par hasard et pas rasé

par hasard et pas rasé
spectacle-concert
par
hasard
et pas
rasé
Camille Grandville
&
Philippe Duquesne
licences 1-1028773 / 2-1028772 / 3-1028774 photos Philippe Delacroix & Alain Dalmasso © conception graphique Jeanne Roualet
18|12 au 19|01
dossier de presse
Relations presse
Batida and co
+ (33) 1 42 59 66 77
Michèle Fériaud
michele@batida-andco.com
+(33) 6 09 22 52 74
Hélène Barrier
helene@batida-andco.com
1/ camille grandville • auto-interview
Si vous aimez Serge Gainsbourg vous ne pouvez pas rater ce spectacle. Philippe Duquesne en chanteur désabusé
nous propulse sur la planète Gainsbourg. Un concert spectacle inédit à l’image du dandy de la chanson française.
Franckie est en tournée. Mais ce soir la solitude du chanteur désabusé va prendre une autre tournure. Ce ne sera
pas un concert comme les autres ! Il teste avec ses cinq amis musiciens un nouveau répertoire, celui de Gainsbourg.
Le chanteur blasé se réveille et se révèle, le tour de chant s’emballe vers des sphères inspirées et inspirantes. Il
s’amuse, l’ordinaire se frotte à la légende, le plateau chavire. Quinze ans après avoir testé l’effet Gainsbarre dans un
duo culte avec Yolande Moreau, l’ex-Deschiens réitère en lui dédiant un spectacle entier. Philippe Duquesne frôle la
réincarnation dans un croisement d’identité incroyable. Black Trombone, Harley Davidson ou La Javanaise, les tubes
s’enchaînent. Face au challenge de l’interprétation, les retrouvailles sont renversantes. On rit et on pleure. On regrette
le chanteur et on applaudit l’acteur.
auto-interview
- C’est un concert?
- …Non.
- C’est une comédie musicale ?
- Non plus, on n’a pas écrit une comédie… un cabaret plutôt.
Francky va s’émouvoir de cette traversée, on ne plonge pas
impunément dans la fantasmagorie gainsbourienne… Les
égéries de Serge vont lui rappeler ses femmes, les récits
de l’un vont réveiller les désirs et les douleurs enfouis de
l’autre... La virtuosité de l’écriture révèle à notre homme
un nouveau langage. Ce soir-là, avec la complicité de son
orchestre, la routine professionnelle va connaître des turbulences mais… Tenue avant tout, aisance, etc…
- Et dérèglements… une sorte de mise en abîme… très excitant !
- Mais c’est musical?
- Vertigineux.
- Ah oui forcément ! Gainsbourg, c’est très très musical.
Non c’est plutôt un voyage, …une visite « dans la peau de
Gainsbourg ».
- Vous avez déjà trouvé le mode d’emploi ?
- Ah oui c’est ambitieux…
- Il n’y a pas de mode d’emploi mais quand Duquesne chante
Gainsbourg, il y a déjà une évidence. Et ce n’est pas dans
l’imitation, c’est dans sa façon d’être, à son endroit.
- Oui, mais il faut aussi que ce soit modeste parce qu’au
départ c’est l’affaire de 6 artistes en tournée, 3 musiciens,
2 choristes et 1 chanteur, un p’tit groupe quoi, mais assez
« classieux », pour écumer les boîtes de jazz et les dînersconcerts. Ceux-là, ils peuvent tout jouer à la commande et
ce soir, c’est répertoire Gainsbourg. Après quelques raccords
ils doivent assurer le show ; ils auraient pu être des paumés
chez Cassavetes ou en panne de contrat, les chômeurs dansants de Ken Loach, mais non, attention, c’est Francky et
son orchestre, donc tenue avant tout, aisance, musicalité
(évidence !). Et ici on s’attaque à Gainsbourg : ses écrits, ses
partitions, ses rythmes, sa pensée, ses pulsions, sa profondeur et l’insolence de sa légèreté, « l’art mineur » en surface
et le gouffre du génie… Est-ce lui qui inspire Francky, ou le
petit chanteur qui joue avec le fantôme du grand Serge? En
tout cas, ce soir-là, ils se croisent et l’un déteint sur l’autre.
- A l’endroit… Et à l’envers?
- Tu verras… On veut déjà que ce soit beau musicalement,
pour faire honneur à l’immense talent du compositeur… on
veut aussi convoquer l’artiste. Le rencontrer. Peut-être serat-il là?....
- Ah oui, psychédélique !
- Non, joueur ! Gainsbourg disait : « Je n’ai aucune idée
préconçue. Mais il y a des connexions magiques. »
2/ biographies
camille grandville
philippe duquesne
découvre le chant au Petit Conservatoire de Mireille, et le
théâtre à 15 ans avec son père Yves Brainville ainsi qu’au
cours Florent. À 18 ans, elle rentre au Conservatoire de Paris
et suit les cours de Pierre Vial et Pierre Debauche.
Au théâtre, elle a joué notamment avec Jean-Luc Porraz, (M.
Speer et J.B. Singer), Christian Peythieu (Grimm, Dos Passos,
Brautigan), Bernard Bloch (Marie, Fassbinder), Jean-Louis
Hourdin (création collective), Chantal Morel (Valletti), Olivia
Grandville (Caroll, Schwitters et création coll.), Xavier Marchand (Schwitters et Germaine Tillion), Les carnets Bagouet
(Bove), Christian Schiaretti (Pirandello, Vitrac, Witkiewicz, 4
pièces de Badiou, de Saint-Sorlin, et surtout La Jeanne de
Delteil de J. Delteil, monologue à succès dont elle co-signe
l’adaptation).
À cette période elle rencontre Philippe Duquesne, ils jouent
ensemble Molière avec la troupe de Jérôme Deschamps et
Macha Makeïeff. Elle rejoue des textes de Valletti pour Dominique Laidet et Michel Cerda, Barker pour Jean-Paul Wenzel,
Rinke pour Liza Wurmser, et part un an en tournée avec la
troupe d’Ariane Mnouchkine (Les Éphémères). Quelques rôles
à l’écran (Caroline Huppert, Fabrice Cazeneuve, Gérard Mordillat, Jeanne Labrune), du coaching et de l’écriture de chansons puis l’assistanat du premier « Gainsbourg » au Festival
de Beaubourg-la-Reine.
Après la tournée de « Il était une fois Germaine Tillion »
(X.Marchand), on la verra cette saison au Luxembourg dans
« La maison de Bernarda » de Lorca (C.Lorang), repris aux
Bouffes du Nord en 2014.
commence le théâtre à 15 ans et débute sa carrière professionnelle dans la compagnie de Jérôme Deschamps et Macha
Makeïeff. Il y restera plus de 10 ans et jouera notamment dans
Lapin chasseur, Les Frères Zénith, Les Pieds dans l’eau, Le
Défilé, Les Précieuses ridicules et Les Pensionnaires.
Parallèlement, il fait bien sûr partie de la célèbre aventure des
Deschiens. Repéré par d’autres metteurs en scène talentueux,
on le verra ainsi jouer pour Christian Schiaretti (Ahmed le subtil
d’Alain Badiou), pour Ludovic Lagarde (Retour définitif… et
Fairy Queen d’Olivier Cadiot), pour Jean-Paul Wenzel (L’amour
d’un brave type de H. Barker), pour Édouard Baer (Miammiam) et pour Alain Françon (La Cerisaie de Anton Tchekhov,
L’Hôtel du libre-échange et Du mariage au divorce de Georges
Feydeau terminé en mai 2011).
Il joue à partir de septembre 2012 dans A la Française
d’Edouard Baer au Théâtre Marigny.
Il poursuit également sa carrière au cinéma… On l’a vu dans
les films de Michel Deville, Jérôme Cornuau, Laurence Ferrera Barbosa, Jean-Pierre Jeunet, Laurent Firode, Yolande
Moreau et Gilles Porte, Dany Boon, Albert Dupontel… et plus
récemment dans Qui a envie d’être aimé d’Anne Giafferi et Les
femmes du 6ème étage de Philippe Leguay. Il sera bientôt l’un
des rôles principaux du prochain film de Fabien Onteniente
Turf. L’aventure Par hasard et pas rasé a commencé pour
Philippe Duquesne par une carte blanche que lui ont offerte
Sophie Pérez et Xavier Boussiron dans le cadre du festival «
Beaubourg-la-Reine » en novembre 2009.
2/ biographies
Joël Bouquet
arrangeur et pianiste
Après des études classiques, il s’initie au jazz en autodidacte.
En 1990, il s’installe à Paris pour débuter une carrière en soliste
ou sideman. Il recevra de nombreuses distinctions notamment
à Sorgues où il obtiendra le 1er prix. On l’entendra aux côtés
de musiciens prestigieux comme Pierre Blanchard, Sunny
Murray, Georges Brown...
Il a été l’invité de Martial Solal et André Francis à Radio-France
pour des concerts live. Joël Bouquet enseigne au conservatoire de musique de Rungis et à l’Ariam - Ile-de-France.
Patrice Soler
contrebassiste
Après un Premier prix au Conservatoire National de Région,
La Courneuve, il a travaillé dans divers clubs de jazz et festivals, notamment avec Raul de Souza, Anne Ducros, Claude
Tissandier, Sahra Lazarus, Baden Powell, Florence Pelly etc...
Il a fondé son propre groupe XXs Trio qui a enregistré un album
de compositions originales. Il est par ailleurs professeur au
Conservatoire à Rayonnement départemental de Cachan.
Guillaume Arbonville
batteur et percussioniste
Il débute la batterie en 1990, et sort diplômé du M.A.I Nancy
en 1999. En 2002 il se professionnalise et entame ainsi des
tournées pop rock, jazz et blues en France et à l’étranger.
Depuis sa professionnalisation il a enregistré de nombreux
albums. Les plus récents, sont Nicolas Parent trio/ «moments»
et Miroda/»A estoria dos meus roteiros» (meu mundo/ l’autre
distribution)
Celia Catalifo
jeu et chant
(du 18|12 au 12|01) en alternance avec Valentine Carette
Après un bac L option Théâtre, elle rentre aux Ateliers de
Chaillot puis à l’école des Enfants Terribles. Elle débute au
cinéma à 18 ans avec Bertrand Bonello dans Tiresia (sélection
officielle au festival de Cannes 2003), tourne pour la TV, puis
entame une formation professionnelle à l’ERAC sur 3 ans
où elle travaille notamment avec Anne Alvaro, David Lescot,
Jean-Pierre Vincent, Philippe Demarle, Nicolas Bouchaud. À
la sortie de l’école en 2007, elle joue dans L’Orestie (David
Géry, théâtre de la Commune), Vive la France 1 et 2 (Mohamed
Rouabhi,TGP), Et Pourtant ce Silence ne pouvait être vide
(Michel Cerda,TNS), interprète Irina dans Les Trois Sœurs
(Jean-Philippe Vidal ,Comédie de Reims) et plus récemment,
elle joue dans Sale Août de Valletti (Patrick Pineau ,MC93),
en tournée en 2013.
valentine Carette
jeu et chant
(du 15|01 au 19|01) en alternance avec Celia Catalifo
Valentine Carette a été formée à l’Ecole Supérieur d’Art Dramatique du Conservatoire de Montpellier dirigé par l’acteur
Ariel Garcia-Valdès, dont elle sort en 2005. Au théâtre elle travaille sous la direction de Jean-Claude Fall dans Famille d’artistes et autres portraits d’Alfredo Arias, Gilbert Rouvière dans
La Folle Journée de Beaumarchais, Alain Béhar dans Des fins,
épilogue de Molière d’après Molière et Manège, Xavier Marchand dans Il était une fois Germaine Tillion d’après l’oeuvre
de Germaine Tillion, Olivier Coulon-Jablonka / Cie Moukden
Théâtre dans Les Illusions Vagues d’après La Mouette de
Tchekhov, Des Batailles d’après Pylade de Pasolini et Chez
les Nôtres d’après La Mère de Gorki, Michaël Dusautoy/ Collectif Quatre Ailes dans La Belle au Bois de Jules Supervielle,
Elisabeth Chailloux dans Le Balladin du Monde Occidental de
J.M. Synge, et avec Marie-Christine Soma dans Les Vagues,
re-créé au Théâtre de La Colline à L’automne 2011.
Elle travaille avec la chorégraphe Mathilde Monnier pour l’évènement Domaine 1- Publique.
Au cinéma elle joue dans les films de Nicola Sornaga (Monsieur Morimoto -selectionné à La Quinzaine des Réalisateurs
2008), Jonathan Desoindre (Shirley), Antonin Peretjatko (Les
secrets de l’invisible), Christophe Lamotte ( Ravage), Alexandre
Coffre (Eyjafallajokul), Shanti Masud (Ecoute) et Nicolas Maury
(Virginie ou la capitale).
2/ biographies
Adeline Walter
jeu et chant
Nicolas Gilli
éclairagiste
Après un cursus universitaire en Lettres modernes, ainsi qu’un
parcours théâtral au Conservatoire de Nancy, elle entame une
formation à l’ERAC où elle travaille avec Anne Alvaro, David
Lescot, Jean-Pierre Vincent et Philippe Demarle. Puis, elle
pratique un temps le café-théâtre à Marseille avant de collaborer avec Bertrand Bossard sur un projet collectif Mon Œil
le cyclope. Elle se met en scène dans un solo-performance
intitulé Elle n’est et travaille actuellement sur une création
collective autour de Paul Valéry. Elle pratique également la
boxe anglaise au sein de la FFB.
C’est dès l’âge de 14 ans qu’il est engagé comme apprenti
électricien au Nouveau Théâtre de Nice par Stéphane Lissner,
directeur du théâtre à l’époque. Suivent alors de multiples
tournées et régies. C’est en 1989 qu’il fait la rencontre de
Jacques Weber qui lui offre sa première création d’éclairage
pour Seul en scène, création de Léonidas Stapatsakis. Il collabore ensuite avec de nombreux metteurs en scène comme
Arnaud Bedouet, Gustave et Eugène de Flaubert, Jacques
Weber, Mystification, Tartuffe, Isabelle Nanty, 29° Degrés à
l’ombre et Maman Sabouleux, Thierry Vincent, Duodédale,
As Glass, entre autres, Michaël Cohen, Le Soleil est rare, Philippe Bouclet, Marianne Groves, Gwen Aduh, Nicolas Lartigue. Parallèlement, Nicolas Gilli continue un travail de régie
et de direction lumière, notamment avec Jacques Rouveyrollis
(M.Sardou, J.Hallyday, E.Mitchell...) et Alain Poisson (spectacles de Jérome Savary, Bal de la rose...).
Il crée en septembre 2012 les lumières de « A La Française »
de Edouard Baer au Théâtre Marigny .
Jean-Charles Di Zazzo
collaborateur artistique
Suite à une formation à l’École de danse de l’Opéra de Paris,
il travaille à de nombreuses créations avec la compagnie
Ris et Danceries en collaboration avec l’orchestre Les Arts
Florissants, comme Atys de Lully, Bal à la Cour, ou encore
Caprice, puis poursuit sa carrière avec Mathilde Monnier avant
d’intégrer le Centre Chorégraphique National de Montpellier
sous la direction de Dominique Bagouet. Il y est interprète,
entre autres, dans Meublé sommairement et Jours étranges.
Il devient ensuite collaborateur artistique et comédien sur de
nombreux projets issus du théâtre, de la danse et de l’opéra
aux côtés de Didier Galas et Laurent Poitrenaux, Jean-Marie
Villégier, Patrick Pineau, Julien Bal, Olivia Grandville notamment. Il signe plusieurs mises en scène au théâtre et dans
l’événementiel, comme la parade d’ouverture du Tunnel sous
la Manche. Enfin, il est auteur, compositeur, interprète et travaille en collaboration avec Matu, clavier d’Amadou et Mariam,
Mano Solo,Youssoupha, MelisSmel.
Dominique Forestier
sonorisateur
Musicien de formation, il valide un Brevet de Technicien en
électrotechnique. Puis, il est à l’origine, entre autres, de la
création du métier de «sonorisateur», c’est ainsi qu’il accompagne pendant près de 10 ans le groupe mythique Téléphone,
de 1977 à 1986, puis collabore avec Fela Anikulapo Kuti en
1986. Il devient l’ingénieur son de l’émission musicale Taratata
de 1987 à 1996 et sonorise les concerts de Michel Delpech
de 1990 à 2005. Il est également l’ingénieur son de l’émission
STUDIO 5 de 2004 à 2007. Enfin, il collabore en tant qu’ingénieur son et concepteur audio sur l’intégralité des spectacles
d’Édouard Baer (Looking for Mister Castang, Miam-miam, A
la Française..).
spectacle-concert
par hasard et pas rasé
Camille Grandville & Philippe Duquesne
possibilité de restauration en cabaret
un spectacle de Camille Grandville & Philippe Duquesne
avec Philippe Duquesne, Célia Catalifo (du 18|12 au 12|01) en alternance avec Valentine Carette (du 15|01 au
19|01) & Adeline Walter
piano et arrangements Joël Bouquet
contrebasse Patrice Soler
batterie Guillaume Arbonville
avec la participation filmée d’Anne Benoît & Yolande Moreau
mise en scène Camille Grandville
assistant mise en scène & chorégraphie Jean-Charles Di Zazzo
son Dominique Forestier
lumière Nicolas Gilli
vidéo Stéphan Guilhou & Eric Marcheux
costumes Gwendoline Grandjean
coach vocal Anna Desreaux
remerciements Mityl Brimeur, Lucie Guillemet, Gérald Portenart
production Les Productions de l’Explorateur, Les Grands Ducs, La Comète, Théâtre de Nîmes, La Comédie de
Reims | avec le soutien du CENTQUATRE et du CNV | spectacle accueilli en résidence de création au Théâtre
de Nîmes. création le 15 décembre 2011 | production déléguée Valérie Lévy et Corinne Honikman assistées de
Constance Quilichini
25€ tarif plein | 16€ tarif réduit | durée 1h40
Calendrier de tournée
le 26 janvier Scène Nationale de Sénart, Combs la Ville • le 2 février La Comédie de Reims • le 14 février
Théâtre de Béziers • le 15 février Théâtre de Narbonne
du 18 décembre au 19 janvier au Monfort
du mardi au samedi à 20h30 | représentation le 31|12 • relâches 25|12 & 01|01
Le MONFORT | Etablissement culturel de la Ville de Paris
direction Laurence de Magalhaes & Stéphane Ricordel | www.lemonfort.fr | 01 56 08 33 88
Parc Georges Brassens | 106 rue Brancion 75015 Paris
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising