urbain (2000-2006)

urbain (2000-2006)
Gilles Bentayou
Le .
)uvellement
urbain (2000-2006)
Enjeux et enseignements
'un programme de recherche
Le renouvellement urbain
(2000-2006)
Enjeux et enseignements
d'un programme de recherche
Gilles Bentayou
4
Ce manuscrit a été rédigé en octobre 2008
Plan urbanisme construction architecture
Directeur de la publication : Emmanuel Raoul,
Secrétaire permanent du PUCA
Responsable de la rédaction : Marie-Flore Mattei
Coordination de la publication : Martine Vernier
Conception et réalisation : MEEDDM/DAJIL
Grande Arche de la Défense – paroi sud
92055 La Défense cedex
téléphone : 01 40 81 63 82
télécopie : 01 40 81 63 78
www.urbanisme.equipement.gouv.fr/puca
En vente au Certu
9, rue Juliette Récamier
69956 Lyon cedex 06
téléphone : 04 72 74 59 97
télécopie : 04 72 74 57 80
ISBN 978-2-11-097039-8
prix : 5 euros
5
Sommaire
Introduction������������������������������������������������������������������������������������������������������ 7
Vue d’ensemble sur le programme Renouvellement urbain������������ 11
Un programme et cinq ouvrages ������������������������������������������������������������������������ 11
Un programme par ses contours ������������������������������������������������������������������������ 12
Les actions constituant le programme finalisé ������������������������������������������������ 13
De quel renouvellement urbain parle-t-on ?�������������������������������������������������������� 15
Le renouvellement urbain saisi par le monde de l’aménagement :
approche « systémique », programme de recherche ou préconisations
opératoires ?�������������������������������������������������������������������������������������������������� 19
L’ouvrage d’Olivier Piron (2002)������������������������������������������������������������������������ 19
Une « réception » controversée �������������������������������������������������������������������������� 23
Le renouvellement urbain en quête de méthode(s) : la première étude exploratoire
de Christa Aue���������������������������������������������������������������������������������������������������� 25
Entre expérimentation et diffusion d’expériences : les approches
sectorielles du renouvellement urbain�������������������������������������������������� 31
Expérimenter les principes de la HQE en tissu existant et à l’échelle
urbaine : « RUE 2000 »�������������������������������������������������������������������������������������� 31
Gestion urbaine, gestion technique et gestion sociale : expérimenter et
promouvoir de nouvelles démarches������������������������������������������������������������������ 33
« Moderniser pour l'habitant »������������������������������������������������������������������������ 33
« Qualité environnementale » ������������������������������������������������������������������������ 34
Faire connaître des expériences étrangères en matière de participation
des habitants ������������������������������������������������������������������������������������������������������ 35
Sensibiliser et rendre compte de pratiques innovantes sur une question
peu traitée : le stationnement et la rénovation urbaine des quartiers
d’habitat social���������������������������������������������������������������������������������������������������� 37
6
« Les ambiguïtes du renouvellement urbain » : objet de recherche
ou contexte pour la recherche ?�������������������������������������������������������������� 43
La démolition comme objet de recherche : généalogie d’une consultation���������� 44
La seconde étude exploratoire de Christa Aue (2004)
et le projet « Démolition-substitution »���������������������������������������������������������� 44
La consultation « Renouveler et recomposer les quartiers »���������������������������� 48
La refondation d’un programme ?�������������������������������������������������������������������51
Mixité sociale, développement durable, culture, logement et relogements : le
renouvellement urbain comme révélateur ?���������������������������������������������������������52
Trajectoires résidentielles et rénovation urbaine ���������������������������������������������52
Le GIS Socio-économie de l’habitat et le renouvellement urbain :
sciences de l’environnement, sciences pour l’ingénieur
ou sciences sociales ?�������������������������������������������������������������������������������������� 54
Renouveler l’urbain au nom de la mixité ?������������������������������������������������������ 56
Les enjeux de culture du renouvellement urbain�������������������������������������������� 58
Confusions et convergence �������������������������������������������������������������������������������� 60
Conclusion�������������������������������������������������������������������������������������������������������65
Des aménageurs/gestionnaires aux sciences sociales�������������������������������������������65
Politiques publiques, recherche et mobilisation de la recherche���������������������������67
Quelle place pour les sciences humaines et sociales ? ���������������������������������������� 68
Annexes���������������������������������������������������������������������������������������������������������� 71
7
Introduction
« Le renouvellement urbain ». Parmi les six programmes finalisés qui ont structuré
les actions du PUCA à partir du début des années 2000, celui-ci ne se distingue
pas par l’originalité de sa dénomination. En 1999-2000 en effet, la mode était
assurément au « renouvellement urbain ». L’expression faisait florès auprès d’une
multitude d’institutions, dans les colloques, dans les procédures administratives ou
les documents de planification territoriale. Aux côtés des grands projets de ville,
les « opérations de renouvellement urbain » venaient d’être instituées (1999) dans la
foulée de deux rapports remis la même année à Claude Bartolone, ministre délégué
à la Ville, qui faisaient du renouvellement urbain un thème central des politiques à
venir dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville1. L’organigramme de
la Caisse des dépôts arborait depuis l’année précédente une direction du même nom
directement impliquée dans le financement de ces nouveaux modes d’intervention
dans les quartiers d’habitat social. En parallèle, la Fédération nationale des agences
d’urbanisme (FNAU) promouvait une acception plus large du renouvellement
urbain2 , suivant en cela l’idée de « ville renouvelée » déjà mise en exergue dans le
cadre du schéma directeur de la métropole lilloise en 19963.
Impossible, dès lors qu’on était muni de l’étiquette « renouvellement urbain »,
d’apparaître à contre-courant des tendances lourdes de la réflexion urbaine. La
loi Solidarité et renouvellement urbains (SRU) de décembre 2000 allait d’ailleurs
parachever la consécration de l’expression, au moins jusqu’à ce que la loi de
programmation pour la ville et la rénovation urbaine d’août 2003 marque le retour
en scène d’une expression en partie concurrente. Les controverses ont sévi autour
de ce come back d’une notion qui était tombée en disgrâce depuis presque trois
décennies4 ; « rénovation urbaine », objet depuis d’un ambitieux programme et
d’une agence chargée de le mettre en œuvre, ne parviendra d’ailleurs pas à éclipser
totalement l’usage de « renouvellement urbain ».
Imprécis, envahissant, consensuel – au moins en apparence –, l’étendard du
« renouvellement urbain » était alors probablement apparu comme un thème
idéal pour fédérer une myriade d’institutions et d’individus. Mais les conceptions
en lice étaient fort diverses : s’agissait-il de favoriser de nouvelles approches de
l’intervention dans les quartiers d’habitat social ? de questionner les modèles de
régénération des « terrains bruns » produits par la crise industrielle ? de plaider
pour un traitement rigoureux des problématiques de la gestion urbaine, technique
ou sociale ? d’œuvrer aussi à un renouvellement des méthodes de conception
1 Vignaud Philippe, Pour le renouvellement urbain, rapport à M. Claude Bartolone, ministre délégué à la Ville, octobre 1999, 178 p. ; Cavallier Georges, Nouvelles recommandations pour la négociation des Contrats de Ville (2000-2006),
rapport final remis à M. Claude Bartolone, 3 mai 1999 (37 p. + annexes).
2 METL / DGUHC, 1999, Vive la ville : les enjeux du renouvellement urbain, dossier documentaire réalisé par le CDU pour
la XXe rencontre nationale des agences d’urbanisme, Nancy, 8-9-10 novembre 1999.
3 Cf. Roussel François-Xavier, « La ville renouvelée, enrayer la spirale de la déqualification », Cahiers de l’ORHA,
n°14, septembre 1995, pp.22-25.
4 Hatzfeld Hélène, « Rénovation urbaine. Un terme qui fait son come-back », Comme la Ville, n°13, février 2004,
p.7
8
Le renouvellement urbain
urbaine au profit de la « démocratie locale » et d’une citoyenneté « renouvelée » ? de
contrebalancer par une expression positive la lutte contre l’étalement urbain et la
ville « diffuse » ?… Quelles ont été au juste les voies empruntées par le PUCA pour
décliner un programme finalisé sur ce thème ? Comment une expression désignant
des principes d’action aussi divers a-t-elle été déclinée en actions de recherche, en
contexte pertinent pour la recherche, voire en objet de recherche ?
Ces questions sont évidemment au cœur du présent bilan. Quelques remarques
préliminaires s’imposent cependant. Rappelons d’abord que la production de
travaux de recherches par le PUCA n’est pas séparable des individus qui en
ont été les chevilles ouvrières. Pour autant, ce bilan n’empruntera pas la voie
d’une sociologie de la commande de production scientifique sur le thème du
renouvellement urbain. Mais s’il faut retracer autant que possible l’évolution
des préoccupations affichées par ce programme finalisé du PUCA, les postures
successivement adoptées dans les connaissances produites, les questions investies
et celles laissées en jachère, ce bilan abordera nécessairement l’action de ceux qui
y ont pris une part active5. Or, ce programme finalisé est sans doute, parmi les six
programmes du PUCA, et pour plusieurs raisons sur lesquelles il faudra revenir, le
plus étroitement associé à la figure de son premier secrétaire permanent, Olivier
Piron. Cette quasi-identification d’un programme à un individu, qui est peut-être
pour partie abusive, mérite d’être interrogée dans sa consistance comme dans ses
effets.
Il faut ensuite noter que quelques mois après la création de l’ANRU et alors
que montait en puissance la politique de rénovation urbaine, le Conseil général
des Ponts et chaussées semblait pour le moins réservé quant aux connaissances
produites par le PUCA dans le cadre de ce programme6. Mais en parallèle, l’actualité
urbanistique des années 2003-2004 avait conduit d’autres programmes finalisés
du PUCA à aborder également la question du renouvellement urbain ou de la
rénovation urbaine. Le choix a été fait ici de mentionner ces initiatives. L’évolution
des contours du programme finalisé « Le renouvellement urbain » de 2000 à 2006
montre d’ailleurs qu’on a parfois rattaché à ce programme, de façon plus ou moins
transitoire, certaines de ces actions qui lui étaient au départ étrangères. Autrement
dit, si l’on cherche à cerner ce que le PUCA a « fait » au renouvellement urbain,
la réponse implique de s’affranchir en partie des limites, de surcroît fluctuantes,
données au programme du même nom. Elle implique donc de connaître également
ce que le renouvellement urbain, devenu en partie rénovation urbaine, a « fait » aux
autres programmes finalisés du PUCA.
Le corpus mobilisé pour ce bilan est assez composite. Il était évident qu’il fallait
d’abord revenir sur les ouvrages publiés par le PUCA sous le label du programme
« Le renouvellement urbain », sur les textes des appels à propositions de recherche
5 Cf. la note proposée par Marie-Christine Jaillet, Cahier des charges pour un retour réflexif sur les recherches
du PUCA (6 p., ronéo), discutée lors du conseil scientifique du PUCA du 20 septembre 2006, qui constitue le
cahier des charges du présent bilan.
6 Le rapport de la mission d’inspection du CGPC, qui s’est déroulée entre l’été 2004 et l’été 2005, suggérait ainsi
de revisiter les thématiques prioritaires du PUCA en tenant compte du nouveau contexte de rénovation urbaine
depuis la loi du 1er août 2003. Certains des acteurs interrogés à l’occasion de cette inspection se sont montrés
critiques sur les acquis du programme « Le renouvellement urbain » (CGPC, Analyses et contributions pour les orientations pluriannuelles du PUCA 2006-2010, rapport n°2004-0152-01, décembre 2005, tome 1 ; voir également le tome
2, « Synthèse partielle des entretiens », pp.49-57).
9
ou sur les bilans de ces consultations lorsqu’ils étaient disponibles. Il a été
nécessaire de s’attacher également à plusieurs travaux non publiés et restés à l’état
de rapports. Dans tous les cas, l’évaluation scientifique de ces travaux n’entrait pas
dans le cadre du présent bilan, qui a plutôt pour objectif de rappeler les principaux
apports de ce programme en tâchant de restituer la genèse des questions traitées et
leur évolution7. Mais il fallait pour ce faire redonner une place de choix à certains
travaux ressortissant à ce qu’on nomme « littérature grise », dans la mesure où ils
peuvent livrer moult éléments relatifs à un contexte que la production « noble »,
celle des ouvrages publiés, peut parfois occulter. Pour cette même raison, le présent
bilan s’est appuyé sur les comptes rendus du conseil scientifique du PUCA de 2001
à 2007 et sur les rapports annuels d’activité de 2003 à 2006, qui aident à mieux
cerner la dynamique qui a marqué ce programme. Enfin, une dizaine d’entretiens
a été menée auprès des principaux protagonistes, auteurs ou commanditaires, de ce
programme finalisé8.
La délimitation précise des actions entrant dans le cadre du programme « Le
renouvellement urbain » n’est donc pas simple. Cette remarque constitue sans
doute l’un des problèmes – aux conséquences très pratiques lors de l’identification
du matériau disponible et utile9… – que le présent bilan se devait de soulever. Elle
justifie qu’un chapitre liminaire soit consacré à une première vue d’ensemble sur ce
programme, aux principaux ouvrages produits dans ce cadre autant qu’à l’évolution
des contours qui lui ont été successivement donnés par le PUCA. Les trois
chapitres qui suivent obéissent ensuite à une trame pour l’essentiel chronologique.
Ce choix ne résulte pas d’une volonté de retracer une chronique annuelle adossée
aux rapports d’activité, mais s’explique par le fait que trois grandes périodes
peuvent être distinguées pour rendre compte de l’évolution de ce programme
finalisé. Surtout, et c’est ce qui explique les quelques recouvrements, elles renvoient
chacune à des conceptions distinctes du renouvellement urbain et, partant, à des
conceptions différentes du type de connaissance qu’on a cherché à produire sur ce
thème : un renouvellement urbain d’abord saisi (en 2001-2002) par le monde des
aménageurs en quête de méthodes (chapitre 2) ; un renouvellement urbain plutôt
conçu comme propice à l’expérimentation et à la diffusion de pratiques innovantes,
de 2001 à 2004 environ (chapitre 3) ; enfin, un renouvellement urbain plus
nettement envisagé, depuis 2004-2005, comme un possible champ de recherche
pour les sciences sociales (chapitre 4).
7 Note de Marie-Christine Jaillet, Cahier des charges pour un retour réflexif sur les recherches du PUCA, op.cit.
8 Cf. liste des entretiens en annexe. Outre les personnes sollicitées pour ces entretiens, je tiens à remercier
Marie-Flore Mattei, Francine Benguigui, Marie-Thérèse Bidal et Philippe Cromback, pour leur aide dans l’accès
à certains documents et pour les informations qu’ils m’ont communiquées.
9 On trouvera également en annexe 1 la liste des travaux produits par le PUCA qui ont été consultés pour ce
bilan.
10
Le renouvellement urbain
Vue d'ensemble sur le programme Renouvellement urbain
Vue d’ensemble sur le programme Renouvellement
urbain
Un programme et cinq ouvrages
Une première manière de recenser la production du programme finalisé « Le
renouvellement urbain » depuis les années 2000 pourrait consister à s’attacher
aux cinq ouvrages publiés par le PUCA sous ce label. Le premier en date (2002)
s’intitule Renouvellement urbain – Analyse systémique. Le second, Stationnement et
rénovation urbaine. Problématique, études de cas, paraît en 2004. Les trois suivants sont
publiés au cours du premier semestre 2006 : Le renouvellement urbain, la genèse d’une
notion fourre-tout ; Paroles d’acteurs. Participation des habitants au renouvellement urbain
à Berlin ; Le lieu et le service. Définition d’une démarche expérimentale de requalification
du stationnement 10. Trois de ces ouvrages traitent donc d’une problématique
ciblée, dans le contexte du renouvellement urbain : celle du stationnement
(deux ouvrages), celle de la participation des habitants au travers de l’expérience
berlinoise. Les deux autres affichent dans leur titre un propos à caractère plus
général : analyse systémique du renouvellement urbain pour l’un, histoire de la
genèse de la notion de renouvellement urbain pour l’autre.
Aucun de ces ouvrages n’a été produit suite à un appel d’offres de recherche. Ce
n’est en effet qu’en milieu d’année 2005 que le PUCA se lance dans l’exercice
de la consultation de recherches sur le thème du renouvellement urbain, avec
non pas une, mais deux consultations, quasi simultanées de surcroît. L’une,
« Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? », n’est pas rattachée au programme
« Le renouvellement urbain » mais à celui dénommé « La ville pour tous ». L’autre
consultation, inscrite cette fois sans ambiguïtés dans le programme objet de ce
présent bilan, s’intitule, « Renouveler et recomposer les quartiers ». Les recherches
sélectionnées dans le cadre de ces deux consultations ont démarré pour l’essentiel
entre fin 2005 et début 2006. Leur achèvement dans le courant de l’année 2008 fait
qu’il est encore trop tôt pour qu’un bilan complet de ces travaux ait été formalisé
par le PUCA et a fortiori pour que d’éventuelles publications aient vu le jour. Le
présent bilan se limitera donc, pour ces deux consultations, à tâcher d’en retracer
la genèse et à esquisser à grands traits les principales problématiques abordées par
les recherches retenues (cf. chapitre 4).
Ces cinq ouvrages, qui constituent à ce jour la part la plus visible et la plus
accessible des travaux du PUCA sur le renouvellement urbain, méritent ensuite
un second commentaire. Les trois plus récents sont le fait d’auteurs extérieurs
: une doctorante de l’Institut d’urbanisme de Paris, Sylvaine Le Garrec (La
genèse d’une notion fourre-tout) ; une architecte française travaillant à Berlin depuis
plusieurs années, Hélène Bernard (Paroles d’acteurs) ; un consultant de la SCET,
Daniel Grande (Le lieu et le service). L’ouvrage Stationnement et rénovation urbaine
(2004) a été pour l’essentiel co-écrit par un chargé de projets du PUCA, Jacques
10 Les références complètes de ces ouvrages figurent en annexe 1.
11
12
Le renouvellement urbain
Frenais, et par Martine Gutman-Lajeunesse, alors en poste à la Caisse des dépôts
et consignations. Quant au premier de ces cinq ouvrages, Renouvellement urbain –
Analyse systémique, publié en 2002, il se singularise par le fait que son auteur n’est
autre qu’Olivier Piron, secrétaire permanent du PUCA depuis sa création en
199811. Si Olivier Piron a alors déjà signé plusieurs articles12 , diverses préfaces ou
postfaces d’ouvrages13, celui-ci est alors – et est encore à ce jour – le seul qu’il ait
jamais publié en son nom propre.
Que la série des publications issues du programme finalisé « Le renouvellement
urbain » débute par un ouvrage signé du secrétaire permanent du PUCA a de quoi
surprendre. Le statut particulier de cet ouvrage et, dans une moindre mesure, le
fait qu’aucun des quatre autres ne s’inscrive dans une consultation de recherche
à la problématique clairement formulée, impliquent de ne pas en rester à une
présentation des grandes lignes de leur contenu. Le présent bilan implique aussi de
« sortir » autant que possible de ces textes, afin de mettre au jour le contexte de leur
réalisation et de leur publication, de reconstituer la genèse des questions qu’ils ont
traitées et les suites éventuelles qui leur ont été données.
Un programme par ses contours
Quand bien même ces éléments de contexte sont à retracer, les seuls travaux
publiés ne sauraient rendre compte à eux seuls de l’évolution d’un programme
finalisé. La publication d’ouvrages par le PUCA suppose d’abord que des
travaux aboutis aient vu le jour. Elle s’inscrit aussi dans une stratégie de
valorisation des recherches qui a pu évoluer, depuis le début des années 2000,
dans son ambition comme dans sa faisabilité financière. Traiter des recherches
publiées fait donc courir le risque d’un aperçu très partiel, laissant notamment
dans l’ombre tout un éventail de recherches et de travaux qui, même s’ils n’ont
pas été publiés pour des raisons diverses, permettent de cerner plus précisément
l’évolution des contours et des principales problématiques du programme « Le
renouvellement urbain ».
Les rapports annuels d’activité du PUCA sont ici précieux. À ceci près toutefois
que c’est seulement à compter de l’année 2004 que le secrétariat permanent du
PUCA s’est lancé dans l’exercice du rapport annuel d’activité, et qu’au moment
d’écrire le présent bilan, le rapport d’activité 2007 n’était pas encore paru. Les
rapports d’activité qui ont été consultés permettent de couvrir ainsi les années
2003 à 2006. Le programme finalisé « Le renouvellement urbain » est présent
dans chacun. Il est rattaché au pôle « Dynamiques spatiales et aménagement » en
2003 et 2004, pôle qui est devenu département « Territoires et aménagement » à
compter de l’année 2005. Lors de cette même période, ce pôle ou département
a également été en charge du programme finalisé « Organiser les territoires »14.
On peut dès lors rapprocher les éléments issus des rapports d’activité de ceux
figurant dans la plaquette de présentation des programmes finalisés du PUCA,
11 Il le restera jusqu’au printemps 2004.
12 Dans la revue Études foncières, notamment. Il y a ainsi publié sept articles jusqu’en 2002, année de parution de
son ouvrage. De 2003 au numéro de mars-avril 2008, Études foncières a accueilli huit articles signés de lui.
13 Par exemple la postface de l’ouvrage dirigé par Nicole Haumont, La ville. Agrégation et ségrégation sociales, Paris,
L’Harmattan (coll. Habitat et sociétés), 1996, 219 p. ; ou encore la préface de l’ouvrage de l’ADEF, Les associations
foncières. Aménager avec les propriétaires, Paris, éditions ADEF, 1988, 181 p.
14 Qui fait l’objet d’un bilan séparé.
Vue d'ensemble sur le programme Renouvellement urbain
plaquette publiée vraisemblablement fin 2001 ou début 200215 (cf. tableau
ci-après).
Les actions constituant le programme finalisé « Le renouvellement urbain16 »
2001
Club Ville Aménagement
Moderniser pour l’habitant
Renouvellement urbain et environnement (RUE 2000)
Santé et environnement
Renouvellement urbain
2003
Moderniser pour l’habitant
Renouvellement urbain et environnement (RUE 2000)
Qualité environnementale
Démolition-substitution
Rénovation urbaine et stationnement
2004
Moderniser pour l’habitant
Renouvellement urbain et environnement (RUE 2000)
Le projet ADEQUA : aménagement durable d’un quartier
Environnement, confort, santé
Qualité environnementale
Démolition-substitution
Rénovation urbaine et stationnement
2005
Environnement et renouvellement urbain
Qualité environnementale
Renouvellement et recomposition des quartiers
Rénovation urbaine et stationnement
2006
Renouvellement et recomposition des quartiers
Qualités environnementales
À la lecture de ces rapports successifs, le rapprochement des différentes actions
constituant le programme finalisé « Le renouvellement urbain » au cours de ces
15 D’après les références des publications ou colloques mentionnés, les textes des différents programmes semblent avoir été produits selon les cas entre 2001 et début 2002. Celui du programme « Le renouvellement urbain »
date apparemment du début de l’année 2001.
16 Sources : PUCA, Les programmes finalisés, [2001], n.p. ; rapports d’activité 2003 à 2006 (d’après les intitulés
donnés dans le corps du texte ; les pages de quatrième de couverture de ces rapports ne sont pas toujours fidèles
à ces regroupements et dénominations).
13
14
Le renouvellement urbain
six ans laisse quelque peu perplexe. Ainsi, si l’on y trouve de 2003 à 2005 l’action
« Rénovation urbaine et stationnement » dans laquelle s’est inscrit l’ouvrage au titre
homonyme (2004), ou encore au cours de la même période une action dénommée
« Démolition-substitution » qui n’est autre que la préfiguration de l’appel d’offres
« Renouveler et recomposer les quartiers », plusieurs autres actions s’y trouvent
rattachées au gré des années. Parmi les premières mentionnées, les plus récurrentes
ont pour nom « Renouvellement urbain et environnement » (RUE 2000),
« Qualité(s) environnementale(s) », ou encore « Moderniser pour l’habitant ». On
peut aussi s’étonner de ce que le PUCA affichait en 2001, parmi les cinq actions
constituant le programme finalisé « Le renouvellement urbain », une action au nom
identique. Le texte explicatif montre qu’il s’agit en fait de la démarche entreprise
sous la houlette directe d’Olivier Piron, qui conduira en 2002 à la publication de
son ouvrage consacré à l’analyse systémique du renouvellement urbain.
Évidemment, cette caractérisation des contours du programme « Le renouvellement
urbain » appelle quelques précautions. L’exercice du rapport annuel d’activité
suppose probablement des arbitrages sur le rattachement de chaque action à l’un
ou l’autre des six programmes17 ; il entraîne aussi la disparition d’actions achevées
ou, plus prosaïquement, d’actions qui se sont éteintes avec le départ des chargés
de projet qui les animaient. Certaines des actions mentionnées dans le tableau
précédent se sont achevées en 2004 (« Moderniser pour l’habitant »), d’autres
ont fait une apparition éphémère dans les rapports d’activité, et en particulier
dans celui couvrant l’année 2004, le plus fourni des quatre puisqu’il présente pas
moins de sept actions distinctes. Il faut également noter que les quatrièmes de
couverture des ouvrages publiés par le PUCA reprennent toujours le découpage en
six programmes finalisés, mais que les actions mentionnées pour chacun peuvent
varier par rapport aux choix effectués dans les rapports d’activité édités à peu
près au même moment. À titre d’exemple, les trois ouvrages évoqués plus haut,
parus en 2006 soit à peu près au moment de la préparation du rapport d’activité
2005, mentionnent une action « Insécurité et violences urbaines » en lieu et place
de « Qualité environnementale ». Or cette action est rattachée, sous une autre
appellation, au programme finalisé « Organiser les territoires » dans le rapport de
l’année précédente (2004) ou dans celui de la suivante (2006)18. Les liens avec ce
programme, mis en œuvre au sein du même pôle/département du PUCA, ne se
limitent pas à cette action sur l’insécurité. L’animation et le secrétariat du Club
Ville Aménagement, rattachés dans la plaquette de 2001 au programme « Le
renouvellement urbain », sont mentionnés dans les rapports d’activité 2003 à 2006
parmi les actions du programme « Organiser les territoires ».
Pointer les discordances dans les diverses présentations successives (ou parfois
concomitantes) du programme finalisé « Le renouvellement urbain » n’est pas d’un grand
intérêt, et conduirait à conférer naïvement à ces documents un souci de continuité et
de capitalisation qu’ils n’ont peut-être jamais eu. Il demeure que pendant les six années
couvertes par ces documents, les contours du programme finalisé « Le renouvellement
17 Les rapports d’activité présentent ainsi les actions du PUCA programme par programme (chaque pôle ou
département ayant en charge la mise en œuvre d’un ou deux programmes finalisés), une autre rubrique étant
consacrée aux actions transversales (appelées ici aussi « programmes transversaux »).
18 « Territoires urbains et sécurité » en 2004, « Territoires urbains et sûreté » en 2006. Les émeutes survenues
à l’automne 2005 dans plusieurs banlieues françaises, suite à la mort par électrocution de deux adolescents
poursuivis par la police à Clichy-sous-Bois, ne sont peut-être pas tout à fait étrangères à l’affichage d’une action
« Violences urbaines et insécurité » dans les ouvrages parus en début d’année 2006.
Vue d'ensemble sur le programme Renouvellement urbain
urbain » apparaissent bien fluctuants : de deux à sept actions sont rangées sous cette
bannière selon les rapports d’activité. Pendant la période couverte, quatre actions
distinctes paraissent toutefois constituer le noyau dur du programme : « Démolition
et recomposition des quartiers », identifié en 2003 et 2004 sous son ancienne
appellation « Démolition – substitution », « Renouvellement urbain et environnement »,
« Rénovation urbaine et stationnement » et « Qualité(s) environnementale(s) ».
De quel renouvellement urbain parle-t-on ?
Ce premier tour d’horizon conduit à constater qu’au-delà de leurs dénominations,
les actions recensées recouvrent des approches distinctes de la question du
renouvellement urbain. Sans entrer pour l’instant dans le détail de chacune, on
peut d’abord noter que certaines sont sectorielles, traitant d’une problématique
bien déterminée : la conception et la gestion du stationnement dans les opérations
de renouvellement touchant aux quartiers d’habitat social, la recherche d’une
meilleure régulation des rapports entre gestionnaires du parc HLM et locataires
(action « Moderniser pour l’habitant »), ou encore l’amélioration de la gestion
technique dans les résidences HLM (expérimentations en matière de recueil d’eaux
pluviales ou de collecte des déchets ménagers, menées dans le cadre de l’action
« Qualité environnementale »). Ces actions-là s’adressent ainsi directement, dans
leurs attendus, à différents mondes professionnels intervenant sur des aspects
circonscrits du renouvellement urbain, en particulier sur la gestion urbaine et le
cadre de vie.
L’action « Renouvellement urbain et environnement » (RUE 2000), qui a constitué
en elle-même une initiative de longue haleine, s’inscrit dans ce registre : il s’agissait
d’expérimenter des démarches de promotion de la Haute Qualité Environnementale,
sur des projets de construction neuve comme sur le patrimoine existant, à l’échelle du
bâtiment comme à celles, plus larges, de l’îlot ou du quartier. Si l’entrée est là encore
sectorielle, centrée sur la prise en compte des problématiques environnementales,
le « renouvellement urbain » dont il est ici question ne se réduit pas au champ de
l’intervention sur les quartiers d’habitat social : il s’agissait également, au départ,
d’éprouver les principes de la HQE dans la réhabilitation de l’habitat ancien (via les
OPAH, notamment), dans la reconversion de friches industrielles, ou encore dans
la réhabilitation d’équipements publics (lycées, centres hospitaliers).
L’ouvrage d’O. Piron publié en 2002 témoigne, à en juger d’abord par son
titre, d’une volonté de dépasser la multiplicité des approches sectorielles du
renouvellement urbain. Mais comme l’action « RUE 2000 », il affiche une
conception du renouvellement urbain plus large que l’intervention dans les grands
ensembles périphériques. Si, pour l’auteur de l’ouvrage, le renouvellement urbain
suppose une intervention forte des pouvoirs publics pour enrayer une dynamique
de dévalorisation et se distingue par conséquent du recyclage « ordinaire » de
certains espaces urbains (cf. infra), le champ du renouvellement urbain concerne
d’autres espaces que les seules périphéries urbaines : les anciennes implantations
industrielles ou portuaires, ou encore les anciens terrains militaires, constituent
également les territoires de prédilection du renouvellement urbain.
La consultation de recherches « Renouveler et recomposer les quartiers »,
lancée mi-2005, marque le retour à une focalisation sur les grands ensembles
15
16
Le renouvellement urbain
périphériques, pour lesquels l’expression « quartiers » tient lieu, depuis quelques
années, de raccourci euphémique19. Mais la préoccupation principale affichée
dans cette nouvelle action n’est plus l’amélioration de pratiques professionnelles
sectorisées. Elle vise plutôt à ériger en objet de recherche un aspect particulier du
renouvellement urbain tel qu’il se pratique dans les périphéries : la démolition des
logements sociaux20.
Alors ? Amélioration de la gestion technique et urbaine ? Aide à l’expérimentation
de nouvelles pratiques professionnelles (gestion locative du parc HLM) ou à l’essor
de nouveaux métiers (experts en stationnement, en diagnostic environnemental) ?
Approche sectorielle du renouvellement urbain ? Ou bien approche plus globale,
voire « systémique » du recyclage urbain et de la reconstruction de la ville sur ellemême ? Le programme « Le renouvellement urbain » serait-il, à l’image de la notion
qui le désigne, un programme « fourre-tout » ? Il serait en effet fort étonnant que le
programme mis en chantier autour de cette notion se soustraie comme par magie
aux commentaires que livre Sylvaine Le Garrec, dans son ouvrage rétrospectif,
publié par le même PUCA en 2006… Telle qu’elle est forgée à compter de la fin
des années quatre-vingt-dix, et même s’il s’agit là d’une notion plus ancienne dans
le champ de l’urbanisme21, l’expression « renouvellement urbain » a d’abord pour
vertu de rassembler sous une même bannière différentes pratiques d’aménagement.
D’une part, le renouvellement urbain renvoie aux principes de l’intervention sur
les zones urbaines dévalorisées que sont les friches industrielles ou militaires
ou certaines zones d’habitat ancien dégradé. L’intervention, dans laquelle la
puissance publique joue un rôle de premier plan, est alors mue par une logique de
compétitivité et d’attraction métropolitaine, et s’inspire de la régéneration anglosaxonne. D’autre part, et selon une acception plus restrictive et spécifiquement
française, le renouvellement urbain désigne aussi la pratique de la démolition des
logements sociaux des grands ensembles afin de lutter contre la concentration de
populations défavorisées. C’est là l’une des « ambiguïtés » de la notion que Sylvaine
Le Garrec pointe en conclusion de son ouvrage (pp.74-75), sur les bases de la
réflexion critique de Marc Bonneville22. À cette ambiguïté première s’ajoute le fait
que pour les principaux acteurs ayant œuvré au retour en scène de la notion de
renouvellement urbain, l’idée d’une ville « renouvelée »23, d’une ville appelée à se
transformer plus sur ses tissus existants que par de nouvelles vagues d’extension,
implique aussi un renouvellement des principes et méthodes de l’urbanisme24.
Il n’est guère étonnant alors qu’au renouvellement des analyses et représentations
de la ville et de son évolution se mêlent des attentes méthodologiques et opératoires
de la part de ceux qui la fabriquent ou la gèrent. C’est précisément l’une de
ces ambivalences que l’on retrouve dans l’éventail des actions conduites par le
19 Sur la fabrication et la promotion, savante et administrative, des expressions « quartiers sensibles » et « quartiers » pour désigner les grands ensembles périphériques : Tissot Sylvie, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie
de l’action publique, Paris, Seuil (coll. Liber), 2007, 300 p.
20 Voir chapitre 4 infra.
21 Cf. Coudroy de Lille Laurent, « Rénovation et renouvellement urbains, évocation d’un vieux couple », Urbanisme, n°346, janvier-février 2006, pp.29-31.
22 Bonneville Marc, « Les ambiguïtés du renouvellement urbain en France », Les Annales de la recherche
urbaine, n°97, déc. 2004, pp.7-16.
23 Cf. le slogan du schéma directeur de la métropole lilloise de 1996.
24 « Si la nécessité de voir émerger un nouveau concept sur la ville et ses transformations se fait sentir, c’est peutêtre parce qu’il s’agit tout autant de “renouveler” la forme de l’action publique sur la ville que la forme de la ville
elle-même » (Le Garrec, 2006, p.8).
Vue d'ensemble sur le programme Renouvellement urbain
PUCA dans le cadre du programme « Le renouvellement urbain ». On pourrait
également ajouter, pour prolonger l’analyse de Sylvaine Le Garrec, que la notion
de renouvellement urbain parvient aussi à accomplir ce tour de force qui consiste
à faire tenir ensemble deux postures et deux registres d’action qui se sont pourtant
historiquement succédé sur la base d’une opposition : d’une part la rénovation
urbaine, et sa part inhérente de démolitions, et d’autre part la réhabilitation, entendue
comme entreprise de remise à niveau de l’existant. L’émergence de la démolition
comme pratique légitime d’intervention dans le parc social des Trente Glorieuses,
puis sa démultiplication via le Programme national de rénovation urbaine issu de
la loi du 1er août 2003, tire le renouvellement urbain vers la première des deux
optiques. Le souci de rupture avec un urbanisme d’expansion, d’amélioration du
cadre de vie et de transformation progressive du bâti existant en concertation avec
ses occupants, le place à l’inverse en filiation directe des démarches de l’urbanisme
« alternatif » et participatif qui vit le jour au début des années 1970 et qui constitua
le fondement des OPAH et de la politique de la ville. Conjoindre sous un même
vocable ces deux approches de l’intervention sur la ville et ses habitants n’est sans
doute pas le moindre des facteurs qui contribuent à expliquer le flou, mais aussi le
succès, du renouvellement urbain.
C’est donc en ayant conscience de ces héritages pluriels autant que de ces ambiguïtés
structurantes qu’il faut entrer plus en détail dans l’évolution de ce programme
finalisé. Comme évoqué en introduction, c’est suivant trois grandes déclinaisons
du renouvellement urbain qu’il est possible de rendre compte de cette évolution.
Une première, opératoire, du renouvellement urbain entendu comme pratique
professionnelle appelant la promotion de nouveaux principes dans le milieu des
aménageurs. Une seconde, plus sectorielle, qui fait du renouvellement urbain
un terrain ou contexte propice à l’expérimentation sur des thèmes ciblés. Et une
troisième déclinaison, enfin, qui tâche de se déprendre des deux précédentes pour
faire du renouvellement urbain un thème de recherche pour les sciences sociales.
17
18
Le renouvellement urbain
Le renouvellement urbain saisi par le monde de l'aménagement
Le renouvellement urbain saisi par le monde
de l’aménagement : approche « systémique »,
programme de recherche ou préconisations
opératoires ?
On l’a évoqué précédemment, l’une des spécificités du programme finalisé
« Le renouvellement urbain » par rapport aux cinq autres tient à la publication
sous ce label d’un ouvrage signé par le secrétaire permanent du PUCA, Olivier
Piron. Le statut de cet ouvrage au sein du programme finalisé mérite donc d’être
interrogé, au même titre que son contenu ou que les débats qu’il a engendrés. Cette
spécificité éditoriale en cache une autre puisque c’est O. Piron en personne qui
endosse directement, au moins jusqu’en 2003 et même s’il s’entoure pour ce faire
d’autres chargés de projets du PUCA, la responsabilité de ce programme finalisé.
Ce chapitre doit donc aussi être l’occasion de revenir sur le travail d’animation
effectué dans ce cadre, sur les premiers questionnements envisagés à compter de
2000 et sur leur évolution jusqu’en 2002 environ. Cette période est marquée par
l’effervescence autour de la préparation puis de l’adoption de la loi Solidarité et
renouvellement urbains. Le thème du renouvellement urbain est donc un inévitable
sujet de discussion et de réflexion, et probablement un programme quasi obligé
du PUCA 25. L’action conduite sous la houlette d’O. Piron montre que ce thème du
renouvellement urbain questionne alors très directement le monde des aménageurs
et des bailleurs dans l’évolution de leur pratique professionnelle.
L’ouvrage d’Olivier Piron (2002)
L’ouvrage Renouvellement urbain – Analyse systémique paraît au cours de l’été 2002.
Les 1 000 exemplaires de cette première édition ont été distribués en une année
et demie environ. Une deuxième édition (500 exemplaires) a été imprimée en fin
d’année 2003. Au total, on peut raisonnablement estimer à environ 1 200 le nombre
d’exemplaires de cet ouvrage qui ont été distribués à ce jour, de manière gratuite
ou payante26.
Si l’auteur de l’ouvrage déclare aujourd’hui que le fait d’avoir publié un ouvrage
en son nom propre a pu en surprendre certains, son implication sur ce thème
n’était pourtant pas une nouveauté. En 2001 et 2002, le secrétaire permanent
du PUCA a en effet communiqué ou publié à plusieurs reprises des éléments
intermédiaires de sa réflexion : lors d’un colloque du Gridauh organisé à
25 Je n’ai trouvé nulle trace écrite d’arguments ou de débats internes au PUCA sur le choix de conduire un programme finalisé consacré au renouvellement urbain. Selon O. Piron, le contexte des années 1999-2000, marqué
par la préparation de la loi SRU, rendait évident que le PUCA se saisisse de ce thème à travers l’un de ces programmes finalisés (entretien avec O. Piron, avril 2008). Qu’il y ait eu consensus sur les objectifs initiaux d’un tel
programme est une autre affaire.
26 Le PUCA ne détient plus d’exemplaires de cet ouvrage (renseignement aimablement fourni par Ph. Cromback). Le Certu, qui assure la distribution de cet ouvrage depuis 2004, disposait en juin 2008 d’un stock d’environ 290 exemplaires.
19
20
Le renouvellement urbain
Orléans en janvier 200127, ou encore dans la revue Études foncières 28 dont il est un
contributeur régulier. Au sein du PUCA, c’est lui qui assure directement la mise
en œuvre de ce programme finalisé sur le renouvellement urbain. Il se charge en
personne d’en présenter l’avancement en conseil scientifique29, les autres programmes
ou actions de recherche étant en principe présentés devant cette instance par un
chargé de projets ou un responsable de pôle au sein du PUCA. C’est à ce titre qu’O.
Piron demande à deux reprises l’avis du conseil scientifique, les 12 février et 10
octobre 2002. En février 2002, la discussion porte sur un rapport encore provisoire.
Mais il est déjà acquis qu’il sera publié aux éditions du PUCA, muni d’un avantpropos de l’historien Antoine Prost, alors président du conseil scientifique du PUCA.
L’ouvrage paraît donc comme prévu, à la fin de l’été, muni de la préface d’Antoine
Prost. À cette date, et depuis au moins un an et demi, plusieurs versions partielles ou
intermédiaires de l’ouvrage ont donc largement circulé. Quel est le point de vue que
livre cette analyse systémique du renouvellement urbain ?
Olivier Piron tâche d’abord dans son ouvrage de délimiter ce qu’il nomme
renouvellement urbain. Si tous les tissus urbains connaissent des mutations plus ou
moins fortes, elles peuvent s’effectuer de manière progressive ou bien se bloquer
pour diverses raisons (obsolescences techniques ou sociales, inadaptation des
logements et des tissus urbains suite à une déprise industrielle ou commerciale,
etc.) et réclamer de ce fait une intervention massive des pouvoirs publics. « Ces
cas-là se signalent d’abord par des phénomènes de dévalorisation globale, puis par
une réaction collective de recomposition urbaine et de renouvellement du parc
immobilier dans laquelle les pouvoirs publics ont toujours un rôle moteur » (p.2).
C’est ce mouvement global, d’investissement public sur des sites dévalorisés pour
de multiples raisons, qui fonde pour O. Piron le principe du renouvellement urbain
et le cœur même de son ouvrage. On rencontre au fil des pages des définitions plus
précises, mais jamais tout à fait définitives, du renouvellement urbain. Comme
par exemple celle d’un « phénomène de mutation immobilière impliquant la
structure urbaine initiale [qui] réclame des choix politiques de la part des pouvoirs
publics concernés ainsi que la mise en place d’actions spécifiques » (p.22). En
d’autres termes, il n’y aurait renouvellement urbain selon O. Piron que lorsque
les mutations envisagées supposent une transformation de la trame urbaine, la
création ou la modification de voies et réseaux, le changement de la structure
foncière, des dispositifs de relogements ou une négociation étroite de la cession
des droits à construire (pp.21-22), bref, autant de mesures qui, par leur ampleur
et leur complexité, supposent une attitude de rupture et une implication forte des
collectivités publiques concernées.
Une première typologie conduit O. Piron à s’attacher aux différents secteurs
usuellement concernés : grands ensembles de logements sociaux, anciennes
27 Communication publiée ensuite sous le titre « Renouvellement urbain : tentative d’approche systémique »,
Droit de l’aménagement, de l’urbanisme et de l’habitat, Éd. Dalloz, 2001, pp.213-231. (Gridauh : Groupement de
recherches sur les institutions et le droit de l’aménagement, de l’urbanisme et de l’habitat.)
28Cf. « Le financement du renouvellement urbain », Études foncières, n°90, mars-avril 2001, pp.10-13 ; « Évolution
des politiques urbaines : de la rénovation au renouvellement », Études foncières, n°95, janv.-févr. 2002, pp.8-9.
Ce second article, publié six mois avant la parution de l’ouvrage, mentionne d’ailleurs une version de l’ouvrage
Renouvellement urbain, analyse systémique dans la collection Recherches du PUCA, datée de 2001 (cf. note 6, p.9).
D’autres travaux signalent l’existence de versions intermédiaires du rapport d’O. Piron diffusées à son entourage
au cours du second semestre 2001. Voir par exemple l’étude de Christa Aue, Le renouvellement urbain : étude exploratoire, rapport pour le PUCA, avril 2003, 53 p. (bibliographie, p.49).
29 Cf. le compte rendu du conseil scientifique du 12 février 2002.
Le renouvellement urbain saisi par le monde de l'aménagement
implantations industrielles, anciens terrains militaires (p.25). En dépit de cette
variabilité des situations (passées) et des programmes à venir, les opérations de
renouvellement urbain auraient pour point commun la recherche d’une banalisation
de la gestion urbaine, d’une modernisation du parc bâti et d’une meilleure
intégration au reste de la ville, ainsi que le renouvellement et la diversification des
fonctions urbaines (pp.25-28). Ainsi, la taille d’une opération urbaine ne suffit
pas, pour O. Piron, à faire entrer cette dernière dans le cadre du renouvellement
urbain. C’est pour lui davantage dans l’idée de « complexité » qu’il faut chercher
le critère discriminant : il y a pour lui « solution de continuité » entre une
opération de modernisation – même difficile et coûteuse – d’un parc de logements
existant, à structure viaire et à statut d’occupation identiques, et une opération de
renouvellement urbain. Cette dernière catégorie implique une nouvelle composition
urbaine, une diversification de l’occupation comme des fonctions, une banalisation
de la gestion et in fine davantage de « valeur urbaine » (p.29).
Cette idée de rupture (cf. la « solution de continuité ») est présente sous de
multiples formes dans l’ouvrage d’O. Piron. Rupture dans les méthodes, d’abord,
puisqu’il faut selon lui abandonner les démarches et postulats économiques issus
de l’urbanisme d’expansion, « processus continu de création de valeur » (p.30),
et apprendre à « acter les pertes » financières inéluctables. Rupture dans les
dynamiques territoriales, également, puisque le renouvellement urbain suppose
l’enrayement d’un processus de dévalorisation de territoires soumis à des « spirales
négatives » (p.31). Rupture dans les habitudes professionnelles, aussi, puisqu’il est
indispensable que les différentes professions en lice acceptent de travailler avec les
occupants et les propriétaires concernés. Rupture, enfin, dans les postures mêmes
de l’action publique, puisqu’il convient désormais de privilégier le process, le
déroulement du projet, au projet lui-même qui se doit d’évoluer au gré des multiples
interventions à venir, des contraintes politiques ou financières (pp.30-35). Ce qui
fait dire au passage à l’auteur, au terme d’une première partie qui s’ouvre par une
citation d’André Gide pour se clore sur une glose d’Aristote par le philosophe du
XIVe siècle Nicolas Oresme, que le renouvellement urbain « se rapproche plus du
“livre dont vous êtes le héros” que des romans classiques » (p.35)… Il reste, au terme
de cette première approche30, que ce qui est en jeu dans le renouvellement urbain
n’est pas tant la réalisation d’un objet architectural ou urbain que l’interruption
d’un « processus de dévalorisation et de déprise urbaine pour retrouver une histoire
positive » (p.35).
La suite de l’ouvrage déploie une série d’analyses plus ciblées, dans lesquelles
O. Piron approfondit suivant divers thèmes les conceptions exposées au cours de
la première partie : l’organisation de l’action territoriale (problématique générale,
spécificités opérationnelles, conduite de projet, conditions de réussite), l’économie
et le financement (approche économique du renouvellement urbain, besoins
de financement, ingénierie administrative et financière), et enfin les politiques
transversales (politiques touchant aux quartiers d’habitat social, politiques dites
« normatives », politiques de l’habitat et politiques urbaines). Le renouvellement
urbain ne saurait dès lors être « considéré comme un thème isolé » ; il est, bien au
contraire, « une entrée spécifique dans l’ensemble des politiques urbaines » (p.127).
30 La première partie (« Analyse générale », pp.15-35) constitue à elle seule un condensé de l’ouvrage.
21
22
Le renouvellement urbain
L’ouvrage d’Olivier Piron ne relève ni du genre de l’ouvrage de recherche, ou de la
compilation de recherches, ni tout à fait de l’ouvrage à caractère méthodologique
à destination directe des acteurs du renouvellement urbain. S’il est manifeste que
le secrétaire permanent du PUCA a une connaissance panoramique de multiples
opérations de renouvellement urbain, les exemples sont toujours rapidement
évoqués. Le parti adopté est celui d’une « première synthèse »31 de travaux divers et
de réflexions portées par le monde professionnel. O. Piron revendique aujourd’hui
encore le fait d’avoir produit une « analyse systémique » du renouvellement urbain,
non dans le sens où l’on trouverait dans cet ouvrage une formalisation poussée
des relations et rétroactions structurantes entre divers phénomènes sociaux ou
économiques (stratégies de divers groupes d’acteurs, tendances de l’évolution
urbaine, de la valorisation/dévalorisation ou du peuplement, par exemple), mais
plutôt dans le sens, plus trivial, d’une analyse de l’ensemble des points de vue
possibles – et nécessaires – sur le renouvellement urbain, qui ne se limite pas à un
simple inventaire des procédures sectorielles32. L’ouvrage doit dès lors être lu comme
un exposé d’ensemble sur ce qui fait alors question dans le milieu professionnel sur
le thème du renouvellement urbain. Il livre au passage ce que l’auteur nomme des
« principes d’action », c’est-à-dire des préconisations générales qu’il est possible de
dégager dans le champ de la pratique. On est là face au propos d’un aménageur à
l’expérience éprouvée, et exercée à un haut niveau de responsabilité, d’autant plus
à même de faire œuvre de synthèse qu’il est très au fait des débats qui agitent alors
le milieu de l’aménagement en France33. Le ton oscille en effet fréquemment entre
le registre de l’analyse et celui du jugement prescriptif, y compris au cours de la
première partie qui se voudrait pourtant la plus analytique. Ainsi,
[…] un choix d’écriture a été effectué. Les précautions oratoires et les formules
interrogatives qui auraient dû parfois être utilisées ont été laissées de côté au profit
de l’affirmation de points de vue personnels, étayés par les raisons qui ont conduit
à les avancer, et qui semblaient cohérents avec le cadre d’analyse avancé (p.5).
Il n’est enfin pas superflu de conclure sur cet ouvrage en revenant à ses toutes
premières lignes, qui ne sont pas dépourvues d’intérêt pour qui s’interroge sur
le statut de ce texte. Dans sa préface, Antoine Prost résume en ces termes le
propos général du livre : « construire un cadre de référence qui donne sa place
à chacun des problèmes posés par le renouvellement urbain et permette de les
penser dans leur interdépendance » (p.3). Il souligne l’ampleur du sujet et de
l’information mobilisée, le texte « dense, sans fioritures, sans digressions, où les
nuances sont parfois sacrifiées à la clarté de la ligne générale », ou encore « des
annoncés volontiers assertifs, voire normatifs, qui fondent leur autorité non sur
une position institutionnelle mais sur l’évidence de constats objectifs » (p.4).
Le président du conseil scientifique du PUCA rappelle qu’il a à ce titre animé
à deux reprises une discussion sur le texte d’Olivier Piron, qui « ne peut être,
à l’évidence, qu’une œuvre personnelle » (p.4). Il signale enfin que si l’instance
qu’il préside alors n’a pas compétence pour autoriser ou refuser la publication
des réflexions de quiconque, elle « a pris acte de ce que celles d’Olivier Piron
31 Termes de la première phrase de l’avertissement, p.5.
32 Entretien avec O. Piron, avril 2008.
33 L’avertissement de l’ouvrage signale ainsi qu’il reprend – entre autres – les acquis des réflexions menées par la
Direction du renouvellement urbain de la CDC, ou encore des travaux du Club Ville Aménagement dont il est
alors l’un des animateurs (p.5).
Le renouvellement urbain saisi par le monde de l'aménagement
viennent à propos fournir un cadre général à des recherches chaque jour plus
urgentes et plus nombreuses » (id.).
On ne peut nier qu’en dépit de la distance qu’elle affiche, la préface signée
d’Antoine Prost constitue une caution académique conséquente. Spécialiste des
mouvements sociaux du XXe siècle, de la Première guerre mondiale et du système
éducatif, ce professeur d’histoire à l’université Paris I est un homme qui a pesé sur
le développement de l’histoire urbaine contemporaine34. Il fut aussi, de 1989 à 2001,
l’adjoint en charge des questions d’urbanisme du maire socialiste d’Orléans, JeanPierre Sueur. Pour O. Piron, soumettre son manuscrit à la discussion par les membres
du conseil scientifique et obtenir une préface d’Antoine Prost permettaient surtout
de faire reconnaître son ouvrage comme note de problématique du programme
finalisé « Le renouvellement urbain »35. Sans doute ce programme-ci, parmi les six
mis en œuvre par le PUCA, est-il le seul à disposer d’un texte de cadrage de quelque
130 pages… Quel est par conséquent le statut de cet ouvrage ? S’agit-il d’une
production, parmi d’autres, de ce programme Renouvellement urbain ? ou bien
d’un document qui voudrait synthétiser les acquis sur ce thème, afin de dégager
des pistes pour des recherches futures et en constituer ainsi un canevas fondateur ?
Certains indices de la réception de cet ouvrage, par le conseil scientifique du PUCA
ou dans l’univers des revues spécialisées, montrent que l’ambiguïté est réelle.
Une « réception » controversée
Lorsqu’il présente pour la première fois son manuscrit au conseil scientifique du PUCA
lors de la séance du 12 février 2002, O. Piron prend les devants en admettant « quelques
positions personnelles »36. D’après le compte rendu, succinct, le travail présenté semble
recueillir l’assentiment général des membres réunis. Ceux-ci se montrent sensibles à
deux qualités essentielles, d’une part l’effort de synthèse face à un thème ayant déjà
donné lieu à une abondante production, et d’autre part, l’élargissement du regard face à
une notion appréhendée trop souvent de manière restreinte et/ou instrumentale :
[…] dans un domaine où des travaux se multiplient dans un grand désordre, le
conseil estime que ce rapport représente une synthèse utile. En particulier, il
rompt avec une tendance à limiter le renouvellement urbain à la revalorisation
des quartiers d’habitat social ou [au] traitement des friches : il traite de la ville
dans la diversité de ses quartiers et de ses contextes37.
Lors de la séance du 10 octobre 2002, l’ouvrage a déjà paru et les avis sont
nettement plus tranchés. Certains membres se montrent résolument enthousiastes
et saluent « l’importance et la pertinence » du propos d’O. Piron. Le démographe
Hervé Le Bras salue ce qu’il juge être un véritable « projet de refondation de la
recherche urbaine autour de la morphogenèse de la ville, de la dynamique des
formes urbaines ». D’autres y voient plutôt « un texte très personnel, écrit par
un ingénieur, où certaines disciplines se retrouvent difficilement, ce qui invite à
34 Antoine Prost a été par exemple le directeur de la thèse d’Annie Fourcaut (1983) consacrée à Bobigny et à
la « banlieue rouge », ou encore de celle de Danièle Voldman (1995) sur la reconstruction des villes françaises
après-guerre.
35 Entretien avec O. Piron, avril 2008.
36 Compte rendu du conseil scientifique du PUCA du 12 février 2002.
37 Idem
23
24
Le renouvellement urbain
discuter une certaine manière de penser les évolutions urbaines » (Marie-Christine
Jaillet). L’essentiel de la discussion porte ensuite sur la manière d’envisager des
prolongements possibles de ce travail sous forme de programmes de recherches.
Parmi les thèmes privilégiés, outre les questions de nature juridique, jugées
essentielles, la discussion met en évidence l’intérêt des comparaisons européennes
ou internationales : comment se structurent les politiques de renouvellement
urbain à l’étranger, alors que le retrait progressif des États et la montée en puissance
des villes constituent des éléments-clés des contextes politiques38 ? Peu ou prou,
en présence de l’auteur et secrétaire permanent du PUCA, les membres du conseil
scientifique jouent le jeu de la note de cadrage qu’il convient de décliner par la suite
en actions de recherches plus ciblées.
Les commentaires de l’ouvrage d’O. Piron dans les revues spécialisées permettent
d’avancer un peu plus sur la réception dont il a été l’objet. Des trois notes de lecture
identifiées, publiées dans Diagonal, Urbanisme et dans la Revue d’économie régionale et
urbaine 39, celle de la revue Diagonal est – sans surprise compte tenu de la proximité
de la revue avec la DGUHC – la plus neutre40. La note publiée dans Urbanisme
au même moment est franchement élogieuse : elle est signée d’un « pair », JeanPaul Lacaze, ancien directeur d’établissements publics d’aménagement41 impliqué
dans l’enseignement de l’urbanisme et la diffusion d’ouvrages sur la planification
et l’aménagement urbain. Il loue dans son commentaire « l’intérêt de ce texte
volontairement concis, mais qui présente avec beaucoup de réalisme l’actualité
des pratiques du renouvellement urbain », soulignant qu’Olivier Piron sait, dans
« cet ouvrage fondateur », « analyser de manière judicieuse les caractéristiques
du renouvellement et dégager maints enseignements précieux pour des actions
efficaces » 42.
La troisième note de lecture de cet ouvrage émane d’un universitaire professeur
d’économie, Claude Lacour, et contraste nettement avec les deux précédentes.
Cl. Lacour se livre à une critique en règle du ton de l’ouvrage43, et plus
spécifiquement du chapitre consacré à l’analyse économique et financière du
renouvellement urbain (pp.69-95). En 2001-2002, Claude Lacour est justement
l’animateur scientifique d’un atelier transversal du PUCA consacré au thème
des « économies urbaines » 44 et c’est sans doute à ce titre qu’il fustige le peu
de cas que fait O. Piron des travaux menés dans ce cadre, ou encore son usage
peu rigoureux de notions économiques. Au-delà de la critique du spécialiste, ce
commentaire rappelle aussi au passage que le renouvellement urbain fait alors
partie des expressions qui posent problème : porteuse de l’idée de réparation,
38 Ces questions sont en parallèle au cœur d’un important programme de recherches du Gridauh et du Grale,
soutenu par l’ACI « Villes » du ministère de la Recherche (cf. infra, p.27).
39 L’ouvrage d’O. Piron a peut-être fait l’objet de commentaires parus dans d’autres revues. Le dépouillement
de revues francophones traitant d’urbanisme et d’aménagement (Les Annales de la recherche urbaine, Géocarrefour,
Cybergéo, Espaces et sociétés) n’a cependant pas livré de recension autre que celles mentionnées ici, qui sont d’ailleurs
les seules connues de l’auteur (entretien avec O. Piron, avril 2008).
40 Note de lecture signée d’Agnès Dollfus, Diagonal, n°158, nov.-déc. 2002, p.54.
41 Celui de la ville nouvelle du Vaudreuil, celui de la Défense.
42 Cf. sa note de lecture publiée dans Urbanisme, n°327, nov.-déc. 2002, p.93.
43 Par exemple : « O. Piron n’aime pas beaucoup la nuance, les commentaires balancés : il préfère travailler à la
hache et avec la certitude de celui qui sait » (Claude Lacour, recension de l’ouvrage d’O. Piron, Revue d’économie
régionale et urbaine, n°5, 2002, p.831).
44 La synthèse de cet atelier paraît en 2005 : Claude Lacour, Évelyne Perrin et Nicole Rousier (dir.), Les nouvelles
frontières de l’économie urbaine, La Tour d’Aigues, éditions de l’Aube, 2005, 266 p.
Le renouvellement urbain saisi par le monde de l'aménagement
de reconstruction de la ville pour la remettre à ses usagers, l’expression
« renouvellement urbain » recèlerait-elle une vision négative de la ville ? C’est du
moins l’hypothèse avancée par l’économiste, connaisseur des travaux du PUCA,
qui cite en contrepoint l’idée de « ville émergente » promue en parallèle, qui
serait selon lui porteuse d’une vision créative et d’avenir. Indépendamment des
jugements de valeur qu’on peut attribuer à l’une ou l’autre de ces notions, et qui
ne sont d’ailleurs probablement pas aussi tranchés, voilà qui rappelle à quel point
l’opposition entre une ville reconstruite sur elle-même et une ville en expansion,
entre centres et périphéries peut-être, reste une opposition structurante de la
pensée sur la production urbaine contemporaine.
Quoi qu’il en soit, qu’ils valident ses préconisations opératoires et son ambition
de tenir ensemble diverses facettes du renouvellement urbain, qu’ils critiquent le
ton adopté ou les faiblesses des analyses économiques, ces trois commentaires ne
situent évidemment pas l’ouvrage d’O. Piron du côté de la note de problématique
d’un programme finalisé du PUCA. Hasard ou prémonition, peu de temps
avant la parution de ces trois commentaires de lecture, O. Piron fait paraître
dans les Annales de la recherche urbaine un long texte intitulé « Le Plan urbanisme
construction architecture (PUCA) : mode d’emploi » 45. Il y détaille les différentes
phases du fonctionnement des programmes finalisés du PUCA : élaboration de
la problématique, consultation et sélection des recherches ou expérimentations,
lancement et suivi des travaux, synthèse finale, valorisation et capitalisation des
résultats. S’il signale quelques exemples, nulle allusion n’est faite par le secrétaire
permanent au programme finalisé « Le renouvellement urbain » ou à son ouvrage
récemment paru. Peut-être cet ouvrage, par les débats préalables que sa publication
a suscités, a-t-il nécessité quelques mises au point anticipées pour en clarifier
le statut et pour réaffirmer la dynamique de recherche devant normalement lui
succéder ? La parution de cet ouvrage ne doit en effet pas occulter qu’un groupe de
travail animé par le même O. Piron œuvre en parallèle à définir les grandes lignes
de consultations de recherche futures sur le thème du renouvellement urbain. C’est
par le biais d’un document d’étude exploratoire qu’on peut tâcher de cerner la part
moins « visible » de la production de ce groupe de travail, de caractériser les réseaux
professionnels impliqués, les questions qui dominent alors de fin 2001 au début
2003 et les pistes qui sont alors envisagées.
Le renouvellement urbain en quête de méthode(s) : la première
étude exploratoire de Christa Aue
Si Olivier Piron signe seul, en 2002, son ouvrage consacré à l’analyse systémique
du renouvellement urbain, ce n’est pas pour autant qu’il a mené seul la réflexion
dans le cadre du programme finalisé sur ce thème. L’étude Le renouvellement urbain
: étude exploratoire 46 est signée d’une architecte allemande établie en France depuis
1989 et exerçant à son compte depuis 2000, Christa Aue47. Elle a été « dirigée et
alimentée personnellement par Monsieur Olivier Piron » (introduction, p.6). La
commande que ce dernier a passée à Christa Aue consistait à aider à « la définition
45 O. Piron, « Le Plan urbanisme construction architecture (PUCA) : mode d’emploi », Les Annales de la recherche
urbaine, n°92, septembre 2002, pp.171-174.
46 Christa Aue, Le renouvellement urbain : étude exploratoire, rapport final, avril 2003, 53 p. (45 p. + annexes).
47 Agence Christa Aue – Bruno Jarry Associés (www.aue-jarry.com).
25
26
Le renouvellement urbain
d’un programme de recherche » (p.5)48. Vaste « programme », d’ailleurs, puisqu’il
s’agissait selon l’introduction de l’étude d’assister le secrétaire permanent dans
l’identification des partenaires potentiels et des thèmes les plus pertinents, de
conduire également pour son compte un bilan bibliographique, de procéder à des
entretiens avec différentes institutions concernées, de conduire une évaluation des
pratiques du renouvellement urbain via les travaux du Club Ville Aménagement,
d’évaluer également la politique de démolition pratiquée par les organismes
HLM… (cf. p.6). Le rapport final témoigne ainsi des différents aspects pris par
cette « exploration » : il comprend à la fois un état des lieux des débats sur le
renouvellement urbain, un inventaire des pistes de problématique pouvant être
approfondies à l’avenir, les comptes rendus détaillés des entretiens menés par
Ch. Aue, ou encore divers comptes rendus de réunions de travail du Club Ville
Aménagement ou du PUCA. Rendue en début d’année 2003, cette première49
étude exploratoire livre ainsi des éléments datés qui permettent de porter un regard
rétrospectif sur l’évolution du programme Renouvellement urbain.
Ce document permet d’abord de situer plus précisément les principaux individus
et organismes qui prennent part à la définition de ce programme en 2001-2002.
S’il met alors au point la version finale de ce qui deviendra son ouvrage, O. Piron
rassemble autour de lui et de cette étude exploratoire un petit réseau d’individus
concernés par le thème, soit au sein du PUCA50, soit au sein d’organismes extérieurs.
Plusieurs d’entre eux sont en contact via le Club Ville Aménagement qui a déjà
investi, depuis 1999, la question du renouvellement urbain dans ses réunions
de travail51. D’ailleurs, les troisièmes « Entretiens de l’aménagement », organisés
à Nantes en février 2002, ont comporté un atelier portant spécifiquement sur
ce thème (« Réaménagement et renouvellement urbain : quel positionnement,
quelles méthodes ? »), regroupant une bonne partie des personnes citées par
Ch. Aue dans son étude52. Le Club Ville Aménagement a ainsi fourni une bonne part
de sa matière, et probablement ses principaux animateurs, au démarrage de cette étude
exploratoire réalisée pour le compte du PUCA. Parmi les intervenants qui permettent
la percolation du thème du renouvellement urbain entre les deux instances, on
trouve évidemment le secrétaire du Club (chargé de mission au PUCA)53, ainsi
qu’Olivier Piron, Aude Debreuil (DGUHC)54, ou encore Bertrand Avril. Ce dernier,
48 Ce serait en fin d’année 2001 que cette commande a été passée par O. Piron (entretien avec Christa Aue, juin
2008). L’étude exploratoire concernant le renouvellement urbain a fait l’objet d’une réunion de clarification de la
méthode à suivre en décembre 2001 (cf. Le renouvellement urbain : étude exploratoire, p.11).
49 Christa Aue sera en effet chargée d’une deuxième étude exploratoire à compter du second semestre 2002, qui
fera l’objet d’un rapport remis en fin d’année 2004. Cette deuxième étude est restreinte au thème de la démolition
dans la rénovation urbaine (cf. infra chapitre 4).
50 Plusieurs chargés de projets du PUCA sont ainsi mentionnés et remerciés par Ch. Aue pour leur contribution
aux réflexions (Le renouvellement urbain : étude exploratoire, p.6). Parmi eux, on trouve les personnes en charge du
programme Europan (concours d’innovation architecturale à l’échelle européenne) ou encore ceux impliqués
dans les réflexions relatives à la conception architecturale, au projet, à l’ingénierie et aux métiers de la maîtrise
d’ouvrage urbaine.
51 La bibliographie de l’étude exploratoire mentionne les comptes rendus de deux réunions en 1999 et une en
2001, consacrées explicitement à ce thème.
52 http://www.club-ville-amenagement.asso.fr/publications/3e_entretien/compte-rendu.htm. Le renouvellement urbain revient depuis de manière régulière dans les activités du Club Ville Aménagement, cf. les septièmes
« Entretiens de l’aménagement » organisés à Marseille en février 2007 (atelier « Les métiers de l’aménageur dans
le renouvellement urbain »).
53 Le secrétariat du Club Ville Aménagement est alors assuré par l’un des chargés de mission du PUCA, Jacques
Marillaud (Le renouvellement urbain : étude exploratoire, cité p.6).
54 Alors sous-directrice des interventions urbaines et de l’habitat à la Direction générale de l’urbanisme, de
l’habitat et de la construction du ministère de l’Équipement.
Le renouvellement urbain saisi par le monde de l'aménagement
ancien directeur de l’Établissement public d’aménagement de Melun-Sénart et alors
directeur des relations extérieures du groupe George V (Nexity), est membre du
comité d’orientation du PUCA depuis 1999 et présenté comme « président du groupe
d’orientation sur le renouvellement urbain au sein du PUCA »55. Cet ancrage de la
première étude exploratoire de Ch. Aue dans les travaux du Club Ville Aménagement
explique sans doute pour beaucoup que le point de vue dominant dans ce document
soit celui du renouvellement « en ses méthodes », pourrait-on dire, c’est-à-dire du
renouvellement urbain saisi par ceux-là mêmes qui le pratiquent56.
Cette tournure opérationnelle se retrouve, bien que de manière inégale, dans les
cinq « axes prioritaires de recherche » dégagés par l’étude exploratoire (pp.1734). Le premier de ces axes, intitulé « un outil d’observation de la dégradation
des quartiers », vise en effet à définir des critères, des indicateurs, permettant
d’analyser les causes de la dégradation de certains territoires urbains, voire de créer
« des dispositifs locaux d’observation de la déshérence » (p.22). À en juger par la
synthèse des entretiens réalisés par Ch. Aue qui figure quelques pages plus loin, le
principal promoteur de cet outil est Bertrand Avril57. Le deuxième axe concerne
la « dégradation contrôlée des friches » (pp.24-25) ; l’objectif est ici d’étudier
différentes formules permettant un traitement temporaire des friches urbaines
(paysagement, aménagement d’activités ludiques éphémères, etc.) afin de garantir
un minimum d’attractivité58 et d’éviter un lourd portage par les collectivités. Sans
doute aurait-il été préférable de faire référence aux usages transitoires des friches,
plutôt qu’à l’idée de « dégradation contrôlée ». Le document de Ch. Aue fait ici
référence aux expériences de l’ex-Allemagne de l’Est, dans lesquelles plusieurs
villes ont vu apparaître des phénomènes de déshérence de grande ampleur qu’il
faut alors tâcher de gérer au mieux. Troisième axe proposé, l’étude des « effets
pernicieux du développement durable » (pp.26-29) cherche à mettre l’accent sur
les contradictions du développement durable : dans quelle mesure la poursuite
d’objectifs environnementaux, parce qu’elle induit des capacités de réponse très
différenciées selon les territoires et les populations en présence, n’entre-t-elle pas en
contradiction avec des objectifs de justice sociale ? La référence est ici faite à une
phrase tirée de l’ouvrage d’O. Piron au sujet du progrès technique, « accélérateur
d’inégalité dans une société inégalitaire »59. Le quatrième axe envisagé concerne
« la participation démocratique, une démarche en contradiction avec les procédures
d’aménagement ? » (p.30 et suiv.). Au-delà de la formule, cet axe développe à la suite
d’O. Piron l’idée selon laquelle les procédures d’aménagement en vigueur n’ont pas
suffisamment pris en compte le fait que dans un projet de renouvellement urbain,
55 L’ouvrage d’O. Piron (p.5) et l’étude de Christa Aue (p.6) mentionnent tous deux cette même fonction assumée par Bertrand Avril pour le compte du PUCA. Bertrand Avril est co-auteur avec Bernard Roth de l’ouvrage
La promotion immobilière. Construire pour autrui, Paris, Presses de l’ENPC, 2001, 288 p.
56 L’en-tête qui court sur tout le document porte d’ailleurs la trace d’un titre provisoire explicite quant aux
attendus méthodologiques de l’étude : Les méthodes du renouvellement urbain. Étude exploratoire. Rapport final.
57 La mise au point d’un tel outil d’observation semble constituer une piste promue dès l’année 2001 par
Bertrand Avril. L’étude exploratoire mentionne en effet que la méthodologie d’ensemble imaginée en fin d’année
2001 consisterait à mener d’abord des « analyses empiriques préalables de 6 sites représentatifs » (p.11), à lancer
ensuite un premier appel d’offres visant à désigner des équipes chargées des monographies de ces sites, suivi d’un
second appel d’offres permettant de désigner des équipes pluridisciplinaires chargées des analyses transversales.
La finalité de ces deux séries d’analyses successives étant la mise au point de « l’outil d’observation local de la
dégradation urbaine » (p.12).
58 Mais l’étude ne dit pas pour qui cette attractivité doit être recherchée.
59 O.Piron, Renouvellement urbain. Analyse systémique, op.cit., p.109. Ch. Aue indique dans son document d’autres
numéros de pages qui correspondent aux versions intermédiaires qu’elle a été amenée à relire avant la parution
de l’ouvrage (entretien avec Ch. Aue, juin 2008).
27
28
Le renouvellement urbain
« l’objectif à atteindre, c’est le chemin lui-même » (p.31). Cet axe propose ainsi la
« réalisation d’un manuel pratique de la concertation, version française » (id.). Enfin,
dernier de ces axes, « Sens, interprétation et pratique du projet urbain » propose
de revisiter les pratiques désignées par ce « mot-valise » qu’est le projet urbain, à la
lumière des expériences étrangères, allemandes ou espagnoles. Le texte mentionne
également l’intérêt des concours Europan pour saisir les enjeux et innovations en
matière de renouvellement urbain à l’échelle européenne. Il suggère une analyse
rétrospective des sujets de concours depuis dix ans et des réponses apportées
par les concepteurs : quels éclairages ces concours peuvent-ils apporter sur les
mécanismes de la déshérence de certains sites urbains ? les propositions sont-elles
créatrices de nouvelles logiques d’interaction entre les divers protagonistes ? quels
sont les thèmes-clés autour desquels se structurent les réponses architecturales
(écologie, mise en scène de la vitesse, etc.) ?
Ainsi, si l’on excepte ce dernier axe de proposition, plus analytique60, et celui
– plus critique – relatif aux « effets pernicieux » du développement durable, les
propositions qui se dégagent renvoient plus volontiers, in fine, à la question du
« faire », et en tout cas du « comment faire ». Une telle optique n’est au fond guère
surprenante si l’on prend note du fait qu’en plus des personnes et institutions
mentionnées plus haut, cette première étude exploratoire a associé pour l’essentiel
des acteurs issus du monde de la pratique : un responsable technique de l’ANAH,
des architectes spécialistes des secteurs sauvegardés (exerçant soit en libéral,
soit pour le compte du ministère de la Culture) et des chargés de mission de la
DIV61. Rien de surprenant alors que ces premiers tours d’horizon sur le thème du
renouvellement urbain soient essentiellement marqués par des attentes à caractère
pratique et méthodologique.
Il faut de surcroît mentionner que de 2001 à 2003, définir un cadre possible
pour les travaux à venir du PUCA n’est pas simple tant la production extérieure
sur ce thème est soutenue, qu’il s’agisse de recherches ou de doctrines et savoirfaire. On l’a évoqué en ce qui concerne le Club Ville Aménagement pour le
thème de l’évolution des métiers de la maîtrise d’ouvrage urbaine et, surtout, de
l’économie du renouvellement urbain. La Direction du renouvellement urbain de
la Caisse des dépôts et consignations est une institution plus prolixe encore sur
ce thème puisqu’elle édite depuis la fin des années 1990 une série de documents
méthodologiques sur différents aspects du renouvellement urbain (foncier,
commerces, participation des habitants, diagnostic des marchés de l’habitat, etc.)
et finance même des travaux de recherche comparative sur le partenariat public/
privé62. En parallèle, l’Action concertée incitative « Ville » du ministère de la
Recherche finance également quelques travaux à caractère moins directement
opérationnel, thèses ou recherches collectives, sur le renouvellement urbain :
enjeux politiques et sociaux des démolitions, analyse des modalités de gestion
urbaine ou de participation des habitants, modélisation micro-économique. C’est
avec le soutien de cette action incitative que le Gridauh et le Grale mènent en
2002-2003 des recherches comparatives sur les aspects juridiques et financiers
60 Le thème du projet urbain est en parallèle investi au même moment par le PUCA, avec le lancement en 2002
de la consultation « Échelles et temporalités des projets urbains ».
61 Le seul chercheur mentionné par l’étude de Ch. Aue est Alain Bourdin, sociologue et enseignant à l’Institut
français d’urbanisme, qui a participé aux travaux du Club Ville Aménagement sur la question de la maîtrise
d’ouvrage urbaine.
62 Cf. annexe 3.
Le renouvellement urbain saisi par le monde de l'aménagement
du renouvellement urbain en Europe63. Une partie de ces travaux (au moins ceux
conduits à l’initiative de la CDC ou du Gridauh) n’est pas inconnue d’Olivier Piron,
qui s’y réfère explicitement dans l’introduction de son ouvrage mi-2002 (cf. supra).
Aucune des pistes suggérées par cette première étude exploratoire achevée au
printemps 2003 ne sera finalement suivie d’effets dans les travaux du PUCA. Cette
même année, le renouvellement urbain change de visage – et de vocable – avec
la loi d’orientation et de programmation pour la ville et la rénovation urbaine64 et
l’annonce de la création de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine quelques
mois plus tard. Cette évolution majeure du paysage politique et administratif du
renouvellement urbain n’empêche pas que le programme finalisé du même nom
soit aussi l’occasion pour le PUCA de tirer les bénéfices d’autres actions. Initiées
pour l’essentiel quelques années auparavant et en marge de la démarche d’ensemble
entreprise sous la houlette d’O. Piron, elles portent sur des aspects plus techniques
ou sectoriels, ou encore sur des expérimentations.
63 Cf. annexe 4. Gridauh : Groupement de recherches sur les institutions et le droit de l’aménagement, de
l’urbanisme et de l’habitat (http://www.gridauh.fr/fr). Grale : Groupement de recherches sur l’administration
locale en Europe (http://grale.univ-paris1.fr). On trouve sur le site Internet du Gridauh les documents produits
dans le cadre de ce programme, avec notamment des études concernant d’autres pays européens (Allemagne,
Royaume-Uni, Italie, Espagne, Portugal, Belgique) (http://www.gridauh.fr/fr/7.htm).
64 Loi n°2003-710 du 1er août 2003.
29
30
Le renouvellement urbain
Entre expérimentation et diffusion d'expériences
Entre expérimentation et diffusion d’expériences : les
approches sectorielles du renouvellement urbain
L’ouvrage d’Olivier Piron ou l’étude exploratoire remise début 2003 par Christa
Aue témoignent à leur manière des tentatives de formalisation et de mise en
œuvre du programme finalisé « Le renouvellement urbain ». Pour autant, ils ne
rendent pas compte d’autres actions plus ponctuelles menées au sein du PUCA
et qui ont été regroupées également dans ce programme. Il s’agit, pour certaines,
d’actions qui ont pris corps avant 2000, parfois au sein d’autres programmes, et
qui n’ont pas de proximité évidente avec la démarche restituée précédemment.
Leur rattachement à ce programme finalisé s’explique aussi sans doute par le fait
que bien que traitant d’aspects sectoriels, elles livrent un éclairage, même partiel,
sur la question du renouvellement urbain telle qu’elle se pose à la fin des années
1990 et au début des années 2000. D’autres actions sont plus récentes : leur
lancement est concomitant de la démarche exploratoire évoquée précédemment,
même si la plupart des travaux qui s’y sont inscrits ont été rendus après 2004.
Toutes ces actions montrent qu’en sus du travail mené par O. Piron avec l’aide
de Ch. Aue, il a été décidé de profiter d’un certain nombre d’opportunités ou
de faire fructifier des réseaux et des travaux plus anciens, souvent d’ailleurs
autour d’expérimentations à caractère technique, pour nourrir ce thème du
renouvellement urbain.
Expérimenter les principes de la HQE en tissu existant et à l’échelle
urbaine : « RUE 2000 »
L’action « Renouvellement urbain et environnement » a été lancée en 2000 sous
forme d’un appel d’offres. L’objectif principal de cette consultation était d’élaborer
et de mettre en œuvre des méthodes innovantes de management environnemental
du renouvellement urbain, entendu de manière très large comme intervention
sur le cadre bâti existant. Cette action s’inscrivait dans le prolongement de deux
autres initiées par le PUCA l’année précédente : « Moderniser pour l’habitant » et
« Concevoir pour l’existant ». La première, inscrite également dans le programme
finalisé « Le renouvellement urbain », visait à améliorer la gestion patrimoniale
des ensembles de logements sociaux (cf. ci-après). La seconde, « Concevoir pour
l’existant », a pris la forme d’une consultation dans le cadre du programme « Le
futur de l’habitat », et cherchait à favoriser l’implication de la maîtrise d’œuvre
architecturale dans le marché croissant de l’adaptation du bâti.
L’appel à projets « RUE 2000 » voulait susciter des études et expérimentations
permettant d’approfondir les approches environnementales : pouvait-on alors
imaginer un transfert des démarches HQE, conçues au départ pour la construction
neuve, vers le bâti existant ? à quelles conditions ? suivant quelles modalités de
dialogue avec les habitants ? pouvait-on également passer d’approches centrées sur
l’échelle du bâtiment pour appréhender les problématiques environnementales à
l’échelle du quartier ? L’appel à projets invitait également les équipes candidates à
ne pas se restreindre au champ du logement social ou des quartiers d’habitat social,
31
32
Le renouvellement urbain
mais à traiter également de l’habitat privé (via les OPAH, par exemple), ou encore
des constructions publiques et équipements publics.
Quatorze projets ont été retenus dans le cadre de « RUE 2000 », permettant de
couvrir les champs envisagés : habitat privé, bâtiments publics (centre hospitalier,
lycées), ensembles HLM, opérations de reconversion de friches ou d’anciens terrains
militaires. La majorité de ces projets étaient des recherches-actions expérimentales,
visant à promouvoir une approche environnementale dans le cadre de projets
existants. D’autres projets consistaient en des études non directement adossées
à l’action, visant par exemple le développement d’une méthodologie particulière
ou l’analyse des aspects économiques de l’approche environnementale. Le suiviévaluation des recherches-actions a été supervisé par une équipe du CSTB65 ; un
site Internet dédié a été ouvert pour le suivi des grandes étapes et des productions
intermédiaires de l’ensemble de l’action66.
« RUE 2000 » s’est officiellement achevée par un colloque de clôture organisé en juin
2005, bien que plusieurs des expérimentations prévues n’aient pas atteint le stade des
réalisations à cette date. C’est probablement la raison pour laquelle « RUE 2000 »
figurait encore comme une action « en veille » dans le rapport d’activité 2006 du PUCA,
le responsable de ce projet au PUCA étant entre temps parti à la retraite. Certaines des
expérimentations prévues à l’échelle d’un projet urbain ont en effet connu des retards,
liés tant aux temporalités propres à ce type de projets qu’aux délais imposés par l’ajout
d’un protocole spécifique en matière environnementale67. En d’autres termes, les
difficultés inhérentes aux expérimentations sont parfois venues ralentir les temporalités
déjà problématiques des opérations urbaines. Il semble également que la constitution
d’équipes pluridisciplinaires, avec un rôle-clé de l’expert en environnement, ait posé
quelques difficultés. Le rapport de synthèse des recherches-actions mentionne de
surcroît un portage politique plutôt faible de ces expérimentations, qui contrastait avec
l’implication des techniciens locaux et les attentes méthodologiques qu’ils exprimaient.
Malgré ces difficultés, les expérimentations « RUE 2000 » les plus abouties ont
apparemment permis des inflexions sensibles : dans la conception ou la mise en œuvre
de solutions classiques (matériaux, organisation des chantiers, etc.), dans l’établissement
de liens nouveaux entre des solutions techniques auparavant traitées de manière
cloisonnée, dans l’approfondissement de composantes environnementales d’ordinaire
négligées (nuisances sonores des chantiers, aspects olfactifs), ou encore dans la diffusion
d’une sensibilité aux enjeux environnementaux – au risque parfois d’amoindrir les
autres dimensions des projets68.
Selon les termes mêmes du rapport de synthèse du CSTB, le bilan des
expérimentations menées dans le cadre de « RUE 2000 » apparaît mitigé. Il faut
pourtant souligner que cette action était en soi une opération expérimentale
pour le PUCA : compte tenu du sujet d’abord, innovant et formulé à un moment
où les thématiques environnementales n’avaient pas le poids qu’elles ont acquis
aujourd’hui ; compte tenu également de l’enjeu que représentait l’objectif de faire
65 On trouve une synthèse partielle de ces évaluations dans le rapport dirigé par Taoufik Souami, Analyse des
stratégies d’acteurs et des méthodes de management dans les opérations de la consultation « Renouvellement urbain et environnement
2000 » du PUCA, CSTB, rapport pour le PUCA, 2005, 61 p.
66 http://www.rue2000.net (ce site est hélas fermé aujourd’hui).
67 Cf. Taoufik Souami (dir.), Analyse des stratégies d’acteurs et des méthodes de management dans les opérations de la consultation « Renouvellement urbain et environnement 2000 » du PUCA (op.cit.).
68 Id.
Entre expérimentation et diffusion d'expériences
travailler en commun des équipes aux profils et aux spécialités professionnelles
aussi diversifiées (architectes-urbanistes, experts en environnement, économistes,
spécialistes de la HQE des bâtiments, etc.). L’enjeu était aussi pour une part interne
au PUCA, puisqu’il s’agissait aussi, quelques mois après la création du PUCA en
1998, de faire dialoguer deux « cultures » de la recherche et de l’animation de
recherches en prolongeant des travaux impulsés d’un côté par le Plan construction
et architecture69, et de l’autre par le Plan urbain70.
Il est donc regrettable que l’opération « RUE 2000 » n’ait pas fait l’objet d’une
capitalisation plus conséquente. Si certaines expérimentations semblent avoir été
abandonnées, d’autres travaux ont fait l’objet de développements méthodologiques
aboutis. C’est le cas par exemple du guide méthodologique sur le renouvellement
urbain durable élaboré sous la houlette de l’agence d’urbanisme de Lille en 2005,
dont on trouve aujourd’hui encore la plupart des éléments constitutifs (dossier
méthodologique, fiches de synthèse sur des opérations urbaines européennes
exemplaires) sur le site Internet de l’agence71. Enfin, le rapport de synthèse du
suivi-évaluation de « RUE 2000 » montre tout l’intérêt d’adosser les recherchesactions de ce type à un tel protocole confié à un organisme extérieur. Outre les
difficultés inhérentes aux recherches-actions pour lesquelles un pilotage étroit
s’impose, le suivi-évaluation permet de capter au mieux les enseignements et aide
aussi à dynamiser les processus d’expérimentation72. Le PUCA a relancé fin 2006
une expérimentation sur la qualité environnementale dans l’aménagement urbain73.
Cette nouvelle action, inscrite dans le programme « Le futur de l’habitat », bénéficie
d’un pilotage élargi (soutien de l’association HQE, de l’ADEME, de la DAPA, du
SNAL), et montre que les attentes méthodologiques en matière d’environnement
sont toujours vivaces en dépit de la multiplication des démarches74. Il serait
utile par conséquent d’envisager, lors de la clôture de cette nouvelle action, une
synthèse d’ensemble qui permette de retracer le chemin parcouru depuis les
expérimentations « RUE 2000 ».
Gestion urbaine, gestion technique et gestion sociale : expérimenter
et promouvoir de nouvelles démarches
« Moderniser pour l’habitant »
« Moderniser pour l’habitant » est l’intitulé d’une action lancée par le PUCA
au printemps 1999. Cette expérimentation visait à soutenir des interventions
sur le parc social existant qui mettent les habitants au cœur du processus. La
question posée était celle de la « valeur d’usage » de ce parc, de son attractivité,
« dans le contexte d’un marché plus détendu ouvert à une clientèle à la fois
69 Notamment les réflexions sur la démarche HQE menées entre 1993 et 1996.
70 Cf. les travaux sur le thème de l’écologie urbaine conduits de 1992 à 1998 par le Plan urbain, en lien avec le
ministère de l’Environnement.
71 Cf. le site http://www.lille-metropole-2015.org/adu/puca.htm.
72 Cf. Taoufik Souami (dir.), Analyse des stratégies d’acteurs et des méthodes de management dans les opérations de la consultation « Renouvellement urbain et environnement 2000 » du PUCA (op.cit.), p.45 en particulier.
73 Expérimentations impliquant le suivi de dix opérations pilotes jusqu’en cours d’année 2009. Cf. Expérimentation d’une démarche de qualité environnementale dans des opérations d’aménagement, bilan de l’appel à projets, PUCA,
novembre 2006, 32 p.
74 Une nouvelle méthodologie de management de la qualité environnementale a été développée dans ce cadre,
inspirée notamment de l’Approche environnementale de l’urbanisme (AEU) portée par l’ADEME.
33
34
Le renouvellement urbain
plus pauvre et plus exigeante quant aux prestations offertes »75. « Moderniser
pour l’habitant » visait donc à encourager les bailleurs sociaux à développer des
méthodes innovantes, de nouvelles pratiques de gestion, de nouveaux savoir-faire
et de nouveaux outils afin d’améliorer la concertation avec leurs locataires76. La
quinzaine d’expérimentations retenues portait sur des interventions diverses
sur les logements (réhabilitation, vente et même démolitions partielles pour
quelques projets) souvent combinées à la requalification des espaces extérieurs.
Une enquête de satisfaction a été menée auprès des locataires sur huit sites ;
le CREPAH a par ailleurs été missionné pour le suivi et l’évaluation de ces
expérimentations, dont certaines ont débordé les délais initialement prévus.
L’action « Moderniser pour l’habitant » s’est terminée en 200577, année au cours
de laquelle les deux personnes en charge de son pilotage ont quitté le PUCA, ce
qui explique probablement l’absence de bilan d’ensemble permettant de dégager
des éléments transversaux aux différentes expériences locales.
« Qualité environnementale »
« Qualité environnementale » est une autre de ces actions affiliées au programme
Renouvellement urbain, dont aucun bilan d’ensemble n’a apparemment été tiré
suite au départ, en cours d’année 2007, du chargé de projet qui en était responsable.
Une part des études conduites dans ce cadre paraît d’ailleurs constituer un
développement spécifique de l’action RUE 2000 évoquée précédemment. L’absence
de texte explicatif dans les rapports d’activité successifs du PUCA laisse penser
qu’on a aussi regroupé sous ce nom diverses commandes ponctuelles78, sur des
sujets très variables et dont le rapport avec la question environnementale est
d’ailleurs parfois peu évident. Plusieurs rapports mentionnés pour cette action
entre 2002 et 2006 concernent tout d’abord l’amélioration des dispositifs et
réseaux techniques, comme par exemple l’optimisation de la gestion collective des
déchets ménagers, ou encore l’expérimentation d’un dispositif de recueil d’eau de
pluie pour une résidence de la banlieue de Rouen79. Ces deux études, à caractère
technique, se sont doublées de l’élaboration d’un guide de recommandations pour
la première, d’une enquête sociologique portant sur la satisfaction des habitants
pour la seconde80.
On peut aussi recenser sous l’action « Qualité environnementale » une recherche
sur les conditions de logement de jeunes ménages urbains (15-29 ans), dont le
rapport aurait été remis en septembre 200481. Un autre thème abordé concerne
l’appropriation et la gestion des espaces publics des quartiers d’habitat social
sensible. C’est dans ce contexte qu’a été produit un guide de recommandations
sur la résidentialisation des immeubles HLM, en partenariat avec l’Union sociale
pour l’habitat82. L’action « Qualité environnementale » a également permis le
75 PUCA, Rapport d’activité 2003 et 2004, p.36 et p.40 par exemple.
76 PUCA, Moderniser pour l’habitant : consultation et relevé de décision, 1999, 19 p.
77 Le rapport d’activité 2004 est le dernier à la mentionner.
78 Entretien avec R. King, juillet 2008.
79 Suivi technique et sociologique d’une expérimentation de dispositif de recueil d’eau de pluie au Petit Quevilly,
recherche menée par le CSTB.
80 Deux rapports distincts ont été remis par deux équipes du CSTB, en 2005 et 2006. Le premier concerne le
suivi sociologique de l’expérimentation, le deuxième le diagnostic final de l’installation.
81 PUCA, Rapport d’activité 2004, p.44.
82 De la cité à la « Résidence » : repères pour la résidentialisation, Paris, Union sociale pour l’habitat / PUCA, 2004, 110 p.
Entre expérimentation et diffusion d'expériences
financement d’une expérimentation pour élaborer une charte de l’environnement
et développer des actions HQE dans le cadre d’une ZAC, à l’occasion de la
reconversion du quartier de la Caserne, en bords de Seine, à Vernon (Eure). Autre
démarche menée dans ce cadre, une étude suivie de préconisations sur le thème des
relations entre maîtres d’ouvrage et consultants dans le champ du renouvellement
urbain a été confiée à l’ACAD (Association des consultants en aménagement
et développement), en partenariat avec la CDC et l’Institut des villes. Initié en
septembre 2004 et remis en septembre 2005, ce diagnostic visait à mettre à plat
les processus de commande publique dans le champ du renouvellement urbain et
à proposer des outils d’aide à la commande, via un portail Internet destiné aux
maîtres d’ouvrage des projets de rénovation urbaine83.
On trouve donc sous l’action « Qualité environnementale » une série d’expérimentations
ou d’études visant à dégager des guides ou principes de recommandations. Tantôt
techniques, tantôt ciblées sur des démarches d’aménagement et de traitement
des espaces publics, elles ont à voir avec la question du renouvellement urbain :
elles portent soit sur des démarches d’ensemble s’inscrivant dans ce cadre, soit
sur des expérimentations ou diagnostics sectoriels, sur les lieux de prédilection
du renouvellement urbain, quartiers d’habitat social ou sites en reconversion.
C’est aussi sous cette action aux contours incertains que l’on trouve les premières
mentions de l’ouvrage d’Hélène Bernard sur le renouvellement urbain et la
participation des habitants à Berlin.
Faire connaître des expériences étrangères en matière de participation des habitants
Hélène Bernard est une architecte française travaillant depuis 1997 à Berlin, où elle
s’est spécialisée dans la mise au point de démarches participatives à l’occasion de
projets de réhabilitation, ou pour l’élaboration de budgets municipaux participatifs.
Elle a remis au PUCA en septembre 2004 un rapport de synthèse de 23 entretiens
qu’elle a réalisés auprès d’habitants, de professionnels de la concertation, de
responsables politiques ou associatifs, sur le thème de la participation aux
démarches de renouvellement urbain84. C’est en début d’année 2006, un an et
demi après la remise de son rapport original en langue allemande, que paraît aux
éditions du PUCA un ouvrage de synthèse fondé sur les six entretiens jugés les
plus pertinents pour le public français85. L’ouvrage Paroles d’acteurs inclut également
un texte de présentation du contexte berlinois, un bilan récapitulatif des entretiens
83 Ce portail, de même que le PDF de l’étude, est accessible à l’adresse http://www.acad.asso.fr/?PETRUSPortail-d-acces-aux-outils. On y trouve une note de présentation, qui aborde notamment les principales difficultés rencontrées entre maîtres d’ouvrages et consultants (par exemple, l’insuffisante capitalisation des études
urbaines, ou encore les attentes implicites d’une implication forte du prestataire d’études dans l’avancement du
processus projet qui traduit une position de relatif retrait de la maîtrise d’ouvrage), un exposé des principales
« règles de l’art » ainsi qu’une série de cinq fiches présentant des préconisations plus ciblées : la bonne formulation d’une commande et de son cahier des charges ; le choix des modes contractuels et l’évaluation des coûts
d’objectifs ; la composition des équipes à consulter et les compétences à mobiliser ; le bon déroulement de la
commande, l’évaluation et l’utilisation des résultats ; et enfin le nécessaire renforcement de la maîtrise d’ouvrage
dans les projets de renouvellement urbain.
84 Bernard Hélène, La participation des habitants à Berlin : recueil de 23 entretiens, septembre 2004, 205 p. (PUCA 573).
85 Bernard Hélène, Paroles d’acteurs. Participation des habitants au renouvellement urbain à Berlin, Paris – La Défense,
éditions du PUCA (coll. Recherches, n°164), 2006, 133 p. L’ouvrage a été tiré à 600 exemplaires. En juin 2008,
environ 450 exemplaires avaient été diffusés en comptabilisant les ventes et la diffusion gratuite (renseignements
fournis par Ph. Cromback et le bureau de ventes du Certu).
35
36
Le renouvellement urbain
ainsi que diverses annexes présentant les différents aspects des programmes
allemands visant l’objectif de participation citoyenne, des exemples d’ateliers de
concertation ou de structures de management de quartier, ou encore une synthèse
(toujours en langue française) des 23 entretiens initiaux du rapport complet.
L’ouvrage publié en 2006 s’attache principalement aux acteurs, professionnels et
habitants concernés par le programme « Ville sociale » (Die soziale Stadt), mis en place
par l’État fédéral en 1999. Mais l’expérience berlinoise en matière de concertation
est plus longue, et remonte aux principes promus sous le nom de « rénovation
douce » par le Land de Berlin, au début des années 1980. Si la « rénovation douce »,
née de la contestation des rénovations urbaines brutales pratiquées dans le Berlin
des années 1970, apparaît proche des démarches françaises de réhabilitation du bâti
ayant émergé à peu près au même moment en France, le programme « ville sociale »
tente de répondre, 15 ans plus tard, à l’aggravation des situations d’exclusion sociale,
de précarité économique, de dégradation de l’habitat et des conditions de vie qui
frappe Berlin et une bonne part des villes de l’ancienne Allemagne de l’Est. Après
une première identification de 17 quartiers prioritaires en 2000, le programme
« ville sociale » a été étendu en 2005 par le Land de Berlin à 32 quartiers de la ville,
accueillant un peu plus de 10 % de la population totale de la capitale.
Les six entretiens présentés, ainsi que la courte synthèse qui en est faite par
l’auteur (pp.103-104), permettent ainsi de mieux identifier la priorité qui a
été donnée par le programme « ville sociale » à la participation des habitants
des quartiers en grande difficulté de Berlin. On retrouve dans l’esprit de ce
programme, autant que chez les principaux acteurs de sa mise en œuvre concrète
(via les structures de « management de quartier »), le souci d’un développement
local qui, s’il n’est pas naïf sur le poids des contraintes économiques plus globales
(chômage, difficultés d’intégration des populations issues de l’immigration), sur
la difficulté à toucher d’autres catégories de population que les classes moyennes86
ou encore sur certains conflits de cohabitations entre différents groupes, tâche
de promouvoir des initiatives portées par les habitants. La posture ici à l’œuvre
rappelle à ce titre les principes aux origines de la politique de la ville en France,
des premières procédures Habitat et vie sociale aux projets soutenus dans le
cadre du Développement social des quartiers au début de la décennie 1980.
H. Bernard note que dans les quartiers où la remise à niveau des logements est
à peu près achevée, les structures de concertation issues du programme « Ville
sociale » continue d’œuvrer à l’amélioration de la vie sociale quotidienne, de
l’environnement et des espaces publics de proximité.
La publication de l’ouvrage d’Hélène Bernard par le PUCA témoigne du même
intérêt pour la pratique allemande du renouvellement urbain que celui qui semble
avoir prévalu lorsque en 2001-2002, le secrétaire permanent du PUCA avait confié
à Christa Aue, architecte allemande établie en France, la mission de proposer
un regard « de l’extérieur » sur la pratique française du renouvellement urbain,
puis de la démolition. Au parcours symétrique de l’auteur, également architecte,
a correspondu le souhait de rendre compte, de manière approfondie, d’un sujet
cette fois plus ciblé : celui de la pratique et du savoir-faire berlinois en matière de
86 Difficulté qui explique la multiplication des techniques de consultation et de concertation pour « atteindre
toutes sortes de populations indépendamment de leur culture et de leur niveau de vie ou d’instruction » (p.103).
Entre expérimentation et diffusion d'expériences
concertation87. L’ouvrage d’H. Bernard semble avoir bénéficié d’une assez bonne
audience dans le monde professionnel, le centre de ressources de Seine-Saint-Denis
Profession Banlieue ayant choisi d’organiser un voyage d’étude à Berlin à l’automne
200688.
Sensibiliser et rendre compte de pratiques innovantes sur une question peu traitée : le stationnement et la rénovation urbaine des quartiers d’habitat social
L’ouvrage Stationnement et rénovation urbaine 89, publié en 2004 en co-édition PUCA
– Caisse des dépôts et consignations, constitue le prolongement d’un travail
mené par le PUCA depuis les années 1999-2000 environ. L’ouvrage de 2004 est
inscrit depuis le rapport d’activité 2003 comme l’une des actions du programme
« Le renouvellement urbain », mais ses origines sont plutôt à rechercher dans
le programme finalisé « Organiser les territoires ». Ces deux programmes sont
rattachés au même département, dénommé alors « Dynamiques spatiales et
aménagement ».
L’ouvrage publié en 2004 représente en effet la suite d’une consultation de
recherches sur le thème du stationnement résidentiel, qui avait été lancée par le Plan
construction et architecture en fin d’année 1997, quelques mois avant la création
du PUCA. Cette consultation de recherches avait pour objectif d’approfondir la
connaissance d’une problématique « oubliée » des spécialistes de mobilité comme
des spécialistes d’aménagement urbain, celle du stationnement et en particulier du
stationnement résidentiel90. Cet appel d’offres a permis de sélectionner mi-1998
une douzaine de propositions couvrant différents thèmes : les aspects juridiques et
économiques de la gestion de l’espace public pour le stationnement des résidants,
les concurrences et complémentarités entre stationnement public et stationnement
privé, l’évolution morphologique et architecturale des espaces de stationnement,
l’état des lieux de la recherche sur le thème du stationnement, l’économie du
stationnement91. Les études et recherches retenues se sont achevées en début
d’année 2000 et ont fait l’objet d’une présentation lors d’un colloque de clôture
tenu la même année. L’ouvrage de synthèse des recherches sur le stationnement
résidentiel a été publié en cours d’année 200192.
87 Ch. Aue n’avait apparemment pas connaissance de l’étude demandée à H. Bernard au moment où elle-même
achevait ses études exploratoires. Elle dit aujourd’hui regretter que les deux études qu’elle a menées n’aient pas
été l’occasion, faute de moyens financiers suffisants, de solliciter plus étroitement ses anciens collègues architectes en charge du renouvellement urbain à Berlin (entretien avec Ch. Aue, juin 2008).
88 Cf. Urbanisme, n°352, janvier-février 2007, p.40.
89 Frenais Jacques, Gutman-Lajeunesse Martine (dir.), Stationnement et rénovation urbaine. Problématique, étude de cas,
éditions PUCA / Caisse des dépôts et consignations, 2004, 81 p.
90 Le groupe de travail animé par le PUCA a fait le choix de ne pas s’attacher aux autres aspects du stationnement, ceux liés aux déplacements pour le travail, les achats et les loisirs (entretien avec J. Frenais, avril 2008).
91 Ces thèmes couverts par les réponses ont fait l’objet de cinq séminaires en 1999.
92 PUCA, Le stationnement résidentiel, Paris – La Défense, éditions du PUCA (coll. Recherches, n°130), 2001, 212
pages. Voir également les ouvrages tirés de deux des recherches de ce programme « stationnement résidentiel »,
consacrés pour l’un aux aspects architecturaux et pour l’autre à l’économie : Dehan Philippe, Renaud JeanFrançois et Desrues Isabelle, Parking et habitat. Typologie et prospective, Paris – La Défense, éditions du PUCA (coll.
Recherches, n°140), 2001, 146 p. ; Barthélémy Jean-Roland, Reynal Gilles et Rigaud Marguerite, Vers une économie
locale du stationnement résidentiel, Paris – La Défense, éditions du PUCA (coll. Recherches, n°131), 2001, 192 p
37
38
Le renouvellement urbain
Suite à la valorisation et à la publication de cette première série de travaux,
Jacques Frenais, chargé de ce thème du stationnement au sein du PUCA, a été
sollicité par une chargée de projets de la Caisse des dépôts et consignations,
Martine Gutman-Lajeunesse. La Direction du renouvellement urbain de la CDC,
qui publiait alors régulièrement des guides techniques sur différents aspects du
renouvellement urbain (résidentialisation, méthodes de direction de projet, etc.)
souhaitait traiter du thème de l’organisation du stationnement dans les projets de
renouvellement urbain. Du point de vue du PUCA, cette sollicitation apparaissait
comme l’opportunité de s’attacher à des territoires peu couverts par le programme
« stationnement résidentiel » : l’essentiel des recherches lancées dans ce cadre
concernait les centres-villes, avec, en arrière-plan et en fonction des sites concernés,
l’idée que la problématique du stationnement était l’une des principales raisons
de leur baisse d’attractivité93. Cette polarisation des premières recherches sur les
centres-villes avait conduit à constater que, parmi les questions issues de ce premier
programme sur le stationnement résidentiel, celle du « stationnement dans les zones
urbaines en rénovation est […] l’une des plus urgentes »94.
Le partenariat PUCA/CDC se traduit par la commande de deux études ponctuelles
à des intervenants extérieurs en 2002-200395 et, surtout, par un travail conduit
directement par J. Frenais et M. Gutman-Lajeunesse au cours de la même période
: une « formulation opératoire de la problématique du stationnement dans les
opérations de rénovation urbaine » couplée à une analyse de sept sites96. C’est
le résultat de ce travail d’enquête, mené quasi exclusivement « en régie »97 par le
PUCA et la Caisse des dépôts, qui est publié en mai 2004 sous le titre Stationnement
et rénovation urbaine. Problématique, études de cas.
Ce document n’est donc pas un rapport de recherche, mais le fruit d’une volonté
des deux principaux auteurs de livrer à grands traits ce qui caractérise les
principales difficultés du stationnement dans les opérations de rénovation urbaine,
autant en ce qui concerne la conception de l’espace urbain qu’en matière d’offre de
service (gardiennage, sécurisation, etc.). Ce travail, qui se veut « pragmatique », ne
tire pas de « méthode universelle », mais « s’appuie sur l’observation de quelques
cas originaux » et propose des pistes de réflexion aux opérateurs (collectivités et
bailleurs)98. Il comporte un texte introductif qui vise à identifier les principaux
« points de repère et de méthode ». Ce texte pointe d’emblée le peu de cas qui est
fait de la thématique du stationnement dans les projets de rénovation urbaine,
alors même que le stationnement peut devenir, du point de vue des habitants,
« emblématique des dysfonctionnements urbains, notamment à travers le sentiment
93 Entretien avec J. Frenais, avril 2008.
94 PUCA, Rapport d’activité 2004, p.45.
95 L’une de ces études, menée par la SCET, porte sur les conditions de mise au point d’un service de stationnement dans deux quartiers sensibles de Seine-et-Marne. L’autre, confiée au CREPAH, vise à faire le point sur
la problématique du stationnement dans les opérations de renouvellement urbain et constitue une première
approche de ce que l’ouvrage Stationnement et rénovation urbaine approfondira. Cf. Moricel Mathieu, Poinsard
Delphine, Reynal Gilles et Roguet Bertrand, Étude de définition d’un service de stationnement en quartier d’habitat social
à partir du cas de Torcy : quartier Baudelaire et du Mail, SCET / SURETIS, rapport pour le PUCA, oct. 2003, 38 p.
; Cumet Lucie, Laurent Yann et Lucas David, Étude de cas et capitalisation sur le stationnement dans les opérations de
renouvellement urbain, CREPAH, rapport pour le PUCA, juill. 2003, 53 p.
96 PUCA, Rapport d’activité 2003, p.45.
97 Avec l’assistance du CREPAH, impliqué dans l’une des deux études préparatoires, et qui est mentionné dans
le document final sous son nouveau nom (2003) : Habitat et territoires Conseil.
98 Stationnement et rénovation urbaine, op.cit., p.1
Entre expérimentation et diffusion d'expériences
d’insécurité qui l’accompagne souvent » (p.3). Il souligne également le peu
d’expériences de réflexions vraiment intégrées, entre la réorganisation de l’offre
de stationnement et les autres démarches de la rénovation, tout en mentionnant
que le « stationnement ne tarde jamais à révéler ses liens organiques avec le reste
du projet » (son organisation comme sa gestion ont des incidences évidentes sur
l’attractivité des logements, sur l’organisation des circulations, etc.) (p.7). Ce texte
liminaire aborde ensuite quelques-unes des problématiques récurrentes dans le
traitement du stationnement dans les sites en rénovation urbaine : rôle des études
de programmation (p.8), de la concertation avec les habitants et usagers (p.9),
définition des principaux critères de qualité de service (éclairage, contrôle des
accès, surveillance et maintenance) (pp.10-11), et enfin les enjeux économiques
(p.12). Ce sont ces différentes rubriques que l’on retrouve, plus ou moins
longuement détaillées suivant les situations, dans les sept études de cas traitées.
Chacune fait l’objet d’une fiche détaillée et abondamment illustrée d’une dizaine
de pages environ.
À l’issue de ce travail, le PUCA s’est engagé dans une action d’animation et de
soutien à des expérimentations locales en matière de restructuration des ouvrages,
de requalification des espaces et de restauration de l’offre de stationnement. Quatre
sites avaient été retenus pour cette mission confiée à la SCET, qui a débuté en
fin d’année 2004 pour s’achever à l’automne 200599. Le rapport de synthèse de
ces expérimentations, qui ont finalement concerné trois des sites initiaux, a été
publiée par le PUCA en juin 2006100. L’ouvrage dirigé par Daniel Grande présente
de manière détaillée les différentes composantes du traitement du stationnement
résidentiel dans les trois sites étudiés et accompagnés dans la démarche, et livre des
points de vue, sur d’autres expériences ou bien à caractère plus général, de divers
spécialistes (sociologues, concepteurs, chefs de projets de rénovation urbaine, etc.).
L’ouvrage permet ainsi d’approfondir différents enjeux : l’économie de la gestion,
l’amélioration de la qualité de l’offre et en particulier de la sécurité technique et de
la sûreté (aspects réglementaires, connaissance des usages, y compris « déviants »,
modalités de traitement, etc.), les conditions de l’émergence d’une politique de
commercialisation de la part des bailleurs, les possibilités de mutualisation entre
bailleurs de la gestion du stationnement, de l’information et de la communication,
ou enfin les contraintes et opportunités qui se présentent pour le traitement de la
problématique du stationnement dans le cadre des projets financés par l’ANRU.
Cette action « Stationnement et rénovation urbaine », du nom de l’ouvrage
écrit par Jacques Frenais et Martine Gutman-Lajeunesse, se clôt en fin d’année
2005. Le rapport d’activité de cette même année signale que le travail sur les
expérimentations a permis de dégager quelques pistes significatives pouvant
faire l’objet d’innovations : la mesure du coût du stationnement dans la gestion
globale d’une résidence HLM, la formation aux métiers du stationnement et la
professionnalisation de la gestion, l’organisation de la maîtrise d’ouvrage, le choix
entre régie et externalisation, ou encore la mutualisation de la commercialisation, de
la maintenance et de la surveillance des espaces de stationnement101. Le PUCA ne
poursuivra pas dans cette veine. L’action « Stationnement et rénovation urbaine »
99 Une réunion de restitution des expériences soutenues par le PUCA a eu lieu le 18 octobre 2005.
100 Grande Daniel (SCET), Le lieu et le service. Définition d’une démarche expérimentale de requalification du stationnement,
Paris – La Défense, éditions du PUCA (coll. Recherches, n°168), 2006, 108 p.
101 PUCA, Rapport d’activité 2005, p.41.
39
40
Le renouvellement urbain
est restée un prolongement spécifique de l’action sur le stationnement résidentiel,
et a été rattachée pour l’occasion au programme finalisé « Le renouvellement
urbain »102.
Si les différentes actions passées en revue dans ce chapitre ont pu donner lieu à
publication ou valorisation en 2005 ou 2006, elles sont le prolongement d’initiatives
lancées pour l’essentiel avant l’année 2004. Elles témoignent d’une volonté de
regrouper dans le programme finalisé « Le renouvellement urbain » des actions qui
n’y figuraient pas à leur origine. Effet d’aubaine ? Volonté de nourrir de multiples
approches sectorielles du renouvellement urbain ? Stratégie face aux difficultés à
faire émerger une consultation de recherches plus conséquente et plus ouverte,
dans un contexte de profondes réformes induites par la loi sur la rénovation
urbaine et la création de l’ANRU ? Les plus récentes de ces actions, sur le thème du
stationnement ou de la participation des habitants, ont joué la carte de la diffusion
d’expériences, de la sensibilisation à des thématiques particulières par le biais de
pratiques innovantes. Elles ont fait l’objet d’une publication. Dans le cas de « RUE
2000 » ou de « Moderniser pour l’habitant », la capitalisation et la valorisation
des expériences issues de ces consultations paraît faible. Sans doute le départ des
chargés de projet du PUCA et la difficulté (récurrente et maintes fois soulignée
par le conseil scientifique) à assurer les continuités des actions du PUCA lors des
mouvements de personnel expliquent-elles pour une bonne part ce déficit103. C’est
là un constat d’autant plus regrettable qu’avec « RUE 2000 », on peut considérer
que le programme « Le renouvellement urbain » a d’une certaine manière innové
sur la question de la qualité environnementale à l’échelle urbaine. La montée en
puissance récente des thèmes des quartiers durables ou de la construction durable
plaideraient pour que soient revisitées, lors des bilans à venir, les enseignements
de cette consultation pionnière, et expérimentale à plus d’un titre. Il en va peutêtre de même pour les enseignements des expérimentations menées dans le cadre
de l’action « Moderniser pour l’habitant », même si les opérations de rénovation
urbaine actuelles ont sans doute quelque peu changé la donne en matière de gestion
de proximité et de rapports entre bailleurs sociaux et locataires.
Enfin, il faut également noter que la dimension opératoire affichée dans la
première étude exploratoire de Ch. Aue est présente dans plusieurs des publications
mentionnées. C’est le cas, en partie de l’ouvrage sur le stationnement, qui vise
explicitement un public de professionnels. C’est également le cas de certaines
réalisations menées dans le cadre de l’action « Qualité environnementale » aux
contours imprécis. Des partenariats avec divers groupements de professionnels
(USH, ACAD, CDC, Institut des villes) ont permis ainsi de soutenir la publication
d’un ouvrage de recommandations sur le thème de la résidentialisation, d’un guide
méthodologique sur l’optimisation de la gestion collective des déchets ménagers ou
102 À l’issue de ses travaux sur le stationnement résidentiel, J. Frenais se recentre sur l’action « Territoires urbains
et sûreté », rattachée au programme finalisé « Organiser les territoires ».
103 Il faudrait également mentionner ici les actions portant sur le thème de la santé et de la pollution qui ont été
inscrites, très brièvement et sans doute par effet d’opportunité, dans le programme « Le renouvellement urbain »
à des moments divers : « Santé & environnement » (cf. la plaquette de 2001) concerne des travaux portant sur la
qualité de l’air intérieur, le plomb, l’amiante ou le radon ; « Environnement, confort, santé » (mentionné uniquement dans le rapport d’activité 2004) reprend ce thème de la santé et du confort global des bâtiments. « ADEQUA » (rapport d’activité 2004) visait pour sa part à développer une méthodologie d’aménagement durable à
l’échelle d’un quartier. Là encore, la capitalisation des résultats de ces travaux essentiellement techniques et
plutôt inspirés des méthodes du bâtiment pose des problèmes du même ordre que l’action « RUE 2000 », animée
d’ailleurs par le même chef de projet au PUCA.
Entre expérimentation et diffusion d'expériences
encore la création d’un portail Internet de ressources pour améliorer les relations
de commande entre maîtres d’ouvrages et prestataires d’études dans le champ du
renouvellement urbain. Au final, et jusqu’en 2004 environ, c’est vers le monde
professionnel qu’est orienté l’essentiel de la production du PUCA inscrite dans
le programme finalisé « Le renouvellement urbain » : approche « systémique »
destinée à l’aménageur « ensemblier » ou chef de projet, valorisations d’expériences
sectorielles diverses, expérimentations sur le thème de l’environnement ou en
matière de gestion technique ou urbaine.
41
42
Le renouvellement urbain
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
« Les ambiguïtés du renouvellement urbain » : objet
de recherche ou contexte pour la recherche ?
Après 2004, le programme finalisé « Le renouvellement urbain » connaît un
changement d’orientation. Les actions nouvelles impulsées quittent le registre
de l’expérimentation, du retour d’expériences ou de l’affirmation de principes
d’action (cf. chap. 2 et 3). L’enjeu est alors moins la production de savoir-faire
ou de prescriptions, que de connaissances nouvelles sur différents aspects du
renouvellement urbain ou de la rénovation urbaine. Cette inflexion s’inscrit
dans une évolution interne au PUCA. L’année 2004 est marquée par le départ
d’Olivier Piron, secrétaire permanent depuis 1998, et par l’amorce d’une
réorganisation. Celle-ci aboutira en 2005 à la constitution d’un quatrième
pôle ou département, consacré aux technologies de la construction, désormais
distinct de celui conservant les questions architecturales. Le programme « Le
renouvellement urbain » paraît peu concerné puisqu’il relève toujours du
département « Territoires et aménagement » (anciennement : pôle « Dynamiques
spatiales et aménagement »), à ceci près que c’est désormais le responsable de ce
département, Jean-Paul Blais, qui succède à Olivier Piron dans la mise en œuvre
de ce programme finalisé.
Par ailleurs, en décembre 2004 paraît une livraison des Annales de la recherche
urbaine consacrée au thème « Renouvellements urbains ». Préparé avant la
création effective de l’ANRU, ce numéro a pour mérite de rappeler la pluralité
des pratiques et des approches possibles du renouvellement urbain. Il a aussi
pour vertu de présenter quelques résultats de recherche urbaine sur différentes
facettes de ce thème délibérément laissé au pluriel : l’économie du renouvellement
urbain, les formes et les limites de la concertation, les problématiques des friches
urbaines ou de l’immobilier tertiaire, la diversité des discours et pratiques quant
à l’intégration des immigrés, etc. En ce sens, ce numéro est aux antipodes
d’une approche – même « systémique » – du renouvellement urbain conçu au
singulier. Il pallie aussi ce qui pourrait apparaître comme un manque dans le
programme finalisé « Le renouvellement urbain », en convoquant les paroles
de géographes, urbanistes, sociologues, politistes, pour éclairer une notion
toujours indécise. Le texte inaugural, signé de Marc Bonneville104, dresse en
particulier un constat bienvenu sur les ambiguïtés des pratiques se réclamant (ou
pas, d’ailleurs) du renouvellement urbain. S’agit-il de renouveler les formes de
la ville, ou son processus de fabrication ? d’intervenir sur l’ensemble des zones
urbaines dévalorisées, ou de cibler plutôt les ensembles de logements sociaux ? de
renouveler les démarches et pratiques professionnelles de conception des projets,
ou bien celles de la gestion urbaine ?
Dans l’évolution des actions mises en œuvre ensuite par le PUCA, c’est finalement
une ambivalence d’une autre nature qui se fait jour : le renouvellement urbain peut-il
être en soi un objet pour la connaissance, ou bien constitue-t-il plutôt un contexte
104 « Les ambiguïtés du renouvellement urbain en France », pp.7-16.
43
44
Le renouvellement urbain
pertinent d’étude de phénomènes sociaux particuliers ? C’est à l’aune de ces deux
tendances qu’on peut rendre compte des récentes inflexions du programme « Le
renouvellement urbain » et de certaines actions relevant d’autres programmes du
PUCA, de 2004 à 2006-2007 environ.
La démolition comme objet de recherche : généalogie d’une
consultation
Un élément marquant du programme « Le renouvellement urbain » après
2004 réside dans le lancement de la consultation de recherches « Renouveler et
recomposer les quartiers », diffusée en 2005. Il importe de revenir au préalable
sur les prémices de cette action, le projet de consultation dénommé « Démolitionsubstitution » en 2003 et 2004, pour mesurer la part de continuité entre les deux
démarches. Mais on peut aussi mettre en évidence ce qui procède plutôt d’une
logique de rupture : la mise au point finale de cette consultation s’inscrit dans un
contexte de quasi-refondation du programme « Le renouvellement urbain », dont
l’ouvrage de Sylvaine Le Garrec constitue une autre trace tangible.
La seconde étude exploratoire de Christa Aue (2004) et le projet « Démolitionsubstitution »
En fin d’année 2002, soit un an environ après le démarrage de sa première étude
exploratoire (cf. supra, chap. 2), l’architecte Christa Aue se voit confier par le PUCA
une seconde étude qu’elle mène donc, pour partie, en parallèle. Le rapport de
cette seconde étude sera rendu en octobre 2004. Elle ne s’inscrit dans aucune des
pistes proposées dans les conclusions du premier document remis un an et demi
auparavant (avril 2003) : c’est de rénovation urbaine, et non de renouvellement
urbain, qu’elle entend parler, et plus précisément de la question de la démolition
dans la rénovation urbaine105. Car en la matière, rappelle l’introduction du
document, « un tabou semble enfin levé ». L’objectif de cette étude est alors
clairement rappelé : « Il s’agit donc d’une mission de préparation d’appels d’offres
ultérieurs relatifs à la question des projets de démolition – reconstruction » (p.6).
L’évolution institutionnelle survenue entre temps suite à la promulgation de la loi
Borloo d’août 2003 explique que cette seconde étude de Ch. Aue soit désormais
plus ciblée.
Première remarque, si la mise en place du programme national de rénovation
urbaine par la loi Borloo fait de la démolition un thème-clé de l’intervention sur
les grands ensembles de logements sociaux, la pratique en elle-même n’est pas une
innovation. Elle constitue même, à cette date, une affaire largement expérimentée.
Depuis les années 1980, plusieurs barres de logements ont été démolies en périphérie
de grandes agglomérations106, le rythme s’accentuant à compter des années 1990. La
démolition des logements sociaux est légitimée comme mode d’action possible par
le rapport Sueur de 1998107, elle est dotée au même moment d’un dispositif financier
105 Aue Christa, La démolition dans la rénovation urbaine : démarche exploratoire, octobre 2004, rapport pour le PUCA,
110 p.
106 Cf. la démolition de tours du quartier Monmousseau à Vénissieux en 1983, celle de la barre Debussy à la « cité
des 4 000 » à la Courneuve en 1986, etc.
107 Sueur Jean-Pierre, Demain, la ville, rapport au ministre de l’Emploi et de la Solidarité, 2 tomes, Paris, La Documentation Française, 1998, 2 vol. (230 p. et 391 p.).
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
institué par la Direction du renouvellement urbain de la Caisse des dépôts108. C’est en
conclusion du congrès HLM de juin 1999 que le ministre du Logement Louis Besson
déclare que « le tabou de la démolition des logements obsolètes doit être levé »109.
La même année sont institués les grands projets de ville (GPV) et les opérations de
renouvellement urbain (ORU), qui incluent désormais un volet de démolitions.
Deuxième remarque, si ce thème de la démolition des grands ensembles ne figurait
pas explicitement dans la première étude exploratoire de Ch. Aue parmi les axes
de recherches possibles pour le PUCA, il y était pourtant brièvement mentionné
en plusieurs endroits. Le cercle des personnes associées à cette première démarche
(cf. supra, p.25), menée pour l’essentiel courant 2002, n’ignorait rien en effet de
la promotion de la démolition comme mode d’action par un certain nombre
d’institutions depuis la fin des années 1990. Les paragraphes de la première
étude exploratoire qui abordent la question de la démolition montre qu’elle était
alors perçue comme une tendance avérée, sur laquelle les jugements demeuraient
partagés et circonspects : bénéfique en certains endroits, ou à tout le moins dotée
« d’effets positifs »110, elle ne constituerait pas pour autant une « solution-miracle ».
Si la présentation finale des cinq « axes prioritaires de recherche » occulte en fin
de compte la question de la démolition, l’idée qu’un programme de recherches
lui soit spécifiquement consacré est pourtant présente dans le document, à titre
d’hypothèse. Quelques lignes au détour d’une page suggèrent en effet
[…] d’analyser les effets de la démolition sur l’évolution des quartiers en difficulté.
Le tabou longtemps maintenu à ce sujet, lié notamment au changement récent
des pouvoirs politiques, constitue une matière, jusque-là inexploitée pour la
recherche et la production de connaissances autour de ce sujet111.
C’est donc cette piste, évoquée dans la première étude exploratoire mais délaissée
dans ses conclusions, que le second document de Ch. Aue se donne pour objectif
de détailler112. Cette deuxième étude se fonde d’abord sur un important travail
de recueil d’expériences de démolition-reconstruction113, qui permet de dégager
diverses typologies selon qu’on s’attache aux motivations de la démolition (vacance,
repli économique, obsolescence), au type de bâti visé (formes architecturales, dates et
108 Cf. les prêts locatifs-aidés « démolition-reconstruction ». Voir Harburger Sylvie, 2003, « La Caisse des dépôts
et consignations et le renouvellement urbain », Droit et ville, n°55 (mai 2003), pp.43-56 ; Demouveaux Jean-Pierre,
2002, « La notion de renouvellement urbain », in Droit de l’urbanisme, de l’aménagement et de l’habitat, n°6, GRIDAUH,
Paris, éditions du Moniteur, pp.125-140.
109 Cité par Jean-Claude Driant, « Démolir les grands ensembles », Études foncières, n°85, hiver 1999-2000, p.45.
110 Par exemple, le paragraphe explicitant les attendus des indicateurs de la dégradation urbaine indique que
ceux-ci doivent permettre « d’analyser les répercussions réelles des actions de démolition dans ces quartiers.
Cette approche du sujet représente un axe de recherche en soi, l’analyse des effets positifs d’opérations de démolition déjà réalisées et exposées à un impact médiatique négatif souvent disproportionné, faisant défaut à ce jour »
(Le renouvellement urbain. Étude exploratoire, op.cit., p.23, je souligne).
111 Suggestion qui figure dans la synthèse des entretiens de la première étude exploratoire (Le renouvellement
urbain. Étude exploratoire, op.cit., p.37).
112 Une version intermédiaire du rapport de cette deuxième étude (mai 2004) est intitulée Aujourd’hui, la démolition dans la rénovation urbaine. Les en-têtes du document final mentionnent encore ce titre.
113 On trouve ainsi en annexe des fiches détaillées concernant divers projets : La Courneuve (barre Renoir
des 4 000), Bron – Parilly, Nanterre – cité Greuze, Lyon – la Duchère, Trélazé – quartier des plaines (Angers),
Mantes-la-Jolie (Val-Fourré), Givors (quartier des Vernes), Châteauroux (quartiers Saint-Jean et Saint-Jacques),
Tourcoing (quartier de la Bourgogne). Ces fiches présentent pour chacun des éléments-clés d’identification, le
processus de décision, la logique dominante à l’œuvre, le motif de la démolition, les caractéristiques de l’opération, le programme de reconstruction, la gestion sociale après démolition, les perspectives de changement de
situation (cf. La démolition dans la rénovation urbaine, op.cit., pp.65-91).
45
46
Le renouvellement urbain
types de construction), ou bien aux enjeux fixés par le projet d’ensemble (recherche
de mixité à l’échelle de l’agglomération, équilibre démolitions/reconstructions,
création d’une offre nouvelle, modes de concertation, etc.) (cf. p.10). Ch.
Aue propose ensuite une classification synthétique de l’ensemble des projets
étudiés : ceux liés à la vétusté et l’obsolescence des immeubles et des structures ;
ceux répondant à une « stratégie de ré-investissement » où prime l’objectif de
dédensification ; ceux où s’exprime une « stratégie de désinvestissement » liée à une
récession économique qui conduit à réduire l’offre de logements ; les « rénovationsreconquêtes » où se mêlent le déploiement d’une offre nouvelle et la « résorption de
lieux d’agitation sociale » ; ou encore les projets touchant à des quartiers « porteurs
de patrimoine culturel et architectural » (La Grande Borne, Le Mirail, le quartier
de Jean Renaudie à Villejuif)114.
L’étude comprend également un développement consacré à « la problématique
allemande des projets de démolition-reconstruction » (pp.39-46) qui retrace
l’évolution du contexte démographique, économique et urbain des villes de
l’ex-Allemagne de l’Est et précise le contenu des programmes mis en place par
l’État fédéral, les partenaires impliqués, les concepts proposés et les risques
identifiés par les pouvoirs publics115. Si la démolition occupe également une
place conséquente dans les programmes mis en œuvre, Christa Aue souligne
aussi l’attention des pouvoirs publics allemands pour deux autres problématiques
: la gestion dans le temps des tissus en déshérence (priorités à donner, gestion
des crédits, de l’affichage, affectation temporaire de certains espaces en attente
d’intervention ou de démolition) ; la remise à niveau des réseaux urbains et des
infrastructures, condamnés à une obsolescence rapide du fait de mouvements
migratoires de grande ampleur depuis la réunification.
À cette compilation d’expériences de démolitions-reconstructions et aux éléments
rapportés par Ch. Aue sur la problématique allemande du renouvellement urbain
s’ajoute une synthèse de réflexions collectives menée dans le cadre de séminaires
« fermés ». En effet, comme le document précédent, l’étude exploratoire sur la
démolition dans la rénovation urbaine rend à la fois compte de la démarche propre
à l’auteur et du travail fourni par une petite équipe qu’elle a animée. Par rapport
à la première étude exploratoire, le cercle des personnes conviées s’est élargi. Si
l’ANAH n’est plus représentée, la Caisse des dépôts et l’Union sociale pour l’habitat
ont rejoint les rangs du groupe de travail, aux côtés d’architectes et d’urbanistes
libéraux et d’autres acteurs opérationnels : représentants d’opérateurs ou de
bailleurs (Pact-Arim de Seine – Saint-Denis, OPAC du Val de Marne), de structures
de projets de renouvellement urbain (GIP de Meaux) ou encore de collectivités
(ville de Toulouse). Au cours de l’année 2003, trois journées de séminaire ont été
organisées qui ont permis de croiser les points de vues des différents professionnels
sollicités116. Seul le compte rendu du dernier de ces séminaires (juillet 2003)
114 Cf. pp.29-38.
115 Christa Aue considère aujourd’hui que sa « double-culture », en raison de ses origines allemandes et de
son expérience professionnelle en France qui datait alors d’une quinzaine d’années, a joué un rôle-clé dans la
commande qui lui fut passée pour ces deux études exploratoires : il était attendu qu’elle produise un regard « de
l’extérieur » sur les expériences et problématiques françaises, et qu’elle donne également des éléments de connaissance relatifs au renouvellement urbain pratiqué dans son pays d’origine (entretien avec Ch. Aue, juin 2008).
116 Le premier séminaire, consacré aux motivations et aux typologies de la démolition, a été organisé en mai
2003 ; le second (juin 2003) regroupait plutôt des concepteurs et des bailleurs ; le troisième (juillet 2003) a traité
de la problématique du montage d’opérations.
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
figure dans les annexes de l’étude exploratoire. O. Piron y rappelle en préambule
que le travail mené dans ce cadre, celui de la deuxième étude exploratoire et
des trois séminaires « fermés », doit se clore à l’automne et « débouchera sur un
programme de recherche précis qui sera poursuivi par le PUCA en 2004 » (p.92).
À cette date, la mise en place concomitante du programme national de rénovation
urbaine témoigne d’une « nette volonté d’accélération des procédures » (p.93)
relevée par plusieurs intervenants117. Ce troisième séminaire donne ainsi lieu à
diverses interrogations quant au risque de sous-estimer les solutions alternatives
à la démolition, ou de négliger les aspects sociaux et économiques en « focalisant
sur l’intervention physique ». Des inquiétudes s’expriment également sur le fait
de « bousculer » des projets urbains « cohérents et matures », pour certains déjà
entrés en phase opérationnelle, même si le dispositif de la rénovation permet en
contrepartie de redynamiser des « projets somnolents » ou mal définis. D’autres
intervenants notent la recomposition des rôles qui s’esquisse alors entre l’État, qui
impose désormais un rythme de réalisation soutenu, les bailleurs et les collectivités
locales118.
Indépendamment des ruptures et continuités à l’œuvre, au sujet desquelles les
participants débattent longuement au cours de cette séance de juillet 2003, la
modification des modes de faire et des circuits du renouvellement urbain, devenu
dès lors « rénovation urbaine », est profonde. Ce contexte fébrile explique peut-être
en partie que le rapport définitif de Ch. Aue n’ait été remis que plus d’un an après,
en octobre 2004, après une première version datée du printemps. Les pistes de
recherche qu’il indique sont synthétisées en une douzaine de pages (pp.48-59) et
sont au nombre de cinq.
La première de ces pistes de recherches est une incitation rétrospective à interroger
les raisons du changement idéologique opéré en France sur la question de la
démolition. La seconde s’attache aux dynamiques sociales des quartiers où s’exerce
la démolition, partant de l’idée que plusieurs projets de démolition « se font dans la
méconnaissance totale des quartiers et de leurs dynamiques sociales », ou encore,
que « l’espace vécu et l’espace “traité” ne sont pas forcément identiques » (p.50).
Cette seconde piste aborde également le thème des parcours résidentiels des
habitants touchés par la démolition, soulignant l’intérêt d’une analyse sur le long
terme de ces trajectoires face à une attitude forte des gestionnaires qui visent à
« construire des parcours résidentiels positifs » (p.50). Autre aspect, le thème de la
concertation et, surtout, de la gestion des « stratégies d’annonce des démolitions »
auprès des populations par les pouvoirs publics (pp.51-52). Troisième piste
mentionnée, celle de la temporalité des projets urbains (p.53) : elle s’attache aux
différentes temporalités à l’œuvre, celle du choix politique, celle de la concertation,
celle de la réalisation, étant entendu que la mise en œuvre du programme national
de rénovation urbaine issu de la loi du 1er août 2003 vient changer la donne en la
matière. La quatrième piste proposée questionne pour sa part la capacité d’évolution
de la forme « grand ensemble », en termes morphologiques d’une part, dans ses
117 Les représentants de la DGUHC font ainsi le point sur les mesures alors en cours, avec notamment la
création du Comité national d’engagement, structure transitoire de préfiguration de l’ANRU qui sera créée en
2004 mais dont les modalités de fonctionnement pour le traitement des dossiers de rénovation urbaine sont déjà
établies (cf. pp.92-93).
118 Compte rendu du séminaire de juillet 2003, pp.92-101.
47
48
Le renouvellement urbain
attendus sociaux d’autre part119. Enfin, la cinquième et dernière piste concerne
l’évaluation des alternatives à la démolition, en termes de politique urbaine, de
gestion et de coût économique. Cette dernière piste est, de loin, la plus développée
(pp.55-59), émaillée de considérations économiques et de préconisations pointues
en matière d’ingénierie financière. C’est aussi celle des pistes la plus marquée
par les attentes méthodologiques du monde HLM, des aménageurs, la plus
influencée aussi par les travaux du Club Ville Aménagement sur l’économie du
renouvellement urbain. L’inégal développement de ces pistes, de même que les
quelques discordances entre la table des matières du document et le corps du texte,
laissent penser que leur définition et leur hiérarchisation étaient probablement en
cours de discussion en 2004.
Dès lors, si l’on excepte cette dernière piste, cette deuxième étude exploratoire ciblée
sur la question de la démolition paraît s’inscrire dans une veine plus analytique et
moins opératoire que la précédente. Le fait que la première étude ait été « dirigée
et alimentée » directement par Olivier Piron, tandis que la seconde a été plus
particulièrement suivie par deux chargés de projets du PUCA, dont un sociologue,
n’y est peut-être pas tout à fait étranger120. La participation de trois chercheurs à
cette deuxième phase exploratoire va probablement dans le même sens121. Il est
désormais question, par exemple, d’étudier dans la durée les raisons qui ont conduit
à ériger la démolition en mode d’intervention quasi systématique, de s’attacher aussi
aux dynamiques sociales des quartiers concernés et aux trajectoires résidentielles
des ménages relogés, bref, de comprendre aussi en profondeur qui sont ces
populations en présence, et quelles sont celles explicitement ou implicitement
visées par les divers projets de rénovation urbaine. La question des « destinataires »
des opérations de rénovation urbaine est ainsi posée. L’appel à une recherche qu’on
devine tantôt historique, tantôt sociologique, mais dotée d’un point de vue critique
à l’égard des procédures de démolition, est clair. Mais que cet appel soit à cette date
clairement assumé est une autre affaire.
En effet, dans le rapport d’activité 2003 du PUCA, qui paraît en novembre 2004 soit
à peu près au moment où Christa Aue remet la version finale de sa deuxième étude
exploratoire, les pages consacrées au programme « Le renouvellement urbain »
comportent quelques lignes consacrées au thème « Démolition-substitution »122.
Ces lignes font état de l’étude exploratoire conduite sur ce thème, des trois
séminaires tenus en 2003, et indiquent qu’un appel à consultation sera lancé
prochainement sur ce thème. Il faudra pourtant attendre l’été 2005 pour que cette
consultation de recherches sur le thème de la démolition voie le jour.
La consultation « Renouveler et recomposer les quartiers »
C’est en août 2005 que le PUCA diffuse le texte d’un appel d’offres de recherche
intitulé « Renouveler et recomposer les quartiers ». Le terme de « démolition »
119 Ainsi, l’étude mentionne qu’une des pistes de succès des opérations de démolition-reconstruction serait l’affichage d’une « véritable stratégie globale prioritaire d’amélioration pour les habitants déjà présents dans le quartier
avant même de rechercher les besoins d’une nouvelle population susceptible de s’y installer » (p.53).
120 Cf. les précisions en la matière livrées par ces deux études (resp. p.6 pour la première et p.61 pour la seconde),
faits confirmés par l’auteur des documents (entretien avec Ch. Aue, juin 2008).
121 Christa Aue mentionne ainsi la participation de Michel Bonetti (CSTB), Christine Lelévrier (Institut d’urbanisme de Paris) et Daniel Pinson (Institut d’aménagement régional, Aix-en-Provence).
122 PUCA, Rapport d’activité 2003, p.39.
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
ne figure pas dans le titre, pas plus que l’expression « rénovation urbaine »
d’ailleurs. Mais le premier paragraphe lève toute ambiguïté en la matière. Il
s’ouvre en citant le quotidien Le Monde, qui titrait au soir de l’annonce par J.-L.
Borloo de la mise en place du programme national de rénovation urbaine deux
ans plus tôt : « le gouvernement prévoit la démolition de 40 000 logements
par an »123. Le texte introductif rappelle ensuite que si ce programme est
d’une ambition inédite, la démolition n’est pourtant guère une orientation
nouvelle : les rénovations urbaines de quartiers anciens menées dans les années
1960 et 1970, ou encore l’ancrage progressif de la démolition comme mode
d’intervention dans les quartiers d’habitat social au cours de la décennie 1990,
en témoignent.
Le texte même de la consultation est fidèle aux anciens intitulés donnés alors
qu’elle était encore au stade de projet : « Démolition-substitution » dans les
rapports d’activité 2003 et 2004, ou encore « Démolition et recomposition
des quartiers »124 au cours des mois qui ont précédé la sortie de l’appel à
proposition de recherches125. Le propos général est donc ciblé sur la question
de la démolition, considérée comme un des leviers des politiques de rénovation
urbaine. Le texte, ouvert, invite les équipes à mettre l’accent sur la gestion avant,
pendant et après la démolition, au travers de monographies. Les recherches avec
une dimension historique forte sont autant attendues que celles portant sur des
opérations en cours. Le questionnement proposé s’organise en quatre points126.
Le premier, « acteurs et raisons de l’action », renvoie aux aspects institutionnels :
comment s’opèrent les choix en matière de démolition, quels sont les arguments
invoqués, entre résorption d’une obsolescence technique, traitement urbain d’une
stigmatisation sociale et volonté de recomposition du peuplement ? Il propose
également d’examiner la manière dont la démolition vient influer sur les outils
et les structures opérationnelles pré-existantes, la façon dont se mettent en place
les stratégies de reconstruction ou de conservation du bâti existant et les coûts
afférents.
Le deuxième point de réflexion proposé concerne la démolition « du côté des
habitants ». Prenant acte du fait qu’ils sont peu présents dans les choix, le
texte vise à mieux cerner leurs attitudes et réactions face à la démolition, ou
encore les modalités d’explication du choix de la démolition par les élus. Les
équipes sont également invitées à se pencher sur la gestion opérationnelle du
relogement127 et sur les temporalités qu’elle induit. Le troisième point s’attache
ensuite à la démolition « du côté des opérateurs ». Il aborde les problématiques
de l’organisation pratique des chantiers, les aspects économiques (coûts de
démolition/coûts de gestion), ou encore les logiques patrimoniales à l’œuvre,
123 Le Monde, 19 juin 2003.
124 C’est sous cet intitulé qu’une version provisoire du texte est présentée et discutée lors du conseil scientifique
du 7 avril 2005.
125 Deux mois plus tard, lors du conseil scientifique du PUCA du 30 juin 2005, le terme de démolition aura été
enlevé du titre. Modification qui est tout sauf anecdotique, et qui a sans doute permis d’éviter que ce texte soit
perçu comme un document alimentant les controverses sur la démolition des logements sociaux et instruisant
le procès d’une politique en plein essor depuis moins de deux ans. Paradoxalement, c’est peut-être cette « substitution » diplomatique de dernière minute, consentie ou exigée, qui a valu à cette consultation d’être identifiée
un temps, parmi les chercheurs qui ne se sont pas arrêtés à son titre, sous le nom d’ « appel d’offres démol’ »…
126 PUCA, Renouveler et recomposer les quartiers. Appel à propositions de recherche, 3 août 2005, 11 p.
127 Le texte fait d’ailleurs référence à une autre action du PUCA sur les trajectoires résidentielles des ménages à
l’issue des opérations de rénovation urbaine (cf. infra).
49
50
Le renouvellement urbain
au double sens (économique et culturel) du mot. Enfin, le dernier point de
questionnement proposé s’intitule « penser la substitution ou une nouvelle
urbanité ». Il vise à approfondir la question des typologies formelles qui
émergent en substitution du bâti démoli, ainsi que des modèles d’organisation
et de gestion urbaines promus dans les projets en cours. Ce dernier point
semble avoir été ajouté plus tardivement dans la genèse du texte, qui prévoyait
à l’origine un questionnement autour de trois grandes lignes : la dimension
historique de la démolition, les usages actuels de « l’outil » démolition, et enfin
le point de vue des habitants128 .
Suite à cette consultation, 13 recherches parmi 36 reçues ont été retenues en janvier
2006, et étaient pour l’essentiel achevées ou en voie d’achèvement en 2008. Le
compte rendu du jury de la consultation, établi par Philippe Méjean129, inventorie
trois familles de questionnements dans les réponses retenues. L’entrée la plus
représentée porte sur la rénovation appréhendée comme politique urbaine. Ce
premier groupe de recherches, marqué par la sociologie et la science politiques,
propose majoritairement une analyse des systèmes d’acteurs, des processus de
décision et des discours de justification. Plusieurs de ces recherches ont à ce titre
une visée évaluative quant aux stratégies locales de rénovation urbaine, avec en
toile de fond l’idée de « tester » la cohérence entre intentions nationales et politiques
locales. La deuxième famille inventoriée, un peu moins représentée, s’attache aux
habitants concernés par les projets de rénovation. Les recherches entrant dans
ce groupe, plus volontiers tournées vers l’anthropologie et la psychosociologie,
proposent ainsi une étude des stratégies institutionnelles de relogement, des
négociations entre pouvoirs publics et habitants, ou pour quatre d’entre elles une
analyse des représentations et pratiques des habitants quant au vécu du relogement
ou à celui du processus de transformation urbaine d’ensemble. Enfin, un troisième
groupe de recherches, le moins représenté, aborde l’analyse des projets devant
prendre place suite à la démolition : modèles urbanistiques à l’œuvre dans le travail
de reprise de la trame et des formes urbaines, ou encore alternatives proposées en
matière de densité. L’une de ces recherches, proposée par le cabinet de Christa Aue,
aborde les principes du renouvellement urbain en Allemagne, à travers le cas de
Leipzig. C’est la seule des recherches retenues par le jury à proposer une ouverture
internationale. Elle est l’occasion pour Christa Aue d’approfondir les éléments
rapportés dans ses précédentes études exploratoires au sujet du renouvellement
urbain en ex-Allemagne de l’Est.
Le compte rendu dressé par Philippe Méjean pointe pour terminer quelques
manques dans le panorama esquissé par l’ensemble des réponses retenues.
D’abord, si une grande majorité de recherches s’attache à l’étude de la démolition
comme politique urbaine, les liens avec les autres politiques locales (planification
territoriale, habitat, politiques foncières, etc.) ne sont guère mentionnés. Ensuite,
si les enjeux et conséquences des démolitions sur le peuplement ou sur les formes
urbaines à venir sont repérés par les travaux, aucun d’entre eux ne s’attache aux
aspects relatifs à la diversification ou à la spécialisation fonctionnelle des quartiers.
128 Cf. conseil scientifique du PUCA du 7 avril 2005. La discussion lors de la séance du 30 juin 2005 a en effet
porté sur l’intérêt d’ajouter une composante morphologique et architecturale, ainsi qu’une dimension culturelle
et patrimoniale.
129 PUCA, Renouveler et recomposer les quartiers. Présentation et bilan de la consultation, septembre 2006,
32 p. (compte rendu du jury pp.13-16).
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
Enfin, les questionnements touchant aux aspects plus techniques – et surtout
économiques – de la démolition sont absents130.
La refondation d’un programme ?
Le texte de la consultation « Renouveler et recomposer les quartiers », daté
d’août 2005, est signé de Jean-Paul Blais et fait référence à quelques travaux
exploratoires menés au préalable, dont l’étude de Christa Aue sur la démolition
ou le rapport – encore provisoire à cette date – de Sylvaine Le Garrec sur la
notion de renouvellement urbain. On peut être surpris de ce que le document
de bilan de la consultation paru en septembre 2006 mentionne l’ouvrage
de Sylvaine Le Garrec, publié entre-temps sous le titre Le renouvellement
urbain, la genèse d’une notion fourre-tout, comme « un des premiers travaux »
du programme « Le renouvellement urbain »131. Il s’avère que le lancement
de la recherche de S. Le Garrec est concomitant de la préparation par J.-P.
Blais de la consultation consacrée à la démolition. Les origines de ce travail
remontent en effet au milieu d’année 2004, par la commande d’une synthèse
bibliographique sur le renouvellement urbain, et ce afin de préparer le futur
appel d’offres de recherche132 . La précédente synthèse sur le renouvellement
urbain remontait en effet au dossier documentaire Vive la ville. Les enjeux du
renouvellement urbain, élaboré par le Centre de documentation d’urbanisme à
l’occasion du congrès de la FNAU qui s’était tenu en 1999 à Nancy. L’essor de
l’expression depuis cette date justifiait pleinement une actualisation sérieuse.
Quant au retour sur scène de la notion de rénovation urbaine depuis 2003,
il a sans doute produit un effet d’essoufflement de la dynamique antérieure
autour du renouvellement urbain. Le contexte s’avérait propice à une analyse
rétrospective, toujours nécessaire mais plus distanciée, de cette notion il est
vrai quelque peu « fourre-tout ».
Face à l’abondance du matériau prescriptif et méthodologique recueilli, la
synthèse de S. Le Garrec s’est orientée vers la reconstitution de la genèse de
cette notion, au gré des expérimentations locales ou des colloques scientifiques
en quête de label fédérateur, au fil des programmes portés par des institutions
publiques ou para-publiques, des lois récentes sur l’urbanisme, ou encore des
manuels et guides qui, s’ils n’en définissent guère le sens, permettent au moins
d’en saisir les contours évolutifs. L’auteur rappelle ainsi l’engouement suscité par
l’expression de « ville renouvelée » mise en exergue par François-Xavier Roussel
à l’occasion du schéma directeur de l’agglomération lilloise de 1996, puis sa
percolation rapide, via les réseaux de la SCET et de la CDC, dans le champ de
la politique de la ville. D’une expérience locale qui trouve son inspiration dans
l’urban regeneration britannique, censée apporter une réponse urbaine à la crise
née de la désindustrialisation, le renouvellement urbain a ainsi progressivement
glissé vers une acception plus restrictive qui vient donner un nouvel habillage à
la démolition des logements HLM. Cette inflexion notable n’exclut cependant
pas le maintien parallèle d’une acception plus large du renouvellement urbain
130 Bien qu’ils soient abordés de manière incidente dans les paragraphes du texte de la consultation concernant
les acteurs et opérateurs de la rénovation urbaine, les aspects économiques et financiers de la démolition n’ont
semble-t-il jamais constitué un domaine d’investigation prioritaire pour cette consultation (cf. présentation du
texte en conseil scientifique du 30 juin 2005).
131 PUCA, Renouveler et recomposer les quartiers. Présentation et bilan de la consultation, septembre 2006, p.1.
132 Entretien avec Sylvaine Le Garrec, avril 2008.
51
52
Le renouvellement urbain
comme recyclage quasi organique de la ville dans son ensemble, acception
qu’on retrouve dans le colloque de la FNAU de 1999 ou encore dans la loi SRU
de décembre 2000133.
Cette première généalogie, rivée aux usages évolutifs de la notion « renouvellement
urbain » du milieu des années 1990 au milieu des années 2000, se double dans
l’ouvrage d’une généalogie plus large, celle des expériences antérieures dont
le renouvellement urbain paraît s’inspirer. Aucune n’est pourtant appelée
« renouvellement urbain » ; on quitte ainsi le registre de la genèse d’une
notion pour retracer la genèse d’un ensemble de pratiques professionnelles
aux dénominations autres et aux filiations plus mouvantes. Car selon qu’on
mette l’accent sur le versant « démolition » du renouvellement urbain, ou bien à
l’inverse sur l’idée de préservation des quartiers existants couplée à leur remise
à niveau, on parcourt une bonne part des pratiques de l’intervention sur les
tissus urbains constitués depuis la Seconde Guerre mondiale : urban renewal
ou, plus tard, empowerment américains, urban regeneration britannique, Behutsame
Stadterneuerung ou « rénovation douce » allemande, rénovation urbaine française
des années 1960 et 1970, réhabilitation et premières opérations Habitat et
vie sociale, développement social des quartiers, premiers contrats de ville,
opérations « Banlieues 89 », etc.
Au terme de ce parcours, la capacité de l’expression renouvellement urbain à
condenser autant de filiations souvent jugées contraires apparaît fascinante.
Il n’était donc guère superflu d’entreprendre enfin une solide généalogie de
cette expression, qui donnait son nom à un programme du PUCA depuis
2000. En 2004, le départ d’Olivier Piron, qui avait marqué de son emprise – et
de son ouvrage – le programme en question, l’amorce de réorganisation des
départements du PUCA qui sera effective en 2005, la rapide montée en régime
d’une politique de « rénovation urbaine » qui incitait à poursuivre de vieux
débats avec des mots remis au goût du jour, comptent probablement parmi les
raisons qui ont concouru à ce qui s’apparente à une refondation du programme
« Le renouvellement urbain ». L’ouvrage de Sylvaine Le Garrec et le lancement
de la consultation « Renouveler et recomposer les quartiers » sont donc les
premiers jalons de cette réorientation.
Mixité sociale, développement durable, culture, logement et relogements… : le renouvellement urbain comme révélateur ?
Parallèlement à cette reconfiguration du programme « Le renouvellement urbain »,
la politique de rénovation urbaine a naturellement pesé sur le contenu de certaines
initiatives de recherches relevant d’autres programmes finalisés. Les programmes
« La ville pour tous » et « Se loger, habiter », en particulier, sont directement
concernés au travers de plusieurs de leurs actions.
Trajectoires résidentielles et rénovation urbaine
La politique de rénovation urbaine impulsée en 2003 a offert un contexte de
choix pour certaines actions du programme finalisé « Se loger, habiter », au sein
133 Le Garrec S., Le renouvellement urbain, la genèse d’une notion fourre-tout, Paris – La Défense, éditions du PUCA
(coll. Recherches, n°160), 2006, pp.56-73.
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
duquel sont mises en œuvre les recherches du PUCA portant sur les politiques
de l’habitat, les évolutions socio-économiques, démographiques ou encore
relatives aux modes de vie des ménages urbains. Le rapport d’activité 2005 du
PUCA mentionnait ainsi, au titre des nouveaux enjeux pour ce programme, la
« politique de rénovation urbaine engagée ces dernières années comme outil de
renouvellement des quartiers »134. Ce programme héberge en effet depuis 2003
une action de recherche nommée d’abord « Parcours résidentiels des ménages à
l’issue d’opérations de rénovation urbaine », devenue ensuite à compter de 2006
« Trajectoires résidentielles des ménages relogés lors des opérations de rénovation
urbaine ». Quatre équipes de chercheurs ont été financées dans ce cadre. Les deux
premières ont été subventionnées à partir de 2004, pour des enquêtes portant sur
des cas situés en Île-de-France pour l’une (direction : Christine Lelévrier), en
région lilloise pour l’autre (dir. : Élise Henu). Les financements 2005 ont permis
de subventionner deux autres équipes travaillant pour la première en RhôneAlpes (dir. : Christian Harzo et Catherine Foret), pour la seconde en région
PACA (dir. : Sonia Fayman et Michel Teulé)135.
Le texte de présentation de cette action, succinct dans les rapports d’activité
2003 à 2005, mentionnait la volonté d’approfondir différentes pistes au sein du
programme « Se loger, habiter », en particulier en analysant « dans le cadre de la
politique de rénovation urbaine, les processus à l’œuvre concernant notamment
les trajectoires résidentielles, l’évolution du peuplement des quartiers ainsi que
les rapports de cohabitation et de voisinage »136. La problématique de cette action
se précise dans la mouture 2006, puisque le texte de présentation commence par
rappeler que « la politique de rénovation urbaine issue de la loi d’orientation et de
programmation pour la ville et la rénovation urbaine du 1er août 2003 poursuit
l’objectif de briser la concentration de la pauvreté dans les quartiers en zone
urbaine sensible. Cette recherche de mixité sociale s’appuie sur la démolition de
logements et leur remplacement partiel par un habitat censé attirer des catégories
plus aisées »137. Dans ce contexte, les quatre recherches financées « visent d’une
part à prendre en compte l’ensemble des mobilités et pas seulement les relogements
aidés, d’autre part à apprécier les changements socio-résidentiels que ces mobilités
entraînent pour les ménages »138.
Cette formulation plus précise – et sans doute plus critique – qui émerge en
2006-2007 est probablement à rapprocher des premiers résultats de l’enquête
francilienne dirigée par Ch. Lelévrier. Celle-ci a mis en évidence une tendance
à la relocalisation des ménages dans des secteurs spatialement ou socialement
« proches » (à proximité ou bien dans une autre ZUS) et, de fait, à la re-concentration
des ménages les plus pauvres. Les dynamiques de peuplement qui se dessinent
vont dès lors à l’encontre des objectifs de mixité sociale, ou de rééquilibrage des
134 PUCA, Rapport d’activité 2005, p.22.
135 Les enquêtes concernent : La Courneuve, Orly et Clichy-Montfermeil pour l’Île-de-France ; la résidence
Marcel-Bertrand et la cité PSR de la rue de Cannes à Lille ; les quartiers de la Duchère à Lyon, de La Monnaie
à Romans, Teisseire à Grenoble et la Muraille de Chine à Saint-Étienne – Montchovet (pour la région RhôneAlpes) ; enfin, pour la région PACA, les quartiers La Savine et Font-Vert à Marseille, Montclar à Avignon, Bertin
à La Seyne-sur-Mer et l’Ariane à Nice.
136 PUCA, Rapport d’activité 2004, p.22.
137 PUCA, Rapport d’activité 2006, p.27.
138 Idem.
53
54
Le renouvellement urbain
populations à l’échelle des agglomérations, affichés dans les politiques nationales139.
Ces enquêtes montrent également que la notion de « parcours résidentiels positifs »
mise en avant par les bailleurs et pouvoirs publics se heurte au fait que les mobilités
liées aux rénovations sont vécues de manière très différenciée selon les trajectoires
antérieures et les caractéristiques sociales des ménages concernés : opportunité
pour les uns ou bien mobilité « subie » pour les autres, la mobilité peut aussi avoir
des effets de déstabilisation, voire d’exclusion, pour les ménages les plus précaires.
Voilà qui explique sans doute qu’on ait cherché, dans le nom même donné à cette
action après 2006, à se démarquer de l’idée gestionnaire de « parcours résidentiels »
pour préférer celle de « trajectoires résidentielles »140.
Le GIS Socio-économie de l’habitat et le renouvellement urbain : sciences de
l’environnement, sciences pour l’ingénieur ou sciences sociales ?
C’est au sein du programme finalisé « Se loger, habiter » que sont également assurés
le suivi et l’animation des travaux du GIS Socio-économie de l’habitat. Il n’est guère
aisé de retrouver la trace des programmes successifs des activités et ateliers du GIS
depuis les années 2000. On peut toutefois noter qu’au cours des quatre dernières
années, le thème du renouvellement urbain a été investi de deux manières : en
s’attachant aux aspects environnementaux du renouvellement urbain d’une part, en
proposant un regard comparatif et historique sur la rénovation urbaine des années
1960 et celle des années 2000 d’autre part.
Tout d’abord, un atelier consacré au thème « Techniques durables pour le
renouvellement urbain »141 a été mis au point courant 2004, avec pour animateur
Taoufik Souami. Les origines de cet atelier semblent remonter au programme
2003-2005 du GIS. Il était alors inscrit dans un axe du programme de travail
du GIS consacré à la gestion urbaine. Son objectif affiché était « d’identifier et
analyser les innovations et “bricolages” mis en place par des professionnels de
l’habitat et de la ville pour mettre en œuvre des politiques de renouvellement
urbain et de développement durable »142. Plusieurs séances de séminaires ont été
animées dans ce cadre en 2004-2005. La première, organisée en septembre 2004,
a confronté diverses approches européennes de la gestion urbaine et sociale. Une
autre, en 2005, a permis d’aborder le thème des techniques durables au service
du renouvellement urbain, la séance suivante ayant investi le cas d’un projet
urbain emblématique, Paris – Rive gauche143. Le programme 2006-2007 du GIS
a prolongé cet atelier consacré aux aspects techniques et environnementaux du
développement durable, en le rattachant cette fois à l’axe « Analyse et évaluation
139 Christine Lelévrier a ensuite pu mettre ces résultats à l’épreuve d’autres terrains : aux travaux faits pour le
compte du PUCA s’ajoutent deux autres séries, financées pour l’une par la DREIF sur d’autres sites franciliens,
pour l’autre par la DIV sur Orléans, Cherbourg, Épinal. Ces travaux se sont achevés en 2007. Christine Lelévrier
en a effectué une synthèse : Lelévrier Ch., Mobilités et trajectoires résidentielles des ménages relogés lors d’opérations de
renouvellement urbain. Synthèse de travaux menés entre 2004 et 2007, rapport PUCA / DIV / DREIF, mars 2008,
40 p. + annexes (voir en particulier pp.37-40).
140 Christine Lelévrier fait partie du petit nombre de chercheurs qui avaient été associés à la seconde étude
exploratoire de Christa Aue sur la démolition ; c’est probablement à elle que l’on doit la piste sur les parcours
résidentiels mentionnée par le rapport final de cette étude (cf. supra p.46 et note 121 p.46).
141 Devenu par la suite « Techniques d’intervention pour le renouvellement urbain et le développement durable ».
142 PUCA, Rapport d’activité, 2004, p.27.
143 PUCA, Rapport d’activité, 2005, p.9 et p.89.
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
des politiques publiques »144. La présentation de cette deuxième mouture a
infléchi son propos, puisqu’il était désormais question d’explorer l’hypothèse
selon laquelle « les quartiers en renouvellement urbain ne sont pas uniquement
producteurs d’externalités négatives mais comportent des ressources propres »145,
et d’envisager ainsi le renouvellement urbain comme un contexte privilégié
d’expérimentations. Cette deuxième mouture de l’atelier a connu un temps fort par
l’organisation en mai 2006 d’un colloque international de deux jours. Les sciences
de l’environnement et les sciences de l’ingénieur y étaient prédominantes, une
large majorité de contributions ayant porté sur l’exposé des enjeux climatiques de
l’habitat, sur la définition et l’échelle d’appréhension du « métabolisme urbain »,
ou encore sur les diverses méthodes d’analyse environnementale (empreinte
écologique, quantification du CO2 et bilans carbone, analyse des divers flux, etc.).
Ces divers thèmes ont été ensuite approfondis au cours d’une série complémentaire
d’ateliers organisés fin 2006 et courant 2007146. D’une certaine manière, l’atelier
« Techniques d’intervention pour le renouvellement urbain et le développement
durable » prolonge les questionnements expérimentaux de « RUE 2000 ». Le fait
qu’on retrouve comme animateur de cet atelier celui qui avait dressé le bilan des
expérimentations « RUE 2000 » n’y est sans doute pas étranger. Il reste qu’à l’heure
de la promotion des « quartiers durables », la mise au point puis l’appropriation,
dans le cadre d’une démarche de renouvellement urbain, de méthodes d’analyse
issues pour une large part de l’expérience de la construction neuve, demeure un
enjeu de taille.
C’est ensuite à l’occasion d’un journée récente (1er février 2007) que le GIS a investi
un aspect plus circonscrit du renouvellement urbain, et sous un angle laissant
davantage de place aux sciences sociales. Intitulée « Regards croisés sur la rénovation
urbaine 1960-2000 », cette journée a proposé de confronter les deux « grandes »
périodes de la rénovation urbaine. Le programme faisait dialoguer des exemples
de recherches ayant porté sur la première période de la rénovation urbaine, tout en
tâchant de re-préciser les éléments du contexte scientifique et urbain d’alors, et des
travaux plus récents sur la rénovation urbaine contemporaine. Le fil directeur de
la journée était l’étude des interactions entre cette forme particulière d’intervention
publique (avec ses différences, mais aussi ses permanences, dans ses référentiels et
ses modalités de mise en oeuvre) et les dynamiques sociales et résidentielles des
populations concernées. Animés par Marie-Hélène Bacqué et Christine Lelévrier,
les échanges ont permis d’interroger tant la question des effets de l’action publique
sur les dynamiques sociales et le peuplement que celle des modèles, concepts et
méthodes permettant de rendre compte de ces interactions147.
Ces trois actions, sur les trajectoires résidentielles liées aux relogements, sur le
développement durable dans le renouvellement urbain et sur les interfaces entre
rénovation urbaine et dynamiques sociales, témoignent de la manière dont le
programme finalisé « Se loger, habiter » a été comme « travaillé » par la mise en
144 Outre celui-ci, le programme de travail du GIS pour les années 2006-2007 comprenait deux autres
axes : « Marchés du logement et systèmes d’habitat » et « Mutations des comportements résidentiels et des espaces
urbains ».
145 PUCA, Rapport d’activité, 2006, p.25.
146 Cf. Tutin Ch. (dir.), Actions d’animation scientifique du GIS socio-économie de l’habitat pour les années
2006-2007. Rapport final, PUCA, décembre 2007, 108 p. (en particulier les pp.46-56).
147 Tutin Ch. (dir.), Actions d’animation scientifique du GIS socio-économie de l’habitat pour les années 20062007, op.cit., p.38 et volume 2 des annexes pour le compte rendu détaillé de cette journée.
55
56
Le renouvellement urbain
place du programme national de rénovation urbaine. Contexte d’expérimentation
pour de nouvelles techniques et démarches au service du développement durable, ou
analyseur de transformations sociales plus profondes, le thème du renouvellement
urbain apparaît aussi dans le dernier atelier du GIS comme un objet de recherche
en soi qu’il convient de revisiter à l’aune des expériences antérieures.
Entre contexte pour la connaissance et objet de connaissance, le programme
finalisé « La ville pour tous » s’inscrit plus nettement dans la première des deux
optiques lorsqu’il appréhende à son tour le renouvellement urbain. Il le fait d’abord
via la consultation de recherches « Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? »,
puis par le biais d’un récent séminaire consacré aux « Enjeux de culture du
renouvellement urbain ».
Renouveler l’urbain au nom de la mixité ?
« Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? » est l’intitulé d’une consultation de
recherches lancée en avril 2005, trois mois avant « Renouveler et recomposer les
quartiers ». Le lancement quasi concomitant de ces deux consultations aux thèmes
très proches a de quoi surprendre. Sans s’étendre ici sur ce point, notons que la
proximité que les intitulés suggèrent cache des orientations générales différentes.
La consultation « Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? » vise en effet à
approfondir le thème du renouvellement urbain sous le prisme de la mixité sociale,
c’est-à-dire à interroger le principe même de mixité sociale comme argument (ou
maître-mot) des politiques de rénovation urbaine, et à analyser les conséquences de
cette politique à l’aune des recompositions sociales qu’elle induit.
Cette orientation spécifique tient au fait que cette consultation s’inscrit dans le
programme finalisé « La ville pour tous », et en particulier dans la continuité du
séminaire « Diversité sociale, ségrégation urbaine, mixité » qui a pris place en
2004-2005. Ce séminaire, auquel il est fait référence dans le texte introductif de
la consultation « Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? », trouve ses origines
dans une demande adressée en 2001 au PUCA par Marie-Noëlle Lienemann, alors
secrétaire d’État au Logement. Suite à la promulgation de la loi SRU, qui réactivait
le principe de diversité de l’habitat et d’obligation de construction de logements
sociaux, la secrétaire d’État au Logement s’est tournée vers le PUCA afin que
soient mis au point des indicateurs de mixité sociale censés guider les politiques
nationales. Le conseil scientifique du PUCA, saisi de cette demande, a dans un
premier temps argumenté sur les limites d’une telle initiative148 puis a préconisé
début 2002 le lancement d’actions de recherche sur les questions de cohabitation
des groupes sociaux, de diversité sociale, de polarisation ou de ségrégation
urbaine, en y intégrant les recherches déjà menées, pour partie à l’initiative du
PUCA d’ailleurs149. Après l’organisation d’une journée scientifique sur la diversité
sociale et la ségrégation urbaine (15 mai 2002), la conception d’un séminaire sur ce
thème a été prise en charge par Évelyne Perrin (pour le PUCA) et Marie-Christine
Jaillet. Le programme de travail en a été mis au point en 2003150, neuf séances se
148 Cf. le compte rendu de la séance du 3 juillet 2001, au cours de laquelle plusieurs doutes se sont exprimés sur la
pertinence de tels indicateurs : quelles perspectives politiques sont-ils censés servir ? quelles échelles territoriales
viser ? les dynamiques à l’œuvre ne sont-elles pas plus importantes que les états des lieux ? n’est-il pas préférable
de parler de « diversité sociale » ? etc.
149 Compte rendu du conseil scientifique du PUCA du 12 février 2002.
150 Cf. compte rendu du conseil scientifique du 11 décembre 2003.
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
sont tenues entre janvier 2004 et janvier 2005. Elles ont permis de rassembler les
chercheurs de toutes disciplines intéressés par ces questions, pour établir un état
des lieux des savoirs disponibles et inventorier de nouvelles pistes de recherche151.
La consultation « Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? » affiche aussi un
autre héritage scientifique, celui du séminaire « La ville à trois vitesses » animé
par Jacques Donzelot et Marie-Christine Jaillet. Également centrés sur les grandes
tendances d’évolution du peuplement des espaces urbains et les dynamiques sociales
qui en résultent, les travaux de ce second séminaire ont proposé une analyse de
ces tendances suivant trois registres, qui portent à la fois sur des territoires et des
processus sociaux distincts : la périurbanisation ; la gentrification, ou reconquête
des quartiers anciens par les catégories plus aisées ; la relégation, enfin, de certains
ensembles d’habitat social périphériques152.
À l’image du titre de la consultation (« … au nom de la mixité ? »), les premières
lignes du texte se montrent critiques vis-à-vis de la notion de mixité. L’introduction
souligne en effet que le principe de mixité sociale sert fréquemment de justification
au renouvellement urbain et, en particulier, aux opérations de rénovation urbaine
issues de la loi Borloo. Depuis la loi SRU, le changement est manifeste : la mixité
sociale n’est plus seulement invoquée pour justifier la construction de logements
sociaux dans les communes les moins loties en la matière, mais aussi désormais
pour soutenir des projets visant à détruire une partie du parc social en périphérie.
L’objectif principal de cette consultation est alors « d’interroger au regard du
principe de mixité sociale les politiques de renouvellement urbain mises en
œuvre »153, étant entendu qu’il semble alors possible de justifier ou de dénoncer, au
nom de ce même principe, la plupart des pratiques du renouvellement urbain. Le
premier axe de questionnement proposait alors d’examiner les tendances lourdes
du peuplement urbain depuis une trentaine d’années ; le second axe invitait à
questionner les politiques de renouvellement urbain sous le prisme de la mixité, de
façon à « atteindre autant que possible la vérité des pratiques par delà le fétichisme
des mots »154.
Le premier axe de la consultation peut donc se résumer de la sorte : quelle est la
consistance actuelle de cette notion de mixité sociale, et comment permet-elle
de décrire l’évolution contemporaine du peuplement urbain ? Il entendait ainsi
reposer la question de la diversité sociale en invitant les équipes à s’attacher aux
échelles d’analyse, aux outils de mesure quantitative et aux catégories statistiques,
aux aspects qualitatifs également des situations concrètes d’interaction sociale.
Le deuxième axe proposait ensuite de s’attacher aux politiques de renouvellement
urbain se réclamant de ce principe de mixité sociale, à étudier leurs modalités de
mise en œuvre et les effets qui en découlent. Plusieurs entrées plus précises étaient
alors suggérées. Le texte invitait d’abord à examiner les registres de mobilisation
du principe de mixité sociale dans le renouvellement urbain, en n’en restant pas à
la dimension idéologique de la notion mais en tâchant de la décrypter « en actes »,
151 Les travaux de ce séminaire ont été publiés tardivement, au printemps 2008 : Jaillet Marie-Christine, Perrin
Évelyne, Ménard François (sous la dir. de), Diversité sociale, ségrégation urbaine, mixité, Paris, PUCA, coll. Recherches
n°180, 2008, 339 p.
152 Cf. Donzelot J., « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation, gentrification », Esprit, n°3-4, marsavril 2004, pp.14-39.
153 PUCA, Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? Bilan de l’appel à propositions de recherche, mai 2006, 64 p., cit. p.5.
154 Id., p.59 (1re page du texte original de la consultation).
57
58
Le renouvellement urbain
via les représentations mobilisées par les acteurs autant que par les dispositifs
concrets qui visent à lui donner une consistance. Il appelait aussi à des recherches
comparatives, au sein du territoire national ou à l’échelle européenne, avec une
attention particulière aux processus d’élaboration des projets, aux systèmes d’acteurs
et aux modalités de consultation des habitants. Il proposait enfin d’interroger les
effets économiques et sociaux du renouvellement urbain, sur le patrimoine bâti, sur
la composition sociale, sur les pratiques sociales, ou encore sur la diversification ou
la spécialisation économique de certains quartiers.
Au terme de cette consultation lancée en avril 2005, le jury réuni en septembre a
retenu 13 recherches parmi les 25 reçues155. Le bilan de cet appel à propositions
qui a été dressé en mai 2006 classe les thèmes abordés par les recherches
retenues suivant six rubriques (par ordre d’importance) : les tendances lourdes
de l’évolution du peuplement urbain, les interactions entre classes sociales ou
interethniques dans la fréquentation des espaces et équipements publics, la
mobilisation du principe de mixité par les acteurs, les référentiels d’action et
les systèmes d’acteurs des politiques de renouvellement urbain, les effets des
politiques de renouvellement urbain, et enfin les relations entre mixité sociale et
mixité fonctionnelle156.
Quelque deux ans après ce premier bilan « à chaud », suite à l’évolution normale
des problématiques et à la formalisation des premiers résultats des recherches
abouties, le panorama qu’elles esquissent peut s’appréhender suivant quatre
tendances principales : une première, fortement représentée, qui porte sur les
usages de la notion de mixité sociale dans l’action publique ; une deuxième
constituée des recherches offrant une comparaison internationale ; une autre
plus attentive aux systèmes et stratégies des acteurs, décideurs et opérateurs ;
une dernière enfin offrant une analyse des recompositions sociales produites
par les politiques de renouvellement urbain157. Deux autres recherches ont été
rattachées après coup à cette consultation, portant à quinze le nombre de travaux
attendus. L’une, qui a démarré en décembre 2005, porte sur les dispositifs de
participation citoyenne dans une opération de renouvellement urbain sur la
rue de la République à Marseille. Elle vient d’une initiative menée au sein du
programme « La ville pour tous » en 2005, qui avait pour objectif de soutenir des
« expérimentations urbaines » associant des chercheurs à la conduite de projets158.
L’autre recherche propose une analyse comparative sur le thème de la mobilité
et de la ségrégation sociale dans les villes européennes, à travers l’analyse des
stratégies des cadres supérieurs159.
Les enjeux de culture du renouvellement urbain
On trouve au sein du même programme finalisé (« La ville pour tous ») une action
qui éclaire sous un jour très différent le thème du renouvellement urbain. C’est
155 Douze de ces recherches sont financées par le PUCA ; une est financée en totalité par la DIV.
156 PUCA, Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? Bilan de l’appel à propositions de recherche, mai 2006, pp.6-7.
157 Entretien avec François Ménard (responsable du suivi de cette consultation), avril 2008.
158 Ce dispositif de recherche-action sur le renouvellement urbain dans le centre de Marseille regroupe, au sein
d’une association (Transverscités), des habitants et des chercheurs en sciences sociales (laboratoire LAMES,
CNRS).
159 Cette seconde recherche, dirigée par Patrick Le Galès, avait été initialement sélectionnée dans le cadre d’un
programme transversal du PUCA relatif à la recherche prospective en Europe.
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
en effet tout récemment qu’a été initié un séminaire sur le thème des « enjeux de
culture du renouvellement urbain », marquant la concrétisation d’une idée plus
ancienne qui était esquissée depuis 2004-2005160. Ce séminaire fait suite à l’action
« Cultures urbaines et espaces publics » lancée par le PUCA en 2000-2001161. Trois
séances ont été à ce jour organisées et retranscrites : en octobre 2007 (« Les enjeux
de culture du renouvellement urbain contemporain au regard de l’histoire »), en
décembre 2007 (« La culture comme levier d’attractivité, les rôles dévolus à la
créativité dans le renouvellement urbain ») et en février 2008 (« La pensée de la
diversité dans le renouvellement urbain : masque, espoir ou règle, les conditions de
réalité de la ville cosmopolite »).
L’argument principal de ce cycle tient dans l’idée que la culture, entendue à la fois
dans sa composante artistique, comme système de valeurs et comme ensemble
de pratiques, constitue une entrée pertinente pour penser les mutations urbaines
contemporaines. Quels liens se tissent ainsi entre les politiques urbaines actuelles,
les pratiques artistiques et créatives en essor sous des formes variées, et les formes
de sociabilité qui se nouent autour de ces nouvelles pratiques ? L’originalité de ce
séminaire ne réside pas tant dans le fait de poser ces questions, qui traversaient déjà
l’ensemble des initiatives du programme « Cultures, villes et dynamiques sociales »,
mais de les poser dans le contexte particulier du renouvellement urbain. En d’autres
termes, on pourrait considérer que ce séminaire a tâché de placer les acquis d’une
réflexion de longue haleine sur les liens entre culture(s) et dynamiques urbaines « à
l’épreuve » du renouvellement urbain.
Pour plusieurs raisons, cette perspective n’est pas sans intérêt à condition
d’entendre le renouvellement urbain dans son acception la plus large, d’admettre
la polysémie de la notion (cf. l’ouvrage de Sylvaine Le Garrec) comme la diversité
des pratiques qui s’en réclament (cf. Marc Bonneville et les « ambiguïtés du
renouvellement urbain ») : intervention massive et de longue haleine, à la
manière de l’urban regeneration britannique, sur les quartiers anciens centraux
ou péri-centraux des villes ; acception plus restrictive aux territoires de
prédilection de la politique de la ville et de la rénovation urbaine post-2003 ;
recyclage plus « ordinaire » des espaces urbains, enfin, c’est-à-dire sans recours
à une intervention forte des pouvoirs publics. La première acception permet
d’interroger les récentes formes d’expression artistique et les initiatives culturelles
qui ont investi les friches et les traces d’une ville industrielle aujourd’hui en déclin.
La deuxième renvoie aux inflexions de la politique de la ville, et notamment à
l’essor d’une politique de rénovation urbaine qui remet sur le devant de la scène
le traitement spatial des quartiers défavorisés au détriment de l’action sociale et
culturelle. Elle permet aussi de questionner le délitement d’une conception de la
culture comme facteur de cohésion sociale dans les quartiers de la politique de la
ville, tandis que s’accroît en d’autres lieux la fétichisation de l’équipement culturel
160 Cf. PUCA, Rapport d’activité, 2004 (p.13, 15), 2005 (p.17) et 2006 (p.15).
161 Cette action du PUCA s’inscrit dans le cadre du programme interministériel « Cultures, villes et dynamiques
sociales » engagé en 2000, qui s’inscrit dans le droit fil d’initiatives plus anciennes du Plan urbain sur le thème
des espaces publics (années 1980) et du ministère de la Culture sur le thème « Cultures en villes ». L’ouvrage de
synthèse des 26 recherches financées dans le cadre de ce dernier volet a été publié en 2005 : Bruston A. (dir.), Des
cultures et des villes, mémoires au futur, La Tour d’Aigues, éd. de l’Aube, 2005, 347 p. Ces travaux ont fait l’objet d’un
colloque organisé les 21 et 22 mars 2006 au MAC/VAL (Vitry-sur-Seine).
Cf. http://www4.culture.gouv.fr/actions/recherche/culturesenville/fr.
59
60
Le renouvellement urbain
comme marqueur d’attractivité à destination des couches supérieures162 . Rappeler
enfin la troisième acception, plus banale, du renouvellement urbain, incite à
interroger la banalisation des injonctions qui sont faites aux professionnels de
l’urbain, et à les mettre à l’épreuve des territoires et des populations auxquels
elles s’adressent : comme la diversité ou la mixité sociales, le multiculturalisme
ou le cosmopolitisme fonctionnent comme emblèmes récurrents alors qu’ils n’ont
jamais la même teneur selon qu’ils visent les classes populaires, a fortiori celles
issues de l’immigration, ou bien les catégories supérieures.
Mais si la souplesse même de la notion de renouvellement urbain permet un
large questionnement, elle peut aussi s’avérer restrictive. Pourquoi réduire le
fait urbain, ou encore la production urbaine, aux figures – même plurielles –
du renouvellement urbain ? Les débats des trois séminaires sont traversés par
ce doute. Syntagme commode car rassembleur d’initiatives et de points de vue
diversifiés, le renouvellement urbain porte avec lui une ambivalence irrésolue.
Il apparaît pour les uns comme un ensemble de pratiques plus ou moins
labellisées qui, si elles ont leurs territoires de prédilection, n’épuisent pas la
totalité des formes de production urbaine. Il est, pour d’autres, bien autre chose
qu’une pratique urbanistique avec sa géographie prioritaire et ses principes : le
renouvellement urbain serait aussi une manière (souhaitable ?) d’envisager plus
généralement le fait urbain163.
Pour certains de ses initiateurs, ce séminaire reposerait ainsi sur la volonté
d’interroger le renouvellement urbain en tant que révélateur, ou « condensateur »,
de pratiques sociales, culturelles et professionnelles164. Mais dans quelle mesure le
renouvellement urbain ne serait-il pas également un outil d’imposition de nouvelles
normes culturelles et sociales, lorsqu’il se fait par exemple « rénovation urbaine »
dans les périphéries ou lorsque, dans les centres des agglomérations, il contribue à
façonner de nouveaux espaces de consommation pour les élites métropolitaines ?
Bien qu’il emprunte des chemins différents, le renouvellement urbain ne renvoiet-il pas toujours, plus ou moins explicitement, au désir de voir les endroits qu’il
vient reconquérir appropriés par les classes moyennes ou supérieures ? Ainsi, si
l’association de « renouvellement urbain » et de « culture » qui est au cœur de
ce séminaire paraît féconde, elle paraît donner lieu à une grande diversité de
combinatoires selon qu’on choisisse l’un des deux phénomènes comme analyseur
de l’autre. Jusqu’à interroger par exemple la nature des changements culturels (ou
sur des continuités culturelles, d’ailleurs) que révèle cette pensée du renouvellement
urbain, du nécessaire « recyclage » de la ville, qui s’est fait jour de manière
concomitante dans différents pays d’Europe165 ?
Confusions et convergence
Depuis 2004, la démultiplication des actions du PUCA qui tendent à faire
du renouvellement urbain un contexte ou un analyseur de questions sociales
162 Cf. sur ces points l’introduction de François Ménard au colloque Cultures en ville. Désirs de ville et construction de soi (MAC/VAL, 21 mars 2006) et la deuxième séance du séminaire « Les enjeux de culture du renouvellement urbain » (PUCA, 6 décembre 2007).
163 Cf. l’exposé introductif de Michelle Sustrac et les débats de la première séance (PUCA, 25 octobre 2007).
164 Id.
165 Cf. les remarques de F. Ménard lors des débats du séminaire du 25 octobre 2007. La synthèse des six séances
de ce cycle de séminaires a été publiée par le PUCA en septembre 2008.
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
particulières, investies dans le cadre de divers programmes, mérite qu’on s’y attarde.
D’autant qu’en parallèle, le programme finalisé « Le renouvellement urbain » a
connu une réorientation qui a conduit à laisser de côté les anciennes préoccupations
techniques ou opératoires et à cibler la démolition, dans sa doctrine, dans sa
pratique urbanistique ou dans ses conséquences sociales et architecturales, comme
objet de recherche.
La consultation « Renouveler et recomposer les quartiers », qui incarne ce virage, a
été mise au point au moment même où l’appel d’offres « Renouveler l’urbain au nom
de la mixité ? » voyait le jour au sein du programme finalisé « La ville pour tous ».
Toujours en milieu d’année 2005, le programme « Se loger, habiter » avait déjà
permis le lancement de quatre recherches portant sur les trajectoires résidentielles
des ménages relogés dans le cadre d’opérations de rénovation urbaine. Depuis
l’instauration du programme national de rénovation urbaine en 2003, c’est donc
une impression de foisonnement qui domine parmi les diverses actions du PUCA
qui ont choisi de se consacrer au renouvellement urbain ou à la rénovation urbaine.
On trouve parmi ces actions deux postures principales : un premier groupe cible la
pratique de la rénovation urbaine, ses attendus politiques et ses conséquences166 ; un
second groupe préfère conserver une approche plus large des mutations urbaines
(cf. le choix plus fréquent d’afficher l’expression « renouvellement urbain ») qui
permette d’aborder à l’occasion – sans pour autant s’y restreindre – l’action sur les
ensembles périphériques de logements sociaux167.
En ce qui concerne les deux actions principales de cette dernière période, à
savoir les deux consultations de recherche, aucun des débats qui se sont tenus
en conseil scientifique avant leur lancement ne témoigne d’une quelconque
volonté de les réunir ou de les réajuster. Tout au plus a-t-il été suggéré de clarifier
l’expression « renouvellement urbain » mise en avant dans les premières lignes
de la consultation « Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? », afin notamment
« d’éviter la confusion avec la rénovation urbaine »168, objet justement de la seconde
consultation. Sans doute importait-il alors que le PUCA se saisisse de la rénovation
urbaine et annonce un ou plusieurs axes de travail sur ce thème169, quitte à courir
le risque de la redondance ou d’une certaine confusion.
On trouve dans les deux consultations une volonté commune d’interroger les
principes, référentiels et conditions de mise en œuvre d’une politique en plein
essor : de manière certes incidente et non exclusive dans « Renouveler l’urbain au
nom de la mixité ? », qui n’entend pas réduire ses terrains d’investigation aux seuls
quartiers d’habitat social et à la rénovation urbaine ; de manière centrale dans le
cas de « Renouveler et recomposer les quartiers ». La première se distingue par son
166 C’est le cas de « Renouveler et recomposer les quartiers », « Trajectoires résidentielles des ménages relogés
lors des opérations de rénovation urbaine », « Regards croisés sur la rénovation urbaine 1960-2000 ».
167 Entreraient dans cette seconde catégorie : « Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? », l’ouvrage de S. Le
Garrec consacré à la genèse de la notion de renouvellement urbain, l’atelier du GIS relatif aux techniques pour
le renouvellement urbain et le développement durable, ou encore les récents ateliers portant sur les enjeux de
culture du renouvellement urbain.
168 Cf. les échanges en conseil scientifique du PUCA du 7 avril 2005.
169 Cf. les préconisations de la mission d’inspection du Conseil général des Ponts et chaussées, qui se déroule
entre l’été 2004 et l’été 2005, qui plaident pour une implication active du PUCA sur la question de la rénovation
urbaine (CGPC, Analyses et contributions pour les orientations pluriannuelles du PUCA 2006-2010, rapport
n° 2004-0152-01, décembre 2005, tome 1, p.11).
61
62
Le renouvellement urbain
incitation (qui s’avère réussie) à une ouverture comparative et internationale170 ;
la seconde par un important volet consacré à la démolition du point de vue
des habitants concernés, ou encore par une dimension qui interroge l’évolution
historique de la pratique des démolitions ou ses conséquences morphologiques.
Vues « de l’intérieur », c’est-à-dire du point de vue de ceux qui les ont produites
ou qui en ont accompagné la genèse, les différences entre les deux consultations
apparaissaient probablement plus nettes, et pour d’autres raisons. On l’a vu,
ces consultations ne s’inscrivent pas dans les mêmes filiations face aux travaux
antérieurs du PUCA. L’une entend conserver le cap d’un ambitieux chantier
intellectuel sur le thème de la mixité sociale171, quand l’autre vise à interroger la
démolition comme pratique et comme levier de l’action urbaine. La première
bénéficie de l’encadrement et, sans doute, du « parrainage » scientifique de MarieChristine Jaillet et de Jacques Donzelot, quand la seconde repose sur l’implication
d’un chargé de projets du PUCA, Jean-Paul Blais. La première entend faire
fructifier les acquis d’un programme finalisé, en les mettant à l’épreuve d’un
contexte que l’actualité d’alors rend quasi inévitable. La seconde s’inscrit plutôt dans
ce qui s’apparente à une refondation du programme finalisé « Le renouvellement
urbain » dont les acquis antérieurs, au-delà de l’ouvrage d’Olivier Piron, se situaient
plutôt du côté de l’expérimentation technique ou de la recommandation opératoire
et n’avaient en tout cas pas permis de mobiliser le regard des sciences sociales172.
Au bout du compte, sur la trentaine de recherches à avoir été financées dans le
cadre de ces deux consultations ou de l’action « Trajectoires résidentielles… », les
recoupements sont fréquents. Un même terrain d’enquête peut se voir ainsi investi
par des équipes différentes, n’ayant pas les mêmes interlocuteurs au sein du PUCA.
Certains chercheurs ou bureaux d’étude ont à l’inverse pu bénéficier de deux
contrats distincts car relevant de deux de ces trois actions, pour des enquêtes aux
problématiques différentes mais conduites sur un même terrain.
En octobre 2006, la toute première édition des rencontres « Ville et recherche
urbaine »173 a permis la valorisation d’une partie de ces travaux dans un cadre
commun, en conviant une petite poignée de chercheurs impliqués dans l’une
ou l’autre de ces trois principales actions du PUCA. Organisées à Rouen sous
le patronage de Pierre Albertini, alors maire de la ville et président du conseil
d’orientation du PUCA, ces deux journées de rencontre ont été consacrées au
170 Quatre des recherches financées dans le cadre de « Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? » proposent
cette ouverture comparative internationale : soit entre des agglomérations françaises et étrangères (agglomérations de Florence et de Gênes en Italie, Sheffield en Grande-Bretagne, diverses communes du Danemark), soit
au travers d’une étude comparée de politiques de renouvellement urbain (Pays-Bas/Royaume-Uni).
171 Encore que l’évolution des priorités politiques et législatives semble avoir quelque peu pesé sur la manière
d’envisager la question de la mixité sociale. En réponse à une demande politique d’« indicateurs de mixité », le
séminaire « Diversité sociale, ségrégation urbaine, mixité » avait abordé les multiples facettes de cette notion :
consistance juridique, intérêt et limites pour l’analyse du peuplement, déclinaison possible pour une étude des
modes de cohabitation dans l’espace urbain, étude du couple ségrégation/mixité, etc. « Renouveler l’urbain au
nom de la mixité ? » ré-introduit un regard critique à l’égard d’une « mixité sociale » appréhendée surtout comme
injonction politique, ou comme justification de dispositifs administratifs et techniques dans le cadre de la rénovation urbaine.
172 Ainsi, H. Bernard et S. Le Garrec, dont les ouvrages seront publiés au même moment (début 2006), ne se sont
pas rencontrées au cours de la mise au point de leurs rapports. Pourtant, au moment où S. Le Garrec entame son
enquête sur la notion de renouvellement urbain, H. Bernard remet au PUCA son rapport sur la participation des
habitants à Berlin (septembre 2004). Le contexte de commande de ces deux travaux, de même que leurs modalités de suivi au sein du PUCA, sont clairement séparés (entretien avec S. Le Garrec, avril 2008).
173 Auparavant connues sous le nom « Deux jours du PUCA ».
Les ambiguïtés du renouvellement urbain
thème du renouvellement urbain174. Conçues comme un moment d’échange et
d’interpellation réciproque entre chercheurs et décideurs urbains, ces rencontres
ont abordé le renouvellement urbain suivant quatre entrées : la recomposition
urbaine, l’implication des habitants, le rôle des opérateurs privés, l’innovation
architecturale. C’est sur les deux thèmes centraux (habitants, opérateurs privés),
ainsi que lors d’une séance introductive visant à dresser un premier état des
lieux des apports de la recherche urbaine, que le PUCA a pu valoriser les travaux
conduits sur ce thème du renouvellement urbain175. Un an après le lancement de
« Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? » et neuf mois seulement après celui de
« Renouveler et recomposer les quartiers », le choix du thème du renouvellement
urbain pour cette première édition de la formule des rencontres « Ville et recherche
urbaine » répondait sans doute au souci de donner un signe fort, à l’attention du
monde opérationnel et de la communauté scientifique, quant au positionnement du
PUCA sur le thème du renouvellement urbain. Tout récemment, au printemps 2008,
les recherches financées dans le cadre de l’action « Trajectoires résidentielles… »
ont été présentées et mises en débat avec le concours des responsables des deux
consultations « Renouveler et recomposer les quartiers » et « Renouveler l’urbain
au nom de la mixité ? » 176.
Alors que les dernières recherches inscrites dans ces deux consultations sont sur
le point d’aboutir, cette initiative témoigne d’un souci bienvenu de valorisation
commune de l’ensemble des résultats que les actions du PUCA sur la rénovation
urbaine ou le renouvellement urbain auront permis de dégager. D’ailleurs, le
nouveau programme finalisé « Le renouveau urbain » mis au point pour les
orientations 2007-2012 du PUCA, s’appuie notamment sur les travaux issus des
deux consultations « Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? » et « Renouveler
et recomposer les quartiers », de l’action « Trajectoires résidentielles des ménages
relogés dans les opérations de renouvellement urbain » ou encore du séminaire
consacré aux « Enjeux de culture du renouvellement urbain »177. Si le renouvellement
urbain reste ici un contexte de choix pour ce programme à l’intitulé quelque
peu trompeur, c’est bien sa contribution à agir sur la cohésion et les inégalités
sociales que ce nouveau programme finalisé vise à interroger178. On est bien loin,
désormais, d’un renouvellement urbain appréhendé dans ses méthodes ou dans ses
composantes sectorielles, déclinaison qui avait prévalu dans le programme « Le
renouvellement urbain » jusqu’en 2004 environ.
174 PUCA, « Renouveler la ville. Émergence, transformation, innovation », compte rendu de la rencontre « Ville
et recherche urbaine » de Rouen (23-24 octobre 2006), supplément à Premier plan, février 2007, 20 p.
175 L’atelier consacré à la recomposition urbaine, animé par A. Masboungi, a permis de présenter diverses
expériences d’architectes-urbanistes reconnus (Ph. Panerai, Ch. Devillers, P. Fortin) ; celui sur l’innovation
architecturale a fait une large place au programme « Villa urbaine durable ».
176 « Démolitions-recontructions et trajectoires résidentielles des ménages. État des savoirs et perspectives
d’action », 15 avril 2008, rencontre initiée conjointement par le PUCA et la DIV.
177 PUCA, Enjeux, programmes, méthodes. 2007-2012, 2007, p.105. Si l’appellation de ce nouveau programme
peut laisser perplexe, on peut constater que tout comme celle de « rénovation urbaine », elle ne semble pas avoir
tout à fait détrôné l’ancienne appellation « Le renouvellement urbain » qui subsiste dans ce même document (cf.
la table des matières, p.3).
178Cf. également le dossier « Les nouveaux programmes finalisés de recherche et d’expérimentation », Premier
plan, n°14, septembre 2007, 12 p.
63
64
65
Conclusion
Conclure ce bilan suppose d’abord de rappeler les points saillants qui caractérisent
la manière dont le PUCA a appréhendé la question du renouvellement urbain au
cours de la période 2000-2006. Le choix a été fait ensuite de revenir sur cette
évolution, esquissée ici à grands traits, à travers deux questions plus transversales :
celle des liens entre mobilisation de la recherche et politiques publiques d’une part,
celle de la place faite aux sciences sociales d’autre part. Ces questions ne sont pas
nouvelles, loin s’en faut, dans les débats relatifs aux missions et au fonctionnement
du PUCA. Elles se posent toutefois avec une acuité particulière dans le cas du
programme finalisé « Le renouvellement urbain ».
Des aménageurs/gestionnaires aux sciences sociales
Parmi les principaux points devant être rappelés concernant l’évolution du
programme finalisé « Le renouvellement urbain », le premier renvoie à la place
dominante qu’ont tenue les actions renvoyant à trois principales postures : des
postures prescriptives179 ; des analyses sectorielles du renouvellement urbain, ou
des expérimentations à caractère technique180 ; enfin, des démarches de valorisation
d’expériences locales innovantes ou peu courantes181. Au moins jusqu’en 20042005, on est en présence d’une conception du renouvellement urbain qui est
principalement et très directement tournée vers le monde professionnel. La
consultation « Renouveler et recomposer les quartiers » lancée en 2005 a changé la
donne, en induisant une approche attentive à l’histoire de la démolition vue comme
pratique urbanistique, en induisant également une attention soutenue à ce que
cette pratique change du point de vue des habitants concernés. Il en va de même
pour l’ouvrage de Sylvaine Le Garrec sur la genèse de la notion de renouvellement
urbain, qui croise la chronique de la promotion de cette notion par des individus et
des institutions avec l’histoire des pratiques dont elle s’inspire en partie. Certains
pourront trouver regrettable que cet ouvrage ait paru tardivement. Il a au moins
le mérite de combler une lacune dans la connaissance raisonnée des politiques
urbaines récentes, ce qui explique probablement son succès dans le monde
académique. Il fallait sans doute aussi, pour produire cet ouvrage, disposer d’un
minimum de recul à l’égard de la période qui avait vu l’amplification du thème du
renouvellement urbain dans le débat politique et urbanistique. Ouverte au milieu
des années 1990, cette période venait, d’une certaine manière, de se clore avec
l’essor de la rénovation urbaine « post-2003 ».
Il faut évidemment ajouter à cette dynamique première les évolutions qui ont touché
les autres programmes du PUCA, et en particulier la manière dont certaines de leurs
actions se sont inscrites dans la question du renouvellement urbain. Sur la période
179 Cf. l’ouvrage d’Olivier Piron (op.cit.).
180 Relatives à la conception et à la gestion des espaces publics, des dispositifs techniques urbains, à l’expérimentation des approches environnementales dans le cas de « RUE 2000 », etc.
181 Telles que la participation des habitants à Berlin, ou encore la conception et gestion du stationnement dans
les quartiers d’habitat social.
66
2000-2006, les deux programmes « La ville pour tous » et « Se loger, habiter »
sont marqués en effet par l’essor d’actions de recherche qui ont investi le thème
du renouvellement urbain autrement que de manière incidente. Pour l’essentiel,
ces actions formalisées après 2003 traitent de la rénovation urbaine en tant que
contexte pertinent d’étude de phénomènes sociaux précis, de transformations
sociales particulières. Les plus remarquables d’entre elles concernent la question
du (re)logement et des trajectoires résidentielles des ménages, ou celle de la mixité
sociale comme argument des politiques de rénovation urbaine. Plus récemment, le
séminaire consacré aux enjeux de culture du renouvellement urbain renoue avec
« l’ancien vocable », puisqu’il ne limite pas son propos à la rénovation urbaine et
à la seule intervention dans les quartiers d’habitat social. Il contribue ainsi à faire
perdurer une acception large du renouvellement urbain, qui était déjà présente à la
fin des années 1990. Ce renouvellement urbain là est pensé comme cadre général
d’interprétation et de compréhension des divers mécanismes des transformations
urbaines contemporaines.
Si l’on tient compte de ces deux évolutions, on peut considérer que l’ensemble
de la production du PUCA sur le thème du renouvellement urbain est marqué
par le passage progressif d’une conception dominante à une autre. En termes
délibérément caricaturaux, on serait passé de 2000 à 2006 d’un « renouvellement
urbain des aménageurs-concepteurs-gestionnaires » à un « renouvellement urbain
interrogé par les sciences sociales ». Cette inflexion est caractérisée d’abord par le
reflux des protocoles de recherche-expérimentation (tels qu’ils avaient pu être mis
en œuvre dans « RUE 2000 » ou dans « Moderniser pour l’habitant », par exemple).
Elle s’incarne ensuite dans le lancement tardif – 2005 – des deux consultations
« Renouveler et recomposer les quartiers » et « Renouveler l’urbain au nom de la
mixité ? ». Au passage, si des documents exploratoires de 2003-2004 montrent que
la genèse de « Renouveler et recomposer les quartiers » a été une longue affaire182 ,
il aura fallu attendre deux ans environ pour que le PUCA renoue avec la méthode
des consultations de recherches. Quoi qu’il en soit, ces deux consultations sont
tournées vers la science politique, l’histoire, l’anthropologie et la sociologie, et
dépourvues de velléités opérationnelles. Enfin, cette tendance à une approche
du renouvellement urbain recourant pour une large part aux sciences sociales
se confirme par les acquis de l’action consacrée aux « trajectoires résidentielles »
ou par la mise en place, courant 2007, du séminaire sur les enjeux de culture du
renouvellement urbain. Au moment d’écrire ces lignes, la valorisation des travaux
témoignant de cette inflexion est, pour une large part, encore à venir.
Pour mémoire, le rapport établi par le CGPC en 2005 distinguait dans les actions
du PUCA les recherches « d’aide à la décision », apportant des éclairages sur la
pertinence des politiques publiques et ouvertes vers l’expérimentation, et les
recherches « cognitives », c’est-à-dire celles qui « aident à connaître » et « à mieux
comprendre les processus en œuvre, les grandes mutations de la société urbaine »183.
Sans qu’elles s’inscrivent pleinement dans cette opposition, les évolutions du
programme « Le renouvellement urbain » peuvent s’assimiler à une perte de vitesse
de la première catégorie (expérimentations, méthodes, diffusion d’expériences)
au profit de la seconde (connaissance des phénomènes sociaux). On peut certes
182 La consultation sur le thème « Démolition-substitution » était en effet annoncée depuis 2003.
183 CGPC, Analyses et contributions pour les orientations pluriannuelles du PUCA 2006-2010, rapport n° 2004-0152-01,
décembre 2005, tome 1, p.17.
67
revenir, sur les traces de ce rapport, sur la déperdition manifeste de la mécanique
des recherches-expérimentations qui était l’un des fers de lance de l’ancien Plan
construction et architecture. Si le présent bilan n’a pas à statuer sur cette inflexion
qui paraît d’ailleurs outrepasser les limites du programme « Le renouvellement
urbain », il est cependant nécessaire de rappeler qu’a minima, la question se pose de
la capitalisation des travaux antérieurs relevant de cette catégorie. Or, dans ce cas
précis, cette capitalisation est insuffisante et n’a pas permis de pallier les départs
des chargés de projets qui ont été les principaux animateurs des expérimentations
techniques dans le champ du renouvellement urbain.
Politiques publiques, recherche et mobilisation de la recherche
Ce récapitulatif appelle quelques remarques supplémentaires. Il faut réaffirmer
d’abord que les inévitables décalages dans la valorisation des travaux menés
rendaient nécessaire pour ce bilan de s’attacher à la littérature grise et à certaines
études non publiées. La seule consultation des ouvrages parus sous le label « Le
renouvellement urbain » ne rend en effet compte de ce passage d’une conception
dominante à une autre que de manière superficielle, et en partie trompeuse.
L’année 2006, on l’a vu, est une année plutôt « faste » pour les publications sur
le renouvellement urbain, avec la parution des ouvrages de Sylvaine Le Garrec,
Hélène Bernard, Daniel Grande. Mais cette simultanéité est fortuite ; ces trois
recherches procèdent d’histoires disjointes et ne trouvent pas leur place de la même
manière dans les principales tendances rappelées précédemment184.
Ensuite, l’introduction de ce bilan l’avait évoqué, la production de recherches et
de connaissances par le PUCA n’est pas séparable des individus qui en ont été les
pivots. Qu’il s’agisse des responsables du programme « Le renouvellement urbain »
dans son ensemble ou des chargés de projets qui ont porté les actions les plus
emblématiques en ce domaine, l’évolution des profils et de la « sensibilité » aux
sciences sociales (pour les uns), à la pratique et aux principes de l’aménagement
(pour les autres), pourrait en partie expliquer la tournure prise par ce programme.
Mais cette explication par les profils des commanditaires de la recherche – dont
la sociologie resterait au passage à entreprendre – serait insuffisante. Il faudrait
sans doute y intégrer les conséquences sur les trajectoires individuelles de la
réorganisation du PUCA en quatre départements, entreprise en 2004 suite au
départ d’Olivier Piron. Mais il faudrait surtout revenir à la manière dont l’évolution
même des politiques publiques conditionne les attentes en matière de recherche.
En effet, fort de sa polysémie et de ses ambiguïtés185, le renouvellement urbain de
la fin des années 1990 et du tout début des années 2000 échappe très largement
au PUCA. Les premières années de déploiement du programme finalisé du même
nom sont ainsi marquées par le foisonnement parallèle des lieux et institutions
émettant réflexions, doctrines, recherches ou méthodes sur le renouvellement
urbain. Ainsi, et bien que le PUCA ne lui soit guère étranger, c’est au Club Ville
Aménagement que l’on doit d’avoir principalement traité des aspects économiques
184 Les supports de valorisation des travaux du PUCA se sont fort heureusement diversifiés depuis les deux
dernières années. Les efforts faits dans l’organisation de rencontres régulières ou dans l’édition de documents
intermédiaires (comptes-rendus de séminaires, etc.), s’ils ne se suppriment pas les délais nécessaires à l’édition
d’ouvrages traditionnels aux problématiques et aux résultats plus affirmés, devrait en partie pallier ces décalages
à l’avenir.
185 Cf. l’ouvrage de Sylvaine Le Garrec (op.cit.).
68
du renouvellement urbain. La Direction du renouvellement urbain de la Caisse
des dépôts et consignations entreprend sur ce thème, dès la fin des années 1990 et
jusqu’en 2004, une série de guides et documents méthodologiques inédite par son
ampleur et sa diffusion. La CDC finance même, à cette date, des travaux de recherche
internationale sur le partenariat public/privé dans le renouvellement urbain. Enfin,
cette même période voit l’ACI « Ville » du ministère de la Recherche soutenir des
travaux portant sur divers aspects du renouvellement urbain (démolition, gestion
urbaine, participation des habitants, micro-économie). C’est dans le cadre de cette
même action incitative que le Gridauh et le Grale entreprennent un ensemble
conséquent de recherches comparatives sur les aspects juridiques, procéduraux et
financiers du renouvellement urbain en Europe186.
La place du PUCA dans ce bouillonnement de travaux et d’institutions était
donc loin d’être acquise. Sans doute est-il important d’ailleurs de re-situer la
publication de l’ouvrage d’Olivier Piron (2002) dans ce contexte ; sa parution
est aussi probablement une manière de s’y attribuer une place, en affirmant la
nécessité de conserver une approche d’ensemble du renouvellement urbain face
à la multiplication des analyses sectorielles ou circonstancielles. Mais s’agissait-il
de positionner le PUCA sur ce thème, ou plutôt la parole expérimentée de son
secrétaire permanent de l’époque ? L’inflation soudaine que connaît le programme
finalisé « Le renouvellement urbain » dans le rapport d’activité de l’année 2004187
peut aussi être lue comme une volonté de faire feu de tout bois pour occuper
coûte que coûte un terrain alors fort disputé. À l’exception de l’ouvrage Rénovation
urbaine et stationnement, qui porte il est vrai sur un domaine très circonscrit et dont
la publication doit apparemment beaucoup à la Caisse des dépôts, aucune de ces
sept actions n’a en effet donné lieu à une valorisation du même ordre que celle de
l’ouvrage Renouvellement urbain – Approche systémique.
Quelle place pour les sciences humaines et sociales ?
Avec un programme recourant à une dénomination à ce point colorée par les
politiques publiques et par certaines institutions, il n’est guère étonnant que les
changements intervenus en 2003 et 2004 aient directement aiguillonné le PUCA
qui, de surcroît, s’apprêtait à changer de secrétaire permanent. Au moment où
se met en action le programme de rénovation urbaine issu de la loi Borloo, le
programme finalisé « Le renouvellement urbain » apporte un bagage de travaux
essentiellement tourné vers les principes généraux ou les entrées techniques du
renouvellement urbain. Sans doute peut-on regretter que les sciences sociales
n’aient pas été sollicitées plus en amont : leur mobilisation dans le cadre des
opérations de renouvellement urbain en action depuis 1999 aurait certainement
permis une étude assez fine des mécanismes sociaux et politiques des démolitions
et recompositions urbaines qui, sans changer radicalement de nature, allaient se
trouver considérablement amplifiées quatre ans plus tard.
186 Cf. Cahier du Gridauh n°10, « Droit et politiques de renouvellement urbain », 2004. Voir également
http://www.gridauh.fr/fr/7.htm.
187 Avec pas moins de sept actions distinctes (cf. chap. 1). La liste se réduit considérablement dans l’édition
2006 (deux actions seulement). S’il est vrai que certaines actions se sont achevées en 2004 et 2005 (RUE 2000,
rénovation urbaine et stationnement), et si l’on tient compte du fait que « Renouveler et recomposer les quartiers » figurait déjà, au moins dans son principe, dans le rapport d’activité 2003 sous son ancienne appellation de
« démolition-substitution », c’est là le signe qu’aucune action véritablement nouvelle et durable n’a été lancée
après 2004.
69
Il faut cependant rappeler que cette évolution du renouvellement urbain vers la
rénovation urbaine était annoncée quelques mois à peine après la nomination
de J.-L. Borloo comme ministre délégué à la Ville et à la Rénovation urbaine du
gouvernement Raffarin en mai 2002188, et faisait suite à un rapport établi la même
année par la Cour des comptes, qui se montrait sévère à l’égard de la politique
de la ville telle qu’elle avait été conduite au cours des trente dernières années.
Face à un contexte promis à des évolutions notables, face aux efforts déployés
pour dessiner les contours d’une politique par ailleurs controversée en raison des
nombreuses démolitions de logements sociaux qu’elle inscrivait à l’agenda des
politiques publiques, il ne faut pas sous-estimer le fait qu’il pouvait apparaître
délicat d’organiser en parallèle une consultation de recherches. Outre la difficulté
à s’accorder avec les différentes institutions directement concernées par la mise
en œuvre du programme national de rénovation urbaine (comité d’engagement de
l’ANRU, DGUHC, Union HLM, Caisse des dépôts, DIV, etc.), la mise au point du
projet initial de consultation « Démolition-substitution » s’exposait aussi au risque
d’inciter des équipes à investir des terrains d’enquête dont on savait dès la fin 2002
que les projets les concernant allaient être profondément remaniés du fait de la
création de l’ANRU.
L’ampleur des transformations annoncées dans le cadre de cette politique de
rénovation urbaine rendait peut-être quasi inévitable l’appel aux sciences humaines
et sociales qui avait fait défaut jusqu’en 2003-2004 au sein du programme finalisé
« Le renouvellement urbain ». Peu sollicitées sur ce thème du temps d’Olivier
Piron, émargeant plus volontiers dans les programmes « La ville pour tous » et
« Se loger, habiter », les sciences sociales auraient certes eu besoin de temps pour
trouver leur place au sein d’un programme marqué par les approches économiques
et la production de méthodes ou de doctrines sur le renouvellement urbain, pour
se déprendre, en quelque sorte, de ces postures dominantes. Plusieurs observateurs
ont insisté sur le fait que le programme national de rénovation urbaine avait
contribué à « lever le tabou » de la démolition des logements sociaux189. Il a peutêtre aussi contribué à lever malgré lui un tabou d’une autre nature : celui de la
mobilisation des sciences sociales pour l’examen critique d’une politique qui,
passant du renouvellement à la rénovation, affichait plus radicalement ses objectifs
de transformation sociale des quartiers populaires.
Dans son avant-propos à l’ouvrage de Sylvaine Le Garrec, Jean-Paul Blais
rappelait en 2006 que le renouvellement urbain, loin d’être un thème consensuel,
apparaissait bel et bien comme une notion « politiquement sensible »190. Le constat
vaut, également, pour la rénovation urbaine contemporaine. En ayant fait le choix,
pour sa programmation 2007-2012, d’une dénomination moins connotée (« Le
renouveau urbain »), le PUCA donne l’impression d’avoir tiré les leçons d’une
programmation antérieure trop fortement rivée à une notion-clé des politiques
urbaines, à sa fortune comme aux controverses qu’elle n’a pas manqué de susciter.
Ce souci d’affichage paraît louable. Encore faut-il qu’il permette, en pratique et dans
188 Les grandes lignes du Programme national de rénovation urbaine et les principes de création de l’ANRU ont
été annoncés au congrès HLM qui s’est tenu à Lyon début octobre 2002, et présentés en conseil des ministres le
30 octobre 2002.
189 Alors qu’en 2003 ce « tabou » avait déjà été largement battu en brèche… Rappelons que la phrase du ministre
Louis Besson qui plaidait pour que ce tabou de la démolition des logements sociaux soit levé date du congrès
HLM de juin 1999.
190 Sylvaine Le Garrec, Le renouvellement urbain, la genèse d’une notion fourre-tout, op.cit., p.2.
70
Le renouvellement urbain
la durée, d’offrir aux sciences sociales et à la recherche urbaine un espace à la fois
ouvert aux mutations de l’action publique et protégé de ses principales turbulences.
Annexes
Annexes
Annexe 1 : Bibliographie PUCA
69
Documents relatifs au PUCA et à ses programmes
Publications du programme « Le renouvellement urbain »
Publications issues d’autres programmes ou initiatives PUCA
Textes des consultations et bilans
Etudes ou rapports de recherches
70
70
70
71
71
Annexe 2 : Autres références sur le renouvellement urbain 73
Annexe 3 :La Caisse des dépôts et consignations et le
renouvellement urbain
74
Annexe 4 : Les recherches sur le renouvellement urbain dans
le cadre de l’action concertée incitative « ville » (ministère de
la Recherche, 2001-2004)
76
Annexe 5 : Entretiens réalisés
77
71
72
Le renouvellement urbain
Annexe 1 :Bibliographie PUCA
Documents relatifs au PUCA et à ses programmes
PUCA, Les programmes finalisés [2001], non paginé.
PUCA, Rapports d’activités 2003 à 2006.
PUCA, Enjeux, programmes, méthodes. 2007-2012, 2007, 175 p.
CGPC (Conseil général des Ponts et Chaussées), Analyses et contributions pour
les orientations pluriannuelles du PUCA 2006-2010. Tome I : Rapport ; Tome II :
Informations et éclairages complémentaires, rapport n°2004-0152-01, décembre
2005, 76 p. + 97 p.
TUTIN Christian (dir.), Actions d’animation scientifique du GIS socio-économie
de l’habitat pour les années 2006-2007, rapport final, PUCA, décembre 2007,
108 p. + annexes
Publications du programme « le renouvellement urbain »
[par ordre chronologique]
PIRON Olivier, Renouvellement urbain. Analyse systémique, Paris – La Défense,
éditions du PUCA (coll. Recherches, n°141), 2002, 132 pages [année de publication
identifiée d’après le dépôt légal ; 2e édition en déc. 2003].
FRENAIS Jacques, GUTMAN-LAJEUNESSE Martine (dir.), Stationnement et
rénovation urbaine : problématique, étude de cas, éditions PUCA/Caisse des dépôts et
consignations, 2004, 81 p.
LE GARREC Sylvaine, Le renouvellement urbain, la genèse d’une notion fourretout, Paris – La Défense, éditions du PUCA (coll. Recherches, n°160), 2006,
91 pages.
BERNARD Hélène, Paroles d’acteurs. Participation des habitants au renouvellement urbain
à Berlin, Paris – La Défense, éditions du PUCA (coll. Recherches, n°164), 2006, 133
p.
GRANDE Daniel, Le lieu et le service. Définition d’une démarche expérimentale
de requalification du stationnement, Paris – La Défense, éditions du PUCA (coll.
Recherches, n°168), 2006, 108 p.
Publications issues d’autres programmes ou initiatives PUCA
BRUSTON André (dir.), Des cultures et des villes, mémoires au futur, La Tour d’Aigues,
éd. de l’Aube, 2005, 347 p.
JAILLET Marie-Christine, PERRIN Évelyne, MÉNARD François (sous la dir.
de), Diversité sociale, ségrégation urbaine, mixité, Paris, PUCA, coll. Recherches n°180,
2008, 339 p.
Les Annales de la recherche urbaine, n°97 (« Renouvellements urbains »), déc. 2004.
PUCA, Le stationnement résidentiel, Paris – La Défense, éditions du PUCA (coll.
Recherches, n°130), 2001, 212 pages.
PUCA, « Renouveler la ville. Émergence, transformation, innovation », compte
Annexes
rendu de la rencontre « Ville et recherche urbaine » de Rouen (23-24 octobre 2006),
supplément à Premier plan, février 2007, 20 p.
PUCA, « Les enjeux de culture du renouvellement urbain », synthèse des six
séances 2007-2008, octobre 2008, 134 p.
De la cité à la « Résidence » : repères pour la résidentialisation, Paris, Union sociale
pour l’habitat/PUCA, 2004, 110 p.
Textes des consultations et bilans
PUCA, Moderniser pour l’habitant. Consultation et relevé de décision, 1999, 19 p.
PUCA, Renouvellement urbain et environnement 2000, 2000, 10 p. (SOUAMI Taoufik,
Analyse des stratégies d’acteurs et des méthodes de management dans les opérations
de la consultation « Renouvellement urbain et environnement 2000 » du PUCA,
CSTB, rapport pour le PUCA, 2005, annexe 5, pp.53-62).
PUCA, Renouveler l’urbain au nom de la mixité ? Bilan de l’appel à propositions de
recherche, mai 2006, 64 p.
PUCA, Renouveler et recomposer les quartiers. Présentation et bilan de la consultation,
septembre 2006, 32 p. (appel à propositions de recherche daté du 3 août 2005, 11 p.)
Études ou rapports de recherches
[Classement chronologique]
KERHUEL Nicole, Transformation des usages de l’habitat. La démolition-reconstruction
de la Cité Greuze à Nanterre, GERU / PUCA, Coll. Recherches n°128, avril 2001,
87 p. [PUCA 106]
Club Ville Aménagement, Économie du renouvellement urbain (2001-2002), action n°2,
août 2002, 81 p. [PUCA 264]
GAUDEZ Pierre, Coûts et ressources du développement urbain. Cadrage économique
à l’échelle des agglomérations. Le 1 % logement et le renouvellement urbain, XM
Consultant, septembre 2002, 79 p., tabl. [PUCA 260]
GANDON David, Des ressources financières adaptées au renouvellement urbain : approches
territoriales, octobre 2002, 61 p. [PUCA 283]
AUE Christa, Le renouvellement urbain : étude exploratoire, rapport final, avril 2003,
53 p. [PUCA 672]
CUMET Lucie, LAURENT Yann, LUCAS David, Étude de cas et capitalisation sur
le stationnement dans les opérations de renouvellement urbain, CREPAH, juillet 2003, 53
p. [PUCA 417]
COLLIN Philippe, DEFER Julien, HURPY Isabelle, LINDER Catherine,
OTT Christian, Renouvellement urbain cité Jean Wagner à Mulhouse. Étude urbaine
pré-opérationnelle. Requalification du secteur Mertzau-Wagner : 1. Diagnostics
et principes d’aménagement ; 2. Projet urbain et architectural, OPAC MulhouseHabitat, juillet 2003, 2 vol., ann., cartes, plans [PUCA 421/1-2]
MORICEL Mathieu, POINSARD Delphine, REYNAL Gilles et ROGUET
Bertrand, Étude de définition d’un service de stationnement en quartier d’habitat social à
partir du cas de Torcy : quartier Baudelaire et du Mail, SCET / SURETIS, octobre
2003, 38 p. [PUCA 444]
CHELLY Refki, GUILLOT Catherine, PELOSSE Marc, GUYON Carole,
Europan 5 Jeumont : étude urbaine pré-opérationnelle. Renouvellement urbain de la ville
de Jeumont, Ville de Jeumont, juin 2004, 3 vol., plans, cartes, tabl. [PUCA 654(1-3)]
73
74
Le renouvellement urbain
BERNARD Hélène, La participation des habitants à Berlin : recueil de 23 entretiens,
septembre 2004, 205 p.
AUE Christa, La démolition dans la rénovation urbaine : démarche exploratoire,
octobre 2004, 110 p. [PUCA 627]
Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole, Lille Métropole :
pour un renouvellement urbain durable. 1 – La transformation des tissus existants.
2 – Guide méthodologique, février 2005, 2 vol. + synthèse (rapport RUE 2000) [PUCA
602 (1-2)]
SKODA-SCHMOLL Catherine, Récupération et utilisation des eaux pluviales : suivi
sociologique de l’opération expérimentale du Petit-Quevilly, CSTB, mars 2005, 46 p.
Communauté d’agglomération des Portes de l’Eure, Projet de renouvellement urbain et
environnement de la caserne Fieschi à Vernon, juin 2005, non pag. [PUCA 745]
DE LATAULADE Bénédicte, SPIZZICHINO Robert, LACAPE
Christian, CESCAU Jean, La commande publique de prestations intellectuelles
dans le champ du renouvellement urbain. Comment améliorer les relations de service
et de coproduction entre maîtres d’ouvrages et consultants ?, ACAD, juillet 2005,
23 p. [PUCA 616]
SOUAMI Taoufik, BOUGRAIN Frédéric, DARD Philippe, DEVALIERE Isolde,
COLOMBARD-PROUT Marc, Analyse des stratégies d’acteurs et des méthodes de
management dans les opérations de la consultation « Renouvellement urbain et environnement
2000 » : synthèse, CSTB, juillet 2005, 61 p. (48 p.+ annexes) [PUCA 639]
MISSAOUI Lamia, TARRIUS Alain, Mixité sociale et gentrification : une mise à l’épreuve
des politiques et des pratiques de rénovation urbaine en Europe, Villes en mouvements /
université du Mirail, novembre 2005, 126 p. [PUCA 667]
DE GOUVELLO Bernard, CORREC Olivier, Récupération et utilisation des eaux
pluviales. Opération expérimentale de la résidence « Amalia Rodrigues » au PetitQuevilly (76) : diagnostic final de l’installation, CSTB, fév. 2006, 23 p., [PUCA
770]
SOUAMI Taoufik, DARD Philippe, BELZITTI Danièla, Construction durable
et renouvellement urbain en Europe. Démarches et projets pilotes. Quelles recherches,
partenariats et expérimentations pour demain ?, université Paris VIII / CSTB,
octobre 2006, 3 vol. (45+61+59 p.) [PUCA 802]
LELEVRIER Christine, Mobilités et trajectoires résidentielles des ménages relogés lors
d’opérations de renouvellement urbain. Synthèse de travaux menés entre 2004 et 2007,
rapport PUCA / DIV / DREIF, mars 2008, 40 p. + annexes.
Annexes
Annexe 2 :Autres références sur le renouvellement
urbain
[par ordre alphabétique]
BONNEVILLE Marc, « Les ambiguïtés du renouvellement urbain en France », Les
Annales de la recherche urbaine, n°97, décembre 2004, pp.7-16.
COUDROY DE LILLE Laurent, « Rénovation et renouvellement urbains,
évocation d’un vieux couple », Urbanisme, n°346, janvier-février 2006, pp.29-31.
DEMOUVEAUX Jean-Pierre, 2002, « La notion de renouvellement urbain », in
Droit de l’urbanisme, de l’aménagement et de l’habitat, n°6, GRIDAUH, Paris, éditions
du Moniteur, pp.125-140.
DONZELOT Jacques, « La ville à trois vitesses : relégation, périurbanisation,
gentrification », Esprit, n°3-4, mars-avril 2004, pp.14-39.
DRIANT Jean-Claude, « Démolir les grands ensembles », Études foncières, n°85,
hiver 1999-2000, p.45.
GENESTIER Philippe, « Pourquoi démolir les grands ensembles », Les cahiers du
CR•DSU, n°38, automne 2003, pp.44-47.
HARBURGER Sylvie, 2003, « La Caisse des dépôts et consignations et le
renouvellement urbain », Droit et ville, n°55, mai 2003, pp.43-56
HATZFELD Hélène, « Rénovation urbaine. Un terme qui fait son come-back »,
Comme la Ville, n°13, février 2004, p.7.
JAILLET Marie-Christine, « Renouvellement urbain et transformations sociales :
une “vieille histoire” », Droit et ville, n°55, mai 2003, pp.29-40.
METL/DGUHC, 1999, Vive la ville : les enjeux du renouvellement urbain, dossier
documentaire réalisé par le CDU pour la XXe rencontre nationale des agences
d’urbanisme, Nancy, 8-9-10 novembre 1999.
ROUSSEL François-Xavier, « La ville renouvelée, enrayer la spirale de la
déqualification », Cahiers de l’ORHA, n°14, septembre 1995, pp.22-25.
SUEUR Jean-Pierre, Demain, la ville, rapport au ministre de l’Emploi et de la
Solidarité, 2 tomes, Paris, La Documentation Française, 1998, 2 vol. (230 p. et
391 p.).
TISSOT Sylvie, L’État et les quartiers. Genèse d’une catégorie de l’action publique, Paris,
Seuil (coll. Liber), 2007, 300 p.
VIGNAUD Philippe, Pour le renouvellement urbain, rapport à M. Claude Bartolone,
ministre délégué à la Ville, octobre 1999, 178 p.
75
76
Le renouvellement urbain
Annexe 3 :La Caisse des dépôts et consignations et le
renouvellement urbain 1999-2004
Guides divers, brochures
Le renouvellement urbain, une méthode pour l’action, Paris, CDC, 1999, 27 p.
Réussir le renouvellement urbain. 15 maillons clefs pour la chaîne de mise en œuvre des projets,
Paris, FNAU / CDC, novembre 2001, 167 p.
Le renouvellement urbain : des financements pour réussir la ville, Paris, CDC, octobre 2001,
non pag. (plaquette qui présente les différents types de financements CDC).
Renouvellement urbain. Flux commerciaux et flux de circulation. Actes du colloque du 19
septembre 2001, Paris, CDC / Union du grand commerce de centre-ville, 2002,
64 p.
Le commerce : acteur du renouvellement urbain, Paris, CDC, 2002, 20 p.
Collection « Les cahiers pratiques du renouvellement urbain »
Partenariat public/privé. L’intervention des investisseurs privés dans des
projets de renouvellement urbain. Étude de six cas : Manchester, Birmingham,
Région Bruxelles-Capitale, Valenciennes, Lille-Métropole et Rotterdam,
Paris, CDC, coll. Les cahiers pratiques du renouvellement urbain n°1, janvier 2002,
79 p.
DIV, USH, DGUHC, CDC, Renouvellement urbain. Participation des habitants.
Méthodes et pratiques, Paris, Démosthène et associés, coll. Les cahiers pratiques du
renouvellement urbain n°2, mars 2002, 57 p.
USH, CDC, Revalorisation foncière des quartiers d’habitat social, Paris, CDC, coll.
Les cahiers pratiques du renouvellement urbain, n°3, 2004, 71 p.
GORRICHON Yves (dir.), Renouvellement urbain. Guide pour l’action quartiers
anciens. Méthodes et pratiques, Paris, CDC (co-édition ANAH), coll. Les cahiers
pratiques du renouvellement urbain, n°4, 2003, 87 p.
Collection « Les manuels du renouvellement urbain »
BOUCHER-HEDENSTROM Frédérique, Échelles territoriales et renouvellement
urbain en Europe du Nord-ouest, Paris, CDC, coll. Les manuels du renouvellement
urbain, n°1, mars 2002, 81 p.
Renouvellement urbain et marchés de l’habitat, Paris, CDC, coll. Les manuels du
renouvellement urbain, n°3, août 2003, 104 p.
Autres publications
DUNOYER DE SEGONZAC Patrice, Renouvellement urbain. 1. Enseignements de
sept opérations, Paris, CDC, coll. Villes et quartiers, 1999, 71 p.
DUNOYER DE SEGONZAC Patrice, Renouvellement urbain. 2. Analyse de sept
opérations, Paris, CDC, coll. Villes et quartiers, 1999, 71 p.
ROUSSEL François-Xavier, SCHAUSS Dominique, Douze propositions pour une ville
Annexes
renouvelée. Les conditions de réussite d’une politique de renouvellement urbain dans
les agglomérations françaises, Paris, CDC/FNAU, 1999, 139 p.
Rapports de recherche
DORMOIS Rémi, LEPRINCE Matthieu, PASQUIER Romain, PINSON Gilles,
Le renouvellement urbain. Nouvelles pratiques de production urbaine et nouvelles articulations
public/privé ?, Paris, rapport pour la CDC, 2003, 117 p.
77
78
Le renouvellement urbain
Annexe 4 :Les recherches sur le renouvellement
urbain dans le cadre de l’action concertée incitative
« ville » (ministère de la Recherche, 2001-2004)
Source :
BAJOLET Émilie, MATTEI Marie-Flore, RENNES Jean-Marc (dir.), Quatre ans
de recherche urbaine, 2001-2004. Action concertée incitative ville, ministère de la
recherche, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2006, 2 volumes (521
p. et 473 p.).
Recherches
Recherches menées par le Gridauh et le Grale sur le thème « l’encadrement juridique
des politiques de nouvellement urbain » (sous la direction d’Henri JACQUOT et
de Gérard MARCOU). Une partie de ces travaux a fait l’objet d’un numéro spécial
du Cahier du Gridauh n°10, « Droit et politiques de renouvellement urbain », 2004
[cf. volume 2, pp.120-126] (voir également http://www.gridauh.fr/fr/7.htm).
Recherche dirigée par Gilles ROTILLON : « Micro-économie du renouvellement
urbain » [cf. vol. 1, pp.174-183].
Recherche d’Alain BOURDIN et Marie-Pierre LEFEUVRE : « Produire des lieux
par la gestion. Gestion de site et renouvellement urbain » [cf. vol. 1, pp.406-408].
Recherche dirigée par Cyria ÉMÉLIANOFF : « Quelles convergences entre la
problématique du renouvellement urbain et celle de la ville durable ? » (équipe
constituée d’Isabelle Roussel et de François-Xavier Roussel, directeur de la filière
Renouvellement urbain à la SCET et conseiller de la Direction du renouvellement
urbain de la CDC) [cf. vol. 2, pp.77-81].
Recherche dirigée par Gérard HEGRON : « Modalités matérielles et techniques du
renouvellement urbain. Caractérisation des états physiques liés au vieillissement et
à la dégradation des faces et surfaces urbaines » [cf. vol. 2, pp.251-256].
Thèses
Thèse de Sandrine MERCIER (sous la dir. de Daniel Pinson) : Procédures de
renouvellement urbain et participation citoyenne. Études de Marseille et Sheffield [cf. vol. 1,
pp.314-319].
Thèse de Georges Henry LAFFONT : L’adaptation des services au renouvellement
urbain. Les services de l’église catholique à Saint-Étienne [cf. vol. 1, pp.471-475].
Thèse de Naji LAHMINI (sous la dir. de Marion Segaud) : La démolition des grands
ensembles HLM. L’exemple de la ville de Grande-Synthe [cf. vol. 2, pp.133-137].
Annexes
Annexe 5 :Entretiens réalisés
Nom
Christa AUE
Jean-Paul BLAIS
Jacques FRENAIS
Robert KING
Sylvaine LE
GARREC
Fonction occupée,statut
par rapport au programme
6 juin 2008
Architecte-urbaniste en exercice libéral
Auteur de deux études exploratoires
sur le renouvellement urbain (20012003) et la démolition dans la
rénovation urbaine (2002-2004)
12 mars 2008
Chargé de projets au Plan urbain, puis
au PUCA
Responsable du programme « Le
renouvellement urbain » depuis 2004
Responsable de la consultation
« Renouveler et recomposer les
quartiers »
2 avril 2008
Chargé de projets au PCA (1994-95),
puis au PUCA
Responsable de l’action « Le
stationnement résidentiel » (achevée en
2000), puis de l’action « Stationnement
et rénovation urbaine »
Co-auteur (av. M. Gutman-Lajeunesse),
de Stationnement et rénovation urbaine :
problématique, étude de cas (2004)
Commanditaire de la recherche de
Daniel Grande Le lieu et le service.
Définition d’une démarche expérimentale de
requalification du stationnement (publiée
en 2006)
7 & 10 juillet
Ancien chargé de projets au PUCA
2008(entretiens tél.) (fév. 2002 – oct. 2007)
Responsable de l’action « Qualités
environnementales »
Chargé de l’édition du rapport
d’Hélène Bernard Paroles d’acteurs.
Participation des habitants au
renouvellement urbain à Berlin (2006)
8 avril 2008
Doctorante à l’Institut d’urbanisme de
Paris (2004-2008)
Auteur de la recherche Le renouvellement
urbain, la genèse d’une notion fourre-tout,
publiée par le PUCA en 2006
Date de l’entretien
79
80
Le renouvellement urbain
François
MÉNARD
2 avril 2008
Évelyne PERRIN
11 juin 2008
Olivier PIRON
8 avril 2008
Taoufik SOUAMI
21 mai 2008
(entretien tél.)
Danièle
VALABRÈGUE
17 juin 2008
(entretien tél.)
Chargé de projets au PUCA (depuis
avril 2006)
Responsable de la consultation
« Renouveler l’urbain au nom de la
mixité ? »
Co-animateur du séminaire « Les
enjeux de culture du renouvellement
urbain »
Ancienne chargée de projets au
PUCA, entrée au Plan urbain en 1984,
retraitée depuis nov. 2005
Co-animatrice (avec M.-Ch. Jaillet) de
l’atelier « Diversité sociale, ségrégation
urbaine, mixité » (2003-2005)
Responsable (avec M.-Ch. Jaillet
et J. Donzelot) de la consultation
« Renouveler l’urbain au nom de la
mixité ? » jusqu’en nov. 2005
Secrétaire permanent du PUCA de
1998 à 2004
Responsable du programme « Le
renouvellement urbain » de 1998 à
2004
Auteur de l’ouvrage Renouvellement
urbain, analyse systémique (2002)
Chercheur au CSTB en 2005, au
laboratoire TMU aujourd’hui
Responsable de l’évaluation des
recherches-expérimentations « RUE
2000 » (2005)
Responsable de l’atelier du GIS
Socio-économie de l’habitat consacré
aux techniques d’intervention pour
le renouvellement urbain et le
développement durable (2004-2007)
Chargée de projets au PCA, puis au
PUCA
Responsable du programme
d’architecture Europan
A suivi en 2003-2004 les études
exploratoires de Ch. Aue et la
préparation de la consultation
« démolition-substitution », devenue
« Renouveler et recomposer les
quartiers »
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement