Pour un supplément u dictionnaire français

Pour un supplément u dictionnaire français
Nummer 90
November 1981
rançois Marchetti
Pour un supplément
u dictionnaire français-danois
de Blinkenberg et Hf6ybye
omansk Institut
-,benhavns Universitet
lsgade 78-80
OO Kbh. S
Gebyr 5,00 kr.
3
TABLE DES MATIÈRES
REVUE ROMANE
ETUDES ROMANES
RIDS
p.
1. Préambule
Revue Romane
Romansk Institut under Kpbenhavns Universitet udgiver foruden RIDS
tidsskriftet REVUE ROMANE, der kommer med to numre om aret. Det
stpttes af Statens humanistiske Forskningsrad og har siden 1966 vceret
Skandinaviens eneste internationale tidsskrift for romanistik med bade
litteratur og sprogvidenskab.
2. Les dictionnaires français-danois. Aperçu historique.
Etat présent.
2 .1.
Hilde Olrik: Michelet et Lombroso ou le discours exorciste
Ebbe Spang-Hanssen: L'analyse transformationnelle du com plément de comparaison en français
Brynja Svane: Alain Robbe-Grillet: La Jalous ie. Un roman
qui a sa propre genèse pour sujet?
Carl Vikner: L'infinitif et le syntagme infinitif
Etudes Romanes
fremstar som scernumre af REVUE ROMANE og rummer stprre sam lede afhandlinger.
Nr. 19 (1979) Arne Schnack: Animaux et paysages dans la
description des personnages romanesques (1800-1845)
Nr. 2o (1979) Lene Waage Petersen: Le strutture dell'ironia
ne "La Coscienza di Zeno" di Italo Svevo
Nr. 2 1 (1980) Michael Herslund: Problèmes de syntaxe de
11 ancien français. Compléments datifs et génitifs
9
Les devanciers du DFD.
2.1.1. Hans v . Aphelen.
9
2.1.2. Odin Wolff.
10
2.1.3. Chr. Siek.
11
2. 2.
I 1980 blandt andet:
5
Le DFD.
12
2.2.1. Description.
12
2.2.2. Buts et limites du DFD.
15
3. Les acquis de la linguistique au service de la
lexicographie.
17
3.1.
Lexicographie et syntaxe.
18
3.2.
Lexicographie, sémantique et synonymique.
19
3.3.
Lexicographie et sémiotique.
21
3. 4.
Lexicographie et terminologie.
21
4. Constitution de corpus. Sources d'information.
4.1.
L'information orale.
22
23
4.1.1. Les informateurs.
23
4.1.2. Les organes d'information audiovisuels.
25
4.2.
27
L'information éc rite.
4.2.1. La littérature.
28
4.2.2. La presse écrite générale et spécialisée.
28
4.2.3. Les dictionnaires généraux unilingues.
30
4.2.4. Les dictionnaires généraux bilingues.
32
4.2.5. L'argot, les jargons de métiers et
33
les dialectes du français.
***
Abonnementstegning og yderligere oplysninger fas ved henvendelse til
Romansk Institut, Jens Schou, Njalsgade 80, 2300 Kpbenhavn S
Telefon (ol) 54 22 11
4.2.6. Les centres de terminologie.
35
4.2.7 . Les sources d'information technique.
36
5. Critères de sélection, dépouillement et mise
en fiches.
39
5.1.
40
Les critères de sélection. Synthèse.
5
4
p.
5. 2.
Le dépouillement et la mise en fiches.
6. conclusion.
~·
Bibliographie.
43
1. Préambule
Le 20 septembre 1966, deux grands noms de la linguistique et de la
lexicographie romanes au Danemark, les professeurs Andreas Blin-
44
kenberg et Poul
H~ybye,
présentaient sous sa forme achevée, en deux
volumes, un dictionnaire français-danois (abrégé ci-après en DFD)
47
dont la publication en fascicules successifs avait commencé en
janvier
56
1961. Ainsi était mis à la disposition de l'utilisateur
un outil précieux: substantiel, fiable, pratique, fruit d'un long
labeur entrepris plusieurs décennies auparavant et qui s'était
déjà concrétisé en un gros dictionnaire danois-français, paru en
1937 et augmenté d'un supplément (1953). L'élaboration de ce
premier dictionnaire, qui s'était étendue sur une période de sept
ans, bénéficiait au départ, il est vrai, d'un atoµt majeur: l'exploitation d'un fichier d'environ 100.000 fiches, établi par la
regrettée Margrethe Thiele (d i sparue prématurément en 1928). 1 )
Andreas Blinkenberg, à qui revenait la pleine responsabilité de
la rédaction du dictionnaire, sut alors s'entourer d'une équipe
rédactionnelle qui, outre Poul
H~ybye,
se composa de Camilla
Thierry et de Carl Hjort, auxquels vinrent s'adjoindre bénévolement nombre d'informateurs spécialisés dans différents domaines.
Le besoin d'une refonte de ce dictionnaire, réimprimé en 1964,
s ' étant fait naturellement sentir, Blinkenberg et H~ybye s'attelaient vers le milieu des années
60, après la publication du
DFD, à une nouvelle tâche de longue haleine: la mise en chantier
d'une éd ition revue et augmentée du dictionnaire de 193 7 et de
son supplément de 1953. Une étape intermédiaire fut la publication d'un important supplément en 1969 avant que parussent successivement en 1975 (I), 1976 (II et III) et 1977 (IV) les
quatre volumes (comptant au total plus de 2000 pages de format
16,5 x 23 cm et enregistrant quelque 200.000 mots-sou ches danois)
qui venaient couronner les efforts des deux éminents lexicographes et de leur équipe. 2 >
C'est un truisme que de dire qu'un dictionnaire n'est jamais
complet et a régulièrement besoin d'être révisé et augmenté.
Comment pourrait-il en être autrement? Tout en gardant
~n
fonds
ou substrat historique, une langue évolue constamment et il
serait, semble-t-il, illusoire que d'espérer pouvoir, même avec
l'aide des ordinateurs, en dresser un état exhausif synchronique.
6
7
Tout état de langue doit être dressé diachroniquement, comme le
prouve encore l'exemple récent du Trésor de la Langue Françajse,
lequel enregistre le lexique français sur une période de près de
en brèche par fin de semaine, qui a les m·êmes connotations.
Le caractère évolutif, mouvant, d'une langue ne peut qu'accroître les difficultés lorsqu'il s'agit de la transposer en une
deux siècles: de 1789 à 1960. Aussi illusoire serait de fixer un
autre langue. Les différences de structures mentales et de
bon usage de la langue, avec toutes les contraintes que cela im-
structures linguistiques de langue à langue sont trop marquées,souvent
plique. Un appauvrissement s'ensuivrait immanquablement: faut-il
trop complexes aussi, pour qu'il y ait correspondance d'une langue
rappeler l'exemple de Malherbe? Certes, une codification est
inévitable à l'intérieur de toute langue, sinon ses usagers
à l'autre, en un mot: équivalence.Tout traducteur sait par expérience qu'il doit, dans son travail, opérer grosso modo à un
finiraient par ne plus se comprendre;il n'y aurait plus de com-
double niveau: celui de la structure superficielle, qui est de
munication, plus de littérature , a fortiori
caractère purement morphologique et syntaxique, et celui de la
plus de diction-
naires: on aboutirait au degré zéro du langage, ce serait ou le
structure profonde, la structure sémantique. S'il n'y a pas
mutisme intégral ou Babel. Ce qui, aujourd'hui, complique le
identité de la structure profonde de toutes les langues (comme le
•constat" même chimérique d'une langue à un moment bien déterminé,
?ostule Chomsky), il y a, du moins, de fortes ressemblances, alors
c'est le développement quasi explosif des termes techniques, avec
ce que cela suppose de passages dans la langue courante, déborde-
que les variations entre les structures superficielles des différentes langues sont pratiquement infinies. 4 ) Pour autant qu'il
ments, restrictions , glissements de sens, emprunts étrangers,
aura une connaissance poussée de la langue de départ et de la
néologismes, etc. Quel usager de la bicyclette au Danemark dé-
langue d'arrivée, le traducteur établira la correspondance au ni-
signerait encore aujourd'hui le cale-pied par fodholder (enre-
veau "profond" avant de déterminer ce que j'appellerai l'habillage
gistré par le DFD) alors que le terme en usage est le composé
dano-anglais tàclips? 3 ) Si la langue danoise accueille de plus
sémantiquement, morphologiquement, syntaxiquement et stylistique-
en plus complaisamment les termes et tournures d'origine anglaise
(ne serait-ce que par parenté linguistique et autres influences
automatiquement dans mon cerveau sa correspondante en-français:
N'oublie(z) pas de •...1 5 ) Un dictionnaire bilingue, si riche, si
de caractère historique, commercial et socioculturel), le fran-
bien organisé soit-il, ne pourra jamais être une panacée pour le
ment le p l us adéquat. La formule danoise Husk at •.• déclenchera
çais, pour sa part, a donné un coup d'arrêt à l'invasion des
traducteur qui n'a pas des langues sur lesquelles il travaille
vocables anglo-saxons. Un des premiers à avoir tiré la sonnette
une connaissance approfondie. Tout au plus pourra-t-il lui épar-
d'alarme était Etiemble avec son ''Parlez-vous franglais?" (1964).
gner quelques bévues. Corollairement, quiconque prétend fabriquer
Les pouvoirs publics s'y sont mis à leur tour quelque dix ans
un dictionnaire bilingue se doit non seulement de maîtriser sé-
plus tard et, à force de décrets et d'arrêtés, ont banni du vo-
mantiquement, morphologiquement, syntaxiquement et stylistique-
cabulaire français grand nombre d'emprunts à la langue anglaise.
ment, langue de départ et langue d'arrivée , mais comme la ma-
Ainsi, dans le vocabulaire de l'informatique, hardware et soft-
tière qu'offre un bon dictionnaire repose sur des connaissances
ware ont dû céder la place à matériel et logiciel, de même qu'en
encyclopédi~es
qui lui échappent inévitablement en partie, il
langage sportif, on en est revenu à l'orthodoxe joueur de tennis
sera amené à constituer autour de lui une équipe de spécialistes,
après avoir abusé, des lustres durant, du pseudo-anglais tennis-
destinés eux-mêmes à s'appuyer non seulement
man (pluriel: tennis-men; fém.: tennis-woman, pl.: tennis-women!!!) :
savoir mais encore sur celui que leur fourniront les ouvrages de
sur leur propre
le bon mot en anglais est tennis player mais il eût sans doute été
références:
plus difficile à prononcer par le Français moyen. Il reste néan -
dex, etc., tout en n'oubliant pas de contrôler leurs informations.
moins en français un grand nombre de termes anglais, codifiés par
dictionnaires de langue, lexiques plurilingues, in-
Un bon dictionnaire bilingue ne peut consister en µne simple
l ' usage et la spécificité de leur désignation sémantique: week-end
accumulation de mots (comme c'est encore le cas de nombreux dic-
paraît intouchable, en France du moins, car.au Québec, il est battu
tionnaires dits "de poche"): par une certaine organisation (on
9
e
lexicographie moderne, appuyés sur les acquisitions des linguistes
pourrait ici parler de découpage) d'équivalents en fonction de la
en matière de syntaxe, sémantique, synonymique, sémiotique et ter-
polysémie du mot-vedette et de ses connotations, il doit pouvoir
minologie (informatisée et non informatisée)
éclairer l'usager sur le champ sémantique que couvre ce mot, des
permettent de cons-
tituer un corpus correctif et complémentaire plus fiable et mieux
symboles, des lettres ou des abréviations précisant le découpage
ordonné; enfin, indiquer les principales sources d ' information
et des exemples illustrant la polysémie et la combinatoire du terme
françaises et danoises à partir desquelles sera établi le corpus en
question, de même que définir les critères de contrôle et de sélec-
en question.
Le DFD est reconnu unanimement comme un manuel de premier ordre.
Nous verrons plus loin ce qui en fait la qualité. D'aucuns lui
· d e renfermer un certain nombre d'archaïsmes.
reprochent par f ois
tion mis en oeuvre pour assigner à ce corpus les limites raisonnables que lui impose inévitablement la conception d~un supplément
8
français-danois envisagé dans la ligne de l'actuel DFD. )
Faut-il leur rappeler que Littré, définissant son "Dictionnaire
de la langue française",
écrivait de ~elui-ci, dans sa préface,
2. Les dictionnaires français-danois. Aperçu historique. Etat
qu'il "embrasse et combine l'usage présent de la langue et son
6l
afi·n de donner à l'usage présent toute la pléniusage passe'
7
tude et la sûreté qu'il comporte"? > Diachronie et synch~onie
Aucun dictionnaire bilingue n'est conçu ex nihilo.Il s ' appuie sur
sont à la base de tout bon dictionnaire. Sinon, comment com-
un ensemble complexe d'informations préexistantes dont il tire plus
présent.
prendre et à plus forte raison traduire des textes vieux de
ou moins largement parti, et l'expérience prouve que , dans le cas
plusieurs siècles? Qu'on songe au sens pàrticulier que le Siècle
des dictionnaires bilingues comme dans celui des dictionnaires
classique donnait aux mots feu, estomac, honnête, par exemple!
généraux ou spécialisés , une grande partie de l'information passe
Le DFD n'est passible d ' aucun grief à cet égard. Sa "modernité•
nécessairement en héritage, mutatis mutandis.d'un dictionnaire à
au moment où il fut publié voici bientôt vingt ans en fait de plus
un manuel qui, du point de vue de la langue courante et littéraire,
l'autre. Le DFD a eu d' i llustres devanciers, dont on ne dira ja-
n'a guère besoin d'être retouché, tout au plus légèrement adapté
bien après, et il me semble utile de leur rendre ici justice avant
en fonction des nouvelles acquisitions et des glissements de sens
même de mettre en lumière les acquis du DFD.
dans le langage courant actuel.
mais assez les services qu'ils ont rendus en leur temps et même
Une réimpress i on se justifie donc
parfaitement, et elle est d~ailleurs imminente. Mais les inévita~
bles lacunes dues aux raisons exposées ci-dessus, en particulier
2.1. Les devanciers du DFD.
le manque sensible d'un grand nombre de termes techniques~
date , à quoi s'ajoute la volonté toujours manifestée par Andreas
Le premier dictionnaire français-danois important est à porter au
crédit de Hans v. Aphelen. Il fut publié en 1759,avec une partie "da-
Blinkenberg et Poul H~ybye de compléter régulièrement leurs dic-
nois-français"et une partie "français-danois",puis repris en deux
tionnaires par des suppléments, rendent la publication d'un sup-
volumes en 1772-1777.Dans sa 2e édition,la partie •français-danois"
plément français-danois nécessaire. Cette tâche est déjà commencée
depuis quelques annéees, un gros matériel d'ores et déjà rassemblé,
divisée en trois colonnes. Lorsque l'enseignement du français et
et le supplément en chantier devrait pouvoir paraître dans un ave-
de l'allemand fut introduit à l'université de Copenhague en 1754,
nir relativement proche.
année où mourut le célèbre dramaturge Holberg, on y engagea comme
enseignant un ''adjunkt" du nom de Hans v. Aphelen.Celui-ci reçut une
En 1977, les deux fondateurs du DFD ont
inclus dans leur équipe rédactionnelle Johan Windfeld Hansen (qui
avait activement collaboré au DFD) et le signataire de ces lignes.
L'objet de la présente étude est triple: d'abord, retracer les
2 .1.1 . Hans v. Aphelen
ne comptait pas moins de 1300 pages au format 2Ux25 cm, chacune
chaire en 1759, mais pas immédiatement les gages afférents.On est en
droit de supposer qu'il dut vivre,un certain nombre d'années du moins,
grandes étapes de la lexicographie fra~co-danoise au cours des
des droits que lui rapportaient les dictionnaires bilingues publiés
trois derniers siècles; ensuite, montrer que les apports de la
par lui,à commencer par ceux qui touchaient à l'allemand et au
danois.
11
10
Les dictionnaires de v. Aphelen reçurent la caution du roi ("Trykt
nombreuses nouvelles entrées ne correspondent pas, en danois, des
med Kongl. allernaadigste Privilegio") et portèrent conséquemment
équivalences: seulement des explications, parfois un peu fantaisistes. lO)
en titre "Den Kgl. Ordbog• ou "Dictionnaire Royal".
9)
Le dictionnaire français-danois de v. Aphelen se distinguait
déjà par un certain nombre de qualités: corpus abondant pour
2. L 3. Chr. Siek
l'époque, organisation méthodique de la matière (typo~raphie différe
Il faudra, en fait, attendre près de cent ans pour constater un
ciée,étymologie, définition de la catégorie grammaticale à laquelle
progrès manifeste dans le domaine de la lexicographie franco-da-
appartient chaque mot-vedette, nombreux équivalents, exemples
nois~, et ce ser~ le dictionnaire français-danois de Chr.Sick,publié
éclairant la polysémie), mais les combinaisons n'étaient pas
en 1883 et intitulé plus précisément Dictionnaire français·- dano-
ordonnées alphabétiquement en fonction du second terme le plus im-
norvegien. Dans sa deuxième _~~ition,revue et augmentée par Carl Mi-
portant, et, surtout, on regrettait qu'il y eût si peu d'exemples
chelsen, l'ouvrage de Siek se compose de 703 pages de format 13,7 x
illustrant la combinatoire.
A examiner même rapidement ce dictionnaire, on s'aperçoit que
20 3 cm les addenda et corrections n'occupant que cinq pages enfin volume
v. Aphelen avait puisé ses sources françaises dans tro is ouvrages
deux colonnes par page. Bien que le nombre total des pages soit
. .
Comme dans le dictionnaire de Wolff, la matière est répartie en
principaux: le Dictionnaire de l'Académie.le Dictionnaire universel
nettement inférieur à celui des dictionnaires de v. Aphelen et de
de Furetière et le Dictionnaire de Richelet.Probablement avait-il
Wolff, le corpus du Siek est plus riche (ce qui s'explique par une
aussi eu recours à l'Encyclopédie,dont la publication s'était éten-
typographie plus fine et plus resserrée, tout en étant plus lisible)
due entre 1751 et 1772 et qui.en enregistrant les progrès de la pen-
et surtout mieux organisé:
sée et des sciences,offrait un corous de choix.
- Les exemples sont donnés alphabétiquement en fonction du mot-vedette ou de ! .'initiale du second mot le plus important (opération
2.1.2 . Odin Wolff
à laquelle. n'échappe pas une part d'arbitraire); le mot-vedette
A la fin du XVIIIe siècle, plus exactement en 1796, paraissait un
n'est pas répété à chaque exemple, mais remplacé par le signe r..J
dictionnaire français-danois et danois-français, dont l'auteur,
(suivi éventuellement de la ou
Odin Wolff, docteur en philosophie, affirmait un peu présomptueu-
qui procure un gain de place sensible;
sement dans le titre qu'il était complet: Fuldst~ndigt Fransk og
- Les mots d'une même famille sont ordonnés alphabétiquement dans
~es
lettres de la terminaison), ce
oansk Lexicon, efter de bedste ordb~ger udarbeidet.Rien que la se-
le même article sous le mot-souche. Ainsi:
conde partie du titre (élaboré à partir des meilleurs dictionnai-
dronner, godronneur; lll
godron, godronnage, go-
~) laissait sous-entendre tout ce dont Wolff était redevable à
- Toute une nomenclature d'abréviations, de signes et de symboles
v. Aphelen.
aide à la lisibilité du texte : la liste complète (et abondante) en
Wolff en convenait d'ailleurs volontiers dans sa pré-
face, ajoutant qu'il avait corrigé un certain nombre d'erreurs com-
est donnée en qébut d'ouvrage;
mises par son devancier et pallié du mieux qu'il pût les lacunes de
- Des chiffres et des lettres permettent également un classement
celui-ci. Wolff appuyait aussi son corpus sur le dictionnaire de
Nour et reconnaissait sa dette envers de grands écrivains de son
logique dans l'usage de certains mots fréquents comme les préposi-
siècle comme Voltaire et Rousseau.
été adopté pour tous les mots polysémiques.
Le volume français-danois de Wolff renferme au · total 964 pages
tions à ou de. On peut regretter que le même principe n'ait pas
- En zoologie et botanique, le terme latin (écrit en italiques) est
au format 11,8 x 18,7 cm, chacune divisée en deux colonnes . Du
souvent ajouté à la traduction et assure une meilleure id.entifi-
point de vue de l'organisation de la matière , on ne remarque guère
cation.
de progrès notable par rapport au travail de v. Aphelen. Les fautes
les plus évidentes ont été pour la plupart corrigéés,mais à de
Ces qualités, entre autres, font que le Siek est encore partiellement utilisable aujourd'hui.Il est indubitable que,
13
12
dans l'établissement de son corpus, l'auteur a tiré abondamment
preuves avec le Sick(typographie différenciée, usage des lettres,
parti ·des énormes et solides matériaux réunis par Littré,ainsi que
des chiffres, des abréviations, des symboles, ordonnance alphabé-
de dictionnaires bilingues importants déjà publiés à son époque,
tique des exemples, etc.), mais les changements en mieux sont
tel le dictionnaire allemand-français et français-allemand de
Sachs et Villatte, 121 sans oublier les ouvrages de ses prédéces-
manifestes:
seurs au Danemark.
A cela viennent s'ajouter des informations
issues indéniablement de lectures diverses approfond i es.
Mais au
Siek, tout comme aux dictionnaires qui l'ont précédé, s'attache un
La prononciation de chaque entrée est indiquée entre crochets
derrière l'entrée, sauf dans le cas de mots composés dont la
prononciation est indiquée par ailleurs pour chaque composant
(ex. cache-nez), et dans le cas de dérivations (prononciation
défaut rédhibitoire: il est essentiellemen~ l'oeuvre d'un seul _
indiquée pour asseoir, mais pas pour s'asseoir).
homme.
Chaque adjectif est suivi de sa désinence féminine. Pour les
adjectifs irréguliers, le masculin pluri~l est également in-
2.2.
Le DFD
diqué (ex.
cordial,~·
-iaux). Pour tous les adjectifs qui ont
contrairement aux dictionnaires français-danois qui l'ont précédé,
une forme particulière au masculin singulier devant voyelle,
le DFD est le résultat d'un travail d'équipe, Andreas Blinkenberg
cette forme est notée (ex. bel, fol, mol, nouvel, vieil). Cette
et Poul H~ybye s'étant attaché les services de quatre autres ré-
notation est plus complète et plus systématique que dans les
dacteurs:
dictionnaires précédents.
L'indication de la catégorie grammaticale est également plus
deux professeurs de lycée, Johan Windfeld Hansen et
Holger Schelde, et deux traducteurs spécialisés, Arne Krog et
Holger Schou. D'innombrables spécialistes furent consultés, com-
complète, plus systématique et plus lisible.
me l'atteste le caractère encyclopédique de l'ouvrage, qui reflète
H~ybye
notamment les progrès techniques enregistrés jusqu'au début des
Pour les articles importants, Blinkenberg et
années 60.
le principe général, déjà appliqué dans le dictionnaire danois-
La mise en chantier fut commencée vers 1950.
ont repris
français de 1937, de l'organisation en "tête" et "queue" telle
2.2.1.
Description
qu'ils la rappellent dans la préface à leur dictionnaire da-
Le DFD se présente sous la forme de d eux volumes dont l'épaisseur
modérée (env. 4 cm) les rend agréables au maniement. Le format est
nois-français de 1975-1977:
"La "tête" de l'article analyse les nuances sémantiques du mot-
16,5 x 23 cm (comme pour le dictionnaire danois-~ran ç~is
souche en question et les arrange tant selon l'importance que
de 1975-
1977 par les mêmes auteurs),le nombre total des pages de 1934 (en
selon les affinités sémantiques, en donnant pour chaque bande
comptant une liste d'addenda et d'errata et une bibliographie en
du spectre sémantique le ou les équivalents [dans l'autre lan-
fin d'ouvrage). La matière est répartie en deux colonnes sur chaque page. Un calcul statistique a permis d'établir que ce die-
gue). La seconde partie de l'article, le "corps" ou la "queue",
tionnaire englobait quelque 105.000 entrées.
La typographie est différenciée, la lisibilité toujours parfaite
étant arrangés alphabétiquement, ceci pour obtenir le maniement
pour qui a de bons yeux (mais les impératifs d'économie priment).
principe et les progrès qu'il marque, comparons 1 'article
De toute façon, il semble difficile de faire mieux du point de vue
jambe chez Siek et dans le DFD:
de la présentation, car le soin qui a été apporté à la fabrication
artisanale du DFD est extrême et en fait un ouvrage déjà esthétiquement excitant.
En ce qui concerne l'organisation de la matière, les auteurs
ont conservé un certain nombre de principes qui avaient fait leurs
contient l'ensemble de l'exemplification "in situ", les groupes
le plus rapide possible".
Pour illustrer l'excellence de ce
15
14
jambe [l. gamba] f. l!lentl; - de bois 'l:rœben,
Œn f. ~ar ltrœben; haut en -s lang6enet; fa. de:cl, _ de·liL ouer 6trœui; courir à toutes - s
lobe af oŒe lhœïtet; jouer des - s lobe bort; jouer
q. par de~sou s (la) - narre, bebtoge Œn; passer
la _ ii q. fpœnbe l!len; fa. prendre les - s à son
con toge l!lenene paa \Rotten; cela ne lui rendra
pas la _ mieux faite uil ilfe nqtte ~am 1 !Ben
pao en \llolfer 1 "'Y· les -s :'.trqt meb !!oortt;
sentir bien les - lqftre 6djenntrne 1 ar. !lliŒe;
'.illetl, !Binbuel Sibeitotte; 6tenunberlag unb. !!ljœlfet;
_s d 'huisserie 1)orfto(lm; - de force to i Qlaulen
fammenftobenbe l!ljœlfer;
\!Jlajfinfnct 1 ch. 1lqrl
·
,,llob".
œ
Les différences sautent trop aux yeux pour qu'il soit nécessaire
de les examiner en détail.
Remarquons simplement que:
- chez (l)l'organisation est anarchique, les sens techniques du
mot jambe étant notamment rejetés en fin d'article.
Quant aux
exemples illustrant la combinatoire, ils sont trop peu nombreux
pour un mot entrant dans une grande quantité de combinaisons,
Jambe (3ù :b) 1./. A) (anat.) ben (i1. /ra knœ til fol
- (ch., om avreb<n) lob ; - (cuit.) Jlàr)bov. B) (1plt
(arch.) [mur]pllle, kvaderstenspillc; (undtrt.) stolpe; (COil
>k•fl (pd 1trornpe); [pasaer)ben; stllk (pd gllu
C) (i ridning) (pl.) -• M:hcnkler, tryk med IAret.
la -1 (arq.) huld op! du keder mlgl hold mundl Il n'alltr
que d 1me - a) hinkc; b) (fig., fx. om forrdning) gâ dârllgt
11ller h troi$ - • (ch.) gà pà tre ben, hinke ~ -• arqufo
hjnlbcll' "" articulée, - artiJiciell e kunstigt ben; JaU.
la belle',..,. bllllrc eig, stoltserc; ~la (cl. c'e1t ça. qui) tM /m
tme belle - 0 quelle be.Ut. - cdti me ferait, je m'en ferai.a 1tlll'
belle - dct s knl fcdt (el. stort) h}relpe; une -de boi1
trrobcn · b) <'n mand med trœbcn; - boutisu (arch.) pilll
af kvadcrsten hvls smu.Jle slde stikker frcm fra muret
-1 ca.ni briu, ,.,,, en cerceau hjulben; avoir dts ···•th eu
lobe som en hjort · [nœ1ul del - de chien .r. trompet.ta
faiT, une (el. un nœ1'd de) ""' <le chien .:, br.ek\œ t.romptl
,.,, de cf.)m J:>a l 1>asserben ; -•de coq P t.yndc ben. st.orktben · él.rt dan l ù1 -• de q. komme ind mellcm bcnene pl
én, et! (</. gâ) én 1 vejen; - dera (el. tl e ci). - d<l4 F
overskrœvs; ,.,, tù cle dan1 (i ridning) venstre ben ; "''
d ehor1 (i ridning) hojre ben; - d'encoignure (arcl
hjorncpillc (i en mur); entrer dm1-1 ù1 -• de q. kommt
lnd mf>llcm bene ne pl éo, gà én i vcjeo ; - itritre (ort1.
stottepllle, -bjœlke; - de for ce a) (arch.) (i lafl"""k) •~
bànd, -ben, -stotte, -strreber, st.r.ebebjrelke, str.eber: stim
•Prœngbànd , spneng : b) (jj s totteben ; c) (aul.) sllver Io
knrdanaksel, kardanstag; - de force de paooi1 .r. lenni°"
~totte s krà 11totle fra dœkket op mod lonningen; ~ i
Joru de tambour :, hjulvingestot te, skrlstotte under hi"'
kasse· fril er la - gore krums pring, sprlngc, hoppe; ~
&ur -'haute glas pà hoj fod, g las med s.ti1k; lu -• /&Nin
med benene 1 vcjret. med benene hojt loftet; havi. n
(cl. 111r) - hojbc nct . langbenet; - tle hune• .r. pyttingvanl
il faut /a-ire l e pa.1 ulon la - man mâ sa::ttc too~
en er nœrlng; je ter qc. da1ll lei - • de q., jeter un cA1;
aux -• de (cl. à) q. (/iq.) volde ~n bryderier, lrogge én t
i vejen ; komme t vcjcn med en elœde; ;eu
(1p.) be•
arbejde; joutr du -•. jouer de l'epie à deux ,.,., sm11t
hn.scr, lobe sin vt']; jouer q. 1oua ,.,. F tage én vcd nrestl
.- de l11in e svrekling ; ,.,, laro u ( ch .) skrre\·ende bag~1
lever la - F P svinge trœbcnet, danse; - de ma.r on1u111
murJ)llle; aooir <U1 ,.,, en tna"chu de ve1te F vrere hjuJ.
OOnct · 3t m ettr e da"B l ei -• de q, vœre (el. komme) 1
vcjen 'ror é n; celtl ne me reu.d.ra pa1 la - mi.eu:i: f'!-'it~ F
del •kal fedt (el. •tort) hjrolpe; - du montoir Ci rid•lllf'
ven.stre ben; ,., du hors montoir (i ridninq) hojre ben; 1
d'un pantalon bukscben ; travail faiJ. par·du1ou 1 la•
•Juskct arbejde; traiter q. por-derro1u la - behandl;e &
ringeaytende: behandle én fra oven og nedad ; aootr la
-•en. par enth tu vœre hjulbenet ; pauer la -à q. spzndt
ben for én ; n'avoir pltu de """'' F lkke kunne gâ lœngert:
n.'at.'()irpointde ,.,,(omhut) have odelagte forben ; pruuh1
lu (e l. H'I) -• à ion cou F tage beocne pâ. nakken; otw
(en.coreJ 1t1 ""'' cU quinze an1 have unge ben; reno111:1tlu
t u -1 F fA nye krre!\er (og1. /iq.); -• rétrtciu (eh.)!&
siddcnde bAgben · rompr e à q. brai d -• ! là arme OK b8
i stykker µA éo ;' aooir lei ,.,., rompu.a vrere helt udkorl
1e ntir ~"lu,.,, (i ridning) tyst.re schenklerne ; - • urrit1
(eh.) trel&lddende bagben; 1'en all.tr attiee une uule - (N.
P stà pA ét ben. noJes med éL glao; tenir la - à q. P '"'"
én til bes vœr ; ne plau Unir 1ur lu ""' ikke mere kulllr
•lotte pi bcncne (a/ trœthtd ), ""gne af tnethed ; tirer dB
lu
q. a) s kydc lavt; b) F lave et grimt nummer md
én~ aooir la ... tout d'u n f .1'.l"Ul F baye tynde be.nllè
Zœwe); alltr (el. courir) à Iouler -• lobe af aile k n•lllt
lobe sA hurtlgt som benene kan bere tn, straikke 111
F spmnc i - tubulaire 4t l'arbre_ô corda• • brdannt
avofr un~,., de ·"''·~ P vsere fuld ; f'nre ""1•1 de""' drikke tZ.
et d'ailleurs très arbitrairement choisis.
- chez (2) l'organisation suit le principe décrit ci-dessus,
œ
avec des lettres à l'appui et des abréviations (et des
~ymbo­
0
les) renseignant a<ec précision sur la désignation
ou technique du mot dans ses différentes .acceptions.
•>•
de-•
-•a.
sé~antique
- chez (2), les exemples de la •queue• sont ordonnés
alphabé-
tiquement en fonction du second mot le plus important entrant
dans la combinaison, et ils sont pratiquement six fois plus
nombreux que chez (1). Ils couvrent un spectre extrêmement
large. 13 )
2.2.2. Buis et limites du DFD.
Les qualités exceptionnelles du DFD s'expliquent bien sûr par l'excellence de la méthode mise en oeuvre, mais aussi par différents
apports dont ont
bénéf~cié
les auteurs et leurs collaborateurs:
1) Les progrès méthodologiques dans la lexicographie moderne issus
des découvertes des linguistes;
2) L'aide énorme fournie pour l'établissement du corpus par des
ouvrages de référence
tels que le Robert, Dictionnaire analogique
de la langue française (publié à partir de 1951), pour ce qui est
du français, et le Ordbog over det danske sprog (publié à partir
de 1919), pour ce qui est du danois, à quoi se sont ajoutés de
nombreux dictionnaire s et lexiques spécialisés unilingues, bilingues ou
3)
pluril~ngues,
pour ce qui est du domaine technique.
Un plus grand nombre d'informateurs sûrs, spécialisés pour la
plupart dans un domaine précis, mais dont quelques-uns étaient des
observateurs passionriés des faits de langue courants à la fois en
français et en danois.
Il a naturellement fallu faire un tri dans la masse des matériaux
réunis pour en dégager un corpus raisonnable et raisonnée", en
fonction des besoins des usagers.
Les auteurs se sont expliqués
là-dessus, insistant sur le fait que leur dictionnaire français-
17
16
danois, tout comme le danois-français, devait être un outil de travail p~ur les •lecteurs ordinaires, mais exigeants" et pouvoir satisfaire les besoins ''normaux" des traducteurs et interprètes. Cet
adjectif •normaux" est rendu a posteriori bien aléatoire par la considérable augmentation du lexique sous l'influence du développement des techniques et de leur vocabulaire. Il faut se rendre à
l'évidence: le lexique ne fera que se développer et, à moins de
donner aux dictionnaires bilingues une extension qui les rendra
Albert Doppagne appelle les •régionalismes du
fr~nçais",
c'est-à-dire principalement aux belgicismes, canadianismes et
helvétismes, surtout dans le cas des mots et tournures qui prennent dans ces "dialectes" un sens différent du sens qu'ils ont
en français orthodoxe. 15 ) Pour ce qui est de l'argot, peut-être
faudra-t-il procéder avec plus de laxisme, de même qu'en ce qui
concerne les sigles et les mots qu'ils ont engendrés (C.R.S.,
igame, énarque, etc.).
peu maniables, on devra toujours se résoudre à opérer une sélec:
tion, en ne gardant que les termes nouveaux qui entrent dans le domaine public et dont la présence se justifie dans les dictionnaires généraux. Pour les techniciens, ajoutaient les auteurs du
DFD
il faudra créer des dictionnaires spécialisés s'adressant à
3. Les acquis de la linguistique au service de la lexicographie
moderne.
Tout le monde est bien d'accord aujourd'hui pour reconnaître le
des, publics différenciés. Cette prophétie s'est déjà réalisée et
Cours de linguistique générale (1916) de F. de Saussure comme le
P rend des proportions inquiétantes pour l'usager moyen. 14)
Dans leur •vejledning for brugerne" (Avis aux usagers>
les
fondement de la linguistique moderne en tant qu'étude scientifi-
auteurs du DFD ont précisé leur choix ou plus exactement spéci-
tenue pour une discipline annexe, fait partie intégrante de cette
fié leurs omissions volontaires.
science.
En bref ils ont écarté:
un certain nombre de dérivés facilement explicables à partir
que du langage .
Et, à ce titre même, la lexicographie, longtemps
Saussure rompait avec les études grammaticales du XIXe siècle
du mot-souche;
une bonne quantité d'emprunts qui ont la même forme et le même
dont l'objet était purement normatif. Cette rupture épistémolo-
sens en danois qu'en français;
les mots d'argot qui ne sont pas entrés dans le langage cou-
sidérait la langue comme un ensemble de structures complexes
rant;
les provincialismes;
mise à des normes sociales et dont la seule codification écrite
les termes techniques rares;
les noms de lieux et d'habitants de lieux facilement identifia-
d'étude privilégié, ce qui permettait désormais, à l'aide d'une
bles;
les noms de c plantes et d'animaux exotiques qui n'ont pas
les relations d'interdépendance entre les deux codes.
gique marquait l'introduction d'une nouvelle méthode, qui con(d'où le nom de structuralisme) et non comme une substance souétait retenue jusque-là: avec Saussure, la langue devenait sujet
terminologie scientifique rigoureuse, d'établir avec précision
Chez
Saussure, l'étude de la langue était définie en termes de synchro-
d'équivalents en danois;
des termes techniques (médecine, chimie, etc.) qui s'emploient
terminé de la langue à un moment donné. Un autre chercheur,
sous la même forme ou à peu près en danois et en français;
Roman Jakobson, allait par la suite, dans les années 30, redonner
un certain nombre d'abréviations.
nie, c.-à-d. de recherches portant uniquement sur un état dé-
à la diachronie, plus exactement à la langue étudiée dans son
Nous verrons plus loin que, pour le supplément français-danois en-
évolution, un statut que Saussure avait ramené à la portion
visagé, un aménagement de certaines de ces restrictions est sou-
congrue dans ses propres recherches.
haitable.
Il faut notamment considérer qu'un dictionnaire fran-
çais-danois doit être utilisable dans toute la francophonie, la-
Depuis Jakobson, les re-
cherches les linguistes ont établi scientifiquement les rapports
étroits et constants de la diachronie et de la synchronie dans
quelle déborde largement les frontières de la France proprement
l'étude de toute langue.
dite, et que l'on doit faire une place, même limitée, à ce que
matique, fondée par le savant danois Louis Hjelmslev,se donnait pour
Dans les années 40 et 50, la glossé-
1
19
18
objet de décrire la langue comme but en soi, en tant qu•entité
'
·
des facteurs extra_linguistiques, et non
immanente, à l'exclusion
comme un moyen.
· · pour des raisons de place, de
Mon intention n'est pas ici,
d . rs mouvements qui o nt
recenser les différentes écoles et 1 es ive
.au moyen du joncteur sont étroitement associés P.?r leur copt~nu sé~
mantique et délimités clairement dans la conscience du locuteur.
'
Les deux termes qui constituent ces unités sont en relation
syntagmatique à partir d'une phrase de base dont le verbe fournit
par transformation l'élément nominal essentiel de la formation:
enrichi la linguistique depuis un demi - siècle (entre autres,~
lever du soleil+-le soleil se lève. La transformation lexicale
tributionnalisme, fonctionnalisme, etc.), mais de montrer, par-
du sujet de la phrase basale est considérée comme achevée dès
tiellement et à l'aide d'exemples précis, en quoi les apports
lors que le reto ur à la phrase originaire est possible et que la
modernes en matière de syntaxe, sémantiqu~. synonymique, sémio:
tique et terminologie, ont donné à la lexicographie un statut
transformation est reversible à volonté dans le discours. Seule,
l'analyse transformationnelle permet de rendre compte du. processus
scientifique à part entière, reposant sur une étude rigoureuse,
de lexicalisation de ces unités ainsi que de leur caractère lexi-
systématique et contrôlable des faits de langue'. qui exclut ipso
cal entier malgré la permanence de la structure syntaxique de la
~le subjectivisme et une grande part d'arbitraire.
phrase du discours, de la présence ou de l'absence de l'article
devant le deuxième élément
3.1. Lexicographie et syntaxe.
·s d'appliquer aux énoncés réalisés une
Le structuralisme a Permi
ant pour but de définir leur archiméthode d'analyse formelle ay
't e'e sur l'indépendance des éléments internes constecture, e ay
.
.
titutifs.
Ainsi se pos~ ·
a priori pour un ensemble d'enonces
·
d'
structure qu'il faut ensuite dégager au moyen
l'existence
une
.
.
d'une analyse immanente . cette méthode présuppose l'irreductii
à la limite, rend
bilité des codes les uns aux autres, ce qu •
.
·ns
très
problématique
la
traduction
de
moi
sinon impossible du
langue à langue.
La srammaire transformationnelle a permis de
consti~utif
(baisse de tension, sreffe
du rein) ou encore de la possibilité d'expansion de l'un ou de l'autre terme constitutif de l'unité.
Ce type de formation, d ' origine syntaxique et non morphologique, n'était pas reconnu dans la
lexicographie
traditionnelle, qui l'incluait à titre d'exemples
dans les articles pour illustrer le classement sémantique. Si la
grammaire transformationnelle a dégagé la spécificité de ces formations lexicales, elle n'en a pas pour autant résolu les problèmes de classement des entrées pour le lexicographe.
Du moins
aura-t-elle attiré son attention sur les contraintes méthodologiques que lui impose désormais un classement plus rationnel de cette
remédier à cette forme d'analyse trop doctrinale en posant un
catégorie lexicale distincte de ce que l'on entend traditionnelle-
certain nombre de règles qui établissent des équivalences entre
ment par mots composés (ex.: chemin de fer)lG), et qui abonde .
divers types de phrases selon des opérations explicites. Elle a
tain nombre de lois, qui par passage des
pu ainsi dégager Un Cer
ctures de surface et inversement, fastructures profondes aux Stru
·
démontrent l'interdépendance des
cilitent l'analyse des énonces,
.
éléments constitutifs d'un même syntagme, et éclairent le lexiion et le comportement dans la phrase, par
cographe sur la format
exemple, des unités lexicales formées de deux termes distincts
dans le lexique français contemporain.
réunis par le joncteur de, ex.: report de voix, sreffe du rein,
etc. Le lexicographe travaillant à partir du français se rend
.
.ste dans cette langue (et non pas en danois,
exi
ainsi compte qu'il
constante de la composition) un nombre conqui a la ressource
·
·
t e le mot simple et le synsidérable d'unités intermediaires en r
constituants formels relîés
d
tagme de phrase, et dont les eux
3.2. Lexicographie, sémantique et synonymique.
Les études des sémanticiens contemporains viennent considérablement
aider le travail du lexicographe. Je n'insisterai pas sur l'utilité de la mise en pratique de concepts tels que connotation et dénotation, ni sur celle de la différence qui a été établie entre
champ sémantique et champ conceptuel. Une confusion a été longtemps entretenue entre ces deux notions, l'étude des schèmes
conceptuels fondés sur des réalités non linguistiques ayÀnt été
supposée engendrer des champs sémantiques.
L'établissement d'un
champ conceptuel ayant trait à des unités reliées entre elles par
des rapports de filiation conceptuelle permet un classement ra-
21
20
ticles (voir p. ex. les entrées
tionnel (catégories zoologiques, p. ex.) mais ne rend pas compte
de leur fonctionnement purement linguistique.
Par exemple, si le
mot ~ peut être étudié sous le rapport du concept des liens de
parenté permettant d'établir un champ conceptuel du mot, ce même
fr~k
et hyggeli2
dans la toute der-
nière édition du dictionnaire danois-français de Blinkenberg et
H~ybye par rapport à l'édition de 1937). 19 )
3.3. Lexicographie et sémiotique.
champ conceptuel ne pourra jamais rendre compte des rapports sémantiques des combinaisons fille mère, fille d'Eve, fille de la
La sémiotique, considérée par certains chercheurs comme une
nuit, à savoir de ce qui constitue le champ sémantique du mot fille.
science, et par d'autres comme une métascience, est une discipli-
cier les homonymes qui échappent à la différenciation grammaticale
ne dérivée, selon les uns (Barthes), de la sémiologie, ou s'y
opposant, selon les autres (Greimas, J. Kristeva) 2 0). Elle a en
(comme boulanger, s.m. et boulanger, v. tr.) ou étymo logique (buse
tout cas pour objet d'étudier les pratiques signifiantes à l'in-
Au lexicographe la sémantique permet,par
exemple, de différen-
(a. fr. bu(i)son, lat. buteo): oiseau· rapace; et buse (moy. néerl.
térieur du texte. Mais, selon l'orientation des chercheurs, les
bu ( y)se): conduit, tuyau). Ces hom~nymes
questions posées au texte différeront sensiblement.
qui se distinguent
Ce domaine
seulement par leurs différences de contenu sémantique, se voient
est encore trop en devenir pour que ses applications à la lexi-
attribuer par le lexicographe des entrées indépendantes pour au-
cographie puissent faire l'objet d•une démarche systématique,
tant que leur statut lexical dans la langue contemporaine est indépendant (ex. air:
1. air: fluide; 2. air: manière d'être;
3. air: mélodie). Cette considération d'ordre purement sémantique
.
l
.
17)
prime sur l'etymo ogie.
La synonymique est aussi une discipline qui s'est considérable-
régie par des lois suffisamment adéquates.
Néanmoins, les re-
cherches des sémioticiens ont permis de souligner le rapport
étroit qui existe entre la sémantique et la lexicographie à travers l'étude des symboles et des signes dont l'homme fait usage
dans la langue.
ment développée ces dernières décennies et qui contribue amplement à
C'est dans ce domaine que les
guider le choix du lexicographe.
3.4. Lexicographie et terminologie .
concepts de connotation et de dénotation trouvent leur plein em-
La terminologie, dans son état actuel, apparaît plus comme un art,
ploi.
une pratique, que comme une véritable science. La meilleure dé-
Dans la -synonymique contemporaine, on distingue entre sens
cognitif et sens affectif des mots.
res
Au contraire des vocabulai-
scientifiques et techniques, les mots de la langue courante
finition qu'on puisse en proposer a été donnée par R. Dubuc: la
terminologie est "l'art de repérer, d'analyser et, au besoin, de
sont chargés d'associations affectives (connotations) en dehors
créer le vocabulaire pour une technique donnée, dans une situation
de leur sens purement dénotatif, c.-à-d. du sens qui découle de
concrète de fonctionnement, de façon à répondre aux besoins d'ex-
l ' extension d~ concept constituant leur signifié.
pression de l'usager•.
Les connotations dérivent principalement de concepts sociocul-
21
l
Aux méthodes de repérage, d'analyse, de création néologique
turels, qui varient non seulement de sujet parlant à sujet parlant
viendra s'adjoindre un effort de normalisation.La terminologie
mais aussi d'ethnie à ethnie, de langue à langue, ce qui rend la
dépasse la lexicographie technique, en ce sens qu'elle ne se borne
traduction en langue étrangère des mots chargés de connotations si
pas à asseoir ses recherches sur les seuls concepts de base, mais
souvent incomplète et insatisfaisante.
englobe aussi toute la phraséologie afférente à un domaine étudié:
Comment traduire par
exemple en français toutes les associations qu'éveille chez un
termes et expressions, locutions verbales et adjectives, etc.,
Danois le mot .~.ï2.2..~_?lS)
Dans un dictionnaire bilingue, le champ sémantique complexe
ainsi que les rapports inter-domaines.
d'un mot aux connotations nombreuses et diverses devra être, à
nomenclature propre à un domaine technique défini) et au niveau
l'article correspondant, explicité de la façon la plus exhaustive
possible avec un~ synonymique appropriée, appuyée sur des exemples.
D'où l'élargissement dans de nouvelles éditions de bien des ar-
Analysant les textes au niveau conceptuel (pour réunir une
fonctionnel (pour cerner avec précision la terminologie propre au
domaine en question), elle tend à établir un champ notionnel nor -
23
22
pas dire qu'il faille tout prendre pour de l'argent comptant et l ' enmalisé à partir des éléments significatifs identifiés dans les
textes étudiés.
Quant à la néologisation, elle n'intervient,avec
prudence, que dans le cas d'une carence dûment constatée. L'utilisation de l'informatique permet, en relation avec la terminologie,
de constituer des fichiers qui ont l'avantage sur les fichiers
traditionnels de multiplier les possibilités d'accès à une même
unité d'information sans avoir à la reproduire. La terminologie
est en plein développement. Est-il besoin d'insister sur les possibilités révolutionnaires qu'elle offre au lexicographe?
registrer comme tel dans le corpus.A ce premier niveau déjà, une sélection s'impose, dont les deux principes de base doivent être,avec
les quelques aménagements que cela suppose dans le cas d'un dictionnaire bilingue, ceux qui ont présidé à l'élaboration du "Petit Robert"et que nous rappelle Alain Rey: "a) Seuls les formes et les emplois attestés plusieurs fois et dans des sources différentes peuvent
être retenus, sauf si b) l'intérêt conceptuel d'un élément terminologique est établi par des spécialistes: dans ce cas, les unités à décrire, en fonction des objectifs généraux de l'ouvrage, supposent
une diffusion minimum hors des cercles étroitement spécialisés(textes
de vulgarisation, presse, etc.) " . 22 )
4.
Constitution du corpus. Sources d'information.
La constitution d'un corpus correctif et additif pour un supplé-
4.1. L'informa t ion orale
ment au DFD est envisagée dans le même esprit que la constitution
d'un corpus aussi complet que possible pour un nouveau dictionnaire
bilingue français-danois, à ceci près qu'un collationnement permanent doit être mené pour vérifier l'existence de termes déjà
enregistrés dans le dictionnaire actuel.
Le fichier doit néan-
moins être aussi exhaustif que l'autorisent les contraintes de
sélection {nous verrons lesquelles plus loin), car un certain nombre de termes qui seront écartés d'un supplément pourront par la
suite prendre place dans une édition refondue, considérablement
augmentée, comme cela a été le cas du dictionnaire danois-français de 1975-1977.
Un corpus corrèctif et additif a pour objet essentiel la description d'un état de langue présent,même avec les risques que
Dans la perspective d'un corpus d'un état de lanque présent, l'information orale est essentiellement à considérer en fonction de
critères sociolinguistiques.
La radio et la télévision constituent
une source d'information qui atteste la diffusion sociale de mots
et de tours nouveaux, diffusion reflétée notamment par la presse
Cette inf o rmati o n est toutefo is à manier avec prudence,
écrite.
car elle peut être l'objet d'interprétations fautives, d'imprécisions, etc.
Je distinguerai dans ce qui suit entre informateurs,
c.-à-d. les personnes vivantes à qui le lexicographe s'adresse directement ou qu'il écoute, et organes d'information
audiovisuels,
à savoir la radio et la télévision, accessoirement le disque, par
nature " ininterrogeables".
cela comporte de voir disparaitre de l'usage à plus ou moins longue
échéance un certain nombre de mots et de tournures mis au goût du
jour.
Ce corpus doit donc permettre à l'usager de s'adapter à
4.1.l. Les informateurs
Ils se répartissent grosso modo en . deux catégories: les informa-
l'évolution rapide des moyens d'expression qui caractérise notre
teurs unilingues et les inf ormateurs bilingues (pour autant qu'on
temps, de même qu'il doit englober les nouveaux vocabulaires spé-
puisse l'être), ces deux groupes se répartissant chacun entre , non
cialisés, souvent d'origine scientifique (biologie, écologie,
spécialistes et
économie, informatique, politique, sciences humaines, etc.), qui
ticuliers, scientifiques ou non.
pénètrent de plus en plus dans le langage quotidien et l'infléchis-
joueront selon les circonstances un rôle passif ou un rôle actif.
spécialistës ~
dans un ou plusieurs domaines parEn outre, tous ces informateurs
sent parfois jusqu'à la caricature.Sélectionner une image conforme
Rôle passif en tant qu'ils seron·t l'objet de la part du lexico-
de cet état de langue présent,dans deux idiomes différents en l'occu1
graphe d'une simple écoute, ce qui les assimilerait aux organes
rence,image qui corresponde aux besoins de l'utilisateur,implique
d'information s'il n'était pas loisible à l'auditeur de les in-
une information et des choix .Cette information découlera à la fois
terrompre pour leur demander une précision - dans la mesure où
d'observations orales et d'une documentation imprimée.Cela ne veut
25
24
les circonstances le permettent. Rôle actif en tant qu'ils deviennent des interlocuteurs auxquels le lexicographe peut poser
directement des questions précises. Là, l'énorme éventail des méthodes d'approche sera affiné en fonction de la personnalité des
locuteurs (demandant - répondant(s)), du caractère des informations
recherchées ,des contingences de lieu et de temps, etc.
En présence de son ou de ses informateurs actifs, le lexicographe mettra la conversation sur un sujet déterminé et notera
mentalement/par écrit les informations qui l'intéressent, ou bien
il posera des questions directes: •comment dit-on en français/
danois .•. ?", ou bien encore, s'exprimant dans la langue du mot ou
de la tournure qu'il recherche, il conditionnera son informateur
pour amener celui-ci à prononcer presque automatiquement le mot
ou la tournure en question au moment où lui-même marquera une
hésitation. Poul H~ybye est passé maître en la matière, j'en
parle d'expérience. Cette méthode, dite du réflexe linguistique,
est excellente pour autant qu'on sache habilement la pratiquer,
mais l'information recueillie doit être le plus souvent soumise
au test du contrôle auprès d'autres informateurs ou à la collation dans des textes imprimés.
Inutile d'ajouter qu'en plus d'un certain entregent, le lexi0
cographe doit être doté d'une mémoire à toute épreuve et muni constamment d'un calepin et d'un crayon.
Un cas un peu ·particulier est celui du conférencier informateur.
En notant des faits de langue lorsqu'il écoute une conférence, le
lexicographe doit se résoudre à sacrifier une partie de l'attention qu'il porte au contenu même de la conférence; de plus, la
conférence terminée et le conférencier tiré à hue et à dia, ses
questions restent le plus souvent lettre morte. Mais là encore,
pour les opérations de contrôle, il y aura possibilité de recours à d'autres informateurs ou à des ouvrages de référence.
La conclusion est claire: l'information orale pratiquée auprès d'informateurs subordonnés à la dynamique de la/des langues
qu'ils pratiquent, est une condition nécessaire mais non suffisante pour l'établissement d'une partie fiable de corpus. Elle
être vérifiée à partir de plusieurs autres sources
demande à
d'information à la fois orales et écrites, mais permet en fin de
compte un enrichissement sensible du corpus dans plusieurs domaines: langue courante (expressions imagées et tournures issues des
vocabulaires spécialisés, argot, expressions dialectales (surtout
canadianismes, biêlgicismes et helvétismes l.
4.1.2. Les organes d'information audiovisuels
Faut-il rappeler la fortune d'un archaïsme pratiquement inusité depuis Rabelais et qu'un célèbre personnage historique remit à la mode
par le biais de la télévision en mai 1968? Il s'agissait de chienlit,
mot auquel le général de Gaulle conféra indéniablement de nouvelles
connotations. Depuis, le mot est retombé en désuétude, et je ne l'ai
pas entendu ou lu une seule fois ces dernières années. Fortune toute
éphémère, en somme, au gré des contingences politiques et des hommes
au pouvoir! Car il ne fait pas de doute que les hommes politiques
ont, par le canal des media de masse, avant tout la télévision et
la radio, un fort impact sur la langue. Avant les journalistes
eux-mêmes, qui, le plus souvent, ne sont que les agents propagateurs
des termes forgés par l es politiques ou leurs conseillers. Certains
de ces termes ne sont que des feux de paille et, d'une façon générale, qui se hasarderai t à prédire la longévité de telle ou telle
expression mise au g~ût du jour par un personnage en vue? Les lexicographes sont tous d'accord sur ce point: un terme ou un tour issu
d'un glissement de sens, d'un vocabulaire spécialisé, ou constituant
un vrai néologisme, ne peut recevoir la caution d'un dictionnaire
que s'il se prévaut d'une fréquence suffisante étalée sur une assez
longue pé~iode de temps, disons plusieurs années. Il semble que
crédibilité (au sens de crédibilité d'un homme politique, p.ex.)
soit définitivement entré dans l'usage 23 ), alors que sensationnalisme,très à la mode il y a trois ou quatre ans, est sur le bord
des oubliettes.
· un changement de régime politique peut aussi entraîner un
changement de vocabulaire, soit par la création de nouvelles expressions forgées à partir de termes en soi orthodoxes, soit par
la remise à la mode d'anciennes désignations historiques. Après
l'élection de M. François Mitterrand à la présidence de la République, le ministre des affaires étrangères du nouveau gouvernement est désigné désormais comme ministre des relations extérieures .
D'autres ministères traditionnels ont vu leur appelation changer,
tandis que de nouveaux ministères, eux aussi avec une appellation
au go~t du jour, sont nés. M. Giscard d'Estaing n'avait-il pas
créé en son temps un ministère de la qualité de la vie (exemple
27
26
repris au Danemark: ministerium f or 1.ivs k va litetl • Qualité de la
·
bi"en entrée dans l'usage quotidien
vie.voilà encore une expression
~-
·
du vocabulaire écologique. Le nouet qui est primitivemen t issue
·
veau regime,
en F rance, a annoncé qu'une réforme administrative
4.2. L'information écrite
L'information écrite est à la fois un complément et un attestateur
de l'information orale pour le lexicographe.
L'écriture cautionne
le langage, et c'est tout en même temps la source d'information la
modifierait le statut des préfets et que ceux-ci s'appelleraient
·
·
de la Re'publi"que:
là, simple reprise d'un
désormais commissaires
_
_
h
t
foncti·
onnaires
par
le Gouvernement de
'
'
terme applique a ces au s
fiable.
la Libération en France en 1945. Reste à savoir si toutes ces
tel, des contraintes de choix et de sélection quantitativement plus
plus riche et la plus sûre pour celui qui veut établir un corpus
Mais sa richesse même entraîne, dans le cas d'un diction-
naire bilingue et, à plus forte raison, pour un supplément à un
appellations connaîtront la longévité suffisante pour leur donner
strictes que dans le cas de l'information orale.
un caractère sinon irréversible, du moins prolongé.
opérations de contrôle sont facilitées par l'abondance mêm~ des
D'autres do-
En revanche, les
maines spécialisés débordent sur la langage quotidien, et une par-
sources.
tie de leur vocabulaire est accréditée par la télévision et la
raux unilingues se sont multipliés, de même que les dictionnaires
radio.
bilingues suffisamment riches en matière, les lexiques techniques
Il y a la politique et l'écologie, nous l ' avons vu, mais
Depuis une trentaine d'années, les dictionnaires géné-
encore le sport (Ah, ce "sprint final de M.Mitterand " dans la
multilingues, les glossaires de spécialités, les publications ter-
bouche d'un speaker de Radio-France!), l'économie, l'informati-
minologiques, etc., sans compter les immenses données centralisées
que, etc.
Mais, là aussi, pour le lexicographe, s'il y a matière de choix
· ·f·ica t"io n · Et surtout qu'il
et à choix, il y a besoin d e veri
de Nancy, dont dépend maintenant le Trésor de la Langue Française
par des organismes comme l'Institut de Langue Française (I.L.F.)
(T.L.F.).
Les acquis de la linguistique ont, concurremment aux
• · · ·
n 'oublie
pas: radio et television
son t t ou t à la fois des fac·ngui"sti·ques,
des
fixateurs, mais également des
teurs d'apports li
développements des vocabulaires spécialisés, facilité la tâche des
Les media de masse véhiculaires du mot parlé imappauvrisseurs.
posent au lexicographe un corpus là encore nécessaire mais non
bonne quinzaine d'années pu mettre l'ordinateur au service de leurs
suffisant, et surtout mouvant: par le biais de la télévision et
formatique a fait énormement gagner de temps aux auteurs de dic-
lexicographes et des terminologistes, qui ont, en outre, depuis une
recherches et de leurs travaux.
Malgré sa relative rigidité, l'in-
de la radio, qui jouent un rôle didactique et de catalyseur, une
tionnaires.
grande partie d, une population, et, par osmose, la quasi-totalité d'une po·
les dictionnaires généraux ou spécialisés: c'est aussi, et je
pulation ,greffe sur un tronc commun un certain nombre de réflexe~ lin-
dirai même avant tout, la littérature, la presse, tou t e •écriture"
guistiques récurrents tout en faisant un sort(bori o u mauvais)aux nouveau, qui. lui. sont proposees.
·
24 l c'est comme dans ·1e domaine de la mode vest1tes
mentaire féminine: la robe est inamovible, le pantalon a gagné ses lettres
Mais l'information écrite, ce n'est pas seulement
qui participe à la perennité et à l'enrichissement d'un patrimoine
linguistique qu'enregistrent les d ictionnaires généraux mais auquel échappent en partie, et pour des raisons év identes, les vo-
de noblesse ,mais la minijupe n'aura dansé que deux ou trois étés .Garé à
cabulaires spécialisés.
l'uniformisation!
Le disque de variétés, dans le domaine de la chanson, a lui
aussi une incid ence non ne·g11· geable sur la langue par l'énorme
attestée par la iittérature dans son sens le plus vaste, que le
diffusion populaire qu'il connaît depuis deux ou trois décennies.
de compte que pour une part relativement réduite: ainsi, la méde-
Qu'on songe simplement aux nombreuses expressions créées par des
cine enregistre quelque 105 . 000 termes spécialisés, dont un dic-
chanteurs-poètes comme Brassens, Ferré et Brel (le plat pays!)•
•
dans la langue de tous les jours, mais que leur
qui sont entrees
caractère idiomatique même rend pratiquement intraduisibles dans
plus l /30e .
une autre langue.
français,
Et
c'est plus sur cette matière vivante,
lexicographe qui conçoit un dictionnaire général bilingue doit
travailler, la terminologie purement technique n' ent rant en ligne
tionnaire général unil ingue ou bilingue ne gardera que t ou t au
Sources d'information égaleme nt que les "régionalismes" du
l'argot, les jargons de métiers, auxquels le lexico-
29
28
g~aphe doit accorder une place raisonnable dans son corpus, choix
que reflétera donc un dictionnaire bilingue.
(quoique ce dernier soit parfois linguistiquement sujet à caution ) ,
qu'à des journaux ou des magazines où la langue est pauvre et souvent maltraitée.
4.2.1. La littérature
C'est la presse qui, palliant les lacunes de la terminologie
La littérature d'aujourd'hui suit de plus en plus l'évolution de
la langue et fait une part toujours croissante •
i~
dienne, et même à la langue familière et à l'argot.
langue quotiA preuve,
traditionnelle pour rendre compte de phénomènes nouveaux, impose
- d'abord par la télévision et la radi o , puis par les journaux
(ou vice-versa, mais il y a le plus souvent concomitance) - des
les romans de Marie Cardinal, Emile Ajar, Gérard Guégan, pGur ne
expressions nouvelles telles que fr. marée noire, aiguilleur du
pas parler de ceux d'Alphonse Boudard, dont les livres sont un mé-
ciel, dan. gidseldrama, flykapring, etc.
lange savoureux
de langue littéraire et d'argot vivant. De plus,
Le cas d'aiguilleur du ciel est intéressant, car le caractè.re
la littérature contemporaine accroît cet enrichissement par le
imagé de l'expression explique la préférence qui lui est . accordée
recours fréquent aux vocabulaires des spécialistes: lorsque Hu-
dans le vocabulaire contemporain par rapport à la désignation
bert de Monteilhet consacre un roman policier au monde de la ban-
technique contrôleur de vol et à une autre expression imagée que
terre-à-te~re:
que, il utilise un grand nombre de termes et d'expressions qui
je qualifierai de plus
relèvent du vocabulaire bancaire et que le lecteur moyen ne peut
d'une grève récente en France de ces techniciens indispensables au
navigateur au sol. Lors
comprendre sans se référer à un glossaire.
ce qui vaut pour la littérature en général vaut encore plus
fonctionnement des aéroports, je me suis livré à une statistique
portant sur la lecture de cinq quotidiens français durant quatre
pour les ouvrages spécialisés, ce qu'en danois on désigne du terme
jours successifs pour constater l'énorme prédominance d'emploi de
de
aiguilleur du ciel: 87,2% contre navigateur au sol: 11,4% et con-
sagprosa (prose non littéraire).
Là encore, l'enrichissement
considérable de la langue depuis une bonne vingtaine d'années im-
trôleur de v?l: 1 ,3%, un quatrième terme, discutable, contrôleur
pose aux . dictionnaires une refonte et un développement des corpus.
Dans le cas d'un dictionnaire bilingue, le lexicographe tirera
ploi m'avait alors paru supérieure durant la même période de temps
aérien.étant utilisé dans environ 0,1% des cas (sa fréquence d'em-
abondance de matériaux de ses lectures dans le domaine littéraire
à la radio).
et extra-littéraire, mais sa tâche lui sera souvent facilitée par
pratiquement jamais leur équivalent exact dans une autre langue:
le collationnement des oeuvres originales avec leurs traductions
dan. fly(ve)leder; gidseldrama : fr. p ris e d'otage(s); marée noire:
en langue étrangère.
dan. olieforurening; flykapring: fr. détournement d ' avion (en
Il n'est pas rare qu'un traducteur trouve
une solution plus adéquate que celle fournie par le dictionnaire.
La confrontation à laquelle procède ainsi le lexicographe sera
Inutile d'ajouter que ces termes imagés ne trouvent
revanche, pour traduire flykaprer, le français a pirate de l'air ).
Devant toutes ces créations du vocabulaire contemporain dues à
toujours accompagnée d'un certain nombre d'opérations de con-
la presse, le lexicographe fera bien de manifester une certaine ré-
trôle et de sélection.
serve, attendant p o ur les enregistrer dans son corpus que le temps
leur ait accO<"dé sa caution.
4.2.2.
La presse écrite générale et spécialisée
L'utilisation de la presse écrite générale comme source d'information est nécessaire au lexicographe, qui doit pourtant la manier
avec prudence.
Les notions de purisme et de laxisme infléchissent
considérablement son choix, et il va de soi qu'on accordera plus
de crédit à des termes attestés dans des journaux sérieux, dont
"Le Monde" reste, en France, le prototype, ou dans des hebdomadaires tels que "L'Express'', "Le Point" ou "Le Nouvel Observateur"
La même prudence, mais à un degré mo indre, sera de mise à
l'égard de la presse spécialisée.
Des revues comme "Science et
Vie" offrent des garanties incontestables de sérieux quant à la
fiabilité du vocabulaire technique qu'elles mettent en oeuvre,
mais des vérifications dans des ouvrages de référence seront indispensables. L'avantage, néanmoins, de ces périodiques
~pécia­
lisés, c'est que, par leur caractère de vulgarisatio n, ils offrent
de la ma t ière traitée un champ linguistique raisonnabl e qu i
31
30
s•aqapte généralement aux besoins et aux limites (dan. afgr~nsning)
Pour le lexicographe qui travaille à un corpus bilingue, ces dictionnaires ont de plus. l'avantage de renseigner sur les modifica-
d'un dictionnaire bilingue général.
tions de sens subies par un mot jusqu'à notre époque.
Qu'on songe
en particulier aux nouvelles connotations qu'a prises environne-
4.2.3. Les dictionnaires généraux unilingues
ment, sous l'influence de l'écologie, depuis une quinzaine d'an-
Depuis la publication d u DFD' le s dictionnaires de la langue française se sont multipliés. Dans le domaine des dictiQnnaires de
nées!
grand format en plusieurs volumes, au Robert sont venus se joindre
les changements
le Trésor de la Langue Française (dont la publication a commencé
'
25) en 1971 et dont il est paru jusqu'à présent sept volumes)
et
26)
le Grand Larousse de la langue française (1971-1978, 7 vol.).
ces gros dictionnaires offrent un choix incomparable d'informations
sont manifestés depuis la publication du DFD.
au lexicographe qui veut établir ou compléter son corpus en vue
bert, Dictionnaire des mots contemporains, Paris 1979; 28 ) J. Cel-
Le supplément français-danois en chantier ne peut qu'enregistrer
! glissements de sens relativement nombreux qui se
Utiles également, voire indispensables au même lexicographe, les
tout récents dictionnaires et répertoires de mots nouveaux ou d'expressions et locutions figurées.
Citons quelques titres; P. Gil-
d'un dictionnaire bilingue, mais cette abondance de matière même
lard et M. Sommant, 500 mots nouveaux définis et expliqués,Paris-
le dessert autant qu'elle le sert.
Gembloux 1979; A. Rey et S. Chantreau, Dictionnaire des expres-
En effet, où trouver et comment
fixer une limite raisonnable, ces dictionnaires enregistrant
sions et locutions figurées (Paris 1979; cet ouvrage renouvelle
plusieurs centaines de milliers d'entrées?
entièrement le Dictionnaire des locutions françaises de Maurice
Un des mérites es-
sentiels de la lexicographie moderne est précisément d'avoir
Rat, 1957); J. Cellard et A. Rey, Dictionnaire du français non
remédié à l'encombrement en créant des dictionnaires plus adaptés
conventionnel (Paris 1980J 291 .
aux besoins de l'usager moyen par leur unicité de volume et les
La langue danoise ne peut se targuer , pour le moment du moins,
limites raisonnables et raisonnées assignées à leur contenu. Cet-
d'avoir été décrite sous une forme aussi abondante et diversifiée.
te exigence s'imposait d'autant plus que le Petit Larousse Il-
L'outil de base reste le Ordbog over det danske sprog,déjà cité.
lustré était devenu nettement insuffisant, et par les immenses la-
Mines d'informations de caractère à la fois général et spé-
cunes du corpus enregistré, et par une organisation de la matière
cialisé que les ouvrages encyclopédiques comme le Grand Larousse
qui n'avait pas été renouvelée depuis près de trois-quarts de
. . .
) 27)
siècle (classement insatisfaisant, exemples trop limites, etc. ·
encyclopédique en dix volumes (Paris 1960-1964, suppl. en 1968
et 1975), l'Encyclopedia Universalis, également en plusieurs vo-
Dictionnaire du français contemporain(l967), Petit Robert(l967) et
lumes, de même que, mais en un seul volume, et nécessairement
Lexis (1975) ont comblé une lacune que le public aussi bien que
plus limité, le Quid (qui paraît chaque année).
les spécialistes (linguistes, écrivains, etc.) ressentaient de
le Konversationsleksikon, de chez Gyldendal, en plusieurs volu-
plus en plus vivement.
Ouvrages de description à la fois dia-
chroniques et synchroniques, ils reflètent les évolutions objectives du langage en fonction d'une fréquence et d'une diffusion
Pour le danois,
mes; le Hvem-hvad-hvor, de chez Politiken (réplique du Quid,
mais en moins substantiel), etc.
Le domair.e des sciences humaines et des techniques s'est en-
minimales attestées par les textes. Les principes de sélection
richi, au fur et à mesure du progrès, de dictionnaire appropriés.
peuvent varier suivant l'importance qu'on veut accorder au corpus,
Les citer tous, à la fois pour le français et le danois, prendrait
mais ils se ramènent essentiellement à ceux qui ont été définis
plusieurs pages.
pour le Petit Robert (voir supra p.23 ).
Ces manuels sont ré.
gulièrement revus et augmen t es:
c • es t ai' nsi que la plus récente
Dictionnaire encyclopédique des sciences du langage (Paris 1972);
édition du Petit Robert (1981) enregistre quelque 10.000 entrées
R. Galisson et D. Coste, Dictionnaire âe didactique des langues
supplémentaires par rapport à la première édition de 1967, l'aug-
(Paris 1976); Henri Friedel et al.,Dictionnaire de l'écologie et
mentation du nombre de pages avoisinant les 200.
Mentionnons en vrac: J. Dubois et al., Dic-
tionnaire de linguistique (Paris 1972); O . Ducrot et T. Todorov,
33
32
français de 1975-1977, et ce d'autant plus que la quasi-totalité du
de l'environnement ' (Paris 1980), etc.
ceci pour le français.
fichier correctif et additif de ce dictionnaire a été établie dans
Pour ce qui est du danois, citons
les deux sens: danois-français et français-danois. C'est là, plus
avant tout les •manuels" consacrés à toutes sortes de sujets re-
qu ' un principe, un impératif: tout lexicographe bilingue se doit de
levant des techniques et des hobbies par la maison d'édition
constituer deux fichiers parallèles en fonction des deux langues
Politi ken:
Politikens Hândb0ger (Bil og Motor, Cykelbog, Lyst-
sur lesquelles il travaille et respectant rigoureusement chacun les
fiskeri, etc.).
Tous ces manuels apportent une information de premier ordre au
mêmes principes de classement, d'organisation et de présentation.
lexicographe qui travaille sur les deux langues, mais ils ne lui
qui s'estimposée depuis le premier jour à la conscience des deux
donnent pas de traduction, comme le font, par exemple, les dic-
fondateurs des dictionnaires danois-français et français-danois
tionnaires techniques plurilingues, que nous examinerons plus
loin (voir infra 4.2.7).
Il doit donc, dans ce cas-là aussi, pro-
modernes: Andreas Blinkenberg et Poul
céder par collationnement entre ouvrages de même nature dans l'une
4.2.5. L'argot, les jargons de métiers et les dialectes du français
Unité dans la continuité,voilà une règle d'or de la lexicographie
H~ybye.
et l'autre langue, ce qui est une opération infiniment plus malaisée
Dans la perspective du supplément projeté et en cours de réalisation,
et plus longue que ne l'imagine généralement l~ profane.
une place plus importante ne peut qu'être accordée à l'argot, aux
jargons de métiers et aux dialectes.
4.2.4.
Les dictionnaires généraux bilingues
L'argot n'est plus 1 'apanage du Milieu: il a pénétré profond!111ent
La lexicographie bilingue peut tirer un avantage incontestable de
dans l'usage courant et il a évolué rapidement à l'image de la lan-
l'information recueillie dans des dictionnaires généraux bilingues, de corpus égal sinon supérieur, où entre en jeu une des deux
gue dite orthodoxe. Ces trente dernières années, des écrivains comme
langues concernées.
Ainsi, pour l'établissement d'un corpus
français-danois, il sera profitable d'examiner un dictionnaire
Albert Simonin, Auguste Le Breton et Alphonse Soudard lui ont, en
littérature, conféré les lettres de noblesse qui _ lui . ~~nqua1ent:
Ces trois auteurs ont été ou sont lus par un vaste public incluant
français-anglais ou français-allemand ou français-italien, etc.
toutes les couches de la population et ils ont ainsi largement con-
Inversement, pour la constitution d'un corpus danois-français, le
tribué à familiariser l'usager de la langue avec des termes et des
lexicographe tirera parti des dictionnaires danois-anglais, da-
expressions qui , au départ, ne sortaient pas du cadre d'un groupe
nois-allemand, etc.
social bien défini.
Les opérations de recoupement pourront être
encore poussées plus loin, mais avec un risque de complications,
partant d'erreurs importantes, accru.
depuis longtemps par les lexicographes.
Cette méthode a été pratiquée
Signalons dans le domaine
de la lexicographie moderne au Danemark, l'existence d'au moins
Il faut d'ailleurs, me semble-t-il, mettre en garde contre la
définition extensive qu'a donnée de l'argot un de ses exégètes,
Gaston Esnault: "Ensemble oral des mots non techniques qui plaisent
à un groupe social". On parle d'argot militaire, d'argot estu-
deux dictionnaires d'ampleur et d'organisation comparables à
diantin, d'argot sportif, là où il faudrait parler de jargon. Et
ceux de Blinkenberg et H~ybye: le Dansk-Engelsk Ordbog de H.
qui a jamais prétendu, sauf Esnault, que l'argot ne comptait pas
Vinterberg et c. A. Bodelsen (Copenhague 1966, 2e édit. 1973) et
de mots techniques?
le Engelsk-Dansk Ordbog de B. Kj~rulff Nielsen (Copenhague 1964,
2e édit. avec suppl. 1970, Je édit. avec suppl. 1974).
Cependant, là où- le dictionnaire général bilingue rend le plus
L'évolution de l'argot et sa pénétration dans toutes les couches
sociales imposent l'enregistrement d'un nombre raisonnable de mots
et d'expressions dans le corpus additif et correctif en chantier.
de services, c'est lorsqu'il met en jeu les deux langues concer-·
Etre à la coule et être à la redresse,par exemple, figurent bien
nées, mais dans le sens inverse, c.-à-d. dans le cas qui nous
dans le DFD, mais ces deux tournures ont pris un tout autre sens.JO)
occupe: danois-français.
Le supplément français-danois envisagé
bénéficiera en grande partie des acquis du dictionnaire danois-
35
34
On cherche en vain dans ce même DFD barbouse ,
~.
nana, maton
Il va de soi que la traduction danoise de ces entrées sera
(gardien de prison), etc., tous mots entrés dans l'usage courant
accompagnée d'une précision sur l'origine locale (comme cela est
en français, mais dont il est difficile, voire impossible de
déjà le cas d ans le DFD sous la forme d'une abréviation entre pa-
trouver un équivalent danois qui ait les mêmes connotations et la
renthèses: belg., canad., etc.).
même saveur euphonique.
appliqués du DFD, une traduction directe impossible sera remplacée
Pour l'argot, comme pour les jargons de métiers, il me semble que
Toujours selon des principes déjà
par une définition.
la dernière édition du Petit Robert offre un choix raisonnable
,qu'on peut inclure sans risque dans le supplément en chantier.
4.2.6. Les centres de terminologie
Les dialectes du français soulèvent eux une question de prin-
Les fichiers informatisés, par la masse é norme d'informations
cipe, car, comme l'écrit Alain Rey, "prétendre décrire "le fran-
qu'ils engrangent, par la possibilité des regroupements et la
çais" et éliminer l'usage de communautés humaines telles que le
briéveté du temps de consultation, ont ouvert aux lexicographes
Qu.bec, la Belgique wallonne ou la Romandie relève d'un impéria-
des perspectives d'exploitation révolutionnaires.
.
.
lisme culturel sans d oute inconscient".
31)
Noui avons enirevu plus haut quels étaient les avantages inc6n-
Le corpus du supplément français-danois se doit d'accueillir
les régionalismes "hexagonaux" (pour reprendre l'expres sion
d'Alain Rey) dans la mesure
o~
ils sont passés dans l'usag e courant,
mais aussi faire place, comme le Petit Robert ~n a donné l'exemple,
à un certain nombre de canadianismes, belgicismes et helvétismes,
testable~
de l'informatisation en lexicographie.
Une plus grande
systématisation liée à l'automation permet des gains de temps considérables dans la mise en fiche des matériaux et leur exploitation pour l'établissement des corpus.
Les centres de terminologie se sont multipliés ces dernières
choisis en fonction de trois critères: "la désignation de réalités
années dans de nombreux pays.
spécifiques (institutionnelles ou naturelles), le risque d'obscu rité
le lexicographe qui travaille sur le français et le danois pourra
ou d'ambiguïté (entre l'usage français et l'usage régional), enfin
,
,
,
" 32)
l'acceptabilite par les communautes concernees .
Un répertoire raisonnable, répondant à ces trois critères , de
s'adresser à l'Institut de Langue Française de Nancy (déjà nommé),
Dans le cas qui nous intéresse ici,
au Bureau de terminologie des institutions des Communautés européennes à Bruxelles, à la Direction générale de la Terminologie
canadianismes, belgicismes et helvé tismes est proposé par Albert
33 l
, .
l 1smes
'
d u f rançais.
.
Doppagne dans son petit fascicule, Les regiona
Copenhague.
Il s'agit d'environ
est sur le point de constituer un centre terminologique pour le
400 mots et expressions pour la Belgique,
et de la Documentation d'Ottawa (Canada), au
Dansk
Sprogn~vn,
L'Ecole des Hautes Etudes Commerciales de Copenhague
d'environ 300 pour la Suisse et de quelque 200 pour le Canada.
français et le danois.
On s•atonne quelque peu de voir parfois l'auteur attester comme bel-
les départements de langues de l'Université d e Copenhague qui, dès qu
gicismes des termes ou expression s qui relèvent du français de
France
'
sans la moindre influen~e régionale: Bottin(annuaire du
I
Un effort a été entrepris en ce sens dans
les crédits seraient accordés, travailleraient à l' ~tablissement
d'un corpus exhaustif danois, avant d'aborder l'informatisation
téléphone), quatre heures (goûter), faire son compte (s'y prendre,
des corpus d'autres langues principales comme l'anglais, l'allemand,
ex.: Comment as-tu fait ton compte?) .. .
le français, le russe, l'espagnol, l'italien, etc.
Mais, dans l'ensemble, ce
r é pertoire a été soigneusement constitué en relation avec des organismes scientifiques comme l'Office de la Langue française au
Québec ou l'Office du bon langage de la
Fo~dation
Plisnier, en
Il y a là, encore e n devenir, un univers insoupçonné d'exploitation de l'information avec lequel le lexicographe de demain
sera entièrement familiarisé.
Pour le moment, les méthodes arti-
Belgique, ce qui lui confère un cachet de sérieux indubitable
sanales gardent leur primauté, et pourra-t-on d'ailleurs jamais y
comme source d'information, à côté et en complément de la plus
renoncer totalement?
récente édition du Petit Robert, lequel fournira aussi pour sa part
les régionalismes "hexagonaux" adoptés par la langue courante.
37
36
4.2.7.
dans les échanges communautaires et lui vaut maintenant de figurer,
Les sources d'information technique
'l' '
vit notre temps corAu développement technologique acce ere que
la terminologie,de même
d
respond une augmentation vertigineuse e
•
•
·t's de communication linguistique de pays a pays
que les necessi e
.
croissent au rythme de la multiplication des échanges commerciaux
.
34)
entre les nati o ns.
la terminologie technique, le lexicographe
Pour la recherche de
que, dans
dispose au jourd'hui d'une abondance de matériaux telle
Ce choix
que
l'emba
rras
du
choix.
certaines domaines, i l n'aura
sera pourtant conditionné par trois facteurs:
non seulement dans les vocabulaires édités par le Bureau de Terminologie des Communautés Européennes,mais dans nombre de dictionnaires techniques multilingues,ce qu 'un examen, même rapide, d'un
répertoire récent permet de constater.
Il existe plusieurs répertoires de dictionnaires techniques
multilingues, classés par spécialités.
J. Soler et J.
Suntheim, Répertoire de dictionnaires techniques et généraux , qui
est régulièrement remis à jour.
Les titres sont ordonnés alphabé-
tiquement selon l'initiale de l'auteur; sont indiqués en ·outre:
la langue (certains
_la fiabilité de la source d'information;
J'utilise personnellement
celui qu'édite la Maison du Dictionnaire à Paris:
ouvrages répertoriés sont monolingues) ou
les langues concernées, le nombre de pages et d'entrées, l'année
- son actualité;
- son accessibilité.
sûrs que d'autres; les technologies
Certains matériaux Sont Plus
·te et leur terminologie également: le
évoluent souvent très vi
,
.
' '
sources d'information
lexicographe devra donner la preference aux
' d
t qu'elles aient été
les plus récentes, à condition, evi emmen •
' · de de temps suffisante;
attestées de diverses parts sur une perio
certains matériaux sont très accessibles parce qu'on les tro~ve
es bibliothèques importantes, ainsi les dicgénéralement dans l
· ·
t
dis que d'autres sont plus
t ionnaires techniques plurilingues, an
d
d'emploi lexiques interdifficiles à trouver (catalogues, mo es
,
de publication (éventuellement les nouvelles éditions) et le prix
(en francs français). 35 l
Les dictionnaires multilingues 36 l recensent le plus souvent
des milliers, voire des dizaines de milliers, de termes à l'intérieur de chaque spécialité, et cette abondance même rend le choix
du lexicographe long et difficile.
Beaucoup plus maniables sont
les lexiques ou vocabulaires ou glossaires où le choix est limité
à quelques centaines de termes tout au plus, ce qui permettra au
lexicographe de procéder plus facilement et plus rapidement à la
sélection.
Certains dictionnaires multilingues p résentent cependant un
avantage de classement tel (mots-vedettes largement détachés précé-
nes à une entreprise, etc.).
·
sur une documentaLe DFD appuyait déjà son lexique tee h nique
tion abondante, comme en témoigne la bibliographie en fin d~ouvr~ge.
dant toute une hi érarchie descendante de termes subsidiaires
Mais si le vocabulaire de l'automobile, par exemple,
lui de la
depuis la publication du DFD, toU t comme ce
,
dire
de la zoologie, de la musique ou du sport, que
,
t mique
·
du vocabulaire de la chimie, de la physique a o
formatique, pour ne prendre que ces exemples-là?
glossaire consulté n'indique pas la terminologie sous la forme bi-
a peu evolue
gastronomie,
en revanche ,
ou de
l'in~
Dans le domaine de la langue technique, la premiere source de
documentation sérieuse (j'insiste sur cet adjectif, nous verro~s ,
. plus loin) sera, pour le lexicographe bilingue, const1tuee
pourquoi
. .
, , énement politique, la con•
par les dictionnaires multilingues. Un ev
,
a contribue largement au .
,
,
~· titution de la communaute Europeenne ,
, ,
'
·
· d
rages de ref edéveloppement quantitatif et qualitatif e ces ouv
tt même. Communauté a donné
rence.
L'entrée du Danemark d ans ce e
à la langue danoise la place qui lui revenait de droit
ipso facto
appariés) que la sélection se fait d'une façon logique et systématique, avec un gain de temps appréciable .
Lorsque le dictionnaire multilingue ou le le xique /vocabulaire /
lingue recherchée (français et d a nois dans le cas qui nous occupe),
le lexicographe aura là encore recours à la collation et aux recoupements par le biais d'autres langues.
L'opération sera
susceptible de contrôles renforcés par l'appel, no tamment, à des
informateurs spécialisés dans le domaine concerné.
Autre source d'information sérieuse et fiable, les lexiques
internes bilingues et multilingues conçus par de grandes éntreprises commerçant avec l'étranger, et qui sont en règle générale
le fruit de recherches solides, appuyées sur un e collation constante
39
38
avec le vocabulaire d'entreprises similaires à l'étranger et conduites par des traducteurs de métier attachés à l'entreprise en
question.
C'est ainsi qu'au Danemark, la maison F.L. Smidt a édité
pour usage interne toute une série de lexiques du ciment. Le seul
catalogues illustrés édités par des entreprises travafllant essentiellement par correspondance comme La Redoute, Les Trois Suisses,
40
la CAMIF, etc.
>
Ces cata logues fournissent une documentation abondante, au
inconvénient de ces lexiques, c'est qu'ils ne sont pas à la portée
goût du jour, mais ils sont à manier avec la plus extrême prudence,
immédiate du lexicographe, qui doit parfois mener des enquêtes
car beaucoup de termes qu'ils recensent sont de fabrication fan-
approfondies pour en découvrir l'existence et des tractations
. délicates pour se les procurer.
Défaut que ne présentent pas, en
tout cas, les vocabulaires publiés par le Bureau de Terminologi~
taisiste, d'origine commerciale dans la plupart des cas: starlax
matelassée, combi-tête, etc.
Entachés d'une quantité encore plus grande d'erreurs et de créa-
des communautés Européennes 37 >, lesquels sont disponibles dans les
tions farfelues sont beaucoup de modes d'emploi, brochures et pros-
bibliothèques importantes.
Egalement faciles à se procurer et sources très sûres d'informa-
pectus édités par les entreprises commerciaies.
tion pour les lexicographes sont les revues spécialisées de termi-
quasiment incompréhensibles par le fait d'avoir été confiés à des
nologie comme La Banque des Mots (publiée par le Conseil Internatio-
traducteurs . indigènes d'occasion tout à fait incompétents.
constater:
On a regret à le
un pourcentage impressionnant de modes d'emploi sont
Il en
nal de la Langue Française) ou Traduire (éditée par la Société
va de même pour les brochures et les prospectus.
Française des Traducteurs).
çon générale, une erreur de jugement de la part de nombreuses entre-
C'est ainsi que La Banque des Mots
Il y a là, de fa-
propose dans chacun de ses numéros semestriels plusieurs vocabulaires de base de spécialités 39 >, comprenant en moyenne entre 50 et
prises (même les plus grandes,
200 termes avec leur définition et, le plus souvent, leurs équivalents en anglais et en allemand. Cette délimitation raisonnable
pact très défavorable qu'a un mode d'emploi ou un prospectus linguistiquement défectueux 41 )sur l'acheteur éventuel ("Si leur pro-
et l'excellence du choix font que ces vocabulaires peuvent être
duit est aussi mauvais que leur brochure ... "!).
sans hésitation incorporés dans un corpus de dictionnaire bilingue.
termes techniques, syntaxe malmenée au possible, barbarismes,
j'en parle d'expérience), qui se
laissent guider par un souci d'économie et semblent ignorer l'im-
Inadéquation des
La traduction anglaise et allemande des termes répertoriés facilite
voilà ce que proposent en traduction une trop grande partie des
le dépistage de l'équivalence danoise selon les principes de colla-
modes d'emploi et brochures commerciales d'aujourd'hui. Au lexi -
tion et de recoupements déjà indiqués.
cographe d'essayer quand même de séparer le bon grain de l'ivraie,
Il serait souhaitable qu'à
l'avenir, les auteurs de ces terminologies collaborent plus étroite-
par un collationnement encore plus poussé que dans le cas des autres
ment avec les centres de terminologie, les lexicographes et les
sources d'information!
traducteurs à l'étranger pour que les équivalences soient données en
en général n ' offre pas - et de loin - les mêmes garanties de fia-
d'autres langues, ne seraient-ce que celles de tous les pays appar-
bilité que les autres sources de référence
tenant à la Communauté Européenne.
En tout cas, tels quels, ces
Il reste que la documentation commerciale
examinées, pour n'être
pas le fait de linguistes ou de traducteurs spécialisés compétents.
vocabulaires sont parfaitement utilisables pour un supplément
et qu • à ce titre elle doit être, sinon éliminée par le lexicographe,
français-danois, abstraction faite, bien sûr, des termes déjà
du moins pas~ée constamment au crible de la collation.
enregistrés dans le DFD, d'où un travail de contrôle mécanique
·
· d.ispensa bl e. 391
souvent fastidieux mais
in
La dernière source d'information technique imprimée qui s'offre
au lexicographe est constituée par les catalogues illustrés, les
modes d'emploi, brochures et prospectus divers. Poul H~ybye n'a
· cac h"
· s i·nesti'mables que lui avait rendus le
jamais
e 1 es service
gros catalogue illustré de Manufrance . On peut Y ajouter les
S. Critères de sélection, dépouillement et mise en fiches
L'élaboration d'un supplément au DFD reposant sur un travail d'équipe
il va de soi que les différents membres de l'équipe rédactionnelle
constituée travaillent en étroite collaboration en fonction des mêmes
critères de sélection et se répartissent équitablement .a tâche
40
41
pour le dépouillement, la mise en fiches et la rédaction définitive._
spécialisés.
C'est sur ce dernier point que la sélection est la plus difficile à effectuer et ne peut échapper à une part d'arbitraire: un
5.l. Les critères de sélection.
Les principes assignés
Synthèse.
dictionnaire général bilingue ne pourra jamais remplacer une mul-
par A. Blinkenberg et P. H•yti~e ' quant aux~·
titude de dictionnaires spécialisés, mais il devra pourtant offrir
et aux limites de leurs dictionnaires précédents doivent être dans
aux traducteurs spécialisés un minimum de termes relevant de leur
leur ensemble respectés pour ne pas créer de disparités entre . le
domaine d'élection.
DFD déjà existant et le supplément à venir.
une part de vocabulaire connue du spécialiste mais ' ignorée de
Néanmoins, notre
Or, comment délimiter ce minimum, où entre
étude aura prouvé qu'une extension raisonnable des critères de sélec
l'usager moyen et même cultivé?
Il me semble que la meilleure voie
tion est souhaitable dans le cas du supplément envisagé, et ce
à suivre, celle en tout cas qui propose un moyen terme satisfaisant,
pour deux raisons principales:
est d'adopter le choix des lexiques dits "de base" de telle ou telle
a) l'acquisition par l'usage courant d'un grand nombre de termes
spécialité, ou des vocabulaires publiés par La Banque des Mots,p.exyen
les complétant ou en les limitant au besoin.
d'origine populaire ou argotique, et surtout la diffusion dans le
parler quotidien, la presse, la littérature, d'une terminologie
d'origine scientifique, qui, pour être de vulgarisation, n'en
infléchit pas moins considérablement la langue parlée et la
Tout ostracisme serait
moralement condamnable. Et pourtant, là aussi un choix est inévitable,
et il va de soi qu'il faut privilégier le vocabulaire des techniques
langue écrite;
les plus répandues, quitte à décevoir
b) le besoin d'adéquation du dictionnaire à certains usagers, sinon
les fabricants d'yeux arti-
ficiels pour perroquets empaillés.
~t
Entre autres exemples, l'informatique est un domaine où le voca-
représentants des communautés francophones en dehors de la
bulaire s'est considérablement accru, ces dernières vingt années.
nouveaux, du moins plus nombreux,
l~s
Est-ce à dire qu'il faille procéder équitablement pour toutes
les spécialités et toutes les techniques?
France proprement dite.
Les
j'entends:
les étudiants
étudiants de français à l'univer-
Le dictionnaire danois- f rançais de 1975-1977 a enregistré
un cer-
sité de Copenhague, par exemple, ont le droit, dans le cadre de
tain nombre d'entrées de base qu'on reprendra dans le supplément
leurs études, de faire des travaux écrit~ -
français-danois avec quelques corrections, mdis qu'il faudra com-
(monographies et mé-
moires de diplôme) consistant en une traduction commentée, et,
pléter par des termes usuels comme:
comme la plupart du temps les traductions portent sur des textes
d'aujourd'hui, ces traducteurs en herbe doivent pouvoir disposer
fr.
dan .
(angl.)
d'un dictionnaire qui reflète d'une façon aussi large que pos-
Affichage
Visning
Display
sible le lexique contemporain dans toute sa diversité. Quant
Avertisseur
(ou Indicateur)
Flag
Switch indicator; flag
Carte à circuits
imprimés
Print
P.C.B.(printed
circuit board)
Enregistreur
Logger
Logger
Enregistrement
Logning
Logging
plément en chantier, le critère de base doit rester invariablement:
Imprimante
Pr inter
Pr inter
la diffusion large attestée par des sources différentes. En ce qui
Informatique distribuée
(ou répartie)
Distribueret EDB
Distributed EDP
aux Belges de Wallonie, aux canadiens du Québec et aux Suisses
de Romandie, ils doivent eux aussi être à même de trouver dans le
dictionnaire un échantillonnage suffisant des "régionalismes"
du français propres au parler de leurs communautés respectives.
Pour le choix de toute entrée additive/corrective dans le sup-
concerne plus particulièrement les termes techniques, choix limitatif
~elon
la diffusion minimale en dehors des cercles étroitement
43
42
Logiciel
Programmel
Mémoire-tampon
(ou Mémoire intermédiaire)
Bufferlager
Partie-adresse
Adressedel
software
5.2. Le dépouillement et la mise en fiches.
Buffer storage
pratiquées par les lexicographes depuis des siècles et dont le
Il ne me semble pas utile d'insister sur ces opérations artisanales
Adress part
caractère n'a guère v arié: le fichier est la clef de voûte de toute
Adress track
entreprise lexicographique. De la simple boîte à chaussures jüsqu•à
Chip
la cartothèque métallique moderne en passant par le classique fichier
Block diagram
au fur et à me sure qu'il s'agrandira. Les départements de langu~s
lexicographes une place matérielle qui jusqu'à ces dernières années
leur était à tout le moins chichement
Piste d'adresse
Adressespor
Puce (ou Puce
électronique)
Schéma en bloc
(ou Schéma unifilaire,
ou Schéma. fonctionnel)
Système d'exploitation
Chip
Operativsyst~
Opera ting system
Traceur
Plot ter
Plot ter
Traitement par l .o ts
Gruppeklllrsel
Ba tch processing
Traitement en temps réel
Tidstro klllrsel
Real-time process ing
noir en carton épais, il prendra automatiquement une place considérabl
Blok diagram
vivantes dans les universités en ont pris conscience, accordant aux
des fiches utilisées est le AG, c.-à.d. 14,8 x 10,5 cm. C'est de
préférence sur des fiches de ce format que l'équipé rédactionnelle
demande aux informateurs bénévoles d'envoyer leurs contributions.
On y ajoutera:
Base de données
mesur ~e.
Dans le cas d'un supplément français-danois en chantier, le format
En plus de l'entrée et de son ou de ses équivalences dans l'autre
database
langue,on indiquera si possible ses sources.En voici un exemple:
Banque de données = databank
I
ainsi que :
Matériel = materiel (à cause de la présence de l'accent aigu en
français)
F-D.
mais non:
Interface= interface (identité graphique dans les deux langues).
Une constatation s'impose: si le français a délibérément éliminé
l'anglais du vocabulaire de l'informatique, la langue danoise, elle,
dans le même domaine, ou bien reprend textuellement le mot anglais,
ou bien forge un mot calqué sur l'anglais.
guindaille [~Ed.a.jJ s. f.
( arg. belg.)
F studentergilde
Le norvégien et le
suédois essaient d'échapper à cette influence (matériel: norv.
programvare; sue'd . programvara l • 42)
Dans le domaine bancaire, où les anglici smes abondent aussi bien
en français qu'en danois, le français tend là aussi à se défaire
A. Doppagne
de la tutelle anglaise:
Back-to-back loan
Crédit adossé
43
Clause ~ · utilisation souple
>
Clause stand-by
On pourrait multiplier les exemples.
Mais rien, sauf l'épreuve
du temps, ne renseignera le lexicographe sur la pérennité d'un terme
nouvellement créé pour en remplacer un autre.
Pour les néologismes
tout récents, la plus extrême prudence sera donc de mise.
Régionalismes de français
1978' p. 60
(Sauf en cas de prononciation particulière, l'informateur n'aura
pas besoin d'indiquer la transcription phonétique de l'entrée communiquée, surtout si elle déjà enregistrée dans le DFD.l
Est-il besoin d'ajouter que, sous la direction de deux maitres de la
lexicographie aussi riches d'expérience que le sont A. Blinkenberg et P.
H~ybye,le dépouillement des matériaux est réparti de façon équitable
..
44
45
~ntr~ les · ~embres de l'équipe· rédactionnelle ~t leurs assistants
logie, qui s'est fixé les objecti f s essentiels suivants et les a
et ~u'un collationnement -au "peigne fin" lié à une ultime sélec-
déjà en partie réalisés:
tion prëcède la rédaction définitive?
Organiser un inventaire permanent des d onnées terminologiques
préparées par les centres spécialisés et les divers chercheurs
en constituant une banque permanente, constamment alimentée,
6. Conclusion
de documentation terminologique englobant tous les aspects de
cet aperçu de la lexicographie franco-danoi~e aura,je l'espère,
la langue;
montré que la lexicographie est une discipline sci e ntifique à_part
Assurer la liaison entre les différents organismes de ter-
entière dont les buts évoluent en foncti~n du développement de la
minologie, faci liter les échanges entre eux et établir des
langue et, par conséquent, du besoin des usagers, et dont les moyens
procèdent non seulement d'une longue tradition mais surtout des
apports les plus récents de la linguistique moderne, à la fois du
point de vue épistémologique et du point de vue méthodo logique.
Il aura de plus indiqué l'abondance et la variété des sources
modes de collaboration;
Diffuser les matériaux terminologiques disponibles en les
mettant à la disposition des lex icographes, des traducteurs,
des établissements d'enseignement, etc. (C'est da?s un but
similaire qu'avait été créée par ailleurs La Banque des Mots.);
d'information dont dispose le lexicog raphe bilingue d'auj ourd' hui,
Encourager la préparation et la publication de lex ique s et
sources rendant compte, et du passage dans la langue écrite d'une
de vocabulaires spécialisés dans les domaines où ils manquent
grande quantité de termes de la langue orale (d'où, pour le fran-
ou sont insatisfaisants;
çais plus que pour le danois, un clivage moins marqué entre ces deux
Contribuer à créer des commissions et des réseaux de néologie ;
codes), et de l'acquisition par la langue courante d'un vocabulaire
Promouvoir les recherches méthodologiques nécessaires aux
préexistant mais infléch i par des acceptions et des emplois
nouveaux ou iss~ du langage technique dans son sens le plus l arge.
Cette richesse quelque peu anarchique s'opposant à une codification
travaux terminologiques et surtout fournir ou susciter toute
contribution utile à leur normalisation.
on imagine que le j our où des systèmes parallèles f onctionneront
normative qui avait régi l'usage de la langue pendant des siècles
à plein dans tous les pays, la tâche des lexicographes bilingues
n ' en rend que plus malaisée la tâche du lexicographe travaillant
sera grandement facilitée du point de vue du dépouillement et du
sur un corpus aussi abondant et divers auquel il doit impartir ,
choix.
dans le cas d'un dictionnaire général bilingue, des limites raison-
l'impression se fait directement à partir des sorties d'imprimantes qu 'il
nables fondées sur des critères de sélection préétablis, dont
délivre.
l'application doit être encore plus surveillée lorsque le travail
dans le cas d'un dictionnaire général bilingue important, la part
est mené par une équipe.
de l'homme sera-t-elle jamais éliminée?
Coordination effective entre les diffé-
L'ordinateur établit déjà des lexiques techniques, dont
La traductrice de p oche n ' est plus une utopie. Mais,
L'ordinateur parviendra
rents collaborateurs mais qui serait souhaitable aussi au niveau
immanquablement à ordonner sémantiquement les articles des dic-
de la source d'informatio n , · sous forme d'une centralisation de
tionnaires, à les enrichir d'exemp les confirmatifs, mais il
toutes les données terminologiques recueillies par divers organis-
restera toujours une machine, un exécutant subordonné au cerveau
humain et qui ne pourra interférer. 441
mes menant généralement un travail solitaire.
L'avenir permettra
sans doute de lever cette lourde hypothèque de la dispersion des
De toute façon, nous n ' en sommes pas encore là dans le cas du
recherches terminologiques et d'offrir au lexicographe, à partir
supplément français-danois entrepris.
d'un même terminal centralisateur, toutes les données normalisées
son élaboration reste prédominante et justifie le titre du pré-
dont il aura besoin.
sent article.
Pour ce qui est du français, on ne peut que
se rêjouir de la création en 1976, sous le patronage du Haut Comité
de la langue française, de l'AFTERM:Association française de termino·
La part artisanale dans
Pour un supplément au dictionnaire français-danois de Blinkenberg et Hpybyel Explication d'une nécessité, mais aussi incita-
47
46
NOTES
tion à toute bonne volonté de faire en sorte que cette nécessité trouve sa réalisation la plus satisfaisante par des contributions aussi larges et variées que possible.
I
1. Sur Margret~e Thiele,voir Kr. Sandfeld, Margret~e Thiele in
memoriam, dans A. Blinkenberg et P.
H~ybye,
Dansk-fransk ord-
bog, t. IV, Copenhague 1977, p. 1036-37.
François Marchetti
2. Pour un aperçu de la lexicographie romane au Danemark à travers les âges ainsi que sur les buts et les limites du dictionnaire danois-français de 1975-1977 par Blinkenberg et
H~ybye,
voir préface dans le t. 1 de cet ouvrage. On consultera
également P.
H~ybye,
L'état actuel de la lexicographie romane
au Danemark, in Actes du 6e Congrès des Romanistes Scandinaves, Upsal 1975, p. 135-139.
3. V. Heino
D~ygaard,
Politikens Cykelbog, Copenhague 1978,p. 61,
166, 168, 177, 194, 195.
4 . V. le remarquable artiçle de Charles R. Taber, Traduire le
sens, traduire le style,in Langages, n° 28, Paris, déc. 1972,
p. 55-63.
5. Une contrainte grammaticale empêche l'utilisation de se rappeler, qui se construit transitivement mais n'accepte pas de
verbe complément.
Rappelle-toi faire celai est impossible.
On entend parfois Rappelle-toi de faire celai - ce qui s'explique, dans le langage familier, par contamination avec la
construction se souvenir de . Mais Souviens-toi de faire cela!
est également exclu, le verbe se souvenir ne pouvant, dans
une telle construction, exprimer une projection dans le futur,
pas plus d'ailleurs qu'il ne peut, d'une façon générale, se
construire avec un infinitif présent.
6. C'est moi
q~i
souligne.
7. Emile Littré, Dictionnaire de la langue française,Paris 18631872, 4 vol. et 1877, suppl., préface p. 3. Toute cette préface est à relire attentivement, car, outre qu'elle est admirablement composée, elle reste une leçon d'humilité, de
sagesse et de science.
Les principes de Littré ont
s·~rvi
de
fondement aux recherches lexicographiques jusqu'à une époque
avancée du XXe siècle, et certains ont gardé leur pleine valeur.
49
48
petit gâteau sec; brosser, en jargon estudiantin, a le sens de
Pour des raisons qui tombent sous le sens, on ne peut modi-
sécher(un cours), dan.
pj~kke.
8. fier la conception générale (présentation, organisation de
la matière, nomenclature, etc.) d'un supplément par rapp~rt
9
16,La lexicalisation dont je viens de donner l'exemple le plus
au dictionnaire qu'il complète, surtout si cette conception
simple peut adopter d'autres formes: ainsi, elle peut être issue
a fait largement ses preuves.
d'un type de phrase où le verbe passif ne comporte pas de sujet,
• Ces renseignements m'ont été fournis verbalement par ~oul
·
t du même· En overs~ttelsesordbog,1n
H~ybye. v. egalemen
·
oanske opslagsv~rker, Copenhague 1971, P· 299-323.
mais uniquement un complément circonstant, ex.: mise en service. Sous quelle entrée classer cette formation dans un dictionnaire? Là encore, un principe directeur est à rechercher
par le lexicographe, qui doit s'efforcer de l'appliquer rationnellement, en faisant, au besoin, figurer le terme sous
10. Ainsi, à l'article vierge:
· har v~ret trukken mod vred
épée vierge, Kaarde, som endnu ei
~(sic!).
<ncipe de classement par exemple dans Jean
11. On retrouve ce Pr •
•s. D'ctionna ire de la langue française,
Dubois et al., Lex •
•
Paris 1975.
'sa•re Villatte, Encyklop~discheS franzësisch12. Karl Sachs et Ce •
_
deutsches und deutsch-franzosisches Wërterbuch .. ,
utsch-franzësisch, Berlin 1880I. Franzësisch-deutsch, II. De
1881.
avail a connu plusieurs réédiCe magnifique instrument de tr
·
e autorité
tion s avec remises à jour successives. Il fait encor
aujourd'hui.
13.
On remarquera également le grand nombre d'expressions familières (notées F) ou populaires (notées P) dans lesquelles
entre le mot jambe,ainsi que les unités lexicales purement
techniques(désignées par des symboles: marine surtout). On note
'absence de plusieurs tours fréquents:
par ailleurs l
comme un emplâtre (un cataplasme, un cautère) sur une jambe de
bois
avoir les jambes en coton (qu'on trouvera chez (2), mais
dans.une traduction insatisfaisante), partie de jambes en l'air,
14.
u~
double entrée: solution commode mais encombrante, il est vrai.
Un autre type de formation sera, en revanche, plus facile à
classer. Il s'agit d'unités composées d'un nom
e~
d'un adjec-
tif et issues d'une double transformation: d'abord, la transformation de la phrase de base dont le verbe produit le subs tantif de la formation lexicale; ensuite, la transformation
qui donne naissance à un adjectif issu de l'élément nominal de
la formation composée qui a constitué le sujet de la phrase de
base:
voyage présidentiel+---voyage du président (---le président
voyage
17.Pour le mot air, c'est le classement adopté par le DFD, qui
lui attribue donc trois entrées, alors que le dictionnaire de
Siek ne lui en attribuait que deux en fonction de la terminologie (air (lat. aer): !.fluide; 2. manière d'être; et air
(it. aria): mélodie).
18.Par un seul mot, c'est impossible, aucun terme français ne recouvrant toutes les connotations du mot danois. J ' ai proposé
quelques solutions dans:
variations sur le "hygge",in Traduire,
n° 69, Paris déc. 1971, p. 9-12. Beaucoup de termes chargés
ainsi de connotations spécifiques à une culture, donc à une
etc. De la matière en perspective pour le supplément!
langue, nécessitent e n traduction, si l'on ne désire pas une
A. Blinkenberg oq P. H~ybye,Fran sk-dansk ordbog, I , Copenhague
perte de sens trop considérable, ou bien une explication (sous
forme de périphrase) intégrée aussi habilement que possible au
1964, Forord (p. 5-6).
'
l '
du français, Paris-Gembloux
15. Albert Doppagne, Les regiona ismes
1978.
•que bonbon se dit le plus souvent d'un
Par exemple, en Belg •
texte, ou bien une n ote en bas de page. Je sais bien que Georges
Mounio condamne ce procédé ("La note en bas de page est la
honte du traducteur"), mais comment alors expliquer ce qu'est
51
50
Valby bakke? comment l'intégrer au texte? En le
colline de Chaillot? Certes pas.
La note en bas
traduisant par
un pis-aller mais elle est parfois inévitable.
· ·
pose la synonymie
19. Pour un aperçu des problèm~s generaux que
lexicale, v. W.L.Fischer, Aquivalenz und Toleranzstrukturen
d
s
ma Munich 1973;
in der Linguistik. Zur Theorie er ynony •
.
.
.
B. Lamizet , Recherches pour une théorie de la descr~ption .se­
roche formelle de la s non mie lexicomanti ue. Pour une a
graphique, Cahiers de Lexicologie, XXVI , Besançon 1975'. I,
. E Lipshitz Réflexions sur la synonymie lexicale,
p. 15 - 46 • .
•
103 117
cahiers de Lexi co l ogie, XXXII, Besançon 1978, I, P·
·
25. Sur le T.L.F., voir le compte rendu de Hans Boll-Johansen dans
Revue Romane, XIII 2, Copenhague 1978, p. 336-339. Tout en
notant les énormes services que l ' informatique a rendus dans le
dépouillement des matériaux pour la constitution du T.L . F.,
Hans Boll-Johansen ne peut que constater l'inconvénient m?jeur
de l'ordinateur: "livrer la matière brute sans opérer de choix
qualitatif" (v. en particulier les exemples choisis judicieusement, p. 337-338). V. également Suzanne Hanon, Mots dans le
texte, mots hors du texte: réflexions méthodologiques sur
quelques index et concordances appliqués à des oeuvres f rançaises, italiennes ou espagnoles1 dans Revue Romane XII 2,
v.
notamment R. Barthes, système de la mode, Paris 1967;
20.
imas (ed.), Sign, Language, Culture, La Haye 1970 et
A. -J • Gre
(ed.) Essais de sémiotique poétique, Paris 1972; J, Kristeva,
•
1
sêmeiotikè, Paris 1969 ; J.
~R~e~c~h~e~r~c~h~e~s~p~o~u~r~u~n!e~s~e~m~a~n~a.:ly~s~e~,~~~~~':':
Umiker (eds), Essays in SeKristeva, J. Rey-Debove et D. J •
miotics. Essais de sémiotique, La Haye 1971.
21.
de cet article.
de page est
· ? in La Banque des Mots,
R. Dubuc, Qu'est-ce que la termina 1 agie.
nol3,Paris 1977,p. 3-14. v. aussi J.-C. Corbeil, Aspects du
B
des Mots, 2, Paris 1971, P·
problème néologique, La anque
123-136.
Copenhague 1977, p. 275et ss.
26. Pour avoir une vue d'ensemble historique des dictionnaires . français d'avant env.1966,on consultera Geo~ge Ma~oré,Histoire des
dictionnai res français, Paris 1967.
27. Je parle évidemment de la partie
langu~ 1 cell~ · qui
précède les
fameuses pages roses.A noter cependant que la plus récente
édition du Petit Larouss2 (1981), entièremen~ refondue, est·
nettement meilleure.
28. Sous l'influence principale de la presse écrite, les sigles
ont envahi le vocabulaire contemporain. Certains sigles sont
même devenus de véritables mots: ASSEDIC, p. ex. D'autres
f
· vivant: l'expérience du
22. Alain Rey, Dictionnaire et rançais
Mots, n° 15, Paris 1978,
des
Petit Robert 1978, in La Banque
p. 10. (Passages soulignés par moi) .
qui est croyable" est
23. crédibilité au sens de "caractère de ce
XVIIe siècle, mais ce
attesté en français depuis le milieu du
a été appliqué à des
n'est qu'à partir des années 1960 qu'il
•t même que le mot n'est pratiquement plus
animés.
Il me parai
premier o ù il est
employé à l'heure actuelle dans son usage
•
•semblance
(d'un
roman,
d'un
film,
etc.).
supplanté par Vra ~
Il serait intéressant de déterminer les processus qui font
24.
' f d pte tel mot ou telle expresque l'inconscient collecti a 0
e pour en rejeter, à plus ou
sion lancés par les media d e mass
telle autre. Mais cela exigerait
moins brève échéance, tel ou
. déborderait largement le cadre
une grosse étude en soi, qui
ont donné des substantifs: E.N.A., énarque; C .G.T., cégétiste;
S.M.I.C., smicard, etc. Il existe, en français, un excellent
répertoire de sigles: le Dictionnaire de sigles nationaux et
internationaux par Michel Dubois (Paris 1977).
V. compte rendu
de cet ouvrage par François Marchetti dans Revue Romane,XIV 2
Copenhague 1979, p. 336-337.
29. Depuis la mort de Robert le Bidois, en 1972, Jacques Cellard
tient la rubrique langage au journal "Le Monde".
Ses arti-
cles,dont ceux écrits entre 1971 et 1975 viennent d'être
réunis en un volume,
son~
une mine de renseignements sur
l'évolution du français contemporain et sur un usage qui
procède parfois d'un laxisme un peu abusif, quoique contrôlé.
30. Etre à la redresse
=
savoir se faire respecter, au besoin
par la violence; en imposer.
Etre à la coule = être au courant.
53
52
31. Alain Rey, Dictionnaire et français vivant: l'expérience du
Petit Robert 1978, in La Banque des Mots, n° 15, Paris 1978,
p. 12.
Si cette tendance s'accentue, le français d'Afrique noire ne deviendra-t-il pas, se demande l'auteur de l'article, un véritable "créo le à base française"? "En tout cas, conclut-il,
le français des quartiers popu laires d'Abidjan ( ... ),de Dakar
32. Ibid., p. 12.
La revue de presse du périodique "Jeune Afrique" (n° 1079, 9
sept. 1981, p. 30) cite un article récent du "Monde Dimanche"
sur quelques particularités du français d'Afrique noire. Depuis une dizaine d'années, les africanistes français rassemblent des mots et expressions à consonance française usités
dans les anciennes colonies françaises d'Afrique noire (plus
particulièrement en Côte d'Ivoire, . au Togo et au Sénégal) et
ou de Kinshasa n'est plus compréhensible au Français de passage. C'est un fait."
Reste à savoir s'il faut inclure dans un corpus françaisdanois un certain nombre de ces termes et exprespions propres
au français d'Afrique noire.
La réponse ne peut qu'être
affirmative, dans la mesure où ce choix pourra se faire selon
les principes déJ"à signalés et sur l a b ase d e listes sûres,
établies par des spécialistes.
qui sont, soit de pures créations, soit des termes et expressions ayant un sens différent de celui qui est le leur en
français de France. Parmi quelques verbes usuels, on citera
33. Albert Doppagne, Les régionalismes du français, Paris-Gembloux 1978.
comme créations: arriérer (faire marche arrière, reculer),
cadeauter, cadoter (qq., lui faire un cadeau), carencer
(manquer à son devoir, à ses obligations), cigaretter (fumer
une cigarette, mais aussi en offrir une à qui n•en a pas),
clienter (qq., se l'attacher comme client par des procédés
commerciaux honnêtes), confiancer (qq., lui faire confiance),
droiter (tourner à droite), gaucher (tourner à gauche). Plus
familiers: confiturer (mettre de la confiture sur son pain),
doigter (mo n.trer du doigt en signe de désapprobation), ~­
lasser (!)
(crâner, rouler des épaules), cabiner (aller aux
34. Il faut constater à cet égard la primauté de l'anglais comme
langue véhiculaire .
35. Ne figure pas le lieu de publication.
éditeurs cette lacune regrettable.
de ce répertoire date de 1980 .
J'ai signalé aux
La p l us recente
·
edition
·
Une nouvelle est, au moment
où j'écris ces lignes (juin 1981), sous presse.
Espérons
qu'y seront indiqués les lieux de publication.
36. La maison d'édition hollandaise Elsevier s'est spécialisée
cabinets), se brailler (se reboutonner, contraire de "se
dans la publication d'un nombre i"mposant d e d"1ct1onnaires
·
et
débrailler"). Quelques -uns de ces verbes permettent d'éviter
répertoires multilingues.
les périphrases habituelles au français de France: flécher
(atteindre d'une flèche), couteauner, coutoyer (frapper d'un
coup de couteau), flûter (jouer de la flûte), camembérer (!)
(sentir fort des pieds).
Autres verbes, mais existant eux aussi en français de France
avec un sens différent: amender (non pas "rendre meilleur",
mais "frapper d'une amendé"), balancer (peser avec une balance
européenne), chiffonner (une femme, repousser ses avances),
choquer (une femme , lui faire des avances pressantes) ,clocher
(réussir, bien marcher; là, c'est tout le contraire du sens
normal), contracter (engager par contrat) , déconseiller(donner un mauvais conseil), désintéresser (ennuyer, déplaire),
etc .
37. Par exemple, le Vocabulaire phraséologique (français-allemandanglais-italien-néerlandais-danois) établ i sur la base du
Traité instituant
,
la c ommunaute· economique
·
européenne (1975)
ou le Vocabu laire du Statut des fonctionnaires des communau
tés européennes...
( 19 75).
38. En voici la liste complè~e, ar rêtée au 31 décembre 1980, pour
les vingt premiers numéros:
55
54
39. Sans c o mpter que c ertains termes peuve n t avo ir subi des chan-
38. En voici la liste complète, arrêtée au 31 décembre 1980,
pour les vingt premiers numéros:
Aca1ologlque (La te1mlnol09le). pa1 L Van der
Ham~n. n- 1, p , 205.
Admi nlabatlon (Vocabulalr• de 1') , pa1 A. Catherine,
n • <4, p 165.
A6ronautlque (La construction), par J . Gu4iret, n° 4,
p. 115.
Airoport• (Termlnolooi• dea), pu l. Dai bec. C. f our·
nier e t M. R1werd, n • 5, p. 15.
Agropharmade (L'), par R. Longchamp, n• tl, p. 33.
Alpinisme (Vocabulalre d e I' ), par B. Am y, n• 4 , p. 165.
Angllciames m6dlcau• (Les ), par J .·C,h. Sournia, n• 4,
p . 3 13.
AplcuUure (L'), par Ch. Couninl, n• UI, p. 197.
Athléti1me, par J , Amster, n 111 1, p. SI.
Audlo·visuel (Termlnolo9le de I'), par R. Godiveau,
n • 3, p. 71 ; n• 5 , p.&$, t l n • T, p , 113.
Automobile (Le •P<>rt), par J, A mif1rd, n• a, p. t ss.
Aviation, concorde daa languu (L'>. pa r A. Turca l,
no 1, p . '45.
Bltlment, Travau ic publln et Urbanisme (Vocabu·
lalrt du), par J . Haulreu•, no 3, s:i. 87. e t n° 5, p. 72.
Bttlment (Vocabulaire de l' lndusble du), par
8 . Couture , n• 8, p, 185.
Betteraves (La culture), par M. Ma1la u1., n• 18, p. 185.
Bai• (Lee m•Uers du), par B. Compln , n° 9, p. 69.
8raa. .ri.. malte rie (Le iclque dH terme s de), par
J.-M. Cltmenf, n• 13, p . 69.
Brldoe (Vocabulalre du), P•r R. Fahr, no 18, p. 21 5.
Cat4 (Le), ptllr R. Coi te, n" 12, p. 187.
Canada (Petit olossalrt nordique portant r4firenu
au), par L.-E. Hamelin, n• 9, p . t3.
Carton&, pa,plera el pAles (Pttit olosNirt des
es••I• de), par M.·L. Seren- Rouo, n• tl, p. 25 .
Champignon• de couche, par J, Hubot, n• 20, p. 117.
Ch.apellerie (Vocabulaire de la), par Ch. Sdberm.ann,
n• 9, p . 43
Charpenter!• (Un olonalre de la), par R. Blais, n°20,
p . 16\.
Commis aions mlnlst4rfellaa de Termlnol011i• (Les,
obHrvattona o•n4ralea), par M. Ferry, n• 5, p. '7.
ConchyllofQ11le (Termlnolog le de la), par 8 . Sal-wt11t,
n• 17, p . 6t.
Conteneurlu.tlon (La), par E. l e Ou, n• 9 , p. 35.
CrMtit documentaire (L.e s op4ratlon• de), par
l . Gagnon, n• tt, p , 35.
Cristal (L'art et la technique du), par Compagnie du
Cristalledo de Bacc arat, n• 14, p. 129.
Dactwlootaphle (La), par l. Suson et A . Ooppagne,
n• 3, p. 87.
Diamant (Le), par P. P111tet1e, n• 9 , p. 77.
Eb•nl•terl• d'art (L') , par R. Fonvleille, no 7, p. 69.
Echecs (LH), psr J, Marceil, n• 20, p. 179.
Ec:rous, boulon•. vis, par M. Our;hart, n° 15, p . 8~.
Electronlqu• horloo•re (Vocabulalr• -.1• I' ), par
J . J ou• nlc et P.- A. Mayol, n• 14, p. 161.
Energie aola,ra (Glonalre aur 1'), par O. leenhardt,
no1t, p . 57.
lnvironn•m•nt (L'), par J . Ternislen, n• 2, p. "5.
Environnement <"em.,ques au.• laa prob"mes PO·
l' introduction dea terme a techniqves •conotnlquea dans un leiclq•• de 1'), par B. Bourgeois ,
n• 6, p , 205.
Eapac:e (Terinlnoloolede I'), par le C.l.Lf., n" 19, p. 49.
Ethnol011l• (Vocabulaire de I '), pitr M . Panoft et
M. Pen in, n• 1, p . 137.
•*•par
F•rrowlalre (Termlnologle), par V. Canyn, n• if, p. 137.
FJgurlflle historique, o., J .- L. Pallj, n• IS, p. 75.
fl•anc:ea (Le s), par A. Glovanln•ttl, n• 2, p . 163.
GalvanluUon dans les pap hancophonea et
aAelophon•• (La tttmlnolotl• d e baa• •mploy• e
en), par S . Sc:hra yer,
t , p. 11.
Ghphyaiq.ue (Giou.aire de), par O. l eenhardt. n• 12,
p. 205.
G6otechnlque (la), par A. AamPon, n• 8, o. t tl.
n•
Hockey sur otaC.e (Hlat.-.. tlu vocabulaiN ~·.,...
eota). p• r $ . Al'°ng , n• 20, p. tM .
Horloger (Vocabulaire), par M. Renaud, n• '1 , p. '5.
IM-.oe• et dH sons (Oea), Pit A. M.1uge , n• 4, p. 115.
Information (dans 1. . entreprises), par l. 8on,
n1o 20, p. 211.
tRforMatkau• (TermlRol. .'• de I'), per J .·P. Coattl,
n• 3, p. M .
LaHr (Vocabulaire du), par W . Holu r, P. f\an aon,
ri,O ] , 0. 87.
Machlne•outll (Leiclque de la), par J .-P. Mlcht1u11,
n • 16. p, 21S.
gements o u d e s gli s sements de sens e t que c ert a ins équivalents dano i s ne sont plus appropriés .
Marchh d• or•• (Lea), par Semmatlt , no 12, p. 175.
llar6chalerie (Termea tec.ttnlquH emplo.w4• en),
par P. d'Aut~ltle, n• 12, p. 1'5.
Mkanique dH aurfacH (La), par Cen tre alfphanol•
de Recherches mtcanîques, n• 13, p. 111.
114t•orolQ11ie (La), par G. Urlvltre, n• 10, p. 197.
Microphone (Vocabulaire du), per R. Dubuc, n• 2,
p. t55.
Militaire (Vocabulaire), p ar le gjnff•I Pe not, n• 4 ,
p. 203.
Ml nier (Latynonymle dant le lanoaoe), pet P . Auger,
no s , p . t n .
Navirn (Petit glosulre du noms de, au XVIII• al._
cle), par P. Villlert, n• 9, p. 87.
N•ologle am6rtcalne contemporaine, pu G. P leraon,
n° 15, p . 89.
Nuc ..alre (Vocabulaire), n• 15 , p. 57.
Optique corpusculal•e (Vocabulaire de 1'), par
M. Cotte , n° 7, p. OS.
Panneau• stratlflh d•c:oratlh, par M.·F. Mouchot,
"" 15, p . 69.
Papiers, cartons et pltea (Pet~ otoual,. dH Hula
de), par M.-L Se ren-Rono, no 17, p. 2S.
Parfumerie (IEHal pour une termlnolQ11la), par
S yndicat ffançels dt la P artu merle, n• 14, p. 19S.
P6che ftuvla1e (Termlnotoole), pu J . Arrlonon, n° 1S,
p.11.
P•troll•re (La teunlnoloole). per J . Hure, no 2 , p.111,
e t n• 5, p. 61 .
Pharu et ball••• (Noyau d ' un vocabulal,.), pu
G. Bablon, n• 15, p. 53.
PhotOQtaMm4trle (D6ftnltlon. mtthodes. hlst...klue
et terminologle). par J . CruHt, n• 11, p, 11.
Phytoclimatoloote numkique (El6menta dt vocabulaire), par H. 8 rlaM al G. Gt1nd)ou1 n, n• 17, p . 71.
P~acrl~~·~~r;-,:~~~~~~~~:.r~ ~~:1noSovle de la),
Pneumatique (Peut dlctlonulre dea termH tech•
niques du), pa r P . Mauter, n• 14, p. 175.
Porcelaine et PQl'celalnlera (VocabulaWe), par
HavHand et N. 8k)ndef, n• li, p. 207.
Pur-sang en France (Termlnotool• de l'lndusttl•
du), par M.-L Kearney, n• 20, p . 117.
Pyratechnique et poudrier (L• v ocabulalr•), par
M. Thévenin, n• 13, p. 49.
9
Radar (Vocabulaire du), par S . Schra yer, n• 10, p. 1116.
Reliure -main , par J . flety, n• 11, p. 13.
Ravltementa de •ola textllH (Terminologie "tlll..e
en matlt re d e), par P. Tur bin, n• 12, p. 193.
Saline• (Termlnolool• dea). par Solvay f. C te, no 14,
p. 169.
Salmoniculture (Termlnolool• de
la),
par
S . C. d 'Hon lnc tf'l un, no 19, p, 79.
Sanitaire et technique de l'ea u (Termlnalool•
du), pa r B . Coutura, n• 6, p. 111 .
S~~ ~.c~~ .;,~ technique• nucl6alrH, par A . Rys,
Sellerie (TtfmH technlquH employb en). par
P . d' Authe vllle, n • 14 , p. 149.
S4rlciculture (T•rmlnolool• de la), p•r H. BouvitJ,
n • t7, p . 49.
S e rrurerie (La), par M. Serpette, n• 9, p. S1.
Sport.a (La langue dH), par G . Pello1, n• 10, p. 155.
Tabac (Le), par J . F'leueUea , n• 18, p. 175,
TechniquH spatiale•, par R. Plnder et R. Rouatelot,
n• 1, p. 103. et n• 5, p. 55 - per C.l.LF., n• UI, p. 41,
Textlle (Elu.de termlnotoalqu.e aur cettalna tenn.•
de), par R. Dubuc. n• 1, p. 113.
Th6aaurus (Coordination dH, dans I• cadre du
r6Hau national d'information nl9'1tiftque et
technique). par O. M~lltet et J .-M. <H•ndjouan
n • t, p . 109.
'
T:!~';.u~~e pharmacoloale en langue fran$&1H},
Tbiuuru• de l'konoml• et d• 1'6norvl• (P,...
bl•mH da vocabulake datte), par F. Bl•moutler
n• 5, p . 1.
'
Th6sauru• multJllnauH (Probt•me• de la•eue
dans IH), P" AFNOR, B.N.t.S.T., C.l .LF., n• 1, p. 98.
Tlmbres-paate (L'lmprbner1• dH}. p•r M. Maraaud,
•
n° 1 , p. 197.
Transport• (Lea), par G. Lade t, n• 2, p. tt7, al n• 5,
p . lt.
Transpartt public.a partalena (Lea), per J . Bordeau,
n• 18, p . 193.
VIHtrl..boulonnerle0 par M. Duc.hart, n• 15, p. 85.
Voc:abu1ahe notmall. . publl4 par l'AFNOR (Le),
par J. Grlmanalll, no 4, p. 117. •
40. Ainsi qu'au Dane mar k , le catalogu e ( p 1 u s r e' d ui· t ) d •un grand
magasin comme Da e lls Varehus .
41. Ce fa i t e st d' autan t plus regr e tta ble qu'il y a s o uvent un
contraste fr a ppant ent r e l'indigence e t l ' i n ad é qua tion de la
langue et l a somptu os ité de la présenta t i on: p a pi e r de luxe,
illustrations polyc hromes, etc.
42. C'est à mon ami Denis Dornoy que j e dois c e s renseignements .
Qu'il en so it ici remercié.
Sur le vo cabul a ire de l'inf o rmatique en dano i s , v o ir EDB-Ordb og ( en co l l abo rat io n avec Dansk St a nd a rdi s ering s r â d), Copenhague 19 71.
V. aussi, po ur le f r ançais, Science e t Vi e , La r é v o lution
tél é ma t ique , numé r o s p é cia l hors série , Paris , s ept. 1 9 79.
43. Un e grosse banq u e fr anç a i se, Le Cr é dit Lyo nn ais , distribue à
s e s employ é s une public a ti o n interne d es tiné e à remédier à
l'us age abus i f de l'anglais (e t du f r a nglai s ! ) d a n s le vo cabulaire courant du monde de la b a nque.
J e tiens également
ce r e nseign e me n t de Denis Dornoy .
44. V. Suz a nne Ha n o n, ar t. cité ( n o te 2 5 ) , p. 27 4 -27 6.
57
56
PRINCIPAUX OUVRAGES ET ARTICLES CONSULTES
Académie Française, Dictionnaire, éditions de 1694·, 1718, 17401743, 1762, 1798, 1835 et 1935.
Dansk-fransk og Fransk-dansk ordbog, !-II,
v. Aphelen (!!.),
Copenhague 1772-1773.
Banque des mots (La), revue de terminologie française publiée par
le Conseil International de la Langue Française,
(f. l,
Benveniste
(~.
Doppagne
l,
Dubois
(~.)
et al., Dictionnaire de linguistique, Paris 1972.
~.(~.).
Ducrot (Q.l et Todorov (!.), Dictionnaire encyclopédique des
sciences du langage, Paris 1972.
Duneton (Cl.),
( ~. >.
La puce à l'oreille (anthologie des expressions
t. LXI, Fasc. 1, Paris 1966, p. 82-95.
populair+s avec leur origine),Paris 1978.
Fondements syntaxiques de la composition nomi-
EDB-ordbog,
Copenhague 1971.
nale, in Bull. de la Soc.lidg. de Paris,
Esnault (2_.),
Dictionnaire historique des argots, Paris
Fransk-dansk ordbog, conférence ronéotypée
faite lors de la présentation du DFD le 20
1965.
Fischer (W.L . ),
Om tosproget leksikografi, texte inédit d'une
1973.
Furetière
(~.),
conférence s.d.; 18 p. Texte aimablement communiqué par l'auteur, que je remercie ici.
(~.)
et
H~ybye
Galisson
(~.)et
Gilbert (f.),
et Thiele
(~ .),
Dansk-fransk ordbog, Copen-
lexicographie, XXVI à XXXVII, Besançon 1975-
Cellard
(~.)
et Rey
(~.).
et 1975).
Grand Larousse·de la langue française,I-VII, Paris 1971.
(~.),
500 mots nouveaux définis et expli-
qués, Paris-G~bloux 1979.
Corbeil
(J
.-C . l,
(ed.) Sign, Language, Culture, La Haye 1970.
Essais de sémiotique poétique, Paris
Dictionnaire du français non conventicn 1972.
nel, Paris 1980.
et Sommant
Dictionnaire des mots nouveaux, Paris 1968.
Grand Larousse encyclopédique,I-X, Paris 1960-1964 (suppl. 1968
Greimas (A. -J. ) ,
1980.
Dictionnaire de didactique des lan-
19 79.
hague 1937.
Cahiers de Lexicologie, revue internationale de lexicologie et de
(~.),
Dictionnaire des mots contemporains, Paris
!-II-III-IV, Copenhague 1975-77.
(~.)
Coste
gues, Paris 1976.
Dansk-fransk ordbog, nyudgave,
Blinkenberg,
Dictionnaire universel, 1690. Réédition préfacée, illustrée et indexée, Paris 1978.
(f. ), Fransk-dansk ordbog, !-II, Copen-
hague 1961-1966.
Aquivalenz une Toleranzstrukturen in der
Linguistik. Zur Theorie der Synonyma, Munich
sept. 1966 à Copenhague. 9 p.
Blinkenberg
Parler croquant, Paris 1973.
Bulletin de la Société linguistique de Paris,
t. LXII, fasc. 1, Paris 1967, p. 15-31.
Blinkenberg,
Qu'est-ce que la terminologie? La Banque des
Mots , 13, Paris 1977.
!-XX, Paris 1971-1980.
Formes nouvelles de composition nominale, in
Les régionalismes du français, Paris-Gembloux
1978.
Guiraud (f.),
Hvalkof
(~.),
Le français populaire, Paris 1973.
Etude comparative des données terminoiogiques
Aspects du problème néologique, La Banque des
des banques de terminologie DANTERM, B.T.0.,
Mots, 2, Paris 1971.
EURODICAUTOM, NORMATERM, O.F.L., Ecole des
59
58
Hautes Etudes commerciales et des Langues modernes de Aarhus, I-II (dactylographié),
Rey-Debove
(~.),
Robert, (f_.),
Aarhus 1981.
Hi6ybye ( f..
ker, Copenhague 1971.
L 'é tat actuel de la lexicographie ·romane au
Danemark, in Actes du 6e Congrès des Romanis-
Dictionnaire alphabétique et analogique de la
langue française, I-VII, Paris 1966 + suppl.
1970.
En overs~ttelsesordbog, in Dansk opslagsv~r­
),
Le métalangage, Paris 1971.
Robert, Petit (Le), Paris 1967,
éd. augmentée 1981.
Science et Vie , n° spécial hors sér;e,
~
La révolution télématique,
Paris sept. 1979.
tes Scandinaves, Upsal 1975.
Siek ( Chr. ) .
Kristeva
Recherches pour une sémanalyse, Sêmeiotikè,
(~.),
Paris 1969.
Rey-Debove et Umiker (D.J.), ( eds), Essays in Semiotics. Essais de Sémiotique, La Haye 1971.
Lamizet <!!·),
Recherches pour une théorie de la description
sémantique. Pour une approche formelle de la
Fransk - dansk-norsk ordbog, Copenhague et
Christiania 1883; 2e édition par Carl Michelsen, ibid. 1904.
Taber (Ch.
~·),
Traduire le sens, traduire le style, Langages,
n° 28, Paris déc. 1972 .
Trésor de la langue française,
Ed. du C.N.R.S., !-VII parus en
_
1981.
synonymie lexicographique, Cah. de Lex.,
XXVI, Besanço n 1975, I.
Lipshitz ( ~. ) ,
Réflexions sur la synonymie lexicale, Cah . de
Lex., XXXII, Besançon 1978, I.
Dictionnaire de la langue française, Paris
1863-1872, 4 vol. + suppl. 1877.
Matoré (2_.),
Histoire des dicti o nn aires français, Paris
1967.
Mounin, (2_. ) ,
Les problèmes théoriques de la traduction, Paris 1963.
Nudansk-ordbog,
7. udgave, Copenhague 1972.
Ordbog over det danske Sprog,Copenhague 1919 ss.Nouvelle édition en
28 vol. 1970
Rat
(~.),
Dictionnaire des locutions françaises, Paris
1957.
Dictionnaire et français vivant: l'expérience
du Petit Robert 1978, La Banque des Mots, n°
15, Paris 1978.
et Chantreau (~.). Dictionnaire des expressions et locutions figurées, Paris 1979.
Rey-Debove (~. l.
Etude linguistique et sémiotique des dictionnaires français contemporains, Paris 1971.
Wolff (Odin),
Fransk og dansk Lexicon, efter de bedste
Ordbi6ger udarbeidet, I, Cope nhague 1796.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising