02/2010 - URML Basse

02/2010 - URML Basse
régionale de santé de Basse-Normandie
verra le jour au printemps.
L’aventure
de
l’Agence
est
enthousiasmante.
En termes d’organisation de la santé, il
s’agit ni plus ni moins de rompre avec
une logique «en tuyaux d’orgue» où
médecine de ville, hospitalisation et
médico-social étaient gérés séparément.
J’aime à répéter que dans le mot agence,
on peut entendre «agir» et «ensemble».
C’est ce que je compte faire avec tous
les acteurs de notre système de santé et
en particulier avec vous, les praticiens
libéraux.
Je serai toujours présent pour discuter,
étudier et trouver avec vous des solutions
aux enjeux de notre système de santé.
La Basse-Normandie est, à bien des
égards, une terre d’expérimentations
et d’innovations dans notre secteur. Je
dirais que, compte tenu de la situation
démographique actuelle et future des
professions de santé, nous y sommes
contraints. Vous y avez fortement
contribué et les PSLA en sont un exemple
vivant. C’est une raison supplémentaire
pour me faire nourrir de grands espoirs
dans la mise en place de notre agence
régionale.
Pierre-Jean LANCRY
directeur de l’ARS
L’Union Régionale des Médecins Libéraux
de Basse-Normandie et le Réseau Régional
Douleur, dans le cadre de leurs missions, se
sont mobilisés dès janvier 2009 pour organiser
une grande campagne de sensibilisation et
d’information sur la douleur pour l’année
2009.
Tout au long de 2009 et cette année encore
le Réseau Régional Douleur et l’URML
de Basse-Normandie communiquent auprès des médecins,
des professionnels de santé et des patients sur 4 thèmes. Les
céphalées et migraines, les douleurs aiguës, la douleur
.
.
chronique et cancer, douleur en chirurgie ambulatoire
Des réunions d’information et de formation sont organisées sur
tout le territoire de la région à l’intention des professionnels de
santé.
Pour terminer 2009 autour d’un moment fort, l’Union Régionale
des Médecins Libéraux et le Réseau Régional Douleur de
Basse-Normandie ont proposé au réseau Culture à l’hôpital de
construire ensemble une exposition itinérante autour du thème
de la douleur.
Cette exposition a été mise en œuvre avec le concours de
l’Artothèque de Caen.
ARTOTHEQUE : mode d’emploi
Pourquoi ?
A mi-chemin entre le musée d’art
contemporain et la bibliothèque - mais
peut-être aussi éloignée de l’un que de
l’autre - l’artothèque tente de restituer
dans le quotidien de chacun, le temps
du regard et de la contemplation,
indispensables à l’existence de l’art.
À l’heure de la prédominance de
l’image sous toutes ses formes, cette
démarche valorise la singularité du
rapport entretenu avec l’œuvre.
PDS/centre 15
Pour qui ?
Les établissements scolaires
Les particuliers
En emportant une œuvre chez eux, ils
instaurent une relation privilégiée avec
elle et déterminent au fil du temps et
des rencontres leurs propres affinités.
Les entreprises et collectivités
Par la présence régulière d’œuvres
dans leurs locaux, les entreprises et
les collectivités introduisent au sein
de leur cadre de travail une dimension
culturelle et artistique, favorisant par
ailleurs leur communication interne et
externe.
Campagne de communication régionale
L’URML a participé à l’élaboration de la campagne de
communication régionale sur l’accès aux soins aux heures de
PDS et sur les missions du Centre 15. L’URML s’est engagée à
.
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
photo : Frances Dal Chele
l’année de lutte contre la douleur
De la maternelle à l’université,
enseignants, élèves et étudiants côtoient
au quotidien des œuvres d’art, fenêtres
ouvertes sur le monde. Des expositions
thématiques peuvent être proposées en
dialogue avec les projets pédagogiques
des enseignants.
Conditions d’abonnement et horaires :
www.artotheque-caen.net
diffuser les supports de cette campagne. Vous pourrez apposer
l’affiche jointe dans votre salle d’attente et télécharger le kit de
communication sur le site de l’URML BN.
Dr Gilles TONANI
président de l’ADOPS
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
Permettez-moi
en ce début 2010,
de
souhaiter
à
chacune et chacun
d’entre vous une
année pleine de
joie et de beaux
projets personnels
et professionnels.
En France nous souhaitons «bonne
année» et nous ajoutons
«bonne
santé». Nous sommes à peu près les
seuls à le faire. C’est dire si la santé
est une préoccupation essentielle pour
nos concitoyens. 2010 sera une année
cruciale à ce sujet puisque l’agence
contacts...
7, rue du 11 novembre 14000 Caen
Tel : 02.31.34.21.76 / Fax : 02.31.34.21.89
mail : info@urml-bn.org / web : www.urml-bn.org
Directeur de la publication : Dr Antoine LEVENEUR
conception : Visuel com / conseil rédaction :
impression : 2 500 exemplaires / imprimerie NII Caen
n°8
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
- février 2010
Questions/Réponses
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l’info
la parole à...
avec le président et le vice-président de l’URML de Basse-Normandie.
exemples : l’obligation de déclarations d’absence, la taxation
des feuilles de soin papier, l’obligation de continuité des soins en
zone médicale désertifiée et amende si refus du médecin ! Nous
avons combattu ces mesures contre-productives et absurdes,
et nous continuons à le faire..
GRIPPE A/H1N1/v
Dr Antoine LEVENEUR, président
HPST
L’année 2009 aura été également l’année H1N1. Quel
regard portez-vous sur la gestion de cette crise ?
Dr Bruno MASSON, vice président
La loi Hôpital, Patient, Santé et Territoire (HPST) fait la
Une de nos médias professionnels depuis plusieurs mois
déjà. Et vous, qu’en dites-vous ?
Antoine LEVENEUR (AL) : Commençons par le positif.
L’URML BN a soutenu une disposition de la loi HPST : le
concept de la régionalisation de la santé. C’est au plus près
du terrain que l’on avance. Par ailleurs la création des ARS
(Agences Régionales de Santé) est à priori une bonne chose,
car en intégrant DRASS-DDASS-ARH-URCAM-GRSPCRAM, elle représente l’unité et la cohérence dans la décision
l
politique, opérationnelle et financière.
Et concrètement, ça change quoi ?
AL : Dorénavant, les médecins libéraux n’ont plus qu’un seul
et unique interlocuteur, et à ce sujet nous saluons l’arrivée en
Basse-Normandie de Pierre-Jean LANCRY comme directeur
général ARS, que nous connaissons depuis plusieurs années.
(NDLR voir article p.4)
Bruno MASSON (BM) : Cette loi autorise les libéraux
à contractualiser en région directement avec l’ARS, pour
mener à bien nos projets d’amélioration de la pratique et des
conditions d’exercice, nos projets de santé de territoire…
Cette nouvelle donne conforte par exemple, la politique de
PSLA (Pôles de Santé Libéraux Ambulatoires) de l’URML
BN, engagée dès 2007, ou plus simplement le déploiement
d’outils communicants, la diffusion de «Groupes Qualité»,
ou encore la modernisation et l’efficience de l’hospitalisation
privée, …
Du pain sur la planche ?
BM : Effectivement, HPST c’est d’abord le constat que
le système est «dans le mur». La rénovation du système de
santé en région ne pourra se faire sans nous. Et si l’ARS veut
gagner et relever les différents défis qui se posent à elle, il
lui faudra accompagner «enfin» la médecine libérale. Sur
cette base, l’URML s’engagera à nouveau dans une politique
volontariste. Nous saurons être incontournables.
On vous sent «mi-figue/mi-raisin» ? Tout n’est-il pas positif
dans HPST ?
AL : Bien évidemment NON ! Je vous cite en vrac quelques
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
AL : Dès le mois de mai 2009, l’URML BN a été sollicitée
par le Ministère de la Santé pour penser à la fois l’organisation
des soins en période pandémique et celle de la vaccination de
masse. Dans le même temps notre priorité fut de mettre tout en
œuvre pour informer et protéger nos confrères. Protéger avec
la fourniture des kits de protection, ce qui à ce moment, et c’est
un comble, n’était pas acquis. Assurer également l’information
par le biais de courriers numériques, de réunions sur le terrain
dans toute la région, de la mise à disposition en temps réel des
dernières données nationales et régionales sur notre site web
www.urml-bn.org très visité d’ailleurs. Les pouvoirs publics
n’ont pas tenu compte de nos recommandations fondées sur le
bon sens et ont fait le choix de la vaccination dans les centres
de vaccination… On connaît la suite.
BM : L’URML BN s’est étonnée à l’automne que la protection
juridique et assurantielle des médecins libéraux réquisitionnés
dans les centres n’était pas garantie. Là encore il a fallu
combattre, et au lendemain de nos deux actions devant le
tribunal administratif contre les arrêtés de réquisition du Préfet
de région, c’est le gouvernement qui nous donnait raison avec
la rédaction d’une nouvelle circulaire nationale.
AL : Plus généralement, la gestion de cette crise est
intéressante. Il est en effet irréaliste et coupable de tenter quoi
que ce soit dans le domaine de la santé sans les médecins
libéraux. Qu’on se le dise et qu’on s’en souvienne ! Et puis,
pour clore ce sujet, juste un mot sur l’incroyable décalage
entre la réalité de terrain et tout le barnum politico-médiatique
avec ses dérives administratives…
ET … L’AVENIR
Et l’avenir de la médecine libérale ?
AL : En préambule, il faut que tout le monde le sache : la
médecine libérale n’aura pas d’avenir sans une indispensable
et urgente revalorisation.
Comment imaginez-vous le métier de «médecin libéral» en
Basse-Normandie dans les années futures ?
BM : Il va évoluer. Qu’on le veuille ou non. Il est évident
que nous sommes à un virage dans l’histoire de la médecine
libérale. Un seul chiffre illustre le propos : En 2009, seulement
9% des médecins formés en France ont fait le choix de
l’exercice libéral!
suite page 2...
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
les rendez-vous de l’URML 1ère édition
Pour conclure, quels seront pour vous les grands moments de 2010 ?
AL : Il nous appartient à nous, élus et responsables professionnels,
de faire le constat, de dire et expliquer pourquoi les conditions
d’exercice en libéral ne sont plus adaptées et ne sont plus
aujourd’hui attractives pour les plus jeunes, sans faire l’impasse
sur les difficultés rencontrées par les confrères installés. Grâce à
la légitimité de l’URML, il nous appartient surtout de proposer
de nouvelles conditions d’exercice et de conditions de vie,
de mettre en place les outils d’une valorisation accrue de la
profession. C’est tout le défi que se propose de relever l’URML
BN depuis 2007, notamment à travers la politique des PSLA.
A côté des partenaires (Etat, collectivités territoriales, etc) que
nous avons emmenés dans la dynamique de la Charte Régionale
en 2008, c’est vrai que nous attendons beaucoup de l’ARS…
BM : En 2010, bien naturellement, les élections aux URML,
prévues en mai ou juin 2010 représentent LE moment fort de
l’année qui commence.
AL : Il y aura 2 conséquences à ce scrutin :
- l’élection des membres de l’assemblée générale de l’Union
Régionale des Médecins Libéraux en Basse Normandie, et c’est
vraiment CAPITAL avec les dispositions de la nouvelle loi, qui
responsabilise plus encore l’URML,
- la redéfinition de la représentativité nationale des syndicats.
Ceux-ci auront à construire la convention qui engagera la
profession jusqu’en 2015. Grâce, enfin ! au résultat d’un scrutin,
les médecins libéraux seront démocratiquement représentés au
niveau national.
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
TOUT CECI EST FONDAMENTAL !
le secteur optionnel
A l’origine, le secteur optionnel était
un moyen de détourner le point 9
des accords chirurgicaux signés en
2004, mais jamais appliqué. Ce point
9 prévoyait la possibilité pour les
chirurgiens prisonniers d’un secteur 1
à honoraires bloqués depuis 15 ans de
passer en secteur 2 afin de pouvoir faire
face à l’augmentation de 150% de leur
prime d’assurance. La suppression totale
du secteur 1 chirurgical est, pour les
politiques et l’assurance maladie, l’aveu
de la mort de notre système de protection
sociale, devenu incapable de rémunérer
l’acte médical à sa juste valeur. Le
secteur optionnel que les chirurgiens ont
découvert, ne tient pas compte du coût
de la pratique et deviendra dans 5 ans un
secteur 1 bis. Il retarde une nouvelle fois
le constat que les assurances n’assurent
plus, notre système de solidarité repose
désormais uniquement sur un coût de
pratique médicale le plus bas d’Europe.
.
.
.
.
Les grands gagnants du secteur
optionnel sont :
l’assurance maladie qui maintient
ses tarifs de remboursement bloqués,
la mutualité qui voit son rôle
assurantiel augmenter pouvant ainsi
justifier une augmentation de ses
cotisations pour «provisionner» un
risque qu’elle ne couvrira pas forcément.
Les grands perdants seront :
les assurés dont les restes à charge ne
seront toujours pas pris en compte par
leurs assurances quand ils iront consulté
un secteur 2 (85% des chirurgiens),
les médecins dont le coût d’exercice
n’est toujours pas réévalué à sa juste
valeur.
Ce triste constat nous fait réfléchir sur
notre système de protection sociale.
En effet, ce dernier, créé avec les
meilleures intentions en 1946, pour
une population jeune et active, ne s’est
jamais adapté au monde dans lequel il
évoluait, aucune variable d’ajustement
pragmatique ne lui a été fournie pour
faire face aux réalités économiques
que le pays a traversé. Petit à petit,
ce système s’est transformé dans
l’indifférence générale et la discrétion
de ceux qui étaient censés le gérer en
un système d’escroquerie pyramidale
intergénérationnel, appelé avec une
pudeur bien française «la répartition»,
mais qui pourrait être baptisé ailleurs
de «Madoffien».
..
.
La faillite est désormais visible de
façon indéniable :
liquidation de l’ASV,
impossibilité de réévaluer les actes
médicaux à leur juste valeur (C bloqué
à 22 euros, honoraires chirurgicaux
opposables déconnectés de la réalité
face à l’augmentation croissante du coût
de la pratique),
dialogue conventionnel biaisé, ayant
oublié depuis longtemps le consensus
de tous les partenaires représentatifs,
en utilisant pour survivre, les divisions
des syndicats de médecins, ainsi que des
syndicats alliés à l’Assurance Maladie,
signataires (CSMF, SML) obligés de la
convention qui leur permet de recevoir
une manne financière aux dépens du
reste de la collectivité médicale. Tout
ceci est associé à de fausses bonnes
idées d’économie avec en ligne de mire,
toujours les plus productifs, à savoir les
libéraux.
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
Que faire ?
Face à cette faillite, le mensonge est
devenu la règle !
Quand la croissance est présente le
système est déjà en crise et en période
de crise le système est protégé par ses
propres travers à savoir le recours
constant au déficit comme unique
solution. Nous vivons dans le système
de protection sociale le plus hypocrite
du monde que certains commencent à
étiqueter de médecine à deux vitesses.
Pour les médecins libéraux la médecine
n’a qu’une seule raison d’être : c’est
celle de soigner. Ce n’est pas la médecine
qui est à deux vitesses, mais le système
assurantiel. En effet la mutualité ne fait
pas de philanthropie avec ses cotisants
puisqu’elle ne rembourse que très
rarement leur reste à charge vis à vis de la
chirurgie. En outre, ses investissements
immobiliers, viticoles et publicitaires
(le coût d’1 an de publicité mutualiste
représente 15 ans de prise en charge de
dépassement d’honoraires chirurgicaux)
étant pour elle des priorités.
La situation est désormais intenable et
ubuesque. Notre constitution s’est dotée
du principe de précaution avec les plus
grandes difficultés d’application (H1N1
en est la preuve…) malheureusement
ce principe n’a pas été couplé à celui
du réalisme, dommage nous, et les
générations futures, en serions ressortis
grandis.
Dr Francis FAROY
secrétaire général de l’URML BN
Entretien avec le Dr Francis FAROY, secrétaire général de l’URML Basse-Normandie
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
l
Vendredi 11 et samedi 12 décembre
derniers, les locaux de l’URML au 7,
rue du 11 novembre à Caen se sont
transformés en salles de congrès, afin
d’accueillir les premiers rendez-vous
de l’URML BN.
Cette 1ère édition était consacrée à
l’informatique.
L’URML BN s’est engagée dès 2006,
dans le développement de la messagerie
sécurisée auprès des médecins libéraux
de la région. Peut-on dire aujourd’hui,
que la mission est accomplie ?
Elle sera accomplie quand 99% des
médecins bas - normands utiliseront
la messagerie sécurisée de façon
systématique. Néanmoins, le processus
est bien engagé puisqu’actuellement 745
médecins bas - normands l’utilisent, elle
est appréciée par un grand nombre et
la tendance ne s’inverse pas puisque la
demande est toujours en augmentation.
Eu égard à son nombre de médecins, la
Basse-Normandie est la région de France
qui émet le plus de messages sécurisés
avec 80 000 messages mensuels.
En juillet 2009, le centre François
Baclesse présentait à la presse son
adhésion massive à la messagerie
sécurisée portée par l’URML. Une belle
victoire ?
C’est toujours satisfaisant d’être rejoints
dans une idée novatrice, de plus les
médecins bas - normands sont très
demandeurs de courriers sécurisés émis
par les centres de soins, à cet égard le
CHU sera en capacité d’envoyer des
courriers électroniques sécurisés à partir
du mois de mars 2010.
Comment est venue l’idée des RDV de
l’URML ?
L’URML a été plusieurs fois
interpellée par des cabinets médicaux
qui
rencontraient
d’importantes
difficultés informatiques (matériel,
logiciel, prestations, tarifs exorbitants).
L’isolement des médecins, le peu de
temps dont nous disposons ainsi que la
nécessité de disposer rapidement d’un
outil informatique, expose le médecin
à bien des déboires. Face à ce constat
et à l’abus de certains prestataires qui
utilisent cette faiblesse, nous avons
décidé d’informer les collègues afin de
leur donner des éléments techniques de
base et des gammes de prix en rapport
avec la réalité du marché.
Comment s’est déroulée cette première
édition de décembre 2009 ?
Cette première édition a été un succès
par la fréquentation, mais surtout
par la qualité des échanges entre les
différents participants. Je pense que
l’URML a confirmé à cette occasion
son rôle fédérateur entre les médecins,
mais également entre les partenaires de
la télésanté en Basse-Normandie. De
nombreux contacts ont été pris à cette
occasion et l’avenir renforcera ces liens.
Qui sont ces partenaires ?
Tout d’abord des partenaires techniques;
leur sélection s’est faite sur quatre critères
qui étaient pour nous capitaux: expertise
monoposte/réseau, compétitivité tarifaire,
qualité du matériel et efficacité du service.
Pour le matériel IBC Dialog a été
choisi ; ce spécialiste des PME et PMI
(réputées bonnes négociatrices…) offre
une offre de matériel PC, périphérique
et maintenance tout à fait cohérente.
Son offre système tarifaire pour la
maintenance nous a séduit. En effet,
vous achetez une carte de 5h, 10h de
prestations qui vous seront débitées
uniquement en cas de besoin en fonction
de la prestation servie à distance (prise
de main) ou sur place, la durée de
cette carte est illimitée et oblige le
prestataire à répondre à votre demande
car il est rémunéré uniquement si vous
faites appel à lui à la différence d’une
maintenance payable annuellement de
façon systématique. Pour les logiciels,
Médimust, Hellodoc et Médistory
étaient présents. Concernant le prestataire
Apple : EasyMac (fournisseur également
de Médistory) a été sélectionné.
A ce sujet l’URML aimerait établir une
charte de confiance et de qualité avec
les prestataires informatiques de BasseNormandie qui souhaitent travailler avec
elle et les médecins.
Il faut que les médecins n’hésitent pas
à nous présenter leurs devis afin de voir
s’ils sont «au prix» ou non, afin d’éviter
les abus.
Pour tout renseignement, contactez
Marjolaine Collet au 02 31 34 18 11
mail : marjolainecollet@urml-bn.fr
Nos autres partenaires étaient des
partenaires institutionnels :
L’Europe et le conseil régional qui
aident l’action de l’URML dans le
domaine de la messagerie sécurisée,
l’échangeur Basse-Normandie qui est
un organisme de formation et de veille
dans ce que l’on appelle aujourd’hui les
TIC (Techniques de l’Information et des
Communications) et en particulier de la
e.santé, le Catel était également présent
(spécialisé dans les développements de
la télémédecine).
Quels sont les projets de l’URML BN
en matière d’outils communicants ?
L’URML travaille sur de nombreux
autres projets comme la création de sites
Web mutualisés et centralisés sur un
portail commun pour tous les médecins
de Basse-Normandie. Nous souhaitons
proposer ce mode de communication de
plus en plus demandé par nos patients
internautes et autres utilisateurs. Par
exemple : horaires de consultation,
accès, informations médicales, liens
avec d’autres sites …
Nous réfléchissons à la constitution
d’une offre pointue autour des serveurs
d’archivages optimisant sécurité et coût
optimal. Tout cela demande du temps et
de l’énergie, nous vous en reparlerons
dans les mois qui viennent.
Dr Faroy, en ce mois de janvier, quels
sont vos vœux pour 2010 ?
Avoir le temps, l’énergie suffisante pour
mener à bien tous ces projets, continuer
à servir mes pairs s’ils acceptent de nous
renouveler leur confiance..
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising