Fiche technique miscanthus

Fiche technique miscanthus
It in ér ai re cu lt ur al
le
Miscanthus
2
Désherbage,
Fertilisation et
Protection de la plante
DÉSHERBAGE
Du fait d’un démarrage tardif, le Miscanthus
subit une forte concurrence des adventices
l’année de son implantation et parfois l’année suivante. Celle-ci peut avoir un impact
fort sur le rendement des premières années
de la culture.
Par la suite, aucun désherbage systématique
n’est nécessaire : la couverture végétale de
la culture et la formation d’un mulch au sol
(chute des feuilles à l’automne) empêchent en
grande partie la prolifération des adventices.
1
Implantation,
les variables-clés
de réussite de la culture
Depuis juin 2009, le Ministère de l’AgriLa qua lité des rizh ome s jou
e
dire ctem ent sur le tau x de
lev
culture a homologué l’utilisation de plusieurs matières actives sur cette culture. Les
ée
vont permettre d’établir des préconisa-
LA PRÉPARATION DU SOL
Le sol doit être préparé en profondeur (au
TECHNIQUE D’IMPLANTATION
moins 15 cm), pour être meuble et aéré,
La plantation des rhizomes s’effectue au
comme pour une culture de pommes de terre.
essais réalisés à ce jour et leur poursuite
printemps, de mars à mai, avec un matériel
spécifique permettant de distribuer 18 000
tions de désherbage adaptées. Le désherbage mécanique constitue aussi une solution envisageable, des essais l’ont déjà
démontré et vont être poursuivis.
à 20 000 pieds/hectare de façon régulière.
L’objectif est d’obtenir un peuplement de
12 000 à 15 000 pieds par hectare.
Le rhizome doit être planté à une profondeur
comprise entre 5 et 10 cm, en fonction des
me ub le et aé ré ,
Le so l do it êt re
cu lt ur e
co mm e po ur un e
rr e
te
de
e
mm
de po
QUALITÉ DES RHIZOMES
Un rhizome de qualité constitue la meilleure
garantie d’un taux de levée satisfaisant. Les
critères à prendre en compte sont la taille
et le poids, mais aussi la vitalité notamment
à travers la présence de plusieurs yeux par
rhizome, la fraîcheur et la qualité de conservation entre l’arrachage et la replantation.
conditions pédo-climatiques locales. Le rang
doit être rappuyé après plantation afin de
garantir un bon contact entre le rhizome et le
sol, pour éviter le dessèchement du rhizome
et garantir un taux de reprise satisfaisant.
PROTECTION
MALADIES : A l’heure actuelle, aucune mala-
Le sa v ie z – v ou s ?
so l, la qu al ité
La pr ép ar at io n du
la tec hn iq ue d’ im
de s rh izo me s et
i
s élé me nt s qu
pl an ta tio n so nt de
rg em en t l’e xp re sco nd iti on ne nt la
l de re nd em en t de
sio n du po ten tie
la cu ltu re !
die n’a été identifiée sur la culture, cependant
avec le développement prévisible des surfaces,
la prudence et la vigilance s’imposent.
RAVAGEURS : À l’exception du taupin dont
les attaques sont destructrices (en particulier
dans les parcelles à risques de type ancienne
prairie ou jachère), à ce jour aucun prédateur de la plante n’été identifié.
en
3
leçons !
3
Récolte
Les usages actuellement faits du Miscanthus
conduisent à le récolter en sec, en sortie
d’hiver, en février et mars en fonction des
conditions climatiques.
es an né es ,
ap rè s le s pr em ièr
st ém at iqu e
sy
ge
ba
au cu n dé sh er
n’ es t né ce ssa ire
FERTILISATION
Lorsque la plante est récoltée en sec, les
feuilles sont tombées au sol et seules les tiges
sont récoltées, limitant les exportations de
nutriments puisque lors de la phase de sénes-
réco lte : Du mat érie l con ven
tion nel
con vien t bien
Seules les tiges du Miscanthus sont alors
récoltées, dès que leur taux de matière sèche
dépasse 80 %. Dans certaines conditions
climatiques, ce taux de matière sèche peut
MATÉRIEL
n’être atteint qu’au printemps.
La récolte s’effectue avec du matériel agricole
La faible densité du produit (environ
100 kg/m3 en vrac et jusqu’à 250 kg/m3
en balles haute densité) limite fortement
son transport sur des distances importantes
(au-delà de 40 km pour du vrac notamment).
cence à l’automne, une partie des éléments
conventionnel (ensileuse équipée d’un bec
maïs kemper ou fauchage et pressage avec
presse à haute densité). La taille des
brins doit être adaptée au conditionnement.
Pour
une
récolte en
vrac,
les
brins
courts seront plus adaptés alors qu’une
mise en balles nécessite des brins plus
nutritifs ont migré vers les rhizomes pour en
long (100 mm au minimum). ❚
reconstituer les réserves.
Selon les sources, les exportations annuelles
de cette culture s’élèveraient à :
◆
50 à 80 kg d’azote par an
◆
5 à 10 kg de phosphore par an
◆
70 à 120 kg de potassium par an
La réponse de la culture à l’azote est généralement faible.
Dès lors, cette culture ne nécessite aucune fertilisation récurrente dans les sols bien pourvus
et qui ont un potentiel élevé de minéralisation.
La récol te du misca nthu s sec
se fait à la fin de l’hiv er
BIODIVERSITÉ ET
ENVIRONNEMENT
La fertilisation s’envisage comme une fertilisa-
Améliorer le bilan environnemental de votre exploitation
tion d’entretien visant à ne pas appauvrir les
Le Miscanthus, comme le switchgrass, est une plante pérenne qui constitue
en milieu agricole un biotope se rapprochant de la forêt, contribuant à
l’amélioration du bilan carbone des exploitations. Il en découle plusieurs
avantages. La couverture du sol est permanente, faisant de cette culture un
moyen efficace de lutte contre l’érosion.
sols au fil des années. Sur la base d’analyses
de sols réalisées périodiquement, des apports
ponctuels d’azote et de potassium pourront
être envisagés en fonction des besoins.
Réduire les interventions phytosanitaires
Dès la troisième année suivant l’implantation du miscanthus, les interventions
phytosanitaires sont limitées. De plus, les pertes d’azote par lixiviation sont
faibles, comparables à celles d’une prairie, ce qui pourrait en faire une culture
envisageable sur les zones de captage, si la réglementation l’autorise, et à
condition de maîtriser les pertes potentielles des deux premières années.
Préserver la biodiversité
sol
Les feu ille s tom bée s sur le
eur
tect
pro
ch
for men t un mul
Par ailleurs, le miscanthus constitue un habitat pour une faune diversifiée
favorable à la biodiversité. La récolte s’effectuant en dehors des périodes
de nidification, cette culture ne perturbe pas l’établissement des oiseaux.
Le maintien de la culture durant l’hiver offre de plus un couvert pour la faune.
CONTRIBUONS AU
»
E
S
S
A
M
IO
B
T
E
U
Q
U
O
«B
DE DEMAIN !
UTILISATIONS ET DÉBOUCHÉS
Récolté en vert, le Miscanthus pourrait à terme servir à produire du biogaz, de
l’éthanol de 2ème génération, de la pâte à papier, ainsi qu’à alimenter en biomasse le secteur de la chimie verte. Toutefois ce mode récolte pourrait induire
des exportations de nutriments et donc des besoins de fertilisation beaucoup
plus élevés. De même l’impact à long terme de ce type de coupe sur la pérennité de la plante n’est pas connu.
C’est néanmoins récolté en sec, qu’il offre les usages les plus nombreux et
immédiats : biocombustibles, paillages, litières, biomatériaux (isolation,
construction, industrie, emballages, etc.), bioplastiques mais également
éthanol de 2ème génération et chimie verte.
Cette approche vise à substituer de la biomasse renouvelable à des énergies fossiles, afin de maîtriser la facture énergétique et de réduire les
émissions nettes de CO2 :
• d’une part dans des installations industrielles ;
• d’autre part pour des utilisations domestiques et collectives (chaudières
et poêles polycombustibles).
A très court terme, l’usage biocombustible apparaît comme le principal
débouché compte tenu des caractéristiques de la plante :
• PCI élevé (4,9 MW/t MS) comparable à celui du bois avec un taux de
matière sèche supérieur
Un hectare de miscanthus permet
• rendement élevé de MS à l’ha
ainsi de produire annuellement
l’équivalent de 5 à 7 500 litres
de fioul selon le rendement.
LE MISCANTHUS : MODE D’EMPLOI
A savoir : Les parcelles d’argile hydromorphe ou les parcelles crayeuses semblent pénaliser le développement
de la culture.
EAU
Cette plante est sensible au stress hydrique, facteur limitant principal du rendement en matière sèche. Elle
présente donc une faible affinité pour les sols légers ou superficiels. A l’opposé, le miscanthus est également
sensible aux excès d’eau hivernaux et à l’eau stagnante. Les terrains inondables sont par conséquent à éviter.
TEMPERATURE
La plante se développe dès que la température du sol atteint 10°C mais peut être sensible aux fortes gelées
de printemps, au cours de l’année suivant son implantation en particulier. Une fois installée, elle semble bien
résister au froid hivernal.
ROTATION
Le précédent cultural est à prendre en compte : derrière une prairie ou une jachère, le risque taupin sera
important, il est alors recommandé de mettre en place une culture intermédiaire pour le limiter.
CHOIX
DES
PARCELLES
L’accessibilité et la portance de la parcelle constituent des éléments importants du point de vue de la récolte
et de son calendrier spécifique.
Il est important de privilégier des parcelles qui soient les plus proches possibles du lieu de transformation
ou d’utilisation finale afin de limiter les coûts de transport du produit récolté, dont la densité est faible.
MATERIEL
L’entretien et la récolte de cette culture se font avec du matériel agricole conventionnel.
RENDEMENT
Le rendement moyen des cultures matures, variable selon les conditions de sol et de climat, peut atteindre
12 à 15 tonnes de matière sèche par an.
Photos : © UCDV © LUZEAL
SOL
Le Miscanthus est une plante qui s’adapte à de nombreux types de sols avec une préférence pour les sols
profonds et bien alimentés en eau (400 à 600 mm de précipitations nécessaires d’avril à novembre).
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement