco-citoyen. Je pense qu’il faut arrêter de diaboliser le packaging en l’accusant
de tous les maux — je ne peux m’empêcher de faire le rapprochement avec la publicité, elle
aussi diabolisée à tort, mais c’est un autre sujet qui mériterai une thèse ! C’est donc une petite
pierre contre l’édifice des réactionnaires anti-consommation qui brandissent le packaging
comme un des étendards de leur mouvement. Le packaging est un symbole nécessaire au lien
marchand, une marque ne peut s’en passer totalement pour exister en rayonnage. Et, comment
le consommateur pourrait identifier un produit, connaître ses caractéristiques « techniques »
(composition, ingrédients…) sans le packaging ? Penser une société désempaquetée est donc,
à mon sens, une hérésie pure et simple.
Enfin, ce mémoire se veut être un avant-propos à mon futur métier de planneur
stratégique. En effet, scruter la tendance, étudier des phénomènes, décrypter des
comportements consommateurs… sont autant de missions que j’ai dû mener pour ce travail et
qui incombe au planneur stratégique.
41
Bibliographie
Magazines
CB News La folie du food
Philippe Thobie, « La tribune marketing », n°20, avril 2013, page 24.
Sophie Stadler, « Le packaging emballe l’alimentaire », n°20, avril 2013, pages 70-71.
Stratégies
Anne-Lise Carlo, « On fait quoi de mieux en publicité aujourd’hui ? », n°1638, 16 juin 2011,
pages 8-10.
Emballage Digest
Françoise Albasini, « La Designpack Gallery met l’emballage à l’honneur au cœur de Paris »,
n°533, novembre 2008, page 16.
Livres
Benoît Heilbrunn et Bertrand Barré, Que sais-je ? Le packaging, PUF, collection « Que saisje ? », février 2012, 128 pages.
Benoît Heilbrunn, Que sais-je ? La marque, PUF, collection « Que sais-je ? », mai 2010, 2e
éd., 128 pages.
Franck Cochoy, Une sociologie du packaging ou l'âne de Buridan face au marché, PUF,
collection « Sciences sociales et sociétés », février 2002, 232 pages.
Éric Singler, Le packaging des produits de grande consommation – Comprendre les
comportements d’achat et optimiser sa stratégie packaging, Dunod, collection « Fonctions de
l’entreprise », avril 2006, 237 pages.
42
Jean-Jacques Urvoy, Sophie Sanchez-Poussineau et Erwan Le Nan, Packaging : toutes les
étapes du concept au consommateur, Eyrolles, octobre 2006, 230 pages.
Marina Cavassilas, Clés et codes du packaging : sémiotique appliquée, Hermes Sciences
Publications, collection « Forme et sens », novembre 2006, 256 pages.
Philippe Devismes, Packaging : Mode d’emploi, Dunod, collection « Fonctions de
l’entreprise », avril 2005, 2e éd., 256 pages.
Raymond Loewy, La laideur se vend mal, Gallimard, 1990, 414 pages.
Jean-Marie Floch, Sémiotique, marketing et communication. Sous les signes, les stratégies.,
PUF, collection « Formes sémiotiques », septembre 1990, 233 pages.
Roland Barthes, Rhétorique de l’image, Persée, collection « Communications, volume 4 »,
1964, 11 pages (extrait des pages 40 à 51).
Roland Barthes, Éléments de sémiologie, Persée, collection « Communications, volume 4 »,
1964, 44 pages (extrait des pages 91 à 135).
Roland Barthes, Présentation, Persée, collection « Communications, volume 4 », 1964, 3
pages (extrait des pages 1 à 3).
Sites internet
Le blog de Jean-Jacques Urvoy
http://www.jeanjacquesurvoy.com/
Articles retenus :
http://www.jeanjacquesurvoy.com/art-culture/lart-et-le-packaging/
http://www.jeanjacquesurvoy.com/design-communication/le-packaging-ca-emballe/
http://www.jeanjacquesurvoy.com/art-culture/cest-quoi-le-premier-packaging-histoire-dupackaging-14/
43
http://www.jeanjacquesurvoy.com/art-culture/le-packaging-devient-informatif-petite-histoiredu-packaging-24/
http://www.jeanjacquesurvoy.com/art-culture/marque-et-packaging-petite-histoire-dupackaging-34/
http://www.jeanjacquesurvoy.com/art-culture/le-packaging-davant-le-digital-petite-histoiredu-packaging-44/
http://www.jeanjacquesurvoy.com/design-communication/ces-packagings-qui-sont-desmarques/
http://www.jeanjacquesurvoy.com/design-communication/packaging-un-seul-mot-plusieursfacettes/
http://www.jeanjacquesurvoy.com/design-communication/mais-ou-va-le-packaging-13/
http://www.jeanjacquesurvoy.com/design-communication/mais-ou-va-le-packaging-23/
http://www.jeanjacquesurvoy.com/design-communication/mais-ou-va-le-packaging-33/
Le site d’actualités publicitaires La Réclame
http://lareclame.fr/
Articles retenus :
http://lareclame.fr/56759+musique+danone+packaging
http://lareclame.fr/42963+absolut
Le « journal de 20h de la pub » Il était une pub
http://iletaitunepub.fr/
Articles retenus :
http://iletaitunepub.fr/2013/05/15/veuve-clicquot-a-la-patate/
http://iletaitunepub.fr/2013/06/01/sharingcan/
http://iletaitunepub.fr/2013/05/18/la-selection-packaging-du-mois/
http://iletaitunepub.fr/2013/05/28/packaging-des-bouteilles-de-biere-coulees-dans-du-beton/
http://iletaitunepub.fr/2013/05/28/packaging-des-bouteilles-de-biere-coulees-dans-du-beton/
44
Le site du prix EFFIE
http://www.effie.fr/
Article retenu :
http://www.effie.fr/pages/campagne.php?media=23&ID=13
Le répertoire des publicités We love ad
http://www.welovead.com/en/
Articles retenus :
http://www.welovead.com/en/works/details/9c0CjorE
http://www.welovead.com/en/works/details/81aDfspv
Le blog de La Simple Agence
http://www.lasimpleagence.com/
Article retenu :
http://www.lasimpleagence.com/strategie/le-packaging-associe-au-branding/
Le site du magazine Étapes
http://etapes.com/
Articles retenus :
http://etapes.com/un-designer-francais-experimente-le-pack-comestible
http://etapes.com/six-bouteilles-en-vert
http://etapes.com/2e-edition-du-prix-du-design-durable-de-coca-cola
http://etapes.com/ca-mache-fort
La mine d’or du design d’emballages, packagings of the world
http://www.packagingoftheworld.com/
Articles retenus :
http://www.packagingoftheworld.com/2013/03/togo-burger-student-project.html
http://www.packagingoftheworld.com/2013/03/made-in-brooklyn-student-project.html
http://www.packagingoftheworld.com/2013/02/maison-chatou-student-project.html
45
http://www.packagingoftheworld.com/2013/04/smithuis-bakery-student-project.html
http://www.packagingoftheworld.com/2013/04/made-in-brookyln-rooftop-gardenstudent.html
http://www.packagingoftheworld.com/2013/05/prescription-pilsner-student-work.html
Le site d’actus graphiques, pub et mode, La pause
http://la-pause.net/
Articles retenus :
http://la-pause.net/eatgo-par-lagence-frutodashiki/
http://la-pause.net/ecohols-reconditionnement-alcool/
http://la-pause.net/legalite-pour-le-yaourt-et-les-fruits/
http://la-pause.net/au-plus-pres-du-fruit/
Le webzine, Golem 13
http://golem13.fr/
Article retenu :
http://golem13.fr/winestar-vin-en-canette/
La « source #1 de pop culture », Konbini
http://www.konbini.com/fr/
Articles retenus :
http://www.konbini.com/fr/lifestyle/marc-jacobs-coca-cola-collaboration/
http://www.konbini.com/fr/3-0/adspiration-27-cool-funny-packaging/
46
Contacts
Faisons à mie à mie
Morgane Deboutin
morganedeboutin@gmail.com
+33 611 551 277
47
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising