Labels d`efficacité énergétique : HQE, BBC

Labels d`efficacité énergétique : HQE, BBC
Pasc a l e M a es
Labels
d’efficacité
énergétique
HQE, BBC-Effinergie , Maison Passive, RT 2005/2 012, Qualitel
Pasc ale Maes
Labels
d’efficacité
énergétique
HQE, BBC-EffinErgiE , Maison PassivE, rT 2005/2012, QualiTEl
Chez le même éditeur
C. Charlot-Valdieu & Ph. Outrequin. – Écoquartier mode d’emploi, G12601, 2009.
Pasc al e Maes
Labels
d’efficacité
énergétique
HQE, BBC-EffinErgiE, Maison PassivE, rT 2005/2012, QualiTEl
Éditions Eyrolles
61, bd Saint-Germain
75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
Le code de la propriété intellectuelle du 1er juillet 1992 interdit en effet expressément la
photocopie à usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est
généralisée notamment dans les établissements d’enseignement, provoquant une baisse
brutale des achats de livres, au point que la possibilité même pour les auteurs de créer des
oeuvres nouvelles et de les faire éditer correctement est aujourd’hui menacée.
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement
le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’Éditeur ou du Centre
Français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2010, ISBN : 978-2-212-12644-0
TABLE DES MATIÈRES
Avant-propos
3
1. Les enjeux
5
La qualité environnementale des bâtiments ............... 7
La qualité énergétique des bâtiments........................... 8
Le Grenelle de l’environnement ................................... 11
L’enjeu des certifications et labels.............................. 12
2. Les labels associés à la RT 2005
et à la RT Existant
17
Les exigences de la RT 2005........................................ 19
Logements : consommation maximale réglementée ................19
Évolutions apportées par la RT 2005 .......................................20
Choix de conception.................................................................21
Le label HPE et ses déclinaisons................................. 22
Demande d’un label HPE .........................................................23
Délivrance d’un label HPE.......................................................24
Label HPE et bonification du COS ..........................................25
Les labels HPE associés à la RT Existant................... 26
Deux réglementations pour les rénovations .............................26
Labels énergétiques et rénovation ............................................27
La RT 2012 à l’étude...................................................... 29
V
3. Les labels Passivhaus, Minergie
et Effinergie
31
Le label suisse Minergie ............................................... 34
Exigences et critères pour le label Minergie standard..............36
Garanties assurées ......................................................36
Exemples d’exigences techniques ..............................37
Exigences et critères pour le label Minergie P .........................38
Exigences et critères pour le label Minergie Eco .....................39
Principaux critères sanitaires et écologiques..............40
Critères d’exclusion....................................................40
Le label Minergie en France.....................................................41
Comment obtenir le label Minergie ?.........................41
Méthode d’évaluation.................................................43
Le label allemand Passivhaus...................................... 43
Exigences et critères.................................................................45
Des besoins en chauffage inférieurs
à 15 kWh/m2.an ..........................................................45
Étanchéité de l’enveloppe ..........................................46
Une consommation en énergie primaire inférieure
à 120 kWh/m2.an en résidentiel..................................46
Autres critères à respecter ..........................................47
Méthode de validation ................................................47
Exemples de solutions techniques..............................48
Le label Passivhaus en France..................................................49
Obtenir le label Passivhaus en France .......................50
Coût d’une maison passive.........................................51
Le label français BBC-Effinergie ................................ 51
Exigences et critères dans le neuf ............................................54
Exigences et critères en rénovation ..........................................55
Exemples de solutions techniques............................................56
Solutions et performances dans les projets
BBC-Effinergie ..........................................................56
Partenariat avec des organismes certificateurs.........................59
Aides financières ......................................................................61
VI
4. Certifications logements
63
Les organismes certificateurs ..................................... 65
La certification Qualitel : logement neuf..................... 66
La certification Habitat & Environnement :
logement neuf................................................................ 68
La certifications Patrimoine habitat
et Patrimoine habitat & environnement :
logement existant.......................................................... 70
Bilan patrimoine habitat ...........................................................70
Certification Patrimoine habitat ...............................................71
Certification Patrimoine habitat & environnement ..................72
Performance énergétique..........................................................73
Certification NF Logement : promoteurs .................................73
Certification NF Logement démarche HQE.............................75
Certification NF Maison individuelle ......................................76
Certification NF Maison individuelle démarche HQE.............78
Certification NF Maison rénovée .............................................79
Les labels Promotelec : Performance,
Rénovation énergétique ............................................... 80
Label Performance ...................................................................80
Label Rénovation énergétique..................................................81
5. Certifications et bâtiments tertiaires
83
L’organisme certificateur ............................................. 86
NF Bâtiments tertiaires démarche HQE®
et/ou BBC-Effinergie..................................................... 87
Validation du respect des exigences.........................................88
Label Haute performance énergétique ....................................89
VII
NF Bâtiments tertiaires en exploitation,
démarche HQE® ............................................................ 91
Les certifications Certivéa pour les acteurs
de la construction ......................................................... 92
NF Études thermiques® ................................................ 93
MPRO® Architecte ........................................................ 94
Qualiprom® .................................................................... 95
Qualimo® ........................................................................ 96
Qualirésidence(s)® ........................................................ 98
CSTB Compétence expert construction® ................... 99
6. Diagnostic de performance énergétique
101
Une obligation réglementaire .................................... 103
Une information pédagogique .................................. 104
Des aides pour les particuliers .................................. 105
L’Éco-PTZ .............................................................................105
Le crédit d’impôt ....................................................................106
Économies partagées ................................................. 107
Calcul du DPE.............................................................. 108
Des diagnostiqueurs aux compétences
reconnues .................................................................... 109
Exemples d’opérations certifiées
ou labellisées
VIII
111
Nous n’héritons pas de la terre de nos parents,
nous l’empruntons à nos enfants.
Antoine de Saint-Exupéry
Avant-propos
Aujourd’hui, la qualité environnementale et l’efficacité énergétique occupent une place de plus en plus importante dans les
domaines du bâtiment et de l’immobilier, que ce soit en construction neuve ou en rénovation.
De fait, depuis les années 1980, des labels, des normes, des certifications, des démarches, des référentiels foisonnent au niveau
national, européen et mondial.
Ce guide pratique permet de faire la lumière sur les principaux
labels et certifications en vigueur, en France, pour chaque type
de bâtiment afin d’en comprendre les enjeux et les applications.
Ainsi, l’ouvrage a pour but de répondre aux questions suivantes : Quel est l’intérêt pour un maître d’ouvrage d’investir dans
ce type de démarche qualitative ? À qui s’adressent ces différents labels et certifications ? Quelles sont les particularités de
chacun d’entre eux ? Dans quelle mesure une certification ou
un label est-il environnemental ou simplement énergétique ?
Pourquoi un futur acquéreur ou locataire a-t-il intérêt à opter
pour un logement ou un bâtiment certifié ou labellisé ? Quelles
sont les garanties de la fiabilité de ces certifications et labels ?
Quelle est la démarche à suivre ?
Labels d’efficacité énergétique
Après avoir présenté le contenu des référentiels de chaque certification et label, ainsi que les différents niveaux d’exigences
pouvant être atteints, un chapitre présente des exemples d’opérations récentes certifiées ou labellisées, tels que le Centre hospitalier sud-francilien, la première maison passive en Île-deFrance, un immeuble de bureau à énergie positive, un lycée
certifié démarche HQE, etc.
4
CHAPITRE
1
LES ENJEUX
La qualité environnementale des bâtiments
Ainsi, un bâtiment « durable » tend à préserver la santé des
occupants et à optimiser la qualité des ambiances et du confort
(hygrothermique, visuel et acoustique). Vis-à-vis de l’extérieur,
un tel bâtiment est conçu pour maîtriser les impacts sur l’environnement afin de préserver le paysage, les écosystèmes, les
ressources en eau, en énergie et en matières premières, le site
lui-même et les riverains.
Un bâtiment durable doit être pensé « du berceau à la tombe ».
Par exemple, les matériaux doivent bien entendu être choisis en
fonction de leurs qualités intrinsèques, mais aussi de l’énergie
grise consommée pour l’extraction des ressources, pour leur
fabrication et pour leur transport. Privilégier les filières locales
est un des critères du développement durable car les aspects
environnementaux, économiques et sociaux propres à une
région sont ainsi mieux pris en compte.
La qualité environnementale des bâtiments
La première application d’une démarche de Haute qualité environnementale (HQE) des constructions a été initiée en 1993,
par le Plan construction architecture dans le cadre du programme Écologie et Habitat. L’objectif était d’intégrer les
enjeux de la protection de l’environnement et de la santé au
secteur du bâtiment, ce qui impose d’assurer un management
environnemental des opérations de construction.
Une démarche HQE vise à satisfaire trois exigences
complémentaires : l’obtention d’un environnement intérieur sain
et confortable pour les occupants ; la maîtrise des impacts du bâti-
7
1
LES ENJEUX
L’action en faveur du développement durable a pour objectif de
préserver la planète pour les générations futures. Construire des
bâtiments respectueux de l’environnement intérieur, qui va être
créé, et de l’environnement extérieur, dans lequel ils vont
s’intégrer, permet de s’inscrire activement dans une démarche
de développement durable.
Labels d’efficacité énergétique
ment sur son environnement extérieur ; la préservation des ressources naturelles grâce à l’optimisation de leur utilisation. Elle
participe également de la priorité actuelle de maîtrise des consommations d’énergie et des émissions de gaz à effet de serre, en intégrant dès les études des seuils de performances énergétiques.
Pour encadrer la mise en œuvre d’une qualité environnementale
des bâtiments, la démarche HQE propose une approche globale et
transversale en amont, et se décline selon une grille de 14 cibles
regroupées en quatre groupes d’objectifs : l’écoconstruction,
l’écogestion, la santé, le confort (voir p. 14 et 15). Ces 14 cibles
ont des implications sur toutes les phases du processus de création
et de production d’un bâtiment. L’aspect conventionnel de cette
grille n’est pas toujours adapté à la pratique quotidienne de la
construction, mais elle représente cependant un outil de base,
notamment pour les certifications validant la qualité environnementale des bâtiments. L’application d’une démarche HQE est, de
toute façon, toujours une affaire de compromis, dans laquelle le
maître d’ouvrage doit s’impliquer. Aujourd’hui, la démarche HQE
se déploie, au-delà des 14 cibles (voir p. 14), au développement
durable, en prenant en compte le territoire, le paysage, le quartier,
les transports, etc.
La qualité énergétique des bâtiments
L’enjeu lié à la diminution des consommations d’énergie dans le
secteur du bâtiment est tout d’abord écologique : il s’agit de
réduire les émissions de gaz à effet de serre pour protéger la planète contre le changement climatique. En France, le secteur du
bâtiment consomme environ 43 % de l’énergie finale (31 % pour
les transports) et contribue pour près d’un quart aux émissions
nationales de gaz à effet de serre (voir p. 9). Cette priorité donnée à
la maîtrise des consommations d’énergie est associée à deux autres
enjeux majeurs, l’un énergétique, la préservation des réserves
mondiales d’énergies fossiles, en forte baisse, l’autre économique,
8
La qualité énergétique des bâtiments
Répartition de la consommation d’énergie
par secteur d’activité
5%
Autres usages
31 %
Transport
43 %
Bâtiment
iment
21 %
Industrie
Répartition des émissions de gaz à effet de serre
par secteur d’activité
26 %
28 %
Autres
Transport
25 %
Bâtiment
âtiment
1
LES ENJEUX
le renforcement du pouvoir d’achat par la diminution des charges
liées aux consommations d’énergie.
26 %
Industrie
9
Labels d’efficacité énergétique
Suite au Sommet de la Terre à Rio en 1992, le protocole de
Kyoto en 1997 a fixé au niveau international des objectifs de
réduction des émissions de gaz à effet de serre ainsi qu’un
calendrier à un niveau international, et la directive européenne
« Efficacité énergétique » en 2002 au niveau européen.
La France s’est ensuite engagée dans la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et a multiplié les initiatives. En
juillet 2004 a été lancé le Plan climat et son objectif dit
Facteur 4 : diviser par quatre les émissions de gaz à effet de
serre d’ici 2050 en France. L’année suivante, la loi POPE, Programme des orientations de la politique énergétique, définissait
les grands axes de la politique énergétique jusqu’en 2020, avec
pour objectif global de réduire de 30 % les consommations
d’énergie, et en conséquence les émissions de gaz à effet de
serre, à cette échéance.
La RT 2005 a alors vu le jour pour atteindre ces objectifs. Elle
renforce les exigences de maîtrise des besoins énergétiques
dans le tertiaire et le résidentiel neufs. Depuis 2006, les fournisseurs d’énergie ont l’obligation de réaliser des économies
d’énergie, qui sont comptabilisées sous forme de certificats
d’économie d’énergie. Depuis 2007, lors de la vente ou de la
location d’un bâtiment ou d’un logement neuf ou existant, un
diagnostic de performance énergétique (DPE) doit être réalisé
et annexé à l’acte de vente ou au bail de location. Et pour la
première fois, en 2007, une réglementation thermique applicable à l’existant a été publiée : la réglementation « élément par
élément » ou la réglementation « globale », selon la date de
construction et la surface du bâtiment, ainsi que selon le montant des travaux. Le gisement d’économies d’énergie se trouve
principalement dans le parc existant, avec 31,3 millions de
logements et 875 millions de mètres carrés de bureaux. Ces
bâtiments, construits pour la plupart avant la première réglementation thermique, sont aujourd’hui largement responsables
des émissions de gaz à effet de serre.
10
Le Grenelle de l’environnement
Le Grenelle de l’environnement
L’objectif affiché du Grenelle de l’environnement est vaste :
créer les conditions favorables à l’émergence d’une nouvelle
donne française en faveur de l’écologie, du développement et
de l’aménagement dans une perspective durable.
Les propositions ont été élaborées au sein de six groupes de travail ayant chacun des objectifs précis.
1 – Lutter contre les changements climatiques et maîtriser la
demande énergétique.
2 – Préserver la biodiversité et les ressources naturelles.
3 – Instaurer un environnement respectueux de la santé.
4 – Adopter des modes de production et de consommation
durables.
5 – Construire une démocratie écologique.
6 – Promouvoir des modes de développement écologiques
favorables à l’emploi et à la compétitivité.
Le groupe de travail n˚ 1, « Lutter contre les changements climatiques et maîtriser la demande énergétique », s’est organisé
en quatre tables rondes :
moderniser le bâtiment et la ville ;
efficacité énergie et carbone ;
urbanisme et gouvernance territoriale ;
mobilité et transports.
Suite aux propositions émanant de ce groupe de travail axé sur
l’environnement et la maîtrise de l’énergie appliqués au bâtiment, le Grenelle de l’environnement a instauré un programme
de rupture dans le neuf : le niveau Bâtiment basse consommation (BBC), qui correspond à des bâtiments consommant moins
de 50 kWh/m2.an, doit s’appliquer à toutes les constructions
neuves à compter de la fin 2012, et, par anticipation, à toutes
les constructions de bâtiments publics et tertiaires à partir de fin
11
LES ENJEUX
1
Labels d’efficacité énergétique
2010. L’objectif est de construire, à partir de 2020, des Bâtiment à énergie positive (BEPOS), soit une consommation
d’énergie des bâtiments inférieure à la quantité d’énergie qu’ils
produisent à partir de sources renouvelables. Ils assurent leurs
propres besoins, et l’énergie non consommée alimente d’autres
bâtiments ou est réinjectée dans le réseau.
La mise en œuvre à grande échelle de travaux de rénovation
thermique se trouvant au cœur des enjeux de la lutte contre le
réchauffement climatique, le Grenelle de l’environnement a
également adopté l’idée d’un chantier sans précédent de rénovation thermique des bâtiments existants. L’objectif est de
réduire globalement leur consommation d’énergie de 38 %
d’ici à 2020. L’État et les collectivités territoriales, en particulier, sont invités à engager un programme de rénovation énergétique de leurs bâtiments d’ici 2012. L’ensemble du parc de
logements sociaux devra être rénové d’ici 2020, en commençant par les 800 000 logements sociaux les plus « énergivores ». Et, afin de permettre une rénovation énergétique accélérée du parc résidentiel privé existant, des actions spécifiques,
incluant notamment un ensemble d’incitations financières, sont
mises en œuvre.
L’enjeu des certifications et labels
L’obtention d’une certification et/ou d’un label est une démarche volontaire engagée par un maître d’ouvrage ou un promoteur qui souhaite faire contrôler et reconnaître la qualité de ses
constructions ou réhabilitations. Ces différents labels et certifications sont des indicateurs, pour un futur acquéreur ou locataire, en termes de confort, d’économie de charges et de respect
de l’environnement. Ils s’appuient sur des référentiels et sont
soumis à des procédures d’audit et d’évaluation.
Aujourd’hui, bon nombre de maîtres d’ouvrage et de promoteurs se sentent concernés par les enjeux environnementaux et
12
L’enjeu des certifications et labels
La démarche de certification et de labelisation permet également de faire valider, par un organisme accrédité ou une association habilitée, les performances obtenues. Cela évite les
auto-proclamations et permet de répondre aux demandes des
clients en donnant des preuves concrètes ; ceux-ci peuvent
prendre connaissance précisément des points qui ont été évalués. Une certification ou un label attribué par un organisme
extérieur est une garantie d’indépendance à la fois indispensable et légale : le Code de la consommation exige une séparation
entre l’organisme certificateur et l’entreprise ou le produit certifié.
Dans le cadre de la crise économique actuelle, les candidats à
l’acquisition ou à la location, que ce soit en résidentiel ou en
tertiaire, sont en quête de bâtiments de qualité et énergétiquement sobres. Ils recherchent à la fois des valeurs sûres et des
économies de charges, quitte à investir davantage. Sensibilisés
à la protection de la planète, ils se tournent également plus largement vers l’éco-construction et l’éco-rénovation.
Les maîtres d’ouvrage et promoteurs doivent se donner les
moyens de répondre à ces attentes et de garantir à leurs clients
la qualité environnementale et énergétique de leurs offres, en
les faisant contrôler par un organisme ou une association qualifié et indépendant, qui en général possède un réseau national de
vérificateurs. La filière bâtiment est par conséquent particulièrement concernée par cette évolution à la fois éthique, réglementaire et économique.
13
1
LES ENJEUX
énergétiques évoqués précédemment. Les référentiels des certifications et des labels servent ainsi de guides à ceux qui souhaitent améliorer leur savoir-faire en matière de qualité
environnementale et énergétique. Ils fixent leurs cibles et les
niveaux de performance qu’ils ambitionnent, puis s’appuient
sur le référentiel concerné. Les maîtres d’ouvrage et promoteurs ont la possibilité d’être accompagnés par les certificateurs
et les labelisateurs dans leur dynamique de progrès.
Labels d’efficacité énergétique
Les labels et certifications servent également de références
pour les collectivités, les partenaires, les clients à la recherche
de professionnels reconnus dans leur capacité à réaliser des
bâtiments respectueux de l’environnement et économes en
énergie, et à mener un management environnemental correspondant à ces opérations.
Enfin, ces référentiels plus exigentiels que les réglementations
aident les maîtres d’ouvrage et les promoteurs à anticiper les
futures réglementations et à aller au-delà des exigences légales.
Cela leur donne l’opportunité de progresser et de mesurer leur
amélioration sous le regard critique d’un organisme indépendant et reconnu. Ces démarches s’avèrent également être un
vecteur de progrès et de mobilisation internes. Voici les
14 cibles de la démarche HQE®.
ÉCOCONSTRUCTION
CIBLE 1
Relation harmonieuse des bâtiments avec leur
environnement immédiat
CIBLE 2
Choix intégré des procédés et produits de construction
CIBLE 3
Chantier à faibles nuisances
ÉCOGESTION
CIBLE 4
Gestion de l’énergie
CIBLE 5
Gestion de l’eau
CIBLE 6
Gestion des déchets d’activité
CIBLE 7
Entretien-maintenance
CONFORT
14
CIBLE 8
Confort hygrothermique
CIBLE 9
Confort acoustique
CIBLE 10
Confort visuel
CIBLE 11
Confort olfactif
L’enjeu des certifications et labels
SANTE
Conditions sanitaires
CIBLE 13
Qualité de l’air
CIBLE 14
Qualité de l’eau
1
LES ENJEUX
CIBLE 12
15
CHAPITRE
2
LES LABELS ASSOCIÉS
À LA RT 2005
ET À LA RT EXISTANT
Les exigences de la RT 2005
Les exigences de la RT 2005
Logements : consommation maximale réglementée
La RT 2005 s’inscrit dans la continuité de la RT 2000. Les
principes de base restent les mêmes : le projet de construction
est comparé à un projet de référence et, pour éviter les dérives,
des valeurs « garde-fous » (exigences minimales) doivent être
respectées. Pour les bâtiments d’habitation, la nouvelle réglementation impose une limite maximale de consommation du
projet dans sa globalité (chauffage, climatisation, eau chaude,
éclairage…), en kilowattheures d’énergie primaire(1) par mètre
carré et par an (kWhep/m2.an). Cette limitation est la même
pour l’individuel et le collectif et elle est déclinée par zones climatiques et par énergies de chauffage.
1. L’énergie primaire prend en compte les pertes d’acheminement et de pro-
duction jusqu’au bâtiment, tandis que l’énergie finale ne concerne que celle
consommée par l’utilisateur et enregistrée au compteur. L’énergie primaire
est plus globale et donc plus pertinente.
19
ET À LA RT EXISTANT
La dernière évolution de la réglementation thermique française
date de 2005, d’où l’appellation RT 2005, et elle est applicable
à tous les permis de construire dans les secteurs résidentiel
(habitat) et non résidentiel (tertiaire), déposés depuis le 1er septembre 2006 (décret et arrêtés du 24 mai 2006, JO du
25 mai 2006). Elle renforce les exigences de performance énergétique des bâtiments neufs, par rapport à la réglementation
thermique précédente (RT 2000), de 15 %. Ce pourcentage
reflète la volonté affichée par le Plan climat 2004 : une amélioration de la performance de la construction neuve d’au moins
15 %, avec une perspective de progrès tous les cinq ans pour
atteindre au moins 40 % en 2020. L’objectif final du Plan climat est de réduire par quatre des émissions de CO2 du secteur
du bâtiment à l’horizon 2050.
LES LABELS ASSOCIÉS À LA RT 2005
2
Labels d’efficacité énergétique
LIMITE
TYPE
DE CHAUFFAGE
CLIMATISATION , EAU CHAUDE,
CLIMATIQUE
ÉCLAIRAGE
EN
Combustibles fossiles
Chauffage
électrique (y compris
les pompes
à chaleur)
MAXIMALE POUR CHAUFFAGE,
ZONE
kWhep/m2.an
H1
130
H2
110
H3
80
H1
250
H2
190
H3
130
Évolutions apportées par la RT 2005
Par rapport à la RT 2000, certaines évolutions ont été intégrées
au niveau des références vis-à-vis desquelles le projet de construction est comparé :
un renforcement des exigences sur l’enveloppe :
+ 10 % sur les déperditions par les parois opaques et les
baies vitrées,
+ 20 % sur les déperditions par les ponts thermiques(1),
ce qui implique un renforcement de l’isolation thermique ;
un renforcement des performances des équipements de
référence :
– chaudière à combustible fossile : chaudière basse température,
– chauffage électrique : panneau rayonnant,
– VMC en logement : – 25 % des déperditions (chauffage
électrique), – 10 % des déperditions (chauffage énergie
fossile),
1. Ponts thermiques : endroits où l’isolation est interrompue, notamment aux
jonctions mur/plancher, principales sources des déperditions de chaleur.
Pour les éviter, l’isolation doit être posée en continu, sans rupture.
20
Les exigences de la RT 2005
(En référence, une maison individuelle,utilisant aussi bien
l’électricité que les combustibles fossiles, est équipée de
2 m2 de capteurs solaires et un appartement utilisant l’électricité de 1 m2 de capteurs solaires.)
la prise en compte des consommations relatives à la
climatisation ;
la prise en compte des consommations relatives à l’éclairage
étendue au résidentiel.
Choix de conception
Cette réglementation étant basée sur un renforcement de la performance énergétique globale du bâtiment, la maîtrise
d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre gardent la liberté de choisir
les solutions les mieux adaptées pour atteindre la performance
globale exigée. Elles ont la possibilité d’opter entre plusieurs
éléments intervenant sur les performances thermiques. De plus,
le travail sur la conception est mieux pris en compte dans les
méthodes de calcul de la RT 2005. Ainsi, un concepteur qui
21
ET À LA RT EXISTANT
2
LES LABELS ASSOCIÉS À LA RT 2005
– référence particulière pour les pompes à chaleur ;
la valorisation de la construction bioclimatique, qui permet
de diminuer les besoins de chauffage et d’assurer un
meilleur confort d’été :
– 40 % des baies vitrées au sud et 20 % au nord, à l’est et à
l’ouest (en maison individuelle),
– valorisation des efforts de conception sur l’environnement
climatique du bâtiment : dispositifs architecturaux, casquettes au sud, masques plus lointains…,
– matériaux à forte inertie thermique,
– toitures végétalisées ;
la valorisation des énergies renouvelables par une meilleure
prise en compte des :
– chaudières bois,
– capteurs solaires thermiques et photovoltaïques,
– pompes à chaleur,
Labels d’efficacité énergétique
implante les ouvertures principales au sud est de facto valorisé,
ce qui n’était pas le cas dans la RT 2000. Le surcoût induit par
le renforcement de la réglementation est en général de l’ordre
de 2 %, pourcentage qu’il faut comparer aux économies
d’énergie qui seront d’au moins 15 % par rapport à un bâtiment
construit selon la RT 2000.
Le label HPE et ses déclinaisons
Les maîtres d'ouvrage et promoteurs, obtenant des résultats
encore plus performants que les exigences de la réglementation
thermique, peuvent les valoriser au moyen de l’un des cinq
niveaux de performance du label HPE, dont les contenus sont
détaillés dans un arrêté du 27 juillet 2006. On distingue :
le label HPE (Haute performance énergétique) : consommation globale d’énergie inférieure de 10 % à la consommation
de référence RT 2005 ;
le label THPE (Très haute performance énergétique) : consommation globale d’énergie inférieure de 20 % à la consommation de référence RT 2005 ;
le label HPE EnR (HPE Énergies renouvelables) : niveau du
label HPE et besoins en chauffage assurés à plus de 50 % par
une chaudière bois-énergie (ou biomasse) ou un réseau de
chaleur alimenté à plus de 60 % par des énergies
renouvelables ;
le label THPE EnR (THPE Énergies renouvelables) : consommation globale d’énergie inférieure de 30 % à la consommation de référence RT 2005 et l’une des conditions
suivantes remplies :
– plus de 50 % des besoins d’eau chaude sanitaire couverts
par du solaire thermique et plus de 50 % des besoins en
chauffage couverts par une chaudière bois-énergie (ou
biomasse) ou un réseau de chaleur alimenté à plus de
60 % par des énergies renouvelables,
22
Le label HPE et ses déclinaisons
SHON (surface hors œuvre nette)
– plus de 25
d’énergie primaire couverts par une d’énergie électrique
utilisant une énergie renouvelable ou plusieurs,
– bâtiment équipé d’une pompe à chaleur performante
(coefficient de performance [COP] > 3,5),
– plus de 50 % des besoins d’eau chaude sanitaire d’un
immeuble collectif couverts par du solaire thermique ;
le label BBC (Bâtiment basse consommation) : consommation énergétique globale égale ou inférieure à 50 kWh/an.m2,
niveau pondéré selon l’altitude et la zone climatique, soit
entre 40 et 75 kWh/m2.an. L’obtention du niveau BBC peut
être validée par le label Effinergie (voir p. 51).
Il va de soi que les bâtiments labellisés, notamment THPE et
BBC, ont une valeur patrimoniale et marchande plus élevée
que les autres.
Demande d’un label HPE
Les labels sont délivrés par un organisme certificateur accrédité
par le Cofrac (Comité français d’accréditation) ou par un autre
organisme d’accréditation ayant signé un accord dans le cadre
de la coordination européenne des organismes d’accréditation.
Pour le moment, le label HPE, quel que soit son niveau, n’est
délivré qu’aux bâtiments faisant l’objet d’une certification portant sur la sécurité, la durabilité et les conditions d’exploitation
des installations de chauffage, de production d’eau chaude
sanitaire, de climatisation, d’éclairage ou encore sur la qualité
globale du bâtiment. Le label est délivré à la demande du maître d’ouvrage ou de toute personne qui se charge de la construction du bâtiment avec l’accord du maître d’ouvrage. Les
frais de procédure inhérents à l’attribution du label sont à la
charge de la personne qui en fait la demande.
23
2
ET À LA RT EXISTANT
kWh/m2
LES LABELS ASSOCIÉS À LA RT 2005
– plus de 50 % des besoins d’eau chaude sanitaire et de
chauffage couverts par du solaire thermique,
Labels d’efficacité énergétique
Le dossier de demande du label Haute performance énergétique doit comporter notamment :
les plans et métrés décrivant le ou les bâtiments ;
les hypothèses et résultats des calculs de performance de
chacun des bâtiments : consommation conventionnelle
d’énergie et température conventionnelle atteinte en été ;
les hypothèses et résultats des calculs de performance de la
référence de chacun des bâtiments : consommation conventionnelle d’énergie de référence, consommation maximale et
température conventionnelle atteinte en été de référence ;
les hypothèses et résultats des calculs de la consommation
conventionnelle d’énergie pour le chauffage, le refroidissement et la production d’eau chaude sanitaire de chacun des
bâtiments ;
les hypothèses et résultats des parts d’énergie renouvelable
utilisées ou produites, ou le coefficient de performance
annuel des pompes à chaleur, comme défini dans les différents niveaux de labels ;
les références précises et la version du logiciel de calcul
utilisé ;
la performance thermique des éléments de construction au
regard des exigences minimales prévues par l’arrêté du
24 mai 2006.
Délivrance d’un label HPE
L’organisme qui délivre le label Haute performance énergétique procède à certains contrôles en phase études et en phase
chantier, dont les modalités peuvent être adaptées, s’il s’agit de
bâtiments produits en série, sur la base d’un descriptif type.
En phase études, l’organisme vérifie que les performances thermiques du bâtiment, ainsi que celles des matériaux, produits,
ouvrages et équipements satisfont aux critères d’attribution du
label. Il vérifie, par sondage, que les hypothèses et données de
calcul des performances thermiques correspondent aux données du projet. Les vérifications portent sur les caractéristiques
24
Le label HPE et ses déclinaisons
En phase chantier, le demandeur communique à l’organisme de
contrôle toutes les modifications apportées au projet initial et le
calcul de leur incidence sur les performances thermiques.
L’organisme vérifie à nouveau que les performances thermiques du bâtiment, des matériaux, produits, ouvrages et équipements satisfont aux critères d’attribution du label. Il vérifie
aussi in situ l’exposition du bâtiment et les conditions d’environnement prises en compte dans les calculs. Il contrôle, par
sondage, la conformité et la bonne mise en œuvre des produits,
matériaux et équipements utilisés (isolants thermiques,
ouvrants, installations de chauffage, de production d’eau
chaude sanitaire, de ventilation). Il signale les éléments qui
présentent des caractéristiques manifestement inappropriées.
Label HPE et bonification du COS
Les communes peuvent, par simple décision du conseil municipal, autoriser un dépassement du COS (coefficient d’occupation des sols), dans la limite de 20 % pour les constructions
économes en énergie, c’est-à-dire permettre la construction de
20 % de surface supplémentaire par rapport au plan local
d’urbanisme.
Les constructions éligibles à cette bonification sont celles qui
répondent au label THPE EnR ou BBC.
25
ET À LA RT EXISTANT
2
LES LABELS ASSOCIÉS À LA RT 2005
dimensionnelles significatives et les performances des produits,
matériaux et équipements concourant à l’isolation thermique,
aux apports de chaleur et au confort d’été, à la perméabilité à
l’air, à la ventilation, au chauffage, à la production d’eau
chaude sanitaire, à la climatisation et à l’éclairage. L’organisme
signale au demandeur les incohérences manifestes en matière
de confort, de durabilité et d’entretien des ouvrages et équipements. Il vérifie que les modalités de calcul des performances
thermiques garantissent la justesse des résultats présentés.
L’organisme peut demander la réalisation de calculs complémentaires.
Labels d’efficacité énergétique
Les maisons individuelles neuves doivent présenter une consommation d’énergie inférieure de 20 % par rapport à la
RT 2005 et faire appel à une énergie renouvelable : bois ou
photovoltaïque ou eau chaude solaire ou pompe à chaleur.
Les bâtiments existants faisant l’objet d’une extension doivent
renforcer l’isolation de la partie existante, notamment la toiture, et faire appel à une énergie renouvelable pour la partie
existante et l’extension : bois, photovoltaïque, eau chaude
solaire ou pompe à chaleur.
La production de photovoltaïque doit être supérieure à 25 kWh/m2
SHON ou bien la surface de capteurs doit être supérieure ou
égale à 10 % de la SHON.
La production d’eau chaude solaire doit couvrir au moins 50 %
des besoins ou la surface de capteurs thermique doit représenter 3 m2 du logement.
Les labels HPE associés à la RT Existant
Deux réglementations pour les rénovations
La réglementation thermique des bâtiments existants présente
la particularité de distinguer deux catégories de rénovation,
déterminées en fonction de l’importance des travaux entrepris
par le maître d’ouvrage.
La réglementation « élément par élément » s’applique, depuis
le 1er novembre 2007, à tous les bâtiments construits avant
1948, aux superficies inférieures à 1 000 m2 et/ou aux rénovations dont le montant des travaux est inférieur à 25 % du coût
de la construction. Des performances minimales, définies dans
l’arrêté du 3 mai 2007, sont imposées aux produits ou aux
équipements nouvellement installés ou remplacés à l’occasion
de travaux de rénovation ou de réhabilitation ayant un lien avec
la thermique. Ces exigences s’appliquent aux éléments consti-
26
Les labels HPE associés à la RT Existant
Labels énergétiques et rénovation
À l’instar des labels énergétiques performanciels associés à la
réglementation thermique des bâtiments neufs, des labels énergétiques associés à la réglementation thermique appliqués aux
bâtiments existants commencent à voir le jour.
Depuis fin 2008, l’organisme certificateur Promotelec propose
le label Rénovation énergétique, destiné à aider les propriétaires qui ont un projet de rénovation thermique, totale ou partielle, de leur logement. À la demande du propriétaire, un
expert en rénovation, référencé par Promotelec, peut aider à
déterminer le niveau de performance énergétique et les travaux
à réaliser pour y parvenir. Le label certifie la performance énergétique finale conventionnelle du logement, le niveau d’émission de CO2 et mesure ainsi le potentiel d’économies pouvant
être réalisé. (Voir labels Promotelec p. 80.)
Depuis septembre 2009, l’organisme certificateur Cequami
propose la certification Maison rénovée pour répondre aux
enjeux actuels de la rénovation énergétique. Elle porte sur trois
types d’exigences : l’organisation du professionnel, la qualité
27
ET À LA RT EXISTANT
La réglementation « globale » s’applique, depuis 2008, aux
bâtiments achevés après 1948, de plus de 1 000 m2 et faisant
l’objet de travaux de réhabilitation importants : plus de 25 % de
la valeur du bâtiment hors foncier. La réglementation définit un
objectif de performance globale pour le bâtiment rénové. Avant
d’engager une réhabilitation de cette ampleur (> 1 000 m2), le
maître d’ouvrage doit réaliser une étude de faisabilité technique et économique des diverses solutions énergétiques : énergies renouvelables, réseau de chauffage, pompes à chaleur,
chaudières à condensation, cogénération…
2
LES LABELS ASSOCIÉS À LA RT 2005
tutifs de l’enveloppe du bâtiment et aux systèmes de chauffage,
de production d’eau chaude sanitaire, de refroidissement, de
ventilation et d’éclairage ainsi qu’aux systèmes de production
d’énergie utilisant une source d’énergie renouvelable.
Labels d’efficacité énergétique
des services, la qualité des maisons rénovées. Elle est caractérisée par trois atouts majeurs : un interlocuteur unique sachant
coordonner tous les intervenants pour atteindre l’objectif global défini avec le maître d’ouvrage ; une évaluation exhaustive
de l’existant permettant de prendre en compte les spécificités
de la maison ; un contrôle de la performance énergétique obtenue à la suite des travaux avant de délivrer le certificat. (Voir
certification NF Maison individuelle p. 76.)
Deux autres labels sont en cours d’expérimentation, le label
HPE Rénovation et le label BBC Rénovation, qui seront délivrés par l’association Effinergie. Ces labels Rénovation seront
accordés sur les critères de niveau de consommation et de
mesure de perméabilité du bâtiment. Les niveaux à atteindre
annoncés sont, pour le label HPE dans le résidentiel, une consommation moyenne inférieure à 150 kWh/m2.an (non définie
pour le tertiaire) et, pour le label BBC dans le résidentiel, une
consommation moyenne inférieure à 80 kWh/m2.an et, pour le
tertiaire, la consommation énergétique globale doit être inférieure de 40 % à la consommation conventionnelle de référence
de la RT 2005. (Voir label BBC-Effinergie p. 51.)
Création d'un label Haute performance énergétique rénovation (JO du 1er octobre 2009)
Pour les bâtiments construits après le 1er janvier 1948
et ayant fait l'objet de travaux de rénovation thermique.
Lors de rénovation thermique de bâtiments d'habitation,
on distingue deux niveaux : le label HPE rénovation et le
label BBC Rénovation.
La RT 2012 à l’étude
Tous ces labels sont l’occasion de tester les solutions techniques nécessaires à la réalisation de bâtiments basse consommation, qui seront la nouvelle référence de la RT 2012. Par
anticipation, les bâtiments publics et tertiaires devront être
BBC dès fin 2010. La filière doit préparer et tester des solutions
28
La RT 2012 à l’étude
Les bâtiments basse consommation vont, à l’avenir, devenir
encore plus performants au plan énergétique. Les bâtiments
dits à énergie zéro auront à peine besoin d’être chauffés et produiront eux-mêmes l’énergie qu’ils consomment. Les bâtiments dits à énergie positive doivent présenter une
consommation d’énergie inférieure à la quantité d’énergie
qu’ils produisent à partir de sources renouvelables. Ils assurent
leurs propres besoins énergétiques et l’énergie non consommée
alimente d’autres immeubles ou bâtiments, ou bien elle est
réinjectée dans le réseau. Tous les usages de l’énergie sont
alors pris en compte, y compris les usages électro-domestiques,
sachant que ces derniers peuvent représenter dans un logement
basse consommation environ 60 kWhep/m2.an. Pour atteindre
29
ET À LA RT EXISTANT
La RT 2012 augmentera les exigences réglementaires de façon
à pouvoir atteindre petit à petit l’objectif fixé à moins de 40 %
de consommation d’énergie en 2020. On devrait connaître un
renforcement des exigences :
pour une enveloppe encore plus étanche, avec notamment
une réduction significative ou un traitement complet des
ponts thermiques (isolation par l’extérieur, isolation
répartie) ;
pour des équipements encore plus performants avec, en référence, la chaudière à condensation (énergies fossiles), la
pompe à chaleur (chauffage électrique) ;
pour poursuivre le développement des énergies renouvelables, notamment en introduisant en référence une part de
chauffage en énergie renouvelable ou en bioénergie.
2
LES LABELS ASSOCIÉS À LA RT 2005
acceptables architecturalement et économiquement dans la
perspective de ce renforcement de la réglementation thermique
actuelle. Notamment, les professionnels doivent expérimenter
les solutions techniques qui permettront la réalisation de bâtiments consommant donc moins de 50 kWh/m2.an, la rénovation banalisée de bâtiments avec une performance énergétique
aussi proche que possible de celle des bâtiments neufs, jusqu’à
la réalisation de bâtiments à énergie positive.
Labels d’efficacité énergétique
l’énergie positive, il faut donc produire environ 110 kWhep/m2.an,
ce qui s’obtient avec 1 m2 de photovoltaïque pour 3,5 m2 de
surface habitable en zone méditerranéenne et pour 2 m2 de surface habitable dans le nord de la France.
Selon la volonté du Grenelle de l’environnement, à partir
de 2020, toutes les constructions neuves devront être des bâtiments à énergie positive. On devrait voir apparaître à terme de
nouveaux labels, tels que Bepas (Bâtiment passif) avec des
besoins de chauffage inférieurs à 15 kWh/m2.an et Bepos
(Bâtiment à énergie positive) avec en plus une production
d’énergie.
30
CHAPITRE
3
LES LABELS PASSIVHAUS,
MINERGIE ET EFFINERGIE
Pour obtenir l’un de ces labels, la maîtrise d’ouvrage et la maîtrise d’œuvre doivent respecter les exigences du référentiel
concerné puis faire certifier le niveau d’exigence atteint par un
organisme accrédité.
Ces exigences sont exprimées en termes d’objectifs à atteindre
et de seuils limites à ne pas dépasser, et non pas en termes de
moyens. Elles n’imposent ni les choix constructifs, ni les matériaux, ni les techniques, ni les énergies, afin de laisser toute
liberté de conception et d’innovation à la maîtrise d’œuvre
(architecte et ingénierie). Cependant, comme le montrent les
exemples de réalisations, les matériaux et techniques appliqués
se rejoignent, quel que soit le label sollicité.
Quelques dates
1996 : création du label Passivhaus, d’origine allemande.
1998 : création du label Minergie, d’origine suisse.
2006 : création du label Effinergie, français.
Les performances énergétiques, exprimées en kilowattheures
par mètre carré et par an, d’énergie primaire, atteintes par un
bâtiment labellisé Passivhaus ou Minergie ou Effinergie, ne
peuvent être comparées car les données prises en compte diffèrent, notamment :
les surfaces de référence ;
coefficient de conversion énergie primaire / énergie finale ;
les facteurs de pondération et les taux de conversion ;
33
ET EFFINERGIE
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
Les labels Passivhaus, Minergie et Effinergie ont pour vocation
d’encadrer et d’aider les maîtres d’ouvrage qui ont la volonté
de construire ou de rénover des bâtiments en les rendant particulièrement économes en énergie. Par leur démarche, ces maîtres d’ouvrage participent activement à la réduction des gaz à
effet de serre et, par conséquent, à la lutte contre le dérèglement climatique, ainsi qu’à la baisse des charges des ménages
et gestionnaires.
Labels d’efficacité énergétique
les usages (chauffage, eau chaude, ventilation, éclairage,
électroménager…).
Tous les bâtiments labellisés Passivhaus ou Minergie ou Effinergie ont, de toute façon, le mérite d’être à très basse consommation, même si un label peut être plus exigeant qu’un autre
sur certains critères.
Le surcoût d’investissement pour atteindre ces performances,
de l’ordre de 7 à 15 % par rapport à un bâtiment RT 2005, est
rapidement compensé par les économies de charges, induites
par les précautions prises au moment de la construction.
Ces trois labels peuvent être obtenus sur le territoire français :
le label Passivhaus est délivré par l’association, loi de 1901,
la Maison Passive France, www.lamaisonpassive.fr ;
le label Minergie est remis par l’ONG indépendante, soutenue
par les autorités suisses, Prioriterre, www.prioriterre.org ;
l’association Effinergie n’a pas pour vocation de délivrer
elle-même le label BBC-Effinergie. Elle s’appuie sur quatre
organismes certificateurs reconnus par l’État et accrédités
par le Cofrac :
– Cequami pour les maisons individuelles en secteur diffus ;
– Promotelec pour les logements collectifs et les maisons
groupées ou en secteur diffus ;
– Cerqual pour les logements collectifs et les
maisons groupées ;
– Certivéa pour les bâtiments tertiaires.
Le label suisse Minergie
Créé en 1996, le label suisse Minergie peut se prévaloir de
13 ans d’expérience et d’avoir été délivré à plus de 12 500 bâtiments neufs ou rénovés, principalement en Suisse mais aussi
en France, en Italie, au Luxembourg et en Allemagne. Ainsi, un
réseau de partenaires est maintenant spécialisé dans la mise en
œuvre de ce label : architectes, bureau d’études, conseils et
34
Le label suisse Minergie
Un bâtiment Minergie est caractérisé par trois principes de
base :
une enveloppe à isolation thermique renforcée et étanche à
l’air ;
une aération automatisée et économe en énergie ;
une production de chaleur à haut rendement et associée à
l’utilisation d’énergies renouvelables (bois, solaire).
Sa conception doit conduire à une réduction de la consommation d’énergie d’au moins un facteur deux par rapport aux exigences suisses légales actuelles.
Le label Minergie présente l’originalité, par rapport aux labels
Passivhaus et Effinergie, d’offrir le choix entre quatre niveaux
de performance :
Minergie standard ;
Minergie P : passif (2003) ;
Minergie Eco : écologique (2006) ;
Minergie P-Eco : passif et écologique.
Pour chaque catégorie de label Minergie, il existe :
des critères d’exigences ;
des critères d’exclusion ;
des critères d’évaluation ;
une méthode d’évaluation.
L’association Minergie est soutenue par l’ensemble des cantons
suisses et par la Confédération. La plus-value des bâtiments
labellisés, estimée entre 10 et 12 %, est reconnue par la plupart
des établissements bancaires suisses, qui acceptent alors un
prêt plus conséquent ou un taux d’intérêt négocié. Les bâtiments Minergie bénéficient aussi d’aides financières et d’un
35
ET EFFINERGIE
Le label Minergie peut s’appliquer, en neuf et en rénovation, à
tout type de bâtiment : individuel, collectif, tertiaire, commercial, industriel ; hôpital école, hôtel-restaurant, entrepôt…
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
assistants à la maîtrise d’œuvre, promoteurs et constructeurs,
entreprises du bâtiment, fabricants, installateurs…
Labels d’efficacité énergétique
bonus d’utilisation du sol pour certains cantons. En France, un
bâtiment Minergie donne l’opportunité d’augmenter le COS.
Un nouveau label Minergie BBC donnera accès à toutes les
aides inhérentes au label BBC.
Exigences et critères pour le label Minergie standard
Le référentiel de la certification Minergie de base fixe des
objectifs réalistes que des techniques et des matériaux actuels
éprouvés permettent d’atteindre sans difficulté et à des coûts
raisonnables. En revanche, les contraintes architecturales sont
souvent plus élevées.
Les principales exigences à respecter :
des exigences primaires pour l’enveloppe du bâtiment ;
un renouvellement de l’air au moyen d’une aération de type
double flux ;
une valeur limite de consommation pondérée en fonction de
la localisation (stations météo de référence) et de l’altitude ;
un justificatif du confort thermique d’été ;
des exigences supplémentaires suivant la catégorie de
bâtiment : éclairage, froid industriel et production de chaleur.
Les énergies renouvelables sont privilégiées dans le calcul
Minergie. En revanche, le rapport énergie primaire/énergie
finale pour l’électricité est compté double pour tenir compte
des pertes de production, en particulier celles des centrales
électriques utilisant des énergies non renouvelables.
Garanties assurées
La certification Minergie est une démarche de qualité globale
qui garantit :
36
une consommation en résidentiel inférieure, depuis 2009, à
38 kWh/m2.an d’énergie primaire en neuf et à 60 kWh/m2.an
en rénovation. Les consommations prises en compte sont
Le label suisse Minergie
En revanche, contrairement aux labels Passivhaus et Effinergie,
l’obtention du label Minergie standard ne requiert pas une vérification de la perméabilité à l’air. Les installations de chauffage, d’aération et de production de l’eau chaude doivent être
conçues en tant qu’équipements complémentaires. Et elles doivent, bien entendu, posséder de hauts rendements : ventilation
double flux avec récupération d’énergie, chaudière à condensation pour récupérer la chaleur latente des gaz de combustion,
production d’eau chaude solaire…
Énergie finale, énergie primaire
L’énergie finale est celle qui est consommée par l’utilisateur et affichée aux compteurs. L’énergie primaire prend
en compte les pertes de production et d’acheminement
jusqu’au bâtiment.
Exemples d’exigences techniques
Le bâtiment doit être pris en considération en tant que système
intégré : enveloppe et installations techniques.
Aération automatisée
Caractérisés par une forte isolation et une enveloppe étanche à
l’air, quasiment tous les types de bâtiments Minergie nécessitent un renouvellement d’air contrôlé et automatisé, afin de
garantir un air intérieur de qualité et préserver le bâti. Seuls les
bâtiments industriels et les dépôts peuvent éventuellement y
37
ET EFFINERGIE
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
celles liées au chauffage, à l’eau chaude, à la ventilation et à
la climatisation ;
un surinvestissement, induit par les performances à atteindre, limité au maximum à 10 % ;
la pose d’une plaque Minergie numérotée attestant la certification et, par conséquent, la valeur ajoutée du bâtiment (en
cas de revente) ;
en option, un suivi des consommations pendant trois ans
pour valider que la réalisation maintient ses performances et
un accompagnement aux comportements d’utilisation.
Labels d’efficacité énergétique
déroger. Même si Minergie n’impose pas de solution technique, on constate que, dans 90 % des cas, le système adopté est
une ventilation double flux avec récupération de chaleur.
Éclairage économe en énergie
Pour les bâtiments destinés à un usage autre que celui du logement (bureaux, école, commerce…) et dont la surface est supérieure à 500 m2, le justificatif de l’installation d’un éclairage
performant, selon la norme suisse SIA 380/4, est à fournir.
Eau chaude solaire
Les restaurants, les installations sportives et les piscines doivent couvrir 20 % de leurs besoins en eau chaude sanitaire par
une énergie renouvelable.
Rafraîchissement économe en énergie
Si les locaux sont climatisés (réfrigération, humidification, déshumidification), la consommation d’énergie est comprise dans
la valeur limite Minergie. Les installations de froid industriel,
pour les commerces et la restauration, sont soumises à des exigences de performances énergétiques en Suisse mais pas
encore en France.
Étiquette classe A
Sans que ce soit une réelle exigence, Minergie recommande que les logements soient équipés d’appareils
électroménagers dotés de l’étiquette énergie de
classe A.
Exigences et critères pour le label Minergie P
Le référentiel du label Minergie P intègre en grande partie les
critères des constructions passives : surisolation, étanchéité à
l’air contrôlée, ventilation double flux à haut rendement.
L’objectif premier est de réduire les besoins en énergie.
38
Le label suisse Minergie
MINERGIE
MINERGIE P
STANDARD
Énergies renouvelables
Recommandées
Nécessaires mais pas
exigées
Besoins en chaleur/
chauffage
90 % de la valeur limite 60% de la valeur limite
SIA*
SIA*
Étanchéité à l’air
Bonne
Contrôlée
Isolation thermique
15 à 20 cm
20 à 35 cm
Vitrages isolants
Doubles vitrages
Triples vitrages
Distribution de chaleur
Distribution
nelle
Appareils
électroménagers classe A
Recommandés
Exigés
Aération automatique
Exigée
Exigée
convention- Chauffage à air possible
si maximum 10 W/m2
*Réglementation thermique suisse
Le surcoût moyen d’une réalisation Minergie P par rapport à
une réalisation Minergie standard est en moyenne de 5 à 6 %.
Exigences et critères pour le label Minergie Eco
La construction doit être conforme à Minergie ou Minergie P.
Outre les paramètres de confort et de rendement énergétique,
les bâtiments certifiés Minergie Eco doivent répondent à des
exigences sanitaires et écologiques, qui sont elles aussi évaluées.
L’association Minergie met à disposition des professionnels
des standards de construction (Eco-baus), des fiches matériaux,
39
ET EFFINERGIE
CRITÈRES
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
La consommation d’énergie primaire doit être inférieure à
30 kWh/m2.an et les besoins en chauffage inférieurs à
15 kWh/m2.an. Le dimensionnement de la puissance de chauffage doit être inférieur à 10 W/m2. Le label Minergie P requiert
un test d’étanchéité à l’air.
Labels d’efficacité énergétique
des éco-devis facilitant la rédaction des appels d’offres Minergie
Eco…
Principaux critères sanitaires et écologiques
Lumière : grande proportion de lumière naturelle pour assurer un impact positif sur la santé.
Bruit : mesures de protection phonique réduisant la portée
des bruits extérieurs et intérieurs.
Air intérieur : mesures pour limiter les émissions de polluants, les émanations de radon et les rayonnements électromagnétiques.
Matières premières : privilégier les matières premières
locales facilement accessibles.
Fabrication : privilégier les bâtiments aux formes compactes, des volumes de matériaux moins élevés et des matériaux
ne demandant qu’une faible énergie à la fabrication (énergie
grise). Éviter les polluants nocifs pour l’environnement dans
les matériaux de construction. Ce critère est pondéré dans les
procédures d’évaluation par des facteurs de coût.
Déconstruction : faciliter la séparabilité des matériaux en
prévision de leur récupération lors d’une déconstruction.
Des critères supplémentaires permettent de collecter des points
de bonus, telles la réalisation de mesures la conformité de la
qualité de l’air ambiant ou la mise en œuvre des matériaux présentant des labels de qualité reconnue.
Critères d’exclusion
Les critères d’exclusion sont en général relatifs aux matériaux
qui ne sont pas compatibles avec une construction saine et écologique.
En matière de santé, dans les espaces principaux de vie
(bureaux, salles de classe, pièces d’habitation…), sont exclus
les biocides et les produits de traitement du bois, les produits
contenant des solvants, les matériaux dérivés du bois émettant
du formaldéhyde…
40
Le label suisse Minergie
Depuis 2007, la certification Minergie est délivrée en France
par l’association Prioriterre, une ONG indépendante, dont
l’objectif est la promotion des pratiques innovantes en matière
de développement durable. Prioriterre, structure de
25 personnes basée près d’Annecy en Haute-Savoie, a été retenue comme certificateur officiel pour le territoire français par
l’association suisse Minergie.
Prioriterre propose également des formations spécialisées à
destination des architectes, des bureaux d’études thermiques,
des responsables techniques et des professionnels du bâtiment,
sur les techniques constructives, les calculs thermiques et
l’optimisation technique et financière des bâtiments Minergie.
En France, un bâtiment neuf certifié Minergie aujourd’hui
répond déjà à la future réglementation thermique 2012 et à la
classe A de l’étiquette énergétique du DPE (diagnostic de performance énergétique), devenu obligatoire lors de la vente ou
de la location d’un bâtiment ou d’un logement.
Comment obtenir le label Minergie ?
Les demandeurs sont responsables de la conformité aux exigences.
Le maître d’ouvrage volontaire contacte Prioriterre pour
recevoir le cahier des charges Minergie et la liste des partenaires Minergie qui peuvent l’assister dans sa démarche.
Le maître d’ouvrage sélectionne un architecte qui s’entourera de compétences thermiques en adéquation avec la mission Minergie.
41
ET EFFINERGIE
Le label Minergie en France
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
En matière d’écologie sont exclus les matériaux de construction contenant des matériaux lourds, le béton recyclé, le bois
extra-européen sans certificat de production durable, les doubles vitrages de protection phonique avec remplissage au gaz
SF6, les mousses de montage et de remplissage…
Labels d’efficacité énergétique
La maîtrise d’œuvre assure le montage du dossier Minergie,
en détaillant :
– la conception du bâti respectant les exigences Minergie ;
– le calcul des déperditions thermiques justifiant les performances du bâtiment à l’aide d’un logiciel thermique
répondant au règlement Minergie ;
– le dimensionnement et le calcul des installations de chauffage et d’aération selon le justificatif Minergie.
42
Le maître d’ouvrage envoie le dossier à Prioriterre avant le
début des travaux, cosigné par la maîtrise d’œuvre.
Prioriterre examine le dossier et octroie, ou non, un label
Minergie provisoire. Le maître d’ouvrage peut alors lancer
les travaux.
Le maître d’ouvrage est tenu ensuite d’annoncer toute modification ayant une influence sur les besoins d’énergie (enveloppe, installations techniques) par rapport au dossier ayant
permis l’octroi du label provisoire.
La maîtrise d’œuvre doit avertir Prioriterre de l’engagement
des phases clés : isolation, ventilation, chauffage…
Prioriterre réalise de façon aléatoire un ou des contrôles sur
le chantier pour vérifier la réalité des solutions techniques
proposées : matériaux de construction, isolation (natures,
épaisseurs), baies vitrées (vitrages, menuiseries), traitement
des ponts thermiques, installation de chauffage, installation
d’aération… Ce sont 10 % des chantiers qui sont visités et
chaque visite le chantier fait l’objet d’un rapport envoyé au
maître d’ouvrage.
Dès notification de l’achèvement du chantier, Prioriterre
remet le label Minergie définitif et pose une plaque Minergie
numérotée attestant la certification.
En option : suivi des consommations pendant trois ans pour
valider que la réalisation est en accord avec le dossier technique initial et accompagnement aux comportements d’utilisation par Prioriterre.
Le label allemand Passivhaus
Une liste de questions informatisée est utilisée pour l’évaluation. Des points sont attribués automatiquement aux questions
ayant reçu la réponse « oui ». À chaque critère correspond un
total de points. L’importance d’une question pour un objet
déterminé est intégrée dans l’outil informatique, ce qui détermine le nombre maximal de points possibles. Le degré de conformité d’un critère est le rapport entre le nombre de points
obtenus et le nombre maximal de points. On peut répondre par
« oui » à une question dès que cette réponse est pertinente à
80 %.
Coût de la certification
Minergie – Prioriterre avec suivi sur trois ans :
2 500 € HT.
Minergie classique sans suivi : 1 250 € HT.
Surcoût de l’option Minergie P avec suivi sur trois ans :
1 000 € HT.
Surcoût de l’option Minergie P sans suivi : 1 000 € HT.
Conditions de règlement
40 % lors du dépôt du dossier.
40 % lors de l’attribution du certificat provisoire.
20 % lors de l’attribution du certificat définitif.
Le label allemand Passivhaus
Créé en 1990, le label allemand Passivhaus est devenu le standard européen des maisons et bâtiments passifs. Il évolue régu-
43
3
ET EFFINERGIE
Les procédures d’évaluation se basent sur l’auto-déclaration et
se font en deux étapes : phases d’avant-projet et de projet ;
appel d’offres et réalisation. La procédure globale est applicable à toutes des catégories de bâtiments. Il existe une procédure
de justification simplifiée pour les bâtiments d’habitation d’une
surface inférieure à 500 m2.
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
Méthode d’évaluation
Labels d’efficacité énergétique
lièrement en intégrant de nouvelles données fournies par le
Passiv Haus Institut (PHI), qui réalise en permanence des
recherches destinées à rendre plus aisé et moins coûteux ce
type de construction. Le label Maison Passive/Passivhaus est
délivré, via des associations comme La Maison Passive France,
dans tous les pays de l’Union européenne, exception faite de
Malte. En 2009, on compte 17 000 constructions passives en
Europe, dont plus de la moitié en Allemagne. Leur nombre
double presque chaque année.
Le label Maison Passive/Passivhaus s’applique, en neuf ou en
rénovation, aux maisons individuelles, logements collectifs et
individuels groupés, bâtiments d’enseignement, immeubles de
bureaux, bâtiments publics…
Le principe de base d’une maison passive est de réduire, en
amont, au maximum les besoins énergétiques, le but étant de
construire un habitat capable de se chauffer sans avoir recours à
un système indépendant de chauffage. Le concepteur doit, par
conséquent, chercher à minimiser les déperditions thermiques
et concevoir le bâtiment de manière à ce qu’il puisse exploiter
de façon optimale la chaleur issue du rayonnement solaire,
ainsi que celle émise par les habitants, ou les usagers, et leurs
activités. La construction très basse consommation, doit toutefois rendre la maison, ou le bâtiment, confortable hiver comme
été.
Aujourd’hui, les constructions passives à très basse énergie qui
sont conçues consomment 90 % d’énergie de chauffage de
moins qu’une construction existante et 75 % de moins qu’une
maison nouvellement construite. L’installation d’un système de
chauffage conventionnel devient alors inutile.
Un bâtiment Passivhaus est caractérisé par trois principes de
base :
des besoins en chauffage minimisés à l’extrême ;
une enveloppe très étanche ;
une faible consommation en énergie primaire totale.
44
Le label allemand Passivhaus
Toute construction existante peut, elle aussi, être transformée
en bâtiment passif ou, au moins, s’en rapprocher. Une rénovation à base de composants passifs permettra, au pire, de diviser
sa facture de chauffage par quatre, au mieux, d’atteindre le
standard passif. La rénovation passive peut s’appliquer à tout
type de bâtiment, quelles que soient son année de construction
et son architecture. Les économies sont particulièrement notables dans le cas d’immeubles des années 1970, actuellement les
plus gourmands en énergie du parc immobilier car mal isolés.
Les moyens mis en œuvre peuvent se traduire par une isolation
par l’extérieur pour supprimer les ponts thermiques, la pose de
fenêtres à triple vitrage, l’installation d’une ventilation double
flux avec une récupération de chaleur, etc.
Exigences et critères
Le cahier des charges du label Maison Passive repose sur trois
exigences énergétiques précises (et non négociables).
Des besoins en chauffage inférieurs à 15 kWh/m2.an
Cette exigence de 15 kWh/m2 annuels maximum en énergie
utile(1) pour le chauffage est identique quels que soient l’altitude, la zone climatique et le mode constructif. Elle est valable
de la latitude 40˚ nord à la latitude 60˚ sud, c’est-à-dire dans
toute la zone qui s’étend de Madrid à Stockholm et de Moscou
1. Énergie de chauffage réellement disponible après toutes les étapes de transformation.
45
ET EFFINERGIE
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
Une maison passive est avant tout une construction très bien
isolée, très étanche à l’air, dotée d’une ventilation double flux à
haute récupération de chaleur, qui renouvelle l’air intérieur en
permanence, et qui est construite avec soin. L’objectif principal
est de consommer le moins possible, non de se donner bonne
conscience en compensant les consommations d’énergie par
une production photovoltaïque d’électricité (revendue au
réseau).
Labels d’efficacité énergétique
à Dublin, contrairement aux autres labels qui pondèrent selon
les zones et les altitudes.
Étanchéité de l’enveloppe
Le débit de fuite maximal de 0,6 v/h pour une différence de
pression de 50 Pa entre l’intérieur et l’extérieur. Une étanchéité
à l’air renforcée limite les déperditions parasites d’air chaud,
qui dans une maison passive doivent être inférieures à 0,6 fois
le volume de l’enveloppe par heure. Le label n’est délivré
qu’après un contrôle de cette valeur au moyen d’un système
Blower Door® ou test de la porte.
Test de la porte
Pour quantifier la perméabilité à l’air d’un bâtiment, une
surpression est créée afin de produire une différence de
pression, entre l’intérieur et l’extérieur, de 50 Pa, équivalant à un vent modéré à fort sur les quatre faces du
bâtiment. La « dépressurisation » se fait progressivement par paliers de 10 Pa et les débits de fuite sont
mesurés à hauteur de chaque palier. Les entrées et sorties d’air du logement sont obstruées, les siphons d’évacuation sont remplis d’eau. Les portes intérieures
doivent en revanche rester ouvertes. Le logement est
alors mis en dépression à l’aide d’un ventilateur intégré
à une porte d’entrée temporaire (système Blower
Door®).
Une consommation en énergie primaire inférieure
à 120 kWh/m2.an en résidentiel
Les usages pris en compte pour calculer la consommation
annuelle en énergie primaire totale sont : le chauffage, l’eau
chaude sanitaire, la ventilation, l’éclairage, les auxiliaires (par
exemple, les pompes) et électroménager. Les appareils ménagers doivent donc, eux aussi, être économes en énergie.
Renseignements à fournir dans le non-résidentiel
Chauffage : besoin de chaleur, pertes de stockage, distribution, ventilation en hiver. Exigence : consommation
en énergie primaire inférieure à 35 kWh/m2.an.
46
Le label allemand Passivhaus
Éclairage : besoin en électricité, commande.
Consommations autres : ascenseurs, informatique, téléphonie.
Appareils de bureau, appareils de cuisine, machines,
etc.
Substitution par des énergies renouvelables : production d’électricité par énergies renouvelables (photovoltaïque, éolien, etc.). Électricité produite de manière
renouvelable, non déduite de la valeur de consommation en énergie primaire.
Autres critères à respecter
La puissance de chauffage est limitée à 10 W/m2.
Le surcoût par rapport à un bâtiment standard ne doit pas
excéder 10 à 25 % pour le résidentiel, et 7 à 15 % pour le
non-résidentiel.
Méthode de validation
Pour obtenir le label, la construction doit avoir été conçue en
utilisant l’outil de conception Maison Passive PHPP (Passive
House Planning Package), qui permet de s’assurer qu’elle respectera les très faibles consommations énergétiques recherchées. Le PHPP comprend un logiciel simple d’utilisation et un
manuel très détaillé. Il permet aux concepteurs d’affiner le
cahier des charges d’un bâtiment en vue d’atteindre la norme
Maison Passive/Passivhaus. Le label est attribué après avoir
recalculé les données PHPP et le Blower Door®, test final qui
contrôle l’étanchéité à l’air de la construction.
47
ET EFFINERGIE
Eau chaude sanitaire (ECS) : besoin en ECS, pertes de
stockage et de distribution, auxiliaires pour la distribution, mise à disposition (réseau solaire inclus).
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
Rafraîchissement passif : auxiliaires électriques, ventilation en été, systèmes d’ombrage. Exigence : recours à
la climatisation active réduit au maximum.
Labels d’efficacité énergétique
Exemples de solutions techniques
Solarisation
Dans la mesure du possible, le plus grand pourcentage de surface de baies vitrées doit être orienté au sud afin d’optimiser la
récupération des apports passifs du soleil, en hiver, et de
réduire ainsi les besoins en chauffage. Par conséquent, le séjour
doté d’une grande porte-fenêtre sera orienté en général en
façade sud. En hiver, le soleil, bas sur l’horizon, peut aisément
pénétrer dans le logement ; en été, il est presque à la verticale et
il est alors facile de lui faire obstacle, par exemple au moyen
d’une casquette maçonnée ou d’un balcon. À la mi-saison, il
faut associer protections solaires fixes et mobiles. Néanmoins,
il est tout à fait possible d’obtenir une maison passive même si
elle n’est pas orientée au sud, en optimisant d’autres paramètres (types d’isolants, vitrages…).
Absence de système de chauffage indépendant
La limite à 15 kWh/m2.an pour les besoins de chauffage (et de
climatisation) a été retenue à la suite des expériences qui ont
montré que l’air comme fluide caloporteur peut être utilisé pour
respecter cette valeur, ce qui permet de s’affranchir d’un système indépendant de chauffage. Les apports solaires et internes
suffisent pour maintenir une température confortable, et ce,
tout au long de l’année. C’est pourquoi les maisons passives
sont aussi appelées les « maisons sans système de chauffage ou
de climatisation indépendant ».
Isolation renforcée
Pour renforcer l’isolation de l’enveloppe, il est recommandé
d’employer des matériaux d’isolation dont le coefficient Uw
est inférieur à 0,10 W/m2.K. De même, les ouvrants (fenêtres et
portes) doivent posséder un U au plus égal à 0,8 W/m2.K avec
un facteur solaire de 50 % pour les fenêtres.
48
Le label allemand Passivhaus
Classe A
Le niveau d’efficacité énergétique des appareils électroménagers atteint en général la classe A.
Le label Passivhaus en France
Le label allemand Passivhaus est développé en France par La
Maison Passive France, association loi 1901, dont l’objet est de
promouvoir le concept de construction passive, selon la définition européenne du standard de maison « passive » certifiée par
l’institut Passiv Haus de Darmstadt (Allemagne).
Son objectif est d’encourager la mise en place d’une filière de
construction de maisons passives en France, de manière indépendante, en y associant tous les acteurs de la construction,
qu’ils soient professionnels ou particuliers. Ainsi, La Maison
Passive France regroupe des architectes, bureaux d’études,
constructeurs, fabricants… et maître d'ouvrage qui s’attachent
à multiplier les constructions durables selon le standard européen Maison Passive. Ceux-ci innovent dans les domaines de la
conception et de la construction, et mènent à bien des projets
dans le neuf ou dans le parc existant. Ils s’engagent à respecter
les principes du standard Maison passive et veillent à la plus
grande qualité d’exécution.
49
3
ET EFFINERGIE
La température de l’air entrant dans les pièces ne doit pas, en
hiver, descendre en dessous de 17 ˚C pour servir de vecteur de
chauffage. L’installation d’un système de ventilation double
flux avec récupérateur de chaleur est, par conséquent, quasi
systématique. La récupération de chaleur sur l’air extrait doit
atteindre 70 à 90 %. L’air neuf devient alors le vecteur de
chauffage. Le niveau sonore du système ne peut excéder
25 décibels. La ventilation doit permettre une circulation d’air
uniforme dans toutes les pièces et respecter les règles
d’hygiène de renouvellement d’air.
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
Ventilation double flux
Labels d’efficacité énergétique
En 2009, on compte plus d’une centaine de constructions passives en France, qui sont des maisons mais aussi des immeubles
collectifs, deux bâtiments tertiaires, une bibliothèque, des crèches… ainsi que quelques rénovations passives.
La Maison Passive France
se donne cinq objectifs principaux
• développer le concept de maison passive ;
• diffuser l’information et les savoir-faire concernant la
construction passive, notamment sur les bâtiments
construits et les expériences de leurs habitants ;
• former à la construction passive ;
• contrôler
passive ;
et
labelliser
les
constructions
Maison
• soutenir le concept européen de maison passive et ses
trois critères :
– besoins de chauffage < 15 kWh/m2.an,
– étanchéité de l’enveloppe n50 ≤ 0,6 h-1,
– énergie primaire consommée < 120 kWh/m2.an.
Une maison passive construite en France doit respecter les exigences de la RT 2005 mais elle sera beaucoup plus performante
énergétiquement. Elle consommera environ huit fois moins.
Obtenir le label Passivhaus en France
Les documents nécessaires à la validation du label Maison Passive doivent être soumis à l’examen pendant la phase de conception, afin que des corrections ou des suggestions puissent
être apportées le plus tôt possible. Si le concepteur est inexpérimenté en matière de construction passive, La Maison Passive
France peut le conseiller et, si nécessaire, assurer un suivi
jusqu’à l’aboutissement du projet.
La dernière version française du PHPP (Passive House Planning Package), logiciel et manuel, est distribuée par La Maison
passive France. L’association dispense aussi des formations par
50
Le label français BBC-Effinergie
En investissement, la construction d’une maison passive coûte
entre 10 et 25 % de plus qu’une maison traditionnelle similaire.
Cependant, les économies obtenues par l’absence de système
de chauffage permettent d’investir davantage dans l’isolation et
dans une ventilation à haut rendement énergétique. Si l’on considère le coût global d’une construction, le concept de construction selon le standard Maison passive s’avère nettement
plus rentable dans le temps que d’autres constructions dont
l’investissement initial est plus « léger ».
Le coût de la labellisation varie de 900 à 1 500 € pour une maison individuelle et le Blower Door® test revient à environ
500 €. Par ailleurs, une maison passive consomme 90 %
d’énergie de chauffage en moins : on n’y dépense plus que 10 à
25 € par mois en chauffage, quels que soient le mode de construction et la situation géographique, tandis qu’une maison traditionnelle équivalente nécessitera une dépense de 100 à 250 €
par mois en chauffage.
Le label français BBC-Effinergie
Le référentiel BBC a été mis au point par Effinergie, association à but non lucratif ayant pour objectif la promotion des
constructions à basse énergie. Ses membres fondateurs sont des
professionnels du bâtiment (CSTB), de la finance (Caisse des
dépôts et Banque populaire), de la formation (Cefim), des associations régionales de promotion de la maîtrise de l’énergie
(Ajena, RAEE), le collectif Isolons la Terre, ainsi que des
Régions. Dès l’origine, les Régions Alsace, Franche-Comté,
51
ET EFFINERGIE
Coût d’une maison passive
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
groupes d’une quinzaine de personnes, soit pour une initiation
à la construction passive et au calcul de l’enveloppe, soit pour
une formation plus approfondie au calcul PHPP. Des cours sont
organisés toute l’année, dans toute la France
Labels d’efficacité énergétique
Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes se sont mobilisées afin
de mutualiser et de mettre en valeur les démarches régionales,
et de fédérer les professionnels de la construction et les collectivités locales.
Créé en mai 2007, le label français BBC-Effinergie est la marque de promotion du label officiel Bâtiment basse consommation énergétique, BBC 2005, mis en place par l’arrêté du
8 mai 2007 (JO du 15 mai 2007). Ainsi, l’obtention du niveau
BBC (Bâtiment basse consommation) peut être validée par le
label BBC-Effinergie. La finalité affichée par ce label désignant
les Bâtiments basse consommation (label BBC) est la division
des dépenses énergétiques par quatre par rapport à la consommation actuelle.
En janvier 2009, on comptait comme projets labellisés :
12 maisons individuelles, 23 maisons individuelles groupées,
18 logements collectifs. Étaient en cours de labellisation :
821 logements individuels, 6 479 logements collectifs, un écoquartier, 14 bureaux (124 000 m2), une crèche, 15 opérations
pilotes en rénovation. BBC-Effinergie devient la référence
française des bâtiments à très faible consommation d’énergie.
Pourquoi avoir créé un label français au lieu de, tout simplement, importer les référentiels Minergie et Passivhaus ? Parce
que le label Effinergie tient compte des spécificités françaises
en termes de réglementations et de normes, de zones climatiques, de modes de construction… À l’inverse des pays du centre et du nord de l’Europe, il est impossible en France de
soutenir un standard unique sans prendre en compte les différences climatiques propres à l’Hexagone. Une construction sur
la Côte d’Azur ne peut avoir les mêmes standards énergétiques
que dans le Nord ou dans les Alpes. L’isolation ne se fait pas à
partir des mêmes exigences d’économie d’énergie. L’implication des Régions dans le projet était, par conséquent, d’autant
plus nécessaire pour assurer une information sur les spécificités
de leur parc immobilier. En outre, disposant d’une véritable
52
Le label français BBC-Effinergie
• fédérer l’ensemble des acteurs impliqués autour de la
filière de la construction pour l’optimisation énergétique des bâtiments ;
• faire évoluer les référentiels avec ces mêmes acteurs ;
• piloter et coordonner les échanges ;
• gérer une communication nationale pour rendre lisible
et identifiable le concept BBC par l’ensemble des
acteurs ;
• assurer la validation par rapport aux référentiels et la
labellisation des constructions ayant atteint le niveau
BBC ;
• permettre d’avoir une meilleure compréhension du
marché, faciliter la lecture par secteur, mobiliser les
acteurs, avec l’aide des collectivités locales ;
• sensibiliser les banques.
Dans le cadre du Prebat, Programme de recherche et d’expérimentation sur l’énergie dans le bâtiment, l’Ademe soutient des
opérations exemplaires. Plus de 250 projets démonstrateurs ont
été sélectionnés représentant près de 2 200 logements et
105 bâtiments tertiaires correspondant à 170 000 m2 (bureaux,
établissements de santé, d’enseignement et d’hébergement).
Soixante d’entre eux portent en totalité ou en partie sur la réhabilitation de bâtiments existants. Tous les projets sont BBC et
quatre sont à énergie positive.
En juin 2009, l’association Effinergie a pris la décision de
développer, en partenariat avec l’Ademe et la Direction de
l’habitat, de l’urbanisme et des paysages du ministère du Développement durable, un observatoire des projets BBC. Cet
53
ET EFFINERGIE
Les principales missions de l’association Effinergie
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
assise juridique, le label BBC-Effinergie ouvre droit aux avantages français liés aux labels de performance énergétique :
réduction de la taxe foncière, extension du COS (coefficient
d’occupation des sols), crédit d’impôt, Éco-PTZ (prêt à taux
zéro)…
Labels d’efficacité énergétique
observatoire a pour objectif de répertorier, d’identifier et de
fournir les indicateurs et niveaux afin d’apporter des témoignages tangibles pour les futures étapes réglementaires.
Exigences et critères dans le neuf
Les exigences de la marque Effinergie sont similaires à celles
du label national BBC. Pour obtenir le label BBC-Effinergie, la
consommation énergétique globale doit être inférieure à
50 kWh d’énergie primaire par an et par mètre carré de SHON
(surface hors œuvre nette), dans un logement neuf. Cette valeur
est pondérée selon l’altitude et la zone climatique, soit entre 40
et 75 kWh/m2.an. Elle est, par exemple, de 65 kWh/m2.an pour
Paris. Dans les bâtiments tertiaires neufs, la consommation
énergétique globale ne doit pas dépasser 50 % de la consommation conventionnelle de référence de la RT 2005 :
Cep < 50 % Cref. Les exigences de la RT 2012 en préparation
seront, sans aucun doute, celles du label BBC.
Le label BBC-Effinergie prend en compte les mêmes usages
que la RT 2005 (chauffage, refroidissement, eau chaude, ventilation, auxiliaires et éclairage) et applique les mêmes méthodes
de calcul. Seule, une adaptation a été étudiée pour le chauffage
au bois : le coefficient de transformation de l’énergie bois pour
le calcul des consommations d’énergie primaire est pris, par
convention, égal à 0,6.
Des informations complémentaires sont à fournir, telles que la
consommation annuelle en kilowattheures d’énergie finale par
mètre carré pour chaque usage, ainsi que son équivalence
d’émission en kilogrammes de CO2 (convention identique à
celles du DPE). Les besoins couverts par une énergie renouvelable pour chaque usage doivent également être indiqués.
Comme les labels Minergie P et Passivhaus, le label Effinergie
n’est délivré qu’après vérification de l’étanchéité à l’air du
bâtiment, qui ne doit pas dépasser 0,6 m3/h.m2 pour une maison
individuelle et 1 m3/h.m2 pour les logements collectifs. Cette
54
Le label français BBC-Effinergie
La production locale d’électricité
La prise en compte dans le calcul de la consommation totale de
la production locale d’énergie électrique (photovoltaïque,
micro-éolien…) est limitée à la compensation des usages autres
que ceux du chauffage et de l’eau chaude sanitaire, afin de
garantir une conception et une mise en œuvre de bâtiments à
faibles besoins en énergie. Ainsi, la production locale d’électricité n’est déduite des consommations qu’à concurrence de
35 kWhep.m2.an pour le résidentiel à production d’eau chaude
sanitaire électrique et de 12 kWhep.m2.an pour le résidentiel à
production d’eau chaude sanitaire non électrique. De plus, le
coefficient moyen des déperditions par l’enveloppe (Ubât) doit
être inférieur de 30 % au seuil minimal, « garde-fou », exigé
par la RT 2005 (Ubâtmax).
Exigences et critères en rénovation
Pour obtenir le label BBC-Effinergie, la consommation énergétique globale doit être inférieure à 80 kWhep/m2.an de la
SHON dans un logement existant. Cette valeur est modulée
selon les régions. Dans les bâtiments tertiaires existants, la consommation énergétique globale doit être inférieure de 40 % à la
consommation conventionnelle de référence de la RT 2005.
Les textes réglementaires et les règles de calcul applicables aux
bâtiments existants (ThCEx) ayant été publiés, les règles tech-
55
ET EFFINERGIE
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
valeur quantifie le débit de fuite traversant l’enveloppe, exprimée en mètres cubes par heure et par mètre carré (m3/h.m2),
sous un écart de pression de 4 Pa, conformément à la RT 2005.
Les tests à la perméabilité à l’air doivent être réalisés par un
organisme autorisé par Effinergie. Pour le moment, une mesure
de perméabilité à l’air n’est obligatoire que pour les logements
BBC-Effinergie mais ils sont recommandés pour les autres
types de bâtiment.
Labels d’efficacité énergétique
niques actuelles non adaptées spécifiquement à l’existant vont
être révisées.
Comme pour les bâtiments neufs, le label BBC-Effinergie
rénovation prend en compte les mêmes usages que la RT 2005
(chauffage, refroidissement, eau chaude, ventilation, auxiliaires
et éclairage) et applique les mêmes méthodes de calcul, avec
une adaptation pour le chauffage au bois (coefficient de transformation en énergie primaire égal à 0,6). Des informations
complémentaires sont à afficher : la consommation annuelle en
kilowattheures d’énergie finale par mètre carré pour chaque
usage, son équivalence d’émission en kilogrammes de CO2, les
besoins couverts par une énergie renouvelable.
Exemples de solutions techniques
En 2009, un bâtiment basse consommation peut être réalisé
avec les technologies existantes et pour des coûts maîtrisés. Il
est cependant indispensable que, dès l’amont, le maître
d’ouvrage, l’architecte et le bureau thermique travaillent de
concert afin d’obtenir une performance globale du bâtiment. Si
l’objectif est d’atteindre le niveau A sur l’étiquette « énergie »,
la maîtrise d’œuvre est libre de ses choix de construction, de
matériaux et d’équipements. La qualité de la mise en œuvre est
avant tout la priorité.
Solutions et performances dans les projets BBC-Effinergie
Conception bioclimatique
Pour que le bâtiment soit basse consommation, il faut traiter
prioritairement de façon passive la plupart des exigences de
confort et de réduction des besoins énergétiques. Cela se traduit
par une approche synthétique du plan masse et de la conception
bioclimatique du bâti, le choix de l’orientation joue un grand
rôle. Le traitement passif des exigences de réduction des
besoins énergétiques concerne l’optimisation des apports solaires
56
Le label français BBC-Effinergie
Exemples de solutions
• privilégier la compacité du bâtiment ;
• optimiser les orientations et les tailles des baies
vitrées, notamment en orientant au sud les séjours
des logements ;
• rechercher les vues dégagées pour réduire l’utilisation
de l’éclairage artificiel quelle que soit l’orientation ;
• préserver le confort d’été par des moyens passifs
(bâtiments traversants, protections solaires fixes et
mobiles, végétation, puits canadien…).
Isolation thermique renforcée
Pour réduire les besoins en chauffage, voire en climatisation, il
faut limiter les déperditions au niveau de l’enveloppe du
bâtiment : toiture, murs, planchers et vitrages.
Performances exigées
• déperditions thermiques des parois opaques :
Up ≤ 0,2 W/m2.K ;
• déperditions thermiques des ouvrants et vitrages :
Uw ≤ 1,4 W/m2.K ;
• traitements des ponts thermiques < 0,25 W/m2.K.
Parmi les projets Prebat, 55 % ont une isolation par l’extérieur,
18 % comportent des triples vitrages, 20 % ont utilisé des isolants d’origine renouvelable tels que la ouate de cellulose et les
fibres de bois.
57
ET EFFINERGIE
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
– pour minimiser les consommations liées au chauffage – et
des apports d’éclairage naturel – pour limiter l’utilisation de
l’éclairage artificiel. La difficulté réside dans les choix, souvent
contradictoires, qu’induisent ces différentes exigences de confort et d’économie d’énergie. Le meilleur compromis entre ces
exigences devra être recherché d’abord par l’implantation des
bâtiments puis par la disposition et l’orientation des locaux sur
les façades, selon leur emploi.
Labels d’efficacité énergétique
Étanchéité à l’air du bâtiment
Avec l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments, le poste de déperditions par renouvellement d’air représente une part de plus en plus importante dans le bilan de
chauffage. Les infiltrations et les déperditions parasites doivent
être limitées au maximum grâce à une étanchéité renforcée de
l’enveloppe du bâtiment. Ainsi, la mesure de la perméabilité à
l’air du bâtiment est obligatoire pour la délivrance du label
BBC-Effinergie de logements (voir encadré p. 57). En France,
le ventilateur est soit intégré à une porte d’entrée temporaire
(Blower Door®) soit fixé directement sur le système de ventilation (Perméascope®).
Ventilation double flux
Avec une VMC double flux, au lieu de pénétrer directement par
des entrées d’air dans les pièces principales, l’air neuf transite
par le groupe de ventilation, où il est filtré, puis il est insufflé
dans le bâtiment. Un système double flux participe à la maîtrise
des consommations d’énergie, car il intègre un échangeur qui
récupère la chaleur de l’air extrait et qui la transfère à l’air
entrant, le préchauffant avant qu’il n’arrive dans le bâtiment.
Parmi les projets Prebat, 60 % sont équipés d’une ventilation
double flux avec récupération d’énergie. Dans le tertiaire, on
atteint 90 %.
PAC, chaudière à condensation, eau chaude solaire
Pour couvrir les faibles besoins de chauffage restants et la production d’eau chaude sanitaire, il faut, en toute logique, installer des équipements de chauffage, de production d’eau chaude
et de régulation très performants, quelle que soit l’énergie
utilisée : pompe à chaleur, chaudière à condensation, dispositifs de récupération de chaleur, régulation-programmation
automatisée… et faire appel aux énergies renouvelables
58
Le label français BBC-Effinergie
Des recours
Afin de résoudre les problèmes de terrain liés à la nonprise en compte de systèmes dans le cadre de la
RT 2005, deux comités ont été mis en place.
Le Comité d’orientation et de suivi du label, en liaison
avec la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages (DHUP), a ainsi pour objectif de faire progresser
les méthodes de calculs réglementaires, notamment en
autorisant l’innovation et en recensant les éléments
pour les futures réglementations : impact de la nondensité, impact du rapport SHON/SHAB, exigences dans
les zones les plus froides et les plus chaudes, niveau
d’exigence par rapport aux types d’usages…
Dans le cadre d’une demande de labellisation BBCEffinergie, si un système ou une opération n’est pas pris en
compte dans la réglementation thermique 2005 (exemple :
poêle à bois, chauffe-eau thermodynamique, puits canadien…), la Commission titre V offre la possibilité de l’intégrer sous réserve de justification. Le maître d’ouvrage doit
présenter un dossier de demande d’agrément.
Partenariat avec des organismes certificateurs
Pour promouvoir le label Effinergie, le mettre en application,
assurer les contrôles et le valider, l’association Effinergie s’est
adjoint le savoir-faire d’organismes certificateurs, tels que
Certivéa pour les bâtiments tertiaires, Cerqual pour les immeubles collectifs et l’individuel groupé, Cequami pour l’individuel diffus ou encore Promotelec pour les logements chauffés à
l’électricité.
59
ET EFFINERGIE
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
Parmi les projets Prebat, 45 % des maisons individuelles et
40 % des projets tertiaires sont équipés d’une pompe à chaleur,
55 % des projets résidentiels sont pourvus d’une chaudière à
condensation et 40 % des maisons individuelles ont recours à
un poêle ou une chaudière bois. Dans l’ensemble, 90 % des
projets font appel à une énergie renouvelable : solaire thermique pour l’eau chaude sanitaire (90 % des projets résidentiels)
et photovoltaïque (55 % des projets tertiaires).
60
MARQUE
DE
CHAMP
DE CERTIFICATION
POUR
EN SAVOIR PLUS
Certivéa
Promotelec
Bâtiments tertiaires
Accordé opération par www.promotelec.com
opération sur la performance énergétique
Certification multicritère www.certivea.fr
BBC-Effinergie
accordée par opération
+
certifications NF Bâtiments tertiaires et NF
Bâtiments
tertiaires
démarche HQE
Maisons en secteur dif- BBC-Effinergie
fus et groupés
+
Logements collectifs
label Performance
Accordé au constructeur www.cequami.fr
Maisons individuelles en BBC-Effinergie
pour l’ensemble de sa
secteur diffus
+
certifications NF Maison production
individuelle et NF Maison individuelle démarche HQE
CERTIFICATION
Céquami
DE CONSTRUCTION
Certification multicritère www.cerqual.fr
Maisons en secteur BBC-Effinergie
accordée par opération
groupé
+
Logements collectifs
certifications Qualitel et
Habitat & Environnement
TYPE
Cerqual
CERTIFICATEUR
Labels d’efficacité énergétique
Le label français BBC-Effinergie
Le label est délivré à la réception du bâtiment, de l’immeuble
ou de la maison individuelle.
Aides financières
L’obtention du label BBC-Effinergie ouvre droit à des aides à
l’investissement ou à des avantages : réduction de la taxe foncière, extension du coefficient d’occupation des sols, crédit
d’impôt, bonus pour le prêt à taux zéro.
Réduction de la taxe foncière
Depuis le 1er janvier 2009, les collectivités locales et les établissements publics de coopération intercommunale peuvent
instituer, sur délibération, une exonération de 50 ou 100 % sur
cinq ans de la taxe foncière pour les constructions respectant le
niveau BBC.
Extension du COS
Le conseil municipal ou l’établissement public de coopération
intercommunale peut instituer, sur délibération, une autorisation de dépassement du COS de 20 %. Un plan local d’urbanisme (PLU) doit auparavant avoir déterminé le COS.
Crédit d’impôt
Depuis le 1er janvier 2009, les acquéreurs d’une résidence principale neuve, titulaire du label BBC-Effinergie, bénéficient
d’un crédit d’impôt sur les intérêts d’emprunts de 40 % pendant sept ans, au lieu de 40 % la première année et de 20 % sur
61
ET EFFINERGIE
3
LES LABELS PASSIVHAUS, MINERGIE
Le label Effinergie est alors proposé en option avec des certifications existantes :
NF Bâtiment tertiaire, démarche HQE®, certifiée par
Certivea ;
Qualitel et Habitat & Environnement, certifiés par Cerqual ;
NF Maison individuelle, démarche HQE®, certifiée par
Cequami ;
Performance, certifiée par Promotelec.
Labels d’efficacité énergétique
les suivantes. À titre d’exemple, une telle disposition peut
générer jusqu’à 12 000 € d’économie pour un emprunt de
300 000 €.
Bonus pour le prêt à taux zéro
Le prêt à taux zéro (PTZ) est destiné aux primo-accédants pour
l’achat de leur résidence principale selon des plafonds de ressources. Il est limité à 20 % du coût global de l’opération dans
l’ancien et à 30 % dans le neuf. Un bonus de 20 000 € peut être
accordé lors de l’acquisition d’un logement BBC. Ainsi, le surcoût de 7 à 15 %, par rapport à une construction RT 2005, peut
être couvert par l’économie d’intérêt apportée par le bonus de
l’Éco-PTZ de 20 000 €.
L’attribution du bonus de l’Éco-PTZ (20 000 €) et du crédit
d’impôt (40 % pendant sept ans) aux constructions neuves de
niveau BBC-Effinergie a pour intérêt de lancer ce niveau d’exigence chez les constructeurs et les industriels avant qu’il ne soit
généralisé dans la RT 2012. Le développement en masse de ces
nouveaux produits et de ces équipements performants devrait
prochainement réduire le surcoût à 5 % et l’amortir rapidement
grâce aux économies d’énergie de charges induites sur la facture énergétique (au coût actuel de l’énergie).
62
CHAPITRE
4
CERTIFICATIONS
LOGEMENTS
Les organismes certificateurs
Depuis quelques années, les certifications relatives à la qualité
des logements se sont multipliées et diversifiées pour répondre
aux différentes attentes, celles des futurs propriétaires et locataires, d’une part, et, d’autre part, celles des maîtres d’ouvrage
et des promoteurs. Ces certifications appliquées aux logements
neufs et existants sont en général multicritères, et offrent une
possibilité de prendre des options mettant en valeur l’effort
porté sur la qualité environnementale et/ou l’efficacité énergétique de l’opération.
Les organismes certificateurs
Les certifications sont délivrées par des organismes accrédités
par le Comité français d’accréditation (Cofrac) suivant les critères d’un référentiel européen (EN 45011). Les organismes
certificateurs accrédités pour les logements sont Qualitel, Cerqual, Cequami et Promotelec.
L’accréditation est une procédure qui atteste la compétence
technique de l’organisme certificateur et la fiabilité de ses
résultats. L’accréditation garantit également que l’entité accréditée exerce son activité selon la réglementation en vigueur, la
déontologie de la profession et les règles de l’art internationalement acceptées. Pour garantir la conformité du système qualité
et la compétence des personnels de l’organisme certificateur, en
65
4
CERTIFICATIONS LOGEMENTS
Dans le secteur du logement, les exigences des particuliers, la
multiplicité des donneurs d’ordre, la diversité de l’offre de produits, la complexité de mise en œuvre… sont autant de critères
qui conduisent à mettre en place des indicateurs et des références voulus fiables et objectifs, dont l’application est certifiée
par des organismes indépendants. La certification d’une opération de logements est une démarche volontaire, engagée par un
maître d’ouvrage (bailleur social ou promoteur) qui choisit de
faire contrôler et valider la qualité de ses programmes immobiliers.
Labels d’efficacité énergétique
particulier technique, le Cofrac missionne des auditeurs qualiticiens et des experts techniques. Ceux-ci réalisent, ensuite, des
contrôles périodiques auprès des accrédités, l’organisme étant
accrédité pendant une durée de validité précise. Quant à la certification elle-même, c’est une procédure par laquelle un organisme indépendant donne l’assurance qu’un produit, un
processus ou un service est conforme aux exigences d’un référentiel, mis au point et adopté par les professionnels, les représentants des consommateurs et l’organisme certificateur. Le
référentiel, qui précise également les modalités de contrôle, est
remis à jour régulièrement pour intégrer les évolutions réglementaires, normatives et techniques. La certification est une
démarche volontaire, encadrée par la loi du 3 juin 1994 et par
le décret du 30 mars 1995 du Code de la consommation.
La certification Qualitel : logement neuf
La certification Qualitel évalue la qualité technique de programmes immobiliers de logements neufs, collectifs ou individuels groupés, de résidences pour personnes âgées et de
résidences pour étudiants. Elle porte principalement sur le confort acoustique, le confort thermique et la qualité des équipements, notamment de chauffage et de production d’eau chaude
sanitaire. Elle prend également en considération la durabilité
de l’enveloppe et évalue les économies potentielles de charges.
Le niveau de performance donnant droit à la certification correspond à un pourcentage d’économie potentielle sur les charges de 5 %.
Pour répondre davantage aux attentes des maîtres d’ouvrage et
des occupants des futurs logements, les options EC (économe
en charges) ou TEC (très économe en charges) peuvent être
attribuées à l’opération, lorsque le pourcentage d’économie
atteint respectivement 10 % ou 14 %.
66
La certification Qualitel : logement neuf
Le critère « accessibilité et habitabilité des logements » est
optionnel et correspond à une évaluation des dispositions architecturales et constructives facilitant l’usage des logements de
l’opération aux personnes handicapées ou âgées.
En réponse à la nécessité actuelle de maîtrise de l’énergie, la
priorité des maîtres d’ouvrages est devenue la baisse de la consommation d’énergie. En 2008, les opérations intégrant une
option énergétique ont représenté 80 % des demandes de certification. Ainsi, le nombre des opérations se limitant au niveau
réglementaire diminue chaque année, le niveau THPE (Très
haute performance énergétique) augmentant dans une proportion équivalente.
Les trois étapes du processus de certification
En phase d’études et de conception, l’organisme certificateur Cerqual, filiale de Qualitel, analyse les documents
techniques – plans, descriptifs, notes de calcul… – au
regard du référentiel de la certification et en fonction
des caractéristiques propres au projet.
Le maître d’ouvrage s’engage sur la conformité des logements aux plans et aux descriptifs et Cerqual lui délivre un
certificat numéroté, propre à l’opération concernée.
Au-delà des vérifications réalisées par le bureau de contrôle, Cerqual assure lui-même des contrôles par sondage sur les logements certifiés, en fin de chantier ou
au moment de la pré-réception, et réalise, notamment,
des mesures acoustiques. Au moins une opération sur
quatre est ainsi vérifiée.
67
4
CERTIFICATIONS LOGEMENTS
Les postes de charges pris en compte sont :
les consommations d’eau froide individuelles et collectives ;
les consommations de chauffage et d’eau chaude sanitaire ;
les consommations d’électricité collective : parties communes, ascenseurs, système de ventilation, etc. ;
la propreté : nettoyage des parties communes, entretien des
abords, gestion des ordures ménagères ;
la maintenance des équipements : robinetterie, ascenseurs,
système de ventilation, etc.
Labels d’efficacité énergétique
Lors de la vente de logements, le maître d’ouvrage
remet une attestation de certification à l’acquéreur, à la
signature de l’acte définitif.
La certification Habitat & Environnement :
logement neuf
Outre le respect des exigences de la certification Qualitel, la
certification Habitat & Environnement prend en compte la préservation de l’environnement tout au long du cycle de vie des
futurs logements. Elle est applicable aux opérations de logements neufs en immeubles collectifs et individuels groupés. Le
maître d’ouvrage doit, en conséquence, faire des choix conceptuels et techniques, guidé par la volonté de préserver l’environnement. Il doit également impliquer tous les acteurs qui vont
intervenir sur l’opération dans sa démarche environnementale
et ensuite informer les futurs propriétaires ou locataires des
précautions prises et à faire perdurer. La certification Habitat &
Environnement propose une option Performance permettant de
valoriser les programmes qui atteignent des niveaux de performance environnementale élevés. En dehors d’un audit du
management environnemental de l’opération, le processus de
certification est identique à celui de la certification Qualitel.
Les sept thèmes, regroupant plus d’une vingtaine de domaines
techniques pour l’obtention de la certification Habitat &
Environnement, portent sur :
le management environnemental de l’opération : organisation du maître d’ouvrage pour la prise en compte du respect
de l’environnement et obtention des niveaux de performances techniques, en phases programmation et conception ;
le chantier propre : gestion des déchets, réduction des diverses nuisances ;
l’énergie et la réduction de l’effet de serre : choix approprié
de l’énergie, performances de l’enveloppe et des
équipements ;
68
La certification Habitat & Environnement : logement neuf
le choix de matériaux respectueux de l’environnement et la
durabilité de l’enveloppe ;
l’eau : qualité des équipements individuels et collectifs, maîtrise des consommations ;
le confort et la santé : acoustique intérieure et extérieure,
confort thermique d’hiver et d’été, aération et ventilation des
logements, adaptation des locaux au tri sélectif des déchets
ménagers ;
les gestes verts : remise aux occupants et au gestionnaire
d’un guide décrivant les caractéristiques de l’opération et
des logements, indiquant les bonnes pratiques afin de maintenir leurs performances environnementales.
La certification Habitat & Environnement exige au minimum le
label HPE (Haute performance énergétique), soit la référence
de la réglementation thermique RT 2005 moins 10 %. Depuis
le 1er juillet 2007, la certification propose aux maîtres
d’ouvrage qui veulent aller plus loin que le label HPE des
labels encore plus performants et valorisants (voir chapitre 2,
Les labels de la RT 2005) :
label HPE EnR : Haute performance énergétique/énergies
renouvelables ;
label THPE : Très haute performance énergétique (ce label
sera exigé pour obtenir la certification à partir de 2010) ;
label THPE EnR : Très haute performance énergétique/énergies renouvelables ;
label BBC-Effinergie : Bâtiments basse consommation énergétique.
Depuis la création de cette certification en 2003, le nombre
d’opérations Habitat & Environnement double chaque année,
grâce à la volonté politique de maîtres d’ouvrage motivés et de
collectivités territoriales très impliquées dans la politique du
logement.
69
4
CERTIFICATIONS LOGEMENTS
Labels d’efficacité énergétique
La certifications Patrimoine habitat
et Patrimoine habitat & environnement : logement
existant
Réhabiliter le patrimoine existant est devenu un enjeu stratégique. Les certifications Patrimoine habitat et Patrimoine habitat
& environnement, applicables aux immeubles et maisons individuelles groupées de plus de 10 ans, permettent aux maîtres
d’ouvrage sociaux et promoteurs privés de valoriser les améliorations apportées à leur parc existant. Ces certifications sont
délivrées par Cerqual patrimoine, filiale de Qualitel. Pour que
cette valorisation soit objective, la qualité du ou des bâtiments
est évaluée à partir d’une comparaison avant/après réhabilitation et d’un référentiel de niveaux de performances minimales.
Bilan patrimoine habitat
La première étape consiste en un Bilan patrimoine habitat
(BPH) effectué de manière à pouvoir, à la fin des travaux de
rénovation, valider les efforts accomplis. Donnant un état des
lieux global avec ses points forts et ses insuffisances, il permet
également de définir les améliorations prioritaires à apporter
aux immeubles ou aux maisons.
Le Bilan patrimoine habitat comprend un bilan technique et un
bilan documentaire. Visuel, il n’implique aucun démontage,
sondage ou prélèvement qui pourraient nuire à l’existant et
s’avérer coûteux. Le bilan documentaire recense les contrats
d’entretien, les vérifications réglementaires et les obligations
légales en vigueur sur le bâtiment. Le bilan technique consiste
en 500 points de contrôle sur l’ensemble des parties communes
et des espaces extérieurs et sur un échantillonnage de 5 à 10 %
des logements. Chaque point fait l’objet d’une notation en A,
B, C ou D. Dans le cadre d’une demande de certification, le
maître d’ouvrage devra rénover de manière à supprimer les
70
La certifications
La certification
Patrimoine
Patrimoine
habitathabitat
et Patrimoine
et Patrimoine
habitathabitat
& environnement
& environnement
: loge-
C’est au maître d’ouvrage de choisir son prestataire. Il peut
faire appel, ou non, à Cerqual patrimoine, qui lui fournit une
liste de diagnostiqueurs habilités à réaliser un Bilan patrimoine
habitat et dont l’activité est couverte par une assurance responsabilité professionnelle. Un maître d’ouvrage peut faire réaliser
un Bilan patrimoine habitat, pour s’en servir comme outil de
travail, sans aller jusqu’à la certification ; en revanche, ce bilan
est un passage obligé pour l’obtention des certifications Patrimoine habitat et Patrimoine habitat & environnement.
Un Bilan patrimoine habitat allégé peut être demandé dans
deux situations particulières : un changement d’affectation ou
une réhabilitation lourde avec restructuration. En effet, lors de
la transformation d’un bâtiment en immeuble d’habitation, les
parties communes et les logements sont considérés comme
étant à créer et à équiper et non pas à rénover. Il en est de même
lors d’une restructuration partielle ou totale.
Certification Patrimoine habitat
Lorsqu’un maître d’ouvrage entreprend une démarche de certification Patrimoine habitat, Cerqual patrimoine étudie avec lui,
dès l’avant-projet, les différents aspects de la réhabilitation. Il
donne ensuite son avis sur les documents de consultation des
entreprises puis valide l’ensemble au niveau des marchés. Si
tous les critères sont réunis, il délivre la certification et les travaux doivent commencer dans l’année qui suit. Cerqual patrimoine vérifie à la fin des travaux si les engagements pris par le
maître d’ouvrage ont bien été respectés.
71
4
CERTIFICATIONS LOGEMENTS
notes C et D, qui sont éliminatoires. Le Bilan patrimoine habitat comprend également le relevé des éléments nécessaires à
l’estimation de la performance énergétique (EPE). Le rapport
du Bilan patrimoine habitat est assorti d’une fiche de synthèse
d’une page donnant une appréciation de l’état général du bâtiment.
Labels d’efficacité énergétique
Le référentiel Patrimoine habitat couvre 11 thèmes organisés
en quatre grands domaines.
QUALITÉ
ORGANISATION
SÉCURITÉ,
DE L’ENVELOPPE
ET INFORMATION
INCENDIE ET SANTÉ
ET DES PARTIES
COMMUNES
CONFORT
ET PERFORMANCE
DES LOGEMENTS
Management
d’opération
Sécurité
des occupants
Équipements
et confort
des parties
communes
Équipements
techniques
des logements
Chantier propre
Qualité sanitaire
des logements
(air intérieur, eau)
Clos et couvert
Performance
énergétique
Gestes verts
Accessibilité
et qualité d’usage
–
Confort
acoustique
Trois thèmes sont requis pour obtenir la certification Patrimoine habitat, dont un obligatoire : le management d’opération. Les thèmes non retenus doivent atteindre les minima
techniques définis dans le référentiel. Même si le maître
d’ouvrage doit chercher tout d’abord à traiter les points faibles
mis en avant lors du bilan, une liberté de choix stratégiques a
été préservée pour tenir compte de la diversité et de l’hétérogénéité des situations. Ainsi, le maître d’ouvrage fixe ses objectifs
thème par thème.
Certification Patrimoine habitat & environnement
Le maître d’ouvrage peut aussi opter pour une certification
patrimoniale encore plus exigeante d’un point de vue
environnemental : la certification Patrimoine habitat & environnement. Six thèmes au moins doivent être traités, dont quatre sont obligatoires : le management environnemental de
l’opération, le chantier propre, les gestes verts et la performance énergétique des logements.
72
La certifications
La certification
Patrimoine
Patrimoine
habitathabitat
et Patrimoine
et Patrimoine
habitathabitat
& environnement
& environnement
: loge-
Le Grenelle de l’environnement a adopté l’idée d’un chantier
sans précédent de rénovation thermique des bâtiments existants. L’objectif est de réduire globalement leur consommation
d’énergie de 38 % d’ici à 2020. La performance énergétique
des logements rénovés est, par conséquent, devenue une priorité. Pour y répondre, le référentiel des certifications Patrimoine habitat et Patrimoine habitat & environnement a intégré
dans ses exigences celles de la réglementation thermique appliquée à l’existant, dite « globale », car elle définit un objectif de
performance globale pour le bâtiment rénové. Depuis 2008, la
réglementation globale s’applique obligatoirement aux rénovations de bâtiments achevés après 1948, si leur superficie est
supérieure à 1 000 m2 et/ou si le montant des travaux de rénovation thermique est supérieur à 25 % du coût de la construction. Ces rénovations lourdes doivent aussi faire l’objet d’une
étude de faisabilité des approvisionnements en énergie préalablement au dépôt de la demande de permis de construire.
Le maître d’ouvrage peut avoir la volonté d’obtenir des logements basse consommation après leur rénovation et de viser le
label BBC-Effinergie. Leur consommation énergétique globale
doit alors être inférieure à 80 kWhep/m2.an, valeur pondérée
selon la zone climatique et l’altitude (voir p. 51).
Certification NF Logement : promoteurs
Contrairement aux autres certifications délivrées par Cerqual
opération par opération, la certification NF Logement vise
l’ensemble de la production réalisée en vente en l’état futur
d’achèvement (Vefa) d’un promoteur. Elle porte sur des logements neufs collectifs ou individuels groupés, destinés à être
vendus à des acquéreurs en vue de leur utilisation ou de leur
mise en location. Pour obtenir cette certification, le promoteur
doit s’engager globalement et durablement sur trois aspects : la
73
4
CERTIFICATIONS LOGEMENTS
Performance énergétique
Labels d’efficacité énergétique
qualité des services apportés aux acquéreurs, la qualité technique de ses ouvrages, la qualité de son organisation.
À cet effet, le promoteur doit mettre en place des procédures
d’organisation lui permettant de garantir le bon management de
ses programmes immobiliers. La société et les services du promoteur sont audités, des opérations réalisées sont contrôlées.
Le promoteur doit également accompagner l’acquéreur dans
son projet d’achat, de la commercialisation jusqu’au terme de
la construction. Il doit disposer d’une garantie bancaire d’achèvement des travaux.
Par la qualité technique des ouvrages, on entend :
le confort acoustique : performances des cloisonnements
intérieurs et extérieurs ;
le confort thermique et la ventilation, associés à de réelles
performances énergétiques ;
la sécurité vis-à-vis des risques d’intrusion ;
l’accessibilité et l’adaptation au vieillissement ;
la durabilité de l’ouvrage grâce au recours à des produits
certifiés, au choix de carrelages, de moquettes et de parquets
d’une grande longévité ;
l’aménagement des cuisines et les prédispositions liées aux
équipements ménagers.
Pour chaque domaine technique évalué sont définis trois
niveaux de performance A, B et C (A étant le plus performant)
afin de déterminer le profil de qualité technique des opérations
du promoteur certifié.
Un promoteur souhaitant être certifié NF Logement doit
s’astreindre à une démarche volontaire en cinq étapes :
74
demande d’admission avec constitution d’un dossier complet sur son entreprise ;
audit de la société et de ses services ;
vérification d’opérations réalisées ;
La certifications
La certification
Patrimoine
Patrimoine
habitathabitat
et Patrimoine
et Patrimoine
habitathabitat
& environnement
& environnement
: loge-
présentation du dossier pour avis au comité d’application et
notification du droit d’usage de la marque NF Logement
pour une durée de trois ans ;
déclaration d’activité mensuelle à Cerqual.
Il peut ensuite appliquer la certification sur les opérations de
son choix.
Le droit d’usage de la marque NF Logement est notifié pour
une durée de trois ans et fait l’objet d’une surveillance via un
audit de l’organisation après 18 mois et il est associé à la vérification d’opérations en conception et sur site (une opération sur
quatre tirée au sort, et au moins une par an). Chaque mois, Cerqual enregistre les contrats du promoteur et délivre à ses clients
les attestations de conformité de leur logement. Dans les six
mois suivant la livraison, un formulaire d’enquête
NF Logement est remis à l’acquéreur.
Certification NF Logement démarche HQE
Les promoteurs, déjà certifiés NF Logement, qui veulent faire
valider et afficher leur engagement dans la prise en compte des
enjeux environnementaux, peuvent demander la certification
NF Logement démarche HQE. À cet effet, ils doivent intégrer
le management environnemental de la qualité dans toutes leurs
opérations, prendre en compte les 14 cibles HQE lors de la programmation de la qualité technique de leurs ouvrages et tenir
compte de la dimension environnementale des services aux
acquéreurs. Dès lors qu’un promoteur est titulaire du droit
d’usage de la certification NF Logement démarche HQE (qu’il
obtient à la suite d’un audit de son système de management
environnemental d’opérations), il peut ensuite déterminer les
opérations qu’il souhaite faire certifier NF Logement ou
NF Logement démarche HQE. Cette certification lui permet
aussi de fédérer ses différents partenaires et fournisseurs autour
d’un objectif de développement durable.
75
4
CERTIFICATIONS LOGEMENTS
Labels d’efficacité énergétique
La qualité technique et environnementale de chaque projet certifié NF Logement démarche HQE est évaluée selon trois
niveaux de performance : Base (B), Performant (P), Très performant (TP). Les 14 cibles de la démarche HQE doivent être
traitées de façon à obtenir trois cibles minimum en Très performant, quatre cibles minimum en Performant et sept cibles
maximum en Base. Cas particulier, la cible « gestion de
l’énergie » doit atteindre au moins le niveau P (Performant).
Un outil d’auto-évaluation de la qualité environnementale est
mis à disposition des titulaires de NF Logement démarche
HQE sur Internet afin de faciliter l’évaluation de leurs projets.
La certification NF Logement démarche HQE affiche comme
volonté d’offrir une garantie d’un niveau de qualité technique
et environnementale recherchée par de futurs acquéreurs de
plus en plus sensibilisés à la protection de l’environnement et à
l’impact d’un logement confortable, économe et sain.
Certification NF Maison individuelle
La même démarche existe pour les constructeurs de maisons
individuelles en secteurs diffus : les certifications NF Maison
individuelle et NF Maison individuelle démarche HQE, délivrées par Cequami, filiale commune à Qualitel et au CSTB
(Centre scientifique et technique du bâtiment).
Lors de la construction d’une maison, il est tout d’abord important de signer avec le constructeur un CCMI (contrat de construction de maison individuelle) conforme à la loi du
19 décembre 1990, qui garantit notamment un prix forfaitaire
et un engagement de livraison. En plus du CCMI, choisir une
maison certifiée NF assure aux acquéreurs, maîtres d’ouvrage,
que le constructeur s’est engagé sur trois critères : la qualité de
son organisation, la qualité des services apportés aux clients, le
respect des exigences techniques sur la base d’un référentiel
précis.
76
La certifications
La certification
Patrimoine
Patrimoine
habitathabitat
et Patrimoine
et Patrimoine
habitathabitat
& environnement
& environnement
: loge-
Les exigences et les vérifications portent sur :
l’organisation et les compétences du constructeur :
– structure, organisation de l’entreprise,
– maîtrise du système qualité,
– autocontrôles : contrat, qualité technique, relation client,
SAV,
– sélection et évaluation des entreprises sous-traitantes,
– dispositif de mesure de la satisfaction ;
le respect du contrat de construction, la qualité de conception et de réalisation de la maison dont :
– l’adaptation au sol,
– le respect de la réglementation technique et des règles de
l’art,
– l’étude thermique systématique,
– le rapport de fond de fouille,
– le dimensionnement des installations,
– le choix de matériaux et d’équipements certifiés ou sous
avis technique,
– la limitation et maîtrise des travaux réservés ;
les services apportés au particulier avant, pendant et après
les travaux :
– la clarté et la transparence d’informations lors de la phase
de commercialisation,
– l’organisation d’une réunion de reconnaissance du terrain,
77
4
CERTIFICATIONS LOGEMENTS
Une fois que le constructeur a obtenu la certification
NF Maison individuelle, il fait l’objet d’audits et de contrôles
réguliers, incluant des visites de chantiers, de la part de
Cequami, et ce pendant toute la durée de validité de son certificat – trois ans renouvelables. Il doit apporter la preuve du respect de ses engagements. On compte plus de 140 constructeurs
NF répartis sur l’ensemble du territoire, ce qui représente près
de 12 % du marché des maisons en contrat de construction, et
près de 15 000 maisons certifiées par an dont 2 600 chantiers
contrôlés.
Labels d’efficacité énergétique
– la planification d’une réunion de mise au point du projet
avant le démarrage de chantier,
– une visite de fin de chantier en vue de préparer la réception des travaux,
– la réalisation d’une enquête de satisfaction client.
Certification NF Maison individuelle démarche HQE
La certification associée NF Maison individuelle démarche
HQE renforce la certification avec trois objectifs
complémentaires : maîtriser les impacts du bâtiment sur l’environnement extérieur, créer un environnement sain et confortable pour les occupants et préserver les ressources naturelles en
optimisant leur usage. Une maison certifiée NF Maison individuelle démarche HQE est conçue et réalisée par un constructeur dont le savoir-faire en matière de qualité environnementale
est reconnu et attesté par Cequami. L’ensemble des préoccupations environnementales, avant, pendant et après la construction, doit être pris en compte : éco-construction, éco-gestion,
confort et santé. Dotée d’un niveau de performance supérieur à
la réglementation et à la pratique courante, elle couvre
l’ensemble des 14 cibles de la démarche HQE et plus
particulièrement :
l’intégration de la maison dans son environnement
immédiat ;
la diminution des impacts du chantier ;
l’amélioration de la performance énergétique (niveau
THPE) ;
la diminution de la consommation de l’eau.
Cequami délivre également les cinq niveaux du label HPE aux
maisons certifiées NF Maison individuelle ou NF Maison individuelle démarche HQE, dont le label BBC-Effinergie, dans le
cas de maisons basse consommation (voir chapitre 2, Les labels
associés à la RT 2005, p. 17).
78
La certifications
La certification
Patrimoine
Patrimoine
habitathabitat
et Patrimoine
et Patrimoine
habitathabitat
& environnement
& environnement
: loge-
Certification NF Maison rénovée
Le secteur de la rénovation de la maison individuelle
(13 millions de logements en France) est particulièrement visé
par les aides financières programmées dans le cadre du Grenelle de l’environnement. En lançant la certification
NF Maison rénovée fin septembre 2009, Cequami a souhaité
encourager l’émergence de professionnels, moteurs sur le marché de la rénovation globale de qualité, qui proposent aux
occupants des ensembles de solutions. Ceux-ci intègrent la
facilité d’utilisation, le confort et la qualité d’ambiance, tout en
permettant une réduction des consommations d’énergie et des
émissions de CO2 pour un coût global acceptable.
Cequami a associé tous les acteurs du secteur – des représentants des corps de métiers aux associations agissant pour l’amélioration de l’habitat et le respect de l’environnement – à
l’élaboration de cette certification. Cette dernière permet aux
professionnels de la rénovation d’attester leur capacité à mener
à bien une rénovation de qualité, en cohérence avec les pratiques courantes, la législation, les enjeux environnementaux, les
attentes et les moyens des particuliers. Ceux-ci ont ainsi un
repère leur permettant d’identifier plus facilement des professionnels capables d’apporter une réponse globale en cohérence
avec les objectifs définis et le budget disponible.
Le référentiel prend en compte les fondements d’une rénovation globale. Après une évaluation initiale de la maison existante, le professionnel hiérarchise les priorités et élabore le
projet de rénovation avec le particulier.
79
4
CERTIFICATIONS LOGEMENTS
Répartis à travers toute la France, 142 constructeurs sont certifiés NF Maison individuelle, dont 81 sont également titulaires
de l’option démarche HQE.
Labels d’efficacité énergétique
Il le fait à partir des préoccupations constitutives du référentiel
qui porte sur sept thèmes principaux :
sécurité des occupants : risques naturels et technologiques,
stabilité de l’ouvrage, protection incendie, sécurité gaz,
sécurité électrique, chute et glissance ;
efficacité énergétique : consommation d’énergie, émissions
de gaz à effet de serre, production d’énergie d’origine
renouvelable ;
confort : acoustique, visuel, hygrothermique et olfactif ;
réduction des risques sanitaires : qualité sanitaire de l’air,
qualité de l’eau, champs électromagnétiques ;
gestion de l’eau : assainissement, réduction de la consommation de l’eau potable, récupération d’eau pluviale, gestion
des eaux pluviales de la parcelle ;
matériaux et équipements : caractéristique des matériaux et
des équipements, facilité d’entretien et maintenance ;
réduction des impacts du chantier : information et sensibilisation, réduction des nuisances, réduction des déchets.
La démarche HQE ainsi que le niveau BBC-Effinergie sont en
option.
Les labels Promotelec : Performance,
Rénovation énergétique
Label Performance
Organisme certificateur, Promotelec délivre le label Performance, qui cible essentiellement la performance énergétique
des logements neufs (appartements ou maisons individuelles)
pouvant justifier par une étude thermique de leur conformité à
l’un des cinq niveaux du label HPE : HPE, THPE, HPE EnR,
THPE EnR, BBC-Effinergie (voir chapitre 2, Les labels associés à la RT 2005). Pour les opérations comportant plusieurs
logements et faisant l’objet d’un permis de construire collectif
ou groupé, l’attribution du label Performance concerne
80
Les labels Promotelec : Performance, Rénovation énergétique
Promotelec assure la promotion de la qualité et de la sécurité
des installations électriques. Cependant, le label Performance
peut être attribué à des logements chauffés aussi bien à l’électricité qu’au gaz naturel, au GPL, avec une pompe à chaleur, au
chauffage solaire ou à bois.
Label Rénovation énergétique
Promotelec délivre aussi le label Rénovation énergétique, destiné aux maisons individuelles et aux logements collectifs
achevés depuis plus de cinq ans et faisant l’objet de travaux de
rénovation. Le label Rénovation énergétique se décline en cinq
mentions (voir tableau en page suivante) selon la performance
énergétique obtenue : de 1 à 4 étoiles et Effinergie rénovation
pour les logements consommant moins de 80 kWh/m2.an après
travaux de rénovation, valeur modulée selon la zone climatique
et l’altitude (voir p. 51).
81
4
CERTIFICATIONS LOGEMENTS
l’ensemble des logements. Pour obtenir ce label, l’installation
électrique, le chauffage, l’eau chaude sanitaire et l’isolation
thermique doivent répondre à des critères définis dans les
Cahiers des prescriptions techniques du label. Les vérifications
portent sur le respect de ces dispositions et sur la performance
énergétique des logements obtenue.
Labels d’efficacité énergétique
NIVEAU
CONSOMMATION
(KWHEP/M2.AN)
LABEL
ÉMISSIONS
DE
CO2
*
Consommation finale > 210
Gain énergétique > 50 %
**
De 210 à 151
Pas d’augmentation de CO2
***
De 150 à 101
Pas d’augmentation de CO2
****
Inférieure à 100
Pas d’augmentation de CO2
Effinergie
rénovation
Inférieure à 80
Réduction des émissions de CO2
Le maître d’ouvrage est guidé dans ses travaux par un expert en
rénovation énergétique (ERE) qu’il choisit sur une liste proposée par Promotelec. Celui-ci dresse un bilan initial des consommations énergétiques, des préconisations de travaux et un bilan
thermique projeté après avoir choisi les travaux à réaliser.
Les prescriptions techniques du label concernent :
le bâti ;
la ventilation ;
le chauffage (électrique, gaz, fioul, bois, solaire, pompe à
chaleur…) ;
l’eau chaude sanitaire ;
l’installation électrique ;
l’installation gaz (éventuelle).
Le label Rénovation énergétique certifie la qualité des matériaux et matériels utilisés, ainsi que leur mise en œuvre, la mise
en sécurité de l’installation électrique et de gaz, le cas échéant,
et la performance du logement après travaux. Il remet également au propriétaire un DPE du logement après travaux.
82
CHAPITRE
5
CERTIFICATIONS
ET BÂTIMENTS
TERTIAIRES
Les certifications relatives aux bâtiments tertiaires ou publics
s’attachent à apporter des réponses précises aux nouvelles exigences environnementales et énergétiques. Leurs référentiels
servent de cadre aux maîtres d’ouvrage de ces bâtiments qui
veulent anticiper les réglementations techniques, notamment
thermiques, à venir.
En effet, dès la fin de l’année 2010, tous les bâtiments et équipements publics ainsi que toutes les nouvelles constructions
dans le secteur tertiaire devront être construits en basse consommation – c’est-à-dire ne pas dépasser en moyenne 50 kWh/
m2.an – ou être à énergie zéro ou positive (voir p. 29-30).
Les maîtres d’ouvrage devront donc faire appel aux énergies
renouvelables les plus performantes. D’autant que dans le cas
de bâtiments à énergie positive, les collectivités territoriales
auront la possibilité de vendre l’électricité sur le réseau. En
outre, depuis 1er janvier 2008, une étude de faisabilité technique et économique des diverses solutions énergétiques (énergies renouvelables, réseau de chauffage, pompes à chaleur,
chaudières à condensation, cogénération…) doit être réalisée
pour toute demande de permis de construire dans le neuf et lors
d’une rénovation lourde.
Ainsi, les référentiels ont pour rôle d’accompagner les maîtres
d’ouvrage dans leur démarche de qualité environnementale et
énergétique. Puis les certifications valorisent les performances
obtenues via des paramètres mesurables, ainsi que le système
de management mis en place pour les atteindre.
85
5
CERTIFICATIONS ET BÂTIMENTS TERTIAIRES
À côté des qualités fonctionnelles et sécurisantes qu’ils en
attendent, les acheteurs et loueurs de locaux tertiaires – de
bureaux blancs (locaux construits sans futur acquéreur prévu,
puis mis en vente), par exemple – sont aussi de plus en plus
attentifs à leurs qualités environnementales et énergétiques. De
même, les collectivités locales cherchent à montrer l’exemple
et intègrent dans leurs cahiers des charges des exigences environnementales et énergétiques.
Labels d’efficacité énergétique
Ces certifications répondent aux attentes des maîtres d’ouvrage
de bâtiments tertiaires volontaires, en attestant, prouvant et
validant le respect de règles établies.
L’organisme certificateur
En France, seul Certivéa est habilité à certifier la qualité environnementale et énergétique des bâtiments tertiaires. Cet organisme a été créé en 2006 par le CSTB, dont il est une filiale à
100 %. Il a été accrédité par le Cofrac suivant les critères du
référentiel européen EN 45011 (voir p. 65).
Certivéa missionne, pour ses prestations de certification en
France métropolitaine, dans les DOM-TOM et à l’étranger,
plus d’une centaine d’auditeurs salariés d’organismes ou indépendants. Il organise, pilote et forme ce réseau d’auditeurs, suit
les procédures de certification et accompagne les professionnels lorsque ceux-ci sont confrontés à des questions opérationnelles spécifiques.
Pour les bâtiments tertiaires, Certivéa délivre trois types de
certification :
NF Bâtiments tertiaires démarche HQE® ;
le label Haute performance énergétique (HPE) ;
NF Bâtiments tertiaires en exploitation démarche HQE®.
En septembre 2009, les référentiels existants pour la certification NF Bâtiments tertiaires démarche HQE® concernaient :
86
les immeubles de bureaux ;
les bâtiments d’enseignement ;
les bâtiments commerciaux ;
les bâtiments et plateformes logistiques ainsi que les quais
de messagerie ;
les bâtiments hôteliers ;
les établissements de santé.
NF
NF Bâtiments
Bâtiments tertiaires
tertiaires démarche
démarche HQE®
HQE® et/ou BBC-Effinergie
NF Études thermiques® ;
MPRO® Architecte ;
Qualimo® ;
Qualiprom®;
Qualirésidence(s)®.
Ces certifications deviennent des repères permettant aux maîtres d’ouvrage de faire appel à des professionnels dont les compétences ont été reconnues par un organisme tiers.
Enfin, Certivéa délivre une certification valorisant les compétences d’experts en construction : CSTB Compétence expert
construction. Il s’agit en particulier d’experts mandatés par les
compagnies d’assurance en cas de sinistre dans le bâtiment.
NF Bâtiments tertiaires démarche HQE®
et/ou BBC-Effinergie
Lancée en 2005, la certification NF Bâtiments tertiaires démarche HQE permet de valoriser des bâtiments aux performances
environnementales reconnues. Cette certification s’adresse à
tous les maîtres d’ouvrage volontaires de bâtiments tertiaires,
qu’ils soient publics ou privés, et concerne les phases de programmation, de conception et de réalisation. Elle leur permet
de promouvoir les efforts qu’ils ont déployés pour réduire les
impacts de leurs opérations sur l’environnement et la santé, et
pour optimiser le confort.
87
5
CERTIFICATIONS ET BÂTIMENTS TERTIAIRES
Des travaux sont engagés pour développer de nouveaux référentiels dédiés aux opérations de rénovation, aux équipements
sportifs (salles multisports, équipements aquatiques), aux centres de traitement des données, aux stations de traitement
d’eau, aux bâtiments de restauration. Par ailleurs, Certivéa propose des certifications permettant aux acteurs de la construction de valoriser leur savoir-faire :
Labels d’efficacité énergétique
La certification NF Bâtiments tertiaires démarche HQE couvre
d’ores et déjà la plupart des différents secteurs de bâtiments
tertiaires, y compris les bâtiments logistiques. Elle s’étendra
progressivement à de nouvelles catégories telles que les bâtiments sportifs, culturels, industriels… Elle s’appuie sur des
référentiels techniques élaborés par Certivéa, se basant sur les
14 cibles de la démarche HQE, auxquelles s’ajoute le système
de management de l’opération. Celui-ci permet d’organiser les
différentes étapes de l’opération pour atteindre le niveau des
cibles environnementales fixé, depuis l’élaboration du programme jusqu’à la livraison.
Une variante spécifique sera proposée fin 2009 pour les opérations en rénovation, afin de répondre aux évolutions législatives
et réglementaires issues du Grenelle de l’environnement.
Validation du respect des exigences
Le maître d’ouvrage d’une opération de construction neuve ou
d’une réhabilitation lourde d’un bâtiment tertiaire qui souhaite
obtenir cette certification doit mettre en place des dispositions
répondant aux exigences du référentiel concerné (déterminé
par le futur usage du bâtiment), s’engager à respecter les exigences de la certification contractualisée par un accord avec
Certivéa et participer aux audits. Ces derniers sont réalisés aux
trois phases clés de l’opération : le programme, la conception
et la réalisation. Ils consistent à vérifier que les dispositions du
système de management sont effectivement appliquées et opérationnelles et que la qualité environnementale du bâtiment
répond au profil minimum requis. Si toutes les exigences ont
bien été respectées et si les résultats ont été validés, Certivéa
délivre le certificat, après avis de l’Association HQE et d’un
comité d’application composé de représentants de maîtres
d’ouvrage, d’utilisateurs de bâtiments tertiaires, d’acteurs de la
filière construction et d’experts en construction.
88
NF
NF Bâtiments
Bâtiments tertiaires
tertiaires démarche
démarche HQE®
HQE® et/ou BBC-Effinergie
En septembre 2009, on comptait 351 bâtiments (en France et à
l’étranger) certifiés NF Bâtiments tertiaires démarche HQE.
TYPES
DE BÂTIMENTS
SURFACE
(EN m2)
NOMBRE
D’OPÉRATIONS
%
Bureaux publics et privés
4 363 441
233
72,36
Collèges
278 108
35
10,87
Écoles
62 796
16
4,97
Lycées
137 289
11
3,42
Crèches
10 161
8
2,48
Bibliothèques, médiathèques, conservatoires 21 824
8
2,48
Entrepôts
152 579
6
1,86
Commerces
143 619
3
0,93
Établissements de santé
90 441
2
0,62
Total
5 260 258
322
100 %
Source : Certivéa
Label Haute performance énergétique
Face à la constante augmentation des coûts de l’énergie et au
regard de l’impact direct de la consommation énergétique des
bâtiments sur l’environnement, la performance énergétique est
devenue une priorité pour les maîtres d’ouvrage de bâtiments
tertiaires. Afin de la mesurer précisément et de classer ainsi les
bâtiments sur une échelle commune, cinq niveaux de label
Haute performance énergétique ont été définis par l’arrêté du
8 mai 2007 (voir p. 22).
89
5
CERTIFICATIONS ET BÂTIMENTS TERTIAIRES
La certification s’applique opération par opération. Cependant,
dès lors qu’un maître d’ouvrage a réalisé au moins trois opérations certifiées, il peut mettre en place un « système de management général » qui permet un allégement du processus
d’audits.
Labels d’efficacité énergétique
Depuis 2007, conformément aux conditions fixées dans cet
arrêté, Certivéa, à la suite de la convention passée avec l’État,
est habilité à délivrer ces labels dans le cadre spécifique des
bâtiments tertiaires.
La pratique montre que la seule recherche d’une performance
énergétique, sans intégration dans une démarche globale
s’appuyant sur une réflexion environnementale multicritère,
peut conduire à une « contre-référence ». De ce fait, la délivrance par Certivéa du label de performance énergétique
s’effectue en association avec la certification NF Bâtiments tertiaires démarche HQE®. Le bâtiment doit alors satisfaire aux
exigences du référentiel et justifier d’un profil minimal caractérisé par l’atteinte, sur les 14 cibles de la démarche HQE, de :
trois cibles au niveau « Très performant » : meilleures
pratiques ;
quatre cibles au niveau « Performant » : bonnes pratiques ;
sept cibles au niveau « Base » : pratiques courantes ou réglementaires.
La cible « Gestion de l’énergie » doit atteindre le niveau
« Performant », équivalent au niveau Très haute performance
énergétique (THPE).
Exceptionnellement, il est également possible d’associer la certification NF Bâtiments tertiaires au label BBC-Effinergie, sans
appliquer globalement la démarche HQE®. Le bâtiment doit
alors répondre aux exigences du référentiel et justifier d’un
profil minimal se caractérisant par l’atteinte de 13 des 14 cibles
au niveau « Base ». La cible « Gestion de l’énergie » doit
atteindre le niveau « Très Performant », équivalent au niveau
BBC (voir p. 91).
En septembre 2009, on comptait 151 demandes de labels, dont
50 au niveau BBC-Effinergie. Pour tous les niveaux de label,
une vérification sur site est systématiquement réalisée à chaque
opération (voir les 14 cibles, p. 14-15).
90
NF
NF Bâtiments
Bâtiments tertiaires
tertiaires en
en exploitation,
exploitation, démarche
démarche HQE®
HQE®
NF Bâtiments tertiaires en exploitation,
démarche HQE®
La certification NF Bâtiments tertiaires en exploitation démarche HQE permet de distinguer des bâtiments en exploitation
aux performances environnementales et énergétiques reconnues. Cette certification s’adresse à tout propriétaire, exploitant
(avec accord du propriétaire) ou utilisateur (s’il occupe plus de
50 % des surfaces privatives du bâtiment), volontaire, de bâtiment tertiaire, public ou privé. Le porteur de la certification est
celui qui met en œuvre le système de management et qui
assume la responsabilité des exigences environnementales.
Cette certification s’adresse à tous les types de bâtiments tertiaires en exploitation, sauf aux bâtiments de santé – qui ne
sont pas encore concernés. Elle s’applique opération par opération, mais un porteur de la certification peut généraliser la
démarche à l’ensemble de son patrimoine et, dans ce cas, mettre en place un système de management général qui permet un
allégement du processus d’audits.
La certification est délivrée à l’issue d’audits portant sur trois
critères :
la qualité environnementale intrinsèque du bâtiment ;
le management environnemental de l’exploitation : maintenance des équipements, entretien des espaces, suivi des consommations et des paramètres de confort, etc. ;
la qualité environnementale des pratiques : bonnes pratiques
des occupants, de l’exploitant, des prestataires, etc.
Pour atteindre la certification NF Bâtiments tertiaires en
exploitation démarche HQE, il convient d’ailleurs qu’une
majorité des utilisateurs s’engage dans la démarche.
Le propriétaire, l’exploitant ou l’utilisateur d’un bâtiment tertiaire qui souhaite obtenir cette certification doit, par conséquent, mettre en place des dispositions répondant aux
exigences des trois référentiels (un pour chacun des critères
91
CERTIFICATIONS ET BÂTIMENTS TERTIAIRES
5
Labels d’efficacité énergétique
cités ci-dessus), s’engager à respecter les exigences de la certification, contractualisée par un accord avec Certivéa, et participer aux audits : un audit d’admission la première année et un
audit de suivi les années suivantes. La certification est valable
pour une durée de cinq ans, renouvelable.
Si toutes les exigences ont été respectées et si les résultats ont
été validés, Certivéa délivre le certificat, après avis d’un comité
composé de représentants de maîtres d’ouvrage, d’utilisateurs
de bâtiment, d’acteurs de la filière construction et d’experts.
Ceux-ci peuvent réclamer des examens complémentaires. Le
porteur certifié peut ensuite valoriser la qualité environnementale de son exploitation dans sa communication.
Temporairement, cette certification peut ne pas être associée à
la démarche HQE, lorsque la qualité environnementale intrinsèque du bâtiment en exploitation n’est pas à niveau le jour de
la demande. Le demandeur doit alors s’engager à la satisfaire
dans un délai de trois ans maximum.
Les certifications Certivéa pour les acteurs
de la construction
Les professionnels de la construction peuvent, comme toute
autre entreprise, mettre en œuvre une démarche qualité et
s’engager dans une certification de cette démarche, délivrée par
un organisme agréé. L’Afnor certification et le CSTB ont conçu
des référentiels que l’on peut auditer et ont apporté une valeur
ajoutée sur le fond, par rapport au référentiel ISO plus général,
en les axant sur une approche métier. Les référentiels présentent ainsi l’avantage d’être rédigés dans le langage usuel des
professionnels de la construction et de s’appuyer sur une véritable connaissance de celle-ci et de ses besoins. Ils rappellent
les réglementations et les bonnes pratiques à prendre en compte
et soulignent les points singuliers à traiter spécifiquement.
92
NF
NF Études
Études thermiques®
thermiques®
NF Études thermiques®
Face à la priorité donnée actuellement à l’efficacité énergétique, la qualité des études thermiques doit être irréprochable. En
vigueur depuis 2007, la certification NF Études thermiques
garantit la conformité à la réglementation en vigueur et la pertinence des études remises aux clients ; elle certifie ainsi les
compétences du bureau d’études. L’organisation interne du
bureau d’études, les moyens qu’il possède et la qualité des calculs réalisés et des documents remis sont également analysés.
Cette certification donne l’occasion aux bureaux d’études thermiques, engagés dans une démarche qualité, de faire valider
celle-ci et de la faire valoir auprès de leurs clients potentiels.
La certification NF Études thermiques s’adresse donc aux
bureaux d’études thermiques, lesquels sont ensuite titulaires du
droit d’usage de la marque et peuvent alors certifier les études.
Les exigences portent sur :
la qualité des études : bonne adéquation de l’étude avec le
type de demande, auto-contrôle des études, traitement des
anomalies, contenu du rapport, attestation de nonconformité ;
la qualité des services : prescription et veille réglementaire,
prescription qualité, prescription et veille technologique ;
la qualité de l’organisation : compétences du bureau d’études, documentation, moyens de calculs, assurances, archi-
93
5
CERTIFICATIONS ET BÂTIMENTS TERTIAIRES
Les candidats à ce type de certification semblent davantage
désireux de faire évoluer la qualité en interne et entre partenaires que de l’utiliser comme un outil de marketing, même si la
certification est aussi un moyen de valorisation vis-à-vis de
l’extérieur. Ils peuvent également considérer cette certification
comme une étape dans le parcours à suivre pour obtenir la certification ISO 9001 ou ISO 14000.
Labels d’efficacité énergétique
vage, documents et données, planification, sous-traitance,
réclamations, amélioration continue.
Pour évaluer le bureau d’études, Certivéa missionne des auditeurs qui réalisent un audit détaillé en interne des méthodes de
travail et vérifient les dispositions mises en place par le bureau
d’études demandeur pour satisfaire aux exigences du référentiel.
Si toutes les exigences ont bien été respectées et si les résultats
ont été validés, Certivéa délivre le certificat, après avis d’un
comité composé de représentants de bureaux d’études, de
clients de bureaux d’études (maîtres d’ouvrage, promoteurs
constructeurs), de producteurs d’énergie, de fabricants de
matériaux, d’organismes de certification. La certification obtenue par le bureau d’études est valable pendant une durée de
trois ans, renouvelable. Deux audits de suivi sont systématiquement effectués au cours de cette période.
En septembre 2009, sept bureaux d’études thermiques étaient
porteurs de la certification NF Études thermiques et environ
50 000 études avaient été certifiées.
MPRO® Architecte
Instituée en 2001, la certification MPRO Architecte, à l’instar
de la certification pour les bureaux d’études, atteste les compétences d’une agence d’architecture pour gérer les opérations de
conception et de réalisation des projets de construction. Elle est
délivrée à l’issue d’un audit de l’organisation de l’agence et
s’appuie sur le respect d’exigences décrites dans un référentiel
technique établi par l’Unsfa (Union nationale des syndicats
français d’architectes).
Les exigences du référentiel portent sur :
le management de la démarche qualité comme, par exemple,
les méthodes mises en place pour impliquer les collaborateurs dans cette démarche ;
94
Qualiprom®
Qualiprom®
la gestion des compétences et de la formation ;
l’offre et le contrat ;
le management des missions en elles-mêmes ;
les prestations directement liées à la conception de
l’ouvrage ;
les prestations directement liées à sa réalisation ;
les prestations complémentaires telles que l’assistance au
maître d’ouvrage, la coordination SPS (sécurité, protection
de la santé), études de diagnostic… ;
l’évaluation de la satisfaction du client et le bilan de la
mission ;
le suivi précis des coûts d’agence pour chaque mission.
La certification délivrée par Certivéa est valable pour une durée
de 18 mois, renouvelable.
Qualiprom®
Lancée en 2002, la certification Qualiprom s’adresse à tout
promoteur constructeur de bâtiments tertiaires ou d’opérations
de logement qui veut faire valider la qualité de son processus
de management opérationnel. Qualiprom permet aux promoteurs candidats d’afficher vis-à-vis de leurs clients – acheteurs
potentiels – la preuve d’une qualité reconnue par un organisme
indépendant.
La certification Qualiprom incite le plus souvent les promoteurs constructeurs à faire évoluer l’organisation interne de leur
entreprise, notamment les rapports entre tous les collaborateurs, ainsi que les relations avec les partenaires. L’objectif de
Qualiprom est en effet d’aider les différents acteurs d’un projet
à mieux travailler ensemble, du programme jusqu’à l’exécution, d’où, par exemple, l’importance de la préparation de
chantier. La certification a aussi l’avantage d’induire une obligation de traçabilité, d’écriture et de communication, car les
95
CERTIFICATIONS ET BÂTIMENTS TERTIAIRES
5
Labels d’efficacité énergétique
défauts à la réception d’une opération sont souvent liés à des
non-dits et à des malentendus.
Délivrée à l’issue d’un audit de l’organisation de la société, la
certification Qualiprom atteste le respect des exigences décrites
dans un référentiel technique établi par le CSTB et Afnor Certification avec la Fédération nationale des promoteurs constructeurs (FNPC).
Les exigences portent sur :
les différentes orientations développées par la direction en
matière d’organisation et de développement ;
la maîtrise de la documentation ;
la planification des opérations ;
les actes d’engagement ;
les documents de référence de programmation pour la conception architecturale et technique de bâtiments, rappelant
les objectifs de l’opération ;
les contrats avec les prestataires et les sous-traitants ;
les suivis de la conception et de la réalisation de l’ouvrage ;
la démarche de commercialisation ;
les garanties et les services ;
les processus mis en place pour une démarche d’amélioration continue.
La certification délivrée par Certivéa est valable pendant une
durée de trois ans, renouvelable. Un audit de suivi est pratiqué
18 mois après la date de certification. En septembre 2009,
20 promoteurs constructeurs étaient certifiés.
Qualimo®
Créée en 2001, la certification Qualimo a la particularité de
concerner précisément la maîtrise d’ouvrage de logements
neufs à vocation locative comme, par exemple, les offices
publics de HLM, les Opac ou les entreprises sociales pour
96
®
Qualiprom
Qualimo®
À travers la démarche Qualimo, le maître d’ouvrage cherche
tout d’abord à clarifier le rôle des acteurs et en premier lieu au
sein de son entreprise, ce qui l’amène souvent à revoir son
organisation interne. Le but de cette réorganisation est de
mieux adapter les produits et les services aux besoins des futurs
locataires. Cette évolution des pratiques professionnelles en
interne doit ensuite s’étendre à l’extérieur vers les autres partenaires de la construction. Ainsi, Qualimo incite davantage à
faire évoluer la gestion des interfaces entre les acteurs que les
métiers eux-mêmes, pour une plus grande cohérence interne et
une plus grande cohérence de la filière.
La certification Qualimo est délivrée à l’issue d’un audit de
l’organisation de l’activité construction neuve du maître
d’ouvrage. Elle s’appuie pour cela sur un référentiel établi par
l’Union sociale pour l’habitat.
Les exigences portent sur :
la maîtrise des activités fonctionnelles liées à l’organisation ;
la maîtrise des activités de réalisation des opérations ;
les études d’opportunité ;
les études de faisabilité ;
les programmes ;
les contrats des intervenants pour la phase de conception ;
les suivis de conception ;
la passation des marchés de travaux ;
la préparation des chantiers ;
les actions du maître d’ouvrage pendant la réalisation ;
la réception des ouvrages ;
la livraison aux gestionnaires.
97
5
CERTIFICATIONS ET BÂTIMENTS TERTIAIRES
l’habitat (ESH). Qualimo s’adresse donc également à de futurs
gestionnaires. L’objectif de Qualimo est de démontrer l’aptitude du maître d’ouvrage à maîtriser ses processus de construction, depuis l’étude d’opportunité jusqu’à la fin de l’année de
parfait achèvement, ainsi que les délais et les coûts.
Labels d’efficacité énergétique
La certification est délivrée à l’issue d’un audit externe vérifiant que les exigences du référentiel ont bien été respectées.
Qualirésidence(s)®
Instaurée en 2006, la certification Qualirésidence(s) s’adresse à
tout gestionnaire d’une ou de plusieurs résidences – publiques
ou privées – et valide sa capacité à mettre en œuvre des processus efficaces pour en améliorer la gestion qualitative. Une
démarche structurée doit être conçue et appliquée de manière à
répondre aux enjeux et aux attentes des habitants de résidences.
Elle doit aussi faire progresser les relations avec les partenaires
(collectivités locales, services publics, prestataires de services,
entreprises sous contrat…) qui contribuent à la qualité du service rendu aux résidents.
Les exigences du référentiel, établi en collaboration avec des
professionnels, portent sur :
98
le pilotage par la direction générale de l’organisme de
gestion ;
la capacité de conduite d’un projet d’amélioration de la qualité de la gestion résidentielle ;
la communication avec les résidents et les partenaires, après
avoir défini un plan de communication du projet dans lequel
les uns et les autres sont impliqués. Les habitants doivent au
moins être informés des objectifs et du plan d’action, de la
réalisation annuelle du projet et de l’évaluation des
résultats ;
le diagnostic des opportunités, des problèmes et l’identification des améliorations potentielles ;
la stratégie et la définition des objectifs ;
la définition du plan d’action ;
le suivi de la mise en œuvre du plan d’action ;
l’évaluation des résultats du projet.
CSTB
CSTB Compétence
Compétence expert
expert construction®
construction®
CSTB Compétence expert construction®
En collaboration avec le CSTB et la Compagnie française des
experts construction (CFEC), Certivéa a développé une certification attestant spécifiquement les compétences des experts
construction : CSTB Compétence expert construction. En septembre 2009, on comptait 159 experts construction certifiés.
Les exigences portent sur :
la formation initiale et l’expérience professionnelle de
l’expert ;
la connaissance technique des différentes pathologies couramment traitées ;
la qualité et la conformité des études réalisées ;
la validité des analyses de caractère technique ;
la prise en compte des réclamations ;
l’engagement dans une démarche d’amélioration continue.
Certivéa délivre le certificat à l’issue d’un examen annuel
visant à vérifier les connaissances et aptitudes du candidat. Cet
examen comprend une session écrite d’une journée et un entretien avec un jury composé d’experts et d’assureurs. Le certificat est valable trois ans.
99
5
CERTIFICATIONS ET BÂTIMENTS TERTIAIRES
La certification est attribuée pour une durée de trois ans, renouvelable, au cours de laquelle deux audits de suivi sont systématiquement effectués.
CHAPITRE
6
DIAGNOSTIC
DE PERFORMANCE
ÉNERGÉTIQUE
Une obligation réglementaire
Une obligation réglementaire
Depuis novembre 2006 pour la vente d’un logement existant et
depuis juillet 2007 pour la vente ou la location d’un logement
neuf ou existant, un DPE doit être réalisé et annexé à l’acte de
vente ou au bail de location. Le niveau de consommation
obtenu est comparé à une échelle de référence et le résultat synthétisé sous la forme de deux étiquettes, « Énergie » et
« Climat », similaires aux Étiquettes énergie destinées à l’électroménager. Le diagnostic est accompagné de recommandations permettant d’économiser l’énergie et d’améliorer la
performance énergétique du logement ou du bâtiment.
La validité du DPE est de 10 ans mais, à la différence du diagnostic amiante, plomb ou termites, ce diagnostic thermique
n’a qu’une valeur informative : l’acquéreur ou le locataire ne
peut s’en prévaloir à l’encontre du propriétaire. Il n’est donc
pas opposable. L’obligation de fournir un DPE s’applique pour
le moment en France métropolitaine uniquement. Les bâtiments tertiaires en location n’y sont pas non plus soumis, de
même que les maisons de retraite et les foyers. En revanche, les
résidences universitaires doivent réaliser un DPE.
Pour montrer l’exemple, depuis janvier 2008, les bâtiments
recevant du public doivent faire réaliser un DPE et afficher son
résultat de manière visible pour les visiteurs, à proximité de
l’entrée principale ou du point d’accueil. Le DPE des bâtiments
103
ÉNERGÉTIQUE
6
DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE
Le Diagnostic de performance énergétique (DPE) n’est pas à
proprement parler un label ou une certification. Cependant, il a
aussi pour but de promouvoir la performance énergétique d’un
logement ou d’un bâtiment auprès de futurs occupants. Et si
cette performance n’est pas à niveau, le DPE incite les propriétaires et gestionnaires à réaliser des travaux d’efficacité énergétique, qui occasionnent par conséquent des réductions de
charges, le diagnostiqueur ayant un rôle de conseiller.
Labels d’efficacité énergétique
publics contient les mêmes informations que celui réalisé pour
un logement ou un bâtiment tertiaire.
Une information pédagogique
Pour pouvoir afficher un résumé du DPE de manière pédagogique, celui-ci est interprété sur des échelles de référence allant
de A (« Économe en énergie, faible émission de gaz à effet de
serre ») à G (« Énergivore, forte émission de gaz à effet de
serre »), sous forme de deux étiquettes. Sur l’étiquette
« Énergie », la performance en termes de consommation
annuelle d’énergie est indiquée à la fois en kilowattheures par
mètre carré et par an, et en euros. Sur l’étiquette « Climat », la
performance en termes d’émission de gaz à effet de serre
(GES) est exprimée en kilogrammes d’équivalent CO2 par
mètre carré et par an.
Logement
Logement économe
≤ 50
A
51 à 90
91 à 150
151 à 230
231 à 330
331 à 450
B
C
D
XXX
E
kWhep/m2.an
F
G
> 450
Logement énergivore
Étiquette « Énergie »
104
Des aides pour les particuliers
6 à 10
11 à 20
21 à 35
36 à 55
56 à 80
B
C
D
E
F
G
> 80
XX
kgéq CO2/m2.an
Forte émission de GES
Étiquette « Climat »
Des aides pour les particuliers
Le diagnostic est accompagné de conseils de bon usage et de
bonne gestion du logement ou du bâtiment et de ses équipements, ainsi que de recommandations de travaux destinées à
inciter le propriétaire ou le gestionnaire à améliorer la performance énergétique. Ces travaux peuvent profiter d’aides et de
prêts à taux préférentiels. Les particuliers peuvent notamment
bénéficier du nouveau éco-prêt à taux zéro, du crédit d’impôt
développement durable, d’une TVA à 5,5 %, de subventions de
l’Anah (Agence nationale de l’habitat), d’aides de collectivités
locales, de prêts ciblés.
L’Éco-PTZ
La loi de finances 2009 a adopté un engagement du Grenelle de
l’environnement, l’éco-prêt à taux zéro, pour inciter à la rénovation énergétique des logements. L’éco-PTZ concerne les
logements achevés avant le 1er janvier 1990 et habités en rési-
105
ÉNERGÉTIQUE
A
DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE
≤5
6
Logement
Faible émission de GES
Labels d’efficacité énergétique
dence principale. Son obtention est soumise à la réalisation
d’un bouquet de travaux (une combinaison d’au moins deux
catégories de travaux éligibles) ou à l’amélioration de la performance énergétique globale du logement de façon à atteindre un
niveau minimal.
Les matériaux et équipements doivent être fournis et posés par
des professionnels et répondre à des caractéristiques techniques
minimales.
Le montant du prêt est de 20 000 € si le bouquet est de deux
travaux et de 30 000 € s’il est de trois travaux, ou si l’on opte
pour l’amélioration de la performance énergétique globale du
logement, en passant de plus de 180 kWh/m2.an à moins de
150 kWh/m2.an ou de moins de 180 kWh/m2.an à moins de
80 kWh/m2.an.
La durée maximale du prêt est de 10 ans. Jusqu’au 1er janvier
2011, il est possible de cumuler l’éco-PTZ et le crédit d’impôt.
Le crédit d’impôt
La loi de finance 2009 a modifié et prolongé, jusqu’au
31 décembre 2012, le crédit d’impôt en faveur du développement durable et des économies d’énergie.
Les changements à la baisse : les chaudières basse température et les pompes à chaleur (PAC) air-air ne sont plus éligibles
au crédit d’impôt ; le taux applicable aux appareils de chauffage au bois et aux PAC passe de 50 à 40 % pour les dépenses
payées en 2009, puis à 25 % pour celles payées à compter de
2010 (sauf logements achevés avant 1977 et travaux réalisés
dans les deux années suivant l’acquisition).
Les changements à la hausse : crédit d’impôt étendu aux frais
de main-d’œuvre pour les travaux d’isolation thermique des
parois opaques ; crédit d’impôt de 50 % pour un DPE non
obligatoire ; crédit d’impôt étendu aux propriétaires-bailleurs
106
Économies partagées
Lorsque le logement loué est situé dans un immeuble collectif,
le DPE ne concerne pour le moment que les parties privatives,
c’est-à-dire l’appartement. Le projet de loi Grenelle 2 propose
de trouver un consensus pour que les économies de charges
obtenues suite à des travaux d’économies d’énergie soient
réparties entre le propriétaire-bailleur et le locataire. Ce partage
des investissements devrait inciter à la rénovation des logements locatifs et particulièrement de ceux construits avant la
réglementation thermique de 1974, soit près de 75 % des logements en location. En effet, jusqu’alors, un propriétairebailleur considérait avoir peu d’intérêt à investir dans les économies d’énergie dont bénéficiait le seul locataire, contrairement à un propriétaire-occupant.
Deux possibilités de contributions sont envisagées.
Soit la moitié au maximum des économies réalisées sur la
facture énergétique est reversée au propriétaire-bailleur à
l’issue des travaux. Cette somme est fonction du retour sur
investissement estimé ou des résultats d’un audit ayant calculé le gain sur les consommations.
Soit les bailleurs pourront, pour les logements construits
avant 1948, réclamer dans la quittance de loyer un forfait
supplémentaire de 20 € maximum par mois. Le montant sera
fixe non révisable, ce pour une durée de 10 à 15 ans. Suite à
une étude qu’elle a réalisée en février 2009, l’Ademe estime
que, dans tous les cas, le mécanisme est favorable au locataire, qui réalise plus d’économies qu’il ne paye de surplus
sur son loyer.
Dans un premier temps, seuls les travaux réalisés dans les parties communes seront concernés, par exemple l’installation
d’une nouvelle chaudière collective, mais une extension aux
107
ÉNERGÉTIQUE
Économies partagées
6
DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE
pour des logements de plus de deux ans loués à titre de résidence principale pendant au moins cinq ans.
Labels d’efficacité énergétique
parties privatives des logements loués, si les travaux sont
d’intérêt collectif, est envisagée.
Calcul du DPE
Le contenu du DPE est réglementé et prend en compte les consommations d’énergie liées au chauffage, à la production d’eau
chaude sanitaire, au refroidissement et à la ventilation. Il décrit
le bâtiment ou le logement et les équipements concernés par les
consommations d’énergie, ainsi que leurs conditions d’utilisation.
Dans l’existant, deux types de méthodes d’évaluation de la performance énergétique des bâtiments sont utilisables.
Pour des maisons et des appartements avec chauffage et production d’eau chaude individuels, le calcul des consommations d’énergie et des émissions de CO2 est théorique. Elles
sont estimées à partir des caractéristiques du bâti et des équipements, et pour une utilisation standard.
Pour les autres bâtiments, dont les logements en copropriété
avec une installation de chauffage et de production d’eau
chaude collective, les calculs de consommations réelles se
font sur la base de décomptes de charges ou de relevés de
consommations. Dans le cas où le diagnostiqueur ne peut
avoir accès aux factures d’énergie, il lui est dans certains cas
possible d’utiliser une méthode de calcul conventionnelle
pour effectuer les estimations de consommations énergétiques.
Dans le neuf, la RT 2005 sert de base pour effectuer le DPE des
logements et bâtiments tertiaires. Il est calculé par un diagnostiqueur à partir de la fiche de synthèse du calcul réglementaire
réalisé par le bureau d’études au moment de la conception.
108
Des diagnostiqueurs aux compétences reconnues
Des diagnostiqueurs
aux compétences reconnues
Depuis le 1er novembre 2007, tout diagnostiqueur immobilier doit
être certifié par un organisme accrédité et avoir souscrit une assurance (JO du 7 septembre 2006). Ses compétences thermiques
nécessaires pour effectuer des DPE doivent par conséquent être
validées, et un document attestant que le diagnostiqueur est en
règle au regard de ces obligations doit être remis au client. Les
prescripteurs de DPE doivent donc veiller à ce que le diagnostiqueur ait bien été formé et possède cette attestation. Les particuliers peuvent se renseigner auprès des Espaces-info énergie de
l’Ademe (tél. : 0 810 060 050), habilités à renseigner le public sur
les modalités de réalisation et le contenu du DPE.
Le coût des diagnostics incombe en cas de vente au vendeur, en
cas de construction au maître d’ouvrage, et en cas de location
au propriétaire-bailleur. Les tarifs des diagnostics n’étant pas
réglementés, il est recommandé de mettre en concurrence plusieurs diagnostiqueurs ou de demander à l’agent immobilier de
fournir plusieurs références. En moyenne, les prix d’un DPE
varient entre 150 et 250 €, mais tout dépend du type de bien à
diagnostiquer.
La validité de 10 ans du DPE perdure quels que soient les travaux
entrepris sur le bâtiment durant cette période. Cependant, suite à
des travaux d’amélioration énergétique, notamment ceux recommandés lors du DPE, le propriétaire a le plus souvent intérêt à faire
réaliser un nouveau DPE, qui sera représentatif du bien rénové,
surtout si celui-ci doit être loué ou vendu. La réalisation d’un DPE
non obligatoire bénéficie d’un crédit d’impôt de 50 %.
109
ÉNERGÉTIQUE
Le DPE doit être effectué par un diagnostiqueur immobilier
qualifié ou par un bureau d’études thermiques. Les DPE de
logements concernent plusieurs milliers de diagnostiqueurs
immobiliers en France, le nombre de transactions étant de plus
de deux millions par an et la validité du DPE de 10 ans.
DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE
6
EXEMPLES
D’OPÉRATIONS
CERTIFIÉES
OU LABELLISÉES
Minergie, Passivhaus et Effinergie
Minergie
Réalisations labellisées Minergie
Une enveloppe très performante
Maître d’ouvrage : M. et Mme Guillot-Dulac
Architecte : Fabrice Moretti
Entreprise générale : maisons Dauphine Savoie
Études fluides : Bastide et Bondoux
Située à Challes dans l’Ain, cette maison, à l’architecture traditionnelle, présente une surface
habitable de 186 m2.
L’isolation de l’enveloppe de la maison a été renforcée :
isolation toiture : 32 cm d’ouate de cellulose ;
isolation des murs : 15,4 cm d’ouate de cellulose ;
isolation du sol en contact avec le terrain : U = 0 ,22 ;
fenêtres avec double-vitrage à faible émissivité et lame argon, Ug = 1,6.
Le système de ventilation est à double-flux, et le chauffage est assuré par une pompe à chaleur
géothermique à capteurs verticaux, reliée à un plancher chauffant hydraulique, et par un poêle à
bûches en appoint.
L’eau chaude sanitaire est assurée par un chauffe-eau solaire individuel avec deux capteurs thermiques de 5 m2 et un ballon de 3 000 litres.
© Prioriterre
La récupération des eaux de pluie est faite dans une cuve extérieure en ciment d’une capacité de
500 litres.
114
Minergie
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
Maître d’ouvrage : un particulier
Architecte : agence Canale 3 Architecture
Études fluides : S2T
Études structures : Betc Masse
Situé à Paris dans le XXe arrondissement, cet immeuble d’habitat collectif propose 4 logements
du T1 au T4 pour une surface habitable totale de 338 m2. Les besoins en chauffage ne devrait pas
dépasser 14,7 kWh/m2.an.
La structure de l’immeuble est en profilés acier et l’isolation de l’enveloppe a été renforcée :
isolation toiture : 40 cm de laine de bois ;
isolation des murs en contact avec l’extérieur et mitoyens : 34 cm de laine de bois ;
isolation des murs en contact avec le terrain : 16 cm de mousse phénolique ;
isolation entre le rez-de-chaussée et le sous-sol : 35 cm de laine de roche sous dalle de 22 cm ;
fenêtres avec triple vitrage, Uw = 0,7.
Le système de ventilation est à double-flux avec échangeur thermique rotatif (jusqu’à 90 % de
rendement).
Le chauffage est assuré par une pompe à chaleur géothermique à capteurs verticaux (150 m) :
pieux de fondation en béton armé intégrant les sondes géothermiques.
© Prioriterre
La récupération de chaleur des eaux usées assure le préchauffage de l’eau chaude sanitaire.
115
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Des besoins en chauffage inférieurs à 15 kWh/m2.an
Minergie
Un puits canadien hydraulique
Maître d’ouvrage : Pluralis
Architecte : Rigassi Architecte
Études fluides : Traulle
Située à La Terrasse en Isère, « la Petite Chartreuse » est composée de deux bâtiments Minergie
(174 m2) et Minergie P (328 m2), abritant au total 6 appartements. La façade nord-nord-ouest du
bâtiment Minergie est partiellement enterrée mais le bâtiment est moins isolé globalement que le
bâtiment Minergie P.
L’isolation de l’enveloppe des immeubles a été renforcée :
isolation des murs en ossature bois : 32 cm de laine de bois ;
isolation par l’extérieur de la façade enterrée : 12 cm de polystyrène expansé ;
isolation du plancher : 20 cm de polystyrène extrudé sous dallage ;
isolation du plancher de toiture sous grenier : 40 cm de laine de bois ;
fenêtres avec triple vitrage.
Le système de ventilation double-flux est associé à une pompe à chaleur. L’air pulsé est préchauffé en hiver ou rafraîchi en été par un puit canadien hydraulique.
© Prioriterre
La production d’eau chaude sanitaire est assurée par 4,8 m2 de panneaux solaires thermiques sur
chaque bâtiment avec la pompe à chaleur en appoint.
116
Minergie
Des murs capteurs
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
Les besoins en chauffage de cette maison, de 113 m2 de surface habitable et 141,5 m2 de surface
utile située à Briis-sous-Forges dans l’Essonne, ne devraient pas dépasser 35 kWh/m2.an.
L’isolation de l’enveloppe de la maison a été renforcée :
isolation toiture : panneaux sandwich (bois/polystyrène/bois) de 20 cm + 27 cm de fibres de
bois ;
isolation des murs : 14 cm de laine de bois + 6 cm de fibres de bois à l’extérieur ;
isolation du plancher : 12 cm de polystyrène extrudé sous dallage ;
fenêtres avec double-vitrage à faible émissivité et lame argon.
Le chauffage de la maison est assurée par 12 m2 de murs capteurs en façade sud : doubles vitrages
positionnés devant des murs maçonnés de 20 cm, équipés de brise-soleil extérieurs (en blanc sur
la photo) + un poêle à bûches de 6,5 kW et, en appoint, un sèche-serviettes électrique dans la
salle de bains.
La production d’eau chaude sanitaire est assurée par un ballon thermodynamique avec pompe à
chaleur sur air extérieur puisant les calories de la ventilation.
© Prioriterre
La récupération des eaux de pluie assure l’alimentation des toilettes, du lave-linge et du jardin.
117
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Entreprise générale : Mio’terr (maisons bioclimatiques et territoires)
Maîtrise d’œuvre : Matières d’espaces architectes ingénieurs associés
Charpente : Bois et Structures de Paris
Passivhaus
Réalisations labellisées La Maison Passive
Maisons dans le sud, sans climatisation, ni chauffage
Maître d’ouvrage : Vision Eco-Habitats
Cette maison Carroz de 150 m2 fait partie des villas passives « Vision », toutes certifiées par le Passivhaus Institut allemand. Pour atteindre cette performance, l’ensemble des techniques courantes de
construction a été revu : empreinte environnementale, économies d’énergie, confort de vie et qualité de l’air intérieur. Les consommations en énergie primaire (chauffage, eau chaude) représentent
7,5 kWh/m2.an.
© Vision Eco-Habitats
Les principaux moyens mis en œuvre :
béton banché isolé par l’extérieur. Choix du béton, malgré l’énergie grise supérieure à celle
par exemple consommée par une construction bois, pour son inertie favorable au confort d’été
pour ces villas méditerranéennes et pour son étanchéité à l’air durable dans le temps ;
isolation par l’extérieur en polystyrène expansible, 23 cm ;
ventilation double flux à récupération de chaleur > à 85 %, couplée à un puits canadien ;
pas de climatisation, régulation des apports solaires à l’aide de casquettes, de stores extérieurs
à lamelles orientables, de végétation à feuilles caduques ;
pas d’équipement de chauffage, apports de chaleur par solaire passif, apports internes, ventilation double flux, puits canadien ;
production d’eau chaude sanitaire solaire (4,5 m2). Appoint en hiver par micro pompe à chaleur à haut rendement, couplée sur le système de ventilation ;
photovoltaïque : puissance 2 990 Wc, production annuelle 4 400 kWh, revenu annuel
2 200 € ;
récupération des eaux pluviales : 15 m3 pour les chasses d’eau et le jardin.
118
Passivhaus
1re maison passive certifiée en Ile-de-France : BBC – 30 %
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
Cette maison passive 161 m2, située à Bessancourt (95), ne devrait consommer en moyenne que
11 kWh/m2.an pour le chauffage.
© Karawitz Architecture
Les principaux moyens mis en œuvre :
forme compacte ;
maison très fermée au nord pour limiter les déperditions et très ouverte au sud pour profiter
des apports solaires gratuits ;
structure : assemblage de panneaux de bois massif non traités de très grande dimension, préfabriqués en atelier et assemblés sur place en deux semaines ;
seconde peau en bambou ;
bardage ajouré en mélèze non traité, passant devant les fenêtres au nord, est et ouest, et se
retournant sur la toiture ;
volets panneaux rigides en bambou sur les grandes baies du sud ;
fenêtres à triple vitrage, menuiseries bois ;
ventilation double flux ;
panneaux thermiques et photovoltaïques (25 m2 produisant 4 485 kWh/an d’électricité) ;
en toiture.
119
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Architectes : cabinet Karawitz
Bureaux d’études thermiques : Karawitz Architecture – Solares Bauen
Passivhaus
« De la passivité à la positivité » à Saint-Dié-des-Vosges
Maître d’ouvrage : Le Toit Vosgien
Architecte : F. Lausecker
Bureau d’études thermique : Gest’Energie
Bureau d’études bois : Act’bois
© Le Toit Vosgien
« Les Héliades » sont composées de 30 logements, traversants et dotés d’une loggia au sud, répartis en deux immeubles R+3 et R+4, sur un site difficile avec des aménagements paysagers de qualité. La structure est en ossature bois avec attique, les planchers et les murs de refend en panneaux
de grandes dimensions contrecollés KLH préfabriqués. L’enveloppe est isolée par l’extérieur en
laine minérale et les menuiseries sont à triple vitrage et dotées de stores extérieurs pour gérer les
apports passifs, l’été. Un effort a également été porté sur les performances acoustiques, en réalisant le concept de la boîte dans la boîte.
L’opération est passive par sa conception (besoins de chauffage inférieurs à 15 kWh/m2.an) puis
positive grâce à sa production d’électricité photovoltaïque par panneaux intégrés aux toitures
(1 000 m2 pour 143 kWh) ; la production représente environ 38,2 kWh/m2.an en énergie primaire.
Le chauffage de chaque logement est assuré par une VMC double flux individuelle avec échangeur et batterie électrique de 2,2 kW. L’eau chaude sanitaire est produite par des capteurs solaires
thermiques collectifs alimentant des ballons individuels de 200 à 400 litres selon les logements,
l’appoint étant produit par une chaudière collective gaz à condensation de 25 kW et une cogénération gaz de 12,5 kW thermique et 4,7 kW électrique.
120
Effinergie
Réalisations labellisées BBC-Effinergie
Ce projet a été retenu dans le cadre de l’appel à projets « bâtiments basse consommation d’énergie – Effinergie » lancé par l’Ademe et la Région Languedoc-Roussillon en 2007. Il concerne la
réhabilitation d’un bâtiment existant et la construction d’un nouveau bâtiment (SHON 881 m+2,
SU 676 m+2), dans le cadre d’une démarche HQE à Sigean.
© Effinergie - Perris Architectes
Enveloppe thermique
Structure : bardage bois isolé par 15 cm de laine de cellulose projetée
(R = 3,75 m+2.K/W) – mur béton de 20 cm isolé par 15 cm de laine de cellulose projetée à
l’intérieur (R = 3,75 m2.K/W)
Plancher bas de l’extension sur terre plein : dalle béton isolée sous toute la surface par 10 cm de
mousse de polyuréthane (R = 4 m2.K/W)
Plancher bas sur vide sanitaire : dalle béton isolée sous toute la surface par 10 cm de mousse
de polyuréthane (R = 4 m2.K/W)
Plafond existant : plafond en tôle métallique étanchée, isolé par 30 cm de laine de cellulose
projetée (R = 7,5 m2.K/W)
Plafond extension : bac acier isolé par 30 cm de laine de cellulose projetée (R = 7,5 m2.K/W)
+ 8 cm de mousse de polyuréthane (R = 3,2 m2.K/W)
Vitrage : menuiseries bois et doubles vitrages peu émissifs ; menuiseries aluminium à rupture
de ponts thermiques et doubles vitrages peu émissifs.
Équipements
Chauffage – refroidissement : ventilo-convecteurs 4 tubes reliés à un groupe de production
d’eau chaude et d’eau glacée (pompe à chaleur air/eau réversible) pour les bureaux et la salle
de réunion – COP nominal = 2,87 et EER nominal = 3,12. Centrale de traitement d’air pour la
salle de spectacles. Panneaux rayonnants pour les sanitaires.
Ventilation : ventilation double flux pour les bureaux et la salle de réunion, simple flux pour
les sanitaires et les circulations, centrale de traitement d’air double flux à débit variable
Éclairage : puissance installée = 6,6 W/m2
Photovoltaïque : 27 kWc intégré en toiture
121
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
Maître d’ouvrage : Communauté de communes des Corbières en Méditerranée
Architecte : Perris.perris Architectes – Bureau d’études : ETB
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Centre administratif très basse consommation
Effinergie
Réhabilitation thermique de 6 logements anciens
Maître d’ouvrage : OPAC du Grand Lyon
AMO : Enertech
Architectes : Fleurent – Burelier – Valette
Bureau d’études fluides : Eolys
Suivi énergétique : CAP3SI
Cette opération de réhabilitation a été retenue dans le cadre de l’appel à projets PREBAT
« bâtiments démonstrateurs », catégorie bâtiments à réhabiliter, avec pour objectif d’atteindre au
maximum 96 kWh/m2.an de consommation énergétique tous usages (label Effinergie réhabilitation) et/ou une réduction de l’ensemble des consommations énergétiques par un facteur 4.
L’immeuble, situé en plein cœur de Lyon (secteur ABF), est composé de 9 logements et d’un
commerce au rez-de-chaussée.
Enveloppe thermique
Murs : isolation thermique par l’extérieur 14 cm en polystyrène expansé plus enduit.
Combles : isolation par 30 cm de laine minérale
Plancher sur le local commercial : isolation sous chape par des panneaux résilients en laine de
roche incompressible de 4 cm
(R > 1,10 m2.K/W)
Menuiseries en bois avec triple vitrage (U < 1,1 m2.K/W)
Lames brise-soleil orientables en aluminium laqué.
Équipements
Chauffage : chaufferie collective gaz naturel à condensation pour le bâtiment principal, individuel pour le duplex sur cour
Ventilation double flux avec récupération d’énergie, échangeur rotatif
Chasse d’eau double débit, mousseurs auto-régulés sur douches, éviers, lavabos, douchettes à
effet venturi
Réfection totale des installations sanitaires et électriques, avec dispositifs d’économie d’énergie.
© Opac du Grand Lyon
Résultats des simulations thermiques du projet
Chauffage : 26 kWh/m2.an
Eau chaude sanitaire : 20 kWh/m2.an
Ventilation : 18 kWh/m2.an
Éclairage : 6 kWh/m2.an
Total : 70 kWhep/m2.an, soit – 30 % par rapport à l’objectif PREBAT
122
Effinergie
Une consommation globale inférieure à 35 kWh/m 2.an
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
Depuis 2008, Moyse propose toutes ses maisons sur mesure en BBC-Effinergie. Cette réalisation
a reçu la médaille d’or du Challenge UNCMI dans les catégories « Nature G » et « Design », elle
allie donc qualité environnementale et esthétique.
Les moyens mis en œuvre
Briques monomur sur la façade nord
Ossature bois avec isolation renforcée, panneaux de 14 cm de cellulose
Isolation de la toiture zinc par panneaux de cellulose
(R = 3,68 m2.K/W)
Plancher bas : chape flottante fortement isolée (R = 2,60 m2.K/W)
Larges baies vitrées orientées sud, menuiseries bois, doubles ou triples vitrages selon les
orientations
Toiture végétalisée
Récupération des eaux pluviales
Capteurs solaires thermiques
Système intégrant une chaudière à condensation, alimentant un plancher chauffant basse température, et une micro-génération d’électricité
Ventilation hygroréglable avec prétraitement de l’air neuf, préchauffé ou rafraîchi, par un puit
canadien hydraulique.
Récupération d’eau de pluie : 600 litres par m2 de toiture
Station gaz naturel pour véhicule
Bassin aquatique avec plantations de végétaux
© Maisons Moyse
.
123
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Maître d’ouvrage : Moyse
Architecte : Michelle Bourgeois
Effinergie
Des logements sociaux BBC-Effinergie
Maître d’ouvrage : Pluralis Habitat
Architecte : Vincent Rigassi
Constructeur d’habitat social en location, Pluralis a réalisé 6 logements sociaux pour la commune
de La Terrasse, répartis en deux bâtiments : résidence La Petite Chartreuse.
Les moyens mis en œuvre sont les suivants.
Ossature bois
Triple vitrage
Isolation fibres de bois : 32 cm sur les murs, 36 cm au plafond
Film multicouche perméable à la diffusion de vapeur et étanches à la pluie.
Panneaux solaires thermiques
Ventilation double flux
Puits canadien
Le confort thermique est assuré par un système de ventilation double flux associé à une pompe à
chaleur raccordée à des capteurs solaires thermiques. L’air neuf est préchauffé ou rafraîchi par un
puits canadien. Les capteurs solaires thermiques couvrent également 56 à 59 % des besoins
annuels en eau chaude sanitaire.
Consommation d’énergie : 84 250 kWh (habitat standard : 311 000 kWh)
© Pluralis Habiitat
CO2 émis : moins 22 400 équivalent kg CO2 (habitat standard : 83 550 équivalent kg CO2)
124
LOGEMENT
Maisons et immeubles de logements certifiés
Certification Habitat & Environnement
Certification Habitat & Environnement
Procédé constructif bois
Résidence du Cèdre à Obernai (67)
Maître d’ouvrage : Seml Obernai Habitat
Architecte : Régis Mury
La résidence du Cèdre, à Obernai, est un programme de 27 logements sociaux venant se substituer
à une « barre ». Les deux bâtiments, occupant les franges nord et sud de la parcelle afin de ménager l’espace vert central, ont été l’objet d’une conception bioclimatique : orientation sud, compacité, distribution des espaces intérieurs, répartition des ouvertures, protections solaires fixes et
mobiles, etc. Le procédé constructif est basé sur des composants bois fabriqués en Forêt-Noire
(éléments de murs, dalles, supports de couverture, etc.), associés à des menuiseries bois, une isolation extérieure en laine de bois et des toitures végétalisées. Les équipements thermiques sont
eux aussi à haute performance environnementale : chaudière gaz à condensation, ventilation double-flux, eau chaude solaire, panneaux photovoltaïques.
© Régis Mury
La consommation conventionnelle moyenne d’énergie des logements est estimée à 98 kWh/m2.an
et la consommation moyenne en chauffage à 32 kWh/m2.an.
126
Certifications Qualitel THPE et Habitat & Environnement
Certifications Qualitel THPE et Habitat & Environnement
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
Résidence Ventadour à Limoges (87)
Maître d’ouvrage : OPH Limoges Métropole
Architecte : Agence Saint Projet
Les 26 logements de l’opération Ventadour sont dotés d’une double structure, béton poteaux-poutres et ossature bois, les façades étant protégées par un bardage en Douglas, bois ne demandant
pas d’entretien. Un test de perméabilité à l’air a été effectué sur un logement en cours de réalisation, ce qui a permis de repérer les défauts d’étanchéité et de les corriger. Outre la qualité de
l’enveloppe, l’efficacité énergétique de cette opération, qui a permis l’obtention du label THPE,
est due à l’éclairage naturel de toutes les pièces et parties communes, à la chaufferie collective à
condensation avec individualisation dans chaque logement par un thermostat programmable, à
une production d’eau chaude collective solaire, à un puits canadien raccordé à une VMC doubleflux diffusant l’air rafraîchi ou préchauffé. Un automate en chaufferie assure un relevé des différentes consommations, ainsi que celui des apports des capteurs solaires et du puits canadien. Par
ailleurs, le traitement de la zone parking favorise l’infiltration des eaux de pluie et trois conteneurs
enterrés incitent au tri sélectif des déchets ménagers.
© OPH Limoges Métropole
Toutes les réalisations à faible consommation d’énergie mettent en œuvre les mêmes solutions
techniques.
127
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Puits canadien et VMC double-flux
Promoteur certifié NF – Logement démarche HQE
Promoteur certifié NF – Logement démarche HQE
Logements durables : maîtrise de l’énergie et de l’eau
Les Jardins d’Ovalie à Montpellier (34)
Promoteur : Corim
Architecte : Jérôme Rio
Le programme « Les Jardins d’Ovalie » à Montpellier a obtenu la Pyramide d’Argent catégorie
« Logement Durable » 2008 décernée lors du salon de l’immobilier de Montpellier. Son promoteur, la société Corim, est certifié NF – Logement démarche HQE. Cette opération est composée
de 33 logements (du T2 au T4 duplex) répartis sur deux bâtiments, au cœur d’un quartier doté de
nombreux espaces verts et de crèche, école, collège, médiathèque, commerces, et transports en
commun.
La maîtrise de l’énergie et de l’eau a été particulièrement étudiée. Ainsi, la résidence est dotée :
d’une production d’eau chaude sanitaire solaire (capteurs sur toitures terrasses), avec appoint
électrique et individuel ;
d’espaces communs équipés de capteurs de présence afin de limiter la consommation d’électricité ;
de patios intérieurs permettant d’éclairer naturellement coursives et escalier central, ainsi que
les salles de bains et cuisines intérieures ;
de loggias couvertes et de brise-soleil sur les terrasses permettant de préserver le confort d’été
naturellement ;
© Jean-Luc Girud
d’une robinetterie équipée d’un système de limitation de débit ;
d’espaces verts plantés d’espèces économes en eau.
128
Certification Patrimoine Habitat & Environnement
Certification Patrimoine Habitat & Environnement
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
Résidence Saint-Exupéry à Saint-Omer (62)
Maître d’ouvrage public : Pas-de-Calais habitat
Architecte : Abscisse Architecture – Lecroart Associés
Le bailleur social, Pas-de-Calais habitat, s’est engagé à obtenir la certification Patrimoine habitat
& environnement pour l’ensemble de ses programmes de réhabilitation-amélioration, soit 1 500
logements par an sur 10 ans. Après leur rénovation, ces logements collectifs ne consomment pas
plus de 104 kWhep/m2.an (pondération des 80 kWhep/m2.an du niveau BBC par le coefficient 1,3
pour la zone climatique nord). Construits il y a plus de 30 ans, ils respectent la réglementation
thermique applicable à ce jour aux logements neufs.
Cette résidence comporte 5 bâtiments de 6 niveaux pour 204 logements. Pas-de-Calais habitat a
choisi 7 thèmes, sur les 11 thèmes génériques du référentiel Patrimoine Habitat & Environnement,
avec un niveau de performance élevé (sur 6 nécessaires dont 4 imposées) :
management environnemental : participation des partenaires techniques à l’élaboration du
projet à chaque phase ;
performance énergétique : réfection et amélioration de l’isolation thermique, installation
d’une ventilation hygroréglable ;
sécurité incendie : installation d’un désenfumage dans chaque cage d’escalier et de portes
coupe-feu entre les halls et les circulations des caves ;
équipement et confort des parties communes : restructuration des halls, réfection des embellis-
© Linda Ledien
sements, installation d’un contrôle d’accès aux parties communes, de détecteurs de présence
pour l’éclairage ;
équipement technique des logements : remplacement des chauffe-bains, des sanitaires et de la
robinetterie des cuisines, salles de bains et toilettes ;
chantier propre : charte de chantier propre et suivi sur site ;
gestes verts : remise à chaque locataire du livret des bonnes pratiques
129
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Après rénovation : une consommation < à 104 kWh/m 2.an
Constructeur certifié NF Maison individuelle – démarche HQE
Constructeur certifié NF Maison individuelle – démarche HQE
Un constructeur alsacien fortement engagé dans l’environnement
Constructeur de maisons individuelles : Maisons Hanau
Cette maison, baptisée Artemis, a obtenu la 1re certification NF Maison individuelle – démarche
HQE en septembre 2006. Son constructeur Maisons Hanau était déjà certifié NF Maison individuelle depuis 2001. Cette réalisation, dont le constructeur a voulu faire une vitrine, obtient
93 points sur un total possible de 110 dans le référentiel.
© Maisons Hanau
Les principaux moyens mis en œuvre :
Intégration dans le site : analyse du site par les techniciens Maisons Hanau selon 63 points de
contrôle et d’évaluation
Matériaux respectueux de l’environnement : par exemple bois de la charpente massive en provenance de forêts de la région dont la gestion durable est certifiée
Isolation renforcée, large surface vitrée au sud
Pompe à chaleur et plancher chauffant, cheminée à foyer fermé en appoint
4 m2 de panneaux solaires thermiques
Ventilation double flux, puits canadien
Chantier vert
Qualité de l’air : choix des revêtements et peintures, aspiration centralisée
Récupération des eaux pluviales pour arroser le jardin
Organisation du tri des déchets et compostage des déchets verts
130
Constructeur certifié NF Maison individuelle – démarche HQE
Un constructeur aveyronnais visant l’énergie positive
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
« Les terres du sud » compose un écolotissement pilote issu d’une réflexion conjointe entre « Les
lotisseurs ruthénois », « Les Gloriettes » et la commune de Sainte Radegonde (Midi-Pyrénées).
Les 44 maisons sont certifiées certification NF Maison Individuelle – démarche HQE, dont 8
BBC/Effinergie (49 kWh/m2.an), et une maison du lotissement expérimente la notion d’énergie
positive.
Les principaux moyens mis en œuvre :
Enveloppe étanche à l’air
Murs extérieurs en brique + mousse de polyuréthane
Combles perdus isolés en laine de coton
Rupteur de pont thermique en bout de dalle des planchers intermédiaires
Doubles vitrages à isolation renforcée, menuiseries alu à rupture de pont thermique pour un
plus grand clair de jour
Système de ventilation très basse consommation
Pompe à chaleur
Panneaux solaires thermiques
Panneaux solaires photovoltaïques (en option)
Économiseurs d’eau
Gestion des eaux pluviales à la parcelle en les récupérant dans des noues
Éclairage public photovoltaïque
© Les Gloriettes
131
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Constructeur de maisons individuelles : Les Gloriettes
Bâtiments tertiaires certifiés
NF Bâtiments tertiaires – démarche HQE
NF Bâtiments tertiaires – démarche HQE
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
Maître d’ouvrage : Air France
Architecte : Bernard Valero – Frédéric Gadan
AMO : Elan
Bureau d’études : Ingerop
Air France a réhabilité un ensemble de bâtiments en zone industrielle nord d’Orly : opération
« ORYzon 2010 – Magasin central et bureaux ». Un bâtiment neuf, comprenant des ateliers, des
entrepôts et des bureaux, a également été construit sur une parcelle de 11 044 m2.
Principales cibles HQE prises en compte :
Cible 1 et cible 9 : prise en compte des contraintes acoustiques au niveau du plan masse.
Cible 2 : prise en compte d’une extension future du projet en surdimensionnant le bassin de
rétention et en choisissant une façade légère à structure métallique pour les entrepôts.
Cible 4 : enveloppe performante (Ubat réf - 6 %), boucle d’eau chaude du réseau de chaleur
© Air France
d’Orly (incinération des ordures ménagères), ventilation double flux avec récupération de
chaleur, ateliers et entrepôts non rafraîchis, détecteurs de CO2 dans les salles de réunion,
détecteurs de présence associés à l’éclairage extérieur, régulation par zones au moyen d’une
GTC – C = Créf – 27,7 %.
Cible 7 : comptage énergétique par local et par usage, indicateurs de colmatage des filtres,
suivi des consommations d’éclairage par zone, des consommations de froid, de chauffage et
d’eau. Facilité d’accès aux systèmes techniques pour leur entretien et maintenance.
Cible 10 : optimisation de l’éclairement naturel, vue des bureaux sur la toiture végétalisée,
niveaux d’éclairage artificiel ajustés selon les usages, appareils basse luminance dans les
bureaux.
133
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Air France : un bâtiment logistique HQE
NF Bâtiments tertiaires – démarche HQE
1er centre hospitalier certifié
Maître d’ouvrage : Eiffage
Architecte : Groupe 6
Partenariat Public Privé
Groupement de conception-construction
Ce centre hospitalier sud francilien, situé à cheval sur les villes de Corbeil-Essonnes et d’Evry
(91), d’une surface utile de 110 000 m2 pour accueillir plus de 1 000 lits, sera livré le premier trimestre 2011.
Principales cibles HQE prises en compte :
Cible 1 : bâtiment adapté à la pente naturelle du terrain afin de permettre un accès de plain
© CHSF Eiffage
pied sur trois niveaux de l’hôpital, espaces verts extérieurs, terrasses végétalisées, orientation
de façon à atténuer les nuisances sonores des voies de circulation, desserte par transports en
commun.
Cible 3 : aire de lavage des véhicules de chantier, passage régulier d’une balayeuses sur les
voiries, systèmes de décantation des eaux de lavage des bennes à béton, tri des déchets sur le
chantier et dans les bases de vie, sensibilisation des personnes d’encadrement et de chantier.
Cible 4 : isolation par l’extérieur, production énergétique en trigénération biomasse (production d’électricité couvrant 10 % des besoins).
Cible 5 : systèmes hydro-économes, récupération des eaux pluviales pour l’arrosage des espaces verts, refroidissement par tours Trillium économisant plus 80 % d’eau.
Cible 14 : désinfection préventive du réseau d’eau potable (injection de dioxyde chlore –
Securox), choc thermique en complément, absence de stockage d’eau chaude sanitaire, purge
automatique sur horloge du réseau, contrôles des températures par sondes reliées à la GTC
(gestion technique centralisée), alimentations des salles de bains d’une longueur maximum de
6 m.
134
NF Bâtiments tertiaires – démarche HQE
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
Maître d’ouvrage : Altarea Cogedim
Architecte : Cabinet Valode et Pistre
AMO HQE : Alto Ingénierie
Bureaux d’études : As Mizrahi, Serted, AE 75, L’Observatoire, Peutz
OKABE, centre commercial et d’affaires, situé à Kremlin-Bicêtre (94), se décompose en
45 000 m2 pour le centre commercial, 27 000 m2 de bureaux et un parking. L’objectif de la Ville
est de concourir à la redynamisation du centre ville en créant un nouveau quartier de vie à vocation commerciale, proche de la Porte d’Italie (Paris).
Principales cibles HQE prises en compte :
Cible 1 : création de tunnels et d’accès automobiles dédiés au centre, transports en commun et
© Alterea Cogedim
liaisons douces, place aménagée à l’entrée, jardins patios en toiture, aire de livraison enterrée,
traitements acoustique des rampes d’accès et des équipements techniques extérieurs.
Cible 4 : bureaux placés sur le centre, isolation par l’extérieur, boucle d’eau à température
constante réchauffée par des chaudières gaz et rafraîchie par des aérocondenseurs secs adiabatiques, éclairage du mail graduable. C = Créf – 22 %.
Cible 5 : systèmes hydro-économes, récupération des eaux pluviales (800 m3), rétention des
eaux pluviales mutualisée à l’échelle de la ZAC.
Cible 6 : plusieurs bennes de tri, compacteurs, accès dédié aux camions, déchets valorisés.
Cible 7 : comptage, programmation, régulation et suivi des défauts des équipements techniques par une GTB (gestion technique des bâtiments).
135
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Centre commercial économe en énergie, eau et déchets
NF Bâtiments tertiaires – démarche HQE
Lycée certifié aux trois phases
Maître d’ouvrage : Conseil Régional d’Aquitaine
Architecte : Atelier Colas – BDM
AMO HQE : Imbe
Bureau d’études fluide : Cap Ingelec
Bureau d’études acoustique : Viam
Ce lycée, situé à Blanquefort (33), est le premier à avoir été certifié aux 3 phases : programmation, conception, exploitation. C’est un nouveau lycée des métiers de 18 000 m2 qui accueillera à
terme 1 300 élèves, incluant les niveaux du CAP au BTS, pour devenir le 2e grand lycée du bâtiment en région Aquitaine.
Principales cibles HQE prises en compte :
Cible 1 : équilibre entre zones perméables et imperméables, réduction des besoins d’arrosage
et amendements naturels du sol, jardins d’eau et caniveaux avec plantes à macrophytes, toitures végétalisées
Cible 10 : optimisation des apports d’éclairage naturel. Éclairage : 6,3 kWh/m2.an
Cible 4 : gestion de l’énergie
Solaire passif : 700 m2 de vitrages apportant 200 kWh/m2.an, soit 140 000 kWh
Eau chaude et chauffage solaire (plancher solaire direct du gymnase) : 120 m2 de capteurs apportant 400 kWh/m2.an, soit 48 000 kWh
Photopiles : 140 m2 apportant 15 000 kWh/an
© Com’en vie
Chaudière bois (750 kW) assurant plus de 50 % des besoins de chauffage, avec en complément
chaudières gaz à condensation et basse température. Chauffage : 36 kWh/m2.an.
136
NF Bâtiments tertiaires – démarche HQE
Immeuble de bureaux à énergie positive
Production : 64 kWh/m2.an
électricité (photovoltaïque + biomasse) : 41 kWh/m2.an et chaleur par chaufferie biomasse :
23 kWh/m2.an.
Consommation : 62 kWh/m2.an
électricité : 38 kWh/m2.an
chauffage : 23 kWh/m2.an.
Principales cibles HQE prises en compte :
Cible 1 : conception des espaces verts en cohérence avec la forêt de Meudon voisine, emplacements vélo (1 place pour 10 employés)
Cible 3 : charte chantier à faibles nuisances
Cible 5 : récupération des eaux pluviales pour l’arrosage et les chasses d’eau
Cible 10 : optimisation de l’éclairage naturel, éclairage d’ambiance diffus complété par un
dispositif d’éclairage focalisé sur les postes de travail
Cible 4 : conception bioclimatique poussée privilégiant l’éclairage et la ventilation naturelle,
© Bouygues Immobilier
favorisée par une profondeur maîtrisée du bâtiment. Isolation par l’extérieur, triple vitrage
argon peu émissif – Ventilation double flux avec récupération de chaleur en hiver, ventilation
naturelle par ouvrants motorisés en été – Confort d’été assuré de façon entièrement naturelle
(surventilation nocturne et brasseurs d’air), persiennes et stores à lamelles effaçables ou relevables sur toutes les façades – Chauffage : cogénération HVP (huile végétale pure) – Production d’électricité renouvelable : 4 200 m2 de panneaux photovoltaïques sur les façades en
allège, en brise soleil et sur la toiture, en abri de parking sur les places de stationnements extérieures + cogénération – Extinction automatique de l’éclairage en cas d’absence voir tableau
des cibles HQE page 139)
137
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
L’immeuble de bureaux Green Office de 23 300 m2, situé à Meudon, présente de nombreuses innovations qui préfigurent le bâtiment tertiaire des années à venir. Il est notamment à énergie positive : il produit plus d’énergie qu’il n’en consomme pour son fonctionnement, tous usages confondus.
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
Maître d’ouvrage : Bouygues Immobilier
Architecte : Atelier 2 M
AMO HQE : Tribu – Bureau d’études : Arcoba
NF Bâtiments tertiaires – démarche HQE
Bureaux de la DDAF de l’Aube : démarche HQE
Maître d’ouvrage : Direction départementale de l'agriculture et de la forêt de l'Aube
(ministère de l'Agriculture)
Maître d’œuvre mandataire, Dominique Tessier, architecte DPLG ; paysagiste : Comptoir
des projets
Bureau d’études : GEC Ingénierie
La DDAF de l’Aube, située à Troyes, de 2 507 m2 regroupe des bureaux, espaces d’accueil et de
formation. Construit en bords de Seine, le projet s’intègre dans un aménagement d’ensemble
comprenant des parkings paysagés, des jardins et un bassin de rétention. Le bâtiment explore les
possibilités offertes par la mise en œuvre de panneaux porteurs en bois massif reconstitué de grandes dimensions.
Principales cibles HQE prises en compte :
Cible 1 : plan masse optimisé, bâtiment compact permettant l’aménagement de grands espa
© François-Xavier STERBECQ
ces paysagés ; relations aux riverains optimisées, vues dégagées, et locaux éclairés naturellement.
Cible 2 : la structure du bâtiment en bois procédé KLH (poteaux, voiles et planchers en bois
massif) apparente dans les locaux. La qualité des espaces intérieurs est liée au choix du matériau de construction.
Cible 3 : charte chantier à faibles nuisances, chantier « sec » et de durée optimisée ; les éléments de la structure (poteaux, voiles et planchers en bois massif type KLH), ont été préfabriqués puis montés intégralement en 6 semaines.
Cible 4 : enveloppe performante, avec isolation par l’extérieure sur paroi bois massif.
Cible 5 : récupération des eaux pluviales des toitures et des voiries ; toiture-terrasse végétalisée, bassin de rétention.
Cible 10 : optimisation de l’éclairement naturel, orientation des vue des locaux sur la Seine.
138
relation harmonieuse des bâtiments
avec leur environnement immédiat
Cible 8
confort hygrothermique
Cible 2
choix intégré des procédés et produits
de construction
Cible 9
confort acoustique
Cible 3
chantier à faibles nuisances
Cible 10
confort visuel
Cible 4
gestion de l’énergie
Cible 11
confort olfactif
Cible 5
gestion de l’eau
Cible 12
conditions sanitaires
Cible 6
gestion des déchets d’activité
Cible 13
qualité de l’air
Cible 7
entretien maintenance
Cible 14
qualité de l’eau
EXEMPLES D’OPÉRATIONS
Cible 1
139
CERTIFIÉES OU LABELLISÉES
NF Bâtiments tertiaires – démarche HQE
SITOGRAPHIE
CERTIFICATIONS
ORGANISMES
SITES INTERNET
Qualitel
Habitat & Environnement
NF Logement
NF Logement – démarche HQE
Patrimoine Habitat
Patrimoine habitat &
environnement
Qualitel – Cerqual
www.qualitel.org
NF Maison Individuelle
NF Maison Individuelle –
démarche HQE
Céquami
www.cequami.fr
Performance
Rénovation énergétique
Promotelec
www.promotelec.com
Minergie
Minergie P
Minergie Eco
Minergie P Eco
Prioriterre
www.prioriterre.org
Passivhaus
La Maison Passive
www.lamaisonpassive.fr
BBC-Effinergie
Qualitel – Cerqual
Céquami
Promotelec
Certivéa
www.effinergie.org
NF Bâtiments tertiaires –
démarche HQE
Certivéa
www.certivea.fr
OU LABELS
www.cerqual.fr
CO
LOGEMENT
NTR
Ô L É PA R C É Q U A
RÉNOVÉE
MI
Pasc al e M a es
Les certifications et labels appliqués
au bâtiment et à l’immobilier évoluent
rapidement et se multiplient,
que ce soit en construction neuve
ou en rénovation. Protéger la planète
et lutter contre le changement
climatique sont devenus des priorités.
Ainsi, les critères sur lesquels reposent
ces certifications et labels sont
essentiellement environnementaux
et énergétiques.
Face à la diversité des certifications
et labels, il peut s’avérer compliqué
pour les particuliers mais aussi
parfois pour les professionnels
de s’y retrouver. C’est la raison pour
laquelle ce guide pratique présente
et explique les enjeux, les exigences
et les applications des certifications
et labels en vigueur.
Des exemples de réalisations
récentes, labellisées ou certifiées,
sont présentées et illustrées à la fin
de l’ouvrage : le Centre hospitalier
sud-francilien, la première maison
passive en Île-de-France, un immeuble
de bureau à énergie positive, un lycée
certifié démarche HQE, etc.
• Qualitel • Habitat & Environnement • Patrimoine Habitat • NF Logement
• NF Maison Individuelle • NF Maison Rénovée • NF Bâtiments tertiaires • démarche HQE
• Label HPE • Label THPE • Label HPE EnR • Label THPE EnR • Label BBC • Label Minergie
• Label Passivhaus • Label Effinergie • Label Performance • Label Rénovation Energétique
couverture : Alexis Godefroy
code éditeur
ISBN 978-2-212-12644-0
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement