Lien externe ou de téléchargement

Lien externe ou de téléchargement
Bulletin de la recherche agronomique
Numéro 33 - septembre 2001
L'élevage face à la pharmacopée en médecine vétérinaire au sud
du. Bénin:
Sylvie M. HOUNZANGBE-ADOTE'
Résumé
Une enquête ethnologique sur les pratiques traditionnel/es de soins en santé animale a été menée dans les 3
départements du sud du Bénin (Atlantique, Mono, Ouémé) auprès de 363 éleveurs d'ovins ou de caprins, répartis dans
25 sous-préfectures. Dans cette zone, le cheptel est de type familial avec des effectifs réduits (5 à 10 têtes). Les
éleveurs ont identifié 21 syndromes dont les plus fréquents sont: la diarrhée (45 %), la gale (83 %), les troubles
respiratoires (8 %), les troubles de la reproduction (3 %) et les convulsions (11 %). Plus d'une centaine de recettes ont
été décrites dans différentes langues (Fon, Goun, Yoruba ou Adja) en fonction des départements. La plupart des
traitements sont à bases de plantes. 1/ a été ainsi recensé 75 plantes considérées comme médicinales par les éleveurs.
Toutefois seule une dizaine entre fréquemment dans les préparations servant à traiter les principales affections citées;
mais l'efficacité de ces plantes reste à démontrer 1/ est important de noter que les informations circulent très peu entre
les éleveurs. Une grande part de la connaissance en matière de pharmacopée est un secret de famille. Beaucoup reste
donc à faire pour une meilleure utilisation de ces connaissances endogènes et la vulgarisation de ces traitements afin
d'améliorer l'état sanitaire de ces animaux (Ovins et Caprins).
Mots clés: Plantes médicinales, médecine vétérinaire, Ovins, Caprins, Bénin
Abstrsct:
An ethnological survey was carried out in the provinces of the south of Benin (Atlantic, Mono, Ouémé) with to 363
farmers distributed in 25 towns. In this zone, the livestock is domestic type with the reduced flock. The farmers
identified 21 syndromes. The more frequent were diarrhoea (45%), scabies (83%), respiratory diseases (8 %),
reproduction unrest (3%) and convulsions (11%). More than one hundred health care methods have been described in
different languages (Fon, Goun, Yoruba or Adja) according to provinces. Most of the methods are plant based. The
farmers identified about 75 plants as medicinal. However, just about ten of them are frequently used against animal
disease; but less is known about their efficiency. It is important to note that information exchange between breeder is
low. Traditional health cere knowledge is at family level. More remains to do for a better use and extension of
endogenous knowledge in order to improve the health performance of small ruminants.
Keys words : Medicinal plants, veterinary medicine, Sheep, Goat, Benin.
l'effectif national et se classe en 2e rang
après les volailles.
Introduction
L'élevage des petits ruminants peut
L'élevage des petits ruminants est
pratiqué par environ 60 % des ménages
être
villageois
rentable car le cycle de reproduction de
numérique,
(RAMR, 1988). Sur le plan
l'effectif des ovins
une
activité
économiquement
ces animaux est court et leur régime
élevés
sud
alimentaire est basée sur les fourrages.
(Atlantique, Mono et Ouémé) représente
Malheureusement, leur production reste
que 15 % de l'effectif national, tandis
faible. Cette faiblesse serait due, entre
que celui des caprins représente 69 % de
autres,
dans les trois
départements
du
à
la
mauvaise
conduite
des
1 Département de Production Animale, Faculté des Sciences Agronomiques, Université Nationale du Bénin, B. P. 526
Cotonou. République du Bénin - syladote@yahoo.fr Tél. 32 1064 ou 01 7823
1
Bulletin de la recherche agronomique
élevages
et
à
la
situation
Numéro 33 - septembre 2001
sanitaire
médiocre (GRABER et PERROTIN, 1983).
Matériel et méthodes
En ce qui concerne, par exemple, la
Les trois
départements
du
Sud
lutte contre les parasites digestifs, il a
(Atlantique, Mono, Ouémé) sont pris en
été montré que lorsque l'on pratique des
compte.
traitements systématiques en fonction
d'enquête,
des saisons, un ou deux traitements ne
recensement de l'agriculture réalisé en
1973).
1998 ont été utilisées , ce qui a permis
interventions
de cibler dans chaque département, trois
répétées, des campagnes de prophylaxie
zones de fortes concentrations animales
médicales à grande échelle ne semblent
(tableau 1). Dans chaque zone, trois à
pas faisables (THYS et VERCRUYSSE,
cinq villages ont été retenus et au plus
1990). On comprend alors la réticence
cinq
des éleveurs à soigner les animaux avec
sélectionnés
les
concours des agents de "élevage, du
sont
pas
suffisants
Devant le coût
produits
(FABIYI,
de ces
vétérinaires
pharma-
Pour
sélectionner
les
éleveurs
données
par
et
interviewés
chef
fonction
personne sur le terrain.
de
leurs
moyens
et
leurs
connaissances endogènes.
de
formation)
surtout accessibles aux éleveurs : les
enquêteur
plantes
donnés
ou
de
ont
été
avec
toute
le
autre
Pendant une
tout
ont
interviewé
360
éleveurs à raison de 20 interviews par
peu coûteux et
médicinales
ou
pré
semaine, 18 enquêteurs (zootechniciens
Il s'avère donc indispensable de
trouver des moyens
village
zones
du
village
ceutiques. Ils gèrent leur troupeau en
de
les
autre
suivant
les
rendez-vous
par les éleveurs soit
à leur
par
domicile ou au champ. Les visites de
certains paysans et dont l'efficacité sera
bergerie, des pâturages etc. ont permis
testée, en vue d'une meilleure utilisation.
de vérifier certaines informations fournis
traitement
endogène
déjà
utilisé
par les éleveurs.
Pour ce faire, nous nous sommes
proposés de faire le point de la situation
réelle de l'élevage au sud du Bénin et
d'inventorier
tous
traditionnels
utilisés
petits
ruminants
les
traitements
pour soigner les
afin
d'identifier
les
Tableau 1 : Les
Atlantique
Zone 1 Zè
Toffo
Zone 2
traitements traditionnels efficaces qu'on
pourrait vulgariser sans trop de difficulté.
Zone 3
2
AbomeyCalavi
Allada
Ouidah
Kpomassè
Zones d'enquête
Ouémé
Mono
Porto-Nove
Bopa
Adjara
Houéyogbé
Avrankou
Dangbo
Dogbo
Adjohoun
Toviklin
Bonou
Aplahoué
Klouekanmey Pobè
Lalo
Numéro 33
Bulletin de la recherche agronomique
éleveurs. L'identification des plantes a
Les critères de sélection de ces
éleveurs sont la taille du troupeau
(~1
septembre 2001
été effectuée selon (de SOUZA, 1988;
0
animaux) la pratique de la pharmacopée,
ADJANOHOUN et al,
1989) et avec
et
l'aide
Il a été
la
disponibilité
de
l'éleveur
pour
des botanistes.
participer à la phase expérimentale en
possible
milieu réel. Dans un village, on peut
scientifiques et les noms des mêmes
prendre
plantes dans différentes langues locales
même
en
s'il
compte
n'est
le tradi-praticien,
pas
éleveur.
de
retrouver
les
ainsi
noms
(foun, toffin ou goun ; mina, adja ou
Les
entretiens avec les paysans sont de type
wachi
et
yoruba
ou
nago).
semi-structuré avec des questions plus
pourcentages
ou moins ouvertes.
traitements sont calculés par rapport à
d'utilisation
Les
des
l'ensemble des recettes enregistrées.
Les interviews ont tourné autour
des thèmes suivants:
•
Résultats et discussions
Identification : Localisation, numéro
de l'élevage et identité de l'éleveur
•
Informations générales
: Taille
L'élevage dans la zone d'étude
du
Des résultats de l'enquête, il ressort
ménage, âge, sexe, activité principale
que dans cette zone le cheptel est de
de l'éleveur,
type
objectifs,
effectif
et
structure des troupeaux.
• Conduite
familial
avec
des
effectifs
en
moyenne inférieurs à 20 têtes, malgré la
mode
et
taille moyenne élevée des ménages qui
type
est
d'alimentation et logement.
de10
personnes.
Beaucoup
d'élevages sont récents (40 % ont moins
• Gestion de la santé :
de 10 ans), bien que 25 % des éleveurs
soient âgés de plus de 60 ans. Ceci
- Description des signes cliniques,
des
pourrait s'expliquer par une discontinuité
symptômes au cours de l'année,
dans l'activité d'élevage. Il y a souvent
fréquence
des abandons et des reprises périodiques
périodes
d'observation
et
impact
sur
pour diverses raisons.
l'élevage.
Les femmes ne représentaient que
- Intervention sanitaire (vaccination,
déparasitages
externe
24 % de l'échantillon, car elles ne sont
et
pas
interne)
- Traitements
classiques
50 % des éleveurs propriétaires sont des
femmes.
fréquence
Nos
critères
de
sélection
semblent donc éliminer cette catégorie
d'utilisation)
de
personnes
comme
rapporté
par
TAMBOURA et al, 1998. En effet, ce
Un herbier a été constitué pour
identifier les plantes
Toutefois,
études antérieures ont montré qu'environ
- Traitements traditionnels (Forme,
et
propriétaires.
dans beaucoup de villages au Mono, des
(produits
pharmaceutiques)
moment
souvent
groupe social ne détient pratiquement
décrites par les
3
Numéro 33 - septembre 2001
Bulletin de la recherche agronomique
pas
le
savoir
dans
la
tradi-thérapie
déshydratation qui peut entraîner la mort
vétérinaire.
de l'agneau et sont plus fréquentes en
saisons
Bien que l'élevage soit destiné à la
classiques
vente des animaux (80 % des cas), il est
d'une
bergerie
et
fournissent
un
Les
des
traitements
anthelminthiques
spécifiques
et
les
anticoccidiens.
d'un
pâturage riche pour leurs animaux. Ils
leurs
sont
ou' moins
plus
une activité secondaire. Peu d'éleveurs
disposent
pluvieuses.
Les troubles respiratoires (8 %) se
complément
traduisent par des jetages. Elles sont
alimentaire (son de maïs, épluchures de
dues aux inflammations des poumons
manioc, etc.).
causées par des bactéries, des virus et
des parasites. Elles sont favorisées par
La santé animale dans la zone
des conditions défavorables du milieu et
Les éleveurs n'ont pas pu établir un
par une alimentation déséquilibrée. Ce
diagnostic différentiel ; mais ils ont décrit
sont des affections qui sont signalées en
21 syndromes dont les plus fréquents
période des pluies ou de vent frais du
(tableau 2) sont entre autres la diarrhée,
mois d'août. Les antibiotiques et les
la gale, etc. En effet, selon GUISSOU
sulfamides constituent les traitements les
(1997)
plus utilisés.
l'appellation
traditionnelle
des
maladies est étroitement liée à la notion
L'insuffisance de production laitière et
trouble de reproduction (5 %1
de maladie elle-même. En réalité, il s'agit
plus de signes cliniques descriptifs qui
Le signe essentiel de la pathologie
transmettent assez aisément le message.
Les
parasitoses
représentent
46
%
des
de reproduction est
fécondité qui
externes
gravité
syndromes
pour
peut
la baisse de la
être
l'animal,
sans grande
mais
est
très
décrits par les éleveurs. Ces descriptions
important sur le plan économique. Ces
laissent penser à la gale qui est une
troubles se résument aux avortements, à
maladie due à un acarien microscopique.
la
Nous
mammites
pouvons
faire
cas
aussi
de
brucellose,
aux
dues
métrites,
au
aux
déséquilibre
l'ecthyma contagieux caractérisé par une
alimentaire, à la mauvaise hygiène lors
éruption de pustules autour de la bouche
des mises bas. Le traitement consiste en
et des narines, des puces, des poux et
des soins locaux d'antisepsie et des
des tiques.
antibiotiques par voie générale.
gastro-intestinales
Les convulsions (11 %) serait une
sont les affections les plus courantes
maladie septicémique aiguë due à une
(84 %). Les éleveurs les décèlent aux
rickettsie,
diarrhées des animaux qui peuvent avoir
transmises par les tiques. L'animal atteint
de nombreuses origines dont surtout les
tombe et présente des signes nerveux et
parasites (nématodes, douves, ténia et
des difficultés respiratoires. " s'agit plus
les coccidies). Elles occasionnent une
de prévention que de traitement car la
Les
affections
4
parasite
microscopique
Bulletin de la recherche agronomique
mort
est
très
rapide
Numéro 33
dès
le
effets
déclenchement des symptômes.
septembre 2001
médicinaux
Toutefois,
par
seule
les
une
éleveurs.
dizaine
est
fréquemment utilisée dans le traitement
Les traitements traditionnels dans la
zone d'étude
L'utilisation
achetés
sur
des
les
des principales affections citées (tableau
2). Certaines de ces plantes citées dans
antibiotiques
marchés
est
les
très
affections
indiquées
gastro-intestinales
pour les
mêmes
sont
affections
répandue dans les trois départements.
dans d r autres pays : Congo Brazzaville ex
Les vaccinations et les déparasitages
Zaïre
sont plutôt rares, sauf dans le Mono
Cameroun (Nfi et al, 1999).
(KASONIA
al.,
et
1991)
ou
(Figure 1) où la conduite de l'élevage
Les traitements sont assez bien
montre que plus de 50 % des éleveurs
utilisés, mais sans grande conviction et
interviewés vaccinent leurs animaux et
sans une notion de dosage. Les éleveurs
leurs fournissent des soins sanitaires tant
traditionnels
que
essayent souvent des recettes utilisées
pharmaceutiques
en
(exogènes). Le département du Mono
animaux.
en médecine vétérinaire et à des doses
en milieu paysan ont démarré dans ce
du
aux
démontrer pour des affections précises
activités des programmes de recherche
C'est le cas
humaine
L'efficacité de ces plantes reste donc à
semble plus avancé car les premières
département.
médecine
bien élaborées.
projet
D'après
RAMR qui a démarré en 1986 (AYITE,
nos
enquêtes,
les
1991 et KOUDANDE, 1991) et qui n'a
traitements endogènes sont plus utilisés
étendu
contre
ses
départements
qu'en
activités
aux
(Atlantique
et
1993.
Le
autres
parasitoses
externes
(30 - 50 %) et les parasitoses gastro-
Ouémé)
département
les
intestinales
de
(40
50 %).
-
L'huile à
rural,
moteur et l'huile rouge sont des remèdes
urbain et périurbain et semble avoir plus
très connus par les éleveurs (20 à 50 %)
de difficultés à intensifier l'élevage. Cela
selon les départements et utilisé sous
l'Atlantique
peut
être
présente
dû
à
l'élevage
une
plus
différentes
forte
combinaisons
contre
les
parasitoses externes.
urbanisation.
Certaines
Ce sont généralement des éleveurs
plantes
citées
d'âge mûr (± 45 ans) qui utilisent des
anthelminthiques
traitements
citées par les éleveurs enquêtés pour
santé
endogènes
de leurs
pour
animaux.
gérer
la
d'autres
Plus d'une
(Mass,
comme
affections
par
1991)
les
sont
éleveurs
centaine de recettes ont été décrites
interviewés : c'est le cas de Psidium
dans différentes langues (Fon, Yoruba ou
gayava, (convulsion)
Adja) en fonction des départements. La
(gale).
plupart des traitements sont à base de
plantes ont un double usage: Pterocarpus
plante. Nous avons ainsi recensé 75
santotalinoïdes (antidiarrhéique et nondélivrance), Newbouldia laevis {vermifuge
plantes considérées comme plantes
à
5
Selon
les
Elaes guineensis
éleveurs,
plusieurs
Numéro 33 - septembre 2001
Bulletin de la recherche agronomique
et anémie) et Spondia mombia (laxatif et
3. Insuffisance
délivrance).
présente
collaboration
des
éleveurs et des cadres locaux du
développement rural,
Il faut toutefois noter qu'une telle
étude
de
des
difficultés
de
4. Difficulté d'accès aux lieux d'élevage
plusieurs ordres qui risquent de diminuer
surtout en saison pluvieuse.
la fiabilité des résultats. Il s'agit de :
1. Instabilité du cheptel en milieu rural
5. Difficulté
au cours du temps, pour le suivi,
d'ajustement
prévisionnel.
2. Réserve de certains éleveurs à livrer
leurs recettes,
6
du
budget
Bulletin de la recherche agronomique
Numéro 33 - septembre 2001
Tableau 2 : Taux d'utilisation des traitements endogènes dans les 3 départements
Syndromes
Gale
Parasitoses
externes:
(46 %)
Mode d'emploi
Traitements endogènes
Huile à moteur
Elaeis guineensis (Arécacées)
(Huile de palme rouge)
Cassia alata sp. (Cesalpiniacées)
(Amasu - Madosoxome - Asun Won Oyibo)
Carica papaya (Caricacees)
Zanthoxylum zentbotoïdes (Rutacées)
(Xêtin - Exetin - Ewivian)
Zea mays (Poacées)
(Aabado - Ebli)
Momordica balsamina (Cucurbitacées)
(84 %)
(Nveslken - Anyianysan - Ejirin)
Morindia lucida (Rubiacées)
(Wetin - Zaklan - Oju Ologbo)
Newbouldia laevis (Bignoniacées)
(Kpatin - Kpatima - Igi Akoko)
Jetage
Ocimum gratissimum (Lamiacées)
Troubles
(Ciavo - Esuru - Ehirin)
respiratoires
Vernonia amydalia (Asteracées)
(8%)
(Amanvivè - Aloma - Aluba)
Mucuna
sp. (Papilionacées)
Insuffisance
(Azo - Ovswlwl - Werkpi)
de production
Spondia mombin (Anacardiacées) (Aklikontin
laitière
et
- Tokuko - Urika)
trouble
de Pterocarpus santalinoïdes (Papilionacées)
reproduction
(Gbsqbetin - Aswin - Tigbi)
Diarrhée
Affections
gastrointestinales
Taux d'utilisation
Ouérné
Atlantique
Mono
26,3
2,6
21,5
8,7
44,8
4,5
0,9
2,0
0,5
15,8
17,5
14,5
21,5
5,1
25,5
2,0
11,0
0,5
Feuilles à brouter régulièrement
2,0
5,1
1,0
Feuilles à brouter
4,9
0,5
0,9
Macération ou décoction de la plante pour laver les
narines
2,2
1,5
3,0
1.0
3,0
1,6
Application sur les trayons
2,0
10,0
5,0
Passer les feuilles à la flamme et faire manger.
4,0
2,3
7,0
Feuilles à brouter
1,4
4,9
5,2
Feuilles à brouter
2,8
6,2
4,7
Feuilles à brouter
1,1
2,9
2,5
Application des huiles seules ou associées à
substances sur 'les lésions
Graines de fruits mûrs ou non à manger par les
animaux
Feuilles broutées à volonté
Raphé autour du cou ou l'eau de maïs fermentée à
boire
Infusion de plante entière à boire
(5%)
Convulsion
(11%)
Psidium gayava (Myrtacées)
(Kekun - Gwabe - Ewegoba)
Erythrina senegalensis (Fabacées)
(Kpaklesi - Leobaci - Olohun)
7
Bulletin de la recherehe agronomique
Numéro 33
septembre 2001
Figure 1 :Gestion de la santé des animaux selon les départements
-Atlantiql
[J Mono
-Ouémé
90
80
&
.sc:
70
CP
~
e 60
:::J
50
40
30
20
10
0
Traitements endogènes
Vaccins
Traitements exogènes
Traitements
triangulation, devra s'ajouter l'étude de
l'efficacité de
Conclusion
certaines
plantes dites
médicinales pour une meilleure utilisation.
Les résultats ainsi exposés sont
issus d'une enquête qui ne représente
Il serait souhaitable qu'après le test
que la première phase de notre étude.
de l'efficacité des plantes médicinales en
Ces enquêtes ont déjà révélé un bon
station et en milieu réel sur les ovins et
potentiel des connaissances endogènes
caprins, l'accent soit mis sur les sources
capables d'améliorer les prestations des
d'approvisionnement par les éleveurs de
services techniques classiques en milieu
cette plante, en mettant en place des
rural. Pour mieux valoriser ces données, il
pépinières de plantes médicinales.
faudrait élargir ce type d'enquête aux
autres départements, plus engagés dans
Remerciements
l'élevage, afin que la triangulation dans
l'analyse
dégager
entre
des
les
résultats
premières
différents
permette
Cette étude a été financée par l'IFS
de
(International Foundation for Science) à
concordances
praticiens.
A
qui
cette
j'adresse
mes
sincères
remerciements. Je tiens à témoigner ma
8
Bulletin de la recherche agronomique
Numéro 33 - septembre 2007
profonde gratitude au Dr. Brice Sinsin
coprostase et météorisme au Kivu
(DAGE/FSA/UNB) pour sa collaboration
et Kibali - Ituri (Zaïre). Tropiculture
dans l'identification des plantes.
9(4) : 169-172.
Koudande
Références bibliographiques
produits
et
Ake
L.,
Assi
Contribution
aux
du
des
pharmaceutiques
et
enquête menée sur 3 sites du projet
études
Populaire
Utilisation
petits ruminants. Résultats d'une
1989.
RAMR
ethnobotaniques et floristiques en
République
1991.
traditionnels dans le traitement des
Adjanohoun E. J., Adjakidje V., Ahyi M.
A. A.
D.,
dans
le
département
du
Mono.
Bénin.
et
Nfi A., Ndi C., Bayemi P.H., Njwe R.,
pharmacopée. Paris (France) ACCT,
Tchoumboue J., Njakoi H., Mopoi
900 p.
N., Njakoi M. et Sali D., 1999. The
(Médecine
traditionnelle
anthelmintic
Ayite A. C., 1991. Les parasites digestifs
of
sorne
indigenous plants in the Nortwest
identifiés au Mono sur les sites de
province of Cameroon. Rev. Elev.
la RAMA. Documents de travail N°
Med. Veto Pays Trop, 52 (2): 103 -
2. Rapport d'activité DRA / PRAMR
106.0
Fabiyi J. P., 1973.. Seasonal fluctuations
Souza
of nematodès infestations in goats
(de) S.,1988.
Flore du
Bénin
(Tome 3) Noms des plantes dans
in the savannah belt of Nigeria.
les langues nationales béninoises.
Bull. Epizoot. Afr. 21 (3) : 139 -
Revue imprimée par l'imprimerie.
143.
Graber
efficacy
Notre Dame - Cotonou 424 p.
M.
et
Helminthes
ruminants
tropicale.
Perrotin
et
C.,
1983.
helminthoses
domestiques
Maison
Thamboura H., Kabore H. et Yameogo S.
des
M.,
d'Afrique
Alfort
1998.
vétérinaire
France,
Ethno-médecine
et
pharma-copée
traditionnelle dans le plateau central
Point Vétérinaire, 378 p.
du
Burkina
Faso
:
cas
de
la
Guissou P., 1997. Médecine moderne et
province du Passoré. Biotechnol.
médecine traditionnelle: place de la
Agron. Soc. Environ. 2(3) : 181-
recherche.
Communication
191.
Symposium
sur
Nationale
la
essentielle
au
recherche
en
Thys E. et Vercruysse J., 1990. Est-il
Santé
encore opportun de préconiser la
(RN ES) 3 - 7 février, Ouagadougou.
Kasonia K., Ansay M.,
vermifugation
systématique
des
Basegere N.,
petits ruminants d'Afrique sahélo-
Gustin P., Kaba S., Katsongeri M.
soudanienne contre les nématodes
et
gastro-intestinaux
Matamba
M.,
1991.
Note
?
Revue Elev.
ethnopharma-cologie vétérinaire en
Méd. Vét. Pays trop. 43 (2) : 187 -
cas
191.
de
verminose,
diarrhée,
9
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising