Télécharger le dossier de présentation du specacle

Télécharger le dossier de présentation du specacle
AUTOPORTRAIT
/
SUICIDE
texte :
Édouard Levé
mise en scène :
Guillaume Béguin
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
Mise en scène et adaptation
Jeu
Scénographie
Lumière et direction technique
Son
Costumes
Maquillage
Assistanat à la mise en scène
Stagiaire à la mise en scène
Stagiaire scénographie
Training
Photos
Vidéo
Production
Coproduction
Création
Durée
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
Guillaume Béguin
Véronique Alain
Monica Budde
Piera Honegger
Joël Maillard
Jean-François Michelet
Sylvie Kleiber
Dominique Dardant
Filippo Gonteri
Karine Vintache
Sorana Dumitru
Francine Wohnlich
Ludovic Payet
Vanessa Gerotto
Cindy Van Acker
Tamara Bacci
Hélène Göhring
Radu Zero
Compagnie de nuit comme de jour
GRÜ / Théâtre du Grütli, Genève
Théâtre Arsenic, Lausane
Centre de Culture ABC,
La Chaux-de-Fonds
12 janvier 2010, GRÜ / Théâtre du Grütli
1h45 (Autoportrait) et 1h05 (Suicide)
Les deux spectacles, qui constituent un diptyque, peuvent être vus indépendamment
l’un de l’autre.
www.denuitcommedejour.ch
2
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
Guillaume Béguin adapte au théâtre deux singuliers textes d’un
artiste singulier : Édouard Levé, photographe et écrivain suicidé
en octobre 2007 à l’âge de 42 ans. Levé écrit Autopo rt rait en
2005 et Suicide en 2007. Dans le premier livre, laconique et
drôle, il fait l’inventaire de lui-même. Sans effets, sans affects, il
empile des phrases qui vont vite. J e chante faux, donc je ne
chante p as. Comme je suis drôl e, on me croit heureux.
J’espère ne jamais trouver une oreille dans un pré. Je n’aime
pas plus les mots qu’un marteau ou une vis. Dans le deuxième,
il rejoue, d’une écriture presque blanche, le suicide d’un ami
vingt ans plus tôt. Si les deux titres font autobiographie, ils
atteignent aussi à une pleine valeur universelle.
3
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
AUTOPORTRAIT
Le texte, constitué de plus de mille six cents phrases juxtaposées est un enchaînement
sec, sans chevilles ni logiques, de constats de l’auteur sur lui-même : une phrase, un
constat. Au lecteur ou au spectateur de conclure ce qu’il veut ou peut – de faire la
psychologie, la morale ou, plus modestement, d’apprécier les effets comiques nés
d’associations surprenantes. La vie entière d’Édouard Levé se trouve dans
Autoportrait, mais on ne l’y voit pas. Il ne veut surtout pas la reconstruire, faire le
malin avec son personnage, légender un récit. Il se décrit sans amour-propre, en
photographe – que par ailleurs il est : plaque sensible et mémorielle sur laquelle des
souvenirs, des images, des goûts, des attitudes, des réflexes, des sensations, se sont
inscrits. Ni plus, ni moins, mais, à chaque phrase, totalement ça : une photo cadrée
d’instinct, avec soin, unie aux autres par ce qui semble un hasard, et qui n’est sans
4
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
doute qu’une forme aboutie et méticuleuse d’absurdité. Pas de commentaires : un
minimum d’expérience et un maximum de désespoir enseignent qu’ils sont toujours
de trop. Édouard Levé a écrit Autoportrait dans une période de déprime intense, lors
d’un voyage aux Etats-Unis. Convaincu qu’il va mourir là-bas, il écrit chaque soir
dans sa chambre d’hôtel. « Maintenant, ça me fait sourire, déclare-t-il à Télérama en
2005. J’ai commencé à écrire en me disant qu’il fallait que je laisse vite une trace de
moi car il me restait peut-être un mois à vivre. D’où ces phrases décochées comme
des flèches ».
EXTRAITS
« Adolescent, je croyais que La Vie mode d’emploi m’aiderait à vivre, et Suicide mode
d’emploi à mourir. J’ai passé trois ans et trois mois à l’étranger. Je préfère regarder sur
ma gauche. Un de mes amis jouit dans la trahison. La fin d’un voyage me laisse le
même goût triste que la fin d’un roman. J’oublie ce qui me déplaît. J’ai peut-être
parlé sans le savoir avec quelqu’un qui a tué quelqu’un. Je vais regarder dans les
impasses. Ce qu’il y a au bout de la vie ne me fait pas peur. Décrire précisément ma
vie me prendrait plus de temps que la vivre. Je me demande si, en vieillissant, je
deviendrai réactionnaire. Assis jambes nues sur du skaï, ma peau ne glisse pas, elle
crisse. J’ai trompé deux femmes, je leur ai dit, l’une y fut indifférente, l’autre pas. Je
plaisante avec la mort. Je ne m’aime pas. Je ne me déteste pas. Je n’oublie pas
d’oublier. Il est préférable que je ne lise pas les ouvrages techniques de médecine, en
particulier les passages décrivant les symptômes de certaines maladies : je les vois
proliférer en moi à mesure que j’en découvre l’existence. »
LE SPECTACLE
Dans un espace constitué de 150 chaises vert turqoise que quadrillent une moquette
synthétique orange, comédiens et spectateurs évoluent en toute liberté. Les cinq
comédiens (trois femmes et deux hommes, d’âge divers) improvisent une partition
physique absurde et ludique, et distillent le texte d’Édouard Levé suivant un ordre et
une partition rythmique très précise. Ce faisant, ils dressent le portrait en creux d’un
être fragmenté et fragmentaire, qui semble disparaître à force de tant vouloir se dire.
« Immobile parmi ces corps qui se déplacent et diffusent la parole comme des hauts
parleurs mouvants, on se sent frôlé, concerné, paradoxalement ému, sans que jamais
5
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
la mise en scène ne déploie d’effets spéciaux, de musique, ni d’adresse intrusive. Un
rapport invisible, l’introspection en assemblée, se tisse au fil des mots, dans une
progression lente et respectueuse de l’intime. Les variations lumineuses sont, elles
aussi, imperceptibles comme la respiration des pensées… On le dira sans réserve: à
tous niveaux, la forme subtile et homogène de ce travail, sa remarquable pureté, en
font un grand moment de jouissance intellectuelle et sensorielle. » Antoinette Rychner,
« Le Courrier », Genève
« L’effet semble se manifester à la longue, et passer nécessairement par une phase
d’agacement ou d’ennui. Similaire à l’hypnose, cette emprise met le spectateur dans
un état de réceptivité variable, entre léthargie et hypersensibilité. Variable aussi
devient le degré de réflexion : l’absence totale de sens, qui n’est pas le « n’importe
quoi » tant redouté, mais l’abolissement farouche et méthodique de tout
autoritarisme du sens, s’ouvre sur la validation active de tous les sens. On se sent
bien, autorisé à faire siennes toutes ces vanités tressées en collier. D’où l’impression
que de l’accumulation du particulier émerge une totalité ; une transcendance,
presque, même si l’horizon du suicide qui fonde l’autre texte monté par Guillaume
Béguin, ressurgit constamment. » Julien Lambert, Scène magazine
SUICIDE
En rendant le manuscrit de Suicide à son éditeur trois jours avant de commettre le
sien, Édouard Levé met singulièrement sa mort en scène. Le texte s’ouvre sur
l’évocation du suicide d’un ami de l’auteur, qu’il commet quinze ans auparavant, en
se tirant une balle dans la tête avec son fusil, alors que sa femme l’attend, à l’extérieur
de la maison. Lorsqu’elle entend la détonation, elle se précipite à l’intérieur et
découvre que son époux a laissé une bande dessinée ouverte devant lui, comme un
dernier message. Maladroitement elle renverse la table sur laquelle se trouve la bande
dessinée, qui se referme sur elle-même sans qu’elle puisse recevoir ou interpréter ce
dernier message. Il en est de même pour nous avec Suicide, qui se referme sur son
énigme. Dans ce texte, Édouard Levé s’adresse à cet ami, à la deuxième personne du
6
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
singulier, évoquant tout d’abord quelques souvenirs, puis racontant des épisodes plus
longs de sa vie, avec davantage de détails. Mais la question du double et de l’identité
est au centre de l’oeuvre d’Édouard Levé : peu à peu, et sans qu’on en soit vraiment
sûr, il semble que ce « tu » devienne un « je ». Ainsi l’auteur semble s’adresser à luimême, son suicide une fois accompli. Contemplant sa propre mort, il tente de
s’approprier ce qu’il est impossible de faire : les effets de son suicide sur son
entourage, et comment cette mort transcende ou accomplit sa vie.
EXTRAIT
« Tu lisais des dictionnaires comme d’autres lisent des romans. Chaque entrée est un
personnage, disais-tu, que l’on peut retrouver dans une autre rubrique. Les actions,
multiples, se construisent au fil de la lecture aléatoire. Selon l’ordre, l’histoire
change. Un dictionnaire ressemble plus au monde qu’un roman, car le monde n’est
pas une suite cohérente d’actions, mais une constellation de choses perçues. On le
regarde, des objets sans rapport s’assemblent, et la proximité géographique leur
donne un sens. Si les événements se suivent, on croit que c’est une histoire. Mais
dans un dictionnaire, le temps n’existe pas : ABC n’est ni plus ni moins
chronologique que BCA. Décrire ta vie dans l’ordre serait absurde : je me souviens
de toi au hasard. Mon cerveau te ressuscite par détails aléatoires, comme on pioche
des billes dans un sac. »
LE SPECTACLE
Invités à s’allonger ou à s’asseoir sur la moquette orange d’Autoportrait vidée de
ses chaises, les spectateurs sont plongés dans le noir. Autour d’eux, les cinq acteurs,
immobiles, s’échangent les mots de Levé. A peine éclairés, ils semblent flotter. Peu à
peu, le spectateur perd la notion de l’espace et ne parvient plus à cerner les contours
de celui qui parle, ni de celui à qui s’adresse ce « tu ».
C’est avant tout à une expérience limite qu’est convié le spectateur. Placé dans une
situation instable (plus de chaise pour s’asseoir, presque plus de lumière pour
observer, plus d’axe pour écouter), il est invité à se laisser aller à un voyage sensoriel
et réflexif autour de ses propres contours, de ce qui l’ancre dans le réel de son
existence…
7
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
NOTE D’INTENTION DU
METTEUR EN SCÈNE
Dans son dernier livre, La barque silencieuse, Pascal Quignard note : « Tout le
langage en nous, n’étant pas de souche, étant volé, est celui d’un menteur. Nous
sommes sans noyau. La langue nationale acquise veut dire : tout ce qui nous permet
de nous différencier est acquis ». Je repense immédiatement à Levé : « J’aimerais
écrire dans une langue qui ne me soit pas propre ». Il écrit cela dans Autoportrait. Et,
un peu plus tôt : « Je rêve d’une écriture blanche, mais elle n’existe pas ».
Je me demande à mon tour ce que peut être une « mise en scène blanche ». Une mise
en scène qui ne serait pas altérée par le passage du temps, une mise en scène qui ne
chercherait pas à « faire son intéressante ». Une mise en scène qui n’aurait pas de
style. « Il faut faire des choix radicaux », me conseille-t-on souvent : imposer son
point de vue, apposer à « sa » mise en scène le sceau de « sa » signature. Mais ce que
je cherche ne s’exprime pas, du moins pas à l’aide d’une langue apprise. Ce que je
cherche est une forme de secret à moi-même. Ce n’est pas l’expression d’une
intériorité à l’aide d’une langue apprise, c’est une traduction. Une traduction
« blanche » de ce qui opère en moi quand je lis Levé, une traduction qui s’écrirait
avec des lettres (les corps des acteurs), sur une page blanche (un espace et une
lumière). Une traduction presque littérale d’une sensation qui n’a jamais réussi –
jusqu’à présent – à s’exprimer. Quignard, encore : « Nous avons commencé comme
un secret pour personne, muet, embryonnaire, dans le noir ».
Ce que je cherche, c’est peut-être une mise en scène sans noyau. Ou dont le noyau
resterait à jamais incompréhensible, incohérent et informe. Je ne veux pas produire
du sens. Je veux aller au-devant de moi, et amener mes acteurs à aller au-devant
d’eux-mêmes, comme Levé l’a peut-être fait lui-même en écrivant son Autoportrait.
Le risque, bien entendu, est de ne trouver personne, tout au bout du compte. C’est-àdire de découvrir que tout se qui nous concerne, les anecdotes, les souvenirs, les
différentes couleurs de notre personnalité, tout cela n’est structuré autour d’aucun
noyau identitaire, mais sert seulement à créer une agitation masquant notre absence
de colonne vertébrale.
8
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
Cela m’intéresse beaucoup. Cela signifie que je dois tout emporter avec moi. Les
textes de Levé, bien sûr, mais aussi les corps de mes cinq acteurs, leur humour, leur
tension, leur douceur et leur engagement. Leur perte, leur-visage-qui-n’existe-pas,
leur salto arrière et leur salto avant. Leurs questions et mes absences de réponse. Je
dois prendre tout ça et créer un monde sauvage, un monde qu’on ne reconnaît plus,
un monde dont on ne sait peut-être plus les règles. Cela donnera peut-être un chaos,
mais le chaos est la seule forme qui ressemble vaguement à ce que nous avons au
fond de nous. Toute tentative d’organisation se structure autour d’un centre ou d’une
hiérarchie : il y a un début, il y a quelque chose de premier. Or, il n’y a peut-être pas
de début. Il n’y a peut-être pas de centre. C’est ce que Levé fait sentir à travers
Autoportrait et plus tard Suicide. Ce qui me permet de dire « je » n’est pas à moi.
Sarah Kane écrivait, à la fin de 4:48 Psychose : « C’est moi-même que je n’ai jamais
rencontrée, dont le visage est scotché au verso de mon esprit ».
9
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
BIOGRAPHIES
ÉDOUARD LE VÉ
Né à Neuilly-sur-Seine (F) le 1er janvier 1965, Édouard Levé s’est suicidé le 15 octobre
2007, âgé de 42 ans. Quelques jours avant sa mort, il avait remis à son éditeur, Paul
Otchakovsky-Laurens, un manuscrit intitulé Suicide.
Édouard Levé était peintre, photographe et écrivain. Il a pratiqué la peinture de 1991
à 1996 puis a cessé de peindre pour se consacrer à la photographie et à l’écriture. Il a
exposé dans de nombreuses galeries à Paris, notamment à la Galerie Loevenbruck, et
dans toute la France. Il a participé à de nombreuses expositions collectives à Paris,
Rome, Helsinki, ... En 2004, il a été lauréat de la Villa Médicis Hors-les-Murs. Son
travail photographique a fait l’objet de nombreuses monographies (Amérique, Fictions,
Angoisse, Reconstitutions). Il est également auteur de quatre livres, publiés aux Éditions
P.O.L, et qui ne sont ni des romans, ni des essais, ni de la poésie, ni des récits, mais
plus probablement des inventaires, à l’exemple de Perec et de son Je me souviens. Ses
quatre œuvres littéraires portent les noms de Œuvres, Journal, Autoportrait et enfin
Suicide.
Œuvres est un catalogue d’œuvre d’art dont l’auteur a eu l’idée, mais qu’il n’a pas
réalisé. Journal est comme son nom l’indique une sorte de journal d’informations, qui
contient différents chapitres : « International », « Société », « Economie », et même
des programmes TV. Il s’agit de nouvelles que l’auteur a glanées dans la presse et
qu’il a réécrites, en prenant soin d’ôter toute référence à des noms de lieux,
d’entreprises, de pays ou de personnalités. Privés de leurs référents, les faits ainsi
relatés gagnent en violence ou en stupidité ce qu’ils perdent en réalité : par un effet
de distanciation, la trivialité des programmes TV, la violence des conflits ou la
malhonnêteté des grands patrons et des dirigeants politiques deviennent bien plus
criantes.
Le travail photographique d’Édouard Levé s’apparente à ce qu’il a réalisé pour
Journal: ainsi par exemple, dans Reconstitutions, une série de photographies en
couleur, il reconstitue des scènes tirées des actualités, des matchs de rugby, et même
de films pornographiques, avec des figurants habillés en costumes de ville, aux
visages doucement impassibles. En ôtant à la représentation de la réalité les signes
que nous reconnaissons en premier lieu, il nous permet paradoxalement de mieux la
voir. Ainsi les scènes de rugby ou de pornographie deviennent des ballets abstraits,
10
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
les conférences de presse de dirigeants politiques évoquent de mauvaises mises en
scène destinées à contrôler l’image et à préserver les intérêts de ceux qui les ont
conçues.
Autoportrait et Suicide, s’ils adoptent eux aussi un ton que l’on pourrait qualifier de
« froid » (Édouard Levé dit rêver d’une écriture « blanche »), font preuve d’une plus
grande ambition et d’une certaine maturité littéraire. L’auteur photographe adopte ici
un style extrêmement net, sans affect, d’une grande limpidité. Avec la précision d’un
documentariste, une grande dose d’autodérision, mais aussi une certaine angoisse
sous-jacente, il parvient à faire le portrait d’un homme dont le dernier acte (se
donner la mort) accomplit singulièrement toute l’œuvre.
LA COMPAGNIE DE NUIT COMME DE JOUR
Fondée en 2006, la compagnie de nuit comme de jour a pour vocation d’interroger
les limites de la perception, de se frotter aux limites de la représentation, de brouiller
les frontières connues entre le rêve et la réalité, entre ce qui se perçoit et ce qui ne se
perçoit pas, entre ce qui se conçoit et ce qui ne se conçoit pas.
Dirigée par Guillaume Béguin, la compagnie s’est pour l’instant frottée aux écritures
contrastées de Jon Fosse, Evguéni Grichkovets et Édouard Levé. Matin et soir, En
même temps, Autoportrait et Suicide ont pour thème commun celui de l’identité de
l’individu, de la perte de ses repères, voire de sa propre disparition, dilution ou
éparpillement (parce qu'il se dilue dans le "cosmos", parce qu'il ne parvient plus à se
situer au milieu de toutes les sensations qui le traversent, ou parce que la somme de
tout ce qui le définit ne permet pas encore de lui donner la sensation d'un tout).
GUILLAUME BEGUIN
Né en 1975 à La Chaux-de-Fonds, Guillaume Béguin, diplômé du Conservatoire de
Lausanne en 1999, est comédien et metteur en scène. Comédien, il travaille
notamment sous la direction de Maya Bösch, Isabelle Pousseur, Jo Boegli, Walter
Manfrè, Andrea Novicov et Claudia Bosse, au Théâtre du Grütli, à la Grange de
Dorigny, à la Comédie de Genève, au Théâtre 2.21 Lausanne, au Théâtre National de
Belgique, etc. Il codirige le Collectif Iter, avec lequel il crée La Confession, Le Voyage,
11
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
Les Voix humaines et Les prétendants (conception et mise en scène, décembre 2008). Il
est également fondateur de la Compagnie de nuit comme de jour en 2006, qui
développe un travail de recherche autour de l'invisible et de l'indicible. Première
étape, Matin et soir, un roman de l’auteur norvégien Jon Fosse, a été porté à la scène
au Théâtre 2.21 en mai 2007. Avant de poursuivre l’immersion dans l’univers de Jon
Fosse, la Compagnie de nuit comme de jour a fait une intrusion dans la l’univers
accidenté, burlesque et troublant de l’auteur russe Evguéni Grichkovets, avec la
création de En même temps au Théâtre ABC à La Chaux-de-Fonds en mars 2009
(tournée en Suisse Romande).
En janvier 2011, Guillaume Béguin mettra en scène La Ville de Martin Crimp, au
Théâtre du Grütli à Genève et à l’Arsenic à Lausanne.
SYLVIE KLEIBER (scénographie)
Architecte diplômée en 1991 de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL),
Sylvie Kleiber s’intéresse à la scénographie d’exposition et à la scénographie de
spectacle. Elle a travaillé comme architecte-scénographe pour la construction ou la
rénovation de plusieurs salles de spectacle, en collaboration notamment avec
l’ingénieur scénique Alexandre Forissier (à Grandson, Moutier et à Plan-les-Ouates).
Côté spectacle, elle a longuement travaillé comme assistante du scénographe Jacques
Gabel à Paris (sur des projets d’Alain Françon, de Joël Jouanneau, de Philippe van
Kessel,…). En Suisse, elle a mené une collaboration de dix ans avec Simone
Audemars, réalisé des décors pour Robert Bouvier (Peepshow dans les Alpes, 1998),
Geneviève Pasquier (A ma Personnagité, 2004 et I Remember, 2006), Yan Duyvendak
(Side Effects, 2004) et Gilles Jobin (Steak House, 2005). Elle a récemment conçu les
scénographies de projets d’Andrea Novicov, de Yan Duyvendak et pour la compagnie
sturmfrei, dirigée par Maya Bösch.
12
AUTOPORTRAIT/SUICIDE
ÉDOUARD LEVÉ
Compagnie de nuit comme de jour
Autoportrait/Suicide a été créé grâce au soutien de la République et Canton de Genève, de la Ville de
Lausanne, du Canton de Vaud, de la Loterie Romande, de ProHelvetia, de la Fondation Dr. René
Liechti, de la Ville de La Chaux-de-Fonds, du Canton de Neuchâtel et de la BCN – Fondation culturelle.
Autoportrait / Suicide bénéficie de la promotion du Pour-cent culturel Migros
Contact
Guillaume Béguin
tél +41 (0)78 608 57 39
guillaume@denuitcommedejour.ch
Adresse
Compagnie de nuit comme de jour
8 rue Cheneau-de-Bourg
CH – 1003 Lausanne
13
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising