FACULTE DE MEDECINE DE TOURS - Université François Rabelais

FACULTE DE MEDECINE DE TOURS - Université François Rabelais
Académie d’Orléans –Tours
Université François-Rabelais
FACULTE DE MEDECINE DE TOURS
Année 2013
N°
Thèse
pour le
DOCTORAT EN MEDECINE
Diplôme d’Etat
Par
VENOT-GOUDEAU Elodie
Née le 6 décembre 1983 à Châteaudun
Présentée et soutenue publiquement le 22 octobre 2013
TITRE
Comment les médecins généralistes d'Eure-et-Loir formés par le
Réseau Santé ou Tabac 28 évaluent-ils leur modification de
pratique dans l'accompagnement au sevrage tabagique ?
Jury
Président de Jury :
Madame le Professeur Anne-Marie LEHR-DRYLEWICZ
Membres du jury :
Monsieur le Professeur Claude LINASSIER
Monsieur le Professeur Emmanuel RUSCH
Monsieur le Docteur Jean-Yves BACHELIER
Madame le Docteur Catherine ROUÉ
1
UNIVERSITE FRANCOIS RABELAIS
FACULTE DE MEDECINE DE TOURS
DOYEN
Professeur Dominique PERROTIN
VICE-DOYEN
Professeur Daniel ALISON
ASSESSEURS
Professeur Daniel ALISON, Moyens
Professeur Christian ANDRES, Recherche
Professeur Christian BINET, Formation Médicale Continue
Professeur Laurent BRUNEREAU, Pédagogie
Professeur Patrice DIOT, Recherche clinique
SECRETAIRE GENERALE
Madame Fanny BOBLETER
********
DOYENS HONORAIRES
Professeur Emile ARON (†) – 1962-1966
Directeur de l’Ecole de Médecine - 1947-1962
Professeur Georges DESBUQUOIS (†)- 1966-1972
Professeur André GOUAZÉ - 1972-1994
Professeur Jean-Claude ROLLAND – 1994-2004
PROFESSEURS EMERITES
Professeur Alain AUTRET
Professeur Jean-Claude BESNARD
Professeur Patrick CHOUTET
Professeur Guy GINIES
Professeur Olivier LE FLOCH
Professeur Chantal MAURAGE
Professeur Léandre POURCELOT
Professeur Michel ROBERT
Professeur Jean-Claude ROLLAND
PROFESSEURS HONORAIRES
MM. Ph. ANTHONIOZ - A. AUDURIER – Ph. BAGROS - G. BALLON – P.BARDOS - J. BARSOTTI
A. BENATRE - Ch. BERGER –J. BRIZON - Mme M. BROCHIER - Ph. BURDIN - L. CASTELLANI
J.P. FAUCHIER - B. GRENIER – M. JAN –P. JOBARD - J.-P. LAMAGNERE - F. LAMISSE – J. LANSAC
J. LAUGIER - G. LELORD - G. LEROY - Y. LHUINTRE - M. MAILLET - Mlle C. MERCIER - E/H.
METMAN
J. MOLINE - Cl. MORAINE - H. MOURAY - J.P. MUH - J. MURAT - Mme T. PLANIOL - Ph. RAYNAUD
Ch. ROSSAZZA - Ph. ROULEAU - A. SAINDELLE - J.J. SANTINI - D. SAUVAGE - M.J. THARANNE
J. THOUVENOT - B. TOUMIEUX - J. WEILL.
2
PROFESSEURS DES UNIVERSITES - PRATICIENS HOSPITALIERS
MM.
Mme
M.
Mme
MM.
Mme
MM.
ALISON Daniel
ANDRES Christian
ANGOULVANT Denis
ARBEILLE Philippe
AUPART Michel
BABUTY Dominique
BARILLOT Isabelle
BARON Christophe
BARTHELEMY Catherine
BAULIEU Jean-Louis
BERNARD Louis
BEUTTER Patrice
BINET Christian
BODY Gilles
BONNARD Christian
BONNET Pierre
BONNET-BRILHAULT Frédérique
BOUGNOUX Philippe
BRILHAULT Jean
BRUNEREAU Laurent
BRUYERE Franck
BUCHLER Matthias
CALAIS Gilles
CAMUS Vincent
CHANDENIER Jacques
CHANTEPIE Alain
COLOMBAT Philippe
CONSTANS Thierry
CORCIA Philippe
COSNAY Pierre
COTTIER Jean-Philippe
COUET Charles
DANQUECHIN DORVAL Etienne
DE LA LANDE DE CALAN Loïc
DE TOFFOL Bertrand
DEQUIN Pierre-François
DESTRIEUX Christophe
DIOT Patrice
DU BOUEXIC de PINIEUX Gonzague
DUMONT Pascal
FAUCHIER Laurent
FAVARD Luc
FOUQUET Bernard
FRANCOIS Patrick
FUSCIARDI Jacques
Radiologie et Imagerie médicale
Biochimie et Biologie moléculaire
Cardiologie
Biophysique et Médecine nucléaire
Chirurgie thoracique et cardiovasculaire
Cardiologie
Cancérologie ; Radiothérapie
Immunologie
Pédopsychiatrie
Biophysique et Médecine nucléaire
Maladies infectieuses ; maladies tropicales
Oto-Rhino-Laryngologie
Hématologie ; Transfusion
Gynécologie et Obstétrique
Chirurgie infantile
Physiologie
Physiologie
Cancérologie ; Radiothérapie
Chirurgie orthopédique et traumatologique
Radiologie et Imagerie médicale
Urologie
Néphrologie
Cancérologie ; Radiothérapie
Psychiatrie d’adultes
Parasitologie et Mycologie
Pédiatrie
Hématologie ; Transfusion
Médecine interne ; Gériatrie et Biologie du vieillissement
Neurologie
Cardiologie
Radiologie et Imagerie médicale
Nutrition
Gastroentérologie ; Hépatologie
Chirurgie digestive
Neurologie
Thérapeutique ; médecine d’urgence
Anatomie
Pneumologie
Anatomie & Cytologie pathologiques
Chirurgie thoracique et cardiovasculaire
Cardiologie
Chirurgie orthopédique et traumatologique
Médecine physique et de Réadaptation
Neurochirurgie
Anesthésiologie et Réanimation chirurgicale ; médecine
d’urgence
GAILLARD Philippe
GOGA Dominique
GOUDEAU Alain
GOUPILLE Philippe
GRUEL Yves
GUILMOT Jean-Louis
GUYETANT Serge
HAILLOT Olivier
HALIMI Jean-Michel
HERAULT Olivier
Psychiatrie d'Adultes
Chirurgie maxillo-faciale et Stomatologie
Bactériologie -Virologie ; Hygiène hospitalière
Rhumatologie
Hématologie ; Transfusion
Chirurgie vasculaire ; Médecine vasculaire
Anatomie et Cytologie pathologiques
Urologie
Thérapeutique ; médecine d’urgence (Néphrologie et
Immunologie clinique)
Hématologie ; transfusion
3
Mme
MM.
HERBRETEAU Denis
HOMMET Caroline
HUTEN Noël
LABARTHE François
LAFFON Marc
Radiologie et Imagerie médicale
Médecine interne, Gériatrie et Biologie du vieillissement
Chirurgie générale
Pédiatrie
Anesthésiologie et Réanimation chirurgicale ; médecine
LARDY Hubert
LASFARGUES Gérard
LEBRANCHU Yvon
LECOMTE Thierry
LEMARIE Etienne
LESCANNE Emmanuel
LINASSIER Claude
LORETTE Gérard
MACHET Laurent
MAILLOT François
MARCHAND Michel
MARCHAND-ADAM Sylvain
MARRET Henri
MEREGHETTI Laurent
MORINIERE Sylvain
MULLEMAN Denis
PAGES Jean-Christophe
PAINTAUD Gilles
PATAT Frédéric
PERROTIN Dominique
PERROTIN Franck
PISELLA Pierre-Jean
QUENTIN Roland
ROBIER Alain
ROINGEARD Philippe
ROSSET Philippe
ROYERE Dominique
Chirurgie infantile
Médecine et Santé au Travail
Immunologie
Gastroentérologie ; hépatologie ; addictologie
Pneumologie
Oto-Rhino-Laryngologie
Cancérologie ; Radiothérapie
Dermato-Vénéréologie
Dermato-Vénéréologie
Médecine Interne
Chirurgie thoracique et cardiovasculaire
Pneumologie
Gynécologie et Obstétrique
Bactériologie-Virologie ; Hygiène hospitalière
O.R.L.
Rhumatologie
Biochimie et biologie moléculaire
Pharmacologie fondamentale, Pharmacologie clinique
Biophysique et Médecine nucléaire
Réanimation médicale ; médecine d’urgence
Gynécologie et Obstétrique
Ophtalmologie
Bactériologie-Virologie ; Hygiène hospitalière
Oto-Rhino-Laryngologie
Biologie cellulaire
Chirurgie orthopédique et traumatologique
Biologie et Médecine du développement et de la
Reproduction
Epidémiologie, Economie de la Santé et Prévention
Chirurgie digestive
Biologie et Médecine du développement et de la
d’urgence
RUSCH Emmanuel
SALAME Ephrem
SALIBA Elie
Reproduction
Mme
SANTIAGO-RIBEIRO Maria
MM.
SIRINELLI Dominique
THOMAS-CASTELNAU Pierre
Mme
TOUTAIN Annick
MM.
VAILLANT Loïc
VELUT Stéphane
WATIER Hervé
Biophysique et Médecine Nucléaire
Radiologie et Imagerie médicale
Pédiatrie
Génétique
Dermato-Vénéréologie
Anatomie
Immunologie.
PROFESSEUR DES UNIVERSITES DE MEDECINE GENERALE
Mme
LEHR-DRYLEWICZ Anne-Marie
Médecine Générale
PROFESSEURS ASSOCIES
MM.
HUAS Dominique
LEBEAU Jean-Pierre
MALLET Donatien
POTIER Alain
Médecine Générale
Médecine Générale
Soins palliatifs
Médecine Générale
4
MAITRES DE CONFERENCES DES UNIVERSITES - PRATICIENS HOSPITALIERS
Mmes
ANGOULVANT Theodora
addictologie
BAULIEU Françoise
M.
BERTRAND Philippe
Communication
Mme
BLANCHARD Emmanuelle
BLASCO Hélène
MM.
BOISSINOT Eric
DESOUBEAUX Guillaume
Mme
DUFOUR Diane
M.
EHRMANN Stephan
Mmes
FOUQUET-BERGEMER Anne-Marie
GAUDY-GRAFFIN Catherine
M.
GIRAUDEAU Bruno
Communication
Mme
GOUILLEUX Valérie
MM.
GUERIF Fabrice
reproduction
GYAN Emmanuel
HOARAU Cyrille
HOURIOUX Christophe
Mmes
LARTIGUE Marie-Frédérique
LE GUELLEC Chantal
MACHET Marie-Christine
MARUANI Annabel
MM.
PIVER Eric
ROUMY Jérôme
Mme
SAINT-MARTIN Pauline
M.
TERNANT David
Mme
VALENTIN-DOMELIER Anne-Sophie
M.
VOURC’H Patrick
Pharmacologie fondamentale ; pharmacologie clinique :
Biophysique et Médecine nucléaire
Biostatistiques, Informatique médical et Technologies de
Biologie cellulaire
Biochimie et biologie moléculaire
Physiologie
Parasitologie et mycologie
Biophysique et Médecine nucléaire
Réanimation médicale
Anatomie et Cytologie pathologiques
Bactériologie - Virologie ; Hygiène hospitalière
Biostatistiques, Informatique médicale et Technologies de
Immunologie
Biologie et Médecine du développement et de la
Hématologie, transfusion
Immunologie
Biologie cellulaire
Bactériologie-Virologie ; Hygiène hospitalière
Pharmacologie fondamentale ; Pharmacologie clinique
Anatomie et Cytologie pathologiques
Dermatologie
Biochimie et biologie moléculaire
Biophysique et médecine nucléaire in vitro
Médecine légale et Droit de la santé
Pharmacologie – toxicologie
Bactériologie – virologie ; hygiène hospitalière
Biochimie et Biologie moléculaire
MAITRES DE CONFERENCES
Mmes
M.
Mme
M.
BOIRON Michèle
ESNARD Annick
LEMOINE Maël
MONJAUZE Cécile
PATIENT Romuald
Sciences du Médicament
Biologie cellulaire
Philosophie
Sciences du langage - Orthophonie
Biologie cellulaire
MAITRE DE CONFERENCES ASSOCIE
Mmes
M.
HUAS Caroline
RENOUX-JACQUET Cécile
ROBERT Jean
Médecine Générale
Médecine Générale
Médecine Générale
CHERCHEURS C.N.R.S. – INSERM
MM.
930
Mmes
930
BIGOT Yves
BOUAKAZ Ayache
Directeur de Recherche CNRS – UMR CNRS 6239
Chargé de Recherche INSERM – UMR CNRS-INSERM
BRUNEAU Nicole
Chargée de Recherche INSERM – UMR CNRS-INSERM
CHALON Sylvie
Directeur de Recherche INSERM – UMR CNRS-INSERM
930
5
MM.
Mmes
930
MM.
930
Mmes
930
COURTY Yves
GAUDRAY Patrick
GOUILLEUX Fabrice
GOMOT Marie
Chargé de Recherche CNRS – U 618
Directeur de Recherche CNRS – UMR CNRS 6239
Directeur de Recherche CNRS – UMR CNRS 6239
Chargée de Recherche INSERM – UMR CNRS-INSERM
HEUZE-VOURCH Nathalie
LAUMONNIER Frédéric
Chargée de Recherche INSERM – U 618
Chargé de Recherche INSERM - UMR CNRS-INSERM
LE PAPE Alain
MARTINEAU Joëlle
Directeur de Recherche CNRS – U 618
Chargée de Recherche INSERM – UMR CNRS-INSERM
POULIN Ghislaine
Chargée de Recherche CNRS – UMR CNRS-INSERM 930
CHARGES D’ENSEIGNEMENT
Pour l’Ecole d’Orthophonie
Mme
DELORE Claire
MM.
GOUIN Jean-Marie
MONDON Karl
Mme
PERRIER Danièle
Orthophoniste
Praticien Hospitalier
Praticien Hospitalier
Orthophoniste
Pour l’Ecole d’Orthoptie
Mme
LALA Emmanuelle
M.
MAJZOUB Samuel
Praticien Hospitalier
Praticien Hospitalier
Pour l’Ethique Médicale
Mme
BIRMELE Béatrice
Praticien Hospitalier
6
SERMENT D’HIPPOCRATE
En présence des Maîtres de cette Faculté,
de mes chers condisciples
et selon la tradition d’Hippocrate,
je promets et je jure d’être fidèle aux lois de l’honneur
et de la probité dans l’exercice de la Médecine.
Je donnerai mes soins gratuits à l’indigent,
et n’exigerai jamais un salaire au-dessus de mon travail.
Admis dans l’intérieur des maisons, mes yeux
ne verront pas ce qui s’y passe, ma langue taira
les secrets qui me seront confiés et mon état ne servira
pas à corrompre les mœurs ni à favoriser le crime.
Respectueux et reconnaissant envers mes Maîtres,
je rendrai à leurs enfants
l’instruction que j’ai reçue de leurs pères.
Que les hommes m’accordent leur estime
si je suis fidèle à mes promesses.
Que je sois couvert d’opprobre
et méprisé de mes confrères
si j’y manque.
7
REMERCIEMENTS
A Madame le Professeur Anne-Marie LEHR-DRYLEWICZ,
Merci d’avoir accepté de présider mon jury de thèse. Merci également pour tout le temps
que vous passez aux services des étudiants. Veuillez trouver en ces quelques mots
l’expression de tout mon respect et de ma gratitude.
A Monsieur le Professeur Emmanuel RUSCH,
Merci d’avoir accepté de faire partie du jury de cette thèse alors que vous ne me
connaissez pas. Veuillez trouver ici l’expression de mes vifs remerciements.
A Monsieur le Professeur Claude LINASSIER,
Merci d’avoir accepté de faire partie du jury de cette thèse alors que vous ne me
connaissez pas. Veuillez trouver ici l’expression de mes vifs remerciements.
A Madame le Docteur Catherine ROUÉ,
Merci d’avoir accepté de diriger cette thèse. Merci pour ta réactivité, pour le temps passé
et pour tous tes précieux conseils. Tu m’as été d’un grand soutien. Reçois mes
remerciements les plus sincères.
A Monsieur le Docteur Jean-Yves BACHELIER,
Merci d’avoir accepté de faire partie du jury de cette thèse. Merci d’être maître de stage
et d’être aussi pédagogue. Vous m’avez fait découvrir la tabacologie. Merci également
pour votre aide très précieuse dans ce travail de thèse.
A Monsieur le Docteur Jean ROBERT,
Merci de m’avoir aidé dans l’élaboration de ma trame d’entretien et de ma présentation
en commission de thèse.
A Madame le Docteur Anne DANSOU,
Merci de l’intérêt que vous avez porté à ce travail de thèse.
A Monsieur le Médecin de famille Jean TIBOUT,
Vous avez été mon tuteur et mon maître de stage et vous m’avez beaucoup appris. Je
regrette sincèrement votre absence mais la vie en a décidé autrement... Je vous dédie ce
travail.
A Messieurs les Docteurs QUADRELLI, WIERZBA, RIVIERE et FOURNIER,
Merci d’avoir été mes maîtres de stages et de m’avoir accompagné lors de mes
« premiers pas » en médecine générale.
Aux médecins généralistes qui ont participé aux focus groups,
Je vous remercie très sincèrement pour votre participation et vos encouragements. Sans
vous, ce travail n’aurait pas pu être réalisé.
8
A Monsieur le Docteur Jacques CORMIER,
Merci de me confier vos patients. J’espère qu’ils m’apprécieront autant qu’ils vous
apprécient... C’est sûrement en partie grâce à l’image du « médecin de famille » que vous
m’avez donné que j’en suis là aujourd’hui.
A mes parents,
Merci d’avoir fait de moi ce que je suis aujourd’hui, de l’éducation et de l’amour que vous
m’avez donné et d’avoir su m’accompagner dans mes choix. Merci aussi pour tous les
services que vous nous rendez au quotidien.
A ma soeur Ludivine,
Merci pour ton soutien dans ce travail de thèse et de ta relecture. Merci pour tous ces
moments que nous partageons. Tu pourras toujours compter sur moi. Je n’oublie pas
Grégor... merci de prendre soin de ma soeur et de ta bonne humeur.
A mon frère Cyprien,
Merci d’avoir accepté de m’aider dans ce travail de thèse et du temps que tu m’as fait
gagner pour les retranscriptions. Merci d’être aussi impliqué dans ton rôle de tonton. A
Mélanie, c’est un plaisir de t’accueillir dans notre famille.
A mon mari Benoît,
Merci de ta présence pendant ces longues années d’étude. Avec tout mon amour.
A mon fils Valentin,
Chacun de tes sourires est un rayon de soleil. Je te souhaite de trouver toi aussi un
métier dans lequel tu pourras t’épanouir et quelle que soit la voie que tu choisiras, tu
peux être assuré du soutien de ta maman.
A ma marraine Bénédicte,
Merci pour ce que tu fais pour moi et pour ton soutien, sans oublier Jean-Marc...
A ma famille,
Merci pour votre soutien. Comme il est doux de grandir entouré et dans une sécurité
affective. Un merci tout particulier à mes grands-parents et à Mémé qui aurait sans
doute été fière de moi.
A Marion, Claire, Pauline, Lucie et Julie,
Merci pour votre soutien durant toutes ces années et pour tous les bons moments que
nous avons partagé. J’espère qu’il y en aura encore beaucoup.
A Tiffany, Aurélien, Nicolas, Stéphane et Sébastien,
Merci pour tous les bons moments que nous avons partagé. J’espère qu’il y en aura
encore beaucoup d’autres.
A tous nos amis,
Merci pour votre soutien et pour tout ce que nous partageons.
9
A la compagnie de pompiers du CI 312,
Merci pour tout ce que vous m’avez apporté. C’est en partie grâce à vous que j’ai choisi
de faire médecine. C’est avec beaucoup de regrets que je vais vous quitter mais vous
pourrez toujours compter sur moi en cas de besoin.
A l’équipe de pongistes d’Ozoir-le-Breuil :
Merci pour tous les bons moments que nous partageons et pour votre bonne humeur.
Vous êtes ma bouffée d’oxygène...
A Aude, Cyrilla, Sophie, Marion et Julien, l’équipe de J’M 28
Merci pour votre enthousiasme et pour tout ce que nous partageons. Merci de
contribuer à resserrer les liens entre professionnels de santé euréliens.
Un merci tout particulier à Aude qui a accepté de relire cette thèse.
10
RÉSUMÉ
Comment les médecins généralistes d'Eure-et-Loir formés par le Réseau
Santé ou Tabac 28 évaluent-ils leur modification de pratique dans
l'accompagnement au sevrage tabagique ?
Introduction : Les patients ont plus de chance de démarrer un sevrage tabagique
et de le réussir avec un médecin généraliste formé à l’aide à l’arrêt du tabac. Le RST 28
propose une formation sur ce thème aux médecins généralistes d’Eure-et-Loir. L’objectif
principal de cette étude était d’explorer le ressenti des médecins formés sur l’aide
apportée par cette formation. L’objectif secondaire était de s’intéresser aux difficultés
qu’ils pouvaient encore rencontrer afin d’améliorer l’enseignement proposé.
Méthode : Etude qualitative par 4 Focus Groups avec 19 médecins généralistes
d’Eure-et-Loir. Une retranscription écrite intégrale et une analyse thématique du
contenu ont été réalisées.
Résultats : Les médecins interrogés trouvaient la formation utile et intéressante.
Elle leur avait permis de modifier l’abord du tabac avec leurs patients et de prescrire de
façon plus optimale les thérapeutiques liées au sevrage tabagique, notamment les
substituts nicotiniques. Le conseil minimal restait peu connu. Ils rencontraient surtout
des difficultés dans l’organisation du suivi des patients en cours de sevrage tabagique. Ils
utilisaient peu les possibilités de prise en charge pluridisciplinaire offertes par le RST
28.
Conclusion : Les médecins généralistes interrogés étaient globalement satisfaits
de l’impact de la formation sur leur prise en charge du sevrage tabagique et étaient
demandeurs de rappels réguliers. La prise en compte des difficultés encore existantes et
l’évaluation de leur ressenti permettront d’améliorer et d’adapter la forme et le contenu
de la formation proposée par le RST 28.
Mots-clés : formation, sevrage tabagique, réseau,
qualitative.
11
médecine générale, étude
TABLE DES MATIERES
ABREVIATIONS ......................................................................... Page 13
INTRODUCTION ......................................................................... Page 14
MATERIEL ET METHODE ....................................................... Page 16
RESULTATS
Caractéristiques de la population et des entretiens ................. Page 18
Perceptions des médecins sur le tabagisme ............................ Page 18
Le tabagisme en consultation de médecine générale .............. Page 20
La prise en charge initiale du patient demandeur de sevrage.. Page 22
Les outils du sevrage .............................................................. Page 24
Le suivi ................................................................................... Page 27
Les situations particulières ..................................................... Page 28
Le RST 28 ............................................................................... Page 30
La formation ........................................................................... Page 32
DISCUSSION
Sur la méthode ........................................................................ Page 34
Sur les résultats ....................................................................... Page 36
CONCLUSION ............................................................................... Page 41
BIBLIOGRAPHIE ......................................................................... Page 42
ANNEXES
Annexe 1 : Power-point de la formation niveau 1 .................. Page 46
Annexe 2 : Fiche signalétique ................................................ Page 64
Annexe 3 : Trame d’entretien ................................................. Page 65
Annexe 4 : Description de la population étudiée .................... Page 67
Annexe 5 : Définition du conseil minimal .............................. Page 69
Annexe 6 : Test HAD ............................................................. Page 70
12
ABREVIATIONS
AFSSAPS : Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé
CO : monoxyde de carbone
DIU : Diplôme interuniversitaire
FMC : Formation Médicale Continue
HAD : test Hospital Anxiety and Depression
HAS : Haute Autorité de Santé
INPES : Institut National de Prévention et d’Education pour la Santé
RST 28 : Réseau Santé ou Tabac d’Eure-et-Loir
13
INTRODUCTION
Durant le XXe siècle, le tabac a causé 100 millions de morts dans le monde entier
et ce nombre risque de s’élever à 1 milliard pour le XXIe siècle si rien ne change. La
consommation de tabac est un facteur de risque pour six des huit causes majeures de
mortalité dans le monde (cardiopathies ischémiques, accidents vasculaires cérébraux,
infections respiratoires basses, maladies pulmonaires chroniques obstructives,
tuberculose, cancers de la trachée, bronches et poumons). En France, le tabagisme est la
première cause de mortalité évitable, avec environ 66 000 décès chaque année [1].
La prévalence des fumeurs en France a augmenté dans la population âgée de 15 à
75 ans, passant de 32% en 2005 à 34% (37% chez les hommes et 30% chez les femmes)
en 2010. Cette augmentation est survenue après quarante ans de diminution de la
prévalence chez les hommes et seulement vingt ans de diminution de la prévalence chez
les femmes. La prévalence des fumeurs est la plus élevée chez les jeunes, puis diminue
avec l'âge : 39% des 18-44 ans déclarent fumer tous les jours contre 31% des 45-54 ans,
18% des 55-64 ans et 7% des 65-75 ans [2].
Les patients ont plus de chance de démarrer un sevrage tabagique et de le réussir
si les professionnels de santé sont formés à l'aide à l'arrêt du tabac. En effet, les
soignants formés sont plus efficaces que ceux qui n'ont pas suivi de formation adaptée.
Ils "entraînent" deux fois plus de patients dans la démarche de sevrage [3] [4]. Les
patients qu'ils suivent ont plus de chances de réussir leur sevrage à 1 an (probabilité
augmentée de plus de 40% à 1 an par rapport à ceux qui sont suivis par des
professionnels non formés) [5]. Cependant, l'étude ITC (International Tobacco Control),
projet d'évaluation des politiques publiques de lutte antitabac, montre que la France se
classe parmi les derniers des 23 pays participants à l'étude en ce qui concerne la
proportion de fumeurs ayant reçu, au cours d'une consultation de routine, des conseils
de leur médecin pour arrêter de fumer [6].
La prise en charge du tabagisme en médecine générale se heurte à de multiples
difficultés : pour justifier leur faible implication dans la lutte contre le tabagisme, les
médecins du baromètre 2003 invoquent, entre autres, le manque de formation. En outre,
la moitié d'entre eux se sent "peu" ou "pas du tout" efficace [7]. En effet, la formation
médicale initiale n’aborde pas le sujet de façon pratique. Une étude menée auprès de
149 internes du CHRU de Tours montre que la majorité d’entre eux (79%) souhaiterait
approfondir ses connaissances en tabacologie [8].
14
Le RST 28 est né en 1999. Ce réseau ville-hôpital réunit des professionnels
libéraux (médecins généralistes et spécialistes, sages-femmes, pharmaciens,
paramédicaux...) et hospitaliers (médecins généralistes et spécialistes, sages-femmes,
para-médicaux). Le RST 28 mène des actions de prévention, de communication, de
formation, et d’aide à l’arrêt au tabac. En ce qui concerne celle-ci, les principales actions
sont jusqu’alors menée à Chartres et à Dreux, en partie centrées sur les hôpitaux.
Plusieurs possibilités sont offertes aux patients : réunions d’information sur le tabac,
réunions de diététique, réunions de gestion du stress par la relaxation, consultations de
tabacologie, consultations d’accompagnement psychologique et consultations de
diététique. Dans le cadre de ce réseau, le docteur Bachelier, médecin généraliste titulaire
d’un DIU de tabacologie délivre une formation destinée aux médecins généralistes sur
l'accompagnement à l'arrêt du tabac.
Cette formation est divisée en trois niveaux, chaque niveau se déroulant sur une
soirée. Les points abordés sont :



Niveau 1 : rappels sur le tabac (chiffres, composition des cigarettes et
mécanismes de dépendance, risques liés au tabagisme), repérage et identification
des fumeurs, conseil minimal, conduite de la première consultation pour
demande de sevrage tabagique (évaluation de la motivation, situation du patient
dans le cycle de Prochaska, utilisation d'outils tels que le test de Fagerström, le
test HAD), traitements du sevrage tabagique, co-prescriptions (anti-dépresseurs,
laxatifs) et conseils comportementaux, organisation du suivi [Annexe 1].
Niveau 2 : rappel des fondamentaux sur l’aide au sevrage tabagique et adaptation
à la pratique du médecin généraliste, travail sur des cas cliniques, débat.
Niveau 3 : présentation du dossier tabacologie de l’INPES, du testeur de CO,
initiation à l’entretien motivationnel, actualisation des connaissances avec
bibliographie récente, discussion avec retour sur les pratiques.
Il existe également une autre formation intitulée « repérage précoce intervention
brève » effectuée sur une soirée, qui traite les sujets suivants : repérage de la
consommation d’alcool, repérage du fumeur, présentation du RST 28 et des lieux et
personnes ressources en Eure-et-Loir.
L’objectif principal de cette étude était d'explorer grâce à la méthode qualitative
des focus groups, quel était le ressenti des médecins généralistes formés sur l'aide
apportée par cette formation dans l’accompagnement au sevrage tabagique. L’objectif
secondaire était de s’intéresser aux difficultés qu'ils pourraient encore rencontrer dans
ce domaine afin de voir comment cet enseignement pourrait être amélioré.
15
MATERIEL ET METHODE
Une enquête qualitative par focus group a été menée auprès de médecins
généralistes d'Eure-et Loir. Les médecins généralistes ont été recrutés par téléphone à
partir de la liste des médecins formés fournie par le coordinateur du RST 28. Cette liste
comportait 59 médecins. Les critères de sélection étaient :






Etre médecin généraliste
Exercer dans le département de l'Eure-et-Loir
Avoir participé à au moins une séance de formation sur le sevrage tabagique
organisée par le RST 28
Accepter de participer à l'étude et d'être enregistré
Etre disponible aux dates proposées
Accepter de remplir un feuillet permettant leur identification [Annexe 2], mais
dont les informations personnelles resteront anonymes.
Quatre focus groups ont ainsi été organisés. La répartition entre les groupes s'est
faite en fonction du lieu de résidence et de la disponibilité des participants aux
différentes dates proposées. Le quatrième groupe a dû initialement être annulé en
raison d'un nombre insuffisant de participants suite à des désistements de dernière
minute. Il a ensuite pu être reporté à une date ultérieure.
Le premier entretien groupé a eu lieu dans la salle de réunion de la maison de
santé pluridisciplinaire de Châteaudun. Les trois suivants se sont déroulés dans une
salle de réunion du service de pneumologie de l'hôpital du Coudray. Les participants
étaient assis autour d'une table, dans un environnement neutre et confortable et une
collation leur a été proposée. Après accord verbal, les médecins ont été intégralement
enregistrés avec un dictaphone numérique.
La trame d'entretien [Annexe 3] comportait 8 questions avec des questions de
relance si les médecins n'abordaient pas spontanément certains éléments recherchés.
Elle a été établie pour évoquer les axes suivants :







Les perceptions sur le tabac
L'abord du tabac avec le patient
La première consultation de sevrage tabagique
Les traitements utilisés
Le suivi du sevrage
Le réseau « RST 28 »
La formation
La trame d'entretien n'a pas été modifiée au cours de l'étude.
16
J’ai joué le rôle de l'animateur, l'observateur était un membre de ma famille
sensibilisé à la recherche qualitative. Une première retranscription avec mention des
éléments non-verbaux a été effectuée par l'observateur durant les focus groups puis
complétée dans un second temps à partir de l'enregistrement audio afin de ne perdre
aucune donnée. Au cours de cette retranscription, il a été procédé à une suppression de
l'identité des participants afin de préserver l'anonymat.
L'analyse a eu lieu après le quatrième focus group. Elle s'est faite en quatre étapes :




L'imprégnation par plusieurs lectures attentives des 4 verbatims permettant de
repérer les thèmes récurrents,
Le découpage avec relevé des expressions, mots et groupes de mots se
rapportant à chacun des thèmes identifiés,
Le classement des thèmes,
L'interprétation visant à dégager les concepts abordés et les opinions
exprimées.
Aucune triangulation des données n'a été réalisée dans ce travail.
17
RESULTATS
Caractéristiques de la population et des entretiens
La population étudiée était constituée de six femmes et treize hommes âgés de 39
à 67 ans. Dix médecins exerçaient en milieu urbain, six en milieu semi-rural et trois en
milieu rural. Le nombre de participants à chaque focus group variait de quatre à six. Sept
médecins faisaient plus de 30 consultations par jour, dix médecins entre 20 et 29 et deux
médecins entre 10 et 19. Deux médecins étaient fumeurs et dix-sept médecins étaient
non-fumeurs ou ex-fumeurs. Les années de formation s'échelonnaient entre 2004 et
2012 [Annexe 4].
Les focus groups ont duré de 55 à 102 minutes et ont eu lieu du 07 février 2013
au 28 mars 2013.
La saturation des données n'a pas été observée mais il était impossible
d'organiser un cinquième focus group car tous les médecins formés avaient déjà été
contactés. Un seul nouvel item est apparu lors du codage du quatrième focus group : la
prévention.
Perceptions des médecins sur le tabagisme
Démographie des fumeurs
La perception du nombre de fumeurs dans leur patientèle était variable. Certains
médecins avaient le sentiment d'avoir une grosse proportion de patients fumeurs : « A4 :
c’est impressionnant le nombre de gens qui fument » alors que d’autres pensaient en avoir
moins : « D5 : je suis assez étonnée parce qu’apparemment vous en faites plein et je suis
très peu sollicitée (...) j’ai peut-être pas beaucoup de fumeurs non plus ».
Plusieurs médecins ont évoqué une progression du tabagisme chez les jeunes :
« D3 : on revoit des jeunes qui fument plus qu’à certaines époques » ainsi que chez les
femmes : « B6 : je trouve que la population féminine fume énormément ». La crise
économique a été évoquée comme pourvoyeuse de fumeurs : « C3 : [l’évolution du
tabagisme] ça dépend du chômage » avec le tabac qui paraissait un moyen de gestion du
stress : « C1 : les gens ils fument parce que ça gère leur stress, des fois c’est antidépresseur.
Tu vois c’est pas que médical, c’est social... ». Cet aspect « social » du tabagisme a surtout
été évoqué dans le groupe C par 2 médecins (C1 et C4) qui exerçaient dans un secteur
géographique particulièrement touché par la précarité : « C4 : C’est vrai que dans notre
zone [en s’adressant à C1], on n’est quand même pas très très gâté parce qu’il y a peu
d’entreprises et que les grosses entreprises sont en train de fermer (...) Et les gens, ils n’ont
18
pas une perspective d’avenir très réjouissante, donc effectivement bah fumer une clope... ».
L’abord du tabac avec les patients en précarité leur semblait difficile : « C4 : Mais quand
on est dans un contexte où rien ne va plus, c’est délicat de leur dire : vous allez faire ça
[arrêter de fumer] pour vous ».
Le rôle des pouvoirs publics
La majorité des médecins pensait que les augmentations successives du prix des
cigarettes permettaient de réduire le nombre de fumeurs : « C2 : j’ai quand même
l’impression que les gens arrêtent de fumer au fur à mesure que le prix augmente... » ou du
moins apportaient une motivation supplémentaire à l’arrêt du tabac : « C2 : ... ou en tout
cas, ils aimeraient arrêter quand ils n’y arrivent pas », sauf pour ceux qui contournaient le
système : « D1 : Regarde ce qu’il y a marqué sur mon paquet de tabac [inscriptions en
espagnol]. C’est le réseau parallèle. C’est ce qui se passe actuellement ». L’interdiction de
fumer dans les lieux publics était également perçue comme une mesure utile : « D4 : ça
leur a quand même un peu mis des entraves dans les pieds par rapport à leurs cigarettes ».
Cependant, les médecins ne se sentaient pas soutenus par l’Etat : « D3 : je suis pas
certain qu’on soit forcément aidé par les autorités» qui avait une position ambivalente :
« D3 : ça rapporte de l’argent à l’Etat donc je suis pas certain que l’Etat soit toujours très
clair là-dessus », ce qui engendrait un sentiment d’impuissance des médecins vis-à-vis du
tabagisme de leurs patients : « C4 : ça dépend pas de nous quoi ».
Le sevrage tabagique
Le sevrage tabagique était perçu comme une épreuve : « C4 : c’est une épreuve, un
marathon, c’est très difficile » et les médecins étaient conscients de sa difficulté : « C3 : je
suis admirative des gens qui arrêtent » d’où leur surprise devant des patients qui
arrêtaient brutalement de fumer sans aucune aide : « B3 : ce qui m’a toujours scotché
c’est des patients grands fumeurs qui arrêtent d’eux-mêmes ».
Le médecin et son tabagisme
Les médecins fumeurs ou anciens fumeurs avaient l’impression d’être avantagés
par leur propre expérience pour la prise en charge du sevrage tabagique : « A2 : je pense
qu’il faut avoir été fumeur pour bien comprendre la difficulté que c’est [d’arrêter de fumer].
Cette impression était confirmée par les médecins qui n’avaient jamais fumé : « B2 : Je
n’ai jamais fumé et l’impression d’être un peu pas dans ce monde-là et finalement pas
toujours comprendre pourquoi ils ont besoin d’allumer ce machin et de tirer dessus ».
Cependant, certains participants avaient modifié leur abord du patient fumeur
après leur propre sevrage : « A2 : les anciens fumeurs sont assez intolérants au tabac », ce
qui pouvait parfois être une difficulté : « D1 : j’ai arrêté de fumer pendant 8 ans et je
19
devenais intransigeant vis-à-vis des patients comme ancien fumeur, agressif et je pense que
c’était pas mon rôle en tant que médecin, je n’avais pas l’empathie voulue. Et donc je me
suis remis à fumer. Je fume encore ».
Le tabagisme en consultation de médecine générale
Repérage du patient fumeur
Un certain nombre de médecins mentionnait le statut tabagique du patient dans
le dossier médical : « B2 : sur toutes mes fiches c’est noté : le tabac et l’alcool » mais ce
n’était pas le cas de tous : « B6 : par contre, je note pas et j’ai tendance à parfois oublier »
et ils admettaient que tous les dossiers n’étaient pas forcément mis à jour régulièrement
: «C1 : il y en a qui échappent. Des fois, on découvre avec stupéfaction que des jeunes
femmes, par exemple, fument depuis dix ou quinze ans et on le savait pas. On l’apprend par
hasard ».
Abord systématique
Certains médecins abordaient assez systématiquement le tabagisme avec leurs
patients : « B1 : j’en parle à chaque fois quitte à être chiant », parfois plus
particulièrement lors de certaines situations : la première consultation d’un nouveau
patient : « B2 : quand j’ai des nouveaux patients, je demande systématiquement s’ils
fument », le renouvellement de pilule : « D4 : la pilule, quand on fait des renouvellements,
je pose à chaque fois », les maladies cardio-vasculaires : « C2 : tous les cardio-vasculaires
(...) parce que c’est dans les facteurs de risque », les asthmatiques : « D2 : un asthmatique ».
Ils pensaient en effet que cela pouvait avoir un impact sur la décision d’arrêt sur le long
terme : « A2 : je me dis un jour ou l’autre ça rentre, et je trouve qu’un jour, ils arrêtent
quand même ».
D’autres médecins en parlaient moins souvent : « B2 : c’est pas forcément un truc
que je vais aborder à chaque fois (...). On revient pas tout le temps, tout le temps làdessus ». Une minorité de médecins attendait que ce soit le patient qui aborde le sujet :
« A3 : on sent que ça sent un peu la fumée mais on se dit : pourvu qu’ils en parlent pas ». Le
manque de temps en était de loin la raison principale : « C1 : c’est trop chronophage »
avec deux médecins qui s’occupaient de sevrage tabagique uniquement aux beaux jours :
« C1 : l’hiver c’est pas possible ». D’autres évoquaient le manque de compétence : « A4 : ça
devient aussi une spécialité entière la tabacologie », ce qui n’était pas le sentiment de la
majorité : « B6 : on est capable de leur apporter de l’aide », « A1 : les gens que tu vois, qui te
disent : « «j’ai envie d’arrêter », si tu les prenais en charge, tu aurais peut-être les mêmes
résultats que Chartres ».
20
Le conseil minimal [Annexe 5]
Le conseil minimal n’était pas toujours bien connu en tant que tel par les
médecins même si l’expression leur était généralement familière : « D2 : ça nous évoque
quelque chose ».
Moins de la moitié des médecins utilisait des brochures : « D5 : j’en ai plein ». Elles
étaient parfois à disposition dans la salle d’attente : « A1 : je les mets dans la salle
d’attente », ce qui pouvait permettre d’aborder le sujet avec le patient : « C2 : une fois
qu’ils ont pris la brochure, je leur en parle systématiquement ». D’autres préféraient les
donner en mains propres : « C1 : je trouve que ça a du poids quand c’est nous qui la
donnons ». Les autres participants n’en utilisaient pas : « B6 : je ne donne pas de
brochures » parce qu’il n’en avaient plus : « C4 : je n’ai plus de brochures », parce qu’ils
oubliaient : « B3 : j’oublie les brochures », parce qu’ils trouvaient que c’était peu efficace :
« A1 : le fait de donner une brochure est-ce que ça donne pas un peu bonne conscience ?
parce que les gens, est-ce qu’ils vont la lire ? » ou alors parce que ce n’était pas
pratique pour eux : « D2 : tout est mélangé au bout d’un moment, on les trouve jamais... ».
Utilisation du cycle de Prochaska [Annexe 1, Diapositive 47]
Le cycle de Prochaska était connu de la plupart des médecins : « C1 : le Prochaska
oui, ça c’est sympa » et a été cité spontanément plusieurs fois. Il était utilisé par certains :
« D2 : c’est là que dans le cycle de Prochaska on essaie de les caser » mais pas par d’autres :
« B6 : je trouve que c’est très théorique ».
Sans forcément évoquer le cycle, les médecins distinguaient les patients fumeurs
en deux catégories : les patients satisfaits : « B3 : il y a un autre groupe qui s’en fout
complètement, ils n’ont aucune envie d’arrêter » avec qui il était inutile d’insister :
«C2 : ceux qui ont pas envie d’arrêter de fumer, c’est même pas la peine de leur en parler »
et les patients insatisfaits : « A4 : y a des gens qui en ont marre de fumer » qui étaient plus
réceptifs : « B3 : qui sont assez sensibles à notre discours ».
La façon d’aborder le tabagisme
La plupart des médecins n’ordonnaient pas au patient d’arrêter de fumer : « B5 :
de lui en parler régulièrement sans l’agresser, ça l’a fait réfléchir », « A1 : il ne faut pas le
prendre de but en blanc » et utilisaient plutôt le dialogue : « C4 : on a rediscuté du tabac »
que la culpabilité : « B4 : ça les fait plus réfléchir et on arrive plus facilement (...) qu’en les
culpabilisant ».
Certaines situations pouvaient modifier leur approche : les femmes enceintes :
« B6 : je suis surtout vache avec les femmes enceintes (...) ça finit par me hérisser ! » et le
21
renouvellement de pilule ou la bronchite où un certain nombre de médecins prescrivait
l’arrêt du tabac : « B1 : tu lui mets le traitement et tu mets arrêt du tabac », même si
l’utilité de cette démarche ne paraissait pas évidente : « A2 : ça sert à rien mais bon... » ,
« B3 : c’était même pas pour eux, c’était pour moi ».
La prévention
La prévention s’adressait essentiellement aux adolescents : « D5 : expliquer aussi
aux jeunes que quand ils commencent à fumer » et parfois à des enfants plus jeunes :
« D4 : je parle souvent tabac avec même des enfants de 10 ou 11 ans », « D5 : je pense que
la prévention à 14 ans c’est trop tard ». La prévention mise en place actuellement ne
semblait pas adaptée : « D5 : y a une mauvaise prévention de faite au niveau des collèges
parce que c’est fait par les gendarmes ». La place du médecin généraliste dans cette
prévention n’a pas été directement abordée.
La prise en charge initiale du patient demandeur de sevrage
Une consultation dédiée
Les médecins proposaient à leurs patients de revenir pour une consultation
dédiée : « D3 : je propose une consultation dédiée pour ça » si le sevrage tabagique n’était
pas l’unique motif de consultation : « B1 : à chaque fois que les patients posent la question
ça fait partie d’un panel de motifs de consultation et généralement ça arrive à la fin » et
ainsi ils pouvaient y consacrer le temps nécessaire : « C4 : on ne peut pas faire du vite
fait », « B1 : c’est une consultation à part entière ». Ils avaient bien compris son
importance : « D4 : il y a vraiment un sujet de discussion (...) c’est pour ça que la
consultation dédiée est importante ». C’était également un moyen de tester la motivation
des patients : « B4 : quand ils reviennent, je me dis il y a effectivement peut-être matière à
travailler ».
Exploration du tabagisme du patient
Les médecins s’intéressaient au passé tabagique du patient : « D3 : je reviens aussi
sur leur passé », « C4 : j’essaye de voir effectivement pourquoi ils sont dans le tabac ,
pourquoi ils continuent » ainsi qu’au rapport du fumeur avec sa cigarette : « D4 : c’est
important qu’ils parlent de leur relation avec leur cigarette », « A2 : j’essaye de voir si c’est
le tabac plaisir, le tabac stress ». Ils prenaient le temps de faire verbaliser le patient sur
son tabagisme : « C4 : on a rediscuté du tabac, on a reparlé de l’intérêt d’arrêter de
fumer ». Cette étape leur semblait bénéfique dans la démarche de sevrage : « D4 : une
prise de conscience qui fait que ça les aide après. Et pouvoir verbaliser, je trouve ça super
important ».
22
Outils d’évaluation du patient
La motivation du patient était la condition indispensable pour le démarrage du
sevrage : « B6 : je prends ceux qui sont vraiment motivés », « D1 : il faut une motivation
importante pour pouvoir s’arrêter, c’est déjà le point de départ ». Les médecins ne
s’investissaient pas quand elle leur semblait absente ou insuffisante : « D1 : par
expérience, tu sens bien quand les gens sont motivés ou pas motivés. Ça c’est important
aussi... Tu ne vas pas perdre ton temps non plus ». Un médecin a cité spontanément le test
de motivation : « D2 : il y a aussi le test de motivation » qui n’était pas utilisé par les
autres participants.
Un peu plus de la moitié des médecins utilisait le test de Fagerström [Annexe 1,
Diapositive 78] pour évaluer la dépendance des patients au tabac, certains de manière
systématique : « C2 : je le fais systématiquement la première fois » alors que d’autres s’en
servaient plus ponctuellement : « B3 : je le fais que chez les patients qui sont entre
guillemets « petits fumeurs » ». Les autres médecins ne l’utilisaient pas pour diverses
raisons : « B2 : je ne trouve pas le prospectus où il y a le Fagerström », « D1 : je préfère le
dialogue (...) ça prend aussi du temps », « A2 : Dès que tu fumes tous les jours t’es
dépendant (...) j’y crois pas à ça ».
La dépression ou l’anxiété étaient recherchées par les médecins : « D3 : j’essaie
de cerner un peu la personnalité, parce que la plupart des fumeurs sont des gens anxieux,
déprimés quand même ». Le test HAD [Annexe 6] était peu ou partiellement utilisé : « D2 :
je ne le fais pas formellement, c’est-à-dire qu’on a des items en tête et puis on les
distribue ». Le test d’Hamilton a été cité spontanément plusieurs fois mais était
également très peu utilisé : « C1 : je dois en faire deux par an ». La recherche d’un trouble
du sommeil faisait aussi partie de l’évaluation initiale pour certains : « C3 : je pose
toujours la question pour le sommeil ».
Le peak-flow a été cité spontanément plusieurs fois et était utilisé par certains
médecins : « C4 : je leur fais le peak-flow » avec un bénéfice constaté variable : « D2 : le
peak-flow c’est piégeux parce que ça avance pas beaucoup d’une fois sur l’autre », « C4 :
quand ils arrêtent de fumer, ça remonte bien ». Il était parfois utilisé pour amener le
patient à la décision d’arrêt : « A2 : je leur dis : tu vois tu es à 400, là tu devrais être à
700 ».
Plusieurs médecins exprimaient le désir de posséder un testeur de CO : « C1 : on
aimerait bien avoir un CO-testeur » car : « A2 : ça parle bien », mais ils trouvaient le coût
élevé : « A3 : les testeurs de CO devraient être moins chers et accessibles ». Un médecin en
possédait un mais ne l’avait que très peu utilisé : « D5 : j’ai un CO-testeur fourni par le
réseau (...) je l’ai utilisé une fois ».
23
Les outils du sevrage
Thérapeutiques spécifiques du sevrage tabagique
Tous les médecins prescrivaient des substituts nicotiniques : « D3 : une de nos
seules armes c’est les substituts nicotiniques » sous forme de patchs : « B2 : patchs
essentiellement » qu’ils n’hésitaient pas à associer aux formes orales : « D4 : et aussi
gommes ou comprimés pour les envies ponctuelles », « A1 : des patchs associés aux
gommes » sauf pour quelques-uns : « C4 : j’ai goûté les gommes, je trouve ça tellement
dégueulasse que... », « A4 : j’oublie la gomme ». La détermination du dosage initiale
n’obéissait pas à une règle commune : « D3 : je fais à peu près un milligramme par
cigarette », « B2 : à la louche », « A1 : quand c’est au-dessus de 5 [au test de Fagerström ],
systématiquement je prends le patch de 21 », « A2 : pour la gomme : 8 à 10 gommes par
jour ». Ils préféraient prescrire des doses initiales élevées : « D3 : j’ai tendance à taper
fort d’emblée » et pouvaient facilement associer plusieurs patchs pour obtenir une dose
suffisante : « D2 : tu peux mettre deux patchs de 21 », quitte à diminuer ensuite : « D4 : il
vaut mieux surdoser, quitte à descendre que sous-doser ». Un seul médecin a exprimé une
peur du surdosage en nicotine : « C3 : si on est déjà au maximum de dose de patchs de
nicotine et qu’ils rajoutent une cigarette (...) on s’expose à des risques secondaires » ce qui
l’incitait parfois à prescrire plutôt de la varénicline ou du bupropion en l’absence de
contre-indication.
Les médecins avertissaient le patient que la substitution nicotinique devait se
poursuivre sur plusieurs mois : « C2 : on part toujours sur au moins trois mois de
traitement ». Les principaux conseils qui étaient donnés lors de la prescription
concernaient : l’utilisation des gommes : « C3 : ne pas les mâcher comme un simple
chewing-gum » ou des patchs : « B3 : vous pouvez en couper un autre », les symptômes de
surdosage : « A3 : ça donne mal à la tête », la possibilité de moduler la dose si besoin :
« B4 : j’insiste qu’on peut augmenter, baisser » et les risques de troubles du sommeil :
« B4 : le coup de l’enlever aussi pour la nuit (...) s’ils font des cauchemars ».
Un grand nombre de médecins ne prescrivait pas ou plus de
ZYBAN® (=bupropion) : « B2 : pas de Zyban » notamment en raison de ses effets
secondaires : « D1 : c’est vrai qu’on a eu des effets secondaires avec le Zyban. C’est quand
même un antidépresseur ». Un médecin disait l’utiliser très régulièrement : « B3 : une
bonne part de Zyban en fait (...) je trouve que ça marche bien sur les patients qui sont un
peu limites ».
Quelques participants ne prescrivaient pas ou plus de CHAMPIX®
(=varénicline) : « D4 : jamais de Champix ». La majorité des médecins le prescrivait
parfois : « D3 : le Champix ça m’arrive » souvent en deuxième intention : « B5 : quand il y
a eu un échec avec les patchs » ou quand le patient était demandeur : « A1 : c’était le seul
24
moment où je pouvais le prescrire, parce que c’est demandé par le patient... », même s’ils
évoquaient aussi le risque d’effets secondaires : « C2 : je l’utilise même si je sais que ce
n’est pas forcément très bien ». Deux médecins l’utilisaient de façon plus systématique :
« C4 : je suis moins coincé sur le Champix », « D1 : j’oriente un peu sur le Champix (...) parce
qu’il me semble que ça marche bien ».
L’inhaleur a été cité spontanément par un médecin : « C1 : L’inhaleur, c’est un
substitut nicotinique comme un autre » qui l’utilisait : « C1 : chez les gens que je trouve un
peu borderline ».
Les médecins estimaient qu’ils n’étaient pas suffisamment informés sur
l’utilisation de la cigarette électronique : « D4 : on sait pas quoi penser de ça », « B1 : je
ne me suis pas documenté ». Leurs connaissances sur le sujet étaient variables : « C3 : je
sais même pas ce que c’est », « C1 : la cigarette électronique, il n’y a pas de nicotine », « C2 :
il y a de la nicotine », « B2 : la fumée c’est de la vapeur d’eau », « B4 : c’est en provenance de
Chine », « B2 : c’est pas dans les médicaments » et provenaient essentiellement de leurs
échanges avec les patients : « B2 : j’ai un patient qui a arrêté comme ça ». Leurs
interrogations sur le sujet étaient nombreuses : « D2 : est-ce que c’est pas garder la
gestuelle ? », « C2 : c’est autorisé dans les lieux publics ou pas ? », B3 : c’est peut-être
toxique, hein ? ». Ils restaient donc prudents quand on leur demandait leur avis : « D5 :
maintenant j’en parle plus », « C1 : tu lui dis que c’est dangereux et qu’il faut qu’il oublie »,
« C4 je ne connais pas donc je ne peux pas répondre ».
Les co-prescriptions
Les anxiolytiques étaient régulièrement prescrits lors de l’initiation d’un
sevrage : « D4 : des anxiolytiques de temps en temps » plutôt chez certains patients : « D4 :
quand ils sont vraiment très angoissés », « B5 : chez les mecs hyper speed ». Les molécules
utilisées étaient variées : « B4 : l’Euphytose à la benzo », « B2 : l’Atarax », « A1 :
buspirone ». Certains médecins étaient prudents notamment avec l’utilisation des
benzodiazépines : « D3 : je prescris jamais de benzo (...) pour faire gaffe à ne pas tomber
dans une autre dépendance ».
Les anti-dépresseurs étaient parfois utilisés : « A2 : anti-dépresseurs oui ». Les
molécules citées ont été les IRS : « D2 : les IRS ça m’arrive », les tricycliques : « C1 : parfois
des tricycliques, les IRS j’ai arrêté, ça donne rien du tout » et la DEPAMIDE® : « B5 : ça
m’arrive des fois d’utiliser la dépamide chez les mecs qui sont un peu borderlines ».
Les somnifères ont été peu cités : « C3 : il m’arrive aussi de prévoir un somnifère
léger », « C3 : pour les troubles du sommeil, ça m’embête de donner des benzos donc des
fois, je donne un peu de neuroleptique...allez ! Un peu de Tercian ou un peu d’Haldol ».
25
Un grand nombre de participants ne prescrivaient pas de laxatifs : « A3 :
Pourquoi tu veux prescrire des laxatifs ? ». Cependant la constipation a été citée
spontanément dans le groupe C : « C3 : le transit ralenti (...) je le préviens d’emblée ».
Les conseils donnés aux patients
Les conseils donnés aux patients portaient essentiellement sur des modifications
de comportement à adopter : « D2 : de leur dire de modifier leurs habitudes de vie c’est
important » en ce qui concerne l’hygiène de vie : « D3 : peut-être picoler moins » avec
notamment la prévention de la prise de poids : « C2 : plutôt aller boire un verre d’eau que
d’ouvrir le frigo », « B5 : je les pousse à faire un peu de sport » et la prévention des
rechutes : « B5 : je les pousse même à arrêter leur café car le café entraîne la clope ».
Les fiches-conseils proposées lors de la formation étaient peu connues des
participants : « D4 : je me rappelle pas de ces fiches ». Quelques-uns les utilisaient : « A3 :
les papiers qu’il nous a donné, je les garde, je les imprime, je les redonne ».
Une prise en charge pluridisciplinaire
Certains médecins pensaient qu’une prise en charge pluridisciplinaire était
indispensable : « A4 : c’est multidisciplinaire, nous on ne peut rien faire... ». Quelques-uns
utilisaient cette possibilité : « C4 : on a la chance d’avoir une sophrologue sur place qui les
prend un peu en charge sur le stress, le sommeil...donc ça, ça aide quand même » mais ce
n’était pas le cas de la majorité : « C1 : il nous avait conseillé une diététicienne mais je n’ai
jamais osé ». Le frein principal évoqué était le coût des consultations qui n’étaient pas
remboursées par l’assurance maladie : « A3 : la démarche du psy, de la diet’... ca y est pas
encore parce que c’est payant ».
Les médecines alternatives
Certains médecins étaient ouverts à des médecines dites alternatives : « D5 :
j’essaye de tout essayer ». Les disciplines citées par les participants étaient :
l’homéopathie : « D4 : ça m’arrive de prescrire un peu d’homéo », l’hypnose : « D4 : Que des
patchs...et l’hypnose », l’acupuncture : « A2 : il y avait un acupuncteur qui s’appelait L. à
Orléans, je lui ai envoyé des gens » et l’auriculothérapie : « A2 : c’est une méthode
d’auriculothérapie donc ça marche ». Il y avait un médecin acupuncteur dans le groupe A
(A2) et un médecin qui pratiquait l’hypnose dans le groupe D (D2).
26
Le rôle des pharmaciens
Certains médecins ne se sentaient pas soutenus par les pharmaciens : « A3 : je
dirais quand même qu’on n’est pas très aidé par les pharmaciens » qui n’encourageaient
pas toujours le patient à les consulter : « A4 : Il y a eu un frein quand même à la prise en
charge... (...) j’ai prescrit pour un mois, je leur ai dit vous revenez me voir et on les revoit
pas... Et on s’aperçoit que c’est les pharmaciens qui leur redonnent un peu de... » alors
qu’eux-mêmes n’étaient pas assez formés : « A3 : en lui disant [au patient] qu’il fallait
forcer les patchs contrairement à ce que le pharmacien allait lui dire ».
Le suivi
Une nécessité
Les médecins considéraient que le suivi du sevrage était une nécessité : « B6 : je
leur dis de revenir aussi, je leur dis de reconsulter, je les laisse pas dans la nature » et ils
expliquaient son importance aux patients : « C1 : faut m’appeler et on se revoit de toute
façon ». La première consultation de suivi était proposée à 1 semaine à 1 mois du début
du sevrage selon les médecins : « B6 : dans les trois semaines » avec souvent la possibilité
de les contacter plus rapidement si besoin : « D2 : entre temps ils peuvent téléphoner s’il y
a un problème ». Sa durée était de plusieurs mois : « C3 : c’est trois à six mois ». Certains
médecins fixaient le rendez-vous suivant à la fin de la consultation : « D3 : je refixe un
rendez-vous tout de suite » alors que d’autres demandaient au patient de le prendre euxmêmes : « C3 : je leur dis de reprendre rendez-vous sous tant de temps ». L’organisation du
suivi était dépendante du fonctionnement du secrétariat du médecin : « C1 : je réponds
moi-même au téléphone. J’ai mon cahier sur moi donc… moi, je leur donne le rendez vous ».
Cependant, il semblait très compliqué à effectuer : « A1 : on institue le sevrage,
pour les suivre c’est autre chose... » car peu de patients revenaient : « C4 : ceux qui
reviennent pas sont plus nombreux », « D5 : je leur dis de reprendre rendez-vous et
j’attends encore ». Ce phénomène avait tendance à décourager les médecins : « A3 : c’est
pour ça que je ne veux plus trop m’investir ». Un médecin a évoqué le manque de temps
comme frein au suivi : « A3 : le suivi est dépendant de la démographie médicale ».
Les conséquences cliniques négatives de l’arrêt
La prise de poids était la crainte principale des patients : « D4 : le poids ! » plus
particulièrement des femmes : « D5 : les hommes aussi mais surtout les femmes ». Les
médecins leur expliquaient qu’ils allaient certainement prendre quelques kilos : « B2 : je
leur dis que la moyenne c’est trois à cinq kilos » et qu’ils pourraient stabiliser leur poids
en surveillant leur hygiène de vie : « A2 : celui qui va rien foutre et qui va rester devant sa
télé à bouffer, il va prendre 20 kilos ».
27
Le risque de constipation était connu de certains participants : « C1 : il y aura la
constipation quasi obligatoire » contrairement à d’autres qui ignoraient cet effet
indésirable possible et ne le recherchaient donc pas : « A1 : Ça constipe ? (...) je ne savais
pas ».
L’irritabilité était également citée comme une conséquence gênante pour les
patients : « D4 : il y a quelque chose qui revient beaucoup, c’est le fait qu’ils deviennent
imbuvables pour leur entourage ».
Un certain nombre de médecins avait remarqué une augmentation de la toux :
« D3 : ils disent aussi qu’ils toussent plus que quand ils fumaient » ainsi qu’une
augmentation des infections ORL : « A1 : les gens me disaient : vous comprenez j’ai arrêté
de fumer et je suis tout le temps malade » qu’ils n’expliquaient pas précisément : « C4 :
c’est physiologique », « A1 : je ne sais pas comment ça s’explique ». Cela pouvait les mettre
en difficulté : « C4 : j’étais bien ennuyé ».
Le renforcement positif
Les médecins félicitaient les patients qui réussissaient leur sevrage : « B2 : les
gens qui ont arrêté (...) j’écris des gros bravos sur le dossier » et les encourageaient : « A3 :
on les materne ».
La rechute
Les médecins étaient conscients de la fragilité de l’arrêt : « A1 : quand tu as arrêté
et que tu reprends la moindre cigarette, tu ré-enflammes toutes les zones... » et ne
culpabilisaient pas le patient qui rechutait : « C4 : c’est pas dramatique ». Ils ne
prévenaient pas toujours les risques de rechute : « C1 : anticiper les situations à risque
[de rechute] (...) mais ça on ne le fait pas ». Les raisons évoquées étaient l’oubli : « C3 : je
ne pense pas à les alerter sur les risques de rechute » et le manque de temps : « C1 : parce
que ça prend trop de temps ».
Les situations particulières
La femme
Certains médecins ne pensaient pas toujours à aborder le tabagisme avec les femmes :
« C1 : on découvre avec stupéfaction que des jeunes femmes, par exemple, fument depuis 10
ou 15 ans et on ne le savait pas ».
28
Contraception et tabac
La prescription de pilule était l’occasion d’aborder le tabagisme de leurs
patientes. Les médecins les informaient du risque thromboembolique lié à l’association
tabac et contraception oestro-progestative : « D4 : je leur dis que c’est incompatible ».
Un grand nombre de médecins notifiait sur l’ordonnance que la patiente devait
arrêter de fumer : « C4 : moi je le mets sur l’ordonnance (...) je mets arrêt du tabac
impératif » souvent pour qu’il y ait une preuve de l’information de la patiente : « B3 : je le
marque, mais c’était même pas pour eux, c’était pour moi, j’avais pas envie d’avoir de
procès ». Cependant, une grande partie des médecins continuaient à prescrire la
contraception oestro-progestative en cas de poursuite du tabagisme car ils ne voulaient
pas que le patiente soit sans contraception : « D5 : quand je me pose ce problème-là, je
dis : je prescris pas de contraception et elle revient en demandant une IVG » ou parce qu’ils
estimaient que c’était à elle de choisir puisqu’elle était informée des risques encourus :
« D1 : tu les informes et après elles décident ». Les autres refusaient systématiquement la
prescription, certains à partir de 35 ou 40 ans : « C3 : 35 ans et tabac égal pas d’oestroprogestatifs » et quelques-uns pour toutes leurs patientes fumeuses : « C1 : même à 15
ans, on n’en donne pas ». Ces derniers étaient sensibilisés par l’histoire d ‘une patiente :
« D3 : j’ai eu une patiente qui a fait un AVC (...) avant 35 ans et ça m’a un peu marqué » ou
par la médiatisation récente du risque thromboembolique plus élevé avec les pilules de
troisième génération : « C1 : Ça a évolué, c’est assez récent notre position ». Les moyens de
contraception de remplacement étaient : la pilule micro-progestative : « B6 : je leur mets
microval » ou le stérilet : « B6 : ou je leur fous un stérilet ».
La femme enceinte
Pour beaucoup, la grossesse facilitait le sevrage tabagique : «C3 : c’est largement
plus facile » mais elles reprenaient plus facilement après l’accouchement : « C1 : on les
revoit un mois ou deux après avec le bébé, mais elles ont repris le tabac déjà ».
Les médecins étaient plus sensibles à ces situations : « B4 :les femmes enceintes
(...) je prends moins de pincettes », « B6 : ça finit par irriter ! ».
Ils n’hésitaient pas à prescrire des patchs aux femmes enceintes désireuses de se
sevrer : « B5 : on pouvait en mettre [des patchs] chez la femme enceinte aussi on n’aurait
pas osé [avant la formation] ».
Les parents fumeurs
Les parents fumeurs et l’impact que cela peut avoir sur leurs enfants est une
situation qui sensibilisait également beaucoup les médecins : « B6 : c’est à cause de vous
qu’il tousse ». Certains médecins pensaient que la santé de l’enfant était une motivation
29
au sevrage pour les parents : « D4 : ils ont pour certains cette envie d’être un parent
parfait (...) de ne plus être fumeur au moment où le bébé arrivera ».
Les adolescents
L’abord du tabac avec les adolescents n’était pas évident pour les médecins :
« D4 : ils répondent pas », surtout lorsqu’un des parents était présent lors de la
consultation : « B2 : il faut être tout seul avec l’ado pour pouvoir en parler ».
C’était une situation qui mettait généralement les praticiens en difficulté : « A3 :
c’est extrêmement difficile », « tu joues copain, copain avec les ados... De toute façon, de
toutes les techniques, tu ne sais pas laquelle est la bonne ».
Les facteurs principaux motivant le tabagisme chez les jeunes étaient : l’envie de
s’intégrer : « A1 : quand on fume, c’est faire comme les autres » et la transgression de
l’interdit : « D1 : transgresser l’interdit, ça fait partie de l’ado aussi... ».
La consommation de tabac chez l’adolescent était souvent associée à la
consommation de cannabis : « A2 : souvent, les jeunes, il y a du cannabis derrière »
Les co-addictions
Le tabagisme était régulièrement associé à la dépendance à l’alcool : « D3 : tu vois
beaucoup de gens qui fument et qui boivent trop » et c’était une situation difficile à gérer
pour les médecins : « C1 : c’est l’horreur à gérer ». Certains participants pensaient qu’il
valait mieux arrêter tout d’un coup : « D5 : je leur fait faire tout en même temps » alors
que d’autres s’occupaient d’une dépendance à la fois : « D4 : j’aurais plutôt tendance à
dire chaque chose en son temps », souvent l’alcool en premier : « C2 : d’abord l’alcool
parce que j’ai quand même l’impression que c’est plus urgent ».
La co-addiction avec le cannabis était également citée comme une situation
compliquée à prendre en charge : « C1 : c’est pas la peine d’essayer ».
Le « RST 28 »
Connaissance du réseau
La plupart des médecins connaissait l’existence du réseau. Ils savaient en général
qu’une prise en charge pluridisciplinaire était possible : « A4 : il y a une prise en charge
globale » mais ils avaient peu de connaissances sur son fonctionnement : « C2 : je crois
que c’est sur le site [internet] du CESEL » et très peu de médecins savaient que les
patients pouvaient bénéficier de certaines prestations gratuites : « D3 : je sais pas si c’est
encore d’actualité mais à l’époque y avait des consultations gratuites », « C1 : Ça [les
possibilités offertes par le réseau], ça va s’adresser à des gens qui ont (...) de l’argent».
30
Certains médecins regrettaient un manque d’informations : « C4 : le réseau pêche
peut-être par une carence d’informations ». Deux participants (C2 et D5) recevaient
régulièrement de l’information de la part du réseau : « C2 : j’ai l’impression d’être à peu
près au courant de ce qui se passe » ainsi que des plaquettes à distribuer aux patients :
« C2 : quand je reçois les invitations, à chaque fois, il y a cinq ou dix plaquettes dans
l’enveloppe ».
Utilisation du réseau
Un grand nombre de médecins adressaient des patients aux tabacologues du
réseau : « B6 : j’adresse volontiers au Docteur Bachelier » parfois sans en être vraiment
conscient : « C2 : j’envoie assez facilement à Catherine Roué donc finalement j’utilise le
réseau... ». Quelques médecins disaient ne pas y penser : « B5 : pour le tabac je n’y ai pas
vraiment pensé ».
Certains adressaient les patients les plus motivés « C4 : quand la personne est
motivée, je lui conseille fortement la consultation [de tabacologie] » mais la grande
majorité adressait les patients qu’ils jugeaient les plus compliqués à prendre en charge :
« B4 : on lui envoie souvent les patients les plus difficiles » c’est-à-dire les fumeurs très
dépendants : « le vrai dépendant épanoui » et les co-addictions : « C2 : quand y a du
cannabis, je lui envoie ».
Les freins à l’utilisation du réseau et plus particulièrement aux possibilités
offertes sur l’hôpital, en dehors du manque d’informations cité par certains médecins,
étaient : l’éloignement géographique : « D4 : les patients ne se déplacent pas aussi
facilement que ça » et les horaires : « D5 : le problème (...) c’est que toutes les réunions sont
plutôt aux heures de bureau ».
L’avenir du réseau
Les médecins aimeraient que le réseau se développe : « A1 : il faudrait surtout
qu’il y ait une antenne à Châteaudun » même si quelques-uns étaient plus pessimistes :
« A3 : il n’y a plus de sous dans les réseaux actuellement (...) les réseaux n’existeront plus
dans quelques années ».
31
La formation
Les attentes
Certains médecins ont fait la formation car ils se sentaient en difficulté par
rapport au sevrage tabagique : « D3 : on a plus d’échecs que de réussites quand même donc
je trouvais que c’était intéressant de comprendre pourquoi, ce qui n’allait pas dans ce que
je faisais », « A4 : pour avoir plus d’armes ». D’autres en attendaient plus spécifiquement
des connaissances sur l’utilisation des traitements : « C1 : j’ m’attendais juste à apprendre
à manier les patchs ». Un médecin disait en attendre de la motivation : « B2 : un peu de
motivation ».
Le ressenti des participants sur la formation
Les médecins trouvaient que la formation était intéressante : « A4 : c’était
intéressant la formation » et utile : « B6 : ça m’a permis d’être plus à l’aise ». Un
participant (B3) avait nuancé l’utilité de la formation le concernant et avait dit lorsqu’il
s’était présenté : « j’ai pas l’impression que ce que j’ai (...) acquis avec Bachelier m’a aidé
ou m’aide. Un petit peu mais pas énormément ». Cependant, lors de la conclusion, il disait
aussi : « y a un côté positif (...) ça apporte une certaine aisance par rapport au sujet ».
Certains médecins trouvaient qu’il était difficile de mettre en pratique ce qui avait
été appris : « D5 : après sur le terrain, c’est beaucoup plus difficile ».
Apports de la formation selon les participants
Certains participants disaient que la formation leur avait apporté de la
motivation : « D2 : ça m’a donné aussi envie de m’y intéresser un peu plus ». Beaucoup de
médecins ont appris à aborder de façon différente la question du tabac avec leurs
patients : « B4 : c’est quelque chose que je mettais toujours dans le négatif », « C3 : la
formation m’a appris beaucoup de petits détails pratiques, en fait, sur la façon d’aborder le
sevrage du tabac ». Ils faisaient également revenir plus facilement les patients pour une
consultation dédiée : « B5 : De la formation, ce qui me sert bien (...) je leur dis : il faut
revenir, il faut que vous soyez motivé et voilà, ça ne se fait pas entre deux portes ».
Ils utilisaient en consultation les explications qui leur avaient été données sur la
physiopathologie du tabagisme : « D2 : ça nous a permis de comprendre le fonctionnement
de la dépendance, le fonctionnement de l’addiction etc... ».
Les participants connaissaient les différents traitements avant d’assister à la
formation : « A1 : les traitement, on les connaissait » mais ils ont appris à les utiliser de
façon plus optimale : « D2 : c’est plutôt le maniement des substituts qui n’était pas très
clair dans ma tête et donc ça a été plus simple ».
32
Certains ont également appris à anticiper et à gérer une éventuelle rechute : « C1 :
la recherche des situations à risque de rechute, ça c’est aussi un truc que j’ai appris à la
formation », « C4 : il nous avait un peu dit qu’il fallait dédramatiser la rechute » et à
organiser un suivi : « D3 : j’en ai gardé (...) la chronologie des consultations ».
Quelques médecins ont connu le réseau RST 28 grâce à la formation : « A4 : ça m’a
apporté le fait qu’il y avait le réseau qui existait ».
Les difficultés encore existantes
Lorsqu’on leur posait la question, les réponses étaient variables selon les
participants. Les points qui ont été cités étaient : la gestion de la prise de poids : « B4 : la
prise en charge de la prise de poids, qui est un problème qui revient », les co-dépendances :
« D3 : c’est vraiment les poly-addictions », le tabagisme chez l’adolescent : « D1 : je trouve
que le plus difficile, c’est les ados », le manque de connaissances sur la cigarette
électronique : « C3 : la cigarette électronique, je sais même pas ce que c’est », la prévention
des rechutes : « C3 : je ne pense pas à les alerter sur les risques de rechute » et la mauvaise
utilisation du réseau : « C2 : de me souvenir que le réseau existe...et de ne pas assez
l’utiliser ».
La nécessité de rappels
Une grande partie des participants aimerait avoir des rappels sur la formation :
« D4 : il faut des piqûres de rappel » et certains ont trouvé que le focus group avait eu ce
rôle : « C4 : ce focus group a eu l’intérêt de ma rappeler certaines choses, c’est positif, c’est
presque une formation continue ».
Un médecin avait eu l’occasion d’assister à une réunion de groupe avec le Docteur
Bachelier et trouvait que cela lui avait permis de compléter la formation : « A3 : J’ai eu la
chance d’assister à une réunion de groupe avec lui (...) Quand on fait une formation comme
ça, c’est pas mal d’assister, de participer, de voir comment ils s’y prennent. Et c’est
complètement différent de l’enseignement qu’il a pu nous donner qui était très théorique,
où on est quand même assez passif… »
33
DISCUSSION
L’objectif principal de ce travail était d'explorer le ressenti de médecins
généralistes sur l’impact d’une formation au sevrage tabagique dans leur pratique. Cette
étude qualitative par Focus group a étudié leur pratique du sevrage tabagique,
l’utilisation des connaissances acquises ainsi que leurs opinions sur la formation.
Sur la méthode
Selon le code de santé publique, la FMC a pour objectif le perfectionnement des
connaissances et l’amélioration de la qualité des soins et du mieux être des patients
notamment dans le domaine de la prévention, ainsi que l’amélioration de la prise en
compte des priorités de santé publique (art. L. 4133 nouvelle partie législative).
Il
existe plusieurs façons d’évaluer une FMC. Un chercheur américain, Donald Kirkpatrick,
professeur à l’université de Wisconsin, a mis au point et publié en 1959, une
classification de l’évaluation des formations professionnelles [9]. Elle consiste à établir
quatre niveaux d’évaluation. Cette méthode a été adaptée pour l’évaluation des FMC
depuis une trentaine d’années [10].




L’évaluation de niveau 1 évalue le niveau de satisfaction des participants à l’issue
de la formation. Il s’agit le plus souvent d’un questionnaire de satisfaction
globale. Il est théoriquement indépendant du contenu de la formation.
L’évaluation de niveau 2 a pour objectif de comparer les connaissances acquises à
l’issue de la formation par rapport à celles préexistantes. Elles sont comparées
grâce à un même questionnaire rempli avant et après la formation. Cela permet
de tester l’efficacité immédiate du séminaire.
L’évaluation de niveau 3, beaucoup plus compliquée à organiser et peu
fréquemment faite en pratique, consiste en une enquête sur les modifications des
pratiques des participants, réalisée à distance de la formation.
Enfin, l’évaluation de niveau 4 mesurerait l’impact éventuel de la formation sur
l’état de santé des patients. C’est une évaluation très lourde, complexe et
coûteuse, et très rarement mise en œuvre en pratique.
Les résultats de chaque niveau d’évaluation servent de base pour l’élaboration du
niveau suivant et chaque niveau supérieur représente une mesure plus pertinente et
rigoureuse de l’efficacité de la FMC. L’idéal pour évaluer l’efficacité d’une FMC serait
d’évaluer les quatre niveaux à la fois.
34
En ce qui concerne ce travail, il s’agissait avant tout d’étudier à distance le vécu et
les attitudes des médecins généralistes suite à la formation proposée par le RST 28.
Cette étude se situe donc à la fois dans une évaluation de niveau 1 et 3 d’où le choix de la
méthode du Focus group, apparue comme particulièrement pertinente. Cette méthode
est en effet idéale pour étudier la variété des opinions et sentiments sur un sujet donné,
mettre en évidence des convergences ou des différences de perspectives entre des
groupes d’individus, faire émerger ou tester des idées nouvelles au sein d’un groupe.
Tout ce qui a de la valeur pour les participants est abordé, comparé et confronté. Tout
est « valide » : même une seule idée minoritaire est « vraie ».
Cependant, cette étude a montré des limites qui résultent principalement des
aspects négatifs de l’interaction de groupe. Il a pu y avoir un meneur qui s’est détaché
dans le groupe et qui en prenant la parole plus facilement faisait avancer le débat mais il
empêchait parfois certains médecins plus timides de s’exprimer pleinement. Les focus
groups peuvent également induire des réticences à exprimer des idées personnelles et il
peut se dégager des normes de groupe, sources de blocage [11]. Une triangulation avec
des entretiens semi-dirigés aurait renforcé les résultats.
L’analyse des données est longue et les résultats d’une étude par focus group ne
peuvent pas être généralisés, ni utilisés pour un consensus, car le groupe n’a pas été
constitué dans un but de représentativité d’une population source [11] [12].
Le recrutement des médecins pour réaliser cette étude a été difficile car peu ont
répondu aux appels téléphoniques et la plupart ne souhaitait pas participer à une
réunion le soir après leur travail. Sur les 59 médecins généralistes formés, nous avons
tout de même pu convaincre 19 médecins de participer soit un tiers de la population
ciblée. Il n’a pas été possible de réaliser un cinquième focus group pour vérifier la
saturation des données car tous les médecins formés avaient été contactés. On peut
également penser que les médecins qui ont accepté de participer étaient certainement
les plus motivés par le sujet et les plus satisfaits de la formation ce qui constitue un biais
de recrutement difficilement évitable.
Le choix d’un animateur médecin et qui se présentait comme tel, peut entraîner
un risque de retenue potentielle, car le médecin interrogé peut se sentir jugé par son
pair et peut hésiter à parler de situations difficiles et délicates. Avant de débuter, je
n’avais pas d’expérience d’animation de groupe. J’avais déjà participé à un focus group
en tant que participante et j’avais donc un aperçu du déroulement de ces entretiens de
groupe. Je me suis sentie plus à l’aise dans ce rôle au fur et à mesure des séances mais
une plus grande expérience aurait peut-être conduit à une meilleure répartition des
prises de parole des participants, une meilleure gestion des participants dominants et
une meilleure stimulation des participants discrets. Cependant, cette expérience s’est
avérée très enrichissante et m’a permis de m’imprégner tout particulièrement du
verbatim et de m’impliquer dans mon travail dès le recueil des données.
35
Les focus groups ont duré de 55 à 102 minutes. Une durée inférieure n’aurait pas
permis aux participants de s’exprimer sur toutes les questions mais au-delà d’une heure
et quart environ, la fatigue se faisait sentir et la concentration des participants se
dégradait et favorisait les digressions. Certains participants se connaissaient avant les
entretiens, ce qui a facilité les échanges.
Les faits d’actualité concomitants des focus groups ont influencé les participants.
Les risques liés à l’association tabac et pilule oestro-progestative ont été évoqués dans
plusieurs groupes. Ils ont été mis en relation avec la diffusion médiatique de la
connaissance d’un risque thrombo-embolique plus élevé avec les pilules oestroprogestatives de troisième et de quatrième génération. Les participants de plusieurs
groupes ont également parlé de la cigarette électronique récemment mise en avant par
les médias suite à la publication d’un rapport par l’OFT [13].
Sur les résultats
Les données de la littérature portant sur les difficultés rencontrées par les
médecins généralistes dans l’aide au sevrage tabagique sont nombreuses et permettent
d’identifier quatre types de facteurs : des facteurs liés aux patients (âge, personnalité,
motivation, stade décisionnel...)[14][15], des facteurs liés au médecin (connaissances,
expérience professionnelle, statut tabagique du médecin, motivation, ...) [7][16][17][18],
des facteurs liés à la relation médecin-patient (place de l’abord du tabagisme dans la
consultation, vécu de la rechute d’un patient et/ou de la fin inopinée d’un suivi...)
[19][20][21] et des facteurs extérieurs (le manque de temps, la politique de santé
publique, le coût du sevrage, la possibilité de recours à d’autres professionnels...) [22].
Pourtant, les médecins généralistes occupent une place privilégiée car ils sont
généralement le premier recours des patients et peuvent donc agir plus rapidement
dans les parcours des fumeurs [23]. Les participants de notre étude évoquaient en effet
la plupart de ces difficultés et la majorité avait souhaité se former pour essayer de les
surmonter.
Plusieurs études ont montré que la formation était utile et favorisait l’implication
et l’efficacité des médecins en ce qui concerne le sevrage tabagique. Ainsi, les médecins
formés : conseillent plus souvent l’arrêt, initient plus de sevrages, assurent plus de
suivis, donnent plus de brochures et prescrivent plus de substituts nicotiniques que
leurs collègues non formés [3][4][24][25][26]. L’étude de P. Cnockaert, qui passe en
revue les résistances psychologiques principales qui peuvent être source d’inconfort et
de perte d’efficacité pour les médecins généralistes qui ont en consultation des patients
tabagiques, conclut à : la légitimité de proposer des consultations spécifiques centrées
sur le problème de la consommation de tabac, l’importance de créer un cadre où le
médecin se sente à l’aise ce qui légitimise le recours à des médicaments efficaces,
l’importance d’une verbalisation des vécus et la nécessité de s’adapter au stade où se
36
trouve le patient en employant le modèle de Prochaska et Di Clemente [27]. La
formation proposée par le RST 28 reprend tous ces points, notamment le niveau 1
[Annexe 1] qui a été suivi par tous les médecins de notre étude, en dehors de C3.
Dans notre étude, tous les médecins étaient globalement satisfaits de la formation
et disaient se sentir plus à l’aise dans leur pratique du sevrage tabagique. Depuis la
formation, ils hésitaient moins à proposer une consultation dédiée et ainsi, ils prenaient
le temps nécessaire pour faire verbaliser le patient sur son tabagisme sans le
culpabiliser. Ils accordaient également de l’importance à l’histoire tabagique du patient.
Ils se sentaient aussi plus à l’aise pour expliquer les mécanismes de la dépendance aux
patients et ces connaissances leur permettaient ainsi de mieux accompagner le sevrage
tabagique.
L’impact de la formation semble particulièrement bénéfique en ce qui concerne
l’utilisation des traitements et notamment des substituts nicotiniques (patchs et/ou
gommes et comprimés, l’inhaleur pour un participant), sujet abordé lors des 3 niveaux
de formation. Ils étaient prescrits en première intention par tous les médecins, comme le
préconisent les recommandations de l’AFSSAPS datant de 2003 [28]. Ils n’hésitaient plus
à augmenter les doses, donnaient des conseils pertinents notamment sur l’utilisation des
patchs (possibilité de les couper ou d’en mettre plusieurs si nécessaire, signes de sur et
sous-dosage, durée d’utilisation...) et pouvaient associer les patchs aux formes orales, ce
qui améliore l’efficacité du traitement substitutif [29]. Les médecins participants
semblaient donc tout à fait compétents dans ce domaine en utilisant des doses
suffisantes de nicotine. La détermination initiale du dosage leur semblait plus
compliquée à évaluer et peu utilisaient le test de Fagerstrom dans ce sens. La varénicline
était plutôt prescrite en deuxième intention, pour ceux qui la prescrivaient,
conformément à l’avis de la HAS datant de 2009 [30]. Le test HAD était peu utilisé mais
ils prescrivaient régulièrement des anxiolytiques au cours du sevrage tabagique si cela
leur semblait nécessaire.
L’impact de la formation semble moins important sur d’autres points. En effet,
une bonne identification du statut de fumeur permet d’augmenter les taux de sevrage
tabagique [31]. Cependant, dans notre étude, les fumeurs n’étaient pas toujours
clairement identifiés et le statut tabagique du patient n’était pas toujours noté dans le
dossier médical. La HAS recommande également de « classer » chaque fumeur dans un
des cinq grands stades de changement décrits par Prochaska afin d’adapter au mieux la
prise en charge [32]. Les participants qui utilisaient le cycle de Prochaska y trouvaient
un réel bénéfice mais d’autres ne se souvenaient pas du concept ou alors le trouvaient
trop théorique.
La pratique du « conseil minimal » restait également peu connue. Peu de
médecins abordaient la question du tabagisme de manière systématique, en dehors des
situations où elle était abordée de manière plus évidente telles que par exemple la
grossesse, le renouvellement du traitement anti-hypertenseur, la prescription d’une
37
contraception orale. Pourtant, il a été démontré qu’un conseil rapide systématique
d’arrêt du tabac donné par un médecin de famille entraine une augmentation de 2% des
sevrages à long terme par an auprès de sa patientèle de fumeurs. Appliqué au niveau
national, ces 2% représentent 75000 arrêts supplémentaires par an [33]. Le conseil
minimal est également la méthode la plus efficace en terme de coût [34]. Mais son
efficacité repose sur le caractère systématique de son application [35]. Il faut noter
également que moins de la moitié des médecins déclarait utiliser des brochures alors
que la distribution de brochure seule sans aucun autre accompagnement entraîne déjà
une augmentation des sevrages [36].
Enfin, certains médecins considéraient le peak-flow et la cigarette électronique
comme des outils de sevrage tabagique alors qu’ils n’ont jamais été présentés comme
tels lors de la formation. Le peak-flow est un outil de suivi de l’asthme et peut être utilisé
pour dépister la BPCO. En ce qui concerne la cigarette électronique, le sujet a été évoqué
lors des dernières cessions de formation de niveau 3 donc seuls les derniers médecins
formés en avaient entendu parler dans ce cadre. Les autres participants, qui étaient
majoritaires, étaient surtout informés par le biais de leurs patients et de l’expérience de
ces derniers.
La plus grosse difficulté exprimée par les médecins de notre étude était
l’organisation du suivi. Ils étaient tous conscients de son caractère indispensable
pendant plusieurs mois (recommandation de grade A dans les recommandations de
l’AFSSAPS de 2003 [28]) mais un bon nombre de patients ne revenait pas pour les
consultations suivantes, ce qui avait tendance à les décourager et à faire diminuer leur
motivation pour prendre en charge les sevrages tabagiques. Pour faciliter l’organisation
du suivi, certains médecins donnaient le rendez-vous suivant immédiatement au patient
mais ce n’était pas possible pour tous selon l’organisation du secrétariat. Les
participants se décrivaient plus empathiques que culpabilisants. On peut donc penser
que ce n’était pas par crainte du médecin que les patients ne revenaient pas. On pourrait
se demander si un meilleur repérage des patients « vraiment prêts » pour le sevrage
permettrait d’améliorer ce point. Cependant, les difficultés du suivi avec des patients
perdus de vus existent également dans les consultations spécialisées de Tabacologie.
Les autres difficultés évoquées étaient plus ponctuelles et avaient moins d’impact
sur leur motivation. On retrouvait la gestion de la prise de poids mais aussi la gestion de
la réticence du patient à arrêter de fumer par crainte de la prise de poids. La formation
leur avait permis de comprendre le mécanisme de la prise de poids afin d’informer au
mieux les patients inquiets. Les conseils qu’ils donnaient à ce sujet portaient sur la
surveillance de l’alimentation et l’augmentation de l’activité physique. Ils n’ont pas
évoqué le rôle des substituts nicotiniques dans le contrôle de la prise de poids.
L’irritabilité est un signe de manque que l’on peut traiter en réajustant la substitution
nicotinique [28]. Cet aspect n’a pas non plus été abordé par les participants qui en
parlaient pourtant comme une conséquence gênante pour le patient en cours de sevrage
tabagique. Certaines situations particulières leur semblaient plus compliquées à gérer
38
comme la tabagisme chez les patients en grande précarité, les poly-addictions (alcool,
cannabis) où ils adressaient plus facilement à des centres spécialisés, et le tabagisme
chez les adolescents qu’ils associaient volontiers à la consommation de cannabis. Malgré
la large évocation de leurs difficultés avec les adolescents, la prévention n’a été abordée
que dans le dernier groupe et de façon plutôt succincte, ce qui ne nous permet pas de
conclure sur ce sujet. C’est un élément qui est apparu spontanément. Il ne faisait pas
partie de la trame d’entretien car il n’avait pas été abordé durant la formation.
Enfin, cette étude a mis en évidence un paradoxe. En effet, beaucoup de médecins
disaient qu’une prise en charge pluridisciplinaire était souhaitable dans la conduite du
sevrage tabagique. Cependant, ils étaient très peu à utiliser pleinement les possibilités
offertes par le RST 28. Certains adressaient leurs patients à des médecins du réseau sans
vraiment savoir qu’ils utilisaient le réseau de cette manière. Ils exprimaient des
difficultés dans la prise en charge de la prise de poids mais n’avaient pas toujours le
réflexe d’adresser à une diététicienne. Ils évoquaient parfois le coût élevé d’une prise en
charge par plusieurs professionnels de santé mais ne savaient pas que le réseau offrait
certaines possibilités entièrement gratuites pour le patient : trois consultations
individuelles ainsi qu’une séance de groupe avec une diététicienne, une prise en charge
psychologique avec un illimité de consultations ainsi que deux séances par mois de
relaxation en groupe. Une des raisons évoquées de cette mauvaise utilisation était
l’éloignement géographique mais on s’aperçoit que les médecins exerçant à Chartres
n’utilisaient pas plus ces possibilités. Ils connaissaient l’existence du RST 28 mais ne
connaissaient pas son fonctionnement. Plusieurs médecins disaient qu’ils aimeraient
avoir un testeur de CO pour optimiser leur prise en charge mais qu’ils en trouvaient le
coût élevé. Le réseau offre la possibilité d’obtenir un testeur de CO gratuitement. Il faut
pour cela avoir suivi les 3 niveaux de formation ou être tabacologue. Pourtant, le RST 28
était présenté lors de chaque soirée de formation. Cette méconnaissance est
dommageable car travailler en réseau de santé permet de renforcer la compétence, de
rompre la solitude du praticien et son sentiment d’échec [37].
L’impression générale des participants en ce qui concerne l’impact de la
formation sur leur pratique du sevrage tabagique était positive malgré les difficultés
évoquées. Ils étaient demandeurs de formations complémentaires ou tout du moins de
rappels réguliers sur le sujet pour entretenir ou leur redonner la motivation et les
connaissances nécessaires à une prise en charge optimale du sevrage tabagique. Un
participant avait même suivi deux fois les formations de niveau 1 et 2, un autre
regrettait qu’il n’y ait pas de niveau 4. Il a été démontré que des programmes de
formation utilisant l’influence des pairs et employant une pédagogie interactive
permettent d’obtenir des changements de comportement professionnel [38]. La
formation proposée par le RST 28 est effectuée par un médecin généraliste tabacologue
et une soirée est consacrée à l’étude de cas cliniques. Pour améliorer l’impact de cette
formation, des jeux de rôle pourraient être proposés aux participants afin de se mettre
dans des conditions les plus « réelles » possibles. Enfin, il faudrait proposer à tous les
39
participants des rappels via le réseau et leur fournir de façon régulière des plaquettes à
distribuer aux patients avec des informations sur les possibilités offertes. Cela semble
être déjà le cas pour certains mais pas pour la majorité.
Si l’on reprend les différents facteurs expliquant les difficultés rencontrées par les
médecins généralistes sur l’aide au sevrage tabagique, nous comprenons que la
formation peut principalement jouer sur les facteurs liés au médecin et à la relation
médecin-patient. Elle peut également aider le médecin à prendre en compte
différemment les facteurs liés aux patients (par exemple, à adapter son discours en
fonction de l’âge ou de la motivation du patient...). Cependant, persisteront toujours des
difficultés liées aux facteurs extérieurs. La formation permet tout de même d’augmenter
la motivation du médecin qui pourrait avoir tendance à se décourager devant ces
difficultés, comme cela a été évoqué par certains dans notre étude.
40
CONCLUSION
La FMC a pour objectif de perfectionner les connaissances du médecin et ainsi
d’améliorer la qualité des soins et le mieux être des patients notamment dans le
domaine de la prévention, tout en tenant compte des priorités de santé publique.
Cette étude a permis d’évaluer le vécu, le ressenti et les attitudes des médecins
généralistes concernant la FMC proposée par le RST 28 et de mettre en évidence les
changements intervenus dans leur pratique du sevrage tabagique.
Les médecins ont trouvé cette formation utile et intéressante. Ils ont perçu des
modifications dans leur façon d’aborder le tabac et y consacraient un temps plus
important lors de consultations dédiées où la verbalisation du patient sur son tabagisme
tenait une place importante. L’impact positif de la formation était évident dans la prise
en charge thérapeutique du sevrage tabagique avec notamment une très bonne
utilisation des substituts nicotiniques. Cependant, ils évoquaient également des
difficultés qui persistaient notamment sur l’organisation du suivi des patients et lors de
la prise en charge de situations particulières (adolescents, contraception, polyaddictions...). Nous avons également mis en évidence des connaissances imparfaites du
« conseil minimal » et de son impact ainsi que de la prise en charge de certains effets
indésirables liés au sevrage tels que l’irritabilité et la constipation. Enfin, malgré le fait
qu’une prise en charge pluridisciplinaire leur semblait souhaitable, ils n’utilisaient que
très partiellement les possibilités offertes par le RST 28 en raison principalement d’un
manque de connaissances sur le fonctionnement du réseau.
Les médecins formés étaient demandeurs de rappels réguliers pour parfaire leurs
connaissances et entretenir leur motivation pour la prise en charge des sevrages
tabagiques. La prise en compte de ces attentes et l’évaluation du ressenti des médecins
généralistes devraient permettre d’améliorer la forme et le contenu de cette formation.
41
BIBLIOGRAPHIE
1. Données disponibles sur le site : http://www.tabac-info-service.fr
2. Beck F., Guignard R., Richard J.-B., Wilquin J.-L., Peretti-Watel P., « Augmentation
récente du tabagisme en France : principaux résultats du Baromètre santé,
France, 2010 », BEH n°20-21, numéro spécial journée mondiale sans tabac, 31
mai 2011, 230-233.
3. Stoebner-Delbarre A., Projet MG Tabac LR. Rapport final RNSP. Epidaure, 2001 :
32p.
4. Stoebner-Delbarre A., Slama K., Rijnoveanu A., Gourgou S., Sancho-Garnier H.,
Adra A., Changer les pratiques d'aide à l'arrêt du tabac des médecins généralistes
: Résultats de l'étude contrôlée randomisée "MG Tabac LR". Réunion du GRELL,
Montpellier, 18-21 mai 2004.
5. Cornuz J., Humair JP, Seematter L., Storianov R., Van Melle G., Stalder H. et al.,
Efficacy of resident training in smoking cessation : a randomised controlled trial
of a program based on application of behavioral theory and practice with
standardized patients. Ann intern Med 2002 ; 136 (6) : 429-37.
6. "International Tobacco Control", projet d'évaluation des politiques publiques de
lutte antitabac, rapport national ITC France, Résulats de la deuxième vague,
octobre 2011.
Disponible sur : http://www.inpes.sante.fr/etudes/itc/pdf/ITC_rapport_FR_2.pdf
7. Gautier A., Baromètre santé médecins/pharmaciens 2003. INPES ; 2003.
Disponible sur : http://www.inpes.sante.fr/CFESBases/catalogue/pdf/793.pdf
8. Dansou A., Groussin L. et al., Abord et prise en charge du fumeur par 149 internes
au CHRU de Tours. Revue des maladies respiratoires 2012;29;878-888.
9. Kirpatrick D., Evaluating training programs : The four levels. San Francisco, CA :
Berret-Koehler, 1998.
10. Davis D.A., Taylor-Vaisey A., Two decades of Dixon : The question(s) of evaluating
continuing education in the health professions. The journal of continuing
education in the health profession 1997, 17: 207-213.
42
11. Moreau A., Dedianne M., Letrillart L., Legoaziou M.F., Laberere J., Terra J.L.,
S’approprier la méthode du focus group. La revue du praticien médecine
générale. 2004 ;18;645.
12. Van Royen P., Peremans L., University of Antwerp. Department of general
practice. Focus group discussions : a closer look at the method.
13. OFT, Rapport et avis d’experts sur l’e-cigarette, mai 2013.
Disponible sur : www.ofta-asso.fr/docatel/Rapport_e-cigarette_VF_1.pdf
14. Mowat D.L., Mercredy D., Lee F., Hajela R., Wilson R., Family physicians and
smoking cessation. Survey of practices, opinions, and barriers. Can Farm
Physician. 1996 oct;42:1946-51.
15. Young J.M., Ward J.E., Implementing guidelines for smoking cessation advice in
Australian general practice : opinions, current practices, readiness to change and
perceived barriers. Family Practice. 2001 janv ;18(1):14-20.
16. Coleman T., Wilson A., Anti-smoking advice in general practice consultations :
general practitioners’ attitudes, reported practice and perceived problems. Br J
Gen Pract. 1996 fev;46(403):87-91.
17. Tessier J.F., Rene L., Neijari C., Belougne D., Moulin J., Freour P., Attitudes and
opinions of French general practitioners towards tobacco. Tob Control. 1993
sept;2(3):226-30.
18. Gautier A., Baromètre santé médecins généralistes 2009. INPES ; 2009.
Disponible sur : http://www.inpes.sante.fr/Barometres/Barometre-sante-medecinsgeneralistes-2009/index.asp
19. Coleman T., Murphy E., Cheater F., Factors influencing discussion of smoking
between general practitioners and patients who smoke : a qualitative study. Br J
Gen Pract. 2000 mars;50(452):207-10.
20. Stead M., Angus K., Holme I., Cohen D., Tait G., Factors influencing European GPs’
engagement in smoking cessation : a multi-country litterature review. Br J Gen
Pract. 2009 sept;59(566):682-90.
21. Vogt F., Hall S., Marteau TM., General practitioners’ and family physicians’
negative beliefs ans attitudes towards discussion smoking cessation with patients
: a systematic review. Addiction. 2005;100(10):1423-31.
43
22. Sciolla M., Etude qualitative auprès de médecins généralistes de Marseille : vécus
et représentations de l’aide au sevrage tabagique. Thèse : Médecine : Grenoble :
2012.
23. Underner M., Laforgue A.V., Chabaud F., Meurice J.C., Influence du tabagisme des
médecins sur la pratique du « conseil minimal ». Enquête auprès de 369
médecins généralistes de la Vienne. Presse Med 2004 ;33 ;14 :927-9.
24. Vannobel R., Dépinoy D., Masure M., L’aide à l’arrêt du tabac en médecine
générale. Etude de pratique qualitative et prospective sur 24 patients. Exercer
mars/avril 2006, n°77, 54-60.
25. Lancaster T., Silagy C., Fowler G., Training health professionals in smoking
cessation (Cochrane Review). The Cochrane Library. Oxford : Uptade Software,
2001 : 3.
26. Le Maitre B., Ratte S., Stoebner-Delbarre A., Sevrage tabagique. Des clés
indispensables pour les praticiens. 2e éd. Mayenne : Doin, 2008, p165-168.
27. Cnockaert P., La cessation tabagique : expérience en médecine générale. Rev Med
Brux 2003 ;4 : A 350-3.
28. AFSSAPS. Les stratégies thérapeutiques médicamenteuses et non
médicamenteuses de l’aide à l’arrêt du tabac. Recommandation de bonne
pratique.
Paris,
mai
2003.
Disponible
sur :
http://superieur.deboeck.com/resource/extra/9782804102272/6.pdf
29. Piper et al,. A randomized placebo-controlled clinical trial of 5 smoking cessation
pharmacotherapies. Arch Gen Psychiatry. 2009 Nov;66(11):1253-62. Disponible
sur : http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/19884613
30. HAS, Commission de la transparence concernant la varénicline. Avis. juin 2009.
Disponible sur : http://www.has-sante.fr/portail/jcms/c_818571/en/champixct-6677
31. Mc F. US public health service clinical practice guideline : treating tobacco use
and dependance. Respiratory care. 2000 oct;45(10):1200.
32. HAS. Stratégies thérapeutiques d’aide au sevrage tabagique. Efficacité, efficience
et prise en charge financière. janvier 2007. Disponible sur :
http://www.treatobacco.net/fr/uploads/documents/Treatment%20Guidelines/
France%20treatment%20guidelines%20in%20French%202007.pdf
44
33. Raw M., McNeill A., West R., Smoking
cessation guidelines for health
professionals - A guide to effective smoking cessation interventions for the
health care system. Thorax. 1998 déc;53(Suppl 5):S1-S18.
34. Feenstra T.L., Hamberg-van Reenen H.H., Hoogenveen R.T., Rutten-van Mölken
M.P.M.H., Cost-effectiveness of face-to-face smoking cessation interventions : a
dynamic modeling study. Value in health. 2005 mai;8(3):178-90.
35. Slama K., Karsenty S., Hirsh A., French general practitioners’ attitudes and
reported practices in relation to their participation and effectiveness in a minimal
smoking cessation program for patients. Addiction. 1999 janv;94(1):125-32.
36. Lancaster T., Stead L.F., Self-help interventions for smoking cessation (Cochrane
review). In : The Cochrane Library, Oxford, Update Software, 2002, Issue 1 : 51 p.
37. Depinoy D., Tabac en ligne : une enquête du réseau ADDICA. Réseaux
Respiratoire 2005 ;14 :14-5.
38. Stoebner-Delbarre A., Letourmy F., Quelles sont les mesures e santé publique à
proposer ou à valider pour réduire le tabagisme féminin : rôles des
professionnels de santé. J Gynecol Obstet Biol Reprod H série 2005.
45
Annexe 1 : Power-point de la formation de niveau 1
Ventes de cigarettes
La vente
des
produits
du
tabac
en
France
Ventes de cigares et
cigarillos
Ventes de scaferlatis
Année
Evolution du marché des cigarettes, des
scaferlatis* et des cigares et cigarillos en
volume et en valeur toutes taxes comprises,
france, 1991
-2009
.
Volume,
milliards
d'unités
Valeur TTC,
Volume,
milliards
tonnes
d'euros
Valeur TTC, Volume,
millions
millions
d'euros
d'unités
Valeur TTC,
millions
d'euros
1991
97,1
6,42
4905
154
1473
286
1992
96,3
7,09
4970
176
1377
276
1993
93,6
8,07
5534
235
1369
274
1994
90
9,12
6196
312
1407
294
1995
88,3
9,73
6444
351
1460
309
1996
86,2
10,25
6997
408
1530
329
1997
83
10,63
7315
461
1571
350
1998
83,8
11,18
7284
484
1630
374
1999
83,7
11,71
7386
532
1671
394
2000
82,5
12,12
7170
537
1711
406
2001
83,5
12,89
7086
557
1729
432
2002
80,5
13,46
6957
614
1707
436
2003
69,7
13,2
6995
721
1730
447
2004
55
13,1
7861
991
1892
565
2005
54,8
13,06
7782
1026
1848
556
2006
55,8
13,32
7795
1050
1819
546
2007
55
13,42
7706
1067
1692
516
2008
53,6
13,54
7831
1172
1629
505
2009
55
13,99
7772
1225
1578
497
2010
54,8
14,74
8077
1360
1556
505
Source : La revue des tabac, n°258 - Fév 2006, n°539 - Fév 2007, n°550 - Fév 2008, n°561 - Fév 2009,
n°572 - Fév 2010, n°583 - Fév 2011
Diapositive 1
Diapositive 2
La fumée du tabac
(4 000 composés)
2
CO
Nitrosamines
hypoxie sang + muscle
irritant + cancérogène
Benzopyrène
goudron cancérogène
Nicotine inhalée
• Son inhalation avec la fumée de cigarette provoque une
vasoconstriction des artères coronaires, accélère le pouls
et augmente la pression artérielle, augmente le débit
cardiaque
Dioxines
Acroléine
Irritant,ciliostatique
Polonium
radioactif (1/2 vie > 1000 ans)
Cadmium
•
ces effets ne sont observés que pour les 2 ou 3 premières
cigarettes de la journée. Ces effets cardio-vasculaires sont
moindres ou absents quand la dose de nicotine est
régulière (timbre, gomme).
•
augmente la concentration sanguine en acides gras
•
augmention l'adhésivité plaquettaire ce qui est un facteur
de risque de thrombose artérielle.
•
baisse le taux d'oestrogènes conduisant à une ménopause
plus précoce et à une ostéoporose post ménopausique
plus intense (risque fracturaire + + +).
cancérogène
Nicotine
addictive
accumulation
Diapositive 4
Diapositive 3
Les goudrons (benzopyrènes,..)
La nicotine inhalée avec la fumée
est surtout une drogue
psychoactive
Diapositive 5

Ce sont de puissants cancérogènes et mutagènes.

Ils provoquent des cancers en altérant l'ADN et en
provoquant en particulier des mutations du gène de la
protéine P53 (inhibitrice de tumeur).

Par ailleurs les goudrons :
- participent à la paralysie des systèmes d'épuration
pulmonaire,
- endommagent les alvéoles pulmonaires,
- diminuent l'efficacité du système immunitaire.
Diapositive 6
46
Ce qui est écrit sur le paquet n’est
pas ce qu’il y a dedans …
Le monoxyde de carbone (CO)
 Lèse la cellule endothéliale des artères et génère
l’athérosclérose,
 Il n’y a pas de goudron dans la cigarette...
 Il y a en moyenne 2 mg de nicotine dans chaque
cigarette même si il est indiqué 1 ou 0,2 mg sur le
paquet.
 Majore les conséquences des sténoses des artères
coronaires, en raison de l’hypoxie ...
accidents ischémiques,
 C’est dans la fumée que sont mesurés les contenus
par cigarette, mais chacun fume à sa façon : le
simple fait de boucher les aérations du filtre avec les
doigts peut multiplier par 10 le taux de nicotine.
 Se fixe à la place de l'oxygène sur la myoglobine du
muscle (demi-vie : 6 heures)
 Se fixe 200 fois mieux à l'hémoglobine que l'oxygène,
déplaçant l'oxygène de l'HbO2.
Source : Tobacco Control 1998
Diapositive 7
Diapositive 8
définition
« Le tabagisme est un comportement
renforcé par une dépendance dont la
nicotine est responsable «
Gilbert LAGRUE
« arrêter de fumer » G.Lagrue .(Odile Jacob) »
Diapositive 9
Diapositive 10
Et
MAIS
• En psychologie comportementale :
• "Jamais la connaissance d'un
risque n'a réussi à modifier un
comportement"
• effet renforçateur est plus grand
d’autant que l’intervalle entre l’action et
la sensation est plus court et plus
souvent renouvelée
• 50% des patients qui ont fait un IDM
reprenne le tabac dans les 6 mois…
• Médecin fumeur …
Surgeon général publié en 1988 "Nicotine
addiction",
Diapositive 11
Diapositive 12
47
La nicotine
Sensations de manque
• Indispensable pour la poursuite du
tabagisme (échec cigarette sans
nicotine…)
• La toxicomanie à la nicotine seule
n’existe pas, le fumeur va donc
chercher d’autres renforçateurs dans la
cigarette :
• Renforcement négatif
Comportement
(habitudes)
Renforcement positif
Substances aromatiques des goudrons
Harmanes, norharmanes (proches IMAO)
………….
Sensations positives
WOODMAN G et coll. Eur..J. Respir. Dis. 1987; 70: 316-21.
Diapositive 13
Diapositive 14
La nicotine inhalée est une drogue
psychoactive indispensable
NICOTINE
Effet positif des shoots de nicotine variable selon les fumeurs :
- plaisir
- gestion du stress
• Analogie structurale de la molécule
nicotine avec l’acétylcholine
• Bonne affinité avec les récepteurs
nicotiniques.
• Demi vie 2 heures
• Certaines sous unités sont plus
sensibles à la nicotine ( sous récepteurs
alfa 2béta4 +++ ; SCIENCE nov 2004)
- détente ou inversement stimulation
- soutien pour le moral
(effet antidépresseur)
- concentration, stimulation intellectuelle.
- coupe faim
Le fumeur s’habitue à gérer ses moments de la vie quotidienne avec
la cigarette.
Il renforce alors sa dépendance comportementale et sa dépendance
pharmacologique.
Diapositive 15
Diapositive 16
La baisse du taux de nicotine pousse à fumer
La nicotine inhalée par la fumée: l’effet
“shoot”
•.Le fumeur fume
parfois par plaisir.
La cigarette est une “seringue à nicotine”.
Concentration de nicotine dans le sang
•Beaucoup de
cigarettes sont
fumées pour éviter
le déplaisir lié au
manque de nicotine.
La nicotine met 7 secondes pour passer des alvéoles
au cerveau : shoot 2 fois plus vite qu’une intra
veineuse ! !
•Le comportement
est identique à
celui des autres
drogues quand un
sujet dépendant est
en manque.
Un fumeur prend une dizaine de shoots par cigarette
: cet effet shoot crée et entretient la dépendance.
La nicotine est apportée lentement par les substituts
nicotiniques et n’est donc pas accompagnée de cet
effet shoot.
Diapositive 17
niveau de satisfaction
sensation de manque
cigarettes
cigarettes
Diapositive 18
48
cigarettes
heures
5
Dépendance à la nicotine dans la
population des fumeurs
Lagrue (89)
Kunze (93)
5
Woody (93)
Fortement
dépendant
Dépendant
Faiblement
dépendant
Non
dépendant
0%
10%
20%
30%
40%
D’après Molimard, cour DIU tabacologie
Intérêt du test de Fagerström
Diapositive 19
Diapositive 20
IMPACTS SUR LA
SANTE
• Tabagisme actif
• Mais aussi le tabagisme
passif…
Dr Jean-Yves BACHELIER 27/11/2008
Diapositive 21
Diapositive 22
Risque cardiovasculaire
Risque cardiovasculaire
• Dysfonction endothéliale :
• diminution synthèse NO même à
faible tabagisme (Puranik 2003)
• Inflammation : radicaux libres
augmentation CRP, interleukine 6, TNF
• adhésivité monocytaire augmenté
• Modification profil lipidique :
diminution HDL cholestérol (Druyer 1988)
• Puissant facteur thrombotique ++++:
augmentation agrégation plaquettaire,
fibrinogène, éléments figurés du sang
( Ambrose 2005, Wannathee 2005)
(Ambrose 2005)
Diapositive 23
Diapositive 24
49
Risque cardiovasculaire :
Mécanismes
• Ce risque tabagisme peut être
différencié en deux mécanismes :
- un d’action lente (peu nicotine dépendant )
- un d’action rapide (CO dépendant)
• Intérêt direct sur les bénéfices liés à l’arrêt
Diapositive 25
fumeurs
10
8
ex-fumeurs
2
0
0
5
10
15
20
25
années d'arrêt du tabagisme
Diapositive 28
Chute du risque de mortalité par cancer du
poumon après arrêt du tabac
Insuffisance respiratoire obstructive
Si le risque
de mourir d'une
bronchite
chronique est
de 1
chez un nonfumeur,
le risque peut
être
multiplié par 66
chez un gros
fumeur.
fumeurs
1.2
décès
pour
1 000
1.0
0.8
0.6
0.4
ex-fumeurs
Risque
du non 0.2
fumeur
0
•source : Doll R et Peto R.
British Medical Journal
5
56
D’après R Doll B med J 1976, 25, 1526-1536
Diapositive 27
1.4
• Atteinte artérielle liée à
l’association spasme et
thrombose qui peut
s’installer en quelques
heures
• Responsable en
particulier de la mort
subite et de l’infarctus
du myocarde (spasme)
50
Si le risque risque de décès
44
de mourir d'un
38
cancer
bronchique
26
est de 1
19
chez un non13
fumeur,
7,3
le risque peut 1
être
multiplié par NF 10 20 30 40 50 60 70 80
56 chez un consommation de tabac (en paquets/année)
gros fumeur.
•source : Ministère santé USA
4
• Atteinte de la paroi par
athérosclérose se
construit lentement.
• Responsable en
particulier de l’angine
de poitrine, artérite
Epidémiologie
des cancers du poumon
6
Risque
du non
fumeur
• RAPIDE :
Diapositive 26
Chute du risque de mortalité
coronarienne après arrêt du tabac
décès
pour
1000
• LENT :
10
15
20
25
années d'arrêt du tabagisme
Diapositive 29
66
risque relatif de décès
51
44
32
27
21
9,7
1
NF 10
20
30
40
50
60
70
80
consommation de tabac (en paquets/année)
D’après R Doll B med J 1976, 25, 1526-1536
Diapositive 30
50
58
Décroissance du souffle (VEMS) en fonction du
tabagisme et de l’arrêt
Autres cancers attribuables & associés au tabac
•
VEMS/VEMS à 20 ans
100
80
•
•
•
•
•
•
•
NF
60
arrêt 45 ans
40
arrêt 65 ans
fumeurs
20
0
20
30
40
50
60
70
80
(% attribuable chez l’homme)
• Cancer de la bouche (74%)
• Cancer de l’œsophage (53%)
• Cancer du larynx (87%)
• Cancer de la vessie (50%)
• Cancer du rein (39%)
• Cancer du pancréas (38%)
• Cancer du col de l'utérus (6% femme)
90 ans
Source : Hill Conf Consensus, 1998
• D’après Fletcher C, Peto R BMJ
1977
Diapositive 31
Diapositive 32
Effets du tabac sur la peau et la voix
Effets du tabac sur la fertilité
• Chez l'homme :
•
•
•
•
•
•
Le tabac altère les fibres élastiques de la peau.
Les fibres élastiques sont plus grosses, moins
longues et moins nombreuses dans la peau des
fumeurs.
La peau est plus précocement ridée.
A l’arrêt du tabac le teint est très rapidement amélioré,
la peau est moins grise.
Le tabac rend la voix rauque, en particulier chez les
femmes.
Majoration des cas d’acné tardive
•
La spermatogénèse est diminuée.
•
Il existe un lien statistique entre
impuissance d’origine vasculaire et
tabagisme (80% des hommes impuissants
sont fumeurs).
• Chez la femme :
•
Il existe une diminution de la fertilité, un
allongement du délai pour le début d'une
grossesse à l'arrêt des contraceptifs.
•
Mènopause plus précoce de 12 à 24 mois
D’après COLAU et Al. DIU tabacologie 2007
Diapositive 33
Diapositive 34
Tabac et grossesse : les faits
Interaction tabac/contraceptifs
risque X 1,5
Le risque d'accident vasculaire cérébral chez la femme
jeune est augmenté par le tabac et par la prise
d’oestroprogestatifs.
1- Fausses couches spontanées
baisse 10-20g par cig
-450g pour un tabagisme
> 20 cig/j
2- Retard de croissance utérine
La prise concomitante des 2 est associée avec un risque
multiplicatif d’accident vasculaire cérébral.
20cig = Risque X 3
> 30cig. : risque X 5
3- GEU
Le risque de thrombophlébite est lui aussi augmenté par
l’association tabac + oestroprogestatifs.
Risque X 2
4- Accouchement prématuré
La nicotine
s’accumule
dans le
liquide
amniotique
1 = Kline NEJM 1977; 297 : 793-796
2 = Liberman Am J Public Health 1994; 84 : 1127-1131
3 = Coste Am J Epidemiol 1991, 133, 839-849
4 = Williams Am K épidemiol 1992, 135 : 895-903
Il ne faut donc pas associer tabac et pilule.
Source : Delcroix Lille
Conf.consensus 2004
Diapositive 35
Diapositive 36
51
Effets nocifs sur l’enfant :
• Aggravation de l’asthme : augmentation intensité et
fréquence des crises (+52 % si les deux parents
fument)
Tabagisme passif
Les preuves …
• Augmentation des bronchites, des otites, des
rhinopharyngites (++ si les deux parents fument )
• Augmentation du risque de mort subite du
nourrisson
Diapositive 37
Diapositive 38
Effets cancérigènes chez
l’adulte
Risque maladie coronaire :
• Exces de risque par rapport à une
personne non exposée est de 26 %
pour le cancer du poumon (relation
dose-effet).
• métanalyse 40 études épidémiologiques
• étude prospective :
•
•
•
•
Tredaniel J, Savinelli F, Vignot S, Bousquet G, Le Maignan C, Misset JL.. The
consequences of passive smoking in adults. Rev Mal Respir. 2006;23 Suppl
2:4S67-4S73
7700 hommes.
Évaluation de l’exposition au tabagisme passif par dosage de
cotininémie
Durée 20 ans
Médecine générale
WHINCUP et
al. : passive smoking and risk of coronary heart disease and stroke :
prospective study with cotinine measurement
BMJ 2004 ; 329 ; 200-205
Diapositive 39
Diapositive 40
Risque maladie coronaire :
Résultats :
• Exposition au tabagisme passif du
patient fumeur aggrave son risque
d’accident aigue coronarien.
• Plus le taux de cotinémie était élevée, plus ce risque
augmentait
• Risque était en moyenne augmenté de 50 % chez les
patients exposés au tabac pour la maladie
coronarienne
• Soustraire le malade coronarien au
tabagisme passif
• Risque diminue progressivement avec le temps, celui
étant maximum les 5 premières années.
• Mais pas de corrélation significative avec le risque
d’IDM.
Pell JP et al NEJM july 2008
Diapositive 41
Diapositive 42
52
Risque maladie coronaire :
La prise en charge du fumeur en
médecine générale
• TABAGISME PASSIF :
•
•
•
•
•
•
•
véritable facteur de risque
cardiovasculaire à part entière.
MOTS CLES :
Identifier
Motivation
Injonction
Empathie
Substitution
Écoute
Diapositive 43
Un intrus !!!
Diapositive 44
La prise en charge du fumeur en
médecine générale
• INJONCTION : NON
Repérage et identification
du fumeur
• Quel que soit l’état de santé du patient…
• 50% des patients fumeurs qui font un IDM ont
repris 6 mois après l’épisode aigue …
Par les professionnels de santé
18 octobre 2008
Diapositive 45
Dr Jean-Yves Bachelier tabacologue RST 28
Diapositive 46
Les stades de préparation à l'arrêt du tabac
“Je ne veux pas arrêter... “
Ne recommence pas
“Je suis content d'être fumeur...”
25-50 %
“cela me plait, je suis bien...”
Maintien
Fumeur
satisfait
Recommence
Professionnel de santé
Arrête
•puis : ...si vous changez d’avis
Essaie
d’arrêter
Envisage de
s’arrêter
Source : Prochaska and Di Clemente,
Am Psychologist 1999,47:1102
•donner un message court : “conseil minimal” , une
information
10-30 %
40-60 %
Décide de
s’arrêter
•Ne pas insister ( résistances ) peu utile de prendre du
temps
préparation
25-50 % des fumeurs
Diapositive 47
Diapositive 48
53
Les stades de préparation à l'arrêt du tabac
“Je pense m'arrêter mais je ne
suis pas sûr d'être prêt pour le
moment...”
Ne recommence pas
25-50 %
« ça me trotte dans la tête… »
Maintien
Fumeur
satisfait
« je sais, je vais m’y mettre… »
Recommence
Arrête
Professionnel de santé -->Voulez-vous en parler ?
Essaie
d’arrêter
Envisage de
s’arrêter
Source : Prochaska and Di Clemente,
Am Psychologist 1999,47:1102
Conseils, proposer son aide ou une aide compétente, présenter
les méthodes d’arrêt...
Entretien motivationnel, ambivalence du patient (patient réceptif
mais encore des résistances)
10-30 %
40-60 %
Décide de
s’arrêter
préparation
40-60 % des fumeurs
Diapositive 49
Diapositive 50
Les stades de préparation à l'arrêt du tabac
“Je veux arrêter”.
“Il me faudra probablement de l'aide.”
Ne recommence pas
“Il y a pour moi plus d'inconvénients que
d'avantages à continuer à fumer.”
25-50 %
Maintien
Fumeur
satisfait
Recommence
Professionnel de santé :
Arrête
Essaie
d’arrêter
Envisage de
s’arrêter
Source : Prochaska and Di Clemente,
Am Psychologist 1999,47:1102
« je peux vous aider »
Patient très réceptif à votre intervention
Diminution des résistances du patient
10-30 %
40-60 %
Décide de
s’arrêter
préparation
10-30 % des fumeurs
Diapositive 51
Diapositive 52
Les stades de préparation à l'arrêt du tabac
Recommence à fumer
Ne recommence pas
25-50 %
“ je suis nul, je n’y arriverai jamais ... ”
Maintien
Fumeur
satisfait
“ c’est trop dur ...”
Recommence
Professionnel de santé :
Arrête
Essaie
d’arrêter
Envisage de
s’arrêter
Source : Prochaska and Di Clemente,
Am Psychologist 1999,47:1102
- féliciter le patient d’avoir réussit un arrêt
- présenter cette reprise comme une étape
vers l’arrêt ( succès différé )
- comprendre que le patient peut retourner dans le
cycle à n’importe quelle étape
10-30 %
40-60 %
Décide de
s’arrêter
préparation
Diapositive 53
Diapositive 54
54
Ne recommence pas le
tabac
Traitements du sevrage
tabagique
• Professionnel de santé :
Prévention de la reprise :
Identifier avec le patient les situations à risque
Renforcement positif : discuter des effets positif
(bénéfiques) de l’arrêt
Une recherche et une utilisation
récente
Dr jean-yves BACHELIER 29 MARS 2011
Diapositive 55
Diapositive 56
Prendre en charge tous les aspects du tabagisme

La substitution nicotinique
Nécessité de prendre en charge les dépendances :
- traitement de la dépendance comportementale et
psychologique avec prise en charge psychologique (20 à
25 % de succès),
- traitement de la dépendance physique à la nicotine (50 %
de succès en fin de traitement, 25 % à un an).

Ecoute des désirs et besoins du fumeur (prise de poids, choix
de la date, confort, soutien...) .

Prise en charge des facteurs anxio-dépressifs
• Un tournant dans l’histoire du sevrage
tabagique
• Mieux évaluée (plus de 130 études)
• Probabilité d’arrêt multipliée par 1,6 à 2
à 12mois
• Plusieurs formes, participation active du
patient
• Fumeur dépendant (fagerström >4)
1.Silagy C, Lancaster T, Stead L, et al. Nicotine replacement therapy for smoking cessation. Cochrane Database Syst Rev
2004
Source : Schwartz/Molimard - Le traitement de la dépendance tabagique.
- Doc française, 241-258 et Anthonisen, G. Lagrue.
Diapositive 57
Diapositive 58
Les outils de la substitution
nicotinique
Substitution nicotinique
• Pas de forme avec un meilleur résultat
(choix éclairé du patient, éducation)
• Durée : 6 semaines à 6 mois ( ou plus )
• Association possible entre les
différentes formes ( meilleurs résultats )
• Posologie initiale suffisante
( autotitration)
• Suivi prolongé ( MG idéalement placé)
Gomme ou comprimés à sucer (2 mg – 4 mg : rendement environ 40 %)
- Succès doublé (20 à 40 % ) en fin de traitement contre placebo
(10- 20 % suivant importance soutien psychologique associé
- Composante comportementale important
- Avantages : le patient est “acteur” au fil de la journée
- Difficultés : troubles buccopharyngés si mal utilisés,
appareils dentaires, posologie insuffisante (utiliser 4 mg).
Timbre
- Nicotine délivrée en continu à doses importantes (5 à 21 mg).
- Posologie facile à fixer.
- Résultats 20-60% sujets abstinents en fin de traitement (2-3 mois)
- Difficultés : délivrance continue, donc parfois difficultés à gérer
une charge émotionnelle imprévue.
Inhaleur et pastille sub-linguale (microtab)
Diapositive 59
Diapositive 60
55
Substitution nicotinique
Surdosage nicotine
• Disparition des contre indications
cardiologiques ou liée à l’état de
grossesse
• Effets secondaires : insomnie,
nausées, allergie à la colle ( patch),
rêves, bouche pâteuse, céphalées
•
•
•
•
•
Diapositive 61
- Nausées, lipothymies
- Palpitations, céphalées
- Bouche pâteuse (comme si j'avais trop fumé)
- Insomnie sévère
- diarrhées
Diapositive 62
Syndrome de sevrage selon le
DMS IV
Sous dosage nicotine

•
•
•
•
•
•
•
•

• Réapparition des symptômes de sevrage

Diapositive 63
Présence d'au moins 4 des critères suivants :
- humeur dépressive,
- insomnie,
- irritabilité, frustration, colère,
- anxiété,
- difficulté de concentration,
- agitation,
- ralentissement du pouls,
- augmentation de l'appétit et/ou prise de poids rapide.
Ces signes causent une souffrance clinique, et parfois une
altération du fonctionnement social ou familial.
Ces signes ne sont pas expliqués par une maladie mentale.
Diapositive 64
Bupropion (alias amfébutamone,alias
bupropion
ZYBAN)
• Contre-indications :
• ATCD convulsions
• Sevrage alcool ou benzodiazepine
(diminution seuil épileptogène)
• Boulimie anorexie mentale
• Troubles bipolaires
• +- syndrome dépressif en cours
• Environ 20 essais
• Pas plus efficace que la substitution
nicotinique
• Inhibiteur de la recapture de la
dopamine
• Antidépresseur ancien : WELLBUTRIN
• Amphétamine like (amfépramone)
Jorenby DE, Leischow SJ, Nides MA, et al. A controlled trial of sustained-release bupropion, a nicotine patch, or
both for smoking cessation. N Engl J Med 1999 Mar 4;340:685–91
Diapositive 65
Diapositive 66
56
bupropion
Varenicline
• Effets secondaires indésirables:
•
•
•
•
•
CHAMPIX
• .Analogue agoniste partiel des sous unités
alpha4 des récepteurs nicotiniques
• .ces récepteurs sont les plus impliqués dans
la dépendance à la nicotine
• .effet antagoniste en présence de nicotine
• .effet agoniste partielle et donc action sur les
voies dopaminergiques de la récompense
Convulsions (0.1% en respectant les CI)
Céphalées 30%
Insomnies divers 30 %
Hypersensibilite 3%
Risque de pharmacodépendance
1.Cahill K, Stead L, Lancaster T. Nicotine receptor partial agonists for smoking cessation. Cochrane Database Syst Rev 2007
Diapositive 67
Varenicline
Diapositive 68
varenicline
CHAMPIX
•
•
•
•
•
• 11 études environ
• Lancement rapide avec études
comparatives avec le bupropion
• Exclusion des études des sujets avec
pathologie psychiatrique
Effets secondaires indésirables :
nausées (30%)
Céphalées
Insomnie
Rêves anormaux
= ceux de la nicotine
H-J Aubin1, A Bobak2, J R Britton3, C Oncken4, C B Billing, Jr5, J Gong5, K E Williams5, K R Reeves5
Varenicline versus transdermal nicotine patch for smoking cessation: results from a randomised
1.Jorenby DE, Hays JT, Rigotti NA, et al. Efficacy of varenicline, an alpha4beta2 nicotinic acetylcholine receptor partial
agonist, vs placebo or sustained-release bupropion for smoking cessation: a randomized controlled trial. JAMA 2006;296:56–
63
open-labeltrial.Thorax. 2008 Aug;63(8):717-24
Diapositive 69
Diapositive 70
Traitements non
recommandés
varenicline
• Clonidine, tricycliques, buspirone,
IMAO, IRS
• Anorexigènes, homéopathie,
Méprobamate, Benzodiazépine,
Ondansétron,
• Acupuncture, mésothérapie,
auriculothérapie, cigarettes sans tabac,
hypnose, laser
FDA :
• Incertitude 1 : modification ECG : incertitude
sur l’emploi à long terme chez patient porteur
pathologie cardiaque (Nancy A. Rigotti 2009 Efficacy and Safety of
Varenicline for Smoking Cessation in Patients With Cardiovascular Disease )
. Incertitude 2 : troubles du comportement,
agitation, dépression, idées suicidaires,
tentatives de suicide et suicide indépendants
sevrage nicotine
( FDA : communiqué du 01/01/2008 )
Diapositive 71
Diapositive 72
57
Co prescriptions
TCC
• Anti-dépresseurs : +++ si dépression
sous jascente, à rechercher, pas de
molécule étudiée dans ce cadre,
utilisation des IRS
• Laxatifs doux : environ 10% de
patients constipés à l’arrêt du tabac
•
•
•
•
1.Hughes JR, Stead LF, Lancaster T. Antidepressants for smoking cessation (Review). Cochrane
Database Syst Rev 2007
1.Hajek P, Gillison F, McRobbie H. Stopping smoking can cause constipation. Addiction 2003;98:1563–7
Thérapies cognitivo comportementales :
Bonne évaluation : plus de 50 essais
Praticiens formés à ces thérapies
Difficultés à mettre en place ces prises
en charge (non remboursement…)
1.Wu P, Wilson K, Dimoulas P, et al. Effectiveness of smoking cessation therapies: a systematic review and meta-analysis.
BMC Public Health 2006;6:300
Diapositive 73
Diapositive 74
Choix thérapeutique
Première consultation
• Gold standard : substitution nicotinique
• Bupropion : à oublier ?
• Varénicline : 2eme intention, rebelles
aux substituts ? Pas chez les patients
avec ATCD cardiovasculaires ou
psychiatriques ?
Jamais sur le pas de la porte …
Proposer au patient une
consultation spécifique
Diapositive 75
Diapositive 76
Première consultation
• Repérer le patient dans le cycle de
Prochaska
• Test de Fagerström
Diapositive 77
Diapositive 78
58
Première consultation
• Bilan de dépendance
Deuxième consultation et
suivantes
• Test HAD
Sevrage tabagique en médecine
générale
• Contrat de traitement avec le patient
• prescription
Diapositive 79
Diapositive 80
Deuxième consultation et
suivantes
Deuxième consultation et
suivantes
• Féliciter pour sa démarche d’arrêt
• Statut tabagique
• Évaluation et adaptation de la
substitution nicotinique (sous ou
surdosage, ESI, tolérance, prix)
• Adaptation la plus rapide possible
• Discuter de l’intérêt d’une durée de
substitution adaptée
• Dans la semaine qui suit l’arrêt du tabac
• Doit être proposée et encouragée de
manière systématique
Diapositive 81
Diapositive 82
Deuxième consultation et
suivantes
Deuxième consultation et
suivantes
• Anxiété dépression : irritabilité, moral
sommeil, concentration…
(surtout à un mois de l’arrêt)
(psychologue)
• Poids ( appétit, grignotage..) conseils
diététiques (diététicienne)
• Troubles digestifs ( constipation)
• Effets positifs de l’arrêt ( satisfaction,
diminution de la toux, goût retrouvé…)
Diapositive 83
Diapositive 84
59
Deuxième consultation et
suivantes
Deuxième consultation et
suivantes
• « ne pas voler la
victoire au patient !!»
• Prévention de la reprise
• Continuer à proposer du soutien
(empathie)
D’après MOLIMARD R; la fume,sides éditions
Diapositive 85
Diapositive 86
Sevrage tabac et prise de
poids
• En moyenne 3 à 5 kg
• Fumeur en sous poids (cigarette coupe
faim, activatrice des dépenses
énergétiques )
• Évaluation diététique
• Substitution nicotinique ++
• Intérêt de travailler en réseau
Sevrage tabagique
Cas complexes
Diapositive 87
Diapositive 88
Sevrage tabac et prise de
poids
Femme enceinte
.La nicotine passe le placenta et s'accumule dans le
liquide amniotique du foetus.
.Il faut dans un premier temps proposer des techniques
non médicamenteuses chez la femme enceinte qui
continue à fumer.
.En cas de poursuite du tabagisme proposer selon
l'AMM une substitution nicotinique en utilisant de
préférence gommes ou timbres retirés le soir au
coucher.
.L'absence de nicotine délivrée la nuit permet de limiter
l'accumulation de nicotine dans le liquide amniotique.
.Recommandations floues de la part de l’AFFSAPS
• En moyenne 3 à 5 kg
• Fumeur en sous poids (cigarette coupe
faim, activatrice des dépenses
énergétiques )
• Évaluation diététique
• Substitution nicotinique ++
• Intérêt de travailler en réseau
Diapositive 89
Diapositive 90
60
Tabac et shizophrénie
Tabac et cannabis
• Quasi 100% de fumeurs
• Environ 10% de fumeurs réguliers entre 15 et
30 ans
• On fume le cannabis avec du tabac…
• Cannabis surtout dépendance psychologique
• Sevrage : agitation anxieuse, insomnie,
irritabilité
• Aucun médicament spécifique
• Anxiolytique,antidépresseur, psychothérapie
• Intérêt du travail en réseau
Borgne A. STP 01/2008
• . Le tabac fait partie de de équilibre de leur traitement
• . Reprise très fréquentes
• . Attention a la décompensation de la maladie à
l’arrêt
• . Utilisation des nouveaux neuroleptiques
(risperidone… amisulpride) moins d’interaction
médicamenteuse avec le tabac
Diapositive 91
Diapositive 92
Dépression et tabac
 Les états dépressifs majeurs sont fréquents chez les fumeurs
(vie entière).
Tabac alcool
• % de dépressifs (DSMIII)
5,1%
 Il est quasi impossible de sevrer en tabac
sans sevrer en alcool.
6,6%
2,9%
 Placer les 2 sevrages dans une même
démarche globale.
Pop. générale
non fumeurs
fumeurs et
ex. fumeurs
 Soit sevrage simultané (difficile à conduire,
en particulier en médecine générale).

•
•
•
 Intérêt du travail en réseau
Diapositive 93
Chez les sujets en dépression majeure: 74% fumeurs
L'association tabac/dépression est forte (RR=2,9),
elle est indépendante de l'âge, du sexe, de l'ethnie,
du niveau socio-culturel.
Source: A Glassman JAMA 1990, 264:1546-49
Diapositive 94
Tabac et adolescents
Tabac et dépression
• Il faut toujours y penser…
• prise en charge classique ( éviter les
benzodiazépines éventuellement addictives)
• Utilisation des IRS faible dose (citalopram
gouttes) cas patient tendance dépressive
• Psychothérapie : intérêt de travailler en
réseau ( non remboursement sécurité
sociale)
• Difficultés d’approche : défi, interdits,
opposition…
• Peu d’approche validée reproductible
• Intérêt de modifier l’image du tabagisme
( consommation tabac n’est pas la
norme)
Lalande Gabrielle, Mathern Gérard, table ronde GEST 2003
accord professionnel
Diapositive 95
Diapositive 96
61
Tabac et adolescents
Tabac et adolescents
• TERRAIN :
•
•
•
•
•
•
•Groupe ++++
Équilibre psychologique parfois précaire
Image du corps perturbé
Trouble du comportement alimentaire
Manque d’estime de soi
Expérimentation
Immortalité
( interventions dans les lycées sur une longue
durée) et prise en charge individuelle
Diapositive 97
Diapositive 98
Nouvelles habitudes de
consommation
Tabac et adolescents
• Problématique assez proche
(conscience de la dépendance)
• Approche différente (peu
médicalisée,TSN non efficaces)
• Lutte contre tous les comportements à
risque
• Association avec le cannabis
• Résultats incertains
volume cigarettes
scaferlatis
cigares ou cigarillos
en milliards d'unites volume tonnes en millions d'unites
1995
2000
2006
Diapositive 99
88,3
82,3
55,8
6444
1460
7140
1771
7795
1819
source : "la revue des tabacs" fev 2006 n°258
Diapositive 100
Cigarette roulée
Cigare, cigarillos
•
•
•
•
• . Alcalinité de la fumée : absorption par la
muqueuse buccale +++
• . Un cigarillos = 2 cigarettes
• . Un cigare = …..
. Pas de filtre
. D’après une étude anglaise :
. 57% de goudrons en plus
. 77% de nicotine en plus par rapport aux
cigarettes industrielles.
• . Ce tabac se fume aussi avec du cannabis
Diapositive 101
Diapositive 102
62
Houkas, bangs, narguilés shishas
Bidis kreteks
• . À la mode
• . Pipe à eau sensée retenir les substances
nocives. Faux : augmente les risques
•
( pediatrics 2006)
• . Convivialité : peut aussi favoriser la
tuberculose, l’hépatite, l’herpes (WHO 2006)
• . Cigarettes sans filtre artisanales
aromatisées
• . Clou de girofle (kreteks)
• . fruits chocolat …(bidis)
• . favorise une inhalation plus importante
• . Initiation des enfants au tabagisme
Diapositive 103
Diapositive 104
Snus suédois
• . Très populaire en Suede
• . Tabac oral parfois aromatise
• . pH basique : absorption muqueuse
buccale : bonne induction à la
dépendance
• . Faible taux de cancer pulmonaire
• . Utilisation en tabacologie en réduction du
risque ? (risque sanitaire estimé à 5% de
celui lié à la consommation de cigarette)
•
La revue du prat. Med gene tome 21 n°756 janvier 2007
Diapositive 105
63
Annexe 2 : Fiche signalétique
1) Initiales du médecin généraliste :…………………………………...
2) Type d’activité : -rurale < 2500 habitants
-urbaine >10000 habitants
-semi-rurale entre 2500 et 10000 habitants
-mixte (ex. : activité hospitalière et rurale).
Préciser :.........................................
3) Nombre moyen de consultations par jour : - moins de 10
- de 10 à 19
- de 20 à 29
- 30 et plus
4) Age :………………………………………………………………
5) Sexe : masculin ou féminin
6) Fumez-vous ?..........................................................................................
64
Annexe 3 : Trame d’entretien
Entrée en matière :


Rappeler l'objet des focus group : "Vous avez participé à une formation sur la
tabacologie, j'aimerai, dans le cadre de ma thèse, parler du tabac en médecine
générale"
Revenir sur l'anonymisation et le statut de confidentialité des propos recueillis.
Demander l'autorisation d'enregistrer.
Présentation des participants (tour de table)
Questions :
1. Vous avez participé à une formation sur le sevrage tabagique : quelles étaient vos
attentes ?
2. Le dernier patient avec lequel vous avez abordé le tabac : comment cela s'est-il
passé ?
3. Avez-vous changé votre manière d'aborder le sujet avec un patient fumeur
depuis la formation ?
Eléments de relance si besoin :
- conseil minimal
- utilisation du cycle de Prochaska
- distribution de brochures
4. Que recherchez-vous lors d'une demande de sevrage tabagique ?
Questions de relance si besoin :
- Evaluez-vous les motivations et les craintes du patient ?
- Vous intéressez-vous à l'histoire du tabagisme du patient ?
- Utilisez-vous le test de Fagerstrom ? (évaluation dépendance)
- Utilisez-vous le test HAD ? (dépistage tendance dépressive)
- Recherche de co-dépendance(s)
65
5. Quels types de traitements utilisez-vous ? Comment les prescrivez-vous ? Quels
principaux conseils donnez-vous aux patients ?
Eléments de relance si besoin :
- Utilisation des substituts nicotiniques (patchs et/ou gommes), évaluation du
dosage initial
- Prescription bupropion (=zyban) ou varenicline (=champix). Si oui, dans quels
cas ?
- Co-prescriptions (laxatifs, anti-dépresseurs)
- Utilisation des fiches-patients fournies lors de la formation ("mode d'emploi
des substituts nicotiniques"," gestion des envies de fumer", "faire face au
découragement", "quelques trucs et astuces pour réussir son arrêt du tabac")
6. Comment faites-vous le suivi du patient ? Que recherchez-vous lors des
consultations ?
Questions de relance si besoin :
- Dans quel délai revoyez-vous le patient ? Puis à quelle fréquence ?
- En moyenne, combien de temps dure le suivi du sevrage tabagique ?
7. Proposez-vous au patient d'utiliser les possibilités offertes par le réseau ?
Eléments de relance si besoin :
- Consultations spécialisées en tabacologie (à l'hôpital ou en ville)
- Suivi psychologique
- Réunions d'information
- Réunions de groupe diététique et/ou suivi individuel diététique
- Réunions de groupe gestion du stress par la relaxation
- Remise de la brochure
- Si non, pourquoi ?
8. D'une manière générale, que vous a apporté la formation ? Quelles sont les
difficultés que vous rencontrez encore lors de l'accompagnement du sevrage
tabagique ?
66
Annexe 4 : Description de la population étudiée
Focus group A
date : 07/02/2013
durée : 55 minutes
Identif. Sexe Age Activité Nbre
cs/jour
A1
M
63
urbaine 30 et +
A2
M
55
urbaine 20 à 29
A3
A4
M
M
Fumeur
Type de formation (année)
Non
Non
(ex)
Non
Non
Niveau 1 (2009), Niveau 2 (2009)
Niveau 1 (2009), Niveau 2 (2009)
Age Activité Nbre
cs/jour
61
Urbaine 10 à 19
EHPAD
48
Semi20 à 29
rur
EHPAD
54
Semi20 à 29
rur
Fumeur
Type de formation (année)
Non (ex)
Niveau 1 (2002), Niveau 2 (2005)
Non
Niveau 1 (2005)
Oui
Niveau 1 (2004 et 2011), Niveau 2
(2005 et 2011), Niveau 3 (2012),
RPIB (2010)
Niveau 1 (2011), Niveau 2 (2011),
Niveau 3 (2012), RPIB (2010)
Niveau 1 (2008), Niveau 2 (2008)
Niveau 1 (2011), RPIB (2010)
51
54
urbaine
urbaine
30 et +
20 à 29
Niveau 1 (2009)
Niveau 1 (2009), Niveau 2 (2009)
Focus group B
date : 12/02/2013
durée : 88 minutes
Identif. Sexe
B1
M
B2
F
B3
M
B4
M
39
Urbaine
30 et +
Non
B5
B6
F
F
52
40
Rurale
Urbaine
30 et +
30 et +
Non
Non
RPIB = Repérage Précoce Intervention Brève
cs = consultations
67
Focus group C
date : 07/03/2013
durée : 102 minutes
Identif
.
C1
Sexe
C2
C3
C4
M
F
M
M
Age Activité Nbre
cs /jour
55
Semi20 à 29
rur
46
Urbaine 20 à 29
49
Urbaine 20 à 29
54
Semi30 et +
rur
Fumeur Type de formation (année)
Non
Non
Non
Non
Niveau 1 (2005), Niveau 2 (2006),
Niveau 3 (2012)
Niveau 1 (2005), Niveau 2 (2006)
Niveau 2 (2005)
Niveau 1 (2004), Niveau 2 (2005)
Fumeur
Type de formation (année)
Oui
Niveau 1 (2004), Niveau 2 (2005)
Non
30 et +
20 à 29
Non
Non
10 à 19
Non
Niveau 1 (2011), Niveau 2 (2011)
Niveau 3 (2012)
Niveau 1 (2005), Niveau 2 (2006)
Niveau 1 (2005), Niveau 2 (2006)
Niveau 3 (2012)
Niveau 1 (2008), Niveau 2 (2008)
Niveau 3 (2011)
Focus group D
date : 28/03/2013
durée : 100 minutes
Identif. Sexe
D1
M
D2
M
Age Activité Nbre
cs/jour
67
Semi20 à 29
rur
56
Rurale
20 à 29
D3
D4
M
F
45
51
D5
F
46
Urbaine
Semirur
Rurale
RPIB = Repérage Précoce Intervention Brève
cs = consultations
68
Annexe 5 : Définition du conseil minimal
La pratique du conseil minimal consiste à poser deux questions à chaque
patient qui consulte : « Fumez-vous ? » puis : « Voulez-vous arrêter de
fumer ? ». Si la réponse à la deuxième question est oui, il convient de
proposer le guide pratique : « j’arrête de fumer » édité par l’INPES [35].
(définition disponible sur : http://www.tabac-info-service.fr )
69
Annexe 6 : Test HAD
1) Anxiété
Je me sens tendu ou énervé.
0 Jamais.
1 De temps en temps.
2 Souvent.
3 La plupart du temps.
J'ai une sensation de peur comme si quelque chose d'horrible allait m'arriver.
0 Pas du tout.
1 Un peu mais cela ne m’inquiète pas.
2 Oui, mais ce n’est pas trop grave.
3 Oui, très nettement.
Je me fais du souci.
0 Très occasionnellement.
1 Occasionnellement.
2 Assez souvent.
3 Très souvent.
Je peux rester tranquillement assis à ne rien faire et me sentir décontracté.
0 Oui, quoi qu’il arrive.
1 Oui, en général.
2 Rarement.
3 Jamais.
J'éprouve des sensations de peur et j'ai l'estomac noué.
0 Jamais.
1 Parfois.
2 Assez souvent.
3 Très souvent.
J'ai la bougeotte et n'arrive pas à tenir en place.
0 Pas du tout.
1 Pas tellement.
2 Un peu.
3 Oui, c’est tout à fait le cas.
J'éprouve des sensations soudaines de panique.
0 Jamais.
1 Pas très souvent.
2 Assez souvent.
3 Vraiment très souvent.
70
2) Dépression
Je prends plaisir aux mêmes choses qu'autrefois.
0 Oui, tout autant.
1 Pas autant.
2 Un peu seulement.
3 Presque plus.
Je ris facilement et vois le bon côté des choses.
0 Autant que par le passé.
1 Plus autant qu'avant.
2 Vraiment moins qu'avant.
3 Plus du tout.
Je suis de bonne humeur.
0 La plupart du temps.
1 Assez souvent.
2 Rarement.
3 Jamais.
J'ai l'impression de fonctionner au ralenti.
0 Jamais.
1 Parfois.
2 Très souvent.
3 Presque toujours.
Je me m'intéresse plus à mon apparence.
0 J'y prête autant d'attention que par le passé.
1 Il se peut que je n'y fasse plus autant attention.
2 Je n'y accorde pas autant d'attention que je devrais.
3 Plus du tout.
Je me réjouis d'avance à l'idée de faire certaines choses.
0 Autant qu'avant.
1 Un peu moins qu'avant.
2 Bien moins qu'avant.
3 Presque jamais.
Je peux prendre plaisir à un bon livre ou à une bonne émission radio ou télévision.
0 Souvent.
1 Parfois.
2 Rarement.
3 Très rarement.
Résultats :
Cette échelle explore les symptômes anxieux et dépressifs.
Faire le total du versant anxiété et dépression : 21 points maximum pour chacun.
Entre 8 et 10 : état anxieux ou dépressif douteux.
Au-delà de 10 : état anxieux ou dépressif certain.
Référence : Dépression et syndromes anxio-dépressifs, J.D.Guelfi et Coll, Ardix
Médical.
71
Avis favorable de la Commissions des thèses
du Département de Médecine Générale
en date de juillet 2012
Le Directeur de Thèse
Vu le Doyen
de la faculté de médecine de Tours
72
Académie d’Orléans – Tours
Université François-Rabelais
Faculté de Médecine de TOURS
VENOT-GOUDEAU Elodie
Thèse n°
73 pages – 4 tableaux
Résumé :
Introduction : Les patients ont plus de chance de démarrer un sevrage tabagique et de le réussir avec
un médecin généraliste formé à l’aide à l’arrêt du tabac. Le RST 28 propose une formation sur ce thème aux
médecins généralistes d’Eure-et-Loir. L’objectif principal de cette étude était d’explorer le ressenti des
médecins formés sur l’aide apportée par cette formation. L’objectif secondaire était de s’intéresser aux difficultés
qu’ils pouvaient encore rencontrer afin d’améliorer l’enseignement proposé.
Méthode : Etude qualitative par 4 Focus Groups avec 19 médecins généralistes d’Eure-et-Loir. Une
retranscription écrite intégrale et une analyse thématique du contenu ont été réalisées.
Résultats : Les médecins interrogés trouvaient la formation utile et intéressante. Elle leur avait permis
de modifier l’abord du tabac avec leurs patients et de prescrire de façon plus optimale les thérapeutiques liées au
sevrage tabagique, notamment les substituts nicotiniques. Le conseil minimal restait peu connu. Ils rencontraient
surtout des difficultés dans l’organisation du suivi des patients en cours de sevrage tabagique. Ils utilisaient peu
les possibilités de prise en charge pluridisciplinaire offertes par le RST 28.
Conclusion : Les médecins généralistes interrogés étaient globalement satisfaits de l’impact de la
formation sur leur prise en charge du sevrage tabagique et étaient demandeurs de rappels réguliers. La prise en
compte des difficultés encore existantes et l’évaluation de leur ressenti permettront d’améliorer et d’adapter la
forme et le contenu de la formation proposée par le RST 28.
Mots clés :
- formation
- sevrage tabagique
- réseau
- médecine générale
- étude qualitative
Jury :
Président :
Membres :
Madame le Professeur Anne-Marie LEHR-DRYLEWICZ
Monsieur le Professeur Claude LINASSIER
Monsieur le Professeur Emmanuel RUSCH
Monsieur le Docteur Jean-Yves BACHELIER
Madame le Docteur Catherine ROUÉ
Date de la soutenance : 22 octobre 2013
73
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising