Télécharger le dossier artistique

Télécharger le dossier artistique
!
!
!
!
Espèces d’espaces
Texte de Georges Pérec
Musique, adaptation texte : Philippe Hurel
Mise en scène, scénographie, costumes : Alexis Forestier
Direction musicale : Jean Deroyer / Pierre Roullier
Pour 1 soprano, 1 comédien, 12 musiciens, électronique et vidéo
Ensembles Court-circuit et 2e2m
Spectacle créé en mars 2012 avec l’ensemble 2e2m dans le cadre de la Biennale Musiques
en scène.
Reprise en 2016-17 avec les ensembles Court-circuit et 2e2m
Le spectacle a reçu, pour sa création, le soutien du FCL et d’Arcadi dans le cadre de l’aide à
la production, et recevra, pour sa reprise, l’aide à la diffusion d’Arcadi
!
Les espaces se sont multipliés, morcelés et diversifiés. Il y en a aujourd'hui de toutes
tailles et de toutes sortes, pour tous les usages et pour toutes les fonctions.
Vivre, c'est passer d'un espace à l'autre en essayant le plus possible de ne pas se
cogner.
G. Perec
Espèces d’espaces est un essai philosophique paru en 1974.
De l'espace de la page blanche à l'espace du vide sidéral, en passant par l'espace
urbain, Georges Perec examine son rapport à l'espace dans toutes ses dimensions.
Sans être narratif, le texte a donné à Philippe Hurel la possibilité de construire une
petite histoire traitant des choses de tous les jours, de la plus anodine à la plus
monstrueuse.
Il s’est ainsi inspiré de l’aisance de Perec à passer de la simple description aux
aspects les plus sombres de l’être pour écrire une partition vive et pleine de
contrastes.
Sur scène, différents « personnages » s’expriment dans un contrepoint nerveux : une
chanteuse, un acteur, un écran sur lequel certaines parties du texte sont projetées
ainsi qu’un haut parleur qui fait entendre des bribes de textes pré-enregistrées.
Le texte de Georges Perec offre de grandes possibilités d’interprétation et sa liberté
de ton permet un traitement musical riche et captivant.
Pièce pour 1 chanteuse, 1 comédien, 12 musiciens, dispositif électronique et vidéo
à partir du livre de Georges Perec
Musique et adaptation texte : Philippe Hurel
Mise en scène, scénographie, costumes : Alexis Forestier (cie Les endimanchés)
Création lumière : Matthieu Ferry
Création visuelle : Evi Kalessis
Assistante à la mise en scène : Léa Drouet
Réalisation informatique musicale et diffusion sonore : Alexis Baskind et La Muse en
circuit
Avec :
Soprano : Elise Chauvin
Comédien : Jean Chaize
Ensembles Court-circuit (clarinette, 1 cor, percussion, clavier déclencheur, violon,
contrebasse) et 2e2m (flûte, hautbois, 1 cor, accordéon, alto, violoncelle) et
Direction : Jean Deroyer et Pierre Roullier (en alternance)
Durée: 75 min
Création 14 mars 2012 au Théâtre de la Renaissance (Oullins) avec l’ensemble 2e2m
(direction musicale, Pierre Roullier), dans le cadre de la Biennale Musiques en scène de Lyon
Reprise novembre 2016
Tournée sur la saison 2016-17
Le texte
L’espace de notre vie n'est ni continu, in infini, ni homogène, ni isotrope. Mais sait-on
précisément où il se brise, où il se courbe, où il se déconnecte et où il se rassemble ?
On sent confusément des fissures, des hiatus, des points de friction, on a parfois la
vague impression que ça coince quelque part, ou que ça éclate, ou que ça cogne.
Nous cherchons rarement à en savoir davantage et le plus souvent nous passons
d'un endroit à l'autre, d'un espace à l'autre sans songer à mesurer, à prendre en
charge, à prendre en compte ces laps d'espace. Le problème n'est pas d'inventer
l'espace, encore moins de le réinventer (trop de gens bien intentionnés sont là
aujourd'hui pour penser notre environnement...), mais de l'interroger, ou, plus
simplement encore, de le lire; car ce que nous appelons quotidienneté n'est pas
évidence, mais opacité : une forme de cécité, une manière d'anesthésie.
C'est à partir de ces constatations élémentaires que s'est développé ce livre, journal
d'un usager de l'espace.
Georges Perec
L’action
Deux personnages occupent la scène : une chanteuse/actrice et un acteur. Deux
autres encore : un écran sur lequel certaines parties du texte seront projetées et un
haut-parleur qui fera entendre des bribes de texte préalablement enregistrées.
Ces différents « personnages » s'expriment dans un contrepoint nerveux, sans avoir
chacun une fonction définitivement claire. La chanteuse pourra chanter mais aussi
commenter, l'acteur pourra jouer mais aussi chanter, le haut-parleur pourra
annoncer, commenter, souligner mais aussi transformer et l'écran pourra annoncer,
commenter, énumérer, conclure...
La musique
Court propos sur un long travail pas à pas pour la composition d’un opus.
On a souvent le tort de ne voir en Perec que le virtuose de la langue capable de
mettre en place des opérations et des contraintes sophistiquées. La vie mode
d'emploi, La disparition, Quel petit vélo..., sont des livres dans lesquels certains
lecteurs ne vanteront que les opérations de contrainte. D'autres n'y verront que les
élucubrations d'un auteur original, « un individu barbu », amateur de calembours.
Ceux-là aussi passeront à côté de l'artiste qu'il fut.
Avec Espèces d'espaces, c'est un Perec moins radical que l'on découvre, et sous
une allure non narrative – bien que l'élargissement de l'espace chapitre par chapitre
soit cependant déjà une forme de narration – le livre donne la possibilité de
construire une « petite histoire » traitant des choses de tous les jours, en passant du
plus anodin au plus monstrueux. C'est cette aisance à passer de la simple
description – avec l'utilisation incantatoire de listes – aux aspects les plus sombres
de l'être qui m'a donné cette envie d'écrire une musique spécifique liée à
l’ouvrage.
Ma musique, sans être « perequienne » ou oulipienne, est organisée à partir de
contraintes et donne à entendre, sur le plan dramatique, des contrastes volontaires
entre tension et détente, « sérieux » et dérision. Par ailleurs, le travail que j'ai
développé depuis des années dans le domaine de la micro-variation à partir
d'éléments répétés et obsessionnels n'est pas loin du traitement des listes dans
l'écriture de Perec.
La composition de la partition s'est faite dans trois directions principales : la mise en
place de processus communs au texte et à la musique, l'utilisation d'une sorte de «
madrigalisme » qui apparaît de manière plus locale et enfin un traitement musical
plus libre lié à la rythmique du texte et à sa propre musicalité.
A propos de la scénographie qu'il a mis en place, Alexis Forestier nous dit « concevoir
une scénographie en quête de cette oscillation entre la logique descriptive et le
surgissement de l'inattendu. Comment franchir les seuils, passer d'un lieu à l'autre,
mais aussi d'une idée à une autre, sans se cogner ». C'est bien de cela dont il s'agit
aussi dans la partition, passer d'un espace à un autre, franchir le seuil de perception
qui créera l'inattendu et espérons-le, l’ « inentendu ».
Philippe Hurel
La mise en scène/ la scénographie
Où il sera question de passage, de franchissement de seuils, de perméabilité entre le
dedans et le dehors...
À la manière de ce que décrit Perec et dont se saisit le geste musical de Philippe
Hurel, il est question de décrire l’espace, de le nommer de le parcourir de telle sorte
que les signes tracés, disposés, agencés, désarticulés deviennent les territoires, les
frontières que nous pouvons à notre tour marquer, renforcer ou dissiper.
Perec nous fait entrer et circuler dans les lieux, du plus intime au plus lointain, dans
l’espace en tant qu’il nous est familier, connu, attendu. Et de cette circulation, de
ces trajets, il attend un déplacement des limites de notre perception : que se
produise une défamiliarisation, ou étrangéisation, que se profile à notre insu le
surgissement de l’inconnu, de l’étranger : « Jusqu’à ce que le lieu devienne
improbable jusqu’à ressentir, pendant un très bref instant, l’impression d’être dans
une ville étrangère, ou, mieux encore, jusqu’à ne plus comprendre ce qui se passe
ou ce qui ne se passe pas, que le lieu tout entier devienne étranger, que l’on ne
sache même plus que ça s’appelle une ville, une rue, des immeubles, des trottoirs... »
L’écriture de l’espace scénique doit se former dans cet intervalle entre le visible et
l’invisible, entre l’inventaire et l’invention. L’inventaire serait alors du côté de la
structure visible de l’espace et l’invention du côté de ce qui échappe à notre
perception immédiate... Concevoir une scénographie en quête de cette oscillation
entre la logique descriptive et le surgissement de l’inattendu... Comment franchir les
seuils, passer d’un lieu à l’autre, mais aussi d’une idée à une autre, sans se cogner. Il
s’agit d’inventer une mobilité, une fluidité de l’espace pour glisser ainsi
imperceptiblement, au fil du texte et de son traitement musical, du dedans jusqu’au
dehors, de l’habituel au non-frayé, de la trame à la trace, ...
Dans le mouvement de la mise en scène, nous nous sommes attachés à mettre en
place des systèmes d’analogie entre la structure du texte, les considérations qui en
émanent, le propos esthétique et l’écriture scénique en tant que telle, par l’utilisation
à proprement parler de l’espace...
Alexis Forestier
Georges Perec
auteur
Né en le 7 mars 1936 à Paris de parents
juifs polonais morts en déportation. Après
leur disparition, la littérature devient son
univers : études de littérature et de
sociologie à la Faculté des Lettres de
Paris ainsi que celle de Tunis. Il
commence à écrire en 1955 pour les «
Nouvelles » de la NRF et pour les « Lettres
nouvelles ». Il obtient en 1965 le prix
Renaudot pour son premier roman Les
choses, et le prix Médicis en 1978 pour La
vie mode d’emploi. Georges Perec est
mort à Paris le 3 mars 1982.
Philippe Hurel
compositeur
Après des études au Conservatoire et à
l’Université de Toulouse (violon, analyse,
écriture, musicologie), puis au Conservatoire
de Paris (composition et analyse dans les
classes d’ Ivo Malec et Betsy Jolas), il
participe aux travaux de la “Recherche
musicale” à l'Ircam 1985/86 - 1988/89.
Il est pensionnaire de la Villa Medicis à Rome
de 1986 à 1988. En 1995, il reçoit le SiemensStiftung-Preis à Münich.
Il enseigne à l’Ircam dans le cadre du Cursus
d’informatique musicale de 1997 à 2001. Il
est en résidence à l’Arsenal de Metz et à la
Philharmonie de Lorraine de 2000 à 2002. Il
reçoit le Prix Sacem des compositeurs en 2002 et le Prix Sacem de la meilleure
création de l’année en 2003. Depuis 1991, il est directeur artistique de l’Ensemble
Court-circuit.
Ses œuvres, éditées par Gérard Billaudot et Henry Lemoine, ont été interprétées
par de nombreux ensembles et orchestres sous la direction de grands chefs
internationaux.
En 2014 sera créé au Capitole de Toulouse son opéra Les pigeons d'argile composé
sur un livret de Tanguy Viel - mise en scène Mariame Clément, direction Tito
Ceccherini.
À partir de janvier 2014, il composera le dernier volet du cycle pour grand
orchestre Tour à tour. Ce cycle sera donné dans son intégralité à Radio France
dans le cadre du festival Manifeste 2015 par l'orchestre Philharmonique de Radio
France sous la direction de Jean Deroyer.
Ses prochaines pièces lui ont été commandées par l'ensemble Recherche de
Freiburg, l'ensemble Nikel de Tel Aviv, le quatuor Diotima, le Spectra ensemble. Par
ailleurs, en 2014, sortira un enregistrement discographique de Tour à tour III réalisé
par l'Orchestre Philharmonique de Monte Carlo sous la direction de Jean Deroyer.
Alexis Forestier
metteur en scène
Après des études d’architecture Alexis Forestier participe
en 1985 à la création d’un ensemble musical proche de
la scène alternative, Les endimanchés, groupe de
percussions qui s’inspire à la fois de la musique bruitiste et
de la chanson populaire. Il se passionne pour les
mouvements d’avant-garde et la relation qu’ils
entretiennent aux écritures scéniques ; cet intérêt accru
pour des formes qui mêlent plusieurs pratiques artistiques
le conduit à créer en 1993 la compagnie Les
endimanchés. Le premier spectacle Cabaret Voltaire est
inspiré de l’émergence et des recherches du
mouvement dada à Zurich. Ce premier travail oriente les
recherches esthétiques de la compagnie qui reposeront
sur la confrontation de composantes scéniques plurielles,
sur des principes de superposition ou de simultanéité.
Toutefois les travaux suivants se concentrent sur les écritures théâtrales retenues à la
lisière d’œuvres poétiques comme celle d’Henri Michaux ou René Char.
En 1998, soucieuse d’interroger le processus de création, les modalités et les
contingences qui le déterminent – dans une économie et une logique de
fonctionnement limitées – la compagnie propose le projet Quatre terrains
préparatoires qui voit le jour à Gare au théâtre à Vitry sur Seine et elle présente au
cours de la même saison La Fabrique du pré de Francis Ponge, L’Importance d’être
d’accord de Bertolt Brecht dans une forme opératique réduite à sa plus petite
dimension, L’Idylle de Maurice Blanchot et Quelque chose de l’eau de Cécile SaintPaul.
En compagnie de Cécile Saint-Paul, Alexis Forestier poursuit un travail sur les écritures
poétiques et les formes fragmentaires, sur la question de leur transposition théâtrale
et musicale.
En 2005, après avoir côtoyé la clinique de La Borde durant huit années en tant que
stagiaire puis bénévole, il monte L’Opéra de quat’sous de Bertolt Brecht avec les
patients et soignants de la clinique.
Les spectacles Sunday clothes (2005) et Inferno Party (2006) occupent une place
charnière dans le cheminement de la compagnie ; ils s’appuient d’une part sur la
mémoire musicale de celle-ci et interrogent en l’intégrant la présence de musiciens
sur le plateau.
Cette recherche voit un prolongement dans le dernier spectacle de la compagnie
Elisaviéta Bam de Daniil Harms où les comédiens produisent eux-mêmes la matière
sonore sur laquelle prend appui le texte.
Matthieu Ferry
créateur lumière
Né en France en 1974, Matthieu Ferry est
diplômé de l’ENSATT en section lumière
depuis 1999.
Dans le cadre de l’école il a travaillé avec
Pierre Pradinas, François Rancillac, Michel
Raskine.
Eclairagiste,
il
a
travaillé
notamment avec Claudia Stavisky, Joël
Pommerat, Jacques Falguières, Véronique
Vidocq, Martine Waniowsky, Bérangère
Vantusso, Claude Baqué, Guy Lumbroso, Philippe Labaune. Il conçoit son premier
décor avec Pour un oui ou pour un non mise en scène Philippe Carbonneau, avec
Emmanuelle Laborit, spectacle en langue des signes.
Il travaille au théâtre en croisant de temps en temps des expériences à l’Opéra,
avec Antoine Campo, Marjorie Evesque, Emmanuel Houzé, Guy Lumbroso, Florence
Meier, Serge Tranvouez, dans diverses institutions théâtrales.
Il lie sa formation vidéo à son travail scénique dans les spectacles de Philippe
Labaune et de Claude Baqué. Il oriente son travail de la lumière vers une écriture en
partition et improvisation en direct.
Il travaille avec Alexis Forestier autour du théâtre-concert, la Cie UNTM, Gaël
Leveugle, Noemie Carcaud et Camille Mutel.
Il interprète un spectacle en partition musique/lumière improvisée, The FLMB exp.
Il a été éclairagiste et scénographe sur Tableau d’une Exécution d’Howard Barker et
sur La Maladie de la Mort de Marguerite Duras mise en scène par Léa Drouet.
En 2011, Matthieu Ferry est nominé au Prix de la critique pour son travail sur l’Institut
Benjamenta, créé en mars 2011 à la Maison de la Culture de Tournai par la
compagnie Ad Hominem.
Evi Kalessis
vidéaste
Plasticienne et designer graphique, a étudié à l’École Nationale
Supérieure des Beaux-Arts d’Athènes et de Paris, avant d’obtenir
une résidence à la Cité Internationale des Arts et de s’installer
définitivement à Paris. Elle réalise plusieurs expositions personnelles
et collectives et en 1995, elle se forme aux nouvelles technologies
et entreprend des collaborations avec d’autres domaines
artistiques. Depuis 1997 elle collabore régulièrement avec le
Théâtre du Bout du Monde pour les habillages visuels et les vidéoprojections. En 2001, elle crée la vidéo pour la pièce de théâtre
Orénoque, mise en scène par Esther André au Théâtre du
Chaudron de la Cartoucherie de Vincennes. En 2006, elle réalise
les vidéo-projections pour le concert Ephémères pour l’ADDM22 (œuvres de
Messiaen, Markeas, Jouanneau). En 2008 elle crée les visuels pour Ezan-Ländler, de
A. Mengel, pour cor, dispositif électronique et vidéoprojection, dans le cadre du
Festival International des musiques d’aujourd’hui.
Elle est enseignante en art visuel et multimédia à l’Université de Marne-la-Vallée ainsi
qu’à École Supérieure d’Arts Appliqués Duperré.
Expositions personnelles : 2011, ART-ATHINA foire internationale d’art contemporain,
Athènes ; 2010, Locaux Herbert Smith, Paris; 2008, Locaux Landwell Paris ; 2007,
Locaux Denton Wilde Sapte Paris; 1995, Galerie Arch.I.Dé Paris, Cité Internationale
des Arts, Paris ; Galerie Antinor»Athènes.
Expositions collectives : Maison de l’Europe, Paris ; Centre d’Art Contemporain de
Rouen ; Espace Lexis-Logos, Athènes ; Galerie des Beaux-Arts, Paris Cité
Internationale des Arts, Paris ; Salon de Comparaisons, Salon de Réalités Nouvelles,
Salon de la Jeune Peinture, Grand Palais, Paris ; Galerie Center Point Tokyo, etc…
Alexis Baskind
Réalisateur en informatique musicale
Alexis Baskind est musicien, ingénieur du son et
auteur/consultant de solutions technologiques pour la
production audio et les systèmes d’écoute. formé à la prise
de son dans la classe de benoit fabre au conservatoire
national de région d'aubervilliers/la-courneuve, il suit
parallèlement des études scientifiques et techniques
(ingénierie électrique, traitement de signal, mathématiques
appliquées), et entre en 1999 à l'ircam où il mène des recherches en acoustique des
salles ponctuées par un doctorat en 2003. il collabore depuis avec de nombreux
compositeurs, musiciens et structures de production, dont l'ircam, le conservatoire
national supérieur de musique et de danse de paris, la campagnie des musiques à
ouïr et le centre international de recherche musicale. il a entre autres travaillé aux
côtés des compositeurs P. Leroux, A. Vigani, H. Parra, P. Amaral, F. Paris, P. Hurel, V.
Tarnopolsky, A. Markéas, H. Kyburz et du metteur en scène J.-F Peyret, dans le cadre
de productions studio et de créations de danse, théatre et musique mêlant
l'électroacoustique à un instrumentarium traditionnel. il collabore régulièrement sur
des projets artistiques et techniques nécessitant le développement de solutions
spécifiques de traitement et design sonore, et d’interfaçage avec des technologies
de captation gestuelle ou visuelle. ancien professeur d’ingénierie sonore à la
hochschule der populären künste fh (berlin), il donne régulièrement des cours
spécialisés en ingénierie sonore et en réalisation électroacoustique au sein de
conservatoires, universités, et instituts dédiés à la création musicale.
Jean Chaize
comédien
Né en France en 1954, il étudie le ballet auprès de Marika
Besobrasova à Monaco, Rosella Hightower à Cannes,
Youra Loboff à Paris et les mathématiques à l’ université
de Nice, ainsi qu’à celles de Montpellier et de Paris 7.
Dans les années 70 il travaille en France et en Espagne
avec divers chorégraphes, en particulier Georges
Golovine, Anne Béranger, Ethéry Pagava, Aline Roux, Lélé
de Triana et Luis Ruffo.
Il vit depuis 1981 en Allemagne et est engagé comme
danseur, d’ abord au théâtre d’ Etat de Kassel, puis au
théâtre national de Mannheim.
De 1988 à 2000, il est danseur au théâtre chorégraphique
de Johann Kresnik à Heidelberg, Brême et Berlin. Par ailleurs, il travaille comme
danseur et acteur avec de nombreux réalisateurs comme Pierre Roman, Christoph
Marthaler, Reinhild Hoffmann, Ruedi Häusermann, Franck Castorf, Luk Perceval,
Alexis Forestier, René Pollesch, Christoph Schlingensief, Karin Henkel et Martin Wuttke.
Elise Chauvin
soprano
Elise Chauvin débute le chant à
l’âge de 10 ans à la Maîtrise de
Paris (CRR de Paris) puis à École
Normale de Musique de Paris ou
elle obtient un master de chant
soutenu par la Fondation Zaleski
qui encourage son talent.
Dés sa sortie, Elise Chauvin est
engagée comme soliste dans
différentes
productions
et
interprète les rôles de : Echo
dans Ariadne auf Naxos de
Strauss (Théâtre de l’Athénée),
Noémie dans Cendrillon de
Massenet (Opéra de Massy), Pauline dans La Vie Parisienne d’Offenbach, Sasha
dans Vous qui savez...ou ce qu'est l'amour... (Opéra de Lyon), Jury dans Examen de
Stockhausen, Rita Garcia dans Avenida de los Incas 3518 de Fiszbein (Théâtre de
l’Athénée), Suor Infermiera dans Suor Angelica de Puccini, La Fille/ La Femme/ La
Voleuse dans Le Balcon de Eötvös (Théâtre de l’Athénée et Opéra de Lille), La
Chouette et la Pastourelle dans l’Enfant et les Sortilèges de Ravel (Opéra de Lyon) ,
Espèces d’Espaces de Hurel (Biennal de Lyon), Mystère des mystères de Forestier
(Subsistance de Lyon, Théâtre de l’Echangeur à Paris, CDN de Montreuil), Despina
dans Cosi Fan Tutte de Mozart (Opéra de Massy) Il Giardino di Sara de Sciarrino (Villa
Medicis), Arboretum: of myths and trees de Soh (Festival Manifeste, Ircam ), Cantus
de Hurel (Théâtre de Gennevillier), Greta Samsa La Metamorphose de Levinas
(Théâtre de l’Athénée, Festival Musica de Strasbourg), Sitis dans Le Livre Job de
Tabachnik (Cité de la Musique de Paris)…
Pierre Roullier
direction musicale
Pierre Roullier intègre le CNSMD de Paris et en sort premier
nommé, puis collectionne les prix internationaux
(München, Rotterdam, Martigny) et nationaux (Fondation
Menuhin, soliste de Radio- France, tribune Jeunes solistes)
avant de devenir Flûte solo de l’Ensemble Orchestral de
Paris à sa création. Il se consacre pendant plusieurs
années à une carrière de soliste et de chambriste qui
l’amène à se produire dans les plus grandes salles à
travers le monde. Flûtiste des principaux ensembles de
musique de création parisiens, il initie un large répertoire
de pièces qui lui sont dédiées.
Il décide de se consacrer à la direction. Invité par les
maisons françaises d'opéra, l'Orchestre de Sofia ou
l'Orchestre Symphonique d'Osaka, il dirige l'Orchestre des
Pays de la Loire, l'Orchestre National d'Ile-de-France,
l’Orchestre de Bordeaux et se produit au Konzerthaus
Berlin, à la Kunsthalle Bremen, au Wiener Festwochen, au Théâtre San Martin de
Buenos Aires, à l'Opéra Bastille, à l’Opéra Comique de Paris, au Théâtre du Châtelet,
au Théâtre de Rouen, à Radio- France, au Festival d’Avignon.
Son répertoire, outre les œuvres majeures, contient plus de 180 premières et ses
enregistrements couvrent un vaste champ, de Jean-Sébastien Bach à Tôru Takemitsu
et Paul Méfano, de Beethoven à Dusapin, Strasnoy et Bedrossian. Ils sont salués par
la critique et ont reçu des récompenses prestigieuses de l'Académie du Disque
Français, de l'Académie Charles Cros et de l'Académie du Disque Lyrique.
Pierre Roullier est le directeur de l'Ensemble 2e2m depuis 2005.
Jean Deroyer
direction musicale
Chef d'orchestre français né en 1979, Jean Deroyer
intègre le CNSM de Paris à l'âge de quinze ans où il
obtient cinq premiers prix. Il est régulièrement invité à
diriger des orchestres de stature internationale.
En 2008 il prend la direction musicale de l’ensemble
Court-circuit. Par ailleurs, il bâtit une relation privilégiée
avec
l'Ensemble
Intercontemporain,
qu'il
dirige
régulièrement.
En
août
2007,
il
se
produit
dans Gruppen de Stockhausen - pour trois orchestres et
trois chefs - dans le cadre du festival de Lucerne avec
Peter Eötvös et Pierre Boulez. En septembre 2007, il est
invité à diriger l'Orchestre de Paris à la salle Pleyel et retrouvera cet orchestre à
plusieurs reprises lors des saisons suivantes. Il dirige régulièrement l'Orchestre
Philharmonique de Radio-France avec lequel il enregistre Cellar Door de Thomas
Roussel, sorti en février 2008 chez EMI Music.
En 2010, il crée Les Boulingrin, opéra de Georges Aperghis à la tête du Klangforum
Wien à l'Opéra Comique, dans une mise en scène de Jérôme Deschamps. Il dirige
ensuite Pelléas et Mélisande à l'Opéra de Rouen et l'Orchestre Philharmonique de
Radio-France dans Ariane et Barbe Bleue de Paul Dukas, puis l'opéra Der Turm de
Claude Lenners au Grand Théâtre du Luxembourg avec l'Orchestre Philharmonique
du Luxembourg ainsi que JJR de Philippe Fénelon mis en scène par Robert Carsen
au Grand Théâtre de Genève. Parmi ses prochains engagements, signalons des
concerts avec l'Orchestre National de France, le BBC Symphony Orchestra,
l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l’Orchestre de Chambre de Lausanne,
l'ensemble Modern et le Sinfonia Varsovia.
L’Ensemble
2e2m
L’Ensemble 2e2m, fondé en 1972 par le
compositeur Paul Méfano, est l’un des plus anciens
et des plus prestigieux ensembles français
consacrés à la création musicale d’aujourd’hui. Le
sigle qui le désigne et qui signifie « études et
expressions des modes musicaux » est devenu un
acronyme - mieux, une devise garante de
pluralisme et d’ouverture. Manière de dire que
l’Ensemble n’a rien ignoré de ce qui s’est pratiqué
depuis plus de quatre décennies.
L’Ensemble a créé plus de six cents partitions. Plus important semble le fait que, bien
avant d’autres, 2e2m révèle aux publics nombre de compositeurs considérés
comme essentiels et crée un répertoire d’œuvres qui deviennent des jalons.
L’Ensemble est un interprète incontournable des scènes nationales et
internationales. Sans omettre l’éventail de tous les styles - classique, moderne et
récent - 2e2m se veut dorénavant aussi acteur des nouvelles mixités artistiques
L’ensemble
Court-circuit
Le compositeur Philippe Hurel et le
chef
d’orchestre
Pierre-André
Valade créent l’ensemble Courtcircuit en 1991. Ensemble « créé
par un compositeur pour des
compositeurs », Court-circuit s’est
affirmé d’emblée comme un lieu
d’expérimentation,
un
projet
artistique qui valorise une intense
prise de risques dans un esprit de
liberté totale. Au-delà de son nom
en forme d’étendard, c’est aux
musiciens et à leur chef Jean
Deroyer
qui
l’animent
avec
détermination et virtuosité, que
Court-circuit doit son identité nerveuse, rythmique, incisive. Partenaire recherché des
compositeurs, l’ensemble assume joyeusement son rôle d’agitateur de la scène
contemporaine internationale.
Court-circuit est l’invité des programmations internationales les plus dynamiques.
L’ensemble s'implique dans des projets interdisciplinaires qui excèdent la sphère de
la musique contemporaine : création de ballets (Lagraa/Preljocaj) avec l'Opéra de
Paris, création d’opéras de chambre avec le Théâtre des Bouffes du Nord, cinéconcerts….
En 2012, l’ensemble s'implante dans les Hauts-de-Seine et s’établit en résidence au
CRD de Gennevilliers en 2014-15 avant d’être accueilli en résidence au Théâtre de
Vanves en 2015-16.
L’ensemble est régulièrement sollicité pour participer à des programmes européens.
Sa discographie est riche d’une quinzaine d’enregistrements qui reflètent son vaste
répertoire.
!
la Muse en Circuit
Centre National de Création Musicale
Centre national de création musicale, La Muse en Circuit est un
espace dédié aux musiques contemporaines, qu’elles soient
électroacoustiques, mixtes ou instrumentales. Ses studios accueillent
compositeurs et instrumentistes, mais également des artistes dont les
préoccupations croisent celles de la musique liée aux technologies
(spectacle vivant, installations, performances...). La Muse en Circuit,
à travers ces résidences, donne les moyens de l’expérimentation et propose un
accompagnement artistique et technologique qui peut trouver, dans le cadre de sa
saison de diffusion, une programmation notamment lors de son festival Extension. Elle
organise tous les deux ans le concours international Luc Ferrari dédié à l’art
radiophonique.
La transmission et la formation sont une part importante de ses activités. Ces
«pédagogies» s’inscrivent aussi bien dans le champ de l’enseignement généraliste,
de l’enseignement spécialisé, qu’en direction du grand public. La Muse en Circuit
développe un travail de recherche et de « veille » technologique, indispensable
pour faire vivre l’art musical de demain. Enfin le label discographique Alamuse est
une autre manière de valoriser tout ce travail et les œuvres qui en sont issues et de
les transmettre au public.
!
!
!
!
!
!
!
!
!
!
La presse en parle
Resmusica - mars 2012
Pour son premier opéra, Philippe Hurel a réalisé un coup de maître. (…)
Dans l'impressionnant catalogue de Perec, Philippe Hurel a choisi Espèces d'espaces, dont le
sous-titre est : tentative d'épuisement d'un lieu parisien. (…)
Dans sa partition, Philippe Hurel fait écho à tous ces plis et replis, grâce à de vifs contrastes
de tempo, de densité polyphonique, d'expression vocale (une soprano et un comédien), de
matériaux bigarrés (son écriture de nature spectrale mais aussi une chanson populaire) et,
surtout, de ton. Initialement futile, l'expression plonge, petit-à-petit, dans des univers - sonores
comme mentaux - de plus en plus anxieux, jusqu'à frôler, avec pudeur, cette barbarie nazie
qui avait englouti les parents de Georges Perec (son père tué à la guerre, sa mère assassinée
en déportation). Philippe Hurel parvient à créer, en musique, le suspense angoissant qui
tenaille tout lecteur de Claude Simon ou tout auditeur de Franz Schubert. Indiscutablement,
cette œuvre bouscule, et sème un trouble que seule un longue décantation dissipera. Alors
en surgiront les puissantes lignes de force et la mémoire des différents instants qui l'ont
constituée.
Réalisée dans une très modeste économie, la mise-en-scène privilégie la mobilité des deux
acteurs et le jeu avec des éléments (structures scénographiques ou cadres de tableaux) qui
décomposent l'espace rationnel et créent d'inattendues aspirations au vide. Les deux
interprètes (tant l'éclatante Élise Chauvin que le comédien Jean Chaize, faussement
placide) sont idéaux, que jamais l'alerte rythme scénique ne trouble. Dirigeant son talentueux
2e2m, Pierre Roullier achève de faire de ce spectacle un rare moment de théâtre lyrique et
musical.
Franck Langlois
Mouvement.net
Quant au compositeur Philippe Hurel, cela faisait bien longtemps que lui trottait dans la tête
l'idée de s'emparer d'Espèces d'espaces, chef-d'œuvre inclassable de Georges Perec (en
témoigne son Cantus, hommage à l'écrivain composé en 2006), sans trop savoir par quel
bout le prendre. Après mûre réflexion, le voilà qui débarque avec une œuvre scénicomusicale également inclassable, et tout aussi délirante, dans sa rigueur d'écriture, que le
texte de l'oulipien… La musique de Hurel témoigne d'une compréhension profonde de ce
même texte, doublée d'une joie sans mesure. Indubitablement sensible à l'humour de
l'oulipien, ainsi qu'à ses blessures intimes, Philippe Hurel a écrit une partition absolument
magnifique qui, en même temps qu'elle souligne le verbe, esquisse un même projet
d'épuisement de l'espace musical. Empruntant tour à tour aux registres de la musique
populaire (lorsqu'il s'agit de rues parisiennes), de la comptine enfantine (lorsqu'il s'agit de
géographie, ânonnée en chantonnant comme une leçon d'écolier), du jeu télévisé (lorsqu'il
s'agit de décrire pas à pas la journée d'une famille lambda dans son appartement), de la
musique militaire (lorsqu'il s'agit de défense du territoire), Philippe Hurel fait chanter la
jouissance proprement enfantine, parfois surréaliste et souvent iconoclaste, de Georges
Perec… Ecrite pour une comédienne soprano (l'admirable Élise Chauvin) et un comédien
(Jean Chaize), elle alterne le chanté et le parlé et joue parfaitement sur le contraste de ces
deux registres, mais sans explorer l'entre-deux. S'appropriant la pensée de Perec tout en la
respectant avec un amour évident, Philippe Hurel n'en tient pas moins là un ouvrage
exceptionnel.
Jérémie Szpirglas
Concertonet.com - mars 2012
Tenter de « mettre en musique » l'ouvrage éponyme (1974) de Georges Perec constitue une
gageure tout aussi folle que de le « mettre en scène », mais Philippe Hurel (né en 1955), qui a
adapté lui-même le livre, et Alexis Forestier relèvent le défi de façon convaincante et, surtout,
coordonnée: ils offrent en effet un spectacle sui generis de 75 minutes qui tient du théâtre
musical, même si le programme parle incidemment d'opéra à propos de la partition. Par
petites touches, avec ses signatures familières - ses énumérations, son amour du langage, ses
embardées vers l'absurde, ses jeux littéraires, ses souvenirs mais aussi son évocation des
camps où périt sa mère - l'écrivain mène dans ce « journal d'un usager de l'espace » une
réflexion aussi profonde que poétique sur cette notion d'espace qui, de l'aveu même d'Hurel,
« ne peut laisser insensible un compositeur - la musique traite en grande partie de l'espace »,
afin d'en saisir la « concrétude » qu'expriment les derniers mots, « laisser une marque, une
trace, un sillon ou quelques signes ».
En partie préenregistré sur une bande qui comprend par ailleurs divers sons et bruitages, le
texte est confié à un comédien et à une soprano, sonorisés comme le petit ensemble
instrumental qui les accompagne (flûte, hautbois, clarinette, deux cors, violon, alto,
violoncelle, contrebasse, accordéon, percussion). Le dispositif scénique joue lui-même avec
l'espace défini par le plateau: au début, le chef de l’ensemble 2e2m, le chef Pierre Roullier,
se situe à l’avant-scène côté cour, dans la diagonale opposée à ses musiciens, dissimulés par
un écran transparent. Chef et écran, comme les autres éléments du décor - portique
métallique où pendent différents objets et où l'on fait aussi mine de se pendre, tableaux noirs,
deux tables (d'orientation?) rectangulaires, deux tabourets - changent de place durant la
représentation pour investir l'espace de manière sans cesse différente. Au fond, quelques
mots et les pictogrammes ludiques de la « création visuelle » d'Eva Kalessis sont projetés sur
cinq étroits panneaux verticaux accolés (et mobiles). Au fil du spectacle apparaissent
également un sommier métallique, des maquettes de villes imaginaires et un buzzer artisanal
servant à un cocasse quiz télévisé ponctué par une horloge parlante.
Jean Chaize et Elise Chauvin se plient à une direction d'acteur insaisissable et
remarquablement variée, s'apparentant non seulement au théâtre, mais aussi à la danse, au
mime ou même au cirque: il ne fait pas de doute que la démarche très inventive de Forestier
et la musique à la fois souple et vive d'Hurel, se mettant au diapason perequien avec des
clins d'œil à la chanson réaliste ou à La Marseillaise, leur doivent beaucoup.
Simon Corley
Classique d'aujourd'hui, blog d'actualité de la musique classique et contemporaine - mars
2012
La rencontre de Philippe Hurel avec Georges Perec apparaît d’une logique imparable.
L’humour à froid, le sens singulièrement ludique du texte, l’amour de la joute verbale, des
situations abracadabrantes, de la dérision, un humour acerbe et grave leur sont communs. Ils
ne pouvaient que se rejoindre dans Espèces d’Espaces, où l’écrivain évoque les petites
choses de tous les jours, du plus anodin au plus monstrueux, ce qui ne pouvait que séduire un
compositeur dont la musique traite essentiellement d’espace et de temps. (…)
Spectacle à deux personnages s’exprimant chacun sous une forme différente, l’un parlant
l’autre chantant, Espèces d’Espaces adapté sous forme de livret par le compositeur tient à la
fois du théâtre et de l’opéra. Faite d’accessoires divers aux géométries changeantes répartis
dans l’espace et allant en évoluant au fur et à mesure du déroulement d’un spectacle de
soixante-dix minutes réalisé par Alexis Forestier, la scénographie dessine une multitude
d’espaces, des plus petits aux plus grands, et de toutes les formes dans lesquels se meuvent
avec grand naturel les deux acteurs de l’action, la soprano Elise Chauvin, voix lumineuse et
corps flexible, et le comédien Jean Chaize, tout aussi souple, tandis que côté cour à l’arrière
scène, onze musiciens jouent une partie aux pourtours circonscrits pour l’essentiel aux tutti et
aux variations évoluant lentement dans un registre étroit tel un magma dans lequel puisent
leur énergie les deux personnages et d’où émergent des élans de musiques populaires et des
citations de la Marseillaise plus ou moins déformées, tandis que la partie électronique,
réalisée et diffusée par Hurel à la Muse en circuit, instaure une atmosphère tendue voire
menaçante. Si l’on sourit parfois au texte, il est impossible d’oublier la gravité du propos, que
l’orchestration de Hurel rappelle continuellement, l’air de rien, mais avec une redoutable
efficacité.
Bruno Serrou
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising