L`échec d`un projet de gestion des cas d`une entreprise

L`échec d`un projet de gestion des cas d`une entreprise
L’échec d’un projet de gestion des
connaissances :
cas d’une entreprise de conseil
Ecrit par:
Chiha Gaha
Nizar Mansour
Année Universitaire 2010-2011
Le plan
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
2
Présentation de l’article.
La problématique.
Définition des concept clés.
Présentation de l’entreprise ARF.
La méthodologie de recherche choisi par les
auteurs.
Le PGC chez ARF.
Les résultats et raisons de l’échec de PGC chez
ARF.
Apports et limites de la recherche.
Voies de recherche future.
Que doit-on retenir?
Présentation de l’article
 Auteurs de l’article : Nizar Mansour et Chiha Gaha
 Nature de l’article : étude de cas
 Population étudier : les dirigeants de l’entreprise ARF




3
les experts senior
les experts junior
Méthodologie de recherche : qualitative
Objectif de recherche : mieux comprendre le déploiement
opérationnel de la gestion de connaissance et expliquer les
raisons de son échec
Source de donnés : - principales: entrevues
- secondaires: la documentation
interne de l’entreprise
Outil d’analyse : logiciel d’analyse des données qualitatives
Problématique
Dans quelle mesure
le PGC était utile
dans le travail de
l’entreprise ARF et
quelles sont les
raisons de son
échec?
4
Définition des concepts clés (1)
la connaissance est le mode d’emploi permettant de
transformer les données en information c’est donc
ce qui es associer au passage entre signifiant et
signifié
L’engagement du personnels: c’est la sensibilisation
des employés envers un projet dans l’entreprise et
l’importance de leurs participation dans ce dernier
Les techniques d’information : c’est l’ensemble des
outils et systèmes acquis ou développés par une
organisation en vue de gérer ses informations et ses
expertises
Mansour et Gaha
5
Définition des concepts clés (2)
Connaissances
tacite:
appelé
également
connaissance intangible composées de savoir ,
savoir faire et des compétences de l’ensemble du
personnel.
Savoir
codifié
:
normaliser,
organiser
et
systématiser les savoirs à l’aide des instruments
informatiques
Le PGC: « c’est l’ensemble des outils et méthodes
pour acquérir, organiser stocker et rendre
accessible le savoir et le savoir-faire pour
l’organisation » Mack et al. 2001
6
L’entreprise ARF
 Nationalité : Tunisienne
 Date de création : 1981
 Activité : le conseil en management des ressources
humaines et d’organisation et les études
stratégiques. (elle vend ses conseils a tout les
secteurs économique).
 Part de marché local : 14%
 Structure hiérarchique aplatie
 L’ambiance au sein de l’entreprise se caractérise
par une communication fluide et des rapports inter
individus plutôt amicaux.
7
La méthodologie de recherche s’est
basé sur 2 étapes :
8
1
• Rappeler les raisons qui ont
pousser ARF à instaurer un
programme de gestion de
connaissance
2
• Discussion des causes de
l’échec de ce programme
Le PGC chez ARF
9
Les raisons d’instauration du programme
 Le départ de certains acteurs détenteurs de
connaissance et le recrutement de jeunes cadres
faiblement expérimenté
 Les plaintes de plusieurs clients à cause du retard et la
qualité des experts engagées
 Conflits entre membres de l’organisation et la chaine de
commandement
 Un problème de synergie fonctionnelle et collective
 L’instabilité du personnels à rendu difficile la
construction d’un référentiel collectif et un langage
commun dans l’entreprise
 Le non partage et l’ignorance des expériences acquis et
validée par les consultants
Processus et objectifs de gestion des
connaissances
10
Mode d’organisation via le portail des
connaissances
Formalisation des savoirs tacites
L’objectif est d’expliciter les savoirs détenus
par les experts de ARF dans un langage
commun et accessible à tous.
Une action de communication et de
sensibilisation des nombres de l’entreprise
pour les encourager à formaliser leurs
savoir-faire
Capitalisation des connaissances tacites
•L’objectif est de regrouper les
connaissances explicitées dans un annuaire
d’entreprise facile d’accès.
Les « Pages jaunes ARF » sont
disponibles sur le portail. Elles présentent
sous forme de fiches claires les procédures,
les manières et les pratiques réussies de
ARF.
Diffusion des savoirs codifiés
• L’objectif est de diffuser sur Intranet
l’intégralité de la base de connaissances
formalisées afin de permettre son
exploitation individuelle et collective
Chaque semestre, une nouvelle édition
des « pages jaunes ARF » voit le jour
Les utilisateurs disposent de la nouvelle
édition ce qui leur permet de les discuter et
les modifier si nécessaire.
Renouvellement des connaissances
•L’objectif est d’assurer via des fonctions de
discussion la mise en application des
connaissances formalisées
A travers les forums de discussion, si de
nouvelles idées ou approches voient le jour
Les résultats et raisons de l’échec
de PGC chez ARF
 Résultats:
11
Années
Résultats
2003-2004
Durant ces deux années
quelques dizaines de page
jaunes ont vues le jour.
2005
Seulement 4 pages jaunes
Total en 2006
En compte au total 43
fichiers dont 29 portant sur
la GRH réalisés par le
modérateur et 14 fichier sur
les études stratégiques et
commerciales
3 ans après sa mise en place le PGC de ARF n’est plus
d’actualité c’est « une expérience à oublier » affirment les seniors
Les raisons de l’échec
La non prise en compte de
la dimension tacite des
connaissances
La méfiance des utilisateurs
face aux outils et à
l’organisation
L’absence de véritables
communautés
de
pratiques
La personnalisation des
connaissances
12
1) La non prise en compte de la dimension tacite
de la connaissance
Les pages jaune de ARF prend en compte seulement la
dimension visible du processus et exclu la dimension
cachée d’expertise, les petits trucks et particularités
essentiel pour réussir une mission de conseil, « cette
habilité implicite qui émerge quand ont besoin » dissent les
juniors.
13
2) La méfiance face à l’outil et à l’organisation
Pour réussir un projet de partage de connaissance deux conditions
cumulatives doivent exister:
14

l’engagement du personnels: c’est leurs adhésion à mettre
en commun leurs savoir-faire pour réussir

La promotion d’une culture de travail qui privilégie l’intérêt
collective sur l’intérêt personnel, la confiance et la
complémentarité sur la compétition
Chez ARF qui est marquer par une compétence intense
entre employées:
15

Les capacités personnelles= avantages, monnaie
d’échange pour se maintenir dans la hiérarchie et
se prévaloir

Le partage des savoir-faire= synonyme de perte de
pouvoir , c’est renoncer à une marge de
manœuvre stratégique
3) l’absence de de véritable communauté de pratique
16

Chez ARF les pages jaunes n’ont jamais fait l’objet d’un examen
collectif d’une réflexion ou d’un débat communautaire, se sont des
produits fait et consulter individuellement.

Les TI employées ont pour mission de stocker et d’échanger des
savoir, mais sont incapables de restituer les nuances et les richesses
de la perception des utilisateurs

De plus ARF n’a pas saisie cette opportunité (le PGC) pour
rapprocher entre les strates hiérarchiques et encourager les
consultants à travailler ensemble.

Même si ARF à encourager les forums de discussion et de critique
du contenue des pages jaunes ceci reste une affaire risquer selon un
des consultant junior, de peur que les critiques déplaisent ou soit en
contradiction avec la façon avec la quelle un des supérieurs
hiérarchique voie les choses donc elles serre seulement a échanger
des blagues entre consultants.
4)
De la personnalisation de connaissance:
La codification des connaissance à pour but de construire un référentiel
collectif et le partager par tout les membres de l’organisation
Mais parfois par la construction d’un tel référentiel d’expertise,
l’entreprise risque de rigidifier ses pratiques et de crée un code
universel de bonne conduite, des règles sacrées que touts
membre doit respecter et appliquer.
Tout formes d’innovation sera observer comme un acte de
rébellion
« cette mise à la disposition des marches à suivre bloque la réflexion et
interdit le renouvellement et l’innovation » affirme un des seniors
17
Outre que le problème de personnalisation de de connaissance, ARF
disposent d’un problème culturel
L’orale est beaucoup plus important que l’écrit
« chez nous la culture ambiant est fondamentalement orale, l’écrit n’à
pas la puissance de la parole, c’est pourquoi les pages jaunes ne
peuvent pas substituer aux échanges verbaux» affirme un des
senior
18
Apports
Mieux comprendre et avoir une idée claire sur la
nature complexe et dynamique de la Gestion des
connaissance
l’échec de l’expérience de ce projet s’explique par
des raisons d’ordre cognitifs et d’ordre
socioculturelles
le sucés de la GC tient non seulement des
dispositifs techniques dédiés mais aussi de la
qualité des mesures sociales et managériales
associés
19
limites
La recherche avec ses
différents
implications
gestionnaire est à considérer
seulement a l’égard et à la
limite du temps et du
périmètre de l’étude.
Les résultats obtenus sont
difficilement généralisables
20
Voies futur de recherche
Reproduire cette étude dans
d’autre secteur économique
La réappliqué pour des
entreprises de taille différentes
21
Que doit ont retenir?
Les onze péchés de la gestion des connaissance:
- Ne pas avoir une compréhension claire et partagée du concept de
connaissance
- Mettre l’emphase sur les stockes de au détriment des flux
- Considérer la connaissance comme objet gérable indépendamment des
acteurs
- Ne pas réaliser que le premier objectif du KM est de créer un sens partagé de
l’environnement de travail
- Ne pas accorder d’attention à la dimension tacite de connaissance
- Instaurer une différence entre créateur de connaissance et gens d’action
- Brider le raisonnement et la pensée
- Se focaliser sur le passé, le présent et non sur le futur
- Ne pas connaitre l’importance de l’expérimentation
- Substituer l’interface technologique au contact humain
- Chercher immédiatement a mesurer la connaissance
-
22
Source : Fahey et Prusak (1998).
23
Merci pour votre aimable
attention
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising