Som énon - Plongée Plaisir

Som énon - Plongée Plaisir
Sommaire croisé
énoncés/corrigés
Né en 1963 au Maroc, Alain FORET y découvre
l’apnée dès son plus jeune âge, sur la façade
atlantique. Naturellement, il se passionne pour
la plongée libre qu’il pratique pendant de
nombreuses années, avant de s’orienter
essentiellement vers la plongée en scaphandre.
Moniteur breveté d’Etat 2 degré (BEES 2), Alain
FORET enseigne la plongée au sein de son club
et participe, tout au long de l’année, à des
formations de cadres (niveau 4, initiateur,
monitorats d’Etat et fédéraux).
P4 - Sujet type n°
e
Alain FORET
Brevet d’Etat
2e degré
Moniteur
International
CMAS ###
Moniteur CMAS
Nitrox et Trimix
Auteur d’une dizaine d’ouvrages sur la plongée,
dont la série « Plongée Plaisir », il publie
également des articles dans des revues de
plongée.
Diplômé de Sup de Co Montpellier, il dirige une
société de conception de progiciels.
Du même auteur…
• PLONGÉE PLAISIR : Exercices
• PLONGÉE PLAISIR : OCÉANOTES
Fiches pédagogiques immergeables en 5 langues
• ILLUSTRA-PACK II
Cédérom de schémas pédagogiques
Aux Éditions Subaqua
• UNE HISTOIRE DE LA PLONGÉE
en collaboration avec Pierre Martin-Razi
(2007)
Aux Éditions Ellipses
• PHYSIOLOGIE ET MÉDECINE DE LA PLONGÉE
en tant qu’auteur associé
(coordonnateurs : B. Broussolle et J.-L. Méliet)
(2006)
• les candidats à la formation et à l’examen de
er
e
(3e éd. 2005)
A. Foret - P. Torres
(2e éd. 2005)
A. Foret - P. Torres
(4e éd. 2005)
A. Foret - P. Torres
(4e éd. 2007)
A. Foret - P. Torres
(3e éd. 2004)
A. Foret - P. Torres
(2e éd. 2006)
A. Foret
(1e éd. 2007)
A. Foret
(1re éd. 2005)
A. Foret
(2e éd. 2004)
A. Foret
(monitorat fédéral, brevet d’Etat, futurs BPJEPS,
DEJEPS, DESJEPS), pour les aider dans leurs
révisions (épreuves orales ou écrites) et dans la
préparation des épreuves de pédagogie ;
• les moniteurs en titre, pour y puiser des idées
de sujets et ouvrir des pistes de réflexion.
Cet ouvrage propose :
• une présentation générale des épreuves ;
• des conseils méthodologiques ;
• des sujets types, questions ou exercices
couvrant l’ensemble des thèmes ;
• une explication des attentes du jury ;
• une analyse critique des sujets et
des réflexions pédagogiques ;
• des propositions de corrigés ;
• des indications
bibliographiques.
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Procédures de
désaturation
Enoncé
96
99
104
108
111
116
121
125
129
133
Corrigé
214
223
232
240
249
258
267
276
284
292
Accidents et
risques en plongée
Enoncé
97
100
105
109
112
117
122
126
130
134
Corrigé
216
225
233
242
251
260
269
277
286
293
Physique appliquée Enoncé
à la plongée
Corrigé
97
101
106
109
113
118
123
127
131
134
218
227
235
244
253
262
271
279
287
296
Physiologie appliquée Enoncé
à la plongée
Corrigé
98
102
107
110
114
119
124
128
132
135
219
228
236
245
255
263
272
281
289
297
Réglementation
plongeur niveau 4 (guide de palanquée) ;
• les futurs plongeurs niveau 5 (directeur
de plongées) ;
• les candidats aux monitorats 1 et 2 degrés
Aux Éditions GAP
• PLONGÉE PLAISIR : Niveau 1 et monde sous-marin
A la découverte de la plongée
• PLONGÉE PLAISIR : Niveau 2 et monde sous-marin
Premiers pas vers l’autonomie
• PLONGÉE PLAISIR : Niveau 1 - Niveau 2 - Monde sous-marin
De l’initiation à l’autonomie
• PLONGÉE PLAISIR : Niveau 3
Autonomie et profondeur
• PLONGÉE PLAISIR : Niveaux 4 et 5
Conduite de palanquée et direction de plongées
• PLONGÉE PLAISIR : Initiateur
Avec plus de 1200 questions, exercices
et sujets-types corrigés, Plongée Plaisir
Exercices est un ouvrage indispensable
pour :
1
Enoncé
98
103
107
110
115
120
124
128
132
135
Corrigé
221
230
238
246
256
265
274
282
290
298
THÈMES
P4 – Sujet type n°1
ENONCÉS
96
CORRIGÉS
214
P4 – Sujet type n°2
99
P4 – Sujet type n°3
104
223
232
P4 – Sujet type n°4
108
240
P4 – Sujet type n°5
111
249
P4 – Sujet type n°6
116
258
P4 – Sujet type n°7
121
267
P4 – Sujet type n°8
125
276
P4 – Sujet type n°9
129
284
P4 – Sujet type n°10
133
292
P4 - Matériel de plongée
136
301
P4 - Matelotage et connaissances associées
140
311
P4 - Connaissance et préservation du milieu
144
319
P4 - Conduite de palanquée
149
331
P5 – Qualification de directeur de plongée
151
336
Moniteur 1er degré – Réglementation
160
349
Moniteur 1er degré – Ecrit BEES1
176
394
Moniteur 1er degré - Pédagogie
184
397
Pas de corrigé,
réflexions sur
la pédagogie.
Moniteur 2e degré – Ecrit MF2
201
401
Moniteur 2e degré – Ecrit BEES2
205
407
Moniteur 2e degré – Pédagogie
206
411
Pas de corrigé,
réflexions sur
la pédagogie.
Niveaux 4, 5
et monitorats
Editions GAP
Collection Sports - 2007
Sommaire
Avertissement - Crédits photographiques ...................................................................... 8
Introduction ..................................................................................................................... 9
1ère partie :
Guider sa palanquée et diriger
des plongées (niveaux 4 et 5) .....................................................11
Mode d’emploi ...................................
Présentation générale des épreuves
et analyse pédagogique .....................
Epreuve sur les procédures de
désaturation (ou de décompression) ...
Epreuve sur les accidents et risques
en plongée (incluant 10 ans d’enquête
accidents) ............................................
Epreuve de physique appliquée
à la plongée .........................................
Epreuve de physiologie appliquée
à la plongée .........................................
Epreuve sur le matériel de plongée......
Epreuve de réglementation..................
Epreuve de matelotage
et connaissances associées .................
Connaissance et préservation
du milieu..............................................
Conduite de palanquée .......................
Conseils aux moniteurs .......................
Conseils aux candidats ........................
Questionnaire d’autoévaluation
des connaissances .............................
1. Préalable : évaluation des
connaissances niveaux 2 et 3 ...........
2. Evaluation des connaissances
niveau 4 ...........................................
12
16
19
24
46
48
50
51
Enoncés de sujets-types niveau 4 ......
Sujet-type n°1 ......................................
Sujet-type n°2......................................
Sujet-type n°3......................................
Sujet-type n°4......................................
Sujet-type n°5......................................
Sujet-type n°6......................................
Sujet-type n°7......................................
Sujet-type n°8......................................
Sujet-type n°9......................................
Sujet-type n°10 ....................................
96
96
99
104
108
111
116
121
125
129
133
Enoncés sur le matériel de plongée ... 136
Enoncés sur le matelotage
et connaissances associées ............... 140
54
55
56
57
59
61
Enoncés sur la connaissance
et la préservation du milieu ............... 144
Enoncés sur la conduite
de palanquée ...................................... 149
Enoncés sur la qualification
de plongeur niveau 5 .......................... 151
61
74
5
2e partie : Enseigner la plongée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 155
Présentation des monitorats
1er degré .............................................. 156
Enoncés sur la réglementation .......... 160
Epreuve écrite sur les connaissances
générales ............................................
Présentation ........................................
Utilisation des tables MT92 .................
Exemple d’énoncé BEES 1....................
Epreuves de pédagogie .......................
168
168
170
176
177
Présentation ........................................
Examinateurs et critères de notation ...
Les différents types de sujets ..............
Pédagogie préparatoire (exemples
d’énoncés) ...........................................
Pédagogie de la pratique
(exemples d’énoncés)..........................
Pédagogie de la théorie
(exemples d’énoncés)..........................
Epreuve pratique .................................
3e partie : Former des moniteurs
Enseigner à des moniteurs ................. 196
Exemple d’épreuve écrite
au MF2-FFESSM.................................. 201
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
177
179
182
185
187
190
193
195
Exemples de sujets de pédagogie
au 2e degré .........................................
Pédagogie de la théorie .......................
Pédagogie préparatoire .......................
Pédagogie de la pratique .....................
206
206
208
210
Exemple d’épreuve écrite
au BEES2............................................. 205
4e partie : Référentiels de correction . . . . . . . . . . . . . . . . 213
6
Niveau 4, guide de palanquée ............
Sujets-types niveau 4 .........................
Sujet-type n°1 ......................................
Sujet-type n°2......................................
Sujet-type n°3......................................
Sujet-type n°4......................................
Sujet-type n°5......................................
Sujet-type n°6......................................
Sujet-type n°7......................................
Sujet-type n°8......................................
Sujet-type n°9......................................
Sujet-type n°10 ....................................
Matériel de plongée ...........................
Matelotage et connaissances
associées ............................................
Connaissance et la préservation
du milieu .............................................
214
214
214
223
232
240
249
258
267
276
284
292
301
Conduite de palanquée ...................... 331
Qualification de plongeur
niveau 5 ............................................... 336
Monitorat 1er degré .............................
Réglementation ..................................
Epreuve écrite sur les connaissances
générales (BEES1) ..............................
Pédagogie ...........................................
349
349
311
Monitorat 2e degré .............................
Epreuve écrite MF2 .............................
Epreuve écrite BEES2 .........................
Pédagogie ...........................................
401
401
407
411
319
Index thématique ............................... 413
394
397
Sommaire croisé
énoncés/corrigés
P4 - Sujet type n°
1
2
3
4
5
6
7
8
9
Procédures de
désaturation
Enoncé p. 96
Corrigé 214
99
223
104
232
108
240
111
249
116
258
121
267
125
276
129
284
133
292
Accidents et
risques en plongée
Enoncé
Corrigé
97
216
100
225
105
233
109
242
112
251
117
260
122
269
126
277
130
286
134
293
Physique appliquée
à la plongée
Enoncé
Corrigé
97
218
101
227
106
235
109
244
113
253
118
262
123
271
127
279
131
287
134
296
Physiologie appliquée Enoncé
à la plongée
Corrigé
98
219
102
228
107
236
110
245
114
255
119
263
124
272
128
281
132
289
135
297
Réglementation
98
221
103
230
107
238
110
246
115
256
120
265
124
274
128
282
132
290
135
298
Enoncé
Corrigé
THÈME
P4 – Sujet type n°1
ENONCÉS
96
10
CORRIGÉS
214
P4 – Sujet type n°2
99
223
P4 – Sujet type n°3
104
232
P4 – Sujet type n°4
108
240
P4 – Sujet type n°5
111
249
P4 – Sujet type n°6
116
258
P4 – Sujet type n°7
121
267
P4 – Sujet type n°8
125
276
P4 – Sujet type n°9
129
284
P4 – Sujet type n°10
133
292
P4 - Matériel de plongée
136
301
P4 - Matelotage et connaissances associées
140
311
P4 - Connaissance et préservation du milieu
144
319
P4 - Conduite de palanquée
149
331
P5 – Qualification de directeur de plongée niveau 5
151
336
Moniteur 1er degré – Réglementation
160
349
Moniteur 1er degré – Ecrit BEES1
176
394
Moniteur 1er degré – Pédagogie
184
397
Pas de corrigé,
réflexions sur
la pédagogie.
Moniteur 2e degré – Ecrit MF2
201
401
Moniteur 2e degré – Ecrit BEES2
205
407
Moniteur 2e degré – Pédagogie
206
411
Pas de corrigé,
réflexions sur
la pédagogie.
7
P L O N G E U R
N I V E A U
4
G U I D E
D E
P A L A N Q U É E
M
• En demandant de calculer une « heure de sortie », cela peut conduire, dans des
problèmes complexes, à passer plus de temps à ajouter des minutes et des secondes
qu’à déterminer le bon palier. Ce qui revient plus à évaluer des capacités
mathématiques que des compétences de guide de palanquée.
• Rien, dans les référentiels de formation, n’exige de calculer l’heure de sortie.
Les énoncés sur les plongées en altitude
Etre capable de résoudre des problèmes de plongée en altitude fait partie des compétences
attendues chez un plongeur de niveau 4. Cependant, par rapport aux années 1970 ou 1980,
la question se pose aujourd’hui différemment, du fait de la disponibilité d’ordinateurs
de plongée automatisant toutes les procédures. De plus, l’utilisation de tables « mer »
pour plonger en altitude est parfois controversée, raison pour laquelle il existe des tables
spécifiquement conçues pour l’altitude (Bülhmann, Hahn).
D’où le choix de certains centres d’examens de ne plus poser de problèmes complexes
sur les plongées en altitude et d’évaluer plutôt les candidats sur les procédures d’utilisation
des ordinateurs en altitude ou sur les précautions à prendre lors de ce type de plongée
(exemple de question permettant d’évaluer si le candidat a compris les mécanismes en
jeu: Pourquoi, en utilisant la table MN90 pour plonger en altitude, doit-on réduire la vitesse
de remontée ?).
Renseignez-vous auprès de vos moniteurs pour connaître leur avis sur la question.
Analyse pédagogique :
Faut-il, dans les problèmes de plongée en altitude, prendre en compte le cas de
profondimètres à tube de Bourdon et à capillaire? L’utilisation de ce type d’instruments
est aujourd’hui anecdotique.
Faut-il savoir faire des calculs de conversion de la pression atmosphérique pour passer
des mmHg (millimètres de mercure) aux bars ? Désormais, les baromètres affichent
directement la pression en millibars et non plus uniquement en mmHg. Même les
journaux télévisés annoncent la pression en millibars. Ce genre de calcul de conversion
ne nous semble donc plus d’actualité. Mais cet avis n’est pas partagé par tous les
moniteurs.
P4
MF1
BEES1
MF2
Questions sur les procédures de désaturation et les ordinateurs de
plongée
De plus en plus de centres d’examen ne limitent pas leurs énoncés à des problèmes de
plongée et prévoient des questions sur les procédures de décompression et sur l’utilisation
ou le fonctionnement des ordinateurs de plongée. Pensez à vous préparer spécifiquement
à ce type de questions.
M
BEES2
M
P5
Questions sur les tables MN90 et les plongées nitrox
22
Ce type de question peut être posé. Toutefois, leur utilité pratique devient difficile à
démontrer avec les développements récents du nitrox (formations et brevets spécifiques)
et des ordinateurs de plongée où le taux d’oxygène utilisé est paramétrable.
PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉPREUVES ET ANALYSE PÉDAGOGIQUE
Aperçu du contenu
Thèmes
Commentaires
Tables MN90,
procédures
« classiques »
- Plongées simples (ou unitaires)
- Procédure à suivre en cas de remontée lente
- Plongées successives
Tables MN90,
procédures en cas
de profils à risques
(cela doit rester
exceptionnel
ou accidentel)*
- Plongées consécutives (ou additives)
- Remontées rapides
- Interruption ou mauvaise exécution des paliers
Cas particulier
d’utilisation des
tables MN90
- Utilisation d’oxygène pur au palier
- Utilisation d’oxygène pur lors de l’intervalle en surface
- Plongées « nitrox »
- Plongées « en altitude »**
Questions
concernant
les tables de
plongée MN90
- Quelles sont les limites d’utilisation de ces tables ?
- Quels sont les profils jugés « à risque » ?
- Quel est votre avis sur le palier dit « de sécurité » à 3 m ?
- etc.
Questions
concernant
les ordinateurs
de plongée
- Expliquez comment un ordinateur de plongée mémorise
le profil d’une plongée. Quelle différence avec une table
de plongée ?
- Quelles sont les principales fonctions d’un ordinateur
de plongée ?
- etc.
Palanquées
« hétérogènes »
- Utilisation de différents protocoles de désaturation
au sein d’une plongée.
P4
m d’altitude).
Tables de
irplongée à
Mar
àinel’a
Nationale
L’emploi
ngée
de ces tables
1990 (extr l’air
aits)
mplo
nécessite
min199
une forma aits)
6 03 (extr
Tablesinede
G
tion adapt
m min3 G
Nationa5le
ée.
Mar
18
42
15
35
50
40
32
12
niveau de
10
20 45
P5
48
38
22
25
52
55
58
28
60
ées au
ée.
30s). Plong
tion adapt
une forma
paliers, soit
nécessite
m/min entre
de ces tables: 15 à 17 m/min (6
L’emploi
remontée
Vitesse de
30
la mer (0-300
6 3 G
B m min
E
m min
10 3 G
20 5
9 6 3
m min
E D
G
G C
3 G
5
2515
3010
1H E
1FE
m min
C
D
10
15
20
30
30
35
4 F
2 GF
4 F
D
15
20 2 8 I
25
45
40
40
4 H
2 7 H
HI
H
F
7
20
25
30
1
60
50
45
16
9
4 19 J
JJ
G
1 II
25
30
35
75
55 17
50 3 12
24 K K
7 30 K
J
H
J
5
16
35555 33
4060 24
105
5
L
K
I
1 D
20 K
45 651 318 J
10
120
5 60
L K
L
4 F
25C L
70 11
15
180
10 65 2
2 9 H
5
K
E L
D
29
B
75 14
20
15 70 4
30
4 22 J
10
G
E
E
17 L
80 D
25 1
45
8 32 L
L 20 1209 H
G 15
1 F 5
851 E21
25
60
25
2 19 J
H 20
3 G 23 M 30
1 D
2 H 10
90
75
30
4 28
1 4 F
K 5
I
J 25
6 H 26 M 35
95
35
105
15
8 35
M
3 10 I
L
K 30
J
14
100I 28
40 10
120
20 1
N5
5 23 K
L35
J
22105
K 31
45C 16
135
40
5
10
L 1 29110
34 N
K
2 50
21 K
1 D
E
140 2 45 4
10
15
L
34 L
1
E
5 G
D
27
5
G
30
20
15
20F 1 12 55
4 13 I
32 L
5G
I
45
20 1
25 H 3 22 60
C30
6 27 K
E
10 H
J 15
60
30 I6 31
D 40
15 J 2
L 20
15 F
1
2 D
75
F 45
20 J 5
2
210 G 2 5 G
45 I
80
C 25
H 50
10
1 4 16
4 K 11
6 H
9 J 3 F 30 15
85 25
55
J
I
20
K
K
15
2I 7 30
90 306 1 20 J
35 12
60 13 1 6 H
K
L
J
K
20
5
95 358 2 27 K
40 19
65 16 3 15 I
L
L
K 2 D
25
10
40
2
45 25
70 205 25 K
100 115 34 L
L
L 6 G
30 9 35L
15
50 321 4 19 J
75 24
105 13
L
M
20 3
© Modèl
15 M
27
e déposé
8 32 L
plong
80
110
ee-plaisir.co M
é
m
Modèle dépos
Foret - ©
120 18
MF1
Vytec de
Suunto :
réglage
manuel
de l’altitude.
Smart Pro
d’Uwatec,
ajustement
automatique
de l’altitude.
BEES1
MF2
BEES2
: Alain
Présentation
isir.com
plongee-pla
* Les plongées consécutives, tout comme les plongées successives rapprochées constituent des profils
à risques. Il ne faut donc pas les banaliser.
** L’extrapolation des tables MN90 pour une utilisation en altitude est parfois contestée. Mieux vaut
préférer l’utilisation de tables spécifiquement conçues pour l’altitude (ex. Bülhmann ou Hahn) ou
des ordinateurs de plongée en mode « altitude ».
23
P L O N G E U R
N I V E A U
4
G U I D E
D E
P A L A N Q U É E
Epreuve sur les accidents et risques
en plongée
Forme de l’épreuve
Lors de cette épreuve écrite, vous disposez généralement de 30 à 45 minutes 2 pour répondre
à plusieurs questions. Celles-ci peuvent se classer en deux catégories :
• les questions de cours (ex. Le froid : causes et mécanisme, symptômes, conduite à tenir,
prévention) ;
• les problèmes à résoudre (ex. Un membre de votre palanquée, de retour sur le bateau,
a des nausées. Que pouvez-vous suspecter ? Quelles questions posez-vous ? Que faitesvous ?).
Sources de difficultés
P4
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
24
Les questions de cours n’offrent aucune difficulté particulière, il suffit d’avoir appris le
cours.
Les « problèmes à résoudre », plus proches de la réalité que les questions de cours,
présentent également plus de difficultés. Il ne suffit pas de réciter le cours, il faut rassembler
toutes vos connaissances sur les accidents pour :
• Analyser tous les cas de figure possibles. Si nous reprenons l’exemple ci-dessus, les
nausées peuvent être dues à un début d’essoufflement (hypercapnie), à un air dans la
bouteille ayant un goût d’huile (problème de filtres lors du gonflage), à une mer agitée,
à un problème de digestion… ou à un problème d’oreille interne (barotraumatisme ou
accident de désaturation).
• Envisager, selon les cas, les questions complémentaires à poser.
• En dernier ressort, décider de la procédure à adopter.
Dans ce type de problème, le jury attend de votre part un véritable questionnement, le
plus pertinent et le plus proche possible de la réalité. En particulier, les questions fantaisistes
que parfois certains candidats envisagent, « par peur de rater un cas de figure », sont à éviter
car elles vous pénalisent. Il faut donc vous poser toutes les questions mais pas n’importe
quelles questions. Un des défauts le plus souvent constaté consiste à vouloir conclure
à tout prix à UN accident précis, alors même que l’énoncé ne donne pas suffisamment
d’informations pour cela. Il faut savoir, dans ce cas :
• éliminer tous les cas improbables ;
• conserver toutes les autres possibilités ;
• dans le doute de « l’accident réel » (nous ne sommes pas médecins, nous n’avons donc
pas à nous livrer à un diagnostic), mettre
en place la procédure la plus adaptée,
En savoir plus
dans l’intérêt de l’accidenté et de ses
• La plongée sous-marine à l’air, P. Foster, PUG.
équipiers.
•
Plongée sous-marine et milieu subaquatique,
Dans ce type de problème, la pertinence
J.-P. Bonnin et coll., Masson.
des arguments que vous développez dans
• Pour les moniteurs, connaissances très
votre analyse de la situation est souvent
approfondies : Physiologie et médecine de
plus importante que la conclusion à
la plongée, Broussole, Ellipses.
laquelle vous arrivez.
2
Au sein de la FFESSM, la durée de l’ensemble des quatre épreuves écrites (procédures de désaturation
ou de « décompression », accidents et risques en plongée, physique appliquée à la plongée, physiologie
appliquée à la plongée) ne doit pas excéder trois heures.
PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉPREUVES ET ANALYSE PÉDAGOGIQUE
Aperçu du contenu
Thèmes
Question
« classique »
Autres exemples
de questions
Accidents de
désaturation
(ADD)
- Un membre de votre palanquée ressent : un coup de
poignard dans le dos au palier de 3 m / Il a du mal à
tenir sur ses jambes / Il a des fourmis dans les
jambes / etc. Que suspectez-vous ? Que faites-vous ?
- Quels conseils pourriez-vous donner à un plongeur de
niveau 2 souhaitant plonger en réduisant les risques
d’accidents de désaturation ?
- La notion de facteurs favorisants.
Surpression
pulmonaire
- Au regard de la surpression pulmonaire, donnez des
exemples de situations à risque.
Barotraumatismes
- Citez les différents barotraumatismes et les conseils de
prévention associés.
- Quel est le barotraumatisme le plus grave ? Expliquez.
- Quel est le barotraumatisme le plus fréquent ?
Expliquez.
Essoufflement
Causes,
mécanismes,
- En sortie de plongée, un des membres de votre
symptômes,
palanquée se plaint d’avoir beaucoup palmé et d’avoir
conduite à tenir, fait trop d’efforts. Il a mal à la tête. Que suspectezprévention
vous ? Quels conseils donnez-vous ? Expliquez.
- En quoi un essoufflement peut-il être un facteur
favorisant des accidents de désaturation ?
Narcose
- Vous plongez avec des niveau 2 à 40 m. L’un des
plongeurs ne suit pas la palanquée et regarde fixement
ses instruments, sans réagir. Que faites-vous, que
suspectez-vous ?
Froid
- En quoi le froid peut-il favoriser l’apparition d’accidents
de désaturation ?
Noyade
- Quelles mesures prenez-vous pour prévenir les risques
de noyade avec les plongeurs que vous encadrez ?
Hyperoxie
- Quels types de plongées comportent le risque
d’hyperoxie ?
Risques
du milieu
- Animaux
- Froid
- Courant, vagues, dérive en mer, etc.
P4
P5
MF1
BEES1
Oreilles
- En plongée, quels sont les risques pour les oreilles ?
Apnée
- Hyperventilation et risque de syncope.
- Rendez-vous syncopal des 7 mètres.
- Consignes de sécurité.
MF2
BEES2
25
P L O N G E U R
N I V E A U
4
G U I D E
D E
P A L A N Q U É E
AIDE-MÉMOIRE
En cas d’accident grave
(accident de décompression,
surpression pulmonaire, etc.)
PLONGÉE PLAISIR
ALERTER (16 OU 15)
EN MER
VHF - CANAL 16 OU ASN (CROSS*)
À TERRE
TÉLÉPHONE 15 SAMU
(interconnecté au 18/112)
* ConformŽment au dŽcret 88-531 du 2 mai 1988
SECOURIR
O
XYGENE 100%
15 litres par minute
Inhalation si sujet conscient, Insufflation si sujet inconscient
R
EHYDRATER
eau, jus de fruit : 1 litre, sujet conscient
A
SPIRINE*
proposer : 500 mg maximum pour un adulte
A
LLONGER ET RECHAUFFER
ou mettre à l’ombre selon les conditions
* ConformŽment aux dispositions de lÕarrtŽ du 22 juin 1998 modifiŽ.
Sujets conscients ni allergiques ni intolŽrants. LÕaspirine est un mŽdicament, il doit donc
tre prescrit par un mŽdecin ou donnŽ ˆ la demande expresse de la victime.
P4
P5
DÉCLARER
MF1
ASSISTANCE
BEES1
Déclaration préalable à toute demande de prise en charge
au titre des garanties d’assistance (évacuation, traitement
d’urgence ...)
...),
MF2
ASSUREUR (5 JOURS)
BEES2
Condition nécessaire pour bénéficier des garanties
PRÉFECTURE
STRUCTURE
MÉDICALISÉE
38
Déclaration obligatoire, décret n° 93-1101 du 3 septembre 1993
ENQUÊTE ACCIDENTS
Http://medicale.ffessm.fr/telech/enquete.pdf
PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉPREUVES ET ANALYSE PÉDAGOGIQUE
5. Protocole de désaturation utilisé
Accidents : protocole
de désaturation
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
Avec utilisation des tables 33 %
Avec utilisation
d’un ordinateur
67 %
14 %
6%
6%
3%
3%
0%
4%
0%
0%
86 %
94 % 90 %
97 %
93 % 92 %
92 %
70 %
94 %
50 %
59 % 61 %
66 % 64v% 73 %
46 %
56 %
50 %
0%
0%
0%
4%
30 %
6%
• dont « avec facteurs
favorisants X % des
utilisateurs d’ordinateurs » 75 %
Moyen de désaturation
inconnu
0%
3%
3%
8%
Tableau 7 : Accidents de plongée, protocole de décompression utilisé
6. Types de plongées en cause
Types de plongées
en cause
1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005
Plongées techniques
25 %
(avec exercices
d’apprentissage)
Plongées d’exploration
avec erreur de procédure 20 %
Plongées d’exploration
avec respect du profil
55 %
et du protocole de
désaturation choisi
Total
100 %
20 % 15 %
28 %
8%
22 % 22 %
20 % 15 %
25 % 33 % 32 %
31 %
60 % 70 % 47 % 59 % 46 % 47 %
15 % 21 %
24 %
28 % 21 %
18 %
57 % 59 % 58 %
100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 % 100 %
Tableau 8 : Types de plongées en cause
Types de plongées
en cause (2005)
Commentaires :
Plongées d’exploration
Sur 10 ans, 50 à 60 % des accidents ont eu lieu en avec
respect du protocole
Plongées techniques
de désaturation
plongées d’exploration malgré le respect du protocole
(24%)
(58%)
Plongées
de désaturation choisi. Cela doit nous inciter à la
d’exploration avec
prudence et à ne pas croire que le simple respect des
erreur de protocole
(18%)
consignes d’un ordinateur ou d’une table de plongée nous
met à l’abri. Il nous faut intégrer dans notre pratique les notions
de facteurs favorisants les accidents 10 et de profils à risques pour induire
des comportements adaptés :
• renoncer à plonger ;
• ou bien plonger en redoublant de précautions (bien s’hydrater, plonger peu profond
et sans faire d’efforts, vitesse de remontée ne dépassant pas 9 à 12 m/min, pas de profil
yo-yo, paliers accrus au-delà de ce que peut indiquer un ordinateur de plongée, etc.).
En résumé, une décompression sûre intègre non seulement le respect du protocole de
désaturation (vitesse de remontée et paliers), mais également un comportement adapté
avant, pendant et après la plongée, en évitant les profils à risques (yo-yo, successives
rapprochées, etc.).
10
Fatigue, stress, manque de condition physique, plongées consécutives, plongées successives
rapprochées ou trop nombreuses, effort, froid…
P4
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
39
P L O N G E U R
4
G U I D E
D E
P A L A N Q U É E
Questionnaire d’auto-évaluation
des connaissances du niveau 2
PLONGÉE PLAISIR
66
N I V E A U
Dans le tableau de calcul de la majoration (plongées successives),
si l’on ne trouve pas la profondeur atteinte, il faut prendre :
a) La valeur immédiatement inférieure
b) La valeur immédiatement supérieure
67
En cas de plongée successive, lorsque la durée de l’intervalle
en surface ne se trouve pas dans le tableau de détermination
de l’azote résiduel, il faut prendre :
Réponses
correctes
b)
Voir Plongée
Plaisir niveau 2
a)
a) La valeur immédiatement inférieure
b) La valeur immédiatement supérieure
68
En cas d’interruption de palier (procédure dangereuse,
à éviter à tout prix), il faut, selon la procédure FFESSM :
a) c)
a) Se réimmerger au plus tard dans les 3 min
b) Recommencer l’ensemble des paliers
c) Recommencer en totalité le palier interrompu puis poursuivre
la désaturation
d) Poursuivre simplement la désaturation, là où elle s’était
interrompue
69
L’utilisation des tables ou des ordinateurs de plongée est
soumise aux mêmes règles : éviter les plongées yo-yo,
éviter les plongées successives rapprochées, etc.
a) Vrai
70
71
b) Faux
Lorsqu’on plonge avec un ordinateur de plongée, il faut toujours
être vigilant et avoir à l’esprit la profondeur maximum atteinte
ainsi que le temps de plongée.
a) Vrai
a)
b) Faux
Lors de plongées avec un ordinateur, le risque est celui
de la déresponsabilisation des plongeurs, qui sont tentés
de « faire une confiance aveugle à l’instrument »
a) Vrai
a)
a)
b) Faux
P4
P5
72
BEES1
MF2
73
Certains ordinateurs de plongée prévoient une vitesse
de remontée variable selon la profondeur.
a) Vrai
70
b)
a) de l’ordre de 6 à 9 m/min
b) de l’ordre de 9 à 12 m/min
c) de l’ordre de 15 à 20 m/min
d) supérieure à 18 m/min
MF1
BEES2
Les ordinateurs les plus courants prévoient généralement
une vitesse de remontée :
b) Faux
a)
PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉPREUVES ET ANALYSE PÉDAGOGIQUE
Questionnaire d’auto-évaluation
des connaissances du niveau 2
PLONGÉE PLAISIR
74
En cas de coexistence de procédures de désaturation
hétérogènes au sein d’une même palanquée, la procédure
à adopter est la suivante :
Réponses
correctes
b) c)
a) Chaque plongeur utilise son propre protocole de désaturation
b) La palanquée doit impérativement rester unie, ce qui suppose
de remonter à la vitesse la plus lente et d’effectuer les paliers
les plus longs
c) Il faut convenir, avant la plongée, du protocole qui sera suivi
75
La narcose en plongée à l’air est due à :
a) L’oxygène
76
b) L’azote
b)
c)Le gaz carbonique
Les risques de narcose apparaissent :
b)
a) Dès 18 m
b) Entre 40 et 60 m (voire dès 30 à 35 m chez certains sujets
très sensibles)
c) A partir de 50 m
d) A partir de 60 m
77
Lors de plongées à l’air au-delà de 60 m, le risque de narcose
devient trop important, d’où la limite de 60 m pour ces plongées.
a) Vrai
78
a)
b) Faux
En cas de narcose, il faut :
a) b)
a) Remonter de quelques mètres pour une narcose légère
b) Mettre fin à la plongée si la narcose est sévère
c) Poursuivre sa plongée en augmentant la vigilance sur
le plongeur narcosé
79
L’intérêt des plongées au nitrox est de :
a) b)
a) Limiter les risques d’accident de désaturation
b) Se sentir moins fatigué après la plongée
c) Descendre plus profond qu’à l’air
d) Réduire les risques de narcose
P4
80
Le terme nitrox est issu de la contraction de Nitrogen
(azote en anglais) et d’oxygène.
a) Vrai
81
b) Faux
La plongée au nitrox est une plongée avec de l’air enrichi
en oxygène.
a) Vrai
a)
P5
MF1
a)
BEES1
MF2
b) Faux
BEES2
82
La plongée au nitrox est accessible :
a)
a) A partir du niveau 1
b) A partir du niveau 2
c) A partir du niveau 3
d) A partir du niveau 4
71
P L O N G E U R
Sujet
1
N I V E A U
4
G U I D E
D E
P A L A N Q U É E
Physiologie appliquée à la plongée
1. Légendez le schéma
ci-contre. (2 points)
Expliquez le trajet du
son. (1 point)
Pointez les zones
fragiles pouvant être
atteintes en
plongée. (2 points)
2. Expliquez les échanges gazeux en
plongée, en distinguant la phase
alvéolaire et la phase tissulaire. (5 points)
3. Expliquez la mécanique ventilatoire et
mettez en évidence, à l’aide d’un
pneumogramme, les différents volumes
pulmonaires. (5 points)
4. En cas de suspicion d’un accident de
désaturation, quel est le rôle de :
a) l’oxygène ; (2 points)
b) la réhydratation (eau, jus de fruit…) ;
(2 points)
c) l’aspirine ? (1 point)
Réglementation
P4
P5
1. Quelles sont les prérogatives d’un
plongeur niveau 4 FFESSM ? (3 points)
6. Précisez les notions de responsabilité
pénale et civile. (2 points)
2. Quel est le matériel obligatoire pour un
guide de palanquée ? (2 points)
7. Qu’est-ce qu’une Assurance Individuelle
Accident ? (2 points)
3. Quels sont les règles et le matériel de
sécurité obligatoire pour pratiquer la
plongée en structure (établissements
d’APS) ? (3 points)
8. La licence FFESSM : conditions de
délivrance, durée de validité et avantages
offerts. (2 points)
MF1
BEES1
MF2
BEES2
4. Qu’est-ce qu’une « sortie club »? (1 point)
98
5. Indiquez la réglementation applicable
aux bouteilles de plongée à l’air.
(2 points)
9. Citez les organismes déconcentrés de la
FFESSM. (1 point)
10. Au sein de la FFESSM, quelle différence
faites-vous entre un organisme
déconcentré et une commission ? Citez
5 commissions FFESSM. (2 points)
S U J E T S - T Y P E S
N I V E A U
4
Sujet
2
M
Enoncé
du sujet-type n°2
Voir correction page 223
Procédures de désaturation
En l’absence d’informations spécifiques, les paliers doivent être calculés à l’aide des
tables MN90.
1. Une palanquée s’immerge à 10 h pour
une plongée sur épave à 42 m. A 10 h 15,
la palanquée amorce sa remontée. A ce
moment-là, un des membres de la
palanquée a la palme coincée dans un
fil de pêche qui traînait sur l’épave. Le
guide de palanquée met 2 minutes à
couper les fils puis toute la palanquée
remonte. Indiquez les paliers, le GPS et
l’heure de sortie de la palanquée.
(3 points)
2. Votre palanquée s’immerge à 9 h pour
une plongée de 25 min à 27 m. Paliers et
GPS ? (1 point)
10 minutes après votre sortie de l’eau,
vous plongez avec un équipier pour
décrocher le mouillage à 10 m et gonfler
légèrement un parachute attaché à
l’ancre. Au bout de 3 minutes, vous avez
presque fini l’opération. A ce momentlà, à la suite d’une erreur de gonflage,
vous êtes entraîné vers la surface par le
parachute (votre équipier vous rejoint à
la vitesse préconisée par les tables
MN90). Quelle est la conduite à tenir ?
Quels sont les paliers à effectuer ? Quels
commentaires vous viennent à l’esprit ?
(3 points)
3. Le directeur de plongée vous confie
2 plongeurs de niveau 2 pour la plongée
de l’après-midi prévue sur 19 m durant
40 min. Le premier plonge avec un
ordinateur. Le second utilise des tables
MN90, il est sorti de sa première plongée,
3h10 plus tôt, avec un GPS=H. Comment
procédez-vous ? Quels choix faites-vous ?
(4 points)
4. Votre palanquée s’immerge à 10 h pour
une plongée de 15 min à 40 m. Paliers,
GPS? L’après-midi, vous replongez sur un
fond de 20 m durant 40 min. L’intervalle
en surface donné par votre timer est de
4 h 10. Quels sont les paliers à effectuer ?
(2 points)
5. Votre palanquée est sortie à 11 h 12 de
sa première plongée avec un GPS = H.
Vous replongez à 15 h 30 et souhaitez
rester au moins 25 minutes en plongée,
sans dépasser 15 min de paliers. Quelle
est la profondeur maximum de cette
plongée ? (3 points)
6. Votre palanquée fait une première
plongée de 22 minutes à 40 m. 3 h 30
plus tard, vous projetez de plonger sur
25 m durant 25 min. Vous souhaitez
réduire au minimum vos paliers, sachant
que vous avez trois possibilités :
a) Respirer de l’oxygène pur en surface
dans les 30 premières minutes de
votre intervalle surface ;
b) Respirer de l’oxygène pur en surface
dans les 30 dernières minutes de votre
intervalle surface ;
c) Utiliser un mélange nitrox avec une
PpO2 max = 1,4 bar.
Quel est votre choix ? (4 points)
P4
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
99
P L O N G E U R
Sujet
2
N I V E A U
4
G U I D E
D E
P A L A N Q U É E
Accidents et risques en plongée
1. Vous effectuez une plongée à 40 m avec
Lino V. et Alain D., tous deux niveau 2. De
retour sur le bateau, Lino indique qu’il
se sent mal : il a des nausées et la tête lui
tourne. Incapable de rester debout, il est
obligé de s’allonger sur le bateau.
a) Que suspectez-vous ? (3 points)
b) Que faites-vous ? (2 points)
2. Noyade
a) Qu’est-ce que la noyade ? (1 point)
b) Quels sont les risques en plongée et
quels conseils de prévention pouvezvous donner ? (3 points)
c) Pourquoi, en cas de noyade, l’urgence
est-elle absolue ? (1 point)
4. Barotraumatismes (6 points)
a) Indiquez les barotraumatismes
pouvant survenir à la descente et ceux
pouvant survenir à la remontée.
b) En tant que guide de palanquée :
- Quels conseils donneriez-vous à des
plongeurs niveau 1 pour prévenir ces
risques ?
- A quoi êtes-vous plus particulièrement
vigilant lors des phases de descente
et de remontée ?
c) Quel est :
- Le barotraumatisme le plus grave ?
- Le barotraumatisme le plus fréquent?
Question
3. Quels peuvent être les risques liés aux
animaux marins ? (2 points) Quels
conseils donneriez-vous à des plongeurs
niveau 1 ou 2 pour prévenir ces risques ?
(2 points)
P4
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
100
Mérou.
plus
Le Valsalva est une méthode
d’équilibrage qui comporte des
risques. Lesquels et pourquoi ?
S U J E T S - T Y P E S
N I V E A U
4
Physique appliquée à la plongée
Toutes les pressions sont lues au manomètre. Sauf mention contraire, les plongées ont
lieu en mer (pression atmosphérique : 1 bar), la densité de l’eau est de 1 (d = 1) et
l’approximation de la composition de l’air admise est de 20 % O2 et 80 % N2 .
1. Un plongeur correctement équilibré dans
une eau de densité d = 1,02 souhaite,
sans changer d’équipement, plonger en
mer Rouge (d = 1,035). Le volume de ce
plongeur, tout équipé, est de 90 dm3.
Considérez que le lest est de densité
d = 11,3 et qu’il est admis, par
simplification, que le poids réel du lest
peut être obtenu en augmentant de 10 %
le poids apparent. Quelle est l’incidence
sur son lestage (poids apparent et poids
réel du lest) de ce changement de densité
de l’eau ? (3 points)
Si ce plongeur change de bloc de plongée
et passe d’un 15 litres (poids apparent =
+2,5 kg) à une bouteille aluminium de
12 litres (poids apparent = -1 kg), quelle
est l’incidence sur son lestage (poids
apparent et poids réel du lest)? (2 points)
2. Une bouteille de 15 litres est gonflée à
230 bars. Une fois refroidie à 20 °C, sa
pression n’est plus que de 210 bars.
Quelle était la température en fin de
gonflage ? (2 points)
Sujet
2
Après votre plongée, il vous reste 60 bars
dans votre bloc. Vous souhaitez le gonfler
avec une bouteille tampon de 50 litres à
300 bars. Quelle sera la pression dans la
bouteille tampon à l’issue du gonflage ?
(3 points)
3. Quels sont les facteurs de dissolution
des gaz dans un liquide ? Indiquez, pour
chaque facteur, des exemples en
plongée. (4 points)
4. Imaginons un compartiment théorique
de période 5 min (Sc = 2,38) séjournant
15 min à 40 mètres. Quelle sera sa
tension finale d’azote ? (2 points) Ce
compartiment nécessite-t-il d’effectuer
un palier ? Si oui, à quelle profondeur ?
(2 points)
5. Quelles sont les modifications de la vision
en plongée ? (1 point)
Quelles conséquences cela a-t-il en
plongée ? (1 point)
P4
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
101
P L O N G E U R
Sujet
7
N I V E A U
4
D E
P A L A N Q U É E
Accidents et risques en plongée
1. Lors d’une plongée à 40 m, un plongeur
se rend compte qu’il a mal géré ses
réserves d’air. Pris de panique, plutôt
que de demander de l’aide, il remonte
directement vers la surface. Qu’en
pensez-vous ? Quels sont les risques ?
Comment faire pour éviter cela ?
(6 points)
2. Vous plongez dans un lac d’altitude. L’eau
est très froide. Quels sont les risques de
ce type de plongée ? Quelles précautions
prenez-vous ? (6 points)
P4
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
122
G U I D E
Carangue…
3. La surpression pulmonaire :
a) Causes et mécanismes ? (3 points)
b) Prévention ? (3 points)
c) Conduite à tenir ? (2 points)
Question
plus
En cas d’erreur de procédure, le délai
de 3 minutes en surface avant de se
réimmerger se justifie par le temps
mis par le sang pour faire un « tour
complet ». Qu’en pensez-vous ?
S U J E T S - T Y P E S
N I V E A U
4
Physique appliquée à la plongée
Toutes les pressions sont lues au manomètre. Sauf mention contraire, les plongées ont
lieu en mer (pression atmosphérique : 1 bar), la densité de l’eau est de 1 (d = 1) et
l’approximation de la composition de l’air admise est de 20 % O2 et 80 % N2 .
Sujet
7
Taux de saturation selon le nombre de périodes :
1 période : 50 % (0,5)
4 périodes : 93,75 % (0,9375)
2 périodes : 75 % (0,75)
5 périodes : 96,875 % (0,96875)
3 périodes : 87,5 % (0,875)
6 périodes : 100 % (1,0)
1. Vous disposez de 2 bouteilles tampons
de 50 litres à 300 bars, d’un compresseur
de 50 m3/h et d’une rampe de gonflage
pouvant accueillir 4 bouteilles en même
temps. Vous devez gonfler les bouteilles
suivantes :
Type de
bouteille
Pression résiduelle
N°1
N°2
12 litres
(230 bars)
30 bars
40 bars
60 bars 70 bars
N°3
N°4
15 litres
(230 bars)
60 bars
70 bars
80 bars 90 bars
Vous devez gonfler à 300 bars les
bouteilles tampon. Combien de temps
cela prendra-t-il ? (2 points)
Vous devez ensuite procéder au gonflage
des 8 blocs à 230 bars. Comment
procédez-vous ? (1 point) Quelle est la
pression résiduelle dans chacune des
bouteilles tampon à l’issue de chaque
étape de gonflage ? Si la pression n’est
pas suffisante dans les bouteilles
tampon, complétez le gonflage à l’aide du
compresseur et indiquez ce temps de
gonflage. (4 points)
A l’issue de ce gonflage, la pression
indiquée pour les bouteilles de plongée
est de 230 bars pour une température
de 55 °C. Quelle sera la pression, dans les
bouteilles 12 litres et dans celles de
15 litres, lorsque la température sera
retombée à 20 °C ? (2 points)
2. Imaginez 3 compartiments C10
(Sc = 2,38), C20 (Sc = 2,04) et C60
(Sc = 1,58) immergés durant 1 heure à
20 m. Selon le modèle des tables MN90,
quelle est leur tension finale d’azote ?
(3 points) Jusqu’à quelle profondeur
peut-on remonter ces compartiments
sans avoir de paliers à effectuer, toujours
selon le modèle des tables MN90 ?
(2 points) Quel est le compartiment
directeur ? Impose-t-il des paliers ? Si oui
à quelle profondeur ? (1 point)
3. Un plongeur est en flottabilité neutre
sans équipement, en maillot. Son poids
réel est de 75 kg. En considérant, par
simplification, une densité de l’eau d = 1,
déduisez-en la Poussée d’Archimède et
donc le volume du plongeur. (1 point)
Ce plongeur ajoute un équipement dont
le poids apparent est le suivant :
combinaison (-5 kg) ; bouteille (+2 kg) ;
détendeur (+0,5 kg). Les autres éléments
sont considérés comme ayant une
flottabilité neutre ou négligeable. Quelle
est sa nouvelle flottabilité ? (2 points)
Doit-il ajouter du lest pour être en
flottabilité neutre ? Si oui, quel est le
poids apparent de ce lest ? (1 point)
Par quelle approximation peut-on estimer
le poids réel du lest ? (1 point)
P4
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
123
P L O N G E U R
N I V E A U
4
G U I D E
D E
Enoncés Connaissance & préservation du milieu
47. Identifiez les espèces suivantes :
a
b
c
d
e
f
g
h
i
48. Identifiez les espèces suivantes :
P4
a
b
c
d
e
f
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
146
P A L A N Q U É E
S U J E T S - T Y P E S
N I V E A U
4
Connaissance & préservation du milieu Enoncés
ont-ils le même
toute
l’année ?
62. De quels moyens disposent les
poissons pour faire circuler l’eau sur
les branchies et en retirer l’oxygène ?
50. Pourquoi, à certaines époques de
l’année, rencontre-t-on de grands bancs
de certaines espèces ?
63. Pourquoi, lorsque la température de
l’eau s’élève, certains poissons viventils difficilement et peuvent en mourir ?
51. Identifiez
le poisson
ci-contre.
64. Identifiez les espèces
d’eau douce ci-contre.
49. Les poissons
comportement
Expliquez.
52. Identifiez
le poisson
ci-contre.
53. Citez 5 espèces sous-marines protégées
en France.
a
b
c
d
e
f
54. Que signifie le fait que les poissons
soient dits « à sang-froid » ?
55. De quoi se
hippocampes ?
nourrissent
les
65. Qu’est-ce qu’une « ocelle » ?
56. Pourquoi les murènes ouvrent-elles
souvent la bouche, leur donnant un air
agressif ?
57. Qu’appelle-t-on un « filtreur passif » ?
Où peut-on en rencontrer ?
58. Qu’appelle-t-on un « filtreur actif » ?
59. Qu’est-ce que le phénomène de
photosynthèse ? Quelles espèces
l’utilisent dans l’eau ?
60. En quoi les océans sont considérés
comme étant des « puits de carbone » ?
61. Pourquoi les espèces de Méditerranée
sont-elles communes à plus de 80 %
avec celles d’Atlantique ?
66. Qu’est-ce qu’un « biotope » ?
67. Dans certaines zones, les requins
risquent d’être exterminés par la pêche.
Pourquoi ?
68. Quel danger courent les récifs coralliens
sur l’ensemble de la planète ?
69. Savez-vous ce qu’est la « Journée
Mondiale des Océans » ? Expliquez.
70. Un crénilabre ocellé nage par petits
fonds avec des brins d’algues dans la
bouche. Que fait-il ? A quoi êtes-vous
attentif ?
P4
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
147
E N S E I G N E R
L A
P L O N G É E
Moniteur fédéral 1er degré FSGT
UC 1 - 500 m capelé
COMPETENCES
TECHNIQUES
UC 2 - Remontée à la palme de 25 m
UC 3 - Assistance sauvetage de 40 m avec SSG
UC 4 - Pédagogie théorique
COMPETENCES
PEDAGOGIQUES
UC 5 - Pédagogie préparatoire
UC 6 - Pédagogie du baptême
UC 7 - Pédagogie pratique
UC 8 - Chaîne des secours, oxygénothérapie
CONNAISSANCES
GENERALES
UC 9 - Culture générale en plongée
UC 10 - Assistance à la navigation
UC 11 - Réglementation
UC 12 - Vie du club
DIRECTION DE
PLONGEES
UC 13 - Direction de plongées et niveaux hétérogènes
UC 14 - Participation et organisation d’un stage
UC 15 - Sécurité
MF1
BEES1
THEORIE DE LA
PLONGEE
UC 16 - Accidents de plongée
UC 17 - Problèmes de plongée (tables, ordinateurs...)
Pour en savoir plus : http://www.plongee-plaisir.com
158
PRÉSENTATION GÉNÉRALE DES ÉPREUVES
Brevet d’Etat d’Educateur sportif
TRONC COMMUN A TOUS LES BEES1
PARTIE SPECIFIQUE
(BEES1 PLONGEE SUBAQUATIQUE)
TESTS DE SELECTION
PREFORMATION (stage 40 h) + EXAMEN
FORMATION MODULAIRE
5 Unités de formation (420 h) + stage pédagogique en situation (100 h)
GROUPE A
EXAMEN FINAL
Connaissances
générale
(coefficient 4)
GROUPE B
Pédagogie
(coefficient 4)
ECRIT (2)
1. Dominante théorique
2. Dominante pratique
ORAL (2)
Environnement
socio-économique et juridique
(réglementation générale)
PRATIQUE (2)
THEORIE (1)
ENTRETIEN (1)
GROUPE C
TEST
PRATIQUE (3)
Remontée
d’un plongeur
d’une profondeur
de 25 m
ORAL (1)
Organisation
administrative de
la fédération
délégataire
Technique
(coefficient 4)
MF1
BEES1
Pour en savoir plus : http://www.plongee-plaisir.com
159
194
3
È M E
P A R T I E :
Former des
moniteurs
(MF2, BEES2,
DEJEPS, DESJEPS)
195
G U I D E
D E
P A L A N Q U É E
34. Les ascidies sont très proches des vertébrés,
38. Eléments clefs permettant de différencier
du fait de la chorde (moelle épinière) dont
elles disposent à l’état larvaire mais que la
plupart des espèces perdent par la suite.
On distingue les ascidies solitaires (ascidies
rouges, ascidies blanches et « violets »),
les ascidies sociales (ex. clavelines) et
les ascidies coloniales. Ces dernières
ressemblent à des éponges mais le résidu
de la chorde leur donne des facultés
nerveuses. Ce sont des animaux filtrants
ayant un siphon inhalant et un siphon
exhalant. Leur enveloppe est constituée
d’une substance proche de la cellulose,
appelée « tunicine ».
un loup (bar) d’un mulet (muge) : allure
générale, forme de la bouche, taille des
écailles, comportement (les mulets
« broutent » parfois le sol, ce que les loups
ne font pas).
Loup (bar)
Mulet (muge)
35. Lorsque les branchies sont situées sur le
« ventre », ce sont des raies. Lorsqu’elles
sont sur les côtés, ce sont des requins.
36. Requins se nourrissant de plancton: requin-
baleine ; requin-pèlerin.
37. Phytoplancton : plancton végétal. Plus
P4
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
326
précisément, il s’agit des organismes
autotrophes, c’est-à-dire du plancton
capable de produire de la matière organique
à partir du dioxyde de carbone
(photosynthèse), ce qui inclut les
cyanobactéries. Les organismes autotrophes
sont à l’origine de la vie.
Le phytoplancton, présent en grande
quantité dans les couches superficielles de
l’océan (0-15 m), est d’une importance
considérable à l’échelle de la planète pour
piéger le CO2 en excès et produire de
l’oxygène.
39. Les anthias ne fuiront pas en pleine eau, ils
iront se réfugier sur le tombant, dans les
gorgones. Cela crée parfois une sensation
étonnante : plutôt que de s’éloigner des
plongeurs, les anthias foncent vers eux
(lorsque ceux-ci sont intercalés entre les
anthias et les gorgones).
40. Les espèces vivant près du fond s’appellent
des espèces « benthiques ».
41. Les poissons-chirurgiens doivent leur
nom à une ou deux épines redoutables (un
« scalpel ») qu’ils ont près de la queue.
R É F É R E N T I E L S
D E
C O R R E C T I O N
42. Le baliste tire son nom de la baliste, une
arbalète romaine. Son épine dorsale se
bloque par un véritable cran d’arrêt, similaire
au système de blocage d’une flèche sur
cette arme.
N I V E A U
4
46. La girelle profite d’une partie de la nourriture
dégagée du sable par le rouget.
43. Lors du frai, la femelle du poisson-clown
pond 500 à 1 500 œufs qu’elle colle à un
substrat, à proximité de son anémone. Puis,
le mâle les féconde, en prenant soin, par la
suite, de bien les oxygéner en projetant de
l’eau. Durant cette période, le mâle prend un
tentacule de l’anémone dans sa bouche et
le frotte sur les œufs. Ainsi, il immunise les
embryons contre les piqûres de l’anémone.
Une fois devenu un juvénile, le poissonclown doit choisir son anémone. Il se frotte
alors à elle pour imprégner sa peau du
mucus de l’anémone et devient « invisible »
pour ses cellules urticantes. Désormais,
l’anémone ne le reconnaît pas comme une
proie potentielle, il peut donc, en toute
sécurité, se réfugier dans ses tentacules.
44. Il existe environ 375 espèces de requins. Si
certaines espèces sont potentiellement
dangereuses (requin blanc, requin-tigre,
requin mako, requin-marteau, requin peau
bleue), elles ne représentent environ que
4 % des espèces de requins.
45. Parce qu’elles s’alimentent en plancton.
47. a - poisson-clown
b - cérianthe
c - poulpe
d - corail et anthias
e - bonellie
f - ophiure
g - limace « danseuse espagnole »
h - langouste
i - triptérygion
48. a - congre
b - murène
c - sar tambour
d - denti
e - dorade royale
f - oblade
49. Selon les saisons, le comportement des
poissons peut varier. Certaines espèces se
protègent du froid de l’hiver en descendant
en profondeur où la température varie peu.
D’autres espèces habituées du large
peuvent approcher des côtes pour se
reproduire (ex. calmars à l’automne).
D’autres espèces encore peuvent rejoindre
les eaux proches de surface à certaines
périodes, toujours pour se reproduire. Etc.
P4
P5
MF1
BEES1
MF2
BEES2
50. Il peut s’agir d’un regroupement pour se
reproduire.
327
Sommaire croisé
énoncés/corrigés
Né en 1963 au Maroc, Alain FORET y découvre
l’apnée dès son plus jeune âge, sur la façade
atlantique. Naturellement, il se passionne pour
la plongée libre qu’il pratique pendant de
nombreuses années, avant de s’orienter
essentiellement vers la plongée en scaphandre.
Moniteur breveté d’Etat 2 degré (BEES 2), Alain
FORET enseigne la plongée au sein de son club
et participe, tout au long de l’année, à des
formations de cadres (niveau 4, initiateur,
monitorats d’Etat et fédéraux).
P4 - Sujet type n°
e
Alain FORET
Brevet d’Etat
2e degré
Moniteur
International
CMAS ###
Moniteur CMAS
Nitrox et Trimix
Auteur d’une dizaine d’ouvrages sur la plongée,
dont la série « Plongée Plaisir », il publie
également des articles dans des revues de
plongée.
Diplômé de Sup de Co Montpellier, il dirige une
société de conception de progiciels.
Du même auteur…
• PLONGÉE PLAISIR : Exercices
• PLONGÉE PLAISIR : OCÉANOTES
Fiches pédagogiques immergeables en 5 langues
• ILLUSTRA-PACK II
Cédérom de schémas pédagogiques
Aux Éditions Subaqua
• UNE HISTOIRE DE LA PLONGÉE
en collaboration avec Pierre Martin-Razi
(2007)
Aux Éditions Ellipses
• PHYSIOLOGIE ET MÉDECINE DE LA PLONGÉE
en tant qu’auteur associé
(coordonnateurs : B. Broussolle et J.-L. Méliet)
(2006)
• les candidats à la formation et à l’examen de
er
e
(3e éd. 2005)
A. Foret - P. Torres
(2e éd. 2005)
A. Foret - P. Torres
(4e éd. 2005)
A. Foret - P. Torres
(4e éd. 2007)
A. Foret - P. Torres
(3e éd. 2004)
A. Foret - P. Torres
(2e éd. 2006)
A. Foret
(1e éd. 2007)
A. Foret
(1re éd. 2005)
A. Foret
(2e éd. 2004)
A. Foret
(monitorat fédéral, brevet d’Etat, futurs BPJEPS,
DEJEPS, DESJEPS), pour les aider dans leurs
révisions (épreuves orales ou écrites) et dans la
préparation des épreuves de pédagogie ;
• les moniteurs en titre, pour y puiser des idées
de sujets et ouvrir des pistes de réflexion.
Cet ouvrage propose :
• une présentation générale des épreuves ;
• des conseils méthodologiques ;
• des sujets types, questions ou exercices
couvrant l’ensemble des thèmes ;
• une explication des attentes du jury ;
• une analyse critique des sujets et
des réflexions pédagogiques ;
• des propositions de corrigés ;
• des indications
bibliographiques.
2
3
4
5
6
7
8
9
10
Procédures de
désaturation
Enoncé p.
Accidents et
risques en plongée
Enoncé
97
100
105
109
112
117
122
126
130
134
Corrigé
216
225
233
242
251
260
269
277
286
293
Physique appliquée Enoncé
à la plongée
Corrigé
97
101
106
109
113
118
123
127
131
134
218
227
235
244
253
262
271
279
287
296
Physiologie appliquée Enoncé
à la plongée
Corrigé
98
102
107
110
114
119
124
128
132
135
219
228
236
245
255
263
272
281
289
297
Réglementation
plongeur niveau 4 (guide de palanquée) ;
• les futurs plongeurs niveau 5 (directeur
de plongées) ;
• les candidats aux monitorats 1 et 2 degrés
Aux Éditions GAP
• PLONGÉE PLAISIR : Niveau 1 et monde sous-marin
A la découverte de la plongée
• PLONGÉE PLAISIR : Niveau 2 et monde sous-marin
Premiers pas vers l’autonomie
• PLONGÉE PLAISIR : Niveau 1 - Niveau 2 - Monde sous-marin
De l’initiation à l’autonomie
• PLONGÉE PLAISIR : Niveau 3
Autonomie et profondeur
• PLONGÉE PLAISIR : Niveaux 4 et 5
Conduite de palanquée et direction de plongées
• PLONGÉE PLAISIR : Initiateur
Avec plus de 1200 questions, exercices
et sujets-types corrigés, Plongée Plaisir
Exercices est un ouvrage indispensable
pour :
1
Corrigé
96
99
104
108
111
116
121
125
129
133
214
223
232
240
249
258
267
276
284
292
Enoncé
98
103
107
110
115
120
124
128
132
135
Corrigé
221
230
238
246
256
265
274
282
290
298
THÈME
P4 – Sujet type n°1
ENONCÉS
96
CORRIGÉS
214
P4 – Sujet type n°2
99
P4 – Sujet type n°3
104
223
232
P4 – Sujet type n°4
108
240
P4 – Sujet type n°5
111
249
P4 – Sujet type n°6
116
258
P4 – Sujet type n°7
121
267
P4 – Sujet type n°8
125
276
P4 – Sujet type n°9
129
284
P4 – Sujet type n°10
133
292
P4 - Matériel de plongée
136
301
P4 - Matelotage et connaissances associées
140
311
P4 - Connaissance et préservation du milieu
144
319
P4 - Conduite de palanquée
149
331
P5 – Qualification de directeur de plongée
151
336
Moniteur 1er degré – Réglementation
160
349
Moniteur 1er degré – Ecrit BEES1
176
394
Moniteur 1er degré - Pédagogie
184
397
Pas de corrigé,
réflexions sur
la pédagogie.
Moniteur 2e degré – Ecrit MF2
201
401
Moniteur 2e degré – Ecrit BEES2
205
407
Moniteur 2e degré – Pédagogie
206
411
Pas de corrigé,
réflexions sur
la pédagogie.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising