Télécharger - Espaces naturels

Télécharger - Espaces naturels
octobre 2006
16
Revue
des professionnels des espaces natur els
trimestriel • 9,5 €
octobre 2006 • n° 16
so m m a i r e
Photo de couverture : Parking de l’Écot, hameau du village classé de Bonneval-sur-Arc.
© Christophe Gotti - Parc national de la Vanoise
3
23
ÉDITO
Les Agences de l’eau
sortent de l’apesanteur législative
4
L’ÉCHO DES PROS Actualités
24
26
27
28
30
© Stephan Zimmermann - PNR ballons des Vosges
DOSSIER
7
31
Dossier
Moins de voitures dans la nature
9
10
11
12
13
14
15
16
18
20
22
Moins de voitures dans la nature.
Minibus dans la Vallée de la Clarée :
la pérennité du transport collectif
dépend des crédits publics.
Jean-Louis Chevalier : « Il faut
un certain courage politique. »
L’authentique, c’est très technique.
Le Syndicat mixte de Canigò Grand site
instaure des navettes en attelage.
L’auto, stop ! Est-ce acceptable
pour le public ?
La navette des crêtes : complexe !
Il fallait pourtant faire simple.
Les navettes, les voies, le droit.
Navettes en bus pour le Puy-de-Dôme :
quinze ans d’expérience.
En débat : qui va payer ?
ÉTUDES • RECHERCHES
Réserve biologique de Goulien :
concevoir un planning organisationnel
pour optimiser un suivi ornithologique.
Le sociologue peut-il être neutre ?
La sociologie de la nature est une jungle.
Sciences sociales et sciences de la
conservation, une alliance de bon aloi.
PÉDAGOGIE • ANIMATION
Un dessein animé. Le cinéma fait l’école
sur l’île de Porquerolles.
Tarif des abonnements : 1 an (4 numéros) : 33,50 €
ISSN N° 1637-9896 - Commission paritaire 0510 G 83179
MANAGEMENT • MÉTIERS
Un homme, une flamme.
Gérard Zapata, garde du littoral.
Consolidation des emplois.
Les associations aidées.
Vincent Santune : « Nous avons mis
en place un plan d’action sur dix ans. »
INITIATIVES • PARTENAIRES
Les Envies Rhônements.
La pratique artistique pour éveiller
la conscience environnementale.
PNR des caps et marais d’Opale.
Estaminets randonnée labellisés !
Kaddour-Jean Derrar : « Il reste encore
beaucoup à faire. »
DROIT • POLICE DE LA NATURE
L’outrage à agent.
MÉTHODES • TECHNIQUES
34
[
Banc d’essai dans le Gers. J’ai testé
le logiciel d’évaluation des Docobs.
AMÉNAGEMENT • DÉVELOPPEMENT •
TERRITOIRE
Les propositions de
sujets d'articles à
traiter dans la revue
sont à adresser à :
comite.editorial@
espaces-naturels.fr
Adresse du forum :
http://www.espacesnaturels.fr/forum
30
© Gilles Martin-Raget - Atlas photo des paysages de Nîmes Métropole
7
8
32
GESTION PATRIMONIALE
Seuls dans la Dombes… Ils ont signé
un contrat Natura 2000. Et après ?
35
Nîmes Métropole. Photographier les paysages
pour souder le territoire.
36
Programme Loire nature.
La Loire fraye avec la biodiversité.
38
Loire nature en pratique.
DES MOTS POUR LE DIRE
39
Gouvernance.
40
42
43
LECTEUR PENSEUR
VIENT DE PARAÎTRE
L’AGENDA
Un altas du paysage à Nîmes
© beatrice.trosseille@picturefrom.com
éditorial
DIRECTEUR
DE LA PUBLICATION
Yves Vérilhac
COMITÉ ÉDITORIAL
Coordination : Michelle Sabatier
• Secrétariat : Gwénaëlle Arons
• Rubriques : Actualités Pascal
Danneels, Laurence Boussand
• Études, Recherches
Emmanuel Michau • Gestion
patrimoniale Valérie Fiers,
Hélène Michaud • Accueil,
Fréquentation Lydiane Estève,
Jean-Marie Petit, Anne Vourc'h
• Pédagogie, Animation Nicolas
Gérardin • Management,
Métiers Monique Fabbro,
Florence Lespine • Droit, Police
de la nature Fabienne MartinTherriaud • Méthodes,
Techniques Bernard
Commandré, Véronique PetitUzac • Initiatives, Partenaires
Cécile Birard, Bruno Mounier •
Aménagement, Développement,
Territoire Jean-Claude Bonnafé,
Arnaud Callec, Jacques Plan •
Ailleurs Marc Lutz.
RÉDACTION
Directrice de la rédaction :
Michelle Sabatier
Rédactrice en chef : Moune Poli
• Rédactrice graphiste : Camille
Prosperi • Assistante graphiste:
Vanina Bellini • Rédaction :
Moune Poli , Joël Demasson •
Correctrice : Magali Flori
Mediaterra Route Royale
20600 Bastia
Mél : espaces-naturels
@mediaterra.fr
Tél. : 04 95 31 12 21
par
VINCENT FREY
V
Projet de loi
Les Agences de l’eau
sortent de
l’apesanteur législative
ADMINISTRATION,
ABONNEMENTS
Mediaterra Laetizia Giampietri
Route Royale - 20600 Bastia
Tél. : 04 95 31 12 21
ÉDITEUR Aten
Atelier technique
des espaces naturels
Ensam - 2 place Viala
34060 Montpellier cedex 2
Tél. : 04 67 04 30 30
IMPRESSION
Imprimerie Chirat
744, rue de Sainte-Colombe
42540 Saint-Just-la-Pendue
oté en avril 2005 au Sénat, puis en première lecture à
l’Assemblée nationale en mai 2006, le projet de loi sur l’eau et
les milieux aquatiques (Lema) poursuit son examen en deuxième
lecture dès le début de la session d’automne. Conjugué avec d’autres
textes de loi récents, il offre des ouvertures nouvelles et marque une
inflexion nette dans les missions des Agences de l’eau. L’article 36 de
la Lema définit les orientations prioritaires pour le 9 e programme
d’intervention (2007-2012) des agences, notamment : la contribution à
la réalisation des objectifs des schémas directeurs d’aménagement et
de gestion des eaux (Sdage/Sage) ; la sécurité et qualité de l’eau
distribuée par la prévention en amont des captages ; la sécurité par la
régulation des crues ; la solidarité financière avec les communes
rurales pour l’eau et l’assainissement ; la solidarité entre amont et
aval des bassins ; la promotion d’un développement durable dans les
activités économiques utilisatrices d’eau (fuites, économies,
recyclage, équilibre : ressources/consommations) ; l’amélioration de la
gestion des écosystèmes aquatiques et des zones humides conciliant
leurs usages professionnels, sportifs et de loisir.
Rien de révolutionnaire, sans doute, mais voilà gravées dans le marbre
des lignes de force qui enracinent les Agences de l’eau dans leurs
territoires et consolident de nombreuses actions jusqu’à présent
engagées en « apesanteur législative ». Remarquons au passage que cet
état de fait a été rendu possible par une forte demande sociale et la
complicité active des gestionnaires responsables des espaces naturels.
Il est maintenant bien clair que pour atteindre le bon état écologique
des eaux, il faut obtenir des résultats décisifs sur nos bassins
versants, cibler les interventions et parvenir à une vision collective
des objectifs, dans chaque territoire.
Certes, la loi rend opposables aux tiers les Sdage et Sage mais nous
savons tous, par expérience, que la règle est efficace à condition que
la concertation préalable entraîne l’adhésion. Notre travail commun
d’animation va donc s’avérer essentiel.
Animation ne veut pas dire agitation. Il faut donc beaucoup de
professionnalisme. Nous savons qu’en agissant ainsi, des gains
écologiques importants peuvent être obtenus par de « simples »
modifications des pratiques et des comportements. Les Agences de
l’eau prévoient des moyens pour que nous puissions remplir pleinement
nos rôles respectifs. Elles ont besoin de vous. Soyez au rendez-vous. ■
VINCENT FREY
EST DIRECTEUR
DE L’AGENCE
DE L’EAU
ADOUR-GARONNE.
>>> Mél :
vincent.frey@eau-adour-garonne.fr
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 3
échodespros
● Réalisé!
Le forum d’échange pour les forestiers
Les Cafés de Pays
Le label « Café de Pays ® » a
officiellement été lancé cet été.
Les Cafés de Pays ® s’engagent
à valoriser le patrimoine
gastronomique, culturel et bâti
qui fait la richesse de nos
campagnes. Ces bars proposent
un casse-croûte de pays, des
produits du terroir, de
l’information touristique… et de
la bonne humeur, aiment à
© Pierre-Marie Luciani - ONF Corsica
Labellisés!
changer sur les évolutions et les
incertitudes du contexte forestier, débattre
des adaptations que l’on pourrait mettre en
œuvre…c’est désormais possible sur le site
web d’Écofor1. Le dialogue s’articule autour de
trois forums de discussion :
1. Comment adapter l’action forestière ? Quelles
devraient être les composantes d’une gestion
forestière adaptative épousant au mieux les
évolutions du contexte et de la connaissance ?
Rompant avec la tradition forestière, ne faut-il
pas, dans le contexte évolutif actuel, donner plus d’importance au moyen terme qu’au
long terme ?
2. Comment faire progresser les connaissances et, notamment, comment instaurer
une meilleure compréhension entre chercheurs et gestionnaires ?
La traduction des problèmes de gestion en questions de recherche et des résultats de
recherche en applications de terrain est-elle suffisante ?
Faut-il repenser la formation des forestiers ?
3. Comment évolue le contexte forestier ? Appelle-t-il une plus grande contribution des
parties prenantes à la décision ? Comment imaginer cette participation de manière à
instaurer une meilleure adhésion aux choix et une responsabilité partagée face à
l’incertitude du futur ? ■
Pour s’inscrire : http://marengo.dsi.cnrs.fr/forum/login.php?site=ecoforum
É
ajouter leurs défenseurs. Ils sont
reçu le label. Ce sont d’abord des
lieux conviviaux, animés par des
1. Écofor est un groupement d’intérêt public créé en 1993. Il permet d’animer des programmes
de recherche sur les écosystèmes forestiers et leur gestion. Il regroupe neuf organismes
scientifiques ou techniques (Cemagref, Cirad, CNRS, CNPPF, Engref, IFN, Inra, IRD et ONF).
Bilan de santé
des oiseaux de France
femmes et des hommes qui
veulent faire de leur
établissement une vitrine de
l’ambiance de leur territoire.
Amoureux des produits du
terroir, passionnés d’histoire et
de traditions locales, ils
connaissent leur environnement
et aiment le partager. Les vins
proposés sont choisis parmi les
AOC locales et le cafetier est
capable d’en parler. Enfin, les
cafetiers savent toujours
orienter le client vers un
spectacle organisé à proximité
ou par les autres Cafés de
Pays ®, quand ils n’en produisent
pas eux-mêmes. ■
>>> www.assiettecafedepays.com
l’occasion du 30e anniversaire de
la loi sur la protection de la nature
(10 juillet 1976), le Muséum
national d’histoire naturelle et la Ligue
pour la protection des oiseaux publient
le premier bilan de santé des dif férentes populations d’oiseaux. À ce jour,
plus de 545 espèces d’oiseaux ont été
inventoriées en France métropolitaine.
Parmi elles, près de 400 y sont observées de façon régulière, 306 s’y reproduisent et une centaine ne sont présentes qu’en période de migration
et/ou d’hivernage.
Dans cet état des lieux, on apprend
ainsi : • que l’aigle royal, le faucon
pèlerin, la cigogne blanche ont failli disparaître dans les années 70 avant de
reconquérir les territoires abandonnés ;
• que quarante-deux espèces d’oiseaux
d’eau hivernants se portent nettement
mieux (cygnes, oies) et, qu’à l’inverse,
d’autres voient une érosion de leurs
effectifs sans que le statut de protection de la loi de 1976 n’ait changé les
choses : aigle de Bonelli, râle des
genêts, outarde canepetière, sterne de
Dougall, macareux moine, mais aussi
À
des espèces communes (bouvreuil
pivoine, bruant jaune, moineau friquet,
perdrix grise…) ; • que des espèces ont
profité de la constitution du réseau
d’espaces protégés, et notamment les
oiseaux marins, sterne caugek, fou
de Bassan, mouette mélanocéphale, les hérons
cendrés, gardebœuf et
l’aigrette garzette.
Le Muséum et la LPO
publieront dorénavant tous
les deux ans l’état des
connaissances sur l’avifaune française. Ils
posent ainsi les bases
d’un obser vatoire de la
nature en France grâce au
suivi des oiseaux : les
meilleurs indicateurs biologiques des changements liés à
la dégradation de notre environnement ou du changement climatique en cours. ■
Pour obtenir le livret Statut
des oiseaux en France (1re édition),
contacter la Ligue pour la protection
des oiseaux : 05 46 82 12 34.
HN
es - LPO - MN
© F. Desbord
vingt-trois en Aquitaine à avoir
MILAN ROYAL.
4 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
ILLUSTRATION ISSUE DU LIVRET STATUT DES OISEAUX EN FRANCE.
échodespros
● Adopté!
Le dispositif sur le bon état écologique de l’eau
a directive cadre européenne sur l’eau de 2000 vise d’ici à 2015 la protection des
ressources en eau et des écosystèmes aquatiques, voire leur restauration dans
leur état naturel. Elle a demandé en premier lieu d’identifier des « masses d’eau ».
Des indicateurs de qualité et des valeurs de référence du « bon état » sont en passe
d’être définis pour chaque type, rendant alors possible, par exemple, la comparaison de
la qualité des eaux des cours d’eau de montagne des Alpes entre la France, l’Autriche,
l’Allemagne, la Slovénie ou Italie… En tout, vingt-neuf pays se sont engagés à mettre en
place un dispositif visant au « bon état écologique ». Ont été identifiées pour l’instant :
7 193 « masses d’eau » en Allemagne, 4 789 en France, 5 709 en Pologne…
En France, sur 3 522 « masses d’eau de rivières » : 900 sont en bon état, 863
présentent un doute ou un manque de données, 847 sont à risques et 912 sont
classées « artificielles » ou « fortement modifiées » (non concernées par la directive).
La gestion intégrée des ressources en eau, organisée par bassins versants, est
désormais une priorité. Conduire des actions particulières d’aménagement et de gestion
permettra de mieux se protéger contre les
inondations et l’érosion, de lutter contre les
pollutions et d’optimiser les ressources en eau
disponibles pour les partager entre les différents
usagers d’amont comme d’aval. Maintenant, il faut
passer à l’acte et mettre en place les actions
concrètes. Le congrès international de Megève,
« L’eau en montagne, gestion intégrée des hauts
bassins versants » du 20 au 23 septembre 2006,
a présenté des expériences de terrain qui
peuvent être généralisées ou dont on peut
s’inspirer pour progresser. ■
>>> Office international de l’eau : www.oieau.org
L
● Paru!
Le Guide méthodologique
des plans de gestion de
Réserves naturelles
Depuis 1991, les gestionnaires
de Réserves naturelles utilisent
un guide méthodologique pour
élaborer le plan de gestion de
l’espace dont ils ont la
responsabilité. Actualisé une
première fois en 1998, il l’est
de nouveau en 2006. Pour cette
nouvelle édition, Réserves
naturelles de France propose
une méthode « pas à pas »
permettant une meilleure
définition des objectifs de
gestion et des opérations qui en
découlent, fondée sur un
diagnostic le plus complet
possible du patrimoine naturel
tional de l’eau
© Office interna
1. Des espaces aquatiques homogènes : rivière de
plaine, torrent de montagne, estuaire, lac, nappe
alluviale, système karstique, côte sableuse…
et des enjeux clairement
TORRENT DE MONTAGNE EN ROUMANIE.
l’évaluation de la valeur
● Suspendu!
Le traitement contre la chenille processionnaire du pin
identifiés. Pour se faire,
patrimoniale a été précisée, une
plus grande place est donnée à
la géologie, le diagnostic socioéconomique et la concertation
prennent également plus
d’importance. Cette nouvelle
ar mesure de précaution, le Parc national de Port-Cros suspend le traitement contre
la chenille processionnaire du pin. Traditionnellement, c’est le Parc national de
Port-Cros qui joue le rôle d’agent de vigilance par rapport au niveau d’infestation de
la chenille processionnaire. En fonction des observations recueillies, le Parc coordonne
une demande de traitement aérien sur les zones proches des habitations concernées. Il
s’agit surtout de pinèdes à pins d’Alep. Les enjeux sont essentiellement d’ordre
sanitaire car l’espèce provoque des allergies avérées chez l’Homme et les animaux.
Cependant, sur le plan naturaliste et au stade de nos connaissances, les modalités de la
lutte aérienne restent très discutables. En effet, le produit utilisé1 n’est pas sélectif et
donc susceptible de détruire d’autres chenilles que la chenille cible.
Comment alors répondre à des habitants inquiets sachant que les foyers refuges de ces
chenilles se situent en grande partie sur la propriété du Parc ? Existe-t-il des alternatives
réalistes à ces traitements ?
Pour apporter réponse à ces questions, le comité scientifique du Parc propose deux
angles d’étude : un aspect éthique, écologique et un aspect connaissance scientifique.
Ce second point touche la nature exacte des produits et des traitements utilisés ainsi
que leur évolution en s’appuyant éventuellement sur des exemples étudiés ailleurs.
L’évaluation des impacts collatéraux sur d’autres espèces de chenilles, voire d’autres
insectes, doit aussi être prise en compte. Dans l’attente de résultats, les services du
Parc suspendront les traitements ou, du moins, n’en prendront plus l’initiative. ■
Pierre Boesch - Chef de secteur Parc national de Port-Cros
P
1. Un insecticide « biologique » à base de bacillus thurigensis.
méthodologie prépare ainsi
davantage à l’évaluation
annuelle et quinquennale du
plan de gestion.
Un séminaire d’information a eu
lieu le 20 juin dernier au
ministère de l’Écologie, auquel
participaient quatre-vingts
personnes représentant
principalement les organismes
gestionnaires de Réserves,
mais aussi plusieurs Conseils
régionaux en quête
d’information pour la gestion
de Réserves naturelles
régionales. ■
Édition Aten, Cahier technique
n° 79. 20 euros.
centrededoc@espaces-naturels.fr
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 5
échodespros
Biodiversité au menu des abeilles
Jachères apicoles dans 26 départements
e Réseau « biodiversité pour les abeilles » vient de mettre en
place quarante-quatre jachères apicoles dans vingt-six
départements. Chaque jachère s’étend sur des surfaces
allant de 3 à 99 ha suivant les régions. La jachère apicole est un
outil qui permet, dans le respect de la réglementation de la
Politique agricole commune, d’apporter les compléments
alimentaires nécessaires aux abeilles et autres insectes
pollinisateurs, dans les situations de déficits constatés et qui
pourraient expliquer l’affaiblissement des abeilles en France
depuis dix ans.
Les spécialistes ont notamment observé que le pollen et le
nectar ne sont pas présents de façon suffisante tout au long de
l’année, les conditions climatiques pouvant influer de manière
forte sur le niveau de récolte possible. Ainsi, toute sécheresse
prolongée peut fragiliser la colonie d’abeilles. Les jachères
permettent donc à l’abeille de trouver une diversité de fleurs qui
leur apportent du pollen de bonne qualité ainsi
que du nectar. Ces jachères sont réalisées en
partenariat entre les différents acteurs de
la filière (agriculteurs, apiculteurs,
organisations agricoles et apicoles,
entreprises partenaires). Le réseau
« biodiversité pour les abeilles »
compte multiplier ce type d’initiatives
en 2006-2007. ■
>>> www.jacheres-apicoles.fr
L
©
ww
w.f
re
edp
i.com
Évolution de la situation
Éradiquer l’écureuil gris américain
’écureuil gris est un animal d’origine nordaméricaine qui poursuit, depuis plus d’un
siècle, une expansion spectaculaire dans les
îles britanniques. Des propriétaires forestiers y ont
constitué une association, l’European squirrel
initiative (ESI), qui s’est donné pour mission de
mettre en garde contre lui. Ils lui reprochent
d’écorcer des troncs d’arbres, de consommer des
semences forestières, des œufs et des oisillons,
et d’avoir complètement remplacé sur de vastes
surfaces l’écureuil roux d’Europe. Ces reproches
ont conduit les autorités françaises à donner pour
instruction de détruire immédiatement tout écureuil
gris, si l’observation de cette espèce venait à être
confirmée dans notre pays.
En avril dernier, l’ESI a reçu plusieurs observateurs
français du Muséum national d’histoire naturelle,
de l’ONF et du ministère de l’Écologie, qu’elle avait
invités au Royaume-Uni. Les cartes présentées par
l’ESI montrent que les derniers grands secteurs
des îles britanniques à être encore fréquentées par
l’écureuil roux européen ne se situent plus
désormais qu’en Irlande, en Écosse, et au nord de
l’Angleterre.
En Italie, une population d’écureuils gris est en
expansion entre Turin et la frontière française.
L’ESI estime que, si sa progression se poursuit au
rythme actuel, l’écureuil gris devrait atteindre la
frontière française vers 2050. Cette échéance
pourrait être retardée du fait que, selon l’ESI, les
populations d’altitude seraient plus dynamiques
chez l’écureuil roux que chez l’écureuil gris. Quoi
qu’il en soit, les acquis de l’expérience italienne
seront précieux ; les efforts déployés en Italie sont
donc suivis de près par les autorités françaises. ■
Vincent Bentata - Ministère de l’Écologie
Mél : Vincent.bentata@ecologie.gouv.fr
voir aussi : europeansquirrelinitiative.org
6 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
©P
NR
C
L
Natura 2000
Trouver des moyens pour financer des actions
es 13 et 14 juin derniers, un séminaire « Contribution
financière de l’Union européenne pour la période 20072013 ; chances et enjeux pour la mise en œuvre de
Natura 2000 en France » a été organisé par l’Aten en étroite
concertation avec les équipes du ministère de l’Écologie et du
ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Les documents remis
et les communications réalisées durant ce séminaire sont
accessibles sur http://finatura2000.espaces-naturels.fr
Plus de quatre-vingts personnes représentant l’ensemble des
réseaux d’acteurs impliqués dans la mise en œuvre de Natura
2000 ont suivi ces journées durant lesquelles le dispositif
d’intégration de la Commission européenne pour financer
Natura 2000 a été présenté. Parallèlement, les participants ont
reçu une information sur la mise en place du dispositif français
pour mobiliser ces différents fonds. Un Manuel d’orientation
présentant le dispositif financier mis en place par la
Commission européenne pour Natura 2000 durant la période
2007-2013 leur a été remis. Une lecture de ce document au
regard du dispositif français permettra de préciser utilement
les informations contenues. L’Aten mettra en
place, dans les prochains mois, un dispositif
d’accompagnement des acteurs engagés
dans la mise en œuvre de Natura 2000,
notamment au travers d’une formation
inscrite à son catalogue 2007-2008. ■
L
.
.
.
r
e
i
s
s
do
-gieres.fr
© www.pedibus
dans le des navettes
s espac
es natu
rels
À GIÈRES (ISÈRE
),
Préparé par
ve
Lydiane Estè
c’h,
et Anne Vour
Réseau des
s
Grands site
de France ;
Petit,
Jean-Marie
r
te
in
on
si
is
M
naux
Parcs natio
PÉDIBUS.
VERSAIRE DU
PREMIER ANNI
DU
RS
LO
,
CI
.I
NTS À L’ÉCOLE
MÈNE LES ENFA
LE PÉDIBUS EM
Moins de voitures dans la nature
omme chaque matin, une petite troupe d’enfants attend son
« pédibus ». Un véritable « autobus » de ramassage pédestre,
le pédibus : pas de moteur, mais des parents
accompagnateurs à tour de rôle, une ligne, des arrêts, un horaire… Cela se
passe à Laussane ou à Tassin-la-demi-Lune. En ville, partout depuis
trente ans, un identique souci : faire reculer la voiture individuelle.
C
e
ensavoirplus
◗ Inventaire des
initiatives et outils de
sensibilisation en
matière de mobilité
durable, Mountain
Wilderness, France
nature environnement,
Commission
internationale pour la
protection des Alpes
France, 2003. Étude de
cas dans les Alpes, les
Pyrénées, les Vosges et
le Jura.
Téléchargeable sur le
site : http://france.
mountainwilderness.org/
index.php?action=afficher
&rub=59&from=1
Or, aujourd’hui les espaces naturels empruntent le pas.
Le mouvement est amorcé : « la Victorine », petite
navette, permet d’accéder à Sainte-Victoire pour randonner. De Sainte-Maxime à Saint-Tropez, en période
estivale, il est plus rapide «d’adopter» le bateau collectif.
À Cassis, un vaste réseau de parkings, au-dessus de la
ville, est relayé par une navette permettant d’accéder
aux Calanques. Dans les Pyrénées, depuis le parking de
la Réserve naturelle de Néouvielle, la navette vous
« porte » à 2 100 m d’altitude. À la pointe du Raz, le
stationnement des voitures a reculé d’un kilomètre et
c’est une navette « au gaz naturel » qui permet aux
moins valides d’approcher le confin.
L’accès aux sites majeurs est ainsi aménagé afin que la
découverte des monuments naturels les plus spectaculaires ou des témoignages les plus forts de la culture
humaine soit précédée d’une approche préparant le
visiteur.
Un rapport, édité en 2003 à la demande du ministère
de l’Écologie et du Développement durable (voir encadré), fait état de plus de cinquante initiatives dont certaines de mobilité douce (sans moteur). On y apprend
que la gestion des flux touristiques est le principal problème en montagne, avec la gestion des flux de marchandises. « Ces flux touristiques, en perpétuelle croissance, représentent 20 % de la mobilité journalière de
l’arc alpin. Ils engendrent l’équipement des bassins
touristiques (parkings, routes d’accès, remontées…)
très coûteux et souvent victimes de leur propre succès.
Le trafic automobile devient la nuisance principale
(pollution, bruit) pour le développement touristique
des Alpes. Au-delà de politiques volontaristes et d’aides
financières européennes en matière de mobilité durable,
la France marque un retard certain vis-à-vis de ses voisins alpins. Bien que généralement favorables à de telles
initiatives, les touristes (et les responsables locaux) y
opposent encore le temps – les navettes seraient moins
rapides – et le confort (sécurité, commodité).»
La Semaine européenne de la mobilité s’est déroulée
du 16 au 22 septembre 2006, elle traitait du changement climatique, et son slogan national s’est décliné
en « Bougez autrement. La meilleure énergie, c’est la
vôtre… ». Il faut alors reconnaître que la réduction de
la consommation d’énergie et de la pollution dues aux
transports concernent aussi la nature. Pour s’associer
à ces démarches, Espaces naturels fait le point sur
quelques opérations « Navettes » qui ont fait l’objet
d’enquêtes plus approfondies. ■
JEAN-MARIE PETIT
CHEF DE LA MISSION INTER PARCS NATIONAUX
>>> Mél : jean-marie.petit@espaces-naturels.fr
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 7
Des navettes
moins de
© Communauté de communes du Briançonnais
Minibus dans la Vallée de la Clarée (Hautes-Alpes)
La pérennité
du
transport
collectif
dépend des crédits publics
Sans étude préalable, il a été possible d’agir vite et d’instituer, sans attendre,
un système de navettes jusqu’au cœur du massif. Quid de sa pérennité ?
▼
▼
>>> Mél :
s.barelle@ccbrianconnais.fr
Petit
-Marie
© Jean
3500
véhicules par jour en moyenne, et
des pointes jusqu’à cinq mille !
Comme la Vallée Étroite, la Vallée
de la Clarée fait l’objet d’une forte attractivité. Aussi,
fin 2002, constatant les importantes difficultés de
circulation, le parcage illicite, la saturation et la
dégradation globale du site, le Conseil général des
Hautes-Alpes1 offre aux visiteurs la possibilité d’emprunter des navettes entre Névache et le lieu-dit
Laval (dix kilomètres, trente minutes). Cette expérimentation s’accompagne d’une réglementation de
l’accès au site pour les véhicules à moteur.
Agir vite. C’est bien ainsi qu’il faut qualifier cette
volonté politique. En effet, les élus ont souhaité
intervenir sans tarder et éviter les études préalables
longues et coûteuses. Le dispositif de navettes mis
en place dès l’été 2003 répond au souhait d’une
NAVETTES ENTRE NÉVACHE ET LAVAL.
AJUSTEMENT DES HORAIRES, PÉRIODES DE
FONCTIONNEMENT ET RÉSULTATS CHIFFRÉS TTC.
Nb de tickets
Nombre
Horaire
de jours
Période
Fonctionnement Recettes
Recettes
par jour
2003
43 000
37
9h
18 h
du 12/06
au 17/08
140 000 €
18 864 €
509 €
2004
54 000
51
9h
18 h
du 12/06
au 29/08
126 250 €
30 700 €
588 €
2005
60 000
38
9h
18 h
du 14/06
au 21/08
72 803 €
32 964 €
867€
Source : Service transport du CG 05
8 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
démarche pragmatique, les décideurs préconisant
«d’affiner le système» en fonction des effets produits.
D’importants moyens sont alors dégagés: systèmes de
comptage, recrutement de quatre personnes, installation d’un panneau électronique à messages variables.
La tarification, elle, est voulue très attractive: un euro
la première année.
Première saison : le succès est au rendez-vous. On
note notamment le désengorgement du site et l’amélioration de l’accueil. À ces effets constatés, il faut
ajouter que 98 % des personnes interrogées trouvent
l’initiative bonne ou excellente.
Cependant, ce plébiscite ne doit pas dissimuler
les difficultés et notamment les préoccupations
financières mettant en question la pérennisation du
dispositif. En effet, le coût de fonctionnement s’avère
important et les recettes sont faibles. L’année suivante,
les gestionnaires se voient donc obligés de corriger le
dispositif, de revoir sa durée, sa tarification, ses rotations. D’essais en ajustements, la période de mise en
fonctionnement des navettes, par exemple, a été successivement de trente-sept jours en 2003, cinquante
et un en 2004, trente-huit en 2005 (voir tableau).
ON POURRAIT S’ÉTONNER DU MONTANT ÉLEVÉ DES FRAIS
DE FONCTIONNEMENT POUR L’ANNÉE 2004. CETTE
PREMIÈRE ANNÉE A ÉTÉ L’OCCASION DE METTRE DES
INVESTISSEMENTS LOURDS EN PLACE : DISPOSITIFS DE
COMPTAGE, DE DEUX PANNEAUX À MESSAGES VARIABLES
(50 000 €), CE QUI A FAIT CONSIDÉRABLEMENT
AUGMENTER LE BUDGET.
voitures
dans la nature
LA VALLÉE DE LA CLARÉE ET LA VALLÉE ÉTROITE. CE TERRITOIRE A ÉTÉ CLASSÉ EN 1992 AU
TITRE DE LA LOI DU 2 MAI 1930 (RELATIVE À LA PROTECTION DES MONUMENTS NATURELS ET DES
SITES À CARACTÈRE ARTISTIQUE, HISTORIQUE, SCIENTIFIQUE, LÉGENDAIRE OU PITTORESQUE).
Chevalier
is
u
o
-L
n
a
Je
à
s
n
o
ti
Ques
e de Névache*
mair
« Il faut un certain
courage politique »
En 2003, vous avez choisi de fermer
l’accès de la Haute-Vallée de la
Clarée à la circulation automobile.
Cela a dû provoquer quelques levées
de boucliers…
À ce jour, les navettes sont toujours en place, les
impacts sur l’environnement sont considérablement
réduits, la pollution atmosphérique et visuelle est
diminuée… les infrastructures routières sont moins
dégradées… cependant, la pérennisation du système
n’est toujours pas acquise.
Après trois années d’ajustements techniques, le
système n’est toujours pas consolidé et l’inquiétude
des gestionnaires réside dans la recherche de l’équilibre financier. En effet, malgré l’augmentation des
recettes (liée notamment à l’augmentation du prix du
billet) et la diminution des coûts de fonctionnement
(rotations moins fréquentes et période de fonctionnement plus courte, moins d’investissements en équipement), le financement à la charge de la collectivité
a pu être évalué à 40 000 euros en 2005.
En 2006, l’instauration d’un nouveau tarif (2 € le ticket par trajet montée ou descente) répond à la préoccupation de voir peser la charge du service sur le
consommateur et non sur le contribuable. Elle conforte l’intérêt d’une fermeture systématique de l’accès à
la Haute-Vallée en fin de matinée (sens montant).
Si cette démarche pragmatique a eu l’intérêt de
démarrer vite, l’expérience en montre aussi les
limites. Certes, un retour à la situation antérieure
est peu probable mais le paramètre économique
reste problématique. Il aurait pu être mieux apprécié
s’il avait été intégré dans une étude de faisabilité
préalable. ■
STÉPHANE BARELLE
COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DU BRIANÇONNAIS
1. En collaboration avec la commune de Névache et
la Communauté de communes du Briançonnais.
Des réticences ? Effectivement. Dans la
Haute-Vallée, une centaine de chalets
d’alpage sont transformés en résidences d’été. Il y a également des commerces, un camping… Les gens craignaient que la réglementation génère
des retombées économiques négatives.
C’était sans compter, aussi, quelques
adversaires politiques qui se sont
manifestés sur le thème « comment
vont faire les agriculteurs ? ». Nous
avons pris des risques et il fallait un
certain courage politique pour aller
ainsi à contre-courant. Les navettes
étaient déjà prévues dans le cahier des
charges de l’opération Grand site de
France en 1999 mais elles n’avaient
jamais été mises en œuvre parce que
c’était politiquement suicidaire.
Vous avez commencé doucement…
Nous avons surtout fait preuve d’imagination pour ne pas léser les résidents. Les agriculteurs – pour leur
tracteur – disposent d’un laissezpasser. De même, les entreprises et les
habitants de la Haute-Vallée, les personnes handicapées peuvent circuler
librement. Néanmoins, cela ne va pas
sans contrôle, car les gens ont tendance
à vouloir contourner la règle.
Sur quelle base avez-vous établi votre
politique tarifaire ?
Nous voulions un tarif attractif.
Cependant, une chose est sûre: nous ne
voulions pas que cela soit gratuit. Nous
n’aurions pas pu revenir en arrière. Sans
compter qu’on ne peut pas tout subventionner! La première année, nous avons
conçu un produit d’appel à un euro le
trajet et nous avions prévu de modifier
les choses en fonction des enseignements de cette première expérience.
Comment vous y êtes-vous pris pour
convaincre ?
Il y avait une volonté politique forte de
la part du conseil municipal et
l’appui du président du Conseil général. Et puis, malgré tout, les habitants
étaient conscients que quelque chose
n’allait pas. Il faut dire qu’il y avait
vraiment des voitures partout…
Aujourd’hui, depuis quatre ans, les avis
sur le sujet commencent à changer.
C’est même devenu un argument. Fin
juillet, une voiture pouvait mettre
1 h 30 pour descendre jusqu’à Névache.
Il y a douze kilomètres. Maintenant,
on peut se promener, on a retrouvé le
plaisir de flâner.
Êtes-vous satisfait du résultat
ou comptez-vous aller plus loin ?
Les années précédentes, nous fermions la route quand la Haute-Vallée
était saturée. Cette année, la route a
été fermée à 11 h tous les matins. Ce
qui est possible aujourd’hui ne l’aurait
pas été en 2003. Mais, nous n’avons
pas fini de régler le problème, d’autant
que la question du stationnement des
voitures a été reportée en bas de la
vallée.
D’après vous, que faut-il pour qu’un
tel système de navettes fonctionne ?
Prendre en compte les aspirations des
habitants permanents. Mais il faut
aussi que les transporteurs connaissent
parfaitement le pays. Qu’ils puissent,
presque, jouer les guides touristiques
dans le bus. Dans les petits bus, il y a
d’ailleurs beaucoup de convivialité, les
gens discutent entre eux, demandent
des renseignements. Du reste, nous
avions prévu cette clause au cahier des
charges de l’appel d’offres.
Et puis, il faut peut-être savoir qu’il
n’y a pas de schéma à appliquer. Il faut
s’adapter chaque année et essayer de
trouver les bonnes solutions. ■
* Dans les Hautes-Alpes. 300 habitants permanents. 3 000 résidents l’été et un
flux de 4 000 voitures/jour (1 500 l’hiver).
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 9
© Frédéric Revel
Des navettes
LES PERSONNES HANDICAPÉES
PEUVENT ÉGALEMENT
ACCÉDER AU REFUGE, TRACTÉES
PAR UN ÂNE BÂTÉ.
© Frédéric Revel
>>> Circulation douce
L’authentique, c’est très technique
Le syndicat mixte de Canigò Grand site1 instaure des navettes en attelage
Pari : faire d’un mode de transport un outil d’initiation à l’écologie montagnarde et un
moyen de découverte de l’histoire locale des traginers (muletiers) catalans. Maîtriser
définitivement la circulation automobile en zone d’altitude. Assurer des retombées
économiques significatives.
1. Le Syndicat mixte du
Canigou réunit trente-cinq
communes. Cet
établissement public
administratif se compose
du Conseil général, du
Syndicat intercommunal
pour l’aménagement
rationnel du Canigò (en
catalan), de l’Office
national des forêts.
L
2. Sur le projet de
réintroduction de
l’attelage, voir
notamment la revue
L’Accent catalan de la
République française,
décembre 2004.
3. L’intégralité du projet
est financée par le
Conseil général des
Pyrénées-Orientales,
le Conseil régional du
Languedoc-Roussillon,
le Pays des terres
romanes, programme
Leader +.
10 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
’alchimie opère naturellement. Au coude à
coude, les trois grands gaillards de chevaux de
Mérens tirent leur attelage lourdement chargé
de huit personnes. Le cocher gère avec calme la croisée d’un cycliste qui descend le massif, tandis que les
touristes, installés dans la nacelle, abondent en joyeux
commentaires. Mais ils reprennent vite leur silence…
attentifs à nouveau à l’esprit du paysage.
« C’est ce que nous souhaitions, explique Aldo Rizzi
avec la passion qui anime ce chef de projet, couper la
route à la circulation automobile, et se rappeler qu’il
n’y a pas si longtemps, on ne croisait ici que des animaux de bât pour des opérations de débardage, de
transport de fer ou de charbon… Faire sentir, faire
aimer nos montagnes catalanes et les protéger… »
L’idée de la traction animale a germé il y a deux ans,
en fin de saison. Elle a éclôt joyeusement, presque
violemment, avec l’énergie de ceux qui risquent de se
perdre, s’ils ne retrouvent pas rapidement leur âme.
Le Syndicat mixte du Canigò1 voulait maîtriser l’impact de la fréquentation sur l’environnement. « En
une semaine, il a fallu imaginer l’itinéraire pour
accéder au refuge et tester sa faisabilité avant l’arrivée de la neige. Nous avions ensuite quelques mois
pour convaincre, trouver des financements, se procurer des chevaux, construire des attelages2, former
les personnels, bâtir des écuries, trouver des
partenaires3… » Quelques mois pour que tout soit
prêt. Le projet est alors arrêté en ces termes : à l’été
2005, la route sera coupée à la circulation à 1 900 m
d’altitude. Il sera possible à pied, à vélo, en attelage,
en fauteuil roulant, de se rendre au refuge, but ultime
du voyage, à 2 150 m d’altitude. Et, entorse à la règle,
la voiture sera tolérée avant neuf heures et après
dix-sept heures.
Le cheval de Mérens,
figure emblématique des Pyrénées
Coup de cœur des conseillers généraux et des maires
locaux qui testent le voyage en avant-première… ce
projet « authentique » les séduit d’emblée. Ils financeront. Ça roule… Mais le montage d’un tel projet
est infiniment technique. D’abord, où trouver quinze
chevaux et qu’en faire, le soir, ou à la saison creuse ?
Le haras national d’Uzès vient porter main forte au
projet. Il loue quinze chevaux de Mérens, figures
emblématiques des Pyrénées. Le Syndicat mixte est
d’ailleurs aujourd’hui en train de faire leur acquisition. Dorénavant, l’hiver, les équidés travailleront sur
des opérations de débardage ou d’entretien de sentiers. Le grand site s’étend sur 75000 ha, aussi, tout
compte fait, l’opération sera rentable.
Pour conduire l’expérience jusqu’au bout de sa
dans la nature
moins de voitures
LE PRIX D’UN ALLER-RETOUR : CINQ EUROS POUR LES ADULTES, DEUX POUR LES ENFANTS.
équestre ; d’autres, avec le syndicat des accompagnateurs en montagne, ont suivi une formation spécifique afin d’obtenir le certificat de qualification
handisport. Les personnes handicapées aussi doivent
pouvoir parvenir au refuge grâce au fauteuil tout
terrain (voir photo).
Revel
cohérence écologique, les animaux sont parqués,
chaque nuit sur des zones différentes, afin que leurs
piétinements soient profitables à la réouverture des
milieux. Et, comme ils piétinent notamment du rhododendron et du genêt, les éleveurs du massif ont,
eux aussi, soutenu ce projet. Voici comment on
engrange les partenaires !
Revel
L’ESTHÉTIQUE DE
L’ATTELAGE A AUSSI ÉTÉ
ÉTUDIÉE.
© Frédéric
Le calcul des rotations suppose de bien connaître la
résistance des chevaux. Ainsi, l’implantation du stationnement des véhicules à moteur à 1 900 m d’altitude a été décidé en fonction de la possibilité de
récupération des animaux : cinq rotations par jour,
pas davantage ! Descendre à 1 700 m la barre de fréquentation automobile supposerait de disposer d’un
cheptel plus important. Difficile sans prévoir une
écurie plus grande, mais aussi une ressource en eau
adaptée. Dans deux ans sans doute…
Une écurie en bois a été spécialement construite par
l’Office national des forêts, en montagne, et trois voitures hippomobiles ont été achetées. Une quatrième,
en préparation, sera dotée d’un moteur à hydrogène
alimenté par un système solaire afin d’éviter que les
chevaux ne se fatiguent trop.
Et toc, c’est l’occasion d’un autre partenariat avec
une école d’ingénieurs de Catalogne (Ripolle) qui
doit imaginer comment récupérer de l’énergie à la
descente. L’alliance de la tradition et de la haute
technologie pour découvrir un espace naturel fragile:
le concept est séduisant !
Mais puisqu’il faut penser à tout, il n’aurait pas fallu
omettre le volet formation. Celle des équidés bien
sûr, qui ont suivi un entraînement spécial leur
permettant de résister au travail d’endurance que
réclame un tel dénivelé. Mais aussi celle des
hommes. Certains personnels ont passé un diplôme
Parlons chiffres… Quelle rentabilité conduit l’ensemble des partenaires à financer un tel projet ?3 Le
prix d’achat moyen d’un cheval entraîné, préparé et
adulte, est de l’ordre de 3 200 €. Une voiture hippomobile revient à 6 000 €. Il faut aussi compter la
nourriture, les frais vétérinaires, les investissements
lourds pour la construction de l’écurie, le personnel…
Ce budget, c’est d’abord un choix politique du
Syndicat mixte en faveur de l’environnement ; choix
relayé par la Diren qui a inscrit l’opération dans la
convention Opération Grand site de France II, signée
en septembre 2006. Mais il faut voir les choses autrement, éclaircit le chef de projet, « l’entretien des
pistes d’altitude nous coûtait cher et l’insatisfaction
était générale : les automobilistes auraient souhaité
que l’on goudronne, tandis que des randonneurs,
VTTistes et cavaliers se sentaient dépossédés du site.
Aujourd’hui, cela nous coûte un peu d’argent, mais le
public est satisfait et il revient chez nous avec un état
d’esprit favorable aux espaces naturels. Les communes ne s’y trompent pas, elles connaissent un
retour d’investissement sur leur développement
économique et sur l’emploi ».
Allez, une indication simplement : depuis trente ans
que cette piste est ouverte, pour la première fois en
2005, la circulation était filtrée. Eh bien, cette même
année, le refuge des Cortalets a augmenté sa
fréquentation de plus de cinq pour cent. ■
MOUNE POLI
>>> En savoir plus : canigougrandsite@wanadoo.fr
© Frédéric
Retour d’investissement sur l’emploi
Un moteur à hydrogène pour récupérer
l’énergie de la descente
LEVER DE SOLEIL AU REFUGE
DES CORTALETS (PYRÉNÉES).
ÉDIFIÉ EN 1899 CLUB ALPIN FRANÇAIS.
L’auto, stop!
Est-ce acceptable pour le public?
L
e public est prêt. Sans doute plus
prêt que ne le croient les décideurs
techniques, ou élus, à renoncer à la
voiture. L’expérience des sites qui ont fait
reculer les voitures le montre assez
sûrement. En 1989, quand parmi les
solutions envisagées, l’hypothèse de faire
reculer le stationnement de la pointe
du Raz a été émise, que n’a-t-on pas
entendu ! « Jamais les gens n’accepteront
de marcher ! », « Vous voulez faire fuir
nos touristes ! », « Vous avez pensé aux
personnes âgées et aux familles ? » Encore
ne s’agissait-il que d’un recul de un kilomètre, sur un site en cul-de-sac ! Mais il a
fallu aux élus locaux un courage certain
pour faire ce choix, d’où la décision de
l’accompagner par la mise en place d’une
navette au gaz naturel offrant à ceux qui
le souhaitent la liaison entre les lieux de
stationnement et l’extrémité de la pointe.
Contrairement à toutes les craintes, ce
nouveau fonctionnement a été très vite
plébiscité par les visiteurs très « grand
public » qui y découvraient un site naturel réhabilité, des aménagements de qualité, des services, des cheminements
repensés dans leur parcours de façon à
diversifier les approches et les points de
suite page 12 ● ● ●
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 11
Des navettes
dans la nature
moins de
Complexe! Il fallait pourtant
vue sur un site comme « élargi » du fait
du recul de sa « porte d’entrée ».
La perception de la voiture est sans doute
en train de changer dans l’opinion. Non
pas que les valeurs de confort et d’autonomie qui y sont attachées soient remises
en cause, mais les aspects négatifs (pollution, nuisance, accident) sont plus présents dans les esprits. Un sondage TNS
Sofres de 2003 montre que l’utilisation de
la voiture est essentiellement un usage
contraint, car si 85 % des Français sont
utilisateurs de la voiture, ils ne sont que
45 % à la citer comme mode de transport
préféré.
Et si proposer d’abandonner nos « vaches
sacrées » aux abords des sites naturels
n’était plus vécu comme une contrainte
insupportable ? Et si accéder à des sites
naturels débarrassés des voitures était
effectivement ressenti par un public
de plus en plus large (au-delà des convaincus d’avance) comme un « plus » en
termes d’environnement, de qualité de
visite et de balade ? À condition que le
changement ne soit pas mis en place
comme une punition, mais présenté
positivement par le gestionnaire et
accompagné d’un véritable message sur
le sens de la mesure et d’informations
pratiques associées facilitant la vie du
visiteur (temps, difficultés, services sur le
site, horaires de navettes lorsqu’elles
existent…).
Les plus récalcitrants sont souvent ceux
qui ont des habitudes ancrées au site : audelà des professionnels locaux (éleveurs,
agriculteurs, forestiers…) pour lesquels
des mesures dérogatoires sont faciles à
mettre en place et à justifier, il est plus
difficile de convaincre les régionaux habitués des lieux, ou de gérer les contraintes
particulières de ceux qui partent au petit
matin pour les courses en montagne par
exemple. Le pragmatisme doit prévaloir,
mais, là aussi, attention à l’information
de ceux qui ont fait l’effort de laisser leur
voiture à la porte… et découvrent des
poches de parkings combles en pleine
nature ! ■
ANNE VOURC’H
DIRECTRICE DU RÉSEAU DES GRANDS SITES DE FRANCE
>>> Mél :
annevourch@grandsitedefrance.com
12 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
Sur soixante-cinq kilomètres, la navette des crêtes…
T
rois millions de personnes, habitant quatorze bassins de vie,
peuvent rejoindre les sommets de la grande crête
des Vosges en moins de
deux heures. Il n’existe aucune
sorte de limitation ou interdiction d’accès
pour les véhicules. Le Parc naturel régional
des ballons des Vosges s’est donc lancé un
défi : convaincre le public de ne pas se déplacer en voiture mais d’utiliser les transports en
commun. Une navette a été mise en place.
Dix cars sont mis à la disposition du public.
La tarification se veut incitative et son fonctionnement a été étudié au plus proche de
l’attente des usagers1.
Afin de trouver un juste équilibre entre la
protection des milieux et des paysages, l’intérêt écologique à long terme et l’usage touristique, plusieurs enquêtes de satisfaction ont
permis d’affiner le système. Ainsi, concernant
la tarification, le public dispose de deux formules : un Pass journée à deux euros ou un
Pass saison à cinq euros. Les mineurs, quant
à eux, bénéficient de la gratuité du service.
La navette circule les jours où la grande
crête connaît les plus fortes fréquentations, à
savoir les dimanches et jours fériés en période
estivale. Elle dessert dix-neuf sites touristiques tout au long de soixante-cinq kilomètres. Les arrêts sont assurés toutes les
demi-heures, temps au-delà duquel l’attente
n’est plus « spontanément supportable par
les publics». Chacun des arrêts est matérialisé
par une balise comprenant des informations
pratiques (nom de l’arrêt, horaires, itinéraire
et tarification). Plusieurs vallées permettant
d’accéder à la crête, neuf liaisons ont alors
été mises en place. Près d’une trentaine de
communes sont ainsi desservies ce qui représente près de cinquante-cinq arrêts sur les
liaisons crêtes-vallées.
Afin d’élargir le nombre d’usagers potentiels, la question de la multimodalité des
transports en commun s’est, elle aussi,
posée. Des partenariats avec la SNCF, les
Régions et les Départements ont alors été
développés et les navettes sont en correspondance avec les trains TER dans chacune
des vallées concernées.
Le Parc voulait que des véhicules à propulsion alternatifs (gaz, électricité, hydrogène)
soient utilisés. Après étude, il s’est avéré que
les surcoûts entraînés par ce type d’énergie
étaient trop conséquents pour être supportables. Par ailleurs, leur manque de puissance
en milieu montagneux et leur autonomie
insuffisante n’eussent pas permis leur utilisation. Le choix s’est donc porté sur les cars les
moins polluants possible. Ceux-ci respectent les
normes européennes anti-pollutions les plus
strictes (Euro 3 et, dès 2007, Euro 4).
© Welcome Byzance pour le PNR ballons des Vosges
● ● ● suite de la page 11
PAS PLUS D’UNE DEMI-HEURE… AU-DELÀ, LE PUBLIC N’ACCEPTE
PLUS D’ATTENDRE LA NAVETTE. SEULES LES VACHES…
voitures
faire simple
Par ailleurs, et afin d’assurer un service qualitatif, les chauffeurs ont suivi une formation leur permettant de répondre aux éventuelles questions des usagers sur le Parc
naturel régional des ballons des Vosges.
Le volet communication est d’ailleurs une
des clés essentielles du développement de
l’opération. Marquage des bus, pose de kakémonos, site Internet (21 837 connexions
pour les six mois de mise en ligne du site en
2005), plaquettes de présentation de la
navette avec les horaires (135 000 exemplaires en français et 15 000 exemplaires en
allemand), affiches, conférences de presse
(et donc articles de presse), émissions de
radio locales, encarts dans les bulletins des
différentes collectivités locales… autant
d’outils mis en œuvre auxquels on ajoutera
encore les clubs de marche.
Le Parc a-t-il rempli sa mission ? Pour évaluer l’impact de la navette, on peut retenir
que la moyenne journalière de 3 000 véhicules légers les dimanches a connu une
diminution de 7 %. Ce n’est pas rien… ■
STEPHAN ZIMMERMANN
PARC NATUREL RÉGIONAL DES BALLONS DES VOSGES
>>> Mél :
s.zimmermann@parc-ballons-vosges.fr
1. L’opération navette est financée par les
Conseils régionaux d’Alsace et de Lorraine,
l’État, les Communautés de communes, le
Conseil général, les villes aux portes du
Parc et la recette de la vente des billets.
er
permettent de ferm
es
is
éc
pr
s
on
is
a
ra
l
u tion
Des
c
r
i
c
a
l
à
publique
e
i
o
v
e
un
Les navettes, les voies, le droit
P
eut-on s’appuyer sur le droit pour réguler la circulation ?
Le principe de la loi est simple : pas de hors-piste. Un
véhicule à moteur ne peut rouler que sur des voies
publiques ou privées ouvertes à la circulation des véhicules à
moteur. À condition cependant que ce véhicule ait des caractéristiques conformes au code de la route et qu’il soit reçu
comme tel par le service des Mines (Drire).
Quelles sont ces voies ?
Tout est indiqué dans la loi, celle du 3 janvier 19911. Il s’agit des routes nationales,
départementales et communales, des chemins ruraux et des voies privées
ouvertes à la circulation des véhicules à moteur.
- Les trois premières font partie du domaine public de l’État, du département ou
de la commune, leur statut d’ouverture au public est inaliénable. Seules des
questions de sécurité ou d’ordre public peuvent justifier leur fermeture.
- Les chemins ruraux font partie du domaine privé de la commune mais, par destination, ils sont ouverts au public. Seul un arrêté du maire (article L 2213-4 du
code général des collectivités territoriales – CGCT) ou du préfet (article L 2215-3
du CGCT) peut, pour des raisons d’environnement, interdire totalement ou partiellement la circulation de véhicules sur ce type de voies. Dans ce cas, un panneau doit être apposé aux abords du chemin fermé à la circulation des véhicules.
- Les voies privées appartiennent soit à des particuliers, soit à des collectivités
(cas fréquent en forêt). Ces voies ne sont pas, par destination, ouvertes au public.
Elles peuvent cependant être ouvertes à la circulation publique des véhicules à
moteur, soit selon un usage local (accord tacite du propriétaire), soit suivant une
convention (accord explicite du propriétaire). La décision de fermeture de ce type
de voie relève de la décision du propriétaire, qui n’est pas obligé d’en faire mention,
même si le signalement par panneau de la fermeture de la voie se révèle plus
commode pour un conducteur « étranger » à la région.
Qui a le droit de fermer ces voies et pourquoi ?
Sur le territoire de sa commune, le maire a une compétence de police générale (il
doit assurer le bon ordre, la sûreté, la sécurité et la salubrité publiques) et
une compétence de police de la circulation et du stationnement. À ce
titre, le maire a la possibilité de fermer des voies ou des chemins pour
assurer la tranquillité publique, préserver la qualité de l’air, protéger les
espèces, les espaces naturels, les paysages et les sites ou permettre leur
mise en valeur. L’arrêté doit être motivé, mais la liste des motifs est large
et peut s’appliquer à toutes les communes.
Sur tout le département, le préfet a une compétence de police générale
ainsi que de police de la circulation et du stationnement. Il peut se substituer au maire, en cas de défaillance avérée de ce dernier, pour fermer
une ou plusieurs voies à la circulation de véhicules pour des motifs
d’environnement.
Navettes gratuites, navettes payantes
Les navettes routières ou ferroviaires peuvent venir compenser la
fermeture temporaire d’une voie et réguler ainsi la fréquentation des
espaces naturels. Les navettes routières ne peuvent qu’emprunter des
voies ouvertes à la circulation publique des véhicules à moteur. S’il y a
paiement, on ne paye pas l’accès, mais le service rendu.
CLAUDINE ZYSBERG - MINISTÈRE DE L’ÉCOLOGIE ET DU DÉVELOPPEMENT DURABLE
>>> Mél : claudine.zysberg@ecologie.gouv.fr
1. Codifiée aux articles L 362-1 et suivants du code de
l’Environnement.
Vosges
R ballons des
mermann - PN
© Stephan Zim
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 13
moins de voitures
dans la nature
Des navettes
PUY-DE-DÔME. PLUS DE 48 % DE GENS Y ACCÈDENT À PIED.
MARQUE UN CHANGEMENT DE PRATIQUES.
CETTE ÉVOLUTION
Navettes en bus pour le Puy-de-Dôme
Quinze ans d’expérience…
En 1992, le Conseil général instaure un système de navettes pour accéder au
Puy-de-Dôme du 1er juillet au 31 août, de 11 h à 18 h. Ce transport collectif vise
à diminuer le nombre de voitures au sommet. Le nouveau parking aménagé ne
contient volontairement que 150 places. En 1999, le service est étendu aux weekends et jours fériés des mois de mai, juin et septembre, de 12 h 30 à 18 h. Quinze ans
plus tard, la fréquentation est en baisse et le modèle économique semble avoir trouvé ses
limites. Le Conseil général réfléchit à un autre mode de transport.
© Carlos Da Costa - Conseil général du Puy-de-Dôme
L
14 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
>>> Mél : Florence.
Tastet@cg63.fr
l’extension du service aux week-ends de mai, juin et
septembre, la clientèle des navettes a diminué de 25%.
Malgré ceci, le concessionnaire est réticent à proposer
une modularité des tarifs. En effet, l’augmentation
du prix des carburants a considérablement diminué
sa marge. L’augmentation de clientèle que susciteraient de nouveaux tarifs ne saurait compenser le
manque à gagner, d’autant plus que le chiffre d’affaires
est très dépendant des conditions climatiques.
Question de sécurité. Avec un départ toutes les cinq
minutes les jours de pointe, cinq à six bus véhiculent
jusqu’à 1 200 personnes/heure. Ceci peut représenter
jusqu’à cent allers et retours par jour (hors autres
opérateurs) sur une route étroite ne permettant pas le
croisement de bus sur le dernier kilomètre.
Avec du recul, il faut admettre que le système des
navettes atteint aujourd’hui ses limites techniques et
financières. La redevance versée à la collectivité diminue ; le contexte énergétique et la baisse de fréquentation ne permettent pas d’envisager un renversement
de tendance. C’est pourquoi le Conseil général réfléchit
à un autre mode de transport pour accéder au sommet du site le plus prestigieux d’Auvergne. ■
FLORENCE TASTET
CHARGÉE DE MISSION AU CONSEIL GÉNÉRAL DU PUY-DE-DÔME.
Évolution de la fréquentation selon le mode d’accès
Nombre de personnes
accédant au sommet
Source : Conseil général du Puy-de-Dôme, Pôle Projets
e montage juridique et financier de mise en
œuvre de navettes jusqu’au sommet du Puy-deDôme repose sur une délégation de service
public - affermage. Le contrat d’exploitation de cinq
ans prévoit une gestion aux risques et périls du délégataire, sachant qu’en juillet et août le Puy-de-Dôme
reçoit en moyenne 200 000 visiteurs, soit presque la
moitié de sa fréquentation annuelle. Le délégataire
s’engage sur plusieurs obligations telles que l’attente
limitée à douze minutes, le confort des bus, les
normes ISO 9002. Il lui appartient aussi de proposer
les tarifs.
Une redevance à la collectivité est prévue au-delà de
50 000 billets vendus : 0,16 € entre 50 001 et 110 000
billets ; 0,30 € au-delà de 110 000 billets.
Un exploitant privé s’est organisé en pool d’exploitation : en s’associant avec l’ensemble des transporteurs
locaux, il bénéficie des bus les plus performants sans
investissement supplémentaire.
Les tarifs du service ont évolué ainsi :
- tarif adulte : 2,74 € en 1992 ; 4 € en 2006
- tarif enfant : 1,83 € en 1992 ; 1 € en 2006.
Le succès de ce service est attesté par le doublement
en sept ans du nombre de personnes transportées en
juillet/août : soit 159 000 personnes en 1999, contre
80 000 en 1992.
Le service n’a pas d’impact sur l’évolution de la fréquentation annuelle du site qui augmente en moyenne
de 1 % par an depuis plus de vingt ans. Les navettes
permettent cependant d’absorber cette évolution sans
créer de nouveaux parkings au sommet.
Politique tarifaire. Selon une enquête réalisée en
2005, 40 % des utilisateurs trouvent le service trop
cher. Ces déclarations s’expliquent par l’absence de
tarification adaptée (pas de tarif famille ni clientèle
locale, pas d’abonnement…). À ceci, il convient
d’ajouter le faible prix d’accès au site en véhicule
individuel (4,5 € par voiture, inchangé depuis 1999)
et l’absence d’informations à l’intérieur des bus. On
note ainsi que la clientèle locale ne s’est pas appropriée le service et attend 18h pour accéder au sommet
en voiture individuelle. Depuis 1999 et malgré
Nombre de
personnes accédant
au péage avec leur
véhicule (- 6 %).
Nombre de
personnes accédant
en navettes (- 25 %).
Nombre de
personnes accédant
à pied (+ 48 %).
© Jean-Marie
Petit
VISITEURS PEUVENT RECEVOIR
DES RÉPONSES À LEURS
QUESTIONS.
© Jean-Marie Petit
ICI, LE POSTE DE CONTRÔLE
DE LA VALLÉE DE LA CLARÉE
(HAUTES-ALPES).
C’EST AUSSI LE LIEU OU LES
Un service de navettes peut-il être gratuit ? Débat éthique,
mais aussi juridique et, plus prosaïquement, financier.
Qui va payer?
I
l faut le dire d’emblée: l’instauration d’un service
de navettes est coûteux. Il en est ainsi même
lorsque l’on use de véhicules existants tels des cars
de ramassage scolaire, inutilisés l’été. En effet, en
comparaison du coût d’amortissement des véhicules
ou encore de celui des carburants, le salaire du (des)
chauffeur(s) constitue le poste budgétaire principal.
Dès lors, le gestionnaire est confronté à la question
du mode de financement du service. Sera-t-il supporté
par la collectivité ou par les usagers ?
S’agissant des espaces naturels, le débat est souvent
placé sur le plan des grands principes, celui de la
gratuité ou non de l’accès à la nature. Pour répondre
on peut alors se référer au droit. Dans son article
(page 13 de ce numéro), Claudine Zysberg explique
clairement les obligations juridiques liées à la liberté
d’aller et venir. L’accès à un espace naturel ne peut
être payant. En revanche l’usager peut être amené
à payer un service rendu, celui du parking de son
véhicule, de son déplacement en navette. En conséquence, un randonneur à pied, en vélo, à cheval…
sans voiture à stationner et délaissant la navette
accède sans payer à la haute montagne ou à la plage.
En pratique, trois politiques différentes de tarification des navettes se dégagent :
◗ la gratuité : une option incitative prise par des sites
en phase test (les deux premières années sur la route
des Crêtes), ou afin de ne pas ajouter à la contrainte
l’idée « qu’en plus, il faudrait payer pour aller dans la
nature ». La navette est un service offert au visiteur
un peu en guise de compensation, celle de devoir
abandonner sa voiture. Dans ce cas, c’est la collectivité
qui finance le coût du service.
1. Voir la
publication
Sites naturels.
Contribution
du tourisme à
leur gestion et
à leur
entretien,
Anne Vourc’h
et Jean-Marc
Natali,
Urbanis/OditFrance, la
Documentation
française,
2003.
◗ la navette payante : 1 € en Clarée et 2 € le pass journalier sur la route des Crêtes. La tarification ne
couvre quasiment jamais la totalité du coût d’exploitation, plus ou moins largement pris en charge par la
collectivité. Le Puy-de-Dôme présente un cas assez
exceptionnel d’autofinancement du service à 100 %
par l’usager, avec un tarif par passager de 4 €
aller/retour par adulte (1 € par enfant).
◗ le service global payant : le visiteur ne paie pas la
navette, mais finance, au travers du paiement du
parking par exemple, un ensemble de services
incluant la navette.
À la pointe du Raz, le stationnement à l’entrée du site
est payant (5 € par voiture). Ces recettes permettent
d’autofinancer l’entretien du site par le syndicat
mixte gestionnaire, et, en sus, de mettre une navette
à disposition du public.
Là encore, l’information du public est essentielle.
Information sur le coût des services, aménagements
et aménités dont il bénéficie directement mais aussi,
au-delà, sur le coût de la préservation et l’entretien
des espaces naturels et patrimoniaux. Le public doit
comprendre que disposer d’espaces naturels de qualité, riches du point de vue de la biodiversité, gérés,
organisés pour y accueillir du public… signifie de
faire appel à du personnel et d’y affecter des moyens.
Autant de choses qui ont un coût.
Alors qui doit payer ? Le contribuable ? L’usager
direct ? Un peu les deux sans doute1. Le public est
parfaitement à même de comprendre et d’accepter de
participer à l’entretien et à la protection des sites
qu’il visite. À condition cependant d’être informé du
sens et de la destination de sa contribution financière.
À condition aussi qu’il ait des garanties quant à son
utilisation. ■
ANNE VOURC’H
LE DROIT FRANÇAIS
CONSACRE LA LIBRE
CIRCULATION
DES PERSONNES
ET DES BIENS.
LE DROIT FRANÇAIS
CONSACRE LA LIBRE
CIRCULATION
DES PERSONNES
ET DES BIENS.
RÉSEAU DES GRANDS SITES DE FRANCE
>>> Mél :
annevourch@grandsitedefrance.com
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 15
étudesrecherches
Concevoir un planning opérationnel
pour optimiser un suivi ornithologique…
Comment optimiser un suivi biologique, à court ou long terme ? Cette
question se pose fréquemment pour les gestionnaires d’espaces naturels
confrontés au problème de l’adéquation entre les objectifs fixés et les
moyens financiers et humains disponibles.
r
© Gaëlle Vives
>>> Réserve biologique de Goulien
© Damien Vedrenne
D
ans la Réserve biologique de Goulien
(cap Sizun, Finistère sud), un suivi
naturaliste de routine permet de
recueillir un minimum d’informations
sur la faune et la flore. Les données
recueillies depuis les années 1980 ont
mis en évidence un changement récent
de situation pour le fulmar boréal. En
2004, vingt-deux pontes sont répertoriées
mais seulement deux jeunes survivent
jusqu’à l’envol. Les causes exactes de cet
échec de la reproduction ne sont pas
identifiées, mais des problèmes de disponibilité des ressources alimentaires sont
probablement responsables. Dans ce contexte, la poursuite des suivis apparaissait
donc primordiale. Durant la saison de
reproduction 2005, une étude spécifique
est alors réalisée. Elle vise, bien sûr, à
mieux connaître la biologie du fulmar,
mais également à optimiser la collecte de
données en limitant les suivis à quelques
périodes clés.
Méthode de suivi
Le suivi s’effectue de mars à août, les différentes falaises occupées par les fulmars
font l’objet de visites quasi quotidiennes.
16 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
SÉANCE
D’OBSERVATION
DES FALAISES POUR
LE SUIVI DE LA
REPRODUCTION DU
FULMAR BORÉAL.
UN FULMAR BORÉAL
INSTALLÉ SUR SA
CORNICHE.
Le fulmar boréal commence à fréquenter
les falaises bretonnes durant l’hiver. Les
couples s’établissent sur des corniches,
où l’œuf unique est pondu à même le sol.
La ponte a lieu durant la seconde quinzaine de mai, l’incubation dure environ
e
ensavoirplus
◗ Oiseaux marins nicheurs de France métropolitaine
(1960-2000), Bernard Cadiou, Jean-Marc Pons,
Pierre Yésou, Biotope, 2004, 218 p.
◗ Études scientifques en espaces naturels, cadre
méthodologique pour le recueil et le traitement de
données naturalistes - Cahier technique n° 72, Aten,
Valérie Fiers, RNF, 2003, 96 p.
quarante-neuf jours et la période d’élevage
environ cinquante-trois jours : les jeunes
quittent leur falaise natale fin août ou
début septembre. Le fait que le fulmar ne
construise pas de nid et que de nombreux
individus ou couples non reproducteurs
occupent régulièrement des sites de
reproduction complique le recensement
des couples nicheurs. L’unité de dénombrement à considérer est donc le site
apparemment occupé (SAO), défini
selon quelques critères précis
(comportement de l’oiseau et
caractéristiques du site).
Les falaises sont cartographiées
et un numéro est attribué aux
sites occupés par les fulmars. À
chaque visite, pour chaque site
potentiel de reproduction, différentes informations sont notées
sur des bordereaux standardisés
(nombre d’adultes présents, position d’incubation ou non, présence
d’un œuf ou d’un poussin, etc.). Une
session d’observation débute par un
balayage rapide de l’ensemble des sites,
réalisé avec des jumelles. Puis, dans un
deuxième temps, chacun des sites est examiné minutieusement à la longue vue
pour essayer d’en connaître le contenu
exact. La présence effective d’un œuf sous
un couveur potentiel est assez difficile à
vérifier et demande parfois de nombreuses heures d’attente.
Le bilan de chaque journée d’observation
permet d’obtenir le nombre total d’oiseaux fréquentant les falaises, le nombre
de sites apparemment occupés ponctuels
(SAOp), ainsi que le nombre de sites avec
reproduction identifiables (SARi), c’est-àdire les sites pour lesquels une preuve de
reproduction est visible (observation d’un
œuf ou d’un poussin, d’un bout de
coquille…). Le bilan d’un tel suivi, quasi
quotidien, est évidemment très précis.
étudesrecherches
La question est alors de savoir s’il est possible de diminuer la fréquence des suivis
sans perdre de qualité d’information. À
partir des données collectées, d’autres fréquences de suivis sont alors simulées. Que
se passe-t-il si l’on élimine une partie de
l’information pour ne conserver que trois,
puis un seul, passages hebdomadaires?
Sur la base du suivi tri-hebdomadaire,
l’évolution temporelle du nombre de
SAOp et de SARi reste très proche de
celle obtenue dans le cadre du suivi quasi
quotidien. Les grands événements du
cycle de reproduction sont bien mis en
évidence, comme le maximum de fréquentation à la fin avril et la chute des
effectifs durant la deuxième semaine de
mai…
Sur la base d’un seul suivi hebdomadaire,
les grands événements du cycle de reproduction demeurent bien mis en évidence
et le schéma général des courbes d’évolution des SAOp et SARi reste inchangé.
L’aspect très fluctuant de la fréquentation des falaises, mis en lumière par
un suivi quasi quotidien, est par contre
complètement occulté.
Chez cette espèce, ce sont surtout les
informations concernant les preuves de
reproduction qui deviennent moins précises avec la réduction de la fréquence
des visites. La moyenne des SARi est
réduite d’un tiers environ. La moyenne
des SAOp reste quant à elle similaire.
Mise en place
d’un planning opérationnel
Sur la base de ces projections, un planning opérationnel détaillé des sorties sur
le terrain a donc été élaboré. Il est basé
sur l’identification des périodes clés du
cycle de reproduction. Cet outil dynamique d’aide à la décision permet une
adaptation permanente, en cours de saison, pour intensifier ou au contraire alléger la fréquence des suivis sans risque de
perdre des informations biologiques
essentielles. Cet outil permet d’envisager
un meilleur aménagement du temps de
travail du personnel selon les objectifs
fixés (voir planning ci-contre).
Un suivi minimum nécessite trois passages
répartis sur une quinzaine de jours en juin
pour identifier les SAO, un passage, facultatif, durant la dernière semaine de
juillet pour estimer le taux d’éclosion, et
un passage obligatoire au début de la
des outils incontournables, pour lesquels
des moyens spécifiques doivent pouvoir
être régulièrement débloqués. ■
BERNARD CADIOU
BRETAGNE VIVANTE - SEPNB, BREST.
CHARGÉ DE MISSION OISEAUX MARINS
GAËLLE VIVES
MASTER EEGB SCIENCES DE L’ENVIRONNEMENT
TERRESTRE, UNIVERSITÉ MARSEILLE.
>>> Mél : conservation@bretagne-vivante.asso.fr
Planning de suivi
La même démarche
peut être adaptée
Le cas présenté est simple. En effet, le
fulmar est une espèce dont le déroulement du cycle de reproduction ne montre
pas de variabilité interannuelle. Pour
adapter cette méthode à des espèces dont
les cycles de reproduction sont plus
variables, il est nécessaire de commencer
par quelques années de suivis approfondis.
Ils permettent d’identifier les périodes clés
et d’élaborer un planning opérationnel
standard. Ensuite, des visites en début de
saison permettent d’estimer le futur
déroulement des pontes et d’ajuster le
planning en le décalant, dans un sens ou
dans l’autre. Cette approche peut aussi
être envisagée en considérant plusieurs
espèces à étudier au même endroit, avec
la visualisation simultanée des périodes
clés pour chacune d’entre elles.
Il ne faut pas oublier cependant que les
suivis scientifiques, très précis, restent
b
Cette planification du suivi des colonies
du fulmar boréal est conçue en fonction
des événements clés du cycle de
reproduction. Les périodes principales
[P] ou secondaires [s] sont identifiées.
Chaque ligne correspond à une période
de cinq jours. La fréquence des suivis
préconisée est fonction des informations
à recueillir. Elle est exprimée en nombre
de jours. Les parenthèses indiquent les
périodes facultatives. Le lecteur se
reportera utilement au paragraphe
ci-contre à gauche « mise en place d’un
planning opérationnel » pour
comprendre comment ce suivi peut être
plus au moins approfondi.
Planning de suivi des colonies du fulmar boréal
Fréquence des suivis
et qualité de l’information
deuxième quinzaine d’août pour estimer
la production en jeunes.
Pour un suivi plus régulier, un passage
hebdomadaire, au minimum, est recommandé à partir de la première semaine
de mai.
Enfin, pour un suivi approfondi, il faut
augmenter la fréquence des visites à certaines périodes clés : après la mi-avril, de
la mi-mai à la mi-juin, en début juillet, et
fin août-début septembre. Durant les
périodes intermédiaires, un suivi de routine hebdomadaire est assuré et intensifié
dès l’observation des premières pontes
ou des premières éclosions. Seul ce suivi
peut fournir des informations très précises sur le nombre exact de pontes, le
taux d’éclosion, la nature et les périodes
des échecs (au stade de l’œuf ou du
poussin) et l’envol des jeunes.
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 17
de la
étudesrecherches
conservation
écologie
Le sociologue peut-il être neutre ?
La sociologie de la nature est une jungle
écologie
de la conservation
de l’observation à l’engagement militant
1. La
Sociologie est
un sport de
combat est un
film de Pierre
Carles. Sorti
en 2001, il
dresse un
portrait de
Pierre
Bourdieu.
2 h 26.
Éditions du
Montparnasse.
La position de neutralité du chercheur en sciences sociales est souvent mise en
cause. Il faut dire que la sociologie a ceci de particulier que le scientifique est
aussi un acteur social. À ce titre, il joue un certain rôle. Ainsi, certains travaux
entendent dévoiler et modifier les rapports de force, d’autres explorent de
nouveaux cadres de pensée. Repères…
L
e métier des sociologues est d’étudier, avec des outils qui leur sont
propres, la société dont ils sont
membres. Leur conception de ce qu’est
une société, de son fonctionnement et du
rôle qu’y joue le sociologue introduit bien
sûr des différences dans leurs travaux. La
sociologie de la nature, qui s’est beaucoup
développée ces vingt dernières années,
n’échappe pas à la règle. Identifier
quelques grands courants permet de s’y
retrouver un peu plus facilement.
En protégeant la nature,
les dominants
défendent leurs intérêts
Ainsi, un premier type de recherches
rassemble des sociologues qui entendent
peser dans les rapports de force et mettre
leur analyse au service de certains
acteurs et des causes qu’ils défendent. Ce
groupe est lui-même hétérogène et une
distinction de deuxième ordre peut être
introduite, selon la nature des acteurs
que les chercheurs s’attachent à soutenir.
Certains sociologues s’efforcent d’apporter
leur appui à des groupes qu’ils estiment
dominés. Ils voient, dans la protection de
la nature, une nouvelle façon pour les
dominants d’asseoir leur suprématie et
de défendre leurs intérêts. Par exemple,
et en forçant le trait pour le rendre plus
visible, les espaces protégés peuvent être
interprétés comme une forme de colonisation des territoires ruraux par les
urbains et comme une tentative d’imposer aux populations locales des valeurs
18 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
et des pratiques qui leur sont étrangères.
Pour cette sociologie, que l’on propose de
qualifier (pour faire bref) de « rouge », la
présentation de la protection de la nature
comme un impératif sert des intérêts et
profite à certains. La mission du sociologue consiste alors à dévoiler les rapports de force masqués et à démonter les
mécanismes du pouvoir qui s’exerce sur
les plus faibles, sous couvert de protéger
la nature. Dans le cas des espaces protégés, on s’appliquera à montrer qu’ils
reposent sur un pouvoir scientifique et
technico-administratif qui tend à exclure
les habitants, ou encore que l’émergence
d’une expertise environnementale s’accompagne de nouveaux marchés dont
bénéficie une petite minorité. Lorsqu’il
e
ensavoirplus
◗ Le Sociologue et l’Environnement.
La longue marche vers la science
pragmatique : arpenteur du social ou
conseiller du prince ?, Bernard
Kalaora, Natures sciences sociétés,
1993.
◗ Peut-on sortir du sociocentrisme ?,
Raphaël Larrère, actes du colloque
« Sociologie et environnement », Paris,
9-10 novembre 1999.
◗ Changer de société, refaire de la
sociologie, Bruno Latour, La
Découverte, 2006.
◗ L’Analyse stratégique de la gestion
environnementale : un cadre théorique
pour penser l’efficacité en matière
d’environnement, Laurent Mermet,
Raphaël Billé, Maya Leroy, JeanBaptiste Narcy, Xavier Poux, Natures
sciences sociétés, 2005.
Téléchargeable sur le site :
www.rgte.centre-cired.fr/rgte/
article.php3 ? id_article = 87
en est question, les animaux, les plantes
et les milieux naturels sont traités
comme des moyens de défendre ou de
conquérir des positions : il s’agit toujours
d’observer et d’étudier les Hommes entre
eux. D’où le reproche «d’obsession de l’autonomie» (Kalaora, 1993) et de «sociocentrisme» (Larrère, 1999), parfois adressé à
la sociologie « rouge ».
Faire pencher la balance
du « bon » côté…
D’autres sociologues prennent parti pour
des « êtres de nature », comme les grands
prédateurs, et pour leurs protecteurs.
Cette approche peut être qualifiée de
sociologie « verte ».
« L’Analyse stratégique de la gestion environnementale (Asge) », dont les principes
et les étapes ont été rappelés dans un
article récent de Gérard Mermet (2005),
offre sans doute l’un des exemples les
plus manifestes et les plus aboutis de
cette sociologie « verte ». Le sociologue
commence par identifier un problème
environnemental, par exemple la rareté
des grands prédateurs. Il cherche alors à
évaluer l’efficacité de la gestion et à traquer ses sources d’inefficacité : il veut
faire pencher la balance du côté des
« bons » acteurs, ceux qui, dans notre
exemple, favorisent la progression des
effectifs des grands prédateurs au détriment de ceux qui la freinent.
On le suppose clairvoyant: il sait repérer les
problèmes environnementaux et démêler le
jeu complexe et puissant des acteurs; son
intervention est à même de modifier les
poids respectifs des protagonistes.
« Rouge » et « verte », les deux approches
sont a priori radicalement opposées
puisque les uns regardent comme de
pures constructions sociales ce que les
écologieconservation
suffisent pas
ne
s
ul
se
es
m
om
H
« Les
à faire une société hum
aine »
© Michelle Salotti
qui se nouent et se dénouent. Notons
qu’il est parfois accusé de masquer ses
choix idéologiques sous des descriptions
hyperréalistes : son absence d’engagement est alors suspectée d’être un leurre.
POUR ANALYSER LES RAPPORTS DE POUVOIR QUI S’INSTAURENT AUTOUR DES PROBLÉMATIQUES
DE LA NATURE, LES SOCIOLOGUES ADOPTENT DES GRILLES D’ANALYSE DIFFÉRENTES.
ICI, RASSEMBLEMENT EN FAVEUR DU SENTIER LITTORAL EN BALAGNE, CORSE.
autres considèrent comme des problèmes
tout à fait réels exigeant une réponse.
Mais, quelle que soit leur coloration, ces
travaux ont en commun de privilégier les
perspectives stratégiques et de considérer,
avec Pierre Bourdieu, que « la sociologie
est un sport de combat1 ». Il s’agit pour le
sociologue de s’impliquer dans des rapports de force entre des protagonistes
aux intérêts divergents, et de prendre
parti pour les populations locales contre
l’État savant, ou pour les loups et les
ours contre leurs opposants.
Le travail du sociologue
vise à décrire des collectifs
« Buts dans la nature, moyens dans la
société » (Mermet et al., 2005) : il suffit
d’inverser cette devise de L’Analyse stratégique de la gestion environnementale
pour décrire la sociologie « rouge ». Dans
les deux cas, la fracture est nette entre
nature et société, considérées tantôt
comme une fin, tantôt comme un
moyen. La pertinence d’un tel clivage est
cependant de plus en plus contestée par
certains, issus notamment de la nouvelle
sociologie des sciences. Ceux-là regardent
la dichotomie entre nature et culture
comme une invention de la modernité,
responsable des crises qui lui sont associées. Au face-à-face entre deux entités
radicalement différentes, ils proposent
de substituer des ensembles, appelés
« collectifs », composés d’humains et de
non-humains, à savoir des objets,
plantes, animaux…
Combien de ces collectifs existe-t-il ?
Certainement plus d’un. Mais combien ?
Impossible de le dire. Tout juste peut-on
affirmer qu’ils varient par le nombre et la
nature des êtres qu’ils assemblent, et par
la manière dont ils parviennent à les faire
cohabiter, avec plus ou moins de bonheur
et plus ou moins durablement.
Le travail du sociologue vise alors moins
à dévoiler, à dénoncer et à conclure des
alliances stratégiques qu’à enquêter sur
la composition des collectifs et sur la
capacité de leurs membres à vivre
ensemble. Par exemple, l’arrivée de
grands prédateurs devient un événement,
dont le sociologue va chercher à rendre
compte : peut-on s’entendre avec ces
nouveaux venus qui réclament de faire
partie du collectif et, le cas échéant,
qu’est-ce que cela change ?
En affirmant que les hommes seuls ne
suffisent pas à faire une société humaine,
en considérant les loups, les ours, les
chiens de protection, les brebis et même
les parcs de nuit comme des acteurs à
part entière, la démarche entend bien
révolutionner notre conception de la
société et la pratique de la sociologie
(Latour, 2006). Si elle peut sembler ambitieuse, cette approche peut aussi apparaître extrêmement modeste. En effet, le
sociologue ne prétend pas connaître la
réponse à la question « Pouvons-nous
vivre ensemble ? », ni révéler aux autres
ce qui leur resterait caché. Le scientifique affirme se borner à « suivre les
acteurs eux-mêmes » et à décrire les liens
b
Les frontières
ne sont pas étanches
Ainsi, il n’existe pas une mais des sociologies de la nature, qui diffèrent tant par
leur but que par leur méthode, et donc
par leurs résultats. Les frontières entre
ces différents courants sont cependant
loin d’être étanches. Des auteurs sont
ainsi progressivement passés du rouge au
vert. Quant à la sociologie du collectif,
elle se rapproche à certains égards des
deux autres. Comme la sociologie
« verte », elle prête une très grande attention aux non-humains, qu’elle refuse de
saisir par le biais des « représentations
sociales de la nature », mais sans leur
conférer un statut supérieur d’objets
de protection. Comme la sociologie
« rouge », la « sociologie du collectif »
s’intéresse à la construction et à la
contestation des positions de pouvoir et
des sources de légitimité. Cependant, elle
postule que les positions ne sont jamais
données d’emblée, ni définitivement
acquises.
Si certains auteurs s’inscrivent clairement
dans une seule de ces approches, beaucoup d’autres empruntent des éléments à
deux ou trois d’entre elles, y compris parfois dans le cadre d’un même travail. Il
faut donc voir ces trois courants sociologiques comme des pôles, entre lesquels
s’étend tout un continuum. ■
ISABELLE MAUZ - CEMAGREF
>>> Mél :
isabelle.mauz@grenoble.cemagref.fr
De numéro en numéro, Espaces naturels abordera les
différentes facettes de l’écologie de la conservation…
à contre-courant, ce premier chapitre aborde le sujet sous
un angle qui surprendra peut-être : qu’apportent les sciences
sociales et humaines au gestionnaire ?
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 19
de la
étudesrecherches
conservation
écologie
Sciences sociales et sciences de la conservation
Une alliance de bon aloi
écologie
de la conservation
Apprendre comment travaille le chercheur en sciences sociales, c’est utiliser
les sciences humaines au profit de la biologie de la conservation.
«L
es chasseurs sont des viandards » ; « les hommes politiques ne s’intéressent qu’à
leur réélection » ; « les défenseurs de la
nature sont des intégristes ». Voilà c’est
dit. On a tout compris, ou du moins le
croit-on!
Mais, comme rien n’est simple, on peut
aussi interroger les évidences et se persuader que, derrière les affirmations à
l’emporte-pièce, il y a des choses à découvrir : des façons de faire, de vivre, de penser la nature. Le quotidien du chercheur
en sciences sociales est fait de ce pain. Le
sociologue, l’ethnologue, l’anthropologue
– quelle que soit la discipline – peut
apporter un précieux regard aux professionnels chargés de la mise en œuvre des
politiques publiques et travailler de
concert avec ses collègues, chercheurs en
sciences de la conservation – en biologie,
écologie…
En cas de conflits d’usage
Le gestionnaire d’espace de nature (ordinaire ou remarquable) se portera-t-il
mieux après une étude en sciences
sociales ? Que peut lui apporter ce type de
recherche quand il est confronté à l’obligation d’appliquer une mesure réglementaire dans un contexte conflictuel ?
1. Les Produits de terroir, entre culture et
règlements, P. Marchenay, L. Bérard, CNRS, 2004.
2. « Polémique autour du projet de zonage, appliqué
à la gestion des loups dans l’arc alpin français »,
S. Bobbé, J-F Staszak, Espaces et Sociétés,
n° 110-111, 2002.
3. Sur les positionnements du chercheur en sciences
sociales, se référer à l’article d’Isabelle Mauz
(pages 18 et 19 de ce numéro).
4. À ce sujet, lire Espaces naturels n° 8, article de
Jacques Blondel.
5. André Micoud est directeur de recherche au CNRS.
20 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
Car de telles situations, il en connaît
beaucoup. Le gestionnaire d’un territoire
naturel peut se trouver aux prises avec
des conflits d’usage impliquant des
acteurs locaux. Il peut s’agir d’activités
touristiques, cynégétiques, piscicoles,
agro-pastorales, technico-scientifiques…
Ce professionnel peut aussi être en devoir
d’apprécier la faisabilité d’un projet : la
création d’une aire protégée, la mise en
œuvre de contrats territoriaux d’exploitation (CTE), la réintroduction d’espèces…
Alors oui, l’étude en sciences sociales permet au gestionnaire d’espace de nature
d’identifier les enjeux, les logiques de discours et le positionnement des parties en
présence. Elle l’autorise à garder de la
distance, à trouver l’argument juste, à
élaborer la stratégie adéquate.
Soit dit en passant, tout cela est également
vrai pour d’autres types de projets moins
conflictuels mais tout aussi délicats. On
évoquera les démarches pour aboutir à la
labellisation de produits de terroir1, à la
mise en œuvre de nouveaux outils de gestion des milieux ou encore à la mise en
valeur de marqueurs identitaires dans des
manifestations culturelles, ou liés au développement d’un savoir-faire…
Cadrer l’étude
Pour aller dans le sens de collaborations
scientifiques pluridisciplinaires en matière
de gestion environnementale, il convient
de savoir comment travaille le chercheur
en sciences sociales. Il faut bien comprendre, en effet, qu’il a plusieurs
manières d’aborder son sujet. Sa thématique de recherche peut le conduire soit à
centrer son étude sur l’une des composantes de la société (catégorie socioprofessionnelle, communauté villageoise,
unité régionale…), soit à l’étendre à la
société tout entière. C’est ce qu’a fait, par
exemple, une équipe de sociologues en
travaillant sur les applications de Natura
2000, sur les conséquences de sa mise
en œuvre et ses spécificités régionales
(cf. en savoir plus, note 1). Cependant, le
chercheur peut également resserrer son
approche et questionner les enjeux d’un
débat portant sur des mesures de gestion.
Dans ce cas, il traitera par exemple, du projet de zonage du loup2 ; du déclassement
d’une espèce protégée ou de pratiques
sociales controversées telles les chasses
traditionnelles (dont les officiants convoquent la tradition pour légitimer et revendiquer le maintien de leurs activités).
De la même manière, les « façons de
faire » (d’aménager, de produire, de cultiver) et « les façons de dire » la nature peuvent aussi être appréhendées sous un
angle spécifique – politique, scientifique,
administratif, technique, religieux et
symbolique – ou dans leur globalité.
Recherche finalisée ou recherche-action ,
les deux sont possibles (certains chercheurs préfèrent le terme de rechercheintervention qui correspond mieux à la
posture qu’ils défendent3). Il va sans dire
que l’échéancier et le budget orientent la
construction de l’objet, mais aussi l’approche retenue, les choix méthodologiques et les résultats attendus (surtout
s’il s’agit d’apporter des solutions, des
arguments au commanditaire). Seront
donc ainsi définies la durée des missions,
la nature des entretiens, l’identification
des interlocuteurs.
Les méthodes
en sciences sociales
Le scientifique peut privilégier une
approche compréhensive ou une
approche explicative. Dans le premier cas,
il se met à la place de l’informateur pour
retracer son propos ; dans le second cas, il
vise à dégager les structures sousjacentes de l’organisation sociale qui sont
véhiculées à l’insu des acteurs sociaux.
Les conditions et les objectifs définis,
écologieconservation
reste alors à réunir la « matière » de
l’étude. Pour ce faire, et outre la
recherche bibliographique, le scientifique procède à des enquêtes de terrain
au cours desquelles il mène des entretiens (généralement semi-directifs). Le
questionnaire peut également permettre
le recueil de données. Celui-ci peut-être
composé de questions fermées (imposant
une réponse oui/non) ou ouvertes (appelant un commentaire).
Si le chercheur souhaite mettre en évidence des logiques de discours ou des
positionnements, il choisira plutôt une
méthode d’enquête qualitative (entretiens
individuels par exemple). A contrario, il
usera d’une méthode quantitative si elle
vise un recensement plus exhaustif. Ces
deux méthodes ne sont pas exclusives.
b
derrière les mots…
… des schémas mentaux
© MT Corel
Le loup est un support symbolique très efficace. Il mange les
enfants désobéissants (Le Petit Chaperon rouge). Il est aussi
le symbole du courage (La Mort du loup – Alfred de Vigny).
S’étonner de tout
Interroger les stéréotypes et les idées
reçues… questionner leurs conditions
d’émergence, les stratégies et jeux d’alliance de ceux qui les véhiculent. Tel est
un des rôles que le scientifique s’assigne.
Il cherchera ce qui motive tel ou tel
acteur lorsqu’il affirme : « Tous les agriculteurs sont des pollueurs », « Tous les
gestionnaires parisiens sont des technocrates qui ignorent tout de la réalité de
e
ensavoirplus
1. ◗ La Construction du réseau Natura
2000 en France. Une politique publique
à l’épreuve des scènes locales,
P. Alphandéry, A. Fortier, C. Deverre,
J-P Billaud, G. Geniaux, F. Pinton,
Rapport du ministère de l’Écologie,
La Documentation française, 2005.
2. ◗ Rôle des rapaces nécrophages
dans la gestion de l’équarrissage,
François Sarrazin, Sophie Bobbé,
Thierry Buronfosse, Rapport Medd
(appel d’offres Diva), 2006.
◗ « Les nouvelles figures du sauvage »,
Sophie Bobbé, Communications, n° 76,
2004.
◗ L’Utopie de la nature, Sergio Dalla
Bernardina, Imago, 1996.
◗ Du bon usage de la nature. Pour une
philosophie de l’environnement,
Catherine et Raphaël Larrère, Aubier,
1997.
◗ Des Bêtes et des Hommes.
Le rapport à l’animal : un jeu sur la
distance, Bernadette Lizet et Georges
Ravis-Giordani, CTHS, 1995.
terrain » ou encore « Tous les écologistes
sont des religieux en puissance».
Ainsi, le scientifique peut être appelé à
interroger l’émergence d’un parti politique (« Chasse pêche nature tradition »
par exemple), ou le changement de nom
d’un établissement public (l’Office national de la chasse est, depuis peu, devenu
l’Office national de la chasse et de la
faune sauvage). Comme pour la plupart
des exemples précédemment cités, ces faits
sociaux imposent de prendre en considération la dimension historique. Le décodage
des idées reçues nous en dit long sur les
idéologies en présence.
Changement de climax
Le chercheur en sciences sociales peut
également analyser les notions fondatrices des sciences de la conservation.
Dans cette perspective, il interrogera, par
exemple, la conception de l’espace en lien
avec la gestion du vivant. Il cherchera à
décoder des notions telles que « capacité
d’accueil », « écosystème », « biotope ».
Que l’on songe ici aux travaux de Raphaël
Larrère sur la notion de climax. En écologie, le climax correspond à un état d’équilibre d’un milieu. Celui-ci est déterminé
par les conditions « moyennes » des facteurs écologiques d’un biotope considéré4.
Le sociologue a montré comment cette
notion est essentielle à la compréhension
de l’idéologie des forestiers. Il a interrogé
la notion de climax sous l’angle du rapport
des couples d’opposition « équilibre/déséquilibre», «dynamique/statique».
Car les mots ne sont pas vides de sens
social. Ainsi, André Micoud5 proposait de
substituer l’expression «momentanément
et localement proliférant » au terme de
« nuisible » apposée à certaines espèces.
De même, on peut donc interroger l’érection de la biodiversité comme norme
sociale, les conditions d’émergence d’une
nouvelle profession telle l’écozootechnicien, ou encore l’évolution du métier de
garde-moniteur dans les Parcs nationaux.
Des collaborations bien menées, avec des
scientifiques d’autres disciplines (écologie, éthologie, biologie…) permettent
d’étudier les pratiques sociales : leur évolution, leur transformation, leur spécificité et leurs incidences sur la nature.
Pour exemple, celle réalisée dans les
Cévennes. La recherche (cf. en savoir
plus, note 2) menée sur les différentes
pratiques d’équarrissage des éleveurs
caussenards vivant dans des zones à
rapaces nécrophages a permis à ces éleveurs de prendre conscience du bénéfice
qu’ils pouvaient tirer de la présence des
vautours fauves. Loin de lutter contre
leur présence, ils ont su en tirer profit et
participer à la pérennisation de cette
espèce protégée. Concrètement, ils ont
troqué leurs pratiques pour un équarrissage écologique. Bel exemple qui a permis
un rapprochement entre agriculteurs et
écologistes, deux catégories d’acteurs que
l’on a trop souvent tendance à opposer. ■
SOPHIE BOBBÉ - ANTRHOPOLOGUE
>>> Mél : sbobbe@club-internet.fr
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 21
FAÇADE DU CINÉMA ALHAMBRA À MARSEILLE.
CENTRE CULTUREL CINÉMATOGRAPHIQUE.
CI-DESSOUS EXTRAITS DES FILMS TOURNÉS AVEC
LES ENFANTS ET ADOLESCENTS.
1 ET 4- POULPE. 2- CROCODILE. 3- GABIAN.
1
2
3
4
© Alhambra
pédagogieanimation
Un dessein animé
Le cinéma fait l’école sur l’île de Porquerolles
L’Alhambra est un centre culturel cinématographique de la ville de Marseille,
engagé depuis plus de dix ans dans un travail pédagogique d’éducation artistique
avec les élèves des écoles et lycées du nord de la ville. Le centre privilégie la
rencontre avec des œuvres de l’art du cinéma. Mais il développe aussi des
situations éducatives qui favorisent une découverte du processus de création
pour produire des sons et des images animées ; puis les monter, les diffuser…
Ainsi est née l’aventure « École et cinéma sur l’île de Porquerolles ». Cheville
ouvrière pédagogue et passionnée, Jean-Pierre Daniel raconte…
P
1.
L’Institution
de gestion
sociale des
armées.
artir en voyage pendant cinq jours
avec une classe, s’éloigner de la ville
et s’immerger dans un territoire
regroupant, sur un petit périmètre, une
nature flamboyante et des espaces naturels d’une grande diversité, provoquant,
par leurs beautés, l’imaginaire des jeunes
élèves. Un territoire où se construit une
relation complexe entre la nature, les
animaux et les Hommes.
Partir avec, dans nos bagages, quelques
outils légers de prise de vues et de sons
pour faire du cinéma. Tel était notre projet.
Il s’agit pour moi non d’enseigner “ le ”
cinéma, mais de faire découvrir et expérimenter le rapport de chacun au cinéma,
conçu non comme un fait culturel mais
comme un outil de lecture du monde
contemporain» disait Jean-Louis Comolli,
cinéaste et critique de cinéma !
Eh bien, ce territoire, nous l’avons trouvé,
sur l’île de Porquerolles !
Nous avons fait ce voyage plus d’une vingtaine de fois en dix ans. Au printemps, à
22 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
l’automne sous le soleil, la pluie et dans le
vent, parfois fou, quand le mistral se lève.
Hébergés confortablement dans le village
de vacances de l’Igesa 1, nous partions
chaque jour à l’aventure, sans scénario,
sans plan de tournage, prêt à raconter,
avec des images et des sons, nos milles et
unes rencontres. Travail d’enregistrement
improvisé, de visionnage collectif et de
retour sur le terrain, travail de montage
et de lente élaboration de petites formes,
dans le temps même du séjour.
Pendant dix ans, ces ateliers précaires
ont produit de très nombreux petits
films. Vous parlerais-je du Poulpe, où
l’on voit l’apprivoisement d’un poulpe sur
la plage de Notre-Dame ; du Crocodile, ou
comment un petit bout de bois devient
crocodile ; des Gabians, qui sont filmés
au plus près.
Ces films, nous les avons souvent montrés pour parler de notre recherche pédagogique. Nous avons alors pu mesurer la
force de ces très courts récits, au-delà de
leur qualité de témoin d’un moment privilégié d’éducation artistique cinématographique. Tous nous disent quelque
chose des enfants qui les ont faits, mais
aussi du territoire où ils ont été élaborés.
Car, au-delà de sa richesse scientifique,
l’importance d’un territoire se mesure à
sa capacité à provoquer une émotion
esthétique. Un « grand » territoire a la
force d’une œuvre d’art. Sa rencontre
déplie en nous une multitude de pensées
qui nous interpellent, sur nous-même et
hors de nous-même.
L’important dans ces petits récits improvisés par ces jeunes enfants, c’est ce qu’ils
révèlent : la complexité des émotions ressenties au cours de leurs marches dans
l’île. Ils ne s’arrêtent pas à la simple description des paysages, ils ne font pas des
inventaires systématiques, ils ne plaquent
pas sur l’île toutes les narrations qui surgissent au quotidien de leurs écrans de
télévision, ils racontent la peur, l’angoisse,
le lointain, l’amour. Ils interrogent les
rapports de l’Homme et de l’animal. Ils
participent à la construction de leur rapport symbolique au monde.
Quand le cinéma fait école, il participe au
jeu de la nature et de la rencontre avec
soi-même… ■
JEAN-PIERRE DANIEL
RÉALISATEUR, DIRECTEUR DE L’ALHAMBRA.
>>> Mél : jpdaniel@wanadoo.fr
gestionpatrimoniale
Seuls dans la Dombes
Pêcheurs, ils ont signé un contrat Natura 2000. Et après?
Sur les très grands sites Natura 2000 (Sologne, Dombes…), il est parfois difficile de trouver un opérateur
légitime pour élaborer le document d’objectifs (Docob). Plusieurs coopérateurs, représentant les différents
usages du site, assistés par des bureaux d’études, se lancent alors dans l’aventure. Mais que
se passe-t-il après la signature du contrat, lorsque l’on entre
dans la phase opérationnelle d’animation du Docob ? En
2004, le groupement agricole foncier Letoublon,
propriétaire de l’étang de Grospire signait un contrat
Natura 2000. Rencontre avec les propriétaires, très
motivés, mais perplexes sur les actions à mener…
-7 C
°
ce matin sur
l’étang de
Grospire. Le
site Natura 2000 se donne des
airs boréals. Dans la Dombes
figée par le givre, les pêcheurs
installent les filets dans un bras
de l’étang, vidé au deux tiers
quelques semaines auparavant.
Comme à chaque pêche annuelle,
femmes et hommes se réchauffent autour
d’un brasero avant de trier les tonnes de
poissons attendues.
Épreuve supplémentaire, il faut casser la
glace. D’abord, faire glisser les grosses
plaques vers le fond de l’étang, puis briser
les autres en menus morceaux. La vision
est belle, quasi ethnographique : les
hommes pilent l’eau glacée avec
des bouts de bois, les évacuent
ensuite et constituent un land-art
éphémère au milieu des jonchaies.
Les pêcheurs déroulent les filets
puis les resserrent progressivement
vers la berge. Quelques poissons
frétillent. Ça y est ! C’est la levée du
filet ! Un pêcheur remplit une épuisette qu’il déverse sur la gruyère1.
Vite, nous nous installons autour de
cette table pour trier scrupuleusement. Le premier filet a sélectionné
les gros, les carnivores que l’acidité
de l’étang favoriserait. Par ici, les
brochets, par là les carpes…
À la pose, j’en profite pour interroger
M. Letoublon, un des propriétaires
du site et signataire d’un contrat Natura
2000. Je veux savoir comment il en est
arrivé à cet engagement. « Nous avons
1
2
3
4
© Hélène Dubaele - GIP Aten
PÊCHE ANNUELLE SUR L’ÉTANG DE DOMBES
(ENTRE LA RÉGION RHÔNE-ALPES ET LA
BOURGOGNE) • 1. LE TRI SUR LA GRUYÈRE
(TABLE). • 2. POSE DES FILETS AU PETIT
MATIN GIVRÉ. • 3. RELEVÉS DES FILETS. •
4. RAMASSAGE DES POISSONS À L’ÉPUISETTE.
assisté à des réunions d’information pendant l’élaboration du document d’objectifs. Nous avons alors décidé de candidater.
Ce sont les services de la Direction départementale de l’agriculture et de la forêt
(DDAF) qui ont hiérarchisé les demandes
sur l’avis d’experts de l’Office national de
la chasse et de la faune sauvage. Ils ont
retenu l’étang de Grospire pour son intérêt
ornithologique et pour la qualité du
milieu. Il y avait des critères de surface
en eau supérieure à trois hectares, de
pente inférieure à 20 % sur au moins un
tiers du périmètre de l’étang. Trente propriétaires ont ainsi été contactés. Mon
frère et moi, nous avons réagi les premiers. Il n’y a pas eu de contrats pour
tout le monde.
Au départ, le syndicat des propriétaires et
des exploitants des étangs de la Dombes
n’était pas favorable au projet Natura
2000. Mais il n’a pas donné de consignes
aux propriétaires. D’ailleurs, sa position a
évolué positivement. Le contrat nous
engage à respecter le code de bonne
conduite de l’étang dombiste. Il concerne
la gestion des assecs, de l’évolage 2, de
la pisciculture et la lutte contre des
espèces indésirables. En gros, nous
sommes sensés agir comme par le
passé. » Rien n’aurait-il vraiment
changé ? Je cherche à savoir si mon
interlocuteur est vraiment au fait des
contraintes du contrat. Je l’interroge
aussi sur d’éventuelles modifications des
pratiques de chasse. Il m’assure qu’il n’y
a pas de modifications majeures à l’exception du lâcher de canards qui doivent
provenir d’un élevage spécialisé en colvert un peu plus adapté à la vie naturelle
que ceux d’aujourd’hui. Il m’explique
aussi que le plomb vient d’être remplacé
par la grenaille, mais « ce n’est pas une
conséquence de Natura 2000 ».
suite page 24 ● ● ●
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 23
Seuls dans la Dombes
1. Table
de triage
du
poisson
2.
Évolage.
Période
pendant
laquelle
les
étangs
sont
pleins
d’eau et
donnent
du
poisson ;
elle est
suivie de
l’assec.
Ancien
adjectif
eveux ou
evol qui
signifie
aqueux.
Je me rapproche du brasero, il fait froid. Les
autres engloutissent rillettes et saucissons qui
n’ont rien de superflus. Je fais de même tandis que M. Letoublon poursuit : « Le grand
changement concerne les travaux d’entretien.
Nous allons refaire le fossé de ceinture de
l’étang et aménager les rives et berges de
manière à ce qu’elles soient plus attractives
pour la flore et la faune. Il devrait y avoir une
expertise préliminaire. Il faudra aussi revoir le
système de vannes et de grilles. Il devrait y
avoir aussi d’autres améliorations, plus spécifiques à la faune, mais là, j’avoue, nous
sommes dans le flou. En fait, nous manquons
un peu de lisibilité. Par exemple, il est dit
dans le contrat que 5 % des étangs engagés
dans la procédure Natura 2000 seront contrôlés chaque année. Mais pour le moment, c’est
tout ce que nous savons. Nous ignorons aussi
s’il est prévu un suivi écologique de certaines
espèces. En théorie, tout propriétaire qui
souscrit au “ Code des bonnes pratiques de
l’étang dombiste ” doit faire établir un diagnostic de l’état des lieux des habitats présents et du mode de gestion de l’étang. Il doit
également suivre des recommandations visant
à améliorer la qualité environnementale ou
les résultats économiques de l’étang dans le
respect des bonnes pratiques. Ce diagnostic
obligatoire est gratuit pour les propriétaires.
Il n’a pas été encore réalisé. Par exemple,
nous avons constaté que la phragmite est en
régression, nous ignorons pourquoi.
Mais vous savez… continue-t-il plus bas, il n’y
a plus d’animateur de site. Notre seul interlocuteur est désormais la DDAF. Il nous faudrait
des groupes techniques travaillant sur les
mesures à prendre en faveur de la faune… »
Le triage reprend avec les fruits du deuxième
filet: perches-soleils et gardons s’amoncellent.
Attention à ne pas abîmer les écailles ! Pas de
poissons-chats. Tant mieux, car le code de
bonne pratique de l’étang dombiste prévoit la
destruction à la chaux vive de cette espèce.
Petite déception sur le visage de Mireille, la
propriétaire : « L’année dernière nous avions
deux tonnes ! » Benoît, le neveu, n’était pas
venu depuis vingt ans. Il attendait une pêche
quasi miraculeuse. Idéalisation d’enfant ou
baisse de la ressource ? De l’avis du patron
pêcheur, la quantité varie selon les années et
les étangs, on ne peut pas tirer de conclusions
hâtives. Sous ses ordres bon enfant, nos
mains plongent dans une montagne
grouillante qui se dérobe. Je cherche le poisson d’or qui fait exaucer des vœux. Par
exemple : l’arrivée de nouveaux animateurs
sur ces sites orphelins ! ■
HÉLÈNE DUBAELE - GIP ATEN
>>> Mél :
helene.dubaele@espaces-naturels.fr
24 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
© Moune Poli
● ● ● suite de page 23
Un homme, une
Gérard Zapata, garde du littoral
G
érard Zapata eut le sourire généreux, la poignée de main large, puis
il dit : « Je vous emmène sur mon
site. » Il avait les yeux tout flamme et déjà
le verbe prodigue… Il s’excusa d’emblée
de parler en termes de possession. « Non,
ce n’est pas mon site, enfin… un peu. »
Chemise rayure écolier, col ouvert, bronzé,
il portait le cheveu libre et malgré
quelques efforts pour rendre la coiffure
conforme, elle refusait obstinément la
discipline, et préférait friser le vent.
Homme-racine, il avait – d’emblée –
l’évidence du terrain.
Parvenu sur l’étang du Méjean, il continua à s’offrir. Il parlait, le regard fervent
de la commune de Lattes dont il était le
salarié, des élus locaux avec lesquels il
travaillait synchro depuis maintenant
vingt ans, du plan de gestion du site qu’il
appliquait et peaufinait, de ses cinq collègues qu’il poussait à partir en stage, de
la cage à sanglier qu’il était en train de
souder, des dossiers de financements
qu’il montait pour l’expo à la maison
de la nature, des sponsors qu’il fallait
convaincre, des cigognes pour lesquelles
il avait construit des nids, de l’animation
pour enfants qu’il avait mise en place,
des tortues de Floride qu’il ne savait pas
comment éradiquer, des roubines1, des
martellières2… de sa formation personnelle à la gestion hydraulique du site…
Artiste multi-instrumentaliste ou garde
gestionnaire du littoral ?
Pas le temps de poser la question, le téléphone sonna. Il s’excusa. « Tu viens
demain, bon, fit-il, parfait. » « Le président de l’association des chasseurs, expliqua-t-il en raccrochant. Les relations,
c’est important. Ma finalité première est
de protéger le patrimoine naturel, mais
l’espace doit également être partagé. Ici
depuis toujours, il y a eu des chasseurs,
des pêcheurs, des manadiers3, aujourd’hui
il y a des promeneurs et nous avons une
forte pression urbanistique car nous
sommes très près de Montpellier et le site
est perçu par certains comme un parc périurbain. Il faut gérer tout cela, concerter,
discuter, expliquer… » « J’aime ça, glisset-il alors avec gourmandise. En 2005,
nous avons organisé le festival de la nature.
Les chasseurs, les pêcheurs, les manadiers, les sportifs, les écologistes… tout le
monde a fait la démonstration de ses pratiques. On recommencera… »
Un court silence suit. C’est alors son
regard qu’il faut prendre au mot. Il
connaît les gens !
Car Gérard Zapata est un enfant de
Lattes. Petit, il a fréquenté le Méjean, cela
managementmétiers
On l’imagine passionné de nature, maîtrisant le nom
des espèces et féru de suivis scientifiques.
On découvre un ancien peintre tôlier. Un chef
d’entreprise porté par une flamme intérieure.
Gérard Zapata a bourlingué avant d’arriver là. Il a vécu dix ans au Canada. Il a été
tôlier, peintre, puis électromécanicien.
Compétences sacrément utiles pour un
garde du littoral. Car ici, il faut savoir
tout faire : la soudure, le béton, la menuiserie. Les moyens sont limités et les
« manuels » sont bienvenus.
Face à la maison de la nature, un abri
vient d’être érigé. Beau travail.
« Construction maison », lance-t-il, en
avançant à l’intérieur. Avec application,
son jeune collègue est en train de peindre
une cage à sanglier qui devrait rapidement être placée sur site. Dans un coin,
une rangée de cages, pièges à ragondin.
Elles seront installées plus tard. La vie, la
mort… Nous sommes très loin tout à
coup, des dossiers, des réflexions, des
financements, de l’ingénierie, des ordinateurs… Il y a quelque chose de rare dans
cette profession pile et face.
Au loin, quelques taureaux pâturent.
Image muette… Les sons se perdent
dans la brise et étouffent le site d’une
ambiance de coton propice aux complicités de l’intelligence sensible. Dans
l’après-midi, Gérard Zapata allait dévoiler
ses convictions…
Sur le chemin qui mène à l’observatoire,
au cœur de la zone, au cœur du silence,
sa parole devenait plus profonde. Dans
quelques années, il envisage la retraite.
Est-ce pour cela qu’il parle du temps ? Du
temps qu’il faut pour construire. Ses
jeunes collègues sont parfois trop pressés.
Ils veulent mettre en œuvre immédiatement et à la lettre le plan de gestion. Mais
si l’on veut que les choses durent, il faut
jouer la souplesse, il faut prendre le
temps de l’adhésion de l’autre. Il faut
flamme
>>> Mél : nature@ville-lattes.fr
© Moune Poli
lui donne du répondant. D’ailleurs, son
père était chasseur. Ça l’a bien aidé au
départ quand les chasseurs sont entrés en
conflit avec le plan de gestion du site
pour chercher à maintenir, partout dans
le marais, le niveau d’eau au-dessus d’un
mètre ; ou quand le Conservatoire du littoral voulait ouvrir la chasse à la passée
après cinq heures le soir. Comme il
savait, d’expérience, qu’à cette heure-là, il
y a longtemps que les canards sont passés
sur le Méjean, il a su convaincre.
L’homme s’appuie de courts instants sur
les panneaux d’accueil qu’il a conçus pour
expliquer au public les enjeux de cette
zone humide. Il s’appuie, mais il continue
de parler… Son style, c’est la retenue. Il
sait ce qu’il veut mais il n’envahit pas l’espace. Les gestes sont larges mais lents. Il
veut convaincre avec empathie. Il n’exclut
pas la sanction, mais il a l’autorité
tranquille. Il lui est arrivé de troquer un
procès-verbal contre quelques jours au
service du site protégé. Éducation contre
sanction, avec l’accord du jeune en infraction et de ses parents. Depuis, d’ailleurs,
leur complicité est au plus haut.
Il n’hésite pas, non plus, à encadrer des
jeunes condamnés à des travaux d’intérêt
général. Le risque a toujours payé.
On est à peine surpris d’apprendre que
apprendre à le connaître. À contre-courant
de la civilisation des loisirs, cette philosophie nécessite de travailler soixante-dix,
quatre-vingts heures par semaine. On
n’attrape pas les sangliers à trois heures
de l’après-midi, pas plus que l’on ne rencontre les élus ou les responsables d’associations. Mais quelle satisfaction !
Franchement rieur, l’artiste de la relation
humaine explique qu’il faut prioritairement être sur le terrain. « Voir, toucher,
sentir. C’est ça qu’il faut dire aux jeunes
qui préparent ce métier. Levez vos yeux
des ordinateurs et apprenez à connaître
ce qu’il y a autour de vous. » Lorsque,
dans les marais, l’eau manque d’oxygène,
la malaïgue4 s’installe. Les ordinateurs le
révèlent mais l’homme d’expérience sent,
touche, voit et décèle le phénomène bien
avant l’appareil.
Il y a de la joie dans cet homme-là.
En philosophe de la relation humaine,
Gérard Zapata pose la question du
rapport au travail. À quoi sert de travailler si ce n’est pour se réaliser, pour
mener des projets à bien, pour prendre
des responsabilités ?
Est-ce que je serais là s’il n’y avait rien à
construire et à apprendre ?
Petit coup d’œil sur le référentiel métier.
Il n’est nulle part écrit que le garde du
littoral gestionnaire doit acquérir reconnaissance, autonomie, crédibilité. Gérard
Zapata a inventé son profil de poste de
toutes pièces. Il s’est saisi des problématiques qui lui semblaient importantes et
est allé, seul, acquérir la compétence
nécessaire. Aujourd’hui, il s’interroge sur
l’indépendance du site à toute pression
extérieure, sur son avenir, et cherche à
mettre en œuvre des solutions. Hier, il a
acquis la compétence hydraulique nécessaire pour gérer le site. Il est même devenu
une référence en la matière pour l’ensemble du bassin versant. De même, la
direction des ressources humaines de la
ville lui a délégué la gestion de « son »
personnel. Puisque cela marche bien…
Demain… Oh, demain, il aimerait bien
devenir chef d’entreprise. Mais finalement, n’est-ce pas ce qu’il fait déjà ? ■
MOUNE POLI
1. Roubines.
Nom donné aux
canaux.
2. Martellières.
Trappes qu’on
peut lever ou
baisser pour
réguler l’eau
des canaux
dans le but
d’assécher ou
d’inonder une
zone (voir photo
ci-contre).
3. Manadiers.
Gardiens de
taureaux.
4. Malaïgue ou
« mauvaise
eau ». Ce
manque
d’oxygène est
provoqué par un
apport excessif
de nutriments
ou de matière
organique
biodégradable.
TOUS LES JOURS, IL FAUT FAIRE LE TOUR DES CINQUANTE
MARTELLIÈRES DU SITE POUR LES LEVER OU LES ABAISSER
EN FONCTION DES CHOIX DE GESTION (ASSEC OU
INONDATION DES ZONES).
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 25
Le dispositif local d’accompagnement finance des diagnostics aux
Consolidation des emplois
les associations aidées
Diagnostics et expertises gratuits, c’est possible avec le dispositif
local d’accompagnement (DLA). Le DLA a pour mission d’appuyer les
associations, entreprises d’insertion développant des activités
d’utilité sociale créatrices d’emplois. Dans chaque département, ce
dispositif soutient et finance leur démarche de consolidation
économique et de développement. Mode d’emploi…
© Cren NPdC
EXPORTATION DE FOIN SUR LE SITE
NATUREL DES PRAIRIES DE L’ESCAUT.
du projet associatif. S’ouvre alors une
période de réflexion et de repositionnement stratégique qui convoque de nombreuses interrogations. Elle nécessite
souvent de recourir à des compétences
ouveaux métiers, emplois jeunes
externes et engendre, de ce fait, des coûts
ou emplois aidés, de nombreux
importants. C’est dans cette optique qu’a
gestionnaires associatifs d’espaces
été mis en place un réseau national d’acnaturels se sont engagés, parfois très en
compagnement des organismes d’utilité
avant, dans l’utilisation des dispositifs de
sociale confrontés à des situations de
développement de l’emploi et d’insertion
consolidation ou de développement de
par l’économique. Or, passée la phase,
leurs activités. Financé par l’État et
plus ou moins longue, du financement
confié en gestion à des opérateurs de
aidé, se pose nécessairement la question
l’économie sociale, ce réseau est connu,
de la pérennisation des emplois. Une
au niveau local, sous l’intitulé de disposiquestion bien entendu sociale, mais égatif local d’accompagnement, DLA pour
lement un enjeu vital pour la cohérence
les initiés.
Dans la pratique, il existe,
LE DISPOSITIF LOCAL D’ACCOMPAGNEMENT ENTEND AGIR SUR LA QUALITÉ
au niveau national, cent
DES PROJETS ET LA PERFORMANCE DES ACTEURS DE L’ÉCONOMIE SOCIALE.
quatorze structures portant le dispositif local d’accompagnement, chacune
confiée à une association
de proximité dans l’esprit
d’un guichet unique semblable à ce qui existe pour
le soutien à la création
d’entreprise. Ces structures
peuvent être des organismes d’accompagnement
de l’emploi, tels les programmes locaux pour l’insertion et l’emploi (Plie),
ou encore des structures
de développement local,
tels les comités d’expansion
économique.
Le plus généralement, le
DLA intervient en appui
d’une demande des organismes d’utilité sociale ou
associations qui le solli-
N
26 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
citent. Il a aussi pour vocation d’aller audevant du monde associatif et de l’inviter
à recourir à ses services. Ni structure
d’audit, ni organisme de contrôle, le DLA
n’a en aucun cas pour fonction de se substituer aux associations dans la conduite
des actions elles-mêmes. Il intervient en
soutien et expertise pour aider les structures volontaires dans leurs projets :
consolider des activités existantes, en
développer de nouvelles, optimiser leur
fonctionnement interne, mettre en place
une stratégie de communication ou encore
rechercher de nouveaux partenaires et
financements… Toutes les démarches sont
recevables dès lors qu’il s’agit de consolidation ou de développement visant à créer
ou préserver des emplois.
La méthode d’accompagnement se traduit
d’abord par un diagnostic conduit en partenariat entre la structure DLA et l’organisme volontaire. Cette première étape
permet de qualifier les projets et de dégager les forces et faiblesses de la démarche.
Ensuite, après validation par le demandeur, le diagnostic sert de point d’appui à
la rédaction d’un cahier des charges d’une
mission d’accompagnement. Celle-ci, qu’il
s’agisse d’une étude de faisabilité comme
de la conduite d’un projet, est financée par
le DLA et confiée à un expert choisi
conjointement avec le demandeur. Enfin,
dernière étape, à l’issue de la mission d’expertise, la structure DLA reprend la main
pour une évaluation et un suivi qui, euxmêmes, peuvent déboucher sur de nouveaux projets d’action.
Pour réaliser leur travail d’accompagnement local, les structures DLA ne sont
pas seules. Elles s’appuient sur des
centres régionaux de ressources et d’animation (C2RA) qui capitalisent les expé-
managementmétiers
associations pour soutenir des activités d’utilité sociale
Vincent Santune
DIRECTEUR DU CONSERVATOIRE DES SITES NATURELS DU NORD PAS-DE-CALAIS
Rencontre
avec
●
«Nous avons mis en place
un plan d’action sur dix ans»
Quinze salariés permanents… Le Conservatoire des sites naturels du Nord
Pas-de-Calais est une association qui vise la préservation du patrimoine
naturel remarquable de la région. Le dispositif local d’accompagnement lui
a donné l’occasion de financer un audit sur son fonctionnement.
Comment avez-vous appris l’existence
du dispositif local d’accompagnement ?
riences et favorisent une cohérence
régionale des méthodes. Elles peuvent
également faire appel à une expertise
professionnelle organisée par filière. Ces
experts sont réunis au sein de Centres
nationaux d’appui et de ressources (Cnar)
constitués pour chacun des grands secteurs d’activités (environnement1, culture,
sport, médico-social). Le Cnar environnement est animé par l’Union nationale des
centres permanents d'initiatives pour
l'environnement (UNCPIE) et réunit des
réseaux nationaux à savoir l’Aten,
Rivages de France, France nature environnement, réseau École et nature,
réseau Territoire, environnement, emploi
et Comité de liaison énergies renouvelables. Enfin, l’État a confié la coordination nationale de l’ensemble du dispositif
à l’Agence de valorisation des initiatives
socio-économiques (Avise). ■
XAVIER ROBERT
ANIMATEUR DU CNAR ENVIRONNEMENT
1. En 2003, on dénombrait 365 000
emplois dans le secteur de l’environnement
et du développement durable, dont
126 000 dans les services publics ou non
marchands.
e
ensavoirplus
>>> Liste et coordonnées des
structures DLA : www.avise.org
>>> Animateur du Cnar
environnement : Xavier Robert mél : cnart-environnement@uncpie.org
>>> Membre du Cnar Aten
André Lechiguero - mél :
andre.lechiguero@espaces-naturels.fr
>>> Membre du Cnar Rivages de
France : François Pitron mél : f.pitron@rivagesdefrance.org
La fédération des Conservatoires d’espaces naturels nous a alertés, il y a deux ans. À cette
époque, nous étions particulièrement préoccupés
par la pérennisation des six emplois jeunes,
nous étions donc réceptifs. En parallèle, nous
avions été contactés par le Comité de bassin de
l’emploi chargé de la mise en œuvre du dispositif. Nous avons donc pris rendez-vous… sans
savoir très bien ce que nous pouvions attendre.
Que vous proposait-on ?
De financer une étude. Le budget n’était pas
énorme puisque nous disposions de 13000 euros,
cependant la participation des Conseils général
et régional permettait de financer l’intégralité
de l’étude. Avec ces « petits moyens », il nous
fallait cibler, très précisément, les contours de
la mission. Nous avons donc élaboré le cahier
des charges avec le chargé de mission du
Comité de bassin de l’emploi.
Quels ont été vos objectifs ?
Prioritairement tournés « direction des ressources humaines », ils voulaient savoir quelles
étaient nos compétences, la nature des liens
salariés-administrateurs, le coût réel des services rendus. Nous avons également cherché à
recueillir la vision de nos partenaires financiers
et techniques sur notre association. L’objet était
directement opérationnel, nous visions l’élaboration d’un plan d’action sur dix ans.
Le coût réel des services… Est-ce à dire
qu’avant vous ne connaissiez pas votre prix de
journée ?
Nous avions une méthode de calcul de notre
coût horaire. Cependant, nous n’étions pas sûrs
qu’elle correspondait à la réalité. Par ailleurs, il
nous semblait important de connaître notre
positionnement par rapport au prix du marché.
Aujourd’hui, nous savons que notre prix de
journée se situe autour de 360 euros. Quand
nous facturons des prestations, nous ne
sommes vraiment pas chers.
Votre association comprend des salariés mais
aussi des bénévoles et des élus… l’audit a-t-il
investi le terrain du projet d’entreprise ?
Le plan d’action qui a découlé de l’étude nous a
permis de travailler sur les liens entre administrateurs et salariés. Nous avons, notamment,
mis en place des séminaires afin de partager
une vision commune de la stratégie de notre
structure. Financièrement, nous avons dégagé
des pistes pour trouver des sponsors.
Comment avez-vous travaillé avec le Comité
de bassin de l’emploi ?
Nous avons choisi notre cabinet d’expertise en
concertation. Outre le critère pécuniaire, nous
avons opté pour la compétence au vu des expériences antérieures. Après ce choix, nous avons
passé une convention financière avec le Comité
de bassin de l’emploi.
Quel regard portez-vous sur cette structure ?
S’agit-il d’un guichet financier ou bien vous
a-t-elle véritablement accompagnés ?
Le Comité de bassin de l’emploi a été véritablement performant sur la rédaction du cahier des
charges. Il était compétent et possédait une
expérience que nous n’avions pas. En revanche,
et c’est peut-être une limite, le Comité de bassin
de l’emploi accompagne des structures très différentes et très spécialisées. L’entretien d’une ou
deux heures ne suffit donc pas à identifier les
besoins. Si l’on souhaite que ce dispositif soit
efficace, chaque association doit être capable
d’identifier elle-même ses besoins, et de cibler
une ou deux problématiques maximum. En
effet, ce dispositif n’est pas fait pour résoudre les
problèmes. Il s’agit juste d’identifier des pistes.
On peut regretter également la lenteur de la
mise en œuvre de l’audit. Il a fallu un an avant
de débuter la phase opérationnelle. Nous avons
mis ce temps à profit et nous avons travaillé
nous-mêmes sur les différents sujets. Du coup,
l’audit nous a été doublement profitable. Il a
confirmé notre travail et nous a rassurés sur
nos qualités. Par ailleurs, ce regard externe
nous a permis d’aller un peu plus vite. Nous
aurions certainement fait tout cela… mais il
nous aurait fallu deux ou trois ans de plus. ■
RECUEILLI PAR MOUNE POLI
>>> Mél : vsantune_csn5962@yahoo.fr
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 27
”
”
« LIBRE CONSOMMATION »
JOUÉ LE 27 JUILLET 2003
AU DOMAINE DE LA PALISSADE.
PERDUS, CACHÉS OU SURGISSANTS,
LES CORPS S’ABSORBENT DANS LA
CONSOMMATION DU PAYSAGE.
© Jean-Pierre Estournet - Cie Ilotopie
initiativespartenaires
Les Envies Rhônements
La pratique artistique pour éveiller la conscience environnementale
Dans le delta du Rhône, les Envies Rhônements offrent au public un théâtre de
paysage. L’ambition est de contribuer à construire l’identité du territoire et d’éveiller
les consciences… Une démarche pluriartistique et scientifique qui réunit, le temps
d’un festival, les amoureux des espaces naturels, le public fréquentant les salles de
spectacles, les habitants des territoires environnants, les festivaliers…
© Françoise Léger - Cie La Zouze
« RÉSIDENCE
SECONDAIRE. »
SPECTACLE
DE DANSE
JOUÉ LE
VENDREDI
22 JUILLET
2005 AU
DOMAINE DE LA
PALISSADE.
UN TRAVAIL SUR
L’IMAGINAIRE
COLLECTIF.
E
n Camargue, au détour d’un sentier
du domaine de la Palissade ou sur
les tranquilles marais du Vigueirat,
on ne s’étonne plus de trouver des danseurs, acteurs, plasticiens, musiciens…
qui laissent leur imaginaire s’inspirer du
paysage. Ils prennent le public à témoin
quand ils ne le convient pas au débat.
Chaque été, fin juillet, il en est ainsi : les
artistes d’Ilotopie nous invitent aux
Envies Rhônements.
Il est vrai que les créateurs ont toujours
entretenu une relation privilégiée avec la
nature. Ils la voient comme un lien entre
l’éternité et soi-même, entre transcendance et immanence, hors temps, hors
espace social. Ne doit-on pas aux peintres
l’invention du paysage ? Cependant, le
monde de l’art et le nôtre, d’Homme ordinaire, n’est pas sans osmose. Notre quotidien est certes plus terre à terre, il n’en
est pas moins construit par la conception
artistique.
Qu’on pense aux paysages de Van Gogh, à
la nacioun gardiano de Baroncelli revisitant les traditions, à Crin Blanc qui a fait
rêver des générations d’enfants…
28 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
Succédant à la peinture religieuse, la
représentation picturale de la nature a
radicalement changé notre regard sur le
monde et placé l’Homme hors champ, en
position d’observateur. Depuis, la relation
entre l’Homme et la nature oscille entre
symbolisme et rationalité. L’Homme se
considère tantôt inclus dans l’écosystème
d’une nature protectrice, tantôt exclu
d’une nature alors instrumentalisée,
exploitée; avec les dégâts que l’on connaît.
La troupe d’Ilotopie nous convie donc,
chaque été, à aiguiser notre sensibilité et
à éveiller nos consciences.
Leur démarche créatrice, les artistes l’ont
initiée il y a trente ans, quand ils se sont
installés au bord du Rhône, presque à la
grande bouche. Artistes de la pluridisciplinarité, ils ont voulu inventer un nouveau mode de vie avec des habitats novateurs, entre espaces sauvages, industrie
lourde et mer Méditerranée. Au quotidien, ils travaillent dans ce paysage paradoxal marqué par la force des éléments
naturels et par les aménagements
humains. Ils inventent alors le « théâtre
de paysage ».
Pour eux, la dévastation de nos paysages
marque une perte de sens ; de même que
la crise écologique de notre planète.
Toutes deux viennent de ce que la modernité a déconnecté les trois mondes de la
science, de la morale et de l’art, dont l’intercommunication est indispensable afin
que nos pratiques aient un sens…
En 1999, le premier festival Envies
Rhônements voit donc le jour. La troupe
veut user de son art pour contribuer à la
construction de l’identité du territoire
camarguais et mêler étroitement culture
et nature.
La question est alors de savoir comment
prendre en compte les problématiques
socioenvironnementales dans la création
d’œuvres artistiques. Comment un artiste
peut s’imprégner d’un environnement
particulier et le restituer par un acte
artistique ? Comment il peut être un
médiateur privilégié, sur un territoire où
les conflits d’usages sont récurrents ?
Comment il peut offrir des perspectives
dynamiques et proposer de nouveaux
usages, en entremêlant regard artistique,
pratiques traditionnelles, projet de déve-
”
LOGIQUE DE LA CULTURE DE CONSOMMATION ET
DE LA CONSOMMATION DE LA CULTURE.
”
loppement, questions environnementales?
Certes, en fédérant un très grand nombre
de partenaires1. En effet, l’originalité du
projet est d’associer dans une dynamique
de confrontations et d’actions, différents
acteurs de milieux jusque-là segmentés :
ceux de la culture, de l’environnement,
de la recherche, de l’éducation…
D’ailleurs, afin de créer plus de complicité,
d’échange et de proximité, des « couples
artiste-scientifique » sont constitués. Au
cours de leur travail de recherche, les
duos imaginent une mise en scène, et
façonnent, pour l’occasion, l’écrin idéal
qui permettra d’exposer un message
scientifique de manière agréable, décalée
et sensible. Un suivi vidéo est le témoin
de ce processus original de création.
Mais il convient aussi de s’impliquer sur
les sites. Des équipes artistiques pluridisciplinaires demeurent donc en résidence.
La création ne vient qu’après une période
d’imprégnation et de rencontre avec le
milieu, avec les équipes des lieux et les
habitants proches. Cette recherche artistique prend en compte l’histoire du territoire autant que celle des liens sociaux
passés ou présents.
Dans une double approche artistique et
scientifique, les Envies Rhônements proposent alors des œuvres mettant en scène
la relation Homme/nature, des spectacles
révélant l’esprit des lieux. Du cinéma surgissent des écrans d’eau… des concertos
pour coucher de soleil… des lits de pleins
champs pour s’allonger et regarder les
étoiles…
Dans un monde où tout s’artificialise, où
les ours des Pyrénées sont comptés tout
comme les loups dans le Mercantour, les
artistes proposent alors de réintroduire
l’Homme dans le paysage, de le repositionner dans l’écosystème de manière
ludique et décalée. Le corps humain est
considéré comme architecture de base,
architecture en mouvement. Par le mouvement, le corps habite l’espace et lui
donne du sens.
Et puis, afin d’allier convivialité, réflexion,
échange et interpellation, les guinguettes
de paroles ouvrent et ferment le festival.
Elles sont le lieu où les regards et les propos de spécialistes, de néophytes, de scientifiques de toutes disciplines, artistes et
habitants se croisent et s’entrechoquent.
Elles sont le lieu de mariage, de divorce,
d’enfantement entre culture, nature et
société, facilitées par un apéritif familial
aux saveurs de terroirs.
Cet été du 18 au 28 juillet s’est déroulée
la 8 e édition de ce festival nomade et
atypique sur le thème de la séduction… ■
D’APRÈS LES PROPOS DE FRANÇOISE LÉGER
COMPAGNIE ILOTOPIE
>>> Mél : francoise.leger@ilotopie.com
www.ilotopie.com
© Abdoul Aziz Soumaïla - Cie Ilotopie
« SUPERMARCHÉ » JOUÉ LE 29 JUILLET 2004
AUX MARAIS DU VIGUEIRAT. SÉDUCTION DU
PRODUIT, INCITATION À L’ACQUISITION, FAIM DU
CORPS… LE SPECTACLE TENTE DE DÉJOUER LA
© Sandrine Brunet - Cie Le Guetteur
« LA CONFIDENCE DES OISEAUX »
JOUÉ LE 26 JUILLET 2005 AUX MARAIS DU
VIGUEIRAT. UN SPECTACLE DE DANSE
ENTRE TERRE ET EAU.
t
Questionnemen
sur le territoire
es espaces naturels protégés sont
longtemps demeurés l’apanage des
gestionnaires et des scientifiques. Il est
vrai que face à l’érosion de la biodiversité, la
tâche est immense et la responsabilité
majeure. Pour recréer le lien entre l’Homme
et la nature et mettre en mouvement les
publics, il est devenu indispensable de
dépasser la stricte approche scientifique et
technique. Nos territoires sont en effet
porteurs des multiples dimensions des
patrimoines, des lieux où l’émotion, l’éveil à
la conscience peuvent déclencher la
participation publique et de nouvelles
mobilisations. Le patrimoine naturel devient
alors un théâtre populaire générateur de
questionnements et de lien social. Le travail
artistique génère un nouveau regard sur le
territoire et sur les valeurs naturelles,
culturelles et sociales qu’il cultive. Pour les
gestionnaires de territoire que nous sommes,
cette exploration débridée, par des artistes
professionnels, de nouveaux champs
d’investigation ébranle nos dernières
certitudes. Mais la venue de nouveaux
publics toujours plus nombreux illustre, s’il en
était besoin, la diversité des aspirations
sociales à la nature. ■
L
Muriel Cervilla - Parc naturel régional de
Camargue
1. L’association des Amis des marais du Vigueirat ; le Syndicat mixte du domaine de la Palissade ; le
Domaine départemental du château d’Avignon ; le Centre permanent d’initiative pour l’environnement
(CPIE) Rhône – Pays d’Arles ; le CNRS (Département d’écologie sociale en milieu deltaïque) ; le Parc
naturel régional de Camargue ; l’association La cuisine.
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 29
l
l
i
e
s
b
aL és !
U
initiativespartenaires
ne
ion pour animer le territoire du Parc
t
a
s
i
l
el
lab
© PNR
d’Opale
marais
caps et
Dans un tissu éminemment rural comme celui du Parc naturel régional des caps et marais
d’Opale, le café – quand il existe encore – est souvent le dernier commerce du village.
Le maintenir, c’est participer à la conservation d’une activité économique et sociale.
P
lus de 1 500 km de sentiers de randonnée
sont accessibles aux promeneurs, cavaliers, VTTistes… ce long maillage a été
mis en place au fil des années par le Parc naturel régional des caps et marais d’Opale. Mais
est-ce suffisant pour répondre à la mission
d’animation du territoire ? En 1998, le Parc
imagine alors de labelliser des estaminets de
randonnée. Tous implantés dans une commune
de moins de 2 000 habitants, ils seront situés à
proximité d’un sentier.
Pour passer à la phase active, le Parc s’associe
aux trois Chambres de commerce et d’industrie
du territoire, au comité du tourisme du Pas-deCalais, aux comités départementaux d’usagers
de la randonnée. La commission chargée de la
mise en œuvre du projet détermine alors avec
précision ses objectifs mais également ses
modes de fonctionnement. Elle travaille sur le
cahier des charges de la labellisation.
L’esprit tout d’abord. Relais multiservices, les
établissements labellisés doivent être une
vitrine du Pays et de ses traditions. La relation
humaine, l’accueil, l’architecture et l’aménagement intérieur sont privilégiés.
L’estaminet randonnée constitue également
un point d’information qui met à la disposition de sa clientèle de la documentation (fournie par le Parc) sur la randonnée, les richesses
patrimoniales et les ressources locales…
En pratique, l’estaminet randonnée doit être
accessible aux personnes handicapées et, outre
les services habituels liés à son activité première, il doit proposer une bonne bière ou…
une autre boisson, un service de restauration –
fût-elle légère – à base de produits de terroir,
et offrir un lieu de convivialité après l’effort.
30 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
En échange de ces obligations faites aux prestataires, le Parc se charge de la promotion et
de l’animation du réseau.
Promotion qui est d’ailleurs un point névralgique du dispositif et demande une mobilisation constante. Il y eut, bien sûr, la mise en
place d’une enseigne commune mais, au quotidien, les techniciens du Parc et leurs partenaires sont également présents sur les foires,
salons… la presse est accueillie. Toute occasion est bonne pour se faire connaître.
L’édition de guides, régulièrement mis à jour,
s’avère donc une tâche importante.
Quant à l’animation du réseau, elle vise à
garantir l’état d’esprit qui a présidé à la création
du label. Deux exemples particulièrement
appréciés du public peuvent illustrer ce travail:
il s’agit de la mise à disposition gratuite de jeux
traditionnels aux prestataires, à charge pour
eux d’en assurer la gestion. Des billards Nicolas,
toupie, grenouille… peuvent ainsi être utilisés
par les randonneurs. Dans une optique plus
événementielle, un festival de spectacles patoisants a lieu en novembre, période de basse activité pour les estaminets randonnée. Les
Patoisadesjouent à guichets fermés à chacune
de ses éditions.
Une autre facette du projet concerne le
contrôle du respect des normes qui, si elles ne
sont pas appliquées, pourraient remettre en
cause la crédibilité du réseau. Depuis 2001
donc, et chaque été, des représentants des
Chambres de commerce et d’industrie, du
comité du tourisme, des comités départementaux d’usagers et du Parc effectuent
une visite dans chacun des établissements
dont certains se sont vu retirer le label.
Aujourd’hui, vingt-trois estaminets randonnée
maillent le territoire… ■
GUY LEVIFVE - PNR CAPS ET MARAIS D’OPALE
>>> Mél : glevifve@parc-opale.fr
L’avis de
Danielle Nacry
Aubergiste
l’auberge du Lion
d’or, cela fait vingttrois ans que
« l’esprit maison » s’inspire
de l’authenticité du terroir.
Dans cet établissement
rural, implanté dans un
village de mille habitants,
le cadre fait partie de
l’accueil au même titre que
l’écoute des visiteurs.
Danielle Nacry n’a
d’ailleurs jamais eu de
grande difficulté pour
fidéliser sa clientèle.
Une labellisation,
cependant, cela ne se
refuse pas. « Quand les
agents du Parc sont venus
me voir, explique
l’aubergiste, j’ai tout de
suite adhéré. Il n’aurait pas
été concevable d’avoir des
contraintes financières ou
de rendre des comptes sur
À
Kaddour-Jean Derrar
MAIRE DE CONDETTE (62) - 3 000 HABITANTS
PRÉSIDENT DE LA COMMISSION
ANIMATION DU TERRITOIRE DU PARC NATUREL RÉGIONAL
«Il reste encore beaucoup à faire»
© Mairie
de Con
dette
DANS LE
BOCAGE
BOULONNAIS,
TERRITOIRE
DU PARC
NATUREL
RÉGIONAL
DES CAPS
ET MARAIS
D’OPALE.
Vous défendez la politique des estaminets randonnée.
Qu’espérez-vous en termes de retombées économiques
pour la commune ?
La protection des espaces naturels est susceptible d’apporter du
développement économique à la commune. Pas n’importe quel
développement. Les estaminets randonnée ne sont pas des commerces comme les autres, ils n’ont pas été créés pour la circonstance, ils existaient avant la labellisation et cela fait toute la différence. Développer en préservant les ambiances, les paysages et le
caractère rural, c’est important pour les générations futures et
c’est ce que nous faisons au travers des documents d’urbanisme.
Mais nous n’en sommes qu’au début. Ce que nous faisons,
c’est de créer les conditions pour développer le potentiel.
Aujourd’hui, le réseau des estaminets fonctionne une bonne partie de l’année mais il y a des moments creux. L’objectif serait de
faire en sorte qu’il accueille des randonneurs toute l’année. Il y a
encore beaucoup à faire pour faire connaître ce réseau. Vous
savez, certaines gens apprécient de se promener, même sous la
pluie, puis de revenir, le visage rougi par le froid, pour profiter
d’un bon feu de bois et d’une bière de pays.
Comment s’est passée la création des estaminets dans
votre commune ?
J’ai largement diffusé l’information. Il y avait un seul établissement qui répondait d’emblée aux conditions requises. Il y a
d’autres hôtels sur la commune, mais ils se sont orientés vers
Rencontre
avec
●
d’autres formes de clientèle. Un seul a donc choisi de s’affilier.
C’est sans doute pour cette raison que la promotion faite par le
Parc aux estaminets randonnée n’est pas vécue comme une
concurrence par les autres établissements. Ils n’ont pas la même
clientèle.
Quel est le retour pour la population ?
Pour animer ce réseau, le Parc a développé des spectacles en
patois, avec des artistes locaux. Une population très locale y assiste
et c’est souvent pris d’assaut. Cette démarche qui consiste à animer ces estaminets toute l’année par des spectacles, des animations, des jeux… cela correspond à une volonté de défendre le
patrimoine, qu’il soit linguistique, historique ou architectural.
Il reste beaucoup à faire ?
Oui. Il faut notamment donner l’impression au touriste d’être
constamment en pleine nature et lui permettre de découvrir une
auberge, un estaminet au détour d’un chemin. Il faut maintenant relier tous les hébergements qui existent par des chemins
de nature. Mais cela commence à se faire. La randonnée, c’est
l’âme du Parc. Les commissions sur ce thème réunissent toujours beaucoup de monde. Des conventions sont signées, des circuits sont créés et balisés et certains vont être repris par les établissements publics de coopération intercommunale. Preuve que
le relais est en route. ■
RECUEILLI PAR MOUNE POLI
« J’ai augmenté et diversifié ma clientèle »
le fonctionnement de mon
établissement mais ce
n’était pas le cas. Le Parc
cherchait à constituer un
réseau de cafés, au départ
des sentiers de randonnée.
Pour ma part, j’avais
remarqué que les
randonneurs se plaignaient
souvent de l’absence de
documentation sur la région,
le concept d’une charte de
l’accueil m’a plu. Donner à
manger aux gens, être à
l’écoute, les renseigner… En
fait, on allait m’aider à faire
ce que je faisais déjà. Et
effectivement, le Parc nous
a permis de bénéficier d’une
réputation de qualité et
d’authenticité. Il nous a
également proposé de
mettre des jeux traditionnels
à la disposition de nos
clients. Ce qu’ils apprécient
beaucoup. J’ai choisi une
toupie et un billard Nicolas. »
Danielle Nacry décrit la
toupie comme une sorte de
flipper sans électricité.
Quant au billard, « c’est un
plateau rond et creux, à
l’intérieur duquel il y a quatre
trous. Avec des poires, il
faut souffler sur une petite
bille en liège et la placer
dans le trou des autres. »
Preuve que l’accord est
qualitatif et non formel,
madame Nacry ne se
souvient plus si elle a signé
un quelconque engagement
écrit : « Cela fait cinq ans,
lance-t-elle évasivement. Il y
a bien une commission qui
vient tous les ans pour
vérifier les conditions
d’accueil mais ce n’est pas
très contraignant. D’ailleurs,
les gens du Parc nous
préviennent généralement de
leur visite. Mais vous savez,
continue-t-elle réaliste, le
Parc n’a pas vraiment besoin
de se déplacer pour être au
courant. Les randonneurs…
quand ils ne sont pas
contents, ils le font savoir. »
L’estampille « Estaminet de
randonnée » a donné un vrai
coup de pouce à l’auberge.
Si elle se fait discrète sur la
progression de son chiffre
d’affaires, Danielle Nacry ne
cache pas que sa clientèle
s’est diversifiée et élargie.
Informés par les guides, les
revues et la communication
éditée par le Parc, les gens
viennent de plus loin. « C’est
un super débouché, déclare
la commerçante. Nous
recevons régulièrement des
clubs de randonnées.
Récemment, un organisateur
de rallye de vieilles voitures
nous a demandé à faire
halte chez nous. »
Outre le référencement,
Danielle Nacry apprécie la
mise en réseau. « Une ou
deux fois par an, le Parc
réunit les gens d’estaminet.
On se présente, on se parle,
on se raconte comment cela
se passe avec les clients.
C’est assez sympathique. »
Naturellement on voudrait
savoir ce qu’il faudrait
améliorer. « Rien, répondelle, les clients sont
contents, nous aussi. » ■
”
© PNR caps et marais d'Opale
AU LION D’OR,
À HARDINGHEN
(62).
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 31
Outrage : paroles, gestes ou menaces, écrits ou images de toute nature non rendus publics
ou envoi d’objets quelconques adressés à une personne chargée d’une mission de service
public, dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de sa mission, et de nature à porter
atteinte à sa dignité ou au respect dû à la fonction dont elle est investie (article 433-5 du code pénal).
L’outrage à agent
Comment il est géré à l’Office national des forêts…
© ONF de l’Hérault
En cas d’outrage : faut-il porter plainte ? Demander des dommages et
intérêts ? Avertir sa hiérarchie… Se porter partie civile ? Seul ou avec
son établissement ? Voici comment réagit l’ONF.
E
spaces forestiers, dernier refuge de
liberté… Urbains ou néoruraux
cherchent à fuir les contraintes
administratives et réglementaires inhérentes aux modes de vie contemporains.
L’espace naturel apparaît alors comme
une terre vierge où tout serait permis
puisque « la nature est à tout le monde ».
À leur grande surprise, ces populations
découvrent que loin d’être inappropriés,
ces espaces font l’objet d’une propriété
privée, jalouse de ses droits, et d’une
réglementation protectrice d’autant plus
« inacceptable » qu’elle est dirigée à l’encontre de ses aspirations d’aventure1.
Alors se lève le vent de la révolte contre
celui-là qui – par ses pouvoirs de police –
incarne les entraves inacceptables aux
aspirations de liberté. Les personnels
assermentés de l’Office national des
forêts, dépositaires es-qualité de l’autorité
publique (art. 22 du code de procédure
pénale) sont ainsi victimes d’agressions,
allant de l’outrage à la menace, voire la
violence2.
Dans le cadre de l’article 11 du statut de la
fonction publique, l’ONF doit assurer la
protection pénale de ses personnels fonctionnaires. Cette protection s’organise de
manière progressive et complémentaire.
En amont, une note de service diffusée à
tous les personnels de terrain de l’établissement leur rappelle les principes de la
protection pénale qui leur est assurée et
leur donne des conseils quant à la
conduite à tenir en cas d’incidents. La
formation n’est pas omise. Ainsi, la
Direction territoriale Méditerranée3 organise un stage à la psychologie de l’interpellation (cf. Espaces naturels n° 8 octobre 2004) destiné aux correspondants
du réseau territorial Armement; à charge
ensuite pour ses membres de répercuter
cette formation dans leurs agences.
e
sanctionsencourues
Article 433-5 du code pénal
1. Réglementation dont l’une des plus symboliques
est, précisément, celle qui limite la « liberté de
circuler » sur des engins à moteur.
2. Avec 19 % de l’ensemble du territoire (métropole
et département d’outre-mer), la région
méditerranéenne arrive en tête en matière d’agents
ONF agressés • 65 % des agressions sont des
outrages à agent • 24 % sont des violences •
les 11 % restants étant constitués de dénonciations
calomnieuses, dommages aux biens, diffamation,
menaces, divers • 27 % des agressions ont un
auteur inconnu.
3. L’ONF est organisé en directions territoriales,
elles-mêmes subdivisées en agences.
4. PV communiqués par Louis-Gérard d’Escrienne.
32 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
◗ Six mois de prison et 7 500 euros
d’amende. Lorsque l’outrage est
adressé à une personne dépositaire
de l’autorité publique.
◗ Six mois de prison et 7 500 euros
d’amende. Lorsque l’outrage est
commis en réunion.
◗ Un an de prison et 15 000 euros
d’amende. Lorsque l’outrage est
adressé à une personne dépositaire
de l’autorité publique et commis en
réunion.
En cas d’outrage, de menace ou de violence (ci-après regroupés sous le terme
générique « agression »), l’agent avertit
sa hiérarchie. Concomitamment, il peut
(et c’est souvent le cas) déposer plainte
contre l’auteur de l’agression ou contre
X. La décision de porter plainte appartient à l’agent, seul, quand bien même
l’ONF peut le lui suggérer. Si l’agent
agressé choisit de déposer plainte, l’établissement est à ses côtés pendant toute
la procédure judiciaire. L’Office national
des forêts met un avocat à sa disposition
et prend en charge les honoraires ainsi
que les frais annexes de procédure.
Par ailleurs, si les faits constitutifs de
l’agression sont connexes à une autre
infraction, l’agent devra dresser des
procès-verbaux distincts.
Un dépôt de plainte débouche-t-il automatiquement sur une action en justice ?
Pour cela, il faut bien sûr que l’agent
décide de porter plainte mais aussi que
l’auteur de l’infraction soit connu ou, du
moins, identifiable. Il faut, enfin, que le
procureur de la République décide de
renvoyer l’affaire devant la juridiction de
jugement. Sur ce dernier point, 52 % des
affaires d’agressions répertoriées à l’ONF
entre 1991 et 2004 ont donné lieu à des
poursuites devant le tribunal. Seules
10 % d’entre elles ont fait l’objet d’un
classement sans suite.
Quand l’action se traduit en justice,
le juriste-conseil territorial propose à
l’agent un avocat qui assure sa défense et
effectue l’interface. Par souci d’efficacité,
et dans le cas précis de la Direction territoriale Méditerranée, un avocat référent
droitpolicedelanature
«Dégagez de là, vous n’avez rien à foutre ici!»
JURISTE CONSEIL, DÉPARTEMENT JURIDIQUE À PARIS
JEAN-CLAUDE MAS,
RESPONSABLE DE LA MISSION JURIDIQUE, FONCIER
ET CONCESSIONS POUR LA DIRECTION TERRITORIALE
MÉDITERRANÉE
>>> Mél : jean-claude.mas@onf.fr
Justice…
◗ Le 2 mars 2006, un technicien forestier est agressé lors d’une patrouille
Défense des forêts contre les incendies (DFCI). L’auteur de l’agression est
condamné par le tribunal correctionnel
de Mende à une peine de trois mois
d’emprisonnement avec sursis et à
7 333 euros de dommages et intérêts
à verser à sa victime, 3 111 euros à
verser à l’ONF. ■
◗ Le 30 juin 2005, l’auteur d’un outrage
contre un chef de district forestier lors
d’une tournée de sur veillance de
places à feu est condamné par le tribunal de police de Gap à 1 000 euros
d’amende dont 600 euros avec sursis
et 900 euros de dommages et intérêts
à verser à sa victime. Il est également
condamné à verser 1 euro de dommages et intérêts à l’ONF. ■
Chasse interdite
près avoir reçu moult doléances concernant l’organisateur d’une chasse
privée qui aurait la « fâcheuse tendance à placer ses invités sur des
terrains qui ne lui sont pas loués », un garde de l’Office national de la
chasse et de la faune sauvage se rend sur les lieux. Alors qu’il arrive sur place,
monsieur X, organisateur de la chasse, arrive en voiture à vive allure. « Il fond
sur nous en gesticulant et vociférant. Il crie si fort que ses amis qui longent la
route se retournent et demandent ce qui se passe. Tout en “ gueulant ”, il pose
ses deux mains sur notre poitrine et nous pousse vers le centre de la chaussée.
“ Dégagez de là, vous n’avez rien à foutre ici ! ”. Nous l’invitons à se calmer. Rien
n’y fait. “ Je suis chez moi… ces bois sont à moi. Alors, vous dégagez et vite ”.
Nous tentons de lui expliquer que nos compétences s’exercent sans ambiguïté
sur les lieux. […] Il s’énerve encore plus. […] Il nous met le poing fermé à dix
centimètres du visage. […] Il continue à nous traiter de “ bon à rien, connard “.
“ Ne venez plus ou la prochaine fois c’est la cartouche ”. » Le garde n’a d’autre
issue que de quitter les lieux. ■
A
4
Les propriétaires aussi… extraits de procès-verbaux dressés par l’ONCFS
a été choisi pour chaque région administrative : un à Montpellier, un à Aix-enProvence. L’enjeu étant, pour l’ONF,
d’avoir l’assurance d’un conseil bien au
fait de son mode de fonctionnement, de
ses métiers et du contexte dans lequel il
s’exerce.
Ensuite, et afin de réclamer la réparation
de leurs préjudices respectifs, l’avocat
constitue l’agent et l’ONF partie civile.
En effet, l’ONF est aussi une victime de
l’agression. Tout d’abord parce qu’à travers son agent, c’est aussi l’Office que
l’on a entendu injurier mais, aussi, parce
que l’établissement prend en charge les
salaires pendant l’arrêt de travail éventuel consécutif à l’agression.
La question se pose alors de savoir comment se décompose le préjudice de
l’agent et de l’ONF ? Pour l’agent, il s’agit
de réparer le préjudice physique et
moral, et c’est là tout l’intérêt d’un avocat qui saura lui éviter de faire une
demande trop faible ou trop élevée.
Pour l’ONF, il s’agit de réparer un éventuel préjudice financier (remboursement
des salaires versés pendant l’arrêt de travail, frais médicaux, para-médicaux, pharmaceutiques…), et un préjudice moral.
De façon systématique, l’ONF réclame la
condamnation de l’agresseur à l’euro
symbolique et à l’insertion de l’extrait du
jugement dans la presse locale. ■
JULIE GASTON,
«Je vais chercher mon fusil et je te flingue»
”
Pollution des eaux
e vais te prendre par les couilles et te foutre dehors, branleur. »
Telles sont les paroles prononcées à l’encontre d’un agent de
l’Office national de la chasse et de la faune sauvage alors qu’il
contrôle un agriculteur. « Nous nous trouvons en période d’interdiction
d’épandage pour ce type de culture. Nous nous dirigeons vers l’agriculteur
et nous nous arrêtons à sa hauteur. Nous lui demandons s’il dispose
d’une dérogation administrative ». Pour toute réponse, l’agriculteur ferme
la porte de son tracteur, remet sa tonne en route et reprend son
épandage. « Nous sommes obligés de sauter rapidement la clôture pour
ne pas être aspergés de lisier. Nous nous dirigeons alors vers la ferme
pour connaître l’identité de l’exploitant. L’agriculteur nous suit, il descend
de son engin et se rue vers nous en hurlant et en levant les poings. Nous
le dissuadons fortement de nous frapper, il répond d’un ton menaçant :
“ Tu as bien compris, fous le camp d’ici ou je vais chercher mon fusil et je
te flingue ”. » Devant ce comportement menaçant et dangereux, l’agent
quitte les lieux et porte plainte. Double condamnation : un mois
d’emprisonnement avec sursis et 300 euros d’amende pour l’infraction ;
750 euros de dommages et intérêts pour l’agression. ■
«J
«Chez moi, la loi ne s’applique pas»
Respect de la loi sur l’eau
”
ors d’une tournée de surveillance, deux agents de l’Office national de la
chasse et de la faune sauvage de Maine-et-Loire aperçoivent un 4 x 4 garé
près de plusieurs étangs. Ils décident de se cacher pour surveiller le
véhicule : le propriétaire est en train de piéger les ragondins. Il les remarque et
leur demande violemment ce qu’ils font sur ses propriétés. Les deux agents lui
expliquent calmement la réglementation : « Celle-ci nous permet d’accéder aux
propriétés privées non closes, et qui ne sont pas des domiciles. Nous pouvons
accéder aux endroits où le gibier à poils peut passer. Mais il ne nous écoute pas
et réitère que nous n’avons pas le droit d’être là. Que c’est chez lui. » Puis il
s’énerve de plus en plus… Les agents lui demandent alors de décliner son
identité. Pour toute réponse : « Je suis chez moi, tu n’as rien à dire […]. Nous
sommes insultés à plusieurs reprises, l’individu dit : “ ta gueule, tu me fais
chier ”. Soudain il empoigne violemment le col d’un agent et le bouscule en
direction de l’eau : “ Toi, tais-toi. Chez moi, la loi ne s’applique pas ”. » Nous lui
rappelons que nous sommes assermentés et ces faits constituent un outrage à
agent. Il répond “ rien à foutre ”. » Les agents dressent procès-verbal. « En
partant, il nous menace de nouveau en faisant un geste significatif : montrant
qu’il veut nous égorger (le pouce qui tranche la gorge). » ■
L
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 33
méthodestechniques
méthodestechniques
a© Sophie Hurtes - Adasea du Gers
ON ACCÈDE AU LOGICIEL SUR L’EXTRANET
APRÈS S’ÊTRE IDENTIFIÉ. SEULS LES
OPÉRATEURS DU SITE (ET LE MINISTÈRE)
ONT ACCÈS AUX DONNÉES.
LA PAGE D’ACCUEIL PERMET :
1. D’ACCÉDER À LA GRILLE DE TRAVAIL
(SAISIE INITIALE),
2. D’ACCÉDER AUX DONNÉES (SAISIE
ANNUELLE),
3. DE VISUALISER LES ÉTATS.
ÉTANG DU POUY. EN VIDANGE.
Banc d’essai dans le Gers
J’ai testé le logiciel d’évaluation des Docobs
L
a France doit évaluer sa politique de mise en œuvre de Natura 2000. Le ministère de l’Écologie et du
Développement durable s’est donc attelé à construire un logiciel permettant d’évaluer si les mesures
prévues ont été suivies de réalisation effective1. Le cahier des charges prévoit que chaque gestionnaire de
site doit entrer ses données en ligne via une interface extranet. Pour
chaque site Natura 2000, les animateurs doivent
construire leur grille de travail (saisie initiale des
objectifs) puis, annuellement, saisir les actions
Libellé de l’o
bjectif straté
gique
réalisées
et les montants mobilisés. Aujourd’hui, le
maintenir les
étangs en bo
n état de cons
logiciel est achevé, il est entré dans sa phase de test.
ervation
améliorer la qu
alité de l’eau
L’Adasea2 du Gers, animateur local de sites Natura 2000
maintenir et dé
aux abords de velopper les milieux ouve
s étangs et de
rts et prairies
(milieux humides et pelouses sèches), a participé à cette
s rivières
maintenir les
aulnais-saussa
ies
expertise en testant le logiciel une année durant.
assurer la rég
énération des
aulnais-saussa
Retour d’expérience et impressions commentées…
ies
maintenir et fav
ori
●
ser les mares
et les fossés
préserver les
lieux de nidific
chauves-souris
ati
et des insecteson et de refuge des
forestiers
Arborescence
M
ême pas mal ! Bien sûr, il a
d’abord, été nécessaire de «se faire
la main» et de se familiariser à la
fois avec le fonctionnement du logiciel et
avec les termes employés. Cependant,
pour les personnes habituées aux « bases
de données », l’ergonomie de l’outil est
assez intuitive et la première approche se
révèle plutôt simple.
La difficulté vient ensuite, au fur et à
mesure que l’on progresse dans la saisie
initiale et notamment celle des onglets
relatifs à la gestion du document d’objectif (Docob). Ce passage se révèle le plus
« épineux », rébarbatif disent certains. On
le comprend, il faut faire des choix d’architecture qui figeront les saisies à venir.
Lourde responsabilité ! La difficulté principale réside dans le fait de s’approprier
l’arborescence du logiciel et de s’accorder
sur le sens des mots : objectif stratégique,
objectif opérationnel, mesure… Il est
rare en effet, que la rédaction du Docob
34 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
L’ARBORESCENCE DE LA SAISIE INITIALE SE
DÉCLINE EN TROIS ONGLETS : DONNÉES GÉNÉRALES,
HABITATS ET ESPÈCES, DOCOB GESTION. CHAQUE ONGLET PERMET D’ACCÈDER À DES
SOUS-ONGLETS. ICI, C’EST L’ONGLET DOCOB GESTION QUI EST DÉVELOPPÉ.
1. La
maîtrise
d’œuvre a
été réalisée
par l’Atelier
technique
des espaces
naturels.
johanne.lievin
@espacesnaturels.fr
2.
Association
départementale d’aménagement
des
structures
des
exploitations
agricoles.
reprenne les termes exacts du logiciel !
Nous avons dû nous replonger (sans s’y
noyer) dans la lecture de notre Docob
afin de retrouver, dans l’architecture
de celui-ci, ce qui pouvait « coller » avec
l’arborescence-type du logiciel. À coup
sûr, même celles et ceux qui connaissent
leur Docob sur le bout des doigts devront
faire de même. Sans doute les documents
d’objectifs à venir tiendront-ils compte de
la terminologie du logiciel. Cela facilitera
grandement le travail des gestionnaires.
D’autres difficultés ont surgi quand nous
nous sommes aperçus qu’il était nécessaire
de ne pas multiplier les lignes : il fallait
alléger la saisie. Aussi, après réflexion,
nous avons opté pour le regroupement
des objectifs ayant la même finalité,
même s’ils concernaient des espèces ou
des milieux différents. Ce fut parfois un
vrai casse-tête mais notre Docob le
permettait. Par exemple, l’objectif stratégique « Maintenir et développer les
milieux ouverts et prairies » était commun à différentes espèces : la cistude
(code C1 dans le tableau), les chauvessouris (code CV1) et la lamproie de Planer
(code LPP3).
Mais plus loin encore, une autre
difficulté : comment faire en sorte qu’une
mesure soit affectée à un seul objectif ?
En effet, de même qu’un objectif peut
être commun à plusieurs espèces ou
habitats naturels, une mesure peut
répondre à différents objectifs. Il nous a
fallu déterminer l’objectif pour lequel la
mesure semblait « la plus stratégique ». Il
faut l’avouer, quelquefois, ce choix fut
purement arbitraire !
Voilà, nous avons passé le plus dur. Le
reste n’est que saisie annuelle. Presque la
routine… ■
AURÉLIE BELVÈZE
PÔLE ENVIRONNEMENT ADASEA DU GERS
>>> Mél : claire.lemouzy@cnasea.fr
aménagementdéveloppementterritoire
>>> Nîmes Métropole
Photographier les paysages
pour souder le territoire
©
J
eune communauté d’agglomération,
Nîmes Métropole regroupe vingt-trois
communes… et une palette de paysages très contrastés : massif aride des
garrigues, zones humides de la Camargue
gardoise, plateau cultivé de la Costière…
Aussi, pour conférer une identité à son territoire, le faire connaître et permettre un
regard partagé sur ses caractéristiques paysagères et ses enjeux, la collectivité a-t-elle
choisi de s’appuyer sur la photographie.
La mission photographique a duré un an.
Une année durant, les paysages ont
été appréhendés dans leur dimension
humaine, culturelle autant que géographique, physique et matérielle. Un travail
qui a permis l’édition d’un atlas photographique des paysages.
Sciemment, le comité de pilotage a fait
appel à un photographe
ols
ej
1
po
le
© Ma
irie de St-Cô
me
et
Ma
ru
1. Loi
Chevènement
du 12 juillet
1999.
d’art, sans connaissance préalable du territoire. Dès le début de la mission, il fut
demandé à Gilles Martin-Raget, photographe marseillais, de porter un regard
esthétique sur le paysage. Il fallait en
effet, provoquer de la curiosité et renouveler la vision qu’ont les élus et la population de leur territoire. Il s’agissait aussi
d’éveiller chez eux une sensibilité à la
qualité de ce territoire et prendre à
contre-pied la vision souvent négative
qu’offrent les paysages pour les populations qui évoluent au quotidien : paysages
banalisés, si ce n’est défigurés par les
infrastructures, l’urbanisme commercial,
des zones pavillonnaires ou encore de la
déprise agricole. Véritable outil de travail,
quatre mille images sont aujourd’hui
répertoriées dans une banque de données. Chaque image est identifiée avec
une double entrée : communes et unités
de paysage. Les services y ont accès, ainsi
que les communes et les partenaires de la
communauté d’agglomération. Mais l’objectif n’aurait pas été atteint si le public
n’avait pas été touché, lui aussi. Un
beau livre a donc été édité. Paru en
novembre 2005 sous le titre De
garrigues en Costières, paysages de Nîmes Métropole
(voir encart), l’ouvrage présente une sélection des
deux cent cinquante plus
belles photographies de
chaque unité paysagère.
L’idée éditoriale est d’ébaucher, à travers le texte qui les
ro
accompagne, l’analyse de l’évoét
M
es
lution du territoire et l’identificaNîm
tion des enjeux. Ainsi, Jacques
Maigne dresse une carte d’identité
de ce pays… Au fil des pages,
Nîmes Métropole prend corps et
ge
t-
Atl
as
pho
to
d es p
”
trop
aysages de Nî mes Mé
ole
LA CALMETTE.
revendique l’appellation de « nouveau
territoire ». Il apporte aussi un témoignage local aux débats actuels sur le paysage
en France.
Ouvrage itinérant, une exposition composée de cinquante-sept photos circule
également dans les vingt-trois communes. Comme l’ouvrage, elle a pour
vocation de sensibiliser la population à la
richesse des paysages et de lui permettre
de s’approprier ce nouveau territoire.
D’ailleurs, elle s’en donne les moyens
puisqu’une conférence-débat sur l’avenir
des garrigues accompagne l’exposition
dans les communes qui l’accueillent.
C’est encore la photographie qui est utilisée pour suivre l’évolution des paysages.
Un observatoire photographique a été
mis en place, il vise à mettre en évidence
les mutations en cours et à identifier les
causes. Quatre-vingts prises de vues le
composent, elles ont été choisies à partir
de propositions des maires. Tous les
quatre ans, les mêmes prises de vue
seront refaites et comparées. Évolution
des territoires agricoles et des espaces
naturels, croissance urbaine, insertion
des infrastructures et mutation des
abords, mutation des centres urbains,
entrées de ville… cette mission doit permettre de témoigner des enjeux communaux et intercommunaux. L’observatoire
est, en effet, destiné à devenir une référence et une source d’enseignement pour
les actions des pouvoirs publics en matière
d’aménagement du territoire. ■
VÉRONIQUE MURE - RESPONSABLE DU SERVICE
ENVIRONNEMENT DE NÎMES MÉTROPOLE
>>> Mél :
veronique.mure@nimes-metropole.fr
De garrigues en Costières, J.Maigne,
G.Martin-Raget, Éditions Actes Sud,
39 euros,
150 pages.
1. CONFÉRENCE À ST-CÔME ET MARUEJOLS.
2. PAYSAGE DES COSTIÈRES GÉNÉRAC.
3. VIGNOBLE DES COSTIÈRES ST-GILLES.
©
3
tin
-R
a
Gil
les
Ma
r tin-
Rage
t
s de
- Atlas pho
to des paysage
2
ar
M
les
Gil
Créées pour être des outils d’aménagement équilibré du territoire1, les
communautés urbaines, communautés d’agglomérations, communautés
de communes doivent élaborer un référentiel commun, notamment en
matière de paysage. Sur cette base, elles mettront en place leur projet de
territoire. La photographie est un outil à leur service.
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 35
aménagementdéveloppementterritoire
La Loire fraye avec la biodiversité
Le programme Loire nature entre dans sa troisième phase
Le programme Loire nature vise la gestion durable d’un fleuve et de ses
affluents. Après quinze ans de travail, 2007 sonne le passage vers une
troisième phase. L’occasion d’un coup d’œil dans le rétroviseur avec
Bruno Mounier, directeur de la fédération des Conservatoires d’espaces
naturels qui assure la coordination générale du programme.
actions dans une dimension multiple. Il
ne s’agit pas – seulement – d’échanger
des expériences mais de faire en sorte
que les acteurs acceptent de considérer
les multifacettes d’un problème. Un
exemple ? Celui de la gestion d’une
tourbière en tête de bassin Rhône-Alpes.
MAJESTUEUSE ! À QUELQUES BARRAGES PRÈS, LA LOIRE
RESTE LE DERNIER « FLEUVE SAUVAGE » D’EUROPE, DONT
LES HUMEURS FORGENT UN PAYSAGE ET FONT CRAINDRE DES
DÉBORDEMENTS. UN FLEUVE DONT LES RESSOURCES SONT
FORTEMENT UTILES ET SOLLICITÉES.
36 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
© C. et B. Desjeux
«I
l y a une vie après les Life » se
plaît à révéler Bruno Mounier,
directeur de la fédération des
Conservatoires des espaces naturels.
Ambitieux programme, Loire nature est
effectivement l’enfant d’un programme
Life. «Il n’était pas envisageable de s’arrêter là ». Loire nature voit donc le jour en
1993 (voir encart). Il constitue l’un des
plus gros programmes de restauration
d’un fleuve en France. Son objectif principal est d’assurer, sur des sites pilotes, la
préservation et la gestion durable des
écosystèmes de tourbières, de gorges, de
forêts alluviales, plairies humides innondables… afin de maintenir leurs différentes fonctions écologiques. D’emblée,
Loire nature relie les enjeux de la sauvegarde de la biodiversité et celle de la ressource en eau et des zones d’expansion
des crues. Tout cela sur fond de développement économique dans une période de
tension opposant les partisans d’un fleuve
totalement sauvage à ceux d’un fleuve
dompté et maîtrisé. Facile à dire…
Car ce qui impressionne tout d’abord,
c’est la taille du territoire. Le bassin de la
Loire couvre 1/5e du territoire national,
neuf régions, trente départements et
5 600 communes. Il accueille quelque dix
millions d’habitants : de très nombreux
acteurs aux origines diverses et aux intérêts parfois contradictoires. La fédération
des Conservatoires des espaces naturels,
organisation coordinatrice du projet, positionne donc son rôle sur le développement
d’ingénierie de projet et la cohérence des
actions. « La gageure, explique Bruno
Mounier, c’est de parvenir à inscrire des
L’action a été mise en relation avec la gestion de la rive de Loire moyenne. Cette
relation est rendue effective par des
moyens partagés de suivi scientifique, de
communication. Les mêmes partenaires
de bassin interviennent et soutiennent.
Le syndicat des eaux, par exemple, car la
F
inancement de la phase II
(2001-2006)
DU PROGRAMME LOIRE NATURE.
BUDGET TOTAL : 10 MILLIONS D’EUROS
Conseils généraux • 8,6 %
Europe • 3,6 %
Communautés
de communes • 0,8 %
Autofinancement • 1 %
Conseils régionaux • 16,8 %
Autres • 0,2 %
État
34,8 %
Agence de l’eau
Loire Bretagne • 26,6 %
Établissement public Loire • 7,6 %
question de la qualité des eaux est sousjacente ; mais également les agriculteurs,
car il est impensable de ne pas redéfinir
le pâturage en bord de Loire.
Notre rôle est alors d’aider à construire
une ingénierie de programme et une
approche stratégique avec les partenaires
publics et privés impliqués. Certes, dans
une telle opération, les gens sont éloignés géographiquement mais ils finissent
par parler le même langage, celui de la
cohérence de bassin. »
Car il ne faut pas se leurrer, c’est là une
difficulté importante. Chacun a tendance
à se sentir d’un territoire et à plaider en sa
faveur. À contre-courant, pourrait-on dire,
le programme Loire nature a contribué à
modifier cette perception et à créer une
identité partagée : celle du bassin de la
Loire. L’opération «Crépuscule de Loire»,
par exemple, s’inscrit complètement dans
cet objectif. Un soir en juin, tous les ans
depuis trois ans, les riverains de Loire et
de certains de ses affluents sont invités
à venir aux bords de leur rivière, pour
découvrir, sentir, observer et participer
aux diverses animations organisées par
des dizaines de structures… Le même soir
au même moment ! L’idée peut paraître
simple ! À Clermont-Ferrand, Limoges,
Tours… les mêmes mots partagés… une
image commune à tous. Mais ce n’est
qu’un exemple, bien d’autres opérations
visent à créer une identité commune, une
v
ZONES D’INTERVENTION
LOIRE NATURE PAR
SECTEURS NATURELS.
appropriation de l’ensemble du bassin, un
autre schéma mental où le territoire
modifie ses frontières pour suivre le cours
de l’eau.
Il en est ainsi également quand nous procédons à des points de comptage de
mammifères avec l’Office national de la
chasse de la faune sauvage. Nous rassemblons les informations de l’ensemble du
bassin de Loire. Mais, surtout, nous utilisons le même protocole scientifique, les
mêmes financements.
Une cohérence de bassin qui a pris corps.
L’émergence de nouveaux porteurs de
projets est un indicateur important de
cette dynamique. Ce sont eux qui « frappent à la porte » avec la volonté d’entrer
dans le dispositif. En Poitou-Charentes,
par exemple, les syndicats de rivières se
sont récemment manifestés. Ils nous ont
affirmé, par exemple, un intérêt pour les
protocoles scientifiques ou les expériences de gestion.
Que font alors, concrètement, les organismes qui coordonnent le programme et
lui donnent sa cohérence ? Ils ont testé
un mode de gouvernance, répond Bruno
Mounier. « Certes, le projet est né sous
une bonne étoile puisqu’il était à l’interface des problématiques de ressource en
eau, de biodiversité, de gestion durable
des zones humides. Il a bénéficié d’une
suite page 38 ● ● ●
e programme Loire nature
est l’un des plus importants
programmes de préservation
des milieux fluviaux à l’échelle
nationale. Il est mis en œuvre sous
L
l’égide de la fédération des Conservatoires
des espaces naturels, avec la Ligue pour la
protection des oiseaux et le Wild life world
found (WWF), en partenariat avec les
institutions de bassin (l’Agence de l’eau
Loire Bretagne, la Diren de bassin,
l’Établissement public Loire). Loire nature
constitue le volet de restauration des
milieux naturels du plan « Loire grandeur
nature ». Un plan national sur dix ans, lancé
en 1994 par Michel Barnier alors ministre
de l’Environnement. Il marque une nouvelle
approche en matière de gestion de fleuve
puisqu’il prend en compte l’ensemble du
bassin et intègre des problématiques
croisées : sécurité des populations face
aux risques d’inondation, amélioration de
la gestion de la ressource en eau,
restauration des espaces naturels et
ruraux, mise en valeur du patrimoine
naturel, paysager et culturel.
e
ensavoirplus
>>> Mél :
bruno.mounier@enf-conservatoires.org
>>> site : www.loirenature.org
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 37
© J. Saillard - Cepa
« APRÈS LE PLAN LOIRE, AUJOURD’HUI D’AUTRES PLANS FLEUVE SONT EN PRÉPARATION.
L’EXPÉRIENCE MENÉE SUR LE BASSIN DE LA LOIRE DEPUIS 1992 A CERTAINEMENT CONTRIBUÉ
À CETTE PERCEPTION DU TERRITOIRE AUTOUR D’UN BASSIN FLUVIAL ». BRUNO MOUNIER
CI-CONTRE, VUE AÉRIENNE DU LARGE MÉANDRE À CHÂTEL DE NEUVRE.
● ● ● suite de la page 37
entre autres...
tique
a
r
p
n
e
e
r
u
t
a
n
Loire
ions
rimentat
é
des exp
◗ En région Centre. Création d’une
structure consacrée au pastoralisme et
réunissant le Conser vatoire des espaces
naturels Centre et la Chambre
d’agriculture. L’objet visé est le maintien
ou le retour au pâturage en bord de Loire.
Les effets sont lisibles, par exemple, dans
la boucle de Guilly où cent soixante-dix
hectares sont pâturés depuis près de huit
ans. Un inventaire de l’ensemble des
éleveurs est également en cours de
réalisation. Il permettra de développer la
démarche sur tout le linéaire Loire en
région Centre.
◗ Dans le Puy-de-Dôme. Développement
des produits pédagogiques par
l’Établissement public Loire en association
avec la Ligue pour la protection des
oiseaux et l’Académie de région. Les
publics scolaires visés s’inscrivent sur
l’ensemble des communes riveraines.
◗ En Bourgogne. Partenariat avec un
syndicat des eaux pour la gestion adaptée
des zones sensibles en périmètre de
protection.
◗ En Auvergne. Partenariat avec des
sociétés de pêche et le Conseil supérieur
de la pêche pour rétablir le fonctionnement
de frayères.
◗ En Ardèche. Partenariat avec des
communes sur des tourbières de tête de
bassin alliant les enjeux hydrauliques et la
biodiversité.
◗ Dans le Limousin. Gestion expérimentale
concernant les plantes envahissantes.
◗ Dans la Loire moyenne. Collaboration
avec les sports de nature pour inciter des
comportements adaptés (fédération de
kayak…).
◗ Dans le département de l’Allier.
Expérimentation de gestion en faveur du
maintien de la dynamique fluviale (bilan de
dix ans de maîtrise foncière et d’usage
pour préser ver la dynamique fluviale sur
l’Allier, modélisation des flux solides, rôle
des carrières alluvionnaires, restauration
des annexes hydrauliques…).
38 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
réelle dynamique institutionnelle et
opérationnelle.
Mais il a fallu se mettre en ordre de
marche. Dans ce but, et dès 2000, plus de
cinquante zones sont définies. Réparties
des têtes de bassins à l’amont immédiat
de l’estuaire, elles sont le lieu d’actions
concertées, initiées par des partenariats
locaux publics, privés, associatifs très
divers. Ainsi, mais ce n’est qu’un
exemple, l’Établissement public Loire
s’est associé avec la Ligue pour la protection des oiseaux afin de développer des
produits pédagogiques en partenariat
avec une académie. Chaque action s’inscrit dans une approche de bassin et bénéficie d’approches transversales dont les
thématiques peuvent être du domaine
scientifique, de la communication, de la
pédagogie, du tourisme (voir encart).
Cependant, pour que ces actions soient
lisibles, le suivi et l’évaluation doivent,
eux aussi, être partagés par tous les
acteurs du bassin.
Nous avons travaillé sur l’évaluation et
mis en place un monitoring. Nous
publions un rapport chiffré qui montre à
l’ensemble des acteurs, publics et privés,
l’évolution du programme. Il démontre
que les objectifs visés ne sont pas des
vœux pieux mais qu’ils se traduisent en
termes d’actions, de budget… et qu’ils
sont évalués.
Nous avons également travaillé sur des
outils partagés, j’ai évoqué tout à l’heure
les outils de communication pour
l’action « Crépuscule Loire », mais nous
avons aussi développé un certain nombre
de protocoles scientifiques de suivi sur
les amphibiens, les oiseaux… La plupart
des informations sont partageables et
téléchargeables depuis notre site Internet
(voir En savoir plus).
Nous avons également travaillé à la mise
en réseau et constitué un centre de ressources rassemblant – concrètement – des
gens et des données. Où trouver de l’information ? Qui contacter ? Supposons que
vous connaissiez une problématique de
gestion d’une zone humide sur le bassin
de la Loire, ou sur une tourbière en tête
de bassin, ou sur une rivière en milieu de
bassin, ou sur l’Allier… Nous avons identifié des expériences valorisables et des
personnes ressources; des laboratoires de
recherches, des organismes publics, des
porteurs de projet.
Ce centre de ressources vise également à
créer des relations entre la recherche et la
gestion. Nous mettons les gens en réseau
afin qu’ils bénéficient de leurs expériences
réciproques. Un moteur de recherche,
permet l’accès facile et le téléchargement
libre de plus de mille références.
Je ne sais pas si c’est beaucoup mais cela
a le mérite d’exister. L’enjeu réside maintenant dans le fait de poursuivre l’action.
À partir de ces douze années d’expérience,
il va nous falloir démultiplier les actions,
continuer à travailler afin que tout
cela soit connu. Le colloque prévu en
novembre devrait nous y aider et faire
transition avec la troisième phase du
programme qui sera lancée en 2007. » ■
RECUEILLI PAR MOUNE POLI
Pour une gestion durable d’un fleuve et de ses affluents
7 au 9 novembre 2006 à Clermont-Ferrand
epuis dix ans, le programme Loire nature permet
d’expérimenter des actions de gestion des zones humides sur
l’ensemble du bassin versant de Loire et ses affluents.
Aujourd’hui, plus de cinquante sites sont concernés. Ce colloque
(organisé par les Conser vatoires d’espaces naturels, la LPO, la
Frapna Loire et le WWF) sera l’occasion d’un bilan, au regard
d’autres expériences en France et à l’étranger. Il mettra en valeur les
expériences les plus emblématiques et originales autour des enjeux
que sont : la ressources en eau, la biodiversité, la dynamique
fluviable. Il insistera sur les par tenariats et la gouvernance comme
facteurs de réussité d’un développement durable et
équilibré du territoire. Des visites de sites sont
également au programme. Ces journées concernent
les gestionnaires des cours d'eau et zones humides
associées : élus, techniciens des collectivités et
syndicats, associations, usagers...
D
desmotspourledirechronique
Éric Binet*
●
1 an
4 numéros
33,50 €
se
“
Certains mots se glissent dans notre
vocabulaire et s’y répandent sans définition
stable… Ainsi de la gouvernance.
À retourner à :
Espaces naturels • service abonnements • Médiaterra •Route Royale • 20600 Bastia
Renseignements : 04 95 31 12 21 • espaces-naturels@mediaterra.fr
Règlement par mandat administratif : joindre un bon de commande administratif à l’ordre du GIP Aten
Règlement par chèque à l’ordre de M. l’agent comptable de l’Aten
oui, je m’abonne
Destinataire(s) :
Adresse de facturation :
Je souscris ................ abonnements à 33,50 €, soit un total de .................... €
ulement
Gouvernance
E
n ancien français, gouverne et gouvernement se référaient à
l’action de piloter au moyen du gouvernail d’un navire. En 1475,
Sir John Fortescue publie The governance of England. L’auteur y
vantait la monarchie anglaise, où le roi obtient le consentement du
peuple sur les lois, ce qui l’oppose à la monarchie française, proche, à
ses yeux, de la tyrannie. Ainsi, décrivant le pouvoir, il ne s’agissait pas
seulement de désigner le titulaire du gouvernement, mais le processus
de consentement à la loi. La gouvernance s’intéresse donc à la manière
dont les décisions sont prises, à la trame des acteurs, à la façon dont les
pouvoirs sont exercés.
La gouvernance fait partie de ces mots nouveaux (en -ance ou en -ing)
qui mettent en exergue, non seulement des objectifs et des résultats,
mais les processus mis en œuvre pour les atteindre. Par exemple, l’État,
dans ses modes d’intervention, devrait devenir moins régalien (décision
– annonce – justification), voire minimaliste, coordonner acteurs et
marchés, et ainsi s’appuyer sur la coopération entre réseaux et arbitrer
après concertation. Elle oriente donc vers une forme de gouvernement
par objectifs supposant la participation, le compte rendu et l’évaluation.
L’évaluation repose sur des normes techniques (ex. comptables, iso…), et
utilise des indicateurs de performance: efficacité (résultats comparés aux
objectifs) et efficience (résultats comparés aux ressources dispensées).
Le postulat de la participation – des citoyens à la république, des administrés aux administrations, des salariés et actionnaires à l’entreprise… –
suppose qu’un choix rationnel émergera si le mode de gouvernance
associe libre circulation de l’information et collaboration. Cependant,
en préconisant une forte participation, la gouvernance affronte la démocratie élective qui, elle, procède par délégation et affirme que la volonté
générale est une construction délibérée, et non pas seulement le reflet
d’une opinion collective. S’agit-il d’un principe de légitimité différent,
d’un contre-pouvoir vis-à-vis du pouvoir issu des urnes, ou de l’élargissement de la démocratie ? Le débat est ouvert…
Ainsi, nous définirons la gouvernance comme « la manière dont les
décisions sont prises et dont s’exerce l’autorité quant aux modes de
participation qu’elle requiert », qualifiant ainsi un art de gouverner, qui
implique information claire et complète, formation du public et concertation effective avec lui jusque dans l’évaluation des résultats. ■
>>> Mél : eric.binet@tiscali.fr
* Éric Binet est haut fonctionnaire chargé de la
terminologie et de la néologie au ministère de l’Écologie
et du Développement durable.
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 39
Zut!
© Médiaterra
lecteurpenseur
On a oublié
T
Le prix
de la vie
BERNARD GLASS - INSPECTEUR GÉNÉRAL HONORAIRE DE L’ENVIRONNEMENT
u supermarché de la biodiversité
planétaire, les codes barres se
généralisent. Dis-moi, la tortue, combien
tu coûtes ? Et toi l’éléphant, c’est quoi ton
juste prix ?
Accorder une valeur à quelque chose, lui donner
un prix, c’est lui donner sa place dans une
échelle qui établit sa valeur matérielle mais
aussi immatérielle, une échelle qui marque
l’intérêt qu’on lui manifeste, qui signifie
l’importance que chacun lui accorde.
Or, s’agissant de l’environnement, les
étiquettes auraient plutôt tendance à flamber
ces dernières années.
Cela devrait nous rassurer… Le pragmatisme
trouve là une manière de quantifier les enjeux
de la protection. Et l’idée que la gestion de la
nature suppose d’investir et qu’elle est
susceptible de rapporter est ainsi confortée.
Finalement, ce n’est pas si choquant. Certes,
on peut n’y voir que les prix et des profits
financiers. Mais on peut considérer les coûts et
les bénéfices moraux, les plus-values en
agrément de vie ou encore les mises de fond
éthiques et les retours sur investissements en
grandeur d’âme…
Le prix n’a qu’un sens relatif, il ne se dessine
que par comparaison. La valeur des choses est
un savant mélange de ce que nous sommes et
de ce que nous aspirons à être. Accorder une
valeur à la nature, donner du crédit à la vie qui
nous entoure, c’est déjà manifester la
conscience préalable à l’engagement qui
décidera de son devenir. Malheureusement, la
valeur des choses n’est pas universelle, elle est
fluctuante et versatile comme le sont les
hommes eux-mêmes, qui en décident.
Il y a flambée sur les cours de la vie, le papillon
et l’orchidée guyanaise ont dépassé tous les
cours connus : deux agents chargés de la
gestion et de la surveillance du Parc ont été
tués et ce prix-là est exorbitant, insupportable. ■
1. Annexe publiée au JO n°96 du 24.04.02 (documents administratifs n° 6 - éditions JO).
LUCRÈCE
les infrastructures du vivant
out en soulignant l’intérêt et la qualité du dossier « Corridors écologiques »
(Espaces naturels n° 14, avril 2006), je voudrais développer les deux
aspects suivants. Tout d’abord quelques données sur le contexte
international et national doivent utilement être rappelées car elles permettent
de consolider les fondements des réseaux écologiques aux différentes
échelles. Il convient aussi de souligner l’importance de la « continuité
écologique » dans la politique française et dans l’opinion publique. Pour ce
faire, il est indispensable d’afficher une finalité compréhensible et irréfutable
ainsi qu’une terminologie claire et stable.
En ce qui concerne le premier point, trois démarches mondiales, confortant
notamment les réseaux écologiques, sont à signaler :
◗ le classement en « Réserve de la biosphère » au titre du programme MAB de
l’Unesco initié en 1976 ; ◗ la convention sur la diversité biologique et le
développement durable de 1992 sous l’égide de l’Onu ; ◗ le suivi en continu
par l’UICN des six gradients de préservation des aires protégées.
Bien entendu, la « stratégie paneuropéenne » portée par le Conseil de l’Europe
depuis 1995 s’inscrit dans ce dispositif. Il en est de même du réseau Natura
2000 promu par l’Union européenne. Par ailleurs, la France s’est dotée, par
décret du 18 avril 2002, d’un « schéma de services collectifs des espaces
naturels et ruraux » dans le cadre de la loi de 1999 pour l’aménagement et le
développement durable du territoire. En particulier, le principe et la mise en
place du réseau écologique national s’y trouvent officialisés. Malgré l’absence
de base juridique prescriptive pour un tel réseau, l’intérêt de ce schéma,
annexé au décret 1, est de préciser, entre autres, les services liés à la diversité
biologique et la constitution du réseau écologique national en tant qu’« enjeu
stratégique national concernant l’ensemble du territoire ».
Or, quatre années après la publication de ce texte, il est curieux, pour ne pas
dire préoccupant, de constater l’abandon de ce schéma qui a mobilisé pendant
trois ans les services de l’État suite à l’impulsion parlementaire de 1999 !
Ce constat amène à faire ressortir, au titre du second point de ce propos,
l’importance de la continuité de l’action publique dans le domaine de la
diversité biologique, domaine qui n’est pas encore entré dans le champ des
préoccupations de la majorité des élus français.
Si les équipements structurants du territoire, comme les infrastructures de
transport et d’énergie, ont toujours eu le vent en poupe, les « infrastructures du
vivant » n’ont toujours pas cours : elles ne correspondent pas à des enjeux
politiquement payants à court terme et, de surcroît, elles font état d’un
vocabulaire nouveau, peu compréhensible et peu mobilisateur. D’où la nécessité
d’un langage précis, accessible et stable, car rien n’est pire qu’une terminologie
variable pour désigner les données, les objectifs et les actions de la politique de
conservation de la diversité biologique à tous les niveaux territoriaux. Ainsi, il
faut se garder d’une pléthore de synonymes et ancrer dans l’opinion les mots
clés « continuité, réseau et corridor écologiques ». Et ce, d’autant plus que les
promoteurs des politiques conventionnelles d’équipement ne s’embarrassent
pas de difficultés sémantiques pour fragmenter les espaces naturels, supports
de la diversité biologique ! ■
40 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
A
e n° 14 d’Espaces naturels a mis
l’accent sur une problématique
qui s’avère essentielle en raison
de la continuelle et progressive
fragmentation des territoires : celle des
corridors écologiques. Toutefois, la
lecture attentive de ce numéro laisse
un peu le gestionnaire sur sa faim…
Raison d’être des corridors,
conception, philosophie, exemples
autoroutiers et actions régionales, le
panorama est assez complet : mais
d’autres aspects, beaucoup plus
pratiques, n’y figurent pas. Si tant est
d’ailleurs que l’on retrouve dans
quelque revue, étude, site Internet…
les données manquantes. Dans de
nombreux ouvrages, les principes sont,
en effet, annoncés et expliqués, mais
de chiffres précis, documentés, point.
Quelles dimensions, quelles largeurs
minimales/maximales doivent avoir
ces corridors ? Dans tel milieu et pour
telles espèces ? Lors d’une grande
coupe rase forestière, quel est le
corridor type, biologiquement parlant
efficace, qu’il faut laisser en place ou
recréer, selon les taxons présents ?
Parmi les engagements du propriétaire
forestier, adhérant à la démarche de
certification PEFC en Poitou-Charentes,
figure celui-ci :
« Considérant que cet espace peut
constituer un obstacle insurmontable
pour des espèces animales et
végétales, il conviendra, en cas de
coupe rase égale ou supérieure à
10 ha d’un seul tenant et
indépendamment des obligations de
replantation, de conserver ou
reconstituer des bosquets ou corridors
boisés totalisant 10 % de la
superficie. »
C’est, en matière de gestion
forestière, une disposition innovante.
Hélas, elle n’a su être plus précise en
raison de ce manque de données.
Il serait donc relativement urgent que
la recherche, les scientifiques, en lien
avec les gestionnaires, se penchent
sur cet aspect des choses, pour que le
concept même de corridor puisse
déboucher, notamment en foresterie,
sur des solutions à la fois faciles à
comprendre pour le propriétaire,
applicables sur le terrain, et
chiffrables. ■
L
ALAIN PERSUY
TECHNICIEN FORESTIER GESTION ET PROTECTION
DE LA NATURE
>>> Mél : alain.persuy@crpf.fr
Réalités!
Je me présente, je
m’appelle Henri. Je suis
étudiant en Gestion intégrée
du littoral et des
écosystèmes à la fac de
Corti ; enfin, plus pour
longtemps, j’espère : c’est
ma dernière année et je
cherche du travail. Ah oui,
du boulot ! C’est de cela
dont je voudrais vous parler.
Je ne regrette pas la voie
que j’ai choisie mais il faut
quand même avouer qu’une
fois sur le terrain, quand on
veut entrer sur ce « sacré »
marché du travail, ça ne
court pas les rues, le
boulot. Et puis, à dire vrai, il
y a un sacré hiatus entre
l’image que je me faisais de
ce métier quand je suis
rentré dans la filière et l’à
présent (j’ai quand même
réussi à trouver un stage
sérieux et intéressant).
Il faut le dire ça, non ? Dire
à vos lecteurs de ne pas
trop rêver sur les métiers de
l’environnement. ■
HENRI COLONNA
une politique pour les espaces naturels sensibles
En pratique?
Espacesnaturels sensibles
a loi du 18 juillet 1985 permet
aux Conseils généraux de se
saisir d’une compétence en
faveur des espaces naturels
sensibles. Ils peuvent alors élaborer
et mettre en œuvre une politique en
faveur de la préservation et la
valorisation des espaces à fort intérêt
biologique ou paysager, fragiles et
menacés.
La loi prévoit l’ouverture au public de
ces sites à condition qu’elle soit
compatible avec les objectifs de
protection.
La politique Espaces naturels
sensibles (ENS) s’appuie sur une
maîtrise foncière. Elle s’effectue
généralement à l’amiable, mais peut
résulter d’une mise en place de zones
de préemption. Dans les années 80,
les premières actions ont porté sur
l’acquisition de zones littorales ;
d’autres, depuis, concernent des
zones humides, des habitats
forestiers…
Pour mettre en œuvre cette politique,
les Conseils généraux disposent d’une
recette propre. Ainsi la TDENS, ou
taxe départementale sur les espaces
naturels sensibles, est prélevée sur
chaque permis de construire.
Aujourd’hui, 82 Conseils généraux ont
voté la TDENS à un taux moyen de
1 %. 71 % des départements
s’impliquent ainsi dans la protection
du patrimoine naturel en relation
étroite avec l’ensemble des acteurs
locaux, en particulier lors de
l’élaboration des plans de
préservation et d’orientation ainsi que
des comités de suivi.
Ces sites, ainsi protégés et mis en
valeur, constituent un réseau national
d’espaces remarquables. Il complète
les actions menées par les autres
réseaux de gestionnaires, assurant un
équilibre écologique.
Cherchant à valoriser leurs actions, au
travers d’inventaires, d’évaluations,
de bilans… Les Conseils généraux
organisent également des assises
annuelles nationales des ENS. Ces
rencontres sont accessibles aux
collectivités ainsi qu’à leurs
partenaires, gestionnaires,
chercheurs et journalistes. La
quatrième édition, qui se déroulera les
18 et 19 octobre prochains, sera
dédiée au rôle des espaces naturels
sensibles dans la protection de la
biodiversité, la complémentarité et les
partenariats entre les différentes
politiques de protection et les enjeux
de l’ouverture au public. ■
L
MARINE DOIN
ASSEMBLÉE DES DÉPARTEMENTS DE FRANCE
CAROLINE GUESNON
RÉSEAU IDÉAL - ASSOCIATION DE COLLECTIVITÉS
>>> www.reseau-ideal.asso.fr
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 41
PARUTIONS
● Savoir-faire
● Conservation
Biologie et gestion des
habitats du butor étoilé
Contribution
à la conduite des
peuplements de pin
laricio et habitats
associés
● Bonnes pratiques
Agriculture
& biodiversité
Réalisé et édité par la
Fédération de la région
Auvergne pour la nature
et l’environnement, cet
ouvrage propose une
vision des enjeux et
intérêts réciproques qui
régissent les relations
entre agriculture et
biodiversité. Il s’ouvre
par un rapide historique
de l’agriculture, puis se
développe en un guide
des méthodes qui
concilient production
agricole et biodiversité.
Accessible à tous, il
renvoie à une
bibliographie
d’approfondissement.
FRANE • 04 73 61 47 49 •
56 PAGES • 6 EUROS
Le programme Life
Restauration et gestion
des habitats du butor
étoilé vient de s’achever.
La synthèse des
connaissances acquises
ainsi que des opérations
de gestion et de
concertation locales les
plus marquantes est
consigné dans ce recueil.
On y trouve des
informations inédites sur
l’écologie et la biologie
de l’espèce et plus
particulièrement sur sa
reproduction, son habitat
et alimentation. Les
principaux documents
issus de ce projet sont
consultables : www.lpo.fr/
etudes/life_nature/life_
butor/index.shtml
RECUEIL D’EXPÉRIENCES
ET CD • 98 PAGES • LIGUE
Inventaire, essences,
gestion forestière,
sylviculture de
production, incendies,
biodiversité… Ce recueil
technique et très
documenté est le fruit
d’un programme Life à
l’initiative de l’Office
national des forêts de
Corse. Il s’adresse tant
aux propriétaires
forestiers qu’aux divers
acteurs de la gestion
forestière.
ONF CORSE - SERVICE
COMMUNICATION •
04 95 46 01 30 •
2 TOMES • 540 PAGES
POUR LA PROTECTION DES
OISEAUX • 05 46 82 12 34
● Monographies
● Gestion
Atlas des plantes
rares ou protégées
des Hautes-Alpes
Cet atlas présente les
monographies de 228
espèces avec, pour
chacune d’elles, une
photographie, un dessin,
une carte de répartition
et un texte comportant
une brève description et
des indications sur
l’écologie de l’espèce,
ses habitats, sa
répartition, son statut,
les menaces sur ses
populations et les
mesures de sauvegarde
existantes ou proposées.
Les textes sont le fruit
d’un travail collectif et
font le point de la
connaissance de la
richesse patrimoniale
floristique des HautesAlpes.
SOCIÉTÉ ALPINE DE
PROTECTION DE LA NATURE •
312 PAGES • NATURALIA •
48 EUROS
3 guides pratiques
pour les habitants
et les usagers
Les zones humides des
caps et marais d’Opale
sont des territoires
exceptionnels mais
fragiles. Leur
préservation suppose le
respect, par tous, des
règles d’usage, de
préservation,
d’urbanisme et autres
travaux. Encore faut-il les
expliquer aux habitants.
Ces trois guides, un pour
chacun des marais, sont
édités en collaboration
avec trois communautés
de communes. Un bel
exemple de politique de
sensibilisation.
PARC NATUREL RÉGIONAL DES
CAPS ET MARAIS D’OPALE •
WWW.PARC-OPALE.FR
● Gestion durable
● Tourisme durable
Le chemin
vers l’écotourisme
Est-il possible de
pratiquer un tourisme
intelligent, qui ne nuise
pas à la nature et, au
contraire, encourage à la
défendre ?
Directeur du pôle
Médiation et ingénierie
touristique et culturelle à
l’université SorbonneNouvelle, l’auteur prend
acte de la croissance
dévastatrice d’un
tourisme multiplié par
trente en un demi-siècle.
Il dénonce le tourisme
« Attila », son cortège de
réseaux routiers, de
programmes immobiliers
lourds et de dépenses
inconsidérées en eau ou
en carburant. Il explore
les voies d’un tourisme
durable à l’échelle
planétaire et les
confronte aux évolutions
les plus récentes des flux
et pratiques. Son propos
est étayé de données
globales et d’expériences
puisées en tout point de
la planète. Un ouvrage
qui ouvre quelques
pistes et donne matière
à réflexion.
JEAN-PIERRE LOZATO-GIOTART
• 192 PAGES • DELACHAUX &
NIESTLÉ • 19 EUROS
42 Espaces naturels n°16 • octobre 2006
Guide de la gestion
raisonnable des
espaces communaux
Par leur action au
quotidien, les communes
sont au front de la
gestion durable. Encore
leur faut-il avoir
conscience de ce rôle et
adopter de bonnes
pratiques. Les vingt-trois
fiches de cette pochette
pédagogique sont très
concrètes et au plus
près des préoccupations
communales. Elles sont
accompagnées d’une
présentation interactive
pour la sensibilisation et
l’animation des
réunions.
CONSEIL GÉNÉRAL DE L’ISÈRE •
23 FICHES & UN CD-ROM •
WWW.GESTIONRAISONNABLE.FR
● Juridique
La commune
et ses chemins
ruraux
De l’identification au
contentieux en passant
par la gestion et la
police, ce dossier fait le
point sur une matière
complexe et à laquelle
sont confrontées toutes
les communes. Il
comprend les éléments
de droit, la jurisprudence
ainsi que des modèles
de documents à l’usage
des acteurs.
SOPHIE PICARDO, JEANMICHEL AMAYENC • 86 PAGES
• TERRITORIAL ÉDITIONS •
RÉF. DE 466 • 49 EUROS
● Naturalisme
Arbres et arbustes
de montagne
Après Fleurs de
montagne, voici la
version arbres, arbustes
et arbrisseaux d’une
collection de guides de
découverte créée par le
Parc national des Écrins.
L’ouvrage est découpé
par grands paysages,
eux-mêmes subdivisés
en milieux. 230 espèces
sont présentées dans ce
guide de terrain qui a
mis à contribution plus
de 35 rédacteurs.
PARC NATIONAL DES ÉCRINS •
336 PAGES • LIBRIS •
23 EUROS
l’AGENDA
● Éducation
Journées des Parcs
4 au 7 octobre - Camargue
Les journées nationales des
Parcs naturels régionaux se
dérouleront en Camargue.
Le thème cette année ? L’eau.
◗ www.parcs-naturelsregionaux.tm.fr/fr/approfondir/
evenements.asp?op=_
evenements_details&id=456
Animature • tome 2
Ce document reprend
les Malles natures
réalisées voilà vingt
ans sous l’égide du
ministère de la
Jeunesse et des
Sports. Entièrement
reconstruit, il propose
une écologie au
quotidien, au cours de
nos balades, dont
l’ambition est
« d’organiser le
regard ». Les fiches
pédagogiques sont
organisées en trois
parties : les conditions
de vie ; l’écologie en
quelques mots ;
l’Homme et la nature.
ÉCOLOGISTES DE L’EUZIÈRE
• WWW.EUZIERE.ORG •
96 PAGES • 15 EUROS
Insectes et biodiversité
COUP DE CŒUR
Agenda nature
2007
La présence familière
sur nos tables et dans
nos plats de nombreux
fruits et légumes nous
fait souvent oublier
leurs multiples origines
et comment ils sont
arrivés jusqu’à nous.
Au moment où tant de
variétés sont
menacées, l’Agenda
nature 2007 évoque
cette longue histoire…
Les aquarelles,
sensibles, donnent
envie de découvrir et
de goûter certains
fruits et légumes
encore cultivés par des
jardiniers passionnés.
>>> DOMINIQUE MANSION
ÉDITIONS OUEST-FRANCE
144 PAGES • 12 EUROS
PRATIQUE DE MANAGEMENT
L’entretien d’évaluation
6 au 8 octobre St-Léons-en-Lévézou (12)
Insectes et changement global,
quelles espèces pour demain ?
Paysages, espaces protégés et
agriculture, quels espaces ?
Insectes et hommes : un destin
partagé. Trois thèmes pour ce
colloque organisé par le Conseil
général et la Cité des insectes.
◗ pedagogie@micropolis.biz
Le développement durable
sous le regard des sciences
et de l’histoire
12 et 13 octobre - Arras
Pourquoi et comment éduquer
au développement durable ? Ce
colloque propose de croiser les
regards de ceux qui ont quelque
chose à faire du développement
durable dans leurs pratiques de
chercheurs, de formateurs,
d’éducateurs, d’entrepreneurs.
◗ dominique.tissoires@lille.iufm.fr
Énergie, agriculture,
biodiversité
18 octobre - Paris
La Ligue pour la protection des
oiseaux organise un colloque sur
le thème « biomasse,
biocarburants sont-ils
compatibles avec la
biodiversité ? ». Au ministère de
l’Écologie.
◗ michel.metais@lpo.fr
Méthode et DVD
’entretien d’évaluation est un temps fort
de la relation entre un cadre et son collaborateur. Parfois instant de vérité, toujours moment de parole, il constitue un enjeu
et n’autorise en aucun cas l’improvisation.
Pour s’en convaincre, le lecteur commencera
par visionner le DVD qui accompagne l’ouvrage.
Si cette mise en scène d’un entretien catastrophe prête d’abord à sourire, elle fait réagir et
permet de s’imaginer en situation. Elle constitue un point d’appui pédagogique efficace pour
aborder la lecture. Quant au livre, complet et
facile d’accès, il n’omet aucun des aspects
pratiques et conceptuels qui font un entretien
réussi : préparation, définition des objectifs,
traitement des conflits…
>>> Jacques Teboul
152 pages • Dunod • 24 euros.
L
Espaces naturels sensibles
18 et 19 octobre - Cerny (91)
Ces assises veulent préciser les
enjeux des politiques des
espaces naturels sensibles
(ENS) et mobiliser les élus
autour de la charte des ENS.
Co-organisées par le Conseil
général de l’Essonne et le
réseau Idéal.
◗ c.guesnon@reseauideal.asso.fr
Biodiversité et politiques
territoriales
19 au 22 octobre Salins-les-Bains (39)
Le 14e congrès des
Conservatoires d’espaces
naturels réunira, sur ce thème,
les conservatoires, leurs
partenaires scientifiques et
techniques, les acteurs
territoriaux.
◗ cren-fc@wanadoo.fr ou
enf@enf-conservatories.org
Réchauffement climatique
25 et 26 octobre - Orléans
L’assemblée générale d’Eurosite
(réseau de gestionnaires
d’espaces naturels en Europe)
traitera du changement
climatique et de ses
conséquences sur le
financement et la gestion des
milieux naturels terrestres.
Ateliers et visites seront aussi
l’occasion de mutualiser les
expériences européennes.
◗ marc.maury@enfconservatoires.org
Forum national des rivages
23 et 24 octobre Baie de Somme (80)
Les questions de la gouvernance
constitueront le thème central de
cet événement organisé par
Rivages de France.
◗ www.rivagesdefrance.org/
Pdfforumfrancaisnew.pdf
Institut français de la
biodiversité - jeunes scientifiques
26 et 27 octobre - Paris
Ces journées s’intéressent au
« présent et futur des
scientifiques concernés par la
biodiversité ». Elles sont dédiées
aux jeunes récemment
recrutés… Elles leur permettront
de saisir les évolutions et les
enjeux de leur domaine de
recherche.
◗ http://www.gis-ifb.org
« Garrigues, regards croisés »
27 octobre - Pont du Gard (30)
Ce colloque traitera de « l’histoire
des paysages de garrigues ».
Organisé par l’association les
Écologistes de l’Euzière (en
partenariat avec l’établissement
public du Pont du Gard, sur
inscription.
◗ Mél : mc@euziere.org
ET AUSSI…
Pour une gestion durable d’un fleuve et de ses affluents
7 au 9 novembre 2006 à Clermont-Ferrand - voir page 38
Espaces naturels n°16 • octobre 2006 43
Crédits photo : Medd-SG-DCI - L. Mignaux Conception : Richard Fremder Consultants - Impression : Imprimerie Caractère sur papier recyclé, certifié label écologique communautaire avec des ancres végétales.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising