Apidra (insuline glulisine)

Apidra (insuline glulisine)
MONOGRAPHIE DE PRODUIT
APIDRA®
Insuline glulisine (ADN recombiné)
Solution injectable de 100 U/mL
Code ATC : A10AB
Antidiabétique
Analogue recombiné de l’insuline humaine à action rapide
sanofi-aventis Canada Inc.
2905, place Louis-R.-Renaud
Laval (Québec) H7V 0A3
No de contrôle de la présentation : 170532
Date de révision:
11 février 2014
Version s-a 12 datée du 11 février 2014
Page 1 de 65
Table des matières
PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ .............. 3
RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT ......................................................... 3
DESCRIPTION ............................................................................................................................ 3
INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE ..................................................................................... 4
CONTRE-INDICATIONS ........................................................................................................... 4
MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS .................................................................................... 4
EFFETS INDÉSIRABLES ......................................................................................................... 11
INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES ............................................................................... 15
POSOLOGIE ET ADMINISTRATION ..................................................................................... 17
SURDOSAGE ............................................................................................................................ 19
MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE ....................................................... 20
STABILITÉ ET CONSERVATION .......................................................................................... 25
DIRECTIVES PARTICULIÈRES DE MANIPULATION ........................................................ 27
FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT........................... 27
PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES ........................................................... 28
RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES ........................................................................ 28
ESSAIS CLINIQUES ................................................................................................................. 29
TOXICOLOGIE ......................................................................................................................... 34
RÉFÉRENCES ........................................................................................................................... 40
PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR ................................... 41
PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR ................................... 50
PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR ................................... 58
Page 2 de 65
MONOGRAPHIE DE PRODUIT
APIDRA®
Insuline glulisine (ADN recombiné)
Antidiabétique
Analogue recombiné de l’insuline humaine à action rapide
PARTIE I : RENSEIGNEMENTS POUR LE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ
RENSEIGNEMENTS SOMMAIRES SUR LE PRODUIT
Voie
d’administration
Forme posologique et teneur
Sous-cutanée
Solution pour injection dosée à 100 U/mL
Ingrédients non médicinaux
cliniquement importants
m-crésol, trométamol, chlorure de sodium,
polysorbate 20, eau pour injection, acide
chlorhydrique et hydroxyde de sodium (pour ajuster
le pH)
Voir la section FORMES POSOLOGIQUES,
COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT pour
connaître la liste complète des ingrédients.
DESCRIPTION
APIDRA® (insuline glulisine [ADN recombiné]) est un analogue recombiné de l’insuline humaine
à action rapide destiné à l’administration par voie parentérale comme agent hypoglycémiant.
L’insuline glulisine est obtenue par recombinaison génétique in vitro à partir de la culture d’une
souche de laboratoire d’Escherichia coli (K12) non pathogène.
L’insuline glulisine se distingue de l’insuline humaine ∗ par la substitution de l’acide aminé
asparagine par de la lysine à la position 3 de la chaîne B et celle de la lysine par de l’acide
glutamique à la position 29 de cette même chaîne (voir la section RENSEIGNEMENTS
PHARMACEUTIQUES).
∗
Dans certaines études, l’insuline humaine régulière renvoie à l’insuline à action rapide commercialisée
internationalement.
Page 3 de 65
INDICATIONS ET USAGE CLINIQUE
APIDRA (insuline glulisine [ADN recombiné]) est un analogue recombiné de l’insuline humaine
indiqué pour :
− le traitement des adultes atteints de diabète devant prendre de l’insuline.
− le traitement des enfants atteints de diabète de type 1 qui doivent prendre une insuline à
action rapide. Il n’existe pas de données cliniques suffisantes portant sur l’emploi
d’APIDRA chez les enfants âgés de moins de 6 ans (voir la section MISES EN GARDE
ET PRÉCAUTIONS, Populations particulières, Enfants).
APIDRA agit plus rapidement et a une durée d’action plus courte que l’insuline humaine
régulière. Normalement, APIDRA doit être intégré à un schéma thérapeutique comportant une
insuline à action prolongée ou un analogue de l’insuline basale afin que l’équilibre glycémique
demeure approprié (voir la section POSOLOGIE ET ADMINISTRATION). On peut également
employer APIDRA concurremment aux hypoglycémiants oraux.
CONTRE-INDICATIONS
APIDRA (insuline glulisine [ADN recombiné]) est contre-indiqué chez les patients qui présentent
une hypersensibilité à ce médicament ou à l'un des ingrédients qui entrent dans la composition de
ce produit ou de son contenant. Voir la section FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION
ET CONDITIONNEMENT pour connaître la liste complète des ingrédients.
MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS
Mises en garde et précautions importantes
L’hypoglycémie est l’effet indésirable le plus courant d’un traitement par l’insuline, y compris
APIDRA (voir la section MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS – Système endocrinien et
métabolisme, Hypoglycémie). Comme pour toute autre insuline, le moment d’apparition de la
réaction hypoglycémique peut varier selon la préparation d’insuline. La surveillance glycémique
est recommandée pour tous les patients diabétiques.
Une réaction hypoglycémique ou hyperglycémique non corrigée peut provoquer une perte de
conscience, le coma ou la mort.
Tout changement d’insuline doit se faire avec prudence et uniquement sous surveillance
médicale.
APIDRA se distingue de l’insuline humaine régulière par son début d’action rapide et sa durée
d’action plus courte. Lorsqu’APIDRA est administré au moment des repas, l’injection de la dose
doit être faite dans les 15 minutes qui précèdent ou dans les 20 minutes qui suivent le début du
Page 4 de 65
repas (voir la section MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE).
APIDRA administré par injection sous-cutanée doit généralement être intégré à un schéma
thérapeutique comportant une insuline à action intermédiaire ou prolongée. APIDRA peut
également être utilisé en monothérapie et administré par perfusion au moyen d’une pompe à
insuline afin de maintenir un équilibre glycémique approprié.
On peut mélanger APIDRA avec de l’insuline humaine NPH, sauf en cas d’administration au
moyen d’une pompe (voir la section POSOLOGIE ET ADMINISTRATION – Perfusion souscutanée au moyen d’une pompe à insuline).
On ne doit administrer l’insuline que si la solution est claire, incolore, qu’elle a l’aspect de l’eau
et qu’aucune particule solide ne colle aux parois de la fiole ou de la cartouche (voir la section
POSOLOGIE ET ADMINISTRATION).
Généralités
Comme dans le cas de toute autre préparation d’insuline, l’administration d’APIDRA est sujette à
une variabilité interindividuelle de la réponse en fonction du temps, mais aussi à une variabilité
intra-individuelle selon le moment de l’administration, le lieu d’injection, l’apport sanguin, la
température et l’activité physique. Il peut être nécessaire d’ajuster la posologie de toute
préparation d’insuline si le patient modifie son activité physique ou son régime alimentaire.
L’hypokaliémie est l’un des effets indésirables cliniques possibles de toutes les insulines,
particulièrement lorsqu’elles sont administrées par voie intraveineuse (p. ex., pour le traitement de
l’acidocétose diabétique). Cet effet indésirable est davantage susceptible de survenir chez les
patients qui prennent des hypokaliémiants, qui présentent une déperdition potassique attribuable à
diverses causes (p. ex., la diarrhée) ou qui sont traités pour une acidocétose diabétique.
Comme avec toute autre insuline, on doit faire preuve d’une prudence accrue chez les patients qui
reçoivent une insulinothérapie depuis longtemps, ceux-ci pouvant être davantage prédisposés aux
épisodes d’hypoglycémie, de même que chez les patients ayant des antécédents d’ischémie
cardiaque, car ils sont plus susceptibles de subir des effets indésirables d’ordre cardiaque.
Les besoins en insuline peuvent être modifiés en présence de stress ou de maladie, surtout si elle
s’accompagne d’infection ou de fièvre.
Les thiazolidinediones (TZD), employées en monothérapie ou en association avec d’autres
antidiabétiques (dont l’insuline), peuvent causer une insuffisance cardiaque et de l’œdème. La
prise concomitante d’une TZD et d’insuline n’est pas indiquée dans le traitement du diabète de
type 2. Il convient de consulter la section MISES EN GARDES ET PRÉCAUTIONS des
monographies respectives des TZD lorsqu’on envisage l’emploi d’un agent de cette classe
thérapeutique en association avec de l’insuline, y compris APIDRA.
Page 5 de 65
Afin d’éviter la transmission de maladies, les cartouches ou les seringues préremplies ne doivent
être utilisées que par une seule personne.
On a signalé la survenue d’erreurs liées au traitement médicamenteux impliquant l’administration
accidentelle d’autres préparations d’insuline, notamment des insulines à action prolongée, plutôt
que d’insuline glulisine. Afin d’éviter que de telles erreurs surviennent, il faut aviser le patient
qu’il doit vérifier le nom de l’insuline sur l’étiquette du produit avant chaque injection (voir la
section EFFETS INDÉSIRABLES).
Système endocrinien et métabolisme
Hypoglycémie :
Comme dans le cas de toute autre préparation d’insuline, l’administration d’APIDRA peut
entraîner des réactions hypoglycémiques. L’hypoglycémie est l’effet indésirable le plus courant
d’un traitement par l’insuline, y compris APIDRA (voir la section EFFETS INDÉSIRABLES).
L’hypoglycémie peut se manifester lorsque la dose d’insuline est trop élevée par rapport aux
besoins en insuline du patient (voir la section SURDOSAGE). Il faut user de prudence chez les
patients qui ne connaissent pas l’hypoglycémie et chez ceux qui pourraient y être prédisposés
(p. ex., les enfants et les patients qui jeûnent ou dont la consommation d’aliments est irrégulière).
Les symptômes avant-coureurs de l’hypoglycémie peuvent différer d’une personne à l’autre, ou
encore être moins prononcés ou inexistants dans certaines circonstances, notamment chez les
patients dont l’équilibre glycémique s’est nettement amélioré ou dont l’hypoglycémie se
manifeste graduellement, les personnes âgées, les patients qui présentent un diabète depuis
longtemps ou une neuropathie diabétique et ceux qui prennent certains médicaments comme les
bêtabloquants (voir la section INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES) ou qui sont soumis à
une maîtrise rigoureuse du diabète. De telles situations peuvent provoquer une hypoglycémie
grave (entraînant éventuellement une perte de conscience) sans que le patient s’en aperçoive.
Les cas graves d’hypoglycémie peuvent nécessiter l’intervention d’une autre personne. Les
personnes inconscientes ou incapables de prendre du sucre par voie orale devront recevoir une
injection de glucagon ou du glucose par voie intramusculaire ou sous-cutanée par du personnel
médical. Des réactions graves, voire la mort du patient, peuvent survenir faute d’intervention
immédiate du personnel médical.
Le moment d’apparition de la réaction hypoglycémique dépend du profil d’activité de l’insuline
administrée et risque donc de varier si l’on modifie le traitement.
Comme avec toute autre insuline, des épisodes d’hypoglycémie graves ou prolongés, surtout
lorsqu’ils sont récurrents, peuvent provoquer des lésions neurologiques, une perte de conscience,
le coma ou la mort (voir la section EFFETS INDÉSIRABLES).
Page 6 de 65
Les épisodes d’hypoglycémie survenant à la suite d’un traitement par une préparation d’insuline
comme APIDRA sont généralement d’intensité légère et peuvent être facilement corrigés. Les
changements apportés à l’insulinothérapie ou au mode de vie (p. ex., diète, saut de repas, exercice
ou activité physique) peuvent nécessiter des ajustements posologiques afin d’éviter la survenue
d’hypoglycémie. La surveillance glycémique est recommandée pour tous les patients diabétiques.
On doit recommander aux patients diabétiques de toujours avoir sur eux des comprimés de
glucose, des bonbons ou des biscuits afin de corriger sans tarder tout épisode d’hypoglycémie
dont ils pourraient être victimes (voir la PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE
CONSOMMATEUR).
Hyperglycémie :
La prise d’une dose trop faible d’insuline ou l’arrêt du traitement, surtout chez les patients atteints
de diabète de type 1, peut donner lieu à une hyperglycémie et à une acidocétose diabétique. Une
réaction hyperglycémique non corrigée peut provoquer une perte de conscience, le coma ou la
mort.
Système immunitaire
Réactions au point d’injection et réactions allergiques locales :
Comme dans le cas d’autres traitements insuliniques, il peut y avoir lipodystrophie au point
d’injection, retardant ainsi l’absorption de l’insuline. Rougeur, douleur, démangeaisons, urticaire,
enflure et inflammation font partie des autres réactions possibles au point d’injection. La
constante rotation des points d’injection dans une région donnée peut contribuer à prévenir ces
réactions ou à en réduire la fréquence. La plupart de ces réactions bénignes disparaissent
habituellement en quelques jours ou en quelques semaines. Elles peuvent survenir si l’insuline est
mal administrée (présence de substances irritantes pour la peau dans l’agent désinfectant ou
technique d’injection inadéquate), ou si le patient est allergique à l’insuline ou à l’un de ses
excipients.
Dans de rares cas, l’injection sous-cutanée de préparations d’insuline peut entraîner une
lipoatrophie (petites dépressions de la peau) ou une lipohypertrophie (augmentation de volume ou
épaississement du tissu adipeux sous-cutané). On doit recommander aux patients de communiquer
avec leur médecin s’ils remarquent de telles réactions.
Réactions allergiques généralisées :
Les réactions allergiques immédiates sont rares. De telles réactions à l’insuline (y compris à
l’insuline glulisine) ou à l’un de ses excipients peuvent prendre la forme de réactions cutanées
généralisées, d’un œdème de Quincke, d’un bronchospasme, d’hypotension, d’une réaction
anaphylactique ou d’un choc et risquent de mettre la vie du patient en danger (voir les sections
CONTRE-INDICATIONS et EFFETS INDÉSIRABLES).
Les patients qui ont déjà eu une réaction allergique à d’autres préparations d’insuline peuvent
également présenter des signes d’allergie à APIDRA.
Page 7 de 65
Production d’anticorps
L’administration d’insuline peut entraîner la production d’anticorps anti-insuline. Les anticorps
anti-insuline présentent souvent une réactivité croisée. Au cours des essais cliniques, on a observé
une réactivité croisée des anticorps anti-insuline dans les groupes de traitement par l’insuline
glulisine et par les agents de comparaison (insuline lispro et insuline humaine régulière), et les
pourcentages de hausse et de baisse des titres ont été semblables. On n’a pas établi de corrélation
entre la hausse et la baisse de ces titres d’anticorps et les changements dans les taux d’HbA1c, les
doses d’insuline ou la fréquence d’hypoglycémie, et la signification clinique de la production de
ces anticorps n’a pas été établie avec certitude. En théorie, la présence de tels anticorps antiinsuline nécessiterait un ajustement de la dose d’insuline afin de corriger la tendance à
l’hyperglycémie ou à l’hypoglycémie, mais aucun ajustement de cette nature n’a été constaté lors
de l’analyse des données d’essais cliniques sur APIDRA.
Affections concomitantes
Les besoins en insuline peuvent être modifiés en présence de maladie, de troubles émotionnels ou
de stress.
Pompe à insuline
Les patients qui utilisent une pompe à insuline externe pour administration par perfusion doivent
avoir reçu la formation qui s’impose. Le médecin et le patient doivent bien tenir compte des
directives que l’on retrouve dans la monographie et le dépliant de conditionnement d’APIDRA sur
l’emploi d’une pompe, ainsi que celles figurant dans le manuel que fournit le fabricant de la
pompe (voir la section POSOLOGIE ET ADMINISTRATION – Perfusion sous-cutanée continue
au moyen d’une pompe à insuline).
Lorsqu’il est administré par perfusion sous-cutanée au moyen d’une pompe à insuline externe, on
ne doit pas mélanger APIDRA avec une autre insuline ni le diluer dans une autre solution. Le
dispositif d’administration et le réservoir utilisés avec APIDRA doivent être remplacés au moins
toutes les 48 heures en respectant l’asepsie. Il est important que les patients respectent ces
instructions même si elles sont différentes des instructions générales figurant dans le manuel
d’utilisation de la pompe. Le non-respect de ces instructions, le fonctionnement défectueux de la
pompe ou du dispositif d’administration, les erreurs de manipulation ou la dégradation de
l’insuline peuvent rapidement entraîner une hyperglycémie, une cétose et une acidocétose
diabétique. Cette mise en garde est particulièrement pertinente dans le cas des analogues de
l’insuline à action rapide dont l’absorption est plus rapide et la durée d’action plus courte. Il faut
dépister et corriger promptement la cause de l’hyperglycémie, de la cétose ou de l’acidocétose
diabétique. Il pourrait s’avérer nécessaire de procéder provisoirement à l’injection sous-cutanée
d’APIDRA. Les patients qui recourent aux perfusions sous-cutanées continues au moyen d’une
pompe à insuline doivent être formés à l’administration d’insuline par injection et doivent se
procurer un autre dispositif d’administration d’insuline en cas de mauvais fonctionnement de la
pompe (voir les sections POSOLOGIE ET ADMINISTRATION – Perfusion sous-cutanée au
moyen d’une pompe à insuline, RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR –
APIDRA en fiole – Injection sous-cutanée continue au moyen d’une pompe à insuline et
STABILITÉ ET CONSERVATION).
Page 8 de 65
Insuffisance rénale, hépatique, biliaire ou pancréatique
Les propriétés pharmacocinétiques d’APIDRA sont généralement conservées chez les sujets
atteints d’insuffisance rénale. Aucune étude n’a été réalisée chez des patients atteints
d’insuffisance hépatique.
Comme dans le cas de toute autre insuline, les besoins en insuline APIDRA peuvent être moindres
en raison de la diminution de la capacité à réaliser la gluconéogenèse et de l’atténuation du
métabolisme insulinique, tel qu’on a pu le constater à la suite de traitements avec d’autres
insulines (voir la section MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE – Populations
particulières et états pathologiques). Une surveillance plus étroite de la glycémie de même qu’un
ajustement posologique de l’insuline ou des analogues de l’insuline, dont APIDRA, peuvent
s’imposer chez les patients qui présentent un dysfonctionnement hépatique ou rénal.
Passage d’une insuline à une autre
Tout changement d’insuline doit se faire avec prudence et uniquement sous surveillance médicale.
Des changements dans la concentration, l’horaire d’administration, la marque (fabricant), le type
(p. ex., insuline régulière, insuline NPH ou analogue de l’insuline), la source (animale, humaine)
ou le procédé de fabrication (ADN recombiné vs origine animale) de l’insuline peuvent nécessiter
l’ajustement de la posologie. Si des hypoglycémiants (antidiabétiques) oraux sont administrés en
concomitance, il se peut qu’on doive aussi en ajuster la dose.
Populations particulières
Femmes enceintes :
On ne dispose d’aucun essai clinique rigoureux sur l’administration d’APIDRA à la femme
enceinte. Les résultats d’études de reproduction animale n’ont révélé aucune différence entre
APIDRA et l’insuline humaine quant à la gestation, au développement embryofœtal, à la mise bas
et au développement des petits (voir la PARTIE II : TOXICOLOGIE – Toxicité sur la
reproduction).
Il est essentiel de maintenir un équilibre métabolique optimal chez les patientes diabétiques et
chez celles qui ont des antécédents de diabète gestationnel, avant la conception et durant toute la
grossesse. Les besoins en insuline peuvent diminuer au cours du premier trimestre de la grossesse,
mais ils augmentent en général au cours des deuxième et troisième trimestres pour finalement
diminuer rapidement après l’accouchement.
Une surveillance étroite de la glycémie est essentielle.
Les patientes diabétiques qui deviennent enceintes ou envisagent de le devenir doivent en
informer leur médecin.
Page 9 de 65
Femmes qui allaitent :
On ne sait pas si APIDRA est excrété dans le lait maternel. De nombreux médicaments, y compris
l’insuline humaine, le sont. On ne dispose d’aucune étude rigoureuse et bien contrôlée sur
l’administration d’APIDRA chez la femme qui allaite. Par conséquent, on doit faire preuve de
prudence si l'on prescrit APIDRA à une femme qui allaite. Un ajustement de la dose d’insuline et
du régime alimentaire peut être indiqué chez cette patiente (voir la PARTIE II :
TOXICOLOGIE – Toxicité sur la reproduction).
Enfants :
L’innocuité et l’efficacité d’APIDRA ont été étudiées chez des enfants (âgé de 4 à 17 ans) atteints
de diabète de type 1 [9 (1,6 %) < 6 ans, 32 (5,6 %) entre 6 et 8 ans, 149 (26 %) entre 8 et 12 ans,
et 382 (67 %) > 12 ans]. APIDRA n’a pas été étudié chez les enfants âgés de moins de 4 ans. Il
n’existe pas de données cliniques suffisantes sur l’emploi d’APIDRA chez les enfants âgés de
moins de 6 ans.
Comme chez l’adulte, la dose d’APIDRA doit être adaptée à chaque enfant en fonction de ses
besoins métaboliques et de fréquentes mesures de la glycémie.
Personnes âgées (≥ 65 ans) :
L’hypoglycémie peut être difficile à reconnaître chez la personne âgée (voir la section MISES EN
GARDE ET PRÉCAUTIONS – Système endocrinien et métabolisme, Hypoglycémie). Chez la
personne âgée, la détérioration progressive de la fonction rénale peut s’accompagner d’une baisse
constante des besoins en insuline. Une surveillance rigoureuse de la glycémie et l’ajustement
posologique de l’insuline ou de ses analogues, y compris APIDRA, peuvent être nécessaires (voir
la section MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS – Insuffisance rénale, hépatique, biliaire ou
pancréatique).
Au cours d’essais cliniques de phase III (n = 2408), APIDRA a été administré à 147 patients âgés
d’au moins 65 ans et à 27 patients âgés d’au moins 75 ans. La majorité de ces patients étaient
atteints de diabète de type 2. La variation du taux d’hémoglobine glycosylée (HbA1c) et de la
fréquence de l’hypoglycémie n’était pas différente selon l’âge, mais on ne peut écarter la
possibilité que la sensibilité à l’insuline soit plus marquée chez certaines personnes âgées.
Autre :
La présence d’affections telles que l’acromégalie, le syndrome de Cushing, l’hyperthyroïdie ou un
phéochromocytome peut venir compliquer la maîtrise du diabète.
Stylos injecteurs compatibles avec la cartouche APIDRA
La cartouche APIDRA ne doit être utilisée qu’avec les stylos injecteurs suivants :
• JuniorSTARMC qui délivre APIDRA par paliers de 0,5 unité.
• ClikSTAR® qui délivre APIDRA par paliers de 1 unité.
Il faut éviter d’utiliser cette cartouche avec d’autres stylos injecteurs réutilisables, car l’exactitude
de la dose administrée n’a été établie qu’avec les stylos mentionnés précédemment.
Page 10 de 65
Risque d’accident au travail
La capacité de concentration ou de réaction peut être réduite en cas d’hypoglycémie,
d’hyperglycémie ou, par exemple, à la suite d’un trouble visuel. Dans les circonstances où il
importe de conserver cette capacité intacte (p. ex., lorsqu’on conduit un véhicule automobile ou
fait fonctionner une machine), cela peut représenter un risque.
On doit donc recommander aux patients de prendre les précautions qui s’imposent pour éviter
l’hypoglycémie lorsqu’ils conduisent. Cela est particulièrement important chez les patients qui ont
peu ou qui n’ont pas conscience des symptômes avant-coureurs de l’hypoglycémie, ou encore, qui
sont sujets à des épisodes fréquents d’hypoglycémie. Dans de telles circonstances, on devrait
s’interroger sur l’opportunité de conduire un véhicule automobile ou de faire fonctionner une
machine.
EFFETS INDÉSIRABLES
Aperçu des effets indésirables du médicament
Dans l’ensemble, les résultats des études cliniques comparant APIDRA à des insulines à action
rapide n’ont révélé aucune différence par rapport à la fréquence des effets indésirables.
Les réactions défavorables observées étaient celles que l’on sait associées à cette classe de
médicaments et, par conséquent, propres aux insulines.
Organisme entier :
Allergie locale
Comme dans le cas d’autres traitements insuliniques, une allergie locale peut se manifester sous
forme de rougeur, de démangeaisons, d’œdème ou d’hémorragie au point d’injection de l’insuline.
Ces réactions bénignes disparaissent habituellement en quelques jours ou semaines. Dans certains
cas, elles peuvent être associées à d’autres facteurs que l’insuline, comme à la présence de
substances irritantes pour la peau dans l’agent désinfectant ou à une technique d’injection
inadéquate.
Allergie généralisée
L’allergie généralisée à l’insuline (y compris à l’insuline glulisine) est moins fréquente, mais peut
se révéler plus grave. Elle peut provoquer une éruption cutanée (y compris du prurit) sur tout le
corps, de l’essoufflement, une respiration sifflante, la chute de la tension artérielle, l’accélération
du pouls ou la sudation. Dans les cas graves, l’allergie généralisée, y compris les réactions
anaphylactiques, peut menacer le pronostic vital.
On a fait état de réactions locales et de myalgies généralisées à la suite de l’emploi du m-crésol
comme excipient injectable.
Page 11 de 65
Hypoglycémie
L’hypoglycémie, effet indésirable souvent lié à l’emploi de l’insulinothérapie, peut se manifester
lorsque la dose d’insuline est trop élevée par rapport aux besoins en insuline du patient.
Comme avec toute autre insuline, des épisodes d’hypoglycémie graves ou prolongés, surtout
lorsqu’ils sont récurrents, peuvent provoquer des lésions neurologiques, une perte de conscience,
le coma ou la mort.
Le risque d’épisode d’hypoglycémie symptomatique (toutes catégories confondues) s’est révélé
équivalent entre les patients qui recevaient APIDRA et ceux qui recevaient les insulines à courte
durée d’action comme agents de comparaison en présence d’un diabète de type 1 ou 2 (voir la
section MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).
Tableau 1 – Nombre de patients ayant subi au moins 1 épisode d’hypoglycémie symptomatique lors des essais
ayant porté sur des adultes atteints de diabète de type 1 et 2
Diabète de type 1
Comparateur
Glulisine
Injection sous-cutanée
Perfusion sous-cutanée
Diabète de type 2
a
Comparateur
Glulisine
b
n/N
%
n/N
%
n/N
%
n/N
%
783/921
85,0
516/611
84,5
562/883
63,6
578/883
65,5
26/29
89,7
24/30
80,0
-
-
-
-
c
n = nombre de patients ayant subi au moins 1 épisode d’hypoglycémie; N = nombre de patients évaluables parmi
tous les sujets admis à l’étude.
a : insuline lispro, insuline humaine régulière; b : insuline humaine régulière; c : insuline aspart
Tableau 2 – Nombre (pourcentage) d’enfants atteints de diabète de type 1
ayant présenté une hypoglycémie symptomatique
Glulisine
Lispro
n/N
(%)
Nombre
d’épisodes
n/N
(%)
Nombre
d’épisodes
Phase de
sélection/préliminaire
198/277
(71,5)
1269
213/295
(72,2)
1144
Mois 1
195/277
(70,4)
1212
184/295
(62,4)
973
Mois 2
125/274
(45,6)
781
125/295
(42,4)
756
Mois 3
158/270
(58,5)
864
168/292
(57,5)
870
Mois 4 –
Fin du traitement
199/268
(74,3)
2686
199/291
(68,4)
2747
Phase de traitement
230/277
(83,0)
5543
238/295
(80,7)
5346
complète
n = nombre de sujets ayant rapporté au moins 1 épisode d’hypoglycémie symptomatique; N = nombre de sujets
randomisés et traités évaluables
Page 12 de 65
Chez les enfants atteints de diabète de type 1, la fréquence globale d’hypoglycémie
symptomatique était comparable entre les groupes de traitement (83 % pour l’insuline glulisine vs
81 % pour l’insuline lispro). Toutefois, on a observé une différence significative entre les groupes
de traitement durant le premier mois de traitement à l’égard de la fréquence (70,4 % dans le
groupe insuline glulisine, 62,4 % dans le groupe insuline lispro, p = 0,0330) et du taux mensuel
(4,77 vs 3,59 respectivement, p = 0,0094) d’hypoglycémie symptomatique. Dans le cas de
l’hypoglycémie symptomatique nocturne, on a observé une différence entre les 2 groupes de
traitement en ce qui a trait à la fréquence et au taux mensuel par sujet, avec une fréquence
supérieure (39,7 % vs 30,5 %) et plus d’épisodes (0,25 vs 0,19) rapportés dans le groupe insuline
glulisine. La différence était particulièrement notable durant le premier mois de traitement
(fréquence [19,9 % vs 11,2 %] et nombre d’épisodes [0,41 vs 0,23]), lorsque tous les sujets
avaient été randomisés suivant une période préliminaire de 4 semaines avec ajustement
individualisé de la dose d’insuline lispro. La fréquence des épisodes d’hypoglycémie
symptomatique grave et d’hypoglycémie symptomatique nocturne grave était comparable pour
tous les groupes de traitement.
Peau et phanères
Comme dans le cas d’autres traitements insuliniques, il peut y avoir lipodystrophie au point
d’injection, retardant ainsi l’absorption de l’insuline. La constante rotation des points d’injection
dans une région donnée peut contribuer à prévenir cette réaction ou à en réduire la fréquence.
Gain pondéral
Un gain pondéral peut se produire au cours d’un traitement par une insuline, y compris APIDRA,
et a été attribué aux effets anaboliques de l’insuline et à la diminution de la glycosurie.
Effets indésirables observés au cours d’essais cliniques
Puisque les essais cliniques sont menés dans des conditions très particulières, les taux des effets
indésirables au médicament qui y sont observés peuvent ne pas refléter les taux observés en
pratique et ne doivent pas être comparés aux taux observés dans le cadre des essais cliniques
portant sur un autre médicament. Les renseignements sur les effets indésirables d'un médicament
qui sont tirés d'essais cliniques s'avèrent utiles pour la détermination des manifestations
indésirables liées aux médicaments et pour l'estimation des taux.
Page 13 de 65
Tableau 3 – Effets indésirables couramment observés (≥ 1 %) au cours de l’ensemble des
études réalisées chez des adultes atteints d’un diabète de type 1 ou 2
Effet indésirable
Système, organe/terme
privilégié
Troubles généraux et
touchant le point
d’administration
Hypertrophie au point
d’injection
Troubles métaboliques et
alimentaires
Hypoglycémie (SAP*)
Convulsions
hypoglycémiques
Hypoglycémie non perçue
Troubles du système
nerveux
Coma hypoglycémique
* sans autre précision
Insuline glulisine
(toutes les études)
n = 1833
(% de patients)
Lispro
n = 333
(% de patients)
Insuline
humaine
régulière
n = 1161
(% de patients)
Insuline aspart
n = 30
(% de
patients)
9 (0,5)
7 (2,1)
- (-)
- (-)
83 (4,5)
16 (0,9)
22 (6,6)
7 (2,1)
33 (2,8)
9 (0,8)
2 (6,7)
- (-)
1 (0,1)
4 (1,2)
- (-)
2 (6,7)
49 (2,7)
13 (3,9)
19 (1,6)
- (-)
On expose au Tableau 4 les effets indésirables survenus à une fréquence plus élevée que 1 % lors
d’une étude clinique réalisée chez des enfants et des adolescents atteints de diabète de type 1 et
traités par l’insuline glulisine (n = 277) ou l’insuline lispro.
Tableau 4 – Effets indésirables couramment observés (≥ 1 %) chez des enfants
et des adolescents atteints de diabète de type 1
Effet indésirable
Système, organe/terme privilégié
Insuline glulisine
n = 277
(% de patients)
Lispro
n = 295
(% de patients)
Troubles généraux et condition au site d’administration
Hypertrophie au point d’injection
3 (1,1)
1 (0,3)
Troubles métaboliques et alimentaires
Hypoglycémie (SAP*)
Convulsions hypoglycémiques
6 (2,2)
17 (6,1)
7 (2,4)
14 (4,7)
1 (0,4)
3 (1,0)
Troubles du système nerveux
Coma hypoglycémique
* Sans autre précision
Durant les études cliniques, on n’a signalé aucune différence de portée clinique entre l’insuline
glulisine et les préparations d’insuline à action rapide servant de comparateurs pour ce qui est de
la fréquence globale des effets indésirables. Les réactions défavorables observées étaient celles
que l’on sait associées à cette classe de médicaments et, par conséquent, propres aux insulines.
Page 14 de 65
Effets indésirables peu courants du médicament observés au cours des essais
cliniques (< 1 %)
Troubles digestifs : nausées
Troubles généraux et touchant le point d’administration : fatigue, réaction au point d’injection
(SAP*), œdème périphérique, asthénie, hypertrophie du tissu adipeux, sensation de piqûre au
point d’injection
Infections et infestations : cellulite
Lésions, empoisonnement et complications liées au traitement : surdosage (SAP*)
Troubles métaboliques et alimentaires : hyperglycémie (SAP*)
Troubles du système nerveux : paresthésie
Troubles cutanés et sous-cutanés : lipodystrophie acquise
* sans autre précision
Effets indésirables du médicament signalés après la commercialisation du produit
Autres :
On a signalé la survenue d’erreurs liées au traitement médicamenteux impliquant l’administration
accidentelle d’autres préparations d’insuline, notamment des insulines à action prolongée, plutôt
que d’APIDRA.
INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES
Aperçu
Interactions médicament-médicament
Voici quelques exemples d’interactions médicamenteuses pouvant survenir lors du traitement par
APIDRA :
Page 15 de 65
Tableau 5 – Interactions médicamenteuses établies ou possibles
Médicament
Antidiabétiques oraux
Disopyramide
Fibrates
Fluoxétine
Inhibiteurs de l’ECA
Inhibiteurs de la MAO
Pentoxifylline
Propoxyphène
Salicylés
Sulfamides
Antipsychotiques atypiques (p.
ex., olanzapine et clozapine)
Corticostéroïdes
Danazol
Dérivés de la phénothiazine
Diazoxide
Diurétiques
Glucagon
Inhibiteurs de la protéase
Isoniazide
Œstrogènes et progestatifs (que
renferment les contraceptifs
oraux, p. ex.)
Somatropine
Sympathomimétiques (p. ex.,
adrénaline, salbutamol,
terbutaline)
Analogues de la somatostatine
Hormones thyroïdiennes
Référence
Théorique
Effet
Peuvent accentuer l’effet
hypoglycémiant et
augmenter la sensibilité à
l’hypoglycémie
Commentaire
Il peut être nécessaire de surveiller
étroitement la glycémie et d’ajuster la
dose (la réduire) d’APIDRA.
Théorique
Peuvent atténuer l’effet
hypoglycémiant.
Il peut être nécessaire de surveiller
étroitement la glycémie et d’ajuster
(augmenter ou réduire) la dose
d’APIDRA.
Théorique
Peuvent accroître ou
diminuer les besoins en
insuline.
Alcool
Bêtabloquants
Clonidine
Sels de lithium
Pentamidine
Théorique
Peuvent potentialiser ou
amoindrir l’effet
hypoglycémiant de
l’insuline.
Peut causer de
l’hypoglycémie, parfois
suivie d’hyperglycémie.
Sympatholytiques comme les
bêtabloquants, la clonidine, la
guanéthidine et la réserpine
Théorique
Il peut être nécessaire de surveiller
étroitement la glycémie et d’ajuster
(augmenter ou réduire) la dose
d’APIDRA.
Il peut être nécessaire de surveiller
étroitement la glycémie et d’ajuster
(augmenter ou réduire) la dose
d’APIDRA.
Il peut être nécessaire de surveiller
étroitement la glycémie et d’ajuster
(augmenter ou réduire) la dose
d’APIDRA.
Il peut être nécessaire de surveiller
étroitement la glycémie et d’ajuster
(augmenter ou réduire) la dose
d’APIDRA.
Théorique
Les signes
d’hypoglycémie peuvent
être moins marqués ou
inexistants.
Page 16 de 65
Autre :
La prise concomitante d’une TZD et d’insuline n’est pas indiquée afin d’éviter le risque
d’apparition ou d’aggravation d’une insuffisance cardiaque (voir la section MISES EN GARDE
ET PRÉCAUTIONS).
Interactions médicament-aliment
Les interactions avec les aliments n'ont pas été documentées.
Interactions médicament-herbe médicinale
Les interactions avec les produits à base d'herbes médicinales n'ont pas été documentées.
Effets du médicament sur les résultats des épreuves de laboratoire
Les effets du médicament sur les résultats des épreuves de laboratoire n’ont pas été documentés.
POSOLOGIE ET ADMINISTRATION
Considérations posologiques
La posologie d’APIDRA doit être adaptée à chacun des patients et établie selon les
recommandations du médecin, en fonction des besoins du patient.
APIDRA (insuline glulisine [ADN recombiné]) est un analogue de l’insuline humaine obtenu par
recombinaison génétique qui s’est révélé équipotent à l’insuline humaine. Une unité d’APIDRA a
ainsi le même effet hypoglycémiant qu’une unité d’insuline humaine régulière. Après
administration par voie sous-cutanée, APIDRA présente cependant un début d’action plus rapide
et une durée d’action plus courte (voir la section MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE
CLINIQUE).
APIDRA doit être injecté au cours des 15 minutes qui précèdent ou dans les 20 minutes qui
suivent le début du repas. APIDRA doit normalement être intégré à un schéma thérapeutique
comportant une insuline à action prolongée ou un analogue de l’insuline basale (voir la section
MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE).
APIDRA s’administre par injection sous-cutanée ou par perfusion sous-cutanée au moyen d’une
pompe convenant à l’injection d’insuline.
On doit administrer APIDRA par injection sous-cutanée dans la paroi abdominale, la cuisse, la
fesse ou le deltoïde ou encore par perfusion sous-cutanée dans la paroi abdominale. Comme dans
le cas de toute autre insuline, on doit veiller à faire la rotation des points d’administration dans
une même région (abdomen, cuisse, fesse ou deltoïde) d’une injection à l’autre.
Comme dans le cas de toutes les insulines, le point d’injection, l’exercice physique et d’autres
variables peuvent modifier la vitesse d’absorption et donc le début et la durée d’action de ce
produit. On recommande la surveillance glycémique pour tous les patients diabétiques.
Page 17 de 65
Administration
Préparation et manipulation
On ne doit administrer APIDRA que si la solution est claire, incolore et sans particules visibles et
qu’elle a l’aspect de l’eau. Pour réduire au minimum le risque d’irritation locale au point
d’injection, on recommande de laisser l’insuline atteindre la température ambiante avant de
l’injecter.
Il faut bien suivre les directives d’administration d’APIDRA au moyen d’une pompe ou d’un
dispositif d’injection.
®
Il ne faut jamais réutiliser une fiole, une cartouche ou un stylo injecteur APIDRA SoloSTAR une
fois qu’ils sont vides, mais plutôt les jeter de façon sécuritaire.
Fiole
Avant de prélever pour la première fois de l’insuline d’une fiole, retirez le capuchon protecteur en
plastique.
N’agitez pas vigoureusement la fiole, de crainte d’en faire mousser le contenu. La mousse peut
empêcher de bien mesurer la dose à prélever.
Mélange d’insulines
On peut mélanger APIDRA avec de l’insuline humaine NPH, sauf en cas d’administration au
moyen d’une pompe (voir la section POSOLOGIE ET ADMINISTRATION – Perfusion souscutanée au moyen d’une pompe à insuline).
Si on mélange APIDRA avec de l’insuline humaine NPH, il faut commencer par remplir la
seringue avec APIDRA. Il faut procéder à l’injection immédiatement après le mélange.
On ne dispose d’aucune donnée sur le mélange d’APIDRA avec des préparations autres que
l’insuline humaine NPH.
Il ne faut pas administrer les mélanges d’insulines par voie intraveineuse.
Cartouches et stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR
Les cartouches APIDRA et les stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR ne sont pas conçus pour
qu’on y mélange un autre type d’insuline.
En cas de mauvais fonctionnement du dispositif d’injection, on peut prélever la solution de la
cartouche au moyen d’une seringue (convenant à l’administration de 100 unités d’insuline) pour
l’injecter.
Page 18 de 65
Perfusion sous-cutanée au moyen d’une pompe à insuline
On peut utiliser APIDRA pour administrer de l’insuline par perfusion sous-cutanée au moyen
d’une pompe convenant à l’injection d’insuline. Ces patients doivent recevoir des instructions
complètes sur l’utilisation d’une pompe.
Le dispositif d’administration et le réservoir utilisés avec APIDRA doivent être remplacés au
moins toutes les 48 heures en respectant l’asepsie. Il est important que les patients respectent ces
instructions même si elles sont différentes des instructions générales figurant dans le manuel
d’utilisation de la pompe. Le non-respect de ces instructions peut entraîner des effets indésirables
graves.
On ne doit pas mélanger APIDRA avec une autre insuline ni le diluer dans une autre solution
lorsqu’il est administré au moyen d’une pompe à insuline.
Les patients qui s’administrent APIDRA par perfusion sous-cutanée doivent prévoir un autre
système d’administration d’insuline en cas de défaillance de la pompe (voir la section MISES EN
GARDE ET PRÉCAUTIONS, Pompe à insuline).
SURDOSAGE
L’administration d’une quantité excessive d’insuline par rapport à l’apport alimentaire, à la
dépense énergétique, ou aux deux à la fois, risque d’entraîner de l’hypoglycémie.
Les épisodes d’hypoglycémie d’intensité légère ou modérée peuvent habituellement être corrigés
en prenant des glucides par voie orale. Il peut être nécessaire d’ajuster la posologie du
médicament, l’horaire des repas ou le programme d'exercice physique.
Les épisodes plus graves, qui se soldent par un coma ou des convulsions ou encore qui
s’accompagnent d’une atteinte neurologique, peuvent être traités par l’administration
intramusculaire ou sous-cutanée de glucagon ou par l'administration intraveineuse d’une solution
de glucose concentrée.
On doit maintenir la surveillance du patient même après la normalisation apparente de son état et
lui administrer au besoin des glucides pour éviter la réapparition de l’hypoglycémie.
Pour traiter une surdose présumée, communiquez avec le centre antipoison de votre région.
Page 19 de 65
MODE D’ACTION ET PHARMACOLOGIE CLINIQUE
Pharmacodynamie
La principale action de l’insuline et des analogues de l’insuline, y compris de l’insuline glulisine,
est d’assurer la régulation du métabolisme du glucose. L’insuline exerce son action
hypoglycémiante en stimulant le captage du glucose par les tissus périphériques, soit les muscles
squelettiques et le tissu adipeux, de même qu’en inhibant la glycogenèse hépatique. L’insuline
freine la lipolyse dans les adipocytes, inhibe la protéolyse et favorise la synthèse des protéines.
L’effet hypoglycémiant d’APIDRA et de l'insuline humaine régulière est équipotent lorsque ces
produits sont administrés par voie intraveineuse.
Après administration par voie sous-cutanée, APIDRA a un effet plus rapide et de plus courte
durée que celui de l’insuline humaine régulière. Cette différence a été établie au cours d’essais
menés chez des volontaires sains et des patients diabétiques.
L’effet hypoglycémiant d’APIDRA et celui de l’insuline humaine régulière, administrés à raison
de 0,15 U/kg, ont été évalués à différents moments relativement à la prise d’un repas standard au
cours d’une étude menée chez des patients atteints de diabète de type 1 (n = 20) (voir la Figure 1).
Figure 1 : Effet hypoglycémiant sur une période de 6 heures
Comparaison d’APIDRA administré 2 minutes avant le début d’un repas (glulisine -avant), de l’insuline
humaine régulière administrée 30 minutes avant le début d’un repas (insuline hum. rég. -30 min) (Figure
1A) et de l’insuline humaine régulière administrée 2 minutes avant un repas (insuline hum. rég. -avant)
(Figure 1B). Comparaison d’APIDRA administré 15 minutes après le début d’un repas (glulisine -après)
et de l’insuline humaine régulière administrée 2 minutes avant un repas (insuline hum. rég. -avant)
(Figure 1C). Sur l’axe des x, le point zéro (0) correspond au début d’un repas de 15 minutes.
Figure 1A
120
Repas
MEAL

100
80
APIDRA
- before– avant
APIDRA
REGULAR
- before
Insuline
hum. rég–
avant
180
Glucose (mg/dL)
140
BLOOD GLUCOSE - mg/dL
160
200
200
30 min.
Figure 1C
160
140
120
Repas
MEAL

100
80
BLOOD GLUCOSE - mg/dL
APIDRA
– avant
APIDRA
- before
REGULAR
min rég–
Insuline- 30
hum.
180
Glucose (mg/dL)
BLOOD GLUCOSE - mg/dL
Glycémie (mg/dL)
200
Figure 1B
APIDRA
– après
APIDRA - after
REGULARhum.
- before
Insuline
rég–
avant
180
160
140
120
MEAL
Repas 
100
80
-1
-1
0
1
2
3
4
5
6
-1
0
TIME - hour
Nbre d’heures
1
2
3
4
5
6
0
1
2
3
4
5
6
TIME - hour
TIME - hour
Nbre d’heures
Nbre d’heures
Légende :
↑ = moment de l’injection de l’insuline humaine régulière
↑ = moment de l’injection d’APIDRA
Page 20 de 65
Pharmacocinétique
Comme c’est généralement le cas avec les insulines offrant un début d’action rapide et une courte
durée d’action, l’exposition à APIDRA est fonction de la dose administrée, et l’augmentation de
l’effet du médicament présente une proportionnalité sous-linéaire avec la dose.
Tableau 6. Paramètres pharmacocinétiques et pharmacodynamiques relevés chez des sujets
atteints de diabète de type 1 ayant reçu de l’insuline glulisine par voie s.-c.
Paramètres pharmacocinétiques
Dose
0,075 U/kg
0,15 U/kg
0,3 U/kg
ASC0-2 h
3792
6676
12 992
(µU.min.mL-1)
3855 ± 677
6832 ± 1461
13 237 ± 2599
ASC0-fin
5341
11 196
24 891
(µU.min.mL-1)
5372 ± 589
11 284 ± 1456
25 076 ± 3209
Cmax
42
72
140
(µU.mL-1)
43 ± 9
73 ± 16
142 ± 25
Durée de séjour
115
121
134
moyenne (min)
122 ± 50
125 ± 34
136 ± 28
Tmax
47
57
72
Min (*)
34 - 99
44 - 93
50 - 112
T10 %- ASC
26
31
39
Min (*)
18 – 53
24 - 52
28 - 64
T90 %- ASC
149
205
242
Min (*)
116 – 260
141 - 295
169 - 345
T1/2 (min)
64 ± 33
55 ± 17
56 ± 17
Volume de
1075 ± 362
986 ± 274
930 ± 216
distribution (mL/kg)
Vitesse de perfusion du glucose – Paramètres pharmacodynamiques
VPG-ASC (0-2h)
314 ± 156
491 ± 167
536 ± 153
(mg/kg)
VPG-ASC (0-fin)
499 ± 233
1090 ± 271
1476 ± 300
(mg/kg)
Les valeurs inscrites en caractères gras représentent les moyennes géométriques; toutes les autres valeurs représentent
l’écart moyen et l’écart type, sauf celles qui sont suivies du symbole (*), qui représentent les valeurs médiane,
minimale et maximale.
Dans le tableau ci-dessous, on compare les paramètres pharmacocinétiques et
pharmacodynamiques relevés pour APIDRA (s.-c.) lors d’une étude réalisée chez des patients
atteints de diabète de type 1 (n = 18) à des données historiques sur Huminsulin Normal 100
(s.-c.) issues d’une étude menée chez des sujets adultes en bonne santé (n = 24; voir le
Tableau 7).
Page 21 de 65
Tableau 7. Paramètres pharmacocinétiques et pharmacodynamiques relevés pour
Apidra et Huminsulin Normal 100, administrés par voie s.-c.
Dose
APIDRA
(N = 18)2
0,3 U/kg
Paramètres pharmacocinétiques
25 076 ± 3209
Huminsulin Normal 1001
(N = 24)3
0,3 UI/kg
ASC0-fin
17 417 ± 2348
(µU.min.mL-1)
Cmax
142 ± 25
56 ± 16
(µU.mL-1)
Durée de séjour moyenne (min)
136 ± 28
229 ± 41
Tmax
72
120
Min (*)
50 – 112
60 - 240
T10 %- ASC
39
58
Min (*)
28 – 64
45 - 81
T90 %- ASC
242
448
Min (*)
169 – 345
321-590
T1/2 (min)
64 ± 284
56 ± 17
Volume de distribution (mL/kg)
2375 ± 963
930 ± 216
Vitesse de perfusion du glucose – Paramètre pharmacodynamique
VPG-ASC (0-fin)
1476 ± 300
3032 ± 743
(mg/kg)
Les valeurs représentent l’écart moyen et l’écart type, sauf celles qui sont suivies du symbole (*), qui
représentent les valeurs médiane, minimale et maximale.
1
Données historiques et radio-immunodosage différent de celui utilisé durant l’étude sur Apidra
2
Patients atteints de diabète de type 1
3
Sujets adultes en bonne santé
4
N = 23
Absorption et biodisponibilité : Les profils pharmacocinétiques ont révélé que l’absorption de
l’insuline glulisine était jusqu’à 2 fois plus rapide que celle de l’insuline humaine régulière chez
des volontaires sains et des patients atteints de diabète (de type 1 ou 2), la concentration maximale
de la première étant aussi jusqu’à 2 fois plus élevée que celle de la seconde.
Au cours d’une étude menée chez des patients atteints de diabète de type 1 (n = 20),
l’administration par voie sous-cutanée de 0,15 U/kg d’insuline glulisine et d’insuline humaine
régulière a donné les résultats suivants : un délai médian d’obtention de la concentration
plasmatique maximale (Tmax) de 55 minutes (entre 34 et 91 minutes) et une concentration
plasmatique maximale (Cmax) de 82 µU/mL (entre 42 et 134 µU/mL) dans le cas de l’insuline
glulisine et un Tmax médian de 82 minutes (entre 52 et 308 minutes) et une Cmax de 46 µUI/mL
(entre 32 et 70 µUI/mL) dans celui de l’insuline humaine régulière. La durée moyenne du séjour
dans l’organisme était plus courte (durée médiane : 98 minutes, entre 55 et 149 minutes) dans le
cas de l’insuline glulisine que dans celui de l’insuline humaine régulière (durée médiane :
161 minutes, entre 133 et 193 minutes) (voir la Figure 2).
Page 22 de 65
Figure 2 :
Profil pharmacocinétique de l’insuline glulisine et de l’insuline humaine
régulière chez des patients atteints de diabète de type 1 après administration
d’une dose de 0,15 U/kg
INSULIN CONC - µU/mL
Insuline (µU/mL)
80
APIDRA
APIDRA
REGULAR
Insuline
humaine
régulière
60
40
20
0
0
1
2
3
4
5
6
TIME - hour
Nbre d’heures
Lorsque APIDRA a été injecté par voie sous-cutanée dans différentes régions de l’organisme, les
courbes de concentration en fonction du temps ont été semblables, l’absorption étant légèrement
plus rapide lorsque le produit a été injecté dans l’abdomen que lorsqu’il l’a été dans le deltoïde ou
la cuisse (voir la section POSOLOGIE ET ADMINISTRATION). La biodisponibilité absolue de
l’insuline glulisine après administration par voie sous-cutanée est d’environ 70 %, quelle que soit
la région de l’injection (abdomen 73 %, deltoïde 71 %, cuisse 68 %). Le Tmax était de 44 minutes
(entre 27 et 69 minutes) suivant l’injection dans l’abdomen, de 58 minutes (entre 30 et
85 minutes) lorsque l’injection était donnée dans le deltoïde et de 66 minutes (entre 35 et
108 minutes) lorsqu’elle était donnée dans la cuisse.
Distribution et excrétion : La distribution et l’excrétion de l’insuline glulisine et de l’insuline
humaine régulière après administration par voie intraveineuse sont semblables, les volumes de
distribution étant respectivement de 13 L et de 21 L et les demi-vies, de 13 minutes et de
17 minutes. Après administration par voie sous-cutanée, l’insuline glulisine est excrétée plus
rapidement que l’insuline humaine régulière, sa demi-vie apparente étant de 42 minutes,
comparativement à 86 minutes dans le cas de l’insuline humaine régulière.
Populations particulières et états pathologiques
Enfants : On a évalué les propriétés pharmacocinétiques et pharmacodynamiques de l’insuline
glulisine et de l’insuline humaine régulière au cours d’une étude menée chez des enfants et des
adolescents atteints de diabète de type 1 (enfants âgés de 7 à 11 ans, n = 10 et adolescents âgés de
12 à 16 ans, n = 10). Les différences relatives par rapport à ces propriétés entre l’insuline glulisine
et l’insuline humaine régulière chez les enfants et les adolescents atteints de diabète de type 1
étaient semblables à celles observées chez les adultes sains et les adultes atteints de diabète de
type 1.
Sexe : On ne possède aucun renseignement sur l’effet du sexe sur la pharmacocinétique de
l’insuline glulisine. Cependant, au cours des essais cliniques de phase III menés chez les adultes
(n = 2408), l’analyse de sous-groupes établis en fonction du sexe n’a mis en évidence aucune
Page 23 de 65
différence d’innocuité ni d’efficacité entre l’insuline glulisine et les autres préparations d’insuline
à courte durée d’action.
Insuffisance hépatique : On n’a pas étudié l’effet de l’insuffisance hépatique sur les propriétés
pharmacocinétiques de l’insuline glulisine. Cependant, certaines études portant sur l’insuline
humaine ont permis d’établir l’augmentation des taux d’insuline circulante chez les patients
atteints d’insuffisance hépatique (voir la section MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).
Race : On ne possède aucun renseignement sur l’effet de la race sur la pharmacocinétique de
l’insuline glulisine.
Insuffisance rénale : Les résultats d’études portant sur l’insuline humaine ont révélé
l’augmentation des taux d’insuline circulante chez les patients atteints d’insuffisance rénale. Au
cours d’une étude menée chez 24 sujets non diabétiques présentant divers degrés de fonction
rénale (clairance de la créatinine > 80 mL/min, de 30 à 50 mL/min et < 30 mL/min), les propriétés
pharmacocinétiques de l’insuline glulisine ont généralement été conservées (voir la section
MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS).
Femmes enceintes : L’effet de la grossesse sur les propriétés pharmacocinétiques et
pharmacodynamiques de l’insuline glulisine n’a pas fait l’objet d’étude.
Femmes qui allaitent : On ignore si APIDRA est excrété dans le lait maternel.
Obésité : Dans une population de non-diabétiques obèses, le début d’action de l’insuline glulisine
et de l’insuline lispro est demeuré plus rapide que celui de l’insuline humaine régulière, tout
comme leur durée d’action est demeurée plus courte que celle de cette dernière. Le début d’action
rapide était davantage soutenu pour l’insuline glulisine que pour l’insuline lispro (voir la
Figure 3).
Vitesse de perfusion du glucose après injection sous-cutanée de 0,3 U/kg
d’APIDRA (insuline glulisine), d’insuline lispro et d’insuline humaine régulière
dans une population de personnes obèses
6
APIDRA
APIDRA
Lispro
LISPRO
REGULAR
Insuline humaine
5
GIR - mg.kg-1.min-1
Vitesse de perfusion du glucose
(mg/kg/min)
Figure 3 :
régulière
4
3
2
1
0
0
2
4
6
8
10
TIME - hour
Nbre d’heures
Page 24 de 65
STABILITÉ ET CONSERVATION
Fioles
Fioles intactes :
Les fioles APIDRA qui n’ont pas été ouvertes doivent être conservées au réfrigérateur, à une
température se situant entre 2 et 8 °C. Garder APIDRA à l’abri des sources directes de chaleur et
de lumière. APIDRA ne doit pas être gardé au congélateur ni exposé au gel. Si le produit gèle ou
qu’il est exposé à une chaleur excessive, il doit être jeté.
Fioles ouvertes (en cours d’utilisation) :
Les fioles APIDRA ouvertes peuvent être conservées au réfrigérateur ou non (à une température
se situant entre 15 et 25 °C) jusqu’à 28 jours, pourvu qu’elles soient gardées à l’abri de la chaleur
et de la lumière directes et que la température ne dépasse pas 25 °C. Les fioles APIDRA qui ont
été ouvertes doivent être jetées au bout de 28 jours, même si elles contiennent de l’insuline et peu
importe si elles ont été réfrigérées ou non.
Les fioles APIDRA qui ont été ouvertes ne doivent pas être gardées au congélateur ni exposées au
gel. Si les fioles gèlent ou qu’elles sont exposées à une chaleur excessive, elles doivent être jetées.
Cartouches
Cartouches intactes :
Les cartouches APIDRA qui n’ont pas été ouvertes doivent être conservées au réfrigérateur, à une
température se situant entre 2 et 8 °C. Garder APIDRA à l’abri des sources directes de chaleur et
de lumière. APIDRA ne doit pas être gardé au congélateur ni exposé au gel. Si le produit gèle ou
qu’il est exposé à une chaleur excessive, il doit être jeté.
Cartouches ouvertes (en cours d’utilisation) :
Les cartouches APIDRA ouvertes qui ont été insérées dans un stylo injecteur ne doivent pas être
réfrigérées, mais plutôt conservées jusqu’à 28 jours à une température se situant entre 15 et 25 ºC,
pourvu qu’elles soient gardées à l’abri de la chaleur et de la lumière directes et que la température
ne dépasse pas 25 °C. Si la cartouche contient encore de l’insuline après 28 jours ou qu’elle est
exposée à une chaleur excessive, elle doit être jetée. La cartouche ouverte en cours d’utilisation ne
doit jamais être retirée du stylo injecteur, puis réinsérée par la suite.
Stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR
Stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR (emballage intact) :
Les stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR qui n’ont pas été ouverts doivent être conservés au
réfrigérateur, à une température se situant entre 2 et 8 °C. Garder APIDRA à l’abri des sources
directes de chaleur et de lumière. APIDRA ne doit pas être gardé au congélateur ni exposé au gel.
Si le stylo injecteur APIDRA SoloSTAR gèle ou qu’il est exposé à une chaleur excessive, il doit
être jeté.
Page 25 de 65
Stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR (en cours d’utilisation) :
Les stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR ouverts en cours d’utilisation ne doivent pas être
réfrigérés, mais plutôt conservés jusqu’à 28 jours à une température se situant entre 15 et 25 ºC,
pourvu qu’ils soient gardés à l’abri de la chaleur et de la lumière directes et que la température ne
dépasse pas 25 °C. Si le stylo injecteur APIDRA SoloSTAR contient encore de l’insuline après
28 jours ou qu’il est exposé à une chaleur excessive, il doit être jeté.
Les stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR qui ont été ouverts ne doivent pas être gardés au
congélateur ni exposés au gel. Si les stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR gèlent, ils doivent être
jetés.
Comme on doit le faire pour tout médicament ou dispositif d’injection, garder ce produit hors de
la portée des enfants.
Dispositifs d’administration par perfusion
Les dispositifs d’administration par perfusion (réservoirs, tubulures et cathéters) ainsi que le
réservoir contenant APIDRA doivent être jetés au plus tard après 2 jours d’utilisation ou après
toute exposition à une température dépassant 37 °C.
Page 26 de 65
DIRECTIVES PARTICULIÈRES DE MANIPULATION
Voir aussi la PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE CONSOMMATEUR. On doit
indiquer aux patients de lire le feuillet de renseignements fourni avec APIDRA EN FIOLE,
APIDRA EN CARTOUCHE, les stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR pour obtenir de
l'information additionnelle. On doit également indiquer aux patients de lire le mode d’emploi des
stylos injecteurs ClikSTAR et JuniorSTAR ou le manuel d’utilisateur APIDRA SoloSTAR pour
obtenir plus de détails sur l’utilisation de ces dispositifs.
FORMES POSOLOGIQUES, COMPOSITION ET CONDITIONNEMENT
Les fioles, les cartouches et les stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR renferment une solution
stérile d’insuline glulisine devant être administrée par injection. APIDRA (insuline glulisine
[ADN recombiné]) se compose d’insuline glulisine dissoute dans une solution aqueuse claire.
Un millilitre d’APIDRA renferme 100 unités d’insuline glulisine, ainsi que des excipients : mcrésol, trométamol, chlorure de sodium, polysorbate 20 et eau pour injection. Le pH d’APIDRA
est d’environ 7,3 et est ajusté par l’ajout de solutions aqueuses d’acide chlorhydrique et
d’hydroxyde de sodium.
APIDRA (insuline glulisine [ADN recombiné]) 100 unités par mL est offert dans les formats
suivants :
• fioles de 10 mL;
• cartouches de 3 mL, boîte de 5, à utiliser seulement avec les stylos injecteurs ClikSTAR et
JuniorSTAR;
• stylos injecteurs de 3 mL APIDRA SoloSTAR (stylos préremplis jetables), boîte de 5.
Page 27 de 65
PARTIE II : RENSEIGNEMENTS SCIENTIFIQUES
RENSEIGNEMENTS PHARMACEUTIQUES
Substance médicamenteuse
Dénomination commune : insuline glulisine (ADN recombiné)
Nom chimique : 3B-lysine-29B-acide glutamique-insuline humaine
Formule moléculaire : C258H384N64O78S6
Masse moléculaire : 5823
Formule développée :
Chaîne A
Chaîne B
Page 28 de 65
ESSAIS CLINIQUES
L’innocuité et l’efficacité d’APIDRA (insuline glulisine) ont été évaluées chez des adultes atteints
de diabète des types 1 et 2 (n = 2408) ainsi que chez des enfants et des adolescents (âgés de 4 à
17 ans) atteints de diabète de type 1 (n = 572). Le principal paramètre d’évaluation de l’efficacité
était l’équilibre glycémique, mesuré par le taux d’hémoglobine glycosylée (HbA1c).
Diabète de type 1
Un essai ouvert de 26 semaines avec randomisation et témoin actif a été mené chez des patients
atteints de diabète de type 1 (n = 672) afin de comparer l’innocuité et l’efficacité d’APIDRA et de
l’insuline lispro administrés par voie sous-cutanée au cours des 15 minutes précédant un repas.
L’insuline glargine (LANTUS®), administrée dans les 2 groupes une fois par jour le soir, a servi
d’insuline basale. Une période préliminaire de 4 semaines au cours de laquelle on a administré de
l’insuline lispro en association à de l’insuline glargine a précédé l’essai; on a ensuite procédé à la
randomisation. L’équilibre glycémique et le taux d’épisodes d’hypoglycémie commandant
l’intervention d’un tiers étaient comparables dans les 2 groupes traités. Le nombre d’injections
quotidiennes d’insuline et la dose quotidienne totale d’APIDRA et d’insuline lispro étaient
également semblables. On a observé la diminution du taux d’HbA1c chez les patients traités par
APIDRA sans qu’il y ait augmentation de la dose d’insuline basale administrée (voir le
Tableau 8).
Tableau 8 : Adultes atteints de diabète de type 1
Durée du traitement
Traitement en association avec l’insuline basale suivante :
26 semaines
LANTUS® (insuline glargine)
APIDRA
Insuline lispro
339
333
Nombre de sujets traités
HbA1c (%)
Moyenne à la fin de l’étude
7,46
7,45
Variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de
-0,14
-0,14
départ
APIDRA – Insuline lispro
0,00
IC de 95 % pour la différence de traitement
(-0,09; 0,10)
Dose d’insuline basale (U/jour)
Moyenne à la fin de l’étude
24,16
26,43
Variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de
0,12
1,82
départ
Dose d’insuline à action rapide (U/jour)
Moyenne à la fin de l’étude
29,03
30,12
Variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de
-1,07
-0,81
départ
Hypoglycémie grave*
Nombre de sujets (%)
16/335 (4,8)
13/326 (4,0)
Fréquence (épisode/mois/patient)
0,02
0,02
Nombre moyen d’injections quotidiennes d’insuline à action
3,36
3,42
rapide
* épisode commandant l’intervention d’un tiers au cours des 3 derniers mois de l’étude
IC = intervalle de confiance
Page 29 de 65
Diabète de type 1 chez l’enfant
Un essai ouvert de phase III de 26 semaines avec témoin actif (n = 572) a été mené dans le but
d’évaluer l’efficacité et l’innocuité d’APIDRA administré par voie sous-cutanée au cours des
15 minutes qui précédaient un repas chez des enfants et des adolescents atteints de diabète de
type 1, en comparaison avec l’insuline lispro. On a utilisé comme insuline basale LANTUS
(insuline glargine), administré 1 fois par jour le soir, ou l’insuline NPH, administrée 2 fois par
jour (le matin et le soir). L’essai comportait une phase préliminaire de 4 semaines durant laquelle
les patients ont reçu de l’insuline NPH ou de l’insuline glargine jumelée à de l’insuline lispro,
suivie d’une phase de traitement de 26 semaines visant à comparer l’insuline glulisine et l’insuline
lispro, administrées au moins 2 fois par jour au cours des 15 minutes précédant un repas, en
association avec de l’insuline NPH administrée 2 fois par jour ou de l’insuline glargine
administrée 1 fois par jour le soir. La plupart des patients étaient de race blanche (91 %).
Cinquante pour cent des sujets étaient de sexe masculin. L’âge moyen était de 12,5 ans (fourchette
de 4 à 17 ans). L’IMC moyen était de 20,6 kg/m2. L’équilibre glycémique (voir le Tableau 9) était
comparable pour les 2 schémas de traitement.
Tableau 9 : Enfants atteints de diabète de type 1
Durée du traitement
Traitement en association avec :
HbA1c (%)
Nombre de patients
Moyenne au départ
Moyenne à la fin de l’étude
Variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de
départ
APIDRA – Insuline lispro
IC de 95 % pour la différence de traitement
Dose d’insuline basale (U/jour)
Moyenne au départ
Moyenne à la fin de l’étude
Dose d’insuline à action rapide (U/jour)
Moyenne au départ
Moyenne à la fin de l’étude
Pourcentage de patients dont le nombre moyen d’injections
quotidiennes d’insuline à action rapide était supérieur ou égal
à3
Poids corporel (en kg)
Moyenne au départ
Moyenne à la fin de l’étude
Variation moyenne du poids par rapport au départ
IDT = intention de traiter; IC = intervalle de confiance
26 semaines
(IDT modifiée)
Insuline NPH ou LANTUS® (insuline
glargine)
APIDRA
Insuline lispro
271
8,20
8,31
0,10
291
8,17
8,37
0,16
-0,06
(-0,24; 0,12)
27,20
28,44
26,55
28,86
24,26
25,48
77,0
24,34
26,97
80,3
51,5
53,6
2,2
50,8
53,0
2,2
Page 30 de 65
Diabète de type 2
Un essai ouvert de 26 semaines avec randomisation et témoin actif a été mené chez des patients
atteints de diabète de type 2 (n = 876) qui suivaient une insulinothérapie afin de comparer
l’innocuité et l’efficacité d’APIDRA administré au cours des 15 minutes qui précédaient un repas
et de l’insuline humaine régulière administrée 30 à 45 minutes avant un repas. De l’insuline NPH
administrée 2 fois par jour a servi d’insuline basale. Tous les patients ont participé à une période
préliminaire de 4 semaines au cours de laquelle l’insuline humaine régulière a été associée à
l’insuline NPH. L’indice de masse corporelle (IMC) moyen des patients était de 34,55 kg/m2. Au
moment de la randomisation, 58 % des patients étaient traités par un antidiabétique oral; on leur a
indiqué d’en poursuivre la prise à la même dose. La majorité des patients (79 %) mélangeaient
leur insuline à action rapide avec l’insuline NPH immédiatement avant l’injection. Au terme de
l’essai, le taux d’HbA1c avait subi une variation de l’ordre de -0,46 chez les patients traités par
l’insuline glulisine et de -0,30 chez ceux traités par l’insuline humaine régulière par rapport aux
valeurs de départ. Les 2 traitements affichaient une différence moyenne corrigée de -0,16 (IC de
95 % : -0,26 à -0,05) et une valeur de p respective de 0,0029. À la fin de la période de traitement,
la glycémie postprandiale était plus basse dans le groupe recevant APIDRA que dans le groupe
recevant l’insuline humaine régulière. Le taux d’épisodes d’hypoglycémie commandant
l’intervention d’un tiers était comparable pour les 2 schémas thérapeutiques. Aucune différence
n’a été signalée entre les groupes traités par APIDRA et l’insuline humaine régulière quant au
nombre d’injections quotidiennes ou de doses d’insuline basale ou à action rapide (voir le
Tableau 10).
Page 31 de 65
Tableau 10 : Adultes atteints de diabète de type 2
Durée du traitement
Traitement en association avec l’insuline basale suivante :
26 semaines
Insuline humaine NPH
APIDRA
Insuline humaine
régulière
435
441
Nombre de sujets traités
HbA1c (%)
Moyenne à la fin de l’étude
7,11
7,22
Variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de
-0,46
-0,30
départ
APIDRA – Insuline humaine régulière
-0,16
IC de 95 % pour la différence de traitement
(-0,26; -0,05)
Dose d’insuline basale (U/jour)
Moyenne à la fin de l’étude
65,34
63,05
Variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de
5,73
6,03
départ
Dose d’insuline à action rapide (U/jour)
Moyenne à la fin de l’étude
35,99
36,16
Variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de
3,69
5,00
départ
Hypoglycémie grave*
Nombre de sujets (%)
6/416 (1,4)
5/420 (1,2)
Fréquence (épisode/mois/patient)
0,00
0,00
Nombre moyen d’injections quotidiennes d’insuline à
2,27
2,24
action rapide
* épisode commandant l’intervention d’un tiers au cours des 3 derniers mois de l’étude
IC = intervalle de confiance
Administration préprandiale et postprandiale (diabète de type 1)
Un essai ouvert de 12 semaines avec randomisation et témoin actif a été mené chez des patients
atteints de diabète de type 1 (n = 860) afin d’évaluer l’innocuité et l’efficacité d’APIDRA
administré à différents moments par rapport à un repas. APIDRA était administré par vois souscutanée dans les 15 minutes qui précédaient ou dans les 20 minutes qui suivaient le début du
repas, ou immédiatement après ce dernier, et de l’insuline humaine régulière était administrée par
voie sous-cutanée 30 à 45 minutes avant un repas. On a comparé les administrations préprandiale
et postprandiale d’APIDRA à celle d’insuline humaine régulière ainsi que les administrations
préprandiale et postprandiale d’APIDRA. De l’insuline glargine administrée dans tous les groupes
1 fois par jour au coucher a servi d’insuline basale. Une période préliminaire de 4 semaines au
cours de laquelle on a associé l’insuline humaine régulière à l’insuline glargine a précédé l’étude;
on a ensuite procédé à la randomisation. L’équilibre glycémique et le taux d’épisodes
d’hypoglycémie commandant l’intervention d’un tiers étaient comparables pour tous les schémas
thérapeutiques. On a observé une réduction marquée du taux d’HbA1c par rapport à la valeur de
départ dans les 3 groupes traités. Le nombre total d’injections quotidiennes d’insuline n’a pas
varié par rapport à la valeur de départ pour aucun schéma thérapeutique. On a noté l’augmentation
de la dose quotidienne d’insuline à action rapide dans le cas de l’insuline humaine régulière (voir
le Tableau 11).
Page 32 de 65
Tableau 11 : Adultes atteints de diabète de type 1
Durée du traitement
Traitement en association avec l’insuline basale suivante :
Nombre de sujets traités
HbA1c (%)
Moyenne à la fin de l’étude
Variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de
départ*
Dose d’insuline basale (U/jour)
Moyenne à la fin de l’étude
Variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de
départ
Dose d’insuline à action rapide (U/jour)
Moyenne à la fin de l’étude
Variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de
départ
Hypoglycémie grave**
Nombre de sujets (%)
Fréquence (épisode/mois/patient)
12 semaines
12 semaines
12 semaines
LANTUS®
LANTUS®
LANTUS®
(insuline glargine) (insuline glargine) (insuline glargine)
APIDRA
APIDRA
Insuline humaine
adm. préprandiale adm. postprandiale
régulière
adm. préprandiale
286
296
278
7,46
-0,26
7,58
-0,11
7,52
-0,13
29,49
0,99
28,77
0,24
28,46
0,65
28,44
-0,88
28,06
-0,47
29,23
1,75
24/286 (8,4)
0,05
25/296 (8,4)
0,05
28/278 (10,1)
0,13
3,15
3,13
3,03
Nombre moyen d’injections quotidiennes d’insuline à action
rapide
* Différence de traitement – variation moyenne corrigée par rapport à la valeur de départ (intervalle de confiance
de 98,33 % pour la différence de traitement) : APIDRA administration préprandiale vs insuline humaine régulière
-0,13 (-0,26; 0,01); APIDRA administration postprandiale vs insuline humaine régulière 0,02 (-0,11; 0,16);
APIDRA administration postprandiale vs préprandiale 0,15 (0,02; 0,29).
** épisode commandant l’intervention d’un tiers durant toute la période de traitement
Perfusion sous-cutanée d’insuline (diabète de type 1)
Afin d’évaluer l’administration d’APIDRA au moyen d’une pompe externe, un essai ouvert de
12 semaines avec randomisation et témoin actif (comparaison d’APIDRA et de l’insuline aspart) a
été mené chez des patients atteints de diabète de type 1 (n = 59). On a noté un faible taux mensuel
d’occlusion de cathéters dans les 2 groupes traités (APIDRA : 0,08 occlusion/mois; insuline
aspart : 0,15 occlusion/mois). La fréquence des réactions au point d’injection était semblable dans
le cas d’APIDRA (n = 3/29; 10,3 %) et de l’insuline aspart (n = 4/30; 13,3 %).
Les pompes et les dispositifs d’administration ayant servi à l’évaluation d’APIDRA sont les
suivants : pompes Disetronic H-Tron plus V100 et D-TronMC avec des cathéters Disetronic
(RapidMC, Rapid CMC et DMC, et TenderMC) et pompe MiniMed modèles 506, 507, 507c et 508
avec des cathéters MiniMed (Sof-set Ultimate QRMC et Quick-setMC).
Page 33 de 65
TOXICOLOGIE
Toxicité consécutive à l’administration de doses uniques et de doses répétées
On a réalisé des études de toxicité à doses uniques et à doses répétées chez des souris, des rats et
des chiens afin de prévoir le profil d’innocuité de l’insuline glulisine en vue de son usage
thérapeutique chez l’humain. Toutes les études portaient sur des animaux présentant une glycémie
normale. Après l’injection d’une dose unique d’insuline glulisine, la DL50 approximative a été
supérieure à 1000 U/kg chez les rats et les souris et de 40 U/kg chez les chiens. Par ailleurs,
l’administration sous-cutanée de doses quotidiennes répétées d’insuline glulisine aux rats a permis
d’établir la dose sans effet indésirable observée (DSEIO) chez ces animaux à 50 U/kg après
1 mois et à 5 U/kg après 6 mois. Chez les chiens, la DSEIO était de 1 U/kg tant après 1 mois
qu’après 6 mois.
Le profil toxicologique de l’insuline glulisine s’est limité aux effets causés par une hypoglycémie
excessive attribuable à l’action pharmacodynamique exagérée du composé après l’administration
de doses élevées à des animaux présentant une glycémie normale. Les études de toxicité à doses
répétées menées chez les rats et les chiens n’ont apporté aucun résultat imprévu différent de ceux
obtenus avec l’insuline humaine régulière.
Au cours des études de toxicité, les effets liés à l’administration d’insuline glulisine étaient
proportionnels à la dose, réversibles et relevés uniquement aux doses toxiques. Les observations
cliniques et les anomalies pathologiques mises en évidence lors de ces études se sont révélées
similaires ou comparables à celles constatées chez l’humain à la suite d’une hyperinsulinémie ou
d’une hypoglycémie. Dans certains cas, la présence d’une hypoglycémie excessive a entraîné la
mort des animaux. Les données obtenues chez les animaux sains et non diabétiques ne témoignent
d’aucun effet toxique particulier de l’insuline glulisine pour l’humain, chez qui le médicament est
administré pour ses effets hypoglycémiants, à des doses thérapeutiques.
Carcinogenèse
On a mené une étude de toxicité à doses répétées de 12 mois chez des rats Sprague-Dawley.
L’insuline glulisine a été administrée aux doses suivantes : 2,5, 5, 20 et 50 U/kg, 2 fois par jour
(ce qui se traduit par une exposition équivalant respectivement à environ 26, 54, 258 et 662 fois la
Cmax atteinte chez l’humain à la dose moyenne administrée à ce dernier). La fréquence de la
mortalité a augmenté de façon proportionnelle à la dose dans les groupes ayant reçu
respectivement 20 ou 50 U/kg d’insuline glulisine ou 20 ou 50 UI/kg d’insuline humaine
régulière, 2 fois par jour. De façon générale, les mâles étaient plus gravement touchés que les
femelles, et la mortalité était invariablement plus élevée dans les groupes qui avaient reçu
l’insuline humaine régulière, à des doses comparables.
Au cours de cette étude, les effets de l’insuline glulisine sur la prolifération cellulaire des glandes
mammaires ont été évalués par expression immunohistochimique de l’épitope Ki-67. On n’a
observé aucune différence significative entre les groupes traités par l’insuline glulisine et
l’insuline humaine régulière et le groupe témoin quant à cette prolifération.
Page 34 de 65
Tableau 12 : Insuline glulisine – Fréquence des tumeurs mammaires chez des rates SD lors
d’une étude de toxicité de 12 mois (30 rates/groupe)
Témoins
Nbre total de rates
porteuses de
tumeurs
(bénignes ou
malignes)
0
2x
2,5 U/kg
6*
Insulin glulisine
2x
2x
5,0 U/kg 20 U/kg
3
6*
2x
50 U/kg
3
Insuline humaine régulière
2x
2x
2x
5,0 UI/kg 20 UI/kg 50 UI/kg
3
6*
4
*Augmentation significative du nombre de porteuses lors du test unilatéral par la méthode exacte de Fisher (p < 0,05)
Aucune dépendance relative à la dose reçue dans les groupes traités par l’insuline glulisine quant à la fréquence des tumeurs
signalées lors du test des tendances de Peto (p < 0,01).
Mutagenèse
L’insuline glulisine ne s’est pas révélée mutagène à la suite des épreuves suivantes : test d’Ames,
recherche des aberrations chromosomiques sur cellules mammaliennes (in vitro sur des cellules
V79 et in vivo par le test du micronoyau sur érythrocytes).
Perturbation de la fertilité
Au cours d’études de fertilité menées chez des rats et des rates, on n’a observé aucun effet néfaste
sur la fertilité mâle et femelle ni sur la capacité générale de reproduction des animaux après
l’administration quotidienne par voie sous-cutanée de doses allant jusqu’à 10 U/kg (soit une
exposition équivalant à environ 50 fois la Cmax atteinte chez l’humain à la dose moyenne
administrée à ce dernier).
Toxicité sur la reproduction
Tableau 13 : Toxicité sur la reproduction et le développement – Fertilité et développement
embryonnaire précoce jusqu’à l’implantation
Espèce/
souche
Voie
Dose/Durée
Rats
Sprague
Dawley
Sous-cutanée
Doses de 0, de 1,
de 3,15 ou de
10 U/kg
d’insuline
glulisine ou
HR1799 à des
doses de 1 ou de
10 U/kg, 1 f.p.j.,
en solution dans
un placebo avant
l’accouplement
Nbre
d’animaux/
groupe
23 mâles et
femelles
Observations
•
•
•
L’administration d’insuline glulisine et de
HR1799 a entraîné des signes cliniques
défavorables et de la mortalité à la dose
quotidienne de 10 U/kg.
Une légère prolongation de l’intervalle
pré-coïtal et une faible diminution de la
numération épididymaire des
spermatozoïdes ont été observées dans le
groupe ayant reçu HR1799 à raison de
10 U/kg.
Dans le cadre de la présente étude, la dose
quotidienne sans effet indésirable observée
se situe à 3,15 U/kg pour l’insuline glulisine
et à 1 U/kg pour HR1799.
HR1799 = produit de référence (insuline humaine)
Page 35 de 65
Tableau 14 : Toxicité sur la reproduction et le développement – Effets sur le développement
embryofœtal
Nbre
d’animaux/
groupe
Rats Sprague Sous-cutanée Doses de 0, de 15, Groupes de
Dawley
de 50, de 150 ou 6 femelles
de 500 U/kg
accouplées
d’insuline
glulisine, 1 f.p.j.,
en solution dans
un placebo, du
jour 6 au jour 17
de la gestation
Espèce/
souche
Voie
Dose/Durée
Observations
•
•
•
•
•
•
Rats Sprague Sous-cutanée Doses de 0, de 1,
Dawley
de 3,15 ou de
10 U/kg
d’insuline
glulisine ou
HR1799 à des
doses de 1 ou de
10 U/kg, 1 f.p.j.,
en solution dans
un placebo, du
jour 6 au jour 17
de la gestation
Groupes de
20 à
25 femelles
accouplées
•
•
•
On a constaté de la mortalité et des signes
cliniques défavorables liés au traitement
attribuables à la présence d’une
hypoglycémie à toutes les doses étudiées.
La consommation alimentaire a été
légèrement plus élevée à la dose de
150 U/kg.
L’autopsie n’a révélé aucune anomalie
pathologique liée au composé.
On a observé uniquement des sites
d’implantation vides et des produits de
conception dans l’utérus des animaux
trouvés morts pendant l’étude.
Le poids fœtal et la longueur du sommet
du crâne à la croupe étaient légèrement
moindres chez les animaux ayant reçu la
dose de 150 U/kg. Aucune anomalie n’a
été décelée chez la progéniture des autres
groupes libérée par césarienne.
Compte tenu des résultats de la présente
étude, la dose de 10 U/kg/jour d’insuline
glulisine est considérée comme une dose
élevée appropriée pour l’étude principale.
L’administration d’insuline glulisine et de
HR1799 a entraîné des signes cliniques
défavorables et de la mortalité à la dose
quotidienne de 10 U/kg.
Une légère augmentation de la fréquence
d’anomalies mineures des côtes a été
observée chez les fœtus du groupe
recevant HR1799 à cette dose toxique
pour la mère.
Aucune toxicité maternelle ou
embryofœtale n’a été observée après
l’administration de l’insuline glulisine et de
HR1799 aux doses quotidiennes
respectives de 3,15 U/kg et de 1 U/kg.
Page 36 de 65
Espèce/
souche
Voie
Dose/Durée
Rats Sprague Sous-cutanée Doses de 1, de
Dawley
3,15 ou de
10 U/kg
d’insuline
glulisine, 1 f.p.j.,
en solution dans
un placebo, du
jour 6 au jour 12
de la gestation
Nbre
d’animaux/
groupe
Groupes de
10 femelles
accouplées
Observations
•
•
•
•
Lapins hima- Sous-cutanée Doses de 0, de 2,
layens
de 10 ou de
50 U/kg
d’insuline
glulisine, 1 f.p.j.,
en solution dans
un placebo, du
jour 6 au jour 18
de la gestation
Groupes de
6 femelles
accouplées
•
•
•
•
On a constaté de la mortalité liée au
traitement attribuable à la présence d’une
hypoglycémie à la dose de 10 U/kg.
Aucune anomalie n’a été décelée chez la
progéniture libérée par césarienne.
Les rates ont subi une exposition générale
à des concentrations importantes
d’insuline glulisine pendant 1 h suivant
l’injection, de même qu’une augmentation
surproportionnelle de la Cmax après
l’administration de doses croissantes.
La concentration plasmatique maximale
d’insuline glulisine a été observée
15 minutes après l’administration du
composé à l’étude (premier échantillon)
dans tous les groupes traités. Elle
atteignait 10,6, 46,7 et 159 ng/mL chez les
animaux qui avaient respectivement reçu
la dose faible, la dose intermédiaire et la
dose élevée.
On a constaté de la mortalité et des signes
cliniques défavorables liés au traitement
attribuables à la présence d’une
hypoglycémie à toutes les doses étudiées.
La consommation alimentaire a été
légèrement plus élevée aux doses de
2 U/kg et de 10 U/kg.
On a observé uniquement des sites
d’implantation vides et des produits de
conception dans l’utérus des animaux
trouvés morts pendant l’étude. Le poids
fœtal et la longueur du sommet du crâne à
la croupe sont demeurés normaux dans
chacun des groupes. La mortalité intrautérine a été plus élevée chez les animaux
qui avaient reçu les doses de 2 U/kg et de
10 U/kg.
Compte tenu des résultats de la présente
étude, la dose de 1,5 U/kg/jour d’insuline
glulisine est considérée comme une dose
élevée appropriée pour l’étude principale.
Page 37 de 65
Espèce/
souche
Voie
Dose/Durée
Lapins hima- Sous-cutanée Doses de 0, de
layens
0,25, de 0,50 ou
de 1,50 U/kg
d’insuline
glulisine ou
HR1799 à des
doses de 0,25 ou
de 1,50 U/kg,
1 f.p.j., en
solution dans un
placebo, du jour
6 au jour 18 de la
gestation
Nbre
d’animaux/
groupe
Groupes de
20 à
26 femelles
accouplées
Lapins hima- Sous-cutanée Doses de 0,25, de Groupes de
layens
0,5 ou de 1,5 U/kg 10 femelles
d’insuline
accouplées
glulisine, 1 f.p.j.,
en solution dans
un placebo, du
jour 6 au jour 12
de la gestation
Observations
•
L’administration d’insuline glulisine et de
HR1799 a entraîné des signes cliniques
défavorables et de la mortalité à la dose
quotidienne de 1,5 U/kg.
• On a constaté une augmentation de la
fréquence de mortalité de portées entières,
de même que du taux de résorption fœtale.
L’examen morphologique des fœtus a
révélé une augmentation des anomalies de
la colonne vertébrale et des côtes.
• Des signes cliniques défavorables ont
également été observés chez 1 animal du
groupe ayant reçu la dose de 0,5 U/kg
d’insuline glulisine. Le taux de résorption
fœtale était également légèrement plus
élevé dans ce groupe. Aucun effet lié au
composé n’a été mis en évidence lors de
l’examen morphologique des fœtus.
• Dans le cadre de la présente étude, la dose
quotidienne sans effet indésirable observé
se situe à 0,25 U/kg pour l’insuline
glulisine et pour HR1799 en ce qui a trait
aux effets sur la mère et sur le
développement des petits.
• On a constaté la présence de seulement
5 corps jaunes dans l’utérus de l’animal
trouvé mort dans le groupe qui recevait la
dose de 1,5 U/kg.
• Les paramètres pharmacocinétiques de
l’insuline glulisine suivant
l’administration de la 7e dose étaient les
suivants :
À 0,25 U/kg : tmax : 0,25 h; Cmax : 7,8 ng/mL
À 0,5 U/kg : tmax : 0,25 h; Cmax : 15,3 ng/mL
À 1,5 U/kg : tmax : 0,50 h; Cmax : 80,2 ng/mL
HR1799 = produit de référence (insuline humaine)
Page 38 de 65
Tableau 15 : Toxicité sur la reproduction et le développement – Effets sur le développement
prénatal et postnatal, y compris sur la fonction maternelle
Espèce/
souche
Voie
Rats
Sprague
Dawley
Sous-cutanée
Dose/Durée
Nbre
d’animaux/
groupe
Doses de 0, de 1, Groupes de
de 3,15 ou de
23 femelles
8 U/kg d’insuline accouplées
glulisine ou
HR1799 à des
doses de 1 ou de
8 U/kg, 1 f.p.j., en
solution dans un
placebo, du
jour 6 de la
gestation au
jour 21 après la
mise bas
Observations
•
•
L’administration de l’insuline glulisine et
de HR1799 a causé des signes cliniques
défavorables et de la mortalité chez les
rates de la génération F0 qui recevaient la
dose quotidienne de 8 U/kg lorsque le
composé était administré durant
l’embryogenèse et la fœtogenèse, de même
que pendant la période de lactation. Aucun
effet particulier n’a été constaté sur les
paramètres de naissance et sur la lactation
chez les animaux de génération F0 ni sur le
développement postnatal, la fertilité ou la
gestation des rates de la génération F1.
Dans le cadre de la présente étude, la dose
quotidienne sans effet indésirable observée
se situe à 3,15 U/kg pour l’insuline glulisine
et à 1 U/kg pour HR1799.
HR1799 = produit de référence (insuline humaine)
Page 39 de 65
RÉFÉRENCES
1.
Barnett AH, Owens DR. Insulin Analogues. Lancet 1997; 349:47-51.
2.
Davidson JK, Galloway JA, Chance RE. Insulin therapy. Dans : Davidson JK. Clinical
Diabetes Mellitus. A Problem-Oriented Approach. New York: Thieme Medical Publishers,
Inc.1991:266-332.
3.
Pickup JC, Williams G, EDITOR. The pharmacokinetics of insulin. Dans : Pickup JC,
Williams G. Textbook of Diabetes. Oxford: Blackwell Science Ltd, 1997:32.1-2.14.
4.
Pickup JC, Williams G, EDITOR. Normal Metabolism: The physiology of Fuel
Homoeostasy. Dans : Pickup JC, Williams G. Textbook of Diabetes. Oxford: Blackwell
Science Ltd, 1997:11.1-11.37.
5.
Dreyer M. 26-week, multinational, multicenter, controlled, open, 1:1 randomized, parallel
clinical trial comparing HMR1964 with insulin lispro injected subcutaneously in subjects
with type 1 diabetes mellitus also using insulin glargine, and which will lead into a
comparative 26-week safety extension study (HMR1964A/3011) (HMR1964A/3001).
Rapport final. Service de diabétologie et de métabolisme Krankenhaus Bethanien, Hambourg
(Allemagne); avril 2003. Rapport n° B2002CLN0255.
6.
Ways K. 26-week, multinational, multicenter, controlled, open, 1:1 randomized, parallel
clinical trial comparing HMR1964 with regular insulin injected subcutaneously in subjects
with type 2 diabetes mellitus also using NPH insulin, and which will lead into a comparative
26-week safety extension study (HMR1964A/3012) (HMR1964A/3002). Rapport final.
Aventis Pharmaceuticals Inc.; avril 2003. Rapport n° B2002CLN0287.
7.
Ways K. 12-week, multinational, multicenter, controlled, open, 1:1:1 randomized, parallel
clinical trial to assess noninferiority between pre- and posMCeal administration of
HMR1964 and premeal regular human insulin in subjects with type 1 diabetes mellitus
receiving insulin glargine as the basal insulin therapy, (HMR1964A/3004). Rapport final.
Aventis Pharmaceuticals Inc.; avril 2003. Rapport n° B2002CLN0288.
8.
Hanaire-Broutin H. 12-week, multinational, multicenter, controlled, open, 1:1 randomized,
parallel clinical trial comparing the safety of HMR1964 and insulin aspart used in continuous
subcutaneous insulin infusion (CSII) in subjects with type 1 diabetes mellitus,
(HMR1964A/3006). Rapport final. Service de diabétologie, Hôpital de Rangueil (France);
avril 2003. Rapport n° B2002CLN0357.
Page 40 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE
CONSOMMATEUR
APIDRA® EN FIOLE
insuline glulisine (ADN recombiné)
Le présent dépliant constitue la troisième et dernière
partie de la monographie de produit publiée à la suite
de l’approbation d’APIDRA pour la vente au Canada,
et s’adresse tout particulièrement aux consommateurs.
Le présent dépliant n’est qu’un résumé et ne donne
donc pas tous les renseignements pertinents au sujet
d’APIDRA. Pour toute question au sujet de ce
médicament, communiquez avec votre professionnel de
la santé.
AU SUJET DE CE MÉDICAMENT
Raisons d’utiliser ce médicament
APIDRA [insuline glulisine (ADN recombiné)] est un
agent antidiabétique (analogue de l’insuline humaine à
action rapide obtenu par recombinaison génétique) qui
est utilisé pour réduire le taux de sucre dans le sang
chez les adultes et les enfants (âgés de 6 ans ou plus)
atteints de diabète.
Effets de ce médicament
L’insuline est une hormone produite par le pancréas,
une glande volumineuse située près de l’estomac. Cette
hormone est indispensable à la bonne utilisation de la
nourriture par l’organisme (le corps), en particulier des
sucres. Le diabète se manifeste quand le pancréas est
incapable de produire une quantité suffisante d’insuline
pour répondre aux besoins de l’organisme ou quand
l’organisme est incapable d’utiliser correctement
l’insuline normalement produite.
modifiez votre dose d’insuline. Si vos analyses de sang
indiquent régulièrement des taux de sucre plus bas ou
plus élevés que la normale, ou encore, si vos analyses
d’urine révèlent la présence de glucose de façon
répétée, cela signifie que votre diabète n’est pas bien
maîtrisé; vous devez donc en informer votre
professionnel de la santé.
Circonstances où il est déconseillé d’utiliser ce
médicament
Vous ne devez pas prendre APIDRA si vous êtes
allergique à ce médicament ou à l'un des ingrédients
qui entrent dans la composition de ce produit ou de son
contenant.
Ingrédient actif
L’ingrédient actif d’APIDRA est l’insuline glulisine
(ADN recombiné).
Ingrédients non médicinaux
Les ingrédients non médicinaux que renferme
APIDRA sont les suivants : m-crésol, polysorbate 20,
chlorure de sodium, trométamol, eau et acide
chlorhydrique et hydroxyde de sodium pour ajuster le
pH.
Formes posologiques
APIDRA est offert sous forme de solution injectable
(100 U/mL) en fioles de 10 mL.
Il est également offert en :
- cartouches de 3 mL, boîte de 5, à utiliser
seulement avec les stylos injecteurs ClikSTAR et
JuniorSTAR;
- stylos injecteurs de 3 mL APIDRA SoloSTAR
(stylos préremplis jetables), boîte de 5.
Quand l’organisme ne produit plus une quantité
suffisante d’insuline, il faut lui en fournir de
l’extérieur. C’est pourquoi vous devez recevoir des
injections d’insuline. APIDRA est un produit
semblable à l’insuline produite par l’organisme.
APIDRA agit rapidement et son action est de courte
durée, de l’ordre de 4 heures. Normalement, APIDRA
doit être utilisé avec une insuline à plus longue durée
d’action afin de maintenir un taux de sucre dans le sang
adéquat. APIDRA peut également être utilisé avec des
médicaments administrés par voie orale pour réduire le
taux de sucre dans le sang.
On vous a expliqué comment vérifier régulièrement
votre taux de glucose (sucre) dans le sang et dans
l'urine. Il est très important de le vérifier encore plus
souvent lorsque vous changez d’insuline ou que vous
Page 41 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS
Mises en garde et précautions importantes
• L’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang)
est l’effet indésirable le plus souvent associé à
l’insuline, y compris APIDRA.
• La surveillance du taux de glucose dans le sang
(sucre dans le sang) est recommandée chez tous les
patients atteints de diabète.
• Une réaction hypoglycémique (faible taux de sucre
dans le sang) ou hyperglycémique (taux élevé de
sucre dans le sang) non corrigée peut provoquer une
perte de conscience, le coma ou la mort.
• Toute modification apportée à un traitement par
l’insuline doit se faire avec prudence et sous
surveillance médicale. Un ajustement de la
posologie pourrait alors être nécessaire.
• Lorsqu’APIDRA est administré au moment des
repas, l’injection de la dose doit être faite dans les
15 minutes qui précèdent ou dans les 20 minutes
qui suivent le début du repas.
• APIDRA administré par injection sous-cutanée doit
généralement être intégré à un schéma
thérapeutique comportant une insuline à action
intermédiaire ou prolongée. APIDRA peut
également être utilisé en monothérapie et
administré par perfusion au moyen d’une pompe à
insuline afin de maintenir un équilibre glycémique
approprié.
• On peut mélanger APIDRA avec de l’insuline
humaine NPH, sauf en cas d’administration au
moyen d’une pompe.
• On ne doit administrer l’insuline que si la solution
est claire, incolore, qu’elle a l’aspect de l’eau et
qu’aucune particule solide ne colle aux parois de la
fiole ou de la cartouche.
Les injections d’insuline jouent un rôle important dans
le maintien de la maîtrise de votre diabète. Cependant,
votre mode de vie – votre régime alimentaire, la
surveillance rigoureuse de votre taux de sucre dans le
sang, la pratique d’exercices ou d’activités physiques
planifiées de même que le respect des
recommandations de votre professionnel de la santé –
contribue aussi, avec l’insuline, à maîtriser votre
diabète.
Dans certaines circonstances, votre besoin d’insuline
peut changer, par exemple si vous êtes stressé(e) ou si
vous souffrez d’autres maladies (telles des infections).
Il est possible que votre diabète soit également plus
difficile à contrôler si vous souffrez d'acromégalie (trop
d'hormone de croissance), du syndrome de Cushing
(trop d’hormone cortisol), d’hyperthyroïdie (trop
d’hormone thyroïde) ou si vous présentez un
phéochromocytome (tumeur des glandes surrénales).
Si vous prenez également d’autres médicaments
administrés par voie orale pour réduire votre taux de
sucre dans le sang, il se peut qu’on doive en ajuster la
dose.
La prise d’un médicament de la classe des
thiazolidinediones (comme la rosiglitazone et la
pioglitazone), seul ou en association avec d’autres
antidiabétiques (dont l’insuline), peut entraîner une
insuffisance cardiaque et une enflure des membres
inférieurs. Communiquez sans tarder avec votre
médecin si vous prenez l’un de ces médicaments et que
vous éprouvez des symptômes tels qu’un
essoufflement, de la fatigue, une intolérance à l’effort
ou une enflure des membres inférieurs.
Une hypokaliémie (faible taux de potassium) constitue
un effet indésirable éventuel. Vous risquez d'être
exposé(e) à un plus haut risque d'hypokaliémie si vous
prenez des médicaments pour faire baisser le taux de
potassium ou si vous en perdez (en ayant la diarrhée,
par exemple).
Gardez toujours à portée de la main une provision
d’insuline ainsi que les fournitures nécessaires à
l’injection. Portez toujours un bracelet d’identification
médicale indiquant que vous êtes diabétique et ayez
avec vous des renseignements sur votre diabète pour
vous assurer de recevoir les soins appropriés en cas de
complications hors de votre domicile.
On a signalé la survenue d’erreurs liées au traitement
médicamenteux impliquant l’administration
accidentelle d’autres préparations d’insuline,
notamment des insulines à action prolongée, plutôt que
d’insuline glulisine. Afin d’éviter que de telles erreurs
surviennent, il faut aviser le patient qu’il doit vérifier le
nom de l’insuline sur l’étiquette du produit avant
chaque injection.
Vos aiguilles et seringues sont réservées à votre usage
personnel : ne les partagez pas avec quelqu’un d’autre
afin d’éviter la transmission de maladies.
Consultez votre professionnel de la santé AVANT
d’utiliser APIDRA si :
• vous êtes enceinte, envisagez de le devenir ou
allaitez;
• vous consommez de l’alcool;
• vous êtes malade;
• vous faites plus d’exercice que d’habitude ou vous
voulez modifier votre alimentation;
Page 42 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
•
•
•
•
vous êtes en voyage;
vous conduisez, utilisez des outils ou faites
fonctionner des machines;
vous souffrez de problèmes de rein ou de foie;
vous prenez un autre médicament, quel qu’il soit.
Votre aptitude à vous concentrer ou à réagir pourrait
être diminuée si vous souffrez d’hypoglycémie (faible
taux de sucre dans le sang) ou d’hyperglycémie (taux
élevé de sucre dans le sang). Veuillez garder à l’esprit
ces éventuels problèmes dans toutes les situations où
vous pourriez vous exposer, ou exposer d’autres
personnes, à un risque quelconque (par exemple
lorsque vous conduisez un véhicule ou faites
fonctionner des machines).
Vous devez contacter votre médecin pour discuter de la
possibilité de conduire si vous avez :
• de fréquents épisodes d’hypoglycémie
• des signes annonciateurs d’hypoglycémie réduits
ou absents.
INTERACTIONS AVEC LE MÉDICAMENT
Certains médicaments, y compris les produits en vente
libre, et certains suppléments alimentaires (comme les
vitamines) peuvent modifier les effets de l’insuline.
Votre dose d’insuline ou d’autres médicaments pourrait
devoir être modifiée après consultation avec votre
professionnel de la santé si vous prenez l’un de ces
produits. Lisez la section « Utilisation appropriée de ce
médicament » ci-dessous pour connaître les
interactions médicamenteuses possibles avec l’insuline.
UTILISATION APPROPRIÉE
DE CE MÉDICAMENT
Posologie
La posologie d’APIDRA doit être adaptée à chacun des
patients et établie selon les recommandations de votre
professionnel de la santé, en fonction de vos besoins.
APIDRA doit être administré par injection souscutanée dans les 15 minutes qui précèdent ou dans les
20 minutes qui suivent le début du repas. Il peut
également servir à l’injection sous-cutanée continue au
moyen d’une pompe à insuline externe.
Bien des facteurs peuvent influer sur la dose
d’APIDRA que vous prenez habituellement,
notamment les changements apportés à votre
alimentation, à vos activités physiques ou à votre
horaire de travail. Suivez rigoureusement les
instructions de votre professionnel de la santé.
N’hésitez pas à le consulter si vous constatez que vos
besoins en insuline changent de façon marquée. Voici
certaines des circonstances susceptibles de modifier la
dose d’insuline dont vous pourriez avoir besoin, ou
d’exiger une surveillance plus rigoureuse des analyses
de sang ou d’urine.
Maladie
La maladie, surtout si elle s’accompagne de nausées et
de vomissements, de diarrhée et/ou de fièvre, peut
modifier vos besoins en insuline. Même si vous ne
mangez pas, vous avez besoin d’insuline. Vous devriez
établir avec votre professionnel de la santé un schéma
d’administration de votre insuline en cas de maladie. Si
vous êtes malade, vérifiez votre taux de sucre dans le
sang ou dans l’urine plus souvent et appelez votre
professionnel de la santé comme on vous l’a conseillé.
Grossesse
Si vous êtes enceinte ou prévoyez le devenir, ou encore
si vous allaitez, consultez votre professionnel de la
santé. Il est particulièrement important pour vous et
votre enfant de bien maîtriser votre diabète. Votre
glycémie peut être plus difficile à équilibrer si vous
êtes enceinte.
Médicaments
Informez toujours le professionnel de la santé qui vous
suit des médicaments que vous prenez, que ce soit des
médicaments sur ordonnance ou en vente libre. Pour
prévenir les interactions entre les médicaments,
donnez-lui le nom de tous les produits que vous prenez
sans attendre qu’il vous demande s’il y a eu des
changements depuis votre dernière visite. Vos besoins
en insuline peuvent augmenter si vous prenez des
médicaments qui élèvent le taux de sucre dans le sang,
comme les contraceptifs (sous forme de comprimés,
d’injections et de timbres) ou l’hormonothérapie
substitutive, les corticostéroïdes, les traitements de
substitution thyroïdiens et les agents
sympathomimétiques (par exemple, décongestionnants
et anorexigènes [« coupe-faim »]). À l’inverse, vos
besoins en insuline peuvent diminuer si vous prenez
des médicaments qui abaissent le taux de sucre dans le
sang, comme des hypoglycémiants oraux, des salicylés
(par exemple, l’aspirine), des antibiotiques de type
sulfamide, des médicaments pour maîtriser la pression
sanguine, y compris les inhibiteurs de l’ECA, et
certains médicaments pour traiter les troubles
psychiatriques, y compris les inhibiteurs de la MAO,
les antidépresseurs et les médicaments contre l’anxiété.
L’alcool ainsi que certains médicaments, y compris les
bêtabloquants, utilisés pour maîtriser la pression
sanguine, les arythmies cardiaques, les palpitations ou
les maux de tête, peuvent intensifier ou atténuer l’effet
hypoglycémiant des insulines. Les signes
Page 43 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
d’hypoglycémie peuvent aussi être moins prononcés ou
absents.
Exercice physique
Si vous changez vos habitudes en ce qui concerne
l’exercice physique, parlez-en à votre professionnel de
la santé pour adapter vos besoins en insuline.
L'exercice peut diminuer les besoins de votre
organisme en insuline pendant l’activité même, mais
aussi quelque temps après. Comme dans le cas de
toutes les insulines, le taux d’absorption et donc le
début et la durée d’action peuvent être modifiés par
l'exercice physique et d’autres variables.
Voyage
Si vous prévoyez traverser des fuseaux horaires,
consultez votre professionnel de la santé pour savoir si
vous devez ajuster vos doses d’insuline. Il serait
prudent d’avoir des réserves d’insuline et de matériel
d’injection quand vous partez en voyage.
Dose oubliée
L’oubli d’une dose d’APIDRA ou l’administration
d’une quantité insuffisante d’insuline peut entraîner
une augmentation excessive de votre taux de sucre
dans le sang (hyperglycémie). Vérifiez fréquemment
votre taux de sucre dans le sang. Lisez la section
« Effets secondaires et mesures à prendre » ci-dessous
pour savoir ce que vous devez faire pour traiter
l’hyperglycémie.
Ne doublez pas la dose suivante pour compenser la
dose oubliée.
Surdose
L’injection d’une dose trop élevée d’APIDRA peut
entraîner une baisse excessive de votre taux de sucre
dans le sang (hypoglycémie). Vérifiez fréquemment
votre taux de sucre dans le sang. Pour prévenir
l’hypoglycémie, vous devez généralement consommer
davantage d’aliments et vérifier votre taux de sucre
dans le sang. Lisez la section « Effets secondaires et
mesures à prendre » ci-dessous pour savoir ce que
vous devez faire pour traiter l’hypoglycémie.
L’administration d’une quantité excessive d’insuline
par rapport à l’apport alimentaire, à la dépense
énergétique, ou aux deux à la fois, risque d’entraîner de
l’hypoglycémie.
Dans des cas sévères, on peut observer un coma, une
crise d’épilepsie ou des troubles cérébraux, qui seront
traités par le glucagon (injecté dans le muscle ou dans
le tissu sous-cutané) ou le glucose (injecté dans la
veine).
Vous devez continuer à surveiller votre taux de sucre
dans le sang même si vous vous sentez mieux parce
qu’une hypoglycémie peut réapparaître.
En cas de surdosage, communiquez
immédiatement avec un professionnel de la santé,
l’urgence d’un centre hospitalier ou le centre
antipoison de votre région, même en l’absence de
symptômes.
DIRECTIVES D’EMPLOI
Votre médecin vous a prescrit le type d’insuline qui lui
semblait le mieux pour vous. N’UTILISEZ JAMAIS
UNE AUTRE PRÉPARATION D’INSULINE, À
MOINS QUE VOTRE MÉDECIN NE VOUS LE
RECOMMANDE.
Mélange d’insulines
On peut mélanger APIDRA avec de l’insuline
humaine NPH, sauf en cas d’administration au moyen
d’une pompe (voir ci-dessous la section traitant de
l’injection sous-cutanée continue au moyen d’une
pompe à insuline). Si on mélange APIDRA avec de
l’insuline humaine NPH, il faut commencer par remplir
la seringue avec APIDRA. Il faut procéder à l’injection
immédiatement après le mélange. Il ne faut pas
administrer les mélanges d’insulines par voie
intraveineuse.
Seringue appropriée
Il est important d’utiliser une seringue graduée pour les
injections d’insuline 100-U puisque APIDRA renferme
100 unités/mL. L'utilisation d’une seringue
inappropriée peut entraîner une erreur de dose et des
complications médicales, comme une glycémie trop
basse ou trop élevée.
Utilisation de la seringue
SUIVEZ EXACTEMENT LES DIRECTIVES DE
VOTRE PROFESSIONNEL DE LA SANTÉ SUR
LE MODE D’EMPLOI DE LA SERINGUE,
POUR :
•
•
ÉVITER LA CONTAMINATION ET LES
RISQUES D’INFECTION;
OBTENIR UNE DOSE EXACTE.
N’utilisez qu’une seule fois les seringues et les
aiguilles jetables et jetez-les de façon sécuritaire.
Page 44 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
NE PARTAGEZ JAMAIS VOS AIGUILLES ET VOS
SERINGUES AVEC UNE AUTRE PERSONNE.
Préparation de la dose
1. Pour éviter les erreurs lorsque vous prenez votre
médicament, vérifiez le nom de l’insuline sur
l’étiquette de la fiole avant chaque injection.
2.
Examinez l’insuline. Utilisez uniquement
APIDRA si la solution est claire, incolore, sans
particules visibles et a l’aspect de l’eau. Ne
l’utilisez pas si vous notez quoi que ce soit
d’inhabituel dans son aspect. N’utilisez pas
l’insuline après la date de péremption figurant sur
l’étiquette.
3.
Assurez-vous que l’insuline est à la température
ambiante avant de l’injecter pour réduire au
minimum le risque d’irritation locale au point
d’injection.
4.
Lavez-vous les mains.
5.
Il n’est pas nécessaire d’agiter la fiole ou de la
faire rouler entre vos mains avant d’utiliser la
solution. Un secouage vigoureux pourrait causer la
formation de mousse et risquerait de nuire à la
bonne mesure de la dose.
6.
Si vous devez mélanger APIDRA avec de
l’insuline humaine NPH, vous devez commencer
par remplir la seringue avec APIDRA. Reportezvous à la section Mélange d’Apidra avec de
l’insuline humaine NPH ci-dessous.
7.
Avant de prélever de l’insuline de la fiole pour la
première fois, enlevez le capuchon protecteur de
plastique, mais NE RETIREZ PAS le bouchon de
caoutchouc.
8.
Désinfectez le bouchon de caoutchouc à l’aide
d’un tampon imbibé d’alcool.
9.
Utilisez une nouvelle seringue stérile.
10. Tirez sur le piston de la seringue pour aspirer une
quantité d’air égale au nombre d’unités d’insuline
à injecter. Piquez l’aiguille à travers le bouchon de
caoutchouc de la fiole d’insuline et injectez l’air
dans la fiole.
11. Retournez la fiole et sa seringue à l’envers en les
tenant fermement d’une main.
12. Assurez-vous que l’extrémité de l'aiguille est bien
dans la solution d’insuline et prélevez la bonne
dose d’insuline dans la seringue.
13. Avant de retirer l'aiguille de la fiole, vérifiez s’il y
a des bulles d’air dans la seringue. Si oui, tentez de
les faire remonter à la surface en maintenant la
seringue à la verticale et en la tapotant du bout des
doigts. Faites-les ensuite ressortir en poussant sur
le piston et prélevez la bonne dose.
14. Retirez l’aiguille de la fiole. Veillez à ce que
l’aiguille n’entre pas en contact avec quoi que ce
soit avant l’injection.
15. Ne réutilisez jamais une fiole vide, mais jetez-la
plutôt de façon sécuritaire.
Mélange d’APIDRA avec de l’insuline humaine
NPH
1. On ne doit mélanger APIDRA avec de l’insuline
humaine NPH que sur les recommandations du
médecin.
2.
Avant de prélever de l'insuline des fioles pour la
première fois, enlevez le capuchon protecteur de
plastique, mais NE RETIREZ PAS le bouchon de
caoutchouc.
3.
Désinfectez le bouchon de caoutchouc à l'aide d'un
tampon imbibé d'alcool.
4.
Tirez sur le piston de la seringue jusqu'à ce que
son extrémité soit au niveau du nombre d'unités
d’insuline humaine NPH à administrer. Piquez
l’aiguille à travers le bouchon de caoutchouc de la
fiole d’insuline humaine NPH et appuyez sur le
piston; cela permet d'injecter de l'air dans la fiole.
Retirez l’aiguille de la fiole sans prélever
d’insuline.
5.
Tirez sur le piston de la seringue jusqu'à ce que
son extrémité soit au niveau du nombre d'unités
d’APIDRA à administrer. Piquez l’aiguille à
travers le bouchon de caoutchouc de la fiole
d’APIDRA et appuyez sur le piston; cela permet
d'injecter de l'air dans la fiole. Ne retirez pas
l’aiguille de la fiole.
6.
Retournez la fiole et sa seringue à l’envers en
tenant la fiole d’une main et la seringue de l’autre.
Tirez sur le piston jusqu'à la marque pour 5 unités
au-delà de la dose requise.
7.
S’il y a une bulle d’air, tapotez sur la seringue
pour que la bulle remonte à la surface de
l’insuline. Expulsez ensuite l’air dans la fiole en
arrêtant à la marque pour la dose à administrer.
Retirez l’aiguille de la fiole d’APIDRA.
8.
Tournez doucement la fiole d’insuline humaine
NPH pour mélanger la solution.
9.
Piquez l’aiguille de la seringue contenant APIDRA
à travers le bouchon de caoutchouc de la fiole
d’insuline humaine NPH, puis retournez le flacon
et la seringue, comme à l’étape 6.
10. Tirez sur le piston jusqu’à la marque du nombre
d’unités à administrer (APIDRA et insuline
Page 45 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
humaine NPH). Ne dépassez pas la dose totale
requise.
11. Assurez-vous de ne pas faire pénétrer de solution
APIDRA dans la fiole d’insuline humaine NPH. Si
vous avez prélevé trop d’insuline humaine NPH,
jetez tout le contenu de la seringue et
recommencez. Ne remettez pas d’insuline dans la
fiole.
12. Retirez l’aiguille de la fiole d’insuline humaine
NPH. Veillez à ce que l'aiguille n'entre pas en
contact avec quoi que ce soit avant l'injection.
13. Il faut procéder à l’injection immédiatement après
le mélange. Il est important de toujours respecter
la marche à suivre. N’utilisez jamais APIDRA si la
solution est trouble.
d’emploi de la pompe. Le dispositif d’administration
et le réservoir doivent être remplacés au moins toutes
les 48 heures en utilisant des techniques stériles. Il est
important que les patients respectent ces instructions
même si elles sont différentes des instructions
générales figurant dans le manuel d’utilisation de la
pompe.
Les patients qui s’administrent APIDRA par injection
sous-cutanée continue doivent prévoir un autre système
d’administration d’insuline en cas de défaillance de la
pompe.
EFFETS SECONDAIRES
ET MESURES À PRENDRE
PROBLÈMES FRÉQUENTS LIÉS AU DIABÈTE
Injection
Hypoglycémie (réaction à la prise d’insuline)
Il n’y a pas de différence d’absorption notable
d’APIDRA que celui-ci soit injecté par voie souscutanée dans la région abdominale, les cuisses, les
fesses ou les bras. Cependant, on doit veiller à faire la
rotation des points d’injection dans une même région
d’administration (abdomen, cuisses, fesses ou partie
supérieure des bras) d’une injection à une autre.
L’hypoglycémie (quantité insuffisante de glucose dans
le sang) est l’un des effets secondaires les plus
fréquents chez les utilisateurs d’insuline. Des
symptômes d’hypoglycémie peuvent apparaître dans
les cas suivants :
• si vous êtes malade, si vous éprouvez du stress
ou des troubles émotionnels;
• si vous vous injectez par erreur une dose plus
élevée d’insuline;
• si vous avez mal utilisé le dispositif
d’injection ou si celui-ci ne fonctionne pas
correctement;
• si votre apport alimentaire est insuffisant ou si
vous avez sauté un repas;
• si vous avez fait un exercice physique plus
intense qu’à l’habitude;
• si vous utilisez une nouvelle sorte d’insuline
ou suivez un nouvel horaire d’administration;
• si vous prenez de nouveaux médicaments (sur
ordonnance ou en vente libre), des produits
naturels, des vitamines ou de la drogue.
Désinfectez le point d’injection avec un tampon imbibé
d’alcool. Pincez doucement la peau entre le pouce et
l’index et insérez l’aiguille comme vous l’a montré
votre professionnel de la santé. Enfoncez lentement le
piston de la seringue jusqu’au fond. Comptez
lentement jusqu’à 10 avant de retirer l'aiguille et
maintenez une légère pression sur la peau durant
quelques secondes. NE FROTTEZ PAS LA RÉGION
D’INJECTION.
Préparation et manipulation en vue de l’injection
sous-cutanée continue au moyen d’une pompe à
insuline
Il faut bien suivre les instructions portant sur l’injection
d’APIDRA au moyen d’une pompe.
Parmi les symptômes d’hypoglycémie légère ou
modérée qui peuvent se manifester soudainement, on
compte les suivants :
APIDRA peut servir à l’injection sous-cutanée
continue d’insuline au moyen d’une pompe convenant
à l’injection d’insuline.
•
Lorsqu’il est administré au moyen d’une pompe à
insuline, on ne doit pas mélanger APIDRA avec une
autre insuline ni le diluer dans une autre solution.
•
•
Les patients traités par injection sous-cutanée continue
au moyen d’une pompe doivent bien connaître le mode
•
•
comportement anormal (anxiété, irritabilité,
agitation, difficulté à se concentrer, modifications
de la personnalité, modifications de l’humeur,
confusion ou nervosité);
fatigue;
fourmillements des mains, des pieds, des lèvres ou
de la langue;
tremblements;
démarche instable;
Page 46 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
étourdissements, sensation ébrieuse ou
somnolence;
maux de tête;
vision trouble;
trouble de l’élocution;
palpitations (accélération du rythme cardiaque);
sueurs froides;
pâleur;
cauchemars ou troubles du sommeil;
nausées;
sensation de faim.
Une hypoglycémie légère ou modérée peut être
corrigée en prenant des aliments ou des liquides qui
contiennent du sucre. Vous devriez toujours avoir sur
vous une source de sucre rapidement assimilable,
comme des bonbons, du jus ou des comprimés de
glucose clairement étiquetés à cette fin. Communiquez
avec votre professionnel de la santé pour connaître les
proportions appropriées de sucre à prendre.
Parmi les signes d’hypoglycémie grave, on compte les
suivants :
• désorientation;
• convulsions;
• perte de conscience;
• crises d’épilepsie.
Les cas graves d’hypoglycémie peuvent nécessiter
l’intervention d’une autre personne. Les personnes
inconscientes ou incapables de prendre du sucre par
voie orale devront recevoir une injection de glucagon
ou du glucose par voie intraveineuse par du personnel
médical. Des réactions graves, voire la mort du patient,
peuvent survenir faute d’intervention immédiate du
personnel médical.
Les symptômes avant-coureurs de l'hypoglycémie
peuvent être différents, moins prononcés ou même
inexistants chez les patients dont le taux de sucre s’est
nettement amélioré, les personnes âgées, celles qui
présentent une neuropathie diabétique, qui sont
atteintes de diabète depuis longtemps ou encore qui
prennent certains autres médicaments simultanément.
De telles situations peuvent provoquer une
hypoglycémie grave (et même une perte de conscience)
avant que les symptômes apparaissent.
Certaines personnes ne peuvent reconnaître les signes
annonciateurs d’une chute de leur taux de sucre dans le
sang. Si vous êtes incapable de reconnaître les premiers
symptômes d’hypoglycémie, vous risquez de ne pas
pouvoir prendre les mesures nécessaires pour éviter
une hypoglycémie plus grave. Soyez attentif aux
différents types de symptômes indicateurs d’une
hypoglycémie. Les patients qui sont victimes d’une
hypoglycémie sans signes avant-coureurs doivent
surveiller leur taux de sucre plus souvent, surtout avant
de s’engager dans des activités comme la conduite
automobile ou l’utilisation d’appareils mécaniques. Si
votre taux de sucre est inférieur à votre taux de sucre à
jeun normal, vous devriez envisager de consommer des
aliments ou des boissons qui contiennent du sucre pour
corriger votre état.
Si vous avez souvent des épisodes d’hypoglycémie, ou
si vous avez de la difficulté à en reconnaître les
symptômes, vous devriez consulter votre professionnel
de la santé pour discuter des modifications que vous
pourriez apporter à votre traitement, à votre régime
alimentaire et/ou à votre programme d’exercice pour
vous aider à prévenir ces épisodes.
Hyperglycémie
Une hyperglycémie (quantité excessive de sucre dans
le sang) peut se produire si votre organisme ne reçoit
pas une quantité suffisante d’insuline.
L’hyperglycémie peut survenir dans les cas suivants :
• si vous êtes malade, si vous éprouvez du stress
ou des troubles émotionnels;
• si vous n’avez pas pris votre dose d’insuline
ou si vous avez pris une dose d’insuline
inférieure à celle qui est recommandée par
votre professionnel de la santé;
• si vous avez mal utilisé le dispositif
d’injection ou si celui-ci ne fonctionne pas
correctement;
• si vous avez mangé plus que d’habitude;
• si vous utilisez une nouvelle sorte d’insuline
ou suivez un nouvel horaire d’administration;
• si vous prenez de nouveaux médicaments (sur
ordonnance ou en vente libre), des produits
naturels, des vitamines ou de la drogue.
Parmi les symptômes d’hyperglycémie, on compte les
suivants :
• confusion ou somnolence;
• grande soif;
• diminution de l’appétit, nausées ou vomissements;
• accélération du rythme cardiaque;
• augmentation des mictions et déshydratation
(quantité insuffisante de liquide dans l’organisme);
• vision floue;
• peau sèche et rouge;
• odeur acétonique de l’haleine.
L’hyperglycémie peut être légère ou grave. Elle peut
dégénérer, le taux de sucre continuant d’augmenter,
Page 47 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
en acidocétose diabétique et causer une perte de
conscience et la mort.
Acidocétose diabétique
Les premiers symptômes de l’acidocétose diabétique se
manifestent habituellement en quelques heures ou
quelques jours. Lors d’une acidocétose, l’analyse
d’urine révèle un taux élevé de glucose et d’acétone.
Parmi les symptômes de l’acidocétose diabétique, on
compte les suivants :
Premiers symptômes :
• somnolence;
• rougeur du visage;
• soif;
• diminution de l’appétit;
• haleine fruitée;
• respiration profonde et rapide;
• douleur abdominale (dans la région de l’estomac).
Symptômes graves :
• respiration bruyante;
• pouls rapide.
L’hyperglycémie prolongée ou l’acidocétose
diabétique peuvent causer ce qui suit :
• nausées;
• vomissements;
• déshydratation;
• perte de conscience;
• mort.
L’hyperglycémie grave ou continue ou l’acidocétose
diabétique commandent une évaluation et un
traitement rapides par votre professionnel de la
santé.
Réactions allergiques
Dans de rares cas, il se peut qu’un patient soit
allergique à l’insuline. Les allergies graves à l’insuline
peuvent mettre votre vie en danger. Si vous pensez
faire une réaction allergique, obtenez immédiatement
de l’aide médicale.
Parmi les signes d’allergie à l’insuline, on compte les
suivants :
• éruption cutanée sur tout le corps;
• essoufflement;
• respiration sifflante (difficulté à respirer);
•
•
•
pouls rapide;
sudation;
chute de la tension artérielle.
Réactions cutanées possibles au point d’injection
L’injection d’insuline peut causer les réactions
cutanées suivantes au point d’injection :
• petite dépression de la peau (lipoatrophie);
• épaississement de la peau (lipohypertrophie);
• rougeur, démangeaisons, enflure ou saignement.
Dans certains cas, ces réactions peuvent être
attribuables à d’autres facteurs que l’insuline, par
exemple à la présence de substances irritantes pour la
peau dans l’agent désinfectant ou à une technique
d’injection inadéquate. Vous pouvez réduire le risque
de présenter une réaction au point d’injection en
changeant de site chaque fois que vous vous faites une
injection. Consultez votre professionnel de la santé en
cas de réaction locale au point d’injection.
Cette liste d’effets indésirables n’est pas complète. Si
vous éprouvez des effets imprévus pendant que vous
prenez APIDRA, parlez-en à votre professionnel de la
santé.
COMMENT CONSERVER APIDRA
Fioles intactes :
Les fioles APIDRA qui n’ont pas été ouvertes doivent
être conservées au réfrigérateur, à une température se
situant entre 2 et 8 °C. Garder APIDRA à l’abri des
sources directes de chaleur et de lumière. APIDRA ne
doit pas être gardé au congélateur ni exposé au gel. Si
le produit gèle ou qu’il est exposé à une chaleur
excessive, il doit être jeté.
Fioles ouvertes (en cours d’utilisation) :
Les fioles APIDRA ouvertes peuvent être conservées
au réfrigérateur ou non (à une température se situant
entre 15 et 25 °C) jusqu’à 28 jours, pourvu qu’elles
soient gardées à l’abri de la chaleur et de la lumière
directes et que la température ne dépasse pas 25 °C.
Les fioles APIDRA qui ont été ouvertes doivent être
jetées au bout de 28 jours, même si elles contiennent de
l’insuline et peu importe si elles ont été réfrigérées ou
non.
Les fioles APIDRA qui ont été ouvertes ne doivent pas
être gardées au congélateur ni exposées au gel. Si les
fioles gèlent ou qu’elles sont exposées à une chaleur
excessive, elles doivent être jetées.
Page 48 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
N’utilisez pas une fiole d’APIDRA une fois passée la
date de péremption imprimée sur l’étiquette ou si la
solution est trouble ou renferme des particules visibles.
Dispositifs d’administration (utilisés pour
l’injection sous-cutanée continue au moyen d’une
pompe à insuline)
Les dispositifs d’administration (réservoirs, tubulures
et cathéters) ainsi que le réservoir contenant APIDRA
doivent être jetés au plus tard après 48 heures
d’utilisation ou après toute exposition à une
température dépassant 37 °C.
Comme vous devez le faire pour tout médicament ou
dispositif d’injection, gardez ce produit hors de la
portée des enfants.
SIGNALEMENT DES EFFETS SECONDAIRES
SOUPÇONNÉS
Vous pouvez déclarer les effets indésirables
soupçonnés associés à l’utilisation des produits de
santé au Programme Canada Vigilance de l’une des
3 façons suivantes :
• En ligne à www.santecanada.gc.ca/medeffet
• Par téléphone, en composant le numéro sans
frais : 1-866-234-2345
• En remplissant un formulaire de déclaration de
Canada Vigilance et en le faisant parvenir
- par télécopieur, au numéro sans frais :
1-866-678-6789
- par la poste au:
Programme Canada Vigilance
Santé Canada
Indice postal 0701E
Ottawa (Ontario) K1A 0K9
RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES
Votre médecin, votre pharmacien ou une infirmière
sont les personnes les mieux placées pour vous fournir
des renseignements sur votre état et votre traitement. Si
vous avez d’autres questions ou préoccupations,
n’hésitez pas à leur en faire part.
Il est possible d’obtenir le présent
document ainsi que la version
intégrale de la monographie
rédigée pour les professionnels de
la santé en visitant le site
www.sanofi.ca ou en
communiquant avec le promoteur,
sanofi-aventis Canada Inc., au :
1-888-852-6887. Ces documents
sont également offerts en gros
caractères.
sanofi-aventis Canada Inc.
Laval (Québec) H7V 0A3
Ce dépliant a été rédigé par sanofi-aventis Canada Inc.
Dernière révision : 11 février 2014
Les étiquettes préaffranchies, le formulaire de
déclaration de Canada Vigilance ainsi que les lignes
directrices concernant la déclaration d’effets
indésirables sont disponibles sur le site Web de
MedEffetMC Canada à :
www.santecanada.gc.ca/medeffet.
REMARQUE : Pour obtenir des renseignements
relatifs à la gestion des effets secondaires, veuillez
communiquer avec votre professionnel de la santé.
Le Programme Canada Vigilance ne fournit pas de
conseils médicaux.
Page 49 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE
CONSOMMATEUR
APIDRA® EN CARTOUCHE
insuline glulisine (ADN recombiné)
Les cartouches doivent TOUJOURS être utilisées
avec les stylos injecteurs ClikSTAR® et
JuniorSTARMC.
Le présent dépliant constitue la troisième et dernière
partie de la monographie de produit publiée à la suite
de l’approbation d’APIDRA pour la vente au Canada,
et s’adresse tout particulièrement aux consommateurs.
Le présent dépliant n’est qu’un résumé et ne donne
donc pas tous les renseignements pertinents au sujet
d’APIDRA. Pour toute question au sujet de ce
médicament, communiquez avec votre professionnel de
la santé.
On vous a expliqué comment vérifier régulièrement
votre taux de glucose (sucre) dans le sang et dans
l'urine. Il est très important de le vérifier encore plus
souvent lorsque vous changez d’insuline ou que vous
modifiez votre dose d’insuline. Si vos analyses de sang
indiquent régulièrement des taux de sucre plus bas ou
plus élevés que la normale, ou encore, si vos analyses
d’urine révèlent la présence de glucose de façon
répétée, cela signifie que votre diabète n’est pas bien
maîtrisé; vous devez donc en informer votre
professionnel de la santé.
Circonstances où il est déconseillé d’utiliser ce
médicament
Vous ne devez pas prendre APIDRA si vous êtes
allergique à ce médicament ou à l'un des ingrédients
qui entrent dans la composition de ce produit ou de son
contenant.
AU SUJET DE CE MÉDICAMENT
Ingrédient actif
L’ingrédient actif d’APIDRA est l’insuline glulisine
(ADN recombiné).
Raisons d’utiliser ce médicament
APIDRA [insuline glulisine (ADN recombiné)] est un
agent antidiabétique (analogue de l’insuline humaine à
action rapide obtenu par recombinaison génétique) qui
est utilisé pour réduire le taux de sucre dans le sang
chez les adultes et les enfants (âgés de 6 ans ou plus)
atteints de diabète.
Ingrédients non médicinaux
Les ingrédients non médicinaux que renferme
APIDRA sont les suivants : m-crésol, polysorbate 20,
chlorure de sodium, trométamol, eau et acide
chlorhydrique et hydroxyde de sodium pour ajuster le
pH.
Effets de ce médicament
L’insuline est une hormone produite par le pancréas,
une glande volumineuse située près de l’estomac. Cette
hormone est indispensable à la bonne utilisation de la
nourriture par l’organisme (le corps), en particulier des
sucres. Le diabète se manifeste quand le pancréas est
incapable de produire une quantité suffisante d’insuline
pour répondre aux besoins de l’organisme ou quand
l’organisme est incapable d’utiliser correctement
l’insuline normalement produite.
Quand l’organisme ne produit plus une quantité
suffisante d’insuline, il faut lui en fournir de
l’extérieur. C’est pourquoi vous devez recevoir des
injections d’insuline. APIDRA est un produit
semblable à l’insuline produite par l’organisme.
APIDRA agit rapidement et son action est de courte
durée, de l’ordre de 4 heures. Normalement, APIDRA
doit être utilisé avec une insuline à plus longue durée
d’action afin de maintenir un taux de sucre dans le sang
adéquat. APIDRA peut également être utilisé avec des
médicaments administrés par voie orale pour réduire le
taux de sucre dans le sang.
Formes posologiques
APIDRA est offert sous forme de solution injectable
(100 U/mL) en :
cartouches de 3 mL, boîte de 5, à utiliser seulement
avec les stylos injecteurs ClikSTAR et JuniorSTAR.
Il est également offert en :
- fioles de 10 mL;
- stylos injecteurs de 3 mL APIDRA SoloSTAR
(stylos préremplis jetables), boîte de 5.
MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS
Mises en garde et précautions importantes
• L’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang)
est l’effet indésirable le plus souvent associé à
l’insuline, y compris APIDRA.
• La surveillance du taux de glucose dans le sang
(taux de sucre dans le sang) est recommandée chez
tous les patients atteints de diabète.
• Une réaction hypoglycémique (faible taux de sucre
dans le sang) ou hyperglycémique (taux élevé de
sucre dans le sang) non corrigée peut provoquer une
perte de conscience, le coma ou la mort.
• Toute modification apportée à un traitement par
l’insuline doit se faire avec prudence et sous
Page 50 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
•
•
•
•
surveillance médicale. Un ajustement de la
posologie pourrait alors être nécessaire.
Lorsqu’APIDRA est administré au moment des
repas, l’injection de la dose doit être faite dans les
15 minutes qui précèdent ou dans les 20 minutes
qui suivent le début du repas.
APIDRA administré par injection sous-cutanée doit
généralement être intégré à un schéma
thérapeutique comportant une insuline à action
intermédiaire ou prolongée. APIDRA peut
également être utilisé en monothérapie et
administré par perfusion au moyen d’une pompe à
insuline afin de maintenir un équilibre glycémique
approprié.
On peut mélanger APIDRA avec de l’insuline
humaine NPH, sauf en cas d’administration au
moyen d’une pompe.
On ne doit administrer l’insuline que si la solution
est claire, incolore, qu’elle a l’aspect de l’eau et
qu’aucune particule solide ne colle aux parois de la
fiole ou de la cartouche.
Les injections d’insuline jouent un rôle important dans
le maintien de la maîtrise de votre diabète. Cependant,
votre mode de vie – votre régime alimentaire, la
surveillance rigoureuse de votre taux de sucre dans le
sang, la pratique d’exercices ou d’activités physiques
planifiées de même que le respect des
recommandations de votre professionnel de la santé –
contribue aussi, avec l’insuline, à maîtriser votre
diabète.
Dans certaines circonstances, votre besoin d’insuline
peut changer, par exemple si vous êtes stressé(e) ou si
vous souffrez d’autres maladies (telles des infections).
Il est possible que votre diabète soit également plus
difficile à contrôler si vous souffrez d'acromégalie (trop
d'hormone de croissance), du syndrome de Cushing
(trop d’hormone cortisol), d’hyperthyroïdie (trop
d’hormone thyroïde) ou si vous présentez un
phéochromocytome (tumeur des glandes surrénales).
Si vous prenez également d’autres médicaments
administrés par voie orale pour réduire votre taux de
sucre dans le sang, il se peut qu’on doive en ajuster la
dose.
La prise d’un médicament de la classe des
thiazolidinediones (comme la rosiglitazone et la
pioglitazone), seul ou en association avec d’autres
antidiabétiques (dont l’insuline), peut entraîner une
insuffisance cardiaque et une enflure des membres
inférieurs. Communiquez sans tarder avec votre
médecin si vous prenez l’un de ces médicaments et que
vous éprouvez des symptômes tels qu’un
essoufflement, de la fatigue, une intolérance à l’effort
ou une enflure des membres inférieurs.
Une hypokaliémie (faible taux de potassium) constitue
un effet indésirable éventuel. Vous risquez d'être
exposé(e) à un plus haut risque d'hypokaliémie si vous
prenez des médicaments pour faire baisser le taux de
potassium ou si vous en perdez (en ayant la diarrhée,
par exemple).
Gardez toujours à portée de la main une provision
d’insuline ainsi que les fournitures nécessaires à
l’injection. Portez toujours un bracelet d’identification
médicale indiquant que vous êtes diabétique et ayez
avec vous des renseignements sur votre diabète pour
vous assurer de recevoir les soins appropriés en cas de
complications hors de votre domicile.
On a signalé la survenue d’erreurs liées au traitement
médicamenteux impliquant l’administration
accidentelle d’autres préparations d’insuline,
notamment des insulines à action prolongée, plutôt que
d’insuline glulisine. Afin d’éviter que de telles erreurs
surviennent, il faut aviser le patient qu’il doit vérifier le
nom de l’insuline sur l’étiquette du produit avant
chaque injection.
Vos aiguilles et seringues sont réservées à votre usage
personnel : ne les partagez pas avec quelqu'un d'autre
afin d'éviter la transmission de maladies.
Consultez votre professionnel de la santé AVANT
d’utiliser APIDRA si :
• vous êtes enceinte, envisagez de le devenir ou
allaitez;
• vous consommez de l’alcool;
• vous êtes malade;
• vous faites plus d’exercice que d’habitude ou vous
voulez modifier votre alimentation;
• vous êtes en voyage;
• vous conduisez, utilisez des outils ou faites
fonctionner des machines;
• vous souffrez de problèmes de rein ou de foie;
• vous prenez un autre médicament, quel qu’il soit.
Votre aptitude à vous concentrer ou à réagir pourrait
être diminuée si vous souffrez d’hypoglycémie (faible
taux de sucre dans le sang) ou d’hyperglycémie (taux
élevé de sucre dans le sang). Veuillez garder à l’esprit
ces éventuels problèmes dans toutes les situations où
vous pourriez vous exposer, ou exposer d’autres
personnes, à un risque quelconque (par exemple
lorsque vous conduisez un véhicule ou faites
fonctionner des machines).
Page 51 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
Vous devez contacter votre médecin pour discuter de la
possibilité de conduire si vous avez :
• de fréquents épisodes d’hypoglycémie
• des signes annonciateurs d’hypoglycémie réduits
ou absents.
INTERACTIONS AVEC LE MÉDICAMENT
Certains médicaments, y compris les produits en vente
libre, et certains suppléments alimentaires (comme les
vitamines) peuvent modifier les effets de l’insuline.
Votre dose d’insuline ou d’autres médicaments pourrait
devoir être modifiée après consultation avec votre
professionnel de la santé si vous prenez l’un de ces
produits. Lisez la section « Utilisation appropriée de ce
médicament » ci-dessous pour connaître les
interactions médicamenteuses possibles avec l’insuline.
UTILISATION APPROPRIÉE
DE CE MÉDICAMENT
Posologie
La posologie d’APIDRA doit être adaptée à chacun des
patients et établie selon les recommandations de votre
professionnel de la santé, en fonction de vos besoins.
APIDRA doit être administré par injection souscutanée dans les 15 minutes qui précèdent ou dans les
20 minutes qui suivent le début du repas.
Bien des facteurs peuvent influer sur la dose
d’APIDRA que vous prenez habituellement,
notamment les changements apportés à votre
alimentation, à vos activités physiques ou à votre
horaire de travail. Suivez rigoureusement les
instructions de votre professionnel de la santé.
N’hésitez pas à le consulter si vous constatez que vos
besoins en insuline changent de façon marquée. Voici
certaines des circonstances susceptibles de modifier la
dose d’insuline dont vous pourriez avoir besoin, ou
d’exiger une surveillance plus rigoureuse des analyses
de sang ou d’urine.
Maladie
La maladie, surtout si elle s’accompagne de nausées et
de vomissements, de diarrhée et/ou de fièvre, peut
modifier vos besoins en insuline. Même si vous ne
mangez pas, vous avez besoin d’insuline. Vous devriez
établir avec votre professionnel de la santé un schéma
d’administration de votre insuline en cas de maladie. Si
vous êtes malade, vérifiez votre taux de sucre dans le
sang ou dans l’urine plus souvent et appelez votre
professionnel de la santé comme on vous l’a conseillé.
Grossesse
Si vous êtes enceinte ou prévoyez le devenir, ou encore
si vous allaitez, consultez votre professionnel de la
santé. Il est particulièrement important pour vous et
votre enfant de bien maîtriser votre diabète. Votre
glycémie peut être plus difficile à équilibrer si vous
êtes enceinte.
Médicaments
Informez toujours le professionnel de la santé qui vous
suit des médicaments que vous prenez, que ce soit des
médicaments sur ordonnance ou en vente libre. Pour
prévenir les interactions entre les médicaments,
donnez-lui le nom de tous les produits que vous prenez
sans attendre qu’il vous demande s’il y a eu des
changements depuis votre dernière visite. Vos besoins
en insuline peuvent augmenter si vous prenez des
médicaments qui élèvent le taux de sucre dans le sang,
comme les contraceptifs (sous forme de comprimés,
d’injections et de timbres) ou l’hormonothérapie
substitutive, les corticostéroïdes, les traitements de
substitution thyroïdiens et les agents
sympathomimétiques (par exemple, décongestionnants
et anorexigènes [« coupe-faim »]). À l’inverse, vos
besoins en insuline peuvent diminuer si vous prenez
des médicaments qui abaissent le taux de sucre dans le
sang, comme des hypoglycémiants oraux, des salicylés
(par exemple, l’aspirine), des antibiotiques de type
sulfamide, des médicaments pour maîtriser la pression
sanguine, y compris les inhibiteurs de l’ECA, et
certains médicaments pour traiter les troubles
psychiatriques, y compris les inhibiteurs de la MAO,
les antidépresseurs et les médicaments contre l’anxiété.
L’alcool ainsi que certains médicaments, y compris les
bêtabloquants, utilisés pour maîtriser la pression
sanguine, les arythmies cardiaques, les palpitations ou
les maux de tête, peuvent intensifier ou atténuer l’effet
hypoglycémiant des insulines. Les signes
d’hypoglycémie peuvent aussi être moins prononcés ou
absents.
Exercice physique
Si vous changez vos habitudes en ce qui concerne
l’exercice physique, parlez-en à votre professionnel de
la santé pour adapter vos besoins en insuline.
L'exercice peut diminuer les besoins de votre
organisme en insuline pendant l’activité même, mais
aussi quelque temps après. Comme dans le cas de
toutes les insulines, le taux d’absorption et donc le
début et la durée d’action peuvent être modifiés par
l'exercice physique et d’autres variables.
Voyage
Si vous prévoyez traverser des fuseaux horaires,
consultez votre professionnel de la santé pour savoir si
vous devez ajuster vos doses d’insuline. Il serait
Page 52 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
prudent d’avoir des réserves d’insuline et de matériel
d’injection quand vous partez en voyage.
MOINS QUE VOTRE MÉDECIN NE VOUS LE
RECOMMANDE.
Dose oubliée :
L’oubli d’une dose d’APIDRA ou l’administration
d’une quantité insuffisante d’insuline peut entraîner
une augmentation excessive de votre taux de sucre
dans le sang (hyperglycémie). Vérifiez fréquemment
votre taux de sucre dans le sang. Lisez la section
« Effets secondaires et mesures à prendre » ci-dessous
pour savoir ce que vous devez faire pour traiter
l’hyperglycémie.
Il faut bien suivre les instructions relatives à l’emploi
d’APIDRA avec le stylo injecteur.
Ne doublez pas la dose suivante pour compenser la
dose oubliée.
Surdose :
L’injection d’une dose trop élevée d’APIDRA peut
entraîner une baisse excessive de votre taux de sucre
dans le sang (hypoglycémie). Vérifiez fréquemment
votre taux de sucre dans le sang. Pour prévenir
l’hypoglycémie, vous devez généralement consommer
davantage d’aliments et vérifier votre taux de sucre
dans le sang. Lisez la section « Effets secondaires et
mesures à prendre » ci-dessous pour savoir ce que
vous devez faire pour traiter l’hypoglycémie.
L’administration d’une quantité excessive d’insuline
par rapport à l’apport alimentaire, à la dépense
énergétique, ou aux deux à la fois, risque d’entraîner de
l’hypoglycémie.
Dans des cas sévères, on peut observer un coma, une
crise d’épilepsie ou des troubles cérébraux, qui seront
traités par le glucagon (injecté dans le muscle ou dans
le tissu sous-cutané) ou le glucose (injecté dans la
veine).
Il est bien important de toujours utiliser la
cartouche APIDRA avec les stylos injecteurs
ClikSTAR et JuniorSTAR. L’utilisation de la
cartouche avec un stylo injecteur qui n’est pas
compatible avec les cartouches APIDRA peut entraîner
une erreur de dose et des complications médicales,
comme une glycémie trop basse ou trop élevée.
JuniorSTAR délivre APIDRA par paliers de
0,5 unité. ClikSTAR délivre APIDRA par paliers de
1 unité.
SUIVEZ EXACTEMENT LES INSTRUCTIONS
FOURNIES AVEC LES STYLOS INJECTEURS
ClikSTAR ET JuniorSTAR POUR :
•
•
NE PARTAGEZ JAMAIS VOS STYLOS
INJECTEURS, VOS CARTOUCHES, VOS
SERINGUES ET VOS AIGUILLES AVEC UNE
AUTRE PERSONNE.
Insertion de la cartouche APIDRA dans le stylo
injecteur
1.
Pour éviter les erreurs lorsque vous prenez votre
médicament, vérifiez le nom de l’insuline sur
l’étiquette de la cartouche avant chaque insertion.
2.
Examinez la cartouche d’insuline. Utilisez
uniquement APIDRA si la solution est claire,
incolore et sans particules visibles. Ne l’utilisez
pas si vous notez quoi que ce soit d’inhabituel
dans son aspect. N’utilisez pas l’insuline après la
date de péremption figurant sur l’étiquette.
3.
Assurez-vous que l’insuline est à la température
ambiante avant de l’injecter pour réduire au
minimum le risque d’irritation locale au point
d’injection.
4.
Lavez-vous les mains.
Vous devez continuer à surveiller votre taux de sucre
dans le sang même si vous vous sentez mieux parce
qu’une hypoglycémie peut réapparaître.
En cas de surdosage, communiquez
immédiatement avec un professionnel de la
santé, l’urgence d’un centre hospitalier ou le
centre antipoison de votre région, même en
l’absence de symptômes.
DIRECTIVES D’EMPLOI
Votre médecin vous a prescrit le type d’insuline qui lui
semblait le mieux pour vous. N’UTILISEZ JAMAIS
UNE AUTRE PRÉPARATION D’INSULINE, À
ÉVITER LA CONTAMINATION ET LES
RISQUES D’INFECTION;
OBTENIR UNE DOSE EXACTE.
5. Suivez fidèlement les instructions fournies avec le
stylo injecteur pour l’insertion de la cartouche dans le
stylo
injecteur.
Page 53 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
Injection de la dose
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
Lavez-vous les mains.
Examinez l’insuline. Utilisez uniquement
APIDRA si la solution est claire, incolore et sans
particules visibles. Ne l’utilisez pas si vous notez
quoi que ce soit d’inhabituel dans son aspect.
Il n’est pas nécessaire d’agiter la cartouche insérée
dans le stylo injecteur ou de la faire rouler entre
vos mains avant d’utiliser la solution.
Retirez le capuchon protecteur.
Suivez les instructions fournies avec le stylo
injecteur pour l’insertion et le changement de
l’aiguille.
Vérifiez s’il y a des bulles d’air dans la cartouche
insérée dans le stylo injecteur. Si oui, tentez de les
faire disparaître en suivant les instructions fournies
avec le stylo injecteur.
Suivez les instructions fournies avec le stylo
injecteur pour effectuer un test de sécurité ou
pour amorcer le stylo.
Sélectionnez la dose adéquate d’APIDRA sur le
stylo injecteur en suivant le mode d’emploi.
Il n’y a pas de différence d’absorption notable
d’APIDRA que celui-ci soit injecté par voie souscutanée dans la région abdominale, les cuisses, les
fesses ou les bras. Cependant, on doit veiller à
faire la rotation des points d’injection dans une
même région d’administration (abdomen, cuisses,
fesses ou partie supérieure des bras) d’une
injection à une autre.
Désinfectez le point d’injection avec un tampon
imbibé d’alcool.
Pincez doucement la peau et insérez l’aiguille du
stylo injecteur comme vous l’a montré votre
professionnel de la santé.
Pour injecter APIDRA, suivez les instructions
fournies avec le stylo injecteur.
Comptez lentement jusqu'à 10 avant de retirer
l'aiguille de votre peau, puis maintenez une
pression sur la peau durant quelques secondes. NE
FROTTEZ PAS LA RÉGION D’INJECTION.
Retirez l’aiguille du stylo injecteur après chaque
injection conformément aux instructions fournies
avec le stylo injecteur. Jetez l’aiguille de façon
sécuritaire. Ne réutilisez pas l’aiguille.
Ne réutilisez jamais une cartouche vide. Jetez-la de
façon sécuritaire.
En cas de mauvais fonctionnement du stylo, on peut
prélever APIDRA de la cartouche au moyen d'une
seringue pour insuline afin de l'injecter. Il faut alors
utiliser une nouvelle seringue stérile.
EFFETS SECONDAIRES
ET MESURES À PRENDRE
PROBLÈMES FRÉQUENTS LIÉS AU DIABÈTE
Hypoglycémie (réaction à la prise d’insuline)
L’hypoglycémie (quantité insuffisante de glucose dans
le sang) est l’un des effets secondaires les plus
fréquents chez les utilisateurs d’insuline. Des
symptômes d’hypoglycémie peuvent apparaître dans
les cas suivants :
• si vous êtes malade, si vous éprouvez du stress
ou des troubles émotionnels;
• si vous vous injectez par erreur une dose plus
élevée d’insuline;
• si vous avez mal utilisé le dispositif
d’injection ou si celui-ci ne fonctionne pas
correctement;
• si votre apport alimentaire est insuffisant ou si
vous avez sauté un repas;
• si vous avez fait un exercice physique plus
intense qu’à l’habitude;
• si vous utilisez une nouvelle sorte d’insuline
ou suivez un nouvel horaire d’administration;
• si vous prenez de nouveaux médicaments (sur
ordonnance ou en vente libre), des produits
naturels, des vitamines ou de la drogue.
Parmi les symptômes d’hypoglycémie légère ou
modérée qui peuvent se manifester soudainement, on
compte les suivants :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
comportement anormal (anxiété, irritabilité,
agitation, difficulté à se concentrer, modifications
de la personnalité, modifications de l’humeur,
confusion ou nervosité);
fatigue;
fourmillements des mains, des pieds, des lèvres ou
de la langue;
tremblements;
démarche instable;
étourdissements, sensation ébrieuse ou
somnolence;
maux de tête;
vision trouble;
trouble de l’élocution;
palpitations (accélération du rythme cardiaque);
sueurs froides;
pâleur;
cauchemars ou troubles du sommeil;
nausées;
sensation de faim.
Page 54 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
Une hypoglycémie légère ou modérée peut être
corrigée en prenant des aliments ou des liquides qui
contiennent du sucre. Vous devriez toujours avoir sur
vous une source de sucre rapidement assimilable,
comme des bonbons, du jus ou des comprimés de
glucose clairement étiquetés à cette fin. Communiquez
avec votre professionnel de la santé pour connaître les
proportions appropriées de sucre à prendre.
Parmi les signes d’hypoglycémie grave, on compte les
suivants :
• désorientation;
• convulsions;
• perte de conscience;
• crises d’épilepsie.
Les cas graves d’hypoglycémie peuvent nécessiter
l’intervention d’une autre personne. Les personnes
inconscientes ou incapables de prendre du sucre par
voie orale devront recevoir une injection de glucagon
ou du glucose par voie intraveineuse par du personnel
médical. Des réactions graves, voire la mort du patient,
peuvent survenir faute d’intervention immédiate du
personnel médical.
Les symptômes avant-coureurs de l'hypoglycémie
peuvent être différents, moins prononcés ou même
inexistants chez les patients dont le taux de sucre s’est
nettement amélioré, les personnes âgées, celles qui
présentent une neuropathie diabétique, qui sont
atteintes de diabète depuis longtemps ou encore qui
prennent certains autres médicaments simultanément.
De telles situations peuvent provoquer une
hypoglycémie grave (et même une perte de conscience)
avant que les symptômes apparaissent.
Certaines personnes ne peuvent reconnaître les signes
annonciateurs d’une chute de leur taux de sucre dans le
sang. Si vous êtes incapable de reconnaître les premiers
symptômes d’hypoglycémie, vous risquez de ne pas
pouvoir prendre les mesures nécessaires pour éviter
une hypoglycémie plus grave. Soyez attentif aux
différents types de symptômes indicateurs d’une
hypoglycémie. Les patients qui sont victimes d’une
hypoglycémie sans signes avant-coureurs doivent
surveiller leur taux de sucre plus souvent, surtout avant
de s’engager dans des activités comme la conduite
automobile ou l’utilisation d’appareils mécaniques. Si
votre taux de sucre est inférieur à votre taux de sucre à
jeun normal, vous devriez envisager de consommer des
aliments ou des boissons qui contiennent du sucre pour
corriger votre état.
pourriez apporter à votre traitement, à votre régime
alimentaire et/ou à votre programme d’exercice pour
vous aider à prévenir ces épisodes.
Hyperglycémie
Une hyperglycémie (quantité excessive de sucre dans
le sang) peut se produire si votre organisme ne reçoit
pas une quantité suffisante d’insuline.
L’hyperglycémie peut survenir dans les cas suivants :
• si vous êtes malade, si vous éprouvez du stress
ou des troubles émotionnels;
• si vous n’avez pas pris votre dose d’insuline
ou si vous avez pris une dose d’insuline
inférieure à celle qui est recommandée par
votre professionnel de la santé;
• si vous avez mal utilisé le dispositif
d’injection ou si celui-ci ne fonctionne pas
correctement;
• si vous avez mangé plus que d’habitude;
• si vous utilisez une nouvelle sorte d’insuline
ou suivez un nouvel horaire d’administration;
• si vous prenez de nouveaux médicaments (sur
ordonnance ou en vente libre), des produits
naturels, des vitamines ou de la drogue.
Parmi les symptômes d’hyperglycémie, on compte les
suivants :
• confusion ou somnolence;
• grande soif;
• diminution de l’appétit, nausées ou vomissements;
• accélération du rythme cardiaque;
• augmentation des mictions et déshydratation
(quantité insuffisante de liquide dans l’organisme);
• vision floue;
• peau sèche et rouge;
• odeur acétonique de l’haleine.
L’hyperglycémie peut être légère ou grave. Elle peut
dégénérer, le taux de sucre continuant d’augmenter,
en acidocétose diabétique et causer une perte de
conscience et la mort.
Acidocétose diabétique
Les premiers symptômes de l’acidocétose diabétique se
manifestent habituellement en quelques heures ou
quelques jours. Lors d’une acidocétose, l’analyse
d’urine révèle un taux élevé de glucose et d’acétone.
Si vous avez souvent des épisodes d’hypoglycémie, ou
si vous avez de la difficulté à en reconnaître les
symptômes, vous devriez consulter votre professionnel
de la santé pour discuter des modifications que vous
Page 55 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
Parmi les symptômes de l’acidocétose diabétique, on
compte les suivants :
•
•
Premiers symptômes :
• somnolence;
• rougeur du visage;
• soif;
• diminution de l’appétit;
• haleine fruitée;
• respiration profonde et rapide;
• douleur abdominale (dans la région de l’estomac).
Dans certains cas, ces réactions peuvent être
attribuables à d’autres facteurs que l’insuline, par
exemple à la présence de substances irritantes pour la
peau dans l’agent désinfectant ou à une technique
d’injection inadéquate. Vous pouvez réduire le risque
de présenter une réaction au point d’injection en
changeant de site chaque fois que vous vous faites une
injection. Consultez votre professionnel de la santé en
cas de réaction locale au point d’injection.
Symptômes graves :
• respiration bruyante;
• pouls rapide.
Cette liste d’effets indésirables n’est pas complète. Si
vous éprouvez des effets imprévus pendant que vous
prenez APIDRA, parlez-en à votre professionnel de la
santé.
L’hyperglycémie prolongée ou l’acidocétose
diabétique peuvent causer ce qui suit :
• nausées;
• vomissements;
• déshydratation;
• perte de conscience;
• mort.
L’hyperglycémie grave ou continue ou l’acidocétose
diabétique commandent une évaluation et un
traitement rapides par votre professionnel de la
santé.
Réactions allergiques
Dans de rares cas, il se peut qu’un patient soit
allergique à l’insuline. Les allergies graves à l’insuline
peuvent mettre votre vie en danger. Si vous pensez
faire une réaction allergique, obtenez immédiatement
de l’aide médicale.
Parmi les signes d’allergie à l’insuline, on compte les
suivants :
• éruption cutanée sur tout le corps;
• essoufflement;
• respiration sifflante (difficulté à respirer);
• pouls rapide;
• sudation;
• chute de la tension artérielle.
Réactions cutanées possibles au point d’injection
épaississement de la peau (lipohypertrophie);
rougeur, démangeaisons, enflure ou saignement.
COMMENT CONSERVER APIDRA
Cartouches intactes :
Les cartouches APIDRA qui n’ont pas été ouvertes
doivent être conservées au réfrigérateur, à une
température se situant entre 2 et 8 °C. Garder APIDRA
à l’abri des sources directes de chaleur et de lumière.
APIDRA ne doit pas être gardé au congélateur ni
exposé au gel. Si le produit gèle ou qu’il est exposé à
une chaleur excessive, il doit être jeté.
Cartouches ouvertes (en cours d’utilisation) :
Les cartouches APIDRA ouvertes qui ont été insérées
dans un stylo injecteur ne doivent pas être réfrigérées,
mais plutôt conservées jusqu’à 28 jours à une
température se situant entre 15 et 25 ºC, pourvu
qu’elles soient gardées à l’abri de la chaleur et de la
lumière directes et que la température ne dépasse pas
25 °C. Si la cartouche contient encore de l’insuline
après 28 jours ou qu’elle est exposée à une chaleur
excessive, elle doit être jetée. La cartouche ouverte en
cours d’utilisation ne doit jamais être retirée du stylo
injecteur, puis réinsérée par la suite.
N’utilisez pas une cartouche APIDRA une fois passée
la date de péremption imprimée sur l’étiquette ou si la
solution est trouble ou renferme des particules visibles.
Comme vous devez le faire pour tout médicament ou
dispositif d’injection, gardez ce produit hors de la
portée des enfants.
L’injection d’insuline peut causer les réactions
cutanées suivantes au point d’injection :
• petite dépression de la peau (lipoatrophie);
Page 56 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
SIGNALEMENT DES EFFETS SECONDAIRES
SOUPÇONNÉS
Vous pouvez déclarer les effets indésirables
soupçonnés associés à l’utilisation des produits de
santé au Programme Canada Vigilance de l’une des
3 façons suivantes :
• En ligne à www.santecanada.gc.ca/medeffet
• Par téléphone, en composant le numéro sans
frais : 1-866-234-2345
• En remplissant un formulaire de déclaration de
Canada Vigilance et en le faisant parvenir
- par télécopieur, au numéro sans frais :
1-866-678-6789
- par la poste au :
Programme Canada Vigilance
Santé Canada
Indice postal 0701E
Ottawa (Ontario) K1A 0K9
Ces documents sont également
offerts en gros caractères.
sanofi-aventis Canada Inc.
Laval (Québec) H7V 0A3
Ce dépliant a été rédigé par sanofi-aventis Canada Inc.
Dernière révision : 11 février 2014
Les étiquettes préaffranchies, le formulaire de
déclaration de Canada Vigilance ainsi que les lignes
directrices concernant la déclaration d’effets
indésirables sont disponibles sur le site Web de
MedEffetMC Canada à :
www.santecanada.gc.ca/medeffet.
REMARQUE : Pour obtenir des renseignements
relatifs à la gestion des effets secondaires, veuillez
communiquer avec votre professionnel de la santé.
Le Programme Canada Vigilance ne fournit pas de
conseils médicaux.
RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES
Votre médecin, votre pharmacien ou une infirmière
sont les personnes les mieux placées pour vous fournir
des renseignements sur votre état et votre traitement. Si
vous avez d’autres questions ou préoccupations,
n’hésitez pas à leur en faire part.
Il est possible d’obtenir le présent
document ainsi que la version
intégrale de la monographie
rédigée pour les professionnels de
la santé en visitant le site
www.sanofi.ca ou en
communiquant avec le promoteur,
sanofi-aventis Canada Inc., au :
1-888-852-6887.
Page 57 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
PARTIE III : RENSEIGNEMENTS POUR LE
CONSOMMATEUR
APIDRA® EN STYLO INJECTEUR SoloSTAR®
insuline glulisine (ADN recombiné)
Le présent dépliant constitue la troisième et dernière
partie de la monographie de produit publiée à la suite
de l’approbation d’APIDRA pour la vente au Canada,
et s’adresse tout particulièrement aux consommateurs.
Le présent dépliant n’est qu’un résumé et ne donne
donc pas tous les renseignements pertinents au sujet
d’APIDRA. Pour toute question au sujet de ce
médicament, communiquez avec votre professionnel de
la santé.
AU SUJET DE CE MÉDICAMENT
Raisons d’utiliser ce médicament
APIDRA [insuline glulisine (ADN recombiné)] est un
agent antidiabétique (analogue de l’insuline humaine à
action rapide obtenu par recombinaison génétique) qui
est utilisé pour réduire le taux de sucre dans le sang
chez les adultes et les enfants (âgés de 6 ans ou plus)
atteints de diabète.
Effets de ce médicament
L’insuline est une hormone produite par le pancréas,
une glande volumineuse située près de l’estomac. Cette
hormone est indispensable à la bonne utilisation de la
nourriture par l’organisme (le corps), en particulier des
sucres. Le diabète se manifeste quand le pancréas est
incapable de produire une quantité suffisante d’insuline
pour répondre aux besoins de l’organisme ou quand
l’organisme est incapable d’utiliser correctement
l’insuline normalement produite.
Quand l’organisme ne produit plus une quantité
suffisante d’insuline, il faut lui en fournir de
l’extérieur. C’est pourquoi vous devez recevoir des
injections d’insuline. APIDRA est un produit
semblable à l’insuline produite par l’organisme.
APIDRA agit rapidement et son action est de courte
durée, de l’ordre de 4 heures. Normalement, APIDRA
doit être utilisé avec une insuline à plus longue durée
d’action afin de maintenir un taux de sucre dans le sang
adéquat. APIDRA peut également être utilisé avec des
médicaments administrés par voie orale pour réduire le
taux de sucre dans le sang.
On vous a expliqué comment vérifier régulièrement
votre taux de glucose (sucre) dans le sang et dans
l'urine. Il est très important de le vérifier encore plus
souvent lorsque vous changez d’insuline ou que vous
modifiez votre dose d’insuline. Si vos analyses de sang
indiquent régulièrement des taux de sucre plus bas ou
plus élevés que la normale, ou encore, si vos analyses
d’urine révèlent la présence de glucose de façon
répétée, cela signifie que votre diabète n’est pas bien
maîtrisé; vous devez donc en informer votre
professionnel de la santé.
Circonstances où il est déconseillé d’utiliser ce
médicament
Vous ne devez pas prendre APIDRA si vous êtes
allergique à ce médicament ou à l'un des ingrédients
qui entrent dans la composition de ce produit ou de son
contenant.
Ingrédient actif
L’ingrédient actif d’APIDRA est l’insuline glulisine
(ADN recombiné).
Ingrédients non médicinaux
Les ingrédients non médicinaux que renferme
APIDRA sont les suivants : m-crésol, polysorbate 20,
chlorure de sodium, trométamol, eau et acide
chlorhydrique et hydroxyde de sodium pour ajuster le
pH.
Formes posologiques
APIDRA est offert sous forme de solution injectable
(100 U/mL) en :
stylos injecteurs de 3 mL APIDRA SoloSTAR (stylos
préremplis jetables), boîte de 5.
Il est également offert en :
- fioles de 10 mL;
- cartouches de 3 mL, boîte de 5, à utiliser
seulement avec les stylos injecteurs ClikSTAR et
JuniorSTAR;
MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS
•
•
•
•
Mises en garde et précautions importantes
L’hypoglycémie (faible taux de sucre dans le sang)
est l’effet indésirable le plus souvent associé à
l’insuline, y compris APIDRA.
La surveillance du taux de glucose dans le sang
(sucre dans le sang) est recommandée chez tous les
patients atteints de diabète.
Une réaction hypoglycémique (faible taux de sucre
dans le sang) ou hyperglycémique (taux élevé de
sucre dans le sang) non corrigée peut provoquer une
perte de conscience, le coma ou la mort.
Toute modification apportée à un traitement par
l’insuline doit se faire avec prudence et sous
surveillance médicale. Un ajustement de la
posologie pourrait alors être nécessaire.
Page 58 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
• Lorsqu’APIDRA est administré au moment des
repas, l’injection de la dose doit être faite dans les
15 minutes qui précèdent ou dans les 20 minutes
qui suivent le début du repas.
• APIDRA administré par injection sous-cutanée doit
généralement être intégré à un schéma
thérapeutique comportant une insuline à action
intermédiaire ou prolongée. APIDRA peut
également être utilisé en monothérapie et
administré par perfusion au moyen d’une pompe à
insuline afin de maintenir un équilibre glycémique
approprié.
• On peut mélanger APIDRA avec de l’insuline
humaine NPH, sauf en cas d’administration au
moyen d’une pompe.
• On ne doit administrer l’insuline que si la solution
est claire, incolore, qu’elle a l’aspect de l’eau et
qu’aucune particule solide ne colle aux parois de la
fiole ou de la cartouche.
Les injections d’insuline jouent un rôle important dans
le maintien de la maîtrise de votre diabète. Cependant,
votre mode de vie – votre régime alimentaire, la
surveillance rigoureuse de votre taux de sucre dans le
sang, la pratique d’exercices ou d’activités physiques
planifiées de même que le respect des
recommandations de votre professionnel de la santé –
contribue aussi, avec l’insuline, à maîtriser votre
diabète.
Dans certaines circonstances, votre besoin d’insuline
peut changer, par exemple si vous êtes stressé(e) ou si
vous souffrez d’autres maladies (telles des infections).
Il est possible que votre diabète soit également plus
difficile à contrôler si vous souffrez d’acromégalie
(trop d’hormone de croissance), du syndrome de
Cushing (trop d’hormone cortisol), d’hyperthyroïdie
(trop d’hormone thyroïde) ou si vous présentez un
phéochromocytome (tumeur des glandes surrénales).
Si vous prenez également d'autres médicaments
administrés par voie orale pour réduire votre taux de
sucre dans le sang, il se peut qu'on doive en ajuster la
dose.
La prise d’un médicament de la classe des
thiazolidinediones (comme la rosiglitazone et la
pioglitazone), seul ou en association avec d’autres
antidiabétiques (dont l’insuline), peut entraîner une
insuffisance cardiaque et une enflure des membres
inférieurs. Communiquez sans tarder avec votre
médecin si vous prenez l’un de ces médicaments et que
vous éprouvez des symptômes tels qu’un
essoufflement, de la fatigue, une intolérance à l’effort
ou une enflure des membres inférieurs.
Une hypokaliémie (faible taux de potassium) constitue
un effet indésirable éventuel. Vous risquez d'être
exposé(e) à un plus haut risque d'hypokaliémie si vous
prenez des médicaments pour faire baisser le taux de
potassium ou si vous en perdez (en ayant la diarrhée,
par exemple).
Gardez toujours à portée de la main une provision
d’insuline ainsi que les fournitures nécessaires à
l’injection. Portez toujours un bracelet d’identification
médicale indiquant que vous êtes diabétique et ayez
avec vous des renseignements sur votre diabète pour
vous assurer de recevoir les soins appropriés en cas de
complications hors de votre domicile.
On a signalé la survenue d’erreurs liées au traitement
médicamenteux impliquant l’administration
accidentelle d’autres préparations d’insuline,
notamment des insulines à action prolongée, plutôt que
d’insuline glulisine. Afin d’éviter que de telles erreurs
surviennent, il faut aviser le patient qu’il doit vérifier le
nom de l’insuline sur l’étiquette du produit avant
chaque injection.
Vos aiguilles et seringues sont réservées à votre usage
personnel : ne les partagez pas avec quelqu’un d’autre
afin d'éviter la transmission de maladies.
Consultez votre professionnel de la santé AVANT
d’utiliser APIDRA si :
• vous êtes enceinte, envisagez de le devenir ou
allaitez;
• vous consommez de l’alcool;
• vous êtes malade;
• vous faites plus d’exercice que d’habitude ou vous
voulez modifier votre alimentation;
• vous êtes en voyage;
• vous conduisez, utilisez des outils ou faites
fonctionner des machines;
• vous souffrez de problèmes de rein ou de foie;
• vous prenez un autre médicament, quel qu’il soit.
Votre aptitude à vous concentrer ou à réagir pourrait
être diminuée si vous souffrez d’hypoglycémie (faible
taux de sucre dans le sang) ou d’hyperglycémie (taux
élevé de sucre dans le sang). Veuillez garder à l’esprit
ces éventuels problèmes dans toutes les situations où
vous pourriez vous exposer, ou exposer d’autres
personnes, à un risque quelconque (par exemple
lorsque vous conduisez un véhicule ou faites
fonctionner des machines).
Vous devez contacter votre médecin pour discuter de la
possibilité de conduire si vous avez :
Page 59 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
•
•
de fréquents épisodes d’hypoglycémie
des signes annonciateurs d’hypoglycémie réduits
ou absents.
INTERACTIONS AVEC LE MÉDICAMENT
Certains médicaments, y compris les produits en vente
libre, et certains suppléments alimentaires (comme les
vitamines) peuvent modifier les effets de l’insuline.
Votre dose d’insuline ou d’autres médicaments pourrait
devoir être modifiée après consultation avec votre
professionnel de la santé si vous prenez l’un de ces
produits. Lisez la section « Utilisation appropriée de ce
médicament » ci-dessous pour connaître les
interactions médicamenteuses possibles avec l’insuline.
UTILISATION APPROPRIÉE
DE CE MÉDICAMENT
Posologie
La posologie d’APIDRA doit être adaptée à chacun des
patients et établie selon les recommandations de votre
professionnel de la santé, en fonction de vos besoins.
APIDRA doit être administré par injection souscutanée dans les 15 minutes qui précèdent ou dans les
20 minutes qui suivent le début du repas.
Grossesse
Si vous êtes enceinte ou prévoyez le devenir, ou encore
si vous allaitez, consultez votre professionnel de la
santé. Il est particulièrement important pour vous et
votre enfant de bien maîtriser votre diabète. Votre
glycémie peut être plus difficile à équilibrer si vous
êtes enceinte.
Médicaments
Informez toujours le professionnel de la santé qui vous
suit des médicaments que vous prenez, que ce soit des
médicaments sur ordonnance ou en vente libre. Pour
prévenir les interactions entre les médicaments,
donnez-lui le nom de tous les produits que vous prenez
sans attendre qu’il vous demande s’il y a eu des
changements depuis votre dernière visite. Vos besoins
en insuline peuvent augmenter si vous prenez des
médicaments qui élèvent le taux de sucre dans le sang,
comme les contraceptifs (sous forme de comprimés,
d’injections et de timbres) ou l’hormonothérapie
substitutive, les corticostéroïdes, les traitements de
substitution thyroïdiens et les agents
sympathomimétiques (par exemple, décongestionnants
et anorexigènes [« coupe-faim »]). À l’inverse, vos
besoins en insuline peuvent diminuer si vous prenez
des médicaments qui abaissent le taux de sucre dans le
sang, comme des hypoglycémiants oraux, des salicylés
(par exemple, l’aspirine), des antibiotiques de type
sulfamide, des médicaments pour maîtriser la pression
sanguine, y compris les inhibiteurs de l’ECA, et
certains médicaments pour traiter les troubles
psychiatriques, y compris les inhibiteurs de la MAO,
les antidépresseurs et les médicaments contre l’anxiété.
Bien des facteurs peuvent influer sur la dose
d’APIDRA que vous prenez habituellement,
notamment les changements apportés à votre
alimentation, à vos activités physiques ou à votre
horaire de travail. Suivez rigoureusement les
instructions de votre professionnel de la santé.
N’hésitez pas à le consulter si vous constatez que vos
besoins en insuline changent de façon marquée. Voici
certaines des circonstances susceptibles de modifier la
dose d’insuline dont vous pourriez avoir besoin, ou
d’exiger une surveillance plus rigoureuse des analyses
de sang ou d’urine.
L’alcool ainsi que certains médicaments, y compris les
bêtabloquants, utilisés pour maîtriser la pression
sanguine, les arythmies cardiaques, les palpitations ou
les maux de tête, peuvent intensifier ou atténuer l’effet
hypoglycémiant des insulines. Les signes
d’hypoglycémie peuvent aussi être moins prononcés ou
absents.
Maladie
La maladie, surtout si elle s’accompagne de nausées et
de vomissements, de diarrhée et/ou de fièvre, peut
modifier vos besoins en insuline. Même si vous ne
mangez pas, vous avez besoin d’insuline. Vous devriez
établir avec votre professionnel de la santé un schéma
d’administration de votre insuline en cas de maladie. Si
vous êtes malade, vérifiez votre taux de sucre dans le
sang ou dans l’urine plus souvent et appelez votre
professionnel de la santé comme on vous l’a conseillé.
Exercice physique
Si vous changez vos habitudes en ce qui concerne
l’exercice physique, parlez-en à votre professionnel de
la santé pour adapter vos besoins en insuline.
L'exercice peut diminuer les besoins de votre
organisme en insuline pendant l’activité même, mais
aussi quelque temps après. Comme dans le cas de
toutes les insulines, le taux d’absorption et donc le
début et la durée d’action peuvent être modifiés par
l'exercice physique et d’autres variables.
Voyage
Si vous prévoyez traverser des fuseaux horaires,
consultez votre professionnel de la santé pour savoir si
vous devez ajuster vos doses d’insuline. Il serait
Page 60 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
prudent d’avoir des réserves d’insuline et de matériel
d’injection quand vous partez en voyage.
MOINS QUE VOTRE MÉDECIN NE VOUS LE
RECOMMANDE.
Dose oubliée :
L’oubli d’une dose d’APIDRA ou l’administration
d’une quantité insuffisante d’insuline peut entraîner
une augmentation excessive de votre taux de sucre
dans le sang (hyperglycémie). Vérifiez fréquemment
votre taux de sucre dans le sang. Lisez la section
« Effets secondaires et mesures à prendre » ci-dessous
pour savoir ce que vous devez faire pour traiter
l’hyperglycémie.
SUIVEZ EXACTEMENT LES INSTRUCTIONS
FOURNIES AVEC LE STYLO INJECTEUR
APIDRA SOLOSTAR POUR :
Ne doublez pas la dose suivante pour compenser la
dose oubliée.
Surdose :
L’injection d’une dose trop élevée d’APIDRA peut
entraîner une baisse excessive de votre taux de sucre
dans le sang (hypoglycémie). Vérifiez fréquemment
votre taux de sucre dans le sang. Pour prévenir
l’hypoglycémie, vous devez généralement consommer
davantage d’aliments et vérifier votre taux de sucre
dans le sang. Lisez la section « Effets secondaires et
mesures à prendre » ci-dessous pour savoir ce que
vous devez faire pour traiter l’hypoglycémie.
L’administration d’une quantité excessive d’insuline
par rapport à l’apport alimentaire, à la dépense
énergétique, ou aux deux à la fois, risque d’entraîner de
l’hypoglycémie.
Dans des cas sévères, on peut observer un coma, une
crise d’épilepsie ou des troubles cérébraux, qui seront
traités par le glucagon (injecté dans le muscle ou dans
le tissu sous-cutané) ou le glucose (injecté dans la
veine).
Vous devez continuer à surveiller votre taux de sucre
dans le sang même si vous vous sentez mieux parce
qu’une hypoglycémie peut réapparaître.
En cas de surdosage, communiquez
immédiatement avec un professionnel de la
santé, l’urgence d’un centre hospitalier ou le
centre antipoison de votre région, même en
l’absence de symptômes.
DIRECTIVES D’EMPLOI
Votre médecin vous a prescrit le type d’insuline qui lui
semblait le mieux pour vous. N’UTILISEZ JAMAIS
UNE AUTRE PRÉPARATION D’INSULINE, À
−
−
ÉVITER LA CONTAMINATION ET LES
RISQUES D’INFECTION;
OBTENIR UNE DOSE EXACTE.
NE PARTAGEZ JAMAIS VOS STYLOS
INJECTEURS, VOS CARTOUCHES, VOS
SERINGUES ET VOS AIGUILLES AVEC UNE
AUTRE PERSONNE.
Préparation de l’injection
1.
Pour éviter les erreurs lorsque vous prenez votre
médicament, vérifiez le nom de l’insuline sur
l’étiquette du stylo injecteur APIDRA SoloSTAR
avant chaque injection. Le stylo injecteur APIDRA
SoloSTAR est bleu.
2. Examinez l’insuline. Elle doit être claire et
incolore, exempte de particules visibles. Ne
l’utilisez pas si vous notez quoi que ce soit
d’inhabituel dans son aspect. N’utilisez pas
l’insuline après la date de péremption figurant sur
l’étiquette.
3. Assurez-vous que l’insuline est à la température
ambiante avant de l’injecter pour réduire au
minimum le risque d’irritation locale au point
d’injection.
4. Lavez-vous les mains.
5. Il n’est pas nécessaire d’agiter le stylo injecteur
APIDRA SoloSTAR ou de le faire rouler entre vos
mains avant d’utiliser la solution.
6. Retirez le capuchon protecteur.
7. Suivez les instructions fournies avec le stylo
injecteur APIDRA SoloSTAR pour l’insertion
et le changement de l’aiguille.
8. Vérifiez s’il y a des bulles d’air dans le stylo
injecteur APIDRA SoloSTAR. Si oui, tentez de les
faire disparaître en suivant les instructions fournies
avec le stylo injecteur APIDRA SoloSTAR.
9. Suivez les instructions fournies avec le stylo
injecteur APIDRA SoloSTAR pour effectuer un
test de sécurité.
10. Sélectionnez la dose adéquate d’APIDRA sur le
stylo injecteur APIDRA SoloSTAR en suivant le
mode d’emploi.
11. Il n’y a pas de différence d’absorption notable
d’APIDRA que celui-ci soit injecté par voie souscutanée dans la région abdominale, les cuisses, les
fesses ou les bras. Cependant, on doit veiller à
faire la rotation des points d’injection dans une
Page 61 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
12.
13.
14.
15.
même région d’administration (abdomen, cuisses,
fesses ou partie supérieure des bras) d’une
injection à une autre.
Désinfectez le point d’injection avec un tampon
imbibé d’alcool.
Pincez doucement la peau et insérez l’aiguille du
stylo injecteur APIDRA SoloSTAR comme vous
l’a montré votre professionnel de la santé.
Pour injecter APIDRA, suivez les instructions
fournies avec le stylo injecteur APIDRA
SoloSTAR.
Comptez lentement jusqu'à 10 avant de retirer
l'aiguille de votre peau, puis maintenez une
pression sur la peau durant quelques secondes. NE
FROTTEZ PAS LA RÉGION D’INJECTION.
16. Retirez l’aiguille du stylo injecteur APIDRA
SoloSTAR après chaque injection conformément
aux instructions fournies avec le stylo injecteur
APIDRA SoloSTAR. Jetez l’aiguille de façon
sécuritaire. Ne réutilisez pas l’aiguille.
EFFETS SECONDAIRES
ET MESURES À PRENDRE
PROBLÈMES FRÉQUENTS LIÉS AU DIABÈTE
Hypoglycémie (réaction à la prise d’insuline)
L’hypoglycémie (quantité insuffisante de glucose dans
le sang) est l’un des effets secondaires les plus
fréquents chez les utilisateurs d’insuline. Des
symptômes d’hypoglycémie peuvent apparaître dans
les cas suivants :
• si vous êtes malade, si vous éprouvez du stress
ou des troubles émotionnels;
• si vous vous injectez par erreur une dose plus
élevée d’insuline;
• si vous avez mal utilisé le dispositif
d’injection ou si celui-ci ne fonctionne pas
correctement;
• si votre apport alimentaire est insuffisant ou si
vous avez sauté un repas;
• si vous avez fait un exercice physique plus
intense qu’à l’habitude;
• si vous utilisez une nouvelle sorte d’insuline
ou suivez un nouvel horaire d’administration;
• si vous prenez de nouveaux médicaments (sur
ordonnance ou en vente libre), des produits
naturels, des vitamines ou de la drogue.
Parmi les symptômes d’hypoglycémie légère ou
modérée qui peuvent se manifester soudainement, on
compte les suivants :
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
comportement anormal (anxiété, irritabilité,
agitation, difficulté à se concentrer, modifications
de la personnalité, modifications de l’humeur,
confusion ou nervosité);
fatigue;
fourmillements des mains, des pieds, des lèvres ou
de la langue;
tremblements;
démarche instable;
étourdissements, sensation ébrieuse ou
somnolence;
maux de tête;
vision trouble;
trouble de l’élocution;
palpitations (accélération du rythme cardiaque);
sueurs froides;
pâleur;
cauchemars ou troubles du sommeil;
nausées;
sensation de faim.
Une hypoglycémie légère ou modérée peut être
corrigée en prenant des aliments ou des liquides qui
contiennent du sucre. Vous devriez toujours avoir sur
vous une source de sucre rapidement assimilable,
comme des bonbons, du jus ou des comprimés de
glucose clairement étiquetés à cette fin. Communiquez
avec votre professionnel de la santé pour connaître les
proportions appropriées de sucre à prendre.
Parmi les signes d’hypoglycémie grave, on compte les
suivants :
• désorientation;
• convulsions;
• perte de conscience;
• crises d’épilepsie.
Les cas graves d’hypoglycémie peuvent nécessiter
l’intervention d’une autre personne. Les personnes
inconscientes ou incapables de prendre du sucre par
voie orale devront recevoir une injection de glucagon
ou du glucose par voie intraveineuse par du personnel
médical. Des réactions graves, voire la mort du patient,
peuvent survenir faute d’intervention immédiate du
personnel médical.
Les symptômes avant-coureurs de l'hypoglycémie
peuvent être différents, moins prononcés ou même
inexistants chez les patients dont le taux de sucre s’est
nettement amélioré, les personnes âgées, celles qui
présentent une neuropathie diabétique, qui sont
atteintes de diabète depuis longtemps ou encore qui
prennent certains autres médicaments simultanément.
De telles situations peuvent provoquer une
Page 62 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
hypoglycémie grave (et même une perte de conscience)
avant que les symptômes apparaissent.
Certaines personnes ne peuvent reconnaître les signes
annonciateurs d’une chute de leur taux de sucre dans le
sang. Si vous êtes incapable de reconnaître les premiers
symptômes d’hypoglycémie, vous risquez de ne pas
pouvoir prendre les mesures nécessaires pour éviter
une hypoglycémie plus grave. Soyez attentif aux
différents types de symptômes indicateurs d’une
hypoglycémie. Les patients qui sont victimes d’une
hypoglycémie sans signes avant-coureurs doivent
surveiller leur taux de sucre plus souvent, surtout avant
de s’engager dans des activités comme la conduite
automobile ou l’utilisation d’appareils mécaniques. Si
votre taux de sucre est inférieur à votre taux de sucre à
jeun normal, vous devriez envisager de consommer des
aliments ou des boissons qui contiennent du sucre pour
corriger votre état.
Si vous avez souvent des épisodes d’hypoglycémie, ou
si vous avez de la difficulté à en reconnaître les
symptômes, vous devriez consulter votre professionnel
de la santé pour discuter des modifications que vous
pourriez apporter à votre traitement, à votre régime
alimentaire et/ou à votre programme d’exercice pour
vous aider à prévenir ces épisodes.
Hyperglycémie
Une hyperglycémie (quantité excessive de sucre dans
le sang) peut se produire si votre organisme ne reçoit
pas une quantité suffisante d’insuline.
•
•
•
•
augmentation des mictions et déshydratation
(quantité insuffisante de liquide dans l’organisme);
vision floue;
peau sèche et rouge;
odeur acétonique de l’haleine.
L’hyperglycémie peut être légère ou grave. Elle peut
dégénérer, le taux de sucre continuant d’augmenter,
en acidocétose diabétique et causer une perte de
conscience et la mort.
Acidocétose diabétique
Les premiers symptômes de l’acidocétose diabétique se
manifestent habituellement en quelques heures ou
quelques jours. Lors d’une acidocétose, l’analyse
d’urine révèle un taux élevé de glucose et d’acétone.
Parmi les symptômes de l’acidocétose diabétique, on
compte les suivants :
Premiers symptômes :
• somnolence;
• rougeur du visage;
• soif;
• diminution de l’appétit;
• haleine fruitée;
• respiration profonde et rapide;
• douleur abdominale (dans la région de l’estomac).
Symptômes graves :
respiration bruyante;
pouls rapide.
L’hyperglycémie peut survenir dans les cas suivants :
• si vous êtes malade, si vous éprouvez du stress
ou des troubles émotionnels;
• si vous n’avez pas pris votre dose d’insuline
ou si vous avez pris une dose d’insuline
inférieure à celle recommandée par votre
professionnel de la santé;
• si vous avez mal utilisé le dispositif
d’injection ou si celui-ci ne fonctionne pas
correctement;
• si vous avez mangé plus que d’habitude;
• si vous utilisez une nouvelle sorte d’insuline
ou suivez un nouvel horaire d’administration;
• si vous prenez de nouveaux médicaments (sur
ordonnance ou en vente libre), des produits
naturels, des vitamines ou de la drogue.
•
•
Parmi les symptômes d’hyperglycémie, on compte les
suivants :
• confusion ou somnolence;
• grande soif;
• diminution de l’appétit, nausées ou vomissements;
• accélération du rythme cardiaque;
Réactions allergiques
Dans de rares cas, il se peut qu’un patient soit
allergique à l’insuline. Les allergies graves à l’insuline
peuvent mettre votre vie en danger. Si vous pensez
faire une réaction allergique, obtenez immédiatement
de l’aide médicale.
L’hyperglycémie prolongée ou l’acidocétose
diabétique peuvent causer ce qui suit :
• nausées;
• vomissements;
• déshydratation;
• perte de conscience;
• mort.
L’hyperglycémie grave ou continue ou l’acidocétose
diabétique commandent une évaluation et un
traitement rapides par votre professionnel de la
santé.
Page 63 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
Parmi les signes d’allergie à l’insuline, on compte les
suivants :
• éruption cutanée sur tout le corps;
• essoufflement;
• respiration sifflante (difficulté à respirer);
• pouls rapide;
• sudation;
• chute de la tension artérielle.
Réactions cutanées possibles au point d’injection
L’injection d’insuline peut causer les réactions
cutanées suivantes au point d’injection :
• petite dépression de la peau (lipoatrophie);
• épaississement de la peau (lipohypertrophie);
• rougeur, démangeaisons, enflure ou saignement.
Dans certains cas, ces réactions peuvent être
attribuables à d’autres facteurs que l’insuline, par
exemple à la présence de substances irritantes pour la
peau dans l’agent désinfectant ou à une technique
d’injection inadéquate. Vous pouvez réduire le risque
de présenter une réaction au point d’injection en
changeant de site chaque fois que vous vous faites une
injection. Consultez votre professionnel de la santé en
cas de réaction locale au point d’injection.
Cette liste d’effets indésirables n’est pas complète. Si
vous éprouvez des effets imprévus pendant que vous
prenez APIDRA, parlez-en à votre professionnel de la
santé.
COMMENT CONSERVER APIDRA
Stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR (emballage
intact) :
Les stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR qui n’ont pas
été ouverts doivent être conservés au réfrigérateur, à
une température se situant entre 2 et 8 °C. Garder le
stylo injecteur APIDRA SoloSTAR à l’abri des sources
directes de chaleur et de lumière. Le stylo injecteur
APIDRA SoloSTAR ne doit pas être gardé au
congélateur ni exposé au gel. Si le stylo injecteur
APIDRA SoloSTAR gèle ou qu’il est exposé à une
chaleur excessive, il doit être jeté.
Stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR (en cours
d’utilisation) :
température ne dépasse pas 25 °C. Si le stylo injecteur
APIDRA SoloSTAR contient encore de l’insuline
après 28 jours ou qu’il est exposé à une chaleur
excessive, il doit être jeté.
Les stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR qui ont été
ouverts ne doivent pas être gardés au congélateur ni
exposés au gel. Si les stylos injecteurs APIDRA
SoloSTAR gèlent, ils doivent être jetés.
N’utilisez pas APIDRA en stylo injecteur APIDRA
SoloSTAR une fois passée la date de péremption
imprimée sur l’étiquette ou si la solution est trouble ou
renferme des particules visibles.
Comme vous devez le faire pour tout médicament ou
dispositif d’injection, gardez ce produit hors de la
portée des enfants.
SIGNALEMENT DES EFFETS SECONDAIRES
SOUPÇONNÉS
Vous pouvez déclarer les effets indésirables
soupçonnés associés à l’utilisation des produits de
santé au Programme Canada Vigilance de l’une des
3 façons suivantes :
• En ligne à www.santecanada.gc.ca/medeffet
• Par téléphone, en composant le numéro sans
frais : 1-866-234-2345;
• En remplissant un formulaire de déclaration de
Canada Vigilance et en le faisant parvenir
- par télécopieur, au numéro sans frais :
1-866-678-6789
- par la poste au:
Programme Canada Vigilance
Santé Canada
Indice postal 0701E
Ottawa (Ontario) K1A 0K9
Les étiquettes préaffranchies, le formulaire de
déclaration de Canada Vigilance ainsi que les lignes
directrices concernant la déclaration d’effets
indésirables sont disponibles sur le site Web de
MedEffetMC Canada à :
www.santecanada.gc.ca/medeffet.
REMARQUE : Pour obtenir des renseignements
relatifs à la gestion des effets secondaires, veuillez
communiquer avec votre professionnel de la santé.
Le Programme Canada Vigilance ne fournit pas de
conseils médicaux.
Les stylos injecteurs APIDRA SoloSTAR ouverts en
cours d’utilisation ne doivent pas être réfrigérés, mais
plutôt conservés jusqu’à 28 jours à une température se
situant entre 15 et 25 ºC, pourvu qu’ils soient gardés à
l’abri de la chaleur et de la lumière directes et que la
Page 64 de 65
IMPORTANT : À LIRE ATTENTIVEMENT
RENSEIGNEMENTS SUPPLÉMENTAIRES
Votre médecin, votre pharmacien ou une infirmière
sont les personnes les mieux placées pour vous fournir
des renseignements sur votre état et votre traitement. Si
vous avez d’autres questions ou préoccupations,
n’hésitez pas à leur en faire part.
Il est possible d’obtenir le présent
document ainsi que la version
intégrale de la monographie
rédigée pour les professionnels de
la santé en visitant le site
www.sanofi.ca ou en
communiquant avec le promoteur,
sanofi-aventis Canada Inc., au :
1-888-852-6887. Ces documents
sont également offerts en gros
caractères.
sanofi-aventis Canada Inc.
Laval (Québec) H7V 0A3
Ce dépliant a été rédigé par sanofi-aventis Canada Inc.
Dernière révision : 11 février 2014
Page 65 de 65
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising