Projet de décision réglementaire PRDD2006-03

Projet de décision réglementaire PRDD2006-03
Projet de décision réglementaire
PRDD2006-03
Octenol
(Oct-1-en-3-ol)
Bedoukian Research Inc. a déposé une demande d’homologation pour l’octenol de qualité technique
Bedoukian (octenol à 99,7%) comme attractif des moustiques. L’octenol de qualité technique
Bedoukian est proposé comme attractif dans des appâts fabriqués par les entreprises suivantes :
American Biophysics Corporation (Mosquito Magnet™ Octenol Biting Insect Attractant), Armatron
International (Flowtron® Mosquito Attractant), Biosensory Corporation (BioSensory Biting Insect
Lure), Blue Rhino Consumer Products (SkeeterVac® FineTune™ Biting Insect Lure) et Envirosafe
Technologies NZ Limited (Mega-Catch Octenol Fragrance Strip). Quatorze dispositifs émettant de
l’octenol ont également fait l’objet d’une demande d’homologation.
Ce projet de décision réglementaire présente un résumé des données qui ont été examinées ainsi que
les motifs justifiant l’homologation complète de ces produits. L’Agence de réglementation de la lutte
antiparasitaire (ARLA) acceptera les commentaires écrits à propos de la décision proposée pendant
les 45 jours suivant la date de publication du présent document. Veuillez transmettre tous vos
commentaires à la Section des publications, à l’adresse indiquée ci-après.
(also available in English)
Le 21 juillet 2006
Ce document est publié par la Division des nouvelles stratégies et des affaires réglementaires,
Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire. Pour de plus amples renseignements, veuillez
communiquer avec :
Publications
Internet :
pmra_publications@hc-sc.gc.ca
Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
www.pmra-arla.gc.ca
Santé Canada
Service de renseignements :
2720, promenade Riverside
1 800 267-6315 ou 613 736-3799
I.A. 6605C
Télécopieur : 613 736-3758
Ottawa (Ontario) K1A 0K9
ISBN : 0-662-72282-5 (0-662-72283-3)
Numéro de catalogue : H113-9/2006-3F (H113-9/2006-3F-PDF)
© Sa Majesté la Reine du chef du Canada, représentée par le ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada 2006
Tous droits réservés. Il est interdit de reproduire ou de transmettre l’information (ou le contenu de la publication ou produit),
sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit, enregistrement sur support magnétique, reproduction électronique,
mécanique, ou par photocopie, ou autre, ou de l’emmagasiner dans un système de recouvrement, sans l’autorisation écrite
préalable du ministre des Travaux publics et Services gouvernementaux Canada, Ottawa, Ontario K1A 0S5.
Avant-propos
La demande d’homologation complète de l’octenol et des appâts et dispositifs qui lui sont
associés pour attirer, piéger et tuer certains moustiques a été examinée par l’ARLA de Santé
Canada.
L’ARLA a procédé à une évaluation des renseignements à sa disposition, conformément au
Règlement sur les produits antiparasitaires (RPA), et elle les a jugés suffisants pour juger de
l’innocuité, des avantages et de la valeur de l’octenol et des appâts et dispositifs qui lui sont
associés. L’Agence a conclu que l’utilisation de l’octenol et des appâts et dispositifs qui lui sont
associés conformément au mode d’emploi figurant sur l’étiquette présente des avantages et une
valeur selon le RPA, sans comporter de risque inacceptable. L’Agence propose donc, à la
lumière des considérations qui précèdent, l’homologation complète de l’octenol et des appâts et
dispositifs qui lui sont associés pour attirer, piéger et tuer les moustiques, en vertu du RPA.
L’ARLA communiquera les méthodes utilisées pour analyser l’octenol dans les divers
compartiments environnementaux aux organismes de surveillance et aux établissements de
recherche qui en feront la demande.
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Table des matières
1.0
La matière active, ses propriétés et ses utilisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.1
Description de la matière active et des impuretés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.2
Propriétés physiques et chimiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 1
1.3
Détails relatifs aux utilisations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
2.0
Méthodes d’analyse . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
3.0
Effets sur la santé humaine et animale . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
3.1
Sommaire toxicologique intégré . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5
3.2
Détermination de la dose journalière admissible . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.3
Dose aiguë de référence . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6
3.4
Valeur de référence toxicologique pour l’évaluation du risque associé
à l’exposition professionnelle et occasionnelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
3.5
Effets sur la santé humaine et animale découlant de l’exposition à la
matière active ou aux impuretés qu’elle contient . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
3.5.1 Évaluation de l’exposition des personnes manipulant le produit . . . . . . . 7
3.5.2 Exposition en milieu résidentiel et risque connexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
3.5.3 Exposition occasionnelle et risque connexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
4.0
Résidus . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
5.0
Devenir et comportement dans l’environnement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
6.0
Effets sur les espèces non ciblées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
6.1
Effets sur les organismes terrestres . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8
6.2
Effets sur les organismes aquatiques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
6.3
Caractérisation du risque . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
6.4
Atténuation des risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9
7.0
Efficacité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
7.1
Efficacité contre les organismes ciblés ou d’après l’effet obtenu . . . . . . . . . . . . 10
7.1.1 Utilisations prévues . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
7.1.2 Mode d’action . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
7.1.3 Cultures . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
7.1.4 Efficacité contre les organismes nuisibles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10
7.2
Phytotoxicité pour les végétaux ciblés ou les produits dérivés des
végétaux ciblés . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
7.3
Effets sur les cultures subséquentes, les cultures adjacentes, les végétaux
ciblés ou les produits végétaux utilisés à des fins de multiplication . . . . . . . . . . 11
7.4
Volet économique . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
7.5
7.6
Durabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
7.5.1 Recensement des solutions de remplacement . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
7.5.2 Compatibilité avec les pratiques de lutte actuelles, y compris la
lutte intégrée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 11
7.5.3 Contribution à la réduction des risques . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
7.5.4 Renseignements sur l’acquisition, réelle ou potentielle, d’une
résistance . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Conclusions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
8.0
Considérations relatives à la Politique de gestion des substances toxiques . . . . . . . . . . 12
9.0
Décision réglementaire proposée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 12
Liste des abréviations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 13
Annexe I
Toxicologie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 14
Références . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 17
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
1.0
La matière active, ses propriétés et ses utilisations
1.1
Description de la matière active et des impuretés
Identification de la matière active de qualité technique
Matière active
Octenol
Utilité
Insecticide
Nom chimique
1.
Union internationale
de chimie pure et
appliquée (IUPAC)
Oct-1-en-3-ol
2.
Chemical Abstracts
Service (CAS)
1-octen-3-ol
Numéro CAS
3391-86-4
Formule moléculaire
C8H16O
Masse moléculaire
128.2
Formule développée
OH
1.2
Pureté nominale de la
matière active
99,7 %
Nature des impuretés
d’importance toxicologique,
environnementale ou autre
L’octenol de qualité technique ne contient ni impureté
ni microcontaminant figurant sur la liste des substances
de la voie 1 de la Politique de gestion des substances
toxiques (PGST).
Propriétés physiques et chimiques
Produit de qualité technique : Octenol de qualité technique Bedoukian
Propriété
Résultat
Couleur et état
physique
Incolore à jaune pâle
Odeur
Odeur rappelant la terre, les
champignons
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Commentaire
Propriété
Résultat
Commentaire
Point ou plage de
fusion
Le produit est un liquide
Point ou plage
d’ébullition
174 °C
Masse volumique
0,84 g/ml
Pression de vapeur
à 25 °C
110 Pa
Très volatil
Constante de la loi
d’Henry
K = 7,68 Pa•m3•mol-1 à 25 °C
= 7,58 × 10-5 atm•m3•mol-1 à
25 °C
1/H = 322
Volatil à partir de plans d’eau
Spectre ultraviolet
(UV) - visible
8max = 288 nm
Potentiel de phototransformation
minime prévu
Coefficient
d’absorption
molaire (g)
0,240
Faible absorbance
Solubilité dans
l’eau à 25 °C
1 836 g/L
Très soluble
Solubilité (g/L)
dans les solvants
organiques
Soluble dans l’alcool à 95 % dans
un rapport 1:1
Coefficient de
partage n-octanoleau (Koe)
log Koe = 2,6
Constante de
dissociation (pKa)
S. O.
Stabilité
(température,
métaux)
Non compatible avec les agents
oxydants puissants
Potentiel de bioaccumulation limité
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 2
Préparations commerciales : BioSensory Biting Insect Lure, Mega-Catch Octenol
Fragrance Strip, SkeeterVac FineTune Biting Insect Lure, Mosquito Magnet
Octenol Biting Insect Attractant, Flowtron Mosquito Attractant
Propriété
Résultat
BioSensory Biting Insect Lure, Mega-Catch Octenol Fragrance Strip, SkeeterVac FineTune
Biting Insect Lure
Couleur
Blanc à blanc cassé
Odeur
Odeur herbacée, rappelant les champignons
État physique
Masse cireuse solide dans un plateau en plastique
Type de formulation
Préparation à libération lente
Garantie
1-octen-3-ol, 3,74 g/appât
Produits de formulation
Le produit ne contient aucun produit de formulation figurant
sur la liste 1 de l’ARLA ni de produit de formulation sur la
liste des substances de la voie 1 de la PGST.
Matériau et description du
contenant
Cartouches en polypropylène scellées individuellement
Masse volumique
0,930-0,970 g/ml
pH d’une dispersion à 1 %
dans l’eau
Ne se disperse pas dans l’eau
Action oxydante ou
réductrice
Non réactif
Stabilité à l’entreposage
Étude pas terminée : résultats prévus pour la mi-2006
Explosivité
Ne devrait pas être explosif
Mosquito Magnet Octenol Biting Insect Attractant
Couleur
Blanc
Odeur
Odeur terreuse, herbacée
État physique
Plaquette rigide poreuse en polyéthylène, le liquide étant
contenu à l’intérieur d’une rainure
Type de formulation
Préparation à libération lente
Garantie
1-octen-3-ol, 1,66 g/plaquette
Produits de formulation
Le produit ne contient aucun produit de formulation figurant
sur la liste 1 de l’ARLA ni de produit de formulation sur la
liste des substances de la voie 1 de la PGST.
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 3
Propriété
Résultat
Matériau et description du
contenant
Cartouches individuelles en poly(téréphtalate) d’éthylène
(PET); jusqu’à trois dans un sac en polyéthylène
Densité apparente du liquide
0,84 g/ml
pH d’une dispersion à 1 %
dans l’eau
Le pH de la plaquette ne peut pas être mesuré.
Action oxydante ou
réductrice
La plaquette est faite d’un polymère non réactif.
Stabilité à l’entreposage
Stable plus de 16 mois dans le contenant d’origine à la
température ambiante
Explosivité
Ne devrait pas être explosif
Flowtron Mosquito Attractant
Couleur
Blanc
Odeur
Odeur terreuse, rappelant les champignons
État physique
Bande rigide poreuse en polyéthylène, le liquide étant contenu
dans des pores
Type de formulation
Préparation à libération lente
Garantie
1-octen-3-ol, 1,66 g/bande
Produits de formulation
Le produit ne contient aucun produit de formulation figurant
sur la liste 1 de l’ARLA ni de produit de formulation sur la
liste des substances de la voie 1 de la PGST.
Matériau et description du
contenant
Contenant en vinyle recouvert d’une pellicule en polyester,
dans un sac en polypropylène
Densité apparente du liquide
0,84 g/ml
pH d’une dispersion à 1 %
dans l’eau
Le pH de la bande ne peut pas être mesuré.
Action oxydante ou
réductrice
La bande est faite d’un polymère non réactif.
Stabilité à l’entreposage
Étude pas terminée : résultats prévus pour la mi-2006
Explosivité
Ne devrait pas être explosif
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 4
1.3
Détails relatifs aux utilisations
Bedoukian Research Inc. a déposé une demande d’homologation pour l’octenol de
qualité technique Bedoukian (octenol à 99,7%) comme attractif des moustiques.
L’octenol de qualité technique Bedoukian est proposé comme attractif dans des appâts
fabriqués par les entreprises suivantes : American Biophysics Corporation (Mosquito
Magnet™ Octenol Biting Insect Attractant), Armatron International (Flowtron®
Mosquito Attractant), Biosensory Corporation (BioSensory Biting Insect Lure), Blue
Rhino Consumer Products (SkeeterVac® FineTune™ Biting Insect Lure) et Envirosafe
Technologies NZ Limited (Mega-Catch Octenol Fragrance Strip). Quatorze dispositifs
émettant du dioxyde de carbone et/ou de l’octenol ont également fait l’objet d’une
demande d’homologation.
2.0
Méthodes d’analyse
S. O.
3.0
Effets sur la santé humaine et animale
3.1
Sommaire toxicologique intégré
Un examen poussé de la base de données toxicologiques a été effectué concernant
l’octenol de qualité technique Bedoukian et des préparations commerciales qui lui sont
associées. Cette base de données comprenait des études de toxicité aiguë, des données
scientifiques publiées et des motifs scientifiques appuyant des demandes d’exemption
d’analyses. Les études de toxicité aiguë ont été réalisées conformément aux protocoles
d’analyse acceptés actuellement à l’échelle internationale et aux bonnes pratiques de
laboratoire. Les données scientifiques étaient de haute qualité et la base de données a été
considérée comme adéquate pour définir pleinement les effets toxiques éventuels pouvant
résulter de l’exposition à cette substance chimique.
L’octenol de qualité technique Bedoukian s’est révélé très toxique à court terme par la
voie d’exposition orale. Il était moyennement irritant pour les yeux et légèrement irritant
pour la peau, mais il ne sensibilisait pas la peau. Aucune étude sur l’exposition aiguë par
la voie cutanée ou par inhalation n’a été présentée. On a plutôt demandé des exemptions
à cet égard, exemptions justifiées scientifiquement par des données publiées dans la
littérature et des données de substitution. Les demandes d’exemption ont été acceptées.
Aucune étude de toxicité aiguë n’a été présentée pour aucun des appâts et des dispositifs
associés. On a plutôt demandé des exemptions à cet égard, exemptions justifiées par le
mode d’emploi proposé pour les préparations commerciales et par la nature inoffensive
des ingrédients utilisés dans ces préparations. Comme aucun des ingrédients des
préparations n’a d’impact toxicologique, toutes les demandes d’exemption d’essai de
toxicité aiguë ont été acceptées pour tous les appâts et tous les dispositifs associés.
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 5
Selon les données publiées, les alcools secondaires et cétones aliphatiques sont absorbés
dans le tube digestif (pic atteint après une à deux heures) après une exposition orale et
sont par la suite éliminés rapidement de la circulation sanguine. L’octenol est
principalement métabolisé par conjugaison à l’acide glucuronique et excrété dans l’urine
ou la bile. Toutefois, l’octenol peut également être oxydé en la cétone ",$-insaturée
correspondante, la 1-octen-3-one, cette dernière étant conjuguée au glutathion et excrétée
dans la bile ou transformée par hydrolyse et N-acétylation pour donner un dérivé
N-acétyl-L-cystéine (c.-à-d. un dérivé de l’acide mercapturique), le groupement cétone
étant réduit en l’alcool correspondant. D’autres métabolites peuvent se former : composés
d’addition à l’ADN et autres métabolites à partir d’intermédiaires de type époxyde.
Aucune donnée n’a été fournie sur la localisation des métabolites et sur la cinétique.
Aucune étude de génotoxicité n’a été présentée. On a plutôt demandé une exemption à
cet égard, exemption justifiée par des données scientifiques publiées et des données de
substitution montrant l’absence d’effets génotoxiques de deux composés chimiques à la
structure similaire, le dec-1-en-3-ol et le linalol. Toutefois, le Comité mixte de
l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture composé d’experts
des additifs alimentaires considère que le groupement alcool secondaire ",$-insaturé dans
l’octenol est une structure qui constitue un signal d’alerte. L’octenol peut être oxydé en
sa cétone ",$-insaturée correspondante, une substance qui peut se lier à l’ADN ou causer
un stress oxydatif à des concentrations cellulaires élevées, c.-à-d. dans des conditions où
la concentration de glutathion est limitée. Le Comité a également souligné les effets
génotoxiques potentiels résultant des intermédiaires réactifs de type époxyde à des
concentrations cellulaires élevées. Toutefois, de telles concentrations sont peu probables
compte tenu de l’utilisation proposée de l’octenol. La demande d’exemption d’analyses a
été acceptée.
Aucune étude de toxicité subchronique, de toxicité chronique et de toxicité sur le plan de
la reproduction et du développement n’a été présentée. Une recherche dans la littérature
scientifique n’a donné aucun résultat dans ce domaine. La demande d’exemption à cet
égard a été toutefois jugée acceptable compte tenu du potentiel d’exposition négligeable
associé au profil spécifique d’utilisation à l’extérieur (voir la section 3.5.3).
3.2
Détermination de la dose journalière admissible
S. O.
3.3
Dose aiguë de référence
S. O.
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 6
3.4
Valeur de référence toxicologique pour l’évaluation du risque associé à l’exposition
professionnelle et occasionnelle
Compte tenu du peu de données de toxicité disponibles concernant l’octenol, aucune
valeur de référence toxicologique n’a été choisie; une méthode qualitative de
caractérisation du risque a été utilisée.
3.5
Effets sur la santé humaine et animale découlant de l’exposition à la matière active
ou aux impuretés qu’elle contient
3.5.1
Évaluation de l’exposition des personnes manipulant le produit
S. O.; le produit est à usage domestique.
3.5.2
Exposition en milieu résidentiel et risque connexe
3.5.2.1 Exposition des personne manipulant le produit et risque connexe
Une exposition limitée des personnes manipulant le produit par la voie cutanée et par
inhalation peut se produire durant l’insertion de l’appât à l’octenol dans le piège à
moustiques. La matière active est contenue dans une cassette en plastique scellée munie
de perforations pour permettre une libération lente des vapeurs d’octenol. L’exposition et
le risque des personnes manipulant le produit sont considérés comme négligeables au
moment de l’insertion de l’appât dans le piège et du changement des cassettes d’appât
épuisées, car l’emballage limite l’accès à l’octenol.
3.5.3
Exposition occasionnelle et risque connexe
L’exposition occasionnelle et le risque connexe devraient être négligeables étant donné
qu’un nombre limité de pièges sont disposés dans une zone donnée, que le mode
d’emploi du produit précise de disposer les pièges loin des personnes, que l’octenol est
libéré lentement et qu’il est rapidement dilué par l’air ambiant.
4.0
Résidus
S. O.
5.0
Devenir et comportement dans l’environnement
L’octenol est très soluble dans l’eau (1 836 mg/L) à 25 °C. Cette propriété indique une
possibilité de lessivage dans l’eau souterraine. La pression de vapeur de l’octenol (110 Pa
à 25 °C) indique qu’il est très volatil. La constante de la loi d’Henry (1/H = 322) indique
que l’octenol est volatil à partir des plans d’eau. Le log Koe de 2,6 indique un potentiel de
bioaccumulation limité. Ces données sont présentées à la section 1.2.
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 7
En général, les écomones se dissipent rapidement dans les milieux terrestres et
aquatiques, principalement par volatilisation et dégradation. L’octenol, dont la constante
de la loi d’Henry est 1/H = 322 et dont la volatilité est 110 Pa à 25 °C, devrait se
volatiliser rapidement à partir du sol et des plans d’eau. Toutefois, les préparations
commerciales sont conçues pour libérer l’octenol lentement et ne sont pas destinées à être
utilisées dans les milieux aquatiques.
Selon le dispositif utilisé pour libérer le produit et l’âge de la cartouche d’octenol, le taux
de libération de l’octenol peut varier de 0,0076 à 0,075 g m.a./jour. Compte tenu d’un
usage continu du dispositif Mosquito Magnet Octenol Insect Attractant, lequel libère la
quantité la plus élevée d’octenol (0,048 g/jour, en moyenne) parmi les dispositifs
examinés, la quantité totale maximale d’octenol libérée au cours de la saison des
moustiques (12 semaines) a été estimée à 20,2 g m.a./ha/saison (voir l’exemple de calcul
ci-après). Le calcul de la quantité d’octenol libérée a été basé sur le taux indiqué sur
l’étiquette pour un dispositif par 0,2 ha. La quantité d’octenol libérée dans le temps peut
également être définie par l’utilisateur, selon le dispositif utilisé, grâce à des contrôles de
libération automatique inclus dans le dispositif, auquel cas la quantité d’octenol libérée
serait inférieure à 20,2 g m.a./ha/saison.
0,048 g m.a./jour/dispositif × 5 dispositifs/ha × 7 jours/semaine × 12 semaines/saison =
20,2 g m.a./ha/saison
Cette quantité de phéromone est bien inférieure au seuil de 375 g m.a./ha/saison que
l’ARLA considère comme la limite au delà de laquelle des incidences sur les organismes
non ciblés ou l’environnement peuvent être envisagées.
6.0
Effets sur les espèces non ciblées
6.1
Effets sur les organismes terrestres
Par définition, les écomones d’arthropodes diffèrent des pesticides classiques
puisqu’elles exercent une action non toxique, plus ciblée, qu’elles sont naturellement
présentes dans le milieu et qu’elles sont ordinairement efficaces à de très faibles doses,
comparables aux doses naturelles. L’octenol est un alcool volatil naturel produit et libéré
par de nombreuses espèces de végétaux, d’animaux et de champignons. Bien qu’aucune
donnée de toxicité pour les oiseaux, les lombrics et les mammifères sauvages n’ait été
présentée, la toxicité de l’octenol pour ces espèces devrait être négligeable aux taux de
libération proposés. Toutefois, à part les espèces nuisibles ciblées attirées par l’octenol,
on ne sait pas exactement si des insectes non ciblés pourraient également être attirés par
l’octenol vers un dispositif électronique qui tue les insectes en vol (voir la section 6.3).
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 8
6.2
Effets sur les organismes aquatiques
On a déterminé que les phéromomes et autres écomones sont toxiques pour les
invertébrés aquatiques (Daphnia) et les poissons, mais ces effets peuvent témoigner d’un
effet d’étouffement par la formation d’une pellicule huileuse avec l’application de
concentrations élevées de nombreuses phéromones. Toutefois, comme il est déjà si
répandu dans la nature, l’octenol devrait présenter une toxicité limitée pour les
organismes aquatiques.
6.3
Caractérisation du risque
Comme l’octenol à usage domestique est appliqué à des doses très faibles
(- 20 g m.a./ha/année) par le moyen de dispositifs statiques disposés en milieu terrestre,
on s’attend à une exposition minimale des organismes aquatiques et terrestres à la
matière active. Par conséquent, les risques pour les organismes aquatiques et terrestres
devraient être minimes. Des énoncés sur l’étiquette indiquant comment se débarrasser du
produit devraient réduire l’exposition des organismes aquatiques.
En ce qui concerne les effets inconnus de l’octenol émis par les pièges électrostatiques
qui tuent les insectes en vol sur les arthropodes non ciblés, l’exposition de ces insectes au
choc électrique pourrait se limiter aux petits insectes en vol. Malgré ces préoccupations
et compte tenu de l’utilisation domestique prévue des préparations commerciales, le
risque pour les espèces à risque (lépidoptères) devrait être minime. Si le demandeur
voulait plus tard homologuer l’octenol de qualité technique pour des utilisations
commerciales et/ou agricoles, il pourrait devoir fournir des données environnementales
additionnelles.
6.4
Atténuation des risques
Les modifications suivantes doivent être apportées à l’étiquette de façon à atténuer les
risques pour l’environnement.
L’énoncé suivant doit être ajouté à la section MISES EN GARDE de l’étiquette de
l’octenol de qualité technique Bedoukian :
NE PAS contaminer les sources d’eau d’irrigation ou d’eau potable ni les
habitats aquatiques lors du nettoyage de l’équipement ou de l’élimination
des déchets.
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 9
Les énoncés suivants doivent figurer sur l’étiquette de toutes les préparations
commerciales (voir les annotations) :
NE PAS contaminer les sources d’eau d’irrigation ou d’eau potable ni les
habitats aquatiques lors de l’élimination des déchets.
GÉNÉRAL : NE PAS réutiliser les cartouches épuisées. Les jeter avec les
ordures ménagères. Les produits non utilisés ou les restes de produits
doivent être jetés dans un site provincial ou municipal de collecte des
déchets dangereux.
Aucune zone tampon n’est nécessaire.
7.0
Efficacité
7.1
Efficacité contre les organismes ciblés ou d’après l’effet obtenu
7.1.1
Utilisations prévues
Bedoukian Research Inc. a déposé une demande d’homologation pour l’octenol de
qualité technique Bedoukian (octenol à 99,7%) comme attractif des moustiques.
L’octenol de qualité technique Bedoukian est proposé comme attractif dans des appâts
fabriqués par les entreprises suivantes : American Biophysics Corporation (Mosquito
Magnet™ Octenol Biting Insect Attractant), Armatron International (Flowtron®
Mosquito Attractant), Biosensory Corporation (BioSensory Biting Insect Lure), Blue
Rhino Consumer Products (SkeeterVac® FineTune™ Biting Insect Lure) et Envirosafe
Technologies NZ Limited (Mega-Catch Octenol Fragrance Strip). Quatorze dispositifs
émettant du dioxyde de carbone et/ou de l’octenol ont fait l’objet d’une demande
d’homologation.
7.1.2
Mode d’action
L’octenol imite un constituant de l’haleine des mammifères et peut attirer les moustiques,
mais il n’a aucune propriété insecticide.
7.1.3
Cultures
Ce produit n’est pas utilisé sur des cultures.
7.1.4
Efficacité contre les organismes nuisibles
Quatorze demandes d’homologation de dispositifs anti-moustiques contenant de l’octenol
ont été présentées à l’ARLA. Les données d’efficacité présentées montrent que les
dispositifs émettant du dioxyde de carbone et/ou de l’octenol peuvent piéger et tuer les
moustiques.
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 10
La valeur scientifique démontrée de ces dispositifs se limite au piégeage et à
l’élimination des moustiques. Par ailleurs, les données disponibles montrent que ces
dispositifs ne s’accompagnent d’aucun effet nuisible, car on n’a observé aucune
augmentation du nombre de piqûres de moustiques dans les zones pourvues de tels
dispositifs, comparativement aux zones qui en sont dépourvues.
Les données présentées appuient l’homologation des dispositifs anti-moustiques émettant
du dioxyde de carbone et/ou de l’octenol qui allèguent piéger et tuer les moustiques.
Toute autre allégation sur l’étiquette, ayant trait, par exemple, à la réduction des
populations, à la réduction de la nuisance causée par les moustiques ou à la protection
contre les piqûres de moustiques, exigerait des données additionnelles pour l’appuyer.
7.2
Phytotoxicité pour les végétaux ciblés ou les produits dérivés des végétaux ciblés
S. O.
7.3
Effets sur les cultures subséquentes, les cultures adjacentes, les végétaux ciblés ou
les produits végétaux utilisés à des fins de multiplication
S. O.
7.4
Volet économique
Aucun.
7.5
Durabilité
7.5.1
Recensement des solutions de remplacement
Plusieurs matières actives homologuées tuent les moustiques, notamment le malathion, la
lambda-cyhalothrine, la d-trans-alléthrine, le propoxur, la perméthrine, la tétraméthrine
et la d-cis/trans-alléthrine. Il existe des méthodes non chimiques pour lutter contre les
moustiques, notamment l’élimination des mares d’eau stagnante pour empêcher le
développement des larves.
7.5.2
Compatibilité avec les pratiques de lutte actuelles, y compris la lutte intégrée
Les dispositifs proposés qui émettent du dioxyde de carbone et/ou de l’octenol peuvent
piéger et tuer les moustiques. Les dispositifs proposés peuvent être utilisés de concert
avec les pratiques actuelles de lutte contre les moustiques, notamment l’élimination des
endroits où les larves de moustiques se développent (c.-à-d. les mares d’eau stagnante).
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 11
7.5.3
Contribution à la réduction des risques
Il n’y a pas suffisamment de données permettant d’évaluer l’impact des dispositifs
proposés sur la réduction des risques.
7.5.4
Renseignements sur l’acquisition, réelle ou potentielle, d’une résistance
Il est peu probable que les moustiques qui s’attaquent aux mammifères acquièrent une
résistance à l’octenol.
7.6
Conclusions
Les données d’efficacité présentées appuient l’homologation des dispositifs
anti-moustiques qui émettent du dioxyde de carbone et/ou de l’octenol et qui allèguent
piéger et tuer les moustiques.
8.0
Considérations relatives à la Politique de gestion des substances
toxiques
Dans l’examen de l’octenol de qualité technique, l’ARLA a tenu compte de la PGST et a
appliqué sa directive d’homologation DIR99-03. Il a été établi que l’octenol de qualité
technique ne répond pas aux critères de la voie 1 de la PGST, du fait qu’il est non
persistant et peu toxique. Les préparations commerciales ne contiennent aucun produit de
formulation répondant aux critères de la voie 1 de la PGST.
9.0
Décision réglementaire proposée
L’homologation complète de la matière active octenol et des appâts et dispositifs qui lui
sont associés, qui ont pour but d’attirer, de piéger et de tuer les moustiques, est proposée
en vertu du RPA.
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 12
Liste des abréviations
Liste des abréviations
ADN
ARLA
CMM
DL50
g
ha
IMI
kg
Koe
L
m.a.
mg
ml
p.c.
PGST
PRDD
RPA
S. O.
acide désoxyribonucléique
Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire
cote moyenne maximale
dose létale à 50 %
gramme
hectare
indice maximum d’irritation
kilogramme
coefficient de partage n-octanol-eau
litre
matière active
milligramme
millilitre
poids corporel
Politique de gestion des substances toxiques
projet de décision réglementaire
Règlement sur les produits antiparasitaires
sans objet
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 13
Annexe I
Annexe I
Toxicologie
Étude
Espèce, souche et
doses
DL50
(mg/kg p.c.)
Organes cibles, effets significatifs et
commentaires
Toxicité aiguë : Octenol de qualité technique Bedoukian
Voie orale
(méthode de
l’escalier)
Rat, rat albinos
exogame
6 femelles
99 mg/kg p.c.,
175 mg/kg p.c. et
310 mg/kg p.c.
175 mg/kg p.c. Toxicité élevée
99 mg/kg p.c. : 1 animal
– Horripilation observée pendant toute
la première journée.
175 mg/kg p.c. : 3 animaux
– Un animal a été trouvé moribond
(catalepsie et dyspnée) après 4 heures.
L’autopsie a révélé un foie rouge vif et
des reins foncés (intérieur).
– Un autre animal a présenté une
horripilation pendant toute la première
journée.
310 mg/kg p.c. : 2 animaux
– Les deux animaux ont été trouvés
morts au bout de 4 heures. L’autopsie a
révélé un foie rouge vif et des reins
foncés (intérieur).
Énoncé devant figurer sur l’étiquette :
DANGER POISON
Voie cutanée
Demande d’exemption présentée au lieu Demande acceptée.
de données.
Inhalation
Demande d’exemption présentée au lieu Demande acceptée.
de données.
Irritation de la peau Lapin, Néo-Zélandais
blanc
1 mâle et 2 femelles
0,5 ml pendant 4
heures
IMI = 3/8
Irritation légère
(72 heures)
CMM = 2,44/8 Énoncé devant figurer sur l’étiquette :
MISE EN GARDE - IRRITANT
CUTANÉ
Irritation des yeux
IMI = 18,7/110 Irritation moyenne
(24 heures)
CMM =
Énoncé devant figurer sur l’étiquette :
14,9/110
ATTENTION - IRRITANT
OCULAIRE
Lapin, Néo-Zélandais
blanc
1 mâle et 2 femelles
0,1 ml
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 14
Annexe I
Étude
Espèce, souche et
doses
DL50
(mg/kg p.c.)
Sensibilisation de
la peau (méthode
de Buehler)
Cobaye, albinos
Négatif
10/sexe
Induction : octenol
non dilué
Provocation : octenol à
50 % dans éthanol à
80 %
Organes cibles, effets significatifs et
commentaires
Ne sensibilise pas la peau.
Toxicité aiguë : Tous les appâts et dispositifs
Voie orale
Demande d’exemption présentée au lieu Demande acceptée.
de données.
Voie cutanée
Énoncés devant figurer sur l’étiquette :
DANGER - POISON
Inhalation
MISE EN GARDE - IRRITANT
CUTANÉ
Irritation de la peau
ATTENTION - IRRITANT
Irritation des yeux
OCULAIRE
Sensibilisation de
la peau
(méthode)
Toxicité subchronique, toxicité chronique et toxicité sur le plan de la reproduction et du
développement
Voie cutanée,
21 jours
Demande d’exemption présentée au lieu Demande acceptée.
de données.
Régime
alimentaire, 28
jours
Régime
alimentaire, 90
jours
Régime alimentaire
(capsule), 12 mois
Régime
alimentaire, 78
semaines
Régime
alimentaire, 2 ans
Plusieurs
générations
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 15
Annexe I
Étude
Espèce, souche et
doses
DL50
(mg/kg p.c.)
Organes cibles, effets significatifs et
commentaires
Toxicité sur le plan
du développement
Génotoxicité
Mutations géniques Demande d’exemption présentée au lieu Demande acceptée.
chez des bactéries
de données.
Mutations géniques
chez des cellules de
mammifères in
vitro
Synthèse d’ADN
non programmée
Aberrations
chromosomiques in
vitro
Synthèse d’ADN
non programmée
in vitro
Test du
micronoyau (in
vivo)
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 16
Références
Références
Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire. 1999. Directive d’homologation DIR99-03,
Stratégie de l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire concernant la mise en œuvre
de la politique de gestion des substances toxiques. Ottawa, Canada. 13 p.
Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire. 2002. Projet de directive PRO2002-02.
Lignes directrices concernant la recherche sur les produits antiparasitaires contenant des
phéromones et d’autres écomones, ainsi que l’homologation de ces produits. Ottawa, Canada.
53 p.
Canada. 2005. Les gaz à effet de serre. Accès en ligne le 13 juillert 2006 à
www.climatechange.gc.ca/francais/climate_change/greenhouse.asp
Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). 2006.
Protocole de Kyoto. Accès en ligne le 13 juillet 2006 à www.unfccc.int
Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GEIEC). 2001. Changements
climatiques 2001 : Rapports de synthèse, résumé à l’intention des décideurs, troisième rapport
d’évaluation du GEIEC, Genève, Suisse. 184 pages
United States Environmental Protection Agency. 1994. Arthropod Pheromones in Solid Matrix
Dispensers; Experimental Use Permits. Federal Register, 59(3): 3681-3684.
United States Food and Drug Administration. 1977. Food Additives Permitted for Direct
Addition to Food for Human Consumption; Synthetic flavoring substances and adjuvants.
21 CFR 172.515. Government Printing Office. Washington, District of Columbia.
United States, Energy Information Administration. 2005. H.1co2 World Carbon Dioxide
Emissions from the Consumption and Flaring of Fossil Fuels, 1980-2003. Accès en ligne le
13 juillet 2006 à www.eia.doe.gov
Projet de décision réglementaire - PRDD2006-03
Page 17
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising