Les maths dans le calendrier : le calendrier perpétuel

Les maths dans le calendrier : le calendrier perpétuel
Les maths dans le calendrier : le calendrier perpétuel
Certains de nos élèves de 1ê7€ S ayant choisi ie calendrier comme thème de recherche de TPE, nous
avons voulu leur donner des outils mathématiques utiles et adaptés à leur niveau.
De nombreux articles‘ ont été écrits sur le calendrier perpétuel. Le but de celui-ci est d'expliciter la
réalisation des tableaux d'indices“ que l'on utilise pour déterminer le jour de la semaine correspondant à
une date donnée.
Introduction
Les notions utilisées ici sont la congruence modulo 7 et
la partie entière d'un nombre réel (cf. encadrés 4 et 5).
Chaque entier étant congru au reste de sa division eucli-
dienne par 7, et les restes possibles étant O, 1, 2, 3, 4, 5, 6 on
peut ranger de manière unique chaque entier dans une des 7
classes d'équivalence modulo 7.
On attribue à chacun des 7 jours de la semaine un nombre
appelé indice du jour : dimanche O ; lundi 1 ; mardi 2 ; mer-
credi 3 ; jeudi 4 ; vendredi 5 ; samedi 6.
On fait ensuite calculer aux élèves les restes de la divi-
sion euclidienne par 7 de nombres importants pour le calen-
drier : nombre de jours dans un mois, nombre de jours dans
une année.
Après avoir expliqué aux élèves ces notions, on peut leur
poser quelques petits exercices simples les mettant en jeu (cf
encadré |! pour les réponses)
1 - Si un mois commence par un lundi, par quel jour com-
mence le mois suivant ?
2 - Si une année commence par un lundi quel jour est le 25
septembre ?
3 - Sachant que le premier janvier 2002 était un mardi, quel
jour était le premier janvier 1900 ?
4 - Quel jour de la semaine êtes-vous né ?
(en faisant le calcul à partir de la date où est posé l'exercice).
3 - Quel est le nombre d'années normales et le nombre d'an-
nées bissextiles séparant
a) le premier janvier de l'année 1981 du premier janvier de
l'année séculaire la précédant soit l'année1900.
b) le premier janvier de l’année 2081 du premier janvier de
l'année séculaire la précédant soit l'année 2000.
6 - Quel est le nombre d'années bissextiles et d'années nor-
males séparant le premier janvier de deux années séculaires
successives ?
Cahier pédagogique, CC 99, automne 2002
Ce dernier exercice est l'occasion de parler aux élèves de
la réforme à la base du calendrier grégorien“.
A Rome, en Espagne et au Portugal, le lendemain du
jeudi 4 octobre 1582 fut le vendredi 15 octobre.
Etant donnée une date J, quel est le jour de
la semaine qui lui correspond ?
On chotsit dans un premier temps une date origine J, : le
premier mars d'une année fictive 0. (La correction des
années bissextiles se faisant à la fin du mois de février il est
commode de choisir le premier mars).
On se donne une date J, par exemple le 14 juillet 2002.
Une date est formée de quatre éléments :
- le quantième q du jour {dans le mois)
- le mois M
- le millésime a = medu = 1000 m + 100 ¢ + 10 d + u
qu’on subdivise en deux éléments :
-1е 4ё6ш! С = тс = 10 т + с; С est le nombre de cen-
taines du millésime,
- la fin du millésime U = du = 10 d +u.
= 100C+U.
Une année séculaire, la dernière d’un siècle, est caractéri-
sable par U = 0.
Pour notre exemple : q = 14, M = juillet, a = 2002 donc
C = 20, U = 02.
On fait intervenir trois autres dates associées à J, et J de
la façon suivante :
e J, est le premier mars de l'année séculaire précédant
(ou identique à) l'année a.
e J, est ie premier mars de l'année a.
® J; est le premier jour du mois M de l'année a.
p. XV
Encadré 1
Solutions des exercices
1 - Si un mois commence par un lundi,
- s’il comporte 28 jours, le mois suivant commence par un lundi : 28 = 0 [7].
- s’il comporte 29 jours, le mois suivant commence par un mardi : 29 = 1 [7].
- s’il comporte 30 jours, le mois suivant commencé par un mercredi : 30 = 2 [7].
- s’il comporte 31 jours, le mois suivant commence par un jeudi : 31 = 3 [7].
2 - Entre le premier janvier et le premier septembre de l’année ii y a 5 Mois à 31 jours, 2 mois à 30 jours et 1 mois a 28
jours si elle est non bissextile, 1 mois à 29 jours si elle est bissextile.
Calcuions le décalage si l’année est non bissextile : 5 . 31 + 2.30 + 28 =5x3+2x2+0[7]= 5 [7]
Le décalage de 5 jours livre, avec premier janvier = lundi : 1 + 5 = 6 : samedi
Donc le 25 septembre sera un mardi : 6 + 24 = 2 [7].
si l’année est bissextile, le décalage sera de : 5 x 31 + 2 x 30 + 29 = 5х 3 + 2х 2 + 1 [7] = 6 [7]
ге 167 septembre sera un dimanche : 1 + 6 = 7 = 0 [7]
Donc le 25 septembre sera un mercredi : 7 + 24 =2 [7]
3 - Entre le premier janvier 1900 et le premier janvier 2002, il y a 102 années dont 25 bissextiles et 77 non bissextiles.
25 x 2 + 77 х 1 = 127 = 1 [7]. Le premier janvier 1900 était un lundi.
5 - Entre le premier janvier 1900 et le premier janvier 1981, il y a 81 années dont 20 bissextiles car 1900 n'est pas bis-
sextile.
Entre le premier janvier 2000 et le premier janvier 2081, ily a 81 années dont 21 bissextiles car 2000 est bissextile.
7 - Avant la réforme grégorienne, l'intervalle séparant le premier janvier de deux années séculaires consécutives compor-
tait toujours 25 années bissextiles
Après la réforme grégorienne deux cas se présentent. Voici un exemple de chacun :
Entre le premier janvier 1600 et le premier janvier 1700, il y a 100 années dont 25 bissextiles car 1600 est bissextiie.
Entre le premier janvier 1700 et le premier janvier 1800, il y a 100 années dont 24 bissextiles car 1700 n’est pas bissex-
tile...
Encadré 2
L'exemple du 14 juillet 2002 : q = 14 ; М = juillet ; C= 20 ; U = 02
Je Ji J; 33 J
Date origine fictive :
ter mars O dans le ler mars 2009 ler mars 2002 1er juillet 2002 14 juillet 2002
calendrier grégorien
Durée A(J,),) = 20 siècles | A(J,J,) = 2 ans A(Jo),) = 4 mois |A(J93,) = 13 jours
en jours
son reste
modulo [7] Is = 0 I= 2 I, = 3 I; = 6
Calculs 5х С + Е(С / 4) U + E(U / 4) 3 (juillet) I.=qg-1([7]
= 105 = 0 [7] = 2 =2 [7] = 13 = 6 [7]
p. XVI Cahier pédagogique, CC 99, automne 2002
Pour notre exemple :
J, est le premier mars 2000,
J, est le premier mars 2002,
J; est le premier juillet 2002.
A(JoJ) est la durée (algébrique) de l'instant J, vers l'instant J
(exprimée en nombre de journées).
A (JoJ) = ACI) + ACI) +A (,T3) +A (34D)
A (JoJ1) est la durée de l'instant Jy, premier mars de l'année
0 vers l'instant J,, premier mars de l'année séculaire précé-
dant a. Pour la calculer, on a besoin de connaître le début C
du millésime. Le reste modulo 7 de ce nombre est noté Io.
À (J4J2)est la durée de l'instant J,, premier mars de l'année
séculaire précédant l'année a vers la date J >, premier mars de
l'année a. Pour la calculer, on a besoin de connaitre la fin U
du millésime. Le reste modulo 7 de ce nombre est noté I.
À (J2J3) est la durée de l'instant J,, premier mars de l'année
a, vers l'instant Ja, premier jour du mois M. Pour la calculer,
on a besoin de connaître le mois M. Le reste modulo 7 de ce
nombre est noté IL.
А (737) est la durée de l'instant J,, premier jour du mois M,
vers l'instant J. Pour la calculer, on a besoin de connaître le
quantième q. Le reste modulo 7 de ce nombre est noté |.
On a donc, I(J) désignant l’indice de la date J :
1) - 19) = 15 + 1,+ 1 +14 [7]
= Calcul de |,
Entre les dates J, et J it y a (q - 1) jours, donc {, est congru
à (q - 1) modulo 7.
Pour notre exemple (q - 1) = 13 donc I; = 6.
= Calcul de I,
Pour mars on a L = 0.
31 = 3 {7] donc pour avril on aura L = 3.
30 = 2 [7] donc pour mai on aura L=3+2=5,
et ains: de suite …
Pour le mois de février d'une année normale, la différence
À (J7J3) est égale à - 28 soit 0 modulo 7. Pour février d'une
année normale on aura alors I; = 0.
Pour le mois de février d'une année bissextile, la difference
À (J2J3) est égale à - 29 soit 6 modulo 7. Pour février d'une
année bissextile, on aura alors I, = 6.
Pour le mois de janvier d'une année normale, la différence
Cahier pédagogique, CC 99, automne 2002
À (J2J3) est égale à - 28 - 31 soit 4 modulo 7. Pour janvier
d'une année normale on aura alors I, = 4.
Pour le mois de janvier d'une année bissextile, la différen-
ce A(J2J;) est égale à - 29 - 31 soit 3 modulo 7. Pour janvier
d'une année bissextile on aura alors I, = 3.
On obtient donc le tableau suivant (où (n) désigne une année
normaie et (b) une année bissextile) :
pour notre exemple 1, = 3.
mois
février (п) : mars ; novembre.
Juin
septembre ; décembre.
janvier (b) ; avril ; juillet
janvier (n) ; octobre
mai
février (b) ; août.
NR os
wk Calcul de I,
Du premier mars d'une année au premier mars de l'année sui-
vante, la durée est de 365 jours si la deuxième année est nor-
male et de 366 jours si la deuxième année est bissextile.
365 = 1 [7] et 366 = 2 [7] donc une année normale crée un
décalage de 1 et une année bissextile un décalage de 2.
Pour calculer la durée du premier mars de l'année séculaire
précédant a vers le premier mars de l'année a on calcule le
nombre total d'années et le nombre d'années bissextiles ren-
contrées.
Le nombre total d'années est U et le nombre d'années bis-
sextiles rencontrées est la partie entière de U / 4 (on a com-
mencé au premier mars pour ne pas se poser le problème de
savoir si l'année séculaire est ou non bissextile).
Jo -J =365xXxU+1xE(U/4)=U-E(U/4) [7]
L= U+E(U/4) 7]
Pour notre exemple I, = 2 (U = 2 donc E(U/4) = 0).
Pour C = 00,1, = 0; рош С = 01,1, = |; рошг С = 02, | = 2;
pour C = 03, I, =3 ; pour C = 04, 1, =5 ; pour C=06, I, = 6...
= Calcul de I, dans le calendrier grégorien
Dans le calendrier julien, une année sur 4 est bissextile donc
l'intervalle séparant deux années séculaires consécutives est
formé de 25 années bissextiles et de 75 années normales. le
décalage correspondant à un siècle est donc 125, congru à 6
modulo 7.
Dans le calendrier grégorien, seule une année séculaire sur 4
est bissextile. La durée séparant le premier mars d'une année
séculaire du premier mars de l'année séculaire non bissextile
suivante comporte 24 années bissextiles et 76 années nor-
p. XVII
males. Le décalage correspondant est donc de 124 congru a
5 modulo 7.
Entre le premier mars de l'année Ô et le premier mars de l'an-
née a, on à C siècles comportant 24 ou 25 années bissextiles
dont E (C/4) en comportent 25.
10 = Сх 5+ Е (С/4) [7]
Pour notre exemple I, = 0 (C = 20 donc E(C/4) = 5,
donc l, =20 x 5 +5 = 0 [7]). En effet, pour C = 19 on a
E( С/4) = 4 donc I, =5 х 19 + 4 = 1 [7}).
ill
On peut maintenant connaître l'indice de n’importe quel jour
J si on connaît l'indice de Jy.
Pour cela on part de l'indice connu d'un jour J : le 14 juillet
2002 est un dimanche. 1(J} = 0
Donc 0=1(J9) +0+2+3+6=109) +4 [7]
donc I (Jo) = - 4 {7} donc I (Jp) = 3.
Le premier mars de l'année fictive Jy est donc un mercredi.
Pour n'importe quel jour J on a alors :
= Indices pratiques
Pour une plus grande commodité d'utilisation, les indices
théoriques o, 1;, L. I, sont remplacés par des indices pra-
tiques définis ci-dessous et présentés dans les tableaux d’in-
dices de la page ci- contre.
on pose i3 =L+1=q(7] : 1; est Tindice du quantième.
on pose i, = I, + 3 de manière à ce que l'indice du mois de
janvier (n} soit O ; i, est l'indice du mois.
on pose i, = L, ; i, est l'indice de la fin du millésime.
On pose i, = L, + 6 de manière a avoir iy = 0 pour le début
du millésime 19. i, est l’indice de début de millésime.
On a alors I(J) = 3 + 14 -1 + 1) - 3 + jy + 1p - 6 (7) donc :
КЛ = 5+ 5 ++ % [7]
=à Cas du calendrier julien
Dans le cas du calendrier julien, J, est le premier mars de
l'année julienne fictive O, qui n'est pas le même que prece-
demment. On choisit pour J le jeudi 4 octobre 1582, dernié-
re date julienne avant la réforme grégorienne à Rome.
On a pour cette date I(J) = 4 ; 1, = 3; 16 = 4; 1) = 4;
10 = 15 хб= 6 [7]
Donc 100) + 3 + 4 + 4 + 6 = 4 [7] бопс Ко) = 1.
Le premier mars julien 00 aurait été un lundi. D'où pour un
jour J quelconque du calendrier julien :
K=1+1+B+1 + 4 17]
p. XVIII
On a alors 1(J) = i+ 13 -1 + 15 - 3 +1) + № [7]
Pour obtenir 1(J) = 13 + is + iy + ig [7]
on doit avoir io = 1, - 3 [7]. On pose donc 19 = Lo + 4.
Notes et références :
1 - Références sur le calendrier perpétuel :
CC n° 20 : idées pour la programmation d'un calendrier gré-
gorien par Maurice Carmagnole.
CC n° 31 : construction et mode d'emploi d'un calendrier
perpétuel (maquette) par Jean-Paul Parisot.
CC n° 76 : un calendrier perpértuel (algorithme) par Miche!
Toulmonde.
CC n° 91: le calendrier perpétuel (maquette) par Miche!
Montangerand.
Une fiche du HS 3 (Le temps et les constellations) est consa-
crée au calendrier perpétuel.
Pour cet article, nous nous sommes inspirés de l'article de
Roger Cuculière, "les mathématiques du calendrier”, dans
"Pour la Science" de novembre 1586.
2 - Les tableaux d'indices :
Ils sont présents dans les articles cités pius hauts et dans
les éphémérides du BDL (Bureau des longitudes).
3 - La réforme grégorienne :
Ce sujet est traité dans tous les ouvrages sur les calen-
driers. C'est l'occasion de citer ici quelques références :
"La question du calendrier" ; Abbé Chauve-Bertrand, La
Renaissance du livre Paris, 1920.
“Le calendrier : Histoire du monde" ; Ph. Vidal ; éd.
Traditionnelles, 1978.
"Le calendrier" ; Paul Couderc ; que sais-je ? ; PUF, n° 203,
6e édition, 1986.
"HS n°3 : le temps et les constellations” ; Josée Sert, Cécile
Schutman et Gilbert Walusinski, 1951.
“Calendriers et chronologie” ; Jean-Paul Parisot, et
Françoise Suagher ; Masson, 1996.
"Le temps compté, le temps conté” ; David Ewing Duncan ;
NIL éditions.
"La saga des calendriers ou le frisson millénariste” ; Jean
Lefort ; Pour la Science, Belin 1998,
"Numéro spécial de "M13" sur les calendriers” ; Jacques
Gispert ; bulletin de l'Association Marseillaise d'Astronomie
(déc, 99), centre d'animation de quartier du Petit Bosquet,
213, avenue de Montolivet, 13012 Marseille.
"Rythmes du temps, astronomie et calendriers" ; Emile
Biémont ; De Boeck, 2000 (recension dans le CC 91),
"Le calendrier, maitre du temps?” ; Jacqueline de Bourgoing,
Découvertes Gallimard n® 400 {recension dans le CC 95),
Cahier pédagogique, CC 99, automne 2002
Tableaux d'indices
encadré 3
1 lundi 1 | 1 15 22 29
2 Mardi
3 | Mercredi © |“ A Indices i3 du quantiè
4 Jeudi 313 10 17 24 31 3 du quantieme |
5 Vendredi 4 4 11 18 25 | L'indice du quantième est le
е samedi 5 5 12 19 26 reste modulo 7 du eee du
] 6 | 6 13 20 27
| — 0 7 14 21 28
: Indices des jours :
1 mai
2 février (b) août
3 février (n) mars novembre
4 juin Indices i, du mois
5 septembre décembre
6 | janvier ( b) avril juillet
о janvier (n) octobre
1 1 7 12 18 29 35 40 46 57 63 68 74 85 91 96
2 2 13 19 24 30 41 47 52 58 69 75 80 86 97
3 3 14 25 31 36 42 53 59 64 70 81 87 92 98
4 9 15 20 26 37 43 48 54 65 71 76 82 93 99
5 4 10 21 27 32 38 49 55 60 66 77 83 88 94
6 11 16 22 33 38 44 50 61 67 72 78 89 95
о 0 6 17 23 28 34 45 51 56 82 73 79 84 90
Indices i; de fin de millésime
À partir de l'indice O pour la fin de millésime 00, on ajoute 1 pendant trois ans et la quatrieme année on ajoute 2 :
1 3 10
2 2 9
3 1 8
4 0 7
5 6
6 5
0 4
15)
14
13
12
11
18 22 26 30
17 21 25 29
16 20 24 28
156 19 23 27
Indices i, de début de millésime
julien jusqu'au 4 octobre 1582
grégorien à partir du 15 octobre 1582
À partir de 00 (J) on retranche 1 chaque
: début de millésime.
| À partir de 15 (G} on retranche 1 puis trois
|
|
fois 2 puis on recommence.
Cahier pedagogique, CC 99, automne 2002
p. XIX
Encadré 4
La congruence modulo 7
Sur un cadran d'horloge à douze graduations horaires
les instants 10 h, 22 h, 34h,..., - 2 h, - 14 A, ... voient
l’aiguille à la même piace et 5 h après 10 В it est 3 h,
Pour faciliter ces raisonnements arithmétiques le
mathématicien allemand C. F. Gauss inventa en 1801 (a
24 ans...) l‘arithmétique modulaire dont voici un petit
résumé dans le cas du nombre 7.
Les nombres 1 ; 8 (7 + 1) ; 15 (2 х7 + 1) ; 22 (3 х 7 + 1};
-6(-1x7+1);-13(-2x7+ 1)... sont congrus á 1 modu-
lo 7. Ils ont le même reste dans la division euclidienne par
7:1
Définition 1 : a et b étant deux entiers (relatifs),
on dit que a est congru à b modulo 7, s'il existe un
entier relatif k tel que a = 7 x k + b.
Ceci se note a = b [7].
Propriété 1 : la relation de congruence moduio 7
est une relation d'équivalence dans "ensemble Z
des entiers.
Elle est réflexive : on a pour tout entier a a =a [7]
En effet a = 7.0 + a
Elle est symétrique : quels que soient les entiers a et
b : si a = b [7] alors b = a [7].
En effet s’il existe un entier k tel que à = 7 , k + b, alors
it existe un entier (-k) telque b = 7 .(- К) + а.
Elle est transitive : quels que soient les entiers a, b, € :
si a = b [7] et si b = c [7] alors a = c [71.
En effet s’il existe un entier k et un entier k' tels que
a=7.k+betb=7.k'+calors
a=7.k+7.k+cC =7.(kk+k}+c
Définition 2 ; on appelle classe d'équivalence d’un
entier l’ensemble de tous les entiers qui lui sont
congrus,
La classe de l'entier 29 contient les entiers 1, 8, 16, 23,
29, ..., - 6, - 13, - 20, - 27, ...
C’est aussi la classe de l'entier 1.
Définition 3 : division euclidienne par 7 (c'est la
division de l’école primaire).
Pour tout entier relatif a il existe un unique couple
d’entiers relatifs (q,r) vérifiant
a=7.g+#+ret0<r<7.
q est le quotient euclidien de a par 7 et etr le reste
modula 7 de l'entier a.
On aalorsa=r [7].
Les classes d'équivalence de la congruence modulo 7 sont
donc celles des 7 restes possibles : 0, 1, 2, 3, 4, 5, 6.
Propriété 3 : si deux entiers sont congrus modulo
7, alors ils ont même reste dans la division eucli-
dienne par 7.
En effet si a = b [7] et si b a pour reste r dans ta divison
euclidienne par 7,
alors a = 7.k+betb=7.k +ret0<«r<7
Чопс а = 7 . (к + К”) + ге! 0 < r <7 donc à pour réste
r dans la division euclidienne par 7.
Propriété 4 : la congruence modulo 7 est compa-
tible avec Vaddition, la soustraction et la multipli-
cation dans Z.
Pour tous entiers a, b, c, d :
si a = b [7] et si c = d [7], alors
а + c=b + d [7]
a-c=b-<d[7]
ac = bd (71.
En effet s'il existe un entier k et un entier k' tels que
a=7.k+bet c= 7.k'+d, alors :
a+c=7 .(k+k)+b+d
a-C=7 (k-k)+D-d
ac=7 .(7.kK +7.kd+7.kb) + bd.
Encadre 5
Partie entiére d'un nombre réel
Pour tout réel x, il existe un unique entier relatif n
appelé partie entière du réel x et noté E(x), tel que :
n£x<n+1
26/7 =3,71
Е(26 / 7) = 3 саг 3 = 26 / 7 < 4
Le reste de la division euclidienne de 26 par 7 est
26 - 7 x 3 = 26 - 7 x E(26 / 7) = 5
- 26 / 7 = - 3,71
E(- 26 / 7) = - 4 саг - 4 ® - 26 / 7 < - 3
Le reste de la division euclidienne de - 26 par 7 est
- 26 - 7 х (- 4) = - 26 - 7 х Е(- 26 / 7) = 2
Plus généralement :
le reste modulo 7 du naturel n est n - 7 x E(n / 7).
Cahier pédagogique, CC 99, automne 2002
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising