Avis Technique 13/12-1152 Cermicryl

Avis Technique 13/12-1152 Cermicryl
Avis Technique 13/12-1152
Annule et remplace l’Avis Technique 13/07-1015*V1
Système de protection à l’eau sous carrelage
Procédé sous carrelage
System under tiles fixing
System unter Fliesenbelag
und Plattenbelag
Cermicryl
Titulaire :
Société Cermix
BP 14
FR-62240 Desvres
Tél. : 03 21 10 10 40
Fax : 03 21 33 66 56
Internet : www.desvres.com
E-mail : pmo@desvres.com
Distributeur:
Société Desvres
BP 14
FR-62240 Desvres
Commission chargée de formuler des Avis Techniques
(arrêté du 21 mars 2012)
Groupe Spécialisé n° 13
Procédés pour la mise en œuvre des revêtements
Vu pour enregistrement le 25 juillet 2012
Secrétariat de la commission des Avis Techniques
CSTB, 84 avenue Jean Jaurès, Champs sur Marne, FR-77447 Marne la Vallée Cedex 2
Tél. : 01 64 68 82 82 - Fax : 01 60 05 70 37 - Internet : www.cstb.fr
Les Avis Techniques sont publiés par le Secrétariat des Avis Techniques, assuré par le CSTB. Les versions authentifiées sont disponibles gratuitement sur le site internet du CSTB (http://www.cstb.fr)
 CSTB 2012
Le Groupe spécialisé n° 13 « Procédés pour la mise en œuvre des revêtements »
de la Commission chargée de formuler les Avis Techniques a examiné le 26 juin
2012, la demande de la société CERMIX relative au système de protection à l’eau
sous carrelage collé CERMICRYL. Il a formulé sur ce procédé l'Avis Technique ciaprès qui annule et remplace l’Avis Technique n° 13/07-1015*V1. Cet Avis a été
formulé pour les utilisations en France Européenne et les DOM.
1.
1.1
Adhérence
Définition succincte
Description succincte
Le système de protection à l’eau sous carrelage collé (SPEC)
CERMICRYL est utilisé pour réaliser une protection des supports sensibles à l’eau.
Comportement vis-à-vis du passage de l'eau
- un primaire adapté au support (le cas échéant),
Cette sous couche possède des propriétés de protection au passage de
l’eau liées à sa nature, sa mise en œuvre en 2 couches croisées de
500 g/m² chacune et aux dispositions particulières pour le traitement
des points singuliers : raccordements sol-mur, canalisations traversantes, …
- la résine CERMICRYL appliquée en deux couches croisées,
Tenue au choc du revêtement céramique
- le traitement spécifique des points singuliers à l’aide de la bande
de renfort AR 12 ou AR 12 C,
Compte tenu de l’usage qui est réservé à ce procédé, il présente une
tenue aux chocs normalement suffisante.
- le carrelage collé avec une colle à carrelage adaptée.
2.23
Ce procédé est destiné à la pose de carrelage en revêtement de murs
et de sols intérieurs en travaux neufs ou de rénovation.
Le procédé complet est constitué par :
1.2
Identification
La résine est identifiée par l’appellation « CERMICRYL » indiquée sur
les emballages.
1.3
Autres désignations commerciales
Désignation commerciale
Distributeur
Enduit CERMITANCHE
Société DESVRES
BP 14
FR-62240 DESVRES
2.
2.1
AVIS
Domaine d’emploi accepté
Le domaine d’emploi accepté est identique à celui proposé à l’article 1
du Dossier Technique.
2.2
2.21
Appréciation sur le produit
Satisfaction aux lois et règlements en vigueur
et autres qualités d’aptitude à l’emploi
Données environnementales et sanitaires
Il n’existe pas de FDES pour ce procédé. Il est rappelé que les FDES
n’entrent pas dans le champ d’examen d’aptitude à l’emploi du procédé.
Prévention des accidents, maîtrise des accidents et
maîtrise des risques lors de la mise en œuvre et de
l’entretien
Le procédé dispose d’une Fiche de Données de Sécurité (FDS). L’objet
de la FDS est d’informer l’utilisateur de ce procédé sur les dangers liés
à son utilisation et sur les mesures préventives à adopter pour les
éviter, notamment par le port d’équipements de protection individuelle
(EPI).
2.22
Aptitude à l’emploi
Comportement au feu
Le procédé CERMICRYL n’est pas de nature à affecter la tenue au feu
des ouvrages.
2
Les conditions de mise en œuvre définies au Dossier Technique permettent d’obtenir une adhérence satisfaisante à condition que le délai
de séchage d’une nuit soit respecté avant la mise en œuvre du carrelage.
Durabilité
Dans le domaine d’emploi accepté, la durabilité du revêtement carrelé
réalisé est comparable à celle du même revêtement réalisé sur support
maçonné.
2.24
Fabrication de la résine CERMICRYL
Le système d’autocontrôle mis en place sur les matières premières et
sur le produit fini permet d’escompter une constance de qualité satisfaisante du procédé.
2.25
Mise en œuvre
Ce système nécessite de respecter les consommations et les délais de
séchage. Il exige une mise en œuvre soignée, notamment dans le
traitement des points singuliers (raccordements aux angles, traversée
de canalisation, …).
2.3
2.31
Cahier des Prescriptions Techniques
Assistance Technique de la Société Cermix
La Société Cermix est tenue d’apporter son assistance technique à
toute entreprise appliquant le système qui en fait la demande.
2.32
Conditions de mise en œuvre
 Protection à l’eau
Le support doit être préparé : le cas échéant, un primaire adapté
doit être appliqué en respectant les consommations prévues au §
4.1 du Dossier Technique.
La résine doit être appliquée, sans dilution, en deux couches croisées de 500 g/m² chacune.
Un soin tout particulier doit être porté au traitement des points singuliers. Ce traitement nécessite l’utilisation :
- de la bande de renfort AR 12 ou AR 12 C et d’un mastic sanitaire
25E pour les angles rentrants et sortants, pour le raccordement
sol/paroi verticale, pour les canalisations traversantes en sol et
pour le raccordement aux petites surfaces horizontales.
- d’un profilé adapté associé à la bande de renfort AR 12 ou
AR 12 C ou de mastic sanitaire 25E pour le raccordement en mur
aux appareils sanitaires.
- d’un mastic sanitaire 25E pour les canalisations traversantes en
mur et le raccordement en sol au bac à douche scellé sur le support.
 Colle à carrelage associée
Il est nécessaire d’utiliser une colle à carrelage indiquée au § 2.3 du
Dossier Technique et adaptée à l’ouvrage : nature et porosité des
carreaux, support, classement à l’eau du local, …
13/12-1152
Information des entreprises de plomberie et de
menuiserie
 Le maître d’œuvre doit informer, dans les documents particuliers du
Marché, l’entreprise de plomberie qu’un système de protection à
l’eau est prévu ainsi que l’entreprise de menuiserie en cas de réalisation d’un plancher bois.
 L’entreprise de pose de revêtement doit informer l’entreprise de
plomberie directement ou, à défaut, par l’intermédiaire du maître
d’œuvre, du maître d’ouvrage ou du coordinateur des principales
spécificités liées à ce procédé pour la mise en place des appareils
sanitaires par référence à l’Avis Technique :
- en sol, l’évacuation des eaux de la baignoire ou du receveur de
douche doit s’effectuer au moins 5 cm au dessus du sol fini,
- en mur, les canalisations doivent dépasser d’1 cm au moins du nu
de la paroi.
Conclusions
Appréciation globale
L’utilisation dans le domaine d’emploi proposé est appréciée favorablement.
Validité
Jusqu’au 30 juin 2017.
Pour le Groupe Spécialisé n° 13
Le Président
Michel DROIN
13/12-1152
3
Dossier Technique
établi par le demandeur
A. Description
Le procédé CERMICRYL est un système de protection à l’eau sous
carrelage (SPEC) destiné à la réalisation en local humide d’ouvrages
carrelés sur supports sensibles à l’eau. Il est constitué d’une résine en
pâte appliquée le cas échéant sur un primaire et recouverte d’un carrelage collé.
Ce procédé comprend également le traitement des points singuliers à
l’aide de la bande de renfort AR 12 ou AR 12 C.
1.
Domaine d’emploi
Ce procédé est utilisable en travaux neufs et travaux de rénovation, en
sols et murs, dans les locaux humides intérieurs et qui ne présentent
pas de joint de dilatation et sur les supports définis ci-après.
Ce procédé est également compatible avec les supports en maçonnerie
et béton pour le traitement des jonctions.
1.1
Locaux et supports visés en sol intérieur
Les locaux visés en sol sont les locaux sans siphon classés P3 E2 au
plus ainsi que les salles d’eau ou de bains, douches et WC privatifs sur
support en bois ou dérivés du bois.
Les supports visés en sols intérieurs sont les suivants :
 chape à base de sulfate de calcium : chape bénéficiant d’un Avis
Technique favorable prévoyant une protection par SPEC.
 chape sèche : chape bénéficiant d’un Avis Technique favorable et
dont l’Avis prévoit l’utilisation de SPEC.
Ces supports recouverts de carrelage ou de dalles semi flexibles sont
également visés en rénovation.
 Supports bois
Les planchers sur vide sanitaire, dallages sur terre plein et remblais
sont exclus. Sont visés, les planchers sur solivage ou sur lambourdes, les planchers de doublage constitué de panneaux de CTB-X
ou CTB-H assemblés par rainure et languette collées, visés par le NF
DTU 51.3 (P63-203) et les parquets. La flèche active doit être inférieure ou égale à 1/600ème de la portée. Le dimensionnement du
plancher doit prendre en compte le poids propre de l’ouvrage en
fonction du revêtement carrelé choisi (de 35 à 50 kg/m²).
1.2
1.21
Supports visés en mur intérieur en fonction
des locaux
Travaux neufs
 Les supports admis sont précisés au tableau 1 ci après en fonction
de l’exposition à l’eau du local. Ils sont décrits dans le NF DTU 52.2
P1-1-1 (P61-204-1-1-1) « Cahier des Clauses Techniques pour les
murs intérieurs ». La zone d’emprise des bacs à douches et des baignoires est définie comme étant la surface des parois à l’aplomb de
l’appareil sanitaire, s’étendant du bac à douche ou de la baignoire
jusqu’à 2 m de haut par rapport au fond du bac à douche ou de la
baignoire (tolérance 10 %).
Les petites surfaces horizontales à carreler (banquette, paillasse, …)
autour des bacs à douche et des baignoires doivent être systématiquement protégées par le système CERMICRYL.
Lorsqu’une protection du pied de cloison est nécessaire, celle-ci peut
être effectuée avec le système CERMICRYL si un carrelage en sol est
réalisé simultanément avec plinthe carrelée ou carrelage mural.
1.22
Travaux de rénovation
 Cloisons en carreaux de plâtre ou enduites au plâtre, plaques de
parement en plâtre H1, cloisons en carreaux de terre cuite montées
au liant plâtre, maçonnerie en blocs de béton cellulaire en local EB+
privatif au plus et sanitaires de bureau :
Dans la zone d’emprise du bac à douche ou de la baignoire, le système CERMICRYL - résine et carrelage - doit être mis en œuvre jusqu’à environ 2 m de haut (tolérance 10 %) par rapport au fond du
bac à douche ou de la baignoire.
 Doublages ou cloisons en plaques de parement en plâtre non hydrofugées en local EB+ privatif :
Les pieds de cloisons doivent être traités comme indiqué au § 4.211,
hormis derrière les bacs à douche et baignoires ce qui nécessite de
poser simultanément un carrelage en sol.
La zone d’emprise du bac à douche ou de la baignoire doit être protégée :
- s’il y a un pare douche, la protection, constituée de la résine et du
carrelage, s’arrête à l’aplomb du bac à douche ou de la baignoire.
- s’il n’y a pas de pare douche, la protection carrelée avec SPEC,
doit déborder latéralement d’au moins 20 cm. Si le carrelage déborde largement sur toute la paroi, la résine doit déborder latéralement d’au moins 50 cm (figure 1).
 Anciens revêtements sur supports listés ci-dessus en local EB+
privatif :
- Carrelage adhérent au support,
- Peinture adhérente au support.
Les surfaces à protéger sont les mêmes que pour le support mis à
nu.
1.3
Carreaux associés
Les carreaux ou analogues associés - nature et format - sont ceux
indiqués au NF DTU 52.2 (P61-204) « Pose collée des revêtements
céramiques et assimilés – Pierres naturelles » qui comprend les parties
suivantes :
- Cahier des Clauses Techniques pour les murs intérieurs du
NF DTU 52.2-1-1-1 (P61-204-1-1-1),
- Cahier des Clauses Techniques pour les sols intérieurs et extérieurs du NF DTU 52.2-1-1-3 (P61-204-1-1-3),
complétés ou modifiés comme suit :
- en sol, sur chape sèche et support en bois, la surface des carreaux ou analogues associés est comprise entre 80 cm² et
1200 cm² inclus.
- en mur, les limitations de surface en fonction des carreaux
(nature, porosité) et de la colle choisie sont précisées dans le
tableau 2.
2.
2.1
Matériaux
Résine CERMICRYL
Produit en pâte prêt à l’emploi composé de résines en émulsion de
charges minérales silico calcaires et d’adjuvants spécifiques.
Le produit est conditionné dans des seaux en plastique de 7 kg ou
20 kg.
CERMICRYL peut être conservé 1 an dans son emballage d’origine
fermé, entreposé dans un endroit à l’abri du gel et du soleil. Sont
indiqués sur les seaux, le mode d’emploi résumé, la date de fabrication, le centre de production et le numéro de lot.
Caractéristiques
Sont visés en travaux de rénovation les supports existants suivants :
 Couleur : vert pâle
 Cloisons en carreaux de terre cuite montées au liant ciment en
local EC :
 Masse volumique (kg/m³) : 1460 (± 100)
Les surfaces à protéger par le système CERMICRYL en fonction du
classement du local sont celles définies dans le tableau 1 pour une
cloison en carreau de terre cuite montée au liant ciment (S12).
 pH : 9,5 (± 1)
 Extrait sec (%) : 77,5 (± 1)
 Taux de cendres (%) :
- à 450°C : 50,7 (± 1)
- à 900°C : 29,8 (± 2)
4
13/12-1152
Tableau 1 – Support admis en murs intérieurs : ouvrage neuf
Enduit base
plâtre
Local
S4
S5
Cloison en carreaux de
plâtre
S8
S9
S10
Cloison
ou doublage
de mur
Cloison en
carreaux de
terre cuite
S6
S7
S11
S12
S14
S13
6
1
2
1
2
Maçonnerie en
blocs de béton
cellulaire
Enduit
base
ciment
S3
Béton
S1
S2
EA
EB
EB+
privatif
Hors zone
d’emprise bac
à douche/
baignoire
Dans zone
d’emprise bac
à douche/
baignoire
1
EB+ collectif
5
3
EC
4
4
4
4
Nature des supports
Les documents de référence des ouvrages sont définis dans le NF DTU 52.2 P1-1-1 (P61-204-1-1-1).
S1 : Murs en béton ou panneaux préfabriqués en béton ayant un aspect de parement courant
S2 : Murs en béton ou panneaux préfabriqués en béton ayant un aspect de parement soigné
S3 : enduit à base de ciment (bâtard, ciment, monocouche de catégorie OC3) sur mur en béton ou murs et parois en maçonnerie de type Rt3
S4 : Enduit au plâtre sur murs et parois en maçonnerie présentant une dureté Shore C minimale  40
S5 : Enduit au plâtre sur murs et parois en maçonnerie présentant une dureté Shore C minimale  60
S6 : Plaques de parement en plâtre non hydrofugé (faces cartonnées) éléments de doublage solidaire du support ou éléments de
cloisons légères ou de doublage indépendant
S7 : Plaques de parement en plâtre hydrofugé – type H1
S8 : Cloisons en carreaux de plâtre
S9 : Cloisons en carreaux de plâtre hydrofugé (coloration bleue)
S10 : Cloisons en carreaux de plâtre hydrofugé « plus » ou « hydro » (coloration verte)
S11 : Cloisons en carreaux de terre cuite nus (non revêtus d’enduit) montés avec un liant colle à base de plâtre
S12 : Cloisons en carreaux de terre cuite nus (non revêtus d’enduit) montés avec un liant colle à base de ciment
S13 : Parois maçonnées en blocs de béton cellulaire montés avec un liant colle à base de ciment
S14 : cloisons nues en blocs de béton cellulaire montées avec un liant colle à base de plâtre
Légende
Support non visé
Support visé en pose collée directe dans le NF DTU 52.2 P1-1-1 (P61-204-1-1-1).
1
Le SPEC - résine et carrelage collé - doit être mis en œuvre jusqu’à environ 2 m de haut (tolérance 10 %) par rapport au fond
du bac à douche ou de la baignoire.
2
Support admis en pose collée directe si le revêtement sur l’autre face de la cloison n’est pas sensible à l’eau. Sinon, mise en
œuvre du SPEC - résine et carrelage collé - jusqu’à environ 2 m de haut (tolérance 10 %) par rapport au fond du bac à douche
ou de la baignoire.
3
Le carrelage doit être mis en œuvre jusqu’au plafond (ou au plafond suspendu) et l’ensemble de la surface carrelée est protégé
par SPEC - résine et carrelage collé, pied de cloison compris.
4
Support admis en pose collée directe si le revêtement sur l’autre face de la cloison n’est pas sensible à l’eau. Sinon le carrelage
doit être mis en œuvre jusqu’au plafond (ou au plafond suspendu) et toute la surface carrelée doit être protégée par SPEC résine et carrelage collé -, pied de cloison compris.
5
Si l’Avis Technique du support demande un traitement des pieds de cloisons, le SPEC - résine et carrelage collé - peut être
utilisé pour ce traitement dans les zones carrelées.
6
Support admis sans exigence complémentaire si le traitement des joints et les rebouchages sont effectués en totalité avec des
produits hydrofugés conformément aux dispositions définies dans l’Avis Technique. Sinon, mise en œuvre du SPEC - résine et
carrelage collé - jusqu’à environ 2 m de haut (tolérance 10 %) par rapport au fond du bac à douche ou de la baignoire.
Tableau 2 - Nature et format de carreaux admis en pose collée murale
Surface maximale des carreaux
Nature et porosité des carreaux
Adhésif
Plaquettes murales de terre cuite
Carreaux de terre cuite
231 cm²
Carreaux céramiques pressés ou étirés d’absorption d’eau > 3 %
Groupes
AIIa - AIIb - AIII
BIIa - BIIb - BIII
1200 cm²
Faïence
Groupe BIII
2200 cm²
Pierres naturelles de porosité > 2%
900 cm²
1200 cm²
2200 cm²
Pierres naturelles de porosité ≤ 2%
Carreaux céramiques pressés ou étirés d’absorption d’eau
≤ 3 % et > 0,5 %
Mortier colle
Groupes AI- BIb
NON ADMIS
Carreaux céramiques pleinement vitrifiés d’absorption d’eau ≤ 0,5 % Groupes AI - BIa
Pâte de verre, émaux
Masse surfacique maximale du revêtement associé
13/12-1152
120 cm²
30 kg/m²
40 kg/m²
5
2.2
Primaire CERMIFILM
Liquide prêt à l’emploi composé de résines synthétiques et d’adjuvants
spécifiques.
Le produit est conditionné dans des jerricans de 1-2 ou 5 litres.
CERMIFILM peut être conservé 1 an dans son emballage d’origine
fermé, entreposé dans un endroit à l’abri du gel et du soleil. Sont
indiqués sur les bidons, le mode d’emploi résumé, la date de fabrication, le centre de production et le numéro de lot.
Identification
Les caractéristiques d’identification du primaire sont indiquées sur la
fiche d’identification n° 11-06, associée aux certifications des colles à
carrelage et enduits de sol.
2.3
Colles à carrelage
Les colles à carrelage visées dans le système CERMICRYL sont les
colles de la Société Cermix listées ci-après, bénéficiant d’un certificat
en cours de validité.
 Mortier colle pour le sol uniquement :
- CERMIFLOOR N
- CERMISOL
 Mortiers colles pour le sol et le mur :
- CERMIGRES
- CERMIPLUS
- CERMITEX
- CERMITEX RAPIDE
 Adhésifs pour le mur uniquement :
- CERMIFIX
- CERMICAR
2.4
Produits connexes
2.41
Bandes de renfort d’angle
 AR 12 :
Bande de format 12 cm x 10 ml, non tissé constitué d’un tissu synthétique à mailles extensibles.
- Masse surfacique (g/m²) : 63 (± 10 %)
 AR 12 C :
Bande de format 12 cm x 10 ml, non tissé constitué d’un tissu synthétique à mailles extensibles et d’une couche de caoutchouc en
partie centrale de 7,5 cm de large.
- Masse surfacique (g/m²) : 310 (± 10 %)
2.42
Collerette
Si les écarts de planéité du support sont supérieurs à :
- 7 mm sous la règle de 2 m
- 2 mm sous la règle de 20 cm
un enduit de ragréage autolissant classé P3 et adapté au support doit
être utilisé. Sur cet enduit, CERMICRYL peut être mis en œuvre dès le
lendemain sans application d’un primaire.
Les prescriptions spécifiques à chaque support sont précisées ci-après.
Le tableau 3 récapitule les primaires adaptés à chaque support et les
prescriptions de mise en œuvre propres à chacun.
4.111
En cas de chape chauffante, les opérations de première mise en
chauffe doivent être réalisées avant l’application du primaire, en suivant les prescriptions de l’Avis Technique de la chape.
Le primaire CERMIFILM est appliqué (tableau 3) après vérification de
l’humidité résiduelle de la chape.
 Vérification de l’humidité résiduelle
Le taux d’humidité résiduelle doit être contrôlé avant l’application du
primaire. Ce taux doit être inférieur ou égal à 0,5 %.
L’humidité résiduelle doit être mesurée par la méthode de la bombe
de carbure. Cette méthode est décrite en annexe aux Avis Techniques des chapes à base de sulfate de calcium.
Prévoir au minimum 2 prélèvements par local de surface inférieure à
100 m² et un autre prélèvement par tranche de 100 m² supplémentaire.
Dans le cas de canalisations enrobées dans la chape, les prélèvements ont lieu à moins de 10 cm des repères placés par l’applicateur
de la chape, avant le coulage.
Remarque importante :
Cette vérification s’effectue sous la responsabilité du carreleur.
Si le carreleur lui en fait la demande, l’applicateur de la chape doit
réaliser l’essai. Ce dernier intervient alors au titre de prestataire de
service pour le compte du Maître d’Ouvrage ou à défaut de son représentant. Le carreleur conserve la responsabilité de la réception
du support.
4.112
Angles rentrants préformés AA 12
Angles préformés constitués d’un tissu synthétique à mailles extensibles avec une couche de caoutchouc en partie centrale.
2.44
Mastic
Le mastic utilisé pour le traitement des points singuliers et les finitions
est un mastic sanitaire 25E.
3.
Fabrication – Contrôle et stockage
La résine CERMICRYL est produite dans l’usine de Desvres (62) de la
Société Cermix.
Les contrôles suivants sont réalisés dans l’usine productrice par le
fabricant :
- Viscosité et extrait sec : à chaque mélange
- Élongation sur film : 2 fois/an
4.
4.1
4.11
Mise en œuvre
Reconnaissance du support et préparation
éventuelle
Supports en sol
La planéité du support est celle définie dans le NF DTU 52.2 P1-1-3
(P61-204-1-1-3) « Cahier des Clauses Techniques pour les sols intérieurs et extérieurs ».
Chape sèche
La chape doit être réalisée conformément à l’Avis Technique correspondant.
Le primaire CERMIFILM est ensuite appliqué (tableau 3).
4.113
Collerette AP 12 de format 12 x 12 cm en tissu synthétique à mailles
extensibles avec une couche de caoutchouc en partie centrale.
2.43
Chape à base de sulfate de calcium
La préparation (élimination de la pellicule de surface, laitance, …) de la
chape doit avoir été effectuée par l’applicateur de la chape conformément au Cahier des Prescriptions Techniques « Chapes fluides à base
de sulfate de calcium » (e-cahier du CSTB, Cahier 3578 – décembre
2006).
Raccord avec support base ciment (traitement
du retour en sol des pieds
de cloison, …)
Le primaire CERMIFILM est appliqué sur le support base ciment (tableau 3).
4.114
Supports bois
Anciens planchers à lames clouées sur lambourdes ou
solivages, parquets
Si le support est flexible à la marche, la pose collée de carrelage est
exclue.
Les caractéristiques du support doivent répondre aux exigences du
NF DTU 51.3 (P63-203) et leur flèche active doit être inférieure à
1/600ème de la portée.
En particulier, l’aération de la sous-face du plancher doit être maintenue en procédant, le cas échéant, aux aménagements nécessaires.
Des exemples de solutions sont exposés au § E2.4 du CPT « Exécution
des enduits de sol intérieurs pour la pose de revêtements de sol –
Rénovation » (Cahier du CSTB – e-cahier 3635).
Un examen visuel permet le repérage, par pièce :
- des affaissements,
- des lames manquantes ou mal fixées,
- de l’état des joints entre planches ou entre panneaux.
Les lames affaissées ou manquantes sont remplacées, les fissures de
plus de 2 mm entre planches sont calfeutrées avec un mastic acrylique. Les lames sont ensuite vissées puis poncées avant de réaliser un
ragréage à l’aide d’un produit fibré classé P3 adapté au support bois.
Panneaux CTB-H, CTB-X
En cas de désaffleur entre panneaux de bois, poncer, raboter.
Le primaire CERMIFILM est ensuite appliqué (tableau 3).
6
13/12-1152
4.115
Ancien revêtement
4.121
4.1151 Ancien carrelage
Anciennes cloisons en carreaux de plâtre
standard ou avec un enduit base plâtre
Le support doit être sec, cohésif et non friable.
La reconnaissance du carrelage existant et les travaux préparatoires
sont effectués conformément aux dispositions du CPT « Revêtements
en carreaux céramiques ou analogues collés au moyen de mortiers
colles en rénovation de sols intérieurs dans les locaux P3 au plus »
§ A1 et A2 (CPT Sols P3 - Rénovation) complétées comme suit :
En cas de doute, une mesure de la dureté shore sera effectuée (dureté
shore C  40).
Le primaire CERMIFILM est ensuite appliqué (tableau 4).
4.122
Le primaire CERMIFILM est systématiquement appliqué (tableau 3).
Anciens doublages ou cloisons en plaques de
parement en plâtre
4.1152 Anciennes dalles semi flexibles
En cas de plaques recouvertes de papier peint, le papier doit être
décollé au préalable.
Dans le cas de dalles semi flexibles et produits associés contenant de
l’amiante, les dispositions réglementaires en vigueur devront être
respectées.
Les petits trous sont rebouchés avec CERMIFIX ou CERMICAR. Dans
les zones sans cohésion, la plaque est démontée et remplacée. En
cas de défauts nombreux ou importants, une plaque de parement de
type H1 doit être rapportée.
Pour les produits sans amiante, la reconnaissance du support et sa
préparation sont effectuées conformément aux dispositions des § B1 et
B2 CPT Colles à carrelage Sols P3 - Rénovation, complétés comme
suit :
La résine CERMICRYL est mise en œuvre ensuite sans application
préalable d’un primaire.
4.12
Support en mur
Les prescriptions générales pour la reconnaissance du support et sa
préparation sont les mêmes que pour un collage direct (cf. NF DTU
52.2 P1-1-1 (P61-204-1-1-1) « Cahier des Clauses Techniques pour
les murs intérieurs ») complétées comme indiqué ci-après pour les
travaux de rénovation. Le tableau 4 récapitule les primaires adaptés à
chaque support en travaux neufs ou de rénovation et les prescriptions
de mise en œuvre propre à chacun.
Un ponçage de la face supérieure de l’ensemble des plaques est ensuite réalisé avec un disque grain fin. Les plaques sont dépoussiérées
avec un balai ou un aspirateur puis le primaire CERMIFILM est appliqué
(tableau 4).
4.123
Anciennes cloisons en carreaux de terre cuite,
ancien mur en bloc de béton cellulaire
Le support doit être sec et cohésif. Il doit être brossé à la brosse métallique pour enlever les aspérités et les poussières.
Le primaire CERMIFILM est ensuite appliqué (tableau 4).
Tableau 3 - Choix et prescriptions d’application des primaires en fonction des supports et des revêtements conservés ou non en sol
Supports neufs nus
Matériel
d’application
CERMIFILM
Brosse ou rouleau
Chape à base de
sulfate de calcium
Chape sèche
Anciens supports visés
ci-dessus revêtus
Primaire associé
Carrelage
150 à 200
Délais de séchage
2 heures au moins
(sec au toucher)
100 à 150
Dalles vinyles
semi flexibles
Application directe de la résine sans primaire
Planchers de doublage neufs en panneaux de
CTB-H ou de CTB-X
Supports (neufs ou anciens cités au § 1.1)
ragréés avec un produit de ragréage P3 adapté,
béton (traitement des pieds de cloison)
Consommation
(g/m²)
Environ 100
CERMIFILM
Brosse ou rouleau
150 à 200
2 heures au moins
(sec au toucher)
Tableau 4 - Choix et prescriptions d’application des primaires en fonction des supports et des revêtements conservés ou non en
murs intérieurs
Primaire associé
Plaques de plâtre
cartonnées H1
et carreaux de plâtre
hydrofugés
Supports neuf nus
Matériel
d’application
Consommation
(g/m²)
Délais de séchage
Application directe de la résine
sans primaire
Carreaux de terre
cuite
Béton (traitement
des relevés)
Béton cellulaire
CERMIFILM
Brosse ou rouleau
150 à 200
2 heures au moins
(sec au toucher)
Enduit ou carreaux
de plâtre standards
Anciens supports
visés ci-dessus et
revêtus
Carrelage
Peinture
Anciennes cloisons en plaque de parement
en plâtre cartonnées poncées
13/12-1152
100 à 150
Application directe sans primaire
CERMIFILM
Brosse ou rouleau
150 à 200
2 heures au moins
(sec au toucher)
7
4.124
Anciens revêtements
4.1241 Ancien carrelage
 Reconnaissance du carrelage existant
4.212
Ouvrages en sol : traitement des relevés en
murs
Sur chape à base de sulfate de calcium, chape sèche et support bois,
la totalité de la périphérie doit être protégée par le SPEC - résine et
carrelage collé - y compris sous les appareils sanitaires.
Les carreaux mal adhérents (sonnant le creux) sont déposés.
Le traitement du raccordement sol-paroi verticale proprement dit est le
même que pour les ouvrages muraux (§ 4.211) avec un relevé au mur
de 5 cm au moins.
1er cas
4.22
Canalisation traversante
Si l’ensemble des carreaux déposés ou décollés représente plus de
10 % de la surface, l’ancien carrelage est déposé en totalité.
4.221
En mur (figure 5 ou 6)
2ème cas
Le tuyau ou son fourreau s’il existe doivent déborder de 1 cm au moins
du nu de la paroi.
A l’aide d’un outil métallique, on procède à un examen sonore du
revêtement existant.
Si l’ensemble des carreaux déposés ou décollés ne représente pas
plus de 10 % de la surface, les travaux préparatoires avant pose
d’un nouveau carrelage sont décrits ci-après.
 Travaux préparatoires
L’ancien carrelage est nettoyé à l’aide d’une lessive sodée, puis rincé
à l’eau. Laisser sécher.
Si, après cette opération, le support reste « gras », il est décapé par
ponçage avec un abrasif gros grain et dépoussiéré soigneusement.
Le primaire CERMIFILM est ensuite appliqué (tableau 4).
- Rattrapages localisés
Les emplacements des carreaux déposés et les trous sont comblés
la veille avec un mortier colle de type C2 (trous de moins de
10 mm). Les rattrapages localisés peuvent être réalisés la veille
avec le primaire adapté à la nature du support (tableau 4) et un
mortier colle classé C2, jusqu’à 10 mm d’épaisseur au plus.
4.1242 Ancienne peinture
 Reconnaissance du support peint
La peinture doit être adhérente au support et non sensible à la détrempe à l’eau :
- L’adhérence de la peinture est appréciée au moyen d’un outil
tranchant, par un essai type quadrillage, tel que décrit dans le NF
DTU 42.1 (P84-404-1) - Annexe B. La peinture est considérée
comme adhérente si le résultat de l’essai conduit à une classification de 0 à 2.
- La sensibilité à la détrempe à l’eau est appréciée par un examen
visuel et au toucher, tel que décrit dans le NF DTU 42.1 (P84-4041) - Annexe B.
 Travaux préparatoires
L’ancienne peinture est nettoyée à l’aide d’une lessive sodée puis
rincée à l’eau.
Les zones friables et non adhérentes sont éliminées par grattage.
Dépoussiérer ensuite soigneusement.
Dans le cas d’une peinture brillante, dépolir ensuite par ponçage à
l’aide d’un disque gros grain. Dépoussiérer.
La résine CERMICRYL est mise en œuvre ensuite sans application
préalable d’un primaire.
4.2
Traitement des points singuliers
Les points singuliers sont traités avant la partie courante.
4.21
Raccordement sol-paroi verticale
(figure 2)
4.211
Ouvrages muraux : traitement des pieds de
cloisons
Nota : Lorsqu’un carrelage est prévu en sol, protéger les pieds des
cloisons sensibles à l’eau (indices 3, 4 et 5 du tableau 1 en travaux
neufs et plaques de parement en plâtre standard en rénovation) avec
la remontée en plinthe de la résine associée à la bande de renfort et
une plinthe carrelée (hormis derrière les bacs à douche et baignoires).
Le primaire adapté aux supports en sol et mur doit être appliqué conformément aux indications des tableaux 3 et 4.
Le raccordement sol-paroi verticale est ensuite réalisé au moyen de la
bande AR 12 ou AR 12 C pliée en deux, marouflée dans une couche de
résine CERMICRYL appliquée au pinceau sur l’ensemble de la surface à
recouvrir par la bande.
Le retour au sol doit être de 10 cm au moins (figure 1).
La disposition de la bande de renfort AR 12 ou AR 12 C dans les angles
est indiquée figure 3 pour les angles rentrants et figure 4 pour les
angles sortants. La bande est plaquée à l’aide de la face lisse d’une
taloche à plat ou d’une taloche à enduire tenue en biais, en prenant
soin d’éviter les plis. La bande est aussitôt recouverte d’une couche de
CERMICRYL Les angles préformés peuvent également être utilisés.
La résine est appliquée jusqu’au tuyau ou au fourreau en continuité
avec la partie courante.
Lors de la pose du carrelage, un espace de 5 mm au moins est ménagé entre le carrelage (colle et carreau) et le tuyau (ou le fourreau). Il
doit être ensuite rempli avec un mastic sanitaire 25E.
4.222
En sol (figure 7 ou 8)
 Fourreau de 3 cm de haut situé à plus de 3 cm de la paroi :
La résine est appliquée en continuité avec la partie courante, jusqu’au fourreau et autour de celui-ci sur 3 cm de haut. Un morceau
de bande de renfort noyée dans la résine est enroulé autour du fourreau. La bande de renfort AR 12 ou AR 12 C découpée en collerette
est noyée dans la résine au sol. La collerette AP 12 peut également
être utilisée.
Un espace de 5 mm au moins est ménagé entre le carrelage et le
fourreau. Il doit être ensuite rempli avec un mastic sanitaire 25E.
 Canalisation sans fourreau, fourreau ou canalisation à moins de
3 cm de la paroi ou fourreau de moins de 3 cm de haut :
Un socle de 10 cm de haut et 10 cm de large doit être réalisé autour
de la canalisation (ou du fourreau). Un espace de 5 mm au moins
est ménagé entre le carrelage et la canalisation émergente. Il doit
être comblé ensuite avec un mastic sanitaire 25E.
Le pied du socle est traité comme un raccordement sol-paroi verticale.
4.23
Huisserie (figure 9)
Pour les applications de carrelage au sol, un joint mastic sanitaire 25E
doit être réalisé autour des pieds d’huisserie et, en local EB+ collectif,
à la jonction du carrelage et de la plinthe.
Pour les applications de carrelage au mur, dans les locaux EB+ collectif, un joint mastic élastomère doit être réalisé le long de l’huisserie.
4.3
4.31
Jonction avec les appareils sanitaires
Au sol
Sur chape à base de sulfate de calcium, chape sèche et support bois,
un carrelage sur CERMICRYL doit être réalisé sur la totalité du sol. Les
appareils sanitaires sont ensuite fixés par-dessus le carrelage fini.
 Cuvettes de WC, bidets, … :
Les appareils sanitaires sont fixés à l’aide de chevilles préalablement
enrobées de mastic sanitaire 25E. Les goujons, tiges filetées ou vis
seront équipés d’un col d’étanchéité en nylon.
Nota : En rénovation, les cuvettes de WC, bidet, … en place sont déposés.
 Baignoires, bacs à douche :
L’évacuation des eaux de la baignoire ou du receveur de douche doit
se faire au dessus du relevé (figure 10).
4.32
Raccordement à la baignoire ou au bac à
douche en paroi verticale (figures 11 à 13)
Ce traitement vient en complément du joint réalisé par le plombier
entre la paroi et l’appareil sanitaire.
Deux types de raccordements sont admis :
a) Traitement avec mastic
Sur la paroi, le carreleur applique la résine au dessus de la baignoire ou autour du bac à douche jusqu’au joint réalisé par le
plombier.
Un espace de 5 mm au moins est ménagé, lors de la pose du carrelage, entre le bord de l’appareil sanitaire et le carrelage.
Cet espace est comblé ensuite avec un mastic sanitaire 25E.
Le recouvrement entre deux bandes est de 5 cm au moins.
Une première, puis une seconde couche de résine CERMICRYL sont
ensuite réalisées en continuité avec la partie courante.
8
13/12-1152
b) Traitement avec profilé
Le carreleur applique la bande de renfort noyée dans la résine sur
la paroi avec un retour de 1 cm environ sur le bord de l’appareil sanitaire.
Un profilé adapté est ensuite mis en œuvre lors de la pose du carrelage (figure 13),
Le cas échéant, l’angle vertical paroi / bac à douche est traité avec un
mastic sanitaire 25E pour combler l’espace de 5 mm ménagé entre le
bord de l’appareil sanitaire et le carrelage (cf. § a) ci-dessus). Un
profilé peut également être utilisé (cf. § b) ci-dessus).
4.33
Petites surfaces horizontales (paillasse,
banquette, …)
Elles sont réalisées entre l’appareil sanitaire et la paroi avec :
- des panneaux prêts à carreler
- un enduit armé sur coffrage bois
- du mortier de ciment
- des carreaux de plâtre hydrofugé
Elles doivent présenter une pente de 2 % vers l’appareil sanitaire et
arriver au dessus de celui-ci (figures 14 à 18).
Un joint mastic sanitaire 25E doit être réalisé ensuite entre l’appareil
sanitaire et la surface horizontale.
Le carreleur applique la résine en continuité avec la partie courante,
jusqu’à recouvrir sur 1 cm environ l’appareil sanitaire, une bande de
renfort étant marouflée dans la 1ère couche de résine.
4.6
Pose collée du carrelage
Pour la pose du carrelage (format de la spatule crantée, encollage
simple ou double encollage, type de joints, réalisation des joints
entre carreaux, …), on se réfère aux indications du NF DTU 52.2
(P61-204-1-1-1 « Cahier des Clauses Techniques pour les murs intérieurs » et P61-204-1-1-3 « Cahier des Clauses Techniques pour les
sols intérieurs et extérieurs ») en fonction des carreaux et de la colle
choisis précisés comme suit :
- l’emploi des l’adhésifs CERMIFIX et CERMICAR est limité aux locaux classés EB+ privatif au plus.
- pour les carreaux collés avec l’adhésif CERMIFIX ou CERMICAR le
temps de séchage de l’ouvrage est d’au moins 7 jours.
Lors de la pose, un espace de 5 mm au moins doit être ménagé entre
le bord de l’appareil sanitaire et le carrelage (cf. § 4.32) si un profilé
adapté n’est pas mis en place.
5.
Assistance technique
La Société CERMIX met son assistance technique à la disposition des
entreprises, des maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre, pour la mise en
route des chantiers et la maîtrise des aspects particuliers de ce procédé.
Nota : Cette assistance ne peut être assimilée ni à la conception de
l’ouvrage ni à la réception des supports, ni à un contrôle des règles de
mise en œuvre.
Le raccord paroi verticale/petite partie horizontale est traité comme un
raccord sol/paroi verticale.
B. Résultats expérimentaux
Le carrelage (colle + carreau) est posé sur la partie horizontale jusqu’à
déborder sur l’appareil sanitaire de quelques mm.
Des essais pour l'évaluation de l'aptitude à l'emploi du système
CERMICRYL ont été réalisés au CSTB.
Un profilé d’arrêt peut être mis en place dans la colle à carrelage. A
défaut, un joint en mastic sanitaire 25E est effectué en finition.
4.4
Partie courante
Une première couche de résine CERMICRYL est réalisée au rouleau à
poils longs en respectant une consommation de 500 g/m² au moins.
Après 3 à 4 heures de séchage au moins (CERMICRYL sec « au toucher »), une seconde couche est réalisée en passes croisées, en respectant une consommation de 500 g/m² au moins.
4.5
Délais de séchage
La pose du carrelage est réalisée au plus tôt le lendemain de
l’application de la seconde couche de CERMICRYL.
C. Références
C1. Données Environnementales et Sanitaires
1
Le procédé CERMICRYL ne fait pas l’objet d’une Fiche de Déclaration
Environnementale et Sanitaire (FDES).
C2. Autres références
 Lancement du système : 1993.
 Importance des chantiers : plusieurs milliers de m² ont été réalisés
en France.
En sol, l’accès au local doit être interdit avant la pose du carrelage.
1
13/12-1152
Non examiné par le Groupe Spécialisé dans le cadre de cet Avis.
9
Figures du Dossier Technique
Figure 1 - Rénovation sur plaques de parement en plâtre non hydrofugées existantes en local EB+ privatif,
avec douche ou baignoire sans pare-douche.
Nota : les utilisateurs considèrent généralement qu’une paroi carrelée n’est pas sensible aux projections d’eau. C’est pourquoi la
zone protégée déborde plus largement dans le cas où toute la paroi est carrelée.
10
13/12-1152
Figure 2 - Raccordement sol-paroi verticale : cas d’un carrelage au sol et sur la paroi.
Figure 3 - Disposition de la bande de renfort AR 12 ou AR 12C pour le traitement de l’angle rentrant
13/12-1152
11
Cas a
Cas b
Figure 4 - Disposition de la bande de renfort AR 12 ou AR 12C pour le traitement de l’angle sortant :
2 cas, a ou b.
Figure 5 - Traitement d’une canalisation encastrée (sans
fourreau) en paroi verticale ; exemple d’une cloison en plaques
de parement en plâtre.
12
Figure 6 - Traitement d’une canalisation traversante avec
fourreau en paroi verticale ; exemple d’une cloison en plaque
de parement en plâtre.
13/12-1152
Figure 7 - Sol d’un local humide : traitement d’une canalisation traversante
avec fourreau de moins de 3 cm de haut ou situé à moins de 3 cm de la paroi.
Figure 8 - Sol d’un local humide : Traitement d’une canalisation traversante
avec fourreau de 3 cm de haut et situé à plus de 3 cm de la paroi en sol.
13/12-1152
13
Figure 9 - Exemple de traitement du raccord sol-paroi verticale avec la bande de renfort AR 12 ou AR 12C marouflée dans la
résine. En local EB+ collectif un joint mastic sanitaire 25E est réalisé en finition sous la plinthe et le long de l’huisserie.
Figure 10 - Pose d’un receveur de douche sur support bois en salle de bain privative.
14
13/12-1152
Figure 11 - Raccordement du sanitaire à la paroi ; cas d’un
sanitaire en céramique ou en fonte émaillée.
Lors de la pose du carrelage, un espace de 5 mm est ménagé
entre le carrelage et le rebord de l’appareil sanitaire. Il est
comblé ensuite par un mastic sanitaire 25E.
Figure 12 - Raccordement du sanitaire à la paroi ; cas d’un
sanitaire en acrylique.
Lors de la pose du carrelage, un espace de 5 mm est ménagé
entre le carrelage et le rebord de l’appareil sanitaire. Il est
comblé ensuite par un mastic sanitaire 25E.
Figure 13 - Exemple de profilé de raccordement à mettre en place
entre la paroi et l’appareil sanitaire (dans ce cas,
pas de joint au mastic en finition autour du receveur).
13/12-1152
15
Figure 14 - Traitement de petites parties horizontales entre la paroi et le receveur de douche ; exemple de finition à l’aide d’un
mastic sanitaire 25E à la périphérie du receveur de douche.
Figure 15 - Traitement de petites parties horizontales entre la paroi et le receveur de douche ; exemple de mise en place d’un
profilé d’arrêt lors de la pose du carrelage (pas de joint au mastic en finition autour du receveur).
16
13/12-1152
Figure 16 - Traitement de petites parties horizontales entre la paroi (exemple d’une paroi en plaques de parement en plâtre) et le
receveur de douche en céramique; exemple de finition avec un mastic sanitaire 25E à la périphérie du receveur de douche.
Figure 17 - Traitement de petites parties horizontales entre la paroi (exemple d’une paroi en plaques de plâtre cartonnées) et le
receveur de douche en céramique ; exemple de mise en place d’un profilé d’arrêt lors de la pose du carrelage (pas de joint au
mastic en finition autour du receveur).
13/12-1152
17
Figure 18 - Traitement de petites parties horizontales entre la paroi et un receveur de douche en acrylique,
exemple de finition avec un mastic sanitaire 25E.
18
13/12-1152
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising