- Congrès Mondial de Linguistique Française

- Congrès Mondial de Linguistique Française
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
DicoPerec : pour une approche lexicographique de
l’œuvre perecquienne
Véronique Montémont
ATILF Nancy Université & CNRS
Institut universitaire de France
L’œuvre de Perec, depuis la mort de l’écrivain en 1982, connaît une fortune critique qui ne cesse de
grandir : outre la parution d’une quinzaine d’ouvrages critiques consacrés à cet auteur, on dénombre plus
d’une centaine d’articles, plusieurs colloques internationaux, un cycle de séminaires, une revue, Le
Cabinet d’amateur, et une publication régulière, les Cahiers Georges Perec, qui compte à ce jour neuf
numéros. Un fonds d’archives appartenant aux héritiers de l’écrivain et comportant ses manuscrits, a été
déposé à la Bibliothèque de l’Arsenal par ces derniers, et la gestion en a été confiée à l’Association
Georges Perec ; la mise à disposition de ce matériau documentaire a permis une diversification des
approches critiques. Bernard Magné, pionner des études perecquiennes, a développé une recherche qui
met, entre autres thèmes, l’accent sur le métatexte, le rôle générateur des contraintes et du nombre ; il a
par ailleurs dégagé la notion fondatrice d’aencragei (Magné, 1999). Claude Burgelin (Burgelin, 1990) ,
suivi par Matthieu Rémy (Rémy, 2003) privilégie une approche sociocritique, à laquelle invite le roman
Les Choses (Perec, 1965), témoignage, entre autres dimensions, sur la société de consommation des
années 60. La psychanalyse est une autre voie d’accès à l’œuvre (Burgelin, 1996), tout comme le
biographique (Magoudi, 1996) ou encore l’étude spécifique de la judéité (Bénabou, 1984, Robin, 1993).
La publication du Cahier des charges de la vie mode d’emploi (Hartje, Magné, Neefs, 1993) a ouvert la
voie à une tradition d’études génétiques (Lejeune, 1991 ; Constantin, 2000, 2004) ; ont également été
développées plusieurs études axées sur l’intermédialité : Perec et la photographie (Reggiani, 2001), Perec
et le cinéma (De Bary et al., 2006).
Si la thématique, pour des raisons liées à la formidable complexité des structures narratives et à la
richesse du monde imaginaire de Perec, fascine, la relation à la langue, qui n’est certes pas oubliée par les
perecquiens, est néanmoins abordée de manière plus dispersée : des études ont été consacrées à la relation
de Perec au dictionnaire (Magné, 1997), aux procédures néologiques mises en œuvre dans les romans
lipogrammatiques (Magné, 1989), à la phrase (De Bary, 2005), et même à la statistique lexicale (Hoyer,
1997). Mais il demeure difficile de proposer une vue d’ensemble de la stylistique et de la langue
perecquienne : d’abord parce que son écriture, soumise à ce que l’Oulipo appelle des contraintes « dures »
(le lipogramme en e de La Disparition apparaissant comme la plus spectaculaire), tend à varier pour cette
raison de manière sensible d’un livre à l’autre. Ensuite parce que Perec a fait le choix d’une démarche
enracinée dans le descriptif, éloignée, à première vue tout du moins, de tout excès d’ornementation
littéraire, ce qui a pu, par exemple, inciter à le ranger au rang des écrivains pratiquant l’écriture blanche.
Lui-même décrivait par ces mots sa démarche de remémoration dans W : « Je sais que ce je dis est blanc,
est neutre, est signe une fois pour toutes d’un anéantissement une fois pour toutes » (Perec, 1975 : 59).
Cette neutralité revendiquée entre pourtant en tension, au sein de l’œuvre, avec une opulence lexicale tout
à fait particulière, qui ne semble pas relever d’un goût pour le baroquisme ou d’un quelconque
euphuisme. Comme le souligne (Magné, 1999 : 13), l’affrontement entre l’écrivain et la langue est
autrement plus dur : Perec avait avoué sur le plateau d’une émission radiophonique que son ambition était
de « [s]e mesurer avec les dictionnaires ». Dans ces conditions, on peut se demander dans quelle mesure
la lexicographie ne serait pas susceptible de constituer une approche critique pertinente, voire novatrice,
pour appréhender cette œuvre – impressionnante tant du point de vue quantitatif que du point de vue
qualitatif – de manière holistique, au moyen de la rédaction d’un Dictionnaire Perec. Avant d’exposer ce
que sera la méthodologie de rédaction d’un tel outil, nous nous proposons d’étudier la problématique de
Article available at http://www.linguistiquefrancaise.org or http://dx.doi.org/10.1051/cmlf08169
1191
CMLF2008
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
CMLF2008
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
que nous appellerons le geste lexicographique de Georges Perec car sa présence conditionne, dans une
large mesure, le regard que nous pouvons porter sur la langue de cet auteur et la démarche scientifique
qu’elle inspire.
1
Faits et gestes lexicographiques
Perec était un véritable passionné des dictionnaires : comme il le raconte dans W ou le souvenir
d’enfance : « il y avait chez tante Berthe un grand dictionnaire Larousse en deux volumes. Peut-être estce là que j’ai appris à aimer les dictionnaires ». (Perec, 1975 : 201). L’inventaire de sa bibliothèque,
effectué en 1983 par Catherine Binet et Eric Beaumatin, révèle qu’il en possédait plus d’une quarantaine :
dictionnaires de langue (Larousse du XXe siècle en 6 volumes, Grand Larousse de la langue française en
7 volumes, deux éditions du Petit Larousse, Petit Robert), dictionnaires de langue spécialisés (Pialat :
Larousse du Scrabble, Nodier : Dictionnaire des onomatopées, Caradec : Dictionnaire du français
argotique et populaire, Morier : Dictionnaire de poétique et de rhétorique, Larousse des mots croisés),
dictionnaires techniques (Le Lionnais : Dictionnaire des mathématiques, Morvan : Dictionnaire de
l’informatique, Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale), ainsi que de très nombreux recueils de
mots croisés.
A ces collections lexicales préconstituées, il faut ajouter les listes que Perec a lui-même rédigées en vue
de l’écriture de La Disparition, « micro-lexiques » (Magné, 1997 : 17) recensant les mots du français ne
comportant pas la lettre e. L’auteur raconte : « vous avez donc pris un dictionnaire de langue française et
vous avez recueilli tous les mots sans “e” » (Perec, 1972 : 4e de couverture de la première édition).
L’opération a ensuite donné lieu à des contre-listes, la monovalique en e, qui a servi à la rédaction des
Revenentes (« vous avez donc récidivé en prenant, cette fois-ci, les mots ne comportant que la voyelle
“e” ») ; ou encore la liste en a publiée dans Ca m’intéresse (Magné, 1997 : 15). Par ailleurs, plusieurs
œuvres ayant pour thème la liste ou l’inventaire s’inscrivent dans la même dynamique d’exhaustion, qui
peut virer parfois à la saturation : Tentative d’épuisement d’un lieu parisien (1975), Tentative d’inventaire
des aliments liquides et solides que j’ai ingurgités au cours de l’année mil neuf cent soixante-quatorze
(1976), J.R. : tentative de saturation onomastique (1981). Enfin, la profession de Perec, documentaliste
pendant vingt ans dans un laboratoire du CNRS spécialisé en neurophysiologie médicale, lui avait donné
une longue pratique du dépouillement systématique de revues et d’ouvrages, du classement et du listage,
ainsi qu’une familiarité avec la terminologie scientifique.
Cette capitalisation lexicale a donc non seulement été réinvestie dans ses écrits, mais de surcroît mise en
scène de plus en plus résolument au fil de l’œuvre : Perec adopte ce qu’il ne serait pas excessif de définir
comme une posture de lexicographe, en ce sens que la narration accueille un métadiscours qui vise à
préciser le sens, déterminer une acception, voire fournir tout simplement une définition. Dans La Vie
mode d’emploi, on peut relever 24 passages où le texte commente, d’une manière ou d’une autre, le mot
qu’il utilise ; il faut y ajouter un chapitre complet du roman, le LX, dont le héros est un lexicographe d’un
genre un peu particulier, travaillant pour le compte des dictionnaires Larousse. Les motivations et les
modalités de ces interventions métalinguistiques peuvent être classifiées en trois catégories principales.
1.1
L’élucidation sémantique
Dans une véritable intention dictionnairique, Perec propose parfois un mot rare dont il estime qu’il ne
pourra pas être compris par le lecteur. Il peut s’agir d’un terme étranger, d’un emprunt à du vocabulaire
technique ou d’un terme historiquement daté :
Ursula Von Littau fut hissée sur un atatich, cette sorte de tente ronde que portent les
chameaux, et dans laquelle se tiennent ordinairement les femmes […]. (Perec, 1978 :
1130)
Sur le chambranle de la porte est accrochée une mezouza, ce talisman d’appartenance
orné de trois lettres […]. (Perec, 1978 : 1171).
1192
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
Dans les deux cas, les mots sont empruntés directement à l’arabe et à l’hébreu. Ils ne sont attestés ni dans
le TLF (1971-1994), ni dans le Grand Larousse de langue française (1971), ni dans le Petit Larousse
(editions de 1968 et 1975), ni dans le Lexis (1975), pas plus que dans Dictionnaire alphabétique et
analogique de la langue française de Robert (1959), le Petit Robert (édition de 1977) ou le Littré (1873),
tous dictionnaires que l’écrivain aurait pu consulter en son temps. Perec a pu avoir de la mezouza, objet
connu dans la tradition cultuelle juive, une connaissance personnelle, encore qu’il ne fût absolument pas
pratiquant. En revanche, il a utilisé le terme atatich – que le Supplément au dictionnaire arabe de Dozy
donne pour « palanquin de parade » – , au pluriel en le construisant comme un singulier (celui-ci est en
réalité la forme attouch), signe que l’écrivain n’hésitait pas à puiser dans le réservoir de langues
étrangères qu’il ne pratiquait pas. L’introduction de ces xénismes participe d’abord d’un certain effet de
réel : dans les deux cas, les mots renvoient soit à la situation géographique du personnage (Ursula von
Littau est prisonnière à Alger), soit à un trait définitoire de son identité. Dans le cas de Cinoc, le geste
lexicographique accompagne l’intention narrative : de la même manière que le xénisme, entraînant des
italiques, exhibe le terme dans le texte, Cinoc, en accrochant chez lui une mezouza, affiche ses origines.
Ce qui renvoie sans ambiguïté à une problématique constitutive de la poétique perecquienne, celle de la
dissimulation, et en particulier la dissimulation de l’identité juive, à laquelle il a été confronté durant la
guerre.
Ailleurs, la démarche d’élucidation mise en œuvre outrepasse son rôle classique, lorsqu’elle s’applique à
des néologismes, comme ceux qui désignent les projets d’invention d’un personnage appelé Carel Van
Loorens :
Un tissu baptisé « pellette », sorte de cuir artificiel, fait d’une armure de toile forte
enduite d’un mélange de liège en poudre, huile de lin, colles et résines ; ou une
« forge solaire » consistant en un assemblage de plaques de métal polies comme des
miroirs convergeant sur un foyer topique. (Perec, 1978 : 1126)
Là encore, ces termes ne sont pas attestés dans les grands dictionnaires de langue du XIXe et du XXe
siècle. S’il s’agit bien, comme on peut le soupçonner, d’un néologisme perecquien, le geste
lexicographique vient ici achever de renverser le rapport fiction / réel. Dans certains cas, on pourrait
même parler de « pseudo-définition » : ainsi Perec amène-t-il dans le texte, sans précaution ni
avertissement typographique particuliers, le terme topazine.
Gormas a été empoisonné avec une quantité microscopique de topazine qui se trouvait
sur la pointe du fleuret de Michard. (Perec, 1978 : 857).
Ce terme n’est attesté dans aucun des principaux dictionnaires de langue cités plus haut. Et pour cause :
en avançant dans le récit, on se rend compte que le nom de cette substance (qui n’est « active que sur les
individus ayant eu récemment une hépatite virale ») a été créée ad hoc par un groupe d’adolescents
apprentis-romanciers, qui multiplient les complications narratives invraisemblables. La posture du
lexicographe est ici biaisée, puisqu’elle utilise une structure explicative — le geste définitoire —, par
ailleurs fonctionnelle dans le roman, pour fournir une explication qui relève de la fiction sémantique : elle
rend « parfaitement crédible des savoirs fictifs » (Magné, 1997 : 30). Elle invite donc le chercheur à
interroger le vocabulaire perecquien, en particulier les termes rares, avec une attention particulière, et en
prenant toujours en compte le fait que le sens proposé peut faire l’objet d’un piège lexicographique.
1.2
La définition par synonymie
A l’inverse, il est fréquent que Perec utilise un mot courant, qu’il assortit ensuite de son synonyme,
pouvant être soit un terme rare, soit un terme issu du vocabulaire technique. Dans ces cas, la définition
fonctionne à l’envers, puisque l’explication précède la vedette :
une de ces pendules ouvragées appelées cartels (Perec, 1978 : 828)
Puis [Winckler] enduisait toute la surface d’un vernis protecteur qu’il appliquait avec
un de ces pinceaux larges et plats appelés queue-de-morue (Perec, 1978 : 903).
1193
CMLF2008
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
CMLF2008
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
une silhouette de lion qu’en termes d’héraldique on aurait qualifié de passant ou de
léopardé (Perec, 1978 : 894).
Le geste n’est pas motivé par un désir d’aplanissement de la difficulté sémantique, mais ressortit plutôt au
désir de « faire concurrence au dictionnaire » (Magné, 1997), ce qui passe par l’adjonction de termes
explicitement – et métalexicographiquement – désignés comme relevant d’un domaine de spécialité
(peinture, horlogerie, héraldique). Ce mouvement peut être lu comme la marque du désir de saturation,
évoqué précédemment, qui va passer par l’exhaustion synonymique. Mais on peut aussi l’interpréter
comme une intention esthétique, que l’on pourrait rapporter au geste pictural de la miniaturiste
Marguerite Winckler, l’un des personnages du roman. Perec travaille la langue dans ses « presque
imperceptibles détails » (Perec, 1978 : 297), faisant de chaque mention l’occasion d’une ciselure lexicale
qui transforme l’énumération (marque stylistique prégnante chez lui) en variations presque infinies.
1.3
La métalexicographie
Perec se livre également à une réflexion d’ordre métalexicographique lorsqu’il décrit le mot dans son
rapport à la définition qui peut en être donnée ; il interroge alors la langue en diachronie, mettant en
évidence la labilité historique de la distribution du sens.
Les raisons de cette polémique étaient loin d’être claires pour ce lecteur du XXe siècle
qui ne pouvait se figurer qu’approximativement ce qu’avaient représenté les théories
de Galien et pour qui des termes comme « atomistes » ou « matérialistes » n’avaient
certainement plus le sens qu’ils avaient eu pour son lointain ancêtre. (Perec, 1978 :
1253-1254)
La relation du mot à sa définition, ainsi que la question de la relation entre le référent, le signifiant et le
signifié se transforme dans certains chapitres en enjeu narratif, notamment lorsqu’elle se problématise.
Nous citerons deux exemples : celui du personnage de Marcel Appenzzell, anthropologue parti étudier la
peuplade des Orangs-Kubus. Il constate chez eux une déperdition importante du vocabulaire, liée à une
tradition cultuelle (supprimer un mot lorsque quelqu’un meurt) qui aboutit à des spectres de définition
invraisemblablement larges : « Ainsi Pekee, le mot malais désignant la chasse, voulait dire
indifféremment chasser, marcher, porter, la lance, l’antilope, le cochon noir » (Perec, 1978 : 144). L’autre
personnage, appelé Cinoc, est un lexicographe des dictionnaires Larousse, qui exerce le « dur métier de
tueurs de mots » (Le Tellier, 2006 : 142). Son travail consiste à « éliminer tous les mots et tous les sens
tombés en désuétude » (Perec, 1978 : 347). Mais pour contrer cette entreprise, Cinoc rassemble pour son
compte 8 000 de ces mots rares ou oubliés, et le roman propose un extrait de « son » dictionnaire, sous la
forme de trente définitions. Sur le plan métatextuel, on voit comment les deux mouvements de
déperdition décrits sont l’antithèse du projet de Perec dans son rapport avec la langue, qui est au contraire
une pulsion totalisante, où la réactivation sémantique joue un rôle de premier plan. Et parce que l’auteur
pose un geste lexicographique intégré dans sa création, il invite la critique à en faire un en retour : la voie
du dictionnaire, pour appréhender un « monstre » littéraire comme le corpus perecquien, semble être un
passage obligé, tant sur le plan de la sémantique que sur celui de la poétique.
2
2.1
Pourquoi un dictionnaire Perec ?
Qu’entendre par « Dictionnaire Perec » ?
Il existe actuellement un certain nombre de dictionnaires d’auteurs, dont une série en particulier est
proposée par les éditions Champion. Le terme « dictionnaire » qui entre dans leur titre ne doit toutefois
pas masquer que l’intention première n’est pas lexicographique. Ces ouvrages, qui sont parfois des
sommes monumentales, sont en réalité des index notionnels ou thématiques, proposant parfois de
véritables articles de fond. Ils peuvent définir des éléments disparates : si l’on prend l’exemple du
Dictionnaire Sartre, l’on y trouve aussi bien des aspects biographiques (article « Enfance »), que des
titres d’ouvrages (article « Critique de la Raison dialectique »), des notions (articles « Empathie »,
1194
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
« Histoire »), des lieux où s’est rendu l’auteur (« Maroc »), des biographies d’auteurs, voire de critiques
sartriens (article « Michel Rybalka »), ou des événements historiques (« Mai 68 ») (Noudelman et
Philippe, 2004). Mais en fonction de la sensibilité des équipes des rédacteurs, la part lexicographique de
la « définition » est minorée, voire absente. Un tel outil, dont il ne s’agit ici de contester ni la pertinence
ni l’utilité, ne nous semblait pas adapté à notre projet, qui souhaitait examiner plus spécifiquement la
manière dont Perec avait affronté la langue pour mener à bien des entreprises littéraires souvent extrêmes.
Il s’agissait de trouver un entre-deux satisfaisant entre une approche strictement littéraire (le caractère
notionnel ou thématique ayant déjà été largement déchiffré par les ouvrages détaillés en introduction), et
une pure entreprise lexicographique, qui aurait laissé de côté des questions de poétique indispensables à la
compréhension de l’œuvre. Les travaux développés par Esther Lothammer (Lothammer, 2005) sur le
lexique de J.-B. Pontalis nous ont convaincus que cette démarche était viable et pouvait être appliquée
avec profit à un autre auteur.
2.2
Frantext
La présence d’une partie du corpus perecquien sur Frantext (5 textes au début du projet) rendait
envisageable le traitement exhaustif de l’ensemble que nous visions. Celui-ci a été défini sur la base de
l’édition de la Pochothèque, à savoir les sept romans de Perec publiés de son vivant ; après discussion
avec plusieurs chercheurs perecquiens, W ou le souvenir d’enfance, texte qui n’est pas à proprement
parler un roman, mais une autofiction, y a été ajouté, car c’est dans ce livre qu’est narrée toute l’histoire
familiale de l’écrivain. En revanche, il a fallu se résoudre à écarter le roman intitulé Les Revenentes : en
effet, Perec a opéré sur le matériel lexical une récriture phonétique si spectaculaire (contrairement au cas
de La Disparition), avec effet de défiguration de la « lengge » qu’elle rend impossible son traitement
automatisé, en particulier pour les opérations de lemmatisation. Les œuvres ont été numérisées au fur et à
mesure des besoins, faisant passer le corpus général Perec à 11 textes, et celui du dictionnaire à 8. Ce
dernier forme un ensemble de 518 000 mots, 59 897 formes et 24 206 lemmes.
L’ampleur de ce corpus rendait de toute façon irréaliste un traitement manuel, ne serait-ce que pour des
raisons de localisations multiples des lemmes. Une modification sur le formulaire de constitution de
corpus de Frantext a permis une sélection partielle, celle des huit romans concernés, en plus de l’affichage
des lemmes en contexte, indispensable pour mener à bien la désambiguïsation des formes, ainsi que de la
possibilité d’extraction de listes, dont nous détaillerons le traitement plus bas. D’autres œuvres ont
également été numérisées ou sont en voie de l’être, notamment des essais et des entretiens : leur base
lexicale n’est pas prise en compte dans la nomenclature du dictionnaire, mais tout rédacteur se réserve le
droit d’y faire appel pour préciser une acception.
2.3
Idiosyncrasie
Perec est un auteur original, y compris au sein du groupe auquel il appartenait, l’Oulipo ; il a pratiqué
tous les genres (roman, théâtre radiophonique, essai, poème) et parcouru la gamme qui va du burlesque
(Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ?) au tragique (W ou le souvenir d’enfance). Chacune
de ses œuvres a, en quelque sorte, réinventé sa langue, et cette hétérogénéité, pour ne pas dire cette
idiosyncrasie, justifie la mise en place d’un outil critique panoramique, qui peut s’appuyer sur une base
méthodologiquement susceptible d’échapper, au moins en partie, à une sectorisation critique. Comme
nous l’avons signalé, une partie importante du travail perecquien recourt à un vocabulaire qui n’est pas
d’usage fréquent : termes techniques relevant de la botanique, biologie, chimie, navigation, physique,
terminologie historique ou liée à un contexte socio-historique (bal-à-jo, harki, Rexistes), archaïsmes
(vélocimane), xénismes (pacemaker, skrimshandher). D’autre part, la présence d’un volumineux cahier
des charges pour La Vie mode d’emploi, et ses vingt et une paires de listes d’éléments imposés, a conduit
l’auteur à des déclinaisons lexicales importantes sur des sèmes donnés : par exemple, l’item volumes se
distribue en cube, parallélépipède rectangle, cylindre, sphère, etc. Parfois, le roman outrepasse la
contrainte en proposant une véritable liste, qui est aussi une déclinaison sémantique. Ainsi le polyèdre
imposé par volumes au chapitre 96 se décline-t-il en :
1195
CMLF2008
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
CMLF2008
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
modèles de cristallographie, pièces de bois minutieusement taillées reproduisant
quelques formes holoèdres et hémièdres des systèmes cristallins : le prisme droit à
base hexagonale, le prisme oblique à base rhombe, le cube épointé, le cubo-octaèdre,
le cubo-dodécaèdre, le dodécaèdre rhomboïdal, le prisme hexagonal pyramidé. (Perec,
1978 : 1251).
Par ailleurs, Perec enchâsse, et surtout encrypte dans le texte un contenu biographique à l’aide
d’allusions, de jeux phonétiques et de doubles sens, ce qui va influer sur le sémantisme de certains
lemmes, en apparence anodins. L’écrivain fait en effet partie de ceux dont la destinée individuelle a croisé
la grande Histoire pour le pire : enfant de Juifs polonais installés en France, Perec a d’abord perdu son
père pendant la débâcle, puis sa mère Cyrla, contrainte de porter l’étoile jaune, puis raflée, et disparue
quelque part entre Drancy et Auschwitz en 1943. L’enfant, devenu orphelin, a vécu caché pendant la
guerre et a été recueilli par sa famille paternelle après-guerre. Le lien entre cette biographie douloureuse
et une œuvre littéraire parfois perçue à tort comme essentiellement ludique (Kauffmann, 1997 : 51) est
tout sauf linéaire. Certains lemmes vont fonctionner comme des motifs, d’autres devenir intrinsèquement
porteurs de sens liés à l’histoire personnelle, au moyen d’aencrages (Magné, 1999 : 29). Dans un tel
contexte, les termes disparition (titre du célèbre roman ne comportant pas la lettre e), manque (nom de
l’une des contraintes du cahier des charges de La Vie mode d’emploi), tout le lexique de la famille,
représenté par plus de trente termes (père, mère, tante, oncle, cousin, arrière-grand-père…), celui qui se
rapporte à la dispersion et à la recomposition (puzzle, fragment, tisser, coudre, colle), le vocabulaire
historique (rafle), plusieurs nombres liés à des dates clefs (11, 43) méritent donc d’être interrogés avec un
soin particulier.
3
3.1
Problématiques de la définition
Constitution des listes
Frantext a permis l’établissement d’une première série de listes, qui trient l’ensemble du vocabulaire du
corpus par ordre alphabétique. Ces listes présentaient toutefois un double inconvénient : elles classaient
des formes non lemmatisées, et elles ne conservaient pas systématiquement la majuscule. En effet, les
textes de Perec, dont la numérisation s’est échelonnée sur plus de vingt ans, n’ont pas tous été balisés
suivant la même norme, ce qui crée des disparités au plan du traitement graphique lors de la récupération
des informations. Jean-Luc Benoit a pallié cette difficulté en utilisant le logiciel gratuit Dico, developpé
par Jean Véronis, qui conserve les majuscules, pour effectuer une seconde extraction du lexique ; celle-ci
a ensuite été lemmatisée grâce à Cordial Analyseur 13. J.-L. Benoit a ensuite opéré une première
désambiguïsation manuelle des formes homographes (Benoit, 2007), qui portait essentiellement sur des
aspects syntaxiques (participes passés du type allée, formes conjuguées comme ai), formes
comptabilisées comme des substantifs. Malgré le soin apporté à l’opération, il faut rester conscient des
limites sémantiques parfois intrinsèquement floues des polysémies (histoire, mode, homme). De plus, un
lecteur détectera certains homonymes homographes là où un autre ne les verra pas. L’opération de
séparation des acceptions étant coûteuse en temps, nous avons pris le parti, dans la plupart des cas, de
renvoyer le rédacteur, dans l’hypothèse où il désire traiter tel ou tel lemme, directement à Frantext. En
permettant un affichage du terme en contexte, l’interface permet à son utilisateur d’effectuer une
désambiguïsation fiable et rapide, qui peut être utilisée pour affiner le premier traitement : ainsi l’article
Divan/sofa/canapé, consacré au mobilier, exige-t-il, pour le dernier des trois lemmes, une mise à l’écart
des quatre acceptions de canapé comme « tranche de pain de mie taillée en rectangle, frite ou grillée, dont
l’épaisseur et la grandeur varient suivant le mets qu’elle doit supporter » (TLFi).
Néanmoins, les problèmes divers soulevés par cette opération de désambiguïsation nous ont convaincus
d’entreprendre une deuxième campagne de relecture et de nettoyage des listes. C’est ainsi qu’il a fallu
statuer sur le sort des graphies en ancien ou moyen français, de type animaulx (qui a été rattaché à
animal), identifier des séquences de lettres correspondant à des abréviations (av) et indiquer à quelle
lemme elles se rattachaient, repérer les mots étrangers (decree) insérés dans des passages eux-mêmes en
1196
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
langue étrangère. Il a également fallu identifier les lemmes inconnus appartenant à des séquences
intertextuelles dont l’apparition est réglée le cahier des charges de La Vie mode d’emploi. L’écrivain a par
exemple utilisé une série de passages empruntés à Rabelais, mais attribués dans le roman à des écrivains
imaginaires (chapitres 4, 54, 64, entre autres). Certains comportent des néologismes, comme le tarande,
animal fabuleux décrit dans le Quart Livre (Perec : 1975, 671) ; d’autres reprennent une séquence de
barragoin tirée de Pantagruel, formée par une suite de barbarismes inidentifiables : « Al baridim gotfano
dech min brin alabo dordin falbroth ringuam albaras » (Perec : 1975, 1048). Il s’agissait pour nous de
vérifier que ces formes correspondaient bien à une réalité textuelle, et non, pour les plus brèves d’entre
elles, à une césure intempestive lors du traitement des listes. Plus complexe est le cas de certains mots à
trait d’union, voire de certaines collocations, qui, sur le plan sémantique, demandent parfois à être
recomposés pour être analysés : bow-window, miroir de sorcière. Ce dernier cas présente quatre
occurrences, dans trois romans différents : (Perec, 1965 : 61 ; Perec, 1978 : 691, 1357 ; Perec, 1979 :
1415). L’expression désigne un petit miroir cylindrique aux contours richement ornés, donnant l’illusion
qu’il s’agit d’un œil enchâssé dans une armature. Chez Perec, sa mention renvoie, notamment dans Un
cabinet d’amateur, à l’esthétique du leurre, du reflet, mais l’objet, ambigu, peut aussi susciter convoitise,
dédain ou répulsion. On peut donc concevoir que les rédacteurs repèrent d’entrée de jeu la collocation et
la signalent par une annotation dans la liste, de sorte à proposer, dans l’entrée miroir, une sous-entrée
spécifique miroir de sorcière.
Enfin, et bien qu’ils n’entrent pas, sauf cas d’espèce, dans le champ couvert par le Dictionnaire Perec,
nous avons mis à profit cette seconde campagne de relecture pour harmoniser les graphies d’une série de
noms propres, qui présentaient parfois des discordances. Ces dernières pouvaient être liées à des erreurs
commises par Perec lui-même, notamment au moment de la reprise de certains noms propres dans
l’index, ou à des différences philologiques entre les premières éditions de La Vie mode d’emploi et celle,
plus récente, de la Pochothèque, qui a intégré une série de corrections. C’est ainsi que les deux
patronymes Appenzell et Appenzzell (deux occurrences chacun) ont été rattachés à la forme Appenzzell
(31 occurrences), après que le rédacteur eut d’une part vérifié qu’il s’agissait bien du même personnage,
et qu’il se fut d’autre part référé à l’orthographe du fac-similé du manuscrit repris dans l’édition du cahier
des charges du roman. Ces modifications ont systématiquement été annotées par les rédacteurs qui les ont
opérées. Même si elles concernent moins directement notre entreprise lexicographique, elles semblent
essentielles à l’obtention d’un chiffrage exact du nombre de lemmes du corpus. De plus, dans l’hypothèse
d’une mise à disposition de ces listes à l’usage d’autres chercheurs, il nous importait de tendre d’emblée à
une réduction maximale du bruit lié aux problèmes de lemmatisation et aux erreurs typographiques.
Les listes ont ensuite été formatées sous Excel. L’ensemble comprend vingt-sept fichiers (un par lettre +
un fichier qui regroupe ponctuation et signes diacritiques et typographiques). Pour chaque lemme est
donnée la fréquence, distribuée (grâce à un tri croisé) ouvrage par ouvrage, avec un total récapitulatif. Les
listes sont présentées par ordre alphabétique dans l’onglet principal, et par ordre décroissant des
fréquences dans le deuxième onglet, de sorte que le rédacteur puisse facilement repérer les mots les plus
utilisés, ainsi que ceux qui apparaissent en hapax. Chaque rédacteur se voit affecter une colonne du
tableau : s’il estime que le lemme mérite définition, par lui-même ou un autre rédacteur, il entre le chiffre
1. Une colonne programmée avec une somme automatique additionne ensuite le score des « cellulesrédacteur », chiffre qui s’échelonnera entre 0 (lemme non choisi) et 4 (lemme choisi par l’ensemble des
rédacteurs). La colonne de la somme automatique, retriée avec une clef de tri décroissante, permettra ainsi
de savoir quels lemmes sont les meilleurs candidats à la définition.
Le choix par lecture exhaustive des listes étant une tâche ardue, nous avons imaginé de le croiser avec une
autre approche. Plusieurs des rédacteurs ont constitué, au fil de la lecture, des listes de termes leur
paraissant devoir figurer dans le dictionnaire. Des groupements thématiques (outils d’écriture,
iconographie, mots rares, jeux…) ont guidé l’établissement de ces listes, qui peuvent être conséquentes
(800 lemmes pour La Vie mode d’emploi, par exemple). Ainsi, en reportant ces résultats, en examinant les
zones de haute et basse fréquence, et enfin en relisant la totalité des listes, on peut imaginer que le
dictionnaire aura su, à terme, opérer un choix pertinent parmi les quelque 24 200 lemmes utilisés par
Perec.
1197
CMLF2008
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
CMLF2008
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
3.2
Nomenclature et hyperonymie
L’établissement de la nomenclature est une question complexe : comme le soulignent Collinot et Mazière,
(1997 : 54), la nomenclature d’un dictionnaire de langue est « toujours en décalage par rapport au
potentiel de la langue », et d’une certaine manière, cette observation vaut pour un dictionnaire d’auteur.
Le premier geste a donc été de constituer une équipe de quatre rédacteurs et d’un consultant en génétique,
tous chercheurs en littérature. Trois des rédacteurs (B. Magné, M. Rémy, V. Montémont), ainsi que le
consultant (Ph. Lejeune), sont issus de traditions critiques différentes, mais connaissent l’œuvre
perecquienne, sur laquelle ils ont préalablement travaillé, parfois à un degré de spécialisation très poussé ;
la quatrième rédactrice (I. Turcan) est une lexicographe non spécialiste de Perec, qui a guidé la
structuration des définitions, et qui traitera plus spécifiquement des mots rares. L’équipe compte enfin un
ingénieur (J.-L. Benoit), responsable de l’établissement informatique des listes. Le dictionnaire restera
donc sans doute marqué par les subjectivités de ceux qui l’auront écrit, mais on peut espérer que leurs
approches différenciées sauront éviter le piège de la clôture dans un certain type de présupposé critique.
Le premier critère de choix a été quantitatif : compte tenu des contraintes liées à une édition papier, il a
été convenu de ne retenir qu’un lemme sur dix, soit environ 2 500. Les critères retenus ont été détaillés en
2.3 : soit ils sont d’ordre sémantique (mot rare, néologisme, xénisme), soit ils s’appuient sur le fait que le
mot joue un rôle spécifique dans la poétique de Perec, envisagée sous tel ou tel de ses aspects.
Les noms propres ont été laissés de côté : d’une part en raison de leur nombre, trop important, d’autre part
parce qu’ils auraient conduit assez naturellement à l’établissement d’un dictionnaire des personnages, ce
qui ne va pas dans le sens de notre démarche, ancrée dans le lexicographique, et non dans le narratif. En
revanche, quelques noms propres pourront trouver leur place dans le dictionnaire, si l’onomastique est
manipulée avec une intention sémantique : ainsi apparaît dans La Vie mode d’emploi le personnage d’un
certain George Bretzlee, romancier américain. Son nom est le quasi-anagramme de bretzel ; or le
patronyme Peretz, dont a dérivé celui de Perec – car les orthographes des noms juifs variaient souvent au
moment de l’obtention de nouveaux papiers –, désigne selon l’auteur « en hongrois (à Budapest, plus
précisément) […] ce que nous appelons “Bretzel” » (Perec, 1975 : 51). L’écrivain a donc réintroduit, avec
un jeu homophonique, l’une des contraintes du cahier des charges de La Vie mode d’emploi, qui consiste
à faire une autocitation à chaque chapitre (en l’occurrence une allusion à son premier roman, Les
Errants) : mais au-delà, Bretzlee renvoie à un autobiographème, celui de l’identité, les vacillations
onomastiques suggèrant que l’errance peut exister dans la langue comme elle a existé dans l’histoire
individuelle. C’est pourquoi bretzel fera l’objet d’une entrée dans le dictionnaire, où figurera aussi le nom
propre.
Il semble également important de faire jouer la notion d’hyperonymie et d’hyponymie dans les
définitions. Le texte de Perec présente un coefficient de variabilité du vocabulaire « anormalement »
élevé : comme le souligne Le Tellier (2006 : 246), « La Disparition est le roman de la langue française
contenant le plus grand nombre de substantifs différents ». Le fait résulte d’une part des contraintes
lipogrammatiques, qui ont conduit l’auteur à puiser dans des réservoirs lexicaux marginaux, d’autre part à
l’exploration méthodique de réseaux sémantiques, notamment sous l’impulsion du cahier des charges.
Dans le dictionnaire, le regroupement sous une vedette hyperonymique permettra d’éviter l’entropie, en
faisant apparaître le maillage isotopique qui surdétermine l’emploi de certains termes. Ainsi, divan, sofa
et canapé ont-ils été regroupés sous la même définition. En effet, « Divan, canapé » est le neuvième item
de la quatorzième liste du cahier des charges de La Vie mode d’emploi : comme sofa, les deux termes
renvoient, sur le plan dénotatif, à la sphère domestique. Ces pièces de mobilier, qui ont des usages
presque similaires, fonctionnent d’abord comme des marqueurs sociologiques : leur forme, leur
revêtement, leur état d’usure renseignent sur la catégorie socioprofessionnelle, le type d’habitat. Ils
définissent aussi l’horizon idéalisé de la consommation : « ils eurent envie de moquettes, de tables, de
fauteuils, de divans » ; « Ils rêvaient, à mi-voix, de divans Chesterfield » (Perec, 1965 : 72). La
distribution des occurrences (21 pour canapé, 7 pour sofa et 45 pour divan) dans le corpus montre
cependant une nette prévalence de divan. Celle-ci s’explique en partie par le fait que divan, qui ne
comporte pas de e, est employé préférentiellement dans La Disparition. Mais son score élevé appelle une
1198
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
mise en relation avec le passé psychanalytique de Perec, qui a suivi trois analyses (dont l’une avec Dolto
et l’autre avec Pontalis). Ici, c’est la comparaison des fréquences qui pourra éclairer cette dimension, liée
à la biographie, qui n’est jamais explicitement évoquée dans le texte romanesque.
Autre exemple, celui du mot plastique, qui revient 31 fois chez Perec : il se décline, en outre, sous
diverses formes chimiques, dont certaines développées après-guerre : bakélite, celluloïd, ébonite, formica,
galalite, polystyrène, skaï, vinyle, nylon. Cette diversification, en soi intéressante, peut donner lieu à une
lecture sociocritique : le plastique est parfois chez Perec le matériau du simili, du faux, du toc (celui des
objets des classes moyennes qui tentent de singer les riches) ; dans d’autres cas, il est au contraire la
manifestation d’une modernité agressive, et exhibée par la classe possédante, comme le montrent les
« panneaux de contreplaqué habillés de skaï blanc » (Perec, 1978 : 1086) de la salle à manger dernier cri
de Madame Moreau. En tout cas, sa valeur esthétique est à mettre en rapport avec un facteur économique,
que la définition globale, parce qu’elle pointe une isotopie, est mieux à même de révéler qu’une collection
de définitions isolées.
3.3
Structure de l’article
Une fois les lemmes choisis, il a fallu créer une structuration de l’article, susceptible de s’adapter à une
triple exigence : une fonction lexicographique ; une prise en compte des spécificités de l’écriture de
l’auteur ; un alignement sur les balises descriptives de la TEI (opéré par Jean-Luc Benoit), que nous nous
proposons d’adapter pour cette occasion. L’article doit remplir un rôle d’élucidation sémantique,
notamment dans le cas des nombreux mots rares, et donc assumer une fonction dictionnairique, sans que
celle-ci soit toutefois son unique vocation. En effet, il doit aussi être capable d’aller au-delà et de proposer
des éléments de stylistique, de psychanalyse, d’architecture générale de l’œuvre, de poétique. Il se
structure en trois parties essentielles :
• L’identification et la description du lemme, qui comprend la vedette, la nature grammaticale, la
distribution des fréquences dans le texte, œuvre par œuvre, et la distribution par nombre grammatical
(occurrences au singulier vs occurrences au pluriel). Puis une brève définition lexicographique générale,
au sens de « paraphrase sémantiquement équivalente » (Chaurand, 1990 : 276) est élaborée à partir du
TLFi et du Grand Robert v2 et peut éventuellement être augmentée par le recours à un autre dictionnaire,
soit contemporain, soit ancien pour les mots rares. En ce qui concerne la partition traditionnelle des
domaines de la connaissance et des domaines techniques (histoire, biologie, médecine, etc.), nous nous
référons à la nomenclature du TLF, mais abrégée, de sorte à rester à un niveau de granularité élevé.
L’utilisation de ces marqueurs lexicographiques « classiques » n’a pas à être systématique : on y recourra
surtout pour traiter les termes polysémiques ou des mots rares.
• La définition « spécifique », qui affine l’analyse en examinant la charge sémantique particulière que
Perec a pu conférer à certains termes, ou la manière dont ceux-ci participent à l’économie générale de
l’œuvre. Pour clarifier l’organisation de cette rubrique, nous nous sommes appuyés sur quatre grands axes
dégagés par Bernard Magné à partir des observations de Perec : le sociologique, l’autobiographique, le
formel et le romanesque (Magné 1999 : 21). Ceux-ci ont été transformés en balises aux sens parfois plus
étendus : SOC regroupe ainsi sociologie, sociologique, et sociocritique ; BIOG, la biographie et
l’autobiographie. Nous en avons ajouté d’autres, comme CDC pour cahier des charges, ou encore AENC
pour identifier clairement les aencrages. Ces marqueurs demeurent toutefois en nombre réduit et certains
sont volontairement polysémiques et englobants, pour permettre leur application à des notions très vastes,
comme la contrainte. Une liste récapitulative des différents marqueurs est proposée dans le tableau 1.
• La troisième partie de l’article, linguistique, recense les informations liées aux variantes
orthographiques, à l’étymologie ou à la morphosyntaxe. Par exemple, un mot comme sofa, avec ses deux
orthographes concurrentes, va être commenté sur ce point : « Perec utilise les deux orthographes sofa et
sopha ; la seconde est exclusivement cantonnée à La Disparition. L’archaïsme graphique peut être une
manière d’insister sur la connotation orientalisante, ou de compenser par la variété graphique
l’appauvrissement lexical induit par la contrainte. » (article-test de divan, sofa, canapé).
1199
CMLF2008
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
CMLF2008
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
Tableau 1. Liste récapitulative des marqueurs lexicographiques propres au Dictionnaire Perec.
AENC
BIOG
CDC
COOC
COLLOC
DIST
ETYM
[FORM]
HOM/SYN
ITX
[MOT.]
MORPH/SYNT
ORTH
ROM
SOC
= aencrage
= biographie et autobiographie
= cahier des charges (s’applique à tous les termes inscrits dans le CDC)
= co-occurrences, dans le cas où leur étude se révèle pertinente
= collocation. Les collocations, en linguistique, sont des rapprochements de
termes non fortuits, qu’on peut apparenter aux expressions figées
= distribution. Intervient en début de définition, pour signaler la répartition des
variations morphologiques (pour les noms et adjectifs)
= étymologie
= formel, contrainte
= homonymie / synonymie
= inter et intratextualité
= motif (au sens morphosyntaxique : un syntagme répété)
= morphosyntaxe. A utiliser pour signaler les modifications morphologiques,
les usages particulier ou récurrent… La néologie, par exemple, peut être rangée
au nombre de ces phénomènes.
= orthographe
= roman, romanesque
= société, sociologie, sociocritique
Les marqueurs réservés au Dictionnaire Perec n’ont pas à être utilisés simultanément, ni multipliés, et on
peut même envisager qu’un article court ne fasse pas appel à eux. Ils ont surtout pour objectif d’orienter
rapidement et efficacement la lecture de l’article vers le ou les aspects de la poétique sur laquelle ledit
article souhaite mettre l’accent. D’où l’absence d’ordre prédéterminé des marqueurs (sauf pour certaines,
comme ORTH /ETYM, ou DIST, organiquement rattachés à une rubrique), qui laisse toute latitude au
rédacteur pour hiérarchiser l’information qu’il veut délivrer.
Trois formats d’articles ont été retenus : les « gros » articles (3 500 signes maximum) concernent des
mots qui présentent un intérêt spécifique au regard de la poétique ; les articles « moyens » (c. 1 600
signes) concernent des mots récurrents au spectre sémantique plus limité, ou des éléments qui n’ont pas
de rôle structurel dans la narration (« cendrier », « chat ») ; quant aux « petits articles » (c. 700 signes), ils
n’auront qu’une visée lexicographique, élucider les mots rares. Cet indicateur quantitatif peut souffrir des
variations, mais la limitation tend à conserver l’optique lexicographique que s’est fixé le dictionnaire, en
lui interdisant de se transformer en dictionnaire thématique déguisé. Ainsi le rédacteur confronté à un
article trop long pourra-t-il se demander si celui-ci n’appelle pas un éclatement sur d’autres vedettes. Par
exemple, on peut envisager une entrée jeu, mais une autre pour échecs et une autre pour go.
4
Un exemple d’article : problématique
• Avant que ne soit opérée la sélection des lemmes, la rédaction d’articles-tests est apparue comme
indispensable à la validation de nos cadres méthodologiques. Nous avons choisi le mot père, car il fait
partie du noyau autobiographique de l’œuvre. Premier problème : fallait-il traiter à part le synonyme
papa ? En effet, il renvoie au même référent mais n’appartient pas au même registre de langue, ni ne
véhicule le même degré d’intimité. Compte tenu de la disparité dans la distribution des deux formes, il
nous a paru pertinent de les maintenir dans la même entrée, de manière à souligner justement la
minimisation de la seconde dans certains textes romanesques : la coexistence est traitée dans la troisième
rubrique, sous l’opérateur de description SYN.
• Le deuxième problème était quant à lui lié aux fréquences du terme telles que nous les ramenaient les
extractions opérées par Frantext et par Dico : la requête « père » aboutit à 169 résultats, mais compte tenu
de l’absence de prise en compte du trait d’union, ce nombre est faussé par un bruit important, lié à tous
les composés (« beau-père », « grand-père », « arrière-grand-père »). Le nombre d’occurrences ambiguës
justifiait l’écriture d’une grammaire Frantext, qui a permis d’éliminer 40 formes composées, grâce à une
1200
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
règle d’exclusion du trait d’union. Dans ce type de cas, il est particulièrement appréciable de pouvoir
disposer non seulement d’un corpus numérisé, mais en plus des fonctionnalités offertes par le moteur de
recherches Stella, qui donne la possibilité de séparer en une seule requête les formes simples des formes
composées.
• Le dernier problème, plus complexe, a été la prise en compte du contexte d’emploi, et en particulier de
l’utilisation du déterminant. Elle a appelé à son tour un examen des voisinages, qui permet d’établir le fait
qu’il existe des proximités sémantiques (père / mort), ce qui renvoie à l’une des problématiques
essentielles de notre dictionnaire : la définition se fait au sein du premier cercle de la langue, puis au sein
d’un deuxième, celui de la langue de l’écrivain, Tous deux ne se superposent pas exactement, comme le
montre l’exemple qui suit.
Exemple d’article-test : père.
Père, n.m, (129 occ., s =128, pl. = 1) | Papa, n.m., (54 occ., s = 52, pl. 2)
DIST. Père : HQD : 8, W : 67, VME : 50, CA : 4, | Papa : Vélo : 3, D : 47, W : 1,
VME : 2.
Père et papa obéissent à une distribution complexe. W condense, logiquement, 52%
des occurrences du corpus, mais une partie du livre relève de l’écriture de fiction.
Papa est omniprésent dans D (88,5% des occurrences), mais la contrainte
alphabétique a pesé sur le choix du terme.
DEF. Homme qui a engendré, qui a un ou plusieurs enfants. Papa est un terme
familier et affectueux qu’emploient les enfants pour parler à ou de leur père. || BIOG.
Le terme touche un point nodal de la biographie perecquienne, le deuil des parents,
puisque le père de l’écrivain est mort le 16 juin 1940, à la fin de la débâcle. W dresse
un portrait du père, s’attachant à son identité (« tout le monde appelait mon père
Isie »), sa description physique, son caractère (« mon père était aussi un brave à trois
poils »), les circonstances de sa mort (« mon père perdit tout son sang et mourut pour
la France avant d’avoir été opéré »). Perec mentionne le lieu où son père est enterré,
avec le récit de la visite sur la tombe, qui est l’occasion d’inscrire dans le texte le nom
du père : « PEREC ICEK JUDKO ». Il ressort de ces reconstitutions de souvenirs,
souvent empruntés à la famille paternelle, l’image d’un être attachant, débrouillard et
gai (« J’aime beaucoup dans mon père son insouciance »). || SYNT. Dans W, Perec
privilégie la forme personnelle « mon père » (47 occurrences sur 67). Le changement
de déterminant, lorsqu’il advient, correspond à un changement de point de vue :
emblématisation de l’image photographique, qui suggère une transfocalisation avec
l’emploi de l’article défini : « Sur cette photo, le père a l’image du père ». La
deuxième personne restitue les voix familiales : (« ton père est mort ») ce qui crée un
redoublement en forme d’écho. L’indéfini conjugué au passé composé marque le
point où l’histoire cesse tragiquement de s’inscrire dans la banalité : « comme tout le
monde, ou presque, j’ai eu un père et une mère ». D met en scène un père vengeur et
un dispositif qui oblige tout parent ayant plus d’un enfant à le confier à « un papa
adoptif » ; VME imagine un père vengeur, Sven Ericsson, rendu fou de douleur par la
mort de son enfant, qui tue à son tour un père et une mère. || ROM. Dans W, 5 des
emplois de père se font dans la même phrase que le substantif mort ou le verbe
mourir. L’œuvre romanesque relaie ce voisinage syntaxique : dans VME, le père
d’Elisabeth de Beaumont se suicide, laissant une fille qu’il n’a jamais vue (C6), celui
de Vera Orlova est fusillé sous les yeux de sa fille (C31). Le père du duc de Dinteville
meurt dans un accident de lustre (C14), celui de Vittorio Grifalconi décède des suites
d’une trichinose, celui d’Olivier Gratiolet de brucellose (C68), celui de Winckler sur
un champ de bataille à Verdun (C53), ce qui n’est pas sans faire écho à la mort d’Izie
Perec dans un cadre militaire. Ces différentes situations associent à la relation pèreenfant l’idée de la menace, de la violence, de la défection de la structure familiale
sous l’emprise de circonstances extérieures.
SYN. Excepté son emploi comme synonyme de père dans D, Perec n’utilise
qu’une fois le mot « papa » : « j’aurai beau […] rêvasser pendant deux heures sur la
longueur de la capote de mon papa, je ne retrouverai jamais […] que […] le scandale
1201
CMLF2008
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
CMLF2008
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
de leur silence et de mon silence » (W, 59). Le terme ici peut être compris comme
empreint d’une certaine ironie, et comporte en même temps une connotation affective,
par ailleurs rare dans W.
5
Conclusion
Le dictionnaire Perec, s’il a eu quelques devanciers en littérature française, comme le Glossaire des
œuvres complètes d’Apollinaire, de Claude Debon (1988), le Dictionnaire San Antonio (Le Dorand,
Pelloud et Rosé, 1993) ou, dans un registre parallèle, le Dictionnaire des personnages de Queneau
(David, 1994), est une démarche novatrice, car elle est la première à s’appuyer sur un traitement
informatisé des corpus. Les critères de choix prennent donc en compte les fréquences et la distribution,
ainsi que des faits morphosyntaxiques, comme les variantes orthographiques, les voisinages, les
collocations. L’intention de départ n’est pas thématique, mais bel et bien lexicographique : il s’agit de
proposer un dictionnaire de la langue de Perec, qui remplisse un rôle définitoire (tout lecteur pourra y
trouver la définition d’un mot rare utilisé par l’auteur), ainsi qu’un rôle critique. L’articulation des deux a
été clairement mise en place grâce à une structure d’article, puis validée par une dizaine d’articles-tests
dans les trois formats proposés. Les problèmes auxquels nous nous heurtons actuellement sont liés au
grand nombre des lemmes à traiter, qui risquent de nous conduire à recruter deux nouvelles rédactrices.
Il est également prévu que le dictionnaire, outre sa publication papier, connaisse une vie électronique. A
cette fin, Jean-Luc Benoit a rédigé une feuille de style de saisie des articles, incluant les balises
spécifiques au dictionnaire, qui lui permettra une extraction rapide des données et assurera la conformité
avec la TEI, en vue d’une publication de l’ouvrage sous forme de CD-Rom. En parallèle, une version web
pourrait proposer les lemmes de la lettre A, ainsi qu’un certain nombre de matériaux thématiques qui
n’auraient pas été retenus dans la définition. Nous pensons en particulier aux mots absents du corpus
perecquien, alors que l’on pourrait s’attendre à les y trouver, et dont l’effacement n’est pas le fruit du
hasard. Enfin, le dictionnaire de la langue perecquienne pourrait être un bon embrayeur à un dictionnaire
des personnages. La question qui se posera sera de savoir dans quelle mesure la méthode développée à
l’ATILF pour l’établissement du dictionnaire Perec pourra être systématisée. Si tel est le cas, il s’agira de
trouver des méthodes efficaces de capitalisation et de transmission de ce savoir, de sorte à pouvoir
l’appliquer à d’autres auteurs manipulateurs de langage, comme Jacques Roubaud, Raymond Queneau ou
BorisVian.
Bibliographie
Benoit, J.-L. (2007). Matériaux documentaires pour le “Dictionnaire Perec” : Constitution de listes de vocabulaire,
http://www.atilf.fr/perso/benoit/.
Bénabou, M. (1984). Perec et la judéité. In Magné, B. (éd.) (1984). Cahiers Georges Perec, 1. Paris : POL, 15-29.
Burgelin, C. (1990). Georges Perec. Paris : Seuil.
Burgelin, C. (1996). Les parties de dominos chez Monsieur Lefèvre. Saulxures. Circé.
Chaurand, J. (1990). Quelques jalons rétrospectifs. La définition lexicographique. In Centre d’Etudes du Lexique. La
définition. Paris. Larousse.
Collinot, A., Mazière, F. (1997). Un prêt à parler : le dictionnaire. Paris. PUF.
Constantin, D. (2000). “Ne rien nier. Énoncer.”: la mise en place des instances énonciatives et narratives dans les
premiers temps de la rédaction de La Vie mode d’emploi de Georges Perec. Texte. Revue de critique et de théorie
littéraire, 27/28, 267-296.
Constantin, D. (2004). La rédaction de La Vie mode d’emploi de Georges Perec : la pièce de la mémoire. Genesis, 23,
p. 43-55.
David, P. (1994). Dictionnaire des personnages de Raymond Queneau. Limoges. PULIM.
1202
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
De Bary, C. (2005). L’aencrage dans la phrase perecquienne. In Beaumatin, E. et Ribière, M. (éd.) (2005). De Perec,
etc., derechef. Nantes. Joseph.K.
De Bary, C. et al. (2006). Cahiers Georges Perec, 9 : Le cinématographe. Bordeaux. Le Castor Astral.
Debon, C. (1988). Apollinaire : glossaire des œuvres complètes. Paris. Publication de la Sorbonne Nouvelle.
Le Dorand, S., Pelloud F., Rosé P. (1993). Dictionnaire San-Antonio. Paris. Fleuve Noir.
Grand Larousse de la langue française. (1971). Paris. Larousse.
Le Grand Robert v2. (2005) CD-Rom, Paris. Le Robert.
Hatzfeld, A., Darmsteter, A. (1932). Dictionnaire général de la langue française. Paris. Delagrave.
Hartje, H, Magné, B, Neefs, J. (éd.) (1993). Cahier des charges de La Vie mode d’emploi. Cadeilhan-Paris,
Zulma/CNRS Editions.
Hoyer, F. (1997). Mise à l’index d’un récit : W ou le souvenir d’enfance de Georges Perec. Mémoire de maîtrise,
Université de Toulouse-Le Mirail.
Kauffmann, V. (1997). Poétique des groupes littéraires. Paris. PUF.
Lejeune, P. (1991). La mémoire et l’oblique. Georges Perec autobiographe. Paris. P.O.L.
Le Tellier, H. (2006). Esthétique de l’Oulipo. Bordeaux. Le Castor Astral.
Lexis, dictionnaire de langue française. (1975). Paris. Larousse.
Littré, E. (1873), Dictionnaire de la langue française. Paris. Hachette.
Lothammer, E. (2005). Le vocabulaire de J.-B. Pontalis. Mémoire de M2, Université de Nancy 2.
Magné, B. (1989). Les Revenentes : de l’effervescence entre lengge et texte. In Magné, B. (1989). Perecollages 19811988, 175-192.
Magné, B. (1997). Perec : faire concurrence aux dictionnaires. Le Cabinet d’amateur, 6, 13-30.
Magné, B. (1999). Georges Perec. Paris. Nathan.
Magoudi, A. (1996). La lettre fantôme. Paris. Minuit.
Noudelmann, F. et Philippe, G. (2004). Dictionnaire Sartre. Paris. Champion.
Perec, G. (1965). Les Choses. Paris. Julliard, puis (2002), La Pochothèque.
Perec, G. (1969). La Disparition. Paris. Denoël, puis (2002), La Pochothèque.
Perec, G. (1972). Les Revenentes. Paris. Julliard, puis (2002), La Pochothèque.
Perec, G. (1975). W ou le souvenir d’enfance. Paris. Denoël, puis (1995), Tel Gallimard.
Perec, G. (1978). La Vie mode d’emploi. Paris. Hachette, puis (2002), La Pochothèque.
Perec, G. (1979). Un cabinet d’amateur. Paris. Balland, puis (2002), La Pochothèque.
Petit Larousse en couleurs. (1968). Paris. Larousse.
Petit Larousse illustré. (1975). Paris. Larousse.
Petit Robert 1. (1977). Paris. Société du Nouveau Littré.
Reggiani, C. (2001). Perec : une poétique de la photographie. Le Cabinet d’amateur sur Internet, http://www.cabinetperec.org.
Rémy, M. (2003). La concession. Pour une éthique des transformations textuelles dans l’œuvre de Georges Perec et
Guy Debord. Thèse de Doctorat. Université de Nancy 2.
Robert, P. (1959). Dictionnaire alphabétique et analogique de la langue française. Paris. Société du Nouveau Littré.
Robin, R. (1993). Le deuil de l’origine. Saint-Denis. Presses Universitaires de Vincennes.
1203
CMLF2008
CMLF2008
Durand J. Habert B., Laks B. (éds.)
Congrès Mondial de Linguistique Française - CMLF'08
ISBN 978-2-7598-0358-3, Paris, 2008, Institut de Linguistique Française
Lexique(s)
DOI 10.1051/cmlf08169
i
L’aencrage, concept élaboré en croisant la notion d’ancrage (mémoriel et géographique) et celle d’encrage (comme
trace matérielle et graphique) est un procédé typique de l’écriture de Perec. Il consiste à utiliser dans le texte des
éléments que B. Magné définit comme « formes-sens », et qui présentent trois caractéristiques : leur récurrence, leur
lien avec un fragment d’autobiographie de l’auteur, et enfin leur utilisation comme « principe organisateur pour la
forme de l’expression », en d’autres termes, comme contrainte formelle. Ainsi le onze est un chiffre qui est répété de
manière ostensible dans Quel petit vélo à guidon chromé au fond de la cour ? ; il renvoie à la date, le 11 février 43, à
laquelle Cyrla Perec, mère de l’auteur, a été déclarée décédée. Enfin, le onze règle le fait que le titre comporte onze
mots, et que le mot onze soit lui-même répété onze fois dans le texte (Magné, 1999 : 29-30).
1204
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising