Chute *cheveux Usines de Grandchamp et de Boche

Chute *cheveux Usines de Grandchamp et de Boche
Bibliothèque cantonale Sion
J\è T'S —4 m
e année
L e numéro
JOURNAL
•> centimes
•
M
ardi 2 6 Juin 1 9 0 6
FEUILLE D'AVIS
VALAIS
O r g a n e d e p u b lic it é e t d ’in f o r m a t io n s
p a r a is s a n t
à
ABONNEMENTS:
sem estre
3 m ois
SION
Valais et Suisse . . . .
6 .5 0
3 .2 5
2. —
Etranger (envois des 3 nu­
méros de la semaine . . 1 1 .— 5 .5 0
3 .—
Cafés, Hôtels et Pensions
5 .7 0 2 .8 5
1 .5 0
Lo Journal est envoyé gratuitem ent i\ l’essai, pe-tdam
1.0 jours à toute personne qui en fera la demande.
de
j e ai cl i
InM iir|»uM N uble c o m m e e f f i c a c i t é
IM P R IM E R IE G E S S L E R,
. . . .....
....
L es an n o n ce s
-
e t réclam es
v ........
s o n t reçues
d ire c te m e n t
. ... -.. .
par
Thés en gros
« E N K V 10 3$
Dernière conquête dans le domaine médi­
cal. Recommandé par les médecins contre
la n e r v o s i t é e=^ ü
A T T E N T IO N j
J. B. R I S T , Altstiitten
Rlieintal
ON DEMANDE
pour le 1 5 Juillet une personne pour
faire la cuisine; en France.
591
S ’adresser à Mme H esse chalet du
Grosriez, Mayens de Sion.
SACCHARINE
500 fois p lu s douce e t 15 il 20 ibis m eilleu r
m arché que le sucre, e x c e lle n te pour adoucir
los b oisson s a ’g r e s: p eu t être em p lo y ée dans
chaque m énage. Fr. 3,75 se u le m e n t pour 200
gram m es de saccharin e éq u iv a la n t à 100 kg.
de su cre ; ta b le tte s de saccharin e rem plaçant
le su cre régu lier, 200 gram m es fr. 3.20. 589
W IN IG E R , W in terth u rerstra sse, Z U R IC H .
J e cherche pour 1e com m en cem en t de J u il­
le t
(588)
xmJEUNE FRANÇAISE
mérite la com binaison «le valeurs
à lot», autorisée* -par la loi que
chacun peut se procurer contre payements mensuels, de 4, 5, 8 et 10 fr.
ou au comptant, auprès de la maison
spéciale soussignée. Lots principaux de
Fr. 600,000, 300,000, 250,000 200,000,
11)0.000, 100,000, 75,000, 50,000, 25,000
10,000 5,000, 3,000 etc., etc., seront
tirés et les titres d’obligations seront
remis successivement à l'acquéreur.
P as de risque, chaque obligation
sera remboursée pendant les tirages pré­
sents ou ultérieurs.
509
Les prochains tirages auront lieu;
15, 20 et 30 juin, 10 et 15 juillet 1,
15, 20 et 30 août, 10, 15 et 30 sep­
tembre, 1, 15 et 20 octobre, 1 et 10
novembre, 1, 10, 15, 20 et 31 décembre.
Les prospectus seront envoyés, sur
demande gratis et franco, par la
S ’ad resser a M adam e I V c l u n b r o iI - L i c k
H osch gasse 29, Z U R IC H , V.
Z-5544-C
à ItE ltV i’i, R ue du Musée, 14
.......—
. - . 1.
1
..
E n c r e s d ’A a r a u
d e S C H .t tU Z I O F R «ïc C i e
c é r é b r a le ,m ig r a in e ,I n s o m n ie .S p e r m a to r r h é e
rt" -.-
m o n iii- n rs a — — ' W — a— H B S
50 voitures
Homme ou dame sans quitter emploi
Travail honorable, placement assuré.
Très sérieux. Ecrire à Dupré, 25 rue
Montkoux à Genève.
545
On dem ande
2 ouvrières repasseuses
de suite pour Bex.
S’adresser Sion K iosque de la
gare.
587
, ACJE-FEMMK
-
P â te
S iro p 2 1 - Exiger la P a tk .M u rb . R efuser les Im itation».
D
E
Usines de Grandchamp et de Boche
412
PRES
V E Y T A U X -C H I L L O N ( V A U D )
DE GYPS
CIM ENT
ET, C H A U X
M I X T E (Roehite)
C IM E N T P O R T L A N D ARTIFICIEL
A
h e n r v
6RAHDGHAMP, ROCHE ET VILLENEUVE
m u r e
:i” ! ^ IUcld#Pl,i!'
Thé Diurétique..France,. Benrj m e
sotlicite efficacement la sécrétion urinaire,
apaise l c s S o u l e u r s d e s R e in s et de la V e s s ie ,
entraîne le sable, le m ucus et les conrr .tions,
et rend aux urines leur limpidité normale. —
&
2 R IX D E LA. B O ITE i 2 FBANCS.
P O Î T R I N E ) bronchite chronique
PRODUCTION
MOYENNE
PAR
AN
3 0 0 0 ivngoiSN de IO («nue*
DIPLOME
M É D A I LL E S
ÆMÈ
E X P O S I T I O N
3e
Z U R IC H
DE VERMEIL
L ’E X P O S I T I O N
D ’Y V E R D O N
de
P h o sp h a té e ,a r sé n ié e eteréosotée.— L i t r e : 5 lr.D E M i-L lT R E :3 rr (
HHA L H U Itù BBS U J
M tM E SOLUTION a r s é n ié s feulement : L i t r e , 4 fr.; D e m i- L itr e , 2 fr. 5 0 . \ É P U IS E M E N T N E R V F I I Ï
R év eille 1 A p p é tit e t a b r è g e le s C o n v a le s c e n c e s.
i ' ”
S O L U T IO N H E N R Y M U R E au bi-phosphate cristallisé : L* L i t r e : 3 fr. I
______________/ ________
® D épôt g é n é ra l de l’A L C O O L A T U R E
t i n t /» / I w C r l V C i / X
A NÉM iC
fi
H L IfII E
D ’A R N I C A
de la T R A P P E DE WOTRE-BAME DES N EIG ES
s o u v e r a j n c o n t r e t o u t e s blaisures, coupures, contusions, défaillances, accidents oholériforrnes.
I1?
u7iPUTES
P H A R M A C IE S . — 2
FR.
L.C F L A C O N
Sf A V IS IM P O R T A N T
654
LsMOWERRO
FILS
h 1 1L I E R p r è s M O R A T
1° la bonne qualité!
2° la bonne forme!
3° le bas prix!
Sulfate de cuivre en cristaux
afin d’en faciliter l’emploi par la dissolution instantanée, étantjdonnéjjlajfinessè
de la mouture.
S’adresser directement aux
■.M.'StSUf 'J-»
►
F*oo
o
Nos. Frs. I
jiar exem ple :
7.50 I
S o u lie rs fo r te p o u r o n v H e rs, ferres, Ire qualité 40|48
S o u lie rs il la c e r p o u r m e ss ie u r s, crochets,
40|48 8.5 0 1
ferres, solides. .
.
.
.
.
S o u lie rs de d im a n c h e il la c e r p o u r m e ssie u rs,
40148 9 .avec bouts, solides et élégants
86|43
S o u lie rs p o u r d a m e s, terrés, solides
6* I
S o u lie rs d e d im a n c h e fi la c e r p o u r d a m e s,
86]42
7.— I
avec bouts, solides et élégants
^ .
B o ttin e s d e d im a n c h e p o u r d a m e s, à élastiques
7.50
solides et élégantes
.
.
.
.
3.80
S o u lie rs p o u r g a r ç o n s e t fillettes, solides
4.80
S o u lie rs ;p o u r g a r ç o n s e t fillettes, solides
Grand choix de chaussures en tous genres.
D ’innombrables lettres de remerciement, constatant la satis­
faction de ma clientèle et provenant de toutes les contrées de
la Suisse et de l 'Etranger, sont à la disposition de tout Je monde.
Mon premier principe est de ne point tenir de marchandises
de qualité inférieure qu’on otïre si souvent sous des désignations
trompeuses et qui ne se distinguent que par le bon marché, et
n o n j)a s j m r la s o lid ité . — Garantie pour chaque paire.
E change immédiat et franco. — Prix-courant avec plus de 300 I
illustrations, g r a tis et fr a n c o .
Rod. Hirt, Lenzbonrg.
N icklage — Argentures
E n v o i fr a n c o c o n tr e r e m b o u r se m e n t
p a r la fa b r iq u e
sont offerts çrùee à m es a c h a ts e n (/vos ce qui |
«Tu^incnte chaque année la vente de m es chaus­
sures :
viennent d’installer un m oulin spécial à cylin d res pour la m outure
à façon du
Magasin le mieux assorti e ! tous genres d’instruments de musique. Fourniture
pour tou» les iu strum euts. Achat, échange et location do pianos, harmo
niums, etc. Cordes renom m ées.
415
R em ontoirs ancres, très solides et bien
réglés. — Grandeur exacte au dessin ci-contre
Chaque montre est munie d’un bulletin de ga­
rantie pour 3 ans. En cas d’accident, rhabil­
lage gratis et immédiat.
Fr. S.50 en nickel ou acier noir.
» 9.50 en nickel décorée, cadran couleur
» 15.— e n jirg en t contrôlé et gravé
DE C H A U X E T C IM EN T PO U R LE S
Travaux de Chèvres, du Pont de la Coulotivrenière et du Pont du Mont
Blanc à Genève, pour les fortifications et les forces m otrices du Rhône de
iSt-Maurice, les travr
de l’entreprise du tnniie! dn Simplon, les chemins de
er Viège-Zerimitt, Martigny-Chatelard, etc., etc.
Avantages
à S IO N
TOUJOURS PRÊTS A EXPÉDIER
FOURNISSEUR S
de St-GEORGES, SION
Chute *cheveux
Adressez-vous de préférence aux fabricants plutôt qu’aux revendeurs, vous
serez mieux servis et il meilleur marché.
e\ev 1901,
Médaille d’or, Genève 1896. — .Médaille d'or,
les ateliers de construction
A te lie r s d e S t-G e o r g e s
FotirniMHeiir de l’Ar néc féd é ra le
IBS 4
1SS3
A l’occasion (lu prochain sulfatage
Instruments de musique
Q i
H A IV X> O H -A. ]>I I->
ffi, 4
rr-vs%r. xnirrjTat zx x x r» a & izï* t* ,
PATENT
POUR-CROQUER—SANS-RIVAl—
DES
.Madame C . F l s c h e r à Z u r i c h , vuedu T héâ
fcre 20 , e n v o ie franco et. sous pli, con tre 80 cen t
3n tim bres, sa brochure traitan t de la
g9
A, DOUDIN, Bex
cts.
SOCIETE
I
°Î1 chroniques, Toux spasmodique", Néphrites, Qravelle, Catarrhe vésical.
Affections de la Prostate et de VUrèthre,
j irritations de la qorqe et de la poitrine•
e t du grison n em en t prém aturé, de leurs cau ses
en g én éral e t des m oyens d’y r o m A d i « r .
T J lm u ü î^ ^ n T v ttn ê ^ ^ T Iâ îâ îr ie a dos Daines
— P on sion naires —
577
F « c i n e , j e n ’a i p a s tr o u v é d e re m è d e
« n lu « e ffic a c e q u e le s e s c a r g o t s c o n t r e
c le s ir r ita tio n s d e p o itr in e . •
« D 'C u r b b t i i n , d e M o n t p e l l ie r . »
G o û t e x q u is , e f f ic a c ité p u i s s a n t e
— - w — y-f c o n t r e JRhumes, Catarrhes
cts.
Gueriion fréquente, Soobgcment toujours c«rtain
) SMcesciIS,cr<g
PATEetSiROP d'ESCARGOTSde
MURE
« D e p u i» 5 0 a n * q u e j ’e x e rc e l a m éd e -
M
5 à 20 francs par jour à fous.
Mad. F o u r c a d e
■
, M A L A D IE S^ N E R V E U S E S
]
0 .2 0
50
40
Â:
FABRIQUES
Ososs.tf* Saint'Quy,
E tr a n g e r
0 .1 5
475
R eco n n u es le3 m e ille u re s .
•av.woi.
S
féÜAaaoPî ifS SU llHiilSg àP o n t- S t-E sp r it(Garo| A.GÀZ AüêâE, GendreotSucl-,PL«>nda lrociasao. [
à vendre: Breaks, Victori .s, Vis-ii-yis
Landaus, Chars de chasse, Phaëtons, T i l ­
burys. Cabriolets, Ducs, Chars h bancs
Camions, etc.
533
GIRAIIDIN, rue du Lac, 12, Genève.
211, quai des Borgnes, Genève.
. _W*1—
l*rix fr. 3 .5 0 et 5. —
Pharm acie V. Pitteloud. Sion (586)
h«
S u isse
0 .1 0
L’abonnement à l’aimée 1906 donne droit
à l'insertion gratuite d’une annonce de 10 IL
gnes, à paraître sous la rubrique des petites
annonces. — Les annonces sont reçues à toute
heure aux bureaux du «Journal».
du « J o u rn a l. »
rabattem ent, l ’ir r ita b ilité migraine, l’iuso m n ie , les convulsions nerveuses, le trem ­
blement des m ains suite de m auvaises habitu­
des, ébranlant les nerfs la n é v r a lg ie la
n e u r a sth é n ie so'us toutes formes, épuise­
ment. n erv eu x et la f a ib le s s e
(les
n e r fs , Rem ède fortifiant, le plus intensif de
tomt le systèm e nerveux.
W. 149 3.
:
j
j
j
j
\
'
Banque pour obligations à primes
DIITIANDHX PARTOUT les
in te llig e n te auprès de 3 person n es ad u ltes
pour faire le m én a g e ; sa ch a n t cuire désiré,
m ais n on absolu m en t n écessaire. Bon tr a ite ­
m e n t agréab le.
SION
.
l’A d m in is tra tio n
C antou
La ligne ou son espace
Minimum (5 lignes) . .
Réclames
......................
«s
D e m a n d e z ce thé à votre é p icier .
Prix du flacon frs. 2.50, où il n’y
a pas de dépôt, envoi direct contre
remboîtes par le dépôt général.
s a m e d i
Annonces :
Bue du la Dent-Btacta,
Maison E. STEINMANN j
9
et
& E <pédition :
T h â c d6 Ceylan
1 1169 d e C h i n e «
BEAUTÉ - VENUS
pour conserver toute la fraîcheur
de la jeuitesse pour supprimer sûre­
ment les tacites de rousseur, tanne,
hftle, rougeur, taches jaunes et tou­
tes les impuretés du teint.
500
H -2678-G
m a r d i,
On peut s ’abonner en loin teinp'. soil à l’Administration du > Journal t. soit dans les bureaux de poste.
L e ,,B U L L E T IN " O Ft’IC IE L 11 est jo in t en su p p lé m en t au
prix do fr. 0 . 6 0 par sem estre'
LAIT
le
Administration
L’abounement est payable par semestre (6 mois)
ann ée
N I O I \
La plus ancienne e i la plus grande maison d’expédition
de chaussures de la Su isse.
tD u a c u ss c e s s n ta
LA
TISA N E FRANÇAISE
reconstituante
P L U S DE
des Anciens Moines
guérit radicalement toutes les maladies d’estomac, du foie et
des intestins ; gastrites, dysepsies, digestions difficiles, etc.
F.lle chasse la bille les glaires, les rhumatismes, les vices du sang et des
humeurs. Cette bienfaisante, T isan e Frrançaise des A nciens Moines composé
avec des plantes des Alpes et du Jura est dépurative, laxative, apéritive, antibilieuse
fortifiante et antirhumatismale. Approuvée par la Société d’Hygiènc de France.
Le flacon (avec brochure explicative) 4.50, par 3 flacons 12 franc*. En
vente dans toutes les pharmacies et au Dépôt principal, DEROUX, pharmacien
à Thonon-les-Bains, qui expédie franco. Dépôt à Sion, Pharmacie Pitteloud 316
.—i
l
Ôj>
#
-
S»
Maison de confiance fondée en 1896
Spécialem ent p ré p a ré p o u r l a T o i l e t t e
A telier spécial, pour rh a b illa g es de m on tres de tous
genres, aux prix les p lu s b as. — On accep te en p a ie ­
m en t, Iss v ieille s b o îtes de m on tres or e t argen t. 350
e t l ’asage dom estique, adoucit l ’eau, em bellit le teint, nettoie tout
objet de m énagé. Mode d’em ploi dans chaque botte.
»
Se vend partout en cartons de 15, 3 0 Sc 7 5 c e n ts .
S e u l f a b r i c a n t : H e l n r i c h l l a c k à I - 1 m b/I>.
»
5 0 M I L L I O N S I>E FRANCS
dans l’espace de 24 mois
QfiTIC! YHQflIllA c*' (^ une man'^re 1®"
O tH lù llu lJ U u gale on peut obtenir
d’énormes gains en adhérant h un
SYNDICAT
avec fr. 5 ou fr. 10.
Cotisation mensuelle
(ou fr. 220, versement net)
Que personne ne négligé de demander
le prospectus détaillé qui est envoyé gratis
et franco.
555
EFFECTENBANK à BERNE
MAISON V. M A C m m
V ia C esare C orrenti, 7, M ilan
PKI
MANDOLINES en palissandre et nacre
F r . 1 3 , 1 5 .7 5 , 1 8 ,7 5
Q ualité e x tr a : F r . 2 5 , 3 0 , 1 5 0
G U IT A R E S ; Fr. 7.50, 12, 15 à 100
Aristons, Flûtes, Cla rinet tes
D em and ez, a v a n t de faire tou te com m ande
ailleu rs, notre catalogu e, N o 23 qui e s t en­
v o y é gratis.
...■*<;•***>.
FROMAGE maigre
pâte tendre et salé, par meule de 15-20
kg. â85 et, le kg. En détail depuis 5 kg.
â 95 et. le kg. Envoi contre rembourse­
ment.
C. W ælti, Ruetlingou. Berne.
1
Bulletin politique
i
•
•
r
La mort d ’un diplom ate
Le d'île d'Almodovar, ministre des affaires
étrangères d’Espagne, dont le nom a été ren­
du populaire à la suite, de la conférence d ’Algésiras q'u’il présida, est mort samedi. ajnèsmidi.
Il était depuis plusieurs mois gravement ma­
lade; néanmoins M. Moret avait insisté pour
le faire reprendre le porte-feuille des affaires
étrangères dans le cabinet reconstitué récem­
ment.
C’est lun diplomate habile et un des hommes
d’Etat les mieux qualifiés de l’Espagne qui
disparaît de la scène du monde politique. La
presse espagnole lui consacre des articles élogieux ©t retrace sa carrière.
Le duc d’Almodovar, fils d’une riche fa­
mille bourgeoise andalouse, devait son titre
à sa femme la duchesse d ’Almodovar del Rio.
Il avait été élevé en Angleterre parlait bien
l’anglais et le français, e;t avait conservé de
son long séjo'ur en Angleterre des sentiments
anglophiles.
Il a été trois fois ministre des affaires étrangères. D’abord en mai 1898, en pleine guer­
re hispano-américaine, après la défaite de Ca­
vité. Puis en 1901, puis à la veille de lia con­
férence d’Algésiras. Désigné pour présider l’as­
semblée des diplomates qui devait apaiser le
différend franco-allemand en réglant provisoiment la question du Maroc, il fit preuve (durant
ces semaines difficiles, de beaucoup de tact,
d ’habileté et de sagesse. La conférence terminée
le roi d’Espagne lui conféra la Toison-dOr,
distinction rarement accordée à. Un homme d ’Etat.
CONFEDERATION
La réorganisation m ilita ire
COURS DE REPETITION
On a entendu, à la séance de vendredi, au
Conseil des Etats, 'une très intéressante dis­
cussion au sujet des cours de répétition. On
sait que le projet de réorganisation militaire
prévoit des cours annuels ; mais d’une duirée
moindre que les cours actuels.
«M. Hoffmann (St-Gall) expos© la nécessité
des cours de répétition annuels, au moyen des­
quels on a obtenu d’excellents résultats dans
la cavalerie. Les cours de répétition sont ré­
duits à onze jours et concentrés sur les jeu­
nes classes d’âge; à vingt-sept ans, le service
dans l’élite est en fait terminé. Ceci est d ’une
portée économique considérable. Quand le sol­
dat rentrera en service, il supportera Ja dis­
cipline et les fatigues avec beaucoup plus d’en­
train que s ’il n ’avai't plus fevêtu l’uniforme
depuis deux ans.
M. Schumacher (Luoeirne) développe un amendement tendant à renvoyer l’art: 100 à
la commission, en l’invitant, à le modifier dans
le sens suivant : laisser les cours de répétition
bisannuels à quatorze jours ,s.auf pour la ca­
valerie où ils resteraient annuels. Dans l’énumération du nombre d© jours de service, il lue
faut pas compter le sixième cours de répétition
qui n ’a jamais été exigé; le projet prévoit en
fait une augmentation de service de dix-huit
jours. Si sept classes d’âge seulement sont ap­
pelées en service, on n ’obtiendra pas en ma­
nœuvres une image exacte de la guerre; nous
n’aurons que des squelettes de bataillons. D’a ­
près le projet, les soldats feront dans la fandwehr un cours de répétition, après avoir quitté
le service pendant sept ou huit années peutêtre. Quel le sera, dans ces conditions, la valeur
de cette période d’exercioe?
M. Schernetr (Bâle-Ville). Il n ’est pas juste
d ’éliminer dans l'énumération des jours de ser­
vice, comme fait M. Schumacher, le sixième
cours de répétition, qui a été souvent exigé,
et les jours d’inspection, qui sont, au point fie
vue économique ,des jours de service. Le sim­
ple soldat nie! Va pas aussi loin que 'M. (Schu­
macher. Dès qu’il saura que l’on n ’exigera pas
de lui davantage de jours de service quie l ’on
ne pouvait exiger de lui jusqu’ici, il se sou­
mettra volontiers à la loi. M. Schumacher se
trompe, quand il croit qu’au point dei vue écono­
mique des cours de répétition de onze jours
sont défavorables. Il vaut mieux, pour les
affaires ,un plus grand nombre! de courtes in­
terruptions. Lei soldat ressentira le nouveau
système comme Un allègement.
Quand le service sera fait d’une façon moins
hâtive, moins nerveuse, notre soldat y prendra
davantage de plaisir. Notre soldat aime son
service; il grogne souvent ,mais si nous de­
vions juger de la qualité des maris d’après l'o­
pinion qu’ils affichent du mariage1, nous aquerrions une idée bien fausse de la solidité des
ménages. (Rires)
Actuellement, on est obligé, dans les cours
de répétitiop, de reprendre l’instruction qui a
été faite d’une façon insuffisante à l’école de
recrues. Il s ’agit d’apprendre solidement son
métier de soldat à 'l’école de recrues, de façon
a être dispensé de recommencer dans les cours
de répétition l’école de soldat, le tir, etc. Avec
le nouveau système, les soldats, auront une
instruction militaire si solide que les miliciens
des classes d’âge les plus anciennes seront en
cas de guerre d’une valeur absolument équi­
valente de celle des plus jeunes soldats, bien
que n’ayant plus fait de service pendant quel­
ques années.
L ’avantage militaire des cours annuels est
à la vérité moins évident pour la troupe ique
pour les cadres, sur lesquels un repos de deux
ans agit d ’une façon pernicieuse.
M. M'uller ,chef du département militiraire
dit que les cours annuels sont une ancienne re ­
vendication. Il en était déjà question lors de
ta révision de la Constitution de 1874. Ils
existent dans la cavalerie pour le plus grand
bien de cette arme. Ce n ’est pas une imarottej.
mais 'une réforme depuis longtemps réclamée
par les milieux militaires.
Jusqu’à vingt-cinq ans, le temps est loin
d ’avoir Une valeur économique aussi consi­
dérable que plus tard. Soixante-dix jours sous­
traits aux affaires produisent à vingt ans une
moins-val'ue deux fois moins considérable qu’à
trente ans.
L'amendement Schumacher présente l ’incon­
vénient d’obligetr le milicien à être en service
deux dimanches au cours de répétition, tandisqu’avec la nouvelle organisation nous n ’aurons
qu’un seul jour férié. La troisième semaine
serait entamée, sans avantage pour1 l’instruc­
tion.
Avec le système de la commission, nious
aurons une armée solide, où tous les officiers,
sous-officiers et soldats seront pénétrés de sen­
timents de solidarité, de discipline et de con­
fiance. »
Au vote, comme nous l’avons déjà annoncé
vendredi, l ’amendement Schumacher, appuyé
par M. Python (Fribourg) a été rejeté et le
Conseil des Eta|bs a Voté l’article prévoyant que
les cours de répétition seront annuels et du­
reront 11 jouas.
Arts &, m étiers
223 délégués représentant 118 sections ont
participé dimanche, à l’assemblée annuelle de
la Société suisse des Arts et Métiers( Gewerbevereiin), à Aa,rau.
U a été décidé en principe d’accorder à lia
Suisse romande, un troisième représentant au
comité central. Ont été élu comme tels, à la
place des deux représentants démissionnaires,
MM. William Haenny, ingénieur à Sion, et
Schmidt, maître serrurier, à Neuchâtel.
S ituation tendue
A la demaaid© du gouvernement austro-hon­
grois, le Conseil fédéral a autorisé le minis­
tre de Suisse à Vienne à signer la déclaration
portant que l’application provisoire du irri­
té de commerce entre la Suisse et l'AutricheIlongrie pourra être prolongée jusqu’au mo­
ment où l’échange des ratifications pourra être
obtenu, c’est-à-dire, très probablement jusqu’au
1er août. D’après l ’article 16, le traité devait
entrer définitivement en vigueur le jour de
l’échange des ratifications, qui devait avoir
lieu au plus tard 1© 1er juillet.
* * *
Ainsi que nous l’avons annoncé ,dans no­
tre dernier numéro, le gouvernement espagnol
a présenté jeudi au Conseil fédéral ses de­
mandes et offres concernant un nouveau traité
de commerce définitif ©t a proposé un nou­
veau provisoire, qui serait appliqué jusqu’à l’en­
trée eu. vigueur du traité. Les marchandises
suisses seraient soumises en Espagne, à par­
tir du 1er juillet, aux nouveaux droits énormé­
ment surélevés du tarif minimum de ce pays,
du 23 mars, auquel le gouvernement, en suit©
d’une autorisation des Cortès, a apporté di­
verses réductions, mais qui ne sont pas encore
connues à Berne. En revanche, la Suisse de­
vrait appliquer aux marchandises espagnoles
son tarif d’usage, soit pour les vins le droit
conventionnel de fr. 8.
Le Conseil fédéral a chargé vendredi, par
télégramme, le consul général suisse à Ma­
drid de remettre immédiatement au gouverne­
ment espagnol les déclarations suivantes:
1° Le Conseil fédéral décline les propositions
espagnoles pour tè nouveau provisoire. Il ne
pourrait donner son consentement qu’à une
prolongation p'ure eit simple du statu quo, soit
jusqu’au l (r septembre 1906, soit jusqu’au 1er
juillet 1907.
Si le gouvernement royal est disposé à cela,
le consul général suisse est autorisé à signer
une déclaration de prolongation. Dans le cas
contraire ,1e Conseil fédéral considérera que
les relations Commerciales cessent d’exister à
partir d'u 1er juillet.
.
2° Les demandes et les offres espagnoles
concernant un nouveau traité de commerce
définitif sont si défavorables pour la plupart
des plus importants articles d’exportation
suisses que’le Conseil fédéral les trouve absolu­
ment, inacceptables. Il ne pourrait se résoudre
à continuer les négociai ions si Je gouvernement
espagnol n’est pas en mesure de lui faire Id’autres propositions.
M. Moret, interrogé s'ur la question des rap­
ports commerciaux hispa.no suisses, a déclaré
que la situation préoccupait le ministère. Il
a ajouté que la Suisse négociait également
avec la France et qu’il convenait d'attendre 1©
rés'ultaf de ces négociations.
Une délégation de la meunerie de la Cata­
logne a reindu visite vendredi à M. Moret. Le
président du Conseil l ’a renvoyée au ministre
des finances en lui recommandant de ne pus
réclamer les admissions temporaires qu’il est
impossible d’accorder tant que les nouveaux
tarifs ne sont pas en vigueur. D’autres délé­
gations de l 'industrie et du commerce ont for­
mulé des réclamations contre les tarifs.
On mande d’autre part de Madrid:
En raison des difficultés opposées par la
plupart des gouvernants étrangers à l’accep­
tation de la colonne minima du nouveau tarif
espagnol, l ’Imparcial et les autres feuilles li­
bérales conseillent à M. Moret d ’adopter mue
résolution énergique pour suspendre l’appli­
cation du nouveau tarif jusqu’au moment où
Journal et Feuille d'Arli du Valais
le gouvernement pourra demander aux futures
Cortès un bill d ’indemnité pour cette suspen­
sion et l 'autorisation de réformer le tarif con­
certé s'ur les évaluations fictives de la com­
mission, destinées 'uniquement à favoriser les
intérêts de certains industriels.
*
*
*
Le conseil des ministres a autorisé M. Mo­
ret à continuer les négociations avec la Suis­
se en vue de la conclusion d’un « modus (vi­
vendi» douanier- provisoire. En attendant, on
travaille sans désemparer, au ministère des
affaires étrangères et au consulat et. à 1a. chan­
cellerie de l’ambassade d’Allemagne, pour con­
certer 'une convention dans la,quelle l’Allema­
gne obtiendra des concessions considérables
au-dessous de la seconde colonne du tarif es­
pagnol pour- ses principales Importations. L’i­
dée du cabinet espagnol est d ’essayer de déci­
der toutes les autres puissances à accepter com­
me régime provisoire la colonne minima du ta­
rif avec lies modifications accordées à l’Alle­
magne.
,
•
V A E A IS
D écisions du Conseil d’Etat
— 11 est porté un arrêté convoquant, les as­
semblées primaires du district de Sierre pour le
8 juillet prochain à l’effet d’élire un député au
Grand Conseil en remplacement de M. J.-M.
de Chastonay, décédé.
— M. L. Bressoud député à Viomiaz est dési­
gné connue expert de l’Etat et président d© la
commission chargée de la taxe des terrains
à exproprier pour la construction de la route
Valettes-Plan de l’Eau-Champex.
— Sont approuvés les plans de la maison
d'école de Médières (Bagnes) sous réserve de
modifications au plan de situation.
Le tra fic au Sim plon
Le trafic du Simplon continue à se dévelop­
per d’une manière réjouissante. Les voyageurs
sont nombreux
Dimanche, le service d’exploitation de l’ar­
rondissement de Lausanne a procédé à des
essais de vitesse sur le parcours Daillens-Brigue, soit sur la partie de la ligne Idu Simplon
qui possède la double-voie. Des essais ana­
logues avaient déjà eu lieu il y a deux lans,
mais le contrôle fédéral avait hésité à autoriser
l ’application des vitesses possibles. On mar­
che aujourd’hui à 50-55 kilomètres l ’heure. Les
essais d e dimanche se sont faits à 90 kilomètres
et plus. Il est probable qu’à partir du 'Ie'' (juil­
let lies express du Simplon marcheront à cette
vitesse. Le contrôle fédéral assistait aux es­
sais.
Les essais de traction électrique dans le tun­
nel ne sont pas encore terminés. U y |a floujours des accrocs, des pannes, de petits ac­
cidents de machine. On espère pourtant que
le jour viendra où Je programme pourra être
complètement suivi. En ce qui concerne les
câbles on écrit de Berne :
« Les communications téléphoniques Lausanne-Milan par le câble du Simplon fonctionnent
à souhait. On peut téléphoner de Berne à Mi­
lan, à Gênes, et, un peu moins aisément, à
Rome; l'autre jour, un abonné qui demandait
la capitale ©u|t même la satisfaction, à la (suite
d ’une erreur d’un employé, d’entendre un clair :
«Pronto Napoli!» En revanchei, le fil télégra­
phique est si fortement influencé par la traction
électrique que jusqu’à présent on a dû renon­
cer à s ’en servir; lés messages télégraphiques
continueront à passer par la ligne du col. Des
délégués de l'administration italienne se ren­
dront très prochainement sur les lieux afin
de constater l’impossibilité de se servir d’un
seul fil et, d’accord avec eux, la direction gé­
nérale des télégraphes prendra, des mesure^
pour assurer les communications régulières par
le Simplon au moyen du double fil; elle Ise
servira pour cela du second fil qui est c o n ­
tenu dans le cable.»
A ccident de m ontagne
On nous écrit :
Vendredi dernier, le propriétaire de la caba­
ne de Sl-Théodule, mon lait par le chemin qui
conduit de Zermatt au col de St-Théodule avec
son mulet chargé de couvertures et de diffé­
rentes provisions pour la saison'. A im détour
du chemin, comme le conducteur marchait un
peu en. arrière, le mulet disparut. U avait «fait
un faux pas et était tombé d’une grande hau­
teur dans le torrent de Furgen.
Pour un peu d’eau
U arrive souvent qu’à la saison des arrosa­
ges, le partage des eaux donne lieu à des qu1©rellies voire même quelquefois à des scènes
de pugilat où l’un ou l’antre adversaire s’en
tirent avec quelques bleus et d©s égratignures.
Cela passe encore; mais voici ce qui s’est
passé dernièrement à Champsec près de Sion.
Un homme arrosait son pré. Un second
survint et lui demanda de céder l’eau, disant
que c’était son tour de pouvoir arroser. Sur
ce refus du premier et querelle. Le second |alors saisissant sa «delavre» (instrument pour
creuser les rigoles) en asséna un coup si
violent sur la tête de son adversaire qu’il lui
fendit le crâne. Le blessé a été transporté à
l’hôpital de Sion; son état est grave.
En dram e sanglant à Xendaz
Dnnanche 24 juin, -un drame sanglant s ’est
déroulé à Haute-Nendaz, village cependant pai­ tel le lever de l ’astre des nuits; vraiment lie
sible où des scènes de ce genre doivent être spectacle valait la peine d’être vu.
rares.
11 est vrai que depuis quelques années, l'es­ Communiqué de lu station viticole
prit de discorde politique a pénétré jusque là1. Hlildiou. — Ainsi que nous l’avons an­
haut parmi ces braves montagnards ; et il est noncé, soit dans l’enquête sur le mildiou, soit
triste, de constater une fois de plus que d©s dans le communiqué concernant le premier
citoyens d’un même village, qui devraient en- : traitement en 1906, la Station ne donnera
plus comme les années précédentes l’indica­
t retenir entre eux de bonnes relations, se bat­ tion de la semaine dans laquelle s ’opèrent l©s
tent pour des idées de parti; car c’est bien'là 2e, 3e et 41 traitements dans les vignes d ’essais.
nous a-t-on dit la cause première de ce 'drame. Ces dates sont déterminées par celle du pre­
Outre cela, il y a encore la question du (par­ mier traitement., étant donné la règle que, dans
les aimées à mildiou, l'intervalle entre deux
tage de la montagne et des droits d’alpages.
s'ulfatages ne doit jamais dépasser vingt, jours.
Une assemblée avait été convoquée préci­
2. Chlorose et ja u n isse. —■ De nom­
sément dimanche pour s ’en occuper.
breux renseignements provenant de diverses
Au sortir de la réunion, une rive discussion régions de la Suisse, romande nous signalent
qui ne tarda pas à dégénérer en dispute, (s’en­ Un peu partout des vignes atteintes de jau­
nisse. Cette affection, plus ou moins marquée,
gagea entre plusieurs citoyens d’opinions po­ se borne en général à communiquer aux feuil­
litiques différentes. A bout d’arguments quel­ les une teinte pâle, mais peut dans certains
ques uns d’entre eux saisirent des pavés qu’il cas plus graves occasionner leur dessèchement
lancèrent contre leurs adversaires. L’un deces partiel ou total.
derniers du nom de L..., homme rangé et. point
Les pluies si abondantes de l’autourne der­
batailleur, reçut dans le ventre, un coup de nier doivent avoir provoqué le développement,
couteau qui lui fit une blessure profonde exagéré de la chlorose, d’une part dans les
terrains très calcaires, en facilitant la décompo­
de huit centimètres. Le malheureux s ’af­ sition du carbonate de chaux et son absorption
faissa, prononça encore quelques mots puis per­ par les racines, de l’autre dans les places (at­
dit connaissance. Le docteur Dardel, en villé­ teintes d'u moisi des racines (pourridié), en
giature aux mayens de Nendaz, mandé en toute favorisant le développement de ce champignon.
hâte, lui donna lie,s premiers soins et ordonna Nous avons été frappé récemment de la chose
dans le vignoble situé entre Sion et Sierre, (où
son transfert à l’hôpital diei Sion.
le dernier arrosage des vignes a exagéré lacliloEmotionnées, par la vue du malheureux bles­ rose; partout, dans les places atteintes, on
sé, plusieurs femmes pleurent sur son p a ssage; rencontrait le moisi des raciales.
l’une d’elles s’écrie en joignant les mains :
Les parcelles fraîchement fumées, dans les­
quelles
le sol est. par suite entretenu dans (un
« Jésus Marie, ils en ont encore tué un ! !Si
c’est possible aujourd’hui que c’est si belle état d’humidité marquée et où le mycélium
du pourridié trouve de bonnes conditions de
fête, la St-Jean et encore dimanche!»
développement, présenteront, aussi par places
L’état du blessé est, très grave; toutefois une chlorose très accentuée.
si aucune complication ne survient, on espè­
Nous avons toutes raisons de croire qu'avec
re le sauver.
les chaleurs la jaunisse ne tardera pas à dis­
Station viticole de Lausanne.
Une enquête est ouverte pour établir lejs paraître.
responsabilités.
Encore un m auvais coup
Une troisième victime d’une chicane a été
transportée ces jouns-ci à l’hôpital de Sion,
c’est un habitant d’Ayent qui a reçu une bou­
teille sur la tête et porte une gravie blessureh
Carrière de m arbre
Une importante Société allemande a ouvert
une nouvelle carrière de marbre à Collombey.
Plus de 20 ouvriers travaillent déjà sous la
direction de M. L. Chervaz.
^
Incendie
En incendie a détruit, vendredi soir, à Vionnaz une grange située au milieu du village. >
Le feu a pu heureusement être circonscrit.
B ouveret—Un b atelier noyé
On nous écrit:
Ce matin, lundi, on a trouvé dans le port
du Bouveret, la cadavre du batelier Charles
Stacker.
On croit qu’il s ’est, endormi sur la proue 41u
brick et .réveillé en sursaut, il aura fait lun
faux pas et se sera précipité dans le lac.
Sauvé des eaux
Vendredi, vers 9 h. du soir, quelques em­
ployés du Chalet de la Forêt au Bouveret,
prenaient un bain dans le lac. L’un d'eux glis­
sa sur les pierres de l’enrochement, et dis­
parut par 4 ou 5 tmêtres d ’eau dans Ile lac, Isous
les yeux de ses camarades, impuissants à lui
porter secours car ils ne savaient nager ni les
uns U.i les autres. A leurs cris accourut M.
Tschiabold, qui habite sur le quai. Sans hési­
ter eit sans prendre la peine d’ôter ses habits,
il sauta à l ’eau et après avoir plusieurs foi$
plongé, fut assez heureux pour ramener lé
noyé, qui était resté de 8 à 10 (minutes isous
l’eau, et qui ne revint à la vie q u ’au .'bout de
30 minutes d’efforts persévérants et ininter­
rompus. Il se souviendra longtemps de son
bain.
Vendredi cliair... m angeras
La fête de St. Pierre tombant cette année Is'ur
'un vendredi, Sa Sainteté Pie X a bien Voulu
lever pour ce jour-là la défense de faire Usage
d’aliments gras.
Les feu x de la St-Jean
Un 'usage très ancien veut qu’à la veille (de
la St-Jean, on allume de grands feux de joie
sur les montagnes. Cette coutume n ’est pas
près de disparaître ; preuve en est que jamais
peut-être les «baux» n’ont été plus nombreux
que cette année. La soirée de samedi était bel­
le et l’on a pu admirer à son aise ces îeux
de joie brillant sur les hauteurs, sur les Ver­
sants des Alpes bernoises et des Alpe^ valaisannes, constellant la montagne de façon très
pittoresque. Aux mayens de Conthey, le ha­
sard les avait disposés de telle façon qu’on
eut dit un immense croissant pliant d’pn j^oint
à l’autre des alpages. Ici ils formaient, une cou­
ronne autour d’unie crête sombre se profi­
lant dans la nuit là on voyait ijpllir ’lalgerbe
de flamme sur le profil d’une haute colline
AVI S
w
En raison de la fête de St. Pierre, 'le jpro(Wcliain N° du «Journal »paraîtra jeudi soir.
*
*
*
o r Les lecteurs du « Journal » sont priés d’ex««■cuser le léger retard dans la distribution du
««■présent numéro, retard dù à Tinterruptioar
û r d e l’énergie électrique durant toute la jouro r n é e de lundi.
NOUVKlilÆS III! N CANTONS
Argorle
TROP GROS BONI
Le Conseil d’Etat d’Argovie a interdit aux
Salines du Rbin le versement aux actionnaires
d’un excédent de fr. 500,000. Il a décidé Ide
procéder à 'une enquête et a convoqué le Gd.
Conseil pour le 6 juillet, afin de s ’occuper
de cette affaire.
Berne
LA MONTAGNE HOMICIDE
Un accident est survenu dimanche matin à
8 h. et demie, au Stockhorn. Un jeune homme
de 25 ans, nommé Marti, ouvrier électricien
à Berne, faisait avec 'un ami l'ascension de
la montagne. Arrivés au point où l ’on aborde
le rocher, les deux amis s ’engagèrent sur un
champ de neige. Marti perdit l’équilibre, rou­
la le long de la pente, culbuta sur lui-même à
de'ux reprises, puis fut précipité dans le vide.
Son camarade ,en voulant se porter à bon Re­
cours ,faillit subir le même. sort.
L’accident avait été observé par d’autres tou­
ristes qui sont partis immédiatement à la re­
cherche du malheureux. ILs l’ont trouvé gisant
au pied de la paroi de rochers, le crâne (fra­
cassé. On croit que la m|oift a dû lêtr© linstantar
née. Le corps a été descendu dans la plaine
sur une échelle.
La victime était bien équipée, expérimentée
et vigoureuse. On croit que Marti a dû S’a­
vancer trop loin sur le champ de neige.
Fribourg
UNE MEPRISE
«L ’Eclair» de Paris publiait, dernièrement
un télégramme annonçant que la gagnant du
million à un récent tirage de la loterie de lia
presse était un employé du chemin de fer de
Fribourg nommé Anet. Celui-ci aurait été en
procès, à cause du billet, avec une banque fle
Genève.
Or ,1e directeur de la Société de Crédit (suisse
à Genève qui a vendu le billet gagnant a dé­
claré ce qui suit à un reporter :
« — Il ne s’agit là quel d’une mystification.
Anet n ’est pas le nom d'un homme, mais Id’une
petite localité près de Fribourg. C’est comme
si vous parliez ici de M. Lonjumeau.
Le gagnant du million a été payé parlmonlétablissement .Je vous dirai même qu’il n ’était
pas très pressé; il est bien resté un unois la­
vant de retirer ses fonds.
— Et comment s ’appelle-t-il?
— Je ne puis dire son nom. J ’ajoute que
le secret a été si bien gardé que Ises tamis
particuliers ne se doutent même pas de sa
chance. Il n ’a rien changé à son genre ide Vie.
— Ce ne devait pas être un miséreux ?
— Je peux assurer que non. »
Vaad
LE TIR CANTONAL
Le 37e tir cantonal vaudois a été ouvert (sa­
medi matin à Nyon.
&-■
La bannière cantonaLe venant d’Yverdon, où
en 1899, a eu lieu le dernier tir cantonal, est
arrivée à 10 heures, accompagnée d’une dé­
légation du Conseil d’Btat, de tireurs yverdonnois et du comité central des sociétés vandoises de carabiniers.
A l’arrivée du train, un cortège s ’est formé
à la gare et s ’est rendu à la cantine.
A la cantine, la bannière a été présentée
par M. Armand Piguet, député, vice-président
du tir cantonal de 1899 à Yverdon; elle la
été reçue par M. Louis Gottofrey, président
du tir cantonal de Nyon.
C’est M. le conseiller d’Etat Ad. Thélin qui
a prononcé le discours d ’ouverture du tir.
Au banquet ,1e toast à la patrie a été (porté
par M. le conseiller national Juste Lagier.
Dimanche a été la journée, des tireurs gene­
vois. La recette de la journée a été de fr.
24,534 50. 11 a été tiré 35,430 cartouches de
fusil, 21G0 cartouches djei pistolet et 50 cartou­
ches de revolver.
*
*
*
M'ONTREUX-OBERLAND BERNOIS
Dès le 1 7courant circulent sur la ligne Montreux-Oberland bernois des wagons-restaurants
q'ui sont intercalés dans lies trains de midi pt
du soir. Ensuite d’une livraison tardive par
la fabrique la mise en service des wagonsrestaurants a été différée du l or au 17 courant.
Les voitures sont équipées avec un confort luxiueux et peuvent décidément être désignées
comme les plus belles de ce genre circulant
sur le réseau des chemins de fer suisses- La
longueur totale do ces voitures est de 15 imètres, leur poids de 18,5 tonnes. Pendant la
marche, elles ont 'une stabilité parfaite et une
grande do'nceur de roulement, grâce1aux dou­
bles ressorts dont elles sont munies. Le M.O.-B. est le premier chemin de fer à voie
étroite qui a introduit dans ses trains un ser­
vice de wagons-restauranfs.
E C HOS
LE RECORD DE L’ALTITUDE
Le record de l ’altitude vient d’être battu
par un ballon-sonde lancé à Paviei et qui lajêté
retrouvé à 50 kilomètres de son point de 'dé­
part.
Les instruments enregistreurs indiquaient
que l’aérostat minuscule avait atteint 21,000
mètres de hauteur.
f
(
Le thermomètre à miinima marquait 31 de­
grés au-dessous de. zéro.
*
*
*
CEDRE ET CRAYONS
Ce ml’ejsit pas le crayon qui va manquer; il
ÿ>a toUjou rs de 1a m ine; de plomb (en |abondance !
mais le cèdre rouge dont on l’enveloppait, dis­
paraît de plus en plus de la Floride. On jie
s ’en était pas préoccupé jusqu’ici; on sel di­
sait qU’il y aurait toujours assez de cèdres, !>t
l ’on taillait une si grandie quantité de crayons
dans un seul de ces arbres, qui atteignent
jusqu’à 25 mètres die; haiu;t! Mais, à force 'de
prendre des cèdres, on les a peju à pjéu (épuisés ;
et si Ton ne découvre pas un autre (arbre (ayyant les mêmles propriétés, on sera bientôt
forcé de njel plus fabriquer des crayons qu’en
les entourant, de papier.
Où sont les forêts du Liban, dans lesquelles
le roi Salomon trouvait de quoi tailler non (Tes
crayons, mais des palais?
*
*
*
CUISINIER DECORE
Sisowath, roi de Cambodge, qui vient de
passer par Marseille, se rendant à Paris, est
un bon roi et il aime la bonne (cuisine. 11
semble même la préférer à la politique. Qui
donc saurait le lui reprocher?
Aussi l’excellent monarque entend-il ne pas
être un ingrat et laisser un petit souvenir à
ceUx qui ont su satisfaire àux exigences de (sa
vieille gourmandise extrême orientaleSisowath a donc décerné dans un geste tout
à fait charmant et spontané, l ’une des plus
flatteuses décorations de son pays au cuisinier
du préfet de Marseille .Est-ce une croix, un
bijou, un ruban!,, - ou même un cordon bleu,
comme il conviendrait? L’histoire ne le dit
pas... Mais ce qui est certain, c’est que (le
cuisinier de la préfecture a été décoré et que
le préfet ne Ta pas été. Voilà un (serviteur
qui ne verra pas de quelque temps augmenter
ses gages.
* * *
NOUVEAU MONDE
Un télégramme de Shattle annonce qu’à la
suite d’une terrible tempête survenue après
une éruption sous-marine ,une nouvelle île d’u­
ne assez grande étendue est. apparue au-dessus
des |eaux.
Cette île se trouve dans la mer de Behring
à quelque distance d ’une autre île qui date du
siècle dernier et qui a la même origine (éruptive.
L’eau environnant cette île est tellemélàt
chaude, qu’il est impossible d ’aborder.
*
*
*
UNE OMBRELLE A L ’USAGE
DES PICKPOCKETS
On signale l’introduction, dans 1©monde des
pickpockets, d’un nouvel instrument très in­
génieux, pour dépouiller les paisibles prome­
neurs: c’est Tombrelle-cisaille, récemment im­
portée d ’Amérique.
Des inspecteurs de la Sûreté de Paris ont
arrêté l’autre jour deux pickpockets d’origine
américaine, qui à l’aide de Tombrelle-cisaille
* coupaient les chaînes de montre des prome­
neurs ,e.t enlevaient les épinglettes.
L’ombrellet-cisaille se différencie d’une om­
brelle ordinaire — à laquelle elle ressemble
trait pour trait, au premier abord — par la
ï-À
l o u n a l & F e u i l l e d 'A r i» d u T a la ia
particularité suivante : elle est terminée à son gères. Le cercueil a été conduit à la station rant où se trouvaient trois policiers et un 'gen­
extrémité par deux becs de ciseau d’une extrê­ d ’Atocha et transporté à Gordoue où le corps 1 darme. Deux des policiers ont été tués; le
me finesse, que le pickpocket fait agir à l ’ai­ sera inhumé dans un tombeau de famille. troisième ejt le gendarme sont blessés.
de d’un ressort. Au gré de sa volonté, les 'becs j
Dans le cortège, on remarquait les infants
Une heure plus tard un sergent de police a
s’ouvrent ou se ferment sur les chaînes de
été
tué.
Carlos
et
Fernando,
les
membres
du
gouverne­
montre et les bracelets qu’ils coupent ét qu’un
ment,
les
corps
diplomatique
et
consulaire
et
compère n ’a plus que la peine de ramasser.
de très nombreuses personnalités politiques.
EGYPTE
N o u v e lle s à. l a m a in
MASSACRES D’INDIGENES
FR A N C E
Une définition.
Une expédition anglaise partie d’El Obeïd
QUATRE PENSIONNAIRES
après avoir relevé la garnison de Talodîi’ qui
Un jeune snob railleur voulant faire rire
ENGLOUTIES PAR LES FLOTS avait été attaquée par une tribu soudanaise,
aux dépens d ’un vieil intellectuel, lui demanda
A Brest, pour fêter des élèves reçues au s ’est dirigée sur Jebel-Illiri, dont les habitants
la définition du mot « rien »
certificat d’études, la directrice d’un pension­ donnaient asile aüx meurtriers des officiers
Cela lui valut la réponse suivante:
nat résolut de conduire ses élèves à 'une partie anglais. Après un combat qui a duré toute la
— C’est ce qui se trouve dans le tobafcte (vo­ au bord de la mer, distante de six kilomètres. journée du 15, le village a été capturé. 350
tre cerveau qui devrait contenir l’intelligence.
Dans l’après-midi, comme la chaleur était indigènes ont été t'ués et 100 faits prisonniers.
accablante, lies enfants demandèrent à aller
au bord de l'eau. A cet endroit, il n ’y (a pas
CANADA
de plage, mais de grosses roches que la in©T
INCENDIE D’UNE CATHEDRALE
vient battre: à la marée liante.
Un
incendie a détruit, dans la nuit de vendre­
Une douzaine de fillettes s’amusaient joyeu­
ALLEM AGNE
sement sur une grosse roche que les lames Ver di la cathédrale catholique romaine, la vieil­
naient effleurer. Soudain une lame de fond le église paroissiale et 'un couvent de Montréal
UN MONUMENT A DENIS PAPIN
Les dégâts sont évalués à quatre cent mille
La ville de Cassel (Hesse) vient d’élever un monta à l ’assaut de la roche qu’elle balaya dollars.
furieusement
.Quelques»
fillettes
s
’accrochèrent
monument à la mémoire -du physicien fran­
çais Denis Papin, lei «père de la machine là aux aspérités des rochers, mais quatre d’entre
elles furent enlevées, par la lame. La direc­
vapeur ».
\
E T A T S -U N IS
trice ne perdit pas son sang-froid. Quoique ne
Denis Papin, qui était né à Blois en 1647 sachant pas nager ,e!le se jeta résolument à
LES USINES QUI SE FERMENT
s’expatria en 1687 à la suite de la révocation la mer et parvint, après bien des efforts, à
On mande de New-York au Standard, le 25
de l’édit die Nantes. En 1707 il publia à Cas- rejoindre trois des fillettes. Les naufragé-es s ’aj uin :
sel sa «Nouvelle manière d’élever l’eau p,a l ­ erochèrent à elle. Deux des fillettes suspen­
«Une fabrique de conserves de Louisville,
la vapeur», traité qui fait époque. C’est à ce dues à son cou et la trois ièmie à (son 'bras. (Cette
même moment qu’il construisit son bateau giappe vivante était entraînée par le courant dans le Kantucky, a fermé ses portes à la
s'uite, disent les directeurs, des critiques des
à vapeur à quatre roues, bientôt détruit par très fort en cet endroit.
journaux et de la nouvelle législation hostile.
les mariniers de la Fuelda.
L’alarme avait été donnée. Un jardinier et
Elle consommait annuellement 330,000 têtes
*
*
*
un concierge étaient accourus avec une corde; de bétail et fournissait la moitié de la produc­
LES MUTINERIES DANS
ils la jetèrent à la directrice qui put îla (saisir. tion de Chicago.»
L’AFRIQUE ALLEMANDE A ce moment les trois fillettes lâchèrent prise
Plusieurs journaux, qui ne sont pas socia­ et furent entraînées par le courant.
listes ,persistant à signaler l’esprit d’iadisciToutes les tentatives ultérieures n’ont abou­
pline dans les troupes coloniales de l’Afrique ti q'u’à ramener trois cadavres sur les quatre
allemande, la Gazette de l’Allemagne du Nord fillettes noyées.
s ’attache à démentir ces bruits par la note
*
*
*
LOI SUR LES DENREES ALIMENTAIRES
suivante :
R e n ie , 25 juin. — Le Conseil fédéral vient
LES ANTIMILITARISTES EN LIBERTE
«Les renseignements parvenus par dépêche
Bénéficiant
de
la
mise
en
liberté
condition­
de proclamer le résultat officiel de la récente do­
au sujet de, l’informaltion publiée par le «Vorwærts», d’après laquelle des cas sérieux de nelle; quatorze des condamnés du procès an­ tation concernant la loi sur les denrées alimen­
mutinerie se seraicn|t produits parmi les trou­ timilitariste qui se termina le 30 décembre der­
pes allemandes de l’Afrique sud-occidentale, nier, ont quitté samedi soir la prison de Oa taires. Voici ces résultats :
Santé à Paris.
ont appris que :
'
Electeurs inscrits: 784,769. Bulletins vala­
Les douze premiers avaient été condamnés
bles: 394,157.
1. Depuis lie commencement de la ré volt©
des indigènes ,il ne s ’est produit aucun cas à un an de prison et les deux derniers ià quin­
La loi sur la police des denrées alimentai­
de manquement véritable envers les officiers; ze mois.
res a été acceptée par 245,397 voix contre 146,
2. Le tribunal militaire ,dont la compétence
! 760.
embrasse le nord de la colonie, a jugé cette
1
_
_
_
’i.
NORVEGE
!
•i
année de|ux cas d'indiscipline et d ’insubordi­
LE
COURONNEMENT
DE
HAAKON
VII
nation de soldats envers des sous-officiers por­
1
RELATIONS COMMERCIALES
Vendredi, dans la cathédrale de Saint-Clé­
te-épée. ElLe a condamné en tout cinq hommes |
ment ,construit© en'bois comme tous les édi­ ! B e r n e 25. — Informations prises, il n ’est
à mort et isielpt à des peines de (prison;
3. On n ’a aucun renseignement aiu sujet des fices de l’antique capitale de Trondlijem, quin­ pas encore certain que Ton arrive à conclure|un
sentences qui ont pu être prononcées par le ze fois détruite par l’incendie, le roi Haakon
tribunal compétent pour 1© sud de la colo­ a été solennellement couronné. Le prince et traité de commerce avec la France. Le gou­
la princesse de Galles, le prince Henri de vernement français n ’a pas encore répondu aux
nie.
Depuis le commencement de la révolte des Prusse, le grand-duc Michel de Russie, leprin dernières propositions qui lui ont été faites.
indigènes, cinquante) sept hommes frappés de ce et la princesse héréditaire de Danemark,
11 ne faut pas attacher trop d’importance à
punitions ont été ramenés en Allemagne pour les délégués de tous les pays européens, ex­
y s'ubir leur peine. Etant donné l’importance cepté la Suèdtei, dont, l’abstention est trop na­ quelques articles isolés publiés par les jour­
des effectifs et la durée de la campagne, ce turelle pour qu’on la justifie ont assisté à
nombre n ’a rien d'inquiétant, au point de vue cette cérémonie, dont l’origine remonte au pre­ naux français en faveur d ’une entente avec
mier roi norvégien régulièrement couronné ©n la. Suisse.
de la discipline.
* * *
Tan 1164 et qui s ’appelait Magnus Erlingsoen.
La commission de la Chambre française pour
Plus près de nous, Bernadette s ’était soumis
DEUX TRAITRES
Dêux ouvriers de l’usine Krupp ont été arrê­ à cette disposition de la Constitution norvé­ le larif minimum se réunit demain.
tés pour haute trahison et livraison de secrets gienne du 4 novembre 1814, qui disait: «Le
La commission du Sénat pour le même objet
couronnement et Ponction du roi ont lieu,si­
militaires.
'
tôt qu’il est devenu majeur, dans le Dôme kte est nommée.
Trondhjem à l ’époque et avec le cérémonial
ANGLETERRE
fixés par le roi». Avant le roi Haakon, le |boi
CAISSE DE SECOURS
Charles XIV fut couronné à Trondhjem le 7
UN ACCIDENT DE ■«TRAMWAY
septembre 1818, le roi Charles XV et la Tieine
L u c e r n e , 25 juin — Le comité de l’Asso­
Samedi soir un tramway électrique s ’enga­ Louise furent couronnés le
août 1860, le
geait sur la penite do la colline de Highgatq, roi Oscar II et la reine Sophie furent cou­ ciation du personnel des C. F. F., réuni feamcquand le mécanicien s ’aperçut qu’il n ’était plus ronnés le 18 juillet 1887.
{ di et dimanche pour s ’occuper de la caisse Üe
maître do ses freins. La voiture, pleine de
*
*
*
F secours et de pension a constaté que le s©voyageurs, a descendu la pente avec une vi­
tesse vertigineuse et s ’,est jeté© au pied de
UNE VILLE INCENDIÉE
' cond projet de statuts soumis par la direction
la colline, contre un « autobus » qui venait de
Hier, dimanche, à midi a éclaté à Lilles ’arrêter. Après l’aVoir renversé et mis en piè­ strôm, localité située à 54 kilomètres de Chris­ ne contient pas toutes les concessions deman­
ces, le, tramway a culbuté une autre voiture tiania, un incendie qui a réduit en cendres dées. Cependant il y en a quelques unes et le
électrique. Un corbillard a été également ren­ 50 maisons.
personnel en fera de son côté.
versé eit le cocher grièvement blessé. Plusieurs
autres véhicules ont été fortement endomma­
gés. On compte trois tués et une quarantaine
IT A L IE
BALLONS ET AUTOMOBILES
do blessées, dont plusieurs ne survivront pa,s.
UNE TENTATIVE ANARCHISTE
Z u r ic li, 24, juin — La deuxième poursui­
Les souverains italiens se sont rendus di­
manche à Ancône où ils ont reçu un enthou­ te du ballon «Mars» par des automobiles a eu
ESPAG NE
siaste accueil.
lieu dimanche. Comme 1a. première fois, le
LA LUNE DE MIEL ET
CEUX QUI LA TROUBLENT
Un attentat anarchiste avait été préparé, mais ballon a échappé à ses poursuivants. II a atter­
On sait qUe le roi d’Espagne et la reine lEna il a avorté. Trois bombes Ont, en effet été dé­ ri vers deux heures de l’après-midi, après cinq
sont depuis quelque temps à la Granja. Ils couvertes qrès de la gare de Castelferretti.4staheures de navigation, à Unterberg, près
font journellement des excursions et parais­ tion. voisine d’Ancône.
sent prendre peu de précautions pour leur sé­
La population tout entière
protesté con­ Egg, dans le Vorarlberg, sans qu’aucun des
curité. Us sortent constamment seuls ,sans es­ tre cette tentative anarchiste.
sept automobiles qui lui donnaient la chasse
corte.
Trois anarchistes ont été arrêtés.
fût sur les lieux.
Le bruit court cependant que le 22 juin,
à 9 heures du soir, un individu vêtu décem­
R U S S IE
ment a tenté brusquement de s'approcher de
SOCIETE DES COMMERÇANTS
l’automobile du roi. Arrêté et conduit devant
A BIELOSTOK
les autorités il a déclaré venir de Madrid etjse
L ie s t a l , 24 juin. — 160 personnes ont par­
L’aspect de Bielostok est encore morne- Les
nommer José Maria. On a trouvé sur lui un juifs continuent à quitter la ville, qui est par­
ticipé à l ’assemblée; des délégués de la Sociébillet de banque de 500 pesetas, et quelque !mecourue
par
de
nombreuses
patrouilles.
nUe monnaie. Il a dit être connu du gouver­
l té suisse des commerçants qui a eu lieu di­
*
*
*
neur de Biscaye. Il ne semble pas posséder
manche sous la présidence de M. Seiffert, de
DANS LE SUD
la plénitude de ses facultés.
Liestal. Les délégués ont approuvé la gestion,
On a réussi à étouffer sans effusion de sang
Dans la journée, un garde civil avait déjà
arrêté un ouvrier forgeron italien, qui a dé­ la mutinerie des artilleurs de Sébastopol. En­ les comptes et le budget. Us ont décidé de Sou­
claré se rendre à pied à Bilbao en quête de viron 600 soldats ont été arrêtés. L’effectif mettre à la votation des sections la question
travail. Il a ajouté qu’il était porteur d’un pas­ de l'artillerie de forteresse sera réorganisé
seport revêtu des visas des divers cons uls ;
La «Gazette de la Bourse» annonce la mo­ des bureaux de placement du personnel com­
mais n ’ayant pu expliquer pourquoi il avait bilisation de trois nouveaux régiments de co­ mercial et chargé .le comité central d’élabo­
quitté la route directe pour venir à la Gran­ saques du Don.
rer un programme d ’activité sociale.
*
*
*
ja, il a été mis à la disposition du gouverneur
civil de Ségoviei comme suspect.
NOUVEAUX ASSASSINATS
Les autorités montrent maintenant une ex­
L’ANARCHIE A MOSCOU
A Piotrkof (Pologne russe) deux hauts fonc­
trême vigilance.
tionnaires
de
police
et
un
policier
ont
été
'as­
L o n d r e s , 25 — Le «Standard» publi© .
*
*
*
sassinés à coups de revolver.
une dépêche de Moscou disant que Ton enten­ S
LA MORT DU DUC D’ALMODOVAR
Dimanche après-midi, dans le faubourg de
i
dait Une violente canonnade suivie de salves
Dimanche ont eu lieu à Madrid les obsèques Vola, une bande d ’énergumènes a terrorisé la
du duc d’Almodovar, ministres des affaires é- population. Us ont pénétré dans un restau­ d’artillerie, dimanche, à Plodinka. On croit qu’il
ET RA N GER
s ’agit du soulèvement général de la garnison de
Moscou que Ton disperse avec l’artillerie.
Un massacre des juifs à Odessa a été déci­
dé pour la nuit.
QUI CONSEILLE BIEN
C o n s e ille l e s P i l u l e s P i n k
Mademoiselle Aima Calzavara, qui habite à
Mirano (prov. de Venise), Via XX Septembre
a été bien conseillée le jour km on lui a in­
diqué les pilules Pink comme pouvant mettre
un terme à ses souffrances. Depuis qu’elLe était toute petite, elle souffrait de l'estomac.
EUe a donc passé des aimées, ses plus (belles
années, à souffrir. Il y a des milliers de per­
sonnes qui souffrent ainsi, qui ne savent plus
que faire et qui sont découragées. !Si vous con­
naissez des personnes dans cette situation, (con­
seillez-leur les pilules Pink. Qui conseille bi©n
conseille les pilules Pink. Elles guérissent, là
où tous les autres remèdes ont échoué.
DEPECHES
Mademoiselle Anna Calzavara.
«Depuis ma plus tendre enfance, écrit Ma­
demoiselle Calzavara, j’ai toujours souffert
beaucoup de l’estomac. Quand j’étais toute pe­
tite, c’étaient des malaises légers, mais (qui
m'indisposaient, me rendaient, triste, morose.
Mon mai a empiré ave© Le temps, mon (appétit,
devint die plus en plus mauvais, mes diges­
tions se fineint de plus en pi us laborieuses (et
douloureuses, si bien que chaque jour j'éprou­
vais d ’horribles souffrances. J’éprouvais particulièremfeint après chaque repas, des sensa­
tions de brûlure au creux de l'estomac, si in­
tenses qu’il me semblait que j ’avais du feuIdans
le corps. J© ne profitais pas de la [nourriture
et naturellement je dépérissais. J’ai pris plu­
sieurs remèdes, mais toujours inutilement. Mon
frère qui venait d ’être témoin de la guérison
de plusieurs de ses amis par les pilules (Pink
vint tout joyeux, m’annoncer ces guérisons et
me conseilla beaucoup de les essayer moi-mê­
me. J© l ’ai écouté: il m’a bien conseillé. Les
pilules Pink ont fait beaucoup de bien à [mon
paîuvre estomac. Depuis que j’ai suivi le trai­
tement des pilules Pink, il ne me fait plus
du tout souffrir, je ïnapge; avec beaucoup d'ap­
pétit et je digère on ne peut mieux. D(autre
part, les pilules Pink m’ont donné des forces,
je me sens beaucoup) mieux qu’auparavant,
je dors paisiblement la nuit, et le matin feu
me levant je sluis pleine d ’enitrain.»
Les pilules Pink sont, le sauveur des esto­
macs malades, dés estomacs délabrés. Que la
maladie soit ancienne ou récente ,Les pilules
Pink donnent toujours d ’excellents résultats.
Elles donnent pour ainsi dire un nouvel esto­
mac. Elles sont également souveraines contre
tou|tes les maladies q u i'o n t pour origine la
pauvreté du sang, la faiblesse du sysitème ner­
veux, c’ieet-àdire contre l ’anémie, la chlorose
la neurasthénie la faiblesse générale, les dou­
leurs rhumatismales.
Les pilules Pink sont en Vente dans toutes
les pharmacies et au dépôt MM. Cartier et
Jorin, droguistes, Genève, au prix de fr. 3.50
la boîte, fr. 19 les 6 boîtes, franco.
ï J ' V D A T f 117 m i g r a i n e , i n f l u e n z a ,
J j I f l f l L U i i - J M a ux d e T ê t e l / C C n i
S cuIR E IïlE D E S O U V E R A I N i l H H J :
Boîte(lOpoudres) 1.50. Ch.Bonaccio,phie\Goneve
T o u te s P h a r m a c ie s . E x i g e r le „ K Ë F 0 L ” .
Pente recette de cuisine à la v é g é t a l i n e
PURÉE DE PETITS POIS VERTS (Entremets)
Prenez 2 litres de pois verts ,mettez-les dans
l’eau bouillante et faites-les cuire avec persil,
et ciboule, passez et assaisonnez avec 'une cuil­
lerée de VEGETALINE, autant de jus, faites
épaissir légèrement et servez bien chaud.
Une bonne boisson chaude
le matin
est! a meilleure manière de commencer la jour­
née, à la condition que Ton prenne une bois­
son püre, salutaire et savoureuse. Pour obtenir
une délicieuse boisson matinale, il faut emplyoer le café de malt Kafhreiner.
Un dessert profitable !
Faites entrer le U h o e o la t a u L a il
T O B L E K dans votre alimentation, car
il contient les trois éléments nécessaires à
la nutrition, les substances azotées, la
graisse et le sucre. Consommé avec du
pain, il forme donc un aliment presque
complet et comme dessert il est encore
plus recommandable pour les personnes
qui ont déjà consommé au repas des sub­
stances très azotées, comme par exemple
la viande maigre.
Seuls fabricants :
TOBLEK &
441
C°, S . A.
B E R N E (S u is s e )
Journal de Feuille d*Avls du Valais
&B0HNÉS ET LECTEUftS
DE LA FEUILLE D’AVIS DU VALAIS, fa ites v o s a c h a t s
d a n s les m a g a s i n s et chez les n é g o c i a n t s qui publient
leurs a n n o n c e s d a n s ce journal.
Commerçants et Industriels!!
L’IVROGNERIE N’EXISTE PLUS
Un é c h a n tillo n de ce m erv eilleu x Cozu est envoyé g ratis.
Voulez-vous ouvrir de nouveaux débouchés ?
Voulez-vous donner plus d’extension à vos affaires ?
Peut être donné dans du café, du the, du lait, de la liqueur, de l’absinthe, de
la bière, de l’eau o« de la nmirriture sans que le buveur ait besoin de le savoir
L a poudre ©07, A vaut m ieux que tous les discours du monde sur la
tempérance car elle produit l'effet m erveilleux de dégoûter l ’ivrogne de
l ’alcool. E lle opère si silencieusem ent et si sûrem ent que la femme, sa
soeur ou la fille de l’interesse peuvent la lui donner à son insu et sans
qu’il ait jam ais besoin de savoir ce qui a cause sa guérison
La poudre COiB.l a reconcillie dos milliers de fam illes, sauve des m il­
liers d'hommes de la honte et du deshonneur, et en a fait des citoyens
vigoureux et des hom m es d’affaires capables; elle a conduit plus d'un
jeune hn uino sur le droit chemin du bonheur et prolonge de plusieurs
années la vie de beaucoup do personnes.
L ’institut qui possède cette m erveilleuse (oudre envoie gratuitem ent
h tous ceux qui en font la demande, un livre de remerciements et uu
échantillon. L a poudre est. garantie absolum ent inoffensive.
Insérez dans la
FEUILLE D’ÂÏIS BU VALAIS
BREVET + N?22251
sans joints,diaud,élastique,insonm
hygiénique,solide s bon marché
Garantie absolue..
T a r i f d ’in s e r t i o n ÎO cent. lu. ligne ou son espace pour Le Valais.
pour la Suisse.
2 0 cent
pour l’étranger.
15 cent.
successeur
Dopt.. lit!
1107
«2, Cliunccry Lune L ondres (Angleterre!
-J- O U /tffÆ JffllSC H ftucaw/c)
' PrBspeclus.échantillons a d évis gratis !
rue de la D e n t B lan ch e.
Jacques VILLIGER, Fribourg
CIOXA ISSTITI1TI1
LIEGES ^MATERIAUX ISOLANTS
Imp rimerie G essler,
E. A N T H O N I O Z
Coupon
41(1
Découpez ,c e (-;olll,°H
envoyez-le à p
institut à T 1,1,,1'’?'.. . . . . .
Lettres à
uneli il' a -.1 et s.
USINES S U IS S E S "J
A d r e sse r le s ord res d ’in s e r tio n d ir e c te m e n t à l ’a d m in istr a tio n du
J o n r n a l à S io n :
Manufacture de sacs en papier
Papier d’emballage
ECHANTILLON GRATLTTT
-2
Sage-femme I. Cl.
Mme Vve B l a v l g n a c ,
Genève
3 Bue des Paquis (près la gare)
R eçoit pensionnaires. Traitem eut des
m aladies de dames. Consultations et
par correspondance.
484
I
S.
E n 2 - 8 jo u r s
les goitres et toutes grosseurs au mu dispa
raissont: 1 tlac. à fr. 2 .2 0 de mou van and
goitreuse suffit. Mon huile pour lesore.illt tt guéri
tout aussi rapidem ent bourdonnement et, du
reté d’oreilles, 1 ilacon fr. 2 .2 0 .
S. FISCHER, uiéd.
à ©irul» Appenzell Rh.-E.)
Du linge vous voulez une blancheur parfaite
Mais pour ce résultat voici ce qu’il t o u s faut :
Ün peu de „Savon d ’Or” e t puis c e ‘q u i ‘complète
Du soleil succédant aux ondes du ruisseau.
70
PLACE NOTRE-DAME
Feuilleton de la Feuille à’Avis du
Valais
—
m agasin épousât son fils, un architecte?
— Mais non.
— Ah! comme j© suis heureuse!
ROMAN MODERNE
— Vous l ’aimez!
—Mais non, mais non! Voici la vérité.L ouis
Coulandot a connu dans les derniers mois où il
habitait Paris une jeune fille vendeuse au BonMarché... Elle est d ’une hum ble famille, de
très braves gens d’ailleurs; elle n ’a pas un
sou, m ais elle est charm ante. Il l’a aimée —
s ’est éprise de lui... Mais ils se sont 'aimés Ihonnêtemeuit. Louis, depuis qu’il est établi à Di­
jon, l’aime davantage. Seulem ent il a peur de
son père. Il m ’a choisie pour confidente II
me m ontrait les lettres qu’il écrivait et celles
qu’il recevait. Que de fois je lui ai conseillé
de tout avouer à son père! C’e st une nature
craintive. Il était persuadé que son père n ’ad­
m ettrait jam ais la possibilité de ce mariage.
Ah! mademoiselle Mêlante sera furieuse!
VI
— Calmez-vous, mon ©nfant. C’est pour me
parler de cela que M. Coulandot, esit venu 'ce
m atin. Il se figurait qu© son fils vous laimait,
et que vous l ’aimiez peut-être, vous aussi. Il
répugnait à vous interroger lui-même, juste­
ment. parce q u ’il est votre patron. Vous êtes
souvent avec son fils, paraît-il, vous causez
tous deux ensem ble, vous échangez des lettres
... Mlle Mélani© vous a vus.
— Mlle Mélani©, naturellem ent! Eh bien?
— Ne vous fâchez p as; écoutez-moi. M. Cou­
landot veut être renseigné, simplement.
La honte prochaine de Mlle Mélanie me cau­
sait. une telle joie que j ’en oubliais mon înjustq
indignation contre M. Coulandot, eit même le
futur bonheur de Louis et de sa petite amieL ’abbé Guérand me ram ena à de m eilleurs sen­
timents. Puis il me raconta sans rien omettre
l’entrevue du matin. Le jour déclinait, la bonne
ferm a les rideaux; l’abbé, à cette heure se
plaisait à travailler; il me lardait, aussi de por­
— Le pauvre garçon!
— Mais s ’il était certain qu’un am our sincère
vous entraînât l ’un vers l’autre, il ne suscite­
rait aucun obstacle à Votre mariage.
— Il vous a dit cela? m ’écriai-je. Ainsi il
ne s ’opposerait pas à ce qu’une demoiselle d©
- A dimanche, n ’est-ce pas?
m ais devant les tableaUx qui m ’intéressaient.
Il est vrai que’des curieux erraient d a n s ‘les'sal­
les de peinture. Dans la salle des Gardes se u ­
lement, nous fûmes seuls. Alors il se rappro­
cha de moi. Oh! il n© me disait rien 'que ‘per­
sonne ne pût entendre. Nous exam inions les
tom beaux de Philippe le Hardi et de Jean
sans P eur; il m’en m ontrait toutes les diffé­
rences, et combien le prem ier, avec sa déli­
cate galerie ajourée e t les arcades ogivales de
son cloître surpasse le second trop chargé d’or­
nement. Il m e racontait aussi leur histoire agitée, la création d© la Chartreuse de Champmol où Philippe 1© Hardi voulait établir sa Isépulture et celle de ses descendants, la stupi­
de fureur de la Révolution détruisant les m er­
veilles ainsi assem blées, et le cuit© pieux d’un
conservateur du m usée réunissant, restaurant,
et sauvant les débris oubliés. Je savais tout (ce
qu’il m ’expliquait., ©t. pourtant je Découlais avec un plaisir si particulier, qu’il me sem ­
blait. que j ’avais toujours ignoré ces détails.
Il disait les choses les plus simples du m on­
de; elles me paraissaient adm irables. Parfois,
comme nous nous penchions pour mieux voir
nous nous touchions ,et 1© même trouble me
saisissait — plus fort peut-êtr© — que le jour
où il m’avait accompagnée sous la pluie jus­
qu’au magasin. Puis ,comme nous nous qui*
tions, il me dit, bien plus avec l’accent d ’un
ordre qu© d ’une prière:
Je répondis :
— Mais oui, à dimanche.
Et, comme je lui offrais la main, il la 'porta
brusquem ent à ses lèvres.
Ce dimanche-là, comme j’achevais de m’ha­
biller, Mil© Berthe frappa à m a porte:
— Voici une lettre, dit-elle. Le facteur m e
l ’a remis©’ il n ’y a qu’un instant. J ’ai pensé
que vous seriez heureuse de Ja lire tout d©
suite.
L ’écriture de l ’enveloppe m 'était inconnue,
et pourtant j© devinais quelle main l’avait
tracée.
Je la posai su r I© lit, Mlle Berthe (allait
et. venait dans la chambre.
— Je puis rester, n’est-ce pas un petit mo­
m ent auprès de vous?... Votre cham bre esL si
bien arrangée:!... Ahl vous brodez toujours?
Comme c’est joli cette rose!
Une si vive am abilité m ’inquiétait. Mlle Ber­
the s ’appuya au lit, aperçut la lettre encore
fermée :
— Ah !, dit-elle; en essayant de sourire, vous
ne vous pressez pas d ’ouvrir vos lettres.
— C’est une lettre des Aubin, je sais c©
qu’elle contient.
J
ter à Louis cette bonne nouvelle. La pluie tom­
bait; je n ’avais pas d© parapluie; et comme
au tournant de la rue., je me décidais là rentrer
chez l’abbé, je me heurtai à Lucien Lam as­
tre. J© poussai un cri, je m’excusai, m ais lui
s ’inclina et me. dit:
— Permettez-moi de vous .accompagner et
de vous abriter.
Tout spontaném ent, je répondis:
— Mais oui, je veux bien.
Et je m archai à son côté.
11 ne me venait pas à l’esprit de lui refuser
parce q'ue. je ne songeai pas une second© que
je pouvais mal faire en acceptant. Il tenait très
haut son parapluie, afin de ne pas toucher m on
chapeau, et il le penchait en avant, car'la'pluie
s ’abattait contre nous. Mes bottines glissaient
sur le pavé trempé. Aiors il me saisissait je
bras. Quand une flaque de boue s ’étendait sur
Ja chaussée il me prenait la main, afin, que (je
pusse l’enjam ber. Nous ne nous parlions pas.
Mes yeux ne distinguaient devant, moi que 1©
doux visage du jeune architecte, et une voix
intérieure me répétait sans cesse: «Comment
out ils pu croire que j’aim ais Louis ûoulan
dot?» Le chemin n ’est pas long de la place Ides
Ducs à la rue des Godrans. Nous fûmes bien­
tôt à quelques pas du magasin. Comme je re­
merciais Lucien Lam astre de son amabilité,
Elle étudiait l’écrit lire.
— Madame Aubin a tout à fait un©’ écriture
d’homme. Au reste ,ce n ’est pas surprenant
avec, son physique, son caractère...
— Donnez, lui dis-je.
Et comme elle me tendait- la lettre, je La
glissai dans la poche d© ma jupe. Elle Isourit
de ce sourire si l ongtemps m ystérieux pour moi
où je démêlais m aintenant par une expérien­
ce déjà .'longue?-uns^f haine prudente e t une
sournoise hum ilité, j.
— Je m ’en vais, dit elle, je vous gêne.
Je laissai plusieurs m inutes s’écouler avant
d’ouvrir la lettre-, dans la crainte que Mlle
Berthe ne rentrât sous un futile prétexte- Elle
était bien de Lucien Lmastre, courte, cinq ou
six lignes au plus, et volontaire:
«Il faut que je vous voie seule, il fau t (que
je vous parle. Je serai ce soir à cinq heures
au Parc, près de la rivière; je vous lattendrai
jusqu’à la nuit. Vous viendrez.»
La lettre trem blait entre mes doigts mes yeux
se voilèrent. Il ne me suppliait pas, il ordon­
nait ,et, loin de m ’irriter ou de m ’indigner, ces
phrases im pératives me bouleversaient autre­
m ent que le plus sentimental aveu. Il n ’avait
même pas écrit qu’il m ’aimait, et pourtant, je
sentais à chaque mot l’ardeur violente de son
il me regarda si impérieusement que j© cour­
bai la tête en proie à une subite faiblesseGela ne dura qu’u n instant. Devina-t-il ce que
j ’éprouvais? Il me salua et partit. Il remontait
la rue de la Liberté à travers les groupes qui
encom braient le trottoir, et forcé parfois de
descendre sur la chaussée. Il m ’était facile
grâce aux lum ières, de le suivre. Il me 'sem­
blait que je le détestais pour avoir senti sa
volonté plus forte que la mienne. Soudain il d is ­
parut, et je m ’aperçus que j ’étais restée de­
vant la porte uniquem ent pour le voir Je plus
longtemps possible... J’eus peur de l’aim er...
VII
Oui, je l ’ai aim é très tôt... M aintenant je (me
rends compte qu’en craignant cle l ’aim er je l’ai­
m ais déjà, et qu’il n ’était plus utile de crain­
dre. Comment J’ai-je armé, pourquoi l’ai-je ai­
m é? .Te ne sais plus... Je l’ai vu, là peine Imri­
t-il parlé, tout ce qu© j ’ai appris de lui. (aurait
dû m ’éloigner... et déjà mon cœ ur battait plus
fort... Il n ’était pas beau, son visage était (som­
bre souvent, et toujours tiouripenté, avec des
yeux durs, une bouche am ère, m ais son regard
im périeux m© dominait . J ’ignorais s'il m ’aimait.
Pourtant le lendemain du jour où il m ’avait
conduite ju sq u ’au m agasin, il passa, vers midi,
rue d© la Liberté, et. leva les yeux'vers 11©'pre­
, am our. « 11 m ’aime, il m ’aime ! » C’était là ce
' que je répétais dans une sorte d’enchantem ent;
car pour moi, je l ’aimais tellement que je 'n’a­
vais plus à m ’élonner de mon am our. Est-ce que
je rêvais? Ainsi, après tant d© larm es, tant
de colères, tant, d’hum iliations, l’am our illumi­
nait cette pauvre cham bre m ansardée! Sans
doute je n ’avais jam ais désespéré d ’aimer, mais
toujours, hélàs, qu’on m ’aim ât. Ah! connue
ce matin-là, il m e sem bla doux et. beau Ide (vi­
vre ! Par ce m atin triste de m ars, 1-e -ciel était
gris, l ’air froid, la lumière sombre, mais nul
m atin d’été rayonnant ne m ’a donné cette pléni­
tude de bonheur. Il esl, au contraire, des jo u r­
nées ensoleillées, bourdonnantes e t légères dont
je n ’ai vu ni la clarté dorée- ni lia (fièvre [joyeu­
se. Nous portons en nous-mêmes toute la beau­
té de la nature. Le ciel de cette journée lun Iciel
d ’hiver où rien n’annonçait le printemps si pro­
chain, demeure dans m a mémoire le plus ma­
gnifique. Mon cœ ur em plissait ma poitrine, le
sang coulait plus riche dans mes veines ,une
force étrange m ’envahissait qui m ’eût rendue
capable des plus fous héroïsm es... Cependant
je n© songeais même pas à décider si j ’irais Hi
ce rendez-vous que Lucien Lam astre m ’impo­
sait. Mille raisons qui miel poussaient, à répri­
m er mes élans les plus spontanés combattaient
mon désir fébrile d ’obéir.
Le déjeuner finit plus tôt qu’à l’ordinaire.
Comment em ployer cet après-midi ? J ’avais mis
mier étage. J ’étais par hasard à la. fenêtre ; il
me salua, je le saluai à mon tour. L e lendem ain
il passa à la même heure; j ’étais encore à la
fenêtre, m ais non plus par hasard. Dès lors,
il passa tous les jours. J ’allais chaque diman­
che chez l ’abbé Guérand. Lucien Lam astre y
était aussi; il y arrivait à l’ordinaire une de­
mi-heure après moi et. demeurait jusqu’à mon
départ. Parfois il m ’accompagnait, quelques pas.
Nous parlions tous trois de choses assez gé­
nérales. «Il ne m ’aime pas», me disais-je. Et
de quel a ir froid il tes prononçait. Pourquoi feu
effet. m’auraitt-i.l aimée, et. que pouvais-je être
pour lui? Mais fouit aussitôt, je me- disais: '«Il
m ’aime, il m’aim eI» Pourquoi passer tous les
jouis devant le m agasin s ’il ne m ’aimait point,
et venir tous les dimanches chez l’abbé Gué­
rand ?
<
, '
Un après-midi de m ars ,l’abbé Guérand fut
appelé auprès d’un malade... C’était un diman­
che. 11 fallait, sortir d© Dijon, gagner un ‘village
assez lointain; l’abbé Guérand serait absent
jusqu’à la nuit.
— Que faites-vous ? me dem anda Lucien La­
mastre.
— Je suis tout près du musé©, répondis-je,
je vais y entrer quelques instants.
— Laissez-moi y en trer avec vous.
Ainsi, nous visitâmes le, musée. Lucien La­
mastre m archait derrière moi et rte s ’arrêtait ja­
un joli chapeau qu© je m ’étais fait moi-même
'un. feutre noir avec un grand nœud écossais;
j ’avais aussi arrangé ma ,rob© noire pour qu’el­
le ©ut 'un a ir de fraîcheur. Je m ’aventurai [d’a­
bord chez les Aubin; ils se querellaient. Jean­
ne reprochait encore à son mari de s ’enterrer
à Dijon alors qu’un artiste pouvait seulement
réussir à Paris : les frisures de son front dérou­
lées, l-es joues rouges, sa grosse poitrine trop
serré© dans 'une chem isette blanche, ©Ile -s'em­
portait, criait, tapait d u pied. Lui, assis près (de
la fenêtre, pliait, sans mot dire, sous l’orage
trop peu sûr d© son talent pour ne pas S’ef­
frayer des projets do sa femme. On ne comp­
tait pas sur m a visite, on ne me île (dissimula
pas, et j© partis sans qu’on insistât pour Imo
retenir. Je m ’achem inai vers la maison de l’ab ­
bé Guérand. Il n ’était pas encore rentré, et
je restai plusieurs minutes toute seule dans 1©
cabinet d© travail, le front contre la vitre (defia
tourelle, livrée à la même incertitude. Enfin
l ’abbé Guérand arriva.
(d suivre)
U-3UTC5 EXQUISES
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising