Le rapport d`activité de 2006

Le rapport d`activité de 2006
Rapport
d’activité / 2006
GIP
INFO RETRAITE
Les premiers documents concrétisant pour les assurés le droit à l’information sur leur future retraite
leur seront envoyés au cours du deuxième semestre de l’année 2007. Cet objectif constitue pour le
Gip Info Retraite et les trente-six organismes qui le composent un véritable challenge.
Tout au long de l’année 2006, nous avons organisé au mieux notre activité pour atteindre dans de bonnes
conditions cet objectif ambitieux et nous avons franchi des étapes décisives dans la conduite de notre projet.
Le dispositif juridique a été complété, avec un premier avis de la Commission Nationale de l’Informatique
et des Libertés le 26 mai et la publication des deux décrets d’application de l’article 10 de la loi du
21 août 2003 le 19 juin.
Les deux documents mentionnés par la loi, le relevé de situation individuelle et l’estimation indicative globale,
ont été adoptés dans leur forme définitive après avoir été soumis à des tests auprès d’un panel d’assurés.
La construction du système d’information a été poursuivie. L’annuaire et le collecteur ont été livrés
dans le calendrier initial élaboré avec les maîtres d’œuvre et tous les organismes membres du Gip
ont procédé aux premières adaptations indispensables de leurs systèmes d’information.
Les conséquences sur les relations entre nos organismes et les assurés d’un envoi unique ont été
expertisées et déclinées dans plusieurs domaines : désignation de l’expéditeur, formation des agents,
suivi de la qualité des envois, gestion des retours.
Parallèlement à ces travaux sur notre projet principal, nous avons mis en ligne l’outil de simulation
M@rel et le site Internet du Gip. Après l’ouverture de ces deux services le 21 juin leur fréquentation
a été et demeure élevée, témoignant du besoin auquel ils répondent.
Nous avons au total confirmé en 2006 notre capacité à travailler ensemble au service d’un projet
fédérateur et consensuel. Il nous reste désormais à mener ce projet à son terme, animés par le même
esprit de collaboration et de concertation qui maximise nos chances de succès.
Le Président du Conseil d’administration
Claude DOMEIZEL
3
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
Rapport
d’activité / 2006
E
INTRODUCTION ............................................................................................................................... p.5
R
CHAPITRE 1 : Le dispositif juridique ...................................................................... p.6
1.1 L’avis de la Cnil du 26 mai sur les projets de décret
1.2 Les décrets du 19 juin
1.3 La décision du Conseil d’administration du Gip du 5 juillet
I
CHAPITRE 2 : La vie institutionnelle ...................................................................... p.6
2.1 L’Assemblée générale et la modification de la convention constitutive
2.2 Le Conseil d’administration
2.3 Le Comité des usagers
2.4 Le Comité technique et les groupes de travail associés
A
CHAPITRE 3 : La mise en œuvre du programme d’activité .......... p.8
3.1 Les documents à communiquer aux assurés
3.2 La production et les échanges de données entre les systèmes d’information
3.3 Les relations avec les assurés
3.4 L’outil de simulation
3.5 La communication et le site Internet
M
CHAPITRE 4 : La gestion administrative et financière ...................... p.15
4.1 Le personnel
4.2 Les comptes
4.3 Les consultations et appels d’offres
S
O
M
LES ANNEXES
Annexe 1
Annexe 2
Annexe 3
Annexe 4
Annexe 5
Annexe 6
Annexe 7
Annexe 8
Annexe 9
Annexe 10
Annexe 11
Annexe 12
Annexe 13
Annexe 14
Annexe 15
Annexe 16
..................................................................................................................................... p.16
: la délibération n° 2005-109 du 26 mai 2005
: les membres du Gip
: le Conseil d’administration
: la répartition des contributions entre les organismes membres
: le Comité des usagers
: le Comité technique
: la maquette de l’estimation indicative globale
: la signature par les organismes des conventions indiquant leur degré
d’implication
: la détermination des régimes expéditeurs
: les exclusions d’envoi
: les premières estimations de la qualité des envois
: l’organisation de la maintenance de l’outil de simulation
: le communiqué de presse du 21 juin 2006
: l’équipe permanente du Gip
: le programme d’activité pour l’année 2007
: le budget 2007
INTRODUCTION
Le rapport d’activité pour l’année 2006 aborde successivement les quatre chapitres
autour desquels ont été organisés les travaux du Gip :
Le dispositif juridique. L’article 10 de la loi du 21 août 2003 annonce deux décrets
d’application, qui sont parus après que la Commission nationale de l’informatique et
des libertés a donné son avis. Le Conseil d’administration du Gip a alors pu prendre les
décisions qui lui reviennent, en application des deux décrets.
La vie institutionnelle. Le Gip est une entité composée de trente-six organismes, dont
le fonctionnement est régi par une convention constitutive et repose sur une transparence
totale, qui exige un formalisme strict. Les instances prévues par la convention constitutive,
Assemblée générale, Conseil d’administration, Comité des usagers, Comité technique
ont donc été régulièrement réunies et leurs décisions ou études ont fait l’objet de compterendus et de relevés de conclusions largement diffusés.
La mise en œuvre du programme d’activité. Le Conseil d’administration du Gip a
adopté, le 17 novembre 2005, le programme d’activité pour l’année 2006 et le budget
associé. En application de ces décisions, des études et des travaux ont été menés, relatifs
aux documents à communiquer aux assurés, aux échanges de données entre les systèmes
d’information et aux relations entre les organismes et les assurés, parallèlement à la
livraison de l’outil de simulation et du site Internet du Gip.
La gestion administrative et financière a tenu compte de la constitution de l’équipe
permanente du Gip et a permis de stabiliser les procédures suivies pour l’établissement
du budget et des comptes et les consultations des prestataires.
5
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
CHAPITRE 1 :
LE DISPOSITIF JURIDIQUE
Le décret simple n°2006-709 précise les bénéficiaires
du droit à l’information et la nature de l’information
fournie dans les deux documents :
1.1. L’AVIS DE LA CNIL DU 26 MAI SUR
LES PROJETS DE DÉCRET
- pour le relevé de situation individuelle : l’état civil, les
années d’affiliation ou de rattachement à chaque
régime, les droits constitués dans ces régimes, les
données susceptibles d’influencer les droits à pension,
et la collation de ces données,
- pour l’estimation indicative globale : les données du
relevé de situation individuelle, auxquelles s’ajoute
une estimation détaillée du montant des pensions à
plusieurs âges.
La Commission nationale de l’informatique et des libertés,
saisie le 9 juillet 2004 par le ministre des solidarités, de
la santé et de la famille d’un projet de décret en Conseil
d’Etat relatif aux modalités et au calendrier de mise en
œuvre progressive du droit des assurés à l’information
sur leur retraite et modifiant le code de la sécurité sociale
et d’un projet de décret relatif au droit à l’information
des assurés sur leur retraite, a émis l’avis suivant (annexe 1 :
délibération n° 2005-109 du 26 mai 2005) :
1.3. LA DÉCISION DU CONSEIL
D’ADMINISTRATION DU GIP DU 5 JUILLET
Après la parution des décrets d’application, le Conseil
d’administration a pris une décision, le 5 juillet 2006,
portant sur les sujets que les décrets l’invitent à préciser.
« ..., la Commission :
- considère que la collecte et la conservation du NIR des
bénéficiaires du droit à l’information sur les retraites par les
organismes concernés par la mise en œuvre du droit à
l’information des assurés sur leur retraite est légitime ;
La décision se compose de trois parties.
- rappelle au ministère, au groupement d’intérêt public, et
aux organismes concernés, que les projets de décret présentés
ne sauraient être considérés comme les actes réglementaires
constitutifs de traitements de données à caractère personnel
et que la Commission devra, en tout état de cause, être saisie
en temps utile des traitements appelés à être mis en œuvre ;
La première partie traite des modalités techniques
d’échange et de conservation des données nominatives
nécessaires à l’établissement des documents supports du
droit à l’information prévus par l’article L.161-17 du code
de la sécurité sociale. Cette partie correspond aux éléments
visés à l’article R.161-13 du code de la sécurité sociale.
- prend acte qu’elle sera saisie des projets d’arrêtés précisant
les modalités de recueil, d’échange et de conservation des
données mises en œuvre dans le cadre du droit à l’information
des assurés sur leur retraite ;
La deuxième partie indique les modalités garantissant la
fiabilité de l’identification des personnes qui demandent
un relevé de situation individuelle et l’intégrité et la
confidentialité des échanges qui interviennent alors. Cette
partie correspond aux éléments visés dans l’article
D.161-2-1-5 du code de la sécurité sociale.
- demande à ce que les projets de texte présentés soient
complétés par une disposition rappelant aux partenaires
l’obligation d’information des assurés découlant de l’article
32 de la loi “informatique et libertés”. »
La troisième partie définit les conditions garantissant
l’intégrité et la confidentialité des échanges d’adresses
entre les organismes chargés de l’envoi des documents.
Cette partie correspond aux éléments visés dans l’article
D. 161-2-1-6.III du code de la sécurité sociale.
1.2. LES DÉCRETS DU 19 JUIN
L’article 10 de la loi annonce la parution de deux décrets
d’application.
L’ensemble du dossier a ensuite été transmis à la Cnil,
qui prendra une deuxième délibération dans le courant
de l’année 2007.
Le décret en Conseil d’Etat n°2006-708 fixe le cadre
juridique des travaux de mise en œuvre du droit à
l’information. Il autorise les organismes gestionnaires à
échanger les données nécessaires à la constitution des
documents du droit à l’information, tant les données
d’identification, et notamment le Numéro d’inscription
au répertoire des personnes physiques de l’Insee, plus
connu sous le nom de numéro de sécurité sociale, que
les données de carrière et tous les éléments susceptibles
d’avoir une incidence sur l’âge de départ à la retraite ou
le montant de la pension.
CHAPITRE 2 :
LA VIE INSTITUTIONNELLE
2.1. L’Assemblée générale et la modification de la
convention constitutive
L’Assemblée générale du Gip Info Retraite a été réunie
pour la troisième fois depuis la création du Gip le
2 octobre 2006, après les séances du 5 juillet 2004 et
du 3 février 2005.
Il établit quelques restrictions pour une période
transitoire et fixe un calendrier de montée en charge
sur quatre ans.
6
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
DOMEIZEL, Président du Conseil d’administration de la
Caisse nationale de retraite des agents des collectivités
locales, pour une durée de dix-huit mois. Danièle
KARNIEWICZ, Présidente du Conseil d’administration
de la Caisse nationale d’assurance vieillesse des travailleurs
salariés et Bernard DEVY, Vice-président de l’Association
pour le régime de retraite complémentaire des salariés,
ont été élus Vice-présidents pour la même durée.
L’Assemblée générale, qui s’est déroulée dans les locaux
de l’Association générale des institutions de retraite des
cadres (Agirc) et de l’Association pour le régime de
retraite complémentaire des salariés (Arrco) a adopté
à l’unanimité deux amendements à la convention
constitutive du Gip :
- dans le préambule, à l’article 19 et à l’annexe 1 de la
convention constitutive, les mots “la Chambre de
commerce et d’industrie de Paris (CCIP)” ont été
supprimés.
Le Conseil d’administration a ensuite statué sur les
principaux dossiers ci-après :
L’amendement a découlé de l’article 70 de la loi
n°2005-882 du 2 août 2005 qui a mis fin au régime
spécial d’assurance vieillesse et invalidité du personnel
de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris, à
compter du 1er janvier 2006.
-
- dans le préambule, à l’article 19 et à l’annexe 1, les mots
“l’Organisation autonome nationale de l’assurance
vieillesse de l’industrie et du commerce (Organic) et
la Caisse autonome nationale de compensation de
l’assurance vieillesse artisanale (Cancava)” ont été
remplacés par les mots : “le Régime social des
indépendants (RSI)”.
les documents à communiquer aux assurés ;
les échanges de données entre les organismes ;
les relations avec les assurés ;
l’outil de simulation ;
le site Internet ;
les comptes, le budget et le programme d’activité.
2.3. LE COMITÉ DES USAGERS
Le Comité des usagers (annexe 5) s’est réuni les 26 janvier,
22 juin et 7 novembre 2006. Pendant ces séances, le
Comité a pris connaissance de l’état d’avancement du
projet et a formulé ses avis, notamment sur les projets
de documents qui lui ont été soumis. Les relevés de
conclusions des réunions ont été communiqués au Conseil
d’administration du Gip qui a pris plusieurs décisions à
la suite des propositions du Comité des usagers.
L’amendement a entériné la mise en place effective en
2006 du Régime social des indépendants, après la
publication de l’ordonnance n°2005-1528 du 8 décembre
2005 relative à la création du Régime.
La liste des membres du Gip et la composition du Conseil
d’administration ont été modifiées en conséquence
(annexes 2 et 3).
2.4. LE COMITÉ TECHNIQUE ET LES GROUPES
DE TRAVAIL ASSOCIÉS
Le comité technique (annexe 6) s’est réuni les 25 janvier,
2 mars, 5 avril, 10 mai, 15 juin, 5 juillet, 12 septembre,
4 octobre et 22 novembre afin, d’une part, d’instruire
techniquement les dossiers à présenter au Conseil
d’administration et, d’autre part, de procéder à leur
mise en œuvre. Les thèmes abordés ont donc été
identiques à ceux abordés par le Conseil d’administration.
L’Assemblée générale du Gip a en outre approuvé le
tableau indiquant la clé de répartition des contributions
entre les membres du Groupement pour la période
2007/2009 (annexe 4).
2.2. LE CONSEIL D’ADMINISTRATION
Le comité technique a créé des groupes de travail, chargés
d’approfondir les points suivants :
En 2006, le Conseil d’administration a tenu ses séances :
- le 15 février, à Bercy, dans les locaux du ministère de
l’Economie et des Finances ;
- le 24 avril, à Marseille, dans les locaux des Caisses de
prévoyance et de retraite de la Société Nationale des
Chemins de Fer français ;
- le 5 juillet, à Paris, dans les locaux du Régime social
des indépendants ;
- le 2 octobre, dans les locaux de l’Association générale
des institutions de retraite des cadres (Agirc) et de
l’Association pour le régime de retraite complémentaire
des salariés (Arrco) ;
- le 12 décembre, dans les locaux de la Caisse centrale
de la mutualité sociale agricole.
- documents et données ;
- échanges de données entre les systèmes d’information
du Gip et des organismes membres : comité de maîtrise
d’ouvrage déléguée et comité de maîtrise d’œuvre ;
- relations avec les assurés ;
- formation/information ;
- communication ;
- tableau de bord de la qualité des envois et des
documents ;
- expérimentation des envois à 10 000 assurés, appelée
“Pilote” ;
- outil de simulation : comité de pilotage et groupes
techniques.
Le 15 février, le mandat de la Présidente du Conseil
d’administration, Danièle KARNIEWICZ, venant à
expiration, le Conseil a élu son nouveau Président, Claude
7
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
La demande est forte de comprendre tous les termes, sigles et
mécanismes de calculs utilisés, que ce soit pour vérifier ou plus
simplement pour se rassurer.
CHAPITRE 3 :
LA MISE EN ŒUVRE
DU PROGRAMME D’ACTIVITÉ
Chaque assuré s’intéresse davantage à sa situation personnelle
qu’au fonctionnement général du système de retraite. Les
informations généralistes sont peu perçues et mal intégrées.
C’est au travers de sa situation personnelle et des questions
que l’on se pose que l’assuré recherche à comprendre les lois
de fonctionnement du système. Les explications détaillées des
mécanismes de calcul des trimestres, des points, des décotes
et des pensions sont à expliciter davantage dans les tableaux
des Caisses, de la synthèse ou de l’EIG, que sur un document
générique extérieur.
3.1. LES DOCUMENTS À COMMUNIQUER
AUX ASSURÉS
3.1.1. Les tests conduits auprès des assurés
Au cours du quatrième trimestre de l’année 2005, des
tests auprès d’un panel d’utilisateurs ont été organisés.
Des documents ont été constitués portant sur les carrières
réelles des utilisateurs sélectionnés. Un appel d’offres a
été lancé pour recruter un prestataire de services et la
société “Les Nouveaux Armateurs” a été retenue.
Le système des retraites étant très complexe et les demandes
de précisions nombreuses, les organismes doivent s’attendre
à des retours. Deux angles sont à développer : établir des relais
opérationnels sur Internet pour les internautes, et mettre en
place des services adaptés dans les organismes.”(1)
Les tests comportaient plusieurs objectifs :
- s’assurer de la compréhension générale des documents ;
- cerner l’utilité perçue des documents par les différentes
catégories d’utilisateurs ;
- évaluer l’appor t des documents en termes de
connaissance et de perception du système de retraite
et des mécanismes de constitution de la retraite ;
- évaluer les comportements des assurés à la suite de la
réception des documents et anticiper la charge des
retours pour les régimes de retraite.
3.1.2. Les adaptations apportées aux documents
A la suite des tests, de nombreuses adaptations ont été
apportées aux documents, pour d’une part améliorer
leur lisibilité et, d’autre part, faciliter la compréhension
pour l’assuré de l’origine du document, de son expéditeur
et des organismes auxquels s’adresser pour obtenir des
informations ou des modifications.
Les formulations ont donc été revues, allégées et les rôles
respectifs du Gip et des organismes de retraite ont été
précisés dans la lettre d’accompagnement, l’organisme
expéditeur signant explicitement la lettre.
Les principaux enseignements des tests ont été les
suivants :
“L’initiative est très bien perçue, elle répond à une attente
latente, jusqu’ici non exprimée, mais bien présente.
Les documents définitifs ont été adoptés par le Conseil
d’administration le 24 avril (annexe 7), ainsi que le
dépliant sur l’organisation et les valeurs du système de
retraite français qui sera joint à chaque envoi.
L’apparition du Gip Info Retraite comporte un aspect à la
fois positif et négatif. C’est la première structure qui va au
devant des assurés, se met à leur portée et qui génère l’espoir
d’une harmonisation d’un système très complexe et “atomisé”.
Par contre, son manque de notoriété et la difficulté à percevoir
son rôle exact troublent les assurés dans un contexte de
sollicitations fortes des officines financières de toutes sortes.
On constate une aspiration des assurés à une information
unique de la retraite. Le document se doit donc d’être
particulièrement explicite sur ce point pour ne pas créer de
faux espoirs et faire rejaillir une image positive sur les
différentes entités.
3.2. LA PRODUCTION ET LES ÉCHANGES
DE DONNÉES ENTRE LES SYSTÈMES
D’INFORMATION
Pour donner une grande visibilité au déroulement des
travaux sur les systèmes d’information en 2006 et favoriser
ainsi la coordination des différents intervenants, un
document intitulé “Plan projet du système d’information
RIS/EIG” a été élaboré à la fin de l’année 2005.
La démarche rassure ou interroge : elle comporte et précise les
connaissances que l’on avait déjà, ou bien les informations nouvelles
apportées débouchent sur de nouvelles interrogations et des
demandes d’éclaircissement complémentaires. Soit on ne cherche
pas à comprendre, on fait confiance et on repousse les questions
à plus tard, soit on veut tout connaître et comprendre maintenant.
Sur la base de ce document, les opérations indispensables
aux échanges de données entre les systèmes d’information
ont été conduites tout au long de l’année.
Le comité de maîtrise d’ouvrage déléguée, composé
des représentants des régimes, de la maîtrise d’œuvre
et du Gip, s’est réuni, conformément au Plan projet,
une fois par mois, afin de faire régulièrement le point
sur l’état d’avancement du projet et de prendre les
L’apport d’information appelle une demande de précisions
importante. Du “j’ignore tout” on veut passer au “je veux tout
comprendre”. L’information basique proposée se révèle ainsi
rapidement insuffisante.
(1)
Extrait de la conclusion du rapport remis par le prestataire à l’issue des tests
8
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
Les développements des diverses fonctionnalités du
collecteur par les deux opérateurs ont été effectués.
Une programmation de la livraison du collecteur par
grands groupes de fonctionnalités a été communiquée
au Gip et a permis de planifier la recette du collecteur
proprement dit en novembre et décembre 2006.
Les fonctionnalités de collecte et suivi pour le relevé de
situation individuelle ont été livrées en novembre et les
fonctionnalités de consolidation, publication et archivage
en décembre, conformément au calendrier convenu.
décisions opérationnelles. Les réunions ont été
systématiquement précédées de réunions entre le Gip
et les deux maîtres d’œuvre.
3.2.1. La réalisation de l’annuaire
L’annuaire est une entité à part entière, disjointe du
système national de gestion des identités (SNGI) auquel
il est adossé. Les modifications éventuelles faites par la
Cnav des règles de gestion du SNGI sont sans incidence
sur le fonctionnement de l’annuaire.
3.2.3. Les spécifications pour les échanges entre
les régimes et les outils communs
L’annuaire est propriété du Gip, qui le finance. Le Gip en
confie la réalisation et l’exploitation à la Cnav. En
conséquence, le Gip assure la maîtrise d’ouvrage durant la
réalisation puis le pilotage et le suivi en phase d’exploitation,
tandis que la Cnav assure la maîtrise d’œuvre et l’exploitation.
Le Gip a produit un cahier des charges des échanges entre
les systèmes d’information des organismes et les outils
nationaux, insistant surtout sur les règles intéressant les
régimes pour satisfaire les besoins d’information. Le cahier
des charges reprend des extraits du plan projet et des
spécifications générales, pour former un ensemble
cohérent de nature à aider les organismes à conduire les
travaux d’adaptation de leurs systèmes d’information.
Les spécifications générales ont été diffusées en mars 2006,
ainsi qu’une première version des spécifications détaillées
des échanges (liste des codes, format).
Une convention a été conclue entre le Gip et la Cnav,
décrivant précisément les relations contractuelles entre
les deux parties.
Plu sieurs régime s impor t ants ont e s timé que
l’initialisation de l’annuaire méritait d’être réalisée par
une transmission spécifique concernant tous leurs assurés
et non par une simple utilisation des affiliations au régime
enregistrées au SNGI.
Des compléments sur les circuits informatiques propres
à l’établissement de l’estimation indicative globale ont
été ensuite nécessaires. Outre le recueil préalable de
données par les régimes, l’établissement de l’estimation
exige en effet plusieurs étapes. Afin de limiter les allersretours entre régimes et outils communs, il a été convenu
que la durée d’assurance tous régimes, selon les règles
du régime général, serait calculée à la suite de la
centralisation, dans le cadre du SNGC, et transmise en
même temps que les éléments de base.
Pour la plupart des régimes, le chargement et la mise
en production de l’annuaire ont été effectués en
décembre 2006, afin de permettre les recettes du
collecteur et des échanges avec les régimes participant
au pilote, dans le courant du deuxième trimestre 2007.
3.2.2. La réalisation du collecteur
Le collecteur est une application unique développée à partir
d’un cahier des charges fourni par le Gip. Cette application
prend en charge les fonctions applicatives nécessaires à la
réalisation des documents : le processus de concentration
des informations et le processus de constitution des
documents, notamment le feuillet de synthèse.
La description des codes et formats des échanges a été
stabilisée en juin.
3.2.4. Les autres spécifications fonctionnelles
Portail et fonctions interactives
L’outil “collecteur” est loti en six parties : le moniteur
de collecte, le moniteur de consolidation, le moniteur
de publication, le moniteur de suivi, le moniteur
d’archivage et le moniteur de statistiques.
Les agents des régimes auront à interroger l’annuaire
pour connaître les différents régimes de rattachement
de l’assuré et à suivre la constitution des documents, à
consulter les documents publiés, à enregistrer des
demandes de documents rectificatifs et de relevés de
situation individuelle à la demande. Des dispositifs
interactifs sont indispensables pour ces fonctions.
Comme l’annuaire, le collecteur est propriété du Gip, qui
le finance. Le Gip en confie la réalisation et l’exploitation
à la Cnav, l’Arrco et l’Agirc. Le Gip assure la maîtrise
d’ouvrage durant la réalisation puis le pilotage et le suivi
en phase d’exploitation, tandis que la Cnav, l’Arrco et
l’Agirc assurent la maîtrise d’œuvre et l’exploitation.
Les spécifications détaillées ont été réalisées pour les
fonctionnalités de consultation de l’annuaire, du suivi
et de la ba se archive, qui contient l’image des
documents publiés.
Une convention a été conclue entre le Gip, la Cnav,
l’Arrco et l’Agirc, décrivant précisément les relations
contractuelles entre les parties.
D’autres spécifications détaillées pour les dépôts de
demande de documents rectificatifs et de relevés de situation
à la demande ont été programmées en janvier 2007.
Les spécifications fonctionnelles détaillées décrivent le
mode de fonctionnement des divers services du
collecteur. Elles ont été réalisées par les opérateurs et
ont donné lieu à validation par le Gip, maître d’ouvrage.
Ces fonctionnalités pourront être activées par un portail
spécifique.
9
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
Le fonctionnement d’ensemble, avec des échanges
régimes - collecteur, sera testé au cours du premier
trimestre 2007 avec les régimes participant au pilote.
En 2007, il est prévu d’intégrer ces fonctionnalités dans
les applicatifs métiers des régimes, grâce à une
technologie de “web-services” entre les applicatifs des
régimes et ceux des opérateurs.
Pour les autres régimes, les tests auront lieu au cours du
second trimestre 2007.
Spécifications détaillées des feuillets des régimes
Pour pouvoir s’adapter aux spécificités des régimes, le
système comprend de nombreux paramétrages permettant
de personnaliser le (ou les) feuillet(s) de chaque régime
(colonnes du tableau carrière, tableaux complémentaires,
zones de textes complémentaires, positionnements divers
dans la gestion des adresses...). L’ensemble de ces
paramètres par régime fait l’objet d’une mise au point
entre chaque régime, le Gip et les opérateurs.
3.2.6. L’évolution des systèmes d’information des
régimes
L’adaptation des systèmes d’information des régimes,
pour les mettre en mesure de dialoguer avec l’annuaire
et le collec teur dans le cadre du projet “droit à
l’information” est une préoccupation majeure du Gip
Info Retraite et des organismes membres. La construction
du système d’information commun dépend en effet de
l’implication de tous dans la construction des outils
nationaux, mais aussi de l’adaptation par chaque régime
de son propre système d’information.
Cette mise au point a été réalisée pour l’essentiel,
notamment pour les éléments ayant des incidences
structurelles (ex : nombre et types de feuillets, structures
de lignes de tableaux…).
Le Gip a, pour prendre en compte cette préoccupation,
conçu trois documents :
La mise au point des logos a été entamée en fonction
du rendu résultant des chaînes d’impression de masse.
- une grille d’évaluation des systèmes d’information.
Cette grille a été diffusée aux régimes. Les réponses
ont fait l’objet d’une synthèse ;
- un cahier des charges des échanges entre les systèmes
d’information des organismes et les outils nationaux,
déjà mentionné ;
- une convention type, à conclure entre le Gip et chaque
organisme, présentant notamment les quatre degrés
d’implication : inscription dans l’annuaire, démarrage
en production, participation à la phase pilote,
participation à la recette de l’ensemble des applicatifs
en plus des recettes spécifiques aux régimes.
Enfin, pour la première campagne, quelques régimes
spéciaux ayant un nombre limité d’assurés (2) seront
uniquement connus de l’annuaire, sans émission de données.
3.2.5. Les opérations de recettes
Les opérations de recette de l’ensemble du système
d’information du Gip ont débuté en 2006 et seront
poursuivies en 2007.
La production des documents repose sur un nouveau
système comprenant des évolutions des systèmes
d’information des régimes, la création d’outils communs,
et des échanges spécifiques. Il est nécessaire de vérifier
le bon fonctionnement de chacun des éléments, puis le
bon fonctionnement des échanges entre chaque régime
et le collecteur, et enfin le bon fonctionnement d’ensemble.
Les niveaux d’implication sont cumulatifs, c’est-à-dire,
par exemple, que l’inscription à l’annuaire est nécessaire
dans tous les cas, les engagements du démarrage en
production sont aussi requis pour le pilote et la recette
de l’ensemble des applicatifs.
L’organisation de ces opérations de recette a été décrite
dans un document sur la stratégie écrit au premier
trimestre 2006.
Par lettre du 25 avril, le Président du Conseil
d’administration du Gip a invité les responsables des
organismes à se prononcer sur leur degré d’implication.
La quasi totalité des réponses ont été reçues au cours
de l’année 2006 (annexe 8).
La création de jeux d’essais à partir de septembre et
l’examen des résultats à partir de novembre se sont
appuyés en grande partie sur la mobilisation des ressources
des régimes. Le Gip a fait appel à la CNRACL et à l’Ircantec
sous la forme de l’assistance du GIE ICDC pour la réalisation
et la mise en place des outils de formatage des jeux d’essais,
de gestion du référentiel de test (ensemble des fichiers à
utiliser pour chaque test particulier), de gestion des
anomalies, de planification et de suivi.
Un suivi systématique de l’adaptation des systèmes
d’information des régimes a été initialisé, afin de s’assurer
de la participation effective des régimes au pilote et au
démarrage en fonction des options choisies. Il en
ressortait, en décembre 2006, que :
- les grands régimes participant au Pilote (Cnav, Agirc
et Arrco, Régime social des indépendants, MSA)
suivaient un calendrier adéquat ;
- la majorité des autres régimes ayant un grand nombre
d’affiliés (SPE, régimes gérés par la CDC, trois grandes
professions libérales de santé) suivaient un calendrier
Les opérations de recette ont porté en novembre et
décembre 2006 sur les fonctionnalités du collecteur
sans échange direct avec les régimes, ainsi que sur les
fonctionnalités de mises à jour ponctuelles de l’annuaire
par l’intermédiaire du collecteur.
(2)
RATP, Cavimac, Comédie Française, Port autonome de Strasbourg ; ils représentent 0,24 % des actifs pondérés.
10
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
- d’informer le Conseil d’administration de la qualité
probable des envois et d’adapter en conséquence la
communication du Gip Info Retraite.
devant leur permettre de démarrer les tests
d’intégration en avril ;
- pour les autres régimes, la visibilité était plus faible.
Les principales causes de dégradation seront évaluées,
qu’elles soient liées aux systèmes d’information des régimes,
aux échanges de données, aux adresses, aux contrôles du
collecteur, pour les causes communes au relevé de situation
individuelle et à l’estimation indicative globale, ou liées à
la non récupération de données indispensables (enfants,
service national), à leur non prise en compte ou aux
projections, pour l’estimation indicative globale.
3.3. LES RELATIONS AVEC LES ASSURÉS
3.3.1. Le régime expéditeur
Les décrets du 19 juin 2006 posent le principe de
l’expédition des documents par le dernier régime dans
lequel l’assuré a des droits. Ce principe a été précisé
lorsque l’assuré relève en dernier lieu de plusieurs régimes
en répartissant dans ce cas les envois entre les régimes
en fonction du mois de naissance de l’assuré (annexe 9).
Des éléments ont été recueillis auprès des régimes pour
obtenir les premières estimations de la qualité des envois
(annexe 11).
Des règles de répartition ont aussi été adoptées pour les
assurés pluri actifs, c’est-à-dire ayant eu successivement
ou concomitamment au cours de l’année de référence
des activités les conduisant à relever de régimes de base
différents.
3.3.4. La gestion des retours
Le Conseil d’administration a enfin opté pour que le
régime expéditeur soit visible pour l’assuré, à la fois
grâce à la signature du courrier d’accompagnement et
à son logo sur l’enveloppe d’envoi.
De nombreuses questions seront posées aux organismes
membres du Gip, après réception des documents. Pour
optimiser les réponses apportées et économiser ainsi le
temps de travail des agents des organismes, les questions
ont été réparties entre celles de niveau général, auxquelles
chacun des organismes peut répondre et celles que seul
l’organisme concerné peut traiter.
3.3.2. Les exclusions d’envoi
Questions de niveau général
Un principe général de prudence a été adopté, au moins
pendant la période transitoire, consistant à maximiser la
qualité des documents envoyés plutôt que le nombre
d’envois effectués. Les cas écartés donneront lieu à une
analyse a posteriori, afin de définir les modalités de
prévention et de correction à mettre en œuvre pour les
cohortes suivantes. Pour cela, ces différentes situations
seront incluses dans les statistiques issues du collecteur,
et les images des documents correspondant seront
stockées pour en permettre l’étude, voire le redressement.
- Toute question relative au droit à l’information, au Gip
Info Retraite, à la finalité poursuivie par les documents
envoyés.
- Toute question sur l’organisation de la retraite en
France, la multiplicité des organismes, les notions de
base et de complémentaire.
- Toute question portant sur l’état-civil, l’adresse, le
numéro de sécurité sociale (données communes).
- Des questions générales de compréhension des
documents et de vocabulaire (ce que signifie la synthèse,
ce que sont des trimestres, des points, des tranches,
des assiettes, etc...).
- Toute question portant sur la cause de non réception
d’un document, si la réponse est lisible par le biais de
l’archive ou déductible des conditions d’application
des décrets.
Les cas d’exclusions seront revus à la lumière des résultats
de la première cohorte en 2007.
Différents cas de non envoi, concernant les cas pour
lesquels les données sont incomplètes, incohérentes ou
présentent divers facteurs de risques ont été retenus
(annexe 10).
Questions appelant un traitement par l’organisme
concerné
3.3.3. La qualité des envois
- Toute question portant sur les informations personnelles
de l’assuré figurant dans un feuillet particulier.
- Toute question portant sur un élément de carrière ou
de droit (service national ou enfants pour l’estimation
indicative globale) non géré par l’organisme interrogé
ou relevant de la prise en charge d’un autre organisme.
- Toute demande de rectification portant sur des
données relevant d’un autre organisme.
- Toute question portant sur l’ouverture de droit et les
modalités du passage à la retraite dans un autre
organisme.
- Toute question portant sur la cause précise de non
réception d’un document, si la réponse générale fournie
par l’archive ne suffit pas à l’assuré.
Un tableau de bord de la qualité des envois et des
documents a été entrepris par le Gip.
Les objectifs sont notamment :
- d’anticiper, a priori, la qualité des envois de relevé de
situation individuelle et d’estimation indicative globale,
en estimant les causes potentielles de dégradation de
la qualité, par grands groupes de populations.
Cette anticipation permettra ensuite de mieux suivre la
qualité a posteriori et de corriger les facteurs de
dégradation.
11
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
Le kit devrait être livré aux régimes au cours du premier
trimestre de l’année 2007.
L’intérêt de cette répartition est en outre d’imposer
à tous les membres du Gip une discipline collective
dans les réponses à donner, qui sera facilitée par la
mise à disposition d’un ensemble de documents de
formation communs.
3.4. L’OUTIL DE SIMULATION
L’année 2006 a été celle de la mise en ligne, en juin, de
l’outil de simulation du Gip Info Retraite.
3.3.5. La formation des agents des organismes
Pendant le premier semestre 2006, la construction de
ce nouveau service aux assurés a été finalisée.
Le Gip a tout d’abord élaboré des documents destinés
aux agents des organismes pour préparer la mise en
service de l’outil de simulation M@rel.
Pendant le second trimestre, les systèmes fonctionnels
et techniques ont été fiabilisés et les premiers travaux
d’amélioration du service ont été entrepris.
L’objec tif a été de fournir aux organismes des
informations de nature à leur permettre de former en
tant que de besoin leurs personnels d’accueil, susceptibles
d’être interrogés par les assurés sur ce nouveau produit.
L’outil de simulation a été nommé M@rel, pour “Ma
retraite en ligne” par une délibération du Conseil
d’administration du 15 février 2006.
Plusieurs supports ont été ainsi construits, puis diffusés
en juin :
3.4.1. La construction de l’outil de simulation
- un diaporama de formation, avec une présentation
générale du droit à l’information, le déroulé d’une
simulation type, une brève présentation des limites
de l’outil et des principes de projection retenus ;
- des annexes : questions/réponses sur la navigation et
le fond, lexique des termes employés, panorama des
régimes de retraite, “who’s who” des régimes de
retraite permettant de réorienter l’assuré ;
- un “livre du maître” ;
- un démonstrateur.
Les tests fonctionnels ont été pilotés par une équipe
mise à disposition du Gip par les régimes Organic et
Cancava. Cette équipe a assuré la coordination des
travaux réalisés par les maîtrises d’ouvrage et les maîtrises
d’œuvre des différents régimes qui ont contribué à la
réalisation du simulateur M@rel(3).
Deux catégories de tests ont été distinguées : les tests
dits mono-régimes pour les assurés n’ayant eu qu’un
type de carrière (carrière salarié, carrière artisan, ...) et
les tests dits multi-régimes pour les assurés ayant eu
plusieurs types de carrière et des droits au sein de
différents régimes de base et complémentaires.
Le Gip a ensuite entrepris la confection d’un kit de
formation concernant l’envoi des documents au
deuxième semestre 2007, composé de plusieurs modules.
Les tests mono-régimes ont été effectués respectivement
par chaque régime et les tests multi-régimes par les
régimes concernés par chaque cas de test. Les experts
métiers ont été regroupés plusieurs jours ensemble sur
un même lieu, afin d’expertiser les résultats produits
par l’application et apporter les corrections nécessaires.
Le module de présentation générale comprend les
rubriques suivantes : références réglementaires du droit
à l’information, calendrier de montée en charge et autres
informations sur la période transitoire, cas d’exclusion,
schéma du projet (collecte d’information), modèles de
lettres, modèles de feuillets commentés (mode d’emploi),
méthodes et principes de projection, rappel sur les
notions d’euro constant, de brut et de net, prélèvements
sociaux, récupération de s donnée s en vue de
l’établissement de l’estimation indicative globale.
A l’issue de la recette fonctionnelle du simulateur, une
actualisation des valeurs 2006 de toutes les tables (valeur
du SMIC, plafond de la sécurité sociale, valeur des points
selon les régimes, ...) a été opérée. Une dernière phase
de recette avec ces valeurs a eu lieu en avril 2006 sur la
base d’un échantillon de 8 cas de tests multi-régimes,
qui a constitué la recette fonctionnelle finale de l’outil
de simulation.
Le module d’orientation distingue l’annuaire des régimes
et le rattachement des professions par régime.
Le module “gestion des retours” est constitué de :
questions/réponses, glossaire des termes employés,
présentation du pilote, principes généraux sur la gestion
des retours, modalités pratiques et organisationnelles de
suivi des retours (module réalisé par chaque organisme),
questions de niveau 1 et questions de niveau 2.
Les tests techniques ont été préparés par la Cnav et réalisés
conjointement avec la MSA (Gétima), hébergeur du service.
Ces tests concernaient les performances et l’endurance.
Ils ont été réalisés sur la base de scripts types de sessions
utilisateurs injectés à des fréquences de plus en plus élevées.
A l’issue des tests et réglages, le dispositif technique était
en mesure d’accueillir dans de bonnes conditions de l’ordre
de 1 000 utilisateurs en 1 heure pour un trafic généré de
près de 4 milliards d’octets échangés.
Le module de formation sur le portail (hors régimes
intégrant les web-services) comporte les fonctionnalités
du portail et le module de prise en main.
(3)
Cnav, Agirc-Arrco, Service des Pensions de l’Etat, CNRACL, Organic, Cancava, MSA Salariés et Exploitants Agricoles, Ircantec
12
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
A l’exception de la journée d’ouverture pendant laquelle
66 117 visites ont été enregistrées, la disponibilité et la
qualité du service M@rel ont toujours été satisfaisantes.
La Société Ip-Label a été retenue pour la fourniture des
indicateurs techniques et la société Xiti pour la fourniture
d’indicateurs métier.
La partie interface du simulateur (IHM) a fait l’objet de
tests avec différentes plates-formes clientes (PC et MAC
sous différents systèmes d’exploitation). Quelques correctifs
ont été apportés pour assurer une meilleure compatibilité.
L’activité de maintenance a été organisée (annexe 12).
Elle est confiée par le Gip à deux de ses membres, la
CNRACL et l’Ircantec avec une gestion opérationnelle par
le GIE ICDC pour l’ensemble des modules, à l’exception
du module “artisan et commerçant” dont le transfert de
maintenance vers le GIE ICDC sera effective au début de
l’année 2007, du module “Non Salariés Agricoles”, dont
la MSA garde la maintenance et du moteur de calcul de
la Cnav, dont la Cnav garde la maintenance.
Enfin, la deuxième phase d’un audit de sécurité a été
opérée en janvier pour contrôler la mise en œuvre des
recommandations faites en 2005.
Une seconde phase de tests avant l’ouverture au public
est intervenue en février sur la base d’une version stable
et quasi définitive. L’objectif majeur était de mesurer la
compréhension et la facilité d’utilisation des fonctionnalités
de l’outil par des assurés et d’apporter les mesures
correctrices nécessaires.
L’activité de maintenance et l’ensemble des procédures
de maintenance ont été décrits dans une convention de
maintenance validée par l’ensemble des régimes,
comportant les descriptions correspondant aux
maintenances corrective, adaptative, évolutive simple
ou complexe et préventive.
Trente entretiens ont été réalisés au cours du mois de
février 2006, douze en province, dans la région dijonnaise,
et dix-huit en région parisienne. La durée des entretiens
a varié entre une heure quinze et deux heures.
Les résultats ont fait apparaître des points positifs : logique
de conception et de progression appropriée à l’objectif,
grande satisfaction des assurés parvenant au terme de la
simulation, présentation des résultats facilement
compréhensible, image des organismes de retraite valorisée
par la modernité de l’outil - et des points négatifs : travail
de mémoire complexe et choix inconfortables, distorsion
entre le niveau de détail exigé et l’approximation d’une
saisie sans document, nécessité de recourir aux documents
personnels pour une simulation efficace, impossibilité
d’archiver la simulation, progression de la simulation
“chronophage” et souvent fastidieuse.
La MSA héberge l’ensemble des plates-formes techniques,
serveurs de dépôt, de recette, de pré-production et de
production.
Les procédures de mise en exploitation des nouvelles
versions de l’application ont été automatisées par des
bascules automatiques opérées de nuit pour ne pas
perturber le fonctionnement en journée.
3.4.3. L’utilisation du service et les premières
préconisations d’amélioration
Des indicateurs d’utilisation du service ont été présentés
régulièrement aux instances du Gip Info Retraite. Le niveau
de consultation de l’outil de simulation est élevé, avec
plus de 100 000 accès mensuels et le nombre d’utilisateurs
arrivant aux résultats augmente régulièrement.
Un peu plus d’un tiers des assurés ont mené la simulation
à terme, un peu moins d’un tiers ont été confrontés à des
points de blocage ponctuels et le dernier tiers a abandonné.
Les évolutions potentielles ont été décrites : fonctionnalités
non mises en œuvre dans la version initiale, amélioration
d’IHM, observations des utilisateurs et des agents des
régimes assorties d’une évaluation de charge, ainsi que
d’indicateurs sur les modules concernés, le niveau de
complexité de l’évolution et des tests à réaliser.
Sur la base de ces enseignements, des adaptations ont été
apportées : accompagnement de l’utilisateur dans les étapes
de saisie et dans la navigation en multipliant les aides
contextuelles repérables, clarification de certaines notions
qui perturbaient l’assuré dans sa saisie, explication sur la
valeur indicative de la simulation, en libérant l’utilisateur
du recours aux documents, déplacement autorisé dans les
étapes, adoption d’une mise en forme moins statique, mise
en place d’une calculatrice au moment de la saisie des
revenus, mise en ligne d’une “mascotte” avec un
démonstrateur expliquant sous forme ludique la manière
d’utiliser le simulateur aux différentes étapes de la simulation.
Une hiérarchisation en lots des évolutions a été effectuée
par le comité de pilotage M@rel, puis présentée au Conseil
d’administration du Gip avec le projet de budget 2007.
Afin d’améliorer l’accessibilité du service M@rel par des
personnes handicapées, un premier audit a été réalisé. Les
préconisations feront l’objet d’une présentation en 2007.
Enfin, la possibilité d’archiver une session en cours pour
y revenir sans perte des données déjà saisies a fait l’objet
d’études fonctionnelles et techniques.
3.4.4. Les perspectives d’évolution
Des travaux ont été engagés en 2006 pour définir les
scénarios potentiels permettant d’a ssurer une
complémentarité entre les documents envoyés aux
assurés à compter de 2007 et l’outil de simulation. Deux
pistes ont été identifiées qui seront approfondies :
proposer à l’utilisateur de saisir certaines données
figurant sur les documents reçus et favoriser les échanges
3.4.2. La mise en place du pilotage et de la
maintenance
Deux cahiers des charges ont été rédigés pour pouvoir
disposer d’indicateurs de pilotage du service M@rel.
13
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
de données entre le collecteur et le simulateur pour les
données relatives à la carrière passée.
Le comité de rédaction du site est composé des chargés
de communication du Gip et des régimes.
Les études détaillées du module de la Cnavpl ont été
finalisées et les développements ont été engagés.
L’intégration de ce module doit avoir lieu dans le courant
de l’année 2007.
Les membres du comité fournissent régulièrement des
brèves destinées à alimenter la rubrique “Actualités”.
Le comité de rédaction se réunit au minimum une fois
par trimestre pour procéder à la relecture et à la mise à
jour des rubriques transversales. La mise à jour du
contenu de ces fiches - propres aux régimes - relève de
la responsabilité de chaque organisme.
3.5. LA COMMUNICATION
ET LE SITE INTERNET
Le comité de rédaction analyse les statistiques de
fréquentation du site et les résultats de l’enquête de
satisfaction en ligne. Il procède aux aménagements
rédactionnels nécessaires et propose des évolutions
d’architecture. Les évolutions du site sont soumises à la
validation du comité technique.
3.5.1. La communication
Le projet “droit à l’information” est par nature un projet
de communication. La plupart des dossiers traités
en 2006, documents à envoyer aux assurés, outil de
simulation, site Internet, ont donc exigé une intervention
des spécialistes de la communication du Gip et des
organismes membres.
La publication relève de la responsabilité du Gip.
3.5.3. La fréquentation de M@rel et du site
Internet
Le mise en ligne de l’outil de simulation M@rel et du site
Internet du Gip, en juin 2006, a été accompagnée d’une
conférence de presse à laquelle ont participé, outre le
Président du Conseil d’administration et le Directeur du
Gip, le Président du Comité des usagers et la Vice-présidente
du Conseil. Vingt six journalistes sont venus à cette
conférence et les retombées ont été nombreuses. Un dossier
de presse et un communiqué ont été remis (annexe 13).
Dès la mise en consultation, la fréquentation du site
Internet et de l’outil de simulation a été très élevée :
plus de 100 000 connexions pour chacun des deux sites
la première semaine, confirmant ainsi l’intérêt des
internautes pour ce type d’information.
Depuis, la fréquentation demeure à un niveau significatif,
avec environ 5 000 connexions quotidiennes pour M@rel
et 4 000 connexions pour le site Internet. En fin d’année,
les visites cumulées étaient supérieures à 1 000 000. Un
communiqué de presse a été diffusé à cette occasion.
Par ailleurs, des affiches et des marque-pages expliquant
la démarche et indiquant l’adresse Internet du site ont
été fabriqués et largement diffusés à l’ensemble du
réseau du Gip.
Un dossier de présentation du Gip a également été mis
en ligne puis régulièrement actualisé.
Le site “info-retraite” est référencé en première position
dans la plupart des moteurs de recherche, lorsqu’on
tape le mot “retraite”, soit directement, soit via son
ancienne dénomination “espace-retraite”, qui pointe
sur le site info-retraite.
Enfin, les membres de l’équipe permanente du Gip ont
à différentes reprises présenté le dossier du droit à
l’information :
-
Les internautes ont la possibilité de compléter un
questionnaire après leur visite. Les avis exprimés depuis
l’ouverture du service font ressortir que :
Cnav, Paris : février
CDC -Retraite des Mines, Paris : février
CNRACL, Bordeaux : mars
CNRACL, Bordeaux, pour le site Internet et M@rel :
mai
CRPCEN, Paris : mai
Cnav, service communication, Paris, pour le site Internet
et M@rel : juin
SNCF, Marseille : juin
Capeb, Paris : octobre
Crav, Strasbourg : décembre
Salon des micros entreprises, Paris : octobre
Salon des Maires, Paris : novembre
3.5.2. Le site Internet
- près de 40 % arrivent sur le site via un moteur de
recherche ;
- la moitié des visiteurs souhaitent estimer le montant
de leur retraite ;
- environ la moitié des visiteurs trouvent l’information
cherchée ;
- 80 % sont satisfaits de l’ergonomie du site ;
- 54 % utilisent M@rel ;
- la moitié des utilisateurs de M@rel en sont satisfaits ;
- la majorité des visiteurs sont en activité, résident en
France et ont entre 50 et 60 ans ;
- 70 % recommanderaient le site Web à un ami.
Après l’ouverture du site Internet au public, une
procédure de mise à jour des contenus rédactionnels
du site Internet www.info-retraite.fr a été arrêtée,
distinguant le rôle du comité de rédaction et le circuit
de publication des mises à jour.
Les messages adressés au webmestre précisent les motifs
d’insatisfaction : attente d’informations personnalisées
et trop grande complexité d’utilisation de M@rel. Sur
le premier point, des messages indiqueront plus
clairement que le site n’a pas vocation à délivrer une
-
14
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
information individualisée, sur le second point, des
améliorations seront apportées à M@rel pour tenir
compte des observations des visiteurs.
4.2.2. L’adoption du programme d’activité et du
budget 2007
Le programme d’activité pour l’année 2007 comporte
six axes (annexe 15) :
En outre, un questionnaire sera ajouté sur M@rel, pour
dissocier les appréciations portées sur les deux outils.
- les échanges d’informations pour constituer les
documents ;
- la mise à disposition de l’information aux assurés ;
- la communication ;
- la maintenance de l’outil de simulation ;
- la gestion administrative et économique ;
- les veilles juridique et internationale.
CHAPITRE 4 :
LA GESTION ADMINISTRATIVE
ET FINANCIÈRE
Le budget (annexe 16) nécessaire à la mise en œuvre de
ce programme d’activité a été présenté par domaine,
identifiant le collecteur, l’annuaire, les actions de pilotage
et de déploiement auprès des régimes et l’outil de
simulation M@rel, outre l’administration générale du Gip.
4.1. LE PERSONNEL
L’équipe permanente du Gip a été complétée en 2006,
en restant néanmoins une équipe réduite de cadres,
chargés d’animer et de coordonner l’ensemble des
participants au projet (annexe 14) :
4.3. LES CONSULTATIONS ET APPELS D’OFFRES
Six consultations ont été effectuées par le Gip en 2006.
Les prestataires choisis et les dates de notification ont
été les suivants :
1er janvier : Michel ARNOULT, adjoint du directeur des
systèmes d’information ;
1 er octobre : Nathalie GANZIN, assistante projet
informatique ;
1er décembre : Elia CHANTAL, recrutée pour pallier le
départ en congé de maternité de la responsable de la
communication.
- Stratégie de recette, GALILEO, 20 janvier,
- Test auprès des assurés (outil de simulation), BVA,
23 janvier,
- Réalisation du démonstrateur de simulation M@rel,
EXM COMPANY, 21 avril,
4.2. LES COMPTES
- Impression d’affiches et de marque-pages pour la
promotion du site Internet et de M@rel, CARACTERE
S.A.S, 23 mai,
4.2.1. L’arrêt et l’approbation des comptes 2005
Le Conseil d’administration a arrêté les comptes, pour
l’exercice 2005, le 24 avril, puis les a approuvés le 5 juillet
après avoir entendu le rapport du commissaire aux
comptes, et a constaté un excédent comptable de
633 830 euros. Cet excédent a été comptabilisé dans
un poste de produits constatés d’avance.
- Brochure valeurs, MEDI 6, 22 novembre,
- Assistance pour l’organisation de l’intégration du
système RIS/EIG (régimes collecteur), ORGA
CONSULTANTS, 30 novembre.
15
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
Sommaire
E
annexes
ANNEXE 1 : la délibération n° 2005-109 du 26 mai 2005
...................................................................................................... P.17
ANNEXE 2 : les membres du Gip ..................................................................................................................................................................................... P.19
R
ANNEXE 3 : le Conseil d’administration .............................................................................................................................................................. P.20
ANNEXE 4 : la répartition des contributions entre les organismes membres ............................................. P.21
ANNEXE 5 : le Comité des usagers .............................................................................................................................................................................. P.22
I
ANNEXE 6 : le Comité technique ................................................................................................................................................................................... P.23
ANNEXE 7 : la maquette de l’estimation indicative globale ................................................................................................... P.24
A
ANNEXE 8 : la signature par les organismes des conventions
indiquant leur degré d’implication ...................................................................................................................................... P.28
ANNEXE 9 : la détermination des régimes expéditeurs
............................................................................................................. P.29
ANNEXE 10 : les exclusions d’envoi ........................................................................................................................................................................... P.31
M
ANNEXE 11 : les premières estimations de la qualité des envois
ANNEXE 12 : l’organisation de la maintenance de l’outil de simulation ............................................................. P.34
ANNEXE 13 : le communiqué de presse du 21 juin 2006 .......................................................................................................... P.35
ANNEXE 14 : l’équipe permanente du Gip
..................................................................................................................................................... P.36
ANNEXE 15 : le programme d’activité pour l’année 2007 ....................................................................................................... P.37
ANNEXE 16 : le budget 2007 ............................................................................................................................................................................................... P.38
S
O
M
.................................................................................. P.33
16
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 1 :
COMMISSION NATIONALE DE L’INFORMATIQUE
ET DES LIBERTES - CNIL
La Commission relève que la loi renvoie à un décret en Conseil d’Etat
le soin de préciser les conditions dans lesquelles, pour la mise en
œuvre du droit à l’information des assurés, les membres du
groupement mettent notamment à sa disposition les informations
relatives aux durées d’assurance et périodes correspondantes, aux
salaires et revenus non salariés et au nombre de points pris en compte
pour la détermination des droits à pension de la personne intéressée.
DÉLIBÉRATION 2005-109 DU 26 MAI 2005
Délibération relative aux projets de décrets
présentés par le ministère des solidarités, de la
santé et de la famille visant à mettre en œuvre le
droit à l’information des assurés sur leur retraite.
La Commission nationale de l’informatique et des libertés,
Saisie le 9 juillet 2004 par le ministre des solidarités, de la santé
et de la famille d’une part d’un projet de décret en Conseil d’Etat
relatif aux modalités et au calendrier de mise en œuvre progressive
du droit des assurés à l’information sur leur retraite et modifiant
le code de la sécurité sociale, et d’autre part, d’un projet de décret
relatif au droit à l’information des assurés sur leur retraite, (...)
La Commission prend toutefois acte de l’impossibilité pour le ministère
de définir aujourd’hui avec suffisamment de précision les modalités
exactes de traitement et d’échange de données de nature à satisfaire
aux prescriptions de la loi, en raison notamment de la complexité et
de la diversité des règles de calcul à appliquer en vue d’obtenir des
informations consolidées sur les droits à retraite acquis par un assuré
dans les différents régimes dont il relève ou a relevé.
Dans la mesure où la Commission relève qu’aucun dossier de
formalités préalables ne lui est présenté, elle estime que les projets
de décret soumis à son examen ne sauraient être considérés comme
les actes réglementaires constitutifs de traitements de données à
caractère personnel exigés par la loi du 6 janvier 1978 modifiée.
La Commission rappelle également qu’elle devra, en tout état de
cause, être saisie des traitements appelés à être mis en œuvre dans
le cadre du droit à l’information créé par l’article L. 161-17 du code
de la sécurité sociale, qui devront faire l’objet de dossiers de formalités
préalables conformément aux dispositions de la loi précitée.
Après avoir entendu Mademoiselle Anne Debet, commissaire,
en son rapport, et Madame Charlotte-Marie Pitrat, commissaire
du Gouvernement, en ses observations,
Emet l’avis suivant :
L’article L. 161-17 du code de la sécurité sociale, issu de la loi du
21 août 2003 portant réforme des retraites a créé un droit à
l’information des assurés sur les droits qu’ils se sont constitués
dans les régimes de retraite obligatoires.
La commission est saisie par la direction des retraites et des
institutions de la protection sociale complémentaire du ministère
des solidarités, de la santé et de la famille, conformément aux
dispositions de l’article L. 161-17 du code de la sécurité sociale
et de l’article 11-4° a) de la loi du 6 janvier 1978 modifiée, de
deux projets de décret relatifs respectivement :
- aux modalités et au calendrier de mise en œuvre progressive
du droit des assurés à l’information sur leur retraite et modifiant
le code de la sécurité sociale (décret en conseil d’Etat) ;
- et au droit à l’information des assurés sur leur retraite (décret
simple).
Le droit pour chaque assuré d’obtenir une information individuelle
sur sa retraite se matérialise par l’envoi à l’intéressé :
- d’une part, d’un relevé de situation individuelle (RIS). Ce
document d’information périodique contiendra le récapitulatif
exhaustif de l’ensemble des régimes dans lesquels l’assuré s’est
constitué des droits à retraite ;
- d’autre part, d’une estimation indicative globale (EIG). Ce document
contiendra notamment les mêmes données que celles contenues
dans le RIS, ainsi qu’une estimation du montant total et du montant
de chacune des pensions susceptibles d’être versées au bénéficiaire.
Sur les dispositions du projet de décret en Conseil d’Etat relatif aux
modalités et au calendrier de mise en œuvre progressive du droit
des assurés à l’information sur leur retraite et modifiant le code de
la sécurité sociale la Commission est saisie de l’insertion, au code
de la sécurité sociale, des articles R. 161-10 à R. 161-10-0-5.
Ces textes posent, en premier lieu, une obligation pour les régimes
de retraite d’échanger les données à caractère personnel
nécessaires pour établir le relevé de situation individuelle et
l’estimation indicative globale d’un assuré.
A cette fin, l’article R. 161-10-0-1 du projet de décret en Conseil
d’Etat prévoit que, pour l’établissement du relevé et de l’estimation,
les organismes ou services visés à l’article L. 161-17 sont “autorisés
à collecter et conserver le NIR des personnes physiques
concernées”.
L’article R. 161-10-0-3 précise par ailleurs que pour l’établissement
du relevé et de l’estimation, chaque organisme est autorisé à
conserver le NIR du bénéficiaire du droit à l’information à compter
de son affiliation à l’un des régimes dont il a la charge et jusqu’à
la liquidation des pensions de droit direct dues par ce régime.
La Commission estime justifiée la demande du ministère visant
à autoriser, en vertu des dispositions des projets de décrets
présentés, les organismes concernés par la mise en œuvre du droit
à l’information des assurés sur leur retraite à collecter et à conserver
le NIR des personnes bénéficiaires et considère que ces dispositions
n’appellent pas d’observations.
Les projets de décret présentés par le ministère ont pour principal
objet de définir le cadre réglementaire de l’obligation nouvelle
pour les régimes de retraite concernés de s’échanger les données
à caractère personnel nécessaires à la mise en œuvre du droit à
l’information sur les retraites, sans toutefois que les modalités
exactes de ces échanges ne soient encore fixées.
17
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
Le décret énumère, en deuxième lieu, les organismes de retraite
concernés ainsi que, de manière limitative, la nature des données
susceptibles d’être échangées et conservées par eux.
La Commission demande en outre que ces projets de décrets
soient complétés par une disposition rappelant aux partenaires
l’obligation d’information des assurés découlant de l’article 32
de la loi “informatique et libertés”.
La Commission considère, compte tenu des garanties apportées
visant notamment à soumettre la détermination des conditions
et modalités de recueil, d’échange et de conservation des données
à son avis préalablement à la mise en œuvre des traitements futurs,
que ces dispositions n’appellent pas d’autres observations.
La Commission prend acte de ce qu’elle sera en conséquence
saisie des projets d’arrêtés précisant les modalités de recueil,
d’échange et de conservation des données mises en œuvre dans
le cadre du droit à l’information des assurés sur leur retraite.
Sur les dispositions des projets de décrets tendant à la prise en
compte des droits et principes prévus par la loi du 6 janvier 1978
modifiée :
Les projets de décrets prévoient le renvoi de la définition des
modalités de recueil, d’échange et de conservation des données
à des décisions ultérieures du Gip approuvées par arrêté pris après
avis de la Cnil.
Cette garantie procédurale d’encadrement des échanges de
données par des décisions ultérieures du Gip approuvées par
arrêté pris après avis de la Cnil concerne le recueil des données
nécessaires à l’établissement du relevé de situation, les échanges
d’informations et plus particulièrement l’échange des adresses
postales personnelles des bénéficiaires, ainsi que la durée de
conservation des données par les organismes concernés.
Ces données, énumérées par l’article R. 161-10-0-2 du projet de
décret, sont relatives principalement :
- à la situation personnelle (état civil et Nir) ;
- à l’affiliation à un ou plusieurs régimes de retraite (dates de
début et de fin d’affiliation, durées d’affiliation) ;
- aux différents employeurs successifs (nom, raison sociale,
adresse, n° Siret) ;
- aux paramètres, propres à chaque régime, permettant le calcul
des droits (durées d’assurance, montant des rémunérations,
nombre de points, etc.).
Compte tenu de ces éléments, la Commission, sur les projets de
décrets présentés par le ministère des solidarités, de la santé et
de la famille visant à mettre en œuvre le droit à l’information des
assurés sur leur retraite :
- considère que la collecte et la conservation du NIR des
bénéficiaires du droit à l’information sur les retraites par les
organismes concernés par la mise en œuvre du droit à
l’information des assurés sur leur retraite est légitime ;
- rappelle au ministère, au groupement d’intérêt public, et aux
organismes concernés, que les projets de décrets présentés ne
sauraient être considérés comme les actes réglementaires
constitutifs de traitements de données à caractère personnel
et que la Commission devra, en tout état de cause, être saisie
en temps utile des traitements appelés à être mis en œuvre ;
- prend acte qu’elle sera saisie des projets d’arrêtés précisant les
modalités de recueil, d’échange et de conservation des données
mises en œuvre dans le cadre du droit à l’information des assurés
sur leur retraite ;
- demande à ce que les projets de texte présentés soient complétés
par une disposition rappelant aux partenaires l’obligation
d’information des assurés découlant de l’article 32 de la loi
“informatique et libertés” ;
La Commission prend acte de ce qu’il sera toutefois possible aux
organismes ou services concernés de recueillir, avec l’accord
préalable du bénéficiaire, des données complémentaires
pertinentes au regard de ses droits à retraite et mentionnées dans
l’accord relatives aux avantages sociaux et au service militaire.
La Commission prend acte de ce que l’organisme ou le service
auprès desquels pourront s’exercer les droits d’accès et de
rectification sont d’ores et déjà identifiés.
La Commission prend également acte de ce que l’envoi du relevé
ou de l’estimation ne pourra être accompagné d’aucun autre
document ni comporter d’autres mentions que celles relatives à
son objet, à l’expéditeur et au destinataire.
La Commission relève en outre que les organismes ou services
concernés ne sont habilités à échanger les données pertinentes
qu’aux seules fins d’établissement du relevé et de l’estimation et
rappelle, à cet égard, que cette habilitation est exclusive de tout
autre utilisation des données échangées.
Le Président, Alex TURK.
Traités cités : Convention 1981-01-28 pour la protection des personnes
à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel,
convention du Conseil de l’Europe. Directive 95-46 1995-10-24.
Codes cités : Code de la sécurité sociale L.161-17.
Lois citées : Loi 78-17 1978-01-06 art. 32, art. 11. Loi 2004-801
2004-08-06. Loi 2003-775 2003-08-21 art. 10.
18
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 2
LES MEMBRES DU GIP
- la Caisse nationale d’assurance vieillesse des travailleurs salariés
(CNAV- TS) ;
- la Caisse centrale de mutualité sociale agricole (CCMSA) ;
- l’Association pour le régime de retraite complémentaire des
salariés (ARRCO) ;
- l’Association générale des institutions de retraite des cadres
(AGIRC) ;
- l’Institution de retraite complémentaire des agents non titulaires
de l’Etat et des collectivités publiques (IRCANTEC) ;
- la Caisse de retraite du personnel navigant professionnel de
l’aéronautique civile (CRPNPAC) ;
- le Régime social des Indépendants (RSI) ;
- l’Etat, représenté par le Service des pensions ;
- l’Etablissement de retraite additionnelle de la fonction publique ;
(RAFP)
- la Caisse des dépôts et consignations au titre du Fonds spécial
des pensions des ouvriers des établissements industriels de
l’Etat ; (CDC)
- la Caisse nationale de retraite des agents des collectivités locales
(CNRACL) ;
- la Caisse autonome nationale de sécurité sociale dans les mines
(CANSSM) ;
- la Caisse de retraite et de prévoyance des clercs et employés
de notaires (CRPCEN) ;
- l’Etablissement national des invalides de la marine (ENIM) ;
- la Caisse nationale des Industries électrique et gazière (CNIEG) ;
- la Régie autonome des transports parisiens (RATP) ;
- les caisses de prévoyance et de retraite de la Société nationale
des chemins de fer français (SNCF) ;
- la Banque de France ; (BDF)
- la Caisse de retraite des personnels de la Comédie Française ;
- la Caisse de retraite des personnels de l’Opéra national de Paris ;
- le Port autonome de Strasbourg ;
- la Caisse d’assurance vieillesse invalidité et maladie des cultes
(CAVIMAC) ;
- la Caisse nationale d’assurance vieillesse des professions libérales
(CNAVPL) ;
- la Caisse de retraite des notaires (CRN) ;
- la Caisse d’assurance vieillesse des officiers ministériels, officiers
publics et des compagnies judiciaires (CAVOM) ;
- la Caisse autonome de retraite des médecins de France (CARMF) ;
- la Caisse autonome de retraite des chirurgiens dentistes
(CARCD) ;
- la Caisse d’assurance vieillesse des pharmaciens (CAVP) ;
- la Caisse autonome de retraite des sages-femmes françaises
(CARSAF) ;
- la Caisse autonome de retraite et de prévoyance des infirmiers,
masseurs kinésithérapeutes, pédicures podologues, orthophonistes
et orthoptistes (CARPIMKO) ;
- la Caisse autonome de retraite et de prévoyance des vétérinaires
(CARPV) ;
- la Caisse d’allocation vieillesse des agents généraux et des
mandataires non salariés de l’assurance et de la capitalisation
(CAVAMAC) ;
- la Caisse d’allocation vieillesse des experts-comptables et des
commissaires aux comptes (CAVEC) ;
- la Caisse interprofessionnelle de prévoyance et d’assurance
vieillesse (CIPAV) ;
- la Caisse nationale des barreaux français (CNBF) ;
- Institution de retraite complémentaire de l’enseignement et
de la création (IRCEC).
19
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 3
LE CONSEIL D’ADMINISTRATION DU GIP
Président du Conseil d’administration : Claude DOMEIZEL
1ère Vice-présidente du Conseil d’administration : Danièle KARNIEWICZ
2ème Vice-président du Conseil d’administration : Bernard DEVY
Régimes
Administrateur titulaire
CNAVTS
Danièle KARNIEWICZ
ARRCO
Bernard DEVY
Georges BOUVEROT
29,598%
AGIRC
Dominique de CALAN
Jean-Louis WALTER
4,586%
Murielle BIALES-TOUREN
Dominique DESTAIN
1,985%
Didier CANTAIN
Christine BOUDINEAU
2,779%
CCMSA
Michel MOREL
Elisabeth HUMBERT-BOTTIN
5,955%
Service des Pensions
Alain CASANOVA
Guy BILLARD
9,433%
CNRACL
Claude DOMEIZEL
Bernard COQUET
7,083%
IRCANTEC
Richard MONTIGNAC
Thomas BOISSON
3,970%
Collège des régimes spéciaux
Jean CHARMOIS
Yves BRUN
2,150%
Collège des professions libérales
Guy MOREL
Mme DEVAUD
2,03%
CANCAVA(4)
ORGANIC
(5)
Administrateur suppléant
Droits de vote
30,432%
Total général
100 %
Participent également au Conseil d’administration :
- le contrôleur général : Régis GOUZE
- le représentant du ministre chargé de la Sécurité sociale, commissaire du gouvernement : Jean-Henri PYRONNET
- le représentant du ministre chargé du Budget, commissaire du gouvernement.
(4)
L’Assemblée générale du Gip du 2 octobre 2006 a pris acte de la fusion de l’Organic et de la Cancava au sein du RSI. Depuis, le RSI
est représenté par Louis GRASSI, administrateur titulaire et Bernard EPRON, administrateur suppléant
(5)
idem
20
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 4
REPARTITION DES CONTRIBUTIONS
ENTRE LES ORGANISMES MEMBRES
Proposition de répartition pour les années 2007, 2008 et 2009
Droits de vote et contributions budgétaires
Régimes
Actifs cotisants 2007-2009 coefficient Actifs pondérés 2007-2009
%
CNAVTS
16600000
7701600
30,186%
dont CNAV-ARRCO
11060000
0,5
5530000
dont CNAV-ARRCO-AGIRC
3520000
0,33
1161600
dont CNAV-IRCANTEC
2000000
0,5
1000000
dont CNAV-IRCEC
20000
0,5
10000
CCMSA
2250000
1450000
5,683%
dont salariés agricoles
1600000
0,5
800000
dont exploitants agricoles
650000
1
650000
ARRCO
16180000
7491600
29,363%
dont ARRCO-CNAV
11060000
0,5
5530000
dont ARRCO-CNAV-AGIRC
3520000
0,33
1161600
dont ARRCO-CCMSA
1600000
0,5
800000
AGIRC
3520000
0,33
1161600
4,553%
RSI
1299000
1
1299000
5,091%
Service des pensions
2400000
0,99
2376000
9,313%
Caisse des dépôts
CNRACL
1942000
7,611%
dont CNRACL
1863000
0,99
1844370
dont FSPOEIE
55000
1
55000
dont RAFP
4263000
0,01
42630
IRCANTEC
2000000
0,5
1000000
3,919%
Régimes spéciaux
IEG
145000
1
145000
0,568%
SNCF
167000
1
167000
0,655%
CANSSM
20000
1
20000
0,078%
ENIM
40000
1
40000
0,157%
Banque de France
15000
1
15000
0,059%
RATP
40000
1
40000
0,157%
Opéra de Paris
1800
1
1800
0,007%
Comédie française
300
1
300
0,001%
CRPCEN
40000
1
47000
0,184%
Port autonome de Strasbourg
150
1
150
0,001%
CRPN
29000
1
29000
0,114%
CAVIMAC
20000
1
20000
0,078%
Total régimes spéciaux
518250
525250
2,059%
Régimes des professions libérales
CARCD
37000
0,5
18500
0,073%
CARPIMKO
123000
0,5
61500
0,241%
CAVAMAC
14000
0,5
7000
0,027%
CARSAF
2000
0,5
1000
0,004%
CIPAV
141000
0,5
70500
0,276%
CAVOM
5000
0,5
2500
0,010%
CAVEC
17000
0,5
8500
0,033%
CARMF
124000
0,5
62000
0,243%
CAVP
33000
0,5
16500
0,065%
CRN
8000
0,5
4000
0,016%
CARPV
9000
0,5
4500
0,018%
CNAVPL
513000
0,5
256500
1,005%
CNBF
44000
1
44000
0,172%
IRCEC
20000
0,5
10000
0,039%
Total professions libérales
567000
2,22%
Total général
25514050
100,000%
21
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 5
LE COMITE DES USAGERS
Le Comité des Usagers a été installé le 22 juin 2005.
Monsieur Jean-Marie TOULISSE, représentant désigné par la CFDT, et Madame Dany BOURDEAUX, représentante désignée par
l’UPA, ont été élus respectivement Président et Vice-présidente du Comité des usagers.
Organismes
(6)
Représentants
CFDT
M. Jean-Marie TOULISSE
CFE-CGC
Solange MORGENSTERN
CFTC
M. Guy NAULIN
CGT
M. Sylvio CICCOTELLI
CGT-FO
M. Francis KAIVERS
CGPME
M.Stéphane HUILLET
CNRPA
M. Georges GRULOIS
FNSEA
M. Claude COCHONNEAU
MEDEF
M. Bernard CARON(6)
UNAPL
Mme Marie-Jeanne OURTH - BRESLE
UNCI
M. Alain KAMINSKI
UPA
Mme Dany BOURDEAUX
MINISTERE DES SOLIDARITES
Mme Marie-Thérèse LANCE
MINISTERE DES FINANCES
M. Philippe GAUTHIER
En cours d’année, le Médef a désigné Ludovic MERCIER pour remplacer Bernard CARON
22
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 6
LE COMITE TECHNIQUE
Organismes
Membres
RSI
Corinne EL HARRAB
Secrétariat général du COR
Yves GUEGANO
CNRACL
Jean-Louis MOLAS
IRCANTEC
Jean-Luc MAUBE
CDC
Christophe ARNAUD
CNAVTS
François BROUSSE
CNAVTS
Jean-François CAUSSE
AGIRC et ARRCO
Pierre CHAPERON
AGIRC et ARRCO
Marie- Annick MASSART
AGIRC et ARRCO
Cécile VOKLEBER
CCMSA
Elisabeth HUMBERT-BOTTIN
CNAVPL
Eric FALQUE-VERT
Service des pensions de l’Etat
Alain PIAU
Service des pensions de l’Etat
Jean DELAUNAY
SNCF (collège régimes spéciaux)
Jean-Marc LEBRETON
DSS
Alain DUQUAY
GIP INFO RETRAITE
Jean-Marie PALACH
GIP INFO RETRAITE
Michel ARNOULT
GIP INFO RETRAITE
Florence BARAT -PAYRAUD
GIP INFO RETRAITE
Sophie HACQUARD
GIP INFO RETRAITE
François LAGARDE
GIP INFO RETRAITE
André LE CLECH
GIP INFO RETRAITE
Christophe MOREAU
23
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 7
MAQUETTE DE L’ESTIMATION INDICATIVE GLOBALE
Conseil d’administration du 24 avril 2006,
maquette des documents : estimation indicative globale
25
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
26
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
27
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
28
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
29
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
30
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
31
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 8
SIGNATURE DES CONVENTIONS DE DEGRE D’IMPLICATION
DES ORGANISMES
Régime / Organisme
Niveau
Etat
Agirc - Arrco
3-2
Convention signée
Cnav
3-2
Convention signée
SPE
3-1
MSA
3-2
Convention signée
RSI (Organic-Cancava)
3-2
Convention signée
CNRACL (CDC)
Ircantec (CDC)
FSPOEIE (CDC)
RAFP (CDC)
Retraite des Mines (CDC)
2
Cnavpl
2
CARCD
2
Carpimko
2
Cavamac
2
Carsaf
2
Cipav
2
Cavom
2
Cavec
2
Carmf
2
CAVP
2
CRN
2
CARPV
2
Ircec
2
CNBF
2
SNCF
2
Convention signée
CNIEG
3-1
Convention signée
RATP
1
CRPCEN
3-2
Convention signée
Enim
2
Convention signée
CRPN
2
Convention signée
Opéra de Paris
1
Convention signée
Banque de France
2
Comédie Française
1
Port Autonome de Strasbourg
Cavimac
1
32
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
Convention signée
ANNEXE 9
DETERMINATION DES REGIMES EXPEDITEURS
Assurés mono-actifs
(7)
Régimes concernés
Cnav - Arrco
Cnav - Arrco - Agirc
Cnav - Ircantec
Cnav - Ircec
Régime expéditeur / Règle de répartition
Cnav mois impairs / Arrco mois pairs
Cnav mois impairs / Arrco et Agirc mois pairs
Cnav
Cnav
Ircantec
Ircantec(7)
CCMSA
CCMSA - Ircantec
CCMSA - Arrco
CCMSA - Arrco - Agirc
Cancava
Organic
CCMSA
CCMSA
CCMSA mois impairs / Arrco mois pairs
CCMSA mois impairs / Arrco et Agirc mois pairs
Cancava
Organic
CNRACL - Rafp
SPE - Rafp
CNRACL
SPE
CARCD - Cnavpl
Carpimko - Cnavpl
Cavamac - Cnavpl
Carsaf- Cnavpl
Cipav - Cnavpl
Cavom - Cnavpl
Cavec - Cnavpl
Carmf - Cnavpl
CRN - Cnavpl
CARPV - Cnavpl
CAVP - Cnavpl
CNBF
CARCD
Carpimko
Cavamac
Carsaf
Cipav
Cavom
Cavec
Carmf
CRN
CARPV
CAVP
CNBF
IEG
SNCF
CANSSM
Enim
Banque de France
RATP
Opéra de Paris
Comédie Française
CRPCEN
CCI Paris
Port autonome de Strasbourg
CRPN
Cavimac
IEG
SNCF
CANSSM
Enim
Banque de France
RATP
Opéra de Paris
Comédie Française
CRPCEN
CCI Paris
Port autonome de Strasbourg
CRPN
Cavimac
Cas des élus sans autre affiliation
33
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
Assurés pluri-actifs
Cas 1 :
Cas 2 :
si les pluri-activités ont été successives au cours de
l’année considérée, la dernière activité est prise en
compte quelle qu’en soit la durée.
si les activités sont concomitantes, le régime expéditeur
est choisi selon l’ordre suivant des activités :
1) Fonction publique (c’est-à-dire que si la fonction
publique fait partie des pluri-activités, elle a systématiquement la charge de l’expédition)
2) CNRACL
3) Régimes spéciaux
4) Salariés du privé
5) Salariés agricoles
6) MSA Exploitants agricoles
7) RSI
8) Professions libérales
A noter : pour les cas où une activité suppose la coexistence de
régimes de base et complémentaire(s), le choix du régime
expéditeur pour cette activité est réalisé selon les mêmes règles
que pour les assurés mono-actifs (voir tableau ci-dessus).
34
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 10
EXCLUSIONS D’ENVOI
• Exclusions réglementaires (décret en Conseil
d’Etat)
• Données incomplètes
Pendant la période transitoire, le traitement suivant est proposé
pour les données incomplètes.
Outre la montée en charge progressive des cohortes, le décret
exclut du champ du droit à l’information pendant la période
transitoire :
- les assurés ayant demandé ou obtenu la liquidation définitive
ou provisoire (en cas de retraite progressive) de leur pension
dans un régime ;
- les assurés ayant atteint l’âge minimal d’ouverture du droit à
pension dans l’un des régimes dont ils ont relevé.
- En l’absence totale de données (soit non réponse de tous les
régimes d’un assuré, soit impossibilité pour les régimes concernés
de fournir des données), aucun document n’est envoyé.
- Pour le relevé de situation individuelle, même si les données
sont incomplètes, il est envoyé tel quel.
- Pour l’estimation indicative globale, s’il manque les données pour
un au moins des régimes, ou si l’un des régimes signale au collecteur
que l’état de ses données s’oppose à une estimation significative
de la durée d’assurance totale ou du montant de la retraite :
• on envoie une estimation indicative globale sans la synthèse
si au moins un du (des) régime(s) défaillant(s) est un régime
de base [impossibilité de calculer une durée d’assurance totale fiable]
• sinon, on envoie une estimation indicative globale complète,
mais avec une mention “montant non déterminé” dans les cases
correspondant au(x) régime(s) complémentaire(s) défaillant(s).
• Po s i t i o n d e p r i n c i p e p o u r l e s d o n n é e s
incohérentes ou à risque
Il est proposé de retenir un principe général prudentiel, au moins
pendant la période transitoire, à savoir maximiser la qualité des
documents envoyés plutôt que le nombre d’envois effectués. Les
cas écartés devront donner lieu à une analyse a posteriori, afin
de définir les modalités de prévention et de correction à mettre
en œuvre pour les cohortes suivantes. Pour cela, il est demandé
d’inclure ces différentes situations dans les statistiques issues du
collecteur, et de stocker les images des documents correspondant
pour en permettre l’étude, voire le redressement.
Les cas d’exclusions seront revus à la lumière des résultats de la
première campagne en 2007.
Il est proposé de retenir différents cas de non envoi, concernant
les cas pour lesquels les données sont incomplètes, incohérentes
ou présentent divers facteurs de risques.
- Le courrier d’accompagnement mentionne que l’estimation
n’a pu être faite en raison de l’absence de certaines données.
- Les cas concernés feront l’objet d’analyses pendant la période
transitoire.
Une évaluation statistique des cas de données manquantes doit
être réalisée dans les prochains mois.
35
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
• Données incohérentes inter-régimes
Si certaines données peuvent être isolées comme étant incohérentes ou risquées au sein d’un régime, d’autres ne pourront être
décelées qu’après une remontée des données de tous les régimes et comparaison. Il apparaît particulièrement gênant, au regard du
droit à l’information, de fournir à l’assuré une “information” gravement erronée sur l’ensemble de sa carrière, et de lui signifier par
là des “droits” pour lesquels on peut d’emblée établir qu’ils comportent des erreurs substantielles. Les cas qu’il est proposé d’exclure
pendant la période transitoire, ou a minima en 2007, sont ceux énumérés ci-dessous.
Proposition de règle d’analyse au niveau du collecteur
après consolidation des données
Situation à risque
Absence d’un régime
Il y a un feuillet Cnav ET il n’y a ni feuillet Agirc-Arrco, ni feuillet
Régime de base sans complémentaire (quand celle-ci est Ircantec, ni feuillet Ircec.
obligatoire)
Il y a un feuillet CCMSA Salarié agricole ET ni feuillet Agirc-Arrco,
ni feuillet Ircantec.
Il y a un feuillet Agirc-Arrco, ET ni feuillet Cnav, ni feuillet CCMSA
salarié agricole.
Il y a un feuillet Ircec, ET pas de feuillet Cnav
Régime complémentaire sans base
Concomitance suspecte
Carrières simultanées CNRACL et SPE
Il existe un feuillet CNRACL et un feuillet SPE avec des données.
Durées aberrantes ou non significatives
Aucun régime n’a signalé de données incomplètes, ET la carrière
(Durée d’assurance totale) est inférieure à 8 trimestres
Moins de 8 trimestres
Plus de 150 trimestres pour le relevé de situation individuelle, La consolidation (total du tableau chronologique) aboutit à plus
plus de 200 pour l’estimation indicative globale, hors trimestres de 150 trimestres pour le relevé de situation individuelle ou 200
de bonification (dont les trimestres enfants)
pour l’estimation indicative globale.
• Données incohérentes internes à un régime
Il est admis que la détection et le traitement des données incohérentes ou à risques internes à un régime relèvent de la compétence
et de la responsabilité de celui-ci, mais il convient de déterminer :
- les règles d’harmonisation entre les régimes s’il y a lieu ;
- si ces situations doivent bloquer l’envoi du feuillet ou celui du document.
• Situations de données incohérentes ou à risques internes aux régimes
Pour certains cas d’incohérences ou de risques qui ont été identifiés par les régimes, il est proposé de retenir les règles communes
concernant l’envoi ou non des documents et feuillets concernés.
Situation
Blocage du document ou du feuillet
Obligatoire (harmonisation)
ou au choix du régime
Absence de droits dans le régime (fonction
publique)
Si l’assuré est radié, blocage du feuillet ; s’il est
actif, mais avec moins de 15 ans de carrière, envoi Obligatoire
d’une estimation indicative globale dégradée.
Annulation ou rétablissement en cours
Document
Obligatoire
Information de décès parvenue entre-temps Document
Obligatoire
Droit à jouissance différé
Document
Obligatoire
Dossier en cours de régularisation de
carrière
Feuillet
Obligatoire
Dossier en procédure contentieuse ou précontentieuse (y compris cotisations
impayées des indépendants)
Feuillet
Contentieux : obligatoire
Pré-contentieux : au choix du
régime
Présumés nés
Feuillet
A l’appréciation du régime
Montants de revenus paraissant anormaux
Feuillet
A l’appréciation du régime
Rachat en cours
Non, le régime ne prend en compte que la partie
du rachat payée ou remontée dans son système
d’information.
36
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 11
LES PREMIERES ESTIMATIONS DE LA QUALITE DES ENVOIS
L’évaluation présentée ci-dessous est une première approche
constituée avec les données ou les éléments d’évaluation dont les
régimes peuvent disposer par ailleurs. Les travaux vont se poursuivre
en 2007 avec les régimes pour parvenir à mettre en place un tableau
de bord de la qualité des envois qui soit plus adapté à ses finalités
et qui permette de suivre des évolutions, notamment les effets des
nombreuses actions qui sont en cours dans les régimes.
Pour y remédier, une opération de sensibilisation des employeurs
est en cours.
Toutefois, une indisponibilité des données de N-1 comprise entre
5 % et 10 % paraît être incompressible pour les régimes de salariés.
6) Parmi vos assurés des générations 1949 et 1957, quelle
proportion a ou aura déjà procédé à la liquidation de sa retraite,
ou serait en âge légal de le faire en juillet 2007 ?
1) Quel est le pourcentage des personnes assurées dans votre
régime (générations 1949 et 1957, en distinguant les actifs des
radiés) qui disposeront d’un NIR non certifié en juillet 2007 ?
L’effectif est assez significatif, au-delà de la fonction publique,
pour la plupart des régimes.
Selon les régimes, entre 5 et 10 % des assurés ne recevront pas
le feuillet du régime, ou le document.
2) Concernant les générations 1949 et 1957, les données
carrières seront-elles entièrement disponibles en juillet 2007 ?
Sinon, pouvez-vous estimer pour quel pourcentage des
personnes couvertes par votre régime vous n’aurez aucune
donnée de carrière :
- parmi les actifs
- parmi les radiés ?
7) Les circuits mis en place permettront-ils de faire parvenir
au régime concerné des informations qui vous parviendraient
concernant d’autres régimes (service national à prendre en
charge par un autre régime, par exemple) ? Sinon, quels sont
les cas pour lesquels il n’y a pas d’échanges prévus ?
Les régimes qui encourraient le risque d’une indisponibilité totale
des données pour une part significative de leurs assurés ont engagé
des actions importantes pour que ce risque soit nul ou très marginal.
8) Parmi vos assurés actifs en n-1 ou n-2, pour les générations
1949 et 1957, quelle est la proportion de ceux pour lesquels
vous ne disposez pas d’une adresse ?
SPE : oui
RSI : oui, mais les échanges avec la Cnav seront à sens unique en
2007.
Pour les régimes qui ne détenaient pas ou n’utilisaient pas les
adresses de leurs actifs, des actions sont en cours visant une détention
complète des adresses pour tous les assurés, actifs au moins.
3) Pouvez-vous estimer quel pourcentage des personnes
couvertes par votre régime (générations 1949 et 1957) auront
des données de carrière incomplètes, que ce soit parmi les actifs
ou parmi les radiés ?
9) Parmi les adresses détenues, quelle est la proportion de
celles qui ont été utilisées depuis moins d’un an ?
L’évaluation chiffrée de l’indisponibilité partielle des données est
assez difficile pour la plupart des régimes qui en revanche disposent
d’une connaissance assez précise des données qui feront défaut
et des assurés qui seront concernés.
La dichotomie entre les régimes habituellement en contact et les
régimes qui n’ont pas cette habitude est très prégnante sur cette
question.
4) Quelle est la typologie de ces cas (données indisponibles
pour certaines parties de la carrière, pour certaines catégories
de personnes, avant une date donnée, etc.) ?
10) Si vous avez effectué des actions d’information de masse
sur des générations quel a été le pourcentage de NPAI pour
ces opérations ? Y a-t-il eu depuis des actions mises en œuvre
pour augmenter la qualité de vos adresses ?
Les données indisponibles sont assez souvent des données anciennes,
voire très anciennes. Assez souvent aussi, des opérations d’enrichissement sont en cours pour remédier à cette indisponibilité.
Quand ils sont connus, les taux de NPAI sont assez faibles.
5) Y a-t-il des cas où les données existent, mais ne pourront être
exploitées à temps pour juillet 2007 ? Si oui, quels sont ces cas,
et quelle est leur proportion dans les générations 1949 et 1957 ?
Quelle est la disponibilité des données se rapportant à l’année
N-1 de l’envoi, en pourcentage d’assurés pour qui ces données
ne seront pas disponibles ?
La disponibilité des données de l’année qui précède l’envoi devrait
être assez partielle pour les salariés puisque l’Agirc et l’Arrco ne
disposeront des données N-1 que pour la moitié de leurs actifs.
37
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 12
ORGANISATION DE LA MAINTENANCE
GIP
INFO RETRAITE
Organisation pilotage maintenance M@rel
Conseil
d’Administration
GIP
Comité de Pilotage
Service M@rel
Comité de Projet MOE
CP - MOE
CP MOA - GIP
- Rend compte au CT
- Prend en compte
les décisions et
orientations du CT
}
Experts métier MOA
Comité
Technique
GIP
- AGIRC-ARRCO
- CCMSA
- CNAV
- CNAVPL (*)
- CNRACL
- IRCANTEC
- RSI
- Service Pensions Etat
Analyse d’impacts des évolutions
M@rel et modalités de tests
(identification, construction,
passage, …)
{
GIP
GIE -I CDC
CP GIP
coordination
des
MOA
CP MOE
coordination
des
MOE
Et l’ensemble des liens directs entre MOA et MOE d’un
module pour les tâches opérationnelles de maintenance :
- correction d’anomalie
- formalisation des évolutions
- tests, etc.
Maintenance service M@REL
Les MOE
GIE I-CDC
- module maître
- module salarié
- module FP
- module Artisan
Commerçant
- module Professions
Libérales
GIE I -AGORA -MSA
- module Non Salarié
Agricole
GIE GETIMA -MSA
- Hébergement du
Service M@rel
Mai 2006
38
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
n° 1
ANNEXE 13
COMMUNIQUE DE PRESSE
COMMUNIQUÉ DE PRESSE
Le 21 juin 2006
Mise en œuvre du droit à l’information des assurés sur leur retraite :
le Gip Info Retraite présente ses premières réalisations.
Le droit à l’information des assurés sur leur future retraite, prévu par l’article 10 de la loi du
21 août 2003, vise à informer régulièrement chaque assuré sur les droits qu’il s’est constitué
auprès de ses différents régimes de retraite et, à partir d’un certain âge, sur le montant estimé
de sa future retraite globale
Le Gip Info Retraite coordonne depuis 2004 les travaux des 36 organismes de retraite obligatoire,
en vue d’assurer la mise en œuvre progressive de ce droit entre 2007 et 2010.
Le président de son Conseil d’administration, Claude DOMEIZEL, et son directeur, Jean-Marie
PALACH, ont présenté l’avancée des travaux préparant l’envoi, tous les 5 ans, d’un document
personnalisé à chaque assuré, à partir de 35 ans.
Ils ont par ailleurs annoncé l’ouverture au public de deux nouveaux outils, réalisés en ce projet
ambitieux.
Le site de référence des régimes de retraite : www.info-retraite.fr
www.info-retraite.fr est le premier site commun à tous les organismes de retraite obligatoire français.
Destiné aux assurés en activité, il leur permet notamment de découvrir leurs régimes de retraite
en fonction de leur parcours professionnel, d’obtenir des conseils pratiques pour préparer leur
départ en retraite, et d’estimer le montant de leur future retraite avec le simulateur M@rel.
M@rel : Ma retraite en ligne
Le simulateur M@rel offre la possibilité à toute personne travaillant ou ayant travaillé en France
d’évaluer le montant de sa future pension en fonction de sa date de départ en retraite.
Il s’adresse aux assurés de tous âges, et couvre la quasi-totalité des parcours professionnels :
salariés des secteurs privé et public (hors certains régimes spéciaux), artisans, commerçants,
exploitants agricoles, fonctionnaires. Une seconde version, mise en ligne en fin d’année 2006,
intégrera les professions libérales.
CONTACT PRESSE :
SOPHIE HACQUARD - TEL : 01 56 95 04 49
sophie.hacquard@gip-retraite.fr
39
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 14
L’EQUIPE PERMANENTE DU GIP INFO RETRAITE
Jean-Marie PALACH
Directeur
Michel ARNOULT
Adjoint du Directeur des systèmes d’information
Florence BARAT- PAYRAUD
Responsable d’études
Elia CHANTAL
Assistante de communication
Lydia DANA
Assistante de direction
Nathalie GANZIN
Assistante projet informatique
Sophie HACQUARD
Responsable de la communication
François LAGARDE
Directeur des systèmes d’information
Christophe MOREAU
Secrétaire général
A apporté son concours en tant que directeur de projet pour l’outil de simulation :
André LE CLECH - Organic
Ont apporté leur concours pour la mise en œuvre des échanges RIS/EIG :
Marie- Annick MASSART - Agirc-Arrco
Aymeric DE LA CRUZ - Agirc-Arrco
Emmanuelle GUGUEN - Cnav
40
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
ANNEXE 15
PROGRAMME PREVISIONNEL D’ACTIVITE DE L’ANNEE 2007
1. Echanges d’informations pour constituer les
documents
4. Outil de Simulation
1) maintenance (corrections, amélioration des fonctionnalités,
nouveaux régimes...).
1) suivi du plan de référence global du projet et pilotage de la
réalisation de l’annuaire et du collecteur ;
2) pré production, passage à blanc, tests de charge ;
5. Gestion administrative et économique du Gip
3) réalisation du pilote ;
1) gestion des matériels, locaux, comptabilité ;
4) conduite de la campagne 2007 ;
2) gestion du personnel ;
5) maintenance de l’ensemble du système d’information.
3) exécution du budget de l’année 2007 et préparation du budget
de l’année 2008 ;
2. Mise à disposition de l’information aux assurés
4) gestion des différentes instances prévues par la convention
constitutive.
1) mise en œuvre des modalités de coordination et des procédures
de réponse aux demandes d’information ou de rectification
des assurés ;
6. Veilles juridique et internationale
2) mise en œuvre d’un programme de formation à dispenser à la
ligne d’accueil des différents organismes préalablement à la
mise en œuvre du droit à l’information ;
1) mise en place d’une veille juridique ;
2) mise en place de relations avec les instances européennes ou
internationales compétentes (Adecri , Reif...).
3) définition et mise en œuvre d’un programme d’information à
destination des autres organismes et structures du domaine
social ;
4) mise au point et suivi d’un tableau de bord de la qualité
des envois.
3. Communication
1) tenue et actualisation du site Internet ;
2) communication de service autour des deux services existants :
site Internet et M@rel ;
3) communication de service pour accompagner le lancement
des premiers documents ;
4) mise à jour de la brochure “Ma retraite - mode d’emploi” ;
5) actions de communication externe liées au droit à l’information
(contacts presse, interventions, réalisation de supports...) ;
6) recensement des supports d’information proposés aux assurés
par les régimes, dans le cadre du droit à l’information.
41
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
Budget global :
4 046 100 €
1 613 000,00
367 000,00
4 000,00
4 000,00
42
RAPPORT D’ACTIVITÉ 2006
Services bancaires et assimilés
Impôts, taxes et versements assimilés
627
63
6 000,00
400,00
6 000,00
400,00
0,00
50 000,00
1 401 100,00
Dotation aux amortissements
Total =
68
5 000,00
Redevances pour brevets, licences et logiciels
651
195 000,00
4 046 100,00
50 000,00
11 000,00
0,00
10 800,00
10 800,00
Autres charges sociales
Autres charges de gestion courante
120 000,00
0,00
231 000,00
120 000,00
231 000,00
470 000,00
5 000,00
5 000,00
65
645
20 000,00
20 000,00
35 000,00
19 000,00
19 000,00
35 000,00
56 000,00
56 000,00
5 000,00
10 000,00
10 000,00
647
Rémunérations des autres personnels
Charges de sécurité sociale et de prévoyance
64113
Charges de personnel
Frais postaux et de télécommunications
626
Rémunérations du personnel permanent direct
Conférences de presse
6257
64
Déplacements, missions et réceptions
625
64111
Imprimés
Publications
6237
Annonces et insertions
6231
6236
Rémunérations d'intermédiaires et honoraires
Information, publications, relations publiques
622
623
20 000,00
0,00
1 300,00
1 300,00
6 000,00
10 000,00
10 000,00
5 000,00
25 000,00
25 000,00
0,00
3 000,00
140 000,00
20 000,00
62
0,00
140 000,00
3 000,00
40 000,00
0,00
10 000,00
470 000,00
Documentation
Autres services extérieurs
618
2 618 600,00
470 000,00
Primes d'assurance
616
Total
0,00
140 000,00
98 000,00
10 000,00
2 000,00
463 000,00
Marel
5 000,00
5 000,00
144 000,00
Pilotage
et déploiement
20 000,00
367 000,00
Programme
Annuaire
15 000,00
1 613 000,00
Programme
Collecteur
5 000,00
31 600,00
Dépenses
générales
Rémunérations du personnel permanent MAD
Maintenance, fonctionnement
6156
621
Charges locatives
Entretien et réparations
615
Locations
613
614
redevances de crédits bails
612
6064
Services extérieurs
Fournitures de bureau
6063
Sous-traitance générale
Fournitures d'entretien et de petit équipement
6051
61
Achat de matériel informatique
605
611
Achats d'études et prestations de service
Achats de matériel, équipements et travaux
604
Achats
60
Dont Annuaire / Collecteur : 1 980 000 €
ANNEXE 16
BUDGET 2007
GIP
INFO RETRAITE
4, place Félix Eboué - 75012 PARIS - Tél : 01 56 95 04 40
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising