Variétés - Chambres d`Agriculture de Bretagne

Variétés - Chambres d`Agriculture de Bretagne
Variétés
maïs
2011
Bretagne
Dossier réalisé par
Composition et mise en page Terra - Impression Solution Graphique
le Pôle Agronomie Productions
Végétales des Chambres
d'agriculture de Bretagne
et avec la collaboration de
ARVALIS - Institut du végétal
Ce document a été réalisé
à partir du dossier maïs
variétés 2011 paru dans
du 17 décembre 2010.
Maïs 2010,
des rendements hétérogènes
4
Ensilage : des valeurs bretonnes
dans la moyenne
8
Les critères de choix
des variétés
10
Commandes de semences,
quelques repères
13
Tableaux des variétés
du maïs fourrage
14
Tableaux des variétés
du maïs grain
18
Protection contre les taupins :
prévoir le risque
22
Adapter les variétés de maïs
à chaque zone pédo-climatique
Ce dossier spécial a pour objectif de vous apporter
tous les critères les plus objectifs vous permettant
de choisir les variétés de maïs les mieux adaptées à
votre contexte et aux utilisations que vous aurez à en
faire.
Avec près de 460 000 ha (73% en fourrage et 27%
en grain), le maïs représente plus du quart de la
SAU bretonne. Pour la grande majorité des systèmes
bovins laitiers, le maïs assure une part plus ou moins
importante de la sécurité alimentaire des troupeaux
en fourrages de conserve et le choix des variétés
est donc une étape importante pour bon nombre
d’élevages bretons.
Pour effectuer ce choix vous pouvez vous baser sur
les résultats issus de la collaboration entre le Pôle
Agronomie des Chambres de Bretagne et ARVALIS
Institut du Végétal. Les variétés sont caractérisées
Dossier accessible sous Synagri
rubrique Cap-Agro
par différents critères (précocité, rendement, vigueur
au départ, valeur alimentaire, tolérance aux maladies…).
Bien entendu, chaque critère a son importance mais
il est primordial de ne pas négliger les critères plus
agronomiques. En effet, le choix d’une variété trop
tardive peut avoir des conséquences très importantes sur les sols du fait d’une récolte en mauvaises
conditions, voire sur la culture suivante avec un
décalage du semis de céréales en décembre entraînant une baisse du potentiel de rendement. Ainsi, le
choix d’une variété de maïs début 2011 pourra avoir
des conséquences sur le rendement de votre blé en
août 2012.
Les autres aspects de la conduite du maïs vous
seront présentés dans le Cap Agro de printemps
2011.
Bonne lecture à tous.
Olivier Manceau,
responsable du Pôle Agronomie
Productions Végétales
des Chambres d’agriculture de Bretagne.
Maïs 2010
Des rendements hétérogènes
selon les secteurs
Des écarts de rendements importants ont été observés cette
année suite au déficit hydrique d’avril à août avec un gradient
Nord-Ouest/ Sud-Est. Ainsi le Nord-Ouest enregistre de bons,
voire très bons rendements pour cette campagne, alors que
sur les zones Sud et Est de la Bretagne, les rendements ont
été parfois très pénalisés notamment sur les parcelles à
faible profondeur de sol et en zones séchantes.
C’est la bonne implantation des parcelles et les pluies du
mois d’août qui ont été déterminantes dans le maintien du
potentiel.
Après un hiver relativement pluvieux, les
faibles précipitations du mois d’avril ont
favorisé les semis précoces à partir du 12-13
avril. Ainsi, au 1er mai, près de 80% des parcelles de maïs étaient implantées.
Les lits de semences préparés en conditions
sèches sont souvent insuffisamment émiettés et les semis parfois trop superficiels.
On a observé des levées échelonnées et des
parcelles avec un défaut de peuplement
parfois important (inférieur à 85 000 plantes par ha). Ces densités faibles sont également le fait d’attaques de corneilles, en
augmentation notable cette année.
relevées abondantes. Parmi les adventices
difficiles à contrôler : chénopode, arroche
étalée, renouée liseron, renouée des oiseaux,
véroniques et lychnis en progression.
En revanche, la faible pluviométrie du mois
de mai a été plutôt favorable au désherbage mécanique avec une large fenêtre d’intervention.
ATTAQUES TARDIVES DE TAUPINS
Des attaques tardives de taupins ont été
observées à partir de début juin, sur des
maïs à 5-6 feuilles. Dans ces conditions, les
protections insecticides en micro-granulés ont parfois difficilement contrôlé les
attaques.
UN DÉFICIT HYDRIQUE IMPORTANT
AU PRINTEMPS
Les conditions sèches du mois d’avril au
mois de juillet ont entraîné des écarts de
développement important des cultures en
fonction de la profondeur des sols et de
la qualité d’enracinement des maïs.
A la fin du mois de juillet le cumul de précipitations était deux fois moins important que la moyenne de ces 25 dernières
années avec un gradient du Nord Ouest
au Sud Est.
Peu vigoureux dans la phase d’installation, les maïs ont conser vé un gabarit
court jusqu’à la floraison. Les floraisons se
sont étalées du 20 juillet au 5 août. La
phase critique de formation des grains,
entre la floraison et le stade limite d’avortement, s’est déroulée en conditions
sèches, mais sans fortes températures Les
pluies du mois d’août, qui ont suivi la floraison, ont été particulièrement bénéfiques et ont permis un remplissage des
grains correct en préservant ainsi le poten
tiel sur les zones concernées.
UN DÉMARRAGE DIFFICILE
Les températures fraiches et le temps sec
ralentissent cependant le développement
des cultures. Le 13 mai, les températures
négatives relevées sur l’ensemble des départements, ont provoqué des dégâts sur feuillages, sans grande conséquence, mais cela
a accentué le retard en végétation.
UNE EFFICACITÉ LIMITÉE
DES DÉSHERBAGES DE PRÉ LEVÉE
ET POST LEVÉE PRÉCOCE
L’absence de pluies et le vent desséchant
au mois d’avril ont été défavorables aux
désherbages de prélevée et de post levée
précoce.
Le coup de froid de mai et les faibles précipitations, en provoquant des écarts en végétation au sein d’une même parcelle, ont
rendu difficile les stratégies de désherbage.
Les premières interventions de post levée
ont souvent été réalisées trop tardivement,
sur des adventices ayant dépassé le stade
4 feuilles. Le passage unique en post levée
est souvent insuffisant et on constate des
4
On voit sur la carte du 22 juillet un gradient de déficit hydrique croissant allant du Nord-Ouest
au Sud-Est de la région. Le déficit traduit un écart entre les réserves en eau du sol et la
pluviométrie, ici dans le cas de sols avec une réserve utile de 100 mm. Il est exprimé en mm
d'eau disponible dans les sols à cette date.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
Dans les parcelles à faibles réserves utiles et les secteurs n’ayant
bénéficié d’aucun orage (littoral Sud et Nord Est, Est Morbihan, Sud Ille-et-Vilaine), le stress hydrique a été très fort. Le
retour des pluies, après le 15 août, a été trop tardif. Ces pluies ont
cependant bénéficié aux situations intermédiaires et aux cultures un peu plus tardives, permettant un remplissage des grains
correct.
lages sont majoritairement réalisés entre 30% et 35% de matière
sèche. La qualité des maïs ensilés est donc correcte. On enregistre
de bonnes teneurs en amidon, mais également une bonne digestibilité de la partie tige + feuilles
En grains les résultats vont de 75 à 95 q/ha pour les secteurs les plus
arrosés, contre 40 à 60 q/ha en zones séchantes.
Claire Marceau,
Pôle Agronomie Productions Végétales
des Chambres d’agriculture de Bretagne.
PEU D’HELMINTHOSPORIOSE
MAIS RETOUR DE LA KABATIELLOSE
Cette année l’helminthosporiose s’est peu développée sauf en fin
de cycle sur certains secteurs du Finistère et des Côtes d’Armor.
La kabatiellose a également été observée sur certaines parcelles
en maïs sur maïs sur variétés sensibles.
Michel Moquet,
ARVALIS - Institut du végétal.
UN REPORT DES SURFACES EN GRAINS VERS L’ENSILAGE
Les récoltes ont débuté précocement, à la fin du mois d’août dans
les secteurs les plus touchés par la sécheresse. Dans ces secteurs, la
faible pousse de l’herbe et les pertes de rendement en ensilage ont
entrainé une baisse importante des surfaces récoltées en grains.
Globalement, les rendements cette année ont été corrects mais
très hétérogènes. Ils sont en moyenne de 10 à 20% plus faibles
qu’en 2009 qui était une année exceptionnelle. En fourrage, les
résultats vont de 5 à 6 t de MS/ha pour les parcelles les plus pénalisées à 14-18 t de MS par ha pour les parcelles à forte réserve utile
ou ayant été arrosées régulièrement.
Les maïs présentent au final un bon rapport épi/plante et les ensiForte attaque
de kabatiellose
sur maïs.
La kabatiellose
La kabatiellose du maïs est une maladie qui apparaît pour
la première fois en France en 1971 et en Bretagne en 1998
entraînant des dégâts spectaculaires sur les cultures
(jusqu'à 30 % de rendement).
Le développement de cette maladie est favorisé par les
techniques simplifiées de travail du sol, les températures
froides en été (10-12°C) et l’humidité. La maladie se
conserve sur les débris de feuilles et de tiges (principalement de maïs), elle est donc favorisée par la succession
de culture de maïs et le semis direct.
Elle apparait dès le stade 2 feuilles et se développe sur
les feuilles basses. Elle se présente sous la forme de petites taches de moins de 4 mm de diamètre et provoque un
dessèchement précoce des feuilles sous forme de zones
rectangulaires, décolorées donnant un aspect de damier.
Lorsqu’elle apparait après la floraison les taches sont plus
allongées de 15 mm de large avec des taches brunes au
centre et rouge-orangées en bordure. Elle entraîne un
échaudage des épis.
Les seuls moyens de lutte existants sont préventifs : choisir des variétés tolérantes à cette maladie, broyer finement les résidus de récolte de maïs et les enfouir afin de
favoriser leur dégradation.
6
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
Ensilage de maïs 2010 en Bretagne
Des valeurs alimentaires correctes
La valeur des maïs récoltés en 2010 se situe
dans la moyenne. Seul l’amidon décroche
de près de 3 points, mais sans impact
théorique sur les valeurs alimentaires qui
sont assez semblables d’un département à
l’autre.
L’ensilage de maïs 2010 est plus
sec que celui de 2009. La
matière azotée remonte légèrement, ce qui peut être du à des
rendements plus faibles. Le
niveau d’amidon a baissé et est
descendu à 28,8 % comme en
2008. Ces variations sont sans
impact sur les valeurs moyennes UFL ou PDI, et conformes
à la moyenne de ces 10 dernières années. Il n’y a théoriquement pas besoin d’apporter de
concentré supplémentaire sur
les maïs moyens malgré leur faiblesse, toute relative, en amidon. Les risques d’acidoses sont
probablement réduits.
L’écart entre PDIN et PDIE est
constant. Il n’y a pas nécessité à
changer de stratégie azotée. Il
faut au besoin réajuster les
quantités de tourteau. L’objectif recherché se situe à 95 g de
PDI/UFL ou 90 g de PDI/kg de
MS. Pour des maïs à 42 g de
PDIN, ceci est obtenu avec
190 g de tourteau de soja, soit
3 kg pour 16 kg MS de maïs
consommés par jour ou, pour
limiter les coûts, préférez 4,5 kg
de tourteau de colza.
DES VALEURS
DÉPARTEMENTALES
ASSEZ SEMBLABLES
Il n’y a pas de différence importante cette année entre régions
bretonnes. Quelques tendances
se dessinent.
Malgré une faiblesse en grain, les maïs bretons 2010 présentent
des valeurs alimentaires correctes.
8
Répartition des valeurs
des ensilages de maïs bretons
Les ensilages de maïs récoltés en Ille-et-Vilaine et dans le Morbihan
sont plutôt plus secs, présentent des teneurs en amidon plus variables
et des meilleurs niveaux énergétiques que les maïs du Finistère ou des
Côtes d’Armor.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
Résultats d’analyses d’ensilages de maïs 2010 en Bretagne
Les maïs du Morbihan et d’Ille-et-Vilaine
sont plutôt plus secs et ingestibles, avec
des teneurs en amidon plus variées et une
part de maïs riche en énergie plus importante (voir les graphiques).
Attention, les valeurs mini et maxi sont
écartées, ce qui est habituel. Une analyse
de maïs peut vous aider à évaluer la valeur
de votre maïs. Les laboratoires Agrilabo,
LDA 22, ISAE, LDA 56 ont mis en place
une charte qualité portant sur les méthodes d’analyse identiques dans chaque
département et garantissant l’utilisation
des derniers apports de l’Inra, en concertation avec les Chambres d’agriculture.
Roger Hérisset,
Pôle Herbivores,
Chambres d’agriculture de Bretagne
M.S. (%)
MAT (% MS)
Cellulose (% MS)
Amidon (% MS)
D.M.O. (%)
UFL (par kg MS)
PDIN (g par kg MS)
PDIE (g par kg MS)
UEL (par kg MS)
UFV (par kg MS)
UEB (par kg MS)
29
32,4
7,1
22,2
30,9
70,9
0,90
43
66
1,01
0,80
1,10
22
31,6
6,8
20,8
30,5
71,8
0,92
41
65
1,00
0,82
1,09
56
33,5
7,0
20,2
29,0
72,6
0,9
43
68
0,97
0,83
1,06
35
35,1
6,9
20,2
26,6
72,3
0,92
44
68
0,95
0,82
1,04
Interpréter un résultat d'analyse et juger de la qualité du maïs
Critère
MS (%)
CB (%)
Amidon (%)
MAT (%)
DMO
Matières
Minérales
Valeurs plus faibles
Ingestions pénalisées
Digestibilité augmentée
mais risque d'acidose
Traduit de mauvaises conditions
de végétation, récolte précoce
PDIN faible
Valeur énergétique pénalisée
Vigilance sur la complémentation
minérale
Objectif
30-37 %
18-21 %
Valeurs plus élevées
Conservation plus difficile
Digestibilité pénalisée
27-35 %
Risque d'acidose
7 - 7,5 %
70 -72 %
3-4 %
Valeur énergétique favorisée
Contamination par le sol probable
attention aux butyriques
Critères de choix des
Le critère essentiel pour bien choisir ses variétés de maïs est la
précocité. Pour le fourrage, son évaluation est réalisée à partir du
taux de matière sèche plante entière à la récolte. L’objectif est de
récolter entre 30 et 35 % de MS plante entière.
En zone froide, où les sommes de températures sont limitées, le critère de précocité prend encore plus d’importance. Une récolte à
moins de 28 % de MS limite le rendement et la teneur en amidon
de la plante et peut entraîner des pertes au silo par écoulement des
jus. Il faut donc éviter d’utiliser dans ces zones des variétés trop tardives. Le risque de dérive survient surtout après une série d’années climatiquement favorables.
En zones très séchantes, on préconise également des variétés assez
précoces malgré des sommes de températures favorables afin de
sécuriser le rendement et la qualité du fourrage.
maïs grain à 90 q/ha. En l’espace de 10 ans, un producteur qui ne
renouvellerait pas ses variétés de maïs perdrait ainsi 1,5 t MS/ha
(60 tonnes pour 40 ha de culture de maïs). Le renouvellement de
la gamme de variétés est la première condition pour que l’agriculteur bénéficie du progrès génétique.
Préalablement à leur distribution, les variétés inscrites au catalogue officiel ont satisfait à deux séries de tests sur la Distinction,
homogénéité et stabilité (DHS) et sur la Valeur agronomique
totale (VAT) qui garantissent leurs qualités jugées par le CTPS
(Comité technique permanent de la sélection).
Des essais de post inscription menés chaque année par ARVALIS
– Institut du Végétal et ses partenaires permettent de préciser et
comparer les caractéristiques agronomiques et zootechniques des
nouvelles variétés et donc de mieux connaître le comportement des
variétés dans différentes situations pédo-climatiques. Les comparaisons s’effectuent par groupe de précocité et avec des variétés
de référence. Le rendement est exprimé en pourcentage de la
moyenne des rendements de tous les hybrides figurant dans la
série (voir tableaux en pages de résultats d’essais).
Autre amélioration imputable au progrès génétique, la régularité
du rendement est d’autant plus importante lorsque les conditions de cultures sont difficiles.
Ce critère s’apprécie de deux façons.
> Par les résultats de rendement obtenus sur les 2 ou 3 années
d’expérimentations précédentes pour les variétés testées dans
une même zone agroclimatique.
> A l’aide de l’écart-type résiduel intra-variété exprimé en pour
cent du rendement moyen du regroupement. Cet indicateur de
variabilité des résultats des hybrides d’un essai à l’autre traduit le
comportement des hybrides entre essais. Une valeur faible indique une bonne régularité des performances.
● Rendement et régularité
des performances
● La résistance à la verse
en végétation
La génétique constitue une source de progrès indéniable. Le gain
moyen annuel a été évalué de l’ordre de 1 % soit 0,15 t MS/ha/an
pour des maïs à 15 t MS/ha ou 0,90 q/ha/an pour les variétés de
C’est un critère important car il conditionne le rendement et la
qualité du fourrage ou du grain récolté en zone pluvieuse et ventée. D’importants progrès ont été réalisés depuis 30 ans et les
Parmi les principaux critères agronomiques
de choix des variétés de maïs, la sélection
doit porter avant tout sur la précocité, le
rendement et la régularité des performances. De plus en plus souvent le choix tient
compte également de la tolérance aux
maladies (helminthosporiose…) car les
variétés sensibles peuvent être très
fortement pénalisées selon les années et les
secteurs géographiques.
● La précocité
Cartographie : Arvalis Institut du Végétal
Mode d'emploi
pour choisir
les variétés :
Repérer sur la carte cicontre la zone où se
situe votre exploitation.
Dans les tableaux de
préconisation pages
26 à 33, se reporter
aux pages correspondantes.
La Bretagne est découpée en cinq zones allant d'une zone très tardive à une zone très précoce. Le caractère de précocité de chaque zone
mentionnée sur la carte, est défini en fonction des sommes de températures et de l'ensoleillement reçus par la zone.
A chaque zone correspond une gamme de variétés plus particulièrement adaptée pour une bonne expression du potentiel et l'obtention d'une
qualité suffisante. Toutefois ce choix variétal peut être influencé par les caractéristiques propres à la parcelle : exposition, texture... ainsi que
par la date de semis. Les codes couleurs que l'on retrouve dans les tableaux de préconisations (p. 26 à 33) ne sont donc qu'indicatifs.
10
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
variétés
nouvelles génétiques garantissent aujourd’hui à la fois bonne
tenue de tige et bonne valeur alimentaire. Il y a toutefois des différences entre les variétés dont il faut tout de même se préoccuper
en situation ventée (voir notation dans les tableaux). Attention :
une densité excessive favorise la verse et ce quelle que soit la variété.
● La tolérance aux maladies
Deux maladies principales sont constatées sur le maïs : l’helminthosporiose et la kabatiellose.
L’helminthosporiose qui se caractérise par un dessèchement prématuré des feuilles, provoque des baisses de rendement conséquentes lorsque l’attaque est précoce. Le réseau mis en place par
Arvalis-Institut du végétal en collaboration avec ses partenaires
depuis le début des années 2000 permet de caractériser la tolérance
des variétés vis-à-vis de cette maladie. Pour les variétés sensibles,
on observe un développement important et constant de la maladie dès les premières attaques tandis que la maladie se propage peu
et plus lentement chez les variétés plus tolérantes. Dans les parcelles à risque, les mesures prioritaires à mettre en œuvre sont :
> Agir de façon préventive avec un broyage suffisant des résidus,
bien les mélanger et les incorporer au sol. Pas de semis direct, de
semis sans labour et sans façon superficielle dans ces situations.
> Exclure les variétés trop sensibles et donner la priorité aux variétés tolérantes en situation de forte pression de la maladie afin de
limiter son développement.
Le choix d'une variété tolérante à l'helminthosporiose s'impose
surtout dans les zones où cette maladie a été observée.
La kabatiellose , rencontrée principalement dans la partie Ouest
de la Bretagne en 2010, est moins fréquente que l’helminthosporiose. Arrivée tardivement dans la plupart des situations, son incidence sur le rendement a été limité. Néanmoins, il faut être vigilant
dans les secteurs où elle a été rencontrée en supprimant les variétés que l’on a vu infectées. Pour l’instant on ne dispose pas de
véritables notations sur ce critère.
En maïs grain, la sensibilité à la fusariose de l’épi est un critère
pris en compte et qui fait l’objet de notations spécifiques dans
un réseau d’essais pluriannuels.
Kabatiellose :
une maladie à surveiller.
Peu fréquente en 2009 et 2010, il ne faut toutefois pas baisser la garde et choisir
des génétiques peu sensibles, surtout dans les secteurs où la maladie a déjà été rencontrée.
● La valeur énergétique : un critère zootechnique
Un seul critère de valeur alimentaire est pris en compte pour l’inscription des
variétés au catalogue officiel depuis 1998 : la valeur énergétique UFL/kg de MS. Les
variétés nouvellement inscrites en France apportent donc un peu plus sur ce critère par rapport aux variétés de référence. Ainsi des écarts de valeur énergétique
de 0,02 à 0,06 UFL/kg MS entre les variétés les plus et les moins énergétiques
d’un même groupe de précocité justifient la prise en compte de ce critère. La
valeur énergétique de la plante entière estimée par la concentration en UFL dépend
du taux d’amidon (richesse en grain), de la teneur en MAT et de la digestibilité des
fibres (tiges, feuilles). Un écart de 0,035 UFL/kg de MS se traduit par une différence
de performance à même quantité ingérée de 1,1 litre de lait. La valeur énergétique
est exprimée dans les tableaux en % de la valeur moyenne des variétés du groupe
de précocité.
Louis Le Roux,
Pôle agronomie Productions végétales
des Chambres d’agriculture de Bretagne.
Michel Moquet,
ARVALIS - Institut du végétal.
Variétés de maïs en semis direct
Le choix des variétés de maïs en Techniques culturales sans labour (TCSL) est
primordial surtout dans le cas du Semis direct (SD). En effet, en l’absence de
préparation du sol, le maïs souffre au printemps d’une mobilisation des fertilisants plus faible, de températures du sol inférieures (1 °C de moins qu’en
labour) et d’attaques de prédateurs plus importantes (limaces…).
Les écarts de rendements observés entre variétés en SD vont du simple au
double en 2010 (35 à 100 q/ha). Les variétés les mieux adaptées au SD sont
plutôt du type fourrage (même pour faire du grain), luxuriantes avec un grand
gabarit et une bonne vigueur au départ.
Exemple de variétés qui se sont bien comportées en SD : Ayrro, Ambrosius,
Konsensus, Koloris, Drim, Rebbell, Nobelus, Salmos, NK Falcone, Kanevas,
LG 32 28 HDI, Spantas, Storm, Stellion, Codibag, Damoiso, Ronaldinio,
Ambrosini, Beatus, Konfians, LG 32 76 HDI (uniquement fourrage), LG 32 77
HDI, Stelmont, Busti CS, DKC 33 99, Agro mana… (voir leurs caractéristiques
dans les tableaux en pages suivantes : 24 à 31).
Jean-Philippe Turlin, Chambre d’agriculture de Finistère
12
Choix des variétés
de maïs en agriculture
biologique
En agriculture biologique, le choix d’une
variété de maïs ne porte pas seulement sur
la productivité grain ou fourrage mais doit
porter particulièrement sur la résistance
aux maladies (fusariose et helminthosporiose principalement).
Par ailleurs, pour que la culture démarre
rapidement, la vigueur départ est également primordiale dans le choix des variétés. Cette caractéristique est essentielle
pour garantir au maïs une avance végétative sur les adventices et assurer son
démarrage en semis précoce (pas conseillé
en bio).
Elle est notée de 1 à 9 dans les tableaux
de variétés et une très bonne vigueur au
départ correspond à une note de 9.
Le maïs en bio :
une espèce hors dérogation
Il existe une gamme importante de variétés
et des disponibilités suffisantes certifiées
en agriculture biologique dans cette espèce
ou ce type variétal. En conséquence, il est
aujourd’hui impossible de demander une
dérogation et il est impératif d’utiliser des
semences biologiques sauf dans deux cas
bien précis. Une dérogation peut ainsi être
accordée pour des "essais à petite échelle
sur le terrain" ou si l’on souhaite utiliser
une variété aux caractéristiques particulières dont les semences ne sont pas disponibles en bio. Les motifs doivent être clairement exposés directement à l’organisme
certificateur.
Pour consulter la liste des variétés de maïs
disponibles en semences biologiques, visitez le site internet : www.semences-biologiques.org. Le choix est proposé par
gamme de précocité : très précoce, précoce, demi-précoce.
Benoît Nezet,
Chambre d’agriculture du Finistère.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
Commandes de semences
Quelques repères
Selon la date, la précocité
des variétés et la valorisation
souhaitée du maïs, la densité
de semis est à adapter pour
bien évaluer les quantités de
semences à commander.
Attention aux fausses économies ! Le maïs est
une plante qui ne talle pas et la sous-densité
se traduit toujours par une perte de
rendement, même en conditions limitantes.
Les résultats de ces dernières années ont bien
confirmé ce fait.
Pour des semis précoces de fin avril-début
mai, les densités à la récolte préconisées sont
les suivantes :
- 95 000 à 105 000 plantes/ha pour le
fourrage,
- 90 000 à 100 000 plantes/ha pour le grain.
La densité de culture se raisonne en fonction
du groupe de précocité (+ 5 000 plantes en
variétés très précoce par rapport à une
variété précoce), des ressources en eau
(+ ou – 5 000 plantes par rapport à la densité
normale) et de la destination de la culture
(+ 5 000 plantes en fourrage).
Pour un maïs récolté en grain, il faut, suivant
les disponibilités en eau et le potentiel de la
Maïs : densités de semis recommandées (en graines/ha) *
Type de récolte
Variétés très précoces
Variétés précoce à 1/2 précoce
Fourrage
100 000 à 105 000
95 000 à 100 000
Grain
95 000 à 100 000
90 000 à 100 000
*situation de sols bien pourvus en eau
parcelle, 90 000 à 95 000 plantes à la récolte
pour les variétés précoces. Pour un maïs grain
très précoce ajouter 5 000 plantes, maximum
100 000 plantes en bonne alimentation
hydrique. Pour obtenir ces densités de culture, il est impératif de semer environ 5 à
10 % de graines en plus afin de compenser les
pertes (graines non germées, attaques parasitaires).
VÉRIFIER AU CHAMP LE NOMBRE
DE GRAINS SEMÉS
Enfin, il ne faut pas se fier aveuglément au livret
de réglage du semoir mais vérifier au champ le
nombre de graines semées en déterrant quelques mètres : pour une densité de 100 000 graines il faut 7 à 8 graines par mètre linéaire pour
un écartement de 75 centimètres entre les
rangs.
Louis Le Roux,
Pôle agronomie Productions végétales
des Chambres d’agriculture de Bretagne.
Maïs fourrage Bretagne
Résultats des essais Variétés de maïs
du réseau Post-Inscription 2010
ARVALIS - UFS Maïs
Variétés très précoces
densité
1 000/ha
rendement et régularité
en % de la moyenne des essais
Rendements
2010
2008
2009 2009
BR-NM-N
BR NM-N BR-NM-N
UFL
en %
2010
2010
BR-NM-N
102,1
101,9
98,7
99,5
94,4
4,8
2,7
4,7
4,8
5,3
34,0
33,9
33,4
33,4
32,6
-
99,4
99,7
99,3
98,7
99,7
99,2
101,6
98,3
100,8
4,2
4,5
35,1
34,9
-
100,9
99,2
100,2
104,2
104,4
100,2
101,3
99,1
101,0
102,3
102,2
101,0
105,2
103,6
102,2
101,8
105,4
100,2
97,8
100,6
100,3
100,9
100,1
99,2
103,1
104,5
2,8
5,3
3,4
3,3
4,6
5,6
3,3
3,5
36,1
34,3
34,1
34,0
33,8
33,4
32,8
32,7
-
100,5
99,7
99,3
99,2
100,3
98,6
101,4
100,6
-
-
97,6
97,2
103,6
98,3
104,5
101,2
95,4
3,5
5,6
3,6
1,8
3,3
6,7
3,9
36,5
35,0
34,4
33,6
33,5
33,3
33,0
-
100,6
100,8
100,5
100,3
99,1
101,2
101,4
34,0%
11
1,4%
-
100 = 0.94
UFL/kg MS
7
2%
Variétés de référence
COXXIMO
NK FALKONE
SENSATION
MAS 18C
BURLI CS
100,1
101,0
99,7
100,2
96,4
101,9
103,5
101,8
-
101,0
99,1
101,0
-
98,9
102,5
101,0
-
Variétés en 3e année
d'expérimentation
LG3190
KONSENSUS
101,5
100,2
99,7
101,9
98,9
101,0
Variétés en 2e année
d'expérimentation
REBBEL
PRALINIA
NOBELUS
TIBERIO
MAS 17E
KONTREBASS
LG3234
ES FORTRAN
101,6
99,0
99,9
102,5
99,3
100,6
100,3
101,5
-
Variétés en 1ère année
d'expérimentation
MAXXWELL
NUXX
DKC3301
FAVORY
ELIOT
TIAGO
SY MONTECARLO
100,5
101,0
100,6
100,6
99,6
96,2
97,5
-
11
Verse
Récolte
en %
2010
2010
100 =
16.1 t/ha
11
5,5%
% MS
plante entière
E.T.
2010
SA
Référence
Moyenne des essais
Nombre d'essais
Analyse statistique P.P.E.S.
Variétés
très précoces
220 à 250
100 = 100 =
17.1 t/ha 17.0 t/ha
6
8
6,1% 5,8%
100 =
16.5 t/ha
11
5,4%
BR-NM-N : Regroupement réalisé sur l'ensemble des zones Bretagne , Normandie et Nord
BR : Regroupement réalisé sur la zones Bretagne
NM-N : Regroupement réalisé sur l'ensemble des zones Normandie et Nord
Origine des essais
Commune retenus pour rendement et précocité
2 WIMY - 22 BULAT PESTIVIEN - 22 ST JEAN KERDANIEL - 27 ST GERMAIN LA CAMPAGNE - 29 PLOUDALMEZEAU
35 PARIGNE - 59 FONTAINE AU PIRE - 59 SAULTAIN - 62 BUIRE AU BOIS - 76 ROUVILLE - 80 OISSY.
Commune retenus pour UFL
2 WIMY - 22 BULAT PESTIVIEN - 22 ST JEAN KERDANIEL - 35 PARIGNE - 62 BUIRE AU BOIS - 76 ROUVILLE - 80 OISSY.
14
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
Maïs fourrage Bretagne
Variétés recommandées par les Chambres d'agriculture pour zones
très tardive , tardive
et intermédiaire
et sol superficiel de Bretagne
Variétés confirmées
Obtenteur
Distributeur
Variété
Type
Année
Indice de
inscription d’hybride précocité
Vigueur
au départ
(1)
(2)
(3)
Tenue
de tige
Observations
réseau chambres d’agriculture
(5)
(4)
AYRRO
AMBROSINI
PATRICK
Advanta
KWS
Advanta
2008 CE
2009 CE
2005
HS
HTV
HS
230
230
230
7
5
6,8
XX
(XX)
XX
KONSENSUS
ALLIANCE
ANJOU 217
COXXIMO
KWS
Advanta
Advanta
RAGT
2008
2003
2005
2004
HTV
HS
HS
HS
230
240
240
240
6,8
6,6
6,8
6,6
XX
XX
X
X
DRIM
NK FALKONE
Syngenta
Syngenta
2007
2007
HTV
HS
240
240
6,5
6,8
XX
XX
SENSATION
Limagrain
2006
HS
240
6,6
XX
LEXX
LG 3202
LG 3228 HDI
RAGT
Limagrain
Limagrain
2007
2008
2009 CE
HTV
HTV
HS
250
250
250
7,2
7,2
4,7
XX
XX
(XX)
LG 3230
NOBELUS
Limagrain
Semences
de France
Semences
de France
Advanta
Limagrain
2004
2009
HS
HTV
250
250
7
XX
(XX)
Bon compromis précocité et potentiel de rendt.
Bon compromis précocité / potentiel de rendt.
Bonne valeur alimentaire.
Moyennement sensible helminthosporiose.
Bon stay green, gabarit moyen. de la régularité, variété mixte.
Gabarit moyen à insertion basse des épis.
Très grand gabarit, attention à la tenue de tige, productif.
Rendt élevés et réguliers 101,3 % (réseau Arvalis),
sensible à l'helmintho.
Peu sensible helmintho. Bon potentiel.
Peu sensible à l'helmintho.
Rendts réguliers (Réseau Arvalis). Variété mixte.
Grand gabarit, très feuillu, avec épis assez haut.
Sensible helmintho.
Gabarit moyen, épis bas. Moyennement sensible à l'helmintho.
Peu sensible à l'helmintho, à semer tôt.
Potentiel de rendt intéressant en 2009.
Peu sensible à l'helmintho.
Bonne valeur fourragère, peu sensible aux maladies.
Bon potentiel. Bon stay green.
2006
HTV
250
7
XX
Potentiel de rendt élevé et régulier. Bon stay green.
2005
2007
HS
HS
250
250
XX
XX
Peu sensible à l'helmintho.
Très bonne vigueur au démarrage.
SALMOS
SPANTAS
TORRENTE
Variétés récentes à confirmer
DKC 3094
LG 30 218
ES FORTRAN
ELIOT
SAXXOFON
Dekalb
Limagrain
Euralis
Advanta
RAGT
2009 CE
2009
2010
2010
2010
HS
HS
HS
HS
HTV
230
230
230
230
240
6
5,5
-
Potentiel de rendt intéressant, grand gabarit.
Sensible kabatiellose en maïs sur maïs
Bons rendements, tolérant en helmintho.
rendements et valeur alimentaire.
Bon potentiel. Semble peu sensible helmintho.
Titre des colonnes
(1) Type d'hybride
HS : hybride simple
HTV : hybride trois voies
(2) Indice de précocité
• Indices 220 à 230 : très bien adaptées aux zones très froides
• Indices 240 à 250 : pour toutes les zones froides
• Indices 260 à 270 : pour les zones favorables et semis précoces
• Indices 280 et plus : pour les zones très favorables
(4) Tenue de tige (verse végétative, casse, fusarioses...)
xxx très bonne tenue à la verse
xx bonne tenue à la verse
x
faible tenue à la verse, attention en zone ventée
(xx) notation à confirmer pour les nouveautés
Appréciation globale à partir des observations dans les essais Chambres
d’agriculture et ceux d’Arvalis complétées par des observations issues du
terrain..
(5) observations réseau Chambres d'agriculture :
(3) Vigueur au départ
9
très bonne
1
très faible
Concernant l’helminthosporiose, les variétés très sensibles n’apparaissent pas
dans nos préconisations. Pour les autres nous apportons des précisions seulement lorsque la variété a eu un bon comportement face à la maladie dans
les secteurs touchés (peu sensible). Ces variétés pourront être privilégiées dans
les secteurs où est déjà apparue la maladie. En l’absence de commentaire la
sensibilité est moyenne.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
15
Maïs fourrage Bretagne
Résultats des essais Variétés de maïs
du réseau Post-Inscription 2010
ARVALIS - UFS Maïs
Variétés précoces
densité
1 000/ha
SB
Variétés de référence
COXXIMO
RONALDINIO
ES ANNABELLE
NK PERFORM
LG3276
MAIBI
2010
% MS
plante entière
Verse
Récolte
en %
UFL
en %
20010
2010
2010
BR-PL-NM-N
99,1
98,8
98,4
98,4
99,8
97,3
96,7
105,2
100,7
101,6
100,7
101,3
95,6
101,4
98,4
98,5
100,6
102,2
96,0
101,7
95,9
98,9
100,4
101,4
4,4
3,1
2,4
2,9
3,6
2,8
36,0
34,7
33,2
33,4
33,0
33,1
-
100,4
100,3
99,6
100,4
101,1
99,2
Variétés en 3e année
d'expérimentation
HENDRIXX
KOHERENS
INGRID
98,8
98,8
98,5
100,7
102,5
102,6
102,1
100,2
103,2
101,1
99,5
104,3
3,4
3,8
3,0
35,6
34,8
32,5
-
99,1
100,8
99,8
Variétés en 2e année
d'expérimentation
P8000
MUSIXX
NK COOLER
PR39T83
SUZY
KOMPROMIS
FARMOSO
ANJOU 287
97,4
98,9
96,3
97,8
97,7
100,0
97,4
98,6
-
98,6
100,7
99,5
99,9
98,3
102,9
102,0
100,6
93,9
101,4
95,5
98,3
99,5
103,0
98,5
104,4
1,1
2,8
3,8
3,2
3,6
3,3
3,8
1,7
35,1
34,6
34,3
33,5
33,3
33,0
33,0
32,9
-
100,7
100,8
100,2
100,0
101,5
99,4
100,0
99,4
Variétés en 1ère année
d'expérimentation
GEOXX
MAS 20F
ES LENA
KANDIS
LG3258
MAS 23E
LG30250
DKC3491
AABSOLUT
SY MASCOTTE
SY BENEOS
LG30275
97,2
98,8
98,9
99,4
99,1
98,4
96,4
97,5
99,9
98,8
97,6
99,3
-
-
103,7
93,8
98,5
102,0
101,0
98,5
100,8
103,0
102,2
98,6
100,7
103,4
4,4
3,9
2,5
3,4
3,2
5,2
3,0
3,6
3,7
2,2
3,9
4,1
35,1
34,9
34,8
34,1
33,8
33,8
33,6
33,5
33,4
32,6
32,4
32,3
-
99,4
100,1
99,5
99,9
99,1
100,1
99,5
101,1
99,4
99,6
99,7
100,0
33,8%
11
1,2%
-
100 = 0.94
UFL/kg MS
11
1,3%
Référence
Moyenne des essais
Nombre d'essais
Analyse statistique P.P.E.S.
(1)
rendement et régularité
en % de la moyenne des essais
Rendements
E.T.
2008
2009
2010
2010
Variétés
très précoces
260 à 310
(*)
11
100 =
100 =
18.7 t/ha 19.4 t/ha
13
12
3,6%
4,2%
100 =
17.3 t/ha
11
4,4%
(1) : Variété rappel de la série plus précoce (liste SA)
(*) : Résultats 2010 estimés par ajustement statistique sur la base de 7 essais
Un incident à l'ensachage des semences reconditionnées par ARVALIS ayant affecté les résultats de 4 essais
BR-PL-NM-N : Regroupement réalisé sur l'ensemble des zones Bretagne, Pays de Loire, Normandie et Nord
Origine des essais
Commune retenus pour rendement et précocité
22 LE FAOUET - 29 PLOMODIERN - 35 LA CHAPELLE JANSON - 35 LE FERRE - 35 LUITRE - 35 ST SYMPHORIEN - 41 DROUE
49 ANDIGNE - 56 BIGNAN - 56 NEULLIAC - 85 L HERBERGEMENT.
Commune retenus pour UFL
22 LE FAOUET - 29 PLOMODIERN - 35 LE FERRE - 35 ST SYMPHORIEN - 41 DROUE - 49 ANDIGNE - 50 ROMAGNY - 59 VILLERS
OUTREAUX - 62 VILLERS LES CAGNICOURT - 80 OISSY - 85 L HERBERGEMENT.
16
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
Maïs fourrage Bretagne
Variétés recommandées par les Chambres d'agriculture
pour zones précoce , très précoce
Variétés confirmées
Obtenteur
Distributeur
Variété
Type
Année
Indice de
inscription d’hybride précocité
Vigueur
au départ
(1)
(2)
(3)
Tenue
de tige
Codisem
2008
HTV
260
7
XX
DAMOISO
Jouffray
Drillaud
Euralis
RAGT
KWS
Syngenta
Limagrain
Limagrain
Pioneer
Semences
de France
KWS
Advanta
2008
HS
260
7
XX
2004
2008
2008
2005 (CE)
2007 (CE)
2006
2005
2007
HS
HS
HS
HS
HS
HS
HS
HTV
260
260
260
260
260
260
260
260
5,6
7,6
6,4
7,4
6,2
7
XX
XX
XX
XX
XX
XX
XX
XX
2006 (CE)
2003
HTV
HS
270
270
7,8
XX
XX
2005 (CE)
HTV
270
6,6
XX
CE
2005
2006
2005
2005
2003
2007
HTV
HTV
HTV
HS
HS
HS
HS
270
270
270
270
270
270
270
7
6,6
7,6
7
7
6,8
6
XX
XX
X
X
X
X
2006
2007
2004
2006
2007
2005
HS
HS
HTV
HS
HTV
HS
280
280
290
290
290
290
6,2
6,8
7
6,6
6,6
6
X
X
X
XX
XX
XX
AMBROSIUS
ANJOU 249
BEATUS
BUSTI CS
KONFIANS
LG 3252
LG 3276 HDI
LG 3277 HDI
PR 39 R 86
STELMONT
ANJOU 277
NK PERFORM
CODISIL
LG 3264 HDI
LG 3285 HDI
MASTRI CS
Semences
de France
Caussade
KWS
Limagrain
Limagrain
Limagrain
Pioneer
Semences
de France
Advanta
Syngenta
Codisem
Limagrain
Limagrain
Caussade
(5)
(4)
CODIBAG
ES ANNABELLE
HENDRIXX
KOHERENS
LEONTES
LG 3220
MONROE
PR 39 T 45
RONALDINIO
Observations
réseau chambres d’agriculture
Bon stay green. Peu sensible à l'helmintho
et peu sensible kabatiellose en maïs sur maïs.
Tolérante à l'helmintho.
Finition rapide. Rdts irréguliers. Tolérante à l’helmintho.
Rendement/précocité, tolérant helmintho.
Rendement/précocité, tolérant helmintho.
Rendts réguliers et élevés.
Peu sensible à l'helminthosporiose.
Grand gabarit, feuillu.
Grand gabarit, épis bas, peu sensible à l'helminthosporiose.
Gd gabarit, feuillu, épis bas. Moy. sens. helmintho
et kabatiellose. Bons rendt (Arvalis).
Grand gabarit à port dressé, peu sensible à l'helmintho.
Grand gabarit, tiges solides, épis haut,
peu sensible à l'helmintho.
Potentiel de rendement fourrage.
Très bonne vigueur au démarrage.
Assez sensible helmintho.
Bonne valeur énergétique.
Bonne valeur alimentaire. Rendements irréguliers.
Peu sensible à l'helmintho.
Peu sensible à l'helmintho.
Potentiel de rendement élevé et bonne valeur alimentaire.
Variétés récentes à confirmer
NK COOLER
Syngenta
2009
HTV
260
7
(XX)
SANTURIO
2010
HTV
260
6
-
KANDIS
SEMENCE
France
KWS
2010
HTV
260
7
-
LG 3258
Limagrain
2010
HS
260
6
-
MAS 23E
SY NOBILITY
ES CHARTER
Maïsadour
Syngenta
EURALIS
2010
2010
2010
HS
HS
HS
260
260
270
6,8
7
7
-
AGRO MANA
SEMENCE
France
RAGT
DEKALB
Limagrain
Codisem
Maïsadour
Limagrain
Advanta
2008
HTV
270
-
-
2010
2009
2010
2009
2010
2007
2008
HS
HS
HS
HS
HTV
HS
HS
270
270
270
280
290
290
290
8
7
7
-
GEOXX
DKC 3491
LG 30275
MAGELLO SL
MAS 26K
INGRID
ANJOU 287
-
-
Potentiel de rendt élevé en 2009 en net retrait en 2010.
Valeur énergétique moyenne
Bonne vigueur au départ.
Bon niveau de rendt (Réseau Arvalis).
Sensible kabatiellose en maïs sur maïs.
Rendts dans la moyenne (Arvalis).
Manque de rusticité en conditions limitantes.
Bonne vigueur au départ. Sensible helmintho et kabatiellose.
Peu sensible helmintho et kabatiellose en maïs sur maïs.
Sensible kabatiellose en maïs sur maïs.
Très bons rendts (Réseau Arvalis).
Gd gabarit. Moyenne des rendts en 2010.
Sensible kabatiellose en maïs sur maïs.
Potentiel de rendt élevé.
Rendements – valeur alimentaire.
Rendements.
Bon potentiel.
Régulier en rendement.
Rendement, régularité.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
17
Maïs grain Bretagne
Résultats des essais Variétés de maïs
du réseau Post-Inscription 2010
ARVALIS - UFS Maïs
Variétés très précoces
densité 1 000/ha
Variétés
très précoces
220 à 250
10
2010
rendement et régularité
en % de la moyenne des essais
Rendements
E.T.
2008
2009
2010
2010
Variétés de référence
COXXIMO
STORM
NK FALKONE
AJAXX
98,3
99,8
99,5
100,2
98,3
101,9
101,8
104,3
101,6
101,9
103,0
98,6
99,3
99,2
103,0
101,4
100,0
100,2
100,3
101,4
2,0
5,3
3,6
2,6
2,0
31,8
30,9
31,1
31,1
31,8
1,2
12,2
7,1
17,2
1,2
Variétés en 3e année
d'expérimentation
PODIUM
KONSENSUS
SPHINXX
100,1
100,1
99,1
102,0
103,0
102,9
102,6
102,7
101,8
99,1
100,2
105,3
4,0
3,5
3,9
29,2
29,5
30,8
1,1
4,2
3,6
Variétés en 2e année
d'expérimentation
ES MARCO
ABOGAN
REBBEL
RIBERRIO
MAS 17E
KOLORIS
TIBERIO
98,2
99,6
99,9
99,9
99,9
99,4
101,0
-
100,1
99,2
103,3
98,2
99,8
103,9
98,3
95,6
96,9
96,9
98,1
95,9
101,3
102,2
2,2
3,3
2,2
3,9
5,3
3,4
5,1
28,8
29,1
29,1
29,4
29,6
30,0
31,3
22,5
4,7
6,8
3,2
28,4
7,0
8,9
Variétés en 1ère année
d'expérimentation
AMBROSINI
NOVALIXX
KONTREBASS
KANEVAS
AAPOSITO
101,0
99,1
99,7
99,6
97,1
-
-
105,7
100,7
100,7
100,4
99,3
4,4
5,0
2,9
3,0
5,3
30,6
30,7
31,3
31,5
32,0
6,8
9,4
4,8
4,2
1,8
30,4%
8,2%
10
0,9%
5
22,3%
Référence
Moyenne des essais
Nombre d'essais
Analyse statistique P.P.E.S.
100 =
100 =
106.9 q/ha 108.4 q/ha
10
8
5,2%
6
8,1%
100 =
105.6 q/ha
10
5,1%
Humidité Récolte
en %
Verse Récolte
en %
2010
2010
Origine des essais
Communes retenus pour rendement et précocité
2 HOUSSET - 8 ST QUENTIN LE PETIT - 22 LE FAOUET - 22 TREGOMEUR - 29 LANDELEAU - 29 ST COULITZ - 35 LE FERRE
50 ROMAGNY - 61 SEES - 62 VILLERS LES CAGNICOURT
Communes retenus pour verse
8 ST QUENTIN LE PETIT - 22 LE FAOUET - 22 TREGOMEUR - 61 SEES - 62 VILLERS LES CAGNICOURT
Maïs grain Bretagne
Variétés recommandées par les Chambres d'agriculture pour zones
très tardive , tardive et intermédiaire
et sol superficiel de Bretagne
Variétés confirmées
Obtenteur
Distributeur
Variété
Année
inscription
Type
Indice de
d’hybride précocité
Vigueur
au départ
(1)
(2)
(3)
(5)
(4)
ANJOU 209
ANJOU 219
KONSENSUS
Advanta
Advanta
KWS
2003
2002
2008
HTV
HTV
HTV
230
230
230
7
6
6,8
XX
X
XX
PODIUM
2008
HTV
230
6,6
XX
2009
HTV
230
7
(XX)
AJAXX
Semences
de France
Semences
de France
RAGT
2006
HS
240
6
XXX
ALLIANCE
ANJOU 217
MAS 13 L
NK FALKONE
Advanta
Advanta
Maïsadour
Syngenta
2003
2005
2008
2007
HS
HS
HS
HS
240
240
240
240
6,6
6,8
7
7
XX
X
XX
X
PR 39 R 10
Pioneer
2001
HS
240
5,8
XX
LEXX
LG 3230
LG 3247
RAGT
Limagrain
Limagrain
2007
2004
2008
HTV
HS
HS
250
250
250
7,2
7,6
-
XX
XX
XX
STORM
Semences
de France
2005
HTV
250
6,6
X
REBBEL
Observations
réseau chambres d’agriculture
Tenue
de tige
Risque de casse de tige.
Bon stay green, gabarit moyen.
Rendt 102 % sur 3 ans (Arvalis) moy. sensible helmintho.
Hybride court au port dressé. Rendt 101.
2% sur 3 ans (Arvalis), assez sensible helmintho.
Intéressant en zone froide, de gabarit moyen.
Rendt 100.1 % sur 2 ans (Arvalis).
Rendt 102 % sur 3 ans (Réseau Arvalis),
moyennement sensible helmintho.
Gabarit moyen à insertion basse des épis.
Gabarit grand à très grand, attention à la tenue de tige.
Peu sensible à l'helminthosporiose.
Peu sensible helmintho.
Rendt sur 3 ans à 100.4 % (Réseau Arvalis).
Grand gabarit à assez bonne tenue de tige,
moyennement sensible helmintho.
Gabarit moyen, épis bas, moyennement sensible helmintho.
peu sensible aux maladies
peu sensible helmintho, épi à insertion moyenne,
assez grand
Rendt 101.3 % sur 3 ans (Arvalis),
sensible fusariose (f. graminearum), tolérant helmintho.
Variétés récentes à confirmer
AMBROSINI
KWS
2009 CE
HTV
230
5
KOLORIS
KWS
2009
HTV
230
7
KANEVAS
TIBERIO
KWS
RAGT
2010
2006 CE
HTV
HTV
240
250
7
X
Meilleur rendement de la série en 2010 (réseau Arvalis),
sensibilité helmintho à confirmer.
Gabarit moyen, port dressé. rendt 102.6% sur 2 ans (Arvalis),
assez sensible helmintho.
Potentiel de rendement élevé.
Rendt dans la moyenne sur 2 ans (Réseau Arvalis),
tolérant helmintho.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
19
Maïs grain Bretagne
Résultats des essais Variétés de maïs
du réseau Post-Inscription 2010
ARVALIS - UFS Maïs
Variétés précoces
densité
1 000/ha
Variétés précoces
et demi-précoces
260-310
2010
rendement et régularité
en % de la moyenne des essais
Rendements
E.T.
2010
2010
2008
2009
92,6
94,3
93,1
93,7
95,0
95,2
94,3
99,6
104,1
103,1
99,0
-
93,9
98,8
100,6
100,7
-
96,8
96,9
101,4
100,2
94,9
102,3
102,0
Variétés en 3 année
d'expérimentation
MERCURIO
KOHERENS
93,4
95,1
104,1
101,1
103,9
102,0
Variétés en 2e année
d'expérimentation
KLAMAS
KOUTELAS
LG3240
MAS 21D
DKC3398
TRIOMPH
WILXXON
KOMPROMIS
93,8
93,8
94,4
91,3
92,0
94,9
93,1
95,7
-
Variétés en 1ère année
d'expérimentation
SANTURIO
LG3258
LUIGI CS
SEBASTO
SY QUARTZ
DKC3409
94,8
95,6
92,5
94,6
94,7
-
-
11
Variétés de référence
AJAXX
DKC3420
KONFIANS
ANJOU 277
AMELIOR
RONALDINIO
DKC4250
(1)
(2)
Humidité Récolte
en %
Verse Récolte
en %
2010
2010
3,9
5,1
4,6
4,4
3,9
6,5
3,5
30,3
30,9
31,9
31,4
31,2
32,3
32,7
2,3
3,4
1,7
6,7
6,9
1,1
6,0
100,8
100,6
3,7
4,3
28,5
31,1
3,0
1,3
100,8
104,6
97,9
100,1
100,3
103,9
99,2
102,2
98,7
100,2
98,3
98,2
101,3
101,1
99,4
101,8
5,0
5,1
3,3
4,6
4,6
3,5
4,1
3,0
29,9
30,1
30,2
30,5
30,6
30,9
31,1
32,2
3,2
1,2
4,4
2,7
5,8
1,5
1,7
3,3
-
100,4
101,6
104,3
101,6
97,3
-
3,9
3,3
4,9
3,2
8,3
-
30,3
30,3
30,7
31,0
31,6
-
2,1
5,5
6,5
0,3
0,9
-
30,9%
3,3%
7
1,6%
3
NS
e
(*)
Référence
Moyenne des essais
Nombre d'essais
Analyse statistique P.P.E.S.
100 =
100 =
111.4 q/ha 115.7 q/ha
7
8
4,9%
7
5,6%
100 =
101.7 q/ha
7
NS
(1): Variété rappel de la série plus précoce (liste 10)
(2): Variété rappel de la série plus tardive (liste 12)
(*) : Résultats de la variété retirés avant le 15 août à la demande de son représentant
Origine des essais
Communes retenus pour rendement et précocité
35 PACE - 35 ST GILLES - 53 ARON - 56 BIGNAN - 56 LOCMARIA GRAND CHAMP - 61 LONRAI - 72 ST REMY DES MONTS
Communes retenus pour verse
56 LOCMARIA GRAND CHAMP - 61 LONRAI - 72 ST REMY DES MONTS
Maïs grain Bretagne
Variétés recommandées par les Chambres d'agriculture
pour zones
précoce , très précoce
Variétés confirmées
Variété
Obtenteur
Distributeur
Type
Année
Indice de
inscription d’hybride précocité
Vigueur
au départ
(1)
(2)
(3)
Tenue
de tige
(5)
(4)
KOHERENS
KWS
2008
HS
260
6,4
XX
MAS 23 B
Maïsadour
2008
HS
260
8
-
MERCURIO
2008
HTV
260
6,6
XX
2005
HS
260
7
XX
KOMPROMIS
LG 3235
LG 3255
Semence
de France
Semence
de France
KWS
Limagrain
Limagrain
2009
2007
2007
HTV
HS
HTV
270
270
270
7,2
XX
X
LG 3277
NK TERADA
Limagrain
Syngenta
2005
2007
HS
HS
270
270
7
6,6
X
XX
ANJOU 277
Advanta
2006
HS
280
6,2
XX
KONFIANS
KWS
2005
HTV
280
6,6
XX
DKC 3420
CODISCO
LG 3301
LG 3304
DKC 3727
Dekalb
CODISEM
Limagrain
Limagrain
Dekalb
2003
2005
2008
2004
2003
HS
HS
HS
HS
HS
290
300
300
300
310
5,6
5,6
6
5,4
6
X
X
XX
XX
X
STELION
Observations
réseau chambres d’agriculture
Rendement moyen sur 3 ans à 101.2% (Arvalis),
moy. sensible helmintho
Beau gabarit.
Egalement disponible en semences biologiques.
102.9% (Arvalis) sur 3 ans,
moyennement sensible helmintho. Grand gabarit.
Rendt sur 2 ans à 102 % (Réseau Arvalis), régulier.
Rendements réguliers en 2009.
Peu sensible à l'helminthosporiose,
très bonne vigueur au démarrage.
Potentiel de rendement grain élevé et régulier.
Peu sensible à l'helminthosporiose,
très bonne vigueur au démarrage
Rendt 101.3 % sur 3 ans (Réseau Arvalis),
moyennement sensible à la verse.
Rendt 101.4 % sur 3 ans (Réseau Arvalis),
assez sensible helmintho et fusariose.
Potentiel grain et finition rapide.
Hybride développé et feuillu.
Variétés récentes à confirmer
KOUTELAS
KWS
2009
HTV
260
-
(XX)
LG 3258
SEBASTO
Limagrain
Semences
de France
Caussade
semences
Dekalb
Syngenta
Dekalb
Limagrain
Dekalb
EURALIS
2010
2010
HS
HTV
260
270
6
-
-
2010
HS
270
-
-
2009
2008
2009
2006
2008
2009
HS
HS
HS
HS
HS
HS
280
280
290
290
310
320
6
6,8
6,6
8
7
(XX)
XX
XX
LUIGI CS
DKC 3399
NK FAMOUS
DKC 3890
LG 3264 HDI
DKC 3984
ES FLATO
Assez grand gabarit au port dressé. Epis à insertion moyenne
à haute. Très bonnes performances grain en 2009 !
Rendt 101.6 % (Réseau Arvalis).
Rendement 101.6 % (Réseau Arvalis),
tolérante helmintho.
Meilleur rendt de la série à 104.3 %.
Potentiel grain intéressant en 2009.
Epis longs à niveau d'insertion moyen.
Bon potentiel.
Protection contre les taupins
Prévoir le risque et protéger si nécessaire
L’année 2010 était la première année sans pouvoir recourir aux produits à
base de carbamates (ONCOL S bénéficiait encore d’une dérogation sur
maïs en 2009). Ainsi, le marché de la protection des semis s’est partagé
cette année en part égale entre traitement de semences (CRUISER 350) et
microgranulés à base de pyréthrinoïdes (FORCE 1,5 G, BELEM 0.8 MG).
Ces produits présentent un coût compris entre 55 et 80 €/ha, soit un coût
de la protection des semis ayant doublé en deux ans. L’augmentation du
prix de la protection des semis explique en grande partie l’impasse de
traitement pratiquée par les agriculteurs sur près des deux-tiers des
surfaces de maïs lors des semis 2010. La situation est donc fragile et
expose les agriculteurs à un risque de nuisibilité économique. Au final, les
attaques ont été peu nombreuses, mais parfois sévères.
LES ATTAQUES DE TAUPINS
ONT ETE TRES TARDIVES
Les conditions climatiques du printemps
2010 ont donné lieu à un scénario atypique : les semis exceptionnellement groupés en avril, et souvent réalisés dans des
sols secs en surface, ont été suivis de conditions exceptionnellement sèches. Ces conditions déficitaires en cumul de températures
n’ont pas favorisé une installation rapide
des maïs qui n’avaient pas encore atteint
le stade d’insensibilité aux attaques de taupins lorsque les conditions plus chaudes et
plus humides (début juin) sont devenues
plus favorables aux ravageurs. Les attaques
ont souvent débuté au cours de la dernière
décade de mai et se sont poursuivies durant
tout le mois de juin.
Notons qu’une activité des larves de taupins dans les premiers horizons du sol à
cette période de l’année n’est pas exceptionnelle, mais passe souvent inaperçue car
des températures proches de la normale
permettent habituellement au maïs d’atteindre et dépasser le seuil de sensibilité
aux attaques de taupins (10-12 feuilles).
LES PROTECTIONS INSECTICIDES
MISES A L’EPREUVE
Si les conditions climatiques ont eu des
incidences sur le développement physiologique des maïs et sur la dynamique d’attaque des taupins, elles ont par voie de conséquence des incidences sur le comportement
et les performances des produits de protection appliqués au semis :
● CRUISER 350 (s. a : thiamethoxam, traitement de semence) conf irme son bon
niveau de protection contre les taupins.
Dans les conditions de très fortes attaques
tardives (entre 45 et 60 jours après le semis)
sur maïs peu développé, le pourcentage
d’attaques par les taupins demeure faible.
● Les produits microgranulés à base de
pyréthrinoïdes (FORCE 1,5 G, BELEM 0.8
MG) ont une nouvelle fois démontré que
leur efficacité était dépendante de la qualité de l’application. En effet, les substances
actives appartenant à cette famille sont très
peu solubles et très peu mobiles dans le sol
ce qui nécessite de positionner les microgranulés depuis la graine jusqu’au collet
de la future plante, et ceci lors du semis.
Pour cela, la mise en place d’un diffuseur à
la descente du microgranulateur est indispensable. Le printemps 2010 permet de
tirer de nombreux enseignements concernant le positionnement des microgranulés
Protection du maïs contre les ravageurs du sol
Source ARVALIS - Institut du végétal.
Ravageurs des jeunes maïs
22
Conditions plus favorables :
- infestation faible à moyenne,
- bonne préparation du sol avant semis,
- bon positionnement du diffuseur (semoir
à soc).
Conditions plus défavorables :
- forte infestation,
- préparation grossière du lit de semence,
- diffusion produit imparfaite (mauvais
réglage du diffuseur, semoir à disque),
- type de sol.
Pôle agronomie productions végétales des Chambres d'agricultures de Bretagne - Cap Agro variétés maïs janvier 2011
et leur efficacité vis-à-vis des attaques de
taupins :
> La préparation du sol et l’état hydrique
du lit de semence détermine la qualité
d’application des microgranulés dans la
raie de semis, donc l’efficacité de la
protection contre les taupins. Dans un
sol sec et motteux (ou en présence de
cailloux, résidus…), les microgranulés
ont tendance à être positionnés en fond
de raie de semis ce qui a pour conséquence d’abaisser leur efficacité dans le
cas d’attaque tardive (plutôt localisée
au collet de la plante).
> Le type de semoir (avec ou sans soc) et
le type de diffuseur (Syngenta ou SBM)
peuvent également avoir une influence
sur la répartition des microgranulés dans
la raie de semis. Comme la localisation
des attaques de taupins sur jeune plantule varie au fil du temps (attaque précoce sur coléoptile, attaque tardive au
collet), le type de semoir et le positionnement des microgranulés influenceront l’efficacité de la protection.
En 2010, de nombreuses situations
d’échec de protection ont pu être constatées, notamment dans le cas de protection à l’aide de microgranulés à base de
pyréthrinoïdes appliqués dans un sol particulièrement sec (semis réalisés après une
longue période de vent et dépourvue de
pluie en avril 2010). D’importants problèmes de formulation du BELEM 0.8 MG
ont également pu être constatés cette
année et ont encore amplifié les problèmes
d’application de microgranulés. Dans les
conditions assez particulières rencontrées
lors des semis du printemps 2010, le positionnement du FORCE 1,5 G a été légèrement avantagé notamment grâce à une
meilleure protection contre les attaques
tardives au niveau du collet des plantes.
Les microgranulés à base de pyréthrinoïdes exigent donc de prendre des précautions lors de la préparation du lit de
semence et de leur application pour obtenir une efficacité satisfaisante.
Eric Masson,
ARVALIS - Institut du végétal
Adapter son choix
en fonction des risques
● Risque à la parcelle
Une grille de risque a été établie à partir du
suivi de 125 parcelles attaquées, principalement en Bretagne. Elle s‘appuie sur les
facteurs favorables aux attaques : observations de dégâts antérieurs sur la parcelle,
présence de prairie dans la rotation et sols
de type légers à teneur élevée en matières organiques.
La grille sera diffusée dans le prochain Cap
agro printemps en février 2011.
● Risque lié aux produits utilisés
Lorsqu’une protection a été décidée, il
convient d’être rigoureux dans l’utilisation
des produits et d’en respecter les conditions d’application. Exemple : avoir un
déflecteur à poussières pour le Cruiser
350, avoir des diffuseurs adaptés pour les
autres spécialités…
Dans tous les cas, respecter les indications
précisées sur les étiquettes des produits.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising